Issuu on Google+

Magazine économique de la Chambre de commerce et d’industrie de la Savoie

N°96  Juin - juillet 2012, 21 e siècle.

Tourisme ,

p. 25 à 34

L ƒtƒ en Savoie, La saison dont vous Etes le hƒros ! 8

© Dans l’ère

L’Astrée rénové, le ciné en Tenue de soirée Rencontre avec Bernard Fontvieille

36

Carnets de bord d’entrepreneurs

Atemia : Développement durable et très rentable

Jérôme Caviglia perce sur le créneau de l’éco-conception d’événements et d’équipements touristiques et culturels,


L’épargne de nos clients est réinvestie dans les projets de notre région. Pour contribuer au développement économique des Savoie, nous accompagnons 4 professionnels sur 10 : entreprises leaders, PMe, artisans, commerçants, professions libérales, ...

ca-des-savoie.fr

Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel des Savoie, société coopérative à capital variable, agréée en tant qu’établissement de crédit, dont le siège social est situé à Annecy - PAE Les Glaisins - 4 avenue du Pré Félin - Annecy le Vieux - 74985 Annecy cedex 9 - 302 958 491 RCS Annecy code APE 6419 Z. Garantie financière et assurance de responsabilité civile professionnelle conformes aux articles L 512-6 et L 512-7 du Code des Assurances. Société de courtage d’assurance immatriculée au Registre des Intermédiaires en Assurance sous le n°07 022 417.

www.felix-creation.fr. Crédit photo : thinkstockphotos - Fotolia • Mai 2012

Mon argent fait travailler les Savoie


l’édito du président

Entre forces et faiblesses « La collecte de la taxe d’apprentissage est aujourd’hui achevée. La collecte savoyarde désormais concertée entre cinq collecteurs est un succès, avec 1 200 000 € collectés en plus, soit 7 950 000 € cette année, contre 6 730 000 € en 2011. L’union fait la force ! Le millésime 2012 est particulièrement positif pour la CCI qui voit sa collecte passer de 1 453 000 € à 1 950 000 €, soit plus de 34 %. Je remercie les chefs d’entreprise savoyards qui ont compris notre message, les experts-comptables qui ont su le relayer, ainsi que les quatre autres partenaires de cette collaboration inédite en Savoie. Rappelons-nous que de nombreux établissements dépendent étroitement de cette taxe pour leur développement, et que la formation est l’avenir et le poumon de nos entreprises. Comme nous nous y étions engagés, la répartition qui peut être faite a été réalisée de manière collégiale et transparente, sur l’ensemble de l’outil de formation savoyard, pour former aussi bien de futurs ouvriers, agents de maîtrise, ou cadres. Penchons-nous déjà sur demain : pour la collecte 2013, c’est vous qui décidez ! Si la taxe d’apprentissage reste un impôt obligatoire, chaque entreprise a la liberté de choisir et de désigner le ou les bénéficiaires de son versement.

Verser c’est bien, affecter c’est mieux

Cette étape de la collecte 2012 est une réussite. Mais je garde bien à l’esprit que nombre d’entreprises sont aujourd’hui rattrapées par la réalité et les difficultés. Mais là aussi, les chefs d’entreprise ne sont pas seuls. Des moyens sont mis à disposition pour traiter de façon précoce leurs difficultés économiques.

Prévenir les difficultés des entreprises La loi donne en effet les moyens au Tribunal de Commerce de vous aider lorsque votre entreprise rencontre des difficultés. Une chose est sûre : face à des difficultés, lesquelles sont le plus souvent d’ordre financier et économique, plus vite vous engagerez une démarche auprès du Tribunal, plus les chances de sauver votre entreprise seront grandes. La France est le pays qui a le dispositif le plus complet pour vous aider à surmonter vos difficultés. Les moyens sont nombreux et peuvent être mis en œuvre par le Tribunal : mandat ad hoc, conciliation, sauvegarde, redressement judiciaire, il faut simplement choisir la procédure la plus adaptée à vos difficultés, n’attendez pas. À la première alerte, consultez le Tribunal de Commerce. Tout est encore possible. » ■

René Chevalier Président de la CCI de Savoie www.rene-chevalier.fr

Chefs d’entreprise, vous disposez d’une liberté d’affectation de votre impôt. Je vous engage à affecter à un établissement de formation savoyard qui réponde à vos besoins. Aussi, avec nos partenaires représentatifs du monde économique, nous travaillons à adapter l’offre de formation et son contenu à vos besoins, afin de vous aider à trouver les futurs salariés ou repreneurs.

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

3


04 79 71 01 10 www.rey-automobiles.com


maire

SOM

© Dans l’Ere ■■ CATM, partager les risques et les richesses dans l’entreprise (p. 6) ■■ Design publicitaire, le « bio » concept de K-Lice (p.7) ■■ Astrée, le ciné en tenue de soirée (p.8 & 9) ■■ Fusion du Cluster Cim & de France Neige (p.10) ■■ Création de Savoie Développement durable (p.10) ■■ Statistiques du Commerce extérieur de la Savoie (p.12 & 13) ■■ AchatVille : « Réussir ses photos pour le Web » (p.16 & 17) ■■ Enquête conjoncture saison d’hiver dans l’hôtellerie (p.18) ■■ L’alternance, outil de pré-recrutement (p.20 & 21) ■■ Services gagnants CCI : questions-réponses (p.22) ■■ © Déjà demain (p.23) ■■ © Mon Droit : dépôt des comptes sociaux (p.24)

Les Dossiers de Partenaires Savoie

Tourisme P.25/34

■■ L'été en Savoie, la saison dont vous êtes le héros (p.25) ■■ La Savoie entre rando & vélo (p.26) ■■ CCI de la Savoie, opération Tourisme été : interview Claude Varon (p.28 & 29) ■■ Camping des grands cols, jamais sans mon vélo (p.30) ■■ Tourisme d’été, la pêche miraculeuse ? (p.32) ■■ Pierre & Vacances, ces activités d’été qui rassemblent (p.33) ■■ Club Med, le bonheur est compris dans les prestations (p. 34)

Carnets de bord d’entrepreneurs ■■ Atemia, développement durable et très rentable (p.36 & 37)

Rhône-Alpes Économie ■■ Comment bien agencer son espace vente ? (p.39 à 46)

Partenaires Savoie www.savoie.cci.fr – 0 820 22 73 73 (0,09€ TTC/Min) – Ours p.38 MAGAZINE ENVOYÉ À TITRE GRATUIT

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

5


©

dans

l'ère

Partager risques et richesses dans l’entreprise CATM à La Ravoire est une entreprise d’insertion opérant dans l’industrie et le bâtiment. « L’objectif est de fournir un travail de qualité, tout en donnant à chacun des salariés l’opportunité de conserver sa dignité sans être assisté  », précise le dirigeant Sami Yakoubi. Agréée «  entreprise solidaire  », CATM est scindée en deux branches : CATM production (45 personnes) et CATM second œuvre (15 personnes). L’entreprise affiche un chiffre d’affaires à la hausse chaque année de 20 à 30 % (1,7 M€ en 2011). Son comportement exemplaire a été salué par un Trophée de Savoie 2012.

Les faits

L

’originalité de CATM trouve son origine dans celle de son dirigeant. La fibre sociale très développée, notamment dans le milieu associatif sportif en direction des jeunes de Chambéry-le-Haut, Sami Yakoubi s’est fixé comme objectif de « préparer les mentalités à fonctionner autrement ». Pour cela, il a transformé son entreprise en laboratoire d’idées grandeur nature. Depuis 2009, il a mis en place une charte managériale innovante, qui repose sur le partage des risques et des richesses : chaque trimestre, 20 % du résultat sont répartis sous forme de primes entre les salariés au prorata du temps travaillé (sur la soixantaine d’employés, 60 % sont en insertion). En contrepartie, chacun s’engage à adapter ses horaires aux fluctuations du carnet de commandes. Disponibilité, réactivité, implication s’évaluent à quelque 6 % de productivité en plus par rapport à une entreprise standard. En outre, la rémunération du dirigeant ne peut excéder trois fois le plus bas salaire dans l’entreprise, un écart jugé ici « raisonnable ». Pour être complet, il faut préciser que le respect de la charte est attesté chaque année par un audit effectué par un cabinet extérieur.

Recherche dirigeants partageant même philosophie de l’entreprise… Après avoir implanté son modèle de fonctionnement solidaire sur CATM production, Sami Yakoubi le met actuellement en place dans l’atelier du bâtiment, CATM second œuvre. Et comme il ne peut changer le monde à lui

6 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

CATM a été créée en 2007 par Sami Yakoubi (au centre).

tout seul, Sami Yakoubi cherche à former des émules. Pour cela, CATM a créé en 2011 un fonds d’investissement, « pour inciter les entrepreneurs à monter leurs boîtes en mettant en œuvre une charte managériale identique à la nôtre ». Sur ce principe, CATM Events, une entreprise d’insertion spécialisée dans l’événementiel, dont le créateur Mohamed Ali Boughalmi est un ancien salarié de CATM, a vu le jour. D’autres projets sont à l’étude. Fidèle à son credo et pour échanger sur le sujet, Sami Yakoubi recherche d’autres dirigeants partageant la même philosophie de l’entreprise. Des contacts sont parvenus de Turquie et du Brésil par l’intermédiaire de réseaux sociaux, et des étudiants suisses s’intéressent de près à la gestion des ressources humaines de la société de La Ravoire. ■ Jean-Claude Colomine - S. D.

+ : CATM – 460, rue Archimède Z.I. de l’Albanne à La Ravoire – Tél. 04 79 85 17 33


© Design publicitaire : le « bio » concept de K-Lice

K

-Lice, créée en 2011, est une marque de l’entreprise industrielle Formes actives. Cette société, implantée au cœur du Parc national du massif des Bauges diversifie son activité de mouliste et de plasturgiste en intégrant des bioplastiques : « Nous proposons des objets publicitaires personnalisables, en plastique végétal biodégradable, destinés au marché de la communication », résume Delphine Gamen, la gérante. Entièrement fabriqués en Savoie, les produits réalisés en bioplastique 100 % végétal sont respectueux de l’environnement et participent au maintien de l’activité économique local : « Nous privilégions un circuit court, en alternative aux produits en plastique pétrole, principalement importés d’Asie », résume la chef d’entreprise.

L’ensemble des collections K-Lice sont des objets design (bijoux de sac, jetons de chariot, porte-clés, etc.). Des créations sur mesure sont également disponibles à la demande. ■ + : www.k-lice.com

dans

l'ère

Maison Nature, à Albertville, organise une journée portes ouvertes pour fêter ses 10 ans le 16 juin. L’entreprise, dirigée par Patrick Berland, se consacre à la construction et à la décoration écologiques. Plate-forme grossiste sur le quart est de la France pour la marque Nature et Harmonie, fabriquant 100 % français qui s’exporte jusqu’en Chine, Maison Nature livre jusqu’en Russie. www.maison-nature.fr

BUZZ Actu

Melilot consulting : de la ruche à l’homme, un nouveau mode de management par biomimétisme. L’organisation des abeilles, la durabilité des écosystèmes, la coopération entre fleurs et insectes, la créativité des matériaux naturels, la performance globale de la pollinisation : voici autant d’exemples que Henry Duchemin, créateur de Melilot Consulting aborde en séminaire, conférence ou atelier pédagogique, afin de faire découvrir concrètement le génie des organisations naturelles et le transposer à une problématique d’entreprise ou d’organisation humaine. Avant cette aventure au cœur de la biodiversité, Henry Duchemin a piloté de nombreux projets d’entreprise, privés et publics, notamment au sein du cabinet d’études ELSA, la DATAR et à la direction de l’Agence Économique de la Savoie. www.melilotconsulting.com

BUZZ Actu

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

7


©

dans

l'ère

Tenue de soirée pour le ciné Astrée

Les faits

Achevés au printemps dernier, les travaux de rénovation de l’Astrée à Chambéry ont restitué au cinéma du centre-ville son écrin Art déco. Écho de l’époque qui avait vu sa création, les années 40, cette option architecturale a été portée par son propriétaire, Bernard Fontvieille et son épouse Patricia. Ce « Monsieur Cinéma » a l’habitude d’assumer ses choix : depuis 1985, le militant du 7e Art se bat pour que les spectateurs (fidèles) puissent découvrir dans ses trois salles (Forum, Curial, Astrée) des films différents, exigeants voire déroutants. De The Artist à Metropolis, avec lui le « ciné » a droit de cité.

L

a rénovation de l’Astrée a duré précisément cinq mois et une semaine. Dans le hall d’entrée, les fresques de René Burdet, jusqu’alors dissimulées au regard sous la moquette des murs, ont été restaurées par Claire Bigand : « Le vert clair, le côté kitsch…, on est en cohérence avec le cachet, l’esprit des lieux, résume Bernard Fontvieille, le gérant du cinéma. On a retrouvé le ton d’origine doré de la façade extérieure et on a fait “recréer” la peinture, sur mesure. »

Pour l’anecdote, des « fans » ont même volé (détaché) des petits bouts de la façade… L’Astrée, ce n’est pas Sunset Boulevard mais pas loin… À l’intérieur, place au tissu tendu de velours rouge ; les fauteuils confortables sont floqués au nom de « L’Astrée ». « Tout a été refait, confirme le directeur, les quatre salles, l’isolation phonique… » Et en effet, si le décor joue la carte nostalgie, la technologie est up to date et l’équipement numérique : « Avant, au bout de deux mois, la copie était inexploitable. Aujourd’hui, la qualité couleur et son est constante. C’est une révolution comparable au 16 mm, lorsque la Nouvelle Vague a déserté les studios pour tourner à l’extérieur. On va découvrir de nouveaux réalisateurs. »

“bousculer”, assister à des débats… Après une période dans les années 80 où les gens avaient perdu le goût de la curiosité, ce type de cinéma remarche. »

« Donner une chance à des films qui n’en auraient pas eu ailleurs. Éventuellement prendre un risque. »

« Nous avons reçu le soutien financier décisif du Crédit Agricole des Savoie au moment du rachat de l’Astrée et pour les travaux, qui ont coûté 15M€ HT. Le Centre national du cinéma (État) et de la Région nous ont également accompagnés. »

8 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

La passion en haut de l’affiche. Aujourd’hui comme il y a plus de vingt-cinq ans, lorsqu’il a ouvert le Forum à Chambéry-le-Haut : « À l’époque, une salle d’expérimentation, un créneau militant… » « Une mission éducative », sur laquelle il persistera avec le Curial : « Ici, pour être en cohérence avec la Maison de la Culture toute proche, on essaie d’accompagner les autres arts. » Et enfin, l’Astrée, la diversité de la palette Art & Essai : Les Adieux à la reine, Des hommes et des dieux, Mémoire d’ouvriers… « Pas de publicité ni de pop corn. Des films d’auteur. Un lieu où les spectateurs viennent réfléchir, se faire

« La marque Astrée » Lorsqu’en 2006, Bernard Fontvieille achète le cinéma, il sait qu’il se porte acquéreur d’un symbole, d’une histoire : « J’ai été motivé par l’emplacement unique. Ce cinéma a ouvert le 20 décembre 1940. Il a été le premier au début des années 70 à se transformer en complexe, trois puis quatre salles… Il fait partie du patrimoine de la ville. » Notre photo : un détail des fresques restaurées de René Burdet.


©

dans

l'ère

Cinéma à louer Les entreprises et les particuliers peuvent louer certaines salles de l’Astrée pour y tenir des réunions et y diffuser des films vidéo en qualité numérique. À Chambéry, cette expression cinématographique a trouvé son public. Depuis 2006, Bernard Fontvieille programme sur les trois structures 250 films par an, visionnés par quelque 115 000 spectateurs : « Une somme de publics, réguliers, fidèles, qui recherchent la qualité des films, qui apprécient la tranquillité et un prix qui ne décourage pas de venir à plusieurs. » Et c’est pour continuer à les séduire, dans un contexte rendu plus concurrentiel par l’arrivée des dix salles Pathé, que Bernard a investi dans la rénovation de son cinéma : « Je gère pour être à l’équilibre, c’est une SARL, qui salarie huit personnes, avec l’esprit d’une association. Ce cinéma-là m’aide à vivre et, modestement, j’en vis. » ■ Sylviane Doise

BUZZ actu

À savoir Le magazine Commerce International est une publication indépendante du réseau des Chambres de commerce et d’industrie. Aucun lien n’existe (tant fonctionnel que juridique ou financier), entre la revue ou son éditeur (Axe Expansion) et un quelconque établissement du réseau des CCI. Enfin, la revue, de même que la société Axe Expansion, ne sont titulaires d’aucun mandat de la part de l’Assemblée française des chambres de commerce et d’industrie (ACFCI) ni d’un quelconque établissement du réseau des CCI. + : juridique@acfci.cci.fr

Bernard Fontvieille est stéphanois d’origine, chambérien de cœur depuis 1985 et constitutivement cinéphile : « J’ai pris conscience que je voulais exercer ce métier, faire partager ma passion du cinéma dans la cour de récré, quand j’avais 13 ans. J’avais été voir Il était une fois dans l’Ouest, et je racontais le film à mes camarades. Au début, ils étaient deux et quand j’ai terminé, ils étaient une vingtaine, tous prêts à aller découvrir le chef-d’œuvre de Sergio Leone… »

BUZZ actu

Gestionnaires hôtellerie de plein air, êtes-vous prêts à perdre vos étoiles ?

En matière de nouvelles normes de classement pour l’hôtellerie de plein air, vous devez agir maintenant ! Le 23 juillet, il sera trop tard ! L’ancien classement deviendra caduc. Conséquence immédiate : vous perdrez votre avantage de taux de TVA réduit et toute référence aux étoiles acquises précédemment devra disparaître de vos supports de communication. Faire l’impasse sur cette démarche de classement, c’est courir le risque de voir votre camping évalué uniquement en fonction des avis des consommateurs, sur les réseaux sociaux, selon des critères subjectifs. Bénéficier du nouveau classement relève aujourd’hui d’une démarche volontaire de votre part et ne dépend plus d’une action automatique de la préfecture. La Chambre de commerce et d’industrie de la Savoie vous conseille sur cette phase de positionnement : des conseillers experts vous guident à travers une approche marketing et commerciale. Tout établissement non reclassé verra sa TVA passer à 19,6 % ; La démarche doit être engagée pour le 23 juillet au plus tard ; La visite de contrôle doit être effectuée pendant les périodes d’ouverture de l’établissement. + : CCI 73 – Jérémie Villard - j.villard@savoie.cci.fr - 0 820 22 73 73 (0,09 €TTC/Min)

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

9


©

dans

l'ère

France Neige International et le Cluster des Industries de la Montagne (CIM) fusionnent. Il s’agit de créer un portail unique d’accès aux savoir-faire des entreprises de l’aménagement et du développement de la montagne française, le Cluster Montagne. Les deux structures existantes jouaient un rôle complémentaire : d’un côté, France Neige International (créée en 1984 à l’initiative de la Région RhôneAlpes et d’institutionnels, que présidait Xavier Dullin) assurait la promotion à l’étranger des savoir-faire des entreprises françaises. Elle réunissait 50 entreprises adhérentes. Lancé en 2006, également à l’initiative de la Région Rhône-Alpes et avec le support technique de la CCI de Savoie, le Cluster des Industries de la Montagne (dont le président était Xavier Gallot-Lavallée) fédérait la filière Montagne, l’animait et mobilisait ses compétences sur l’accompagnement du développement des acteurs : international, innovation, performance et formation. 140 entreprises en étaient membres. Xavier Gallot-Lavallée devient le président exécutif de ce Cluster Montagne et Xavier Dullin, le président délégué aux relations institutionnelles

Création de « Savoie Développement durable » Savoie Développement durable, présidée par André-Denis Piot, regroupe les acteurs économiques savoyards autour d’un objectif : mutualiser moyens et compétences afin de sensibiliser et accompagner les entreprises dans la mise en place de leurs actions développement durable et RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). La commission Développement durable, lancée par la CCI 73 sous l’impulsion de son président René Chevalier, animée par les élus Gilles Nantet et Olivier Danet, joue le rôle de pivot du dispositif. Cette commission regroupe 16 acteurs économiques : BTP SAVOIE, CAPEB, les trois chambres consulaires, Transports routiers ( FNTR et FNTV), Conseil national des professions de l’automobile, Domaines skiables de France, Fédération autonome générale industrie hôtelière touristique, Interforêt bois Savoie, Medef Savoie, Unions des industries et métiers de la métallurgie Savoie, Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, Union savoyarde de l’hôtellerie de plein air, SPIEEGS.

Contacts : Benoît Robert – Directeur (06 88 38 50 89) – Nathalie Saint-Marcel – Directrice adjointe (06 82 71 18 26)

+ : CCI 73 – Commission Développement durable – Amélie Dancer - a.dancer@savoie.cci.fr

BUZZ Bravo

10 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

BUZZ Bravo


peugeotwebstore.com/pro

ON PEUT SE FIER A LUI, COMME VOS CLIENTS SE FIENT A VOUS.

LE NOUVEAU PEUGEOT EXPERT EST ÉQUIPÉ DU GRIP CONTROL* ET DE LA DÉTECTION DE SOUS-GONFLAGE DES PNEUS *.

Consommation mixte (en l/100 km) : de 6,4 à 7,2. Émissions de CO 2 (en g/km) : de 168 à 189. * Disponible en option selon versions.

NOUVEAU PEUGEOT EXPERT


©

dans

l'ère

Note de conjoncture statistique – Direction régionale des douanes et des droits indirects de Chambéry

Commerce extérieur de la Savoie 2011 : la reprise s’affermit Les faits

Malgré une année 2011 mouvementée sur le plan international, la Savoie a poursuivi la progression de ses échanges, dépassant en 2011 le niveau des flux de 2008, tant à l’importation qu’à l’exportation. Les importations, en particulier, ont connu une progression très importante (+ 30 %). Étant donné la nature des produits importés dans le département et le fait que les statistiques sont données en valeur, cette progression serait attribuée, en grande partie, au renchérissement du cours des matières premières, plus qu’au volume des échanges. Retrouvez l’intégralité de cette note (les échanges de la Savoie avec les grandes zones régionales du globe) sur www.savoie.cci.fr + : CCI 73 – Maryline Favre – m.favre@savoie.cci.fr

Commerce extérieur de la Savoie en 2011 819 M€ excédent commercial Solde

taux couv.*

Savoie

+ 819 

156,88

Rhône-Alpes

+ 341

100,72

- 69 592

86,04

Solde

évolut. 2010/2011

Savoie

2 259

+ 9,45 %

Rhône-Alpes

47 660

+ 12,28 %

428 802

+ 8,62 %

Solde

évolut. 2010/2011

Savoie

1 440

+ 31,63 %

Rhône-Alpes

47 319

+ 16,23 %

498 394

+ 11,68 %

France

2 259 M€ exportation

France

1 440 M€ importation

France

Pays clients

Pays fournisseurs

1

Allemagne

Italie

2

Italie

Allemagne

3

Royaume-Uni

Chine

4

Espagne

Espagne

5

Arabie Saoudite

Belgique

12 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

Palmarès des produits à l’importation Que ce soit à l’importation ou à l’exportation, les rangs habituellement tenus par certains produits ont été en partie bouleversés en 2011, et en particulier pour les métaux, les produits sidérurgiques et les déchets industriels, qui ont gagné plusieurs places dans ce palmarès produits. À l’importation, les métaux non ferreux sont passés à la première place, vraisemblablement en raison de la hausse des prix dans ce secteur. La progression des importations y est de plus de 50 % entre 2010 à 2011. Le premier fournisseur de métaux non ferreux de la Savoie est la Russie. Un flux nouveau est par ailleurs apparu, certainement aussi en partie à l’origine de l’explosion des importations : l’Irlande. Les déchets industriels ont également connu une explosion de leur trafic. Le secteur porteur du retraitement des déchets industriels, y compris pour des flux en provenance de pays voisins, a permis l’implantation ou le développement de sociétés savoyardes dans ce domaine. La progression de ces deux postes de marchandises s’est faite en 2011 au détriment du matériel électrique, qui est passé de la 1re à la 3e place.

Palmarès des produits à l’exportation De la même manière qu’à l’importation, le matériel électrique a connu un recul à l’exportation. Le premier pays destinataire de ce matériel exporté de Savoie est l’Arabie Saoudite, loin devant l’Espagne et l’Inde. Les produits sidérurgiques ont progressé de 27 %, passant de la 3e à la 1re place, avec comme principaux pays clients l’Allemagne et l’Italie. Le produit ayant connu la plus forte progression relève du secteur des équipements pour automobile, avec comme principaux pays destinataires l’Allemagne et l’Italie. Les exportations vers l’Allemagne restent importantes dans de nombreux domaines, que ce soit au niveau local ou national, témoignant de la demande intérieure qui demeure dynamique outre-Rhin.


©

dans

l'ère

IMPORTATIONS

2011 (en Part dans Rang millions l’activité totale d’euros) à l'international

Métaux non ferreux

1

221

15,33 %

+ 51,37 %

Prod. sidérurg + 1re transfo de l'acier

2

125

8,67 %

+ 16,82 %

Matériel électrique

3

122

8,46 %

- 17,57 %

Coutellerie, outillage, quincallerie et ouv. div en métaux

5

84

5,83 %

+ 42,37 %

Machines diverses d’usage spécifique

6

75

5,20 %

+ 92,31 %

Déchets industriels

7

72

4,99 %

+ 111,76 %

Prod. chimiques de base, prod. azotés, mat. plast. et caoutchouc synthétique.

8

54

3,74 %

+ 31,71 %

Matériaux de construction et prod. minéraux div.

9

51

3,54 %

+ 37,84 %

10

39

2,70 %

+ 34,48 %

Produits pétroliers raffinés et coke

Palmarès des pays partenaires de la Savoie À l’importation, principaux pays fournisseurs : comme pour les produits, le paysage statistique concernant les pays partenaires a été parfois bousculé. L’Italie et l’Allemagne restent les premiers pays fournisseurs du département, avec une progression marquée sur 2011, dépassant même largement le niveau d’échanges de 2008. En 2011, le premier poste d’importation d’Italie était les déchets industriels, suivi par les machines d’usage général ; pour l’Allemagne, c’est le matériel électrique, suivi des machines diverses à usage spécifique et, à la 3e place également par les déchets industriels. La Suisse a connu en 2011 une régression de la 4e à la 13e place en tant que fournisseur de la Savoie. La variation importante d’un flux de matériel électrique pourrait expliquer ce recul, même si ce produit reste le 1er poste d’importation de marchandises de Suisse en Savoie (palmarès détaillé sur wwww.savoie. cci.fr) À l’exportation, les principaux pays clients : les observations faites à l’importation s’appliquent pour la plupart à l’exportation, en particulier pour les deux pays de tête, l’Allemagne et l’Italie. Le maintien de la

Les exportations de Savoie vers l’Espagne connaissent un ralentissement qui perdure depuis 2008 (en 2012, déclassement du 3e au 4e rg). Les échanges avec la Suisse restent toujours très limités, malgré la proximité géographique (8e rang du palmarès, avec seulement 2,61 % des échanges). L’Arabie Saoudite, en revanche, progresse dans le palmarès des clients de la Savoie. Les produits vendus à ce pays sont le matériel électrique, les parfums – cosmétiques et produits d’entretien ainsi que les matériaux de construction et produits minéraux divers (palmarès détaillé sur wwww.savoie.cci.fr) ■

VAR 2011/2010

À noter La progression plus rapide des importations entraîne une réduction du traditionnel excédent commercial savoyard : alors que depuis plus de 10 ans, le taux de couverture était autour de 200 (deux fois plus d’export que d’import), il passe cette année à 157. La même tendance se confirme au niveau régional. Attention, les chiffres du Commerce extérieur ne reflètent qu’une partie de l’activité internationale des entreprises savoyardes puisqu’ils ne concernent que les biens et n’incluent aucune donnée sur les prestations de services.

forte demande intérieure en Allemagne se remarque là aussi, avec une progression de presque 30 % entre 2010 et 2011 (produits exportés de Savoie vers l’Allemagne : produits sidérurgiques et de première transformation de l’acier, produits chimiques et machines et équipements d’usage général ; avec l’Italie : produits sidérurgiques et de première transformation de l’acier, machines et équipements d’usage général et métaux non ferreux.

+ CCI 73 -  Maryline Favre – m.favre@savoie.cci.fr

Rang

2011 (en millions d’euros)

Part dans l’activité totale à l’international

VAR 2011/2010

Prod. sidérurg + 1re transfo de l’acier

1

492

21,77 %

+ 27,46 %

Matériel électrique

2

390

17,26 %

- 2,50 %

Mach. d’usage général

3

278

12,30 %

- 8,55 %

Prod. chimiques de base, prod. azotés, mat. plast. et caoutchouc synthétique.

4

240

10,62 %

+ 21,83 %

Métaux non ferreux

5

190

8,41 %

- 3,55 %

Equipement pour automobiles

6

101

4,47 % + 102,00 %

Coutellerie, outillage, quincallerie et ouv. div en métaux

7

84

3,72 %

+ 18,31 %

Pâte à papier, papier et carton

8

78

3,45 %

+ 5,41 %

Machines diverses d’usage spécifique

9

67

2,96 %

- 19,28 %

Produits de la construction automobile

10

60

2,65 %

- 20,00 %

EXPORTATIONS

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

13


- Photo Serge Chapuis

Société Anonyme Coopérative de Banque Populaire à capital variable, régie par l’article L 512.2 du Code Monétaire et Financier et l’ensemble des textes relatifs aux Banques Populaires et aux établissements de Crédit – Siren 605 520 071 RCS GRENOBLE – activité annexe Société de courtage d’assurance – garantie financière et assurance responsabilité civile professionnelle conformes aux articles L 530.1 et L 530.2 du Code des Assurances.

VA L C O M . f r

OSEZ INNOVER

e l l e v u o n e i g ener eprise !

unepour mon entr ergie enno re uvelable

vegetmaulr

flashcode

web

250 m2


©

dans

l'ère

Réussir ses photos professionnelles pour le web Les faits

Dans le cadre de l’action AchatVille, la Chambre de commerce et d’industrie de la Savoie propose une formation « Réussir ses photos pour le web ». Finalité de ce stage : prendre des images et savoir leur appliquer un post-traitement afin d’alimenter son site professionnel avec des visuels produits valorisants. La première session s’est déroulée le 26 mars : retour d’expériences des huit participants (dont quatre pratiquent la vente en ligne), coachés par le photographe Christian Pedrotti. + : CCI de la Savoie – Géraldine Vallier – g.vallier@savoie.cci.fr

Attentes des stagiaires vis-à-vis de la formation

Points positifs relevés par les stagiaires

• « Astuces et conseils pour prendre de belles photos et mettre en valeur nos articles » ; • « Apprendre le b.a-ba de la photographie et des retouches sur ordinateur » ; • « Prise en main et apprentissage du maniement de l’appareil photo » ; • « Améliorer les prises de vue à l’intérieur, éliminer les contre-jour, faire des photos sans ombre. »

• «  Accessibilité, disponibilité du formateur » ; • «  Simplicité du vocabulaire et des explications » ; • «  Découverte de la photographie et du principe de prise de vue » • «  Alternance de la théorie et de la pratique permettant d’appliquer et de vérifier la théorie immédiatement. »

de la CCIT

Savo

ie

Thèmes suggérés par les stagiaires pour une prochaine formation ➤ « Mieux connaître son appareil photo pour une meilleure utilisation » ; ➤ «  Créer des petits films » ; ➤ « Première approche de la 3D » ; ➤ « Analyse de la qualité et de la pertinence de nos photos. Comment créer une photo vendeuse ? » ■

Chefs d’entreprise, ne restez pas isolés.

Rejoignez votre réseau !

Professionnels du tourisme, adhérer au Réseau Tourisme, c’est : Vous Vous Vous Vous

rencontrer et échanger entre professionnels du secteur aider dans votre professionnalisation apporter de l’information sur votre secteur d’activité accompagner dans le développement de votre activité

En savoir plus : Céline MATEO, c.mateo@savoie.cci.fr, Chambre de Commerce et d’Industrie Territoriale de la Savoie 5 rue Salteur 73024 Chambéry Cedex Tél. 0820 22 73 73 (0,09 € ttc/mn) - www.savoie.cci.fr

16 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96


© « Donner de la personnalité à notre site. » Les faits

dans

l'ère

Pascale Molliet, employée au magasin Intersport Montagne, situé à Arêches, a suivi la formation «  Réussir ses photos pour le web  », animée par Christian Pedrotti et organisée par la CCI de la Savoie. Elle livre ses impressions de stagiaire.

Quelles étaient vos attentes lorsque vous vous êtes inscrite à ce stage ?

Quelle plus-value immédiate ce stage a-t-il apporté à votre activité ?

Nous avons ouvert notre site sur Achat Ville depuis deux ans. Nous avons progressivement étoffé notre offre en passant à 400 produits visibles. La plupart du temps, nous allons chercher les photos sur le site de la centrale Intersport ou sur ceux de nos fournisseurs. Pour alimenter nous-mêmes notre vitrine en images, nous avions besoin de conseils techniques, d’astuces. Nous avons été intéressés par la formation proposée par la CCI de Savoie parce qu’elle est animée par un professionnel de la photo. De plus, c’est toujours intéressant d’écouter les autres stagiaires et de partager nos idées.

Ce stage m’a dynamisée : j’ai plus de créativité. J’espère que cela ressortira sur le site. Gros avantage, nous étions trois commerçants du Beaufortain, nous allons nous stimuler et progresser ensemble.

Recommanderiez-vous ce stage à un ami ? Absolument ! Bonne ambiance, professionnalisme du photographe qui s’est adapté à chacun de nous. J’aurais une suggestion concernant AchatVille, ce serait bien de retrouver les fonctionnalités zoom ou 360°, comme sur certains sites. ■

Quels points techniques ont été abordés durant ce stage ? • Tour d’horizon des appareils photo apportés par les stagiaires ; • Apprendre à se servir d’un pied, même avec un compact ; • Projection de photos avec indication des différentes techniques de prises de vue. Très pédagogique : suivant le fond, le cadrage, les lumières, les articles ressortent différemment sur les photos. • Apprendre à faire un cadre maison avec un carton, des transparents, du carton plume. « Technique de la tente », pour maîtriser les ombres, les reflets, etc. • Chacun des stagiaires, excepté les cuisinistes, a pu mettre en pratique la théorie avec son article, jouer avec les lumières, les cartons plumes pour mesurer les effets. Pour des plus gros articles, nous avons travaillé en lumière naturelle. • Initiation au logiciel de correction Picasa 3 : petites astuces pour retravailler la photo avant de la mettre en ligne.

Comment avez-vous mis en application ce que vous avez appris ? Pour le moment, je n’ai pas eu le temps de travailler les photos car nous sommes en fin de saison. J’en ai mis une seule sur le site, prise à la formation, celle d’une chaussure Merrell. Je vais profiter de l’intersaison pour me mettre au travail et donner de la personnalité à notre site.

Salon des équipements et techniques du tourisme à Montpellier Pour la deuxième année consécutive, la CCI de la Savoie organise un déplacement professionnel au SETT, du 21 au 22 novembre à Montpellier. Vous oeuvrez sur le marché de l’hôtellerie de plein air (gestion, développement, investissement...), vous souhaitez découvrir les nouvelles tendances à court et moyen terme, rejoignez-nous ! Le pôle tourisme de la CCI de la Savoie vous propose un déplacement sur deux jours pour étudier, analyser l’offre des exposants afin d’en retirer les meilleures idées.

En savoir plus : www.salonsett.com

Renseignements : Nicole Tresallet n.tresallet@savoie.cci.fr Tél. 04 79 75 93 83 www.savoie.cci.fr

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

17


©

dans

l'ère

Conjoncture hiver 2011/2012

Bonne saison hivernale malgré  une baisse de fréquentation sur les congés de printemps

Les faits

Comme chaque année, la Chambre de commerce et d’industrie de la Savoie a audité les hôteliers des stations de montagne quant au déroulement de leur saison d’hiver. Selon les premières tendances, la saison est jugée satisfaisante par l’ensemble des professionnels du secteur. + : CCI 73 - Direction du développement territorial et des études économiques – Éric Barbarin – e.barbarin@savoie.cci.fr

75 %

des hôteliers interrogés s’estiment satisfaits de leur saison hivernale (dont 14 % très satisfaits). Les hôtels 4 et 5 étoiles sont les plus nombreux à exprimer cette opinion (89,5 % des répondants), suivis de près par les 2 étoiles (80 %) et les 3 étoiles (71 %). 89 % des professionnels situés en moyenne montagne sont satisfaits. Ils sont 77 % en Tarentaise et 69 % en Maurienne. Globalement, on note une hausse de la fréquentation touristique reliée à la présence d’un manteau neigeux abondant et de qualité durant toute la saison. Seules les vacances de Pâques ont connu une activité en baisse. Un positionnement trop tardif de leur calendrier allant jusqu’au 8 mai 2012 en est sans doute la cause essentielle.

Évolution positive du chiffre d’affaires par rapport à la saison dernière Par rapport à la saison précédente, la part des hôteliers indiquant une contraction de leur chiffre d’affaires est en baisse alors que celle mentionnant une hausse est en nette progression.

35% 30% 25% 20% 15% 17%

20%

19%

33%

24%

22%

19%

21% 12%

10% Hausse de plus de 5%

Hausse entre 1 et 5%

Comparable à l’an dernier

Hiver 2010-2011

Évolution du chiffre d’affaires

18 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

Baisse entre Hausse d’au 1 et 5% moins 5%

Hiver 2011-2012

Estimation après redressement de l’échantillon

13%

Les hôtels 4 étoiles et plus mentionnent la plus forte progression du CA : 78 % des hôteliers interrogés indiquent une hausse, et pour 33 % d’entre eux, cette dernière est supérieure à 5 %. La catégorie des 2 étoiles suit de très près : 65,5 % des professionnels notent également une hausse de leur CA, et pour 38 % d’entre eux la hausse se situe entre 1 et 5 %. La hausse du chiffre d’affaires est la plus largement partagée en stations de Tarentaise (62 % des répondants) et en stations de moyenne montagne (55,5 %). À l’inverse, en stations de Maurienne, une baisse du CA est observée par 33 % des répondants.

Fréquentation en baisse en fin de saison Selon les données INSEE, le taux de fréquentation de décembre 2011 est en hausse de 4 points par rapport à décembre 2010 (58 % contre 54 %). Tout le secteur périneige (*) a enregistré une hausse de fréquentation, en particulier les stations de moyenne montagne (+ 10 points) et de la Maurienne (+ 8 points). Par contre, janvier a connu une faible hausse de fréquentation (+ 0,6 point) contre plus 7 points l’an passé. Cette période a bénéficié notamment des vacances scolaires belges et néerlandaises. Avec une hausse de fréquentation de 5 points et un taux de remplissage de 76 %, février a obtenu le meilleur taux d’occupation de la saison hivernale en Tarentaise (78,5 %). Sur deux semaines, les vacances scolaires françaises se sont cumulées avec celles des clientèles belge et néerlandaise. Cette saison, mars a vu sa fréquentation augmenter et a bénéficié des vacances des clientèles anglaise et belge (source : Savoie Mont-Blanc Tourisme). Avril est le seul mois de la saison hivernale dont le taux de fréquentation a subi une baisse (source : Savoie Mont-Blanc Tourisme). ■ (*) Le secteur périneige inclut trois zones touristiques : la Tarentaise, la Maurienne et la zone Albertville-Beaufortain-Val d’Arly.


POUR LES ENTREPRISE

S,

PLUS FORTE

Crédit photo : Mark Edward Atkinson, Gettyimages. Mutuelle relevant du livreII du Code de la Mutualité - immatriculée sous le n° 311 799 878.

LA PROTECTION !

DES FORMULES POUR TOUS LES SECTEURS ET TOUTES LES TAILLES D’ENTREPRISES

Découvrez nos solutions et la puissance d’un grand groupe mutualiste qui protège plus d’un million de personnes

Nos conseillers spécialisés à votre écoute :

04 79 70 78 18

www.adrea.fr


©

dans

l'ère

L’alternance,outils de prérecrutement « donnant-donnant » Les faits

À Pomblière Saint-Marcel, MSSA-Métaux Spéciaux accueille cette année 11 jeunes en contrat d’alternance de niveau post-bac. Dans cette entreprise très spécialisée, le dispositif repose notamment sur des partenariats de formation noués depuis plus de quinze  ans  ; certains collaborateurs entrés par cette porte d’embauche font toujours partie de l’équipe.

D

errière les murs de la vieille usine de Pomblière qui date de 1898, on fabrique du sodium par électrolyse dans des ateliers de haute technologie. MSSA-Métaux Spéciaux est le leader mondial dans cette activité chimique spécifique à laquelle peu de diplômes correspondent. À son arrivée en 1994, Thierry Moulis, DRH de la société qui compte 270 personnes, a lancé des partenariats de formation de niveau BEP et Bac pro avec des établissements scolaires. « Nous avons encore des personnes issues de ces formations, qui sont ensuite montées en qualification, explique-t-il, rappelant que MSSA a une tradition d’apprentissage très ancienne. Parmi les salariés, certains ont commencé en

du 20 au 22 novembre 2012 Paris - Porte de Versailles

tant qu’apprentis, et ont fait toute leur carrière dans l’entreprise. Nous avons peu de turnover. Accueillir des jeunes en alternance est donc une démarche naturelle. »

Du BTS à la licence, jusqu’au master Cette année, 11 jeunes préparent différents diplômes de niveau BTS, licence et master, et travaillent sur des projets ou des missions particulières. « C’est intéressant pour eux, et cela nous permet de faire face à un surcroît de travail en interne, précise Thierry Moulis. Mais à ces niveaux-là, nous n’avons pas toujours des CDI à proposer aux jeunes à l’issue de leur formation. »

annuel s u o v z Le rende deurs de des déci ublic l’achat p

Chefs d’entreprise, profitez des dernières places disponibles pour exposer sur le stand collectif «Les entreprises des Pays de Savoie». Pour plus de renseignements Céline MATEO, c.mateo@savoie.cci.fr Tél. 0 820 22 73 73 (0,09 € ttc/mn) www.savoie.cci.fr

20 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96


©

dans

l'ère

La situation n’est pas complètement satisfaisante pour le DRH, qui souhaiterait intégrer des élèves de BEP et de Bac pro en fabrication et maintenance, à des niveaux de qualification offrant davantage de perspectives d’embauche. Une condition cependant : MSSA est une usine classée Seveso seuil haut, et pour des raisons de sécurité, elle ne peut accueillir des jeunes de moins de 18 ans dans ses ateliers.

« Les métiers de la fabrication et de la maintenance utilisent des technologies à la pointe. » Le DRH remarque qu’aujourd’hui, les jeunes Tarins cherchent moins à vivre et travailler dans leur vallée ; ils sont souvent attirés par les villes pour leur formation en alternance et les plus jeunes recherchent une entreprise à proximité. Malgré la possibilité de logement proposée par l’entreprise, MSSA garde une image vieillotte et attire peu. « Pourtant, les métiers de la fabrication et de la maintenance utilisent des technologies à la pointe et sont très enrichissants d’un point de vue pédagogique », remarque Thierry Moulis, qui cherche à utiliser l’alternance comme un outil de pré-recrutement, dans un échange « donnantdonnant. « C’est un bon dispositif, mais pour qu’il fonctionne, il faut être dans une dynamique positive et cela prend du temps. Pour apprendre, le jeune a besoin d’un tuteur disponible, compétent, et qui a la volonté de transmettre son savoir. »

Thierry Moulis, DRH de la société depuis 1994. Même lorsqu’ils ne sont pas embauchés par l’entreprise, les jeunes réussissent leur insertion professionnelle, car au-delà de la crédibilité liée à leur diplôme, ils ont bénéficié d’une véritable expérience et ont montré leur capacité à s’intégrer dans une équipe. ■ Sylvie Martinotti – S.D

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

21


©

dans

l'ère

Les faits

services gagnants

Vous êtes aux commandes d’une entreprise. Quotidiennement, vous vous posez des questions précises et devez résoudre des problèmes. Les experts de la Chambre de commerce et d’industrie – ingénieurs, économistes, conseillers – vous apportent des solutions concrètes. www.savoie.cci.fr info@savoie.cci.fr 0 820 22 73 73 (0,09€ TTC/min)

Est- il possible de domicilier son entreprise chez soi quand on est locataire ? Attention à ne pas confondre domiciliation et exercice de l’activité. La domiciliation correspond à l’adresse administrative de l’entreprise, elle figure sur tous les documents commerciaux. Elle ne modifie pas la destination du local. Il est tout à fait possible de domicilier son entreprise chez soi si aucune disposition contractuelle ou législative ne s’y oppose (dans le contrat de bail, le règlement de copropriété ou de lotissement…). Si une disposition vous l’interdit, il convient de distinguer l’entreprise individuelle de la société : un entrepreneur individuel peut déclarer son adresse personnelle comme adresse de l’entreprise à condition d’exercer son activité exclusivement à l’extérieur. En société, le dirigeant pourra domicilier le

22 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

Quelles sont les nouvelles obligations en matière de pénibilité au travail ? siège chez lui mais pendant une durée limitée à cinq ans. Il devra en informer son propriétaire par lettre recommandée avec avis de réception.

Publicité des comptes : quelles obligations légales ? La dernière loi relative à la simplification du droit et à l’allégement des démarches administratives (texte adopté le 29 février 2012) modifie et supprime certaines obligations. Les sociétés commerciales, non cotées, n’ont plus à déposer leur rapport de gestion au greffe du tribunal de commerce. Elles doivent tout de même être en mesure de présenter ce rapport de gestion à toute personne qui en fait la demande. De plus, les comptes annuels (et le cas échéant, les comptes consolidés, le rapport sur la gestion du groupe et les rapports des commissaires aux comptes) sont à déposer au greffe du tribunal en un seul exemplaire, et non plus en double. Enfin, un délai supplémentaire est accordé aux entreprises qui déposeront leurs comptes par voie électronique. Elles disposeront de deux mois au lieu d’un à compter de l’approbation des comptes.

La réforme sur les retraites introduit plusieurs dispositions concernant la pénibilité au travail dans le Code du travail et le Code de la Sécurité sociale. Certaines de ces mesures renforcent le dispositif de prévention des risques professionnels, avec la prise en compte par les entreprises de facteurs de pénibilité et la mise en place d’actions spécifiques. Si des facteurs de pénibilité (voir article L. 4121-3-1 du Code du travail) sont identifiés dans son entreprise, l’employeur doit réaliser une fiche de prévention des expositions pour chaque salarié concerné (obligatoire depuis le 1er janvier 2012). Cette fiche doit mentionner les conditions d’exposition du travailleur, la période durant laquelle il a été exposé ainsi que les mesures de prévention (organisationnelles, collectives ou individuelles) mises en œuvre pour faire disparaître ou réduire les facteurs de risques durant cette période. Le document doit être mis à jour lors de toute modification des conditions d’exposition pouvant avoir un impact sur la santé du salarié. Il doit être communiqué au service de santé au travail et tenu à tout moment à la disposition du travailleur concerné. Un modèle de fiche est proposé en annexe de l’arrêté du 30 janvier 2012.■ + : environnement@savoie.cci.fr


« Bien accueillir mes clients : l’importance du 1er contact » : Formation le 21 juin de 8 h 45 à 12 h 30 et de 14 h à 17 h 30. Réservée aux membres du Réseau Tourisme. Fort d’Aiton. ++ : Céline Mateo – Réseau tourisme – c.mateo@savoie.cci.fr 13 et 14 juin : Salon des Entrepreneurs. Centre de Congrès à Lyon. Expertise, conseils, informations, rencontres, partage d’expériences, solutions business… Que vous soyez créateur, jeune entrepreneur, candidat à la franchise, auto-entrepreneur, repreneur, porteur de projet innovant, ou dirigeant d’entreprise, le Salon des Entrepreneurs vous donne l’opportunité et les moyens de faire aboutir vos projets d’entreprise. Inscription gratuite en ligne www.salondesentrepreneurs.com/lyon/ inscription/1ccs Code : 1CCS Retrouvez la CCI de la Savoie sur le stand régional des CCI. ++ : Service Création/transmission - Hélène Berthet-Moreno – h.berthet@savoie.cci.fr

Stage « 5 jours pour créer ou reprendre » : Du 18 au 22 juin ou du 10 au 14 septembre : à la CCI de Savoie à Chambéry, participation payante, inscription obligatoire au 0820 22 73 73 (0,09€ TTC/Min)

« Devenir et rester une entreprise innovante : de l’opportunité à l’innovation durable ». Beaucoup d’entreprises innovent de façon anarchique. Pour ancrer cette culture de la compétitivité et innover durablement, il faut mettre en œuvre méthodes et organisation. La CCI 73 invite les entrepreneurs à une réunion sur le thème « Devenir et rester une entreprise innovante : de l’opportunité à l’innovation durable » - 12 juin à 8 h 30 à Alpespace. ++ : Amélie Dancer, Hervé Bouton – innovation@savoie.cci.fr CCI de la Savoie 0 820 22 73 73 (0,09€ TTC/min)

www.savoie.cci.fr 14 juin : Plénière Groupement des Parrains d’Entrepreneurs : « les outils de communication ». Galerie des Saveurs à Apremont. ++ : Claire Gaurand - c.gaurand@savoie.cci.fr

avenir !

Donnez du relief à son

28 juin : Petit déjeuner réglementaire : Faites le point sur le statut d’exportateur agréé (O.E.À.) CCI de la Savoie ++ : Maryline Favre – m.favre@savoie.cci.fr juin : Journée Suisse avec la CFSCI. Réunion « actualités et marchés » suivie de rendez-vous individuels. CCI de la Savoie. ++ : Claudine Attanasio – c.attanasio@savoie.cci.fr 3 juillet : Atelier technique du Club Maghreb + Coface, dans le cadre des permanences Savoie Technolac. ++ :  Claudine Attanasio – c.attanasio@savoie.cci.fr 10 septembre : Réunion de lancement de la formation-action OPTILOG. CCI de la Savoie. ++ : + : Maryline Favre – m.favre@savoie.cci.fr

« S’informer pour entreprendre »

pprentissage Des jeunes pour les entreprises

12 juin et 26 juin, 10 et 24 juillet, 7 et 21 août : matinée de la création et reprise d’entreprise organisée par le Service Création de la CCI de la Savoie - Participation gratuite, inscription obligatoire au 0820 22 73 73

Des entreprises pour les jeunes

Pour découvrir : - Les métiers et diplômes préparés - Ce qu’est l’apprentissage - Comment rechercher une entreprise Réunions d’information pour les 15-25 ans. Tous les 15 jours de mars à juin, de 14h à 16h à la CCIT de la Savoie, Chambéry Contacts et inscriptions : Aida ALIC, Valérie ROBY www.savoie.cci.fr, rubrique Apprentissage Tél. 0820 22 73 73 (0,09 € ttc/mn) N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

23


Dépôt des comptes sociaux :  parution de la « Loi Warsmann II » Les faits

Parution de la « Loi Warsmann II » du 22/03/2012 relative à la simplification du droit et à l’allègement des démarches administratives. « Des assouplissements bienvenus dans le cadre de l’établissement et du dépôt des comptes sociaux des sociétés commerciales », résume Me François Chat.

S

i jusqu’à présent, les sociétés commerciales devaient déposer au greffe du Tribunal de Commerce divers documents en double exemplaire consécutivement à l’assemblée générale d’approbation de leurs comptes annuels – notamment le rapport de gestion dans le mois suivant –, ensuite de cette loi et à l’exception des société cotées, elles seront à présent dispensées de déposer leur rapport de gestion au greffe du Tribunal de Commerce (*). Cependant, elles devront le tenir à disposition de toute personne qui en ferait la demande. En outre, elles ne déposeront plus désormais au greffe qu’un seul exemplaire des documents concernant les comptes de l’exercice écoulé (**). Parallèlement, elles seront à présent incitées à déposer leurs comptes annuels ainsi que les autres documents requis, par voie électronique ; dans ce cas, elles disposeront d’un délai de deux mois et non plus d’un seul pour s’acquitter de ce dépôt. Enfin le commissaire aux comptes pourra à présent être autorisé par la société au sein de laquelle il exerce son mandat, à adresser directement au greffe ses rapports ainsi que les documents afférents à l’acception de sa mission ou à sa démission et devant faire

BUZZ Actu

l’objet d’un dépôt obligatoire. Cette disposition aura pour effet de simplifier la chaîne de transmission des documents à produire par le commissaire aux comptes, en évitant à la société de les adresser au greffe alors qu’il pourrait y pourvoir directement.

La « procédure d’injonction de dépôt » facilitée Mais cette simplification joue aussi quant à la facilitation de la mise en œuvre de la « procédure d’injonction de dépôt » ; rappelons qu’elle permet au président du Tribunal de Commerce, lorsqu’un dirigeant d’une société commerciale ne procède pas au dépôt des comptes annuels dans les délais, de lui adresser une injonction de le faire à bref délai sous astreinte, la loi obligeant désormais le greffier à informer le président du Tribunal de Commerce, dès qu’il constatera le défaut des comptes annuels dans les délais. Pareillement et en amont, elle prévoit que si l’assemblée ordinaire annuelle des associés n’a pas été réunie dans les six mois de la clôture de l’exercice social, le parquet ou toute personne intéressée pourra saisir le président du tribunal compétent statuant en référé afin d’enjoindre, le cas échéant sous astreinte, au gérant de convoquer cette

Changement d’enseigne au domaine de Marlioz : l’hôtel Mercure Acquaviva est devenu Ibis style (***). www.ibisstyles.com

Aix labellisée « ville vélotouristique » : Ce label récompense les collectivités territoriales qui offrent aux pratiquants du vélo un accueil, des services et des équipements adaptés à la pratique du cyclotourisme.

24 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

assemblée ou de désigner un mandataire pour y procéder. En revanche, les sanctions pénales applicables en cas de défaut de réunion de l’assemblée dans les délais sont supprimées. Désormais, les gérants qui omettent de procéder à l’approbation des comptes encourent uniquement une amende de 9 000 €, la peine d’emprisonnement étant supprimée. On ne peut que se féliciter du pragmatisme et du souhait d’efficacité du législateur, qui a su simplifier et alléger ces dispositions du droit des sociétés bien souvent mal perçues ou comme trop contraignantes par les dirigeants de TPE et PME ; notons que cette évolution s’opère sans laxisme, puisque le juge a pouvoir d’œuvrer plus rapidement et efficacement au respect de l’obligation tenue et de publicité des comptes par les sociétés commerciales. ■ Me François Chat Président de la Commission Entreprise de l’Ordre des avocats du barreau de Chambéry

(*) Dispense effective encore subordonnée à la publication d’un décret définissant les conditions afférentes. (**) Dès modification du texte réglementaire afférent.

La 4e édition de Solar Event se déroulera les 16 et 17 juin, au Bourget-du-Lac. À cette occasion, Savoie Technolac propose deux courses : une course « voitures électriques » (9 juin), en lien avec le championnat du Rallye de l’Epine ; et une course solaire d’endurance (16 et 17 juin), dont la première course 100 % verte homologuée par la Fédération française du sport automobile.


Les dossiers de

L'ƒtƒ en Savoie, la saison dont vous etes le hƒros

M

ontagnes, lacs, torrents, villages de caractères, patrimoine architectural… La Savoie, l’été, c’est la Nature pour décor et l’imagination des hommes pour la scénariser. Si la « rando » demeure l’activité phare du département durant cette période, les acteurs et professionnels du secteur écrivent de multiples récits dans lesquels le jeu, le développement personnel et les activités sportives (vélo, pêche, nautisme, alpinisme, vol libre) … sont autant de péripéties ; des histoires teintées d’authenticité, dont les touristes sont les héros. A découvrir dans Les Dossiers de Partenaires Savoie : l’interview de Claude Varon, président de la commission Tourisme de la Chambre de

Les activités de pleine nature en Savoie, leurs retombées socioéconomiques pour le tourisme et les loisirs est un état des lieux et une analyse diligentés par l’Agence touristique départementale de la Savoie et réalisés par le bureau d’études Indiggo.

commerce et d’industrie de la Savoie ; les focus sur Pierre & Vacances, le club Med, le Camping des grands cols, la Fédération départementale de pêche de la Savoie et l’Agence touristique départementale. ■ S.D

Liens • www.savoie-mont-blanc.com • Carnets de route de la montagne (Atout France) • www.savoiepeche.com • Union départementale des offices de tourisme et syndicats d’initiative de Savoie : www.udotsi-savoie.fr

Quelle stratégie « Tourisme pêche » en Savoie pour 2007 – 2013 ? est un mémoire réalisé par Lucy Cardon, dans le cadre d’un stage au sein de la Fédération de Savoie pour la pêche et la protection du milieu aquatique. Cette mine de renseignements passe au crible cette filière, la gestion piscicole, ses projets (parcours de pêche, valorisation de sites), son offre de produits touristiques (hébergements, activités annexes pour les accompagnants…), les différents profils de la cible « pêcheurs » et aborde le développement stratégique de ce secteur sur un mode tourisme pêche durable. A découvrir sur le site www.savoiepeche.com

Dans un contexte très concurrentiel, si la fréquentation hivernale poursuit sur une tendance de hausse modérée mais régulière, le constat pour l’été est à l’érosion (10,4 millions de nuitées en 1999 – 9,3 M en 2011 : source Observatoire Savoie Mont Blanc Tourisme). Pour endiguer cette tendance, l’axe activités de pleine nature est en plein développement. Éditée fin 2011, l’étude se fonde sur des enquêtes de clientèles (1 500 touristes audités/pratiques, attentes, motivations) et des tables rondes avec les professionnels. Forces et faiblesses, pistes de développement, 13 activités (randonnée, cyclotourisme, ski de randonnée, VTT, alpinisme, nautisme, vol libre, escalade, etc.) ont été passées au tamis pour en tirer un document de travail et de réflexion exceptionnel pour les acteurs du tourisme savoyard.

Promenades savoyardes de Découverte un concept de cheminement, des balades balisées, avec une touche de mise en scène, dont une partie est accessible à tous, un autre tronçon en parcours liberté pour ceux souhaitant marcher davantage. Objectif : découvrir des sites de caractère (patrimoine naturel ou bâti) de façon ludique.

Le Plan tourisme Savoie 2007/2013, élaboré par le Conseil général du département comprend un volet été, axé sur la diversification de l’offre et le renforcement des filières. Des thèmes précis d’amélioration sont identifiés : amélioration des hébergements touristiques ; développement d’une offre spécifique pour des publics particuliers ; soutien au thermalisme et au tourisme de bien-être ; développement du tourisme de pêche ; création de produits de randonnées et d’itinérance ; renforcement du tourisme à vélo ; valorisation du patrimoine culturel. www.cg73.fr

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

25


Les dossiers de

La Savoie entre rando et vƒlo Les faits

320 millions d’euros : c’est le poids des activités de pleine nature dans l’économie savoyarde en 2011. Le secteur emploie 1 700 personnes et constitue un important vecteur d’attractivité de notre territoire, d’où l’intérêt que le Conseil général de la Savoie lui porte au travers de son Plan Tourisme en opérant des choix stratégiques. + : www.savoie-mont-blanc.com

E

ntre 2007 et 2015, 37 M€ auront été dépensés pour entretenir les équipements touristiques et diversifier l’offre ; cette enveloppe englobe le thermalisme et le tourisme culturel. Avec 5 600 km de sentiers, la randonnée reste une activité phare et prioritaire. Le Département consacre donc un important budget à l’entretien et au balisage des chemins, ainsi qu’à l’aménagement des 18 grands tours en itinérance recensés en Savoie, comme ceux de la Vanoise ou du Beaufortain, et à la modernisation des refuges.

BUZZ actu

Parution du Guide du routard Savoie Mont Blanc. Des adresses abordables aux adresses les plus chics, le Routard fait découvrir les endroits qui ont le plus de charme et au meilleur rapport qualité-prix ! Grâce aux 80 collaborateurs qui sillonnent le monde, le Routard est actualisé tous les ans. Pour compléter le guide, Routard.com est le site touristique non marchand le plus visité en France. Guide du routard Savoie Mont Blanc, 13,20 €

26 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

« Face à une pratique réputée difficile, le Plan Tourisme a prévu la création de 14 promenades savoyardes de découverte, explique Michel Dietlin, directeur du développement pour l’Agence touristique départementale, organisme financé par le Département, qui assure le développement et la qualification de l’offre. Ces balades thématiques, familiales et ludiques, répondent à une véritable attente de la clientèle. En 2011, la fréquentation de la promenade d’Aussois a été estimée entre 3 000 et 4 000 personnes. » Trois itinéraires ont déjà été réalisés et quatre seront inaugurés en 2012, notamment à Albiez-Montrond et à Pralognan.

130 hébergements répertoriés répondant à des critères d’accueil des cyclistes Autre axe fort de développement des activités de pleine nature : le cyclotourisme. La Savoie est identifiée comme une destination vélo à cause notamment du passage du Tour de France et de l’attrait des grands cols. « L’activité peut se décliner sous de multiples formes en raison de la variété du territoire, observe Michel Dietlin. On peut faire aussi bien du vélo familial sur les voies vertes entre Chambéry et Le Bourget-du-Lac que l’ascension du Galibier. » L’an dernier, Savoie Mont Blanc a lancé l’opération « Un jour, un col » qui prévoit la fermeture d’un col différent des deux Savoie durant 12 demi-journées pour le réserver aux

Michel Dietlin cyclistes. Face à la demande spécialisée sur cette thématique, 130 hébergements ont été répertoriés répondant à des critères d’accueil des cyclistes : équipements de garage à vélo, d’atelier de réparation, préparation de panier-repas… ■ Sylvie Martinotti – S.D


Les dossiers de

CCI de savoie : Opƒration Tourisme ƒtƒ Les faits

Dans le domaine du tourisme, la Savoie souhaite jouer la partition des deux saisons, hiver et été. Durant la période estivale, les atouts (montagnes, lacs, activités de plein air ou culturelles, thermalisme et bien-être) se répartissent sur les sept territoires, comme une réponse à tous les goûts.

L

a CCI de la Savoie, en créant il y a un an la commission Tourisme, s’est donné sur le sujet un rôle de cheville ouvrière : tisser des liens entre les différents acteurs du secteur ; pratiquer le lobbying auprès des élus ; porter la parole des ressortissants. Au bout du compte : faire « labelliser » le tourisme été, facteur de développement économique durable. Pour y parvenir, Claude Varon, le président de la commission Tourisme, a fractionné l’action pédagogique de la Chambre de commerce et d’industrie en proposant huit groupes de travail. « Notre seule limite, c’est notre disponibilité en tant que bénévoles et notre capacité à regrouper dans un projet unique à dix ans l’ensemble des acteurs du tourisme. Notre territoire est attractif et accessible » : Claude Varon résume en ces termes la volonté qui anime les travaux de la commission Tourisme, et plus particulièrement les projets liés à l’été : « Développer la saison estivale, c’est faire vivre le territoire, préserver le personnel à l’année et amortir les investissements. » Lancée en 2011, cette commission représente tous les métiers du secteur : restauration, agences de tourisme, thermalisme, activités nautiques, hôteliers, etc. Suite à un audit auprès des ressortissants concernés, huit groupes de travail, constitués de quatre à cinq professionnels, ont été formés. Leur feuille de route s’articule autour de points forces à cultiver :

28 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

Hébergement de plein air  « Nous ne sommes pas présents sur le marché haut de gamme de l’hôtellerie de plein air, du type 5 étoiles. Pas un seul camping avec piscine autour du lac du Bourget par exemple », note Claude Varon. En réponse à cette carence, la CCI 73 interpelle les élus quant à la question du foncier. « Pour un camping de ce type, il s’agit de trouver une surface foncière minimum de 15 hectares, de la faire classer tourisme, d’inscrire le projet dans le SCOT ou le PLU… Sept à huit années sont nécessaires pour qu’un projet puisse sortir. » Du côté de l’organisation consulaire, on pousse aussi à enrichir l’offre haut de gamme dans ce type d’hébergement : petits chalets, bungalows, nouveaux services, balnéothérapie, etc. « L’hébergement de plein air haut de gamme offre une bonne rentabilité ;  ce qui permet de trouver des investisseurs privés plus facilement que sur d’autres type d’hébergement », assure Claude Varon, sans limiter son argumentaire promotionnel à la parole : « La CCI de la Savoie, avec des élus locaux, était présente au Salon des équipements techniques du tourisme de Montpellier, le premier salon consacré au plein air en France. » Expérience renouvelée cette année en novembre . « L’objectif de ce groupe de travail est d’identifier et d’accompagner de nouveaux projets ; de dynamiser ce secteur d’activité qui offre un fort potentiel pour notre territoire. L’implantation d’un produit phare sur chacun de nos sept territoires serait l’idéal. »

« La Commission Tourisme soutient et relaie les démarches de Savoie Mont Blanc Tourisme et de la Marque Savoie auprès des ressortissants de la CCI 73 », précise Claude Varon.

Formation et normes La CCI 73 travaille sur des produits et services destinés à guider les ressortissants dans ce domaine complexe et soumis à l’adaptation permanente.

Évolution des clubs tourisme Les anciens clubs tourisme de la CCI ont fait peau neuve pour se fédérer sous l’appellation « Réseau Tourisme », qui regroupe hôtels, activités de loisirs et campings : « Nous œuvrons pour créer des liens entre ces entrepreneurs », précise Claude Varon.


Les dossiers de

Groupe de travail « Synergie avec les actions régionales » L’objectif de ce groupe de travail est d’étudier la pertinence d’une mise en place de nouvelles actions dans le cadre du schéma sectoriel régional.

Mise en coopération optimale entre les différents acteurs du tourisme

L’été sera show.

Les Trophées du Tourisme

« S’attacher à ne pas faire doublon pour optimiser les missions du Cluster Montagne, de Savoie Mont Blanc Tourisme ou de l’Agence touristique départementale. »

La manifestation aurait pour objet de valoriser les acteurs savoyards du tourisme. 

Savoyards dans le Monde 

Évolution de la Bourse d’échange des prestataires touristiques

Identifier de grandes « régions » dans le monde dans lesquelles les entrepreneurs savoyards seraient les ambassadeurs de notre territoire.

La réflexion se porte sur une évolution éventuelle de la bourse d’échange, un événement mis en place par l’UDOTSI, en partenariat  avec la CCI.

En été, nous devons développer le créneau événementiel d’envergure. À l’image de cette pré étape du Tour de France qui s’était déroulée à Modane l’année dernière et qui avait rassemblé quelque 10 000 cyclotouristes. » Cette année, la manifestation se déroulera à Albertville.

« Cette réforme “Tourisme”, engagée dans un contexte difficile, avec des moyens limités, est un projet ambitieux. Il s’agit de l’image de la Savoie », conclut Claude Varon. ■

S.D

Philippe Vielley

- Crédit photo : Corbis.

Directeur d’agence

et nous accompagnons les investissements et projets des gens d’ici.

Toutes les actualités sur Banque de Savoie

12035- AP partenaire savoie 190x125.indd 1

www.banque-de-savoie.fr

24/05/12 16:40

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

29


Les dossiers de

Jamais sans mon vƒlo Les faits

Les amoureux du deux-roues ont leur paradis en Maurienne. Depuis cinq ans, le camping des Grands Cols à Saint-Jean-de-Maurienne roule pour le développement du cyclotourisme. www.campingdesgrandscols.com

O

uvert de mai à fin septembre pour des clientèles française (à 50 %) et étrangère (Hollandais, Belges, Anglais, Allemands, Italiens principalement, mais représentant jusqu’à 25 nationalités y compris japonaise, américaine, australienne), le camping des Grands Cols est devenu en cinq ans l’un des rendez-vous principaux des amateurs de cyclisme. « Lorsque j’ai repris la gérance de cet établissement au pied des plus grands cols de France, j’ai souhaité y exprimer ma passion pour le cycle », explique Franck Bafou, le gérant. En trois saisons, la réputation s’est forgée. Les habitués ont pris coutume de revenir. Les périples de juin ou septembre vers l’Italie ou la Croatie y marquent leurs étapes. Dès juillet, les séjours s’allongent : d’une

Classe 4 Établissement municipal 4* entièrement rénové en 2001, le camping des Grands Cols installe sur trois hectares 80 emplacements accueillant le long des voies de circulation aux patronymes emblématiques du Galibier ou de l’Iseran, des caravanes, tentes et campingcars. 7 bungalows complètent l’hébergement : 6 disponibles pour 4 personnes et 1 pour 2 personnes. Si le vélo est l’activité reine, la structure de 4 salariés saisonniers promeut aussi le panel d’activités sportives et culturelles dans son environnement proche : randonnée, escalade, via ferrata, pêche ou patrimoine. Doté d’une aire de jeux avec espace barbecue et d’un snack bar, le camping enregistre une progression régulière d’activité (CA : 115 000 €, + 26 % en cinq ans) et pourrait se doter d’une piscine dans les prochaines années.

30 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

semaine à un mois, le temps de faire le tour des cols. L’exploitant enregistre même des boums de fréquentation, de 80 % à 100 % dès les dates du passage du Tour de France connues et lors des épreuves cyclosportives telle la Transmaurienne. « Ce sont plus de 800 demandes pour ces périodes. »

En projet, une collection de topos guides consacrés aux sorties cycles. Entre-temps, l’établissement chouchoute ses occupants et propose aux cyclotouristes (80 % de la clientèle estivale) un garage d’une capacité de 50 vélos, équipé d’un atelier mécanique ouvert à la demande avec tous les outils requis, ainsi qu’un point lavage. Côté conseils, Franck Bafou indique les itinéraires et les bons coins. « J’initie une sortie tous les mardis, à 8 h 30, sur l’emblématique “Mauriennaise”, une route de basse vallée, afin que tous les niveaux y participent. » Porté par la politique promotionnelle de la vallée, autoproclamée « plus grand domaine cyclable du monde », les passages quasi annuels du Tour de France dans la vallée, la généralisation des cartographies et des plaquettes cyclo touristiques (établies avec les conseils experts du gérant), le camping se fait royaume de la petite reine où les autos restent au parking. Et les projets vont en ce sens : la constitution d’une collection de topo-guides détaillant les sorties cycle accessibles au départ du camping, et pourquoi pas l’acquisition « de quelques vélos pour dépanner et un petit dépôt-vente d’accessoires et réparations », conclut Franck Bafou. ■ Raphaël Sandraz – S.D

Franck Bafou

Club et école Créateur du club de VTT de la ville de Saint-Jean-de-Maurienne qui organise des sorties initiatiques les mercredis ou week-ends (10 ans en septembre), Franck Bafou associe systématiquement le camping qu’il gère aux événements sportifs et festifs évoquant les deux-roues (Fête du vélo le 1er juin, MondoVélo…). Sur cette lancée, l’éducateur sportif des activités du cyclisme diplômé BE a fondé en 2011 une école de vélo « Moniteur cycliste français » dont le siège est installé au camping des Grands Cols. Intégrant un réseau d’une soixantaine d’établissements sur l’Hexagone, l’école encadre des sorties VTT essentiellement, parfois de route, à l’adresse des vacanciers et groupes.


Les dossiers de

, Tourisme d ƒtƒ : la peche miraculeuse ? Comprenant la quasi-intégralité du cheptel piscicole national (espèces de seconde catégorie : carnassiers et poissons blancs et de première catégorie : salmonidés, truites et ombles), le domaine aquatique savoyard joue un rôle d’aimant économique et incarne, grâce notamment à la diversité de sa topologie (torrents, rivières, lacs de montagne, barrages alpins, étangs), un potentiel touristique à développer. État des lieux avec la Fédération départementale de pêche de la Savoie – www.savoiepeche.com

Les faits

M

ême si la Fédération départementale de pêche de la Savoie n’opère pas sur l’intégralité du domaine piscicole (*), elle constate la stabilité des effectifs de pêcheurs à l’année, et surtout une progression du nombre de cartes de pêche « vacances » et « journée » : +10 % en moyenne, hors oscillations saisonnières. Le résultat d’orientations stratégiques dans le souci du « bien gérer » des ressources et milieux. Encouragée dès 1998 par le Conseil général de la Savoie, la pêche relève aujourd’hui des filières d’excellence du Plan tourisme départemental 2007-2013. Dans ce cadre, une charte de qualité s’applique à une quinzaine de parcours labellisés « Parcours Pêche de Savoie », préalablement sélectionnés pour leur forte valeur halieutique et environnementale. Leur réglementation particulière et leur gestion spécifique y sont précisées par une signalétique renforcée qui n’omet pas les « hébergements pêche » de proximité afin de proposer aux pêcheurs un accès à des services et équipements adaptés (local de

Mission sentinelle Outre le développement d’une pêche loisir, la Fédération départementale se revendique aussi sentinelle des milieux aquatiques. À ce titre, elle appuie les collectivités piscicoles qui consacrent 500 000 à 600 000 € chaque année à la préservation des milieux naturels savoyards (études, travaux de renaturation, formation, surveillance). Une manière de confirmer l’image nouvelle qu’acquiert cette pratique sportive et moderne, dotée de matériel high-tech et éduquée au respect de la nature.

32 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

séchage, vivier, repas à horaires aménagés, possibilité de cuisiner les prises…). Les brochures et le site Web édités par la fédération savoyarde appuient la démarche. Corollaire : les habitués locaux découvrent sinon redécouvrent l’existence d’itinéraires tandis que les touristes mobilisés lors de salons ou via Internet mordent à l’hameçon, attirés par la nouveauté et l’itinérance. Pour encourager cette pratique, l’organisme fédéral généralise depuis cette année le recours à Internet pour la vente de cartes aux internautes ou par le biais de dépositaires. L’interface autorise une impression instantanée du précieux sésame et apporte « une simplification appréciée par les touristes », reconnaît Vincent Court, technicien à la fédération et responsable de la communication. Elle contribue également à enrichir les statistiques de la pêche en Savoie, soulignant par exemple le développement de la pêche en bateau sur lac, génératrice de devises. ■ Raphaël Sandraz – S.D (*) : Plusieurs territoires comme la HauteMaurienne, le lac de Tigne, le lac de La Thuile ou celui de Francin relèvent de sociétés de pêche privées (gestionnaires privés ou associatifs non agréés).

Plaisirs de la pêche en montagne Livre du Chambérien Laurent Madelon, le photographe officiel de la Fédération nationale de la pêche en France. Editions Glénat (192 pages couleur, nombreuses photographies)

Qui pêche ? Les 8 800 pêcheurs savoyards adultes, membres des associations agréées, sont dans leur majorité des pratiquants expérimentés, âgés en moyenne de 45 ans. Pour autant, les jeunes de moins de 18 ans se révèlent très présents : 3 500 cartes < 12 ans et 1 800 pratiquants 12< x< 18 ans. Les « pêcheuses » sont, elles, au nombre de 512. Quant aux cartes touristiques, la fédération en délivre environ 2 200 en catégorie « vacances » (pour 7 jours consécutifs) et 6 300 à la journée, chaque année.

Toutes les pêches Eaux libres (torrents, rivières, lacs de montagne, barrages alpins) ou closes (étangs), la diversité des milieux aquatiques savoyards et de leurs populations piscicoles permet toutes les techniques de pêche : la mouche ou les appâts naturels bien adaptés à la rivière, le lancer avec bouchon ou bombette pour les lacs, le lancer avec leurres artificiels ou avec vif (poisson vivant) pour les carnassiers.


Les dossiers de

,l ƒtƒ, la saison des activitƒs qui rassemblent Les faits

Solidement ancré aux Alpes du Nord, Pierre & Vacances a misé tôt sur les montagnes savoyardes pour diversifier son offre estivale de séjour et loisirs. + : www.pierreetvacances.com/savoie

L

a stratégie du groupe paie : ses résidences (40 dans les Alpes) sont prisées par une clientèle familiale, quadragénaire, qui vient à plus de 70 % avec des enfants (de 5 à 15 ans). Majoritairement français ou francophones (33 % de la fréquentation est internationale), mais sans forcément être urbains, ces vacanciers attendent de l’hébergeur services et équipements « tout inclus ». « Notre attractivité ne relève pas uniquement du tarif même si le rapport qualité-prix pour un même appartement entre hiver et été est de 1 à 4. L’accompagnement compte beaucoup », souligne Karim Soleilhavoup, directeur du Développement commercial. La stratégie marketing s’applique d’ailleurs à connaître et reconnaître chaque famille, notamment à travers quelques privilèges en matière d’early booking ou de catalogues. « Nous contactons nos clients pour préparer et faciliter leur arrivée, assurer la disponibilité des matériels : lits bébé, fournitures ou permanence d’accueil. » Fidélisés, les souscripteurs aux offres P&V privilégient des longs séjours : deux semaines voire davantage, avec tous les services proposés. Mais pas seulement. « Venir en station l’été sous-entend qu’y demeure un écosystème économique fiable, avec des opérateurs disponibles, des services ouverts et accessibles, sans ralentissement marqué », résume Pascale Roque, directrice générale des résidences Pierre & Vacances-Maeva.

Pratique sportive douce… Traduction : 96 % des sites proposent des loisirs inclus, encadrés et gradués : piscine, tir à l’arc, minigolf, tennis, VTT en résidence ou en station, au gré des accords conclus avec les opérateurs locaux. À travers ces engagements, auxquels s’ajoutent des événementiels locaux, P&V entend promouvoir la pratique sportive en montagne, l’hygiène de vie et l’entretien du corps plutôt que la course aux efforts. « Nous souhaitons des activités qui rassemblent, sans exclure les sportifs ou les non-sportifs. Les motivations de nos clientèles tiennent tant à une coupure avec l’ordinaire, une fuite loin de la foule qu’à un confort climatique lorsque la plaine ploie sous la canicule », confirme Pascale Roque. En écho, le groupe a placé en deux ans et demi plus de la moitié de ses sites sous le label européen Clé Verte (*) Et parallèlement, il s’oriente vers les courts séjours, notamment en intersaison, afin

Aquariaz, un concept aquatique inédit en montagne Elément central et attractif de la politique commercial du groupe, l’eau fait une entrée remarquée cet été à la résidence d’Avoriaz. Sur de 2 400 m², cascades, rochers et jungle tropicale occupent une eau à 29°c, à 1 800 m d’altitude. Dédiée aux loisirs et à la détente, cette bulle dotée d’un panorama sur la vallée abrite trois espaces pour petits ou grands. d’encourager la découverte de ses différentes destinations. Voire d’en concevoir de nouvelles, notamment dans la moyenne montagne (1 400-1 800 m) qui manque encore à son catalogue. ■ Raphaël Sandraz – S.D (*) : La Clef Verte est un label de gestion environnementale appliqué à l’hébergement touristique écologique, issu d’un programme de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe.

Climbing for life La seconde édition de « Climbing for life », opération caritative en faveur de la recherche sur les maladies pulmonaires, l’asthme et la mucoviscidose se déroule du 31 août au 2 septembre. Ces montées cyclistes chronométrées entre la station de Valloire et le col du Galibier, sinon depuis SaintMichel via le col du Télégraphe et Valmeinier 1 800 engage une campagne de sensibilisation autour du sport. Attentif à ce message, le groupe Pierre & Vacances met à disposition pour l’occasion ses résidences de Valmeinier et Valloire (1 800 lits). Après 2 350 participants en 2011, les organisateurs espèrent 3 000 inscrits en 2012 (cyclotouristes belges, hollandais et français) (http://sport.be.msn. com/climbingforlife/2012/fr).

N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

33


Les dossiers de

Le bonheur est compris dans la prestation Les faits

Le séjour estival tout inclus au pied des cimes savoyardes reste une valeur sûre pour les familles. Pour confirmer cet engouement, le Club Med ajuste ses stratégies notamment autour de produits très haut de gamme. www.clubmed.fr

M

oins d’un an après l’ouverture de son dernier village à Valmorel, l’hébergeur rendu célèbre par ses offres tout inclus traite l’activité estivale en montagne avec réactivité et inventivité. Car si la « force de frappe » de l’enseigne est avérée depuis trente ans lorsque les pistes sont blanches, seuls deux villages ouvrent l’été en Savoie (sur un total de quatre en montagne). Pour autant, le groupe résidentiel enregistre 11 semaines durant, de mi-juin à début septembre, des taux de remplissage voisins du 100 % pour ses 1 800 lits répartis entre Valmorel et Peisey-Vallandry, éventuellement confortés par ceux du village de Val d’Isère. La fidélité explique pour partie ces scores – 20 % seulement des résidants sont de nouveaux clients – mais le produit montagne été convainc aussi par ses prix. Les tarifs 25 % moins chers qu’en hiver touchent un public très familial (80 % de la clientèle), français à

14 villages de montagne Le Club Med exploite 14 villages à la montagne en France. En Savoie, il est présent dans les stations de La Plagne, Les Arcs, Méribel, Peisy-Vallandry, Tignes, Val d’Isère, Valmorel, Val Thorens et plus globalement dans les Alpes à l’Alpe d’Huez La Sarenne, Avoriaz, Chamonix, les DeuxAlpes et Serre-Chevalier.

34 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

75 % même si les touristes belges (15 %), suisses ou néerlandais (10 %) apprécient Avec une durée moyenne de 7 jours, les séjours également le cadre. Et le estivaux dans les villages montagne du club Med confort. « Nos clients aspirent l’été à un large panel d’activiexigent toujours plus d’activités et de confort. tés sécurisées et à un encadrement fort à l’attention des enfants, du bébé jusqu’au junior », confirme Les activités proposées suivent la même Xavier le Guillermic, directeur Montagne & pente. Si la randonnée pédestre accompaOpérations France – Antilles au Club Med. gnée par les guides locaux reste l’aspiration première pour son approche environnemenDes nuits en refuge tale et l’éveil aux flores et faunes, la marche nordique, les parcours accrobranche ou d’altitude à Valmorel aventure, les excursions en eaux vives version Corollaire, le groupe tend à rehausser son hydro speed ou rafting allongent désormais la offre hôtelière et loisirs animée par ses liste des possibilités, aux côtés des sorties équipes de GO. Si la moitié du parc des vilVTT, des circuits en traîneaux à chiens, de la lages savoyards relève d’une segmentation pêche en rivière et lac, voire de l’initiation gas3 tridents, autant en catégorie 4 tridents, tronomique, ferme et terroir. Tout est dans l’art ouverts d’ailleurs l’été pour satisfaire à une subtil de la proposition à géométrie variable, clientèle « famille » exigeante, des espaces entre sport et détente, bien-être et oisiveté. 5 tridents apparaissent progressivement. « Nous sommes en recherche permanente Cette trentaine de suites, intégrée au sein d’activités nouvelles à pratiquer à la carte, d’un village 4T, offre des services et avantelles les nuits en refuge d’altitude que nous tages accrus. L’inauguration en décembre inaugurons cette année à Valmorel », conclut à Valmorel d’appartements chalet de 2 à Xavier le Guillermic. ■ 4 chambres, placés en gestion locative par Raphaël Sandraz – S.D leurs propriétaires, illustre cette adaptation, avec des produits très haut de gamme incluant restauration, services et événementiel tout en permettant aux locataires et propriétaires de jouir des services du village 4T adjacent.


C

t

r

e

p

a

t

r

i

m

o

i

n

m

u

n

i

q

par Maître Patricia VIOLLAZ ,

Déléguée Régionale à la Communication des Notaires des Savoie

“Extrait de la revue conseils par les notaires “

“ Largement utilisé, le compte courant d’associé n’en est pas moins méconnu. Beaucoup de sociétés recourent à cette technique pour se financer, sans savoir de quoi il retourne. Il faut admettre que la formulation utilisée par les professionnels,mais aussi par l’ancien sénateur Charles de Cuttoli dans d’une réponse ministérielle de 1980 (n° 34969, JO Sénat 23 octobre1980), demeure ambiguë, voire impropre. Il serait question « d’apport ».”

Une formulation ambiguë

Cette opération ne doit pas être confondue avec l’apport en numéraire au sens du droit des sociétés. Elle n’entraîne aucune augmentation du capital social de l’entreprise. Ainsi, en échange du versement d’une somme d’argent, l’associé ne reçoit aucuns titres sociaux ( c’est-à-dire aucune part ou action). L’apport en compte courant s’effectue indépendamment de la participation de l’associé au capital. C’est pourquoi il ne crée aucun déséquilibre entre les associés. Il s’agit simplement d’une dette inscrite au passif de la société. Selon la réponse ministérielle citée ci-dessus,« l’apport en compte courant consiste, pour l’associé, à consentir à la société des avances ou des prêts en versant directement des fonds ou en laissant à sa disposition des sommes qu’il renonce provisoirement à percevoir». L. e principe est donc simple. L’associé consent volontairement un prêt à l’entreprise en lui versant de l’argent, en renonçant temporairement à un salaire ou au remboursement de frais qu’il a engagés,etc. Puis ces sommes sont comptabilisées au passif de la société sur son compte courant d’associé.

Un simple mode de financement

Il ne s’agit, ni plus ni moins, d’un contrat de prêt donnant à l’associé la qualité de créancier. Il a ainsi la double casquette d’associé et de prêteur, ces qualités demeurant distinctes. La Cour de cassation a en effet posé un principe d’indépendance, ce qui nous permet d’envisager la situation suivante : la société est en liquidationjudiciaire, l’associé perd alors lessommes qu’il a investies pour entrer dans le capital social, mais détient une créance pour les avances consenties à la société, créance avec laquelle il peut, en théorie, se faire rembourser.Grâce à l’apport en compte courant d’associé,la société répond à un besoin de financement de façon simple et rapide; pas besoin de recourir à la technique de l’augmentation de capital. Inutile aussi de passer par la case « crédit bancaire » pour financer un projet de développement, renforcer ses fonds propres, faire face à un trou de trésorerie…Il est possible de contourner un refus de prêt bancaire ou de répondre à l’obligation faite par la banque de constituer un apport de fonds complémentaires au prêt qu’elle accorde, etc.

Utilisation fréquente en SCI

La technique est aussi fréquemment utilisée dans le cadre des sociétés civiles immobilières (SCI). Bien souvent, lorsqu’un prêt immobilier est souscrit par la SCI pour acquérir un logement locatif, le loyer n’est pas suffisant pour couvrir la mensualité de remboursement. Ainsi, les associés versent chaque mois, sur le compte bancaire de la SCI, de l’argent en complément du loyer. Cette somme vient s’inscrire sur leur compte courant d’associé. Elle n’est ainsi pas versée à fonds perdu. Les associés ont un droit au remboursement et peuvent le récupérer, par exemple lorsque le bien est vendu.

Le droit au remboursement

L’associé peut demander le remboursement de son compte courant d’associé à tout moment si aucune clause statutaire ou stipulation conventionnelle contraire n’est prévue, puisqu’il s’agit d’un contrat de prêt à durée indéterminée. Dans ce contexte, des difficultés peuvent apparaître si la situation financière de la société ne permet pas le remboursement (hypothèse d’une trésorerie insuffisante, par exemple). En tout état de cause, elle ne peut pas invoquer ce prétexte pour opposer un refus, puisqu’il s’agit d’un prêt qu’elle se doit de rembourser. Il lui faudra trouver des solutions, en ayant recours à l’emprunt, par exemple. C’est pourquoi il est préférable, pour aménager ce droit au remboursement, d’envisager des règles dans les statuts de

Sûrement et pour longtemps

la société (pour être valable, la clause statutaire doit être antérieure au dépôt des fonds). Il est ainsi possible d’instaurer un préavis pour toute demande de remboursement afin que l’entreprise ait le temps de trouver d’autres solutions de financement (comme l’emprunt bancaire) ; de fixer un terme au prêt pour que le remboursement ne puisse pas intervenir avant une date convenue ou de l’autoriser sous réserve que la trésorerie de la société le permette;Il est, en revanche, de prévoir que les conditions de retrait des avances en compte courant soient fixées par le gérant. Cela reviendrait à faire dépendre le remboursement de la seule volonté de ce dernier.

Un prêt avec intérêts

Dans la pratique, les comptes courants ne sont généralement pas rémunérés. Mais rien n’empêche les associés de prévoir une rémunération. L’entreprise est alors tenue non seulement au remboursement de l’apport mais aussi au paiement d’intérêts. Deux conditions : le principe même de cette rémunération doit être expressément prévu (dans les statuts par exemple) et le taux effectif global fixé par écrit (dans une convention conclue entre l’associé et la société lors de la mise à disposition des fonds par exemple). Les intérêts payés par l’entreprise peuvent constituer une charge déductible de son résultat imposable. Plusieurs conditions sont néanmoins éxigées. La déduction fiscale est possible seulement si le capital de la société a été entièrement libéré. Par ailleurs, le taux d’intérêt pratiqué ne doit pas excéder certaines limites. Plus particulièrement, il est plafonné à la moyenne des taux effectifs moyens pratiqués par les banques pour des prêts à taux variables aux entreprises d’une durée supérieure à deux ans (soit 4,05 % actuellement). Enfin, la convention de compte courant d’associé doit être déclarée par l’entreprise au centre des impôts en même temps que la déclaration des résultats. Pour une SCI soumise à l’impôt sur le revenu, les intérêts sont aussi intégralement déductibles si le compte courant sert réellement à financer l’acquisition de l’immeuble, ses constructions, réparations, amélioration ou conservation. Bien entendu, de son côté, l’associé devra déclarer les intérêts perçus dans la catégorie des revenus mobiliers. Selon son taux d’imposition, il pourra opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire.

LE CONSEIL DU NOTAIRE

Ayez le réflexe Notaires des Savoie ! Les Notaires des Savoie ont toutes les réponses pour vous faciliter la vie

www.chambre-interdepartementale-de-savoie.notaires.fr Maison du Notariat “ Proméry “ 74 370 Pringy - Tél 04 50 27 24 56

é

e

F i n a n c e m e n t : L’apport en compte courant d’associé Pour faire face à un besoin de financement, les entreprises s’adressent le plus souvent à un établissement financier. Ce n’est pourtant pas l’unique solution. Les associés eux-mêmes peuvent lui consentir une facilité financière. Dans la pratique,cette opération porte le nom d’apport en comptecourant d’associé.

u

Certains associés de SCI, notamment dans un cadre familial, négligent de tenir une comptabilité. Cet élément est pourtant indispensable pour la bonne entente entre les associés, mais également pour des raisons fiscales et patrimoniales.

getty images - source texte revue conseils par les notaires

o

m

www.patrickbcs.com - 05- 2012

V

o


Les dossiers de

Atemia : dƒveloppement durable et trƒs rentable Les faits

Spécialisée en éco-conception d’événements et d’équipements touristiques et culturels, la petite société de Saint-Alban-Leysse connaît une croissance de 50 % chaque année. Une performance qu’Atemia atteint en plaçant l’humain et le développement durable au cœur de son projet d’entreprise. www.atemia.org

C

onscient d’un besoin balbutiant de conseil en éco-conception dans le secteur de la culture et du tourisme, Jérôme Caviglia, diplômé en développement local et ingénierie culturelle, crée Atemia en 2004 parce qu’il a la fibre entrepreneuriale et des convictions personnelles en matière de développement durable. L’avenir lui a donné raison. Huit ans plus tard, l’entreprise compte huit personnes ; elle enregistre une croissance annuelle de 50 % et affiche de prestigieuses références dans les secteurs loisirs, culture, tourisme et événements.

36 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

Mairie de Loos en Gohelle

Conception de produits touristiques interactifs Les collectivités et les entreprises, soumises à la réglementation, mais aussi soucieuses d’exemplarité et d’économies, n’hésitent plus à s’engager dans des démarches de développement durable. Ainsi, Atemia accompagne la stratégie d’éco-responsabilité de grands événements comme le G20 en 2011, le Festival de Cannes, ou encore Marseille Provence, capitale européenne de la culture, en 2013. L’entreprise est intervenue dans l’aménagement de 21 géo-sites du Chablais, labellisé Geopark en mars dernier, et conçoit des produits touristiques interactifs, comme les itinéraires à vélo électrique équipés d’applications smartphone de la ville durable de Loos-en-Gohelle.

L’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie (ACFCI) organise le 38e challenge du commerce et des services : le Mercure d’or. Ce concours national récompense les performances individuelles des détaillants isolés ou associés répartis dans six catégories : Création ou reprise d’entreprise, Adhésion à un réseau du commerce indépendant organisé, Innovation commerciale/qualité, Apprentissage/formation/ développement du personnel, Développement économique et commercial, e commerce (en complément d’une vente au magasin). La CCI de la Savoie organise une sélection locale (retrait des dossiers de candidature avant le 30 août). Les meilleurs dossiers seront présentés au concours national. Les lauréats seront récompensés à Paris lors d’une cérémonie en présence du président de l’ACFCI. À noter : En 2011, M. et Mme Botti (enseigne Val Fruits à Chambéry) avaient remporté le Mercure d’or dans la catégorie « Innovation commerciale/qualité ».

BUZZ actu

Jérôme Caviglia Elle assure aussi l’éco-conception d’équipements culturels : la Maison de l’environnement à Hénin Carvin ou encore les 600 m2 d’exposition du Centre de la nature montagnarde de Sallanches qui accueille quelque 30 000 visiteurs par an. ■ Sylvie Martinotti – S.D

+ : Isabelle Plaisance - i.plaisance@ savoie.cci.fr - Direction Commerce, Hôtellerie et Services & Isabelle Berthoud - i.berthoud@savoie.cci.fr – Direction du Développement stratégique


Les dossiers de

« C’est comme si la Terre était actionnaire d’Atemia. »

Fidèle à ses convictions, Jérôme Caviglia parcourt dès qu’il le peut à vélo électrique les 13 km, avec 600 m de dénivelé, qui le séparent de son bureau, et applique en interne les valeurs qu’il prône. « Notre culture d’entreprise repose sur trois piliers, explique-t-il : la viabilité économique, le plaisir et la volonté de changement. Pour être viable, il faut être performant et innover, mais la croissance est un moyen et non une fin. Je ne fixe jamais d’objectifs chiffrés et je parle d’une obligation de méthode plutôt que de résultat. » Jérôme Caviglia part aussi du principe que le travail doit être un vecteur d’épanouissement. Il n’impose pas d’horaires à ses collaborateurs qui peuvent pratiquer leurs activités favorites durant la semaine… pourvu que le travail soit fait. « Nous sommes convaincus que le modèle économique de la société actuelle n’est pas durable, qu’il génère des inégalités et une destruction massive de notre environnement, précise-t-il.

L’entreprise doit permettre d’inverser la tendance. » Contribuer au changement, c’est aussi partager les ressources générées par l’entreprise. Chaque année, en tant que membre de l’Alliance « 1 % pour la planète », Atemia reverse 1 % de son chiffre d’affaires à des associations environnementales locales. « C’est comme si la Terre était actionnaire d’Atemia, résume le chef d’entreprise. On lui rend ce qu’elle nous apporte et qu’on ne paie pas encore. » Pour aller encore plus loin dans sa démarche éco-responsable, Atemia recherche un terrain ou un bâtiment à rénover à la campagne. Jérôme Caviglia rêve de locaux à haute performance énergétique avec des espaces de convivialité, un potager d’entreprise, et une salle de visioconférence qui pourrait être partagée avec des associations. D’ici là, l’entreprise ouvrira une agence à Rennes à l’automne pour accompagner son développement dans le Grand Ouest.

Vos bureaux

au cœur d’un village économique entre Chambéry et aix-les-bains

aCtipole

neWaru © Palmyr’immo

dès juin 2012

> des surfaces adaptées à vos besoins 1 300 m2 disponibles (plateaux à partir de 100 m2) > un stationnement assuré (35 places de parking) > services, restaurants, proximité commerces...

PARC D’ACTIVITES

Location 04 79 61 85 90 N° 96 - CCI 73 – partenaires savoie /

37


OURS Juin 2012/n°° 96 ˚

Ces annonceurs nous font confiance :

Magazine d’information économique de la Chambre de commerce et d’industrie de la Savoie. . Directeur de publication : René Chevalier. . Directrice du magazine : Catherine Chabroud. . Rédactrice en chef : Sylviane Doise. . Secrétariat du journal : Madeleine Flaud. . Rédaction : Jean-Claude Colomine, Sylviane Doise, Sylvie Martinotti, Raphaël Sandraz, les services de la CCI de la Savoie. . Crédit photo : CCI de la Savoie, Raphaël Sandraz, JeanClaude Colomine, Sylvie Martinotti, Laurent Madelon. . Dépôt légal : juin 2012. . Mise en page/Création graphique : Scoop Communication – www.scoopcommunication.com / Partenaires savoie. . Publicité : Grands Espaces - Alain Poncet 06 80 91 88 15 – 04 79 60 42 45 grandsespacessavoie@wanadoo.fr. . N° ISSN 1298-3918. . Distribution : La Poste. . Routage : SN Bourgogne Routage. . Impression : IPS. www.imprimereies-ips.com . Abonnements : 27 € (6 numéro/an). . Ce numéro a été tiré à 25 300 exemplaires. . Tous droits réservés. Reproduction interdite, sauf autorisation de la direction du journal. Chambre de Commerce et d’Industrie de la Savoie : 5, rue Salteur 73024 Chambéry cedex. Téléphone : 0 820 22 73 73 (0,09€ TTC/min). Télécopie : 04 79 33 56 84. Courriel : partenaires@savoie.cci.fr.

38 / CCI 73 – partenaires savoie - N° 96

Nos 80 000 lecteurs sont leurs clients (Partenaires Savoie : plus de 80 000 lecteurs par numéro – Source : Enquête IPSOS nov. 2007)

Partenaires Savoie sur le Net Partenaires Savoie est consultable sur le Web : www.savoie.cci.fr/ partenaires Retrouvez aussi votre magazine sur Facebook.

Votre actualité dans « Partenaires Savoie » Vous lancez un nouveau produit ? Vous adoptez une démarche originale ? Vous vous développez ? Votre actualité a sa place dans les colonnes de Partenaires Savoie. Contactez-nous : Sylviane Doise – s.doise@savoie.cci.fr


Rendre plus attractif un commerce, un établissement touristique, et développer son chiffre d’affaires, © Fotolia

c’est là toute l’ambition des techniques d’agencement, du merchandising et du design commercial. Regard sur des initiatives pilotes en Rhône-Alpes.

Comment bien agencer

son espace de vente ?

P

ourquoi repenser l’agencement commercial et, au-delà, le design et la scénographie d’un espace de vente ? L’objectif est simple : pour gagner en fréquentation et en chiffre d’affaires, en conciliant la fonctionnalité, l’ergonomie et l’attractivité d’un commerce. Si l’enjeu est de vendre plus, il s’agit surtout de se différencier pour vendre mieux, voire “durable”, tout en augmentant la satisfaction globale et la fidélisation du client. D’où le recours à de multiples techniques ou démarches, dans lesquelles peuvent puiser les professionnels. “Une image parle plus que 1 000 mots, disent les Chinois. Dans le commerce, l’image c’est l’aménagement intérieur, la vitrine, le nom, le design et, plus généralement, une multitude de détails qui retiennent l’attention, suscitent l’envie du consommateur et génèrent du chiffre d’affaires”, déclare Jean-Paul Mauduy,

président de la CCIR Rhône-Alpes. “Afin d’aider les commerçants et les professionnels du tourisme à progresser dans ces domaines, différentes démarches régionales ont été mises en œuvre. Quelles que soient leur forme et leur dénomination locale – accompagnement, diagnostics performance, démarche de progrès, coaching –, elles répondent de façon pragmatique aux questions que se posent les chefs d’entreprise pour satisfaire les attentes de la clientèle.” L’impact du merchandising Le merchandising rassemble à lui seul les enseignements de base. D’un point de vue spatial, cette démarche permet une identification rapide des produits vendus grâce à l’organisation du point de vente. Ainsi, près de 70 % du chiffre d’affaires s’effectuent avec les produits situés dans la première moitié de la sur-

face de vente, et 30 % dans la seconde moitié. De fait, le client a tendance à rester dans la première partie du magasin et à se désintéresser progressivement de ce qui est montré au fur et à mesure de sa progression. La disposition des produits doit donc permettre de faire se déplacer le client en influant, d’une certaine façon, sur ses choix. Le merchandising optimise encore la gestion de l’espace affecté aux produits – part de linéaire, mètre linéaire au sol, visibilité… Cette gestion de l’aménagement se fonde sur des données quantifiées et chiffrées en volume : part de chiffres d’affaires ou marge, combinant les délais de paiement, les dates de péremption des produits. Elle joue, enfin, sur la fibre séduction en suscitant l’intérêt des consommateurs potentiels et l’acte d’achat. Ce dernier axe, dont l’industrie du luxe représente le fer de lance, prône une réflexion d’ensemble RHÔNE-ALPES ÉCONOMIE | juin - juillet 2012 | I


DOSSIER Agencement

Gagner en performance durable Comme pour toute décision d’investissement, les notions de rentabilité et de retour sur investissements sont décisives dans le choix d’un aménagement. À Valence, l’initiative de La Boutique Exemplaire en constitue une illustration. Le concept a pour finalité de fédérer tous les facteurs contribuant à l’attractivité d’un commerce et, par rebond, à son activité commerciale – élargissement ou meilleur “ciblage” de la clientèle, accroissement de la fréquentation, du chiffre d’affaires… –, tout en s’inscrivant dans le cadre d’une démarche écoresponsable. “Nous avons conçu l’agencement “physique” d’une boutique exemplaire en intégrant les critères de responsabilité sociale, économique et environnementale, participant au maintien et au développement de l’activité commerciale”, explique Chantal Genevois, responsable du service Commerce de la CCI de la Drôme. Les points clés du magasin en question ? Soigner la présentation des articles en vitrine, bien sûr, pour accrocher le regard. Au-delà, travailler les règles de déplacement des clients

AIN

© E. Tolwinska

qui va jusqu’à mobiliser l’imaginaire et les cinq sens.

ISÈRE

Emme et M2 : le conseil en aménagement intérieur Ce qui distingue M2, à Grenoble, c’est un positionnement exclusif sur le mobilier haut de gamme, avec une sélection de marques comme Cassina, B1B Italia, Bulthaup. La boutique de décoration d’intérieur s’appuie sur un concept de showroom, porté par l’origine du lieu, qui n’était autre qu’un garage. L’espace de vente, dont l’agencement épuré présente sculptures, peintures, luminaires, vaisselle, linge de maison s’articule aujourd’hui autour du monte-charge, et offre un caractère design, très contemporain. M2, créée en 2009 rue Clot-Bey, entre en parfaite complémentarité avec Emme, l’enseigne spécialiste du mobilier contemporain haut de gamme, qui existe depuis 30 ans à Grenoble, boulevard Gambetta. “Nous regroupons des marques internationales de qualité, en provenance d’Allemagne, de Suisse… Et nous rayonnons bien au-delà de Grenoble. Notre apport distinctif est un bureau d’études intégré (4 personnes). Il permet la prise en charge globale d’un projet d’aménagement intérieur sur mesure, de sa définition à sa réalisation, en intégrant la décoration”, explique Aldo Marcone, fondateur et gérant d’Emme et M2 (CA 2011 : 536 k€, 3 salariés).

© D. Gillet

Le Griffon d’Or modernise son positionnement

II | RHÔNE-ALPES ÉCONOMIE | juin - juillet 2012

Ancien relais de poste datant de 1701, l’hôtel de charme Le Griffon d’Or (CA prévisionnel 2012 : 350k€, 3 salariés) est unique dans le centre-ville de Bourg-en-Bresse. Après un an de travaux, sur une superficie de 800 m2, et pour un montant avoisinant 2 millions d’euros, le rachat puis la rénovation intégrale de l’hôtel ont laissé place à des façades en pierres apparentes et à des murs intérieurs à colombages. Les lieux conjuguent une décoration soignée et moderne, intégrant un spa. Ces travaux, conduits sous la houlette d’un architecte et d’une décoratrice d’intérieur, ont par ailleurs anticipé l’échéance 2015 de la mise aux normes en matière de sécurité et d’accessibilité. “Aujourd’hui, les retours des clients et des prescripteurs sont très positifs. Le positionnement des lieux répond parfaitement à nos attentes en termes de projet de vie”, note François André, gérant du Griffon d’Or. Le bâtiment comporte en effet au rez-de-chaussée l’atelier de tapisserie d’ameublement d’Aurélie André, son épouse, partie prenante dans l’aménagement intérieur. La CCI de l’Ain a été un acteur clé dans le montage du dossier de subventions pour la réhabilitation de cet ancien hôtel et l’obtention de la marque Qualité Tourisme, ainsi que le Conseil général de l’Ain, qui a subventionné l’initiative au titre de l’aide départementale à l’hôtellerie.


Agencement DOSSIER NORD-ISÈRE

“Nous souhaitions disposer d’un outil de travail qui corresponde à la qualité de nos produits”, explique Franck Jouvenal, 26 ans, arrière-petit fils du fondateur de la chocolaterie Jouvenal, située à La Côte-Saint-André. Avec le magasin et la génération qui arrive, c’est une nouvelle ère gourmande qui commence : Franck s’est en effet perfectionné chez les plus grands – la chocolaterie Scribante à Bourgoin-Jallieu, aux Délices des Sens à Lyon, puis chez Fauchon à Paris. Inaugurée en mars dernier, la boutique porte à la tentation et à la curiosité. “Avec Patrick Mantini, architecte au sein du cabinet Moma, à Lyon, nous avons fait le choix d’un îlot central, placé à hauteur de hanches (0,80 cm), valorisant les produits. Les clients vont ainsi de gourmandises en gourmandises. Le nouvel agencement fait la part belle au picking, et donne envie de se servir.” Parallèlement, l’esthétique des produits a évolué et de nouvelles friandises ont été créées. “L’attrait de la boutique est fondamental : véritable écrin, elle met en valeur nos produits, notre savoir-faire et nos métiers.” L’enseigne table sur un prévisionnel de 880 k€ en 2012 (contre 800 k€ en 2011), soit une progression de 11 %, avec 12 salariés.

pour organiser l’aménagement du magasin et la répartition des rayons. “Les clients ont des habitudes. Il faut les respecter, rappelle-t-elle. De même, l’éclairage est un élément déterminant pour la vente. Il représente en moyenne 40 % de la facture d’électricité, alors que la mise en valeur des produits n’est pas satisfaisante dans 75 % des cas. Dans la démarche écoresponsable, l’objectif est, en plus de réviser le mode d’éclairage, de gagner en consommation à niveau d’investissement égal. L’impératif est d’ajouter la prise en compte de ces éléments aux normes d’accessibilité des commerces, à caractère obligatoire.” Sur tous ces sujets, le réseau des CCI apporte des services concrets. “Notre objectif est d’aider chaque chef d’entreprise commerciale ou touristique à tirer profit des contraintes réglementaires et à les transformer en avantages concurrentiels. Cela a été fait, par exemple, dans le domaine de l’énergie où les commerçants comme les hôteliers peuvent bénéficier d’une visite énergie gratuite réalisée par un conseiller CCI qui

© F. Ardito

Chocolaterie Jouvenal : un écrin pour la nouvelle centenaire !

leur permet de disposer de recommandations très pragmatiques. Ainsi, ils peuvent améliorer la mise en lumière de leur établissement, offrir un meilleur confort à leurs clients tout en réduisant leur facture énergétique”, poursuit Jean-Paul Mauduy. Se doter d’atouts distinctifs Dans toutes ses dimensions, “un projet d’aménagement s’impose comme un outil de différenciation : l’offre commerciale devient spécifique, typée, gagne en qualité et en performance”, argumente Lionel Saugues, responsable du département Développement du commerce et de l’hôtellerie-restauration à la CCI de Saint-Étienne-Montbrison. La chambre consulaire s’est positionnée très tôt sur le design. Dès le début des années 2000, elle a choisi de sensibiliser les professionnels en parallèle de la Biennale internationale du design. Puis elle a participé à la création de la Cité du design, établissement public qui a porté la Biennale internationale en 2010-2011, en synergie avec tous les acteurs économiques. En 2003,

elle a aussi créé le concours Commerce Design, avec la Ville de Saint-Étienne, dont le concept a été importé du Québec. C’est ainsi que, tous les deux ans, les partenaires valorisent des binômes commerçants-hôteliers-restaurateurs ayant fait appel à un designer. Depuis lors, ce ne sont pas moins de 50 à 70

“Un projet d’aménagement s’impose comme un outil de différenciation” chefs d’entreprise qui s’inscrivent au concours, tous les deux ans. “La CCI, partenaire, s’est centrée sur son cœur de métier : l’accompagnement des entreprises, via le programme Boutique Design. Il comprend l’opération “Le design fait vendre”, en lien avec la Cité du design ainsi qu’un cluster stéphanois, le collectif Design Plus.” “Le design est une culture transversale qui fait appel aux techniques de merchandising, à l’identité graphique et visuelle, RHÔNE-ALPES ÉCONOMIE | juin - juillet 2012 | III


DOSSIER Agencement elle-même déclinée sur Internet”, note encore Lionel Saugues. Des démarches qui essaiment en région et gagnent d’autres secteurs d’activité, pour répondre à des enjeux économiques majeurs : “Ces initiatives, comme le concours Commerce Design SaintÉtienne porté par la CCI de SaintÉtienne-Montbrison et la démarche

Lyon Shop & Design de la CCI de Lyon, encouragent l’innovation et la modernisation de nombreux commerces, hôtels, restaurants et bars. Le design constitue un levier de développement économique et un outil de différenciation de nos centres-villes”, souligne

Les 5 B du merchandising Le merchandising se fonde sur la règle des 5 B avancée par Charles Kepner aux États-Unis, qui prône “le Bon produit, au Bon endroit, au Bon moment, au Bon prix, dans la Bonne quantité”. Ces études et techniques d’applications se sont développées consécutivement à l’essor de la vente en libre-service, où aucun employé n’est affecté à la commercialisation des produits. D’où la nécessité pour chaque produit d’être exposé et de se vendre lui-même, sans l’assistance d’un vendeur. L’assortiment et la présentation s’avèrent donc déterminants, car l’enjeu est bien d’accroître la rentabilité du point de vente par une adaptation permanente de l’offre aux besoins du marché. Le merchandising n’est pas une science exacte. C’est davantage un état d’esprit, forgé par l’expérience, qui se nourrit des bonnes pratiques rencontrées sur le terrain. Il concilie esprit marketing et savoir-faire commercial. Les maîtres mots du merchandiseur sont pragmatisme, attention, rigueur, imagination et création.

IV | RHÔNE-ALPES ÉCONOMIE | juin - juillet 2012

© V. Gout

“Le design a une connotation de cherté. Ce n’est pas vrai !”

VILLEFRANCHE

Optique Tondeur optimise l’espace et le service Gagner en lisibilité et en cohérence, c’est l’objectif qui a présidé au réagencement global d’Optique Tondeur, à Villefranche, un double espace de vente, combinant les activités d’optique et de photographie. “L’essentiel du travail a porté sur la circulation de la clientèle, sur la valorisation des produits et des prestations. Dans sa configuration, l’espace mobilise le personnel en front office pour un service renforcé”, note Jérôme Tondeur, gérant de l’enseigne indépendante. Le but est ici de proposer la libre circulation du public avec une approche plus intimiste, à travers la création d’îlots dédiés au conseil et à la vente. En 2008, à l’issue d’une réflexion conduite avec la CCI sur les nouvelles attentes de consommation, des travaux importants ont été amorcés, sur une surface de 350 m2, dont deux tiers voués à l’optique. RBBA, agence d’architecture intérieure lyonnaise, s’est vu confier la conduite du projet. Le nouveau concept, qui améliore tout à la fois la sectorisation, la fonctionnalité et l’esthétique du magasin, est conforté par l’obtention de la certification de services en qualité optique. Depuis quatre ans, le résultat est probant : l’enseigne connaît une progression annuelle de 4 % de son chiffre d’affaires (CA 2011 : 3 M€, avec 21 salariés).

Roland Bernard, président de la commission Tourisme de la CCIR Rhône-Alpes. Le design, une manière d’être, un comportement Le design, dans son étymologie, signifie le dessin, le dessin des formes, de la ligne, qui, associé à sa fonction, crée une esthétique et son harmonie. “C’est

dans cet équilibre fragile, entre esthétique et fonctionnalité, que s’inscrivent les véritables enjeux de la mission du designer vis-à-vis du client”, souligne Jean-Christophe Bouvier, gérant associé d’Alice dans les Villes, agence de design et d’architecture, qui se distingue à Lyon par son approche transversale des projets, associant des compétences en architecture intérieure, scénogra-


“J’ai voulu créer une boutique qui soit un lieu de vie autour du monde de l’enfance… pour les adultes qui n’ont pas vraiment grandi! Les mamans peuvent y échanger des trucs, des astuces et des conseils, qu’elles ne trouvent pas dans un magasin standardisé”, raconte Aurélie Chaix, gérante de l’enseigne Au Pays des Miniz, à Annecy (CA annuel : 200 k€, un salarié à temps partiel), spécialisée dans le mobilier, la décoration, les surprises peu ordinaires, ainsi que les vêtements et les accessoires. Pour soigner son positionnement et assurer la cohérence entre l’image de la boutique – logo, enseigne et agencement général – et les outils Internet, très prisés par la clientèle (une page facebook, un blog, une liste de naissance en ligne), la jeune femme, ex-salariée du groupe Salomon, rôdée aux techniques de marketing et de merchandising, a fait appel à des compétences extérieures en graphisme et en décoration. Aujourd’hui, la boutique de 70 m2, éclairée avec soin, fait la part belle à la présentation des produits et donne le ton : l’activité commerciale stricto sensu fait partie d’un tout, d’un ensemble, où l’accueil, les échanges d’expériences, tout autant que la créativité et la décoration, via les ateliers organisés sur place, sont rois !

phie, design et style. En ce sens, “le design est une manière d’être, un comportement. Pour ajuster la réponse commerciale à ses attentes, un impératif : pratiquer l’écoute – la vraie bonne écoute – et ne pas chercher à obtenir les réponses que l’on souhaite entendre”, assure Jean-Paul Vialeton, propriétaire de l’hôtel Continental à Saint-Étienne, finaliste des Trophées de l’innovation décernés par la région Rhône-Alpes

© G. Piel

Au Pays des Miniz, l’enfance de l’art

HAUTE-SAVOIE

en 2010, et lauréat 2008 du concours pilote Hôtel Design, à Saint-Étienne. Arrêtons-nous sur la refonte intégrale du design des 25 chambres de l’hôtel, porté depuis 2008 par Pascaline de Glo de Besses, designer, et qui s’achève cet été. Des chambres pop, impressionniste, nordique, léopard, capitonnées, revues et corrigées du sol au plafond, qui intègrent sanitaires rénovés, luminaires performants et mobilier à

DRÔME

la carte. Tout ceci sans tomber dans la démesure budgétaire ? “Le design a une connotation de cherté. Ce n’est pas vrai ! Il permet au contraire d’offrir des prestations qualitatives, en canalisant les coûts d’exploitation, via la réduction drastique des dépenses énergétiques par exemple”, soutient Jean-Paul Vialeton, convaincu de l’intérêt de sa démarche, qui a mobilisé un million d’euros d’investissement total, incluant

© M. Abed

L’hôtel des Alpes se met au goût du jour Au centre-ville de Die, l’hôtel des Alpes (CA prévisionnel 2012 : 240 k€, un salarié), a été réaménagé par Séverine Corraro, architecte et décoratrice d’intérieur, qui dispense par ailleurs des sessions de formation sur la valorisation des espaces de vente à la CCI de la Drôme. L’intervention a porté sur des travaux d’embellissement et de décoration intérieure (peinture, rideaux…), tout en misant sur les économies d’énergie. “L’accueil et la salle du petit déjeuner ont été remis au goût du jour, ainsi qu’une vaste chambre. Un éclairage, avec déclenchement automatique par Leds, a été installé au plafond, et une dizaine de sanitaires, datant tous des années 1950, ont été rénovés”, explique Valérie Abcis, sa gérante. Elle a bénéficié d’aides financières aux travaux, délivrées par la communauté de communes du Diois et le Conseil général. L’enseigne extérieure a par ailleurs été changée, au profit d’une enseigne à Leds rétroéclairée. Recommandé par Le Routard, l’hôtel 2 étoiles table sur l’obtention imminente, après audit, du label Qualité Tourisme. “La première tranche de travaux y a largement contribué !”

RHÔNE-ALPES ÉCONOMIE | juin - juillet 2012 | V


DOSSIER Agencement

© P. Rony

SAINT-ÉTIENNE

Une nouvelle liberté créative C’est ainsi que l’agencement et le design commercial optimisent les espaces, en répartissant harmonieusement les différentes zones liées aux

En 2010, l’hôtel Continental à Saint-Étienne (CA 2011 : 300 k€, 3 salariés) a été finaliste des Trophées de l’innovation, décernés par la région Rhône-Alpes, derrière l’opéra de Lyon. Une consécration pour cet hôtel 2 étoiles, dont le design des 25 chambres se voit progressivement repensé par Pascaline de Glo de Besses, designer, diplômée de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne. Une performance pour des chambres au design innovant, dont le tarif oscille entre 28 et 62 euros la nuit. “Nous avons un temps d’avance sur nos confrères pour des prestations hôtelières qualitatives, à prix maîtrisés. Le soin accordé à l’accueil et au service reste essentiel.” C’est en 2008 que l’aventure a commencé pour Jean-Paul Vialeton, propriétaire de l’établissement, et lauréat du concours Hôtel Design, porté par la Cité du design, la Ville de Saint-Étienne et la CCI. D’ici juillet prochain, toutes les chambres seront repensées, pour un coût unitaire de 8 000 euros, comprenant la réfection des sols, le mobilier et les luminaires. Le taux d’occupation de l’établissement s’élève à 75 % tout au long de l’année, avec une fréquentation moyenne de 700 clients chaque mois.

fonctions (l’espace d’accueil, d’attente, d’essayage, de vente…). Tout en révélant et en valorisant les objets, et l’ensemble des services d’un espace marchand. “L’architecture intérieure, qui œuvre sur la circulation, les études de volumes, les rangements, l’espace de travail, est un travail de fond”, confirme

Les Anges jouent sur tous les tableaux En 2005, lors de la création du restaurant Les Anges (CA 2011 : 290k€, 5 salariés), dans le centre ancien de Roanne, “nous avions le souhait de créer un espace de restauration qui nous ressemble, avec un parti pris très coloré, très pétillant, à l’image de l’Italie, pays d’origine de mon époux et chef de cuisine”, confie Annabelle Vigano, gérante de l’établissement avec Marco Vigano. Au cours de l’été 2011, des travaux ont été entrepris, avec l’option d’une décoration plus “soft”, en noir, blanc, taupe et safran, assortie d’un concept et d’un mobilier bistrot (des tables basses, pour des apéritifs à l’italienne). Le nouvel espace a pris forme grâce au concours d’une décoratrice d’intérieur. L’aménagement a été repensé, à l’image d’un service de restauration soigné autour des spécialités du Nord de l’Italie : le risotto milanais et, événement annuel, la célèbre truffe blanche d’Alba. Le tout – dont la cuisine ouverte sur le restaurant, pour de menues explications en direct – séduisant une clientèle à la recherche d’une cuisine à la hauteur des lieux, empreints de raffinement.

VI | RHÔNE-ALPES ÉCONOMIE | juin - juillet 2012

ROANNE

© T. Beguin

le rachat de l’établissement et les travaux de rénovation.

L’hôtel Continental : le design porte l’innovation

Séverine Corraro, dont l’activité d’architecte et décoratrice d’intérieur, à Valence, prône un même fil conducteur : plus de cohérence et de compréhension des lieux et de l’espace. “Il existe aujourd’hui une prise de conscience des commerçants sur l’enjeu que représente le design et


Agencement DOSSIER SAVOIE

“J’avais depuis longtemps un œil sur le projet de rénovation des anciennes halles de Chambéry”, explique Frédéric Fauge, pâtissier et gérant de l’enseigne du même nom, plus que centenaire. L’été 2011, le transfert du magasin, dans l’hyper centre, suivi de son réagencement, avait clairement pour objectif d’en améliorer les performances commerciales. Aujourd’hui, sa fréquentation dépasse toutes les prévisions : 350 clients/jour contre 150 précédemment, et jusqu’à 600 le samedi, jour de marché. Le chiffre d’affaires prévisionnel 2012 suit la même courbe ascendante (950k€, avec 13 salariés, contre 430k€ en 2011). “Nous avons fait appel à un professionnel de l’agencement commercial, architecte d’intérieur, qui a piloté l’ensemble des artisans locaux pour une meilleure cohérence d’ensemble. Le nouvel espace de vente de 65 m2 est chaleureux, contemporain, et vise une clientèle éclectique. Ses tonalités gustatives, chocolat et ivoire, sont rehaussées par l’usage de l’aluminium et du bois.” Pour se renouveler, le pâtissier crée régulièrement de nouvelles pâtisseries, élargissant ainsi sa clientèle. De même, la dénomination sociale a changé, pour gagner en modernité. Le logo a été retravaillé. Et un site Internet à l’image de l’enseigne rénovée devrait être lancé.

l’aménagement intérieur dans l’essor de l’activité commerciale”, relève-t-elle. Corollaire de cette prise de conscience : le recours aux services d’un designer ou d’un architecte d’intérieur se démocratise dans des budgets accessibles, en adéquation avec un cahier des charges. “Une fois posées ces contraintes, le cadre peut être une formidable fenêtre de liberté créative !”, assure Jean-Christophe Bouvier, dont le travail s’est vu plébiscité pour l’élaboration du concept de la boutique de chaussures et accessoires de luxe, Pas de printemps pour Marnie, lauréate 2011 du prix Lyon Shop Design, décerné par la CCI de Lyon. S’approprier les lieux et le langage du lieu “C’est dans un échange designer-commerçant que commence à se dessiner le futur lieu, qui s’exprime dès la réflexion autour du nom ou de la dénomination sociale”, souligne JeanChristophe Bouvier. Pour Pascal Perraut, président de la commission Commerce de la CCIR Rhône-Alpes, l’aménagement d’un

© F. Rumillat

Les tonalités gustatives de la pâtisserie Fauge

point de vente mérite une véritable réflexion et l’accompagnement de professionnels. “S’il apparaît évident pour

remarqué auparavant.” Sans pour autant succomber aux effets de la mode, il faut très régulièrement se

“C’est dans un échange designer-commerçant que commence à se dessiner le futur lieu” tous les commerçants lors d’une installation de proposer le meilleur agencement possible, trop encore oublient de faire évoluer leur point de vente au fil du temps. J’ai souvent entendu des commerçants qui avaient réagencé leur magasin me dire : “De nouveaux clients sont rentrés dans mon magasin en me demandant depuis combien de temps j’étais là car ils ne m’avaient jamais

demander si son point de vente est bien le plus efficace en termes de marketing de ses produits, de sa gamme, de ses services, d’aménagements pratiques et de confort par rapport aux habitudes et goûts des clients… Bref si notre magasin exprime bien ce que nous voulons dire à nos clients.” ■ A. Le Men

Ce dossier, réalisé pour la Chambre de commerce et d’industrie de région Rhône-Alpes, est diffusé par neuf CCI rhônalpines : Grenoble, Présences (34 000 ex.), Haute-Savoie, Impulsion (30 000 ex.), Savoie, Partenaires Savoie (26 400 ex.), Ain, Grand Angle 01 (22 000 ex.), Drôme, L’Économie drômoise (20 500 ex.), Nord-Isère, Nord-Isère économie (14 400 ex.), Roanne, Roanne éco (8 500 ex.), Villefranche, Entreprendre en Beaujolais (6 000 ex.), Saint-Étienne, www.saint-etienne.cci.fr. Photos : M. Abed (Drôme), F. Ardito (Nord-Isère), T. Beguin (Roanne), D. Gillet (Ain), V. Gout (Villefranche), G. Piel (Haute-Savoie), Philippe Rony (Saint-Étienne), F. Rumillat (Savoie), E. Tolwinska (Isère). Contact : Présences. Tél. : 04 76 28 28 76. Le dossier est consultable en ligne sur : www.rhone-alpes.cci.fr

RHÔNE-ALPES ÉCONOMIE | juin - juillet 2012 | VII


, s a p x u e àd , é t i m i x o r p e d e c r e le comm Du 17 au 27 octobre 2012, la CCIR et des CCI de Rhône-Alpes

organisent une grande opération de promotion du commerce de proximité. Cette opération clé en main pour les commerçants et les unions commerciales vise à : • valoriser le commerce de proximité auprès du grand public, • animer les points de vente des villes, quartiers et villages.

ça vous change la vie ! Commerçants, unions commerciales, pour participer à l’opération "à deux pas, le commerce de proximité, ça vous change la vie !", contactez votre CCI. Pour en savoir plus : www.rhone-alpes.cci.fr


ECUREUIL CRéDIT EXPRESS PRO

QUI A DIT QUE LE CRéDIT TOURNE AU RALENTI ?

Non seulement la Caisse d’Epargne Rhône Alpes continue de prêter, mais elle prête toujours aussi vite. Avec Ecureuil Crédit Express, vous avez une réponse sous 48 h* et disposez d’un financement sans garantie. Si vous souhaitez financer des travaux, l’achat d’un véhicule ou de matériel, n’attendez pas. Parlez-en à nos conseillers Pro.

Professions libérales

Artisans

Commerçants

Petites entreprises

* Jours ouvrés. Offre soumise à conditions. Sous réserve d’acceptation par la Caisse d’Epargne.

Auto-entrepreneurs

Caisse d’Epargne et de Prévoyance de Rhône Alpes - Banque coopérative régie par les articles L512-85 et suivants du Code monétaire et financier - Société anonyme coopérative à directoire et conseil d’orientation et de surveillance - Capital de 632 356 720 euros - 42 boulevard Eugène Deruelle - 69003 Lyon - 384 006 029 RCS Lyon - Intermédiaire d’assurance, immatriculé à l’ORIAS sous le n°07 004 760.


Partenaires Savoie Juin Juillet 2012