Page 1

DOSSIER

15

33 DOSSIER Le nouveau visage du commerce strasbourgeois

Les consommateurs ont de quoi trouver leur bonheur.

23 AÉROPORT Strasbourg-Rhodes en direct

Marmara ouvre une nouvelle ligne au départ de l’Aéroport international Strasbourg.

42 FORMATION Prospective » : la crise

Avec des nouvelles contradictoires, la situation est confuse, les prévisions économiques variables.


LA SANTÉ AU TRAVAIL

NE S’IMPROVISE PAS BWIWdjƒWkJhWlW_b[ij[ii[dj_[bb[$ :aaZeVhhZeVgcdjh/egd[Zhh^dccZah YZaVhVci‚!X]Z[hYÉZcigZeg^hZ ZihVaVg^‚h#Eg‚hZgkZgaVHVci‚ VjIgVkV^aZc^YZci^ÒVciZi‚kVajVci aZhg^hfjZhegd[Zhh^dccZahZhiaV kdXVi^dcYÉ6HI+,#

:ƒYeklh[pdeifh[ijWj_ediZWdi b[YW^_[hY[djhWbZ[Y[dkcƒhe

lll#Vhi+,#dg\


Entreprises

À LA UNE

>> L’ARTISAN PARFUMEUR À STRASBOURG Il est né en même temps que la marque parisienne de l’Artisan Parfumeur, il y a trente ans. Son nom? « Mûre et Musc ». Pour l’occasion, l’extrait de parfum, version la plus noble, a été sublimé par une accentuation de la lumière des notes de tête comme les agrumes et les aromatiques.

(%VchYZeVg[jb[‚i^X]Z

L

a baie rose pétillante et le poivre noir renforcent la vibration et les contrastes. L’anniversaire de l’extrait de parfum correspond également à la création de la boutique strasbourgeoise, deuxième après Toulouse à s’installer place du Château, avant de se nicher au N°3 de la rue de l’Outre. Quelque 35 fragrances différentes y sont proposées, notes boisées, cuirées et épicées, parfums floraux, hespéridées et fruitées comme Mûre et Musc. « Nous sommes dans un créneau de niche qui se veut confidentiel », confie Catherine Blameuser, la gérante du magasin de Strasbourg, en poste depuis 2000, restée l’une des dernières franchisées de la marque. Réalisées pour la plupart à partir d’ingrédients naturels, les eaux de toilette et eaux de parfum sont le fruit des créations d’un Nez attitré à la maison, Bertrand Duchaufour, dont le parcours

VALEUR SÛRE Le parfum « Mûre et Musc » fête ses 30 ans rassemble des maisons prestigieuses. Au-delà de la gamme générale qui comprend à la fois des parfums féminins et masculins, certains jus exceptionnels sont produits à l’année, comme la fleur d’oranger 2007 récoltée à Nabeul (Tunisie) ou l’iris pallida 2007 en Toscane (Italie). Noms et thématiques rivalisent d’originalité, à l’instar de « l’échappée belle, insolente simplicité, élégante impertinence, griserie poétique…

ou odeur volée par un parfumeur en voyage ». Comptez 65 € pour une eau de toilette de 50 ml, 90 € pour les 100 ml. Pour tous ceux qui ont envie de légèreté, d’imaginaire… L’Artisan Parfumeur, c’est aussi les bougies, parfums d’ambiance, boules d’ambre et objets parfumés raffinés pour la maison. • CONTACT • 03 88 22 02 75 www.artisanparfumeur.com

>> AUDIT ET EXPERTISE COMPTABLE

>> BERNARD ZORN

Le rapprochement de Segec et KPMG

Entrepreneur de l’Année

Le premier, Segec, est leader en Alsace sur les métiers de l’audit, de l’expertise comptable et du conseil. Le second, KPMG, est le premier cabinet français d’audit, d’expertise comptable et de conseils. Tous deux se sont rapprochés - et c’est un mariage de professionnels qui partagent les mêmes valeurs- pour consolider leur offre et de conseil aux grandes entreprises qui bénéficient d’une implantation régionale, nationale et internationale (sociétés cotées, banques, assurances), aux PME - commerçants, artisans, professions libérales -,

groupes familiaux, ainsi qu’au secteur non marchand et au secteur public. Leur regroupement SEGECKPMG permettra d’assurer une forte présence de KPMG sur plus de 30 sites en Alsace, en Lorraine et en Champagne-Ardenne. Avec Segec, KPMG représentera une force de frappe incontournable. Le cabinet Segec servant plus de 3 000 clients sur la région Est, la nouvelle structure, opérationnelle depuis janvier, disposera d’un portefeuille de 12 000 clients. Leurs compétences : normes comptables, audits des risques, contrôle interne,

consolidation, cession d’entreprise, organisation de fonctions administrative et comptable, prestation dans le domaine de la paie et du droit social… Segec, c’est 180 collaborateurs, dirigés par Christophe Mutscher, et KPMG, 120 salariés, dirigés par Pascal Maire. Les deux associés entrent dans un réseau considérable de 7 000 collaborateurs en France dans 194 villes et 757 M€ de CA consolidé en 2007, en progression de 5,6 %. • SITE • www.rsm-segec.fr

Co-organisé par Ernst & Young et le magazine L’Entreprise, le Prix de l’Entrepreneur de l’Année a été décerné pour la région Est à Bernard Zorn, dirigeant de Mecatherm. Leader mondial mondial de la commercialisation d’équipements de production automatisés pour la boulangerie industrielle, il vise à agrandir l’entreprise par des opérations de croissance externe. Mecatherm, c’est 345 personnes à Schirmeck et Barembach, un CA de 96 064 K€ en 2007. • CONTACT • 03 88 47 43 00

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

1


2

SOMMAIRE 1 ENTREPRISES À LA UNE

DOSSIER Export

L’Artisan Parfumeur à Strasbourg 30 ans de parfum fétiche

4 TRAJECTOIRES 15

4 Solutys® à Schiltigheim Identification et traçabilité, services inclus 6 Le Tire-Bouchon relooké Deux nouveaux salons de réception 7 Groupe ACESI Le meilleur de l’infrastructure informatique 8 Emploi de personnes handicapées Changer son regard pour un résultat gagnant

10 CCI EN ACTIONS 10 Le Plan de déplacement interentreprises a un an 11 Chômage partiel Des mesures assouplies 12 L’avenir selon Steelcase 14 Rencontres CCI/Sciences Risques sismiques, que peut la science?

DOSSIER Commerce

AZcdjkZVjk^hV\Z YjXdbbZgXZ higVhWdjg\Zd^h 33

23 AÉROPORT 23 Strasbourg-Rhodes en direct 24 L’aéroport d’Entzheim à 9 minutes de Strasbourg

26 CAP CRÉATION 10 ans après…

30 COMMERCE 30 Franchise et partenariat Cinq Alsaciens nominés 31 « Jeanne de Paris » Bijoux, montres et sacs en gros

32 PARCOURS DU DESIGN Le design industriel fait la différence

37 TIC Observatoire Internet et E-Business La CCI mène l’enquête

38 CRÉATEURS 38 Geneviève Gitz, Geny’s Boutic à Illkirch Chaussures, accessoires et ambiance salon 39 Paprika à Boersch Shiatsu et techniques énergétiques de bien-être

40 FORMATION 40 Regard transfrontalier sur le commerce 42 Rencontre « Prospective » : la Crise

43 GASTRONOMIE Stella Layen, l’Amuse Bouche à Strasbourg

46 TOURISME Se réunir en Alsace Alsameeting 100 % web

48 INDUSTRIE Recherche scientifique Histoire de capsules

50 INFOS EUROPE Enterprise Europe Network Première rencontre à Strasbourg

51 KARLSRUHE Les pros du clic

52 EURÊKA Alain Finckenbein, Wallprint L’impression personnalisée sur toile

53 JURIDIQUE Les nouvelles dispositions concernant la SAS

54 DÉCOUVERTES Gastronomie Un Crocodile européen

56 TEMPS FORTS Du 6 au 8 février Tourissimo 2009 et GénérationS

N°271 - JANVIER-FÉVRIER 2009 Le Point Économique est édité par la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin • 10, place Gutenberg 67081 Strasbourg cedex • Tél. 03 88 75 24 18 • point-eco@strasbourg.cci.fr Directeur général : Philippe Colson • Directeur de l’édition : Patrick Heulin, directeur communication • Rédactrice en chef : Françoise Herrmann • Journalistes : Elisa Colmenero, Véronique Leblanc • Secrétariat : Chantal Kolb, Catherine SlatineBarusta • Comité de rédaction : Tania Desfossez, Philippe Edel, Élise Fiorese, Muriel Ischia-Weber, Didier Kahn, Marc Liebrich, June Marchal, Florence Montet, Alban Petit, Claude Ribeiro, Nathalie Rolling, Christiane Sibieude, Evelyne Sturm • Éditeur délégué : Daniel Reyt (Citeasen) • Conception et réalisation : Citeasen • Photo couverture : Getty • Photo édito : Henri Parent • Photos intérieur : Henri Parent sauf pages 4-5-6-12, pages 10-17-35-36 Christine Hansmann, page 14 Cyril Hanebna/Citeasen, page 15 Getty ©, page 16 © photo-dave - Fotolia.com, pages 23-30-32, page 34 Cyril Hanebna/Citeasen, page 36 Laurent Maennel, pages 38-39 Christine Hansmann, page 50 • Impression : EPPE Tirage : 41 000 exemplaires Publicité : Jocelyne Choukroun Tél. 06 20 46 00 85 Fax 03 88 22 31 20 j.choukroun@strasbourg.cci.fr

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

www.strasbourg.cci.fr


L’ÉDITO

G‚[dgbZYZh88> / jchX‚cVg^dg‚\^dcVa

E

ngagée dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), la réforme des CCI est désormais en marche. L’objectif qui nous a été assigné par le Gouvernement est double : simplifier nos structures et réaliser des économies d’échelle.

Plutôt que de se voir imposer une réforme, la plupart des CCI, dont la nôtre il y a quelques années déjà, ont pris leur destin en mains. Et c’est après force de discussions qu’un consensus a été trouvé fin 2008. Le scénario, visant à renforcer l’échelon régional, a été accepté par François Fillon, premier ministre, et Christine Lagarde, ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, le 9 décembre 2008. CE QUI VA CHANGER La Chambre régionale de commerce et d’industrie d’Alsace (CRCIA) deviendra le collecteur central de la taxe additionnelle à la taxe professionnelle (TATP). Une fiscalité unique régionale permettra de pallier les disparités de taux. La CRCIA affectera à chaque entité le budget de fonctionnement nécessaire au développement d’outils et d’actions destinés à renforcer la compétitivité des entreprises et des territoires. % des recettes de la TATP durant cinq ans, ce qui correspondra %. En devenant l’employeur des CCI de Strasbourg, Colmar et Mulhouse, la CRCIA leur assignera des missions à la fois transversales et territoriales. Aucun plan social n’est envisagé, mais la mobilité interne sera privilégiée aux recrutements. L’ALSACE À L’AVANT-GARDE Pour gagner en efficacité et réaliser des économies, les CCI d’Alsace ont largement anticipé la réforme en mutualisant leurs actions. L’export, l’innovation, l’environnement ont déjà fait l’objet de la mise en place de têtes de réseau, de même que la formation en alternance et l’intelligence économique. Bientôt sera mis en œuvre un schéma directeur régional des systèmes d’information. Ce travail d’harmonisation nous facilitera la tâche au moment de la transposition de la réforme, après les prochaines élections consulaires, qui devraient se tenir en novembre prochain.

Jean-Louis Hoerlé Président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

3


4

TRAJECTOIRES >> SOLUTYS® À SCHILTIGHEIM Eric Wolff à l’Alsacienne de Restauration 42 ans, originaire de Saverne, titulaire d’une maîtrise en sciences éco et d’un MBA de l’école de commerce de Reims, Éric Wolff vient de prendre la direction régionale de L’Alsacienne de Restauration (Groupe Elior) à Schiltigheim. « Mon objectif est de coordonner et de redonner un nouveau dynamisme à la marque « Alsacienne de Restauration » (Groupe Elior) qui regroupe plusieurs types de restauration collective : entreprise, scolaire, santé ou médico-social, et une activité traiteur, « Côté traiteur ». Éric Wolff gère un centre de profit regroupant 600 salariés, une cuisine centrale (10 000 repas par jour), 100 restaurants, pour un CA de 36 M€. • CONTACT • 03 88 18 68 14

Kieffer Traiteur : nouvelle direction Remise sur pied il y a dix ans par le groupe Bongrain Gastronomie et plus particulièrement par Éric Prévotel, l’entreprise Kieffer, « société indépendante n’ayant jamais cessé d’être alsacienne pour travailler avec le tissu local », avait néanmoins besoin de prises de décisions plus rapides et d’une gestion proche du terrain. Elle vient d’être rachetée par Jean-Jacques Mahr, 30 ans d’expérience chez Mars, qui devient actionnaire majoritaire et directeur général, Julien Maestra, directeur administratif et financier (dans l’entreprise depuis 1994) et Jean-Michel Mougard, chef de cuisine et directeur adjoint. Pas de changement pour les 28 salariés employés par le traiteur, qui continueront de porter la marque de la qualité, de l’innovation et de la créativité au service du client. En phase d’observation, la nouvelle direction devrait annoncer un plan de développement d’ici peu. L’objectif étant de développer l’image de Strasbourg au travers de ses salons et congrès, et de consolider la marque Kieffer. • CONTACT • 03 88 83 45 45

>YZci^ÒXVi^dcZiigVVW^a^i‚! hZgk^XZh^cXajh Implantée depuis le 1er octobre 2008 à l’Espace européen de l’entreprise (Schiltigheim), la Direction régionale Est de Solutys® technologies propose des prestations d’intégration en identification automatique dans la mobilité professionnelle et la traçabilité. Des applications auxquelles s’ajoute un centre de compétences techniques pour l’impression industrielle et les consommables.

N

é en région parisienne début 2003, le groupe Solutys ® compte désormais une deuxième entité à Schiltigheim, chargée de couvrir le Grand-Est de la France. À sa tête, Ralph Meyer assure la direction commerciale de l’ensemble du groupe, se partageant entre Paris et Strasbourg où il gère aussi le centre de compétences techniques. Intégrateur en identification automatique (codes barres), Solutys® propose des solutions destinées à une gestion interne à l’entreprise – telle la logistique et la production – et externe axée sur la mobilité professionnelle de forces de vente ou d’équipes de maintenance. Après s’être essayé dans un domaine équivalent, Ralph Meyer a saisi le défi de ce projet global de développement sur deux entités. A Schiltigheim, sur 250 m2, il gère une équipe de

PERFORMANT Le bâtiment abrite personnel, stock et atelier trois personnes (50 dans le groupe) qu’il entend étoffer à six voire neuf d’ici fin 2009. Sont regroupées les principales composantes du groupe : solutions d’identification automatique pour la traçabilité, locations de matériel, câblages et réseaux, maintenance. Il existe également un site e-business : Solushop. « Notre atout est l’accompagnement de nos clients, qui va de l’aide à la définition du projet jusqu’à son déploiement sur un ou plusieurs sites, souligne Ralph Meyer. En Alsace,

l’un de nos principaux clients est Würth, - 1 000 terminaux déjà déployés auprès de la force de vente sur l’ensemble de la France, 1 000 à livrer d’ici 2009, maintenance J + 1 incluse. Autre point fort : la maintenance sur site : nos camionnettes ateliers sillonnent la France, parcourant quelque 700 000 km par an. » Parmi les autres références : Pomona, DHL, Air Liquide Santé, Métro, Securitas, Monoprix, Castorama, etc. • CONTACT • 03 88 33 56 50 www.solutys.com

>> USAGERS DES PORTS Régine Aloird succède à Aloyse Werlé Directrice des Terminaux Alsaciens de la Société Européenne de Stockage et de Rubis Stockage, Régine Aloird a été élue Présidente du Groupement des Usagers des Ports de Strasbourg. Elle succède à Aloyse Werlé, Directeur de Comm’Industries, qui assu-

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

rait la présidence depuis 2004. Le Groupement réunit près d’une centaine d’entreprises situées sur les sites du Port Autonome de Strasbourg, il constitue un lieu de débat sur les projets ayant un intérêt pour les entreprises implantées sur les différentes zones portuaires

et un lieu d’échanges. Le GUP fait valoir les intérêts de ses membres auprès des pouvoirs publics, des autorités territoriales et auprès du Port Autonome de Strasbourg. CONTACT

CCI

03 88 75 24 29

www.strasbourg.cci.fr


Trajectoires

>> MARIAGE FOIE GRAS ET VINS

aZ9dbV^cZYjBdja^cYZ9jhZcWVX]

S

oucieuse de répondre aux demandes du marché, l’entreprise Feyel, innove chaque année autour du produit foie gras. Nouveaux conditionnements, nouveaux assaisonnements, son offre 2008 a d’ailleurs rencontré le succès escompté durant les fêtes. Avec le rachat récent du domaine viticole de Bernard Schwach à Ribeauvillé, la famille Schwebel se montre confiante pour 2009. Après une progression annuelle de 7 à 8 % de son activité, la société Feyel-Artzner prévoit d’étendre ses locaux à Schiltigheim. Objectif : renforcer l’appareil de produc-

28 HA Le domaine est réputé pour ses grands crus tion, le hall de stockage des foies gras et produits dérivés, en y ajoutant progressivement son offre en vins. Car Bernard Schwach, faute de successeur, après plus de 30 ans passés à la direction du Domaine du Moulin de Dusenbach à

Ribeauvillé (68) a cédé son affaire à la famille Schwebel. Sur 28 ha, le domaine viticole emploie 10 salariés et produit quelque 250 000 bouteilles par an, pour un CA de 1,3 M€. Il est réputé pour ses AOC grands crus Riesling Sporen,

Schoenenbourg, Schlossberg, Froehn, Gewurztraminer, Kaefferkopf, l’AOC Pinot gris Altenbourg… Nicolas Schwebel, directeur administratif et financier de FeyelArtzner, assurera la direction générale du Domaine, avec l’ambition d’un développement en France et à l’international. Feyel-Artzner est déjà présent dans 45 pays, essentiellement en Europe et en Asie. Cette nouvelle alliance foie gras et vins d’Alsace devrait permettre à la holding de développer une offre complémentaire de produits haut de gamme. • CONTACT • 03 89 73 30 34

Passez par les avantages du Tunnel ! Réouverture du Tunnel Maurice-Lemaire : l’axe Alsace-Lorraine en ligne directe !

Maurice-Lemaire

ars 2009 m 1 3 u ’a u q s Ju SURÀWH]GHV

Jusqu’au 31 mars 2009 profitez d’une remise exceptionnelle de 50 % sur tous vos passages dans le Tunnel !

IAUX TARIFS SPÉECNTS : ABONNEMSUR TOUS

- 50 %

Vous êtes déjà abonné TIS Poids Lourds ?

Vous n’êtes pas encore abonné TIS Poids ids Lourds ?

4KdjhigdjkZgZoidjiZhaZh^c[dgbVi^dch c‚XZhhV^gZhhjgcdigZh^iZ

4Edjg[VX^a^iZgaVb^hZZceaVXZYÉjcXdcigViYZi‚a‚e‚V\ZEA! aZXZcigZYZ\Zhi^dc6mmƒhZhi|kdigZY^hedh^i^dcVj

ES VOS PASSAG

KdjhcÉVkZog^Zc|[V^gZKdjhW‚c‚ÒX^Zo 6WdccZo"kdjhYƒhVj_djgYÉ]j^edjgegdÒiZg VjidbVi^fjZbZciYZXZiiZg‚YjXi^dc# ^bb‚Y^ViZbZciYZXZiiZg‚YjXi^dc#

www.aprr.fr

&).&--,.&'

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

5


6

TRAJECTOIRES >> LE TIRE-BOUCHON RELOOKÉ

Entièrement créés autour de deux grandes personnalités artistiques, Claude Weisbuch et Dorette Muller, les deux nouveaux salons de réception du restaurant Le Tire-BouchonStrasbourg ont ouvert leurs portes en novembre dernier.

9ZjmcdjkZVjmhVadch YZg‚XZei^dc

MARIAGE Le restaurant offre un décor alliant l’authenticité et la sobriété

L

e premier salon offre toute la palette des talents de l’artiste Claude Weisbuch: gravures, esquisses, huiles, pastels, dessin au crayon et à l’encre… Dans une ambiance créée en harmonie avec ses goûts et sa personnalité: porte coulissante en palis-

sandre avec plaque de cuivre gravée, lampe sur pied et fauteuils de cuir. Peintre et graveur français né à Thionville, celui-ci viendra inaugurer le salon le 5 février. Le deuxième salon, aux tons rouges et à l’éclairage à l’ancienne, correspond à l’univers de l’artiste alsacienne

Dorette Muller, qui met en scène des enfants en costumes alsaciens. Née en 1894 à Strasbourg, Dorette Muller étudia à l’école des arts décoratifs de Strasbourg, avant de créer affiches publicitaires, dessins, vignettes, aquarelles et peintures à l’huile. Figure emblématique de la restauration strasbourgeoise à quelques pas de la Cathédrale, le Tire-Bouchon accueille les fins gourmets qui apprécient une cuisine à la fois traditionnelle et inventive. Il se présente dorénavant comme un nouveau lieu de réception haut de gamme à Strasbourg, avec 15 et 20 couverts supplémentaires en salles privatives. • CONTACT • 5, rue des Tailleurs de Pierre www.letirebouchon.fr

>> GA ENTREPRISE

8dchigj^gZaÉVkZc^g

S

i vous vous rendez dans une zone de bureaux, il y a toutes les chances que vous tombiez sur une réalisation du groupe GA. En effet, sous le nom de GA Entreprise se cache une société devenue au fil du temps l’un des incontournables de l’immobilier d’entreprise et de la construction de bâtiments administratifs. Avec cinq usines implantées sur le territoire français, dont l’une dans le Haut-Rhin à Sainte-Croix-en-Plaine, le groupe s’est forgé sa réputation en proposant des bâtiments réalisés clés en main

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

à base de composants préfabriqués. « Cette technique présente de nombreux avantages : rapidité d’exécution, maîtrise des délais. Mais qui dit préfabriqué ne dit pas homogénéité. Tous nos bâtiments ne se ressemblent pas. La base est la même, l’extérieur diffère fortement », explique le directeur général de GA Entreprise, François Minck. « Nous nous sommes positionnés sur des bâtiments qualitatifs, en pointe au niveau des économies d’énergie. Nos constructions ont été conçues de façon à réduire les coûts d’énergie et les coûts d’entretien. » En Alsace, GA Entreprise est devenu

le leader de la construction de laboratoire. Le dernier en date a été livré fin 2008 à la société Transgene, une PME bio-pharmaceutique qui conçoit et développe des vaccins et des produits d’immunothérapie. Le nouveau bâtiment de 6 800 m2, au cœur du Parc d’Innovation d’Illkirch, comprend un laboratoire de 3 500 m2. En plus de la construction, le groupe GA a deux autres compétences : la promotion immobilière ainsi que la gestion des bâtiments. • CONTACT • 03 89 20 95 00 www.ga-sa.fr

www.strasbourg.cci.fr


Trajectoires

>> GROUPE ACESI

AZbZ^aaZjg YZaÉ^c[gVhigjXijgZ^c[dgbVi^fjZ Créée en décembre 2004 par Jean-Marc Patouret, la société ACESI (Entzheim) est spécialisée dans l’organisation de l’infrastructure informatique de l’entreprise. Une expertise au service de leur développement, basée sur trois grands axes d’intervention : le conseil, l’intégration et la cogérance.

N

otre objectif est de fournir la solution la mieux adaptée aux besoins de l’entreprise, entre réponse fonctionnelle et technologique », souligne Jean-Marc Patouret, qui se positionne comme un architecte des technologies de l’information. Le groupe ACESI intervient sur la sécurité, les systèmes, les supports et bases de données. « Nous travaillons en partenariat étroit avec des sociétés spécialisées sur les applications/applicatifs » ajoute Jean-Marc Patouret. Lorsqu’il a créé son entreprise, le 15 décembre 2004, JeanMarc Patouret était secondé par une assistante. En 2008, son effectif est de 40 personnes dont deux associés, avec un chiffre d’affaires prévisionnel de 6 M€, dont la part service représente 55 % en 2008 (contre 40 % en 2005).

EFFICACE Le travail en équipe de Jean-Marc Patouret, Jean-Michel Valy et Manuel Kientzy (de gauche à droite sur la photo) Sa force est sa spécialisation, mais aussi son approche simplifiée. « Nos clients sont des directeurs de services informatiques, mais aussi des directeurs financiers et des directeurs généraux. Nous nous attachons à expliquer la technique la plus pointue avec des messages clairs,

une transparence dans la démarche », explique Jean-Marc Patouret. Présent en Alsace, dans la zone d’activités de l’Aéroparc 1 à Entzheim, le groupe ACESI compte également des filiales sur le territoire de Belfort, en Suisse, et, petite dernière, à Montréal au

Québec. Sa cible : des entreprises disposant entre 100 et 900 postes de travail, mis en réseau ou équipés d’applicatifs métiers. Administrations, commerces, industries, la palette de secteurs d’activité est vaste. Son plus : sa crédibilité et sa pertinence par rapport à la typologie des clients, une expertise de haut niveau basée sur une démarche de qualité formelle et concrète, et surtout la proximité. En s’adaptant aux demandes de besoins fonctionnels, JeanMarc Patouret et son équipe mettent leur expérience au service du client. Un autre axe développé est la cogérance, une approche originale dans le métier des SSII où l’on a plutôt tendance à parler infogérance. En fait, ACESI s’engage dès le début de la prestation à remettre l’ensemble de la maîtrise d’œuvre aux clients qui le souhaitent. Ils peuvent également privilégier une externalisation des systèmes, avec une anticipation des pannes grâce au monitoring et une assistance à distance. • CONTACT • 03 90 64 80 00

.2:(10DQDJHPHQW

… avec 5 domaines d’intervention pour développer votre compétitivité :

6WUDWpJLH2UJDQLVDWLRQ&RDFKLQJG¶(QWUHSULVHV'pYHORSSHPHQW

Ɣ Stratégie et organisation: optimiser les performances de l’entreprise

Dirigeants de PME, vous souhaitez améliorer les performances de votre entreprise, la développer par de nouvelles opportunités internes, faire de la croissance externe en reprenant une autre entreprise? KOWEN Management, Cabinet Indépendant, vous apporte une nouvelle dynamique ... Contact : Tel/fax + 33 (0)3 88 63 00 59 / Mobile + 33 (0)6 07 63 11 51/ conseil@kowenmanagement.fr / France - 67410 Rohrwiller

Ɣ Développement des activités: croissance interne Ɣ Rapprochement de PME: croissance externe Ɣ Coaching d’entreprises Ɣ Management intérimaire

3OXVG ಬ LQIRVXUZZZNRZHQ LQIRVXUZZZNRZHQPDQDJHPHQWFRP PDQDJHPHQWFRP MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

7


8

TRAJECTOIRES >> EMPLOI DE PERSONNES HANDICAPÉES Dagré, la pub au zénith Campagne média massive côté français et outre-Rhin, plan de street-marketing à forte visibilité sur Strasbourg et le pont de Kehl, l’agence Dagré a assuré avec design et modernité la communication du centre commercial Rivétoile. En parallèle, l’habillage du parking UGC, à l’issue d’un appel d’offres, lui a permis de développer une proposition originale, artistique et monumentale… « Le fruit créatif d’une association tripartite : SERS, Dagré Communication et François Nussbaumer, artiste photographe », souligne Jean Dagré qui s’est orienté vers un clin d’œil et un hommage au passé portuaire de ce quartier de Strasbourg. Dagré Communication, rue du Marché à Strasbourg, propose des compétences multiples pour un accompagnement complet. Ses références sont à la fois locales, nationales et internationales avec un engagement écologique. Jean Dagré s’est engagé dans un programme de reforestation et d’exploitation intelligente de forêts avec l’association « Cœur de forêt ». Plus de 500 arbres ont déjà été plantés. • CONTACT • 03 88 21 99 66

La mondialisation en perspective Pierre-Noël Giraud, professeur d’économie à l’école des mines à Paris Tech est l’auteur de ce livre intitulé « La mondialisation, émergences et fragmentations » une mise en perspective stimulante et nuancée sur la crise actuelle. Les États ont-ils encore un rôle régulateur à jouer, les classes moyennes des pays riches sont-elles condamnées à être laminées ? Quel destin pour les régions du monde qui s’effondrent dans la pauvreté et la guerre ? Autant d’éléments d’un processus qui selon Pierre-Noël Giraud aggrave les inégalités et en réduit d’autres. 160 pages, 10 € à la petite bibliothèque des sciences humaines. • SITE • www.scienceshumaines.com

8]Vc\ZghdcgZ\VgY edjgjcg‚hjaiVi\V\cVci

A

u-delà de l’obligation légale d’emploi de personnes handicapées, les employeurs peuvent trouver des personnels motivés qui peuvent être amenés à certains métiers en tension. À condition d’être formés. Pour exemple, la démarche volontariste de formation et d’emploi menée par Agnès Gerbert-Haupert, directrice de développement pour Action Compétence et l’accompagnement de Régie+ et de son Pôle Handicap.

tif de formation proposé par les sociétés Sotralenz et Messier Bugatti (des métiers comme la soudure ou l’usinage, souvent en tension). Les dirigeants de ces entreprises alsaciennes ont ainsi privilégié la diversité des effectifs en offrant leur chance à des personnes handicapées, plutôt que de verser des contributions obligatoires.

MOBILISER LES ENTREPRISES Opérateur spécialisé en Alsace, conventionné par l’AGEFIPH et l’État, Action Compétence et Cap Emploi Alsace mettent tout en œuvre pour favoriser le recrutement et le maintien de l’emploi des personnes handicapées. Une intervention directe auprès des entreprises et un soutien auprès des personnes handicapées dans leur recherche d’emploi et/ou leur reconversion professionnelle. Récemment, deux secteurs d’activité ont accepté de développer deux projets collectifs de recrutement, le premier dans le domaine bancaire 20 embauches aux postes d’assistants de clientèle, créées par le Crédit Agricole Alsace Vosges, la Caisse d’Épargne d’Alsace et la Banque Populaire -, le second dans le secteur industriel bas-rhinois et plus particulièrement la métallurgie. 10 personnes handicapées ont intégré le disposi-

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

NOVATEUR Le recrutement par simulation de l’ANPE Les personnes handicapées ont pu être formées grâce aux établissements de formation comme l’AFPA, le GRETA, l’UIMM, GEIC Industries et Indus Alsace, en liaison avec les tuteurs qui ont assuré le suivi de ces personnes en entreprise. L’ANPE pour sa part a utilisé sa méthode de recrutement par simulation pour sélectionner les candidats. Une méthode novatrice qui permet d’élargir la recherche de candidats en privilégiant le repérage des habilités nécessaires au poste de travail

proposé, en ne se limitant pas aux seuls critères du diplôme et de l’expérience. Un outil qui trouve sa place dans tous les métiers en tension.

RESPECTER LA LOI En 2010, les entreprises qui n’emploieront toujours aucun travailleur en situation de handicap et qui n’auront entrepris aucune action en leur faveur verront leur contribution à l’Agefiph très fortement majorée. Elle passera à 1 500 fois le Smic horaire (contre 400 à 600 fois aujourd’hui) pour toute personne handicapée manquante afin d’atteindre le quota de 6 %. « Pour celles-ci et toutes les autres n’ayant pas leur quota, Régie + accompagne des entreprises en adaptation de la situation de travail par une aide au repérage des postes et apporte tous types d’informations sur les modalités déjà existantes » indique Véronique Covemaeker, chargée de mission Pôle Handicap. Nous assurons également la formation et la présélection de candidats dans tous domaines et secteurs d’activité pour proposer, dans la limite de 50 % de l’obligation d’emploi, la mise à disposition de personnels ». D’une durée variable, cette alternative à l’embauche permet de faire découvrir des candidats opérationnels, expérimentés et motivés. Un suivi en entreprise est assuré. En 2008, 22 personnes ont été placées dans des entreprises du Bas-Rhin. • PLUS D’INFOS • Régie+ 03 90 41 08 50

www.strasbourg.cci.fr


TECHNOLOGIE

-

I N F O R M AT I O N

-

C O M M U N I C AT I O N

COCKTAIL

100% TIC Tonifie le développement de votre entreprise !

z ouve r t e R tic le a n é Rh 009 2 l i r 2 av de ses lors ous v z e rend ires ! a d’aff sur

os d’inf tic.com a Plus n www

.rhe

E-commerce E-service Internet Multimédia

Mobilité Téléphonie Infrastructures et réseaux Audit, conseil formation

• 100%

Sécurité et systèmes

Solutions logicielles

Hébergement accès, asp, saas

Tonique

Un réseau de 100 entreprises

• 100%

I nnovant

4000 experts à votre écoute

• 100%

Compétent

Toutes les compétences TIC

w w w. r h e n a t i c . e u - c o n t a c t @ r h e n a t i c . e u - 0 3 8 9 3 2 7 6 2 2 Avec le soutien de :

En partenariat avec :


10

LA CCI EN ACTIONS >> ESPACE EUROPÉEN DE L’ENTREPRISE ET DU MITTELFELD

AZEaVcYZY‚eaVXZbZci ^ciZgZcigZeg^hZhVjcVc Premier du genre en France, le Plan de déplacement interentreprises de E3Mittelfeld à Schiltigheim a été mis en place en août 2007 sous l’égide de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin. Un premier bilan a été dressé en septembre dernier. Plus que jamais le tram apparaît comme un élément clé.

U

n travail partenarial exemplaire », c’est en ces termes que René Haag (vice-président du conseil général du Bas-Rhin) a salué le premier bilan du Plan de déplacement interentreprises (PDIE) mis en place sur l’Espace Européen de l’Entreprise et du Mittelfeld (EEEM) le 23 août 2007. La zone conçue et développée à l’époque du « tout voiture » entame aujourd’hui un virage radical vers l’intermodalité. Ce sont quelque 400 entreprises ainsi que différents organismes tels que chambres consulaires, Association de surveillance de la pollution atmosphérique (ASPA), lycée Charles de Foucauld, IUT Louis Pasteur etc. qui sont concernés. En tout plus de 5 000 salariés et sans doute près de 7 000 lorsque les dernières implantations seront terminées sur EEEM. C’est dire si l’enjeu

est de taille que ce soit en matière d’environnement, de santé, de finances mais aussi d’attractivité de la zone et de recrutement. Au bout d’un an, le bilan du PDE est encourageant. Depuis l’été 2007, l’offre en bus urbain a été développée, notamment sur la ligne 19 en correspondance avec le tram D à Rotonde. Sa fréquence a été augmentée et elle va dorénavant jusqu’à l’arrêt « Chambre de Métiers ». Le réseau de pistes cyclables lui aussi amélioré va continuer à l’être puisque les travaux jusqu’à la limite

de la zone entre Schiltigheim et Mittelhausbergen incluent une piste cyclable. La dynamique est positive a-t-il été souligné mais ne peut en rester là.

AMÉLIORATIONS À TROUVER Plus que jamais le tram apparaît comme le mode de transport le plus approprié à cette zone de l’Ouest de Strasbourg et une extension de la ligne D est à l’étude. En ce qui concerne les bus, trop souvent saturés à l’heure actuelle, la CTS envisage de les remplacer - aux heures

de pointe - par des véhicules articulés à la contenance plus importante. A par ailleurs été pointé le faible nombre de garages à vélos sur la zone. Quant à la passerelle destinée à régler le problème du pont de Hausbergen où les cyclistes sont aujourd’hui contraints d’emprunter le trottoir pour circuler en toute sécurité, elle est à l’étude. En matière de circulation automobile des améliorations peuvent également être soulignées car si le PDIE a fait de l’autosolisme sa cible principale, il n’a en aucun cas décidé de faire la guerre à la voiture. Autre volet important de la concertation mise en place entre les entreprises, les services aux salariés. Pour éviter de multiplier les trajets domiciletravail, plusieurs points de restauration rapide devraient être ouverts dans l’avenir, de même qu’une salle de sport et pourquoi pas un jour une crèche. Un important travail de communication devrait être mis en place pour informer les salariés de la réalité de la desserte de la zone. Bilan d’ici un an. CONTACT

CCI

Joël Steffen j.steffen@strasbourg.cci.fr

>> CLUB DE L’IMMOBILIER D’ENTREPRISE

Alain Hummel succède à François Retailleau « Après quatre ans riches en échanges et rencontres au sein du Club, j’ai décidé de m’y investir en tant que président », indique Alain Hummel, professionnel de l’immobilier commercial, en charge du développement des

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

futurs magasins Leroy Merlin sur le Grand-Est. Le Club de l’immobilier du Bas-Rhin a été créé en 2000 à l’initiative de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, qui en assure l’animation et le secrétariat. Objectifs : analyser et anticiper les évolutions

du marché de l’immobilier d’entreprise en relation avec les partenaires publics. CONTACT

CCI

03 88 75 24 29

www.strasbourg.cci.fr


La CCI en actions

>> CHÔMAGE PARTIEL

9ZhbZhjgZhVhhdjea^Zh

>> FAIRE FACE À LA CRISE Un vademecum à votre service

Destinées à éviter aux entreprises de mettre en place des plans sociaux et de procéder à des licenciements économiques, différentes mesures en droit du travail sont à la disposition des employeurs, ce quelle que soit la taille de leur entreprise. Focus sur le chômage partiel, qui a fait l’objet d’assouplissements.

D

ans le cas où une réduction temporaire ou une suspension temporaire d’activité est rendue nécessaire en raison de la conjoncture économique que nous traversons (ce motif n’étant pas exhaustif), le chef d’entreprise pourra bénéficier d’une aide de l’État sous la forme d’une allocation spécifique de chômage partiel. L’employeur doit dans ce cas déposer une demande auprès de la Direction Départementale du Travail de la Formation et de l’Emploi qui examinera sa légitimité et notamment la réalité des difficultés rencontrées. Si sa demande est acceptée,

il devra verser à ses salariés 50 % de la rémunération brute pour chaque heure chômée (et au minimum 4,42 € par heure). Sur cette somme lui seront remboursés par l’État 2,42 €, si l’entreprise a moins de 250 salariés et 2,13 € si l’entreprise emploie plus de 250 salariés. L’allocation spécifique est exonérée des cotisations patronales de sécurité sociale. Par salarié, un maximum de 800 heures pourra bénéficier de cette prise en charge. Toutefois dans les secteurs de l’industrie du textile, de l’habillement, du cuir, de l’automobile et de ses soustraitants, le contingent d’heures indemnisables est porté à

1 000 au maximum. Au-delà de six semaines d’interruption totale d’activité, les salariés pourront demander l’attribution de l’allocation spécifique de retour à l’emploi auprès du Pôle Emploi compétent et ce pour une durée maximale de 182 jours.

Articles L5122-1 et suivants du Code du Travail, décret n° 2008-1436 du 22 décembre 2008, arrêté du 30 décembre 2008. Pour plus d’information, vous pouvez consulter sur le site notre note d’information « Indemnisation du chômage partiel ». Dans le Bas-Rhin les demandes sont à déposer auprès du service de la DDTEFP :

• CONTACT • Mme Humbert Tél. 03 88 75 86 91 ddtefp.bas-rhin@dd-67.travail.gouv.fr

>> ASSURANCE CRÉDIT

A

ujourd’hui, face à l’augmentation du nombre d’impayés, les assureurscrédit sont amenés à diminuer, voire à cesser leurs garanties. Afin de préserver une certaine confiance entre les fournisseurs et leurs clients et d’assurer le bon fonctionnement des entreprises, l’État a décidé d’offrir une solution de couverture pour la part des risques que les assureurs ne

veulent plus couvrir. Ainsi, à la fin de l’année est entré en vigueur le dispositif de « complément d’assurance crédit public » (CAP). Il s’adresse aux entreprises confrontées aux difficultés d’accès à l’assurance-crédit, qui les couvre contre le risque de défaillance des clients auxquels elles accordent des délais de paiement. Le CAP permet à ces PME de continuer à bénéfi-

La CCI et les principaux organismes impliqués dans le traitement des dossiers liés à la crise ont convenu d’élaborer un vademecum. Conçu pour les dirigeants d’entreprise, ce document commun explique le rôle des différents acteurs de soutien à l’économie* et les démarches à entreprendre auprès d’eux. Le vademecum est téléchargeable sur le site de la CCI : www.strasbourg.cci.fr. Vous pourrez également l’obtenir auprès du service juridique : juridique@strasbourg.cci.fr *Les partenaires impliqués : CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, Urssaf, RSI, Trésorerie Générale, Direction des services fiscaux, Banque de France, Direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, Oséo, CIP Alsace, DRIRE, Chambre de Métiers d’Alsace, Medef, CGPME

Réunion d’information le 19 février à la CCI

AZXdjeYZedjXZYZaÉwiVi cier d’une couverture totale de leurs risques. Le CAP, financé par la Caisse centrale de réassurance (CCR), dont l’État est l’unique actionnaire, est ouvert : aux entreprises qui risquent de voir leur garantie d’assurance-crédit réduite et aux nouveaux assurés-crédit complétant ainsi leur garantie. • SITE • www.minefi.gouv.fr

11

Organisée dans le cadre de la cellule de soutien aux entreprises, la CCI vous propose de participer à une réunion d’information sur les nouvelles mesures législatives et réglementaires destinées à aider les entreprises à affronter la crise économique : assouplissement du chômage partiel, médiation, mandat ad hoc, réforme de la sauvegarde… Inscription obligatoire auprès du service juridique. • CONTACT • 03 88 75 25 24 juridique@strasbourg.cci.fr

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN


12

LA CCI EN ACTIONS >> MOBILIER D’ENTREPRISE

AÉVkZc^ghZadcHiZZaXVhZ Les comportements au travail évoluent. L’aménagement des espaces, des équipements et du mobilier doit accompagner ces mutations, voire les précéder. C’est tout le sens du design tel qu’appliqué par Steelcase. Les élus de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin ont pu en prendre la mesure en octobre dernier.

P

enser l’espace, moduler les lumières, contrôler les bruits ni trop ni pas assez -, instaurer d’autres relations de travail où le tutoiement devient un protocole et où aucun bureau n’est directorial… Steelcase a fait de son siège installé dans l’Espace européen de l’entreprise à Schiltigheim un lieu de travail, un laboratoire d’idées et une magnifique vitrine pour ses mobiliers de bureau et d’aménagement des espaces tertiaires. Les élus de la CCI ont ainsi pu découvrir une nouvelle manière d’aborder l’efficacité et le bien-être au travail. Accueillis par François d’Ambra, chef de marché régional, Georges Roux, architecte et « Sales Consultant » ainsi que Patrick Dancourt « European Procurement Director », ils ont parcouru les locaux d’un « International WorkLab » conçu pour que le bureau devienne un « espace de créativité » qui stimule la collabo-

technologies nécessaires aux conférences vidéo et web, Walk and Talk et Roomwizard. Des exemples parmi bien d’autres d’une stratégie qui a permis de multiplier la créativité par trois et de faire passer le temps nécessaire à l’aboutissement d’un projet de 24 à 19 mois. L’atelier prototypes installé au cœur de l’entreprise fonctionne selon les mêmes principes de performance, de rapidité et d’échange d’idées entre tous les acteurs. • SITE • www.steelcase.com

NUMÉRO 1 Le classement de Steelcase pour le mobilier de bureau

Steelcase Monde

ration et favorise l’émergence d’idées nouvelles. 300 personnes y travaillent. Toutes ont pu - à l’occasion du déménagement du siège social exprimer leurs besoins afin de faire évoluer les équipements vers plus de confort et d’ef d’efficacité. Des axes forts ont ainsi été dégagés avec parmi eux la mobilité de plus en plus importante des salariés. « Il reste peu d’emplois où une personne fait la même chose du matin au soir dans un espace statique », a-t-il été expliqué. Ont ainsi été conçus des espaces ouverts où peuvent travailler

• N°1 sur le marché de l’industrie du mobilier de bureau • 3,4 milliards $ de CA en 2007 • Plus de 650 concessionnaires et 850 points de vente • Plus de 13 500 employés • Plus de 500 lignes de produits • 31 usines dans le monde (dont 7 en Europe) • Plus de 1 200 brevets d’invention et de conception • 152,5 millions $ investis en R&D ces trois dernières années • Depuis 1998, cotation à la bourse de New York sous le symbole SCS

de manière individuelle ou en équipe collaborateurs sédentaires et nomades, des salles fermées propices à la concentration ou à des réunions en cercle plus restreint, des salles de projet et des lieux tels que le restaurant, les coins cafés ou le… baby foot où l’échange peut se passer de manière plus informelle. Pourvu des toutes dernières innovations en matière d’outils et de technologies de collaboration, le WorkLab dispose notamment de tableaux blancs interactifs, d’un logiciel de « brainstorming » et de toutes les

>> PRIX LOUISE-WEISS DU JOURNALISME

Une journaliste du Point Eco « consacrée » Journaliste au Point Eco et correspondante de la Libre Belgique à Strasbourg, notre collègue Véronique Leblanc a reçu des mains de Bruno Le Maire, secrétaire d’État aux

Affaires européennes, le prix LouiseWeiss 2008 du journalisme européen. Son article relatif aux inquiétudes de la communauté tchéchène de Strasbourg face au durcissement des politiques européennes d’immigration, paru le 1er juillet dans La Libre Belgique, a suscité l’enthou-

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

siasme du jury. De nationalité belge, mère de deux adolescents, Véronique Leblanc a d’abord travaillé au musée Félicien-Rops de Namur, puis pour un éditeur bruxellois. Elle s’installe au début des années 90 à Strasbourg et se lance dans le journalisme. Sa plume avisée lui ouvre les portes

de nombreux quotidiens et revues. Elle collabore à l’essai d’Elie Barnavi « L’Europe frigide » paru à l’automne dernier et fonde, avec lui et l’éditeur André Versaille, le site Europe Hebdo, en ligne depuis peu. Toutes nos félicitations à Véronique pour ce prix.

www.strasbourg.cci.fr


La CCI en actions

>> JEUNES AMBASSADEURS D’ALSACE

-.‚ijY^Vcih / aV*Zegdbdi^dcZcbVgX]Z

L

’association des Jeunes Ambassadeurs d’Alsace vient de baptiser sa cinquième promotion. Ces Êtudiants motivÊs ont ÊtÊ accueillis à l’Hôtel du dÊpartement en novembre dernier. Une première entrÊe dans la vie Êconomique et institutionnelle avec une prÊsentation du fonctionnement du Conseil gÊnÊral du BasRhin par Guy-Dominique Kennel.  Étudier en Europe est le meilleur moyen d’apprÊcier une culture et de rencontrer les reprÊsentants du tissu Êconomique d’une rÊgion , a-t-il soulignÊ. Jean-Louis HoerlÊ, PrÊsident de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin et parrain de la prÊcÊdente promotion, participait à la première rencontre. Des Êtudiants issus de 49 pays et cinq continents, intÊgrÊs dans les cursus des grandes Êcoles strasbourgeoises : EMStrasbourg, INSA, Institut d’Études Politiques, Institut des Traducteurs Interprètes et relations Internationales, ENA. Cette sÊance sera suivie d’une sÊrie de manifestations organisÊes avec des profes-

sionnels et des institutionnels, dans le but de mieux connaÎtre notre rÊgion pour devenir nos  ambassadeurs de l’Alsace . InitiÊ en 2004 par l’association Smile, ce programme concoctÊ depuis 2007 avec le soutien de la CCI comporte diffÊrentes rencontres avec chercheurs, enseignants, dÊcideurs politiques, Êconomiques et culturels. Des moments studieux, mais aussi gastronomiques ont ÊtÊ mis au menu, avec une soirÊe destinÊe à faire Êmerger des projets destinÊs à promouvoir l’Alsace.  L’objectif de cette dÊmarche d’immersion dans la culture de la rÊgion est une occasion de vous faire aimer l’Alsace et de la faire connaÎtre dans vos pays , rappelait Jean-Louis HoerlÊ. La remise des diplômes est programmÊe le 5 mai prochain à la CCI. Pour en savoir plus sur les rendez-vous de l’Association Smile.

  * $"#!%"



     

      

• SITE • www.thesmilingcity.com Didier Kahn O3 88 75 25 54 d.kahn@strasbourg.cci.fr

CONTACT

CCI

      

Le catalogue 2008 / 2009 des prestations de la CCI en faveur de l’appui et du conseil aux entreprises est dÊsormais disponible. Il prÊsente tous les services à votre disposition, aussi bien en matière de crÊation et transmission d’entreprises, d’informations

Êconomiques et juridiques que d’export, de commerce, d’industrie ou encore de salons. Disponible gratuitement à la CCI, place Gutenberg ou dans les locaux du Pôle formation, avenue de Colmar à Strasbourg. CONTACT

CCI

03 88 75 25 25

 

Catalogue des prestations de la CCI

                

"%&! $"#!%" +      (     

! $$)#$"#!%"! ''')#$"#!%"!

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

13


14

LA CCI EN ACTIONS >> RENCONTRES CCI/SCIENCE Strasbourg, siège unique du Parlement Européen Le Parlement européen siège à Strasbourg. Une volonté que veut aujourd’hui faire respecter la pétition One-City.eu. Le débat n’est pas nouveau, la pétition si, à laquelle la CCI de Strasbourg a adhéré. En défendant l’idée que Strasbourg est un symbole fort pour la construction européenne : « ville biculturelle », la capitale alsacienne « a changé cinq fois de nationalité en moins de 75 ans pour cause de divisions humaines ». Emblème de la réconciliation francoallemande, Strasbourg doit être considérée comme « le siège unique du Parlement Européen ». Le site « One City » bénéficie du parrainage de Brigitte Fouré, eurodéputée française membre du groupe PPE-DE. Le choix de Strasbourg permettrait notamment de « rationaliser le fonctionnement du Parlement européen, en regroupant l’intégralité de [ses] activités » dans une seule ville. Améliorer l’accessibilité de la ville en favorisant les connexions ferroviaires et augmenter la capacité hôtelière font partie des priorités à mettre en œuvre pour permettre à la ville de jouer pleinement son rôle de centre européen. • SITES • www.one-city.eu www.democratieeuropeenne.eu

G^hfjZhh^hb^fjZh! fjZeZjiaVhX^ZcXZ4 Basé à Strasbourg, dans les locaux de l’École et Observatoire des Sciences de la Terre (ULP-CNRS), le Bureau Central Sismologique Français a fait l’objet de la huitième rencontre CCI-Sciences. Une visite très dense suivie par le Président Jean-Louis Hoerlé accompagné de nombreux élus et chefs d’entreprises.

V

isite tellurique pour les quelque 45 participants à la dernière visite 2008 des rencontres CCIScience, en novembre dernier. Rendez-vous leur était donné au Bureau Central Sismologique Français (BCSF) de Strasbourg. Comme l’a indiqué. son directeur Michel Granet, le BCSF centralise, analyse et diffuse l’ensemble des informations sur les séismes affectant le territoire national depuis 1920. Une activité scientifique complétée par un rôle d’expertise puisqu’en cas de séisme important, c’est le BCSF que consulte l’État pour instruire les demandes de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

DEUX TYPES DE DONNÉES

- ressentis à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments; les données instrumentales provenant quant à elles des stations sismologiques distribuées sur le territoire métropolitain*. Les premières sont traduites sous forme de cartes montrant les valeurs d’intensité, les secondes permettent de localiser rapidement les épicentres des tremblements de terre et de mesurer leur magnitude sur l’échelle de Richter. Un travail complété par un site très réactif qui met rapidement en ligne l’ensemble des caractéristiques de l’événement et collecte les témoignages dès les premières minutes grâce à un formulaire d’enquête. En cas de tremblement de terre important, le Bureau organise une mission post-sismique dans le cadre de ses responsabilités pour la procédure de reconnaissance de catastrophe naturelle. Pilotés dans les laboratoires du BCSF,

Réunions décentralisées : la CCI à Saverne

Le BCSF collecte deux types de données : les données macrosismiques décrivant les effets - voire les dégâts

Le 16 février de 19h30 à 21h à l’Espace Rohan de Saverne, la CCI organise une réunion pour les chefs d’entreprises de l’arrondissement de Saverne, avec pour but de présenter les actions et l’actualité de la CCI ainsi que ses différentes missions.

)ÔUFMDPOTVMBJSF -BàOEFTUSBWBVY

CONTACT

CCI

Didier Kahn 03 88 75 25 54 d.kahn@strasbourg.cci.fr

Commencée en 2001 rue de l’Arbre-Vert, la réhabilitation des façades de la CCI s’est achevée peu avant le lancement du marché de Noël, en novembre dernier. Coût du chantier : 4,2 M€ pour la partie maîtrise d’ouvrage. Une cérémonie de fin de chantier a réuni les représentants des entreprises (une douzaine) et

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

les élus ont pu profiter des explications de Christiane Nicoli et de Christophe Sira. Ils se sont interrogés sur la possibilité de pouvoir, un jour peut-être, prévoir les tremblements de terre mais cette perspective n’est pas envisageable dans l’état actuel de la recherche. Celle-ci vise aujourd’hui à limiter l’impact humain et économique de ces catastrophes naturelles par une meilleure prévention de leurs effets ou par des dispositifs comme celui dit « d’alerte précoce ». Un enjeu de taille. * Stations associées au RéNaSS (Réseau National de Surveillance Sismique, CNRS-INSU et Universités) et du réseau sismologique du Laboratoire de Détection Géophysique (DASECommissariat à l’énergie atomique).

• SITE • www.franceseisme.fr

La prochaine rencontre, prévue au cours du premier trimestre 2009, concernera les sciences humaines. CONTACT

CCI

Jean Bouleau 06 71 20 01 91

cabinets ayant participé au chantier réalisé sous la direction de Daniel Gaymard et Christophe Bottineau, architectes en chef des monuments historiques. Un parchemin roulé dans un cylindre, en mémoire de l’événement, a été scellé dans la façade par la société Meazza.

www.strasbourg.cci.fr


Export

DOSSIER

DhZo½kdjhdjkg^g VjbdcYZ

L

>>

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

15


16

Dossier Export

OBJECTIF La CCI veut impulser l’Europe hors Alsace

9ZhEB:ZcXdgZigdei^b^YZh

C

onquérir de nouveaux marchés ? Le but de tout chef d’entreprise. Et pourtant en France, seulement un tiers des PME font de l’export. Manque d’informations ou de personnel qualifié, coût de la prospection… dissuadent bon nombre de dirigeants. 56 milliards d’euros. Le déficit commercial de la France s’est encore creusé en 2008. Ces résultats s’expliquent par la mauvaise santé de l’automobile et de la sidérurgie. Mais aussi par une baisse des exportations vers le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie, principaux clients de la France. Ni le repli des cours du pétrole, ni l’affaiblissement de l’euro face au dollar ne semblent en mesure de changer la donne.

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

Une contre-performance qui, comme l’an dernier, tranche avec les chiffres alsaciens affichant un excédent de balance commerciale de 498 M€ (pour le 1er trimestre 2008, source : DRCE). « L’Alsace est la première région exportatrice par habitant, avec 15 300 € contre 6 300 en moyenne nationale. Son industrie est bien adaptée à l’international », explique Philippe Sugniaux, directeur régional de la Coface. Pas de triomphalisme toutefois. « Le ralentissement des exportations en Europe ne devrait pas rester sans conséquence pour notre région », ajoute Gérard Pfirsch, président du comité de pilotage du programme régional Alsace export et membre titulaire de la CCI. Les locomotives de l’export alsacien sont aujourd’hui l’industrie chimique et pharmaceutique,

l’agroalimentaire mais aussi « le secteur automobile, trie électrique et les équipementiers » Philippe Sugniaux. L’Union Européenne absorbe 75 des exportations alsaciennes. Et l’Allemagne demeure le principal partenaire de notre région.

MIEUX VENDRE LE MADE IN ALSACE Gérard Pfirsch affirme que l’objectif de la CCI est aujourd’hui « d’impulser l’export hors de l’Europe ». Pour preuve : la croissance constante des exportations vers la Russie, la Chine, l’Inde et les pays du Golfe. Autre objectif pointé par Frédéric Szabo, directeur export à la CCI de Strasbourg et du BasRhin : diversifier les secteurs qui exportent. « Nous allons

pas que de la technique, mais un état d’esprit résolument ouvert et le sens des relations humaines », constate d’expérience Frédéric Szabo. CONTACT

CCI

Frédéric Szabo f.szabo@strasbourg.cci.fr

Retrouvez le programme complet du programme régional export des CCI alsaciennes sur www.alsace-export.com

www.strasbourg.cci.fr


Dossier Export

>> LA COFACE

Vos conseillers CCI en développement international

AÉVhhjgZjgidjig^hfjZ

L

a Coface accompagne les entreprises dans la protection, le financement, le contrôle et la gestion de leurs créances commerciales partout dans le monde. Forte de 120 000 clients et de filiales ou succursales dans 65 pays ainsi que d’une base de données regroupant 50 millions d’entreprises, la Coface se distingue par un savoir-faire « multimétier ». Par ailleurs, la Coface gère, pour le compte et avec la garantie de l’État, une large gamme de produits destinés à soutenir les entreprises qui

prospectent, qui veulent s’implanter ou qui travaillent à l’étranger : • l’assurance prospection permet de bénéficier d’un soutien financier et d’une assurance contre le risque d’échec commercial. • les assurances risque exportateur couvrent les émetteurs de cautions bancaires ainsi que les banques assurant le préfinancement export contre le risque de non-remboursement par l’exportateur. • l’assurance-crédit export à moyen et long terme

protège contre les risques commerciaux, politiques ou catastrophiques. • l’assurance change permet aux entreprises de remettre des offres et de conclure des contrats sans avoir à subir les variations des taux de change. • la garantie des investissements couvre les investissements des sociétés françaises et des banques qui les financent contre les risques de spoliation ou de destruction de nature politique. • CONTACT • www.coface.fr Strasbourg : 03 88 32 27 50 philippe_sugniaux@coface.com

- Claudia Scanvic 03 88 76 42 25 c.scanvic@strasbourg.cci.fr - Damien Aufsatz 03 88 76 42 36 d.aufsatz@strasbourg.cci.fr

Suisse et Autriche Marie-Louise Henninger 03 89 36 54 90 ml.henninger@mulhouse.cci.fr

Espagne et Portugal Marianne Genet 03 89 36 54 87 m.genet@mulhouse.cci.fr

Italie Claudia Iunnissi 03 89 36 54 89 c.iunnissi@mulhouse.cci.fr

Benelux, Grande-Bretagne et Scandinavie Alain Layrac 03 88 76 42 27 a.layrac@strasbourg.cci.fr

>> WORLD TRADE CENTER DE STRASBOURG

;Zc„igZhjgbdcYZ La convention annuelle de la World Trade Centers Association (WTCA), qui s’est tenue à Dubai en novembre dernier, a mis en évidence l’envergure mondiale de ce réseau de réseaux » en réunissant plus de 500 délégués venus de 92 pays. La World Trade Centers Association, qui fédère plus de 330 centres d’affaires licenciés WTC a pour objectif de développer les relations d’affaires internationales en proposant des services personnalisés : information économique, organisation de missions et de programmes de rendez-vous, séminaires de formation, mise à disposition de bureaux et de salles de réunions… Le WTC de Strasbourg, qui a adhéré au réseau dès 1979, vient de lancer un ambitieux programme de développement de ses activités. Cette mission a été confiée

Allemagne

Pays Baltes, République Tchèque et Bosnie-Herzégovine

du développement d’un tel réseau. Étroitement intégré aux structures de la CCI, le club WTC de Strasbourg souhaite aujourd’hui affirmer son rôle de catalyseur de rencontres. » Au programme : des conférences, des petitsdéjeuners et des ateliers aux thèmes variés, mise à disposition d’un lounge… « Notre projet est de relancer une dynamique forte au sein du club AMBITIEUX Olaf Luther veut faire du WTC WTC et d’en faire un lieu d’échanges priviun catalyseur de rencontres légié entre les acteurs économiques de notre territoire. à Olaf Luther qui a rejoint Strasbourg peut tirer un bénéfice l’équipe WTC en octobre considérable de la présence d’un 2008. Responsable de la comWTC ambitieux. » munication pour la filiale française d’un grand groupe Olaf Luther allemand dans une autre CONTACTS 03 88 76 42 08 vie, il a choisi de « rejoindre CCI Eléonore Maechler 03 88 76 42 31 Strasbourg pour devenir acteur

Elisabeth Perrin 03 89 20 20 80 eperrin@colmar.cci.fr

Bulgarie, Croatie, Slovaquie, Slovénie et Roumanie Pascale Mollet 03 89 20 20 82 pmollet@colmar.cci.fr

Russie, Ukraine, Pologne et Hongrie Tony Bouyer 03 89 20 20 76 tbouyer@colmar.cci.fr

Continent américain et Afrique Subsaharienne Christophe Antoine 03 88 76 42 38 c.antoine@strasbourg.cci.fr

Algérie, Turquie et Moyen-Orient Olivier Epp 03 88 76 42 18 o.epp@strasbourg.cci.fr

Maroc, Tunisie et Libye Julien Lutz 03 88 76 42 49 j.lutz@strasbourg.cci.fr

Chine, Japon, Inde, Corée du Sud, ASEAN Emmanuel Butz 03 88 76 42 30 e.butz@strasbourg.cci.fr

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

17


18

Dossier Export

>> ILS PARLENT D’EXPÉRIENCE… 8]VgaZh6cYaVjZg Gérant de AGA International à Mundolsheim

AZY^Vad\jZZiZcXdgZaZY^Vad\jZ

L

e créneau de la société AGA International : l’achat et la vente de plinthes, parquets et accessoires : colles, kits de pose… pour le marché français, mais aussi étranger. Récemment, l’entre-

prise de sept salariés a conclu avec de nouveaux clients en Turquie. « Notre chiffre d’affaires à l’export représente 10 à 15 %. Avec le contrat passé avec la Turquie, il va exploser. Nous travaillons essentielle-

ment dans l’Union européenne, mais aussi au Maroc. Nous avons un projet en Algérie. C’est moi qui ai en charge le dossier export. Ma méthode est simple : le relationnel. Je n’ai pas peur d’échanger avec les clients, je fais

en sorte qu’ils soient satisfaits. Pour nous, il n’y a pas de crise à l’export dans les pays émergeants. Et puis, ce que je ne peux pas faire en France, je le fais à l’extérieur. » • CONTACT • 03 88 20 75 79

?ZVc"BVii]^Zj@g^Z\ Directeur export chez Fortal à Barr

CdigZY‚bVgX]Z/aVfjVa^i‚

D

irigé par Nicolas Ruffenach, Fortal s’est fait un nom dans la fabrication d’échelles, d’échafaudages, de plateformes et passerelles pour le bâtiment et l’industrie. Parmi ses principaux chantiers : le tram de Bordeaux, le Viaduc de Millau, des passerelles de maintenance pour l’hélicoptère Tigre ou encore la livraison de passerelles d’accès pour l’A-380. Cette PME bas-rhinoise emploie aujourd’hui 120 personnes. Si

pendant longtemps, sa cible première était l’Hexagone, elle s’est lancée depuis quelques années à l’international. Un service export a été créé, avec deux personnes à plein temps : Jean-Matthieu Krieg et son assistante. « Notre CA à l’export avoisine les 15 % réalisés au départ essentiellement en Espagne. Notre action export a pour but d’élargir notre clientèle et diversifier les marchés. Nous ciblons d’une part l’Union européenne en mettant en avant notre savoir-faire en matière de

sécurité. Par le biais de l’association Alsace Project and Design, nous attaquons d’autre part des marchés plus lointains comme le Qatar ou l’Arabie Saoudite. Nous bénéficions du soutien des

équipes de la CCI de Strasbourg et des missions économiques avec l’aide desquelles nous participons à des salons et prenons part à des missions de prospection : au Qatar et en Algérie l’an dernier, nous serons à Munich ou encore à Londres cette année. La proximité avec nos clients est capitale et le temps consacré au suivi incontournable. C’est la clé de la réussite. » • SITE • www.fortal.fr

wg^X@jcZ\Za Directeur commercial France et export chez Husson Collectivités à Lapoutroie

AV88>cdjhVeedgiZjchdji^ZcXdchiVci

D

’emblée, le site trilingue de la PME haut-rhinoise donne le ton. Husson Collectivités est une entreprise internationale. Si ses deux sites de productions sont en Alsace et en FrancheComté, elle dispose de deux filiales, l’une en Allemagne, l’autre au Royaume Uni. Des partenariats avec des distributeurs locaux sont constitués ou en cours de constitution dans la plupart des pays de l’Union européenne, en Asie et en Amérique. Husson

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

Collectivités compte parmi les leaders européens des équipements sportifs et des aires de jeux pour enfants. Ses principaux clients : les

collectivités. Éric Kunegel, le direct e u r c o m m e rcial de Husson, convient que « l’export est naturel depuis le départ. Il a commencé par un pays européen, puis un autre. Notre marché commence à se développer en Asie, en particulier en Corée du Sud et aux Émirats Arabes Unis. Nos produits répondent à des normes européennes très strictes.

Hors Europe, certains pays ne sont pas prêts à les supporter cer elles engendrent des coûts. » L’entreprise a participé à de nombreux salons ces derniers mois. « C’est un bon carrefour mais leur nombre est peut-être trop élevé. On s’y perd. En matière d’export, la CCI nous apporte un soutien constant. Avec le temps, j’ai appris qu’à l’international, il faut savoir écouter les besoins de l’autre. » • SITE • www.husson-co.fr

www.strasbourg.cci.fr


Dossier Export

>> « TROPHÉE RÉGIONAL EXPORT »

JcZhd^g‚ZZced^ciYÉdg\jZ Six lauréats pour cinq catégories. La soirée du Trophée régional export a offert à son très nombreux public un kaléidoscope du dynamisme et du savoir faire de nos entreprises en matière de développement à l’international. Dans un contexte difficile, celles-ci participent toujours plus à la création de la richesse et de l’emploi.

U

ne soirée antimorosité pour fêter le dynamisme des entreprises alsaciennes à l’export. Le 18 décembre dernier, c’est devant une salle comble que Lionel Augier a orchestré la 12e cérémonie « Trophée régional export » des CCI d’Alsace organisée à l’Illiade d’Illkirch. À l’honneur, six entreprises distin-

guées au sein d’une cinquantaine de candidatures par un jury dont l’industriel JeanEmile Pfalzgraf était le président. Parmi les critères de sélection : l’originalité dans la conquête des marchés, la progression du CA à l’export et les emplois créés. Au nom des CCI d’Alsace, JeanLouis Hoerlé, président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, a salué le nombre

important de participants, signe à la fois du prestige du trophée et de l’ouverture toujours plus large de notre région à l’export. Il a souligné que - comme le révèle une enquête nationale de Ernst & Young - les réseaux consulaires sont bien les partenaires privilégiés des entreprises à l’international et il a relevé l’accroissement de 23 % entre 2007

et 2008 de la participation des PME-PMI aux actions proposées par les Chambres. La soirée a été rehaussée par la présence de Jacques Bigot, maire d’Illkirch et président de la Communauté Urbaine d e S t r a s b o u rg , A d r i e n Zeller, président du Conseil Régional d’Alsace et François Loos, ancien ministre délégué au commerce extérieur. Focus sur les lauréats et leurs « parrains », sponsors de la manifestation. Pour eux aussi le mot export compte double et leur implication avait un sens réel.

>> TROPHÉE NOUVEAUX EXPORTATEURS

6ahVX^ZccZYZe}iZhb‚cV\ƒgZh récompensée pour son projet d’éco-conception au salon Eco-emballages. « Pour chaque pays il y a un produit adapté qui devient spécifique à chaque client : moins de cholestérol en Italie, matières grasses différentes en Espagne, etc. »

possède également des structures opérationnelles en Allemagne et en Grande-Bretagne et son réseau commercial est présent en Europe et au Proche Orient. L’externalisation de certaines de ses activités est ainsi un atout pour les entreprises. • SITE • www.laposte.fr

• SITE • www.apm-france.com

De gauche à droite, Hervé Mergoux et Claudine Roposte (APM), Marie Masson (La Poste) et Frank Lucas (Air France)

C

réée en 1994 à Hoerdt, L’Alsacienne de Pâtes ménagères est spécialisée dans la fabrication de pâtes à tarte, pizza et gâteaux. En 2005, elle comptait près de 30 % de parts de marché mais, pressentant une saturation en France, elle s’est tournée vers l’export ce qui lui a demandé d’ allonger la durée de vie des

denrées de cinq jours - et de s’adapter aux habitudes alimentaires des marchés étrangers. Aujourd’hui, l’export représente 15 % du CA de l’entreprise en passant de 2 à 7 millions d’euros en deux ans. Une progression soutenue par le renforcement des équipes commerciales, R&D et à la production. APM a été

PARRAINS « La Poste est un allié des entreprises dans leurs échanges internationaux et elle a elle-même l’ambition de se développer à l’export », a souligné Marie Masson, directeur commercial Courrier Alsace en remettant son trophée à Claudine Frey-Roposte, dirigeante de l’Alsacienne de Pâtes ménagères. Présente aux États-Unis avec Brokers Worldwide, La Poste

Pour Franck Lucas qui représentait Air France-KLM, autre parrain du Trophée Nouveaux Exportateurs, « avec plus de 250 destinations dans 105 pays, la compagnie accompagne les exportateurs dès le début de leur démarche. Elle s’inscrit à ce titre comme un maillon important tout au long de l’aventure et sa participation aux Trophées Export apparaît comme naturelle et évidente ». • SITE • www.airfrance.fr

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

19


20

Dossier Export

>> VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE

EgdiZX]c^X ces marchés de façon à ce que l’on puisse y créer notre propre structure. »

PARRAINS

qui permettent à des jeunes de moins de 28 ans de partir pour des missions de 6 à 24 mois à l’étranger pour le compte d’une entreprise française. En Alsace, UBIFRANCE s’appuie sur un partenariat fort avec le réseau CCI Alsace Export. • SITE • www.ubifrance.fr

De gauche à droite, Jean Meyer (Protechnic), Sabrina Gaucher (DNA) et Yohann Remaud (Ubifrance)

P

rotechnic installée à Cernay (68) vend des solutions techniques de collage, de protection de surface et des décorations sur éléments rigides. Des produits destinés à des marchés de niche très diversifiés que l’on retrouve dans le textile, l’automobile, le bâtiment et les objets du quotidien.

89 % de son CA est réalisé à l’export sur 50 pays, l’Europe étant considérée comme un marché intérieur. Estimant qu’elle a aussi un devoir de formation des jeunes, l’entreprise s’est adjointe les services de trois VIE installés en Allemagne, en Pologne et aux Pays-Bas. « Leur mission de VIE consistait à développer

Le réseau UBIFRANCE et des Missions économiques présent dans 120 pays forme le dispositif national de soutien des entreprises françaises dans leurs démarches à l’export. UBIFRANCE a « trois métiers principaux » a souligné Yohann Remaud, délégué régional Alsace, en remettant son trophée à Jean Meyer, PDG de Protechnic : l’information sur les marchés, la prospection avec notamment l’accueil des entreprises sur les stands UBIFRANCE lors des salons et enfin l’installation de VIE

« Lues régulièrement par plus de 600 000 Alsaciens, les DNA ont à cœur - via leur rédaction économique - d’informer le grand public de la réalité de la vie économique alsacienne, a souligné Sabrina Gaucher, responsable commerciale. Elles étaient dès lors un partenaire naturel d’une opération qui met en exergue des entreprises qui réussissent et qui gagnent. » • SITE • www.dna.fr

>> CATÉGORIE EXPORT

<Vg]^c neurs d’ordre de maisons mères étrangères. Il y a trois ans 10 % de notre CA étaient obtenus à l’export de manière accidentelle, aujourd’hui ce chiffre est monté à 50 % et correspond à une stratégie construite. » • SITE • www.garhin.com

De gauche à droite, Bruno Coussy (Garhin), Christophe Lemoye (Heppner) et Philippe Vidal (CIC) a société Garhin de polonaise. Il lui arrive aussi Oderen (68) est spécialiste d’intégrer un consortium de la chaudronnerie plasd’entreprises sur des chantique et du traitement de tiers au budget global de plus de 150 millions de dollars. l’air, de l’eau et des effluents « Ces grands groupes sont preschimiques. L’Europe de l’Est que tous au CAC40. Nous avons offre un vrai potentiel de démarré l’export en les suidéveloppement pour cette vant. Progressivement, nous entreprise qui vient de faire sommes allés chercher des donl’acquisition d’une société

L

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

PARRAINS

Philippe Vidal, PDG de CIC a remis le Trophée à Bruno Coussy de la Société Garhin. « Plus connu en Alsace sous le nom de CIAL, le CIC est adossé sur le groupe CréditMutuel CIC. Une appartenance qui ouvre à un réseau de 44 implantations dans le monde, animé par des experts locaux au fait des poten-

tialités de leur pays. Tous sont à la disposition des industriels. » • SITE • www.cic.fr

Leader du transport et de la logistique depuis plus de 80 ans en Alsace, Heppner s’appuie sur un réseau de partenaires présents dans 180 pays pour accompagner les entreprises à chaque étape de ses échanges internationaux. « Heppner se devait d’être partenaire des Trophées de l’Export », a souligné Christophe Lemoye, directeur régional. Son message aux entreprises : « Venez nous voir, nous avons des solutions qui vous permettront de travailler avec de grandes et de petites multinationales. » • SITE • www.groupe-heppner.com

www.strasbourg.cci.fr


Dossier Export

>> CATÉGORIE GRAND EXPORT

Fj^g^

Q

uiri est une PME de Duttlenheim, spécialisée dans la conception et la fabrication de produits mécaniques : vérins, amortisseurs hydrauliques, échangeurs de chaleur etc. utilisés dans les grands sites industriels. Cette société exporte hors d’Europe depuis une dizaine d’années des produits « de niche », nés d’un savoir-faire mis au point au départ pour la clientèle française. Le marché national n’ayant plus évolué, c’est désormais l’export qui est le moteur de la croissance de l’entreprise. En deux ans, son carnet de commande a augmenté de 200 %. « Pour faire de l’export et du grand export en particulier, la règle numéro 1 c’est d’y aller. Il faut passer du temps à découvrir le pays, les hommes, à appréhender les fonctionnements. Le premier

pour les suivre à l’export et les aider dans les difficultés », a souligné Jocelyne de Montaignac. • SITE • www.eulerhermes.fr

De gauche à droite, Fabrice Urban (Quiri), Jocelyne de Montaignac(Euler Hermès) et Jean-Louis Koessler (Mazars) outil de l’exportateur, c’est d’abord une bonne paire de chaussures et une bonne agence de voyage! » • SITE • www.quiri.com

PARRAINS Jocelyne de Montaignac, directeur commercial et marketing de Euler Hermes SFAC, filiale française du Groupe Euler Hermes, numéro un de l’assurance cré-

dit dans le monde, a remis son trophée à Fabrice Urban, PDG de Quiri. La mission de Euler Hermès SFAC est d’accompagner les entreprises dans leur développement commercial en les garantissant contre le risque d’impayé partout dans le monde grâce à ses trois services : la prévention des risques, le recouvrement des impayés et l’indemnisation des pertes. « Support des entreprises, nous sommes aussi là

Autre parrain, le groupe Mazars, organisation internationale de services professionnels : l’audit, le conseil et les services comptables, fiscaux et juridiques. Directement présent dans 47 pays avec un effectif de plus de 9 500 professionnels, Mazars étend son réseau au travers de l’alliance Praxilty et représente une force de frappe de plus de 25 000 professionnels dans 75 pays. « Avec partout une même exigence de qualité au service du client » a souligné Jean-Louis Koessler, PDG. • SITE • www.mazars.fr

Fin de dossier

ce

l’a

n ge

cré * (Adjectif féminin) Volonté de créer, réagir. Être dans l’action.

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

21


22

Dossier Export

"HFOEBFYQPSU Salons à l’étranger Du 19 au 22 avril à Lisbonne ALIMENTARIA, salon agroalimentaire CONTACT

CCI

Marianne Genet CCI de Mulhouse 03 89 36 54 87

Du 20 au 25 avril à Barcelone CONSTRUMAT, salon international de la construction CONTACT

CCI

Marianne Genet CCI de Mulhouse 03 89 36 54 87

Du 27 au 30 avril à Doha PROJECT Qatar, salon international des technologies du bâtiment, des matériaux de construction et des technologies de l’environnement CONTACT

CCI

Olivier Epp CCI de Strasbourg 03 88 76 42 18

Du 22 au 27 avril à Meknès SIAM, salon international de l’agriculture du Maroc CONTACT

CCI

Julien Lutz CCI de Strasbourg 03 88 76 42 49

Missions collectives Avril à Sao Paulo Mission BRÉSIL, Multisectoriel CONTACT

CCI

Christophe Antoine CCI de Strasbourg 03 88 76 42 38

Mission JAPON à Tokyo Agroalimentaire CONTACT

CCI

Emmanuel Butz CCI de Strasbourg 03 88 76 42 30

Du 5 au 7 mai à Stuttgart CONTROL Salon international du contrôle qualité et de la métrologie CONTACT

CCI

Claudia Scanvic CCI de Strasbourg 03 88 76 42 25

Du 12 au 14 mai à Londres LONDON WINE Salon international des vins et spiritueux CONTACT

CCI

Alain Layrac CCI de Strasbourg 03 88 76 42 27

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

>> INVESTISSEMENT À L’ÉTRANGER

@ZaaZg;dcYVi^dchHe‚X^VaZh

K

eller Fondations Spéciales basée à Duttlenheim propose des solutions de pointe pour résoudre des problèmes de stabilité de sols. Le marché des pays francophones, africains, s’étant révélé porteur, Keller s’y est attaquée de front en créant des filiales en Algérie, en Tunisie et au Maroc. L’Algérie, pays dynamique, dispose de richesses. Cette dernière filiale a fait l’objet d’un recrutement de VIE. « L’Algérie est le pays le plus dynamique du continent africain. Il dispose de grandes richesses naturelles et a des besoins en infrastructures. Les financements y sont garantis par des organismes publics et les liquidités sont réelles. » • SITE • www.keller-france.com

@j]cH6

S

pécialiste du machinisme agricole, Kuhn SA a fêté cette année ses 180 ans. Cette entreprise savernoise dispose de 6 unités de production dans le monde et réalise plus de 70 % de son CA à l’export. Elle vient de s’implanter à Moscou. « Il a fallu développer et adapter la gamme aux exploitations russes qui peuvent aller de 10 000 à 100 000 ha. Une filiale de distribution installée en 2008 assure la partie commerciale et le suivi technique. La connaissance des langues sont une des bases du succès. » • SITE • www.kuhn.com

De gauche à droite, Vincent Arnould et Rolf Schneider (Kuhn SA), Estelle Pailler et Erell Grimault (Keller Fondations Spéciales)

PARRAINS

Deuxième port intérieur français, le Port autonome de Strasbourg est aussi la première plate-forme logistique, la première zone industrielle et la première gare de fret d’Alsace. « Lié aux opérations d’import-export, le Port autonome se devait d’être aux côtés des Trophées Export », a souligné JeanMarc Uhrweiller en remettant leur trophée à Thierry Hermges, responsable Export chez Keller Fondations, Rolf Schneider, chef de ventes à l’international et Vincent Arnould, responsable export chez Kuhn.

Lagardère Métropoles est la régie qui exploite en région les différents supports édités ou commercialisés par le groupe : Europe 1, Virgin Radio, RFM, Elle, Paris Match, Télé 7 jours, Notre Temps, Le Point, L’Équipe, Le Monde ainsi que 80 sites Internet. Véritables porte-voix des entreprises, les supports du groupe Lagardère sont leurs partenaires naturels. S’associer aux Trophées Export relevait de l’évidence pour RFM. • SITE • www.rfm.fr

• SITE • www.strasbourg.port.fr

-F1BTT&YQPSU Guide d’une trentaine de pages, le Pass Export présente tous les dispositifs et les contacts en matière d’export, les missions, les journées pays et les salons prévus courant 2009. Conçu par les

CCI d’Alsace, le guide est né de la volonté de tous les acteurs alsaciens du commerce international de travailler en partenariat. • POUR PLUS D’INFORMATIONS • www.alsace-export.com

www.strasbourg.cci.fr


AÉROPORT >> NOUVEAU !

HigVhWdjg\"G]dYZhZcY^gZXi Encouragés par le succès obtenu par la destination Crète, Marmara ouvre une nouvelle ligne au départ de l’Aéroport international Strasbourg. Rhodes, « l’île de lumière », sera accessible en direct chaque jeudi, à partir du 2 avril prochain. Le vol, sur Boeing 737 (168 sièges), sera assuré par la compagnie Aegean Airlines.

PRESTIGIEUX Le cadre de l’hôtel Electra, situé en bord de mer, à 10 km de Rhodes

F

oyer culturel et économique d’un archipel de 12 îles et de dizaines d’îlots, Rhodes marie plusieurs cultures : hellènes, byzantines et orientales, à la frontière de l’Occident et de l’Orient. Autant de vestiges de civilisations différentes qui se côtoient en parfaite harmonie. À ne pas manquer, la vieille ville, dont l’authenticité a été extrêmement bien préservée, et son port, Mandraki, qui fait le lien avec la nouvelle ville de Rhodes. Parmi les lieux à ne pas rater, Lindos, destination ensorcelante avec ses maisons d’un blanc éclatant, accrochées aux flans d’une colline couronnée d’une citadelle surplombant une baie profonde. Située à 56 km de Rhodes, second lieu touristique de l’île, la ville est classée

depuis longtemps monument historique. On ne rencontre aucun véhicule dans les ruelles étroites, où les maisons, bien qu’équipées de confort moderne, conservent leur architecture d’antan. Les touristes y apprécient le climat et la gentillesse des habitants. Les amateurs d’activités balnéaires seront comblés : les plages, de sable et de galets, figurent parmi les plus belles de la mer Égée.

L’EXCELLENT RAPPORT QUALITÉ-PRIX DE MARMARA « C’est le même esprit de vacances que l’on rencontre en Crète, observe Vincent Denizot, directeur régional Est de Marmara. Et c’est bien avant la parution de sa brochure printemps-été que nos clients ont eu connaissance de ce nouveau vol

direct vers cette merveilleuse île, située face aux côtes turques. Les hôtels proposés par Marmara sont situés sur la Côte Nord, à moins de dix minutes de la capitale Rhodes. L’île, très nature, est particulièrement boisée dans sa partie nord, ajoute-t-il. Une prestation de qualité, dans des hôtels 4 et 5 étoiles, à des prix défiant toute concurrence. Un contingent de promotions « premières minutes » a été prévu. Pour vous donner une idée, en période creuse, le prix du séjour en demi-pension, vol inclus, est de 399 € TTC. Plusieurs formules « all inclusive » sont proposées pour un quota contingenté à 449 € TTC. Les prix sont garantis, quelles que soient les variations liées aux hausses éventuelles de carburants », souligne Vincent Denizot.

DES COMPLEXES LUXUEUX La plupart des hôtels Marmara sont situés dans un cadre élégant et raffiné, en bordure de belle plage, au cœur des stations balnéaires, voire au bord d’un lac, face à la mer. Cerise sur le gâteau : Marmara offre le parking dans la limite d’une semaine à l’Aéroport international Strasbourg. • POUR EN SAVOIR PLUS • Agence Marmara, 33b rue du Fossé des Tanneurs à Strasbourg 03 88 135 130 www.marmara.com

Italowcost : mauvaise nouvelle Le tour opérateur Italowcost abandonne son projet d’implantation à l’aéroport de Strasbourg. La compagnie qui devait proposer deux départs par semaine vers Rome et Venise a annoncé en fin d’année qu’elle renonçait à son projet. « Cette décision est d’autant plus regrettable », explique Jean-Louis Hoerlé, le président de la CCI, « qu’avec l’appui des services commerciaux de l’aéroport, une importante campagne de publicité et de promotion autour de ces liaisons a été menée: affichage dans la CUS, insertions dans la presse… Je vous avoue que je suis déçu. Cette décision prive une nouvelle fois Strasbourg d’une compagnie low cost. » Le touropérateur proposait en effet un vol aller-retour et un séjour de trois ou quatre nuits, pour des prix compris entre 299 et 499 euros. L’offre globale annuelle était de 15000 sièges et s’adressait à tous: groupes, touristes individuels, comités d’entreprise. La formule était proposée par les agences de voyage ou en vente directe sur internet. Or, le niveau de réservation n’étant pas suffisant, la direction d’Italowcost a préféré annuler les départs de Strasbourg, comme elle l’a fait à Lyon et à Marseille. Au-delà de cette déconvenue qui survient dans un contexte économique tendu, pour Jean-Louis Hoerlé, la question de « la zone de chalandise de l’aéroport de Strasbourg se pose à nouveau. » Celle de la forte concentration d’aéroports dans la région rhénane aussi.

L’Aéroport à Tourissimo Les destinations au départ de l’Aéroport international Strasbourg seront présentées au salon Tourissimo, du 5 au 8 février (à lire en page 56). • SITE • www.strasbourg.aeroport.fr

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

23


AÉROPORT

24

>> STRASBOURG À 9 MINUTES D’ENTZHEIM

Jc\V^cYZiZbehVeeg‚X^VWaZ Les trains étaient à l’heure le 14 décembre dernier, lors de l’inauguration de la liaison reliant Barr à Strasbourg, via Entzheim. Un « plus » apprécié à l’aéroport, dont l’accessibilité est renforcée grâce à un développement important de l’offre TER, notamment sur la ligne Strasbourg-Molsheim-Barr. Entre Strasbourg et Entzheim, le nombre d’allers-retours est passé de 17 à 60. Avec un trajet effectué en 9 minutes chrono !

F

inie l’attente du tram pour accéder à l’unique départ navettes en direction de l’aéroport. Alors qu’à la station StrasbourgBaggersee les bus étaient programmés toutes les vingt minutes, la nouvelle liaison par TER conjugue rapidité, écologie et économie. Ainsi affirmait le nouveau maire d’Entzheim, Jean Humann, « la nouvelle offre permet d’envisager une restructuration des transports avec la ville ».

UN AÉROPORT PLUS PROCHE Lors de l’inauguration, le Président de la CCI, Jean-Louis Hoerlé, a souligné que « l’Aéroport international Strasbourg était devenu, hors région parisienne, le premier aéroport directement accessible par train ». À l’arrivée en gare d’Entzheim, une passerelle semi-fermée et un escalator mènent directement à l’aérogare. Deux nouveaux quais équipés de marquises protègent les voyageurs des

ACCESSIBILITÉ La nouvelle liaison offre rapidité et confort aux passagers intempéries et une passerelle piétons franchissant les voies ferrées et la route départementale sont autant de facilitateurs d’accès. Les quais ont été équipés de dispositifs d’accueil et d’informations, dont les départs et arrivées d’avions.

LE FUTUR TRAMTRAIN EN MARCHE L’offre renforcée de la SNCF comprend 80 % de trains en plus vers le Piémont des Vosges et 40 % de plus vers Molsheim, avec une offre quasiment cadencée, pour un rythme de quatre trains entre Strasbourg et Molsheim chaque heure, deux trains entre Molsheim et Barr et un train par heure au minimum jusqu’à Schirmeck et Rothau. L’augmentation du nombre de trains entre Strasbourg et Molsheim préfigure ce que sera le tram-train StrasbourgBruche-Piémont des Vosges, à l’horizon 2010-2014, a-t-il

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

été annoncé. Le montant des travaux liés à cette première phase (inscrite aux contrats de plan Etat-Région 20002006 et 2007-2013 ainsi qu’au contrat triennal « Strasbourg ville européenne 2003-2005 ») et réalisés sur une durée de trois ans a été supporté par l’État, la Région Alsace, le Conseil général du Bas-Rhin, la Communauté Urbaine de Strasbourg et la SNCF. Pour cette première phase d’un montant de 60 M€, 25 M€ ont concerné la section urbaine et 25 M€ la partie ferroviaire. La liaison avec l’aérogare, réalisée par la CCI avec le soutien financier des collectivités locales, a coûté 2,4 M€, répartis entre CCI (30 %), Conseil Général du Bas-Rhin (25 %) et Région Alsace (20 %). Une idée de prix pour un trajet tram-train : 3,50 €. Le ticket de train seul : 2,10 €. • CONTACT • 08 91 67 00 27 www.strasbourg.aeroport.fr/

www.strasbourg.cci.fr


NOUVEAU

À

STRASBOURG !

Ouverture e MARMARA c n e g a e n u d’

Aéroport de Strasbourg

parking offert ! Séjour d’une semaine uniquement

Rhodes au départ de Strasbourg 7 nuits en demi-pension, vols inclus !

399 `

TTC

Agence Marmara Strasbourg 33 b, rue du Fossé des Tanneurs

03 88 13 51 30

)

E-mail : strasbourg@marmara.com LIC. 075 95 0298 / Crédit photos : M. Moitessier / *Prix promos 1res minutes TTC, à partir de, par personne, valable selon dates de départ, disponibilités et soumis à conditions (réf. brochure printemps-été 2009).


CAP CRÉATION

26

>> CAP CRÉATION *

Les membres fondateurs de Cap Création

&%VchVegƒh½

• Jean-Luc Heimburger, alors délégué consulaire à la CCI • Régis Bello, De Dietrich, alors président de la commission industrie de la CCI • Gérard Lemoine, alors directeur de la Caisse des Dépôts et Consignations • Vincent Ehling, alors représentant du Centre des Jeunes Dirigeants • Gérard Obringer, alors membre titulaire de la CCI • Louis Leochleiter, alors responsable régional du Groupe Médéric • Monique Nuss, pour l’Ordre des Experts-Comptables • Dominique Schmidt, Retraites Unies • Claude Danner, alors Président de la CCI

En ce début d’année, Cap Création, plate-forme d’initiative locale, fête ses 10 ans d’existence. Dix années consacrées au soutien de projets de création et de reprise d’entreprise et toujours le même désir : bien faire.

Fiscalité Les entreprises donatrices assujetties à l’impôt sur les sociétés peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 60 % du montant des versements, retenus dans la limite de 5 % du chiffre d’affaires. Les entreprises relevant du régime fiscal de l’impôt sur le revenu pourront soit opter pour la réduction d’impôt précitée, soit choisir la réduction d’impôt ouverte à tous les contribuables personnes physiques qui est égale à 66 % du montant des sommes versées dans la limite de 20 % du revenu imposable.

Q

uand ils ont lancé Cap Création en février 1999, les membres fondateurs* ignoraient que dix ans après, l’association ferait toujours recette. Depuis sa naissance, Cap Création a accordé 170 prêts, permettant la création de 373 emplois. Alors qu’au début, le nombre de postes créés était de 1,5 par entreprise, aujourd’hui il avoisine les trois. Le taux de réussite à cinq ans des entreprises soutenues est de 88 %. Un bon score qui s’explique par l’accompagnement des créateurs d’entreprise. « Cap Création ne se borne pas à accorder des prêts, mais assure le suivi des projets. Par exemple, à six mois d’activité, nous examinons la situation intermédiaire de la société. Cela permet de balayer les points qui pourraient mettre l’entreprise en danger », explique Véronique Hoelz, secrétaire générale de Cap Création. « Chaque jeune entrepreneur bénéficie pendant au moins deux ans des conseils

avisés d’un parrain, lui-même chef d’entreprise ». Jean-Luc Heimburger, vice président de la CCI, a présidé depuis sa fondation la plate-forme d’initiative locale avant de céder la place à Guy Tonnelier, créateur lui-même il y a quinze ans d’un cabinet de courtage.

DES PRÊTS À TAUX ZÉRO %&©é Le dispositif s’adresse en priorité aux très petites entreprises tous secteurs confondus, à condition qu’elles soient implantées à Strasbourg ou dans ses environs. Les projets sont étudiés par le comité d’agrément qui donne son aval pour l’octroi d’un prêt. En moyenne, 11 000 euros sont alloués par dossier. Un coup de pouce non négligeable qui vient en complément d’un apport personnel et d’un prêt bancaire. Les sommes à disposition de l’association sont alimentées par différents donateurs, essentiellement la Caisse des

Dépôts, la CUS et la Région Alsace. La CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin met une partie du personnel et des locaux à disposition de l’association. Le fonctionnement de la structure repose sur les trois permanents à temps partiel et sur des bénévoles qui ont notamment en charge la gestion des prêts, le parrainage et la communication. « Comme toutes les associations, nous sommes confrontés à la problématique du financement. Pour récolter des fonds, il faut y aller avec un bâton de pèlerin », ajoute Véronique Hoelz. Autre source de financement : le Créathon, une soirée annuelle dont le but est de lever des fonds au bénéfice des créateurs et repreneurs d’entreprises et de remercier tous les bénévoles pour leur engagement. CONTACT

CCI

Véronique Hoelz 03 88 75 24 26 www.cap-creation-entreprise.com

Imprimerie du Sonnenhof

ESAT - EA UNITE DANIEL LEGRAND CS 80041 - 22, rue d’Oberhoffen - 67242 Bischwiller Cedex Tél. 03 88 80 24 00 - Fax 03 88 80 24 10 site : www.fondation-sonnenhof.org e-mail : esat@fondation-sonnenhof.org

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

www.strasbourg.cci.fr


Cap CrĂŠation

>> ILS ONT BĂ&#x2030;NĂ&#x2030;FICIĂ&#x2030; DU SOUTIEN DE CAP CRĂ&#x2030;ATIONâ&#x20AC;Ś

BVYZhiJh^cV\Zh|Bjio^\

P

our que son atelier de mĂŠcanique tourne Ă plein rĂŠgime, Marc Kientz a investi plus de 600000 â&#x201A;Ź.

Les machines quâ&#x20AC;&#x2122;il utilise sont en effet onĂŠreuses, de 50 000 Ă 200000 â&#x201A;Ź. ÂŤ Nous avons un parc machines très rĂŠcent, performant, qui nous permet de produire des pièces complexes, souvent unitaires, Ă  forte valeur ajoutĂŠe. Nous avons rĂŠcemment acquis deux nouvelles machines un peu plus axĂŠes sur les pièces de petites et moyennes sĂŠries,

pour usiner toutes les nuances dâ&#x20AC;&#x2122;aciers, dâ&#x20AC;&#x2122;inox, dâ&#x20AC;&#x2122;aluminium ou de matières plastiques. Le 5 janvier 2009, nous avons embauchĂŠ notre quatrième salariĂŠ ! Pour financer lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble, jâ&#x20AC;&#x2122;ai bĂŠnĂŠficiĂŠ de prĂŞts bancaires, du concours de la RĂŠgion Alsace. Cap CrĂŠation mâ&#x20AC;&#x2122;a prĂŞtĂŠ 8000 â&#x201A;Ź et accompagnĂŠ par lâ&#x20AC;&#x2122;intermĂŠdiaire dâ&#x20AC;&#x2122;un parrain, Mr Martin, qui fut de bons conseils. Après le remboursement du premier prĂŞt, jâ&#x20AC;&#x2122;en ai sollicitĂŠ un deuxième de 15000 â&#x201A;Ź. Âť Marc Kientz a pour principaux clients lâ&#x20AC;&#x2122;industrie agro-alimentaire, lâ&#x20AC;&#x2122;automobile,

la pĂŠtrochimie, etc. ÂŤ Je mâ&#x20AC;&#x2122;interroge quelque peu pour lâ&#x20AC;&#x2122;avenir. En ce moment, comme beaucoup le monde je note une lĂŠgère baisse des activitĂŠs. Âť Des alĂŠas que Marc Kientz tente de prendre avec philosophie. ÂŤ CrĂŠer et pĂŠrenniser une entreprise est quelque chose de compliquĂŠ. Si dâ&#x20AC;&#x2122;ici quelques annĂŠes, mon activitĂŠ me le permet, je prendrai du temps pour aider Ă mon tour les crĂŠateurs. Âť â&#x20AC;˘ CONTACT â&#x20AC;˘ Madest Usinages 10 rue Antoine Wagner Ă  Mutzig 03 88 38 88 50

?ZVc9Â&#x201A;c^X]ZjgYZ8gjh|Bjio^\

S

on ambition de dĂŠpart ? Ouvrir un bar Ă vins. Mais sans associĂŠ et après mĂťre rĂŠflexion, Jean Kientzler dĂŠcide de monter une cave Ă  vins. ÂŤ Jâ&#x20AC;&#x2122;ai choisi Mutzig pour plusieurs raisons : mes parents sont originaires du secteur. Câ&#x20AC;&#x2122;est une ville vivante avec une situation gĂŠographique intĂŠressante et qui bĂŠnĂŠficie dâ&#x20AC;&#x2122;une zone de chalandise importante. En plus, les loyers sont abordables. Âť Après un BTS Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcole

hĂ´telière et une spĂŠcialisation de sommelier, Jean Kientzler travaille pendant quatre ans dans la restauration avant de franchir le pas de la crĂŠation dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise en 2003. Sa mise de dĂŠpart : 7 500 euros, complĂŠtĂŠe par un prĂŞt bancaire et lâ&#x20AC;&#x2122;aide de Cap CrĂŠation. ÂŤ Un prĂŞt de 8 000 â&#x201A;Ź mâ&#x20AC;&#x2122;a ĂŠtĂŠ octroyĂŠ que jâ&#x20AC;&#x2122;ai remboursĂŠ pendant quatre ans. Jâ&#x20AC;&#x2122;ai apprĂŠciĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;accompagnement au dĂŠbut, les conseils pour la communication et les

rendez-vous annuels pour faire le point. La concurrence avec les grandes structures existe, mais je me diffĂŠrencie par dâ&#x20AC;&#x2122;autres services. Je conseille mes clients et procède Ă une sĂŠlection des vins. Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, je propose, outre la vente, des dĂŠgustations Ă  domicile, des animations. Mon activitĂŠ a rencontrĂŠ son public et jâ&#x20AC;&#x2122;ai des projets de dĂŠveloppement : ouvrir un second point de vente. Âť â&#x20AC;˘ CONTACT â&#x20AC;˘ Jean DĂŠnicheur de Crus 6 rue du MarĂŠchal Foch Ă  Mutzig 03 90 40 91 18

6bVcYZ8VccZaaZ|HigVhWdjg\

G

âteaux et chocolats orientaux teintĂŠs de mangue, dâ&#x20AC;&#x2122;anis, dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpicesâ&#x20AC;Ś La pâtisserie orientale strasbourgeoise Amande & Cannelle offre une palette de saveurs sucrĂŠes. Lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtablissement a ĂŠtĂŠ repris en 2003 par MichelJean Amiel après diffĂŠrents sĂŠjours Ă lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtranger. Pâtissier de formation, il a enchaĂŽnĂŠ les contrats ÂŤ au Maroc, au Liban, en Arabie Saoudite, câ&#x20AC;&#x2122;est

lĂ que jâ&#x20AC;&#x2122;ai dĂŠcouvert la richesse de la pâtisserie orientale. Âť Ă&#x20AC; son retour, Michel-Jean Amiel,

ĂŠpaulĂŠ par son ĂŠpouse, d ĂŠ c i d e dâ&#x20AC;&#x2122;ouvrir sa propre pâtisserie. Pour complĂŠter son prĂŞt bancaire, il tape Ă la porte de Cap CrĂŠation qui lui accorde un prĂŞt de 10 000 â&#x201A;Ź. ÂŤ Lâ&#x20AC;&#x2122;association mâ&#x20AC;&#x2122;a permis de mâ&#x20AC;&#x2122;assurer que mon

entreprise ĂŠtait viable. Son avis extĂŠrieur ĂŠtait important. Câ&#x20AC;&#x2122;est toujours rassurant dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre accompagnĂŠ, dâ&#x20AC;&#x2122;autant plus quâ&#x20AC;&#x2122;au dĂŠbut, ce nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait pas facile de se faire connaĂŽtre. Ă&#x20AC; lâ&#x20AC;&#x2122;heure actuelle, je rĂŠflĂŠchis Ă mâ&#x20AC;&#x2122;agrandir, mais les loyers au centre de Strasbourg sont chers, alors on verra. Il faut garder les pieds sur terre. Âť â&#x20AC;˘ CONTACT â&#x20AC;˘ Amande & Cannelle 8 rue du Travail Ă  Strasbourg 03 88 22 08 21

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET Dâ&#x20AC;&#x2122;INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

27


fWhj[dW_h[ AZbdcYZYjigVkV^aZiaZhZcigZeg^hZhhdciZceZge‚ijZaaZbjiVi^dc#  Edjgb^Zjmg‚edcYgZ|kdhWZhd^ch!6HI+,VY‚kZadee‚YZhXdbe‚iZcXZh# 7biWY[IWdjƒWkJhWlW_b

A:HEG:HI6I>DCH9É6HI+,

6HI+,!ZhijcZVhhdX^Vi^dcYZYgd^iadXVaXg‚‚Z Zc&.),#Hdch^ƒ\ZZhi|HigVhWdjg\#)*XZcigZh b‚Y^XVjmhdcig‚eVgi^hYVchaZ7Vh"G]^cedjg VhhjgZgjchZgk^XZYZegdm^b^i‚#

#Kd[W_Z[cƒj^eZebe]_gk[} bʃbWXehWj_edZk:eYkc[djKd_gk[ ZiaVb^hZ|Y^hedh^i^dcYÉjchjeedgiedjgkdjh VXXdbeV\cZgYVchXZiiZY‚bVgX]Z#

C_ii_edi "Eg‚hZgkZgZiegdbdjkd^gaVhVci‚YZhhVaVg^‚h

#BʃlWbkWj_edZ[ih_igk[i fhe\[ii_edd[biZ[leiiWbWh_ƒi

7Yj_edi "Hj^k^b‚Y^Xd"egd[Zhh^dccZaYZhhVaVg^‚h "8dchZ^aVjmZbeadnZjghZihVaVg^‚h "Hj^k^YZhZmedh^i^dchegd[Zhh^dccZaaZh "wkVajVi^dcYZhg^hfjZhegd[Zhh^dccZah hdjhaVgZhedchVW^a^i‚YZaÉZbeadnZjg "G‚Va^hVi^dcYÉVXi^dchYZeg‚kZci^dc

šB[ih_igk[if^oi_gk[i "6bW^VcXZhdcdgZ "6bW^VcXZajb^cZjhZ "6bW^VcXZi]Zgb^fjZ šB[ih_igk[iY^_c_gk[i ":hi^bVi^dcYZhg^hfjZhX]^b^fjZh/eg‚aƒkZbZci YZedaajVcihVibdhe]‚g^fjZhXdbbZaZhedjh" h^ƒgZhYZWd^h!h^a^XZ!ig^X]adg‚i]naƒcZ!]nYgdXVg" WjgZhVgdbVi^fjZhedanXnXa^fjZh!ZiX#

HƒikbjWji¾ "AZbV^ci^ZcYVchaÉZbead^ "AVg‚YjXi^dcYZhXd’ihYZaVg‚eVgVi^dc edjgVhhjgZgaVe‚gZcc^i‚YZhZcigZeg^hZh

šB[ih_igk[iZ[JhekXb[iCkiYkbe#Igk[b[jj_gk[i "9‚iZXi^dcYZhedhiZh|g^hfjZYZIBH YZhbZbWgZhhje‚g^Zjgh "8]Vg\Ze]nh^fjZ "BVcjiZci^dc "K^WgVi^dch šB[ih_igk[ifioY^eieY_Wkn ":hi^bVi^dcYZhg^hfjZhehnX]dhdX^Vjm/g^hfjZh a^‚h|aÉZm^hiZcXZYZY^[[‚gZciZhiZch^dchYVch aÉdg\Vc^hVi^dc!ZiX#

#:[i\ehcWj_edi

CZiidnV\ZZcWVhZhdakVci

šH_igk[iY^_c_gk[i

GZedgiV\Ze]did/8]g^hide]ZJgWV^c

";dgbVi^dcHVjkZiZjgHZXdjg^hiZYjIgVkV^a



8ZiiZ [dgbVi^dc [V^i eVgi^Z YZ cdh egZhiVi^dch Zi cZ[V^ieVhaÉdW_ZiYÉjcXd’ihjeea‚bZciV^gZYVchaV a^b^iZYZ(hVaVg^‚h[dgb‚heVgVcZieVgZcigZeg^hZ# 8dciVXiZo9db^c^fjZ=Z^ioVj%(.%''.,,+

šI[di_X_b_iWj_ed}bÊ[h]edec_[Z[ifeij[i Z[jhWlW_bikhƒYhWd

CZiidnV\ZZcWVhZVfjZjhZ

AZhegdiZXi^dchiZX]c^fjZhXdaaZXi^kZhZi^cY^k^YjZaaZhhdci^cY^heZchVWaZh

šI[di_X_b_iWj_edWknh_igk[iY^_c_gk[i šFh[c_[hii[Yekhi[d[djh[fh_i[

6iZa^ZgYZaÉZcigZeg^hZKVg^Xdg

Edjgc d YedjWY jhXdciVXiZg j@Wij, / -$eh] djZch V k d ^geajh hjgcd  h fh[l[d egZhiVi^dch/ j_ed@W  ij,-$eh ]

(gjZYZHVggZadj^h+,%-%HigVhWdjg\ I‚a#%(--('&-+,™;Vm/%(--('%&'.

mmm$Wij,-$eh]


Z[i[djh[fh_i[i IwBD><C6<:H

xlWbkWj_edZ[ih_igk[iY^_c_gk[iY^[pLWh_Yeh bVhh^[ji^a^h‚YVchaZYdbV^cZYZaÉV\ZcXZbZciYÉ^ci‚g^Zjg!aÉ]n\^ƒcZZiaZ hVc^iV^gZ|YZhi^cVi^dcYZheVgi^Xja^ZghZiYZhegd[Zhh^dccZah#

Ñ7ZgcVgY7VccZVj!8a‚bZciHiZ\Zg! <jnHVgidgn

»AZb‚YZX^cYjigVkV^aZhijcXViVanhZjgYZ egdedh^i^dchÒmVciaZheg^dg^i‚hZigVeeZaVci aZhgƒ\aZh#8ÉZhijceVgiZcV^gZ^cXdcidjgcVWaZ YVchaÉVb‚a^dgVi^dcYZaVhVci‚!YZaVh‚Xjg^i‚ Zi YZh XdcY^i^dch YZ igVkV^a YVch aZ bdcYZ YZ aÉ^cYjhig^Z½ AV eg^hZ YZ XdchX^ZcXZ Zhi ZhhZci^ZaaZ#AVg‚jhh^iZZhia^‚Z|aVXdde‚gV" i^dcZcigZaÉZcigZeg^hZ!aZ8=H8IZiaZb‚YZX^c YjigVkV^a# ¼

BWiWdjƒWkjhWlW_b »8ÉZhijc^ckZhi^hhZbZcigZciVWaZedjgaÉZcigZeg^hZ|eVgi^gYjbdbZcid‘cdjh bZiidch|Xdcig^Wji^dcaZhVkd^g"[V^gZYZaÉZcigZeg^hZ!XdaaZXidchZiegZcdchZc XdbeiZaZh^c[dgbVi^dchigVchb^hZheVgaZb‚YZX^cYjigVkV^aXdcXZgcVciaZh‚kd" aji^dchYZha‚\^haVi^dch!aZhcdjkZaaZhcdgbZhdjaZhegdYj^ih|g^hfjZh#¿X]VfjZ g‚jc^dcYj8=H8I!aVeg‚hZcXZYjb‚YZX^cYjigVkV^acdjheZgbZi!\g}XZ|hdc ZmeZgi^hZ!YZkVa^YZgaZh‚iVeZhZiYZcdjhgZcYgZViiZci^[hVjmg^hfjZhZc\ZcYg‚h eVg YÉVjigZh egdX‚Y‚h hd^i cdjkZVjm! hd^i YZ hjWhi^iji^dc# 8ÉZhi aZ bdbZci eg^k^a‚\^‚edjgeVhhZgZcgZkjZYZ[Vdcb‚i]dY^fjZaÉZchZbWaZYZhg^hfjZha^‚h |cdigZVXi^k^i‚YVchaZXVYgZYÉjcZY‚bVgX]ZYÉVb‚a^dgVi^dcXdci^cjZ# ¼ 8a‚bZciHiZ\Zg!9^gZXiZjg

AZh‚iVeZhYÉVb‚a^dgVi^dc YZhXdcY^i^dchYZigVkV^aX]ZoKVg^Xdg &.-+™8g‚Vi^dcZi^chiVaaVi^dcYZaÉZcigZeg^hZ|L^hX]Zh &..)™IgVch[dgbVi^dcYjh^iZ ™EVhhV\ZYZaÉVgi^hVcVi|aÉ^cYjhig^ZVkZXXdcÒcZ" bZciYjegdXZhh/ "b^hZZceaVXZYZha^\cZhYZegdYjXi^dc "Vhe^gVi^dcYZhedjhh^ƒgZhVjmhdjgXZhYɂb^hh^dc "V^YZh|aVbVcjiZci^dcZiaZkV\ZYZhX]Vg\Zh "jh^cV\ZhZcXdbbVcYZcjb‚g^fjZ

'%%%™GdWdi^hVi^dcYZaVXdja‚ZYZheaVfjZh ™  9^[[‚gZcih‚iVihYZha^ZjmXdbeaZiheVgaZW^V^h YZbZhjgZhYVchaÉZck^gdccZbZciYZigVkV^aeVg YZh aVWdgVid^gZh he‚X^Va^h‚h VkZX aÉVhh^hiVcXZ YÉ6HI+,

'%%'™>chiVaaVi^dcYÉjcZVhe^gVi^dcXZcigVa^h‚ZedjgXVeiZg aZhkVeZjghYZhdakVcihVjmhdjgXZhYɂb^hh^dc

'%%(™:hhV^hYZY‚bdjaVcih|WVhZVfjZjhZedjg '%%)hjWhi^ijZgXZjm|WVhZhdakVci '%%,™<‚c‚gVa^hVi^dcYZhY‚bdjaVcih|aÉZVj# ™G‚YjXi^dc YZ aÉji^a^hVi^dc YZh hdakVcih ineZ Y^" X]adgdb‚i]VcZ edjg aZ cZiidnV\Z YZh bVX]^cZh YZegdXZhh

'%%-™:hhV^hYZhjWhi^iji^dcYZhhdakVcihVkZXaVeVgi^X^" eVi^dcZiaVkVa^YVi^dcYjb‚YZX^cYjigVkV^a

™B^hZZcVeea^XVi^dcYZaVcdjkZaaZg‚\aZbZciVi^dc Zjgde‚ZccZG:68=VkZXaZb‚YZX^cYjigVkV^aedjg aVhjeegZhh^dcYZhegdYj^ihX]^b^fjZhXaVhh‚haZh eajhYVc\ZgZjmedjgaVhVci‚

HƒZkYj_edZ[bWgkWdj_jƒZ[ieblWdjifWh) [d+WdiWl[YkdeX`[Yj_\fekh(&'&Z[b[ Z_l_i[hfWh(&$ 8dja‚ZYZheaVfjZh#9ZaÉVgi^hVcVi|aVgdWdi^hVi^dc½

»8ÉZhiaVhVci‚YZaÉZcigZeg^hZeVgaVhVci‚YZXZjmfj^nigVkV^aaZci#AZb‚YZX^cYj igVkV^aVjcgaZXZcigVaYZeVghdcZmeZgi^hZb‚Y^XVaZedjgVcVanhZgaZhedhiZhhdjh aÉVc\aZ»hVci‚YZaÉ^cY^k^Yj¼!XdchZ^aaZgaÉZchZbWaZYZhVXiZjghYZaÉZcigZeg^hZ! gZe‚gZgaɂbZg\ZcXZYZeVi]dad\^Zha^‚ZhVjigVkV^a#EVgV^aaZjgh!6HI+,Zhig^X]Z ZcXdbe‚iZcXZhZiaZigVkV^aZcg‚hZVjZhijcZV^YZXdch^Y‚gVWaZ# ¼ 9dXiZjgKVa‚g^ZHX]VX]!Idm^Xdad\jZ

'%%.™<‚c‚gVa^hVi^dcYZaVhjWhi^iji^dcYZhhdakVcihhjg aÉZchZbWaZYZhbVX]^cZhYjegdXZhhYZ[VWg^XVi^dc YjKVg^Xdg#¿hj^kgZ


30

COMMERCE >> FRANCHISE ET PARTENARIAT

8^cf6ahVX^Zchcdb^c‚h En octobre dernier, 40 franchisés et partenaires ont été « sacrés » meilleurs franchisés et partenaires de France par l’IREF - Fédération des Réseaux Européens de Partenariat et de Franchise. Parmi eux, six enseignes alsaciennes.

P

our la remise des trophées aux lauréats du 21e concours « meilleurs franchisés et partenaires de France », l’IREF a mis les petits plats dans les grands. La soirée s’est tenue dans les prestigieux salons de l’Automobile Club place de la Concorde à Paris, sous la houlette de Jean-Paul Clément, président de l’IREF et de ses deux vice-présidents Didier Huré et Michel Kahn. La cérémonie a débuté, en cette période difficile pour les commerçants et les PME, par un message d’encouragement de Luc Chatel, secrétaire d’État chargé de l’industrie et de la consommation.

SALUT AUX EFFORTS DES PME « L’Iref a créé ce concours avec le Ministère du commerce et de l’artisanat. Le but étant de mettre en avant les enseignes les

FRANCHISÉS le soutien de Luc Chatel plus performantes », explique Michel Kahn, conseiller technique de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin et premier Vice Président de l’IREF. « Le Grand Est est la région qui a le plus de lauréats et je m’en félicite. » Le jury a choisi en effet de récompenser six enseignes alsaciennes : Self’Coiff à Colmar, dont le concept de coiffure low cost rencontre le succès et dont le chiffre d’affaires s’est accru fortement. Autre salon primé : Serge

Comtesse à Molsheim. Le restaurant Tiger Wok a, quant à lui, reçu la mention espoirs des réseaux de franchise et de partenariat. Le magasin Inter Caves à Geispolsheim s’est vu remettre le trophée de meilleur franchisé de France. « Ce qui m’a permis de faire sortir mon dossier du lot, c’est l’adaptation au besoin local en proposant la vente de notre produit régional le plus populaire : la tarte flambée… la vraie ! », affirme Frédéric Louis, le

couleurs. En un mot opter pour un mariage éco-responsable. C’est ce que vous propose Régine Moisson, « wedding planner » et designer, créatrice de la société « Pour le Meilleur » à Strasbourg. Elle gère tout, des dossiers des prestataires du mariage jusqu’à la logistique du jour J, discute longuement avec les futurs époux afin de définir la décoration qui reflètera au mieux leur

personnalité et leurs rêves d’avenir et ajoute un petit plus à travers tout cela en intégrant les démarches de développement durable et d’écologie. De la robe de mariée en tissu équitable en passant par la cosmétique bio, des bougies sans pesticides ni pétrole aux vins et champagnes issus de cultures biodynamiques labellisés Ecocert, du traiteur bio aux aménagements floraux de l’église

partenaire Inter Caves. Le grand prix de la vente directe a été décerné à l’entreprise Horn basée à Gries. Une distinction remise aux dirigeants, Tharcisse et Heidi Horn, pour leur engagement et leurs choix stratégiques gagnants. Le grand prix du partenariat a été attribué au point de vente Flam’s Nooï. Et à Michel Kahn de conclure : « Les chiffres démontrent que les réseaux de franchise et de partenariat sont mieux équipés pour faire face à la crise. Nous constatons aussi que les banques prêtent plus facilement à un franchisé ou un partenaire qu’à une entreprise individuelle. » À voir si l’avenir lui donnera raison. Les lauréats ont été reçus à la CCI le 26 janvier dernier par JeanLouis Hoerlé. • SITE • 03 88 36 56 16 www.franchise-iref.com

Concours 2009 Le concours 2009 de l’IREF sera placé sous le signe des performances des réseaux à l’export. Dépôt des candidatures avant le 31 mai 2009. • INFORMATIONS UTILES • www.franchise-iref.com

Mariage écolo-chic « Pour le Meilleur » accompagne les futurs époux dans la préparation de leurs noces. Cette société est la première en Alsace à proposer un mariage éco-responsable. Démarrer une vie à deux et s’engager pour l’environnement. Faire du plus beau jour de sa vie un moment de rêve tout en gardant les pieds sur cette bonne vieille terre à qui l’on en fait souvent voir de toutes les

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

que l’on retrouve « customisés » sur la table des convives à l’heure du dîner. La liste de tous ces petits plus écologiques est longue et à chaque fois réinventée car aucun détail n’est négligé. Avec à la clé, une journée de mariage qui fait rêver sans faire de mal à la planète. • SITE • www.pourlemeilleur.fr

www.strasbourg.cci.fr


Commerce

>> « JEANNE DE PARIS »

7^_djm!bdcigZhZihVXhZc\gdh Créé par Hubert Werschner à Mundolsheim, le show-room « Jeanne de Paris » offre une proximité immédiate aux professionnels intéressés par ses produits : colliers, bagues, montres et sacs fantaisie. Plus de 800 références sont en stock.

FOR MISS Les produits exposés dans le show-room s’adressent à une clientèle féminine.

L

e dirigeant de Wi t o b u s i n e s s International, société d’import née en avril 2005, a créé son show room il y a un an dans la zone d’activités des Maréchaux de Mundolsheim. Objectif : développer le secteur vente aux entreprises de sa marque « Jeanne de Paris ». Pourquoi ce nom? « Parce que si j’avais eu

une fille je l’aurais appelée Jeanne il a deux garçons - et que cela passe bien en Asie », dit-il en souriant. Réputé pour ses jolis coffrets en bois exposés à la Foire européenne, Hubert Werschner souhaite en effet donner un nouvel essor à son entreprise via un nouveau segment de clientèle de professionnels. En dehors de son réseau de vente à domicile et de sa prospection auprès

Le Château de l’Ile

des 300 comités d’entreprises situés sur la région, il entend séduire les spécialistes de la mode et de la beauté - petits ou grands -, les salons de coiffure et les ongleries, les entreprises œuvrant dans le domaine du cadeau d’affaires. « Offrir un sac ou une montre personnalisés en fonction du logo de l’entreprise, est une idée originale, notre plus est la garantie d’une livraison très rapide », souligne Hubert Werschner. Importateur de produits issus d’Asie, il propose à la fois des bijoux fantaisie présentés dans des écrins très fins et des bijoux en plaqué or dont la finition est réalisée en France, mais aussi des montres et des sacs en toile ou vinyle. Un vaste choix, renouvelé toutes les trois ou quatre semaines. « Jeanne de Paris » fournit ses marchandises sans obligation d’une quantité minimale

d’achat. Solution idéale pour les revendeurs de la région qui n’ont pas envie d’assumer les frais d’un déplacement à Paris. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site: www.jeannedeparis.com • CONTACT • 06 85 68 42 23

Sun Palace, le bronzage toute l’année Ouvert depuis mai à Saverne, Sun Palace connaît un succès inespéré. « Notre zone de chalandise s’étend jusqu’à 25 km », précise son gérant, Grégory Feyereisen, en évoquant Sarrebourg. Les clients ont majoritairement entre 25 et 35 ans mais certains comptent 65 printemps. En matière de sécurité, les contrôles sont sévères et les formations réglementées. « Aujourd’hui si le client respecte les consignes, il n’y a pas plus de danger à bronzer en cabine qu’au soleil » précise Grégory. Sun Palace propose également un service d’onglerie et une gamme de cosmétiques. • CONTACT • 03 88 00 88 06

vous invite à découvrir

12 Salles de séminaires

Winstub de l’Ile

Spa de l’Ile

modulables de 10 à 350 pers.

Idéale pour vos déjeuners d’affaire /GPW´RCTVKTFGŝ Parking privé

Accordez-vous un moment de détente grâce à nos forfaits Bien-être à partir FGŝ1WXGTVVQWUNGULQWTU

Journée de travailŝRGTU (salle équipée + pauses + déjeuner)

Château de l’Ile - 4 quai Heydt - 67540 Strasbourg Ostwald Tél. 03 88 66 85 00 - ile@grandesetapes.fr MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

31


32

PARCOURS DU DESIGN >> INNOVATION Le design peut être un levier de développement. Il permet de se démarquer de la concurrence, de séduire une nouvelle clientèle voire de relancer un produit… L’exemple de trois sociétés parmi lesquelles Socomec, lauréate du Janus du design industriel.

AZYZh^\c^cYjhig^Za [V^iaVY^[[‚gZcXZ

DESIGN Une « signature » et un argument concurrentiel

U

>> 4-14 JUIN 2009 Plusieurs FYQPTJUJPOT au programme ! Elles mettront en lumière la naissance d’un objet : du prototype à la fabrication en mettant en exergue sa conception par un designer, sans oublier l’éco conception. Un espace sera consacré au Trophée Janus, label officiel du design parrainé par le ministère de l’industrie et du commerce extérieur. Une rétrospective où les objets les plus innovants et créatifs auront la part belle. CONTACT

CCI

Nathalie Rolling n.rolling@strasbourg.cci.fr 03 88 75 24 65

ne commande d’interrupteur industriel aboutie tant du point de vue de la technique, de l’ergonomie que de l’esthétique et intégrant les paramètres économiques. Ce défi relevé avec succès par Socomec à Benfeld lui a valu le Janus 2008 du design industriel. Pour Michael Carter, directeur, cette distinction n’est pas anodine. « Il ne faut pas sousestimer l’importance du design dans un produit industriel, dit-il. Il touche à l’aspect même du produit et véhicule l’image de l’entreprise. Gardons à l’esprit que l’interrupteur est le seul élément visible d’un tableau électrique ! ». Michel Vincent, gérant de Plaxer basée à Rumersheimle-Haut est du même avis. « Le design est une signature », déclare-t-il en évoquant le marché Environnement de son entreprise. « En ce qui concerne les corbeilles de tri et les collecteurs à destination du marché des entreprises, nous avons un designer qui travaille en interne, explique

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

Michel Vincent. Celui-ci intègre une série de process déterminés par les acteurs concernés : le collecteur qui demande que les papiers soient recueillis à plat… les sociétés de nettoyage qui ont leurs contraintes propres, les utilisateurs sensibles à la facilité d’emploi des produits etc. L’aspect esthétique n’est surtout pas à négliger. Soigné, il prouve que nos corbeilles et collecteurs de piles ou de cartouches correspondent à l’environnement actuel des bureaux, il est le signe d’une compréhension de l’époque. »

S’ADAPTER À L’ENVIRONNEMENT Née en 2004, la branche environnement de Plaxer est aujourd’hui leader en France et Michel Vincent est persuadé que le design a été un argument concurrentiel important. « Nos produits sont reconnaissables », soulignet-il en évoquant un autre aspect du design : son enracinement dans la culture d’une population. Une dimension qu’il peut appréhen-

der par le développement à l’export (Suisse, Allemagne, Belgique, Espagne : 5 % du CA) aujourd’hui entamé par Plaxer. « Nous réalisons qu’il faut des produits spécifiques pour les marchés allemand et britannique », explique-t-il. Un point de vue que ne démentent pas Catherine Gall, directrice Recherche et Prospective, ainsi que Nicolas de Benoît, designer chez Steelcase à Schiltigheim. La société est connue pour la qualité de ses équipements en mobilier de bureau et le design en est sa « marque de fabrique ». Selon Catherine Gall et Nicolas de Benoît, le design a pour but de « renforcer l’efficacité du salarié au travail. Le point de départ est l’utilisateur dans son espace. Nous observons le comportement des gens, leurs méthodes de travail et nous avons créé depuis cinq-six ans un réseau de bureaux-laboratoires où nous étudions tout cela en mettant en situation nos produits et les prototypes que nous élaborons »*. Une réflexion permanente qui s’enrichit notamment de l’expérience acquise par Steelcase aux États-Unis dans le domaine des équipements aux établissements scolaires, scientifiques et hospitaliers. « Les salles doivent s’adapter à de nouvelles techniques qui induisent d’autres comportements. C’est intéressant pour anticiper les évolutions futures. » * cf. Point Eco n°270

• SITES • www.socomec.fr www.greenoffice.fr www.steelcase.com

www.strasbourg.cci.fr


Commerce

DOSSIER

AZcdjkZVjk^hV\Z YjXdbbZgXZ higVhWdjg\Zd^h

A

vec l’ouverture du centre Rivétoile et de la galerie marchande de l’Aubette, des magasins existants qui font peau neuve, les consommateurs ont de quoi trouver leur bonheur… à Strasbourg. >>

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

33


34

Dossier Commerce

ART DE VIVRE L’architecture originelle a été préservée dans le nouvel espace de l’Aubette

JcZd[[gZXdbbZgX^VaZ gZc[dgX‚Z

J

amais, en trente ans, Strasbourg n’avait connu de tels changements, souligne Pierre Bardet, membre titulaire de la CCI et directeur général des Vitrines de Strasbourg. Grâce à notre soutien, le centre commercial de l’Aubette a pu se réaliser en même temps que Rivétoile ». L’offre commer ciale déployée à Rivétoile (plus de 90 boutiques, dont des restaurants et des moyen nes surfaces) a d’ailleurs per mis une extension du centreville, où les consommateurs peuvent également profiter d’un environnement culturel fort, à proximité de la Cité de la musique et de la danse, de la nouvelle médiathèque André Malraux LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

et de l’UGC Ciné Cité. Sur les deux sites, de nouvelles enseignes auparavant absentes de Strasbourg sont présentes, comme Gap, Bershka, Le Temps des Cerises, Pull and Bear (dont c’est la première implantation en Alsace), Puma. L’espagnol Zara a doublé ses magasins, en y ajoutant son offre dédiée

la parfumerie Sephora, pré sente au Centre commer cial des Halles (121 sins, 10 restaurants), rue des Grandes Arcades et à Rivétoile, Marionnaud s’est installée à l’Aubette et à Rivétoile. Délaissant la rue du 22 Novembre qui devrait bientôt accueillir un magasin alimentaire, en face d’une surface de bricolage. « Un autre projet de renaissance qui a été fortement appuyé par les Vitrines de Strasbourg », souligne Pierre Bardet. Et de relever l’arrivée de nouvelles boutiques haut de gamme comme Nespresso, Bemac, Bose. Enfin, un nombre important de magasins ont changé d’emplacement ou ont fait peau neuve de manière

lancer les créations à venir de l’autre côté du Rhin, voire les magasins de marque prévus à Roppenheim ». En dépit de la mauvaise conjoncture, le centre-ville gagne à se montrer en phase avec les nouveaux besoins et les attentes des consommateurs, en quête d’une offre diversifiée. Le commerce contribue de façon notable à l’animation des villes, il est en quelque sorte son souffle vital. www.strasbourg.cci.fr


Dossier Commerce

>> PAROLES DE COMMERÇANTS

<ZcZk^ƒkZAZi]j!YZhegdYj^ihjc^fjZh 

S

trasbourg compte désormais un nouveau magasin dédié aux arts de la table. Les articles sont vendus sous l’égide de la célèbre marque Geneviève Lethu. À la tête de la nouvelle boutique, Jean-Pierre Idzikowski, ancien chef d’entreprise dans l’automobile, qui s’est volontiers converti à la vente de vaisselle et autres accessoires. « Mon parcours professionnel précédent m’a perper mis de découvrir divers métiers à l’intérieur de l’entreprise, notamment ceux liés à la vente et à la stratégie. Et au fond, dans tous secteurs, les techniques sont les mêmes. Par contre, je n’ai pas choisi l’enseigne Geneviève Lethu hasard. La marque distribue produits de qualité, tous fabriqués en France. J’ai le stade franchisé indépendant. » Grâce à une implantation

au cœur de Strasbourg, dans des locaux clairs et spacieux, Jean-Pierre Idzikowski veut avant tout se démarquer. Car depuis peu, d’autres boutiques présentant des assiettes, verres, serviettes et divers ustensiles de cuisine ont ouvert leurs portes dans la capitale alsacienne. « Il faut savoir vivre avec la concurrence. Notre démarche aujourd’hui est d’aller du panier à la table,

en passant par la cuisine et la décoration. Pour cela, nous proposons des collections, des créations propres de vaisselle, de nappes, etc. Notre merchandising est unique puisque tous nos produits sont en « situation », et non pas rangés sur des étagères. Quelques semaines après l’ouverl’ouver ture, mon bilan est positif et la clientèle au rendez-vous. » • CONTACT • 14 rue du 22 Novembre à Strasbourg, 03 88 16 32 53

8dhiVg!eajhYZigZciZVchYZhZgk^XZ

F

ondé en 1977 par Cécile Huber et Joseph Speisser rue du 22 novembre, Costar est l’une des plus anciennes enseignes de prêtà-porter de Strasbourg. En 1980, les deux co-gérants s’installent dans la rue des F r a n c s - B o u rg e o i s . U n e seconde adresse qui perdure aujourd’hui, grâce à la fidélité de trois, voire quatre générations de clients séduits par la qualité, le choix et le service fournis. Situé sur deux niveaux, le magasin propose chemises, pulls, vestes, pantalons et costumes. Une large sélection de grandes marques : Pierre Cardin, De Fursac, Odermark, Saint-Hilaire, Lee Cooper ou Pionier pour

n’en citer que quelques-uns. Hors « saison des mariages » et en dehors des produits sportswear, les clients ont en général plus de 30 ans. De toutes corpulences, ils apprécient le confort des lieux et le choix en tailles, du 36 au 74. « Nous avons même des entre-tailles et du sur-mesure, observe Cécile Huber. Que ce soit en chemiserie ou en costumes, nous proposons là aussi un vaste choix à partir d’échantillons de tissus haut de gamme ». À noter un service devenu rare à Strasbourg, l’atelier de tailleur à l’étage. Les retouches, gratuites, sont souvent réalisées au moment même de l’achat. « La proximité du tram est un gros atout pour nous »,

ajoute Joseph Speisser. À leurs clients fidèles se joignent des Allemands, des Suisses, des Russes, souvent en poste au Conseil de l’Europe. Pour affronter l’avenir, ils comptent sur leur savoir-faire et leur souci d’excellence. • CONTACT • Costar, 10 rue des FrancsBourgeois à Strasbourg

L’offre strasbourgeoise en chiffres Strasbourg-centre ville (hors quartiers et hors Aubette), c’est : • 49 commerces de + 300 m², 66 709 m² de superficie, dont - 16 dans l’habillement - 3 grands magasins - 4 magasins d’articles de sports et de loisirs - 5 points livres, journaux et papeterie • 1 178 commerces traditionnels et de services à la personne de - 300 m², parmi lesquels : - plus de 250 magasins de prêt-à-porter - 68 coiffeurs - 66 magasins de chaussures - 35 bijoutiers Source : CCI-Fichiers

À titre de comparaison les chiffres de Mulhouse centre-ville • 24 commerces de + de 300 m², 29 034 m², dont : - 2 supermarchés - 1 grand magasin - 1 magasin d’articles de sport et de loisirs - 1 magasin d’instruments de musique - 2 points livres, journaux et papeterie - 4 magasins de meubles - 2 magasins dédiés aux textiles de maison - 10 boutiques prêt-à-porter - 1 parfumerie Source : CCI de Mulhouse

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

35


36

Dossier Commerce

De‚gVi^dcgZadd`^c\edjg@Zcod

P

arquet sombre, murs clairs, composition florale recherchée, mobiliers neufs, la boutique Kenzo de Strasbourg vient de s’offrir un nouveau look. « Le magasin avait vieilli, ces travaux étaient donc nécessaires. Le nouveau décor met nos articles en valeur et reflète bien l’identité Kenzo. De plus, avec Bernard Potier, mon associé, nous avons racheté la boutique tout en gardant les mêmes salariés. Les travaux de rénovation et le rachat de la boutique ont nécessité de gros investissements », précise Adelaïde Cataldi, propriétaire associée, lors de l’inauguration de la boutique nouvelle version. Une inauguration où étaient conviés les entreprises

impliquées dans la rénovation, quelques commerçants et des clients triés sur le volet. « Nous avons une clientèle fidèle, des Alsaciens, quelques Allemands et des Russes », poursuit Adelaïde Cataldi, qui a fait toute sa carrière dans l’univers de la mode. « Contrairement à d’autres enseignes, nous souffrons peu de la crise. J’ai maintenu en

EaVXZYZh=VaaZh/ kVadg^hZgcdhed^cih[dgih

A

vec 116 boutiques, la galerie marchande Place des Halles occupe une place de choix dans le paysage marchand. Au centre-ville, à proximité immédiate du tram, le centre est une destination naturelle pour nombre de Strasbourgeois. Seule ombre au tableau : l’ouverture d’un concurrent place de l’Etoile. « Il y a un an, nous avons décidé de mettre en place une stratégie visant à valoriser nos points forts », explique Laurent Maennel, directeur de la Place des Halles. « Avec Rivétoile, l’Aubette et les Vitrines de Strasbourg, nous avons décidé d’élaborer une communication commune. Cela ne sert à rien

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

de travailler les uns contre les autres. Nous sommes plutôt satisfaits de la fréquentation, et s’il y a un très léger ralentissement, il est lié à la baisse du pouvoir d’achat et non pas à la concurrence. » Laurent Maennel attend beaucoup de la rénovation des parkings et du tunnel de pénétrante qui mettra le centre à quelques encablures de l’autoroute. • CONTACT • 24 place des Halles à Strasbourg, 03 88 22 21 61

2008 mes chiffres de 2007. » L’ o u v e r t u r e de deux nouveaux centres commerciaux au cœur de Strasbourg ne semble pas affecter l’activité de la boutique. « Le haut de gamme est moins concerné par cette ouverture. D’après moi, cela devrait attirer une clientèle supplémentaire, en particulier allemande dans notre ville. C’est donc plutôt positif. » • CONTACT • 44 rue du Vieux-Marchéaux Poissons à Strasbourg 03 88 75 99 22

Adresses utiles • L’association des commerçants Les Vitrines de Strasbourg : 700 adhérents unis par la même volonté de promouvoir la qualité, le choix et le service. • CONTACT • 03 88 32 51 13

• La CCI - Conseiller terrain Strasbourg : Stéphane Moser, 03 88 75 24 86 - Enquêtes et comportements d’achats L’observatoire du commerce bas-rhinois : Patricia Bouilleaux, 03 88 75 25 57 L’observatoire du commerce franco-allemand : Claude Ribeiro, 03 88 75 25 82

>> POUVOIR D’ACHAT ET PRIX

Comparaison France - Allemagne -BEJGGÊSFODFEFTQSJYEJNJOVF À l’initiative des ministères français et allemand (Secrétaire d’État à l’industrie et à la consommation en France et Ministère de l’agriculture et de la consommation du land du Bade-Wurtemberg), EuroInfo-Consommateurs a actualisé l’enquête* transfrontalière des prix réalisée l’an passé. Il en ressort que dans l’ensemble les écarts des prix entre la France et l’Allemagne s’estompent. Même, certains produits comme le lait demi-écrémé, les pâtes, le riz, le pain de mie sont à présent plus chers en Allemagne qu’en France. MOINS CHERS EN FRANCE : PÂTES, FROMAGES, POISSON, LÉGUMES, ESSENCE… Les produits à base de cacao ou gâteaux sucrés restent plus avantageux en Allemagne, qui continue à tenir ses prix plus bas en matière de produit de beauté,

d’hygiène et d’entretien. La vie est également moins chère dans les produits de petit outillage. Ce qu’il faut savoir, c’est que les prix changent souvent, surtout dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat. Il est toujours intéressant de comparer les prix entre les différents distributeurs, non seulement d’un pays à l’autre, mais aussi au sein d’un même pays. Il n’y a pas de différence significative en matière d’électroménager, informatique, hi-fi, vidéo, parfums et jouets. * 2 928 prix ont été relevés, pour des produits de marque identiques, sur plus de 600 produits - 381 sélectionnés au final dans les secteurs suivants : alimentaire, produits d’hygiène et d’entretien, parfumerie, bricolage, électroménager, jouets et essence dans près de 100 magasins (dont 12 boutiques en ligne) dans 19 villes frontalières entre juillet et novembre.

• SITE • www.euroinfo-Kehl.eu/fr

Fin de dossier

www.strasbourg.cci.fr


TIC >> OBSERVATOIRE INTERNET ET E-BUSINESS

AV88>bƒcZaÉZcfj„iZ Dans son enquête 2008, l’Observatoire Internet & E-Business de la CCI a passé au crible les équipements, les pratiques, les besoins des entreprises et des particuliers en technologies de l’information et de la communication.

U

n rapport présentant à la fois des indicateurs régionaux et nationaux, qui s’intéresse aux usages des ménages et à ceux des entreprises du secteur des TIC: • comment ont évolué les pratiques des entreprises ? • les ménages sont-ils bien équipés ? • font-ils des achats fréquents sur internet ? • les prestataires TIC répondent-ils aux besoins locaux des entreprises et des ménages? Parmi la multitude d’in-

formations recueillies, on s’aperçoit que le potentiel « marchand » d’Internet n’est pas pleinement exploité par les entreprises locales, alors que la clientèle alsacienne consomme en ligne.

LE POTENTIEL SOUS EXPLOITÉ DE LA VENTE EN LIGNE De fait, les consomma teurs ont pris l’habitude de s’orienter vers des sites spécialisés. « Il faut réinventer l’offre de proximité par

internet », souligne JeanMarc Kolb, directeur adjoint responsable des TIC à la CCI de Strasbourg. « À l’opposé, téléprocédures et télédéclarations semblent être entrées dans les mœurs », note Philippe Edel, directeur de l’information économique. « L’Observatoire a vocation à évoluer sur le long terme afin de mesurer, au fur et à mesure des avancées technologiques, le développement des TIC en Alsace et leur appropriation par les entreprises et les ménages locaux », observe-t-il.

LES PISTES D’ACTION DE LA CCI Déjà très impliquées dans la promotion des usages des TIC, les CCI d’Alsace vont s’appuyer sur les résultats de l’Observatoire Internet & E-Business pour proposer de nouvelles actions d’information et de conseil en matière de création de sites, de promotion de l’offre (e-commerce), d’échanges électroniques et de partenariat interentreprises. • EN SAVOIR PLUS • Document format PDF, 67 pages, téléchargeable gratuitement à l’adresse : www.alsaeco.com/observatoires/cci/ observatoire-internet-e-business CONTACT

CCI

Jean-Marc Kolb jm.kolb@strasbourg.cci.fr

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

37


38

CRÉATEURS >> GENEVIÈVE GITZ, GENY’S BOUTIC À ILLKIRCH Route de Lyon à Illkirch, le magasin créé par Geneviève Gitz mérite le détour. Imaginé dans un esprit salon élégant : fauteuils et assises confortables, parquet et tapis de soie, il propose une gamme alléchante de chaussures et accessoires en moyen et haut de gamme.

8]VjhhjgZh!VXXZhhd^gZh ZiVbW^VcXZhVadc

D

e prime abord, chaussures, bottines et bottes pourraient constituer l’activité principale de Geny’s Boutic. En y regardant de plus près, il n’en est rien. Sacs, ceintures, foulards, bijoux, montres disposés aux quatre coins du magasin compliquent tout choix initial.

SÉLECTION RAFFINÉE Difficile de résister aux associations tant la variété et l’originalité des produits sont au rendez-vous. En tout, près d’une quinzaine de marques issues de fournisseurs français, italiens, espagnols et allemands affichent leur best of. Le résultat d’une sélection raffinée de la gérante, Geneviève Gitz, qui a su dénicher les salons professionnels appropriés. C’est avec son associé de mari, Jean-Marc, qu’elle a effectué ses premières recherches sur Internet.

UN RÊVE D’ENFANT

CE QU’ELLE A TROUVÉ À LA CCI « En préparant mon dossier pour le Passeport Entreprendre, j’ai dû mettre à plat certains éléments. Cela m’a permis de réfléchir à des questions que je ne m’étais pas posées. Notamment en matière de budget prévisionnel et de communication. J’ai apprécié les conseils qui m’ont été fournis à l’Espace Entreprendre et leur suivi. »

« Avoir une affaire, j’en avais fait un rêve dès l’âge de quatorze ans », raconte-t-elle. Ce n’est qu’à 51 ans qu’elle l’a réalisé. Après avoir exercé dans le textile, les bijoux et même dans un salon de thé. Pour avoir travaillé à Illkirch, elle a constaté qu’il y avait un manque de professionnels de la chaussure. Coup de chance, son premier contact pour la recherche d’un local fut le bon. Une agence immobilière qui voulait déménager, dont la superficie du local correspondait à son besoin.

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

ORIGINALE Une gamme de chaussures et d’accessoires que l’on ne trouve pas partout « L’affaire a été conclue très rapidement. Tout s’est enchaîné : abattage de murs, parquet, peinture… le magasin était fin prêt le 1er septembre 2007 », observe Geneviève Gitz. Marketing direct, réseau de connaissances et bouche à oreille lui ont permis de se constituer un fichier-clients intéressant. Habitants d’Illkirch et des communes voisines, mais aussi de Strasbourg et Haguenau, l’étendue de sa notoriété a dépassé ses espérances.

QUALITÉ ET ORIGINALITÉ « Mes clients apprécient de trouver à la fois la qualité, le confort et l’originalité de mes chaussures. Le prix d’une botte ne dépasse jamais les 300 €. » Les accessoires comme les ceintures sont issus de créateurs qui rivalisent d’originalité. Du collé-main, habillé de pierres Swarovski ou de tressages mariant les couleurs. Colliers, bagues, montres, pendentifs pour sacs, foulards et petite

maroquinerie, des accessoires pour habiller votre tenue ou des idées-cadeaux originaux. Une carte de fidélité - gratuite - donne droit à 15 % de réduction au 11e achat et un cadeau à partir de 300 € d’achats. Élément non négligeable, l’accueil de la boutique, décliné sous la bannière sourire et passion. Pour Geneviève Gitz, sa nouvelle vie se résume en trois mots : « que du bonheur ». La boutique est ouverte du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h, le samedi de 10h à 12h et de 14h à 17h. • CONTACT • 237 route de Lyon à Illkirch-Graffenstaden 03 88 67 46 21

CONTACT

CCI

Espace Entreprendre June Marchal 03 88 75 24 25

www.strasbourg.cci.fr


Créateurs

>> PAPRIKA À BOERSCH D’abord installée à Obernai, Véronique Schroll a quitté ses 160 m2, « trop grands » pour une maison ancienne à Boersch. Son centre de bien-être, Paprika, est recentré sur les techniques énergétiques de bien-être et le shiatsu.

H]^VihjZiiZX]c^fjZh ‚cZg\‚i^fjZhYZW^Zc"„igZ dispose d’un futon placé sur un tatami. Créé en deux ans, elle s’est créée un fichier de clients et prospects, qu’elle informe régulièrement de ses actions par courrier ou mail. Son credo : soulager et faire du bien.

PRÉVENIR PLUTÔT QUE GUÉRIR UNIVERS Les soins proposés par Paprika s’inspirent des méthodes chinoises, japonaises, indiennes…

C

réée à Obernai, fin 2006, Paprika est d’abord une vraie maison du thé, à laquelle Véronique Schroll associe plusieurs activités liées au bien-être. Un peu excentrée, la superbe boutique s’avère trop grande. Il faut réévaluer les besoins. À Boersch, quelque 90 m2 de la maison ancienne sont dédiés à son centre de bienêtre. Distributeur agréé exclusif des thés Cha Yvan, elle maintient son activité de vente de thés en vrac, pesés et ensachés par 50 ou 100 gr.

OBJECTIF SANTÉ

CE QUE LUI A APPORTÉ LA CCI « Je m’intéressais à énormément de choses, on m’a aidée à me recentrer et à préparer mon projet marketing. Et on m’avait rendue attentive à l’emplacement… »

Une sélection d’arômes naturels, du thé vert nature aux plus parfumés, qu’elle renouvelle en fonction de la saison. « Chaque thé a des caractéristiques par rapport à la santé, rappelle Véronique Schroll, citant l’exemple du thé vert, bénéfique aux diabétiques et hypertendus. Parmi ses prestations liées à la relaxation, aux soins de bien-être à vertu non thérapeutique,

le shiatsu. Une technique japonaise que la dirigeante de Paprika applique en harmonie avec le code de déontologie de la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel. « Je reste très humble dans ma démarche », souligne-t-elle. À Boersch, l’endroit est très beau, dégageant une certaine âme : « le caveau où se situe le centre de bien-être date de 1520, le reste un peu plus récent, approchant le début du XVIIe siècle », raconte Véronique Schroll. Paprika décline une large palette de prestations : reiki, réflexologie plantaire et faciale, massages ayurvédiques, yoga drainage. À l’écoute de ses clients, Véronique Schroll prend du temps pour ses rendez-vous. Point important : « durant toute la durée du soin, je ne quitte pas la personne. Mes clients sont détendus, relâchés et ils apprécient ce moment paisible devant la cheminée. » Deux points d’attente sont situés à proximité des cabines, déco indienne et musique zen pour se sentir dans l’ambiance. La pièce dédiée au shiatsu

Le shiatsu, elle le conseille en technique préventive. « En Chine, les médecins sont payés tant que les patients sont en bonne santé », sourit-elle. Reconnaissant que la plupart de ses clients sont des personnes stressées, angoissées, souffrant de problèmes de dos. À partir d’un échange, elle voit comment orienter sa prestation. Les personnes ouvertes au reiki apprécient la paix intérieure que leur apporte cette méthode d’imposition des mains qui a des effets curatifs et de ré-harmonisation. « Je pratique le reiki depuis vingt ans » observe la jeune femme qui s’est décidée à l’âge de 47 ans à se réorienter vers le bien-être, « lasse du monde de requins » qu’elle a côtoyé auparavant. Ses clientes sont essentiellement des femmes de plus de 45 ans, venues par conviction ou convaincues par des amies qui leur ont offert des chèques cadeaux. En leur proposant des soins adaptés, elle se montre également attentive aux résultats : « ce qui m’intéresse est de voir comment la personne évolue », conclut Véronique Schroll. • CONTACT • 06 85 71 37 77

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

39


FORMATION

40

>> STRASBOURG - ORTENAU

GZ\VgYigVch[gdciVa^Zg hjgaZXdbbZgXZ Tandis qu’accords de coopération et échanges se multiplient entre Strasbourg et son voisin l’Ortenau, la Maison de l’Emploi et de la Formation de Strasbourg a souhaité, elle aussi, conférer à ses analyses et à ses actions une dimension franco-allemande.

L

’Observatoire des métiers, compétences et besoins en formation de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin a été mandaté par la Maison de l’Emploi pour la réalisation de « deux études complémentaires concernant le commerce de détail, l’une centrée sur le bassin d’emploi de Strasbourg, l’autre sur l’Ortenau, donnant pour la première fois à notre observatoire régional un caractère transfrontalier », se félicite Marcel Schott, président de la commission « formation » de la CCI. Les conclusions de cette étude permettront de mettre au point des actions ciblées en matière de recueil des offres d’emploi et de pla-

cement des chômeurs. Cette étude permettra également aux entreprises de disposer d’une analyse des tensions et mutations à venir et de pistes pour la gestion prévisionnelle des compétences.

L’IMPORTANT, C’EST LE CLIENT L’analyse de l’offre commerciale de part et d’autre de la frontière met en évidence un nombre quasiment identique de commerces sur les deux bassins d’emploi, avec quelques différences toutefois: une présence plus importante de grandes surfaces côté allemand, un commerce traditionnel plus développé côté français. À Strasbourg, le merchandising

est une compétence bien plus développée que dans l’Ortenau. Il met davantage le produit en scène pour créer une ambiance et faire rêver le consommateur, tandis qu’en Allemagne, il demeure axé sur la présentation du produit, la lisibilité des prix et la propreté. Des deux côtés toutefois, les métiers liés au commerce de détail connaissent des bouleversements. Le premier d’entre eux concerne l’accueil du client : la relation client est à nouveau au cœur de la démarche commerciale. Les compétences comportementales, le fameux « savoir-être », sont essentielles dans les deux pays : présentation, élocution, capacité d’écoute, respect des

horaires, dextérité notamment pour les vendeurs en libreservice… Autre compétence désormais indispensable : la maîtrise de langues étrangères, et c’est encore plus vrai dans le haut de gamme. Au chapitre des similitudes, il convient de noter l’importance des effectifs de personnel administratif et de caissier(e)s, et à l’inverse, le manque de candidats pour les métiers de la bouche et pour les fonctions d’encadrement. Globalement, le niveau de qualification des employés de commerce s’élève car les métiers changent. Dans l’Ortenau, la polyvalence dans toutes les fonctions est de mise, alors qu’à Strasbourg, la polycompétence et/ou la polyactivité (nouvelle tendance) sont recherchées. La motivation aussi. CONTACT

CCI

m.hahnschutz@strasbourg.cci.fr

Trois questions à Vincent Horvat, directeur de la Maison de l’Emploi Pourquoi une étude sur le commerce de détail à Strasbourg et dans l’Ortenau ? Nous publions déjà des diagnostics. Toutefois, nous souhaitions interroger les chefs d’entreprise individuellement pour voir l’évolution des métiers dans leur secteur, en l’occurrence le commerce de détail. Nous avons voulu anticiper. Côté strasbourgeois par exemple, l’étude menée à notre demande par l’Observatoire a permis de mettre en avant quatre métiers émergeants. L’étude sera

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

téléchargeable sur notre site, on la tient naturellement à disposition des entreprises. Nous prévoyons pas ailleurs de la résumer en huit pages dans une brochure, qui sera fort utile aux étudiants et aux demandeurs d’emploi. Comptez-vous demander à l’Observatoire de la CCI une nouvelle étude concernant un autre secteur d’activité ? Pour l’instant, rien n’est arrêté. Toutefois, nous pourrions peut-

être imaginer le même type d’analyse dans l’industrie. À voir. Outre la publication d’analyses, quelles sont les autres missions de la Maison de l’Emploi ? Elles sont très variées. Notre objectif premier est de soutenir le développement économique du bassin d’emploi de Strasbourg par des actions concrètes. En 2008, nous avons favorisé avec l’aide de nos partenaires plus de 1 200 accès durables à l’emploi. Notre association participe par exemple au forum franco-allemand du recrutement, a lancé une plateforme de la création d’entreprises. Elle vise avant tout à soutenir la

post-création et les créateurs les plus fragiles. Autre exemple : nous avons soutenu l’installation de 30 bornes internet dans différents endroits, en particulier les Relais Emploi, pour qu’un plus grand nombre de demandeurs d’emploi aient accès facilement aux offres. Nous conseillons également les entreprises pour qu’elles trouvent les bonnes compétences. Nous faisons en sorte que nos actions soient toujours suivies de résultats concrets. • CONTACT • Maison de l’Emploi 03 88 45 96 24 www.maisonemploi-strasbourg.org

www.strasbourg.cci.fr


Formation

>> PÔLE FORMATION CCI

Les dates à retenir pour le 1er trimestre 2009

'ÊWSJFS NPJTEFMBUBYF d’apprentissage En versant la taxe à votre CCI, vous favorisez le développement, en Alsace, des formations qui répondent aux besoins en compétences des entreprises alsaciennes. Vous contribuerez de ce fait à la pérennité des entreprises locales qui trouveront demain le personnel formé dont elles auront besoin ! La taxe d’apprentissage 2009, se calcule au titre des salaires versés en 2008, pour financer les Centres de Formation d’Apprentis. Elle est due par les personnes physiques ou par les sociétés industrielles, commerciales ou artisanales soumises au régime fiscal des bénéfices industriels (BIC) ainsi que par toute société passible de l’impôt sur les sociétés. Pour les établissements situés en Alsace (67 et 68) et en Moselle (57), le taux est de 0,26 % de la masse salariale, contre 0,50 % pour les entreprises situées dans les

autres départements. À ces montants s’ajoute, au titre de la loi de cohésion sociale, la Contribution au Développement de l’Apprentissage de 0,18 %, entièrement reversée au Conseil Régional. Votre CCI vous fournit les imprimés, vous renseigne et effectue en votre nom toutes les opérations d’attribution des montants, selon vos indications. Il est souhaitable de faire votre déclaration en ligne sur notre site*. Le formulaire électronique effectue les calculs automatiquement : la déclaration est enregistrée en toute sécurité et en toute confidentialité. NB : le taux de la taxe est majoré pour les entreprises de 250 salariés et plus qui n’atteignent pas, en 2008, 3 % de leur effectif en alternance. Les montants devront avoir été versés pour le 28 Février 2009 à la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, délégataire de la CRCIA pour la collecte auprès des entreprises bas-rhinoises.

• Début 2009 : après une période de tests sur les deux derniers mois de 2008, le site dédié à la demande de contrat d’apprentissage a changé ; adresse et procédure restent toutefois identiques. • SITE • www.pole-formation-cci. org rubrique Entreprises puis « le contrat en ligne »

• Début février : début de la période de collecte de la Taxe d’Apprentissage. (voir informations complémentaires ci-contre) • Le 07 Février : la « Nuit de l’Orientation et de l’Apprentissage » de 18 h à 22 h au Pôle formation CCI, 234 avenue de Colmar à Strasbourg. Des informations sur les métiers, des

échanges avec les professionnels, des conseils personnalisés dans une atmosphère festive.

• À DÉCOUVRIR • www.pole-formation-cci.org rubrique apprentissage • CONTACT • mh.baumert@strasbourg.cci.fr

• Début mars : ouverture du site de mise en relation : les jeunes candidats à l’apprentissage contactent les entreprises pour demander une place d’apprentissage. Pendant les congés scolaires, vous pouvez faire découvrir votre entreprise grâce aux « stages découvertes d’une profession » mis en place par la CCI. • SITE • www.pole-formation-cci. org rubrique Entreprises puis « les stages découverte d’une profession »

• SITE • www.pole-formation-cci.org CONTACT

CCI

Pascal Huck 03 88 43 08 70

Demandez le catalogue ! Le Pôle formation CCI, c’est : • 22 domaines de formation, tout au long de l’année • des nouveautés telles que le Supply Chain Management, le Marketing et le Français Compétence Professionnelle

• l’évaluation et la certification des compétences en langues étrangères par les examens de Cambridge, les tests linguistiques Bulats, TOEIC un accompagnement pour des formations personnalisées et adaptées à la réalité professionnelle de l’entreprise grâce à une équipe de conseillers.

>> UNIVERSITÉ DE STRASBOURG

Alain Beretz président Il a été élu président de l’Université de Strasbourg dès le premier tour de scrutin, par 17 voix, la majorité requise pour emporter l’élection étant de 12 suffrages. Alain Beretz, 54 ans, marié, trois enfants, professeur de pharmacologie était président de l’Université Louis Pasteur depuis juin 2007.

Son premier défi sera de «réussir la fusion, de donner une meilleure lisibilité à l’université et de valoriser ses atouts, c’est-à-dire la pluridisciplinarité. » Son programme et son curriculum vitae sont disponibles sur le site internet. • SITE • www.uds2009.fr

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

41


FORMATION

42

>> RENCONTRE « PROSPECTIVE »

8g^hZ!|fj^aV[VjiZ 4 Avec des nouvelles contradictoires, parfois optimistes, parfois mauvaises, la situation est confuse, les prévisions économiques variables. Se positionner dans cet environnement mouvant relève parfois de la haute voltige.

L

e sujet de la rencontre Prospective qui a clos l’année 2008 était résolument d’actualité : « Développement des entreprises et crises géopolitiques : quelles conditions de réussite ? ». Alain Simon, consultant, maître de conférences à l’Université de Rennes 1 et auteur de divers ouvrages de géopolitique, a introduit le sujet. Pendant plus d’une heure, ce brillant tribun a régalé l’auditoire par un discours rodé, des illustrations et des anecdotes. La crise n’est pas le fruit du hasard, commence par plaider Alain Simon. Son origine remonterait « aux accords de Bretton Woods en 1944 qui font du dollar la monnaie internationale de référence. Depuis cette époque, les États-Unis sont dispensés de payer ce qu’ils imporimpor

tent et de rembourser ce qu’ils empruntent. À partir des années 70, les USA créent des dollars sans aucune limite, leur déficit commercial ne fait que s’accroître, ils lancent d’immenses emprunts. Les États-Unis difdif fusent des dollars dans le monde entier en fonction de leurs besoins géopolitiques. En un mot : ils écrivent l’histoire à crédit. »

« LE RECYCLAGE DES DOLLARS » Ces millions de milliards de dollars en circulation vont d’un continent à l’autre. Hier, ils étaient au sud, avant-hier engloutis dans la bulle internet, aujourd’hui en grande partie en Asie et plus particulièrement en Chine. Ainsi, pour Alain Simon, la crise mondiale n’est autre chose que la conséquence du « recyclage des dollars »

qui passent d’une main à une autre. « Il y a par ailleurs une autre dimension à la crise : la perte de confiance. Le 12 septembre 2001, George W. Bush a hérité de la confiance du monde entier. Or, il s’est discrédité à tous les niveaux. Aujourd’hui, à la crise financière s’est ajoutée une crise de crédibilité du leader politique. » Et à Alain Simon d’enfoncer le clou : « Nous payons aujourd’hui les conséconsé quences de la Guerre Froide. En passant alliance avec l’Islam radical contre les Soviétiques, en Afghanistan en particulier, les Occidentaux ont contracté une dette. Les tentatives terroristes viennent de l’incapacité des USA à rembourser cette dette. » La crise financière et culturelle va-t-elle affaiblir l’Europe ? Oui, si chaque pays de l’Union continue à réagir avec ses propres méthodes.

« Imaginez que l’Euro saute… Ce serait le signe de l’éclatement de l’Europe et de la remise en cause de la paix que nous connaissons depuis 50 ans. » Un scénario catastrophe qu’Alain Simon écarte toutefois.

ET L’EUROPE ? L’élection de Barack Obama marque un tournant. « C’est un extraordinaire producteur de croyances. À lui de remettre la machine américaine en route ». Quant à l’avenir, il est à construire, rien de dramatique donc. « Je crois que nous avons perdu le sens du mot dramatique. Pensez à ce que les génégéné rations précédentes ont eu à payer pendant les deux guerres mondiales. Et aujourd’hui, je pense qu’il vaut mieux avoir à faire à des financiers fous qu’à des militaires cinglés. Et je conclurai que la fin d’un monde n’est pas la fin du monde. »

CONTACT

CCI

Christiane Sibieude 03 88 43 08 36

>> ÉCOLE DE MANAGEMENT STRASBOURG

Le premier Faculty Book

Florence Benoit-Rohmer honorée

Depuis juin 2008, l’École de Management Strasbourg a recruté 34 chercheurs qui figurent dans un premier Faculty Book, témoignage du dynamisme et de l’attrait de la Business School de la future Université Unique de Strasbourg. EM Strasbourg, ce sont 72 enseignants chercheurs - dont 72 % de docteurs

La présidente de l’Université Robert Schuman, Florence BenoitRohmer, a eu l’agréable surprise, en décembre dernier, de voir son nom donné à une salle de l’Ecole de Management Strasbourg. Le Président François Loos a salué le rôle qu’elle a joué dans la fusion entre l’ex-IECS et l’ex-IAE, qui a donné naissance à l’EM Strasbourg en octobre 2007. Le professeur

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

- 1 540 étudiants, 34 formations de bac +3 à Bac +6, une double appartenance à la Conférence des Grandes Écoles et au Réseau des IAE. Réalisé en langue anglaise, le Faculty Book a pour caractéristique d’être présenté dans l’ordre inverse de l’alphabet. Pour le consulter : • SITE • www.em-strasbourg.eu/docs/ faculty_book.pdf

Michel Kalika, directeur de l’école, a souligné que la Présidente avait « la vision de ce que devait être une grande Business School au sein de l’Université de Strasbourg. » • SITE • www.em-strasbourg.eu

www.strasbourg.cci.fr


GASTRONOMIE >> STELLA LAYEN, L’AMUSE BOUCHE À STRASBOURG

»JcZXj^h^cZ[‚b^c^cZ! ^chi^cXi^kZZihZch^WaZ¼ Rue de Turenne, face au Parc des Contades, le restaurant gastronomique l’Amuse Bouche offre un décor à la fois classieux et intimiste. Une clientèle d’habitués s’y détend autour de mets savoureux, dont la touche à la fois féminine et subtile revient à Stella Layen.

À

15 ans, je voulais être archéologue, mais la durée des études m’a découragée. Passionnée par la cuisine et le contact humain, j’ai décidé de passer un bac général avant de m’orienter vers un BTS en hôtellerie-restauration », raconte Stella Layen. Après plusieurs saisons effectuées auprès d’établissements étoilés comme le Grand Hôtel Augy à Laguiole, Le Château de Fere à Fere-en-Tardenois, le Lièvre gourmand à Vailly-surSauldre ou encore l’Auberge de Noves à Avignon, la jeune femme a cherché à monter une affaire avec son mari. « Lui en salle et moi en cuisine, nous avions suffisamment affiné notre fonctionnement en duo! », dit-elle en souriant. Leur coup de cœur s’est porté sur le local de la rue de Turenne à Strasbourg, une petite structure, idéale pour fonctionner à deux.

CUISINE PASSION Le point commun de Stella et Sébastien Layen : « la passion de faire plaisir ». Dans une ambiance chic et raffinée où la décoration marie des tonalités très douces : blanc cassé, beige, jaune, rehaussées par des nappages de couleur taupe qui inspirent la sérénité. En rez-de-chaussée, six tables accueillent une vingtaine de couverts et à l’étage une salle

Layen. En été, elle crée une assiette « grignotage » qui change chaque semaine : soupe de légumes, entrée, plat et légume, dessert, cinq éléments sur une même assiette pour un repas équilibré.

CHEF AU FÉMININ

SUCCÈS Stella Layen, Trophée de la femme chef au salon Egast 2008. Ici, avec son époux, Sébastien. plus intime est dédiée à des groupes pouvant atteindre 20 personnes.

ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Sur la carte, trois possibilités de menus : le « Saveur » à 37 € avec entrée, plat et fromage ou dessert, le « Découverte » à 52 € avec cinq plats surprise, ou à 77 € avec cinq verres de vin en accord avec les plats. Parmi les spécialités de Stella Layen, le foie gras de canard, mi-cuit maison à la vanille de Tahiti, chutney d’ananas ou en trilogie façon tartine, grillé et en sucette glacée. Avec les desserts, ce sont les produits avec lesquels elle laisse le plus souvent libre cours à sa créativité. Sa déclinaison de tapas au chocolat - sorbet, tartelette, nem choco-banane, île flottante et moelleux - fait

merveille. Parmi les classiques de la carte, modifiée à l’envi, les noix de Saint-Jacques, juste saisies, accompagnées de galettes de pomme de terre et sauce au persil ou le quasi de veau rôti, spaghettis maison au citron, sauce aux petites câpres et estragon.

UNE CUISINE DE FEMME Des fleurs ou petits arrangements décorent chaque table. Les assiettes sont dressées avec soin, avec une part belle aux herbes. Stella Layen utilise beaucoup de fruits et légumes, privilégiant l’équilibre alimentaire. Une raison pour laquelle les clients qualifient sa cuisine de féminine. « Au printemps, je passe commande à mes parents avant de récolter au fur et à mesure dans leur jardin », précise Stella

Difficile d’être une femmechef ? « Au début, oui, affirme sans hésiter Stella Layen. Il faut se démarquer deux fois plus qu’un homme, le salaire à travail égal n’est pas identique. Après, on forge son caractère, on devient moins timide. Avec mon mari, nous nous complétons tout en ayant chacun notre univers. Tout en étant aux petits soins de nos clients. Repas d’affaires le midi, têtes-à-têtes le soir pour une clientèle conquise par le bouche à oreille. Beaucoup de demandes en mariage se passent chez nous, avec un scénario préparé à l’avance : pétales de rose sur la table, coupe de champagne intégrant la bague de fiançailles. Au début nous étions surpris, à présent nous le proposons », observe Sella Layen. La trentaine à peine entamée, le couple Layen affiche déjà une belle réussite. • CONTACT • 03 88 35 72 82 www.lamuse-bouche.fr

Les Jeudis de la Gastronomie du CEFPPA Pour en savoir plus sur les manifestations - et formations !- du Cefppa, les recettes présentées par les chefs. • SITE • www.cefppa.com

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

43


La

lettre

N°22

de

Strasbourg Place Financière Le prĂŠsident, le conseil dâ&#x20AC;&#x2122;administration et les membres de Strasbourg Place Financière prĂŠsentent leurs

meilleurs vĹ&#x201C;ux pour

2009 Ă tous leurs lecteurs !

Comptes consolidĂŠs : quâ&#x20AC;&#x2122;en pensent les PME de lâ&#x20AC;&#x2122;Est de la France ?

P

ourquoi mener une enquĂŞte sur la pratique des comptes consolidĂŠs dans lâ&#x20AC;&#x2122;Est ? Pourquoi sâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠresser Ă une technique dĂŠjĂ  ELHQDQFUpHGDQVQRWUHSD\VDJHĂ&#x20AC;QDQFLHU "

Quelques annĂŠes après la mise en Ĺ&#x201C;uvre de diffĂŠrentes rĂŠglementations visant Ă normaliser les pratiques françaises en matière de comptes consolidĂŠs puis lâ&#x20AC;&#x2122;arrivĂŠe des normes IFRS qui conduit a moGLĂ&#x20AC;HUHQSURIRQGHXUFHUWDLQVFRQFHSWVFRPSWDEOHV ĂŠtablis, KPMG publie une ĂŠtude rĂŠgionale sur les pratiques des groupes de lâ&#x20AC;&#x2122;Est (ChampagneArdennes, Alsace et Lorraine) en matière de comptes consolidĂŠs. Cette ĂŠtude permet dâ&#x20AC;&#x2122;avoir une vision actuelle dâ&#x20AC;&#x2122;une centaine de groupes sur ce sujet de plus en plus actuel. En effet, force est de constater lâ&#x20AC;&#x2122;importance croissante des groupes de sociĂŠtĂŠs dans notre ĂŠconomie. DiffĂŠrentes motivations participent Ă  ce dĂŠveloppement dont la volontĂŠ de crĂŠer des structures juridiques distinctes pour segmenter les activitĂŠs, canaliser les risques, faire appel Ă  des capitaux externes ou encore transmettre.

GpVVHYHXWXQHEDVHGHUpĂ H[LRQHWXQUHWRXUG¡LQformation par les ĂŠmetteurs de comptes consolidĂŠs sur les choix opĂŠrĂŠs par les entreprises de la rĂŠgion Est de la France. Lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtat des lieux sur la pratique des groupes de lâ&#x20AC;&#x2122;Est de la France (Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace) en matière de comptes consolidĂŠs nous a permis de dresser un bilan de la situation dâ&#x20AC;&#x2122;une centaine de dirigeants de PME / PMI, et de sociĂŠtĂŠs cotĂŠes au travers de trois grands questionnements : Quels intĂŠrĂŞts ou utilisations trouvent-ils dans les comptes consolidĂŠs ? Comment appliquent-ils dĂŠjĂ actuellement les normes françaises, pour lâ&#x20AC;&#x2122;essentiel rĂŠvisĂŠes par le règlement CRC 99-02 en vigueur depuis 2000 puis par le règlement 2005-10 ? Comment envisagent-ils lâ&#x20AC;&#x2122;adoption des normes IFRS ? Lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtude dĂŠmontre que lâ&#x20AC;&#x2122;objectif dâ&#x20AC;&#x2122;harmonisation poursuivi par les normes internationales reste dâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ. La taille des groupes ressort clairement comme ĂŠtant un ĂŠlĂŠment discriminant de cette diversitĂŠ de pratiques, pour ce qui est :

Pour les dirigeants, lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation des comptes consolidĂŠs est un outil de gestion interne qui FRQWULEXHjODGpĂ&#x20AC;QLWLRQGHODVWUDWpJLHHWPHVXUHOD Â&#x2021;GHVIRUPDWVGHFRPPXQLFDWLRQĂ&#x20AC;QDQFLqUHXWLOLVpV performance : en effet, lâ&#x20AC;&#x2122;autonomie des mĂŠthodes de consolidation permet de se rapprocher des mĂŠ- â&#x20AC;˘ des destinataires visĂŠs par cette information, thodes de reporting interne. â&#x20AC;˘ de lâ&#x20AC;&#x2122;analyse de gestion consolidĂŠe pratiquĂŠe,

Pour les actionnaires et les tiers, la consolidation â&#x20AC;˘ de la maĂŽtrise des processus dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvaluation des constitue un outil de contrĂ´le externe indispensaincorporels. EOH/HVSDUWHQDLUHVĂ&#x20AC;QDQFLHUVOHVFUpDQFLHUVHWOHV actionnaires y trouvent les rĂŠsultats de la stratĂŠgie Il est probable que cette diversitĂŠ soit ĂŠgalement liĂŠe Ă lâ&#x20AC;&#x2122;importance des moyens matĂŠriels et hudĂŠployĂŠe par un groupe. mains disponibles pour traiter ces questions. Huit ans après une refonte majeure des normes de consolidation françaises, il est dĂŠsormais possible Toutefois, on note, dans un certain nombre de situaaux groupes de toute taille dâ&#x20AC;&#x2122;adopter le rĂŠfĂŠrentiel tions, une appropriation des pratiques des grands international des IFRS pour lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtablissement de groupes par les groupes de taille plus modeste. Ceci pourrait traduire une prise de conscience de leurs comptes consolidĂŠs. lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrĂŞt et de lâ&#x20AC;&#x2122;utilitĂŠ quâ&#x20AC;&#x2122;ont la consolidation sur le Ainsi, compte tenu de cette actualitĂŠ et des enjeux, management et le pilotage des groupes. Cette ananotre enquĂŞte sur la pratique des comptes consoli- O\VHVHFRQĂ&#x20AC;UPHUDVLFHWWHWHQGDQFHVHSRXUVXLW

16 rue de Leicester 67 000 STRASBOURG - TĂŠl. 03 88 32 12 06 HPDLOLQIR#VWUDVERXUJSODFHĂ&#x20AC;QDQFLHUHFRPĂŻZZZVWUDVERXUJSODFHĂ&#x20AC;QDQFLHUHFRP


La

lettre

N°22

de

Strasbourg Place Financière Si lâ&#x20AC;&#x2122;on en juge par le degrĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;application des mĂŠthodes prĂŠfĂŠrentielles et par les efforts dĂŠployĂŠs par bon nombre dâ&#x20AC;&#x2122;entreprises pour appliquer les nouveaux règlements sur les actifs, les groupes de lâ&#x20AC;&#x2122;Est de la France sont pour une large majoritĂŠ sur la voie des IFRS. Le travail Ă rĂŠaliser en matière de formation et de diagnostic reste toutefois important.

Ainsi, divers points ressortent et en particulier une tendance des PME Ă adopter des principes et mĂŠthodes qui ĂŠtaient jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă  prĂŠsent limitĂŠs aux sociĂŠtĂŠs cotĂŠes (dĂŠlais de production courts, adoption des normes IFRS, dĂŠveloppement dâ&#x20AC;&#x2122;une communication autour dâ&#x20AC;&#x2122;outils plus financiers FRPPH OH WDEOHDX GHV Ă X[ GH WUpVRUHULHÂŤ  &Hpendant, des progrès semblent encore devoir ĂŞtre /D FRPPXQLFDWLRQ Ă&#x20AC;QDQFLqUH UHVWH JpQpUDOHPHQW accomplis pour rĂŠpondre Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble de la rĂŠglerĂŠalisĂŠe Ă  partir de documents ĂŠtablis au format mentation et particulièrement en matière de suivi rĂŠglementaire. Ainsi, peu de communication est endes actifs incorporels. De mĂŞme, certains rĂŠsultats core faite autour de ratios, ou dâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ sectorielle. font ressortir lâ&#x20AC;&#x2122;existence dâ&#x20AC;&#x2122;attentes des entreprises &HFLUHĂ qWHODGLIĂ&#x20AC;FXOWpSRXUOHVJURXSHVGHIDLUH en matière dâ&#x20AC;&#x2122;information et de formation sur ces ĂŠvoluer leur communication vers des approches règles qui sont souvent perçues comme de plus en faisant appel Ă  des notions plus ĂŠconomiques ou plus complexes. de juste valeur. Le projet de normes IFRS adaptĂŠ aux risques et aux Cette pratique peut ĂŠgalement traduire une volontĂŠ contraintes des PME pourrait ĂŠgalement ĂŞtre une GHFRQĂ&#x20AC;GHQWLDOLWpHQSDUWLFXOLHUDXQLYHDXGHVDSrĂŠponse pour faciliter la maĂŽtrise et lâ&#x20AC;&#x2122;application proches sectorielles. Les directeurs financiers de lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble des textes. Toutefois, ce sujet fait ne sont pas les seuls concernĂŠs par lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution actuellement dĂŠbat au sein de la profession et des des normes comptables. Aussi, pour mettre en organismes normalisateurs. Ĺ&#x201C;uvre ces ĂŠvolutions, câ&#x20AC;&#x2122;est auprès de lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble GH OD FRPPXQDXWp Ă&#x20AC;QDQFLqUH DFWLRQQDLUHV EDQquiers,â&#x20AC;Ś) et des directions dâ&#x20AC;&#x2122;entreprises quâ&#x20AC;&#x2122;il KPMG est le premier cabinet français dâ&#x20AC;&#x2122;audit, FRQYLHQWGHIDLUHSUHXYHGHSpGDJRJLHDĂ&#x20AC;QTXHOHV dâ&#x20AC;&#x2122;expertise comptable et de conseil* avec un QRXYHDX[FRQFHSWVGHFHWWHLQIRUPDWLRQĂ&#x20AC;QDQFLqUH FKLIIUH G¡DIIDLUHV GH  0½ /H FDELQHW HVW VRLHQWDSSUpKHQGpVHQWRXWHFRQĂ&#x20AC;DQFH prĂŠsent en rĂŠgion dans 194 villes et est membre Une interrogation fait dĂŠbat au sein des organes de KPMG International, rĂŠseau mondial de normalisateurs et mĂŞme de la profession comptacabinets prĂŠsents dans 145 pays. Le Cabinet ble : les normes comptables doivent-elles sâ&#x20AC;&#x2122;applicompte 20 % des PME françaises parmi ses quer de la mĂŞme manière Ă  toute entreprise quelle 65 000 clients. que soit sa taille ou un niveau dâ&#x20AC;&#x2122;exigence moins * Source La Profession Comptable 2007 important peut-il ĂŞtre acceptĂŠ pour des PME ? Le projet IFRS pour les PME fait actuellement dĂŠbat en Europe : ce projet vise Ă  proposer un rĂŠIpUHQWLHO FRPSWDEOH KDUPRQLVp PDLV VLPSOLĂ&#x20AC;p SDU rapport aux ÂŤ Full IFRS Âť.

Contact : KPMG Audit - Denis Trautmann, Directeur AssociĂŠ - Tel : 03 90 22 06 60 E.mail : denistrautmann@kpmg.com

Lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;VOLUTION DE LA SITUATION Ă&#x2030;CONOMIQUE (source : Banque de France Strasbourg) Stocks

50

Commandes

40 30 20 10 0 -10 -20 -30 -40 -50 -60 -70 -80 06

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

07

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

08

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

Les textes publiĂŠs dans cette lettre nâ&#x20AC;&#x2122;engagent que la responsabilitĂŠ de leurs auteurs


TOURISME

46

>> SE RÉUNIR EN ALSACE

6ahVbZZi^c\&%%lZW Depuis le début de l’année 2009, le guide Alsameeting est uniquement accessible en version web. Réalisé par les CCI d’Alsace, le site a été entièrement revisité avec de nouvelles fonctionnalités. Une utilisation facilitée pour les entreprises qui cherchent à louer une salle pour accueillir des événements ou des manifestations de toutes tailles.

T

oujours en trois langues - français, allemand et anglais -, le site Alsameeting vient de faire peau neuve grâce à une nouvelle technologie qui lui permet un meilleur référencement au niveau des moteurs de recherche. Initié par les CCI d’Alsace, il bénéficie d’une excellente visibilité sur le site portail de l’économie alsacienne, AlsaEco. Destiné aux entreprises souhaitant organiser une conférence, un

séminaire, une réception, une présentation-produits ou une simple réunion au vert avec repas et/ou hébergement,

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

Alsameeting version 2009 offre de nouvelles fonctionnalités liées à la recherche : type d’établissement, nombre de salles, capacité en sièges et couverts. Autre possibilité : le critère géographique (plaine, vignoble, Alsace du Nord, Sundgau, etc.) Présents sur Alsameeting, les hôtels-restaurants, centres de congrès et séminaires, autres lieux

plus insolites et de caractère ont eu la possibilité d’intégrer jusqu’à cinq photos. Une zone libre de texte favorise la mise en avant des points forts de leur établissement et de leur environnement touristique. Sur chaque fiche, une cartographie interactive et des liens vers leur propre site Internet. Points forts de cette nouvelle version d’Alsameeting : une navigation facilitée et la possibilité d’impression des informations en format PDF. Les établissements qui le souhaitent, peuvent encore adhérer à Alsameeting. • SITE • www.alsameeting.fr CONTACT

CCI

Marc Liebrich 03 88 75 25 59

www.strasbourg.cci.fr


Tourisme

>> LA MAISON UNGERER À HUNSPACH

IgVch[ZgiYZegdeg^‚i‚

A

u cœur de l’un des plus beaux villages de France, Hunspach (67), se situe la maison Ungerer, élément d’animation incontournable en Alsace du Nord. Elle abrite l’office de tourisme de Hunspach, l’association des amis de la ligne Maginot en Alsace et propose sept gîtes ruraux - tous labellisés Gîtes de France - d’une capacité totale de 35 lits. C’est l’Agence de développement touristique du Bas-Rhin (ADT), propriétaire de ce corps de ferme depuis fin 1975, qui l’a transformé en un ensemble de gîtes dont la gestion

a été confiée à l’association « Accueil au pays des villages traditionnels d’Outre-forêt », permettant ainsi la sauvegarde de ce patrimoine remarquable. Face à la nécessité de modernisation et de mise en conformité de l’équipement, l’ADT a cédé l’ensemble immobilier à la Communauté de communes du Pays de Wissembourg. Pendant la conduite des travaux, celle-ci accueillera les personnels des associations hébergées par la maison Hunspach en attendant la réouverture de cette structure. • CONTACT • 03 88 80 59 39

La Robertsau en 160 photos En vente dans la plupart des librairies strasbourgeoises, cet ouvrage signé Bernard Irrmann est une promenade dans les petites rues de la Robertsau. Des origines du quartier à son urbanisation, en passant par les jardins, l’auteur vous propose plus de 160 photos couleur inédites réalisées au cours de ces dernières années et émaillées de textes évo-

quant les aspects typiques du « Läuch » - le poireau, surnom de la Robertsau réputée pour ses champs de poireaux -. Un hommage à la sauvegarde des dernières prairies, au maintien de la biodiversité en ville, etc. et une nouvelle occasion de redécouvrir un quartier en touriste. • BLOG • http://robertsauvillage. canalblog.com

Hôtellerie : meilleur site internet Après avoir su se distinguer parmi les 400 hôtels inscrits dans les cinq catégories qui concouraient (hôtels indépendants, de luxe, restaurants indépendants, de haute gastronomie, chaînes, hôtels et restaurants) puis parmi les 280 retenus, Le Parc**** (Obernai), hôtel, restaurants & Spas, s’est vu

décerner le trophée de l’hôtellerie-restauration.fr du meilleur site Internet dans la catégorie Hôtel indépendant de luxe. Repensé en 2008 par Marc Wucher et son fils Maxime, le site affiche une nouvelle ligne graphique, un contenu approfondi, une navigation facilitée.

3 rue du Maire Kuss • 67000 Strasbourg Tél. 03.88.32.80.80 • fax 03.88.23.05.37 e-mail : h1813@accor.com

• SITE • www.hotel-du-parc.com

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

47


INDUSTRIE

48

Turbobrise, « de sacrés ventilateurs »

CCI

Charles Ertzbischoff

Maîtriser la température dans les grands espaces à moindre coût environnemental et financier. Un défi relevé par les ventilateurs Big Ass Fans® - comprenez « de sacrés ventilateurs » - qui peuvent couvrir jusqu’à 2002 m². Distribués par Turbobrise à Strasbourg, ces ventilateurs sont à la fois efficaces et rentables. En été, ils provoquent un courant d’air agréable et en hiver ils permettent de destratifier les couches d’air, en répartissant l’air chaud qui a tendance à monter dans tout l’espace équipé. Soit une économie de chauffage de 25 % minimum. Pour les unités de production ou de stockage, hangars d’aéroports, centres nautiques et sportifs, établissements scolaires, etc. Exemple d’utilisation par une société familiale, Mathis SA à Muttersholtz (67): « Nous sommes spécialisés dans les charpentes en bois en lamellé collé. Nos aérothermes devaient être poussés à plus de 30 °C pour avoir au moins 20 °C, avec les Big Ass Fans®, cette température a pu être réduite de 10 %, pour atteindre une température uniforme de 20 °C dans l’entrepôt ». Des économies d’énergie et de meilleures conditions de stockage. • SITE • www.turbobrise.com

>> RECHERCHE SCIENTIFIQUE

=^hid^gZYZXVehjaZh

I

ngénieur chimiste et chercheur, Yves Frère officie dans les locaux de l’Institut Charles Sadron, au sein du CNRS de Strasbourg, où il est plus particulièrement en charge de l’encapsulation. Collants minceur, vêtements anti-UV, T-shirts qui dégagent d’agréables odeurs… Tous ces produits textile du quotidien ont été « encapsulés ». En d’autres termes, on leur a greffé des molécules pour leur donner des propriétés particulières. Ce domaine est celui dans lequel Yves Frère a orienté, après sa thèse, ses recherches. À ce titre, son unité fait partie du pôle de compétitivité « Fibres naturelles Grand Est ». Autre grand domaine de ses travaux : les vecteurs pharmaceutiques pour l’administration par voie orale de protéines ou de peptides. « Nous menons de front plusieurs projets. En collaboration avec le Centre Européen d’Études du Diabète, nous sommes en train de mettre au point un procédé qui permettrait aux malades de prendre l’insuline par voie orale. En ce moment, nous travaillons sur des rats. » À terme, Yves Frère est convaincu que « l’on parviendra à mettre bon nombre de vaccins dans des capsules, à condition naturellement que le marché suive. » Car tel est bien

RECHERCHE Un travail d’équipe l’enjeu pour les chercheurs modernes, souligne Yves Frère: « La recherche n’est plus comme à l’époque de Pasteur. Les scientifiques ne peuvent plus se contenter de ne faire que de la recherche fondamentale. Il faut aussi qu’ils rencontrent les industriels, qu’ils participent à ces colloques, mais aussi et surtout qu’ils recherchent sur des choses qui ont des débouchés sur le marché. La recherche pour la beauté de la recherche, ce n’est plus possible ! »

UN CHERCHEUR VRP Outre la gestion d’une équipe de six personnes et ses travaux en laboratoire, Yves Frère consacre une grande partie de ses journées à la recherche de financement auprès des grands organismes, à des

participations à des colloques, à rencontrer des industriels, à remplir des dossiers. Une course contre la montre qu’Yves Frère vit plutôt « avec satisfaction. À l’heure actuelle, j’ai les moyens de travailler dans des locaux neufs. Mon équipe fonctionne bien et je traite de sujets qui me passionnent. Ma recherche fondamentale n’est pas restée dans le fond d’un tiroir, c’est extrêmement valorisant. » Manque peut-être encore l’ultime reconnaissance de ses pairs et l’accession au titre de directeur de recherche pour boucler une carrière sans faute. Yves Frère y croit dur comme fer. • CONTACT • 03 88 41 40 63 www-ics.u-strasbg.fr

>> KRONENBOURG

Recréer une nouvelle image La brasserie Kronenbourg, qui a annoncé la suppression d’ici fin 2010 de 214 postes sur 1 300 après son rachat par le groupe Carlsberg, travaille sur la réorganisation de ses services et la reconquête de ses clients. Toute l’entreprise est concernée, bien au-delà de la recherche-

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

développement et du marketing. L’objectif de la nouvelle direction est de passer de huit niveaux hiérarchiques à quatre et d’élaborer un nouveau projet économique. Face à la baisse des ventes enregistrée sur le marché et surtout dans les CHD, il s’agit de redorer l’image de la

marque qui semble en effet en perte de vitesse par rapport à ses concurrentes. Au programme, un nouveau packaging et de nouvelles actions de communication. • SITE • www.brasseries-kronenbourg.com

www.strasbourg.cci.fr


Industrie

>> SOUTIEN DE LA CCI À L’INNOVATION

9Zh^Y‚Zh|kZcYgZ

Annecy  Lyon  Paris  Toulouse  Strasbourg Belgique  Canada  Suisse  Algerie  Maroc  Tunisie

En matière de commercialisation de l’innovation, les outils classiques ne fonctionnent pas toujours. Et beaucoup d’entreprises ont des difficultés à trouver le chemin du marché.

C

ommercialiser un nouveau produit ou service sur un marché qui n’existe pas encore, un vrai cassetête pour les dirigeants de PME. Certains tâtonnent, d’autres abandonnent. Selon Thierry Provost, conseiller entreprises à la CCI, « il y a deux types d’entreprises, celles qui innovent par essence, dont l’outil de production est entièrement dédié à l’innovation et qui ne cessent de chercher des solutions et puis il y a les entreprises qui innovent par défaut, parce que le hasard fait qu’une idée germe. Dans les deux cas, elles connaissent des difficultés à commercialiser leurs innovations. » Car une innovation n’existe que s’il y a un client prêt à l’acheter. Cette réalité a conduit la direction industrie de la CCI à organiser des réunions autour de ce thème. Trois ont déjà eu lieu en 2008 rassemblant 21 entreprises au total.

dans laquelle ils se trouvent. Ces réunions leur permettent d’échanger et souvent ils constatent qu’ils sont confrontés aux mêmes problèmes. Rien de tel pour instaurer la confiance ! » Au chapitre des difficultés mentionnées par les dirigeants lors de ces réunions : celle de rencontrer les acheteurs. C’est d’autant plus vrai si l’entreprise est de petite taille et ne dispose pas d’une armée de commerciaux qui tape aux bonnes portes. Surtout qu’en France, contrairement à l’Allemagne ou à la Suisse, les liens entre les TPE-PME et les grands groupes industriels sont ténus. Les uns ne connaissant pas forcément bien les autres. La prochaine réunion, le 11 mars, portera sur les règles de base de l’innovation et sur les bonnes pratiques en la matière. Car dans ce domaine, il n’est pas question d’improviser. • INSCRIPTION • 03 88 76 42 57

ÉCHANGER POUR MIEUX COMPRENDRE « Il est important que les entrepreneurs comprennent la situation

CONTACT

CCI

f.papelard@strasbourg.cci.fr

CRM  Calcul des coûts  Gestion commerciale  Gestion de production  Achats et sous-traitance  Gestion qualité intégré  Indicateurs et synoptique 

Trophée de l’Eco-conception La CCI distinguée pour la 3e fois Organisés par l’ADEME et Pollutec, les Trophées de l’éco-conception distinguent les exposants du salon ayant adopté une démarche globale d’écoconception dans la réalisation de leur stand. Parmi les critères de sélection, un choix de matériaux recyclables ou réutilisables, la réduction de consom-

mation d’électricité et de déchets, etc. Sur les 36 dossiers de participations déposés, le Village Alsace a été récompensé pour la troisième fois - 2006, 2007 et 2008 - avec ce trophée de l’éco-conception de stand, en montant sur la 1re marche du podium devant le stand du groupe SITA et celui de Suez.

Agence de Strasbourg 5a rue des roses 67205 Oberhausbergen Contact : Sébastien REYMANN Tél. +33 (0) 6 15 37 42 18

s.reymann@obilog.fr - www.obilog.fr

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

49


50

INFOS EUROPE >> ENTERPRISE EUROPE NETWORK La première conférence annuelle du réseau Enterprise Europe Network organisée sous l’égide de la CCI de Strasbourg et du BasRhin a été un succès. 650 personnes issues de 44 pays ont pu se focaliser sur le cœur de leurs objectifs : comment accompagner au mieux les PME-PMI dans leur développement à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union européenne.

>> FINANCEMENT

Small business act : adopté Signe politique fort en faveur des 23 millions de PME européennes qui, au cours des dernières années, ont créé 80 % des nouveaux emplois dans l’UE, le Small Business Act pour l’Europe a été adopté par les ministres en charge de la compétitivité le 1er décembre dernier. Ce plan d’action facilite l’accès des PME au financement, il allège leurs obligations administratives et leur permet de bénéficier pleinement des opportunités des marchés européens et internationaux.

EgZb^ƒgZgZcXdcigZ |HigVhWdjg\

L

a Présidence française du Conseil de l’Union européenne y tenait et l’a obtenu. La première conférence annuelle du réseau Enterprise Europe Network s’est tenue à Strasbourg du 24 au 26 novembre dernier et ce fut l’occasion pour Jean-Louis Hoerlé, président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, de rappeler l’attachement historique de l’Alsace au projet communautaire. « Notre CCI a été la première d’Europe à soutenir - en mars 1957 - le projet du Traité de Rome. En 1958, elle a accueilli en son sein la première conférence permanente des CCI de la CEE. En 1992, l’Alsace a été la région française à connaître la plus forte participation pour le vote en faveur du Traité de Maastricht et en mai 2005, notre région a voté en faveur de l’adoption du Traité de constitution pour l’Europe lors du referendum français », a souligné Jean-Louis Hoerlé en insistant sur la présence du Parlement européen, « témoignage de cet ancrage historique et institutionnel de Strasbourg en Europe ». En ce qui concerne l’avenir, les défis sont nombreux et dans le domaine économique la crise financière actuelle ajoute à la difficulté. De l’avis des orateurs conviés le 24 novembre au Parlement européen, le rôle des PMEPMI est plus que jamais crucial dans ce contexte. « Il est important que nos entreprises deviennent leaders si l’Europe veut tenir son objectif de croissance et même de production sup-

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

L’ENTREPRISE Au cœur des travaux de la conférence plémentaires », a notamment affirmé François Loos, ancien ministre du commerce extérieur puis de l’industrie. Sources de richesse, les PME ont besoin d’un accompagnement efficace pour se développer sur le marché communautaire et c’est là tout le rôle d’Enterprise Europe Network.

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES Des ateliers de travail organisés durant deux jours ont permis aux membres du réseau de réfléchir ensemble à la manière d’être au plus près des besoins des entreprises. « Moins d’un an après la création d’Enterprise Europe Network, il était important que nous déterminions la manière d’améliorer nos prestations, précise Ursula Gori-Kaminski, responsable Enterprise Europe Network à la CCI de Strasbourg. Dans le cadre de nos missions d’information et de conseil aux entreprises,

il apparaît essentiel de sensibiliser celles-ci à l’innovation qui sera un incontournable facteur de compétitivité à l’avenir. La Commission nous a notamment incités à mener des actions pour soutenir le rapprochement des PME et des clusters. »

L’AXE EXPORT Il a été décidé de créer un groupe de travail « internationalisation » afin de préciser les objectifs de la Commission en ce qui concerne les actions du réseau envers les pays tiers. À l’ordre du jour également, les modalités d’une participation active à « la semaine européenne des PME-PMI » prévue du 6 au 14 mai 2009.

CONTACT

CCI

Enterprise Europe Network Ursula Gori-Kaminski 03 88 76 42 35 u.gori-kaminski@strasbourg.cci.fr

www.strasbourg.cci.fr


KARLSRUHE >> KARLSRUHE

AZhegdhYjXa^X Les moyens de communication, pour les ménages aussi bien que pour les entreprises, ont considérablement évolué. Internet en particulier a révolutionné notre quotidien. Et ce n’est qu’un début, si l’on en croit la CCI de Karlsruhe.

L

’essor du web, du travail et des services en ligne représente un formidable potentiel pour le monde économique et un levier de développement. La région de Karlsruhe a choisi très tôt de miser sur ces technologies. Pour preuve, de nombreuses entreprises s’y sont installées – dont certaines sont leaders sur le marché. Toutes travaillent d’arrache-pied à « l’internet du futur », un outil qui proposera de nouveaux services, des procédés encore plus performants tout en garantissant des niveaux de sécurité élevés. D’après un classement établi par l’European Cluster Observatory, Karlsruhe occupe, après Oxford et Munich, la troisième place en matière d’informatique et de technologies de l’information. Une place de choix qui repose en partie sur le cluster « iRegion Karlsruhe ».

L’UNION DES TALENTS Ce concept regroupe en effet tous les secteurs de l’innovation : de la recherche fondamentale en passant par la conception et la commercia-

lisation des produits. Et crée par la-même d’indispensables passerelles entre les scientifiques et les chefs d’entreprise. Un peu à l’image de ce que sont en France les pôles de compétitivité. Le ministère allemand de l’enseignement et de la recherche encourage fortement ce type d’initiatives, car elles créent de l’innovation et de la valeur. En 2007, le même ministère a lancé un concours ouvert à tous les clusters. iRegion Karlsruhe y a pris part et même si le regroupement n’a pas obtenu la distinction espérée, sa participation a permis de resserrer les liens entre ses membres : 42 entreprises et 15 établissements d’enseignement supérieur. Et de poser les bases de projets futurs et communs, avec le soutien des pouvoirs publics. • SITE • www.iregion.de

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

51


52

EURÊKA >> ALAIN FINCKENBEIN, WALLPRINT

AÉ^begZhh^dceZghdccVa^h‚Zhjgid^aZ Reproduction de photos sur toile, de logos sur banderoles ou tapis, les possibilités d’impression numérique proposées par Wallprint sont infinies. Alain Finckenbein, expert en technologies de l’information et de la communication, cible particuliers et entreprises.

tement via le site Internet. Si la croissance se confirme, il envisage d’embaucher un stagiaire pour traduire le site internet en allemand et un commercial.

O

• SITE • www.wallprint.fr

riginaire de Sélestat, Alain Finckenbein a arrêté ses études de biologie pour se consacrer à sa passion, l’informatique. Ingénieur diplômé de l’EPITECH à Paris, il s’est familiarisé au langage de la programmation sur divers logiciels puis à l’impression avant de créer Wallprint, en juin 2008. Spécialisé en impression numérique sur toile, il travaille à partir d’un logiciel fourni par la société Caldera Graphics (Eckbolsheim). Conçu de manière originale et très détaillée, son site Internet décline ses prestations : un vaste choix de toiles imprimables, à tailler sur-mesure. « Je fabrique moi-même le châssis en fonction de l’image, explique-t-il. La taille maximale est de 3 m sur 3, alors qu’en rouleau le format atteint les 3 m sur 30 ». Parmi les autres possibilités : l’impression de caissons lumineux, éclairés ou occultés, les stores personnalisés, les rideaux double face, les bâches ou les banderoles publicitaires.

DÉCO PERSONNALISÉE Vous pouvez choisir de coller un dessin sur un mur ou un kakemono, en coton, au rendu plus naturel, ou aménager votre salle de bains avec des rideaux de douche en tissus translucides et déperlants.

CE QUE LUI A APPORTÉ LE CONCOURS LÉPINE Primé pour l’impression numérique sur toile, Alain Finckenbein a surtout été remarqué par rapport à son concept de mise en relation avec les artistes via sa banque de données. Un second prix (médaille AIIF) lui a été décerné pour le portail d’informations et d’échanges qu’il a créé pour les copropriétaires, « Myblock.fr ». • SITE • www.concours-lepine.com

PERSONNALISATION Les photos peuvent être tendues sur châssis ou collées directement sur mur Une déco qui correspondra à votre image. Souvent utilisés par les entreprises, les tapis lessivables sur lesquels sont apposés des logos, les cloisons séparatrices ou japonisantes, à placer dans des salons. Les possibilités sont infinies, l’offre de papiers très vaste.

L’IMPACT DU CONCOURS LÉPINE Tous les textiles sont fabriqués à Sélestat, chez DHJ International. Soit vous envoyez votre propre image ou photographie à imprimer, soit vous vous rendez sur sa banque images en ligne, alimentée par des artistes et des photographes qui perçoivent un pourcentage de la commande. Alain Finckenbein a également noué un partenariat avec l’Automobile Club de l’Ouest, obtenant

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

l’exclusivité photo des prochaines 24 heures du Mans. Sa médaille de bronze au Concours Lépine et sa visibilité à la Foire européenne lui ont d’ailleurs permis d’augmenter son carnet d’adresses de nouveaux clients. Parmi ses références, Cuisine Aptitude et Strasbourg - Evénements à Strasbourg, Fondis à Thann (68), les magasins d’encadrement Art Princeton à Colmar et Cadras à Sélestat. Un exemple de réalisation : pour les 200 ans du HautKoenigsbourg, il a réalisé quatre panneaux à partir de cartes postales, dont une vue panoramique. « Je me charge de tout, de l’impression à la confection de l’encadrement, jusqu’à son expédition, le tout dans les dix jours », explique-t-il. Les commandes peuvent être passées direc-

1SËU QSJY et passeport Entreprendre ! • Lauréat du concours « Innovez en Centre-Alsace » en mars 2008, il a obtenu un prêt d’honneur qui lui a permis d’investir dans la communication et de couvrir les frais de création de sa structure juridique. Outre le site Internet Myblock, Alain Finckenbein est à l’origine d’un autre site sur les énergies renouvelables « solarcitoyen.com ». • À la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, la présentation de son projet devant les membres du Jury du Passeport Entreprendre l’a conduit à approfondir certains points. Parmi les conseils prodigués, il a été incité à s’adjoindre les services d’un expert-comptable et de faire valider ses contrats avec les auteurs. CONTACT

CCI

Espace Entreprendre June Marchal 03 88 75 24 25

www.strasbourg.cci.fr


JURIDIQUE

AZhcdjkZaaZhY^hedh^i^dch XdcXZgcVciaVH6HAB:Yj)Vd’i'%%- Dispositions concernant la SAS : • Faculté de faire des apports en industrie : Pour rappel, les apports en industrie consistent pour un associé à mettre à la disposition de la société, ses connaissances techniques, son travail ou ses services. Jusqu’à présent, les associés de SAS ne pouvaient pas faire des apports en industrie. La loi de modernisation de l’économie introduit dorénavant la possibilité pour les associés de SAS, de faire des apports en industrie et de recevoir en échange des actions inaliénables. Les statuts fixeront librement les modalités de souscription et de répartition de ces actions et le délai au terme duquel celles-ci feront l’objet d’une évaluation.

cice deux des critères suivants: le total du bilan, le chiffre d’affaires hors taxe ou le nombre de salariés (à fixer par décret) - qui contrôlent ou sont contrôlées par une ou plusieurs sociétés - dont un ou plusieurs associés représentant au moins le dixième du capital de la SAS demandent en justice la nomination d’un commissaire aux comptes.

• Suppression du capital social minimum : Jusqu’à présent la loi imposait aux SAS de détenir un capital minimum correspondant à 37000 €. La loi de modernisation de l’économie supprime l’exigence d’un montant minimal de capital, ce dernier étant librement fixé par les statuts. • Suppression de l’exigence d’un commissaire aux comptes : La SAS avait pour obligation de nommer un ou plusieurs commissaires aux comptes. La loi de modernisation de l’économie précise, que seules devront nommer un commissaire aux comptes les SAS: - dépassant à la clôture de l’exer-

Ces trois mesures sont entrées en vigueur au 1er janvier 2009. Réunion d’information le 26 mars 2009 à la CCI. Renseignements et inscription préalable au 03 88 75 25 24 juridique@strasbourg.cci.fr

INDICES JANVIER-FÉVRIER 2009 • Indice trimestriel du coût de la construction Insee 3e trimestre 2008 : 1 594, soit une augmentation de 10,46 % sur un an • Taux d’intérêt légal pour l’année 2008 : 3,99 % • Indice des prix à la consommation, décembre 2008 : 119,48 • Indice de référence des loyers du 4e trimestre 2008 : 117,54, soit une variation de 2,83 % sur un an • SMIC à compter du 1er juillet 2008 : Taux horaire brut : 8,71 € • Taux mensuel brut pour 151,67 heures : 1 321,02 € • Plafond mensuel Sécurité Sociale 2009 : 2 859 € • Plafond annuel pour 2009 Sécurité Sociale : 34 308 € • Indice trimestriel des loyers commerciaux : 102,46

%JTQPTJUJPOTTQÊDJàRVFTÆMB4"46 • Instauration d’une dispense d’approbation des comptes et du dépôt du rapport de gestion dans la SASU : Dans le régime antérieur à la loi de modernisation de l’économie, les sociétés par actions simplifiées unipersonnelles (SASU), le rapport de gestion et les comptes annuels étaient arrêtés par le Président. L’associé unique approuvait les comptes, après rapport

la clôture de l’exercice. La mention sur le registre de la société du récépissé délivré par le greffe lors du dépôt des comptes annuels ne sera pas exigée. Par ailleurs, l’associé unique personne physique sera dispensé de l’obligation de déposer au greffe du registre de commerce son rapport de gestion, s’il assume personnellement la gérance de la société.

du commissaire aux comptes, dans le délai de six mois à compter de la fin de l’exercice. Ses décisions étaient répertoriées dans un registre. À compter du 1er janvier 2009, dans les SASU dirigées par l’associé unique personne physique, l’approbation des comptes sera réputée acquise par le dépôt de l’inventaire et des comptes annuels au greffe du registre de commerce dans les six mois de

• Assouplissement du formalisme lié à la constitution et au fonctionnement de la SASU : Un décret simplifiera les formalités de publicité pour les SASU, dont l’associé unique est une personne physique et notamment, les conditions d’insertion au BODACC. Cette mesure est entrée en vigueur au 1er janvier 2009.

9ÉVjigZh^c[dgbVi^dch_jg^Y^fjZh½ Gérant majoritaire de SARL et redressement judiciaire

D

ans un arrêt en date du 12 novembre 2008, la Cour de cassation (chambre commerciale) a rappelé que le gérant d’une SARL agit en sa qualité de mandataire social et de ce fait, agit au nom

et pour le compte de la personne morale qu’il représente. En conséquence, il n’est pas possible de lui appliquer les dispositions de l’article L361-2 du code de commerce à savoir : la procédure de redressement

judiciaire applicable à toute personne physique exerçant une activité professionnelle indépendante. Le fait d’être gérant majoritaire, et de relever dans ce cadre de la catégorie professionnelle des travailleurs

indépendants, ne permet pas d’assimiler le gérant majoritaire aux personnes physiques visées par le texte du code de commerce. Cour de cassation, chambre commerciale, 12 novembre 2008, n°07-16998.

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

53


54

DÉCOUVERTES >> GASTRONOMIE Hier menu Victor Hugo, menu TGV, aujourd’hui Menu Europa, Émile et Monique Jung, à la tête du Crocodile, établissement doublement étoilé, n’hésitent pas à proposer des cartes thématiques.

Jc8gdXdY^aZZjgde‚Zc

M

ême si la France n’est plus présidente de l’Union européenne depuis le début de l’année, le restaurant strasbourgeois Le Crocodile maintient son menu Europa jusqu’à l’été. Parce que l’Europe à Strasbourg n’est pas uniquement une question de calendrier. « N’ayant pu imaginer servir un menu avec 27 mets, il nous a fallu regrouper les pays en fonction des quatre points cardinaux pour créer des plats illustrant les saveurs des régions d’Europe du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. », explique Monique Jung.

SEPT PLATS AU MENU Le « voyage », proposé à plus d’une centaine d’euros sans les vins, débute ainsi en Méditerranée avec un bâtonnet de féta à l’huile d’olive dans sa feuille d’aubergine en dentelle kadaïf façon baklava, en hommage à la Princesse Europa qui donna son nom à notre continent. Pour l’entrée, cap sur l’est avec un succulent foie gras grillé sur lit de chou blanc et de betterave rouge,

EUROPE L’union par le palais agrémenté d’une vinaigrette au clou de girofle. Puis, en premier plat, Émile Jung a choisi de proposer un filet de cabillaud accompagné de purée de céleri et de cheveux d’ange de poireau. En hommage aux contrées nordiques. Puis retour vers l’Europe de l’Ouest avec un filet mignon de veau braisé, déglacé à l’irlandaise Guinness, avec fenouil confit, petits légumes et frites, forcément belges ! Pour célébrer la convivialité et la chaleur des régions méridionales, place à la tomate confite en corolle, à la farandole d’agrumes frais et de fruits, le tout arrosé d’un cou-

lis de carottes et d’abricots parfumé à l’anis. Un mélange sucré-salé qui annonce les desserts.

CLIN D’ŒIL FINAL À STRASBOURG Un velouté bulgare sur un lit de fraises compotées au nectar de roses et une petite brioche au pavot saluent les deux derniers arrivés dans l’Union européenne : la Roumanie et la Bulgarie. Ce tour d’Europe de la gastronomie s’achève, alors que vous êtes déjà repus, tout naturellement à Strasbourg, avec une ronde de douceurs étoilées. • CONTACT • 03 88 32 13 02

>> ENDEMIK

Art, design et déco Espace d’exposition permanent, la boutique Endemik met en scène des créations mêlant couleurs, calligraphie et matériaux. Bois, métal, végétal, les éléments de décoration répondent à des attentes de décoration de la maison au jardin. Les deux créateurs du lieu sont Diane Mantz et Sébastien Forler, plasticiens, qui met-

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

tent en scène plus de dix ans d’expérience dans le domaine des arts, du design, de la décoration intérieure et des arts appliqués. Une adresse pour relooker votre cadre de vie. 31 rue Mélanie à Strasbourg-Robertsau. • SITE • www.endemik-design.com

www.strasbourg.cci.fr


Découvertes

>> ALSATIC TV Bien circuler en Allemagne

HjgaVICI

D

epuis décembre, près d’1,6 million d’Alsaciens peuvent avoir accès aux émissions de la chaîne régionale alsacienne Alsatic TV. Une diffusion multipliée par quatre, qui dépasse largement les frontières de l’Allemagne et de la Suisse. De 400 000 personnes connectées au câble, Alsatic, grâce à la TNT, multiplie par quatre son potentiel et passe les frontières. Côté allemand et suisse, la chaîne est accessible de Karlsruhe à Bâle. « L’accès à la TNT est un investissement lourd, de près de 450 000 € par an », commentait Francis Hirn, président de la chaîne. La TV régionale, dirigée par Jean-Jacques

Schaettel, compte en effet deux émetteurs, dans le BasRhin et le Haut-Rhin. Alsatic a été créée en septembre 2006 par les deux quotidiens régionaux DNA et l’Alsace, en partenariat avec d’autres actionnaires, qui sont appelés à se réengager prochainement. La nouvelle Alsatic TV développe de nouveaux contenus, soit 1 h 30 à 2 h de programmes diffusés chaque jour. Une convention de partenariat a été signée avec les CCI alsaciennes, qui parrainent deux émissions « La minute de l’économie » et « Questions d’entreprises », un plateau qui rassemble chaque dernier mardi du mois, des chefs d’entreprises autour de thé-

matiques diverses : export, création d’entreprise, formation, etc. Le magazine d’informations, « La Quotidienne » (18 h 3019 h 30), est diffusé en direct, puis en boucle. Vous avez également accès à de nombreuses émissions sportives et culturelles. Championnats en direct et diffusions de pièces sont au menu. Pour accéder à Alsatic, il suffit d’avoir un râteau ou un décodeur, ou l’ADSL, grâce à des accords passés avec les opérateurs Neuf, Free et Orange. À noter que 2010 correspondra à la fin de la diffusion analogique.

L’Automobile Club rappelle la législation en vigueur en Allemagne qui oblige les automobilistes à avoir un équipement qui soit toujours adapté aux conditions climatiques. Les véhicules étrangers entrant sur le territoire allemand sont concernés. L’antigel est également requis en cas de neige ou de verglas. Dans le cas contraire, une amende pouvant aller jusqu’à 40 € peut être infligée. Autre élément qui a son importance : si l’utilisation de chaînes antidérapantes est obligatoire pour les véhicules à moteur de plus de deux roues aux endroits signalés par un panneau, les pneus à clous sont interdits.

• SITE • www.alsatic.com

Arbrothérapie® : la détente en plus

>> UNSOWISO

Des créations made in Alsace Des vêtements que l’on ne porte pas que pour faire sourire les copains, mais pour clamer fièrement son « elsas’titude » : la ligne Unsowiso, des vêtements plein d’humour, entièrement dédiés à l’Alsace, qui se déclinent au gré d’un éventail de codes culturels, dans des textiles qui résistent au temps, à l’usage et aux lavages. À l’origine de ces créations, Nassir Goulamaly, 38 ans,

originaire de Madagascar, marié à une alsacienne et père de trois enfants. Industriel et armateur français, il vit entre Strasbourg, Paris et La Réunion. Son crédo : revisiter, détourner et caricaturer un éventail d’expressions linguistiques et autres symboles, en référence à la culture alsacienne, sur une gamme de vêtements au graphisme emblématique et créatif. Sur Internet, et

dans des endroits plus inattendus ou représentatifs de la région : une cave à vin, une boutique de créateur, un restaurant, un salon de coiffure pour enfants, etc. Des partenaires partageant notre humour et passion pour l’Alsace. • POUR EN SAVOIR PLUS • www.unsowiso.eu

>> « STRASBOURG, DES QUARTIERS VIVANTS »

L’ouvrage collectif de l’Adeus La genèse de dix projets particulièrement marquants de l’urbanisme dans l’agglomération strasbourgeoise depuis 1967: cet ouvrage illustré et publié par l’Adeus et le Verger Éditeur retrace le contexte des réalisations dans les quartiers de l’Esplanade, Hautepierre,

le centre-halles, la grand-rue, le quartier européen, le tram, le Neuhof, le jardin des deux rives et le schéma de cohérence territoriale de la région de Strasbourg. Chaque projet est éclairé sous

trois angles inédits qui en donnent la pleine mesure: le regard d’un photographe, l’imaginaire d’un écrivain et l’analyse des urbanistes. Un ouvrage à la fois littéraire, documentaire et historique édité à l’occasion des 40 ans de l’Adeus. 256 pages, 25 €. • SITE • www.adeus.org

• SITE • www.automobileclub.org

Depuis 2002, le Lion d’Or propose un concept original de soins et de mise en forme : l’Arbrothérapie ® . Les différents produits (argile, huiles essentielles, crèmes de soin, laits, etc.) utilisés pour tous les soins d’Arbrothérapie® sont d’origine naturelle. Parallèlement, les spécialités culinaires du restaurant sont développées à partir de matières premières en provenance de La Petite Pierre et ses forêts. Pour en savoir plus sur les bienfaits de ces soins, les séjours découvertes, les soins Spajet™ à la carte (hydrofusion, hydro-massage, matelas de vibromassage, aromathérapie, chromothérapie, musicothérapie et autres soins basés sur les quatre éléments de la vie… Bref pour marier bien-être et détente, voire la gastronomie, rendez-vous sur le site du Lion d’Or. • CONTACT • 03 88 01 47 57 www.liondor.com

MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE STRASBOURG ET DU BAS-RHIN

55


56

TEMPS FORTS SALONS NATIONAUX

9j+Vj-[‚kg^Zg 9Zjm‚k‚cZbZcih VjEVgXYZhZmedh^i^dch YjLVX`Zc|HigVhWdjg\

Du 8 au 11 mars 2009 à Lyon +Z‚Y^i^dcYZ7^dK^h^dc AZ[dgjbcVi^dcVaYZh hX^ZcXZhYZaVk^Z

>> TOURISSIMO 2009 Du tour-opérateur à l’agence de voyage en passant par tous les prestataires du tourisme, les 200 exposants du salon strasbourgeois proposeront leurs bons plans, conseils avisés pour une extraordinaire diversité de leur offre. Week-ends de proximité, évasion sous les tropiques, escapades dans les régions françaises, découvertes sportives, culturelles ou gastronomiques, un départ immédiat aux quatre coins du monde, dans une ambiance ludique.

Comme chaque année, l’Aéroport international Strasbourg sera présent avec ses nouvelles destinations, dont Rhodes, Tel-Aviv, etc. • SITE • www.tourissimo-strasbourg.com

• SITE • www.biovision.org

Les 19 et 20 mars au Palais des Congrès de Paris HVadcDW_Zih Zi8dbbjc^XVi^dc • SITE • www.syprocaf.fr

EMPLOI

>> GénérationS, LE SALON DES 50 ANS ET PLUS Créé par Strasbourg Événements en 2007, ce salon séduit de plus en plus visiteurs et exposants. Pour cette édition 2009, GénérationS rassemble une centaine d’exposants spécialisés dans les offres destinées à des consommateurs avertis. Thématique : la santé et la forme, avec des conseils

Une plateforme incitant au débat utile et à l’émergence de solutions pour scientifiques, dirigeants industriels, décideurs politiques, représentations d’organisations multilatérales et de la société civile du monde entier. Le rendez-vous des meilleurs experts mondiaux des sciences de la vie.

relooking, diététique et relaxation, des ateliers de création florale, peinture sur soie, des simulations de retraite et de placements en bourse, et de nombreuses démonstrations à l’espace multimédia… De 10 h à 19 h au Pavillon K. • SITE • www.strasbourg-events.com

AZEaZ:jgde‚ZcgZXgjiZ

Le 26 mars de 10 h à 19 h 30 à la Maison de l’Entreprise, 27 avenue de l’Europe à Schiltigheim

L’association des utilisateurs du Pôle Européen de l’Entreprise organise le 26 mars prochain un job dating. Plus de vingt entreprises implantées dans cette zone seront présentes et proposeront divers postes dans tous les types de métiers. Les personnes intéressées peuvent se rendre directement sur place ou prendre rendez-vous avec un ou plusieurs recruteurs via le site www.anpe.fr ou celui de l’association : http://aueeem.alsaeco.com • CONTACT • Guy Meyer 03 88 18 31 61

EXPOSITIONS ET VISITES Jusqu’au 8 mars 2009 au Vaisseau, Strasbourg 9^Vad\jZYVchaZcd^g

"$$0 3t"('t" * 3' 3 "/$ &t" 4 4 6 3 "/ $&% 0 . */ * 2 6 &."5)* 4t# " /2 6 &,0 - #t# &3 & 4 5 # 0 6 :(6 & 4* . . 0 # * - *&3t$ " # * / & 5$ )" # &3 5ű& ) - * / (t$ "# * / & 5' 0 6 3 /" * 4 &t$ "/0/t$$ * $ % 3&t$ & (& -& $t$ )¬5& "6%&-* -&t$ ) &;4 0 *t$ * . &t$0 - " 4& 4 5t$0 . 1" 4 4t$0 . 1 -& 5 & - $ 3 &% * 5 "(3 * $0 - & t $ 3& % * 5 . 6 56 &- t $ 3* 5 * /5² 3* . t $ 5 & t %" - , * " t % 6 .& ; ű "/ 4 5& 5 5 & % ' t & ' ' & 3 7 & 4 $& /$& t & -& $ 53* $ * 5& % & 4 53 " 4 # 0 6 3 ( t &-& $ 53 0 . & /"(&3 4 "/ % 3 * / & 3 /4 5  :0 6 /( t '". * -: 4 1 ) & 3& t ( " 3 "( & ,& - -&3 t ( % 'ű 4 6 &; t ( 3 0 6 1"." t ( 4 ' * 4 5" t -" - 4 "$& t ." )0/ " 4 4 6 3 "/ $& 4 t . & 3 $ &%& 4 ű # & /; t 0 1& 3 " $0 /4 5 3 6 $ 5 * 0/ 05&t1 0 -:(0/ &"6 50 . 0 # * -& 4t1 0 34 $ ) &t3"t3 "$ * / ($ -6 #% &4 53 " 4 # 0 6 3 (t3 # 4 3 & ( *& 1 6 # - * $ * 5" * 3& %& -) * 1 1 0 % 3 0 .& % & ) 0 &3%5 t 3& / "6 -5 t 3)*/ & . # " - - "(&4 4 "." & 50 * -& t 4 "/ 5 &3 / & t 4 * 5" t 4 . * .& 3 $ 6 3& t 4 / &' t 4 0 $ * & 5& (& / &3 " - & t 4 0 1 3 & ." t 4 1 * & t 5 & . 1 0 3 t 53 " / 4 3 0 6 5& t 53* 6 . 1 ) t 7 * " - * 4

Présentée dans plus de 20 pays, plus de cinq millions de visiteurs ont découvert ce parcours dans le noir total. Une expé expérience sensorielle unique. À quoi ressemblent nos objets du quotidien dans le noir, comment juge-t-on les distances ? Pour le savoir, par petits groupes et guidés par des animateurs mal et non-voyants, vous traversez différents univers dans l’obscurité la plus totale. Avant l’entrée et à la sortie de l’exposition, un espace d’adaptation à la lumière, « le cocon » permet de manipuler les objets du quotidien des aveugles : matériel d’écriture en braille, films en audio description, etc. Curieusement, vous n’aurez plus le même regard sur ces objets. Jusqu’au 8 mars 2009, des goûters d’anniversaire dans le noir d’une heure 15, à partir de 7 ans. Sur réservation uniquement. Parallèlement, des dîners dans le noir, des parcours nocturnes, etc. • POUR EN SAVOIR PLUS • 03 88 44 65 65 info@levaisseau.com www.dialoguedanslenoir.com

LE POINT ÉCO • JANVIER-FÉVRIER 2009 • N° 271

Du 2 au 8 mars D[[gZoaVgdhZ BVg^Z"8aV^gZ½ :ihdjiZcZoaV hXdaVg^hVi^dcYZheZi^iZh ÒaaZhYVchaZbdcYZ Pendant une semaine, La Rose Marie-Claire sera vendue dans plus de 6 000 points de vente chez les partenaires revendeurs. Cette rose, reconnaissable à son emballage, est vendue 3 € dont 1,50 € est reversé aux associations qui agissent pour la scolarisation des petites filles défavorisées. • EN SAVOIR PLUS • www.la-rose-marie-claire.org

Jusqu’au 29 mars 2009 K^h^iZ^chda^iZVjX]}iZVj Yj=Vji"@dZc^\hWdjg\ Comme chaque année à l’arrière-saison, le château du Haut-Koenigsbourg propose de découvrir, au cours d’une visite insolite, le donjon et les cuisines modernes aménagées lors de la restauration. Cette année, une nouvelle scénographie des cuisines impériales leur redonne une ambiance de début de XXe siècle. À l’occasion du centenaire de la restauration, vaisselle et ustensiles issus des collections du château sont en effet sortis de leur réserve pour se retrouver dans la cuisine : fourneaux, glacière, armoire chauffante et réfrigérateur. UNE VISITE ACCESSIBLE SUR RÉSERVATION LES SAMEDIS ET DIMANCHE À 14H45.

Les 3,4 et 5 avril de 9 h 30 à 18 h 30 AVbVX]^cZ|gZbdciZg aZiZbeh Catapultez-vous au XVe siècle avec la Compagnie de Saint-Georges, association d’histoire vivante, composée de 80 membres bénévoles de toutes les catégories socioprofessionnelles et de diverses nationalités : Suisses, Anglais, Français, Italiens, Allemands… • POUR EN SAVOIR PLUS • www.haut-koenigsbourg.fr www.companie-of-st-george.ch • CONTACT • 03 88 82 50 60

Jusqu’au 27 septembre au musée zoologique de Strasbourg 9jXVbdjÓV\Z|aVh‚YjXi^dc/ aZhXdjaZjghYVchaVcVijgZ • SITE • www.musees-strasbourg.org

SALONS RÉGIONAUX Du 13 au 15 mars au Parc des expositions du Wacken à Strasbourg 8]dXdÉ8gdX! aZhVadcYZaV\djgbVcY^hZ • SITE • www.chococroc.com

www.strasbourg.cci.fr


9\m\icpGcXqqX$<jgXZ\ <lifg„\e[\cË<eki\gi`j\ @dd\lYc\[\Yli\Xlo\e ZfejkilZk`fe .'.'d)[`m`j`Yc\j C\CXne$JkiXjYfli^ @dd\lYc\[\Yli\Xlo eflm\cc\^„e„iXk`fe C\cfe^[\cÊXo\kiXd ,''d)~(('''d) 8cg_X$8„ifgXiZ<ekq_\`d @dd\lYc\[\Yli\Xloe\l] EfdYi\logXib`e^j\ok…i`\lij /'d)~).''d)

:LJ$Efi[ 9k`d\ek`e[„g\e[Xek[\ ^iXe[\hlXc`k„XiZ_`k\ZkliXc\ 9\cc\jgi\jkXk`fej 9li\Xlo#j_fn$iffd#jkfZb ((''d) :LJ$Jl[ 9k`d\ek`e[„g\e[Xek jlij`k\Zcfj Gi\jkXk`fej[\hlXc`k„ 8Zk`m`k„$[„gk#Yli\Xlo ((-'d) ?fij:LJ$Jl[$Fl\jk 9k`d\ek`e[„g\e[Xek Y„e„ÔZ`Xek[Ële\ZXgXZ`k„ [Ë\ok\ej`fe 8k\c`\i#Yli\Xlo#\eki\gk ,,''d)

9li\Xlo CfZXlo[ËXZk`m`k„ <eki\gkj @em\jk`jj\d\ek :fej\`c@ek\ieXk`feXc\e@ddfY`c`\i[Ë<eki\gi`j\ CfZXk`fe$M\ek\$:\jj`fe$<jk`dXk`fe$<og\ik`j\$JkiXk„^`\@ddfY`c`…i\ <jgXZ\<lifg„\e[\cË<eki\gi`j\$(*Xm\el\[\cË<lifg\$9G)'''*$-.'(*JkiXjYfli^:\[\o k„c1"**' *//(/,,,,$\$dX`c1`e]f7[kq$jkiXjYfli^%]i$kflk\jefjf]]i\jjli1nnn%[kq%]i


La nouvelle reference LA BUSINESS SCHOOL DE LA PREMIERE

UNIVERSITE DE FRANCE

24 Programmes Executive Education de haut niveau (Bac +3 à Bac +6) Formations spécifiquement adaptées aux cadres > À temps plein, partiel ou hors temps de travail > Compatible avec la poursuite de l'activité professionnelle > Validation des Acquis (VAE et VAP)

24 Master d'État, Mastère spécialisé, Executive MBA, Diplôme d'université pour valoriser une double compétence ou se spécialiser dans l’un des grands domaines de la gestion : Ouverture du MBA DÉVELOPPEMENT DURABLE Inscriptions en ligne jusqu’au 4 mars 2009 www.em-strasbourg.eu

> > > > > > > > >

Achat Audit Commerce Comptabilité-Contrôle Finance Entrepreneuriat Marketing Management Ressources Humaines

GRAFITI.FR

Formations également ouvertes aux étudiants et aux demandeurs d'emploi

École de Management Strasbourg - 61, avenue de la Forêt-Noire - 67000 STRASBOURG - Tél. +33 (0)3 90 41 42 00 - contact@em-strasbourg.eu

Point Economique Numéro 271  

Magazine de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Strasbourg et du Bas Rhin. Edition de janvier 2009, dossier : Export

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you