Issuu on Google+


LesChats Chats Libres Les Libres

La vente de ce livre contribue au financement des actions et des buts de l’association de l’École du chat libre de Poitiers.


Les Chats

Libres Aragorn


Remerciements Nous remercions toute l’équipe de la société C.C. Éditions pour la réalisation de ce livre, et en particulier Sandra Girard qui a assuré le suivi de ce projet depuis le premier jour. Merci à toutes les personnes qui ont fourni les textes et photos de ce livre. Et surtout, un immense merci à tous nos adhérents et bénévoles qui œuvrent pour la poursuite et la réussite des buts de notre association.

Si vous souhaitez en savoir plus sur nos actions, ou simplement nous contacter, venez nous retrouver ici : http ://www.ecoleduchat.poitiers.free.fr. http ://ecoleduchatpoitiers.forumperso.com/ http ://www.facebook.com/pages/Ecole-du-Chat-Poitiers/252724370232

Responsable d’édition : Frantz Réjasse Suivi de projet : Sandra Girard Mise en pages : Sarah Métais www.cc-editions.fr © C.C. Éditions – Juin 2011 ISBN : 978-2-914983-32-7


Les Chats Libres

L’

Préface Préface

École du chat libre de Poitiers est une association qui a vu le jour en 1993 grâce à une petite équipe de quatre bénévoles et une subvention de trente euros… Aujourd’hui, grâce à plus de quatre cent cinquante adhérents fidèles, notre association permet de protéger plus de deux mille chats dits « libres » en ayant fait immatriculer ceux-ci au Fichier national félin, leur assurant ainsi un réel statut. Quatre cent cinquante chats bénéficient au quotidien d’un suivi alimentaire et sanitaire en ne faisant appel qu’à la bonne volonté de nos membres bénévoles, et cela malgré un habitat naturel de plus en plus réduit et des menaces de plus en plus lourdes dans la ville… Nous avons donc croisé le chemin de très nombreux chats durant ces années, et un petit journal a vu le jour en janvier 2000 afin de partager avec nos adhérents les joies et chagrins de notre quotidien de bénévoles…

Tant de chatons et adultes sauvés de situations difficiles…Tant de chats porteurs du virus du FELV et FIV qui ont vécu dignement sans souffrance dans nos modestes chatteries et à qui nous avons apporté une vie un peu plus douce. En 2003, la création de nos chatteries a permis de concrétiser nos rêves de pouvoir faire adopter nos amis à quatre pattes. Vous retrouverez dans ce livre nos histoires les plus marquantes. Antoine de Saint-Exupéry a écrit dans son livre Le Petit Prince cette phrase que je garde toujours en mémoire : « Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu apprivoises. » L’École du chat de Poitiers continuera donc à mettre en place sa chaîne de solidarité pour les chats «  objets  » jetés à la veille des vacances, les chats « peluches » dont on ne veut plus… Tous nos pensionnaires vous souhaitent une belle lecture. La présidente Isabelle Lacaille

5

Nesquick


Dark


Chapitre11 Chapitre L’association L’association Jimmy

L’École du chat libre de Poitiers est une association de protection animale (loi 1901, à but non lucratif), déclarée à la préfecture de la Vienne le 24 février 1993, sous le n° 3/09291.


Les Chats Libres

Pourquoi avoir ce nom ? Pourquoi avoirchoisi choisi ce nom ? Chat libre,

L’École du Chat,

Car dès que l’animal est tatoué, il n’est plus considéré comme errant. Il peut donc divaguer jusqu’à mille mètres du domicile de son maître (art 213.1 du code rural). Il est ainsi protégé de l’euthanasie s’il est emmené en fourrière et si celle-ci fait les recherches nécessaires auprès du Fichier national félin pour retrouver les coordonnées du propriétaire à partir du numéro de tatouage.

Car notre association a pour objectif, certes «  d’éduquer » les chats mais aussi d’expliquer aux humains les problèmes que posent la prolifération et l’abandon des chats. Sensibiliser fait partie de notre action. La limitation de la prolifération féline par la stérilisation a pour conséquence directe une meilleure cohabitation des humains et des chats. Et bien sûr, nous aimerions que nos idées « fassent école » !

Marcel 11


Les Chats

Libres

Histoire l’association Histoire de del’association 1978 : Paris, cimetière Montmartre. Nicolas, premier chat libre, castré et tatoué, est relâché sur son territoire de naissance. Monsieur Cambazard crée l’École du chat libre. Du statut de chat errant, qui n’a d’autre avenir que l’euthanasie, il devient chat libre qui ne se reproduit plus et que l’on respecte en lui accordant droit de cité. Donnant suite à cette heureuse initiative, dans tous les coins de France, les amis de la gent féline se sont mobilisés, créant plus de cent cinquante comités de l’École du chat dans l’hexagone.

Peu de bénévoles, peu de membres, peu d’argent, mais beaucoup d’amour et d’investissement pour nos amis les chats.

2000 L’École du chat libre de Poitiers, confortée par une équipe de bénévoles jeunes et motivés, par plus de trois cents membres, est aidée par la ville de Poitiers qui lui accorde une subvention annuelle, par les Fondations Brigitte Bardot, Bourdon et 30 Millions d’Amis. Elle adhère à la Fédération des associations du chat citoyen (FACC), attachée aux principes suivants  : «  Stériliser plutôt qu’euthanasier », « Trapper pour la vie et non pour la mort ».

1993 : création de l’École du chat libre de Poitiers. Grâce à une petite équipe de quatre personnes et une subvention de la ville de Poitiers de deux cents francs, l’association voit le jour.

Frida

Eros 12

Epinette


Les Chats

l’association Les Les butsbutsdedel’association L’action de l’École du chat libre de Poitiers vise à protéger les chats errants : en pratiquant systématiquement la stérilisation afin de réduire la population féline, en les faisant immatriculer au Fichier national félin, en assurant un suivi sanitaire et alimentaire de ces chats, en faisant adopter les chatons et adultes apprivoisés.

13

Libres

Mira


Notreaction action Notre L’association nourrit quotidiennement plus de trois cent cinquante chats, ce qui fait plus de six tonnes de nourriture distribuées par an.

L’adoption Les chatons sont, avant l’adoption, testés leucose et vaccinés typhus, coryza, leucose. À sept mois, ils sont tatoués et stérilisés. Une participation aux frais vétérinaires est demandée aux adoptants.

Le tatouage Indispensable pour assurer aux chats une protection (contre les captures en vue d’euthanasie, contre les trafics…), le tatouage est obligatoire pour les chats vivant dans les départements déclarés officiellement infectés de rage, pour les animaux changeant de propriétaire à titre gracieux ou onéreux.

La stérilisation Des femelles par ovariectomie. Des mâles par castration.

14

La domiciliation Nous disposons de deux types de structures pour accueillir les chats : – Les Chat’LM (petits chalets en bois), installés dans les quartiers à forte population. Chaque Chat’LM accueille une dizaine de chats. Les offices de HLM de Poitiers ont mis à la disposition de l’association des locaux, souvent des caves, dans divers quartiers de la ville. Des bénévoles y viennent plusieurs fois par semaine, voire tous les jours. –  Les chatteries, qui sont des locaux destinés à accueillir les chats de façon permanente. Chacune est composée de deux parties : • l’infirmerie qui permet d’isoler les nouveaux arrivants. Une fois le bilan de santé effectué, les chats sont lâchés dans la chatterie. • la chatterie qui abrite nos chats FELV et FIV.


Bambou

Mira

Yvan


Apache


Chapitre22 Chapitre Petites histoires Petites histoires

Casa


Les Chats Libres

Betty ex Berthe Betty ex Berthe par Louise

V

oici quelques nouvelles de Betty (anciennement Berthe, adoptée début avril 2010). Elle s’est très bien remise de son opération à l’oreille, elle a juste eu une petite rechute, un petit rhume dû à l’arrivée de son nouveau compagnon Dalhi (lui aussi abandonné et retrouvé dans une benne). Mais à sa dernière visite, le vétérinaire l’a trouvée superbe, elle est passée en trois mois de 2,5 kg à 3,2 kg exactement. Betty est donc en pleine forme et a repris du poil de la bête ! Nous avons déménagé, dans un appartement avec un grand balcon et au sixième étage, l’idéal pour observer les oiseaux ! Elle et Dalhi y sont plus au calme pour jouer et faire la sieste (la présence de mes colocataires limite leur déplacement à ma chambre et au couloir).

C’est incroyable le changement de comportement depuis le déménagement ! Betty est plus confiante et ne reste plus cachée sous le canapé à chaque bruit ou geste, et surtout elle s’est mise à miauler plus souvent… Elle a aussi parfaitement accepté l’arrivée de Dahli (qui a maintenant cinq mois), ils jouent toute la journée ensemble à se courir l’un après l’autre. Bref tout va bien ! À bientôt.

20


Les Chats Libres

Casa Casa par Corinne

C

Et comme je cherchais un chat sociable, pouvant s’intégrer facilement avec mes autres chats, Casa est reparti avec moi. Depuis, tout n’est que du bonheur… C’est un chat qui s’adapte très vite (lit, canapé, rien ne lui fait peur !), pas de souci avec Mustang et Bali, même avec Asia, ils se croisent dans le jardin, elle grogne, il la regarde… Tous les matins quand je me lève, Casa m’attend derrière la porte. Tous les soirs quand je rentre, il est derrière la vitre, il vient chercher des caresses. C’est le plus affectueux de tous les chats que j’ai eus. Il me regarde toujours avec des grands yeux étonnés, l’air de me demander : « Pourquoi m’as-tu choisi, moi ? » Mais il ne semble pas le regretter…

asa vient de fêter, le 28 décembre 2010, le deuxième anniversaire de son adoption. Via le forum, j’avais craqué pour Chaussette, en pensant aller l’adopter après Noël, car je devais m’absenter quelques jours. Quand je suis arrivée à Bellejouanne, j’ai appris que Chaussette avait tellement fait les yeux doux à Christian et Chantal qu’un soir ils n’ont pas pu le laisser ! Et j’ai découvert Casa, un gros matou, âgé d’environ onze ans, qui a des tonnes d’amour à donner. Casa vivait sur le quartier de Bel-Air, sous surveillance de l’École du chat, mais un jour il a été retrouvé égorgé par un chien. Soigné par l’association, il n’a pas pu être remis sur le site et a intégré la chatterie de Bellejouanne.

23


Les Chats Libres

Doucette Doucette par Alexandre et Mélissa

Q

ue dire de cette petite chatte qui, si douce, aime la vie qui lui a été

donnée ? Cette vie qu’elle n’a pas demandée lui a été offerte. Je dis offerte car elle nous l’a offerte. En effet, elle nous laisse le droit de vivre avec elle. Elle qui n’a pas toujours connu la joie d’une vie d’amour, qui, après bien des tourments, apprend la vie du cœur ! Si l’on découvre le monde par ce que l’on voit, Doucette, elle, voit le monde comme elle le ressent ! Son œil gauche lui guide le chemin et le reste se fait naturellement, par ce procédé magique, qui inclut une dose de confiance, un peu de jeu et beaucoup d’amour ! La vie est bien souvent vide de sens pour beaucoup d’entre nous. Grâce à l’adoption de ces petits êtres de poils et de sang, nous

retrouvons le goût de la vie et le sens que nous lui donnons. Doucette, tu n’es pas « notre chat », car tu ne nous appartiens pas ! Tu t’appartiens à toi-même. Tu nous laisses t’aimer et tu nous révèles ce que nous sommes. Quand l’Homme se croit supérieur à sa propre nature il ne savoure pas l’instant où son propre regard croise celui de l’animal qui l’aime sans demi-mesure, et qui ne le juge que par ses agissements et pas pour son apparence ; à notre inverse ! Nous t’aimons et tu nous aimes, et ça c’est pour la vie qui nous reste à vivre ensemble, côte à côte, sans oublier tes compagnons d’aventure canins et félins qui t’aiment eux aussi comme au premier jour.

25


Anouchka Anouchka par Christian et Chantal

R

appelons d’abord que l’École du chat libre a recueilli Anouchka, il y a quatre ans, suite à l’incendie d’une maison qui comptait quarante-cinq chats. Elle faisait partie des vingt-cinq survivants affamés qui ont attendu un mois avant d’être signalés à l’association. Au départ, nous voulions donner une chance à un chat délaissé mais sans toutefois mettre en péril l’harmonie entre nos différents animaux (chat, chiens, lapins nains, cobayes…) L’histoire d’Anouchka nous a touchés et nous pressentions, chez elle, la capacité à bien s’intégrer dans un tel groupe. La suite nous a donné raison. À son arrivée, il y a deux mois, il lui a fallu, tout d’abord, s’adapter à son nouvel environnement. Elle n’avait rien connu d’autre que le local de l’association depuis ces longues années. Ensuite elle quittait de nombreux chats, avec qui elle avait partagé une grande partie de sa vie, pour se faire une place dans une famille qui comptait déjà un chat et deux chiens (eux aussi adoptés adultes dans des refuges). Et pour finir elle devait s’habituer à vivre en compagnie des humains.


Les Chats Libres

Le résultat, à ce jour, est très positif. Après s’être cachée pendant deux ou trois jours sans manger, Anouchka s’est alimentée et est partie à la découverte de sa nouvelle maison. Maintenant elle est véritablement chez elle et il ne lui reste à découvrir que le jardin (mais cela attendra le prochain printemps). Paradoxalement, c’est avec notre chienne Nana qu’elle a tissé le plus rapidement des liens. Pourtant il nous est permis de penser qu’elle n’avait jamais côtoyé de chien auparavant. Notre chat, étant moins enclin à partager son territoire et les caresses, l’a ignorée les premières semaines avant d’accepter de cohabiter avec elle. Maintenant les rapports entre eux s’améliorent de jour en jour au point de

dormir l’un près de l’autre. Même si nous ne pouvons pas la prendre dans nos bras ni la caresser autant que nous voudrions, nous voyons bien qu’Anouchka recherche en permanence notre compagnie. De plus, elle, si timide à la chatterie, se révèle être très joueuse et enjouée. Sa joie de vivre nous ravit un peu plus chaque jour, et c’est un bonheur de se dire que nous lui avons donné une nouvelle chance dans sa vie. Cette adoption, qui pouvait sembler compliquée au départ, se révèle donc être une vraie réussite. Nous tenons ici à remercier l’association, qui grâce à ses soins et à son travail, a rendu ce partage possible, même après une si longue période d’attente.

27



Ecole des chats libres