3.Utilisations alternatives des aliments - éviter le gaspillage alimentaire et bien plus encore

Page 1

UTILISATIONS ALTERNATIVES DE L'ALIMENTATION ÉVITEZ LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE ET BIEN PLUS ENCORE...

SE MI LASCI NON VALE

Ministero del Lavoro e delle Politiche Sociali Direzione Generale del Terzo Settore e della responsabilità sociale delle imprese


LE PROJET « SE MI LASCI NON VALE » (CE N'EST PAS JUSTE SI TU ME LAISSES) ET LES QUATRE DOSSIERS Ce livret a été réalisé par l'Association de promotion sociale « Centro di Documentazione sui Conflitti Ambientali – CDCA Abruzzo » (Centre de documentation sur les conflits environnementaux - CDCA Abruzzo) dans le cadre du projet « Se mi lasci...non vale! - Conoscere e prevenire » (Ce n'est pas juste si tu me laisses – Sensibilisation et prévention) financé par la Région des Abruzzes - Département de la Santé et du Bien-être - Service de la planification sociale - dpf014 dans le cadre de la procédure d'appel d'offres « Financement d'initiatives et de projets d'intérêt régional promus par des organisations bénévoles et associations de promotion sociale pour la mise en œuvre d'activités d'intérêt général ». L'objectif général du projet est de sensibiliser à la gestion des déchets, à la prévention des déchets, au développement durable, au changement climatique et à l'économie circulaire à travers un ensemble d'activités visant à atteindre différents groupes de population et organismes publics et privés, y compris la traduction des dossiers dans les sept langues étrangères les plus parlées dans la région des Abruzzes. En particulier, lesdits quatre dossiers sont disponibles dans les langues étrangères suivantes, afin d'impliquer et de faciliter la communication et la compréhension du changement culturel nécessaire qu'impose notre époque : roumain, albanais, arabe, chinois, russe, anglais, français. Ces quatre dossiers sont : № 1 – « Cycle des déchets, élimination appropriée et recyclage des produits en fin de vie : les 4R ». № 2 – « Les dommages causés par le rejet de déchets dans le milieu naturel et les bénéfices sociaux, environnementaux et économiques d'adopter des comportements responsables et durables ». № 3 – « Utilisations alternatives des aliments - éviter le gaspillage alimentaire et bien plus encore ». № 4 – « Développement durable, changement climatique et économie circulaire - Comportements responsables à adopter ». Tout le monde peut distribuer et imprimer les dossiers, en conservant leurs caractéristiques graphiques et leur contenu.

Chiunque può diffondere e stampare i dossier, mantenendone le caratteristiche grafiche e di contenuto. «...Nous serons connus par les traces que nous laissons derrière nous...» Proverbe dakota Août 2021


SE MI LASCI NON VALE


UTILISATIONS ALTERNATIVES DE L'ALIMENTATION ÉVITEZ LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE ET BIEN Quelle quantité de nourriture encore comestible finit dans nos poubelles ? Quel impact cela a-t-il sur l'environnement ? Quel comportement pourrions-nous adopter pour réduire notre impact ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions qui nous amènent au phénomène du gaspillage alimentaire et au mépris associé pour la chaîne d'approvisionnement agricole et alimentaire. Le gaspillage alimentaire n'est rien d'autre que la perte d'aliments encore comestibles tout au long de leur processus de production et de consommation : de la production agricole à la transformation, au transport, à la vente, au stockage et à l'utilisation. Selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, l'agence des Nations Unies qui cherche à lutter contre la faim dans le monde et à améliorer la nutrition et la sécurité alimentaire), un tiers de la production alimentaire mondiale est gaspillé : soit environ 1,3 milliard de tonnes dont 14 % sont perdus avant d'atteindre le point de vente. Pour illustrer ce phénomène, imaginons plus de 23 millions de camions avec une charge de 40 tonnes tous alignés, pare-chocs contre pare-chocs, entièrement chargés de déchets alimentaires, cela suffirait à faire sept fois le tour de la Terre. Le phénomène de gaspillage alimentaire s'accentue en termes d'impact environnemental si l'on prend en considération les ressources utilisées pour produire de la nourriture telles que l'eau, le sol et l'énergie. Cela devrait également inclure les déchets de combustibles fossiles, qui sont largement utilisés dans la production, la transformation et le transport des aliments. Si vous pensez à l'énorme quantité de déchets qui finissent dans les décharges, vous ne pouvez pas ignorer la quantité de CO2 qui est rejetée dans l'environnement lors du processus de décomposition et d'élimination, contribuant à l'effet de serre. « La FAO a également estimé que le gaspillage alimentaire mondial produit des émissions de gaz à effet de serre de l'ordre de 3,3 milliards de tonnes de CO2 : en pratique, si le gaspillage alimentaire était un État, il serait le troisième producteur d'émissions, après les USA et la Chine ». Les données montrent qu'il ne s'agit pas d'un phénomène marginal, mais plutôt d'un problème majeur que les gouvernements du monde entier devraient mettre en tête de leur liste de choses à traiter, car le nombre d'émissions contribue certainement à l'effet de serre et donc aussi au changement climatique auquel nous assistons, de manière de plus en plus évidente, ces dernières années. Comme le souligne Inger Andersen ,directrice exécutive du PNUE (Programme des Nations Unies pour l'environnement), « La réduction du gaspillage alimentaire réduirait les émissions de gaz à effet de serre, ralentirait la destruction de la nature par la conversion des terres et la pollution, améliorerait la disponibilité de la nourriture et réduirait ainsi la faim et économiserait de l'argent à une époque de récession mondiale. Si nous voulons nous attaquer sérieusement au changement climatique, à la perte de la nature et de la biodiversité, ainsi qu'à la pollution et aux déchets, les entreprises, les gouvernements et les citoyens du monde entier doivent faire leur part pour réduire le gaspillage alimentaire ». En plus de l'impact environnemental, l'impact socio-économique du gaspillage alimentaire doit également être pris en compte. En effet, la mauvaise distribution de la nourriture affecte de plus en plus la santé des personnes : d'une part, il y a des personnes qui tombent malades parce qu'elles ont accès à une énorme quantité de nourriture (souvent de mauvaise qualité), comme dans le cas du diabète, des maladies vasculaires et maladies cardiovasculaires, etc. D'un autre côté, il y a des gens qui souffrent de malnutrition parce qu'ils ne mangent pas assez pour se maintenir en bonne santé.


Le Food Waste Index Report 2021 établi par les Nations Unies, montre que « dans presque tous les pays, le gaspillage alimentaire a été important, quel que soit le niveau de revenu » mettant en évidence un problème de comportement : ce sont souvent les choix et les modes de consommation des gens qui gaspillent la nourriture et les ressources nécessaires pour le produire et le consommer. Il montre également que la plupart de ces déchets proviennent des ménages, qui jettent 11 % de la totalité des aliments disponibles au stade de la consommation de la chaîne d'approvisionnement.Les services de restauration et les commerces de détail gaspillent respectivement 5 % et 2 % ». Selon l'ONU, il est essentiel de « rétablir l'équilibre entre production et consommation » pour que nous puissions vivre en équilibre avec notre planète. Des lignes directrices pour tenter de remédier au problème sont fournies par l'Agenda 2030 que l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté en septembre 2015. Parmi les 17 objectifs adoptés, nous trouvons dans la section 12 (en particulier 12.3) l'objectif de « diminuer de moitié le gaspillage alimentaire mondial par habitant au niveau de la vente au détail et des consommateurs, et de réduire les pertes alimentaires le long des chaînes de production et d'approvisionnement, y compris les pertes après récolte » ; « Réduire considérablement la production de déchets par la prévention, la réduction, le recyclage et la réutilisation ; encourager les entreprises, en particulier les grandes entreprises transnationales, à adopter des pratiques durables ; et intégrer des informations sur la durabilité dans leurs rapports réguliers ».

QUE SIGNIFIE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE Le phénomène du gaspillage alimentaire est relativement récent, la FAO soulignant que depuis 1974 la quantité d'aliments comestibles qui finissent à la poubelle a augmenté de 50 %. Cependant, l'attention portée à ce phénomène est très récente, dans la mesure où il n'a pas encore été clairement défini dans les milieux institutionnels et scientifiques. La FAO définit les déchets alimentaires comme « les matières comestibles saines destinées à la consommation humaine, apparaissant à n'importe quel point de la chaîne d'approvisionnement agricole et alimentaire qui sont plutôt jetées, perdues, dégradées ou consommées par des parasites ». Si on regarde de plus près le phénomène, on fait automatiquement une distinction entre les aliments qui sont perdus lors de la production et de la transformation des aliments (pertes alimentaires) et les déchets alimentaires qui surviennent lors du transport, de la vente et de la consommation finale (gaspillage alimentaire). Les deux phénomènes sont généralement appelés gaspillage alimentaire, mais ils diffèrent principalement par leurs causes : alors que dans le premier cas les pertes sont principalement dues à des lacunes logistiques et infrastructurelles, dans le second cas, les déchets résultent plutôt de facteurs comportementaux dans le style de consommation.


QUELLES SONT LES PRINCIPALES CAUSES DU GASPILLAGE ALIMENTAIRE Une étude menée par le Barilla Center for Food and Nutrition (BCFN), un organisme de recherche privé italien, met en évidence certaines causes mondiales qui ont contribué à l'augmentation de ce phénomène, en particulier ces dernières années. Le dépeuplement des campagnes et des petites villes, dû à une modification des perspectives d'emploi, « a éloigné les consommateurs des lieux de production alimentaire, allongeant ainsi la chaîne d'approvisionnement agricole et alimentaire et augmentant les risques de pertes lors du transport et du stockage des aliments ». L'augmentation de la disponibilité économique a affecté l'évolution du régime alimentaire à base de céréales, favorisant une plus grande consommation de viande et de poisson, produits facilement périssables. Une autre cause provient sans doute des effets de la mondialisation, y compris dans les pays en développement qui, pour améliorer les normes de qualité et de sécurité, se retrouvent à jeter d'énormes quantités de nourriture et donc à augmenter les quantités de production. Outre les causes plus générales, il existe sans aucun doute d'autres causes plus spécifiques qui peuvent être attribuées aux différentes étapes de la production et de la consommation dans la chaîne d'approvisionnement agricole et alimentaire. Par exemple, dans la phase de production (culture et récolte), les pertes peuvent être dues à des aspects climatiques et à des facteurs environnementaux tels que la propagation de ravageurs et de maladies. Au stade de la transformation, notamment dans les pays riches, il arrive que « des produits défectueux de poids, de forme ou d'emballage soient rejetés, alors même que ces défauts ne compromettent pas leur valeur nutritionnelle ou leur sécurité ». Selon une étude menée par l'Université d'Édimbourg, des pommes, des agrumes, des kiwis ou des carottes trop petites se retrouvent dans le flux des déchets car ils ne sont pas conformes à la réglementation européenne. Les aliments jetés parce qu'esthétiquement laids « représentent environ 33 % de la production agricole en Europe et ont évidemment un impact majeur tant sur le plan économique qu'environnemental. Pour les cultiver, de l'énergie est dépensée et utilisée avec un impact sur l'environnement équivalent à l'émission de 400 000 véhicules. C'est une véritable absurdité qui, selon les chercheurs, doit être corrigée par de nouvelles idées qui font d'une telle imperfection quelque chose de vertueux ». Ce qui provoque des déchets au stade du transport et de la vente, c'est avant tout une mauvaise méthode de traitement et de conservation des produits. Il faut ajouter qu'une estimation erronée de la demande du produit conduit aussi certainement à du gaspillage. Dans la dernière étape de la chaîne d'approvisionnement, c'est-à-dire la consommation, la nourriture est gaspillée principalement pour deux raisons : nous préparons plus de nourriture que nous n'en avons réellement besoin pour en consommer, produisant ainsi des restes qui finissent très souvent à la poubelle car ils ne sont pas réutilisés ; nous jetons les aliments périmés parce que nous ne maîtrisons pas la date de péremption, en raison de mauvaises habitudes, notamment l'achat excessif de produits qui dépassent de loin nos besoins réels (nous achetons plus de nourriture que nous n'en avons besoin). Si le gaspillage alimentaire dans les ménages et les restaurants est encore marginal dans les pays en développement, la situation est totalement différente dans les pays dits riches, où des milliers de tonnes de nourriture sont « perdues dans nos frigos » ou jetées après n'avoir été que partiellement consommées. SUPERMARKET


Le gaspillage alimentaire dans le monde

Beaucouporem ipsum

Un peuorem ipsum Le monde gaspille 1,3 milliards de tonnes de nourriture chaque année, la plupart provenant des États-Unis, d'Australie, d'Europe et d'Asie de l'Est. (Source : FAOUN)

Source : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

LA SITUATION DANS LE MONDE Les données disponibles sur le gaspillage alimentaire dans le monde sont malheureusement insuffisantes pour dresser un portrait clair de la situation. La FAO, dans une enquête menée en 2011, a estimé que le gaspillage alimentaire mondial annuel est d'environ 1,3 milliard de tonnes, pour une valeur de 750 milliards d'euros. Il représente également environ un tiers de la production totale et « seulement 43 % des produits cultivés pour l'alimentation sont effectivement consommés : le reste est perdu tout au long de la chaîne d'approvisionnement ». « L'Institut suédois pour l'alimentation et la biotechnologie a estimé que les pays industrialisés et en développement jettent respectivement 670 et 630 millions de tonnes de nourriture. En Europe et en Amérique du Nord, 280 à 660 kilos par habitant sont gaspillés chaque année, soit plus de deux fois plus que dans les pays d'Afrique et d'Asie du Sud-Est. En Amérique, la quantité de nourriture jetée s'élève à 131 milliards d'euros, tandis que l'Europe est un continent qui gaspille de la nourriture, jetant près de 100 millions de tonnes de produits tout au long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire.

LA SITUATION EN ITALIE Le phénomène du gaspillage alimentaire n'est suivi en Italie que depuis une décennie, depuis que Last Minute Market, une entreprise créée par l'Université de Bologne dans le but d'étudier le gaspillage et les excédents alimentaires, a commencé à collecter des données. Le premier rap-


port de 2011 montrait que la quantité de nourriture perdue tout au long de la chaîne d'approvisionnement était de 20 millions de tonnes, provenant en grande partie des déchets ménagers. Dans un rapport présenté à l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement, « Sept milliards de rêves. Une seule planète. Consommons avec modération » promu par l'ONU, le 5 juin 2015, la fondation Barilla Center for Food and Nutrition a présenté le rapport suivant : « En Italie, 35 % des produits frais (lait, viande, poisson), 19 % du pain et 16 % des fruits et légumes sont gaspillés. Le gaspillage alimentaire dans notre pays entraîne chaque année une perte de 454 euros par famille, 1 226 millions de mètres cubes d'eau - l'équivalent de 2,5 % du débit annuel total du fleuve Pô, ainsi que le rejet de 24,5 millions de tonnes de CO2 dans l’environnement. Absorber le CO2 produit par les seuls déchets ménagers en Italie nécessite une superficie forestière de 800 000 hectares, soit plus que la superficie de la Lombardie ». « En Italie, la quantité d'eau gaspillée à cause de la nourriture non utilisée est d'environ 706 millions de mètres cubes. Parmi ceux-ci, environ 43 % sont dus aux déchets de viande, 34 % aux céréales et produits céréaliers, 19 % aux fruits et légumes et 4 % aux produits laitiers. Si l'on considère également les pertes alimentaires qui se produisent tout au long de la chaîne alimentaire et n'atteignent jamais la distribution, le bilan s'élève à 1 226 millions de mètres cubes d'eau : un chiffre comparable aux besoins annuels en eau potable de 27 millions de Nigérians, soit un dixième des besoins minimaux de toute la population d'Afrique qui n'a pas accès à l'eau ». Heureusement, la situation s'est améliorée Le rapport Last Minute Market de l'Observatoire international contre le gaspillage alimentaire Waste Watcher, présenté lors de la 8e Journée de prévention contre le gaspillage alimentaire, qui se tient chaque 5 février, montre que 11,78 % de nourriture en moins a été gaspillée en 2020 par rapport à 2019, ce qui équivaut à 27 kg par personne, environ 529 g par semaine. La quantité de nourriture détournée des déchets est d'environ 222 tonnes pour « une éco nomie de 6 euros par habitant, soit 376 millions d'euros au niveau national, en une année entière », confirmant la tendance à la baisse des dernières années. Le confinement nous a peut-être aussi appris à mieux manger, à choisir des aliments plus sains et locaux, et à gaspiller le moins possible. Mais le volume en termes de valeur de la nourriture gaspillée est encore très élevé : si l'on ne considère que les déchets ménagers, la valeur correspondante est de 6,4 milliards d'euros, alors que si l'on regarde l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement elle atteint 10 milliards d'euros. En termes de poids, cela signifie que 1 661 107 tonnes de nourriture des ménages ont été gaspillées et 3 624 973 tonnes si l'on inclut les déchets de la chaîne d'approvisionnement. En pensant aux SEPT derniers jours, dans votre ménage, quelle quantité des produits mentionnés avez-vous jetés ? Si vous regardez la carte du gaspillage alimentaire, vous pouvez voir que plus de nourriture est gaspillée dans le sud, où 15 % de restes de nourriture en plus finissent à la poubelle (environ 600 grammes par semaine). Au Nord et au Centre, la tendance est différente, respectivement - 8 % avec environ 848 grammes par semaine et par personne et - 7 % avec environ 496 grammes. Autre fait important, les plus grandes quantités de nourriture qui finissent à la poubelle proviennent de familles avec enfants (en moyenne 15 % de plus que les célibataires). Les citoyens urbains sont plus respectueux que ceux des petites municipalités, à quelques exceptions près. Et contre toute attente, ceux qui gagnent le moins gaspillent le plus : « 38 % des Italiens qui se décrivent comme appartenant à la classe moyenne inférieure ou inférieure jettent 10 à 15 % de plus que les autres ».


Généralisation de doggy bags dans les restaurants ; Réduction de la taxe sur les déchets pour les donateurs alimentaires ; Mise en place des cours d'éducation alimentaire et anti-gaspillage dans les écoles ; Campagnes de communication sur l'éducation alimentaire et la réduction du gaspillage pour encourager les dons excédentaires des entreprises et sensibiliser les consommateurs ; Financement de ceux qui développent des projets de recherche dans le domaine ; Utilisation d'aliments récupérés pour nourrir les animaux lorsqu'ils ne peuvent plus être utilisés directement par l'homme ; Selon la Fondazione Banco Alimentare (Fondation Banque Alimentaire), une organisation à but non lucratif qui collecte et récupère les aliments et les excédents alimentaires et les redistribue à des organisations caritatives, au cours de la première année d'entrée en vigueur du règlement (octobre 2016-septembre 2017), les dons d'excédents alimentaires effectués à l'ASBL par la grande distribution ont augmenté de 21,4 % : 5 573 tonnes contre 4 635 tonnes sur la période octobre 2015-septembre 2016.


Quelles sont les principales causes de gaspillage alimentaire dans les ménages ? Les aliments périmés sont les plus souvent oubliés (environ 46 %) et il arrive très souvent que les fruits et légumes nouvellement achetés soient déjà sur le point de périr (42 %) ainsi que d'autres types d'aliments (31 %). Mais là encore, certains plaident coupables, 29 % déclarant qu'ils achètent trop et 28 % déclarant avoir mal calculé la nourriture dont ils avaient besoin. Une autre mauvaise habitude est de jeter les aliments dans la poubelle non triée : les déchets organiques doivent être collectés avec les déchets humides ou dans le bac à compost, générant au moins une récupération de matière organique pouvant apporter de la fertilité à la terre, grâce à la production de compost. La fraction organique éliminée avec les déchets indifférenciés est mise en décharge.

La loi « anti-gaspillage » La valeur du gaspillage alimentaire en Italie est donc d'environ 16 milliards d'euros par an, soit environ 1 % du PIB du pays et la majeure partie n'a pas lieu dans les grandes chaînes de supermarchés : entre 60 % et 70 % du gaspillage total a lieu à la maison. Pour enrayer cette situation, la loi 166/2016, la réglementation dite « anti-gaspillage », est entrée en vigueur le 14 septembre 2016. Il vise à réduire le gaspillage tout au long de la chaîne d'approvisionnement agroalimentaire en favorisant la récupération et le don des produits excédentaires. Avec l'approbation de la loi de finances 2018, le champ d'application du règlement a été étendu : en plus des aliments et des médicaments, il a été rendu possible de faire don de produits d'hygiène et de soins personnels et ménagers, de compléments alimentaires, d'aides médicales et chirurgicales, ainsi que de papeterie. Les points les plus importants de cette loi comprennent : Définition claire de tous les termes utilisés en référence au « gaspillage alimentaire » : gaspillage, surplus, exploitant du secteur alimentaire, donateur, don, distinction entre durée de conservation minimale et date de péremption ; Simplification des procédures de récupération et de don des surplus alimentaires ;


GASPILLAGE ALIMENTAIRE ET PAUVRETÉ Malgré les données alarmantes sur l'augmentation du gaspillage alimentaire, il existe un paradoxe selon lequel la pauvreté alimentaire augmente également en même temps. Selon les données d'Eurostat 2015, 12,6 % des Italiens ne pouvaient pas se permettre un repas protéiné comme de la viande ou du poisson tous les deux jours en 2013. Les données les plus alarmantes proviennent des régions du sud : « dans le sud, 10,6 % des ménages résidents sont en situation de pauvreté nutritionnelle, contre 4,8 % dans le centre et 5,1 % dans le nord ». Selon un rapport de Save the Children, quelque 6,9 millions d'enfants meurent chaque année à cause du manque de nourriture, tandis que 819 millions de personnes souffrent de malnutrition grave. « Pour éliminer la faim dans le monde, nous n'avons donc pas besoin de produire plus, nous avons seulement besoin d'éliminer le gaspillage alimentaire et de réduire les inefficacités dans la production et la distribution ». « Avec de la nourriture gaspillée, 1,9 milliard de personnes pourraient manger 2 000 calories par jour avec une alimentation saine et équilibrée ».

SOLUTIONS ANTI-GASPILLAGE Pour réduire le gaspillage alimentaire, des actions doivent être menées à plusieurs niveaux, tant au niveau de la phase de production et de transformation qu'au niveau de la distribution et de la consommation. CHACUN DE NOUS EN TANT QUE CONSOMMATEUR PEUT : Être conscient de son style de consommation en surveillant la quantité de nourriture qu'il utilise et la quantité et qu'il jette : gaspiller de la nourriture, c'est gaspiller des ressources et de l'argent. N'acheter que ce qu'il est sûr de consommer : planifier les repas pour la semaine, n'acheter des produits frais qu'une fois par semaine s'il est sûr de les consommer avant qu'ils ne perdent leurs qualités. Utiliser des produits surgelés : ils peuvent être conservés en stock, ainsi que du pain.


Vérifier toujours les dates de péremption et l'étiquetage approprié : la date limite de consommation est une date stricte, tandis que la mention « à consommer de préférence avant » signifie que le produit est probablement consommable au-delà de la date de péremption; vérifier que la température du réfrigérateur est correctement réglée, non servire porzioni più grandi dell’appetito dei tuoi commensali (lo apprezzeranno anche loro); dans le réfrigérateur et le garde-manger, mettre en vue les produits les plus proches de la date de péremption ; réutiliser ce qui reste des repas (il existe des livres de recettes entiers qui suggèrent comment) ; ne pas servir de portions plus grandes que l'appétit des convives (ils l'apprécieront aussi) ; conserver correctement les aliments : faire attention à l'hygiène des contenants, du réfrigérateur et du congélateur; cuisiner avec des restes encore bons et combiner les ingrédients : de nombreuses recettes traditionnelles sont disponibles et redécouvrir les menus de nos grands-parents permettra de gagner du temps, de l'argent et de ne rien jeter à la poubelle; redécouvrir les techniques de conservation; acheter ou offrir des livres de cuisine avec des recettes pour conserver les aliments et certains produits faits maison comme la bière, la sauce tomate, les confitures, etc. MAIS IL EST POSSIBLE D'INTERVENIR A PLUSIEURS NIVEAUX : Découvrir et inventer de nouvelles technologies dans les arts culinaires, comme dans la Food Innovation Global Mission (Mission globale d'innovation alimentaire), le projet parrainé par le ministère des Affaires étrangères en collaboration avec le Future Food Institute (Institut de l'alimentation du futur) de Bologne : découvrir de nouvelles sources de nourriture comme une sorte d'exploration scientifique et créative, mais aussi pour survivre, ou transformer les aliments en colorants et recycler les restes et déchets en plats délicieux, en mélangeant de nouvelles sources de nourriture avec d'anciennes techniques de conservation. Les supermarchés peuvent activer des expériences comme le « WeFood » de Copenhague : vendre uniquement des aliments proches de leur date de péremption collectés par des bénévoles à des prix réduits jusqu'à 50 %.


Créer et utiliser des applications « Last Minute Market » : cela favorise la récupération des produits frais invendus qui risquent de finir à la poubelle, utiles aussi bien pour les petits commerçants, qui peuvent revendre leurs excédents, que pour les clients qui achètent des produits frais à prix réduit près de chez eux. Mettre en place des initiatives partant de l'idée de frigo solidaire : il s'agit de mettre à disposition un frigo pour conserver les restes ou la nourriture de courte durée à toutes les personnes dans le besoin. Si cuisiner avec des restes est un véritable art et un moyen de réduire les déchets pour la protection de la planète, ne pas jeter ce qui reste dans la cuisine ou à l'épicerie est une manière de faire preuve de solidarité et d'aider les plus démunis. Mettre en place des initiatives « Doggy bag » à l'instar des restaurants anti-gaspillage et solidaires : les restaurants et entreprises de restauration peuvent contribuer à éviter le gaspillage en invitant et en permettant aux clients de rapporter chez eux des repas non consommés. Des initiatives comme Instock à Amsterdam : les légumes cabossés, les produits périmés et excédentaires entrent dans les cuisines des restaurants, mais aussi des cantines scolaires et des usines. Campagnes de sensibilisation, cours de cuisine et de restauration, éducation et cours dans les écoles et les lieux de travail : d'où vient la nourriture, ce qu'il faut pour la produire, comment la conserver et, surtout, comment ne pas la gaspiller sont les lignes directrices de base en matière de prévention. créer un réseau actif contre le gaspillage des restes de nourriture, impliquant également des personnes célèbres : des chefs étoilés tels que Carlo Cracco, Rubio, Giorgio Barchiesi, Alain Ducasse, Davide Oldani, René Redzepi et Ferran Adrià ne sont que quelques-uns des noms qui apparaissent dans divers campagnes alimentaires, interviews et programmes télévisés. Prix et visibilité dédiés aux expériences positives de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Riso Lat

te


LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PASSE AUSSI PAR D'AUTRES BONNES HABITUDES ! DANS LA CUISINE en plus de recycler les restes, réduisez l'énergie et le gaz utilisés pour la cuisson des aliments. La consommation de la cuisinière dépend des aliments à préparer et des outils utilisés : 1) N'oubliez jamais d'utiliser le couvercle. 2) Ne préchauffez pas le four et ne l'ouvrez pas pendant la cuisson des aliments, envisagez d'utiliser la chaleur pour cuire plus d'un plat, vous pouvez également éteindre le four ou la cuisinière avant que les aliments ne soient cuits, car la chaleur résiduelle est parfaite pour la cuisson tout en économisant sur votre facture d'électricité. 3) Les casseroles et brûleurs utilisés doivent avoir le bon rapport de taille : utiliser de petites casseroles avec de gros brûleurs et vice versa gaspille de l'énergie inutilement. Il existe aussi de nouvelles technologies, comme le Wonderbag qui permet de prolonger la chaleur en maintenant la cuisson dans la marmite pendant des heures, ou des casseroles et assiettes comme le PowerPot ou le onEPuck : la première est une marmite qui chauffe l'eau et devient en même temps un générateur thermoélectrique léger qui convertit la chaleur en courant électrique continu et l'autre une plaque qui génère de l'électricité à partir des différences de température. Le principe est le même : en plus de chauffer les aliments, on produit de l'électricité qui permet de recharger un smartphone par exemple. 4) Quant aux contenants et ustensiles de cuisine, il est préférable de privilégier les matériaux tels que l'inox, le verre, la fonte et le bois. Il est préférable de ne pas utiliser de récipients et d'emballages en plastique, en aluminium ou en silicone et en téflon. 5) Optimiser les appareils électroménagers et utiliser des énergies alternatives 6) Ajuster la température du réfrigérateur, qui est l'appareil le plus énergivore de toute la maison. Pour faire des économies sans gaspiller des dizaines d'euros par an, il suffit de régler le thermostat sur une bonne température (2 sur une échelle de 1 à 5) pas trop froide et d'éviter de l'ouvrir tout le temps. 7) La température du lave-vaisselle ne doit pas être trop élevée car plus elle l'est, plus la consommation d'énergie est élevée. Si la vaisselle n'est pas trop sale et est d'abord rincée sous le robinet, de l'eau froide ou tiède peut suffire. Toujours bien remplir le lave-vaisselle car le cycle de lavage est le même pour chaque charge.



SE MI LASCI NON VALE

CDCA Abruzzo 3491357990 abruzzo@cdca.it cdca.abruzzo@gmail.com www.cdcaabruzzoaps.wordpress.com www.contrattodifiumefeltrino.it

Ministero del Lavoro e delle Politiche Sociali Direzione Generale del Terzo Settore e della responsabilità sociale delle imprese