Issuu on Google+

NO . 61 P RINTEMP S / 春 2 0 12

L e m agazine de la C ha m bre de C o m m e rc e e t d ’ I n d u s t r i e F r a n ç a i s e en C h i n e 

中国法国工商会季刊

www.ccifc.org Internet en Chine

par l’artiste pékinois Andelie Wang de l’agence G2 Studio

Internet en Chine 中国的互联网 L’entretien :

Li Hua, Le nouveau guide des IDE en Chine

Photo :

Li Zhensheng, le génie qui a photographié les « vents et nuages » de la Révolution Culturelle


Editorial

卷首语 Un internet différent, dynamique et innovant

Christian Roux CTO – Orange Labs Beijing

中国互联网: 与众不同,充满活力,创新进取 中国互联网发展的速度已经达到了大多数发达 国家的水平,互联网已经成为了人们生活不可或缺的 工具:电子商务非常活跃,许多微小型企业也应运而 生,越来越多的人使用微博类的服务来表达自己的 观点,智能手机普及率越来越高,移动互联网服务越 来越走进人们的生活…… 中国网民所处的互联网环境与欧洲和北美网民 所熟悉的环境大不相同。三个巨头主导着中国互联 网:提供搜索引擎服务的百度,集成社交和游戏的腾 讯,以及电子商务的领头羊阿里巴巴/淘宝。在这三巨 头后面还有很多其他的互联网企业诸如新浪,优酷, 搜狐等等。在中国,互联网是VC投资的主要领域之 一。与中国其他行业不同,中国的互联网企业几乎都 是由民营企业家创办经营的,并且其中很多企业已经 在美国上市。 中国互联网企业成长的“土壤”是非常特别的,一 方面中国政府设立了对互联网企业的监管机制(对社 交网络提供的服务和内容的控制),另一方面这个环 境也有很强的语言和文化特点。如果说腾讯,新浪, 优酷的发展是得益于Facebook, Twitter, Youtube无法 进入中国市场,那么百度和阿里巴巴/淘宝则是因为更 好的满足了中国网民的需求,从而赢得了与Google和 eBay的竞争。中国互联网企业所处的创新性竞争的独 特生态环境,使它们在开发新市场和新服务的过程中 不断推出带有创新的互联网服务和技术,世界上其他 国家和地区也将得益于这些服务及技术。 目前,中国互联网企业启动了主要针对日本及韩 国的国际化扩张步伐,这对于中国互联网的发展来说

既是机遇,也是挑战。

A l’instar de la plupart des pays développés, internet se développe rapidement en Chine et s’impose en outil indispensable au niveau des activités quotidiennes : e-commerce très utilisé et vecteur de création de nombreux micro-entreprises, nombreuses services de type microblog offrant une possibilité d’expression personnelle très populaire, forte progression de la pénétration des smartphones et des services mobile internet… Le paysage internet qui s’offre à l’internaute chinois est très différent de celui familier aux internautes européens et nordaméricains. Trois géants dominent : Baidu avec son moteur de recherche, Tencent avec son offre intégrée de réseau social et jeux et Alibaba/Taobao dans le domaine de l’e-commerce. Ils sont suivis de nombreuses autres entreprises telles Sina, Yukou, Sohu, etc. Le domaine internet représente l’un des principaux domaines des investissements « venture capital ». A la différence d’autres secteurs en Chine, ces sociétés ont été en quasi totalité créées et développées par des entrepreneurs privés, et nombreuses sont cotées en bourse aux USA. Ces sociétés se sont développées sur un terrain très spécifique caractérisé d’une part par des contraintes réglementaires (contrôle des services de réseaux sociaux et de contenu) et d’autre part des caractéristiques linguistiques et culturelles fortes. Si les acteurs locaux comme Tencent, Sina, Yukou ont pu bénéficier de l’inaccessibilité des services de Facebook, Twitter, Youtube en Chine pour se développer, d’autres acteurs tels Baidu et Alibaba/Taobao se sont imposés face à Google et eBay, en particulier grâce à leur meilleure réponse aux attentes des internautes chinois. La conjonction de cet écosystème spécifique et de la compétition à l’innovation que se livrent ces sociétés dans leurs poursuites de développements de nouveaux clients et de nouveaux usages est propice à l’émergence de nouveaux services et technologies qui ont la capacité de présenter des intérêts forts pour d’autres zones géographiques. L’expansion à l’international, initié par quelques sociétés, principalement au Japon et en Corée, représentent l’un des prochains challenges et opportunités pour l’internet chinois.

printemps 2012 / Connexions 3


Comité de Patronage

特别支持委员会

Le magazine de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine 中国法国工商会季刊 Numéro 61, Printemps 2012

Directeur de la publication Manuel Deleers Responsable de la publication Flore Coppin Rédacteurs en chef Renaud de Spens / Nicolas Sridi Graphiste Xie Bin Ont collaboré à ce numéro : Raphaël Balenieri, Laurent Ballouhey, He Feng, Patrice Nordey, Stéphane Pambrun, Pierre Tiessen, Emilie Torgemen. Comité de relecture : Commission communication de la Chambre Couverture Internet en Chine par l’artiste pékinois Andelie Wang de l’agence G2 Studio Publicité Pékin : Sophie Lavandier lavandier.sophie@ccifc.org Shanghai : Séverine Clément clement.severine@ccifc.org Chine du Sud : Alexandre Beaudoux beaudoux.alexandre@ccifc.org Connexions est édité par la CCIFC C/O UCCIFE 46 Av. de la Grande Armée. CS50071 75858 PARIS Cedex 17 Tél. +(33)1 40 69 37 60 Imprimé par Beijing Haoxin Advertisement Co., Ltd. 北京昊鑫广告制作有限公司 « Dépôt légal » : avril 2011 Numéro ISSN : 2116-3707

Toute reproduction même partielle des textes et documents parus dans ce numéro est soumise à l’autorisation préalable de la rédaction. La CCIFC décline toute responsabilité quant aux documents qui lui auraient été fournis, ou aux erreurs qui auraient pu échapper à son attention. Les propos tenus dans les articles n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

www.ccifc.org

4 Connexions / printemps 2012


no

38

Dossier Internet en Chine

2012年春 第61期

61 PRINTEMPS 2012

09

L’actualité business Chine

10

L’entretien

71

L’actualité de la Chambre

78

Magazine

Sommaire L’actualité business Chine 中国商务资讯 Actualité économique et financière  L’entretien 人物专访  Rencontre avec Li Hua, Avocate chez Gide Loyrette Nouel en Chine Le coin des experts  Dossier 专栏 Avant-propos : L’internet chinois reste à conquérir 

8 10 14

22 23 Introduction | 介绍  24 中国互联网的前世今生 26 Internet change la Chine  28 Communiquer | 沟通  30 La bonne stratégie selon Weibo30 Weibo pour les nuls31 « J’ai acheté un réseau social chinois » 32 Blogueurs et meneurs d’opinion  34 Une réglementation internet imprécise36 Marque et culture pop 38 Quel est le QI digital de votre entreprise ?  40 La pub en retard sur le net  42 Gloires et déboires sur Weibo  44 « PSA a créé son microblogue en une demi-journée » 44 前言:有待攻克的中国互联网

6 Connexions / printemps 2011

Vendre | 销售  48 2012, année du commerce « hyper connecté »  50 Les chiffres du commerce en ligne en 2011 50 Comment les Chinois consomment-ils en ligne ?  52 Mobile-commerce : la Chine bien placée  56 Tmall, le centre commercial de l’internet chinois  57 Tuangou ba ! L’achat groupé en Chine 59 Les cyber-révoltés du Tmall  60 Maîtriser | 技术  62 Pas facile d’héberger son site en Chine62 Des sites lents, lents, lents... 63 Censure Internet, entre ombre et lumière 64 Franchir la Grande Cybermuraille  66 L’actualité de la Chambre 商会简讯 L’actualité membres  Enquêtes partenaires 2012 Bilan de l’Assemblée générale 2012 L’actualité des antennes 

68 70 71 72

Magazine 杂谈 Wuhan : le centre du centre de la Chine… Photographie : Li Zhensheng Livres 

76 78 80


« A l’occasion du 20ème anniversaire de la Chambre, nous avons souhaité, plutôt qu’un exercice rétrospectif, jeter un regard résolument analytique et prospectif sur la Chine du XIIe Plan quinquennal en train de se construire, les secteurs porteurs et les perspectives qu’ils offrent pour les entreprises françaises. L’essor de la Chine et de l’économie chinoise, désormais la seconde du globe, est l’un des phénomènes majeurs du XXIe siècle. De nombreuses entreprises françaises se développent avec succès en Chine depuis plusieurs années. Cet hommage aux entreprises françaises en Chine, prendra la forme d’un livre qui sera un numéro spécial de notre magazine Connexions. » Annick de Kermadec-Bentzmann Présidente de la CCIFC

ConstruIsons le futur des entreprises françaises en Chine ! En devenant partenaire du livre, vous soutenez la première initiative du genre en Chine et vous offrez à votre société une visibilité exceptionnelle : pages dédiées à votre entreprise, articles rédigés par vos experts, couverture personnalisée….. Le livre - 200 pages - Beau livre cartonné - Impression : 5 000 exemplaires - Sortie : Automne 2012 Diffusion - en France : via notre partenaire Félix Torres Editions dans un réseau de librairies. - en Chine : un exemplaire offert à chaque membre de la CCIFC et à nos partenaires institutionnels.

Découvrez notre offre de partenariat sur : www.ccifc.org Contact : coppin.flore@ccifc.org


L’actu en bref Baromètre Les importations de vin en Chine en 2011 ont augmenté de 94% par rapport à 2010, soit un volume record de 1,27 milliard de dollars.

En janvier et février 2012 les IDE européens à destination de la Chine ont accusé une baisse de 33,3 %, à 906 millions de dollars, par rapport à la même période en 2011.

8 Connexions / printemps 2012

中国商务资讯 Les chiffres clés du trimestre Source AFP, China Daily

- 5,2%

C’est la baisse des profits des principales firmes industrielles chinoises durant les 2 premiers mois de 2012.

+ 10%

C’est l’augmentation du trafic aérien en 2011 dans les aéroports chinois. La Chine possède actuellement 180 aéroports et projette d’en construire 40 supplémentaires d’ici 2015.

L

a place financière de Paris étudie les modalités d’une utilisation de la monnaie chinoise par les grandes entreprises et les banques chinoises, a déclaré fin mars à Pékin le délégué général de Paris Europlace, Arnaud de Bresson lors du Comité France Chine.

© Imagine China

L’actualité business Chine

Assemblée Nationale Populaire : les prévisions de croissance chinoises ont été revues à la baisse à 7,5% pour 2012.

B

ientôt une « Brics Bank » ? Dans leur déclaration finale, à l’issue de leur 4ème sommet, les BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud, ont appelé à la création d’une institution financière, aussi surnommée « SouthSouth Bank ». Leurs ministres des Finances devront examiner la faisabilité de cette proposition.


Comité France-Chine 2012 de croissance, moins de ressources : quelles solutions ? »

Le 18ème colloque économique francochinois s’est tenu à Pékin du 26 au 28 mars 2012. Avec la participation de 600 entrepreneurs et experts et 25 entreprises françaises, le thème du séminaire de cette année était « Davantage de croissance, moins de ressources : quelles solutions ? ». Depuis 33 ans, le Comité France-Chine renforce la coopération franco-chinoise avec pour objectif d’attirer de nouvelles entreprises françaises pour élargir les champs de coopération. M. Raffarin préside le Comité depuis 2009.

© Paulo QI

«  Davantage

Jean-Pierre Raffarin lors de la conférence petit déjeuner organisée par la CCIFC durant le Comité France-Chine 2012.

Entreprises françaises en Chine Air France inaugure la première liaison entre l’Europe et Wuhan Depuis le 11 avril 2012, Air France opère une ligne régulière entre Paris-Charles de Gaulle et l’aéroport international de Wuhan Tianhe. Air France devient ainsi la première compagnie à proposer des vols directs entre Wuhan et l’Europe. Cette nouvelle liaison sera assurée à raison de trois vols par semaine opérés en Boeing 777-200ER.

Pierre Cardin : ouverture d’un 3ème restaurant Maxim’s en Chine Pierre Cardin a ouvert son troisième restaurant de la chaîne française Maxim’s en Chine, dans la province centrale de l’Anhui. Le restaurant Maxim’s de Paris, dans la capitale provinciale de Hefei, est le 11e établissement du groupe et le troisième en Chine, après l’ouverture de deux restaurants à Beijing en 1983 et en 2008.

Accor lance “Mei Jue”, sa marque d’hôtel de luxe chinoise Accor annonce le lancement d’une adaptation du concept Grand Mercure aux spécificités du marché chinois. Le premier “Mei Jue” a été inauguré à Shanghai (Zhongya), et Accor espère en gérer plusieurs dizaines dès 2015. Accor dispose déjà d’un réseau de 121 hôtels dans 47 villes de Chine et de Taïwan.

LVMH produira du vin rouge dans la province du Yunnan Moet Hennessy, le pôle d’activités vins et spiritueux de LVMH, vient de signer avec VATS, une entreprise chinoise spécialisée dans l’élaboration et la distribution de liqueurs, un accord pour développer un vignoble d’environ 30 hectares dans les montagnes du Yunnan qui produira d’ici à 4 ou 5 ans du vin rouge destiné au marché chinois.

Thales crée une nouvelle co-entreprise en Chine Thales a signé un accord de co-entreprise avec la société China Electronics Technology Avionics (CETCA) en vue d’intégrer les systèmes multimédia de bord TopSeries de Thales dans la cabine du nouvel avion de la COMAC, le C919 chinois.

www.asie.atelier.fr printemps 2012 / Connexions 9


L’actualité business Chine

中国商务资讯

© DR

L’ENTRETIEN

Le nouveau guide des IDE en Chine Avocate chez Gide Loyrette Nouel, ancienne du MOFCOM et tout juste nommée conseillère de la CCIFC, Li Hua revient pour Connexions sur le nouveau guide des investissements étrangers (IDE) en Chine en application depuis le début de cette année. Connexions : Les autorités chinoises ont publié récemment un guide des investissements étrangers qui vient remplacer l’ancienne version éditée en 2007. Quels sont les grands changements apportés par le nouveau Catalogue ? Li Hua : Globalement, je dirais que la nouvelle édition cherche à encourager une transition vers une manufacture plus haut de gamme, avec une plus forte valeur ajoutée, et à favoriser des secteurs jugés stratégiques comme les nouvelles technologies et les services. Le catalogue classe les secteurs en 3 catégories, à savoir encouragés, restreints ou interdits, avec des impacts sur la fiscalité, les facilités d’implantation. Le nouveau Catalogue augmente les catégories encouragées et réduit celles restreintes ou interdites. Les industries d’économie d’énergie et de l’environnement, les technologies d’information de nouvelle génération, l’industrie biologique ; la manufacture d’équipements haut de gamme, l’industrie de nouveaux matériaux et l’industrie automobile à énergie nouvelle deviennent sept industries stratégiques pour la Chine. C : Le contexte actuel de crise en Occident a-t-il influencé les décisions des autorités chinoises ? Peut-on voir dans ce nouveau guide un changement d’at10 Connexions / printemps 2012

titude et d’approche vis à vis des entreprises étrangères ? L. H. : Ce catalogue est élaboré dans une vision de long terme pour le pays. Il s’agit d’ajuster et d’optimiser la structure économique en fonction du développement local beaucoup plus qu’en fonction de la conjoncture internationale. Pour faire face à la crise actuelle, les autorités prendront, selon moi, d’autres mesures plus spécifiques et efficaces. Après 30 ans d’ouverture tout azimut, la Chine a accumulé les réserves les plus importantes du monde et recherche moins des capitaux que des technologies et du savoir faire. Elle met donc en place une politique plus sélective sur les investissements étrangers dans ce sens tout en resserrant l’attractivité du pays pour des projets jugés moins intéressants, en particuliers polluants, gourmands en énergie et peu innovants. A noter qu’il existe des différences régionales et que les restrictions susvisées sont relâchées à l’Ouest dans le cadre de la « Go West Policy ». C : Quels sont les impacts concrets pour les entreprises étrangères, en particulier françaises ? L.H. : Tout dépend des secteurs d’activités. Pour les grands groupes français que j’assiste dans l’énergie, le traitement de l’eau ou l’aéronautique, les impacts sont

assez faibles car la Chine favorise toujours leur développement local. De surcroît, si les sociétés françaises sont implantées dans l’un des secteurs stratégiques, elles pourraient bénéficier également d’une politique plus avantageuse. En revanche, la production d’automobiles classiques n’est plus encouragée dans le nouveau Catalogue. Cela veut dire que les entreprises françaises en Chine dans le secteur automobile ne bénéficieront plus d’avantages fiscaux, d’exonération des droits de douanes pour l’importation d’équipements pour leurs propres usages et l’obtention des autorisations pour s’implanter sera nettement plus difficile. De manière générale, ces entreprises auront donc plus de mal à s’implanter ou à accroître leur capacité de production existante en Chine. Pour d’autres secteurs polluants, gourmands en énergie, peu innovants et intensif en main d’œuvre non qualifiée qui passent sous les régimes restreints ou interdits, c’est directement la capacité à s’implanter et l’augmentation du capital qui est touchée sauf à choisir des implantations dans les provinces de l’Ouest. C : Plus globalement, L’UE s’inquiète des limitations d’accès aux marchés chinois, en particulier les marchés publics, et envisage d’imposer des restrictions si la Chine n’assouplit pas sa position. Comment analysez-vous cette situation ? L. H. : Il s’agit de tensions qui doivent être résolues dans le cadre des relations bilatérales UE-Chine et au sein de l’OMC car Pékin n’a pas signé dans le protocole d’accord pour une ouverture totale de tous ses marchés, en particulier publics. Il est vrai que l’accès aux appels d’offre de l’Etat chinois n’est pas toujours très transparent, surtout au niveau des autorités locales et provinciales. Mon sentiment est néanmoins que la Chine a fait de grands efforts pour ouvrir son marché aux investissements étrangers, y compris dans des secteurs assez sensibles, tels que les secteurs bancaire et de l’assurance. La Chine a ouvert presque la totalité de ses manufactures industrielles et la majorité de ses services. En revanche, la Chine reste prudente et mène une politique d’ouverture progressive qui correspond à la capacité d’adaptation de son système. Propos recueillis par Nicolas Sridi

•


printemps 2012 / Connexions 11


L’actualité business Chine

中国商务资讯

李华,中国法国工商会顾问 李华,法国基德律师事务所合伙人, 曾就职中 国商务部,现任中国法国工商会顾问。她再次 接受《联结》采访,就今年年初开始实施的新 修订的《外商投资产业指导目录》(以下简称 新《目录》)发表评论。 《联结》:中国政府近期发布了新《目录》, 《目录》(2007年修订版)同时停止执行。 新《目录》中最大的变化是什么? 李华:从广义上来讲,我认为新《目录》鼓励 重点发展具备更高附加值的高端制造业,支 持高新科技和服务类的战略性新兴产业。 《目 录》通常将产业分为鼓励类、限制类和限制等 三类,在税收优惠和准入条件等方面存在一 些差异。而新《目录》增加了鼓励类条目,减 少了限制类或禁止类条目。具体来说,节能环 保、新一代信息技术、生物、高端装备制造、 新能源、新材料及新能源汽车产业将成为中国 七大战略性新兴产业。 《联 结》:西方的金融 危 机的大背景 是否 会对中国政府的决策产生影响?新《目录》 是否能看出中国政府对外国企业态度或方 式发生新转变? 李 华 :新《目录》主要着眼于中国的长远发

12 Connexions / printemps 2012

展。它更多强调根据中国当地经济发展的需 要,而非仅仅根据国际经济形势来调整和优 化经济结构。在我看来,为应对当前的金融危 机,中国政府会采取其他更有效的应对措施。 经历了三十年的全方位改革开放,中国积累世 界第一的外汇储备,相对资金而言,技术和专 业技能会更让中国心动。因此,中国政府开始 采取更有选择性的外商投资政策,对于一些 不太感兴趣的项目,比如,高污染、高能耗,技 术含量比较低的项目提高准入的门槛。需要注 意的是在中国各个区域发展仍存在不平衡, 在“西部大开发”政策支持下,中国西部地区 对这类限制有所放宽。 《联结》: 那对于外资企业,尤其是法国企 业,有什么具体影响呢? 李华:这取决于法国企业具体所从事的产业 领域。对于我们提供过法律服务的一些能源、 水处理或者航空领域的大集团来说,影响应 该相对比较微弱。总的来说中国还是支持这 些企业在中国本土的发展。此外,假如法国企 业涉及的领域属于战略性新兴产业,则能够享 受更优惠的政策支持。 相反,汽车整车制造在新《目录》中不再属于 鼓励类项目。也就是说在华的汽车整车制造

类法企不再享受税收方面优惠政策,即自用 设备进口减免关税政策以及外资企业设立过 程中作为鼓励类的项目可以享受一些便利条 件。通常而言,汽车整车制造企业要进入中国 或者扩大现有产能的难度会更大。对于其他 高污染和高能耗、,缺乏创新,劳动力密集型 的行业,除非选择在西部地区投资,否则,有 可能进入中国的门槛就会大大提高, 可能会 受限,甚至被禁止。 《联结》:从更广义的角度来讲,欧盟为进 入中国市场尤其是公共市场的准入条件颇 为担忧,假如中国不缓和立场,欧盟可能会 考虑采取一些限制措施。您 对上述情况如 何看? 李华:我想这类的问题应该通过中国和欧盟 双边关系加以解决。因为北京在世界贸易议定 书中并没有承诺完全开放中国所有市场,特别 是公共市场。诚然,中国政府尤其是地方政府 层面对公共项目的招投标程序有时还不够透 明。 然而,我个人的看法是,中国在对外商投资的 开放度,包括敏感产业,如银行和保险的行 业的开放也是有目共睹的。中国几乎所有制造 业和大多数服务产业对外资都相当开放。但 中国始终谨慎地采取渐进式的开放方式,使其 与制度适应能力保持同步。


printemps 2012 / Connexions 13


L’actualité business Chine

中国商务资讯

LE COIN DES EXPERTS Les Groupes de Travail (GT) et conférences organisés par la Chambre sont des lieux privilégiés de partage d’expériences et de production de réflexion sur les différents secteurs d’activités des entreprises françaises en Chine . Retrouvez les informations sur les GT de la Chambre sur notre site www.ccifc.org

Revue économique des PME : partager pour mieux aborder 2012 et échanger pour se donner confiance Alors que les PME peuvent parfois se sentir isolées dans leur réflexion sur l’activité économique, le dernier groupe de travail PME de Pékin a réuni une vingtaine de petites et moyennes entreprises, nouvelles sur le marché chinois ou déjà bien implantées, qui ont échangé sur leurs principales préoccupations et les perspectives 2012. Si chaque secteur a ses problématiques spécifiques, plusieurs tendances se dégagent sur l’activité des PME françaises en Chine. Deux problématiques essentielles ont été soulevées : le développement du réseau commercial et la gestion des ressources humaines. En 2011, de nombreuses PME ont choisi d’investir massivement dans leur force commerciale. Si les investissements peuvent sembler lourds, et parfois difficiles à justifier auprès de la maison mère française, ils sont indispensables pour développer une force commerciale fidèle et de qualité. Le choix entre vendre directement ou passer par un ou plusieurs intermédiaires est une question récurrente pour les PME, notamment au début de leur implantation. De nombreuses entreprises choisissent de démarrer en ayant recours à des intermédiaires mais

14 Connexions / printemps 2012

préfèrent ensuite développer leur propre réseau commercial, afin notamment de récupérer directement la relation client et les marges associées. L’autre principal sujet de préoccupation des PME concerne leurs ressources humaines, en particulier le recrutement et la formation des collaborateurs. De nombreuses PME ont besoin de recruter

« Deux problématiques essentielles ont été soulevées

: le

développement du réseau commercial et la gestion des ressources humaines.

»

des ingénieurs et consultants très spécialisés dans leurs domaines d’activités. Or ce sont souvent des profils rares qu’il peut être difficile d’attirer dans une PME française. De plus, les salaires demandés connaissent une forte croissance, qu’il devient difficile de suivre pour une petite entreprise.

La difficulté d’obtenir des financements, soit venant de France soit en obtenant des prêts en Chine, est également un frein au développement des PME en Chine. Alors que les fournisseurs demandent de plus en plus à être payés en avance, les besoins de trésorerie des PME sont souvent très élevés. Les garanties demandées par les banques chinoises sont très importantes et restreignent l’accès au crédit des PME pour développer leur activité Les questions de propriété intellectuelle, de relation client-fournisseurs et de réglementation ont également été évoquées. Dans l’ensemble, le début de l’année 2012 se présente déjà de manière plutôt positive pour les PME présentes au groupe de travail, qui sont, dans l’ensemble, optimistes. Pour beaucoup, la Chine représente l’un de leurs principaux relais de croissance et les investissements pour conquérir le marché chinois sont donc importants. L’évolution de la situation économique dans le monde et en Chine sera un facteur clé pour la santé des PME françaises.

Compte-rendu du GT PME organisé à Pékin en février 2012, par Guillaume Bernard (Bernard Controls), et Olivier Rème (Clasquin), coordinateurs.


L’actualité business Chine

中国商务资讯

Quand la Chine part à la conquête du monde, A Capital lance le DRAGON INDEX™ DRAGON INDEX™ est le nouvel indice de référence mesurant le degré d’internationalisation des entreprises chinoises.

Même si les investissements chinois à l’international (ICI) sont d’une actualité brulante, comme en témoignent l’investissement de CIC dans GDF Suez, ou les transactions concernant Putzmeister ou Club Med, aucune étude ne permet une analyse cohérente avec les chiffres officiels et les bases existantes. A CAPITAL a donc lancé le DRAGON INDEX™ mesurant l’internationalisation des 1000 groupes chinois. Cet 969 765 indice publié trimestriellement mesure la 2001 2002 2003 part des ICI par rapport au PIB. A 1000 points en 2001, année de l’entrée dans l’OMC, l’indice a clôturé à 2015 points en 2011. En 10 ans, la part des ICI a doublé par rapport au PIB, alors que le montant absolu a été exactement multiplié par 10, de 6,8 milliards à 68 milliards de dollars. D’où toute la pertinence du DRAGON INDEX™, mesurant à la fois cette tendance de fond mais relativisant certaines craintes infondées d’un prétendu ‘tsunami’. La remarquable croissance des ICI de 2007 à 2010 coïncide avec la stratégie d’internationalisation du 11ème plan 2007-2011. On note que les ICI ont ralenti en 2011, probablement en raison d’une prudence face à des marchés volatils, une refocalisation - souhaitable ! – sur des sociétés performantes, mais donc disputées, et enfin de la chute des investissements à destination des Etats-Unis.

16 Connexions / printemps 2012

L’Europe attire les investissements chinois L’Europe malgré la crise des dettes souveraines reste à la pointe mondiale dans de nombreux domaines technologiques (biens d’équipements, technologies environnementales, nouveaux matériaux), correspondant à la quasi-totalité des 7

dustrie en croissance de 44%. Que 36% du total ait été investi dans les Services en Asie est un excellent indicateur avancé des tendances futures. L’intérêt croissant de la Chine pour les secteurs à forte valeur ajoutée, la technologie et les marques, se fait dans le cadre de coûts croissants, d’envolée de la consommation domestique, et de mutation du modèle chinois le 2250 2069 2015 1873 long de la chaîne de 1583 1295 1239 1500 valeur. Cette évo944 878 A CAPITAL DRAGON INDEX = lution stratégique Outbound investment stock 750 GDP va contribuer à 2004 2005 2006 accélérer les inves2007 0 2008 2009 2010 2011 tissements chinois en Europe et dans secteurs identifiés comme stratégique le monde. En reprenant une croissance dans le 12ème plan chinois. Secteurs similaire à la période 2007-2010 A CAPIauxquels il faut rajouter les marques, au TAL estime que le DRAGON INDEX™ cœur de la croissance de la consomma- devrait atteindre 4400 points en 2016 tion. soit 800 milliards de dollars d’investisseEn analysant opération par opération les ments chinois supplémentaires au niveau différentes transactions, A CAPITAL a mondial dans les 5 prochaines années. pu identifier les tendances clés suivantes : Ce n’est donc absolument pas un tsu- L’Europe est devenue la principale desti- nami mais bien une lame de fond qui nation des ICI en 2011 avec près de 10,4 présente de nombreuses opportunités que milliards de dollars, soit 34% du total les entreprises françaises et européennes 2011, bien devant l’Asie (27%) et l’Amé- doivent saisir. rique du Nord (21%). - Les entreprises privées sont très actives André Loesekrug-Pietri et Grégory et leur part a augmenté en valeur de 17% Van Bellinghen, A Capital en 2010 à 28% en 2011. Plus d’information sur - L’investissement dans le secteur tradi- www.acapital.hk et tionnel des matières premières reste do- www.AcapitalDragonIndex.com minants mais en baisse avec 51% en 2011 contre 61% en 2010, avec la part de l’in-


软文广告

© DR

Publireportage

18 Connexions / printemps 2012


软文广告

Le luxe à la française Christophe LEBO, LE BO COUTURE : Christophe Le Bo souhaite avec son nouveau projet sur Shanghai, proposer bien sur ses collections couture et mariage réalisés à Paris à une clientèle chinoise haut de gamme mais aussi leur proposer des services sur mesure et un environnement de différents produits «à la Parisienne» très exclusif et issu d’un artisanat français très recherché aujourd’hui. Anne SEVERIN, DS Avocats : Nous faisons le constat, en accompagnant des enseignes dans le secteur du luxe que les consommateurs chinois sont avides d’un luxe de plus en plus original, exclusif et personnalisé. Afin de répondre à ces nouvelles exigences qui ont été parfaitement intégrées par la maison de couture LE BO, nous avons préconisé l’établissement d’une filiale détenue de manière exclusive et dédiée à cette activité. La marque LE BO a bien entendu été préalablement enregistrée en Chine par la maison mère et ne sera licenciée qu’à la filiale, dans un premier temps. Le concept Christophe LEBO, LE BO COUTURE : Les contrats de partenariats sont en cours de finalisation, nous ne pouvons encore les divulguer mais il s’agit de maisons exclusivement françaises, excellentes dans leurs domaines d’activité tels que la mode, la joaillerie, la décoration florale, la maroquinerie, Anne SEVERIN, DS Avocats : Afin de garantir la parfaite cohérence du concept, la maison LE BO propose des contrats de partenariats qui vont donner une parfaite visibilité à chacune des marques de luxe. Ces marques vont ainsi profiter du concept tout en valorisant l’originalité de leurs produits, dont certains seront nouveaux en Chine, la difficulté résidant dans la réconciliation au niveau contractuel des différents univers des marques.

L’évènementiel Christophe LEBO, LE BO COUTURE : Christophe Le Bo a déjà travaillé en évènementiel sur les marques Le Bo Couture et Le Bo Mariage pour les défilés à Paris et à l’étranger ou lors de grands évènements comme le Festival du Film de Cannes. Anne SEVERIN, DS Avocats : Notre cabinet, déjà engagé dans l’assistance de sociétés dans le secteur de l’organisation de salons et d’évènements était prédisposé à accompagner la maison LE BO dans le développement de cette activité dont nous connaissons parfaitement les spécificités. La sélection de notre cabinet en tant que partenaire juridique exclusif de la Région Rhône Alpes sur l’Exposition Universelle de Shanghai en 2010 en a été l’exemple le plus pertinent. Le choix de Shanghai Christophe LEBO, LE BO COUTURE : Le choix de Shanghai est le choix d’une ville dans laquelle de nombreuses marques de luxe sont déjà représentées et qui pourra donnée un visibilité forte à notre concept et à nos partenaires Anne SEVERIN, DS Avocats : Shanghai a été conçu comme un point de départ, le concept ayant vocation d’ être reproduit en Chine dans d’autres villes avec ceux des partenaires qui y seront intéressés et de nouveaux partenaires potentiels. DS, disposant de bureaux à Pékin et Canton pourra assister de manière pertinente la maison LEBO au-delà de Shanghai et notre expertise en matière de franchise, notamment acquise lors de l’accompagnement de plusieurs enseignes de prêt à porter française et espagnole, permettra d’envisager un développement structuré et rapide. Un concept qui a vocation à être décliné hors de Chine Christophe LEBO, LE BO COUTURE : le concept du mariage et du luxe à la française est un concept que nous allons

Publireportage

déployer hors de Chine. Tous les enseignements que nous pourront tirer de cette première expérience nous seront très utiles. Anne SEVERIN, DS Avocats : L’ambition de la maison LE BO dépasse les frontières chinoises. Notre cabinet sera donc en mesure de l’accompagner dans son expansion asiatique où il assiste déjà un grand nombre d’entreprises européennes et asiatiques notamment au Vietnam et à Singapour, pays dans lesquels DS a implanté des bureaux ou encore en Inde où DS est présent via un partenariat avec un cabinet local.

Activités : DS conseille ses clients depuis 25 ans en Chine dans tous les domaines du droit des affaires, avec une expertise en droit des sociétés, des fusions-acquisitions, droit du marché et de la distribution, droit fiscal et douanier, droit du travail, droit de la propriété intellectuelle. Historique : DS Avocats, crée en 1972, associé depuis plusieurs années à des cabinets espagnol, italien, belge et allemand, compte parmi les 20 plus importants cabinets d’affaires français. Implanté en Chine depuis 1986, titulaire de la licence officielle d’avocats étrangers à Pékin, Shanghai et Canton, DS Avocats est également le cabinet français le mieux représenté en Asie. Collaborateurs : En Chine 40, dans le monde 200 Autres bureaux : Beijing, Guangzhou Dans le monde : Paris, Lyon, Bordeaux, La Réunion, Bruxelles, Barcelona, Milan, Düsseldorf, Tunis, Buenos Aires, Hanoi, HoChiMinh Ville, Singapour

printemps 2012 / Connexions 19


no

6 1 Printemps 2 0 1 2 

2012年春 第61期

Dossier 专栏 Avant-propos : L’internet chinois reste à conquérir 

22 23 Introduction | 介绍  24 中国互联网的前世今生 26 Internet change la Chine  28 Communiquer | 沟通  30 La bonne stratégie selon Weibo30 Weibo pour les nuls31 « J’ai acheté un réseau social chinois » 32 Blogueurs et meneurs d’opinion  34 Une réglementation internet imprécise36 Marque et culture pop 38 Quel est le QI digital de votre entreprise ?  40 La pub en retard sur le net  42 前言:有待攻克的中国互联网

20 Connexions / printemps 2012

Gloires et déboires sur Weibo  44 « PSA a créé son microblog en une demi-journée »  44 Vendre | 销售  48 2012, année du commerce « hyper connecté »  50 Les chiffres du commerce en ligne en 2011 50 Comment les Chinois consomment-il en ligne ?  52 Mobile-commerce : la Chine bien placée  56 Tmall, le centre commercial de l’internet chinois  57 Tuangou ba ! L’achat groupé en Chine 59 Les cyber-révoltés du Tmall  60 Maîtriser | 技术  62 Pas facile d’héberger son site en Chine62 Des sites lents, lents, lents... 63 Censure internet, entre ombre et lumière 64 Franchir la Grande Cybermuraille  66


Dossier

专栏

Avant-propos

© Imagine China

L’internet chinois reste à conquérir

Yao Chen, la star de Weibo (voir p. 31).

Si la croissance du pays ralentit doucement et que certains doutes peuvent émerger sur la pérennité du “modèle chinois” actuel, internet est clairement un secteur pour lequel l’enthousiasme est le seul sentiment raisonnable. Non pas qu’il soit d’accès facile : la maturation rapide de l’outil et l’émergence de nouveaux supports comme les téléphones intelligents et les tablettes ont entraîné une complexification importante des stratégies qui rend obsolète une partie de la culture réseau des entreprises. Mais les perspectives ouvertes par la banalisation des comportements internet en Chine sont très séduisantes, de la communication de marque au commerce en ligne en passant par la consommation d’applications a-localisées. Quelle personne morale présente sur le marché chinois peut désormais par exemple faire l’économie d’un site internet sinophone, voire ne pas être présente sur les réseaux sociaux du pays ? Cependant, il ne faudrait pas avoir l’illusion que l’on peut s’arrêter là ; ce media est devenu exigeant. Auparavant, le manque de professionnalisme dans ce domaine était faiblement sanctionné, et cette relative tolérance a fait perduré des mauvaises pratiques dans les entreprises, qui envisagent encore souvent internet comme un gadget, ou s’y

engagent à reculons et sans faire l’effort d’acquérir les compétences nécessaires en ressources humaines. Maintenant, la maîtrise de l’outil est non seulement une question de survie, mais peut devenir aussi une valeur ajoutée clef, voire une condition de succès. Chacun des maillons de la chaîne est presque aussi important, de l’hébergement au positionnement sur les moteurs de recherches, même jusqu’à l’acquistion d’un nouveau style de langage et de communication, plus direct, plus personnel, plus libre. Et malgré les progrès de la mondialisation, pratiquement chacun de ces maillons possèdent en Chine des caractéristiques locales qui nécessitent un savoirfaire particulier. Ce dossier de Connexions propose de faire le tour d’horizon le plus complet possible du sujet, du contexte et des tendances des réseaux chinois jusqu’à leurs caractéristiques les plus techniques, en passant par les nouvelles stratégies de communication et la vente en ligne. Dans tous ces domaines, il s’est efforcé de présenter les spécialistes les plus pointus, les chiffres les plus remarquables et les analyses les plus pertinentes. Voici les clefs de l’internet en Chine. 

Renaud de Spens, rédacteur en chef

Les Groupes de travail Digital & IT Telecom de la CCIFC GT Digital & IT Telecom de Shanghai Le groupe de travail Digital & IT Telecom fédère la communauté des responsables IT, Télécoms et Digital au sein des entreprises membres et au-delà à travers des conférences sur des sujets transverses et des réunions du groupe de travail sur des sujets techniques précis. L’objectif est de partager leurs expériences sur des problèmes communs liés aux spécificités

22 Connexions / printemps 2012

techniques, opérationnelles et juridiques du secteur IT Telecoms en Chine.

économique, le partage d’expérience, la rencontre avec des fournisseurs et l’aide à l’implantation. En 2011, les thèmes aborCoordinateurs : Franck Van Caenegem (Sino French Life Inc dés ont couvert : comment gérer votre Co), Nicolas Berbigier (Xanadu) internet et messagerie en Chine, les solutions sms, lancer un site internet pour les GT IT Telecom de Pékin consommateurs chinois, etc. Ce GT a pour objectif de créer un réseau entre les acteurs du monde IT Telecom Coordinateur : en Chine pour favoriser l’intelligence Arthur Hamon (IP-Label)


Internet en Chine 中国的互联网 前言 有待攻克的中国互联网 国家经济增长缓慢,中国当前的发展模式的持续性受 到质疑,不过互联网显而易见会成为倍受追捧的行业。并 非因为进入门槛低:工具快速成熟,新型支持工具崭露头 角,智能电话和平板电脑让战略复杂化,一部分关于企业 配置的网络文化便过时了。而是在中国,从品牌宣传到本 地化应用消费,再到网络营销,网络普及所展开的前景是 吸引人的。 在中国市场的哪个公司今后能够免于创建中文网站, 甚至不加入中国的社会网络?然而,不应该抱有幻想的认 为我们仅止步于此;这个媒体工具变得苛刻起来。该领域 过去缺乏专业性,几乎未受到制约。这种相对的宽容性让 一些差的应用长存于企业中,仍然经常将互联网看作新事 物,或倒退性的参与进去,并不努力提高人力资源方面的 必要能力。现在,掌握工具对于最谨小慎微的人来说是 一个存活问题,对于开拓先锋者来说是一种核心附加值, 甚至是成功的一个条件。 链 条 的 每 个 环 节都 很 重要,从 搜 索引擎 的 连 接 到 定 位 ,甚 至 到 一 种 新 的 语 言 和 通 讯 工 具 的 采购,更 直接,更 人性化 ,更自由。尽管全 球化 取 得了一定 成 绩,实 际 上 在中国,每 个 环 节 都 拥 有 一 些 本 土 特点 ,需 要 特 殊 的 专 有 技 术 来 应 对。 本期《联结》让大家尽可能全面地了解相关主题,背景 以及中国网络发展的趋势,最技术化的特点,还有最新的 通信和网络营销策略。力求全方位的向大家展示最高端 的专家,最卓越的数据和最直接相关的分析。这便是中国

互联网的核心所在。 何诺 主编 printemps 2012 / Connexions 23


Dossier

专栏

Introduction

24 Connexions / printemps 2012


Internet en Chine | Introduction

中国的互联网 | 介绍

printemps 2012 / Connexions 25


Dossier

专栏 企业的网络公关

中国互联网的前世今生

标致雪铁龙集团清醒认识到社交

从上世纪末开始流行的各类校

歌,淘宝领先ebay,微博胜过twitter,

网络对于产品在市场营销,形象宣传,

园和网络论坛,到20 08-2010的以

等等;中国几大网站从外国同类网站

对外公关带来的新的挑战和机遇。如

facebook为原型的开心网和人人网,

中汲取灵感,但最终在将外国模式本

何利用旗下员工的职业社交网站的个

再到今天风靡一时的新浪微博,中国

土化的过程中,取得了在中国市场的领

人账户,来重组企业的数字宣传策略?

的网络社会的成长速度堪称惊人。

跑地位。

标致雪铁龙在看好企业宣传的前景的 同时,做为老牌跨国公司,首先想到的

互联网在中国有以下主要功能:

今天,随着智能手机,平板电脑等

首先,它的信息传播功能。这个功能的

各类微型终端的旺销,互联网的触角

发挥对中国目前的发展有着特殊的意

伸向越来越远的社会人群。我们可以

义。和西方不同的是,中华人民共和国

肯定,它将会带来深远的社会变革。但

成立之初,对信息的管制就被纳为公

同时,由于互联网的错综复杂,我们还

权力的重要一部分。毛泽东思想认为

无法对它未来的发展方向做出的准确

职业社交网络

所谓的自由媒体其实是被资本家和外

预测。也许现在我们应该做的,就是进

出人意料的人,职 业社交网络

国敌对势力所控制了的,只有将其国有

一步加深对现状的了解,特别是它正

在中国的领头羊并非是来自美国的

化,才能真正起到沟通党和人民群众

在孕育的商机,这也正是本期《联结》

LinkedIn,

的作用。互联网的异军突起,从根本

的主旨。

本土网站无极。在经过了5-6年的孕育

是保密原则等相关的安全隐患。 对Xiaoyan Hua-Schwab的专访描 绘出了详细的路线图。

而是和法国Viadeo联姻的

后,如果电子商务一般,职业社交网络

的技术层面打破这一局面,执政党的

近一两年呈现出爆炸式的发展。

传统管制方式面临破产。新浪微博副

电子商务

总经理许景阳在2012年2月16日在法国

中国网络消费者的总数已升至全

中国的“关系”文化根深蒂固,西

商会的讲座中提到:2011年中国重大

球第二,仅次于美国,而和其它金砖三

方舶来的职场文化则借助网络的推

的社会事件几乎全部是在微博上披露

国相比,中国则遥遥领先,甚至是在高

动正在中国攻城掠地,这两种文化如

和传播的。显而易见的是针对公共事

端消费品的市场。

何互动呢?无极的东家Viadeo的首席

做为网购平台,淘宝为消费者提

执行官Dan Serfaty强调在中国拓展业

供了最大的浏览,支付和送货的便利,

务,并非是为了成为世界第一,而是把

其次,互联网web2.0的互动功

但它和ebay相比,一大区别在于淘宝

中国当作业务发展的目的,希望通过优

能,给中国沉默的大多数提供了发表自

自带的聊天工具旺旺,保证了买卖双

质服务和本土化策略,在理解和吸收

己见解的空间。以前,无论是在家里,

方整个交易过程中的充分沟通,不但

中国文化的基础上,为推动中国职场

还是工作单位, “和谐”和“共识”是

让消费者心里感到踏实,而且还在消

的数字化服务。

主流价值观,个人的观点很难得到表

费的乐趣中增加了情感的交流,比如

达。如今,意见领袖利用网络的言论自

淘宝上买卖双方会以姐妹相称,和陌

由,发表有个性的见解,超越平庸的集

生人分享琐碎的日常经验,让人想到

体共识,他们的影响力正是中国社会个

那些原本是在家庭成员间共渡的亲密

新潮的网络产品

人主义崛起的佐证;

瞬间,但由于社会转型造成的家人天

在网络上的创业比传统的实业在

当然,还有社交网络固有的社交

各一方或者是代际间的鸿沟而缺失掉

手续上要简便的多,并且由于和受众的

功能:人们可以在网上呼朋唤友,联络

了,现在以另一种形式被找回,这无形

近距离,得到市场回馈也更加迅捷,使

出游或是聚餐,不过实名制的有限的

中增强了网购平台的凝聚力。

得整个创业周期大大缩短,这是网络

件,网民开始团结起来以求发挥更大 的影响。

应用限制了网络社交性的充分发挥。 值得一提的中国互联网的另一个 显著特征是它的内生性:百度先于谷

26 Connexions / printemps 2012

Ifop的Sophie Benchimol图文并茂 的分析了中国网购现状。

Dan Serfaty先生的专访通过数据 和个人的分析,阐述了以上的观点。

创业蓬勃发展的重要原因之一。 P1.CN是一家会员制网络俱乐部, 瞄准的是高端消费群体。网站的创始


Internet en Chine | Introduction

中国的互联网 | 介绍

人Sophia PAN女士看���未来奢侈品消

方打开Walkin手机应用程序,

费在中国的市场前景,希望为有消费

得到最近的店铺信息,内置的IN币使得

中国现有网民5.13亿,居世界第

能力的高端人士营造一个尊贵的消费

消费者能够马上享受到正在进行的优

一,比第二名美国(2.45亿)要高出一

环境,因此要得到网站的会员身份必

惠活动,消费的同时也进一步积累IN

倍多。

须首先得到邀请,随后通过审核。独特

币,享受其它的优惠。看来使消费成为

的会员吸收方式是网站的鲜明特色之

乐趣,不仅是门艺术,也是门技术。

就可以

电子 商务 2 0 1 1年 交 易 额 达 到 60亿人民币,比2010年增加了45%。 注册的买家为1 .9 亿,团购网站有

一。 Mobile now是一支应用程序和

关键数据

配套的产业创新

6 000多家。在网购领域各类平台上

网络游戏开发团队,凭借小团队,分

博立信(PARISHINE)广告公关公司

(C2C,B2C,B2B),淘宝都是不可争的领

散的办公地点和灵活的创意,要在互

适时推出社交网络推广业务,帮助品牌

联网的这口锅里分得一杯羹。负责人

设立社交账户,发布即时信息。Lili Ren

百度和谷歌是中国两大搜索引擎,

Thomas Meyer为我们分析了为什么手

通过观察,总结了几条有用的经验,例

共占据市场的95%,其中百度领先谷

机通讯产品的旺销会带来消费和娱乐

如发表有个性的言论,及时回复,密集

歌,搜索总量是谷歌的4倍。

方式的转变,以及这一转变给他的团队

发布,建立和意见领袖的联系,同时不

中国社交网络蓬勃兴起,注册账户

带来的生存和发展空间。

要忘记要说实话,即使是在网络的虚拟

已达4.5亿。新浪微博女王姚晨的粉丝

空间里。

为1 500 000,韩寒博客的点击率约为

Christophe Devillers创立的Walkin 网站正是在消费方式转变下推出的一 个很有创意的网站。消费者在任何地

跑者。

552 000 000。

而这些仅仅是个开始。

printemps 2012 / Connexions 27


Dossier

专栏

Internet change la Chine Les tendances de la toile chinoise dessinent une Chine plus ouverte et plus libre, à la fois menace pour les entreprises faiblement communiquantes, et opportunité pour les plus pionnières. Internet en Chine, peut-être encore plus des réseaux. qu’ailleurs, c’est d’abord une formidable C’est d’abord sur le plan de l’information accélération de l’histoire qui bouleverse le que l’émergence de l’internet en Chine est quotidien. Il y a à peine quelques années, une révolution, bien plus grande encore Weibo n’existait pas, Facebook venait à qu’en Occident. En effet, depuis 1949, le peine de démarrer et n’était pas encore contrôle de l’information fait partie de banni du pays, et certains fronçaient les l’essence du pouvoir chinois : dans la docsourcils quand on leur parlait des débats trine lénino-maoïste, la presse “libre” est sur l’internet sinophone ; ils doutaient que suspectée d’être en réalité contrôlée par le les internautes chinois soient représentatifs capital ou des puissances étrangères, et il ou qu’ils puissent contribuer significative- importe donc de la nationaliser pour qu’elle ment aux évolutions de ne devienne qu’une courla Chine. roie de transmission entre Encore aujourd ’hui, « Internet le Parti et les masses. pour un observateur et la perte La facilité de la diffusion extérieur et statique, les du monopole de l’information sur interstatistiques brutes des net fragilise les fondeétatique de réseaux chinois peuvent ments de cet édifice. sembler trompeuses : l’information Malgré ces efforts répéle taux de pénétration ont déjà tés de contrôle, il est clair d’internet dans la popu- définitivement que l’Etat a déjà en partie lation chinoise n’avoisine perdu la main. modifié les que les 40%, alors qu’il Ainsi, les premiers mots dépasse 70% en Occi- rapports de de l’intervention du resdent. 40%, c’est le niveau force en Chine.» ponsable de la branche de 2004 en France, une produit d’affaires chez époque où l’on parlait de Weibo, Xu Jingyang, lors “fracture” ou de “fossé” numérique. Pour- de la rencontre sur les media sociaux orgatant, la comparaison n’est pas exacte. La nisée par la CCIFC à Pékin le 16 février 2012, structure clanique de la société chinoise ont été pour rappeler que les plus grandes (on trouve toujours un cousin ou une rela- affaires médiatiques qui ont passionné tion pour se faire prendre un billet d’avion les Chinois en 2011 sont nées sur la platesur internet par exemple, même si on n’a forme de microblogue de Sina, de l’accipas d’ordinateur) couplée à la forte péné- dent ferrovier de Wenzhou au scandale de tration des téléphones mobiles jusque la Croix Rouge. Et quelques jours après, un dans les campagnes les plus reculées fait des dirigeants du groupe, Charles Chao, a que pratiquement toute la Chine utilise ou publiquement mis en garde le gouvernediffuse déjà, directement ou indirectement, ment contre le coût humain et financier des des services ou des informations du réseau mesures de contrôles qu’il tente d’imposer.

28 Connexions / printemps 2012

janvier

février

mars

avril

Guo Meimei : Cette jeune femme s’était vantée sur Weibo d’avoir de hautes responsabilité au sein de la Croix Rouge chinoise et postait des photographies de ses voitures de luxe et de ses sacs de marque. Cela a engendré l’un des plus grands scandales de l’année en Chine. Les 3 cadres amateurs de Photoshop : Ces fonctionnaires avaient voulu se donner une image active en prétendant s’être rendu quelque part grâce à photoshop. Ils ont été découverts et moqués sur Weibo.

Mort de Ben Laden

C’est aujourd’hui Weibo qui hiérarchise les du nombre de message les mentionnant. 

Internet et la perte du monopole étatique de l’information ont déjà définitivement modifié les rapports de force en Chine, et cela ne pourra que s’amplifier dans l’avenir. Outre cette influence politique, l’internet en Chine ébranle les traditions de la société chinoise. Le web 2.0 permet l’expression d’opinions et d’idées personnelles souvent réprimées dans les familles ou les unités de travail, où l’harmonie et le consensus sont privilégiés. Cela engendre une pensée chinoise plus complexe, plus libre, et l’émergence de nombreuses individualités au dessus du groupe (voir les articles dans les pages suivantes mentionnant les KOL, Key Opinion Leaders, les nouveaux meneurs d’opinion). Une autre conséquence inattendue du phénomène est le rapport aux inconnus, traditionnellement plus “étrangers” qu’en Occident. Internet, et des services de téléphonie mobile comme Weixin, donnent aux Chinois le grand frisson de pouvoir dialoguer et de rencontrer


Internet en Chine | Introduction juin

juillet

Lai Changxin : Enfui de Chine en 1999 pour échapper à des poursuites pour corruption, Lai Changxin avait trouvé refuge au Canada. Il a finalement été extradé en juillet 2011, sous la promesse qu’il ne serait pas condamné à mort.

août

septembre

octobre

novembre

décembre

Yueyue : L’infortunée petite fille écrasée à Foshan dans l’indifférence des passants a bouleversé les consciences chinoises. Zhuang Xiuhua : Les larmes de crocodile de la directrice de Da Vinci, une entreprise de meubles contrefaits et vendus comme des importations italiennes amusent les weibonautes.

Yao Ming : Le fameux basketteur chinois a pris sa retraite, ce qui a suscité plus d’un millions 200 milles posts sur weibo.

©KCIS

mai

中国的互联网 | 介绍

actualités chinoises. Ci-dessus, les personnes les plus commentées sur Weibo en 2011, à l’échelle

aujourd’hui un compte Twitter ! Ces transformations remettent en questions les pratiques de communications traditionnelles des entreprises, et peuvent occasionner certaines inquiétudes : mon entreprise doit-elle ouvrir un compte Weibo, comment l’alimenter, par qui ? N’en doutons pas, cette évolution est de nature darwinienne et permettra d’éliminer de nombreuses mauvaises habitudes. Si l’on veut éviter de finir dans le “Jurassic Parc” des affaires, il faudra faire une croix sur le narcissisme des communiqués de presse verbeux et creux destiné à plaire à la hiérarchie et non au public et l’amateurisme en communication, et sur le contrôle centralisé de l’information. Mais ceux qui comprendrons avant les autres comment tirer parti de cette dé-hiérarchisation et de ce recentrage vers l’individu et l’intelligence collective se feront des places au soleil. Le train de la révolution internet chinoise est en marche, sautez dessus ! 

今天,微博让中国的新闻报道等级化。根据被提及的信息数量统计,以上是2011年7月微博热评度最高的人物。

Renaud de Spens

des personnes avec qui ils ne sont pas en système de “relations” (关系 guānxi) : c’est parfois même aujourd’hui une activité du même ordre que la pratique d’un sport, se traduisant dans le monde réel par l’organisation de repas, de voyages, de randonnées... Vers toujours plus d’informations, de liberté Si ces tendances vers plus d’informations, de liberté, d’individualité, et d’interconnexions sont bien établies et sont là pour durer, il est plus difficile de prévoir quels seront les services phares de demain, ainsi que le rappelait l’analyste Olivier Ruel invité le 13 janvier à une autre rencontre organisée par la CCIFC à Pékin et intitulée “Face aux media chinois”. Aujourd’hui, Weibo, la plate-forme de microblogue de Sina, née en juillet 2009, est en position dominante, ayant relégué à l’arrière plan les réseaux sociaux à la Facebook comme Renren et Kaixin qui avaient connu leur heure de

gloire de 2008 à 2010, et la culture des blogues et forums qui s’était imposée dans la première partie des années 2000. Mais l’émergence d’un nouvel hégémon est toujours possible, et l’expansion du marché des “téléphones intelligents” et des tablettes est sans doute à surveiller de près pour tenter de repérer les outils qui s’imposeront demain. De plus, le régime aura probablement de plus en plus de mal à continuer de maintenir ses blocages à la fois politique et protectionniste ; le coût, le peu d’efficacité, voire la “ringardise” de la “ Grande Cybermuraille” (voir p. 66) apparaissent de plus en plus, et tant les internautes que les réformateurs du Parti augmenteront probablement leurs pressions sur le nouveau Comité Permanent du Bureau Politique qui sera mis en place en octobre 2012. Même le “hussard rouge” Hu Xijin, le très loyal rédacteur en chef du Global Times, l’un des fers de lance médiatique de la défense du gouvernement, utilise

Pourquoi faire du e-commerce en Chine ? Pour prendre des parts de marché sur un segment en plein essor ! La croissance du e-commerce en Chine est tout simplement vertigineuse : 190 millions d’acheteurs en 2011 et des parts de marché ne sont encore à prendre. Fin 2011, il y’avait en France 1 004 sites e-commerce qui dépassaient les 10 000 commandes par mois, et ce nombre continue de croître mois après mois. En Chine, il n’y pas encore 500 sites qui atteignent ce pallier. Nous sommes en pleine course, et les champions seront désignés dans 3 à 5 ans ! Hacene Taibi, THEM 

printemps 2012 / Connexions 29


Dossier

专栏 et de l’éphéméride des informations dominantes du moment, et de transformer une communication occasionnelle en une gestion quotidienne. Presque toutes les sociétés qui engrangent aujourd’hui le plus de succès sur Weibo s’y sont enregistrées dès le début, et il est clair que le soutien de leurs équipes dirigeantes pour cette nouvelle forme de communication a également beaucoup joué. On pourrait aussi donner trois conseils de stratégie : le premier est d’employer du temps et de l’intelligence pour observer ses consommateurs sur Weibo ; le deuxième est de démultiplier la communication en utilisant la bi-plateforme Sina portail et Sina Weibo, afin d’ajouter de la profondeur et du volume ; le troisième est de profiter de Weibo pour entretenir l’image de marque par l’accumulation de fans et de réputation. © DR

Communiquer

Xu Jingyang, interviewé lors de la conférence de la CCIFC Pékin du 16 février 2012. 2012年2月16日中国法国工商会北京研讨会召开之际,许景阳接受了采访。。

La bonne stratégie selon Weibo Xu Jingyang, directeur général adjoint de Sina Weibo, explique à Connexions comment son service peut être utilisé par les entreprises. Connexions : Quels conseils donneriez-vous aux entreprises désireuses de monter dans le train Weibo ? Xu Jingyang : Il est d’abord nécessaire

ne retrouve pas dans les autres media de communication. C’est en premier lieu une plate-forme qui vit en temps réel, ce qui n’autorise que des temps de d’avoir un cadre qualifié pour gérer l’en- réponses très brefs. En second lieu, les semble de la communication Weibo. Il entreprises doivent constamment animer ne s’agit pas simplement de poster des des campagnes, qui restent en ligne au informations institutionmoins 24h, pour obtenelles sur l’entreprise, il nir des fans (abonnés) faut faire vivre le micro- « Suivre en temps et de la renommée de blogue avec personnali- réel les effets marque. Enfin, la derté et fraîcheur. Ensuite, il d’une politique nière clé de la réussite s’agit aussi de savoir prosur Weibo, qui peut de communication fiter des outils de suivi apparaître à première et l ’ ajuster en de Weibo pour pouvoir vue paradoxale pour évaluer en temps réel les conséquence. » un media au rythme si effets d’une politique de rapide, est la maîtrise de communication créative la continuité. C’est cette et de l’ajuster en conséquence. Il faut continuité qui permet d’attirer l’attention également comprendre que Weibo pos- fragmentée des clients potentiels, de sède des caractéristiques propres qu’on s’affranchir des contraintes du calendrier

C. : Quels sont les services spécifiques offerts par Sina Weibo aux entreprises ? X J.Y. : Pour l’instant, il y en a deux : Sina Weibo Entreprise et Weibo Ads. Sina Weibo Entreprise est une variante gratuite du service de microbloque classique qui permet de donner une visibilité spécifique aux sociétés et qui rajoute quelques fonctionnalités de gestions de compte et de groupes. Il y a déjà plus de 130 000 entreprises qui se sont déjà enregistrées, dont des marques globales comme Coca-Cola, Starbucks ou Pizza Hut. La Banque des Marchands de Chine utilise par exemple pas moins de 159 comptes Weibo pour sa communication. Il existe aussi un service de publicité dédié, Weibo Ads. Une nouvelle version de ces deux outils a été mise en place en avril, avec notamment comme innovations un système de statistiques graphiques et une API pour permettre des échanges avec d’autres applications de l’entreprise.

C. : Quels nouveaux développements peut-on attendre de Weibo ? X J.Y. : Dans le futur proche, Sina va notam-

ment se pencher sur la problématique de la bi-plate-forme (microblogue + portail) et des multi-terminaux, pour pouvoir permettre aux entreprises de lancer des campagnes de communication complètes avec Sina. Il entend également encore faciliter la coopération avec le développement d’applications tierces. 

Propos recueillis par Renaud de Spens 30 Connexions / printemps 2012


Internet en Chine | Communiquer

中国的互联网 | 沟通

1 6

2

3 4 5

8

7 La page Weibo de Yao Chen a plus de 19 millions d’abonnés.

Weibo pour les nuls 1 Données personnelles On peut choisir le nom qu’on veut sur Weibo, à condition qu’il ne soit pas déjà pris. Poussé par les autorités, Weibo demande aussi de plus en plus un numéro de portable pour établir une “identité vérifiée”, symbolisée par un petit “v” à côté du nom. Le genre est représenté par une icône, et le lieu de résidence du weibonaute est également indiqué. On peut aussi ajouter une courte phrase de présentation. 2 L’avatar et la charte graphique Il y a ceux qui mettent leur véritable portrait, ceux qui préfèrent des dessins et ceux qui expriment un engagement. On trouve également un certain nombre de weibonautes qui prennent des photographies de top-modèles en avatar avec pour but de séduire afin d’acquérir de nombreux abonnés ; c’est notamment la stratégie des fameux “zombies”, comptes ouverts par des officines de communication afin

d’obtenir de maximiser l’impact de campagnes internet. La charte graphique, couleurs et image de fond, est personnalisable, mais elle sera par défaut rose pour les femmes, et bleue pour les hommes ! 3 Le nombre de comptes suivis Après avoir choisi ses données personnelles et l’apparence de sa page, la première étape de l’utilisation de Weibo est de trouver des comptes à suivre. Quand on est abonné à un compte, tout ce que ce compte poste se retrouve en page d’accueil. C’est donc par ce moyen que l’on obtient des informations sur Weibo. Pour organiser ces contacts, il est conseillé de les classer dans des catégories personnalisée (par exemple : media, amis, francophones, etc.).

Le nombre d’abonnés (ou “fans”) Ce sont tous ceux qui suivent un compte. Avec plus de 19 millions de fans, l’actrice Yao Chen (dont la page sert d’illustration supra) est probablement la microblogueuse la plus suivie au monde. 4

姚晨的微博拥有1900万粉丝

5 Le nombre de posts sur son compte C’est une indication de l’activité d’un microblogue. Cela peut être une création originale, une retransmission ou un commentaire d’un autre post. Certains microblogueurs envoient plus d’un post par heure. Considérer un post par jour comme le minimum pour “exister” sur weibo et faire croître la masse de ses abonnés. 6 Le bouton “ajouter” Cliquez dessus pour suivre un compte. 7 Les posts En dessous de chaque post se trouve un bouton “transmettre” (转发), qui permet de le reposter sur son propre compte (avec éventuellement quelques mots de présentation) et un bouton “commenter” (评论), qui affiche les commentaires déjà postés et permet d’en ajouter. 8 Les derniers comptes suivis ajoutés Quand vous avez trouvé un contact intéressant, n’hésitez pas à aller regarder les comptes qu’il suit, vous en trouverez certainement à ajouter à vos propres contacts. R. d. S.

printemps 2012 / Connexions 31


Dossier

专栏

« J’ai acheté un réseau social chinois » Dan Serfaty, PDG de Viadeo est parvenu par l'acquisition de Tianji à être à la tête du numéro un des réseaux sociaux professionels en Chine. Connexions : Quelles sont les spécificités des réseaux professionnels sur Internet en Chine ? Dan Ser fat y  : Les réseaux so ciaux

sont en moyenne plus jeunes (25 à 40 ans) que nos membres occidentaux, la plupart appartiennent à la classe intermédiaire et connaissent actuellement un réel succès supérieure. Ils sont également à un stade en Chine. La plupart des réseaux sociaux dans leur carrière où ils ont quelque chose se situent dans la sphère personnelle et à offrir à leurs pairs, une valeur ajoutée, se concentrent sur le divertissement, les et sont également désireux de construire discussions informelles ou le chat. Dans ce des relations, ce qui donne de la valeur contexte, les internautes à notre site. La qualité chinois sont aujourd’hui « Les et le dynamisme de nos à un stade où ils se professionnels membres, des contacts demandent ce qu’ils qu’ils vont générer fait éprouvent peuvent faire concrède Tianji un réseau tement avec un réseau d’abord le besoin social professionnel de social. valeur. Enfin, la façon d’établir une Et les réseaux sociaux relation amicale de faire du business est professionnels, tels que culturellement très difTianji, qui permettent avant de pouvoir férente en Chine. Les de faire du business, sont conclure des professionnels en Chine une réponse à ce besoin affaires. » éprouvent d’abord le ! Par ailleurs, ce n’est que besoin d’établir une redepuis très récemment lation amicale avant de que les internautes chinois commencent pouvoir conclure des affaires ensemble. à communiquer leur véritable identité Ils doivent mieux se connaitre et discuter sur ​​internet, et cette nouvelle tendance a par exemple de leurs intérêts communs. été largement stimulée par une maturité Ensuite, les affaires pourront suivre. Et grandissante dans l’usage des réseaux cette différence culturelle se reflète dans sociaux. la façon dont les membres chinois font du Concernant les spécificités chinoises par business sur Tianji. Nous proposons ainsi rapport à l’Europe - Si l’on compare nos à nos membres la fonction « business membres européens sur Viadeo à nos poke ». membres chinois, nous pouvons voir C : La Chine est-elle un tremplin pour que Viadeo que nos membres sont représentatifs devienne numéro Un mondial ? du dynamisme du marché professionnel D. S. : La position de numéro 1 en Chine et économique et de la croissance de est en soi une position clé ! Nous sommes l’Internet dans chaque pays. Nous avons clairement leader en Chine grâce à Tianji ainsi plus de 9 millions de membres sur et ce devant quelques autres petits acTianji notre plate-forme locale chinoise. teurs locaux. Nous avons une très forte Nous renforçons cette position de leader avance et quand on bénéficie d’un tel chaque mois avec plus de 500 000 nou- avantage sur un marché à fort potentiel veaux inscrits. Nos membres en Chine qui grandit si vite, l’idée est de mettre

32 Connexions / printemps 2012

le paquet. Nous sommes ainsi passés à une nouvelle phase en Chine : nous allons essayer de répliquer une partie du modèle et donc du succès que nous avons connu en Europe. Après l’acquisition de membres, et la génération d’une activité importante sur le site grâce à des services différenciants, nous cherchons aujourd’hui à monétiser cette audience, soit par de la publicité, soit en offrant des outils spécifiques aux recruteurs chinois qui pourront ainsi utiliser Tianji pour recruter.

C : Comment utiliser les réseaux professionnels en Chine aujourd’hui ? D. S. : Il n’y a pas vraiment de méthodes à conseiller puisque la façon de faire du business et de gérer ses relations est profondément culturelle. Nos membres chinois sont ainsi plus susceptibles d’aller échanger sur les forums de discussion et partager des événements que leurs homologues européens. En bref, en matière d’usage des outils sur les réseaux sociaux pro, la proposition de valeur est la même partout en Chine comme en Europe – nos membres désirent tous établir des contacts business - mais le chemin pour y accéder est différent. Le phénomène, cependant, est en pleine mutation. Les réseaux sociaux professionnels ont ainsi pris plus de temps à démarrer, mais la croissance récente est impressionnante. On peut faire une analogie avec l’histoire du marché du e-commerce en Chine. Aux États-Unis, Ebay et Amazon ont connu un succès important dans les années 1990. Alors qu’en Chine, les sites d’ecommerce viennent à peine de prendre leur envol. Il a fallu un temps d’adaptation pour que ce marché explose en Chine. Et ce que vient de connaître cette industrie est assez similaire à ce qui ce se passe aujourd’hui sur le marché des réseaux sociaux pro en Chine. Dans les trois prochaines années, il y aura un boom des réseaux sociaux professionnels en Chine. Nous visons ainsi avoir plus de 18 millions membres sur Tianji d’ici la fin de cette année et plus de 35 millions fin 2013.

Propos recueillis par Flore Coppin lors de la conférence de la CCIFC Pékin du 16 février 2012.


Internet en Chine 中国的互联网

printemps 2012 / Connexions 33


Dossier

专栏

Blogueurs et meneurs d’opinion A l’heure des microblogues en 140 caractères, certains continuent à utiliser les blogues traditionnels avec des articles plus longs encore lus et commentés par des millions d’aficionados.

Han Han La voix insolente des « Post-80 »

 A 28 ans, ce shanghaien d’origine se donne encore des allures de jeune rebelle adolescent. Cheveux mi-longs, collier de surfeur, pantalons serrés… Han Han surveille son look. Celui que l’on pourrait à première vue confondre avec de nombreux chanteurs pop à la mode est pourtant l’un des esprits les plus frondeurs de sa génération, les « post-80 » ; ces jeunes Chinois de moins de 30 ans, nés pendant l’ère Deng Xiaoping. Auteur d’une quinzaine de romans – dont le premier « San Chong Men », écrit à 17 ans s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires –, Han Han est, selon les avis recueillis, « un provocateur », « un insoumis », « un résistant ». « Il s’oppose au modèle que tente d’imposer notre société », résume un admirateur sur le site sina.com, portail qui héberge le blog de Han Han, l’un des plus consultés du web chinois (plus de 500 millions de visites). En décembre dernier, il signait un billet remarqué sur la démocratie et la liberté appelant en substance à ne pas bousculer les choses : pas de révolution mais des réformes progressives. Un ton qui a déçu ses lecteurs habitués à ses coups de griffes contre les élites qu’il juge « corrompues », la censure, le nationalisme, etc. L’artiste Ai Wei Wei s’est lui même étonné du ton de Han Han qui selon lui, ne fait qu’étaler des « clichés » sans proposer de regard critique sur la situation de la Chine actuelle… http://blog.sina.com.cn/twocold 34 Connexions / printemps 2012

Li Chengpeng une parole forte en faveur de la démocratie Ecrivain, journaliste au Chengdu Commercial Daily, ce quadra diplômé de littérature est un homme de conviction. « Il est proche du peuple », défend une de ses lectrices, pékinoise. L’un de ses post les plus célèbres a été son analyse en mai 2011 de l’assassinat d’un policier municipal par un marchand de rue, un certain Xia Junfeng. Il publie en moyenne 5 articles par mois sur sina.com. Il est par ailleurs célèbre pour ses enquêtes sur les coulisses du foot chinois. http://blog.sina.com.cn/lichengpeng  



 




 Li Yinhe Pour la reconnaissance des LGBT La célèbre sexo logue – véritable por te-parole des lesbiens, gay, bi/ transsexuels chinois – ne mâche pas ses mots sur son blog (133ème rang du sina.com – 180000 visiteurs/mois). Elle y aborde sans tabou tous les sujets liés à la sexualité, à l’éducation, au mariage, à la place des femmes, etc. Li Yinhe se prononce également sur des sujets de société liés à la démocratie participative et à certaines politiques décidées par Pékin. http://blog.sina.com.cn/liyinhe

Chai Jing Journaliste de cœur Ex-animatrice de «   Xin Wen D ia o Cha » (News Probe) sur CCTV, Chai présente aujourd’hui l’émission de société « Kan Jian » et tient un blog professionnel (en moyenne 500 000 visites/mois). Chai a su y traiter des sujets de fond sur les travailleurs migrants, le SRAS ou encore les conditions de vie des mineurs. http://blog.sina.com.cn/chjguancha Lang Xianping, l’économie à la portée de tous Diplômé de l’université de Pennsylvanie, aujourd’hui professeur à l’université chinoise de Honk-Kong, Lang est connu pour être un économiste vulgarisateur. Attirant plus de 250 000 personnes sur son blog chaque mois , ce taiwanais d’origine a été désigné en 2010 par plus de 300 000 internautes comme l’une des 10 personnalités les plus influentes du web chinois. Il est connu notamment pour avoir décrypté sous l’angle macroéconomique de nombreux sujets liés à des affaires de corruption, à l’éducation, etc. http://blog.sina.com.cn/jsmedia

Pierre Tiessen


Internet en Chine | Communiquer

中国的互联网 | 沟通

© Imagine China

L’internet chinois peut-il être coupé demain ?

Le gouvernement chinois a imposé début avril trois jours de désactivation de la fonction “commentaire” sur les microblogues, officiellement pour enrayer les “rumeurs” ; de nombreux fonctionnaires locaux se plaignent de plus en plus que les polémiques sur weibo “les empêchent de travailler sereinement”. Le régime peut-il s’inquiéter au point de prendre des mesures encore plus radicales comme la fermeture des

microblogues, voire la rupture totale avec l’internet mondial, comme l’Iran prévoit de le faire en août 2012 ? Suite aux émeutes de juillet 2009, la province du Xinjiang avait bien été privée d’internet pendant de long mois, tout comme certaines régions de peuplement tibétain début 2012. Pourtant, la quasi-totalité des spécialistes estime  ce risque “impensable”. En premier lieu, la culture du Parti ne serait pas tant de détruire que d’occuper l’information, affirment des blogueurs libéraux chinois comme Michael Anti,

ancien journaliste au New York Times. Il imagine mal que le pouvoir chinois ait envie de se couper un vecteur de communication. En second lieu, cela fait déjà une douzaine d’années qu’internet est devenu l’un des nouveaux moteurs de la croissance chinoise, rappellent la plupart des acteurs du secteur. Un retour en arrière serait donc complètement irréaliste, car la ruine économique qu’il entraînerait dépasserait de beaucoup d’éventuels bénéfices politiques. Renaud de Spens

printemps 2012 / Connexions 35


Dossier

专栏

© Imagine China

Les réglementations spécifiques selon les secteurs

Une réglementation internet imprécise Dans la plupart des pays les évolutions de la technologie et du commerce devancent souvent le droit. Le Chine ne fait pas exception. Un labyrinthe réglementaire Les autorités ont un large pouvoir discrétionnaire concernant l’application des règles, et émettent souvent des directives internes, non publiées. Un autre problème réside dans les compétences croisées des diverses autorités gouvernementales et leur propension à formuler des règlements qui relèvent de façon marginale de leurs attributions. Les autorités qui ont le pouvoir de réglementer les divers aspects de l’internet en Chine sont le Ministère de l’industrie des technologies et de l’information (MIIT), L’Autorité des films, de la radio et de la télévision (SARFT), le Ministère du Commerce (MOC), l’Administration générale de la presse et des publications (GAPP), l’Administration de l’industrie et du commerce (SAIC), le Ministère de la sécurité publique (MPS), le bureau de l’information du Conseil des Affaires d’Etat, le Ministère de la publicité et le Ministère de la culture. Parmi ces autorités, le MIIT joue un rôle essentiel. Sa fonction est de réguler le commerce électronique et le secteur de l’internet en général. Restrictions pour les IDE D’une manière générale, le secteur de l’internet est très réglementé et donc peu favorable aux investissements directs 36 Connexions / printemps 2012

étrangers (IDE). Le Règlement de 2002 régissant les entreprises de télécommunication à capitaux étrangers précise que toute entreprise de télécommunication à capitaux étrangers («FITE») doit prendre la forme d’une coentreprise à capitaux mixtes et doit être autorisée à fournir des services de télécommunication à valeur ajoutée («VATS»). Conformément aux engagements de la Chine dans le cadre de l’OMC, les investisseurs étrangers peuvent toutefois détenir jusqu’à 50% du capital. La procédure d’approbation des FITE est longue et complexe. A ce jour, seule une douzaine de sociétés spécialisées dans l’internet a été approuvée par le MIIT. Afin de contourner ces restrictions, un modèle a été mis en place, qui consiste à créer des sociétés offshore (parfois introduites sur des bourses étrangères) et à mettre en place un cadre contractuel avec un opérateur chinois qu’elle contrôle ainsi indirectement. Ce modèle dont la légalité est assez contestable a cependant été éprouvé par de nombreux investisseurs depuis les années 2000, sous l’œil bienveillant du MIIT.

Kevin Guo, Partner, TransAsia Lawyers Emmanuel Meril,  Special Counsel, TransAsia Lawyers

Médias et divertissements en ligne Bien que cela ne soit pas expressément interdit dans tous les cas, il est en pratique quasiment impossible de créer une FITE dans le secteur des médias et des divertissements en ligne. Des modèles alternatifs basés sur des relations contractuelles sont donc le plus souvent mis en place. Commerce électronique Le secteur du commerce électronique a connu un assouplissement récent. Depuis 2010, les ventes en ligne sont considérées comme une extension permise des activités d’une société de négoce. Dès lors, une société de détail peut vendre en ligne sans approbation spécifique du MOC. Il en est de même des sociétés de gros, si elles vendent en ligne aux professionnels. Une société qui n’exerce que du commerce sur internet doit toutefois obtenir l’approbation du MOC au niveau provincial. Par ailleurs, il faut noter que les pures plateformes de commerce (telles que Taobao) sont assujetties au régime nettement plus strict des VATS supervisé par le MIIT. Réseaux sociaux Les réseaux sociaux se sont considérablement développés en Chine et posent des problèmes évidents aux autorités chinoises qui y voient un outil susceptible de fomenter des troubles sociaux. Ainsi, Facebook et Twitter sont bloqués en Chine. Le marché est actuellement dominé par les acteurs nationaux, tel que Weibo (équivalent chinois de Twitter), compte tenu de la quasi-impossibilité de créer une FITE dans ce domaine et du blocage des réseaux sociaux étrangers. (Voir cependant l’interview de Dan Serfaty page 32).


Internet en Chine 中国的互联网

printemps 2012 / Connexions 37


专栏

© DR

Dossier

« Le printemps ? Rien à faire... », cette publicité de Vancl utilise le bloggeur Han Han (voir page 34), avec un slogan qui surfe sur la 凡客发布顺应文化反堵的韩寒最新广告辞“有春天,无所谓” contre-culture contemporaine.

Marque et culture pop Construire son image sur l’internet chinois suppose de bien connaître les nouvelles cultures populaires. Les médias sociaux en Chine sont un es- dialogue mené localement. Afin de piloter pace extrêmement complexe, en particu- la communication, il faut établir des trames lier pour les entreprises étrangères. Com- de communication qui correspondent aux ment en effet trouver sa place dans un histoires que les marques veulent commuunivers où la complexité des plateformes niquer et les insérer dans des contenus qui se conjugue à celle des usages pour créer correspondent à ce que les internautes un environnement difficile à naviguer pour locaux aiment consulter, commenter, des marques occidentales ? partager, recréer… Les internautes sont Cette complexité nécessite un change- devenus des amplificateurs et les marques ment fondamental ne peuvent plus penser d’organisation des en« Les internautes en terme d’émetteur treprises pour pouvoir unique : le message est émerger dans le digital. sont devenus des maintenant tout autant Exploiter les supports amplificateurs la propriété des interdigitaux et en particu- et les marques nautes. Les marques lier sociaux en Chine supdoivent aussi accepter ne peuvent plus pose en effet un ancrage qu’il ne soit plus possible penser en terme local de la marque bien de contrôler strictement plus fort que ce à quoi d’émetteur le message émis et renles marques occidentales forcer le pendant réactif unique. » sont habituées. Cet ande leur stratégie de comcrage local implique une munication. localisation accrue du message, une meil- En lien avec l’idée d’ancrage local, on asleure compréhension des attentes con- siste à une accélération sans précédent de sommateur et une transition d’un modèle la culture populaire en Chine, ces dernières de communication « push » souvent dirigé années. Ce phénomène avait commencé depuis les sièges sociaux à un processus de bien plus tôt dans les pays occidentaux 38 Connexions / printemps 2012

avec l’émergence de contre-cultures et de courants alternatifs souvent portés par des marques. L’émergence d’une « pop culture » ayant pour support principal les médias digitaux rend plus important le côté contextuel des communications digitales de marque. En somme, pour maximiser leur impact digital les marques doivent appliquer prêter attention à différents aspects. Localiser et contextualiser son message  Avec les médias digitaux, les marques engagent un dialogue sur une échelle jusqu’alors inédite avec leurs clients chinois. Ce dialogue ne peut se mener que sur la base de messages cohérents et ancrés dans des thèmes résonnant auprès du consommateur local. Starbucks est l’une des marques parvenant le mieux à créer du contenu localisé ayant notamment récemment très bien capitalisé sur le nouvel an chinois via la promotion de hashtags liés à cet événement. Créer du contenu de qualité  Les retransmissions (retweets) représentent plus de 60% du contenu partagé sur Sina Weibo. Les marques doivent adopter une


Internet en Chine | Communiquer logique média de création et de curation de contenu. La marque de joaillerie iDo a construit sa stratégie Weibo autour des thèmes de l’amour et du mariage. Mettre le consommateur au centre Le web en Chine est un espace d’expression personnelle, de construction d’identité et les internautes chinois sont à ce titre extrêmement impliqués. Ainsi, les marques doivent mettre en avant, de façon contrôlée, le contenu créé par les consommateurs et leur donner des outils de construction de leur identité virtuelle (comme Louis Vuitton l’a fait avec son badge « LV » pouvant être obtenu sur l’application de géolocalisation Jie Pang). Il apparaît aujourd’hui qu’une forte présence dans l’univers digital et social est indispensable pour conquérir un consommateur chinois de plus en plus sophistiqué, connecté et exigeant. Pour les marques occidentales, l’effort est grand mais l’enjeu l’est tout autant.

Vladimir Djurovicj (LABBRAND) et Kevin Gentle (DAGOBERT)

中国的互联网 | 沟通

Renommée

Suivi Nombre de messages postés par l’entreprise sur Weibo

Fans / Abonnés

3500

250000

3000 200000

2500 2000

150000

1500

100000

1000 50000

500

0 l’Oréal

Air France

Guerlain

Cartier

Louis Vuitton

0 l’Oréal

Air France

Guerlain

Cartier

Louis Vuitton

Activité Comptes tiers suivis

300 250 200 150 100 50 0 l’Oréal

Air France

Guerlain

Cartier

Louis Vuitton

Le profil Weibo de 5 grandes entreprises françaises en Chine en 2011.

Comment dit-on courriel en chinois ? Bien qu’il soit en Chine très facile de se procurer des bases de données de prospection, les résultats en découlant sont généralement médiocres en raison de la qualité, ou plutôt du manque de qualité des données. En revanche, opter pour une stratégie d’acquisition intégrant toutes les étapes du cycle de vie des contacts, prospects ou clients, se révèle payant. La vérification de la qualité des données, ou ‘data quality,’ est le point de départ de cette stratégie. En effet, à quoi bon collecter une adresse email si elle n’existe pas ? Il est en outre nécessaire d’entretenir de bonnes relations avec les fournisseurs de services emails chinois (Netease, QQ, Sina…). Ceux-ci ont moins d’expérience et déploient moins de moyens techniques que leurs équivalents à l’étranger (Hotmail, Gmail, Yahoo…), rendant l’exécution de campagnes emails plus contrai-

gnantes et moins efficaces qu’en Europe ou aux Etats-Unis. D’après le Global Email Deliverability Benchmark Report publié par Return Path pour la seconde moitié de l’année 2011, en moyenne 76,5% des emails sont délivrés en boite de réception dans le monde, mais avec une grande disparité par pays : 91,1% en France, 64,5% au Brésil, et seulement 19,6% en Chine, où 3 sur 4 emails envoyés n’arrivent jamais à destination. Ce résultat s’explique là encore par le manque de maturité de la grande majorité des acteurs de l’emailing Et ne fait que necela respectant pascommencer. les « best practices » d’envoi d’emails, tant d’un point de vue technique que pour l’usage des données. Ajouter à cela une base de données non réactive, constituée d’adresses emails inexistantes ou de destinataires n’ayant pas demandé à recevoir le message risque d’activer les déclencheurs des fournisseurs de services emails, basés sur

les taux d’ouvertures, de hard bounces (adresses emails inexistantes) et de plaintes, ce qui peut mener à la non-réception des messages envoyés, et dans le pire des cas, à des blacklistages. En appliquant les segmentations adéquates et en ciblant les contacts en fonction de leurs données personnelles et comportementales, l’efficacité des campagnes emails et sms augmentent considérablement. En résumé, il est plus efficace de communiquer moins, mais en n’envoyant que des messages susceptibles d’intéresser le destinataire ; il est donc nécessaire de savoir à qui l’on adresse le message. Préférer la qualité à la quantité permet par la même occasion de réguler la pression marketing appliquée aux contacts et ainsi de conserver l’intérêt qu’ils portent à votre entreprise et vos produits. Benjamin BILLON, Splio 

printemps 2012 / Connexions 39


Dossier

专栏

Sur 100 grandes marques étrangères présentes en Chine, 20% des entreprises analysées par le think tank L2 n’ont pas traduit leur 数字营销智库think tank L2调查的进入中国的100个外国品牌企业里,有20%未将其网站翻译成中文。

Quel est le QI digital de votre entreprise ? Un critère pour évaluer les performances des entreprises dans l’utilisation des nouveaux médias internet en Chine. L’enjeu est de pouvoir auditer sa stratégie digitale et l’améliorer afin d’impacter plus fortement les consommateurs qui se font de plus en plus nombreux sur le Net. Le “Digital IQ” Le think tank américain L2 basé à New York a construit sur cette idée le concept de « Digital IQ ». Cette nouvelle approche, supportée par une méthodologie d’analyse et de mesure, a déjà permis de mesurer le quotient intellectuel digital de nombreuses marques dans le domaine de l’automobile,

40 Connexions / printemps 2012

de la santé, du luxe ou encore des services financiers aux Etats-Unis. On y apprend par exemple que sur 27 banques de détails et établissements de crédits américains étudiés seules 2 entreprises, American Express et Bank of America, atteignent le stade qualifié de « génie » avec score Digital IQ supérieur à 140. Ces résultats sont le fruit de multiples initiatives et collaborations innovantes avec des sociétés de jeux en ligne telles que Zynga, de géolocalisation des consom-

mateurs tels que Foursquare mais aussi Youtube, Twitter, iTunes et les applications mobiles sur iPhone. Parmi les derniers de la classe figurent HSBC, RBS ou encore Diners Club. A travers de nombreuses analyses, le think tank L2 montre également d’intéressantes corrélations avec les performances économiques des entreprises. Ainsi dans le domaine de l’automobile, les entreprises ayant un quotient digital élevé sont aussi celles qui enregistrent sur la même période des croissances de ventes supérieures à la moyenne de leur industrie. Les 100 marques au plus fort QI en Chine Récemment le think tank s’est attaché à classer 100 grandes marques étrangères présentes en Chine. Il apparaît par exemple que 20% des entreprises analysées n’ont pas traduit leur site web en chinois, le secteur des vins et spiritueux étant particulièrement à la traine avec 30% de sites web non traduits. Près de 40% de ces sites n’ont pas de fonction simple pour local-


中国的互联网 | 沟通

© DR

Internet en Chine | Communiquer

Calculez votre QI Digital

© Imagine China

Voici un exemple simplifié destiné aux marques et produits de grande consommation (ceci ne concerne donc pas les marques de luxe et premium). Répondez aux questions ci-dessous et additionnez les points pour obtenir le score total.

site web en chinois.

iser les magasins de la marque. Alors que la Chine dispose de près d’un milliard de personnes équipées d’un téléphone mobile (997 millions fin février 2012), seules 42 marques sur 100 ont développé un site ou une application mobile. Enfin, seules 10% des ces marques sont engagées dans le ecommerce, la majorité d’entre elles provenant de l’industrie cosmétique (6 marques sur les 13 que compte ce panel). Parmi les marques ayant le quotient intellectuel digital le plus élevé figurent Lancôme, BMW, Estée Lauder ou encore Audi. Parmi les derniers de ce top 100 figurent Yves Saint-Laurent, Bottega Veneta, Chopard, Franck Muller et de nombreuses marques de vins et spiritueux telles que Moët & Chandon, Dom Perignon ou encore Veuve Cliquot. A quand le « Digital IQ » dans le rapport annuel des entreprises cotées ? Certains s’y préparent déjà…

Patrice Nordey, CEO de L’Atelier (Shanghai) Ltd., Groupe BNP Paribas

Visibilité de la marque (sur un total de 45 points) • Visibilité « In-site » - Existe-il une version du site en chinois ? (oui : 10 points, non : 0 point) - Il y a-t-il une description des produits ? (oui : 5 points, non : 0 point)) - Le consommateur peut-il interagir : commentaire, forums, blogs, BBS, notations ? (oui : 5 points, non : 0 point) • Visibilité « off-site » - Il y a-t-il une présence sur les principaux portails (Sina, Tencent) ou dans les magazines en ligne ? (10 points) - Utilisez-vous des mots clés sur Baidu ? (10 points) • Visibilité « Mobile» - Il y a-t-il une application propre à la marque, de la publicité sur Smartphones ? (5 points) Efficacité du commerce en ligne (sur un total de 55 points) - Il y a-t-il un site propre à la marque ? (20 points) - Existe-t-il un site chinois, interactif (forum, communauté, BBS) - La marque a-t-elle un flagship store sur Taobao Mall ? (20 points)

- Il y a t’il une présence sur d’autres plateformes : 360 buy, Suning, Amazon, Vancl, Dangdang ? (15 points)

Calculez à présent votre score ! A quelle catégorie appartenez-vous ? 0-20 : faible 20-40 : chalengé 40-70 : Moyen 70-90 : Doué 90-100 : Génie P.N. L’Atelier (Shanghai) Ltd., Groupe BNP Paribas

Les 10 meilleures marques selon le classement Digital IQ Index de L2 Digital 1

Lancôme

2

BMW

3

Estée Lauder

4

Audi

5

Clinique

6

Mercedes-Benz

7

Clarins

8

Acura

9

Cadillac

10

Wuliangye

Source : L2 China IQ Index 2011, http://www.slideshare.net/ pokamoto/china-digital-iq

printemps 2012 / Connexions 41


Dossier

专栏

© Imagine China

l’ambition de construire rapidement un empire en achetant à prix fort des parts de marché pour rentrer en bourse, n’a pas incité les Baidu, Tencent, TaoBao, Sina et autres Sohu à répondre favorablement aux demandes répétées de transparences des marques traditionnelles venant de l’économie réelle qui ne représentent qu’environ 30% des investissements publicitaires sur internet. Vers une amélioration Les grands annonceurs comme P&G commencent à avoir les moyens d’imposer leurs conditions à certains medias, des acteurs tiers comme les “ad exchanges’ (place de marché en français) sont en train de faire leur entrée en Chine. Ce sont des plateformes technologiques qui optimisent l’achat et la vente d’inventaires sur de nombreux sites et qui agrègent toutes les données comportementales des internautes. Enfin, l’éclatement de la bulle e-commerce qui a alimenté une grande partie du trafic ces dernières années pourrait finir d’assainir le marché. Mais ces deux raisons exogènes ne devraient pas masquer deux grandes raisons endogènes à l’organisation marketing Le célèbre poète Du Fu de la dynastie Tang a fait le buzz sur Weibo pour l’anniversaire de nombreux annonceurs. de sa mort en mars dernier en étant photoshoppé par les weibonautes sous toutes Une part non mesurable les coutures. Les publicitstes se sont emprêssés de reprendre le buzz.  今年三月,在唐朝 Le fait que tout ou presque peut se mesur著名诗人杜甫诞辰纪念之际,杜甫图像遭微博控恶搞涂鸦,杜甫成为“微博红人”。媒体热炒“杜甫很忙”。 er dans la publicité internet ne veut pas dire que tout doit se mesurer. Et souvent, trop de mesure tue la mesure. Entre les pages vues, les clicks, le coût par click (sur cible / total), les visites de site, le temps « Les portails passé sur chaque page, les transacchinois manquent ème tions, etc., il n’y a de transparence pas une mesure et ne permettent mir a cl e p o ur pas aux tout le monde, La publicité sur internet ne représente que annonceurs d’installer leurs pro- annonceurs de et chaque an9% des investissements totaux en Chine, pres « cookies » et de mesurer nonceur doit mesurer par euxalors qu’avec 26 milliards de dollars aux la quantité et la qualité du trafic déterminer préEtats-Unis, elle en représente 18%. Et ce, généré. L’exagération du nombre mêmes le trafic cisément ce qu’il alors que le coût des spots à la télévision d’internautes déclarés sur les sites, généré. » at tend de s a est exorbitant et ne fait qu’augmenter, et des pages vues et des clicks soucommunication que la population active chinoise passe vent générés par des robots n’a pas aidé internet, en intégrant parfois des critères de plus en plus de temps sur internet. les marketers déjà frileux sur ce nouveau conjoncturels. Par exemple, une marque Un retard historique media à investir ce dernier en masse. de mode peut accepter d’avoir une enseiTout d’abord le manque de transparence Ensuite, l’affluence d‘annonceurs chinois gne qui ne gagne pas d’argent sur l’avenue historique des grands portails et verti- venus eux mêmes de la galaxie inter- Hua Hai à Shanghai, parce que la location caux chinois qui ne permettent pas aux net, pour la plupart des startups, avec d’un panneau publicitaire sur cette artère

La pub en retard sur le net

Le 3 marché publicitaire du monde reste encore sous investi.

42 Connexions / printemps 2012


Internet en Chine | Communiquer

« Les grands annonceurs comme

P&G

commencent a avoir les moyens

Les types de publicités en ligne les plus regardées en Chine (2011)

36.4% 28.8%

28.4%

28.4%

25.9%

21.9%

19.3%

18.4% 9.4%

9.4%

Ot he rs

40.1%

Ad si nV id eo St s at ic Im ag eA Flo ds at in gV id eo Ad s Ad si n An Em im ail at s ed Flo at in Po g pAd up s W in do w Ad s Te xt Lin kA ds Po sts Ad si Co n BB nt S ex t ua Em lT be ex dd tA ed ds Ad si n Ga m es

leur couterait entre 600 000 et 1 million de RMB par an. Autant avoir un magasin derrière le panneau ! Ce raisonnement est aussi vrai pour les sites de e-commerce. Ils ont une vocation à construire la marque, au delà de la vente immédiate. Surtout s’ils ont une activité réseau social liée au site. Les barrières traditionnelles entre les départements des entreprises tombent Plus fondamentalement, les développements technologiques dans des domaines aussi variés que la construction et la gestion de contenu des sites internets et mobiles, la portabilités et la transmissibilité des contenus (surtout vidéos), la saisie et l’analyse des données, le placement au-

中国的互联网 | 沟通

Source: DCCI, July 2011

En 2011, la publicité sur Internet a fait un bond de 60% par rapport à 2010 pour atteindre 51 milliards de RMB et dépasser pour la première fois les investissements sur les journaux quotidiens.

d’imposer leurs conditions a

»

tomatisé et simultané de messages différents sur des cibles différentes pour un même produit ou service, etc. ont fait exploser les barrières traditionnelles entre l’institutionnel, les ventes, le marketing et le IT, et les entreprises ont du mal a reconfigurer la distribution de leurs budgets pour faire travailler ensemble ces différents départements, mutualiser leurs investissements internet et mobile, et démultiplier leur visibilité et leur efficacité. Et même sur le seul département marketing, les grilles d’évaluation des medias et des outils de communication sont souvent restées extrêmement traditionnelles. Le « digital » est encore souvent un sous département avec un budget séparé, alors que c’est l’ensemble du logiciel communication interne et externe de l’entreprise qu’il faudrait repenser .

 

Vincent Digonnet, Président Asie Pacifique, Razorfish

© Imagine China

certains medias

Les vidéos en ligne, nouveau marché pour la pub  Le nombre de consommateurs de vidéos online va connaître une croissance phénoménale en 2012, grâce à la capacité accrue des bandes passantes et à la diminution de leur coût, mais aussi grâce à de nouvelles règlementations limitant le contenu et les sujets de certains programmes à la TV. Cela va conduire les annonceurs à transférer une partie de leurs budgets de la TV vers les vidéos online. A titre d’exemple, le programme télévisé phare « China got talent » en juillet dernier, sponsorisé par P&G (voir photo ci-dessus) a été regardé

par 34 millions de téléspectateurs, et par 30 millions d’internautes ! Quand on sait que le coût du contact pour les vidéos online est 80% moins cher que celui de la TV ! On remarque déjà une augmentation significative de la part des vidéos dans les supports publicitaires sur internet, et les « pre-roll ads » - ces publicités qui passent automatiquement lorsqu’une vidéo est lancée - ont déjà pris la tête des formats publicitaires devant les bannières, et représentent déjà 40% des clicks sur internet. V.D.

printemps 2012 / Connexions 43


Dossier

专栏

© Imagine China

une porte de réfrigérateur qui ferme mal et qui se plaint du service après-vente du fabricant. Il se trouve que le client est un écrivain qui compte des milliers de suiveurs sur Weibo.  La plainte est répercutée et soutenue par d’autres personnalités. La réaction de Siemens qui minimise puis essaie de réduire l’impact de la crise, avec notamment des faux commentaires Weibo ou des demandes aux journalistes de ne pas répercuter la nouvelle, excède les consommateurs qui s’estiment manipulés. Les manifestations deviennent physiques, des réfrigérateurs sont brulés devant le siège de Siemens. L’ampleur de la crise est telle que le PDG doit s’excuser publiquement et s’engager à réparer toute défection constatée sur l’ensemble des appareils. La difficulté à gérer ce genre de crise est la fiabilité de la rumeur. Plus les nouvelles sont choquantes ou destinées à dénoncer un scandale ou une injustice, plus elles se propagent sans aucun souci de vérification de la véracité des faits ou de l’information. La crise des réfrigérateurs Siemens en septembre 2011 est à l’origine initiée par un Key Chaque individu agit comme un relais 2011年9月的西门子冰箱危机是由微博上的某个关键意见领袖引发的。 Opinion Leader sur Weibo.  d’opinion mais il n’est tenu ni à l’éthique, ni au souci de vérification d’un professionnel. Aux faits, parfois infondés ou déformés, s’ajoutent l’ampleur et la rapidité, échappant à toute tentative de maitrise ou de contrôle. Sur Weibo, les informations sont transmises en ligne en temps réel 24/7. Elles peuvent se transformer à chaque minute qui passe et à chaque message posté. Une Plate-forme d’expression individuelle, Wei- compte Weibo, débutant ainsi une réac- étude récente a révélé que le nombre de bo est aussi le creuset et l’amplificateur des tion en chaine et démarrant des débats messages postés dans les dix crises marumeurs pouvant atteindre la réputation qui sont ensuite repris à leur tour dans les jeures observées sur Sina Weibo et QQ des marques et des entreprises. Entre lib- média traditionnels. Avec un en 2011, variait de plus de erté d’expression, droit du consommateur développement explosif et 100 000 à un peu moins de « Fiabilité, ou volonté de faire plier des entreprises ju- une appétence de « justice », 1,5 million. 100 000 mesgées indignes de confiance, les 250 millions Weibo devient maintenant la ampleur et sages correspondent à de comptes Weibo sont autant de relais de source de la crise. C’est le cas rapidité de 100 000 informations, soit service utilisateurs non satisfaits. En 2011, les de la crise des réfrigérateurs la rumeur l’équivalent d’un petit article consommateurs ont dénoncé des scan- Siemens en septembre 2011 par jour, pendant 273 ans rendent la dales plus ou moins justifiés et ont obligés ou la crise Otis à la suite d’un s’adressant en moyenne à des entreprises comme Da Vinci, Siemens accident d’escalator dans gestion de 50 millions d’utilisateurs Weou Nestlé à s’expliquer ou à présenter des le métro à Shanghai en juil- la crise plus ibo actifs. A comparer aux excuses publiques. let dernier. L’avènement de 2,4 millions d’exemplaires difficile. » Les crises débutent encore souvent par Weibo comme origine des du Quotidien du Peuple, une investigation d’un journaliste qui rap- nouvelles posent de nouorgane de presse officiel porte un problème de qualité, de corrup- veaux problèmes pour les entreprises du Comité central du Parti communiste tion ou d’erreur de management dans un tant par la fiabilité, l’ampleur et la rapidité chinois...  Mai TRAN, reportage. La nouvelle se propage ensuite de la rumeur. Dans le cas de Siemens, par  Ancienne journaliste, spécialiste des médias et sur internet, puis les cybercitoyens la re- exemple, c’est un utilisateur mécontent aujoud’hui executive Vice-President prennent et la transmette à travers leur qui rapporte sur Weibo ses déboires avec chez Ruder Finn Public Relations

Gloires et déboires sur Weibo

Crises et rumeurs se propagent très vite sur les réseaux sociaux chinois et sont attisés par les maladresses de communication des entreprises.

44 Connexions / printemps 2012


Internet en Chine | Communiquer

中国的互联网 | 沟通

Comment communiquer en ligne Lili REN, CEO de Parishine - Boway Digital Ltd.

Les marques ne peuvent échapper aux débats qui fleurissent sur la toile. Mais c’est aussi pour elles une formidable opportunité de promouvoir leur image pour être plus performantes. A certaines conditions. Pour promouvoir son image de marque dans les réseaux sociaux, des principes de base doivent être appliqués par les community managers et KOL (Key Opinion Leaders) : 1. Susciter l’intérêt par la forme, le contenu, l’originalité, l’utilité des informations. 2. Être crédible ; d’où l’intérêt de sélectionner un KOL. Il y va de la réputation de la marque. 3. Apparaître comme un expert compétent mais aussi attentif, ouvert au débat, et désireux de partager ses connaissances. 4. Dire la vérité. Si ces principes sont respectés, la marque en tirera des bénéfices exceptionnels, compte tenu des avantages spécifiques d’une stratégie médias sociaux : - Coûts réduits - Réactivité, - Interactivité. - Actualité (c’est le media des 500 millions d’internautes chinois) Les marques ne sont jamais à l’abri d’attaques ni d’évènements malencontreux. Les réseaux sociaux présentent encore plus de risques par rapport à la communication traditionnelle. La présence sur les réseaux sociaux implique donc la mise en place de processus de gestion de crise particulièrement performants avec un système de veille permanent qui alerte en moins de deux heures, on doit également prévoir un rapport quotidien et des analyses hebdomadaires et mensuelles. E-marketing : erreurs à éviter 1. Vision court terme 2. Manque d’interactivité 3. Manque de personnalité 4. Absence de liens avec des prescripteurs (KOL) 5. Absence de « Like » ou « Follow » 6. Pas de contenu de qualité 7. Profil peu attractif 8. Pas de contrôle des messages 9. Contenu trop émotionnel 10. Pas de Call to Action Commerciale Et enfin : Et n’oubliez pas que si vous fidélisez vos sympathisants, vous en faites des clients !

printemps 2012 / Connexions 45


专栏

© DR

Dossier

La page Weibo de PSA.

标致雪铁龙集团官方微博。

« PSA a créé son microblogue en une demi-journée. » Xiaoyan Hua-Schwab, directrice de la communication Asie de Peugeot explique comment l’entreprise s’adapte aux nouveaux outils internet Connexions : Avez-vous établis des règles sur les réseaux sociaux en Chine ? Xiaoyan Hua-Schwab : La réflexion sur les réseaux sociaux chinois de PSA fait partie d’une réflexion globale. Depuis un an, le groupe PSA met en place une communication digitale au niveau mondial. Le site corporate international  a été refondu l’année passée, le site chinois est aussi en cours de refonte. Les employés en Chine du groupe sont évidemment libres de se créer un compte Weibo à destination de leurs amis ou un compte Linkdln, Viadeo, etc pour renforcer leur réseau professionnel.  Sans établir de règles strictes, ni prévoir aucune sanction, nous essayons de communiquer auprès de nos employés  pour faire passer un message général notamment de respect des « règles de confiden46 Connexions / printemps 2012

tialités ». Pas question de faire fuiter des informations sur de nouvelles technologies utilisées sur tel ou tel nouveau modèle. En Chine, la notion de confidentialité n’est pas toujours aussi évidente qu’en France par exemple. D’autant plus  que  plus de 50% des nos équipes en Chine sont depuis moins de 18 mois dans le groupe. Nous faisons circuler ces recommandations sur des média froids comme l’intranet. Nous prévoyons  aussi de mettre en place une communication active. En l’occurrence, nous préparons une campagne lors de laquelle les employés vont jouer des saynètes et des sketchs sur ce thème.

a fallu une demi- journée pour créer le compte.  C’est presqu’une obligation, tout le monde est sur Weibo, nous ne pouvons plus nous permettre de ne pas y être. Sur le fond, le message est le même que dans nos communiqués classiques. Nous alimentons le site corporate avec des informations officielles, il faut faire un petit travail sur la forme : des textes très courts un peu plus informels. En ce qui concerne les marques, la rédaction des contenus est externalisée à une agence de relations publiques. Au groupe, un employé du service communication s’en charge. Nous essayons d’être aussi réactifs que possibles quand nous avons des actualités. En période plus « pauvre », nous alimentons en informations générales sur le groupe.

C. : Qui sont vos cibles ? X.Y H.S. : L’utilisation de Weibo est en-

C. : Le groupe PSA et les différentes marques sont également actifs sur les réseaux sociaux chinois notamment sur Weibo, pourquoi  ? X.Y H.S. : Cet un outil de communication

core quelque chose de tout récent pour nous. Nos abonnés sont pour l’instant essentiellement les rédacteurs en chef de magazines spécialisés, des associations…. Nous attendons d’avoir mis en place la communication interne sur les règles de confidentialité pour demander à nos employés d’ajouter le compte du groupe à leur compte. Le nombre d’ abonnés devrait alors exploser par effet boule de neige. 

très simple et très économique. Il nous

Propos recueillis par Emilie Torgemen


软文广告

Publireportage

© DR

Héberger en Chine : comme partout dans le monde, les moteurs de recherche indexent les adresses IP par pays, c’est pourquoi un site hébergé en Chine aura une IP chinoise et bénéficiera par conséquent d’un meilleur référencement par les moteurs de recherche chinois. Héberger en Chine est une chose, encore faut-il que la qualité de l’hébergement soit au rendez-vous, tant sur la performance que la sécurité des données. Pour les sites de ecommerce, en période de soldes ou de pics d’activité, l’indisponibilité d’un site peut coûter plusieurs mois de chiffre d’affaires.

Loïc Hennocq, Directeur Ecritel China.

Hébergement en Chine  Les clés de la réussite Toute entreprise qui souhaite conquérir le marché chinois en passant également par une présence internet, doit avant de se lancer, bien comprendre le contexte, les attentes, les enjeux et les particularités de ce marché. La Chine compte plus de 510 millions d’internautes avec, chaque année, 150 millions d’utilisateurs Internet supplémentaires (selon le CNNIC, Centre d’information du réseau Internet de Chine) : un marché en très forte progression et aux enjeux majeurs. Les particularités de l’internet en Chine L’harmonisation (the « Great firewall ») : les sites internet et applications métiers dont les serveurs sont hébergés hors de la Chine passent par le pare-feu chinois qui filtre l’ensemble des communications entre la Chine et le reste du monde et qui

a pour conséquence de ralentir considérablement ou de bloquer les sites extérieurs. La distance géographique : avec une superficie de 9 596 961 Km2, la Chine est un continent. La notion de distance prend ici tout son sens et a un impact direct sur le temps de chargement des données d’un site internet. Les temps de latence ne sont pas une fatalité Les chiffres sont révélateurs :, on constate un temps de latence moyen supérieur à 10 secondes à travers le pays et pouvant atteindre les 60 secondes entre l’Europe et la Chine. Le e-consommateur chinois n’en est pas moins exigent: 50% d’entre eux quittent un site lorsqu’ils attendent plus de 2,6 secondes (78% d’entre eux ne reviendront jamais sur le site et 61% feront un « buzz négatif »).

Recourir au CDN : si les serveurs d’un site sont situés dans les grandes villes comme Shanghai et Pékin, le reste du pays doit pouvoir accéder tout aussi rapidement aux contenus quelque soit l’endroit ou se trouve l’internaute. Il est recommandé d’utiliser les techniques CDN (Content Delivery Network) pour accélérer la diffusion des contenus. Dans certains cas, il est impossible d’héberger un site web en Chine, (connexion à un ERP, pas d’entité légale en Chine), alors le multi-CDN apporte une excellente réponse sans relocaliser les serveurs. Sécuriser avec un PCA : la Chine est un pays où l’inattendu peut survenir à tout moment : coupures de courant, incendies ou risques liés à la géographie du continent (Inondations, tremblements de terre…), avec des conséquences pouvant être désastreuses. Lorsqu’il s’agit du système informatique ou d’un site e-commerce, la criticité est telle que la mise en place d’un PRA ou d’un PCA (Plan de Reprise/Continuité d’Activité) est fortement recommandée.

www.ecritel.fr

printemps 2012 / Connexions 47


专栏

© Imagine China

Dossier

Avec 21,7 millions de commandes en ligne en 2011, les Cantonnais sont les plus gros cyber-consommateurs de Chine. 2011年广州用户网上消费额达2170万元,成为中国网上消费能力最强的城市。。

principalement depuis la maison ou lieu de travail. Mais plus encore, il va changer les usages du commerce traditionnel, « l’achat en magasin », qui représente encore 90 à 95% des ventes aux particuliers dans les pays où l’internet est le plus développé. La meilleure illustration du moment est probablement la société Shopkick, lancée Une nouvelle ère commence pour les consommateurs en août 2010 aux USA. La startup de Palo chinois : celle de la connexion du monde physique avec Alto propose à ses utilisateurs une application de géolocalisation sur mobile permetl’internet. tant de gagner des points et recevoir des Depuis des années, les analystes et les ordinateurs (PC et ordinateurs portables) coupons promotionnels s’ils visitent des experts annoncent la révolution du télé- pour atteindre presque 500 magasins partenaires. phone mobile dans les habitudes de con- millions d’unités. Cette in- « Le mobileLa startup enregistre sommation. Un changement qualifié de version de tendance devrait commerce va des résultats phénomé« rupture » qui conduira les acteurs de la d’ailleurs s’accentuer fortenaux : plus de 3 millions changer les distribution et les grandes marques à revoir ment dans les années à venir de consommateurs ont en profondeur non seulement leur modèle avec plus de 700 millions de lieux habituels téléchargé l’application de ventes mais plus encore, leur mode de terminaux mobiles vendus d’achat. » générant de nouvelles communication et d’interaction avec leurs en 2013 contre seulement entrées physiques en clients. 400 millions d’ordinateurs à la même péri- magasin dans un réseau de plus de 4 000 Une inversion de tendances ode. points de vente aux Etats-Unis. Une fois en Il est vrai que dans l’histoire (courte) des Le boom du “m-commerce” magasin, des taux de conversion en clients technologies, cette année les ventes cu- Le mobile commerce (voir p. 56), ou m- de 15 à 20% ont été enregistrés selon que mulées de terminaux mobiles dans le commerce tel que le nomme les spéciali- les consommateurs scannent ou non les monde (smartphones et de tablettes) dé- stes, va évidement bouleverser les pra- étiquettes de produits l’aide de leur télépasseront pour la première fois celles des tiques actuelles du e-commerce qui a lieu phone. Shopkick a permis à ses partenaires

Vendre 2012, année du commerce « hyper connecté »

48 Connexions / printemps 2012


Internet en Chine | Vendre

Etats-Unis. Pas si mal si lorsque l’on sait que l’App Store n’a été lancé en Chine qu’en Octobre 2010… ! Si le phénomène du “O2O” est parti des Etats-Unis, on peut s’attendre à une amplification de très grande échelle en Chine qui

compte déjà 194 millions de e-consommateurs. L’ère du consommateur hyper connecté peut commencer !

• Patrice Nordey

CEO (Asia) L’Atelier BNP Paribas

Top 10 des villes pour l’achat en ligne en 2011 Nombre total de commandes (en millions) 25 20

21.7

20.2

15

14

13.7

13.4

10

12.2

10.8

10.4

9.6

9.5

5

Na nj in g

Xi ’an

W uh an

Ch en gd u Sh en zh en Ch on gq in g

Ha ng zh ou

Be ijin g

0 Gu an gz ho u Sh an gh ai

de générer 110 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2011. Le “O2O” Le nouveau terme à la mode résultant de ces services géolicalisés est le “O2O” (Online to Offline) : la connexion du monde physique avec l’internet. En Chine, où on approche du milliard de personnes équipées d’un téléphone mobile (997 millions fin février 2012), l’adoption en masse des smartphones et de la 3G n’est pas en reste. Plus de 356 millions d’individus surfent déjà sur internet avec leur mobile (décembre 2011), parmi lesquels plus de 100 millions avec un smartphone. Dans les zones urbaines de Shanghai où Pékin, l’adoption du smartphone atteint même 35%. Un taux similaire aux grandes agglomérations américaines telles que New-York ou Washington. Et le rythme d’adoption ne cesse de s’accélérer. La Chine est ainsi déjà devenue le second pays au monde pour le téléchargement d’applications iPhone, juste derrière les

中国的互联网 | 销售

Source : IResearch, Analysis international, A. T. analysis

printemps 2012 / Connexions 49


Dossier

专栏

Les chiffres du commerce en ligne en 2011 Les statistiques des cabinets tels que A.T. Kearney et Access Asia dessinent différentes perspectives de progression de la taille du marché du e-commerce mais elles s’accordent toutes sur le fait que durant les 5 prochaines années, le marché connaîtra une forte croissance et en particulier de manière accélérée dans le marché du B2C. D’après le rapport du EU-SME Center « Selling Online in China » http://www.eusmecentre.org.cn/content/selling-online-china Les principaux portails B2B (2011)

Alibaba 65.5 % Global Resources 4.6% Chinamade 2.6 % Netsun 2,4% EmedChina 1.9 % Source : Iresearch, Analysis international, A. T. analysis

HC360 1.9 % 315.com 1.8 % Mainone 1.5 % DHgate 1.2% Chinabusytrade 0,2 % Autres 16.4 %

Parts de marché des achats en ligne en 2011

Clothing, Shoes, Hats, and Bags 26.5%

Books, Audio and Video Products 3.0%

3C and Home Appliances 24.2%

Autres 41.4 %

Cosmetics 4.9 % Source : IResearch, janvier 2012

Les principaux portails B2C (2011)

Taobao Mall (Tmall) 48.5 % 360Buy 18.1% Amazon China 2.4 % Dangdang 2,2% Vanci 2.0 %

Les principaux portails C2C (2011)

Icson 1.3 % Coo8 1.2 % Newegg 1.1 % Yihaodian 0.8% M18 0,6 % Autres 21.9 %

Taobao 90.3% Paipai 9% Eachnet 0.7 % Source : Iresearch, 2011

Source : Iresearch, 2011

Parts de marché des paiements en ligne (2011)

Alipay 49%

Chinapnr 7%

Tenpay 20%

Yeepay 3%

Chinapay 8%

Ips 3%

99bill 7%

Autres 3%

Source : Iresearch, juillet 2011

E-commerce, la prochaine bulle internet ? Les transactions journalières sur Taobao ont atteint US$ 500 Millions avec une croissance de 21% des acheteurs en ligne qui sont 190 Millions fin 2011. Il faut cependant être prudent, car l‘ecommerce en Chine pourrait être la prochaine bulle internet : le niveau des transactions est encore extrêmement faible et de grands sites transactionnels (Vancle, 360buy) perdent toujours énormément d’argent en investissant des millions de dollars par an pour alimenter le trafic sur leur site, avec des ventes en valeur qui ne progressent pas suffisamment pour justifier cet investissement. “ Vincent Digonnet, Président Asie  

50 Connexions / printemps 2012

Pacifique, Razorfish


Internet en Chine | Vendre

中国的互联网 | 销售

printemps 2012 / Connexions 51


专栏

© Imagine China

Dossier

Pour survivre, les boutiques traditionnelles doivent organiser des événements exclusifs comme ici la sortie en primeur de l’Ipad 为立足市场,传统店铺应该效仿Ipad在上市前组织一些独家垄断的营销活动。 d’Apple.

Comment les Chinois consomment-ils en ligne ? Quand la cyber-consommation devient une culture et un mode de vie. Les technologies digitales occupent une place incroyablement croissante dans la vie des consommateurs chinois et altèrent leur façon de s’exprimer, de se divertir, de s’informer mais aussi et de plus en plus, leurs achats eux mêmes. Internet compense un manque de transmission Internet est devenu une des sources d’information les plus exploitées par les consommateurs chinois à travers le pays : pour 43% des consommateurs des villes du premier tiers, internet représente la deuxième source d’information (après la famille et les amis) ; et pour 39% des consommateurs des villes de second tiers, internet est devenue LA première source d’information avec les magazines. Les consommateurs le confirment dans toutes nos études : leur comportement sur la toile est unique, et internet compense un manque de transmission 52 Connexions / printemps 2012

d’usages générationnel : blogs, réseaux sociaux, forums, se sont développés de façon extraordinaire (aujourd’hui, 1 blog pour 2 internautes) car ils permettent aux consommateurs de trouver des pairs avec qui échanger et des sources d’inspirations

pour finaliser leur décision d’achat. Aussi, les femmes internautes recherchent à la fois un référent d’aspiration à travers des « gourous » qui ont émergé sur la toile, mais aussi un référent de proximité (elles s’appellent « ma sœur » entre elles

E-consommateurs : perspectives jusqu’en 2015 En million 400

363

350

314

300

269 227

250 187

200 150

148 109

100 50 0 2009 Source: DCCI, July 2011

2010

2011

2012 est.

2013 est.

2014 est.

2015 est.


Internet en Chine | Vendre sur le web - 姐姐/妹妹) qui remplace la grande sœur qu’elles n’ont pas, ou la mère dont elles ne peuvent s’inspirer pour leurs habitudes de consommation. Internet rassure les consommateurs Mais aujourd’hui, en plus de détenir le plus grand nombre d’internautes au monde, la Chine est déjà le deuxième pays en termes d’e-shoppers (145 millions versus 170 millions au Etats-Unis). Ce nombre a connu une croissance continue ces dernières années y compris pour des catégories sélectives pour lesquelles l’expérience d’achat en magasin est habituellement impliquante (voir graphe à droite). Les consommateurs chinois n’ont déjà plus les mêmes réticences à acheter en ligne : la barrière des contrefaçons est surmontée car les sites et les marques développent des leviers marketing (sceau de confiance, avis de consommateurs, évaluations des sites marchands…) permettant de les rassurer ; et la seule présence de grandes marques sur les sites marchands tend à porter caution. De plus, internet offre aux consommateurs chinois, inconditionnels du shopping, une nouvelle plateforme d’achat très

中国的互联网 | 销售

Différents facteurs pour l’expérience shopping en magasin To what extent each of the following criteria is important to you when you go to a luxury goods store? Security in store Products availability Products variety Products display Sales staff kindness, attention Gift packaging quality Limited edition availability Sales Staff immediate availability Sales staff advice quality Assistance during the payment Personal stylist service Promptness in preparing online/telephone orders Special events in store Home delivery/demonstration Food or drink service Having the door open when entering and leaving the store Number of people in the store

50 47 53 46 4041 43 39 36 34 32 31 30 29 24 22 21 17

59 59 65 65 63

46 52 47

BRIC’S China

Source : IFOP

facile d’accès et plus abordable pour tous. En effet, les taxes élevées en Chine et la popularité des Shoppings Travels à l’étranger ont rendu les consommateurs chinois très sensibles au prix et internet est synonyme de bonnes affaires, qu’il est également « fun » et gratifiant d’aller dénicher. Ainsi, même si les dimensions de produits et de « staff » sont importantes pour les achats en boutique et devraient permettre de faire la différence par rapport au online, elles restent bien en retrait

par rapport aux autres pays des BRIC’s, ce qui représente une menace supplémentaire d’internet versus retail. « La vendeuse a refusé que j’essaie plusieurs produits ; l’achat au comptoir perd tout son intérêt ; la prochaine fois j’achèterai sur internet », nous a d’ailleurs confié récemment une consommatrice en sortie de grands magasins à Shanghai.   

Sophie Benchimol, IFOP Asia

Connaître ses consommateurs Weibo, Youku, Baidu, Tianji, site institutionnel, SMS, BBS, e-commerce, m-commerce, emails mais aussi événements et boutiques... les points de contacts avec vos clients sont multiples et extrêmement divers. Ils représentent pourtant différentes facettes d’une seule réalité : la relation entre votre marque et vos consommateurs, relation dont la richesse dépendra de votre capacité à offrir une image cohérente et des avantages propres à chaque canal. La coordination des différents leviers est un nouvel enjeu de taille pour les entreprises qui continuent à mesurer la rentabilité par canal alors que c’est l’expérience globale et l’efficacité commerciale de la marque qu’il faut optimiser. Ainsi un jeu en ligne sur un réseau social peut viser le développement de la notoriété et l’acquisition de nouveaux visiteurs identifiés. Puis une campagne emailing ciblée se chargera de la transformation

en consommateur. Les deux canaux sont indissociables dans cette stratégie dont seule la performance multicanale mérite d’être considérée. En outre comme les clients ne répondent pas de façon unique sur un même canal, il convient de mener les opérations à la lumière d’une segmentation fine de votre cible. La première étape consiste à reconnaître le consommateur quelque soit le vecteur de communication et lui offrir un accueil adapté. Imaginez la frustration du client multicanal qui serait en ré-achat mais non reconnu comme tel. Il ne bénéficierait pas des programmes de fidélité et des remises associées et pourrait se sentir lésé vis-à-vis d’un consommateur plus petit, mais monocanal et donc mieux identifié. Au delà de cette reconnaissance, l’enjeu est bien de construire une grille de lecture multidimensionnelle du consommateur afin de déterminer ses motivations et les facteurs déclencheurs d’achat.

Pour répondre à ces questions, en faisant face à des budgets en baisse et une gamme de possibilités marketing en hausse, les entreprises doivent se doter d’outils d’analyse performants et focaliser les efforts sur les leviers d’animation qui portent. La centralisation des données au coeur d’un datamart Marketing permettra d’obtenir une vision client unique (Par quels canaux le client est-il sollicité, quelles sont les informations recherchées, quels sont les produits achetés, à quelle fréquence d’achat...) et d’optimiser les ressources investies de manière à atteindre les objectifs d’acquisition, de transformation et de fidélisation. C’est en structurant les données collectées à travers tous les canaux que vous construirez une véritable vision à 360° de vos consommateurs et serez en mesure de développer une relation riche et durable avec eux. Gilles Crofils, VP Asia, Second Bureau

printemps 2012 / Connexions 53


Publireportage

软文广告

54 Connexions / printemps 2012


软文广告

Publireportage

printemps 2012 / Connexions 55


Dossier

专栏

Thomas Meyer, co-fondateur du studio de développement d’applications Mobile now et Christophe Devillers, fondateur de Walkin, un concept pour augmenter l’attractivité du shopping « offline » reviennent pour Connexions sur cette mutation vers l’internet mobile et ses implications.

Connexions : Une récente étude prévoit que le cap du 1 milliard de connexions en téléphonie mobiles sera dépassé en mars 2012 en Chine. Quel regard portez-vous sur ce secteur ? Thomas Meyer : Oui, il s’agit d’un marché en pleine mutation et ce n’est que le début ! La part de marché de Symbian (Nokia) s’effondre et Android prend le relais avec Apple sur des modèles orientés Web. Certaines études prévoient que 40 millions d’iPhones seront vendus en 2013 en Chine. En comparaison, la marque à la pomme en a vendu 67 millions d’exemplaires en 2011 mondialement. Aujourd’hui, la Chine est déjà le 2ème marché mondial après les Etats-Unis en termes de volume de téléchargements d’applications mobiles avec des perspectives de croissance très fortes. Christophe Devillers : C’est exact et la Chine est assez particulière car le taux d’équipements capables d’accéder au web est très important. On a aujourd’hui 500 à 600 millions de mobiles en Chine ayant des capacités internet dont 180 millions de smartphones. Ces derniers seront rapidement majoritaires car les prix baissent très vite et on s’oriente vers plus de 500 millions d’appareils de ce type en 2015. On s’attend à un marché local massivement sous système Android car sa gratuité contribue à réduire les coûts de production et permet d’offrir des modèles à un coût faible voir très faible. Le point « magique » souvent évoqué est de moins de 1 000 RMB par téléphone... 56 Connexions / printemps 2012

pour le commerce mobile et de nouveaux modes de paiements. C.D : Via l’interactivité et la géolocalisation, l’Internet va devenir beaucoup plus leur stratégie digitale pour cette nouvelle présent dans le réel. Par exemple avec notre concept Walkin, nous audience. Le contexte rendons en quelque sorte mobile est bien entendu « il faut les boutiques cliquables ! En très différent de l’internet garder scannant le magasin quelques classique. Pas question en tête secondes avec votre mobile, de copier le contenu du vous pouvez profiter de prosite web, qui n’a rien à l’importance du «  gaming  » motions sur mesure, accéder voir avec ce que l’utilisaà des informations interactives teur mobile, impatient et et insister sur sur les produits,… L’internet pressé, cherchera sur son les aspects mobile va donc générer du mobile. Les services sont ludiques passage dans les points de simplifiés et il est primordans les ventes physiques et changer dial de vraiment réfléchir les rapports à l’achat. A terme, à l’expérience utilisateur applications. » on peut même envisager des sur mobile, de repenser prix différenciés pour chaque le design interactif. Il y a aussi l’opportunité de se différencier dès à client en fonction des goûts, habitudes présent de la compétition en se préparant de consommation, etc. C’est vraiment un

C : Quels sont les changements en termes de communication induits par l’internet mobile en Chine ? Comment s’adapter ? T.M : Il faut pour les marques repenser

Annonceurs, ne pas se laisser distancer !

Avec plus d’un milliard de portables en Chine dont plus d’un tiers surfent Internet, ce media encore sous investi par les annonceurs va devenir un véritable vecteur de l’accélération de la communication internet en Chine. D’autant plus que la relation des Chinois à leur portable est beaucoup plus intense que celle des Occidentaux (une étude d’il y a déjà deux ans montrait qu’en moyenne, les Occidentaux utilisaient 25% des capacités de leurs Smartphones alors que les Chinois en utilisaient 75%). 90% utilisent des applications, 66% des moteurs de recherche, 72% partagent des vidéos et 59% se dirigent grâce a leur portable. Les annonceurs ont intérêt à bien d’intégrer un élément mobile dans toutes leurs campagnes, et de développer des sites web en HTLM5 pour ne pas se laisser distancer. Vincent Digonnet, Président Asie Pacifique, Razorfish 

© Imagine China

M-commerce : la Chine bien placée pour la révolution internet mobile


Internet en Chine | Vendre

中国的互联网 | 销售

nouveau monde, un saut quantique en terme de marketing qui se profile avec la généralisation des technologies mobiles.

l’internet chinois, mobile ou non, est différent du reste du monde, en particulier en termes de contrôle. Il peut être plus difficile d’accéder à certaines applications qu’ailleurs comme pour l’iPhone par exemple. Les géants mondiaux de l’internet mobile type Google ou Amazon ne sont pas forcément les leaders en Chine et la concurrence locale est très dynamique. Les 3 opérateurs de téléphonie mobile chinois dominent totalement le marché et limitent parfois l’accès à des applications car ils veulent privilégier leur propre plateforme de téléchargement. Enfin, je pense qu’il faut garder en tête l’importance des jeux, du « gaming » en Chine et insister sur les aspects ludiques dans les applications si on veut obtenir une diffusion efficace sur le web local. C.D : Il faut également ne pas oublier que les performances des réseaux mobiles en Chine sont encore assez médiocres et que la situation de quasi monopole des 3 opérateurs ne les incite pas à proposer des abonnements en forfait illimité attractifs. On reste sur du prépayé cher et des débits faibles, ce qui implique de développer des applications plus légères et plus limitées. Il n’est pas possible par exemple d’utiliser pleinement les modules vidéo ou des concepts de réalité augmentée très gourmands en bande passante. Ces restrictions technologiques sont cependant compensées par une grande créativité locale en termes de contenus et une capacité à copier des concepts americains, européens ou asiatiques. La concurrence chinoise est donc très dynamique et pour survivre il faut savoir être rapide et réactif, trouver des obstacles à l’entrée en travaillant par exemple avec des grandes marques internationales et savoir fidéliser une communauté d’utilisateurs locaux, ce qui implique de bien les connaître en amont. 

Propos recueillis par Nicolas Sridi

1. China Mobile, China Unicom et China Telecom

© Imagine China

C : Et pour vos entreprises, quelles sont les spécificités du marché local ? T.M : Il est important de ne pas oublier que

Tmall est le principal portail B2C en Chine. 

淘宝是中国B2C的门户网站

Tmall, le centre commercial de l’internet chinois Janet Wang, directrice du développement international de Tmall, explique à Connexions pourquoi les marques font le choix d’être sur Tmall. Connexions : Pouvez-nous nous présenter Tmall en quelques mots ? Janet Wang : Tmall est un centre commercial

le lancement en Chine de Taobao. Les sites de vente en ligne se sont également développés rapidement car ils ont répondu à en ligne créé en avril 2008 pour permettre un vrai besoin : celui du consommateur aux consommateurs chinois d’acheter chinois, qui, dans les villes moyennes de Chine, ne pouvait pas sur un seul site internet accéder aux produits tout ce dont ils ont be- « nous voulons proposés derrière les visoin. Nous proposons accroître notre trines des grands centres actuellement 70 000 portefeuille commerciaux de Shanmarques internationales de marques ghai ou Pékin. et chinoises, ce qui fait de Tmall, avec 51% de parts internationales. » C. : Comment Tmall est-il de marché, le premier devenu le leader sur le marsite de vente « B2C » en Chine. Nous sédui- ché de la vente en ligne B2C en Chine? sons particulièrement la classe moyenne J. W. : Contrairement à nos concurrents, chinoise, les jeunes cadres et les consom- qui sont le plus souvent spécialisés, nous mateurs urbains. sommes une plateforme de vente en C. : Comment expliquez-vous l’attrait des consom- ligne généraliste, puisque nous réunissons mateurs chinois pour la vente en ligne ? sous un seul « toit » une vaste gamme de J.W. : L’engouement pour le e-commerce produits, des téléphones portables au en Chine n’est pas phénomène récent. maquillage, en passant par l’habillement Le concept a plu au public chinois dès le et le mobilier… Sur Tmall, on peut même début des années 2000, notamment avec acheter une voiture et des diamants !

•••

printemps 2012 / Connexions 57


Dossier

专栏

Kuaidi : une des clés du succès du e-business En Chine, les coursiers (kuaidi) ont fleuri aussi vite que le secteur de la vente en ligne. Un click sur Taobao et votre « kuaidi » sonnera chez vous souvent moins de 48 heures plus tard pour vous déposer en mains propres – et espérons le en bon état - votre précieux colis ! On dénombre plus de 5 000 sociétés officielles de coursiers en Chine, dont les plus connues sont EMS, TNT ou UPS. Sans compter bien sûr la myriade de transporteurs indépendants, plus ou moins fiables et plus ou moins légaux qui sillonnent le pays. Pour voir un peu plus clair dans cette jungle du transport, une nouvelle loi postale est en place depuis un an qui oblige les sociétés de coursiers à s’enregistrer et acheter une licence. Certaines entreprises ont grossi très vite comme SF Express ou STO qui proposent désormais le « tracking » sur internet et des livraisons jusqu’à Hong Kong pour des tarifs cinq fois inférieurs à ceux pratiqués par DHL. Mais la plupart des « kuaidi » se contentent de surfer sur le succès du commerce en ligne. Avec une moyenne de 10 RMB par livraison, ces entreprises doivent multiplier les courses pour être rentables. Les marges sont très faibles et pèsent sur la qualité du transport. Les plaintes se sont multipliées ces dernières années obligeant, là encore, le gouvernement à légiférer pour inciter les transporteurs à proposer des assurances. Au final, le marché du commerce en ligne ne devrait pas seulement faire le bonheur du kuaidi, mais aussi celui des assureurs. De plus en plus de sociétés de transport ont peut-être trouvé la parade et proposent désormais des services « premium » avec assurance et garantie des délais de livraison. Un colis certifié en bon état devrait donc bientôt coûter un peu plus cher. Sébastien Le Belzic

58 Connexions / printemps 2012

La guerre des plateformes d’achats groupés a commencé. Publicité pour lashou dans le métro chinois.

•••Tous ces produits sont accessibles 24

heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ce modèle très particulier nous a permis de devenir le leader sur le marché B2C. Par ailleurs, nous contrôlons très rigoureusement l’authenticité de nos produits. Lesquels sont toujours vendus avec garantie et peuvent être échangés sous sept jours.

C. : Pourquoi une marque étrangère se doit d’être aujourd’hui présente sur Tmall? J. W. : Tout d’abord parce que la vente en ligne va continuer à se développer très rapidement en Chine. Mais surtout parce que le e-commerce permet aux marques d’entrer très efficacement et à moindres frais sur le marché chinois. Et cela d’autant plus que la hausse du prix de l’immobilier renchérit le coût des points de vente physiques… En étant présentes sur Tmall, les marques peuvent mieux comprendre le marché chinois et les consommateurs, ce qui leur permet ensuite d’ajuster, en cas de besoin, leurs stratégies et leurs produits très rapidement. Elles peuvent également accroître leur renommée auprès du grand public grâce aux outils promotionnels que nous

mettons à disposition. Enfin, la vente en ligne met d’une certaine façon les marques sur un pied d’égalité, ce qui les pousse à devenir toujours plus compétitives.

C. : Quelles sont les marques qui réussissent le mieux sur Tmall? J. W. : Celles qui sont les plus sincères. Tmall n’est pas un point de vente en ligne parmi tant d’autres, c’est aussi un lieu de rencontre entre les marques et leurs clients. Par exemples, les marques présentes sur Tmall peuvent dialoguer directement avec les acheteurs intéressés par leurs produits grâce à une messagerie instantanée.

C. : Comment voyez-vous le développement de Tmall dans les prochaines années ? J. W. :Nous voulons accroître notre portefeuille de marques internationales, car les utilisateurs de Tmall en sont de plus en plus friands. La demande aujourd’hui se porte en particulier sur les grands distributeurs internationaux. Par exemple, nous avons chaque jour des milliers de messages de consommateurs qui nous demandent quand Sephora sera présent sur Tmall !  Propos recueillis par Raphaël Balenieri


Internet en Chine | Vendre

中国的互联网 | 销售

Parts de marché pour des achats groupés en ligne en revenus (Juin 2011) 10 % 8% 6% 4% 2%

© Imagine China

55tuan 6.0%

Lashou 5.1 %

58tuan 6.6 %

Ftuan 7.0 %

Dlanping 7.0 %

24quan 8.2% Nuomi 7.9 %

Manzuo 8.4 %

QQ 10.0 % Meituan 8.6%

0%

Source : Dataotuan, 2011

团购市场线下广告大战的序幕拉开了。拉手网投放地铁广告。

Tuangou ba ! La fièvre de l’achat groupé arrive en Chine. Depuis quelques mois en Chine, tout le monde ne parle plus que de cela : les achats groupés sur Internet. Le principe est simple, il suffit de se rendre sur l’un des innombrables sites appelés « tuangou » (littéralement « achats groupés ») pour consulter quels sont les meilleurs deals du moment : une réduction de 65% pour 2 places de cinéma, de 55% pour un diner dans un nouveau restaurant branché de Shanghai, 80% d’économie sur le ticket d’entrée de la piscine olympique de Pékin, etc. Il y en a pour tous les goûts. Mais le point commun de toutes ces offres est que vous serez des centaines, voire parfois des dizaines de milliers à y souscrire. Résultat, les rabais n’ont jamais été aussi intéressants pour les consommateurs. Le concept a fait ses preuves aux Etats-Unis avec le développement du site Groupon. com en novembre 2008, contraction des termes « group » et « coupon » qui

en résume bien le business modèle. Les consommateurs souscrivent aux offres (appelées « deals ») par l’achat en masse de coupons qu’il suffit ensuite d’imprimer et de présenter au commerçant pour obtenir son rabais. L’utilisation des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter permettent de diffuser les deals au plus grand nombre en des temps records. Fort de ce succès, Groupon s’est ensuite tourné vers les marchés. Sa récente introduction en bourse a suscité l’engouement de nombreux investisseurs : le 4 novembre 2011, Groupon a levé 700 millions de dollars, 30% de plus que prévu, et a atteint une valorisation totale de 12,8 milliards de dollars. La compagnie s’est ainsi emparée de la seconde place dans l’histoire des introductions en bourse dans le domaine du digital aux Etats-Unis, juste derrière le géant Google. Ce succès se doit toutefois d’être nuancé, quatre mois après sa fulgurante introduction en bourse, l’ac-

tion de Groupon se transige en effet juste sous son prix d’offre, à 19 dollars, bien loin des 28 dollars atteints début novembre 2011. La Chine qui prévoit de devenir le premier marché au monde du e-commerce d’ici 2013, ne pouvait pas échapper à ce phénomène. Entre juin et décembre 2010, le nombre de services équivalents à Groupon est passé de quelques dizaines à 1 726. Et sur la première moitié de 2011, ce chiffre a dépassé les 5 000. Une étude menée par le cabinet iResearch sur 17 des plus grands sites d’achats groupés montre que sur le seul mois de mars 2011, les ventes cumulées ont atteint plus d’un demi milliard de RMB. Parmi ces ventes à prix ultra discount, près de 40% concernent le secteur de la restauration. La Chine comptait en décembre 2011 plus de 64 millions de consommateurs d’achats groupés, une croissance de 244,8% par rapport à 2010. Pourtant le nombre de plateformes d’achats groupés a sensiblement diminué dans la seconde moitié de l’année 2011, passant de plus de 5 000 en juin 2011 à moins de 1 000 sites actuellement. Cette guerre sans merci entre les acteurs est une aubaine pour les consommateurs.    Patrice Nordey,
CEO (Asia)



L’Atelier BNP Paribas

Le modèle Taobao, est-il en train de s’essouffler ? Il diminue en part de marché, mais sans doute pas en valeur ! La Chine connaît la même évolution que les USA ou l’Europe, sauf qu’elle opère sa mue plus rapidement : d’abord le développement du CtoC comme Ebay, puis celui du BtoC comme Amazon. C’est d’ailleurs en observant cette évolution que Taobao a créé Tmall, pour ne pas laisser le champ libre aux autres players et profiter lui aussi de cette évolution du marché. Le modèle ne s’essouffle donc pas, mais un nouveau modèle vient compléter la palette de ce qui Hacène Tahibi est proposé. 

printemps 2012 / Connexions 59


专栏

© Imagine China

Dossier

La ligue anti-Taobao a mené une véritable cyber guerilla pour faire fléchir le géant du e-commerce chinois. 反淘宝联盟发起了一场真正的网上游击战,以促使中国电子商务巨头屈服 。

Les cyber-révoltés du Tmall C’est une affaire digne des meilleurs moments de la lutte des classes qui a secoué le monde du commerce en ligne chinois à la fin 2011. Dans le rôle du méchant capitaliste, on retrouve le très médiatique Jack Ma, fondateur du groupe Alibaba et de Taobao. Après avoir lancé en avril 2008 Tmall, un service spécifiquement dédié à la vente B2C, Jack Ma et son équipe décident de manière unilatérale en octobre 2011 d’augmenter drastiquement les frais associés à ce service. Pour les nouveaux entrants, il faut alors débourser entre 30 000 et 60 000 RMB pour devenir membre contre 6 000 auparavant et surtout le dépôt de garantie est passé de 10 000 à 50 000 RMB pour tout le monde, à payer avant le début 2012... ! Le géant du e-commerce local explique qu’il entend ainsi assurer une sélection des vendeurs opérant sur sa plateforme pour éviter que des produits trop bas de gamme ne côtoient ceux des grandes enseignes, la véritable cible du service Tmall. Il s’agit aussi, et surtout, de rendre rentable une plateforme dont l’aspect bon marché avait permis d’attirer une large base d’utilisateurs 60 Connexions / printemps 2012

mais qui limitait structurellement la profitabilité. Pour les petites enseignes, le coup s’avère très dur, voir fatal, et elles sont fort nombreuses à s’être installées virtuellement sur Tmall pour y générer des revenus modestes mais leur permettant d’arrondir des fins de mois difficiles. No pasarán! Très rapidement, ces cyber-masses laborieuses se sont organisées pour protester autour de ligue anti-Taobao, un groupe online comptant plus de 500 000 membres selon le Global Times. Pour faire fléchir l’empire de Jack Ma, cette ligue se lance dans une guérilla assez inédite en attaquant les grandes marques sur Tmall. Des dizaines de milliers de « petits vendeurs » passent alors de vraies-fausses commandes dont ils réclament le remboursement sans condition sous 7 jours, comme le permet la loi, et inondent de complaintes sur les produits les différents forums de la plateforme. Cette méthode « violente » porte ses fruits car elle entraîne non seulement

des pertes importantes pour les enseignes attaquées, paralyse le business mais surtout porte atteinte à la réputation des différentes marques. A la mi-octobre, face à l’ampleur prise par la polémique, le MOFCOM se fend d’une déclaration appelant les différentes parties à la retenue et demandant à Taobao de faire un effort pour apaiser la fureur du cyber-petit peuple. Sous la contrainte, le géant s’exécute et annonce que le relèvement du dépôt de garantie à 50 000 RMB est repoussé à la fin septembre 2012 pour les membres inscrits avant le 10 octobre 2011. « Insuffisant » estime dans la foulée la ligue anti-Taobao pour qui Jack Ma et son équipe ne font que gagner du temps sans pour autant revenir sur la hausse des frais d’entrée sur Tmall. Il faudra donc attendre octobre 2012 pour savoir si la mobilisation des petits vendeurs sur Tmall aura su résister au passage du temps, affaire à suivre…  Nicolas Sridi


Internet en Chine 中国的互联网

printemps 2012 / Connexions 61


专栏

© Imagine China

Dossier

La bande passante disponible en Chine doit être partagée par un nombre bien plus im中国网络传输频带的用户远多于法国。 portant d’utilisateurs qu’en France.

Maîtriser

en Chine). Même si des moyens importants sont déployés chaque année pour augmenter la capacité du Net chinois, on arrive rapidement à des limites techniques. On parle en France de lignes à 50 ou 100 Mbps (megabits par seconde), quand en Chine une ligne 10Mbps est déjà assez oréneuse. En terme de service, les data centers ont tendance à se limiter à leur cœur de métier, c’est à dire l’apport en connexion et en électricité, la sécurité physique des appareils, avec au besoin des interventions type redémarrage physique d’un serveur. La maintenance des systèmes, les sauvegardes, le remplacement du matériel etc. sont pris en charge par le client lui-même, ou un prestataire de son choix.

C. : Mon entreprise internationale a des pages en chinois, est-ce que cela vaut le coût de les faire héberger en Chine ? Y a t-il des alternatives (HongKong, Corée, Etats-Unis, voire laisser son serveur en France) ? A.T. : Comme indiqué précédement, le fil-

trage aux frontières de la Chine se fait dans les deux sens, et le routage des paquets par les États-Unis reste commun pour l’Europe. En ce sens, il est évident que pour viser Alban Taraire, directeur de NetK5, explique un public résident en Chine, un serveur les contraintes techniques et les avantages que en Chine, dans un data center bénéficiant de la « double connexion » est idéal. procurent un hébergement en Chine. Hong-Kong ou l’Asie en général est certes mieux loti que l’Europe ou les US, mais la qualité peut être alléatoire. Il est difficile de Connexions : Les spécificités structurelles du réseau domaine auprès du gouvernement et demander (et d’obtenir) des garanties tant chinois sont très fortes, quel impact cela a t-il sur d’obtenir un numéro dit ICP. Ce numéro que les serveurs ne sont pas en Chine. Tout doit être affiché sur les pages du site. l’hébergement des sites internet ? va dépendre du niveau de priorité que Alban Taraire : Il est clair que la Chine présen- C. : L’hébergement internet est plus cher en Chine vous accordez aux pages destinées à la te des spécificités et des contraintes fortes qu’en France. Pourquoi ? Le service est-il équiva- Chine. D’autre part, et paradoxalement, les en terme d’hébergement de sites Internet, lent ? événements récents que ce soient de simples sites vitrines ou A.T. : L’activité de data « Pour viser un aux États-Unis moncenter est très contrôlée, des sites applicatifs (ERP, CRM etc.). trent qu’il n’est pas public chinois, un Tout d’abord, l’intégration entre opéra- et en rapport direct du tout impossible teurs, historiquement China Unicom (ex avec le gouvernement. serveur dans le pays de voir son serveur China Netcom) au Nord, et China Telecom Ainsi, il y a relativement avec une double en co-location être au Sud, est régulièrement problématique. peu de concurrence, ce désactivé par les auconnexion nord-sud On peut constater des temps d’accès entre qui limite naturellement torités sous prétexte est idéal. » Shanghai et Pékin équivalents voire supéri- la pression sur les prix. qu’un autre client D’autre part, la bande eurs aux temps d’accès Shanghai – Paris ! sur le même serveur Ensuite, l’intégration entre la Chine et le est plus chère et moins importante qu’en proposerait des activités illégales. Une telle reste du monde, vous le constatez tous les Europe. désactivation est sans recours. jours, est, dans les meilleurs cas, assez lent, La bande passante disponible doit être Le principe du numéro ICP réduit grandepartagée par un nombre bien plus im- ment ce risque, surtout avec un prestataire particulièrement vers l’Europe (voir p. 63). Enfin, côté juridique, pour héberger un portant d’utilisateurs qu’en France par ex- bien choisi. Propos recueillis par Renaud de Spens serveur en Chine, qu’il soit public ou non, emple (on estime à 42 millions le nombre d’internautes en France, contre 505 millions il est nécessaire d’enregistrer son nom de

Pas facile d’héberger son site en Chine

62 Connexions / printemps 2012


中国的互联网 | 技术

© Imagine China

Internet en Chine | Maîtriser

Des sites lents, lents, lents... Un des aspects les plus communément il revient en premier lieu aux sites euxévoqués concernant l’expérience de mêmes d’identifier les principaux leviers l’internet en Chine est la lenteur de la navi- d’optimisation dont ils disposent pour gation. améliorer l’expérience de leurs visiteurs et La qualité de la connexion en Chine est clients pour améliorer le trafic et l’activité bien souvent mise en cause. Et il est vrai du site. La performance du temps de que le débit standard est chargement est une variinférieur à celui l’on peut « Laisser sur une able forte. Utiliser le digisouscrire en France. Etontale en Chine pour faire namment, Shanghai, capi- page des liens connaitre une marque tale économique de la avec des sites ou lancer des services Chine, ne dispose pas du filtrés ou lents en lignes en B2C ou meilleur débit. Les mesures B2B nécessite en Chine peut ralentir la d’IP-label montrent que plus qu’ailleurs de tenir d’autres villes beaucoup navigation. » compte de ces aspects moins grandes, par exemtrop souvent considérer ple Hangzhou, disposent d’une meilleure comme de la plomberie technique par les connectivité ! équipes marketing. Néanmoins, la question de la lenteur des Le filtrage des contenus par le Great Firesites ne peut être réduite à celle de la con- wall est bien connu : inutile de marketer sa nectivité. A défaut de pouvoir agir sur les page Facebook, de Twitter ou présenter ses plans de modernisation des infrastruc- produits sur Youtube : seule une poignée tures promis par les opérateurs chinois, d’internautes de Chine continentale pourra

contourner les blocages rendant ces sites indisponibles. Conséquence moins connue : laisser sur une page des liens avec des sites filtrés ou lents peut aussi ralentir la navigation. L’utilisation non optimisée d’un des outils encore aujourd’hui les plus répandus pour mesurer l’audience des sites, à savoir Google Analytics, a pour conséquence de ralentir le site s’il n’est pas placé de manière optimale sur la page. Nous auditons encore beaucoup de sites occidentaux dont la conception ne tient pas compte de cet effet. Alors qu’en Occident les internautes laissent souvent leurs navigateurs se mettre à jours automatiquement vers les dernières versions d’Internet Explorer, Chrome, Firefox ou bien Safari, de nombreux PC chinois bloquent cette fonction de mise à jour automatique. Une des explications serait l’utilisation de licences non officielles de Windows XP qui incluent Internet Explorer 6. Les mastodontes chinois correspondants aux sites de réseaux sociaux, de vidéo ou de vente en ligne se sont par conséquent adaptés et restent compatibles avec ces vieilles versions très répandues chez leurs utilisateurs. Un point de plus à tenir en compte avant de mettre en ligne une animation flash ou une vidéo. Enfin, la qualité et l’emplacement géographique de l’hébergement du site impacte sa performance. L’éloignement entre l’internaute et le serveur sur lequel est hébergé le site entraîne une latence proportionnelle. Entre la Chine et le reste du monde, la latence induite par la distance est décuplée. Des solutions techniques existent comme les services de Cache Delivery Networks (CDN) qui vont reproduire le site sur des serveurs qu’ils répartissent dans le monde. De la sorte, au lieu de naviguer directement sur le serveur d’origine, l’internaute va se connecter à un serveur plus proche de lui géographiquement. Mais à nouveaux les acteurs de références en Occident ne sont pas présent directement en Chine faute de licence. Il faut donc faire appel à des acteurs locaux. Et s’assurer qu’ils tiennent leurs engagements de qualité de service au quotidien…

Arthur HAMON GAUJAL Asia Pacific Director IP-Label

printemps 2012 / Connexions 63


专栏

© Imagine China

Dossier

La censure chinoise sur le web est aujourd’hui un phénomène complexe qui s’appuie sur un impressionnant arsenal technologique et humain mais qui sait aussi utiliser la psychologie pour maximiser son contrôle.

initialisée »… (voir p. 66) Les avancées techniques rendent néanmoins difficile le travail de la censure locale qui doit s’adapter en permanence comme pour la plateforme de micro-blogging Sina Weibo et ses messages qui se diffusent de manière ultra rapide ou pour contrer les VPN (voir page 66). A ce petit jeux du chat et de la souris, les autorités sont quasiment certaines de perdre. Elles ne pourront jamais vraiment contrôler le web local sauf à totalement l’isoler du reste du monde, ce qui est économiquement inconcevable désormais, ou à couper les accès de manière brutale, socialement de plus en plus risqué. La culture du doute La vraie force de la censure en Chine en général et aussi sur l’Internet, c’est sa capacité à faire planer un doute constant sur ce qui est possible ou non de faire avec pour résultat d’imposer une forme d’autocensure, bien plus efficace que n’importe quel filtre technique. Des blogs un brin dissidents pourront ainsi exister sans problèmes pendant des mois puis être censurés lors d’une camcontenus des sites hébergés hors de Chine. pagne de purge sur internet, par exemple Les autorités ont donc mis en place un sys- à l’approche d’une réunion politique tème sophistiqué de contrôle que l’on dé- importante. Des sites d’information type nomme communément Google news sont dans la grande muraille numéri- « Les avancées la même veine plus ou que de Chine. Ce système techniques moins accessibles suivant s’inspire de technologies les périodes. Cette incertirendent difficile occidentales élaborées tude constante influence par des géants du IT com- le travail de le comportement des me CISCO pour sécuriser la censure qui internautes locaux qui les réseaux internes des doit s’adapter vont alors chercher sur entreprises. le web plus un espace en permanence Trahi par un miroir récréatif et de réseauC o n c r è t e m e n t , l e s à la vitesse des tage social qu’une source requêtes des utilisateurs plateformes de d’information ou une en Chine dirigées vers plateforme d’expression microblogues. » l’extérieur passent nécespublique. sairement par les points Reste que l’internet chide liaisons par fibre optique mentionnés nois et les usages évoluent à très grande plus haut sous la forme d’impulsions lu- vitesse comme le prouve l’explosion actumineuses. Des miroirs reflètent ces impul- elle de Sina Weibo et qu’il semble de plus sions qui sont analysées et filtrées en même en plus difficile pour la censure locale de temps que les serveurs à l’étranger traitent suivre la cadence à l’avenir. la demande. Si la requête ou le retour du Nicolas Sridi site contient du contenu censuré, apparaît alors un message bien connu de ceux qui utilisent Internet en Chine : « connexion ré-

Censure internet, entre ombre et lumière 30 000, c’est le nombre le plus courant mais par définition invérifiable de cybercenseurs qui scruteraient en permanence et en temps réel les activités sur l’internet chinois. De quoi faire réfléchir, surtout si on y ajoute les multitudes de programmes espions ou de géolocalisation à la disposition des autorités locales pour pister les contrevenants. Pour bien comprendre comment fonctionne la censure chinoise, il faut d’abord saisir les spécificités de la Toile locale. L’internet en Chine fonctionne comme un immense réseau intranet relié sur l’extérieur par des points de liaison par fibre optique, notamment à Shanghai et Hongkong. Le contrôle au niveau local s’effectue facilement en monitorant les flux des fournisseurs d’accès comme pourrait le faire une entreprise sur son réseau internet. Les requêtes sont filtrées suivant des listes de mots clés, les sites des serveurs physiquement en Chine sont scrutés par des programmes robots, les adresses IP permettent de retrouver les fautifs,… Les choses se compliquent nettement plus lorsqu’il s’agit de vérifier les requêtes et les

64 Connexions / printemps 2012


软文广告

Publireportage

© Wang Yan 王焱

Comment transmettre votre message aux lecteurs d’aujourd’hui Tous les jours au travail ou dans la vie, nous recevons une tonne d’informations. Le message des entreprises a besoin d’être par conséquent adapté aux médias pour être bien transmis. Récemment, une société américaine a fait appel à nos services pour réécrire son site internet dont le contenu beaucoup trop long était rédigé en prose. Un internaute aurait sans aucun doute perdu l’intérêt en moins d’une minute. Grâce à notre expertise, l’entreprise transmet désormais sur son site un message fort, clair et graduel.

Bridget Rooth, fondatrice de English Trackers.

English Trackers Sur la trace d’un anglais parfait …Non, ce ne sont pas les animaux que nous traquons chez English Trackers ! C’est une question à laquelle je dois à chaque fois répondre quand je me rends à des networkings ! Vous pourriez également penser que nous « traquons » des fautes d’anglais… mais ce n’est pas vraiment ce que j’avais derrière la tête quand j’ai inventé le nom de ma société. Mon idée était plutôt que nous allions poursuivre le même mouvement, la même trace que nos clients en mettant à leur disposition une équipe anglophone externe qu’ils pourraient appeler selon leurs besoins. Externaliser vos besoins rédactionnels …Et c’est exactement ce que nous sommes devenus pour beaucoup d’entreprises françaises : des experts en langue anglaise disponibles en continu. Les entreprises font appel à nous soit pour des traductions en anglais, en général depuis le français ou le mandarin, soit pour

faire corriger leur anglais par des éditeurs professionnels. Pourquoi ce « final check » est-il si important ? Dans toutes les langues, il est probable que vos interlocuteurs vous pardonnent vos erreurs à l’oral, dans les sms ou même quand vous écrivez un courrier électronique ; mais ils le feront sans doute beaucoup moins lorsqu’il s’agit de l’écrit et en particulier de documents formels. L’année dernière, nous avons fait un sondage auprès de nos clients sur leurs habitudes en matière de communication. Parmi les questions posées, nous leur demandions s’ils jugeaient les autres entreprises sur la qualité de leurs documents écrits. 81% des entreprises ont répondu que oui ! Et certaines ont même avoué que la mauvaise qualité rédactionnelle d’une société était un critère pour rechercher un concurrent, et ce spécifiquement sur internet.

La garantie d’un service efficace Chez englishtrackers.com, notre service est fondé sur la garantie d’un contrôle qualité efficace. Tous les documents que nos clients nous confient sont vérifiés par deux éditeurs : le premier édite le contenu et le second fait une dernière relecture. Cette double expertise est je pense le seul moyen de garantir un travail de qualité. La preuve, nos clients reviennent ! S’offrir de la tranquillité Les sociétés ou les entrepreneurs ont tout intérêt à externaliser leurs besoins linguistiques vers des spécialistes afin de pouvoir se concentrer sur leur domaine d’expertise. A l’heure où l’anglais est plus que jamais la première langue internationale, s’offrir les services d’experts linguistiques est un léger investissement qui vous assurera une communication en anglais à l’image de votre marque. Au final, je pense que ce que nous vendons à nos clients c’est de la tranquillité !

www.englishtrackers.com Basée à Pékin, Bridget Rooth a fondé English Trackers en 2008. Bilingue, elle a passé son enfance en expatriation, ce qui lui a donné la fièvre des voyages. Bridget a quitté le Royaume-Uni une fois son diplôme en poche pour faire carrière à l’étranger en passant par la France où elle a vécu 12 ans. bcr@englishtrackers.com

printemps 2012 / Connexions 65


Dossier

专栏

Franchir la Grande Cybermuraille D’un côté, tout un arsenal de mesures électroniques mis en place par le gouvernement chinois, le “Bouclier doré”, plus connu sous les initiales GFW (pour Great Firewall of China), bloquant arbitrairement et grossièrement de nombreux sites et services internet étrangers, et perturbant les requêtes sur les moteurs de recherches occidentaux à partir du territoire chinois ; de l’autre de nombreux moyens de contournement de cette muraille (翻墙 fānqiáng) pour permettre non seulement aux activistes, mais aussi à tous ceux qui veulent tout simplement accéder à la culture (comme Youtube), l’information (comme Twitter ou RFI)

ou les réseaux sociaux (comme Facebook) internationaux : disons-le tout de suite, et malgré les récurrentes tentatives désespérées des ingénieurs du régime, le jeu est joué d’avance, et quiconque veut surfer librement en Chine trouve rapidement un moyen. Le principe est simple : les requêtes internet vont être traitées sur un serveur extérieur à la Chine, leurs résultats retransmis de manière cryptées à l’ordinateur de départ (à travers ce que l’on appelle un proxy ou un VPN, pour Virtual Private Network). Il y a une offre pléthorique de VPN payants, de 1 à 5 dollars par mois, et plusieurs d’entre eux sont même disponibles à l’achat sur

Taobao ! Difficile d’en recommender un sans faire de la publicité, toutefois disons que certaines offres bon marché chinoises marchent très bien. Mais pourquoi payer quand on peut avoir le même service gratuit (avec des débits cependant non garantis, tout dépend de vos besoins) ? Freegate (自由门 zìyóumén à rechercher en chinois pour être sûr d’avoir la dernière version) est très performant et non intrusif. Et s’il se fait mettre parfois en échec par les cybercenseurs peut-être un mois et demi d’indisponibilité en 6 ans...), on peut se rabattre sur Ultrasurf (plus intrusif, avec de la publicité) et autres petits programmes moins connus que l’on peut découvrir au prix de quelques recherches sur internet. Pour commencer à surfer librement et gratuitement à partir de la Chine, téléchargez donc Freegate quand vous êtres à l’étranger (http://dongtaiwang.com/loc/phome. php?v=7.25&l=804, puis cliquez sur le bouton bleu au milieu 免费下载自由门XXX 专业版), ou faites le vous passer par un ami. Il circule largement sous le manteau dans le pays. Et pas la peine de frissonner d’angoisse ou de se prendre pour un héros : la possession et l’usage de ces logiciels n’a jamais été punie en Chine, et plusieurs centaines de milliers de Chinois les utilisent tous les jours sans aucun problème.

Renaud de Spens

Les priorités de la R&D numérique en Chine La recherche et le développement sur le numérique en Chine La Chine dispose de très nombreux centres de recherche impliqués dans les technologies numériques. On compte parmi eux les meilleures institutions de recherche publiques telle que l’Académie des sciences de Chine (CAS) mais aussi des laboratoires clés (Key Laboratories) des universités. Les principaux centres de recherche sont essentiellement localisés à Pékin, Shanghai, Canton et Wuhan. Des laboratoires de haut niveau se trouvent également à Xi’an, Taiyuan, Chengdu,

66 Connexions / printemps 2012

Nankin et Hangzhou. Les thèmes de recherche dans les domaines des réseaux et des communications qui sont développés dans ces laboratoires concernent notamment les réseaux de cryptographie, la quantique optique, la télé-éducation, l’intelligence artificielle ou les réseaux neuronaux.

et de la Recherche français ont défini, dans le cadre de la commission mixte scientifique et technologique francochinoise, les Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication et les villes intelligentes comme l’un des domaines prioritaires de la coopération scientifique.

Collaboration franco-chinoise dans le domaine des STIC En mai 2011, le Ministère de la science et de la technologie de Chine (MOST) et le Ministère de l’Enseignement supérieur

Philippe ARNAUD

Attaché Service pour la Science et la Technologie Ambassade de France à Pékin


L’actualité de la Chambre

商会简讯

L’actualité membres Dragonfly Group ouvre un bureau à Shenzhen Dragonfly Group, votre cabinet de conseil en ressources humaines et en recrutement de talents chinois et étrangers, est heureux de vous annoncer l’ouverture de son bureau à Shenzhen. Déjà présents à Pékin, Shanghai, Guangzhou, Hong Kong ainsi qu’à Paris et sur tous les continents via son appartenance au réseau international Praxi Alliance, ce nouveau bureau nous permettra de vous accompagner dans le management de vos ressources humaines (recrutement de cadres, coaching, audit RH, formation) sur l’ensemble du Delta de la Rivière des Perles. Contact : Mr. Homéric de Sarthe Operation Manager - Shenzhen Office homeric_desarthe@dragonf lygroup.com

Parex-Davco se développe dans l’Ouest et le Nord de la Chine Le groupe Parex, fabricant d’enduits et mortiers pour la construction, est présent en Chine depuis 15 ans, commercialement, et depuis 6 ans, opérationnellement, après avoir racheté son agent Davco (Chine) en 2006. Portée par les marchés de l’étanchéité et de la colle à carrelage, la croissance de Parex (Chine) est fulgurante avec un taux annuel systématiquement au-delà des 30% depuis 2006. Nous réalisons aujourd’hui un chiffre d’affaire avoisinant les 500 MRMB avec 600 collaborateurs, 3 usines (Canton, Shanghai, Chengdu), un centre de recherche au rayonnement international (Pudong), et 8 bureaux commerciaux (Canton, Shanghai, Pékin, Chengdu, Wuhan, Chongqing, Nanjing, Hangzhou). Notre expansion portée par un réseau de distri-

68 Connexions / printemps 2012

L’ODYSSÉE ELECTRIQUE est lancée ! Le 12 février 1932, la légendaire Croisière Jaune est arrivée à Pékin, le dernier arrêt de ce tour du monde, mondialement célèbre. Quatre-vingts ans plus tard, le 11 février 2012 à Strasbourg, afin de rendre hommage à cet évènement historique, Antonin Guy et Xavier Degon ont pris le départ de l’Odyssée Electrique à bord d’une CITROËN C-ZERO, pour accomplir le premier tour du monde en voiture électrique de série. La CITROËN C-ZERO a une vitesse maximale de 130km/h et dispose d’une autonomie de 150km. Ce tour du monde, d’une durée de huit mois, va couvrir 25 000 kilomètres traversant 17 pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie. Ce long périple sera l’occasion de plus de

bution exclusif de près de 1000 magasins continuera à s’accélérer en 2012 vers les provinces du Nord de la Chine. Nous avons par ailleurs démarré une activité prometteuse dans le segment des revêtements décoratifs extérieurs.

MIXEL Agitateurs explose son Chiffre d’Affaire grâce à un nouveau marché en Chine En 2005, MIXEL France, leader national de l’Agitation Industrielle, ouvre sa première filiale de production internationale à Beijing pour satisfaire aux demandes des marchés chinois et asiatiques. Si ce paris risqué a été salué par le prix PME de la CCIFC en 2007 et par OSEO excellence 2012, il est aujourd’hui réussi : MIXEL Beijing est autonome (+ 50% de

300 recharges de la CITROËN C-ZERO et autant de rencontres avec les locaux pour leur emprunter quelques mégawatts. Par le biais de ce tour du monde, les deux

CA en 2011) et MIXEL France poursuit sa croissance (+ 80% en 2011). Le dernier contrat, qui doit être livré en mai 2012, remporté par l’équipe commerciale Chine illustre parfaitement la démultiplication des succès engendrés par la synergie entre les deux usines. Celui-ci se répartit à 75% pour MIXEL France (Dardilly), soit près d’un trimestre de revenu et à 25% pour Mixel Chine (Beijing). Cette nouvelle affaire a pu être prise grâce à sa présence industrielle en France pour les appareils les plus complexes et en Chine pour les appareils moins sophistiqués où la question de prix est aussi importante que celle de la robustesse. Un bel exemple de coopération et d’échanges d’expériences qui débouche sur la croissance globale du groupe MIXEL et participe aux créations d’emplois en cours au sein de l’usine française !!!


会员动态 部发展。同时,我们也开始了外墙饰面砂浆

© DR

雪铁龙C-ZERO环球之旅启程 aventuriers entendent promouvoir l’usage du véhicule électrique auprès du grand public. Ce sera également l’occasion pour le public d’en apprendre davantage sur les points forts de CITROËN dans le domaine des nouvelles technologies et d’expérimenter l’innovation et l’audace, dont fait preuve la Marque. En ce moment, Antonin Guy et Xavier Degon sont dans le Nevada (Etats-Unis) et doivent arriver en Chine en juillet après avoir traversé le Vietnam pour se diriger vers le Kazakhstan en août. Lors du Salon Automobile de Pékin, qui se déroulera du 23 avril au 2 mai 2012, une CITROËN C-ZERO sera exposée sur le stand de CITROËN. www.electric-odyssey.com www.facebook.com/Citroen

8 0年前的2月11日,传奇的“雪铁龙东方之 旅”到达 终点北京。8 0 年后的2月11日,安 托宁·居伊(Antonin Guy)和夏维耶·德贡 (Xavier Degon)驾驶雪铁龙C-ZERO  100% 纯电动车,从法国斯特拉斯堡(Strasbourg) 启程,揭开了“雪铁龙C-ZERO环球之旅”的序 幕。这也是全球首例量产电动车环球旅行。 雪铁龙C-ZERO电动车最高时速达130公里, 最 大 续 航 里程 为15 0 公里 。环球 之 旅 全 程 25,0 0 0 公里,历时 8个月,将穿越欧洲、美 洲、亚洲共17个国家,沿途需充电300余次。 两名驾驶员将在途经地区居民的帮助下,使 用民用电源为C-ZERO充电。 借助此次环球旅行,两位冒险者希望向公众 推荐环保的电动车。而公众也能借此了解雪 铁龙新能源技术的优势,感受品牌大胆创新 的魅力。目前,安托宁和夏维耶已到达美国内 布拉斯加州(Nebraska, USA),并将在7月从 越南抵达中国,8月从中国哈萨克斯坦边界出 境。 公众可通过活动主页(www.electric-odyssey. com)和雪 铁 龙 Facebook官方页 面(w w w. facebook.com/Citroen)关注旅程进展。

的快速发展。

受益于在中国 新 开 拓的市 场, MIXEL搅拌器公司营业额飞跃 2 0 0 5 年,法国工 业搅 拌 器制 造 业 龙头企 业-MIXEL搅拌器公司,在中国北京成立了她 的第一个海外工厂,以满足中国���亚洲市场 的需要。 如果说,该举措为MIXEL赢得了2007年法 国工商会的中小企 业奖和 OSEO2012杰出 奖,如今的MIXEL确实取得了成功:MIXEL北 京2011年营业额增加了50%,MIXEL法国延 续其增长,2011营业额增加了80%。 最近的一笔由中国销售团队斩获的订单将 于 今年 的 5月份交 付,该 订单 的 成 功 运 作 体 现了中法两地 团队的 精 诚合 作。MIXEL 法国从中获益75%,接近其一个季度的销 售额,MIXEL北京从中获益25%。正是因为

上海唐沪企业管理咨询有限公司

派丽集团

MIXEL不但拥有可以在法国生产尖端高科技

上海唐沪企业管理咨询有限公司,致力于为

派丽集团是建材行业饰面及干粉砂浆制造

设备的能力,又有可以在北京生产有更大价

您提供人力资源咨询与国内外高级人才服

商。在中国已发展了15年,自2006年收购德

格优势的设备能力。

务。非常高兴通知您,我司已于深圳开设办

高中国起,在国内的工业化进程也发展了6

一个极 好的实例证明了合作和经验的交流

事处。继北京,上海,广州,香港,巴黎,以

年。

互补促进了MIXEL集团的整体发展,并给法

及各大洲通过其国际网络PRA XI联盟所出

由于防水和瓷砖胶市场发展的支持,德高也

国自己的工厂创造了更多的就业机会!!!

现的城市之后,位于深圳的新办事处将为您

飞速发展,自2006年起,每年都有高于30%

提供面向整个珠三角洲地区的人力资源管

的增长。经过连年的增长,年销量翻番,将

理服务(招聘高管,教练,人力资源审计,培

达到5亿。公司有近600名员工,3个工厂(广

训)。

州,上海,成都也于3月7日开业),国际化的

欲知详情,请掐 :

研发中心(浦东),8个分子公司及办事处(

Mr. Homéric de Sarthe 欧阳烨

广州总部,上海子公司,成都子公司,北京

运营经理 – 深圳分公司

分公司,武汉分公司,重庆办事处,南京办

邮件:homeric_desarthe@dragonflygroup.com

事处,杭州办事处) 业务的增长也基于经销网络的发展,也有近

Communiquez sur votre actualité en Chine ! Membres de la CCIFC, envoyeznous vos communiqués de presse à l'adresse : pressrelease@ccifc.org La CCIFC se réserve le droit de publier les communiqués et de les modifier selon sa ligne éditoriale.

1000家专卖店,在2012年将继续向中国北

printemps 2012 / Connexions 69


L’actualité de la Chambre

商会简讯

Enquêtes partenaires 2012 

2012年合作伙伴调查

Enquête sur le climat des affaires pour les entreprises françaises en Chine en 2012 2012年法企在华商务环境信心调查 Qui sont les entreprises françaises aujourd’hui en Chine ? Quelles sont leurs stratégies sectorielles et géographiques ? Quels sont leurs defis commerciaux, légaux, financiers ou en matière de ressources humaines ? Quelles perspectives offre à leurs yeux l’immense marché chinois ? Autant de questions que se posent aujourd’hui les acteurs et décideurs économiques et auxquelles pour la première fois, la CCIFC et son partenaire Mazars tenteront de répondre en lançant leur grande enquête sur le climat des affaires des entreprises françaises en Chine. Cette enquête conjoncturelle constituera la première édition du genre et aura pour but de donner une meilleure compréhension de la situation et des problématiques des entreprises françaises en

Chine. Toutes les entreprises françaises qui ont des activités en Chine seront invitées à prendre part à l’enquête qui comprendra un panel de questions classées en quatre grandes thématiques : profil, stratégie, challenges et perspectives. L’enquête sera entièrement confidentielle et débutera fin avril pour une durée d’un mois. Les entreprises recevront une invitation à participer au questionnaire par email. Les résultats seront publiés d’ici fin juin et les conclusions feront l’objet d’une publication dans le livre anniversaire de la CCIFC « L’economie francaise en Chine » qui sortira à l’automne 2012. Contact : Flore Coppin, Directrice de la Communication coppin.flore@ccifc.org

Etude sur le leadership dans les entreprises françaises en Chine 在中国的法国企业的领导力研究 En Chine, fidéliser ses salariés est devenu l’une des préoccupations majeures des entreprises françaises. Or la qualité de la relation entre un salarié et son responsable joue un rôle essentiel dans son engagement durable avec son employeur. Mais comment vos salariés considèrent-ils la relation qu’ils ont avec leur supérieur ? Quelles sont leurs attentes vis-à-vis de leur responsable direct ? Pour la première fois, une grande enquête est menée auprès des entreprises françaises opérant en Chine afin de répondre à ces questions et dessiner les axes d’amélioration du leadership franco-chinois. Toutes les entreprises françaises sont invitées à pren-

70 Connexions / printemps 2012

dre part à cette étude en encourageant leurs salariés (chinois et étrangers) à répondre à l’enquête en ligne sur le lien suivant : http://surveys.ipsosinteractive.com/wix/p1145738763.aspx. L’étude est confidentielle et aucune donnée personnelle n’est demandée ; 10 minutes suffisent pour répondre au questionnaire. Cette étude, menée conjointement par la CCIFC, Dragonfly Group et Ipsos, a débuté en mars et se termine en juin. La synthèse des résultats sera disponible après l’été. http://surveys.ipsosinteractive.com/wix/p1145738763.aspx


Bilan de l’Assemblée générale 2012 

2012年度大会简报

Mme Annick DE KERMADECBENTZMANN, Présidente de la CCIFC a inauguré l’assemblée par un discours rappelant le contexte économique pour les entreprises françaises en Chine. Augmentation significative du nombre des membres en 2011 A fin décembre 2011, la Chambre réunissait 1 379 membres, soit une aug mentation de 9% par rapport à 2010. La Chambre au 1er plan des relations économiques bilatérales La Présidente a rappelé le rôle de premier plan que joue la Chambre au service des entreprises françaises afin de développer leurs affaires, en les accompagnant en Chine dans le cadre de CCI INT’L, en multipliant les opportunités de networking, en partageant les informations importantes, et en initiant des projets et des partenariats structurants. Réalisations de la mandature 2011 La réunion s’est poursuivie par la revue des réalisations de la mandature 2011 par M. Manuel DELEERS, Directeur Général de la CCIFC : création du Bureau de Chengdu, du Club Réseau Chine, accompagnement de plus de 140 entreprises françaises, organisation de près de 200 événements dans les antennes et bureaux, formalisation de partenariats avec le Mofcom-CICPCM et les Mofcom et CCPIT municipaux, succès des Villes d’Avenir : 2011 a été une année propice à la création d’opportunités pour les membres de la Chambre. 2012 : la Chambre fête ses 20 ans à travers une programmation ambitieuse M.DELEERS a ensuite présenté aux membres les différents projets à venir pour les activités Club d’Affaires et Appui aux

Entreprises. En 2012, la Chambre fête les 20 ans de sa création et initie à cette occasion une dynamique ambitieuse avec plus d’une trentaine de projets prévus dans ses différents services et implantations : Villes d’Avenir 2012, Mission en Birmanie, accréditation Visa Business “Fast Track” à Pékin, création de nouveaux groupes de travails et clubs, organisation de galas anniversaires à Pékin et Shanghai, lancement de deux enquêtes partenaires sur le climat des affaires françaises en Chine et sur le leadership, publication d’un livre spécial 20 ans de la CCIFC sur l’économie française en Chine, création d’un nouveau site Internet, etc. Approbation des comptes M. Hervé DENIS, Trésorier de la CCIFC a enfin présenté le rapport financier de la Chambre. Grâce à des revenus en hausse de 15% et des coûts d’exploitation de 10%, la CCIFC a pu dégager un résultat d’exploitation de 226 KRMB et un résultat net de 145 KRMB. Mazars Chine, a ensuite confirmé la certification des comptes financiers de l’exercice 2011. A l’issue de l’Assemblée générale, les membres ont été invités à approuver les comptes 2011.

© CCIFC

L’Assemblée générale 2012 de la CCIFC s’est déroulée le 19 mars dernier à l’hôtel Sofitel Wanda de Pékin. Une centaine de membres de la Chambre sont venus assister à la présentation du rapport d’activité et approuver les comptes 2011.

Résultats : 157 bulletins de vote 151 votes oui 6 votes non Discours de clôture de S.E. Mme Sylvie BERMANN Mme Sylvie BERMANN Ambassadeur de France en Chine, a fait l’honneur à la Chambre de venir clôturer l’assemblée par un discours destiné à ses membres. Dans le contexte annoncé de ralentissement économique en Chine en 2012, Mme BERMANN a souligné l’importance de la présence d’une Equipe de France soudée dont le but principal est d’identifier les opportunités et de gagner des marchés. Le modèle allemand

•••

Rapport annuel 2011 Le rapport annuel 2011 est consultable sur ce lien : http://publications.ccifc.org/rapport2011final-web.pdf ou dans sa version papier dans toutes les antennes de la CCIFC.

printemps 2012 / Connexions 71


L’actualité de la Chambre

商会简讯

Actualités 

简讯

Les Rendez-vous Business 商会商务活动 •••

a été cité comme référence en particulier pour sa capacité à s’organiser dans une logique de filières. Sur le plan politique, l’année 2012 est très importante en Chine et même si la transition politique se fera à priori sans surprise majeure, des interrogations demeurent néanmoins quant aux noms des personnalités qui entreront sur la nouvelle scène politique. En 2012, la Chine annonce poursuivre son ouverture vers l’étranger même s’il semble que pour les entreprises étrangères les difficultés déjà connues comme l’accès aux marchés persisteront. D’un point de vue européen, la Chine et l’UE continueront leur travail déjà entamé sur les normes notamment. La relation bilatérale franco-chinoise se poursuivra dans le cadre du Partenariat global stratégique qui sera repris par les nouveaux Présidents français et chinois. Un accent particulier sera porté sur les partenariats structurants dans les domaines déjà existants comme l’aérospatial mais aussi dans de nouveaux secteurs comme les services ou l’économie verte. Les problèmes d’image de la Chine et en France et de la France en Chine ont également été évoqués avec la nécessité de contribuer à leur amélioration. Mme BERMANN a conclu son discours en rappelant qu’elle se tenait à la disposition des entreprises françaises qui souhaiteraient la rencontrer pour lui faire part de leurs difficultés ou de leurs avancées. A l’issue de l’assemblée, les participants se sont réunis autour d’un cocktail dont les vins servis étaient sponsorisés par la société Vinotâche.

72 Connexions / printemps 2012

Service Appui aux Entreprises 企业支持 Nouveau : service de commercial à temps partagé 新业务:商务代理

La CCIFC a lancé depuis début mars un nouveau service de commercial à temps partagé. Le commercial à temps partagé aura pour rôle principal de prospecter, négocier les contrats, suivre les ventes et les contacts et faire un reporting mensuel à l’entreprise commanditaire. Il sert d’interface tout comme un agent commercial indépendant mais bénéficie du réseau CCIFC et travail de manière tout a fait transparente. Une solution plus sûre et plus efficace pour lancer et maintenir ses ventes exports Chine !

Durée minimum du service : 5 jours par mois (4 jours de prospection + 1 jour de reporting) Durée minimum d’engagement : 3 mois Durée du préavis : 1 mois Tarif : 7 500 RMB / mois* *hors commissionnement à négocier avec l’entreprise et hors note de frais liées à l’activité commerciale. Contact : Guillaume Bonadei bonadei.guillaume@ccifc.org

Nouveau : service Visa 新添:签证服务

La CCIFC a ouvert le 1er avril 2012 un guichet unique visas d’affaires fast track les pour les citoyens de la PRC vers la France. Ce service « Visas d’affaires » s’inscrit dans le cadre de l’accord du 5 mars 2012 entre le Consulat de France à Pékin et la CCIFC. Le service « Visas d’affaires » fait partie intégrante des privilèges de l’adhésion à la CCIFC. Il est destiné aux collaborateurs des sociétés membres de la CCIFC et résidents dans la zone consulaire de Pékin. Il s’étend a leur conjoint et enfants mineurs, voyageant avec eux. Le service « Visas d’affaires » de la CCIFC vous fait bénéficier d’un traitement simplifié et prioritaire pour vos demandes de visas Schengen multi-entrées : exemption de comparution personnelle, traitement dans un délai de 3 à 5 jours ouvrés, allègement des justificatifs.

Les frais de dossiers sont précisés dans la grille tarifaire des visas du site de l’Ambassade de France auxquels sont ajoutes les frais de service de 248 rmb . Le règlement se fait auprès de la CCIFC en RMB et en numéraire, au taux de chancellerie en vigueur. Pour obtenir la procédure et les documents a remplir, nous vous invitons a contacter notre Responsable « Visas Affaires » : M. YANG Fan Tel: +86 10 6461 0260-17 Fax: +86 10 6461 2990 Email: yang.fan@ccifc.org CCIFC website: www.ccifc.org Office Unit C 712 Lufthansa Center N50 Liangmaqiao Road Chaoyang Disctrict BEIJING 100125 China


L'actualité des Antennes 

商会各地动态

Shanghai 上海 Nouveau Comité de Patronage 新特别支持委员会会员

Pierre Fabre (Chimie/Pétrochimie) Nouveaux Membres  新会员 ACTE International (Conseil), Arches Shoes (Luxe), Asia BioBusiness Consulting Ltd (Agroalimentaire), Auria Life (Assurance), Bassetti China (Conseil), BERNARDAUD (Luxe), CAUDALIE (Cosmétiques), Centdegres (Architecture/Décoration/Design), Controlsys (Automobile), Creastyle (Textile), Fa Shi Na Information Technology (Shanghai)Co Ltd (Électronique/Informatique), Fagor Trading (Shanghai) Co Ltd (Distribution/Import-export), Francois de Yrigoyen (Conseil), GEFCO International Logistics (China) Co Ltd (Transport/Logistique ), Gmet Limited (Automobile), Groupe 8 Complus (Publicité/Communication/Média), Groupe Val d’Orbieu (Agro-alimentaire), Guy De Clery Shanghai Co Ltd (Agro-alimentaire), Inmind Conseil (Conseil), IT LOG LTD (Électronique/Informatique), Jacques Ferrier Architectures (Architecture/Décoration/Design), Kitchen Spring (Distribution/Import-export), L Development & Management (Shanghai) Ltd (Immobilier), LCI (Shanghai) Information & Consulting Co Ltd (Électronique/Informatique), Liu Ping (Biens de consommation), MusicMatic Asia (Publicité/Communication/Média), Pacific Prime International Ltd. (Assurance), Paris, 16eme Nord (Distribution/Import-export), PierreArmand FIEVET (Assurance), POCLAIN HYDRAULICS (Shanghai) Co Ltd (Industrie), POP GROUP(SHANGHAI) Trading Co.;ltd (Publicité/Communication/Média), Renault SAS Shanghai RO (Automobile), Sephora (Shanghai) Cosmetics Co.;Ltd (Distribution/Import-export), SFA China (Ningbo Shufan Sanitary Ware & Bath Equipement Co Ltd) (Biens de consommation), Sinostrat Solutions (Audit/Finance), Spasso China (Distribution/Import-export), Sydney D Footwear Ltd (Biens de consommation), Telma Vehicle Braking Systeme (Shanghai) Co Ltd (Automobile), Unique, the difference (Architecture/ Décoration/Design), Wayma Software (Ningbo) Co Ltd (Électronique/Informatique), William VOLCOFF (Architecture/Décoration/Design), WINSTON&STRAW LLP (Juridique).

printemps 2012 / Connexions 73


L’actualité de la Chambre

商会简讯

L'actualité des Antennes  Pékin 

商会各地动态

北京

Conférence sur les réseaux sociaux 社交网站主题报告会

Le 16 février, une discussion modérée par Renaud de Spens avec Dan Serfaty, co-fondateur et CEO de Viadeo, XuJingyang, Deputy GM de Weibo Business Products et Yuan Zou, Managing Director de Digital Jungle a permi aux 80 entreprises présentes de mieux appréhender les réseaux sociaux comme nouveaux outils de communication et de recrutement. Organisé par la CCIFC, cinq chambres européennes nous avaient rejoints pour participer à cet événement.

Petit-déjeuner débat autour de Jean-Pierre Raffarin 拉法兰早餐会

En visite à Pékin pour le XVIIIè Colloque économique franco-chinois organisé par le Comité France Chine du 26 au 28 mars 2012, Monsieur Raffarin a partagé avec les participants du petit-déjeuner son analyse sur la nature du leadership chinois en présence de la délégation du Comité France Chine. S. E. Mme. Sylvie Bermann, Ambassadeur de France en Chine, M. Pierre Antoine Gailly, président de la CCIP et de l’Uccife, et M. Jean-Pascal Tricoire, CEO de Schneider Electric nous ont fait l’honneur de participer à cet événement qui a réunit plus de 80 personnes au China World le 27 mars.

Nouveaux membres du Comité de Patronage 新特别支持委员会会员

Egis (Beijing) Engineering Consulting Co., Ltd (Engineering), G2 Studio Creative Workshop (Advertising), Olmix (Agriculture), Scor SE Beijing Branch (Insurance), Splio(E-business).

Nouveaux domiciliés 新入驻企业

74 Connexions / printemps 2012

Premier dîner “Réseaux Chine” “中法企业论坛”首届晚宴 Organisé par la CCIFC, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, le All China Federation of Industry & Commerce et le China Council for the Promotion of International Trade – Beijing Sub-Council, le premier dîner « Réseaux Chine » a eu lieu le 28 mars 2012 au club privé Sky Fortune Restaurant à Pékin. Grand succès pour cette première édition qui a réuni 80 dirigeants d’entreprises françaises (membres du Comité de patronage de la CCIFC) et chinoises en présence d’Annick de Kermadec Bentzmann, Présidente de la CCIFC, Pierre Antoine Gailly, Président de la CCIP et de l’UCCIFE, Xiong Alcep Travel & Events (Travel Tourism Services), 01dB-Metravib SAS (Environment), E.M. Strasbourg-Partenaires (Education), Top Industrie (Industrial Goods & Services).

Nouveaux membres 

新会员

Dechert LLP (Legal Services), Entreprise & Personnel (Consultancy), France Bacchus International Trading Co.,Ltd (Wine & Spirits), Francois Magni - Deloitte & Touche Tohmatsu CPA Limited (Beijing) (Consultancy), Groupe Flo

Jiuling, Présidente du CCPIT Beijing et de Li Lu, Vice Président de l’ACFIC. Nous avons eu le plaisir d’écouter les interventions de Lin Cheng, Senior Vice Président de l’Europe de l’Ouest du Groupe ZTE Zhongxing (basé à Paris) et de Wang Dadong, Vice Président EADS Chine sur leurs expériences respectives d’entreprise chinoise en France et d’entreprise française en Chine. L’objectif de cette initiative est de renforcer les échanges et la coopération dans les domaines économique et commercial entre les entreprises chinoises et françaises. Réseau Chine se réunira de manière trimestrielle à Pékin et Shanghai. Asia-Brasserie Flo (Restaurant), Louis Dreyfus Commodities (Beijing) Trading Co., Ltd (Agriculture), Qingdao Aotong Chemical Co., Ltd (Chemical), Radissonblu Hotel Beijing (Hotel industry/ Tourism), Sephora (Beijing) Cosmetics Co.,Ltd (Cosmetics), Shandong Fengxiang Group (Agriculture), Storymaker Public Relations (Beijing) Co., Ltd (Consultancy), Socofep (Import/Export), Them (Consultancy).


Chine du Sud

华南

Résultats des élections partielles de la CCIFC Chine du Sud du 28 mars 2012

COM/Interaudit (Asia) Co.

Nouveaux collaborateurs

Monsieur Yeh Zheng Sheng (Cegid Software) a été élu membre du Bureau CCIFC Chine du Sud suite aux élections organisées à Canton et Shenzhen. Il remplace Stéphane Barbazan pour la fin de son mandat, démissionnaire pour raison professionnelle.

新合作伙伴

Canton Nouveaux membres 

Le 11 avril, l’antenne de Canton a lancé son premier groupe de travail RH, le thème de la première réunion portait sur les dernières nouveautés concernant les assurances sociales.

新会员

Ecole Francaise Internationale de Canton, Galactica Laser Game, Tokheim Hengshan Technologies (Guangzhou) Co,.Ltd, Delabie SCS kaiping Representative Office; Valinox nucléaire Tubes (Guangzhou) Co.,Ltd, Bergner Ltd, Pizza2pizza, Guangzhou Casino Trading Co.,LTD, Guangzhou Artovino Co,. Ltd, Seksaf Olive, COTECNA, GZAR, Via Plast, BESTOFMANAGEMENT.

Chine de l’Ouest Ouverture du bureau Chengdu de la Chambre

Bienvenue à Noémie Chen (Assistante de Direction) et Aline Telle (Responsable Evénementiel et Communication).

Lancement du groupe de tra新的人力资源工作组 vail RH 

Lancement des groupes de travail PME – Entrepreneurs à Canton et Shenzhen

成都联络处成立

La CCIFC a ouvert son bureau de Chengdu le 6 février 2012 avec Hervé Lambelin comme Directeur. Depuis juillet 2011, la Chambre était déjà représentée dans cette ville par Mme Marie Yi. Le bureau, situé dans le quartier des affaires de Chengdu, s’appuiera sur une étroite collaboration avec les autres chambres européennes déjà présentes pour se développer. Cette implantation répond à la nécessité pour la Chambre d’être présente dans l’Ouest du pays que le gouvernement chinois a pour ambition de développer. Les sociétés étrangères sont aujourd’hui

新特别支持委员会会员

Arche Shoes (Luxury Goods).

Nouveaux membres 

新会员

NCONCEPTS, Atelier Haute Communication, TCL Communication Technology Holdings, SAOS, ENERGY5 TECHNOLOGY, MAYTEX, PFCE, AES, IDK Multimedia, Sinoexport, International School of Nanshan Shenzhen, LEGALLYOURS LTD.

Visite de la société Huawei le 30 mars dernier.

新的中小企业工作组

30 personnes ont participé à la visite du site.

西部 de

Shenzhen Nouveau Comité de Patronage

encouragées à investir dans cette région et les conditions d’implantation sont très favorables aux entreprises (coût de la main d’oeuvre fiscalité, etc.). Actuellement, une centaine d’entreprises françaises sont présentes au Sichuan et à Chongqing. Le bureau couvre les provinces du Sichuan, Hubei, Hunan, Guizhou et la muncipalité autonomne de Chongqing. Contact : Hervé Lambelin Directeur du bureau lambelin@ccifc.org Tel: +86(28) 8511 4109 Fax: +86(28) 8511 4154 6/F, West Building, LaDeFangSi 1480 Tianfu Avenue Chengdu, 610041, Sichuan Province

四川省成都市天府大1480号 拉德方斯大楼西楼6楼 邮政编码:610041

AGENDA

25 avril : dîner annuel du comité de patronage 2012 à Pékin au Novotel Sanyuan Beijing 25 au 27 mai : Interwine à Canton 26 mai : Gala de Shanghai Juin : anniversaire des 1 an du club R&D de Shenzhen (événement prévu, information à venir) 14 juin : Forum Travailler Ensemble à Canton 25 et 26 juin : Chengdu, Ville d’Avenir 14 juillet à Shanghai, Canton et Pékin avec l’Ambassade de France en Chine 15 juillet à Shenzhen 28 et 29 juin : Chengdu, Ville d’Avenir Septembre : cocktails de rentrée 18 et 19 octobre : Urumqi Ville d’Avenir 24 novembre : Gala de Pékin

printemps 2012 / Connexions 75


Magazine

杂谈

Wuhan : le centre du centre de la Chine… Capitale de la province du Hubei et métropole de 8,5 millions d’habitants, Wuhan regroupe les trois cités de Hankou, Wuchang et Hanyang, réparties de part et d’autre du Yangtze. La France qui a été le premier pays à y ouvrir un Consulat général en 1998 y occupe une place privilégiée. Quatrième Consul général en poste depuis cette création, Serge Lavroff, a fait partager à notre partenaire Trait d’Union sa passion pour la capitale du Hubei.

Trait d’Union : Quel est l’historique de la présence française à Wuhan ? Serge Lavroff : La France à Wuhan c’est une longue histoire ! Nous avons établi des liens avec cette ville il y a déjà plus d’une trentaine d’années en commençant par une cooperation universitaire. Les mathématiques et le Français puis toutes les disciplines, notamment la médecine. Notre coopération dans ce domaine est très active, les étudiants chinois sont accueillis à la Faculté de Médecine de Nancy et reviennent diplômés. C’est une formation bilingue. L’hôpital de Zhong Nan est le fleuron de notre coopération, son vice-président est un médecin Français d’origine Chinoise et pour l’anecdote, la signalétique au sein de l’établissement est en chinois et en français uniquement ! Il y a une vingtaine d’années, la présence économique française a débuté avec l’installation de PSA qui a été le précurseur : pour pouvoir produire ses automobiles en Chine le constructeur français devait trouver un partenaire suffisamment solide. Il a opté pour Dongfeng

76 Connexions / printemps 2012

second constructeur national basé à Wuhan. De façon naturelle PSA s’est installé à Wuhan ce qui a donné naissance au développement d’une nouvelle vague de la présence française cette fois ci dans le domaine économique. Tous les équipementiers de l’automobile sont d’abord arrivés aujourd’hui ils sont plus d’une trentaine dont Valéo, Hutchinson. Au fil des années la présence économique française a continué à se diversifier avec une palette complète d’entreprises, notamment dans le domaine énergétique avec Alstom, Areva, Total où celui de l’industrie ferroviaire, avec Delachaux. T.d’U. : Une présence fortement industrielle ? S.L. : En effet, c’est une présence fortement capitalistique, il y a très peu de bureaux de représentation ou de liaison. Il s’agit d’implantations lourdes dans le domaine industriel et l’année 2012 s’annonce exceptionnelle avec l’arrivée prochaine de Schneider, Suez Environnement, Eurocoptère, Kéolys et bien entendu Air France qui ouvrira sa liaison directe avec Paris le 12 avril prochain à raison de trois vols par semaine. Wuhan est la ville comptant le plus d’entreprises françaises installées (90) et représente entre le quart et le tiers des investissements français réalisés en Chine. T.d’U. : L’impact de cette première liaison aérienne intercontinentale pourrait-il être comparé à celui de l’arrivée du chemin de fer dans les provinces françaises au XIXème siècle ? S.L. : C’est un peu ça ! C’est une consécration pour Wuhan qui attendait une liaison de ce type depuis de nombreuses années. C’est en même temps la première étape d’une ouverture à l’international.

Wuhan est à quasi équidistance des points cardinaux de l’espace économique chinois : Pékin au nord, Shanghai à l’est, Canton au sud et Chengdu à l’ouest. La ville a de grandes ambitions avec le Grand Wuhan qui consistera d’ici à 2020 à réunir huit villes satellites autour d’elle. La population globale passera de 12 millions d’habitants à 30 millions ce qui en fera la ville la plus peuplée de Chine. Les projets de développement en infrastructures et en transport de ce grand Wuhan sont gigantesques : mise en service d’une ligne de métro par an dans les années à venir, construction d’une ligne de 400 kilomètres pour train de banlieue à grande vitesse sans équivalent dans le monde, extension de l’aéroport … Wuhan va se positionner comme le centre du centre de la Chine. T.d’U. : Quelle est l’importance de la communauté française à Wuhan ? S.L. : Nous comptons à peu près 1000 ressortissants dont 750 inscrits au Consulat Général. Sociologiquement ce sont généralement des expatriés relativement jeunes qui viennent en famille, en âge d’avoir des hautes responsabilités pour diriger des entreprises françaises soit multinationales soit PME de taille substantielle. Il y a dix ans 80% de nos immatriculés travaillaient pour PSA, aujourd’hui la proportion n’est plus que de 40%. Personne ne vient par hasard à Wuhan, les aventuriers sont assez rares mais ils viendront certainement un jour avec le vol direct !!! Propos recueillis par Philippe Dova (Trait d’Union)


China Cities of the Future 明日之城 未来市场 2012 Tour  

CHINE To u r n é e   2 0 1 2 明日之城未来市场 La Chine compte 272 villes de plus de 1 million d’habitants. Ces pôles d’urbanisation attirent depuis quelques années les entreprises européennes les plus expérimentées sur le marché chinois : elles ne s’y trompent pas. C’est bien vers ces destinations moins saturées, où le gouvernement central investit massivement les fonds du plan de relance chinois, où les taux de croissance de la consommation explosent, et où existe un important vivier de ressources humaines qualifiées, qu’elles vont trouver des relais de croissance. Après deux années de succès, Villes d’Avenir continue en 2012 avec une tournée dans 3 villes, un nouveau partenaire et un programme encore plus adapté à vos attentes.

Les villes chinoises qui montent, des marchés à conquérir dès aujourd’hui Nanjing-南京 | 9-10 avril Chengdu-成都 | 28-29 juin Urumqi-乌鲁木齐 | 18-19 septembre

CONTACT Guillaume BONADEI - Business Development Manager Tél : (010) 6461 0260 ext. 12 E-mail : bonadei.guillaume@ccifc.org

W W W.CC I FC.O RG


Magazine

杂谈

Li Zhensheng Le génie qui a photographié les « vents et nuages » de la Révolution Culturelle Diplômé de l’Ecole de Cinéma de Changchun, Li Zhensheng a photographié, ou plus exactement « filmé » sur une période qui part des préludes de la Révolution culturelle jusqu’à ses séquelles, en passant par l’éruption de la violence, la mobilisation des masses, la ferveur collective, les excès de l’adolescence en rébellion contre tous les archétypes, le tragique et le comique - parfois à la limite de la farce – de la terreur, toutes les facettes de cette Grande Révolution. Il a photographié la beauté lyrique voire épique (les vents) et l’horreur cauchemardesque (les nuages) à travers ces chants et danses d’un carnaval sans fin où tout est spectacle : séances de critiques ou opéras modèles, des centaines de tournesols pour la gloire du soleil rouge, défilés des miliciens ou procession des éducateurs évangélistes allant porter la parole dans les campagnes. Lui-même, témoin et acteur, avec ses appareils photographiques (il en avait toujours deux sur lui, un 24x36 et un 120mm) il participait à la mise en scène par ses cadrages dramatiques, ses mouvements inspirés du traveling cinématographique et ses montages en chambre noire. Au travers de ses autoportraits il s’est représenté comme un « soldat-reporter de couleur rouge », n’hésitant pas à se poser en un Sébastien dépoitraillé prêt à recevoir les flèches des ennemis de la révolution. On le suit tout au long de ce que l’on nomme officiellement « dix ans

de catastrophe » ses tribulations personnelles, ses reportages dans les villes et les campagnes, sa vie romantique brisée par la révolution, son ascension professionnelle et sa chute lorsqu’il fut envoyé au camp de rectification par le travail, son désespoir et sa réhabilitation, reflet de l’expérience vécue par tant d’autres de ses congénères. Il a réalisé cet exploit inimaginable, cet unique cliché du pas-de-deux sublime du ballet La Fille aux Cheveux Blancs, devant un parterre de 50,000 paysans étalés sur la colline venus assister à cet opéra modèle. Il lui fallait soit un tempérament de cassecou inconscient, soit un sens précoce de l’histoire pour prendre un tel risque insensé, tout cela pour approcher le plus près possible de l’événement et pour capturer l’instant sublime. Pour cela Li Zhensheng était vraiment « dans » la révolution. Sa contribution incroyable est d’avoir conservé et caché plus de 30,000 négatifs des plus sensibles de cette révolution. A juste titre donc il figure avec un autre artiste contemporain, Wang Qingsong, comme l’un des deux seuls photographes chinois dans le documentaire de la BBC «The Genius of Photography» de 2007.   Jean Loh Galerie Beaugeste Shanghai L’exposition WINDS and CLOUDS dure jusqu’au 30 avril 2012 www.beaugeste-gallery.com

Hundreds of thousands carry self-made Mao

Red Guards dance loyalty July 1966 1966年7月红卫兵跳忠字舞

78 Connexions / printemps 2012


©©LiLiZhencheng Zhencheng

photographie 摄影

1968年在黑龙江数以万计的群众举着自己绘制的毛主席肖像进行集会

Self Portrait-June 1966

文革初期的自拍像

© Li Zhencheng

© Li Zhencheng

© Li Zhencheng

portraits to show of loyalty to the Great Leader Harbin June1968

Reading Mao thought before swimming helps you stay on course-Heilongjiang July 1968 1968年在黑龙江游泳的人们朗读红宝书

printemps 2012 / Connexions 79


Magazine

杂谈

Par Laurent Ballouhey Littérature française et culture chinoise, Yvan Daniel Ed. Les Indes savantes, 270 pages, 32 € La diffusion de la culture et de la littérature chinoises à l’extérieur de l’empire du milieu est une conséquence, positive cette fois-ci, des guerres de l’opium et les traités inégaux qui s’en suivent. Cette ouverture forcée de la Chine correspond en effet à partir de 1840 au début des échanges réguliers, culturels puis linguistiques, entre la Chine et certains pays européens souvent par l’entremise des missionnaires. Un Bureau et une Ecole de traduction sont mis en place, avec des traductions de plus en plus nombreuses et fiables dans les deux sens. Les traducteurs européens viennent en Chine tandis que les premiers étudiants chinois partent faire des séjours prolongés en Europe. La sinologie française du XIX siècle, avec la création du Collège de France et du premier enseignement dans le monde occidental de langue chinoise par Stanislas Julien en 1814, occupe une place de choix dans cet échange. C’est grâce à sa médiation que la culture et la littérature chinoises apparaissent sur la scène littéraire française. Après l’avoir été des philosophes des Lumières grâce aux Jésuites, la Chine devient à nouveau le modèle du ‘Parnasse contemporain’ qui attirera les poètes Théophile Gautier, Charles Baudelaire et Stéphane Mallarmé. La découverte et les échanges encore expérimentaux avec la culture chinoise inspireront des œuvres souvent originales auprès d’auteurs aussi divers que Jules Verne, Pierre Loti et Judith Gautier, puis Paul Claudel, Victor Segalen, Henri Michaux, plus tard enfin André Malraux ou Simone de Beauvoir. Les inf luences furent réciproques, manifestant une grande créativité. Les livres sur la Chine, introduction à la culture ou initiation au voyage, se sont ajoutés aux traductions littéraires toujours plus nombreuses, alliant

80 Connexions / printemps 2012

les textes classiques aux romans les plus modernes, sans oublier les analyses et les commentaires plus savants des sinologues. Un répertoire même incomplet d’auteurs français sur la Chine et de livres d’auteurs chinois traduits en français constituerait une bibliothèque d’un millier d’ouvrages. Impressionnant résultat de deux cents d’échanges interculturels franco-chinois. Les années fastes, Chen Guanzhong Ed. Grasset, 410 pages, 20 € Une vision orwellienne de la Chine, dans un roman considéré comme le 1984 chinois, qui n’a pu être publié qu’à Hong Kong, mais qui a suscité un large débat au sein des intellectuels chinois du continent qui n’ont pu y accéder que grâce à internet. Cette vision réaliste et sarcastique à la fois d’une Chine dynamique, moderne et prospère, distille en même temps au fil des pages une critique voilée de tous ceux qui soutiennent le régime par leur silence ou du bout des lèvres, en tout cas sans se poser de question. Nous sommes en 2013. La Chine, plus riche et plus forte que jamais, semble avoir atteint son objectif et réussi le défi lancé depuis un siècle par ses dirigeants. Le monde entier se remet non sans mal d’une violente crise financière et la Chine rachète à tour de bras de grosses entreprises étrangères. Mais le Parti communiste chinois exerce son pouvoir autoritaire, alternant la souplesse et la manière forte, et continue de se féliciter de ne pas avoir adopté la voie de la démocratie occidentale ni ses valeurs universelles. Cette période de la Chine est qualifiée d’ « âge d’or » (shengshi) qui fut utilisée à deux reprises pour évoquer les dynasties Han et Tang et évoquer les deux apogées de la Chine impériale. C’est de cette période ancienne que tire de roman contemporain. L’histoire est racontée à travers l’expérience d’un écrivain de Taiwan qui vit à Pékin. Celui-ci Lao Chen partage cette même étrange béate satisfaction qui a gagné la majorité de la population chinoise. Il se surprend à manifester une certaine complaisance avec ce régime politique qui


Livres 图书

n’est pourtant pas le sien. Jusqu’à ce qu’il rencontre deux anciens amis perdus de vue, les deux seules personnes mécontentes qu’il connaisse en Chine. Ces deux là sont d’anciens participants au mouvement étudiant de 1989 et qui en veulent à leurs amis intellectuels pour avoir abandonné leurs idéaux d’antan en échange d’une vie matérielle aisée. Le pouvoir entretemps a déployé tous ses efforts pour gommer cette date en imposant le silence et l’oubli , jusqu’à effacer cette date du calendrier. Un roman passionnant et drôle, sans doute plus politique que littéraire, mais qui a la rare qualité de retracer cette période oubliée par beaucoup et qui jette un regard à la fois critique et instructif sur la société chinoise d’aujourd’hui. Ces entreprises qui font la Chine, Dominique Jolly Ed. Eyrolles, 28 €, 245 pages Nous pouvons compter pour comprendre la Chine d’aujourd’hui sur un grand nombre de livres, souvent excellents et savants, mais qui l’abordent sous un angle très général, qu’il s’agisse d’économie, d’histoire, de sociologie, de philosophie, ou parfois de micro-management. Mais il n’existait pas jusqu’ici, au moins en langue française - car ils abondent en langue anglaise-d’ouvrage qui traite de la place, du rôle des entreprises françaises et surtout de leurs stratégies en Chine. Ce livre, qui vise explicitement les cadres des entreprises installées en Chine, comble enfin un grand vide et va répondre de façon pragmatique et avec compétence aux besoins des deux mille entreprises françaises implantées en Chine qui emploient plus de trois cent mille Chinois, réalisant un chiffre d’affaires de 25 milliards d’euros, soit le double du montant des exportations de la France vers la Chine. Pour travailler en Chine et surtout avec les Chinois, et y être un acteur efficace, il est indispensable de détenir un certain nombre de clés et de maitriser une culture minimum qui permet de se mouvoir sur un terrain où les codes, les logiques, les pratiques et les comportements sont bien différents de ceux des occidentaux. C’est là l’objectif parfaitement atteint que s’était donné cet ouvrage aussi riche que clair, ce qui le rend à la fois

•••

图书精选 Coup de coeur Mythologies et imaginaire du monde chinois, Catherine Bourzat Ed. Marabout no 1595 , 345 pages, 6,90 € Petit livre très dense et agréable à lire, cet ouvrage établit un registre de la mythologie millénaire chinoise. Fictions, figures et personnages, réels ou imaginaires, sur la base desquels le monde chinois a forgé ses images et représentations. La mythologie divine y tient une toute petite place, car la civilisation chinoise s’est moins souciée de savoir d’où vient le monde ou de le comprendre que de chercher comment y vivre bien et mieux. Elle a manifesté à ce sujet une infatigable capacité d’inventaire et d’observation des phénomènes naturels. Pour les étudier, les Chinois ont établi des systèmes de représentation harmoniques et chiffrés, parfois mystérieux, plus enclins à la divination qu’à une démarche scientifique. Mais à la différence de la mythologie grecque, hébraïque ou même hindoue, il n’existe pas de force divine expliquant et guidant à la fois le cours de la nature et de la condition humaine. Pas de Genèse depuis les origines. Seulement un avant suivi d’un après, un grand chaos au début, un déclin initial et le monde s’est mis en marche tout seul. La mythologie chinoise est en fait le plus souvent composé de contes, de récits , de légendes puisées dans les romans mythologiques des Ve et VI e d’abord, puis dans les annales et chroniques régionales, les écrits et notes de lettrés, les biographies d’empereurs , les dits et proverbes des philosophes, la poésie, le théâtre, le folklore. Rien de strict, de coordonné, de cohérent, un fouillis qui fait la richesse et le charme d’un monde au sein duquel a puisé sans limite l’ imaginaire chinois. Ce livre foisonnant est conçu comme un guide de voyage pour naviguer en toute liberté dans ce monde imaginaire. Il ordonne ce désordre apparent en le regroupant en trois volets, le premier qui décrit la carte et le territoire du pays, le second ce qui se cache sous les caractères, l’écriture et les signes, et enfin le troisième ce qui relève des morts, des dieux et des esprits. Une autre façon originale et distrayante de découvrir et de parfois accéder à la réalité du monde chinois.

printemps 2012 / Connexions 81


Magazine

杂谈

Livres 图书

passionnant et efficace pour un large public de ••• lecteurs. Fruit d’une expérience directe sur le terrain doublée d’un enseignement de trois ans auprès d’une université de Suzhou, l’ouvrage se compose de deux grandes parties, selon un schéma traditionnel en matière de stratégie d’entreprise qui enchaine l’analyse, la formulation et la mise en œuvre. La première partie présente de manière très documentée les rouages principaux du pays, les priorités et les stratégies de développement des acteurs chinois, autant publics que privés. La seconde partie décrit les diverses situations, très variables selon le temps, l’espace (les lieux et les régions) et les secteurs d’activité économique où les réglementations peuvent ne pas être les mêmes. Les conclusions tirées de la mise en œuvre de ces stratégies sont les plus originales, en ce sens qu’elles permettent d’élucider les contextes sociaux et culturels si différents et si importants en Chine. En fin de compte, ce livre répond à la question si souvent posée de savoir s’il faut craindre la Chine, l’éviter ou la fuir , parce que son développement se ferait en sens unique à nos dépens. Il propose d’adopter l’attitude contraire qui est de s’efforcer de devenir un partenaire de la Chine et fournit aux cadres et dirigeants d’entreprises françaises les clés et les moyens d’avancer dans cette voie.

作品赏析 Vu de l’esprit Internet et politique en Chine, Séverine Arsène Ed. Karthala, 420 pages, 25 €, Les blogs ou mini-blogs et les forums de discussion chinois mobilisent chaque jour un nombre croissant de Chinois sur les plus de cinq cents millions d’internautes existant dans le pays. Ils prennent de plus en plus position sur les grandes questions sociales, comme le traitement réservé aux paysans-ouvriers migrants, les expropriations illégales de terres dans les campagnes et dénoncent souvent de façon caustique la corruption des fonctionnaires ou le mode de vie de « nouveaux riches » de leurs dirigeants et surtout de leur progéniture. Le Parti communiste tente d’empêcher, avec succès, la presse écrite ou audiovisuelle d’évoquer ces scandales en s’appuyant sur une système raffinée de censure qui s’est même renforcée avec le temps. Chaque journal bénéficie en effet d’un quota de douze points par an pour révéler des « affaires », mais ce même comptage autorise la suspension ou la fermeture du journal lorsque ce quota est atteint. Un équivalent original et ironique de « bonne conduite journalistique » du permis à points automobile en quelque sorte. Mais la contestation s’est malgré tout étendue à ce nouvel espace d’expression publique qu’est devenu internet, plus difficile à canaliser malgré les efforts déployés par la police du web pour élever une « grande muraille de feu » entre les citoyens et le pouvoir. Le web chinois est en effet devenu un espace public complexe ouvert à des voix multiples, où chacun peut faire entendre sa voix, mais certains plus d’autres. Car s’il favorise une réelle expression de l’opinion publique dans sa diversité, il autorise tout autant une manipulation par le pouvoir qui dénature de façon croissante cette jeune et fragile liberté d’expression. Il n’en reste pas moins que le web contribue à développer une plateforme d’opinions de nature à influencer le pouvoir. Cet ouvrage, très fouillé et fondé sur de nombreuses enquêtes et entretiens avec les internautes eux-mêmes, est à l’origine une thèse de doctorat de science politique. Il nous en apprend beaucoup sur la façon dont les Chinois conçoivent le rôle d’internet dans la société et propose à travers eux un éclairage original sur le régime et son fonctionnement. Il aboutit à une réflexion assez profonde et de portée très générale sur la place de la communication numérique qui dépasse le cadre strictement chinois.

82 Connexions / printemps 2012



Connexions 61