Page 1

COMMERCE

L’attractivité des centres-villes [Page 12]

SERVICES

INDUSTRIE

Le tourisme mise sur l’originalité

Mobilisés pour créer des emplois

[Page 15]

[Page 13]

JUILLET 2013

#40

Perspectives Le journal d’information des CCI de la Manche

DOSSIER

Difficulté des entreprises : anticipez ! Prises en amont, les difficultés des entreprises peuvent être résolues. Dans la Manche, des dispositifs, efficaces et discrets, sont au service des PME. Pour cela, il faut absolument ANTICIPER !

[Pages 8 à 11]


8 Dossier

édito

Difficulté des entreprises : anticipez !

Retrouvez toute l’actualité des CCI de la Manche ainsi que les agendas et les permanences…

18 Tête à tête

Le e-commerce est un mode d’échange en vogue. Pour autant, l’opposer au commerce en magasin serait une erreur car ces deux circuits sont complémentaires. Les dirigeants d’entreprise doivent donc revoir leur modèle économique. S’adapter en permanence doit rester leur maître mot et les CCI sont là pour les y aider. Conseil individuel ou collectif, nos conseillers d’entreprises les accompagnent, quotidiennement, aux usages des nouvelles technologies.

➽ Granville

Fumeur de poisson

C’est pour les y sensibiliser que les CCI de Normandie ont organisé les Webtrophées en juin. Nos objectifs : inciter le maximum d’entrepreneurs à se doter d’un site Internet performant et leur permettre de faire évaluer la qualité de leur outil de communication et de vente par des experts du web. A l’heure actuelle, une entreprise sur deux se priverait d’un canal propice à la communication, à la vente en ligne et à la relation avec les clients. Autant d’opportunités de développement manquées. Le 4 novembre, à Saint-Sauveur-le-Vicomte, nous remettrons les prix aux lauréats qui auront valeur d’exemples sur leurs territoires et dans leurs professions.

16 Ensemble Groupe FIM

L’apprentissage des chiffres

➽ Sainte-Marie-du-Mont

Un air de camping

Ce numéro est la dernière parution de Perspectives. Depuis juillet 2003, nous vous avons donné ce rendez-vous, chaque trimestre, pour vous diffuser une information économique. Nous vous remercions d’avoir été fidèles à ce rendezvous de lecture. Début 2014, ce sera un nouveau magazine normand dont le contenu sera partagé entre des informations régionales et des informations territoriales, 6 fois par an. Le lien entre nous – chefs d’entreprise dont la mission est de représenter les intérêts généraux de vos entreprises - et vous – chefs d’entreprise soucieux de développer vos entreprises et l’emploi -, se poursuivra pour contribuer, ensemble, au développement de notre territoire. n

Création et reprise d’entreprise

« J’étais motivée et la CCI m’a suivie »

20 En fiche Se développer à l’étranger avec un Volontaire International en Entreprise

Perspectives Juillet 2013 - n°40 Journal d’information des CCI de la Manche

Publication des deux CCI de la Manche : CCI Centre et Sud Manche - CS 50219 – 50402 Granville Cedex - Tél. 02 33 91 33 91 - Fax 02 33 50 63 11 - E mail : cci@granville.cci.fr - www.centreetsudmanche.cci.fr CCI Cherbourg Cotentin, Hôtel Atlantique, bd Félix Amiot – BP 839 – 50108 Cherbourg-Octeville cedex / Tél. 02 33 23 32 00 – Fax : 02 33 23 32 28 - E-mail : com@cherbourg-cotentin.cci.fr - www.cherbourg-cotentin.cci.fr Directeur de la publication : Loïc Houssard / Rédaction en chef : Catherine Josselin, Florence Héroult / Comité de rédaction : Daniel Guérin, Erwan Le Roux, Patrick Merlin, Patricia Pignot-Perez, Claude Poulain, Joël Viger. Conception, rédaction, photographies et mise en page : aprim-caen.fr / Impression sur papier recyclé : groupe Corlet Imprimerie / Régie publicitaire : Ouest Expansion / ISSN : 1762-9055 / Tirage : 18 006 exemplaires. J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

3 2 0 1 3

4 Actualité

Loïc Houssard Jean-Claude Camus Président de la Président de la CCI Centre et Sud Manche CCI Cherbourg Cotentin Président du groupe FIM

J u i l l e t

Prises en amont, les difficultés des entreprises peuvent être résolues. Dans la Manche, des dispositifs, efficaces et discrets, sont au service des PME. Pour cela, il faut absolument ANTICIPER !

Perspectives

La mutation du commerce


➜l’actualité

La CCI rencontre les entrepreneurs à Saint-Lô

Perspectives

Cherbourg Cotentin

J u i l l e t

2 0 1 3

4

des cci

Salon Prov’emploi Chaque année se tient à Paris, Porte de Champerret, le salon Prov’emploi, le salon pour vivre et travailler en province. Cette année, il aura lieu le 15 octobre de 10 h à 20 h. La CCI, aux côtés du Conseil général de la Manche, du club Manche attractivité et des pays du département, participera à cette action afin de présenter et valoriser les offres d’emploi, les offres de reprise d’entreprise de son territoire. « Les Espoirs de l’économie » Chaque année, la CCI organise le concours « Espoirs de l’économie ». Ces trophées sont l’occasion de valoriser et de récompenser la réussite des entreprises locales, de démontrer l’esprit d’entreprendre en Cotentin. Il s’adresse aux entreprises créées ou reprises depuis moins de 5 ans et pouvant justifier d’une année de bilan écoulée au 1er juillet 2013. Les candidatures doivent être transmises au plus tard le 20 septembre à midi. La remise des prix aura lieu le jeudi 17 octobre lors du salon « Créer, reprendre une entreprise en Normandie » à la CCI. (Contact) 

Corinne Bled - CCI Cherbourg Cotentin Tél. 02 33 23 32 33 E mail : cbled@cherbourg-cotentin.cci.fr Votre entreprise change : prévenez le CFE Pensez à mettre à jour les informations qui concernent votre entreprise ! Modifications d’adresse, téléphone, forme juridique, nouvelle adresse e mail ou création de site internet. Toutes ces informations nous intéressent. Contactez le service fichier/CFE de la CCI. (Contact) 

Nelly Dugardin - Tél. 02 33 23 32 05 E mail : ndugardin@cherbourg-cotentin.cci.fr

Les élus de la CCI Centre et Sud Manche poursuivent les rencontres avec les chefs d’entreprise et les élus locaux. Le 5 juin, ils étaient à Saint-Lô, reçus par François Digard, président de la communauté d’agglomération. Près d’une centaine de personnes a répondu à l’invitation commune. Y ont été présentés : les résultats d’une enquête réalisée auprès des entreprises locales, l’économie du territoire et les flux de consommation ainsi que les projets d’aménagement et l’offre de services de la CCI. La prochaine réunion se tiendra à Saint-James le 3 septembre, une occasion renouvelée pour la CCI de rappeler qu’elle est un partenaire privilégié pour tout ce qui a un rapport avec l’entrepreneur, l’entreprise et le développement économique tout comme elle se mobilise pour faire entendre la voix des entreprises. n [ Contact ]

Catherine Josselin, CCI Centre et Sud Manche Tél. 02 33 91 33 53 – E mail : cj@granville.cci.fr

Parrainer une jeune entreprise Afin de compléter son offre d’accompagnement des porteurs de projet, la CCI Cherbourg Cotentin met en place le parrainage de la jeune entreprise. Ce dispositif a pour objectif de soutenir les jeunes entrepreneurs dans leur développement, en mettant à leur disposition l’expérience et l’expertise de chefs d’entreprise ou dirigeants confirmés. Toute entreprise de

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

moins de trois ans, inscrite au registre du commerce et des sociétés, peut en bénéficier. Ce suivi de la jeune entreprise pendant les premières années de son activité est un gage de pérennité. n

M a n c h e

[ Contact ] Olivier Roué, CCI Cherbourg Cotentin – Tél. 02 33 23 32 37 E mail : oroue@cherbourg-cotentin.cci.fr


Actualité

Les compagnies consulaires de la Manche encouragent les entreprises à ouvrir leurs portes aux visiteurs au travers des « Visites du Jeudi ». En 2013, 115 entreprises dont une vingtaine de nouvelles ouvriront leurs portes au public du 20 juin au 19 septembre (363 visites sont programmées). L’opération a été lancée à La Cidrerie

Goût d’entreprendre : des chefs d’entreprise vont témoigner Les 4 compagnies consulaires de la Manche (1) renouvellent la Semaine du goût d’entreprendre en 2013. Du 18 au 22 novembre, des chefs d’entreprise rencontreront des lycéens et étudiants de la Manche dans leurs établissements pour témoigner de leur parcours, du déclic qui s’est produit un jour, du projet qui a cheminé, de leurs doutes et des encouragements qu’ils ont reçus. n (1)

Théo Capelle à Sotteville. En 2012, plus de 3 500 visiteurs ont poussé les portes des entreprises manchoises. n Manche Développement regroupe la Chambre de commerce et d’industrie Centre et Sud Manche, la Chambre de commerce et d’industrie Cherbourg Cotentin, la Chambre de métiers et de l’artisanat et la Chambre d’agriculture. (1)

Management : deux nouveaux présidents Deux nouveaux présidents pour l’APM (Association Progrès du Management) dans la Manche : Yohan Bossard (KPMG) pour le 1er groupe et Denis Lot (Daltoner) pour CO’Manche, le 2ème groupe. Forts d’une trentaine de membres, ce réseau de dirigeants d’entreprises prône le progrès de l’entreprise et sa valorisation sociale. Leur credo : inventer leur propre management sans se priver des apports théoriques et pratiques d’experts, ni des expériences des autres dirigeants. n [ Contacts ] Rodrick Carrasco, E mail : rodcar@onesime.com Anne-Gabrielle Le Pape, E mail : ag.lepape@onesime.com

Les deux Chambres de commerce et d’industrie de la Manche, la Chambre de métiers et de l’artisanat et la Chambre d’agriculture.

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

Tester son projet innovant Un 6ème « Concours d’idées » est ouvert dans le cadre de la journée « Créer, reprendre une entreprise en Normandie » (cf. agenda) du 30 juillet au 7 novembre, 14 h. Organisé par la CCI, il offre l’opportunité à l’entrepreneur de tester son projet, de soumettre ses idées innovantes à un jury et met en avant des idées de création : produits, services, commerce, technologie, etc. Les critères de sélection : originalité, potentiel économique, faisabilité du projet et motivation du candidat. (Contact)

Tél. 02 33 91 33 91 E mail : eef@granville.cci.fr Observatoire du commerce et de la consommation La CCI met son observatoire du commerce et de la consommation à la disposition des chefs d’entreprise et des collectivités locales. Cet outil, régulièrement actualisé, permet de connaître le comportement d’achat des ménages du centre et sud Manche. Qu’achètent-ils ? Où ? Comment ? Pour quel montant ? (Contact)

Alain Furic Tél. 02 33 91 33 42 E mail : afu@granville.cci.fr

5 2 0 1 3

(Contact)

Tél. 02 33 91 33 91 E mail : eef@granville.cci.fr

J u i l l e t

« Les Espoirs de l’économie » Le prochaine concours « Espoirs de l’économie » est lancé. Ouvert à des entrepreneurs du centre et sud Manche (entreprises immatriculées entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2012), ce concours organisé par la CCI a pour objectifs de promouvoir l’esprit entrepreneurial, mettre en valeur la réussite, l’exemplarité et le dynamisme d’un dirigeant. Les candidatures doivent être transmises au plus tard le 9 septembre à la CCI Centre et Sud Manche. La remise des prix se déroulera lors de la journée « Créer, reprendre une entreprise en Normandie » (cf. agenda).

Perspectives

Centre et Sud Manche

Visites du jeudi : c’est parti pour l’été


➜l’actualité Cherbourg Cotentin

Perspectives

Contact : 02 33 23 32 00

J u i l l e t

2 0 1 3

6

des cci

Rencontre inter-entreprises autour du golf

Septembre Jeudi 12 Petit déjeuner du développement commercial « Comment mieux réussir l’entretien de vente ? » 8 h 30 à 10 h, CCI Cherbourg Cotentin

[Contact] Elisabeth Lepetit Lundi 15 Atelier Tic et Com « Les clés d’un site internet réussi »

10 h à 12 h, CCI Cherbourg Cotentin

[Contact] Sylvie Gourlan Vendredi 20 Les déjeuners d’affaires du vendredi

12 h à 14 h, CCI Cherbourg Cotentin

[Contact] Elisabeth Lepetit Jeudi 26 Petit-déjeuner RH « La protection de l’information au cœur du processus RH »

8 h 30 à 10 h, CCI Cherbourg Cotentin

[Contact] Nicolas Doraphé

Octobre Mardi 15 Petit déjeuner du développement commercial « Comment construire un argumentaire et une méthode de vente efficace ? » 8 h 30 à 10 h, CCI Cherbourg Cotentin

[Contact] Elisabeth Lepetit Jeudi 17 Créer, reprendre une entreprise en Normandie

9 h à 17 h 30, CCI Cherbourg Cotentin

[Contact] Corinne Bled

Vendredi 25 Les déjeuners d’affaires du vendredi

12 h à 14 h, CCI Cherbourg Cotentin

[Contact] Elisabeth Lepetit Jeudi 24 Petit déjeuner RH « Le bien-être au travail, ça existe ! »

La CCI Cherbourg Cotentin a organisé une compétition de golf inter-entreprises au golf de la presqu’île du Cotentin à Fontenay-sur-Mer. Soixante joueurs classés, dirigeants d’entreprise et collaborateurs, ont participé à cette première édition de la coupe de la CCI disputée sous le soleil. L’occasion de partager des moments conviviaux, de mieux se connaître et pourquoi pas de faire des affaires. n

Prévention : réaliser son auto-diagnostic

Mortainais : garder ses clients sur le territoire

La CCI Cherbourg Cotentin met à disposition des entreprises un outil d’autodiagnostic pour tester la santé de leur entreprise. Disponible sur le site de la CCI au www.cotentin-entreprendre. com, ce questionnaire, entièrement anonyme, permet de déterminer le niveau de difficulté rencontré par l’entreprise et de prendre contact rapidement avec un conseiller d’entreprise. n

Six mois après le lancement de la Fédération pour la dynamisation du commerce et de l’artisanat du Mortainais (1), son premier projet d’envergure a vu le jour. Un guide pratique, tiré à 13 500 exemplaires a été distribué dans les boîtes aux lettres du Mortainais et est disponible, notamment, dans les mairies du territoire. Il comporte une présentation détaillée des 315 adhérents (8 UCA) afin de faire connaître l’offre commerciale locale aux habitants. Et pour accroître la mobilité de la clientèle dans le Mortainais, la Fédération a également proposé un jeu-concours les incitant à découvrir ou redécouvrir le tissu commercial et artisanal en dehors de leurs villages. n

[ Contacts ] Jean-Luc Marquet, CCI Cherbourg Cotentin / Commerces / services à la personne Tél. 02 33 23 32 16 E mail : jlmarquet@cherbourg-cotentin.cci.fr François Dublaron, Industries/services à l’industrie - Tél. 02 33 23 32 23 E mail : fdublaron@cherbourg-cotentin.cci.fr

8 h 30 à 10 h 30, CCI Cherbourg Cotentin

➜ permanences

Novembre

• Avocats : 11 et 25 juillet, 8 et 22 août, 5 et 19 septembre, de 14 h à 17 h.

Lundi 4 Remise des prix Webtrophées

• Egée : les lundis de 9 h 30 à 11 h 30.

[Contact] Nicolas Doraphé

16 h, cinéma le Normandy à Saint-Sauveur-Le-Vicomte

[Contact] Nadège Morby

(1)

Son animatrice a été recrutée par la CCI Centre et Sud Manche et mise à disposition de la nouvelle Fédération.

[ Contact ] Doriane Judic - Tél. 02 33 79 39 61 – E mail : contact@fdcam.fr

CCI Cherbourg Cotentin

• Experts-comptables : 9 juillet, 13 août, 10 septembre, 8 octobre de 14 h à 17 h.

• Notaires : 8 juillet, 5 août, 2 septembre, 7 octobre de 10 h 30 à 12 h 30. • RSI : 4 et 19 septembre, 2 et 17 octobre de 9 h 30 à 16 h 30.

Pour ces permanences, l’inscription est obligatoire auprès de l’espace Createk

[Contact]

Corinne Bled, Tél. 02 33 23 32 33 E mail : cbled@cherbourg-cotentin.cci.fr


Actualité Centre et Sud Manche

Septembre

Lundi 16 Théma’Net « La facture électronique : synthèse en une heure » 9 h à 10 h 30, CCI à Saint-Pair-sur-Mer

Jeudi 26 Petits déjeuners des entrepreneurs « Jeune entreprise : mes relations avec le RSI » 8 h 30 à 10 h, CCI à Agneaux (1)

Avec le soutien financier de la Région, du Département, de la Ville, du pays granvillais et de la Muti.

[Contact] Catherine Josselin CCI Centre et Sud Manche - Tél. 02 33 91 33 91 E mail : cj@granville.cci.fr

Octobre Mardi 15 Les rencontres laboratoires et entreprises « Les contrats aidés » 9 h à 12 h, lycée La Morandière à Granville

Entreprendre : les CCI font leur pub Les Chambres de Commerce et d’Industrie de France ont lancé fin mai une campagne nationale et régionale de communication à destination des entrepreneurs (presse écrite, radio, internet). Dans un contexte où la France a plus que jamais besoin de ses entreprises afin de sortir de la crise, les CCI se mobilisent pour soutenir toutes les envies d’entreprendre. Cette campagne de communication, signée par l’agence BDDP & Fils, adopte une tonalité simple et directe pour rendre hommage à tous les entrepreneurs qui se battent au quotidien pour faire vivre et croître leur entreprise. Chacune des cinq annonces leur adresse un message qui salue leur engagement tout en faisant écho à des thématiques d’actualité. n

➜ permanences

CCI Centre et Sud Manche

Egée • Assistance et conseil des entreprises (Avranches, Coutances, Granville, Mortain, Saint-Hilaire-du-Harcouët) : lundi et jeudi, 9 h 30 à 11 h 30, sur rendez-vous.

[Contact] Gaëlle Olive, CCI, Tél. 02 33 91 33 57 - E mail : golive@granville.cci.fr RSI • 4ème mardi du mois, de 10 h à 12 h.

Adie • Tous les mardis après-midi, exclusivement sur rendez-vous.

Tél. 02 31 85 23 35

Tél. 02 31 82 55 55

Compétences en Temps Partagé • Jeudi, de 9 h à 11 h à Agneaux.

Novembre Lundi 4 Remise des prix Webtrophées

16 h, cinéma le Normandy à Saint-Sauveur-Le-Vicomte

[Contact] Vincent Laguette Jeudi 7 Journée « Créer, reprendre une entreprise en Normandie » 9 h 30 à 18 h, parc expo à Saint-Lô

Jeudi 7 Petits déjeuners des entrepreneurs « Recruter un apprenti, mode d’emploi » 8 h 30 à 10 h, CCI à Saint-Pair-sur-Mer

Lundi 18 Théma’Net « Nouvelles obligations des télédéclarations des impôts professionnels » 9 h à 10 h 30, CCI à Saint-Pair-sur-Mer

Tél. 02 33 91 33 91 - Site : www.ctpbn@com

Décembre

INPI • De 14 h à 18 h 10 septembre à Saint-Pair-sur-Mer, 19 novembre à Agneaux

Lundi 16 Théma’Net « Les réseaux sociaux : atouts et faiblesses » 16 h à 17 h 30, CCI à Saint-Pair-sur-Mer

[Contact] Vincent Chapelain, CCI, Tél. 02 33 91 33 48 - E mail : vch@granville.cci.fr

7 2 0 1 3

Le 1er rendez-vous normand de la mer est à Granville. Cette année, le Festival des coquillages et des crustacés se tiendra les 5 et 6 octobre. Depuis maintenant 11 ans, le 1er port coquillier de France met les produits de la mer à l’honneur. Organisé par la CCI Centre et Sud Manche (1), ce festival dédié aux produits de la mer propose des animations variées au public, grands et petits, ludiques et pédagogiques : restauration et vente de coquillages et crustacés au « Bar de l’écaille », dégustations et démonstrations de cuisine par les Chefs, produits transformés de la mer, ateliers de cuisine pour les enfants, organismes de recherche, etc. n

J u i l l e t

En octobre, Granville fêtera les produits de la mer

Perspectives

Contact : 02 33 91 33 91


Perspectives

➜dossier

Difficulté des entreprises : anticipez ! Face à la crise, bon nombre d’entreprises connaissent des difficultés. Prises en amont, elles peuvent être résolues. Dans la Manche, des dispositifs existent (efficaces et discrets) pour éviter que les situations ne s’aggravent. Pour cela, il est nécessaire d’anticiper au maximum.

J u i l l e t

2 0 1 3

8

Les chefs d’entreprise ne sont pas seuls ! L’affiche, signée des Juges et des Greffiers des Tribunaux de Commerce de France, a été conçue pour rassurer. Des structures d’accompagnement existent à travers le département. J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e


Au tribunal de commerce de Coutances, Maurice Cantier, greffier en chef, et Christian Dutertre, le président du tribunal.

« Les difficultés financières font partie de la vie quotidienne des entreprises. »

Alain Lhardy, le président du tribunal de commerce de CherbourgOcteville.

Qu’on se le dise ! « Ma porte est toujours ouverte. Notre premier souci est de sauver les entreprises et les emplois. » À Coutances, même discours du président Christian Dutertre : « Nous sommes le lieu naturel de la prévention. Notre but est d’aider les dirigeants pour pérenniser l’entreprise. De façon totalement confidentielle, tout peut se dire. On est là pour écouter. Nous disons simplement voilà les outils qui existent pour vous aider, nous ne prenons pas de décisions à leur place. » Et oui, un tribunal de commerce reçoit et écoute, en dehors de toute audience. Deux façons de prévenir existent : la première est spontanée, il suffit de téléphoner ; la seconde est sur invitation. À la lecture des bilans, les juges et le greffe détectent les difficultés. Là aussi, l’objectif

Les CCI aux côtés des entreprises Au quotidien, les CCI et leurs conseillers informent les entreprises des outils à leur disposition. Reste à convaincre ces dernières de la nécessité de la prévention. Tiers de confiance de la médiation du crédit (aux côtés d’autres organismes), les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) accompagnent les chefs d’entreprise dans leurs démarches auprès des banques. La mission est alors d’étudier le dossier et de lui donner un avis qualifié sur la situation et sur la pertinence de la demande. Plus largement, les conseillers reçoivent et écoutent les dirigeants à tout moment de la vie de l’entreprise. « Il ne faut pas attendre la dernière minute. Dès que des frémissements se font sentir, il est nécessaire d’agir vite et cela d’autant plus que l’économie se ralentit », précise Didier Lepers, conseiller à la CCI Centre et Sud Manche. Obtenir des rendez-vous, temporiser… sont le quotidien des conseillers. A la CCI Cherbourg Cotentin, on s’apprête à mettre en ligne un auto-diagnostic anonyme. « Avec cet outil, il sera possible de connaître l’état de santé de son entreprise et de déterminer le niveau pour agir », explique Jean-Luc Marquet, conseiller CCI. Afin de mieux renseigner les entreprises, les réseaux et les correspondants locaux, « au plus près du terrain », vont être réactivés. De même, une réflexion sera lancée, avec le tribunal de commerce, pour la mise en place d’une formation sur les difficultés que peut rencontrer toute entreprise. [ Contacts ] CCI Centre et Sud Manche Didier Lepers - Tél. 02 33 91 33 91 E mail : dlp@granville.cci.fr

DETTES FISCALES ET SOCIALES : des délais pour payer Avant qu’il ne soit trop tard, une commission, présidée par le directeur départemental des Finances publiques, est là pour aider les dirigeants. Obtenir des délais de paiement auprès des services fiscaux, c’est possible ! Comme ailleurs, la Commission des Chefs de Services Financiers (la CCSF) de la Manche est à la disposition des entreprises. « Leurs dirigeants peuvent solliciter, en toute confidentialité, des délais de paiement pour leurs dettes fiscales (TVA, IS, CFE...), sociales (part patronale des cotisations sociales, RSI...) et douanières », explique Aurélie Lecampion-Couillard, inspecteur des Finances publiques, chargée de mission aux affaires économiques à la direction départementale des Finances publiques Aurélie Lecampion(DDFP) de la Manche. Tous les deux mois, la CCSF examine les cas et accorde Couillard, chargée de des plans et un échéancier. « Le respect de ce dernier entraîne la suspension mission à la direction des poursuites », précise la secrétaire de la commission. Pour en bénéficier, départementale des Finances publiques (DDFP) l’entreprise dépose un dossier ainsi que les pièces demandées. Pour cela, elle de la Manche. doit être à jour dans le dépôt de ses déclarations et dans le paiement de la part salariale de ses cotisations de sécurité sociale. Sinon, pas de soutien ! Une fois les délais de paiement accordés, à l’entreprise de respecter les échéances. « L’intérêt est que le plan tienne », ajoute Aurélie Lecampion-Couillard. Enfin (et il n’est pas inutile de le savoir), à l’issue du plan, les créanciers publics pourront accorder, sous conditions, une remise partielle des « accessoires » (majorations, pénalités, frais de poursuite...) !

CCI Cherbourg Cotentin

[Contact] : Aurélie Lecampion-Couillard Tél. 02 33 77 53 30 - E mail : aurelie.lecampion-couillard@dgfip.finances.gouv.fr

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

Jean-Luc Marquet - Tél. 02 33 23 32 16

jlmarquet@cherbourg-cotentin.cci.fr

l a

M a n c h e

9 2 0 1 3

L

e tribunal de commerce n’est pas un temple obscur ! C’est un lieu d’accueil pour trouver des solutions à ses difficultés. » Dans son discours de rentrée, en janvier dernier, Alain Lhardy, le président du tribunal de commerce de Cherbourg-Octeville, a, une nouvelle fois, voulu rassurer et lever les peurs qui entourent encore ce bâtiment pas comme les autres. Le tribunal n’est pas uniquement synonyme de sanction, il est aussi là pour de la prévention.

J u i l l e t

«

Perspectives

Dossier


Perspectives

➜le

J u i l l e t

2 0 1 3

10

dossier

BPI : des avances de trésorerie Quand l’argent vient à manquer, les difficultés ne sont pas loin. Avec l’aide de la Banque publique d’investissement (BPI), la trésorerie peut à nouveau « respirer ».

Une partie de l’équipe de la BPI (ex-Oséo) : Hélène Tanquerel, chargée d’études, Hervé Lelarge, directeur régional, et Nathalie Garnier-Edouard, déléguée financement garantie.

Ne dites plus Oséo mais Banque Publique d’Investissement (BPI). Si le nom change, les missions restent les mêmes. « Nous sommes là pour aider les entreprises en recherche de trésorerie, à travers deux outils, résume Nathalie Garnier-Edouard, à la BPI de Basse-Normandie. Tout d’abord, à travers un fonds de garantie pour couvrir le risque lors de la demande d’un prêt qui peut aller jusqu’à 70 %, avec le soutien de la Région. Ensuite, et là c’est une intervention en trésorerie directe, à travers le préfinancement du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi, le CICE (1). » Ainsi, dans l’attente de récupérer le CICE, la BPI propose « Avance + Emploi ». Pour en bénéficier, il convient de faire évaluer le montant du CICE par son expertcomptable, puis de déposer une demande d’avance directement en ligne. La BPI peut aussi intervenir pour la « mobilisation du poste client » par de possibles avances des créances de collectivités publiques ou de grands donneurs d’ordre.

est d’aider l’entreprise. Un rôle trop souvent méconnu. « Il ne faut pas attendre le dernier moment quand la difficulté se présente. Il faut anticiper ! », lance Alain Lhardy. Le mot est lâché, l’anticipation. Facile à dire, pas toujours facile à enclencher. Et pourtant. A travers le département, nombreuses sont les structures qui pratiquent la prévention, mettent en place des dispositifs de soutien et permettent ainsi d’éviter le pire. A côté des tribunaux de commerce (et les rendezvous confidentiels avec leurs présidents), on trouve le Centre d’Information sur la Prévention des entreprises en difficulté (le CIP) mais aussi la Banque de France avec la médiation du crédit, la direction des Finances publiques pour les dettes, la Banque publique d’investissement (ex-Oséo) pour de la trésorerie et bien évidemment les CCI. Structures d’accompagnement ou proposant des outils, toutes ont le même message : anticiper. « Ils sont souvent perdus et vivent cela comme un échec ou une honte. Or, les difficultés financières font partie de la vie quotidienne des entreprises. Nous sommes là pour les aider », explique Thierry de Robien, président du CIP Basse-Normandie Manche. Une fois par mois, l’association qu’il préside organise une permanence

pour informer et conseiller les entreprises (lire ci-contre). Dans les bureaux des deux CCI, la course contre la montre mobilise de la même façon les conseillers. « Le nombre d’entreprises qui aurait pu être sauvées si les dirigeants avaient réagi plus tôt », regrette Didier Lepers, conseiller à la CCI Centre et Sud Manche. Il en va aussi du paiement des dettes fiscales et sociales. Là encore, l’anticipation peut permettre de sauver l’entreprise. Et si les services fiscaux peuvent agir, encore faut-il qu’ils soient alertés. « Les chefs d’entreprise tardent trop à saisir notre commission qui

MÉDIATION DU CRÉDIT : un recours pour sa relation bancaire

Fabienne Bogard, directrice départementale de la Banque de France.

Le CICE, accessible à toutes les entreprises françaises, permet de réaliser une économie d’impôt substantielle. Pour 2013, elle équivaut à 4 % de la masse salariale, hors salaires supérieurs à 2,5 fois le SMIC. (1)

J o u r n a l

Le tribunal de commerce de Cherbourg-Octeville.

La médiation du crédit existe depuis le début de la crise, en 2008, et siège toujours. Ouvert à toute entreprise, quelle que soit sa taille ou son secteur d’activité, le dispositif de la médiation du crédit est toujours opérationnel dans la Manche (1), comme dans les autres départements. « Elle intervient souvent quand il y a eu un choc, comme le refus du banquier, donc en situation de crise. L’idée de la médiation est de ne pas laisser les PME seules quand se pose un problème de financement ou de trésorerie », commente Fabienne Bogard, directrice départementale de la Banque de France. Réunissant les principaux acteurs publics et privés du financement, dont les banques, la médiation, sous l’impulsion de la Banque de France, va très rapidement (en 7 jours) examiner de près la situation de chaque entreprise, réunir les partenaires, tenter de rapprocher les positions divergentes et proposer des solutions pragmatiques, concertées et adaptées. « Il s’agit souvent de rétablir un dialogue. » (1)

La mission de la médiation du crédit aux entreprises vient d’être renouvelée pour deux ans.

[Contact] • Pour saisir le médiateur : www.mediateurducredit.fr • Pour être accompagné dans les démarches par un tiers de confiance (comme les CCI) : Tél. 0810 00 12 10

(N° Azur, prix d’un appel local depuis un poste fixe).

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e


Le Centre d’Information sur la Prévention (CIP) des entreprises en difficulté conseille et oriente le chef d’entreprise. Il suffit de téléphoner pour obtenir assistance. Le 1er jeudi de chaque mois, le Centre d’Information sur la Prévention (CIP) des entreprises en difficulté se réunit. Autour de la table, à l’écoute du chef d’entreprise, ils sont trois, tous bénévoles : un ancien juge du tribunal de commerce, un expert-comptable ou commissaire aux comptes et un avocat. « Cette triple compétence d’experts, en un seul rendez-vous, permet de répondre aux besoins et d’orienter vers les solutions pratiques existantes », expose Thierry de Robien, président de l’association CIP Basse-Normandie Manche. Thierry de Robien, Bien évidemment, ces entretiens sont anonymes et gratuits. « Les difficultés président du CIP Bassene sont pas une fatalité. Il est toujours bon de réagir dès les premiers signaux, Normandie Manche. avant que les problèmes ne s’installent durablement. Au cours de nos entretiens, on trouve des solutions à des situations qui semblaient sans issue », poursuit le président. Chaque année, environ 70 entretiens sont ainsi organisés. Sur ce nombre, un cas sur deux évite une procédure judiciaire.

Au service des entreprises, le tribunal de commerce est aussi là pour proposer des solutions avant l’enclenchement de procédures. Quatre types de mesures ou procédures existent pour aider l’entreprise à dépasser ses difficultés. La loi a confié aux tribunaux de commerce un rôle de prévention, si les deux premières sont de nature préventive, les deux autres sont de nature curative. Si le redressement s’avère impossible, la procédure de liquidation judiciaire s’impose. Pour s’y retrouver, quelques définitions : • Le mandat ad hoc est le recours aux conseils d’un spécialiste pour accompagner le chef d’entreprise dans le traitement des difficultés ; • La conciliation est le recours à un conciliateur afin de parvenir à un accord avec les créanciers ; • La procédure de sauvegarde vise à engager la réorganisation de l’entreprise pour prévenir une cessation de paiement ; • Le redressement judiciaire est une procédure d’accompagnement de l’entreprise si elle est déjà en cessation de paiement ; • La liquidation judiciaire est la procédure de cessation d’activité.

[Contact] CIP 50 : Tél. 06 63 98 24 60 (un seul numéro pour la Manche) ou www.cip-national.fr

accorde des délais pour régler ces dettes. Il faut savoir demander de l’aide », souligne Aurélie Lecampion-Couillard, inspecteur des Finances publiques, chargée de mission aux affaires économiques à la direction départementale des Finances publiques (DDFP) de la Manche. La Commission des Chefs de Services Financiers, la CCSF (lire p.9), dont elle assure le secrétariat, veille à accorder des plans pour que l’entreprise puisse justement échelonner ses dettes (en moyenne sur 18 mois). À la Banque de France, à Saint-Lô, le système de la cotation est aussi un premier repère de la difficulté des entreprises.

Le tribunal de commerce de Coutances.

Processus d’appréciation de la situation financière des entreprises, la cotation (de 3++ à 9) est une note sur la capacité à honorer ses engagements financiers à horizon de 3 ans. « A partir de 5+, c’est déjà un indicateur d’alerte. Que les dirigeants d’entreprise nous contactent pour plus d’explications. Soit ils viennent nous

[ Contacts ] Tribunal de commerce de Coutances Tél. 02 33 19 42 11 Tribunal de commerce de Cherbourg-Octeville Tél. 02 33 93 24 60 www.infogreffe.fr www.cngtc.fr

« Notre premier souci est de sauver les entreprises et les emplois. » voir, soit nous nous déplaçons volontiers », explique Fabienne Bogard, directrice départementale de la Banque de France. Ce sont également ses services qui mettent en place la médiation du crédit (lire ci-contre). « Il ne faut jamais attendre. Il est nécessaire de jouer la transparence et l’information. Plus le banquier est préparé, mieux il va réagir », conseille la directrice. Autre organisme accessible aux entreprises, l’ex-Oséo, devenu la Banque publique d’investissement (BPI) peut dégager de la

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

trésorerie pour les entreprises qui lui en font la demande (lire p.10). « Depuis la loi de sauvegarde de 2005, il y a des outils très favorables à l’entreprise, constate Maurice Cantier, greffier en chef au tribunal de commerce de Coutances. Etre un bon gestionnaire consiste aussi à les utiliser très tôt pour qu’ils soient efficaces. Au moment de la liquidation judiciaire, il est trop tard ! » Mieux vaut prévenir que guérir, dit le dicton. Dans la vie d’une entreprise comme ailleurs ! n l a

M a n c h e

11 2 0 1 3

Tribunal de commerce : prévenir avant tout

J u i l l e t

CIP : de l’assistance dans la prévention

Perspectives

Dossier


➜Commerce

Commerce

Industrie Services

Perspectives

Centres-villes : « faire vivre une expérience au consommateur »

J u i l l e t

2 0 1 3

12

L’évolution des tendances de consommation remet en question l’attractivité des centres-villes. Stéphane Merlin, expert en stratégie et développement économique, expose son analyse. La ville de Cherbourg-Octeville, en lien avec la Communauté urbaine, travaille à renforcer l’attractivité du cœur de l’agglomération. Cela se traduit par des projets d’aménagements, en concertation avec les habitants.

«

merce traditionnel de proximité. Quelques-unes de nos études récentes montrent aussi un recours croissant aux achats d’occasion, tant sur l’équipement de la maison que l’équipement de la personne (en particulier pour les vêtements enfants). »

des démarches collectives des acteurs locaux ». n (1) Pivadis est un cabinet d’études de stratégie et de développement économique, dans le Loiret, spécialisé dans le domaine du commerce, de l’artisanat, des services et du tourisme. Il accompagne les collectivités locales ou territoriales dans leur politique d’aménagement du territoire.

« Faire vivre une expérience » « Encourager les démarches collectives »

D

ans les 30 dernières années, les centres-villes attiraient la clientèle sur des zones de chalandise très larges. Leur spécialisation dans les 10 à 15 dernières années leur a permis de garder une attractivité spécifiquement commerciale. Mais celle-ci est aujourd’hui remise en cause », souligne Stéphane Merlin, directeur du cabinet Pivadis (1) et auteur de conférences sur l’attractivité des centres-villes. Le contexte a évolué. Les déplacements coûtent de plus en plus chers, tandis qu’une large palette de produits est aujourd’hui accessible en vente-à-distance. « La notion d’attractivité d’un centreville pose question », insiste Stéphane Merlin.

De nouveaux comportements « Plus de la moitié des ménages français consomme aujourd’hui en e-commerce, poursuit le

consultant. Si la fréquence d’achat en ligne n’est pas encore très élevée, la mutation des comportements est rapide et concerne de très nombreuses familles de produits ». En tête, l’habillement-chaussures est directement concerné par cette évolution rapide (5 à 6% des dépenses, 15% dans les prochaines années). Parmi les nouveaux comportements, Stéphane Merlin note que « les moins de 30 ans semblent de nos jours à la recherche de solutions plus que de produits, même si les marques conservent pour eux un rôle important. Parallèlement, on note une certaine saturation du “tout sous le même toit”. Les actifs dont le pouvoir d’achat est supérieur à la moyenne ont tendance à diversifier leurs sources d’approvisionnement : du drive au marché non sédentaire, de l’hypermarché à l’achat direct aux producteurs/fabricants, de la vente à distance au com-

Pour Stéphane Merlin, l’attractivité des centres-villes ne repose plus seulement sur l’offre commerciale, mais sur une vocation multi-fonctionnelle mêlant habitat, activité, commerce, loisirs, administration, mais aussi animation. « La tenue d’événements attire une fréquentation de personnes résidant hors des centres-villes qui y accordent une grande importance ». Le mot d’ordre pour l’attractivité d’un centre-ville aujourd’hui ? « Faire vivre une expérience au consommateur ». Comment ? En valorisant tout d’abord «  l’image du centre, souvent intimement liée à son histoire et à son patrimoine », mais en encourageant aussi « l’alchimie

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

La CCI Basse-Normandie, en partenariat avec l’Ademe et la Région, lance une opération régionale qui vise à accompagner 10 entreprises dans leur démarche de mise en place d’un système de management de l’énergie. Elles bénéficieront d’un accompagnement collectif (gratuit) et individuel. Pour ce dernier, les entreprises seront accompagnées par un consultant de leur choix, qualifié pour l’opération. Son intervention sera subventionnée par l’Ademe et la Région à un taux allant de 50 % à 70 % en fonction de la taille de l’entreprise. Inscriptions jusqu’au 15 septembre 2013. [Contact] Florence Vivier, CCI Basse-Normandie Tél. 02 31 54 40 16

A propos du contrat de génération Le contrat de génération répond à trois objectifs : l’emploi des jeunes en CDI, le maintien dans l’emploi ou le recrutement des seniors et la transmission des compétences et des savoir-faire. Tous les employeurs de droit privé sont concernés par cette aide financière de l’Etat. Moins de 50 salariés : éligible sans accord préalable ; 50 à moins de 300 salariés : éligible avec accord collectif ou de branche ; 300 salariés et plus : accord collectif fixant des objectifs jeunes et seniors. Le jeune doit être âgé de moins de 26 ans et être embauché en CDI, le senior –maintenu dans son emploi- doit être âgé de 57 ans au minimum (55 ans s’il est nouvellement recruté ou s’il est handicapé). L’aide est de 4 000 € par an, sur 3 ans. [Contacts] Béatrice Besneville, CCI Centre et Sud Manche Tél. 02 33 91 33 44 – E mail : bb@granville.cci.fr Nicolas Doraphé, CCI Cherbourg Cotentin Tél. 02 33 23 32 56 E mail : ndoraphe@cherbourg-cotentin.cci.fr

L’union des commerçants de Granville, nouvellement baptisée « Les Vitrines de Granville », a décidé d’adhérer à la Fédération nationale des centres-villes.

J o u r n a l

Accompagnement pour le management de l’énergie

C C I

d e

l a

M a n c h e


Industrie ➜Commerce

Industrie Services

Nouveaux marchés

Francis Hamard a élaboré un plan de formation pour répondre à la demande de son client.

« Adapter les formations aux besoins »

D

ans le Cotentin, les donneurs d’ordre (Areva, EDF, CMN, DCNS) ont appris à s’organiser au fil de leurs grands chantiers. Celui de l’EPR, à Flamanville, est même exemplaire. « Dès le début des travaux, EDF s’est engagé à soutenir la création d’emplois sur le territoire, explique André Palu, membre-élu de la CCI Cherbourg Cotentin. Tout le monde s’est assis autour de la table (Région, État et collectivités locales, Pôle emploi, AFPA et Plan local d’insertion pour l’emploi), et nous avons déterminé ensemble les besoins en personnel et en formation. » Plusieurs centaines d’emplois (peintre, mécanicien, contrôleur, planificateur, magasinier, tuyauteur-soudeur, chaudronnier ou grutier) avaient été identifiés et pourvus grâce à cette mobilisation. Depuis, cette expérience a donné des idées aux acteurs

locaux qui cherchent comment adapter les formations aux besoins des entreprises. « Je suis convaincu qu’une région doit avoir une vision des évolutions économiques à venir pour se développer, souligne André Palu. Répondre aux besoins identifiés des entreprises en adaptant les formations permet d’offrir des emplois mais aussi d’aider les PME à monter en compétences pour répondre aux nouveaux marchés. »

Formation sur-mesure Dans la haute couture, univers du zéro défaut, la gestion des compétences est une priorité. Francis Hamard, gérant des ateliers RW Couture, à SaintHilaire-du-Harcouët, et Sonorvet, à Sourdeval, anticipe l’évolution du marché comme les départs à la retraite en recrutant et formant ses futures collaboratrices. Ainsi, après

J o u r n a l

avoir spécialisé son atelier de Sourdeval dans les robes de haute couture, il oriente en 2008 son atelier de Saint-Hilaire-du-Harcouët, cette fois, vers le façonnage dans la maroquinerie de luxe. « Nous fabriquons des pièces de réparation (intérieurs de sac, bandoulières ou poignées) sur le principe des pièces détachées dans l’automobile, détaille le chef d’entreprise. Pour répondre à la demande de mon client, nous avons élaboré un

Des gisements d’emplois dans deux secteurs émergent. « Le Cotentin possède une forte expérience industrielle et une main d’œuvre qualifiée qui peut profiter des nouveaux marchés, estime André Palu. Les DRH des grands donneurs d’ordre sont capables d’identifier les grandes mutations et peuvent donc déterminer les futurs métiers, dont ils auront besoin à moyen et long terme, pour en faire bénéficier la sous-traitance locale. » L’envolée attendue des EMR (Energies marines renouvelables) et le prochain Grand Carénage d’EDF(1) doivent générer des centaines d’emplois sur le territoire. La mise en musique de tous les acteurs à l’échelle d’un territoire est nécessaire. « Le rôle des CCI est de faciliter les rapprochements entre ceux qui agissent localement et d’épauler les entreprises à développer leur potentiel humain », conclut André Palu. n (1)

Pour André Palu, membre-élu de la CCI Cherbourg Cotentin : « Une région doit avoir une vision des évolutions économiques à venir pour se développer. »

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

Le 28 mars 2013, Nucleopolis, le réseau bas-normand des acteurs du nucléaire, a organisé en collaboration avec la CCI Cherbourg Cotentin et EDF, une réunion de travail sur le Grand Carénage d’EDF. Ce dernier est un important programme d’investissements qui doit permettre la prolongation de la durée d’exploitation des centrales nucléaires au-delà de 40 ans et l’intégration des modifications post-Fukushima. Il concernera la centrale de Flamanville en 2017.

13 2 0 1 3

plan de formation financé par la Région Basse-Normandie pour former nos équipes à des techniques nouvelles. » Et, ainsi, pérenniser son atelier et l’emploi local.

J u i l l e t

Des entreprises, du nucléaire à la haute couture, s’organisent pour optimiser la gestion des compétences de leurs salariés et répondre aux évolutions de leur activité. En anticipant, elles pourraient même bénéficier de gisements d’emplois émergents.

Perspectives

Mobilisés pour créer des emplois


Services ➜Commerce

Industrie Services

Se démarquer et se faire remarquer Catherine et Philippe Foubert ont été parmi les premiers à proposer des nuits en roulotte, en 2008, à Bréhal. Depuis, « Pom’Roulottes » compte 6 roulottes (4 modules), entièrement construites et aménagées

Les Amuseurs

« La clientèle est à la recherche d’offres insolites » en bois, sur un terrain parsemé d’arbres fruitiers dans lesquels les visiteurs sont invités à piocher. Esprit nature et dépaysement garantis. « La clientèle est à la recherche d’endroits qui changent de ce qu’elle rencontre habituellement », a constaté Philippe Foubert, qui affiche un carnet de réservations déjà bien rempli pour cet été. Et l’entrepreneur fourmille d’idées. « Avec ses paysages et ses marées, la Manche possède un vrai potentiel en matière d’hébergements

Depuis 2008, Philippe Foubert propose des hébergements en roulotte. Son carnet de réservation est plein.

J o u r n a l

insolites », est-il convaincu. Dans une région où l’offre foisonne (la Normandie compte pas moins de 246 000 lits marchands), l’originalité est aussi le meilleur moyen de se démarquer ou de se faire remarquer…

Originalité doit rimer avec qualité À Barfleur, Chantal Saint-Jean et Jan Madd ont décidé de marier la magie du petit port de pêche à l’art de la prestidigitation. Après une carrière internationale, et un spectacle quotidien pendant plus de 20 ans sur une péniche parisienne, ils ont transformé l’ancien night club de la commune en salle de spectacles, musée et café. Depuis septembre 2012, Les Amuseurs régalent les visiteurs, groupes et individuels, avec un vrai spectacle de magie (tous les jours pendant les vacances) et

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

se sont installés à Barfleur en 2012. Un lieu dédié à la magie unique en son genre dans la région.

un parcours parmi des objets aussi rares qu’insolites, de la camisole de force d’Houdini aux objets truqués du 19e, en passant par les costumes de scène… Un lieu unique dans la région. Les Amuseurs font ainsi le pari, qu’à terme, les touristes ne viendront plus seulement à Barfleur pour se promener. « La Normandie compte de nombreux sites historiques et culturels, mais peu de lieux de divertissement, analyse Chantal Saint-Jean. Pourtant, la fréquentation de lieux comme La Cité de la Mer montre que la demande est bien là ». Depuis son ouverture, Les Amuseurs ont déjà attiré 4 000 visiteurs. Quel que soit le concept, l’originalité ne fonctionne pas sans la qualité. « Celle-ci doit toujours être au rendez-vous », insistent ces professionnels. n

M a n c h e

[ Plus d’infos ]

www.lesamuseurs.fr www.pomroulottes.fr

15 2 0 1 3

L

’aventure, oui. Mais près de chez soi et accessible financièrement. Un challenge, lancé par une clientèle désireuse de rompre la monotonie, que les professionnels du tourisme du département sont aujourd’hui prêts à relever. Séjourner dans un ancien fort napoléonien face à la mer au Cap-Lévi, dormir dans un pigeonnier du 16 e siècle à Servon ou dans une cabane suspendue à Saint-Pair-surMer ou encore voyager dans une rame de 1930 entre Carteret et Portbail, survoler le Mont-Saint-Michel en ULM… Ces dernières années, ils ont multiplié les offres d’hébergements et de loisirs (voire de restauration) atypiques dans la Manche.

J u i l l e t

Métro, boulot, dodo… Pour rompre avec le quotidien, les touristes sont à la recherche d’évasion et d’aventure. Entre hébergements insolites et activités ludiques, les professionnels du département sont de plus en plus nombreux à proposer des offres atypiques pour les attirer.

Perspectives

Le tourisme mise sur l’originalité


➜ensemble Groupe FIM

: groupe fim • création d’entreprises • En bref Institut de formation des CCI de la Manche

Filière comptabilité

Perspectives

L’apprentissage des chiffres

J u i l l e t

2 0 1 3

16

Le groupe FIM a formé en 2012-2013 plus de 100 étudiants en comptabilité, de la formation continue au Bac + 5.

Maîtres Laitiers du Cotentin Un vivier de futurs collaborateurs Les Maîtres Laitiers du Cotentin comptent quatre stagiaires en alternance dans leur rang. « Pour nous, ils font partie de l’équipe, explique Yannick Hebert, DRH du groupe. Nous les suivons de près. Lorsqu’ils reviennent de leur semaine de cours, nous regardons ce qu’ils ont appris. Nous nous tenons informés de leurs notes et leur faisons passer des oraux blancs. Nous voulons vraiment qu’ils réussissent. » Les Maîtres Laitiers du Cotentin accueillent des stagiaires dès la licence. « Nous leur conseillons d’aller jusqu’en Master 2. Dans un premier temps, nous les accueillons au sein du service comptabilité MLC. Puis ils évoluent vers le service consolidation en charge du bilan consolidé du groupe qui compte à ce jour 100 filiales. » Lorsque l’entreprise dispose d’une opportunité, une proposition de contrat CDI est effectuée aux jeunes en alternance dont la formation a été concluante. Les Maîtres Laitiers du Cotentin accueillent régulièrement des stagiaires en alternance, issus de la filière finance du groupe Fim.

L

es manières de traiter les chiffres évoluent avec le temps. « Le métier de comptable se complexifie. Les logiciels ou les audits ont beaucoup changé », reconnaît Antoine Abikhalil, responsable de la filière comptabilité du groupe FIM. De plus, les services comptabilité des entreprises vont voir 30 à 40 % de leurs effectifs partir en retraite dans les 10 ans à venir. Pour faire face à ces enjeux, l’institut de formation des CCI de la Manche propose un panel très complet de prestations.

Formation continue… De courte durée et ciblée, la formation continue s’adresse aux salariés. « Nous réalisons un diagnostic dans l’entreprise afin d’analyser les besoins et d’y répondre avec justesse. » En fonction du résultat, le groupe FIM propose d’envoyer un formateur sur place ou d’accueillir les salariés au sein de cessions collectives. L’objectif est alors d’apporter des compétences très spécifiques. Contrat de professionnalisation et contrat d’apprentis-

sage, ce dernier en partenariat avec l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de Caen, sont proposés en alternance aux étudiants du niveau Bac au Master 2.

… ou diplômante « Ces études sont très liées aux notions appliquées en entreprise et intéressent beaucoup les sociétés de la région. Il est possible de confier aux étudiants des tâches intéressantes dès la licence. » Pour compléter son offre, le

groupe FIM propose, depuis deux ans, de suivre durant l’été deux unités d’enseignement complémentaire aux diplômés du Master 2. Celles-ci leur permettront de décrocher un diplôme supérieur de comptabilité gestion afin de devenir expert-comptable stagiaire et, après trois ans d’exercice, expert-comptable.

[Contact] Groupe FIM à Cherbourg-Octeville

Antoine Abikhalil

Tél. 02 33 78 86 88

En bref groupe FIM Le cheval au service de la relation entre les hommes

En partenariat avec la société « Horse and Coaching », le groupe FIM propose aux entreprises des séminaires dédiés à la communication d’équipe utilisant une démarche interactive novatrice et originale avec le cheval. Cette rencontre entre l’humain et le cheval déclenche un effet miroir qui permet à chacun de s’interroger sur ses propres fonctionnements. Ce face à face agit comme un accélérateur de prise de conscience des aptitudes et points de progrès pour chaque individu. [Contact] Tél. 02 33 78 86 88

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

Nouvelle formation

Pour répondre aux besoins des entreprises, le groupe FIM lance une nouvelle formation « Responsable en production et maîtrise énergétiques des installations industrielles » à la rentrée 2013/2014. En alternance, cette spécialisation post Bac + 2 formera pendant 1 an des profils mêlant maintenance et maîtrise d’énergie. [Contact] Sébastien Levallois, Granville - Tél. 02 33 91 21 30

C C I

d e

l a

M a n c h e


Ensemble Création et reprise d’entreprise

Les prestations des CCI

Commerce

À

La Pernelle, sur la route de Quettehou à Barfleur, le Café de La Pernelle est une vieille institution, connue des locaux et des gens de passage. Affaire familiale depuis deux générations, il a été racheté en 2010 par Catherine Collette. « J’ai 30 ans d’expérience dans le commerce, j’ai fait du porte-à-porte et de la restauration. Je sais comment ça marche. Je voulais monter mon affaire, alors je suis allée voir la CCI Cherbourg Cotentin ». Ainsi accompagnée, elle entreprend

➜ des

les premières démarches et rencontre l’ancienne gérante du Café. « Le conseiller m’a mise en garde sur la difficulté de reprendre une affaire familiale, surtout un commerce de proximité ! Mais j’étais motivée et il m’a appuyé. » Catherine participe aux journées « Créa’info » de la CCI et suit la formation « Cinq jours pour entreprendre ». En juillet 2010, le café change de mains, sans fermeture de l’établissement. Il conserve son nom et ses services multiples : restaurant, bar, épicerie, jeux à

gratter, journaux et dépôt de pain. En 2012, il devient également relais routier. Le café-épicerie est ouvert tous les jours de la semaine, le restaurant tous les midis. Le dimanche matin, de novembre à mars, la patronne confectionne des tripes et des pieds de porc. Toute la carte est faite maison. Avec une seule employée, en cuisine, Catherine Collette ne compte pas ses heures. « Il faut de la volonté, du courage, de l’expérience et le sens du contact pour tenir un commerce de proximité en milieu rural. Mais il faut les défendre. Le jour où l’on disparaît, il n’y a plus de vie commerciale, plus de lien social. » L’hiver dernier, quand le village était sous la neige, Catherine a ouvert l’épicerie et fait crédit aux clients. En 2012, l’énergique commerçante a été récompensée par les Espoirs de l’économie de la CCI. [Contact]

Café de La Pernelle Catherine Colette

Tél. 02 33 54 14 04

rencontres pour entreprendre

> Crea’Info Une demi-journée collective pour construire son projet : parcours de la création, aides, formalités, coût de la protection sociale… • Agneaux, 9 h à 12 h : 1er juillet, 1er et 23 septembre, 14 octobre. • Cherbourg-Octeville, 14 h à 17 h : 11 et 25 juillet, 8 et 22 août, 5 et 19 septembre. • Saint-Pair-sur-Mer, 9 h à 12 h : 19 août, 9 et 30 septembre, 21 octobre.

> 5 jours pour entreprendre à la CCI Cherbourg Cotentin Stage de formation. • Cherbourg-Octeville : du 2 au 6 septembre, du 7 au 11 octobre. 150 € TTC par participant.

> 5 jours pour entreprendre à la CCI Centre et Sud Manche Stage de formation avec un accompagnement individuel. • Agneaux : 5 au 11 septembre • Saint-Pair-sur-Mer : 10 au 16 octobre.

Module « 5 jours » et un accompagnement individuel : 150 € TTC. Un accompagnement individuel sur rendez-vous : 150 € TTC. Inscription obligatoire : • Agneaux et Saint-Pair-sur-Mer : 02 33 91 33 57 • Cherbourg-Octeville : 02 33 23 32 33 d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

AEF : 2 millions d’entreprises accessibles L’annuaire des entreprises de France (AEF) est un outil marketing et commercial qui vous permet d’accéder facilement à un annuaire de 2 millions d’entreprises françaises. En combinant 30 critères de recherche, les deux CCI procurent des listes d’entreprises adaptées à chaque besoin. [Contacts] CCI Centre et Sud Manche Adelaïde Beloin, Tél. 02 33 91 33 49 CCI Cherbourg Cotentin Pierric Hourçourigaray, Tél. 02 33 23 32 15

Espacemanche.com pour s’implanter Vous recherchez un terrain, un bâtiment industriel ou artisanal, des bureaux dans la Manche ? Pour consulter les offres, mises à jour en temps réel par les professionnels de la transaction immobilière et foncière, connectez-vous sur : www.espacemanche.com [Contacts] CCI Centre et Sud Manche Sandra Legall, Tél. 02 33 91 33 90 CCI Cherbourg Cotentin Evelyne Leterrier, Tél. 02 33 23 32 41

Chefs d’entreprise :

« Mieux vaut prévenir que guérir » Un rendez-vous au Centre d’information et de prévention des entreprises en difficulté (CIP) assure au chef d’entreprise un entretien confidentiel, gratuit et strictement informatif. Une solution pour mieux anticiper les difficultés et mieux utiliser les procédures amiables.

Coût pris en charge par les CCI.

J o u r n a l

[Contacts] CCI Centre et Sud Manche : 02 33 91 33 91 CCI Cherbourg Cotentin : 02 33 23 32 33

[Contact] Point accueil CIP : 06 63 98 24 60 M a n c h e

17 2 0 1 3

Salariée dans le commerce depuis trente ans, Catherine Collette a repris le Café de La Pernelle en juillet 2010. Un commerce multiservices dans un bourg de 250 habitants.

Les CCI, à travers le CFE/Guichet unique, sont compétentes pour délivrer toute information sur les professions réglementées pour les entreprises en création, et prendre en charge les procédures y afférant (montage de dossiers, etc.). Toutefois, les agréments, autorisations et inscriptions aux Ordres restent du ressort des autorités compétentes.

J u i l l e t

« J’étais motivée et la CCI m’a suivie »

Perspectives

CFEnet : Guichet unique


➜tête

à tête

Perspectives

Fumeur de poisson I

l en fait des tonnes. Rodolphe Belghazi fabrique à lui seul 6 tonnes de saumon fumé par an. Sur les 15 000 consommées par les Français chaque année, c’est peu, mais pour un seul homme, le score est honorable. Il se fournit en Pologne, au Danemark, en Ecosse ou dans le Pacifique pour les poissons sauvages et à Cherbourg-Octeville, Isigny et outre-Manche pour les produits issus de l’élevage. Label rouge ou bio, il vise la qualité. Cet ingénieur aime également diversifier son étalage. Il fume donc également, en fonction des saisons, du bar, du haddock, mais aussi des bulots,

des huîtres, des coquilles SaintJacques... Tout ce qui vient de la mer avec une préférence pour le local. « Il faut bien connaître les produits. On ne sale pas du bar très pauvre en graisse comme du saumon ou de la truite, car le sel pénètre beaucoup plus vite », explique ce Granvillais. Les pêcheurs peuvent également venir lui confier leur pêche miraculeuse. Tant qu’elle atteint au moins 2,5 kilos. Unique salarié de son entreprise, c’est également lui qui assure la vente. « Lorsqu’un client arrive, j’enlève mes gants et je vais servir. » Du producteur au consommateur.

Le secret de la réussite selon lui, testé avec succès depuis 9 ans. « La vente directe représente deux tiers de mon chiffre d’affaires », explique-t-il. Un choix engagé. « Je ne peux pas produire à moins cher, à moins de diminuer la qualité, ce qui n’est pas dans mes objectifs. J’évite donc les intermédiaires », explique-t-il. Ingénieur process puis responsable production, s’il ne renie pas son passé dans l’industrie, il veut faire la différence. Il utilise des techniques de salage et de fumage traditionnelles qui renforcent l’extraction de l’eau et le développement des saveurs. Son entreprise repose

J u i l l e t

2 0 1 3

18

Granville

Rodolphe Belghazi, artisan fumeur granvillais, prépare saumon et autres produits locaux : Saint-Jacques, bulot et huître. Une activité en plein développement.

sur la confiance que lui accordent ses clients. Il a beaucoup travaillé durant les premières années pour créer une clientèle. « Je suis allé sur de nombreux marchés pour faire goûter mes produits », raconte-t-il.

Deux ateliers en plus Aujourd’hui, il s’apprête à reproduire l’aventure, ailleurs en Basse-Nor mandie, en créant deux saumoneries supplémentaires. « Je prospecte actuellement pour trouver des locaux. » En reproduisant un modèle économique qui fonctionne, il espère prendre peu de risque. Chaque structure sera indépendante. Il formera un salarié pour chacune d’elle. Le premier est d’ailleurs arrivé en mai et devrait le remplacer dans son atelier à Granville. « Je compte également sur les visites d’entreprises qui ont contribué à me faire connaître sur la région. » En développant ce projet, il souhaite se dégager du temps pour s’investir dans le « consulting d’entreprise ». « Je suis régulièrement sollicité pour former des artisans qui veulent se professionnaliser. » Une mission qu’il prend très à cœur. « Si la filière se développe, il faut qu’elle reste attachée à la qualité. » Il en va, à long terme, de la survie de tous. n

Saumonerie granvillaise

Rodolphe Belghazi ➽ Saumonerie granvillaise J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

Création : 2004 Activité : artisan fumeur Effectif : 1 Adresse : 210, rue du Conillot ZI du Mesnil - 50400 Granville Tél. 02 33 59 45 07 Site : www.saumoneriegranvillaise.com


Tête à tête La petite équipe familiale : de gauche à droite,

Sainte-Marie-du-Mont

Régine Cardet gère depuis 32 ans le camping Utah Beach, à Sainte-Marie-du-Mont. Après avoir embarqué toute sa famille dans l’aventure, elle passe le témoin à ses enfants.

ans le camping d’Utah Beach, il y a la mère, Régine Cardet, le père, les quatre enfants et l’oncle « Bébert ». Certains ont tenté une autre voie, tous sont revenus au camping. Le plein air est dans l’ADN familial. « C’est ici qu’on s’épanouit », résument-ils. À 25 ans, Régine est employée communale à Sainte-Marie-du-Mont et responsable du camping l’été. En 1999, elle rachète ce qui est à l’époque « un petit camping avec sanitaires », sur un tiers de sa surface actuelle (5 ha aujourd’hui). « Ce n’était pas une passion au départ, mais à force d’y passer nos week-ends et nos vacances, on s’est tous pris au jeu », raconte Régine. L’aînée a cinq ans quand l’aventure commence et pour elle, nul doute que son avenir est au camping. « J’ai fait des études de gestion et de comptabilité pour aider ma mère et jusqu’à la naissance de mon deuxième enfant, je vivais ici, en mobil home ! ». Âgée de 38 ans, elle est aujourd’hui chargée de la comptabilité et J o u r n a l

de l’accueil. Le choix est moins évident pour la seconde. Nathanaëlle, 36 ans, secrétaire de direction, a d’abord suivi son ami sur Cherbourg-Octeville avant de revenir pour s’occuper de l’accueil et de la communication, puis du restaurant. Lydie, 33 ans, commence une carrière d’aide-soignante puis revient aider Nathanaëlle en cuisine. Quant à Joachim, 27 ans, « plongé dans le bain depuis la naissance », il s’occupe de l’extérieur et de la vente de mobil homes. L’oncle « Bébert », qui a toujours habité le camping et prêté la main, a quitté son emploi pour finir sa carrière au camping. Les conjoints ont suivi.

À l’unanimité La tribu habite à moins de dix kilomètres et tient conseil chaque midi à la table du camping, où toutes les décisions sont prises à l’unanimité. En 2005, une SARL est créée : les parents sont gérants et les enfants associés. La même année, les

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

Camping Utah Beach Création de la SARL : 2005 Activité : camping 3 étoiles (164 emplacements)

Effectif : 8 / 18 en haute saison Adresse : Plages du Débarquement

50 480 Sainte-Marie-du-Mont Tél. 02 33 71 53 69 E mail : utah.beach@wanadoo.fr Site : www.camping-utahbeach.com

19 2 0 1 3

Un air de camping D

J u i l l e t

Famille Cardet ➽ Camping Utah Beach

frères et sœurs montent une SCI (société civile immobilière) pour acheter le champ voisin. Petit à petit, le camping s’agrandit et s’équipe : une épicerie, un bar, un restaurant, une piscine, des mobil homes et des chalets en location… En 2011, il adhère au réseau « Flower campings » des campings familiaux (110 membres), qui défend une éthique de la convivialité et de l’anti-standardisation. « Ça nous correspond bien, et puis, dans la famille, on n’est pas des commerciaux, alors on avait besoin d’un coup de pouce pour se vendre », explique Séverine. Un an plus tôt, à sa demande, la CCI Cherbourg Cotentin réalise un diagnostic de l’entreprise suite à un problème de trésorerie. Les demandes d’autorisation pour agrandir le camping n’ont pas abouti ; il faut réduire les effectifs : chacun prend à sa charge de nouvelles tâches. « Solidaire, fusionnelle, communicative », la famille tient le cap, sans accrocs, chacun à sa place et dans son domaine. La transition entre les deux générations se fait en douceur. « Petit à petit, je me retire, je passe au second plan, conclut Régine. Je veux que mes enfants avancent seuls, avec leur façon de gérer. » Avec huit petits-enfants, elle devient une grand-mère à plein temps. n

Perspectives

Séverine, Nathanaëlle et Lydie, les trois soeurs, Régine, la mère et au second plan l’oncle Hubert et le benjamin, Joachim.


➜en

En fiche

fiche

Se développer à l’étranger avec un Volontaire International en Entreprise Le V.I.E. permet aux entreprises de confier à un jeune une mission professionnelle à l’étranger. Les aides financières nationales et régionales, l’accompagnement d’Ubifrance (1) et des CCI rendent ce dispositif efficace et très avantageux. Développer son activité à l’international, tester un jeune sur le terrain et le former à la culture de l’entreprise tout en bénéficiant d’un accompagnement et d’aides financières sont les bases du succès du Volontariat International en Entreprise. 7 600 V.I.E. sont actuellement en poste au niveau national dont 7 pour la Manche. « Trois nouvelles entreprises ont exprimé récemment leurs besoins », note Anne-Lise Fer, conseillère internationale à la CCI Centre et Sud Manche. « De tailles très différentes, de 7 à 80 salariés, elles ont ciblé chacune un pays : les Etats-Unis, l’Allemagne et l’Inde ». Le dispositif, pourtant facile à mettre en place, reste méconnu. « Il faut malgré tout que l’entreprise soit bien structurée », précise François Dublaron, conseiller d’entreprise à la CCI Cherbourg Cotentin. « Qu’elle ait la capacité de bien accueillir et de suivre le jeune sur place. Pour cela, elle peut bénéficier par l’intermédiaire d’Ubifrance de solutions de portage par des grands groupes, de possibilités d’hébergement via les bureaux d’Ubifrance, voire les bureaux des Conseillers du Commerce Extérieur de la France, des CCI à l’étranger ou encore de sociétés privées ».

De 6 à 24 mois La durée de mission peut aller de 6 à 24 mois, renouvelable une fois dans cette limite. « Le jeune doit avoir le temps de développer sa mission, de se former et d’acquérir la culture de l’entreprise », note Anne-Lise Fer. A noter qu’un bon nombre de volontaires

• Quelles entreprises ? Toutes les entreprises sont concernées sans limite de taille. Elles peuvent confier tout type de missions, commerciales ou techniques. Quels jeunes ? Le Volontariat International en Entreprise est réservé aux personnes pouvant s’y consacrer à plein temps et remplissant les conditions suivantes : - être ressortissant d’un pays de l’Espace économique européen, - être âgé de 18 à 28 ans, - être étudiant(e) ou diplômé(e) en recherche d’emploi.

La durée de la mission du VIE peut aller de 6 à 24 mois, renouvelable une fois dans cette limite.

signe ensuite un contrat avec l’entreprise. Les CCI, en partenariat avec le correspondant régional d’Ubifrance, accompagnent l’entreprise dans la recherche du jeune. Les profils s’adaptent aux besoins de la société : prospection commerciale, animation de réseaux, renforcement ou formation d’équipes locales, accompagnement d’un contrat ou d’un chantier...

Indemnités entre 1 3OO et 3 8OO € /mois L’entreprise n’a pas de lien contractuel avec le jeune. Le contrat est passé entre le volontaire et Ubifrance qui en supporte la gestion administrative. L’entreprise assure le pilotage opérationnel de la mission. L’indemnité du volontaire varie entre 1 300 et 3 800 € par mois selon les pays. L’entreprise conserve à sa charge les frais mensuels de gestion et de protection sociale, entre 210 et 407 €/ mois, supporte les dépenses liées au voyage aller-retour

et, bien sûr, les dépenses opérationnelles liées à la mission confiée.

Des aides financières nationales et régionales La région Basse-Normandie prend en charge 50 % du coût des indemnités versées au volontaire. Par ailleurs, le budget peut être intégré dans une assurance prospection Coface. Le recours à la formule V.I.E permet aux PME de bénéficier du crédit d’impôt export. Enfin, les dépenses liées au recours à un V.I.E sont éligibles au Prêt pour l’export d’Oseo. L’entreprise peut enfin partager les services du volontaire, et donc la charge financière, avec d’autres structures de sa filière professionnelle ou de sa région. n Ubifrance, l’Agence française pour le développement international des entreprises. Les 80 bureaux présents dans 60 pays et les 1 400 collaborateurs, en France et à l’étranger, sont dédiés à l’accompagnement des entreprises françaises dans leur développement à l’export.

Où se déroule la mission ? La mission se déroule à l’étranger. Elle peut comporter des périodes d’engagement sur le territoire national mais elle doit conserver plus de la moitié de son temps hors de France. • Pendant combien de temps ? Les missions durent entre 6 et 24 mois (durée moyenne : 17 mois).

Contacts • CCI Centre et Sud Manche Anne-Lise Fer Tél. 02 33 91 33 86 E mail : alf@granville.cci.fr • CCI Cherbourg Cotentin François Dubaron Tél. 02 33 23 32 23 E mail : fdublaron@cherbourgcotentin.cci.fr

Perspectives 40 web  

Magazine des CCI de la Manche

Advertisement