Issuu on Google+

Mai 2011

#31

Toute l’Actualité des CCI pages 4 à 7 Ensemble Interview express / Groupe FIM / Création et reprise d’entreprise pages 16 et 17 EN FICHE Comment devenir maître d’apprentissage ? page 20

Perspectives Le journal d’information des CCI de la Manche

C o m m e r c e Transmettre son commerce avec succès [Page 12]

I n d u s t r i e Appex, nouveau levier pour exporter [Page 13]

D o s s i e r

Bienvenue aux clubs ! Initiés par les CCI ou par les professionnels eux-mêmes, les réseaux d’entreprises favorisent la rencontre, les liens, le partage d’expériences, parfois la mise en œuvre de solutions sur des problématiques communes. Tour d’horizon dans les clubs de la Manche. [Pages 8 à 11]

S e r v i c e s Groupement d’employeurs, mode d’emploi [Page 15]


M a i

2 0 1 1

2

Perspectives


➜É

Sommaire

ditorial

8 Dossier Président de la CCI de Cherbourg-Cotentin 1er Vice-président CCI de région Basse-Normandie

Président de la CCI Centre et Sud Manche Vice-président CCI de région Basse-Normandie

Depuis quelques mois, une nouvelle équipe est à la tête de la CCI de Cherbourg-Cotentin avec pour ambition de défendre les intérêts des entreprises et de réussir la réforme des CCI. Une réforme dont les enjeux sont importants. La montée en puissance de l’échelon régional du réseau des CCI et la création d’une CCI normande à horizon 2015 devront permettre de renforcer les services rendus aux entreprises, de mutualiser les forces des CCI territoriales et de faciliter le développement d’une offre de services plus homogène et plus performante au bénéfice de nos entreprises. Dans la mise en place de ce cadre régional, nous veillerons particulièrement à mobiliser les moyens de développer l’attractivité du Cotentin, à valoriser les compétences de notre CCI et surtout à conserver la proximité avec le terrain et les entreprises. Nous allons nous attacher à mettre en oeuvre notre programme d’actions, en mettant l’accent sur les domaines d’intervention qui nous semblent comporter les plus forts enjeux pour le développement socio-économique du Cotentin. Le rôle de la CCI est d’accompagner les chefs d’entreprise pour qu’ils s’adaptent en permanence aux nouvelles tendances, aux nouvelles réglementations et aux évolutions du contexte économique : de nombreux outils existent au sein de la CCI pour faciliter cette adaptation : mise à disposition d’informations stratégiques utiles au développement des entreprises, intégration de clubs et réseaux pour permettre l’échange et la recherche de solutions aux problématiques rencontrées, formation de nouvelles compétences... Les 28 élus de la CCI de Cherbourg-Cotentin sont vos représentants, vos relais sur le territoire et dans les cantons. Vous pouvez les solliciter à tout moment pour nous faire part de vos attentes et de vos préoccupations. Bonne lecture. n

En décembre dernier, les dirigeants d’entreprise du centre et sud Manche ont élu pour la première fois leurs représentants régionaux en même temps que leurs représentants sur le territoire. Cette réforme des CCI, nous l’avons souhaitée pour assurer une meilleure représentation de leurs intérêts face à la montée en puissance financière et politique de l’échelon régional. Elle nous destine à être plus performants afin de bâtir une offre de services plus homogène, tout en allégeant la fiscalité consulaire. Ce sont bien là les principaux objectifs de cette évolution dont la prochaine étape sera de construire une CCI normande d’ici 2015, en conservant l’indispensable relation de proximité que nous avons avec vous, chefs d’entreprise du centre et sud Manche. Dès mon élection, début janvier, à la présidence territoriale et à la vice-présidence régionale, j’ai entrepris de rencontrer un grand nombre de responsables politiques et économiques locaux. Ces rencontres sont constructives, car génératrices d’échanges et de décisions qui vont nous mobiliser, élus et permanents, pour faire entendre la voix des entreprises de notre territoire, favoriser leur développement et donc la croissance économique. Notre vigilance sera omniprésente sur de nombreux sujets : réseaux de communication, zones supra-communautaires, simplification des démarches administratives, etc, et déjà se profilent des actions concrètes mobilisatrices. Nous saurons rappeler que nous sommes un partenaire privilégié pour tout ce qui a un rapport avec l’entrepreneur, l’entreprise et le développement économique de notre territoire, et nous aurons à coeur de faire prendre en considération nos points de vue sur l’aménagement du territoire.

Les réseaux d’entreprises favorisent la rencontre et l’échange d’expériences sur des problématiques communes. Tour d’horizon des clubs dans la Manche.

18 Tête à tête ➽ Bricquebosq

Menuisier sur mesure

➽ Saint-Lô

Une vie bien construite

Pour illustrer cette démarche de proximité, je vous invite à vous rapprocher des membres proches de chez vous. Ils sont vos ambassadeurs auprès de nous. Le document « La nouvelle équipe 2011-2015 » joint à ce numéro de notre magazine vous les présente. Bonne lecture à toutes et tous. n

20 En fiche Comment devenir maître d’apprentissage ?

Perspectives Mai 2011 - n°31 Journal d’information des CCI de la Manche

Publication des deux CCI de la Manche : CCI Centre et Sud Manche, place Albert Godal - BP 219 – 50402 Granville cedex Tél. 02 33 91 33 91 - Fax 02 33 50 63 11 - E mail : cci@granville.cci.fr - www.granville.cci.fr CCI de Cherbourg-Cotentin, Hôtel Atlantique, bd Félix Amiot – BP 839 – 50108 Cherbourg-Octeville cedex Tél. 02 33 23 32 00 – Fax : 02 33 23 32 28 - E-mail : com@cherbourg-cotentin.cci.fr - www.cherbourg-cotentin.cci.fr Directeur de la publication : Loïc Houssard / Rédaction en chef : Catherine Josselin, Florence Héroult / Comité de rédaction : Daniel Guérin, Erwan Le Roux, Patrick Merlin, Patricia Pignot-Perez, Claude Poulain, Joël Viger. Conception, rédaction, photographies et mise en page : aprim-caen.fr / Impression : groupe Corlet Imprimerie Régie publicitaire : Ouest Expansion / ISSN : 1762-9055 / Tirage : 18 339 exemplaires. J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

3 2 0 1 1

Loïc Houssard

M a i

Jean-Claude Camus

Perspectives

Bienvenue aux clubs !


➜l’actualité

des cci

Charte Qualité commerce • les lauréats de Cherbourg-Cotentin

Perspectives

Cherbourg Cotentin

M a i

2 0 1 1

4

Le Cotentin à table ! Pour la saison 2011, une vingtaine de restaurateurs propose, sous l’impulsion de la CCI, des menus, assiettes de terroir ou mets « Cotentin ». Objectif : valoriser les produits et producteurs locaux et la gastronomie du territoire autour des spécialités des chefs. [Contact]

Carole Le Coutour Tél. 02 33 23 32 63 E mail : clecoutour@cherbourg-cotentin.cci.fr Les Rendez-vous d’affaires de Normandie Organisée par les douze (1) Chambres de commerce et d’industrie de Haute et Basse-Normandie, cette manifestation repose sur des rencontres ciblées et planifiées entre industriels, prestataires de services à l’industrie, donneurs d’ordres, sous-traitants, fournisseurs et distributeurs. 330 entreprises sont attendues au CID à Deauville le 24 juin prochain (cf. agenda). (1) Alençon, Caen, Centre et Sud Manche, Cherbourg-Cotentin, Elbeuf et Dieppe, Eure, Fécamp-Bolbec, Flers-Argentan, Le Havre, Pays d’Auge, Rouen.

[Contact]

François Dublaron Tél. 02 33 23 32 23 E mail : fdublaron@cherbourg-cotentin.cci.fr Partager au club créateurs Le club créateurs vise à rompre l’isolement du chef d’entreprise en démarrage d’activité par des échanges avec d’autres chefs d’entreprise et acteurs du développement économique, à se former et s’informer. Des ateliers thématiques sont organisés tous les deux mois ainsi que des sessions de formation (réussir ses recrutements, maîtriser ses prix, la propriété industrielle dans les contrats, les aides fiscales et sociales, la communication…). La prochaine rencontre aura lieu le 21 juin 2011 (cf. agenda). [Contact]

Camille Picard Tél. 02 33 23 32 09 E mail : cpicard@cherbourg-cotentin.cci.fr Votre entreprise change : prévenez le CFE Pensez à mettre à jour les informations qui concernent votre entreprise ! Modifications d’adresse, téléphone, forme juridique, nouvelle adresse e mail ou création de site internet. Toutes ces informations nous intéressent. Contactez le service fichier/CFE de la CCI. [Contact]

Michèle Guérin Tél. 02 33 23 32 15 E mail : mguerin@cherbourg-cotentin.cci.fr

Pour la 6ème année consécutive, des commerçants du Cotentin se sont engagés dans une démarche de progrès liée à la qualité. Les objectifs de cette opération sont d’accompagner les commerçants dans l’amélioration des prestations offertes à leurs clients, d’initier ou favoriser l’adaptation des commerces aux besoins de la clientèle, d’aider à la pérennité des commerces de proximité et d’amener les commerçants à la pratique de la formation. Cette année, 43 commerçants ont passé avec succès l’épreuve des audits mystère et ont reçu un diplôme ; certains d’entre eux ont accepté de remettre leur titre en jeu dans l’optique d’accroître encore leur qualité d’accueil et de services. n

[Contact]

Pascaline Beau, CCI de Cherbourg-Cotentin, Tél. 02 33 23 32 20 - E mail : pbeau@cherbourg-cotentin.fr

• les lauréats du centre et sud Manche En 2011, 18 chefs d’entreprise et responsables de magasins du centre et sud Manche ont satisfait aux critères permettant l’attribution du label « Charte qualité commerce artisanat - services », remis en jeu chaque année. Ils ont ainsi répondu au double objectif de cette démarche de progrès : satisfaire au mieux leurs clients, travailler avec leurs équipes pour améliorer les techniques d’accueil, de vente et d’animation. 73 critères sont passés à la loupe, portant sur l’accueil téléphonique, l’extérieur et l’intérieur du magasin, la relation directe avec le client. n [Contact]

François Le Goff, CCI Centre et Sud Manche, Tél. 02 33 91 33 79 - E mail : fl@granville.cci.fr

La plus belle vitrine du Carnaval Véronique Barbey et Michel Hébert (Hébert électroménager à Granville) ont remporté pour la seconde année le 4ème concours de vitrines organisé lors du 137ème Carnaval de Granville par la CCI Centre et Sud Manche, le Comité d’organisation du Carnaval et l’Union commerciale. Le trophée leur a été remis le 15 mars dans les locaux de la CCI. Le jury s’est appuyé sur 4 critères : référence au thème, créativité, harmonie et lisibilité. Les 2 ème et 3ème lauréats sont Edith Tétrel (Domiane) et Sabrina Carmona (Sharleen). n


Actualité

[Contact]

Alain Furic, CCI Centre et Sud Manche, tél. 02 33 91 33 11 E mail : afu@granville.cci.fr - Site : www.granville.cci.fr

Le rendez-vous de la gastronomie et du climat Du 1er au 7 avril 2011, 10 restaurateurs des côtiers granvillais ont participé à la Semaine du développement durable. Avec l’appui de la CCI, dans le cadre de l’opération «Envie d’agir», ils ont proposé un menu riche en saveurs et sobre en gaz à effet de serre, ces gaz responsables du réchauffement climatique. Leur objectif : casser les idées reçues qu’un menu sobre en carbone signifie sans goût, sans saveurs. [Contact]

Jean-Michel Breure Montagne Tél. 02 33 91 33 91 E mail : bmjm@granville.cci.fr Les Rendez-vous d’affaires de Normandie

Normandie Qualité Tourisme : de nouveaux promus

Organisée par les douze CCI normandes, Les Rendez-vous d’affaires de Normandie reposent sur des rencontres ciblées et planifiées entre industriels, prestataires de services à l’industrie, donneurs d’ordres, sous-traitants, fournisseurs et distributeurs. 330 entreprises sont attendues au CID à Deauville le 24 juin prochain (cf. agenda). [Contact]

Se former à l’e tourisme

14 nouveaux établissements manchois ont été labellisés « Normandie Qualité Tourisme » (NQT) en mars 2011. Ils sont aujourd’hui 112 à avoir obtenu ce signe distinctif, garantissant à la clientèle une qualité de l’accueil et des prestations proposées. Cette démarche de progrès permanente (1) contribue à développer la professionnalisation et la formation dans les entreprises du tourisme. n (1)

Opération financée dans le cadre des contrats de plan Etat-Région de Basse et Haute-Normandie.

La CCI et le CLIC proposent des journées de formation au e tourisme : « Les réseaux sociaux et sites collaboratifs », « Mieux référencer pour être vraiment visible sur le web », « Analyser l’audience de son site pour plus d’efficacité », « Que disent les clients de l’accueil qui leur a été réservé ? » « Savoir maîtiriser les outils de promotion sur le web ». 35 % des Français réservent en ligne leurs déplacements (soit plus de 10 millions de personnes).

[Contact]

[Contact]

Sophie Chauveau-Bouanga, conseiller qualité tourisme - E mail : scb@granville.cci.fr

Claudine Confolent Tél. 02 33 91 33 83 E mail : cc@granville.cci.fr

Vacances : être bien référencés 77 % des Français préparent leurs vacances sur internet, devenu la première source d’information pour préparer un séjour. Forte de ce constat, la CCI de Cherbourg-Cotentin propose « Touris’diag », un outil qui permet aux professionnels de l’hôtellerie et de l’hôtellerie de plein air de bénéficier d’un diagnostic de leur site. Il est constitué d’une grille de notation servant à réaliser son évaluation, et une synthèse de résultats accompagnée de préconisations concrètes relatives à l’organisation du site, sa présentation visuelle, son accessibilité, son contenu, le e-marketing et son référencement. n [Contact]

Carole Le Coutour, CCI de Cherbourg-Cotentin, Tél. 02 33 23 32 63 - E mail : clecoutour@cherbourg-cotentin.cci.fr J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

5 M a i

Brigitte Folliot Tél. 02 33 91 33 89 E mail : bf@granville.cci.fr

Perspectives

La CCI Centre et Sud Manche place le désenclavement parmi ses priorités pour assurer le développement de son territoire. L’axe Longueville-Avranches est un exemple. Afin de faire entendre la voix des entreprises, elle propose à ses dirigeants de rejoindre le club « Entreprendre ensemble pour réussir notre désenclavement » (adhésion en ligne sur le site www.granville.cci.fr). Cette action commune permettra d’engager des actions auprès des collectivités et de l’Etat pour dégager les financements nécessaires à la modernisation des réseaux routiers. Par exemple, celui qui permet de relier Saint-Lô, Coutances, Granville et Avranches dans de bonnes conditions de fluidité et de sécurité. n

Centre et Sud Manche

2 0 1 1

Adhérez au club « Entreprendre ensemble pour réussir notre désenclavement »

Votre entreprise a de nouvelles coordonnées : prévenez le fichier des entreprises Création ou changement d’une adresse mail ou d’un numéro de téléphone, création d’un site internet, ces informations intéressent le ficher consulaire de la CCI pour la mise à jour de ses répertoires. [Contact]

Adelaïde Beloin Tél. 02 33 91 33 49 E mail : abe@granville.cci.fr


➜l’actualité

Perspectives

Cherbourg Cotentin

M a i

2 0 1 1

6

➜l

’agenda

Juin

Jeudi 7 Easiness « La communication avec les médias » 18 h, centre de congrès, La Cité de la Mer [Contact] Denis Marion, Tél. 02 33 23 32 21 Club Sécurité du Cotentin « Vérification des équipements de travail » 17 h 30, CCI de Cherbourg-Cotentin [Contact] François Dublaron, Tél. 02 33 23 32 23

des cci Une nuit pour bien s’orienter Pour la 3ème année, les CCI de la Manche, avec le groupe FIM, ont organisé la nuit de l’orientation. Ce concept permet aux jeunes d’apprendre à réfléchir sur leur avenir, profil, et motivations en rencontrant des professionnels qui viennent parler librement de leur métier, des spécialistes du conseil en orientation, de la découverte de soi,... La soirée, qui a réuni plus de 600 visiteurs (jeunes, familles et salariés), a permis d’organiser 680 entretiens individuels avec les chefs d’entreprise et 130 avec les professionnels de l’orientation. n

Un Coutançais primé à Paris

Jeudi 9 Club export « Les incoterms » 17 h 30, Le Moulin à Fierville-les-Mines [Contact] François Dublaron, Tél. 02 33 23 32 23 Jeudi 16 Carrefour santé sécurité au travail « Les conditions de travail au cœur de la performance » 9 h, centre de congrès, La Cité de la Mer [Contact] François Dublaron, Tél. 02 33 23 32 23 Mardi 21 Club créateurs 19 h 15, CCI de Cherbourg-Cotentin [Contact] Camille Picard, Tél. 02 33 23 32 09 Jeudi 23 Petit-déjeuner RH « Les indicateurs en RH » 8 h 30 à 10 h 30, CCI de Cherbourg-Cotentin [Contact] Nicolas Doraphé, Tél. 02 33 23 32 56 Vendredi 24 Les Rendez-vous d’affaires de Normandie 9 h à 18 h, CID à Deauville [Contact] François Dublaron, Tél. 02 33 23 32 23

Nadège et François Grandserre, pâtisserie-boulangerie « Au Délice Normand » à Coutances ont reçu un Mercure d’or (1) fin janvier à Paris. Seuls lauréats en Basse-Normandie, cette distinction nationale est une reconnaissance de leurs performances, de leur dynamisme et de leurs compétences. Lors de la cérémonie organisée à Coutances début février, Loïc Houssard, président de la CCI Centre et Sud Manche et Yves Lamy, maire de Coutances, ont salué le parcours réalisé par le couple. n (1)

36ème Challenge national du commerce et des services.

➜ permanences

Des clés pour parler en public Sur un ton humoristique, et avec un style très dynamique, Thomas Hervé a livré à son auditoire les 4 secrets des grands orateurs. Pour « Prendre la parole en public », il a expliqué les techniques à utiliser pour capter l’attention, faire passer ses messages et emporter l’adhésion de son public. Plus de 150 chefs d’entreprise et collaborateurs ont assisté à cette conférence interactive et se sont prêtés avec plaisir aux jeux préparés par l’intervenant. Thomas Hervé est maître de conférences à Sciences Po où il enseigne la prise de parole en public depuis plus de 10 ans. Mais, il est aussi un homme de télé (Culture Pub sur M6, Télématin sur France 2, Votez pour moi sur LCP et ça balance à Paris sur Paris-Première). Il utilise une grande liberté de ton et un côté un peu décalé qui font tout son charme. n

CCI de Cherbourg-Cotentin

AGPLA • 8 juin et 13 juillet, de 9 h à 12 h Avocats • 19 mai, 9 et 23 juin, 7 et 21 juillet de 14 h à 17 h Chambre de métiers • Réunions d’information « install’ info » pour les futurs artisans : 6 juin, 4 juillet de 14 h à 16 h 30

• Rendez-vous individuels : 20 juin de 14 h à 16 h 30 Egée • Les lundis et jeudis de 9 h 30 à 10 h 30 Experts comptables • 7 juin et 5 juillet de 13 h 30 à 17 h 15 Notaires • 6 juin et 4 juillet de 10 h 30 à 12 h 30

RSI • 1er mercredi du mois de 14 h à 16 h 30 et le 3ème jeudi du mois de 9 h 30 à 12 h. Pour toutes ces permanences, l’inscription est obligatoire auprès de l’espace Createk

[Contact]

Corinne Bled, Tél. 02 33 23 32 33 E mail : cbled@cherbourg-cotentin.cci.fr


Actualité

Des conventions de partenariat ont été signées entre la CCI de Cherbourg-Cotentin et les neuf banques locales(1). Des conventions qui visent à aider au renforcement de la formation des entrepreneurs (via le stage 5 jours pour entreprendre ou les modules spécifiques proposés par la CCI), au soutien du suivi de la jeune entreprise et au financement des projets ; l’aide au financement se traduit notamment par l’octroi de prêts d’honneur à taux 0 ou à taux réduit sur des enveloppes allant de 10 000 à 30 000 € maximum par projet de création, et de 12 000 € à 30 000 € en reprise.n (1)

➜ permanences

BNP Paribas, BPO, Caisse d’Epargne, CIC, Crédit Agricole, Crédit Lyonnais, Crédit Maritime, Crédit Mutuel, Société Générale.

CCI Centre et Sud Manche

Egée • Assistance et conseil des entreprises (Avranches, Coutances, Granville, Mortain, Saint-Hilaire-du-Harcouët) : lundi et jeudi, 9 h 30 à 11 h 30, sur rendez-vous.

[Contact] Gaëlle Olive, CCI, Tél. 02 33 91 33 57 E mail : golive@granville-cci.fr

RSI • 4ème mardi du mois, de 10 h à 12 h.

Adie • Tous les mardis après-midi, sur rendez-vous. 

Tél. 02 31 85 23 35

Tél. 02 31 82 55 55

Compétences en Temps Partagé • Jeudi, de 9 h à 11 h, à Agneaux. Tél. 02 33 77 86 86 - Site : www.ctpbn.com

CIL Manche • 2ème lundi du mois, de 9 h 30 à 12 h. • 4ème lundi du mois, de 14 h à 16 h 30.

[Contact] Bruno Sébire, Tél. 02 33 88 62 75

INPI • De 14 h à 18 h 17 mai à Agneaux 21 juin à Granville

[Contact] Vincent Chapelain, CCI, Tél. 02 33 91 33 48 E mail : vch@granville.cci.fr

Mai Jeudi 12 Profitez de la reprise  « Quels outils pour la financer » 9 h à 11 h 30, CCI à Agneaux [Contact] Gérard de Saint-Denis, Tél. 02 33 91 33 41

Perspectives

Les banques toujours avec Createk

Centre et Sud Manche

Mardi 17 Profitez de la reprise « L’opportunité de gagner des parts de marché » 9 h à 11 h 30, CCI à Granville [Contact] Gérard de Saint-Denis, Tél. 02 33 91 33 41

Mercredi 18 Théma’Net « Veille technologique et concurrentielle » 9 h à 10 h 30, CCI à Granville [Contact] Vincent Chapelain, Tél. 02 33 91 33 48 Jeudi 26 Petits déjeuners RH « Réforme retraite, emploi séniors » 9 h à 11 h, mairie de Coutances [Contact] Gérard de Saint-Denis, Tél. 02 33 91 33 41

Juin

7 2 0 1 1

Le 11 avril, Loïc Houssard, président de la CCI Centre et Sud Manche a accueilli le président de la CCI de région Basse-Normandie. Jean Claude Lechanoine a visité deux entreprises coutançaises  : Evia pcb (circuits imprimés) et Les Ateliers Aubert Labansat (restauration patrimoine). Il a notamment rappelé que l’un des enjeux de la réforme était de réduire la pression fiscale des entreprises de moins 15 % dès 2013 et de proposer aux entreprises bas-normandes des services homogènes pour les accompagner dans leur développement. L’influence des représentants des entreprises auprès des pouvoirs publics sera également renforcée, ce qui permettra de remonter les préoccupations de leurs dirigeants. Prochaine étape, d’ici 5 ans, le rapprochement avec la CCI de région de Haute Normandie, afin de ne faire qu’une CCI normande. n

M a i

Le président de la CCI de région en visite

Mercredi 22 Théma’Net « Facebook, Viadéo : pourquoi vous vendez plus grâce à eux » 9 h à 10 h 30, CCI à Granville [Contact] Vincent Chapelain, Tél. 02 33 91 33 48 Vendredi 24 Les Rendez-vous d’affaires de Normandie 9 h à 18 h, CID à Deauville [Contact] Brigitte Folliot, Tél. 02 33 91 33 89


Perspectives

➜dossier

Initiés par les CCI ou par les professionnels eux-mêmes, les réseaux d’entreprises favorisent la rencontre, les liens, le partage d’expériences, parfois la mise en œuvre de solutions sur des problématiques communes. Tour d’horizon dans les clubs de la Manche.

M a i

2 0 1 1

8

«

J

Bienvenue aux clubs !

 

’étais convaincue que les clubs, ce n’était pas pour moi, que je n’y avais pas ma place », se souvient Carine Samson. Il a suffi d’une première fois, à l’occasion d’une réunion de commerçants organisée par la CCI de Cherbourg-Cotentin, pour que la gérante de la quincaillerie de Beaumont-Hague s’en rende compte : « au fond, on est tous pareils. Nous sommes plus ou

« Confrontés aux mêmes difficultés »

moins confrontés aux mêmes difficultés quelle que soit notre activité, et que l’on exerce en ville ou à la campagne ». Carine Samson est aujourd’hui présidente de l’association Qualité Commerce qui regroupe 44 commerçants sur le Cotentin, tous engagés dans une démarche qualité. Une spécificité que l’association a justement pour but de valoriser. « L’objectif est de nous démarquer en tant que commerces de proximité, soucieux d’offrir au client un service et un accueil de qualité », résume la commerçante. L’association Manche GastroJ o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

nomie du Terroir réunit, elle, une quarantaine de restaurateurs qui se réunissent deux ou trois fois par an «  dans un esprit de franche camaraderie  », souligne Jean-René Duval, son président. Pour le chef du Jardin de Léontine à Bréville-sur-Mer, « c’est l’occasion d’échanger, de trouver des solutions lorsqu’on rencontre un problème ». C’est aussi promouvoir le savoirfaire de ses membres via Internet, la diffusion de 30 000 dépliants ou encore en éditant des livres de cuisine. « La CCI nous aide beaucoup dans nos actions », reconnaît-il. d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

« Le fait d’être constitué en association nous permet de solliciter des subventions pour aller plus loin dans nos actions », poursuit Carine Samson. L’association Qualité Commerce est ainsi en train de créer un site Internet pour mieux faire connaître ses adhérents. Audelà des actions de communication, l’association met en place des formations pour ses adhérents (relation client, technologies de l’information…)

Progresser dans son activité «  C’est tout l’intérêt des réseaux d’entreprises  : pro-


Dossier « La journée » de l’association des professionels du tourisme de la Baie du Mont-Saint-Michel (Pro Baie) s’est tenu le 28 mars à Pontorson.

gresser dans son activité. «  Adhérer à un club, c’est démultiplier ses moyens, note Vincent Laguette, directeur du service Appui aux entreprises à Granville. C’est aussi tout simplement connaître les entreprises du territoire. Souvent, certaines vont chercher très loin un produit, un service qui existe juste à côté de chez elles  ». Trois clubs géographiques, regroupant des responsables d’entreprises sur un même secteur, ont également été créés avec toujours l’objectif d’échanger et de mieux se

connaître. Ils regroupent une soixantaine d’entreprise. Ce lundi-là, il règne une joyeuse ambiance à l’intérieur de la salle des fêtes de Pontorson. C’est « la » journée de l’année pour les adhérents de l’association Pro Baie. Depuis 2005, celle-ci réunit de part et d’autre du Couesnon des professionnels du tourisme de Cancale, côté Bretagne, à Granville. « Entre deux saisons où nous sommes tous le nez dans le guidon, c’est appréciable de pouvoir se retrouver autour

L’association Pro Baie réunit des professionels du tourisme du Mont-Saint-Michel à Cancale. J o u r n a l

« Se retrouver autour de rendez-vous conviviaux » de rendez-vous conviviaux, de tisser des liens qui peuvent aussi déboucher sur des collaborations », témoigne Patrick Desgué, son président – guide dans la Baie du Mont-SaintMichel. L’association, qui entend défendre un tourisme durable et de qualité, est aussi l’interlocuteur privilégié des acteurs publics, comme le Syndicat Mixte pour le rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel. Sophie Henry a rejoint les 90 adhérents de l’association cette année. « J’ai ouvert l’été dernier à Beauvoir un magasin de cadeaux-déco innovants à l’effigie du Mont. Faire partie d’un réseau, c’est pour moi essentiel. J’ai besoin de faire connaître mes produits aux autres professionnels comme j’ai besoin de connaître l’offre touristique lorsque mes clients me demandent conseils  ». Cette année, l’association Pro

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

Baie avait convié des professionnels du tourisme de la Baie de Somme pour échanger leurs expériences et leurs pratiques.

Un soutien des CCI Les CCI encouragent et soutiennent vivement ces clubs. «  C’est notre mission d’accompagner les entreprises du territoire, en particulier par des actions collectives

Carine Samson, est présidente de l’association Qualité Commerce qui regroupe 44 commerçants sur le Cotentin.

9 2 0 1 1

Mis en place par les CCI Centre et Sud Manche et Cherbourg-Cotentin, le dispositif européen Plato est une formation-action sur deux ans, destinée aux dirigeants d’entreprise ou responsables de sites. Ses membres se rencontrent régulièrement sur des thématiques aussi variées que le marketing ou la motivation du chef d’entreprise. Ce programme s’appuie sur l’échange d’expérience et de savoir-faire. Convivialité, découverte et partage d’expériences sont les maîtres mots qui animent ces groupes. Le concept remporte un franc succès. Une 4e promotion a été lancée à Cherbourg où Plato « exper » rassemble 11 membres et Plato Commerce 17. À Granville, une 5e promotion Industrie et une 3e promotion Commerce regroupent 21 membres.

M a i

Les rencontres Plato

Perspectives

Convivialité et découverte participent au succès des rencontres Plato.


Perspectives

➜le

M a i

2 0 1 1

10

dossier

LES CLUBS DANS LA MANCHE Manche Entreprises Services

Où et quand ? Une rencontre tous les deux mois, à la CCI de Cherbourg-Cotentin ou dans une entreprise.

Pour qui ? Professionnels du service. Objectif : Mieux conquérir le marché économique local et ainsi assurer la promotion individuelle et collective des entreprises de services membres de l’association. Actions de promotion collective, soirées thématiques, salons professionnels, échanges et partages de problématiques communes. Contact : Vincent Chapelain, CCI Centre et Sud Manche, tél. 02 33 91 33 48 Site : www.clubmes.com

Manche Gastronomie du Terroir Pour qui ? Restaurateurs traditionnels de la Manche. Objectif : Promouvoir la cuisine régionale à base de produits du terroir et ceux qui la font. Le club édite un dépliant annuel de promotion des établissements, diffusé dans tous les OTSI du département, et des livres de recettes. Contact : Claudine Confolent, CCI Centre et Sud Manche, tél. 02 33 91 33 83 Site : www.manchegastronomie.com

Club des créateurs Pour qui ? Créateurs d’entreprise de moins de 5 ans installés sur le Cotentin. Objectif : Rompre l’isolement du chef d’entreprise.

Contact : Camille Picard, CCI de Cherbourg-Cotentin, tél. 02 33 23 32 09

membre ou pas. Une particularité, les conjoints des chefs d’entreprise participent aux réunions. Chaque réunion est suivie d’un repas en commun pour poursuivre les échanges. Contact : Gérard de Saint-Denis, CCI Centre et Sud Manche, tél. 02 33 91 33 41

Pro Baie Pour qui ? Professionnels du tourisme exerçant sur le territoire de la Baie du Mont-Saint-Michel, de Granville à Cancale (hébergement, lieux de visite, restaurateurs, artisans…). Objectif : Favoriser la représentativité et l’implication des professionnels du tourisme dans le développement de projets durables en collaboration avec des organismes publics ou privés. Elle organise annuellement une bourse d’échanges de dépliants touristiques permettant une diffusion de l’offre touristique de la Baie du Mont-Saint-Michel. Contact : Claudine Confolent, CCI Centre et Sud Manche, tél. 02 33 91 33 83 Site : www.probaiedumontsaintmichel.com

Entreprendre Pour qui ? Entreprises nouvellement créées ou en développement sur le centre et sud Manche. Le club est représenté par des entreprises industrielles et des prestataires de services à l’industrie en création, reprise ou en développement. Objectif : Rompre avec l’isolement du chef d’entreprise ou du créateur, grâce à des échanges et un soutien mutuel entre professionnels. C’est également une façon de promouvoir l’entreprise. Où et quand ? Une réunion chaque mois sur un thème (Économiser les frais généraux, le mental chez le chef d’entreprise, intervention d’un médecin…) en alternance avec une visite d’entreprise

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

Cotentin Tourisme Pour qui ? Tous les professionnels du tourisme du Cotentin. Objectif : Promouvoir le Cotentin en tant que destination touristique, et pour cela s’appuyer sur des professionnels offrant des prestations de qualité à leurs clients. Contact : Denis Marion, CCI de Cherbourg-Cotentin, tél. 02 33 23 32 21 Site��: www.cotentin-tourisme.com

Club Sécurité du Cotentin Pour qui ? Responsables sécurité et dirigeants d’entreprise. Objectif : Se tenir informé des cadres techniques et réglementaires, partager les expériences et les bonnes pratiques. Où et quand ? Réunions thématiques mensuelles, carrefour et dîner-débat annuels. Contact : François Dublaron, CCI de Cherbourg-Cotentin, tél. 02 33 23 32 23

Manche Découverte Pour qui ? Professionnels du tourisme. Objectif : Contribuer à faire du département de la Manche une véritable destina-

C C I

d e

l a

M a n c h e

tion touristique, en proposant une offre de produits, journées et séjours à la clientèle de groupes. Développer l’image et la notoriété du département en mettant en avant des entreprises touristiques qui s’engagent dans la qualité. Contact : Claudine Confolent, CCI Centre et sud Manche, tél. 02 33 91 33 83 Site : www.manche-decouverte.com

Qualité Commerce Pour qui ? Commerçants du Cotentin adhérant à la charte Qualité Commerce. Objectifs  : Proposer une démarche de qualité aux commerçants afin qu’ils améliorent leurs prestations en faveur des clients. Valoriser le commerce de proximité et de qualité par des actions de communication. Contact : Pascaline Beau, CCI de Cherbourg-Cotentin, tél. 02 33 23 32 20

Manche Attractivité Pour qui  ? Responsables ressources humaines et dirigeants d’entreprise de la Manche. Objectifs : Favoriser, encourager et accompagner le recrutement et l’implantation de salariés dans la Manche, valoriser le potentiel et le cadre de vie du département. Contact : Julia Lechapelain, chargée de mission, tél. 02 33 23 32 30 Site : www.emploi-manche.fr


Perspectives

Dossier Logistique Pour qui ? Chargeurs, transporteurs et prestataires logistiques sur tout le département. Objectif : Développer les contacts entre l’ensemble des acteurs de la chaîne logistique afin de faciliter la connaissance mutuelle de cette activité et de démultiplier leurs moyens d’information, de communication et de développement dans ce domaine d’activité. Où et quand ? 3 conférences logistiques ; 3 visites d’entreprises et 4 déjeuners de la logistique). Contacts : Anne-Lise Fer, CCI Centre et Sud Manche, tél. 02 33 91 33 86 Elisabeth Lepetit, CCI de Cherbourg-Cotentin, tél. 02 33 23 32 57

Pour qui ? Exportateurs confirmés ou primo-exportateurs, importateurs et sous-traitants de la Manche. Objectif : Obtenir des réponses à des questions touchant aux opérations à l’international et partager les points de vue entre exportateurs / importateurs confirmés et primo-opérants, ce qui permet d’améliorer la connaissance de chacun sur les pays et sur les procédures des réglementations export. Où et quand ? 5 réunions thématiques par an, basées sur l’échange avec des intervenants extérieurs.

Jean-René Duval, « Le Jardin de Léontine », à Bréville-sur-Mer, président du club Manche Gastronomie du Terroir.

Contacts : Anne-Lise Fer, CCI Centre et Sud Manche, tél. 02 33 91 33 86 François Dublaron, CCI de Cherbourg-Cotentin, tél. 02 33 23 32 23 Christophe Lefèvre, directeur adjoint de l’agence SNCF à Equeurdreville, membre fondateur du Club Manche Attractivité.

J o u r n a l

comme celles-ci qui permettent de répondre aux besoins d’un certain nombre d’entreprises à la fois, et de rompre leur isolement, estime Jacques Trouillet, directeur général de la CCI de Cherbourg-Cotentin. C’est pourquoi nous apportons aux clubs notre soutien financier, logistique, administratif, le temps qu’ils parviennent à voler de leurs propres ailes. Notre rôle est d’impulser, de susciter les initiatives en faisant se rencontrer les gens. À chaque réseau de déterminer ensuite le fonctionnement qui réponde le mieux aux préoccupations de ses membres. » Celles-ci peuvent être diverses et variées. Créé il y a trois ans, le Club Manche Attractivité réunit sur l’ensemble du département des chefs d’entreprises ou responsables des ressources hu-

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

maines confrontés à des difficultés de recrutement. Christophe Lefèvre, chef d’agence adjoint de l’entreprise SNEF, spécialisée dans l’ingénierie et la maintenance industrielle, à Équeurdreville, en est un des membres fondateurs. « Avec plusieurs entreprises, nous avons réfléchi à un moyen d’attirer, à long terme, de nouveaux talents dans nos entreprises. Nous avons opté pour la création d’un site Internet valorisant le potentiel économique et la qualité du cadre de vie sur notre territoire ». Le club, qui compte une vingtaine de membres, a pu recruter un salarié en apprentissage pour le promouvoir auprès d’autres entreprises et faire vivre le site. « Plus nous serons nombreux, plus nous pourrons aller loin dans nos actions ». n

M a i

Export

2 0 1 1

11


➜Commerce

Commerce

Industrie Services

Perspectives

Transmettre son commerce avec succès Transmettre son commerce ne s’improvise pas. Une bonne passation assure la pérennité de l’entreprise, de son savoir-faire et de ses atouts. Les CCI de la Manche proposent des dispositifs d’accompagnement.

M a i

2 0 1 1

12

Fabienne et Pascal Besselièvre ont repris l’hôtel du Cap à Auderville.

L

aurence Ménard et son mari gèrent, depuis janvier, six laveries automatiques dans le sud Manche. Depuis le 1er mars, Fabienne et Pascal Besselièvre sont, eux, à la tête de l’hôtel du Cap à Auderville. Ces deux couples ont franchi le pas et réalisé leur rêve de devenir un jour leur « propre patron ». Ils auraient pu créer leur entreprise mais ont jugé l’aventure « trop compliquée ». Ils ont choisi de reprendre une entreprise déjà en place et si possible en bonne place. « On y pensait depuis des années. On cherchait une opportunité depuis 3 ans, confient Fabienne et Pascal Besselièvre. Lorsque nous avons visité l’hôtel, nous avons eu le coup de cœur, on s’y voyait déjà. »

Des formations adaptées Derrière la volonté d’entreprendre, se cache l’envie d’être autonome et indépendant, mais pas de n’importe quelle façon. Reprendre une affaire, c’est connaître ses atouts, ses limites et son potentiel. En clair, ses secrets de réussite. Des secrets transmis par le cédant qui devient alors un partenaire essentiel dans la transmission.

Laurence Ménard a repris six laveries automatiques dans le sud-Manche.

« L’ancien propriétaire s’est engagé à nous accompagner pendant 1 an » « Nous avons été en relation avec l’ancien propriétaire trois ans avant la reprise, souligne Laurence Ménard. Avant la passation, j’allais avec lui dans les laveries pour gérer les pannes des machines. Lorsque nous avons signé, il s’est engagé à nous accompagner pendant un an dans les dépannages. C’est lui qui m’a formé et surtout, il nous aide à ne pas nous sentir seuls. » A l’hôtel du Cap, la transmission se fait en douceur, là encore, grâce à l’aide des anciens propriétaires. Durant les 15 premiers jours, les deux couples ont travaillé en binôme pour apprendre les secrets de la réservation, de l’accueil, du ménage, du fonctionnement du matériel, mais aussi les habitudes des clients. « Ils nous ont également présentés aux

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

acteurs économiques et aux habitants d’Auderville, aux élus, aux clients et même aux amis, poursuivent Fabienne et Pascal Besselièvre. Ils voulaient qu’on soit bien et aujourd’hui encore, ils continuent de venir nous voir régulièrement. » Pour aider les commerçants dans leur parcours, les CCI de la Manche proposent des accompagnements aux repreneurs. Des réunions collectives de sensibilisation à la transmission d’entreprise sont régulièrement organisées et animées par des experts (notaires, avocats, experts-comptables...). La demi-journée d’information, « Créa’info », fournit les connaissances de base concernant la création et la reprise d’entreprise, et une vue d’ensemble du parcours de l’entrepreneur. Le module « 5 jours

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

pour entreprendre » apporte quant à lui une méthodologie de travail et des connaissances juridiques, fiscales, financières et d’analyse du marché plus approfondies. « Ces formations m’ont aidé à lire un prévisionnel, un bail commercial et à faire les choses dans le respect de la loi, poursuit Laurence Ménard. Je suis également suivi par un conseiller de la CCI pour une durée de 3 ans. C’est un soutien supplémentaire. » « Connaître nos droits en tant que repreneurs, c’est important, reconnaissent Fabienne et Pascal Besselièvre. Mais outre ses formations, le réseau de la CCI nous a surtout permis d’avancer plus vite et de frapper aux bonnes portes ». Un plus lorsqu’on démarre une nouvelle aventure professionnelle. n

Attention aux homonymes Le RSI de Basse-Normandie attire l’attention des chefs d’entreprise sur la pratique de sociétés homonymes qui émettent des bulletins d’adhésion à des services facultatifs. Ces courriers n’ont aucune relation avec la mission de protection sociale obligatoire, couvrant l’assurance maladie et l’assurance vieillesse des indépendants, et peuvent susciter la confusion des assurés du RSI, en particulier les créateurs d’entreprise.

Primé « commerce équitable » Sébastien Belletoile (société Solibulles à SaintPair-sur-Mer) a reçu le 1er prix de la catégorie « commerce équitable » du concours Ekilibre, pour sa Meuh Cola, un alter cola biologique et équitable. Cette distinction est une reconnaissance de son engagement en faveur d’une économie solidaire. Il a mis au point sa recette à base de sucre de canne biologique et issu d’une démarche de commerce équitable en proscrivant des substances comme la caféine et l’acide phosphorique. Site : www.la-meuh.fr


Industrie ➜Commerce

Industrie Services

Un dispositif souple et rapide Pour inciter et accompagner les PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire) dans leurs projets à l’export, la Région Basse-Normandie a impulsé, en janvier, un nouveau dispositif. Baptisé APPEX (Appel à Projet Pour l’EXportation), il subventionnera jusqu’à 80 % (dans la limite de 50 000 €) les dépenses liées à la prospection à l’international : salons, conventions, documents de promotion, missions, protection du savoir-faire… « Un dispositif souple, qui permettra aux entreprises de revoir leur stratégie chaque année, et rapide puisque la Région s’en-

Un dispositif pour inciter et accompagner les entreprises dans leurs projets à l’export.

« Inciter et accompagner les entreprises » gage à répondre en un mois à compter du dépôt de la candidature, souligne Philippe Bonneau, vice-président de la Région en charge de l’économie. Avec APPEX, notre ambition est de voir augmenter la part des entreprises bas-normandes qui exportent ». Au total, une vingtaine d’entreprises sera accompagnée chaque année,

pour une enveloppe globale d’un million d’euros.

Deux appels à projets par an Pour déposer leur candidature, PME et ETI devront justifier d’un accompagnement par une structure professionnelle (CCI, UBIFRANCE, etc.) et présenter leur stratégie, à la fois

Un accompagnement adapté Les entreprises seront accompagnées différemment selon leur statut : primo-exportatrices (réalisant moins de 10 % du CA à l’export sur les 3 dernières années) ou exportatrices confirmées (plus de 10 % du CA sur les trois dernières années), ainsi qu’en fonction des zones d’exportation visées par leurs projets. Pour les primo-exportateurs par exemple, le taux de l’aide apportée par l’APPEX est de 50 % du montant du projet pour une exportation vers l’Europe et les pays du bassin méditerranéen, 70 % pour un pays « Grand export » (Egypte, Israël, Suisse, Croatie par exemple) et jusqu’à 80 % pour tous les autres pays à l’international (exceptés la Chine et le Canada, concernés par des accords de coopération avec la Région). Contact : CCI International Normandie, tél. 02 31 54 40 26

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

sur papier - en remplissant un dossier - puis devant le comité de sélection. Un oral «  très apprécié par les chefs d’entreprise, car il est l’occasion de défendre son projet », précise Michelle Vauclin. Après un premier appel à projet clôturé fin mars, les entreprises sélectionnées seront connues en juin. Un deuxième appel à projet sera lancé dans les semaines à venir. Dépôt des candidatures en août. n  

13 2 0 1 1

E

n matière d’exportation, les entreprises bas-normandes ne sont pas de « mauvais élèves », mais elles pourraient exporter plus et plus loin (1). « Les exportations concernent l’Europe, à 80 %, constate Michelle Vauclin, responsable Affaires internationales à la Chambre de commerce et d’industrie de région Basse-Normandie. Les entreprises ont du mal à aller vers des marchés plus lointains ». Les raisons de cette frilosité ? Les taux de change, la barrière culturelle, une mauvaise connaissance de l’anglais - un frein encore redoutable sur les marchés anglo-saxons. Pourtant, «  pour beaucoup, leur développement passera par l’exportation, reste convaincue Michelle Vauclin. Mondialisation oblige, les entreprises ne pourront pas rester cantonnées sur leur marché national ».

M a i

La Région Basse-Normandie vient de lancer, en janvier, un nouveau dispositif de soutien aux entreprises qui projettent d’exporter. Une vingtaine de projets sera financé chaque année.

Perspectives

Appex, nouveau levier pour exporter

(1) 17 % des entreprises bas-normandes tirent un quart de leur chiffre d’affaires de l’exportation contre 25 % au plan national.

M a n c h e

Contrôles de légionelles Depuis le 1er janvier 2011, les hôtels, les résidences de tourisme et les campings doivent mesurer au moins une fois par an la présence de légionelles dans leurs installations d’eau chaude. Ces contrôles doivent être réalisés sur les équipements en fonction du nombre de points à risque accessibles au public (douches, douchettes, bains à remous ou à jets). Lorsque les réseaux ne sont pas utilisés pendant plusieurs semaines, deux prélèvements doivent être effectués après la purge du réseau à deux semaines d’intervalle, les résultats d’analyse devant être connus avant l’accueil du public.


M a i

2 0 1 1

14

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e


Services ➜Commerce

Industrie Services

Véronique Hervieu (à gauche), à la tête du Groupement d’employeurs du Cotentin (GECO) et Pauline Levasseur, son assistante, sont véritablement convaincues de l’utilité de leur projet, autant pour les employeurs que pour les salariés.

Jean-Jacques Marie, à la tête d’une entreprise de chaudronnerie, MAC Cotentin a fait appel au GECO pour l’embauche d’un agent qualité une journée par semaine.

« Le GECO a trouvé exactement la personne qu’il me fallait. » La preuve par l’exemple Jean-Jacques Marie, à la tête d’une entreprise de chaudronnerie, MAC Cotentin a fait appel au GECO pour l’embauche d’un agent qualité une journée par semaine. « Je n’aurais pas pu trouver, tout seul, une telle personne pour si peu de temps.» Le GECO a fait le recrutement. « C’était très pratique pour moi car la qualité n’étant pas mon métier, le choix d’un bon profil n’aurait pas été aisé. » L’agent qualité réalise pour MAC Cotentin un suivi nécessaire pour conserver les labels tels qu’ISO 9001, exigés par certains clients comme Areva. « J’avais besoin d’une personne d’expérience en

J o u r n a l

qui je puisse avoir une totale confiance. Le GECO a trouvé exactement celle qu’il me fallait. » De plus, pas de fiche de salaire. « Une facture au GECO suffit. »

Une solution simple et efficace, située entre l’intérim et le CDI à temps plein. « Pour le territoire et l’ensemble des entreprises, c’est aussi intéressant car c’est un moyen de conserver les compétences sur place », poursuit Véronique Hervieu. Association de loi 1901, le GECO n’a pas été créé pour réaliser des bénéfices. « L’objectif, dès que nous aurons atteint notre seuil de rentabilité, c’est-à-dire 20 équivalent temps plein, c’est de réinvestir l’argent dans la formation. » Aujourd’hui, après un an d’existence, elle en compte sept. Mais comment se finance-t-elle ? « Nous ne faisons pas payer la recherche des profils, mais nous facturons à l’employeur 11 % du salaire versé aux salariés. » Qui est concerné ? Toutes les entreprises, quels que soient leur taille et leurs besoins, car le groupement est multisectoriel. Un système véritablement adapté aux besoins contemporains des entreprises et à la problématique des personnes en recherche d’emploi. n

Une réflexion en cours dans le sud Manche La mission locale du Pays granvillais a sollicité la CCI Centre et Sud Manche pour étudier la faisabilité d’un groupement d’employeurs multisectoriel situé entre Vire, Coutances et Avranches. S’il existe quelques groupements d’employeurs sur ce territoire, tous sont sectoriels. « Sur cette zone géographique, de nombreuses entreprises ont des emplois saisonniers ou non permanents de main d’œuvre. Le groupement pourrait être une solution pour eux tout en répondant à la problématique de l’emploi des jeunes », explique Alain Furic, chargé d’études à la CCI Centre et Sud Manche. Une consultation sera lancée prochainement auprès des entreprises, groupements de professionnels, associations et collectivités pour connaître leurs besoins en matière d’emploi non permanent. Résultats en septembre.

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

15 2 0 1 1

F

idélisation du personnel, compétence, expérience, culture d’entreprise. Pas toujours évident pour un personnel à temps partiel ou saisonnier de s’impliquer dans l’entreprise à cette hauteur. Sauf si, ces derniers cumulent les missions dans plusieurs entreprises pour travailler à plein temps. C’est le principe du Groupement d’employeurs du Cotentin (GECO). Véronique Hervieu qui en est à la tête propose donc aux dirigeants de ne pas hésiter à prendre des temps partiels si les besoins de l’entreprise l’exigent, plutôt que de surcharger les équipes en place. Elle s’occupe de trouver les différentes missions pour les travailleurs. « C’est pour les dirigeants le moyen de fidéliser ces salariés et de les motiver. De plus, ces personnes sont opérationnelles de suite et l’employeur peut capitaliser sur la formation », poursuit Véronique Hervieu. C’est aussi souvent l’occasion pour eux de s’offrir les compétences d’un personnel qualifié, car le temps partiel limite les coûts.

M a i

Fournir travail et stabilité aux salariés, et des compétences à temps partagé aux entreprises. Telles sont les missions du groupement d’employeurs. Une réponse intéressante aux problématiques actuelles du marché de l’emploi.

Perspectives

Groupement d’employeurs, mode d’emploi


➜ensemble

: interview express • groupe fim • création d’entrep

Interview Express

Groupe FIM

Perspectives

Céline Couroux

M a i

2 0 1 1

16

Les énergies renouvelables

De nouveaux métiers à l’horizon

responsable de l’antenne INPI BasseNormandie

De futurs techniciens de maintenance et de conseil en énergies renouvelables sont actuellement en formation au groupe FIM à Granville.

S

« Avec l’INPI, le chef d’entreprise se protège » Quelles sont les missions de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) ? Depuis le 2 avril 2008, l’INPI est présent dans la région Basse-Normandie pour accueillir et accompagner les innovateurs dans leurs démarches de protection. Il propose aux PME des outils d’évaluation personnalisés, comme le « pré-diagnostic propriété industrielle ». L’INPI sensibilise aussi les chercheurs, étudiants, chefs d’entreprise et acteurs du développement économique aux enjeux de la propriété industrielle. Cet accompagnement s’effectue sur rendez-vous individuels dans les locaux de l’INPI ou lors des permanences que l’INPI assure en région (notamment dans la Manche voir site www.inpi.fr). Quels bénéfices peuvent tirer les PME en se rapprochant de l’INPI ? Il leur apporte des réponses aux questions relatives à la propriété industrielle (comment déposer ma marque ? comment protéger mon innovation ?) et aux questions relatives aux différentes procédures. Il peut dresser un état des lieux des pratiques de l’entreprise en la matière et lui proposer des recommandations afin de protéger au mieux son savoir faire et ses innovations. Enfin, des sessions de sensibilisation et des ateliers pratiques sont organisés afin de les aider à mettre en pratique les recommandations. Est-ce que les PME bas-normandes ont recours à l’INPI ? En 2009, 137 demandes de brevets publiés ont été déposées par des PME régionales (source Observatoire de la propriété intellectuelle). Cela représente environ 1% des demandes françaises. Pourtant, lors du développement d’un nouveau produit, le chef d’entreprise ne doit pas hésiter à contacter l’INPI afin de s’assurer qu’il choisit la protection adéquate à ses objectifs de développement et au produit. Cela lui permettra d’opter pour le niveau de protection désiré et de vérifier également qu’il ne met pas en péril son entreprise en mettant sur le marché des contrefaçons.

[Contact] Céline Couroux, responsable de l’antenne INPI Basse-Normandie Tél. : 0820 213 213 E mail : bassenormandie@inpi.fr Site Internet : www.inpi.fr

ous le soleil exactement... Au regard des conclusions de l’enquête d’opportunité qu’il a réalisée auprès de 400 entreprises bas-normandes(1), le groupe FIM a ouvert, à Granville, la première promotion de Technicien de maintenance et conseil en énergies renouvelables. Depuis décembre et jusqu’en octobre, 12 stagiaires (demandeurs d’emploi) sont ici pour suivre 950 heures de cours. « Ils effectueront ensuite 420 heures de stage en entreprise, explique Christophe Coatrieux, à l’initiative de cette nouvelle formation. Elle cible les entreprises d’installation électrique, les chauffagistes (installation, entretien et dépannage) et toutes les entreprises du secteur du bâtiment spécialisées dans les énergies renouvelables. » La demande des artisans du secteur est forte(2). « De nombreux installateurs se sont lancés dans les énergies renouvelables un peu rapidement, remarque le formateur. Ils vont avoir besoin de personnels pour assurer l’installation et la maintenance des équipements. »

Leur diplôme en poche, les stagiaires seront en mesure de dimensionner, d’installer et de maintenir des équipements fonctionnant à l’énergie solaire.

Leur diplôme en poche, les stagiaires seront en mesure de dimensionner, d’installer et de maintenir des équipements fonctionnant à l’énergie solaire. « Ils seront capables également de développer un argumentaire commercial professionnel et conseiller les utilisateurs sur tous les aspects réglementaires liés aux énergies renouvelables et fossiles », complète Christophe Coatrieux. Le centre de Granville a investi plus de 55 000 € en installations et équipements pour préparer au mieux ses stagiaires, et faire lui aussi des économies d’énergies. Le groupe FIM voit déjà plus

loin. Un second module, baptisé Vendeur conseil en énergies renouvelables, verra le jour en 2012 et un troisième, dès 2013, formera des chargés d’affaires en bureaux d’études, toujours à Granville. n (1) Elle indique que les fabricants et installateurs de matériels en énergies renouvelables (solaire, éolien, pompes à chaleur, chauffage au bois et autres) de la région manquent de techniciens compétents. (2) Une journée portes ouvertes est organisée à Granville, le 18 mai, à partir de 14h et une conférence sur la géothermie, le 26 mai à 18h30.

[Contact] Christophe Coatrieux, Granville - Tél. : 02 33 91 21 30 E mail : ccx@fim.fr - Site : www.fim.fr

En bref Assistant de comptabilité : formation en 12 mois

Forces de vente : un nouveau cycle

L’attaché commercial fait partie de la force de vente de l’entreprise. Le nouveau cycle « Technicien supérieur des forces de vente » propose aux entreprises un collaborateur qui saura faire progresser le chiffre d’affaires, prospecter des clients et jouera également un rôle de conseil en cernant les besoins et les attentes de ses interlocuteurs. La formation, de niveau Bac +2, se déroule sur 1 an en alternance entre le centre de formation à Agneaux et l’entreprise.

[Contact]

Sandra Chafia, tél. 02 33 77 86 77 – E mail.sc@fim.fr J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

Le groupe FIM propose à Cherbourg-Octeville une formation « Assistant de comptabilité et d’administration » d’une durée d’un an, validée par un diplôme de niveau 5 (CAP-BEP), en entrées et sorties permanentes. Cette formation peut se faire en contrat de professionnalisation ou sous statut salarié en période de professionnalisation et débouche sur différents métiers : assistant(e) polyvalent(e) PME- TPE, assistant(e) - technicien(ne) des services comptables, secrétaire bureautique spécialisé(e), assistant(e) de paye.

[Contact]

Antoine Abikhalil, tél. 02 33 78 86 88 – E mail : aak@fim.fr

M a n c h e


Ensemble

Création et reprise d’entreprise

Les prestations des CCI

Librairie Le Détour à Granville

Fanny Hecquet et Raphaël Naklé ont créé une nouvelle librairie Le Détour à Granville. L’accompagnement de la CCI leur a permis d’obtenir des aides précieuses.

Raphaël Naklé et Fanny Hecquet créateurs de la Librairie Le Détour à Granville.

G

ranville compte une nouvelle librairie indépendante depuis novembre 2010. Pour ses créateurs, Fanny Hecquet et Raphaël Naklé, la CCI est vite devenue un passage obligé. Une nouvelle librairie indépendante s’est installée à Granville l’année dernière. « L’ouverture de la librairie est un rêve ancien qui nous a demandé une année de préparation et d’élaboration », présentent Fanny Hecquet et Raphaël Naklé. Depuis novembre, ils partagent leur amour des

➜ des

livres avec leurs clients. Bien conseillés par des proches et très motivés (Raphaël Naklé a déjà travaillé dans ce secteur), les deux amis se rapprochent de la CCI Centre et Sud Manche, bien en amont. « Elle est rapidement devenue un partenaire pour monter notre projet. Après avoir obtenu un prêt d’honneur Impulsion Pays Granvillais Initiative, elle nous a guidés vers d’autres aides à la création d’entreprise (prêt d’honneur NACRE via le Pays de la Baie), grâce à un travail minutieux nécessaire

pour nous faire entrer dans les bonnes cases ». Le projet de Fanny Hecquet et Raphaël Naklé a aussi obtenu la reconnaissance de la profession. Le Centre national du livre (CNL) qui accompagne le développement et la reprise de librairies indépendantes leur a octroyé un prêt à taux zéro. « Toutes ces aides sont une reconnaissance de la qualité de notre projet », estiment les deux créateurs. Afin de renforcer leur commerce, le duo ne manque pas d’idées. « Nous étofferons le rayon réservé aux auteurs locaux et aux livres sur la région, par exemple. » Ils accueilleront également des auteurs à l’occasion de rencontresdédicaces au moment de la sortie d’un livre. Une envie de lire soudaine ? Alors faites un détour... n [Contact] Librairie Le Détour 62, rue des Juifs 50400 Granville Tél. : 02 33 50 90 03 www.librairie-le-detour.fr

rencontres pour entreprendre

> Créa’Info / Une demi-journée collective pour construire son projet : parcours de la création, aides, formalités, coût de la protection sociale… • Agneaux, 9 h à 12 h : 9 et 23 mai, 6 et 20 juin. • Cherbourg-Octeville, 14 h à 17 h : 26 mai, 9 et 23 juin, 7 et 21 juillet. • Granville, 9 h à 12 h : 16 et 30 mai, 14 et 27 juin.

> 5 jours pour entreprendre à la CCI de Cherbourg-Cotentin Stage de formation • Cherbourg-Octeville : 6 au 10 juin et 4 au 8 juillet

Coût pris en charge par les CCI.

150 _ TTC par participant.

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

[Contacts] CCI Centre et Sud Manche : 02 33 91 33 91 CCI de Cherbourg-Cotentin : 02 33 23 32 33

AEF : 2 millions d’entreprises accessibles L’annuaire des entreprises de France (AEF) est un outil marketing et commercial qui vous permet d’accéder facilement à un annuaire de 2 millions d’entreprises françaises. En combinant 30 critères de recherche, les deux CCI procurent des listes d’entreprises adaptées à chaque besoin. [Contacts] CCI Centre et Sud Manche Adelaïde Beloin, Tél. 02 33 91 33 49 CCI de Cherbourg-Cotentin Pierric Hourçourigaray, Tél. 02 33 23 32 15

Espacemanche.com pour s’implanter Vous recherchez un terrain, un bâtiment industriel ou artisanal, des bureaux dans la Manche ? Pour consulter les offres, mises à jour en temps réel par les professionnels de la transaction immobilière et foncière, connectez-vous sur : www.espacemanche.com [Contacts] CCI Centre et Sud Manche Sandra Legall, Tél. 02 33 91 33 90 CCI de Cherbourg-Cotentin Evelyne Leterrier, Tél. 02 33 23 32 41

Chefs d’entreprise :

« Mieux vaut prévenir que guérir » Un rendez-vous au Centre d’information et de prévention des entreprises en difficulté (CIP) assure au chef d’entreprise un entretien confidentiel, gratuit et strictement informatif. Une solution pour mieux anticiper les difficultés et mieux utiliser les procédures amiables.

> 5 jours pour entreprendre à la CCI Centre et Sud Manche Stage de formation avec un accompagnement individuel. • Agneaux : 12 au 18 mai. • Granville : 16 au 22 juin. Module « 5 jours » et un accompagnement individuel : 150 eTTC. Un accompagnement individuel sur rendez-vous : 150 e TTC par participant. Inscription obligatoire : • Agneaux et Granville : 02 33 91 33 57 • Cherbourg-Octeville : 02 33 23 32 33 J o u r n a l

Les CCI, à travers le CFE/Guichet unique, sont compétentes pour délivrer toute information sur les professions réglementées pour les entreprises en création, et prendre en charge les procédures y afférant (montage de dossiers,etc.). Toutefois, les agréments, autorisations et inscripitons aux Ordres restent du ressort des autorités compétentes.

[Contact] Point accueil CIP : 06 63 98 24 60 l a

M a n c h e

17 2 0 1 1

« La CCI a été un partenaire »

Perspectives

CFEnet : Guichet unique

M a i

rises • En bref


➜tête

à tête « Savoir se remettre en cause, c’est essentiel »

Perspectives

Fabrice Petitpas ➽ La menuiserie Lemaux

M a i

2 0 1 1

18

Bricquebosq

La menuiserie Lemaux, à Bricquebosq, fête cette année ses 70 ans. À la tête de la PME depuis 2005, Fabrice Petitpas. Sa carrière est digne de celle d’un coureur de fond. Portrait.

Menuisier sur mesure

E

ndurance, opiniâtreté, capacité à rebondir après une défaite. Ancien cycliste, Fabrice Petitpas a gardé un mental de sportif pour mener sa carrière professionnelle comme une grande course. Il est parti très vite. BTS de gestion-comptabilité d’entreprise en poche, ce natif de Cherbourg fait ses premiers tours de roue dans une menuiserie de Grosville alors en pleine expansion. Il apprend, vite et sur le tas la gestion administrative, la structuration de la production, la mise en place d’une comptabilité - et découvre le bois. « Une matière noble, chaude, tactile, qui correspond bien à mon caractère ». Après six ans, première étape dans un négoce en matériaux. Puis nouveau départ et nouveau maillot. Fabrice Petitpas intègre l’équipe de l’Armoricaine de Menuiserie, à Brest. D’abord commercial, il rattrape rapidement le peloton, devient responsable régional puis directeur commercial pour

la moitié nord de la France. « Cela ne correspondait pas à ma formation, mais je suis un autodidacte. J’apprends et je ne lâche pas le morceau, je m’accroche… » Il se frotte au management, compose sa propre équipe et forme ses poulains. « Je reste persuadé que ce qui fait avancer une entreprise, ce sont ses individus, analyse-t-il. Le management, c’est trouver, en fonction des qualités d’un équipier, la place à laquelle il donnera le meilleur de lui même ». Après huit ans passés à avaler des kilomètres, l’entreprise est vendue à un groupe industriel de l’agroalimentaire. Le moment de se fixer un nouveau challenge.

Depuis quelque temps, l’un de ses clients, Yves Lemaux, prêt à partir à la retraite, le sollicite pour reprendre son entreprise de menuiserie la Sarl Lemaux Frères. Fabrice Petitpas profite de ses indemnités de départ pour racheter la PME, installée à Bricquebosq, et revenir sur son terrain favori : la menuiserie et la Manche. « La boucle est bouclée, sourit-il. J’aime aller au bout des choses et changer une fois que je les

Sas Lemaux

Double évènement La menuiserie Lemaux fête cette année ses 70 ans d’existence et le départ en retraite de l’un de ses piliers, Michel Leveillé, 43 ans d’entreprise au compteur. Le chef d’atelier avait commencé sa carrière dans la PME en tant que pré-apprenti.

J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

maîtrise. Avec cette entreprise, j’avais envie de reprendre mon indépendance et d’appliquer ce que j’avais appris grâce à mes différentes expériences ». En 2005, il prend la tête de l’entreprise de 8 salariés et poursuit sur la lancée « du prêt-à-porter en menuiserie, du sur mesure, tout ce que les industriels ne peuvent pas faire » pour des entreprises, des architectes et des particuliers. Lemaux compte désormais 13 salariés, pour un chiffre d’affaires de 1,1 million d’euros. Premier bilan de la course, pour Fabrice Petitpas : « dans l’ensemble, je crois que cela a été plus difficile que je n’aurais pensé, en particulier avec la crise que nous avons subie. Chef d’entreprise est un métier difficile, souligne-t-il. J’ai fait plusieurs métiers et, à chaque fois, c’est une remise en cause ce qui, je crois, est essentiel dans l’économie aujourd’hui ». Il réfléchit aujourd’hui à apporter des évolutions, en particulier à recentrer l’activité de l’entreprise. L’audit qu’il a entamé avec la CCI de Cherbourg-Cotentin, il y a un an, lui a ouvert des pistes de réflexion et d’amélioration. Fabrice Petitpas poursuit, lui, une autre ambition. « Faire du conseil en entreprise, pour les PME, ça me taraude », avoue-til. L’ancien cycliste deviendrait aussi coach. n

C C I

d e

l a

M a n c h e

Création : 1941 Activités : menuiserie-charpente-isolation Effectif : 13 salariés Commune : Bricquebosq Tél. 02 33 04 41 49 E mail : contact@saslemaux.fr


collé » de nos méthodes pour la maison, appliqué au bâtiment industriel, qu’on appelle aujourd’hui bâtiment d’entreprise », note Jacky Nicolle. Bien spécifique, le métier de l’entreprise est peu connu, regrette-t-il. «  Nous sommes contractant général, soit l’inter-

« Je crois beaucoup à la notion d’équipe, pas du tout à celui qui sait tout » locuteur unique du projet d’un entrepreneur qui a la tête dans le guidon et qui préfère confier la réalisation de son bâtiment à une seule personne qui suivra cela du début à la fin, de la conception jusqu’à la remise des clés. Je nous compare sou-

vent à un voyagiste qui pilote tout de A à Z », résume Jacky Nicolle. A raison d’une quinzaine de réalisations par an, les bâtiments signés Teco puis Chrysalis sont nombreux. Du nord au sud du département bien sûr, à travers la région ensuite et au delà, selon les développements de ses clients. La société sait tout faire : des locaux de 200 à 7 000 m2, des garages automobiles à des bureaux en passant par des usines… avec une grande variété de systèmes constructifs, de l’ossature métallique à l’ossature bois. Au terme d’une carrière « bien construite » (« je crois à l’opportunité et aux rencontres, pas au hasard ni à la chance »), la vie professionnelle de Jacky Nicolle va s’arrêter chez Chrysalis le 23 décembre prochain. « J’ai une certaine idée du management de la PME, j’entends bien développer cela plus tard. Il faut savoir développer le

Saint-Lô

A la tête de Chrysalis, l’entreprise saint-loise de construction de bâtiments d’entreprises, Jacky Nicolle s’apprête à mettre un terme à sa carrière. Après une vie professionnelle bien remplie, une nouvelle étape va pouvoir commencer pour lui en décembre prochain.

Chrysalis

Création : 2008 Activité : construction de bâtiments d’entreprises Effectif : 13 salariés Adresse : Parc d’activités Neptune 2, rue Henri Claudel Tél. 02 33 72 50 40 Site : www.chrysalis-bati.fr

19 2 0 1 1

T

oute sa vie, Jacky Nicolle aura construit. Toujours pour les autres. Des maisons individuelles en premier, des bâtiments d’entreprises ensuite, sous le nom de Teco d’abord puis sous celui de Chrysalis, créée en 2008 dans le but d’un meilleur positionnement commercial. Pour ce chef d’entreprise, né en 1951 à Bayeux, tout a commencé en 1973. « Le 2 janvier, précisément », se souvient parfaitement le dirigeant. Après des études générales, il est alors contractuel à la DDE quand on vient le chercher. « Nicolle, vous êtes le gars qu’il me faut ! » Et c’est parti pour une carrière chez Teco. « J’ai intégré la société très jeune, apprenant sur le tas. J’ai exercé tous les métiers, du commercial au conducteur de travaux, sauf celui de dessinateur. » Jusqu’à en prendre la direction en 1984. Teco voit le jour en 1969, réunissant quatre entreprises locales. La société, spécialisée dans la construction de maisons individuelles, était alors précurseur du « clés en mains », c’està-dire conduisant le projet des futurs propriétaires, des études à la livraison. Jusqu’en 1993, Teco se limite à ce secteur, produisant jusqu’à 80 maisons en moyenne par an. « Dans un souci de diversification, au milieu des années 90, j’ai proposé qu’on fasse un « copié-

M a i

Une vie bien construite

potentiel humain qu’il y a dans sa boîte, je crois beaucoup à la notion d’équipe, pas du tout à celui qui sait tout. Il faut savoir déléguer. » Chez Chrysalis, la transition est justement en cours. Son successeur, Aurélien Brisset, actuel responsable de production, se forme à l’Ecole supérieure des jeunes dirigeants du bâtiment. Jacky Nicolle, lui, sait déjà comment il occupera son temps devenu libre. Ce « volontaire », comme il se définit lui même, pense, notamment, partir dans le désert pour un trek. Là où rien n’est construit, histoire de changer un peu. n

Jacky Nicolle ➽ Chrysalis J o u r n a l

d ’ i n f o r m a t i o n

d e s

C C I

d e

l a

M a n c h e

Perspectives

Tête à tête


➜en

En fiche

fiche

Comment devenir maître d’apprentissage ? Chef d’entreprise ou salarié, le maître d’apprentissage a pour mission de transmettre les connaissances nécessaires à l’apprenti pour obtenir son diplôme.

Le maître d’apprentissage doit : • Etre majeur ; • Réaliser une attestation sur l’honneur, qui permet d’attester la validité de son expérience professionnelle ou de celle de son employeur. Le document est à retirer auprès du CFA ;

L

e succès d’un apprentissage repose sur la qualité de la relation entre l’apprenti et celui qui se voit confier la fonction de tuteur, c’est à dire de maître d’apprentissage. Ce dernier a pour rôle d’accompagner le jeune tout au long de sa collaboration avec l’entreprise et d’assurer le lien avec l’organisme de formation. Bien qu’il doive en assumer le rôle, le maître d’apprentissage n’est pas un professionnel de la formation. Cependant des critères d’expérience et de formation ont été fixés par la loi pour assurer ce rôle. Le maître d’apprentissage doit être titulaire d’un diplôme au moins équivalent à celui préparé par son apprenti et doit pouvoir justifier d’un minimum de trois années d’expérience professionnelle dans le métier concerné. S’il ne détient pas de diplôme, il doit alors justifier de plus de cinq ans d’expérience dans le métier concerné. Afin de préserver la qualité de la formation, le maître d’apprentissage ne peut pas superviser plus de deux apprentis en

même temps. «  Pour devenir maître d’apprentissage, il faut être soit chef d’entreprise ou un salarié désigné comme formateur par ce dernier, explique Patrice Cador, directeur départemental de l’apprentissage. C’est généralement l’envie de transmettre son savoir et ses connaissances qui motivent à devenir maître d’apprentissage. » Leur rôle est déterminant pour l’avenir professionnel des apprentis, mais il ne s’improvise pas. Afin de les soutenir, des formations, organisées entre autres par la CCI, leur sont proposées. Elles leur permettent d’obtenir un titre de maître d’apprentissage au groupe FIM « On y apprend tous les fondamentaux d’un apprentissage, poursuit Patrice Cador. De sa fonction à l’approche pédagogique. » Les formateurs peuvent également se rendre dans l’entreprise pour aider les maîtres d’apprentissage dans leur rôle et leur donner des conseils pour gérer en même temps leur activité.  Disponibilité, expérience,

investissement et volonté de transmettre sont les mots-clefs d’un maître d’apprentissage reconnu. En contrepartie, l’apprentissage permet au tuteur de se créer un réseau de jeunes professionnels et de bénéficier d’un regard neuf dans son entreprise. Aujourd’hui, le groupe FIM totalise plus de 1000 apprentis, contre 800 il y a encore quelques années. Une progression liée à l’évolution de l’image de l’apprentissage. «  Auparavant, on considérait que les gens en apprentissage étaient laissés pour compte, poursuit Patrice Cador. Aujourd’hui, avec près de trois millions de chômeurs, dont beaucoup de jeunes, on se rend compte que  l’apprentissage est un bon moyen de s’intégrer dans la vie professionnelle. Les niveaux de qualification ont évolué. Ils vont du CAP au Bac + 5 et l’indemnisation est obligatoire. Les maîtres d’apprentissage ont donc un rôle essentiel. Tout ce qui a été construit, c’est grâce à eux. » n

• A noter : Avant le début de l’exécution du contrat d’apprentissage ou, au plus tard, dans les 5 jours ouvrables qui suivent celui-ci, l’employeur doit transmettre les exemplaires du contrat d’apprentissage complet, accompagné du visa du directeur du CFA attestant l’inscription de l’apprenti, à l’organisme consulaire auquel il est rattaché : Chambre de commerce et d’industrie, Chambre de métiers et de l’artisanat ou Chambre d’agriculture.

Contacts CCI / groupe FIM • Agneaux : Annie Leroux Tél. 02 33 77 86 77 • Cherbourg-Octeville : Françoise Jolivel Tél. 02 33 78 86 88 • Granville : Isabelle Pihuit Tél. 02 33 91 21 30 • Saint-Lô : Patrice Cador Tél. 02 33 77 43 50


Perspectives 31