Page 1

m a g a z i n e de la chambre de commerce et d’industrie de strasbourg et du bas-rhin

n° n°

w w w. s t r a s b o u r g . c c i . f r

295

PME

engagez-vous

à l’export

Janvier-Février 2012


iPad 2.

Le travail, revu et corrigé.

Avec un tout nouveau design fin et léger, une puissante puce A5 bicœur Apple et un grand écran Multi-Touch, l’iPad 2 transforme votre façon de travailler. Il facilite plus que jamais la collaboration, l’animation de présentations, la modification de documents et l’accès aux ressources de l’entreprise. Et avec une autonomie atteignant 10 heures 1 et des options de connectivité Wi-Fi et 3G2, l’iPad 2 est prêt à se mettre à la tâche... dès que vous le serez. Rendez-vous chez BEMAC et laissez-vous convaincre par l’iPad 2.

www.bemac.fr

18, quai St Nicolas 67000 Strasbourg 03 88 25 84 88

14b, rue de la Mésange 67000 Strasbourg 03 88 22 78 87

1, rue Guillaume Tell 68100 Mulhouse 03 89 367 200

1 Tests réalisés sur des prototypes d’iPad 2 et de logiciels en effectuant chacune des tâches suivantes : lecture vidéo, lecture audio et navigation sur Internet en mode Wi-Fi. L’autonomie de la batterie dépend des réglages de l’appareil, de l’utilisation et de nombreux autres facteurs. Les résultats peuvent varier. 2 Forfait de données 3G vendu séparément. TM et © 2011 Apple Inc. Tous droits reserves.


entreprise à la une

Innovation Trois projets franco-allemands primés

Catherine Mautord

Des soins intelligents pour les femmes

 Pour cette 1 re édition du concours Innovation francoallemand, le premier prix a été décerné à la société allemande Luvaris pour l’invention et la conception d’un appareil de détection de troubles moteurs, le deuxième à la société Sew Usocome pour son équipement de recharge de batteries par induction. La société alsacienne Thierry Beyer a décroché le 3e prix pour la construction d’une fenêtre en bois à haute isolation thermique. L’ensemble de l’opération, soutenue par la CCI de Région Alsace, s’est déroulé dans le cadre du partenariat entre le CEEI Alsace et IT2 RHINE, projet Interreg IV Oberrhein. Patrick Schalck 03 88 76 42 21

© Espace Synergie

Espace Synergie L’hôtel d’entreprises s’agrandit

Réunir en un même lieu différents métiers qui profitent ainsi de l’apport de chacun : le concept élaboré par Emmanuel Burté a vu le jour en septembre 2000. Dans un premier temps celui-ci a proposé à la location, à prix modérés, des bureaux, une salle de réunion et des matériels de conférence (tableau interactif, boîtiers de vote). Depuis l’automne 2011, cet « espace Synergie » a agrandi son offre avec un nouveau lieu, le Platinium. Il est composé de 600 m² de bureaux et 1 100 m² de stockage, l’ensemble étant situé à deux minutes de l’axe autoroutier, dans la zone artisanale de Soufflenheim. Un plus appréciable : la mise à disposition de compétences en secrétariat, comptabilité ou domiciliation commerciale. 06 72 53 18 90

© Benoît Linder

contact CCI

Sa ligne de beauté a été lancée en octobre 2011, après plus de six ans de recherche. « Nature effiscience », espère Catherine Mautord, pourrait bientôt s’intégrer dans le paysage des grandes marques de soins. sans résidus, avec une odeur agréable. « Certains n’ont Mundolsheim Gommage, masque, sérum boospas voulu s’investir, notamment en Alsace, j’ai trouvé ter, soin hydratant, soin anti-âge, contour des yeux : mon partenaire à Rennes ». Actuellement en négosix produits différents constituent la gamme Nature ciation avec les médecins spécialisés en esthétique effiscience, créée par Catherine Mautord. Destinés anti-âge, les pharmaciens, les instituts de beauté et aux femmes actives, tous certifiés Bio, Ecocert et les grossistes, Catherine Mautord a commencé par Cosmebio. « Une troisième certification internationale, Cosmos, est prévue d’ici deux ans », vendre ses produits sur Internet. Les prix : de 35 à 89 €. En contact avec les services annonce Catherine Mautord en précisant : En contact de la CCI, elle espère également se lancer « souvent, les produits cosmétiques certifiés avec les à l’export. contiennent 10 % d’actifs bio, minimum services de la exigé par Ecocert, les miens en contiennent CCI pour un en moyenne huit fois plus. ». Dans la gamme développement des plantes à la biologie Nature effiscience, pas de crème de nuit. à l’export Pour la petite histoire, c’est une « Mémé » de Nouvelle-Calédonie qui lui a enseigné Une crème de jour est forcément plus effiles pouvoirs des plantes, avant qu’elle ne s’inscrive, en cace la nuit où la peau en total relâchement absorbe France, en fac de bio. À la suite d’une émission tv sur les mieux le produit. Catherine Mautord a analysé tous les symptômes – peau déshydratée, ridée, cernes… dangers de la cosmétique, la jeune femme a commencé avant d’utiliser des actifs objectivés, dits intelligents, à s’acheter des produits bio. Déçue par la texture, l’odeur, les conservateurs – « trop d’alcool qui dessèche qui vont cibler les problèmes à la source, en apportant la peau » –, elle a décidé de les fabriquer elle-même. par exemple des éléments réparateurs et nutritifs Avant de se rapprocher des professionnels, elle a testé qui permettent d’éviter que l’épiderme ne se fissure. ses produits auprès de ses amies. Selon Catherine Mautord, l’ensemble de ses produits sont capables de freiner le vieillissement de la peau. Catherine Mautord a créé sa société NIDC, avec cinq Biologiste de formation, Catherine après avoir créé ce associés à Mundolsheim. Épaulée par un webmaster, elle compte embaucher un commercial et cherche qu’elle appelle « le sirop », la formule activée, a recheractivement des distributeurs. ché – pendant presque deux ans – un laboratoire qui soit à même de fabriquer l’excipient. Le challenge était NIDC • 03 88 47 18 82 • www.nature-effiscience.com de créer une texture velours qui pénètre rapidement,

www.strasbourg.cci.fr

3


03 entreprises à la une

22

Catherine Mautord // Des soins intelligents pour les femmes

dossier

06 en alsace

06 07 08 09

Entretien avec Jean-Louis Hoerlé // 2011, une année de construction, 2012, la consolidation Rencontres de la CCI de région Alsace avec la science // La vigne nouvelle arrive Emploi des jeunes // La voie royale de l’alternance Design industriel // Une stratégie gagnante

© Masterfile

10 trajectoires

10 Ultimage // Presque comme en vrai 12 Photographie // François Nussbaumer s’ouvre au public 13 Ja Trade // Six ans, six salariés et de nouveaux locaux 14 Cep diffusion // Belle belle belle, comme une poubelle 16 Meyer & Partenaires // 25 ans d’efficacité 17 Baker Sweet // Le kiosque à fondue de chocolat 18 Bovis // Quand le transport a sa valeur ajoutée 19 Rustyle // De l’abri au chalet habitable

PME

Engagez-vous à l’export

21 CCI en actions

Fragrances vertes à l’assemblée plénière

29 INFOS EUROPE

Réglementation européenne // Casse-tête résolu pour Sermes

10

30 hôtellerie-restauration

Au Cep de Vigne // 100 ans ça se fête !

32 aéroport

37 formation

34

44 territoires

Ancrage commun pour Strasbourg et Kehl

46 industrie

Du 19 au 25 mars // La semaine de l’industrie

48 juridique

54

© Dorothée Parent

37 Agefos PME Alsace // L’emploi au cœur des dispositifs 38 Taxe d’apprentissage // Ayez le réflexe CCI

© Benoît Linder

34 commerce

34 Inauguration // La nouvelle Miss Massenez 35 Les modes de consommation au crible 36 Shoes Me // Des chaussures et des accessoires

© Ultimage

Consolider l’offre en croissance

48 Plan de rigueur 49 JurisInfo franco-allemand // La loi de simplification des finances en Allemagne

50 tourisme

39

Hôtel d’Alsace // Tout beau pour accueillir une troisième étoile

focus

51 tic

L’entreprise 2.0 // Changement de méthode

54 GASTRONOMIE

Nicolas Guilloton // Cuisinier dans l’âme

55 En images

Trophée Régional de l’Export

© Jean-François Badias

52 Créateurs

52 Christophe Stutzmann // Le courtier qui fait aboutir vos travaux 53 Sylvain Girard, La cave à terroirs // Vins, fromages et salaisons

56 découvertes

Anne Art, fleurs et toiles // Donnez une âme à votre intérieur

sportifs et entreprises

L’équipe gagnante

58 temps forts

Tourissimo // Du 10 au 12 février à Strasbourg

N°295 - janvier-février 2012 - Le Point Économique est édité par la CCI de ­Strasbourg et du Bas-Rhin • 10, place Gutenberg 67081 Strasbourg cedex • Tél. 03 88 75 24 18 • point-eco@strasbourg.cci.fr Directeur général : Sonia Kleiss-Stark • Directeur de l’édition : Patrick Heulin, directeur communication • Rédactrice en chef : Françoise Herrmann • Journalistes : Anne Herriot, Éric Pilarczyk, Virginie Vendamme • Secrétariat : Chantal Kolb, Catherine Slatine Barusta • Comité éditorial : Tania Desfossez, Philippe Edel, Élise Fiorese, Coryse Lecoq, Marc Liebrich, June Marchal, Alban Petit, Martine Sahl, Christiane Sibieude, Évelyne Sturm • Éditeur délégué : Daniel Reyt (Citeasen) • Conception et réalisation : Citeasen • Couverture : Masterfile • Photographes : Jean-François Badias, Benoît Linder, Dorothée Parent, Henri Parent • Impression : Est Imprimerie • Tirage : 44 000 exemplaires Publicité : Jocelyne Choukroun • Tél. 06 20 46 00 85 • Fax 03 88 22 31 20 • j.choukroun@strasbourg.cci.fr

4

janvier-février 2012 • n° 295

Cerifié PEFC Ce produit est issu de forêts gérées durablement et de sources contrôlées.

10-31-1431

pefc-france.org


édito

Sans optimisme, pas d’entreprise !

© Henri Parent

L

ors de la cérémonie des vœux commune de la Communauté Urbaine de Strasbourg et de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin au monde économique, mi-janvier, j’ai voulu mettre l’accent sur les raisons de rester optimiste, malgré des perspectives économiques inquiétantes accentuées par la dégradation de la note financière de la France. L’optimisme, c’est le « carburant » du chef d’entreprise qui doit savoir reconnaître les opportunités dès qu’elles se présentent. C’est d’ailleurs parce que les entrepreneurs sont viscéralement optimistes que la société a tant besoin d’eux ! Au cours de cette cérémonie, la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin était aux côtés de la Ville et de l’Université. La traduction d’une volonté forte : travailler ensemble, à l’instar de notre implication dans la feuille de route « Strasbourg Éco 2020 ». Puisse ce type de partenariat nous aider à faire les conditions du développement souffler un vent de dynamisme sur économique. nos territoires Ne cédons pas à la morosité, ne nous Tous ensemble, élus, chefs d’entreenfermons pas dans une attitude prises et responsables de collectivités, défensive. Au contraire, nourrisdonnons-nous pour mission d’aller sons-nous de réussites concrètes, de l’avant, d’encourager à l’image de l’Univerles initiatives de celles En dépit sité de Strasbourg qui et de ceux qui ont envie du contexte, contribue activement au d’inventer, d’investir, de ne perdons rayonnement internacréer. Il faut continuer pas le but tional de notre région. à atteindre : à nous mettre en situaEncourageons le renforrestaurer la tion d’entreprendre, en confiance dans cement des liens entre mutualisant nos compé- nos capacités l’enseignement supérieur tences, nos moyens et nos à créer de et le monde économique. énergies. Ayons foi en nos jeunes la richesse Nous le savons bien, la sur notre et ouvrons-leur les portes dynamique ne vient pas territoire de nos entreprises. Enfin, du sommet, mais du terinspirons-nous de ce qui rain. Gardons à l’esprit que nous fonctionne à quelques kilomètres avons le pouvoir d’influer sur notre de nous, et intensifions les liens qui environnement et d’ouvrir de nounous unissent aux voisins d’Outrevelles perspectives pour faciliter Rhin, qui bénéficient – encore  – de

perspectives enviables. Ma volonté reste forte également de réconcilier les Français – et les Alsaciens avec l’entreprise et l’économie de marché. En dépit du contexte, ne perdons pas de vue le but à atteindre : restaurer la confiance dans nos capacités à créer de la richesse sur notre territoire. Il est de ma responsabilité, de la nôtre, en tant que chefs d’entreprises, de promouvoir ce message. Souvenons-nous de cette phrase de Winston Churchill : « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté ». Je vous souhaite donc de tout cœur une année d’audace, une année de développement et de prospérité pour vous et vos entreprises. Jean-Luc Heimburger

Président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

www.strasbourg.cci.fr

5


Enalsace de

région alsace

© Henri Parent

cci

Entretien avec Jean-Louis Hoerlé Président de la CCI de Région Alsace

2011, une année de construction, 2012, la consolidation Un an après votre élection à la présidence de la CCI de Région Alsace, quel bilan d’étape pouvezvous dresser ? Comment avez-vous mis en place la réforme du réseau consulaire ? J.-L. H. Le fait que l’Alsace soit une petite région – la plus petite des françaises – qui bénéficie d’un fort dynamisme économique et d’une densité homogène de ses métropoles nous a facilité la tâche. Très vite, nous avons intégré les objectifs de la réforme, persuadés aussi qu’une concertation plus large entre élus régionaux et territoriaux ne pouvait être que bénéfique. Cette première année nous a permis de définir notre stratégie, d’effectuer la répartition des rôles, d’organiser les équipes et d’installer les différentes commissions. À la suite d’ateliers thématiques réunissant élus et collaborateurs des quatre CCI (CCI de Région et trois CCI territoriales), nous avons déterminé les missions à exercer sur un plan régional et celles, du fait d’une nécessité de proximité, à maintenir au niveau territorial. Comme le prévoit la loi, les fonctions supports (Finance, RH, informatique, juridique) ont été régionalisées, mais nous avons voulu aller plus loin en créant huit directions d’appui aux entreprises* avec à leur tête un directeur issu de l’une des CCI. Parmi les nouvelles missions qui me tiennent à cœur, je noterai la coopération transfrontalière, qui autour d’actions coordonnées nous aidera à profiter davantage de l’élan économique que connaissent nos voisins du Rhin

66janvier-février Janvier-février2012 2012• n° • n° 295 295

Supérieur. En installant les différentes commissions et en élisant leurs Présidents, nous avons pris soin d’avoir une représentation équilibrée pour chaque CCI. La loi prévoit une diminution des ressources des CRCI de l’ordre de - 15 % d’ici 2013. Quelles sont les économies déjà réalisées ? J.-L. H. La réforme des CCI entre dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques. Elle a pour objectif de renforcer le service rendu à nos entreprises tout en diminuant les dépenses. En ce qui concerne le personnel, notre engagement était de ne pas avoir recours à un plan social mais de ne pas remplacer les départs naturels. C’est ainsi que Philippe Colson a été nommé à la place du précédent directeur de la Chambre régionale, François Frieh, parti à la retraite. Il est trop tôt pour annoncer des chiffres. Pouvez-vous illustrer le champ d’action de la CCI de Région Alsace ? J.-L. H. Je citerai par exemple, la qualité de notre collaboration avec la Région Alsace. Notre partenariat a notamment débouché en matière d’export sur l’intégration complète par la CCI de Région Alsace des missions d’aide et d’appui d’Alsace International, et pour ce qui est de l’innovation sur le récent rapprochement de l’Agence régionale de l’innovation – ARI – et du Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation – CEEI.

Quels sont vos priorités pour l’année 2012 ? J.-L. H. D’ores et déjà, je tiens à souligner la qualité des relations qui se sont créées entre élus des quatre CCI alsaciennes. À présent, je souhaite que l’excellente ambiance au sein du comité de direction régional continue de faire progresser nos travaux et nos partenariats avec les services de l’État et les collectivités. Nous allons également rédiger des schémas sectoriels sur les thématiques relevant de la CCI de Région Alsace mais aussi sur celles pilotées par les CCI territoriales. Budgétairement, nos recettes fiscales ont été réparties entre les CCI dès janvier 2011. 2012 sera l’année de la consolidation de l’ensemble des budgets territoriaux. La vraie mise en place se fera début 2013, avec la collecte par la CCI de Région Alsace des recettes fiscales, l’affectation des budgets aux CCI territoriales. *Économie numérique, environnement et développement durable, export, politique de formation, appui à l’industrie, innovation, information économique, intelligence économique.

Le nouveau siège de la CCI de Région Alsace : 10, place Gutenberg « En déplaçant le siège de l’ancienne CCI régionale de la place des Halles à la place Gutenberg, nous avons voulu profiter des équipements et des salons existants pour mieux accueillir les personnalités qui nous font l’honneur de leur visite ».


Enalsace cci de région alsace

Rencontres de la CCI de région Alsace avec la science

Damien Steyer, un petit goût de réussite

Twistaroma • 03 89 22 49 93

Les 13e rencontres de la CCI avec la science ont abordé l’étude de la vigne, et ses mécanismes de défense face aux maladies fongiques.

© Didier Merdinoglu, Inra

Ancien doctorant à l’Inra de Colmar, Damien Steyer a créé Twistaroma, un laboratoire d’analyses de composés volatils, qui analyse les arômes contenus dans un liquide, a fortiori le vin. Couvée par l’incubateur d’entreprise alsacien SEMIA et hébergée à l’Inra de Colmar, Twistaroma compte parmi ses principaux clients le CIVA, Veuve Clicquot, Kronenbourg, l’IFBM (Institut Français de la Bière et de la Malterie de Nancy), l’institut français du café et se développe à l’étranger. Damien Steyer était en juillet 2010 lauréat du concours d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes en catégorie « Émergence » du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Il a aussi été récompensé par le Conseil Régional d’Alsace, dans le cadre de sa stratégie régionale de l’innovation. « Le procédé que j’ai mis au point permet de détecter les molécules présentes dans le vin (ou un autre breuvage) qui correspondent à des arômes, explique Damien Steyer. Certains arômes typiques des vins d’Alsace se révèlent par exemple lors du processus de fermentation réalisée par les levures. En consommant le sucre contenu dans le moût, les levures libèrent notamment des alcools supérieurs mais également des esters conférant des perceptions fruitées. » L’étude des phénomènes trouve de nombreux débouchés, au niveau de la connaissance du vieillissement du vin, de l’évolution de la maturation du raisin, de l’évaluation du potentiel aromatique d’un vin, etc.

La vigne nouvelle arrive

Accueillie par la présidente Frédérique Pelsy, qui dirige le centre de recherches de l’Inra de Colmar, la délégation de la CCI, emmenée par le conseiller technique Jean Bouleau et en présence du président de la CCI de Région Alsace, Jean-Louis Hoerlé, a écouté un exposé de haut vol sur les recherches en matière de protection des maladies fongiques de la vigne. À l’honneur, l’équipe du directeur de recherches Didier Merdinoglu, à l’Inra de Colmar, qui étudie les mécanismes de défense de la vigne face aux maladies comme le mildiou et l’oïdium. En procédant par croisements, les plants peuvent

acquérir une résistance naturelle, tout en gardant notamment les qualités nécessaires pour faire du bon vin. De nombreux facteurs interviennent en parallèle, en particulier les modes de culture. Cette recherche, développée sur le long terme, exige des partenariats avec des laboratoires du monde entier, pour étudier l’ensemble des espèces de vignes et leurs caractéristiques génétiques. Mais il faut compter au moins seize ans de recherche et d’expérimentation pour créer une nouvelle variété. contact CCI de région alsace

Jean Bouleau • 06 71 20 01 91

Enjeux économiques

© Dorothée Parent

Avec 3 % de la surface agricole cultivée, la vigne utilise 60 % des produits fongicides utilisés dans toute l’agriculture, (soit 35 000 tonnes de produits chaque année), et 14 % des produits phytosanitaires. L’objectif Grenelle pour 2018 est de les réduire de moitié. Un budget qui représente 200 à 250 M€ annuels. Les conséquences pour l’environnement et pour la santé des viticulteurs sont graves. Les pathogènes peuvent quant à eux devenir résistants à ces fongicides.

Le marché Le marché du vin et des spiritueux (principalement le Cognac) est équivalent à celui des Airbus : 9 Md€, avec un excédent de 7.9 Md€. Le vin représente 20 % de l’export agro-alimentaire en France.

www.strasbourg.cci.fr www.strasbourg.cci.fr7 7


Emploi des jeunes

Gaggenau Industrie 22 jeunes en contrat par alternance

La voie royale de l’alternance

© Henri Parent

qui en Alsace devient une valeur socialement Pierre-Étienne Bisch, Préfet de la Région appréciée ». Le Préfet a annoncé le plan ambiAlsace et du Bas-Rhin et Jean-Louis Hoerlé, tieux programmé à l’échéance 2015, signé président de la CCI de Région Alsace se sont avec la Région Alsace, qui prévoit de porter retrouvés au Pôle formation CCI pour visiter les 15 000 places offertes à 20 000. De facto, il les nouveaux locaux abritant l’institut de fors’agira d’adapter certaines formamation par alternance de la CCI, tions aux besoins des entreprises. inauguré l’été dernier. Un bâtiment Durant sa Une démarche volontariste adoptée de 2 700 m² comprenant 38 salles de visite au pôle par le Pôle formation CCI depuis cours, dont 11 équipées de tableaux formation de nombreuses années et qui porte interactifs et un amphi de 180 places. cci, le préfet ses fruits puisque les formations « Notre objectif est de permettre à de région a assisté à une post-bac sont en augmentation des jeunes d’acquérir compétences, simulation de sensible. « 30 % des jeunes formés en savoir-faire et savoir-être pour entrer négociation alternance sont issus d’un bac pro », dans la vie active », souligne le pré- commerciale souligne Jean-Claude Haller, qui sident Jean-Louis Hoerlé. « Dans une période où la conjoncture économique est s’attache à compléter leur cursus en mettant en place des formations en français et en allemand, incertaine, le travail des services de l’État est en rapport avec un marché de l’emploi qui sera de faire en sorte que les outils des politiques publiques soient les plus efficaces possible, transfrontalier. observait Pierre-Étienne Bisch, citant à titre contact CCI de région alsace d’exemple les contrats aidés pour le retour à www.alsace.cci.fr l’emploi et la formation en alternance. Une http://www.emploi.gouv.fr filière souvent sous-estimée en France mais

© Henri Parent

Promouvoir les aides publiques et les dispositifs d’appui à l’emploi des jeunes : le rôle du Gouvernement et de la Région. Créer des formations adéquates, celui de la CCI de Région Alsace. Ensemble, ils œuvrent au développement des filières par alternance.

Chez Gaggenau Industrie à Lipsheim, le site spécialisé dans la fabrication de fours à vapeur du groupe BSH – Bosch und Siemens Hausgeräte GmbH, numéro trois mondial en électroménager – on recrute volontiers par la voie de l’alternance. « Maintenir notre compétitivité passe par les compétences », affirme Natalie Goffart-Fagandet. Mais la responsable des ressources humaines regrette : « l’industrie souffre d’un déficit d’image et d’attractivité. Nous appartenons à un groupe allemand où l’apprentissage est mieux valorisé ». Élément positif : les jeunes recrutés en alternance – au nombre de 22, dont 16 en apprentissage et six en contrat de professionnalisation – ne regrettent pas leur choix. Pour exemple, Charlotte, 19 ans, en BTS de maintenance industrielle en formation au CFAI d’Eckbolsheim. En première année d’études, elle espère pouvoir atteindre le niveau de la licence. « J’ai choisi le mode de l’alternance pour avoir une expérience professionnelle et personnelle, c’est un bon démarrage dans la vie ». Nicolas, 24 ans, est en dernière année de formation à l’Insa. Apprenti ingénieur spécialisé dans la mécanique, il a opté pour ce cursus pour mieux comprendre la vie de l’industrie et être opérationnel à la sortie de l’école. Chez Gaggenau, il explique avec fierté qu’il a monté des projets de A à Z. Plus loin, Pierre, en troisième année de génie mécanique (à l’Insa également) a travaillé sur un projet d’ergonomie générale, contribuant à modifier et à améliorer les processus. Deux postes basés sur les échanges et la créativité. Gaggenau est née en 1929 à Lipsheim sous la dénomination de Pain, elle a été rachetée en 1976 par le groupe Gaggenau, avant d’être intégrée au groupe BSH en 1995. Elle emploie 286 salariés qui contribuent à produire près de 130 000 fours vapeur et plaques de cuisson. L’entreprise peine à trouver des conducteurs de lignes automatisées. www.gaggenau.fr

88janvier-février Janvier-février2012 2012• n° • n° 295 295


Enalsace cci de région alsace

Design industriel

Une stratégie gagnante

Parfois perçu – à tort – comme accessoire, le design industriel tient sa place dans les étapes d’élaboration d’un produit : R&D, marketing, fabrication, éco-conception, conditionnement et même mise sur le marché. Dans le cadre du programme Interreg Design Rhin supérieur, la CCI de région Alsace, avec ses partenaires, s’associe pour faire émerger cette profession, renforcer sa visibilité et faire connaître aux entreprises ce gisement régional : le Rhin supérieur compte nombre de designers chevronnés. Autant d’éventuels avantages concurrentiels. Certaines entreprises se sont lancées dans l’aventure très tôt. Exemple avec Socomec, qui compte dans ses effectifs un designer intégré depuis une vingtaine d’années. Récemment, ce designer, Laurent Olhagaray, est passé des services R&D au marketing. Gilles Rocchia, directeur du marketing stratégique explique cette évolution : « Le designer est celui qui traduit une idée en objet, ou, en phase préparatoire, en image 3D ou en maquette. Le designer apporte sa valeur ajoutée dès la phase de création, en se focalisant sur l’utilisation. Désormais, il se consacre à 100 % aux nouveaux produits. Les trois piliers d’un bon produit sont la technique, le marketing (soit la traduction d’un besoin en fonctionnalité) et le design : forme, esthétique, ergonomie ». L’intégration d’un designer dans une entreprise est d’abord une question de rencontre. « Les designers sont précieux et ont besoin d’espace de liberté pour innover », observe Gilles Rocchia. C’est peut-être le gage d’une innovation efficace et créative. Socomec • www.socomec.fr

© Virginie Vendamme / CCI

Le design dans la région du Rhin supérieur est très développé : écoles, instituts. Les entreprises alsaciennes ont beaucoup à gagner de cette richesse régionale.

Agenda Quatre journées du design seront programmées en 2012, mettant en relation designers, entreprises et écoles en France, en Allemagne et en Suisse. contact CCI de région alsace Nathalie Rolling • 03 88 75 24 65

questions à Matthias Allgeyer Consultant innovation et design, productpartners+, Offenbourg Collaborateur de Design Rhin supérieur

© Daniel Godde

Le designer n’est pas une danseuse Point Éco : Le design et le designer restent très méconnus. Comment expliquez-vous cela ? Matthias Allgeyer : On associe souvent le design à l’artiste qui invente du beau mobilier, des jolies lampes, bref, ce qu’on peut visiter au musée Vitra. Mais le design industriel recouvre une autre réalité, assez technique, vraiment utile aux entreprises, même celles de petite taille comme celles de Forêt-Noire et d’Alsace. Comment mettre en relation ces professionnels ? Le programme « Design Rhin supérieur » sert justement de zone de rencontre. C’est une initiative apolitique, qui veut développer le design dans l’industrie de cette région. Le potentiel est là, les

besoins aussi. Le Bade-Würtenberg compte plusieurs écoles de design renommées, mais le tissu local n’en « profite » pas assez. À nous de rapprocher ce tissu économique avec les ressources. Quels sont les enjeux pour les entreprises ? La concurrence internationale n’attend pas. Recourir à des designers marque une différence parfois déterminante. Les designers sont intégrés à l’entreprise ou non, tout dépend de la culture de l’entreprise. Mais aujourd’hui, il faut sortir de l’image stéréotypée du designer-artiste-people et aborder cette question avec beaucoup de professionnalisme. www.productpartners.de

www.strasbourg.cci.fr www.strasbourg.cci.fr9 9


trajectoires

Ultimage

Presque comme en vrai La société d’architecture et d’infographie strasbourgeoise est en pointe dans la réalisation d’images en 3D et d’animation.

L’économie alsacienne en un seul clic 60 000 entreprises 2 000 organismes 400 salons et congrès 300 études 250 notes juridiques 40 zones d’activité 25 communautés 10 observatoires

www.alsaeco.com 940 000 visites 4 000 000 pages vues 390 000 téléchargements

Version mobile accessible depuis tout smartphone disposant d’une connexion internet et d’un navigateur. Pensez à créer un favori vers l’adresse : http://m.alsaeco.com

10

janvier-février 2012 • n° 295

© Ultimage

Une initiative des CCI d’Alsace

Strasbourg Dirigée par un architecte, Thomas bulant dans la maquette du projet. Cette technologie est aujourd’hui un outil souvent indispensable de comJung, et un infographiste, Frédéric Pereira, Ultimage est une société de quatre personnes spécialisée dans préhension de futurs bâtiments ou aménagements (par exemple de tramway) dans leur globalité : intérieure et la conception architecturale et la visualisation en 3D. « Nous travaillons avec des architectes, des extérieure, de jour ou de nuit, dans l’environpromoteurs et des collectivités territoriales, En quelques nement urbain, etc. Grâce à sa double expertise en architecture détaille Thomas Jung. En 2008, suite à la minutes on et en infographie, Ultimage s’associe régulièbaisse du marché immobilier, nous nous scanne en 3D rement à des architectes sur des projets ou sommes diversifiés pour proposer nos pro- un bâtiment avec une duits aux agences de communication et aux des concours, des promoteurs, mais aussi des précision au industriels ». sociétés qui veulent présenter leurs produits. millimètre Les deux gérants sont aussi partenaires Depuis quelques semaines, Ultimage est la près d’iconoval et de la société Holo3, avec qui seule agence du Grand-Est à posséder un ils réalisent et diffusent des images stéréoscopiques scanner laser 3D. « En quelques minutes, on scanne en (visibles en 3D dans une salle équipée, et en visionnant 3D un bâtiment, une pièce, un terrain, une grotte, une cathédrale… avec une précision au millimètre près. À avec des lunettes spéciales). « Ce type d’images est très partir de ces données, on peut modéliser les espaces, les riche en potentialités. Les clients en ont conscience et les plébiscitent », assure Thomas Jung. transformer en 3D et leur rajouter des détails ou des projets supplémentaires », explique Frédéric Pereira. Les possibilités sont immenses : on peut intégrer du Ultimage virtuel dans l’existant, créer des animations ou des 6 rue de Molsheim à Strasbourg visites virtuelles, soit en panoramique, soit en déam- www.ultimage.fr


Speed Burger 8 quai de Paris à Strasbourg www.speed-burger.com

Florian Wintz, courtier en travaux

 Florian Wintz exerce une profession encore assez méconnue : courtier en travaux. Ce métier consiste à rechercher et sélectionner des entreprises du bâtiment pour tous travaux de rénovation ou de construction pour ses clients, qui peuvent être des particuliers, associations ou professionnels. Côté client, il lui évite de chercher les artisans, de se plonger dans des réglementations parfois compliquées pour un néophyte. Côté

partenaire professionnel, il aide à sa prospection commerciale, se charge du suivi du devis, des acomptes et éventuellement des conflits à gérer. Sa commission est assurée par le partenaire professionnel, et non par le client. L’objectif est la satisfaction des deux parties.

Florian Wintz Presta Travaux 9 rue Pasteur à Ostwald 07 70 64 17 32

Séminaires à la ferme de Marie-Hélène

Un CE même pour les petites entreprises Observant les avantages dont bénéficient les salariés des grandes entreprises, à travers leur comité d’entreprise, Ève Pauvert s’est dit : « Et pourquoi ceux des plus petites entreprises n’auraient-ils pas ces mêmes avantages ? » Cette jeune diplômée en informatique et en e-commerce tenait son idée de création d’entreprise. Il y a un an, elle créait Facilis. Le démarrage dans la couveuse d’entreprise Créacité l’a beaucoup aidée. « Là, j’ai été bien entourée, conseillée, j’ai pu me lancer pleinement dans mon idée. Une expérience vraiment fructueuse ». Le fonctionnement est simple : les entreprises s’abonnent au site, et leurs salariés reçoivent des identifiants donnant accès aux offres. Là, ils commandent directement leurs avantages. Les billets seront envoyés à l’entreprise, ou à domicile. Facilis propose déjà 400 offres (places de spectacles à tarif collectivité, réductions sur des séjours chez des partenaires, bons d’achat et coffrets cadeau, réductions sur des restaurants, séances beauté, loisirs, etc.). Ève Pauvert s’appuie sur le tissu local, mais les grands groupes comme Disneyland Paris ou le Futuroscope sont aussi présents. Touchant déjà plusieurs milliers de salariés, elle vise à couvrir toute l’Alsace. Ève Pauvert a déjà créé un autre emploi, en plus du sien. Facilis • Ève Pauvert • 03 88 23 60 72 • www.facilis.fr

La preuve par l’exemple.

© Benoît Linder

O LE MAGAZINE POINT ÉC ENT EM ELL TU QUE VOUS LISEZ AC SEN. EA CIT DE EST UNE RÉALISATION

Ittlenheim La Ferme de Marie-Hélène, hôtel-restaurant propose une dizaine de chambres et de suites (niveau trois étoiles), accueille séminaires et repas d’affaires. Cinq espaces sont dédiés aux séminaires ou journées d’études. De 10 à 92 m², les salons peuvent être configurés sous différentes formes, avec parfois accès direct au parc. Le plus grand salon est équipé en Wi-Fi, avec rétroprojecteur, vidéo projecteur, écran, pupitre, paperboard, micros, etc.

s la nce est spé cia lisé e dan De pui s 199 4, not re age tio n cep con la . Elle ass ure com mu nic ati on édi tor iale ttes, que pla rs, tte e-le s, magazine graphique de journaux et ent lem éga t dui pro et .. es. rapports d’a cti vit é, livr . line s, on et off des con ten us rédactionnel

La ferme de Marie-Hélène 11 rue de l’église • 67370 Ittlenheim • info@fermehelene.com • www.fermehelene.com

www.strasbourg.cci.fr

11

© Dorothée Parent

 Depuis octobre dernier, Speed burger, spécialiste du burger « à la française » a ouvert un magasin Quai de Paris, à Strasbourg, avec pour co-gérant JeanNicolas Gasser. Il encadre dix personnes, dont quatre formées à la préparation des burgers. On peut manger sur place, ou commander sur internet. Un service de livraison est assuré, la plupart du temps à vélo. Speed Burger est le seul des 40 points de vente du réseau, créé en 1995 à Angers, à livrer à vélo.

© Samuel Cornillet / Speed Burger

Vite, un speed burger !


trajectoires

Trophée sécurité pour Telecom Object

Photographie

François Nussbaumer s’ouvre au public

 L’entreprise strasbourgeoise qui a développé un outil spécifique suspendant automatiquement une ligne téléphonique en surconsommation (de manière à se protéger des piratages par des hackers) a reçu en octobre le « Trophée de la Convergence, 2011 », dans la catégorie meilleure solution de sécurité d’infrastructure, lors du salon professionnel IP Convergence, à Paris. Ces outils répondent notamment aux attentes des sociétés de service en télécoms et réseaux, souvent mises en cause, à tort, en cas de piratage. Telecom Object a été créée en 2005 et est dirigée par Christophe Springer.

Dans le métier depuis 1986, François Nussbaumer est réputé pour ses portraits haut de gamme et ses prestations pour la publicité. Installé depuis peu dans le quartier des Quinze, son atelier a désormais pignon sur rue.

Sans particule, s’il vous plaît  Alsapan, avec une fabrication annuelle de 25 000 pièces, est le 3e fabricant français de meubles en kit. Répartie sur quatre sites, dont un à Wasselonne et un à E­ rstein, la production a abandonné les traditionnels panneaux bruts de particules utilisés dans la fabrication de meubles stratifiés, au profit de panneaux de type CARB II (ou, selon l’équivalent européen de type « EPF-S »). Ce sont des panneaux qui contiennent le taux le plus faible de formaldéhyde, substance potentiellement cancérigène à partir d’un certain seuil. www.alsapan.com

© Benoît Linder

Telecom Object www.telecom-object.fr

Strasbourg Au croisement de la rue Geiler et de la rue de Verdun, le nouvel atelier de François Nussbaumer affiche sa marque en vitrine. Portraits actuels de ses deux fils d’un côté – réalisés en argentique puis numérisés –, reproductions de portraits réalisés dans l’esprit des années 30 –  des personnalités ayant participé au projet du Scala à Neudorf – de l’autre. « Enfin un photographe » ! François Nussbaumer a été plutôt bien accueilli dans le quartier, pour lequel il éprouve un attachement particulier. « On a l’impression que les gens ont besoin de retrouver certains repères »,

affirme-t-il. En continuant d’exercer ses premières amours – des travaux pour la publicité, la mode, l’architecture, le corporate… il a même réalisé les photos des couvertures du Point Éco il y a une vingFrançois taine d’années – François nussbaumer Nussbaumer a décidé propose de s’ouvrir au grand des portraits public. Avec un matériel à la chambre sophistiqué –  chambre, ou au moyen projecteurs, réflecteurs. format Il propose des portraits haut de gamme, principalement en noir et blanc, et des reportages pour des mariages ou autres événementiels. Son atelier sert également de lieu d’expositions, avec une mise en avant des œuvres de ses amis ou les siennes. Car côté jardin, François Nussbaumer continue de s’épanouir dans des photos personnelles qu’il expose régulièrement. Il a participé à la récente édition de Paris Photo à l’Espace Pierre Cardin. Également éditeur à ses heures, il a, entre autres publications, illustré le « Voyage à Strasbourg ». Pour lui, le secret d’une belle photo est un compromis : 90 % de technique et 10 % de psychologie. L’atelier de François Nussbaumer 9, rue de Verdun, Strasbourg 03 88 44 56 10 • 06 31 39 43 93 • www.francoisnussbaumer.com

Elcosorb absorbant 100% naturel 100%

Absorption totale* des huiles, carburants, encres... sur le sol et sur l’eau Temps de réaction instantané Suppression des odeurs

www.citeasen.fr

Non toxique, naturel et biodégradable

12

ez n e v e D r u e t u b distri if ! exclus

Pour rejoindre les 18 distributeurs présents dans 14 pays, contactez ELTICO au info@eltico.com - 03 89 69 44 43 - www.eltico.com

janvier-février 2012 • n° 295


© Benoît Linder

Ja Trade

six ans, six salariés et de nouveaux locaux Spécialisée dans les machines à boissons, la société Ja Trade en est à son troisième déménagement depuis sa création par José Acker, en 2006. Un bâtiment flambant neuf, abritant bureaux et entrepôt. Haguenau José Acker vient de souffler les six bougies de sa société, Ja Trade, en inaugurant son nouveau bâtiment, qu’il a fait construire sur la zone de l’aérodrome. La superficie de 500 m² lui permet d’envisager avec sérénité le développement futur de la société, passée en peu de temps d’une à six personnes. Dans l’entrepôt, sont stockés des machines à boissons – neuves, prêtes à être livrées après avoir été testées, ou en phase de reconstruction  –, mais aussi les pièces de rechange et les produits –  dosettes de thés, cafés, friandises et autres boissons. Ja Trade propose près de 60 références de boissons chaudes, une vingtaine de canettes de boissons et 15 confiseries différentes. Certaines machines sont également alimentées en sandwichs –  un

segment un peu plus difficile à gérer, du fait des contrôles réguliers de la chaîne du froid et des dates limites de consommation. Ce segment lui a néanmoins permis d’augmenter ses parts de marché. Au démarrage de son activité, le chef d’entreprise s’est concentré sur une cible potentielle de sites publics, de grandes surfaces et d’établissements tertiaires situés sur l’ensemble du territoire. Marques et recettes Le marché alsacien lui paraissait difficile d’accès. Or celui-ci représente aujourd’hui la moitié de son chiffre d’affaires. Explication de son succès : le développement de la gamme de produits, la création de ses propres marques de cafés

torréfiés et la création de recettes spécifiques. Derniers nés, les potages thaïlandais à base de champignons et la soupe chinoise à base de pâtes. Attentif au marketing de ses produits, il a personnalisé ses machines et imaginé des gobelets aux couleurs de son logo rouge. À terme, José Acker envisage d’étendre son équipe à 10 salariés. Son prochain développement concernera le marché des petites machines, confié à un jeune en BTS en négociation relation-client, actuellement en formation par alternance avec l’IFA de la CCI. Ja Trade 4 rue Maryse Bastié à Haguenau • www.jatrade.fr

www.strasbourg.cci.fr

13


trajectoires

Cep diffusion

Dachstein La société CEP Diffusion a déménagé de Strasbourg à Dachstein, dans un local plus vaste, avec show room et espace de stockage. « Jusqu’à présent, nous devions stocker nos palettes au port autonome, ce qui nous coûtait cher et se révélait peu souple », constate Patrick Nicora, gérant et fondateur de l’entreprise. Épaulé par une assistante, Patrick Nicora était l’un des premiers en France à se spécialiser dans la vente de poubelles et autres containers. Aujourd’hui, la concurrence est rude, et l’essor du tri des déchets est moindre qu’espéré. « Aussi, nous développons des niches, avec des produits d’appel originaux, et nous répondons à de nombreux appels d’offres ». Sa cible : les collectivités, administrations, industries et le monde médical. « Nous vendons 90 000 à 100 000 poubelles chaque année. C’est un chiffre important, car les déchets à risque issus des hôpitaux sont incinérés avec la poubelle », explique Patrick Nicora. Parmi les produits originaux, CEP Diffusion vend notamment une poubelle en forme d’œuf, créée par un designer italien ; ou encore un panneau ludique destiné à recevoir les chewing-gums. « C’est quand même mieux que les coller sous une chaise », souligne le gérant. CEP Diffusion propose aussi un service de location de poubelles aux organisateurs de festivals et d’événements sportifs. CEP Diffusion 2 Rue des Vanneaux • 67120 Dachstein • www.cepdiffusion.fr

© Benoît Linder

Belle belle belle, comme une poubelle

ReSys AlterEco

L’efficacité énergétique demande du suivi

© Dorothée Parent

Saales Jean-Louis Simonin, gérant du maître d’ouvrage. Ensuite, une fois de ReSys AlterEco, à Saales, spécialisé que le montant des travaux a été évadans l’énergie solaire, a développé depuis lué, un pourcentage sur les factures des plus d’un an une activité d’assistance à entreprises qui interviennent est prélevé. maîtrise d’ouvrage. Malgré les L’expérience montre que cela ne progrès techniques, les bâti- Un accomcoûte pas plus cher au maître ments anciens restent difficiles pagnement d’ouvrage quand le chantier est pour les à isoler. « Surtout, ils ne supbien préparé. Les artisans sont ­particuliers, portent aucune faille dans le mieux encadrés et font des écoles collectichantier », explique Jean-Louis vités ou les nomies d’échelle. « Il est possible Simonin. L’accompagnement propriétés aujourd’hui d’atteindre les noudans la maîtrise d’ouvrage garanveaux objectifs de consommation tit une bonne réalisation du chantier, au fixés pour 2012 à 80 à 110 kWh/m² pour le niveau de tous les postes liés à l’énergie bâti ancien. À condition de n’oublier aucun dans la maison : chauffage, isolation et détail et de prendre en compte l’ensemble renouvellement d’air. du bâtiment », explique le spécialiste. L’assistance à chantier de rénovation Jean-Louis Simonin conseille au niveau des énergétique s’adresse tant aux particuliers aides et financements existants. qu’aux collectivités ou aux copropriétés. ReSys AlterEco La prestation comprend un diagnostic 16 Grand’Rue à Saales approfondi du bâti existant avec des Jean-Louis Simonin • 03 88 97 17 07 propositions d’amélioration à la charge www.resys-altereco.fr 14

janvier-février 2012 • n° 295


S T N A C R E M M O C & S R U E N E R P E R ENT S R E I L A T N O R F TRANS La première et seule coopération bancaire de l’Eurodistrict vous propose : Des solutions transfrontalières pour tous vos projets Un traitement optimisé de vos flux financiers transfrontaliers Un interlocuteur unique pour toutes vos questions bancaires

Ihr Ansprechpartner der CAISSE D’EPARGNE D’ALSACE Guy Krummenacker Responsable du bureau de représentation auprès de la Sparkasse Hanauerland à Kehl Mobile : +33 (0)6 03 53 45 88 Fax : +33 (0)3 88 52 56 60

Ihre Ansprechpartnerin der Sparkasse Hanauerland Bianca Volkert Leiterin Kundenhalle und verantwortlich für das Repräsentanzbüro der CAISSE D’EPARGNE D’ALSACE Telefon: +49 (0)7851 860-2050 Telefax: +49 (0)7851 860-2099

e-mail : guy.krummenacker@cealsace.caisse-epargne.fr

e-mail: bianca.volkert@sparkasse-kehl.de

CAISSE D’EPARGNE D’ALSACE § Sparkasse Hanauerland Kehl

Caisse d’Epargne d’Alsace, RCS STRASBOURG B 383 984 879. Sparkasse Hanauerland • Hauptstraße 88 • D-77694 Kehl • Telefon +49 (0)7851 860-0 • www.sparkasse-kehl.de


trajectoires

Meyer & Partenaires

25 ans d’efficacité Créé le 15 janvier 1987 par Patrick Meyer, ce cabinet spécialisé en propriété industrielle a connu un développement constant pour arriver en 2012 à une quarantaine de collaborateurs.

Galiléo Le plaisir de réfléchir Parmi les autres clubs sur la place de Strasbourg, Galileo concept, créé en mai 2011, assurent ses créateurs, se démarque nettement. Composé de chefs d’entreprises souhaitant créer un club de réflexion, tout en bénéficiant de rencontres avec des personnalités expertes de sujets au cœur de l’actualité, ce club se réunit tous les deux mois à l’hôtel La Cour du Corbeau. « Selon l’actualité et les problématiques de fond qu’elle soulève, nous invitons des personnalités de haut vol à traiter d’un sujet. Elles éclairent leur auditoire sur ces questions en alimentant des débats et réflexions », explique Florence Leoszewski, co-fondatrice du club avec Alain Cardot. Sont déjà venus les députés européens Daniel Cohn-Bendit et Sandrine Bélier, mais aussi Jérôme Kerviel ou Michel Rocard. Chaque soirée est limitée à 50 participants. Le premier club Galileo concept est installé à Lyon. Les deux Alsaciens exploitent une licence de marque, ce qui permet de bénéficier de l’expérience et du réseau lyonnais. Chaque membre peut être accompagné d’un pair non-membre, mais qui aurait le profil pour le devenir. www.galileo-concept.eu

© Dorothée Parent

Alsace 20 la chaîne d’une région

Schiltigheim Au cœur de l’espace européen de l’entreprise, face au lac, un nouveau bâtiment flambant neuf abrite l’équipe de Patrick Meyer. Spacieux, lumineux, sobre, il est à l’image de ce qu’a imaginé le dirigeant pour son personnel. Prônant le lien social et l’esprit d’équipe, celui-ci exprime sa satisfaction « d’avoir une cohésion et une solidité de l’équipe qui fait partie de la force de frappe de Meyer & Partenaires ». Le Cabinet assure des prestations de veille et d’intelligence économique, la recherche d’antériorités en matière de brevets et de marques, gère les dépôts de titres et toute l’instruction qui mène à l’enregistrement des titres. Cette procédure peut être longue, notamment au niveau mondial. « Nous intervenons également sur les cessions, les contrats de licence et le transfert de technologie… et gérons le contentieux au niveau mondial – ce que le grand public appelle la contrefaçon. Nous explorons toutes les voies amiables et engageons des actions judicieuses en coopération avec les avocats ». Le cabinet comprend plusieurs départements : les marques et modèles, les brevets, le multimédia. Ce dernier segment a été initié en 1999, où Patrick Meyer a ressenti le frémissement de l’évolution technologique et les besoins juridiques corrélatifs. Son cabinet est le premier en Europe à avoir créé un blog dédié à la propriété 16

janvier-février 2012 • n° 295

Certifiés Iso Patrick Meyer et ses collaborateurs traitent en direct avec certaines entreprises étrangères que le cabinet représente en France. Par ailleurs, des relations sont construites dans chaque pays avec des confrères exerçant le même métier : « ces liens sont nécessaires en raison de la multiplicité des langues et des organisations réglementaires ». Répondant au besoin d’un audit sur tous les process internes du cabinet, les équipes – 12 groupes de travail constitués – ont permis la certification Iso, norme 2008, en janvier 2011. « C’est un gage de sécurité pour les clients, qui peuvent avoir accès à l’ensemble des processus ».

Diffusée de la TNT (canal 20) à internet, Alsace 20 connaît un succès grandissant. En 2011, selon Médiamétrie, elle était regardée par 554 500 personnes. Chaque mois, elle enregistre un million de visionnages de reportages sur internet. Il suffisait d’y penser : une équipe jeune d’une quinzaine de personnes, qui concocte un programme quotidien d’une heure, diffusé de 19 h à 20 h, puis rediffusé. Tout se passe sur le terrain, parmi les Alsaciens, là où ils vivent, travaillent, s’amusent, réfléchissent. « Nous voulions montrer la région d’une nouvelle manière  », explique Olivier Hahn, directeur de la chaîne, qui attend de ses troupes de l’audace, de l’inventivité, un ton juste, même si parfois décalé. L’émission « l’éco sur 20 », en partenariat avec la CCI de Région Alsace, présente les côtés dynamiques de l’économie de la région. « Il s’agit de montrer comment fonctionne une entreprise, ce qu’il s’y fait, comment, avec qui, en n’interviewant pas seulement le Pdg », souligne Tanguy Florès, rédacteur en chef. Les autres aspects, parfois moins réjouissants de l’économie, sont relatés, eux, dans l’actualité, mais toujours avec recul et mise en perspective. Côté pub, la chaîne se révèle être un bon support, puisque les citations des marques marraines se comptent par centaines chaque mois. Les émissions thématiques permettent également, en cas de parrainage, de bien cibler son auditoire.

Meyer & Partenaires • www.meyer-partenaires.com

www.alsace20.tv

intellectuelle. Aujourd’hui, une grande partie de la communauté est abonnée. Le cabinet est également présent sur Facebook et Twitter, dans la même logique liée aux préoccupations métiers. En s’entourant de toutes ces compétences Patrick Meyer a réussi à gagner, au fil des ans, la confiance et la fidélité de ses clients. Des PME et PMI (représentant 80 % de l’activité, avec de nombreux clients importants, dont Air France), mais aussi des indépendants, des micro-entreprises, ou encore des médecins, français et étrangers.


Espace SFR 10e expérience store du réseau

Baker Sweet

le kiosque à fondue de chocolat

 Avec une surface de vente multipliée par deux, l’espace SFR de la place Kléber à Strasbourg devient l’un des porte-drapeaux de SFR pour la région Nord et Est. À ce titre, l’espace propose des ateliers de formation gratuits sur différentes thématiques (initiation et perfectionnement à l’utilisation des mobiles, box ADSL, formations spécifiques pour professionnels, etc.) et des animations communautaires et événementielles. Les professionnels bénéficient d’un espace dédié à des solutions adaptées à leurs attentes.

Fondation du Patrimoine 49 nouveaux projets de restauration  L’année 2011 aura été un grand cru pour la délégation Alsace de la Fondation du Patrimoine, puisqu’elle a dépassé le chiffre emblématique d’un million d’euros d’aide pour atteindre 1 139 836 € dont elle a fait bénéficier les porteurs de projets et à travers eux les entreprises et donc l’emploi de notre région. La délégation a soutenu 49 nouveaux projets contre 28 en 2010 – citons notamment le retable d’Issenheim, le prototype de Bugatti de 1921 appartenant aux collections Schlumpf à Mulhouse, le Fort de Mutzig, le rempart de Wangen ou encore le soutien de projets à la Petite Camargue Alsacienne, etc. La Fondation compte 251 communes adhérentes, soit plus d’un quart des localités en Alsace. www.alsace.fondation-patrimoine.org

© Benoît Linder

www.sfr.com

Énergie solaire pour l’hôtel  L’hôtel Best Western Monopole Métropole à Strasbourg vient de s’équiper de 100 m² de panneaux solaires, installés sur le toit, qui vont permettre de couvrir environ 40 à 45 % de sa consommation totale d’eau chaude. Déjà première entreprise d’Alsace à recevoir l’écolabel européen, cet hôtel va désormais pouvoir couvrir 12 à 70 % de ses besoins en eau chaude, selon les mois et les périodes d’ensoleillement. Le reste de la production d’eau chaude est réalisé au moyen d’une chaudière à gaz à condensation datant de 2010. Visant une réduction significative de son empreinte carbone, le Best Western Monopole Métropole a également rénové neuf chambres et salles de bains en 2011, en choisissant des matériaux respectueux de l’environnement et en faisant appel à des entreprises locales. Best Western Monopole Métropole 16 rue Kuhn à Strasbourg 03 88 14 39 14 www.bw-monopole.com

strasbourg Situé à l’entrée du centre commercial de la place des Halles, le kiosque à fondue de chocolat Des produits de Damien Oesterlé. Issu de la restauration où il a préparés œuvré pendant dix ans, celui-ci avait découvert un à la minute concept quasi similaire en Amérique du Sud. « Baker Sweet » s’adapte à la culture européenne avec un produit d’appel, la fondue de chocolat. Les fruits frais, de préférence de saison, sont coupés sur place et trempés dans du chocolat chaud – au lait, blanc ou noir – qui sera refroidi pour une consommation en brochette. Il est également possible de déguster les fruits nappés en barquettes de différents formats. Produits associés aux brochettes de fruits : les glaces aux yaourt et fruits en été, les chocolats et cafés aromatisés en hiver. Cannelle, spéculoos, caramel, pain d’épices… autant de produits préparés à la minute. Pour tester le concept, Damien Oesterlé a souscrit un bail précaire, mais il entend bien trouver un local commercial et développer son concept en franchise. Avant de faire des petits, il s’investira dans les foires et salons spécialisés.

 La Poste mobile, qui commercialise des cartes de téléphone et packs prépayés, abonnements et forfaits bloqués de téléphonie a été lancée en mai dernier. Elle compte aujourd’hui 2 000 bureaux qui commercialisent la gamme complète (également disponible sur internet). En Alsace, 12 bureaux supplémentaires viennent d’être ajoutés au réseau, portant le nombre de bureaux alsaciens à 42.

Baker Sweet Centre commercial 24 place des Halles à Strasbourg

Liste des bureaux disposant de l’offre complète : www.lapostemobile.com

La Poste mobile dans 42 agences

Denis Helmbacher Paysages Conception et réalisation jardins et piscines Terrasses - Escaliers paysagers - Bassins - Plantations Piscines à débordement PROTEUS - Paysages NOUVEAU

Visitez notre nouveau site internet !

Service à la Personne pour entretien de jardin

Bénéficiez d’une TVA à 7% et d’une déduction ou d’un crédit d’impôts de 50% 3, rue du Stade 67560 Rosheim • tél. 03 88 50 29 70 fax 03 88 49 24 99 • info@helmbacher.com • www.helmbacher.com

www.strasbourg.cci.fr

17


trajectoires

Bovis

Palmarès Deloitte Technology Fast

quand le transport a sa valeur ajoutée

Ce palmarès qui a pour but de promouvoir les entreprises qui démontrent leur capacité à se développer à un rythme soutenu et durable, était placé cette année sous le signe de « la croissance rentable ». « Miroir de l’évolution du secteur technologique, le Deloitte Technology Fast 50 illustre le dynamisme des entrepreneurs et leur impressionnante capacité à innover et anticiper les besoins de leurs marchés. Réussir à attirer un nombre suffisant de clients pour atteindre de tels niveaux de croissance sur cinq ans en dit long sur la qualité des produits et du management des sociétés récompensées », souligne Ariane Bucaille, Associée Responsable du Technology Fast 50 chez Deloitte.

© Bovis

1er Prix du Fast 50 Est 2011 NETIKA (Strasbourg, 67), 1 058 % de croissance en cinq ans Cet éditeur informatique est spécialisé dans le développement d’application du management de la qualité (KaliLab), et de la gestion des laboratoires d’analyses médicales (KaliSil). Créée en 2000, Netika s’est développée autour d’un concept simple : créer des applications conviviales, faciles d’utilisation, ayant un réel apport pour le client, et surtout assurer un service après-vente de qualité afin de se positionner comme un partenaire pour ses clients. Les deux applications développées par la société peuvent n’en former qu’une seule, ce qui fait de Netika le seul éditeur français à élaborer un logiciel de gestion de laboratoire intégrant les outils de gestion de la qualité.

« Notre métier commence lorsqu’un transporteur ou une société de levage n’y arrive pas », explique Laurent Wagner, responsable de l’agence Bovis à Fegersheim.

www.netika.net

2 Prix du Fast 50 Est 2011 et Prix Nyse Eronext Biosynex (Eckbolsheim, 67) 753 % de croissance en cinq ans Fondée en 2005, Biosynex développe, fabrique et commercialise des Tests de Diagnostic Rapide (TDR) particulièrement innovants qui permettent une meilleure prise en charge médicale des patients grâce à la rapidité de leurs résultats et à leur simplicité d’utilisation. Fort d’une gamme de produits phares, la société se développe fortement à l’international, et s’appuie sur des partenariats scientifiques prestigieux pour accroître son offre. e

www.biosynex.com

3e Prix du Fast 50 Est 2011 Swingmobility (Schiltigheim, 67), 513 % de croissance en cinq ans Spécialisée dans les solutions de mobilité, Swingmobility s’est développée autour de trois pôles d’activité : business software, embedded solutions et mobile marketing, permettant ainsi de couvrir tous les champs de la mobilité et de mettre à disposition de ses clients des outils performants répondant à chacun de leurs besoins. Créée en 2003, l’entreprise compte aujourd’hui 1 500 sociétés clientes en Europe, ce qui représente 16 000 utilisateurs à travers le monde. www.swingmobility.com

18

janvier-février 2012 • n° 295

nagement complet d’une usine, le transfert Fegersheim Chez Bovis, entreprise créée d’équipements – scanner, IRM… ou de laboraen région parisienne en 1977, les salariés sont toires entiers. Près de la moitié de leurs travaux recrutés en fonction de leur formation initiale concernent le milieu bancaire, avec notam–  électricien, menuisier, soudeur, charpentier, ment l’installation d’automates, de coffres et plombier – avant d’être formés à la manutention chambres fortes. 30 % des transferts concernent et à la conduite de poids lourds. « Nous ne nous limitons pas à transporter des objets d’un terrile bâtiment et les travaux publics. Bovis affiche également un savoir-faire dans le transport toire à l’autre, mais au contraire à proposer à nos et la manutention d’œuvres d’art –  tableaux, clients une prestation en amont puis en aval du sculptures, œuvres monumentales, transport. Par ailleurs, nos prestations etc. Pour exemple, le transport des nécessitent de plus en plus de savoir- « Nous nous faire » observe le responsable de occupons œuvres restaurées ou protégées du l’agence Bovis-région Est (deux sites à de tout, Château du Haut-Koenigsbourg. Certifiée Iso 9001, Bovis est actuelFegersheim et à Besançon, employant de l’étude lement en cours de procédure Iso 30 personnes sur les 1 000 salariés du préalable au 14000. Depuis son implantation dans groupe). Et Laurent Wagner d’ajou- certificat de ter : « nous nous occupons de tout, conformité » l’est, l’entreprise familiale ne cesse de l’étude préalable au certificat de de progresser, forte de ses valeurs de management que sont le respect des compéconformité ». Illustration : le transfert industriel tences, l’attachement à la qualité du travail, le clé en mains – récemment près de 70 véhicules respect de l’emploi de travailleurs handicapés. de Bovis ont permis d’opérer, sur une douzaine Sur 3 M€ de CA, près de 15 % sont réalisés à l’inde jours, le transfert d’une ligne complète de fabrication entre la France et l’Allemagne. Pas ternational, essentiellement avec l’Allemagne, la compliqué, mais plus prestigieux en termes Suisse et l’Autriche. d’images, le transport de la voiture-restaurant de l’Orient Express, livré au Musée du chocoBovis lat à Geispolsheim en novembre 2011. Autre 6 rue de l’Industrie à Fegersheim 03 90 29 92 40 • www.bovis.fr exemple : l’entreprise peut réaliser le démé-


trajectoires

Rustyle

Duttlenheim Installé depuis quarante ans à Duttlenheim, Rustyle a changé de format en 2011. Le renouvellement des machines outils, de 2001 à 2006 a conduit le gérant, Christian Ehrhardt, à opter pour un nouvel atelier, d’une surface totale de 1 500 m². Un nouveau parc d’exposition présente aussi les réalisations de l’entreprise. Soit un investissement global de 1,8 M€, subventionné à hauteur de 50 000 € par la CRAM et 50 000 € par la Région, qui aidait également Rustyle est à l’embauche de six personnes supplémentaires en LE spécialiste 2011. Avec trente employés, Rustyle est LE spécialiste des chalets des chalets en bois. « Mais leur qualité et leur longue en bois vie – d’au moins vingt ans – nous amènent à penser à d’autres produits, car le marché est maintenant mature. Nous assurons toutefois des locations », explique Christian Ehrhardt, le gérant. Rustyle crée donc aussi des abris pour les jardins familiaux, ce qui a permis une hausse du chiffre d’affaires de 20 à 30 % depuis le lancement de cette activité (pour un CA de 2,2 M€ en 2010). Autre projet pour 2012 : la création de chalets habitables, destinés à l’hôtellerie de plein air. Ces nouvelles perspectives ont conduit l’entreprise à réfléchir sur son empreinte environnementale. « Nous sommes revenus au bois local, acheté à 90 % dans les scieries voisines. La qualité est là, le prix aussi, et notre bilan carbone est bien plus satisfaisant », explique le gérant. Un silo à copeaux de 230 m3 aspire les poussières, les déchets plus gros sont déchiquetés et alimentent une chaudière : « Nous ne dépensons plus d’énergie pour nous chauffer », souligne Christian Ehrhardt. Un geste vert excellent pour l’image de marque. Rustyle • 4 rue Denis Papin à Duttlenheim • info@rustyle.fr • 03 88 38 26 57

© Benoît Linder

De l’abri au chalet habitable

www.strasbourg.cci.fr

19


de papa et un jour on parle d’international.

Gwenaëlle et Maël Letroadec vendaient avec papa leurs galettes au beurre sur tous les bons marchés de Bretagne. Succès et notoriété auprès des gourmets sont vite au rendez-vous. Gwenaëlle et Maël, qui ont hérité de la petite entreprise familiale, ne tardent pas à industrialiser le processus et à développer de nouveaux sites de production en France, puis un peu partout en Europe. Aujourd’hui, les équipes de Crédit Agricole Entreprises de leur région les accompagnent dans leur implantation sur le marché asiatique. TOUTE L’EXPERTISE RÉSERVÉE AUX GRANDES ENTREPRISES ENFIN ACCESSIBLE AUX PME EN RÉGION.

Un autre regard sur l’entreprise. www.ca-alsace-vosges.fr

Édité par Crédit Agricole Alsace Vosges - Siège Social : 1 place de la Gare - BP 20440 - 67008 Strasbourg 437 642 531 RCS Strasbourg - Immatriculée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier sous le n° 07 008 967.PROVIDENCE

On hérite de la biscuiterie artisanale


cci en actions

© Jean-François Badias

Fragrances vertes à l’assemblée plénière Pour la dernière réunion de l’année, les élus de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin ont bénéficié d’une présentation du Grenelle de l’environnement et de ses impacts sur les activités économiques, assurée par la DREAL.* « Les lois Grenelle investissent des champs qui touchent directement nos activités économiques, expliquait le président Jean-Luc Heimburger. Elles tracent la voie d’un nouveau modèle de développement, impacté par les nombreuses dispositions liées à la performance énergétique des bâtiments, à la qualité de l’air, à la gestion des déchets, aux transports, etc. ». Rappelant également l’importance des outils mis en œuvre en matière d’urbanisme, devenu un vecteur privilégié de la protection de l’environnement et du développement durable. Pour comprendre le nouveau cadre national et régional, l’éclairage demandé à la DREAL, représentée par Guy Dietrich, directeur régional adjoint et Guy Treffot, chef du service transport, portait sur deux domaines qui impactent directement les entreprises : le foncier et les transports. Premier enjeu : construire une vision précise et partagée des dynamiques de l’occupation du sol. Un cap ambitieux

Ont été évoqués, parmi les chaînons manquants, le Grand Contournement Ouest et la déviation de Châtenois

a été fixé par l’État et les collectivités, de réduire de moitié le rythme annuel d’artificialisation des espaces agricoles d’ici 2020. D’où la mise en place d’un dispositif partenarial avec l’État, la Région Alsace, les collectivités et un certain nombre d’experts destiné à alimenter les débats stratégiques sur l’aménagement. Construire un territoire durable Deuxième enjeu : assurer une cohérence d’ensemble de la politique des transports, dans le respect des engagements écologiques. C’est rationaliser les déplacements du mode routier, favoriser le développement des transports en commun, développer le potentiel d’intermodalité, promouvoir les véhicules propres, etc. Tout en achevant les chaînons indispensables pour la desserte du territoire, tout en positionnant l’Alsace en tant que carrefour européen… il faudra répondre aux enjeux de la protection de la santé

en régulant notamment le trafic et la vitesse sur les axes structurants et en développant la promotion de la charte CO2 en entreprises de transports. « Le principe de réalisme nous invite à inscrire nos travaux dans le temps pour construire un territoire durable d’un point de vue économique, social et environnemental », ont observé les élus de la CCI. Les représentants de la DREAL ont reconnu cette difficulté de mettre en œuvre toutes ces mesures, dans un contexte de crise économique. « Les services de l’État ont des commandes très fermes sur la préservation du tissu économique, mais il faut enclencher le mouvement », observaient-ils. Confortant les propos de Georges Lingenheld, vice-président industrie, qui insistait sur le besoin d’efficacité et de réactivité, voire de bon sens, le mot de la fin fut donné par Jean-Luc Heimburger : « il faut protéger les entrepreneurs et les emplois, une entreprise en cage est une entreprise qui meurt ». *DREAL Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement

contact CCI Tania Desfossez • 03 88 75 24 67

www.strasbourg.cci.fr

21


dossier

PME engagez-vous à l’export

© Masterfile

Plus de 5 % des entreprises alsaciennes exportent. Un chiffre appelé à croître sous l’impulsion de CCI Alsace Export, le service d’accompagnement à l’export de la CCI de Région Alsace.

22

janvier-février 2012 • n° 295


À

l’heure où les difficultés persistent, l’économie alsacienne a besoin, plus que jamais, d’exportateurs, de cadres et de chefs d’entreprises qui parcourent le monde pour décrocher des contrats et ainsi alimenter leurs usines et leurs ateliers. En la matière, l’Alsace L’Alsace réussit à tenir son rang et se classe toujours en tient son tête des régions françaises. Mais pas question de se rang dans contenter de ce résultat, d’autant que les importations le commerce ont tendance à gonfler, creusant chaque année le déficit de mondial et se la balance commerciale. Pour les opérateurs alsaciens du com- classe toumerce international, un seul mot d’ordre : permettre aux entreprises jours en tête de s’engager à l’export, prospecter de nouveaux marchés et financer leurs des régions exportations. C’est dans ce contexte que se sont opérées une régionalisation exportatrices et une simplification du dispositif de soutien aux exportateurs. La signature le 21 françaises juillet 2011 d’une convention en présence de Pierre Lellouche, Secrétaire d’État chargé du Commerce Extérieur, et de Philippe Richert, Ministre chargé des Collectivités Territoriales et Président du Conseil Régional d’Alsace, a concrétisé cette nouvelle organisation (voir Point Éco n°293). Une équipe d’Alsace de l’export s’est formée autour de CCI Alsace Export et de la Région Alsace à laquelle sont associés la banque publique Oséo, l’assureur export Coface, Ubifrance, Direccte Alsace et les conseillers du commerce extérieur. L’équipe d’Alsace de l’export est ainsi le premier réseau d’appui aux PME alsaciennes pour le développement international. La stratégie de régionalisation met en synergie les outils opérationnels des différents partenaires.

www.strasbourg.cci.fr

23


dossier Cette rationalisation matérialise la volonté de renforcer les services aux entrepreneurs et de gagner en efficacité. Elle établit une répartition des rôles et surtout des modes de coopération opérationnelle entre ces partenaires pour rendre le système public mieux organisé, plus lisible et plus réactif. CCI Alsace Export devient le guichet unique pour épauler les entreprises dans leur développement international. La Région Alsace se charge du finan- Donner tous cement des opérations de les moyens aux nouveaux prospection. L’action de exportateurs CCI Alsace Export s’orga- d’aller nise autour de trois volets. chercher des Il s’agit d’abord de former marchés à et d’informer les chefs l’étranger d’entreprises : compétences linguistiques, références normatives, connaissance des marchés, techniques de commerce international. Deuxième objectif : identifier les primo-exportateurs à travers des journées d’information, des rendezvous individuels ou des visites en entreprise, analyser leur potentiel international à l’aide d’un diagnostic export. Des recommandations et différentes actions tels qu’un programme de formation très ciblé ou une étude du couple produit-marché sont proposés. Suit un accompagnement sur trois ans pour donner tous les moyens aux nouveaux exportateurs d’aller chercher des marchés à l’étranger. Le troisième axe a pour but d’inciter les exportateurs confirmés à s’engager sur des marchés lointains. Des missions de prospection sont organisées dans ce sens dans des pays à fort potentiel : Corée du Sud et États-Unis en février 2012, Brésil en mai, Chine en juin, Russie en octobre, Côte d’Ivoire et Japon en novembre. Vaste programme !

La CCI de Région Alsace édite son Programme Régional Alsace Export recensant l’ensemble des actions collectives destinées aux entreprises alsaciennes qui veulent s’investir sur les marchés étrangers. Les salons, missions de prospection, rencontres d’affaires, proposés dans le cadre de ce programme, s’inscrivent sur le long terme et sont pour la plupart soutenus par la Région Alsace. L’objectif de ces actions, sectorielles ou multisectorielles, est de permettre aux entreprises d’étudier efficacement la demande de leurs prospects, de développer des contacts puis de nouer des partenariats. Le Programme Régional Alsace Export 2012 peut être consulté en ligne. www.alsace-export.com

24

janvier-février 2012 • n° 295

© Dorothée Parent

Les clés de l’international

Chez Etesia, une tondeuse prête à partir


Le point de vue de la CCI Gérard Pfirsch Président de la commission Export de la CCI de Région Alsace

Transmettre le gène de l’export Après la mutualisation en 2001, la régionalisation en 2011. La CCI est en première ligne. Décodage. Q u e l e s t l’a p p o r t d e c e t t e régionalisation ? La réforme du dispositif public de soutien au commerce extérieur est engagée depuis plusieurs années. Elle aboutit aujourd’hui à la mise en place d’un réseau de proximité articulé autour des CCI. Le guichet unique CCI Alsace Export permet aujourd’hui à une entreprise de découvrir un marché dans de bonnes conditions financières avec l’assurance qu’elle aura de réelles chances de déboucher commercialement. Le principal objectif de notre partenariat avec la Région Alsace est de détecter des nouveaux exportateurs. L’entreprise primo-exportatrice a ainsi un véritable interlocuteur de proximité. À nous alors de lui transmettre le gène de l’export. Tous les secteurs sont visés ? Nous avons établi une matrice à double entrée : une spécialisation par secteur d’activité, une autre par secteur géographique. Cette organisation permet

Avis d’expert

à nos conseillers de mieux répondre aux attentes des entreprises. Nous pouvons mettre en adéquation les secteurs d’activité et les secteurs géographiques et ainsi positionner les entreprises face à des marchés réels où leurs produits et leurs services peuvent faire la différence.

Les entreprises doivent s’emparer du dispositif pour prospecter de nouveaux marchés

Le grand export est aussi l’une de vos priorités ? Effectivement, les entreprises doivent maintenant s’emparer du dispositif que nous avons mis en place pour prospecter de nouveaux marchés. Des marchés plus lointains, hors Europe, mais où les besoins sont croissants. Je pense en particulier au Brésil, à la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, les fameux BRIC qui concentrent aujourd’hui les plus grandes richesses et où beaucoup reste à faire. L’essentiel est d’être précurseur, de garder l’initiative, de savoir semer pour être ensuite les premiers à en tirer profit. contact CCI de région alsace

Didier Hoffmann • 03 88 76 42 12

Jérôme GautrauD-Feuille directeur régional de la douane

« En capacité de rebondir »

« Le bilan des exportations alsaciennes reste encourageant. Les grands secteurs de l’économie régionale sont tournés vers l’international : produits pharmaceutiques, machines et équipements, produits de la construction automobile, chimie de base, matières plastiques, caoutchouc synthétique et matériel électrique. Les TPME (très petites et moyennes entreprises) tiennent le haut du pavé et représentent 45 % des exportateurs alsaciens. Revers de la médaille : on note un rebond des importations depuis 2009, confortant l’idée que l’Alsace demeure une base arrière pour certains groupes allemands et suisses. Les importations en provenance de ces pays ont progressé de 17 %. Malgré un déficit de la balance au troisième trimestre 2011, l’Alsace reste traditionnellement excédentaire. Première région exportatrice par habitant, elle est en capacité de rebondir lorsque les effets de la crise s’estomperont. Les exportations ont toujours été un moteur de l’économie alsacienne. »

7,3 %

C’est la part de l’Alsace dans les exportations françaises qui la situe au premier rang des régions exportatrices par habitant.

3 750

Actuellement, sur les 60 000 entreprises recensées en Alsace, 3 750 exportent.

28,8 Md€ C’est le montant global des exportations alsaciennes en 2011.

www.strasbourg.cci.fr

25


dossier Christophe Daigger

ThierRy Sublon

Responsable commission Export Conquest, Wissembourg

Directeur général RBS, Entzheim

La « french touch » de RBS

© Dorothée Parent

Créé en 2007, le groupement Conquest réunit quatre entreprises de l’Est de la France dont les métiers sont complémentaires – l’aménagement et l’entretien d’espaces publics – et peuvent bénéficier d’un effet de synergie : Etesia (Wissembourg), Noremat (Ludres), Acometis (Soultz) et Husson (Lapoutroie). Au total, plus de 500 collaborateurs et une présence dans plus de 50 pays, principalement en Europe, en Russie, en Ukraine et en Chine. « À l’export, nous chassons en meute pour gagner des Le groupement parts de marché », souligne a fait appel à Christophe Daigger, resun volontaire ponsable de la commission international Export du groupement. Leur nouvelle cible : les pays de en entreprise l’ex-Yougoslavie comme la Serbie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, le Kosovo et la Macédoine. « Dans ces pays en plein essor, tout reste à faire. Nous voulons être les premiers sur le marché et nous affirmer ainsi en référence. » Pour défricher ce potentiel, le groupement a fait appel à un V.I.E. (Volontaire International en Entreprise). Une solution souple et simple à mettre en place permettant d’accéder aux compétences d’un jeune diplômé de moins de 28 ans, généralement bilingue, pour une mission à l’étranger dimensionnée en fonction des besoins des entreprises. « Il s’agit d’une mission de 24 mois dont le but est d’étudier le marché, trouver des importateurs-distributeurs. » Après 12 mois de travail, les premiers résultats sont là. Des contacts très avancés ont été établis avec Novi Sad, la deuxième ville de Serbie.

Etesia 13 rue de l’Industrie à Wissembourg 03 88 54 89 00 • www.etesia.com

26

janvier-février 2012 • n° 295

© Dorothée Parent

Conquest joue l’effet réseau

Créer les opportunités de se faire connaître : c’est le sens de la participation de la société RBS à la mission de prospection menée au Québec par la CCI de Région Alsace en octobre 2011. « Une démarche stratégique, confirme Thierry Sublon, le directeur général. Nous voulons faire du Canada une plateforme de développement et un tremplin vers les États-Unis. » Un marché colossal où la « french touch » est toujours appréciée. Pour cet éditeur de solutions e-business, il s’agit d’abord de gagner en notoriété. « La première étape de notre approche du marché nord-américain a consisté en une validation technique de nos solutions à l’international. Cette mission de prospection nous a permis d’établir une quinzaine de contacts, dont trois semblent très intéressants. » RBS mise sur ses produits à forte valeur technologique pour accroître ses chances de succès. « Notre approche européenne de l’e-business peut faire la différence. Nous attachons plus d’importance à la qualité du produit et au design. Nous apportons aussi des fonctionnalités

Cette mission de prospection nous a permis d’établir une quinzaine de contacts dont trois semblent très intéressants

différentes et nous travaillons en open source. » Autant d’arguments développés à Montréal et à Toronto dans le cadre de ces trois jours de prospection. « C’était très positif. Ce type de mission collective facilite les contacts. Si nos solutions sont validées, il faudra rapidement s’implanter sur place. C’est obligatoire pour ancrer nos activités sur le marché américain. Et pour démarcher de nouveaux clients. Lorsqu’un grand compte demande à vous voir rapidement, il faut être disponible. Depuis la France, c’est impossible. Cette mission organisée par CCI Alsace Export a été essentielle pour nous aider à avancer. » L’occasion fait le larron. Aujourd’hui, RBS veut élargir sa prospection à d’autres pays comme la Chine et l’Inde, les marchés de demain concernant l’e-commerce. « Le marché actuel est européen et américain mais l’Asie sera la prochaine cible en 2013. » RBS 11 rue Icare à Entzheim 03 88 76 47 64 • www.rbs.fr


CCI-Région Alsace : objectifs partagés

Bruno David directeur des ventes Hauraton, Eckbolsheim

Hauraton bétonne au Maroc

La CCI de Région Alsace et la Région Alsace sont étroitement associées dans le processus d’internationalisation des PME. Elles ont notamment pour objectif d’organiser chaque année 200 accompagnements collectifs et d’identifier 100 primo-exportateurs individuels par an. La Région Alsace soutient – sous certaines conditions – en moyenne à hauteur de 50 % les opérations collectives (missions, salons) auxquelles participent les entreprises régionales. Entre déplacements, hébergement et rendez-vous individuels, le coût moyen d’une mission de prospection à l’étranger s’élève à 3 500 €. Région Alsace Dominique Schilling • 03 88 15 68 80 contact CCI de région alsace

Olivier Epp • 03 88 76 42 18

Fer de lance d’Ubifrance en matière de ressources humaines, le Volontariat International en Entreprise constitue un dispositif original. Il offre aux sociétés, qu’il s’agisse de grands groupes ou de PME, la possibilité d’engager un représentant junior (moins de 28 ans le jour du départ) pour une période de six à 24 mois, sur les marchés étrangers à moindre coût et sans contrainte administrative. Surtout, l’entreprise peut tester sur le terrain de futurs collaborateurs potentiels. Près de 70 % des VIE sont embauchés par l’entreprise qu’ils représentent à la fin de leur mission, souvent comme responsable export ou responsable filiale. Ubifrance Jacqueline Schmidt • 06 74 32 62 15 www.ubifrance.fr

Alsace International Relais de la Banque Mondiale pour les PME

 Le service Accès aux Marchés Publics Internationaux et Européens (AMPIE) d’Alsace International est membre, depuis octobre 2011, du réseau PSLO de la Banque Mondiale, créé en Europe en 1999 et constitué aujourd’hui de 120 membres issus de 84 pays, tous employés par des organisations professionnelles du type CCI, fédérations patronales ou organismes de promotion des investissements. Grâce à ce réseau, les PME disposent d’un accès facilité aux opportunités offertes par la Banque Mondiale. Brian Martin • 03 88 24 77 67

© Hauraton

VIE : profils gagnants

Du recours à un VIE (Volontaire International en entreprise) au salon Pollutec Maroc, la société Hauraton actionne tous les leviers pour s’implanter au Maroc. Cette entreprise, spécialisée dans la fabrication de produits en béton et en plastique pour la récupération des eaux de pluie, mise sur la croissance de ce pays proche et accessible. Le Maroc bénéficie, en effet, avec l’Union européenne d’un statut avancé qui entraîne des mises à niveau en profondeur et d’une forte lisibilité pour la conduite des affaires. « Les collectivités marocaines, comme la ville de Casablanca, modernisent leurs espaces

publics et investissent dans des équipements techniques et fiables, explique Bruno David, directeur des ventes. Nous y allons pour vendre notre premier savoir-faire : la conception et l’aménagement de caniveaux. » Première étape pour Hauraton : expliquer le produit, sa valeur ajoutée, le contexte normatif. « Nous avons recruté un VIE pour réaliser cette mission d’explication et d’approche du marché, en particulier dans un objectif de qualité de travail sur le moyen terme. » Une des questions pour Hauraton : comment optimiser le process entre la fabrication du produit dans son usine de Rastatt et son acheminement vers le Maroc, ou comment proposer un produit préfabriqué compétitif dans un pays où les coûts de main-d’œuvre restent faibles ? Dans un marché aussi concurrentiel que le Maroc, la multiplicité des contacts est également déterminante. « Le salon Pollutec Maroc est un passage obligé. Il nous a permis de nouer une centaine de contacts, dont une partie devrait aboutir dans les prochains mois. » Hauraton • 10 rue Gay Lussac à Eckbolsheim 03 88 77 34 35 • www.hauraton.com

Alain May responsable transport Liebherr-Mining, Colmar

Liebherr : l’appel du grand large L’export, a fortiori le grand export, ne s’improvise pas. D’où l’importance d’une bonne formation aux pratiques du commerce international. Une règle d’or appliquée par Liebherr Mining, qui réalise plus de 90 % de son activité hors de l’Union européenne : Indonésie, Australie ou encore Mongolie. « En tant que responsable transport de la société, précise Alain May, j’ai suivi avec l’appui de la CCI une formation sur les Incoterms, essentielle pour la maîtrise de la chaîne logistique au niveau international. » L’Incoterm, qui règle le partage de l’acheminement de la mar-

chandise entre le fournisseur et son acheteur, est en effet un élément clé de la négociation commerciale. Pour Liebherr-Mining, spécialisée dans la construction de pelles hydrauliques sur chenilles, la livraison et la maintenance de ces machines, véritables mastodontes de 100 à 800 tonnes, à l’autre bout de la planète, constituent des enjeux colossaux. Une exigence qui implique d’agir en fin connaisseur. Liebherr Mining • 49 rue Frédéric Hartmann à Colmar 03 69 49 23 25 • www.liebherr.com

www.strasbourg.cci.fr

27


dossier

Zoom Allemagne

Benoît Basier directeur général Corderie Meyer Sansbœuf, Guebwiller

© Henri Parent

Une stratégie de niche

Un métier rare, fleuron de l’export alsacien : la corderie Meyer Sansbœuf continue de creuser son sillon international. Dernière ficellerie de France, l’entreprise met en avant son savoir-faire et sa gamme de produits : la ficelle alimentaire, les cordes pour le yachting et les ficelles à usage technique dans un process industriel. « Nous réalisons 50 % de nos ventes avec la ficelle alimentaire, précise Benoît Basier, directeur général de cette PME de 46 personnes. Un métier

de niche qui nous impose de nous développer à l’export, le marché français étant vite saturé. » Un métier technique aussi qui appelle des compétences spécifiques, notamment la maîtrise de la réglementation drastique pour l’industrie alimentaire. « Nous avons réalisé un diagnostic qui a porté un éclairage global sur notre entreprise, nos produits, l’argumentaire qualitatif, les exigences normatives. Des informations essentielles pour aborder des marchés demandeurs de qualité comme l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche. Nous parions sur notre connaissance des contraintes normatives pour nous imposer dans ces pays, en particulier face à nos concurrents italiens. Nous essayons aussi d’apporter des solutions innovantes qui améliorent le process de nos clients. » Actuellement, la PME de Guebwiller conduit une dizaine de projets en recherche et développement pour conforter la valeur ajoutée de ses ficelles. Corderie Meyer Sansboeuf • 161 rue Théodore Deck à Guebwiller 03 89 74 54 54 • www.meyer-sansboeuf.com

Jean-Luc Ruffenach Directeur général de Tecta, Ottmarsheim

Après l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et la Pologne, cap sur le Maroc, la Turquie et la Slovénie. La société Tecta monte en puissance à l’export et veut mettre toutes les chances de son côté. « Le diagnostic export nous a permis de faire une sorte d’arrêt sur image et d’évaluer les fondamentaux de notre entreprise pour partir à la conquête de ces trois pays. » La méthode assez classique part d’une analyse des points forts et des points faibles et permet de poser les problèmes pour mettre en place les actions correctives, les formations ou les moyens humains ou financiers. Pour Tecta, spécialisée dans l’oxycoupage – un procédé spécifique de coupage des métaux – les débouchés sont multiples : industrie nucléaire, bâtiment et génie civil, mécanique, chaudronnerie. « Le diagnostic nous a permis d’identifier les principaux acteurs du marché et de nouer différents contacts, notamment en Slovénie. Notre objectif est désormais de continuer à mettre en avant notre offre et d’asseoir notre position sur ces pays. » Un nouvel ancrage international pour Tecta en perspective. 28

janvier-février 2012 • n° 295

© Dorothée Parent

vers un ancrage international

Tecta • Zone portuaire à Ottmarsheim 03 89 83 29 79 • www.tecta-sa.com

À plein régime « Le made in Germany a toujours la cote auprès des étrangers et c’est toute l’Allemagne qui en profite, analyse Gilles Untereiner, directeur de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Allemagne. Le dynamisme de l’export – principalement de la technologie et des produits à haute technicité – donne des ailes à la croissance allemande. La France est en sixième position, devancée par les Pays-Bas. S’agissant des services, l’Allemagne est également mieux placée que la France. Fortement exportateur, le pays est aussi un grand importateur : le troisième au plan mondial. L’Allemagne reste le premier débouché de la France. Pour les PME industrielles, c’est en Allemagne que cela se passe. La puissance exportatrice allemande permet de générer un excédent commercial de 150 Md€ et ce contre vents et marées. Même en 2009, année de forte La rigueur crise, l’excédent a allemande été de 138,7 Md€. permet La France est le d’avoir premier client de des coûts l’Allemagne avec horaires des importations inférieurs de l’ordre de 90,7 Md€, suivie à la France par les États-Unis et les Pays-Bas. Mais la France n’est plus le premier fournisseur de l’Allemagne depuis trois ans : la Chine et les Pays-Bas la dépassent. C’est avec la France que l’Allemagne connaît le plus gros excédent : 30 Md€ en 2010. Nous achetons 50 % de plus que nous vendons. D’où un déficit de l’ordre de 30 milliards avec la seule Allemagne. » Alors pourquoi cette performance allemande ? « En premier lieu, son approche raisonnable des coûts sociaux, détaille Gilles Untereiner. La rigueur allemande lui permet d’avoir aujourd’hui des coûts horaires industriels inférieurs à la France : 29 € de l’heure contre 32,50 € pour la France. De même, les charges sociales, la taille des entreprises, la fiscalité, les dépenses publiques sont autant de facteurs de compétitivité en faveur de l’Allemagne. Autant de solutions allemandes à prendre en compte. Pour ranimer la flamme du développement, il faut un effort d’assainissement de l’environnement réglementaire et fiscal mais aussi psychologique de l’entreprise. » contact CCI de région alsace

Alsace Export Claudia Scanvic • 03 88 76 42 25


infos europe témoignage Benoît Freyermuth responsable commercial de l’activité motorisation de Sermes

Réglementation européenne, un casse-tête résolu

© Dorothée Parent

Quand une entreprise bute sur une question de droit communautaire, elle peut se renseigner auprès du service Enterprise Europe Network de la CCI de Région Alsace. C’est plus simple et plus rapide ! Exemple chez Sermes. « Sermes est une entreprise de 260 personnes, dont le siège est à Strasbourg. Nous commercialisons sur le marché français et à l’export des produits et solutions électriques d o n t d e s m o t e ur s électriques destinés à l’industrie. Depuis le 16 juin 2011, une nouvelle directive européenne en lien avec les directives EUP (Eco-design of Energy Using Products) fixe des exigences en matière d’éco conception pour les produits consommateurs d’énergie. Quand la directive a été publiée, elle indiquait qu’il était interdit de mettre sur le marché et de mettre en service des moteurs non conformes aux nouvelles réglementations au-delà de Sans cette cette date. La question se posait sur l’impact de cette information, réglementation sur nos stocks « ancienne génération » nous perdions et sur ceux de nos revendeurs. S’il avait fallu mettre 2,6 M€ en conformité a posteriori nos moteurs et ceux de nos clients, l’enjeu financier aurait été très important. Comment ces notions de mise sur le marché et de mise en service pouvaient-elles être liées ? Nous devions nous interroger sur la Commission européenne. Mais contacter cette institution sans avoir identifié la personne responsable aurait été long et fastidieux. Nous avons donc appelé le service Enterprise Europe Network de la CCI de Région Alsace qui s’est enquis de la réponse auprès de la Commission européenne dont elle connaît les arcanes. Rapidement, nous avons eu confirmation que notre interprétation était la bonne : la réglementation n’est pas rétroactive, la notion de mise en service ne vise que les entreprises qui fabriquent des machines pour leur propre usage sans jamais les mettre sur le marché et ce afin qu’elles n’échappent pas à la loi. L’expertise du service Enterprise Europe Network de la CCI de Région Alsace a facilité énormément notre lecture de la réglementation. » contact CCI de région alsace Ursula Gori Kaminski • 03 88 76 42 35

Création d’un bureau de style à Paris. Définition d’une nouvelle collection à Marseille. Confection d’un prototype pour la Suède. HSBC accompagne chaque jour la réussite de votre entreprise. Beverley DEHU Senior Client Manager - Trade & Supply Chain Tél : 03.88.37.82.26 - Email : beverley.dehu@hsbc.fr Michel GUEQUIERE Directeur Centre d’Affaires Entreprises Alsace Tél : 03.88.23.72.02 - Email : michel.guequiere@hsbc.fr HSBC France - 11 Place Gutenberg, 67000 Strasbourg www.hsbc.fr/entreprises

HSBC France - Société Anonyme au capital de 337 189 135 euros - SIREN 775 670 284 RCS Paris Siège social : 103, avenue des Champs-Elysées - 75008 Paris. Banque et Société de Courtage en Assurance immatriculée auprès de l’ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance - www.orias.fr) sous le n° 07 005 894.

www.strasbourg.cci.fr

29


© Benoît Linder

hôtellerie-restauration

Au Cep de Vigne

100 ans ça se fête ! 1912 : l’année figure sur la façade de l’hôtel-restaurant. Pour commémorer ce siècle d’existence, Myriam et Rémy Schaal ont prévu plusieurs temps forts tout au long de l’année. Innenheim En bordure de route, plusieurs maisons accolées, un seul établissement, l’hôtel-restaurant Au Cep de Vigne, avec à l’arrière un parc arboré d’un hectare, qui permet d’organiser des buffets campagnards en été. À l’intérieur, plusieurs salles et salons peuvent accueillir jusqu’à 250 couverts, dont 120 pour la salle la plus grande. Boiseries, rideaux fleuris et nappages clairs y forment un ensemble harmonieux. Côté parc, la salle aux larges baies vitrées sera étendue pour donner accès dès le mois de mai à une nouvelle terrasse de 45 couverts. Au Cep de Vigne, la cuisine est traditionnelle, avec des incontournables comme la choucroute aux trois poissons, le tournedos Vieux Strasbourg, le foie gras au Gewurztraminer fait maison. 30

janvier-février 2012 • n° 295

Mais aussi des plats typiques comme le presskopf ou le bœuf gros sel. Depuis mai dernier, Rémy Schaal propose la tarte flambée, un plat convivial fort apprécié des touristes et des clients de la région. Un livre sera édité, retraçant l’histoire du Cep de Vigne

Quatre générations Se sont succédé à la tête du Cep de Vigne quatre générations de la famille Schaal. Depuis 1997, Rémy Schaal assure avec son épouse Myriam la gérance de l’affaire. Il avait rejoint son père René dès l’âge de 14 ans en tant qu’apprenti de cuisine, avant de prendre la direction de la brigade en 1981. Sous son impulsion, l’outil de travail a continué de se transformer et de se moderniser. Entre 2000 et 2002, les 37 chambres de l’hôtel ont été entiè-

rement rénovées, la climatisation est installée dans les différentes salles du restaurant. Prochain objectif : le classement trois étoiles. À l’occasion du centenaire de l’établissement, plusieurs temps forts sont prévus dont une soirée de gala et l’inauguration officielle (le 9 mars) des salles de restaurant baptisées du nom de Valentin, Albert, René et Léonie, figures éminentes de la famille Schaal. Également au menu une exposition de photos anciennes et des dessins primés au concours organisé avec les écoles du village. Enfin, un livre sera édité, retraçant l’histoire du Cep de Vigne. Pour les gourmets, durant toute l’année 2012, un menu spécial centenaire sera proposé.

Au Cep de Vigne 5 rue de Barr à Innenheim 03 88 95 75 45 • www.aucepdevigne.com


Nouveau site Internet

Agenda Les rendez-vous de l’hôtellerie-restauration

« L’industrie hôtelière française, état des lieux et perspectives », le jeudi 23 février Ave c q u e l q u e s d i s p a r i t é s , l ’a c t i vité hôtelière a enregistré une forte remontée en 2011, du fait notamment de la progression de la clientèle étrangère… Pour ce deuxième rendezvous de l’année, Denis Trautmann, partenaire du Cabinet KPMG, présentera le bilan annuel de l’activité des chaînes hôtelières françaises et les perspectives pour 2012. Dans les facteurs de succès : des services originaux, une bonne visibilité du site web, des positionnements tarifaires plus clairs, etc. À 15 h à la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin. Inform ations

Vous êtes une entreprise des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, des cafés et hébergement s touristiques, ou du tourisme.

Vous souhaitez agrandir, rénover, ou optimiser votre activité, le Service HôtellerieRestauration / Tourisme de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Strasbourg du Bas-Rhin vous accompagne et dans votre projet et vous adaptée à votre situation. aide à trouver la solution

> Information sur l’actualité et les tendances du marché, > Conseil en gestion, marketing, communication, > Information sur les aides et financements, > Réglementation

Le Service Hôtellerie-Resta uration/Tourisme réalise également pour vous des diagnostics gratuits pour préles nouvelles normes de classement hôtelier et l’accompagnement à l’obtention camping, du titre Maître Restaurateur et à la certification.

Contact / tél. : 03 88 72 25 66 / tourisme@strasbourg.cci .fr

Pour assister aux réunions à Colmar ou Mulhouse, consultez les programmes sur notre site internet www.strasbourg.cci.fr/tourisme ou contactez :

CCI de Colmar et du Centre Alsace 1 place de la gare 68001 COLMAR CEDEX Inès FREDERICH - tél. : 03 89 20 20 44 courriel : tourisme@colma r.cci.fr

CCI Sud Alsace Mulhouse 8 rue du 17 Novembre

68051 Mulhouse cedex Marie-France COLIN - tél. : 03 89 66 78 14 courriel : tourisme@mulho use.cci.fr

- Crédits photos © fotolia.com - istock.com

10 place Gutenberg 67081 Strasbourg Cedex

CHAMBRE DE COMMERC E ET D’INDUST RIE DE STRASBO URG ET DU BAS-RHIN Mme Nadia WEISS

Le service Hôtellerie-Restaura tion / Tourisme de la CCI est à votre service

Chambre de Commerce et d’Industrie de Strasbourg et du Bas-Rhin 10 place Gutenberg 67081 Strasbourg Tél. 03 88 75 25 25 - www.strasbourg Cedex .cci.fr

contact CCI 03 88 75 25 66

Au programme de 2012 26 mars : la nouvelle réglementation concernant les campings 16 avril : restaurants : communiquer autrement, communiquer efficacement 4 juin : moyens de paiement : rencontre avec la Banque de France 24 septembre : les contrats de travail dans le secteur des CHR. Les lundis, à 15 h à la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin. Inscriptions contact CCI Nadia Weiss • 03 88 75 25 66

ou sur www.strasbourg.cci.fr

Goûts d’Alsace fait croustiller l’actualité culinaire Lancé en novembre 2011 par Flora-Lyse Mbella, journaliste gastronomique, ce site vise à informer le grand public de tout ce qui fait la richesse d’une Alsace gourmande. C’est un savoureux mélange de rencontres de chefs et professionnels de l’hôtellerie-restauration, de recettes à portée de tous, de critiques d’établissements gourmands… qui nous est proposé sur ce tout nouveau site Internet, du nom de Goûts d’Alsace. Au menu, cinq rubriques ludiques. « C’est de saison » relate les nouvelles régionales : des produits de saison expliqués par un chef, un artisan ou un producteur, des portraits et des coups de cœur gourmands… « Aux fourneaux » dévoile des recettes de chefs, « Vite à boire » toute l’actualité des vins, bières, spiritueux et soft drinks. « Souriez c’est testé » vous donne des évaluations de tables, salons de thé, bars… Enfin, « C’est tout prêt » livre les nouvelles fraîches de l’agro-alimentaire et des arts de la table. La créatrice du site, FloraLyse Mbella, d’origine lilloise, vit à Strasbourg depuis plus de cinq ans. Journaliste, elle assure notamment la correspondance régionale du magazine L’Hôtellerie-restauration et anime la minute gastronomique de Top Music le samedi matin. Conquise par la richesse gastronomique de l’Alsace, Flora-Lyse Mbella a eu envie de partager ses coups de cœur en créant son propre site, sur lequel elle s’autorise à s’exprimer sans tabous. Goûts d’Alsace est accessible gratuitement jusqu’au 15 février, puis par abon-

nement – 1,50 € par mois jusqu’en juin, puis 3 €. Le projet a été soutenu par Créacité. www.goutsdalsace.fr http://www.facebook.com/goutsdalsace

La cuisine et la pâtisserie du Crocodile dans Thuriès Magazine Présent sur 40 pages, le restaurant strasbourgeois Le Crocodile a été mis en avant par le magazine Thuriès Gastronomie, magazine de référence pour les professionnels du monde de la restauration et de l’hôtellerie. Y sont présentées 10 recettes de plats savoureux, les ingrédients nécessaires à leur préparation, jusqu’à leur finition, avec les mariages de vins conseillés. Une belle reconnaissance des talents en cuisine de Philippe Bohrer – dont l’audace lui permet d’allier savamment tradition et moder-

nité. Le magazine met également à l’honneur Kevin Husser, son nouveau et talentueux chef pâtissier. Formé à bonne école auprès de son père, Dany Husser, bien connu à Guebwiller, le jeune homme a rompu avec la tradition familiale pour rejoindre Le Crocodile, où il supervise quatre pâtissiers. L’ensemble de la brigade – 18 personnes en cuisine – tend à un objectif commun : conquérir la deuxième étoile. www.thuriesmagazine.fr

www.strasbourg.cci.fr

31


© Henri Parent

aéroport

Aéroport

consolider l’offre en croissance Conforté par des résultats en légère hausse en 2011 (+ 1,8 %), le directeur de l’aéroport, Thomas Dubus, annonce une consolidation et un développement de l’offre en 2012, notamment en vols vacances. « Reconnu comme un aéroport d’affaires, Entzheim a des marges de développement sur les vols vacances ». L’objectif de Thomas Dubus est de changer l’image de l’aéroport – qu’il pilote depuis bientôt deux ans  – en augmentant les destinations-vacances, en accueillant de nouvelles compagnies et en consolidant l’offre proposée par le partenaire historique Air France. Un dernier axe prioritaire pour Thomas Dubus, qui souligne notamment les bons résultats enregistrés sur Paris (+ 15 % sur Orly et + 9,5 % sur Roissy-CDG). À noter que la progression enregistrée par Air France-KLM sur l’ensemble des lignes opérées, de l’ordre de + 5,8 %, a généré 37 000 passagers sur la plate-forme strasbourgeoise, « grâce à un aménagement des horaires et une offre maintenue de 11 destinations et 34 vols quotidiens ». 32

janvier-février 2012 • n° 295

Déploiements avec Air France Comme l’indique le directeur régional Éric Fuchsmann, « les bons résultats de 2011 laissent augurer de l’avenir ». Et de s’appuyer sur le succès de la ligne Strasbourg-Amsterdam, en hausse de + 26 %. Rappelons que via Paris et Amsterdam ce sont 405 opportunités de correspondances qui sont offertes aux passagers alsaciens. Air France compte par ailleurs augmenter son offre de sièges sur Toulouse (+ 88 %) et sur Nice (+ 85 %) grâce à des avions de plus grande capacité Airbus 319 et 320. Enfin, l’annonce de tarifs privilégiés – à partir de 50 € avec le service complet d’Air France sur 10 % de la capacité totale* – devrait susciter des envies de voyages et attirer de nouvelles clientèles. Air France KLM a en effet revu son modèle de fonctionnement en France, sur les

liaisons point à point. « Une meilleure productivité permet un net abaissement des coûts qu’Air France traduit par une baisse des prix », explique Éric Fuchsmann. L’aéroport et Air France continuent à mener un travail de fond pour enrichir l’offre au départ de Strasbourg, « des vols répondant aux besoins de proximité des passagers », sans déstabiliser les liaisons existantes. *Après les offres proposées sur Marseille et Lyon, la Compagnie envisage de lancer des tarifs préférentiels sur Lille et Bordeaux.

www.strasbourg.aeroport.fr www.airfrance.com


C’est la compagnie aérienne espagnole Vueling, filiale d’Iberia qui proposera, dès le 1er avril, trois vols low-cost hebdomadaires sur Barcelone-El Prat*, offrant un total de 34 200 sièges. Strasbourg se positionne comme un nouveau marché pour Vueling en France. Compagnie nouvelle génération, Vueling offre bon nombre des valeurs ajoutées typiquement associées aux opérateurs traditionnels (services à bord), permettant de desservir toute la péninsule ibérique. Les réservations se font par Internet (avec possibilité de choisir son siège, même en duo) et en agences de voyage. *les mardis, jeudis et dimanches. La compagnie est présente sur facebook : http://fr-fr.facebook. com/vueling.eu

Madère, Croatie, Jordanie…

Visit Europe mise sur Entzheim Filiale française de Travel Europe, société autrichienne spécialisée depuis 25 ans dans les voyages de groupe, Visit Europe affiche, après le rachat d’Austro-Pauli en avril 2009, de nouvelles ambitions de développement à partir de la France. Succédant à une première ouverture de lignes au départ de Mulhouse, le tour-opérateur s’intéresse à l’aéroport international Strasbourg. Les plans de vol au départ de la plate-forme d’Entzheim se traduisent par plusieurs rotations prévues entre mai et septembre sur Madère (4 juin et 18 juin), la Croatie (4 et 11 juin), la Hongrie (4 juin et 17 septembre), la Jordanie (20 mars, 15 mai, 5 juin, 2 octobre). Pour exemple, la Croatie en vol spécial sur Dubrovnik, est assortie à des programmes variés – en individuel ou en groupe. Séjours en hôtel trois et quatre étoiles, circuits, croisières sur un yacht ou en goélette de 14 cabines… Selon Martine Grasser, directrice commerciale de Travel Europe Paris, cet essai sur Strasbourg pourrait être transformé en 2013 © Travel Europe

Nouveau Barcelone en vol direct depuis Strasbourg

si les objectifs en termes de fréquentation sont atteints. Sachant que les vols sont garantis à partir de 70 passagers, ce qui est exceptionnel pour un tour opérateur. Travel Europe Martine Grasser • 01 44 82 29 43 • www.visiteurope.fr

www.strasbourg.cci.fr

33


commerce

Inauguration

La nouvelle Miss Massenez Dieffenbach-au-Val Fernandel, Bourvil, Les Compagnons de la Chanson, Jerry Lewis… L’ancienne boutique attenante à la distillerie G.E. Massenez avait accueilli de nombreuses célébrités… Entièrement relookée, la nouvelle « Miss Massenez » est prête à recevoir les nouvelles générations montantes dans un décor plus contemporain, à la fois sobre et classieux. Mariant le noir et le blanc, il s’inscrit en harmonie avec l’identité de l’entreprise, lettres blanches sur fond noir. Quant au logo de la boutique, c’est une silhouette de femme de dos, « une invitation à la suivre », explique Manou Heitzmann-Massenez.

Miss Massenez La boutique est ouverte du mardi au samedi, de 9h à 12 h et de 14 h à 18 h. Zone industrielle de Dieffenbach-au-Val à Villé 03 88 85 62 86 • www.massenez.com

© Benoît Linder

L’association Massenez-Peureux Dans la boutique, tous les produits phares de la marque – liqueurs et crèmes, eaux-de-vie de fruits, avec la fameuse poire Williams dont la forme de bouteille avait été dessinée par Gabriel Massenez, le père de Manou Heitzmann-Massenez, responsable commerciale de l’entreprise et élue CCI. Sont également présentés les produits des Grandes Distilleries Peureux de Fougerolles (70) – parmi lesquels les fameuses griottines –, auxquelles la distillerie G.E. Massenez s’est associée il y a un an… Une nouvelle aventure humaine faite de passion a relié les deux entreprises qui, ensemble, visent à gagner des parts de marché à l’export. Fortes de leurs trois ambassadeurs, Manou Heitzmann-Massenez, Bernard Baud et Élodie Naslin, qui affichent avec fierté une part à l’export de 65 % du CA, soit +2 M€.

Nouveaux propriétaires

La mercerie du Bain aux Plantes reprend du galon Des outils de la couturière aux boutons, en passant par les patrons, La mercerie du Bain aux Plantes vend tout ce qui est nécessaire en couture, broderie et bricolage textile.

© Dorothée Parent

Strasbourg Depuis la fin du mois de mai dernier, les créatrices en tout genre devraient trouver leur bonheur à la mercerie du Bain aux Plantes. Joël et Maryse Angebault ont racheté le fond très ancien et riche en fournitures de ce vieux commerce strasbourgeois. Rubans, biais, fils, fermetures éclairs, broches, prêt à broder, étiquettes thermocollantes, toiles, doublures, patrons Burda et Vogue, etc. De vieux meubles de métiers laissent aussi apparaître des milliers de boutons dont de très anciens modèles. La boutique propose tout ce qu’une mercerie traditionnelle vendait il y a cinquante ans, y compris les outils de la couturière. C’est donc sans surprise que vous apprendrez qu’ici, 34

janvier-février 2012 • n° 295

vous pouvez faire recouvrir des boutons et des boucles de ceinture du tissu de votre choix, broder des étiquettes et des rubans… Comme Maryse est couturière et a travaillé aussi bien dans la décoration, l’industrie que l’enseignement, elle sait conseiller et aider les bricoleuses dans la difficulté. Mieux que cela. Elle propose chaque matin des cours de couture à la demande. Joël et Maryse Angebault ont donné réalité à un très vieux rêve. Le résultat se résume tout entier dans l’accueil et le service. La mercerie du Bain aux Plantes 2, rue du Coq 67000 Strasbourg • 03 88 36 22 34 ema-mercerie@orange.fr


Les modes de consommation au crible La 4e étude de l’Observatoire du Commerce est en libre accès sur internet*. Une mine d’infos sur les habitudes de consommation. L’Observatoire du Commerce de la CCI de Strasbourg, chargé d’étudier l’évolution de l’offre commerciale dans le département, réalise depuis 2001 des enquêtes de consommation des ménages. La dernière enquête a été réalisée au premier trimestre 2011 auprès de 3 300 ménages répartis sur 110 secteurs géographiques du département. Objectif : mieux connaître les dépenses et les habitudes de consommation pour 41 produits issus du budget compressible des ménages, soit l’alimentaire, l’équipement de la personne et de la maison, culture, loisirs et sports, bricolage, jardinage et fleurs. Cette enquête est accessible sur internet. Ces données permettent d’identifier le potentiel de consommation d’un territoire, sa répartition par produits et familles de produits. En recoupant ces données récoltées avec celles de l’offre commerciale, l’Observatoire obtient

14 146 € contre 13 261 €. La fidélité au commerce local est grande, car 89 % des dépenses sont effectuées dans le département. Certains secteurs, comme l’équipement de la maison, connaissent toutefois une évasion s’élevant à 18 % (11 % pour l’ensemble « culture, loisirs et équipement de la maison », soit 722 M€ dépensés à l’extérieur du Bas-Rhin : internet, Allemagne, Haut-Rhin, Moselle, etc.). Les éléments de cette étude sont utiles aux développeurs, créateurs, commerçants, mais également aux collectivités territoriales, pour une meilleure connaissance des territoires dans le cadre de l’élaboration des documents d’urbanisme. La CCI détient également des données plus fines, qui peuvent être transmises lors de demandes ciblées. Les cabinets d’étude, les créateurs, les collectivités y ont régulièrement recours.

de précieux renseignements sur les lieux de destination des achats, l’évasion (les achats hors département, en Allemagne, ou sur internet) et la fidélité commerciale des ménages aux commerces du département. L’étude montre aussi les lieux préférés des BasRhinois pour faire leurs achats.

© Yuri Arcurs / Fotolia

Fidélité au commerce local Par exemple, on apprend que la part de marché de la grande distribution est supérieure à la moyenne nationale : 75  % contre 70 %. Ou encore, la dépense moyenne globale par ménage bas-rhinois est supérieure de 7 % à la moyenne nationale avec

* www.alsaeco.com contact CCI Caroline Fritsch • 03 88 75 25 61

Agenda Concours Strasbourg Commerce Design Délai d’inscription : 29 février 2012 Dossiers disponibles sur www.commercedesignstrasbourg.com contact CCI Florence Pataille • 03 88 75 24 87

Épices Délices

des raretés salées sucrées

Haguenau Depuis mars 2010, La Boîte à Délices anime le commerce haguenauvien. Non seulement la boutique réunit des produits inattendus d’épicerie fine salée et sucrée, mais Barbara Debes y organise des ateliers culinaires et des dégustations. Résultat : son chiffre d’affaires est en croissance régulière et son moral est au beau fixe. Vinaigre à la truffe, huile d’olive aromatisée, chocolat à la fraise, sirop à la violette, sucres colorés ou parfumés, etc. Ici, les couleurs sont « flashy », les emballages design ou « vintage ». C’est joli et ça réveille les papilles. La boutique réunit des raretés, des produits bio

et artisanaux. Barbara Debes confectionne des coffrets cadeaux et des idées pour les gourmands et les « zens », les branchés et les futés ! Toujours à l’affût des dernières nouveautés, elle s’est constitué, en moins d’un an, un portefeuille de clients réguliers dont la carte de fidélité commence à arriver à terme. La preuve que lorsqu’on est un commerçant qui y croit, les affaires finissent par marcher ! La Boîte à Délices 9 Grand’Rue • 67500 Haguenau • 03 88 05 97 35

© Dorothée Parent

À La Boîte à Délices, on trouve des épices, des huiles, des vinaigres, des condiments et des tas de gourmandises pour agrémenter sa cuisine ou à offrir.

www.strasbourg.cci.fr

35


commerce

Shoes Me

Saverne Si cette nouvelle activité est toute nouvelle dans la vie de Brigitte Stoffel – elle a exercé pendant En ouvrant cette 22 ans comme agent de voyage – elle s’est formée au boutique métier de la chaussure depuis quelques années déjà. multiD’abord, elle est « shoes addict ». Ensuite une de marques, ses amies possède deux magasins de chaussures et Brigitte l’emmène régulièrement à des salons professionnels. Stoffel a fait Si bien que pour constituer sa première collection, de sa passion ce fut presque facile ! 90 références, une douzaine de un métier fournisseurs… après quelques mois d’ouverture, tous ses choix s’avèrent justes et ont séduit les clientes. Il faut dire que Brigitte Stoffel connaît bien les Savernois, elle s’est installée dans un lieu très passant et a opté pour la qualité, l’originalité et la fabrication européenne. Quant aux prix, ils restent accessibles. Pour compléter son offre, elle vend aussi des sacs à main fantaisie qu’elle renouvelle au moins une fois par mois, des étoles, des foulards, des gants et des bonnets, autant de petits cadeaux qui font entrer les clients. Pour les faire revenir, Brigitte Stoffel organise des soirées privées, des mailings. Elle a aussi mis en place une carte de fidélité qui accorde 5 % à partir du 6e achat. Et ça marche ! Shoes Me 6 place du Général de Gaulle 67700 Saverne • 03 88 03 21 29

Caroline Van Maenen Madame Commerce de France

La Wantzenau 35 ans seulement

et déjà un beau parcours… Caroline Van Maenen, gérante du Relais de la Poste à la Wantzenau a été nommée Madame Commerce de France 2011, hommage des présidentes du Conseil européen Femmes Entreprises et Commerce (CEFEC*). La distinction lui a été remise fin novembre

36

janvier-février 2012 • n° 295

par Frédéric Lefebvre, secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. Femme chef d’entreprise mais aussi maman d’un petit garçon, Caroline Van Maenen affiche un parcours qui atteste de sa détermination et de sa passion pour le métier. Elle est aussi la première femme à occuper la fonction de vice-présidente du Club Prosper Montagné Alsace. 2011 fut une année riche en émotions pour la jeune femme qui s’est vu décerner, deux ans après avoir repris le Relais de la Poste, la première étoile au Guide Michelin. L’établissement a également décroché le titre de maîtrerestaurateur, autre gage de qualité. * Présidente CEFEC Paulette Laubie, Présidente CEFEC-Est Hélène Heimburger, Vice-Présidente Josiane Arnold. 03 88 59 24 80 www.relais-poste.com

© Dorothée Parent

des chaussures et des accessoires

Christian Valer Trophée régional de la Création/Reprise d’entreprise Strasbourg Créée en octobre 2009 à Strasbourg, la société Christian Valer est spécialisée dans la création et la vente de chemises et polos pour hommes et femmes. Proposées en séries limitées (12 pièces par modèle, toutes tailles confondues), les collections sont renouvelées tous les mois. De la chemise classique à l’extravagante, des coloris sobres aux plus vifs…, le choix est large. Les prix : entre 59 et 69 €. Christian Valer propose également des accessoires tels que cravates, foulards, boutons de manchettes, passementeries, corsets. À court terme, il souhaite nouer de nouveaux partenariats avec des boutiques indépendantes, en France et dans toute

l’Union européenne afin de diffuser et d’implanter la marque. À long terme, il espère bien ouvrir son propre site de production pour fabriquer des chemises 100 % made in Alsace. Christian Valer et son épouse ont obtenu en novembre dernier le premier prix du Trophée de la Création/Reprise d’entreprise de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, doté de 5 000 €, ainsi que le Trophée régional de la Création/ Reprise d’entreprise parmi neuf concurrents des trois CCI alsaciennes, bénéficiant ainsi de 5 000 € de dotation supplémentaire. Un grand bravo à eux ! 17 rue des Serruriers, Strasbourg 03 90 23 48 30 • www.christian-valer.fr

Deux autres lauréats du trophée de la création/reprise de la CCI • Denis Clément, LDC Agencement à Niederhaslach, (agencement de cuisines et de salles de bain avec utilisation spécifique du Corian). • Stéphane Logel, BPE Ingenierie à Schnersheim (rénovation de bâtiments historiques et analyse des structures en béton). Cette manifestation était soutenue par nos partenaires la Caisse des Dépôts et Consignations, le Crédit Agricole Alsace-Vosges et Groupama. contact CCI Martin Greder • 03 88 75 25 94 • jeunesentreprises@strasbourg.cci.fr


formation

Agefos-PME Alsace

43es Olympiades des métiers L’Alsace terre d’accueil

L’emploi au cœur des dispositifs

La candidature de l’Alsace à l’organisation des 43 es finales nationales des métiers en janvier 2015, soutenue par la CCI de Région Alsace, a été retenue par le comité français d’organisation – COFOM. Le dossier alsacien, présenté par le premier vice-président du Conseil Régional d’Alsace André Reichardt, a convaincu par sa maturité sur l’ensemble des aspects relevant de l’organisation de la compétition. Organisées tous les deux ans par l’association WorldSkills International, les Olympiades des métiers rassemblent pendant quatre jours près de 1 000 jeunes âgés de moins de 23 ans et originaires de 58 pays pour s’affronter dans une quarantaine de métiers. Tous les secteurs de l’économie sont concernés, de l’industrie aux nouvelles technologies, de l’alimentation à l’agriculture. Les sélections régionales sont organisées de janvier à mai 2012 dans toutes les régions de France. Les finales nationales sont prévues du 21 au 24 novembre à Clermont-Ferrand.

du recrutement à la formation. La réussite de « Jamais réforme n’a suscité autant d’inquiétudes et de débats que celle de novembre 2009 », la réforme implique que tous les acteurs travaillent ensemble. D’où la poursuite annoncée observe Michèle Boumendil, spécialiste du droit de la formation professionnelle, invitée à la des partenariats noués par l’Agefos-PME avec l’État, la Région Alsace et Pôle Emploi pour conférence régionale donnée par l’Agefos PME mieux accompagner les besoins et Alsace, le premier OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) des TPE- Des besoins apporter des solutions concrètes en termes d’emploi. « Être plus efficaces PME d’Alsace. Au-delà de l’ingérence identifiés au absolue de l’État, le retour à l’emploi niveau des dans un système sous contrainte, avec a fait irruption dans le monde de la territoires la nécessité d’avoir un projet adapté au territoire ». L’Agefos est également formation professionnelle, obligeant partenaire du Pôle formation CCI, pour le les OPCA à prendre en charge de nouvelles développement de la formation des tuteurs et problématiques et devenir un partenaire inconde formations en alternance dans l’immobilier tournable de la politique de l’emploi dans la et la restauration. région. La réforme vise notamment à sécuriser En 2010, l’Agefos-PME Alsace a enregistré 29,01 les parcours professionnels des salariés et à M€ de contributions versées par 1 610 entreprendre en compte les publics dits fragilisés. prises de dix salariés et plus, soit un montant « On ne modifie pas le système de formation, moyen de 18 020 € et 2 471 271 M€ versés par mais on met l’emploi au cœur des dispositifs en 5 786 entreprises de moins de dix salariés, qui s’adaptant aux enjeux externes : crise éconoreprésentent 76 % de ses adhérents. L’organisme mique, démographie, difficulté d’accès à l’emploi, a par ailleurs collecté 6 808 K€ de contributions publics en difficultés, seniors, illettrés, etc. » Pour au titre de la professionnalisation et poursuivi les OPCA, il s’agit de développer l’information, son investissement dans la formation des la sensibilisation et l’accompagnement des demandeurs d’emploi et dans le reclassement entreprises en fonction des besoins qui seront de salariés licenciés pour motif économique. identifiés au niveau des territoires. L’AgefosPME se positionne ainsi en guichet unique Agefos PME Alsace • 03 88 49 41 51 pour accompagner les ressources humaines,

WorldSkills International • www.worldskills-france.org

Anacours arrive en Alsace

Spécialiste du soutien scolaire depuis plus de dix ans, Anacours vient de s’implanter à Strasbourg, Dirigée par Michel Lapeyre, l’enseigne s’appuie sur une approche spécifique de l’éducation qui prend en compte la psychologie des élèves lors du recrutement des professeurs. L’expertise d’Anacours couvre toutes les matières du primaire à l’Université et s’étend à des offres plus larges telles que des sorties d’écoles ludiques, des cours d’informatique ou de musique. Anacours compte 23 agences en France (18 en franchise et cinq en nom propre). L’adresse strasbourgeoise : 38, avenue de la Forêt Noire.

Anacours • 03 88 31 78 10 • www.anacours.fr

L’association D-clic vise à promouvoir des orientations vers des métiers qui peuvent sembler inaccessibles à certains jeunes de quartiers dits difficiles. Soutenue par de nombreuses institutions et différentes entreprises, l’association organise des forums métiers pour les élèves de 4e et 3e qui présentent différents secteurs d’activité. Le but : susciter des vocations à travers des exemples de réussite par des personnes elles aussi issues des « quartiers ». Les « D-clics vocations », eux, sont des tutorats d’excellence pour des collégiens choisis par leur chef d’établissement qui permettent de découvrir différents métiers. Les établissements participants sont les collèges Erasme et Truffaut, à Hautepierre. Ces rencontres ouvrent des perspectives à des jeunes motivés, mais qui, par leur origine, ne bénéficient d’aucun réseau pour les introduire dans le monde du travail. Association D-clic 2 rue du Mont blanc à Strasbourg 03 88 25 54 86 • www.dclic.asso.fr

© Pressmaster / Fotolia

D-clic et vocations pour les jeunes

www.strasbourg.cci.fr

37


formation

Taxe d’apprentissage

ayez le réflexe cci Pourquoi choisir la CCI ?

La CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, par délégation de la CCI de Région Alsace, organisme collecteur habilité, peut percevoir la taxe de toutes les entreprises quel que soit leur secteur d’activité pour : • simplifier les formalités de versement • offrir un appui personnalisé au calcul et à la répartition de la taxe • s’engager à respecter strictement votre choix d’affectation • reverser les fonds non affectés par les entreprises aux établissements de formation alsaciens.

© Jean-François Badias

Avantages • La garantie du respect de la réglementation en vigueur, • un gain de temps, • la sécurité fiscale, • la transparence dans le reversement aux écoles.

Pour soutenir les établissements alsaciens, il est important de leur confier sa taxe d’apprentissage. Chaque chef d’entreprise assujetti à la taxe d’apprentissage peut choisir de l’investir dans les établissements de son choix. C’est une décision stratégique car c’est l’une des principales réponses au développement des compétences futures, indispensables pour les entreprises alsaciennes. En effet, les formations de proximité lui apportent des réponses concrètes en termes de formation, de compétences et savoir-faire. Les besoins en ressources des Centres de Formation d’Apprentis (CFA) alsaciens augmentent avec la création constante de nouvelles sections d’apprentissage en réponse aux besoins identifiés par les chambres consulaires et les branches professionnelles. Avec près de 20 % des jeunes concernés, l’Alsace se place en 6e position sur 22 régions en pourcentage d’apprentis parmi la population scolarisée. Des besoins identifiés Paradoxalement, la part de fonds collectés par les collecteurs régionaux n’atteint que 43 % en 2010. Les 57 % restants étant versés aux collecteurs nationaux, contre 51 % en 2005. Pourtant, verser sa taxe aux établissements proches de son implantation, de son bassin de vie et d’emploi, permet de renforcer les atouts alsaciens. Les formations spécifiques aux métiers de 38

janvier-février 2012 • n° 295

l’entreprise ont besoin d’être soutenues, mais pas seulement : les compétences transversales comme le marketing, commerce, comptabilité, gestion, administration, ressources humaines, management, informatique comptent aussi. Au-delà de la contribution obligatoire aux CFA dans lesquels sont inscrits ses apprentis, une entreprise peut affecter tout ou partie de sa taxe dite « libre d’affectation » au profit des formations qu’elle souhaite privilégier. Il suffit de le mentionner sur le bordereau de versement. Sans mention spécifique, la CCI redistribue les montants versés aux établissements de formation alsaciens, en fonction des besoins.

L’aide de la CCI

Mise à disposition du service de collecte de la taxe d’apprentissage pour effectuer au nom des entreprises demandeuses toutes les démarches, et des imprimés nécessaires pour justifier son paiement, à effectuer pour le 29 février.

Ayez le réflexe internet pour déclarer et calculer votre taxe d’apprentissage directement sur www.strasbourg.cci.fr contact CCI Pascal Huck • 03 88 43 08 70

Qu’est-ce que la taxe d’apprentissage ? C’est un impôt finançant les dépenses nécessaires au développement de la formation technologique et professionnelle initiale, dont l’apprentissage. Elle concerne tous les secteurs d’activités et les jeunes de tous les niveaux de qualification, du CAP à Bac + 5.

Le quota, c’est pour l’apprentissage Les salaires à prendre en compte sont les salaires versés par les entreprises situées dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Le taux de la taxe brute dans ces trois départements est fixé à 0,26 % de la masse salariale des établissements concernés et représente exclusivement le quota d’apprentissage. Il n’existe pas de hors-quota (barème) comme dans les autres départements. La partie « quota » est exclusivement réservée aux centres de formation d’apprentis.

CDA ou CSA, quelle différence ? La CDA (égale à 0,18 % de la masse salariale) est destinée aux fonds régionaux de l’apprentissage. La CSA est due par les entreprises de plus de 250 salariés dont l’effectif annuel moyen comporte moins de 4 % de salariés en contrat de professionnalisation ou d’apprentissage. La Loi Cherpion de Juillet 2011 a prévu la création d’un système de bonus – malus pour ces entreprises, le taux de contribution de la CSA étant modulé en fonction du niveau des effectifs en formation en alternance. contact CCI www.strasbourg.cci.fr


focus

sportifs et entreprises

l’équipe gagnante

© Jean-François Badias

De plus en plus, les entreprises choisissent de financer des clubs, des athlètes et des événements sportifs, véhiculant une image gratifiante de jeunesse et de victoire. Pour les sociétés mécènes ou sponsors, l’essentiel est de participer, pour gagner en visibilité et en notoriété.

www.strasbourg.cci.fr

39


© Jean-François Badias

focus

Aurore Mongel, nageuse à l’ASPTT

L

a Coupe du monde de rugby, en 2011, plus des atouts à retirer d’une telle expérience : elle sera grand événement sportif jamais organisé en connue, intégrée dans un réseau, et sera consiNouvelle Zélande (4,4 millions d’habitants), dérée comme une société à l’image des sportifs a accueilli 95 000 visiteurs en six semaines, qui soutenus : dynamique, mais aussi généreuse, soliont dépensé sur place 481 M€. 4 milliards de daire, voire humaniste si elle crée un partenariat personnes ont regardé les matchs retransmis à la sincère et original. télévision. Le gain est estimé à plus de 735 M€ à long terme pour l’économie du pays. Un gâteau à partager Le sport est devenu un business dans lequel Les idées ne devraient pas manquer. Si la visibilité peuvent se lancer les marques, et pas seulement est le principal retour attendu, il y en a d’autres. celles dont l’activité est liée au sport. Certaines Certains clubs, méritants mais non médiatiques, grandes marques ont d’ailleurs choisi leur sport aimeraient intéresser un mécène. Exemples : spécifique, y consacrent une part imporle club de football de Vendenheim, tante de leur budget communication L’entreprise dont les filles évoluent en D1. Elles et en tirent une vraie visibilité. Pour partenaire jouent contre Lyon, le PSG, Saintexemples, la voile et Groupama, le sera Étienne… Mais elles ne passent jamais handball alsacien et la Caisse d’Épargne considérée à la télé. Sans agent commercial, le comme les d’Alsace ou Sébastien Loeb et Carola. club se débrouille, comme tous les sportifs Les sportifs sont devenus des étendards amateurs : « On organise des lotos, soutenus : pour les régions qu’ils représentent. dynamique, du théâtre alsacien… Des entreprises Quand Sébastien Loeb, l’enfant du pays, généreuse, locales nous donnent un coup de main roule sur les routes d’Alsace pendant le solidaire, à leur échelle. C’est sympa, mais cela Rallye de France, toute la région est mise voire ne peut pas suffire », observe Christian à l’honneur. Quand Vincent Anstett humaniste Muhl, encadrant au club, et gérant, gagne en équipe les épreuves de sabre dans la vie professionnelle de CM aux JO de Pékin, Strasbourg est de facto mise en Projet, à Vendenheim. Il a deux souhaits : l’engaavant. Les entreprises, elles, ont plusieurs moyens gement pour ces sportives des collectivités et pour entrer dans la mêlée et gagner en visibilité. Si des entreprises, et un rapprochement avec le les clubs ont clairement besoin de soutien sonnant Racing. À Illkirch Graffenstaden, le petit club et trébuchant pour perdurer, le retour financier de handibasket a reçu des fonds de fondations pour les entreprises est quasiment impossible à nationales pour l’achat de fauteuils. Mais les chiffrer. L’entreprise partenaire a pourtant bien autres partenariats se sont limités à quelques tee40

janvier-février 2012 • n° 295

shirts. Les difficultés touchent parfois les grands. En novembre, Denis Naegelen, directeur des Internationaux de tennis féminins de Strasbourg, apprend que son partenaire BNP Paribas ne reconduit pas le contrat pour 2012. 10 % de budget en moins. Selon l’équipe des Internationaux de Strasbourg, les valeurs véhiculées par l’événement sont « des atouts auxquels les marques peuvent s’identifier. » Denis Naegelen ajoute : « difficile de comprendre les vraies motivations de BNP Paribas. Mon objectif était de parvenir (enfin !) à l’équilibre. Ça va être difficile. L’édition 2012 est maintenue, mais si je n’obtiens pas de nouveaux soutiens, publics ou privés, il me faudra chercher un autre point de chute ».

Mécène ou sponsor ?

• Le mécénat d’entreprise désintéressé permet de bénéficier d’une réduction d’impôt de 60 % ou de 90 % du montant des versements faits à certains organismes. La réduction d’impôt de 60 % est plafonnée à 0,5 % du chiffre d’affaires HT de l’entreprise. • Le parrainage intéressé d’inspiration publicitaire (ou sponsoring) est destiné à promouvoir l’image de marque de l’entreprise. Il n’y a pas de plafond fixe de déductibilité, mais il doit y avoir corrélation entre la dépense et l’avantage attendu par l’entreprise. L’identité de l’entreprise doit aussi apparaître. contact CCI

 ervice juridique S juridique@strasbourg.cci.fr • 03 88 75 25 24


président du RCS

© RCS

Une trentaine d’entreprises de la CUS a créé Agisport, forme unique en France de soutien aux sportifs de haut niveau. Ce fonds de dotation vient en aide aux sportifs qui déposent un dossier. Agisport peut aider et accompagner l’athlète dans sa reconversion. « Notre réseau fait que nous pouvons leur offrir quelques débouchés, mais aussi les accompagner dans leur requalification », explique Ghislain Brillet, gérant de Roc en Stock, membre fondateur. Les aides apportées peuvent ensuite être déduites de l’impôt sur les sociétés. Agisport travaille aussi avec les structures à l’écoute des sportifs de haut niveau : Direction Régionale et Départementale Jeunesse et Sports, Comité Régional et départemental Olympique et Sportif, fédérations et clubs sportifs, etc. Des représentants de certaines de ces structures sont par ailleurs, au titre de leur expertise, membres du Conseil d’Administration d’Agisport.

Le cas particulier du Racing

33,9 Md€

http://agisport.fr

© Henri Parent

« L’enjeu du Racing est de revenir au plus haut niveau. Mais c’est maintenant que nous avons besoin d’aide financière. Le sponsoring représente 20 % de notre budget. Aujourd’hui, les loges sont plus accessibles aux petites PME : 8 500 € HT la loge de 12 places à l’année (5 600 € HT pour les neuf derniers matchs de la saison). Nous proposons une tarification par match au tarif de 65 € HT la place individuelle en loge ou de 700 € HT la loge de 12 places. En des temps plus glorieux du club, le ticket d’entrée était à 40 000 € ! Quand tout ira mieux, nous saurons remercier ces PME solidaires d’un club emblématique en Alsace. Dans la situation difficile où se trouve le Racing aujourd’hui, nous avons besoin de nos partenaires maintenant. Nous travaillons à reconquérir une visibilité, pour un club qui fait partie de notre patrimoine régional. À chacun, partenaires et club, de trouver son avantage. C’est ma méthode : avoir une démarche sincère, et offrir de la valeur humaine. »

© Jean-François Badias

Agisport : nouvelle forme de soutien

Frédéric Sitterlé

Le montant de dépenses dans le domaine du sport français. Part des ménages : 16,8 Md€, part des collectivités : 10,6 Md€, part des entreprises : 3,3 Md€ (source : Ministère des Sports 2010).

20 M$

Côté sportifs

clubs reconnaissants envers leurs soutiens Classiques ou originales, les formules sont nombreuses dans les clubs pour valoriser l’image d’un événement sportif. Strasbourg Visibilité et relations publiques sont les deux principales prestations d’un club pour ses partenaires. Un carré VIP à la SIG ou aux Internationaux féminins de Strasbourg, une loge au Racing, un espace entreprises à l’hippodrome de Hoerdt sont autant d’endroits qui font plaisir aux clients. « À la SIG, nous avons 800 places VIP, très prisées, et des places au bord du terrain, comme à la NBA », souligne Martial Bellon, président du club. À l’Étoile noire, La Boucherie a acheté huit places à l’année et la loge centrale deux fois par an. D’autres espaces pourraient être mis en valeur : « Au Rhénus, réfléchit Martial Bellon, les coursives pourraient être mieux utilisées. Il reste dommage de ne pas se faire voir des 4 000 ou

Le montant déboursé par Heineken pour être sponsor officiel de la coupe du monde de rugby 2011. (source : marketing.fr)

79 %

Un carré VIP à la SIG ou aux IS, une loge au Racing, un espace entreprises à l’hippodrome de Hoerdt sont autant d’endroits qui font plaisir aux clients

Le pourcentage des actions de mécénat d’entreprise qui ont lieu au niveau local ou régional (source : Admical)

5 000 personnes qui passent là les soirs de matchs. Nous sommes prêts à tout étudier ! En s’alliant avec des privés, on fait baisser la part du financement public. Pour le fonctionnement du club, c’est important ». Pour les sports qui drainent moins de public, toutes les formules sont imaginables. Pour Roc en Stock, la salle de grimpe strasbourgeoise (actuellement la plus grande de France), dix athlètes de haut niveau assurent des arbitrages lors de compétitions, des démonstrations pour les entreprises et alimentent du récit de leurs performances la page Facebook de Roc en Stock. « Nous, nous finançons leur entraînement et nous offrons l’abonnement à la salle », explique Ghislain Brillet.

48 %

Les entreprises mécènes (environ 35 000 en France) choisissent de soutenir le sport à 48 % (et à 37 % pour la culture) (source : Admical)

www.strasbourg.cci.fr

41


focus

Le naming

Le naming, qui consiste à donner un nom de marque à un équipement sportif, se répand en France. Ainsi, le chocolatier Ferrero paie 500 000 € à la Communauté d’agglomération de Rouen pour baptiser le palais des sports Kindarena. Ensuite, la facture passera à 420 000 € pendant cinq autres années. (source : Paris Normandie)

Cet été, les JO

© Philippe Sautier

La Ville de Strasbourg a mis en place un système de soutien aux sportifs alsaciens susceptibles de participer aux Jeux Olympiques de Londres. En partenariat avec les fédérations sportives, elle a identifié 13 sportifs strasbourgeois, dont deux en handisport, qui pourraient être sélectionnés aux JO. Sans attendre cette qualification, la collectivité les a dotés d’une bourse de 6 000 € en juin 2011, destinée à les aider dans leur préparation. « Une fois qu’ils sont sélectionnés, ils sont pris en charge par les fédérations. Mais avant, l’entraînement est intense, il faut suivre des stages, et la ville a voulu les soutenir dans cette démarche », explique Jacques Vergnes, directeur du service des sports de Strasbourg. Ceux qui obtiendront le sésame pour Londres recevront 10 000 € supplémentaires. « Ils ont notamment apprécié qu’on ne leur demande rien en contrepartie. Ils portent déjà les couleurs de Strasbourg, c’est valorisant pour la Ville », ajoute le directeur.

Daniel Elena et Sébastien Loeb, WRC Rallye de France 2010 à Strasbourg

Côté entreprises

Retombées de toutes natures

© Jean-François Badias

Côté Lac : c’est du côté du restaurant de JeanLuc Jaeger, à Schiltigheim, que ça se passe. « La semaine dernière, confie-t-il, j’avais Martial Bellon et Frédéric Sitterlé à ma table. Sébastien Loeb et sa femme Séverine venaient ici pendant le WRC ». Effervescence, présent sur tous les grands événements sportifs de Strasbourg, a aussi conquis sa notoriété en investissant dans le sport : hockey, puis basket, football, tennis, WRC… « L’investissement n’est pas seulement financier. Je ne compte pas mes heures, et me consacre à faciliter les contacts », ajoute JeanLuc Jaeger. Aujourd’hui, le traiteur comme le restaurant sont connus et reconnus. Les clients, eux, sont heureux de bénéficier de places pour des matches.

Philippe Colin, double champion du monde de Kayak de Vitesse

42

janvier-février 2012 • n° 295

Difficile de chiffrer l’impact À La Boucherie, partenaire de l’Étoile noire depuis plus de dix ans, les 20 000 € par an (dont une grande partie en échange de marchandises) servent aussi à se faire connaître en tant que traiteur. Mais ce partenariat relève autant de la valeur humaine que marchande : « On est devenu l’annexe du club, précise Michel Blandin. Joueurs, membres de l’équipe et mêmes équipes

Un partenariat qui relève autant de la valeur humaine que marchande. Parfois, c’est sur une intuition que l’on s’implique

visiteurs viennent déjeuner et dîner chez nous ! » Parfois, c’est sur une intuition que l’on s’implique. Dès la première année, la 11e manche du WRC, dite Rallye de France, a conquis en Alsace de nombreux partenaires privés. Si les plus petits s’impliquent à hauteur de 5 000 € à 10 000 €, « les plus gros partenaires montent à 450 000 € pour le Crédit Mutuel, 120 000 € pour Citroën, 50 000 € pour la brasserie la Licorne », précise Dominique Serieys, le directeur du WRC. Des montants à mettre en regard des retombées : « 69 millions de téléspectateurs, dans 141 pays, 18 M€ de retombées pour la région. Et un formidable coup de pub touristique », se félicite Dominique Serieys.

Formation spécifique L’EM Strasbourg propose une spécialisation en double diplôme à ses étudiants de 3e année : Marketing et gestion du sport, en partenariat avec l’UFR STAPS de Strasbourg. UFR STAPS Gary Tribou • 03 68 85 64 53 • tribou@unistra.fr


ON PEUT CONNAÎTRE SON ENTREPRISE SANS TOUT CONNAÎTRE. Diriger une entreprise, c’est porter un projet dans son ensemble. Projets d’investissements, cycle d’exploitation, gestion de trésorerie, action à l’international, organisation des fonds propres, motivation des salariés ou valorisation du patrimoine privé sont autant de sujets sur lesquels nous pouvons vous accompagner à la Banque Populaire. Prenez contact avec nos conseillers. Ils sont à votre disposition pour vous accompagner à chaque étape de développement de votre entreprise.

– © SERIAL CUT BPCE – Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 467 226 960 € - Siège social : 50, avenue Pierre-Mendès-France – 75201 Paris Cedex 13 – RCS Paris n° 493 455 042 –

DEVELOPPEZ VOTRE ENTREPRISE EN ETANT ACCOMPAGNE A CHAQUE ETAPE


territoires

Ports du rhin

© Jean-François Badias

ancrage commun pour l’emploi Les ports de Strasbourg et Kehl relèvent ensemble le défi de l’emploi et de la compétence dans une approche « territoire » et une dynamique transfrontalière. « La belle histoire des entreprises tissu économique attractif. » De industrielles du Port du Rhin doit son côté, Jürgen Preiss, responsable administratif du Port de Kehl, a continuer à être accompagnée » a lancé Jean-Luc Heimburger, souligné la grande diversité des Président de la CCI de entreprises industrielles, Strasbourg et du Bas- aider les artisanales et de transRhin. Son propos ouvrait entreprises port. « Leurs besoins en le 6e afterwork organisé à devancer compétences dessinent en novembre 2011 par la leurs une large gamme de Maison de l’Emploi et de la besoins en métiers techniques. » De Formation de Strasbourg, compétences fait, les entreprises des en informant la CCI et l’Agentur für ports de Strasbourg et les habitants Arbeit d’Offenbourg, sur les de Kehl ont décidé de dans les locaux de la activités du travailler ensemble autour société NLMK, au Port port et en les des questions de l’emploi du Rhin. Et le président préparant et de la formation. Leur de la CCI de rappeler les aux emplois idée : mettre en œuvre un programme franco-alleenjeux. « Il s’agit de préserver sur place les compétences dont mand de gestion prévisionnelle des la logistique et l’industrie auront emplois et des compétences (GPEC) besoin demain car l’industrie est lié aux métiers des ports et conçu structurante pour le territoire et comme une démarche d’informaelle doit continuer à trouver ici un tion et d’anticipation. L’objectif final 44

janvier-février 2012 • n° 295


Des profils de plus en plus spécifiques Le président Jean-Luc Heimburger distingue trois avantages majeurs dans cette GPEC portuaire francoallemande. « D’une part, le projet cible les emplois portuaires qui sont essentiellement des emplois logistiques et industriels, la logistique étant une fonction indissociable des activités de production. Il s’agit aussi d’une démarche collective. La mutualisation peut être source d’efficacité et de meilleure visibilité. Enfin, la démarche est remarquable en ce qu’elle concerne les deux rives du Rhin. » Aux côtés de la CCI, de la Maison de l’Emploi et de la Formation, de la CUS, des Ports, de Pôle Emploi, des missions locales, une dizaine d’entreprises sont d’ores et déjà engagées dans cette opération qui vise à intégrer la majorité des entreprises des ports de Strasbourg et de Kehl. Elles ont témoigné de leur expérience dans le cadre de « ­l’afterwork ». Une centaine d’invités étaient ainsi rassemblés pour écouter ces entrepreneurs qui innovent et recrutent dans l’industrie, le transport, la logistique, le traitement des déchets, les énergies ou encore l’agro-alimentaire. « Les profils de plus en plus spécifiques (techniciens, chefs de dépôts, agents de sécurité…), nécessitent la mise en place de circuits de formation spécifiques, a insisté Régine Aloird, Directrice de Rubis Terminal Alsace. Il faut compter dix ans environ pour former un bon chef de dépôt dans notre secteur ! » Que ce soit Soprema ou la Badische Stahl Werk (BAG), toutes deux ont pris le parti de créer leur centre de formation interne dédié aux métiers de l’étanchéité, de la mécanique ou de la

© P. Groslier

est d’aider les entreprises à devancer leurs besoins en compétences. Et la palette est variée : cariste, conducteur poids lourd, meunier, électricien, acheteur, chef de projet, menuisier, étancheur… Le programme de GPEC des ports de Strasbourg et Kehl comprend quatre volets : cartographie des ports (nombre et implantation des établissements, liste des métiers en tension…), recueil du point de vue des acteurs des ports de Strasbourg et de Kehl sur les enjeux RH des entreprises, avis des entreprises sur leurs besoins en compétences actuels et futurs, proposition de plan d’action.

métallurgie. « De plus en plus d’entreprises demandent à y former leurs salariés sur mesure, observe Leslie Moog, Responsable des Ressources Humaines de la société Soprema. Avec l’aide de la Région Alsace, nous formons aussi en six mois des demandeurs d’emploi de longue durée au métier d’étancheur. D’abord conjoncturelle, cette formation est devenue qualifiante, inscrite au répertoire national des métiers. » L’industrie, moteur de l’économie « Aujourd’hui, nous parvenons à former des jeunes à un métier en deux ans, complète Bernd Wiegele, Responsable du centre de formation de la Badische Stahl Werk,

qui compte parmi les spécialistes mondiaux de la barre et du fil d’acier. Même si cela nous permet de pallier un manque de main d’œuvre qualifiée, nous peinons toujours à attirer des compétences, notamment françaises. » La charte « Objectif CO2 : les transporteurs s’engagent », a marqué un tournant pour l’entreprise Wincanton Mondia . Elle a entraîné la mise en place de nouvelles formations en « éco conduite » pour 200 conducteurs

BRASSERIE

-

encadrés en interne par un personnel lui-même formé au préalable à la « formation de formateurs ». Ce système de tutorat fait des émules. La société NLMK, spécialisée dans la galvanisation et le laquage, emploie 195 salariés. Elle anticipe et compense les départs en retraite dans la sidérurgie par de nouvelles formes de recrutements de jeunes en élargissant les critères de sélection. « Nos seniors parrainent par le tutorat des nouvelles recrues !  » annonce Florent Ligi, Directeur des Ressources Humaines avant de poursuivre que « la GPEC, c’est aussi arriver à toucher un autre type de population. » La conclusion est venue de Catherine Trautmann, Vice-Présidente de la Communauté Urbaine de Strasbourg. « Cette démarche menée par les ports de Strasbourg et de Kehl est essentielle. Elle remet l’industrie au cœur de notre société. Grâce à vous, nous apprenons à nouveau à aimer l’industrie qui reste le moteur de notre économie. »

contact CCI

CAFÉ

-

Tania Desfossez 03 88 75 24 67

R E S TA U R A N T

13 000

Près de 13 000 salariés et 320 entreprises sur le site du Port de Strasbourg

130

Côté allemand, le port de Kehl rassemble 130 entreprises et 4 300 employés

300 millions

Aujourd’hui, plus de 300 millions de tonnes de marchandises naviguent chaque année sur le Rhin

à

Salle de séminaire lumineuse jusqu’à 50 personnes, entièrement équipée et climatisée avec accès Wi-Fi

à

Menu du Marché proposé par notre chef

à

Parking Gare à 20 m

à

Ouvert 7 jours sur 7 en continu de 7 h 30 à 22 h 00

10, Place de la Gare – Strasbourg Tél. 03 88 32 22 71 cafe-restaurantledix@orange.fr www.restaurantledix.com

www.strasbourg.cci.fr

45


industrie

du 19 au 25 mars

la semaine de l’industrie

Nouveau club d’entreprises en Alsace du Nord

Anne Schleef • 03 88 07 32 40

46

janvier-février 2012 • n° 295

demeure une région industrielle, de nombreuses initiatives sont organisées dans les bassins d’emploi de notre région. Parmi elles, quelques-unes sont portées par les CCI de la Région Alsace en partenariat avec les entreprises locales.

© Dorothée Parent

Le nouveau club d’entreprises d’Alsace du Nord, créé en septembre dernier, regroupe une dizaine de PME du territoire. Ce réseau, parrainé par Mars Chocolat France, Duravit et De Dietrich Thermique, rassemble plusieurs secteurs. En agroalimentaire : chocolaterie Daniel Stoffel (Haguenau), RaifalsaAlélor (Mietesheim), groupe Meckert, Est-Friture (Wintershouse), SautterPom’Or (Sessenheim), le Gourmet d’Alsace (Dambach-Neunhoffen), Cave de Cleebourg. En industrie : Capitol Europe (Niederbronn-les-bains) et Aludéal (Bitschhoffen). En services : assurances Castérot (Haguenau). Les membres visent à renforcer le travail en réseau et l’échange d’expertise et de bonnes pratiques. Le parrainage de plus grandes entreprises apporte savoirfaire et compétences, tout en les ancrant dans un bassin d’emploi. Ceci favorise la mise en place de réseaux de proximité réactifs et solidaires et rompt l’isolement de certaines entreprises. Les membres apprécient aussi la diversité des métiers au sein du groupe, le côté pratique – les réunions sont tournées vers l’opérationnel et convivial – les réunions ont lieu au sein des entreprises.

Portes ouvertes dans les entreprises, ateliers de découverte en milieu scolaire, expositions… Ce printemps, le programme de la Semaine de l’Industrie sera riche comme l’an passé. Une occasion unique de découvrir le dynamisme du secteur industriel et ses opportunités de carrière.

Décidée à l’issue des États Généraux de l’Industrie, le 4 mars 2010, la semaine de l’industrie a pour vocation de rapprocher les mondes de l’industrie, de l’Éducation Nationale et de l’enseignement supérieur. Cette mobilisation, destinée à renforcer l’attractivité des métiers industriels, a pour enjeu de permettre au secteur de recruter ses futurs talents et de rester compétitif. La 2e édition de cet événement national a lieu du 19 au 25 mars 2012. Parce que l’Alsace

Les industries alsaciennes ouvertes Dans le Haut-Rhin, N. Schlumberger et Fives Celes ouvriront leurs portes à des lycéens de Guebwiller. Ils seront ensuite accueillis au Pôle Emploi puis à la pépinière du Florival pour une présentation de BioValley. Dans le BasRhin, l’Arisal, l’association régionale des ingénieurs et scientifiques d’Alsace, présentera les métiers de l’ingénierie dans des établissements scolaires. Par ailleurs, Socomec et General Motors ont d’ores et déjà confirmé l’ouverture de leurs portes à cette occasion. Un mercredi de l’apprentissage dédié à l’industrie sera aussi organisé à la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin. Les entreprises qui souhaitent participer à la Semaine de l’Industrie peuvent s’inscrire sur internet et télécharger un kit de communication. www.economie.gouv.fr/semaine-industrie

ÉCO-conception

Faites-vous accompagner par les partenaires actena Vous avez un projet ? Intégrez-y le paramètre environnemental. Éco-concevoir, c’est protéger l’environnement mais c’est aussi un formidable levier pour augmenter la valeur ajoutée des produits ou des services. Mais s’il est souvent possible de réduire un premier impact environnemental d’un produit, cette action ne mène pas forcément au succès technique et économique d’une démarche d’écoconception. Le projet doit être envisagé de façon globale, à tous les étages de l’entreprise. Les partenaires ACTENA - ACTion ENvironnement Alsace - vous accompagnent sur cette voie. Faire émerger un projet d’éco-conception, mesurer les impacts environnementaux d’un produit, rechercher des solutions, conduire un projet d’éco-conception et enfin identifier les arguments de vente pour commercia-

liser sa marchandise… voilà ce que propose l’opération ACTENA. Initié par les partenaires régionaux œuvrant dans le domaine de la protection de l’environnement, ce programme propose une offre à la carte, adaptée à chaque projet et chaque entreprise. Pour créer un accompagnement personnalisé, un diagnostic de positionnement en éco-conception est offert. Il nécessite un entretien d’une demi-journée avec les responsables du marketing et de la production (R&D, QSE ou méthode…) et comporte une mini-étude d’opportunité sur les aspects réglementaires, concurrentiels, les attentes clients ainsi qu’une revue du cycle de vie du produit. contact CCI

 onan Sébilo • CCI de Colmar et du Centre-Alsace R rsebilo@colmar.cci.fr • 03 89 20 21 46


La

lettre

de

N°46

Strasbourg Place Financière

L’HÔTEL MERCURE SAINT-JEAN DE STRASBOURG présente

2012 : encore une année à risque Les anciens Mayas avaient prédit la fin d’un cycle cosmique le 21 décembre 2012. D’aucuns en concluent que ce sera aussi la fin du monde. Loin d’être aussi négatif, je reste cependant sceptique que 2012 soit enfin l’année marquant une véritable reprise après la crise financière de 2007-2008. D’une part les problèmes de dette souveraine en Europe ne sont pas encore résolus, d’autre part la croissance américaine restera relativement faible et les plans de relance seront difficiles à réaliser en période électorale. Les marchés émergents, en particulier la Chine, ont certes les moyens de croître et le feront sans doute mais leur dynamique s’est également essoufflée fin 2011 et ne permettra pas une croissance globale solide. 2012 sera aussi l’année d’importantes élections en France et aux États-Unis, qui devraient également contribuer à l’incertitude. L’année 2011 aura été marquée par la crise de la dette souveraine, pas seulement en Europe, où elle était au cœur de la crise de l’euro mais également aux États-Unis, où le débat sur le plafonnement de la dette a entraîné l’abaissement de la note souveraine de AAA à AA+. L’approche pour résoudre la problématique de la dette est différente des deux côtés de l’Atlantique. Alors que les États-Unis misent sur un retour hypothétique de la croissance et sont pour cela prêt à faire tourner la planche à billets et à temporairement creuser les déficits publics encore plus profondément, les pays européens qu’ils soient du centre

ou de la périphérie s’astreignent ou sont contraints de s’astreindre à des programmes d’austérité qui grèvent d’autant un retour rapide de la croissance. Dans les deux cas, la solution n’est pas optimale. Les États-Unis, ainsi que la Grande Bretagne et certains pays de la périphérie européenne (Espagne, Irlande) sont dans une période de désendettement. Tous les plans de relance, qu’ils soient monétaires ou fiscaux ne peuvent tout au plus que ralentir ce processus qui pèse sur la croissance. Mais tant que le désendettement ne sera pas achevé il ne faut pas s’attendre à une forte croissance. De plus une utilisation trop ostensible de la planche à billets augmente le risque d’une inflation incontrôlée. C’est surtout le cas aux États-Unis et en Grande-Bretagne, où les masses monétaires de base ont triplées en l’espace de trois ans. Les pays du centre et du nord de l’Europe, l’Allemagne en tête n’ont pas la même problématique de désendettement. Ici une politique d’austérité trop radicale pourrait se révéler contre-productive et étouffer toute croissance « naturelle ». La suite de l’article sur le site www.strasbourg-place-financiere.com

Dr. Andreas Hoefert Chef économiste UBS Wealth Management & Business Banking, Zurich UBS (France) S.A. Bureau de Strasbourg 1 boulevard Jean-Sébastien Bach 67000 Strasbourg

16 rue de Leicester 67 000 STRASBOURG Tél. 03 88 32 12 06 e-mail info@strasbourg-place-financiere.com www.strasbourg-place-financiere.com

par le producteur de “La Chambre 2030“ “UN HOMME, UNE FEMME, CHACUN SA CHAMBRE“

LES NOUVELLES CHAMBRES THÉMATIQUES DE L’HÔTEL MERCURE STRASBOURG ST JEAN. CRÉEZ LA CHAMBRE DE CHACUN CAR CHACUN EST DIFFERENT

IMAGINEZ ET DEVENEZ LES RÉALISATEURS DE CES 2 CHAMBRES UNIQUES EN FRANCE ! PARTICIPEZ EN VISITANT NOTRE SITE

WWW.MERCUREHOMMEFEMME.FR

Hôtel Mercure Strasbourg St Jean - 3 rue du Maire Kuss - STRASBOURG Tél. 03 88 32 80 80 - mèl : H1813@accor.com

www.strasbourg.cci.fr

47


juridique Indices jan-fév

1624

Indice trimestriel du coût de la construction Insee 3e trimestre 2011 (+ 6,84 % sur un an)

105,31

Indice trimestriel des loyers commerciaux 3e trimestre 2011 (+ 2,88 % sur un an)

121,68

Indice de référence des loyers du 4e trimestre 2011 (+ 2,11 % sur un an)

0,38 %

PLAN DE RIGUEUR Afin de réduire les déficits, plusieurs mesures ont été adoptées dans des lois de finances rectificatives successives. Voici les mesures phares de ce plan de rigueur. Loi de finance rectificative* - Augmentation du taux réduit de TVA Depuis le 1er janvier 2012, le taux réduit de TVA de 5,5 % est porté à 7 %. Restent néanmoins taxés au taux de 5,5 % les produits de première nécessité tels que les produits alimentaires, les équipements à destination des personnes handicapées, les abonnements au gaz ou à l’électricité et les repas servis dans les cantines. - Impôt sur le bénéfice des sociétés (IS) et grandes entreprises Les entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 250 M€ devront payer un impôt sur les bénéfices pour les années d’imposition 2012 et 2013 majoré de 5 %. *loi 2011-1978 du 28-12-2011

Loi de finance 2012* La grande majorité des mesures concerne la fiscalité des particuliers mais les entreprises seront intéressées indirectement par certaines d’entre elles comme :

- la non-application de l’abattement pour durée de détention de parts ou d’action en cas de cession. En effet, les plus-values en cas de cession de titres devaient faire l’objet d’un abattement pour durée de détention, abattement applicable après six années de détention soit en 2012. Dans la mesure où l’abattement est supprimé, cet avantage ne sera jamais appliqué. Cette suppression ne concerne pas toutefois les cessions lors d’un départ à la retraite. - la nouvelle réduction de 15 % des niches fiscales Comme cela avait déjà été le cas à hauteur de 10 % pour les revenus de 2011, une nouvelle réduction de 15 % frappe la plupart des niches fiscales concernées par le plafonnement. Ne sont pas touchés par ce nouveau rabot les avantages fiscaux pour l’emploi d’un salarié à domicile, la réduction d’impôt pour investissement Outre-Mer dans le logement social ainsi que le crédit d’impôt pour frais de garde des jeunes enfants. *loi 2011-1977 du 28-12-2011

Taux d’intérêt légal 2011

125,09

Indice des prix à la consommation, (indice national – ensemble des ménages) décembre 2011

SMIC à compter du 1er janvier 2012

9,22 €

Taux horaire brut

1 398,37 € Taux mensuel brut pour 151,67 heures

3 031 €

Plafond mensuel Sécurité Sociale 2012

36 372 €

Plafond annuel Sécurité Sociale 2012

48

janvier-février 2012 • n° 295

Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2012 Absence d’activité et radiation du RSI Les travailleurs indépendants (et pas uniquement les auto-entrepreneurs) qui ne déclarent pas de chiffre d’affaires ou de revenus professionnels durant deux années civiles consécutives seront radiés par le RSI. En effet, ils seront, en l’absence de chiffre d’affaires et de revenus, présumés ne plus exercer d’activité professionnelle. Il sera possible néanmoins de faire opposition à cette radiation. La forme et la procédure de cette opposition par le chef d’entreprise restent à être définies par décret. Travail dissimulé élargi La loi prévoit deux nouveaux cas de travail dissimulé : • lorsque le chef d’entreprise n’a pas déclaré son chiffre d’affaires ou son revenu • lorsque le chef d’entreprise a continué son activité malgré une radiation pour absence présumée d’activité professionnelle.

L’EIRL : parution du modèle d’actualisation de la déclaration d’affectation du patrimoine

Les entreprises individuelles ayant choisi l’EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée) qui ont un régime d’imposition de micro-entreprise doivent tenir : • un livre des recettes et, lorsque leur activité le requiert, un livre des achats • au 31 décembre de chaque année, un relevé actualisant la déclaration d’affectation de leur patrimoine (article R 526-10-1 du Code de commerce). Ce relevé doit faire l’objet d’un dépôt annuel au registre auprès duquel la déclaration d’affectation a été déposée, dans les six mois de son établissement. Un arrêté vient de présenter le modèle type de ce relevé actualisant la déclaration d’affectation du patrimoine. L’entrepreneur doit, à la fin du document, dater et signer le relevé d’actualisation. Arrêté du 28 septembre 2011 JO du 12 octobre 2011, article 1.

Le chantier de la simplification administrative : où en sommes-nous ?

Suite aux assises de la simplification administrative, un projet de loi faisant état de 80 mesures avait été déposé à l’Assemblée Nationale. Une partie de ce projet vient d’être adopté en première lecture et une première vague de mesures de simplification administrative devrait voir le jour. Il s’agit notamment de la simplification du bulletin de paie, de la mise en place d’un coffre-fort électronique ou encore l’assouplissement des seuils d’effectifs.


© Arahan / Fotolia

La loi de simplification des finances en Allemagne

Le gouvernement allemand a adopté en 2008-2009 deu x paquet s de mesures (« Konjunkturpaket I et II ») pour relancer l’économie allemande suite à la crise économique. Parmi celles-ci figuraient : • des mesures relatives au chômage partiel, • l’amortissement dégressif et des amortissements spéciaux pour les petites entreprises, • la baisse du taux à 2,8 % pour la cotisation d’allocations chômage, • la baisse du taux à 14,9 % pour la cotisation de la sécurité sociale.

Pour 2011-2012, le gouvernement n’a pas prévu de « Konjunkturpaket ». Par contre, la loi de simplification des finances contient quelques mesures comme : • les frais professionnels : la déduction forfaitaire globale pour les contribuables (Arbeitnehmerpauschbetrag) a augmenté de 920 € à 1 000 €, • la déduction des frais réels pour la garde d’enfant est plus facile, la distinction entre les frais de garde pour cause d’activité professionnelle ou non n’est plus applicable, • la déclaration d’impôt sur le revenu peut désormais être déposée pour deux ans (et pas sur un an), mais cela s’applique uniquement pour les contribuables salariés, • l’allocation familiale (Kindergeld) ne dépend plus des revenus de l’enfant majeur (de 18 à 25 ans). Les droits à l’allocation familiale sont supprimés s’il travaille plus de 20 heures par semaine. contact CCI

Publicité L’obligation d’indiquer l’identité de l’entreprise Le Oberlandesgericht München a décidé dans un arrêt (Az. 6 U 3517/10) : Si un magasin de discount alimentaire effectue de la publicité pour des produits avec indication des prix dans un prospectus, il est obligé d’indiquer son identité. Ni l’indication de l’identité de l’entreprise à l’entrée du magasin, ni la référence d’un site internet sur lequel on peut trouver la succursale la plus proche, ne sont suffisantes pour remplir l’obligation d’information sur l’identité. Dans un but de plus grande transparence, la loi sur la concurrence déloyale (UWG- Gesetz gegen den unlauteren Wettbewerb) impose aux entreprises une obligation d’information sur leur identité pour que le consommateur puisse identifier clairement et sans ambiguïté son partenaire contractuel. Ces informations doivent être facilement accessibles. Un simple renvoi n’est pas suffisant.

© Fotolia

JURISINFO FRANCO-ALLEMAND

 ervice juridique • 03 88 75 25 23 S juridique@strasbourg.cci.fr

www.strasbourg.cci.fr

49


tourisme

Hôtel d’Alsace

Tout beau pour accueillir une troisième étoile

© Benoît Linder

supplémentaires. Pendant la durée du chantier, l’hôtel a continué de fonctionner sans trop perturber la clientèle. « Le beau temps de l’arrière-saison a aidé, notre terrasse nous a permis d’accueillir notre clientèle d’habitués ». Agathe et Frédéric Kop ont repris l’hôtel-restaurant en juin 1998, bien déterminés à développer l’affaire, aujourd’hui adhérente aux Logis et à Interhôtel. Désormais, le restaurant accueille près de 80 couverts, auxquels il faut ajouter la capacité du bar et de la terrasse. En rez-de-jardin, une troisième salle de séminaire a été créée, de 36 m2. Les deux autres sont modulables à 72 m2.

Agrandissement du restaurant, rénovation de la toiture et de la façade, mise aux normes, l’Hôtel d’Alsace a fait peau neuve en moins de sept mois. Illkirch-Graffenstaden En plein centre-ville, à quelques minutes de l’Aéroport international Strasbourg, l’hôtel d’Alsace** est un hôtel confortable de quarante chambres, réparties sur quatre étages. Celles-ci ont été entièrement refaites en 2010, du sol au plafond, en passant par le mobilier – réalisé sur mesure, pour satisfaire les besoins des clients, notam-

ment pour ce qui concerne les bureaux, avec desserte spécifique pour ordinateur –, la literie, les luminaires… En moins de six mois, ce sont les façades et la toiture qui ont été refaites, de même qu’un ascenseur extérieur destiné à accueillir les personnes à mobilité réduite a été créé. Le restaurant « Les Terrasses d’Illkirch » a été agrandi de manière à offrir une trentaine de couverts

Alsameeting peaufine sa sélection D’abord édité sous forme papier en 1996, puis en version électronique, Alsameeting est un outil à destination des entreprises qui recherchent un lieu d’accueil pour leurs réunions professionnelles. Depuis le début d’année, le site qui a connu une première refonte en 2009, est adossé à une nouvelle charte qualité. En tout, 34 engagements ont été listés, à honorer à hauteur de 90 % par les établissements souhaitant figurer sur le site. Dorénavant, les entreprises sélectionnées bénéficient d’une adhésion à titre gracieux. La nouvelle sélectivité permet aux CCI alsaciennes de mettre en avant des lieux ayant une activité

50

janvier-février 2012 • n° 295

de séminaires, avec notamment des services professionnels et des prestations en adéquation. L’objectif de cette refonte étant de fournir un service optimal à l’entreprise en quête d’un lieu, dont la recherche sera facilitée par des pictogrammes annonçant les prestations proposées. Les entreprises souhaitant adhérer peuvent obtenir la charte de qualité auprès du service tourisme de la CCI.

contact CCI

 arc Liebrich • 03 88 75 25 59 M www.alsameeting.fr

Clientèle d’affaires le midi L’hôtel a connu un bel essor, surtout lié au bouche à oreille et à son référencement sur Internet. « La vente en ligne, incluant le site propre de l’établissement, constitue le plus gros du travail » souligne Agathe Kop. C’est une clientèle d’affaires qui fréquente le restaurant « Les Terrasses d’Illkirch », ainsi que de fidèles habitants des environs, dont quelques personnes à mobilité réduite. Le couple est très à cheval sur les normes et l’accessibilité ajoutée à leur projet de départ. Dans le restaurant, refait du sol au plafond, insonorisé, tout a été revu, seules les fresques de Charly Barrat ont été conservées. Avec la nouvelle configuration, l’accès au parking – gratuit, fermé la nuit  – de l’hôtel se fait par la rue, côté gauche. Prochain objectif du couple Kop : refaire les salles de bain. « Nous nous laissons le temps de digérer le récent investissement, qui a dépassé les 700 000 € », observe Agathe Kop. Hôtel d’Alsace • 03 90 40 35 00 • www.hotelalsace.com


tic

L’entreprise 2.0

Les nouvelles technologies, après la sphère privée, révolutionnent l’entreprise. Au cœur du dispositif, le partage de l’information. Jusqu’ici, l’entreprise tragroupes : Total, et Groupement ditionnelle, dite 1.0, reposait, Desjardins, « l’équivalent du Crédit schématiquement, sur une hiéMutuel au Canada », selon Patrice rarchie et un flux de documents. Létourneau, chef de l’antenne à Celui qui avait l’information déteMontréal. nait le pouvoir. L’organisation Organiser son passage vers le 2.0 humaine était soigneusement demande une réflexion sur le projet compartimentée en tâches et d’entreprise que peuvent accomen domaines d’intervention. Ce pagner des cabinets d’experts. système héritait directement du « Même si certaines entreprises taylorisme. disposent déjà d’équipes dédiées à Aujourd’hui, champs d’action et ces questions, nous, experts, aidons d’information sont décloisonnés. en amont, dans l’élaboration de la Le document n’est plus au centre stratégie d’ensemble, dans la mise du dispositif, mais l’huen rythme de ces chanmain. Web, intranet, À la clé, plus gements, et la manière de performance smartphones, portables, d’intégrer ce processus et de confort tablettes numériques de travail dans la culture de l’entreetc. bousculent l’ordre prise », explique Annie établi. Les entreprises y gagneront Flaugnatti, de Voirin consultants. si elles intègrent ces technologies Avec l’entreprise 2.0, les outils dans leur mode de fonctionnement. technologiques déjà présents dans À la clé : plus de performance, de la vie privée des salariés servent confort de travail, et aussi d’attracaussi au travail. Leur convivialité tivité. Dans ce domaine, le cabinet et leur rapidité dans les échanges Voirin, (35 personnes réparties doivent aussi augmenter productisur Schiltigheim, Lyon, Paris et vité et intelligence collective. « Le Genève, avec une antenne, Atelya, système de partage des connaisà Montréal) a décroché deux sances permet d’éviter de réinventer marchés auprès de deux grands l’eau chaude tous les matins. On

développe les relations horizontales, en réduisant la déperdition d’information entre chaque flux », explique Annie Flaugnatti. La hiérarchie existe toujours, mais n’est plus synonyme de détention d’information. Elle guide les échanges, oriente les projets et permet la perméabilité entre services et infos. Des plates-formes d’échanges, installées en fonction des dossiers en cours, permettent de réduire le nombre de courriels, aujourd’hui véritable problème. Ainsi, le webmaster, devenu « community manager », devient

pivot de l’organisation. Chez Voirin et Atelya, Total et le Groupe Desjardins ont été convaincus par la méthodologie employée et le suivi proposé. « Aujourd’hui, nombre d’entreprises canadiennes ont pris conscience des bénéfices que l’on peut tirer de l’entreprise 2.0 et se lancent », observe Patrice Létourneau. Les entreprises qui tireront leur épingle du jeu seront sans doute celles qui sauront le mieux s’adapter à ces changements majeurs. contact CCI de région alsace

Jean-Marc Kolb • 03 88 75 25 95

Agenda L’e-commerce est mort, vive le cross-commerce !

Mardi 13 mars à la CCI 10 place Gutenberg à Strasbourg de 17h30 à 19h ThémaTIC Rhénatic animée par les sociétés RBS, Activis, Inxmail et NBS contact CCI de région alsace

03 88 75 25 92

Quelles données acceptez-vous de perdre ? * SGBD : Systèmes de Gestion de Bases de Données ( SQL Server, Oracle, MySQL, Postgresql... )

© Morganimation / Fotolia

changement de méthode

* GBD le, rts S c Expe rver, Ora l... q Se gres SQL Post QL, MyS

AUCUNE, bien sûr ! Car vos données (clients, stocks, ventes...), en constante augmentation, sont la richesse de votre entreprise ! Il est donc vital pour vous de centraliser, sécuriser et rendre toujours disponibles vos données pour maintenir votre activité, même en cas de désastre ! Pour cela, faites appel à un spécialiste des bases de données proche de vous pour auditer, fiabiliser, optimiser ou tout simplement vous former aux SGBD*. Car, plus que les machines ou les logiciels, ce qui compte ce sont vos données !

Sécurisez vos bases de données SQL Data Consulting ● 2, rue Thomas Edison ● 67450 MUNDOLSHEIM Tél : 03.69.61.70.30 ● Fax : 03.69.61.70.31 ● E-mail : contact@sqldata.fr

www.sqldata.fr

www.strasbourg.cci.fr

51


créateurs

Christophe Stutzmann

© Benoît Linder

Le courtier qui optimise les travaux de vos projets

Construction, rénovation, extension : trois domaines d’intervention dans lesquels Christophe Stutzmann vous propose de vous aider à réussir votre projet.

52

janvier-février 2012 • n° 295

vaillera dans l’industrie pendant quatre ans avant de reprendre des études de monteur dépanneur frigoriste, point de départ de son parcours dans le bâtiment. Le fruit d’une longue réflexion Après quatre ans de chantiers effectués sur de grands sites et notamment dans le domaine des énergies renouvelables, il exerce des fonctions commerciales pendant deux ans. Apprécié pour ses compétences techniques, on lui propose un poste de directeur technique qu’il exerce pendant un an et demi. C’est à ce moment-là qu’il décide de se lancer. « Je me suis donné six mois de réflexion pour orienter mon projet, non sans avoir fait un stage chez un agent commercial et suivi une

Christophe Stutzmann 2A, allée des Tilleuls à Souffelweyersheim www.stutzmann-energie.fr

Ce que lui a apporté la CCI

© Benoît Linder

Souffelweyersheim « Le courtier est un métier récent, d’avenir encore peu connu, explique Christophe Stutzmann, qui a créé sa société en février 2011. Nous sommes 800 en France, dont 500 en franchise. Notre métier consiste à mettre en relation des clients qui désirent construire ou faire des travaux dans leurs habitations avec les corps de métiers susceptibles de répondre à leur cahier des charges ». Du gros-œuvre à la décoration, du bilan énergétique à l’isolation thermique ou phonique, Christophe Stutzmann estime les travaux à faire, sélectionne les différentes entreprises d’après leur savoir-faire, vérifie la justesse de leurs propositions, négocie les tarifs, etc. Son premier objectif est d’arriver à des travaux de qualité au meilleur coût. Interlocuteur unique de son client, particulier ou entreprise, sa prestation est gratuite et sans engagement. Christophe Stutzmann est en effet rémunéré sur la marge des entreprises qui réalisent les travaux. L’avantage est double : le client est assuré d’avoir une prestation rapide et de qualité sans aucun surcoût, l’entreprise voyant son CA augmenter ne rechigne pas à reverser un pourcentage de sa marge au courtier. Tourneurfraiseur sur machines à commandes numériques et conventionnelles, Christophe Stutzmann tra-

formation poussée à la création d’entreprise ». Au bout d’un an d’exercice et des clients très satisfaits, les résultats s’annoncent à la hauteur de son prévisionnel. Surtout, c’est à la quasi-unanimité que les clients l’apprécient. « Lorsque les devis sont signés, mon rôle d’intermédiaire s’arrête. Je réalise alors, en fin de travaux, une enquête de satisfaction qui porte sur la pertinence de l’offre technique, en termes de qualité et de prix, ainsi que sur les conseils que j’ai pu prodiguer. La plupart de mes clients sont d’ailleurs étonnés de la rapidité avec laquelle les travaux se sont déroulés ». Du coup, le chef d’entreprise envisage de recruter une assistante pour assurer les prises de rendez-vous, le suivi des demandes et la gestion administrative. Et l’optique à moyen terme d’embaucher des commerciaux.

J’ai obtenu toutes les réponses liées aux aides et financements possibles, avant d’être accompagné par Cap Création Initiative, qui m’a accordé un prêt d’honneur. Cela m’a permis de bien verrouiller mon projet avant de le mettre en place sur des bases solides.


les Artic ans sd publié re du d le ca ort Passep ndre re ep Entr

Sylvain Girard, La cave à terroirs

Vins, fromages et salaisons Authenticité et qualité sont au menu pour ce large choix de vins, fromages, jambons et produits d’épicerie fine proposé par Sylvain Girard.

Une belle offre en cadeaux d’affaires Pour les fromages, Sylvain Girard fait confiance à des affineurs qualitatifs, principalement sur des produits fermiers au lait cru, avec des appellations contrôlées. En moyenne, quelque 40 fromages différents sont proposés à la dégustation. Quant aux salaisons, ce sont des produits français – rosette lyonnaise, saucisson d’Aubrac, du Haut-Jura… et espagnols qu’on ne trouve pas ailleurs. Uniquement artisanales, elles sont achetées en direct chez les éleveurs. Pour exemple, les belles salaisons ibériques qu’on appelle les pata negra – les porcs sont nourris aux glands de chêne ou les jambons Serrano de Trevalez… Fromages et salaisons peuvent être servis en plateaux, dans des plats en osier ou sur des ardoises. soirées à thème Au-delà de ces trois produits phares, de nombreux accessoires liés au vin, des verres et carafes et un rayon épicerie fine. L’assortiment de confitures, chocolats, huiles d’olives, jus de fruits gastronomiques, champagnes et autres alcools peut aussi constituer une belle offre en cadeaux d’affaires. Après s’être laissé le temps de découvrir sa clientèle et ses besoins, le chef d’entreprise envisage de développer des soirées à thème et pourquoi pas des soirées privées pour des comités d’entreprises. Son credo : marier produits authentiques à tous les niveaux de prix et qualité du conseil. La cave à terroirs 48 rue Boecklin à Strasbourg-Robertsau • 03 88 34 54 19

© Benoît Linder

strasbourg Sylvain Girard a appris très tôt à déguster et à apprécier les bons plats en famille. Guidé par la passion du vin, le jeune Sancerrois enchaîne DUT en techniques de commercialisation et DTA en gestion et marketing du secteur vitivinicole avant d’exercer dans des caves à vins ou associations de châteaux, notamment dans le Bordelais. À 33 ans, un choix familial le mène en Alsace - son épouse également dans le milieu du vin, est sollicitée par un groupe viticole alsacien. Sylvain Girard décide alors de mettre en œuvre le projet qui lui tient à cœur : créer une affaire Des vins issus en regroupant ses trois passions : les vins, les fromages de vignerons et les salaisons. Un an et demi lui sont nécessaires pour indépendants, peaufiner le concept et trouver un local. Pour les vins, il des produits dispose d’un joli carnet d’adresses constitué de vignerons authentiques indépendants, sélectionnés sur la France entière. « En à tous les vendant leur vin, je vends leur domaine et leur philosophie niveaux de de travail ». souligne Sylvain Girard. Dans son magasin, prix un espace qu’il a voulu sobre et spacieux, quelque 250 références de vins, dont une trentaine d’alsaciens et une vingtaine d’étrangers – italiens, espagnols, autrichiens et du nouveau monde. Des vins de qualité, vendus à partir de 3 € la bouteille jusqu’à 150 € pour le grand cru. Les vins peuvent être présentés en tonneaux, ce qui est apprécié des buffets campagnards.

contact CCI June Marchal • 03 88 75 24 25

Ce que lui a apporté la CCI La formation de cinq jours de la CCI m’a permis de mettre les choses au clair. La présentation de mon projet devant un jury d’experts et le parrainage de Cap Création m’ont évité certaines erreurs… J’ai vraiment apprécié d’être soutenu par les conseillers CCI tout au long du projet, depuis les travaux à entreprendre dans le local jusqu’à la communication.

www.strasbourg.cci.fr

53


gastronomie

Nicolas Guilloton

© Benoît Linder

cuisinier dans l’âme L’hôtel-restaurant Le Lion d’Or offre un cadre agréable pour une cuisine raffinée, appréciée depuis plusieurs générations. Nicolas Guilloton y officie depuis un an aux côtés de Philippe Velten, mariant tradition et modernité. La Petite Pierre Parcours atypique que celui de Nicolas Guilloton qui s’est découvert une passion pour la cuisine alors qu’il était étudiant… en musicologie, après avoir passé un bac scientifique. Le jeune étudiant finance alors ses études en travaillant dans différents restaurants strasbourgeois… Il finit par aller de moins en moins à la fac et entre au Lycée hôtelier d’Illkirch pour y préparer un BTS en alternance. Apprenti au Crocodile de 2002 à 2004, il restera marqué par Émile Jung : « c’est un cuisinier lyrique qui sait très bien expliquer la cuisine et les goûts – sa justesse est impressionnante, ce n’est pas pour rien qu’il fut élu meilleur saucier de France. Chez lui, j’ai trouvé mon appétence à travailler de beaux produits, grâce à lui, j’ai pu participer à des festivals gastronomiques à l’étranger ». Et aujourd’hui, Émile Jung est la première personne que Nicolas Guilloton appelle lorsqu’il a un souci ou une requête. Et c’est un peu grâce à lui qu’il se trouve 54

janvier-février 2012 • n° 295

au Lion d’Or, après avoir travaillé pendant plus de quatre ans au Mali. Il y a notamment participé à l’ouverture du Radisson Blu (cinq étoiles) en tant que responsable de la production et chef de cuisine de deux restaurants. Restaurant gastronomique et winstub Aux côtés de Philippe Velten, 7e génération de la famille au Lion d’Or, Nicolas Guilloton dirige une brigade de 12 cuisiniers et pâtissiers, qui œuvrent à la fois pour le restaurant gastronomique et la winstub. Tout en préservant la continuité des plats qui ont fait le succès du Lion d’Or – civet de gibier, sandre au pinot noir, foie gras – le jeune chef apporte sa touche personnelle. Exemples : la cassolette de petits escargots de Bourgogne – en réalité des petits gris d’Alsace – est mariée à des cèpes et accompagnée d’un croustillant de feuillage et un mesclun à l’huile de sésame grillé,

tomates séchées. Un plat original de par sa présentation puisque le disque de feuillage masque les escargots. La pintade rôtie d’Alsace est associée à une compression de potirons et de pommes marbrées aux coings, jus de madère et purée mousseline de céleri… « Avec la sauce au madère, un côté doucereux s’associe au résultat très moelleux du pressé ». Proposés avec des jeux de textures et de chaleur, du chaud-froid au croustillant, ses desserts vont du traditionnel au contemporain, comme le chocolat Guanaja-arachide barre du Lion, marié à un croquant de nougatine d’arachide et sorbet poire. Clin d’œil au Mali… Le Lion d’Or comprend un resto gastronomique (100 couverts), une winstub (40 couverts). Prix des menus : de 38 à 59 €. À l’arrière de la salle avec cheminée, la vue est imprenable. « Surtout lorsque le coucher de soleil vient raser la forêt ». Nouveau depuis l’hiver, les « Lions’s Grill, Romy et Alésia », petites cabanes en bois à l’arrière du bâtiment accueillent – sur réservation  –, les amateurs de raclettes et pierrades (12 personnes maximum par cabane). Un cadre bien chaleureux, tout en bois, et joliment décoré. Le Lion d’Or est également gestionnaire de l’espace de restauration du Musée Lalique, pour lequel Nicolas Guilloton a créé avec le chef lyonnais Alain Alexanian, le concept du «  croq  ». Un triangle en feuille de brique croustillant avec garnitures originales : civet-spaetzle, raclettejambon et pomme de terre en robe des champs… Après un an, Nicolas Guilloton est ravi de se faire plaisir à la française, de donner libre cours à son imagination. Sa dernière invention est une infusion de feuilles de bergamotes, qu’il souhaite confire et utiliser en association avec du magret de canard. Confiant en son expérience en biologie… Le Lion d’Or 14 rue Principale à La Petite Pierre 03 88 01 47 57 • www.liondor.com

Nicolas Guilloton et Philippe Velten ont proposé un menu d’exception aux jeudis de la Gastronomie du Cefppa, le 8 décembre dernier. www.cefppa.eu


En images

Trophée régional de l’export L’audace et la performance récompensées Pour cette 15e édition de la remise des trophées régionaux, plus de 500 décideurs alsaciens étaient réunis à l’Illiade.

Jean-Charles Spindler, Marqueterie d’art Spindler

De gauche à droite Kim Nguyen, Clipso Productions Lionel Augier

Francis Roche, ADP

De gauche à droite Christophe Lemoye, Heppner Pierre Jachez, CIC Est Laurianne BRASSEL, Vossloh Cogifer

Sabrina Gaucher, DNA

De gauche à droite Christophe Feist, Soprema Dominique Heintz, Team Sébastien Loeb Racing

© Henri Parent

Alphonse Altzenhoffer, Vossloh Cogifer

De gauche à droite Jean-louis Hoerlé, Président de la CCI de Région Alsace Catherine Trautmann, Vice-présidente de la CUS Jean-luc heimburger, Président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

De gauche à droite Jean-Louis Koessler, Cabinet Mazars Jean-Gabriel Lett, Orange

www.strasbourg.cci.fr

55


découvertes

Anne Art, fleurs et toiles

Omega Studio fait revivre la musique folklorique

Donnez une âme à votre intérieur

Spécialiste depuis plus de 36 ans dans l’enregistrement sonore, Omega Studio se soucie de la préservation du patrimoine musical alsacien. C’est ainsi que ce studio vient de réaliser un coffret contenant 12 CD audio, comprenant une partie du riche patrimoine de musique folklorique alsacienne des années 1950 à 1975. Cette restauration sans équivalent a permis de sauvegarder 327 titres, qui reflètent les morceaux joués par les orchestres en Alsace. Le choix s’est porté sur 14 ensembles musicaux (certains comprenant aussi des chœurs et des groupes de danse) représentatifs de cette période, qui avaient enregistré sur des disques vinyles les œuvres de 79 compositeurs et arrangeurs. Mais les disques vinyles, 45 ou 33 tours vieillissent, eux aussi ! Pour garder l’esprit « rétro » de cette musique, Oméga a réalisé ses CD remastérisés avec la dernière technologie, mais en leur donnant leur aspect d’antan : en guise de clin d’œil on retrouve sur les CD une imitation des surfaces des disques vinyles et des étuis papiers qui protégeaient les anciens disques dans leurs étuis cartonnés.

© Benoît Linder

Du petit bouquet de fleurs coupées à la peinture, le magasin créé par Anne Diener propose un florilège d’idées cadeaux pour tous les formats et pour tous les budgets.

De la création florale à la peinture Avant de s’installer à Strasbourg, Anne Diener a tenu deux boutiques de fleurs durant près de 20 56

janvier-février 2012 • n° 295

Le nouveau local lui permet de conjuguer ses deux passions : la création florale et la peinture

ans, dont l’une à Hochfelden, qu’elle a revendue à l’un de ses employés. Entretemps, elle s’est consacrée à la peinture, participant à quelques expositions. Son nouveau local lui permet de conjuguer ses deux passions : la création florale et la peinture. Des paysages, des natures mortes ou des œuvres plus contemporaines. Comptez 80 € pour un petit format, 300 € pour le plus grand. Ce qu’elle aime, c’est associer des éléments de la nature qu’elle repère lors de ses courses ou promenades. Elle travaille également la terre pour ses sculptures. Chez Anne Art, une autre possibilité de cadeau, « qui dénote mais qui finalement plaît beaucoup » : l’huile d’olive issue de son jardin en Provence. Depuis qu’elle s’est installée dans ses nouveaux murs, Anne Diener est ravie de pouvoir se donner le temps de créer, sans avoir de barrières. C’est presque un jeu dans lequel elle trouve fascinant de parvenir à capter les clients. Et elle y arrive… avec douceur et simplicité. Anne Art, fleurs et toiles 12, rue Finkwiller à Strasbourg 03 88 37 19 26

Omega Studio 16 rue des Petits Champs 67760 Gambsheim 03 88 96 96 16

© Jean-François Badias

Strasbourg Quartier Finkwiller, l’ancienne épicerie de la rue a cédé la place à un agréable magasin de fleurs, objets de décoration et tableaux. Un endroit clair et spacieux, dont la configuration permet une mise en avant optimale des créations d’Anne Diener, fleuriste et artiste-peintre. À l’avant du magasin, des arrangements floraux « imaginés en harmonie avec la saison », des plantes et des objets cadeaux, à l’arrière la galerie de tableaux. Privilégiant le côté personnalisé de ses créations, Anne Diener a volontairement limité les volumes, ce qui donne un environnement très épuré. Son objectif : « faire plaisir, donner envie de revenir ». Quel que soit l’acte d’achat. « Le quartier est plutôt fréquenté par des étudiants, je tiens à leur proposer de petits prix ». Chez Anne, vous trouverez aussi bien un petit arrangement à 10 € qu’une orchidée à 52 €.


La Boule verte des objets qui ont un mot à dire…

Proposée par CroisiEurope et la Société de géographie, cette croisière de cinq jours vous invite à découvrir Venise, son histoire, ses palais, ses villas, et les îles de la lagune… Un programme de visites, de conférences et de plaisirs gourmands – avec à bord du bateau l’ancien chef étoilé du Crocodile, Émile Jung. Du 17 au 21 mars, sur le MS Michelangelo. 77 cabines doubles, toutes équipées de douche et toilettes. CroisiEurope 03 88 76 40 66 www.croisieurope.com

européenne et culturelle – son principal domaine d’investigation aujourd’hui. C’est en 2008 quelle a voulu donner forme à son envie de créer des objets de décoration originaux. Les produits de La Boule verte sont en vente sur internet et également diffusés dans certains magasins de meubles comme 197.design à Brumath et auprès de cuisinistes comme Bulthaup. Christina Stein a eu l’occasion de présenter ses créations au parcours du design de la CCI. Elle a également été sélectionnée pour le concours Alsace Innovation par le CEEI. www.labouleverte.com

Lumière tamisée, musique douce du monde, l’Asiane Spa de l’hôtel du Parc offre une ambiance propice à la relaxation… À savourer jusqu’en mars ce rituel appelé « Pochons du Siam » basé sur des épices chauffées à la vapeur, avec lesquelles des pressions sont effectuées sur le corps, suivies de mouvements circulaires, puis d’un lissage de l’épiderme. Une pratique visant à la relaxation et à la revitalisation de l’organisme au travers du contact chaud des pochons sur la peau. L’Asiane Spa, élu meilleur resort-spa lors du colloque national du spa de mars 2010, est reconnu pour son tour du monde de soins – une douzaine, de 40 à 60 minutes.

© Salmanski Bartosch / La Boule Verte

© CroisiEurope

Des vases déclinés en cinq essences différentes, un photophore géant qui est « un escargot tout chaud dans lequel les bougies chauffe-plats s’enroulent en un colimaçon », des planches à pain sur lesquelles sont pyrogravés de petits messages comme « être et paraître, savourer et dévorer, donner et recevoir », etc. Voici une petite illustration des objets imaginés par Christina Stein, créatrice de l’atelier La Boule verte, « pour jouer avec les mots et avec les objets que je dessine et fais fabriquer en Alsace et en Allemagne ». Journaliste indépendante pour la presse badoise, la jeune femme exerce sa plume dans l’actualité politique,

Idée détente Hiver Évasion à l’Asiane Spa

© Le Parc

Venise et sa lagune Une croisière étoilée

Asiane Spa 169, route d’Ottrott 67210 Obernai www.hotel-du-parc.com

Frissonner non pas de froid mais d’émotion face aux œuvres exposées à l’ancienne douane, jusqu’au 26 février. C’est ce que proposent l’association Accélérateur de particules et la galerie Impact en exposant une vingtaine d’artistes contemporains, venant de divers horizons. « Thrill », le frémissement, est le nom donné à cette rencontre d’artistes, qui retracent, à leur manière, leur vision du monde. Un monde nullement idyllique mais plutôt inquiétant, mystérieux, triste, effrayant, qui donne à réfléchir. Cet événement culturel exceptionnel à Strasbourg est rendu possible par l’aide des collectivités et des partenaires mécènes qui participent au montage financier. Pour participer, on peut choisir d’être partenaire donateur ou mécène (avec des possibilités de défiscalisation jusqu’à 60 % du don). Le partenariat permet de faire apparaître le nom de sa société sur les supports de diffusion de l’exposition, du cartel au catalogue, en passant par les cartons d’invitation et de remerciement. Les dons sont gérés par le fonds d’investissement Interface.

Thrill Art • Yasmina Khouadijia • 06 71 72 11 66 • www.thrill-art.com

© Jens Ziehe

Frémissant art contemporain

Tindaya II, par Alvan Beyer www.strasbourg.cci.fr

57


temps forts

André Ribas chronostlagia@orange.fr

Champagne pour les filles

Du 10 au 12 février à Strasbourg

Des forêts de pins Laricio aux lacs de montagne couleur émeraude en passant par le maquis parfumé, les alpages ou les vignes… la Corse sera mise à l’honneur pour cette 19e édition du salon du tourisme, des loisirs et du bien-être. Et, comme à l’accoutumée, Tourissimo accueillera une multitude de destinations et de séjours répondant à tous les goûts, des régions françaises aux quatre coins du monde. 260 exposants seront présents pendant les trois jours du salon, qui accueillera également un espace véhicules de loisirs –campings cars, caravanes et mobile-homes de toutes tailles et de tout standing, et un nouvel espace partagé par des professionnels des loisirs et du bien-être. De 10 h à 19 h au Parc expo du Wacken.

i

Le 4 mars à Strasbourg L’association Chronostalgia organise sa première bourse de la montre de collection avec des exposants professionnels établis dans différents pays d’Europe. Une vente aux enchères de montres proposées par les exposants et les particuliers clôturera la manifestation. Au Pavillon Joséphine.

tourissimo

©paradisu.info - Martin Lend

Bourse de montres de prestige

www.tourissimo-strasbourg.fr

Le 8 mars Journée de la femme © Anna Subbotina / Fotolia

Usetec 2012, salon mondial de la technique d’occasion

Du 5 au 7 mars à Cologne, Allemagne Toutes les marques seront représentés à ce salon des machines et installations d’occasion : de l’engin de construction à la machine de traitement des produits alimentaires en passant par le chariot élévateur pour la logistique en entreprise. Le service de réservation de restaurants LaFourchette.com a rallié 200 restaurants pour son opération spéciale « Des bulles pour les filles ». Le principe : pour chaque réservation faite sur le site, les femmes se voient offrir une coupe de champagne. www.lafourchette.com

Salon professionnel Hexagone

Les 25 et 26 mars à Colmar Une cinquantaine d’exposants français et étrangers sont attendus à ce salon rassemblant des professionnels issus des secteurs du cadeau, de la décoration, de la mode et de la cuisine, etc. répartis sur 4 000 m². L’accès est réservé aux professionnels. Au Parc Expo. www.hexagone.fr

58

janvier-février 2012 • n° 295

Trophées de l’eau 2012 Appel à candidatures Jusqu’au 28 février

Ce concours organisé par l’agence de l’eau Rhin-Meuse a pour objectif de valoriser de manière concrète les initiatives de chacun dans la mise en œuvre de la politique de l’eau à l’échelle d’un territoire. De la préservation à la reconquête durable de la qualité de la ressource en eau et des milieux aquatiques. Sont concernés les industriels, PME-PMI, artisans, associations, collectivités… Date limite de dépôt des candidatures : 28 février 2012. 03 87 34 48 59 www.lestropheesdeleau.fr

Nouveau salon Cook Show Du 17 au 19 mars à Strasbourg

www.usetec.com

Du 18 au 21 mars à Strasbourg C’est le célèbre chef du restaurant gastronomique*** de l’hôtel Le Bristol à Paris qui viendra inaugurer le salon Egast, rendezvous incontournable qui rassemble tous les deux ans les professionnels des métiers de l’équipement, de l’agro-alimentaire, des services et du tourisme. Éric Frechon aura à ses côtés Pierre Bord, alsacien d’origine, récemment nommé directeur général de l’hôtel Le Negresco***** à Nice. www.egast.fr

www.cook-show.fr

14e édition du salon Egast Couper de ruban par Éric Frechon

www.illiade.com

« O soleil… » Jusqu’au 25 mars au Musée EDF Électropolis à Mulhouse Une réalisation de Science Animation, centre de culture scientifique, technique et industrielle de Midi-Pyrénées. www.edf.electropolis. mulhouse.museum

Grands concours du monde

03 88 37 21 23

Dédié à la cuisine découverte, à la cuisine tendance, aux mets et vins d’exception mais aussi aux arts de la table et de la décoration, le nouveau salon Cook Show prend la relève de Festi-Festin. Il accueillera durant trois jours des artisans émérites et des chefs étoilés qui se mettront aux fourneaux pour des shows en direct. Le public sera également invité à participer à des ateliers culinaires et à des initiations œnologiques. De 10 h à 20 h au Parc expo du Wacken.

www.preventica.com

Le 15 février à l’espace Malraux de Geispolsheim Marrez-vous les uns les autres Le 21 avril à la salle de la société de gymnastique d’Eschau Monolog Von de Machin

Du 14 au 16 avril au Palais des Congrès à Strasbourg Inscriptions pour présenter des vins avant le 9 mars

Préventica, salon spécialisé dans la maîtrise des risques et la qualité de vie au travail

Les 30 et 31 mai à Strasbourg Les quatre grands axes de ce salon sont la sûreté des sites industriels et tertiaires, la sécurité des équipements de production et de manutention, le management de la santé et de la sécurité au travail, la propreté et l’aménagement des espaces de travail. Présence de la CCI de Région Alsace avec deux associations : Pari 67 (Prévention Appliquée des Risques Industriels) et Geri 68 (Groupe d’échange sur les risques industriels).

Culture et loisirs

Concours de Biérologie

De février à mai 2012 Parrainé par Romain Tischenko, chef cuisinier à Belleville, ce concours national organisé par Heineken Entreprise vise à former de futurs sommeliers de la bière. Ces ambassadeurs de la « culture bière » seront sélectionnés à l’occasion de demifinales à Strasbourg, La Ciotat, Toulouse, Lille et Rennes. La finale se tiendra à Paris les 9 et 10 mai. 01 47 14 37 00


Identis groupe design | ÉS Énergies Strasbourg, SA au capital de 5 000 000 E • 37 rue du Marais Vert 67953 Strasbourg Cedex 9 • 501 193 171 RCS Strasbourg

Explorer de nouvelles pistes et gagner en innovation

www.es-energies.fr

L’énergie est notre avenir, économisons-la!


Point Eco janvier février 2012  

magazine économique de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you