Ultra Mental - Florian Severin

Page 1

] l a t n e M [Ultra Florian Severin



Florian Severin

Ultra Mental Traduction franรงaise de Ludovic Gorges

Illustrations de Florian Severin



Ce livre est dédicacé à l’un des mentalistes les plus influents de tous les temps, et dont les prédictions durant la Coupe du monde 2010 de football se sont toutes révélées exactes : Paul le poulpe.


Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L.122-5 (2° et 3° a), d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (article L.122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Responsable d’édition : Frantz Réjasse. Création de couverture, composition et mise en pages : Sarah Métais. Illustrations : Florian Severin. Traduction française depuis l’anglais : Ludovic Gorges. Relecture et correction : Jean Valsen. Édition originale publiée en allemand sous le titre 13 Steps to Vandalism : © Florian Severin, 2004. Seconde édition, enrichie, publiée en anglais sous le titre What Lies Inside : © Florian Severin et Vanishing Inc. Magic, 2012. La présente version française est la traduction enrichie de What Lies Inside, et est publiée en accord avec Florian Severin et Vanishing Inc. Magic. Le chapitre « Bonus » est exclusif à cette version française. www.cc-editions.fr www.livres-de-magie.com Version française : © C. C. Éditions, mai 2015. ISBN 978-2-914983-69-3


Sommaire

Merci à vous ������������������������������������������������������������������������������������������ 11 Préface ���������������������������������������������������������������������������������������������������� 15 Introduction de Ken Weber �������������������������������������������������������������� 17 Préface de l’édition anglaise ������������������������������������������������������������ 19

Ceci n’est pas un citron �������������������������������������������������������������������23 Verdoux vaudou ��������������������������������������������������������������������������������35 Toc toc toc ! ����������������������������������������������������������������������������������������55 Un inconnu vous passe un coup de fil �������������������������������������65 Éclair de pensée ����������������������������������������������������������������������������������81 L’Effet de trop ��������������������������������������������������������������������������������������89 Psychose ����������������������������������������������������������������������������������������������� 95 Loto Bingo ������������������������������������������������������������������������������������������ 123 Schrumpeldei ������������������������������������������������������������������������������������� 139


Souviens-toi… avant le spectacle �������������������������������������������������������� 175 Hors du temps (ou La femme du voyageur temporel) ����������������� 217 Résolution de conflit ��������������������������������������������������������������������������������235 J’entends des voix ������������������������������������������������������������������������������������� 251 La taille, ça compte ����������������������������������������������������������������������������������281 L’Expérience Fenwick �������������������������������������������������������������������������������289 Avada Kedavra �������������������������������������������������������������������������������������������301

Bonus Astral Wolf ��������������������������������������������������������������������������������������������������327 Alea Jacta Est ���������������������������������������������������������������������������������������������341 Prédiction au journal ��������������������������������������������������������������������������������347

Au revoir �������������������������������������������������������������������������������������������������������� 351 Titres ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������355


Préface

Cher journal, Lorsque j’ai commencé la magie, j’ingurgitais tout ce qui me tombait sous la main : tours de cartes, manipulations et même, je dois l’admettre malgré la honte, des tours avec de jolis foulards chatoyants. Pourtant, dès le départ, ma véritable passion a toujours été le mentalisme. Cela date d’avant l’engouement récent pour cette discipline. Et à cette époque, j’étais tout seul. Avec le début du nouveau siècle, les magiciens ont commencé à changer d’avis sur les mentalistes. Ils voulaient tous en devenir un. Dans le monde entier, les papeteries se sont vite retrouvées en rupture de petites fiches bristol. Subitement, je n’étais plus seul. Subitement, des concurrents sont venus marcher sur mes plates-bandes. Toutes les petites cuillères ont un jour ou l’autre été tordues, le monde avait peur… J’ai donc décidé de prendre des mesures radicales. J’ai eu l’idée d’écrire un faux livre. Un livre rempli de routines qui condamneraient tous ceux qui oseraient les présenter. De véritables bombes à retardement. Ces tours seraient infaisables, les méthodes ridicules et les présentations osées ne pourraient qu’entraîner des poursuites judiciaires. Les pauvres diables qui oseraient présenter ces effets se ridiculiseraient et ne décrocheraient plus jamais aucun contrat, me laissant alors régner comme seul mentaliste ! Hélas, mon plan a échoué. Lorsque Thirteen Steps to Vendalism a été publié, personne ne fut tué. Pas de torches enflammées ni de fourches vengeresses. Pas la moindre plainte. C’est même tout le contraire, on semblait aimer ce que je venais de publier. Je ne comprenais pas ce qui avait pu se passer. Mon plan m’avait paru tellement fiable. J’ai donc décidé de regarder d’un peu plus près les routines que – 15 –


Florian Severin

je venais de publier. J’ai alors réalisé qu’elles pouvaient fonctionner et, dans certains cas, se révéler carrément divertissantes ! J’ai même fini par inclure certains de ces tours à mon propre répertoire… Mais j’avais compris la leçon… Je me suis donc remis au travail et j’ai réécrit entièrement le livre en anglais. J’ai attendu huit ans et j’ai réussi à embrouiller Joshua Jay et Andi Gladwin de Vanishing Inc. pour qu’ils publient la nouvelle version de ma machine apocalyptique… Mais, en réalité, ce sont eux qui m’ont eu… Le monde magique anglophone n’a pas péri. Au lieu de cela, What Lies Inside fut très bien accueilli et les gens l’ont adoré. Encore une fois. Fichtre ! Mais j’entrevois enfin la lumière au bout du tunnel… Frantz Réjasse de C. C. Éditions nous a approchés, Vanishing Inc. et moi-même. C’est un signe… Cette fois je ne vais pas répéter mes erreurs ! Cette fois je vais réussir ! Adieu les mentalistes français ! Florian, Cologne, avril 2015

même : ne (Note pour moitirer cette pas oublier de re crit final.) page du manus


Introduction de Ken Weber

Les détails, les détails, tout est dans les détails. Quand j’ai entamé la lecture de ce livre, mon humeur était au sarcasme : « Le monde n’a pas besoin d’un autre livre de routines de mentalisme. » Nous sommes inondés de ces bouquins où se succèdent « Effet » et « Méthode », et où lesdites méthodes ouvrent rarement de nouveaux horizons. C’est donc avec un état d’esprit cynique que j’ai ouvert ce livre. Aussitôt, ou presque, mon scepticisme s’est évaporé. Voici un mentaliste, inconnu pour moi jusqu’alors, qui a véritablement saisi l’importance des détails. Bien que je ne sois pas expert en sources méthodologiques, je connais une chose ou deux en matière de mise en scène. Et je sais qu’une présentation réussie est celle où chaque détail a été identifié, examiné et maîtrisé. Bien sûr, comme dans tous les livres de mentalisme, Florian explique des routines, et il s’agit en l’occurrence de routines fortes ayant fait leurs preuves en conditions réelles et dont la méthode est intelligente. Mais ce qui importe davantage (pour moi, tout du moins), c’est qu’il justifie minute après minute, ou plutôt seconde après seconde, le choix de toutes ses actions. Vous ne serez peut-être pas d’accord avec tous les raisonnements qui sous-tendent ses décisions ‒ c’est mon cas ‒ mais le fait qu’il vous livre toutes ces pensées finement ciselées place le livre dans une catégorie à part. Il donne le « comment » de chaque routine, mais aussi le « pourquoi ». Avec force détails. Et j’adore cela. Je suis également soufflé de voir que Florian, un Allemand, a écrit luimême la version anglaise du livre. Et ce n’est pas une traduction bancale de la version originale allemande ; non, c’est l’œuvre d’un artiste du verbe. Sa prose est imprégnée de son propre style et, mieux encore, d’un sens de l’humour qui fuse à chaque page. – 17 –


Florian Severin

Dans l’absolu, le monde n’a sans doute pas besoin de davantage de livres de mentalisme ; mais nous avons certainement l’utilité de davantage de livres comme celui-ci. Ken Weber


Préface de l’édition anglaise

Florian Severin est un nom qui ne dit rien à la plupart des lecteurs anglophones, et nous n’en avions encore jamais entendu parler le jour où nous reçûmes son manuscrit traduit. Nous ne savions pas que Florian est un artiste accompli dans son Allemagne natale. Il a présenté son style un peu zinzin de mentalisme comique sur les chaînes de télévision nationales. Son passage le plus mémorable est sans doute celui où il hypnotisa une chèvre et la força à réaliser un dessin. Florian se produit tous les mois à Cologne, sa ville natale, et bon nombre de ses créations, décrites au fil de ces pages, ont été adoptées par d’éminents mentalistes européens. En fait, il est heureux que sa réputation et son savoir-faire nous soient restés inconnus lorsque nous avons découvert son livre. C’est donc par son contenu, son écriture et son style ‒ et non par le nom de l’artiste ‒ que nous avons été en mesure de juger de la qualité de l’ouvrage. Ultra Mental est véritablement un livre fantastique. Il est rare que des artistes arrivent à transmettre leur personnalité et leur esthétique comme Florian l’a fait ici. Au bout de trois cent cinquante pages, vous aurez comme nous le sentiment de connaître Florian Severin. L’auteur puise son expérience dans le cinéma. Il a suivi des études de d’animation et de scénariste à la prestigieuse Filmakademie. Quand il n’est pas sur scène, il se consacre à sa seconde carrière : les effets visuels et l’animation numérique pour l’industrie allemande du cinéma. Si ces talents peuvent paraître éloignés du mentalisme, ils ont en commun la finalité de créer des illusions et de « réaliser » les rêves du grand public. Le penchant théâtral de Florian transparaît très clairement dans toutes les routines de ce livre ; chaque effet est doté d’une justification et d’un script détaillés.

– 19 –


Florian Severin

Ultra Mental est un livre qui évolue au fil de son existence. En 2004, Florian le publia en langue allemande sous le titre 13 Steps to Vandalism. Il fut épuisé en un rien de temps et, les années suivantes, il s’échangeait sur le marché de l’occasion à un prix huit fois supérieur à son prix de vente initial. Florian a rejeté l’idée d’une réédition en allemand, car il voulait le publier en anglais. Plutôt que de réimprimer 13 Steps to Vandalism, nous avons encouragé Florian à proposer une nouvelle version de son travail (et à remplacer ce titre par celui, infiniment meilleur et plus subtil, de What Lies Inside ; merci à notre réviseur Raj Madhok pour ce titre). Au cours des huit années qui ont suivi sa publication originale, Florian est tombé amoureux de nouvelles choses et il s’est détourné de certains passages qui figuraient à l’origine dans le livre ; il a donc modifié le contenu en conséquence. C’est quelqu’un qui a des avis très tranchés, et il a réécrit plusieurs essais, fort du recul que lui procurait une autre décennie d’expérience. Chaque routine et chaque chapitre du livre ont été améliorés. Fait tout aussi impressionnant : Florian, qui est Allemand, a réécrit le livre en anglais, qui n’est que sa deuxième langue. Nous ne mentionnerons pas qu’il a réalisé les illustrations lui-même, tout simplement parce que cela semblerait déraisonnable. Nous sommes fiers du travail qu’il a accompli, et reconnaissants envers nos nombreux correcteurs qui ont contribué à peaufiner le manuscrit. Ainsi, après neuf ans de préparation, nous nous retrouvons à l’intérieur de Ultra Mental. Florian se révèle tour à tour hilarant, tout à fait sérieux, indécent, perspicace, ou grossier. Il est unique en son genre et c’est un véritable artiste. Nous sommes fiers de présenter ces pages, en espérant qu’elles vous inspireront. Joshua Jay et Andi Gladwin Co-fondateurs de Vanishing Inc. Magic Octobre 2012


« Oh, vous lisez dans les pensées maintenant. Comme c’est charmant… Nous allons vous procurer un turban et une petite cabine à proximité de la gare. » – Emily Gilmore, Gilmore Girls

[Extrait de la série Gilmore Girls, créée par Amy Sherman-Palladino. Saison 1, épisode 20, « P.S. I Lo… », Réalisé par Lev  L. Spiro. Écrit par Elaine Arata et Joan Binder Weiss. Le rôle d’Emily Gilmore est interprété par Kelly Bishop.]



Chapitre 1

Ceci n’est pas un citron

Voici la routine que je présente à l’ouverture de mon spectacle. Elle est courte et pose l’ambiance pour le reste du numéro. Déclenchant quelques rires au début, elle se poursuit par une utilisation réelle de la suggestion et s’achève de manière surprenante. Imaginez-vous dans un charmant théâtre. Vous êtes assis confortablement dans votre fauteuil. Les lumières s’estompent, un projecteur illumine la scène. Dans ce cône de lumière vive apparaît un mentaliste vachement séduisant. C’est bon, nous somme prêts. Que le spectacle commence !

En scène !

Le maître de la manipulation est sur le point d’expliquer le pourquoi et le comment des miracles qu’il va réaliser tout au long du numéro. « Avant de me tourner vers une vie d’artiste, je concevais des publicités pour la télévision. C’est vrai. Jour après jour, mon travail était… de vous influencer. En usant de toutes les ficelles du métier pour vous persuader d’acheter des choses dont vous n’aviez pas besoin, avec l’argent que vous n’aviez pas, et pour impressionner des gens que vous n’aimiez pas. Mais plus tard, j’ai pensé qu’il me fallait autre chose. Autre chose dans la vie. Autre chose que la publicité. Autre chose que la coke et les sushis. Comprenez-moi bien. Je n’ai rien contre les sushis ou les drogues, mais les ennuis commencent quand vous ingérez tant des deux que vous finissez par les confondre. Croyez-moi, ça fait horriblement mal de sniffer la moitié d’un sushi au thon ! »

Aussitôt, j’éternue pour expulser de mon nez un faux sushi en plastique, que j’avais conservé à l’empalmage en main gauche. Je le regarde en disant : « Oh, le déjeuner d’hier ! » Je ne considère pas cette éjection du poisson comme – 23 –


Florian Severin

un tour de magie, mais simplement comme un gag visuel. Cela n’entachera pas votre crédibilité en tant que mentaliste. Cela entachera peut-être votre crédibilité en tant qu’être humain en général, mais le mentalisme en sortira indemne. « C’est pourquoi j’ai pris la décision d’utiliser mes pouvoirs de suggestion pour vous éclairer, pour vous divertir. C’est ainsi que je suis devenu… un suggestionneur. » (En ce qui me concerne, c’est vrai. J’ai bossé dans la publicité, et je me suis lassé du poisson et des drogues.) « Avant de commencer, j’aimerais vous montrer comment fonctionne la suggestion. Comme vous savez que je manigance quelque chose, il sera plus difficile pour moi de vous faire accepter mes suggestions. Pour voir comment la suggestion fonctionne, vous devez garder l’esprit ouvert. Si vous vous bloquez, rien ne se passera et ce ne sera pas drôle. » Comme vous pouvez le constater, je suis en train de supplier le public de coopérer, ce qui ne me dérange pas ; de toute façon, après avoir travaillé dans la pub pendant tant d’années, je n’ai pratiquement plus d’amour propre. « Vous avez tous vécu ces choses-là auparavant. Laissez-moi vous donner un exemple. Imaginez que vous tenez un citron. » Je sors un citron de ma poche avec la main droite et je le lance en l’air. « Essayez d’imaginer son odeur. Imaginez-vous en train de le porter à votre nez et inspirez profondément. » Je joins le geste à la parole. « Maintenant, imaginez que vous prenez un couteau… » Je transfère le citron en main gauche et je sors un couteau. « … et que vous coupez le citron dans le sens de la longueur. » Je ne coupe pas le citron, mais je mime l’action. « Imaginez le jus qui coule sur votre bras. » Avec la main droite qui tient toujours le couteau, je suis l’écoulement imaginaire du jus de citron le long de mon bras. « L’arôme s’intensifie… » Tout en disant cela, je renifle mon bras. « Imaginez à présent que vous léchez le jus acide et que vous sentez son goût acide sur votre langue. Vous sentez presque vos lèvres se plisser. » – 24 –


Ultra Mental

Puis je fais une grimace, comme si j’avais réellement goûté au jus de citron. « Combien parmi vous y ont cru assez fort ? Combien d’entre vous ont ressenti dans la bouche cette sensation provoquée par la dégustation d’un fruit acide ? » Il se peut que des personnes lèvent la main. (Tout au fond de moi, je n’aime pas la séquence « Allez, levez la main ». Néanmoins, mon numéro repose fortement sur la participation du public. Plus les spectateurs s’y habituent tôt, mieux c’est.) « Si vous avez réussi à vous persuader vous-même de l’acidité, félicitations ! La suggestion du citron a fonctionné. Vous avez une imagination vive et fertile. C’est en réalité assez dur à faire, puisque vous savez bien qu’il n’y a pas de jus de citron sur votre bras. Donc si vous avez senti quelque chose, je suis très impressionné par votre imagination. C’est exactement ce dont vous avez besoin ce soir pour vivre les miracles que je vais vous montrer. Si la suggestion n’a pas fonctionné pour vous, ne vous inquiétez pas. Elle était très difficile. Je ne vous ai pas laissé assez de temps pour recréer cette réalité pour vousmême, étant donné que c’est la dernière suggestion que j’ai ancrée dans votre esprit… » Vous voyez que je les dédouane pour leur manque d’imagination. C’est le boulot de l’artiste de mettre les spectateurs à l’aise. D’ailleurs, le citron n’est qu’un prétexte dans cette routine d’ouverture, car nous visons autre chose. Je viens d’y faire allusion en disant que cette suggestion était « la dernière ». À l’évidence, il y en avait d’autres. « Vous étiez conscient de ma tentative de suggérer l’acidité du citron. Mais voyons comment les autres suggestions cachées ont fonctionné… Combien d’entre vous ont réussi à se convaincre qu’ils voyaient un couteau ? » En prononçant ces mots, je montre que je ne tiens pas un couteau, mais une fourchette. Je regarde le public en faisant mine de compter les mains levées. Après avoir laissé suffisamment de temps à l’auditoire pour enregistrer le fait qu’il n’y a pas de couteau, je range la fourchette dans ma poche. « Cela a marché pour la plupart des gens. C’est bien ce que je pensais. Et maintenant, la première suggestion… » Je lance une nouvelle fois le citron en l’air. « … combien d’entre vous ont cru voir un citron ? Un fruit solide doté d’une texture à la fois lisse et grumeleuse ? Avec une petite queue verdâtre ? Combien de personnes ont vu un citron ? » J’attends que le public regarde ma main. Puis, je déplie une feuille de papier jaune. En effet, il n’y a jamais eu de citron, mais uniquement un morceau de papier froissé. – 25 –


Florian Severin

« Merci de votre coopération ! Si vous n’aviez pas cru aussi fort, vous seriez passé à côté d’une grande surprise. Voilà pourquoi vous devez vous autoriser à accepter toutes mes suggestions si vous voulez apprécier le spectacle. C’est parfois difficile, mais comme vous avez été parfaitement réceptifs lors de cette première expérience, je suis sûr que vous allez réussir maintenant… » Et j’enchaîne aussitôt sur le premier effet… Le message important de cette entrée en scène, c’est de faire comprendre au public que je compte sur leur coopération et de leur dire qu’ils ont tout à gagner s’ils sont disposés à se laisser aller. J’utilise cet effet d’ouverture non seulement pour me présenter, mais aussi pour préparer le public.

En coulisses

Vous pourriez bien sûr présenter l’intégralité de la routine sans manipulation aucune et n’utiliser qu’une balle de papier et une fourchette à la place d’un citron et d’un couteau véritables, en supposant que vos spectateurs succomberont aux suggestions données. Personnellement, je préfère que le public voie le couteau et le citron. Même si je prétends user de suggestions, j’ai recours à la manipulation. Il vous faut trois choses : un citron, une feuille de papier dont la couleur est identique à celle du fruit et une fourchette dont le manche est entièrement métallique ‒ ni plastique ni bois ne doivent le recouvrir, même partiellement. Rangez la fourchette et la boule de papier froissé en poche droite. Placez le citron par-dessus. Lorsque vous êtes prêt, allez à la rencontre du public. Dès votre entrée en scène, reprenez mon formidable boniment. Refaites toutes mes blagues, rasez-vous la tête, habillez-vous comme moi et copiez mes gestes ; ensuite, portez plainte contre moi et accusez-moi de plagier votre numéro. Lorsque c’est fait, sortez le citron de votre poche, lancez-le en l’air et rattrapez-le. Couvrez la plus grande partie du citron avec votre main. Il faut que celuici soit en mouvement ou partiellement caché. C’est tout particulièrement important pour le cas où des gens assisteraient une seconde fois à votre spectacle ou s’aviseraient de le filmer en toute illégalité. Vous ne voulez pas qu’ils aient la certitude de voir un véritable citron ou un morceau de papier. Mettez le fruit dans la main gauche et sortez la fourchette, tout en gardant ses dents cachées dans la main. Pour l’auditoire, vous venez de sortir un petit objet long et brillant ; et comme vous parlez d’un couteau, ils supposeront – 26 –


Ultra Mental

qu’il s’agit effectivement d’un couteau. Ils n’ont aucune raison de ne pas vous croire ‒ du moins, pas encore ‒ étant donné que vous leur avez montré un vrai citron. Un mensonge passe toujours mieux lorsqu’il est dissimulé entre deux vérités. Ne regardez ni le citron ni le couteau. Votre attention doit être focalisée sur le public et sur votre boniment. Le citron et le couteau ne sont que des accessoires servant à illustrer votre propos. Autrement dit, n’incitez pas les spectateurs à porter leur regard dessus en les regardant vous-même. N’ayant aucune technique difficile ou insurmontable à mettre en œuvre, vous devriez être capable de ne pas regarder vos mains. À présent, évoquez la coupure du citron. Faites quelques va-et-vient avec le manche de la fourchette le long du fruit. Marquez une courte pause et parlez des flots imaginaires de jus de citron ruisselant sur votre avant-bras. Ne quittez pas le public des yeux, et ne regardez pas votre bras. Puis, tout en demandant combien de personnes ont senti sur leurs papilles l’acidité du jus, laissez tomber le bras le long de votre corps et retournez nonchalamment la fourchette dans votre main. Pour détourner l’attention de ce geste, vous pourriez utiliser votre main gauche fruitée pour compter les mains levées. (Comptez-les réellement et rappelez-vous des visages de ces spectateurs. Il pourrait vous être utile de garder ces gens à l’esprit en vue d’effets ultérieurs qui reposent effectivement sur la suggestion.) Ensuite, dites à votre public que vous n’avez jamais tenu de couteau. Montrez la fourchette, en essayant de conserver la plus longue partie du manche dans votre poing fermé. Remettez la fourchette dans votre poche droite et saisissez la balle de papier qui vous attend depuis tout à l’heure. Tout en effectuant ces actions, continuez à parler. Replacez ensuite le citron en main droite, sur la balle que vous venez de sortir secrètement de la poche. Vous allez maintenant échanger le citron contre la balle de papier à l’aide de la technique « Pitch and Ditch » de Gregory Wilson. Je suis très reconnaissant à Greg d’avoir eu la gentillesse de m’autoriser à décrire sa technique pour vous : Vous allez lancer le citron en l’air deux fois de suite. En réalité, lors du second jet, vous gardez le citron en main, relâchant la balle de papier à la place. Vous avez levé la main droite pour lancer la balle ; lorsque cette main redescend pour reprendre sa position de départ, elle jette le citron dans la main gauche. Cette main revient dans sa position initiale, le long du corps, – 27 –


Florian Severin

tandis que la main droite rattrape la balle de papier dans sa course descendante (fig. 1a-d). Au cours du jet, ne regardez pas vos mains, mais l’objet qui est en l’air.

1a

1b

1c

1d Pas facile de nourrir correctement les pigeons. – 28 –


Ultra Mental

Si vous n’avez jamais vu ce change effectué en conditions réelles, vous pourriez avoir l’impression que cette technique ne trompera personne ; mais croyez-moi, cela fonctionne parfaitement dans cette situation. Dépliez le papier en vous aidant de la main gauche, qui garde le vrai citron dissimulé derrière la feuille dépliée (fig. 2). 2

Le toréro prudent cache toujours une grenade derrière sa muleta.

N’hésitez pas, si vous le souhaitez, à employer toute autre technique : un autre change, un tirage ou un gimmick comme une coquille de citron. Ce choix vous appartient, mais je vous encourage vivement à exécuter ce changelà. On a l’illusion que la transformation du citron en balle en papier se produit en l’air. À l’instant même où vous affirmez que ce n’est pas un citron, l’effet de la suggestion semble se dissiper et les spectateurs voient qu’il s’agit d’une balle en papier. Pour toutes les finesses concernant l’exécution de cette technique, je vous renvoie à l’explication donnée par Gregory Wilson dans sa vidéo Off the Cuff. Il serait intéressant d’ajouter une touche de couleur verdâtre au centre du papier. Lorsque vous déplierez celui-ci, ces points colorés passeront pour autant de détails ayant contribué à rendre convaincante l’illusion du citron. Si vous êtes disposé à y consacrer un peu de temps, vous pouvez rendre le change du couteau en fourchette encore plus saisissant. Procurez-vous une fourchette dont le manche est en bois. Retirez-le et sciez-le en deux, mais dans le sens de la longueur. Vous allez ainsi créer une « couverture » en bois pour le manche. Collez celle-ci à l’extrémité du manche en métal de la fourchette. Lorsque vous cacherez les dents de cet ustensile dans votre main et que vous tournerez la face « vide » du manche vers le public, celui-ci ne verra qu’une surface métallique brillante, qu’il confondra aisément avec la lame d’un couteau. Pour la transformation, vous ferez alors pivoter la fourchette, montrant – 29 –


Florian Severin

ainsi les dents et le manche en bois. Le métal vu par le public auparavant aura complètement disparu. Quand vous mimez l’action de couper le citron, veillez à ne pas exposer accidentellement la « face bois » du manche. Je ne m’en suis jamais donné la peine, mais vous devriez pouvoir créer un manche amovible en vous servant d’aimants. Pour finir, une petite remarque sur le rangement du citron et de la balle en papier : si vous fourrez tout dans vos poches, vous allez certainement les bomber et vous aurez l’air d’un affreux gugusse déformé. Vous pourriez même finir par ressembler à un magicien de close-up transportant « secrètement » sur lui les charges finales de sa routine de gobelets. Par souci de style, vous voudrez peut-être trouver un meilleur endroit pour stocker les accessoires nécessaires à ce tour.

Post-Scriptum

Voilà une introduction brève et concise. Une véritable suggestion (l’acidité du jus de citron) mêlée aux fausses suggestions du couteau et du citron luimême. Par la même occasion, vous donnez un avant-goût de votre spectacle (ou de ce qu’il pourrait être). En outre, vous soulignez l’idée que vous avez besoin de la coopération du public pour la réussite de vos « expériences ». Les spectateurs apprennent qu’ils ne risquent rien à se prendre au jeu. Personne ne fera l’objet de moqueries, et ils vivront tous une expérience surprenante et divertissante s’ils suivent vos instructions. Pour moi, c’est la partie la plus importante de la routine. Je veux que les spectateurs sachent qu’ils ont tout à gagner s’ils suivent mes suggestions ‒ vous savez, ce n’est pas drôle de se faire influencer. Les gens ont le sentiment d’avoir perdu une bataille, tout particulièrement si le mentaliste se donne un air de supériorité. Pour le spectateur, c’est comme si vous disiez : « Ah ah ! Je t’ai fait choisir le mot que je voulais, abruti ! » C’est pourquoi je veux qu’ils prennent conscience, le plus tôt possible depuis mon entrée en scène, qu’il n’est pas question de les rabaisser mais de les divertir. Ils doivent se sentir en sécurité. C’est un moment de plaisir et non un bras de fer. La transformation soudaine et bizarre d’un objet solide en boule de papier froissé évoque cette atmosphère que je veux créer.

« Ceci n’est pas un citron » est ce que Bob Cassidy appelle un « effet majeur » ; tout le monde est en mesure de juger que la suggestion fonctionne, sans pouvoir se rabattre sur l’hypothèse qu’il puisse y avoir un complice dans la salle. J’apprécie également le fait que personne n’ait à monter sur scène d’entrée de jeu, car cela permet à vos spectateurs de se mettre à l’aise et de s’acclimater

– 30 –


Ultra Mental

en douceur. Ils ne s’en rendront pas compte, mais quand vous leur demanderez de lever la main, ils se sentiront déjà impliqués en tant que participants. Au fil de ces pages, nous augmenterons constamment ce degré de participation. Dans le tour suivant, nous demanderons à une personne d’annoncer un nombre à haute voix, mais personne ne sera encore invité à me rejoindre. Ce n’est qu’à partir de la troisième routine que nous ferons monter quelqu’un sur scène.

Librairie

Off the Cuff, vidéo, « Pitch and Ditch », Gregory Wilson [MagicSmith, 1996, États-Unis] Vous devrez vous y reprendre à plusieurs fois pour attraper le coup de main de cette technique de change, mais elle vaut vraiment la peine d’être travaillée. Elle est très convaincante. En outre, c’est un plaisir de voir Gregory Wilson à l’œuvre ; si vous avez le moindre intérêt pour la magie de closeup, il mérite votre attention. Les cinq points magiques, Juan Tamariz [Éditions Georges Proust, traduction française, 2002, France] En guise d’alternative à la technique de Wilson, je vous recommande le change au « croisement de regard ». Outre cette technique particulière, vous trouverez beaucoup d’apports théoriques essentiels dans ce livre. Sleight of Mind, Ian Harling et Martin Nyrup [Spellbound Publishing, 2004, Danemark] Les deux auteurs ont une connaissance approfondie de la PNL et de l’hypnose. Ils débattent de savoir ce qu’il est réellement possible de faire ou non grâce à ces outils, suggérant au lecteur de réaliser de nombreuses expériences par lui-même. De plus, ils vous donneront quelques idées sur la manière de présenter certains effets magiques en usant de techniques psychologiques. Surtout, ne passez pas à côté de l’utilisation astucieuse du parfum caché. Hypnohole & Other Absurdities, Dale A. Hildebrandt [édition à compte d’auteur, 2003, États-Unis] Ce livre propose quelques routines nécessitant apparemment le recours au pouvoir de la suggestion pour obtenir l’effet désiré ; en réalité, elles font appel à la manipulation verbale et aux techniques de prestidigitation. C’est un bon livre, qui fourmille d’idées et de « suggestions ». Il ne donne pas toujours des explications complètes, laissant parfois faire le choix de la technique appropriée. Hildebrandt part du présupposé que vous avez – 31 –


Florian Severin

suffisamment de compétences pour cela. Ce livre vous demandera un peu de travail, mais vous serez récompensé de vos efforts. Influence & manipulation, Robert Cialdini [First Editions, traduction française, 2004, France] Si vous prétendez être capable d’influencer votre public, vous devriez au moins avoir quelques connaissances en la matière. Ce livre et ceux qui suivent dans la liste vous apporteront un éclairage sur les mécanismes de persuasion et ils vous fourniront l’inspiration pour composer le boniment de vos routines. Age of Propaganda, Anthony Pratkanis et Elliot Aronson [W.H. Freeman/Owl Book, édition révisée : 2002, États-Unis] Le livre explore jusqu’à quel point nous sommes influencés dans notre vie quotidienne. (Il donne également de précieux conseils sur la « paperasse » à remplir si vous voulez fonder votre propre secte.) C’est (vraiment) moi qui décide, Dan Ariely [Flammarion, traduction française, 2008, France] Pourquoi notre réflexion est utile… sans pour autant déboucher sur quelque chose. Pourquoi les humains ont-ils tendance à se comporter de manière irrationnelle ? Nudge : La méthode douce pour inspirer la bonne décision, Richard H. Thaler et Cass R. Sunstein [Vuibert, traduction française, 2010, France] Ce livre vous apprendra à influencer les autres en douceur, avec l’intention de rendre leur vie meilleure. Beurk ! The Social Animal, Elliot Aronson [W.H. Freeman, quatrième édition : 19721984, États-Unis] C’est le dernier livre que je vous recommanderai sur le sujet. Il ne traite pas seulement des phénomènes d’influence mais de tous types de comportements humains. Faites-vous plaisir et consultez ces sources pour donner davantage de substance à votre boniment.


« S’il y a bien une chose que je ne supporte pas quand je couche avec une femme, c’est cette put*** de lecture de pensée ! » – Corky, Bound

[Extrait du film Bound, écrit et réalisé par Andy Wachowski et Larry Wachowski. Le rôle de Corky est interprété par Gina Gershon.]



Chapitre 2

Verdoux vaudou

Lors de la routine précédente, nous avons illustré ce qui nous occupe en tant que mentaliste : influencer les gens par la suggestion. Je me suis toujours demandé quel profit je pouvais retirer de cette dextérité mentale dans ma vie de tous les jours. Je pense que mes spectateurs, eux aussi, se posent la question. La présente routine révèle comment le mentaliste exploite ses techniques de persuasion pour gagner un max de thunes.

En scène !

La plupart des spectacles de mentalisme sont inférieurs aux numéros de grandes illusions si l’on prend comme critère l’utilisation de danseuses légèrement vêtues. Tout cela va changer radicalement, puisque le mentaliste est sur le point de présenter quelques femmes séduisantes à son public.

« Qui ne voudrait pas gagner beaucoup d’argent ? Moi, je veux. Et dans l’idéal, sans travailler. Si vous vous intéressez comme moi aux techniques d’influence, alors il est relativement facile de gagner un paquet de fric. J’ai donc fait équipe avec une amie, et nous avons décidé de cibler les hommes riches ‒ la meilleure source de richesse ! Nous avons lancé une agence de rencontres. » Le professionnel des rencontres amoureuses présente un classeur (fig. 3) contenant plusieurs photos de femmes d’une beauté renversante. Des blondes, 3 En seulement trois étapes, la tente est montée. – 35 –


Florian Severin

des brunes, des rousses, des minces, des voluptueuses, des petites et des grandes : il a tout en stock. Toutes ces photos sont numérotées. « Mon boulot est de veiller à ce que de riches imbéciles choisissent toujours mon amie Alicia parmi toutes ces femmes. Elle pique alors le plus d’argent possible à ces hommes. Quand elle en a assez, elle m’envoie une carte postale pour me raconter comment tout s’est déroulé. Ensuite, on se retrouve tous les deux sur une île tropicale et on partage moitié-moitié. » L’enveloppe de prédiction (je l’appellerais ici plutôt l’enveloppe d’influence) est présentée au public et mise de côté, à la vue de tous, sur une vilaine table branlante, grossièrement décorée des symboles des cartes à jouer (manifestement, le mentaliste faisait jadis de la prestidigitation). « Pour attester de mon succès en tant que maître d’influence et mesurer mes capacités, j’ai besoin d’une personne qui puisse se montrer totalement objective. Quelqu’un qui ne se laissera pas influencer par la beauté des femmes. Quelqu’un qui ne se laissera manipuler par rien, si ce n’est par mon irrésistible pouvoir d’influence… Y a-t-il un homosexuel ici ? Vous n’êtes pas obligé de lever la main. Je peux lire dans les pensées, donc je sais déjà ! » [Oh, je vois que des lecteurs ont une question à me poser ! Faisons une brève interruption dans le spectacle pour y répondre. Donc, vous voulez savoir si la question relative à l’orientation sexuelle des spectateurs n’est pas un peu déplacée, n’est-ce pas ? Un artiste peut-il réellement demander à son public quelque chose d’aussi personnel ? Bonne question. Dans la section « PostScriptum », je vous promets d’y apporter une réponse détaillée. ] « Afin de mettre à l’aise les lecteurs de mon livre, je vais retirer la dernière question. Mais au moins, trouvons un spectateur qui a bon goût. Monsieur, quel est votre acteur favori ! » « Brad Pitt », répond la personne à qui il s’est adressé. « Bon choix ! Cela devrait marcher ! Vous voyez, nous avons environ cinquante femmes dans notre catalogue. Comme vous l’avez peut-être remarqué, elles sont numérotées dans l’ordre croissant. Veuillez nous annoncer un nombre à voix haute, n’importe lequel. Essayez consciemment de résister à toute influence de ma part. Dites tout simplement le nombre de votre choix. Quatorze, vingt-sept, celui que vous voulez. Je vous suggère dix-neuf, mais choisissez, s’il vous plaît, le nombre que vous pensez que je n’aimerais pas que vous choisissiez ! Nos clients ont la possibilité d’échanger leur achat une fois. Cela signifie que je vous demanderai une fois si vous voulez changer d’avis. » Le spectateur annonce son nombre ; il change ensuite d’avis et nomme un nombre différent. Vous ouvrez ensuite le catalogue à l’endroit correspondant et vous en retirez la photo. – 36 –


Ultra Mental

« C’est Alicia. Bon choix ! » Le scrupuleux trafiquant de femmes montre la photo. C’est une femme magnifique. « C’est ma partenaire Alicia. Merci beaucoup. Une fois encore, j’ai utilisé mon pouvoir de persuasion avec succès. » Mais personne ne croit notre M. Mental. Alors, à titre de preuve, il ouvre l’enveloppe d’influence, dont il extrait une carte postale qui provient d’une île tropicale. Il lit le message : « Salut Florian ! Tout s’est déroulé à merveille. Je lui ai pris tout ce qu’il avait. Mais si tu continues à choisir ce genre de pauvres ploucs, nous ne ferons jamais fortune comme il faut. À part ça, il semblait plus intéressé par Brad Pitt que par moi. Bref, je t’embrasse ! [Signé] Alicia » Florian, destinataire du message, montre la carte postale à quelques spectateurs, en désignant du doigt la signature. « Regardez ici : “Alicia”. Comme je l’avais prévu, ça a fonctionné. Il a choisi la fille que je voulais qu’il choisisse. » Enfin, le mentaliste n’y tient plus et déroule un poster représentant le visage d’Alicia (fig. 4).

4

Le spectateur reçoit la petite photo d’Alicia en souvenir de sa liaison, afin de pouvoir montrer à ses potes le genre de nana canon avec qui il sort.

En coulisses

Vous avez besoin de cinquante photos de femmes différentes et quarante-neuf photos duplicata « à forcer » d’une femme séduisante. Les photos que j’utilise sont issues de magazines de mode mais j’y ai également inclus les photos de quelques amies. Si vous avez l’intention de présenter cette routine lors d’une prestation payante ou dans un contexte commercial,

Le pire des jobs d’étudiant : colonne publicitaire vivante. – 37 –



Chapitre 10 – Essai

Souviens-toi… avant le spectacle

Les pages suivantes sont destinées à ceux d’entre vous qui veulent incorporer le travail en pré-show à leur numéro et tirer parti des multiples avantages que procure cette technique. J’espère que ce chapitre vous permettra d’éviter les nombreuses chausse-trapes semées sur le chemin du pré-show. Dans « Schrumpeldei », nous avons fait usage du « pré-show ouvert », où nous avons ouvertement admis avoir approché le spectateur avant la représentation. Cette approche présente de nombreux avantages, comme vous le verrez en lisant ces pages, mais il viendra un jour, dans votre vie de mentaliste, où vous devrez cacher au public ce que vous avez fait avec un spectateur avant le numéro. Dans ce chapitre, j’aborderai principalement ce que j’appelle le « pré-show classique » : celui où vos actions avant le spectacle doivent rester secrètes ; dans le même temps, vous veillerez à ce que le volontaire soit lui aussi quelque peu émerveillé ou étonné au moment où vous révélerez son information. Au fil de ces pages, nous ne nous intéresserons qu’au pré-show où le mentaliste approche effectivement du spectateur et lui parle. Je n’aborderai pas les méthodes nécessitant d’appeler la mère du spectateur, d’engager un détective privé ou de glaner des informations sur Internet. Les développements qui suivent traitent exclusivement de la situation où vous demandez en personne au spectateur de penser à quelque chose ou de prendre une décision. Quand j’ai commencé la magie, et le mentalisme en particulier, il avait peu d’informations sur le pré-show dans la littérature magique. C’était quelque chose de très secret, et j’ai dû tout apprendre tout seul, sur le tas. Sans surprise, cela veut dire que j’ai dû essuyer les plâtres et subir un nombre considérable – 175 –


Florian Severin

d’échecs. Quelque ridicules que puissent vous apparaître les erreurs dont je vais vous parler, je les ai toutes faites. Riez-en maintenant afin, je l’espère, de ne jamais les commettre vous-même. De nos jours, tous les magiciens semblent savoir ce qu’est le « pré-show ». Bien que l’existence de cette approche soit aujourd’hui largement connue dans le milieu magique, ses subtilités et ses finesses ne reçoivent toujours pas l’attention qu’elles méritent. C’est exactement ce que nous allons faire maintenant : examiner de plus près ces petits détails qui font le succès ou l’échec retentissant du pré-show.

Mais au fait, c’est quoi le pré-show ?

Grosso modo, le pré-show, ça marche comme ça. Avant le spectacle, vous portez votre choix sur un spectateur. Celui-ci est en train de discuter avec quelques amis, avant d’être admis à l’intérieur de la salle. Vous vous approchez donc de ce groupe ; après vous être présenté, vous dites à votre individu que vous souhaitez le faire participer à une petite expérience durant le spectacle. Pour cela, il vous faut connaître le prénom d’un membre de sa famille, n’importe lequel. « Marvin », dit-il. Vous le remerciez avant de retourner dans votre loge pour vous maquiller et draguer quelques groupies. Plus tard, vous demandez au spectateur de venir vous rejoindre sur scène. Vous le regardez, vous écrivez quelque chose sur un grand bloc à dessin, puis vous lui demandez le prénom d’un membre de sa famille. « Marvin », annonce-t-il. Vous révélez ce que vous avez écrit sur votre grande feuille de papier : « Marvin ». Le public hallucine, il vous fait une ovation debout et vous recevez le prix Nobel de magie. Voilà pour le concept de base du pré-show. En lisant ces lignes, avez certainement senti quelques frissons vous parcourir la colonne vertébrale dans les deux sens. C’est bien. La sensation que vous avez ressentie était de la peur à l’état pur, car vous avez détecté la présence de ces « dangers » qui rendent le travail en pré-show si effrayant ! Ne vous cachez pas sous votre couette, mais levez-vous et affrontez la face hideuse du pré-show ! Nous allons examiner en détail tous les dangers possibles de cette technique. Alors que le reste du public est abasourdi, le spectateur qui a été sollicité avant la représentation ne sera pas impressionné le moins du monde. À moins qu’il ne souffre de la maladie d’Alzheimer, il se rappellera que vous lui avez tout bonnement demandé ce prénom quelques minutes auparavant. Il se demandera quel peut bien être le rapport entre votre révélation et la magie. Et même s’il ne se rappelle pas précisément de la façon dont vous lui avez – 176 –


Ultra Mental

demandé, ses amis qui étaient présent à ce moment-là se chargeront de lui rafraîchir la mémoire. Parce qu’ils étaient là quand vous l’avez interrogé. Pas bien, ça… Pas bien du tout… Pour eux, le mystère est inexistant. Ils se sentent trahis et ils vous démystifieront devant les crédules acquis à votre cause. Peut-être aurez-vous de la chance… Admettons que le spectateur et ses amis aient oublié votre rencontre et votre demande. Vous vous estimerez peut-être chanceux… mais ce serait oublier un danger plus grand encore : l’amnésie ! Et si le spectateur oublie aussi, a fortiori, le prénom qu’il vous a donné ? Et s’il annonce un tout autre prénom ? Votre effet de prédiction tombera alors complètement à l’eau, et vous produirez sans doute une impression étrange si vous lancez des jurons en faisant savoir au volontaire qu’avant le spectacle il vous avait donné un prénom différent… D’ailleurs, ne sous-estimez pas les effets que pourrait avoir le trac sur votre propre cerveau : et si c’était vous qui aviez un trou de mémoire ? Peut-être que votre spectateur a donné le prénom « Marvin » mais que vous avez écrit « Marina ». Peut-être avez-vous tous les deux une mémoire intacte… mais qu’une fois sur scène, le spectateur ne comprend pas ce que vous attendez de lui et annonce le prénom d’une tout autre personne. Peut-être que ce type est un parfait crétin qui annonce délibérément un mauvais prénom, parce que son intention est de foutre votre numéro en l’air. Et même si tout fonctionne bien jusque-là, vous n’êtes pas encore sorti du tunnel. À l’issue du spectacle, votre volontaire peut très bien être approché par d’autres spectateurs qui lui demandent s’il est « de connivence ». Et leur révéler que, oui, le mentaliste est venu le trouver avant le spectacle. Alors ils ne seront plus du tout impressionnés. Il est fichtrement difficile d’éviter que cette situation se produise, puisque vous ne pouvez pas administrer une dose de Flunitrazépam à tous les gens que vous sollicitez en pré-show. Vous voyez, le pré-show est un chemin semé d’embûches. Néanmoins, aucun de ces pièges ne devrait vous dissuader de recourir à cette technique. Nous allons essayer de trouver un moyen de déjouer tous ces traquenards.

Être vigilant

De toute évidence, nous devons garder l’œil sur six éléments majeurs : 1. Le spectateur sollicité en pré-show doit lui aussi vivre une expérience magique. 2. Le nombre de spectateurs témoins du pré-show doit être le plus réduit possible. – 177 –


Florian Severin

3. Vous devez veiller à ce que le spectateur annonce sur scène la même information que celle donnée en pré-show. 4. Vous-mêmes, vous devez garder cette information en mémoire. 5. Vous avez besoin d’un plan B en cas d’échec. 6. Vous voulez éviter que les langues se délient après le spectacle ! Examinons maintenant chacun de ces points individuellement. 1. Le spectateur sollicité en pré-show doit lui aussi vivre une expérience magique Le volontaire doit être persuadé que vous n’avez aucune idée de ce à quoi il pense. S’il a la moindre raison de soupçonner que vous puissiez, d’une manière ou d’une autre, savoir ce qu’il a en tête, alors il ne sera nullement étonné lorsque vous révélerez sa pensée. (Comme toujours, il y a une exception. J’en parlerai plus loin. Pour l’heure, concentrons-nous sur la manière de lui faire croire que vous n’en avez fichtrement aucune idée.) Le moyen le plus évident d’y parvenir consiste à ne pas simplement demander l’information dont vous avez besoin, mais à l’obtenir secrètement au moyen d’un subterfuge. Vous pouvez soit lui forcer cette information, soit en prendre connaissance à son insu. Dans ce second cas, un accessoire à impression est un outil très efficace. Glissez tout simplement un morceau de papier carbone sous la jaquette d’un livre et approchez-vous d’un spectateur. Demandez-lui de penser à quelque chose puis de l’écrire. Vous lui tendez alors une feuille de papier et le livre comme support d’écriture. Pendant qu’il s’exécute, vous pouvez même quitter la salle et revenir plus tard pour récupérer le livre. C’est une méthode que Dunninger, ou plutôt son compère Lustig, utilisait tout le temps. Si c’était bon pour eux, alors cela devrait l’être pour vous. Autrement, plutôt que de prendre secrètement connaissance d’une information librement choisie par le spectateur, vous pouvez toujours recourir à un forçage. Au lieu de lui demander de penser à une carte à jouer, dites-lui de prendre « n’importe quelle » carte du jeu. Procédez simplement à un forçage classique ou utilisez un jeu à forcer composé de cinquante-deux cartes identiques. S’il est nécessaire que le spectateur pense à une carte spécifique parce que celle-ci est tatouée sur votre fesse droite, alors c’est bien sûr la direction à prendre. Tout cela n’est qu’une question de bon sens : quand vous devez aboutir à un résultat donné, un forçage s’impose. Si vous souhaitez laisser la liberté de choix, vous pourriez avoir recours à une technique de coup d’œil (peek), au centre arraché ou à un appareil électronique ‒ même les caméras cachées ou autres instruments de ce type peuvent convenir. – 178 –


Ultra Mental

Quelle que soit la méthode que vous avez retenue, assurez-vous de l’exécuter correctement et de manière trompeuse. Si vous avez une bonne technique de coup d’œil, mais que vous ne la maîtrisez pas encore, ne l’utilisez pas ! Au lieu de demander au spectateur d’écrire sur un petit morceau de papier le nom de la célébrité qu’il préfère, imprimez les photos de vedettes du cinéma et marquez-les au dos. Ou alors, fabriquez votre propre jeu à forcer Svengali avec ces images. Supposons que votre méthode pour prendre connaissance de l’information soit convaincante, et que le spectateur soit persuadé que vous n’avez aucune idée de ce à quoi il pense. C’est parfait, mais il pourrait toujours se demander pour quelle fichue raison vous l’avez approché avant le spectacle. Cela éveillera probablement ses soupçons. Si vous voulez le faire penser au nom de son premier amour, pourquoi avez-vous besoin de lui demander à l’avance, et non sur scène pendant le spectacle ? Afin de balayer ce genre de pensées répugnantes, nous devons faire de cette rencontre un événement aussi innocent que possible. Pour commencer, nous devons trouver une raison pour l’aborder : pourquoi voulons-nous qu’il se décide à garder en tête une information particulière avant le début du spectacle ? Quand on présente quelque chose à la télé, c’est très simple. Les téléspectateurs croient tout et n’importe quoi : quelle que soit la justification que nous leur apporterons, ils la goberont. Même les excuses les plus ridicules seront acceptées dans le cadre d’une prestation télévisée. « Pour des raisons légales, vous devez dire au caméraman le nom auquel vous pensez. » Ou alors : « Dans les jours qui suivent l’émission, nous avons l’intention de commercialiser quelques produits dérivés, et nous pensons que votre choix écrit sur ce morceau de papier ferait fureur dans notre boutique en ligne. » Voici une justification dont je me suis servi à maintes reprises. Je dis à mon volontaire que les téléspectateurs doivent pouvoir vérifier la précision de ma lecture de pensée. Le spectateur est ensuite prié d’écrire son information et de tenir son morceau de papier en l’air, face à la caméra ; je lui donne d’ailleurs une raison valable d’écrire en gros et en lettres capitales : son écriture doit être lisible à la caméra. Il va sans dire que la séquence où il montre le papier à la caméra est malencontreusement effacée au montage… Cette justification de type « Nous en avons besoin pour vérification ultérieure » n’est pas exclusivement réservée à la télévision. Vous pouvez également user de ce stratagème au théâtre. Vous demandez simplement au spectateur d’écrire l’information, juste au cas où ne parveniez pas à lire correctement dans sa pensée. Le cas échéant, vous aimeriez voir si vous êtes tombé loin de la cible ou non. Plus tard, au cours du numéro, il va de soi que vous devinerez – 179 –


[Ultra Mental] Florian Severin Certains pensent qu’un spectacle de mentalisme est nécessairement sérieux, presque austère, et toujours empreint d’une solennité au formalisme appuyé. De fait, certains magiciens se tiennent éloignés de tout ce qui traite de mentalisme. Dans son livre Ultra Mental, Florian Severin prouve avec brio qu’un spectacle de mentalisme peut être drôle, coloré, parfois même provoquant, sans pour autant sacrifier au mystère et à l’extraordinaire… Ultra Mental regorge d’idées inédites, de subtilités psychologiques, d’innovations techniques et de discussions théoriques (il contient notamment, sur plus de quarante pages, l’une des études les plus approfondies qui existent en français sur les techniques du « pré-show »). Dans un style percutant à l’humour et au second degré toujours présents, Florian Severin bouscule nombre d’idées reçues sur le mentalisme et stimulera votre créativité pour l’élaboration de vos propres routines.

ment : ndrez notam re p p a us s ! vo , lle de ses rêve Dans ce livre fi la r e tr n o c n re spectateur à • à aider un ur en série ! ue t un r e n m a nd ême ! • à faire co au sur vous-m e rv e c u d ie g r une chirur lotes… • à pratique core plus rigo n e s se o h c s utre • et bien d’a ISBN : 978-2-914983-69-3

Prix TTC France : 65,00 €