Page 1

initiative de

Briller par son édition hiver 2016

Transfert d’entreprise :

Créer les liens entre les entrepreneurs d’aujourd’hui et de demain

Numéro de convention de la poste-publications 40037621


Ta b l e d e s m at i è r e s

2

Mot du directeur général Le transfert d’entreprise, beaucoup plus qu’une simple opération comptable

3

À la CDEVR (CLD) Nouvelles brèves

4

Signature Aciers Solider, une solide relève familiale

6

À la une Le Centre de transfert d’entreprise du Québec : créer les liens entre les entrepreneurs d’aujourd’hui et de demain

9

Transfert d’entreprise Arboriculture Carrier

10

Nouvelle entreprise Dialogo - Communiquer en relation

11

Développement durable Demeurez compétitif et novateur : intégrez le développement durable dans votre entreprise

Légende des programmes d’aide reçus par les entreprises : FDEÉS Fonds de développement des

entreprises d’économie sociale

FJP Fonds Jeunes Promoteurs

Futurpreneur Canada (anciennement FCJE) FLI Fonds local d’investissement STA Soutien au travail autonome AT Aide technique M Mentorat pour entrepreneurs

Le bulletin trimestriel Briller par son Excellence est entièrement rédigé et conçu par la Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CLD). Il est distribué dans toutes les entreprises manufacturières, de distribution et de services aux entreprises sur le territoire ainsi qu’aux partenaires économiques. Les renseignements contenus dans les pages du bulletin visent non seulement à informer les lecteurs sur les derniers événements économiques, mais aussi à faciliter le réseautage entre entreprises. 747, boulevard Pierre-Roux Est Victoriaville (Québec) G6T 1S7 Téléphone : 819 758-3172 Site Internet : www.cdevr.ca Courriel : cdevr@cdevr.ca

2 Le transfert d’entreprise, beaucoup plus qu’une simple opération comptable…

Mot du directeur général

Le transfert d’entreprise, beaucoup plus qu’une simple opération comptable… Si l’on se fie à la Fondation de l’entrepreneurship, d’ici 2020, le Québec aura un manque à gagner de 38 000 entrepreneurs afin de prendre la relève d’entreprises existantes… et principalement au niveau des PME .*1 Données plutôt inquiétantes, me direz-vous, étant donné notre bassin entrepreneurial régional composé majoritairement de PME. Différents points tels que la différence entre les valeurs des jeunes et celles des générations qui les ont précédées, les gestions d’entreprises plus complexes, etc., pourraient expliquer cette situation. De plus, il y a aussi tout le volet émotionnel rattaché au transfert d’une entreprise que l’on a créée et fait fructifier sur des périodes de plusieurs dizaines d’années. « L’étape la plus compliquée pour un cédant (vendeur), c’est de planifier son départ parfois 15 ans avant le fait… »*2 En poursuivant mes recherches sur la problématique reliée à la rareté de repreneurs potentiels, j’ai lu un article publié dans l’Actualité *3 qui reflète une réalité autre. En résumé, trois phénomènes : le vieillissement de la population, la tendance naturelle à la consolidation ainsi que le remplacement d’entreprises existantes par de nouvelles, plus dynamiques et innovatrices, sont des facteurs plus importants que le manque de repreneurs, qui, toujours selon cet article, serait davantage un symptôme que la cause d’un problème. Le gouvernement a mis en place des mesures considérables pour soutenir les entreprises à chacune des étapes de leur parcours entrepreneurial, y compris lors du transfert. Depuis peu, le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) a la mission d’accompagner les cédants et les repreneurs sur l’ensemble de ce processus. Rendez-vous À la Une afin de vous familiariser avec ce tout nouveau service. De plus, notre entreprise Signature de cette édition, de même qu’une autre à la page 9, sont des exemples d’un transfert bien réussi.

Restons dans le thème et parlons retraite! C’est un secret de polichinelle pour certains d’entre vous, d’ici quelques semaines, je prendrai ma retraite, et ce, après plus d’une quarantaine d’années passées au service du développement économique. Je vais partir l’esprit tranquille puisque j’aurai réussi mon « transfert d’organisme »; je me permets ce jeu de mots étant donné les nombreuses ressemblances, à tout le moins psychologiques, de ce changement de gouvernance. Durant 25 années, j’ai accompagné, conseillé et aidé, au meilleur de ma connaissance, plusieurs entrepreneurs du territoire. Je ressens beaucoup de fierté en regardant le chemin parcouru et c’est en grande partie grâce à vous, gens d’affaires de la MRC d’Arthabaska, que ce sentiment est aussi puissant. Votre confiance, votre détermination, votre leadership et votre dynamisme entrepreneurial ont propulsé notre région dans les hautes sphères de la réussite. Au fil des ans, nous avons subi, à l’instar du Québec, de nombreux ralentissements, de même que traversé quelques crises économiques. Face à ces menaces, nos secteurs d’activités se sont modifiés afin de s’adapter à la demande, nos PME ont su diversifier leur offre de service, et par-dessus tout, nos leaders, qu’ils soient maires, membres de conseils d’administration, banquiers, fiscalistes, entrepreneurs, etc., ont su faire preuve d’écoute, d’ouverture d’esprit, et prendre les bonnes décisions au moment opportun. J’ajouterai aussi que ce qui me rend si fier du travail accompli, je le dois à mon équipe, celle que j’appelle affectueusement « mes enfants ». J’ai souvent répété que je les avais tous choisis pour leurs compétences, leur autonomie, leur capacité à mener à terme les différentes tâches qui leur incombent. Ils ne m’ont jamais déçu. Au contraire, ils ont toujours fait plus que ce qui était demandé. C’est aussi grâce à eux que je peux passer le flambeau avec dignité et reconnaissance.


Une ère de changement Plusieurs d’entre vous le savent déjà, la CDEVR (CLD) a, depuis le 14 décembre dernier, un nouveau directeur général en la personne de Vincent Guay. La réputation de M. Guay dans la région n’est plus à faire, celui-ci ayant été à la barre du Cégep de Victoriaville durant 11 ans. Outre les qualités inhérentes à un poste de direction, celles de gestionnaire et de visionnaire seront des atouts, sans conteste, importants pour M. Guay puisqu’il devra s’assurer de mettre en place la nouvelle structure de la CDEVR (CLD) qui comportera désormais, en plus du secteur industriel, ceux du tourisme, de même que celui des commerces et services.

C’est donc avec une certaine nostalgie, mais surtout avec le sentiment du devoir accompli que je quitterai mes fonctions de coordonnateur à la CDEVR (CLD) le 29 avril prochain. En attendant, vous pouvez me contacter à la Corpo, je suis toujours partant pour aider à établir des projets innovants et porteurs d’avenir! Au revoir!

René Thivierge, directeur général

(Fondation de l’entrepreneurship) http://www.entrepreneurship.qc.ca/projets-entrepreneuriaux/transfert-dentreprise. Jean Veilleux, chef mentor et coprésident du Conseil régional de mentorat de Chaudière-Appalaches. *3 http://www.lactualite.com/lactualite-affaires/les-leaders-croissance/faut-il-sinquieter-du-manque-de-releve-entrepreneuriale/ *1

*2

3

À la CDEVR (CLD)

Nouvelles brèves C’est le 14 décembre dernier que M. Vincent Guay se joignait à la CDEVR (CLD) à titre de directeur général, en remplacement de M. René Thivierge qui assure dorénavant le poste de coordonnateur au développement industriel. Figure bien connue de la région pour avoir, entre autres choses, dirigé le Cégep de Victoriaville durant 11 ans, Vincent Guay devra, au cours des prochains mois, voir à la mise en place de la nouvelle structure de la CDEVR (CLD). En effet, celle-ci proposera désormais dans son offre de service les volets touristiques, de même que celui des commerces et services, en plus de conserver le volet industriel. L’équipe de la CDEVR (CLD) et celle de Tourisme Victoriaville souhaitent la bienvenue à M. Guay dans la « grande famille » des développeurs économiques!

contribué à la concrétisation de nombreux projets. Nous lui souhaitons la meilleure des chances dans son nouveau poste chez Promotion Saguenay! Tournoi de Golf C’est le 12 mai prochain qu’aura lieu la 65e édition du Tournoi de golf industriel et commercial de la CDEVR (CLD). Encore une fois cette année, tous les profits seront remis à un organisme, celuici étant choisi par notre président d’honneur qui sera nul autre que notre coordonnateur au développement industriel, ancien directeur général et futur retraité, M. René Thivierge. Ce Tournoi sera donc l’occasion de participer pour une bonne cause, tout en soulignant le départ de M. Thivierge, et de ses 25 années à titre de directeur général de la Corporation. C’est un rendez-vous à ne pas manquer! Certains d’entre vous recevront prochainement la feuille d’inscription pour assister à ce Tournoi. Par contre, vous pouvez dès à présent communiquer avec Chantale Marchand au 819 758-3172, poste 252, ou par courriel au cmarchand@cdevr.ca, si vous désirez vous y inscrire immédiatement.

Départ Sur une note plus triste, c’est avec regret que nous avons dit au revoir à notre collègue Annabelle Guay. En effet, celle-ci a quitté son poste après six ans à la CDEVR (CLD). Engagée tout d’abord à titre d’analyste financière, elle a par la suite assumé les responsabilités de commissaire industrielle et a ainsi accompagné plusieurs entreprises de notre région. Elle a participé à quelques missions économiques qui ont permis la venue, entre autres, d’une entreprise française innovante, Zéodratation+ Plus Canada. L’énergie et le dynamisme d’Annabelle auront

M. René Thivierge, entouré de M. Robert Béliveau et de M. Johnny Izzi


4

Signature

ACIERS SOLIDER, DES OFFRES POUR VOTRE

une solide relève familiale, un transfert d’entreprise réussi!

ENTREPRISE

ORGANISEZ ET CENTRALISEZ VOS COMMUNICATIONS D’AFFAIRES AVEC LA SOLUTION MICROSOFT EXCHANGE HÉBERGÉE CHEZ VERTISOFT! Vos courriels, contacts, calendrier de rendez-vous et tâches sont alors disponibles en tout temps et en tout lieu.

PROFITEZ DES NOMBREUX AVANTAGES D’OFFICE 365 GRÂCE À VERTISOFT! CETTE PLATEFORME COLLABORATIVE EN LIGNE REGROUPE VOS OUTILS DE BUREAUTIQUE PRÉFÉRÉS :

819.751.6660 | info@vertisoftpme.com WWW.VERTISOFTPME.COM

De gauche à droite : Kathleen, Yannick, Guillaume et Sébastien Gardner

Fondée en 1970 par M. Noël Gardner, l’entreprise Aciers Solider qui se spécialise en fabrication et installation de structures d’acier pour des bâtiments de toutes sortes est un bel exemple de transfert familial réussi. En ef fet, c’est en septembre 2007 que M. Gardner, alors président de la compagnie, remettait officiellement la clé de l’entreprise à sa relève, formée de ses enfants. Soucieux de bien assurer son transfert, M. Gardner a toujours eu à cœur d’impliquer ses enfants au bon déroulement de l’entreprise. D’ailleurs, Yannick et Kathleen, respectivement président-directeur général et vice-présidente à l’administration, ont débuté dans l’entreprise familiale dès la fin des années 1990. À leur suite se sont ajoutés leurs frères Sébastien, directeur de projets et chef dessinateur, et Guillaume, en tant que directeur d’usine. Pour Yannick Gardner, le facteur fondamental de la réussite du transfert de l’entreprise tient du fait que leur père a été avant-gardiste dans sa façon de préparer sa relève en leur permettant d’évoluer et de grandir au sein de celle-ci, de même qu’en leur donnant la possibilité d’affirmer leur leadership dans leur département respectif. « Dès l’âge de 40 ans, mon père a préparé progressivement son retrait de l’entreprise. Il a su s’entourer de professionnels qui l’ont guidé dans les nombreuses démarches inhérentes à la relève entrepreneuriale », souligne celui-ci.


5

Bâtir solide Auparavant située à Sainte-Hélène-de-Chester, Aciers Solider a déménagé dans le parc industriel de Victoriaville en 2001. L’usine a été agrandie cinq fois depuis sa construction. Elle se déploie maintenant sur une superficie de 38 000 pi2, espace administratif compris, et elle abrite 45 travailleurs.

« Bâtir solide pour nous, c’est avoir une équipe expérimentée en coordination, en fabrication et en installation afin de répondre aux projets les plus uniques. C’est également établir un standard de qualité respectant vos besoins afin de construire un avenir durable pour les générations à venir », conclut M. Gardner.

Depuis 2002, le chiffre d’affaires est en constante évolution. Les réalisations d’Aciers Solider se trouvent partout au Québec, ainsi qu’en Ontario et dans le nord-est des États-Unis. Le volet exportation représente 10 à 15 % de ses revenus annuels. La réputation enviable d’Aciers Solider repose surtout sur la qualité et la fiabilité de ses produits, le respect des délais de livraison, la grande capacité de production et les projets « clés en main », incluant la conception des plans ainsi que la fabrication et l’installation des structures d’acier.

300, rue de la Jacques-Cartier Victoriaville (Québec) G6T 1Y3 Téléphone : 819 758-2897 Courriel : solider@solider.com Site Internet : www.solider-inc.com

Construction du Carré 150 de Victoriaville

Structure de la bâtisse de Sural Québec située à Victoriaville


6 4

À la une Le Centre de transfert d’entreprise du Québec : créer les liens entre les entrepreneurs d’aujourd’hui et de demain

Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ), lancé en décembre 2015, a pour mission de traiter l’enjeu de la relève des dirigeants, de la valorisation et du transfert d’entreprise. Le CTEQ accompagne les cédants et les repreneurs sur l’ensemble du processus, afin d’en assurer la qualité et l’intégrité, de favoriser la pérennité des entreprises et de participer positivement au bilan entrepreneurial du Québec. L’organisme dispose de conseillers répartis dans les différentes régions québécoises. Jouant le rôle d’intermédiaires entre les repreneurs, les cédants et les experts, les conseillers du CTEQ agissent dans l’objectif de réussir le transfert, mais aussi dans celui de donner un maximum de chances à la croissance future de l’entreprise. En effet, le transfert des actifs, du savoir et du leadership du cédant est une période particulièrement délicate pour la performance des PME, performance où les secrets sont souvent conservés par le cédant. La manière dont le processus de transfert se déroule est donc déterminante pour l’avenir de l’entreprise. Au-delà de l’accompagnement en tant que tel des entrepreneurs, le CTEQ met également à leur disposition l’INDEX qui permet de référencer les cédants et les repreneurs en toute confidentialité. L’INDEX répertorie aussi les consultants et les experts en transfert d’entreprise. Le tout permettra aux différents acteurs intéressés au transfert de mieux connaître l’écosystème de l’achat et de la vente de PME. L’INDEX permet ainsi de lister des PME à vendre par région et/ou par secteur d’activité. Il permet également aux intervenants en services financiers, fiscaux, juridiques, en conseils de gestion, ou encore en évaluation et en valorisation d’entreprise, d’afficher leur expertise et de faciliter l’accès aux ressources disponibles, le tout pour assurer la qualité et l’intégrité du processus de transfert ou de relève. Le CTEQ place son offre de service en établissant trois principes fondamentaux à une relation de confiance avec les cédants et les repreneurs : PRINCIPE DE NEUTRALITÉ Le CTEQ ne privilégie aucune partie prenante impliquée dans le processus de transfert et qui pourrait exercer un intérêt particulier sur les décisions des entrepreneurs. PRINCIPE DE CONFIDENTIALITÉ Le CTEQ s’engage à protéger toute information privée. Celle qui sera partagée aura préalablement fait l’objet d’une approbation explicite. PRINCIPE DE TRANSPARENCE Le CTEQ informe les entrepreneurs de l’entièreté du processus envisagé et de toutes les options connues et disponibles. « Étant donné l’importance de la transaction, sur le plan financier comme sur le plan émotif, ces trois principes de confiance définissent largement la différence CTEQ », a mentionné Vincent Lecorne, directeur général de l’organisme.


7 5

Une conseillère du CTEQ dans votre région : Nathalie Bilodeau Nathalie Bilodeau a rejoint le CTEQ à titre de conseillère senior en transfert d’entreprise en décembre 2015. Elle est disponible pour les entrepreneurs du Centre-du-Québec afin de les aider à transférer ou à reprendre une entreprise.   biographie Madame Bilodeau cumule 10 ans d’expérience en services-conseils aux entreprises. Avant d’intégrer le CTEQ, elle a été conseillère auprès des femmes entrepreneures centricoises pour Femmessor Centre-du-Québec et elle a accompagné de nouveaux entrepreneurs dans leur projet de démarrage et d’acquisition d’entreprise en tant qu’analyste financière et conseillère aux entreprises dans le réseau des CLD. Nathalie détient un baccalauréat en administration des affaires de TÉLUQ, Université du Québec. À noter : le CTEQ offre Succès Relève, une formation sur le processus de transfert destinée aux repreneurs. Coordonnées 62, rue Saint-Jean-Baptiste, bureau 1.03 Victoriaville (Québec) G6P 4E3 Téléphone : 1 844 200-2837, poste 712 pub trousse avantages horizontale_Mise en page 1 15-03-12 15:36 Page1 Courriel : nathalie.bilodeau@ctequebec.com

AVANTAGE EXCLUSIF AUX MEMBRES Être membre Desjardins quand on est une nouvelle entreprise, c’est bénéficier des avantages1 exclusifs de la trousse, en plus des conseils de notre équipe d’experts :

TOUT ÉQUIPÉ POUR RÉUSSIR GRÂCE À LA TROUSSE DE DÉMARRAGE. 1 2

Certaines conditions s’appliquent. Sujet à l’approbation du crédit.

desjardins.com/troussededemarrage

• Remise en argent sur forfait transactionnel avec marge de crédit2 • Rabais sur solutions de paiement • Crédit sur services de paie • Remise en argent sur assurance véhicule commercial • Plan d’affaires interactif en ligne • Ligne téléphonique pour conseils d’affaires • Fiches-conseils


8

À la une Principales étapes pour la préparation d’un transfert d’entreprise Évaluer les options de sortie : comment, quand et à qui l’entreprise pourrait être transférée. Mettre sur pied un comité de transfert ou un conseil de famille. Mobiliser le personnel clé. Établir le diagnostic de l’entreprise (forces, faiblesses, menaces et opportunités en lien avec le marché). Choisir le mode de cession. Élaborer un plan de continuité : réflexion et communication sur la vision de continuité de l’entreprise. Rechercher et identifier la relève. Évaluer sa capacité de gestion et son potentiel entrepreneurial. Planifier le transfert des pouvoirs, des connaissances et des façons de faire (règne conjoint). Soutenir le développement du leadership de la relève et le transfert de compétences. Évaluer l’entreprise et les besoins financiers. Identifier les sources de financement. Établir un montage financier. Mettre à jour le plan d’affaires et les orientations stratégiques (règne conjoint avec le releveur). Identifier les différentes options fiscales. Valider les incidences juridiques et financières. Dresser un calendrier, pour un éventuel retrait du propriétairecédant (règne-conjoint). Dans un transfert d’entreprise, on retrouve principalement trois acteurs : le ou les cédants, le ou les repreneurs et l’entreprise elle-même. Chacun de ces acteurs doit se préparer rigoureusement pour passer au travers de cette étape déterminante afin d’assurer la continuité et la pérennité de l’entreprise. Il arrive fréquemment, à tort, que le transfert d’entreprise soit perçu comme étant uniquement une transaction financière. Un bon plan de transfert devrait prévoir les trois volets suivants : le transfert des avoirs, du pouvoir et du savoir. Ce n’est pas tout de transférer des actifs et de décider de qui sera le prochain chef. Si on ne prend pas bien soin de transférer la recette du succès d’une entreprise, il sera très ardu pour un repreneur d’en poursuivre les activités. Les enjeux d’un transfert d’entreprise ne se situent pas seulement au niveau transactionnel, mais aussi au niveau humain et stratégique. C’est pourquoi une bonne planification, en se donnant du temps, permettra d’augmenter les chances de succès du projet de transfert.

Quelques éléments de préparation pour l’entreprise Il est nécessaire, en premier lieu, de vérifier la bonne santé financière de l’entreprise. C’est une étape qui demande du temps si le dirigeant s’en est peu soucié dans le passé. Il faudra également évaluer la valeur marchande de l’entreprise, qui n’est pas nécessairement équivalente à la valeur estimée par le dirigeant. Quelques éléments de préparation pour le cédant Planifier la sortie du cédant implique, entre autres, une planification sur le plan financier. Une réflexion comparant ses besoins financiers futurs, le patrimoine accumulé et le résultat de la vente de l’entreprise est très importante. Le cédant devra aussi identifier le repreneur qui aura la pleine capacité de gérer et de développer l’entreprise pour en assurer la performance dans l’avenir. Il devra aussi définir la façon dont il souhaite que le transfert se déroule, notamment en ce qui concerne la période de cogestion pour transférer le savoir-faire et planifier la date de sortie. Quelques éléments de préparation pour le repreneur Pour se préparer à reprendre une entreprise, le repreneur devra répondre à des questions essentielles : ai-je le profil et les compétences nécessaires? Quelle est ma capacité financière? À quoi ressemble l’entreprise que je souhaite acheter? De plus, le repreneur aura un grand intérêt à se former en prévision de son projet de reprise. Outils disponibles sur le Web BDC https://www.bdc.ca/fr/articles-outils/demarrer-acheter-entreprise/ pages/default.aspx Centre de transfert d’entreprise du Québec http://ctequebec.com Desjardins https://www.desjardins.com/entreprises/projets-entreprise/ transferer-acquerir-vendre-entreprise/demarche-cedants/index.jsp FCEI http://www.cfib-fcei.ca/francais/article/2305-commentelaborer-un-plan-de-releve.html Du Rêve à la Relève http://www.durevealareleve.com


9 7

Transfert d’entreprise

Arboriculture Carrier,

une entreprise qui a à cœur le respect de l’environnement et des gens qui l’entourent que l’arrivée de nouveaux insectes ravageurs », précise Sébastien Nugier.

Avec plus de sept années d’expertise dans le domaine de l’arboriculture (élagage-émondage), Sébastien Nugier était prêt à relever un nouveau défi, soit celui d’acquérir l’entreprise pour laquelle il travaillait depuis quelques années, Arboriculture Carrier. « Depuis cinq ans, j’évolue, je me perfectionne, je connais la clientèle et ses besoins. En achetant cette entreprise, je fais un pas vers l’avant et je m’investis dans mon propre emploi », explique M. Nugier. « L’acquisition s’est faite tout simplement; mon patron et propriétaire, Éric Carrier, m’a proposé d’acheter Arboriculture Carrier et du même souffle, il m’a offert son soutien, autant pour les transactions que pour la bonne marche de la compagnie après la vente », rajoute celui-ci. Depuis, Alexandre Ruel, un professionnel de la foresterie depuis 10 ans et nouvellement diplômé en arboriculture, s’est joint à l’aventure en tant qu’actionnaire et employé. Située aux abords de la route 116, entre Warwick et Victoriaville, Arboriculture Carrier dessert un vaste territoire allant de Victoriaville, en passant par Drummondville, et se rendant aussi loin que TroisRivières et Sherbrooke. Destinée à une clientèle désireuse d’entretenir, de préserver ou d’abattre leurs arbres, l’entreprise se fait un point d’honneur de faire la promotion de la conservation du patrimoine arboré urbain, en ayant à cœur la santé des arbres. Selon le propriétaire, l’abattage n’a lieu que si c’est nécessaire, comme en cas de maladie. « Les changements climatiques se font sentir dans le domaine, car les arbres sont de plus en plus affectés par divers agresseurs comme des vents violents assez fréquents, du verglas, de la sècheresse, des gels tardifs, ainsi

Selon M. Nugier, l’arboriculture est un service qui a un bel avenir. « On assiste à un étalement urbain important depuis des années et la préservation d’arbres est majeure dans ce type de territoire, autant pour sa valeur environnementale, paysagère que sociale ». Il fait aussi remarquer qu’en situation de zone urbaine, les arbres ont besoin d’une attention plus particulière et d’un entretien constant. D’ailleurs, la profession est de plus en plus encadrée par les municipalités qui réglementent la gestion des arbres dans les villes, notamment en délivrant des permis d’abattage, en interdisant l’étêtage et la plantation de certaines espèces d’arbres mal adaptées aux contraintes urbaines. L’entreprise Arboriculture Carrier offre un service clés en main, c’est-à-dire qu’elle s’assure d’effectuer tous les travaux. Par exemple, si un arbre est abattu, les branches seront déchiquetées et la souche enlevée. Toute la matière résiduelle (branches, bûches, feuillage) est ramassée et les lieux sont totalement nettoyés. L’entreprise répond aux règles assujetties au métier de l’arboriculture; elle est composée d’une équipe diplômée et passionnée et possède l’équipement à la fine pointe de la technologie. STA - FLI

251, 2e Avenue Ham-Nord (Québec) G0P 1A0 Téléphone : 819 350-2036 Courriel : sebnuge@hotmail.fr Site Internet : www.arbo-carrier.com


10

Nouvelle entreprise DIALOGO - Communiquer en relation pour Créer, Soutenir, Développer, Encourager et Contribuer à de meilleures relations Carolyne Dupré est ce qu’on appelle une communicatrice née. Alors, choisir un métier qui lui permettait de communiquer allait de soi. Depuis 2005, celle-ci a animé de nombreux ateliers portant sur les différentes façons de communiquer.

La mission de Dialogo - Communiquer en relation propose des services d’enseignement et d’accompagnement en communication relationnelle pour toutes les personnes ou les milieux recherchant à développer ses habiletés interpersonnelles, pour favoriser la collaboration, la création des liens de confiance et inspirer un leadership innovateur. Les moyens privilégiés pour y arriver vont de la formation en ligne, des services de consultation, des ateliers et des formations, de même que des conférences, tant au niveau régional que provincial.

D’institutrice en périnatalité à conférencière chez CommeUnique, la propriétaire de Dialogo - Communiquer en relation a toujours eu à cœur la communication sous toutes ses formes, ainsi qu’aux stratégies pour bonifier les relations. De plus, elle a fait partie de plusieurs projets pour le mieux-être de la collectivité dans la région et a aussi siégé à titre de présidente sur le conseil d’administration du Festival de la Paix. Afin de parfaire sa connaissance, Mme Dupré a suivi une formation auprès du CNV (centre pour la Communication NonViolente), organisme actif dans plus de 65 pays à travers le monde. « Cette communication nous invite à reconsidérer notre façon de nous exprimer, d’écouter et de résoudre les conflits pour vivre plus de compréhension, d’authenticité et de satisfaction, tout en optimisant le leadership vers des pratiques collaboratives », exprime Mme Dupré.

Pour rendre accessible ses services dans le milieu scolaire où l’intimidation, les conflits et les défis relationnels sont omniprésents, Mme Dupré suggère de créer un fond solidaire dont le financement proviendrait des frais de formation reçus par les services offerts en entreprise, ce qui contribuerait à vivre un climat d’échanges satisfaisant, tout en apportant des solutions concrètes aux conflits et une productivité accrue dans les différents environnements souhaitant offrir cette formation à leurs membres, travailleurs et équipes. Le sens de cette démarche est de vivre le développement durable au niveau sociétal afin de pouvoir répondre aux besoins de chacun, vers un équilibre, et que tous puissent développer leurs compétences et apprentissages relationnels en matière d’écoute, de coopération, de respect, d’empathie, de responsabilité et d’expression, ce qui a comme objectif un impact sur l’efficacité collective et sur le bien-être.

« La clientèle visée est variée, c’est à la base ceux qui recherchent à acquérir des habiletés sociales dans l’établissement de relations interpersonnelles, dans le développement des compétences, autant que dans sa capacité d’écoute empathique que dans l’expression claire et concise de ses idées et besoins. C’est d’ailleurs Albert Einstein qui nous invitait à innover pour atteindre nos buts : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent », explique la promotrice Carolyne Dupré.

Dans l’attente que son site Web soit complété et mis en ligne, il vous est possible de communiquer avec Mme Dupré sur sa page Facebook professionnelle Dialogo - Communiquer en relation. STA Téléphone : 819 552-8731 Courriel : carolyne.dupre@gmail.com

Besoin de visibilité pour vos formations et événements? Vous avez une entreprise manufacturière, de distribution, ou de services aux entreprises sur le territoire de la MRC d’Arthabaska et aimeriez vous faire connaître? Alors, ne tardez pas et faites comme Karma Caméléon : envoyez-nous votre annonce à cette adresse courriel : cmarchand@cdevr.ca. C’est avec plaisir que nous publierons celle-ci sur notre Facebook ou notre infolettre.


11

Développement durable Demeurez compétitif et novateur : intégrez le développement durable dans votre entreprise Depuis 2014, cinq entreprises manufacturières de Victoriaville ont fait l’exercice de dresser un portrait par rapport à 12 enjeux du développement durable. Suite à ce diagnostic, elles se sont engagées à effectuer des actions réalistes en développement durable, le tout encadré par un plan d’action personnalisé. Elles posent des gestes concrets, intègrent des considérations sociales et environnementales dans leur gestion et demeurent à l’avant-garde du développement de leur entreprise. Dans les faits, les actions varient d’un établissement à l’autre, en voici quelques exemples : se doter d’une politique de conciliation travail-famille, réaliser l’analyse de cycle de vie d’un produit afin de connaître les réels bénéfices environnementaux, sensibiliser les employés aux pratiques en développement durable, dresser un bilan carbone de l’entreprise et mettre en place des mesures visant la réduction des émissions de gaz à effets de serre (GES) telles que l’installation d’une borne de recharge pour véhicule électrique ou

encore l’installation d’un mur solaire permettant d’utiliser l’énergie du soleil pour chauffer une partie du bâtiment, assurer la pérennité de l’entreprise grâce à un projet de relève, ou améliorer les pratiques d’achats en y intégrant des critères environnementaux et sociaux. Pourquoi ces entrepreneurs agissent-ils en développement durable? Tout simplement parce qu’ils y voient des bénéfices pour leurs employés, pour leur entreprise et pour la société, et qu’ils souhaitent être proactifs face à de nombreux enjeux grandissants, comme la gestion de l’énergie, les impacts des changements climatiques, l’attraction et la rétention d’employés, etc. Pour en savoir plus sur les différentes actions posées par ces entreprises et leurs engagements en développement durable, visitez le site Web de la Démarche d2 (section Démarche d2/ Entreprises attestées). Et si vous désirez mieux comprendre et ainsi intégrer les enjeux du développement durable, alors adhérez dès maintenant à la Démarche d2.

C’est lors d’un déjeuner-conférence, le 8 décembre 2015, que six organisations de Victoriaville ont reçu leur attestation en développement durable, soit la Démarche d2. L’événement a eu lieu à la Place 4213, qui est d’ailleurs un établissement attesté ICI ON RECYCLE! de RECYC-QUÉBEC, pour sa saine gestion des matières résiduelles, incluant le compostage. Un menu composé de plusieurs produits régionaux a été offert aux convives. Sur la photo, entourés de M. Gilles Lafontaine, président de la CIIV, et de M. Christian Lettre, maire suppléant de la Ville de Victoriaville :

1 - M. Johnny Izzi, Mme Stéphanie Gaudreau et M. Jonathan Houle, Gaudreau Environnement 2 - M. Hubert Blier, Planchers HB 3 - M. Louis Lafleur, Les boisés La Fleur 4 - Mme Brenda Carey et M. Guillaume Belleville, Sintra Centre-du-Québec 5 - M. Pascal St-Amant et M. Louis Roy, Industek 6 - M. René Thivierge, CDEVR (CLD)


DEUX FORMATIONS OFFERTES EN GESTION cegepvicto.ca/adultes

Avril 2016 PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN GESTION ET EN SUPERVISION DES RESSOURCES HUMAINES Dans un contexte où la main-d’œuvre est difficile à recruter et à retenir, il est plus que jamais essentiel de savoir mobiliser ses employés et de les aider à donner le meilleur d’eux-mêmes.

UNE FORMATION PRATIQUE, DES RÉSULTATS CONCRETS, LE TOUT DANS UNE FORMULE ABRÉGÉE 8 jours de formation en six mois 8 heures de coaching individuel 1 750 $ / participant - valeur de 3 500 $*

1er et 8 mars 2016 TRANSFERT DES CONNAISSANCES ET EFFICACITÉ AU TRAVAIL Cette formation de formateur abordera certains éléments de la production à valeur ajoutée (PVA). Le but étant d’introduire une philosophie d’amélioration continue auprès des participants.

14 heures de formation 7 heures de coaching en entreprise 450 $ / participant - valeur de 3 000 $* Nombre de places limitées *Emploi-Québec pourrait verser un soutien financier aux entreprises qui répondent aux critères d'admissibilité.

Inscription obligatoire auprès de Maria Léal au 819 758-6401, poste 2707

Briller par son excellence hiver 2016  
Briller par son excellence hiver 2016  

Vous pouvez lire dès à présent la nouvelle édition de notre bulletin Briller par son Excellence, hiver 2015! Vous y retrouverez beaucoup d'i...

Advertisement