Issuu on Google+


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

SOM M AIRE [CHAP.I]

PREAM BULE .................................................................................................................................................................. 4

[CHAP.II]

INTRODUCTION : LES OBJECTIFS ET LES PRINCIPES DE LA POLITIQUE DE L’URBANISM E ET DE L’AM ENAGEM ENT ......................... 7

[CHAP.III]

OBJECTIFS ET PRINCIPES POUR LA PROTECTION DES ESPACES ET SITES NATURELS, AGRICOLES, FORESTIERS OU URBAINS ......... 9

3 - 1 . LES ESPACES ET SITES NATURELS A PROTEGER....................................................................................................................................... 1 0 3 -1 .1 . Les espaces et sites natur els à pr éser ver sur l’ensemble du ter r itoir e .................................................................................... 1 0 3 -1 .2 . Les espaces et sites natur els à pr éser ver dans les communes littor ales (Loi Littor al) ................................................................ 2 3 3 - 2 . LA PRESERVATION DE LA RESSOURCE EN EAU ........................................................................................................................................ 3 0 3 -2 .1 . 3 -2 .2 . 3 -2 .3 .

Gar antir la sécur ité de l’appr ovisionnement en eau potable .................................................................................................... 3 0 Réduir e la consommation en eau potable ........................................................................................................................... 3 1 Pr éser ver la qualité des eaux super ficielles ......................................................................................................................... 3 2

3 - 3 . LES OBJECTIFS RELATIFS A LA PROTECTION DES PAYSAGES, A LA M ISE EN VALEUR DES ENTREES DE VILLE.................................................................... 3 4 3 -3 .1 . 3 -3 .2 .

Routes et entr ées d’agglomér ations .................................................................................................................................. 3 4 Les agglomér ations......................................................................................................................................................... 3 7

[CHAP.IV]

OBJECTIFS ET PRINCIPES POUR UN DEVELOPPEM ENT URBAIN M AITRISE ............................................................................. 3 8

4 - 1 . LES OBJECTIFS ET LES PRINCIPES DE LA POLITIQUE DE L’HABITAT .................................................................................................................. 3 9 4 -1 .1 . Le pr incipe d’or ganisation des extensions ur baines et pér i-ur baines ........................................................................................ 3 9 4 -1 .2 . Les objectifs r elatifs à la cohér ence entr e ur banisation et logements sociaux ........................................................................... 4 0 4 - 2 . LE PRINCIPE DE RESTRUCTURATION DES ESPACES URBANISES ET DE REVITALISATION DES CENTRES URBAINS ET RURAUX .................................................. 4 5

1 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 - 3 . LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE DES TRANSPORTS ET DES DEPLACEM ENTS ...................................................................................................... 4 6 4 -3 .1 . 4 -3 .2 . 4 -3 .3 . 4 -3 .4 . 4 -3 .5 . 4 -3 .6 .

Les pr incipes génér aux de cohér ence entr e l'ur banisation et le développement futur des tr anspor ts collectifs ................................ 4 6 La pr ise en compte des modes de tr anspor ts alter natifs à la voitur e dans les politiques publiques et les pôles de développeme nt ..... 5 0 La pr ise en compte des pr évisions de voies nouvelles d'intér êt dépar temental ou inter communal ................................................. 5 3 La pr éser vation des capacités r outièr es et d'évolution des voies pr imair es existantes ou à aménager ........................................... 5 5 Les gr ands pr ojets d’infr astr uctur es r outièr es ..................................................................................................................... 5 7 Les autr es gr andes infr astr uctur es de tr anspor t ................................................................................................................. 5 8

4 -3 .7 . 4 -3 .8 .

Les éventuels r enfor cements r outier s non pr écisés au SCoT ................................................................................................. 5 9 Pr omouvoir le développement des «liaisons douces» ............................................................................................................. 6 0

4 - 4 . LES GRANDS PROJETS D’EQUIPEM ENTS ET DE SERVICES ............................................................................................................................ 6 1 4 -4 .1 . Les équipements scolair es ............................................................................................................................................... 6 1 4 -4 .2 . Les équipements spor tifs et de loisir s ................................................................................................................................ 6 2 4 -4 .3 . Pr omouvoir le développement de la desser te numér ique ....................................................................................................... 6 3 4 - 5 . CONDITIONS POUR L’OUVERTURE DES ZONES A URBANISER ........................................................................................................................ 6 4 4 - 6 . OBJECTIFS A ATTEINDRE EN M ATIERE DE M AINTIEN OU DE CREATION D'ESPACES VERTS DANS LES ZONES FAISANT L'OBJET D'UNE OUVERTURE A L'URBANISATION .... 6 7 4 - 7 . LES OBJECTIFS ET PRINCIPES POUR LA PREVENTION DES RISQUES.................................................................................................................. 6 8 4 -7 .1 . 4 -7 .2 . 4 -7 .3 . 4 -7 .4 . 4 -7 .5 . 4 -7 .6 . [CHAP.V]

M aîtr iser le r isque littor al ................................................................................................................................................. 6 8 Pr évenir les inondations et gér er les eaux pluviales .............................................................................................................. 6 9 Pr otéger les biens et les per sonnes face au r isque de feux de for êt ........................................................................................ 7 1 Pr évenir les r isques technologiques ................................................................................................................................... 7 2 Pr évenir l’exposition des populations aux nuisances sonor es .................................................................................................. 7 3 Assur er la santé publique ................................................................................................................................................ 7 4 OBJECTIFS ET PRINCIPES RELATIFS AU DEVELOPPEM ENT DES ACTIVITES ECONOM IQUES ........................................................ 7 7

5 - 1 . FAVORISER LE DEVELOPPEM ENT DE L’EM PLOI EN S’APPUYANT SUR LES PRINCIPAUX ATOUTS DU TERRITOIRE (OBJECTIFS RELATIFS AU DEVELOPPEM ENT ECONOM IQUE)7 8 5 -1 .1 .

Le r enfor cement des zones d’activités ................................................................................................................................ 7 9

2 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 - 2 . OBJECTIFS RELATIFS A L’EQUIPEM ENT COM M ERCIAL ET ARTISANAL ................................................................................................................ 8 4 5 -2 .1 . Attr activité r ésidentielle et économie r ésidentielle (Objectifs r elatifs à l’ar tisanat et aux ser vices) .................................................. 8 4 5 -2 .2 . L’aménagement commer cial (DAC) .................................................................................................................................... 8 5 5 -2 .3 . La pr ise en compte du contenu et des or ientations du Document d’Aménagement Commer cial du ter r itoir e de la Communauté de communes M ACS ......................................................................................................................................................................... 8 8 5 -2 .4 . Hiér ar chisation et typologie futur e des pôles d’offr e sur le ter r itoir e de la Communauté de communes M ar emne Adour Côte Sud ..... 8 8 5 -2 .5 . Champ d’application et pr escr iptions du DAC ...................................................................................................................... 9 5 5 -2 .6 . Pr ésentation détaillée des 6 ZACOM du ter r itoir e de la Communauté de communes M ar emne Adour Côte-Sud pour la pér iode 2 0 1 2 -2 0 1 8 ................................................................................................................................................................................. 9 7 5 - 3 . OBJECTIFS RELATIFS A L’ACTIVITE AGRICOLE ET FORESTIERE....................................................................................................................... 1 1 5 5 - 4 . OBJECTIFS RELATIFS A L’ACTIVITE TOURISTIQUE .................................................................................................................................... 1 1 6 [CHAP.VI]

ANNEXES................................................................................................................................................................... 1 1 8

3 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

[Chap.I]

PREAM BULE

4 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Le Pr ojet d’Aménagement et de Développement Dur ables a défini les gr andes lignes du pr ojet politique d'aménagement de l'espace pour les 1 5 pr ochaines années. Le Document d’Or ientation et d’Objectifs doit fixer des pr incipes, des or ientations, des pr escr iptions et autr es éléments qui vont per mettr e d'atteindr e les objectifs fixés dans le Pr ojet d’Aménagement et de Développem ent Dur ables. Comme le pr écise l’Ar ticle L1 2 2 -1 -5 du Code de l’Ur banisme, le Document d'Or ientation et d’Objectifs :  définit les objectifs et les pr incipes de la politique de l'ur banisme et de l'aménagement.  déter mine les conditions d'un développement équilibr é dans l'espace r ur al entr e l'habitat, l'activité économique et ar tisanal e, et la pr éser vation des sites natur els, agr icoles et for estier s.  déter mine les espaces et sites natur els, agr icoles, for estier s ou ur bains à pr otéger . Il peut en définir la localisation ou la délimitation.  pr écise les modalités de pr otection des espaces nécessair es au maintien de la biodiver sité et à la pr éser vation ou à la r emis e en bon état des continuités écologiques.  ar r ête des objectifs chiffr és de consommation économe de l'espace et de lutte contr e l'étalement ur bain, qui peuvent êtr e ventilés pa r secteur géogr aphique.  pr écise les conditions per mettant de favor iser le développement de l'ur banisation pr ior itair e dans les sec teur s desser vis par les tr anspor ts collectifs ainsi que celles per mettant le désenclavement par tr anspor t collectif des secteur s ur banisés qui le nécessitent. Il peut déter miner des secteur s dans lesquels l'ouver tur e de nouvelles zones à l'ur banisation est subor donnée à leur desser te par les tr anspor ts collectifs. Il peut étendr e l'application de l'ar ticle L. 1 1 1 -1 -4 à d'autr es r outes que celles mentionnées au pr emier alinéa dudit ar ticle.  pour la r éalisation des objectifs définis à l'ar ticle L. 1 2 2 -1 -4 , il peut, en fonction des cir constances locales, imposer pr éalablement à toute ouver tur e à l'ur banisation d'un secteur nouveau :  1 ° L'utilisation de ter r ains situés en zone ur banisée et desser vis par les équipements mentionnés à l'ar ticle L. 1 1 1 -4 ;  2 ° La r éalisation d'une étude d'impact pr évue par l'ar ticle L. 1 2 2 -1 du code de l'envir onnement ;  3 ° La r éalisation d'une étude de densification des zones déjà ur banisées.  peut définir des secteur s dans lesquels l'ouver tur e de nouvelles zones à l'ur banisation est subor donnée à l'obligation pour l es constr uctions, tr avaux, installations et aménagements de r especter :  1 ° Soit des per for mances éner gétiques et envir onnementales r enfor cées ;  2 ° Soit des cr itèr es de qualité r enfor cés en matièr e d'infr astr uctur es et r éseaux de communications électr oniques.  définit les gr ands pr ojets d'équipements et de ser vices.  peut également définir des objectifs à atteindr e en matièr e de maintien ou de cr éation d'espaces ver ts dans les zones faisant l'objet d'une ouver tur e à l'ur banisation. 5 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

 dans des secteur s qu'il délimite en pr enant en compte leur desser te par les tr anspor ts collectifs, l'existence d'équipements collectifs et des pr otections envir onnementales ou agr icoles, il peut déter miner la valeur au-dessous de laquelle ne peut êtr e fixée la densité maximale de constr uction r ésultant de l'application de l'ensemble des r ègles définies par le plan local d'ur banisme ou du document en tenant lieu. Dans ces secteur s, les r ègles des plans locaux d'ur banisme et des documents d'ur banisme en tenant lieu qui ser aient contr air es aux nor mes minimales de hauteur , d'empr ise au sol et d'occupation des sols fixées par le document d'or ientation et d'objectifs cessent de s'appliquer passé un délai de vingt-quatr e mois à compter de la publication du schéma, de sa r évision ou de sa modification. Passé ce délai, le per mis de constr u ir e, d'aménager ou de démolir ne peut êtr e r efusé et les pr ojets faisant l'objet d'une déclar ation pr éalable ne peuvent fair e l'objet d'une opposition sur le fondement d'une r ègle contr air e aux nor mes minimales fixées par le schéma de cohér ence ter r itor iale ou le schéma de secteu r .  le document d'or ientation et d'objectifs peut, sous r éser ve d'une justification par ticulièr e, définir des secteur s, situés à pr oximité des tr anspor ts collectifs existants ou pr ogr ammés, dans lesquels les plans locaux d'ur banisme doivent imposer une densité minimale de constr uction. C’est un Document opposable aux tier s avec pour objectif de déter miner les éléments fondamentaux de l’aménagement du ter r itoir e dans tous les domaines. Le Document d’Or ientation et d’Objectifs constitue le volet pr escr iptible du SCoT qui s’impose notamment au x documents d’ur banisme locaux (PLU). Le SCoT donne un cadr e, un cahier des char ges commun dans lequel les PLU doivent s’intégr er mais laisse une mar ge d'inter pr é tation locale. Il s’agit bien de la notion jur idique de « compatibilité et non de « confor mité ». Devr ont également êtr e compatibles avec les or ientations du SCoT :  Les Pr ogr ammes Locaux de l’Habitat (PLH).  Les Plans de Déplacements Ur bains (PDU).  Les Plans de Sauvegar de et de M ise en Valeur (PSM V).  Les opér ations foncièr es et les opér ations d’aménagement définies par décr et en Conseil d’Etat : ZAD et pér imètr es pr ovisoir es de ZAD, des ZAC, la constitution par des collectivités et établissements publics de r éser ves foncièr es de plus de cinq hectar es d ’un seul tenant, et lor squ’ils por tent une SHON de plus de 5 0 0 0 m², celle des lotissements, des r emembr ements r éalisés par des AFU et des constr uctions soum ises à autor isations. (ar t. R1 2 2 -5 code ur b.)  Les autor isations d’ur banisme commer cial Deux types d’or ientations ont été définis :  Prescription : disposition opposable du SCoT dans un r appor t de compatibilité  Recommandation : disposition indicative (non opposable) destinée, soit à pr éciser « le mode d’emploi » d’une pr escr iption, soit à inciter à la mise en œuvr e des objectifs qu’elle compor te. Un tableau de synthèse a été établi pour faciliter la lectur e et la mise en œuvr e du DOO. Les pr escr iptions et r ecommandation s sont numér otées sur le document. Les schémas impor tant sont annexés en gr and for mat (ils r estent schématiques et n’ont pas la valeur de car tes). 6 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

[Chap.II] INTRODUCTION : LES OBJECTIFS ET LES PRINCIPES DE LA POLITIQUE DE L’URBANISM E ET DE L’AM ENAGEM ENT

Le SCoT affir me la volonté de gér er l’espace r ur al de façon économe et son ambition d’un équilibr e r aisonné entr e développement et pr otection.

7 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Le for t développement ur bain que connaît le ter r itoir e ne doit pas occulter le car actèr e agr icole et for estier et le cadr e na tur el de la communauté de communes. Ainsi il est nécessair e de gér er de manièr e économe l'utilisation des sols afin que les gr ands équilibr es puissent êtr e r espectés. Dans ce cadr e, le SCoT affir me un cer tain nombr e de pr escr iptions et de r ecommandations, à savoir :

Pr escr iptions :

Recommandations :

P.1. Les espaces natur els, agr icoles et for estier s, de qualité identifiés par ce présent DOO (Cf. schéma des espaces naturels) ou dans le diagnostic du PLU devr ont fair e l’objet de pr otection dans le PLU. La car togr aphie schématique (cf. Annexes) devr a notamment êtr e tr aduite à l’échelle cadastr ale dans le cadr e des documents d’ur banisme (PLU). Pour satisfair e les nouveaux besoins foncier s liés à l'extension de l'ur banisation, tr ansfor mation d'espaces agr icoles ou for estier s devr a êtr e maîtr isée.

la

Lor s de l’élabor ation des documents d’ur banisme, les collectivités tiendr ont compte de la capacité agr onomique des sols et des investissements r éalisés, notamment en matièr e d’ir r igation ou de dr ainage, afin d’éviter lor sque cela est possible les extensions ur baines sur ces zones.

R.0 Les communes favor iser ont les activités de diver sification, notamment tour istiques (gîtes, accueil à la fer me...) qui per mettent de développer des r elations littor al-campagne et les modes de commer cialisation des pr oductions du ter r oir (ventes dir ectes…).

Les communes pr endr ont en compte les besoins r éper tor iés en matièr e d'agr icultur e tels que définis à l'ar ticle L1 2 3 -1 du Code de l'Ur banisme en cher chant à : -

éviter la sanctuar isation des espaces agr icoles et for estier s sans pr endr e en compte leur r éalité fonctionnelle et str uctur elle

-

identifier et hiér ar chiser l’aptitude des ter r es agr icoles

-

four nir une connaissance sur les tendances de r epr ises d’exploitation

-

identifier les espaces qui peuvent muter ver s l’ur banisation et justifier les choix au r egar d du potentiel de pr oduction

-

pr évoir où pour r aient êtr e positionnés les futur s sièges d’exploitation

-

pr éser ver l’accès aux exploitations en évitant leur enclavement et le mor cellement du foncier agr icole

Cf. Par tie 4 .5 pour or ientations sur consommation d’espace.

les la

8 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

[Chap.III] OBJECTIFS ET PRINCIPES POUR LA PROTECTION DES ESPACES ET SITES NATURELS, AGRICOLES, FORESTIERS OU

URBAINS Le SCoT doit gar antir le maintien de la diver sité des paysages et des milieux natur els r emar quables et favor iser une gestion envir onnementale intégr ée des zones littor ales et r étr o littor ales. CET OBJECTIF GENERAL EST DECLINE DANS UN PREM IER TEM PS POUR L’ENSEM BLE DU TERRITOIRE ET DANS UN DEUXIEM E TEM PS POUR SA PARTIE LITTORALE EN LIEN AVEC LA LEGISLATION SPECIFIQUE QUI S’Y APPLIQUE.

9 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3 - 1.

LES ESPACES ET SITES NATURELS A PROTEGER

3 -1 .1 . Les espaces et sites naturels à préserver sur l’ensemble du territoire « Longtemps, l’homme et les espèces sauvages ont par tagé les axes pr ivilégiés de déplacement que sont les gr andes vallées, les cour s d’eau et leur s abor ds… Depuis quelques décennies, l’intensité et l’étendue des activités humaines (ur banisation, constr uction d’infr astr uctur es, intensification de l’agr icultur e…) a modifié cet équilibr e et contr aint voir e empêche de nos jour s les possibilités de communication et d’échange pour la faune et flor e sauvages (on par le alor s de fr agmentation du ter r itoir e). Sans pouvoir assur er ces échanges vitaux, les espèces sauvages sont alor s menacées d’isolement voir e de dispar ition. En d’autr es ter mes, il ne suffit plus aujour d’hui pour maintenir la biodiver sité de cr éer des îlots de natur e pr otégés en supposant que des échanges s’or ganiser ont de manièr e n atur elle entr e ces air es pr otégées. Il est indispensable d’identifier et de r établir une infr astr uctur e natur elle fonctionnelle pour connecter ces cœur s de natur e sur notr e ter r itoir e. Cette infr astr uctur e natur elle, c’est la tr ame ver te et bleue. » (Sour ce : DIREN Fr anche-Comté)

Sour ce : Citadia

10 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Protéger les espaces d’intérêt écologique majeur cœurs de biodiversité Le diagnostic a identifié dans la par tie « Etat Initial de l’Envir onnement » la nécessité de pr éser ver les espaces d’intér êt écologique majeur dont la conser vation de l’intér êt biologique est essentielle. Cet objectif concor de avec les avancées législative s sur la pr otection des tr ames ver te et bleue. Ces espaces figur ent sur la « cartographie des espaces naturels à préserver : cœurs de biodiversité », insér ée en annexe du DOO. Ces « cœur s de biodiver sité » sont ceux qui figur ent dans les inventair es patr im oniaux (ZNIEFF de type I) ou bénéficient d’une pr otection (Réser ve Natur elle, Natur a 2 0 0 0 ). Sont également considér és comme cœur s de biodiver sité les espaces situés dans la bande littor ale de 1 0 0 m. Les espaces r econnus pour leur valeur écologique majeur e compr ennent :

les dunes littor ales non ur banisées et les plages jusqu’au 0 du niveau de la mer , y compr is la lette d’ar r ièr e -dune littor al et les four r és pr éfor estier s,

les espaces d’intér êt botanique r econnu dans la for êt dunair e,

les zones humides en ar r ièr e du massif dunair e boisé : étangs et leur s r ives, mar ais,

l’Adour et ses bar thes Pr escr iptions

Recommandation

P.2. Les cœur s de biodiver sité ne sont pas ur banisables (cf. car togr aphie annexée au DOO). hor mis les extensions ur baines des bour gs et des hameaux imbr iqués dans ces secteur s lor squ’elles ne por tent pas atteinte au fonctionnement de ces espaces et r espectent les autr es dispositions du DOO. P.3. Les communes doivent r epér er ces espaces dans leur PLU et appliquer un r èglement qui per mette d’assur er leur pr éser vation. P.4. Les activités agr icoles et sylvicoles devr ont veiller à r especter l’envir onnement et êtr e adaptées à la conser vation des r ichesses du milieu. P.5. Sont autor isées les activités humaines r elevant de l’entr etien du paysage, de la gestion écologique, des activités de chasse, de pêche, cueillette de champignons et de pr omenades en for êt.

R.1 En plus des accès aux plages, ces espaces peuvent fair e l’objet d’une ouver tur e au public à condition qu’elle soit or ientée ver s la pédagogie liée à la découver te de la natur e et que la fr équentation ne menace pas leur identité.

P.6. Les constr uctions de nouvelles infr astr uctur es de tr anspor t ou de r éseaux sont autor isées à condition de maintenir des passages pour la faune et la continuité natur elle des cour s d’eau et de leur s ber ges. 11 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Préserver la biodiversité dans les grands ensembles cohérents d’un point de vue environnemental Le ter r itoir e du SCoT compr end d’autr es zones natur elles à enjeu écologique du fait de leur taille ou de la natur e des milieux qui les composent, même si leur intér êt est moindr e que celui des espaces pr écédents. Ces espaces font souve nt le lien entr e les différ ents cœur s de biodiver sité. Ces sites sont à conser ver globalement et non intégr alement pour leur intér êt écologique et leur potentiel de biodiver sité ; ils sont à pr endr e en compte dans les PLU avec un r èglement adapté à la pr éser vation de ces milieux. Ces autr es zones d’intér êt écologique sont (cf. schéma ci-contr e et annexé au DOO) : 

l’ensemble du massif dunair e de chênes lièges et pins mar itimes,

la mosaïque de vallons humides et boisements sur les ver sants et les plateaux du Gosse,

Pr escr iptions

P.7.

Pour les gr ands ensembles cohér ents d’un point de vue envir onnemental

o

Les communes doivent r epér er dans leur PLU ces espaces et appliquer un r èglement qui per mette d’assur er leur pr éser vation.

o

Les extensions de l’ur banisation ne doivent pas por ter atteinte à l’équilibr e global de ces milieux natur els à l’échelle du gr and ensemble.

P.8. Pour les gr ands ensembles cohér ents concer nant l’espace r ur al à dominante agr icole o

Les communes doivent r epér er dans leur PLU les espaces mér itant d’êtr e pr éser vés sans pour autant inter dir e les extensions ur baines des bour gs et des hameaux

o

Les extensions de l’ur banisation ne doivent pas por ter atteinte à l’équilibr e global de ces espaces à l’échelle du gr and ensemble.

P.9. Les constr uctions de nouvelles infr astr uctur es de tr anspor t ou de r éseaux sont autor isées à condition de maintenir des passages pour la faune et la continuité natur elle des cour s d’eau et de leur s ber ges.

Recommandation

R.2 Les usages agr icoles et sylvicolesDocument qui per mettent etde maintenir la qualité d’Orientation d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014 écologique de ces espaces sont à confor ter .

12


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

M aintenir les corridors écologiques

Les espaces natur els ont besoin d’êtr e inter -connectés afin d’assur er la pr éser vation de leur r ichesse biologique. Les possibilités d’échanges et des déplacements des espèces animales et végétales doivent êtr e assur ées pour faciliter la r epr oduction et le r enouvellement génétique. Sur le ter r itoir e de M ACS, les espaces natur els sont encor e peu mor celés et bien r eliés entr e eux, gr âce notamment à la densité du r éseau hydr ogr aphique. Les pr incipaux cor r idor s écologiques (cf. schéma ci-contr e et annexé au DOO) sont constitués par : 

Le r éseau dense des cour s d’eau et de leur végétation de r ive (tr ame bleue),

Les gr ands ensembles cohér ents d’un point de vue envir onnemental (chapitr e ci-dessus) qui par ticipent à l’inter connexion des cœur s de biodiver sité

Les nombr eux espaces boisés, agr icoles, ou les étendues d’eaux « non mités »

Pr escr iptions

P.10.

Les cor r idor s écologiques sont à identifier dans les PLU des communes ;

P.11. Les Plans Locaux d’Ur banisme doivent assur er à long ter me le maintien de ces continuités. Ils tiennent compte des dites connexions par un zonage appr opr ié, par des mesur es gar antissant les continuités sur le long ter me, en veillant à la cohér ence de leur zonage avec celui des communes adjacentes, concer nées par les mêmes liaisons natur elles et paysagèr es. P.12. Les cor r idor s ne doivent pas êtr e inter r ompus par l’ur banisation sauf dans le cas de pr ojet d’intér êt génér al pour la collectivité. Les por teur s du pr ojet devr ont alor s justifier qu’il s’agît du meilleur choix et devr ont pr ésenter les différ entes alter natives étudiées et les ar guments qui conduisent à fair e ce choix. Ils devr ont alor s pr oposer des mesur es compensatoir es qui per mettent de pr éser ver le cor r idor . P.13. Les continuités ser ont maintenues ou r établies lor s de la constr uction de nouvelles infr astr uctur es de tr anspor t ou de r éseaux : aménagement de passages pour la faune, continuité natur elle des cour s d’eau et de leur s ber ges… Recommandation

R.3 Il est r ecommandé, lor sque la configur ation des lieux le per met, de conser ver une zone de tampon entr e le « cor r idor » et les espaces ur banisés.

Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014

13


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandation

R4 . Des cor r idor s sont susceptibles d’êtr e coupés par la r éalisation de nouvelles voies de communication destinées à amélior er la cir culation sur le ter r itoir e. Aujour d’hui, ces pr ojets sont seulement en phase initiale d’étude et r ien ne per met d’affir mer aujour d’hui qu’ils vont se r éaliser et si oui, quel va êtr e exactement le par ti r etenu. Ces pr ojets sont pr ésentés à titr e infor matif mais de nombr euses études r estent à mener . Ils devr ont d’ailleur s fair e l’objet d’une évaluation envir onnementale pr écise et d’une étude d’impact, et pr oposer des mesur es compensatoir es s’ils étaient amenés à couper un cor r idor . Dans tous les cas, il n’appar tient pas au SCoT, sur tout vu l’avancement actuel des pr ojets, de fair e une étude sur les per tur bations que ces pr ojets pour r aient pr ovoquer

14 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Améliorer la gestion des milieux dunaires Les milieux dunair es pr ésentent un intér êt écologique élevé (for t endémisme de la végétation) mais dont les habitats natur els ne sont pas toujour s en bon état de conser vation du fait de la pr ession tour istique et l’absence d’une vér itable gestion. Ainsi, il est pr imor dial de maintenir les composantes du fr agile équilibr e des milieux dunair es et par la même du paysage littor al.

Pr escr iption

P.14. Les PLU devr ont pr éser ver le car actèr e « sauvage » du cor don dunair e qui est constitué par : la plage, les dunes à végétation r ase, et la for êt mar itime de pr otection qui par ticipe au maintien de la dune.

Recommandation

R.5 Les communes pour r ont élabor er des plans plages afin de pr endr e en compte les spécificités locales

15 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Entretenir les milieux humides pour préserver leur intérêt « M ar ais, tour bièr es, pr air ies humides, lagunes, … entr e ter r e et eau, les milieux humides pr ésentent de multiples facettes et se car actér isent par une biodiver sité exceptionnelle. Ils abr itent en effet de nombr euses espèces végétales et animales. Par leur s différ entes fonctions, ils jouent un r ôle pr imor dial dans la r égulation de la r essour ce en eau, l’épur ation et la pr évention des cr ues. » Sour ce : Eau Fr ance

M enacé par les activités humaines et les changements globaux, ce patr imoine natur el (cf. schém a ci-contr e et annexé au DOO) doit fair e l’objet d’une attention par ticulièr e.

16 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Pr escr iptions

P.15.

Les PLU devr ont ainsi :

r epér er pr écisément et classer les zones humides, les cour s d’eau et les boisements associés en zones natur elles pr incipalement, notamment dans les secteur s pr oches de l’ur banisation (hor s secteur s déjà ur banisés),

inter dir e la tr ansfor mation de leur état initial par l’affouillement, le dr ainage, l’exhaussement du sol, le r etour nement des pr air ies humides, les dépôts de matièr es quelle que soit leur natur e,

pr ivilégier la non-destr uction d’une zone humide, plutôt que la mise en place de mesur es compensatoir es,

mettr e en place des mesur es compensatoir es per mettant d’atteindr e et de gar antir le même niveau écologique, les mêmes fonctions, les mêmes sur faces à ter me, des zones humides concer nées, de zones humides pr éexistantes (r éhabilitation, …) ou à cr éer si la sauvegar de d’une zone humide (dans sa totalité ou en par tie) n’est pas possible. Il est impor tant d’y maintenir et de per mettr e les pr atiques, notamment agr icoles, lor squ’elles r espectent la qualité de l’eau et la biodiver sité,

r echer cher la continuité du r éseau hydr ogr aphique et l’inter connexion des zones humides depuis les sour ces jusqu’à l’embouchur e des cour s d’eau. Les opér ations d’aménagement et d’extensions ur baines ne devr ont pas avoir pour conséquence l’isolement ou l’enser r ement des zones humides. Pour les sites ne pr ésentant pas d’enjeux dir ects liés à la lutte contr e les inondations, le cheminement natur el des cour s d’eau doit êtr e conser vé ainsi que l’état natur el des r ives et ber ges.

P.16. Les opér ations d’aménagement ne doivent pas per tur ber l’équilibr e biologique et chimique des zones humides littor ales. Aussi, sur l’ensemble des cour s d’eau douce alimentant ces zones humides, aucun r ejet sans pr étr aitement n’est per mis (eau de r uissellement, eau usée). L’eau issue de ces r ejets doit r especter la qualité en vigueur la plus str icte. Un appr ovisionnement en eau douce de débit suffisant (débit minimum biologique per mettant le maintien de la biodiver sité) doit êtr e conser vé. P.17. Les constr uctions de nouvelles infr astr uctur es de tr anspor ts ou de r éseaux sont autor isées à condition de maintenir des passages pour la faune et la continuité natur elle des cour s d’eau et de leur s ber ges.

17 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Préserver les espaces forestiers et affirmer leur caractère multifonctionnel Les espaces for estier s, dont une gr ande par tie constitue une for êt de pr oduction, occupent une étendue impor tante sur le ter r itoir e et r evêtent une cer taine diver sité : massif for estier dunair e, pinède sur la plaine landaise, boisements mor celés du Gosse, boisements alluviaux des bar thes de l’Adour . La gestion multifonctionnelle de ces espaces for estier s doit pouvoir combiner leur s fonctions économiques, sociales, et envir onnementales en cohér ence avec la Char te for estièr e de ter r itoir e du Pays Adour Landes Océanes.

18 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

Pr escr iptions :

P.18. Les espaces for estier s doivent êtr e conser vés ou r eplantés tr ès

R.6 Les îlots de chêne liège doivent êtr e pr éser vés,

major itair ement du fait de leur impor tance économique, paysagèr e,

voir e développés, du fait de l’intér êt économique et

envir onnementale, et des per spectives de développement de la filièr e

envir onnemental de cette essence, sur l’ensemble du

bois : valor isation du bois matér iau et du bois éner gie ;

ter r itoir e

et

plus

par ticulièr ement

sur

le

r elief

dunair e ; P.19. Le développement de l’ur banisation doit veiller à économiser l’espace for estier et à éviter toute for me d’ur banisation disper sée qui

R.7 Cer tains espaces for estier s peuvent êtr e ouver ts

mor celle ces espaces. Les documents d'ur banisme devr ont veiller à

au public (pr omenade, chasse, pêche,…) par leur

ne pas autor iser les occupations et utilisations du sol susceptibles

pr opr iétair e dans le r espect du milieu natur el et sous

d'entr aver physiquement la libr e cir culation de la faune (équipements

r éser ve de la pr ise en compte des r isques (incendie,

nécessitants de gr andes empr ises clôtur ées ou susceptibles de

tempête) ;

menacer la cohér ence du site, par exemple). P.20. Si l’ensemble de la for êt des sites et paysages r emar quables est

R.8 La biodiver sité doit êtr e pr ise en compte dans la

pr incipalement vouée à la sylvicultur e, on note aussi de vastes entités

gestion

for estièr es sur l’ar r ièr e du littor al, ouver tes au public et bénéficiant

associés

d’un r éseau significatif de pistes cyclables. Aussi, dans le cadr e du

for estier s, milieux tour beux, lisièr es), diver sification

pr ésent SCoT, l’ensemble des cheminements cyclables est autor isé,

des peuplements…

sylvicole : à

la

r espect

for êt

des

(mar es

milieux et

petits

natur els étangs

y compr is ceux cimentés ou goudr onnés.

R.9

La

complémentar ité

des

r uisseaux et

du

maillage de fossés de dr ainage est à r especter afin de maintenir le bon fonctionnement hydr ologique et afin d’assur er les conditions de pr oduction sylvicole.

19 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Préserver les espaces agricoles et naturels « ouverts » Les espaces agr icoles qui par ticipent à l’équilibr e du ter r itoir e occupent notamment une place impor tante, sur tout sur les co llines et vallons de Gosse ou sur la Vallée de l’Adour , tandis que la taille var iable des clair ièr es agr icoles est un élément de diver sité paysagèr e sur le plateau for estier , au Nor d Est du ter r itoir e. La pr éser vation des espaces agr icoles tant d’un point de vue économique que de la pr éser vation des paysage s ou de la biodiver sité est une nécessité (cf. schéma ci-contr e et annexé au DOO). Pr escr iptions

P.2 1 

Les PLU veiller ont à : r epér er ces espaces afin de maintenir les équilibr es entr e espaces ur banisés, espaces agr icoles et espaces natur els, dans le souci d’assur er la pér ennité de l’activité agr icole,

 pr endr e en compte les dynamiques des exploitations existantes et la r echer che de la pér ennité optimale des ter r es agr icoles. Il est nécessair e au tr aver s des documents d’ur banisme de r éduir e le mitage des espaces à for te valeur agr onomique de manièr e à pr éser ver le potentiel des exploitations pour les besoins à venir . Ainsi, le SCoT pr éconise de r éduir e à son minimum la consommation de foncier agr icole à des fins ur baines, notamment sur les espaces à « for te valeur agr icole ». Ces espaces à pr éser ver ser ont identifiés dans le cadr e des PLU sur la base des éléments ci-dessous. 

Sont considér és comme des espaces « à for te valeur agr icole », les cr itèr es cumulatifs suivants :

o

Dans les secteur s de pr oduction végétale : les ter r ains plats (mécanisables) ayant une bonne qualité agr onomique (sols pr ofonds, alluvionnair es,…), ayant un accès à l’eau (ir r igation, dr ainage,…), accessibles et

de dimension intér essante

(sur faces suffisamment impor tantes pour per mettr e le tr avail mécanique ou la cultur e sous d’autr es for mes (comme le mar aîchage) o

Dans les secteur s d’élevage et de pr air ies : les terr es mécanisables (impor tant es pour le fonctionnement des exploitations), les ter r es en continuité de l’exploitation (str uctur ation du par cellair e cohér ente), les ter r es qui font l’objet de plans d’épandage déposés en Pr éfectur e 20

Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

imposer une densité minimale de bâti à r éaliser pour qu'un secteur à for te valeur agr icole puisse êtr e classé en secteur constr uctibl e dans un document d'ur banisme. Si la densité envisagée est infér ieur e à 2 0 logements à l'hectar e ou à une tr entaine d’emplois atte ndus à l’hectar e un secteur à « for te valeur agr icole » ne peut êtr e ouver t à l'ur banisation.

assur er une gestion économe des espaces agr icoles en évitant l’ur banisation disper sée et en développant pr ior itair ement l’ur banisation en continuité des agglomér ations,

intégr er une analyse (qu’elle soit r éalisée en inter ne ou exter nalisée) sur l’activité agr icole et ses per spectives d’évoluti on : situation agr icole, possibilités d’évolution des exploitations agr icoles, capacités d’exploitation des différ ents espaces (mécanisation, ir r igabilité, ter r es r ecevant ou susceptibles de r ecevoir des effluents d’épandage, maintien des pér imètr es de r écipr ocité…). Cette analyse per mettr a d’ identifier les espaces à for te valeur agr icole définis pr écédemment.

maitr iser la tr ansfor mation d’espaces agr icoles ou for estier s pour éviter que les extensions ur baines nuisent à l'or ganisation qualitative des activités, agr icoles ou for estièr es.

cher cher à éviter l’enclavement des entités d’exploitation ainsi que leur mor cellement lor s des choix de localisation des zones d’ur banisation futur e, et ce pour faciliter les r estr uctur ations foncièr es nécessair es à l’accr oissem ent de la pr oductivité agr icole.

Recommandations

R.1 0 Les délais d’ur banisation des zones d’extension pr évues dans les PLU sont à afficher le plus souvent possible afin d’assur er une meilleur e lisibilité de l’avenir foncier des exploitations agr icoles,

R.1 1 Le potentiel de l’agr icultur e en matièr e tour istique, de loisir s, d’accueil des citadins, de gestion de l’envir onnement et des paysages est à valor iser ,

R.1 2 Une bonne intégr ation paysagèr e des bâtiments agr icoles et habitations des exploitants est à r echer cher . R.1 3 Pour gar antir une agr icultur e pér enne dans une per spective dur able les défis à r elever , notamment au tr aver s des documents d’ur banisme, sont : -

un soutien à la diver sification et aux effor ts d’amélior ation de la qualité des pr oduits.

-

la diver sification des activités agr icoles (conser ver ie, vente dir ecte, etc.)

21 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Schéma de synthèse des espaces naturels à préserver

22 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3 -1 .2 . Les espaces et sites naturels à préserver dans les communes littorales (Loi Littoral) La loi du 3 janvier 1 9 8 6 , appelée « loi Littor al », a pour objectif de per mettr e l’aménagement, la pr otection et la mise en valeur du littor al. Ses dispositions déter minent cer taines conditions d’utilisation des espaces ter r estr es, mar itimes et lacustr es. Elles concer nent notamment les espaces et milieux à pr éser ver , les espaces pr oches du r ivage, les coupur es d’ur banisation. La loi Littor al pr ivilégie les Schémas de Cohér ence Ter r itor iale et l’échelle inter communale. Les SCoT doivent r especter ces dispositions. La loi Littor al s‘applique sur la totalité des huit communes r iver aines du littor al de la Communauté de communes M ACS. (Cf. car t ogr aphie d’application de la loi Littor al)

La bande littorale des 1 0 0 m En dehor s des espaces ur banisés, les constr uctions ou installations sont inter dites sur u ne bande littor ale de 1 0 0 mètr es à compter de la limite haute du r ivage (Ar ticle L1 4 6 -4 ). La lar geur de la bande littor ale inconstr uctible dépend des besoins de lutte contr e l’ér osion et peut êtr e adaptée.

Recommandation

Pr escr iption

P.22. Les PLU devr ont délimiter la lar geur de la bande littor ale inconstr uctible en fonction des car actér istiques dunair es et en tenant compte des r isques d’ér osion mar ine. Les PLU devr ont toutefois r especter une bande minimale comme définie sur la car togr aphie d’« application de la loi Littor al » et tenir compte du phénomène natur el d’ér osion (r ecul du tr ait de côte).

R.1 4 Les communes peuvent établir un schéma d’aménagement pour l’évolution des constr uctions dans la bande des 1 0 0 mètr es. Ce schéma déter miner a, dans la bande des 1 0 0 mètr es, les équipements ou constr uctions dont le maintien ou la r econstr uction peuvent êtr e autor isés par dér ogation, et ceux qui doivent êtr e démolis en fixant par ailleur s les conditions de r emise en état du site. Le pr ojet de schéma est soumis à l’enquête publique. Une fois appr ouvé, le schéma est annexé au PLU.

23 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Espaces proches du rivage et urbanisation L’attr activité du littor al a engendr é jusqu’à ces der nièr es années une for te pr ession d’ur banisation sur les espaces côtier s, qui s’est notamm ent tr aduite par des extensions ur baines par allèles au tr ait de côte et par un gr ossissement conséquent des villages et des hameaux. Ces évolutions nuisent à la qualité et à la lisibilité des paysages et tendent à r ompr e les liens entr e espaces littor aux e t intér ieur s. L’extension limitée de l’ur banisation des espaces pr oches du r ivage ou des r ives des plans d’eau intér ieur s doit êtr e justifiée et motivée, dans le plan local d’ur banisme, selon des cr itèr es liés à la configur ation des lieux ou à l’accueil d’activités économiques exigeant la pr oximité immédiate de l’eau (Ar ticle L1 4 6 -4 -II). Toutefois, ces cr itèr es ne sont pas applicables lor sque l’ur banisation est confor me aux dispositions d’un schéma de cohér ence ter r itor iale, ou d’un schéma d’aménagement r égional ou compatible avec celles d’un schéma de mise en valeur de la mer . Outr e le car actèr e limité de l’extension de l’ur banisation dans les espaces pr oches du r ivage, celle -ci doit êtr e r éalisée en continuité des agglomér ations et villages existants ou en hameaux nouveaux intégr és à l’envir onnement (Ar ticle L1 4 6 -4 -I). L’obligation d’ur baniser seulement en continuité d’une agglomér ation ou d’un village existant s’applique en tout point du ter r itoir e d’une commune soumise à la loi Littor al. Elle a pour but de limiter le mitage et d’agir pour une gestion économe de l’espace. Cette r ègle conduit à inter dir e tout développement de l’habitat diffus et à figer le pér imètr e des hameaux existants. Les hameaux, qui ne saur aient êtr e des lotissements existants, peu vent néanmoins êtr e densifiés à l’intér ieur de leur pér imètr e Les cr itèr es r etenus pour la qualification des espaces pr oches du r ivage sont la visibilité, la distance et les influences ma r itimes : Afin de faciliter la mise en application de la loi Littor al, les espaces pr oches du r ivage ont été identifiés et car togr aphiés dans le pr ésent SCoT (Cf. Car togr aphie d’application de la loi Littor al).

24 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Pr escr iptions

P.23. Les espaces pr oches du r ivage pour r ont accueillir une ur banisation limitée. C’est essentielleme nt en ter mes de sur face constr uite pr ojetée que ce car actèr e limité est appr écié. La jur ispr udence pr écise qu’une extension limitée ne pour r a pas étendr e ou r enfor cer de manièr e significative l’ur banisation de quar tier s pér iphér iques ou modifier de manièr e impor tante les car actér istiques d’un quar tier . P.24. La localisation des espaces pr oches du r ivage figur e sur la car togr aphie d’« application de la loi Littor al ». Ces espaces ser ont car togr aphiées dans le PLU, sur la base de la car togr aphie du SCoT, dans un r appor t de compatibilité. P.25. Pour éviter de banaliser les paysages, l’ur banisation ne doit pas se développer de manièr e linéair e le long des axes r outier s, mais en pr ivilégiant l’aménagement de quar tier s str uctur és. P.26. Les agglomér ations et les villages existants ser ont qualifiés et délimités dans les PLU sur la base de la définition suivante : « Par agglomér ation et village, il faut entendr e un ensemble de constr uctions or ganisées, compr enant, ou ayant compr is dans le passé r écent, des équipements publics ou pr ivé s, cr éant une vie de village, par exemple des commer ces ou des ser vices publics. » P.27. L’intégr ation de hameaux nouveaux intégr és à l’envir onnement est possible en application de l’ar ticle L1 4 6 -4 . Les pér imètr es des hameaux existants ser ont délimités dans les PLU sur la base de la définition suivante « Sont considér és comme des hameaux des espaces bâtis r egr oupant au moins 5 constr uctions à usage d’habitation dans un r ayon de moins de 2 0 0 mètr es et pr ésentant une or ganisation spatiale modeste (placette, etc.) m ais dont la str uctur e est clair ement identifiable » Ces hameaux, pr ior itair ement par r emplissage des dents cr euses, pour r ont avoir comme possibilité d’extension un accr oissement de 5 0 % de leur nombr e de constr uctions.

Recommandations

R.1 5 Les extensions limitées des agglomér ations et villages dans les espaces pr oches du r ivage pour r ont se fair e en continuité de la limite ur baine existante et pr ior itair ement du côté opposé au littor al.

P.28. Les « plans plages », lor squ’ils sont en vigueur , devr ont fair e l’objet d’une Or ientation d’Aménagement et de Pr ogr ammation dans le cadr e des PLU des communes littor ales.

25 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014

26


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les espaces remarquables (Article L1 4 6 -6 ) Les documents et décisions r elatifs à la vocation des zones ou à l’occupation et à l’utilisation des sols pr éservent les espa ces ter r estr es et mar ins, sites et paysages r emar quables ou car actér istiques du patr imoine natur el et cultur el du littor al, et les milieux nécessair es au maintien des équilibr es biologiques (Ar ticle L1 4 6 -6 ). Les secteur s concer nés par cet ar ticle sont appelés communément « les espaces r emar quables ». Le diagnostic et l’Etat initial de l’Envir onnement ont per mis d’identifier les espaces avec un intér êt écologique majeur . Il s’agit de secteur s natur els à for ts enjeux car togr aphiés dans le cadr e du SCoT et intégr és à la car t ogr aphie d’« application de la loi Littor al ».

Pr escr iptions

P.29. L’ensemble de ces espaces, qui figur ent sur la car togr aphie d’« application de la loi Littor al », est à pr éser ver au titr e des espaces r emar quables de la loi littor al. Leur s limites devr ont êtr e affinées dans les PLU. 

Ces espaces ne sont pas ur banisables,

Les activités agr icoles et sylvicoles sont r espectueuses de l’envir onnement et adaptées à la conser vation de la r ichesse du m ilieu,

Sont autor isées les activités humaines r elevant de l’entr etien du paysage, de la gestion écologique, des activités de chasse, de pêche, de cueillette de champignon et de pr omenade.

Le r éaménagement, l’élar gissement ou les constr uctions de nouvelles infr astr uctur es de tr anspor t ou de r éseaux dans les espac es r emar quables sont autor isées à condition de maintenir des passages pour la faune et la continuité natur elle des cour s d’eau et de leur s ber ges.

Recommandations

R.1 6 Ces espaces peuvent fair e l’objet d’une ouver tur e au public à condition qu’elle soit or ientée ver s la pédagogie de l’envir onn ement, la découver te de la natur e et un usage tr aditionnel (chasse, pêche, cueillette des champignons, etc.) et que la fr équentati on ne menace pas leur identité.

27 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les espaces boisés significatifs (Article L1 4 6 -6 ) Le plan local d’ur banisme doit classer en espaces boisés les par cs et ensembles boisés existants les plus significatifs de la commune. Il s’agit d’une obligation complémentair e, pour les communes littor ales, par rappor t au L 1 3 0 -1 du code de l’ur banisme qui ne vise cette fois que les ensembles boisés classés existants. Ces espaces boisés significatifs sont r epr ésentés schématiquement sur le « schéma d’application de la loi Littor al » ci-dessous et annexé au pr ésent document. Pr escr iptions

P.30. En application de la loi Littor al, la constr uction de tout nouveau bâtiment agr o-sylvicole n’est autor isée qu’en continuité de chacun des bour gs des 8 communes littor ales. Sont cependant autor isés en dehor s des espaces ur banisables de chacun de ces bour gs : -

Les installations à car actèr e agr o-sylvicole soumises à déclar ation ou autor isation dans le cadr e du r égime des installations classées et soumises à une mar ge de r ecul en application de l’ar ticle L.1 1 1 -3 du Code r ur al, eu égar d aux nuisances occasionnées vis à vis des espaces habités ;

-

L’extension des exploitations existantes par adjonction de bâtiments techniques dans un pér imètr e immédiat de l’existant ;

-

Les tr avaux de mise aux nor mes des bâtiments d’élevage existant, dès lor s qu’il n’y a pas une augmentation significative des effluents animalier s ;

-

Afin de tenir compte de la nécessair e diver sification des sour ces de r evenus des agr iculteur s en r espect des nouveaux objectifs de la politique agr icole commune eur opéenne (PAC), les héber gements de type gîte, chambr es et tables d’hôtes...

P.31. En tout état de cause, l’ensemble des constr uctions autor isées doit fair e l’objet d’une inser tion paysagèr e soignée. P.32. Les espaces boisés significatifs r epér és schématiquement sur le schéma ci-contr e (et annexé au DOO), doivent êtr e classés en Espaces Boisés Classés dans le cadr e des PLU, qui les délimiter ont pr écisément. 28 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les coupures d’urbanisation Le SCoT doit pr évoir des espaces natur els pr ésentant le car actèr e d’une coupur e d’ur banisation. Cette obligation s’applique sur l’ensemble du ter r itoir e des communes littor ales. Ces coupur es ne font pas for cément par tie des espaces r emar quables cités en page pr écé dente. Cependant, il est distingué les coupur es d’intér êt local et les coupur es d’intér êt génér al. Les coupur es d’intér êt local concer nent essentiellement des séquences non ur banisées (espaces agr icoles ouver ts ou espaces boisés fer més) qui mar quent cer tains axes intér essants. Leur délimitation r elève des documents d’ur banisme de r ang infér ieur au SCoT. 

Pr escr iptions

Les coupur es d’intér êt génér al sont situées entr e les agglomér ations où elles assur ent un équilibr e, entr e les espaces ur bani sés et non ur banisés, indispensable pour le maintien de l’identité de chaque agglomér ation. Elles r evêtent une

Le SCoT impose : P.33. Le maintien de ces coupur es d’intér êt génér al qui figur e schématiquement sur la car togr aphie d’« application de la loi Littor al ». La délimitation pr écise de ces coupur es ser a déter minée par les plans locaux d’ur banisme. Ces coupur es ser ont classées en zone agr icole ou natur elle et n’aur ont pas vocation à r ecevoir de nouvelles constr uctions ni d’extensions de l’ur banisation. P.34. La coupur e d’ur banisation peut compr endr e des enclaves ur banisées ou de l’habitat disper sé qu’il convient d’identifier dans les PLU par un zonag e spécifique. Un espace ur banisé ainsi identifié au sein d’une coupur e d’ur banisation ne peut êtr e étendu. Seules les « dents cr euses » peuvent êtr e ur banisées dans le r espect de la densité existante, sur le pr incipe explicité sur le schéma ci-contr e.

Recommandation

R.1 7 Les communes r étr o-littor ales ne sont pas concer nées par la loi Littor al. Toutefois, il est r ecommandé de considér er les coupur es d’ur banisation qui sont situées à cheval sur les communes littor ales et r étr o littor ales, comme des ensembles et de les pr éser ver de façon homogène, afin de maîtr iser l’étalement ur bain et de conser ver l’identité physique des bour gs. impor tance à l’échelle du SCoT et matér ialisées à l’échelle du pr ésent DOO.

sont

donc

P.35. Les activités de loisir s et de plein air autor isées dans une coupur e d’ur banisation ser ont compatibles avec les fonctions et la vocation de cette coupur e. P.36. Les constr uctions de nouvelles infr astr uctur es de tr anspor t ou de r éseaux dans les coupur es d’ur banisation sont autor isées à condition de maintenir des passages pour la faune et la continuité natur elle des cour s d’eau et de leur s ber ges. P.37. Des coupur es d’ur banisation sont à r especter sur les espaces côtier s, avec le souci d’inter dir e le gr ignotage pr ogr essif des espaces natur els au fil Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014 des r évisions successives des documents d’ur banisme.

29


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3 - 2.

LA PRESERVATION DE LA RESSOURCE EN EAU

Disposer , en quantité suffisante, d'une eau de bonne qualité est l'un des gr ands enjeux du XXIème siècle. Si r ien n’est fait pour pr otéger cette r essour ce, l’impact des activités humaines sur le cycle natur el de l’eau et sur les écosystèmes aquatiques pour r ait avo ir des conséquences ir r émédiables. Il est possible d’agir de deux manièr es, aussi indispensables l’une que l’autr e et complémentair es, en économisant l’eau, gr âce à une bonne maîtr ise de la consommation, et en pr otégeant les écosystèmes des déséquilibr es de tous or dr es (r ejets polluants, etc.)

3 -2 .1 .

Garantir la sécurité de l’approvisionnement en eau potable

Les communes ont la r esponsabilité de gar antir la qualité de l’eau potable et d’assur er dur ablement l’alimentation en eau pot able pour les habitants et les activités du ter r itoir e. Actuellement, la r essour ce est pr otégée par la mise en place de pér imètr es de pr otection sur tous les captages du ter r itoir e. Les communes et syndicats d’adduction d’eau potable s’assur er ont, dans le cadr e du développement ur bain de leur ter r itoir e, que les r essour ces en eau potable sont suffisantes pour r épondr e aux besoins des usager s actuels et futur s. De nouvelles r essour ces d’alimentation en eau potable ser ont r echer chées si nécessair e. La sécur ité de l’alimentation en eau potable doit êtr e gar antie dur ablement, confor mément aux dispositions législatives et au SDAGE appr ouvé. Pr escr iptions

Recommandations

P.38. Une pr océdur e de mise en place de pér imètr es de pr otection ser a lancée pour tout nouveau captage AEP. Dans les pér imètr es définis, les constr uct ions et les aménagements autor isés ser ont accompagnés de mesur es visant à limiter les r isques de pollution.

R.1 8 Les pér imètr es de pr otection des captages n’ont pas vocation à êtr e ur banisés. Le développement de l’ur banisation ne devr a pas compr omettr e la pr oduction en eau potable. A cette fin, une attention par ticulièr e ser a por tée, dans les pér imètr es de pr otection, à la maîtr ise des pollutions diffuses et à la gestion des eaux pluviales. R.1 9 La r echer che de nouveaux captages pr ivilégier a l’éloignement des secteur s ur banisés et des infr astr uctur es de tr anspor t. R.2 0 Recher cher des connexions supplémentair es entr e les différ entes sour ces d’appr ovisionnement, pour amélior er la sécur isation de la distr ibution.

30 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3 -2 .2 .

Réduire la consommation en eau potable

La r essour ce en eau constitue une des r essour ces natur elles les plus fr agiles, notamment au r egar d des contr aintes qu’elle va devoir subir dans les pr ochaines décennies, du fait de la cr oissance démogr aphique et du changement climatique amor cé. Face à une demande en eau potable qui s’accr oît, il est impor tant de r éduir e la consommation moyenne et les dysfonctionnemen ts (per tes dans les r éseaux, etc.). Une politique incitant aux économies d’eau est nécessair e pour assur er la pr éser vation de la r essour ce. Recommandations :

R.2 1 La mise en place des équipements économes en eau mér iter ait d’êtr e génér alisée pour toutes constr uctions nouvelles ou r éhabilitations de bâtiments. R.2 2 Les r éseaux et les ouvr ages d’appr ovisionnement en eau potable ser ont optimisés : r echer che des fuites et pour suite du r enouvellement des r éseaux anciens. R.2 3 La r écupér ation et l’utilisation de l’eau de pluie pour les usages autor isés par la Dir ection Génér ale de la Santé ser ont enc our agées et développées, notamment dans le cadr e de pr ojets publics. Les PLU pour r ont par ailleur s définir dans leur r èglement les conditions de la r écupér ation des eaux de pluie, notamment dans les ar ticles 4 des zones U et AU. R.2 4 Des campagnes de sensibilisation des abonnés aux économies d’eau mér iter aient d’êtr e pour suivies par les communes ou les syndicats d’adduction d’eau potable. R.2 5 Les jar dinier s amateur s pour r aient tendr e ver s des solutions biologiques pour la pr oduction de légumes et de fleur s ou le nettoyage des allées.

31 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3 -2 .3 .

Préserver la qualité des eaux superficielles

La pr éser vation de la qualité des eaux super ficielles passe en outr e par la maîtr ise des pollutions diffuses, à la fois d’or i gine agr icole et industr ielle mais aussi domestiques. La maîtr ise des pollutions diffuses d’or igine agr icole constitue un des axes d’actions pr ior itair es à pour suivr e sur le ter r i toir e, à l’instar de la gestion de l’assainissement des eaux usées et des eaux pluviales. Cependant concer nant les pollutions d’or igine agr icole, le SCOT r encontr e ses limites compte tenu qu’il ne peut pas avoir d’effets sur par exemple : les typologies agr icoles, l’usage des intr ants agr icoles….

L’assainissement Les communes ont amélior é les systèmes de collecte et de tr aitement des eaux usées sur leur ter r itoir e mais des dysfonctionnements per sistent sur cer tains ouvr ages de tr aitement collectif (eaux par asites, sur char ges or ganiques) et individuel entr aînant des r ejets d’eaux usées de qualité insatisfaisante dans le milieu natur el. La fiabilité des ouvr ages de collecte des eaux usées, des ouvr ages de tr aitement collectif et individuel est un pr éalable au maintien de la qualité de l’eau. Pr escr iptions

P.39. Les extensions d’ur banisation pr évues aux PLU doivent êtr e en adéquation avec la capacité des r éseaux et de la station d’épur ation à accepter ces nouveaux volumes et char ges de pollution. P.40. Une attention par ticulièr e ser a por tée aux zones sensibles (espaces pr oches du r ivage au sens de l’ar ticle L. 1 4 6 -4 -II du code de l’ur banisme, pr otection de captage AEP, milieu natur el pr otégé, pr oximité des cour s d’eau, zones de baignades… notamment). En cas d’assainissement autonome, les par celles devr ont disposer d’une sur face minimale non ar tificialisée qui per mette le bon fonctionnement de l’équipement. Sur l’ensemble des communes du SCoT, les effor ts de mise en confor mité des systèmes autonomes engagés dans l e cadr e des Ser vices Publics d’Assainissement Non Collectif (SPANC) ser ont pour suivis. P.41. Toute nouvelle constr uction ou extension de STEP (publique ou pr ivée) devr a êtr e constr uite pr ior itair ement avec un système d’infiltr ation de leur s r ejets ou un tr aitement complémentair e éliminant les bactér ies et les vir us. P.42. Les collectivités veiller ont à r éduir e la par t des r éseaux unitair es. P.43. Afin de r éduir e les r isques de pollution des eaux du lac d’Hossegor , les communes ont l’obligation de lancer leur « schéma di r ecteur d’assainissement » dans un délai de 5 ans à compter de la date d’appr obation du SCoT. Ces schémas ser ont r evus au minimum tous les 1 0 ans. 32 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations

R.2 6 Les collectivités pour suivr ont le r enouvellement des ouvr ages de tr aitement des eaux usées déficients et des r éseaux de collecte. R.2 7 Lor s des diagnostics sur les r éseaux, les communes étudier ont les possibilités de moder niser les déver soir s d’or age afin de m ieux maitr iser les ouvr ages et minimiser les déver sements.

Les eaux pluviales L’intr oduction de métaux lour ds, d’hydr ocar bur es et autr es polluants d’or igines diver ses dans les eaux pluviales, est r esponsable de la détér ior ation de la qualité des eaux. Une attention par ticulièr e mér ite par conséquent d’êtr e por tée au tr aitement des eaux p luviales avant r ejet dans le milieu natur el.

Pr escr iption

P.44. Les PLU devr ont imposer (en ar ticle 4 des r èglements) aux opér ateur s, pour les futur s pr ojets d’aménagement (lotissement, ZAC, zone d’activités), le développement de solutions de stockage et de tr aitement des eaux pluviales pour toute nouvelle opér atio n d’aménagement susceptible d’imper méabiliser plus de 5 0 0 m² de ter r ain, notamment dans les zones sensibles (pr oximité de milieux natur els d’intér êt patr imoniale, de zones humides, de captages…). P.45. L’infiltr ation des eaux pluviales ser a pr ivilégiée sur les r ejets en milieu super ficiel. En cas d ’impossibilité d’infiltr ation, toutes les mesur es ser ont pr ises pour limiter les r ejets dans le milieu natur el en mettant en œuvr e des techniques de gestion des eaux p luviales à la sour ce (, toitur es végétalisées, fossés paysager s, etc.) Recommandations

R.2 8 Inciter les collectivités à se doter d’un schéma dir ecteur de gestion des eaux pluviales à l'échelle des bassins ver sants. R.2 9 Inciter les gestionnair es de plans d’eaux à r éaliser un plan de gestion R.3 0 Une r éflexion ser a engagée par les collectivités ter r itor iales sur le tr aitement des eaux pluviales dans les secteur s déjà ur banisés. R.3 1 Pr éconiser la collecte et la r éutilisation d'une par tie (au moins) des eaux pluviales pour toute constr uction nouvelle dès lo r s que son empr ise au sol est infér ieur e à 7 5 % du ter r ain (cette tr aduction est possible avec l’ar ticle 4 dans les r èglements de PLU).

33 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3 - 3.

LES OBJECTIFS RELATIFS A LA PROTECTION DES PAYSAGES, A LA M ISE EN VALEUR DES ENTREES DE VILLE

Le SCoT a pour objectif de définir des pr incipes pour la pr éser vation et la gestion du cadr e natur el, mais aussi pour sa mise en valeur au bénéfice des habitants et des visiteur s du ter r itoir e.

3 -3 .1 .

Routes et entrées d’agglomérations

Les entr ées de villes sont des espaces str atégiques, qui s’étendent le long des pr incipaux axes de cir culation et qui r epr ése ntent la tr ansition entr e les espaces r ur aux et les espaces ur banisés. La longueur des entr ées de villes est aléatoir e suivant le type d’ur banisation et la mor phologie ur baine du secteur . L’entr ée de ville constitue la pr emièr e manifestation du phénomène ur bain et donc la pr emièr e impr ession de la ville. Pour un ter r itoir e tour istique comme celui de M ACS, qui véhicule une image positive, les entr ées de villes ont un r ôle majeur dans la pr omotion du ter r itoir e. Ainsi, le SCoT a pour objectif, de veiller à la non-pr olifér ation anar chique des constr uctions et des enseignes publicitair es en par ticulier le long des voies à gr ande cir culation et de pr omouvoir des aménagements de qualités sur les entr ées de villes du ter r itoir e.

34 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

35 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Pr escr iptions

P.46. Les infr astr uctur es concer nées par l’ar ticle L. 1 1 1 -1 -4 du code de l’ur banisme (autor oute A6 3 , r outes expr ess RD8 2 4 , r outes à gr ande cir culation RD8 1 0 et 8 1 7 notamment) devr ont r ecevoir une attention par ticulièr e pour définir des r ègles per mettant la mise en valeur des sites en pr enant en compte les nuisances, la sécur ité, la qualité de l’ar chitectur e, de l’ur banisme et des pays ages. Ces r ègles por ter ont notamment sur : -

la r églementation de la publicité

-

la r éhabilitation des façades commer ciale

-

la cir culation (stationnement, contr e-allées, voies cyclables, espace piétonnier …)

-

plantations, éclair age, mobilier ur bain…

P.47. Les PLU devr ont par ailleur s intégr er des or ientations d'am énagement et de pr ogr ammation explicites sur les pr incipales entr ées de villes du ter r itoir e et éventuellement sur les r outes d’intér êt tour istique (imposer la végétalisation, or ganiser des espa ces publics str uctur és, intégr ation de cheminements pour modes doux, etc.). Sont notamment considér ées comme pr incipales entr ées de villes et r outes d’intér êt tour istiques les axes suivants : D6 5 2 , D7 9 , D8 1 0 , D1 7 , D1 6 , D1 1 6 , D3 3 , D1 1 2 , D1 2 , D8 9 et 2 8 . (cf. car togr aphie page pr écédente). P.48. Les PLU identifier ont les élém ents d’intér êt paysager à pr éser ver . Le r appor t de pr ésentation des PLU devr a par ailleur s pr éciser les modalités de pr ise en compte des spécificités des paysages (en lien avec les unités paysagèr es décr ites dans le r appor t d e pr ésentation du SCoT). Recommandation

R.3 2 Les séquences ver tes du r éseau str uctur ant entr e les par ties agglomér ées sont à maintenir pour la lisibilité et l’identité du ter r itoir e. Sont notamment concer nées la RD8 1 0 entr e Labenne et Bénesse-M ar emne et entr e Bénesse-M ar emne et Saint-Vincentde-Tyr osse et entr e Saint -Vincent-de-Tyr osse et Saint-Geour s-de-M ar emne.

36 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

3 -3 .2 . Les agglomérations Un des enjeux majeur s pour le ter r itoir e de M ACS est d‘or ganiser la gestion de l'espace dans le double r espect de la pr oducti on agr icole et de la pr éser vation du cadr e de vie des habitants. Ainsi, le SCoT a pour objectif, de veiller à favor iser une tr ansition de qualité entr e les espaces natur els ou agr icoles et les espaces ur bains.

Recommandations

Pr escr iptions

P.49. Le développement ur bain en continuité des agglomér ations est une pr ior ité afin de limiter la consommation des espaces agr icoles et sylvicoles envir onnants. La délimitation des zones à ur baniser situées en limite de zones natur elles, agr icoles ou for estièr es devr a êtr e justifiée de manièr e explicite dans le r appor t de pr ésentation et les or ientations d’aménagement et de pr ogr ammation des PLU : choix du pér imètr e, hauteur s et densités r etenues… P.50. Les PLU veiller ont à assur er l’inser tion ar chitectur ale et paysagèr e de qualité des extensions ur baines. Le r appor t au site devr a êtr e clair ement explicité dans les Or ientations d’Aménagement et de Pr ogr ammation. P.51. Les PLU devr ont maintenir les cour s d’eau et leur s abor ds ainsi que des coulées ver tes dans les espaces ur bains pour pr éser ver un cadr e de vie de qualité aux habitants tout en veillant à densifier les espaces ur bains.

R.3 3 Le maintien ou la cr éation de bandes boisées est à pr ivilégier entr e les extensions r ésidentielles et les voies pr incipales. Les PLU pr éconiser ont idéalement l’usage d’essences végétales locales et appr opr iées au contexte fonctionnel, envir onnemental et paysager pour les plantations à r éaliser dans les nouveaux quar tier s. R.3 4 Les éléments patr imoniaux pour r ont par ailleur s êtr e identifiés dans les PLU et tr aduit par : -

Un inventair e, dans le diagnostic, du « petit » patr imoine non pr otégé (bâti, végétal, ar chéologique…),

-

Des pr escr iptions pour les espaces situés autour du patr imoine bâti pr otégé et non pr otégé (ar t. L1 2 3 -1 -5 alinéa 7 du Code de l’ur banisme)

37 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

[Chap.IV] OBJECTIFS ET PRINCIPES POUR UN DEVELOPPEM ENT URBAIN M AITRISE Les objectifs de logements doivent êtr e r épar tis en tenant compte de la localisation, de leur statut d’occupation ou des objectifs de diver sification du par c (for mes, mixité sociale, etc.), pour définir une r épar tition plus homogène de l’offr e globale de logements à l’échelle du ter r itoir e du SCoT. Par ailleur s, le tissu ur banisé des communes compor te des espaces libr es, des fr iches ur baines ou des logements vacants ou inadaptés dont la r éhabilitation doit per mettr e un meilleur usage du foncier dans le pér imètr e du SCoT. L’utilisation et l’optimisation de ce potentiel per mettr a de pr éser ver les espaces natur els et agr icoles d’un développement ur bain excessif.

38 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 - 1. LES OBJECTIFS ET LES PRINCIPES DE LA POLITIQUE DE L’HABITAT 4 -1 .1 . Le principe d’organisation des extensions urbaines et péri-urbaines L'espr it génér al des Lois SRU et Gr enelle est de pr ivilégier une utilisation économe de l'espace. Ainsi, dans le cadr e du pr ésent SCoT, le développement de l’habitat isolé (notamment le long des voies) doit êtr e limité. Les documents d’ur banisme locaux devr ont don c veiller à limiter le développement de ce type d’habitat. Pr escr iptions :

P.52. Avant d’envisager une extension des zones U et AU, les documents d’ur banisme devr ont analyser les pr incipales disponibilités foncièr es des zones U et AU et évaluer leur potentiel (notamment le potentiel de densification et de r enouvellement ur bain). P.53. Sous r éser ve des extensions nécessair es à la r éalisation de gr ands pr ojets d’équipements et de ser vic es mentionnés au chapitr e 4 -4 , les extensions ur baines devr ont pr endr e appui sur les car actér istiques des for m es ur baines tr aditionnelles afin de r especter les qualités paysagèr es des bour gs et hameaux d’une par t, et des espaces agr icoles, for estier s et natur els d’autr e par t. Sous la même r ése r ve pr écédemment indiquée, la gestion économe des espaces incite à cr éer ces extensions pr ior itair ement en continuité de l’ur banisation existante des villages, des hameaux, ou des stations balnéair es (si cela cor r espond aux dispositions de la loi Littor al). Est considér é comme hameau, sur les communes r étr o-littor ales, un petit gr oupe d'habitations anciennes (envir on antér ieur es à 1 9 5 0 ), pouvant compr endr e également d'autr es constr uctions, isolé et distinct du bour g ou du village. On r econnaît qu'une commune peut êtr e composée d' un ou de plusieur s villages et de plusieur s hameaux. Le hameau se car actér ise par un r egr oupement de constr uctions de taille r elativement modeste qui se distingue des bâtiments isolés et implantés de façon anar chique (mitage). P.54. Afin de planifier et d’anticiper le développement ur bain, des Or ientations d’Aménagement et de Pr ogr ammation (OAP) devr ont êtr e élabor ées sur l’ensemble des zones à ur baniser à vocation d’habitat des PLU afin de définir la for me ur baine, les pr incipales voies et espaces publics str uctur ants. Lor s de l’ouver tur e à l’ur banisation des zones à ur baniser fer mées par voie de modification ou de r évision du PLU, le document d’ur banisme expliciter a les gr andes lignes de l’or ganisation et de l’aménagement futur de ces zones afin de démontr er l’inser tion du futur pr ojet dans le site. Recommandations :

R.3 5 Les or ientations d’aménagement et de pr ogr ammation intègr er ont idéalement des éléments sur : -

les conditions pr éalables à l’ouver tur e pr ogr essive des zones à ur baniser ,

-

la for me ur baine (hauteur , gabar it, implantation…)

-

les pr incipales voies,

-

les espaces publics str uctur ants,

-

les équipements d’infr astr uctur esDocument ou de super str uctur es nécessair es, approuvé le 04 mars 2014 d’Orientation et d’Objectifs - Document

-

les mesur es de tr ansitions pour éviter les confr ontations dir ectes entr e les espaces ur banisés et les espaces agr icoles ou natur e ls

-

la cr éation des cheminements doux et la connexion aux r éseaux existants

39


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -1 .2 . Les objectifs relatifs à la cohérence entre urbanisation et logements sociaux Produire des logements en corrélation avec la croissance démographique La cr oissance démogr aphique connue sur M ACS engendr e et engendr er a à l’hor izon 2 0 3 0 de for ts besoins en logements. Ains i, le PADD envisage l’appor t d’envir on 2 7 0 0 0 habitants sur les 2 0 pr ochaines années ce qui va nécessiter la cr éation de 2 4 0 0 0 logements supplémentair es qu’il ser a nécessair e de pr oduir e en 2 0 ans, sur la pér iode 2 0 1 0 -2 0 3 0 . Le SCoT de M ACS r appelle l’impor tance d’une pr oduction de logem ents suffisante pour r épondr e aux besoins de la population, har monieusement r epar tie dans le temps et l’espace pour assur er l’équilibr e du ter r itoir e, dans son ensemble et pour chacune de ses communes, dans le long ter me. La r épar tition de la population à l’échelle du SCoT a été r épar tie selon tr ois cr itèr es : -

Les pôles str uctur ants pour r ont accueillir une par t impor tante de nouvelle population étant donnée leur situation ou leur of fr e en équipements et ser vices. Ainsi, les pôles de Labenne-Capbr eton (attr actifs de par la pr oximité du BAB), les pôles de Soustons et Saint-Vincent-de-Tyr osse (pôles str uctur ants à l’intér ieur du ter r itoir e de par le nombr e de commer ces, ser vices et équipements) accueiller ont au total pr ès de 5 0 % de la population futur e.

-

Le développement de la zone d’activités Atlantisud (2 5 0 0 emplois minimum attendus) va boulever ser l’or ganisation ter r itor iale de ces der nièr es années. Les communes situées à pr oximité vont logiquement se développer . La r épar tition de la population a don c également été tr availlée en fonction de la distance par r appor t à Saint -Geour s de M ar emne, pr incipal pôle d’emplois à moyen ter me.

-

Par ailleur s, afin de mieux or ganiser le développement ter r itor ial, le SCoT pr opose dans un tr oisième temps de cor r éler la r épar tition de la population et des logements avec l’offr e en tr anspor ts en commun existante ou à venir . Ainsi, les communes de Saint-Geour s de M ar emne, de Saint -Vincent-de-Tyr osse et de Labenne (ces deux der nièr es communes étant déjà considér ées comme des pôles str uctur ants) pouvant constituer des pôles multimodaux à ter mes pour r ont accueillir une par t impor tante de la population. Les communes de Soustons, de Tosse et de M agescq situées à pr oximité de Saint -Geour s-de-M ar emne et facilement accessibles accueiller ont également une par t impor tante des nouveaux habitants.

40 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

De 20 à 30 minutes

De 10 à 20 minutes

De 0 à 10 minutes

Pôles structurants

Temps de parcours entre Atlantisud et communes

Recommandations : Pourcentage de la croissance affecté par secteur

COMMUNES

CAPBRETON LABENNE SOUSTONS SAINT VINCENT DE TYROSSE Total secteur SAINT GEOURS DE MAREMNE MAGESCQ SAINT JEAN DE MARSACQ JOSSE SAUBION BENESSE-MAREMNE SAUBUSSE Total secteur SAUBRIGUES TOSSE SAINT MARTIN DE HINX ANGRESSE SOORTS HOSSEGOR SEIGNOSSE AZUR Total secteur ORX SAINTE MARIE DE GOSSE VIEUX BOUCAU LES BAINS MESSANGES MOLIETS ET MAA Total secteur TOTAL

48,00% 1

12960

22,00%

2

5940

20,00%

3

5400

10,00%

4

2700 27000

Population 2008

7763 4543 7090 7161 26557 2054 1688 1287 769 1302 2166 792 10058 1306 2199 1157 1434 3672 3131 549 13448 469 1044 1591 953 821 4878 54941

Gain de population 2008-2030 3758 2981 3110 3110 12960 2079 891 297 297 540 1134 535 5773 416 1129 535 1134 1080 972 324 5589 243 540 675 621 621 2700 27022

Population estimée à 2030 11521 7524 10200 10271 39517 4133 2579 1584 1066 1842 3300 1327 15831 1722 3328 1692 2568 4752 4103 873 19037 712 1584 2266 1574 1442 7578 81963

R.3 6 Or dr e de gr andeur per tinent. Cette r ecommandation constitue une r éfér ence r égie par le cr itèr e de compatibilité Il r evient ensuite aux communes de décline r un pr ojet cohér ent avec ce cadr e et de justifier de la compatibilité dans le r appor t de pr ésentation du PLU. Les pr ojections dém ogr aphiques inscr ites dans le SCoT ciblent un objectif de r éduction du r ythme de la cr oissance de la population. En effet, au cun ter r itoir e n’est en mesur e d’absor ber le r ythme de 2 ,7 % de cr oissance par an comme celui constaté sur le ter r itoir e communauta ir e ces dix der nièr es années. Le document cher che à maîtr iser ce r ythme pour le r amener à 1 ,5 % par an, ce qui per met de contenir la population de M ACS aut our d’envir on 8 2 0 0 0 habitants en 2 0 3 0 , par r appor t aux pr évisions de cr oissance au fil de l’eau qui por ter ait une population totale supér ieur e à 1 0 0 0 0 0 habitants. Le poids de population du ter r itoir e en 2 0 3 0 constitue bien une estimation statistique globale et non un plafond à ne pas dépasser . L’obj ectif du SCoT n’est pas de fixer un objectif à atteindr e en matièr e démogr aphique mais plutôt de dir e « si nous sommes 3 0 0 0 0 habitants de plus à l’hor izon 2 0 3 0 , comment est -ce qu’on or ganise le développement ». Sans SCoT, la cr oissance démogr aphique du ter r itoir e ser ait difficile à maitr iser . Ainsi, il est à noter que ce tr avail pr ospectif, qui s’appuie sur une analyse statistique, compor te nécessair ement une mar ge d’er r eur . En out r e, compte tenu des différ ents pr ojets tour istiques et économiques str uctur ants encor e en gestation, comme le pr ojet Re -Sour ces, le pr ojet de complexe spor tif et tour istique à dominante golfique, et développement d’Atlantisud, l’enveloppe de population globale r etenue dans le SCoT constitue un or dr e de gr andeur du poids futur du 41 ter r itoir e par r appor t aux deux agglomér ations voisines de Dax et de Bayonne. Enfin, il est à r emar quer que d’or es et déjà, un r alentissement des pr oductions de Document et d’Objectifs - Document 04 mars 2014 logements sur le ter r itoir e est constaté pour l’année 2 0 d’Orientation 1 2 , tendance pour laquelle nousapprouvé n’avonslepas encor e le r ecul nécessair e pour en déter miner tout es les car actér istiques.


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Diversifier l’offre de logements

Le par c de r ésidences pr incipales de la Communauté de communes M ACS est un par c r elativement monotypé composé pr incipalement de maisons individuelles. Les logements de types appar tements sont essentiellement liés au tour isme balnéair e (appar tements = 3 5 % du total du par c de logements de M ACS). Cette offr e r épond actuellement à l’aspir ation d’une par t impor tante de la population. Toutefois, en l’absence d’offr e alter n ative, des besoins différ ents s’expr iment peu. Avec l’envolée des pr ix du foncier et de l’immobilier mais également dans un souci d’économie de foncier (pour maintenir la qualité de vie et pr éser ver les paysages pour les génér ations futur es) la pr oduction d’une offr e diver sifiée semble indispensable.

Pr escr iptions :

P.55. Pour atteindr e ces objectifs, les PLU, à tr aver s leur r èglement et l’élabor ation d’or ientations d’aménagement et de pr ogr amma tion ou l’institution de ser vitudes (exemple : emplacements r éser vés pr évus par l’ar ticle L1 2 3 -2 b ou par l’ar ticle L1 2 3 -1 -5 1 6 ° du Code de l’Ur banisme) doivent per mettr e la mixité sociale en autor isant la constr uction d’habitations diver sifiées (collectives, individuelles, inter médiair es) à l’échelle des quar tier s qu’ils soient nouveaux ou anciens. P.56. Les r èglements des PLU devr ont édict er des r ègles qui favor isent la densification de cer tains secteur s déjà ur banisés mais également des secteur s d’extension ur baine (en tenant compte natur ellement des identités paysagèr es). Ainsi, la r églementation du COS d evr a êtr e adaptée à chaque secteur (for me ur baine attendue). La hauteur et l’empr ise au sol des constr uctions ne devr ont pas êtr e tr op limitatives afin d’êtr e compatibles avec les objectifs de densité définis. P.57. Les Or ientations d’Aménagement et de Pr ogr ammation des PLU devr ont intégr er des éléments sur la diver sification des for mes d’habitat (habitat collectif, habitat jumelé, habitat individuel, etc.)

42 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Renforcer la mixité sociale Les tr ajectoir es r ésidentielles des ménages, et en par ticulier des jeunes, doivent êtr e facilitées par le développement voir e le r enfor cement de l’habitat locatif social. En 2 0 1 0 , seulement 2 ,6 % du par c total de logements étaient des logements locatifs sociaux (soit envir on 1 3 0 0 logements). Cette offr e est nettement insuffisante pour satisfair e les besoins cr oissants de la population (augmentation impor tante des p r ix de vente et de location génér ant une exclusion du mar ché d’une par tie de la population et en par ticulier des jeunes ménages et des familles aux r evenus les plus modestes). L’amélior ation de cette situation passer a nécessair ement par le développement d’une offr e de logements locatif s sociaux sur l’ensemble des communes de M ACS. L'objectif fixé dans le cadr e du SCoT est de développer l’offr e en logements à vocation sociale ou à pr ix pr éfér entiels pour que le par c de logements aidés atteigne 1 0 % du par c de r ésidences pr incipales à l'hor izon 2 0 3 0 . (Cf. PADD par tie 2 .3 .1 ). M ême si ce pour centage peut par aîtr e faible, il engendr e un effor t de pr oduction impor tant puisque ce sont plus de 5 1 5 0 logements sociaux qu’il faudr a pr oduir e en 2 0 ans, ce qui équivaut globalement à envir on 3 7 % de la pr oduction totale des logements pr évus sur M ACS.

La définition de l’offr e en habitat social (« logements sociaux ») compr end : l’accession sociale à la pr opr iété, le logement locatif social (bailleur s, par c pr ivé conventionné) et l’offr e foncièr e à pr ix pr éfér entiels (envir on 2 0 % en dessous du pr ix du mar ché). Cette définition plus lar ge est nécessair e pour atteindr e l’objectif de r enfor cement de la mixité sociale étant donné la diminution r égulièr e des aides à la pier r e et le désengagement pr ogr essif de l’Etat sur le financement du logement social qui souhaite se concentr er sur des secteur s plus « tendus » en ter me de demande sociale.

43 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

Pr escr iptions :

P.58. Pour atteindr e cet objectif, le SCoT impose ainsi une par t de pr oduction minimale de logements « sociaux » en lien avec la cr oissance annuelle moyenne du par c de logement pr évue dans les documents d’ur banisme communaux :  Rythme infér ieur à 1 2 logts/ an : cr éation de 1 0 %* au moins « sociaux »  Rythme compr is entr e 1 2 à 2 5 logts/ an : cr éation de 1 5 %* logements « sociaux »  Rythme compr is entr e 2 6 à 5 0 logts/ an : cr éation de 2 0 %* logements « sociaux »  Rythme supér ieur à 5 0 logts/ an : cr éation de 2 5 %* au moins « sociaux »

de logements au moins de au moins de de logements

Chaque commune, dans le r appor t de pr ésentation de son PLU devr a expliquer quels outils elle met en œuvr e pour atteindr e ces objectifs. P.59. Pour faciliter la mise en œuvr e opér ationnelle des objectifs de pr oduction de logements sociaux (cf. page pr écédente définition de l’offr e en habitat social), les PLU pour r ont utiliser les outils suivants :  Les Emplacements Réser vés pour la r éalisation de logements sociaux (ar ticle L1 2 3 2 b du Code de l’Ur banisme). L’inscr iption d’emplacements r éser vés au sein des zones U ou AU per mettr a à la collectivité d’acquér ir les ter r ains en vue de la r éalisation de logements sociaux  Les ser vitudes de mixité sociale (ar ticle L1 2 3 -1 -5 al.1 6 du Code de l’Ur banisme) dans des secteur s pr écisés (dans les zones U ou AU). Dans ces secteur s, l’opér ateur devr a : o soit r éaliser dir ectement un pour centage de logements sociaux défini dans le PLU o soit pr éser ver les empr ises foncièr es nécessair es à la r éalisation de ces logements sociaux avec un r atio foncier fixé par la commune.

R.3 7 La diver sité des for mes ur baines devr a également êtr e r echer chée au sein de chaque commune mais sur tout au sein des opér ations chaque fois que cela ser a possible, afin de satisfair e le plus lar ge panel des besoins et assur er une cer taine mixité sociale. R.3 8 Les logements locatifs sociaux ser ont pr éfér entiellement r éalisés à pr oximité des équipements et des ser vices de la commune, dans les zones ur baines et/ ou dans les nouvelles zones aménagées ou à aménager , sans êtr e concentr és en un seul secteur .

* Pour centage idéalement tr aduit en sur face plancher et en nombr e de logements afin d’éviter des écarts impor tants entre la taille des logements dits « locatifs sociaux » et ceux des logements « en accession ».

44 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 - 2.

LE PRINCIPE DE RESTRUCTURATION DES ESPACES

URBANISES ET DE REVITALISATION DES CENTRES URBAINS ET RURAUX Le r enouvellement ur bain per met de pr oduir e de nouveaux logements sans consommation foncièr e supplémentair e et donc sans exte nsion de la tâche ur baine. Il est donc souhaitable avant toute ouver tur e à l’ur banisation de zones agr icoles ou natur elles, de bien analyser le potentiel de r estr uctur ation de ces espaces. Recommandation :

Pr escr iption :

P.60. Les PLU, dans leur r appor t de pr ésentation, devr ont justifier de leur pr ojet en pointant les capacités de r enouvellement ur bain qui ont été intégr ées. Ils veiller ont par ailleur s à pr éciser les points d’or dr e r églementair e et pr ogr ammatique qui favor isent le r enouvellement ur bain et limitent la consommation d’espaces agr icoles et natur els.

R.3 9 Les or ientations d’aménagement et de pr ogr ammation définies sur les différ ents secteur s pour r ont mettr e en exer gue les objectifs de densification et les tr aduir e le cas échéant dans le r èglement du PLU pour les r endr e applicables par l'instaur ation de conditions par ticulièr es d'occupation du sol.

45 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 - 3.

LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE DES TRANSPORTS ET

DES DEPLACEM ENTS

4 -3 .1 . Les principes généraux de cohérence entre l'urbanisation et le développement futur des transports collectifs La maîtr ise de la cr oissance du tr afic r outier et la satisfaction des besoins cr oissants en déplacements sur le ter r itoir e passer ont à ter me par la cr éation et/ ou le r enfor cement de l'offr e inter ne en tr anspor ts collectifs. En cohér ence avec les spécificités actuelles du ter r itoir e et les objectifs de développement qui ont été définies, le SCoT identifie ci-apr ès les pr ior ités sector ielles et r appelle les conditions génér ales per mettant d'atteindr e cet objectif. Il s'agit de r ecommandations destinées à guider les r éflexions futur es . Elles sont destinées à êtr e pr écisées et évoluer ultér ieur ement au r egar d d’études spécifiques et de pr ojets en matièr e de tr anspor ts.

46 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Elaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014

47


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les sites prioritaires d'accessibilités et de développement futur des dessertes en transports alternatifs à l'automobile Ces sites compr ennent : 

les centr es de Saint-Vincent-de-Tyr osse, Capbr eton, Soustons, Labenne et Saint-Geour s-de-M ar emne

les pr incipaux pôles de population et de ser vices du ter r itoir e ;

les sites et stations tour istiques à for te fr équentation de Labenne-Océan, Hossegor , Seignosse-Océan, Soustons, Capbr eton, Vieux-Boucau, M essanges et M oliets-et-M âa

les zones majeur es d'équipements commer ciaux et d'activités de Pédeber t, de Capbr eton et du par c Atlantisud.

Recommandations :

R.4 0 Dans ces sites pr ior itair es, l'objectif est de r enfor cer ou de confor ter la place des tr anspor ts collectifs ainsi que des modes doux (qui per mettr ont la connexion au r éseau). Dans cette optique, il est pr éconisé : -

la mise en œuvr e d'aménagements ur bains per mettant un meilleur par tage des espaces publics, de manièr e à faciliter l'inser tion et l'attr activité de ces modes de déplacements à ter me

-

la pr évision ou la pr éser vation d'empr ises dédiées à ces r éseaux dans les espaces d'extension ou de r estr uctur ation ur baine pour faciliter leur développement futur ,

-

la pr évision et l'aménagement qualitatif de sites d'inter modalité, venant en complément des sites de gar es ou de haltes fer r oviair es.

R.4 1 Réaliser une étude sur les déplacements afin de déter miner , selon les sites concer nés (fr équentations, tissus bâtis tr aver sés, empr ises disponibles ou pouvant muter …) le potentiel de développement en tr anspor ts en commun. R.4 2 Le développement de logements, d’équipements ou d’entr epr ises (en secteur ur bain ou à ur baniser ) per mettant d’atteindr e une densité supér ieur e à 3 0 logements minimum par hectar e ou 5 0 emplois par hectar e dans les secteur s desser vis à ter me par les r éseaux collectifs.

48 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les secteurs préférentiels de création et de renforcements futurs de dessertes régulières en transports collectifs Ces secteur s compr ennent : 

les secteur s Sud-ouest et Nor d, localisées globalement entr e la RD8 1 0 / A6 3 et la façade océanique,

les haltes fer r oviair es actuelles et la futur e halte SRGV.

Ces secteur s concentr ent d'or es et déjà les pr incipaux sites ur bains, d'équipements, d'activités et de fr équentations tour ist iques du ter r itoir e. Ils cor r espondent également aux zones desser vies par les r éseaux collectifs existants por tés par le Dépar tement et la Région. Ces éléments str uctur ants ser vir ont d'appui dans le cadr e d'une diffusion plus lar ge des tr anspor ts collectifs sur le ter r itoir e de la Com munauté de communes M ACS. Recommandations :

R.43 Pour permettre ces renforcements futurs en transports collectifs, il importe de ne pas en contraindre la faisabilité technique et économique. Pour cela, et en complément des maintiens d'emprises décrites précédemment, il s'agit de viser une densité minimale des espaces potentiellement desservis, au travers des choix de réglementations, d'organisation et de composition du bâti résidentiel ou à caractère mixte. R.44 Ainsi, dans les quartiers centraux, les quartiers péricentraux et dans les principales zones d'urbanisation, ces choix doivent permettre d'atteindre une densité minimale de 30 à 35 logements à l'hectare, seuil en dessous duquel la performance d'un transport collectif de type urbain est difficilement assurée.

Le secteur Nord et Sud-Est Ces secteur s se car actér isent globalement par une faible densité ur baine à l’heur e actuelle et se pr ête plutôt à une desser te par les tr anspor ts à la demande.

Recommandation :

R.45 Dans ces secteurs, en cohérence avec les orientations du SCoT en matière de développement résidentiel et d'organisation des espaces d'extensions urbaines, l'objectif est de conforter les centralités existantes et de favoriser les proximités fonctionnelles (logements – commerces – équipements). 49 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -3 .2 . La prise en compte des modes de transports alternatifs à la voiture dans les politiques publiques et les pôles de développement Le modèle de développement ur bain que l’on connaît depuis quelques décennies (augmentation des distances domiciles -tr avail, aménagements r outier s, etc.) entr aîne une utilisation quasi-exclusive de la voitur e. Aucun autr e mode de tr anspor t (vélo, bus, tr ain, etc.) ne peut r ivaliser avec la voitur e (densités tr op faibles, diffusion, configur ation des lieux non adaptée). Les tr anspor ts publics ou les « modes doux » sont donc le plus souvent concentr és sur les centr es-ur bains. La Communauté de communes, consciente de l’enjeu de str uctur ation des déplacements sur son ter r itoir e, est devenue, en 2 0 1 3 , Autor ité Or ganisatr ice des Tr anspor ts. Le SCoT a donc pour objectif de développer le lien entr e densité, mixité des fonctions et per for mance des tr anspor ts alter nat ifs à la voitur e. Prescriptions :

P.61. Les politiques publiques et les documents d’urbanisme locaux favoriseront l’aménagement des abords des gares, notamment de la future halte SRGV, et des haltes ferroviaires, en veillant à : -

libérer progressivement les emprises privatisées,

-

sécuriser et requalifier les accès aux gares et les lieux d’accueil des voyageurs,

-

étudier la possibilité d’inscrire, si l’environnement urbain existant le permet, des réserves foncières ou des maintiens d’emprises suffisantes pour la réalisation de parkings de rabattement,

-

permettre la connexion des gares au réseau de liaisons douces et favoriser la création de parkings à vélos,

-

améliorer et sécuriser les liaisons tous modes entre les haltes ou gares et les centres urbains dont ils dépendent.

50 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Prescription :

P.62. Les PLU devront permettre la réalisation des liaisons projetées en matière de voies vertes inscrites dans le schéma directeur cyclable réalisé par la communauté de communes (Cf. Carte ci-contre). P.63. Les PLU devront intégrer déplacements cyclables par :

les

préoccupations

de

-

une réflexion portant sur les possibilités de création et/ou de renforcement de liaisons cyclables à l'échelle communale, les aménagements et préservations d'emprises à prévoir, leurs raccordements aux maillages existants ou prévus au schéma directeur des liaisons cyclables :

-

la prescription d’espaces cyclables (bandes ou pistes), raccordés aux itinéraires existants ou prévus, dans les opérations supérieures ou égales à 10 logements.

-

la définition de normes minimales de réalisation d’aires de stationnement pour les deux-roues non motorisés, dans les opérations nouvelles d’habitat collectif, d’équipements publics et d’activités économiques.

-

en milieux urbains et périurbains, les projets d’infrastructures routières devront prendre en compte, dès leur conception, le confort et la sécurité des piétons et cyclistes, en prévoyant pour cela des dimensions d'emprises de circulations suffisantes. A titre indicatif, on peut retenir les dimensions minimales suivantes: 1,40 m pour les espaces piétons, 3 m pour les voies vertes inscrites dans le cadre du schéma directeur des liaisons douces.

Sour ce : Communauté de communes de M ACS, Schéma directeur cyclable, 2 0 1 2

51 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

R.4 6 Les nouvelles opér ations de r ésidences-tour isme de plus de 1 0 0 héber gements (y compr is les extensions atteignant ce seuil ainsi que les opér ations à car actèr e mixte compr enant ce type de pr ogr ammes) devr ont intégr er et/ ou pr oposer des systèmes de tr anspor ts alter natifs à la voitur e ver s les pôles de loisir s et de vie du ter r itoir e de M ACS. L'offr e de ces systèmes devr a êtr e adaptée au r egar d de leur éloignement des pôles ur bains et des sites balnéair es les plus fr équentés.

52 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -3 .3 . La prise en compte des prévisions de voies nouvelles d'intérêt départemental ou intercommunal Les PLU et les opér ations d'aménagement devr ont pr endr e en compte les pr ojets d'infr astr uctur es r outièr es pr évus au SCoT destinées à faciliter les flux d'entr ées sur le ter r itoir e et les échanges inter communaux : 

les gr andes liaisons r étr o-littor ale et de desser te Nor d-Ouest, et leur s continuités éventuelles à l'Est de l'A6 3 ,

les itinér air es de déviations d'espaces ur bains, inscr its notamment dans le tr iangle ur bain Sud -Ouest. Pr escr iptions :

P.64. Ces aménagements devr ont êtr e conçus pour s'intégr er aux « espaces natur els à pr éser ver et à valor iser " identifiés au SCoT : -

en mettant notamment en œuvr e les mesur es d'atténuation envir onnementale pr évues par le SCoT, et celles qui po ur r ont êtr e pr écisées ultér ieur ement dans le cadr e des études liées aux pr ojets r outier s.

-

en localisant, autant que possible, ces aménagements en dehor s de ces espaces, de manièr e à limiter les r isques de conflit avec l'envir onnement.

P.65. Le développement des tr anspor ts et des infr astr uctur es devr ont êtr e r éalisés en lien avec le développement des ter r itoir es limitr ophes le Gr and Dax, le Pays d’Or the, la Communauté de communes de Castets, du Seignanx et le ter r itoir e du BAB.

53 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Pr escr iptions :

P.66. Les communes devr ont pr évoir dans leur s PLU des mesur es conser vatoir es d’empr ises, pour pr éser ver les possibilités de r éalisation des pr ojets r outier s et leur s r accr ochements aux voies existantes. Ces mesur es pour r ont êtr e mises en œuvr e par r éser vation, par inconstr uctibilité, ou par application de mar ges spéciales mentionnées dans les Or ientations d’Aménagement et de Pr ogr ammation. Les outils dépendr ont pr incipalement de l’avancée du pr ojet et ser ont établis comme suit : -

-

En l'absence de définitions pr écises des pr ojets r outier s, l'application des mesur es conser vatoir es (positionnement et lar geur s des empr ises préser vées) pr endr a en compte : o

les pr incipes indiqués sur la « car te schématique des espaces à pr éser ver »,

o

les nécessités de continuités des itinér air es, à l'intér ieur et entr e ter r itoir es communaux, ainsi que les possibilités de r accr ochements aux voies pr incipales existantes,

Les empr ises conser vées devr ont per mettr e l'inscr iption aisée de ces infr astr uctur es et des aménagements concomitants (aménagements paysager s, gestion des eaux pluviales…) en fonction des conditions topogr aphiques et de l'envir onnement génér al du site concer né,

P.67. Afin de pr éser ver les capacités et les fluidités de cir culation sur ces voies nouvelles, les mesur es suivantes devr ont êtr e appliquées dans les documents d'ur banisme et les pr ojets ur bains communaux ou inter communaux : -

Tout accès dir ect de lots d’habitat, d’activités ou d'équipement sur ces voies ser a pr oscr it.

-

Le nombr e de r accor dements avec les voies de desser tes locales, existantes ou nouvelles, doit êtr e limité au maximum.

-

Ces r accor dements s'effectuer ont par le biais de car r efour s dont la configur ation ser a adaptée et le dimensionnement suffisant pour assur er : o

la pr ior ité des flux sur la voie nouvelle,

o

la fluidité des échanges, en pr enant en compte les pér iodes hautes de tr afic, notamment les mois d'été.

54 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -3 .4 . La préservation des capacités routières et d'évolution des voies primaires existantes ou à aménager Le SCoT identifie sur le ter r itoir e un r éseau de voies str uctur antes, dites pr imair es, suppor ts pr incipaux des flux inter communaux et économiques, qu'ils soient tr ansitoir es ou inter nes. Cette définition compr end les gr ands axes A6 3 et RD8 1 0 , ainsi que des voies ou sections de voies dépar tementales existantes. Les voies nouvelles, décr ites au chapitr e pr écédent, ont également vocation à s'inscr ir e dans cette définition.

Pour la RD8 1 0 de St Geours de M aremne à Labenne

Recommandation :

Pr escr iptions :

P.68. Conser ver les linéair es de r ase campagne encor e existants entr e les villes, ce qui doit conduir e à localiser les extensions d'ur banisation à l'intér ieur des enveloppes ur baines déjà constituées le long de la RD8 1 0 , ou le cas échéant en second r ideau sans connexion dir ecte non sécur isée avec cet axe. P.69. Recher cher pr ior itair ement, lor sque cela r este possible, le développement d'inter connexions entr e quar tier s ur bains ou à ur baniser en dehor s de la RD8 1 0 , afin de r éduir e la par t des flux de desser te locale sur cet axe.

R.4 7 Requalifier les tr aver sées d'agglomér ations dans une optique de tr aitement plus ur bain et r estaur er l'image des entr ées de ville : r éduction de l'impact des implantations d'activités et de panneaux publicitair es, mar quage clair de l'entr ée en secteur s ur banisés, etc.

55 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Pour l'ensemble des voies primaires existantes ou à créer Pr escr iptions :

P.70. Le maintien ou la r estaur ation des fluidités et de la sécur ité des cir culations sur les voies pr imair es désignées par le SCoT devr ont êtr e r echer chés et pr ivilégiés dans les dispositions r églementair es des documents d'ur banisme, les choix d'or ganisation des espaces ur bains ou à ur baniser , et les pr ojets d'aménagement de voir ies. P.71. En dehor s des espaces déjà ur banisés le long de ces voies, l’or ganisation des zones à ur baniser à vocation d’habitat doit pr i vilégier au maximum les r accor dements aux voies de desser tes et aux accès existants.

56 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -3 .5 . Les grands projets d’infrastructures routières Pr escr iptions :

P.72. Le SCoT pr évoit la cr éation de voies str uctur antes, d'intér êt inter communal ou dépar temental, nécessair es pour le r enfor cement des liaisons, le tr aitement des congestions ur baines et l'amélior ation de l'accessibilité des pôles de développements du ter r itoir e : -

Un bar r eau d'entr ée et de desser te "nor d-ouest", dont 2 options Sud (fuseau RD1 7 – Soustons – RD6 5 2 / RD7 9 ) et Nor d (fuseau RD1 5 0 – Azur – M essanges) sont à l'étude.

-

Une voie "r étr o-littor ale" se situant dans la continuité de la pr écédente, pr évue en ar r ièr e des espaces agglomér és de Vieux-Boucau, M essanges et M oliets-et-M âa.

-

Une voie « r étr o-littor ale » se situant dans la continuité des pr écédentes, pr évue dans le tr iangle ur bain sud-ouest (Soustons, Tosse, Seignosse, Saubion, Soor ts-Hossegor , Angr esse, Capbr eton et Labenne)

P.73. L'intér êt et la per tinence de cr éer d’éventuelles déviations str uctur antes devr ont êtr e examinés en cor r élation avec les choix futur s de gr andes liaisons Sud-Est / Nor d-Ouest. Elles ser ont utilement couplées à des faisceaux et infr astr uctur es existantes ou en pr ojet P.74. La possibilité de r éutiliser des voies de chantier , notamment les voies liées à l’élar gissement de l’A6 3 ou à la r éalisation de la LGV devr a êtr e r egar dée en pr ior ité afin de limiter la Document consommation de foncier « natur el et agr icole ».d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014

57


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -3 .6 . Les autres grandes infrastructures de transport Recommandations :

R.4 8 En matièr e d'infr astr uctur es fer r oviair es, le SCoT pr end en compte le pr ojet de cr éation d'une nouvelle "Ligne Gr ande Vitesse" tr aver sant son ter r itoir e (pr ojet actuellement à l'étude). R4 9 En matièr e de tr anspor ts aér iens, il est pr éconisé le maintien de la vocation pr emièr e aér onautique du site de l'aér odr ome situé en par tie Sud du ter r itoir e de Soustons. Ce potentiel pour r a justifier le r enfor cement des infr astr uctur es ou équipements nécessair es à son exploitation ainsi que d'activités connexes, ce qui n'est pas incompatible avec sa localisation dans un secteur à vocation génér ale d'espace non bâti. R.5 0 Tr anspor ts liés à l’activité du bois : il est préconisé l'engagement de r éflexions sur les besoins de desser tes liés à l'exploitation for estièr e, afin de faciliter cette activité et de limiter son impact sur les voies r outièr es. Ces r éflexions, por tant notamment sur la définition de points et pistes de débar dage, pour r ont s'effectuer dans le cadr e des PLU ou de l'élabor ation d'un "Schéma de desser te for estièr e" inter communal". R.5 1 Etudier les possibilités de fr anchissement de l’Adour pour amélior er les connexions avec les ter r itoir es voisins.

58 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -3 .7 . Les éventuels renforcements routiers non précisés au SCoT Recommandations :

Pr escr iptions :

P.75. Le SCoT per met la possibilité d'aménagement de voies nouvelles d'intér êt communal, s'inscr ivant dans le cadr e du développement des villes et des bour gs (telles que liaisons inter quar tier s, voies de contour nement localisé d'espaces ur bains, voies visant à la cr éation ou à l'amélior ation de desser tes de sites d'habitat ou d'activités, voies facilitant la desser te par les tr anspor ts collectifs, cr éation de chemins de desser te des espaces boisés et r ur aux, amélior ation des voies ou chemins existants…). P.76. Si le pr ojet touche « un espace à pr otéger » ou « un espace natur el à pr éser ver ou à valor iser », le pr ojet devr a expliciter les mesur es compensatoir es à mettr e en œuvr e dans le r appor t de pr ésentation du PLU.

R.5 2 Il est pr éconisé l'engagement de r éflexions sur un possible r enfor cement, à un hor izon de long ter me, des liaisons r outièr es d'intér êt inter communal ou dépar temental dans le secteur Sud-Est du ter r itoir e. R.5 3 De possibles cor r élations ou concomitances d'aménagements sont à pr endr e en compte dans ces r éflexions : -

avec la nouvelle Ligne à Gr ande Vitesse envisagée, dans la mesur e où il appar aît intér essant d'inscr ir e l'infr astr uctur e fer r oviair e et une nouvelle voie r outièr e dans un même fuseau d'aménagement,

-

plus génér alement, avec les str atégies de tr anspor ts collectifs menées à l'échelon local, dépar temental ou r égional, de manièr e à éviter des effets de concur r ence néfaste à leur développement.

59 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -3 .8 . Promouvoir le développement des «liaisons douces» Le développement des cir culations douces peut êtr e une alter native aux déplacements motor isés et offr ir de nombr eux avantages : diminution des budgets liés à l’automobile, pr éser vation de l’envir onnement, développement de lien social, etc. La Communauté de communes M ACS a déjà son schéma dir ecteur des liaisons douces. Le SCoT confor te la volonté pour M ACS de développer ce mode alter natif à la voitur e.

Pr escr iptions :

P.77. Les PLU devr ont : -

per mettr e d’établir des connexions entr e les opér ations nouvelles et le r éseau de voies ou pistes cyclables existantes ou pr ojetées, notamment au tr aver s des or ientations d’aménagement et de pr ogr ammation

-

au tr aver s des Or ientations d’Aménagement et de Pr ogr ammation, mettr e en place des cheminements doux « tr aver sants » dans toutes les opér ations susceptibles de développer plus de 1 0 logements.

-

or ganiser le développement d’un r éseau de pistes piétons/ cycles sécur isé r eliant les différ ents pôles génér ateur s de tr afic (équipements scolair es, zones commer ciales, équipements spor tifs…) aux quar tier s d’habitat les plus denses (secteur s où la population captive est impor tante)

-

per mettr e la cr éation de places de stationnement pour les deux r oues dans les nouvelles ou les r éhabilitations d’opér ations immobilièr es de plus de 2 logements.

60 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 - 4.

LES GRANDS PROJETS D’EQUIPEM ENTS ET DE SERVICES

4 -4 .1 . Les équipements scolaires

Recommandations :

R.5 4 Les pr évisions de cr oissance démogr aphique envisagées par le SCoT à l’hor izon 2 0 3 0 (8 0 0 0 0 habitants envir on), pour r aient nécessiter à ter me la cr éation d’équipements scolair es supplémentair es (collège ou lycée) R.5 5 La localisation de ces nouveaux établissements pour r a êtr e déter minée en concer tation entr e M ACS et le Conseil Génér al ou le Conseil Régional.

61 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -4 .2 . Les équipements sportifs et de loisirs Le ter r itoir e de M ACS dispose d’un cadr e paysager et envir onnemental r emar quable qui a, depuis plusieur s décennies, favor isé son développement économique et démogr aphique. Le ter r itoir e du SCoT dispose d’une offr e tour istique impor tante, or ientée à la fo is sur le tour isme populair e et le tour isme de standing. De nombr eux équipements jalonnent le ter r itoir e, tant d’un point de vue spor tif que cultur els. Aujour d’hui, la côte landaise fait par tie des ter r itoir es attr actifs pour un tour isme spor tif de pleine natur e. Dans ce cadr e, et en complémentar ité avec les ter r itoir es voisins du BAB et du Gr and Dax, r essor t la nécessité de densifier les équipements, notamment pour la pr atique du golf. Le SCoT envisage de per mettr e la r éalisation d’un complexe spor tif et tour istique or ganisé autour de la pr atique du golf sur la commune Tosse accompagné d’équipements, de logements et de commer ces en lien avec ce pr ojet.

Recommandations :

R.5 6 Anticiper et per mettr e la r éalisation de gr ands équipements spor tifs por teur s pour le ter r itoir e et ses habitants (et notamment un golf de dimension inter nationale sur Tosse). R.5 7 Accentuer la qualité de l’offr e en équipements en amélior ant le par c d’équipements spor tifs et cultur els existant.

62 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -4 .3 . Promouvoir le développement de la desserte numérique En 1 0 ans, les usages développés par l’ar r ivée de l’Inter net et des r éseaux numér iques se sont for tement développés pour le g r and public comme pour le monde économique : web, cour r ier électr onique, téléphonie mobile, etc... Le haut débit est devenu un ser vice essentiel et un élément impor tant dans le choix de localisation des ménages, des entr epr ises, des gr ands équipements. Cependant, le développe ment de ces ser vices dépend de l’existence et de la natur e des infr astr uctur es locales de communications numér ique. Inscr it dans une échelle de temps compatible avec celle des SCoT, le déploiement d’infr astr uctur es et de r éseaux de communica tions électr oniques de qualité est le gr and chantier des 1 0 à 1 5 ans à venir . La communauté de communes s’est déjà lancée dans le développement d’infr astr uctur es numér iques à tr aver s son schéma dir ecteur d’aménagement et de développement numér ique. Elle a donc lancée, dès l’ouver tur e du r éseau haut et tr ès haut débit de son ter r itoir e, dont elle fait assur er la constr uction dans un cadr e de délégation de ser vice public, une sér ie d’opér ations por tant sur l’expér imentat ion, la mise en place et l’analyse des usages et des ser vices sur ce r éseau.

Pr escr iptions :

P.78. Les PLU devr ont favor iser la mise en place du tr ès haut débit dans les nouvelles ou les r éhabilitations d’opér ations immobili èr es collectives ou dans les équipements publics. P.79. Les PLU devr ont favor iser la pose de four r eaux ou de chambr es de tir age dans toutes les nouvelles opér ations d’aménagement et de constr uction de logements. Le pr ojet de r éseau de télécommunication devr a êtr e validé par la Communauté de communes de M ACS avant le dépôt des autor isations d’ur banisme. A tit r e d’exemple, pour toute desser te de télécommunication il devr a êtr e constr uit des r éseaux r eposant sur une ingénier ie mixte cuivr e et fibr e optique.

63 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 - 5.

CONDITIONS

POUR

L’OUVERTURE

DES

ZONES

A

URBANISER Le mode de développement ur bain qu’a connu le ter r itoir e de M ACS est lar gement basé sur la pr oduction de par celles de taille r elativement impor tante aboutissant à des for mes ur baines peu compatibles avec les notions de pr éser vation des paysages, de gestion économ e de l’espace et de développement dur able. L’objectif est la réduction de la consommation foncière moyenne d'environ 3 0 % par rapport aux pratiques antérieures. L’objectif global de réduction de consommation foncière est de 1 6 % si l’on intègre le développement touristique de Tosse qui revêt un caractère exceptionnel par rapport aux aménagements qui se sont développées sur la décennie passée.

Pr escr iptions :

P.80. L’ur banisation devr a se fair e en pr ior ité dans les secteur s disposant d’équipements et ser vices nécessair es à la population (é coles…) et à la gestion envir onnementale (ouvr ages d'assainissement…) P.81. L’ouver tur e des zones à ur baniser devr a êtr e adaptée en fonct ion de la situation de chaque commune au r isque de voir s’ur baniser sur une cour te pér iode l’ensemble des ter r ains ouver ts à l’ur banisation. Les Or ientations d’Aménagement et de Pr ogr ammation ainsi que l’échéancier pr évisionnel d’ouver tur e des zones à l’ur banisation sont à pr ivilégier . P.82. Les communes soumises à une for te pr ession devr ont gr aduer l’ouver tur e des zones à l’ur banisation de manièr e pr ogr essive afin d’êtr e en phase avec les spécificités du mar ché local. Une évaluation tr iennale des PLU confor mémen t à l’ar ticle L1 2 3 -1 2 -1 du Code de l’Ur banisme per mettr a d'ajuster l'ouver tur e à l'ur banisation des différ ents secteur s.

64 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Temps de parcours Pôles structurants entre Atlantisud et communes

P.83. Afin de r especter un développement har monieux du ter r itoir e de M ACS et de r especter les objectifs de r éduction de consommatio n foncièr e fixés dans le PADD, le ter r itoir e devr a développer une ur banisation tendant ver s un r atio moyen de 3 5 0 m² net par lo gement (hor s par ties communes, voir ie, r éseaux diver s et espaces ver ts). Ainsi, pour atteindr e cet objectif, une déclinaison par co mmunes lor s de la r évision de leur PLU ser a en r espectant le cadr e suivant :

Population 2008

Population estimée à 2030

Nombre de logements à produire entre 2008 et 2030

Nombre de logements à construire sur la durée du SCOT (18 ans) selon la densité 2002-2012

Densité (surface moyenne par logement)

Surfaces maximales articifialisables sur la durée du SCoT (20122030) destinées à l'Habitat

Surfaces maximales artificialisables destinées à l'activité économique entre 2012 et 2032

CAPBRETON

7 763

11 521

3 338

1 075

120

20,0

25,0

LABENNE

4 543

7 524

2 647

2 048

250

58,0

13,0

7 090

10 200

2 763

1 197

300

71,0

64,0

7 161

10 271

2 763

1 518

300

59,0

0,0

COMMUNES

SOUSTONS

Pourcentage de la croissance affecté par secteur

48,00%

SAINT VINCENT DE TYROSSE Total secteur 1

12960

208,0

102,0

2 054

4 133

1 847

590

300

50,0

91,0

1 688

2 579

791

450

450

30,0

37,0

1 287

1 584

264

388

600

18,0

0,0

769

1 066

264

62

600

9,0

0,0

SAUBION

1 302

1 842

480

247

500

17,0

0,0

BENESSEMAREMNE

2 166

3 300

1 007

2 035

450

40,0

20,0

955

500

De 0 à 10 minutes

SAINT GEOURS DE MAREMNE MAGESCQ SAINT JEAN DE MARSACQ JOSSE

22,00%

SAUBUSSE

792

Total secteur 2

5940

SAUBRIGUES

De 10 à 20 minutes

SAINT MARTIN DE HINX 20,00%

SOORTS HOSSEGOR SEIGNOSSE AZUR Total secteur 3

De 20 à 30 minutes

SAINTE MARIE DE GOSSE VIEUX BOUCAU LES BAINS

1 327

10,00%

11 511

475 15 831

1 722

2 199

3 328

1 157 1 434

5 127 369

95

500

28,0

0,0

192,0

148,0

10,0

13,0

1 002

866

450

56,0

2,0

1 692

475

575

500

16,0

14,6

2 568

1 007

498

450

20,0

5,0

3 672

4 752

959

1 053

400

25,0

4,0

3 131

4 103

863

762

400

35,0

5,8

549

873

288

216

500

10,0

16,0

5400

ORX

39 517

10 058 1 306

TOSSE

ANGRESSE

26 557

172,0

81,4

469

13 448 712

19 037 216

4 964 85

600

12,0

2,0

1 044

1 584

480

294

500

20,0

0,0

1 591

2 266

600

992

50

9,0

0,0

MESSANGES

953

1 574

552

1 282

500

15,0

20,0

MOLIETS ET MAA

821

1 442

552

574

500

30,0

0,0

86,0

22,0

658,0

353,4

Total secteur 4

TOTAL

2700

27000

4 878

54 941

7 578

81 963

2 398

24 000

Dont projets d'échelle SCoT (artificialisation maximale entre 2012 et 2030)

Projets d'échelle Supra-SCoT (artificialisation maximale entre 2012 et 2030)

45,0

91,0

220 (Golf , équipements touristiques et résidentiels liés dont villas du resort)

20,0

156,0

220,0

65 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

P.84. Lor s de l’élabor ation des documents d’ur banisme, les collectivités devr ont afficher leur s objectifs de développement de l’hab itat et de consommation foncièr e en lien avec les objectifs définis ci-dessus. La compatibilité du document d’ur banisme avec le SCoT se fer a par une vér ification des objectifs de développement pondér és par un coefficient de 1 ,5 maximum pour tenir compte notamment de la r éte ntion foncièr e. P.85. La densité pr oposée ne s’entend pas par opér ation mais à l’échelle globale de la commune pour l’ensemble des espaces à vocation d’habitat destinés à êtr e ur banisés ou densifiés dans le cadr e du document d’ur banisme (ne comptent ainsi que les zones à ur b aniser ou les zones ur baines non occupées). Les communes peuvent moduler les densités suivant les s ecteur s géogr aphiques, la capacité des équipements d’infr astr uctur es, la desser te en tr anspor ts, la pr oximité des commer ces et ser vices, la position par r appor t aux zones d’emplois… A titr e d’exemple, sur une commune faisant le choix d’avoir un développeme nt soutenu, des espaces pr oches des pôles d’emplois et de ser vices peuvent pr ésenter des densités de l’or dr e de 4 0 à 5 0 logements / ha alor s que, sur la même commune, des secteur s plus éloignés, pour r ont pr oposer des densités nettement plus faibles de l’or dr e de 1 5 à 2 0 logements / ha). P.86. M ême si la densification doit êtr e la r ègle, quelques motifs peuvent justifier la mise en œuvr e de r ègles qui per mettent, le développement de constr uctions individuelles sur des ter r ains de gr ande empr ise dès lor s que leur nombr e r este limité (liste exhaustive) : -

la nécessair e mise en œuvr e d’un dispositif d’assainissement autonome exigeant une zone d’épandage impor tante

-

l’inscr iption dans un site sensible d’un point de vue paysager (maintien de boisements, r éduction des déb lais/ r emblais…)

-

le souhait d’assur er une inser tion qualitative dans un site aujour d’hui ur banisé sous cette for me

-

l’impossibilité technique ou financièr e d’assur er une desser te efficace en voir ie et r éseaux sur un secteur déjà gr andement b âti

66 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 - 6.

OBJECTIFS A ATTEINDRE EN M ATIERE DE M AINTIEN OU DE CREATION D'ESPACES VERTS DANS LES ZONES FAISANT L'OBJET D'UNE OUVERTURE A L'URBANISATION

Le ter r itoir e de M ACS offr e un cadr e de vie de qualité qu’il convient de pr éser ver notamment au tr aver s d’opér ations ur baines de q ualité. Ainsi, le SCoT veille à per mettr e aux communes du ter r itoir e de r epenser l’usage et la qualité des espaces publics et offr i r aux habitants de nouveaux espaces ver ts et de loisir s. Pr escr iptions :

P.87. Sur les zones faisant l’objet d’une ouver tur e à l’ur banisation à destination d’habitat : -

Les espaces ver ts, les aménagements paysager s et l’aménagement d’espaces publics devr ont per mettr e de contr ibuer à l’amélior ation et à la qualité des espaces ur bains.

-

Les collectivités au tr aver s de l’ar ticle 1 3 de leur s documents d’ur banisme devr ont déter miner , sous for me d’un pour centage ou d’un coefficient, la sur face minimale d’espaces libr es à maintenir sur chaque ter r ain à l’occasion d’opér ations de constr ucti on de bâtiments ou d’opér ations d’aménagement (lotissement, r emembr ement ur bain). Cette sur face minimale est dé ter minée par r appor t à une sur face de r éfér ence qui peut êtr e le ter r ain ou encor e la Sur face plancher (sauf s’il n’y a pas de COS applica ble). La r éalisation d’espaces ver ts ou la plantation d’ar br es peut êtr e exigée sur une par tie des espaces libr es. Lor sque l’ar ticle 9 fixer a une empr ise au sol maximale, la sur face minimale d’espaces libr es ne ser a pas r églementée.

-

Les zones à ur baniser intégr ées aux documents d’ur banisme couver tes par des or ientations d’aménagement et de pr ogr ammation devr ont pr évoir des pr escr iptions sur les espaces ver ts à cr éer à l’intér ieur des opér ations d’aménagement.

-

La par t des espaces ver ts dans les opér ations ne dépasser a pas le tier s de la sur face de l’opér ation (hor s par ties pr ivatives )

-

Les espaces publics doivent se r econnaîtr e à leur visibilité et à leur s lisibilités dans le paysage ur bain, à leur accessibilité à tous les individus et enfin à la mixité sociale qu’ils sont en mesur e de susciter . Cela per mettr a d’appor ter une cer taine qualité dans les opér ations.

67 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 - 7.

LES OBJECTIFS ET PRINCIPES POUR LA PREVENTION DES

RISQUES

4 -7 .1 . M aîtriser le risque littoral Le littor al du ter r itoir e est soumis à une évolution de son tr ait de côte, avec sur cer tains secteur s, une avanc ée du cor don dunair e et sur d’autr es une ér osion. A ces deux phénomènes, s’ajoute sur cer tains secteur s le r isque de submer sion mar ine. Dans un contexte de changement climatique, ces r isques littor aux sont de sur cr oît accr us par l’élévation du niveau des o céans. La pr évention des biens et des per sonnes face à ce r isque constitue un des enjeux majeur s pour les communes littor ales.

Recommandations

Pr escr iption :

P.88. Le PLU, en accor d avec le SCoT et son document gr aphique associé, délimiter a la lar geur de la bande littor ale inconstr uctible des 1 0 0 m pr évue à l’ar ticle L1 4 6 -4 du code de l’ur banisme, en fonction du car actèr e dunair e et en tenant compte du r isque d’ér osion littor ale.

R.5 8 La gestion des milieux dunair es mér iter ait d’êtr e amélior ée en or ganisant la fr équentation du public et en pour suivant la politique d’acquisition, de pr éser vation et de r estaur ation (cf. pr escr iptions milieu natur el). R.5 9 Lor sque cela s’avèr e nécessair e, la pr otection du littor al pour r a êtr e assur ée en pr ivilégiant la mise en œuvr e de techniques alter natives légèr es (ganivelles, plantations…) plutôt que les techniques lour des (enr ochements).

68 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -7 .2 . Prévenir les inondations et gérer les eaux pluviales Le r isque d’inondation est lié sur le ter r itoir e, aux débor dements des cour s d’eau notamment de l’Adour , du Cour ant de Sousto ns, du Boudigau, du Bour r et et de leur s affluents et aux r uissellements dans les secteur s ur bains qui satur ent le r éseau d’eaux pluviales et conduisent à des inondations dans les points bas.

Pr escr iptions

P.89. Le lit des cour s d’eau, les champs d’expansion des cr ues ainsi que les zones humides et les dépr essions natur elles, identifié s lor s de l’élabor ation des documents d’ur banisme, ser ont pr otégés de toute ur banisation. P.90. Les endiguements ou r emblaiements nouveaux, qui ne ser aient pas justifiés par la pr otection de zones déjà ur banisées, ser ont à éviter . P.91. Les aménagements de nouvelles infr astr uctur es tr aver sant des zones inondables ser ont r éalisés de manièr e à r éduir e au maximum les impacts sur l’écoulement des cr ues. Les pr ojets assur er ont la tr anspar ence hydr aulique totale des ouvr ages de fr anchissem ent. P.92. Les pluies qui s’abattent avec une for te intensité sont à l’or igine de sur char ges des r éseaux ; elles diminuent les per for mances de tr aitement des stations d’épur ation (eaux par asites) et accr oissent les r isques d’inondation. La gestion des eaux pluviales d ans les nouveaux pr ojets d’aménagement ur bains doit donc évoluer afin d’éviter la concentr ation des écoulements et l’augmentation des débits d’eaux de r uissellement. P.93. L’imper méabilisation des sols ser a limitée. Pour cela, les communes devr ont définir lor s de la r édaction de leur r èglement d’ur banisme ou de l’élabor ation des opér ations d’aménagement, des pr escr iptions visant à favor iser l’infiltr ation natur elle. P.94. Les aménageur s devr ont : -

r éaliser des dispositifs per mettant le tr aitement des eaux pluviales pour toute nouvelle opér ation d’aménagement susceptible d’imper méabiliser plus de 5 0 0 m² de ter r ain (empr ise au sol des constr uctions ainsi que des voir ies et espaces publics non per méables), en s’inspir ant des zones de dissipation végétalisée par exemple (cr éation de zones humides ar tificielle),

-

r éaliser dans les pr ojets d’aménagement la végétalisation de toute sur face n on bâtie et non aménagée pour la cir culation et le par king dans les zones à ur baniser ,

-

mettr e en œuvr e des techniques alter natives d’assainissement pluvial, tels que par exemple les toitur es et ter r asses végétalisées, les espaces r éser voir s, les bassins d’écr êtement paysager s, les r evêtements por eux, dr ainants ou végétalisés. Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014

69


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

R.6 0 Les communes soumises au r isque d’inondation et non couver tes par le Plan de Pr évention des Risqu es d’Inondation appr ouvé ou en cour s d’élabor ation, pour r ont engager lor s de l’élabor ation ou de la r évision de leur document d’ur banisme, la r éalisation d’une étude per mettant de délimiter les zones d’expansion des cr ues, (si celles –ci ne sont pas déjà connues) en vue de leur pr éser vation. Les documents gr aphiques des PLU pour r ont fair e appar aîtr e les secteur s où il est nécessair e de pr otéger les biens et les per sonnes. R.6 1 Les aménageur s pour r ont collecter et r éutiliser une par tie (au moins) des eaux pluviales pour toute constr uction nouvelle dès lor s que son empr ise au sol est infér ieur e à 7 5 % de ter r ain (cette tr aduction est possible avec l’ar ticle 4 dans les r èglemen ts de 3 PLU). Il est demandé de mettr e en place un dispositif per mettant de stocker et de r éutiliser un minimum de 3 m d’eau par 3 logement ou de 1 m d’eau par tr anche de 2 5 m² de sur face bâtie (empr ise au sol de la constr uction).

70 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -7 .3 . Protéger les biens et les personnes face au risque de feux de forêt Toutes les communes sont soumises au r isque incendie de for êt sur le ter r itoir e. De nombr eux espaces, occupés par un habitat diffus ou gr oupé situés en lisièr e de boisements ou au cœur de massifs boisés, constituent un enjeu face au r isque de feux de for êt .

Recommandations

Pr escr iption :

P.95. Lor squ’un r isque de feux de for êt est identifié, les communes mettr ont en place pr éalablement à tout pr ojet d’ur banisation, les dispositions r èglementair es visant à sécur iser les biens et les per sonnes, c’est -àdir e les équipements indispensables à la lutte contr e les feux de for êt (accès pér imétr ique indispensable aux véhicules d’inter vention, pistes, bor nes d’incendie, conduites, points d’eau…).

R.6 2 les communes veiller ont à ce que l’entr etien des équipements DFCI (pistes, points d’eau…) soit bien assur é par les Associations Syndicales Autor isées. R.6 3 des actions de sensibilisation des populations (débr oussaillage, sécur ité, r appel r églementair e, etc.) pour r ont êtr e envisagées pour limiter les dépar ts de feux accidentels.

71 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -7 .4 . Prévenir les risques technologiques Afin de pr éser ver les biens, les per sonnes et l’envir onnement, l’installation de nouvelles industr ies sensibles ou à r isque s era définie en tenant compte de la sensibilité des milieux (milieux natur els, qualité des eaux…) et du contexte ur bain.

Recommandations :

Les communes : R.6 4 tiendr ont compte de la sensibilité du milieu (milieux natur els, qualité des eaux…) lor s de la cr éation de zone d’activités po uvant accueillir des industr ies sensibles du point de vue envir onnemental. R.6 5 localiser ont autant que possible les zones d’activités pouvant accueillir des industr ies à r isque (ICPE soumises à autor isation), à l’écar t des zones d’habitats ou d’équipements sensibles (Etablissements d’enseignement, de soin…).

72 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -7 .5 . Prévenir l’exposition des populations aux nuisances sonores Les nuisances sonor es liées à la pr oximité d’infr astr uctur es de tr anspor t mais aussi d’activités économiques ou de loisir s br uyants constituent la pr incipale gêne pour les Fr ançais. Celle-ci peut affecter gr avement l’état de santé des populations exposées : str ess, tr oubles du sommeil… Le SCoT affir me la nécessité que les PLU pr ennent en compte ce r isque pour gar antir la santé publique. L’application de la r églementation sur le br uit implique d’or es et déjà des contr aintes por tant sur la natur e des constr uctio ns autor isées, sur leur implantation et sur leur isolation acoustique. Pr escr iptions :

Recommandations :

P.96. Les PLU définir ont une limite de r ecul pour limiter l’implantation de constr uctions neuves à usage d’habitation le long des axes classés br uyants de catégor ies 1 et 2 (A6 3 , RD8 1 0 , RD8 2 4 , voie fer r ée).

R.6 6 Des pr incipes génér aux, visant à limiter l’exposition des populations aux nuisances sonor es sont à r especter autant que possible lor s de l’ouver tur e de zones à ur baniser ou de nouvelles constr uctions. Ainsi, les communes pour r ont limiter le développement des zones d’habitats ou des zones accueillant des équipements sensibles ver s les zones à vocation économique pouvant génér er des nuisances sonor es impor tantes, et vice-ver sa. R.6 7 L’amélior ation de l’isolation phonique des logements pour r ont êtr e favor isée notamment par la pr omotion de démar ches de constr uction et d’aménagement à Haute Qualité Envir onnementale.

73 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

4 -7 .6 . Assurer la santé publique Préserver la ressource en eau et sa qualité Les éléments liés à la pr éser vation de la qualité de l'eau sont pr ésentés au chapitr e 3 par tie 3 -2 .

Améliorer la gestion des déchets Afin de r épondr e aux enjeux envir onnementaux et économiques que r epr ésente la r éduction des déchets, le Gr enelle Envir onnement a fixé deux objectifs chiffr és : r éduir e la pr oduction d’or dur es ménagèr es et assimilées de 7 % d’ici cinq ans et diminuer de 1 5 % les déchets destinés à l’enfouissement ou l’incinér ation. Pour r épondr e à ces objectifs, le SITCOM Côte sud des Landes (auquel M ACS a délégué la com pétence) s’est engagé dans un pr ogr amme de pr évention. Depuis plusieur s années, les habitants du ter r itoir e ont appr is à tr ier les déchets, à utiliser les points tr i pour les emballages, et les déchetter ies pour les déchets encombr ants, danger eux ou de jar din. Cependant, des déchets r estent encor e à tr aiter en les br ulant ou en le s stockant. Le coût de la collect e, de l’incinér ation et du stockage est lour d et augmenter a tant que les volumes de déchets augmenter ont, et ce, malgr é le tr i.

Recommandations :

R.6 8 Les collectivités, dans le cadr e de leur pr ojet veiller ont à r especter les dispositions du Plan Dépar temental d’Elimination d es Déchets et Assimilés et à limiter globalement la pr oduction de déchets. R.6 9 Des actions en faveur du tr i et de la valor isation éner gétique des déchets pour r ont êtr e pour suivies. R.7 0 Le SCoT r ecommande également de pour suivr e des campagnes de communication et de sensibilisation aupr ès du public afin de développer les gestes qui per mettent de r éduir e la quantité de déchets ainsi que la distr ibution de composteur s individuels et l’utilisation du compost.

74 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

M aîtriser les émissions de polluants et de gaz à effets de serre et réduire les consommations énergétiques a. Développer les transports collectifs et maîtriser l’étalement urbain La maîtr ise de la mobilité ur baine, la r éduction de la consommation éner gétique sont des objectifs à atteindr e pour r éduir e les émissions de polluants atmosphér iques et les gaz à effet de ser r e, r esponsables de la détér ior ation de la qualité de l’air et du r échauffement climatique. Pour cela, des mesur es doivent êtr e pr ises en matièr e de tr anspor t, pour cr éer une meilleur e inter connexion entr e le développement ur bain et les tr anspor ts collectifs et pour favor iser les déplacements doux alter natifs à la voitur e (développement de l’usage du vélo, par tage de la voir ie…) (cf. pr escr iptions déplacements). Les pr oblèmes de tr anspor t sont, liés de tr ès pr ès, aux questions d’ur banisme. Le choix en ter mes d’occupation et d’usage des sols, de localisation des activités, de l’habitat, des commer ces, des zones de loisir s est le point centr al. (cf. pr escr iptions habitat et activités). Pr escr iption :

P.97. Les pétitionnair es de nouvelles opér ations d’ur banisme de plus de 1 0 logements, devr ont cr éer des cheminements doux dir ects et sécur isés entr e les habitations et avec les commer ces et les ser vices (écoles…) afin de limiter l’utilisation de l’automobile

75 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Réduire les consommations énergétiques La r éduction des consommations d'éner gies fossiles et la pr éser vation des ressour ces éner gétiques des génér ati ons futur es sont des conditions pr imor diales de r éussite du développement dur able. Recommandations :

R.7 1 Les communes pour r ont :  développer dans leur s pr ojets ur bains les éner gies r enouvelables (solair e, géother mie, éner gie-bois…),  étudier les possibilités de développement des éner gies r enouvelables sur leur ter r itoir e, notamment de l’éner gie éolienne, de la houle, etc.,  accompagner la mise en œuvr e de la r églementation ther mique en vigueur , en sensibilisant les populations et en les encour ageant à fair e les tr avaux nécessair es à une meilleur e efficacité éner gétique,  encour ager les constr uctions bioclimatiques pour les constr uctions neuves et les r énovati ons. Pour cela, les documents d’ur banisme laisser ont notamment, lor sque la configur ation des lieux le per met, la possibilité de l’utilisation de nouveaux matér iaux en façade, de la pose de panneaux solair es sur les toitur es, du développement de nouvelles f or mes ur baines dur ables…Les r èglements des PLU ser ont à étudier finement, en pr enant en compte les sensibilités paysagèr es et ar chitectur ales locales.  r éaliser un diagnostic éner gétique de leur s bâtiments, équipements et éclair age public, et le mettr ont en œuvr e en suivant un plan d’économie d’éner gie.  concevoir et r éaliser tout nouvel équipement public de manièr e à êtr e éner gétiquement efficient.

76 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

[Chap.V] OBJECTIFS ET PRINCIPES RELATIFS AU DEVELOPPEM ENT DES ACTIVITES ECONOM IQUES Le volet développement économique est un élément majeur du SCoT, il conditionne en gr ande par tie l'implantation de l'habitat, des équipements, des ser vices, etc. Le SCoT pr opose donc un cer tain nombr e d’or ientations et de pr escr iptions visant à favor iser le développement d’une économie dynamique, r espectueuse du cadr e dans lequel elle s’inscr it.

77 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 - 1. FAVORISER LE DEVELOPPEM ENT DE L’EM PLOI EN S’APPUYANT SUR LES PRINCIPAUX ATOUTS DU TERRITOIRE (OBJECTIFS RELATIFS AU DEVELOPPEM ENT ECONOM IQUE) La str atégie de développement économique doit s’appuyer sur les atouts du ter r itoir e de M ACS et sur le développement d’une éc onomie pr oductive locale, liée à son image de mar que, au delà du simple développement d’une économie pr ésentielle (commer ce, ser vices, loisir s, tour isme…). La valor isation des pr oductions et savoir s-fair es locaux et le développement d’activités innovantes doivent êtr e au cœur des politiques de développement économique local. L’objectif génér al r echer ché dans le cadr e du SCoT est de par venir à tir er par ti de l’ensemble des atouts pr ésents sur le ter r itoir e : 

un positionnement géogr aphique favor able du ter r itoir e entr e RN1 0 -A6 3 , A6 4 et RD8 2 4 qui per met le développement de la zone d’activités Atlantisud,

le développement pr ochain d’une ligne à gr ande vitesse per mettant de r elier Bor deaux à l’Espagne (LGV Sud -Eur ope-Atlantique). Cette voie pour r ait per mettr e, à ter me, de développer d’une par t le tr anspor t de mar chandises par fr et fer r oviair e et le tr anspor t cadencé de voyageur s ce qui délester ait cer tains axes r outier s tr ès fr équentés (ex. autor oute A 6 3 ), et d’autr e par t, le tr anspor t de voyageur s de manièr e cadencée sur la voie existante,

le climat, l’envir onnement et le cadr e de vie pr ivilégié,

l’image de mar que du ter r itoir e (spor ts de glisse, …),

la fonction pr oductive,

l’attr activité r ésidentielle et l’économie r ésidentielle associée (commer ces, ser vices, bâtiment…)

78 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 -1 .1 . Le renforcement des zones d’activités En complément du soutien et de l’accompagnement aux filièr es tr aditionnelles, de nouveaux secteur s de développement économiqu e ont vocation à êtr e encour agés : 

Le développement des industr ies, de l’ar tisanat, du commer ce et des ser vices, en favor isant notamment l’accueil des PM E-PM I,

Le développement de filièr es innovantes : il s’agit des hautes technologies, de la r echer che, du développement et des ser vices,

Le développement d’entr epr ise por teuses véhiculant l’image de mar que du ter r itoir e de M ACS, comme l’industr ie du Sur f.

Les communes pour r ont pr évoir des extensions de ces zones à vocation d’activités. En par allèle des outils (r èglement du site, char te, labellisation…) visant à favor iser l’implantation et le développement des entr epr ises sur le ter r itoir e, des cr itèr es qualitatifs liés à la qualité ar chitectur ale, l’inser tion paysagèr e des bâtiments, la mise en œuvr e de nor mes de qualité envir onnementale devr ont êtr e inté gr és (notamment en ce qui concer ne la maîtr ise de l’éner gie, la qualité des matér iaux employés et la r étention et la r éutilisation de l’eau). La conjugaison des cr itèr es économiques et de per for mance envir onnementale per mettr a de pér enniser les espaces d’activités économiques. Ces espa ces pour r ont êtr e aménagés comme des quar tier s d’activités et non comme de simples découpages foncier s sans tr aitement qualitatif de l’espace p ublic.

79 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les espaces d’intérêt régional Pr escr iptions :

P.98. Les espaces d’activités d’intér êt r égional (comme l’actuelle zone Atlantisud) sont des espaces existants à confor ter ou à cr éer qui devr ont r épondr e aux cr itèr es suivants : -

Super ficie minimum de 5 0 hectar es per mettant de cr éer une offr e de gr andes par celles et de str uctur er une offr e multiple (industr ie, ser vices, logist ique…),

-

Positionnement et accessibilité à pr oximité d’un axe pr incipal tel que l’autor oute A6 3 ou encor e la futur e Halte SRGV (futur e LGV Sud Eur ope Atlantique) et les possibilités de développement du fr et fer r oviair e qu’elle pour r a engendr er ,

-

Desser te par des tr anspor ts collectifs cadencés aux heur es de pointe, à ter me.

-

M ettr e en place des r éseaux ur bains de capacité adaptée aux besoins de la zone : électr icité, gaz, r éseaux eau potable, eaux usées et eaux pluviales, Tr ès Haut Débit…

-

Ser vices aux entr epr ises existants ou à cr éer ,

P.99. Ces espaces ser ont situés pr ior itair ement à pr oximité immédiate de l’axe r outier str uctur ant A6 3 et/ ou du r éseau fer r é (Futur e LGV Sud-Eur ope-Atlantique). Ils r épondent aux besoins de développement des entr epr ises locales et à l’a ccueil d’entr epr ises extér ieur es. Pour le moment, seule la zone d’activités d’Atlantisud à Saint -Geour s de M ar emne (en cour s d’aménagement), est positionnée sur ce cr éneau et r épond aux cr itèr es évoqués ci-dessus. P.100. Le PLU des communes concer nées devr a pr ivilégier pour ces espaces l’aménagement de secteur s à fonction économique, en veillant à limiter le simple développement « le long de l’axe » et à or ganiser un développement en pr ofondeur dans une opér ation d’aménagement str uctur ée mais adaptable (super ficies var iables pour satisfair e aux besoins du plus gr and nombr e). P.101. L’inser tion paysagèr e des zones d’activités au tr aver s des plantations, de la r éalisation des liaisons douces, ser a systémati quement étudiée afin de par ticiper à la pr otection de l’envir onnement de M ACS mais également de valor iser leur image et faciliter la commer cialisation des lots. P.102. Toute démar che envir onnementale ser a à encour ager dans l’ensemble des zones d’activités P.103. Les implantations industr ielles, ar tisanales ou commer ciales pour r ont se fair e sous la for me d’ur banisation concer tée et composée en espaces paysager s en tenant compte des per spectives et de l’envir onnement immédiat. P.104. Une attention par ticulièr e ser a por tée sur la densité des espaces d’activité afin de ne pas sur consommer les espa ces agr icoles.

80 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

R.7 2 Pr ivilégier l’accueil d’entr epr ises ayant des impacts significatifs sur le ter r itoir e de M ACS ou génér ant des flux impor tants , de filièr es, et/ ou d’un nombr e impor tant de salar iés. R.7 3 Favor iser la r econquête d’anciens espaces d’activités inoccupés (évaluation à fair e dans le PLU).

81 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les espaces d’activités structurants à l’échelle du SCoT

Pr escr iptions :

P.105. Les espaces d’activités str uctur ants définis par le SCoT qui devr ont r épondr e aux cr itèr es suivants : -

Super ficie minimum de 3 ha,

-

Espace desser vi par une voir ie suffisante et située à pr oximité de r éseaux (gaz, électr icité, AEP, Eaux Usées, Eaux Pluviales ),

-

Etr e desser vie en Haut -Débit

P.106. Ces espaces sont situés indiffér emment en milieu ur bain ou r ur al. Ils r épondent pr incipalement aux besoins des entr epr ises locales. P.107. Une attention par ticulièr e ser a por tée sur la densité des espaces d’activité afin de ne pas sur consommer les espaces agr icole s.

Recommandations :

R.7 4 Ces espaces pour r ont êtr e desser vis si possible, à ter me, par les tr anspor ts en commun et par des aménagements piétons/ cycles R.7 5 Favor iser la r econquête d’anciens espaces d’activités inoccupés (évaluation à fair e dans le PLU). R.7 6 Une or ientation d’aménagement pour r a êtr e pr ésente dans le PLU de la commune concer née afin de pr ésenter le schéma d’aménagement de la futur e zone. Un aménagement paysager devr a êtr e por té par tout aménageur .

82 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Les espaces d’intérêt local

Pr escr iptions :

P.108. Les espaces d’activités d’intér êt local devr ont r épondr e aux cr itèr es suivants : -

Situés en milieu ur bain ou r ur al,

-

Super ficie limitée, infér ieur e à 3 ha,

-

Répondant pr incipalement aux besoins des entr epr ises locales

-

Per mettant l’implantation de ser vices de pr oximité pour les habitants, dans une logique de mixité des fonctions ur baines.

P.109. L’inser tion paysagèr e des zones d’activités au tr aver s des plantations, de la r éalisation des liaisons douces, ser a systémati quement étudiée afin de par ticiper à la pr otection de l’envir onnement mais également de valor iser leur image et faciliter la commer cialisation des lots. P.110. Les implantations industr ielles, ar tisanales ou commer ciales pour r ont se fair e sous la for me d’ur banisation concer tée et comp osée en espaces paysager s en tenant compte des per spectives et de l’envir onnement immédiat.

Recommandations :

R.7 7 La démar che envir onnementale pour r a êtr e à encour ager dans l’ensemble des zones d’activités économiques.

83 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 - 2.

OBJECTIFS RELATIFS A L’EQUIPEM ENT COM M ERCIAL ET

ARTISANAL

5 -2 .1 . Attractivité résidentielle et économie résidentielle (Objectifs relatifs à l’artisanat et aux services) Le ter r itoir e doit êtr e en mesur e de r épondr e aux besoins en ter mes de ser vices, de commer ces, pour satisfair e une population per manente d’envir on 8 0 0 0 0 habitants à l’hor izon 2 0 3 0 . Ainsi, pour suivr e cette évolution le seuil démogr aphique fixé, le SCoT doit pouvoir offr ir des emplois liés à l’ « économie r ésidentielle » : 

7 0 0 à 7 2 0 emplois supplémentair es en ter mes de ser vices

9 0 0 emplois supplémentair es dans le commer ce

1 8 0 0 emplois supplémentair es pour assur er le fonctionnement et la gestion des équipements (scolair es, cultur els, spor tifs, etc.)

Pr escr iptions

P.111. Le SCoT veiller a à per mettr e au tr aver s des documents d’ur banisme : -

L’inser tion de ser vices et d’équipements dans le tissu ur bain au tr aver s des opér ations d’aménagement pour r épondr e aux différ ents besoins et limiter les déplacements liés à l’automobile,

-

Le maintien voir e le développement d’un maillage commer cial de pr oximité satisfaisant,

-

La pr ogr ammation d’opér ations mixtes en ter mes d’habitat et d’activités liées à l’économie r ésidentielle.

P.112. Pour la cr éation de zones d’activités ar tisanales sur les ter r itoir es communaux (Cf. chap.5 ), le r appor t de pr ésentation des documents d’ur banisme devr a justifier de la constitution de nouvelles zones au r egar d de cr itèr es tels que les capacités r ésiduel les, la r étention foncièr e, les vocations envisagées sur les autr es zones ou bien les capacités de r econquête d’anciens espaces d’a ctivités. Une attention par ticulièr e ser a por tée sur la densité des espaces d’activité afin de ne pas sur consommer le foncier . 84 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 -2 .2 . L’aménagement commercial (DAC) Un schéma de développement commer cial élabor é en mai 2 0 0 5 au niveau dépar temental posait les objectifs génér aux en matièr e d'équipement ou de développement commer cial à l'échelle du dépar tement. Dans le cadr e du pr ésent SCoT, confor mément aux dispositions de la Loi de M oder nisation de l’Economie et de la Loi Engagement National pour l’Envir on nement, un Document d’Aménagement Commer cial a été r éalisé. Ce document a cependant été mis en œuvr e en r espectant le cadr e législatif et r églementair e actuellement en vigueur . Le SCoT pose donc, à tr aver s son Document d’Aménagement Commer cial (DAC), intégr é dans ce chapitr e du Document d’Or ientation et d’Objectifs, les gr ands pr incipes du développement commer cial du ter r itoir e. L’objectif pr emier de ce DAC est de r enfor cer la qualité globale du maillage et du ser vice commer cial du ter r itoir e de la communauté de communes aupr ès de ses habitants, des tour istes et des usager s extér ieur s. Les objectifs du Document d’Aménagement Commer cial sont les suivants :

 Doter le territoire de la Communauté de communes M aremne Adour Côte Sud d’un nouvel équipement commercial majeur apte à r éduir e sensiblement l’évasion des dépenses des habitants ver s les villes et métr opoles voisines.

 Conforter l’attraction, la diversité et le poids économique du commerce de centre-ville à Soustons, Capbr eton, Hossegor et Saint -Vincentde-Tyr osse.

 Limiter la multiplication des sites commerciaux périurbains dans le souci de mieux concentr er et polar iser le maillage commer cial du ter r itoir e et de r éduir e l’expansion ur baine.

 M ieux thématiser et spécialiser les zones d’activités économiques, éviter l’inser tion de la fonction commer ciale au sein de ZAE mixtes.  Conforter la densité, la diversité et le dynamisme du commerce traditionnel sédentaire et non sédentaire à toutes les échelles du ter r itoir e et favor iser une bonne tr ansmission des fonds commer ciaux et ar tisanaux.

 Améliorer l’intégration urbaine, paysagère et fonctionnelle des établissements et des ensembles commerciaux périurbains, la qualité des entr ées de ville et des abor ds des gr ands axes r outier s.

 Favoriser le développement d’un maillage commercial spatialement et quantitativement équilibré et durable.  Favoriser l’émergence d’une plus grande complémentarité entre l’offre des pôles commerciaux de centre-ville et des pôles commerciaux périphériques (ainsi qu’entr e les pôles ur bains et les centr es-bour gs r ur aux et tour istiques) du ter r itoir e de M ACS.

 Renforcer l’accessibilité générale des sites périurbains et réduire fortement l’expansion urbaine associée. 85 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

La hiérarchisation économique et fonctionnelle des pôles existants en 2 0 1 2

Niveau

Appellation Pôle commercial à rayonnement départemental ou régional

Liste des pôles

5 Pôle commercial majeur d’attraction locale 4

Pôle commercial secondaire d’attraction locale

3

- Hossegor - Capbr eton - Soustons - Saint-Vincent-de-Tyr osse - le pôle Lecler c de Saint-Vincent-de-Tyr osse - le centr e Lecler c de Capbr eton A vocation résidentielle : - Lecler c de Soustons - Inter mar ché de Capbr eton - ZA des Pins à Capbr eton - ZA de Pédeber t à Soor ts - Route de Tyr osse à Angr esse A vocation touristique (fonctionnement à l'année) : - Capbr eton (secteur por t et plage) - le Super U de M essanges - le centr e-ville de Vieux Boucau

Pôle commercial de proximité

2

A vocation résidentielle : - Seignosse - Secteur centr al de Labenne (RD8 1 0 ) - Bénesse-M ar emne - Saint-Geour s-de-M ar emne - M essanges - M oliets-et-M aâ - M agescq - Angr esse - Saint-M ar tin de Hinx - Tosse A vocation touristique (fonctionnement à l’année) : des Cigales Document d’Orientation et d’Objectifs - DocumentBoulevar approuvé led04 mars 2014 à Capbr eton

86


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

M icro-pôle commercial

1

A vocation résidentielle : - Notr e-Dame à Hossegor - pôle RD 8 1 0 à Saint -Vincent-de-Tyr osse - centr e-bour g d’Azur - centr e-bour g de Sainte-M ar ie-de-Gosse - centr e-bour g de Saubion - centr e-bour g de Saubr igues - centr e-bour g de Saubusse - centr e-bour g de Saint -Jean-de-M ar sacq - centr e-bour g de Josse - centr e-bour g d’Or x - centr e-bour g de Soor ts A vocation touristique : - Vieux-Boucau plage - M oliets plage - Labenne Océan - Seignosse Océan - Hossegor Océan

87 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 -2 .3 . La prise en compte du contenu et des orientations du Document d’Aménagement Commercial du territoire de la Communauté de communes M ACS Le DAC du ter r itoir e de la Communauté de communes M ACS définit une or ganisation pr ospective du maillage commer cial du ter r itoir e str uctur ée selon 5 niveaux : 1 . Les pôles commer ciaux majeurs à rayonnement départemental ou régional (1 site en pr ojet). 2 . Les pôles commer ciaux majeurs d’attraction locale (6 sites). 3 . Les pôles commer ciaux secondaires d’attraction locale (8 sites dont 3 sites à vocation tour istique). 4 . Les pôles commer ciaux de proximité (1 1 sites dont 1 site à for te vocation tour istique). 5 . Les micro-pôles commerciaux (1 6 sites dont 5 sites à for te vocation tour istique). L’application du DAC vise à mieux maîtr iser l’équilibr e spatial et économique entr e ces différ ents sites en s’appuyant sur un zonage spécifique à la fonction commer ciale au sein du SCoT, puis, par déclinaison, des Plans Locaux d ’Ur banisme.

5 -2 .4 . Hiérarchisation et typologie future des pôles d’offre sur le territoire de la Communauté de communes M aremne Adour Côte Sud Sur la base de la typologie pr ésentée ci-dessus, nous pr oposons de classer l’ensemble des pôles (et sites) commer ciaux du ter r itoir e de M ACS de la manièr e suivante :

88 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Communauté de Communes M aremne Adour Côte Sud Identification des sites et des orientations d'aménagement commercial Orientations générales du DAC

Thématique dominante

Emprise foncière autorisée (création ou extension)

Surfaces de planchers autorisées

Autres prescriptions dans le PLU

Commune

Dénomination du site

Typologie concurrentielle

Fonction commerciale dominante

Angresse

Route de Tyr osse Opér ation Saubiolle (Les Ser r es d'Angr esse) - pr ojet d'extension

pôle secondair e

r ésidentiel et de tr ansit

jar diner ie br icolage

3 0 0 6 1 m²

sur face totale apr ès r éalisation 8 5 0 0 m²

site classé en ZACOM

Angresse

centr e-bour g

pôle de pr oximité

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Azur

centr e-bour g

micr o-pôle

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Bénesse M aremne

centr e-bour g

pôle de pr oximité

r ésidentiel et de tr ansit

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Capbreton

Notr e Dame

micr o-pôle

tour istique

mixité et r estaur ation

_

_

centr alité de pr oximité

Capbreton

Centr e- ville

pôle majeur

r ésidentiel et tour istique

mixité

-

-

centr alité ur baine de centr e-ville

Capbreton

Centr e Lecler c site existant r ue des écur euils

pôle majeur

r ésidentiel et tour istique

alimentair e

tr ansfer t d'usage

tr ansfer t d'usage

tr ansfer t sur un nouveau site 89

Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Communauté de Communes M aremne Adour Côte Sud Identification des sites et des orientations d'aménagement commercial Orientations générales du DAC

Dénomination du site

Typologie concurrentielle

Fonction commerciale dominante

Thématique dominante

Emprise foncière autorisée (création ou extension)

Surfaces de planchers autorisées

Autres prescriptions dans le PLU

Capbreton

nouvelle zone commer ciale Est (tr ansfer t du centr e Lecler c)

pôle majeur

r ésidentiel et tour istique

alimentair e

2 5 0 7 2 3 m²

Bâtiment 3 7 0 0 0 m²

site classé en ZACOM

Capbreton

pôle Inter mar chéBd des cigales

pôle secondair e

r ésidentiel et tour istique

alimentair e

_

_

classement hor s ZACOM

Capbreton

site du por t et de la plage

pôle secondair e

tour istique

mixité et r estaur ation

_

_

centr alité de quar tier

Capbreton

Bd des cigales

r ésidentiel

tr ansit

_

_

centr alité de pr oximité

Capbreton

ZA des pins

pôle secondair e

ZA économique

mixité

_

_

classement hor s ZACOM

pôle majeur

r ésidentiel, tour istique et de destination

équipement de la per sonne ser vices

_

_

centr alité ur baine de centr e-ville

micr o-pôle

tour istique

mixité et r estaur ation

_

_

centr alité de pr oximité

Commune

Hossegor

centr e-ville

Hossegor

Hossegor océan

pôle pr oximité

de

90 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Communauté de Communes M aremne Adour Côte Sud Identification des sites et des orientations d'aménagement commercial Orientations générales du DAC

Commune

Dénomination du site

Typologie concurrentielle

Fonction commerciale dominante

Thématique dominante

Emprise foncière autorisée (création ou extension)

Surfaces de planchers autorisées

Autres prescriptions dans le PLU centr alité de pr oximité

Josse

centr e-bour g

micr o-pôle

r ésidentiel

mixité

Labenne

centr e-bour g (R8 1 0 )

pôle de pr oximité

r ésidentiel, tour istique et de tr ansit

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Labenne

Labenne océan

micr o-pôle

tour istique

r estaur ation commer ciale

_

_

centr alité de pr oximité

M agescq

centr e-bour g

pôle de pr oximité

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

M essanges

Super route des lacs

r ésidentiel

alimentair e

5 9 7 0 0 m²

3 0 0 0 m²

site classé en ZACOM

M essanges

centr e-bour g

pôle de pr oximité

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

M oliets-etM aâ

centr e-bour g

pôle de pr oximité

r ésidentiel et tour istique

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

U

pôle secondaire

91 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Communauté de Communes M aremne Adour Côte Sud Identification des sites et des orientations d'aménagement commercial Orientations générales du DAC

Commune

Dénomination du site

Typologie concurrentielle

Fonction commerciale dominante

Thématique dominante

Emprise foncière autorisée (création ou extension)

Surfaces de planchers autorisées

M oliets-etM aâ

M oliets plage

micr o-pôle

tour istique

r estaur ation loisir s

_

_

Orx

centr e-bour g

micr o-pôle

r ésidentiel

mixité

_

_

centr e-bour g

micr o-pôle

r ésidentiel

mixité

_

_

pôle majeur à attr action inter dépar tementale

pôle de destination

mixité

2 9 0 0 0 0 m²

9 6 0 0 0 m²

centr e-bour g

pôle de pr oximité

r ésidentiel et de tr ansit

mixité

_

_

centr e-bour g

micr o-pôle

r ésidentiel

mixité

_

_

centr e-bour g

pôle de pr oximité

r ésidentiel

mixité

_

_

SainteM arie-deGosse SaintGeours-deM aremne SaintGeours-deM aremne Saint-Jeande-M arsacq Saint-M artin de Hinx

pôle Atlantisud (pr ojet de cr éation)

Autres prescriptions dans le PLU centr alité de pr oximité centr alité de pr oximité centr alité de pr oximité futur site classé en ZACOM centr alité ur baine de pr oximité centr alité de pr oximité centr alité de pr oximité

92 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Communauté de Communes M aremne Adour Côte Sud Identification des sites et des orientations d'aménagement commercial Orientations générales du DAC

Dénomination du site

Typologie concurrentielle

Fonction commerciale dominante

Thématique dominante

Emprise foncière autorisée (création ou extension)

Surfaces de planchers autorisées

Autres prescriptions dans le PLU

Saint-Vincent-deTyrosse

zone centre Leclerc (centr e commercial M arensin - N1 0 )

pôle majeur

r ésidentiel et de tr ansit

alimentair e

5 2 7 9 0 m2

4 5 0 0 m2

site classé par tiellement en ZACOM

Saint-Vincent-deTyrosse

centre-ville

pôle majeur

r ésidentiel et de tr ansit

mixité

_

_

centr alité ur baine de centre-ville

Saint-Vincent-deTyrosse

pôle RD8 1 0

micr o-pôle

tr ansit

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Saubion

centre-bour g

micr o-pôle

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Saubrigues

centre-bour g

micr o-pôle

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Saubusse

centre-bour g

micr o-pôle

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Seignosse

centre-ville

pôle de pr oximité

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Seignosse

Seignosse océan

micr o-pôle

tour istique

r estaur ation

_

_

centr alité de pr oximité

Commune

93 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Communauté de Communes M aremne Adour Côte Sud Identification des sites et des orientations d'aménagement commercial Orientations générales du DAC

Dénomination du site

Typologie concurrentielle

Fonction commerciale dominante

Thématique dominante

Emprise foncière autorisée (création ou extension)

Surfaces de planchers autorisées

Autres prescriptions dans le PLU

SoortsHossegor

ZA de Pédebert Inter mar ché / Br icomar ché

pôle secondaire

tour istique

mixité

_

_

classement hor s ZACOM

Soorts

centre-bour g

micr o-pôle

ZA économique

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Soustons

centre-ville

pôle majeur

r ésidentiel et tour istique

mixité

_

_

centr alité ur baine de centr e-ville

Soustons

centre Leclerc r oute de Tosse

pôle commer cial secondaire

r ésidentiel et tour istique

alimentair e

1 7 4 7 6 0 m²

3 5 0 0 m²

site classé en ZACOM

Tosse

centre-bour g

pôle de pr oximité

r ésidentiel

mixité

_

_

centr alité de pr oximité

Vieux Boucau

centre-ville

pôle secondaire

r ésidentiel et tour istique

r estaur ation

_

_

centr alité de centre-ville

Vieux Boucau

plage

micr o-pôle

tour istique

r estaur ation

_

_

centr alité de pr oximité

Commune

94 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 -2 .5 . Champ d’application et prescriptions du DAC Le DAC de la communauté de communes définit deux types de zonages pr opr es à la fonction commer ciale à savoir :

Les ZACOM (Zone d’Aménagement Commercial) Les secteur s couver ts par les ZACOM subor donnent l’extension ou la cr éation d’établissements ou d’ensembles commer ciaux de plus de 1 2 0 0 m² de plancher à des conditions et r èglements spécifiques (voir chapitr es suivants).

 Les secteurs hors ZACOM Les dispositions r elatives au développement de l’offr e commer ciale dans ces zones sont du r essor t du PLU. Celui-ci peut notamment établir des seuils maxima d’extension et d’adaptation des équipements commer ciaux en place. Au sein de ces secteur s, les nouvelles implantations d’établissements ou d’ensembles commer ciaux de plus 1 2 0 0 m² de plancher ne sont pas autor isées (ni au tr aver s de constr uctions ou de tr ansfor mations d’usage de bâtis existants) et ce, sauf pour les zones identifiées comme des centralités urbaines. Les « centr alités ur baines » sont des zones instituées et cr éées dans le cadr e de l’élabor ation ou de la r évision des Plans Locaux d’Ur banisme. Ces zones aur ont pour objet de favor iser la confor tation et le développement du commer ce, de l’ar tisanat et des ser vices de pr oximité et peuvent sous conditions accueillir des pr ojets de cr éation ou d’extension de sur faces commer ciales de plus de 1 2 0 0 m² de plancher . Le listing des sites et zonages du DAC sont intégrés en suivant ainsi que les délimitations et les réglementations applicables à chaque ZACOM .

Les dispositions r églementair es pr opr es aux ZACOM sont opposables aux tier s confor mément à la législation en vigueur . Les dispositions du DAC s’appliquent à toutes les activités commer ciales de détail à l’exclusion des phar macies, des commer ces de véhicules automobiles et motocycles, des halles et mar chés d’appr ovisionnement de détail (couver ts ou non). 95 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

Pr escr iptions :

P.113. M ieux maîtr iser le développement futur des commer ces et des ensembles commer ciaux de plus de 1 2 0 0 m² de plancher (1 0 0 0 m² de sur face de vente) au sein des pôles pér iphér iques du ter r itoir e de M ACS, notamment en les intégr ant dans l’empr ise de nouvelles ZACOM . P.114. Fair e en sor te que les pr ojets commer ciaux r espectent la typologie, la hiér ar chisation et la str atégie génér ale de maillage commer cial r epr ise et synthétisée dans les tableaux du chapitr e 5 .2 .2 P.115. Respecter les pr escr iptions spécifiques aux 6 ZACOM identifiées dans le pr ésent document P.116. Imposer à tout nouveau pr ojet commer cial implanté au sein d’une ZACOM le r espect de la char te sociale et envir onnementale des ZAE du ter r itoir e de M ACS (et de la r églementation spécifique de chaque ZACOM ). P.117. Réduir e l’impact induit par l’imper méabilisation de sols des sites commer ciaux par une végétalisation par l’utilisation de matér iaux et d’aménagement adaptés à cette fonction. P.118. Renfor cer l’aménagement des air es de stationnements dédiées à la fonction commer ciale par la plantation a minima d’un ar br e de haute tige pour 4 places

R.7 8 Renfor cer la puissance attr active globale du commer ce de la communauté de communes afin de limiter les flux d’évasion des dépenses ver s les gr andes agglomér ations pr oches. R.7 9 Confor ter dur ablement l’offr e commer ciale sédentair e et non sédentair e du centr e-ville de Soustons, Capbr eton, Hossegor et Saint -Vincent-deTyr osse en r enfor çant l’accessibilité et la diver sité de leur offr e de détail sédentair e et tour istique. R.8 0 Imposer une meilleur e pr oductivité du foncier et une plus gr ande mixité des fonctions pour les pr ojets commer ciaux implantés au cœur de zones ur baines denses bien desser vies par les r éseaux de tr anspor ts en commun (et ce pour des opér ations de plus de 5 0 0 0 m² de plancher s commer ciaux).

P.119. L’aménagement du pôle commer cial et de ses abor ds devr a per mettr e la cir culation et la desser te en tr anspor ts collectifs à ter me (gestion des r ayons de gir ation des bus, ar r êts de bus devant les entr ées commer ciales…). Les autor isations commer ciales pour r ont êtr e conditionnées à la mise en œuvr e d’une desser te en tr anspor ts collectif minimum jugée cohér ente. Une étude pr éalable devr a vér ifier les capacités d’absor ption des tr afics.

96 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 -2 .6 . Présentation détaillée des 6 ZACOM du territoire de la Communauté de communes M aremne Adour Côte-Sud pour la période 2 0 1 2 -2 0 3 0 Projet de pôle commercial dans le Parc d’Activités Atlantisud à Saint-Geours-de-M aremne

Dénomination et localisation de la ZACOM Projet de pôle commercial PA Atlantisud Saint-Geours-de-M aremne Vocation et caractéristiques générales du projet Pr ojet de cr éation inter dépar tementale

d’une

zone

commer ciale

à

vocation

dépar tementale

et

(pôle de destination) Dimensionnement du projet Empr ise foncièr e maximale de la ZACOM : 2 9 0 .0 0 0 m2 Par celles cadastr ales incluses dans le pér imètr e de la ZACOM : inscr it dans le pér imètr e de la ZAC : AH0 0 1 6 , AH0 0 0 8 , AH0 0 1 0 , AH0 0 1 2 , AH0 0 1 4 , AH0 0 2 2 , AI0 0 9 1 , AI0 0 9 8 , AP0 0 6 4 .

Sur face plancher maximale dur ant la dur ée de validité du pr ésent DAC (cr éation, extension, r econstr uction d’ensembles immobilier s) : 9 6 .0 0 0 m2

97 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

98 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

Pr escr iptions :

P.120. Le développement commer cial de ce secteur ne pour r a génér er une sur face de plancher s supér ieur e à 9 6 0 0 0 m². P.121. Les sur faces ar tificialisées ne r epr ésenter ont pas plus des 2 / 3 de la super ficie totale de la zone (pér imètr e de la ZACOM ). P.122. La hauteur des bâtiments r ester a limitée pour assur er une bonne inser tion paysagèr e du bâti P.123. Les espaces de stationnement et de voir ie ser ont tr aités d’un point de vue paysager pour en limiter l’impact visuel et esthétique.

R.8 1 Une par tie des espaces dédiés à la cir culation des véhicules ou des piétons pour r a êtr e tr aitée avec des matér iaux per méables. R.8 2 Les espaces végétalisés et les par kings ser ont idéalement boisés. Les r atios d’ar br es de haute tige par place de stationnement ser ont idéalement appliqués non pas à la place mais pour un ensemble de places et pour r ont êtr e tr aités en bosquets.

P.124. Les espaces de stationnement compor ter ont a minima 1 ar br e de haute tige pour 4 places. P.125. Les per mis de constr uir e ne pour r ont êtr e accor dés qu’apr ès la r éalisation d’un plan d’aménagement por tant sur la totalité de la zone même si l’opér ation est ensuite r éalisée par tr anches (per mis d’aménager différ ents) et l’adhésion à une char te sociale et envir onnementale. P.126. Le site commer cial et les bâtiments ser ont confor mes a minima à la r églementation RT2 0 1 2 et viser ont à atteindr e la nor me BREAM . P.127. L’aménagement du pôle commer cial et de ses abor ds devr a per mettr e la cir culation et la desser te en tr anspor ts collectifs à ter me (gestion des r ayons de gir ation des bus, ar r êts de bus devant les entr ées commer ciales, Les autor isations commer ciales pour r ont êtr e conditionnées à la mise en œuvr e d’une desser te en t r anspor ts collectifs minimum jugée cohér ente. Une étude pr éalable devr a vér ifier les capacités d’absor ption des tr afics. P.128. Les aménagements devr ont intégr er des pistes cyclables et piétonnes, ainsi que des zones de par king sécur isées pour les deux r oues. 99 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Opération « Les Serres d’Angresse »

Dénomination et localisation de la ZACOM Opération « Les Serres d’Angresse » Lieu-dit Saubiolle – route de Tyrosse à Angresse Vocation et caractéristiques générales du projet Pr ojet de cr éation d’un nouvel ensemble commer cial composé d’une extension de la jar diner ie, d’un magasin de br icolage, d’une petite galer ie mar chande et d’un magasin alimentair e en vue de la cr éation d’un pôle commer cial secondair e. Dimensionnement du projet Empr ise foncièr e maximale de la ZACOM : 3 0 .0 6 1 m2 Par celles cadastr ales incluses dans le pér imètr e de la ZACOM : N° 4 4 9 , 4 5 0 , 4 5 1 , 4 5 4 , 4 5 5 , 4 5 7 , 4 5 8 , 4 5 9 , 4 6 0 , 5 7 2 , 6 2 6 et 6 2 7 de la section A du plan cadastr al d’Angr esse Sur face plancher constr uctible dur ant la dur ée de validité du pr ésent DAC (cr éation, extension, r econstr uction d’ensembles immobilier s) : 8 .5 0 0 m2

100 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

101 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

Pr escr iptions :

P.129. Le développement commer cial de ce secteur ne pour r a génér er une sur face de plancher s supér ieur e à 8 5 0 0 m². P.130. La hauteur des bâtiments r ester a limitée pour assur er une bonne inser tion paysagèr e du bâti. P.131. Le développement commer cial ne pour r a êtr e autor isé que si de nouvelles capacités de stationnement sont génér ées (4 0 0 places minimum). P.132. Les per mis de constr uir e ne pour r ont êtr e accor dés qu’apr ès la r éalisation d’un plan d’aménagement por tant sur la totalité de la zone même si l’opér ation est ensuite r éalisée par tr anches (per mis d’aménager différ ents) et qu’apr ès l’adhésion à une char te sociale et envir onnementale. P.133. Les espaces de stationnement et de voir ie ser ont tr aités d’un point de vue paysager pour en limiter l’impact visuel et l’imper méabilisation des sols.

R.8 3 Une par tie des espaces dédiés à la cir culation des véhicules ou des piétons pour r a êtr e tr aitée avec des matér iaux per méables. R.8 4 Les espaces végétalisés et les par kings ser ont idéalement boisés. Les r atios d’ar br es de haute tige par place de stationnement ser ont idéalement appliqués non pas à la place mais pour un ensemble de places et pour r ont êtr e tr aités en bosquets.

P.134. Les espaces de stationnement compor ter ont a minima 1 ar br e de haute tige pour 4 places. P.135. Le site commer cial et les bâtiments ser ont confor mes a minima à la r églementation RT2 0 1 2 et viser ont à atteindr e la nor me BREAM . P.136. L’aménagement du pôle commer cial et de ses abor ds devr a per mettr e la cir culation et la desser te en tr anspor ts collectifs à ter me (gestion des r ayons de gir ation des bus, ar r êts de bus devant les entr ées commer ciales, …). Les autor isations commer ciales pour r ont êtr e conditionnées à la mise en œuvr e d’une desser te en tr anspor ts collectifs minimum jugée cohér ente. Une étude pr éalable devr a vér ifier les capacités d’absor ption des tr afics r outier s aux abor ds du site. P.137. Les aménagements devr ont intégr er des pistes cyclables et piétonnes, ainsi que des zones de par king sécur isées pour les deux r oues

102 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Zone et Centre commercial de Capbreton

Dénomination et localisation de la ZACOM Zone et centre commercial lieu dit Angou Capbreton Vocation et caractéristiques générales du projet Pr ojet de cr éation d’un ensemble commer cial destiné à désenclaver une enseigne commer ciale alimentair e et sa galer ie existante ainsi que des entités commer ciales actuellement sur le centr e ville de Capbr eton Le pr ojet ser a donc composé d’une sur face commer ciale alimentair e et commer ciales complémentair es à l’existant sur la centr alité.

d’unités

Dimensionnement du projet Empr ise foncièr e maximale de la ZACOM :

250 723

Par celles cadastr ales incluses dans le pér imètr e de la ZACOM : AL 2 8 , AL 3 2 p, AL 3 5 p, AL 3 8 , AL 2 p, AL 3 p, AL 7 p, AL 8 , AL 1 0 p, AL 1 3 p, AL 1 4 , AL 2 3 p, AL 4 2 p, AH 2 1 5 p, AH 2 6 8 p Sur face plancher maximale dur ant la dur ée de validité du pr ésent DAC (cr éation, extension, r econstr uction d’ensembles immobilier s) : 3 7 0 0 0 m²

103 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

104 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Pr escr iptions :

Recommandations :

P.138. Le développement commer cial de ce secteur ne pour r a génér er une sur face de plancher supér ieur e à 3 7 0 0 0 m². P.139. La hauteur des bâtiments r ester a limitée pour assur er une bonne inser tion paysagèr e du bâti. P.140. Le stationnement devr a êtr e suffisant pour assur er le bon fonctionnement de la zone et une par tie de ce der nier devr a êtr e mutualisé entr e les différ entes sur faces commer ciales (avec gestion des cir culations piétonnes en par allèle). P.141. Les espaces de stationnement et de voir ie ser ont tr aités d’un point de vue paysager pour en limiter l’impact visuel et l’imper méabilité des sols.

R.8 5 Une par tie des espaces dédiés à la cir culation des véhicules ou des piétons pour r a êtr e tr aitée avec des matér iaux per méables R.8 6 Les espaces végétalisés et les par kings ser ont idéalement boisés. Les r atios d’ar br es de haute tige par place de stationnem ent ser ont idéalement appliqués non pas à la place mais pour un ensemble de places et pour r ont êtr e tr aités en bosquets

P.142. Les espaces de stationnement compor ter ont a minim a 1 ar br e de haute tige pour 4 places. P.143. Les per mis de constr uir e ne pour r ont êtr e accor dés qu’apr ès la r éalisation d’un plan d’aménagement por tant sur la totalité de la zone même si l’opér ation est ensuite r éalisée par tr anches (per mis d’aménager différ ents ) et l’adhésion à une char te sociale et envir onnementale. P.144. Le site commer cial et les bâtiments ser ont confor mes a minima à la r églementation RT2 0 1 2 et viser ont à atteindr e la nor me BREAM . P.145. L’aménagement du pôle commer cial et de ses abor ds devr a per mettr e la cir culation et la desser te en tr anspor ts collectifs à ter me (gestion des r ayons de gir ation des bus, ar r êts de bus devant les entr ées commer ciales, …). Les autor isations commer ciales pour r ont êtr e conditionnées à la mise en œuvr e d’une desser te en tr anspor ts collectifs minimum jugée cohér ente. Une étude pr éalable devr a vér ifier les capacités d’absor ption des tr afics r outier s aux abor ds du site. P.146. Les aménagements devr ont intégr er des pistes cyclables et piétonnes, ainsi que des zones de par king sécur isées pour les deux r oues. 105 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

ZACOM route des lacs à M essanges

Dénomination et localisation de la ZACOM ZACOM route des lacs à M essanges Pôle Super U

Pr ojet d’extension d’un super mar ché pour des r aisons de mise en confor mité sécur itair e Dimensionnement du projet Empr ise foncièr e maximale de la ZACOM : 5 9 7 0 0 m² Par celles cadastr ales incluses dans le pér imètr e de la ZACOM : AC 2 7 0 , AC 2 7 1 , AC1 6 7 Sur face plancher maximale dur ant la dur ée de validité du pr ésent DAC (cr éation, extension, r econstr uction d’ensembles immobilier s) :3 0 0 0 m² dont 1 5 0 0 m² en sus de la sur face commer ciale actuelle

106 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

107 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

Pr escr iptions :

P.147. Le développement commer cial de ce secteur ne pour r a génér er une sur face de plancher supér ieur e à 3 0 0 0 m² dont 1 5 0 0 m² en sus de la sur face commer ciale actuelle.

R.8 7 Une par tie des espaces dédiés à la cir culation des véhicules ou des piétons pour r a êtr e tr aitée avec des matér iaux per méables

P.148. La hauteur des bâtiments r ester a limitée pour assur er une bonne inser tion paysagèr e du bâti.

R.8 8 Les espaces végétalisés et les par kings ser ont idéalement boisés. Les r atios d’ar br es de haute tige par place de stationnem ent ser ont idéalement appliqués non pas à la place mais pour un ensemble de places et pour r ont êtr e tr aités en bosquets

P.149. Le stationnement devr a êtr e suffisant pour assur er le bon fonctionnement de la zone mais limité. Le stationnement des deux r oues (cycles pr incipalement) devr a êtr e tr ès lar gement dimensionné compte tenu de la pr oximité des stations tour istiques de Vieux-Boucau et de M essanges. P.150. Les espaces de stationnement et de voir ie ser ont tr aités d’un point de vue paysager pour en lim iter l’impact visuel et écologique, une par tie du stationnement se situer a idéalement sur le côté des bâtiments (voir e à l’ar r ièr e de ceux-ci). P.151. Les espaces de stationnement compor ter ont a minima 1 ar br e de haute tige pour 4 places. P.152. Les constr uctions ser ont confor mes a minima à la r églementation RT2 0 1 2 et aux car actér istiques « chantier ver t » définies par la Communauté de Communes M ACS. P.153. L’aménagement du pôle commer cial et de ses abor ds devr a per mettr e la cir culation et la desser te en tr anspor ts collectifs à ter me (gestion des r ayons de gir ation des bus, ar r êts de bus devant les entr ées commer ciales, …). Les autor isations commer ciales pour r ont êtr e conditionnées à la mise en œuvr e d’une desser te en tr anspor ts collectifs minimum jugée cohér ente. Une étude pr éalable devr a vér ifier les capacités d’absor ption des tr afics r outier s aux abor ds du site. P.154. Les aménagements devr ont intégr er des pistes cyclables et piétonnes, ainsi que des zones de par king sécur isées pour les deux r oues.

Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014

108


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

ZACOM à Saint-Vincent de Tyrosse (RD8 1 0 )

Dénomination et localisation de la ZACOM ZACOM Saint Vincent de Tyrosse RD8 1 0 Lieu dit Chalons (Centre commercial E.Leclerc)

Vocation et caractéristiques générales du projet La cr éation de la ZACOM vise à favor iser une r estr uctur ation ar chitectur ale et une extension de la sur face de plancher pr oposée à une sur face de spor t, jar diner ie et jouet pour per mettr e à une enseigne locale d’ offr ir un confor t supplémentair e à la clien tèle et aux salar iés dans un ensemble commer cial existant compr enant déjà un hyper mar ché Lecler c et sa galer ie , une station ser vice E.Lecler c, un centr e auto E Lecler c, un dr ive E.Lecler c. Dimensionnement du projet Empr ise foncièr e maximale de la ZACOM : 5 2 7 9 0

Par celles cadastr ales incluses dans le pér imètr e de la ZACOM : AW 1 2 7 et AX0 4 0 pour par tie Sur face plancher maximale dur ant la dur ée de validité du pr ésent DAC (cr éation, extension, r econstr uction d’ensembles immobilier s) : 4 5 0 0 m2

109 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

110 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Recommandations :

Pr escr iptions :

P.155. Le développement commer cial de ce secteur ne pour r a génér er une sur face de plancher s supplémentair e supér ieur e à 4 5 0 0 m². P.156. La hauteur des bâtiments r ester a limitée pour assur er une bonne inser tion paysagèr e du bâti (hauteur identique au bâti existant). P.157. Le stationnement devr a êtr e suffisant pour assur er le bon fonctionnement de la zone et par tagé entr e les différ entes sur faces commer ciales pr ésentes sur la zone. Des aménagements piétons devr ont faciliter leur cir culation sur l’ensemble de cet espace commer cial. P.158. Les espaces de stationnement et de voir ie ser ont tr aités d’un point de vue paysager pour en limiter l’impact visuel et l’imper méabilisation des sols.

R.8 9 Une par tie des espaces dédiés à la cir culation des véhicules ou des piétons pour r a êtr e tr aitée avec des matér iaux per méables R.9 0 Les espaces végétalisés et les par kings ser ont idéalement boisés. Les r atios d’ar br es de haute tige par place de stationnement ser ont idéalement appliqués non pas à la place mais pour un ensemble de places et pour r ont êtr e tr aités en bosquets

P.159. Les espaces de stationnement compor ter ont a minima 1 ar br e de haute tige pour 4 places. P.160. Les constr uctions ser ont confor mes a minima à la r églementation RT2 0 1 2 et aux car actér istiques « chantier ver t » définies par la Communauté de Communes M ACS. P.161. L’aménagement du pôle commer cial et de ses abor ds devr a per mettr e la cir culation et la desser te en tr anspor ts collectifs à ter me (gestion des r ayons de gir ation des bus, ar r êts de bus devant les entr ées commer ciales, …). Les autor isations commer ciales pour r ont êtr e conditionnées à la mise en œuvr e d’une desser te en tr anspor ts collectifs minimum jugée cohér ente. Une étude pr éalable devr a vér ifier les capacités d’absor ption des tr afics r outier s aux abor ds du site. P.162. Les aménagements devr ont intégr er des pistes cyclables et piétonnes, ainsi que des zones de par king sécur isées pour les deux r oues.

111 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

ZACOM à Soustons Dénomination et localisation de la ZACOM ZACOM route de Tosse (RD 6 5 2 ) Soustons Lieu dit Cramat Vocation et caractéristiques générales du projet La cr éation de la ZACOM vise à assur er la coutur e ur baine entr e le bour g et les quar tier s situés au sud ouest - entr e les r outes de Tosse et de l’étang d’Har dy - tout en achevant l’aménagement commer cial en accr oche du bour g afin de favor iser les déplacements cour ts. En outr e, les or ientations d’aménagement définies sur ce pér imètr e de ZACOM assur ent la continuité des liaisons inter quar tier au sud du bour g confor mément au schéma d’or ganisation génér ale inscr it dans le PLU. Ce pr ojet concer ne l’implantation de gr andes sur faces spécialisées complémentair es à l’appar eil commer cial et ar tisanal du ce ntr e ville de Soustons. Il se situe dans le cadr e par ticulier d’un éco développement (éco ZACOM ) situé en entr ée de ville visant à la r equalification d’une entr ée de ville.

Dimensionnement du projet

Empr ise foncièr e maximale de la ZACOM : 1 7 4 7 6 0 m² Par celles cadastr ales incluses dans le pér imètr e de la ZACOM : BW 224 p, 225, 226, 228, 229, 230, 231, 232, 233, 644 pour par tie ,6 4 8 et BV 398, 3 9 9 ,4 0 0 ,2 7 4 ,4 0 1 ;4 0 2 ,3 9 6 ,3 9 7 ,4 1 3 ,4 1 1 ,3 9 4 ,3 9 3 ,3 9 2 ,3 0 4 .4 1 5 ,4 0 6 ,4 1 7 ,4 1 9 ,2 7 3 ,4 0 5 ,4 0 4 ,3 5 9 ,4 0 3 ,3 5 8 ,3 7 2 ,3 2 3 ,2 8 0 ,2 8 2 ,2 6 7 ,3 2 1 ,3 2 7 ,3 5 3 ,3 2 5 ,2 7 7 . Sur face plancher maximale dur ant la dur ée de validité du pr ésent DAC (cr éation, extension, r econstr uction d’ensembles immobilier s) : 3 5 0 0 m2

112 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

113 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Pr escr iptions :

P.163. Le développement commer cial de ce secteur ne pour r a génér er une sur face de plancher supér ieur e à 3 .5 0 0 m². P.164. Le par ti pr is paysager devr a r especter le r èglement de la zone, notamment : P.165. Les espaces libr es de toute constr uction ou installation ainsi que les délaissés des air es de cir culation et de stationnement doivent êtr e aménagés en espaces ver ts.

Recommandations :

P.166. Les sur faces r éser vées au stationnement doivent êtr e plantées à r aison d'un ar br e de haute tige au moins pour 2 places de stationnement pouvant êtr e r épar tis sur la zone de stationnement. P.167. Des r ideaux de végétation (essences locales) doivent êtr e obligatoir ement plantés afin de masquer les air es de stockage extér ieur es ainsi que les dépôts et déchar ges. P.168. La bande paysagèr e le long de la RD 6 5 2 (Route de Tosse) et de la Route de l’Etang d’Har dy ser a engazonnée et plantée de boisements champêtr es avec des ar br es et des ar bustes d'essences indigènes aux for mes natur elles (ar br es non for més en tige, ar bustes à por t libr e).

R.9 1 Une par tie des espaces dédiés à la cir culation des véhicules ou des piétons pour r a êtr e tr aitée avec des matér iaux per méables. R.9 2 Les espaces végétalisés et les par kings ser ont idéalement boisés. Les r atios d’ar br es de haute tige par place de stationnement ser ont idéalement appliqués non pas à la place mais pour un ensemble de places et pour r ont êtr e tr aités en bosquets.

P.169. La hauteur des bâtiments r ester a limitée pour assur er une bonne inser tion paysagèr e du bâti P.170. Les espaces de stationnement et de voir ie ser ont tr aités d’un point de vue paysager pour en limiter l’impact visuel et esthétique. P.171. Les per mis de constr uir e ne pour r ont êtr e accor dés qu’apr ès la r éalisation d’un plan d’aménagement por tant sur la totalité de la zone même si l’opér ation est ensuite r éalisée par tr anches (per mis d’aménager différ ents) et l’adhésion à une char te sociale et envir onnementale. P.172. Le site commer cial et les bâtiments ser ont confor mes a minima à la r églementation .RT2 0 1 2 . P.173. L’aménagement du pôle commer cial et de ses abor ds devr a per mettr e la cir culation et la desser te en tr anspor ts collectifs à ter me (gestion des r ayons de gir ation des bus, ar r êts de bus devant les entr ées commer ciales, Les autor isations commer ciales pour r ont êtr e conditionnées à la mise en œuvr e d’une desser te en tr anspor ts collectif minimum jugée cohér ente. Une étude pr éalable devr a vér ifier les capacités d’absor ption des tr afics. P.174. Les aménagements devr ont intégr er des pistes cyclables et piétonnes, ainsi que des zones de par king sécur isé pour les deux r oues. Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014

114


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 - 3.

OBJECTIFS

RELATIFS

A

L’ACTIVITE

AGRICOLE

ET

FORESTIERE Le ter r itoir e de M ACS pr oduit de nombr euses matièr es pr emièr es, notamment par le biais d’un secteur agr icole impor tant et dynamique. Le SCoT entend pér éniser la pr oduction de matièr es pr emièr es locales et favor iser sa tr anfor mation sur site pour accr oîtr e la valeur ajoutée des pr oductions et développer l’emploi, notamment dans les communes de l’espace r ur al. L’utilisation de la biomasse en génér al, pour la pr oduction d’éner gies locales, est également une piste de tr avail intér essante pour pér éniser les exploitations agr icoles et for estièr e per mettant de fair e vivr e le ter r itoir e r ur al. Pr escr iptions :

P.175. Les PLU mettr ont en œuvr e le r espect du fonctionnement des exploitations agr icoles (éviter leur enclavement et le mor cellement tr op impor tant du foncier agr icole, conser ver l’accessibilité…). P.176. Les r èglements des documents d’ur banisme devr ont intégr er des pr escr iptions quant à l’intégr ation paysagèr e des bâtiments liés et nécessair es à l’activité agr icole. P.177. Le développement et la valor isation de la filièr e bois : -

faciliter l’exploitation de la for êt de pr oduct ion (platefor mes de stockage tempor air e, chemins d’exploitation…),

-

faciliter le développement de la filièr e bois éner gie,

-

inciter à l’utilisation du bois dans les nouvelles constr uctions dans les PLU.

P.178. Les par ticular ités paysagèr es et écologiques des for êts exploitées devr ont êtr e pr ises en compte. La r essour ce en eau devr a êtr e pr éser vée.

Recommandations :

R.9 3 La cr éation de r éser ves foncièr es pour r ait êtr e favor isée pour per mettr e le développement de pr oductions vivr ièr es locales (m ar aîchage, jar dins familiaux, cir cuits cour ts…). R.9 4 M ener une r éflexion sur le développement des pr oductions Bio notamment pour les mar aîcher s. R.9 5 M ener une r éflexion sur la mise en place des chaudièr es bois pour les équipements collectifs ou les pr ojets ur bains (r éseau de chaleur ). 115

Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

5 - 4.

OBJECTIFS RELATIFS A L’ACTIVITE TOURISTIQUE

Le ter r itoir e de M ACS se car actér ise par une qualité de son cadr e de vie, de ses paysages et de son patr imoine (ter r itoir e l ittor al sur sa par tie Ouest, nombr eux sites et paysages de qualité pr ésents sur l’ensemble du ter r itoir e, qualité ar chitectur ale et monuments histo r iques). Sa position littor ale en fait un ter r itoir e tour istique majeur . Toutefois, le développement tour istique doit se fair e dans le r espect de l’envir onnement et de la fr agilité des milieux (littor al, milieux dunair es, zones humides, etc.), sous la for me d’un tour isme multi-for mes et var ié qui per mette la découver te du ter r itoir e dans toutes ses compos antes. Il s’agir a notamment de veiller à assur er une complémentar ité de l’offr e entr e le tour isme balnéair e car actér isant les 8 communes littor ales et le tour sime ver t (cultur el, gastr onomique, spor tif, natur el, etc.) qui laissent augur er de r éelles oppor t unités de développement sur les communes r étr o-littor ales. Le schéma de développement tour istique en cour s d’élabor ation au niveau communautair e viendr a à cour t ou moyen ter me pr éciser la politique tour istique du ter r itoir e de M ACS. Quant aux communes litt or ales, elles devr ont pour suivr e l’objectif de moder nisation et de développement des stations balnéair es, dans le cadr e du Plan de Développement Dur able du Littor al Aquitaine por té par le GIP littor al. En effet, les stations littor ales vieillissantes mér it ent de bénéficier d’une r equalification dur able, tout comme l’équipement por tuair e pr ésent sur la commune de Capbr eton, seul por t ma r itime de la côte landaise et qui est vecteur d’une cer taine attr activité tour istique. Concer nant l’héber gement tour istique existant sur le ter r itoir e de M ACS, des actions de moder nisation et de développement devr ont êtr e mises en œuvr e tant sur l’hôteller ie de plein air que sur l’hôteller ie moyenne et haut de gamme. Enfin, diver s pr ojets actuellement à l’étude, ont vocation a développer l’image de mar que et l’attr activité tour istique du ter r itoir e, comme par exemple : 

Le pr ojet Re-Sour ces situé à Por t d’Albr et sur la commune de Soustons qui vise à pr oposer un nouveau concept de station tour istique mixant du r ésidentiel et des activités économiques s’inscr ivant dans les thématiques locales de développement économique et de développement dur able afin de vivr e de manièr e saine en r elation avec la natur e et l’envir onnement. Ce pr ojet cher che à sor ti r de la saisonnalité en cr éant les conditions d’une vie per manente avec une dynamique de r énovation à l’échelle de la station de Por t d’Albr et. La volonté est de fair e de ce pr ojet, une vitr ine des activités économiques landaises et aquitaines en l’intégr ant dans un ter r i toir e en r éseau avec les pôles économiques voisins (Atlantisud à Saint -Geour s-de-M ar emne et la zone de Pédeber t à Soor ts-Hossegor ).

Le pr ojet de cr éation d’un complexe spor tif et tour istique or ganisé autour de la pr atique du golf de por tée inter nationale. Le pr ojet pr oposer a diver s équipements et héber gements

116 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

Pr escr iptions

P.179. Le ter r itoir e et ses acteur s à tr aver s le SCoT doivent entr er dans une logique de pr ofessionnalisation, d’amélior ation et de diver sification (tour isme d’affair e) de la qualité de l’offr e tour is tique en s’appuyant sur les str uctur es d’héber gement locales existantes ou à cr éer (hôtels, campings, gîtes r ur aux…). P.180. Favor iser la moder nisation et le développement des héber gements tour istiques, notamment à vocation sociale, dans le r espect d e l’envir onnement. P.181. Favor iser au tr aver s des documents d’ur banisme la r éalisation de pr ojets por teur s d’attr activité pour l’ensemble du ter r itoir e de M ACS (pr ojet Re-Sour ces, complexe spor tif et tour istique or ganisé autour de la pr atique du golf sur Tosse notamment, etc.) P.182. L’amélior ation du r éseau de tr anspor t devr a composer avec les qualités natur elles et patr imoniales des sites (paysage, envir onnement…) dans le but notamment de ne pas por ter atteinte à l’attr activité tour istique du ter r itoir e. De plus, l’access ibilité aux sites à for t potentiel tour istique devr a êtr e amélior ée gr âce à une r éflexion en amont des pr ojets d’accueil et de tr anspor t. P.183. L’activité tour istique est souvent un complément intér essant à l’activité agr icole. dès lor s qu’elle per met de pér enniser ce r taines str uctur es économiques et de r éhabiliter du patr imoine (r énovation ou r éhabilitation d’anciennes maisons ou bâtiments agr icol es de car actèr e).

Recommandations :

R.9 6 Les communes en par tenar iat avec les acteur s institutionnels , pour r ont engager des r éflexions sur la r equalification et la moder nisation des stations balnéair es au tr aver s par exemple d’actions por tant sur les espaces publics, le patr imoine bâti pu blic et sur les bâtiments pr ives dégr adés (copr opr iétés vieillissantes). R.9 7 La commune de Capbr eton pour r a également dans le cadr e de son document d’ur banisme r éfléchir à la moder nisation de son équipement por tuair e.

117 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


.

Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale

[Chap.VI] ANNEXES

Tableau de synthèse des pr escr iptions et r ecommandations (document détaché) Atlas car togr aphique (document détaché)

118 Document d’Orientation et d’Objectifs - Document approuvé le 04 mars 2014


Scot macs doo appro 04 03 2014