Cycle des déchets, élimination appropriée et recyclage des produits en fin de vie : les 4R

Page 1

Cycle des déchets élimination appropriée et recyclage des produits en fin de vie

Les 4R

SE MI LASCI NON VALE

Ministero del Lavoro e delle Politiche Sociali Direzione Generale del Terzo Settore e della responsabilità sociale delle imprese


LE PROJET « SE MI LASCI NON VALE » (CE N'EST PAS JUSTE SI TU ME LAISSES) ET LES QUATRE DOSSIERS Ce livret a été réalisé par l'Association de promotion sociale « Centro di Documentazione sui Conflitti Ambientali – CDCA Abruzzo » (Centre de documentation sur les conflits environnementaux - CDCA Abruzzo) dans le cadre du projet « Se mi lasci...non vale! - Conoscere e prevenire » (Ce n'est pas juste si tu me laisses – Sensibilisation et prévention) financé par la Région des Abruzzes - Département de la Santé et du Bien-être - Service de la planification sociale - dpf014 dans le cadre de la procédure d'appel d'offres « Financement d'initiatives et de projets d'intérêt régional promus par des organisations bénévoles et associations de promotion sociale pour la mise en œuvre d'activités d'intérêt général ». L'objectif général du projet est de sensibiliser à la gestion des déchets, à la prévention des déchets, au développement durable, au changement climatique et à l'économie circulaire à travers un ensemble d'activités visant à atteindre différents groupes de population et organismes publics et privés, y compris la traduction des dossiers dans les sept langues étrangères les plus parlées dans la région des Abruzzes. En particulier, lesdits quatre dossiers sont disponibles dans les langues étrangères suivantes, afin d'impliquer et de faciliter la communication et la compréhension du changement culturel nécessaire qu'impose notre époque : roumain, albanais, arabe, chinois, russe, anglais, français. Ces quatre dossiers sont : № 1 – « Cycle des déchets, élimination appropriée et recyclage des produits en fin de vie : les 4R ». № 2 – « Les dommages causés par le rejet de déchets dans le milieu naturel et les bénéfices sociaux, environnementaux et économiques d'adopter des comportements responsables et durables ». № 3 – « Utilisations alternatives des aliments - éviter le gaspillage alimentaire et bien plus encore ». № 4 – « Développement durable, changement climatique et économie circulaire - Comportements responsables à adopter ». Tout le monde peut distribuer et imprimer les dossiers, en conservant leurs caractéristiques graphiques et leur contenu.

Chiunque può diffondere e stampare i dossier, mantenendone le caratteristiche grafiche e di contenuto. «...Nous serons connus par les traces que nous laissons derrière nous...» Proverbe dakota Août 2021


SE MI LASCI NON VALE


Dans la nature, les déchets n'existent pas car la nature ne produit pas de déchets. La nature a sa propre économie qui repose sur le capital naturel – la matière – et sur l'énergie librement disponible comme l'énergie solaire. Notre planète est un système fermé, mais pas isolé, donc elle échange de l'énergie avec l'environnement extérieur, mais pas la matière, qui reste sur la planète. Pour le dire simplement, dans les processus naturels, lors de réactions chimiques, aucun déchet n'est produit et même si des déchets étaient produits, ils finiraient par se retrouver dans un cycle naturel. C'est cette recyclabilité en présence d'énergie solaire qui a permis la vie pendant des millions d'années.


L'humain, en revanche, semble être le véritable ennemi de ce principe, devenant un grand « créateur » de déchets. En fait, la plupart des processus de production humaine depuis la révolution industrielle ont été : basés sur l'utilisation d'énergies fossiles et épuisables (pétrole, charbon, uranium et gaz) par combustion. résultant en un produit commercial qui doit « nécessairement » être de courte durée pour augmenter la consommation. créant une grande quantité de déchets polluants et non recyclables, provoquant des concentrations élevées de particules dans l'atmosphère (telles que les oxydes d'azote et le CO2) qui, ne pouvant être absorbées par les cycles naturels de recyclage, augmentent l'effet de serre. La gestion du cycle des déchets est comprise comme l'ensemble des mesures visant à gérer l'ensemble du processus des produits, de leur production à leur élimination finale.


L'objectif de la gestion des déchets est d'éliminer ou au moins de contenir les impacts environnementaux et sanitaires, tout en réduisant la production des déchets eux-mêmes et en pouvant en récupérer des ressources. La gestion des déchets est effectuée conformément aux principes de précaution, de prévention, de proportionnalité, de responsabilité et de coopération de toutes les parties concernées dans le respect des principes du droit national et communautaire, avec une référence particulière au principe communautaire du « pollueur-payeur ». Le décret législatif 22/97est le premier décret en Italie qui a tenté de mettre de l'ordre sur cette question complexe. L'article 6, paragraphe 1, définit les déchets comme « toute substance ou tout objet[...]dont le détenteur se débarrasse ou a l'intention ou est tenu de se débarrasser ». Il constitue la base du système actuel de gestion des déchets et introduit une réforme visant à souligner les avantages du recyclage des déchets. Il met en œuvre 3 directives européennes importantes : 91/156/CEE (déchets) ; 91/689/CEE (déchets dangereux) et 94/62/CE (emballages et déchets d'emballages).


Également connu sous le nom de « Décret Ronchi », il a considérablement modifié et réglementé les modèles de récupération et d'élimination des déchets, transformant le concept de déchet de problème en ressource. Le décret législatif n° 152/2006, toujours en vigueur, l'a rappelé et consolidé, réglementant la gestion des déchets en partant du principe que les déchets constituent un problème en raison de leur permanence dans l'environnement, de leur quantité progressivement croissante, de l'hétérogénéité des matériaux qui les composent et, enfin, la présence éventuelle de substances dangereuses. Également connu sous le nom de Testo Unico Ambientale (TUA), (Droit Consolidé de l'Environnement), il contient également toute une série de paragraphes consacrés à l'Étude d'Impact Environnemental (EIE) et à l'Évaluation Environnementale Stratégique (EES) nécessaires au démarrage de nombreuses activités. Il assimile également la hiérarchie des actions de gestion des déchets (ordre de priorité dans leur adoption) définie dans la législation de l'UE à la base de la stratégie des 4R.


Les déchets sont classés,selon leur origine, en déchets municipaux et déchets spéciaux et, en fonction de leurs caractéristiques dangereuses, en déchets dangereux (art. 183) et en déchets non dangereux, en utilisant le catalogue européen des déchets (CED) qui conduit à l'identification du code CED correct (qui est l'ID des produits mis au rebut) et définit qu'ils soient dangereux ou non. De plus, chaque déchet doit être caractérisé, c'est-à-dire que ses caractéristiques doivent être déterminées par la collecte de toutes les informations nécessaires à son élimination définitive en toute sécurité. Les déchets municipauxsont gérés par les municipalités (art. 198 du décret législatif 152/2006 tel que modifié) et concernent la plupart des déchets produits par les ménages ou par les utilisateurs non ménagers pour la composante déchets municipaux uniquement. La gestion des déchets urbains prévoit un système organisé entre les compétences étatiques, régionales, provinciales et municipales : l'État a la responsabilité de définir les critères généraux de gestion des déchets (décret législatif 152/2006 Art.195). Les régions sont responsables de la planification (décret législatif 152/2006 Art.196) et elles adoptent, en accord avec


les municipalités et les provinces, les plans régionaux de gestion des déchets (décret législatif 152/2006 Art.199) qui définissent également l'organisation de la collecte sélective des déchets et la gestion des installations d'élimination et de valorisation des déchets. Les municipalités ont des fonctions opérationnelles (décret législatif 152/2006 art.198) telles que l'établissement des procédures de service de collecte et de transport et les mesures d'hygiène et de protection de la santé à suivre pendant les différentes phases de la gestion des déchets. Ils sont également chargés d'y remédier en cas de déversement de déchets. L'art. 188 décrit également les responsabilités des particuliers et des entreprises privées qui bénéficient de la collecte sélective des déchets et produisent ainsi des déchets municipaux. Les déchets spéciaux sont gérés selon le type d'activité commerciale exercée, qu'elle soit publique ou privée (art. 188 du décret législatif 152/2006 tel que modifié) et comprennent tous les déchets provenant d'industries et d'entreprises, y compris les hôpitaux, les fermes, les déchets issus de la transformation industrielle ou d'activités commerciales, les véhicules obsolètes, les batteries de smartphones et autres appareils électroniques, les médicaments périmés, le toner d'imprimante, les piles mortes, l'huile de friture et les vieux appareils ménagers. La collecte et l'élimination appropriées de ce type de déchets sont gérées par un système d'entreprises privées agréées, réparties dans tout le pays. Chaque commune et chaque organisme gestionnaire a ses propres procédures et points de collecte spécifiques pour l'élimination correcte de ces déchets.


Plusieurs autres modifications ont récemment été apportées au décret législatif 152/2006, tout en maintenant ses hypothèses et ses principes : – Le Décret législatif du 3 septembre 2020, n° 116, entré en vigueur le 1er janvier 2021, a mis en œuvre les nouvelles directives européennes sur les déchets et les emballages (851/2018 et 2018/852). 1. Il a introduit des modifications relatives à la classification des déchets en supprimant la catégorie des déchets spéciaux assimilés aux déchets urbains. Sont explicitement exclus de la catégorie des déchets municipaux : « les déchets de la production, de l'agriculture, de la sylviculture, de la pêche, des fosses septiques, des systèmes d'égouts et des stations d'épuration, y compris les boues d'épuration, les véhicules hors d'usage ou les déchets de construction et de démolition ». Il a également confié la responsabilité de classer les déchets au producteur, qui doit attribuer aux déchets produits le code CEE approprié avant que les déchets ne soient retirés du lieu de production. 2. Il a révisé et élargi la réglementation sur la responsabilité élargie du producteur (ou « REP », concernant les obligations et responsabilités financières et organisationnelles du producteur


d'un bien lorsque celui-ci atteint avec son cycle de vie l'état de déchet), en réécrivant l'article 178-bis et insérant le nouvel article 178-ter ; 3. Les articles 179, 180 et 181 concernant la hiérarchie dans la gestion des déchets, en particulier en ce qui concerne l'élimination des déchets, ont été modifiés et dans une large mesure réécrits. Cet amendement comprend : • Le décret législatif du 3 septembre 2020, n° 118, mettant en œuvre la directive (UE) 2018/849 (relative aux piles et accumulateurs, aux déchets de piles et d'accumulateurs et aux déchets d'équipements électriques et électroniques). En vigueur depuis le 27 septembre 2020, il met en œuvre deux des directives de l'UE faisant partie du « paquet économie circulaire » et prévoit de nouvelles dispositions et règles sur la déclaration et la gestion des DEEE issus du photovoltaïque. • Le décret législatif du 3 septembre 2020, n° 119, mettant en œuvre la directive (UE) 2018/849 (sur les véhicules hors d'usage) dans le cadre du paquet économie circulaire, et en vigueur depuis le 27 septembre 2020, apporte des modifications pour les concessionnaires automobiles et les démolisseurs d'automobiles. • Le décret législatif du 3 septembre 2020, n° 121, faisant partie du paquet économie circulaire et mettant en œuvre la directive 2018/850 (décharges de déchets), apporte des modifications à l'art. 1 du décret législatif du 13 janvier 2003, n° 36. En vigueur depuis le 29 septembre 2020, il repose sur une meilleure mise en œuvre de la hiérarchie des déchets à travers


la réduction progressive des décharges et le renforcement des opérations de prévention, de recyclage et de valorisation des déchets en amont. Il prévoit « une réduction progressive de la mise en décharge des déchets, en particulier des déchets aptes au recyclage ou à une autre valorisation, pour accompagner la transition vers une économie circulaire [...] La mise en décharge de tous les déchets aptes au recyclage ou à la valorisation, notamment les déchets municipaux, sont interdits à partir de 2030 ». Les phases du cycle des déchets peuvent être résumées comme suit : Collecte et transport : ce sont les opérations qui maintiennent les milieux de vie et de travail sains. Traitement : l'art. 2 de la directive 1999/31/CE définit le traitement des déchets comme « tous les procédés physiques, thermiques, chimiques ou biologiques, y compris le tri, qui modifient les caractéristiques des déchets afin de réduire leur volume ou leur caractère dangereux et de faciliter leur transport ou d'améliorer leur valorisation ». Selon le type de collecte réalisée, il peut y avoir différents types de traitement des déchets. Par exemple, en matière de collecte sélective des déchets on peut avoir : le recyclage : collecte, retraitement, commerce et utilisation de matériaux auparavant considérés comme des déchets ;


La valorisation de la fraction organique ou compostage : technologie biologique utilisée pour traiter la fraction organique des déchets collectés de manière sélective, en utilisant un procédé de bio-oxydation et en la transformant en un amendement agricole de qualité pour être utilisé comme engrais naturel. Les déchets collectés non triés sont plus difficiles à traiter et sont souvent traités afin de récupérer de l'énergie. Quelques exemples sont : 1. Les traitements à froid : séparation et récupération partielle des matériaux, biostabilisation et mise en décharge ; 2. Les traitements à chaud (ou thermiques) : incinération pour la récupération d'électricité ; chauffage urbain à partir de déchets non triés ou RDF (combustible issu des déchets) ; pyrolyse et gazéification des déchets impliquant la transformation de la matière organique par chauffage à des températures variables, respectivement dans des conditions d'absence d'oxygène ou en présence d'une quantité limitée de cet élément.


L'élimination : les principaux systèmes utilisés jusqu'à présent sont les décharges et les incinérateurs. La valeur économique de la gestion des déchets : données ISPRA sur les coûts de gestion des déchets dans la région des Abruzzes (don-nées Ispra : ISPRA : Institut national pour la protection de l'environnement : Inventaire na-tional des déchets (isprambiente.it) ). Nous avons choisi d'utiliser les données de 2019, à la fois parce qu'il s'agissait des seules données disponibles au moment de la rédaction, mais aussi parce que 2020, en raison de la pandémie de COVID-19, était une année inhabituelle. Évidemment, le fait que des pandémies comme celle-ci puissent se reproduire devrait également nous faire réfléchir et agir de manière à ne déroger à aucune règle et responsabilité en matière de production et de gestion des déchets. Tableau 01 Composition des municipalités de l'échantillon et résumé de leurs coûts de gestion totaux moyens par habitant et par kg de déchets, régions Italie - Année 2019 Region Abruzzo

Municipalités Pop. de Tot. de municipalités l’échantillon l’échantillon (n) (résidents) (n)

204

305

Déchets Coût par Coût par kg de Population Municipalités Population urbains déchets urbains habitant de de totale par habitant (EUR/habitant (eurocent/kg l’échantillon l’échantillon (kg/habitant (résidents) *an) *an) *an) (%) (%)

1 051 848 1 305 770

66,9

80,6

473,6

176,18

35,3

La gestion du cycle des déchets municipaux est de la responsabilité des communes et le calcul du coût par commune peut varier selon : le type de service activé (nombre de véhicules de collecte hebdomadaire, balayage, gestion verte, etc.), les particularités du territoire géographique et la localisation des usagers (territoires urbains, montagneux, etc.)


l'organisme gestionnaire (public/privé) autres variables de gestion municipale Tableau 02 Moyennes régionales des coûts spécifiques par habitant et par kilogramme de déchets, région des Abruzzes - Année 2019 (données se référant aux communes de l'échantillon)

Abruzzo

Collecte sélective des déchets (%)

63,1

Production per capita de déchets urbains kg/hab. Frais de collecte et de transport

473,6 12,61

24,01

13,74

Autres frais liés à la gestion des déchets municipaux non triés non repris dans les postes précédents

9,33

5,34

Coûts de gestion du cycle des services pour les déchets municipaux non triés

55,37

31,69

Frais de collecte sélective des matériaux individuels

43,81

Frais de traitement et d'élimination

Frais de traitement et de recyclage nets des revenus de la vente des matériaux et de l'énergie récupérée et des contributions au CONAI (Consortium National des Producteurs d'Emballages)

12,71

Coûts de gestion du cycle des déchets de la collecte sélective des déchets

56,52

EUR/résident*an

22,03

14,66 4,25

18,91

Frais de balayage et de lavage des rues

17,98

3,8

Frais communs

29,83

6,3

Coûts d'utilisation du capital

7,48

1,58

Coût total

167,18

35,3

Eurocent/kilogramme*an

Région


Depuis 1997 en Italie, pour promouvoir une gestion durable des déchets, la stratégie dite des 4R pour une gestion correcte et appropriée des déchets et plus généralement pour assurer la durabilité environnementale a été présentée à tous les citoyens. Les consommateurs et les entrepreneurs sont appelés à mettre en œuvre des « modèles de consommation et de production durables » (ESG) en tant que choix stratégique, transformant les problèmes en opportunités de croissance et de développement, car la consommation et l'investissement « durables » sont bons pour les entrepreneurs et les travailleurs ainsi que pour l'avenir de la planète. Les formes d'élimination des déchets telles que la mise en décharge et l'incinération sont la destination ultime des déchets qui ne peuvent être valorisés autrement, elles ne sont donc pas incluses dans la stratégie des 4R : elles sont considérées comme les dernières solutions extrêmes à adopter pour les déchets la gestion. Mettre en œuvre la stratégie des 4R, c'est agir en vue de produire et d'utiliser des matières valorisables, c'est-à-dire éviter de créer des déchets. La collecte sélective des déchets, en tant que préalable à toute politique d'élimination, est en fait le « cinquième R » et peut être comprise comme un outil méthodologique de mise en œuvre des principes des « 4R » qui ont un ordre de priorité (hiérarchie) et peuvent être résumés comme suit : La réduction à la source est le premier choix de gestion des


déchets dans le cadre des politiques de production et de consommation durables. Utiliser moins de matériaux pour générer un produit équivaut à réduire l'extraction et le traitement des matières premières et, simultanément, le besoin d'élimination. La recyclabilité et la durabilité d'un produit sont innées dans le produit lui-même et nécessitent des changements majeurs dans la conception, le choix des matériaux, la production et la distribution, et pour les consommateurs, cela commence par s'interroger sur l'origine et les processus de production de chaque bien. Réutiliser un bien sans le soumettre à aucune transformation, c'est augmenter sa valeur d'usage et éviter d'avoir à en produire d'autres pour remplir la même fonction. Dans cette optique, des centres de réutilisation ont été créés, c'est-à-dire des espaces équipés où les gens peuvent livrer des choses dont ils n'ont plus besoin et qui peuvent être utiles à d'autres, prolongeant ainsi leur cycle de vie. La plupart des marchandises qui se retrouvent dans la collecte en porte-à-porte pour les articles encombrants doivent être emmenées dans des centres de réutilisation et non jetées. Recycler un bien dont on veut se débarrasser, c'est le transformer en matériaux similaires après des traitements de transfor METAUX VERRE

PAPIER

PLASTIQUE BATTERIES


mation particuliers. Le fait qu'un matériau ou un bien soit recyclable ne doit pas nous conduire à en faire un usage excessif ou immodéré. Un exemple de cette erreur est l'utilisation quotidienne de vaisselle et d'articles de table compostables. Récupérer un bien dont on veut se débarrasser, c'est le valoriser d'un point de vue économique à travers des activités de valorisation des déchets divisées en 1) activités de valorisation matière et 2) activités de valorisation énergétique (liste des opérations Rs en annexe C de la partie IV du décret-loi 152/06). Le principe sous-jacent est que tout ce qui est superflu ou un déchet dans un processus est plutôt primaire ou nécessaire pour la préparation dans un autre processus. Le 15e rapport de collecte sélective des déchets urbains de l'année 2019 préparé par la région des Abruzzes se termine par ces données : « dans les Abruzzes, 2019 s'est terminée par une mauvaise et une bonne nouvelle : La mauvaise nouvelle est que la baisse souhaitée de la production totale de déchets municipaux à 593 700,39 tonnes ne s'est pas produite. La bonne nouvelle est le nouveau record de la collecte sélective des déchets, qui atteint pour la première fois 62,55 % avec une augmentation de 2,89 % par rapport à 59,66 %


l'année précédente. Cependant, il s'agit d'une réalisation qui n'est pas encore conforme aux objectifs minimaux fixés par la législation nationale (65 %). » En ce qui concerne les données provinciales sur la collecte sélective des déchets, la province de Chieti est en tête du classement avec une moyenne de 72,40 %, suivie par la province de Teramo avec 64,59 %. En ce qui concerne les communes individuelles, il convient de noter que la commune d'Ortona (CH), avec l'opérateur ECOLAN, est en tête du classement des communes avec une population > 20 000 habitants atteignant 82,52 % de collecte sélective des déchets, suivie par la commune d'Avezzano atteignant 77,90 %, avec l'opérateur TEKNEKO, et la Commune de Sulmona. avec l'opérateur COGESA atteignant 77,32 %.


Tableau 04 Coûts moyens par habitant et par kilogramme de déchets de la gestion des déchets indifférenciés, des collectes séparées et de la gestion totale des déchets municipaux, région des Abruzzes - Année 2019

Coût moyen de la gestion des déchets non triés Par résident

55,37 €

Par Kilogramme

31,69 €

Région Abruzzo Coût moyen de la gestion totale des déchets municipaux Par résident

167,18 €

Par Kilogramme

35,30 €

Coût moyen des collectes sélectives Par résident

56,52 €

Par Kilogramme

18,91 €


Les matières recyclables les plus courantes sont : Papier: pour produire une tonne de papier à partir de pâte vierge d'une quinzaine d'arbres, il faut 440 000 litres d'eau et 7 600 kW d'électricité ; pour la même quantité de papier recyclé, seuls 1 800 litres d'eau, 2 700 kW d'énergie et aucun arbre ne sont nécessaires. Verre: le verre est recyclé dans des verreries dédiées, où après avoir été nettoyés, les éclats sont fondus. Plastique: malheureusement, tous les plastiques du marché ne sont pas recyclables, il faut donc demander à votre commune quels types de plastiques sont acceptés et vérifier le type indiqué sur l'emballage. Les matériaux sont collectés, lavés, triés par type et réduits en flocons possédant des caractéristiques chimiques similaires à celles de la matière première vierge. Ils sont stockés puis vendus à des industries qui les traitent pour un véritable recyclage. Certaines de ces entreprises partent du plastique sélectionné et fabriquent le produit fini, d'autres transforment le plastique à recycler en petites boules, à envoyer à d'autres entreprises. À partir de 20 bouteilles PET, vous pouvez par exemple obtenir une couverture polaire. Le plastique recyclé est utilisé à d'innombrables fins, notamment la construction de nouveaux mobiliers urbains tels que des bancs, des clôtures et des aires de jeux pour les parcs publics. Le Consortium national pour la collecte, le recyclage et la valorisation des emballages plastiques (Corepla) rappelle que, malgré l'engagement des citoyens, le recyclage de cette matière reste une affaire complexe : seuls 43,5 % sont effectivement transformés en nouveaux objets - souvent de qualité


inférieure à celle d'origine - tandis que 40 % finissent dans des usines de valorisation énergétique et 16,5 % dans des décharges. Malgré la collecte sélective des déchets, les plastiques restent un problème environnemental majeur. Veuillez noter qu'à partir du 3 juillet 2021, la directive européenne 2019/904 entre en vigueur, interdisant certains produits en plastique à usage unique du marché de l'UE. Dans les Abruzzes, la municipalité de San Vito Chietino (CH) a mis en œuvre cette directive dès 2019, à travers un processus participatif partagé avec le territoire. Aluminium et métaux : l'aluminium est l'un des matériaux les plus pratiques à recycler, car seulement 5 % de l'énergie nécessaire pour créer de l'aluminium vierge à partir de la bauxite est nécessaire pour en faire une matière première secondaire. Le recyclage des boîtes métalliques en étain permet d'économiser 60 à 75 % d'énergie par rapport à la production de fer brut et d'étain. Déchets organiques : communément appelés déchets organiques ou humides, sont la partie biodégradable des déchets ménagers et représentent généralement environ un tiers du total des déchets générés par un ménage. Ils sont utilisés pour produire du compost, un engrais naturel qui peut se substituer à la terre végétale ou aux engrais chimiques. Pièces électroniques et informatiques : Elles sont appelées DEEE (Déchets d'Équipements Électriques et Électroniques) et font l'objet d'un recyclage particulier : elles sont


démontées dans des centres spécialisés, avec une collecte en porte-à-porte à la demande ou en magasins. Le recyclage de ces matériaux limite les dommages environnementaux à plusieurs niveaux : il évite le rejet de substances nocives et le gaspillage de matériaux de valeur, et il réduit les ressources énergétiques nécessaires à la fabrication de nouveaux appareils, diminuant ainsi les émissions de CO2. Lorsque la séparation des déchets n'est pas effectuée correctement à la source, une partie non valorisable est générée et finit dans une décharge. Nous vous rappelons également que : Les déchets dangereux ne doivent pas être éliminés avec les ordures ménagères mais doivent être acheminés vers les centres ou conteneurs appropriés. Un exemple est l’huile de cuisson usagée : lorsque l'huile usagée se retrouve dans les canalisations, elle les bouche et peut pénétrer dans les nappes phréatiques et la mer, créant un film huileux qui ne permet pas à l'eau de s'oxygéner. POUR FAIRE CORRECTEMENT LA COLLECTE SÉLECTIVE DES DÉCHETS : Éviter de ramasser et de jeter le papier dans des sacs ou des contenants en plastique. Éviter de ramasser et de jeter le verre dans des sacs ou des contenants en plastique ou en papier.


Évitez d'utiliser des sacs en plastique pour les déchets organiques : des sacs compostables doivent être utilisés. Éviter de jeter les matériaux non emballés dans des plastiques : les articles en plastique dur doivent être jetés dans les poubelles encombrantes. Éviter de déposer les meubles et objets encore utilisables dans les poubelles encombrantes : ils doivent être acheminés vers les centres de réutilisation Évitez de mettre les aliments et résidus organiques dans les déchets non triés : ils doivent aller avec les déchets organiques ou dans le bac à compost Où vont les marchandises dont nous voulons nous débarrasser


LE CYCLE DES DÉCHETS SÉPARÉS PAPETERIE PAPIER ET CARTON

CARTA VERRE E CARTONE

PLATEFORME COMECO

bouteilles flacons pots

TÉTRAPAK

Centre de tri agréé

COMIECO

Papier et carton neufs

(Consortium national de récupération et de recyclage des emballages à base de cellulose)

COREVE (Groupement de valorisation du verre)

Verriers (Verrerie Neuve)

PLASTIque > COREPLA

CARTA MULTI E MATERIEL CARTONE

CARTA MATIÈRES E ORGANIQUES CARTONE

emballages plastiques métaux

Centre de tri agréé

MÉTAL >CIAL/ RICREA (Consortium National pour le recyclage des emballages en aluminium et en acier)

Usines de compostage

PILEs CARTA BATTERIES ET E PRODUITS CARTONE PHARMACEUTIQUES

(Consorzio nazionale per la raccolta, il riciclo e il recupero degli imballaggi in plastica)

Médicaments

Nouveaux objets métalliques

compost

(amendement de sol)

Plantes autorisées (cobat)

Récupération

Plantes autorisées

Disposition


ENCOMBRANTS

ENCOM BRANTS

DEEE

Collecte gratuite en porte-à-porte sur réservation téléphonique 800-02-02-29

Collecte gratuite en porte-à-porte sur réservation téléphonique 800-02-02-29

NON TRIÉ

MATériel NON RéCUPéRABLE

DEEE déchets d'équipements électriques et électroniques

BAIGNOIRE

NON TRIÉ

BALAYAGE

BALAYAGE

Collecte gratuite en porte-à-porte sur réservation téléphonique 800-02-02-29

TONTE ET TAILLE TONTE ET TAILLE

Collecte gratuite en porte-à-porte sur réservation téléphonique 800-02-02-29

présélection dans les usines autorisées

Matières récupérables

PLASTIQUE > Matériaux de construction FER et mobilier BOIS

Décharge

Centre de coordination DEEE

Plantes autorisées pour le traitement de biostabilisation

urbain

Récupération cuivre, fer, plastique réutilisable dans l'industrie

Récupération du cuivre, du fer, du plastique réutilisable dans l'industrie

Enfouissement (environ 30 % sous forme de fraction sèche) récupération par la production de CBR ou de CFS (environ 70 % sont utilisés pour la r écupération d'énergie)

Centres de récupération autorisés

Usines de compostage

compost

(amendement de sol)


CYCLE DES MATÉRIAUX SPÉCIAUX ET URBAINS

PRODUIT

UTILISATION/CONSOMMATION

CYCLE DE PRODUCTION

MATIÈRES PREMIÈRES

VALORISATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES USINES DE PRODUCTION

DÉCHETS SPÉCIAUX

MATÉRIAUX RÉCUPÉRÉS

TRAITEMENT

INCINÉRATION AVEC RÉCUPÉRATION D'ÉNERGIE

DISPOSITION


MATIÈRES PREMIÈRES

PRODUIT

UTILISATION/CONSOMMATION NETTOYAGE / ENTRETIEN DES ZONES URBAINES (balayage, entretien des jardins et parcs)

PRÉPARATION RÉUTILISATION RECYCLAGE RÉCUPÉRATION DES MATÉRIAUX

DÉCHETS URBAINS

SÉLECTION (ex. séparation des différents composants du multi matériau)

COLLECTE DE RECYCLAGE

VALORISATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES USINES DE PRODUCTION

TRAITEMENT (ex. biomécanique)

INCINÉRATION AVEC RÉCUPÉRATION D'ÉNERGIE

DÉCHARGE

COLLECTE NON TRIÉE


LA MEILLEURE FAÇON DE RÉDUIRE LES DÉCHETS N'EST PAS DE LES PRODUIRE!


À la stratégie des 4R et à la Collecte sélective des déchets, nous pouvons ajouter un « Sixième R », qui signifie Respect et Responsabilité. Il est essentiel d'être de plus en plus conscients de combien nos choix quotidiens peuvent affecter le territoire et le monde qui nous entoure, à la fois en tant que producteurs et consommateurs, et en tant qu'instances administratives et politiques. ÉVITEZ LES ARTICLES JETABLES ACHETEZ DES BIENS QUI ONT UNE LONGUE DURÉE DE VIE ET SONT RÉPARABLES CHOISISSEZ DES MARCHANDISES FABRIQUÉES À PARTIR DE MATIÈRES RÉCUPÉRABLES DONNEZ LES OBJETS USAGÉS DONT VOUS N'AVEZ PAS BESOIN OU APPORTEZ-LES AUX CENTRES DE RÉUTILISATION PLUTÔT QUE DE LES JETER. ACHETEZ SEULEMENT CE DONT VOUS AVEZ BESOIN

SAUVE-MOI


QUELQUES DONNÉES QUI FONT RÉFLÉCHIR - plus nous produisons de déchets, plus il faut de ressources pour les gérer, voire pire pour les éliminer

Tableau 05 Données de synthèse régionales et provinciales de la production et de la collecte sélectiv e des déchets municipaux (données ISTAT 2021, 2019)

Région

Abruzzo

Province

L’Aquila

Teramo

Pescara

Chieti

Population

296.491

307.412

318.678

383.189

Collecte séparée (t)

79.635,311

94.508,608

78.622,345

123.341,729

Déchets urbains (t)

130.392,394

146.309,569

153.417,975

170.158,029

Taux de collecte sélective (%)

61,07%

64,59%

51,25%

72,49%

Collecte séparée par habitant (kg/habitant*an)

268,59

307,43

246,71

321,88

Déchets municipaux par habitant (kg/habitant*an)

439,79

475,94

481,42

0,00


Tableau 06 Données régionales et provinciales détaillées sur la production et la collecte sélective des déchets municipaux (données ISTAT 2021, 2019)

Région

Abruzzo

Province

L’Aquila

Teramo

Pescara

Chieti

Fraction organique (t)

31.117,805

46.987,670

30.552,774

53.651,721

Papier et carton (t)

15.519,795

15.631,860

17.230,273

24.917,019

Verre (t)

12.103,795

11.562,275

9.030,515

15.184,556

Bois (t)

2.124,928

2.747,530

2.250,680

2.990,877

Métal (t)

995,560

1.651,824

1.511,855

1.633,225

Plastique (t)

6.380,240

6.123,748

5.611,676

8.726,719

DEEE (t)

1.306,436

1.239,665

1.004,947

1.906,293

Textiles (t)

1.238,446

556,886

853,958

866,921

Sélectif (t)

153,770

212,219

168,295

204,451

Déchets de C&D (t)

1.742,990

623,120

1.001,149

1.369,177

Nettoyage et récupération des rues (t)

3.167,013

1.639,170

3.274,570

3.822,245

Encombrants mélangés à valoriser (t)

2.523,220

2.546,760

4.235,380

5.606,480

Autre (t)

1.261,360

2.985,880

1.896,270

2.462,050

RD totale (t)

79.635,311

94.508,608

78.622,345

123.341,729

Élimination des déchets encombrants (t))

118,465

30,380

-

81,210

Non trié (t)

50.638,617

51.770,581

74.795,630

46.735,090

Total UR (t)

50.638,617

146.309,569

153.417,975

170.158,029


Tableau 06 Données régionales et provinciales détaillées sur la production et la collecte sélective des déchets municipaux (données ISTAT 2021, 2019)

Région

Abruzzo

TOTAL Fraction organique (t)

162.309,970

Papier et carton (t)

73.298,946

Verre (t)

47.881,100

Bois (t)

10.114,015

Métal (t)

5.792,464

Plastique (t)

26.842,383

DEEE (t)

5.457,340

Textiles (t)

3.516,211

Sélectif (t)

738,734

Déchets de C&D (t)

4.736,436

Nettoyage et récupération des rues (t)

11.902,998

Encombrants mélangés à valoriser (t)

14.911,840

Autre (t)

8.605,560

RD totale (t)

376.107,993

Élimination des déchets encombrants (t))

230,055

Non trié (t)

223.939,918

Total UR (t)

600.277,966


Tableau 07 Données récapitulatives de la production nationale, de la macro-zone et de la région des Abruzzes des déchets spéciaux (données ISTA 2021, 2019)

Zone géographique

Déchets spéciaux non dangereux (t)

Déchets spéciaux dangereux (t)

Déchets spéciaux avec code CEE indéterminé (t)

Total (t)

NORD

81.676.686

6.970.103

0

88.646.789

CENTRE

25.708.975

1.287.263

0

26.996.238

SUD

36.434.016

1.897.281

0

38.331.297

ITALIE

143.819.677

10.154.647

0

153.973.324

100.470

0

0

ABRUZZES

2.833.816

Tableau 08 Tendances de la production de déchets spéciaux dans la région des Abruzzes années 2014 2019 (données ISTAT 2021, 2019).

Année

Déchets spéciaux non dangereux (t)

Déchets spéciaux dangereux (t)

Déchets spéciaux avec code CEE indéterminé (t)

Total (t)

2019

2.833.816

100.470

-

2.934.286

2018

2.620.509

102.702

-

2.723.211

2017

2.349.348

91.381

-

2.440.729

2016

2.241.189

98.244

16

2.339.449

103.475

7

2.361.777

1

0

2015

2.258.295

2014

2.338.747

95.351 Lorem ipsum


Malgré l'augmentation de la pratique de la collecte sélective des déchets, les données moins encourageantes sont celles liées à la production régionale de déchets spéciaux, qui montre une tendance à la hausse de 2014 à 2019, bien que moins évidente certaines années. La bonne nouvelle, mais pas suffisante pour être encourageante, est que la plupart des déchets spéciaux (68,9 %) finissent dans des cycles de valorisation matière, contribuant en partie aux principes de réduction et de valorisation.



SE MI LASCI NON VALE

CDCA Abruzzo 3491357990 abruzzo@cdca.it cdca.abruzzo@gmail.com www.cdcaabruzzoaps.wordpress.com www.contrattodifiumefeltrino.it

Ministero del Lavoro e delle Politiche Sociali Direzione Generale del Terzo Settore e della responsabilità sociale delle imprese