2.Les dommages causés par le rejet de déchets dans le milieu naturel

Page 1

Jeter les déchets dans le milieu naturel Les dommages causés par le déversement de déchets dans le milieu naturel et les avantage sociaux, environnementaux et économiques d'adopter des comportements responsables et durables

SE MI LASCI NON VALE

Ministero del Lavoro e delle Politiche Sociali Direzione Generale del Terzo Settore e della responsabilità sociale delle imprese


LE PROJET « SE MI LASCI NON VALE » (CE N'EST PAS JUSTE SI TU ME LAISSES) ET LES QUATRE DOSSIERS Ce livret a été réalisé par l'Association de promotion sociale « Centro di Documentazione sui Conflitti Ambientali – CDCA Abruzzo » (Centre de documentation sur les conflits environnementaux - CDCA Abruzzo) dans le cadre du projet « Se mi lasci...non vale! - Conoscere e prevenire » (Ce n'est pas juste si tu me laisses – Sensibilisation et prévention) financé par la Région des Abruzzes - Département de la Santé et du Bien-être - Service de la planification sociale - dpf014 dans le cadre de la procédure d'appel d'offres « Financement d'initiatives et de projets d'intérêt régional promus par des organisations bénévoles et associations de promotion sociale pour la mise en œuvre d'activités d'intérêt général ». L'objectif général du projet est de sensibiliser à la gestion des déchets, à la prévention des déchets, au développement durable, au changement climatique et à l'économie circulaire à travers un ensemble d'activités visant à atteindre différents groupes de population et organismes publics et privés, y compris la traduction des dossiers dans les sept langues étrangères les plus parlées dans la région des Abruzzes. En particulier, lesdits quatre dossiers sont disponibles dans les langues étrangères suivantes, afin d'impliquer et de faciliter la communication et la compréhension du changement culturel nécessaire qu'impose notre époque : roumain, albanais, arabe, chinois, russe, anglais, français. Ces quatre dossiers sont : № 1 – « Cycle des déchets, élimination appropriée et recyclage des produits en fin de vie : les 4R ». № 2 – « Les dommages causés par le rejet de déchets dans le milieu naturel et les bénéfices sociaux, environnementaux et économiques d'adopter des comportements responsables et durables ». № 3 – « Utilisations alternatives des aliments - éviter le gaspillage alimentaire et bien plus encore ». № 4 – « Développement durable, changement climatique et économie circulaire - Comportements responsables à adopter ». Tout le monde peut distribuer et imprimer les dossiers, en conservant leurs caractéristiques graphiques et leur contenu.

Chiunque può diffondere e stampare i dossier, mantenendone le caratteristiche grafiche e di contenuto. «...Nous serons connus par les traces que nous laissons derrière nous...» Proverbe dakota Août 2021


SE MI LASCI NON VALE


JETER LES DÉCHETS DANS LE MILIEU NATUREL Les dommages causés par le déversement de déchets dans le milieu naturel et les avantages sociaux, environnementaux et économiques d'adopter des comportements responsables et durables. Le phénomène de déversement des déchets s'est considérablement accru ces dernières années et concerne indistinctement les déchets de toute nature et de toute nature laissés en milieu urbain comme rural. Le aree in cui sono presenti gli abbandoni, molto spesso, diventano, dei veri e propri ricettacoli di rifiuti tendente alla sistematicità e definitività: spesso si trasformano di fatto in vere e proprie discariche abusive, con relativo degrado ambientale e potenziale pericolo di inquinamento circostante. Les zones où se déroulent les décharges deviennent très souvent de véritables poubelles avec tendance à devenir systématiques et permanentes : elles se transforment souvent en véritables décharges non autorisées, avec la dégradation environnementale associée et le danger potentiel de pollution des alentours. Dans certains cas de déversement de déchets, les territoires concernés ont subi de très fortes transformations, qui ont conduit à un changement total de leur apparence [« Rapport territorial sur les activités illégales associées au cycle des déchets dans la région des Pouilles » approuvé lors de la séance du 20 juin 2012 par la Commission d'enquête parlementaire sur les activités illégales liées au cycle des déchets]. Ce problème est extrêmement complexe : il ne peut être attribué uniquement à une question d'éducation à l'environnement et à un manque de sens civique de la part des citoyens. En fait, le déversement de déchets sur des terres publiques ou privées est souvent le symptôme final et le plus évident des activités commerciales illégales qui se cachent derrière. Souvent, les petites entreprises qui opèrent dans l'économie souterraine et ne livrent donc pas de déchets aux décharges ou aux centres de stockage ou de valorisation agréés jettent leurs déchets dans l'environnement. Cela alimente une chaîne d'activités illégales, dont l'évasion fiscale.


DANGERS, RISQUES ET DOMMAGES Le déversement de déchets a un impact négatif sur tout le monde : sur l’environnement, car les déchets mis en décharge salissent l'environnement, peuvent polluer les sols et l'eau, et rendent les lieux insalubres. sur les personnes reconnues coupables de dumping, qui deviennent passibles de sanctions en cas de violation et supporter les frais de nettoyage supplémentaires - à tous les citoyens, qui paient, via la Tari (taxe sur les déchets), les frais de service de nettoyage supplémentaires liés aux déchets jetés par des inconnus, Mais les dommages causés peuvent être multiples. Si, par exemple, des déchets entrent en contact avec une rivière ou une nappe phréatique, les conséquences pourraient être néfastes à commencer par : la pollution de l'eau : les déchets pourraient libérer des polluants dans l'eau, nuisant directement aux organismes aquatiques et aux consommateurs d'eau. Un risque pour la santé et l'hygiène : l' eau polluée, si elle est utilisée à des fins d'irrigation, pourrait transférer des polluants aux cultures ; les polluants pourraient atteindre la côte et présenter un risque pour la baignade et les organismes marins qui, s'ils étaient ingérés, présenteraient également un risque pour la santé. Une moins bonne qualité paysagère : perception négative du territoire et impact sur son attractivité touristique. Une charge économique pour les citoyens : le coût de collecte et d'élimination des déchets non triés laissés en dehors des poubelles fait partie du coût global du service et doit donc être finan-cé par le produit de la taxe TARI. Une dégradation de l'environnement : le déversement de déchets s'ajoute à d'autres éléments d'impact environnemental et augmente l'épuisement des ressources environnementales, en particulier l'eau et ses services connexes.


Un risque hydrogéologique : il existe un réel danger que les déchets, en particulier les déchets volumineux, soient entraînés par le courant, obstruant l'écoulement de l'eau en cas de crue augmentant ainsi le risque de débordement. Un risque d'incendie : si des déchets dangereux, éventuellement inflammables ou de grandes quantités de déchets et de bois sont déversés dans l'environnement, une seule étincelle peut provoquer un incendie dévastateur, qui en plus des dommages causés par la combustion peut entraîner d'autres émissions et gaz polluants ( ex. dioxines). De plus, l'élimination des tontes et l'élagage en les brûlant directement dans les champs peuvent être extrêmement dangereux, surtout pendant l'été et les périodes les plus chaudes : un petit oubli peut générer de grands incendies et brûler des déchets déversés dans la région. Pour cette raison, il est très important d'être conscient de tout scénario possible et d'éviter toujours de jeter des déchets à la campagne, en ville ou sur la plage, dans les rivières, dans les puits... bref, partout ! Une liste des délais d'élimination des déchets déversés dans la nature est fournie ci-dessous : (Les données CONAI, National Packaging Consortium, sont le système utilisé par les entreprises qui recyclent les matériaux d'emballage pour leur donner une nouvelle vie). 3 mois – Essuie-tout 3/6 mois – Trognon de pomme 1 an – Journal 2 ans – Filtre à cigarettes 3 ans – Gants en laine 10 ans – Canette en aluminium 35 ans – Matériaux en nylon 50 ans – Chaussures et vêtements en cuir 75 ans – Semelles de chaussures 1.000 ans – Sac plastique 4.000 ans – Bouteille en verre


LE DÉVERSEMENT DE DÉCHETS EST INTERDIT Le déversement de déchets est interdit conformément à l'article 192 du décret législatif n° 152/2006, qui prévoit respectivement aux paragraphes 1 et 2 que « L'immersion et le dépôt incontrôlé de déchets sur et dans le sol sont interdits » et que « Le déversement de déchets de toute nature, à l'état solide ou liquide, dans les eaux de surface et souterraines est également interdit ». Lorsque cette interdiction est enfreinte par une entreprise ou une entité, la loi prévoit une sanction pénale, alors que lorsque l'infraction est le fait de particuliers, et donc souvent en rapport avec les ordures ménagères, la sanction est administrative. Dans tous les cas, « le responsable de la mise en décharge est tenu d'évacuer et d'envoyer les déchets en vue de leur valorisation ou de leur élimination, en assurant la remise en état du lieu ». Au fil du temps, une interdiction spécifique de la mise en décharge de très petits déchets et de produits à fumer a également été incluse, avec des sanctions correspondantes. La question du déversement des déchets est très complexe et ne peut s'expliquer uniquement par un manque d'éducation environnementale et de sens civique de la part des particuliers. Le déversement de déchets est souvent le symptôme le plus évident des activités commerciales illégales : c'est la partie émergée de l'iceberg, sous laquelle les petites entreprises opérant en dehors de la loi déversent souvent leurs déchets et ne les livrent pas aux décharges ou aux centres de stockage ou de valorisation agréés. Cela alimente une chaîne d'activités illégales, dont l'évasion fiscale. La législation ne fournit pas de définition spécifique du « dépôt », il est donc nécessaire de se référer à la jurisprudence qui - au fil des ans - a souligné les caractéristiques distinctives des cas dans lesquels le dépôt a lieu : « le déversement de déchets est un acte occasionnel et discontinu, consistant en un dépôt de déchets totalement occasionnel et épisodique, dans une quantité telle qu'elle a une incidence minimale sur l'environnement (Cf. Cassation pénale, art. III, arrêt du 15 avril 2004, n° 25463). De plus, « une telle activité illégale se caractérise par l'intention de décharger exclusivement les déchets, et donc en les déversant, les déchets sont définitivement libérés par son détenteur en un certain lieu, sans aucune intention ultérieure de prendre des mesures visant à leur valorisation ou leur élimination » (Cf. Cassation pénale, art. III, arrêt du 16 décembre 2015, n° 49590). Aucun impact sur l'intégrité de l'environnement n'est requis pour s'opposer au déversement de déchets puisque l'acte lui-même est sanctionné car il viole l'interdiction édictée par l'art. 192 du décret législatif n° 152/2006 (Cf. Cassation pénale, art. III, arrêt du 22 janvier 2013, n° 10927). Ce qui est puni est l'action de déverser des déchets elle-même, sans autre besoin d'établir et de documenter les dommages consécutifs. Le caractère dangereux ou non des déchets mis en décharge n'affecte donc pas la possibilité de sanctionner l'infraction concernée, mais détermine le type de sanction applicable. Une distinction doit être faite entre le déversement de déchets (qui est occasionnel et discontinu) et la notion de décharge non autorisée, pour laquelle des sanctions sont prévues par l'art. 256, paragraphe 3, du décret législatif n° 152/2006. Une décharge non autorisée est définie comme « une activité systématique répétée dans le temps, visant à déverser définitivement des déchets suivie de la dégradation connexe et con-


uente, même tendancielle, de l'état des lieux » . Une distinction doit être faite entre le déversement de déchets (qui est occasionnel et discontinu) et la notion de décharge non autorisée, pour laquelle des sanctions sont prévues par l'art. 256, paragraphe 3, du décret législatif n° 152/2006. Une décharge non autorisée est définie comme « une activité systématique répétée dans le temps, visant à déverser définitivement des déchets suivie de la dégradation connexe et conséquente, même tendancielle, de l'état des lieux » (Cour pénale de cassation, art. III, dans son arrêt du 11 novembre 2015, n° 45145). En outre, « ... il y a mise en décharge non autorisée chaque fois que, en raison d'un acte répété, des déchets sont déposés dans une zone déterminée, qui se transforme en fait en dépôt ou en réceptacle pour les déchets ayant tendance à être permanents, compte tenu de la des quantités considérables de déchets et l'espace occupé (...). La décharge non autorisée doit avoir, approximativement, une ou plusieurs des caractéristiques suivantes, dont la présence constitue un élément valable pour considérer que l'acte interdit a été réalisé : 1) accumulation, plus ou moins systématique, mais en aucun cas occasionnelle, de déchets dans une zone donnée ; 2) hétérogénéité du tas de matériaux ; 3) finalité du déversement 4) dégradation, au moins tendancielle, de l'état des lieux due à la présence des matériaux concernés ». Le jugement précise également que « le délit de mise en décharge non autorisée peut également être commis en cas d'accumulation de déchets qui, en raison de leurs caractéristiques, ne sont pas collectés pour être livrés dans les délais prescrits à une ou plusieurs destinations conformément à la loi et qui conduit à la dégradation de la zone sur laquelle il se trouve, même s'il se trouve à l'intérieur de l'usine de production » et que « la création d'une décharge non autorisée peut également avoir lieu par le biais d'un seul déversement ». ÉVITER LE DÉVERSEMENT EST UN SIGNE DE RESPONSABILITÉ ENVERS LES AUTRES ET LES GÉNÉRATIONS FUTURES Notre planète souffre et les dommages causés par l'homme ont des conséquences dévastatrices sur la capacité des générations futures à continuer de vivre en sécurité et dans la dignité. Les générations présentes ont la responsabilité de léguer aux générations futures un endroit sain et vivable. Par conséquent, un acte tel que le déversement de déchets dans la nature est un phénomène qu'il faut combattre et prévenir, afin de préserver notre planète Terre de manière optimale. Nous avons le devoir de réduire notre impact sur celui-ci, c'est la raison pour laquelle l'élimination appropriée des déchets et l'opposition au déversement sont si importantes.


LES CHIFFRES : COMBIEN CELA NOUS COÛTE D'ENLEVER LES DÉCHETS DÉVERSÉS Le déversement de déchets dans le milieu naturel provoque non seulement des dommages environnementaux, une dégradation et une détérioration des lieux de vie, mais a également un impact important sur le budget des municipalités. La loi exige que la personne responsable du déversement des déchets les enlève. Le problème se pose dans les nombreux cas de déversement de déchets dans lesquels le contrevenant/responsable n'est pas identifié. Dans ces cas, c'est la municipalité, en la personne du maire, qui doit prévoir l'enlèvement et la remise en état du lieu affecté par le déversement. Cela signifie que ce sont les citoyens qui paient pour cette activité en payant des impôts et notamment la taxe TARI. A titre d'exemple, dans les communes gérées par Eco.Lan (société par actions à capital public total, composée de 63 communes adhérentes et 71 communes équivalentes,qui répond aux A titre d'exemple, dans les communes gérées par Eco.Lan (société par actions à capital public total, composée de 63 communes adhérentes et 71 communes équivalentes, qui répond aux besoins liés à la gestion globale des déchets, c'est-à-dire la collecte, le transport, la valorisation /recyclage et élimination des déchets urbains pour une population d'environ 220 000 habitants, résidant sur le vaste territoire de Frentano, Sangro-Aventino, Ortonese-Marrucino et Alto Vastese), rien qu'en 2020, 72 300 kg de déchets encombrants ont été déversés, auxquels pneus et appareils Illustrazione 1: A électroménagers doivent être ajoutés, et dans de nombreux sites, des sacs d'ordures et de déchets

Illustrazione B

Illustrazione C

Illustrazione D

urbains ont été trouvés déversés au bord de la route. La récupération et l'élimination des déchets déversés entraînent des coûts élevés. Par exemple, l'opération de récupération et d'élimination des « quelques » déchets mis en décharge montrée sur la photo A coûte 207 euros. Le coût de ces opérations varie en fonction de la quantité et du type de déchets à éliminer. Si des déchets spéciaux venaient à être trouvés, ils devraient d'abord être analysés, puis enlevés par des entreprises spécialisées et enfin éliminés, générant ainsi un coût pour la commune de plusieurs milliers d'euros pour un seul site.Vous trouverez ci-dessous un exemple de la manière dont la pratique du déversement de déchets dans l'environnement naturel cause de grands dommages environnementaux et économiques : les photos B, C et D ont été prises à Torino di Sangro (CH) au cœur de la réserve naturelle régionale « Lecceta di Torino di Sangro ». Plusieurs décharges ont été découvertes et le nettoyage, l'élimination et la restauration de la zone ont coûté 1 343 euros.Les coûts de nettoyage des décharges sont élevés. Dans les communes où Eco.Lan opère, l'élimination des déchets encombrants a coûté à elle seule plus de 11 500 euros en 2020.


Les coûts de nettoyage des décharges sont élevés. Dans les communes où Eco.Lan opère, l'élimination des déchets encombrants a coûté à elle seule plus de 11 500 euros en 2020. Des coûts qui auraient pu être évités si, au lieu de jeter les déchets dans la nature, les gens avaient simplement choisi d'utiliser le service de collecte des déchets encombrants et dangereux. Ce service est gratuit et peut être demandé en appelant les numéros verts correspondants ou en suivant les procédures en ligne sur les sites Internet des organes de gestion et des communes de résidence. Outre la possibilité de collecte en porte-à-porte, il existe également des zones spéciales pour les déchets encombrants et dangereux. Il est donc essentiel que tous les déchets suivent le bon cycle de collecte, afin de ne pas créer de grands dommages environnementaux et économiques à nos communautés : si tous les types de déchets sont collectés de la bonne manière, toutes les autres activités liées à la réutilisation, au recyclage et à la valorisation peuvent également être démarrées. Nous obtiendrions une consommation de ressources inférieure, des coûts d'exploitation inférieurs et nos lieux de vie seraient plus sains et plus beaux !


QU'EST-CE QUE LES DÉCHETS DANGEREUX Les déchets dangereux sont les déchets municipaux ou spéciaux qui peuvent avoir une origine civile ou industrielle. En raison de la forte concentration de polluants qu'ils contiennent, il est nécessaire de réduire leur dangerosité. Pour cette raison, ils subissent des traitements spécifiques pour devenir inoffensifs. Il ne répondent pas aux règles de la collecte sélective traditionnelle, utilisant les poubelles ménagères, mais ils sont collectés séparément selon des modalités particulières. Par exemple, les DEEE ou les huiles usagées, dont chacun nécessite un processus spécifique de collecte, de traitement, de valorisation et d'élimination, également en fonction du type de producteur (les déchets dangereux issus des activités ménagères, tels que les DEEE ou les huiles alimentaires usagées, sont différents des déchets dangereux générés par les activités de transformation industrielle). Pour leur classification et leur définition, ainsi que pour leur élimination, vous devez consulter le règlement européen 1357/2014 du 18/12/2014, qui remplace l'annexe III de la directive 2008/98/CE. QUELS DECHETS SONT DANGEREUX Cette catégorie peut inclure les déchets industriels, provenant du tannage et de la production textile, du raffinage du pétrole, de l'industrie photographique ou métallurgique, ou d'autres procédés chimiques. Ils peuvent également inclure des solvants, des déchets pétroliers, des déchets de recherche médicale et vétérinaire. Cependant, cette classe de déchets comprend également ceux d'origine civile, tels que les piles usagées et les médicaments périmés. COMMENT LES DECHETS DANGEREUX SONT DEFINIS Selon le décret législatif 192 de 2006, les déchets sont définis comme « toute substance ou objet dont le détenteur se débarrasse ou a l'intention ou est tenu de se débarrasser ». Parmi ceux-ci, les déchets dangereux nécessitent une attention particulière pour la collecte, le transport et l'élimination. Selon le type de substances contenues, ils reçoivent une classification spécifique.


DÉCHETS DANGEREUX : CLASSES DE DANGER Les déchets dangereux sont classés selon différentes classes de danger. HP 1 Explosif : à la suite d'une réaction chimique, il peut dégager des gaz dont la température, la pression ou la vitesse sont dangereuses pour les personnes et les biens. HP 2 Comburant: s'il entre en contact avec de l'oxygène, il peut provoquer la combustion d'autres matériaux. HP 3 Inflammable: il peut être liquide, solide, gazeux, réactif au contact de l'eau, autoréactif et auto-échauffant. HP 4 Irritant: il peut provoquer une irritation des yeux et de la peau. HP 5 Nocif: il peut être toxique pour certains organes cibles en cas d'exposition ou d'inhalation. HP 6 Toxique: il peut être toxique s'il est bu, inhalé ou injecté. HP 7 Cancérogène: il peut provoquer le cancer. HP 8 Corrosif: il peut corroder la peau. HP 9 Infectieux: des micro-organismes viables ou des toxines qui causent des maladies chez l'homme peuvent être présents. HP 10 Tératogène: il peut altérer la fertilité et la reproduction humaine. HP 11 Mutagène: il peut conduire à une mutation génétique d'une cellule. HP 12 Dégagement de gaz à toxicité aiguë: il peut dégager des gaz toxiques au contact de l'eau ou de l'acide. HP 13 Sensibilisant: il contient des substances sensibilisantes pour la peau ou les organes respiratoires.


HP 14 Ecotoxique: il est dangereux pour l'environnement. HP 15 Déchets ne possédant pas directement l'une de ces caractéristiques de danger mais pouvant les manifester ultérieurement: tous ceux qui peuvent présenter des dangers environnementaux dans le futur.

Déchets dangereux à risque infectieux Les déchets infectés ou à risque d'infection sont généralement des déchets sanitaires. Il s'agit de matériaux provenant d'environnements d'isolement infectieux où il existe un risque de transmission biologique par voie aérienne. Ils peuvent également inclure des déchets contaminés par des fluides biologiques sécrétés ou excrétés par des patients en isolement infectieux. Ils comprennent également les déchets provenant de l'inhumation, de la crémation, de l'exhumation et de l'extumulation. Les déchets vétérinaires font également partie de cette classification. La loi régissant leur traitement est le décret présidentiel 254/03 et, en particulier, l'art. 24 de la loi du 31 juillet 2002, n° 179 réglemente la gestion des déchets médicaux.

Déchets agricoles dangereux Les déchets agricoles peuvent également présenter un certain degré de danger. Il s'agit principalement d'huiles usagées produites par les moteurs, les freins et les transmissions hydrauliques, les batteries usagées, les véhicules et machines à mettre au rebut, les produits phytopharmaceutiques inutilisables, les médicaments pour le bétail inutilisables ou périmés. Les autres déchets agricoles, tels que les déchets d'huile végétale, les pneus usagés ou les plastiques, ne sont pas inclus comme potentiellement dangereux.

DÉVERSEMENT DE DÉCHETS DANGEREUX Le problème des détritus ou des décharges, touche tous les types de déchets mais devient particulièrement risqué pour les déchets dangereux. En effet, outre la dégradation de l'environnement causée par les décharges en elles-mêmes, elles ont un impact sur l'environnement, la qualité de vie et l'hygiène urbaine.Conformément aux dispositions de l'article 256, alinéa 2, de la loi consolidée sur l'environnement et de l'art. 34 du décret législatif n° 205/2010 il y a une amende allant de 300 à 3 000 EUR pour ceux qui enfreignent l'interdiction de déversement, qui double dans le cas des déchets dangereux. Cependant, il reste difficile de trouver les véritables auteurs de ce crime. Lorsqu'ils sont pris en flagrant délit, c'est grâce à une enquête approfondie et au recours à de nombreuses forces de sécurité qui doivent faire face aux difficiles enquêtes nécessaires pour faire la lumière sur ces violations.


COMMENT ÉLIMINER LES DÉCHETS DANGEREUX Comment gérer les déchets dangereux L'article 190 du décret législatif 152/2006 exige que ceux qui produisent des déchets dangereux en gardent la trace dans un registre spécial (quantité, type) qui doit être mis à la disposition de l'autorité de contrôle pour consultation. Pour réduire l'impact environnemental élevé, il est nécessaire de les traiter d'une manière particulière. Selon leur état et leur nature, ils peuvent faire l'objet de différents types d'élimination. Par exemple, certains solvants, acides et bases peuvent encore être récupérés ou régénérés. D'autres matières dangereuses peuvent subir un traitement chimico-physique-biologique ou être envoyées à l'incinération, tandis que certains déchets solides peuvent également être mis en décharge. Avant de procéder, ils sont analysés afin de déterminer l'installation de collecte et d'élimination la plus appropriée.

COMMENT CONSERVER LES DÉCHETS DANGEREUX Le stockage désigne l'ensemble des activités d'élimination qui prévoient à la fois la récupération et le stockage préliminaire des déchets et est réglementé par l'article 183 du décret législatif 152/2006. Ce stockage temporaire, souvent localisé sur le site de production, doit en tout état de cause impliquer une bonne séparation des déchets et ne générer aucun type de pollution des sols, sous-sols ou eaux. Tout au long de la chaîne de traitement de ces déchets spéciaux, du stockage au transport en passant par l'élimination, il est toujours attendu qu'ils portent un étiquetage particulier, qui doit également marquer leur zone de stockage et les conteneurs dans lesquels ils sont stockés. Il s'agit du code CED (Code Européen des Déchets), qui indique son origine, sa source et son type, et dans le cas des matières dangereuses est toujours suivi d'un *.

COMMENT TRANSPORTER LES DÉCHETS DANGEREUX L'article 193 de la loi de consolidation de l'environnement réglemente également le transport de cette catégorie de déchets. Cependant, une distinction doit être faite entre les déchets dangereux selon la réglementation sur les déchets, qui ont un code CEE suivi d'un *, et les déchets dangereux selon l’ADR, qui se voient attribuer un numéro ONU.


COMMENT ÉLIMINER LES DÉCHETS DANGEREUX L'évacuation de la zone de stockage s'effectue au moyen de véhicules autorisés à transporter des déchets spéciaux et dangereux, puis entreposés temporairement pour effectuer des analyses d'échantillons qui indiqueront à quelle usine ils doivent être livrés. Tous les ans ou tous les 3 mois, selon la quantité, ils sont acheminés vers des installations de valorisation ou d'élimination appropriées selon la nature et la dangerosité des déchets. Ceci met définitivement fin au cycle de vie d'un déchet spécial dangereux ou non dangereux. Il existe des sociétés privées de gestion des déchets, mais de grandes sociétés municipales proposent également ce service.


OU ÉLIMINER LES DÉCHETS DANGEREUX Généralement, il est nécessaire de se renseigner sur la présence de centres de collecte appropriés ou de contacter des entreprises spécialisées dans l'élimination. Certaines entreprises municipales proposent un service d'élimination en porte-à-porte payant pour les particuliers qui souhaitent éliminer une variété de déchets spéciaux, dangereux et non dangereux, en mettant à disposition des conteneurs ad hoc, conformément aux exigences légales, et des moyens adaptés et autorisés. Les différents types de déchets dangereux comprennent: Déchets de peinture

Plaquettes de frein

Déchets d'encre

Filtres à charbon actif

Solutions usagées pour la fixation et le blanchiment

Poudres de sablage

Solutions de nettoyage aqueuses

Verre automobile

Émulsions non chlorées

Véhicules à la ferraille

Huiles minérales usagées

Adhésifs et mastics

Filtres à huile et diesel

Acides de décapage

Solvants antigel et graisses usagés

Divers solvants

Solutions pour la distillation de solvants

Filtres secs

Chiffons, serviettes, vêtements

Pots de peinture en métal

Piles

Laine de roche

Contenants en plastique propres

Médicaments

Parti in plastica e paraurti

Toner

Convertisseurs catalytiques

Piles alcalines

Liquides antigel

Mazouts et carburants diesel

Liquides de frein

Carburants et mélanges

Aérosols


QUELS DÉCHETS SONT DES DÉCHETS DANGEREUX ? PNEUS: Les pneus en fin de vie sont des déchets spéciaux mais ne sont pas considérés comme dangereux. Pour cette raison, jusqu'à 4 pneus par an peuvent être collectés à domicile gratuitement (le coût est d'environ 50 euros) ou déposés au centre de collecte municipal, où ils seront pris en charge. DEEE: les déchets d'équipements électriques et électroniques ( DEEE) sont considérés comme des déchets dangereux. Ils proviennent généralement d'appareils électroménagers, tels que des ordinateurs et des outils électriques qui ne sont plus utilisables ou qui sont vieux. Les machines à laver, les réfrigérateurs, les téléphones portables, etc. nécessitent une collecte séparée, car ils contiennent souvent des gaz et des matériaux qui, lorsqu'ils sont rejetés dans l'environnement, peuvent causer de graves dommages à l'environnement et à la santé humaine. Les moniteurs, qu'il s'agisse de téléviseurs ou d'anciens PC, peuvent également entrer dans la catégorie DEEE. Les réfrigérateurs entrent également dans la catégorie des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE). Ils sont considérés comme dangereux par la réglementation en vigueur en raison de leur impact important sur l'environnement et les gaz réfrigérants qu'ils contiennent. TONER ET CARTOUCHES D'IMPRIMANTE : le toner d’impression peut ou non être classé comme déchet dangereux selon les substances qu'il contient. Il en va de même pour les cartouches d’imprimante et elles suivent les mêmes directives que les toners concernant la classification des déchets. Les photocopieurs et les télécopieurs entrent également dans cette catégorie. PILES USAGÉES : les piles et accumulateurs usagés sont des déchets dangereux et doivent être éliminés correctement. NEON: les néons, tels que les tubes fluorescents ou les lampes écoénergétiques, peuvent contenir des substances dangereuses telles que le mercure. Par conséquent, ils doivent être traités correctement et manipulés avec soin pour une élimination appropriée. MÉDICAMENTS PÉRIMÉS:Ils sont considérés comme des déchets médicaux non dangereux, ils sont donc régis par les règles relatives aux déchets spéciaux non dangereux. Seuls les médicaments cytotoxiques et cytostatiques (c'est-à-dire capables de détruire les cellules avec lesquelles ils entrent en contact, comme les médicaments chimiothérapeutiques par exemple) sont considérés comme dangereux, ils suivent donc une réglementation ad hoc sur les déchets dangereux. Les médicaments périmés utilisés à la maison peuvent être collectés séparément en


les prenant aux centres appropriés ou les pharmacies et les cabinets médicaux équipés de poubelles. HUILES USAGÉES : toutes les huiles usagées provenant du traitement industriel sont classées comme dangereuses. Même les huiles de friture usagées produites en ménager ou en restauration, nécessitent de ne pas être dispersées dans l'environnement en raison de leur dangerosité. DÉCHETS FERREUX : certains types de déchets métalliques, ferreux et non ferreux, cessent d'être considérés comme dangereux dans certaines conditions. MATERIAUX INERTES : les déchets inertes issus de la démolition des bâtiments et des produits de chantier sont classés comme déchets spéciaux.


CONSEILS POUR LUTTER CONTRE LE DÉVERSEMENT DE DÉCHETS Éliminer sélectivement les déchets Déclarer le dépôt de déchets à la commune de résidence ou à l'organisme gestionnaire Donner le bon exemple et expliquer à ceux qui ne savent pas pourquoi il est important de ne pas jeter de déchets dans l'environnement Retirez les sacs ou autres matériaux avant le nettoyage en bordure de route avec des déchiqueteuses et des tondeuses Éviter de brûler les déchets que ce soit dans les cheminées ou les chaudières ou dans des endroits ouverts


SE MI LASCI NON VALE

CDCA Abruzzo 3491357990 abruzzo@cdca.it cdca.abruzzo@gmail.com www.cdcaabruzzoaps.wordpress.com www.contrattodifiumefeltrino.it

Ministero del Lavoro e delle Politiche Sociali Direzione Generale del Terzo Settore e della responsabilità sociale delle imprese