Issuu on Google+

15 • dossier Transport de marchandises

Quel avenir pour la multimodalité ? Rail-route, fleuve-route. La co-modalité est une ambition partagée par les pouvoirs publics et les acteurs du transport…

35 • focus Le marché du bien-être

Être ou bien-être, question de société. Les formules se diversifient et se démocratisent.

n° 283 - juillet-août 2010

46 • aéroport Vols vacances en progression

Une offre diversifiée au départ de Strasbourg.

50 • Export Alsace-Allemagne

À la CCI, un Pôle franco-allemand unique en son genre.


RISQUES PHYSIQUES Ambiances sonores, chaudes et froides…

Quelles actions ? Médecins du travail, assistantes médicales et techniciens vous accompagnent : ™GZXdbbVcYVi^dchedjgaVeg‚kZci^dc et les limites d’expositions ™6^YZ|aɂkVajVi^dceVgaZhbZhjgZh des différentes ambiances au travail ™;dgbVi^dcZihZch^W^a^hVi^dcYZh salariés exposés aux risques

Pour en savoir plus, contactez-nous au 03 90 22 97 86 ou prevention@ast67.org

www.ast67.org

www.fibregraphique.com / Istockphoto

3 salariés sur 10 sont exposés au bruit. Les ambiances thermiques extrêmes sont dangereuses pour la santé (canicule 2003 : 15 accidents du travail mortels en France)


© Henri Parent

entreprises à la une

Strasbourg

Elle Tricote

« Préserver nos savoir-faire » Entre la Grand-Rue et la Petite France. Elle Tricote… depuis dix ans. Danièle Dietrich propose pelotes et créations pour femmes et enfants. Ateliers d’initiation en sus.

L

’enseigne Elle Tricote, l’histoire d’une passion. Danièle Dietrich a créé son premier magasin en 1987 à Schiltigheim et c’est en 2000 qu’elle a dé-

Entzheim

ménagé dans la rue du Coq à Strasbourg, « pour mieux cibler la clientèle ». Des amoureuses du tricot ou du crochet issues de la France entière depuis qu’elle

Divalto

Nouveaux marchés en rachetant Idylis L’éditeur de progiciels Divalto (Entzheim) a racheté la startup francilienne Idylis (Issy-lesMoulineaux, 92), spécialisée dans la conception et la vente par abonnement de logiciels pour TPE. « Ce rapprochement, en intégrant de nouveaux talents, nous permettra de conquérir et de développer de nouveaux marchés. Notre objectif est de compter

50 000 utilisateurs sur la plateforme Divalto Idylis avant 2015 », souligne Thierry Meynlé, président du directoire de Divalto. L’entreprise créée en 1982 propose aujourd’hui quatre gammes de produits ERP pour TPE, PME, PMI et logiciels de comptabilité, paie et gestion. www.divalto.fr www.idylis.com

a démarré la vente par correspondance en 1995. Via Internet, elle a conquis des Suissesses, des Belges, des Américaines, qui viennent aussi la voir dans son magasin. « À l’occasion de voyages, pour beaucoup durant le marché de Noël, où l’activité tricot se porte bien ». Ce qui différencie Elle Tricote des autres enseignes, c’est la création. Danièle Dietrich dessine elle-même ses modèles. Le matériau est proposé en vrac avec des fiches tricots ou dans des kits – une idée de cadeau sympathique. Près de 60 modèles différents, pour l’enfant et pour la femme. Robes, bonnets, cache-nez, mitaines, gilets, etc. Les articles s’accessoirisent dans les mêmes tons et le même esprit. Depuis quelque temps, Danièle Dietrich propose des kits pour la maison : coussins, plaids, tapis. Une déco dans la tendance du moment.

Débuter ou se perfectionner

Aux côtés de la créatrice en tricots, Cathy Abrial, spécialisée dans le crochet – une activité manuelle qui reprend du galon, avec beaucoup de couleurs. « Ce n’est plus le napperon de grand-mère », souligne-t-elle. Vous aimeriez tricoter ou crocheter mais vous ne vous sentez pas douée ? Un programme d’ateliers pour débuter ou se perfectionner est proposé,

strasbourg



qui se renouvelle chaque trimestre. On peut, par exemple apprendre à tricoter des chaussettes, à faire des points de jacquard ou à peaufiner les finitions… En deux heures, les participantes acquièrent la technique. Le prix : 12 € avec la mise à disposition de la laine et des aiguilles. Ces ateliers, de six personnes maximum, sont également ouverts aux enfants, notamment pendant les vacances.

Franchise

Ce que Danièle Dietrich affectionne le plus, c’est son travail avec les couleurs et les mélanges de fils : « je mixe les matériaux en ajoutant par exemple du mohair pour donner du volume. Surtout je veux que mon modèle soit unique. » En associant produit, savoir-faire et notoriété, Danièle Dietrich a fini par créer sa première franchise sur Paris, en mai 2009. Et elle est en pourparlers pour ouvrir un magasin à Lyon. Son ambition est de développer son réseau dans les grandes villes françaises. « Ce qui me tient surtout à cœur, c’est de transmettre mon savoir-faire. Le tricot n’est plus enseigné dans les écoles, et dans les familles, pas forcément. Or, on peut faire tellement de belles choses avec ses mains. Cela contribue au bien-être mental ». 03 88 23 03 13

Assistance Service Diabète

Certification et développement national Filiale du Centre européen d’étude du Diabète (CeeD) présidé par Michel Pinget, ASDIA Est (Assistance Service DIAbète) obtient la certification Iso 9001. Dirigée par Claude Seyller, ASDIA est spécialisée dans le soin à domicile des patients diabétiques. Cette certification qualité, délivrée par la société allemande DQS, l’appuie et la conforte

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

dans le développement de son service de mise à disposition de dispositifs médicaux pour les patients du Grand Est. Née à Strasbourg en 2002, ASDIA compte 31 employés dont 17 infirmières. Présente dans l’ouest et le centre, elle entend continuer son déploiement national. www.asdia.fr




sommaire

Être ou bien-être : question de société

42

Prendre rendez-vous avec soi, chouchouter son dos, préserver son capital santé, travailler son équilibre intérieur fait partie d’une hygiène de vie de plus en plus recherchée. Les formules se diversifient, et se démocratisent peu à peu.

35 • focus le marché du bien-être

32

12

15 • dossier transport de marchandises

Quel avenir pour la multimodalité ? Rail-route, fleuve-route. La co-modalité est une ambition partagée par les pouvoirs publics et les acteurs du transport. Pour assurer une meilleure fluidité entre les différents modes, il reste aujourd’hui à développer les moyens techniques nécessaires. 01

entreprises à la une

Elle Tricote // « Préserver nos savoir-faire » 04

trajectoires

4 Cœur Gourmand // Les atouts cœur de Philippe Kirn 6 Lanxess // De nouveaux bâtiments pour innover 8 Talents First // Recruter et intégrer 9 Tremplin Entreprises // Une nouvelle pépinière pour les entreprises du tertiaire 10

colloque ast

La prévention des risques professionnels en entreprise 12

cci en actions

Rencontres CCI sciences // De la santé aux énergies renouvelables 22

industrie

22 Métallurgie // Conjurer la crise 23 La Direccte Alsace // Réformés pour plus de proximité

50

46

23 Imag’Ing // Une technologie numérique révolutionnaire 25

karlsruhe

L’alternance remise en question ? 26

formation

Championnat régional des mini-entreprises // Jamais trop tôt pour créer une entreprise 29

développement durable

Informer sans affoler 30

tourisme

commerce

32 Table et Cadeaux // Toujours à l’affût de nouveautés 33 Dorlisheim // La galerie tout sourire fête ses 25 ans

infos europe

40

tic

Réseaux sociaux et usage professionnel // Une décision stratégique 42

gastronomie

L’Escale aux Quais à Strasbourg // Une cuisine vive et colorée 46

30 Hôtel Royal Lutetia // Une troisième étoile 31Le Verger de Bischwiller 32

39

Marquage CE : un passeport pour les entreprises

aéroport

Vols vacances en progression // Une offre diversifiée au départ de Strasbourg 48

juridique

Droit de l’informatique et internet 49 jurisinfo franco-allemand

50

export

À la CCI, un Pôle franco-allemand unique en son genre 52

créateurs

52 P  atrick Cornus, RC Prestige // Vos achats de voitures pilotés 53 Laurent Lalevée, Fabrice Louis et Bruno Louis, Verrine & Vapeur // Manger sain et rapide 54

découvertes

Franck Lucas : du piano bar au premier album // Ready, CD de 12 titres 55

temps forts

55 Les Toqués d’Entreprises 2010 // Challenge interentreprises de cuisine 56 Du 3 au 13 septembre // Foire européenne de Strasbourg

Les frais de livraison et le droit de rétractation

N°283 - juillet-août 2010 - Le Point Économique est édité par la CCI de ­Strasbourg et du Bas-Rhin • 10, place Gutenberg 67081 Strasbourg cedex • Tél. 03 88 75 24 18 • point-eco@strasbourg.cci.fr Directeur général : Philippe Colson • Directeur de l’édition : Patrick Heulin, directeur communication • Rédactrice en chef : Françoise Herrmann • Journalistes : Élisa Colmenero, Anne Herriot, Virginie Pincet • Secrétariat : Chantal Kolb, Catherine Slatine-Barusta • Comité de rédaction : Tania Desfossez, Philippe Edel, Élise Fiorese, Muriel Ischia-Weber, Didier Kahn, Marc Liebrich, June Marchal, Florence Montet, Alban Petit, Claude Ribeiro, Christiane Sibieude, Évelyne Sturm • Éditeur délégué : Daniel Reyt (Citeasen) • Conception et réalisation : Citeasen • Couverture : (conception) Citeasen - (photos) Fotolia, Getty • Impression : Sicop • Tirage : 44 100 exemplaires Publicité : Jocelyne Choukroun Tél. 06 20 46 00 85 Fax 03 88 22 31 20 j.choukroun@strasbourg.cci.fr

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283


edito

Notre engagement pour les transports

© Henri Parent

L

a CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin ferroviaires et fluviales adaptées et qui s’est engagée aux côtés de la CUS, permettent, en toute fluidité, de passer de la Région Alsace et de l’ORTAL, d’un moyen de transport à un autre. à financer une étude relative à la mise en place d’un opérateur ferroviaire de Réduire les impacts proximité au Port de Strasbourg. Cet environnementaux opérateur, s’il voit le jour, ce que j’appel- Valoriser le nœud intermodal existant, le naturellement de mes vœux, permet- améliorer les connexions avec nos voitra à terme d’augmenter sensiblement sins, développer le maillage de notre la desserte du port par le fer, à l’image territoire, tous modes de transports de ce qui se passe confondus, et rédans les grands duire les impacts Une accessibilité ports européens. environnementaux performante à notre des déplacements, En Allemagne, par territoire est indispensable exemple, le port de telles sont les ampour les entreprises bitions que porte Hambourg compte une cinquantaine aujourd’hui la CCI. d’opérateurs ferroviaires locaux et 50 % Et elle n’est pas la seule. Le sujet fait des marchandises qui quittent le port consensus chez tous les acteurs inspartent en train. titutionnels et les professionnels du transport. À nous de faire preuve de volontarisme et d’écoute pour trouver Créer un cadre pour le développement ferroviaire ensemble les voies d’une mobilité Notre soutien à ce projet n’est pas neu- économiquement efficace et écologitre. Dans une économie où la mobilité quement durable. Vous découvrirez et les échanges sont primordiaux, une dans le dossier de ce numéro consacré accessibilité performante à notre terri- au transport de marchandises que des toire est indispensable pour les entre- pistes se dégagent. prises. À ce titre, le transport ferroviaire combiné à d’autres modes (route ou Je vous souhaite d’excellentes et repovoie d’eau) a toute sa place, à condition santes vacances et vous donne rendeztoutefois de créer un cadre favorable à vous à la rentrée. son développement. Pour cela, l’Alsace Jean-Louis Hoerlé doit disposer d’infrastructures routières, Président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin




 trajectoires Strasbourg

actweb renforce ses domaines d’expertise Afin de renforcer sa présence sur le marché du e-commerce, la PME strasbourgeoise actweb d’une trentaine de salariés a effectué une prise de participation capitalistique majoritaire chez Wecom. « À travers ce rapprochement avec Wecom, nous développons une expertise dédiée qui complète idéalement le champ de nos compétences, mais nous initions surtout de nouvelles collaborations humainement fructueuses », affirme Franck Ohrel, le président d’actweb. Wecom renforce actweb par sa méthodologie e-commerce et actweb apporte à Wecom son savoir-faire en matière d’animation de marques ainsi qu’un support financier lui ouvrant de nouveaux marchés. actweb a également pris des participations dans une société de marketing mobile adPhone.

Cœur Gourmand

Les atouts cœur de Philippe Kirn Présidée pendant dix ans par Michel Falck (Le Millésime), l’association des commerçants strasbourgeois Le Cœur Gourmand passe le témoin à Philippe Kirn (Kirn traiteur). Ardent défenseur de la gastronomie, du bon goût et du savoir-vivre, il est autant attaché aux valeurs de l’homme qu’à son métier.

Automobile Club 110 ans et 500 000 membres L’Automobile Club est né en avril 1900. 110 ans après, l’association centenaire est devenue une composante essentielle de la mobilité et de la vie socio-économique. En 1904, l’Automobile Club mettait en place les premiers panneaux de signalisation routière, 30 ans après, les premières campagnes de sensibilisation à la sécurité routière. Aujourd’hui, il propose aussi à ses 500 000 membres des conseils juridiques et une assistance. Pour son président, Didier Bollecker, « cet anniversaire est marqué par une nouvelle avancée de l’Automobile Club, un club plus que centenaire, mais toujours innovant au service de tous les automobilistes et usagers de la route. » www.automobile-club.org

© Henri Parent

0825 450 045 contact@actweb.fr www.actweblog.fr

Philippe Kirn, pour le maintien des commerces authentiques

P

our nous le bonheur est dans le palais ». Le nouveau président de l’association « Le Cœur Gourmand » mise sur les atouts de ses 19 adhérents (400 salariés) pour défendre un commerce alimentaire de qualité. Il entend bien participer au débat sur l’avenir de la cité, en pointant l’importance de son accessibilité et du stationnement. Et d’ajouter : « il est important aussi de donner aux élus une vision constructive de

la ville au travers de projets d’animation. » C’est ainsi qu’il prévoit un pique-nique géant en 2011, auquel il compte associer des producteurs locaux.

Pérenniser la tradition et les savoir-faire

Fortement engagés dans une politique de développement durable, les membres du Cœur Gourmand militent « pour le maintien de commerces authentiques et

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

respectueux des traditions locales en centre-ville ». Particulièrement cher au cœur de Philippe Kirn, le rôle que ses adhérents jouent dans la transmission du savoirfaire. En donnant ainsi « des perspectives d’avenir aux jeunes ». Nouveau logo, site Internet remanié, le Cœur Gourmand est parti pour se construire une véritable identité dans la ville. Vous trouverez sur le site les informations sur les adhérents, des recettes… et le magazine de l’association. La carte de fidélité du Cœur Gourmand, c’est plus de 9 000 clients qui, à chaque achat, cumulent des euros qui se transformeront en remise dans la boutique de leur choix. Composé jusqu’à présent de professionnels des métiers de la bouche situés dans l’ellipse insulaire, le Cœur Gourmand vient de modifier ses statuts pour s’ouvrir à des indépendants d’autres quartiers. Pour exemple, le Buerehiesel, qui renforce la présence de la famille Westermann (boutique d’Antoine et Secrets de Table d’Éric) et le boulanger Au Pain de mon grand-père (Patrick Dinel), à la Krutenau, qui fabrique 60 pains différents et compte quelque 9 000 clients.

Les artisans Au Crocodile, Au Doux Pays de France, Au Millésime, Édouard Artzner, Frick-Lutz, Au Vieux Gourmet, Kirn Traiteur, Restaurant L’Atelier du Goût, Au Pain de Mon Grand-Père, Le Palais des Thés, Thierry Mulhaupt pâtissier-chocolatier, Pâtisserie Christian, Secrets de Table, Vitana, La Boutique d’Antoine Westermann, Ziegler Primeurs, Klein Traiteur, Chez Yvonne, Restaurant Buerehiesel.

www.coeur-gourmand.com


 Strasbourg

IKA Signature

U

ne vie à 1 000 à l’heure. Anthony Schneider, la vingtaine à peine, n’arrête pas. Il partage ses journées entre un emploi à temps partiel et son entreprise IKA Signature qu’il a fondée juste après son bac pro hôtellerie restauration. IKA Signature regroupe différentes structures. IKA Événements a, comme son nom l’indique, en charge l’événementiel. Baptêmes, mariages, anniversaires pour les particuliers, cocktails, séminaires, galas, etc. pour les entreprises. « Les événements professionnels constiBas-Rhin

tuent le gros de mon activité. Nous nous occupons de l’organisation et mettons également à disposition du personnel qualifié pour la cuisine, le service, la plonge, etc. Grâce à mon réseau, je peux à tout moment contacter une centaine de personnes. » IKA Cook fait découvrir le savoir-faire régional. En lien avec Europatours et un certain nombre de restaurants partenaires, Anthony Schneider propose des excursions sur des thèmes tels que les vins d’Alsace, sur les traces du houblon, etc. « Toutes ces sorties se terminent par une dégustation chez Arthur

Exapaq

© Frederic MAIGROT / REA

C

Anthony Schneider (au centre), pro de l’événementiel

Metz. » Autre prestation que l’entreprise est en train de mettre sur pied : l’initiation à l’art floral. « Le principe est qu’un fleuriste donne des cours de composition florale à des groupes d’une dizaine de personnes. » Mais le bouillonnant Anthony Schneider ne compte pas s’arrêter là. Il organise à parStrasbourg

Nouveau centre pour le petit colis

réé en 1995 par la fédération de 19 transporteurs régionaux, le réseau Exapaq fait partie depuis mars 2006 du groupe GeoPost, filiale du groupe La Poste. Dans le ­BasRhin, un nouveau centre inauguré dans la zone industrielle de Bischheim-Hoenheim, arbore les dernières technologies en matière de traitement et de suivi

© Henri Parent

Un savoir-faire dans plusieurs domaines

de colis. Montant de l’investissement : 2,6 M€, dont 600 000 € consacrés aux nouvelles machines et à la sécurisation par vidéo-tracing. Sur 2 600 m², le centre offre une capacité de traitement trois fois plus importante que le précédent : 5 000 colis/heure, contre 1 500 auparavant. Entièrement dédié du lundi au vendredi au traitement du petit colis (moins de 30 kg) avec livraisons dès le lendemain sur le réseau national et de J+1 à J+5 sur son réseau européen, l’Exacentre Exapaq de Strasbourg – 100 collaborateurs – met tout en œuvre pour satisfaire ses 350 clients entreprises dans le Bas-Rhin. 03 90 22 63 40

tir de septembre des croisières disco sur l’Ill. Le vendredi, place à la musique des années 80 et le samedi, honneur aux rythmes actuels. 03 88 55 70 79 contact@ikasignature.com www.ikasignature.com

Exalliance

Intermédiation bancaire et financière Créée début 2010, Exalliance est spécialisée dans le courtage en crédit immobilier. À ce titre, elle propose de faire le tour des banques à la place de leurs clients, qu’ils soient particuliers ou professionnels, afin de leur permettre d’obtenir les meilleures conditions d’emprunt, notamment en termes de taux. La société intervient ainsi auprès des Strasbourg

professionnels qui souhaitent acquérir murs et fonds de commerce, surfaces de bureaux, entrepôts, locaux industriels. Exalliance dispose d’une agence vitrine à Strasbourg Neudorf et d’un site web avec notamment des simulateurs d’emprunt. Lionel Lutz, 03 88 36 49 65 www.exalliance-finance.fr

RelaisPro

Créer facilement son site internet Natevia vient de lancer RelaisPro, un site internet dédié aux PME-TPE, aux commerçants, aux artisans et aux travailleurs indépendants. RelaisPro offre en effet la possibilité aux professionnels de créer facilement un site web, afin de faire connaître leurs produits ou leurs services. Une démarche d’autant plus précieuse que huit internautes sur dix déclarent avoir consulté un site internet avant d’acheter un produit que ce soit

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

sur le web, sur catalogue ou en magasin (source : Médiamétrie /NetRangings 2009). En quelques minutes et plusieurs clics, les utilisateurs pourront façonner leur site comprenant des textes, des photos, un blog… Pour ce faire, il suffit de s’inscrire pour accéder aux services de la plate-forme. Une offre d’essai sans engagement de 15 jours est proposée. www.relaispro.com


 trajectoires La Wantzenau

Lanxess

© Marc Dossmann/ Photo Expression

De nouveaux bâtiments pour innover

Un centre de recherche unique avec des outils performants

Plus de cinq millions d’euros investis dans la construction d’un nouveau bâtiment administratif et de nouveaux laboratoires. Le groupe Lanxess, en transférant son activité de recherche d’Allemagne à La Wantzenau renforce sa position de leader mondial de l’activité de caoutchouc synthétique NBR*. Les locaux, flambants neufs, sont aux couleurs de l’entreprise, rouge et noir.

P

remier groupe allemand de spécialités chimiques, Lanxess se distingue par des activités clés que sont le développement, la fabrication et la vente de spécialités chimiques, les caoutchoucs et matières plastiques. Une maison-mère à Leverkusen (Allemagne) et 42 sites de production dans le monde, dont celui de La Wantzenau, né en 1962. Employant 317 personnes, il est devenu le siège mondial de la « business line NBR », un caoutchouc qui présente une grande résistance à l’huile et à l’usure. En investissant plus de cinq millions d’euros dans la construction de nouveaux bâtiments – avec un centre de recherche et développement unique – le PDG Uwe Westeppe se dote d’outils performants pour développer de nouveaux produits de haute qualité. Avec un défi permanent : trouver la balance entre les volumes et la diversité. Au plus près de ses clients, il répond à tout type de développement. « L’ancienne

structure n’était plus adaptée à l’activité », souligne-t-il, nous avons décidé de remplacer quatre anciens bâtiments par de nouvelles constructions qui répondent aux nouvelles normes environnementales – énergie géothermique et solaire, sur-isolation. Un bâtiment administratif accueille 86 personnes sur 2 480 m² et trois niveaux et un bâtiment avec des laboratoires dont un de Recherche et Weyersheim

Développement – 10 personnes – qui a permis de rapatrier la R & D d’Allemagne, ce qui aboutit à 35 personnes réparties sur 600 m².

Nouvelles applications, nouveaux produits

« Proches de la production, nos équipes travailleront sur de nouvelles applications et de nouveaux produits », explique le dirigeant. Les chercheurs s’attachent à développer des produits qui répondent aux exigences des clients et à améliorer les process tout en réduisant l’impact sur l’environnement. Maîtres mots : innovation et flexibilité. Lanxess élargit ainsi sa gamme de produits de 15 % chaque année, le développement d’applications non-automobiles ne représentant que 50 % du marché. Avec une production de plus de 100 000 tonnes de NBR, Lanxess est présent dans tous les pays du monde. Un dévelop-

pement qui se poursuit actuellement en Chine, avec la construction à l’automne d’une nouvelle usine, en partenariat avec TSRC. Quelques applications du NBR : les durites, les plaquettes de freins, les joints d’étanchéité, les courroies, les câbles, mais aussi les garnitures de freins, les vêtements, les chaussures de sécurité et de sport, les blanchets d’imprimerie, les applications pour le sol. En cours de développement, des formulations de Nanoprene, spécialement destinées aux membranes de piles à combustible. Le site de la Wantzenau fabrique 70 produits standards et spéciaux et compte 600 clients répartis sur 25 pays. Plus de 60 % de la production est exportée hors Europe. *NBR : nitrile butadiene rubber

03 88 59 20 25

S.C.O.T. SARL

Pour une installation en douceur à Strasbourg Cela fera plus de 20 ans cette année que Françoise Lécuyer aide les nouveaux arrivants en Alsace à s’installer dans la région. Son agence S.C.O.T. – créée à cet effet et spécialiste de la « relocation » – accompagne la mobilité géographique des cadres et de leurs familles. Elle traite aussi bien avec les entreprises que les particuliers. « Nous leur permettons ainsi de réduire considérablement le stress occasionné par leur mutation

et leur apportons toute l’aide nécessaire pour une mobilité réussie », explique Françoise Lécuyer. Dans le cadre de ses activités mobilité et relocation, S.C.O.T. a développé toute une gamme de services à la carte : présentation de la région, sélection de logements, assistance dans les diverses démarches administratives (permis de travail, visas), aide à l’ouverture d’un compte ou à la souscription des abonnements, inscription dans un éta-

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

blissement scolaire, traduction. La société peut même vous assister pour l’achat d’électroménager, de meubles… ou encore réceptionner votre déménagement. En deux décennies, Françoise Lécuyer s’est occupée de l’installation de plus de 2 000 familles françaises et étrangères de 36 nationalités différentes. 03 88 68 10 09 www.scot-relocation.com


 Obernai

Évolution graphique

© Henri Parent

L’impression sous toutes ses formes publicité par l’objet. Avec ces collaborations et l’imprimerie, nous arrivons à fournir toutes les prestations dont ont besoin les entreprises. » Cela va des documents de gestion (carnets, enveloppes, etc.) aux affiches, prospectus, catalogues et objets publicitaires (stylos, casquettes, t-shirts, Philippe Holl, la communication et l’imprimerie etc.). « Nous confions au sens large également des misuand l’imprimeur pour sions à de jeunes graphistes. » lequel il travaille en tant Aujourd’hui, Évolution Graphique que responsable com- travaille sur toute la France, aussi mercial dépose le bilan, Philippe bien avec les grands groupes que Holl a un déclic. Pourquoi ne les PME. « Mon plus gros client se lancerait-il pas lui aussi dans alsacien est Würth ». Un succès l’entreprenariat ? Nous sommes que Philippe Holl explique par en 2007 et il a 45 ans. Il fonde la diversification. « Si j’étais resté l’agence Évolution Graphique. uniquement dans le créneau de « L’essentiel de mon activité touche l’imprimerie, je me serais peut-être à la communication et à l’imprime- cassé la figure. » Son entreprise rie au sens large. J’ai pris des parts affiche une belle santé et nourrit dans une imprimerie (PrintIn 68 à de nombreux projets. Mulhouse) et conclu des partena88 95 41 53 riats avec deux acteurs locaux, l’un 03 philippeholl@orange.fr spécialiste du web, l’autre de la

Q

Strasbourg

Cabinet Molinet

Baisser ses dépenses énergétiques Créé en 2006 à Strasbourg, le cabinet Molinet est spécialiste des questions d’énergie et de développement durable. Il propose aux entreprises et aux particuliers des solutions pour optimiser leurs dépenses énergétiques et des informations sur les aides dans les constructions de type BBC (Bâtiment Basse Consommation). L’entreprise a obtenu un score de 62 % pour ses performances en management de l’innovation, ce qui

la place en première position des 76 PME sondées (d’après une étude réalisée par le cabinet « improve – innovation »). Dès le début, le cabinet Molinet a fait le choix d’internationaliser ses activités. La société est aujourd’hui présente sur trois continents, de la Suisse aux Philippines, en passant par l’Afrique du Nord.

Schiltigheim

La Boîte à Pizza

Pizza gastronomique Premier réseau français de pizzas livrées et à emporter, La Boîte à Pizza a signé un partenariat avec quatre grands chefs étoilés pour imaginer des recettes exceptionnelles. Après l’Argentin Mauro Colagreco, c’est Nicolas Stamm, chef doublement étoilé du restaurant alsacien La Fourchette des Ducs à Obernai qui a été choisi pour une pizza unique alliant sa-

haguenau

veurs inédites et création culinaire. Son nom ? « Duo printanier de Saint-Jacques et crevettes glacées à l’orange vanillée ». La Boîte à Pizza, c’est 140 magasins en France, dont un qui vient d’ouvrir à Schiltigheim. www.laboiteapizza.com

Point Soleil

Bronzer tranquille Leader français des centres de bronzage, Point Soleil vient d’ouvrir son premier centre en Alsace, à l’Espace Barberousse à Haguenau. En France, près d’un centre sur trois appartient au réseau qui mise sur la qualité, l’hygiène

et la sécurité. Plus de huit millions de Français, dont 45 % d’hommes, disent faire régulièrement des UV. Espace Barberousse 6 rue des Chaudronniers à Haguenau 03 88 05 95 16

PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE RETRAITE AG2R LA MONDIALE 15 rue du Verdon 67100 Strasbourg Tél. : 0 825 800 105 et rendez-vous sur www.ag2rlamondiale.fr

03 88 28 01 38 contact@molinet.fr

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin


 trajectoires Strasbourg

Talents First

Cabinet conseil en recrutement et en ressources humaines, Talents First est spécialisé dans la recherche, l’évaluation et le développement personnel de cadres, experts et dirigeants, en France et à l’étranger.

N

ous recherchons l’expertise Enfin, suite à une association qui permet à l’entreprise avec Talendhom, intégrateur de de se maintenir sur son compétences, Talents First promarché, de se dépasser ou de se pose des services plus larges, liés développer », explique Francine au coaching de performance. Jeanblanc-Schwab, l’une des di- « De l’entrée de nouveaux collarigeantes de Talents First, créé à borateurs en passant par le déStrasbourg en septembre 2009. veloppement des compétences Avec son associé, Mike Yew, ils internes, jusqu’à la préparation de conseillent et dynamisent un por- la sortie de collaborateurs, nous tefeuille de clients aidons les entreprien France et à ses à mieux gérer L’entreprise leurs compétences », l’étranger. Tous a besoin de explique Rodolphe deux disposent d’une expérience locomotives Jeanblanc, consulcumulée de 27 ans tant coach de dans l’accompagnement et le Talendhom. « Les ressources hurecrutement. Talents First, c’est maines doivent s’adapter en peraussi une équipe de consultants manence aux exigences du maret chargés de recherche – huit ché. Nous avons développé notre personnes, bientôt dix, en pos- propre méthodologie, basée sur la te à Strasbourg, Paris, Londres, compréhension environnementale Sarrebruck – bientôt en Suisse et fonctionnelle et relationnelle du en Allemagne. La plupart ont leurs client ». spécificités propres, comme l’hôtellerie-restauration ou les énerTrouver la perle rare gies renouvelables et le solaire. Chez Talents First, la phase Avec un point fort, la capacité à de recrutement passe par une traiter à l’international, souligne approche directe et mixte. « C’est Francine Jeanblanc-Schwab, qui beaucoup de chasse, du web et un parle elle-même couramment peu de presse, observe Francine l’anglais et l’allemand. Talents First Jeanblanc-Schwab. Actuellement accompagne les projets de recru- beaucoup d’entreprises sont tements en Allemagne, Belgique, structurées dans leur approche. Royaume-Uni, Hollande, etc. Voire Cependant, malgré un marché au-delà, grâce à des réseaux de du travail tendu, elles ne trouvent partenaires situés en Chine, en pas forcément le profil – parfois la Inde, au Canada. perle rare – dont elles ont besoin.

© Talents First

Recruter et intégrer

Savoir, savoir-faire et savoir-être : le trio gagnant d’une évaluation des candidats

La tendance est à des projets plus réfléchis qu’avant. Avec des exigences de plus en plus pointues, les profils recrutés sont de haut niveau, parce que l’entreprise a besoin de locomotives. En interne, nous travaillons beaucoup sur la formation managériale et le coaching professionnel ». Les clients de Talents First sont situés dans l’industrie, les services aux entreprises, la grande distribution, la presse. Membre de l’association « À compétence Égale », Talents First s’attache à promouvoir une égalité de traitement de toutes les candidatures, en luttant contre la discrimination sous toutes ses formes. La durée d’un Strasbourg

recrutement : de huit à dix semaines, du début de la mission à la signature du contrat, hors préavis. Ce qui fait également la qualité de la prestation proposée : le suivi d’intégration pendant six mois. Une contribution à la réussite d’un recrutement. « Finalement nous avons deux clients, l’entreprise et le candidat », souligne Rodolphe Jeanblanc. Et Talents First a mis en place un questionnaire qui leur permet d’évaluer la satisfaction de ses clients.

03 88 11 27 10 www.talentsfirst.com

Boulangerie Panza

Première façade Baguépi Couleurs rouge feu et or, la première façade Baguépi en Alsace se situe à Strasbourg Neudorf. Le gérant de la boulangerie, Salvatore Panza, a en effet noué un partenariat avec les Moulins Soufflet qui, depuis le rachat des Grands Moulins Becker, développent la marque Baguépi dans l’Est. Salvatore

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

Panza fait aujourd’hui partie des 1 500 artisans boulangers Baguépi installés dans toute la France. Pour les amateurs, c’est la Baguépi Origine, qui est le porte-drapeau de la marque. L’adresse : 4, avenue Aristide Briand à Strasbourg-Neudorf. 03 88 84 94 72


 Tremplin Entreprises

Une nouvelle pépinière pour les entreprises du tertiaire

Groupe Française de Gastronomie : les escargots en tête Le savoir-faire du Groupe Française de Gastronomie (siège à Schiltigheim, quatre usines en France) s’articule autour de plusieurs spécialités gastronomiques à tendance festive : escargots, coquillages farcis, coquilles Saint Jacques, feuilletés garnis, cassolettes cuisinées. Après deux années de reconstruction et une politique d’investissements, le pôle Escargots du Groupe fait un retour aux bénéfices. La zone de conditionnement du site de Bassou (89) sera agrandie et un nouvel entrepôt de stockage surgelé et sec créé à Brioude (43). Ces deux usines sont certifiées label rouge. Les escargots préparés sont commercialisés sous la marque Willm (racheté en 1996). Le groupe Française de Gastronomie sera présent au prochain salon SIAL de Paris. www.francaise-de-gastronomie.fr

« La pépinière est exclusivement réservée aux jeunes entreprises du secteur tertiaire qui ont un vrai projet de développement : services aux entreprises, aux personnes, entreprises de négoce sans stockage. » 30 bureaux de différentes tailles sont à la disposition des PME. « Notre objectif est d’avoir un taux d’occupation de 80 % un an après l’ouverture et nous sommes en passe de l’obtenir. Cette pépinière répond à un besoin, d’autant plus qu’elle est la seule sur ce territoire », dit Jean Brink, l’un des co-présidents. Le site fait par ailleurs office d’hôtel d’entreprises ouvert aux PME de

La pépinière d’entreprises est située dans un bâtiment classé

plus de trois ans. « Cette synergie entre très jeunes entreprises et entreprises plus anciennes nous a paru d’emblée intéressante. » Outre l’hébergement à des conditions tarifaires très intéressantes, Tremplin Entreprises propose une gamme de services associés tels que l’accueil physique et téléphonique, l’accès internet haut débit, un atelier reprographie, des salles de réunions. Par la présence dans la structure de nombreux acteurs (CCI, Chambre de Métiers, Plate-forme d’Initiatives Locales, expert-comptable,

etc.), les locataires bénéficient aussi de conseils personnalisés de différentes natures : législation, comptabilité, recherche de financement, élaboration du plan d’affaires. Des services qui simplifient la vie des entrepreneurs. « La pépinière permet également aux chefs d’entreprises de rompre l’isolement dans lequel certains se trouvent », ajoute Guillaume Haemmerlin. « Nous sommes là pour aider l’entreprise à grandir et à pérenniser son activité. » 03 88 97 25 40 www.tremplin-entreprises.fr

Aux P’tits Soins

Pfaffenhoffen

Aide au quotidien

I

nfirmière de formation, Marie Hélène Devriendt a travaillé longtemps en milieu hospitalier. Elle constate alors qu’à l’issue de leur séjour, beaucoup de personnes âgées se retrouvent seules chez elles, isolées et sans aide. Petit à petit, l’idée de créer une entreprise de services à la personne fait son chemin. Elle se lance à l’eau en 2005, en Moselle tout d’abord, où elle fonde la société « Aux P’tits Soins ». Devant le succès de l’entreprise, elle ouvre une filiale, gérée © Henri Parent

L

e superbe (et classé) bâtiment de l’ancienne brasserie à Mutzig abrite depuis octobre 2009 « Tremplin Entreprises », une pépinière et hôtel d’entreprises. Animé par l’association du Pays Bruche Mossig Piémont, Tremplin bénéficie du soutien des collectivités locales : Ville de Mutzig, Communauté de Communes de la région de Molsheim-Mutzig, Conseil Général, Région Alsace, Union européenne avec pour objectif « de dynamiser le tissu économique local », explique Guillaume Haemmerlin, directeur de Tremplin Entreprises.

© Tremplin Entreprises

Mutzig

par sa fille Isabelle Weibel, à Pfaffenhoffen. « Nous proposons une gamme variée de prestations : garde d’enfants, aide à la toilette, courses, ménage, repassage, etc. », précise Marie-

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

Hélène Devriendt. « 50 % de notre clientèle est composée de personnes âgées, 50 % de personnes qui travaillent et pour qui nous assurons surtout le ménage et le repassage. » Cinq salariés travaillent à l’agence de Pfaffenhoffen. « Je suis globalement satisfaite. Ce que je déplore par contre c’est la frilosité des banques qui hésitent à soutenir les structures de services à la personne. » 9 rue du Docteur Albert Schweitzer 67350 Pfaffenhoffen, 03 88 09 68 68 aux.petits.soins.67@orange.fr


10 Colloque AST Bas-Rhin

Rencontre AST67

La prévention des risques professionnels en entreprise

© AST67

Repérer, évaluer et prévenir les risques : une mission des services de santé au travail. Avec des objectifs par filières.

Marie-Pierre Pirlot : « avoir une évaluation des risques qui colle avec la réalité du terrain »

S

i la santé des salariés relève de la responsabilité du chef d’entreprise conformément aux dispositions du Code du Travail, il n’est pas simple pour lui de repérer et d’évaluer les dangers sur son lieu de travail, encore moins de mettre en place une démarche globale de prévention dans l’entreprise. D’où la nécessité de faire intervenir les services de santé au travail comme AST67, association de santé au travail du Bas-Rhin. Certes, le médecin du travail examine, conseille et s’assure de l’aptitude du salarié à son poste, mais la mission de l’équipe médicale d’AST67 va bien au-

delà. Elle intervient également sur le terrain, en entreprise et son approche devient alors pluridisciplinaire : ingénieurs, médecins du travail, techniciens, ergonomes, psychologues, toxicologues, etc. Selon les risques professionnels individuels ou collectifs identifiés, le service de santé au travail a recours à des compétences aussi bien internes qu’externes.

Une action par branche et par métier…

C’est dans cet esprit que le gouvernement français a récemment mis en œuvre les plans santé au travail. Si le premier a permis,

entre 2005 et 2009, de placer les decin du travail ont permis de exigences de santé et de sécurité sensibiliser et d’accompagner au cœur de la politique du travail, les professionnels. De même le deuxième ciblera jusqu’en la Corporation Obligatoire des 2014, les branches où les risques Professions et Métiers de l’Autoprofessionnels sont les plus fré- mobile (COPMA) a fait appel quents comme à AST67 pour aborder les le BTP, l’intérim, la grande risques chimidistribution, Exigences, santé ques auxquels l’agriculture et sont soumis et sécurité notamment les la forêt… Pour AST67 rien de neuf ; elle inscrit garagistes. Le service pluridiscidéjà son action en direction des plinaire d’AST67 a ainsi mis en organisations professionnelles. évidence l’exposition supérieure Le principe est simple explique à la normale des salariés au moMarie-Pierre Pirlot, médecin coor- noxyde de carbone. « Nous avons dinateur d’AST67 « Comme cha- mis en avant le coût économique que organisation professionnelle des risques auxquels sont soumis regroupe des métiers similaires les salariés. Les travaux d’un des avec des process identiques, on garages ont été à ce titre partiellepeut considérer que les dangers ment pris en charge par la CRAM. » sont les mêmes. À partir de là, nous explique Vincent Gassmann, méélaborons avec chaque filière un decin du travail. C’est un fait, projet et des mesures communes. l’investissement consenti par Cette collaboration a aussi pour l’entreprise en terme de prévenconséquence d’avoir une évalua- tion des risques professionnels tion des risques qui colle avec la reste sans commune mesure avec le coût de la réparation des acciréalité du terrain ». dents du travail et des maladies … Et au cas par cas professionnelles. Une rencontre Pour aller plus loin dans ce sur la prévention des risques sens, AST67 répond aussi aux cor- professionnels s’est tenue en porations, au cas par cas. Ainsi, la juin dernier à la Chambre de Chambre Syndicale des Industries Métiers d’Alsace. Organisée en du Bois (CSIB) a sollicité l’asso- partenariat avec la CCI, la CMA et ciation pour l’aider à faire face la CRAM, elle a réuni l’ensemble concrètement à la nouvelle ré- des responsables des corporaglementation en vigueur depuis tions, des fédérations, des synle 1er janvier 2005 qui modifie dicats professionnels de tous les la limite d’exposition aux pous- métiers. sières de bois de 5 à 1 mg/m3. Des interventions conjointes d’un ingénieur du service de prevention@ast67.org prévention de la caisse régionale www.ast67.org www.cram-alsace-moselle.fr d’assurance maladie et d’un mé-

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283


LES SERRURES ÉLECTRONIQUES Pour votre sécurité En plus du matériel que nous mettons à votre disposition, nous avons équipé nos collecteurs et bennes de nouvelles serrures électroniques. Plus simple, plus efficace et surtout plus sécurisé ! Neutralis vous assure une sécurité optimale dans le stockage de vos documents confidentiels avant leur destruction.

CONFIDENTIALITÉ SUR TOUTE LA LIGNE !

A la pointe de la technologie, ces serrures électroniques vous garantissent une confidentialité sur toute la ligne.

Rien ne résiste au savoir-faire Neutralis® : archives, films, CD, disques durs, conditionnements pharmaceutiques, textiles, contrefaçons..., tous vos produits sensibles et documents confidentiels sont impitoyablement détruits, en toute sécurité. Désormais, vous avez également à votre disposition un camion de broyage directement sur votre site. Quelles que soient la taille et l’activité de votre entreprise ou de votre administration, Neutralis®, c’est la garantie d’une solution sûre, rapide, économique et sur mesure. C’est aussi un geste pour l’environnement : les produits détruits, transformés en confettis, sont systématiquement recyclés.

UNIQUE EN FRANCE

Neutralis®, une chaîne sécuritaire ininterrompue entièrement maîtrisée. Un engagement clair et fiable pour la garantie de votre confidentialité.

UN seUl N° de téléPhoNe 03 88 40 58 39 NEUTRALIS® SASU - 4 rue de Cherbourg - BP 23 - 67026 Strasbourg cedex - Fax : 03 61 58 83 43 Neutralis®, une société du Groupe Schroll

www.neutralis.fr


12 cci en actions InESS

Rencontres CCI sciences

De la santé aux énergies renouvelables La 11e rencontre CCI-Sciences proposée par Jean Bouleau, conseiller technique de la CCI, en partenariat avec le CNRS, s’est tenue en mai dernier, mois anniversaire des 50 ans du campus de Cronenbourg. d’être de l’InESS : « effectuer des recherches de base à fortes potentialités applicatives qui couvrent toute la chaîne de l’électronique, de la physique et de la technologie des composants élémentaires à la conception de systèmes intégrés ». Compliqué ? De prime abord

ESCM Strasbourg

Ecole Supérieure de Commerce & Management

Management Négociation Gestion Informatique

Vous cherchez à renforcer votre équipe dans les domaines administratif ou commercial ? Avez-vous pensé au contrat de professionnalisation ? Nous vous accompagnons pour trouver le profil qui vous correspond. 17 rue du Marais Kageneck 67000 Strasbourg 03 88 32 49 03 www.escm-strasbourg.com

© InESS

A

u menu, la visite du laboratoire mixte de recherche de l’Université de Strasbourg et du CNRS, l’InESS (Institut d’électronique du solide et des systèmes). À la carte, des composants micro-électroniques et photovoltaïques. La raison

La salle blanche est ouverte à des collaborations extérieures

seulement. Car les brillantes explications du directeur du laboratoire et professeur d’université Daniel Mathiot et de ses collègues chercheurs et ingénieurs ont permis aux participants, élus CCI et chefs d’entreprises, de faire fi de leurs appréhensions. Surtout, ils ont mesuré l’étendue des travaux menés à l’InESS et les différentes applications possibles. Premier exemple : le développement de concepts innovants de cellules photovoltaïques. Une visite guidée de la plate-forme d’élaboration et de traitement des matériaux et des composants. Un hall de 400 m², avec en son cœur une salle blanche de 100 m², née en 2006. « De qualité industrielle, cette salle permet de développer des composants de façon ultra-propre, l’air et

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

l’eau étant filtrés en permanence, expliquait Daniel Mathiot. Plus propre qu’une salle d’opération ! » C’est dans cet endroit qu’on travaille sur le silicium (matériau de base pour les panneaux photovoltaïques et l’électronique) et sur le dépôt de couches – de quelques nanomètres à quelques

Les rencontres CCI-Sciences ont pour but de sensibiliser les élus chefs d’entreprises ou cadres à la connaissance de la science et à ses relations possibles avec le monde de l’industrie. Une convention signée récemment concrétise ce partenariat entre la CCI et le CNRS. contact Jean Bouleau 06 71 20 01 91 CCI


13

sur le campus de Cronenbourg et 200 m2 au Pôle API à Illkirch

50 permanents dont 35 enseignantschercheurs 15 techniciens et administratifs

1,4 M€

dont 0,3 M€ de dotation des tutelles (CNRS et Université) et 1,1 M€ en contrats microns d’épaisseur. Les travaux en cours ont pour but d’accroître le rendement et baisser le coût des cellules solaires. Selon Daniel Mathiot, « le photovoltaïque a de grandes chances de concurrencer le nucléaire d’ici dix ans. Pour l’instant, ce qui limite la progression est le prix : fabriquer une cellule coûte cher, il faudrait arriver à augmenter le rendement à coût constant. Ce qui passe par le développement de ces nouvelles architectures de cellules ». Deuxième exemple et suite de la visite avec l’étude des systèmes et microsystèmes instrumentaux. Des travaux menés depuis cinq ans sur la conception et le développement de circuits opto-­électroniques intégrés pour l’observation de phénomènes lumineux de faible intensité et

très brefs. Ces systèmes sont destinés à se substituer aux caméras à balayage de fente dont le coût dépasse 100 000 €. Moins onéreux et portables… à la taille d’une puce électronique, ils devraient – d’ici cinq ou six ans – être utilisés en imagerie médicale. L’un des projets en cours se nomme Spirit, spectroscopie proche infrarouge par imagerie temporelle. Labellisé par Alsace Biovalley, cet instrument pourrait remplacer l’IRM et le scanner en imagerie fonctionnelle et ainsi éviter les rayons X qui y sont associés. Également étudiés de la conception à la création du prototype, des systèmes basés sur des capteurs magnétiques sont développés pour des applications médicales : dispositifs de navigation pour le repérage des instruments chirurgicaux et instruments de mesure des électrocardiogrammes dans un environnement IRM. Un usage et un intérêt certains pour les neurologues, pédiatres, cancérologues, etc. L’ensemble des recherches entreprises par l’InESS est le fruit de collaborations industrielles – matériaux et composants élémentaires, systèmes instrumentaux intégrés. Parmi celles-ci, ST Microelectronics, Thales, CEA, Socomec, Optronis, Eurorad, etc. Bon à savoir : la salle blanche est ouverte à toute collaboration extérieure, dans la mesure où elle est compatible avec les technologies dont dispose le laboratoire.

RÉglementation

Taxe locale sur l’affichage publicitaire

La CCI vous aide à y voir plus clair

I

nstaurée pour réguler l’affichage publicitaire sur le territoire, la taxe locale sur la publicité extérieure a pour objectif de limiter la prolifération des panneaux publicitaires pour lutter contre l’impact visuel. C’est paradoxal mais c’est ainsi, la Loi de Modernisation de l’Économie n’a pas simplifié mais complexifié l’application de la taxe sur la publicité. Elle en a mis en place une nouvelle, dite taxe sur la publicité extérieure (TLPE). Celle-ci remplace depuis le 1er janvier 2009 les trois précédentes : la TSA à savoir la taxe sur la publicité frappant les affiches, réclames et enseignes, la TSE ou taxe sur les emplacements publicitaires, ainsi que la taxe sur les véhicules publicitaires. Certes la TLPE est facultative. Les communes ne sont donc pas obligées de taxer la publicité Bas-Rhin

présente sur leur territoire. En revanche, si la ville taxait déjà la publicité extérieure au titre de la TSA ou de la TSE, alors elle doit délibérer pour calculer son tarif de référence. Ainsi chaque commune a désormais en la matière son propre tarif. Autant dire que pour les entreprises qui disposent de plusieurs établissements dispersés sur le territoire, c’est le casse-tête. Encore un ! Consciente des nouvelles difficultés auxquelles sont confrontées ses ressortissants, la CCI de Strasbourg et du BasRhin propose de leur expliquer le dispositif. Mieux, elle suggère même d’informer les élus en même temps que les entreprises, de façon à engager entre eux le débat. Service juridique

contact 03 88 75 25 24 CCI juridique@strasbourg.cci.fr

MEDEF

Olivier Klotz élu président

© Henri Parent

4 000 m²

Olivier Klotz, 48 ans, vient d’être élu président du Mouvement des entreprises de France (MEDEF) pour le Bas-Rhin, dont il était jusqu’à présent le secrétaire départemental. Ce chef d’entreprise dirige la filiale française de Heuft qui commercialise des appareils de contrôle pour lignes d’embouteillage. Olivier Klotz est également conseiller technique à la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin et membre associé de la CRCIA.

Maison Kammerzell Le bon goût de la tradition

Pour vos événements professionnels, 10 salons s’offrent à vous et à vos hôtes, de 10 à 360 personnes dans un lieu de légende Menus à partir de 24,20 € Réservation au 03 88 32 42 14 ou info@maison-kammerzell.com Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

B et anq R pro éce uets fes ptio sio nn ns e ls


Transport de marchandises

dossier

15

Quel avenir pour la multimodalité ? Rail-route, fleuve-route. La co-modalité est une ambition partagée par les pouvoirs publics et les acteurs du transport. Pour assurer une meilleure fluidité entre les différents modes, il reste aujourd’hui à développer les moyens techniques nécessaires.

Dans ce dossier 16 • Analyse La route, voie royale

Une croissance de trafic qui s’est faite en grande partie au détriment du ferroviaire.

17 • interview Georges Lingenheld, président de la commission aménagement du territoire et transports à la CCI

Donner à chaque mode la place qui lui revient.

21 • allemagne Le combiné à l’épreuve des faits

Comme en France, la voie routière constitue l’axe de transport principal de marchandises.


16

dossier

Transport de marchandises

Le transport terrestre de marchandises a progressé en France de 50 % entre 1984 et 2007 (source : Comptes des Transports). Une croissance qui s’est faite en grande partie au détriment du ferroviaire.

© Henri Parent

La route reste la voie royale 80 % des transports de marchandises s’effectuent sur des distances inférieures à 150 km.

L

e transport routier de marchandises assure en France l’acheminement tant en transport intérieur qu’en transport international (hors transit) de plus de 80 % des marchandises (en tonnes kilomètres), contre 60 % en 1984 (source : SOeS, Comptes des Transports). À l’inverse, la part du ferroviaire a diminué passant de 23,9 % en 1984 à 10,9 % en 2008. Celle de la navigation intérieure a ellemême décliné : 3,8 % en 1984 et 2,2 % en 2008. En Alsace, la répartition modale (des échanges internes à l’Alsace et avec les autres régions) montre également une forte prédominance de la route (85 %). Le transport ferroviaire totalise 14 % et la voie fluviale 1 % (source : ORTAL). Comme pour le reste du pays, le fer perd du terrain (- 4 % en neuf ans) et ceci en décalage avec les

objectifs affichés en matière de développement durable.

Baisser de 20 % les émissions dans les 12 ans

Pas étonnant dans ces conditions que la volonté du Grenelle Environnement soit de faire évoluer la part du non routier dans le transport de marchandises de

14 % aujourd’hui à 25 % en 2022. Parmi les mesures phares de la loi Grenelle : l’écotaxe poids lourds (voir position des CCI d’Alsace en page 19) ainsi que la relance du fret ferroviaire et des transports combinés. Avec elle, le gouvernement espère réduire de plus de deux millions le nombre de trajets poids lourds et autant de

Le fret en Alsace : perspectives Les données qui devraient influencer le transport de marchandises dans la région : - l’évolution des infrastructures dans le fossé rhénan et du tissu industriel - les nouveaux partenariats entre acteurs locaux - les stratégies pour les plates-

formes logistiques et la prise en compte des marchandises en ville - les effets de l’éco redevance poids lourds - la prise en compte du réchauffement climatique et de la pollution. Source : analyse de l’Observatoire Régional des Transports et de la Logistique d’Alsace (Ortal)

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

tonnes de CO2. Michel Chalot, président de l’Union Régionale du Transport d’Alsace (URTA), s’avoue sceptique. « 80 % des transports de marchandises s’effectuent sur des distances de moins de 150 kilomètres. La route est dans ces cas-là le mode d’acheminement le plus approprié, car elle permet de rejoindre rapidement et directement le lieu de livraison. » Le rail nécessite une plus grande anticipation et une organisation technique différente. « Le problème du ferroviaire est sa rigidité. Quand vous prenez un sillon (un créneau horaire sur une ligne), il faut l’acheter minimum pour six mois et même si vous ne l’utilisez pas, vous devez le payer. » Or des solutions existent, poursuit-il. Pour diminuer le nombre de camions circulant, « il faudrait autoriser les poids lourds à charger jusqu’à 44 tonnes. Et plus généra-


17

interview

Georges Lingenheld Président de la commission « aménagement du territoire et transports » à la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

« La volonté du gouvernement est claire : mettre en avant le fluvial et le ferroviaire. Mais dans la réalité, les choses se compliquent. On cite souvent en exemple l’autoroute ferroviaire Luxembourg – Perpignan. C’est un modèle remarquable, mais que l’on ne peut pas transposer partout. Le recours au rail tel que nous l’avons pratiqué jusqu’à aujourd’hui a montré certaines limites. L’envoi de deux ou trois wagons seulement, ce que l’on appelle les « wagons isolés », n’est pas rentable. En plus, dans la plupart des cas, les ruptures de charge sont pénalisantes. Je suis d’avis qu’il faut moderniser

avis d’expert

l’attractivité de notre te r r i to i re, c ’e s t p r i mordial. »

Claude Abraham Ingénieur général honoraire des Ponts et Chaussées, ancien président de la mission « transports routiers de marchandises » (pour le Centre d’analyse stratégique)

Multimodalité : la route sera longue

Source : Ortal

lement, une politique des transports efficace nécessite de créer de véritables dessertes, de miser sur le fluvial en dotant les ports de plates-formes logistiques, de faire en sorte que les différents modes soient vraiment complémentaires. » Les ruptures de charges souvent mal optimisées constituent l’un des freins majeurs à la multimodalité. « Le problème est le dernier maillon, le dernier kilomètre », explique Claire Chaffanjon de l’ORTAL. « Au lieu d’opposer les modes les uns aux autres, il convient aujourd’hui d’utiliser tous les leviers disponibles pour favoriser le rapport modal. » La France a pris beaucoup de retard en la matière. L’utilisation du combiné n’est pas encore aujourd’hui un premier réflexe.

à la fois les réseaux ferré, fluvial et routier. À titre d’exemple, la réalisation du GCO dans l’agglomération strasbourgeoise me semble opportune. Dans notre région, les routes secondaires sont interdites aux poids lourds, ils empruntent les axes autoroutiers souvent saturés. De façon plus globale, la CCI soutient l’amélioration du maillage du territoire et des réseaux de transports. Pour cela, notre région doit disposer d’infrastructures routières, fluviales et ferroviaires adéquates et qui permettent de jouer sur l’intermodalité. Avec elles, l’accès aux pôles d’activités et d’emplois sera facilité. Pour

« La route est et restera largement dominante. De combien exactement, c’est difficile à dire aujourd’hui, note Claude Abraham, ingénieur général honoraire des Ponts et Chaussées et co-auteur de deux volumes intitulés « Pour une régulation durable du transport routier

de marchandises ». Ce qui est par contre certain, c’est que la route est imbattable sur la courte et moyenne distance, qui représentent la grande majorité des échanges. Cette tendance ne devrait pas fondamentalement évoluer dans le futur. L’impact de la taxe pour les poids lourds sera vraisemblablement assez faible, de l’ordre de 2 ou 3 % au maximum du trafic soumis à la taxe. La suprématie de la voie terrestre n’empêche pas qu’il y ait de la place pour les autres moyens de transport. La lutte contre les émissions de gaz à effet de serre va conduire à rechercher un transfert vers d’autres modes et à réduire, si possible, les be-

soins de transports. Aujourd’hui, la part du rail dans l’acheminement des marchandises est encore mince. Je l’expliquerais par sa faible compétitivité en coût, son manque de souplesse et sa fiabilité insuffisante. » Pour redorer l’image du transport ferroviaire, « de gros efforts de productivité et de gros investissements s’avèrent nécessaires. Ils doivent contribuer à accroître la compétitivité, à développer les capacités là où existent des goulots d’étranglement. Cela étant, la SNCF n’a plus le monopole du fret. L’ouverture à la concurrence apportera peut-être un peu de piment, qui sait ? »

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

© Henri Parent

Donner à chaque mode la place qui lui revient


18

dossier

Strasbourg

Transport de marchandises

Port Autonome

ar unité transportée, un bateau émet trois à six fois moins de CO2 qu’un camion. Si l’on ajoute le fait que les voies navigables en France sont loin d’être saturées, la navigation peut constituer une alternative sérieuse à la route et au chemin de fer pour l’acheminement des marchandises. L’expérience montre que la voie d’eau est particulièrement adaptée au transport d’hydrocarbures et de vrac liés par exemple à l’industrie lourde et à l’agriculture, mais aussi aux produits manufacturés, notamment sous forme de conteneurs. Le Rhin constitue l’une des artères majeures des voies navigables commerciales en Europe. Près d’un tiers des exportations alsaciennes y transite. Selon Voies Navigables de France (VNF), le trafic sur le Rhin pourrait doubler. « À condition toutefois de prévoir des aménagements techniques et organisationnels », convient Didier Dieudonné, directeur général délégué du Port autonome

de Strasbourg (PAS). « Depuis le début, le Port de Strasbourg a voulu faire de Strasbourg une plate-forme multimodale de rang européen en dotant le port des outillages nécessaires et en garantissant un bon embranchement ferroviaire et routier. » Si le fleuve est très performant en matière d’environnement et de coût, son trafic est fortement influencé par les hautes et basses eaux. « Dans ces cas-là, il est important de pouvoir basculer sur le ferroviaire. »

Quatre portiques et bientôt un cinquième

Avec la mise en service cette année d’un quatrième portique, dans la zone portuaire Nord, le Port de Strasbourg conforte son ambition de devenir un hub multimodal sur le Rhin Supérieur. Didier Dieudonné évoque la possibilité d’un cinquième à Lauterbourg. « Ces portiques permettent de transborder les marchandises vers les trains ou les poids lourds. » Comme tous

Le Port autonome de Strasbourg vu par ses utilisateurs Le port de Strasbourg ne manque pas d’atouts, explique Régine Aloird, présidente du Groupement des usagers du port de Strasbourg : « son emplacement, sa proximité avec l’Allemagne, la Suisse et la zone ARA (Anvers-Rotterdam-Amsterdam), un accès aux réseaux autoroutiers, une gare de fret, des équipements portuaires de haut niveau ». Et qu’en pensent les entreprises ? C’est tout l’objet du « Cahier d’Espérance » élaboré après des mois d’entretiens avec les entreprises de la zone portuaire. « Ce document, montre un fort attachement des entreprises à la

zone portuaire. » 53 % des entreprises interrogées considèrent que l’accessibilité, pour les salariés tout comme pour les marchandises, constitue la principale amélioration à apporter au site. Au chapitre des autres espérances manifestées par les entreprises : renforcer leur visibilité par rapport à l’évolution de la zone portuaire et accroître l’attractivité de la zone par une requalification paysagère et par le développement des services aux entreprises et aux salariés. gup@strasbourg.cci.fr

© Port autonome de Strasbourg

L’eau n’a pas dit son dernier mot P

Le Port autonome de Strasbourg, une plate-forme multi-modale de rang européen

les ports européens, celui de Strasbourg a connu un léger fléchissement de son activité en 2009, notamment à cause de la baisse des marchandises en vrac. « En revanche, le trafic des conteneurs est en progression », précise Didier Dieudonné. Le Port espère atteindre 600 000 conteneurs manutentionnés par an à l’horizon 2020, contre 300 000 aujourd’hui. « Nous menons une politique très active pour attirer les entreprises vers la voie fluviale et s’engager vers la multimodalité. Il est vrai que les PME qui combinent plusieurs modes doivent anticiper leur logistique. »

Vers un opérateur ferroviaire de proximité

Le Port de Strasbourg pilote une étude relative aux conditions de mise en place d’un opérateur ferroviaire de proximité. C’est-àdire une structure indépendante chargée de gérer le trafic ferroviaire sur le territoire portuaire et d’assurer l’acheminement des marchandises à l’arrivée et au départ du port et pourquoi pas d’offrir des liaisons de proximité. « L’objectif est d’augmenter sen-

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

siblement l’offre ferroviaire. 80 % des deux millions de tonnes acheminées aujourd’hui par la voie ferrée sont concentrés sur une quinzaine de clients. Notre marge de progression est donc très importante. » Les partenaires financiers de cette étude sont la CUS, la Région Alsace, l’Ortal et la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin. La démarche vient d’être lancée et la décision finale devrait intervenir à la fin de l’année. 03 88 21 74 74 www.strasbourg.port.fr

2e

port intérieur français

1re

zone d’activité de la Communauté urbaine de Strasbourg

13 000 emplois


19 Strasbourg

Grands Moulins de Strasbourg

Notre site est desservi par les trois modes

Lauterbourg

tonnes de blé sont destinées pour moitié au marché intérieur, l’autre moitié à l’export. « L’essentiel de nos expor tations se fait par voie fluviale via Anvers. 450 containers par mois partent sur le Rhin », précise Jean-Paul Kling. « Pour le marché intérieur, 90 % des marchandises que nous livrons sont acheminées dans un rayon de 300 kilomètres et nous utilisons exclusivement la route, car nos clients ne peuvent rece© Henri Parent

G

rands Moulins de Strasbourg, troisième groupe meunier français, fabrique des farines, des améliorants et des produits pour la boulangerie artisanale, l’industrie utilisatrice et la grande distribution : pains, spécialités pâtissières. 400 personnes y travaillent. À Strasbourg, le site de l’entreprise dispose d’un accès trimodal : voie navigable, route et embranchement ferroviaire. Les 350 000 tonnes de blé utilisées par an « nous parviennent à 60 % par la route, 30 % par le fleuve et à 10 % en train », explique le directeur général Jean-Paul Kling. Ces 350 000

voir nos farines que par ce mode de transport. Ils ne sont pas embranchés à un réseau ferroviaire ou fluvial. »

Retrouvez le texte intégral de cette motion sur le site : www.alsace.cci.fr rubrique environnement

www.grandsmoulinsdestrasbourg.com

Lohr Industrie : les camions prennent le train Le wagon Modalohr, développé par Lohr Industrie, permet le transbordement rapide des semi-remorques standards de la route vers le rail. Ces wagons sont utilisés depuis 2003 par l’autoroute ferroviaire alpine (sur le tronçon Aiton – Orbassano) et depuis 2007 par l’autoroute ferroviaire reliant le Luxembourg à Perpignan.

Eiffel Construction métallique

© Eiffel

Le mode dépend des marchandises

E

iffel, filiale d’Eiffage, s’est imposé en France et en Europe dans l’univers de la construction métallique. Le groupe dispose d’un établissement à Lauterbourg avec 250 salariés. Il est spécialisé dans les grands ponts et ouvrages d’art, la van-

tellerie (retenue d’eau) et la grosse c h a u d ro n n e r i e. Parmi l’une de ses réalisations les plus spectaculaires : les parties métalliques du Viaduc de Millau. En matière de transports de marchandises, « l’entreprise adapte le mode en fonction des matériaux et des quantités acheminés », dit Charles Heckel, responsable de la soustraitance. « Nous utilisons toutefois prioritairement la route et la voie fluviale, parfois en combinant les deux. Pour notre approvisionnement en tôles, le fleuve est privilégié. Les éléments de ponts que nous

Extrait de la motion des CCI sur la taxe poids lourds Les CCI d’Alsace considèrent que l’écotaxe prévue par la loi Grenelle 1 ne permettra pas d’atteindre l’objectif de réduction du trafic routier de marchandises faute d’alternatives crédibles notamment ferroviaires. L’application d’un taux progressif en fonction de la distance parcourue et l’application d’une franchise pour les transports locaux de courte distance sont donc impératifs pour ne pas pénaliser les entreprises régionales. À défaut de modulation, l’écotaxe pèsera essentiellement sur l’économie alsacienne sur laquelle seront prélevés plus de 30 M€ par an (soit plus de 60 % des recettes de l’écotaxe en Alsace).

fabriquons ici sont très longs et sont expédiés en camions, sans rupture de charge. Il s’agit de convois exceptionnels que l’on peut anticiper. La porte de l’écluse du port de Saint-Nazaire a été acheminée sur une barge spéciale en empruntant le Rhin jusqu’à Rotterdam, puis elle est redescendue vers la Bretagne. Autre exemple : la passerelle de Bercy a voyagé 15 jours. Elle a remonté le Rhin jusqu’à Rotterdam puis elle a été transportée jusqu’à Paris par la Seine. Il s’agit de cas particuliers. Pour des livraisons de plus petites tailles, nous contactons les transporteurs routiers. Quant au train, nous l’utilisons peu, à l’exception de quelques livraisons de tôle. » www.eiffel.fr

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

www.modalohr.com

Transport et logistique : Quels métiers pour demain ? L’Observatoire des métiers, des compétences et des besoins en formation, piloté par la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, a mené une enquête auprès d’entreprises de la région pour connaître l’évolution des métiers dans le secteur des transports et de la logistique. Retrouvez les résultats de cette enquête sur le site : www.pole-formation-cci.org


20

dossier

Transport de marchandises

la place de l’alsace

france

Huit milliards pour le fret ferroviaire

Mode fluvial

Mode routier Atouts • Réseau autoroutier structurant • Une infrastructure en grande partie gratuite • Des connexions améliorées avec l’Allemagne et la Suisse • Des entreprises de transport bien implantées • Des entreprises volontaires pour la mise en place de chartes de réductions des émissions de CO2 Faiblesses • Un axe nord-sud unique et pas totalement homogène • Forte utilisation du réseau lié aux déplacements pendulaires • Des entreprises de transport encore trop peu diversifiées • Une concurrence sur les prix très difficile à l’international et qui tend à devenir difficile au niveau national • Une acceptabilité sociale difficile Source : Ortal

le développement du transport combiné terrestre, maritime et fluvial, dans le but d’offrir le mode de transport le plus adapté à chaque prestation. Notre objectif est de doubler les trafics en dix ans », explique Marc Matz. La SNCF soutiendra la création d’opérateurs ferroviaires de proximité, comme c’est le cas au Port Autonome de Strasbourg. Enfin, la mise en œuvre de solutions innovantes : « autoroutes ferroviaires, fret à grande vitesse, logistique urbaine… » fait aussi partie du grand chantier de rénovation engagé par la SNCF.

© Fret SNCF / Michel KHAROUBI

Atouts • Les ports alsaciens (2e et 3e ports intérieurs français) • Équipements performants (colis lourds, etc.) • Le développement de navettes ferroviaires • Des possibilités de massification • Marketing des entreprises de grande distribution • Développement des partenariats entre les ports Faiblesses • Peu de réserves foncières • Trafic routier induit • Traitement des barges dans les ports maritimes • Co-existence ports et ville (nuisance, trafic PL, bruit…) • Renforcement des contraintes environnementales sur le Rhin • Réseau de canaux secondaires peu exploité

SNCF

www.sncf.com

L

e Grenelle de l’Environne- générées par la crise économiment a pour objectif de fai- que, d’autres ne contribuent pas re passer la part des trans- à ce jour au développement du ports de marchandises alternatifs trafic ferroviaire. La qualité du réde la route vers le fer dans une seau, le prix des sillons, le temps proportion de 14 à 25 %. Pour d’acheminement ou encore les ce faire, l’État, Réseau Ferré de mouvements sociaux dissuadent France et la SNCF se sont enga- nombre d’entreprises à y avoir gés à développer le fret ferroviai- recours. Face à ce constat et re. Le goupour stopper vernement l’hémorraa annoncé Un nouveau schéma gie, la SNCF une enve mise sur une directeur pour une loppe de politique voperformance accrue lontariste et a 7  m i l l i a r d s d’ici 2020. La mis sur pied direction de la SNCF apportera un « schéma directeur pour un un milliard supplémentaire. Marc nouveau transport écologique Matz, délégué à l’aménagement de marchandises ». Il comprend des territoires ferroviaires au sein notamment « le développement de SNCF Geodis, qui regroupe les de l’offre de trains entiers à l’échelle activités de fret et de logistique, européenne. Pour cela, nous allons reconnaît que « la crise économi- nous appuyer sur Fret SNCF pour la que a entraîné une baisse des volu- France et sur nos différentes filiales mes transportés ». Aux difficultés en Europe. La SNCF soutient aussi

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

la place de l’alsace

Mode ferroviaire Atouts • Plateformes de transbordements • Infrastructures de triage • Nombre important d’entreprises embranchées • Le développement de navettes ferroviaires • Opérateurs de proximité Faiblesses • Éloigné des axes des autoroutes ferroviaires françaises • Forte utilisation du réseau • Pas d’itinéraire direct vers le Sud (gabarit) • Des liaisons transfrontalières à améliorer : Mulhouse/Mulheim • Des modalités d’exploitation à la frontière difficiles Source : Ortal


21 Focus

Les Pays-Bas, rois de la navigation

Allemagne

Le combiné à l’épreuve des faits En Allemagne, comme en France, la voie routière constitue l’axe de transport principal des marchandises. Une situation qui ne devrait pas fondamentalement évoluer dans le futur.

par la route, 16,6 % par le rail et 9,7 % par la voie fluviale, essentiellement sur le Rhin », explique Michael Gierke du « Bundesamt für Güterverkehr » (Office fédéral du transport de marchandises). « Jusqu’en 2008, le rail a connu un certain essor, la crise économique a entraîné une baisse importante des volumes. »

© Henri Parent

Taxe sur les poids lourds

L

e secteur du transport de ment, la direction de la Deutsche marchandises a enregis- Bahn annonce la suppression de tré une baisse de 11,2 % 4 000 postes et la fermeture de 72 en 2009 liée à la crise (source : des 1 600 gares de marchandises Office Fédéral des Statistiques). d’ici 2011. Une annonce qui a provoqué de Moins 18,1 %. Le transport vives réacfluvial de tions Outre73,7 % des marchandises Rhin, mais marchandises a connu des la Deutsche empruntent la route Bahn se déheures particulièrement fend en afsombres l’an dernier. Scénario si- firmant que c’est la seule solution milaire pour le chemin de fer avec pour sortir le fret ferroviaire « du un recul de plus de 15 % des vo- rouge ». En 2009, « 73,7 % des lumes transportés. Au même mo- marchandises ont été transportées

En comparaison, les chiffres en France sont de 85 % pour la route, 12 % pour le ferroviaire et moins de 3 % pour la navigation fluviale. Point commun aux deux pays : la prédominance de la route, même si elle est moindre en Allemagne. La Lkw-Maut, la taxe sur les poids lourds qui a fait couler beaucoup d’encre lors de son introduction, « n’a pas eu d’effets significatifs en matière de report vers d’autres modes. Nous ne disposons pas de statistiques probantes sur le sujet », précise Michael Gierke. Certains experts estiment que le trafic des camions devrait doubler d’ici 2030. « Le transport de marchandises, en particulier via les conteneurs, va croître de façon continue dans notre pays : + 4,3 % par la route et + 4,1 % par le rail par an entre 2011 et 2013. » La mise en service des Monster-Trucks, des camions pouvant peser 60 tonnes et mesurer 25 mètres, divise le pays. Les transporteurs la plébiscitent, les associations environnementales et les lobbies du rail s’y opposent, car, disent-ils, cela va pénaliser la mise sur rail du fret routier et générer des flux autoroutiers supplémentaires.

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

35 % des marchandises entrent et sortent des Pays-Bas via l’eau. Un chiffre qui place le royaume en tête des pays européens pour le transport via les voies navigables. Les Pays-Bas disposent d’une flotte fluviale de 6 500 bateaux, contre 3 700 en Allemagne et 1 700 en France. Rotterdam, premier port européen, se classe au troisième rang mondial après Shanghai et Singapour. Aux États-Unis, le fer a su trouver sa place Aux États-Unis, le transport ferroviaire de marchandises concurrence sérieusement la route. Pour le fret local, sa part de marché est de 40 %. En France, il se situe autour de 12-14 %. La géographie du pays explique en partie les bonnes performances du rail. Les distances parcourues sont beaucoup plus importantes et les trains bien plus longs : convois de trois kilomètres contre 750 mètres maximum en France. (source : Les Échos – 04/11/2009) Le modèle Monoprix Depuis plusieurs années, Monoprix utilise le train pour approvisionner ses 94 magasins à Paris et en proche banlieue. Les trains de marchandises arrivent à la halle Gabriel Lamé près de Bercy, au cœur de la capitale. Pour livrer les boutiques, le relais est ensuite pris par des camions fonctionnant au gaz naturel. Matières dangereuses En Alsace, 80 % des flux de matières dangereuses sont réalisés par la voie ferroviaire ou fluviale. www.alsace.developpement-durable. gouv.fr


22

industrie

Alsace

Métallurgie

Pour aider les entreprises à faire face à la crise, l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie (UIMM) annonce la mise en place prochaine d’un nouvel outil : un prêt participatif destiné à favoriser l’investissement.

L

’innovation est un moyen de s’en sortir, elle existe mais doit être exacerbée », soulignait Joël Marçais, président de l’UIMM Bas-Rhin. Relevant que la plupart de leurs adhérents avaient déjà tout fait pour préserver les compétences dans leurs entreprises. Grâce aux mesures mises en place par le gouvernement, à l’instar du chômage partiel, aux dispositions de la branche et plus particulièrement suite à l’accord du 7 mai 2009 et aux outils mis en œuvre avec la Région Alsace, notamment pour favoriser l’ap-

Alsace

prentissage – des résultats plutôt convaincants, puisque le nombre d’apprentis recrutés en 2009 a été sensiblement identique à celui de 2008.

Bientôt en œuvre

Opérationnels d’ici quelques semaines, les prêts participatifs permettront d’accompagner les entreprises qui ont des projets de développement. Un fonds de garantie de 5 M€ sera mis en place en Alsace, complété par l’effet de levier suscité par la Caisse Mutuelle de Garantie de la

© UIMM Bas-Rhin

Conjurer la crise

Mécanique (CMGM) et le Crédit Coopératif, associé à l’opération. Et Jean-François Pilliard, délégué général de l’UIMM de souligner : « le dispositif piloté par les chambres syndicales vise à être très réactif dans son exécution ». Invité à la dernière réunion du conseil d’administration, le ministre François Loos, vice-président de la Région Alsace, a souligné « la pertinence de la réponse de l’UIMM, et sa parfaite complémentarité des deman-

des de fonds propres de l’entreprise, ceux-là assurés par la Région ». Les actions de ce type pouvant être développées dans d’autres secteurs d’activité. Et d’évoquer trois mots-clés pour construire l’avenir : « orienter, innover, investir ». L’UIMM, c’est 160 entreprises adhérentes, représentant 30 000 salariés. UIMM Guy Borg – 03 88 26 64 01 www.uimm-basrhin.fr

InnovAction : diagnostic CCI

Pour détecter vos potentiels Établir un diagnostic de vos projets d’innovation, disposer de propositions d’action, d’une écoute et d’une expertise… c’est l’enjeu proposé par InnovAction, un nouveau service aux entreprises proposé par les CCI alsaciennes.

I

nnovAction a été mis au point par l’équipe des conseillers Alsace Innovation des trois CCI d’Alsace. InnovAction vous propose d’être à la fois l’écho et le miroir de vos projets d’en-

treprise. Vous avez une idée innovante de développement, un voire deux entretiens en face à face avec un conseiller Alsace Innovation vont permettre d’identifier les forces, les

faiblesses, les opportunités et les menaces qui entourent votre projet. Un diagnostic est établi vous aidant ainsi à recadrer si nécessaire vos actions. Les échanges et recommandations vous sont restitués par écrit, ce qui peut vous aider à remporter l’adhésion de vos équipes ou vous aider à bien identifier votre marché. Mais l’intervention des conseillers CCI ne s’arrête pas en si bon chemin. Ils se proposent de vous accompagner

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

pendant trois mois pour vous aider à mettre en œuvre des pistes d’action et vous mettre en réseau avec d’autres professionnels. Bon nombre d’entreprises ont déjà bénéficié de l’efficacité d’InnovAction : Trendel, Xénélys Cosméceuticals, Nague Color, etc. Le taux de satisfaction des premiers utilisateurs s’élève à 97 % ! 0 800 02 25 20 (numéro vert) www.alsaceinnovation.com


23 Services de l’Etat

La DIRECCTE Alsace

Créée le 15 février 2010, dans le cadre de la réorganisation de l’administration territoriale de l’État, la Direccte Alsace est une des huit directions de l’État désormais réunies autour du préfet de région. Ce service se veut proche des entreprises, des salariés, des demandeurs d’emploi et des acteurs socioéconomiques.

L

a Direccte, c’est la Direction régionale des entreprises de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi d’Alsace. Sous cette appellation se nichent désormais la DRTEFP et la DDTEFP (autrement dit la direction régionale et les directions départementales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle dont l’inspection du travail), la DRCCRF (c’est-à-dire le niveau régional de la direction régionale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), la Drire (service de développement industriel et de métrologie légale de la direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environ-

nement), la DRCE (direction régionale du commerce extérieur), la DRT (délégation régionale du tourisme), la DRCA (délégation régionale du commerce et de l’artisanat) et enfin le chargé de mission régional à l’intelligence économique. En résumé, ce sont quelque 340 agents que dirige Daniel Mathieu, le jeune directeur cinquantenaire nommé à la tête de ce grand service de l’État.

Accompagnement, régulation et contrôle

Autant dire qu’il regroupe des administrations de tailles et de cultures très différentes qui plus est, issues de deux ministères, celui de l’économie, de l’indus-

© Henri Parent

Réformés pour plus de proximité Daniel Mathieu : « l’entreprise est à la fois une entité économique et un collectif de travail »

trie d’une part et celui du travail, de la solidarité et de la fonction publique, d’autre part. Objectif du chef de l’État à l’origine de cette réorganisation : moderniser, rationaliser, et simplifier l’action de l’État en région, adapter les missions aux enjeux des territoires et améliorer les services aux citoyens et aux entreprises. Pas question de redéfinir les missions des différentes entités, mais comme le reconnaît Daniel Mathieu, « en dehors des aspects financiers et fiscaux, toutes sont tournées vers l’entreprise. Or, pour nous l’entreprise est à la fois une entité économique et un collectif de travail, c’est-à-dire des personnes et des salariés. » La Direccte adopte de ce fait, deux postures, la première accompagne le développement économique, la deuxième régule et contrôle. Si l’organisation des équipes est presque achevée, la mission réelle de la Direccte a

Maison Kammerzell Le bon goût de la tradition

Pour vos événements professionnels, 10 salons s’offrent à vous et à vos hôtes, de 10 à 360 personnes dans un lieu de légende Menus à partir de 24,20 € Réservation au 03 88 32 42 14 ou info@maison-kammerzell.com Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

également commencé pour travailler dans le sens annoncé par Nicolas Sarkozy lors des États généraux des industries. En Alsace, neuf ateliers ont mobilisé dans ce cadre 330 personnes. Ensemble, elles ont identifié dix filières industrielles d’avenir et porteuses d’emploi pour notre région. Les secteurs des logiciels, des contenus numériques, de l’automobile, pharmaceutique, de la santé, agroalimentaire, de l’industrie ferroviaire, des éco-industries, de l’énergie. Un chantier autour de la chimie est déjà ouvert pour accompagner la construction des formations et le développement de process industriels innovants avec des enveloppes financières incitatives à la clé pour les entreprises. 6 rue Gustave Adolphe Hirn, 67000 Strasbourg 03 88 15 43 00

B et anq R pro éce uets fes ptio sio nn ns e ls


24

industrie Lixhausen

Imag’Ing

© Imag’ing

Une technologie numérique révolutionnaire

Laser scanning 3D de la Petite France à Strasbourg

Bureau d’Ingénierie, Imag’Ing s’appuie sur des technologies de pointe pour fournir à ses clients des solutions d’imagerie numérique utiles pour leurs décisions et la gestion de leurs projets.

C

’est en 2008 que Philippe dans le Grand Est à être équipée de Weibel, ancien cadre la sorte. Nous avons trois scanners d’un grand groupe agro- et avons investi 200 000 € l’année alimentaire et aujourd’hui gérant dernière en matériel », explique d’Imag’Ing, décide de rejoindre Philippe Weibel. Le laser scanning la PME d’une dizaine de salariés. 3D, dont les concepteurs sont al« Je me suis lancé un défi et je ne lemands, analyse les équipements le regrette pas. » Entre son arrivée ou leur environnement proche et aujourd’hui, pour recueillir l’entreprise bades informations sée à Lixhausen très précises sur (67) a évolué Évoluer pour être leur volume, pour être à la leur surface, leur à la pointe pointe dans structure, etc. son secteur. Simulation numéri- Les données collectées servent que, CAO, prototypage rapide, etc. ensuite à construire des images Imag’Ing s’est aussi lancé dans le de synthèse en 3D. « Ce procédé laser scanning 3D (capture d’en- donne des dimensions extrêmevironnement) et la rétro-concep- ment précises et modélise la réalité. tion. « À ma connaissance, nous Nous pouvons scanner tout ce qui sommes la seule entreprise privée est visible. Nous sommes capables

de scanner aussi bien une centrale hydroélectrique qu’un terrain de golf. » Le portefeuille des clients de la société est varié : architectes, bureaux d’études, industriels, etc.

Communication et démarchages

« Nous avons toutefois une forte expérience dans l’industrie : agroalimentaire, mécanique, chimique et pharmaceutique. » Si le laser scanning traite d’un environnement large, la rétro-conception, technique également proposée par Imag’Ing, est plutôt adaptée aux pièces ou aux objets d’art. « Nos technologies sont émergentes et c’est toute notre difficulté. Il faut faire beaucoup de communication et de démarchages commerciaux pour informer nos clients. » Philippe Weibel se dit convaincu que l’utilisation de la réalité et l’ingénierie virtuelles sont promises à un essor certain. Ne serait-ce qu’à cause des avantages qu’elles représentent pour leurs utilisateurs. « Le re-

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

cours au scan 3D permet de gagner du temps dans les mesures, évite des déplacements sur le site car notre outil permet des visites virtuelles ou encore fournit des données très précises. Tout ceci induit une baisse des coûts. » Il y a quelques mois, Imag’Ing a noué deux partenariats : le premier avec l’entreprise Faro pour la distribution de bras de mesure et le second avec la société ICIDO, basée à Stuttgart et spécialisée dans le développement de solutions visuelles d’aide à la décision et de réalité virtuelle. « Ces rapprochements complètent nos propositions de laser scanning 3D, d’imagerie numérique par des outils d’aide à la décision et de réalité virtuelle. De par notre expérience en gestion de projets industriels, nous sommes maintenant capables de proposer des solutions innovantes complètes à nos clients. » contact 03 88 91 97 39 contact@imag-ing.com CCI

Agenda

Le 23 septembre : Comment optimiser sa participation à un salon professionnel En une demi-journée, apprenez à cibler votre salon, à trouver les clés d’une participation efficace et tirer les bénéfices, mais aussi à préparer votre collecte d’informations, à éviter les fuites d’informations sensibles et à exploiter les informations collectives. De 9 h à 13 h au Pôle formation cci. contact Éliane Fuhrer 03 88 76 42 03 CCI


karlsruhe

25

L’alternance remise en question ? Nombre de places d’apprentissage ne sont aujourd’hui pas pourvues faute de candidats, annonce une étude de l’association des CCI allemandes. Et les raisons sont multiples.

L

’Allemagne enregistre l’un Karlsruhe. Une place d’apprendes taux de natalité les tissage sur cinq ne trouve pas plus faibles du monde. preneur, ce qui signifie que sur L’accroissement naturel de sa les 200 000 postes proposés, population est 50 000 demeunégatif depuis rent vacants. les années 80. Une situation qui 20 % de places vaut pour tou« Cette évolud’apprentissage tion touche tes les régions vacantes également le allemandes. Or domaine de la démographie l’enseignement et de la formation, n’expliquerait pas tout, précise puisque le nombre de candidats à la CCI de Karlsruhe. « 70 % des l’apprentissage baisse », affirme chefs d’entreprises interrogés sur dans un communiqué la CCI de notre territoire expliquent aussi

cette vacance par le profil inadéquat des candidats. » Le niveau scolaire insuffisant et le manque de savoir-être des jeunes font partie des motifs souvent évoqués. D’où l’importance, toujours selon ces mêmes chefs d’entreprises, de renforcer la coopération entre l’école et le monde économique.

Le système dual à la peine

Signe des temps ou pas, les écoliers sont moins enclins que par le passé à opter pour le système dual : - 3 % l’an dernier par rapport à l’année précédente. À l’Est, la ville de Leipzig dénombrait 10 000 candidats à l’apprentissage en 2004 contre 5 000 en 2009. Soit moitié moins ! Idem à Stuttgart. 7 200 candi-

dats en 2004 et 5 200 candidats en 2009 dans la capitale du Bade-Wurtemberg. Les candidats naturels à l’apprentissage, les jeunes inscrits dans les filières professionnelles, ne se précipitent plus en masse vers ces cursus. Et dans un même temps, le nombre d’étudiants augmente. Ils étaient 420 000 (43 %) en 2009 à entamer des études longues contre 350 000 (36 %) en 2006. Dans un pays qui a fait de l’alternance l’un des moteurs de son système éducatif, le phénomène étonne.

www.karlsruhe.ihk.de

Les délices d’Italie au cœur du vieux Schilick

Située à deux pas de la mairie de Schiltigheim, au cœur du vieux Schilick, une cave voutée abritait en 1861 une distillerie de fruits à noyau... Depuis février 2008 ( après J.C.), Daniele et Pasquale ont joué les designers Italiens et ont transformé ce lieu historique en une galerie de parfums et saveurs qui font voyager vos papilles à travers toutes les régions de “ LA DOLCE VITA ”.

Daniele et Pasquale, ainsi que toute leur équipe, vous proposent un menu du jour à 12 € ( entrée et plat. Café offert pour la baisse de la TVA ), des menus pour vos banquets d’entreprise, mariages, communions et fêtes...

Il Ristorante

8a rue Principale 67300 SCHILTIGHEIM Tél. 03 88 62 42 21 - www.ilristorante-schiltigheim.fr Ouvert du lundi au samedi, midi et soir - Tram Ligne B et parkings à proximité

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin


26

formation Alsace

Championnat régional des mini-entreprises

Jamais trop tôt pour créer une entreprise Développer l’esprit d’entreprendre dès l’école. C’est l’ambition du dispositif mini-entreprise et de son championnat régional organisé pour la deuxième fois en Alsace.

C

e sont 17 mini-entreprises – dix dans la catégorie lycée et sept dans la catégorie collège – qui ont participé cette année au championnat régional des mini-entreprises dans les locaux du Pôle formation CCI. « Nous avons tenu à être partenaires de l’opération, car notre quotidien est d’accompagner la création

d’entreprise et il nous paraît important d’initier les jeunes à cette démarche », explique la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin. Deux jurys, placés sous la présidence d’Isabelle Andrieu, directrice de l’association Entreprendre pour Apprendre France, ont évalué les projets. Huit d’entre eux ont été primés (voir liste des lauréats

ci-contre). Les distinctions ont été remises par le recteur d’académie, présidente du club école entreprise, et le directeur général d’Électricité de Strasbourg. Point commun à tous les candidats : ils ont, pendant l’année scolaire, créé une entreprise fonctionnant certes à échelle réduite mais bien réelle dans ses fonctionnalités. Les équipes ont été encadrées dans cette mission par leurs professeurs, par des conseillers venant du monde de l’entreprise et par l’association Entreprendre pour Apprendre. Ces mini-entreprises ont tout des grandes : un nom, un statut juridique, un capital, un produit conçu et commercialisé… Initié aux États-Unis dans les années 50 et arrivé en France dans les années 80, le concept a été introduit en Alsace en 2008 grâce au travail conjoint du Rectorat, du MEDEF Alsace et de la Région. Ils se sont associés à d’autres partenaires économiques* pour créer, en février 2009, l’association Entreprendre pour Apprendre Alsace. Ce dispositif a pour objectif d’éveiller l’esprit d’entreprendre, de développer l’autonomie et d’initier les jeunes à la vie économique avec ses contraintes et ses succès. Outre l’aspect matériel, les bénéfices pédagogiques sont réels : les élèves apprennent en faisant, ils se sentent utiles et se responsabilisent. L’expérience facilitera leur insertion professionnelle et, qui sait, suscitera de futures vocations. * Partenaires de l’opération : CCI, CGPME Alsace, CJD Alsace, l’enseignement catholique, CG, Fondation KPMG, Crédit Mutuel, Club École Entreprise, JCD Alsace, Groupe EDF/ES.

www.entreprendre-pour-apprendre.fr

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

Les lauréats du championnat des mini-entreprises - Premier prix catégorie lycée : lycée Gustave Eiffel de Cernay pour sa mini-entreprise ICP - Innovation Cernay Production - Premier prix en catégorie collège : lycée Camille Schneider de Molsheim pour sa mini-entreprise Anni’Colo Ces deux établissements ont représenté l’Alsace au championnat national qui s’est tenu à Paris en juin. - Catégorie coup de cœur lycée : Lycée Alexandre Dumas à Illkirch pour sa mini-entreprise les Éditions des Enfants Gourmands - catégorie coup de cœur collège : collège Solignac de Strasbourg pour sa mini-entreprise Soliflash - Prix développement durable catégorie lycée : lycée Alphonse Heinrich de Haguenau pour sa mini-entreprise RED et lycée Martin Schongauer de Colmar pour sa mini-entreprise 2BPRecettes - Prix développement durable catégorie collège : collège d’Ingwiller pour sa mini-entreprise Space Savers et lyc��e Xavier Nessel de Haguenau pour sa mini-entreprise CPLP Construction pour la Planète.

15 et 16 septembre 2010 Salon Top recrutement Les 15 et 16 septembre se tiendra au Pôle formation CCI, 234 avenue de Colmar à Strasbourg, le salon « Top Recrutement ». Ce salon, organisé par les DNA, est devenu au fil des ans une référence et offre une occasion unique de rencontrer des jeunes diplômés et candidats expérimentés, de niveau bac à bac + 5. Frédéric Chalaye 03 88 21 56 43, f.chalaye@dna.fr Olivier Schwartz 03 88 21 83 41, o.schwartz@dna.fr


27 Outils

Les ateliers de l’apprentissage et de l’alternance

La CCI conjugue les efforts

U

n jeune sur cinq formé en alternance à l’horizon 2015. Tel est l’objectif que s’est fixé le gouvernement. Dans ce cadre, le secrétaire d’État chargé de l’emploi, Laurent Wauquiez, a lancé début 2010 « les ateliers de l’apprentissage et de l’alternance » pour répondre à des questions concrètes et envisager des solutions. La CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin est en phase avec ces grandes propositions. En effet, elle a mis en place au Point A des outils de promotion et d’accompagnement en matière d’apprentissage, aussi bien pour les entreprises que pour les jeunes. En voici quelques exemples : • le site internet permet aux candidats de connaître l’offre de places d’apprentissage de tout le département en temps réel, et de prendre directement contact avec l’employeur (voir article ci-dessous),

• les « Mercredis de l’apprentissage » et les « Mercredis des Métiers » destinés à aider les collégiens et les lycéens dans leur orientation, • les stages « Découverte d’une profession » offrent aux jeunes la possibilité de passer un certain temps en entreprise et d’appréhender un métier « de l’intérieur », • le recrutement de deux développeurs afin de sensibiliser les responsables d’entreprises et les recruteurs sur les nombreux diplômes possibles pour qualifier leur personnel et gagner en compétitivité, • l’apprentissage transfrontalier qui doit favoriser la formation des jeunes des deux côtés du Rhin et permettre un échange de bonnes pratiques.

contact CCI

www.apprentissage67.fr pointa@strasbourg.cci.fr

Apprentissage

Nouveau système

La réforme des CAP, BEP et Bac Pro

E

n 2009, le paysage de la lité de former les jeunes après formation par apprentis- la classe de troisième en vue de sage a fortement évolué. préparer un bac professionnel et Il y a quelques années encore, ceci en trois ans. les entreprises pouvaient former Il est également possible pour des jeunes issus de la classe de l’entreprise de préparer le Bac Pro troisième pour qu’ils passent un avec un jeune titulaire du CAP sur CAP ou un BEP sur une période une durée de deux ans, durant de deux ans. À l’issue du BEP, les lesquels il suivra les cours des jeunes et les entreprises pou- deux dernières années du cycle vaient signer un nouveau contrat « Bac Pro trois ans ». pour la préparation d’un Bac Pro. *échappera à cette refonte du système de formation en apprentissage le BEP HôtellerieDans le nouveau système, mis qui bénéficie d’un sursis annoncé en place à la dernière rentrée, si Restauration jusqu’à la rentrée 2010. la préparation au CAP demeure sur deux ans, la formation au BEP A contact Point n’est plus possible*. Désormais, 03 88 43 08 56 AP entreprises Alsace 92-115:Mise en page 1CCI 11/06/10 11:31 Page 1 les ont la possibi-

TruckStore,

l’occasion en toute sérénité ! �

Véhicules récents

Faible kilométrage

� Disponibles

Le Point A centralise vos offres de places d’apprentissage pour la rentrée 2010

L

a prochaine rentrée se prépare dès aujourd’hui pour les entreprises qui comptent recruter des jeunes en apprentissage. Ces entreprises peuvent dès à présent contacter le Point A du Pôle formation CCI pour transmettre leurs offres d’apprentissage. Leurs offres pourront être consultées par les jeunes intéressés au Point A mais aussi auprès des Missions Locales, des Centres d’Information et d’Orientation et des agences du Pôle Emploi. Les

entreprises peuvent par ailleurs déposer leurs offres sur le site internet de la CCI. Pour ce faire, il suffit de se rendre sur le site et de créer un compte s’il s’agit d’une première utilisation. Ce compte personnel vous permettra d’avoir l’entière maîtrise de parution et de retrait de vos offres et d’accéder à la CVthèque comportant les profils des candidats.

TruckStore et Mercedes-Benz sont des marques déposées de Daimler AG, Stuttgart Allemagne

Contactez vite, TruckStore Alsace au 03 88 47 70 70 19, route de la Hardt - 67120 Molsheim - www.truckstore.com

www.apprentissage67.fr 03 88 43 08 56

contact pointa@strasbourg.cci.fr CCI www.apprentissage67.fr

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin


Allianz EurOpen STRASBOURG

GOLF DE LA WANTZENAU

30 AOUT - 5 SEpT.

www.allianzgolftour.com

www.golf-wantzenau.fr STRASBOURG WANTZENAU www.strasbourg.eu

IDEE NEUVE DU GOLF !


29

Š Henri Parent

dĂŠveloppement durable

Lothaire Zilliox :  Pour prÊvenir les risques, il faut prendre contact en amont avec le SPPPI 

Informer sans affoler Fournir un espace de dialogue et de concertation sur toutes les problĂŠmatiques industrielles (pollutions, risques, nuisances, etc.), telle est la mission du SPPPI* de Strasbourg-Kehl.

A

ncien directeur de recherche au CNRS, Lothaire Zilliox prÊside le SPPPI de Strasbourg depuis 2003. La structure a ÊtÊ crÊÊe en 1992 par le prÊfet du Bas-Rhin avec pour objectif de tenter de rÊgler les problèmes environnementaux inhÊrents à la prÊsence d’industries sur le territoire. 18 ans après, ses objectifs n’ont pas fondamentalement changÊ. Le SPPPI n’est pas une instance de dÊcision ou de contrôle. Ses trois missions : Êvaluer les situations environnementales en cas de problème, faire des propositions et informer le public.  Il rÊunit tous les acteurs de l’environnement et du dÊveloppement industriel pour un dialogue concertÊ et constructif dans l’optique de prÊvenir les risques et les pollutions ainsi que leurs effets sur la santÊ et la prÊservation des milieux et des ressources , affirme Lothaire Zilliox. L’entitÊ est ouverte à tous les acteurs locaux (services de l’État, collectivitÊs locales, industriels, associations pour la protection de l’environnement, mÊdias, scientifiques, particuliers, etc.) ayant un intÊrêt commun pour les questions d’environnement industriel. Le SPPPI compte environ 350 membres.

Ses activitÊs s’organisent autour des commissions techniques : air et bruit, eau, sols et dÊchets, prÊvention des risques technologiques, information et communication. À celles-ci s’ajoute une cinquième commission crÊÊe en 2006  actions transrhÊnanes  en collaboration avec la Mairie de Kehl.  La coopÊration avec l’Allemagne Êtait une Êvidence car les questions de pollution ne s’arrêtent pas aux frontières.  Preuve de cet esprit transfrontalier : l’Êdition de lettres d’information en deux langues. Outre les confÊrencesdÊbats qu’il organise rÊgulièrement, le SPPPI rÊpond aux demandes de formations. Et plus gÊnÊralement, Lothaire Zilliox conseille  à toutes les entreprises concernÊes par la prÊvention des risques qui ont des projets d’extension ou d’implantation de prendre contact en amont avec le SPPPI. Nous pourrons leur donner des conseils et leur fournir un certain nombre d’arguments, dans la perspective du dÊveloppement durable.  SecrÊtariat Permanent pour la PrÊvention des Pollutions Industrielles *

Sur le terrain. Restez connectÊ. DÊcouvrez les multiples avantages des solutions serveurs Apple. *UkFHDX[VROXWLRQVVHUYHXUV$SSOH YRXVDFFpGHUH]DX[SODQQLQJVLQWHUQHV GHODVRFLpWpjYRVFRQWDFWVHWHPDLOV WRXWHQEpQpÀFLDQWG¡XQFU\SWDJHGHVpFXULWp GXPrPHQLYHDXTXHFHX[HPSOR\pVSRXU OHVRSpUDWLRQVEDQFDLUHVVXU,QWHUQHW 9RXVQHPDQTXHUH]DXFXQGpYHORSSHPHQWVWUDWpJLTXH YRXVHWYRWUHpTXLSHDFFpGHUH]HQPrPHWHPSV DX[PrPHVÀFKLHUVSDUWDJpV 6QRZ/HRSDUG6HUYHUG¡$SSOH XQHODUJHJDPPHG¡DYDQWDJHVFRPSpWLWLIV GDQVXQHVROXWLRQVLPSOHHWpFRQRPLTXH

TXDL6W1LFRODV 6WUDVERXUJ 

www.bemac.fr

EUXHGHOD0pVDQJH 6WUDVERXUJ  UXH*XLOODXPH7HOO 0XOKRXVH 

03 88 25 92 04 laurence.morival@developpementdurable.gouv.fr

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin %(0$&(&2[PPY+'LQGG




30

tourisme

Strasbourg

Hôtel Royal Lutetia

À mi-chemin entre la gare et le Parlement européen de Strasbourg, l’hôtel Royal Lutetia dispose de 39 chambres,entièrement rénovées. Il vient de gagner sa troisième étoile au nouveau classement hôtelier.

L

orsqu’elle a racheté l’établissement, en février 2001, la famille Raugel nourrissait déjà l’ambition de le transformer en hôtel trois étoiles. « Nous nous sommes donnés le temps nécessaire, tout en faisant tourner l’affaire. Petit à petit, tous les étages ont été remis à neuf, des chambres à la salle de petit-déjeuner, du hall d’accueil au salon… Les sanitaires, l’électricité, la literie, le mobilier et la décoration sont désormais conformes à ce que les clients sont en droit d’attendre d’un hôtel trois étoiles », observe Virginie Raugel. Aménagées avec goût, les chambres du Royal Lutetia sont

toutes équipées de télévision à écran plat, téléphone et accès WIFI offert. S’ajoutera, dès le mois de septembre un coffre-fort. « En neuf ans, nous avons investi près de 2 M€, souligne Richard Raugel, gérant de l’établissement. D’ici l’automne ou au plus tard début janvier, la climatisation de l’ensemble de l’hôtel sera achevée.

Objectif fidélisation

Démarche qualité liée à l’accueil, Élisabeth et Virginie Raugel ont obtenu en 2005, la certification HôtelCert® (mise en place par l’ACFCI, l’UMIH et le ministère du tourisme). Nathalie Schneider, res-

Alsace

© Henri Parent

Une troisième étoile Virginie et Élisabeth Raugel (de gauche à droite), dans l’une des chambres nouvellement aménagées

ponsable du service tourisme de la CCI les a accompagnées dans la préparation. C’est elle aussi qui a réalisé, fin 2009, le pré-audit pour le passage du deux aux trois étoiles. « Nous étions quasiment prêts, restaient quelques petits aménagements dans les chambres et la mise en place de nouveaux services ». La clientèle du Royal Lutetia est surtout constituée d’hommes d’affaires, de parlementaires et de congressistes. À quelques minutes à pied du cœur historique de Strasbourg, l’hôtel accueille également des touristes tout au long de l’année. Quelle sera l’incidence du changement de catégorie ? « Nous attachons

beaucoup d’importance à la qualité et au service : le client doit être satisfait pour être fidélisé ». De ce fait, l’augmentation de prix sera minime. De plus, de nouvelles embauches sont prévues : réceptionniste, commerciale et apprentis pour être plus à l’écoute des clients. Prochainement, un nouveau site internet sera mis en ligne, plus représentatif de l’établissement. « C’est un vecteur de communication que nous devons soigner », souligne Élisabeth Raugel. 2 bis rue du Général Rapp à Strasbourg 03 88 35 20 45 www.royal-lutetia.fr

Comité régional du Tourisme

© Henri Parent

Des cibles pour séduire les touristes « À l’heure où l’économie alsacienne traverse une vraie crise qui remet en question certains de ses fondements historiques, l’industrie touristique doit prendre une place de premier plan pour accompagner notre développement économique », soulignait la nouvelle présidente du CRT, Marie-Reine Fischer, lors de sa première assemblée générale. Après avoir exposé les valeurs qui lui paraissent indispensables à la mise en place d’une politique touristique efficace et ambitieuse – passion, qualité, savoir-faire, innovation –, la présidente a évoqué les messages à faire passer. Une

communication liée à une vraie signature alsacienne, un « made in Alsace » reconnu par tous. Parmi ses objectifs, le CRT vise à attirer les visiteurs européens, qui se sont montrés moins présents dans la région. Ne pouvant opérer sur tous les marchés, 17 cibles prioritaires ont été identifiées, parmi lesquelles l’Allemagne et l’Asie. Prochaine opération, Destination Vignobles, en octobre prochain, une action de promotion multi-marché consacrée au tourisme vitivinicole en collaboration avec le CIVA (Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace). Son but : favoriser les

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

contacts commerciaux entre les prestataires français et les professionnels étrangers spécialisés dans cette filière. Plusieurs « eductours » (voyages tests pour les professionnels) seront proposés par les ADT (Associations départementales du tourisme) sur l’ensemble du territoire alsacien, ainsi qu’un eductour transfrontalier dans le cadre de « Upper Rhine Valley » pour les marchés Canada, États-Unis, Royaume-Uni et Irlande. Côté français, le CRT attend beaucoup de l’arrivée du TGV Rhin-Rhône. www.tourisme-alsace.com


31 Bischwiller

Hôtel-restaurant

Le Verger de Bischwiller Confort et qualité : deux mots pour caractériser cette jeune entreprise d’hôtellerie et de restauration à Bischwiller. L’hôtel a été entièrement rénové en 2009, avec l’adjonction d’un restaurant avec terrasse.

un piano de qualité. Deux salles aux tonalités de beige, noir et marron reflètent l’ambiance des chambres. Capacité : 60 couverts et 40 supplémentaires en terrasse. Ouvert tous les jours, midi et soir sauf le lundi et le samedi midi, le restaurant propose une cuisine traditionnelle française, avec viandes et poissons, produits de saison. À noter le potager à l’arrière, dont les herbes, légumes et fruits sont utilisés durant tout l’été.

© Henri Parent

Menus affaires

Mélanie Vogt et Stéphane Bartholomé sont autant attachés à la qualité d’accueil qu’à la restauration

L

’hôtel existait, mais il était de commerce, la jeune femme, fermé depuis cinq ans lors- 28 ans, avait fait le choix de que nous l’avons repris », ra- travailler dans le management conte Mélanie Vogt. Avec son as- hôtelier. C’est un concours de circonstances qui socié, Stéphane Bartholomé, ils lui a fait renconont rénové l’étatrer Stéphane blissement de Bartholomé, 40 Un lieu pour fond en comble. les séminaires ans et dix ans d’expérience en Peinture, décoration, literie, etc. pour le rendre cuisine. Au Verger de Bischwiller, plus fonctionnel et plus moder- ils ont créé une équipe jeune, ne. Montant de l’investissement : dynamique et polyvalente – huit 150 000 €, avec « beaucoup de personnes en tout. L’ancienne choses faites maison », souligne salle de petit-déjeuner a été Mélanie Vogt. Issue d’une école transformée en restaurant, avec

Des suggestions, des menus semaine à 10,50 € avec entrée, un plat du jour à 7,50 € et un menu affaires en semaine à 20 €. Tarte flambée cuite au feu de bois les vendredis, samedis et dimanches soirs. La clientèle de l’hôtel est composée de commerciaux ou de personnes en formation ou travaillant sur des chantiers aux alentours. En week-end, touristes et fêtes de familles boostent les réservations. Les 24 chambres sont équipées de télévision à écran plat et d’un accès Internet sans fil gratuit.

Confort et qualité

À titre indicatif, le prix d’une chambre double est de 55 €. Le petit-déjeuner servi en buffet est affiché à 7 €. Après un an, les retours des clients ont été très positifs, avec des mentions particulières en termes de confort de l’hôtel, de qualité de la restauration et de l’accueil. La salle de conférence et le parking privé sont également appréciés des entreprises en quête de lieux pour leurs séminaires. 03 88 63 02 02 www.le-verger-de-bischwiller.fr

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin


32

commerce

Magasins d’usines à Roppenheim : entre les mains de MAB et de Neinver L’avenir du centre de marques de Roppenheim ne dépend plus de Freeport mais de MAB Development et de Neinver. Les deux partenaires ont signé en avril dernier une « jointventure » dans le but de développer 135 000 m² de projets en France et en Allemagne et d’investir environ 350 M€ sur une période reconductible de cinq ans. Deux projets sont en cours de développement : Roppenheim The Style Outlets et Honfleur The Style Outlets en Normandie. Aucune date d’ouverture n’est pour l’instant officiellement annoncée.

$)"35&26"-*5c"$$6&*-c$065&$0/4&*-

contact 03 88 75 24 76 commerce@strasbourg.cci.fr CCI

déjà : Villeroy & Boch, Swarovski WMF, Cristel, Peugeot, etc. Éric Imm a même aménagé dans sa boutique de 160 m² un espace dédié à Nespresso doté d’un coin dégustation si convivial qu’il n’est pas rare que ses clients fassent le détour par chez lui, histoire de prendre un petit noir en sa compagnie. Éric Imm est aussi à la recherche des pièces rares et uniques. Il aime le travail des artistes et des artisans. Il accueille dans sa boutique les bronzes et des pâtes de verre de Lohé, un sculpteur rémois, les poteries de Soufflenheim de Wehrling et aussi les parfums d’Esteban. © Henri Parent

Charte CCI : la plaquette du bon millésime 2010 est parue Les heureux lauréats de la Charte qualité commerce 2010 se reconnaîtront sur la nouvelle plaquette de la Charte éditée par la CCI. 78 commerces bas6/#0/.*--c4*.& rhinois ont décroché cette année le label. Le cru est excellent puisque 92 commerçants s’étaient engagés dans la démarche qui repose sur des critères d’accueil, d’écoute et de conseil. Au travers d’une visite « client mystère », l’entreprise bénéficie d’un regard extérieur neutre sur son point de vente. La grille d’évaluation est très complète et permet d’identifier les points d’amélioration. Pour les lauréats, la Charte qualité est autant un levier de management et de progrès qu’une reconnaissance qui valorise les efforts effectués toute l’année.

Animer la boutique et susciter l’intérêt

Des promos aux portes ouvertes d’Ingwiller

Ingwiller

Table et Cadeaux

Toujours à l’affût de nouveautés La promesse tient tout entière dans le nom ! Table et Cadeaux est une enseigne d’articles de déco et des arts de la table qu’Éric Imm a installée à Ingwiller, une petite ville du Nord de l’Alsace réputée pour son dynamisme et son accueil.

E

n 1983, quand Éric Imm informe ses parents commerçants qu’il poursuivrait leur activité, il leur annonce aussi sa condition. Il délocaliserait l’entreprise dans une ville dynamique. C’est Ingwiller qui a finalement eu la faveur de son cœur. C’était en septembre 1997. Son choix le satisfait plus

que jamais. Il vient d’agrandir de 60 m² son magasin de déco, arts de la table et cadeaux. À l’heure de la crise, Éric Imm ne se plaint pas. Au contraire, il est toujours à l’affût des nouveautés, d’objets tendance qui surprendront ses clients. Table et Cadeaux réunit de grandes marques avec lesquelles ses parents travaillaient

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

Comme il n’est pas du genre à attendre passivement l’arrivée du client, il redouble chaque année d’efforts pour animer sa boutique et susciter l’intérêt et la curiosité. Non seulement il relaie les promos proposées par ses fournisseurs mais il se joint toujours avec joie aux événements organisés par l’Union des commerçants d’Ingwiller. La dernière en date célébrait la fête des mères et a fait gagner une journée de bien-être à six mamans. La prochaine sera un moment fort de l’année à la veille des achats de Noël. Il s’agit des toujours très attendues portes ouvertes d’Ingwiller. Le dimanche 21 novembre prochain, les commerces ouvriront exceptionnellement. La ville sera en fête et en musique. De telles opérations, Éric Imm attend autant des retombées commerciales que de faire connaître sa ville et de promouvoir son dynamisme.

83 Rue du Maréchal Foch, 67340 Ingwiller 03 88 89 29 66


33 Association de commerçants

La galerie tout sourire fête ses 25 ans Leur slogan : « les commerçants de la galerie tout sourire ». Depuis 25 ans, ils sont fédérés au sein de Dorlicom, l’association des commerçants de Cora Dorlisheim. Secret d’une jeunesse sans nuage.

D

orlicom, c’est d’abord une bande d’amis. Chaque réunion mensuelle – voire bimensuelle – réunit 80 % des adhérents, un record pour l’association des commerçants de Cora Dorlisheim qui fête cette année ses 25 ans d’existence. Fondée au tout début de ce désormais fameux complexe marchand, elle a immédiatement emporté l’adhésion

interview

de la quasi-totalité des commerçants de la galerie, -dénombrés vingt à l’intérieur et huit à l’extérieur-François Orsat, René Peter, Fernand Riss, etc. Aujourd’hui et depuis quinze ans, c’est Bernard Drissler, coiffeur de métier, qui préside cette joyeuse assemblée. L’accueil et le service sont en effet la devise des commerçants de Dorlicom : la preuve, raconte

© Henri Parent

Dorlisheim

Bernard Drissler « Créer l’envie chez les consommateurs »

Bernard Drissler :« Sur treize candidats à la Charte qualité mise en place par la CCI, douze l’ont décrochée ! »

Le succès des animations et des tombolas

Mais le succès de ce regroupement commercial tient aussi à leurs nombreuses animations, trois par an. Elles mettent systématiquement en jeu des tombolas avec des lots à gagner, des cadeaux magnifiques – téléviseurs à écrans plats, ordinateurs, voyages, etc.- qui créent l’envie chez les consommateurs et les

attirent dans la galerie. « Au fil des années, chaque animation attire plus de monde. Beaucoup de clients gagnent. Et on connaît toujours quelqu’un à qui c’est arrivé ! », souligne Bernard Drissler. Le prochain événement est prévu au début du mois de septembre. Comme il s’agit de célébrer les 25 ans, les cadeaux devraient être à la mesure de cette jolie date. Pour Dorlicom, l’heure n’est pas au bilan, d’autant que pour cette association, l’opération la plus importante est toujours celle qui vient !

Geneviève Werlé  Directrice commerce et tourisme à la CCI

Comment préparer la journée nationale du commerce de proximité ? Depuis quand la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin soutient-elle cette journée ? La journée nationale du commerce de proximité* qui aura lieu cette année le samedi 9 octobre dans une centaine de villes françaises dont Strasbourg, existe depuis 2005, mais c’est la première fois que nous nous y associons. Quel est l’objectif de cette opération ? Il s’agit de valoriser le commerce de proximité générateur de lien social, de produits de qualité, de tourisme et d’économie. L’idée est de sensibiliser tout à la

fois les commerçants, les consommateurs et les élus locaux. Comment y participer ? Ici, pas d’organisation complexe et difficile à mettre en œuvre ! À chaque participant de trouver la formule pour fêter et animer son commerce. On peut convier ses clients à prendre un apéro, distribuer aux enfants des friandises, proposer un café croissant… Cependant pour donner une visibilité et une cohérence à cette opération, des kits composés d’une affiche, d’un drapeau, de flyers et de cartes d’invitation sont mis à disposition de tous les participants.

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

Que fait la CCI ? Pour soutenir l’événement, nous nous chargeons de commander les kits pour tous les commerçants participant à la journée. Nous organiserons aussi pour le Bas-Rhin la communication de l’opération. Une conférence de presse et une campagne médias sont prévues. Que ceux qui sont intéressés ne tardent pas à se faire connaître ! *www.lajourneeducommercedeproximite.fr Geneviève Werlé

contact 03 88 75 25 60 g.werle@strasbourg.cci.fr CCI


focus

35

© Fotolia / Günter Menzl

Le marché du bien-être

Être ou bien-être : question de société Prendre rendez-vous avec soi, chouchouter son dos, préserver son capital santé, travailler son équilibre intérieur fait partie d’une hygiène de vie de plus en plus recherchée. Les formules se diversifient et se démocratisent peu à peu.

E

t si la préoccupation principale, en ces temps de crise, était d’aller mieux, de se sentir bien, de préserver sa santé ? En France, 335 000 personnes seraient atteintes d’une pathologie liée au stress professionnel. Les stations thermales accueillent chaque année 550 000 curistes, dont la moitié provenant d’Île de France. On trouve des spas dans l’hôtellerie, les centres de beauté, ou simplement en ville. Aujourd’hui s’occuper de soi, décompresser

et se faire plaisir ne sont plus synonymes d’égoïsme ou de narcissisme.

cet intérêt pour les produits et les éléments authentiques, comme l’air pur, ou l’eau. Aujourd’hui, 40 % des personnes atteintes d’une maladie grave recourent à la médecine naturelle, en complément de leur traitement. Les médi-spas se développent, lieux conjuguant l’espace beauté et les soins de médecine esthétique non chirurgicaux.

Pour autant, l’analyse du marché du bien-être et des spas est difficile, car il n’existe pas (encore) de nomenclature spécifique pour cette activité. Classés sous différents codes APE, ils regroupent des concepts souvent différents. Pour les médecines douces aussi, on peut esquisser des tendances. Suite en page 36

Un spa, c’est quoi ?

Réconcilier corps et esprit

Face aux maux des temps modernes, la médecine conventionnelle est souvent désarmée. Mal de dos, migraine, insomnie, sont de plus en plus soulagés par d’autres remèdes, comme les plantes, l’hypnose, le yoga, le thermalisme, qui tous tentent de réconcilier corps et esprit. La vague du bio contribue aussi à

Paysage économique flou

« Spa » est un terme qui vient du latin : sanitas per aqua (la santé par l’eau). C’est un espace de détente ou de remise en forme associé à l’eau, avec des équipements comme hammam, sauna, douches à jets, salles de fitness, yoga stretching, reiki, relaxation… et des cabines de soins

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

esthétiques ou de massage. Un spa désigne aussi un bassin avec bains à remous chauffé entre 37 et 40 degrés. Il se différencie de la piscine, car ici, ce n’est pas l’utilisateur qui bouge dans l’eau, mais l’eau qui remue autour de lui.


focus

36

Le marché du bien-être

Suite de la page 35

Strasbourg

L’OMS estime que les troubles psychologiques seront à l’avenir les maladies les plus répandues sur la planète, devançant les maladies cardiovasculaires. Aujourd’hui, un cadre juridique vient d’être accordé en France aux ostéopathes et aux chiropracteurs. Mais le massage reste un acte réservé aux masseurskinésithérapeutes diplômés ou aux esthéticiennes diplômées qui pratiquent des massages à finalité pure ment esthétique, qualifiés de modelage.

Danielle Stahl Responsable de Havre de Beauté

« Permettre aux autres de se sentir mieux » Voilà dix ans déjà que Danielle Stahl a créé son Havre de Beauté, dans le quartier de la Krutenau, à Strasbourg. Un lieu de calme et de volupté qui accueille toutes celles et ceux qui ont besoin de se ressourcer.

Qu’est-ce qui vous pousse ? La joie de former les gens, de pratiquer un métier enrichissant créatif, qui permet aux autres de se sentir mieux. Je vais vendre mon établissement prochainement car je pars à la retraite, mais je poursuivrai mes actions de formation.

En savoir plus Enquêtes APCE • Médecines douces, bien-être et relaxation • Spas, hammams, saunas, centres d’aqua bien-être • Centres de remise en forme ou fitness Monique Siffert

contact 03 88 75 25 50 CCI

© Henri Parent

Compétences et diplômes

La relaxation et ses pratiques restent un domaine non réglementé. Ainsi, pour se lancer, une formation sérieuse est préférable (on estime à 20 000 le nombre de praticiens qui exercent la mésothérapie sans l’avoir apprise) ainsi qu’une bonne étude de marché : la relaxation, malgré un assez faible investissement de départ, n’est pas très rentable, et les spas servent souvent de simple produit d’appel, malgré toutes les compétences qu’exige le métier de spa manager. La remise en forme dans les salles de sports souffre de la concurrence des associations sportives ou même de la gymnastique à domicile. C’est ainsi que les professionnels de ces secteurs sont souvent bien plus stressés que leurs clients…

Qui vient chez vous ? Je dirais tout le monde, du médecin à la femme de ménage, en passant par les ostéopathes, qui ont besoin de se décharger de beaucoup de choses. Nous pratiquons des prix moyens, car je souhaite vraiment que notre activité soit démocratisée. Tant pis pour ma propre fortune, ce n’est pas ça qui m’a poussée à travailler dans ce domaine ! Je vois que de nombreuses personnes renoncent à d’autres choses, pour continuer à venir chez moi, en ces périodes difficiles. C’est donc bien un besoin, pas un luxe !

Comment accueillez-vous votre clientèle ? Mes clients me connaissent depuis de nombreuses années et me suivent dans mes pérégrinations. On essaie de voir ensemble ce qui leur conviendrait le mieux. J’ai plusieurs compétences : je pratique l’ayurvéda, cette médecine traditionnel-

le d’origine indienne depuis 18 ans, je suis maître reiki, je connais la chromothérapie, la réflexologie plantaire, les points principaux d’acupuncture. Cela permet après chaque massage de pratiquer quelques petits gestes de relaxation, qui réharmonisent les chakras. C’est important.

Coach, de plus en plus Pour connaître ce nouveau métier, un livre à recommander : « Profession : Coach » Éditions Demos, par Thierry Chavel. Cet ouvrage propose un parcours complet d’acquisition de la déontologie. Questions d’autodiagnostic, exercices pratiques originaux et fiches prêtes à utiliser, cet ouvrage rend accessibles à un large public les fondamentaux d’un métier de plus en plus répandu dans l’entreprise.

Sophrologie, pour se relâcher Plus qu’une simple méthode de relaxation, la sophrologie permet de développer la confiance et la valorisation de soi. Basée sur des exercices de respiration et de visualisation, elle apprend à se relâcher, à augmenter sa force de concentration. L’Institut de formation à la sophrologie, enregistré comme organisme de formation forme plus de 200 sophrologues chaque année. www.sophrologie-formation.fr

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

40 % d’hommes Le Havre de Beauté bénéficie d’une clientèle masculine qui atteint 40 % de la clientèle totale. « Les épouses, ou les filles offrent des bons cadeaux, cela favorise le premier pas. Puis on les voit revenir régulièrement. Ils demandent des soins du corps et du visage ». Profil type ? « On reçoit beaucoup de banquiers ! » 42 rue du renard prêchant à Strasbourg 03 88 35 73 42

Bien-être : les salons spécifiques Pour découvrir les tendances, les nouveautés mais aussi se faire connaître, les salons professionnels sont source d’information : Salon mondial rééducation Equip’salles en octobre à Paris : www.salonreeduca.com Salon Forme et santé à Paris : www.salonfromesanté.com Salon zen, à Paris en octobre, et salon du bien-être et des médecines douces : www.spas-expos.com


37 Nathalie Vani Morsbronn/Niederbronn Responsable balnéo des thermes de Morsbronn-les-Bains et Niederbronn-les-Bains

Cures et forfaits bien-être Aux thermes de Morsbronn-les-Bains et Niederbronn se pratiquent des cures thermales prescrites et remboursées par la Sécurité Sociale, mais aussi des forfaits bien-être de un à cinq jours. Une formule qui gagne de plus en plus d’adeptes.

© Henri Parent

120 € pour une quinzaine de soins en 5 demijournées, la personne bénéficie du même professionnalisme que les curistes venus sur prescription médicale.

D’un centre à l’autre, les curistes sont-ils différents ? Nous recevons environ 3 500 curistes à Morsbronn et 2 500 à Niederbronn, qui reviennent chaque année pour l’efficacité des soins, un personnel qualifié et accueillant et son côté chaleureux, puisque nous sommes deux petites structures à l’échelle humaine. Souvent le curiste est accompagné d’un conjoint, qui lui, s’offre le forfait bien-être. Selon la formule, qui va de 20 € pour deux soins, à

Avez-vous une « spécificité » ? À Morsbronn, nous proposons une prise en charge pour les personnes atteintes de fibromyalgie, environ 350 curistes par an. Cette affection est un syndrome caractérisé par l’existence de douleurs musculo - squelettiques diffuses et chroniques, ainsi qu’une fatigue intense. Cette pathologie est enfin reconnue à part entière. Thermalisme et exercices adaptés (gym et relaxation) en groupe peuvent soulager ce mal occidental de plus en plus répandu.

Le prix de l’innovation 2007, attribué à l’établissement de Morsbronn par l’Association Française des techniques hydrothermales, récompense la mise en place d’une filière de valorisation écologique des 90 tonnes de boues thermales produites chaque année et compostées et mélangées à des déchets verts pour produire un compost à usage unique pour les paysagistes et les agriculteurs.

Quelle est votre différence avec un établissement privé ? Nos deux établissements sont gérés par la Sécurité Sociale. La recherche du profit n’est pas la priorité. Nos tarifs restent très accessibles, car ce sont souvent des gens d’origine modestes avec des métiers physiquement durs qui ont le plus besoin de soins. Côté hygiène, nous sommes suivis par les organismes officiels de référence, auxquels s’ajoutent nos propres contrôles sanitaires, très pointus. Thermes de Morsbronn-les-Bains : 03 88 09 84 93 Thermes de Niederbronn-les-Bains : 03 88 80 30 70

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

Obernai/L’hôtel du Parc 1er spa d’Alsace L’Asiane Spa de l’hôtel du Parc à Obernai a remporté en mars dernier, le 2e prix du meilleur resort-Spa lors du 2e colloque national du Spa, qui réunissait 54 participants. Le Parc est déjà doté d’un « tour du monde des massages », du californien à l’indien, en passant par le marocain. Dernières étapes de ce voyage : le « massage » mandarin, le modelage javanais à l’huile chaude et le « foot massage » thaï, le « massage » indonésien, ou encore hawaïen. Cet été, le Parc propose une formule Coup de folie à 380 € pour deux personnes. 03 88 95 50 08

Spa : les investissements de départ Selon le concept envisagé, il faut compter entre 1 800 et 4 500 € le m², sans compter le matériel où il faut compter une vingtaine d’équipements, pour un total d’au moins 80 000 €. Des métiers nouveaux : Spa manager Il doit savoir tout faire : manager, gérer, faire du marketing, mais aussi avoir le sens des relations humaines, et avoir une expérience dans le domaine esthétique, tout en connaissant parfaitement les consignes d’hygiène et de sécurité dans tout espace en présence d’eau.


38

focus

La Petite Pierre

Le marché du bien-être

Nathalie Ercolano Spa manager au Lion d’Or

Tout hôtel haut de gamme se doit désormais d’offrir un accès au spa. Au Lion d’Or, à la Petite Pierre, Philippe Velten s’est lancé dans de grands travaux. Après le restaurant, les chambres et la façade, le centre de bien-être. Rencontre avec Nathalie Ercolano. Décrivez-nous votre clientèle Elle est variée, mais a un point commun : nos clients veulent couper avec leur quotidien, oublier la morosité ambiante, la crise, etc. Ils viennent ici pour se ressourcer. D’où des séjours souvent de dernière minute auxquels ils rajoutent parfois une nuit au dernier moment. Il faut donc être accessible, pas trop loin et convivial.

Avez-vous des clients étrangers ? Oui, ils viennent de Belgique, du Luxembourg, d’Allemagne essentiellement. Notre clientèle française est plus locale, mais les Parisiens viennent aussi : nous sommes la montagne la plus proche, surtout avec le TGV jusqu’à Saverne ! Nous recevons aussi beaucoup de motards. Nous avons de nombreux nouveaux clients qui viennent grâce aux

© Henri Parent

« Nos clients viennent aussi pour se ressourcer »

coffrets cadeaux. Parfois ils n’ont jamais fait de soins du corps. C’est une belle découverte pour eux. Qu’apprécient-ils le plus ici ? Avant tout le calme, la forêt (nous avons développé un concept d’arbrothérapie, avec des produits naturels), l’authenticité et aussi l’espace. Les chambres sont grandes, peuvent accueillir des familles entières pour celles qui sont en duplex, le spa fera

La Wantzenau

1 000 m², avec un espace de soins spécifique, et tout autour des forêts du Parc des Vosges du Nord qui sont notre océan à nous. Ajoutez une bonne table, un décor soigné réalisé par des artisans d’art locaux, et l’hôtel n’est plus juste un lieu pour dormir mais un endroit pour s’occuper de soi. 15 rue Principale, La Petite Pierre 03 88 01 47 57

Daniel Dickmann Directeur commercial à La Cour de Honau

La forme… à fond © Henri Parent

À la Cour de Honau, on pratique le sport à volonté : un abonnement, annuel ou journalier, et en avant pour le fitness, la piscine, la musculation, le tennis, la course, la gym, le yoga, le stretching, etc. Daniel Dickmann nous décrit ce concept original. Quel est le secret du succès ? Je pense que c’est surtout l’aspect pratique et la convivialité. Notre taux de réabonnement est très fort. Nous sommes ouverts en semaine de 9h à 23h et le week-end de 9h à 21h, ce qui permet à toutes les catégories professionnelles de venir aux créneaux qui leur convient. Un plan hebdomadaire indique les

cours, que chacun peut suivre s’il le souhaite. Mais on est donc un peu anonyme… Non, car nous assurons un suivi personnalisé. Nous avons aussi un espace dédié au dos, et à ses douleurs, afin de voir quelles activités peuvent vous soulager. Tous nos professeurs sont tous diplômés d’État. Nous sommes

des spécialistes : nous accueillons aussi de grandes équipes, comme la SIG, l’Étoile Noire ou le Racing pour leur préparation physique. La situation, à La Wantzenau, est également attirante. En effet, on est proche de la ville, tout en offrant un cadre de verdure intact. Les gens viennent ici pour une discipline précise, puis découvrent d’autres sports,

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

toujours sous un aspect ludique, libre. On ne se lasse pas. Et surtout, on est vraiment revenu à la base des activités de fitness et de forme physique : de l’eau, de la gym en profondeur et en douceur, loin des gadgets qu’on voyait émerger partout à une certaine période. La Wantzenau, 03 88 96 33 40


infos europe 39

Marquage CE : un passeport pour les entreprises « Grâce au marquage CE, le marché européen vous appartient ». La campagne de communication lancée par la Commission européenne a pour objectif de mieux faire comprendre le sens et la finalité du marquage CE. L’attestation d’un produit conforme au droit européen.

À

l’occasion de manifestations et séminaires d’information programmés dans toute l’Europe, le grand public et les opérateurs économiques auront l’opportunité d’en savoir plus sur une trentaine de réglementations communautaires qui couvrent plus de 40 % des produits circulant sur le territoire de l’Union européenne. Le marquage CE n’est pas une marque, un label de qualité ou

une indication de l’origine géographique ou de la provenance du produit. Preuve visuelle du respect de la réglementation pour le produit qui en est revêtu, c’est aussi un passeport permettant sa libre circulation dans l’Union européenne. Il concerne des familles de produits comme les jouets, les équipements de protection individuelle, les dispositifs médicaux… et également des familles de risques (cf.

incompatibilité électromagnétique, électriques, mécaniques, environnementaux…). En apposant le marquage CE, le fabricant atteste, sous sa seule responsabilité, la conformité du produit à l’ensemble des exigences légales auquel il est soumis : que ce soit en matière de santé, de sécurité ou d’environnement. Les directives dites « marquage CE » garantissent un haut niveau de sécurité pour les consommateurs et utilisateurs professionnels. C’est pourquoi il est parfois exigé par certains États non-membres de l’Union européenne qui n’ont pas de mesures réglementaires équivalentes. Le service Enterprise Europe Network de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin s’associe à la campagne de communication de la

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

Commission européenne et met son équipe à la disposition des fabricants et importateurs de produits pour les informer et les conseiller sur leurs obligations au regard de ces dispositifs.

Ursula Gori-Kaminski,

contact Enterprise Europe Network, CCI 03 88 76 42 35


40

tic

Internet

Réseaux sociaux et usage professionnel

Une décision stratégique

© Fotolia / morganimation

Facebook, Viadeo, Twitter… les réseaux sociaux font beaucoup parler d’eux. Phénomène de mode ou utilité ? Quid des professionnels ? Pour développer une e-réputation*, une réflexion sur le contenu s’impose.

L

a qualité de la présence d’une entreprise sur le web peut se mesurer par son référencement et son positionnement dans les moteurs de recherche – en particulier sur Google –. Mais il faut tenir compte du fait que 7 % des résultats sur toutes les requêtes incluent une forme de média social. Les réseaux

sociaux font partie des outils du web 2.0**, ils contribuent au fait qu’en 2010, 70 % des contenus du web sont générés par les utilisateurs à travers leurs publications en ligne sur les blogs, réseaux sociaux et forums. En France, 77 % des internautes sont membres de réseaux sociaux et forums. Parmi eux, près

Les internautes et les réseaux sociaux En décembre 2009, les sites communautaires et blogs constituent la 3e catégorie de sites les plus consultés, devant les emails. Plus de 23 millions d’internautes (2/3 des internautes français, 10 % du temps) passent 2h30 par mois sur les blogs et réseaux sociaux. Viadeo compte 11 fois plus d’internautes qu’en janvier 2006 avec 2,2 millions de visiteurs uniques.

Les entreprises sont-elles prêtes ? Selon une étude de Coleman Parkes Research, 60 % des cadres de direction ne perçoivent pas l’enjeu que les réseaux sociaux représentent pour leurs employés et leurs clients. Et si 66 % des entreprises pensent que les réseaux sociaux sont l’avenir de la collaboration, seules 7 % en ont intégré un, et 20 % ont une stratégie pour en adopter un.

de 7 millions sont inscrits sur Facebook Contribuer à un réseau social n’est (19 % des inefficace que si l’on est créateur de ternautes) ; plus contenu, sinon c’est inutile de la moitié se connecte chaque semaine. Viadeo, plus orienté duisent, voire disparaissent… Il faut vers les échanges professionnels donc fixer des limites et être très at(recherche de partenaires, clients, tentif à l’identité numérique de l’enrecrutement, etc.) compterait plus treprise pour garder la maîtrise des de 25 millions de membres dans échanges. Il faut également tenir compte du secteur d’activité avant le monde ! de décider s’il faut être présent par Comment fonctionne un ré- exemple sur Facebook parce que l’on est en contact direct avec le seau social ? Les fonctionnalités proposées grand public ou plutôt sur Viadeo peuvent varier d’un réseau à l’autre, parce que l’on a essentiellement des le principe de base étant qu’un échanges interentreprises. internaute inscrit sur un réseau soIl faut une stratégie et une uticial va créer une page personnelle lisation planifiée de ce que l’on (profil) pour se présenter, ajouter veut faire sur les réseaux sociaux, d’autres membres du même site sinon, inutile d’y aller, car la réputadans une liste d’amis visibles sur ce tion numérique ne se développera profil. Ensuite, mettre en œuvre ou pas. non des fonctionnalités complémentaires : actualités, abonnement et gestion de plates-formes thécontact Jean-Marc Kolb 03 88 75 25 95 CCI matiques, annonce d’événements, diffusion de vidéos ou photos, etc. Les communautés d’utilisateurs se * e-réputation : c’est l’image que les internautes se d’une marque, d’une entreprise, d’une personne. regroupent en fonction de centres font Cette notoriété numérique façonne l’identité d’une d’intérêts communs : loisirs, pas- marque, la différenciant de ses concurrentes. sions ou vie professionnelle. Les ** web 2.0 : désigne certaines des technologies et usages du web, en particulier les interfaces fonctionnalités proposées permet- des permettant aux internautes ayant peu de connaistant échanges et réactivité entre sances techniques de s’approprier les nouvelles fonctionnalités et ainsi d’interagir de façon simple à membres inscrits. la fois avec le contenu et aussi entre eux, créant ainsi notamment le web social.

Comment décider de l’opportunité d’investir dans les réseaux sociaux ? Cela ne s’improvise pas. Il s’agit d’une décision stratégique et les moyens nécessaires doivent être mis en œuvre pour garantir la rentabilité de l’investissement en temps et en argent. La présence et le suivi de l’activité des réseaux sociaux doit se faire en permanence, avec le risque que les frontières entre vie professionnelle et vie privée se ré-

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

Sources : Médiamétrie/NetRatings - JDnet janv-2010 - Coleman Parkes Research, CRM and Social Media « Creating Deeper Customer Relationships », Wikipedia

Le conseil de la CCI Ne pas hésiter à se faire accompagner par un professionnel qui saura analyser votre situation actuelle sur le web et proposer la stratégie adaptée à votre entreprise et aux moyens que vous êtes prêt à consacrer à ce projet.


SATISFAIT DE VOS SAUVEGARDES ???

ORGANISÉES ??? ? AUTOMATISÉES ??

EN LIEU SÛR ??? 0

0

1 1

1

1

0

1

0

0 0

1

0

0

0

1 0

1

1

1

0

0 0

1

0

1

TRANSFERT VOS DONNÉES DE FAÇON AUTOMATIQUE ET SECURISÉE

ORGANISE VOS SAUVEGARDE S D'UN SIMPLE CLIC !!! DOSSIER # 1 DOSSIER # 2 DOSSIER # 3

SYSTEME DE SAUVEGARDE ET D'EXTERNALISATION AUTOMATIQUE DE DONNÉES UN COÛT MINIMUM POUR UNE SÉCURITÉ MAXIMUM !

Votre site PRO

Votre site PERSO

COPIE SÉCURISÉE

via Internet

Aucune limitation de téléchargement Sans abonnement ni contrat de maintenance Des solutions financières, en achat ou en location Professionnel de santé, IDS est hébergeur agréé DSP. Mettez-vous en conformité avec la réglementation en vigueur qui place les DSP sous votre entière responsabilité, bénéficiez de l’offre spécifique IDSanté.

Rendez-vous sur IDSbox.eu pour en savoir plus.

BESOIN D’UN DEVIS ? D’UNE INSTALLATION ? DE CONNAÎTRE LE REVENDEUR LE PLUS PROCHE ? RENDEZ-VOUS SUR :

demo.idsbox.eu

LE 1 ER SYSTÈME AUTONOME DE SAUVEGARDE AVEC RÉPLICATION DISTANTE.


42 gastronomie ces professionnelles communes à Montréal – où le jeune chef a acquis une ouverture d’esprit, « une autre façon de voir les choses, avec moins de barrières ». Ce qu’il préfère, c’est marier les parfums et les saveurs, en jouant avec les textures des produits. Parmi ses fournisseurs locaux, la ferme Peter, qui cultive ses fruits et légumes en agriculture biodynamique, ou le maître-affineur Tourrette.

© Henri Parent

Créativité

portrait

Clément Fleck L’Escale aux Quais à Strasbourg

Une cuisine vive et colorée Créative et évolutive, inspirée du marché et de ses humeurs, la cuisine de Clément Fleck, le jeune chef de l’Escale aux Quais. Ce qui lui importe : que le client soit séduit par la présentation autant que par les produits qu’il trouve dans son assiette. Avec une qualité mise en valeur avec fraîcheur et couleur.

Q

uai Finkwiller, la façade de L’Escale aux Quais peut sembler discrète. Pourtant, l’adresse séduit depuis six ans un public d’habitués, gourmands en saveurs. Dans un cadre

intimiste, Carole et Clément Fleck s’y produisent en duo depuis bientôt six ans. Elle en salle – une vingtaine de couverts à l’étage, lui en cuisine. Ils sont aussi unis dans la vie depuis leurs expérien-

La carte de l’Escale aux Quais, en trois volets, se veut toujours proche du marché. Quelques exemples : la salsa de melon charentais avec pastelle croustillante (une feuille de brique) de mozzarella di Buffalo et jambon Serrano, les petits farcis aux girolles – fraîches bien sûr –, plat végétarien accompagné de pignons de pin grillés avec vinaigrette tiède à l’échalote et pesto basilic, le filet de Saint-Pierre et langoustines rôties, accompagné de conchiglionis (pâtes coquillages géants) farcis aux épinards et oignons rouges confits, copeaux de vieille mimolette… Côté desserts, la touche de créativité est bien marquée aussi : comme le millefeuille de framboises au chocolat Araguani proposé avec son écume de pistache. Tout en se voulant innovant, Clément Fleck n’en demeure pas moins à l’écoute de ses clients, il leur concédera par exemple un fondant au chocolat. Priorité : que les clients ne s’ennuient pas en découvrant leur assiette. Sa présentation contribue déjà à titiller les papilles… Une fois par mois, le samedi, le chef partage son savoir via des cours de cuisine. Pendant deux heures et demie, les participants créent, échangent et dégustent. Renouvelée tous les mois, la carte de l’Escale aux Quais offre le choix entre quatre entrées, quatre plats, trois desserts et le

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

fromage. Le midi, un menu affaire – entrée, plat ou plat, dessert est proposé à 18,50 €, eau et café inclus. L’autre proposition est le

La cuisine, c’est aussi une façon de s’extérioriser en s’amusant menu pleine saison, à 39,50 € et quatre plats. Il est également possible de faire appel aux talents du chef en service traiteur, pour des événements ou fêtes de famille. Certains viennent même chercher des plats. Ouvert midi et soir du mardi au samedi, le restaurant satisfait surtout une clientèle locale. Séduite par le bouche-à-oreille à partir de l’appréciation de la créativité du chef. Dont « la frustration serait de reproduire exactement la carte de l’année d’avant ».

De l’assiette à la toile

Clément Fleck, un artiste qui s’exprime également dans la peinture, où il aime mélanger les matières et les couleurs pour donner une deuxième vie aux produits. Un talent qu’il a exhalé après avoir travaillé avec une artthérapeute, et dont vous verrez un aperçu sur ses murs. Des réalisations imaginées à partir de légumes ou de fruits, voire de bouteilles de vins dont le goulot laisse échapper le breuvage, travaillé en coulis et séché… Aux doigts ou à la spatule. À découvrir… avant le 21 août ou après le 6 septembre, car entre-temps le restaurant se fera une nouvelle beauté ! 2, quai Finkwiller à Strasbourg 03 88 37 32 34

Jeudis de la Gastronomie du CEFPPA Pour en savoir plus sur les Jeudis de la Gastronomie : www.cefppa.eu


La

lettre

de

Strasbourg Place Financière Nouveaux Membres Gaz de Strasbourg Sylvain Waserman

ÉVÉNEMENT 270 personnes ont participé au colloque annuel organisé en partenariat avec : - l’Ordre régional des Experts Comptables, - la Compagnie régionale des commissaires aux Comptes, - la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, - l’École de Management Strasbourg, le mardi 25 mai 2010 sur le thème : « Les déficits publics et la politique budgétaire : qui va payer et quand ?» Avec la participation de : - Michel Rocard, ancien Premier Ministre, - Guillaume Dard, Président de Montpensier Finance, Chroniqueur sur BFM Radio - Robert Hertzog, Professeur à l’IEP Strasbourg, Président de la Société française de Finance Publique.

Prochains stammtischs Pas de rencontres en juillet et août - Lundi 20 septembre 2010 « La réforme des retraites » par Alain Striessel, Directeur Général du Groupe Arpège - Lundi 11 octobre 2010 « Le projet de réforme territoriale » par Guy-Dominique Kennel, Président du Conseil Général du Bas-Rhin - Lundi 15 novembre 2010 « La relance du marché Alternext » par Isabelle DubéCôté, déléguée Grand-Est NyseEuronext - Lundi 6 décembre (à déterminer)

N°34

Prévention des difficultés des entreprises : de l’utilité d’une démarche transversale, initiée très en amont Par Jean-Marc Heitzler, associé Grant Thornton Du fait de la crise économique que nous venons de vivre, et vivons encore, la prévention des difficultés des entreprises est revenue sur le devant de la scène. Pour autant, ses aspects le plus souvent évoqués sont : - d’ordre juridique : procédures (conciliation, mandat ad hoc, sauvegarde, redressement judiciaire, etc.), prérogatives du commissaire aux comptes (procédure d’alerte notamment) - ou d’ordre strictement financier (recherche de financements, recapitalisation, etc.) Pourtant, la lecture du passé récent et de la période actuelle met en lumière que seules des analyses et des actions menées très en amont sont véritablement pertinentes et efficaces en termes de pérennité de l’exploitation et ce, quel que soit le cadre législatif. Elles dépassent également le cadre strictement financier, et conditionnent la nature des décisions à prendre et leur efficacité. Sans vouloir en dresser une liste exhaustive, nous évoquerons les principales actions et analyses

qu’il nous semble opportun de mener dans ce cadre : 1 - Établissement de business plans dynamiques, de manière à anticiper des scénarios de marché possibles et adapter la structure en conséquence. Cette action doit permettre de : a. vérifier la cohérence des données prévues avec la stratégie b. vérifier la conformité des réalisations avec les prévisions, et comparer son niveau de performance avec les meilleurs compétiteurs c. mettre en œuvre des actions correctives en amont, et en assurer un suivi d. au final, mieux anticiper les évolutions 2 - Établissement et suivi de prévisions de trésorerie, de manière à mieux anticiper les besoins réels à court et moyen terme. Cela doit permettre de : e. simuler les effets sur le cash de différents scénarios f. vérifier l’adéquation des données prévues avec les encours négociés g. vérifier la conformité des réa-

lisations avec les prévisions h. mettre en œuvre les actions correctives i. présenter à ses partenaires financiers des éléments tangibles et précis, de manière à maintenir ou obtenir de nouveaux concours 3 - Analyse régulière des niveaux de marge et de performance, et recherche des axes d’amélioration : a. comparaison avec les performances des concurrents b. identification des potentiels de réduction de charges, ou d’optimisation des revenus c. identification des potentiels d’optimisation industrielle et logistique d. au final, présentation des plans d’action cohérents de nature à améliorer la performance opérationnelle et financière 4 - Analyse du Besoin en Fonds de Roulement (BFR) ; cette analyse a pour objet : e. d’identifier les possibilités d’optimisation des processus liés au BFR (Stocks, créances clients, dettes fournisseurs), et de mener

16 rue de Leicester 67 000 STRASBOURG - Tél. 03 88 32 12 06 e-mail info@strasbourg-place-financiere.com − www.strasbourg-place-financiere.com


La

lettre

de

Strasbourg Place Financière ASSEMBLÉE GÉNÉRALE L’assemblée générale de Strasbourg Place Financière s’est réunie le vendredi 11 juin 2010, dans les salons de l’hôtel du département à l’invitation de Guy-Dominique Kennel, Président du Conseil général du Bas-Rhin. Elle a rassemblé 58 participants parmi lesquels : - Jean-Louis Hoerlé, Président de la CCI, - Jean-Pierre Deramecourt, Président du directoire de la Caisse d’Épargne d’Alsace, - Nicolas Venard, DGA du Crédit Agricole Alsace-Vosges, - Lilla Merabet, conseiller régional, - Maître Jean-Pierre Krantz, Président de la Chambre des Notaires du Bas-Rhin, - Philippe Jeannel, Directeur régional de la Banque de France. L’ensemble des résolutions ont été approuvées, Quitus a été donné aux membres du CA et le mandat d’administrateur du Président Alain Vautravers, a été renouvelé à l’unanimité.

les actions correspondantes f. au final, d’améliorer la performance économique, de réduire les besoins de financements, ainsi que les risques (impayés clients, stocks obsolètes, etc.) 5 - Mise en place d’outils de pilotage adaptés au contexte de l’entreprise, de manière à disposer d’informations fiables, pertinente et dans des délais courts. Ces outils doivent permettre de mieux anticiper et pouvoir prendre les décisions adaptées en temps voulu. La mise en œuvre de l’ensemble de ces analyses et actions vise, sinon à éviter les difficultés, du moins à les anticiper fortement. Elle conduit à ne pas se focaliser sur les seuls aspects strictement financiers, qui bien souvent ne constituent que la conséquence de problématiques plus larges. Elle doit permettre aux différents acteurs (dirigeants, actionnaires, partenaires financiers, conseils, auditeurs), de prendre les décisions adaptées, sur la base d’informations complètes et fiables, et à un moment où elles pourront encore être efficaces. Force est malheureusement de constater, dans les PME notamment, que la démarche décrite est insuffisamment appliquée. Pourtant, si la liste des actions à mener peut paraître longue,

voire lourde, il va de soi que la démarche doit être adaptée à la taille et aux spécificités de chaque entreprise. De fait, elle peut être menée dans des temps et à un coût relativement limités, en faisant appel à des spécialistes bénéficiant de l’expérience nécessaire, et ayant intégré le caractère transversal de la démarche, indispensable à sa réussite. Certains acteurs ne s’y trompent pas ; à titre d’exemple, certains organismes financiers demandent que de tels diagnostics soient réalisés, de manière à s’assurer notamment de la fiabilité des prévisions qui leurs sont présentées, et plus largement pour appuyer leurs décisions (notamment en matière d’octroi de concours) sur la base d’une meilleure connaissance de l’entreprise et des perspectives qui s’offrent à elle. De même, certains administrateurs judiciaires demandent à ce qu’une telle démarche soit menée afin d’identifier les causes des difficultés de l’entreprise, et surtout de valider la réalité des perspectives qui leurs sont décrites, moyennant bien sûr la prise de décisions adéquates. Enfin, certains commissaires aux comptes, dans le cadre de leurs prérogatives en matière de procédure d’alerte,

adoptent également de plus en plus une approche transversale, qui dépasse le cadre strictement financier. Il reste à souhaiter que les dirigeants d’entreprises soient plus nombreux à être convaincus sinon de la nécessité, du moins de l’intérêt de la réalisation de tels diagnostics transversaux, et de la mise en place de plans d’action destinés à répondre à leurs conclusions. En adoptant cette démarche, ils réduiront les risques de défaillance de leur entreprise, par une meilleure connaissance de l’entreprise, de son marché, et des leviers possibles. Ils devraient d’autant plus en être convaincus en sachant que le mode opératoire ici décrit est également particulièrement adapté en matière de préparation en amont de la transmission d’entreprise, notamment par la mise en évidence des différents facteurs ou leviers susceptibles d’influer favorablement sur la valorisation.

L’ÉVOLUTION DE LA SITUATION ÉCONOMIQUE Stocks

30

Commandes

20 10 0 -10 -20 -30 -40 -50 -60 -70 -80 M 08

J

J

A

S

O

N

D

J09

F

M

A

M

J

J

A

Les textes publiés dans cette lettre n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs

N°34

S

O

N

D

J10

F

M

A

M


L’Europe E

175

à partir de

A/R ttc

Toutes les offres sur klm.fr

109 l’agence

Au départ de Strasbourg via Amsterdam, tarif à partir de, hors frais de service, soumis à conditions. Renseignez-vous dans votre agence de voyages ou au 0892 702 608 (0,34E ttc/min).


46

aéroport

Entzheim

Vols vacances en progression

Une offre diversifiée au départ de Strasbourg Avec neuf destinations au départ de Strasbourg, le tour-opérateur Marmara est le premier partenaire en vols charter de l’Aéroport. Une offre de proximité appelée à se développer dans les prochaines années.

L

Florian Vighier. « Nous avons une offre attractive en termes de qualité et de prix, Strasbourg-Entzheim devrait devenir la première plateforme dans l’Est ». Avec un million de voyageurs par an en France, Marmara est le tour-opérateur numéro un, affrétant en totalité L’envol du charter quelque 25 vols par jour. Dans la Une progression de + 81 % a été région Est, ce sont 100 000 clients enregistrée sur les six premiers qui sont enregistrés par an, un mois de 2010, due en grande chiffre en progression constante. partie aux bons résultats du tour- « À Strasbourg, où nous sommes opérateur Marmara, qui détient présents depuis dix ans, le chiffre de 69 % des parts de marché char- 16 000 passagers de 2009 devrait ter de l’aéroport de Strasbourg. passer la barre des 30 000 cette année. L’aéroport a pour point fort la qualité de service. Outre le côté Partir depuis un aéroport situé près de chez soi, c’est pratique, la proximité représente surtout une déjà faire des économies réelle économie sur le budget vacances », apAprès les lancements réussis de puie Vincent Denizot, directeur Rhodes, Taba, Le Caire en 2009, le régional Marmara Est. Un avantour-opérateur vient de déployer tage non négligeable proposé au une nouvelle offre sur Malaga en départ de Strasbourg : le parking Andalousie et Olbia en Sardaigne. offert pour une semaine. Les autres destinations au départ Au catalogue de l’été de Strasbourg sont Héraklion en À noter que certaines dessertes Crête, Izmir en Turquie, Marrakech au Maroc, Monastir en Tunisie. en vols réguliers sont fréquen« Certains vols sont avec escale, tées par une clientèle en quête mais nous espérons avoir rapide- de vacances et de tourisme telles ment des vols directs. 2010-2011 que Casablanca (Royal Air Maroc) sera une période de consolidation, avec ses possibilités de corres2012 devrait voir arriver de nou- pondances, Tunis et Djerba (Tunis velles destinations, observe le Air), la Corse avec ses dessertes directeur général de Marmara, saisonnières vers Ajaccio, Bastia,

© Marmara

e trafic vacances joue un rôle important dans le développement de l’aéroport. S’il reste encore à un niveau modeste – près de 48 000 passagers transportés en 2009 –, ce segment est en pleine évolution.

La Grèce, une des destinations prisées par les clients de Marmara

Calvi, Figari (Air France et ses filiales Regional et Brit Air). S’y ajoutent une liaison hebdomadaire vers Ajaccio avec Ollandini et les pré-acheminements aériens des croisières de CroisiEurope. Sur le Danube au départ de Budapest et Constanta au bord de la Mer Noire ainsi qu’au départ de Dubrovnik sur la côte croate. Sur le Douro ou le Guadalquivir, au départ de Porto ou de Séville. Quant aux mini-chaînes (avec quelques dates dans la saison, on les appelle aussi vols joker), il faut ajouter Oslo, Constanta,

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

Édimbourg, Shannon. Les objectifs de l’Aéroport : implanter une offre diversifiée vers le bassin méditerranéen, de manière à atteindre à nouveau le seuil des 1,3 millions de passagers annuels. Aéroport

contact 03 88 64 67 67 CCI www.strasbourg.aeroport.fr Agence Marmara 33 rue du fossé des tanneurs 67000 Strasbourg 03 88 13 51 30 www.marmara.com


N°1 des vacances en club

26 clubs club mini et ado en francais

En français,ieux !

m d n e r p m o c e s on % francophone 0

Club Marmara 10

Espagne

Maroc

Tunisie

Turquie

Majorque

Crète

Egypte

Ile Maurice

Agence Marmara Strasbourg U 33 b, rue du Fossé des Tanneurs 03 88 13 51 30 U E-mail : strasbourg@marmara.com )

vous accueille le lundi de 13h00 à 18h30, du mardi au vendredi de 10h00 à 18h30 et le samedi de 10h00 à 18h00 Réduction enfant sur le forfait adulte (hors taxes aéroport et frais de dossier, suppléments, frais de visa et pourboires) uniquement sur les Hôtel et Club Marmara (hors Club Marmara sur le Nil), restauration selon formule indiquée pour le produit réservé, base brochure printemps-été 2010. Promotion valable pour 1 à 4 enfants (selon produit réservé) de 2 à 11 ans inclus dans la chambre avec 2 adultes et selon disponibilités. Offre non cumulable avec toute autre promotion. Voir également conditions de ventes Marmara pour autres dispositions. LIC. 075 95 0298 - RCS : Paris B 318 043 304 / Crédit photos : Masterfile, Istockphoto.


48

juridique

indices

juillet-août 2010

Indice trimestriel du coût de la construction Insee 4e trimestre 2009

Ó 1 507 - 1,05 % sur un an

Indice trimestriel des loyers commerciaux 4e trimestre 2009

Ó 101,07 - 1,88 % sur un an

Indice de référence des loyers du 1er trimestre 2010

Ï 117,81

Droit de l’informatique et internet : dossier CNIL

La surveillance des salariés doit être proportionnelle à l’objectif de sécurité L’installation d’un système de vidéosurveillance dans les lieux ou établissements ouverts au public doit obéir à des finalités très précises : protection des bâtiments et de leurs abords ou prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens. Par ailleurs, l’installation d’un système de vidéosurveillance sur un lieu de travail oblige l’employeur à informer les salariés. En revanche, l’employeur est libre

de mettre en place des procédés de surveillance des entrepôts ou autres locaux de rangement dans lesquels les salariés ne travaillent pas sans information préalable. En l’espèce, une entreprise de transport routier avait mis en place un système de vidéosurveillance sans en informer ses salariés. La CNIL a considéré, outre le manquement à l’obligation d’information, que l’installation de

ce dispositif n’était pas justifiée par l’activité et était disproportionnée au regard d’un éventuel objectif de sécurité. Elle a donc suspendu pendant trois mois cette installation et demande à l’entreprise de se mettre en conformité avec les dispositions de la loi « Informatique et Libertés ». Délibération CNIL n°2010-112

+ 0,09 % sur un an

CNIL et « Pays as You Drive » Taux d’intérêt légal 2010

0,65 %

Indice des prix à la consommation, (indice national – ensemble des ménages) mai 2010

121,39

Le « Pays As You Drive » (PAYD) est un GPS proposé par les compagnies d’assurance dont l’objet est de permettre aux clients de ne payer leur assurance qu’en fonction des trajets réellement réalisés. Mais la CNIL pointe un certain nombre de questions et précautions à prendre. En effet, selon elle, ce système ne doit pas être

utilisé à des fins répressives et les informations récoltées devront être gérées strictement. Ainsi, le PAYD ne doit pas être utilisé pour calculer la vitesse du conducteur. Celui-ci devra être informé au préalable de l’installation d’un tel dispositif dans son véhicule et en cas de vol du véhicule, les informations sur la localisation ne devront pas lui

être communiquées. Par ailleurs les informations récoltées par les compagnies d’assurance ne pourront être préservées que le temps de calculer le montant de la prime d’assurance due. Délibération CNIL n°2010-096

SMIC à compter du 1er janvier 2010 Taux horaire brut

8,86 €

Taux mensuel brut pour 151,67 heures

1 343,77 €

Plafond mensuel Sécurité Sociale 2010

2 885 €

Plafond annuel Sécurité Sociale 2010

34 620 €

actualités formalités

Restaurateur : où s’immatriculer ? Deux décrets* précisent que les personnes souhaitant exercer une activité de restauration à titre principal relèvent des CFE des CCI (même si elles exercent une activité artisanale à titre accessoire) et que les activités de fabrication / vente de plats prêts à consommer, à emporter relèvent des activités artisanales. Désormais, dès que l’activité de

restauration est l’unique activité ou l’activité principale : compétence du CFE de la CCI. Si l’activité de restauration est accessoire à une activité artisanale exercée à titre principal : compétence du CFE de la Chambre de Métiers. Si l’activité de fabrication / vente à emporter est l’unique activité ou l’activité principale : compé-

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

tence du CFE de la Chambre de Métiers. * Décret du n° 2010-210 du 1er mars 2010 relatif aux centres de formalités des entreprises et décret n° 2010-249 du 11 mars 2010 relatif à la qualification artisanale

contact CFE 03 88 75 25 40 CCI


jurisinfo franco-allemand 49

Les frais de livraison et le droit de rétractation Un fournisseur allemand a prévu dans ses conditions générales de vente que l’acheteur devait payer un forfait au titre des frais d’expédition et que cette somme encaissée était définitivement acquise au vendeur même en cas de rétractation du client. La Cour de Justice de l’Union européenne, à qui a été posée une question préjudicielle, devait donc analyser si la clause était conforme à l’article 6 de la directive du 20 mai 1997. En effet, cet article prévoit que le consommateur a un délai d’au

moins sept jours ouvrables pour se rétracter, ceci sans pénalité et sans indication du motif. Il a donc été jugé que cette clause était contraire à l’article 6 de la directive. La Cour a retenu que la directive du 20 mai 1997 « s’oppose à une réglementation nationale qui permet au fournisseur, dans un contrat conclu à distance, d’imputer les frais d’expédition des marchandises au consommateur, dans le cas où ce dernier exerce son droit de rétractation ». Décision du 23 avril 2010 CJUE

Les modalités de calcul du préavis de licenciement et le droit communautaire L’article 622 Ab.2 S.2 BGB prévoit que la période de travail avant 25 ans ne doit pas être prise en compte pour le calcul de la durée du préavis de licenciement. Une employée qui a débuté sa carrière dans une entreprise à l’âge de 18 ans et qui a été licenciée dix ans plus tard, a saisi la justice afin que soit prise en compte la durée totale de son activité au sein de l’entreprise pour le calcul du délai de préavis de licenciement. Le « Landesobergericht » statuant en appel, a saisi la Cour de Justice de l’Union européenne pour analyser si la disposition de l’article 622 Ab.2 S.2 BGB était conforme au principe de « non-discrimination en fonction de l’âge » prévu par la directive (2000/78/EG) du 27 novembre 2000.

La Cour de Justice de l’Union européenne a relevé qu’une disposition qui procure à l’employeur une plus grande flexibilité dans l’organisation de ses salariés, en prenant en compte qu’un salarié jeune a une plus grande mobilité professionnelle et personnelle, ne poursuit pas un but illégitime en soi. Mais l’article tel qu’il est rédigé actuellement est selon la cour contraire au droit communautaire car « la réglementation s’applique à tous les salariés entrés dans l’entreprise avant l’âge de 25 ans, quel que soit leur âge au moment de leur licenciement ».

'0'<':2.14'4X 5745+/2.'&'/#0&'X 700178'.'52#%'&'%10(146 '6&'6'%*01.1)+'T

Décision du 19 février 2010

JurisInfo franco-allemand

contact 03 88 75 25 24 CCi juridique@strasbourg.cci.fr

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin


50

export

Alsace – Allemagne

Le soutien de la CCI

Un Pôle franco-allemand unique en son genre C

laudia Scanvic, berlinoise d’origine, dirige depuis 2007 le Pôle franco-allemand de la CCI. Sa mission principale : accompagner les entreprises alsaciennes tous secteurs confondus dans leurs projets sur le marché allemand. Cela va de la simple information à l’aide à l’implantation, à la recherche de partenaires, à la participation à des salons ou à la définition d’une stratégie d’approche. Selon les cas, l’accompagnement peut être individuel ou collectif (salons, rencontres d’acheteurs, etc.). « Le Pôle est également composé de Damien Aufsatz, conseiller spécialisé dans l’agroalimentaire, et de Caroline Kolb, assistante en charge des relations d’affaires », précise Claudia Scanvic. « Nous travaillons de façon transversale avec toutes les directions et en particulier avec JurisInfo, le service juridique franco-allemand de la CCI. » Le Pôle reçoit aussi régulièrement des demandes d’entreprises allemandes qui cherchent des partenaires en Alsace. « Dans ces cas-là, nous faisons le relais », dit Claudia Scanvic. « Nous coordonnons par ailleurs les actions transfrontalières menées par les quatre CCI d’Alsace et travaillons étroitement avec la CCI de Mulhouse sur la Suisse et l’Autriche avec l’objectif de créer un jour un pôle germanophone. » Pour

Henry Uhring, vice-président de la commission export de la CCI et élu référent pour les questions francoallemandes, ce Pôle est d’autant plus performant qu’il « dispose d’une excellente connaissance du terrain et qu’il a su tisser un réseau de partenaires en Allemagne, en particulier avec nombre de CCI allemandes : Karlsruhe, Fribourg, Mannheim, Dresde, Leipzig, Jena, Erfurt ». Mais aussi en France, notamment avec le Consulat d’Allemagne à Strasbourg. Peter Seidel, Consul Général, confirme « qu’en lien avec la CCI, nous observons la situation économique en Alsace, surtout au niveau des entreprises allemandes. À terme, le consulat souhaiterait se rapprocher de l’économie, en proposant, pourquoi pas, de nouveaux services aux PME. »

60 entreprises accompagnées en 2009

En 2009, le Pôle franco-allemand a organisé quatre réunions d’informations rassemblant plus d’une centaine de participants. 60 entreprises ont été accompagnées lors de salons et à l’occasion de l’opération « Noël en Alsace » organisée par la CCI avec le soutien de la Région Alsace. Fin 2009, 25 PME de la région issues de divers secteurs ont présenté leurs produits aux Galeries Lafayette de Berlin. Parmi elles, ITO LAB. La

© Henri Parent

Débouché prioritaire pour les entreprises de la région, l’Allemagne est le premier partenaire économique de l’Alsace. Pour soutenir ces liens privilégiés liés à une proximité géographique ou linguistique, la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin a créé un Pôle francoallemand.

Avec l’aide de la CCI, ITO LAB a exposé ses collections à Berlin

maison strasbourgeoise de prêtà-porter (femme, enfant) conçoit et fabrique des vêtements aux motifs originaux et souvent très colorés. Sa créatrice, Véronique Arnold, a ouvert deux boutiques à Strasbourg. Ses collections se retrouvent également dans 150 points de vente en France et à l’étranger. « Notre participation à l’opération « Noël en Alsace » a été fructueuse. Suite aux bons résultats de nos ventes, surtout pour la femme, nous avons été présentés aux acheteurs des Galeries Lafayette à Paris. Résultat : nous aurons un espace pour exposer notre marque Anatopik pendant trois semaines en novembre prochain à Paris », explique Véronique Arnold. « C’est excellent pour notre notoriété, pour toucher des acheteurs, de nouveaux clients… et cela nous aidera à ouvrir un jour peut-être une boutique dans la capitale. »

Un service inédit en France

La CCI de Strasbourg et du BasRhin est la seule en France à dispo-

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

ser d’un Pôle franco-allemand. « Il a redonné un certain dynamisme aux relations entre nos deux pays », ajoute Henry Uhring. Pas de triomphalisme toutefois du côté de la CCI. Les investissements allemands en Alsace connaissent un tassement. Si les entreprises germaniques continuent à financer les extensions de leurs filiales déjà installées dans la région, les nouvelles implantations deviennent rares. Celles qui se créent sont de taille réduite et n’engendrent que quelques centaines d’emplois. À l’inverse, sur les 55 000 entreprises alsaciennes, une mince part seulement exporte régulièrement en Allemagne. Pôle franco-allemand CCI

contact Claudia Scanvic 03 88 76 42 25 CCI c.scanvic@strasbourg.cci.fr ITO LAB 03 88 32 42 98 www.anatopik.com Deux boutiques à Strasbourg : Rue de l’Épine 18 rue des Sœurs


51 CCI

JurisInfo franco-allemand

Concours

Trophée Régional Export 2010

Expertise juridique transfrontalière

Déposez votre candidature !

Intégré au service juridique de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, le service JurisInfo franco-allemand dispose d’une compétence juridique spécifique en droit allemand. Cette particularité fait de lui l’unique structure de cette nature au sein des CCI françaises. Une juriste bilingue répond aux sollicitations émanant le plus souvent de dirigeants de PME-PMI. JurisInfo traite de toutes les questions juridiques : implantation d’une filiale Outre-Rhin, création d’une entreprise, fiscalité, droit du travail, exportation, etc. Pour compléter son offre, JurisInfo propose deux

e Trophée Régional Export, organisé par les CCI d’Alsace, récompense les entreprises qui mettent en œuvre une politique export dynamique et performante. Le concours est ouvert à toutes les sociétés exportatrices alsaciennes quelles que soient leur taille et leur activité. Les catégories sont les suivantes : • Trophée Export (Europe géographique, Maghreb) • Trophée Grand Export (Asie, Amériques, Océanie, Afrique hors Maghreb, Proche et Moyen-Orient) • Trophée Nouveaux Exportateurs (primo-exportateurs et nouveaux exportateurs sur le grand export depuis moins de trois ans) • Trophée investissement à l’étranger (mise en place d’une implantation à l’étranger pour le marché local).

Rhin supérieur

guides juridiques sur les thèmes suivants : approche du marché allemand et agent commercial en droit allemand. À cela s’ajoutent des notes d’information dans les deux langues, régulièrement remises à jour ainsi qu’une lettre d’actualité « Passe Droit Allemagne », diffusée gratuitement après inscription sur le site www.strasbourg.cci.fr (rubrique nos lettres d’information). Permanence téléphonique du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 16h 03 88 75 25 24 contact JurisInfo : juridique@strasbourg.cci.fr CCI

Radioeurodistrict

La première web-radio franco-allemande Radio associative et noncommerciale, Radioeurodistrict est née en 2004. Diffusée en deux langues sur internet, Radioeurodistrict (RED) entend resserrer les liens entre les habitants de chaque côté du Rhin. « Plus qu’un simple outil radiophonique, Radioeurodistrict se veut un espace de rencontres et d’échanges pensé par et pour le citoyen », explique l’équipe de RED. RED s’appuie en grande partie sur la contribution des membres de l’Association pour la Promotion des Échanges

Européens (APEE), de bénévoles et de stagiaires. Pour continuer à diffuser des programmes de qualité et des rubriques variés (culture, économie, sciences, etc.), la radio transfrontalière a besoin de partenaires. Tous les dons ou achats de publicité permettront à RED de continuer à émettre des deux côtés du Rhin.

www.radioeurodistrict.com radioeurodistrikt.com contact@radioeurodistrcit.com 09 52 46 41 29

L

Villé

Club d’affaires franco-allemand du Rhin Supérieur

Échanges de pratiques Créé en 2005, le Club d’affaires franco-allemand a pour vocation de promouvoir les relations dans le monde des affaires dans la région du Rhin Supérieur, soit une zone allant de Bâle à Karlsruhe. Au programme : réunions thé-

matiques, conférences-débats, visites d’entreprises, etc. Le club compte 200 membres à ce jour.

secretariat@cafa-rso.fr www.cafa-rso.com

www.trophee-export.com

contacts CCI

Olivier Epp ou Jocelyne Choukroun 10 place Gutenberg 67 081 Strasbourg cedex Fax : 03 88 76 42 00 o.epp@strasbourg.cci.fr ou j.choukroun@strasbourg.cci.fr

Agenda

Du 6 au 12 novembre Mission de prospection agroalimentaire au Japon. Emmanuel Butz

contact 03 88 76 42 30 CCI e.butz@strasbourg.cci.fr

Distillerie Massenez

Eau-de-vie alsacienne à Shanghai Les eaux-de-vie* de la distillerie Massenez déjà connues en Asie, notamment au Japon, en Thaïlande et à Singapour, sont aussi présentes en Chine. « Elles ont été référencées pour l’Exposition universelle qui se tient actuellement à Shanghai, annonce Manou Heitzmann-Massenez

Tunisie Oberrhein

Une même entreprise peut concourir dans trois catégories au maximum. Les dossiers de candidature sont disponibles sur internet et devront être renvoyés avant le 10 octobre 2010 par voie postale, par fax ou par mail.

qui dirige l’entreprise de douze salariés à Bassemberg. Elles sont servies pendant toute la durée de l’exposition au restaurant gastronomique des frères Pourcel sur le pavillon français. » * À consommer avec modération www.eaux-de-vie.com

Des rendez-vous personnalisés

Mission de prospection en octobre CCI Alsace Export propose, en lien avec la Chambre francotunisienne de Commerce et d’Industrie, une mission de prospection à Tunis du 3 au 6 octobre 2010. Cette mission est ouverte aux entreprises de tous les secteurs. Outre les transferts et l’hé-

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

bergement, la CCI organisera pour les participants des rendezvous commerciaux personnalisés en fonction de leurs attentes avec des prospects locaux. Julien Lutz

contact 03 88 76 42 49 CCI j.lutz@strasbourg.cci.fr


52

créateurs la course pour avoir le dernier modèle et surtout un bon prix ! Au printemps ce sont les cabriolets qui ont la côte, en hiver les 4 x 4… et le restant de l’année, les BMW, Audi, Mercedes, Ferrari, Porsche, Lamborghini, etc. ». Il travaille essentiellement dans le haut de gamme, mais dans les faits, Patrick Cornus peut vous trouver aussi bien une Golf à 15 000 € qu’une Enzo à… 900 000 € vendue récemment. Il a également vendu une Aston Martin DBS de 2008 (la voiture de James Bond) à 180 000 €, achetée à un joueur de foot (neuve, elle en vaut 280 000). « Nous développons Passé automobile et réseau aussi le commerce des véhicules C’est un ami qui m’a soufflé fonctionnant aux nouvelles énerl’idée du commerce de voitures gies ; en effet, nous avons eu une haut de gamme. Une activité qui demande d’une mairie qui voulait me permettait de conjuguer mon changer son parc de véhicules pour appétence des belles voitures, des voitures électriques. » Après de la course automobile et mon un an, ses objectifs sont atteints expérience professionnelle ». RC – près de 4 M€ de CA pour une Prestige a été créé avec un capital cinquantaine de voitures vende 100 000 € et deux salariés, un dues. « Le résultat est au-dessus de acheteur et un commercial, tous mes espérances, d’autant que nous deux experts dans leur domaine. sommes en période de crise ». Avec Les véhicul’arrivée d’une nouvelle collales – neufs ou d’occaboratrice pour Une Golf à 15 000 €, s’occuper du sion – font une Enzo à 900 000 € s h o w r o o m , l’objet d’une sélection soile but sera de gnée auprès de concessionnaires progresser de 20 %. Pour se main– situés en France et en Europe tenir dans ses objectifs, un maître de l’Ouest – et de particuliers. mot : la culture du résultat, adossée à une exigence de service et « Des sommes importantes entrant en jeu, nous nous devons d’être de qualité. Preuve que l’affaire très prudents. Nous nous rendons tourne, côté cour, de très belles sur place pour vérifier l’état de la Porsche et Ferrari et côté jardin, voiture. » Sur son site Internet un enfant qui s’annonce pour et sur les boutiques en ligne (la novembre. À 40 ans passés, une centrale, les annonces de l’auto, mutation bien réussie. Autoreflex et Autoscoot 24) 30 à 35 voitures en moyenne sont www.rc-auto-prestige.fr 2, rue Maison Rouge à Sélestat proposées, suivant leur stock.

© Henri Parent

ou Jacques Laffitte avec lequel il a fait équipe pour participer à une course en ouverture du Grand prix de France de formule 1 en 2005. Comment cet Albigeois d’origine est-il arrivé à Sélestat et au négoce de voitures ? « Par un concours de circonstances, explique-t-il. J’ai fait une école de commerce avant d’exercer pendant 15 ans dans le domaine de la communication et de l’édition. Lorsque, « ciel, ma femme fut mutée en Alsace » ! Séduits après un weekend passé dans la région, nous avons décidé de nous y installer.

portrait

Patrick Cornus Créateur de RC Prestige

Vos achats de voitures pilotés Sport, luxe, collection et nouvelles énergies… Les véhicules neufs et d’occasion proposés par RC Prestige. Dans son showroom de Sélestat, un aperçu de ce que peut vous proposer Patrick Cornus.

D

éjà un an que RC Prestige est né. Avec d’abord un bureau (à son domicile) et un point de stockage-livraison de ses véhicules (à Paris), le temps de faire monter son réseau en puissance. Aujourd’hui un showroom à Sélestat accueille, sur 500 m² les plus beaux modèles de véhicules – en exposition ou en transit –, un atelier de réparation et des bureaux. Dans

celui de Patrick Cornus, une collection impressionnante de coupes. Toutes liées à sa passion pour la course automobile. Patrick Cornus a appris à conduire avec Henri Pescarolo dans une écurie proche de la filière Elf. Il fut le vainqueur de la coupe France 1997 puis vice-champion en 1999 sur une Formule Renault biocarburant. Il a également côtoyé les plus grands, comme Jean Alesi

03 88 74 37 60

Fidélisation

Pour être lui-même amateur de voitures de luxe, Patrick Cornus connaît parfaitement les besoins et les desiderata des acheteurs, et leur comportement. Ce qui les fait courir ? « La ligne, le design, la performance… C’est souvent

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

Ce que lui a apporté la CCI

Un regard extérieur sur mon projet, des conseils pour compléter mon dossier de création et une mise en relation efficace avec les bons interlocuteurs.


53

Manger sain et rapide Des verrines pour les entrées et desserts et des paniers en bois pour les plats chauds, cuits à la vapeur. À déguster sur place ou à emporter.

N

ouveau concept de restau- plats dans des paniers en bois. ration rapide dans le Centre Poissons, viandes ou coquillages, commercial de Rivetoile à ils sont agrémentés de légumes ou Strasbourg. 143 m², 49 places as- de féculents et assaisonnés d’hersises, un décor contemporain où bes fraîches, d’huiles parfumées se marient couleurs chaudes et et de sauces variées. Restauration tons plus neurapide oblige : ils sont cuits en tres – orange À base de produits trois minutes e t t a u p e  – , frais et élaborés c’est Verrine devant le client, & Vapeur. Un dans un four à le matin espace convivapeur à haute vial où chacun choisit sa place pression. La carte est renouvelée en fonction de l’ambiance qu’il chaque mois, avec le choix entre préfère : chaise ­traditionnelle, fau- six verrines salées/sucrées et six teuil lounge, tabouret… En été, paniers. la terrasse offre une trentaine de Une idée de menu : caviar places assises. Il est également d’aubergines, tartare de tomates possible d’emporter son plat. et mousse de parmesan Reggiano, À base de produits frais et élabo- râble de lapin aux olives, dés de rés le matin, les entrées et desserts rutabaga et pommes en robe, sont présentés en verrines, les minestrone d’ananas, gâteau coco

portraits

et espuma à la cardamome. Panier moyen : 9 à 12 € pour un plat, 3 à 4 € pour une verrine.

Amis et associés

Les associés de Verrine & Vapeur sont tous trois originaires de la région de Saint-Dié (88) et issus du secteur de l’hôtellerie-restauration. Leurs points communs : des études en BTS au Lycée hôtelier d’Illkirch suivies d’une amitié et d’une volonté de créer « quelque chose à eux ». D’abord Bruno Louis. Après plusieurs saisons dans la gastronomie traditionnelle, il a exercé les fonctions en cuisine, service, bar… en région Côte d’Azur puis en Suisse. Revenu à Strasbourg en 2000, il a pris en charge la gérance d’un restaurant d’entreprise. Ensuite, Fabrice Louis – même nom mais aucune parenté –, fut chef de rang puis maître d’hôtel puis responsable restauration au Novotel des Halles. Numéro deux de l’hôtel, il gérait l’ensemble des départements en l’absence du directeur. Le troisième associé, Laurent Lalevée, l’ami d’enfance de Bruno, une expérience professionnelle en collectivité et société de restauration collective. Gérant des restaurants de l’école

Laurent Lalevée, Fabrice Louis et Bruno Louis (de gauche à droite) Créateurs de Verrine & Vapeur

Notre-Dame à Strasbourg, il a été nommé après trois ans chef de secteur, avec la responsabilité de 15 établissements sur les régions Alsace et Vosges. « Je gérais les exploitations de A à Z, du budget au management ». Comment sont-ils arrivés à cette association ? « L’idée a germé pendant longtemps, mais c’est après avoir évolué dans nos différents métiers que nous nous sommes lancés, explique Laurent. Nous avons choisi le concept de verrines pour ses mélanges de saveurs et de couleurs, concept que j’avais eu l’occasion de tester et qui avait rencontré un vif succès. Manquaient les plats chauds. Fabrice a découvert les paniers cuits « À toute vapeur » à Paris… Du coup, nous avons aussi joué la simplicité pour le nom ». À la fois généralistes et pointus, les trois associés n’ont « jamais pris autant de plaisir dans l’apprentissage. C’est une belle expérience… pour tous les trois ! » Autre point commun : ils ont 37 ans chacun, et la même envie de faire plaisir tout en se faisant plaisir. « En même temps, c’est un équilibre », conclut Laurent Lalevée. De 10 h à 23 h 3 Place Dauphine, Rivetoile, Strasbourg

June Marchal

contact Espace Entreprendre Tél. 03 88 75 24 25 CCI

Ce que lui a apporté la CCI

© Henri Parent

Ce n’est pas dur de créer, le problème est que tout s’enchevêtre à un instant T. Grâce aux conseils de la CCI, nous avons eu plus de visibilité et des réponses à nos interrogations. Notre dossier n’a été validé qu’à la condition de trouver un local suffisamment attractif et viable… que nous avons mis beaucoup de temps à trouver. Finalement, la Caisse d’Épargne, qui siégeait au Jury du Passeport Entreprendre, nous a suivis.

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin


54 découvertes Franck Lucas : du piano bar au premier album

 Il est auteur-compositeur interprète depuis plus de 25 ans. Pianiste – premières leçons à huit ans –, puis chanteur, le Nantais Franck Lucas a traîné ses guêtres dans les piano bars du monde entier… Basé à Strasbourg depuis quelques années, il a puisé son inspiration et ses influences dans ses voyages… Du jazz à la variété internationale en passant par le

La transviticole alsacienne rock, le blues, le boogie-woogie, la pop, la soul, la bossa, le celtique, etc. Ce premier cd, « ready » (tout simplement parce qu’il était prêt) est l’histoire de toutes ses rencontres, des expériences humaines et musicales. Le titre « Marine », évoque sa fille, née en 1989, « Vancouver », le fruit d’un coup de foudre pour la ville, en 2008… Au total, douze titres en anglais, colorés, toniques et internationaux. Enregistré en Bretagne par les studios SIWA (José Nédélec) et arrangé, mixé, masterisé par Patrick Boileau, orfèvre en la matière, Ready devrait par son concentré d’énergie positive et sa fraîcheur toucher un large public. Après quelques « shows cases » en France, en Allemagne… et à Vancouver, Franck Lucas devrait se produire en septembre prochain à la FNAC de Strasbourg, où son CD est également en vente. Des concerts sont prévus en 2011. www.musikalouest.com www.myspace.com/lucasfranck

Le Rafiot

Le brunch du dimanche matin  C’est nouveau au Rafiot ! Pour 24 € par personne, une formule brunch à volonté est proposée chaque dimanche, de 10 heures à 15h, sur les ponts du bateau (à l’arrière ou à l’avant selon la météo). Sous forme de buffet, des saveurs salées et sucrées : jambon, saumon, fromage, œufs à la coque, salades estivales, tartes aux fruits de saison, viennoiseries, cakes, fruits frais, laitages, etc. sans oublier l’incontournable baguette beurre-confiture. Les boissons : thé, café, chocolat, jus de fruits frais ou nectar… Et un parfum de vacances pour

les Strasbourgeois lève-tard. Le Rafiot, le bateau bleu et or du quai des Pêcheurs à Strasbourg. 03 88 36 36 16 www.rafiot.net

 Avec la route des Crêtes, la route des vins est l’axe le plus touristique d’Alsace. Ce guide propose de découvrir à pied, par monts et par vignes, au fil des sentiers, le vignoble alsacien. Un itinéraire qui commence à Marlenheim, pour aller jusqu’à Thann. Pour chaque étape (le guide est divisé en 13 étapes),

La transviticole alsacienne

L’Alsace

une description de l’itinéraire, des infos géographiques, historiques, des coups de cœur gustatifs et culturels. JD Éditions-Mulhouse. à pied par monts et par vignes,

Ce guide propose de découvrir à pied, par monts et par vignes, au fil des sentiers merveilleux, le vignoble d’Alsace, loin des voitures, des embouteillages et des cars de touristes. Cette «transviticole» offre en effet parmi les plus belles possibilités de découverte de l’Alsace : villages authentiques, châteaux, paysages sublimes, monuments émouvants, morceaux d’histoire de l’Europe, promenades dans un vignoble splendide en toute saison, rencontres avec ceux qui façonnent ce terroir et le font vivre. L’itinéraire commence à Marlenheim, pour aller jusqu’à Thann. En tout 230 kilomètres du nord au sud, divisés en 13 étapes. Chaque étape est assortie d’une description de son itinéraire, mais aussi d’informations géographiques, historiques, de balades alternatives et de coups de cœur tant gustatifs que culturels.

Le descriptif des étapes est une invitation à explorer à chaque fois un secteur différent de cette traversée à travers monts et vignes, au rythme de la marche, qui permet seul de bien connaître un territoire aussi riche que celui du piémont viticole.

Marc Heimermann www.santovino.com www.imagesdemarc.net Auteur de « Dégustations spirituelles dans les vignes d’Alsace », 2008

L’Alsace

L’Alsace à pied, par monts et par vignes

Ready, CD de 12 titres

Alsace

à pied par monts et par vignes Marc Heimermann Jean-Louis Keller Philippe Lutz

Jean- Louis Keller www.baladapied.com Auteur du guide poche «Balades à pied, Alsace et Vosges », 2000 Philippe Lutz www.la-photo-du-jour.com Auteur photographe

03 89 42 27 71

Gym enfants

Un espace gym chez soi  Solution ludique et efficace pour garder votre enfant en forme, cet espalier gymnastique est proposé par Gym Enfants. Fourni avec son système de fixation par pression, le kit comprend espalier, corde, anneaux, trapèze, barre de traction, échelle de corde. De quoi permettre à des jeunes enfants et à leurs copains de se défouler à la maison… Tout en leur évitant surpoids et maladies liés au manque d’activité physique ! L’espalier Gym Enfants est aussi une saine alternative à la télé et aux jeux vidéo. Pas de perçage – on peut repositionner l’espalier ailleurs – pas d’encombrement, le kit occupe 1 m² au sol, sa hauteur est réglable de 2,40 m jusqu’à 2,80 m. Pour les grands appartements ou maisons, voire les collectivités, il existe en modèle mural par perçage longeant le mur, et plus large, sur 2 m de profondeur. Le poids maximal autorisé : 100 kg. De quoi satisfaire bon nombre de personnes qui souhaiteraient profiter de l’installa-

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

tion pour effectuer des tractions ou étirements. Gym Enfants a été mis sur pied par une équipe jeune et dynamique, soutenue par la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin pour le caractère innovant et ludique du produit. Présenté avec succès au salon Kidexpo-Paris en oc tobre 2009, l’espace « gym indoor » y a obtenu un prix – un label « consommateur » pour le jeu et le jouet. Installé dans la salle Gobabygym, centre d ’éveil moteur pour les bébés et espace d’initiation sportive pour les jeunes enfants à La Wantzenau, il est prévu qu’il soit diffusé auprès des autres franchisés. Vous souhaitez l’acheter ? Le kit est commercialisé chez Pitchou-Pitchoune à Strasbourg et via Internet où un guide de montage illustré exclut toute crainte quant au montage. Vous trouverez sur la boutique en ligne d’autres équipements sportifs pour les jeunes enfants. www.gym-enfants.com


temps forts 55 Strasbourg

Les Toqués d’Entreprises 2010

Challenge interentreprises de cuisine hôtellerie-restauration. Une

fois le dossier accepté, les candidats participeront aux premières qualifications, fixées aux 15 et 16 octobre prochains. Au menu : 1 heure 30 pour concocter un plat salé et un plat sucré à partir d’un panier garni d’ingrédients… et d’une réflexion d’une demi-heure. © Cuisine Aptitude

Finale au salon Festi Festin

P

our cette deuxième édition des Toqués d’Entreprises, Cuisine Aptitude prévoit d’accueillir 32 équipes formées de cinq collègues issus d’entreprises alsaciennes. Une compétition autour des fourneaux, « avec un côté challenge, c’est vrai, mais aussi une bonne ambiance, liée au nécessaire esprit d’équipe », souligne Nicolas Jean, fondateur de l’atelier de cuisine strasbourgeois. « Pour réussir un plat, il faut savoir y réfléchir ensemble, écouter les idées des autres, se répartir le travail en fonction de ce que chacun sait faire de mieux », ajoute-t-il. L’appel à concourir a été lancé auprès des entreprises issues de tous secteurs d’activité, hors convention

Loisirs Mieux informés grâce à Internet

Le Vaisseau en ligne

Des informations complètes sur l’équipement : découverte des univers interactifs, des expositions permanentes et temporaires,… et toutes les informations pratiques pour préparer sa visite comme les accès, les horaires, les tarifs, ainsi qu’un agenda des expositions, événements et stages. Et aussi, une billetterie en ligne. www.levaisseau.com

La finale se tiendra le vendredi 5 novembre, dans le cadre du salon Festi Festin organisé par Strasbourg Événements du 5 au 7 novembre. Participer aux Toqués d’Entreprise, « c’est plus qu’un défi, c’est un état d’esprit ». Parmi les critères de réussite définis par Cuisine Aptitude, la gestion du stress, le partage de compétences, la créativité en groupe, l’organisation, etc. et un minimum d’intuition culinaire. Partenaires de l’événement : CIVA (Conseil interprofessionnel des vins d’Alsace), Festi Festin 2010, Lagostina, Alsacréations et la CCI. Aline Kuentz, 03 88 36 11 72 Dossier téléchargeable sur : www.cuisineaptitude.com

Tous les jours, en juillet et août

Escapades estivales au château du Haut-Koenigsbourg

Visite ludique avec un personnage du Moyen-Âge, visite commentée ou encore promenade bucolique dans le jardin médiéval… autant de manières de découvrir le château. En famille ou entre amis, jeunes et moins jeunes… 03 88 82 50 60 www.haut-koenigsbourg.fr

Tous les jours

Le Far West aux portes d’Europa Park Roulottes, maisons en rondins, villages de tipis, le tout entouré de nombreuses aires de divertissements. À cinq minutes de l’entrée principale, le « camp resort » d’Europa Park propose aux visiteurs un séjour en plein Far West. 2,5 M€ ont été investis en 2010 dans la réalisation d’un second saloon, le « Silver Lake Saloon », l’extension du saloon existant et la construction d’une cuisine, d’une réception et de sanitaires. Installé sur trois hectares, c’est une offre d’hébergement atypique et ludique. www.europapark.de

Jusqu’au 21 août à Ottrott

L’aquarium Les Naïades souffle ses 20 bougies Pour fêter l’événement, des animations pour petits et grands, proposées par des artistes passionnés. Un diaporama présente l’histoire des Naïades, de son ouverture au public le 7 juillet 1990 à nos jours. Où, sur deux hectares d’exposition, l’aquarium abrite une grande variété d’animaux aquatiques et terrestres. Cet été, les amateurs de reptiles et d’espèces marines pourront assister à un spectacle de nourrissage de requins, crocodiles, piranhas… et découvrir trois expositions sur le thème de l’eau. www.parclesnaiades.com

Du 30 août au 5 septembre au Golf de La Wantzenau

Allianz EurOpen Strasbourg

Tournoi majeur de l’Allianz Golf Tour et du PGA European Challenge Tour, cette compétition rassemblera les meilleurs espoirs européens du moment. Ce sera l’événement golfique de la rentrée pour tous les amoureux du golf. Il sera aussi l’occasion de briser quelques incontournables idées reçues via ses principaux objectifs : soutenir les jeunes joueurs, participer à la démocratisation du golf, montrer une image neuve de ce sport qui n’est plus réservé à une élite. Plusieurs temps forts sont prévus autour de la compétition, avec notamment des initiations avec les enfants des quartiers, des tournois pro-

Magazine de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

amateurs, une journée handigolf, etc. et aussi du street-golf présenté le 3 septembre place Kléber. www.golf-wantzenau.fr

Du 21 septembre au 9 octobre à Strasbourg

Musica

Festival international des musiques d’aujourd’hui. Billets en vente à partir du 15 août à la Boutique Culture, place de la Cathédrale. www.festival-musica.org

Expositions Jusqu’au 22 août au Palais Rohan

Jean Barbaut, le théâtre de la vie italienne Cette exposition, centrée sur le peintre Jean Barbaut (1718-1762), propose un panorama aussi complet et articulé que possible de son œuvre. L’artiste est connu pour ses figures de fantaisie, au pinceau virtuose et aux coloris raffinés, ainsi que pour les tableaux en relation avec les fêtes organisées par les pensionnaires de l’Académie de France à Rome. Il fut aussi l’auteur de paysages avec des ruines et se voulut « peintre de l’histoire ». 03 88 52 50 00

Jusqu’au 15 septembre à Strasbourg

Pop Rock

Carte blanche à Wandoch, jeune artiste photographe qui suit depuis quelques années les tournées de chanteurs internationaux. à travers Pop Rock, Wandoch propose une réinterprétation de certaines de ses photos en s’inspirant du style pop art. 29, place de la Cathédrale à Strasbourg

Jusqu’au 12 septembre au Struthof

« Découvrons l’inoubliable »

François Wehrbach : photographies, montages sur des extraits de l’espèce humaine de Robert Antelme, 1947. Une exposition du Centre européen du résistant déporté Struthof. 03 88 47 44 59 www.struthof.fr


56

temps forts

Parc-expo du Wacken

Du 3 au 13 septembre

Foire européenne de Strasbourg

I

nvitée d’honneur la Thaïlande, seconde destination touristique d’Asie derrière Hong-Kong. 210 000 visiteurs sont attendus pour cette 78 e édition de la foire européenne de Strasbourg. 1 100 exposants seront présents sur l’ensemble du ParcExpo, représentant des secteurs très variés : ameublement, habitat, cuisine, salle de bains, tv-hifi, mode-beauté-bienêtre, artisanat, déco, etc. Rendezvous devenu incontournable, le Concours Lépine*, avec quel-

Jusqu’au 19 septembre à Strasbourg au Musée d’art moderne et contemporain

Richard Deacon, « the missing part »

Figure marquante de la sculpture contemporaine, Richard Deacon (né en 1949 au Pays de Galles) s’est imposé comme un étonnant fabricateur de formes et comme le créateur d’un univers plastique épousant la mobilité du vivant. Cette exposition offre la première vision rétrospective de son œuvre de plus de 40 années et rassemble une quarantaine de sculptures ainsi que quelque 120 dessins, gravures et photographies. Elle est coproduite avec le Sprengel Museum de Hanovre, où elle sera présentée du 23 janvier au 15 mai 2011. 03 88 23 31 31 www.musees-strasbourg.org

que 150 inventions exposées. Et aussi le Jardin des Délices et ses démonstrations culinaires, le hall de l’artisanat avec une mise en scène des métiers, et la rentrée des sports, l’occasion unique de rencontrer en un même lieu, près de 50 clubs, associations et ligues sportives d’Alsace. Toujours fidèle à son poste, le hall des institutionnels, avec la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin qui présentera ses services de la formation, d’aide à la création d’entreprise et l’aéroport. Du vendredi 3 septembre au lundi 13 septembre de 10 h à 19 h, nocturnes les samedis jusqu’à 22 h. 03 88 37 21 21 www.foireurop.com Concours Lépine : Marie-Claire DoreyRetout, 01 40 02 04 50

Du 22 au 24 octobre à Saverne

Troisième édition du festival international du film touristique Unique en France, ce festival vise à promouvoir la communication audiovisuelle du tourisme par la mise en compétition de clips publicitaires ainsi que de films de promotion touristique des quatre coins du globe. Les deux précédentes éditions ont rassemblé chacune une quarantaine de films et spots. www.fift2010.fr

Du 1er octobre au 5 novembre Alsace, Bade-Wurtemberg et canton de Bâle

Les journées de l’architecture

Cet événement transfrontalier qui fête ses dix ans en 2010 vise à mieux faire connaître et apprécier

l’architecture à des publics variés. Il participe à l’émergence d’un espace commun de l’architecture. Parallèlement, un concours de maquette est organisé sur le thème « invite-moi dans ton musée », ouvert aux élèves des classes maternelles et élémentaires, ainsi qu’aux collégiens et lycéens. www.ja-at.eu

formation Du 14 septembre au 10 novembre à Metz

Sensibilisation aux enjeux de la défense et aux questions internationales Cette 182e session de l’Institut des Hautes études de défense nationale s’adresse à des auditeurs âgés de 30 à 55 ans, exerçant de hautes responsabilités dans le secteur militaire ou civil. Au programme des questions de défense, de politique étrangère et de relations internationales, ainsi que toutes les questions relevant de la politique d’armement et d’économie de défense et d’intelligence économique. La formation est gratuite. Nombre de places limité à 72. 01 44 42 47 21 Inscriptions : www.ihedn.fr

rencontres Les 28 et 29 octobre à Colmar

4e rendez-vous d’affaires de Rhenatic : une nouvelle dimension Pour ces rendez-vous d’affaires, Rhenatic s’associe au salon des nouvelles technologies et des entrepreneurs, afin de créer l’événement TIC régional annuel – de par sa taille (plus de 110 exposants), la qualité de ses intervenants et le développement de la dimension internationale. En partenariat avec les CCI de Mulhouse et de Strasbourg, cette alliance de Rhenatic avec le salon colmarien permet aussi de s’appuyer sur la complémentarité des compétences de chacun. Objectif partagé : promouvoir les TIC auprès des entreprises et administrations afin d’améliorer leur compétitivité. 03 89 32 76 76

Le Point éco • juillet-août 2010 • n° 283

Le 17 novembre au Parc des expositions du Wacken

Forum Alsace Tech Entreprises

Chaque année, plus de 100 exposants et 2 500 visiteurs prennent part au forum Alsace Tech entreprises, organisé par les neuf grandes écoles d’ingénieurs et de management d’Alsace. Profitez de ce forum pour développer votre notoriété et présenter l’ensemble de vos métiers et opportunités de carrière. Via une cv-thèque en ligne, vous pourrez déposer des offres et présélectionner les candidats parmi un panel d’étudiants et jeunes diplômés issus de 40 spécialités de formation supérieure, ingénieur et manager. Il est possible de réserver dès à présent son espace via le site Internet. Réduction de 10 % pour les inscriptions avant le 31 juillet. Le mercredi 17 novembre, de 10 h à 19 h. www.forum-alsacetech.org 03 88 14 47 90 (EM Strasbourg)

salon Les 17, 18 et 19 septembre à Obernai

7e salon BiObernai

Cette édition 2010 du salon de l’agriculture bio alsacienne sera placée sous le signe de la viticulture bio. Qui dit viticulture, dit gastronomie : produits du terroir, dégustations de spécialités régionales, ventes de produits de la ferme, démonstrations de pressage de jus de pomme et restauration bio sur place sont au programme du salon, où plus de 230 exposants d’Alsace et d’ailleurs seront présents. Les viticulteurs et les producteurs feront découvrir leurs pratiques respectueuses de l’environnement et la biodiversité. Autres temps forts du salon, des ateliers découvertes de poterie, de ferronnerie et de taille de pierre… et des conférences. www.biobernai.com


Cont wwwacter l .ell undi ips. fr

0 810 002 009


@

68

67 25

51


Point-Eco Juillet/aout 2010