Page 1

2016

LE GRAND PRIX D’ARCHITECTURE & D’URBANISME DE HAUTE-NORMANDIE 2016


Le Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de

G Haute-Normandie, décerné tous les deux ans, a

Comité de rédaction Isabelle Valtier (C.A.U.E. 76), Lucille Plouchard (C.A.U.E. 76), Sylvie Lecroq (C.A.U.E. 76), Alexis Tannir (ENSA-N), Conception graphique Michaël Paton (C.A.U.E. 76) Directeur de la Publication Olivier Gosselin, Directeur (C.A.U.E. 76) Photo de couverture Paul Kozlowski

été lancé pour sa troisième session en mars 2015. Il a pour objectif de valoriser les réalisations d’architecture ou d’aménagement urbain et paysager significatives sur le territoire afin de les faire connaître auprès d’un large public. Ces projets innovants ont été remarqués par le jury autant pour leur qualité esthétique, émotionnelle et fonctionnelle que pour leur démarche durable à la fois globale et contextuelle.
 La Ville de Rouen, la Métropole Rouen Normandie, les départements de la Seine-Maritime et de l’Eure, la région Haute-Normandie, le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC de Haute-Normandie) et le Conseil d’Architecture d’Urbanisme & d’Environnement de la Seine-Maritime organisent ensemble le Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de Haute-Normandie. Il est également soutenu financièrement par la Caisse des dépôts, l’Établissement Public Foncier de Normandie, la Fédération Française du Bâtiment et le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes de Haute-Normandie.
 L’École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie, la Maison de l’Architecture de Normandie, l’Académie de Rouen et le CEREMA participent également à cette démarche. Toutes les réalisations d’aménagement et de construction conçues par des architectes, des paysagistes ou des urbanistes sur le territoire haut-normand pouvaient être proposées, qu’il s’agisse d’une opération entièrement nouvelle, d’une reconversion ou d’une réhabilitation.
Il n’existait aucune limite de programme ou d’échelle, seules comptaient les ambitions qualitatives des projets.

Pour être autorisées à participer à la compétition, les réalisations devaient être livrées entre le 1er juin 2013 et le 31 mai 2015 ou présenter à cette date une tranche significative de travaux achevés. Le jury s’est réuni en deux temps : la première réunion a sélectionné les projets finalistes, le deuxième tour a déterminé les lauréats. Un Grand Prix a été décerné, ainsi que plusieurs autres prix thématiques. Par ailleurs, le prix du public a permis de faire voter un grand nombre de passionnés sur la base d’une photographie représentative de chaque projet sur le site internet du C.A.U.E. 76. Les jeunes ont participé de manière spécifique avec le prix du jeune public ouvert aux collégiens et lycéens et, pour la première fois, le prix des étudiants, réservé aux étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie. Le Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de HauteNormandie a été décerné le 30 janvier 2016 lors d’une cérémonie organisée au cinéma l’Omnia à Rouen, sous la présidence de Dominique Gauzin-Müller, architecte et rédactrice en chef de la revue Ecologik. Des trophées, réalisés par un élève du lycée des Métiers d’Art Augustin Boismard de Brionne, ont été remis. Cette publication reflète les 70 projets en compétition dans le cadre du Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de Haute-Normandie 2016 et fait émerger les projets sélectionnés et primés.

3


DOMINIQUE GAUZIN-MÜLLER Une enfance dans la douceur du Quercy, qui

G lui a donné le goût des terroirs. Des études

d’architecture à Paris avec Roland Schweitzer, qui l’a initiée à la construction en bois. Trente ans de vie d’expatriée à Stuttgart avec un mari allemand et deux enfants européens… Autant de lieux et de liens qui ont forgé la vie de Dominique Gauzin-Müller, tissant intimement personnel et professionnel. Au fil du temps, ses recherches l’ont menée de l’architecture écologique à l’urbanisme durable, du bois à la terre crue, du bioclimatisme aux énergies renouvelables. Son approche holistique englobe les implications sociales et culturelles de la démarche écoresponsable, à la recherche de l’équilibre entre low-tech et high-tech. Elle est membre de la Compagnie des négaWatt, un groupe d’experts qui développe une stratégie pour une transition écologique à la française. Dominique Gauzin-Müller met sa passion pour les livres au service du talent de ses confrères. Rédactrice en chef du magazine EK/EcologiK, qu’elle a conçu en 2007 pour le groupe à vivre, elle collabore depuis ses études avec de nombreuses revues et maisons d’édition internationales. Outre de nombreux essais dans des ouvrages collectifs, elle a publié onze livres, dont certains traduits en huit langues : Le défi de Beauséjour - Une ville tropicale

44

durable à La Réunion, Eyrolles 2014 ; L’architecture écologique du Vorarlberg, Moniteur 2009 ; 25 maisons écologiques, Moniteur 2005 ; L’architecture écologique, Moniteur 2001 ; Construire avec le bois, Moniteur 1999. Son dernier ouvrage, Viavino-Modernité rurale, paru chez Jean-Michel Place en 2014, a été rédigé à quatre mains avec son ami Philippe Madec, président du Grand Prix d’architecture de Haute-Normandie en 2012. Professeure honoraire associée de la chaire UNESCO-CRAterre «Architectures de terre, cultures constructives et développement durable», Dominique Gauzin-Müller enseigne dans les écoles d’architecture de Strasbourg et de Stuttgart tout en intervenant dans d’autres universités à travers le monde. Elle a été commissaire de plusieurs expositions : Habiter écologique, inaugurée à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris en 2009 avant d’autres stations en France, au Caire et à Sao Paulo ; Matériaux éco-locaux pour le Pavillon de la France au Congrès de l’UIA à Durban en 2014 ; La légèreté de l’être - Nouvelles architectures de bois en France, créée en 2014 à Linz et en itinérance depuis en Autriche et en Allemagne. Dominique Gauzin-Müller organise actuellement le TERRA Award, premier Prix mondial des architectures contemporaines en terre crue, et l’exposition itinérante des 40 finalistes.


Un projet d’architecture est une alchimie

G subtile entre un lieu, des acteurs, des maté-

riaux et des savoir-faire affinés à chaque génération. C’est ainsi que furent érigés au fil des siècles églises, fermes, manoirs et maisons de ville. Crise environnementale et réchauffement climatique appellent aujourd’hui un retour aux sources, dont l’anthropocentrisme et le technicisme de notre société moderne nous ont éloignés. Renouons avec les principes édictés par Vitruve il y a plus de 2 000 ans : firmitas, utilitas, venustas (pérennité, utilité, beauté). Étudions les constructions vernaculaires dans la logique de leur adéquation au climat et au milieu : paysage, géologie, végétation... Gardons-nous bien de tout pastiche, mais transposons les mesures issues de l’expérience des générations passées afin de répondre sobrement aux besoins de confort d’aujourd’hui : implantation dictée par la topographie et l’orientation, positionnement judicieux des ouvertures, inertie thermique, ventilation traversante... La Haute-Normandie est riche d’un patrimoine dicté par son terroir très spécifique. Sur le plateau crayeux balayé par le vent du Pays de Caux, où l’eau et la végétation sont rares, les hameaux doivent se protéger dans des clos-masures entourés d’un talus et d’arbres de haute tige. À Rouen, les colombages à bois courts ou à bois longs des hautes maisons médiévales à encorbellement et de l’aître Saint-Maclou sont remplis de torchis, mélange de terre et de paille. L’invention de l’avenir est fondée sur la compréhension du passé. C’est donc sur l’analyse critique de cet héritage régional, qui inspire les partisans du développement durable, que le C.A.U.E. 76 s’appuie pour promouvoir un aménagement écoresponsable du territoire. À travers le Grand Prix de Haute-Normandie, il met en exergue la qualité de l’architecture et de l’urbanisme contemporains, afin de convaincre usagers et professionnels de travailler ensemble à la transition écologique.

Du premier Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992 à la COP21 de Paris en décembre 2015, bien des mots ont été prononcés qui sont restés de vaines paroles. Il est plus que temps de passer à l’acte et de FAIRE ! Faire POUR… des enfants, des femmes et des hommes qui ont besoin de se loger, de se former, de travailler, de se soigner ou de se détendre, quand les architectes se mettent au service de la société. Faire SANS… grandiloquence ni surenchère formelle, quand les architectes oublient gaspillages et gestes égocentriques pour se concentrer sur ce qui fait sens. Faire AVEC… les ressources locales et le bâti existant, en lui conférant une nouvelle vie, quand les architectes se glissent avec modestie dans les pas d’un prédécesseur.

La culture n’est pas seulement le quatrième pilier du développement durable, c’est la clé de la transition écologique et sociétale ! C’est avec cette vision que le jury du Grand Prix d’architecture et d’urbanisme de Haute-Normandie a choisi cette année de distinguer essentiellement des projets qui font la ville sur la ville, dans un esprit d’acupuncture urbaine. Leurs concepteurs nous racontent des histoires : celles de leur perception sensible du génie du lieu, celles de leur rencontre avec les anciens utilisateurs et les riverains. Quatre des six projets lauréats sont construits sur les traces d’un passé proche ou lointain, prestigieux ou modeste : au Havre, les studios de répétition avec scène pédagogique du Sonic et le pôle éducatif et familial Molière ; à Évreux, la reconversion de cases commerciales en régie de quartier ; à Rouen, une maison individuelle appuyée sur un

mur existant. Ces édifices, qui économisent des ressources devenues rares et l’énergie grise nécessaire à la fabrication de nouveaux matériaux, sont écologique par nature, mais ils profitent aussi de la charge émotionnelle du patrimoine. Tous nous parlent de respect, d’humilité et de bienveillance, autant de qualités qui ont séduit le jury. Le lauréat du prix de l’innovation environnementale est représentatif d’une approche raisonnée de la technologie. Ces vingt logements sociaux à Fauville en Caux déclinent avec brio des mesures bioclimatiques autour du bois et de la terre, utilisée dans un mur trombe en pisé. Outre une réduction des émissions de gaz à effet de serre, les matériaux «éco-locaux» valorisent les ressources d’une région selon des filières courtes, favorisant la création d’emplois. Cette renaissance créative participe aussi à l’usage de matières premières abondantes ou renouvelables, dont la transformation demande moins d’énergie que celle des produits industriels (métaux, ciment, terre cuite). La démarche la plus écologique reste bien sûr le choix du bon matériau au bon endroit, et les combinaisons offrant des avantages tant esthétiques que techniques. La France avait raison quand elle a proposé au Sommet de la Terre de Johannesburg, en 2002, de considérer la culture comme «le quatrième pilier du développement durable aux côtés de l’économie, de l’environnement et de la préoccupation sociale». Mais la culture n’est pas seulement le quatrième pilier du développement durable, c’est la clé de la transition écologique et sociétale ! C’est même sans doute le moteur du changement de paradigme. En ce début du XXIe siècle, il est urgent de redéfinir le progrès : il ne peut se résumer à des avancées technologiques vertigineuses, dont la maîtrise nous échappe de plus en plus. L’essentiel est dans l’humain, pas dans la technique ! DOMINIQUE GAUZIN-MÜLLER

5


G JURY

du 9 septembre 2015 et du 14 octobre 2015

Présidente

Dominique Gauzin-Müller – Architecte – Rédactrice en chef de la revue EK/EcologiK

Institutionnels

Yvon Robert – Maire de la Ville de Rouen Frédéric Sanchez – Président de la Métropole Rouen Normandie Pascal Martin – Président du Département de la Seine-Maritime Sébastien Lecornu – Président du Département de l’Eure Nicolas Mayer-Rossignol – Président de la Région Haute-Normandie Luc Liogier – Directeur Régional des Affaires Culturelles de Haute-Normandie Claudine Schmidt-Laine – Rectrice de l’Académie de Rouen Gilbert Renard – Président du C.A.U.E. de la Seine-Maritime

Personnes qualifiées

Fabienne Fendrich – Directrice de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie Olivier Gosselin – Directeur du C.A.U.E. de la Seine-Maritime Pascal Victor – Président de la Maison de l’Architecture de Normandie Jean Richer – Architecte CEREMA Normandie Centre Elisabeth Chauvin – Responsable Ville d’Art et d’Histoire – mission Unesco François Roblin – Directeur du C.A.U.E. de l’Orne

Autres partenaires

Eric Dubertrand – Directeur Régional de la Caisse des Dépôts François Masnière – Président de la Fédération Française du Bâtiment de Haute-Normandie Lucien Bollotte – Directeur Général de l’Etablissement Public Foncier de Normandie Joël Soury – Président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes de Haute-Normandie

Commission technique

Isabelle Valtier – Architecte C.A.U.E. de la Seine-Maritime Alexis Tannir – Stagiaire ENSA Normandie – C.A.U.E. de la Seine-Maritime

66


G SOMMAIRE PROJETS LAURÉATS

P. 78

PROJETS FINALISTES

P. 8

G

P. 8

GRAND PRIX D’ARCHITECTURE & D’URBANISME

HABITAT

Pôle Educatif et Familial Molière / Le Havre

P. 48

Quartier de logements / Caudebec-lès-Elbeuf

P. 49

Résidence Futur’en Seine / Rouen

G

P. 14

PRIX RÉGÉNÉRATION URBAINE

P. 50

Immeuble Courbet / Le Havre

Reconversion de cases commerciales / Évreux

P. 51

Réhabilitation du groupe barbès / Le Havre

P. 52

Résidence les pins au balcon / Elbeuf-sur-Seine

P. 18

PRIX RÉGÉNÉRATION PATRIMONIALE

P. 53

Maison buq / Saint-Victor -l’Abbaye

L  e Sonic, studios de répétition / Le Havre

P. 54

Maison individuelle / Rouen

P. 55

Extension maison individuelle / Mont-Saint-Aignan

P. 56

Extension de maison / Cent-Acres

P.22

PRIX MAISON INDIVIDUELLE

Maison individuelle / Rouen

P.26

PRIX INNOVATION ENVIRONNEMENTALE

P. 57

Aménagement du parc frédéric passy / Gisors

Logements bioclimatiques / Fauville-en-Caux

P. 58

Jardin du cloître / Petit-Quevilly

P. 59

Quartier Saint-cyr /rénovation urbaine / Elbeuf-Sur-Seine

AMÉNAGEMENT

P.30

PRIX DES ÉTUDIANTS

École Nationale Supérieure Maritime / Le Havre

P. 60

Services techniques Com. Com. de la Côte d’Albâtre / Cany-Barville

P.34

PRIX DU JEUNE PUBLIC

P. 61

Ateliers du golf / Léry-Poses

Lycées Louise Michel & Louis Aragon / Gisors

P. 62

Maison de quartier Saint-Jacques / Fécamp

P. 63

Siège Alcéane et résidence symphonie des lumières / Le Havre

P. 64

Seine écopolis, pépinière d’entreprises / Saint-Etienne-du-Rouvray

P. 65

Centre d’incendie et de secours / Le Havre

P.38

LA DÉMARCHE DU PRIX DU JEUNE PUBLIC

ÉQUIPEMENTS

P.40

PRIX DU PUBLIC

P. 66

Dojo / Goderville

Les crayons de couleur, centre de loisirs / Ecos

P. 67

Caseo / Complexe Aquatique Seine Eure / Louviers

P. 68

Maison de santé pluridisciplinaire / Château-sur-Epte

P. 69

Villavenir/ Mont-Saint-Aignan

P. 70

Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) / Dieppe

P. 71

Musée d’histoire de la vie quotidienne / Saint-Martin-en-Campagne

P. 78

G

PROJETS EN COMPÉTITION

P. 78

G

LOCALISATION DES PROJETS

P.44

LE TROPHÉE

P. 80 G INDEX DES PROJETS P. 82

G

CONTACTS

7


GRAND PRIX D’ARCHITECTURE & D’URBANISME PÔLE EDUCATIF ET FAMILIAL MOLIÈRE - LE HAVRE [76] Maître d’œuvre : ACAUM Architectes, mandataire / Atelier Bettinger-Desplanques Architectes, associés / Maître d’ouvrage : Ville du Havre / EPF de Normandie / Coût : 12 897 000 € HT / Surface : 5 400 m2 ©Photographies : Paul Kozlowski

8


PROPOS

ANNE BETTINGER & MARC LECHEVALIER

PARTI ARCHITECTURAL

  Utiliser l’ancien bâtiment, cette nef, comme une colonne vertébrale de l’opération où tous les espaces mutualisés viennent se greffer pour constituer ensemble le pôle Molière. Faire que les enfants soient au mieux dans ces espaces pédagogiques qui vont être le démarrage de toute leur vie. La mutualisation permet la transversalité, les rencontres et c’est ce que nous devons proposer comme espaces pour que les gens puissent dialoguer, rêver ensemble, créer… PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

  L’architecture, c’est donner du rêve et l’envie de vivre dans les bâtiments qu’on construit. C’est raconter cette histoire qui donne un sens à ce qu’on fait […] L’architecture est d’intérêt général et notre rôle à tous, et pas seulement aux architectes, c’est principalement d’apporter du bien vivre entre les citoyens.

9


d’union entre les nouvelles opérations G Trait de logement et le centre historique du quartier Saint Nicolas, ce projet concilie réhabilitation et construction neuve en intégrant le concept de mutualisation. Le parti architectural et urbain consiste à aménager une place carrée, qui affirme le projet comme un bâtiment public à l’échelle du quartier et met en valeur l’angle de l’ancienne écurie conservée en créant le lien plastique et fonctionnel entre les trois pôles du programme. Sa façade Ouest est recomposée d’une série de poteaux en acier implantés suivant le rythme des travées existantes. L’aspect brut et oxydé de cette enveloppe confère un caractère de «nef» à ce long édifice comme un rappel de la construction navale, liée à l’histoire du Havre. Les cours de récréation implantées entre la nef et l’immeuble voisin sont abritées du vent froid du Nord-Ouest pour profiter au maximum du soleil. Le traitement de l’architecture, par son organisation des espaces et de leurs échelles, traduit le cursus de l’enfant où à chaque étape de sa vie correspond un environnement différent.

Le pôle loisir et famille s’ouvre sur la place et s’affirme comme l’équipement essentiel du lien social du quartier

10


À la manière de grands bas-reliefs sculptés, la façade du pôle élémentaire est composée de panneaux métalliques perforés munis d’ouvertures rectangulaires de différentes tailles.

Vue en axonométrie du projet

11


La bibliothèque, située à la proue de l’ancienne écurie, est largement éclairée par un pignon vitré.

12


L’intérieur de la nef est revêtu de lames de bois renforçant l’ambiance chaleureuse de ces locaux essentiels à la vie des trois entités du pôle Molière. L’escalier intérieur flotte dans un atrium largement éclairé par un puits de lumière mettant en relation l’ensemble des espaces d’enseignement.

13


PRIX RÉGÉNÉRATION URBAINE RECONVERSION DE CASES COMMERCIALES EN RÉGIE DE QUARTIER/EVREUX [27] Maître d’œuvre : Aliquante, Laurent Protois architecte / Maître d’ouvrage : Saiem AGIRE / Coût : 850 000 € HT / Surface : 745  m2

14


PROPOS

LAURENT PROTOIS

PARTI ARCHITECTURAL

  L’édifice en béton armé - des anciennes cases commerciales délaissées - avec son système poteauxpoutres libérant les façades de leur fonction porteuse, offrait des conditions favorables à sa transformation en espace d’accueil de la Régie des Quartiers. Le réemploi du bâtiment existant s’est accompagné de «greffes» sur toute la périphérie, pour répondre au besoin d’espaces d’usage du nouveau programme et pour constituer une nouvelle peau de protection thermique. La nouvelle enveloppe est constituée de feuilles de zinc et de lattes de douglas insérés dans des voletsparements ; ces derniers filtrent la lumière, organisent les échanges physiques et visuels avec le quartier. PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

  Pour que la ville s’adapte, s’ajuste à nos besoins et à nos désirs, il faut lui laisser la possibilité d’entrer dans un processus de sédimentation, ce qui revient à favoriser les superpositions d’usage, les accumulations et les liaisonnements d’espaces. C’est pour cette raison que j’accorde toujours beaucoup d’attention à ce qui est «déjà là», [...] avec cet existant qui possède en lui une histoire qu’il faut additionner plutôt que soustraire.

15


G Situé au centre du quartier de la Madeleine, issu de l’urbanisme fonctionnaliste des années 1960-70, ce projet s’appuie sur une ancienne case commerciale dégradée. Le programme de l’opération répond au besoin de l’installation de la régie de quartier au plus près des publics qui sont en recherche d’emploi, et pour favoriser ainsi l’insertion par le travail. La viabilité économique et technique de cette reconversion résulte de son système constructif d’origine, poteaux/ poutres, qui libère les façades de leur fonction porteuse et permet une forte modularité du plan intérieur. La nouvelle peau prolonge le bâtiment existant avec la création d’une façade déportée par l’installation de portiques métalliques fixés sur l’ossature en béton. Elle s’accorde ainsi à la trame orthogonale dominante qui structure l’espace public. Les façades intègrent un nouveau manteau isolant recouvert alternativement d’un parement de zinc pré-patiné à joints debouts et de lames à claires voies de bois douglas.

Plan du rez-de-chaussée et des abords

16


Des volets en lames à claires voies de bois douglas sur des cadres d’acier galvanisé s’ouvrent et se ferment au gré des besoins.

La nouvelle entrée se glisse sous l’auvent en béton conservé qui relie transversalement les bâtiments existants.

Avant

17


PRIX RÉGÉNÉRATION PATRIMONIALE

LE SONIC, STUDIOS DE RÉPÉTITION & SCÈNE PÉDAGOGIQUE/LE HAVRE [76] Maître d’œuvre : A.s.A Architectes & Associés, Ivan Franic et Michel Garcin / Maître d’ouvrage : C.E.M Centre d’Expressions Musicales / Coût : 1 945 000 € HT / Surface : 1011  m2 Photographies : ©Franic & Garcin

18


PROPOS

YVAN FRANIC & MICHEL GARCIN

PARTI ARCHITECTURAL

  L’essence du projet, c’est la mémoire militaire du lieu. Quand on décide de ne pas nier l’existant mais au contraire de le valoriser, cela permet d’ancrer le projet dans son histoire, sa réalité, sa nouvelle vie de centre d’expression musicale et de centre de formation de musiques actuelles. PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

  L’architecture, ce n’est pas simplement une réponse économique, technique et architecturale à un programme, ce n’est pas une juxtaposition de bonnes études. C’est une vision globale qui dépasse la réponse strictement architecturale. Sans prétention, on est le maître de l’œuvre, on a précisément rêvé, sur la planche ou sur l’ordinateur, mais on a rêvé les yeux ouverts […] L’architecture doit rester un espace de liberté et le bâtiment doit garder une liberté de fonctionnement […] ll faut laisser le bâtiment prendre des rides. Il faut réaliser des bâtiments qui peuvent encaisser les changements.

19


Nouveau volume de liaison entre l’ancienne soute à munitions et l’armurerie enterrée.

20

G Inscrit

dans l’esprit du Fort de Tourneville, le projet présente une volumétrie franche soulignant les lignes qui structurent le site. Cet équipement constitue la première tranche de l’école de musique prévue pour redonner vie au lieu. La réalisation a consisté à réaménager des anciennes soutes à munitions et artilleries en optimisant leur qualité acoustique intrinsèque, qu’il s’agisse des voûtes en pierre et briques du corps principal ou de la partie enterrée qui a été mise à nu.

Le nouveau volume qui héberge l’entrée et l’administration lie les deux bâtiments existants et s’ouvre sur un patio extérieur privé, planté et aménagé, en limite de la muraille. Sa coursive vitrée protégée par un large auvent s’appuie sur une portion de muraille et se prolonge le long de la salle de spectacle, «le tube». Le traitement architectural se réfère aux matériaux militaires et maritimes avec sa structure en métal et l’emploi du corten.


Scène pédagogique et structure de répétition de musiques amplifiées.

Plan de masse du projet

21


PRIX MAISON INDIVIDUELLE MAISON INDIVIDUELLE / ROUEN [76]

Maître d’œuvre : Atelier TMF, Thorel, Michelier, Fort, architectes associés / Maître d’ouvrage : Particulier / Coût : 220 000€ HT / Surface : 220 m2 © Photographies : Antoine Mercusot

22


PROPOS

CÉCILE FORT, AUDREY MICHELIER & ACHILE THOREL

PARTI ARCHITECTURAL

  C’est une maison assez simple, un parallélépipède noir à l’extérieur et tout blanc à l’intérieur […] Nous avons choisi une forme d’espace de vie qui s’oriente à l’Ouest pour embrasser le paysage de la Seine, le grand territoire géographique de Rouen avec la ville, son méandre, les coteaux au loin. PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

  Nous sommes très préoccupés par le rapport au site, au contexte et à la résolution du programme. Au-delà de l’écriture formelle, c’est toujours une réflexion qui doit lier de manière très fine et avec une grande force, programme et site.  Notre démarche est de toujours réfléchir à un projet qui ne soit pas simpliste, mais que la simplicité puisse donner une proposition architecturale, cohérente, intéressante, belle. 

23


G Située sur la colline Sainte-Catherine, cette maison s’ouvre complètement sur la ville. La conception suit la logique du terrain, en contre-bas de six mètres par rapport à la rue, et organise la maison en volumes inversés. L’accès, le stationnement et les pièces de vie sont à l’étage en rapport à la vue à 180° sur Rouen, offrant un grand séjour entre Seine et ciel. Les espaces de repos et de jeux pour les enfants sont au niveau inférieur en relation directe avec le jardin. Depuis la rue, la maison est un volume simple, étiré et posé sur un mur en brique. Côté paysage, au Sud la maison est une masse noire, un parallélépipède accroché à la colline. Afin d’y apporter un peu de légèreté, le volume est évidé sur chaque façade. Le bardage en claire-voie marque ces creux et raconte à chaque fois un rapport à l’extérieur particulier.

Plan du rez-de-jardin

24


Le séjour s’ouvre complètement vers le grand paysage grâce à un dispositif d’ouvrants à galandage qui s’escamotent dans la façade. Une fois que les baies sont ouvertes, il n’y a plus de limite entre l’intérieur et l’extérieur.

25


PRIX INNOVATION ENVIRONNEMENTALE LOGEMENTS BIOCLIMATIQUES / FAUVILLE-EN-CAUX [76]

Maître d’œuvre : Aliquante, Laurent Protois architecte / Maître d’ouvrage : Logéal Immobilière / Coût : 2 315 000 € HT / Surface : 1 585 m2

26


PROPOS

LAURENT PROTOIS

PARTI ARCHITECTURAL

  La logique de composition du projet s’appuie sur les tracés existants, sur les relations avec l’espace communal. La particularité de l’opération, c’est l’addition en façade Sud - pour tous les logements - d’une serre bioclimatique qui profitent de l’énergie solaire passive. Ces serres sont très importantes dans l’écriture architecturale, mais surtout, elles apportent une véritable valeur d’usage pour les habitants. PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

  Mes missions d’architecte s’inscrivent dans une continuité d’actions portées par des héritages culturels entremêlés. Elles m’imposent également une adaptation permanente pour intervenir, par des approches intégrées dans l’art de bâtir et de réhabiliter les constructions, sur des sujets de résilience ou de mutation. En privilégiant des solutions low-tech, l’adaptation au changement climatique et l’application de la transition énergétique doivent servir le bien-être des citoyens, être à l’écoute des usages et des désirs de nouvelles formes d’habiter, rendre compte et tirer profit de la spécificité des lieux […] Ce qui revient à favoriser pour chaque situation particulière, une démarche de projet, plutôt qu’une application généralisée sur tout le territoire, de recettes globales et de surenchères techniques.

27


Cet ensemble d’habitat bénéficie par sa situation, son orientation et sa conception architecturale des dispositifs qui influencent favorablement les économies d’énergie pour ses occupants. Les principes d’implantation, d’orientation et de forme compacte du bâti sont guidés par la conception bioclimatique. Des coursives desservent les entrées des logements traversants en façade Nord. Les façades Sud en bardage bois sont rythmées par des châssis vitrés toute hauteur et par des serres bioclimatiques en ossature métallique rapportée qui valorisent le potentiel offert par le soleil en hiver, en produisant une énergie solaire passive. Des murs en terre crue issue du site, placés en fond de serre, accumulent la chaleur et la redistribuent à l’intérieur du logement de manière déphasée.

G

28

Vue sur les serres bioclimatiques


Plan du rez-de-chaussĂŠe et des abords

29


PRIX DES ÉTUDIANTS

ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE MARITIME / LE HAVRE [76] Maître d’œuvre : AIA Architectes Ingénieurs Associés, mandataire / Intens’cité, associé / Maître d’ouvrage : CODAH / Coût : 18 960 000 € HT / Surface : 9 826 m2

30


PROPOS

LAURENT PERUSAT & YOAN LA SELVA

PARTI ARCHITECTURAL

  On a toujours voulu évoquer la présence d’un navire, c’est une masse qui est vue en contre-plongée, énorme, avec une présence et une opacité qui est largement supérieure à celle d’un bâtiment classique. Cette opacité, cette matière, on ne voulait pas en faire quelque chose de lisse, mais un objet rugueux qui affronte les éléments, la mer. L’acier irrégulier et les matériaux simples offrent cette richesse qui évoque la présence maritime. PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

© Photographie : Luc Boegly

  Le collaboratif à l’AIA est avant tout le fruit d’un travail en commun, un travail d’équipe qui se fait dans la continuité de nos études. Le travail est le résultat d’un partage et d’un dialogue entre les différents intervenants de façon à apporter au projet une vision, à construire de façon collective et la partager. Nous sommes convaincus que de la synthèse qui sera faite de ce partage, naîtra un projet de qualité.

31


Situé sur la presqu’île de la Citadelle, ce «navire école», par son rapport simple et direct avec le bassin, prend l’apparence d’un bateau à quai. A l’interface ville-port, la silhouette puissante et monolithique de ce vaisseau urbain abrite une complexité programmatique structurée autour de «la rue en escalier». Ce mouvement intérieur, ascendant et dynamique aspire le visiteur et contraste avec la masse sombre et immobile du bâtiment. La peau de la résille en aluminium anodisé se soulève pour attirer vers l’intérieur l’espace du parvis et offrir une vue sur l’eau depuis l’amphithéâtre principal. Visant l’autonomie énergétique, le projet développe une conception bioclimatique avec des solutions passives pour le confort estival et s’équipe de technologies innovantes comme la pompe à chaleur sur eau de mer.

32

© Photographie : Sisley Carnus

© Photographie : Jacques Basile

G


© Photographie : Sisley Carnus

© Photographie : Yoan La Selva

LA DÉMARCHE DU PRIX DES ÉTUDIANTS Afin de porter un regard critique sur les nouvelles réalisations architecturales et paysagères en Haute-Normandie, le prix des étudiants a donné, pour la première fois, la parole aux étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie. Au sein de l’école, le dispositif a permis aux futurs architectes de consulter numériquement les données graphiques et photographiques des 33 projets finalistes et de voter pour celui qu’ils jugeaient être le meilleur.

© Photographie : Luc Boegly

G

Plan du rez-de-chaussée et des bords

    Le projet fait appel à l’imaginaire et procure une émotion esthétique forte. L’aménagement spatiale rappelle l’escalier central du bâtiment “les Ateliers du Parc” de l’architecte Patrice Mottini à L’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie. 

33


PRIX DU JEUNE PUBLIC

LYCÉES LOUISE MICHEL & LOUIS ARAGON / GISORS [27] Maître d’œuvre : Archi5 / Maître d’ouvrage : Région Haute-Normandie / Coût : 24 451 000 € HT / Surface : 25 550 m2 Photographies : Sergio Grazia

34


PROPOS

JACQUES SEBBAG & GERVAISE THIRIET

PARTI ARCHITECTURAL

  L’objectif est d’unifier et de gommer les différences entre l’enseignement général et l’enseignement professionnel. On a pris comme thème la maison normande, la longère et on l’a installée entre les deux établissements comme un emblème qui va relier ces deux lycées, un pont habité. L’autre élément qui a guidé la conception a été de trouver sur le canal de l’Epte une fonction qui n’existait pas, de faire en sorte que les élèves puissent aller à la restauration en parcourant ce petit espace qui devient un fil conducteur. PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

    Un projet, c’est une prise de position, une prise de parole. Le fait de réussir à suivre le projet du début à la fin, c’est réussir à développer le sens, de la très grande échelle jusqu’au plus petit détail.  

35


Plan de masse de l’ensemble du site

Ce bâtiment «pont» est divisé en deux entités pour diminuer son impact en sous face et mesurer son emprise sur la rue.

36


G Historiquement, deux établissements de factures différentes, en vis à vis, sont séparés par une rue et faiblement raccordés par une passerelle. La restructuration recompose les fonctions et positionne la nouvelle entrée sur le bâtiment pont comme un trait d’union. Par sa situation centrale, en lien direct avec les deux cours de récréation, le nouveau bâtiment est l’enseigne, l’emblème du nouveau lycée réuni. Face à la multiplicité des écritures architecturales existantes, l’approche unitaire s’impose : structure bois, toiture à deux pentes, zinc à joint debout. Le gymnase et le restaurant scolaire/internat suivent la même écriture architecturale. Le gymnase, dédié aux élèves et aux associations, est prolongé par un espace couvert. Un socle à Rez-de-chaussée donne une façade urbaine aux bâtiments, tandis que les toitures à deux pans qui le surplombent dialoguent avec le voisinage pavillonnaire et rural. L’internat est posé sur le socle de la demi-pension ; c’est un espace collectif qui utilise l’image de la maison pour qui recréer une familiarité et une intimité des lieux.

37


MUSÉE D’HISTOIRE DE LA VIE QUOTIDIENNE

Élèves de 3e du Collège H.Langlois de Pont-de-l’Arche

LA DÉMARCHE DU PRIX JEUNE PUBLIC Le Prix Jeune Public est une action de sensibilisation des élèves à la culture architecturale organisée par le Conseil d’Architecture et d’Urbanisme de la Seine-Maritime (C.A.U.E. 76) en partenariat avec le Rectorat de l’académie de Rouen. Il est issu du Grand prix d’Architecture et d’Urbanisme de Haute-Normandie qui récompense une œuvre architecturale ou un projet d’urbanisme et de paysage significatifs de la qualité de la création en ces domaines dans notre région. Pour la nouvelle édition du Grand Prix 2016, c’est autour de la thématique, les équipements publics, que les élèves éliront un lauréat dans le cadre du nouveau Prix jeune public. Ce prix est organisé à partir de la rentrée 2015 et s’adresse à tous les collégiens et lycéens de l’académie.

G

38

- « Le Musée d’Histoire de la Vie Quotidienne semble être un bâtiment assez moderne. On peut le voir grâce à sa construction : les planches en bois sur le côté, les barres en métal sur le toit et sa forme. » - « Je pense que le Musée d’Histoire de la Vie Quotidienne est bien intégré dans le site car il prend tout l’espace. » - « Le bâtiment est moderne par rapport aux édifices anciens, cela crée une rupture. Ce mélange entre l’ombre et la lumière apporte un côté harmonieux et serein. » -«  À l’intérieur, les couleurs sont lumineuses sans être agressives à l’œil ; l’agencement est moderne et épuré. Les grandes baies vitrées vont parfaitement avec ce bâtiment, ce qui laisse entrer la lumière. » - « Je trouve original le choix d’un aménagement sous terre pour conserver et exposer les œuvres. La modernisation et l’aménagement de ce bâtiment sont superbes. »

RÉGIE DE QUARTIER

- « Je pense que la Régie des Quartiers est intégrée dans le site car elle prend tout l’environnement et elle « habille » l’espace à l’aide de plantes, d’arbres, de terrasse et de bancs publics. » -«  Le design du bâtiment est bien car il est fait de bois. Le bois est symbole de chaleur et donc la chaleur représente la Régie de Quartier. » - « Cela donne donc envie de rentrer à l’intérieur pour savoir ce que c’est, à quoi cela sert, pourquoi ont-ils créé ça. » - « J’ai choisi ce projet car j’estime que rénover des quartiers pour aider les gens à se respecter, à recréer des liens sociaux est une très bonne idée... Une fois cet endroit rénové, je pense qu’on s’y sent beaucoup mieux qu’avant. » -«  L’ancien bâtiment a été rénové de fond en comble. La façade en bois et le rajout de vitres donnent un côté moderne et apportent de la luminosité. L’intérieur clair est reposant, il est d’autant plus fonctionnel et accueillant. »


LYCÉES LOUISE MICHEL & LOUIS ARAGON

- « Les bâtiments regroupent plusieurs formes géométriques à plusieurs endroits sur la structure. Le bâtiment a beaucoup d’ouvertures qui permettent l’entrée de luminosité… Il a un design plutôt aérien… L’espace a été utilisé harmonieusement par les architectes. » - « Ce sont deux lycées différents qui sont à côté l’un de l’autre. Il y a une grande route qui les sépare : pour éviter tous risques avec cette voie, ils ont installé un bâtiment-pont qui fait passer d’un lycée à un autre et dans lequel se trouve l’administration des lycées. C’est très pratique, moins dangereux et vraiment bien organisé. » - « Nous avons apprécié la réunification des deux établissements par la passerelle. Le bâtiment est lumineux. L’espace intérieur comme la salle d’étude est simple et agréable et reposant….. On doit bien aimer être un élève dans ce lycée. » - « Ce qui m’a plu, c’est que les élèves puissent manger face à la nature, devant une rivière. »

LE SONIC, STUDIOS DE RÉPÉTITION ET SCÈNE PÉDAGOGIQUE

- « C’est un long bâtiment avec de grandes baies vitrées où l’on peut voir tout ce qui s’y passe, ce qui est bien entre autres et qui donne envie d’y rentrer. » -«  Les murs de l’ancien bâtiment ont été repris pour la rénovation sans les détruire, ce qui rappelle le côté ancien du bâtiment. »  Enfin, nous voyons un bâtiment ancien -« rénové pour servir d’école de musique avec des lumières multicolores , des murs rouges , une ambiance zen et des baies vitrées pour faire rentrer la lumière naturelle. » - « Nous avons aimé l’effet industriel, comme le béton ciré, les plafonds bruts de métal et voutés, les baies vitrées de couleur avec les spots puissants. La couleur rouge rappelle la brique ancienne. » - « Le contraste entre les remparts très austères et l’allée très lumineuse et colorée est très réussi. Projet qui est dynamique, gai et qui plait aux jeunes. » - « Les nombreuses couleurs dans les couloirs donnent la bonne humeur. »

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS

- « L’extérieur est attirant, moderne et donne envie d’y entrer pour découvrir l’intérieur car les couleurs sont chaudes, douces. L’emplacement et la forme des bâtiments donnent un charme à l’institut. » -«  Le bâtiment a été rénové, une touche de modernité a été ajoutée à l’ancienneté du bâtiment. » - « Le fait que le bâtiment soit ancien permet de sauvegarder la mémoire des lieux. » - « L’alignement des grandes fenêtres fixes de l’amphithéâtre neuf avec les fenêtres du bâtiment ancien est réussi. La sobriété des lignes et des matériaux rend l’ensemble harmonieux. »

PÔLE ÉDUCATIF ET FAMILIAL MOLIÈRE

- « Ces bâtiments donnent l’impression d’espace et de clarté. C’est un mélange d’anciens bâtiments et d’autres plus modernes aux formes insolites. … Des formes en pavés droits aux façades percées et d’autres ressemblent à de grandes cabanes en bois suspendues. Les matériaux utilisés sont aussi variés car l’écurie est faite de briques, d’autres bâtiments le sont en bois ou en métal. Cela donne un contraste non seulement par la couleur mais aussi par les matériaux. » -«  C’est une zone très moderne avec une grande place, un sol en dalle. Le bâtiment a également une architecture très moderne, de forme très carrée, de couleurs claires et lumineuses. C’est sûrement le plus moderne de tous les autres bâtiments. C’est bien pour se retrouver en famille. » -«  Aussi, le fait que le bâtiment soit surélevé, nous avons l’impression qu’il prend moins de place. L’intérieur en bois est vraiment très beau : le bois clair, les grandes baies vitrées qui captent la lumière et les meubles en bois sont bien conçus et pratiques. » - « Pour une école, c’est très beau ; les jeunes enfants sont immergés dans l’ancien et le design ! » - « C’est facile d’accès et repérable. » -«  Je n’ai pas les mots pour tout définir : c’est juste magnifique ! »

39


PRIX DU PUBLIC

LES CRAYONS DE COULEUR, CENTRE DE LOISIRS - ECOS [27] Maître d’œuvre : MWAH Etienne Lemoine architecte/ Maître d’ouvrage : Com’Com’ Epte-Vexin-Seine / Coût : 1  650 000€ HT / Surface : 745 m2

40


PROPOS

ETIENNE LEMOINE

PARTI ARCHITECTURAL

  Ce projet est le fruit de la volonté de créer un bâtiment en cohérence avec son site merveilleux et celle du maître d’ouvrage d’avoir un bâtiment coloré. PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

© Photographie : Grégoire Auger

  Notre agence c’est avant tout une histoire. Comme tous nos projets, elle se construit dans une progression lente de prise de conscience de l’usage et de la qualité de vie des bâtiments. De fait, nos missions se sont élargies avec la volonté de s’inscrire dans la programmation et, bien au-delà, suivre nos bâtiments pour vérifier qu’ils sont bien conformes aux performances demandées et annoncées.

41


G Exprimant tour à tour les couleurs très vives des cultures de la plaine au printemps et la silhouette des masses végétales à l’horizon, les différentes peaux des façades du bâtiment s’inspirent du paysage du plateau du Vexin Normand. Compacte et monolithique, la construction totalement en épicéa repose sur des murs périphériques à ossature bois et des poteaux autour d’un patio central. L’enveloppe formant un filtre coloré trouve sa justification technique dans sa contribution à la stabilité de l’ouvrage et sa capacité à tempérer le bâtiment en maîtrisant les apports solaires en période d’été. Depuis le parvis de l’entrée, la lumière traverse le bâtiment dans la direction du vallon. Les salles d’activités par tranches d’âge, l’espace des arts et les services sont placés de part et d’autre de cet axe. Cette disposition permet de libérer le volume autour du théâtre dont l’épure courbe en bois foncé semble glissée comme un grand jeu de construction. La blancheur des ambiances intérieures, ponctuée par les repères colorés des différentes salles en référence au filtre extérieur, révèle une atmosphère dédiée aux enfants, qui ont renommé le centre : «les crayons de couleur».

La démarche du prix du public

Plan de masse du projet

Afin de promouvoir auprès d’un large public les réalisations architecturales et paysagères récentes de grande qualité qui valorisent la région, chacun a été invité à élire celui qui parmi les 70 candidatures suscitait en lui une émotion esthétique spontanée. Représenté par une unique photo, chaque projet a été mis en ligne sur le site du C.A.U.E. de Seine-Maritime et relayé sur les sites des partenaires. Ainsi, 467 personnes ont voté.

42

© Photographie : Paul Kozlowski

G


© Photographie : Paul Kozlowski

© Photographie : Paul Kozlowski

43

© Photographie : Grégoire Auger


LE TROPHÉE

G Le trophée est issu d’un appel à projet piloté par le C.A.U.E. 76 en partenariat avec la délégation académique à l’action culturelle du Rectorat de HauteNormandie. Le concours était ouvert aux élèves des enseignements professionnels et technologiques en lien avec les métiers d’art de l’académie de Rouen. Les candidats ont proposé un ou plusieurs projets en rapport avec la démarche du Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de Haute Normandie. Le gagnant du concours est Cyril Tintaclou du lycée des Métiers d’Arts de l’Ameublement et de l’Agencement Augustin Boismard de Brionne. Cet établissement propose des formations en C.A.P, Bac Professionnel et Brevet des Métiers d’Art dans les domaines de la Menuiserie, de la Tapisserie, de l’Ebénisterie et des Métiers du Cuir. La volonté du lycée est de permettre aux élèves et aux stagiaires de s’approprier les savoir faire traditionnels mais également de profiter des innovations technologiques. La fabrication du trophée a été réalisée dans les ateliers de l’établissement et en partenariat avec une entreprise pour perforer la plaque de cuivre sur une machine à découpe par jet d’eau à très haute pression.

Projets des élèves du lycée des Métiers d’Arts de l’Ameublement et de l’Agencement Augustin Boismard / Brionne (27)

Projets des élèves du lycée des Métiers d’Arts de l’Ameublement et de l’Agencement Augustin Boismard / Brionne (27)

44

Projet des élèves du lycée des Métiers Schuman Perret / Le Havre (76)


Trophée en cours de fabrication

PROPOS

CYRIL TATINCLOU 

CONCEPTION DU TROPHÉE

Projet lauréat

  Je suis parti sur l’idée qu’un building, pour moi c’est quelque chose qui sort de la terre, comme une fleur, quelque chose qui pousse très vite. Je me suis inspiré du sol, des plaques tectoniques de la terre et des reliefs. Ensuite, j’ai travaillé sur des formes que j’utilise souvent ; les facettes. Je voulais quelque chose d’aérien, d’harmonieux et de léger pour ne pas faire une masse sur un socle mais au contraire l’en libérer. Pour la fabrication, j’ai utilisé beaucoup de plaquage, du sycomore teinté noir, avec un vernis brillant. Je me suis exercé sur des maquettes en papier, en carton, puis j’ai redessiné exactement ce que je voulais en réaffirmant les facettes. J’ai détaillé les matériaux et la manière d’oxyder le cuivre pour un résultat brut. J’ai appliqué la devise de mon lycée «créer les classiques de demain», cette phrase m’inspire vraiment et me fait avancer dans mes projets. PROPOS SUR L’ARCHITECTURE

  Pour moi l’architecture, c’est quelque chose que je vois comme très moderne. C’est un building, c’est vraiment quelque chose qui sort de terre, un monstre de fer, comme la Tour Eiffel, c’est une sculpture. Je suis vraiment fasciné car, en quelques mois, on voit quelque chose de 100, 150 mètres pousser du sol. Comme Dubaï avec ses tours immenses, vrillées, avec énormément de facettes.

45


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan de masse du projet

CLOS SAINT-MARTIN (10 LOGEMENTS INDIVIDUELS) NORVILLE [76] G Le quartier, réparti sur deux parcelles de part et d’autre d’un jardin public, recrée un front bâti et densifie le bourg. Les maisons, mitoyennes et d’aspect identique, sont à l’échelle des bâtiments traditionnels. L’ensoleillement des séjours en double hauteur est très généreux. La qualité des matériaux (ardoises, briques, bois) inscrit le projet dans son environnement de façon douce et harmonieuse.

46

Maîtrise d’œuvre : ATELIER BETTINGER-DESPLANQUES ARCHITECTES Maîtrise d’ouvrage : ESTUAIRE DE LA SEINE Superficie : 809 m2 - Coût : 1 331 000 € HT Photographies : Grégoire Auger


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan de masse du projet

11 LOGEMENTS GROUPÉS PETIVILLE [76] Maîtrise d’œuvre : ATELIERS 6.24 Maîtrise d’ouvrage : LOGÉAL IMMOBILIÈRE Superficie : 1150 m2 - Coût : 1 700 000 € HT Photographies : Brice Desrez

G Les bandes de maisons mitoyennes alignées avec une toiture à deux pentes s’inspirent des maisons manufacturières du XIXe. Elles sont recouvertes de clins de mélèze huilé et disposent de jardins privatifs. La conception des logements obéit à une logique bioclimatique. Sur la façade tournée vers le Sud une grande véranda/ serre est accolée.

47


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Axonométrie schématique du projet

QUARTIER DE 23 LOGEMENTS CAUDEBEC-LÈSELBEUF [76] Le projet forme un bâti en long constitué de logements individuels superposés, travaillés dans la typologie traditionnelle des constructions du quartier. Pour former une placette à échelle humaine, un petit immeuble prend place au centre. Les logements individuels ont été implantés de façon à profiter au maximum de l’ensoleillement et de la vue. Terrasses et petits jardins offrent des espaces privatifs intimes.

G

48

Maîtrise d’œuvre : ATELIER TMF, Thorel, Michelier, Fort Maîtrise d’ouvrage : SA HLM ELBEUF Superficie : 2 046 m2 - Coût : 2 530 000 M€ HT Photographies : Antoine Mercusot


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan du rez-de-chaussée et des abords

FUTUR’EN SEINE, LOGEMENTS PASSSIFS ROUEN [76]

Maîtrise d’œuvre : BUREAU 112 Maîtrise d’ouvrage : CIRMAD PROSPECTIVES Superficie : 2 657 m2 - Coût : 3 610 000 M€ HT

G L’objectif énergétique «passif» (RT2012 -40%) explique l’architecture rationnelle et la logique bio-conceptuelle du bâtiment. Au Nord, la façade sur rue est traitée comme un écran protecteur. Les autres façades s’ouvrent vers le soleil. Il s’agit ici de concilier innovations techniques et principes constructifs ancestraux. L’impact environnemental du projet est réfléchi dans son ensemble.

49


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan de masse du projet

IMMEUBLE COURBET 37 LOGEMENTS LE HAVRE [76] G La parcelle, ouverte sur deux rues, s’inscrit dans un bâti hétérogène. Le volume construit dessine un jeu de gabarits dans lequel chaque logement traversant profite d’un ensoleillement optimum. L’enduit de teinte claire sert de cimaise, sur laquelle on dispose des tableaux d’aluminium coloré qui accentuent les contrastes entre matière et lumière.

50

Maîtrise d’œuvre : ATELIER D’ARCHITECTURE PHILIPPE CHALLES Maîtrise d’ouvrage : SNI LA PLAINE NORMANDE Superficie : 3 230 m2 - Coût : 4 200 000 € HT Photographies : Patrick Müller


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Photo de l’immeuble avant travaux

RÉHABILITATION ET RÉSIDENTIALISATION DU GROUPE BARBÈS / 50 LOGEMENTS LE HAVRE [76]

Maîtrise d’œuvre : MVT ARCHITECTES, Mahe-Verdure & Thirel Maîtrise d’ouvrage : ALCÉANE OPH de la ville du Havre Superficie : 4 280 m2 - Coût : 2 070 000€ HT

G Le groupe BARBES est constitué d’un immeuble en modules de béton préfabiqué typique des années 1970. Long de 80 m et haut de 15 m, son aspect architectural est caractérisé par une trame de percement monotone et régulière. Un vrai rajeunissement s’opère ici, grâce à l’isolation thermique recouverte d’un parement bois qui épure le bâtiment. Cette réhabilitation «bâtiment» s’accompagne d’une résidentialisation et d’une requalification des espaces extérieurs.

51


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan de masse du projet

RÉSIDENCE LES PINS AU BALCON 67 LOGEMENTS ELBEUF-SUR-SEINE [76] Situé sur un coteau boisé, l’ensemble s’intègre dans un paysage de lisière de forêt. Un jeu de multiples ambiances et de formes apporte une réponse alternative en matière de logement. Il s’agit ici de proposer un habitat «forestier» tirant profit des contraintes du site telles que la déclivité du talus et la forte présence végétale.

G

52

Maîtrise d’œuvre : CBA ARCHITECTURE Maîtrise d’ouvrage : SA HLM ELBEUF Superficie : 5 931 m2 - Coût : 7 450 000 € HT Photographies  : Nicolas Leclerc


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan de masse du projet

MAISON BUQ SAINT-VICTOR -L’ABBAYE (76) Maîtrise d’œuvre : NUBUQNU ARCHITECTES Maîtrise d’ouvrage : PARTICULIER Superficie : 202 m2 - Coût : 390 000 € HT Photographies : Filip Dujardin

G La maison, en ossature bois, se présente comme un volume compact offrant des vues sur le parc. Le plan est composé d’une somme de pièces de même dimension dont l’affectation peut changer. Une terrasse couverte organise les espaces principaux de la vie commune.

53


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan du rez-de-jardin et des abords

MAISON L ROUEN [76] Une règlementation urbanistique stricte, une parcelle modeste et pentue et un budget serré sont les contraintes fortes aboutissant à une réalisation soignée : une maison évolutive de volumétrie simple, monolithique et généreusement ouverte sur le paysage.

G

54

Maîtrise d’œuvre : EMMANUEL CÔME ARCHITECTE Maîtrise d’ouvrage : PARTICULIER Superficie : 84 m2 - Coût : 109 000  € HT


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan de masse du projet

EXTENSION MAISON INDIVIDUELLE MONT-SAINT-AIGNAN [76] Maîtrise d’œuvre : NDMA, Nicola di Matteo Maîtrise d’ouvrage : PARTICULIER Superficie : neuf 74 m2 , rénovation 13 m2 - Coût : 112 500  € HT

G Le site très contraint a orienté le projet vers un développement d’un bout à l’autre de la parcelle, comme un serpent allant chercher le soleil pour se réchauffer. Ce dispositif permet de dérouler deux façades principales et crée des espaces lumineux, fluides et accompagnés de leurs prolongements extérieurs différenciés.

55


PROJETS FINALISTES / HABITAT

Plan de masse du projet

MAISON BM, EXTENSION D’UNE LONGÈRE CENT-ACRES [76] L’extension est un volume simple en ossature bois à toiture plate, sans pente, non visible. Les lames verticales de bois sont espacées de manière aléatoire pour créer une vibration de la façade et adoucir l’image du projet. Cette vêture permet l’intégration au contexte champêtre par un effet de transparence.

G

56

Maîtrise d’œuvre : EMMANUEL CÔME ARCHITECTE Maîtrise d’ouvrage : PARTICULIER Superficie : 78 m2 - Coût : 85 000 € HT


PROJETS FINALISTES / AMÉNAGEMENT

Plan de masse du projet

AMÉNAGEMENT DU PARC FRÉDÉRIC PASSY GISORS [27]

Maîtrise d’œuvre : FOLIUS ECOPAYSAGE, Éric Germain/ATELIER 970 ASSOCIÉ Maîtrise d’ouvrage : COMMUNE Superficie : 48 000 m2 - Coût : 910 000 € HT

G Cet espace naturel humide est composé de deux parties séparées par l’Epte. La première, le Prieuré, au contact du centre-ville, s’apparentant à un square, accueille les équipements publics nécessaires. La deuxième, le Filoir, revêtant la forme d’un parc plus naturel, valorise au plus juste le caractère humide du site au fil d’un parcours de découverte : mares, frayères, pontons, jachères ou boisements. Chacun y trouve, en fonction de ses intérêts et de son âge, un havre de quiétude et de contemplation.

57


PROJETS FINALISTES / AMÉNAGEMENT

Plan de masse du projet

JARDIN DU CLOÎTRE PETIT-QUEVILLY [76] G Le jardin valorise le site de la Chartreuse Saint Julien édifiée au XVIIe. L’objectif est d’y créer un espace de détente mais aussi pédagogique. Le bâti patrimonial des cellules monastiques encadre l’espace revisité. L’interprétation des traces historiques est soulignée par des matériaux et des mobiliers contemporains. Le coeur du cloître est décliné en jardins potagers, en jardin de simples, en jardin de mémoire et d’un verger. La nuit, le projet lumière propose une délicate mise en scène.

58

Maîtrise d’œuvre : ATELIER DE SAINT-GEORGES, Bruno Saas / MARIE CARON ARCHITECTE DU PATRIMOINE, ATELIER DES PAYSAGES, ASSOCIÉS Maîtrise d’ouvrage : COMMUNE Superficie : 11 259 m2 - Coût : 1  072 242 € HT


PROJETS FINALISTES / AMÉNAGEMENT

Plan de masse du projet

QUARTIER SAINT-CYR/ RÉNOVATION URBAINE ELBEUF-SUR-SEINE [76]

Maîtrise d’œuvre : ATELIER LIGNES / ATTICA ASSOCIÉS Maîtrise d’ouvrage : COMMUNE Superficie : 60 000 m2 - Coût : 2 800 000 € HT Photographies : Nicolas LECLERC

G L’idée qui a guidé la conception était d’offrir un cadre de vie de qualité par une ambiance de «parc», en synergie avec les boisements environnants, en particulier les pins. La palette végétale est variée : plusieurs dispositifs paysagers sont mis en place afin de favoriser la biodiversité du site et l’adaptabilité des essences. De nombreuses transversalités ont été créées en s’appuyant sur le dénivelé pour réaliser des liens à la fois pratiques, esthétiques et généreux.

59


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de coupe du projet

BÂTIMENTS ADMINISTRATIFS DES SERVICES TECHNIQUES CANY-BARVILLE [76] Encastré partiellement dans le talus naturel, le bâtiment présente une façade principale aux lignes architecturales épurées. Assise sur un soubassement en béton blanc, elle est enveloppée d’une résille en lames de mélèze. Intérieurement, le cœur du volume évidé est couvert d’une verrière. Trois plateaux s’organisent autour d’un atrium et d’une circulation verticale traitée en voiles de béton matricé brut de décoffrage.

G

60

Maîtrise d’œuvre : ATELIER BETTINGERDESPLANQUES ARCHITECTES Maîtrise d’ouvrage : COM’COM’ CÔTE D’ALBÂTRE Superficie : 1 300 m2 - Coût : 2 946 266 € HT Photographies : Paul Kozlowski


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de masse du projet

ATELIERS DU GOLF DE LÉRY-POSES PITRES [27] Un volume homogène, constitué de lieux de stockage et d’un espace tertiaire, a été réalisé en structure acier, couvert d’un bardage en bac acier double peau avec ondes verticales habillé de «ganivelles» de châtaigner. Bâtiment-paysage ou paysage-bâtiment, il accompagne l’un des parcours du golf au travers de cette résille en perpétuelle évolution au gré du temps et de la lumière.

G

Maîtrise d’œuvre : ACAU ARCHITECTES Maîtrise d’ouvrage : SYNDICAT MIXTE DE LA BASE DE LÉRY-POSES Superficie : 1 300 m2 - Coût : 1 700 000 € HT Photographies : Bruno Brusadelli

61


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan du rez-de-chaussée et des abords

MAISON DE QUARTIER SAINT-JACQUES FÉCAMP [76] Sur la base d’une emprise carrée, le bâtiment expose une enveloppe opaque constituée de voiles de béton matricé et drapé. La façade courbe de la cour intérieure se dédouble d’un péristyle de poteaux métalliques élancés. Remplissant la fonction de hall à ciel ouvert, cette cour dessert les locaux qui suivent ainsi une organisation rayonnante, rendant propices les échanges sociaux.

G

62

Maîtrise d’œuvre : G2 ARCHITECTES, GRÉGORY GOUARD Maîtrise d’ouvrage : COMMUNE Superficie : 400 m2 - Coût : 900 000 € HT Photographies : David Cousin-Marsy


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de masse du projet

SIÈGE SOCIAL D’ALCÉANE ET 22 LOGEMENTS LE HAVRE [76]

Maîtrise d’œuvre : EMMANUELLE COLBOC ET ASSOCIÉS/ COBE ASSOCIÉ Maîtrise d’ouvrage : ALCÉANE OPH de la ville du Havre Superficie : 4 600 m2 - Coût : 6 600 000 € HT Photographies  : Michel Denancé

G Situé dans un secteur en plein renouvellement urbain, cet ensemble mariant habitat et tertiaire s’ancre sur l’ensemble de sa parcelle. Les bureaux s’organisent dans le volume traité en voiles de béton matricé coulé d’un seul tenant sur 7 mètres de haut et sculpté pour créer à l’intérieur des espaces lumineux et chaleureux. La partie plus élancée héberge les logements et offre une façade cinétique avec son jeu de volets persiennes coulissants. Des creux dans la volumétrie accueillent des jardins et une végétation.

63


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de masse du projet

SEINE ÉCOPOLIS, PÉPINIÈRE D’ENTREPRISES SAINT-ETIENNEDU-ROUVRAY [76] G Le concept formel est basé sur une double symbolique : un socle minéral, solide, sur lequel on peut bâtir un projet viable ; une boîte suspendue, décalée, qui renvoie à la cabane. Créer son entreprise, c’est concevoir un projet créatif sur des bases solides. Ce bâtiment passif bio-conçu s’installe dans un volume compact avec son atrium central qui distribue les locaux et ses orientations qui favorisent le confort thermique.

64

Maîtrise d’œuvre : BUREAU 112/O2 ARCHITECTURE, ARC EN TERRE PAYSAGISTES ASSOCIÉS Maîtrise d’ouvrage : LA CREA Superficie : 1 980 m2 - Coût : 3 712 000 € HT


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de masse du projet

CENTRE D’INCENDIE ET DE SECOURS LE HAVRE [76]

Maîtrise d’œuvre : 9 BIS ARCHITECTURE Maîtrise d’ouvrage : SDIS 76 Superficie : 4 200 m2 - Coût : 6 200 000 € HT Photographies : Eric Peltier

G Le positionnement d’un volume simplifié, couvert d’une toiture débordante et habillé d’une résille de lignes horizontales, permet d’atteindre l’objectif de signal d’entrée de ville souhaité par les maîtres d’ouvrage. Le traitement plus ou moins aéré des résilles, dégageant de larges surfaces vitrées, ainsi que l’aménagement d’une aire de manœuvre orientée sur le giratoire expriment l’activité des services incendie.

65


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de masse du projet

DOJO/GODERVILLE [76] Bâtiment destiné aux arts martiaux, c’est aussi un lieu zen : simplicité des volumes, équilibre du plan et qualité sobre des ambiances sonores et visuelles servent cette philosophie. L’organisation spatiale facilite les différents fonctionnements, avec ou sans public, tout en privilégiant l’aspect convivial d’un équipement de proximité. La conception générale en fait un lieu économe en énergie.

G

66

Maîtrise d’œuvre : 9 BIS ARCHITECTURE Maîtrise d’ouvrage : COM’COM’ CAMPAGNE DE CAUX Superficie : 1 637 m2 - Coût : 2 650 000 € HT


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de masse du projet

CENTRE AQUATIQUE SEINE EURE LOUVIERS [27]

Maîtrise d’œuvre : DRD ARCHITECTURE / GOUDENEGE ARCHITECTES ASSOCIÉS Maîtrise d’ouvrage : COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION SEINE-EURE Superficie : 6 759 m2 - Coût : 16 500 000 € HT Photographies : Grégoire Auger

G Construit sur une zone inondable au bord de l’autoroute, l’objet architectural se veut à l’échelle des enjeux : identifiable, fort et respectueux du site. L’équipement place les plages des piscines trois mètres au-dessus du sol s’affranchissant de possibles montées des eaux et découvrant des vues sur le paysage. Cette conception facilite également les accès techniques au niveau du sol. Un mur ajouré protège les espaces où la lumière naturelle est partout privilégiée.

67


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de masse du projet

MAISON DE SANTÉ PLURIDISCIPLINAIRE CHÂTEAU-SUR-EPTE [27] G La construction de plain-pied s’étire sur un terrain de forme étroite, orientant les bureaux de consultation vers le paysage. Le volume est creusé pour former des espaces en retrait, ménageant une réelle intimité. Les différents plans sont reliés par un bandeau formant un auvent et des murets. L’alternance de gabions et de bardage bois en mélèze inscrit l’ensemble de façon contemporaine dans son environnement bâti.

68

Maîtrise d’œuvre : MVT ARCHITECTES, Mahe-Verdure & Thirel Maîtrise d’ouvrage : Commune Superficie : 390 m2 - Coût : 850 000 € HT


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de façade Est du projet

VILLAVENIR, BÂTIMENT BEPOS MONT-SAINT-AIGNAN [76] Le projet, focalisant tous les messages de la profession du BTP, veut être une vitrine des technologies actuelles. L’extension doit répondre à une performance du niveau «Bepos». Elle se compose d’un demi-cylindre en ossature bois côté Nord afin de limiter les ponts thermiques. La façade Sud, très vitrée, assure l’apport passif en hiver. La protection solaire est assurée par une ossature en métal supportant des panneaux à cellules photovoltaïques.

G

Maîtrise d’œuvre : EN ACT ARCHITECTURE Maîtrise d’ouvrage : FFB ROUEN DIEPPE Superficie : 853 m2 - Coût : 1 967 000 € HT

69


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de coupe longitudinale du projet

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS (IFSI) DIEPPE [76] G La reconversion d’une ancienne école a permis d’insérer un amphithéâtre en béton brut et menuiseries aluminium dans le creux de la structure en U d’origine. Greffé sur toute la hauteur de la façade sud, l’escalier extérieur en acier galvanisé dessert les quatre niveaux. Son habillage de lames de bois joue le rôle de brise-soleil. La généreuse hauteur sous dalle et la part belle faite à la lumière naturelle contribuent à créer des volumes clairs et aérés.

70

Maîtrise d’œuvre : ACAU ARCHITECTES Maîtrise d’ouvrage : CENTRE HOSPITALIER DE DIEPPE Superficie : 2 000 m2 - Coût : 2 900 000 € HT Photographies : Grégoire Auger


PROJETS FINALISTES / ÉQUIPEMENTS

Plan de masse du projet

MUSÉE D’HISTOIRE DE LA VIE QUOTIDIENNE SAINT-MARTINEN-CAMPAGNE [76] La genèse du Musée commence avec la restauration menée par la commune de la Maison Mercier, petit manoir Renaissance d’exception. L’implantation des nouvelles constructions en retrait et le choix d’une architecture contemporaine épurée, toute de verre et de métal vieilli, visent, par opposition, à mettre en valeur la richesse de celle-ci. La greffe d’un escalier dans le même vocabulaire contribue à intégrer la maison patrimoniale au parcours scénographique.

G

Maîtrise d’œuvre : A4 ARCHITECTES Maîtrise d’ouvrage : COMMUNE Superficie : 1 300 m2 - Coût : 1 963 035 € HT

71


PROJETS EN COMPÉTITION

72 72

© Photographie : Grégoire Auger

4

© Photographie : Paul Kozlowski

© Photographie : Grégoire Auger

2

3

© Photographie : David Cousin-Marsy

1

5

6

1. AMÉNAGEMENT DES RIVES ET DU CENTRE-BOURG/ LA MAILLERAYE-SUR-SEINE [76]/ Maîtrise d’œuvre : Agence Babylone/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de La Mailleraye-sur-Seine/ Superficie : 15 000 m2 / Coût : 1 000 000 € HT

3. VESTIAIRES DU STADE DELAUNE/ SAINT-AUBIN-SUR-SCIE [76]/ Maîtrise d’œuvre : ACAU Architectes/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de Dieppe/ Superficie : 550 m2 / Coût : 1 200 000 € HT

5. INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS SOTTEVILLE-LÈS-ROUEN [76]/ Maîtrise d’œuvre : ACAU Architectes/ Maîtrise d’ouvrage : Centre Hospitalier du Rouvray/ Superficie : 2 300 m2 / Coût : 4 700 000 € HT

2. RÉNOVATION URBAINE DU QUARTIER PUCHOT/ ELBEUF-SUR-SEINE [76]/ Maîtrise d’œuvre : Agence Topo/ Maîtrise d’ouvrage : Commune d’Elbeuf-sur-Seine/ Superficie : 14 800 m2 / Coût : 1 278 000 € HT

4. GROUPE SCOLAIRE DE L’ESTUAIRE/ BOUQUELON [27]/ Maîtrise d’œuvre : G2 Architectes, Grégory Gouard/ Maîtrise d’ouvrage : E.A.D. mandataire/Sivos de l’Estuaire/ Superficie : 868 m2 / Coût : 1 559 000 € HT

6 HÔTEL-PÉPINIÈRE D’ENTREPRISES/ SAINT-ROMAIN-DE-COLBOSC [76]/ Maîtrise d’œuvre : Atelier Bettinger-Desplanques/ Maîtrise d’ouvrage : CCI Le Havre/ Superficie : 1 268 m2 / Coût : 1 612 600 € HT

8


PROJETS EN COMPÉTITION

8

7

9

11

10

12

7. AMÉNAGEMENT DU CENTRE-BOURG/ VILLEQUIER [76]/ Maîtrise d’œuvre : Folius Ecopaysage, Éric Germain/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de Villequier Superficie : 2 700 m2 / Coût : 700 000 € HT

9. RESTRUCTURATION ET EXTENSION EHPAD NOURY/ LA FEUILLIE [76]/ Maîtrise d’œuvre : Bureau 112/ Maîtrise d’ouvrage : ICADE Promotion Superficie : 3 363 m2 / Coût : 4 850 000 € HT

11. R  ÉNOVATION ET SURÉLÉVATION D’UNE MAISON IND./ BOIS-GUILLAUME [76]/ Maîtrise d’œuvre : Antoine Lainé Architectures/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier Superficie : 230 m2 / Coût : 260 000 € HT

8. AMÉNAGEMENT DU PÔLE D’ÉCHANGES DE LA GARE/ AUFFAY [76]/ Maîtrise d’œuvre : Folius Ecopaysage, Éric Germain/ Maîtrise d’ouvrage : Commune d’Auffay Superficie : 35 000 m2 / Coût : 2 210 500 € HT

10. RÉNOVATION ET EXTENSION D’UNE MAISON IND./ GRAND-QUEVILLY [76]/ Maîtrise d’œuvre : Antoine Lainé Architectures/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier Superficie : extensions : 54 m2 / Coût : 250 000 € HT

12. CENTRE DE QUARTIER DU PARC SAINT-CYR/ ELBEUF-SUR-SEINE [76]/ Maîtrise d’œuvre : Atelier de Saint-Georges, Bruno Saas/ Maîtrise d’ouvrage : Commune d’Elbeuf-sur-Seine Superficie : 500 m2 / Coût : 750 000 € HT

73


PROJETS EN COMPÉTITION

14 ©Photographie : © Vincent Rustuel

13

17

74 74

©Photographie : © Antoine Mercusot

15

16

18

13. RESTRUCTURATION DU GYMNASE/ MALAUNAY [76]/ Maîtrise d’œuvre : Atelier MODULE, Jean-Marc Crevel/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de Malaunay Superficie : 1433 m2 / Coût : 1 855 000 € HT

15. EXTENSION B./ BIHOREL [76]/ Maîtrise d’œuvre : BO.A Julien Campus/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier Superficie : 164 m2 / Coût : 130 489 € HT

17. «LA VAGUE», MÉDIATHÈQUE + HÔTEL DE VILLE/ MAROMME [76]/ Maîtrise d’œuvre : Équipage Architecture Laubal & Jaouen/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de Maromme Superficie : 3 200 m2 / Coût : 6 500 000 € HT

14. LOGEMENTS BBC/ LE TRAIT [76]/ Maîtrise d’œuvre : Atelier MODULE, Jean-Marc Crevel/ Maîtrise d’ouvrage : SEMVIT Superficie : 3 281 m2 / Coût : 4 651 000 € HT

16. BUREAUX DU PRESSOIR/ LE HAVRE [76]/ Maîtrise d’œuvre : Ateliers 6.24/ Maîtrise d’ouvrage : CODAH Superficie : 2 400 m2 / Coût : 1 825 400 € HT

18. SALLE POLYVALENTE/ SAINT-JACQUES-SUR-DARNÉTAL [76]/ Maîtrise d’œuvre : DRD Architecture/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de St-Jacques/Darnétal Superficie : 870 m2 / Coût : 2 740 000 € HT

22


©Photographie : © Brice Desrez

19

20

©Photographie : © Brice Desrez

©Photographie : © Antoine Mercusot

©Photographie : © Brice Desrez

PROJETS EN COMPÉTITION

21

22

24

23 19. RESTAURANT SCOLAIRE DU COLLÈGE DES ORMEAUX/ LE HAVRE [76]/ Maîtrise d’œuvre : Ateliers 6.24/ Maîtrise d’ouvrage : OGEC du collège des Ormeaux Superficie : 450 m2 / Coût : 850 000 € HT

21. GYMNASE/ SOTTEVILLE-LÈS-ROUEN [76]/ Maîtrise d’œuvre : Atelier TMF, Thorel, Michelier, Fort/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de Sotteville-lès-Rouen Superficie : 3 429 m2 / Coût : 4 670 000 € HT

23. RÉSIDENCE ROSINE CRÉMIEUX/ SOTTEVILLE-LÈS-ROUEN [76]/ Maîtrise d’œuvre : CBA Architecture/ Maîtrise d’ouvrage : ICF Habitat Atlantique Superficie : 3 030 m2 / Coût : 5 036 000 € HT

20. LOGEMENTS, PARC JEAN MACÉ/ SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY [76]/ Maîtrise d’œuvre : Ateliers 6.24/ Maîtrise d’ouvrage : Logiseine Superficie : 3 019 m2 / Coût : 3 770 000 € HT

22. EXTENSION ÉCOLE MÉRET-PHILIPE/ PETIT-QUEVILLY [76]/ Maîtrise d’œuvre : MVT Architectes/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de Petit-Quevilly Superficie : 316 m2 / Coût : 1 310 000 € HT

24. RÉSIDENCE SENIORS/ LE HAVRE [76]/ Maîtrise d’œuvre : Ateliers 6.24/ Maîtrise d’ouvrage : Cirmad Prospectives Superficie : 4 152 m2 / Coût : 5 100 000 € HT

29

75


PROJETS EN COMPÉTITION 25

26

27

29

28

76 76

30

25. MAIRIE DE CORNEVILLE-SUR-RISLE/ CORNEVILLE-SUR-RISLE [76]/ Maîtrise d’œuvre : Acube Architectes/ Maîtrise d’ouvrage : Commune de Corneville-sur-Risle Superficie : 283 m2 / Coût : 533 700 € HT

27. PÔLE ENVIRONNEMENTAL ET SOLIDAIRE/ BEAUMESNIL [27]/ Maîtrise d’œuvre : Atelier d’architecture Pascal Séjourné/ Maîtrise d’ouvrage : Association 1001 légumes Superficie : 220 m2 / Coût : 370 000 € HT

29. RÉNOVATION ET EXTENSION D’UNE MAISON IND./ BOIS-GUILLAUME [76]/ Maîtrise d’œuvre : NDMA, Nicola Di Matteo/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier Superficie : réno 60m2 /ext. 30m2 / Coût : 85 400 € HT

26. RÉNOVATION ET EXTENSION D’UNE MAISON IND./ BOIS-GUILLAUME [76]/ Maîtrise d’œuvre : NDMA, Nicola Di Matteo/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier Superficie : réno 43m2 / ext. 30m2 / Coût : 68 330 € HT

28. MAISON INDIVIDUELLE/ BOSC-ROGER-SUR-BUCHY [76]/ Maîtrise d’œuvre : NDMA, Nicola Di Matteo/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier Coût : 134 000 € HT Superficie : 120 m2 / 32

30. GROUPE SCOLAIRE/ SAINT-ROMAIN-DE-COLBOSC [76]/ Maîtrise d’œuvre : Fabri Architectes, Jean-Marc Fabri / Maîtrise d’ouvrage : Commune de St-Romain-de-Colbosc 33 Superficie : 3 494 m2 / Coût : 5 226 000 € HT


PROJETS EN COMPÉTITION

©Photographie : Stéphane Le Clercñ

32

34

31

33

35

36

31. 41 LOGEMENTS/ SOTTEVILLE-LÈS-ROUEN [76]/ Maîtrise d’œuvre : Atelier Piccon - Le Bruchec/ Maîtrise d’ouvrage : Le Foyer du Toit Familial Superficie : 3 159 m2 / Coût : 3 875 000 € HT

33. EXTENSION DE LA MAISON J/ FRESNE-LE-PLAN[76]/ Maîtrise d’œuvre : Emmanuel Côme Architecte/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier Superficie : 55 m2 / Coût : 85 000 € HT

35. EXTENSION DE LA MAISON S/ ROUEN [76]/ Maîtrise d’œuvre : Emmanuel Côme Architecte/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier Superficie : 10 m2 / Coût : 15 320 € HT

32. EXTENSION DE LA MAISON JSM/ SAINT-MARTIN-DU-VIVIER [76]/ Maîtrise d’œuvre : Emmanuel Côme Architecte/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier 41 Superficie : 27 m2 / Coût : 50 000 € HT

34. EXTENSION DE LA MAISON V/ ROUEN [76]/ Maîtrise d’œuvre : Emmanuel Côme Architecte/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier 42: 34 000 € HT Superficie : 18 m2 / Coût

36. MAISON DES HOGUES/ LES HOGUES [27]/ Maîtrise d’œuvre : Architectures In Situ/ Maîtrise d’ouvrage : Particulier 43 : 190 m2 / Coût : 313 415 € HT Superficie

77


LOCALISATION DES PROJETS

78


INDEX DES COMMUNES A

L

AUFFAY, 1 *...................................................................................................................................................P. 73

LA FEUILLIE, 1 ...........................................................................................................................................P. 73 LA MAILLERAYE-SUR-SEINE, 1 ........................................................................................................ P. 72 LE HAVRE, 10 ..................................................................................................... P. 8-13, 18-21, 30-33, 50, ................................................................................................................................................. 51, 63, 65, 74, 75, LE TRAIT, 1 .................................................................................................................................................. P. 74 LES HOGUES, 1 .........................................................................................................................................P. 77 LOUVIERS, 1 ...............................................................................................................................................P. 67

B BEAUMESNIL, 1 ........................................................................................................................................P. 76 BIHOREL, 1 .................................................................................................................................................. P. 74 BOIS-GUILLAUME, 3 ......................................................................................................................P. 73, 76 BOUQUELON, 1 ........................................................................................................................................ P. 72 BOSC-ROGER-SUR-BUCHY, 1 ...........................................................................................................P. 76

C CANY-BARVILLE, 1 ................................................................................................................................ P. 60 CAUDEBEC-LÈS-ELBEUF, 1 ...............................................................................................................P. 48 CENT-ACRES, 1 .........................................................................................................................................P. 56 CHÂTEAU-SUR-EPTE, 1 ........................................................................................................................P. 68 CORNEVILLE-SUR-RISLE, 1 ................................................................................................................P. 76

M MALAUNAY, 1 ............................................................................................................................................ P. 74 MAROMME, 1 ............................................................................................................................................. P. 74 MONT-SAINT-AIGNAN, 2 ..............................................................................................................P. 55, 69

N NORVILLE, 1 ...............................................................................................................................................P. 46

P DIEPPE, 1 .....................................................................................................................................................P. 70

PETIVILLE, 1 ...............................................................................................................................................P. 47 PETIT-QUEVILLY, 2 ..........................................................................................................................P. 58, 75 PITRES 1 .........................................................................................................................................................P.61

E

R

D

ECOS, 1 .................................................................................................................................................P. 40-43 ELBEUF-SUR-SEINE, 4 ....................................................................................................P. 52, 59, 72, 73 ÉVREUX, 1 .............................................................................................................................................. P. 14-17

F FAUVILLE-EN-CAUX, 1 ..................................................................................................................P. 26-29 FÉCAMP, 1 ...................................................................................................................................................P. 62 FRESNE-LE-PLAN, 1 ..............................................................................................................................P. 77

G GISORS, 2 ...................................................................................................................................... P. 34-37, 57 GODERVILLE, 1 ........................................................................................................................................P. 66 GRAND-QUEVILLY, 1 ..............................................................................................................................P. 73

ROUEN, 5 .......................................................................................................................P. 22-25,49, 54, 77

S SAINT-AUBIN-SUR-SCIE, 1 .................................................................................................................. P. 72 SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY, 2 ............................................................................................P. 64, 75 SAINT-JACQUES-SUR-DARNÉTAL, 1 ............................................................................................. P. 74 SAINT-MARTIN-EN-CAMPAGNE, 1 ...................................................................................................P. 71 SAINT-MARTIN-DU-VIVIER, 1 ............................................................................................................P. 77 SAINT-ROMAIN-DE-COLBOSC, 2 .............................................................................................P. 72, 76 SAINT-VICTOR-L’ABBAYE, 1 ...............................................................................................................P. 53 SOTTEVILLE-LÈS-ROUEN, 4 ...............................................................................................P. 72, 75, 77

V VILLEQUIER 1 ............................................................................................................................................P. 73

* Nombre de projet par communes

79


INDEX DES PROJETS

80 80

PAGES

PROJET

MAÎTRE D’ŒUVRE

MAÎTRE D’OUVRAGE

8-13

Pôle éducatif et familial Molière

ACAUM Architectes, (Atelier Bettinger-Desplanques, associés)

Ville du Havre / EPF de Normandie

14-17

Reconversion de cases commerciales

Aliquante, Laurent Protois

Saiem AGIRE, office HLM

18-21

Le Sonic, studios de répétition

A.s.A. Architectes & Associés

Centre d’Expressions Musicales

22-25

Maison individuelle

Atelier TMF, Thorel, Michelier, Fort, architectes associés

Particulier

26-29

Logements bioclimatiques

Aliquante, Laurent Protois

Logéal Immobilière

30-33

Ecole Nationale Supérieure Maritime

AIA Architectes Ingénieurs Associés, (Instens’cité, associés)

CODAH

34-37

Lycées Louise Michel & Louis Aragon

Archi5

Région Haute-Normandie

40-43

Les crayons de couleurs, centre de loisirs

MWAH, Etienne Lemoine architecte

Com’Com’ Epte-Vexin-Seine

46

Clos Saint-Martin, 10 logements individuels

Atelier Bettinger-Desplanques Architectes

Estuaire de la Seine

47

11 logements groupés

Ateliers 6.24

Logéal Immobilière

48

Quartier de 23 logements

Atelier TMF, Thorel, Michelier, Fort, architectes associés

SA HLM Elbeuf

49

Futur’en Seine, logements passifs

Bureau 112

Cirmad Prospectives

50

Immeuble Courbet, 37 logements

Atelier d’architecture Philippe Challes

SNI La Plaine Normande

51

Réhabilitation du groupe Barbès, 50 logements

MVT Architectes, Mahe-Verdure & Thirel

Alcéane, OPH de la Ville du Havre

52

Résidence Les pins au balcon, 67 logements

CBA Architecture

SA HLM Elbeuf

53

Maison BUQ

nubuqnu architectes, Matthieu Buquet, Núria Sabaté Giner

Particulier

54

Maison L

Emmanuel Côme Architecte

Particulier

55

Extension d’une maison individuelle

NDMA, Nicola di Matteo

Particulier

56

Maison BM, extension d’une longère

Emmanuel Côme Architecte

Particulier

57

Aménagement du parc Frédéric Passy

Folius Ecopaysage, Eric Germain, (Atelier 970, associés)

Commune de Gisors

58

Jardin du cloître

Atelier de Saint Georges, Bruno SAAS (Marie Caron Architecte, Commune de Petit-Quevilly Atelier des paysages, associés)

59

Rénovation urbaine, quatier Saint-Cyr

Atelier Lignes, (ATTICA, associés)

Commune d’Elbeuf-sur-Seine

60

Bâtiment administratif et services techniques

Atelier Bettinger-Desplanques Architectes

Com’Com’ Côte d’Albâtre

61

Ateliers du golf de Léry-Poses

ACAU Architectes

Syndicat mixte de la base de Léry-Poses

62

Maison de quartier Saint-Jacques

G2 Architectes, Grégory Gouard

Commune de Fécamp

63

Siège social d’Alcéane & 22 logements

Emmanuelle Colboc et associés, (COBE, associés)

Alcéane, OPH de la Ville du Havre

64

Seine Ecopolis, pépinière d’entreprises

Bureau 112, (O2 Architecture, Arc en Terre paysagistes, associés)

La CREA

65

Centre d’Incendie et de Secours

9 Bis Architecture

SDIS 76

66

Dojo

9 Bis Architecture

Com’Com’ Campagne de Caux

67

Centre aquatique Seine-Eure

DRD Architecture, (Goudenège architectes, associés)

C.A.S.E.

68

Maison de santé pluridisciplinaire

MVT Architectes, Mahe-Verdure & Thirel

Commune de Château-sur-Epte

69

VillAvenir, bâtiment Bepos

En Act Architecture

FFB Rouen-Dieppe

70

Institut de formation en soins infirmiers

ACAU Architectes

Centre hospitalier de Dieppe

71

Musée d’Histoire de la vie quotidienne

A4 Architectes

Commune de St-Martin-en-Campagne


PAGES

PROJET

MAÎTRE D’ŒUVRE

MAÎTRE D’OUVRAGE

72 n°1

Aménagement des rives et du centre-bourg

Agence Babylone

Commune de la Mailleraye-sur-Seine

n°2

Rénovation urbaine du quartier Puchot

Agence Topo

Commune d’Elbeuf-sur-Seine

n°3

Vestiaires du stade Delaune

ACAU Architectes

Commune de Dieppe

n°4

Groupe scolaire de l’Estuaire

G2 Architectes, Grégory Gouard

E.A.D. mandataire/Sivos de l’Estuaire/

n°5

Institut de Formation en Soins Infirmiers

ACAU Architectes

Centre Hospitalier du Rouvray

n°6

Hôtel-Pépinière d’entreprises

Atelier Bettinger-Desplanques Architectes

CCI Le Havre

Aménagement du centre-bourg

Folius Ecopaysage, Eric Germain

Commune de Villequier

n°8

Aménagement du pôle d’échanges de la gare

Folius Ecopaysage, Eric Germain

Commune d’Auffay

n°9

Rénovation et extension d’une maison ind.

Antoine Lainé Architectures

Particulier

n°10

Restructuration et extension EHPAD Noury

Bureau 112

Icade Promotion

n°11

Rénovation et surélévation d’une maison ind.

Antoine Lainé Architectures

Particulier

n°12

Centre de quartier du parc Saint-Cyr

Atelier de Saint Georges, Bruno SAAS

Commune d’Elbeuf-sur-Seine

Restructuration du gymnase

Atelier Module, Jean-Marc Crevel

Commune de Malaunay

n°14

Logements BBC

Atelier Module, Jean-Marc Crevel

SEMVIT

n°15

Extension B

BO.A, Julien Campus

Particulier

n°16

Bureaux du pressoir

Ateliers 6.24

CODAH

n°17

«La vague», médiathèque + Hôtel de ville

Equipage Architecture, Jean-Pierre Laubal & Alain Jaouen

Commune de Maromme

n°18

Salle polyvalente

DRD Architecture

Commune de St-Jacques/Darnétal

Restaurant scolaire du collège des Ormeaux

Ateliers 6.24

OGEC du collège des Ormeaux

n°20

Logements, parc Jean Macé

Ateliers 6.24

Logiseine

n°21

Gymnase

Atelier TMF, Thorel, Michelier, Fort, architectes associés

Commune de Sotteville-lès-Rouen

n°22

Extension de l’école Méret-Philipe

MVT Architectes, Mahe-Verdure & Thirel

Commune de Petit-Quevilly

n°23

Résidence Rosine Crémieux

CBA Architecture

ICF Habitat Atlantique

n°24

Résidence seniors

Ateliers 6.24

Cirmad Prospectives

Mairie de Corneville-sur-Risle

Acube Architectes

Commune de Corneville-sur-Risle

n°26

Rénovation et extension d’une maison ind.

NDMA, Nicola di Matteo

Particulier

n°27

Pôle environnemental et solidaire

Atelier d’architecture Pascal Séjourné

Association 1001 légumes

n°28

Maison individuelle

NDMA, Nicola di Matteo

Particulier

n°29

Rénovation et extension d’une maison ind.

NDMA, Nicola di Matteo

Particulier

n°30

Groupe scolaire

Fabri Architectes, Jean-Marc Fabri

Commune de St-Romain-de-Colbosc

41 logements

Atelier Piccon-Le Bruchec Architectes

Le Foyer du Toit Familial

n°32

Extension de la maison JSM

Emmanuel Côme Architecte

Particulier

n°33

Extension de la maisonJ

Emmanuel Côme Architecte

Particulier

n°34

Extension de la maison V

Emmanuel Côme Architecte

Particulier

n°35

Extension de la maison S

Emmanuel Côme Architecte

Particulier

n°36

Maison des Hogues

Architectures In Situ, Isabelle Chesneau

Particulier

73 n°7

74 n°13

75 n°19

76 n°25

77 n°31

81


CONTACTS

82

MAÎTRE D’ŒUVRE

ADRESSE

CONTACT

PAGES

9 Bis Architecture

ZA Rte de Fécamp RD925, 76110 Bretteville-du-Grand-Caux 9bis.architecture@wanadoo.fr

P. 65, 66

A4 Architectes

24 Rue Soeur Sainte-Fideline, 76260 Eu

accueil@a4architectes.com

P. 71

ACAU Architectes

35 Rue du Pré de la Bataille, 76000 Rouen

contact@acau-architectes.fr

P. 61, 70, 72,

ACAUM Architectes

15 Rue Jules Siegfried, 76600 Le Havre

acaum.lechevalier@acaum.com

P. 8-13

Acube Architectes

14 Rue Jean Bart, 76600 Le Havre

acube@free.fr

P. 76

Agence Babylone

56 Rue de Paradis, 75010 Paris

contact@agencebabylone.com

P. 72

Agence Topo

89 Rue Casimir Delavigne, 76600 Le Havre

agencetopo@orange.fr

P. 72

AIA Architectes Ingénieurs Associés

23 Rue de Cronstadt, 75015 Paris

aia.associes@a-i-a.fr

P. 30-33

Aliquante, Laurent Protois

11 Avenue Georges Métayer, 76000 Rouen

aliquante.archi@gmail.com

P. 14-17, 26-29

Archi5

48 Rue Voltaire, 93100 Montreuil

communication@archi5.fr

P. 34-37

Architectures In Situ, Isabelle Chesneau

67 bis rue St Maur, 76000 Rouen

contact@architectures-in-situ.com

P. 77

A.s.A. Architectes, Ivan Franic & Michel Garcin

23 Rue des Grands Augustins, 75006 Paris

asa.archi@free.fr

P. 18-21

Ateliers 6.24

348 Bis Rue Pablo Neruda, 76610 Le Havre

contact@ateliers6-24.fr

P. 47, 74, 75

Atelier d’architecture Philippe Challes

14 Rue Sthrau, 75013 Paris

architectes@philippechalles.eu

P. 50

Atelier d’architecture Pascal Séjourné

2386 Route de Thiberville, 27300 Bernay

p-sejourne-archi@orange.fr

P. 76

Atelier Bettinger-Desplanques Architectes

1 Rue Jacques Louer, 76600 Le Havre

bd.architectes@atelier-bd.fr

P. 8-13, 46, 60, 72

Atelier Lignes

12 Rue Albert Glatigny, 76000 Rouen

contact@atelierlignes.fr

P. 59

Atelier Module, Jean-Marc Crevel

47 Avenue Gustave Flaubert, 76000 Rouen

atelier.module@gmail.com

P. 74

Atelier Piccon-Le Bruchec Architectes

22 place Beauvoisine, 76000 Rouen

marie.lebruchec@free.fr

P. 77

Atelier de Saint Georges, Bruno SAAS

71 Rue du Bout d’Aval – 76690 St Georges/Fontaine

bruno.saas1@wanadoo.fr

P. 58, 73

Atelier TMF, Thorel, Michelier, Fort, architectes associés

900 Rue Herbeuse, 76230 Bois-Guillaume

contact@ateliertmf.com

P. 22-25, 48, 75,

BO.A, Julien Campus

54 Rue Saint-Gervais, 76000 Rouen

boa.architectes@gmail.com

P. 75

Bureau 112

28 Rue Sainte-Croix-des-Pelletiers, 76000 Rouen

architecte@bureau112.fr

P. 49, 64, 73,

CBA Architecture

9 Rue le Nostre, 76000 Rouen

agence@cba-architecture.com

P. 52, 75

DRD Architecture

10 Rue Thouret, 76000 Rouen

agence@drd-architecture.fr

P. 67, 74

Emmanuelle Colboc et associés

68 Rue de la Folie Méricourt, 75011 Paris

contact@emmanuelle-colboc.com

P. 63

Emmanuel Côme Architecte

1 Rue Léonard Bordes, 76000 Rouen

emmanuel.come@wanadoo.fr

P. 54, 56

En Act Architecture

Rue Lavoisier, 76260 Eu

contact@enact-architecture.fr

P. 69

Equipage Architecture, Jean-Pierre Laubal & Alain Jaouen

4 Rue Saint-Nicolas, 75012 Paris

equipage.architecture@wanadoo.fr

P. 74

Fabri Architectes, Jean-Marc Fabri

8 Rue de l’École, 76000 Rouen

jm.fabri@fabriarchitectes.fr

P. 76

Folius Ecopaysage, Eric Germain

970 Rue du Meniltat, 76190 Sainte-Marie-des-Champs

folius@folius.fr

P. 57, 73

G2 Architectes, Grégory Gouard

5 Quai Berigny, 76400 Fécamp

g.gouard@gouard-architecture.fr

P. 62, 72

Antoine Lainé Architectures

28 Rue des Charrettes, 76000 Rouen

antoilaine@hotmail.com

P. 73

MVT Architectes, Mahe-Verdure & Thirel

40 Boulevard des Belges, 76000 Rouen

mvt.architectes@orange.fr

P. 51, 68, 75

MWAH, Etienne Lemoine

1 Ter Rue ambroise bully, 27200 Vernon

contact@mwah.fr

P. 40-43

NDMA, Nicola di Matteo

10 Rue de la Tonne, 76230 Bois-Guillaume

contact@ndma-architectures.fr

P. 55, 76

nubuqnu architectes, Matthieu Buquet, Núria Sabaté Giner

1 Route d’humesnil 76890 Saint-Victor-l’Abbaye

info@nubuqnu.com

P. 53


RĂŠdaction, conception et rĂŠalisation : C.A.U.E. de Seine-Maritime Janvier 2016

Grand Prix Architecture Urbanisme 2016  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you