Issuu on Google+


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

SOMMAIRE INTRODUCTION : LA COHERENCE TRANSVERSALE DU SCOT ........................................................................ 4 1.

Pérenniser les équilibres et la richesse des identités par le projet environnemental, paysager et patrimonial .................... 6 1.1

Le projet relatif aux espaces naturels ................................................................................................................................................................................... 7

1.1.1. 1.1.2. 1.1.3. 1.1.4. 1.1.5. 1.1.6.

1.2

Le projet relatif aux nuisances et risques........................................................................................................................................................................... 10

1.2.1. 1.2.2. 1.2.3. 1.2.4.

1.3

Protéger les espaces naturels d’intérêt de MACS ................................................................................................................................................................................... 7 Réhabiliter les milieux dunaires et arrière-dunaires sur le littoral ............................................................................................................................................................. 8 Développer les mesures contractuelles pour assurer l’entretien des zones humides .............................................................................................................................. 8 Poursuivre les actions foncières sur les espaces naturels les plus menacés .......................................................................................................................................... 9 Etudier la pertinence d’un outil de gestion globale des étangs littoraux et de leur bassin versant ........................................................................................................... 9 Préserver les milieux forestiers et privilégier une gestion sylvicole qui concilie production économique, maintien de la biodiversité, accueil du public ......................... 9

Mettre en œuvre une gestion qualitative et quantitative de la ressource en eau ................................................................................................................................... 10 Limiter l’exposition des populations et des biens aux risques majeurs .................................................................................................................................................. 10 Engager une politique énergétique durable ........................................................................................................................................................................................... 11 Limiter l’exposition des populations aux nuisances sonores .................................................................................................................................................................. 11

Le projet relatif au paysage et au patrimoine ..................................................................................................................................................................... 12

1.3.1. 1.3.2. 1.3.3. 1.3.4.

Protéger les espaces d’intérêt paysager majeur .................................................................................................................................................................................... 12 Préserver les grands équilibres entre espaces urbains et naturels........................................................................................................................................................ 12 Protéger et valoriser le patrimoine paysager et bâti............................................................................................................................................................................... 13 Eviter la banalisation des paysages....................................................................................................................................................................................................... 13

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

1


.

2.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Maîtriser la croissance démographique et rééquilibrer l'offre de logements .......................................................................... 14 2.1

Mettre en place les conditions d'une croissance raisonnée tout en maintenant les équilibres actuels ..................................................................... 15

2.2

Diversifier l'offre en logements afin de garantir les parcours résidentiels. .................................................................................................................... 16

2.2.1. 2.2.2. 2.2.3.

2.3

Le développement du parc de logements à caractère social ................................................................................................................................................................. 16 Concentrer l'effort de construction sur la population active et les familles ............................................................................................................................................. 17 Mettre en place une politique foncière pour garantir les parcours résidentiels ...................................................................................................................................... 17

Faire évoluer les formes urbaines ....................................................................................................................................................................................... 18

2.3.1. Le développement de nouvelles formes d'habitat plus denses pour économiser le foncier ................................................................................................................... 18 2.3.2. Favoriser le renouvellement urbain et la densification des zones déjà urbanisées. Développer des extensions urbaines de qualité. .................................................. 20 2.3.3. Donner de l'épaisseur aux centres bourgs et hameaux en favorisant la mixité des formes et des fonctions et en préservant le cadre de vie. ..................................... 21 2.3.4. Créer des espaces de respiration mutualisés et des activités de pleine nature qui puissent répondre à l’évolution de la demande de la population permanente et touristique ............................................................................................................................................................................................................................................................ 21 2.3.5. Economiser la ressource foncière.......................................................................................................................................................................................................... 22

3.

Accompagner la croissance démographique par la création d’emplois et d’activités. .......................................................... 23 3.1

Articuler l’accueil de population et des activités ............................................................................................................................................................... 24

3.2

Positionner les futures zones d'activités dans une démarche de qualité ....................................................................................................................... 25

3.3

Privilégier la qualité des infrastructures touristiques à la quantité ................................................................................................................................. 26

3.4

Développer le tourisme vert en créant une véritable complémentarité avec le littoral ................................................................................................. 28

3.5

Encourager l’agriculture périurbaine .................................................................................................................................................................................. 29

3.6

Organiser l’offre commerciale ............................................................................................................................................................................................. 30

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

2


.

4.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Favoriser un développement équilibré des services à la personne ......................................................................................... 31 4.1

Concevoir l’évolution de l’offre de service en lien avec les enjeux d’équité et de cohésion sociale et territoriale ................................................... 32

4.1.1. 4.1.2.

4.2

Mettre à niveau et anticiper le développement de l’offre de service ............................................................................................................................... 34

4.2.1. 4.2.2. 4.2.3. 4.2.4.

5.

Concevoir un schéma d’organisation des services et équipements en cohérence avec les caractéristiques du territoire et leurs évolutions ....................................... 32 Prévoir une mise en réseau, un suivi et une coordination de l’offre de service...................................................................................................................................... 33

Planifier le développement de l’accueil petite enfance et des équipements scolaires et péri-scolaires ................................................................................................ 34 Enrichir l’accompagnement des personnes âgées ................................................................................................................................................................................ 35 Optimiser les possibilités d’activités de loisirs sportives et culturelles ................................................................................................................................................... 35 L’aide sociale et l’accompagnement vers l’emploi ................................................................................................................................................................................. 35

Renforcer et diversifier l'offre de déplacements ....................................................................................................................... 37 5.1

Adapter et renforcer le réseau routier pour promouvoir l'accessibilité du territoire et la qualité des liaisons intercommunales ........................... 38

5.1.1. 5.1.2. 5.1.3. 5.1.4.

5.2

Construire progressivement une offre diversifiée en transports ..................................................................................................................................... 44

5.2.1. 5.2.2. 5.2.3.

5.3

Prévoir la réalisation de nouveaux itinéraires d'entrée et de liaisons Sud-Est / Nord-Ouest.................................................................................................................. 38 Préserver les fonctions et les capacités d'évolution des grands axes autoroutiers et nationaux existants ............................................................................................ 40 Mettre en œuvre des objectifs communs d'aménagement et de préservation du réseau routier structurant du territoire ...................................................................... 41 Engager la réflexion sur un possible renforcement des liaisons Sud-Est en dehors du couloir A63-RD810 ......................................................................................... 43

Le projet pour les réseaux ferroviaires, voyageurs et de marchandises ................................................................................................................................................ 44 Développer des solutions de transports collectifs internes au territoire, en s'appuyant sur les spécificités et les enjeux urbains par secteur....................................... 46 Le projet pour les autres modes de transports collectifs ou alternatifs .................................................................................................................................................. 47

Favoriser le développement du transport d’informations « numériques » ..................................................................................................................... 48

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

3


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

INTRODUCTION : LA COHERENCE TRANSVERSALE DU SCOT

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

4


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Le projet de SCoT de MACS vise à inventer un nouveau modèle pour favoriser de nouvelles formes d’urbanisation économes en espace et en ressources naturelles mais aussi permettant un bien vivre ensemble au quotidien. Il est bâti sur une recherche de cohérence transversale entre 3 grands piliers de politiques sectorielles que sont : l'environnement, l’économie, les développements de l'habitat et des équipements. Entre ces politiques sectorielles, la recherche de cohérence transversale qui guide l'aménagement et le développement durable du territoire se traduit par 3 principes médiateurs : le principe de coordination : entre les besoins de développements résidentiels, sociaux et économiques d'une part, et les besoins de déplacements d'autre part. Ce principe affirme le besoin de coordination des capacités d'accueil qui sont en particulier limitées dans le contexte du secteur littoral et de la multitude des espaces protégés. Cette limitation des capacités d'accueil est mieux révélée à chaque partie des territoires par la confrontation entre les développements urbains et les difficultés de déplacement. La coordination entre ces 2 aspects s'avère ainsi être une nécessité stratégique pour le SCoT. le principe d'équilibre : entre les besoins de développements résidentiels, sociaux et économiques et ceux de la préservation, de la protection ou de la mise en valeur de l'environnement, du patrimoine et des paysages. Ce principe d'équilibre reconnaît la légitimité des évolutions et transformations nécessaires et inéluctables des territoires, mais sous la condition impérative d'une gestion économe de l'espace et des ressources naturelles et d'une protection des espaces remarquables ou fragiles ou identitaires. le principe d'intégration : pour les besoins admis et souhaités de vie à l'année sur le territoire et pour gérer l'accueil touristique. Il sera parfois nécessaire de prévoir d'intégrer de nouvelles infrastructures dans les espaces naturels. Dans le contexte littoral ou rétro-littoral, il s'agira parfois de sites fragiles. Dans ces cas, c'est le principe d'intégration, au sens d'une exigence qualitative et raisonnée qui devra guider les projets et leur compatibilité avec le SCoT.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

5


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

1. PERENNISER LES EQUILIBRES ET LA RICHESSE DES IDENTITES PAR LE PROJET ENVIRONNEMENTAL, PAYSAGER ET PATRIMONIAL Le projet décliné en matière d’espaces naturels, de nuisances et risques, de paysages et patrimoines est basé sur les objectifs suivants : le développement équilibré des espaces urbains et ruraux la préservation des activités agricoles et sylvicoles la protection des espaces naturels et des paysages l’utilisation économe de tous les espaces

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

6


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

1.1 LE PROJET RELATIF AUX ESPACES NATURELS 1.1.1.

Protéger les espaces naturels d’intérêt de MACS

Il s’agit de tous les espaces du territoire dont la vocation naturelle doit être affirmée dans le SCoT afin d’être préservée durablement. Ils comprennent :

Les espaces d’intérêt écologique majeur qui sont déjà très largement reconnus dans les inventaires patrimoniaux (ZNIEFF de type 1, pré-inventaires Natura 2000 tels que ZICO par exemple) et/ou bénéficient d’une protection réglementaire (réserve nationale, etc.) : les dunes littorales non urbanisées et les plages jusqu’au 0 du niveau de la mer, y compris les fourrés pré-forestiers, les espaces d’intérêt botanique reconnus dans la forêt dunaire, les zones humides en arrière du massif dunaire boisé : étangs et leurs rives, marais. l’Adour et ses barthes.

Les autres espaces dont l’intérêt est moindre mais qui participent à la diversité biologique : du fait de leur étendue, de la nature des habitats qui les composent, de leur rôle dans le fonctionnement écologique du territoire (fonction de corridor biologique pour certains), L’ensemble du massif dunaire de chênes lièges et pins maritimes, la mosaïque de vallons humides, les boisements sur les versants et les plateaux du Gosse.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

7


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

1.1.2.

Réhabiliter les milieux dunaires et arrière-dunaires sur le littoral

Des actions sont à mettre en œuvre afin de mieux concilier la fréquentation du public avec la conservation des milieux dunaires et des milieux forestiers en arrière de la dune littorale : réhabilitation des milieux dunaires, canalisation du public, organisation des stationnements, information et sensibilisation du public, gestion extensive de la forêt arrière-dunaire, lutte contre la progression des espèces envahissantes en milieu forestier, protection contre le risque incendie… La mise en œuvre concrète d’une partie de ces actions peut être réalisée dans le cadre de l’application du Document d’Objectifs Natura 2000 du site « dunes modernes du littoral landais », avec des aides financières européennes et nationales ; dans les propriétés du Conservatoire du Littoral et du Département, des plans de gestion sont à élaborer (là où ils manquent), et des organismes gestionnaires sont à désigner (ONF, communes…).

1.1.3.

Développer les mesures contractuelles pour assurer l’entretien des zones humides

En l’absence d’entretien, les zones humides ouvertes (marais, tourbières, prairies humides…) évoluent progressivement vers le boisement. Des mesures contractuelles encourageant l’entretien régulier des zones humides peuvent être développées sur le territoire ; elles sont de deux types :

les mesures agro-environnementales soutiennent les pratiques agricoles favorables à la biodiversité, comme par exemple l’élevage extensif ; ce type de mesure a permis la conservation des prairies humides dans les barthes de l’Adour (« barthes basses ») ; elles doivent aujourd’hui y être confortées et peuvent être étendues à d’autres zones prairiales du territoire de MACS.

les contrats Natura 2000, sur un mode voisin, permettent, dans les zones Natura 2000, de rétribuer un acteur, autre qu’un agriculteur (propriétaire privé, collectivité locale…) qui s’engage à mener des actions en faveur du maintien des espaces naturels.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

8


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

1.1.4.

Poursuivre les actions foncières sur les espaces naturels les plus menacés

L’intervention est un outil qui peut être utilisé sur les espaces naturels à fort enjeu écologique et les plus menacés, soit par la pression humaine, soit par l’abandon des pratiques favorables à la biodiversité. La maîtrise foncière permet de mieux maîtriser l’évolution de ces territoires sensibles à condition toutefois d’être accompagnée d’actions de gestion et d’entretien des milieux. Peuvent ainsi être concernés : les parcelles dunaires et arrière-dunaires privées, les milieux humides en bordure des étangs littoraux, les zones humides où l’activité agricole a disparu…

1.1.5.

Etudier la pertinence d’un outil de gestion globale des étangs littoraux et de leur bassin versant

La réalisation d’un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) ou d’un contrat de lacs sur les bassins versants des étangs littoraux ou la mise en œuvre d’actions plus ponctuelles (désenvasement, contrôle des intrants…) permettrait de coordonner les mesures de gestion de l’eau et des milieux aquatiques, à l’échelle des bassins versants. Il paraît souhaitable d’évaluer la pertinence de chacun de ces outils et leur aptitude à améliorer la santé de ces écosystèmes fragiles.

1.1.6.

Préserver les milieux forestiers et privilégier une gestion sylvicole qui concilie production économique, maintien de la biodiversité, accueil du public

La gestion des massifs forestiers doit prendre en compte les enjeux environnementaux, au même titre que les enjeux économiques et culturels (intérêt des forêts galeries et de la forêt dunaire pour la biodiversité, préservation des sols, de la qualité de l’eau et de la qualité de l’air), notamment dans le cadre de la charte forestière du Pays Adour Landes Océanes.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

9


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

1.2 LE PROJET RELATIF AUX NUISANCES ET RISQUES 1.2.1.

Mettre en œuvre une gestion qualitative et quantitative de la ressource en eau

Il s’agit d’une part de protéger les eaux souterraines et superficielles des polluants et d’autre part de pérenniser la ressource en eau. Plusieurs actions peuvent être menées dans ce sens : Poursuivre les actions engagées dans le contrat de rivière du Bourret et du Boudigau, Mettre en cohérence, en matière de gestion de l’eau, les orientations du SCoT et les SCoT des territoires voisins, situés sur les mêmes bassins versants. Evaluer les besoins en matière d’approvisionnement en eau potable afin d’adapter les équipements et de rechercher de nouvelles ressources, Engager les collectivités à titre d’exemple dans une démarche de diminution de la consommation en eau, Réduire les pollutions d’origine domestique par une réhabilitation des réseaux, un contrôle des branchements individuels par les SPANC, la création et l’extension de réseaux, la réhabilitation de l’assainissement individuel, la modernisation ou création de nouvelles stations d’épuration,… Limiter les pollutions d’origine agricole par une meilleure gestion des fertilisants et des produits phytosanitaires.

1.2.2.

Limiter l’exposition des populations et des biens aux risques majeurs

Plusieurs types de mesures peuvent être envisagés : Mettre en place des plans de prévention des risques littoraux, inondations, feux de forêt ; cette démarche est à l’initiative de l’Etat, En l’absence de document de planification des risques, pourraient être déterminées des zones où l’urbanisation doit être maîtrisée en fonction des risques majeurs identifiés, Sensibiliser les populations résidentes et touristiques aux risques notamment au risque de feux de forêt.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

10


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

1.2.3.

Engager une politique énergétique durable

Cette politique consiste à mettre en place une planification énergétique locale permettant de diminuer la consommation d’énergie et en outre, d’inciter la population à adopter des mesures appropriées d’efficacité énergétique. Plusieurs axes d’orientations existent : Définir une planification urbaine favorable à un système de transport efficace et moins énergivore, Mettre en place un réseau complet, piétonnier et cyclable, depuis les agglomérations et les principaux centres d’hébergement vers le littoral. Favoriser l’utilisation d’énergies locales et le développement d’énergies renouvelables (bois, solaire, éolien…). Engager des mesures d’efficacité énergétique au sein des collectivités, dans l’exploitation des équipements et des bâtiments publics et dans la gestion de l’éclairage public.

1.2.4.

Limiter l’exposition des populations aux nuisances sonores

Les moyens de transport sont les principales sources de bruit sur le territoire. Au-delà des mesures curatives (écrans antibruit, isolations de façade) envisagées d'une manière générale dans le cadre de projets routiers, des moyens de prévention sont envisageables. Etant donné que la recherche d’un environnement sonore de qualité est un critère de choix résidentiel, il apparaît souhaitable de limiter autant que possible la localisation de nouvelles zones d’habitat à proximité de contraintes existantes ou prévues fortes.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

11


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

1.3 LE PROJET RELATIF AU PAYSAGE ET AU PATRIMOINE 1.3.1.

Protéger les espaces d’intérêt paysager majeur

Les espaces dont le caractère remarquable et parfois exceptionnel du paysage nécessite une protection forte sont notamment : l’ensemble de la frange littorale les plans d’eau avec leurs limites visuelles terrestres les liens aquatiques majeurs entre les étangs et l’océan (le Courant d’Huchet, le Courant de Soustons et le Boudigau) la vallée de l’Adour et les coteaux qui la bordent la protection durable de ces espaces, dont certains sont déjà concernés au titre de la loi littoral, est recherchée dans le SCoT.

1.3.2.

Préserver les grands équilibres entre espaces urbains et naturels

L’aménagement du territoire souhaité prévoit la préservation des grands équilibres entre les espaces urbains et les espaces non urbanisés (à dominante naturelle, agricole, sylvicole ou mixte). Ces derniers sont considérés comme un ensemble qui peut être qualifié de « trame verte ». La trame verte a des fonctions multiples dans l’organisation du territoire, écologiques, hydrauliques, patrimoniales, paysagères, préventives, productives, récréatives, structurantes… La prise en compte de ces fonctions est l’un des facteurs déterminants pour la définition de la capacité d’accueil du territoire. Les aspects suivants recevront une attention particulière pour la préservation des grands équilibres : le rôle structurant des coupures d’urbanisation pour le territoire : certaines des coupures appartiennent aux grands espaces naturels spécifiques du littoral aquitain et d’autres occupent une position importante en tant que coupure d’urbanisation majeure au niveau intercommunal. la pression forte sur le littoral demande une gestion très économe des espaces naturels, agricoles et forestiers. Cette gestion sera recherchée, d’une part par un rééquilibrage du développement urbain entre les communes littorales et les communes non littorales et d’autre part, par une extension limitée de l’urbanisation dans les espaces proches de rivage mesurée à l’échelle intercommunale. la protection des espaces nécessaires au maintien ou au développement des activités agricoles, forestières est essentielle pour la gestion des paysages.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

12


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

1.3.3.

Protéger et valoriser le patrimoine paysager et bâti

La protection et la valorisation des éléments patrimoniaux seront poursuivies, non seulement par respect de leurs valeurs intrinsèques, mais encore pour l’amélioration du cadre de vie et le renforcement de l’attractivité du territoire. Cet objectif concerne aussi bien les éléments du patrimoine protégés que ceux du petit patrimoine non protégé, ainsi que la prise en compte des préoccupations relatives à la préservation du patrimoine archéologique.

1.3.4.

Eviter la banalisation des paysages

L’identité est l’un des éléments déterminants pour l’attractivité du territoire de MACS et pour la qualité de son cadre de vie. Il est souhaité de conserver, voire de renforcer les caractéristiques identitaires du territoire à l’aide d’interventions multiples, par exemple : rechercher des relations entre les extensions des agglomérations et les composantes des paysages environnants maintenir et créer un cadre de vie urbain en cohérence avec l’architecture locale structurer la conurbation du triangle Labenne-Seignosse Océan-Saint Geours de Maremne et conforter le caractère des bourgs isolés en dehors de ce triangle maîtriser les paysages aux abords des voies de grande liaison ainsi que des routes entre les agglomérations afin d’empêcher le comblement progressif de ces espaces améliorer la qualité paysagère des entrées de ville, zones d’activités, terrains de camping…

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

13


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

2. MAITRISER LA CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE ET REEQUILIBRER L'OFFRE DE LOGEMENTS

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

14


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

2.1 METTRE EN PLACE LES CONDITIONS D'UNE CROISSANCE RAISONNEE TOUT EN MAINTENANT LES EQUILIBRES ACTUELS La Communauté de communes MACS a gagné plus de 20 000 habitants entre 1982 et 2007, la population étant passée de 32 903 à plus de 53 500 habitants en 2007. C'est principalement l'arrivée de nouvelles populations qui a participé à cette croissance démographique importante. Bien que ce rythme ait déjà été élevé pendant les années 80 et 90, il a connu une progression plus soutenue encore ces dernières années. L’objectif du SCoT est plus d’accompagner et d’organiser cette croissance plutôt que de vouloir l’annihiler ou l’infléchir. Ainsi à l'horizon 2030, la perspective d’accueillir un peu plus de 80 000 habitants semble réaliste. Ce chiffre n'est pas un objectif de population à atteindre mais plutôt une éventualité à laquelle il faut se préparer. Une perspective moindre ne paraît pas envisageable pour plusieurs raisons : on note une attractivité constante du Sud-Ouest de la France et plus encore de la frange littorale, un phénomène de saturation de la Côte Basque qui risque de s'amplifier et d'avoir pour corollaire un report de plus en plus important de la population du Pays Basque vers le nord et donc vers MACS, la réalisation de la ZAC Atlantisud à Saint-Geours-de-Maremne va engendrer la création de nombreux emplois, l’arrivée programmée à moyen terme de la ligne LGV malgré les prix élevés constatés sur certaines communes, le coût du foncier qui reste encore attractif en comparaison de ceux pratiqués sur l'agglomération bayonnaise. Il est par contre important de noter que les équilibres démographiques d’aujourd’hui risquent d’être remis en cause dans les prochaines années au regard des dynamiques de développement en cours (ZAC Atlantisud) ou programmées (LGV) qui vont vraisemblablement accroître la pression sur la zone retro-littorale. Le SCoT cherche à réorganiser le développement en prenant pour appui le pôle structurant que la zone Atlantisud est en train de devenir, les croissances démographique est urbaine envisagées prennent donc appui sur cet espace et sur le temps d’accès au site depuis les centre-bourgs des communes qui composent le territoire Maremne Adour Côte Sud.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

15


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

2.2 DIVERSIFIER L'OFFRE EN LOGEMENTS AFIN DE GARANTIR LES PARCOURS RESIDENTIELS. Afin de pouvoir satisfaire la croissance démographique du territoire de MACS, il est nécessaire d’analyser les besoins en logements afin de programmer les équipements et les services. Ainsi ce sont plus de 24 000 logements qu'il faudrait produire pour permettre l'accueil de l’ordre de 27 000 habitants à l'horizon 2030, soit un rythme de construction d'un peu plus de 700 logements par an. Au regard du rythme important de la construction que la communauté de communes va accueillir à l'horizon 2030, il semble nécessaire de diversifier le parc de logements afin de satisfaire les parcours résidentiels des ménages. Une offre monotypée constituée uniquement de maisons individuelles en accession serait alors facteur de ségrégation sociale et exclurait de fait du territoire une grande partie de la population.

2.2.1.

Le développement du parc de logements à caractère social

Les logements sociaux présents sur le territoire ne suffisent pas à répondre à la demande des ménages. Les prix des loyers privés pratiqués mais également la cherté du foncier ou de l'immobilier condamne certains ménages soit à quitter le territoire, soit à se loger dans les secteurs ruraux éloignés des principaux pôles d'emplois, soit à se loger dans des logements non adaptés à leur besoin, ni à leur budget. Ainsi, il semble indispensable d'augmenter de manière significative le nombre de logements sociaux sur l'ensemble de MACS. L'objectif fixé dans le cadre du SCoT est de développer l’offre en logements à vocation sociale ou à prix préférentiels pour que le parc de logements aidés atteigne 10% du parc de résidences principales à l'horizon 2030. Cet objectif nécessite un effort de construction important représentant de l’ordre de 17 à 22% du parc de logements à créer sur les 20 prochaines années. Ce sont donc a minima 120 à 150 logements sociaux qu'il faudra produire chaque année pour assurer un rattrapage minimal. Le développement du parc de logements sociaux sous-entend bien évidemment la mise en place d'une politique foncière volontariste (Cf. partie 1.2.3) En effet sans l'intervention des collectivités (par apport du foncier, participations financières ou mise en œuvre d’outils réglementaires) les bailleurs n'interviennent que très rarement (difficulté d'équilibrer le montage des opérations)

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

16


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

2.2.2.

Concentrer l'effort de construction sur la population active et les familles

Outre le développement du parc locatif social, il est nécessaire de produire une diversité de logements afin d'être en capacité d'accueillir des jeunes ménages actifs ou des familles. Ainsi, le développement du parc en location-accession, la production de logements à prix maîtrisés vont dans ce sens et permettent d'assurer un parcours résidentiel à l'ensemble des ménages. L'intervention de la puissance publique est indispensable à la production de logements à prix maîtrisés. Cela pouvant passer par la réalisation de lotissements communaux ou bien par la négociation avec les promoteurs-lotisseurs pour la préservation d'une certaine emprise pour la réalisation de ces logements à prix maîtrisés.

2.2.3.

Mettre en place une politique foncière pour garantir les parcours résidentiels

La question foncière est une des principales questions auxquelles les élus sont confrontés pour la mise en place d’une politique de l’habitat. Le coût et la rareté du foncier constituent un obstacle majeur à la production de logement. En effet, l’accès à un foncier de qualité (dans sa localisation notamment) et à un prix compatible avec la construction de logements sociaux est un problème de plus en plus aigu, les tensions sur le marché foncier étant particulièrement fortes sur MACS. La mise en place d’outils permettra donc de combattre ces phénomènes de rareté. La mise en place d’une politique foncière permet également de contrecarrer la ségrégation sociale due à l’inaccessibilité de certains territoires (prix du foncier élevé, absence de logements sociaux…) Or, le cycle de production du foncier est un cycle long. La maîtrise et la fabrication d’un foncier urbanisable nécessitent une action de longue durée, de l’ordre d’une dizaine d’années. Cette production doit donc être anticipée notamment par la mise en place de réserves foncières dont la constitution pourrait être facilitée par l'Etablissement Public Foncier Local "Landes Foncier". La maîtrise foncière permet à la collectivité d’anticiper et de mettre à disposition des organismes notamment, le foncier nécessaire à la réalisation des opérations de logements sociaux ou la réalisation d’opérations à prix maîtrisés. Cette maîtrise foncière doit être anticipée dès l'élaboration des PLU par des conditions d'ouverture à l'urbanisation adaptées et doit combiner différentes procédures à encourager, comme par exemple les Zones d'Aménagement Différées (ZAD), les Zones d'Aménagement Concerté (ZAC) ou les servitudes de mixité sociale (PLU). La politique foncière demeure donc le pilier préalable central d'une politique volontariste de l'habitat. Sans sa mise en œuvre, aucune politique volontariste ne peut voir le jour.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

17


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

2.3 FAIRE EVOLUER LES FORMES URBAINES La maison individuelle sur de grande parcelle a longtemps été le modèle d'urbanisation dominant. Or ce modèle très spaciophage est rapidement apparu inadapté notamment sur des territoires où la croissance démographique est très importante (risque rapide de saturation du territoire avec pour corollaire une lente disparition des espaces agricoles). Ainsi pour contrecarrer cette tendance à la forte consommation d'espace, il paraît indispensable de repenser les formes urbaines en ayant le souci de gérer de manière économe l'utilisation des sols, ressource qui risque d'être une denrée rare dans les prochaines décennies. L'augmentation du prix du foncier est également un des facteurs à prendre en considération. Il est de plus en plus difficile, voire impossible pour un ménage aux revenus moyens d'acquérir un terrain de 800 à 1 000 m² pour y construire une maison au regard des prix pratiqués, en constante augmentation. Ainsi, le développement de nouvelles formes urbaines permettra de satisfaire plusieurs objectifs : l'économie du foncier la diversification du parc de logements la mise en place de solutions alternatives en matière de déplacement

2.3.1.

Le développement de nouvelles formes d'habitat plus denses pour économiser le foncier

La promotion de nouveaux types d'habitat qui combinent la densité du petit collectif ainsi que les avantages des maisons individuelles doit être encouragée. Ce nouveau type d'habitat que l'on peut appeler "habitat intermédiaire" permet de satisfaire aux exigences des futurs acquéreurs tout en intégrant la notion de développement durable. Cet habitat intermédiaire présente plusieurs avantages : il est implanté sur des parcelles d'environ 300/400 m² et présente donc une densité comparable à du petit collectif les logements peuvent être juxtaposés (individuels groupés), imbriqués ou superposés avec des jardinets ou des terrasses plantées des entrées indépendantes permettent d'accéder à ces logements, les parties communes (inconvénients des logements collectifs) sont ici réduites au minimum des jardins ou terrasses plantés sont présents pour chaque logement, répondant ainsi à une des préoccupations des habitants (57% des habitants choisissent leur logement en fonction de la présence d'un jardin) Ces projets sont essentiellement d'initiative privée ou publique et sont principalement réalisés sous forme d'opérations immobilières d'ensemble.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

18


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

La réalisation de ce type d'habitat sous-entend une intervention de la collectivité et une planification volontariste. En effet, les PLU doivent garantir la faisabilité de ces opérations. Ces logements intermédiaires peuvent aussi bien être mis en œuvre dans le cadre d’opérations de logements locatifs sociaux, des opérations en accession sociale ou encore des opérations en accession à la propriété. Ce type d'habitat peut ainsi être un pilier de la mixité sociale d'un quartier. Il n'est pas réservé aux seules communes urbaines ou périurbaines, les communes rurales peuvent également accueillir ces opérations. Alors, l'intégration architecturale et paysagère de ces nouvelles constructions demeurera un enjeu. Toutefois, il n'est pas nécessaire de pasticher l'habitat traditionnel pour que la greffe réussisse. Outre le développement de l'habitat intermédiaire, l'habitat collectif doit être encouragé notamment dans les communes urbaines et périurbaines. L'habitat collectif dans les communes rurales pose souvent des problèmes d'insertion en raison des différences d'échelle entre l'habitat traditionnel et ce nouvel habitat. Cependant, en prenant garde aux volumes et aux échelles, ce type d'habitat peut voir le jour dans les centres bourgs ruraux les plus denses. Il serait intéressant de développer sur le territoire des opérations mixtes qui permettent à chaque ménage, en fonction de ses besoins et de son budget, de trouver un logement qui correspond à ses attentes. Ces programmes pourront envisager à la fois de l’habitat individuel groupé, des airials, de l’habitat individuel et des petits collectifs. La recherche d’intégration du logement collectif en milieu rural est essentielle à sa réussite sachant qu’il n’est pas le logement le plus recherché en milieu rural. Les habitants souhaitent avant tout vivre à la campagne pour disposer d’un petit jardin et non pas pour se retrouver dans un logement comparable à ceux présents en milieu urbain. Des adaptations doivent donc être trouvées pour en faire un produit logement attractif y compris en milieu rural (terrasses plantées, rez-de-jardin…). Il est important de rappeler que le SCoT, à travers le présent Projet d’Aménagement et de Développement Durables et le Document d’Orientation et d’Objectifs (DOO) qui va suivre, fixent une densité minimale de logements à atteindre dans les secteurs en développement mais laissent aux communes le choix des formes urbaines qu’elles entendent privilégier. Le SCoT veillera par ailleurs à proposer, dans le cadre du DOO, une densité à atteindre qui sera proportionnelle au rythme annuel moyen de développement des communes. Cette disposition doit permettre aux communes qui souhaitent se développer plus modérément de définir des formes urbaines adaptées à leur configuration et à leur projet. Développer de nouvelles formes d'habitat plus denses en cohérence avec la politique de déplacement. La densité permet d’économiser le foncier mais elle est également le garant d'une éventuelle mise en place d'un transport en commun sur le territoire de la Communauté de communes MACS. On peut classer la densité en plusieurs classes qui ont chacune une incidence particulière sur la possible mise en place d'un transport en commun : Un tissu urbain avec une densité supérieure à 30 logements par ha (moyenne de 250 m² par logement) , mais idéalement 35 logements par ha, permet d'organiser une desserte en transport en commun.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

19


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Un tissu urbain avec une densité comprise entre 15 et 30 logements par ha (moyenne comprise entre 250 et 530 m² par logement) rend la mise en place d'un transport en commun plus difficile, les coûts étant importants. Au contraire, un tissu urbain avec une densité inférieure à 15 logements par ha (moyenne de 530 m² minimum par logement) est totalement dissuasif pour la mise en place d'un transport en commun. Le territoire doit veiller à mettre en place une organisation territoriale et une forme urbaine cohérente qui tienne compte de la réalité des villages mais qui permette aussi à terme de développer les transports collectifs.

2.3.2.

Favoriser le renouvellement urbain et la densification des zones déjà urbanisées. Développer des extensions urbaines de qualité.

La réflexion sur la croissance urbaine passe très souvent par l'ouverture de nouvelles zones à l'urbanisation. Or il est possible d'opérer différemment en économisant du foncier. En effet, favoriser la reconstruction de la ville sur la ville permet de valoriser certains espaces (friches industrielles ou commerciales notamment) tout en les densifiant et donc en maintenant les limites urbaines dans l'enveloppe définie. Ce renouvellement urbain ne s'applique pas uniquement aux communes les plus urbaines. Certaines communes rurales peuvent également détenir sur leur territoire des friches, (situées quelquefois en entrée de bourg) qui mériteraient une reconversion, une réappropriation voire un changement d'usage. Encourager la densification des zones déjà urbanisées permet également de limiter la ponction d'espaces agricoles ou naturels pour l'urbanisation. Ce cadre s'inscrit bien évidemment dans les objectifs de la loi SRU. Un travail précis sera mené dans le cadre du Document d’Orientation et d’Objectifs afin de développer un urbanisme plus dense mais également d’une plus grande qualité à la fois urbaine et paysagère.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

20


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

2.3.3.

Donner de l'épaisseur aux centres bourgs et hameaux en favorisant la mixité des formes et des fonctions et en préservant le cadre de vie.

Sur un territoire où le cadre de vie demeure un atout prépondérant, il semble important de limiter le développement de l'urbanisation dans les espaces encore vierges. Il s'agit ici de développer l'urbanisation en continuité des bourgs afin que ces nouveaux quartiers s'intègrent totalement dans l'espace urbanisé, que la greffe réussisse. Dans ces nouveaux quartiers qui doivent être intégrés, il est indispensable de favoriser la mixité des fonctions et des formes. La construction de quartiers regroupant des habitations, des commerces, des services, des équipements mais également de l'activité économique (qui doit être compatible avec la proximité de logement) et notamment l'activité tertiaire étant également un gage de réussite de la greffe. Outre la mixité des fonctions, ces extensions doivent intégrer une mixité des formes pouvant ainsi concourir à une mixité sociale. La mixité des formes s'entend par la cohabitation sur un même espace de formes d'habitat variées comme par exemple habitat individuel, habitat individuel groupé, habitat intermédiaire, collectif. Cette multiplicité d'offres doit permettre de satisfaire un large éventail de population dans leur choix résidentiel. L'échelle pertinente de l'espace de mixité sur MACS sera au moins la commune, et si possible le quartier ou les opérations d'aménagement d'ensemble.

2.3.4.

Créer des espaces de respiration mutualisés et des activités de pleine nature qui puissent répondre à l’évolution de la demande de la population permanente et touristique

Une politique de densification s’accompagne nécessairement d’espaces publics de respiration qui permettront aux ménages accueillis de trouver des espaces ouverts dans lesquels ils pourront pratiquer certains sports ou activités récréatives. Il est important que chaque commune, dans le cadre de son Plan Local d’Urbanisme, réfléchisse au développement d’espaces de respiration et d’activités de pleine nature.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

21


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

2.3.5.

Economiser la ressource foncière

Le SCoT a pour objectif de réduire la consommation foncière de terres agricoles et naturelles à des fins urbaines. Même si la Communauté de Communes a connu, au cours des dernières années, une évolution importante des formes urbaines développées sur son territoire, le projet de SCoT vise à optimiser l’usage du foncier en travaillant à la fois sur la densification des opérations (habitat, économie, etc.) et plus largement sur une gestion économe de la ressource sol (équipements, déplacements, etc.). La consommation annuelle moyenne de foncier, sur la décennie passée, était de l’ordre de 80 ha. Le projet de SCoT, bâti sur 18 ans, envisage une consommation moyenne maximale de l’ordre de 1200 ha toutes activités confondues (habitat, économie, équipements, etc.), soit une économie de l’ordre de 240ha sur la durée du SCoT (à minima 16% d’économie en cas de réalisation du projet de Golf de Tosse, plus de 30% d’économie si ce projet ne voit pas le jour).

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

22


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3. ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE PAR LA CREATION D’EMPLOIS ET D’ACTIVITES. Accompagner la croissance démographique d’emplois est indispensable au risque de voir le territoire devenir un territoire dortoir. La création d’emplois synonyme de dynamisme pour un territoire permet également au travers des ressources qu’elles génèrent d’améliorer l’offre en équipements, en services mais également d’améliorer le cadre de vie (aménagements urbains…). La compétence économique de la communauté de communes permet de planifier le développement et d’éviter la concurrence entre les communes pour l’accueil de nouvelles entreprises. La communauté de communes souhaite également profiter de sa proximité de l’agglomération bayonnaise et de sa situation sur l’axe RN10-A63, pour jouer un rôle économique majeur dans le secteur Nord Pays Basque/Sud Landes.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

23


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3.1 ARTICULER L’ACCUEIL DE POPULATION ET DES ACTIVITES L’augmentation de la population à l’horizon 2030 doit s’accompagner de créations d’emplois. Le territoire est aujourd’hui un espace qui accueille de nombreuses entreprises et de nombreux emplois. L’objectif, à travers ce projet de SCoT, est de conserver le ratio de 2,9 habitants pour un emploi actuellement constaté. Compte tenu de la croissance démographique envisagée, le territoire doit s’organiser pour accueillir un peu plus de 9 300 emplois supplémentaires à l’horizon 2030. Le parc d’activités d’envergure inter-régionale « Atlantisud », situé sur la commune de Saint-Geours-de-Maremne, pourrait accueillir entre 2 500 et 4 500 emplois d’ici 20 ans, soit environ 1/3 des besoins en emplois. Plusieurs vocations ont été définies pour cet espace d’une superficie globale d’environ 250 ha, notamment industrielle, commerciale et tertiaire. De plus, il accueille le centre aquatique communautaire, dénommé « Aygueblue ». La communauté de communes doit donc anticiper et prévoir le développement de nouvelles zones d'activités pour accueillir de nouvelles entreprises et générer ainsi de nouveaux emplois. Afin de ne pas déséquilibrer l'organisation territoriale de MACS, il sera important de développer l’emploi sur l'ensemble des sous-secteurs qui composent la communauté de communes. Les documents d’urbanisme communaux, en lien avec la communauté de communes compétente, veilleront à programmer le développement d’une offre foncière et immobilière à vocation économique en lien avec le développement démographique et urbain envisagé. Une attention particulière devra être portée, comme pour l’ensemble des zones urbaines, à la qualité paysagère des sites d’accueil et à l’économie de foncier afin d’optimiser l’espace disponible.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

24


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3.2 POSITIONNER LES FUTURES ZONES D'ACTIVITES DANS UNE DEMARCHE DE QUALITE La qualité des zones d'activités n'est pas toujours au rendez-vous. L'implantation des bâtiments, la qualité architecturale et paysagère, l'insertion dans l'environnement sont autant d'éléments qui ne sont que très rarement pris en considération lors de la réalisation des zones d'activités (notamment de petites tailles). Or ils participent à l'attractivité d'un territoire et peuvent quelquefois être déterminants pour une entreprise dans le choix de sa localisation lorsqu'une concurrence existe.

Ainsi, l'ensemble des élus souhaite apporter une attention toute particulière à la qualité des futures zones d'activités. Il s'agit d'encourager les démarches innovantes qui prennent en considération le développement durable comme par exemple la démarche "Haute Qualité Environnementale" qui permet une réflexion sur plusieurs aspects (appelés cibles) et notamment sur : l'efficacité énergétique … Toutefois, pour chaque nouvelle zone, il est indispensable d’avoir une réflexion d’ensemble qui intègre les questions de desserte, d’implantation des constructions, d’intégration paysagère, de qualité des constructions… Ces réflexions d’ensemble préalables permettent ainsi d’anticiper l’urbanisation et servent de base, de cadre pour l’urbanisation de ces nouvelles zones.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

25


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3.3 PRIVILEGIER LA QUALITE DES INFRASTRUCTURES TOURISTIQUES A LA QUANTITE La localisation de MACS en fait un territoire attractif du point de vue démographique mais également du point de vue touristique. Le territoire compte plus de 150 000 lits touristiques. La capacité d’hébergement touristique est donc importante et le présent SCoT n’envisage pas de la développer à outrance. La stratégie touristique repose aujourd’hui sur une recherche de diversification des produits, non seulement sur la frange littorale mais également sur la partie rétro-littorale, avec une offre tournée vers un tourisme « nature » sur une montée en gamme (améliorer la qualité des hébergements et des équipements présents) et sur le développement de l’offre de nouveaux équipements. Cet objectif est en cohérence avec la politique de développement touristique menée par la communauté de communes, et plus largement par le GIP Littoral, qui est orientée vers : un allongement de la saison touristique une politique de communication offensive (y compris la promotion du tourisme bleu et vert) un développement de produits packagés (transport + hébergement + activités). En premier lieu, la création d’hébergements dans les bâtiments agricoles traditionnels (grange…) devra être encouragée, comme mode de diversification de l’offre d’hébergement et d'augmentation de la capacité d’accueil du territoire rétro-littoral. Pour ce faire, les règlements des documents d’urbanisme devront évoluer afin de permettre la réhabilitation de ces bâtiments. De plus, l’augmentation de l’hébergement en milieu rural permettrait de satisfaire des objectifs connexes : diversifier l’activité économique des exploitations agricoles, sauvegarder le patrimoine rural, encourager le développement du tourisme dans l’arrière-pays (tourisme vert), favoriser le développement d’un tourisme thématique, complémentaire à celui du littoral (pêche, découverte de la nature…)

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

26


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

En outre, de nouveaux équipements touristiques pourront voir le jour sur le territoire de MACS, notamment sur les territoires littoraux. Néanmoins, ces équipements devront s’inscrire dans le respect de la Loi Littoral. Ces nouveaux équipements devront : s’inscrire dans une démarche de développement équilibré et maîtrisé du territoire, favoriser dans la mesure du possible les séjours de courte durée et hors saison (permettant ainsi d’allonger la saison touristique), offrir des hébergements et équipements associés de qualité, permettant de véhiculer une image positive du territoire. s’insérer de façon qualitative et dans le respect du site d’accueil (maintien ou recomposition de la végétation, architecture cohérente…)

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

27


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3.4 DEVELOPPER LE TOURISME VERT EN CREANT UNE VERITABLE COMPLEMENTARITE AVEC LE LITTORAL Le tourisme vert sur MACS apparaît bien faible par rapport au tourisme littoral mais constitue une réelle opportunité pour le territoire. Celui-ci possède de nombreux atouts comme le marais d’Orx, les barthes de l’Adour, la station thermale de Saubusse… Dans le cadre d’un développement équilibré du tourisme sur MACS, il apparaît indispensable de favoriser : la communication en direction du tourisme vert et non plus seulement en direction de la façade littorale le développement de l’hébergement en milieu rural (et notamment gîtes ruraux et chambres d’hôtes), Cf. partie 2.3. l’organisation de visites « nature » de manière régulière et fixe pendant à minima la période estivale, Cf. partie 2.3. le renforcement du réseau d’office du tourisme dans l’arrière-pays

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

28


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3.5 ENCOURAGER L’AGRICULTURE PERIURBAINE L’activité agricole, bien que moins présente que par le passé, reste une activité économique à part entière qui a toute sa place sur le territoire. Le SCoT entend favoriser le maintien voire le redéploiement de l’agriculture périurbaine qui, outre sa fonction économique, contribue au maintien des paysages. Ces activités traditionnelles doivent être perçues comme un outil de canalisation de l’urbanisation et comme un outil de production qui puisse notamment être valorisé par des filières courtes (vente directe…).

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

29


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3.6 ORGANISER L’OFFRE COMMERCIALE Le territoire accueille une population permanente et touristique conséquente mais connaît des variations saisonnières importantes. Compte tenu du rythme de développement attendu sur le territoire, il est important de programmer le développement de l’offre commerciale. Afin d’étudier avec grande précision ce point, un Document d’Aménagement Commercial est intégré au présent SCoT.

L’objectif de ce DAC est de définir une stratégie en faveur du soutien à l’artisanat et de l’organisation du commerce. Cette stratégie globale doit s’appuyer sur une hiérarchisation de son territoire à destination du commerce et de l’artisanat en choisissant de prendre en compte les spécificités des équipements de bourg, de centre-ville et de périphérie urbaine. Il s’agit notamment : d’adapter progressivement le maillage commercial en cohérence avec l’évolution de l’habitat et l’évolution des flux de personnes et de marchandises de rechercher la complémentarité entre les territoires afin de favoriser les équilibres économiques de maîtriser en matière de développement économique la consommation d’espaces tout en favorisant la qualité paysagère et environnementale

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

30


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4. FAVORISER UN DEVELOPPEMENT EQUILIBRE DES SERVICES A LA PERSONNE

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

31


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4.1 CONCEVOIR L’EVOLUTION DE L’OFFRE DE SERVICE EN LIEN AVEC LES ENJEUX D’EQUITE ET DE COHESION SOCIALE ET TERRITORIALE L’organisation actuelle du territoire, fédérée par les trois pôles de Capbreton, Saint-Vincent-de-Tyrosse et Soustons, est une donnée essentielle quant à la localisation des activités, des équipements et services. A l’horizon 2030, les sous-secteurs dessinés par ces trois polarités pourraient connaître une singularisation accrue, au gré de l’évolution de leur poids démographique respectif : développement du pôle littoral Sud à la faveur du phénomène de conurbation Capbreton – Soorts-Hossegor – Seignosse étalement du pôle médian vers le littoral et le long de la desserte RD 810 (ancienne RN 10) évolution du pôle littoral Nord autour de Soustons évolution sensible de la partie rétro-littorale. Si elles se concrétisent, de telles évolutions conforteront les disparités déjà sensibles dans la répartition de la population entre ces sous-secteurs, mais également entre les communes de l’intérieur et celles du littoral. La politique menée en faveur du développement des services à la population, dans le contexte de croissance démographique, devra donc s’attacher à : prendre en considération ces disparités selon les sous-secteurs, se poser la question de l’équité dans l’accessibilité à des services d’égale qualité quelle que soit la commune de résidence. Une stratégie globale de développement conçue à l’échelle du territoire et privilégiant la prise en compte de ses spécificités géographiques et l’évolution des besoins de ses habitants devrait permettre de répondre à ces enjeux d’équité et de cohésion sociale et territoriale.

4.1.1.

Concevoir un schéma d’organisation des services et équipements en cohérence avec les caractéristiques du territoire et leurs évolutions

Afin de favoriser l’accessibilité des services à la population, en dépit du caractère étendu et globalement peu dense du territoire de MACS, il conviendra d’optimiser leur localisation. Celle-ci devra être définie en regard des pratiques observées et des possibilités de déplacements entre les principaux pôles structurants, mais aussi entre ces pôles structurants et les communes rurales.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

32


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4.1.2.

Prévoir une mise en réseau, un suivi et une coordination de l’offre de service

La densification du territoire liée à un phénomène migratoire important a pour corollaire la diversification des rythmes et modes de vie des habitants. La réflexion sur l’évolution de l’offre de service impliquera donc de veiller à l’adaptation de cette offre aux besoins et exigences renouvelés des usagers, ainsi qu’à son optimisation. Une coordination des différentes offres de service à l’échelle de la communauté de communes (cellule impliquant des élus et techniciens du territoire, des représentants des services de la Région et du Département, des représentants de la société civile) pourrait remplir cette double mission. Elle aurait ainsi pour fonction : d’anticiper l’ajustement des capacités d’accueil et des modalités de fonctionnement des différents services (grâce notamment à la mise au point d’un observatoire des besoins), de favoriser une mutualisation des ressources (moyens humains et matériels), de permettre le suivi et l’évaluation de la satisfaction des besoins. Serait à prévoir entre autre dans ce cadre, un dispositif d’animation du réseau des opérateurs et acteurs locaux… Pour garantir l’adaptation et l’optimisation des services et équipements appelés à être créés ou améliorés, la définition d’une charte des équipements et services au public pourrait inciter à prendre en considération des critères d’accessibilité, mais aussi de préservation du cadre de vie, soit : les conditions d’accès et de stationnement, y compris pour les personnes handicapées, les modalités de fonctionnement (horaires, conditions tarifaires…), les possibilités de changement de destination (ex. : équipement petite enfance mutable en espace de loisirs pour tous, en école maternelle…), la bonne intégration au site et à l’environnement, l’encouragement à la prise en compte des critères de développement durable.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

33


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4.2 METTRE A NIVEAU ET ANTICIPER LE DEVELOPPEMENT DE L’OFFRE DE SERVICE Les évolutions démographiques envisagées laissent prévoir des besoins croissants en matière de services à la population qu’ils soient de proximité ou d’échelle intercommunale. Ces besoins évolutifs impliquent donc d’anticiper le développement de l’offre dans plusieurs domaines.

4.2.1.

Planifier le développement de l’accueil petite enfance et des équipements scolaires et périscolaires

Les communes, dans le cadre de l’élaboration de leur document d’urbanisme communal, veilleront à anticiper les besoins en matière d’équipements scolaires, pré-scolaires et péri-scolaires. Cette réflexion, menée dans un cadre communal, veillera à prendre en compte les projets de développement et de restructuration portés par les communes voisines. Le schéma d’organisation des services et équipements et le projet d’aménagement porté par les différentes communes permettront de quantifier et de qualifier le besoin. En ce qui concerne les équipements de rang intercommunal, et notamment l’enseignement secondaire qui relève d’une compétence régionale et départementale, une anticipation est nécessaire. Compte tenu du rythme de croissance démographique attendu sur le territoire, un lycée et un collège supplémentaires seront vraisemblablement nécessaires d’ici 10 à 15 ans. Au-delà des actions prévues à court terme, dans le cadre du projet intercommunal enfance-jeunesse, le développement de l’offre est donc à mettre en perspective avec les évolutions prévisibles à plus long terme. Il s’agira en effet de gérer au mieux les éventuels effets de "pics démographiques", mais aussi de veiller à optimiser le développement et la répartition des équipements sur le territoire, ceci notamment grâce à : la mise en place des outils permettant d’anticiper les évolutions démographiques par tranches d’âge, le développement d’une offre d’accueil intégrant les évolution de modes et rythme de vie des familles , soit des modes de garde et d’accueil suffisamment diversifiés, associés à des dispositifs d’évaluation partagés, le développement de partenariats entre opérateurs publics et privés pour faciliter le développement de services à proximité des zones d’emploi et des secteurs d’habitat, la préservation des réserves foncières nécessaires à la création et l’extension d’équipements scolaires.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

34


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4.2.2.

Enrichir l’accompagnement des personnes âgées

Aujourd’hui déficitaire, les besoins d’hébergement des personnes âgées en maison de retraite devraient s’accroître au cours des années à venir. Si la proportion 1 de personnes de plus de 75 ans se maintient, le territoire de MACS devrait nécessiter un doublement de la capacité d’hébergement actuelle . Le développement en parallèle d’une politique en faveur du maintien à domicile des personnes âgées pourrait contribuer à tempérer ces besoins. Celle-ci pourrait chercher à : développer, coordonner et soutenir les différentes actions d’accompagnement des personnes âgées dépendantes (soins à domicile notamment), promouvoir une offre de logement adaptée en cœur de village, œuvrer en faveur de l’accès aux activités de loisirs, l’intégration à la vie locale et les échanges intergénérationnels, en tant qu’ils participent à la prévention de la dépendance.

4.2.3.

Optimiser les possibilités d’activités de loisirs sportives et culturelles

Les changements de mode de vie et de rapport au territoire vécu qui accompagnent l’évolution démographique et en particulier l’arrivée de populations non originaires de MACS, impliquent des enjeux non négligeables en termes de gestion du temps libre. Les questions relatives à l’accessibilité (localisation, desserte, identification de l’offre…) des équipements et de l’offre de loisirs en général s’impose d’ores et déjà comme une condition du développement de certaines activités, voire dans certains cas de leur pérennisation sur le territoire (cf. pratique de sports collectifs). Les ressources locales (richesse du cadre naturel, dotation en équipements sportifs et culturels, tissu associatif, offre privée...) pourront être valorisées pour abonder l’offre. Il s’agira également de veiller à l’optimisation et à la meilleure adéquation entre les possibilités d’activités de loisirs et l’évolution des besoins, en travaillant sur les axes suivants : rendre lisible les possibilités d’activités de loisirs pour les usagers, mais aussi les opérateurs et acteurs locaux, coordonner, soutenir et fédérer les acteurs et opérateurs du temps libre, y compris privés, de façon à faciliter la recherche de solution aux problèmes d’accessibilité et de mobilité des publics jeunes en particulier, créer des équipements ou évènements phares susceptibles de valoriser l’identité du territoire, à l’instar du centre aquatique.

4.2.4. 1

L’aide sociale et l’accompagnement vers l’emploi

Pour une population d’environ 7 300 personnes de plus de 75 ans et un taux d’équipement de 150 lits pour 1 000 habitants appartenant à cette tranche d’âge. Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

35


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Dans une perspective de développement durable du territoire, les prévisions en matière d’augmentation du nombre des emplois devraient bénéficier aux publics aujourd’hui en retrait du marché de l’emploi (notamment les personnes peu qualifiées, les jeunes et les femmes). Une prise en compte de la question de l’insertion dans sa globalité devrait favoriser ces retombées positives. Quelques axes gagneront à être plus particulièrement intégrés à la réflexion concernant le développement de l’offre de services et équipements : la formation en vue de l’acquisition de qualifications adaptées aux nouveaux emplois, l’accès au logement des ménages en recherche d’emploi, l’accès aux dispositifs d’accueil enfance et petite enfance et d’accompagnement social en général.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

36


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5. RENFORCER ET DIVERSIFIER L'OFFRE DE DEPLACEMENTS Les éléments constitutifs du projet d'aménagement et de développement durables en matière de déplacements répondent à trois enjeux principaux : Développer et favoriser une mobilité pour tous, en proposant de nouveaux modes de déplacement sur le territoire, susceptibles de répondre à des besoins sociaux aujourd'hui non satisfaits ou prévisibles, qu'ils soient individuels ou collectifs. Traiter les problématiques croissantes de congestion et/ou d'inadaptation des infrastructures, qu'elles soient routières, ferroviaires et même de déplacements cyclables, ce qui suppose de dégager les priorités du territoire et de mobiliser de nouveaux investissements, en coordination avec les maîtrises d'ouvrage extérieures concernées (Etat, Département, RFF…). Améliorer les cohérences et convergences entre les politiques de déplacement, d'urbanisme et d'environnement mises en œuvre sur le territoire. Au-delà des préconisations et orientations du présent chapitre en matière de déplacements, il est proposé de mettre en place une étude globale sur la communauté de communes.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

37


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5.1 ADAPTER ET RENFORCER LE RESEAU ROUTIER POUR PROMOUVOIR L'ACCESSIBILITE DU TERRITOIRE ET LA QUALITE DES LIAISONS INTERCOMMUNALES Le diagnostic a mis en évidence la part prépondérante, voire de quasi-monopole, des modes automobiles ou poids-lourds, dans les déplacements à l'intérieur de MACS et en liaisons extérieures, ainsi que la sous-capacité de nombreux itinéraires routiers majeurs. La mise en œuvre d'une politique de développement des transports collectifs ne pourra, par elle-même, pallier les dysfonctionnements et répondre à l'essentiel de l'accroissement prévisible des déplacements sur les courts et moyens termes. Il est donc nécessaire de prévoir des infrastructures nouvelles pour rattraper les retards accumulés et traiter les problèmes flagrants d'insuffisance et de sécurité routière. Ces projets concernent le renforcement des itinéraires de liaisons interdépartementales ou intercommunales, lesquels s'inscrivent également dans des logiques d'échanges économiques essentielles pour le territoire. D'autres projets d'infrastructures sont nécessaires pour optimiser la gestion globale du réseau viaire principal et déboucher ainsi sur une amélioration de la qualité de vie dans les villes et centres bourgs.

5.1.1.

Prévoir la réalisation de nouveaux itinéraires d'entrée et de liaisons Sud-Est / Nord-Ouest

Ces itinéraires s'inscrivent dans le cadre d'un schéma de grandes liaisons transversales, réflexion portée par le Conseil général, qui vise à renforcer le maillage structurant du Sud des Landes, dans une cohérence interdépartementale. Il s'agit de mieux articuler l'épine dorsale A63 – RD810 – RD824 avec les grands axes de la vallée du Gave (A64 – RD817), l'espace littoral et, possiblement, le contournement Sud du Grand Dax. Pour le Territoire de MACS situé au cœur de ce schéma, les enjeux sont importants : redonner une capacité d'absorption supplémentaire aux voies majeures, urbaines ou périurbaines surchargées, canaliser et accueillir, dans de meilleures conditions qu'actuellement, les trafics de moyenne ou longue distance, transitant notamment par Saint-Geoursde-Maremne et Saint-Vincent-de-Tyrosse, sur les RD12 et RD33. permettre une meilleure accessibilité des pôles de développement économiques, touristiques et urbains du territoire, en soulageant le réseau d'intérêt local. Ce projet est envisagé à long terme compte tenu de l'importance des investissements à réaliser.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

38


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les options qui doivent être prises en compte pour le moment, en vertu du principe de précaution, sont les suivantes : pour le barreau d'entrée et de desserte "nord-ouest", deux hypothèses possibles de tracés : un tracé Sud entre l'échangeur autoroutier de Saint-Geours-de-Maremne et la route côtière RD79/RD652 à l'ouest de Soustons, un tracé Nord entre l'échangeur autoroutier de Magescq et Messanges, par le Nord d'Azur. pour la voie dite « rétro-littorale Nord », un tracé Ouest déviant les secteurs urbains de Vieux-Boucau, Messanges et Moliets-et-Mâa, et permettant une continuité Nord de l'itinéraire. pour la voie dite « rétro-littorale Sud », un tracé déviant les secteurs urbains de Labenne, Capbreton, Soorts-Hossegor, Angresse, Seignosse et Tosse, permettant une continuité Sud de l’itinéraire un large faisceau de continuités possibles à l'Est de MACS vers les vallées de l'Adour et du Gave, prenant en compte les possibles raccrochements avec l'itinéraire départemental existant (RD33) et un contournement du Grand Dax, différents points de raccordements et/ou de franchissements possibles sur l'A63 et la RD824, existants ou à créer. Parmi ces différentes hypothèses, il apparaît souhaitable que soient privilégiées celles facilitant l'interconnexion des pôles de développement économiques, touristiques et urbains du territoire (Parc d'activités Atlantisud, sites côtiers…).

Néanmoins, aucun des axes mentionnés ci-dessus n’a fait l’objet, pour l’heure, d’étude préalable précise qui aurait permis d’indiquer un faisceau de passage probable.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

39


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5.1.2.

Préserver les fonctions et les capacités d'évolution des grands axes autoroutiers et nationaux existants

L'autoroute A63 constitue l'infrastructure routière à privilégier pour les déplacements de moyenne ou longue distance, constituants du transit, des liaisons régionales ou interurbaines dans la continuité de l'axe Nord-Sud national (RN10 aux normes autoroutières) et de la RD824. L'autoroute dispose pour cela d'une capacité supplémentaire d'absorption dans la traversée de MACS qui doit être valorisée, tout en évitant les effets de report de trafic de l'autoroute vers la RD810. Pour cette raison, il n'est pas souhaitable d'envisager la création d'échangeurs supplémentaires, risquant d'augmenter les perméabilités entre ces deux axes et d'entraîner ou d'aggraver les perturbations sur les voies adjacentes (effets d'attractions et de concentrations des flux). La RD810, entre Saint-Geours-de-Maremne et Labenne, assure un rôle multiple et difficilement contournable, notamment pour les liaisons transversales à l'échelle du territoire. Des mesures de préservation des fonctions essentielles et du statut de cet axe, en partie saturé, doivent être prévues et appliquées par chacune des communes dans ses choix de développement et d'aménagement, selon plusieurs objectifs maintenir les fluidités de circulation et d'accès restantes, voire les restaurer lorsque c'est possible, pour assurer les possibilités d'accueil des trafics futurs, réduire son caractère accidentogène, maîtriser et améliorer la qualité des espaces urbains et des paysages sur ses abords.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

40


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5.1.3.

Mettre en œuvre des objectifs communs d'aménagement et de préservation du réseau routier structurant du territoire

Cet objectif global s'inscrit dans une perspective d'optimisation et/ou de renforcement du réseau routier considéré comme de grande importance pour le fonctionnement général du territoire. Ces voies, qui sont presque entièrement de statut départemental, ont vocation à être les supports principaux de diffusion des flux d'importance intercommunale ou économique, ainsi que de séquences vertes. A partir de cette hiérarchisation partagée, il s'agit de mettre en œuvre des logiques d'itinéraires cohérents et continus à l'échelle de l'intercommunalité et/ou des sous-territoires : en préservant les espaces nécessaires pour la réalisation de déviations d'espaces urbains, en prévoyant des interventions sur les insuffisances routières et de franchissements, en appliquant des mesures conservatoires et de protection de ce réseau primaire. Préserver les espaces nécessaires pour la réalisation de déviations d'espaces urbains, destinées à réduire les nuisances sur les populations et à favoriser la requalification des voies urbaines (« pacification » de la circulation, meilleur partage de l'espace voirie). Il s'agit de créer de nouvelles voies de liaisons, éloignées des villes et des centres bourgs, pour : améliorer les accès à partir des grands axes périphériques, existants (RN10, A63) ou à créer (barreau Nord-Ouest, notamment dans le cas d'une hypothèse de déviation Sud de Soustons), canaliser les trafics d'échanges intercommunaux en dehors des espaces fortement urbanisés, actuellement presque systématiquement traversés, améliorer les dessertes de zones économiques et leurs mises en relation, en particulier pour la ZAE de Pédebert.

Cette nécessité de desserrement du réseau routier structurant s'exprime notamment sur le triangle urbain Sud-Ouest, secteur à forte concentration urbaine, résidentielle et économique. A partir des réservations et projets d'ores et déjà identifiés aux documents d'urbanisme communaux, l'objectif est de formaliser une continuité d'itinéraire Nord – Sud, qui favorisera les effets de report du trafic de transit et de liaisons intercommunales. Prévoir des interventions sur les points noirs routiers et les insuffisances de franchissements Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

41


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les priorités d'aménagement sont les suivantes : Les franchissements de l'Adour : o

à Josse, par la réhabilitation et/ou le doublement à étudier du pont sur place,

o

à Saubusse, par la réhabilitation du pont et/ou des mesures de restriction routière,

o

par la création d'un nouveau franchissement dans le cadre du renforcement des liaisons A63-A64, préférentiellement à l'Est du territoire de MACS.

Les franchissements de la voie ferrée : Il est nécessaire qu'une coordination RFF – Conseil général – Collectivités locales soit mise en place pour arbitrer entre l'amélioration des points de passage actuels et/ou des aménagements nouveaux (notamment en relation avec les renforcements routiers envisagés). Tous les territoires communaux traversés par la voie ferrée actuelle sont concernés par cet enjeu notamment à Saint-Vincent-de-Tyrosse et à SaintGeours-de-Maremne. La poursuite de l'aménagement et de la sécurisation des points noirs routiers, de manière à traiter les voies de liaisons, les traversées de bourgs ou les carrefours qui sont reconnus comme dangereux ou inadaptés aux flux de circulation existants.

Outre les intentions ou projets d'aménagements décrits ci-avant, la priorité est donnée : aux aménagements de sécurité sur la RD810, privilégiant un traitement plus urbain dans les traversées de villes ou bourgs, en compatibilité avec les exigences de transports exceptionnels. à la requalification des routes dégradées dans le secteur rural. Appliquer des mesures conservatoires et de protection de ce réseau structurant à travers les choix et règles urbaines appliquées dans chacune des communes. Il s'agira de : Mettre en œuvre un principe de corrélation plus réfléchie entre les choix de développement urbain et la gestion des déplacements, notamment pour éviter d'aggraver les saturations déjà constatées sur le réseau routier. Limiter les conflits d'usage, notamment entre une fonction reconnue de grande liaison et des usages de desserte locale, Permettre l'évolution et la requalification ultérieures des infrastructures (sécurisation de la voie et de ses abords, valorisation du paysage environnant…).

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

42


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5.1.4.

Engager la réflexion sur un possible renforcement des liaisons Sud-Est en dehors du couloir A63-RD810

Les capacités de l'offre routière actuelle et prévisible dans le Sud-Est du territoire de MACS, croisées avec les objectifs de développement des communes concernées, ne nécessitent pas que soient identifiées et localisées dans le cadre du SCoT de nouvelles voies principales sur ce secteur. Toutefois, plusieurs éléments de contexte doivent être pris en compte et pourront justifier que soient prévus, sur le long terme, de nouveaux investissements routiers sur le Sud-Est de MACS : L'épine dorsale A63-RD810, axe majeur aux multiples fonctions, autour duquel s'organise la majeure partie du réseau routier du territoire, est d'ores et déjà en limite de capacité sur certaines sections et ne pourra continuer à accueillir la croissance des déplacements sans altération du fonctionnement routier. Des solutions alternatives, tout autant routières qu'en matière de transports collectifs, permettant d'alléger le trafic sur cet axe et, en particulier, de la RD810, doivent donc être envisagées.

Ce secteur Sud-Est, aux caractéristiques rurales et de faible densité bâtie, dispose de marges de manœuvres potentielles encore importantes pour l'intégration de nouvelles infrastructures, contrairement à l'Ouest urbanisé et support d'espaces littoraux protégés.

Il est nécessaire de prévoir des coordinations de projets et de réflexions avec les territoires limitrophes du Seignanx, du Grand Dax et du Pays d'Orthe, soumis à des contraintes similaires de saturation des axes de transit, de forte croissance des déplacements interurbains et de gestion des flux économiques. La recherche de continuités de liaisons et l'opportunité de développements coordonnés entre MACS et ces territoires pourront ainsi se traduire par un renforcement du maillage routier structurant, bénéficiant à l'ensemble de ce quart-sud des Landes.

Néanmoins, aucun des axes mentionnés ci-dessus n’a fait l’objet, pour l’heure, d’étude préalable précise qui aurait permis d’indiquer un faisceau de passage probable.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

43


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5.2 CONSTRUIRE PROGRESSIVEMENT UNE OFFRE DIVERSIFIEE EN TRANSPORTS 5.2.1.

Le projet pour les réseaux ferroviaires, voyageurs et de marchandises

La présence en partie centrale du territoire d'une infrastructure ferroviaire majeure est un atout qui doit être valorisé dans le cadre d'une stratégie de déplacements durable, tant pour les voyageurs que pour le fret. Ce réseau ferroviaire est aujourd'hui au cœur de plusieurs débats et projets qui dépassent le cadre strict de l'intercommunalité, et relèvent de grands choix de politiques de transports à l'échelle régionale, nationale et internationale. A partir de l'idée générale de valorisation des infrastructures existantes et de développement du transport ferroviaire, il s'agira ainsi : d'intégrer les projets et réflexions portés par les acteurs institutionnels ou économiques, décideurs en la matière (Etat, Conseil régional, RFF, SNCF…), d'accompagner à l'échelon local le développement du transport ferroviaire au travers des politiques foncières ou urbaines menées et des choix d'aménagements.

Pour ce faire, les objectifs poursuivis sont les suivants : Prendre en compte le principe de création d'une voie ferroviaire nouvelle sur MACS s'inscrivant dans le cadre du projet LGV entre Bordeaux et Hendaye Cette nouvelle voie devra s'inscrire dans le cadre des orientations décidées au niveau local en matière de préservation des espaces urbains et des espaces naturels d'intérêt majeur. Cette position de principe s'exprime dans un contexte qui reste à clarifier. Pour le moment, RFF, maître d'ouvrage de l'opération prévoit : une voie nouvelle mixte, voyageurs et marchandises, dans le Sud-Landes et Pays Basque, o

un couloir d'étude actuellement en cours entre Dax et Bayonne

o

la création d’une Halte SRGV nouvelle sur Saint-Geours-de-Maremne

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

44


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Valoriser l'offre de transport ferroviaire actuelle et future pour les déplacements interurbains. Cette offre répond à un réel besoin, non seulement pour les populations « contraintes » (personnes sans véhicule, scolaires…) mais aussi les migrants « domicile-travail » confrontés aux congestions routières et à la forte hausse du coût individuel des déplacements automobiles, ainsi que pour les besoins de rabattement sur les gares TGV. Pour augmenter l'utilisation du mode ferroviaire pour les déplacements quotidiens des habitants de MACS, deux objectifs doivent être poursuivis conjointement : Mettre en œuvre, à terme, le projet LGV permettant de libérer des créneaux horaires sur la ligne actuelle et d'augmenter la fréquence des trains voyageurs, Maintenir l'ensemble des gares et haltes actuelles, et en faire de réels points d'appuis dans une stratégie globale d'intermodalités. Pour cela, il sera nécessaire d'améliorer l'accessibilité de ces sites pour tous les modes de déplacements, d'engager leur reconquête et leur requalification. Le programme de rénovation de la gare de Saint-Vincent-de-Tyrosse constitue une première étape de cette démarche globale. Soutenir le développement du fret ferroviaire, en lien notamment avec le nœud multimodal de Bayonne-Mouguerre, rapidement accessible depuis MACS. Le développement du transport de marchandises par le rail, couplé le cas échéant avec la voie maritime, constitue en effet une réponse nécessaire à l’engorgement des axes routiers Nord-Sud par les flux de transit longue distance, et favorable en termes de politique énergétique durable. La récente ouverture à la concurrence du fret ferroviaire en France peut constituer un élément favorable pour le développement de cette activité dans les prochaines années, mais elle devra s'accompagner de mesures fiscales incitatives pour favoriser le transfert modal de la route vers le rail.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

45


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5.2.2.

Développer des solutions de transports collectifs internes au territoire, en s'appuyant sur les spécificités et les enjeux urbains par secteur

Le diagnostic a mis en évidence l'insuffisance du réseau de bus départemental, seul système de transports en commun (TC) présent sur le territoire aux côtés du réseau ferroviaire, à satisfaire les besoins croissants en déplacements et en mobilité urbaine, interurbaine ou touristique. L'optimisation de ce réseau constitue donc une nécessité pour mieux l'adapter au contexte et à la demande locale, en corrélation avec les choix futurs du Conseil général. Cependant, pour enrayer la croissance tendancielle du trafic automobile et répondre aux enjeux sociaux et environnementaux exprimés par ailleurs, il apparaît nécessaire de réfléchir plus en avant à la création de nouveaux services de transports internes au territoire, venant compléter ou se substituer au réseau départemental. A l'heure actuelle, le territoire ne dispose pas d'outils de connaissance fine des pratiques, de planification ou de suivi des politiques menées en matière de déplacements. L'engagement d'une démarche spécifique, du type PGD (Politique Globale de Déplacement), apparaît donc comme un préalable nécessaire avant tout investissement lourd pour préciser ces besoins. D'ores et déjà, certaines pistes de réflexions peuvent être préconisées, et pourront être précisées par la suite : Un principe de priorité à donner à la desserte en transports en commun dans les principaux sites d'équipements et touristiques du territoire : principaux centres urbains, stations touristiques à forte fréquentation, pôles d'équipements et d'activités commerciales.

De nécessaires stratégies de coordination et d'interconnexions avec les réseaux de transports de la Région, du Département et des agglomérations dacquoise et bayonnaise, en visant la mise en place de tarifications adaptées ou uniques.

L'intégration, à titre d'exemple, de la question du mode énergétique choisi pour les transports à mettre en place Ce choix devra s'appuyer sur des critères environnementaux et non seulement techniques et économiques, et devront conduire à considérer les alternatives aux motorisations classiques : énergie électrique, biocarburants, voire carburants alternatifs en fonction de l'évolution du contexte réglementaire.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

46


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5.2.3.

Le projet pour les autres modes de transports collectifs ou alternatifs

Il s'agit en premier lieu de renforcer les réseaux cyclables et la pratique du vélo comme mode de déplacement utilitaire et quotidien, aux côtés des pratiques touristiques et estivales déjà bien implantées. Pour cela, les mesures à engager se situent à deux niveaux : La diffusion des itinéraires cyclables à partir du littoral vers l'Est par la mise en œuvre du schéma directeur liaisons douces de MACS, Le développement de l'offre d'itinéraires cyclables à l'intérieur des villes et leur prise en compte en amont des projets urbains communaux et d'aménagements routiers.

Compte tenu du potentiel local en termes de trafics touristiques ou d'affaires, il pourrait être nécessaire de sauvegarder la vocation aéronautique du site de l'aérodrome de Soustons : en évitant sa réappropriation pour d'autres usages, en permettant l'implantation d'éventuels nouveaux équipements et activités renforçant cette vocation.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

47


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5.3 FAVORISER LE DEVELOPPEMENT DU TRANSPORT D’INFORMATIONS « NUMERIQUES » Compte tenu de l’essor et de l’importance que revêtent aujourd’hui les flux d’information, notamment à travers l’Internet, il semble primordial de développer les réseaux numériques. L’objectif est double : veiller à ce que l’ensemble de la population du territoire puisse bénéficier, à moyen terme, d’une connexion très haut débit de qualité, veiller à ce que les principaux sites d’activités économiques ou de forte concentration urbaine soient desservis à moyen terme en très haut débit.

Projet d'Aménagement et de développement Durable - Document approuvé le 04 mars 2014

48


Scot macs padd appro 04 03 2014