Page 1

« FEM EN MARCHE » C.CHEUVA SCULPTEUR Work in progress...


FEM

FEMMES EN MARCHE ...

Remerciements : PHOTOGRAPHIES: Dominique Descamps GALERIE DU CHÂTEAU: Sophie Leuliette GALERIE LA COLLEGIALE: Véronique Dalle MIROIR DE L’ART: Ludovic Duhamel TRADUCTEUR ANGLAIS: Tess Awolor Descamps TRADUCTEUR NEERLANDAIS: Marie Anne Bellemans CHARGÉ DE DIFFUSION: Manuel Da Cruz MODELES VIVANTS :

Amélie Dessaint Martine Delebecque Marie Helene Brigant Chloé Leuliette Caroline Quivron Constance Boittiaux Carine Honoré Clelie Bigo Dominique Cordhomme Eve Malherbe Lilith Penicaud Mathilde Valladares Cecile Dessaint Olivia Malaise


Seules mais Toutes Ensemble ...

(...) Je dédie mon travail à ces femmes, Liées par leurs cheveux, Comme un grand filet d’âmes. A celles qui aiment, enfantent, espèrent, Tombent et se relèvent, mille fois, Qui ploient mais ne succombent pas. Je connais leurs combats, Je partage leurs larmes et leurs joies. chacune d’elles est un peu moi (...) L. COLOMBANI extrait de «La Tresse».


CONTACT ccheuva@gmail.com Tel : +33 6 75 32 67 85 www.cheuva.fr

. . PHOTOS.DO.DESCAMPS .+33 6 81 76 51 17.wa.prod@wanadoo.fr


FEM, the revelations of a great sculptor. Breaths of humanity, these women are beautiful and humble in their nakedness. So magnificence ! So moving, these women are always on the move. They carry their children, they are life carriers, these women are the carriers of the future. There are no tragedies in her works, but only of sweetness and tenderness. This sculptor knows the woman very well instinctively, in the gesture and size of her work.Her work is fast, almost like a sketched out, and with the right volume, forms and shapes. It is the strength of great sculptors to deform their work without making an error of anatomy: parts of the body are always in their place, that's how to recognized a great sculptor. And if their hands and feet are oversized this is to show their anchor in life. Chantal CHEUVA comes from this land of the Flanders where expressionism is inherent to the people who live there. Let us not attach her work to the arts that exalt suffering, but rather to a happy and peaceful Flemish serenity. And if humanity was femininity ? Chantal CHEUVA has touched her in the depths of her intimacy. The statues are worked in clay, then plaster and cast in bronze by Sara de Groeve in Merelbeke (B), Chantal CHEUVA controls all the production of “FEMMES EN MARCHE”, the beautiful nuanced patina is reserved by the caster for her work. FEM, they are numerous today, walking. Chantal CHEUVA likes to work in series, and soon there will be more joining the group whispering between them the emotion of the moment. By Véronique Dalle, Art expert Gallerist at the Galerie Collégiale - Lille Member of the professional committee of art galleries.

FEM, onthullingen van een groot kunstenaar. Deze vrouwen, nederig en mooi in hun naaktheid, ademen zoveel menselijkheid uit. Wat een pracht! Ze dragen het kind, ze dragen het leven en de toekomst.Geen dramatiek in deze werken, wel zachtheid en tederheid.Deze beeldhouwer kent de vrouw, voelt ze aan in haar gebaren en haar grootheid. Het werk vordert snel, bijna schetsmatig, het volume is juist, de vormen uitgerekt. Alleen de groten is het gegeven te vervormen zonder de anatomie te schenden: de delen van het lichaam vinden hun plaats, herkenbaar. De handen en voeten, buiten proportie, getuigen van de verankering in het leven. Chantal CHEUVA hoort thuis in Vlaanderen, land waar het expressionisme leeft in de mensen die er wonen. Haar werk dient niet ondergebracht in een strekking die gericht is op het menselijk lijden, maar vindt zijn plaats binnen een Vlaamse bezinning, vredig en gelukkig. Is menselijkheid gelijk aan vrouwelijkheid? Chantal CHEUVA benadert ze, in het diepste van haar innerlijkheid. Gegroeid uit de aarde, daarna overgebracht in plaastervorm en tenslotte gegoten in brons door Sara De Groeve in Merelbeke (B), Chantal CHEUVA beheerst gans het wordingsproces van deze FEMMES EN MARCHE, en de mooie genuanceerde patine is door de bronsgieter voorbehouden voor haar werk. FEM, ze zijn talrijk vandaag, op stap. Chantal CHEUVA houdt van werken in reeks; anderen zullen ze vervoegen, om mekaar op elk ogenblik hun gevoelens toe te fluisteren. Véronique Dalle, November 2017 Kunstexpert Galerijhouder te Galerie Collégiale Rijsel Lid van de Professionele Vereniging van de Kunstgalerijen


FEM, révélations d’un grand sculpteur. Souffles d’humanité, ces femmes sont humbles et belles dans leur nudité. Quelle splendeur ! Emouvantes, elles marchent. Elles portent l’enfant, elles sont porteuses de vie et d’avenir. Aucune tragédie dans ces œuvres mais de la douceur et de la tendresse. Ce sculpteur connaît la femme, intuitivement, dans ses gestes et sa grandeur. Le travail est rapide, presque esquissé, le volume est juste, les formes allongées. C’est la force des grands de déformer sans faire d’erreur d’anatomie : les parties du corps sont toujours à leur place, c’est comme cela qu’on les reconnaît. Et, si les mains et les pieds sont surdimensionnés c’est pour montrer leur ancrage dans la vie. Chantal CHEUVA appartient à cette terre de Flandres où l’expressionisme est inhérent aux gens qui l’habitent. Ne rattachons pas son travail aux modes qui exaltent la souffrance, mais plutôt à une sérénité flamande, heureuse et paisible. Et si l’humanité était la féminité ? Chantal CHEUVA la touche au plus profond de son intimité. Travaillées en terre, puis moulées en plâtre et fondues en bronze par Sara de Groeve à Merelbeke(B), Chantal CHEUVA maîtrise toute la production de ces FEMMES EN MARCHE, La belle patine nuancée est réservée par le fondeur à son œuvre. FEM, elles sont nombreuses aujourd’hui, en marche. Chantal CHEUVA aime travailler des séries, d’autres adviendront pour murmurer entre elles l’émotion de l’instant.

Véronique Dalle, novembre 2017 Expert d'art Galeriste à la Galerie Collégiale - Lille Membre du Comité Professionnel des Galeries d'Art.


NOVICE FEM 17 Dimension: hauteur 1,10 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2016 Numéro de la pièce: 92.16. Matériau Bronze


FAILLE FEM 18 hauteur 1,10 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2017 Numéro de la pièce:93.17. Matériau;Bronze


BUCOLIQUE FEM 19 Dimension: hauteur 1,10 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2017 Numéro de la pièce: 100.17 Matériau Bronze


ARACHNIDE FEM 20 Dimension: hauteur 1,10 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2017 Numéro de la pièce: 101.17 Matériau Bronze


CONTEUSE FEM 16 Dimension: hauteur 1,05 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2016 Numéro de la pièce: 88.16 Matériau; Plâtre brut ferré


LIGNÉE FEM 13 Dimension: hauteur 1,05 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2015 Numéro de la pièce: 71.15 Matériau:plâtre brut ferré


LIGNÉE FEM 13 Dimension: hauteur 1,05 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2015 Numéro de la pièce: 71.15 Matériau:bronze


DRY UP FEM 12 Dimension: hauteur 1,05 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2014 Numéro de la pièce: 77.14 Matériau;Plâtre brut ferré


AMOUREUSE FEM 10 Dimension: hauteur 1,05 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2014 Numéro de la pièce:75.14. Matériau: Bronze


REFUS FEM 5 Dimension: hauteur 1,05 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2014 Numéro de la pièce: 62.14 Matériau:Plâtre brut ferré


GENESE FEM 15 Dimension: hauteur 1,05 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2015 Numéro de la pièce: 86.15.Matériau:bronze


CONFIDENCES FEM 21 Dimension: hauteur 1,05 m (socle 30X30 cm) Date de réalisation: 2018 Numéro de la pièce: 102.18 Matériau: Terre


. Entretien avec Ludovic Duhamel . Directeur de Publication du Magazine Miroir de l’Art (Dec. 2017)

L.D : Chantal, la série que vous avez et que vous être en train de terminer puisqu’elle sera terminée dans un an, à peu près, vous l’avez prénommée Femmes en marche. Les Femmes en marche, c’est quelque chose, Pourquoi pas les hommes en marche ? Pourquoi pas le peuple en marche ? Pourquoi pas une autre terminologie ? Elle vient d’où ? C’est une nécessité féministe ? C’est un hasard ? C.C : Non, alors il n’y a absolument aucune notion féministe, absolument pas. D’abord je les ai prénommées les FEM, c’est l’abréviation des Femmes en marche. Par ailleurs, disons que j’ai fait plutôt ce projet de femmes parce que moi-même étant femme j’avais envie de sortir toutes les émotions que nous pouvons avoir tout au long de notre vie, de l’enfance jusqu’à la maturité. Pourquoi en marche ? Parce que je pense qu’on est toutes en marche vers notre destin. Je ne conçois pas l’aspect uniquement du mouvement, c’est être également en marche sur le chemin de la vie. L.D : Etait-ce plus intéressant pour vous plastiquement parlant de créer des femmes, de façonner des femmes, plutôt que des hommes, des animaux ou autre chose ? C.C : Non, j’aime beaucoup aussi le côté masculin, j’aime bien aussi sculpter l’homme mais le projet a pour sujet la Femme. L.D : Mais plastiquement, pour vous, ça veut dire quelque chose? C.C : Non, pas du tout. Je trouve plastiquement, sculpter un homme c’est aussi beau que de sculpter une femme. L.D : Toutes les sculptures qui sont visibles sont des bronzes. C.C : Oui. L.D : Ça fait longtemps que vous sculptez, c’est une vocation ? C.C : J’ai sculpté mes premières sculptures à l’âge de huit ans où je faisais des petites figurines. Depuis, j’ai toujours travaillé la terre. J’ai fait une partie de mon apprentissage aux beaux-arts et je me suis consacrée complétement à la sculpture. Ça fait maintenant 40 ans que je sculpte. . J’ai cassé durant de nombreuses années, jusqu’au jour où une amie a remarqué mon travail et m’a demandé d’exposer. L.D : Là vous posez en quelque sorte, la question de la création. A quel moment, est ce qu’on s’arrête ? A quel moment est-ce que pour vous, la sculpture est aboutie ? Et à quel moment est-ce qu’on décide finalement de ne pas la détruire ? C.C : On le sait. On le ressent. On sait qu’un moment donné on doit s’arrêter… C’est instinctif. L.D : La veine expressionniste c’est ce qui est en vous. Ce qui surgit de vos mains, c’est la veine expressionniste. C.C : Je ne pourrai pas faire autrement que d’être expressionniste. L.D : Vous êtes exigeante. Êtes-vous plutôt du style à ne pas être satisfaite ou non ? C.C : On n’est jamais satisfait. Je pense que ce qui m’intéresse, ce n’est pas la sculpture que je suis en train de faire, c’est celle que je vais faire qui m’intéresse. L.D : Donc, le projet FEM, ça va être à peu près une vingtaine de sculptures, vous m’avez dit… C.C : Oui, Elles sont actuellement une vingtaine dont plus d’une dizaineà terme -en bronze

L.D : Cela signifie-t-il qu’elles expriment une vingtaine de postures, de sentiments différents ? C.C : Oui, c'est-à-dire qu’à chaque posture coïncide un sentiment ou une émotion. Je me situe plus ainsi dans l’expressionisme. Je traite des différents âges de la vie tout en joignant des postures différentes à celles-ci. L.D : Pourquoi avez-vous choisi d’en réaliser vingt FEM et non pas un autre nombre? C.C : Parce qu’à un moment donné, je voudrais peut-être passer à autre chose. C’est lourd physiquement parlant à porter ! J’envisage de créer des modèles plus petits. L.D : D’accord, je posais cette question sur le nombre de sculptures, parce qu’en vingt sculptures, avez-vous le sentiment d’avoir un panel satisfaisant de postures et de sentiments que vous voulez exprimer ? C.C : Oui, parce qu’après on se retrouverait dans le surnombre. L.D : Ca serait de la redite ? C.C : Oui, je pense. De toute façon, ce que j’aime c’est aller à l’essentiel. C’est tout. Si j’avais une devise ça serait « aller à l’essentiel ». L.D : Expressionniste plutôt que dans une forme abstraite par exemple? C.C : Aller à l’essentiel, c’est de savoir être soi, c'est-à-dire d’être tel que l’on est, de ne pas tricher et d’être soi. C’est tout. Le reste après m’importe peu. L.D : Quels sont les grands sculpteurs qui vous inspirent, qui vous ont guidée comme ça, qui vous ont montré la voie ? C.C : Oui, je suis dans une région où il y a eu Dodeigne,… bien sûr, Dodeigne m’a beaucoup inspiré. Il y a eu aussi Gadenne, Roulland. J’ai connu aussi Sylvianne Léger. ..Tous ces sculpteurs du Nord dans lesquels je ressens bien mes racines. Après, je les connais pas personnellement, mais je citerai, bien sûr, Marc Petit, Lydie Arickx. Ce sont des personnes, qui, incontestablement sont des phares en sculpture. L.D : La veine expressionniste c’est ce qui est en vous. Ce qui surgit de vos mains, c’est la veine expressionniste. C.C : Je ne pourrai pas faire autrement que d’être expressionniste L.D : Après je vous poserai bien la question de l’après. Qu’est ce qui se dessine après les FEM ? C.C : Les têtes, les visages, j’adore ! Faire une tête, pour moi c’est émouvant. Après les FEM, je pense que j’aurai deux directions : les têtes et le projet des « petites chaises ». Je travaille toujours en série. Si je fais des FEM par exemple, automatiquement elles vont être nombreuses, en série. Pareil pour les petites chaises, elles seront nombreuses, assises sur des chaises et en postures, en interactions les unes aux autres. Et les têtes, elles, seront aussi ensemble, et elles se raconteront aussi d’autres histoires. Je pense sans être une généralité- que les femmes ont une capacité aux confidences,les nouvelles vont vite par sms. Et si j’avais un message contemporain à transmettre, ce serait d’illustrer ces temps modernes, avec nos possibilités de communiquer quelques soient les distances géographiques. On est seules, oui, bien évidemment dans la vie, mais nous sommes toutes ensembles. Il y a souvent un dialogue chez les femmes. On se raconte nos petites histoires. .


.Entretien avec Ludovic Duhamel. (suite)

L.D: Ne s’agit- il pas de la même solitude que chez l’homme ? C.C: Non, je ne pense pas. Je pense que les hommes et les femmes sont très différents. Je pense qu’on réagit de manière différente.

L.D : Quels sont les réactions en règle générale des spectateurs face à vos œuvres ? C.C : C’est très difficile. On aime ou on n’aime pas.

L.D: Mais au sein de la Société à notre époque, vous pensez qu’il y a une différence dans la façon de vivre entre l’homme et la femme ? Serait-on plus apte à l’affronter quand on est femme que lorsqu’on est un homme ? C.C: Non. Je pense qu’il y a beaucoup plus de pudeur peut-être chez un homme et plus de complicité chez une femme. C’est ma version, c’est peutêtre pas la bonne, mais c’est la mienne.

L.D : C’est très tranché ? C.C : Ah oui, complètement.

L.D : Vous avez dit qu’il ne s’agissait pas d’une revendication féministe. Je l’entends bien. On voit souvent des femmes autour du nu mais les femmes expressionnistes, on ne peut pas dire que ce soit un sujet extrêmement couru habituellement par les sculpteurs contemporains et même plus modernes. C.C : Oui tout à fait, je suis d’accord avec vous. En plus d’être expressionniste, je déforme. Je déforme les membres. C'est-à-dire que vous allez toujours trouver des membres inférieurs toujours un peu plus longs, assez maigres. Je déforme volontairement avec les volumes placés au bon endroit mais allongés démesurément. L.D : Alors, est ce que vous êtes de ce genre de sculpture qui est capable de justifier chaque point de la sculpture ? C.C : Oui c’est une volonté, ce n’est pas un hasard. L.D : C’est un questionnement constant, ça ? C.C : C’est quelque chose qui m’habite. Ça m’habite et dans l’urgence. Je travaille toujours dans l’urgence. L.D : C'est-à-dire qu’il y a un long degré de maturation et puis après la réalisation est plutôt plus rapide ? C.C : Je travaille très rapidement. Les sculptures sont presque esquissées. Au-delà de cette réalisation, j’ai cette impression de devoir faire les choses. Je ne sais pas pourquoi je les fais parfois, mais je dois les faire L.D : Est-ce qu’il y a dans la vingtaine de sculptures, certains sentiments particuliers que vous n’avez pas exprimé ou pas pu exprimer ? C.C : Bien sûr. On est multiple en sentiments. On a beaucoup de choses à exprimer. L.D : Alors par exemple lequel des sentiments n’avez-vous pas pu exprimer? C.C : Bon, par exemple, la prochaine que je vais faire, c’est la femme qui est « ficelée », qui n’ose pas s’exprimer, qui n’ose pas faire. Elle aura la tête inclinée sur le côté. Elle sera les pieds joints, les mains le long du corps, et je vais insérer du tissu tout autour. Elle sera ligotée. L.D : D’accord. Ça c’est un ressenti par rapport à une partie des femmes actuellement ? C.C : Oui, peut-être par rapport à d’autres femmes. J’ai beaucoup de chance de rencontrer des modèles qui viennent à moi spontanément. Des femmes de tout horizon, de tout âge et de tout milieu, qui se confient et qui me disent un peu leur histoire. Leur vécu m’inspire au niveau de ma conception des FEM et donne un sens à mon projet.

L.D : C’est dû à l’expression, c’est dû à l’expressionisme en l’occurrence, pas forcément autre chose. C.C : Certainement. Et puis je décharne un peu. C'est-à-dire par exemple dans les personnes âgées, je vais les creuser. Je vais aller chercher toutes des formes négatives. Par contre, je ne mets aucune douleur dans mes femmes. Mes femmes sont expressionnistes mais je ne veux pas rentrer dans une souffrance. L.D : Ça peut être perçu comme tel par les spectateurs ? C.C: Bien sûr. Déjà, le fait de traiter la personne âgée n’est pas bien vécu. L.D : Oui, ça c’est le problème de l’art contemporain. C'est-à-dire qu’effectivement, bien souvent, on va reprocher non pas la façon dont on a traité le sujet mais le sujet en lui-même. Ce qui est quand même paradoxal. C.C : Tout à fait. L.D : Donc la série des chaises, c’est celle qui va suivre, enfin l’une de celles qui va suivre. C.C : Elle est en cours actuellement. Il y aura les FEM, les petites chaises et les visages. Pour l’instant, je ne me disperse pas. L.D : D’accord. Ce sont des thèmes que vous portez en vous depuis longtemps ou alors qui vous viennent comme ça ? C.C : On revient toujours au même. Toujours ces dialogues de femmes connectées les unes avec les autres. C’est une série de dialogues en permanence, une rupture de l’indifférence et une possibilité de l’une pour l’autre. L.D : Et toujours, toujours l’humain chez vous ? C.C : Oui, car je ne sais pas faire des animaux. Le seul animal que j’ai réalisé, c’est un petit oiseau sur une tête d’une sculpture, ma plus jeune sculpture du groupe. J’ai voulu représenter l’enfance mais l’enfance imaginaire. J’ai traité la petite fille comme un arbre. C’est un petit arbre qui a un petit oiseau sur sa tête. Cà pourrait être le conte : « il était une fois». Je n’ai pas voulu traiter l’enfance d’une façon classique, trop formaliste et traditionnelle. L.D : Oui, c’est vrai que ça chez vous, on voit que ça fait partie de l’ADN de votre sculpture. C’est-à-dire d’essayer de la sortir des sentiers battus aussi un petit peu effectivement comme peut le faire quelqu’un comme Marc Petit. Mais d’essayer d’inventer véritablement un langage. Vous êtes dans l’invention constante d’un langage formel quand même, il me semble. C.C : Oui je recherche sans cesse ce qui me correspond le plus. Je suis toujours à la recherche de la vérité, enfin de la mienne… Je travaille de façon viscérale et toujours dans l’urgence, avec une quête au temps… j’ai un gros problème avec le temps… sans doute l’angoisse de ne pas pouvoir tout accomplir…


FEM en marche … une longue marche sous le signe d’une histoire, de l’Histoire. L’histoire de ces femmes qui entre elles se soutiennent, s’entraident dans les épreuves de la vie « seules, mais toutes ensembles ». Une longue marche d’un travail de l’artiste qui avance avec sa sculpture, sa création, sa collection. Une histoire entre des personnes, des rencontres qui déposent sur le chemin des FEM une petite pierre à l’édifice : Sculpture, modèles, installation et mise en scène, photographie, promotion et exposition du projet… Une émulsion magique, une cohésion artistique qui fait naître un projet : celui de Chantal Cheuva. Un projet qui sort du commun, qui ne se tient pas seulement à la création d’une œuvre mais à la construction d’un espace, d’un temps donné, d’un concept, d’un message. Les sculptures de Chantal Cheuva provoquent, invoquent, ravissent. Chantal connecte ses émotions avec les gestes de sa sculpture, elle créé en mouvement les représentations d’une posture, elle sculpte rapidement pour ne pas perdre l’intention du moment. Un talent sous le signe de l’art contemporain, une représentation des connections entre individus de notre époque, un projet à découvrir actuellement en galerie et salons d’art. Sophie Leuliette, Janvier 2018 Galeriste à la Galerie du Château-Estaimbourg-Belgique


BIOGRAPHIE Originaire du Nord de la France, formée aux Beaux-Arts de Lille et de Roubaix. Sculpteur depuis l’âge de 20 ans, C. Cheuva travaille dans l’urgence une sculpture proche de l’expressionnisme. Sa signature reste puissante et spontanée. Plus récemment, elle oriente ses créations dans le plâtre patiné, la résine et le bronze. A l’année, elle dirige un atelier de modèles vivants ainsi que des stages et des week-end à thèmes. Présente dans de nombreuses expositions personnelles et collectives. Son travail est positionné en galerie et salon d’art International, Artiste permanent depuis 2010 dans diverses galeries européennes. BIOGRAPHY : Originally from northern France, she studied at the Beaux Arts in Lille and Roubaix, and became a sculptor at 20, C. Cheuva works in a nearby emergency expressionist sculpture. Her signature remains powerful and spontaneous. More recently, she directs her creations in patinated plaster, resin and bronze. In the year she runs a workshop of live models as well as internships and weekend theme. Present in many solo and group exhibitions, her work is set in galleries and international art fair. BIOGRAPHIE C. Cheuva is afkomstig uit Noord Frankrijk en studeerde aan de universiteit der Schone Kunsten te Rijsel en Roubaix. Zij beoefent beeldhouwen sinds haar 20ste en heeft zich ontwikkeld tot een stijl dat sterk aanleunt bij het expressionisme. Haar werk symboliseert kracht en spontaneïteit. Sinds kort richt ze zich op gepatineerd gips, hars en brons. Dit jaar runt ze een atelier waar niet enkel ruimte is voor modeltekenen, maar ook voor stages en themaweekends. Haar werk kan je terugvinden tijdens verscheidene individuele en collectieve exposities in kunstgalerijen en museumzalen van de internationale kunst.

2013. 2016.

2017.

2018.

Salon International d’art contemporain Art Gand Galerie du Château . Belgique Art’up Lille. Galerie du Château . Belgique Art’up Rouen. Galerie du Château . Belgique Yes art Gallery St Idesbald . Belgique Art’up Lille. Galerie du Château . Belgique 10 ème Biennale de la sculpture . Bois Guilbert. France Art’up Rouen. Galerie du Château . Belgique Galerie Duchoze. Rouen. France Art’up Lille. Galerie du Château . Belgique


Fem women on move chantal cheuva sculpteur  

French woman artist sculptor. Work in progres... C. Cheuva works in a nearby emergency expressionist sculpture. Her signature remains powerf...

Fem women on move chantal cheuva sculpteur  

French woman artist sculptor. Work in progres... C. Cheuva works in a nearby emergency expressionist sculpture. Her signature remains powerf...

Advertisement