Page 1


Agenda Secret


Roberto Giobbi

Agenda Secret Illustré par Barbara Giobbi-Ebnöther

Traduit en français par Ludovic Gorges


Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L.122-5 (2° et 3° a), d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (article L.122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Responsable d’édition : Frantz Réjasse. Traduction française : Ludovic Gorges. Composition et mise en pages : Sarah Métais. Relecture et correction : Jean Valsen. Remerciements à Stephen Minch. Édition originale : © Roberto Giobbi et Stephen Minch, 2010. Titre original : Secret Agenda. La présente version française est publiée en accord avec monsieur Roberto Giobbi. www.cc-editions.fr www.livres-de-magie.com Version française : © C.C. Éditions – Mai 2013. ISBN 978-2-914983-50-1


Sommaire Préface������������������������������������������������������������������������������������������������������ 9 Janvier���������������������������������������������������������������������������������������������������� 15 Séparer le jeu à un endroit spécifique – Présentation et méthode pour « Six voyageurs dans cinq chambres » – Archivage des jeux spéciaux – Spontanéité – Changer de jeux – Un pari pour les pigeons – Change de boulette polyvalent – Gag de l’élastique enclavé – Technique de visualisation – Supercherie logique – Script – Aide-mémoire – L-Délicate – Boomerang – Contrôle rusé – Citations : présentation légitime et légitime défense – Les  dix meilleures citations sur la main – Liste des principes opérationnels en cartomagie – Le mélange-enlevage/Étude de la polyvalence d’une technique – Deux blagues – Le  saut-de-coupe couvert, à la loupe – Théorie de la Gestalt appliquée à la magie – Actus Interruptus – Pourboire – Forçage et localisation – Disparition complète d’une pièce – Donne en second peu orthodoxe – Tamariz… sur le thème de la magie télévisée – Contrôle au pont – Replacement d’une levée double – Le luxe du pauvre

Février���������������������������������������������������������������������������������������������������� 47 Donner et recevoir – No Hands Ma’ ! – Ramasser le jeu – Des détails… – Critiques favorites – Savoir vivre – Art contre géométrie – Comment mémoriser un numéro de série de manière ludique – Filage simple d’une carte – Carte souvenir – Annulation croisée – Forçage de Fred Kaps – Placement d’une carte clé – Liste de douze livres à relire – Citations sur l’étonnement et l’émerveillement – Biographies favorites de magiciens – Livres favoris pour ceux qui (ne) sont (pas trop) illettrés – Trois histoires favorites – Dix tuyaux pour vous vendre – Comment avez-vous fait ça ? – Les sept meilleures maximes de vie – Les dix meilleures citations relatives à la cartomagie – Coupe-pivot à la brisure


– Contrôle avec coupe-pivot à la brisure – Les meilleures citations relatives à la magie – Contrôle de la portion supérieure (Rainer Teschner) – Coupe bluff (Marlo) – Une autre carte à l’œil au mélange à la française – Contrôle multiple au coup d’œil du spectateur

Mars������������������������������������������������������������������������������������������������������� 67 Contrôle d’une carte choisie (Teschner) – La double glissante – Une stupéfiante coïncidence – Les douze meilleures citations d’Einstein – Accessoire ou instrument – Rappelez-vous, vous avez mélangé i – Rappelez-vous, vous avez mélangé  ii – C’est plein de (non) sens ! (Les meilleures citations) – De l’intérieur – Échappée humoristique – Échappée belle – Solution pour « Échappée belle » – Échappée émotionnelle – Les quinze meilleures citations humoristiques – Le saut-de-coupe Goldin – Faux mélange cyclique – Tentez le coup – Contrôle mathématique – Contrôle pas si mathématique – Substitut à la levée double – Les dix meilleures citations… en général – Le contrôle au glissage de Fechter – Bien, mais en mieux – Dix excellentes techniques… méconnues ou peu utilisées – Subtilité pour le tent vanish – Contrôle par double coupe – Les dix tours les plus sous-estimés – Contrôle à l’éventail – La pratique de la magie et ses bienfaits – Couverture pour le filage du dessus – Après le break

Avril������������������������������������������������������������������������������������������������������� 93 À posséder dans sa bibliothèque – Contrôle sous contrôle – Le rouge et le noir : faux mélange partiel à la queue d’aronde – Autocritique – Disproportion – Si Stebbins/Galasso – Pour remplacer le contrôle à l’enfoncement – Triomphe pour Okito – Dame à l’envers – Critique(s) – Thème pour cartes et pièces – Signification psychologique de la magie pour un spectateur – Illusionnisme et complexité – Structure et chaos – Qu’est-ce qu’un bon tour ? – Commerce contre art – Sur la prise de notes – Magie et jeux d’argent – Mémoire de forme – Conseil d’un Maître – Dai Vernon au Magic Castle – Chapelet licencieux – La réalité est-elle réelle ? – Écourtez – Juan Tamariz et ses professeurs – Mon épitaphe – Pensées sur Del Ray – Procédure de distribution pour démonstrations de triche – Définir la magie – Meilleure magie/Meilleur magicien

Mai������������������������������������������������������������������������������������������������������ 111 Mon anniversaire/aperçu biographique – Tilt sans limite – Une autre production de carte – Production des quatre as – Une seule ligne – Elmsley sur les genoux – Magie des mains – Magie des mains, encore ! – Motivation de l’écrivain i – Motivation de l’écrivain ii – Ultime magie des mains – L’expert aux cartes – Empalmage du dessus : petit tour rapide et subtilité – Les qualités de l’excellence – Change de coin de billet – Des chaussures – Idée pour un numéro de close-up – Magie pour le théâtre – Réponses aux journalistes – Création – Sherlock Holmes et la magie – Clarté – Musique et magie – Cinq lecteurs pardessus mon épaule – Le trac – Contrôle d’un montage sur le dessus du jeu avec le mélange à la queue d’aronde – L’art de la magie – L’énigme de l’élan – Carte déchirée et reconstituée – Ça m’agace… – Répétition

Juin������������������������������������������������������������������������������������������������������ 133 Vœux – Transformation – Porte de sortie – Avantage au tirage – Minimalisme formel – Programmation neurolinguistique (PNL) – Anecdote – Anniversaire de Fred Kaps – Conférences de Jardine Ellis – Routine courte de balleséponge – Production flash d’une balle-éponge – Subtilités pour la magie des


balles-éponge – Ex-aequo – Quand Vernon rencontre Daley – Devant et Goliath – Réflexions sur les charges de gobelets – Gobelets et muscades : pendulum loading – Anecdote sur Vernon – Vernon accusé de maltraitance sur enfants – Marlofactor – Carto-to-da-fé – Facile à lire – Réflexions sur Classic Sampler – Mise en scène d’un jeu de bonneteau – Billet dans le citron : un concentré – Applaudissements – Applaudir Vivaldi – Flip et les droits d’auteur – Stratagème de la poche de poitrine – Vous

Juillet��������������������������������������������������������������������������������������������������� 155 Détails pour un climax – Climax pour une routine de canifs – Subtilité pour la disparition de bague de Clifton – San Giovanni Bosco – Gestuelle – Avalanche d’invitations – Poche vide – Double divination i – Fantastique transposition – Bœufs magiques – Marketing – Pensées intrigantes – Notes et stockage de l’information – Démonstration de contrôle – Climax pour donne de poker inattendue – Carte postale antisèche – Mauvaise carte – Magie aux tables i : aborder la première table – Magie aux tables ii : aller à la table suivante – Magie aux tables iii : tours d’entrée – Réflexions sur le « table à table » – Le changement de couleur de Fred Kaps – Conversations – Anecdote d’entrée – Le change de jeu le plus simple – Faites comme moi/Version avec un seul jeu – Rotation asymétrique – Le complice malgré lui – Autres ruses avec un jeu asymétrique – Asymétrie infaillible – Entraînement hors contexte 

Août����������������������������������������������������������������������������������������������������� 181 Singularité – Le dé à coudre invisible – Production d’une carte pliée – Ambitieuse i – Ambitieuse ii – Ambitieuse iii : double dos impromptu – Ambitieuse iv – Ambitieuse v – Ambitieuse vi – Problème ambitieux – Questions-pièges – Encore des questions-pièges – Magie avec une calculette – Ghoti is a Fish – Quatre énigmes numériques – Curiosité optique – Accessoires anciens – New York by night – Du thé au blé – Le portefeuille polyvalent – Argent lyophilisé – La création d’un œuf – Double divination ii – Couper sur une carte cornée – Divination au papier à cigarette – Giobbi et ses invités se remettent de la Fism – Tours pour enfants – Hiérarchie des mains de poker – Programme à la carte – Placement d’une carte clé ii – Anneaux chinois

Septembre�������������������������������������������������������������������������������������������� 207 Okito-san rencontre Mr. Terrific – Films préférés – Marquée sur les bords – Cercles relatifs – Tout portefeuille est un portefeuille Himber ! – Démonstration de comptage de cartes – Comptage de cartes/Version augmentée – Mouvements des mains – Cartes et perception – Effet visuel vs. Effet conceptuel – Pause et applaudissements – L’art du close-up – La beauté de l’asymétrie – Triple divination – Mode réflexion – Toujours prêt – Espace et Magie – Le principe de Pareto en magie – La spirale de l’évolution – Réaction du magicien : ressentir la magie – Donner vie aux objets – De gauche à droite – Chute accidentelle – Rénovation d’un jeu neuf – Infratexte – Clore un spectacle privé à une table – Tours inutiles – Le symbolisme en magie – Suites énigmatiques – Contre-intuition

Octobre������������������������������������������������������������������������������������������������ 227 Logique détrônée – Prédiction paradoxale – Transposition et disparition de deux pièces – Transposition cuivre et argent – Cinq livres – Paradoxes – Le baiser de Smullyan – Pari de bar – Un autre pari de bar – Le stylo qui disparaît –


Tour d’entrée pour la magie aux tables – Donner votre carte de visite/quelques idées – Énigme des neuf lettres – Donne australienne en puissance – Supination et pronation magiques – Clichés – Prédiction à la capsule – Réflexions sur les boîtes à pièces – Le citron obéissant – Prédiction au calendrier – L’Élastique Psi – Mars et Vénus – Un contrôle au mélange français – Placement automatique d’une carte clé – Reste ouvert ! – Devin de vin – Se débarrasser de cartes au-dessus de la sélection – Contrôle audacieux de Lynn – La fausse prise et quelques variantes – Livre pour île déserte – Le menu magique

Novembre�������������������������������������������������������������������������������������������� 253 Miroir intégré – S’entraîner à l’estimation – Jeune Giobbi – Belchou, à la sauce Vollmer – Prof du profane – Forçage audacieux – Quick Sellers – Carte à l’enveloppe et au portefeuille – Comment restreindre le choix d’un nombre ? – Une subtilité d’Ascanio pour le comptage boucle – Quand vous avez perdu une carte – Questions de doigts – Le public n’est pas une poire – Les mains de Marlo – Sept tuyaux pour l’entraînement – Le fol argent de Vanni Bossi – Autres réflexions sur « Flash Cash » – Encore une idée pour « Flash Cash » ! – Pont sur le Gange – Saut-de-coupe sur le pont – Comment lire un livre – Système de notation – Catégories de mon système d’archivage – Le mot « tour » : synonymes et évocations – Ce n’est pas commercial – Vous devez d’abord divertir votre public – Loterie magique – Livre d’or – De la carte déchirée et reconstituée – Justifications pour la carte déchirée et reconstituée

Décembre��������������������������������������������������������������������������������������������� 275 Le jeu « re-mémorisé » – 2/12 – Anagrammes – Un koan pour innover vraiment – Photos avec… – Subtilité d’Ascanio pour subtiliser une pièce – Simplicité et essence – Magie artistique – L’addition Braue en finesse – Liste de l’intelligentsia – Dix tuyaux professionnels – Applications de l’égalisation du jeu avec retournement – Utilement inutile – Informez votre public – Aidemémoire : jeux avec ou sans préparation ? – Le tour de magie le plus incroyable – Créativité – Carte heuristique du Cours de cartomagie moderne (tome 2) – Carte heuristique de mon séminaire sur Vernon – Contrôle de la portion supérieure – Livres ou vidéos ? – Filage au sandwich de Daley – Montrer ou enseigner ? – Aller à la poche – Souvenir d’un profane – Tours de cartes : les classiques à ne pas oublier – Une levée double inhabituelle – Les dix meilleurs tours de cartes – Sac pratique, sac vital – Prologue – Épilogue

Annexes������������������������������������������������������������������������������������������������ 301 L’énigme de l’élan – Quatre énigmes numériques – Suites énigmatiques


Préface Commençons par le commencement J’ai failli ne pas écrire de préface, souhaitant ne mettre sur la page ordinairement prévue à cet effet que cette citation de Francis Bacon : « Les préfaces sont le fruit d’heures perdues et masquent la vanité de l’auteur sous une fausse modestie. » En un sens, il a raison. En un autre sens, il a tort. (Cela ne lui aurait sans doute pas déplu, lui qui était philosophe.) Je me souviens très bien, lisant mes premiers livres de magie, de mon envie irrépressible d’en savoir davantage sur les auteurs, leurs motivations, leurs réflexions personnelles sur les livres qu’ils avaient mis des années à écrire ; mais j’étais déçu de trouver trop peu d’informations à ce sujet. On dit qu’un objet fabriqué à la main recèle une part de celui qui l’a fait. C’est aussi probablement vrai pour l’auteur d’un livre. Il est selon moi impossible d’écrire quelque chose, même un texte technique, sans y laisser une partie de soi-même. La question devient alors : pourquoi devrait-on se soucier de l’auteur ? On pourrait aisément lire ce livre et en apprécier le contenu (c’est à espérer) sans rien connaître à l’avance de l’ouvrage ni de l’auteur, tout comme il est possible d’admirer un tableau dans un musée sans connaissance préalable de l’artiste qui l’a peint. Néanmoins, si vous savez quelque chose sur la peinture en général, sur la vie du peintre et sa philosophie, sur l’époque et la culture dont il est issu, sur d’autres tableaux réalisés par lui, alors vous pourrez élever votre appréciation à d’autres dimensions. Que vous ayez envie ou non de le faire est une tout autre histoire. Donc, pour certains, la préface se termine ici, et ils peuvent sauter les quelques pages suivantes pour accéder au corps

9


Roberto Giobbi principal du livre. Les autres sont cordialement invités à rester un peu plus longtemps avec moi avant d’attaquer les parties les plus pragmatiques de ce travail.

À propos du livre Dans l’introduction du troisième tome de sa merveilleuse série, le Tarbell Course in Magic, le Dr. Harlan Tarbell écrit : « Si je vous donne un dollar, et que vous me donnez un dollar, nous aurons toujours un dollar chacun ; mais si je vous donne une idée, et que vous me donnez une idée, alors nous aurons chacun deux idées. » C’est une façon typiquement occidentale d’exprimer ce qui est, dans son essence, une belle pensée ; et elle résume clairement et parfaitement l’objet de ce livre. Quelle que soit sa valeur intrinsèque, Agenda secret vous rendra deux types de services. Il renferme en premier lieu une mine d’informations, que tout le monde peut, de ce point de vue, consulter à profit. Il contient des idées pratiques immédiatement prêtes à l’emploi : des tours, des techniques, des idées de présentation et des conseils professionnels ; ce qui était perdu dans les annales de l’illusionnisme a été exhumé ici pour votre édification. D’autres idées, originales cette fois, n’avaient jusqu’alors jamais été publiées. Ce sont des ressources que vous pourrez ajouter quasi instantanément à votre répertoire de travail, ou qui vous permettront à tout le moins d’accroître votre culture magique. Cette dernière revêt une certaine importance, non seulement pour le simple plaisir qu’elle procure, mais aussi parce que ces informations pourraient se révéler utiles, lorsque vous serez confrontés à des problèmes dont la résolution nécessite un certain bagage de connaissances et de compétences. Second service rendu par cet ouvrage : l’évasion. C’est une fenêtre ouverte sur l’aventure, même s’il ne s’agit pas de la plus audacieuse. Une œuvre d’art est toujours une aventure. Or la magie n’échappe pas à la règle. C’est pourquoi j’ai inclus des éléments destinés à stimuler votre réflexion, à reconsidérer des choses que vous croyez vraies, afin de voir si elles le sont toujours. Peut-être, après tout, ne sont-elles qu’à moitié vraies ; et là, c’est pire que si elles étaient fausses. Certains passages de ce livre pourraient tout simplement vous faire sourire, car vous y découvrirez des choses que vous avez toujours connues, mais présentées sous un angle différent. Vous y trouverez encore des problèmes intéressants que vous voudrez résoudre pour votre propre plaisir. Si besoin était de classer ce livre dans une catégorie, il entrerait sans doute dans le genre du journal/carnet de notes. En magie, les contributions à ce genre littéraire ne sont pas légion, mais je n’ai pas l’intention de passer à côté : je citerai par exemple Jacob Daley’s Notebooks, The Fred Braue Notebooks, et Castle Notebooks de Bruce Cervon. Bien sûr, les carnets forment également un genre littéraire. Et mon fantôme en rit encore, de W. Somerset Maugham, fait partie de mes préférés ; le meilleur de tous est probablement Sudelbücher (littéralement « Cahiers d’Aphorismes ») de Georg Christoph Lichtenberg. Dans sa préface, il écrit : « Les marchands ont leur carnet, ou “livre-brouilllard”, où ils inscrivent, au jour le jour, tout ce qu’ils vendent et achètent, le tout pêle-mêle et sans ordre. Ils reportent ensuite ces inscriptions sur le “livre-journal”, qui est tenu d’une

10


A genda Secret manière plus systématique. Enfin, le tout est consigné dans le “grand livre”, en respectant le principe de la partie double, selon la méthode italienne de tenue des comptes. Cette pratique mériterait d’être reprise par les érudits. » En lisant cela, j’ai immédiatement pensé : « Fantastique ! Je veux écrire un livre de ce type pour les magiciens. » Le voici ! Quand j’ai entamé ce travail il y a plusieurs années, il m’a été rappelé une anecdote que Dai Vernon racontait sur lui-même. Alors qu’il était encore enfant, il se lança le défi de réunir une dizaine de tours nécessitant tous un bout de ficelle. Cela lui prit un certain temps… mais il finit par en rassembler plus d’une centaine ! J’ai vécu une expérience similaire lors de mes premières réflexions et collectes d’informations pour ce livre. Je croyais ne jamais pouvoir dénicher 365 sujets intéressants. Pourtant, au bout de quelques mois, j’avais assez de matière pour deux années ou presque ! Ce que vous allez lire renferme selon moi le meilleur de cette compilation. Si je devais résumer ce livre en une phrase, je dirais : c’est le genre de livre que j’aimerais lire moi-même. J’ai bien peur que cette phrase soit devenue un cliché, mais elle est plus signifiante qu’on pourrait le penser. Les centaines d’articles assemblés ici ont été rédigés sur plusieurs années. En relisant la totalité de l’ouvrage, avant son envoi à l’impression, j’ai redécouvert de nombreuses choses que j’avais oubliées depuis que je les avais écrites ! Je les ai trouvées si utiles et pratiques que je les ai réintégrées à mon répertoire (après les avoir utilisées il y a des années puis quelque peu oubliées). Je peux donc le dire sans exagérer : c’est bien un livre que j’aimerais lire moi-même.

Comment lire Agenda secret ? Au final, l’ouvrage s’avère assez conséquent, tant en termes de volume que de portée. Si vous envisagez de le lire d’une traite, cela reviendrait à s’asseoir dans un restaurant gastronomique et à vouloir manger tous les mets en même temps : c’est impossible. En revanche, si vous allez dans ce même restaurant une fois par semaine et que vous y commandez un menu à trois plats, il se pourrait fort bien qu’après une année vous deveniez la personne la plus heureuse sur cette planète. Agenda secret a été conçu dans le but de vous transmettre un article par jour. Je vous recommande sérieusement d’adopter ce régime de lecture. Contentez-vous de lire un article par jour, en prenant votre petit déjeuner à la maison par exemple. (Nous déclinons toute responsabilité envers nos amis qui avalent leur croissant et leur café en voiture et qui lisent Agenda secret en même temps.) Ou bien pendant votre pause déjeuner, si ce n’est (juste) avant de vous endormir. C’est une habitude sympathique à prendre. Si toutefois cela ne vous convenait pas, faites comme bon vous semble. (Là, c’est sûrement mon côté italien qui ressort.)

Quelques réflexions de plus Pour un auteur, l’un des plus grands défis consiste à condenser son savoir dans un domaine hautement complexe en des concepts apparemment simples, afin d’offrir au

11


Roberto Giobbi lecteur intéressé – c’est un pré-requis – une synopsis qui soit agréable à lire. Car s’il est déjà difficile de comprendre une notion, être capable de l’exprimer succinctement, à l’oral ou à l’écrit, est une tout autre paire de manches. C’est tout particulièrement vrai si vous êtes comme moi et que, fasciné par la profondeur et l’étendue d’un sujet, vous avez envie de tout dire ! Ayant assurément fait ma part dans mes autres livres, les Cours de cartomagie moderne et la Trilogie Light, je vais ici tenter autre chose. J’admets n’avoir pas réussi avec chaque entrée, car la complexité de certains sujets aurait exigé un traitement plus long. J’espère toutefois que vous y trouverez votre compte. Ce livre pourrait même vous rendre plus heureux, en vous apportant quotidiennement la satisfaction d’apprendre, d’améliorer ou simplement de vous remémorer un élément de votre vie magique, et ce pour chaque jour de l’année à venir. Le positif attire le positif. Lire une bonne chose par jour non seulement vous procurera cette chose, mais cela développera également votre tendance à accomplir des actions bénéfiques. En vertu d’une sorte d’« effet papillon », cela amènera davantage de bonnes choses pour vous et les personnes de votre entourage. Excellent, n’est-ce pas ? Même si cela n’était pas vrai, vous jouirez de l’avantage incontestable de voir se produire au moins une chose positive ! Max Maven, l’un de mes amis et mentors depuis de nombreuses années, déclara dans un documentaire consacré à Dai Vernon (Spirit of Magic) : « Rien de ce qu’il a fait n’était trivial. » J’ai essayé d’en faire le principe directeur de ce livre et je souhaite y être parvenu. Pour les cas où j’aurais failli, j’en appelle à votre indulgence en espérant être jugé sur ce que j’ai bien fait, et non sur ce qui était hors de ma portée.

À titre personnel En parcourant Agenda secret, vous tomberez sur des articles dont le rapport avec la magie n’est pas immédiatement évident, comme des listes de citations, de livres et de films, des notes sortant du cadre de l’illusionnisme. Certains pourraient y voir du remplissage. Rien n’est plus éloigné de la vérité, car je n’ai pas eu à lutter pour fournir de la matière à ce livre mais plutôt pour en retirer. Une voiture n’est pas seulement un moteur, et la magie ne se réduit pas à des tours et des techniques. Après plus de quarante ans d’expérience en magie, dont vingt-cinq comme professionnel à plein temps, je suis maintenant convaincu que le plus important dans un numéro, c’est la personnalité du magicien. Il n’est certes pas aisé de déterminer précisément les constituants de notre personnalité. En dépit de cette difficulté, j’oserai avancer qu’elle est en lien avec nos croyances, notre savoir, nos paroles et nos actes, ainsi que la manière dont tout cela se manifeste. Cela explique en partie pourquoi j’ai inclus certains éléments : ils sont le fidèle reflet de ma personnalité. Je les ai mentionnés ici dans un but de partage, mais surtout pour inspirer mes lecteurs – tout particulièrement ceux qui sont encore ouverts d’esprit – à trouver d’autres centres d’intérêt que la magie, à voir comment ceux-ci peuvent s’y rapporter, et à prendre conscience de l’importance de vos goûts et penchants existants. Ces caractéristiques font tout autant partie de la personnalité d’un artiste magicien, si ce

12


A genda Secret n’est davantage, que ses tours et ses techniques. Ce sont tout simplement de merveilleuses choses qui élèvent le cœur et l’esprit. Il me faut également aborder la question de l’auto-référence, une pratique que je trouve généralement agaçante dans les travaux publiés par autrui. Je l’ai donc examinée avec soin en rédigeant cet ouvrage. Vous trouverez ici nombre de références aux Cours de cartomagie moderne, que j’ai toutefois limitées au strict nécessaire dans le corps principal du texte. Celles qui apparaissent à cet endroit ont été jugées cruciales pour la bonne compréhension du sujet traité. Toutes les autres références (tant aux Cours de cartomagie moderne qu’aux publications d’autres auteurs) qui ne sont pas de première nécessité, mais qui apportent cependant une contribution importante à des questions annexes dignes d’intérêt, figurent en notes de bas de page, afin que les lecteurs intéressés puissent s’y reporter. Ces notes mentionnent également les sources des descriptions de certaines manipulations qui, d’après moi, sont susceptibles d’être connues par la majorité des lecteurs d’un livre de cette nature ; elles n’ont donc pas besoin d’être explicitées. Elles sont fournies pour guider ceux qui ne seraient pas familiers de ces notions et techniques. Si les références aux Cours de cartomagie moderne sont nombreuses dans ces notes, ce n’est pas parce que j’en suis l’auteur, mais parce qu’ils réunissent en une source unique – et donc pratique – une grande quantité de l’information référencée, et aussi parce qu’ils figurent probablement dans la bibliothèque de mes lecteurs.

Dernier point, mais non des moindres Veuillez accepter mes excuses si je vous semble parfois immodeste en exprimant une pensée ici et là ; cela dit, quand on veut être à la hauteur d’un projet ambitieux et polyvalent comme celui-ci, il faut parfois se voir plus important que ce que l’on est en réalité. Je peux affirmer sincèrement que ce livre contient des articles pour lesquels je n’aurais pas hésité à payer très cher, eussé-je été conscient des énormes services qu’ils me rendraient tôt ou tard. Je vous dirai également, en toute humilité et faits à l’appui, qu’une grande partie du contenu décrit dans Agenda secret m’a demandé des années de réflexion, de recherches, de discussions et de rencontres. Sans exagération aucune, j’ai acheté et lu des milliers de livres, parcouru des centaines de milliers de kilomètres, dépensé de grosses sommes en restauration, hébergement, invitations, conventions et cours de toutes sortes. Pour le prix de deux places de cinéma et d’une pizza, vous recevez l’essentiel du fruit de ce savoir et de cette expérience. J’en retire une certaine fierté… ce qui m’a conduit à faire cette déclaration imprudente, au risque de paraître prétentieux. Ayant parlé de fierté, un sentiment que j’autorise à très faible dose dans ma vie, j’ajouterai que je ne considère pas Agenda secret comme un simple catalogue d’astuces émanant d’un professionnel. C’est davantage une conversation avec vous, mes lecteurs, dont j’espère gagner l’amitié. Vous y découvrirez beaucoup de mes croyances, choix et préférences, ainsi que certaines de mes antipathies. Le livre que vous tenez entre les mains est le plus « personnel » de tous les livres que j’aie jamais publiés.

13


Roberto Giobbi Mon intention n’était pas d’en faire un guide pratique, mais plutôt le miroir de mes convictions humanistes, et sans doute le reflet d’un style de vie typiquement européen centré sur l’art de vivre plutôt que sur la recherche du profit et de la célébrité. Par ce travail, j’espère exprimer l’idée que la quête magique n’est pas une simple occupation, mais un mode de vie, une forme d’expression de la personne en tant que fragment de l’humanité. Je ne veux ni prêcher ni convertir, mais simplement vous communiquer mon enthousiasme pour la magie, et vous encourager à respecter ce qui a été créé avant que vous ne vous y intéressiez, à mesure que vous forgez et affirmez votre propre identité au sein de cet art qui nous est commun. Lorsque vous aurez parcouru ce chemin, n’oubliez pas de partager vos travaux, connaissances et idées avec ceux que vous estimez dignes d’un tel partage. Alors seulement tout ceci deviendra un véritable travail d’amour. Voici ce que j’ai appris de mon principal professeur, Juan Tamariz, qui l’a lui-même appris de son maître José Frakson : ce que nous faisons n’a de valeur que si nos actions sont motivées par la passion, l’amour et le sens du partage. Tout un chacun doit le faire dans les limites que lui a donné la providence, limites qu’il peut ensuite repousser grâce à ses propres efforts. D’ici la fin de l’année, lorsque vous aurez parcouru tous ces présents, peut-être, je l’espère, aurez-vous le sentiment que j’ai atteint mes objectifs, du moins à ma façon. J’ai écrit ce livre avec la plus grande sincérité, en m’imposant à moi-même le plus haut degré d’exigence. Maintenant, je souhaite surtout que vous vous amusiez, et je veux vous exprimer toute ma reconnaissance, vous qui me permettez de cheminer à vos côtés durant toute une année. Amicalement,


Janvier

Janvier 1er janvier

Séparer le jeu à un endroit spécifique Je viens de lire un effet dans lequel le dos de la vingt-quatrième carte à partir du dessus est marqué par un petit point au crayon, ce qui permet de séparer ultérieurement le jeu à cet endroit, et de tendre au spectateur les vingt-trois cartes supérieures. Voici un moyen d’y parvenir avec un jeu non marqué.

Pour commencer, la méthode simple et impromptue

Avant de présenter la routine, placez la carte de garantie, le joker ou n’importe quelle autre carte face en l’air en vingt-quatrième position à partir du dessus. Lorsque vous sortez le jeu, effectuez un faux mélange à la française avec carte en saillie interne pour conserver l’ordre de la moitié supérieure. Ensuite, étalez le jeu en ruban face en bas, et remarquez qu’une carte s’est retournée : apparemment, cela s’est produit au cours du mélange. Si vous avez utilisé la carte de garantie ou le joker, extrayez-la du ruban et débarrassez-vous en. Si vous avez retourné une autre carte, remettez-la face en bas dans le ruban. Dans les deux cas, vous exposez un peu plus le dos d’une carte, à l’endroit même où la carte clé est retirée ou réinsérée. Ainsi, il vous sera facile d’obtenir une brisure pendant que vous rassemblez les cartes pour les mettre faces en bas dans la position de la donne1. 1.  Pour une explication détaillée sur la façon de prendre une brisure au moment de rassembler les cartes étalées en ruban, voir Cours de cartomagie moderne, tome 1, éditions Magix, p. 36.

15


Roberto Giobbi

5 janvier

Changer de jeux Dans le numéro de mai 1969 du magazine Genii, Al Portwood demanda à Dai Vernon comment il s’y prendrait pour justifier explicitement l’utilisation de plusieurs jeux au cours d’un numéro. Réponse de Vernon : « Les quelques méthodes à cette fin sont jalousement gardées… » Puis, il les énuméra : ~~ Commencez avec un jeu au format bridge, puis déclarez : « Peut-être pensezvous que le format réduit de ces cartes m’a facilité les choses. Alors je vais vous montrer qu’on peut aussi le faire avec des grandes cartes. » ~~ Si vous utilisiez un jeu Bicycle, sortez un jeu Bee et dites : « Maintenant, voici les cartes qu’ils utilisent dans la plupart des casinos et cercles de jeux. » ~~ Sortez un jeu pour enfants, dont les cartes sont illustrées par des images ou des animaux, et dites : « L’autre soir, j’ai fait ce tour à un type, et il m’a demandé si j’étais capable de faire la même chose avec le jeu de sa fille. » C’étaient les solutions de Dai Vernon. Voici quelques-unes de mes suggestions : ~~ Nouveau jeu – « Peut-être pensez-vous que ce jeu a été trafiqué ou qu’il fait partie de ces jeux vendus dans les boutiques de magie… Alors laissez-moi utiliser un jeu neuf qui provient directement de l’usine. » Sortez un jeu scellé, de préférence une marque connue du public. Bien que non ouvert, le jeu peut être truqué jusqu’à la garde ! Vous pourriez offrir le jeu dont vous vous serviez jusqu’à présent pour corroborer l’idée qu’il s’agit d’un jeu totalement ordinaire. (Laissez-moi souligner que mes exemples de boniment ne sont rien d’autre que cela : des exemples. Ils servent à mieux illustrer le message que je cherche à transmettre, mais vous êtes priés d’élaborer vos propres formulations.) ~~ Artiste international – « Dans mon métier, j’ai le privilège de voyager à travers le monde. Dans chaque pays, on utilise des jeux différents. En voici une sélection. S’il vous plaît, choisissez-en un qui vous semble intéressant. » Cette approche pourrait justifier le recours à un jeu différent pour chaque tour dans le cadre d’une « séance internationale de cartomagie ». Il apporte également une excellente solution aux problèmes que posent les tours d’épellation initialement conçus pour une autre langue. Vous épelez le nom d’une carte en français, mais vous ne tombez pas sur la bonne. Alors vous réalisez que ce sont des cartes Fournier : « Bien sûr, elles comprennent seulement l’espagnol ! » Épelez le nom de la carte en espagnol, lentement et clairement, afin que les non hispanophones puissent suivre : c’est désormais la carte choisie qui apparaît. C’est une façon de créer une accroche émotionnelle (« hook » en anglais) pour des tours d’épellation potentiellement ennuyeux. Si la carte choisie se trouve initialement sur le dessus du jeu, et qu’elle peut s’épeler dans une langue étrangère avec le même nombre de lettres qu’en français (disons, Das Kreuz As en allemand, et as de trèfle en français), la carte sera automatiquement transférée à la bonne position, sans qu’il soit nécessaire de recourir à la manipulation.

20


Janvier

A genda Secret ~~ Collectionneur de cartes – « J’ai une passion », dites-vous, à moins que vous ne souhaitiez parler de la passion de votre oncle ou d’un ami. « Je collectionne les cartes à jouer. À la maison, j’ai des milliers de jeux appartenant à des époques et à des cultures différentes. En voici un qui est très inhabituel. » Mettez à l’écart le jeu que vous utilisiez (par exemple dans votre poche, où il sera échangé contre un jeu d’apparence similaire, mais classé ou truqué, en vue d’une routine ultérieure) et introduisez un jeu atypique. Si vous jugez le public intelligent et attentif, vous pouvez relater brièvement un fragment de l’histoire des cartes à jouer. Soyez succinct et intéressant. ~~ Cartes publicitaires – Sortez un jeu dont les dos représentent un motif publicitaire, expliquez que vous avez un jour réalisé un tour très spécial pour cette entreprise et montrez celui-ci à votre public. Voici un biais de présentation que vous pourriez envisager : « La semaine dernière, j’ai fait un spectacle pour les dirigeants de Toyota [nom de la société figurant sur les cartes]. Après avoir terminé l’une de mes expériences, le PDG s’est levé et a déclaré : “Nous savons que vous êtes un artiste expert en prestidigitation, alors plutôt que d’utiliser vos propres cartes à jouer, peut-être pourriez-vous faire quelque chose avec les cartes que nous offrons à nos clients ?” Eh bien voici les cartes que me donna ce monsieur, et voici ce que j’ai fait pour eux. » ~~ Cartes de casino – Achetez un jeu d’occasion dans un casino : les cartes ont été perforées ou marquées pour indiquer qu’elles ont été retirées des tables de jeu. Il se peut même que vous trouviez un jeu normal (non perforé) portant le logo du casino. Il est aisé de trouver un boniment en rapport avec le casino. Vous pourriez y avoir travaillé ou bien l’avoir simplement visité. Ces cartes pourraient avoir servi dans un jeu ayant causé la faillite de la maison, etc. ~~ Jeu à index jumbo – « Peut-être que certains d’entre vous ont des difficultés à voir les index de ces cartes ? » Produisez aussitôt un jeu à index jumbo. « C’est pourquoi on a fabriqué des jeux ayant de gros index. Je vais utiliser ces cartes pour ma prochaine expérience. Comme ça, personne ne pourra dire qu’il a eu du mal à voir. » ~~ Un peu d’histoire – Au moment où j’écris ces lignes, la U.S. Playing Card Company a remis sur le marché les anciens modèles de jeux Bicycle sous le nom le « Vintage Series ». Ils sont vendus à l’unité ou en cartouches. Arrangez quelques-uns de ces jeux dans l’ordre chronologique (l’année est indiquée sur l’étui) et montrez comment on présentait la magie en 1890, 1925, 1950… ~~ Jeu incomplet – Signez une carte (ou plusieurs) employée lors d’une routine de carte ambitieuse, de carte au portefeuille, ou autre, et offrez-la à votre assistant. Le jeu étant désormais incomplet, débarrassez-vous en et sortez-en un autre. Ou plutôt, offrez-le en souvenir avec la carte signée. Ensuite, faites mine de vous rappeler qu’il vous reste une expérience à montrer. Prenez alors un autre jeu, car il serait inélégant de demander la restitution de votre cadeau. Mieux encore, sortez deux jeux pour une routine de type « Faites comme moi ».

21


Roberto Giobbi Faites glisser la carte à échanger dans votre direction et, au moment où elle commence à dépasser le bord de la table, laissez-la tomber sur vos genoux. Sans marquer de pause, amenez le pouce droit sur la face de la carte empalmée, et glissez les autres doigts vers l’arrière, jusqu’à ce que leur extrémité touche le dos de la carte près de sa petite tranche intérieure. Retournez immédiatement la main droite paume en l’air, montrant ainsi la face de la carte, que vous jetez aussitôt sur la table. Étudiez bien la gestuelle, en commençant par réaliser le mouvement de façon honnête : retournez face en l’air une carte que vous jetez sur la table. Vous constaterez que la main droite ne dépasse jamais complètement le bord de la table. C’est important, si vous ne voulez pas qu’un observateur attentif remarque le lapping. Assimilez la Gestalt du mouvement vrai et reproduisez-la ensuite à l’identique lors de l’exécution du filage.

10 février

Carte souvenir Voici une idée que m’a confiée mon ami Vanni Bossi, il y a de cela plusieurs années. Les deux photos ci-dessous parlent d’elles-mêmes. Vous sortez une carte pliable en deux, à l’intérieur de laquelle vous insérez une carte à jouer signée – celle-ci ayant joué un rôle dans votre numéro. Deux fentes diagonalement opposées maintiennent la carte bien en place. Au centre est imprimé un court poème relatif à la magie. C’est un très joli souvenir et c’est aussi la manière la plus élégante que je connaisse pour donner une carte de visite.

Traduction : « Les merveilles n’existent pas pour celui qui ne sait pas s’émerveiller. » Insérez les coins de la carte signée à l’intérieur de ces fentes.

Intérieur de la carte souvenir

52


Chose amusante, bien que Vanni Bossi ait eut l’idée de cette carte, il ne l’avait pas concrétisée. Quelques mois après qu’il m’en eût parlé, je lui montrai la carte que j’avais fabriquée, ce qui le motiva à créer la sienne. Quelle belle façon de s’entraider ! Vanni Bossi (1952 – 2008) était l’un des magiciens les plus importants et les plus influents que l’Italie ait jamais connu, ainsi qu’un ami très proche. Il nous manque cruellement.

Extérieur de la carte souvenir

11 février

Annulation croisée Voici probablement la meilleure méthode pour annuler une coupe effectuée sur table à des fins de divertissement magique. Juan Tamariz me l’a montrée à la fin des années soixante-dix, et l’aurait lui-même apprise de Slydini. D’après ce dernier, c’est une technique issue de la boîte à outils des tricheurs. Tenez le jeu face en bas en main gauche dans la position de la donne. De la main droite, prenez-le par les grandes tranches, par au-dessus, et déposez-le sur la table à votre droite en invitant un spectateur à le couper. Celui-ci coupera la portion supérieure, qu’il posera vers vous. Avec la main droite, saisissez le paquet représentant initialement la portion inférieure – toujours par les grandes tranches – et rabattez-le doucement sur la portion coupée, de manière qu’il soit décalé vers l’avant d’environ un centimètre. En biseautant légèrement la portion supérieure vers l’intérieur, le décalage sera un peu mieux camouflé. Regardez une personne située à votre gauche et faites un commentaire quelconque. Au même instant, ramassez le jeu de la main droite, en conservant le décalage, mais en laissant quelques cartes du dessous sur la table, apparemment sans le

53

Fevrier

A genda Secret


Roberto Giobbi En tendant le jeu à votre volontaire, vous avez également la possibilité d’empalmer la sélection (la carte supérieure). Si vous faites un empalmage de la main droite, vous pouvez laisser le spectateur distribuer les cartes sur la paume de votre main gauche ; quand il s’interrompt, posez votre main droite à plat sur la pile distribuée en disant : « Ici ? D’accord. C’est ici que vous avez arrêté la distribution. Quelle était votre carte ? » Éloignez la main droite au moment de poser cette question, et laissez votre assistant retourner lui-même la carte supérieure.

2 mars

La double glissante Voici une levée double infaillible et ne nécessitant pas de préparation secrète. Tenez le jeu face en bas dans la main gauche en position de la donne. Posez l’extrémité de votre index droit sur le dos de la première carte, vers son centre, et appuyez vers l’avant sur quatre à cinq centimètres. Cela décale, en biais vers l’extérieur, les premières cartes du jeu. Placez maintenant l’extrémité de votre index droit sur la petite tranche extérieure de la carte supérieure, près du coin extérieur gauche. Poussez la carte vers l’intérieur jusqu’à ce que le bout de votre index bute contre la carte suivante. Pincez aussitôt ces deux cartes au coin extérieur gauche entre le pouce et l’index droits, puis retournez la double face en l’air, d’avant en arrière. Obtenez une brisure au petit doigt gauche sous la carte double. Pour retourner celle-ci face en bas, vous allez simuler les actions précédentes, bien que la manœuvre diffère sur plusieurs détails : placez l’index droit au centre de la carte face en l’air et faites semblant de la pousser vers l’avant. En réalité, votre pouce droit entre en contact avec la petite tranche intérieure, grâce à la brisure, et pousse la carte double vers l’avant (une idée de Cliff Green ; voir son livre Professional Card Magic, p. 17). Comme précédemment, le pouce et l’index droits pincent la double carte en son coin extérieur gauche, puis la retournent face en bas d’avant en arrière.

68


A genda Secret 3 mars

C’est le troisième jour du troisième mois. Il est donc logique de penser à un tour qui fait usage du chiffre trois. En voici un très simple, sans manipulation, et qui produit pourtant beaucoup d’effet devant un public profane. Effet : un spectateur est prié de distribuer trois piles. Au final, la carte supérieure de chaque pile a la même valeur. De plus, cette coïncidence a fait l’objet d’une prédiction ! Méthode : priez un spectateur de mélanger et de couper le jeu. Reprenez-le, éventaillez-le entre vos mains et, sans montrer les faces au public, placez les quatre trois faces en bas sur la table, en formant une flèche. « Je vais mettre quelques cartes ici sur la table. Elles désigneront le futur protagoniste de cette expérience. » Positionnez les cartes de manière que la flèche pointe clairement dans la direction d’une personne assise à la table. Regardez l’individu en question, ce qui déclenche immanquablement les rires. Demandez à votre « protagoniste » de toucher l’une des quatre cartes. Déposez celle-ci face en bas devant lui. (Les rires contribueront à faire oublier par l’assistance votre choix de certaines cartes ; plus tard, beaucoup de spectateurs croiront que cette carte a été choisie librement dans le jeu.) Expliquez que la carte qu’il a sélectionnée est une prédiction. Ramassez les trois autres, replacez-les sur le jeu et exécutez un faux mélange conservant les trois sur le dessus. Tendez le jeu à une autre personne et demandez-lui de distribuer les cartes l’une après l’autre en une pile face en bas. Les trois premières cartes à être données seront les trois. Laissez votre assistante déposer une ou deux cartes supplémentaires avant de lui expliquer qu’elle peut prendre des cartes dans le milieu du jeu ou même à partir du dessous, et aussi qu’elle peut mélanger les cartes quand bon lui semble. Une fois qu’elle aura distribué une quinzaine de cartes, dites-lui qu’elle peut s’arrêter quand elle le souhaite, puis laisser le paquet restant à l’écart (celui-ci n’étant plus requis pour la suite du tour). Pointez du doigt la carte choisie plus tôt en guise en prédiction, et invitez votre spectatrice à la retourner. « Cette carte nous indiquera le nombre de piles à réaliser avec le paquet que vous avez distribué. » Puisqu’il s’agit d’un trois, elle doit ramasser le paquet sur la table et distribuer ces cartes une nouvelle fois, une par une et de gauche à droite, en trois piles faces en bas. Les trois autres trois étant sur la face de la portion qu’elle tient en main, ceux-ci se retrouveront automatiquement sur chacune des piles. Soulignez le fait que si un neuf avait été sélectionné, elle aurait distribué neuf piles et obtenu par conséquent un brassage des cartes complètement différent. Récapitulez les actions accomplies jusqu’à présent afin d’ouvrir une parenthèse d’oubli. Le public oubliera ainsi les détails précis de la procédure ayant amené les cartes dans cette configuration. Veillez à mettre l’accent sur le point suivant : vos deux assistants ont tout fait eux-mêmes, et leurs actions se sont déroulées hors de votre contrôle. Retournez lentement la carte supérieure de chaque pile : celles-ci sont de même valeur que la carte de prédiction, une coïncidence vraiment stupéfiante !

69

Mars

Une stupéfiante coïncidence


Roberto Giobbi

4 avril

Autocritique Imaginez que dans cinq jours un magicien réputé viendra assister à votre spectacle et en discuter avec vous. Que changeriez-vous maintenant ? Vous serez stupéfait par le résultat si vous acceptez le défi que pose ce petit exercice. Mais tout au long du processus, vous devez croire que cette visite aura réellement lieu.

5 avril

Disproportion Faites une rangée de sept pièces, celles-ci allant de deux euros à un centime. Il est permis d’utiliser quelques pièces identiques, mais vous avez besoin d’autant de pièces de taille différente que possible. Si vous ne vivez pas dans la Zone Euro, substituez-y vos propres dénominations. Dans pratiquement tous les pays, il existe cinq à sept pièces de taille différente. Voici sept pièces suisses :

Demandez à quelqu’un : « Laquelle de ces pièces, lorsqu’on la met sur sa tranche, équivaut à la hauteur de toutes les autres pièces empilées les unes sur les autres ? » Assurez-vous d’être clair mais succinct : illustrez votre demande en plaçant l’une des plus grosses pièces sur sa tranche, puis en mimant le geste d’empiler les autres pièces pour former une pile imaginaire, beaucoup plus haute que ce qu’elle pourrait être en réalité. Vos paroles et vos actions combinées inciteront normalement votre victime à choisir une pièce beaucoup trop grande. Essayez vous-même avant de poursuivre votre lecture. Il est assez stupéfiant de constater qu’il faut choisir la plus petite de ces pièces. L’esprit manque incroyablement de précision lorsqu’il s’agit de comparer des distances horizontales et verticales, et d’autres choses encore, mais c’est une longue histoire. Très longue. Comme me l’a suggéré Ron Wohl, je vous conseille de ranger les pièces nécessaires dans un petit porte-monnaie, de manière à pouvoir en disposer lorsque vous voudrez présenter cette énigme trompeuse. Cela vous évitera d’avoir à rechercher les pièces adéquates ou à les demander. Dans cette bourse, vous pouvez également transporter quelques pièces ou accessoires supplémentaires destinés à d’autres tours ou énigmes, faisant d’elle une « bourse polyvalente à énigmes ».

96


A genda Secret 6 avril

Si Stebbins/Galasso

Des raccourcis ont été suggérés pour arranger un jeu dans l’ordre Si StebbinsGalasso. Tous ceux que je connais nécessitent de séparer d’abord les cartes en quatre familles, puis d’arranger chacune d’elles dans l’ordre numérique requis, ou bien de commencer avec un jeu neuf (ou dans l’ordre du jeu neuf ) et d’utiliser soit une procédure de regroupement, soit deux mélanges faro. À mon avis, il est tout aussi rapide de prendre un jeu mélangé au hasard, de l’étaler en un large ruban sur la table, d’en sortir les cartes l’une après l’autre selon la séquence voulue, et de les déposer en une pile face en l’air. Cela vous permettra non seulement de réviser l’ordre du chapelet – ce qui est particulièrement utile si vous ne l’avez pas utilisé depuis plusieurs semaines –, mais vous en profiterez également pour vous entraîner à repérer une carte rapidement dans un jeu mélangé, une technique importante qui vous sera utile dans maintes circonstances. À propos, au lieu d’avoir une progression des valeurs de 3 dans l’ordre des cartes, ayez recours à une progression de 4. Bien que cela fonctionne de la même façon, cela déroutera tous ceux qui connaissent le plus célèbre des arrangements.

7 avril

Pour remplacer le contrôle à l’enfoncement Le contrôle à l’enfoncement32 est la méthode communément employée pour obtenir une brisure au-dessus ou au-dessous d’une carte insérée dans un jeu. Réalisé correctement, le mouvement en diagonale de la carte est indétectable. Néanmoins, voici un procédé encore plus raffiné, éliminant tout mouvement susceptible d’être remarqué. Le fait qu’il a été conçu par Dai Vernon ne devrait être une surprise pour personne ! Bien qu’il ait été décrit dans La Technique moderne aux cartes (p. 490), je n’ai encore jamais vu personne l’utiliser. Alors que le jeu est tenu en main gauche dans la position de la donne, la main droite insère la carte tout droit par la petite tranche extérieure, dans l’alignement des grandes tranches du jeu. Dès que la carte est partiellement introduite, l’extrémité de l’annulaire droit, qui repose sur la face de la carte, appuie très légèrement vers le haut. 32. Cours de cartomagie moderne, tome 1, p. 71.

97

Avril

Le chapelet le plus populaire de l’Histoire est également le plus ancien (sans tenir compte de l’ordre d’un jeu neuf ). Communément appelé le chapelet Si Stebbins, il fut décrit pour la première fois en 1593 par Horatio Galasso.


Roberto Giobbi Avancez la main gauche et déposez l’as face en l’air sur la table. Replacez les cartes de la main gauche sur le paquet tenu en main droite, ce qui préserve le montage sous le jeu, si arrangement il y a.

4 mai

Production des quatre as Voici une manière élégante et facile de produire les quatre as. Chaque main tient une moitié de jeu par les petites tranches, les as étant respectivement placés sur le dessus et sur la face des deux paquets. Les deux mains exécutent ensemble un glissage latéral, tirant les as inférieurs de côté (rappelant l’action du Ovette-Kelly Master Move). Positionnez le petit doigt de chaque main contre le dos de son as respectif. Redressez le majeur, l’annulaire et le petit doigt des deux mains, et les deux as apparaîtront face en l’air, pincés entre petits doigts (au dos), et majeurs et annulaires (sur leur face).

Lâchez les as et les paquets sur la table. Sans transition, les mains saisissent les as supérieurs, qu’ils retournent simultanément faces en l’air d’un coup sec. Cette production n’est pas seulement jolie à voir, elle s’achève également avec un double claquement sonore. Le son en prime !

5 mai

Une seule ligne Picasso a réalisé toute une collection de dessins tracés d’une seule ligne. Plaçant sa mine sur une feuille de papier, il se mit à dessiner sans jamais lever le crayon. Quelle idée adorable, et quels magnifiques dessins ! Vous trouverez un beau recueil

114


A genda Secret de ces œuvres dans Picasso’s One-Liners (Workman Publishing Company : New York, 1997). Mon préféré est le coq, à la page 48. Y a-t-il un moyen de transposer cette idée à la magie ? Peut-être qu’après avoir montré un échantillon et expliqué l’idée, vous présenterez une petite séquence durant laquelle un seul mouvement des mains est utilisé ? Ou alors, pourquoi ne pas réaliser un tour dont le boniment est composé d’une unique phrase longue ?

Elmsley sur les genoux La dynamique du comptage Elmsley se prête parfaitement au lapping d’une carte. Effectuant le comptage depuis la tenue de la donne37, vous positionnez les mains près du bord de la table. Gardez la main droite immobile tandis que vous déplacez la main gauche un minimum, en diagonale vers l’avant puis inversement. L’application la plus facile est d’avoir quatre cartes faces en bas et de les compter comme quatre dans votre main gauche, exécutant les actions apparentes du comptage Elmsley mais sans exécuter l’échange secret. Commencez par peler la première carte dans votre main gauche ; puis, lorsque cette main revient pour prendre la carte suivante, propulsez la première carte directement sur vos genoux pendant que le pouce gauche pèle et présente la deuxième carte. L’index gauche n’a pas besoin d’éjecter la carte. En effet, la vitesse de la main gauche qui revient en arrière, son arrêt relativement soudain pour prendre la carte suivante et repartir vers l’avant créent une force suffisante pour envoyer la carte à destination. Sans rompre le rythme, poursuivez le comptage en prenant la troisième carte, puis la quatrième. La carte qui était à l’origine sur le dessus du paquet a donc été envoyée sur les genoux. Comme toujours, utilisez le regard comme détournement d’attention supplémentaire, regardant les cartes lorsque vous comptez « un », levant la tête pour regarder le public quand vous comptez « deux », puis baissant de nouveau les yeux pour la fin du comptage. Il est presque aussi facile de faire tomber la deuxième ou la troisième carte du paquet durant le comptage. Il vous suffit d’utiliser le pouce gauche pour « envoyer » la carte voulue dans le giron, un instant avant de peler la carte suivante et d’avancer à nouveau la main gauche. Lors d’un comptage Elmsley régulier de quatre cartes, vous pouvez également faire tomber l’avant-dernière carte au giron au moment où vous prenez la quatrième. Vous combinez ainsi le lapping d’une carte avec la dissimulation de celle qui se trouvait à l’origine en troisième position à partir du dessus.

37. Voir Cours de cartomagie moderne, tome 1, p. 308.

115

Mai

6 mai


Roberto Giobbi

2 juin

Transformation Voici un embellissement de la technique ATFUS d’Edward Marlo, combinée à un effet visuel attrayant au cours duquel les quatre as se transforment en quinte flush royale. La séquence, efficace et très propre, conviendrait parfaitement à une diffusion télévisée. Préparation : placez le montage suivant sur la face du jeu : roi, dame, valet et dix de pique, suivis par deux jokers identiques. C’est donc le roi de pique qui est visible sur le jeu face en l’air. Procédure : faites défiler les cartes faces vers vous, disant que vous cherchez les as. Posez chacun d’eux sur la face du jeu à mesure que vous les localisez. L’as de pique doit être placé sur le roi de pique. Lorsque c’est fait, étalez brièvement les cartes vers vous, comme pour vous assurer que vous avez rassemblé tous les as. En refermant l’étalement, obtenez une brisure au petit doigt gauche sous huit cartes (les as et les quatre cartes complétant la quinte flush royale). Saisissez ce paquet par les petites tranches, en couvrant avec les doigts la petite tranche extérieure pour cacher son épaisseur, et en exposant le plus possible l’as qui se trouve sur la face du paquet ; simultanément, désignez le joker sur la face du jeu. Prenez une brisure sous le joker avec la pulpe du petit doigt gauche, sans flasher le second joker qui se trouve dessous. Le meilleur moyen d’y parvenir est d’utiliser un comptage au petit doigt (pinky count) ou bien la méthode à une main d’Harvey Rosenthal pour assurer une brisure : le pouce gauche appuie fermement sur la face du joker, légèrement vers l’avant et la gauche, tandis que l’index gauche, qui est en contact avec la petite tranche extérieure, sert de butée pour empêcher le joker de se décaler. Cela a pour effet de bomber légèrement cette carte et de former une boucle au coin intérieur droit, donc une brisure pour le petit doigt. Avec le pouce gauche, tirez trois as sur le jeu, l’un après l’autre. Toutefois, tout en pelant le premier as, volez un joker sous les cartes tenues en main droite et gardez une petite brisure en V au-dessus de lui. Les tranches gauches des cartes composant ce paquet doivent être parfaitement alignées, aucune séparation n’étant visible. Faites mine de reprendre les trois as pelés sous le dernier as de la main droite, mais relâchez en réalité sur la face du jeu le joker se trouvant sous le paquet ; celui-ci vient donc couvrir les trois as. Cette action donne l’impression que vous avez pris les quatre as dans votre main droite, alors qu’en fait vous avez les cinq cartes de la quinte flush royale, avec l’as de pique en vue sur la face du paquet. Vous pouvez montrer instantanément que les as se sont transformés en quinte flush royale ou bien retarder cette révélation, selon la présentation souhaitée.

134


A genda Secret 3 juin

Porte de sortie Envisagez le pire : vous retournez une carte… mais ce n’est pas celle qui a été choisie, et vous êtes maintenant désespérément perdu.

Vous pouvez toutefois aller un peu plus loin, et faire comme si cette carte était désormais la carte choisie pour le tour : « Cette carte est maintenant très spéciale, comme vous pouvez le constater ; et justement, elle fera des choses très spéciales. » C’est une bonne façon d’introduire une routine de carte ambitieuse avec cette carte « signée ». Durant ce tour, vous aurez plusieurs fois l’occasion de localiser et de contrôler la vraie sélection. Pour conclure, la carte devient si ambitieuse qu’elle veut retrouver son identité : ainsi, vous transformez la carte « signée » en celle qui avait été choisie au départ. Si vous ne trouvez pas ceci trop déroutant, retrouvez enfin la carte « signée » dans votre portefeuille ou dans l’étui. Offrez les deux cartes en souvenir à votre assistant ou, mieux encore, offrez-lui le jeu entier44.

4 juin

Avantage au tirage Cette astuce me fut montrée par Ron Wohl lors du rassemblement annuel 31 Faces North qui s’est déroulé à Toronto en août 2007. Si vous participez à un salon professionnel dans lequel est organisé un tirage au sort avec récompense (les visiteurs étant conviés à laisser leur carte de visite dans une urne), cornez votre carte avec la technique dite de « Mexican Joe » (cf. figure) avant de la jeter dans l’urne. Ce type de cornage empêchera votre carte de visite de coller aux autres, améliorant ainsi les chances qu’elle soit choisie, si le tirage au sort est réalisé à la main45.

44. Pour éviter tout simplement que de telles situations se produisent, voir Cours de cartomagie moderne, « Comment se rattraper en cas d’erreur et faire face aux perturbateurs », tome 1, p. 464. 45. Pour des applications astucieuses du cornage « Mexican Joe » à un jeu entier, voir Dai Vernon’s More Inner Secrets of Card Magic, de Lewis Ganson, p. 60.

135

Juin

Cela ne se produira pas souvent (espérons-le), mais cela arrivera un jour ou l’autre. Le cas échéant, ne vous minez pas avec ça… Ce n’est qu’un tour de cartes ! Demandez alors au spectateur quelle était sa sélection. Sortez aussitôt un feutre marqueur, inscrivez en gros le nom de celle-ci sur la face de la mauvaise carte (cf. 10, 11, 12 et 13 mars), et offrez-la à cette personne. Avec un peu de chance, il trouvera cela amusant.


Roberto Giobbi Dès que vous avez sorti les mains de vos poches, approchez-les de nouveau l’une de l’autre pour mettre le jeu B dans la main gauche en position de la donne. Cette position évoque la situation précédente, avant que vous ne glissiez les mains dans les poches. Soit vous sortez directement le jeu de son étui et vous enchaînez, soit vous le confiez à un spectateur qui vous le restituera plus tard. Ce change est réalisable avec deux jeux hors de leur étui. Rappelez-vous : la simplicité est le privilège des maîtres.

26 juillet

Faites comme moi – Version avec un seul jeu Ce tour fait usage d’un jeu marqué, mais sa construction trompera même les cartomanes les plus chevronnés. Priez un spectateur de mélanger le jeu et de le couper en deux portions à peu près égales. Dites-lui de prendre celle qu’il veut et de vous confier l’autre. Ensuite, étalez chacun votre moitié en ruban sur la table. Poussez chacun une carte hors de votre ruban respectif, notez-la discrètement puis inscrivez son nom sur un petit papier. Les deux papiers sont ensuite pliés et mis de côté. Grâce aux marquages figurant sur le dos des cartes, vous connaîtrez celle de votre assistant. Mémorisez-la, oubliez la vôtre – c’est facile – et inscrivez sur votre petit papier le nom de n’importe quelle carte. Si vous écrivez le nom d’une carte présente dans votre ruban, il n’est pas impossible qu’elle soit choisie plus tard. C’est une issue souhaitable (cf. plus loin). Replacez chacun votre carte dans votre propre moitié de jeu, que vous mélangez et coupez. À présent, échangez votre moitié. Expliquez que chacun de vous prendra maintenant une autre carte, et que vous n’effectuerez pas ce choix en tenant compte des faces, mais de votre intuition. Pour illustrer votre propos, étalez brièvement entre vos mains la portion que le spectateur vous a donnée, faces vers vous. Localisez rapidement sa carte et gardez une brisure sous elle en refermant l’éventail. Retournez le paquet face en bas tout en conservant la brisure. Désormais, chacun de vous sélectionne une carte et la pose face en bas sur la table : bien sûr, vous prenez celle qui se trouve sous votre brisure (la sélection de votre partenaire), et il en prend une au hasard. Encore une fois, vous connaîtrez son identité grâce au marquage dès qu’il l’aura placée sur la table. Ramassez votre petit papier, dépliez-le et faites semblant de lire ce qui est écrit dessus, mais annoncez en réalité (comme étant votre précédente sélection) le nom de la carte qui est actuellement posée devant votre volontaire. Celui-ci déplie son papier et lit à voix haute le nom de la carte qui se trouve devant vous.

176


A genda Secret Vous retournez tous les deux votre carte face en l’air. Aussi incroyable que cela puisse paraître, chacun de vous a réussi, grâce à une intuition magique, à localiser la carte de l’autre. Plus vous présenterez cette routine, plus il arrivera que votre assistant choisisse la carte mentionnée sur votre petit papier. Lorsque cela se produit, exploitez au mieux le « miracle ». Pour expliquer l’aptitude de votre partenaire, vous pourriez lui transmettre votre pouvoir en mettant votre index en contact avec le sien, à la Michel-Ange dans La Création d’Adam. Cette mise en scène ou une présentation analogue est nécessaire pour assurer une continuité dramatique et donner une raison d’être à l’effet.

27 juillet

Rotation asymétrique

Vous avez besoin de l’assistance de trois spectateurs : S1, S2 et S3. Tendez le jeu à S1 et priez-le d’effectuer un « petit mélange », suivi d’une coupe. Mimez le geste du mélange à la française, minimisant ainsi le risque – déjà faible – qu’il exécute un mélange à l’effeuillage maladroit retournant le dos des cartes. (Si cela devait arriver, ne désespérez pas et enchaînez simplement sur un autre tour. Si vous lisez cet Agenda Secret, vous avez l’embarras du choix.) Dites à S1 d’éventailler les cartes entre ses mains pour faire choisir une carte à S2, qui doit la garder en mémoire. Priez maintenant S1 de confier le jeu à S3, qui devrait être positionné face à lui. Cela inverse automatiquement la tranche intérieure et la tranche extérieure du jeu pour S3. Demandez à S3 d’effectuer un autre mélange en main, suivi d’une coupe. Dites-lui ensuite d’éventailler les cartes en mains afin que S2 remette sa sélection dans le jeu. Pour finir, chacun de vos trois partenaires exécute un rapide mélange à la française et coupe le jeu. Grâce à ce procédé, la carte choisie a été remise « à l’envers » et peut être aisément localisée. Faites l’essai et soyez vous-même surpris !

28 juillet

Le complice malgré lui Voici une autre méthode extrêmement satisfaisante pour remettre une carte « à l’envers » dans un jeu asymétrique. Là encore, vous ne touchez pas au jeu durant la procédure de sélection et le replacement de la carte.

177

Juillet

Si vous vous retrouvez un jour avec un jeu dont les dos sont asymétriques, voici une méthode astucieuse et quasiment infaillible pour faire remettre une carte choisie « à l’envers » – et cela même sans que vous touchiez au jeu.


Roberto Giobbi

29 août

Programme à la carte L’article d’aujourd’hui s’inspire d’une idée que je tiens de mon grand ami Camilo Vazquez, et qui est attribuée à Fred Kaps. Prenant huit cartes dans un paquet de cartes à doubles faces blanches, vous présentez « Blanc-seing » de Takagi76, mais au lieu de reproduire une signature, vous « imprimez » magiquement une image différente – cartes, pièces, dés à jouer, etc. – sur chaque carte. Quelqu’un choisit ensuite une image (disons les pièces), qui déterminera le tour que vous allez montrer (en l’occurrence un tour de pièces). Vous faites ensuite choisir une autre image, puis une autre, ce qui vous permet de créer un spectacle à la carte. Dessinez une baguette magique sur l’une des cartes : c’est avec cette carte que vous « imprimerez » les autres. Les images qui apparaissent peuvent être un jeu de cartes (donnant lieu à un tour de cartes), des pièces (tour de pièces), des lignes ondulées (effet de mentalisme ou de magie mentale), un petit lapin ou un chapeau haut de forme (« lapins de Tamariz »), des balles (routine de balles-éponge ou la « Three Ball Transposition »), des dés à jouer (« Climax for a Dice Routine » de Dai Vernon), etc. Utilisez un jeu comprenant une vingtaine de cartes à doubles faces blanches. Sur les sept premières, dessinez sept images de vos accessoires (les faces dessinées seront orientées vers le bas). Placez par-dessus une carte à double face blanche. Étalez les cartes (montage dessus, recouvert par une carte blanche) entre vos mains pour faire constater qu’elles sont toutes blanches. Retournez le jeu et, utilisant une gestuelle en apparence similaire à la précédente, montrez que les autres faces sont blanches, elles aussi ; toutefois, lorsque vous atteignez le tiers inférieur du jeu, poussez vers la droite toutes les cartes situées au-dessus de la carte à double face blanche, et présentez pour finir les deux faces blanches de cette dernière carte. Vous pouvez recourir à toutes les techniques que vous connaissez pour convaincre le public que le jeu est entièrement blanc (les routines de type « Rien que des tarots » constituent une bonne source de techniques), mais n’en faites pas trop. Le simple fait de tendre quelques cartes aux spectateurs et d’exposer négligemment le reste des deux côtés pourrait s’avérer plus trompeur que nombre de techniques tape-à-l’œil. Égalisez le jeu, retournez-le à nouveau et distribuez les huit premières cartes sur la table, « flashant » les deux faces blanches de la première carte. Vous pouvez utiliser la procédure de Takagi (ou une autre que vous préférez) pour donner l’illusion que les huit cartes sont blanches pendant que vous les distribuez, dessins orientés vers le bas, en deux rangées sur la table. Quel que soit le procédé mis en œuvre, prenez la carte à double face blanche et dessinez une baguette magique sur l’une de ses faces. Tapotez chacune des sept autres cartes avec la carte « baguette magique » et révélez l’apparition des dessins. Dites ensuite : « Choisissez n’importe quel dessin, et je vous 76. Voir l’ouvrage sur Shigeo Takagi écrit par Richard Kaufman, Détour Zen, p. 41 (C.C. Éditions, 2013).

204


A genda Secret présenterai une illusion avec l’objet qui est représenté. » C’est une façon remarquable d’introduire un numéro de close-up. À la fin, vous pourriez offrir la carte « baguette magique » à l’une des personnes qui vous a assisté : « Pour mettre de la magie dans votre vie. » (Certains d’entre vous ne résisteront pas à la tentation de coller une étiquette avec leurs coordonnées au dos de la carte.) Pour être sûr de terminer sur une note particulièrement éclatante, gardez un tour « bonus » en réserve pour clore votre spectacle à la carte. Mettez simplement la carte « baguette magique » en contact avec votre poche ou un sac contenant l’accessoire nécessaire à ce dernier tour, et sortez-le : « Et maintenant le finale… »

30 août

Placement d’une carte clé ii Voici une procédure d’apparence extrêmement honnête qui vous permettra malgré tout de placer une carte clé à côté d’une carte choisie.

Faites tomber ostensiblement les cartes en cascade sur la table et priez une spectatrice de dire stop quand elle le souhaite. Vous pourriez d’abord laisser tomber en cascade la totalité du jeu sur la table, puis réitérer la procédure pour faire choisir la carte. Ainsi, vous serez assuré que la spectatrice comprendra ce que vous attendez d’elle, et qu’elle vous arrêtera quelque part vers le milieu du jeu. « Veuillez prendre la carte sur laquelle vous m’avez arrêté. » Tout en parlant, transférez le paquet restant en main droite dans la main gauche en position de la donne (l’action en transit), et servez-vous de la main droite libérée pour pointer du doigt la carte supérieure de la pile qui est sur table (l’action principale). Pendant que votre assistante se saisit de la carte, la regarde et la montre au groupe, utilisez la main droite pour ramasser la portion qui est sur table et déposez-la sur celle que vous tenez en main gauche. Toutefois, conservez une brisure entre ces deux paquets. La carte située sous la brisure est votre carte clé. En gérant ainsi la procédure de sélection, avec une action en transit et une action principale, vous amenez imperceptiblement la carte clé à la position voulue. Tournez-vous de nouveau face à votre volontaire et lâchez les cartes en cascade sur la table, jusqu’à la brisure. « Et veuillez remettre votre carte… » Elle lâchera sa carte sur la pile (et donc sur votre carte clé). Lâchez aussitôt en cascade les cartes restantes sur la pile, tout en continuant votre phrase : « … quelque part dans le jeu, où nous allons la perdre. » Ne prononcez pas

77. Voir « La carte à l’œil à l’effeuillage pour identifier la carte supérieure du jeu » dans le Cours de cartomagie moderne, tome 1, p. 354.

205

Aout

Demandez à quelqu’un de mélanger et de couper le jeu. Lorsqu’il aura terminé, effeuillez délicatement le jeu et faites une carte à l’œil de la carte supérieure77.


Roberto Giobbi

4 septembre Cercles relatifs

Voici une curiosité fascinante pouvant être présentée à n’importe quelle occasion (conférence, atelier ou spectacle). C’est l’une de ces rares choses qui soit facile à faire, qui fasse participer l’ensemble du public et déclenche immédiatement un éclair de compréhension (du moins pour la plupart des gens). Tenez la main droite au-dessus de votre tête et tendez l’index vers le haut. Commencez à bouger le bras pour décrire un cercle horizontal dans le sens des aiguilles d’une montre. Pliez/abaissez ensuite lentement votre bras, mais gardez l’index pointé vers le haut, continuant à « tracer » le cercle dans la même direction et sur un plan horizontal. Lorsque l’index arrive environ à hauteur de votre poitrine, regardez votre index. Il tourne maintenant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, bien que son mouvement n’ait jamais changé de direction ! Si le professeur Einstein avait assisté à cette démonstration, il s’en serait probablement servi pour montrer que les perceptions sont relatives au point de vue de l’observateur. C’est une belle analogie que l’on peut exploiter dans diverses situations. Je laisse à votre imagination le soin de les découvrir. (Cet artifice me fut montré par Madeleine Solomon lors de ma visite à Chicago en mars 2009.)

5 septembre

Tout portefeuille est un portefeuille Himber ! J’ai découvert l’idée de base exposée ci-dessous dans une publication de Marvillo (nom de scène du magicien allemand Arnold Liebertz, 1927-1989) datant de 1962, intitulée « How Do You Do It Yourself ? Magic for you »79. Je n’ai jamais vu quiconque l’utiliser et je serais prêt à parier une somme assez importante que vous en entendez parler pour la première fois. Prenez deux cartes postales identiques et collez-les dos à dos, en inversant toutefois l’orientation des images (le haut de l’une est collé contre le bas de l’autre). Vous obtenez ainsi une carte postale double face. Alternativement, vous pourriez les coller image contre image si vous voulez exposer le côté adresse. Si vous optez pour cette version, écrivez d’abord des messages identiques ainsi que votre adresse sur les deux cartes, collez le même timbre et envoyez-les séparément le même jour par la poste. Quand vous les recevrez, collez-les image contre image. Mettez la carte postale ainsi préparée dans votre portefeuille (mais pas dans un compartiment fermé), et placez sous elle tout autre objet plat que vous voulez échanger secrètement (une carte à jouer, une petite enveloppe, etc.).

79. Voir le « Simplex envelope switch », p. 8.

210


A genda Secret Durant la présentation du tour, déposez un objet équivalent (celui qui doit être échangé) sur la carte postale et refermez le portefeuille. Dans le geste de poser le portefeuille sur la table, retournez-le dans le sens de la longueur. Lorsque vous l’ouvrirez à nouveau, le public verra exactement la même carte postale, orientée de la même façon, ainsi qu’un objet qu’il croira être celui déposé précédemment (l’objet ayant été substitué est caché sous la carte postale). Il n’est même pas nécessaire de retourner le portefeuille. Si la fermeture et la réouverture sont décalées dans le temps et séparées par une parenthèse d’oubli, l’effet sera suffisamment trompeur. Dans ce cas, en revanche, vous devrez coller les cartes postales sans les inverser (le haut de l’une contre le haut de l’autre). Voici une mise en scène qui m’amuse. Montrez une carte postale représentant Saint Antoine de Padoue et expliquez qu’il vous aidera à retrouver la carte choisie (il est le saint patron des objets perdus, entre autres). Mettez une carte blanche dans une enveloppe et déposez-la sur la carte postale dans votre portefeuille. Parlez encore un peu de saint Antoine (parenthèse d’oubli), puis ouvrez à nouveau le portefeuille, exposant l’autre côté de la carte postale. Vous venez de vous rendre compte, dites-vous, que vous avez oublié de libeller l’enveloppe. Confiez cette tâche à quelqu’un, ce qui remplit la même fonction qu’une signature, mais en plus subtil. Ensuite, fermez délicatement le portefeuille, puis rouvrez-le de la même manière, sans le retourner, et sortez la carte de l’enveloppe libellée : celle-ci s’est transformée en la sélection du spectateur (en réalité un duplicata), elle s’est « convertie » grâce à votre foi inébranlable. L’utilisation d’un portefeuille est parfaitement compatible avec cette présentation, les saints et leur autorité (l’Église) ayant l’habitude de faire la quête pendant la messe.

6 septembre

Démonstration de comptage de cartes Placez un montage mémorisé sous le jeu, disons les dix premières cartes de Mnemonica, le chapelet de Juan Tamariz, ou de n’importe quel autre chapelet (excepté le système Stebbins-Galasso, dont la progression arithmétique peut être détectée par des spectateurs astucieux.) Exécutez un mélange à l’effeuillage suivi d’une coupe, en conservant le montage du dessous. Confiez enfin le jeu à un spectateur et demandez-lui d’effectuer une coupe complète.

211

Septembre

Fermez le portefeuille et profitez-en pour le retourner.


Roberto Giobbi en toute bonne foi : « Personne. » Prononcez alors votre verdict : « Vous voyez, personne est plus lent que vous ! »

2 octobre

Prédiction paradoxale Mon ami le sublime mentaliste Max Maven a imaginé cette présentation amusante, que j’aime beaucoup. Elle est inspirée d’une idée de Martin Gardner appelée « Appolinax Prediction », et c’est avec l’aimable permission de Max que je la partage ici avec vous. Procurez-vous deux morceaux de papier, un stylo et (c’est facultatif ) une horloge ou une montre avec fonction réveil. Écrivez sur l’un des morceaux : « Vous écrirez “non”. » Juste en dessous, notez l’heure avec deux ou trois minutes d’avance (par exemple, s’il est 12h05, écrivez 12h08). Pliez le papier sans révéler ce que vous y avez inscrit, et déposez-le dans un verre ou tout autre endroit sûr, visible de tous. Expliquez que votre petite note porte sur un événement futur. Réglez l’alarme sur 12:08, « Pour que ne pas rater cet instant », dites-vous. Tendez le morceau de papier vierge et le stylo à quelqu’un. Dans un moment, expliquez-vous, il devra écrire oui ou non, pour indiquer s’il pense que votre prédiction sera correcte ou non. Insistez bien sur ce point : s’il pense que la prédiction sera correcte, il doit écrire oui – ce qui signifiera Oui, la prédiction est correcte ; s’il pense que votre prédiction sera incorrecte, il doit écrire non – ce qui voudra dire Non, la prédiction est incorrecte. Proposez-lui ensuite le marché suivant : s’il se trompe, il vous devra un centime ; mais si c’est vous qui vous trompez, il recevra de votre part un billet de cent euros. Précisez qu’il devra noter son choix à l’instant même où l’alarme se déclenche. Cela crée du suspense… Dès que l’alarme retentit, il s’exécute. Invitez-le ensuite à déplier votre prédiction et à lire le message qu’elle contient à voix haute. S’il a écrit non (parce qu’il croyait que votre prédiction serait fausse), il se trompe puisque vous aviez effectivement prédit qu’il écrirait non. Vous gagnez donc. S’il a écrit oui (parce qu’il croyait que votre prédiction serait juste), il se trompe, puisque votre prédiction est incorrecte.  Vous gagnez aussi ! N’oubliez pas de réclamer votre centime, histoire de terminer sur une note joyeuse. Offrez à votre victime le papier de votre prédiction, afin qu’il puisse duper ses amis à son tour. Cette prédiction peut bien entendu déboucher sur la présentation d’une routine plus sérieuse.

228


A genda Secret 3 octobre

Transposition et disparition de deux pièces Cette routine me fut montrée par mon ami Tony Cachadiña, en novembre 1998, alors que je passais un séjour chez lui à Barcelone. Pour en comprendre le déroulement, vous devez être familier de ce classique de la magie des pièces, « Les pennies de Tenkai ». Si vous ne le connaissez pas, reportez-vous au Traité de prestidigitation des pièces de monnaie de J. B. Bobo (éditions Slatkine, p. 523). Montrant une pièce sur la paume de chaque main, dites à une spectatrice qu’elle devra deviner, dans quelques instants, si les pièces sont orientées côté pile ou côté face. Placez vos mains brièvement derrière votre dos, apparemment pour les disposer d’une certaine manière, mais ne faites rien (fermez-les en poings, c’est tout). Ramenez les mains en face de vous et attendez la réponse de votre assistante. Quelle qu’elle soit, dites qu’une pièce est exposée côté pile, et l’autre côté face. Exécutez la manipulation décrite dans « les pennies de Tenkai », montrant apparemment une pièce dans chaque main, l’une pile, l’autre face. Cette séquence a pour but de créer un « geste de conditionnement », car elle simule les actions qui auront lieu prochainement. Refermez les mains et gardez-les séparées. « Pile et face sont comme le pôle plus et le pôle moins. Ils s’attirent l’un et l’autre. » Suivez du regard le voyage invisible de la pièce de la main gauche à la main droite. Montrez ensuite votre main gauche vide, et les deux pièces réunies dans votre main droite.

Fermez les deux mains et tenez-les séparées. Révélez que les pièces ne voyagent pas dans les airs ; servez-vous de la main droite, index tendu, pour indiquer qu’elles remontent en réalité par la manche gauche, traversent la poitrine et redescendent par la manche droite. Au cours de ce trajet mimé, lâchez secrètement la pièce (que vous aviez presque entièrement glissée hors du poing, et coincée entre le talon de la main et le bout des doigts) dans la poche de poitrine de votre chemise ou de votre veste. Séparez à nouveau les poings, positionnés dans le même espace qu’avant, lorsque vous aviez montré les pièces. Cela ravive l’image des deux mains tenant chacune une pièce. Confortez cette image en prononçant les mêmes mots que

229

Octobre

Proposez de réitérer l’expérience. Prenez une pièce dans chaque main, placezles derrière votre dos et lâchez secrètement la pièce de la main droite dans la poche arrière de votre pantalon. Ramenez une nouvelle fois les mains fermées devant vous et priez votre assistante de deviner si les pièces sont pile ou face. Quelle que soit la combinaison donnée par cette dernière, exécutez une nouvelle fois la technique décrite dans la routine de Tenkai pour montrer une pièce dans chaque main (l’une étant côté pile et l’autre, côté face). En réalité, comme précédemment, vous exposez deux fois la même pièce. Celle-ci peut être montrée très librement dans votre main droite, renforçant ainsi l’idée que l’autre pièce est bien en main gauche.


Roberto Giobbi Demandez à votre assistant de montrer sa sélection à tout le monde, le « dix » que vous avez forcé (nous l’espérons !) Prenez cette carte et insérez-la face en l’air vers le milieu du jeu face en bas. Claquez des doigts ou exécutez toute autre passe magique, puis étalez lentement le jeu en ruban sur la table : dix cartes, ni plus ni moins, se sont retournées faces en l’air dans le reste du jeu face en bas.

8 Novembre

Carte à l’enveloppe et au portefeuille J’aimerais vous soumettre le problème suivant. À chaque fois que j’ai vu présenter le tour de la carte signée (ou non signée) dans l’enveloppe – souvent extraite du compartiment fermé d’un portefeuille –, le magicien ouvrait l’enveloppe scellée (c’est un point excellent, car même les spectateurs éloignés constatent que l’enveloppe est fermée) pour en sortir une carte à jouer. Mais que vous attendriez-vous à trouver dans une enveloppe ? Oui, une lettre, et non une carte à jouer ! Ainsi, lorsque votre assistant ouvre l’enveloppe, pourquoi ne pas lui en faire sortir d’abord une lettre, une facture, un testament – quelque chose qui soit cohérent avec votre mise en scène. Demandez-lui de lire ce papier, qui lui apprendra la présence d’une carte à jouer dans l’enveloppe, qu’il découvrira en regardant de nouveau à l’intérieur. Je vous invite à réfléchir sur les points suivants : comment éviter que le spectateur voie la carte en sortant la lettre de l’enveloppe ? Ou bien est-il possible de charger la carte après coup ? Plutôt qu’une carte à jouer, pourrait-on utiliser un autre objet tel qu’une carte de crédit, un billet, une bague – ou plusieurs à la fois ? Et si l’objet était enfermé dans une seconde enveloppe scellée, plus petite ?

9 Novembre

Comment restreindre le choix d’un nombre ? Il est parfois nécessaire de demander à quelqu’un de citer un nombre, tout en limitant subtilement son choix ; un nombre inférieur ou égal à 12 par exemple. C’est le cas de nombreux tours mathématiques. Voici quelques moyens de limiter ce choix sans que cette restriction paraisse manifeste. ~~ Tendez à votre assistante deux dés à jouer réels ou imaginaires. Demandez-lui de lancer les dés et d’additionner les points obtenus. La fourchette est ainsi comprise entre deux et douze. ~~ Distribuez à votre spectateur une main de blackjack, avec des cartes réelles ou imaginaires, et priez-le de vous indiquer combien de points totalisent ses

258


A genda Secret cartes. Cela limite les possibilités à une fourchette comprise entre quinze et vingt-cinq, selon la main qu’il joue. ~~ Demandez que l’on vous cite un mois de l’année, et utilisez son équivalent numérique, de un (janvier) à douze (décembre). Ou alors, réclamez un jour dans le mois, ce qui limite l’éventail entre un et trente et un. ~~ Demandez à une spectatrice quel est son signe astrologique, et utilisez son équivalent numérique, ce qui limite également les choix entre un et douze. ~~ Les enfants germanophones pratiquent un jeu au cours duquel chaque enfant montre un certain nombre de doigts à l’énoncé de la formule « Eins, zwei, stei ! » Cela limite les possibilités entre zéro et cinq lorsqu’une main est utilisée (ce qui est généralement le cas), ou entre zéro et dix si les deux mains sont autorisées. Ce jeu est relativement peu connu, me semble-t-il, dans les pays anglophones et francophones, mais l’idée de lever les doigts reste exploitable, avec ou sans référence à cette récréation enfantine.

10 Novembre

Une subtilité d’Ascanio pour le comptage boucle Admettons que vous souhaitiez compter ou simplement étaler cinq cartes comme quatre, de la main gauche à la main droite. Les cartes sont étalées entre vos mains et maintenues brièvement dans cette position avant d’être égalisées à nouveau. La manipulation d’Ascanio est identique au comptage boucle habituel, à la fois techniquement et visuellement, jusqu’au moment où la main gauche effectue la boucle proprement dite96. Immédiatement après la boucle, positionnez le bout du pouce gauche près du milieu du bord gauche de la double carte. Le pouce décale légèrement la double carte vers la droite, tandis que vous étalez un peu plus largement les cartes entre vos mains. Montrez l’étalement ainsi « allongé » pendant un instant, puis égalisez de nouveau les cartes dans votre main gauche.

Novembre

L’ensemble de la manœuvre donne un peu l’impression que l’on tend un élastique avant de le détendre. Les cartes semblent glisser les unes sur les autres, ce qui rend apparemment impossible la dissimulation d’une carte supplémentaire. 96. La technique de base de la boucle est décrite dans le Cours de cartomagie moderne, tome 1, p. 216 ; le comptage boucle est expliqué dans ce même tome, p. 315.

259


Roberto Giobbi auparavant, lors d’un événement organisé par une société. Si je précise qu’il s’agissait d’une prestation de longue date, c’est pour illustrer à quel point l’expérience magique vécue par certains spectateurs peut laisser une impression durable. M. Wetzel m’a écrit le message suivant : « Votre magie, eh bien c’était comme replonger dans le monde merveilleux de mon enfance. Votre gentil message me l’a bien fait comprendre. Être enchanté, ne serait-ce qu’un instant, enrichit notre conscience de la vie. » Cela fait un moment que je garde une copie de cette lettre sur moi, et je la lis avant de commencer un spectacle. Ainsi, les choses paraissent moins ordinaires ; cela montre également l’importance que revêtent nos actions et la manière dont nous les accomplissons, pour les autres comme pour nous-mêmes.

26 décembre

Tours de cartes : les classiques à ne pas oublier Vous trouverez ci-dessous une liste subjective et incomplète de tours de cartes qui, lorsqu’ils sont réalisés avec savoir-faire et dans les conditions adéquates, produiront un fort impact sur le public. Voici, en ordre alphabétique : ~~ « 1002nd Aces », de Alex Elmsley, dans Collected Works of Alex Elmsley de Stephen Minch, Vol. 1, p. 118 et 246. ~~ « Business Card Prophecy », dans Effective Card Magic de Bill Simon, p. 32. ~~ « Dave’s Delight » et « Surprise Package », dans Super Subtle Card Miracles de Frank Garcia, p. 31 et 182. ~~ « I’ve Got a Surprise for You », de Eddie Fechter, dans Magician Nightly de Jerry Mentzer, p. 1. ~~ « Itinerant Pasteboards », de Jacob Daley, dans Stars of Magic, p. 107. ~~ « La Démonstration de poker de Dai Vernon », dans The Very Best of Dai Vernon, éditions du spectacle, 1993, p. 122. ~~ « Last Trick of Dr. Daley », dans The Dai Vernon Book of Magic de Lewis Ganson, p. 210. ~~ « Marx Brother’s », dans Secrets of Brother John Hamman, de Richard Kaufmann, p. 234. ~~ « Matching the Cards », dans Dai Vernon’s Inner Secrets of Card Magic, la trilogie de Lewis Ganson. ~~ « Mona Lisa Card Trick », dans Classic Sampler de Michael Skinner, p. 4. ~~ « Point of Departure » et « Between Your Palms », de Alex Elmsley, dans Collected Works of Alex Elmsley de Stephen Minch, Vol. 2, p. 118 et 246. ~~ « Rien que des tarots », de Dai Vernon, dans La Technique moderne aux cartes de Hugard et Braue, p. 484. ~~ « Smiling Mule », dans The Complete Walton de Roy Walton, Vol. 1, p. 175. ~~ « Substitution Envelope Mystery » et « Gymnastic Aces », dans The Card Magic of LePaul de Paul LePaul, Vol. 2, p. 143 et 207. ~~ « Suivez le chef », de Dai Vernon, dans La Prestidigitation du xxe siècle – Tours de cartes modernes, de John Northern Hilliard, p. 569.

294


A genda Secret ~~ « The Slap Trick », de Dai Vernon, dans Vernon Chronicles de Stephen Minch, Vol. 2, p. 20. ~~ « Three in a Million », dans Million Dollar Card Secrets de Frank Garcia, p. 32. ~~ « Travelers », de Dai Vernon, dans Stars of Magic, p. 97. ~~ « Twisting the Aces », « Trahi par l’émotion », « Le Signe des quatre » et « Le Tour impossible à expliquer », de Dai Vernon, dans The Very Best of Dai Vernon, éditions du spectacle, 1993.

27 décembre

Une levée double inhabituelle Ceci est une levée double que Fred Kaps employait fréquemment. Ne l’ayant trouvée décrite nulle part, je puise ici dans mes souvenirs l’explication qui m’a été donnée par Ascanio. Tenez le jeu face en bas dans la main gauche en position de la donne. Attirez l’attention sur le coin extérieur gauche, où votre pouce gauche appuie pour laisser « s’échapper » ostensiblement le coin de la carte supérieure. Placez votre pouce droit sur le dos de cette carte, au coin extérieur gauche, et recourbez l’index droit contre la tranche de ce même coin, comme si vous aviez l’intention de saisir la carte. Simultanément, pendant une fraction de seconde, abaissez la carte en appuyant avec le pouce droit et remontez-la aussitôt. Or, à l’instant où vous réduisez l’écart entre la carte supérieure et le reste du jeu, votre pouce gauche laisse s’échapper le coin de la carte suivante. En raison de l’infime distance à parcourir par le coin de la deuxième carte, de son relâchement rapide par le pouce et de la Gestalt du mouvement, cette action secrète est complètement invisible pour l’œil humain. Vous devriez cependant diviser l’attention de votre auditoire en levant brièvement le regard, puis en l’abaissant à nouveau.

295

Decembre

Saisissez la carte double en son coin extérieur gauche, entre l’index et le pouce de la main droite…


Agenda secret - Roberto Giobbi  
Agenda secret - Roberto Giobbi  

http://www.cc-editions.fr/livres-de-magie/product_info.php?products_id=1182 Un agenda magique… Des secrets chaque jour de l’année ! Agenda...

Advertisement