Issuu on Google+

écomobilité

SENSIBILISEZ

Avec la participation de : ADEME, GRAINE AQUITAINE


FICHE 1 – REMUE-MENINGES SUR LES DEPLACEMENTS

En savoir plus  D'une manière générale, nous nous déplaçons pour les mêmes raisons depuis des siècles : pour notre alimentation, notre travail et notre socialisation. Depuis peu, les vacances et les loisirs fournissent de nouveaux motifs de déplacements. Nos moyens de locomotions, en revanche, ont beaucoup évolué. Depuis le XIXème siècle, ils nous permettent de nous déplacer toujours plus vite, toujours plus loin et dans un confort toujours croissant.  De nombreux facteurs sont responsables de l'augmentation de notre mobilité depuis 1950. Les plus marquants sont : - la conversion des actifs ruraux en actifs urbains, augmentant ainsi le nombre de personnes se déplaçant pour rejoindre leur lieu de travail ; - la croissance de l’habitat périurbain, nécessitant des déplacements plus fréquents ; - l’augmentation des revenus, permettant l’achat d’une ou plusieurs voitures ; - le développement des réseaux, facilitant les déplacements qui deviennent alors plus fréquents et plus lointains ; - l’avènement de la société des loisirs, à l’origine de nombreux déplacements.  Actuellement en circulation en France : - 25 millions de voitures particulières - 5 millions de véhicules utilitaires - 1 million de motos - 1,7 million de mobylettes - 20 millions de vélos  33 millions de conducteurs quotidiens ou occasionnels possédant un permis de conduire en France.

 Quelques chiffres ! - Au palmarès des modes de déplacement, la voiture est en tête : elle est utilisée

dans près de la moitié des déplacements urbains. La marche à pied arrive en 2ème position. Les bus, métro et autres transports collectifs sont en 3ème position seulement. Quant aux vélos et divers deux-roues, ils sont bons derniers ! - En France, 1 déplacement sur 4 en voiture fait moins de 1 km et 1 sur 2 moins de 3 km ! - Au total, environ 170 milliards de km parcourus (tous véhicules confondus) en 1970 contre plus de 550 milliards de km en 2005. - Les trajets domicile-école des enfants âgés de 6 à 10 ans se font 48 % à pied et 41% en voiture. Etonnant lorsque l’on sait que l’école est rarement à plus d’1 km du domicile en raison de la carte scolaire… - Transport par route : 83% des personnes et 66% des marchandises. - Dans le monde à ce jour 700 millions de véhicules à moteurs. Prévisions pour 2010 : 816 millions mais si l’on considère qu’en 2000 la production mondiale de voitures à établi un record avec 40,9 millions de véhicules (soit 4% de plusque l’année précédente), nous atteindrons très probablement les prévisions de 2010 un peu plus tôt que prévu !

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


 La liberté de circuler est l’une des libertés fondamentales du citoyen. Les pouvoirs publics se doivent donc de la faciliter en proposant à chacun les moyens de transport et les équipements adaptés, tout en respectant certaines normes. C’est, entre autres, à cela que sert les Plans de Déplacements Urbains (PDU). Ils ont un caractère obligatoire depuis 1996 pour toute ville de plus de 100 000 habitants. Le contenu des PDU : - La diminution du trafic automobile (ou trafic routier) - Le développement des transports collectifs et des moyens de déplacements économes et les moins polluants pour l'environnement,, notamment l’usage de la bicyclette et la marche à pied - L’aménagement des voiries d’agglomérations - L’organisation du stationnement

Nombre de bicyclettes pour 1000 habitants (milieu des années 1990) aux Etats-Unis : 385 en Allemagne : 588 aux Pays-Bas :1000 Pourcentage des trajets urbains effectués à bicyclette aux Etats-Unis (1995) : 1 en Allemagne : 12 aux Pays-Bas : 28 Pourcentage d’adultes obèses aux Etats-Unis (2003) : 30,6 en Allemagne : 12,9 aux Pays-Bas : 10 Dépenses de santé totales en pourcentage du PIB, aux Etats-Unis (2002) : 14,6 en Allemagne : 10,9 aux Pays-Bas : 8,8 Nombre de personnes pouvant passer sur l’équivalent d’un mètre de largeur de route en une heure, par moyen de transport : Automobile (circulation moyenne) : 170 Bicyclette : 1500 Autobus (circulation moyenne) : 2700 CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

2


Piétons : 3600 Train de banlieue : 4000 Energie dépensée par passager-mille (en calories) : Automobile : 1860 Autobus : 920 Train : 885 Marche à pied : 100 Bicyclette : 35 SOURCES : Bicyclette par habitant : Cycle Press (www.bicycleretailer.com). Trajets urbains en vélo : U.S : Transportation Research Board. Taux d’obésité : OECD Health Data 2005. Dépenses santé : Organisation Mondiale de la Santé, World Health Report 2005. Capacité de transport : Nations Unies, Transportation Strategies for Human Settlements in Developing Countries. Energie par passager-mille : Marcia Lowe, The Bicycle : Vehicle for a Small Planet (Worldwatch Institute, 1989), ARIENA

Des sorties, des enquêtes, des rencontres Et avant, comment se déplaçait-on ?  Demande à tes grands-parents de te montrer des photos de villes lorsqu’ils étaient petits. Demande leur, comment ils allaient à l’école.  Regarde des films de Paris dans les années 50/60.  Etudie les anciennes cartes routières (après-guerre, années 60/70 et de nos jours)  Etudie comment s’est développée ta ville (ou ton village) et ses voies de communication (axes routiers, voie fluviale, voie ferroviaire, …)

Des exercices en classe Expression Pourquoi se déplace-t-on ? Donne ton avis. (Ecris ou dessine)

Comment se déplace-t-on ? Ecris ou dessine !

Calculs Calcul combien de fois tu te déplaces dans une journée (calcul sur une semaine et fais une moyenne) : …………… fois Calcul combien de fois les membres de ta famille se déplacent dans une journée (calcul sur une semaine et fais une moyenne) : …………… fois CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

3


Compare avec les résultats de tes copains. Faites-vous aider et réalisez une moyenne des déplacements pour une personne et par jour : …………… fois Multipliez ce résultat par le nombre d’habitants de votre ville ou de votre village : …………… fois par le nombre d’habitants de votre département : …………… fois par le nombre d’Aquitains (env. 2 900 000 hab) : …………… fois par le nombre de Français (env. 59 000 000 hab) : …………… fois

Imaginez le nombre de déplacements sur une semaine, un mois, une année, … !!!!

Mini-Quizz ● Lorsque tes grands-parents étaient petits, il y avait moins de 3 millions de voitures. D’après toi, aujourd’hui, il y en a combien ? de 5 millions 

+ de 10 millions 

+ de 30 millions 

● En 50 ans, le nombre de voitures a été multiplié :  par 2  par 5  par 12 ● Quel est le pourcentage de français qui utilisent leur voiture chaque jour ?  78 %  59%  43% ● A ton avis, pourquoi utilise-t-on plus la voiture aujourd’hui qu’il y a 50 ans ? ………………………………………………………………………….…………….……………… ………………………………………………………………………………………………………… ………….…………….…………………………………………………………

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

4


FICHE 2 – LA POLLUTION DE L'AIR, DES SOLS ET DE L'EAU

En savoir plus sur les pollutions atmosphériques Définitions  « Constitue une pollution atmosphérique […] l’introduction par l’homme, directement ou indirectement, dans l’atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine […] » code de l'environnement (article L220-2)  On appelle pollution de l’air toute modification de l’atmosphère due à l’introduction de substances dangereuses pour la santé humaine, l’environnement ou le patrimoine. Ces substances ou polluants résultent à la fois de phénomènes naturels et d’activités humaines diverses (industrie, transport…). Biologiques ou chimiques, gazeux ou particulaires, minéraux ou organiques, les polluants sont eux-mêmes très variés. la pollution automobile:  Une voiture rejette : des métaux lourds (plomb, cuivre, cadmium, zinc), des oxydes d’azote (NO), du monoxyde de carbone (CO), des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et de composés organiques volatils (COV) dont le benzène (C6H6), des particules (poussières, fumées), du dioxyde de carbone appelé plus communément gaz carbonique (CO2), du dioxyde de soufre (SO2)  En plus, lorsque le soleil brille intensément et que le vent est faible, ces gaz produisent de fortes quantités d’ozone, un gaz très irritant pour les yeux, le nez, la gorge et les voies respiratoires des êtres humains et des animaux et accélère le vieillissement des végétaux. Ce phénomène s’appelle le « smog estival ».  On entend par pluies acides, les retombées de polluants atmosphériques d’origine industrielle ou urbaine. Ces retombées sont sèches ou humides : l’expression « dépôts acides » décrit donc mieux ce phénomène. C’est essentiellement le dioxyde de soufre qui est responsable du phénomène.  Quelques données : - En moyenne, 20 % des trajets en voiture sont inférieur à 1 km. C’est sur ce kilomètre que la consommation est la plus importante et que le véhicule pollue le plus. Le moteur rejette sur ce premier kilomètre près de 50 % de gaz de plus que les kilomètres suivants. Même si mon véhicule est équipé d’un pot catalytique, celui-ci n’est pas performant sur les petits trajets. Il a besoin, pour être efficace, d’arriver à température élevée et nécessite un trajet minimum d’environ 5 minutes. - La majorité des émissions d’oxydes d’azote est due au trafic routier. - Par personne transportée et compte-tenu du taux d’occupation, une voiture émet en moyenne 3 fois plus de gaz carbonique qu’un autobus. - Ma voiture, ma moto ou mon scooter, consomme plus de carburant au ralenti pendant 10 secondes que si j’arrête le moteur pour le redémarrer ensuite. - Une voiture consomme 10% de plus à 100 km/h qu’à 90 km/h et rejette d’autant plus de gaz polluants et de particules. CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


 L’indice ATMO indique la qualité de l’air d’une agglomération. Il prend en compte : le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote, l’ozone et les particules en suspension.

Les solutions technologiques:  Pot catalytique = il permet d’empêcher l’émission à l’échappement de 3 polluants : le CO, les oxydes d’azote et les résidus d’hydrocarbures. En France, pour les véhicules à essence de plus de deux litres de cylindrée, l’obligation date d'octobre 1989. Sur les autres véhicules à essence, elle date du 1er janvier 1993. Les véhicules diesel sont équipés depuis le 1er janvier 1997. Ces pots catalytiques sont efficaces mais le nombre de véhicules augmente chaque année. Ils parcourent des distances croissantes, et certains polluants ne sont pas traités par les catalyseurs. Enfin, il semble que certains pots catalytiques vieillissent mal et puissent perdre une partie de leur contenu dans l'environnement. Pour aller plus loin: Le Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l'Air: http://www.lcsqa.org L'association de l'air en Aquitaine: www.airaq.asso.fr Biblio : La qualité de l’air, enjeu pour l’éducation à l’environnement et à la citoyenneté Actes de l’Université d’Été des 5-9 juillet 1999, 116 p. Réf : AC 004 – Prix : 12 Euros

En éducation à l’environnement, la question de la qualité de l’air est aujourd’hui un thème majeur. C’est un problème auquel le citoyen est confronté tant au niveau individuel que collectif et aussi bien sur le plan local (la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments, la pollution de l’air en ville) que régional et global (les pluies acides, l’augmentation de l’effet de serre, l’appauvrissement de la couche d’ozone). Cette Université d’été, à travers des apports scientifiques et des temps d’échanges, a voulu montrer que la question de la qualité de l’air est un objet pédagogique pertinent pour développer des activités transversales et partenariales tant dans les pratiques scolaires et périscolaires que dans celles destinées au grand public.

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

2


En savoir plus sur les pollutions des sols  Les sources de pollutions des sols dues aux transports routiers sont le SO2, les oxydes d’azote et les métaux lourds (cf. chapitre pollution de l’air). Ces éléments provoquent une acidification des sols et renforcent ce phénomène qui a, par ailleurs, une origine naturelle. Or cette acidification appauvrit la terre en éléments nutritifs. Avec pour conséquences un dépérissement des forêts ou un rendement moindre en agriculture. Le lavage des résidus d’hydrocarbures et des sels de déneigement a également des effets néfastes sur les sols avant de polluer les eaux.

En savoir plus sur les pollutions de l'eau  L’utilisation de l’automobile et des transports routiers en général laisse des résidus sur les routes. Ceux-ci sont ensuite lavés par les eaux de pluie et entraînés vers les eaux de surface (fossés, ruisseaux, rivières, etc.) ou à travers les sols vers les nappes d’eaux souterraines. Les principaux constituants de ces pollutions sont des résidus non brûlés d’hydrocarbures (essence, diesel). L’utilisation de sels de déneigement sur les routes pollue également les eaux.

Une prise de conscience … « Ferme les yeux et relaxe-toi. Inspire lentement et profondément ; Expire calmement ; prends conscience de ta respiration. Tu consommes toutes les 5 secondes environ 5 litres d’air. Bloque ta respiration. Essaie de rester, un petit temps sans respirer … impossible de tenir plus de quelques secondes ! En effet, respirer est un besoin vital. Tu ne peux pas t’en passer ! Lorsque tu respires, tu emplis tes poumons avec de l’air. »

Des exercices en classe Calcul Chaque jour, lorsque nous respirons, environ 15 000 litres d’air passent dans nos poumons. Cet air est un mélange de gaz comprenant : de l’azote (N) ………………………………………………………………………….…. : 78 % de l’oxygène (0) …………………………………………………………………………… : 21 % du gaz carbonique (C02) et d’autres gaz ……………….................................…..…. : 1 % Sur le dessin, il y a 100 cases qui représentent l’air que nous respirons. Combien de cases dois-tu colorier pour représenter : - l’azote : …… - l’oxygène : …… - le gaz carbonique (et les autres gaz) ? : ……

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

3


Colorie en bleu les cases représentant la quantité d’azote, en rouge celles représentant la quantité d’oxygène, en noir la quantité de gaz carbonique et les autres gaz.

Expression Les polluants de l’air ont un effet néfaste sur l’environnement. Les retombées locales ou à distance de ces polluants abîment la nature. Observe ce dessin et essaie de reconstituer les phrases.

Les polluants de l’air, en se déposant sur les (A) …………………………, les salissent et les dégradent. L’eau des (B) …………………… et des (C) ………………. devient plus acide sous l’action des polluants. La (D)……………… et la (E) ………………………. sont touchés.

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

4


Observation Depuis le 10 mai 2006, une étiquette Energie est obligatoire pour tout véhicule neuf à vendre. Voici le modèle de cette étiquette ; étudiez là ensemble :

   

 A cet endroit, on précise la marque de la voiture (ex : RENAULT, PEUGEOT, BMW, …), le modèle (ex : Twingo, Golf, 407, …) et la version (puissance, nombre de portes, de places, …). C’est aussi à cet endroit là que le type de carburant est précisé : − gazole pour les véhicules Diesel − essence sans plomb 95 − ou GPL (gaz de pétrole liquéfié) : gaz récupéré lors de l’extraction du pétrole ou lors de son raffinage. C’est ce gaz que l’on voir brûler dans les torchères sur les sites producteurs de pétrole. − ou GNV (gaz naturel pour véhicule) : ce gaz est extrait des réserves naturelles.ou double carburation (essence/GPL ou essence GNV)

 La consommation de carburant est indiquée ici : un nombre de litres de carburant pour effectuer 100 km. Est précisée : − la consommation en ville sur de courtes distances en s’arrêtant souvent aux feux, aux croisement et dans les bouchons : c’est la consommation urbaine − la consommation sur de longues distances : c’est la consommation extra-urbaine. Compare les deux …

 C’est là que l’on indique la quantité de CO2 (en gramme) qu’émet le véhicule à chaque kilomètre parcouru. En fonction de la quantité émise, la voiture est classée (lettre et couleur). Quels classements est-il préférable de choisir lorsqu’on achète une voiture ? …………………………………………………………………………………………

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

5


 Ici, on précise qu’un petit guide existe où tous les types de voiture (marque, modèle) sont référencés.

 Si dans ton entourage, quelqu’un a récemment acheté une voiture neuve, emprunte-lui l’étiquette du véhicule pour la montrer en classe à tes copains ?

Recherche d'informations L'indice ATMO est diffusé tous les jours sur internet: http://www.buldair.org/ et souvent dans la presse régionale. Un travail peut-être mené avec les enfants chaque jour pour relever cet indice et faire une courbe de progression. Réflexion A ton avis, quel est le moyen de transport le moins polluant pour transporter ces 25 personnes sur 10 km ?

Des expériences « Teste la qualité de l’air » - Prends une grande feuille de carton blanc. Inscris sur celle-ci des chiffres allant de 1 à 7. - Dans un carton coloré, découpe 7 pastilles et numérote-les. - Recouvre chaque chiffre du carton à l’aide de la pastille numérotée lui correspondant. - Place l’ensemble de ton bricolage à l’extérieur (s’il se met à pleuvoir, pense à le rentrer très vite sinon la pluie risque de tout gâcher !) - Le premier soir, retire la pastille n°1, le deuxi ème soir la pastille n°2 et ainsi de suite durant une semaine. - Au septième jour, sous la dernière pastille le carton est resté bien blanc. Si l’air autour de ta maison est pollué, les emplacements des premières pastilles sont, au contraires, devenus beaucoup plus sombres.

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

6


« Mise en évidence des particules en suspension dans l’air » - Découpez une bande de papier fort ou de carton de 50 mm par 250 mm. - Découpez dans votre bande 5 trous ronds d’environ 25 mm de diamètre. A l’aide d’une perforatrice, percez un petit trou en haut de votre bande ; attachez-y une ficelle qui servira à suspendre votre collecteur à l’endroit choisi. - Collez une longue bande de ruban adhésif transparent sur l’une des surfaces en faisant bien attention de couvrir complètement les 5 trous. Le côté adhésif recueillera les particules présentes dans l’air. Ne pas toucher la surface adhésive en face des trous. - Avant de suspendre le collecteur, inscrivez au moyen d’un feutre indélébile, la date, l’endroit et votre nom sur le collecteur. Chaque prélèvement d’un même collecteur doit porter le même numéro. - Les 5 prélèvements obtenus pourront servir à plusieurs groupes de travail après au moins une semaine de prélèvement. Une attention toute particulière devra être portée lors du transport des collecteurs après collecte.

« Mise en évidence des particules émises à la sortie d’un véhicule » A l’embouchure du pot d’échappement d’une voiture, placer un morceau de drap puis un morceau de compresse et fixer l’ensemble avec de l’adhésif. Mettre le moteur en marche et attendre quelques minutes. Arrêter le moteur, récupérer les filtres et les observer.

NB : l’expérience peut être réalisée avec différents véhicules : diesel, essence normale, essence sans plomb, avec ou non pot catalytique, … On pourra classer les compresses des plus sombres aux plus claires.

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

7


« L'effet des dépots acides sur les plantes » Expérience pour mettre en évidence le phénomène des dépots acides : Exposition d’une plante au SO2.

Mettre 2 grammes de nitrite de sodium dans un petit récipient. - Déposer ce récipient et la plante en pot dans e sac en plastique. - Verser 2 ml d’acide sulfurique 5% dans le récipient et refermer tout de suite le sac plastique. - Laisser la plante fermée dans le sac au moins 10 minutes. - Couper le sac et le laisser grand ouvert (les élèves doivent être éloignés du sac) - Reporter la plante dans la classe à côté de celle qui n’a pas été exposée.

En réalité, dans la nature, la plante aurait pris des semaines ou des mois pour dépérir. NB : cette expérience sera réalisée par l’enseignant ou l’animateur, elle se déroulera à l’extérieure de la classe avec port de lunettes protectrices et gants. Où trouver le matériel : Nitrite de sodium à commander en pharmacie - 28€ les 100gr Acide sulfurique 0,5 M (1 litre) -11 € le litre Réf. : 10610585 (attention très important de prendre cette référence là car le produit est dilué et prêt à l’emploi): http://www.jeulin.fr/

« Que deviennent les eaux de ruissellement ? » Récupérons l’eau de pluie (Lauréat des prix La main à la pâte en 2006) http://www.lamap.fr

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

8


Des sorties, des enquêtes, des rencontres La balade aux indices Les enfants se promènent dans le quartier pour repérer les indices de pollution et examinent les arbres, les murs et les pierres : - Les lichens sont des plantes (une algue associée à un champignon) qui poussent sur différents supports. Ces plantes n’ont pas de racines et puisent directement dans l’air l’humidité dont elles ont besoin. Elles sont donc très sensibles à la pollution atmosphérique. - Si de nombreuses espèces de lichens sont présentes autour de toi (lichens verts chevelus ou feuillus) alors l’air de cet endroit est de très bonne qualité. - Si au contraire, les lichens sont très rares et présentent un aspect en croûte, alors l’air de cet endroit est sûrement pollué. - Si aucun lichen ne pousse alors l’air est très pollué.

Le « smog estival » Observation du phénomène in-situ ou sur photographie. Visite station AIRAQ Contacter l'association AIRAQ www.airaq.asso.fr Vous pouvez aussi vous inscrire à la lettre Atmo d'AIRAQ. Vous recevrez un mail spécifique en cas de dépassement de seuil réglementaire en milieu urbain. A la découverte de l'Ozone le site http://www2.iap.fr/users/leboutei/ozone/ pour en savoir plus sur l’ozone.

Mini-Quizz

● Certaines conditions météorologiques aggravent la pollution atmosphérique due à la circulation routière dans les villes ? vrai 

faux 

● En ville, la qualité de l’air  est meilleure aujourd’hui  était meilleure au début du 20ème siècle  était meilleure au 19ème siècle

● Connais-tu les principales mesures prises par les autorités si le seuil d’alerte pollution est atteint ? 1 – Circulation automobile …………………………… 2 – limitation de ………………………… 3 – priorité aux véhicules les moins ……………………. 4 – Eviter les activités ………………………………………… CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

9

(alternée) (vitesse) (polluants) (sportives extérieures)


● L’ozone situé dans la basse atmosphère et causé par la pollution a des effets néfastes. En revanche, la couche d’ozone, située à 30 km au-dessus su sol est vitale, car :  elle laisse passer les rayons ultras violets  elle filtre une partie des rayons ultras violets  elle stoppe les rayons ultra violets

● Pour fonctionner pendant 1 heure, un moteur a besoin de :  1 200 litres d’air  12 000 litres d’air  120 000 litres d’air (c’est-à-dire la quantité nécessaire à une personne pour respirer pendant 8 jours !)

● Parmi

les situations suivantes, attribue un point rouge à celles qui vont polluer l’atmosphère, un point vert pour celles sans risque.  circuler en voiture  circuler en vélo (NB : pour construire le vélo, des pollutions atmosphériques ont été émises)

 marcher  faire du roller  prendre le tram (NB : pour fabriquer l’électricité qui permet au tram de rouler, des pollutions atmosphériques ont pu être émises)

 circuler en bus  faire de la trottinette  prendre l’avion  rouler en moto

VIDEO ● Dessins animés « De l’air, de l’air ! – la pollution de l’air dans la ville » et «Ca me grattePollution sans frontière » Ma petite planète chérie vol 1 – FOLIMAGE – 04 75 78 48 68

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

10


FICHE 3- EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE En savoir Plus La Lumière  La lumière solaire que notre œil perçoit nous paraît blanche. En réalité, cette lumière est un composé de plusieurs couleurs mélangées et le résultat de ce mélange est le blanc. L’ensemble de ces rayons est appelé le spectre lumineux.

violet indigo bleu vert jaune orange rouge

 Mais une partie reste invisible à l’œil humain : - les rayons ultraviolets situés juste avant le violet (ce sont eux qui sont responsables des coups de soleil) − les rayons infrarouges situés juste après le rouge (ce sont eux qui nous transmettent la chaleur du soleil) L'atmosphère  L’atmosphère est indispensable à la vie. Elle agit comme un bouclier, nous protégeant des chutes de météorites qui se consument en la traversant. (Chaque année, notre planète est exposée au bombardement de milliers de tonnes de matériaux extra-terrestres). Elle filtre les radiations solaires nocives pour la vie sur Terre.

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 1


L'effet de serre

 Pourquoi fait-il plus chaud à l’intérieur d’une serre ? (repérer, visualiser des photos de serres)

Rayonnement solaire

vitre

vitre

Dans la serre du jardinier, tous les rayons de la lumière pénètrent à l’intérieur mais comme certains rayons restent piégés dans la serre la température s’élève.

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 2


 Grâce à l’atmosphère, la planète Terre se comporte comme une gigantesque serre : ● Le jour, le rayonnement solaire réchauffe la surface de la planète. ● La nuit, la chaleur accumulée pendant le jour s’échappe vers l’espace mais certains gaz de l’atmosphère et la couverture nuageuse la retiennent.

Merci l’effet de serre !

Mais parmi les gaz qui retiennent la chaleur du soleil, certains sont en très forte augmentation. Notamment le dioxyde de carbone le fameux CO2. Du coup la planète se réchauffe de plus en plus.

Merci les Hommes !!!

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 3


 Les 4 gaz responsables de l’effet de serre émis par le secteur des transports : - le dioxyde de carbone – CO2 : la combustion des carburants tels que l’essence, le gazole ou le kérosène entraîne un dégagement systématique de CO2. il est la principale composante des émissions de GES des transports puisqu’il en représente à lui seul 95,25%. Les émissions de CO2 progressent de manière inquiétante : + 18% entre 1990 et 2001. Le CO2 est responsable de 25 % de l’effet de serre. - le méthane – CH4 : les émissions de CH4 proviennent essentiellement des moteurs GNV et GPL. Il ne représente que 0,35% des émissions de GES du secteur des transports en 2001. - le protoxyde d’azote – N2O : il est essentiellement émis par les véhicules pourvus de pots d’échappement catalytiques. Il représente 2,6% des émissions de GES des transports en 2001 et augmente régulièrement : ses émissions ont plus que doublé en 11 ans. - les hydrofluorocarbures – HFC : Ce sont des gaz frigorigènes utilisés dans les systèmes de climatisations automobiles et les véhicules réfrigérés. Il y a ici deux sources d’émissions : les pertes par fuite, qui peuvent être importantes, et la quasi absence de récupération lors de la démolition. Les HFC représentent 1,8% des émissions de GES des transports en 2001. cela constitue une progression considérable puisqu’en 1994, seulement 42 t de HFC étaient émises contre 2051 t en 2001 soit 50 fois plus en seulement 7 ans. Ces gaz retiennent plus ou moins efficacement la chaleur et n’ont pas la même durée de vie : Les GES (Gaz à Effet de Serre) Dioxyde de carbone méthane Protoxyde d’azote hydrofluorocarbures

Durée de vie

Pouvoir réchauffant

125 ans 12 ans 120 ans 260 à 50 000 ans

1 23 296 140 à 23 900 (1300 pour le HFC-134A, le gaz le plus couramment utilisé)

 Qui est responsable des émissions de GES ? traitement des déchets 3% production énergie 11%

transport 28% agriculture 18%

habitat 19%

industrie 21%

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 4


www.wwf.fr

 Voici par ordre d’importance la répartition des émissions de CO2 par mode de transport en 2000 (fabrication du moyen de transport compris) : Voitures particulières : 43% Poids lourds : 21% Véhicules utilitaires légers : 13% Aérien : 13% Maritime : 7% Ferroviaire : 0.5 % Deux roues : 0.4 %

Source : NEGAWATT

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 5


 Pour atteindre ses objectifs de Kyoto, la France a mis en place en 2000 un Programme national de Lutte contre le changement Climatique (PNLCC). Pour aller plus loin  Campagne Climat pour encourager les citoyens à contribuer à la lutte contre le changement climatique de la Commission Européenne : www.ec.europa.eu/environnement/climat/campaign/index-fr  des sites ressources http://1ddp.lespetitsdebrouillards.org/ http://www.cea.fr/jeunes/themes/le_climat/questions_sur_l_effet_de_serre http://www.defipourlaterre.org/ http://www.rac-f.org/ http://www.educapoles.org/

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 6


Des expériences L’effet de serre Temps au

Température à l’intérieur du saladier

Température à l’extérieur du saladier

soleil 0 15 minutes 30 minutes 45 minutes 1 heure 1 h 30 2h

« Mise en évidence de l’émission de CO2 par les véhicules motorisés » Percer le centre d’un carton épais et y passer une des extrémités d’un tuyau en plastique de 8 mm de diamètre. Mettre le véhicule au ralenti et introduire l’extrémité du tuyau en plaquant le carton contre le pot d’échappement. L’autre extrémités du tuyau étant plongée dans de l’eau de chaux (vous en trouverez en pharmacie). Laisser tourner le moteur pendant plusieurs minutes et vous verrez que ça trouble l’eau de chaux Le pouvoir réchauffant du CO2 et du méthane : 3 bouteilles en verre blanc et 3 thermomètres

Après une heure d’exposition, relever les températures dans les bouteilles. NB : Le CO2 peut être obtenu à partir de cachets effervescents et le méthane par fermentation de végétaux. La dilatation de l’eau Remplis d’eau colorée la bouteille en verre et place la dans la bouteille en plastique coupée. Verse l’eau chaude dans la bouteille en plastique. Attends et observe ce qu’il se passe.

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 7


En classe Il existe plein de séances et d’outils sur l’air (au programme des 3 cycles) dont le CD-ROM « Convaincre ses élèves de la matérialité de l’air en cycles 2 et 3 » – André Laugier, Lisette Bossuet – 2003 - CRDP Aquitaine – 10 €

Expression

Les rayons du ……… traversent les parois de la serre du jardinier. Une partie de ces rayons  est renvoyée à ……………………… de la serre. Une autre partie de ces rayons  est ……………………….. par les parois de la serre qui est ainsi chauffée.

Comme pour la serre du jardinier, les rayons du ………………….. traversent ………………………………. Une partie  de ces rayons est …………………….. vers l’espace. Une autre partie  de ces rayons est ……………….. par ……………………….. Ce phénomène permet à notre planète de bénéficier d’une bonne température. Il s’appelle l’…………………………

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 8


Calcul « Il était une fois … une jeune fille nommée Delphine, qui se rendait deux fois par semaine à son club de judo situé en ville à 2 km de chez elle. » • En utilisant les chiffres ci-dessous, calcule la quantité de CO2 émis pour permettre à Delphine d’aller à son club de judo pendant une année (soit 40 semaines). • Avec les chiffres obtenus, tu peux facilement calculer l’économie en CO2 émis selon le moyen de transport utilisé. - un trajet de 1 km en voiture en ville émet environ 300 g de CO2 - un trajet de 1 km en bus émet environ 80 g de CO2 par personne - un trajet de 1 km à pied, en rollers ou en vélo émet 0 g de CO2.

Mini-Quizz

Sais-tu comment s’appellent les rayons du soleil qui nous transmettent la chaleur ?...............................................................................

● Chaque année, une voiture émet  1 fois son poids en CO2  2 fois son poids en CO2  3 fois son poids en CO2

A proposer à mes parents …

Ou sur le site http://www2.ademe.fr/eco-deplacements/ CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE 9


FICHE 4- LA CONSOMMATION DE PETROLE

En savoir plus  Définition : Le pétrole est une huile minérale. Le mot vient du latin petraoleum « huile de pierre ». On le trouve principalement dans le sous-sol par forage, mais en certains endroits, on le trouve à même le sol où il affleure.  D’où vient le pétrole ?

L’histoire du pétrole a commencé il y a environ 500 millions d’années. Il est issu de la décomposition de matières organiques végétales et animales (plancton) qui accumulées au fond des océans il y a des millions d'années. Des tonnes de sable se sont accumulées au-dessus de ces restes d’animaux et de végétaux. Elles ont enfoncé ce mélange boueux dans le sol. Avec la chaleur interne et la pression de la terre et en l'absence de l'oxygène, il s’est transformé en gaz et en un liquide brun plus ou moins épais, le pétrole. On ne trouve pas du pétrole sur toute la planète. Le Moyen-Orient possède plus de la moitié des réserves. Mais c’est l’Amérique du Nord et l’Europe qui en consomment le plus. Ils doivent donc en acheter au reste du monde.  Quelle quantité de pétrole y a-t-il sur terre ? On ne sait pas exactement. Au minimum 157 milliards de tonnes, peut-être trois fois plus ! Mais de nombreux gisements de pétrole sont inaccessibles. Tous les ans, nous CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


consommons 3,8 milliards de tonnes de pétrole. A ce rythme, les réserves connues seront épuisées dans une quarantaine d'années. Cette consommation va encore augmenter car l’Inde et la Chine ont de plus en plus besoin de pétrole. Historique des lieux de production dans le monde : 1- Europe (stocks épuisés, sauf en Russie) 2- USA (stocks en voie d'épuisement) 3- Moyen-Orient (selon l’ASPO – l’Association pour l'étude des pics de production de pétrole et de gaz naturel, le pic de production du moyen-Orient sera atteint en 2010) 4- Mer du Nord, Golfe du Mexique, Amérique du Sud, Afrique de l'Ouest 5- autres sites récents ou à venir, sites potentiels (Canada, Arctique, Antarctique) mais consistant souvent en types de pétroles difficiles à extraire.

www.aspofrance.org  Comment faire pour fournir du pétrole à tout le monde ? Les compagnies pétrolières explorent de nouveaux gisements, parfois à plus de 6 000 mètres de profondeur. Elles améliorent aussi leurs techniques pour extraire le pétrole. En effet, plus de la moitié du pétrole reste emprisonnée dans la roche. On ne peut pas la récupérer ! D'une manière générale, les lieux de production sont presque toujours éloignés des lieux de raffinage et de consommation. Le stockage des hydrocarbures se trouve en général à côté des ports de chargement pour être acheminé par voie maritime vers les pays consommateurs. Par exemple le Golfe Persique (lieu de production) est bien loin de l'Amérique, de l'Europe et de l'Asie (lieux de consommation). Aussi, il va falloir transporter ce pétrole d'une manière ou d'une autre. Le transport sur une longue distance se fait de deux manières : soit par oléoduc, soit par voie maritime. Le puit de pétrole : Pour trouver le pétrole, il faut forer le plus souvent jusqu’à 3 000 mètres d’épaisseur de roches. De longs tuyaux ramènent à la surface le liquide visqueux. C’est le pétrole brut. La tour métallique s’appelle un derrick. Elle sert à enfoncer les longs tuyaux dans le sol. Au bout des tuyaux, on fixe un outil en acier qui creuse la roche. Pour atteindre 3 000 mètres de profondeur, il faut forer trois mois, nuit et jour. Le pétrole peut s’enflammer. Pour éteindre un incendie aussi terrible, les pompiers du CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

2


pétrole peuvent avoir besoin de plusieurs jours, et même de plusieurs mois ! L’oléoduc : Ce tube d’acier transporte le pétrole brut du puits à un port. Il peut mesurer plusieurs milliers de kilomètres et traverser un pays entier. Tous les 60 ou 100 km, des pompes aspirent le pétrole pour le faire avancer à 7 kilomètres/heure dans la canalisation. Le pétrolier : Le pétrole brut est transporté par un énorme navire, un supertanker. Ce bateau, long de 350 mètres, embarque 300 000 tonnes de pétrole brut. Le stockage : Le supertanker arrive dans un port pétrolier. Le pétrole brut est déchargé et stocké dans des bacs. Chaque bac contient 50 millions de litres. La raffinerie : La raffinerie est installée dans le port pétrolier. Le pétrole brut y est transformé. On dit qu’il est raffiné. Il est d’abord chauffé à 370 °C. Puis il est envoyé dans une grosse tour d’acier appelée tour de distillation. La tour de distillation : Dans cette tour, on extrait différents produits à partir du pétrole. A chaque étage, il y a un produit différent. Les plus lourds sont en bas, les plus légers en haut.

 A quoi sert le pétrole ? Le pétrole est la première source d'énergie mondiale : c’est l’énergie la plus utilisée sur terre pour se déplacer ou se chauffer (39 % de la consommation mondiale d’énergie primaire).

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

3


Utilisation du pétrole en France : - Transports : 56,2% - Résidentiel : 17,5% - Usage non énergétique (pétrochimie, bitume, ....) : 15% - Industrie et agriculture: 9,7% - Centrales électriques thermiques 1,6%

La pétrochimie est l'art d'utiliser les produits de base issus du pétrole pour fabriquer d'autres produits qui n'existent pas dans la nature. Ces fabrications sont, en général, basées sur la transformation, via des réactions chimiques appropriées, des constituants en d'autres constituants en présence de catalyseur ou non. - des matières plastiques, - des solvants, - des résines, - des fibres synthétiques, - des détergents, - des plastifiants, - des élastomères, - des adhésifs, - du polyester, - du Nylon, - des médicaments, - des cosmétiques.  Consommation mondiale

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

4


 Consommation française (UFIP)

 Le transport représente 30% de la consommation énergétique d'un Français et 27% de ses émissions de gaz à effet de serre. Le transport routier représente 81% de la consommation d'énergie de l'ensemble des transports en France. En France, le secteur des transports est aujourd'hui le premier consommateur de produits pétroliers, loin devant le secteur résidentiel-tertiaire Sa consommation a pratiquement doublé en volume entre 1973 et 2004 (+96%).  Conseils pour réduire sa consommation : - entretenir son véhicule (moteur, filtres, pneus) = 23% d’économie - conduire de façon souple, sans à-coups = 40% d’économie - Réduire l’utilisation de la climatisation = 20% d’économie Soit un total de 83% d’économie !  Pour aller plus loin ● « Un monde de brut » Dossier pédagogique sur l’économie pétrole et le développement durable – la ligue de l’enseignement 2004 ● http://aspofrance.org/ ● www.notre-planete.info/environnement/energies.php ● www.cea.fr/jeunes/themes/l_energie/la_production_d_energie/energie_et_environnement ● Institut français du pétrole : www.ifp.fr ● Union française des Industries pétrolières : www.ufip.fr ● Lire l’article de Kjell ALEKLETT : Pétrole, un chemin difficile ● http://www.delaplanete.org/Petrole-Un-chemin-difficile.html

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

5


Mini-Quizz

● D’après toi, combien de temps a mis la nature pour fabriquer le pétrole ?  500 ans  5 000 ans  50 000 ans  5 millions d’années  50 millions d’années

 500 000 ans  500 millions d’années

● A quoi nous sert le pétrole ? ………………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………………

● A ton avis combien de temps nous reste-t-il avant que les réserves de pétrole de la planète ne soient épuisées ?  quelques dizaines d’années  quelques centaines d’années  quelques milliers d’années

● Ces dernières années, de nombreux pétroliers ont coulés près de nos côtes françaises. Pourrais-tu retrouver leur nom ? Combien de tonnes de pétrole se sont déversées dans nos eaux ?

………………………..…

…………..…………

………..…………………

…………………………

……………………

…………….…………….

……………………………… tonnes de pétrole CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

6


● Va faire les quizz sur ce site : http://www.marees-noires.com/ ● Pour raffiner et transformer le pétrole, il faut le …………………… à haute température.

Pour le chauffer à haute température, il faut de l’énergie : on utilise du ………………… !

Conséquences : ………………………… atmosphérique, émissions de ……………….. et épuisement de nos ………………………… !!!

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

7


FICHE 5 - LA POLLUTION SONORE En savoir plus  Le bruit est une des premières nuisances environnementales déclarées par la population, mais outre la surdité, les autres effets sanitaires qu’il entraîne sont mal connus et peu pris en compte.  Le bruit est l'un des éléments physiques les plus difficiles à définir. Il résulte de la perception des mouvements petits et rapides de l'air par l'oreille humaine. L'unité qui décrit l'intensité sonore est le décibel (dB). Le bruit = toute sensation auditive désagréable ou gênante. Trop de bruit sans arrêt, ça rend nerveux et agité. Le volume sonore que nous supportons sans agressions équivaut à celui d’une conversation, soit 60 décibels (dB). Passé ce seuil, ça devient problématique surtout si le bruit est continu : il est prouvé que les élèves ont du mal à se concentrer et à apprendre dans les écoles situées près de grands axes de trafic.

une rue très encombrée

un jardin

 Le bruit de l’automobile a deux origines : Le bruit de propulsion provient du moteur, de la boîte de vitesse, de l’échappement, du ventilateur, de la climatisation, etc. Il dépend de la vitesse de rotation du moteur et de l’effort demandé à celui-ci. Pour une vitesse de rotation du moteur doublée, le bruit augmente de 8 à 10 dB − Le bruit de roulement est produit par le contact entre la chaussée et les pneus. Il dépend de la vitesse du véhicule, de la nature du revêtement routier et des pneus. Le bruit augmente de 78 à 10 dB lorsque la vitesse est multipliée par deux et la différence de bruit, selon que le revêtement est sec ou mouillé peut atteindre 10 dB.  Si le trafic routier est la cause principale de la nuisance sonore pour les citadins, l’établissement d’un lien entre lutte contre le bruit du trafic routier et aménagement urbain s’est fait jour durant la décennie 90. La loi sur le bruit de 1992 a instauré des règlementations liées à l'environnement sonore dont limiter les nuisances sonores dues à la construction de routes nouvelles ou modifiées de façon significative à proximité d’habitations existantes et s’assurer que les bâtiments nouveaux construits à proximité de routes ou de voies ferrées existantes ou en projet sont suffisamment insonorisées. Elle a aussi fixé comme objectif la suppression de 3 000 "points noirs" (zones où le bruit atteint plus de 70 dB entre 8h et 20h). Par ailleurs, les politiques d’aménagement et de la réduction du bruit routier sont notamment axées sur la gestion du trafic (zones 30, ralentisseurs), l’amélioration des structures cyclables et piétonnes, la gestion du stationnement et la gestion du trafic du fret. −

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


Echelle des décibels

Avion au décollage

130

Seuil de la douleur

Marteau-piqueur, voiture de course Chaîne hi-fi, baladeur (niveau maximum)

120 100

Douloureux Risque de surdité

Concert et discothèque

110

Difficilement supportable, dangereux

Baladeur à puissance maximum Moto, Aboiement d’un chien, appareil de bricolage (scie circulaire ) Cantine scolaire

100

Pénible

90

Pénible

85

Très fatiguant

Automobile

80

Fatigant

Aspirateur Téléviseur, rue à gros trafic Salle de classe Grand magasin, conversation normale

75 70 65 60

Fatigant Fatigant Bruyant Supportable

Machine à laver

50

Agréable

Bureau tranquille

40

Agréable

Chambre à coucher

30

Agréable

Conversation à voix basse Vent dans les arbres Seuil d'audibilité

20 10 0

Calme Calme Calme

 Pour aller plus loin http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/bruit-chiffres-cles.pdf http://www.ademe.fr/particuliers/expositions/bruit.pdf http://www.audition-prevention.org/site/echelle_du_bruit.php http://www.infobruit.org/FR/info//1./Bruit/du/trafic/routier/et/autoroutier/:/principes/fondateur s/546/0305 Ouvrage « Ecoutez la ville ! Pour une éducation à l’environnement sonore » APIEU 2006

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

2


Des expériences Le son et ses vibrations Tendre un ballon de baudruche sur un bol, de façon à en recouvrir l’ouverture. Poser sur ce « tambour » des grains de sable, de semoule ou autres. Faire alors du bruit et observer les grains. Pas besoin de vacarme pour les faire sauter sur la paroi en vibration. Le sonomètre Mesurer avec un sonomètre du nombre de décibels lorsque l’on se trouve dans une voiture à petite et à grande vitesse, hors d’une voiture dans une petite rue, sur une grosse avenue, dans les classes, la cour de récré, aux heures de pointe, la nuit …

Des sorties, des enquêtes, des rencontres Les anti-bruit Repérage par photos des écrans anti-bruits le long des autoroutes, des rocades, des voies d’accélération, …

Des murs antibruit permettent de limiter les nuisances sonores pour les riverains proches des axes à grande circulation.

Mini-Quizz

● C’est pas nouveau ! Pour cause de bruit, ………………………(empereur romain), dut …………………(synonyme de proscrire) la circulation …………………..(contraire de diurne) des ……………………..(voiture rurale à quatre roues tirée par un animal) dans ……………………(capitale italienne). (Pour cause de bruit, Jules César dut interdire la circulation nocturne des chariots dans Rome)

●L’un des premiers édits anti-bruit de l’histoire de France fut adopté par  le roi Dagobert au 7ème siècle  François 1er au 16ème siècle  Louis XIV au 17ème siècle

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

3


VIDEO ● Dessin animé «Tintamarre et bouche cousue » Ma petite planète chérie vol 1 – FOLIMAGE – 04 75 78 48 68

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

4


FICHE 6– LA SECURITE ROUTIERE

En savoir plus  Sur le chemin de l’école C’est dûment constaté, les accidents sur le chemin de l’école se produisent plus au retour qu’à l’aller, et pas loin de la maison. Pour la bonne raison qu’arrivé dans sa rue, on se sent en confiance, on pense au goûter, à sa console de jeux. Bref, on se déconcentre.  Les zones 30 Elles se trouvent généralement dans les centres-ville. Ce sont des endroits très fréquentés par les piétons, avec des commerces, des habitations, des administrations. Comme tu peux t’en douter, la vitesse y est limitée à 30 km/h. La sécurité y est donc meilleure pour les piétons, les cyclistes, les livreurs. Ce qui ne dispense pas de rester vigilant ! Décrétées par les municipalités, les « zones 30 »sont signalées par des grands panneaux et sont équipées de totems, de portiques, de chicanes, …  Quelques données ! En 20 ans, l’insécurité routière est à l’origine de : - 80 millions d’accidents matériels - 4 millions d’accidents corporels - 5 500 000 blessés dont 1 400 000 blessés graves - 220 000 tués En 2002, 20 morts par jour dus aux accidents de la route. Actuellement, en 50 ans de conduite : - 1 conducteur sur 3 risque d’être impliqué − - 1 conducteur sur 6 risque d’être blessé − - 1 conducteur sur 122 risque d’être tué

La société dans son ensemble est directement impliquée. Cependant, premières victimes, les jeunes représentent l’enjeu majeur de la sécurité routière. Chez les garçons de 10 à 19 ans, les accidents de la route est la 1ère cause de mortalité (24%).

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


Les accidents de la route, il n'y a pas qu'en voiture qu'on peut être touché:

EN CLASSE  L' attestation de première éducation à la route (APER) dans les écoles maternelles et élémentaires Cette attestation délivrée à l'issue de la scolarité primaire, valide l'acquisition de règles et de comportements liés à l'usage de la rue et de la route et à la connaissance de leur justification. Pour organiser la mise en œuvre de cette attestation de première éducation à la route (APER) , téléchargez toutes les inforamtions sur http://eduscol.education.fr/D0163/APER.htm#1 NB : Dans chaque académie, dans chaque département et souvent dans les établissements scolaires et les circonscriptions du 1er degré, l’éducation nationale a mis en place un correspondant « sécurité ». Bien informé de tous les problèmes relatifs à l’éducation à la sécurité routière, celui-ci peut vous aider à construire votre projet, à trouver les partenaires, un financement complémentaire ou une documentation.  Commande de la mallette « Bicyclette et Sécurité » (50 €) : www.preventionroutiere.asso.fr  La mise en œuvre de la politique locale de sécurité routière est placée sous la responsabilité du Préfet de chaque département. Celui-ci s’appuie sur un chef de projet sécurité routière et sur un coordinateur sécurité routière. Les collectivités territoriales (communes, groupements de communes, départements, régions), compte tenu de leurs compétences spécifiques, ont un rôle essentiel. Les CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

2


organismes socioprofessionnels (auto-écoles, entreprises, CRAM, établissements de santé...) et les associations sont aussi des acteurs importants dans la lutte contre l’insécurité routière.  se renseigner sur les différents programme existants: - Le programme AGIR pour la sécurité routière - L’opération LABEL VIE

 La première maison de la sécurité routière a été mise en place en 2004 dans notre région. Il s’agit de celle de Gradignan en Gironde. Elle est le fruit d’un partenariat entre la préfecture de la Gironde, le conseil régional d’Aquitaine, le comité social d’établissement de la Caisse des dépôts et consignation et de la participation de partenaires privés (Groupama Centre-Atlantique assurance et Renault Grand-Sud-Ouest). POUR ALLER PLUS LOIN www.securiteroutiere.equipement.gouv.fr www.institutsecuriteenfant.org

Mini-Quizz

● Un enfant met 6 à 8 fois plus de temps qu’un adulte à se rendre compte si un véhicule est à l’arrêt ou en mouvement.  vrai  faux (Il lui faut 3 à 4 secondes contre une demi-seconde pour un adulte)

● En voiture, la cause d’accident la plus importante est l’alcool.  vrai  faux (C’est la vitesse. Elle intervient dans 50% des accidents mortels ou graves. L’alcool est la deuxième cause d’accident)

● En voiture, réduire sa vitesse de 10%, c’est diminuer le nombre d’accidents mortels de :  10%

 30%

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

3

 40%


FICHE 7 – L'IMPACT DES DEPLACEMENTS SUR LA SANTE

En savoir plus  Depuis plus de 40 ans, des allergologues, pneumologues, pédiatres, praticiens et chercheurs tirent la sonnette d’alarme et soulignent que la pollution atmosphérique provoquée par le trafic routier constitue une menace pour la santé. En 2002, le nombre de morts dus à la pollution atmosphérique en France est estimé entre 6 500 et 9 500 personnes. En 2003, la pollution, amplifiée par la canicule, a provoqué le décès de milliers de personnes âgées.  L'effet de la pollution automobile sur la santé – Les métaux lourds (plomb, cuivre, cadmium, zinc) : Leur toxicité résulte essentiellement de l’accumulation dans la chaîne alimentaire suite au dépôt sur la végétation et dans les eaux. - Les oxydes d’azote (NO) : Ils peuvent augmenter les risques d’irritations respiratoires et de sensibilité aux infections microbiennes (toux, rhinites, maux de gorge). Ils peuvent provoquer des nausées, des migraines et des troubles de la concentration. - Le monoxyde de carbone (CO) : Il présente un grave danger pour la santé en perturbant le transport de l’oxygène dans le sang. - Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et les composés organiques volatils (COV) : certains sont toxiques pour l’homme tel le benzène (C6H6) et sont considérés comme cancérigènes. - Les particules, poussières et fumées : les particules les plus fines sont les plus dangereuses pour la santé. Elles ont tendance à fixer sur elles les hydrocarbures et des composés volatiles. Elles peuvent être facilement inhalées et provoquer des bronchites. Elles augmenteraient le risque de cancers. - Le dioxyde de carbone (CO2) : il présente un grave danger pour la santé en perturbant le transport de l’oxygène dans le sang. - Le dioxyde de soufre (SO2) : Ils peuvent provoquer des toux, de la gène respiratoire et engendrer des bronchites chroniques. - L’ozone (O3) : A petite dose, il est responsable d'irritations des voies respiratoires. A forte dose, il endommage le système immunitaire.  Heures de pointes, bouchons, stress … Ces phénomènes arrivent surtout le matin et le soir, quand les gens quittent leur domicile pour aller travailler et quand ils y reviennent : à ces moments-là, beaucoup de véhicules circulent ; les plus gros encombrements se trouvent sur les voies qui conduisent au centre de l’agglomération, là où il y a le plus d’activités. Il y en a aussi sur les grandes voies périphériques qui contournent les villes.  Mortalité En France, la pollution de l’air causée par les transports est responsable de la mort de plus de 17 000 personnes par an. (Organisation mondiale de la santé 1999)

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


POUR ALLER PLUS LOIN  DDASS / DRASS Aquitaine Services Santé-Environnement : aquitaine.sante.gouv.fr/pageshtm/sante/airsante.htm  Réseau Aquitain des comités d’Education pour la Santé : www.educationsante-aquitaine.fr/  Agence française de surveillance sanitaire et environnementale : www.afsse.fr/  Organisation Mondiale de la Santé www.who.int/fr/  L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) estime l’impact économique des effets de la pollution sur la santé L'Afsset a publié le rapport d’une étude d’impact sur les coûts que représentent pour l’assurance maladie certaines pathologies liées à la pollution, demandée en juillet 2007 par le ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Deux pathologies ont été retenues pour cette étude : l’asthme et les cancers. Il a été évalué que : - le coût de traitement de l’asthme imputable à la pollution atmosphérique extérieure non biologique était compris entre 200 et 800 millions d’euros pour l’année 2006, - le coût de la prise en charge des soins du cancer attribuable à l’environnement est de l’ordre de 100 à 500 millions d’euros en 2004. www.afsset.fr

Des sorties, des enquêtes, des rencontres ● Intervention du médecin scolaire pour répondre aux questions santé.

Mini-Quizz

● Les pollutions émises par les voitures sont surtout nocives pour les enfants ? vrai 

faux 

(car leur appareil respiratoire se développe jusqu’à l’âge de 6 ans)

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

2


FICHE 8 – DEPLACEMENTS ET LIEN SOCIAL

Des sorties, des enquêtes, des rencontres  Proposez à vos élèves de faire un jumelage avec une autre école européenne où un projet d'écomobilité scolaire est mis en place. Pour trouver d'autres écoles : www.iwalktoschool.org  Demande à tes parents et à tes grands-parents (voir à tes arrières-grands-parents) comment et avec qui allaient-ils à l’école. Quelles grandes différences avec tes habitudes relèves-tu ? ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ......................................................................................................................………………… …………………………………………………………………………………………………........... ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ...........................................................................................................………………………… …………………………………………………………………………………………...................... ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................………………………………… …………………………………………………………………………………................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ......................................................................................………………………………………… …………………………………………………………………………........................................... ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ...........................................................................………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………………… ………………………… ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ......................................................................................................................………………… …………………………………………………………………………………………………........... ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ....................................................................................................................... CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


Fiche 9 – comment pourrait-on se déplacer autrement?

En savoir plus  Sain, non polluant, bon marché, vivifiant, relaxant, convivial, peu encombrant, silencieux, rapide, facile à entretenir, accessible de 7 à 77 ans... le vélo présente de solides atouts. En fait, le plus grand frein à l’utilisation quotidienne du vélo, ce sont les idées reçues. Va les découvrir sur ce site : http://www.ecoconso.be/article31.html Les carburants verts ou biocarburants ou agro-carburants. Ces carburants sont fabriqués à partir de l’énergie des plantes : la biomasse. Ils possèdent des propriétés proches de celles de certains dérivés du pétrole et peuvent parfois s'employer directement dans des moteurs diesel ou des moteurs essence. Aujourd'hui les principaux biocarburants sont : − les agrocarburants oléagineux (huiles) − les agrocarburants éthyliques (alcools) − les agrocarburants gazeux Les agrocarburants oléagineux Ils sont de deux types : − les huiles : techniquement, n'importe quelle huile végétale (ou même animale) peut être utilisée comme carburant (directement ou par conversion en biodiesel), mais des considérations de prix, de rendement de cultures et d'écobilan excluent nombre de candidats. Les premiers prototypes des moteurs diesel inventés par Rudolf Diesel fonctionnaient à l'huile végétale, l'ancêtre des biocarburants. De façon générale, les lipides fournissent des carburants plus adaptés aux moteurs à cycle diesel qu'à ceux utilisant un cycle à allumage commandé (moteurs « essence »). Les tourteaux (la partie « non lipide » de la matière première utilisée) sont essentiellement utilisés dans l'alimentation animale. − le diester ou biodiesel : qui est un mélange d’huiles végétales et d’alcool. Le biodiesel peut être utilisé seul dans les moteurs ou mélangé avec du pétrodiesel. Les agrocarburants éthyliques Il en existe plusieurs mais c’est surtout le bioéthanol qui se développe : − le bioéthanol : la fermentation directe de sucres produit de l'éthanol qui n’est rien d’autre que de l’alcool éthylique, le même que celui que l’on trouve dans toutes les boissons alcoolisées − Les végétaux contenant du saccharose (betterave, canne à sucre…) ou de l’amidon (blé, maïs…) peuvent donc être transformés pour donner de l’éthanol, obtenu par fermentation du sucre extrait de la plante sucrière ou par distillation de l’amidon du froment ou du maïs. Cet éthanol d’origine végétale ou bioéthanol peut être mélangé à l’essence en des proportions allant de 5 à 85 %. Au-delà de 20 % des adaptations aux moteurs de voitures sont souvent CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


nécessaires. Parmi les agrocarburants, la filière « éthanol » est de loin la plus développée dans le monde, principalement au Brésil, où le bioéthanol de canne à sucre couvre 22 % des besoins nationaux en carburant, en Suède et aux États-Unis, où plus de 10 % de l’essence contient du bioéthanol (principalement de maïs) à hauteur de 10 % Les agrocarburants gazeux Georges Imbert (1884-1950) avait inventé le gazogène utilisant du bois ou du charbon de bois et pouvant remplacer l'essence dans les moteurs à explosion notamment pour pallier au manque de pétrole durant la Seconde Guerre mondiale. Mais la mise en œuvre était assez complexe (plus de vingt minutes pour démarrer le moteur, après allumage d'un foyer !), aussi ce système a-t-il été abandonné. En revanche, le méthane ou l’hydrogène peuvent être utilisés : − le méthane d'origine biologique ou biogaz carburant : ce gaz peut être utilisé en remplacement de l'essence dans les moteurs à explosion. Le méthane est le principal constituant du biogaz issu de la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence d'oxygène ; c'est un biocarburant pouvant se substituer au gaz naturel (essentiellement composé de plus de 95 % de méthane). Il est fabriqué par des bactéries méthanogènes qui vivent dans des milieux anaérobiques (sans oxygène). Le méthane se dégage naturellement des zones humides peu oxygénées comme les marais et les terres inondées. Il peut être utilisé soit dans des moteurs à allumage commandé (technologie moteurs à essence) soit dans des moteurs dits dual-fuel. Il s'agit de moteurs diesel alimentés en majorité par du méthane ou biogaz et pour lesquels l'explosion est assurée par un léger apport de biodiesel/huile ou gazole. − l'hydrogène : élément le plus abondant de l'univers (75 % en masse et 90 % en nombre d'atome), l'hydrogène sert à la production de méthanol, de carburant pour des moteurs thermiques (Chrysler et BMW possèdent une flotte de voitures roulant à l'hydrogène sans pile à combustible avec réservoir cryogénique) et comme combustible pour la pile à combustible chargée de produire de l'électricité. L'hydrogène n'est pas un biocarburant en soi, mais peut être produit à partir de méthane (réformage) ou d'autres combustibles.  Mais attention !! La production de d’agrocarburants ne doit pas se faire au prix de la destruction d'écosystèmes précieux ou d'une déforestation massive ou au détriment des usages alimentaires des terres arables. Aussi, il y a nombre d'avantages à utiliser des matières premières issues non pas d'une culture spécifique (par exemple, du tournesol planté pour l'huile), mais des coproduits d'une activité agricole ou agroalimentaire ; dans ce cas, on améliore l'écobilan (pas d'utilisation supplémentaire de terres arables, d'engrais, et d'eau). Exemples : − Des huiles de fritures usagées, des huiles d'abattoirs ou de poissonneries, des huiles de vidange peuvent être utilisées. − La mélasse de canne à sucre est un exemple typique de coproduit agricole valorisable en biocarburant. Chaque tonne de sucre de canne s'accompagne de 300 kg environ de ce mélange de sucres, d'eau et de cendres, assez pour produire quelques 75 litres d'éthanol. En théorie, toute la mélasse de canne à sucre du monde (environ 30 Mt/an) permettrait donc de produire 130 000 barils/jour d'éthanol. Mais en fait, une grande partie de la mélasse est déjà utilisée : nourriture pour animaux, industrie chimique, CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

2


production de rhum, spécialités culinaires… Le biogaz est presque toujours produit par valorisation de déchets. Les principales sources sont les boues des stations d'épuration, les lisiers d'élevages, les effluents des industries agroalimentaires et les déchets ménagers. (exemple : écosite du Bourgailh à Pessac 33, valorisation de l’ancienne décharge de la CUB)

L'usage des agrocarburants ne dispense pas de rechercher avant tout les économies d'énergie, c'est-à-dire la plus faible consommation possible.

POUR EN SAVOIR PLUS http://www.hespul.org/-Biocarburants-.html http://www-ose.cma.fr/evenements/2000/technologies_biocarburants.htm  Il existe aussi des véhicules électriques. Cette énergie présente l’avantage de ne pas émettre de polluants sur les lieux de son utilisation, c’est-à-dire, en ce qui nous concerne, dans la ville, là où les rejets des automobiles sont les plus concentrés. Dans l’état actuel des possibilités la voiture électrique peut avantageusement remplacer la trop fameuse deuxième voiture que nombre de ménages possèdent et qui ne sert que sur de courts trajets.

Des sorties, des enquêtes, des rencontres  Quel mode de transport est le plus rapide? Proposez aux enfants de chronométrer leur trajet, du moment qu'ils ferment la porte de la maison jusqu'à leur arrivée à l'école avec différents modes de transports (à pied, à vélo, en voiture).  Manipulation d’échantillons de colza, tournesol, blé … Repérage des champs de blé, de betteraves à sucre, de colza, …. Observation de photos de cannes à sucre.  Visite d’un parc véhicule électrique (ex : celui de la CUB).

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

3


Des exercices en classe Problème Obj : Comprendre que les petits trajets en voiture sont très gourmands en carburant (chauffage du moteur) et donc très émetteurs de CO2. Problème : « Il était une fois … une jeune fille nommée Delphine, qui se rendait deux fois par semaine à son club de judo situé en ville à 2 km de chez elle. » Consigne :  En utilisant les chiffres ci-dessous, calcule la quantité de CO2 pour permettre à Delphine d’aller à son club de judo pendant une année (soit 40 semaines).  Avec les chiffres obtenus, tu peux facilement calculer l’économie en CO2 émis selon le moyen de transport utilisé. Sachant que: un trajet de 1 km en voiture en ville émet environ 300 g de CO2 un trajet de 1 km en bus émet environ 80 g de CO2 par personne. un trajet de 1 km à pied, en rollers ou en vélo émet 0 g de CO2. Expression Dessine des moyens de transport respectueux de la planète.

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

4


Mini-Quizz

● A ton avis, quel est le moyen de transport le moins polluant pour transporter ces 30 personnes sur 10 km ?

● La vitesse moyenne des vélos en ville est de 18 km/h alors que celle des voitures n’est que de 14 km/h. vrai 

faux 

●Parmi ces plantes retrouvent celles que l’on utilise pour fabriquer des agrocarburants :

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

5


FICHE 10 – L'IMPACT QUE TU PEUX AVOIR TOI ET TA FAMILLE – « JE M'ENGAGE POUR L'ECOMOBILITE »

En savoir plus  Un Plan de Déplacements de Scolaire consiste à étudier l’accessibilité, la sécurité routière, l'exposition à la pollution atmosphérique, la localisation des élèves, d’établir des enquêtes sur les pratiques, les besoins, les limites, les envies, … pour des déplacements doux (moins polluants, moins stressants, moins dangereux, …). La méthodologie retenue associe étroitement écoles, parents d'élèves, municipalités, associations et autres parties prenantes. Une démarche participative et collégiale est nécessaire. Le plan d’action peut déboucher sur la mise en place d’autobus pédestres ou cyclistes ou du covoiturage.  Les déplacements doux sur les trajets domicile-école : - Le ramassage scolaire à pied ou autobus pédestre - Le ramassage scolaire à vélo ou bus cycliste - Le covoiturage est un mode de déplacement où plusieurs personnes utilisent une seule voiture pour faire le même trajet ou presque. Objectifs de ces déplacements doux : − Diminuer les risques d’accidents en supprimant les stationnements anarchiques − Diminuer la pollution − Eviter le gaspillage d’énergie et réduire les émissions de gaz à effet de serre Permettre l’éducation précoce des enfants à une action concrète en faveur du développement durable − Eduquer enfants et adultes aux bons comportements de piéton ou de cycliste − Permettre aux enfants de pratiquer un exercice physique quotidien qui aide à lutter contre l’obésité − Retrouver la convivialité d’un cheminement collectif.  PROVIDER est un projet financé par la Communauté Européenne mené sur 2 ans destiné à améliorer l'usage de l'énergie lors des trajets vers l'école. www.allerverslecole.net

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

1


Des sorties, des enquêtes, des rencontres Mon impact Evalue le nombre de kilomètres que tu effectues en voiture pendant toute une semaine. ...................................... Km

Multiplie ce nombre de kilomètres par 0,245, tu obtiendras approximativement le nombre de kilogrammes de CO2 produits pendant ces trajets.

.....................................................Kg de CO2  évalue tes émissions : http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=12436 ou sur http://www.co2solidaire.org/ ou sur http://www.rac-f.org/article.php3?id_article=61

Participer au diagnostic: réalisation du plan ou de la maquette du quartier Après le repérage in situ au cours de sorties dans le quartier, les élèves aidés d’adultes peuvent se livrer à la réalisation d’un plan ou mieux d’une maquette de leur quartier à assez grande échelle pour que ceux-ci puissent leur permettre de réfléchir à leur Plan de déplacement domicile-école. Il s’agira donc de repérer les zones dangereuses, les obstacles, les contraintes, les aménagements, le domicile de chaque élève, voir de leurs enseignants, … Prises de notes et photographies permettront de reproduire la réalité à plus petite échelle (les photos peuvent être intégrées à la réalisation). J’informe mes parents L'association Autocool, premier réseau de voitures partagées à Bordeaux, met à la disposition de ses adhérents un parc de véhicules accessibles 24h/24 et 7j/7 pour un quart d'heure, une soirée, un week-end... C'est l'autopartage qui vous permet de profiter d'une voiture sans en acheter une. http://www.autocool.fr/ Le covoiturage : encore un moyen malin pour lutter contre les engorgements des villes et la pollution. Ecotrajet met en relation automobilistes et passagers par l’intermédiaire de son site internet. Et ça fonctionne ! http://www.ecotrajet.com/

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

2


Des exercices en classe Géographie Observation de cartes et de plans : Sur le plan du village ou du quartier, demandez aux enfants : − de chercher leur habitation et l'école, − de chercher le chemin le plus court entre leur habitation et l’école. Est-ce celui là que j’emprunte tous les jours ? Si non, pourquoi ?

JE M'ENGAGE Parce que je ne vis pas tout seul dans ma ville ou mon village, parce que la pollution et le réchauffement climatique n’ont pas de frontières, parce que je veux que mes enfants et mes petits-enfants puissent vivre correctement sur notre planète, parce que ………………………………………………………………………………………………………, parce que……………………………………………………………………………………………, ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ........................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ ................................................................................................................................................ .......................................................................................................................................

je me sens responsable et j’ai envie d’agir pour protéger l’environnement, je suis ……………………………………………………………..

CREAQ avec le concours de GRAINE AQUITAINE

3


FICHE 11 – RESSOURCES ECOMOBILITE NB : Ouvrages et outils sont consultables au CREAQ

OUVRAGES ● « Chemin faisant - Nouvelles et récits dans les transports publics » Yann Arthus-Bertrand, Azouz Begag, … - Le Serpent à plumes 2001 ● « Inventons de nouveaux chemins vers l’école ! » ADEME/LA PREVENTION ROUTIERE 2002 ● « Une seule solution : nous déplacer autrement ! » - NATURE CENTRE 2004 (www.naturecentre.org) ● « L’ABCdaire de l’effet de serre » ADEME 2004 ● « Un monde de brut » document pédagogique sur l’économie de pétrole et le développement durable – La Ligue de l’Enseignement - mai 2004 ● « Automobile et environnement » - Région Wallonne 2004 (www.wallonie.be ) ● « Le climat : de nos ancêtres à nos enfants » Bérengère DUBRULLE et Valérie MASSONDELMOTTE – Le pommier 2005 ● « Bougez autrement- le guide de l’éco-mobilité » ADEME 2006 ● « Le code de la rue » – mairie de Bordeaux 2007 www.bordeaux.fr

DVD et CD-ROM ● « Déplacements, une affaire de choix » ADEME 2006 – Réf. 5835 Durée 13 min : Trajets domicile-travail, domicile-école ; déplacements pour nos achats ; déplacements pour nos loisirs ; chaque instant de notre vie au quotidien est lié à la mobilité + bonus 21 min : mobilité et urbanisme, véhicules propres, conduite souple. ● « Vélo … Bus, pédi … bus tout le monde y gagne ! » ADEME Pays de la Loire ● «Bonair et les pollutoux - la pollution atmosphérique » ARPE Midi-Pyrénées (www.arpemip.com ) ● C’est pas sorcier « Planète en danger » ● « De l’air, de l’air » la pollution de l’air en ville « Ca me gratte » Pollution sans frontière « Tintamarre et Bouche cousue » les nuisances dues au bruit 3 dessins-animés des tomes 1 et 2 « Ma petite planète chérie » FOLIMAGE

DOSSIERS, MALLETTES, CAHIERS PEDAGOGIQUES ● « PRIM’AIR Ce2, CM1, CM2 » APPA 1998 (www.appa.asso.fr ) ● "Atmosphère, Atmosph'air" APPA 1998 ● « Trans…portez-vous bien ! » cahier élève + guide pédagogique – ARIENA 2000 (www.ariena.com) ● « 1 degré de plus » ADEME, Les Petits débrouillards, BIOVIVA ● « L’enfant piéton cycle 2 -cycle 3 » guide pédagogique MAIF prévention 2006 ● Carnet d’expérience et livret pédagogique cycle 3 et 6ème, 5ème « Ce qu’il faut savoir sur l’effet de serre » CPIE de la Vallée de l’Orne/SDEC Energie – 2007 à télécharger sur www.sdecenergie.fr CREAQ –SL- 23/04/2009

1


SITES INTERNET www.ADEME.fr www.areneidf.org/transport/marcheversecole.html www.af3v.org/ www.fubicy.org/ www.velorution.org/ http://sansvoiture.free.fr/ http://raga.ouvaton.org/ www.afgnv.info/ www.hespul.org/-Biocarburants www.avem.fr/ www.ihpva.org/ www.fridaybikeday.be/ www.buldair.org/

PARTENAIRES LOCAUX Association VELO-CITE Contact : Muriel SOLA 16, rue Ausone 33000 BORDEAUX 05 56 81 63 89 bordeaux@fubicy.org www.velo-cite.org Permanence tous les jeudis de 17h30 à 19h00. Vélo-Cité est une association qui a pour but de promouvoir la pratique du vélo dans l’agglomération bordelaise. Vélo-Cité propose de nombreuses actions : campagne de sécurité routière, dépôt-vente de vélos d’occasions, développement de réseaux cyclables, stages de vélo-école pour adultes, ainsi que des interventions auprès des enfants pour les sensibiliser aux déplacements à vélo et à la sécurité routière. Cf. fiche ci-jointe.

Association : Ligue Contre la Violence Routière Contact : Jean-Marie Vinches 1 Avenue de Bretagne 33600 PESSAC 05.56.36.54 lcvr33@free.fr (site en cours de réalisation)

La Ligue Contre la Violence Routière a trois buts principaux : a/ lutter, par tous les moyens légaux, contre toutes les causes de l’insécurité b/ accueillir et accompagner les victimes et leurs familles c/ organiser des actions et interventions de prévention, d’initiation et de formation à la sécurité routière, en priorité auprès des jeunes et des enfants Dans ce cadre là, elle veut être un interlocuteur permanent des institutions et collectivités pour la mise en œuvre des actions de sensibilisation et elle recherche, dans le partenariat interassociatif, une mutualisation des compétences et e moyens, pour une efficacité la meilleure CREAQ –SL23/04/2009 2 possible au service de la Sécurité.


Association « Les Droits du Piéton » contact : René VERNAY 8 rue Masséna 33200 BORDEAUX 05.56.02.66.54 vernayr@aol.com Les Droits du Piéton en Gironde interviennent avec la Ligue contre la violence routière dans les écoles primaires (maternelles et élémentaires). Cf. fiche ci-jointe. Autocool La voiture partagée Contact : Nicolas GUENRO 16 rue Ausone 33 000 Bordeaux 05 56 31 10 66 06 63 19 35 53 contact@autocool.fr http://www.autocool.fr Là ou le covoiturage mutualise un trajet entre plusieurs personnes, l’autopartage est une mutualisation de véhicules entre les membres d’une association : Autocool met à disposition de ses adhérents des véhicules de toute taille accessibles sans formalités, 24h/24 et 7j/7, dans une station de proximité. Vous ne possédez plus de voiture, vous utilisez des voitures ! Le but est de réduire le nombre de voitures en ville, les coûts pour l’usager, et les émissions de gaz à effet de serre, en rentrant dans un usage raisonné de l’automobile. Autocool propose de la documentation sur ce système de voitures partagées ainsi que des sessions d’information et de sensibilisation sur cette démarche, notamment auprès des parents d’élèves. Association Roller AIR 16 rue Ausone 33000 BORDEAUX 05.56.812.144 contact@assoair.com www.assoair.com AIR intervient sur la CUB autour de deux axes de travail : - la promotion et le développement du roller en tant que sport (cours adultes, enfants, loisir, compétition, randonnées urbaines…) - la promotion d’un mode de locomotion urbain AIR peut mettre à disposition de la documentation sur les déplacements à roller (prévention pour le port des ports des protections, rappel des règles…), des interventions théoriques (détachement d’un intervenant en classe) et des séances pratiques (initiations / découverte / sensibilisation par un Brevet d’Etat). Pour les écoles Bordelaises : Didier SECARDIN et Catherine BERTET Service communal d’hygiène et de santé Cellule bruit Mairie de bordeaux 05 56 10 24 34 / 05 56 10 24 35 CREAQ –SL- 23/04/2009

3


AIRAQ Atmo Aquitaine Parc d’activités Chemin Long 13, allée James Watt 33692 – MERIGNAC Cedex www.airaq.asso.fr AIRAQ est l'Association Agréée pour la Surveillance de la Qualité de l'Air en Aquitaine. Depuis 1980, la qualité de l'air ambiant fait l'objet d'une réglementation communautaire. En France, l'Etat confie la surveillance de la qualité de l'air à une quarantaine d'associations loi 1901, agréées chaque année par le Ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement Durables. Elles constituent le Réseau National ATMO de surveillance et d'Information sur l'Air. AIRAQ propose aux scolaires des activités de sensibilisation mais uniquement auprès des collégiens et des lycéens. En revanche, le bulletin de la qualité de l’air en Aquitaine « Formule Air » est téléchargeable sur le site. LES MILLES-PATTES Contact : Enrique ONATE 06 61 06 28 10 www.reseaumillepattes.org L'association "LES MILLES-PATTES" a été créée en février 2007. Son objectif est l’appui à la mise en place de systèmes de ramassage scolaire à pied ou à vélo desservant les établissements scolaires. Souvent appelé « Pédibus » et « Vélobus », ce système est basé sur la participation volontaire d’enfants et de parents désirant se rendre à l’école à pied ou à vélo.

SITES A VISITER La CUB propose les visites suivantes : - les garages et ateliers du tramway - le dépôt des bus - le chantier du tramway Contact : Stéphanie BALTARDIVE Communauté urbaine de Bordeaux tel : 05 56 99 89 48 fax : 05 56 99 87 85

CREAQ –SL- 23/04/2009

4


FICHE 12 – PROJET E.P.S. : cycle vélo (réalisée par Solen LE GARREC – enseignante)

I Généralités Nombre d’enfants du cycle III savent faire du vélo, ou plutôt ils savent avancer et conserver leur équilibre. Il est donc nécessaire d’approfondir leur maîtrise de ce mode de déplacement. C’est pourquoi un cycle vélo peut se mener en deux temps distincts : - un apprentissage à l’école lors de séances d’E.P.S. - une sortie sur piste cyclable II Organisation Afin que chaque enfant puisse faire du vélo lors du travail à l’école, deux classes font ce travail en parallèle. Cela permet d’organiser le prêt de vélo entre les deux classes pour les enfants qui n’en ont pas. Il est donc nécessaire de faire remplir une autorisation aux parents pour savoir quels sont les vélos susceptibles d’être prêtés. Astuce : accrocher un ruban de couleur à chaque vélo susceptible d’être prêté, cela permet une identification rapide. Tous les élèves doivent avoir un casque. III La maîtrise de l’engin Ce travail est donc effectué à l’école et aborde plusieurs thèmes. - Une plus grande maîtrise de l’engin : slaloms, se baisser pour éviter une branche, arrêt d’urgence rouler plus lentement ou rapidement … - La sécurité : le port du casque, priorité à droite, lecture des panneaux les plus courants, lever la main pour tourner… - Se déplacer en groupe : respect de l’allure, respect des distances de sécurité… - L’endurance : à travailler absolument en raison de la sortie qui clôt le cycle vélo. Travail à mener en parallèle : le fonctionnement du vélo en technologie. IV La sortie La sortie est à réaliser de préférence sur pistes cyclables (Créon – Sauveterre de Guyenne – 32 km – par exemple) Faire des petits groupes d’enfants (4 ou 5 étant l’idéal), il est donc nécessaire d’avoir de nombreux accompagnateurs. Il est intéressant d’avoir un ou deux adultes en plus qui se déplacent entre les différents groupes. Chaque adulte accompagnateur doit avoir un trousse à pharmacie et de quoi réparer une roue dégonflée… Une voiture balai doit aussi être prévue pour les cas où un vélo ne pourrait être réparé sur place ou si un élève ne peut plus continuer la sortie. Les vélos et les casques doivent êtres étiquetés pour gagner du temps lors des pauses et du pique-nique. Si les sacs à pique-nique sont mis dans la voiture balai pour faciliter le déplacement des enfants, il faut aussi les étiqueter ; cela permet de gagner un temps précieux.


Exemple de fiche d’autorisation

Projet E.P.S. : cycle vélo Les classes de ………………………………… et de ……………………………… vont faire un cycle vélo du ……………………………… au ……………………………… dans l’enceinte de l’école. Ce projet sera finalisé par une sortie de fin d’année sur pistes cyclables. Pour que vos enfants puissent travailler dans de bonnes conditions, il est nécessaire que votre enfant amène son propre vélo et un casque à l’école à des dates précises. (dates qui lui seront précisées ultérieurement ) De plus, votre enfant pourra être amené à prêter son vélo ces jours-là à d’autres élèves. Les enseignants

Représentant légal ( nom, prénom ) : …………………………………………………………... De l’enfant ( nom, prénom ) : ………………………………………………………………….. Classe : ……………. UTILISATION (mettre une croix) Accord pour que mon enfant amène son vélo et son casque à l’école Accord pour que mon enfant prête son vélo à d’autres élèves participant au projet

OUI

NON

Les vélos seront uniquement utilisés dans le cadre des séances de sport, en présence des enseignants et de l’éducatrice sportive. En cas de détérioration involontaire, l’école ne pourra être tenue pour responsable. Date et signature


sensibilisez ecomobilite