Page 1

. . Sapristi N°37 / MARS N°22 MARS 2010 2000

“dis, ça marche marche?” ?” ”dis, comment comment ça

La Garonne et ses trésors Sans la Garonne, Bordeaux ne serait pas Bordeaux. Le nom même de la ville est inspiré par sa présence. Les reporters de Sapristi ont exploré toutes les facettes de ce fleuve magique, espace naturel protégé, qui a permis au fil des siècles le développement de l’agglomération toute entière. Aujourd’hui, un nouveau pont-levant est en chantier pour que la Garonne ne fasse pas obstacle aux déplacements des hommes tout en permettant aux navires de continuer à pouvoir accoster au cœur de la ville.

Sapristi, BP 45 - 33029 BORDEAUX cedex


La Garonne

nd ro Gi la de ire ua st L’e

Bordeaux

FRANCE

a Garonne est l’un des principaux fleuves français. Son nom semble provenir du celte/gaulois (Car ou Gar = rocher, caillou et unn ou onna = eau, source) et signifie «torrent de Toulouse cailloux». Elle prend sa source dans les Pyrénées espagnoles avant de rejoindre la France dans le département de la HauteGaronne. Elle traverse ensuite les départements du Tarn-etGaronne, du Lot-et-Garonne et de la Gironde pour une longueur totale de 647 Km. Elle arrose notamment les villes de Toulouse, Agen et Bordeaux. De nombreuses rivières rejoignent la Garonne. Les principales sont l’Ariège, le Tarn, le Gers ou le Ciron. On les appelle des affluents. La Garonne rencontre la Dordogne au Bec d’Ambès, sur le territoire de la Communauté urbaine de Bordeaux. Ensemble, elles forment l’estuaire de la Gironde qui se jette dans l’océan Atlantique. Longue de 75 Km, large à certains endroits de 12 Km, la Gironde est le plus grand estuaire d’Europe occidentale. Dans ce vaste bassin mêlant, au gré des marées, l’eau salée de l’océan et l’eau douce des fleuves, de nombreuses îles se sont formées au cours des siècles : l’île Paté avec son fort, l’île Margaux avec ses vignes, l’île Nouvelle et sa Affluent : cours d’eau qui se jette dans un autre. réserve naturelle… Estuaire : embouchure d’un fleuve dans une mer ou un Les marées de l’océan tout proche font sentir leur effet dans l’estuaire, la Garonne et la Dordogne. Amont : partie du fleuve située entre un point donné et Lors des grandes marées, une belle vague, appelée le Mascaret, remonte les deux fleuves sur pluAval : partie du fleuve située entre un point donné et s sieurs dizaines de Km pour la plus grande joie de centaines de surfeurs venus spécialement de toute chure. la France et de l’étranger. Estuaire / Embouchure : endroit où le fleuve se jette

L

ESPAGNE

ou l’océan.

UN MONDE VIVANT La Garonne et son estuaire la Gironde sont des espaces naturels très riches pour la faune et la flore. Certaines espèces sont rares et protégées.

La flore

L’

espèce la plus précieuse est l’Angélique des estuaires. Cette fleur endémique ne pousse, comme son nom l’indique, que sur les berges de la Garonne et de son estuaire, sur les rives de la Loire et dans les Pyrénées Atlantiques. A Bordeaux, un parc a été créé spécialement en son honneur sur les quais rive droite. On peut aussi citer la Fritillaire Pintade, une cousine sauvage de la tulipe qui pousse en milieu humide et ne fleurit qu’une dizaine de jours par an. Endémique

: n’existe que dans une région précise.

La faune

L

a Garonne et son estuaire sont aussi un paradis pour les oiseaux. On dénombre plus d’une centaine d’espèces parmi lesquelles la mouette rieuse, le busard des roseaux ou le héron cendré. Les riverains du fleuve connaissent bien, aussi, d’autres animaux introduits par l’homme pour diverses raisons et dont ils se passeraient bien volontiers, tel le ragondin ou castor des marais qui détruit les digues. Sans oublier la «grenouille-taureau», arrivée en Gironde il y a trente ans. Depuis, elle a envahi certains marais de la région. Elle cause des ravages en se nourrissant d’animaux plus petits qu’elle : rongeurs, insectes, oiseaux, poissons, etc. L’écrevisse américaine est également une espèce très envahissante même si elle est moins connue. Son terrible appétit et sa capacité à se multiplier très vite transforment les lieux où elle s’installe en véritable déserts de vie aquatique.

Les poissons

G

râce à la présence de l’eau douce du fleuve et de l’eau salée de l’océan, on trouve de très nombreux poissons dans la Garonne et son estuaire. La pêche traditionnelle se fait à partir des carrelets, ces petites cabanes en bois typiques de la région. Aujourd’hui, on y pêche surtout pour le plaisir, mais seulement des espèces autorisées. L’estuaire est un lieu de passage pour les poissons migrateurs. Beaucoup d’espèces sont menacées. L’esturgeon et le saumon sont strictement protégés. La pêche de l’alose, de la lamproie ou de l’anguille est très réglementée et/ou réservée aux professionnels. Le saumon, qui avait disparu il y a une trentaine d’années, est réapparu grâce à un plan de protection. C’est le signe de la bonne qualité des eaux. Parmi les autres espèces présentes figurent le carrelet, le bar, le maigre ou l’épinoche.

. .

2 Sapristi

de Le de


L’eau i l’eau de la Garonne est souvent de couleur marron, c’est à cause des marées qui font remonter et agitent la vase. Il y a encore quelques dizaines d’années, le fleuve était aussi pollué par les eaux usées que l’homme déversait sans les nettoyer. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas car la Communauté urbaine de Bordeaux a fait de gros efforts pour assainir ces eaux. Chaque jour, les 700 000 habitants de l’agglomération bordelaise consomment chacun en moyenne 150 litres d’eau dans leur salle de bain, leur WC, leur cuisine, etc. Toute cette eau est évacuée des logements, puis acheminée par le réseau d’assainissement (1) dans 7 stations d’épuration où 73 millions de m3 d’eaux usées sont lavés avant d’être rejetés en Garonne. Le nettoyage s’effectue en plusieurs étapes. Un passage à travers des grilles permet de capturer les plus gros déchets. Dans différents bassins, des traitements permettent ensuite de récupérer ou de détruire les huiles, le sable, les petites saletés, puis des bactéries consomment la pollution dissoute. C’est donc une eau beaucoup plus propre qui rejoint le fleuve. Avec quelques traitements supplémentaires, elle serait même potable. D’ailleurs, sais-tu qu’à Toulouse, on boit l’eau de la Garonne après l’avoir traitée ? Par contre, le fleuve reste pollué par les déchets que certains continuent de jeter bêtement : des vélos, des pneus, des mégots, des poches en plastique etc. Cette pollution est dangereuse car elle détruit la faune et la flore.

S

e nd ro Gi la

Le port

r ou un océan. onné et sa source. nné et son embou-

L

La Do rd og a Garonne a fait ne la richesse de Bordeaux

(1) Il est important, pour ne pas polluer le fleuve, de ne pas rejeter par exemple de produits chimiques comme de la peinture ou l’huile de vidange de voiture, car ils empêchent les stations d’épuration de bien fonctionner.

à une époque où le transport Assainir : nettoyer. des marchandises était essentiellement maritime. Le Port de Station d’épuration : usine de Bordeaux fut longtemps le premier nettoyage des eaux usées. Celles de port de France. L’on y pratiquait la Cub sont situées à Bordeaux, notamment le commerce avec les Bègles, Ambarès, Blanquefort, Antilles que l’on ravitaillait avec des Eysines, Ambès et St Vincent de produits de la région. On exportait aussi Paul. les vins de Bordeaux, d’abord en Angleterre M3 : un m3 = 1 000 litres. et en Europe du Nord, puis dans le monde entier. Quelques hangars ont été conservés le long des quais bordelais pour témoigner de ce riche passé. Il ne faut pas oublier pour autant que Bordeaux compta parmi les principaux ports négriers français derrière Nantes et pratiqua longtemps le «commerce triangulaire». Jusqu’à 3 000 bateaux quitExporter : vendre à un pays étranger. taient le port chaque année pour l’Afrique.  Docker : ouvrier qui charge et Ils y achetaient des décharge les navires. esclaves qu’ils allaient Négociant : commerçant en gros revendre en Amérique avant Armateur : propriétaire et exploide rentrer à Bordeaux chargés de tant d’un navire de pêche ou de comproduits tropicaux (sucre, café, cacao, merce. coton) réexpédiés ensuite dans toute l’Europe. Aujourd’hui, même si le chargement et le déchargement des marchandises ne se font plus dans le Port de la Lune, l’activité portuaire reste très importante. Le Grand Port Maritime de Bordeaux l’a regroupée en aval et dans l’estuaire. Des terminaux fonctionnent au Verdon, à Pauillac, à Blaye, à Ambès, à Bassens et à Bordeaux. Cette activité donne du travail à plus de 130 entreprises et à environ 3 000 personnes (dockers, pilotes, négociants, armateurs de bateaux…). Chaque année, 9 millions de tonnes de marchandises diverses sont chargées ou déchargées ce qui fait actuellement de Bordeaux le 6ème port maritime français et le plus important du Sud Ouest. C’est là, par exemple, qu’arrive le pétrole consommé dans tout le quart Sud Ouest de la France et que part le pin des Landes. Le Port de Bordeaux essaye de se développer pour limiter le transport plus polluant des marchandises par camions. Grâce au transport maritime, ce sont près de 400 000 camions qui évitent les routes du Sud-Ouest tous les ans. Enfin, Bordeaux accueille chaque année plusieurs dizaines de navires de croisières. Des milliers de touristes en débarquent pour visiter la ville et la région. Leurs déplacements, leurs repas au restaurant, leurs achats dans les boutiques et les grands châteaux de vin sont une source importance de richesses et d’emplois.

La

Ga ro nn e

e jette dans la mer

Des pièces gigantesques du nouvel avion Airbus A380 fabriquées dans plusieurs pays européens sont transportées en bateau jusqu’à Pauillac. Elles remontent la Gironde et la Garonne jusqu’à Langon sur des barges spéciales avant d’être chargées sur des camions qui les acheminent jusqu’à Toulouse où elles sont assemblées.

. .

Sapristi

3


. . Sapristi Numéro réalisé avec la participation de la

Sapristi est édité par l'association Sapristi (loi 1901) dans le but de sensibiliser les enfants à leur environnement

Le pont Bacalan Bastide La Garonne constitua longtemps un obstacle naturel qui bloquait les déplacements des hommes et des marchandises. Les traversées se faisaient alors en bateau. Aujourd’hui, heureusement, des ponts nous simplifient la vie. Un nouvel ouvrage, levant pour laisser passer les navires de croisière, est d’ailleurs en cours de construction à Bordeaux. Monique Bourland, de la Communauté urbaine de Bordeaux, l’a présenté aux reporters de Sapristi.  Pourquoi faut-il construire ce nouveau pont ?  Jusque dans les années 1960, seuls le pont de pierre et le pont ferré Eiffel permettaient de traverser la Garonne dans l’agglomération bordelaise. C’était très insuffisant. Par la suite, on en a donc construit plusieurs. D’abord le Pont Saint-Jean (1965), puis le pont d’Aquitaine (1967), le Pont François Mitterrand (1993) et le nouveau pont ferré (2008). La construction du pont Bacalan-Bastide va à son tour faciliter les déplacements entre les deux rives et permettre à des quartiers urbains de se développer. De nombreuses études ont été menées pour choisir la meilleure solution entre tunnel, pont ou pont levant. C’est finalement cette dernière solution qui a été choisie pour ne pas empêcher le passage des navires de croisières et de grands voiliers attendus lors des manifestations autour du fleuve reconquis. Il mettra aussi en valeur le patrimoine architectural de Bordeaux grâce à sa belle ligne claire et élancée.

 Pouvez-vous le décrire ?  Il mesurera 433 m de long et 43 m au plus large pour supporter 4 voies pour les voitures et 2 voies en site propre uniquement réservées à la circulation des bus puis des tramways. Sur les côtés, des passerelles seront réservées aux piétons, aux cyclistes et autres rollers qui pourront admirer une vue imprenable sur la Garonne et la ville. Ses quatre pylônes monteront à 77 m de hauteur au dessus des eaux. On le repèrera de loin.

 Comment fonctionnera le système de levage ?

Livraison fin 2012 La construction du pont Bacalan Bastide a débuté en octobre 2009 et durera près de 3 ans pour une mise en service prévue fin 2012. Décidé par la Communauté urbaine de Bordeaux, ce chantier coûtera environ 157 millions d’euros principalement payés par la Cub avec l’aide de l’Etat, de la Région Aquitaine et du Département de la Gironde. Dans quelques années, la Cub prévoit aussi la construction d’un autre franchissement, dit «JeanJacques Bosc», entre Bègles et Floirac. L’agglomération disposera alors de tout ce qu’il faut : les ponts d’Aquitaine et Mitterrand sur la rocade, le pont BacalanBastide et le franchissement JJ Bosc dans la continuité des boulevards, le pont de Pierre et le pont Saint-Jean.

 Seule la travée centrale du pont sera mobile et se lèvera grâce à un ascenseur géant capable de soulever ses 2 750 tonnes. Quand un navire désirant atteindre le centre ville de Bordeaux arrivera à 100 Km du Port de la Lune, c’est à dire pas loin de l’entrée dans l’estuaire, il préviendra la Capitainerie du Port. Le temps qu’il rejoigne Bordeaux, la circulation aura été coupée, il n’y a aura plus personne sur le pont et celui-ci pourra être remonté. Au total, chaque passage – on en prévoit une soixantaine par an – provoquera un arrêt de la circulation d’une heure et demi environ, le temps de lever la travée mobile, de laisser passer le navire, puis de redescendre la travée.

quotidien, politique, économique, social, technique et culturel. Son siège social est à Bordeaux,

37

rue

de

Laseppe - BP 45 - 33029 Bordeaux cedex. Directeur de la publication: Olivier Pelisse Rédacteur en Chef : Emmanuel de Lestrade Rédaction : Emmanuel de Lestrade avec les élèves de la classe de CE2, CM1 et CM2 de Mlle Déborah Roart à l’école élémentaire de Saint-Vincent

de

Paul :

Chloé, Pauline, Julie, Ashley, Richard,

Victor,

Anthony,

Daniela,

Peline, Tegy,

Vanessa, Maëva, Alexandra, Gabriel, Coline, Dylan, Enzo, Ophélie, Alexandre, Audrey, Pierre, Curtis, Levy, Meltem, Meryem, Kimberley, Mélanie et Wissam.

 Combien de temps va durer le chantier ?  Trois ans environ (voir l’encadré ci-contre). Le public pourra suivre et comprendre l’avancée des travaux grâce au kiosque d’observation installé, rive gauche, dans les locaux de Cap Sciences. Cet espace de présentation du projet et du chantier est équipé d’une Webcam en lien direct avec le chantier (1). Sur la rive droite, quai de Brazza, une salle d’exposition plus particulièrement dédiée aux visites techniques de groupes présentera l’ouvrage et les travaux (2). Sans oublier le site internet de la Cub : www.lacub.com. (1) Contact Cap Sciences : 05 56 01 07 07. (2) Contact Cub : 05 56 99 87 26 ou 05 56 93 67 40. Tablier : partie du pont rejoignant les deux rives et supportant les voies de circulation. Travée : sous-partie du tablier entre chaque pile. Seule la travée centrale sera mobile. Culée : socle de béton construit sur les deux rives pour supporter le tablier.

Réalisation : Editions Papote, tél. 05 56 61 04 38 Photos : Cub. Illustrations : Cub et Axys (page 4) et Sophie Maxwell Directeur artistique : Charles Maubé Impression : BLF Impression Le Haillan (33) N° ISSN 1252 - 6746

Dépôt légal - Mars 2010

Chaque numéro est réalisé par une classe et son enseignant. Sa distribution gratuite à tous les élèves de CM1 et CM2 des écoles de la Communauté Urbaine de Bordeaux est laissée à l'appréciation des directeurs et directrices d'établissement.

Sapristi Mars 2010  

Le journal de la Cub Sapristi Mars 2010