Issuu on Google+

2 0 0 9

N°182

AV R I L

Ce magazine vous est offert par

DECOUVERTE

SARTÈNE, belle et farouche ZOOM

CAMPOMORO


SOMMAIRE

aria

N° 181 Avril 2009

SARL KYRN EDITIONS Le Ricanto - Ancienne route de Sartene. 20090 Ajaccio Tél. 04 95 21 51 43 Fax. 04 95 21 44 41 e-mail : ariagenda@gmail.com La reproduction et l’utilisation, sous quelque forme que ce soit, des reportages et des informations, sont interdites. Les pages CCM Airlines sont intégralement réalisées par la CCM et sont sous sa responsabilité. Rédactrice en chef : Catherine Riera. Conception & réalisation graphique : Jean-Paul Filippini. Comité rédactionnel : Isabelle Guyot, Michel Ponzevera, Jean-Baptiste Martini, Gilles Antonioli, Ghislaine Sansonnetti et Vannina Cuicci. Responsable de la publication Jean Christophe Alfonsi Rédactrice en chef Sandra Alfonsi Publicité Corse du sud Nicole Palmeri Publicité région PACA Jean Michel Florand La Régie 04 42 49 97 60 Couverture Eglise de Grossa © OTSV Maquette © Kyrn Editions Imprimé par Kallistene

CCM DÉCOUVERTE

PORTFOLIO

COUPS DE COEUR

PAGE 6 a 13 PAGE 14 Sartène, belle et farouche PAGE 18 Sartène Valinco

PAGE 27

A lire Fora n°04 A suivre La Corse au Trésor 2009 ZOOM

PAGE 28 Promenade à Campomoro

AGENDA CORSE

PAGE 26

AGENDA PROVENCE

PAGE 28

AGENDA CÔTE D’AZUR

PAGE30

Avril 2009 ■ aria

5


DÉCOUVERTE

Sartène BELLE ET FAROUCHE « Quelle ville étrange ! Adossée à un mont, parmi des granits âpres, de couleur violacée, avec ses maisons régulières, rigides, d’une hauteur singulière, et les ouvertures de ses fenêtres noires comme des meurtrières, elle ressemble à une vaste forteresse ». Gaston Vuillier, journaliste, écrivit ces lignes en 1890. Sartène, « la plus corse des villes corses » selon Prosper Mérimée, reste aujourd’hui encore une cité altière, farouche, qui ne se livre pas facilement…Mais cet aspect défensif hérité des turbulences de l’histoire lui confère avant tout charme et authenticité…

S

artene s’étale sur plusieurs vallées, des hauts du Rizzanese au Lion de Roccapina, son territoire couvrant près de 22 000 hectares.

La ville fut fortifiée par les génois au début du XVI eme siècle. Après la mort de Rinuccio della Rocca, dernier des seigneurs cirnachesi, Génes cherche à renforcer sa présence jusqu’ici limitée aux places fortifiées du littoral comme la citadelle de Bastia, véritable capitale, et les présides d’Ajaccio, Bonifacio, Calvi, Saint Florent, Algajola et enfin une colonie agricole

14

aria ■ Avril 2009

Porto Vecchio. La présence génoise est un fait urbain, la rapide ascension de la Gènes médiévale est due à une décision « …tourner le dos à la lente et vieille économie agraire pour s’ouvrir à l’espace méditerranéen » cf A.M.Graziani dans son nouvel ouvrage Histoire de Gènes- édition Fayard-. La cité du griffon est tournée vers la mer, espace nécessaire à l’expansion de son commerce. Et la mer est le lieu de tous les dangers, la Corse, à cette époque, privée d’une escadre de galères était agressée en permanence par des pirates algérois et bizertins qui n’hésitaient pas à s’enfoncer


DÉCOUVERTE

ENGELMANN - SARTENE 1824 ( avec l’aimable autorisation du CRDP)

dans l’intérieur des terres. C’est ainsi que fut prise la décision de fortifier une agglomération de l’intérieur Sartene (la seule avec Corte, ayant la particularité d’être peuplée exclusivement de corses) comme le souligne Fernand Braudel « …devant les Turcs et les corsaires, la Méditerranée se hérisse de forteresses. C’est une des formes constantes de la guerre. »

Sartène, citadelle assiégée Dans sa Description géographique de la Corse Monseigneur Giustiniani écrit en 1531 : « … la piève de Sartene comprenait onze villages, mais aujourd’hui à cause des incursions des corsaires, il n’en reste plus qu’un, celui qui porte le même nom que la piève. On l’a entouré de murs, il y a quelques

Avril 2009 ■ aria

15


DÉCOUVERTE

années et l’on a dépensé à cet effet quatre mille écus ». Sartène est le seul point fortifié de l’intérieur des terres sur la route qui mène d’Ajaccio à Bonifacio. Du col d’Arbellara traversant la vallée du Rizzanese au pont de Spin’a cavallu on se dirige vers Sartene pour atteindre le col de Suara surplombant la vallée de l’Ortolo, flanquée du massif de Cagna, on rejoint ainsi Bonifacio. En 1552, le projet de fortification fut confié à Simone Carlone de Rappallo (architecte de la Tour de Galinara), cette ébauche fut revue par Geronimo da Levanto dit Le Levantino (architecte quant à lui du fortin de Girolata). Ces « ingénieurs » c’est ainsi qu’on les nomme, travaillèrent sous la direction de Lorenzo de Negroni. L’éperon rocheux « protégeant » le village de Solaro fut choisi comme étant le site devant être fortifié. En reliant entre eux plusieurs édifices une enceinte fut construite, les maisons faisant corps avec les murailles surplombant le Canale (torrent dévalant du col de Suara). Aujourd’hui encore, il est possible de se replonger dans cette atmosphère de citadelle assiégée en parcourant l’intérieur de la vieille ville. Pour découvrir un temps révolu il faut s’engouffrer sous le Palazzo du Lieutenant, palais des gouverneurs génois (actuel Hôtel de Ville) par la Loggia, ancienne porte de la ville, on change d’époque. Le quartier de la Manighella est un enchevêtrement de passages étroits, coupés de voûtes, d’escaliers, de passerelles débouchant sur de minuscules places. De hautes maisons dont les plus importantes sont mises en valeur par leurs façades crépies (au mortier de chaux et de sable) se caractérisent par des percements de fenêtres étroites et arborent encore des mâchicoulis témoins de leur importance passée. Ce bâti d’un autre âge ne défiant plus, avec succès, que le temps garde les traces des affrontements qui se succédèrent de la prise de la ville par Sampiero Corso aux assauts répétés des barbaresques. En 1583, après que Filippo de Pino, devenu corsaire turc sous le nom de Mammi Pacha ait pris la tour principale d’Arbellara et razzie pratiquement toute la population, cent trente des cent quarante personnes présentes au témoignage de Bernardino Lomellino et aidant Hassan Veniziano, roi d’Alger, à s’emparer de Sartene où ils capturent ensemble plus de quatre cent cinquante personnes soit environ les deux tiers de la population, la gravité de ces actes a fait l’objet d’une lettre du Lieutenant de Sartene au Sérénissime Sénat « …gia la mattina a levar del sole fu alli vinti quatro del magio in quel tempo assaltati dasanbascia (sic, d’Hassan Pacha) et quello preso anime quattrocento sessantaquatro… ». La ville mettra une trentaine d’années à se remettre de ce traumatisme.

16

aria ■ Avril 2009

L’ âge d’or du Second Empire Jusqu’au XIX eme siècle, Sartene évolue lentement. En 1809,,la ville compte 1500 âmes, la cité est dispersée, à l’image des rivalités qui puisaient leurs origines dans des questions d’alliances ou des différents politiques. Des luttes d’influence engendrèrent des rivalités familiales qui se traduisirent en un véritable état de guerre entre les quartiers de Borgo et Sant’Anna entre 1830 et 1834. Cette situation prenant fin par la signature d’un traité de paix en l’Eglise Sainte Marie. Ce sont ces épisodes sanglants qui nourrirent l’imagination de Prosper Mérimée, certains faits seront habilement retracés dans Colomba . Dans le sillage des premiers « touristes » au sens anglosaxon du terme ces écrivains ou voyageurs prenaient le temps d’observer les correspondances entre les coutumes et les sites et édifices qu’ils rencontraient. En 1851, un jeune homme de vingt deux ans en quête d’ « un coin de terre inexploré…où (il) puisse aller vivre deux mois de grandeur et de rêverie » s’embarque pour la Corse. Le jeune Ponson du Terrail vient d’avoir une révélation après la lecture de Colomba. Ses pas le guident à Sartene sur la Place Porta « Pendant mon séjour à Sartene, j’allais chaque soir fumer mon cigare au café Tartarini sur la Place de l’Église ». Le Second Empire fut la grande époque de Sartene, dans le sillage de familles aristocratiques ou liées au nouveau pouvoir, une frénésie de modernité s’empare des esprits. La ville se transforme, il ne s’agit plus simplement de construire des maisons mais également de les ordonnancer autour d’espaces publics. Le caractère défensif est délaissé au profit d’une volonté d’aménagement urbain. Le gigantesque défi de Napoléon III, l’Empereur urbaniste, transformant la capitale, a impressionné son entourage. Les Pietri et Rocca Serra placés dans l’intimité du pouvoir impérial reproduisent à Sartene le nouvel art de vivre. Ils s’adonnent à une agriculture moderne, c’est le début de la plantation massive des grands domaines de l’Ortolo à l’image, toute proportion gardée des grands vignobles bordelais, ils construisent des hôtels particuliers et des immeubles de rapport. Un acteur de cette transformation fut Joseph Bortoli, promoteur avant la lettre de ces immenses immeubles ils les organisa de façon cohérente autour de la Place Porta, aux pieds de l’Eglise Saint Marie et de la Mairie, comblant le talweg qui séparait ces édifices de la Casalonga (habitat ancien hors les murs). Cette place se termine par un marché couvert qui donne, avec sa toiture, une perspective plus urbaine à ce nouvel espace. Voici rapidement évoqué Sartene qui est le cadre de l’évènement qui attire les foules pendant la Semaine Sainte. Tous les ans, le Vendredi


Saint, une procession nocturne, le Catenacciu, commémore la montée de Jésus Christ vers le Golgotha. Cette cérémonie est la trace laissée par les aragonais dans notre région. A la nuit tombée un homme, revêtu d’une tunique rouge, choisi sur une longue liste par l’archiprêtre de la paroisse Sainte Marie, le visage recouvert d’une cagoule, portant des chaînes aux pieds et une lourde croix sur ses épaules se fraie avec peine un passage au milieu d’une foule où se mêlent les gens de foi et les curieux. Cette mer humaine, loin de dénaturer cet acte de foi, l’enracine dans la réalité que le Seigneur a vécu il y a plus de 2000 ans. Le Catenacciu aidé d’un homme en blanc, Simon de Cyrene, chemine dans Sartene, il est assourdi par les chants lancinants des hommes de la Confrérie du Santissimu Sacramentu qui entonnent le Perdono mio Dio, les pénitents noirs, quant à eux, protégeant sous un dais de deuil un christ gisant. Les fenêtres illuminées par

des bougies vacillantes animent les façades qui renvoient les bruits où se mêlent les prières, les plaintes, les supplications et les interpellations profanes. Les visiteurs s’évanouissent dans la nuit, laissant la population retrouver ses habitudes. Sartene endormie, a su conserver un art de vivre qui a certainement été pris en compte lors de sa désignation de « ville d’art et d’histoire ». Les trésors archéologiques, architecturaux et la richesse du patrimoine immatériel longtemps jalousement conservés sont aujourd’hui offerts aux visiteurs. La Place Porta est toujours le centre d’un petit monde où au café Tartarini, comme aux siècles passés rien n’a changé, ce goût de dominer le temps et de retrouver ce qui est une qualité de vie pour le sartenais, voyageur immobile, l’échange et l’écoute du passant. Texte : Jean Bucchini Andreotti Photos : Jean François Matta

carrelage salle de bains plomberie climatisation chauffage matériaux

AJACCIO

Route de Mezzavia 20090 Ajaccio Tél : 04 95 10 62 20

BASTIA BASTIA

R. N. 193 Valrose 20290 Borgo Tél : 04 95 30 07 60


PAGE DE GAUCHE En haut : le catenacciu (de catena, chaîne en latin) est une tradition insulaire principalement Sartenaise qui se déroule lors de la procession du Vendredi Saint. Le Catenacciu effectue un chemin de croix en pente à travers la ville, et symbolise la montée du Christ au calvaire. Le pénitent est vêtu d'une aube et d'une cagoule rouge (seul le curé de la paroisse connaît son identité). Il porte une croix (d'un poids de 37 Kg) en chêne massif, chaînes (d'un poids de 17 Kg) aux pieds, sur un parcours de 1,8 km et doit tomber trois fois sur son chemin, à l'image du Christ. Ci dessous : détail d’une porte à ARBELLARA En bas : la plage de CAMPOMORO PAGE DE DROITE En haut à gauche : fronton de la MAISON DU BOURREAU à Olmeto.. En haut à droite : le PONT GÉNOIS de Spina Cavaddu. En bas : vue du GOLFE DU VALINCO


PORTFOLIO/SARTENE VALINCO


PAGE DE GAUCHE En haut : le CARNAVAL DE LA CORSE A SARTÈNE Ci-dessous : a “ BILIA “ En bas : le port de PROPRIANO au crépuscule PAGE DE DROITE En haut à gauche : la plage d’ OLMETO En haut à droite : dans les profondeurs du GOLFE DU VALINCO En bas : la CUP CORSE - MARSEILLE dans le GOLFE DU VALINCO


PORTFOLIO/SARTENE VALINCO


A LA DECOUVERTE DU SARTENAIS VALINCO

LA CORSE DES ORIGINES

« A CORSICA DI L’INIZIU »

Les deux portes d’entrée de la région du sartenais Valinco, l’impressionnante silhouette du « lion de Roccapina » sur la commune de Sartène en venant du sud, et le Col de Celaccia sur la commune d’Olmeto pour ceux qui viennent d’Ajaccio , s’ouvrent aux chercheurs d’émotions fortes comme celles que peuvent procurer, ici, les fiançailles naturelles de la mer et de la montagne.

Une palette de richesses naturelles Parmi les autres régions de l’ile, le territoire du Sartenais Valinco décline sa captivante nature. Aussi vivant qu’historique il hisse haut et fort les couleurs de son identité. Laissez vous guider sur les chemins du corse champêtre par lesquels se découvre bien entendu le patrimoine historique et naturel mais aussi les ateliers des artisans et des producteurs locaux vous initiant aux meilleurs de nos produits et de nos vins. Ici les vignes s’étendent sur des coteaux majestueux, dominant d’un coté, la mer qui s’étire en contrebas sur plus de 33 kilomètres et, de l’autre le cours du Rizzanese. Créée en 1976, l’AOC de Sartène valorise aujourd’hui une dizaine de domaines très anciens datant du XVIIIe siècle et constitue un des plus grand vignoble de Corse. Cette terre nourricière offre aussi des mets qui sont le reflet de son âme. Huile d’olive, miel, fromage, charcuterie sont élaborés ici avec amour et respect de la tradition. Au final c’est un voyage initiatique au cœur de l’authenticité qui vous est offert dans la plus pure tradition d’hospitalité de la Corse.

De la préhistoire à l’histoire La Corse des origines a longtemps porté la marque du Sartenais Valinco, la marque indélébile d’un pays authentique, enraciné dans ses traditions, doté d’une forte personnalité historique, patrimoniale et naturelle préservée, qui à forgé l’âme de ses habitants. Vestiges préhistoriques, édifices religieux ou militaires témoignent de nombreuses invasions. La région du Sartenais Valinco garde jalousement en son sein toutes les empreintes de l’histoire tumultueuse de la Corse. A la fois envoutante et charmeuse, sauvage et accueillante, la région déploie ses charmes et s’offre aux plaisirs de la découverte et des loisirs dans l’inégalable beauté d’un paysage d’une rare diversité.

Premières traces dʼune humanité Sur la route qui mène à la marine de Sartène (Tizzano), rien ne donne à penser que se trouve à quelques kilomètres l’un des plus importants foyers de la préhistoire corse, sinon les nombreux vestiges mégalithiques qui en témoignent. Particulièrement la zone de Cauria avec ses deux alignements de menhirs datant de l’âge du bronze , mais aussi le site de Rinagghiu formé d’une centaine de menhirs disposés dans un bois « sacré » adossé à un massif granitique, ou encore « i stantari » alignement de menhirs et statues menhirs, caractéristiques de l’art primitif insulaire qui sont par leurs expressions iconographiques, les plus riches de corse. En continuant l’exploration curieuse de ces sites on découvre au gré de ses flâneries le dolmen de « Funtanaccia » le plus grand de corse (3,40 X 2,90), et pesant 15 Tonnes, le tout remarquablement bien conservé. Ainsi qu’ un peu plus loin l’énigmatique alignement de « Paddaghju » riche de 258 menhirs dont certains couchés et nommé localement « le cimetière des turcs », souvenirs surement d’un temps plus récent qui à marqué les esprits.

Le temps des invasions A la fin du XVIème siècle, l’insécurité règne sur les mers et les rivages de la Corse : la piraterie barbaresque sévit et les terres littorales sont désertées……. Le commerce est fortement perturbé. Le gouvernement génois de la Corse décide de doter les cotes d’ouvrages défensifs afin de protéger les biens et les personnes : « Les tours génoises » la plus importante (prévue initialement sur deux niveaux) est celle de Campomoro. Située sur la rive sud du golfe du Valinco sur les terrains du grand site naturel Campomoro Senetosa elle est classée monument historique et à bénéficié d’importants travaux de restauration de la part du conservatoire du littoral. Elle date du XVIIème s et à la particularité d’être la seule tour dotée d’un rempart en étoile. On y accède par un sentier d’interprétation afin d’y découvrir L’exposition Barbaresque qui plonge le visiteur dans cette époque mouvementée qui a marqué l’histoire de la Corse. Elle retrace les épisodes de la construction de la tour de Campomoro.


Le Creuset d’un développement De toutes ces influences émerge au XVIème siècle une cité, Sartène puis plus tard au XIXème siècle en raison des besoins d’un débouché maritime pour des raisons économiques, une deuxième ville Propriano. Aujourd’hui les deux cités l’une historique et agricole, l’autre balnéaire s’imposent comme les moteurs du développement économique et touristique de la région.

Sartène Sous préfecture, chef-lieu d’arrondissement, Sartène, baptisée par Mérimée “la plus Corse des villes corses”, s’honore, depuis mai 1864, du titre de plus grande commune de notre île. Bâtie à 300 m d’altitude d’altitude, la commune dispose de grandes plages : Roccapina,Conca, Tizzano, la ville s’est développée à partir du XVIème siècle autour de constructions médiévales situés sur l’éperon rocheux du Pitraghiu. En entrant à Sartène par le vieux pont d’A Scaledda, on découvre que ce secteur conserve encore une portion de remparts avec une tour d’angle, l’échauguette. À partir de 1520, les génois vont enserrer ce quartier de murailles dont un bâtiment fortifié, le Palais des Gouverneurs, l’actuelle mairie. Cette bâtisse du XVIème siècle encore dotée de mâchicoulis abritait le logement du lieutenant génois. L’église paroissiale dédiée à Santa Maria Assunta renferme quelques trésors dont certains sont classés Monuments Historiques. La croix et les chaînes exposées rappellent qu’ici, se déroule le soir du Vendredi Saint la procession du Catenacciu qui symbolise la montée du Christ au calvaire. Depuis janvier 2008 la ville bénéficie du prestigieux label « Ville d’art et d’histoire » et est inscrite depuis janvier 2009 au réseau des « plus beaux détours de France ». ». Le Carnaval de la ville en mai et la foire de St Côme et St Damien contribuent à l’animation dynamique de la ville. Le « centre culturel Laurent Casanova » permet de bénéficier d’une programmation cinématographique et artistique riche, Sartène avec son musée départemental d’archéologie , son centre régional d’art polyphonique et « le chœur d’homme de Sartène » mondialement connu contribue efficacement au rayonnement culturel de la corse et s’impose comme incontournable.

Propriano Cette commune peuplée d’environ 3 200 habitants dépasse les 20 000 âmes en été. Protégé des vents dominants d’ouest, son plan d’eau semble avoir été fréquenté dès l’époque romaine. De nombreuses monnaies, vestiges d’habitations ou sépultures mises au jour, laissent à penser que cette bourgade antique pourrait être Pauca, positionnée sur la carte de Ptolémée au IIème siècle de notre ère. Au début du XVIème siècle, cette modeste escale , vide d’habitations et d’habitants pour cause d’insécurité barbaresque accueillait les navires bonifaciens ou ajacciens venus charger le blé, l’orge et l’huile de la plaine di A Varia (aujourd’hui nommé Tavaria). Le 12 juin 1564, deux navires venant de Provence débarquent ici, avec à leurs bords Sampiero Corso et 70 de ses compagnons, désireux d’enlever la Corse aux Génois. Vers 1767, à la demande de Pasquale Paoli, on élève une importante tour, Torra Nova, utile à la défense de cette portion du littoral. Puis, Propriano va accélérer son développement, entre 1838 et 1845, avec la construction d’une première jetée de 150 m sur les rochers de Scogliu Longu. Le développement de l’axe routier d’Ajaccio vers tout le sud de l’île permettra au port de Propriano de supplanter peu à peu celui de Tizzano. Désenclavée, la cité obtient le 28 juin 1860, par la grâce de Napoléon III, son autonomie communale. Avec son port de commerce comprenant deux jetées et un quai accostable, elle devient à la fin du XIXème siècle un point de liaison pour les bateaux à vapeur. Avec le développement touristique de la fin des années 50, la cité du Valinco avec ses plages, ses criques, ses loisirs, ses hébergements devient une station balnéaire de renom. Aujourd’hui après d’importants travaux d’aménagements la citée bénéficie d’un magnifique port de plaisance de 400 anneaux véritable poumon économique pour tout le territoire. En outre un important complexe sportif et culturel regroupant stade de football , tennis, piscine, salle de fitness, judo, danse ainsi qu’un théâtre scène culturelle régionale offrant 350 places permet à toute la population locale et touristique de bénéficier des meilleurs équipements. Ce binôme réuni depuis 2006 dans la communauté de communes du sartenais Valinco regroupant 13 communes a réussi par le développement de leurs propres atouts à s’imposer comme un véritable pôle au service d’un territoire bénéficiant d’une position facile d’accès à environ 1h de route des aéroport d’ Ajaccio et Figari. La création en 2007 de l’Office de Tourisme intercommunal du Sartenais Valinco permet de valoriser ces équipements et permet aux visiteurs de notre région de bénéficier de toutes les informations nécessaires à un séjour de qualité en sartenais Valinco.

NOUS CONTACTER www.oti-sartenaisvalinco.com Toutes nos brochures sont téléchargeables sur le site et disponibles à la demande auprès de nos bureaux

Office de Tourisme Intercommunal du Sartenais Valinco*** Ouvert toute l’année e-mail : contact@oti-sartenaisvalinco.com

Propriano (siège social)

Olmeto

Accueil du public, Courrier, mail, contact presse, relations avec les partenaires. Port de Plaisance • Tél. +33 (0) 4 95 76 01 49 • Fax. +33 (0) 4 95 76 00 65

Accueil du public. Montée de l’Eglise Tél. +33 (0) 4 95 74 65 87

Sartène Accueil du public, service groupes, service taxe de séjour. 14, cours soeur Amélie • Tél. +33 (0) 4 95 77 15 40 • Fax. + 33 (0) 4 95 73 28 03

Tour de Campomoro ouvert de avril à octobre. Entrée 3 € 50 gratuit enfant de moins de 12 ans Tél +33 (0) 6 27 61 33 96


Shopping/Bien être

PROPRIANO Féminité intimiste...

Boutique Niola Dans sa jolie boutique au décor épuré, dans des tonalités douces et modernes, Marie-Ange Jonca reçoit depuis deux ans les fashionistas aux goûts raffinés. Ce lieu cosy abrite en effet les collections "pointues" et féminissimes de Vanessa Bruno, Isabelle Marant ou Madame à Paris, 5 Octobre. Boutique de créateurs, Niola distribue en exclusivité en Corse de nouvelles marques déjà très connues "outre-

Méditerranée" : Noro, Naelie, Heimstone... Cultivant volontiers sa différence, entre une sobriété très chic et une originalité très branchée, Niola mérite assuremment le détour et une balade " mode" dans cette belle région du Valinco. 4, rue du 9 septembre - 20110 Propriano. Téléphone 04 95 70 55 54.

BONIFACIO & PORTO VECCHIO Zen

Boutique Blanc Bleu Voilà une boutique toute en douceur et en sérénité : la boutique Blanc Bleu offre avec son décor apaisant un espace propice à la détente où il fait bon flâner, qui plus est, le magasin est situé sur la ravissante marine de Bonifacio. La ligne de vêtements signée Blanc Bleu est à l’image du magasin, chic et décontractée. Des matières et des couleurs naturelles, un style ”casual

” élégant en toutes circonstances, sans fausses notes. A noter, la gamme de pulls entièrement renouvelée, très tendance qui allie raffinement et simplicité. Et pour le printemps 2009, Blanc Bleu ouvre aussi ses portes à Porto Vecchio. 16, rue du Général De Gaule - 20137 Porto Vecchio. 9, quai Banda dell Ferro - 20169 Bonifacio. Téléphone 04 95 73 57 56

SARTÈNE Objets inanimés, avez vous donc une âme?

Magasin Giacomini La Maison Giacomini a été fondée en 1893 par le grand père de l’actuel propriétaire. C’est dire si les lieux ont une mémoire, un esprit, une âme… Jean François Giacomini propose aux visiteurs un voyage hors du temps, au delà des époques et des frontières. On trouve chez lui aussi bien des meubles Art Déco, des tableaux de maîtres italiens, des antiquités rares chinées ici ou

ailleurs, que des objets de décoration plus récents, sélectionnés avec la même exigence de qualité. Plus qu’un magasin, plus qu’une institution vénérable et respectée, la Maison Giacomini est un endroit magique, propre à exalter le rêve et l’imagination. 6, cours Soeur Amélie - 20100 Sartène Tél. 04 95 77 00 75

AJACCIO

Harmonie et raffinement

La Table de Valérie La Table de Valérie vous accueille comme une vaste demeure bourgeoise, chaleureuse et confortable. De pièce en pièce, dans une atmosphère délicieusement parfumée, avec le murmure cristallin de la fontaine en fond sonore, chaque meuble, chaque objet est mis en situation : les créations Flamant, ses tables aux volumes généreux, ses lustres et ses photophores dignes d’une résidence princière, avec une English touch si raffinée… L’espace cuisine est tout résolument haut de gamme, avec les fourneaux Lacanche et les accessoires La

Cornue. En exclusivité toujours les tapis et objets signés Toulemonde Bochard, et les prestigieuses gammes maison Sonia Rykiel et Eden Park, mais également les bijoux Césarée. Sans oublier le mobilier de jardin contemporain de chez Triconfort, Kettal ou Hugonet. La Table de Valérie vous permet ainsi de composer des listes de mariage ou de naissance où qualité rime avec bon goût et élégance… 8, rue Emmanuel Arène - Tél 04 95 24 56 16/Rue Nicolas Peraldi - Tél 04 95 22 27 09. Internet : www.latable-devalerie.com


Shopping/Bien être

AJACCIO Noblesse et tradition

Comte Peraldi Les 40 hectares de vigne du Domaine Peraldi, nichés sur les coteaux de Mezzavia, dominent la baie d'Ajaccio. Ce très ancien domaine, fleuron de la viticulture insulaire créé au 16ème siècle a été entièrement restructuré en 1965 par le Comte de Poix Peraldi, père de l'actuel propriétaire, qui en a fait le plus important de l'aire d'Appellation Controlée Ajaccio. Grâce à la détermination et à la compétence de ce véritable précurseur, animé par sa passion pour son art, l'Appellation Controlée Ajaccio et les vins corses dans leur

ensemble ont retrouvé leurs lettres de noblesse "urbi et orbi". L'actuel propriétaire perpétue avec succès cette tradition faite de rigueur, d' exigence de qualité et d' innovation permanente pour produire des crus remarqués, à l'exemple de la désormais fameuse cuvée "Clos Cardinal". Le domaine propose également aux visiteurs des dégustations sur le site et un service de vente aux particuliers. Chemin du Stiletto - 20167 Mezzavia - Tél. 04 95 22 37 30

QUENZA

Voyage voyage

Corse Odyssée Au coeur de l'Alta Rocca,voici un gîte de séjour surprenant :Pierre Paul Vincenti et son épouse Nathalie ont fait de cette étape incontournable, en pleine verdure avec vue grand angle sur lesAiguilles de Bavella un endroit chaleureux et dépaysant. Les huit chambres à thème proposent des déclinaisons exotiques,rappellant le parcours des corses à travers le monde : chambre asiatique, chambre africaine, chambre vénitienne, et, bien sûr, chambre napoléonienne pour n'en citer que quelques unes...La tonalité des pièces communes est résolument baroque,plutôt inattendue en montagne, et très réussie grâce au goût et à l'inventivité de Nathalie. Un parti pris

d'exotisme et d'originalité que l'on retrouve dans la cuisine,qui allie volontiers spécialités corses et saveurs venues d'ailleurs.Corse Odyssée reste également une base de départ pour les randonnées et organise des sorties canyoning, avec des moniteurs diplômés.Tout est prévu pour faciliter le grand frisson,du prêt d'équipement au repas à emporter ! Cette adresse tient toutes ses promesses, de la gentillesse de l'accueil à la qualité des prestations, en laissant la porte ouverte au rêve.. Corse Odyssée, quartier Pentaniella 20122 Quenza. Tel 04 95 78 64 05 www.gite-corse-odyssee.com / Email : corseodyssee@aol.com

Retrouvez tous les mois le magazine Aria sur le site de la CCM Airlines

www.aircorsica.com


Restaurants

sur la plage

Restaurant des Halles

en ville

sur le port

à la campagne

Chez Paulo

Le plus ancien restaurant d’Ajaccio. Sous les voutes, différents espaces décorés avec goût et raffinement confèrent à ce lieu un caractère particulier. La table est soignée et vous serez accueillis par une patronne très attentive, côté cuisine, le chef n’est autre que son époux , il vous proposera une cuisine raffinée et traditionnelle avec une carte très variée. Menus à partir de 15 euros, très complets. A découvrir absolument. 4 rue des Halles /20000 Ajaccio Ouvert tous les jours sauf dimanche Sélectionné dans le Gault Millau 2009. 04 95 21 42 68

Restaurant Le 20123

Un des plus anciens restaurants d’Ajaccio, propriété de la même famille depuis 30 ans,aujourd’hui tenu par les enfants. La cuisine est traditionnelle avec une carte très variée : viandes, poissons, Pizzas au four a pierre, et recettes de spécialités corses. Vous trouverez également dans cet endroit aux allures d’auberge, situé au coeur du vieil Ajaccio, un accueil des plus chaleureux. Service jusqu’a 2 heures du matin et 3 heures le vendredi et le samedi.

7, rue du Roi de Rome /20000 Ajaccio Ouvert tous les jours sauf samedi midi et dimanche midi

04 95 51 16 47

Le Magic

Le village dans la ville. C’est au coeur de la basse vallée du Taravo au village de Pila Canale que le 20123 est né en 1987. Il a pu résister à l’exode rural pendant plus de 10 ans avant de s’installer définitivement à Ajaccio en 1998. C’est en prenant soin de ne rien changer et de tout préserver que le 20123 d’Ajaccio demeure un espace culinaire identitaire où accueil 2, rue du Roi de Rome/20000 Ajaccio ouvert tous les soirs sauf le lundi et tradition riment avec passion.

En créant ce lieu unique en Corse, Carina et Lionel, passionnés par le spectacle et fins gastronomes vous accueillent tous les soirs du mardi au samedi. Dans un décor de cinéma, la soirée débute autour d’une table raffinée accompagnée des délicieux accords de notre pianiste. Puis le spectacle commence alliant chant, danse, rire et émotion. En amoureux, ou entre amis, laissez vous séduire par les différentes formules qui vous seront proposées. Pour les anniversaires le gâteau vous est offert. La salle est également disponible 5, rue des Halles/20000 Ajaccio Ouvert tous les soirs du mardi au samedi pour vos réunions ou repas d’affaires.

Le tout va bien Chez Parenti

Le Santa Barbara

Ce bel établissement sur le port est une institution à Propriano créé en 1935 par la famille Parenti. Les petits enfants, actuels propriétaires de cette ancienne cabane de pêcheurs, proposent une cuisine actuelle, préparée par le chef Freddy Faverot et vouée aux produits de la mer, à base de poisson fourni par des pêcheurs locaux. Référencé dans de nombreux guides côtés dont le Gault Millau, ce restaurant offre à sa clientèle une nouvelle carte à chaque saison, avec notamment sa fameuse langouste à « la Parenti ». Cette table gastronomique reste à prix raisonnable : formule 13, avenue Napoleon/20110 Propriano ouvert tous les jours sauf lundi midi a 23 euros le midi et menus a 32 et 58 euros. 04 95 76 12 14

Ambiance chic et décontractée, déco sobre et élégante tout ici s’inspire de l’art de vivre et du raffinement. Avec une vue imprenable sur le village de Sartène, un service haut de gamme et le soucis permanent du détail vous gouterez la cuisine de Gisèle Lovichi, une valeur sur de la région qui s’inspire des trésors des producteurs locaux et des saveurs de corse. Avec quelques plats signatures, tel que : le pigeon aux baies de myrtes ou encore la côte de veau corse châtaignes confites. De l’attention et de la disponibilité 20100 Sartène pour recevoir dans les règles de l’hospitalité corse. 04 95 77 09 06

04 95 21 50 05

L’Instant Ouvert depuis cinq ans, le restaurant grill d’Alain Abraïni est très apprécié dans la région. Décor chaleureux, cuisine ouverte sur la salle et une grande cheminée pour vous accueillir. La formule est simple tout est cuit au feu de bois. La carte est un mélange de tradition et de cuisine nouvelle élaborée avec une charcuterie et des produits locaux. Au menu filet de boeuf piqué au prisuttu, figatelli grillé et son pain, gambas à la pancetta... Une étape recommandée (restaurant Route de Propriano/20100 Sartene Fermé le dimanche soir et le mercredi aux normes pour handicapés). 04 95 10 49 89

04 95 51 06 64

Le jardin de l’échauguette Situé dans les remparts de la vieille ville ce restaurant de caractère possède une terrasse surplombant le Golfe du Valinco. Un véritable jardin d’eden ombragé d’acacias et d’orangers avec une échauguette du XVIe siècle. La cuisine est raffinée et traditionnelle, le chef , agrémente ses plats de produits locaux et de saveurs typiques : herbes du maquis, épices… A goûter entre autres, la terrine à la myrte, le carré d’agneau aux herbes du maquis et le fiadone. Les prix sont raisonables avec un menu corse a Place de la Vardiola/20100 Sartene 19,00 € , un menu délice a 27,50 €. Une ouvert tous les jours midi et soir 06 20 40 71 49 table à découvrir.


Le

COUPS DE COEUR

Café Fleurs

des

A lire

Revue Fora n°04 “Pour vous dépayser sans vous déraciner ” : Fora, revue “transculturelle” selon la définition même de ses concepteurs met en regard la culture corse et d’autres cultures du monde, privilégiant les lignes d’appartenance commune. Semestrielle, cette publication mêle contributions très “intellos”, documents historiques et témoignages de proximité pour donner une photographie somme toute assez réaliste de nos rapports avec des peuples proches ou lointains : japonais, maghrébins, mexicains nous deviennent ainsi plus familiers à l’aune de nos similitudes identifiées et de nos différences assumées. Fora fait appel à des rédacteurs de tous horizons, corses ou non, journalistes, écrivains, acteurs culturels et sociaux, qui livrent ici

une réflexion intelligente, un éclairage original, sur ces Autres à la rencontre desquels il faut avoir la curiosité d’aller sans préjugés... Le quatrième numéro cette belle revue est consacré aux liens réels ou fantasmés entre les communauté juive et corse. A travers une série de textes divers, denses, précis, informatifs sans lourdeur, plusieurs intervenants parmi lesquels Amos Oz, Gabriel-Xavier Culioli, Rachel Ertel, Edmond Simeoni, Shlomo Sand, Philippe Lazar, Daniel Sibony, Laetitia Himo ou encore Antoine Casanova nous racontent leur expérience, échangent leurs points de vue, explorent des pistes nouvelles, pour nous dire à quel point, finalement, un homme reste semblable à un autre...Tout le reste ne relevant sans doute que d’un habillage plus ou moins joli, à géométrie infiniment variable. Fora nous explique de façon argumentée, parfois savante, en tout cas jamais ennuyeuse, que notre spécificité est aussi précieuse que soluble dans l’ éternelle nature humaine. (S.A) Fora n° 4 Hiver-Printemps 2009 ( 136 pages - 7, 5 €) www.revue-fora.org

BRASSERIE RESTAURANT CAVE A CIGARES WIFI ACCESS AFTER WORK LIVE DJ DU MARDI AU SAMEDI 19.00-00.30

13, COURS SALEYA TÉL : 04 93 62 31 33 VIEILLE VILLE “ ZONE PIETONNE”

06300 NICE

A suivre

La Corse au Trésor 2009 De l’audace, de l’inventivité, de la détermination...et de la crédibilité ! Il fallait au moins tout ça pour monter une course nautique pas comme les autres, alliant esprit sportif, chasse aux indices et parcours spectaculaire. La Corse aux Trésors, organisée depuis l’année dernière par l’ajaccien Gérald Aicardi, spécialiste des équipements nautiques haut de gamme, fait partie des évènements d’exception qui mettent l’île au niveau de ses grands voisins méditerranéens...Du 24 au 26 avril, entre Cargèse et Capo Rosso, cette compétition atypique en scooter des mers permettra à ses participants de résoudre une énigme, de balise en balise, grâce à des informations historiques ou culturelles.Les chiffres sont éloquents : en 2008, 45 jets, 60 participants, 50 bénévoles, 6 bateaux d’encadrement, 2 bateaux VIP et une belle couverture médiatique ont assuré le succès de l’épreuve. Cette année, le nombre de participants est en hausse - 60 “machines” ! -, et La Corse aux Trésors n° 2 s’annonce exceptionnelle... Au programme de ce week-end : Vendredi 24 avril : Accueil des participants à l’aéroport Napoléon Bonaparte et au port maritime Tino Rossi, Accompagnement des participants jusqu’au bivouac à Cargèse, Prologue dans le golfe de Cargèse, nuit au bivouac à Cargèse où est basé le QG de la compétition. Samedi 25 avril : Matin :briefing et départ des « chercheurs de trésor ». Fin après midi : débriefing de la journée.Soir : Repas corse avec animation et chants corses, Nuit au bivouac à Cargèse.Dimanche 26 avril : Matin : Briefing, départ des « chercheurs de trésor ». Après midi : Arrivée définitive des « chercheurs de trésor ». Soir : Remise des prix à l’espace Aicardi et à l’espace Jet à Ajaccio/Mezzavia. Outre son intérêt sportif indiscutable, cette initiative ambitieuse est également un évènement touristique et culturel de qualité qui permet de faire découvrir, ou mieux connaître, les richesses de notre “île de Beauté”. Bonne et longue route ! (S.A) Du 24 au 26 avril. Renseignements complémentaires : www.espace-aicardi.com © XDR

Avril 2009 ■ aria

27


ZOOM

PROMENADE À CAMPO MORO Nichée au creux du golfe du Valincu, la Tour de Campo Moro, sentinelle génoise, domine la Méditerranée alentour…Dans un paysage somptueux, la plus imposante tour de Corse dresse son intemporelle silhouette. Visite guidée…

© Jean François Mata

28

aria ■ Avril 2009


ZOOM ampo Moro a gardé depuis son origine une particularité rare de nos jours : une seule entrée. Alors que la multiplication des moyens d’accès est devenu la règle, ici, une seule route traverse le village de Belvedere : dominant le golfe de Valinco, elle nous conduit vers un petit port cerné par quelques maisons semblant se « serrer » entres elles pour partager un mode de vie révolu. L’Eglise Saint Antoine se fait discrète derrière une maison dont la blancheur la distingue des autres, c’est l’antique demeure d’un écrivain du début du XX eme siècle, Michel Lorenzi de Bradi, couronné par l’Académie française, auteur de nombreuses nouvelles et d’un ouvrage de référence La vraie Colomba, retraçant l’atmosphère et les faits réels ayant inspiré Prosper Mérimée. Plus haut, en retrait comme il sied à ce type d’édifice, le Château Durazzo, niché dans les eucalyptus, fait le lien avec un habitat résidentiel plus récent. Abrité dans une végétation dense, surplombant les petites maisons de pécheurs qui s’étirent le long d’un minuscule chemin, les nouvelles installations se dissimulent sous la Tour de Porto Erice. C’est sans conteste la plus imposante des 90 tours qui ceinturent le littoral de la Corse. Trois ans après le « sac de Sartene », en 1583, par les barbaresques, Gènes dans cette deuxième partie du XVI eme siècle, devant le péril turc semble avoir abandonné l’idée d’une véritable défense maritime. En effet une seule galère sillonne les côtes, et une nouvelle politique est mise en place : un programme de construction de tours qui verra la naissance d’une centaine d’édifices.

C

Voici venu le « temps des ingénieurs »… C’est ainsi qu’étaient désignés, à l’époque, les architectes de ces ouvrages. Le 10 avril 1585, le Surintendant Carlo Spinola est nommé Commissaire à la fabrication de la tour de Porto Erice (ancien nom de Campo Moro). Ce chantier fut sinon décidé au moins hâté après une énième attaque des turcs (i Turchi) perpétrée contre la ville de Sartene et ses environs, razzia durant laquelle plus de 450 habitants furent capturés.En 1586, après une courte période de travaux, 12 mois seulement, la plus volumineuse tour de Corse (15 mètres de haut, 36 mâchicoulis) était terminée. Elle s’organisait de façon pratique, un grand espace d’habitation servait à loger la petite garnison (5 à 8 personnes) au premier étage qui était le niveau de l’entrée. Un escalier permettait l’accès à la terrasse, lieu de vigie remarquable. Ce n’était pas l’unique intérêt de ce lieu, l’inclinaison du sol était destinée à faciliter l’écoulement de l’eau de pluie vers la canalisation qui remplissait la réserve d’eau située dans les fondations de la tour. Son originalité est d’être fortifiée par un mur d’enceinte en étoile (un ravelin : une muraille), doté d’un chemin de ronde, fort bien intégré dans le paysage. Cet ouvrage complétait le long des côtes un système de postes de guet. Chaque soir les « torregiani » (gardien des tours), après l’Ave Maria allumaient sur la terrasse un feu unique qui devait être vu par les postes voisins, ce qui était le message annonciateur d’une nuit calme… si le danger se précisait, ils allumaient autant de feux qu’il y avait de vaisseaux ennemis.

© OTSV Avril 2009 ■ aria

29


ZOOM

Ces indications se communiquaient de proche en proche, et en l’espace d’une heure l’île entière était informée. La Tour et le fortin de Campo Moro, dûment restaurés en 1988, sont bien sûr inscrits à l’Inventaire des Monuments Historiques. L’été à l’initiative du Conservatoire du Littoral, actuel propriétaire des lieux, des expositions sont organisées, les petits panneaux explicatifs à travers le maquis vous conduiront à l’« assaut » de la tour. Cette visite n’est que le prélude à des instants rares. Suivons ce haut fonctionnaire qui, tous les ans, parcourait sa « Roche de Solutré ». Au plus fort de l’été, il se faisait déposer au pied de la Tour, alors que le jour naissait, et solitaire il se dirigeait vers Tizzano en empruntant le « chemin des douaniers ». A son retour ne transparaissait que le recueillement, ce n’était pas un partage mais plutôt une invitation à imiter cette quête d’émotions. Michel Lorenzi de Bradi a, il y a longtemps parcouru les mêmes lieux et complice il nous questionne : « Avezvous regardé un paysage corse ? Son pittoresque est par endroit, chaotique ; ses maquis sont tordus, parfumés, hermétiques, forgés comme des ébauches de bronze ; ses rocs évoquent certaines figures des préhistoires ; dans la lumière de son silence l’aigle épouvante l’épervier tandis que le merle lance un chant de Tyrtée et que la chèvre nourricière de la race corse, semble contempler l’infini du haut d’un rocher. »

Sentier d’accès à la Tour © OTSV

L’écrivain ayant emprunté lui aussi l’unique route s’est laissé entraîner et nous invite à l’accompagner dans son voyage, entre ciel et mer sur l’étroite corniche épousant les replis des criques et traversant les plages, toujours plus au Sud….. Jean Bucchini Andreotti

© OTSV

30

aria ■ Avril 2009


LʼANNÉE CORSE LʼANNU CORSU

2008 La retrospective complète de lʼannée écoulée en Corse : L’année corse au jour le jour Toute l’année 2008 décrite jour par jour

Les événements mois par mois Les événements marquants mois par mois Regards sur l’année 2008 Des synthèses thématiques ( économie, politique, culture, société, sport, agriculture, média, justice etc... ) réalisées par des journalistes reconnus de la presse écrite ou audiovisuelle

Mais aussi... Personnalités de l’année, “trombinoscope” des élus, vie des micro-régions, chiffres significatifs, créations, grands travaux ...

Plus de 400 photos et illustrations

En vente en kiosque et en librairie

8 euros 150 pages couleurs


L’Esprit du

R E S T A U R A N T

Produits corses Spécialités de la mer

13, Bd du Roi Jérôme 20000 AJACCIO Tél : 04 95 51 23 81


AGENDA CORSE AJACCIO

EXPOSITION Depuis le 16 mars

LAURENT CARDINALI, PHOTOGRAPHE DE LA CORSE OUBLIÉE Le Bar Grandval, véritable institution ajaccienne, a été ouvert par Jacques Ansidei au tout début de l’artère éponyme en 1892. C’est l’un des plus anciens et surtout des plus incontournables cafés d’Ajaccio. Dans une atmosphère originale,un brin désuète, les passionnés d’actualité locale et les férus d’histoire se retrouvent pour échanger leurs idées, plaisanter ou discuter de tout et de rien. Jean-Claude Fieschi, petit-fils du fondateur de l’établissement, qui a hérité du surnom familial, « Stacchitonu », s’en occupe avec sa femme Marie- Jeanne et sa fille Sandrine, aussi souriantes et avenantes que leur époux et père peut être bougon... On y croise toutes les composantes de la société ajaccienne, tous les âges, tous les corps de métiers et tous les milieux sociaux...Jean-Claude Fieschi, excellent photographe et grand collectionneur, a immortalisé de nombreux moments de la vie locale. Il dispose également d’une “mine d’or” documentaire avec des clichés souvent uniques, portant sur des thèmes très divers. Dans son café, il organise ainsi des expositions informelles, spontanées, d’une rare qualité. En ce printemps 2009, JeanClaude a voulu rendre hommage à un grand photographe, précurseur de la photographie en Corse, Laurent Cardinali (1853-1935). C’est un évènement à ne pas manquer, qui met en lumière le travail remarquable d’un homme au talent aujourd’hui méconnu. Et qui nous rappelle de façon émouvante les images d’une Corse disparue... Bar Au Grandval, chez Jean-Claude Fieschi, 2 cours Grandval 04 95 21 13 15

MUSIQUE

EVÉNEMENT

LE PRINTEMPS D’AJACCIO

Le 2 avril à 20h30

JEAN-CLAUDE PAOLINI RÉSONANCES

Musicien atypique et batteur du groupe I Muvrini, Jean Claude Paolini propose un concept original : il installe avec sa batterie un dialogue surprenant imprégné de différentes cultures rythmiques, créant ainsi climats et contrastes. Son inspiration musicale prend naissance dans le mouvement. Par l'écriture et l'improvisation, il nous emmène dans un voyage au coeur des sons et des résonances, où se mêlent éclats, murmures et silences. Avec Patrick de Bana, danseur étoile. Palais des Congrès. Renseignements 04 95 50 40 80 Le 5 avril à 18h30

LES DIMANCHES EN MUSIQUES Les Sept dernières Paroles de Notre Rédempteur sur la Croix de Joseph Haydn (1732 – 1809) - Ensemble Orfeo Isulanu Philip Tallis : Violon classique - Isabelle Robert : Violon

Au printemps, le Pays d'Ajaccio vous reçoit en vous proposant, chaque jour d’avril, une ou plusieurs activités ludiques, sportives ou culturelles! Près de cinquante rendez-vous dont douze entièrement gratuits pour découvrir et apprécier une destination pleine de surprises...Espace nature d’exception, ville et pays d’Empire et d’histoire, destination vacances actives, terre de saveurs et de savoir-faire, le pays d’Ajaccio vous accueille dans la douceur de son climat en vous offrant de nombreuses occasions de partage et de rencontres... Temps forts du programme, les fours collectifs des villages sont rallumés à l’occasion des fêtes pascales pour la cuisson des spécialités gourmandes (caccavelli)... Plusieurs dates d’animations sont proposées à Vero, Carbuccia, Bastelica et Bocognano. Grossetto invite à deux rendez-vous gastronomiques «Echappée belle». Culture et patrimoine sont à l’honneur ; visites guidées, promenades en mer, concerts de polyphonies, archéologie, géologie, activités naturalistes et une étrange rencontre avec la colonie (protégée) des goélands d’Audouin ou encore des contes et l’incroyable aventure de Charles Bonaparte (père de l’Empereur) racontée en musique! Les activités sportives le seront tout autant, avec des balades thématiques, du kayak de mer, de l’escalade, du VTT, et le tout premier challenge de Polo-Velo à Ajaccio...En solo, en couple ou en famille le Pays d'Ajaccio vous invite à la fête pour un cocktail d'activités - plaisirs à consommer sans modération! Du 6 avril au 3 mai. Programme détaillé et renseignements www.ajaccio-tourisme.com et www.gravona.com classique - Mirjam Cambrolla : Alto classique - Irmtraud Hubatschek : Violoncelle classique. Les Sept Dernières Paroles du Christ en croix est une oeuvre de commande faite à Joseph Haydn lors de la Semaine sainte de 1785 pour un office liturgique : le prêtre devait citer chaque parole du Christ, suivie d’un morceau de musique. Cette création eut lieu à l'église de Santa Cueva de Cadix l'année suivante ; en 1787, Haydn reprend la partition sous forme de sept quatuors dont chacun porte en exergue l'une des paroles du Christ. Eglise Anglicane, cours Général Leclerc. Renseignements 04 95 50 40 80

Le 4 avril à 21h

Le 11 avril à 21h

DOPU CENA

JACQUES CULIOLI

Dopu Cena est un collectif de musiciens – chanteurs qui s’est donné pour objectif la valorisation des expressions musicales corses de tradition orale. Le désir des membres du groupe est donc de faire une musique conviviale, à portée de main, à laquelle tous puissent participer. Dopu Cena redonne à la musique son caractère festif. Pour eux, la musique traditionnelle doit porter du plaisir, transmettre une envie irrésistible de chanter, de se remuer, de se dégourdir les jambes. Aghja, chemin de Biancarello. Renseignements 04 95 20 41 15

Jacques Culioli, compositeur et interprète, est originaire de l'extrême sud de la Corse.Le chanteur est ainsi, par ses influences, le fruit d'une triple convergence: d'abord dans la plus pure lignée de l'oralité traditionnelle, puis par un passage par l'école du chant Avril 2009 ■ aria

33


AGENDA CORSE classique et enfin, par une carrière marquée par la participation aux meilleures formations corses issues de la période du Riacquistu.Il vient de remporter le Prix du Public et le Prix du Jury de l'Eurovision 2008 des langues minoritaires en Suède. Il est accompagné de 10 musiciens et choristes. Il interprète un répertoire issu de ses trois premiers albums ainsi que des nouvelles chansons du 4ème, dont la sortie est prévue courant 2009. Palais des Congrès - Billeterie Rapsodie, 4 rue Fesch - tél. 04.95.21.63.60 Le 11 avril à 21h

CONCERT DE CHANTS LYRIQUES SOTTO VOCE Ce concert est une invitation au voyage dans le monde de la musique et du chant. L'ensemble Sotto Voce présentera en exclusivité des extraits d'opéra-comique ainsi que des extraits d'opérettes. Parmi les oeuvres retenues pour cette soirée : des pièces baroques de Frescobaldi, Vivaldi, du lied avec Mendelson, un divertimento avec Rossini, Saint-Saëns. Puis des airs d'opéra : les noces de Figaro, Don Giovanni. Suivent des airs d'opérettes avec entre autre : les Cloches de Corneville, les Mousquetaires au couvent.La formation sera accompagnée au piano par Christophe Peilho, professeur au conservatoire de musique d'Ajaccio.

Feist, Nouvelle Vague, Emilie Simon, Be Your Own Pet, Regina Spektor, Soldout ou Emily Jane White. La mouture 2009 se prépare, rendez-vous en avril pour la première fois en Corse !

CONCERT DE POLYPHONIES LES VOIX DE L'EMOTION Dans le cadre du programme le Pays d'Ajaccio fête le printemps, l'office de tourisme vous invite à découvrir Les Voix de l'émotion. Se présentant comme un véritable Collectif , constitué par plusieurs formations de chanteurs «Les Voix de l’Emotion» interprètent l’intégralité du répertoire insulaire ; traditionnel et religieux, empreint de perpétuer les us et coutumes de la société corse, à travers le temps. De nombreuses évocations à la souffrance liée au départ, au fait de quitter les siens, ainsi qu’aux Saints, pour implorer un pardon ou une protection. Une évocation du temps qui passe, mais toujours et encore cette lumière qui nous guide vers d’espoir et de joie, dans l’attente de retrouver ce qui nous est cher. A travers ce spectacle, vous pourrez découvrir et ressentir la perfection d’une polyphonie corse, sans concession, pour un résultat d’une grande intensité.

LES FEMMES S’EN MÊLENT

DANSE

34

aria ■ Mars 2009

FIERA DI U CASGIU 2009

Le 29 avril à 19h

Le 24 avril à 21h

Scène musicale féminine indépendante - 12ème édition avec Scary Mansion (USA) et The Baboon Show (Suède) Depuis 1997, le Festival Les Femmes s’en mêlent consacre la création féminine indépendante sous toutes ses formes. De la folk apaisée aux vrombissements d’un rock fiévreux, de la pop enjouée à l’électro tonitruante, entre découvertes, révélations et consécrations, le rendez-vous est devenu incontournable au fil des ans. On y a vu Kim Gordon,

EVÉNEMENT

Aghja - 6, chemin de Biancarello Renseignements 04 95 20 41 15

Eglise St Erasme d'Ajaccio - Rue Forcioli Conti - Prévente à l'Office de Tourisme 04 95 51 53 03, vente sur place à partir de 18h sous réserve des places disponibles.

Espace culturel Locu Teatrale 8 rue Hyacinthe Campiglia tél. 04.95.10.72.03

VENACO

Le 30 avril à 20h30

ARUNACHALA

L’association « A Fiera di u Casgiu », née avec des bénévoles du canton de Venaco, a créé, il y a quatorze ans, une véritable foire rurale en choisissant comme thème les fromages fermiers. Mais à côté des bergers, producteurs de fromages fermiers de Corse, plus de cent exposants, producteurs agroalimentaires ou artisans d’art, viennent exposer leurs productions. Le règlement de la foire et les conditions d’admission adressés aux exposants s’appuient sur la charte de la FFRRAAC (Fédération des Foires Rurales et Routes Agricoles et Artisanales de Corse). Les efforts pour améliorer chaque année la sélection des exposants constituent une forte incitation, pour nos artisans, à produire et exposer des produits corses de qualité. C’est pourquoi plusieurs milliers de visiteurs viennent chaque année sur le champ de foire témoigner de leur attachement particulier à nos productions fromagères, confortant ainsi le succès croissant de cette manifestation. Les 2 et 3 mai. Renseignements 04 95 47 15 19 cette aventure humaine et artistique depuis de nombreuses années. La Compagnie du Jeune Ballet Corse est un espace d’expérience pré-professionnelle, d’échange, de formation, de transmission. Actuellement, 16 pièces chorégraphiques, toutes dans des styles différents, sont au répertoire de la compagnie. C.C.A.S. de Porticcio - Renseignements 04 95 50 40 80

Compagnie du Jeune Ballet

HUMOUR

Corse

Les 22 et 23 à 20h30

“Je rêve à la montagne sacrée. Elle est peuplée de jeunes femmes qui viennent la vénérer. Elles portent dans leurs coeurs la petite lumière de l'espoir.” Un chant du corps exceptionnel. Pour fêter ses dix ans d'existence, la compagnie nous offre cette création chorégraphiée par AnneMarie Porras qui accompagne

PIDO EN SOLO Durant 90 minutes, l'humoriste déclinera une palette de personnages hauts en couleurs. Entre Nénette de Lupino, Antoine de Pietra-di Verde, le colonel de gendarmerie ou Ange dit "Hin-Hin", Pido débite un monologue détonnant.

Palais des Congrès d'Ajaccio, Quai l'Herminier. Places en vente à la boutique Rapsodie, 4 rue Fesch 04.95.21.63.60

THÉÂTRE Le 8 avril à 20h30

U LAVATOGHJU De Hélène Prevost et Dominique Durvin. Direction artistique et mise en scène : Jean-Pierre Lanfranchi, Cie Unita teatrale. Scénographie : Milou Tomasi. Traduction : Jeannine Lepidi. Décor et lumière : Paul Sciacca. Photos : Stonde. La pièce parle d’une période un peu oubliée de l’histoire de la Corse où l’île est en pleine possession de ses moyens humains. Les villages sont encore le lieu de la vie, d’une organisation sociale vieillissante mais en pleine activité. Les lieux de lessive (i lavatoghji) représentent des

lieux de liberté pour les femmes. Elles y passent des moments intenses où elles se retrouvent, elles qui sont souvent consignées aux tâches de la maison et de ses abords. En effet, les hommes y sont interdits, eux, leur autorité et leurs règles. Alors la parole prend toute sa place. Les langues se délient, les réputations se font et se défont. On rit, on pleure, on chante, on vit quoi...Cette pièce de Dominique Durvin et Hélène Prévost a reçu le prix spécial d’Avignon off et le premier prix du festival d’Edimbourg. Elle a été traduite en Angleterre, aux USA, en Italie, en Suisse germanique, en Finlande, en Suède, en Hollande (dans une très vieille langue qui existait avant les invasions saxonnes), en Chine… et maintenant en Corse. Palais des Congrès - Renseignements 04 95 50 40 80


AGENDA CORSE PROPRIANO

MUSIQUE Le 24 avril à 21h

I SURGHJENTI En Corse, le chant est immanent à l’Histoire. Comme un jaillissement inspiré à la source d’une tradition vocale séculaire, I Surghjenti incarnent la reconnaissance d’une forte empreinte culturelle. Le point de départ des créations du groupe se situe dans les profondeurs du passé...Le groupe est composé de quatre chanteurs aux voix très différentes auxquelles se joignent, selon les spectacles, des instruments contemporains tels qu’un piano, un accordéon, une basse, des percussions ou des guitares.A la plénitude de leur art, I Surghjenti se produisent aujourd’hui en concert sur scène ou en acoustique dans les églises, partout dans le monde : du Canada au Mexique, de la Suisse au Japon...

rencontres destinées au grand public et aux scolaires. Ce 8ème Cycle du film « Résistance » tentera de répondre aux attentes de mémoire et d’histoire et sera l’occasion de rencontrer de nombreux intervenants, témoins ou acteurs de la Résistance.Cette année la Cinémathèque de Corse a sélectionné deux films pour illustrer la thématique : “Black book” de Paul Verhoeven (2006) présenté le 14 avril à 20h( Séance spéciale en présence de Marthe Cohn et Marcel Santoni )et “Vivre libre” de Jean Renoir (1943 ), présenté le 17 avril à 21h.

SARTÈNE

EVÉNEMENT

CARNAVAL DE SARTÈNE

Cinémathèque. Programme détaillé et renseignements 04.95.70.35.02 www.casadilume.com

BASTIA

EVÉNEMENT Du 2 au 5 avril, expos jusqu’au 15 mai

BD À BASTIA 2009

Théâtre de Propriano, Parc des sports. Renseignements 04 95 76 70 00

PORTO VECCHIO

EVÉNEMENT

Fidèle à la tradition du célèbre carnaval d’autrefois, l’association Sarten’Allegria rend à cette manifestation populaire son lustre d’antan. Au programme de ces journées festives hautes en couleurs, animations,bals masqués,défilés de chars d’ici et d’ailleurs. Ce joyeux évènement dédié aussi bien au jeune public qu’aux adultes de tous âges débute par la présentation de sa majesté Carnaval avec de nombreuses animations proposées aux enfants; elle est suivie d’un défilé des différents groupes internationaux présents à cette occasion et se termine le dernier jour par un grand « Corso» auquel participent les chars réalisés dans le plus grand mystère par des “carnavaleux” locaux, sans oublier en soirée la crémation de sa majesté. Un grand bal clôturera chacune de ces journées. Le 30 avril et les 1,2 et 3mai. Rues et places de Sartène.

Du 14 au 18 avril

8E CYCLE DU FILM ”RÉSISTANCE”RENCONTRES CINÉMA - HISTOIRE

A l’occasion du 8ème Cycle du Film « Résistance » Rencontres cinéma-histoire, la Cinémathèque Régionale de Corse et l’Association des Anciens Combattants et Amis de la Résistance A.N.A.C.R. 2A ont décidé de renouveler leur partenariat. Durant cette manifestation, l’A.N.A.C.R. 2A présentera au public une dizaine de films repartis au cours d’une vingtaine de

Les 16e Rencontres de la Bande Dessinée et de l’illustration nous proposent cette année encore des rencontres, des ateliers, des débats, des animations, des spectacles de théâtre jeune public, des projections de films d’animation et pas moins de quatorze expositions originales visibles jusqu’au 15 mai... Centre Culturel Una Volta. Renseignements 04 95 32 12 81 www.una-volta.org

FESTIVALS Du 28 avril au 7 mai

E TEATRALE Déjà six ans que le festival « E teatrale », sous la direction artistique de Jean-Pierre

Lanfranchi braque tous les projecteurs sur la création insulaire. Chaque année environ 25 spectacles sont présentés,pour tous publics, de tous styles, en langue corse comme en langue française. Une vitrine exhaustive de l’intense vitalité et de l’éclectisme sans complexes du théâtre en Corse. Théâtre municipal - Renseignements 04 95 34 98 00 www.bastia.fr Les 22, 23, 24 et 25 avril

JAZZ EQUINOXE 2009 Jazz équinoxe, c’est le jazz à Bastia depuis 2003. Le jazz un mot qui résonne comme la magnificence d’un art tribal. Au programme cette année : Tinta Azul, Scott Hamilton, Wilko Johnson,

Mélanie Dahan (révélation Jazz à Juan 2005), Ron Carter Quartet, Susanne Alt quartet (vainqueur du dutch jazz compétition au north sea jazz festival en 2004), Jazz equinoxe all stars (Mark Whitfield, Grant Green,Paolo fresu….), Jimmy Moliere Quartet... Théâtre municipal - Renseignements 04 95 34 98 00 www.bastia.fr

THÉÂTRE Les 17 et 18 avril à 20h30.

MON PÈRE AVAIT RAISON De Sacha Guitry.Mise en scène de Bernard Murat. Avec Claude Brasseur, Alexandre Brasseur... Sans doute, l'un des 3 ou 4 chefs d'œuvre de Sacha Guitry. En prenant pour thème la

famille, il traite en fait des problèmes humains essentiels : l'amour, la transmission, l'éducation et la société, avec brio et sensibilité. Théâtre municipal - Renseignements 04 95 34 98 00 www.bastia.fr Le 28 avril à 20h30.

ANDROMAQUE De Jean Racine. Mise en scène de Thomas le Douarec. Avec Natacha Amal, Marie Parouty... Cette pièce est un véritable jeu de massacre. C'est là où la grande intelligence de Racine sert magnifiquement son propos. « Natacha Amal, belle à couper le souffle donne son grain de voix si singulier aux suppliques d'Andromaque »( Le Dauphiné libéré ). Théâtre municipal - Renseignements 04 95 34 98 00 www.bastia.fr Mars 2009 ■ aria

35


AGENDA PROVENCE MARSEILLE

de-provence.org Jusqu’ au 30 mai

EXPOSITIONS

L’ ECOLE DES PEINTRES

Jusqu’au 3 mai

Dix portraits du Musée des Beaux-Arts de Marseille

HUMOUR ET DÉRISION Dessins, installations, peintures, photographies, vidéos

En écho au climat morose qui règne dans le monde et n'épargne pas le milieu de l'art contemporain, la Fondation Regards de Provence - Reflets de Méditerranée - met à lʼhonneur le thème de « Lʼhumour et la Dérision » au travers de 130 œuvres,

Philippe Ramette L’ascension

dessins, installations, peintures, photographies et productions visuelles et sonores. Elle propose un voyage poétique, humoristique, parfois surréaliste, où se juxtaposent 16 artistes, français, espagnols et néerlandais du XXème siècle, dont leurs œuvres sont prenantes - à la fois fortes et détonantes. Cet évènement original laisse libre cours à lʼimagination, à lʼesprit loufoque et à la magie burlesque des artistes et incite à la bonne humeur. Pilar Albajar et Antonio Altarriba, Jean Bellissen, Roger Blachon, Dominique Carrié, Jeane Derome, Bernard de Tournadre, Albert Dubout, Joan Fontcuberta, Gilbert Garcin, Teun Hocks, René Maltête, Christian Ramade, Philippe Ramette, Olivier Rebufa, Ben Vautier, Michel Zevort constituent cette palette dʼartistes humanistes. Palais des Arts, 1 place Carli, cours Julien Renseignements 04 91 42 51 52 - www.regards-

36

aria ■ Avril 2009

Cette exposition destinée aux enfants propose une découverte des courants et échanges en Europe, entre la fin du XVIe s et le début du XIXe s à travers l’observation de dix portraits issus des collections du musée des Beaux Arts de Marseille. Les oeuvres présentées : Anonyme XVIIIe s - Portrait de femme vêtue à l’orientale ; Pier Francesco Cittadini ( 1613 1616 ) - Portrait d’une princesse ; Françoise Duparc ( 1726 1778) - La vieille ; Martin Faber (vers 1577 - 1648 ) - Autoportrait ; Jean-Baptiste Greuze ( 17251805 ) - Autoportrait âgé ; Antoine-Jean Gros ( 1771 - 1835 ) - Portrait de Madame Fravega ; Frans II Pourbus ( 1569 1622 ) - Portrait de l’ Archiduc Albert d’Autriche, Gouverneur des Pays Bas ; Carlo Maratta ( 1625 - 1713 ) Portrait du Cardinal Alderano Cybo ; Jan Van Bylert ( 1598 - 1671 ) Portrait de femme ; Jacob Ferdinand Voet (1639 - vers 1700) - Portrait d’homme, dit l’Homme à la ganse jaune.( Une opération réalisée dans le cadre de la Saison Culturelle Européenne ). Préau des Accoules, 29 Montée des Accoules - Renseignements 04 91 91 52 02

En permanence

ART CONTEMPORAIN AU CARIBOU

EXPOSITION

À l'occasion du dixième anniversaire de la mort de Bernard Buffet, une soixantaine d’ œuvres de l’ artiste seront présentées à la Vieille Charité. Ces tableaux, pour la plupart inconnus du public, font partie de collections personnelles. On découvrira que, bien au-delà des années cinquante, les décennies suivantes recèlent des œuvres de très grande La poissonnerie - 1951 qualité. Sa production qui parfois relève de la bande dessinée, quinze ou vingt ans avant la Figuration libre, ou du Pop Art, ou encore des Mangas Hantai japonais bien avant que ceux-ci ne soient publiés en France, révèle en Bernard Buffet un artiste précurseur en bien des domaines. Depuis quelques années le regard porté sur son œuvre change. Celui qui était consacré par les spécialistes, après la deuxième guerre mondiale, comme le meilleur artiste avec Picasso, opère son retour sur la scène artistique internationale, confortant ainsi le jugement d’ Andy Warhol, qui l’a toujours considéré comme le meilleur peintre français vivant de son époque ! Jusqu’ au 7 juin. Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité - Renseignements 0 810 813 813 en permanence des oeuvres remarquables, signées par des représentants incontournables de la peinture insulaire ou provençale : Ambrogiani, Briata, Quilici, Ferrari, Bernex, Dubost...La famille Catoni, propriétaire des lieux depuis plusieurs générations organise également en été un festival particulièrement “pointu”, intitulé “Singulièrement Brut” , dans son fief d’origine, le beau village de Cagnano, au coeur du Cap Corse. Dans ce cadre sauvage et préservé, les Catoni font de leur hôtelrestaurant un espace d’exposition et de rencontre des créateurs et des artistes contemporains les plus avantgardistes. Une autre façon de faire perdurer la tradition familiale sans doute.... Le Caribou, 38 Place Thiars 04 91 33 23 94 - www.lecariboucorse.com / www.land-arts.fr

Le Caribou, restaurant de cuisine corse et méditerranéenne célébrissime à Marseille est aussi un haut lieu de l’art contemporain dans la cité phocéenne. Sur les murs du fameux “chalet” de la Place Thiars sont en effet exposées

BERNARD BUFFET

Jusqu’au 16 mai

PHOCÉE 1913 – 1920 Le témoignage de Félix Sartiaux ( un livre – une exposition )

Phocée 1913-1920, le témoignage de Felix Sartiaux est une exposition présentée

pour la première fois en France. Des liens historiques unissent Marseille et Phocée, métropole d ‘Asie Mineure : il est donc naturel que cette exposition prenne place au musée d’ Histoire de Marseille. Les Phocéens fondèrent la cité de Massalia en 600 av. J.-C. De très nombreux vestiges archéologiques, et en premier lieu, le site du Port antique - Jardin des Vestiges témoignent de la prégnance de la culture grecque à Marseille. En 1899, lors de la célébration des fêtes du XXVe centenaire de la fondation de Marseille, une délégation de la cité de Phocée remit officiellement à la ville de Marseille le moulage d’ une plaque en marbre représentant un coq provenant de Phocée. Ce coq est aujourd’hui présenté dans l’ exposition. En 1995, le musée d’ Histoire de Marseille proposait une première exposition consacrée à Phocée et la fondation de Marseille. Elle présentait essentiellement des témoins matériels des deux cités et des liens qui les unissaient durant l’ Antiquité. En 2009, l’ exposition Phocée 1913-1920, le témoignage de Félix Sartiaux réalisée par le Musée d’ Histoire de Marseille permet de découvrir,

à travers des photographies, des vues stéréoscopiques spectaculaires, les publications de Félix Sartiaux, cette cité d’ Asie Mineure sous trois aspects : la ville antique révélée par les fouilles de l ‘archéologue Félix Sartiaux, le site maritime de Phocée devenue une petite bourgade d’ Asie Mineure à l’ aube du XXe siècle et les événements qui ont marqué Phocée de 1913 à 1920. Félix Sartiaux (1876-1944), ingénieur et archéologue, fut chargé par le gouvernement français de plusieurs missions de fouilles sur le site de l!Ancienne Phocée (Asie Mineure). Il y dirigea trois campagnes, en 1913, 1914 et 1920. Musée d’Histoire de Marseille, square Belsunce 04 91 90 42 22

EVÉNEMENT / EXPOSITION Du 21 mai au 20 septembre

MARINES ET PORTS MÉDITERRANÉENS Peintures des XVIIIème XIXème – XXème siècles

La Fondation Regards de Provence - Reflets de Méditerranée - présente l’exposition « Marines et ports méditerranéens - Peintures des


AGENDA PROVENCE

Déchargement de la pêche sur le pont - Pellet. A

XVIIIème – XIXème – XXème siècles », dans les salons du Palais des Arts à Marseille. Cet évènement présente plus de 100 œuvres de la collection de la Fondation Regards de Provence dévoilant des huiles, des aquarelles et des gouaches de 72 artistes sur des marines, des paysages côtiers, des ports du pourtour méditerranéen, de la

Au milieu du XIXème, elle glisse, peu à peu, de la peinture d’histoire ou de reportage dramatique, vers le Paysage naturaliste maritime. Les védutes témoignent de la mer devenue calme et poétique sur les rivages, les criques et les baies méditerranéens, elles révèlent la maîtrise de l’artiste sur le motif. Au XXème siècle, la mer n’est qu’une explosion de couleur et de matière. Elle devient la marque d’une expression qui montre la rupture avec la tradition et ouvre les portes de la modernité. Allegre, Ambrogiani, Barry, Bernard, Camoin, Casile, Cauvin, Chabaud, Courdouan, Garibaldi, Henry d'Arles, Lacroix de Marseille, Leprin, Lhote, Lombard, Loubon, Manguin, Marquet, Mayer, Olive, Peske, Ponson, Prieur Bardin, Seyssaud, Valtat, Verdilhan, Ziem font partie des 72 artistes représentés.

AIX EN PROVENCE

EVÉNEMENT

BD À AIX 2009

es Rencontres du 9ème Art, festival de bande dessinée et autres arts associés, revendiquent une véritable identité culturelle. La Bande Dessinée y est au centre du processus de création. Des passerelles sont ainsi tendues avec les arts plastiques, le cinéma, la littérature, le théâtre, la danse, la musique…Ici, les grands noms de la bande Dessinée rencontrent les jeunes auteurs, les éditeurs BD se confrontent aux labels indépendants, le public est progressivement amené à faire évoluer son regard grâce à l’éclectisme des expositions qui investissent les différents lieux culturels et patrimoniaux de la ville. A Aix-en-Provence, la Bande Dessinée Démoniak - Rosse s’expose dans les musées, les galeries d’art ettrouve une place d’honneur au cœur de la Cité du Livre. Le Festival accueille chaque année plus 35 000 visiteurs. Les douze expositions en cours : Mézières, à la Galerie Zola de la Cité du Livre. Lucy, L’espoir, au Muséum d’Histoire Naturelle. Carte Blanche à

L

Palais des Arts, 1 place Carli 04 91 42 51 50

Topis dans le Bassin devant la Salute - Nardi. F

Provence et de la Côte d’Azur et des scènes de vie maritime. La mer a de tout temps inspiré les artistes. Poètes, écrivains, peintres, musiciens, photographes donnent une représentation poétique, réaliste ou imaginaire selon leur tempérament et leur époque. La peinture de marine embrasse le paysage maritime, les vues de ports, les tempêtes, les naufrages, les embarcations mais aussi les

Port Méditerranéen Lallemand J.B

scènes de genre liées à la vie du bord de mer. Documentaire au XVIIème siècle sous l’influence des Pays-Bas, elle devient au XVIIIème siècle « support d’émotion et de plaisir » et décrit la mer sous tous ses aspects, des plus sereins aux plus tragiques.

THÉÂTRE Du 7 au 18 avril, relâche les 12 et 13 avril

ONCLE VANIA Texte d’Anton Tchekhov . Mise en scène Claudia Stavisky. Décor Christian Fenouillat .Lumières Franck Thévenon. Avec Philippe Torreton, Agnès Sourdillon… Oncle Vania ? Une pièce aussi forte qu’un marteau, disait Gorki. S’appuyant sur les talents réunis de Philippe Torreton et Agnès Sourdillon, la mise en scène de Claudia Stavisky devrait frapper juste. Là où se révèle l’incroyable modernité d’une comédie humaine écrite par Tchekhov, il y a plus de cent ans. Une propriété loin de Moscou. On s’y lève tôt, on y travaille dur, sous la houlette de Sonia et de son oncle Vania. De la capitale parviennent de temps à autre de glorieuses nouvelles du grand homme de la famille, Serebriakov. Mais voilà que le manque d’argent contraint celui-ci à rentrer au domaine familial, accompagné de sa seconde et jeune épouse. L’idole si longtemps révérée s’incarne alors sous les traits d’un vieillard égoïste et oisif. En quelques jours, les tensions sont à leur comble… Théâtre du Gymnase. Renseignements 0 820 00 422 www.lestheatres.net

Libératore

Tanxxx

Mézières

Ivan Brun

Bilal

Dans la marge

Stéphane Rosse, au Musée des Tapisseries. Carte Blanche à Tanxxx, Galerie Susini. L’Expo Ginko à la Cité du Livre. Dans la Marge, dessins sur Cahiers d’écoliers à la Cité du Livre. Ivan Brun « dans la boîte » Galerie Bercker. Guillaume Bianco, Cité du Livre. Jorge Alderete, Ecole Intuit Lab. Bastien Vivès, jeune talent de l’écurie KSTR, propose avec cette exposition de nous replonger dans ses planches au « Goût du chlore ». Ajoutons encore Kamel Khélif et Jean-Marc Pontier à la galerie Alain Paire et Marilou Chagnaud, exposition jeune talent, à l’Ecole Supérieure d’Art. Du 24 mars au 25 avril. Divers lieux de la ville . Renseignements www.bd-aix.com

Avril 2009 ■ aria

37


AGENDA CÔTE D’AZUR NICE

EXPOSITIONS Jusqu’ au 13 avril

TRÉSORS DE LA CHINE ANTIQUE Bois dʼImmortalité Cette exposition unique présente, grâce à l’aide précieuse de Jacques Barrère, collectionneur reconnu, un ensemble important d’objets chinois en bois, brut ou laqué, provenant du Royaume de Chu (Epoque des Royaumes Combattants, 475-221 av JC). L'aspect unique de ces objets taillés dans le bois réside dans leur qualité, leur variété et la richesse de leur style. Leur état extraordinaire relève d'un concours de conditions climatiques et archéologiques particulièrement favorables, complété, après leur découverte, par un travail de conservation scientifique de haut niveau. Il s'agit de sculptures découvertes dans des tombeaux situés dans des régions riches et fertiles, au climat chaud et humide, au sous-sol parfois gorgé de cinabre, et qui relèvent d'une tradition très particulière où le chamanisme et les cultes tiennent une grande place dans la vie quotidienne. On peut donc découvrir, parmi ces objets rituels, ustensiles quotidiens ou funéraires, gardiens de tombeaux ou objets fétichistes, de très rares statuettes encore vêtues de leurs robes en soie. Aux côtés des Trésors de la Chine antique, seront présentées des créations de l’artiste contemporain Wang Keping. Exclusivement travaillées dans le bois, ses œuvres sont d’une puissance frappante. Son inspiration, Wang Keping la trouve en observant la croissance des arbres. Ignorant le souci du détail, ni figuratives, ni totalement abstraires, ses représentations semblent s’inspirer du principe d’unité du taoïsme philosophique où l’homme et l’animal appartiennent au même règne. Musée des Arts Asiatiques, 405 Promenade des Anglais 04 92 29 37 00

38

aria ■ Avril 2009

Jusqu’au 18 avril

EMILE MARZÉ Né à Menton, Emile Marzé est un peintre, sculpteur et graveur français. Après une période abstraite, il trouve sa véritable personnalité dans une figuration imaginaire issue des vestiges du passé. C'est dans la discipline de la gravure qu'il exprimera sa remarquable maîtrise du dessin et donnera

une dimension nouvelle à la ligne. La Bibliothèque Louis Nucéra présente ses gravures, quelques sculptures, "boîtes" et ouvrages de bibliophilie tous inspirés de l'Antique et rendra hommage à ce grand artiste qui a tant fait pour l'art contemporain, notamment lors des Biennales de Menton, réunissant aux côtés de Delvaux, Sutherland et...Picasso de jeunes talents qui sont aujourd'hui de grands noms.

VALLAURIS

EXPOSITION Comme précédemment dans la série dite Les reflets, Franck Scurti fait subir aux objets – ici des vases, des jarres, des pots et autres ustensiles produits artisanalement par un artisan céramiste, Gérard Crociani, de Vallauris – des distorsions qui les défigurent considérablement. Ces poteries ainsi malmenées font, par la suite, l’objet d’un traitement très délicat, en ce qu’elles reçoivent une pellicule d’or sur leur paroi intérieure. A cette violence transgressive répond ainsi un contre geste réparateur. Franck Scurti s’accorde, ce faisant, avec les procédés souvent utilisés par Pablo Picasso lui - même qui n’hésitait pas à dire que la vraie création est toujours une somme de destructions. Jusqu’ au 1er juin. Musée National Pablo Picasso, Place de la Libération 04 93 64 71 83

utopiques qui tels Claude Nicolas Ledoux, Jean-Jacques Lequeu ou, plus près de nous, Vélimir Khlebnikov n’ont cessé d’inventer des architectures centrées sur le corps individuel ou social.

Utopia Bianca est une série

Bibliothèque Louis Nucéra 04 97 13 48 00 Jusqu’au 1er juin

BERDAGUER - PEJUS Depuis près de quinze ans, Marie Péjus et Christophe Berdaguer construisent une oeuvre dont le double rapport à l’architecture et à la vie biologique est une caractéristique constante. Les nombreux projets qu’ils ont réalisés – de Maisons qui meurent à Habitat olfactif, de Forêt épileptique à Boule de sommeil - leurs propositions disent toutes le vif intérêt pour ce qui fait lien entre l’espace environnant et ce qui s’y érige et les manifestations du corps, soumis aux stimuli naturels des fonctions vitales ou à ceux plus artificiels des composants chimiques. D’une certaine manière, l’oeuvre de Berdaguer et Péjus s’inscrit dans la belle tradition des architectes et urbanistes

FRANCK SCURTI

lui-même son mobilier. Utopia bianca est à la fois le prolongement et la réactivation d’une utopie, jusque-là non réalisée et que reprennent ici les artistes sous la forme désincarnée et blanche d’un ensemble de maquettes de plus petites dimensions (échelle 1/5 par rapport aux plans initiaux). L'ensemble ouvre sur une architecture fantomatique, "construction virale" dont la prolifération aboutit à l‘équipement d’un phalanstère (pour 400 familles) défini par Charles Fourier, à la fin du XIXème siècle. Musée National Marc Chagall 04 93 53 75 73 Jusqu’au 31 mai

LE CHEMIN DE PEINTURE de constructions par laquelle Christophe Berdaguer et Marie Péjus entendent poursuivre la réflexion initiée par le designer italien Enzo Mari avec son projet autoprogettazione (1974). Des meubles, tables, chaises, lits... furent alors proposés sous forme de plans et schémas afin que chacun puisse fabriquer

Nous avons l’occasion aujourd’hui, à partir de collections privées ou publiques régionales et nationales de haute qualité ou de la collection des artistes euxmêmes, d’aborder plus explicitement l’actualité de la peinture en présentant cinq artistes internationalement reconnus qui ont su trouver des réponses innovantes à la question récurrente : existe-t-il une peinture

contemporaine ? Parmi ces artistes, certains ont été invités à réaliser des œuvres inédites à cette occasion. Quant au choix des œuvres exposées, il s’agit d’une mise en dialogue de démarches d’artistes qui se rejoignent dans une interrogation constante sur l’essence de la figure et sur la différence entre abstraction et figuration. A partir de quel moment passe-t-on de l’une à l’autre ? Brouiller les lignes, effacer les volumes, superposer les images, laisser deviner la présence antérieure d’une forme, disjoindre le contexte du sujet élu, inventer non pas une histoire, mais un potentiel à en imaginer une différente de celle proposée, sont les voies suivies en toute liberté sur ce « chemin de peinture ».Gérard Gasiorowski est une figure emblématique de cette exposition parce qu’il a entraîné derrière lui une génération d’artistes dont certains se retrouvent dans le projet présenté. Quelques-uns, pour lesquels on relève une réelle parenté artistique, avaient déjà exposé ensemble. Denis Castellas, Valérie Favre, Stéphane


AGENDA CÔTE D’AZUR Pencréac’h, Alun Williams ont répondu à l’invitation de créer des œuvres nouvelles, ajoutant la gageure du défi à l’émulation. Musée d’ Art Moderne et d’Art Contemporain (MAMAC) 04 97 13 42 01 Jusqu’ au 31 mai

LUCA PIGNATELLI L’exposition consacrée à Luca Pignatelli qui représentera l’Italie à la prochaine Biennale de Venise investit exceptionnellement trois

lieux de l’art contemporain : la galerie contemporaine du Mamac, la galerie des Ponchettes et la Galerie de la Marine sur le bord de mer. Cette extension donne une idée de l’ampleur du travail de l’artiste, tant au plan de l’occupation des surfaces que de la profondeur de sens acquise par ses œuvres.L’œuvre de Luca Pignatelli est imprégnée d’une culture italienne forte de présences antiques, moyenâgeuses, renaissantes ou modernes. Cet artiste « franco-sicilien-belge » né en 1966 vit et travaille à Nice . MAMAC, promenade des Arts 04 97 13 42 01 - Galerie des Ponchettes, 77 Quai des Etats Unis 04 93 62 31 24

FESTIVAL Du 14 au 19 avril

9E FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE DE NICE Un festival c’est trop court favorise la découverte d’œuvres de jeunes créateurs européens en présentant une quarantaine de courts métrages dans le cadre d’une Compétition européenne. Chaque année, le festival met un pays européen à l’honneur à travers un vaste panorama : après les Pays-Bas en 2008, retour dans le Sud avec le Portugal en 2009. Le festival donne rendez-vous au public

pour venir choisir son « Grand Prix 2009 ». Et l’attend aussi aussi lors des nombreux autres thèmes qui constituent la programmation (séances scolaires, films tournés en région, Nouvelles Images, clips…) : soit près de 170 films répartis en une vingtaine de programmes.La soirée d’ouverture verra un ciné-concert sur le premier film de Manoel de Oliveira Douro, Faina Fluvial (Portugal, 1931, noir et blanc, muet, 18’), par In Extenso, au Musée d’Art moderne et d’Art contemporain (MAMAC) de Nice. Après le succès de leur cinéconcert sur A propos de Nice de Jean Vigo, le groupe In Extenso a accepté de créer un accompagnement musical sur Douro, Faina Fluvial. Gros plan sur le Portugal, (avec le soutien de l’Ambassade du Portugal et en association avec l’Agence du court métrage portugaise). Carte blanche au festival de Vila do Conde [fiction et expérimental]. L’animation portugaise proposée par l’Agence du court métrage portugaise [animation]. Courts des grands Pedro Costa et Manoel de Oliveira. Miguel Gomes et la jeune génération : João Pedro Rodrigues, Miguel Gomes, Sandro Aguilar, Joao Nicolau Cinéma Rialto, 4 rue de Rivoli Mamac, Promenade des Arts – Auditorium Bibliothèque Louis Nucéra, 2 place Yves Klein R e n s e i g n e m e n t s www.nice-filmfest.com

CANNES

BIOT

EXPOSITION

Né à Zurich en 1959, Adrian Schiess vit et travaille à Mouans-Sartoux et à Zurich. Adrian Schiess se définit comme un peintre conceptuel qui regarde et se nourrit de la nature. Il est surtout connu en France par les Flache arbeiten, grandes plaques peintes posées sur des tasseaux, souvent au sol, la plupart du temps monochromes dont la brillance de la peinture reflète l'espace qui les entoure. Depuis douze ans, tout en continuant ce travail monochrome, il poursuit une autre recherche picturale sur différents supports, bois, aluminium, voile, toile et papier en hommage à la nature. La lumière particulière selon les saisons met en valeur la végétation qui l'entoure, source d'inspiration intense. Les mimosas en hiver, les rosiers ou encore les couchers de soleil ou les levers de lune. Cette exposition est organisée et coproduite avec le centre d'art Le Parvis à Ibos (Hautes-Pyrénées). Jusqu’ au 1er juin. Musée National Fernand Léger, chemin du Val de Pome, Biot 04 92 91 50 30 une série de concerts dont certains ont été retransmis sur France Musique dans l’émission « Sur tous les tons » présentée par Jean-Pierre Derrien. Ces différentes expériences font naître chez eux une passion et une aspiration communes à servir ce large et riche répertoire.

toute sa philosophie et de sa recherche dans le design. Danish Design House.

MENTON

MUSIQUE

EXPOSITION

Le 2, 9, 16 et 23 mai

Jusqu’ au 13 mai

L’AJAM, Association des Jeunes Artistes Musiciens, avec le soutien des Affaires Culturelles de la Ville de Menton, propose au public, une série de concerts de musique classique, interprétés par des étudiants du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon, tous les samedis du mois de mai.De Neil Labute. Adaptation John Thomas. Samedi 2 mai - Musiciens : Simona Caressa (mezzosoprano), Alexis Dubroca (piano). Programme : Debussy - Bizet - Berlioz - Donizetti - Rossini - Offenbach. Après 7 années de pratique du chant dans le domaine de la musique populaire et du jazz, Simona Caressa initie, avec succès, des études musicales

THOMAS PEDERSEN DESIGNER

Thomas Pederson est né à Gislev (Danemark) en 1971. En 2002 il est diplômé de l’école d’architecture d’AARHUS. Il se fait connaître à travers la réalisation de son fauteuil StingRay, comparable à un nid dont la vocation est la détente physique et morale, base de

ADRIAN SCHIESS

LE MAI MUSICAL

Caressa au Conservatoire de Bologne puis au Conservatoire Giuseppe Verdi de Milan. Alexis Dubroca commence la musique dès l’âge de 7 ans. Il effectue un cursus complet au Conservatoire National de Région de CergyPontoise puis à celui de Boulogne-Billancourt où il obtient de nombreuses récompenses.Mise en scène Adrian Brine. Avec Julie Delarme, Jérôme Foucher... Samedi 9 mai Musiciens : Eloïse Hervouët (piano), Katherine Nikitine (piano quatre mains) .Programme : Chopin - Ravel - Mozart Samedi 16 mai - Musiciens : Quatuor Varese avec François Galichet (violon), Jean-Louis Constant (violon), Marion Duchesne (alto) et Thomas Ravez (violoncelle) Programme : Mozart Beethoven. Le Quatuor Varèse fait ses débuts en novembre 2006 dans la classe de Zoltan Toth et Reiko Kitahama, membres du Quatuor Ravel. Les quatre musiciens se produisent régulièrement à la Salle Varèse de Lyon, participent à de nombreux stages et festivals proposant

Quatuor Varese Samedi 23 mai - Musiciens : Elisa Claveria (violon), Sarah Givelet (violoncelle). Programme : Bach - Dutilleux - Isaÿe - Kodaly Suite à l’obtention d’une médaille d’or de violon et de musique de chambre à l’Ecole Nationale de Musique de Pau, Elisa Claveria poursuit ses études au Conservatoire National de Région de Bordeaux. Etudiant notamment le chant lyrique, elle obtient encore une médaille d’or en formation musicale et se produit en soliste avec l’orchestre du CNR de Bordeaux.Sarah Givelet commence ses études de violoncelle et de musique de chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Bordeaux puis entre à celui de Paris avant d’intégrer le CNSM de Lyon en 2006. Salle Saint Exupéry. Renseignements 04 92 10 50 16

Mars 2009 ■ aria

39


B o n n e s a d r e s s e s ■ ARTISANAT ■ HÔTELS ■ IMMOBILIER ■ LOCATIONS ■ RESTAURANTS ■ SHOPPING

TRANSACTION - LOCATION - GESTION - SYNDIC

L'agence immobilière C2i, à Ajaccio, vous propose un grand choix d'annonces de biens immobiliers, à la vente et à la location, en Corse du Sud principalement. L'agence C2i met à votre service l'aimable compétence de ses collaborateurs pour vous aider à trouver au plus vite l'appartement ou la maison de vos rêves sur l'Île de Beauté. N'hésitez pas à faire appel à nos services de gestion de copropriétés et de transactions immobilières, en venant consulter nos offres à l'agence, 1 rue du Général Campi, ou en visitant notre site web : www.agencec2i.fr.

Expertise gratuite Vous possédez, en Corse, un bien immobilier, à vendre ou à louer, que vous aimeriez faire estimer ? Confiez-le à l'agence immobilière C2i à Ajaccio.

Agence immobilière C2i 1, rue Général Campi 20000 Ajaccio


B o n n e s a d r e s s e s ■ ARTISANAT ■ HÔTELS ■ IMMOBILIER ■ LOCATIONS ■ RESTAURANTS ■ SHOPPING PR N OG OU RA VE M M AU EC OR SE

Les Villas de Melody http://www.corse-melody-immobilier.com

Deux semaines gratuites d’occupation (hors juillet et août) Garantie de loyer pendant 9 ans Une mensualité couverte quasiment par le loyer Un gestionnaire expérimenté : C2A Cap Aventures Un des meilleur rapport qualité-rendement-prix

Une réduction d’impôts de 5% sur le prix d’acquisition Des revenus défiscalisés grace aux amortissements Des prix compétitifs - Récupération de la TVA Une rentabilité importante : jusqu’à 5,64% HT sur le prix total HT meublé Fiscalité LMNP 75 mini-villas de type T2, T3 et T4 à partir de 102 852 euros TTC meublées Piscine - Tennis - Espace animation

Santa Maria Poggio à 350 m de la mer à proximité des célèbres plages de Moriani 06 45 49 22 22 - 04 95 51 21 95 90

20167 Mezzavia .

Fax. 04 95 22 17 73

.

.

R.N 193 - Z.I de Baléone Tél. 04 95 22 00 28

.

.

. . .

20600 Furiani R.N 193 - Lieu-dit Canale Tél. 04 95 33 18 07

.

Fax. 04 95 30 78 17

H Ô T E L SAN DAMIANU ★★★

S A R T È N E 32, cours Napoleon - 20000 Ajaccio Tél. 04 95 51 15 95 www.maisondufoiegras.com

-

C O R S E

Tél: +33 (0)4 95 70 55 41 - Fax: +33 (0)4 95 70 55 78 e-mail : sandamianu@sandamianu.fr - www.sandamianu.fr



Aria Avril 2009