Page 1

Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 1


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 2


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 3

Grand Prix 2010 de l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 4


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

16:35

Page 5

Sommaire Préface de Michel Mercier, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés, président du Conseil général du Rhône ..................................................................................................... 6 Préface de Paul Delorme, vice-président du Conseil général du Rhône, président du CAUE du Rhône.............. 7 Le Grand Prix de l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône ....................................... 9 Avant-propos de Catherine Grandin-Maurin, directrice du CAUE du Rhône ................................................ 10 Accompagner les mutations sociales par Gabriel Ehret, journaliste et auteur en architecture et urbanisme...... 11 Carte des opérations nominées et lauréates ............................................................................................. 14 Les lauréats 2010 ..................................................................................................................................... 15 PRIX HABITAT ....................................................................................................................................... 17 PRIX ARCHITECTURE PUBLIQUE DE PROXIMITÉ ...................................................................................... 51 PRIX RÉHABILITATION ET CRÉATION CONTEMPORAINE ........................................................................... 67 PRIX AMÉNAGEMENT URBAIN ET PAYSAGER .......................................................................................... 81 PRIX DÉCOUVERTE ................................................................................................................................ 87

Remerciements ........................................................................................................................................ 95 Table des matières ................................................................................................................................... 96 Crédits photographiques ......................................................................................................................... 98 Les lauréats 2008 .................................................................................................................................... 99


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 6

Préface

our sa deuxième édition, le Grand Prix de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement du Rhône a pour thème : Habiter au XXIe siècle. En s’associant au CAUE pour soutenir des réalisations qui répondent aux exigences de l’habitat contemporain, le Département montre son engagement dans un domaine essentiel à la qualité de vie et donc aux relations entre les individus. Que ce soit en matière d’habitat individuel, d’architecture publique de proximité ou de création contemporaine, les lauréats du grand prix 2010 ont tous en commun la volonté d’articuler, par leur travail, un savoir faire de haut niveau et la prise en compte des orientations propres à notre époque.

P

Architecture, urbanisme, environnement, ces trois domaines sont indissociables dans une conception contemporaine de l’habitat. Ils sont aussi constitutifs d’un cadre de vie permettant un développement plus solidaire, thème au cœur de la notion de service public défendue par le Département. Mais ces aspects ne

remettent pas en cause la dimension esthétique des réalisations primées. En effet, si les compétences techniques sont déterminantes pour répondre aux critères d’évaluation mis en place par le jury, la création et l’innovation, le choix du beau geste sont toujours pris en compte. D’ailleurs, tous ces éléments sont liés, et c’est la caractéristique essentielle de ces constructions. Ainsi, le prix Réhabilitation et création contemporaine est-il emblématique de cette dimension où passé et présent se rejoignent pour créer un nouvel habitat dans le respect d’une histoire, l’écoute des besoins et le défi de la nouveauté. Au final, c’est toujours l’habitant ou l’usager qui est au cœur de cette architecture d’aujourd’hui : maison individuelle, logements sociaux, écoles ou commerces, tous ces lieux doivent être porteurs de qualité de vie. Ils redessinent d’ailleurs de nouveaux espaces dont la qualité est le signe d’un dialogue renouvelé entre les concepteurs et les collectivités qui s’engagent en faveur de cet habitat du XXIe siècle.

Michel Mercier, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés, président du Conseil général du Rhône


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 7

7

Préface

ux côtés des prix internationaux et nationaux qui couronnent chaque année les plus grands noms de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage, un nombre croissant de villes et de départements suscitent une saine émulation à travers des manifestations qui valorisent une production locale de qualité trop souvent ignorée des publications. C’est ainsi que le Département et le CAUE du Rhône ont décidé de créer le Grand Prix de l’Architecture, de d’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône et cette initiative a reçu le meilleur accueil, en particulier de la part des professionnels – près d’une centaine de dossiers ont été reçus – qui ont participé à cette première édition. Une trentaine d’opérations a été sélectionnée sur dossier par un jury composé à parts égales de représentants des collectivités locales, des professionnels, d’associations et de personnes qualifiées. La visite de chacune de ces réalisations, achevées depuis moins de cinq ans, a permis d’évaluer in situ leur qualité urbaine, leur insertion dans le paysage environnant, le soin apporté au traitement des espaces intérieurs, le degré de satisfaction des maîtres d’ouvrage mais également celui des usagers quand il a été possible de les rencontrer. Les opérations présentées dans cet ouvrage

A

constituent ainsi une photographie vivante de notre environnement. Si l’importance des réalisations situées dans l’agglomération et la ville de Lyon montre à l’évidence le dynamisme de l’activité du bâtiment sur ce territoire, il n’en demeure pas moins que ce prix a permis de découvrir et de souligner les efforts produits par de nombreuses communes rurales pour mettre en œuvre des concours en matière d’équipements publics comme d’aménagements urbains et paysagers. Désigner cinq prix n’a pas été chose facile ; c’est la raison pour laquelle deux mentions « architecture » ont été décernées au regard du nombre et de la qualité des projets présentés. Que les membres du jury soient ici vivement remerciés de s’être acquittés de leur tâche avec zèle et professionnalisme. Qu’il me soit également permis de remercier chaleureusement tous les maîtres d’œuvre et les maîtres d’ouvrage qui se sont mobilisés pour cette édition 2008 du Grand Prix. D’ores et déjà, je leur donne rendez-vous en 2010 pour la prochaine session afin de relever ensemble le défi de la qualité architecturale, urbaine, paysagère et environnementale qui s’impose désormais dans tous les choix de construction et d’aménagement.

Paul Delorme, vice-président du Conseil général du Rhône, président du CAUE du Rhône


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 8


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 9

9

« Le Grand Prix de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement du Rhône a vocation à promouvoir la qualité architecturale, urbaine et paysagère dans le département. Il récompense le savoir-faire et les compétences des concepteurs ainsi que la qualité des relations entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre. Il récompense également les collectivités territoriales du département pour leur engagement en faveur de la création et de l’innovation. » (Article 2 du règlement – Objectifs).

e Département du Rhône, soucieux de stimuler l’innovation architecturale, urbaine et paysagère dans le département, et le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône se sont associés pour organiser la 2e édition du Grand Prix de l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône 2010. Il est ouvert à tous les maîtres d’œuvre et concepteurs (architectes, paysagistes, urbanistes…), ainsi qu’aux maîtres d’ouvrage publics et privés. Seules les opérations réalisées dans le département du Rhône et livrées entre le 1er janvier 2005 et le 1er juin 2010, à l’exception des opérations d’aménagement paysager pour lesquelles la période est étendue du 1er janvier 2000 au 1er juin 2010, date limite de dépôt des candidatures, pouvaient concourir. Cette deuxième édition, placée sous le thème Habiter au XXIe siècle, est particulièrement destinée à mettre en relief les opérations novatrices en matière d’habitat.

L

• Prix Habitat • mention maison contemporaine • mention logement collectif et intermédiaire • mention habitat social • Prix Architecture publique de proximité • Prix Réhabilitation et création contemporaine • Prix Aménagement urbain et paysager • Prix Découverte Le Prix Découverte est destiné à promouvoir une jeune équipe dans l’une des catégories. Il est décerné à un concepteur (architecte, urbaniste, paysagiste) mandataire pour l’une de ses œuvres réalisées dans le département du Rhône. Ce prix est doté d’un montant de 5 000 €.

• Prix du Public Le public était invité à voter pour l’opération de son choix sur le site internet du CAUE du Rhône entre juillet et octobre 2010. Cette votation a donné lieu à une large campagne de communication relayée notamment par un supplément du Progrès paru le 1er octobre 2010. Le Prix du Public a été décerné le jour de la cérémonie de remise des prix.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 10

Habiter le XXIe siècle e thème de cette deuxième édition du Grand Prix de l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement, a mobilisé, de juin à novembre 2010, architectes, maîtres d’ouvrage, paysagistes, urbanistes et collectivités locales, dans une compétition loyale pour décrocher un trophée qui inscrira auteurs et réalisations dans l’actualité de la création architecturale et urbaine de ces cinq dernières années. Après une sélection de trente opérations dans les domaines aussi divers que le logement, l’architecture publique, les aménagements paysagers, il a fallu départager les candidats selon des critères débattus avec les membres d’un jury de professionnels choisis pour leur impartialité et leurs compétences. Insertion dans le site et le paysage, dessin et composition architecturale, dialogue intérieur extérieur, qualité du

L

traitement et de l’organisation des espaces au regard du programme, prise en compte des énergies renouvelables, souci du détail, qualité de la mise en œuvre et des matériaux mais aussi résultats obtenus malgré des impératifs budgétaires importants, sont autant de facteurs qui ont guidé le choix des sept prix décernés. Il est réconfortant de constater, dans une période de difficultés économiques, la qualité de cette production, mais aussi un retour à la simplicité et à l’évidence des réponses apportées, sans toutefois gommer la complexité qu’elles sous-entendent. Souhaitons que cette attitude se propage à l’échelle du département et que des opérations exemplaires puissent, dans les années qui viennent, concourir toujours plus nombreuses, à ce Grand Prix. Catherine Grandin-Maurin, directrice du CAUE du Rhône


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 11

11

Accompagner les mutations sociales our sa deuxième édition, le Grand Prix a suscité 68 candidatures : léger recul en nombre, progression par la nette qualité de l’ensemble. Comme en 2008, la taille de l’agglomération lyonnaise fait que celle-ci concentre la majorité des réalisations proposées, le reste du Rhône ayant néanmoins envoyé une palette fournie de maisons individuelles. Pour un département au riche patrimoine bâti, l’installation d’un gîte dans un ancien corps de ferme à Regnié-Durette, étrangement, représentait l’unique réhabilitation en lice. Et peu nombreuses étaient les opérations publiques concourant hors la métropole alors même qu’en tout point du département elles ne manquent pas, et que les collectivités locales maîtres d’ouvrage s’y engagent fortement en faveur de la création contemporaine. À ce critère d’engagement des collectivités territoriales fixé par le Prix, trois réalisations répondent parfaitement. L’école communale de Montagny montre le matériau bois dans une arborescence dont la sophistication n’est pas très loin de ce que Shigeru Ban et Jean de Gastines viennent d’atteindre avec le Centre Pompidou Metz ; l’équipement offre aussi au bourg une liaison piétonne traversante. À Anse, la commune n’a pas craint d’autoriser une demeure lançant son porte-à-faux aux pieds de la cité historique. Et pour un ensemble d’habitat social au cœur de Villefranche, c’est un bailleur local, HBVS, qui a osé un enduit rubicond à faire pâlir les crus beaujolais, et déployé une richesse d’espaces extérieurs privatifs que certaines résidences en promotion libre n’atteignent pas.

P

À la catégorie Architecture publique du Prix s’adjoint le critère « de proximité ». La disproportion de taille entre l’agglomération centre et les autres communes fait que certaines réalisations situées sur son territoire ont cette valeur de proximité tout en relevant de programmes et budgets d’échelles bien plus importantes. Ainsi la gare Jean Macé profite-t-elle aux habitants du 7e arrondissement lyonnais et aux personnes y travaillant comme à des voyageurs de tout Rhône-Alpes. De même, les espaces publics recomposés à la Duchère : ils épousent chaque pied d’immeuble mais, au total, représentent plus de 6 ha, pour 14,5 millions d’euros. Dans cette catégorie Espaces urbains et paysagers, l’ampleur des opérations présentées va de pair avec le fait que toutes sont lyonnaises ou grand lyonnaises. Six seulement étaient en compétition, sous-représentation regrettable. On s’en consolera par l’intérêt de la plupart des dossiers. ZAC de la Mendillonne à Saint-Germain-au-Mont-d’Or, le Grand Lyon a agencé parc et voiries de manière à établir une composition continue jusqu’au secteur précédemment traité de la gare TER et son parking. Quai Rambaud à Lyon, Latz+Partner ont adapté au port fluvial désaffecté la méthode qu’ils s’étaient fixée pour le parc installé dans une ancienne aciérie de la Ruhr, à Duisbourg-Nord, méthode faisant de la reconversion des


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 12

vestiges industriels le fondement du projet paysager. N’est-ce pas là pratiquer ce développement durable dont nous comprenons enfin l’urgence ? Autre façon pour les espaces publics d’aller en ce sens : intégrer les eaux pluviales à la composition paysagère pour ne pas avoir à renforcer les réseaux d’assainissement et restreindre les risques d’inondation, comme ceci est mis en œuvre ZAC de la Mendillonne et square Averroës, à la Duchère. Il se trouve aussi des bâtiments en compétition où le développement durable est abordé de manière à la fois diverses et astucieuses sans recourir à la pointe de l’innovation. Ainsi la maison Biscuit, où une ventilation naturelle résulte d’une communication très généreuse entre les deux niveaux, grâce notamment à l’ample trémie d’escalier. Parfois, le choix est fait d’associer dispositif bioclimatique simple et équipement high tech : la toiture d’une habitation en cœur d’îlot joue de complémentarité entre une partie végétalisée, qui apporte sa régulation thermique, et une autre constituée de trois bulles en membrane ETFE à motifs peau de léopard, qui transmet la lumière naturelle sans exposer aux regards plongeants, et se gonfle en permanence pour éviter condensation et salissures. Rassembler plusieurs foyers ou cellules de vie dans un programme de maison individuelle concourt à un développement harmonieux en diminuant la consommation de foncier, et en jouant de certains espaces partagés qui vont à rebours de notre égoïsme naturel. Plusieurs réalisations présentées mais non primées allaient dans ce sens, chacune située en milieu urbain dense. À Villeurbanne, une construction se décompose en deux volumes accolés : demeure principale élevée sur deux niveaux, studio de plain pied. Ce dernier, destiné à une jeune fille au pair ou une location, dispose d’un accès au jardin ainsi que de sa propre entrée sur rue. À Lyon, en limite du secteur Patrimoine mondial Unesco, deux commandes successives au sein d’un même micro-îlot ont échu au même architecte : la première était l’habitation du couple commandi-

taire, la seconde abritera grand-maman ou un oncle, un jardin commun fait communication. Mari et femme transposent là un mode d’habitat familial de leur Vietnam natal. Pareil regroupement des générations commence à transformer l’architecture domestique des mégapoles japonaises : se multiplient les réalisations où le foyer se double d’un espace de vie pour les grands-parents avec, par exemple, une terrasse partagée, l’ensemble s’agençant soit verticalement, soit par enfilade ou emboîtement. Raisons à cela, l’exiguïté plus la cherté des terrains et le rôle que retrouvent les aïeuls dans la prise en charge des petits. Cherté du foncier urbain plus carence française en logements étudiants sont à l’origine du programme livré sur le campus lyonnais de la Doua : un des immeubles offre des appartements permettant des colocations. Puisse ce type d’habitat faciliter l’accès à l’université de jeunes d’origine modeste. Le rapprochement des générations par des habitations associées élargit notre vision commune du développement souhaitable : en plus de densifier la ville, il rétablit des entraides et transmissions familiales et peut retarder le départ des aïeuls en des lieux de fin de vie. On pourrait imaginer que parmi les treize maisons en compétition, il y en ait qui aillent dans ce sens, la majorité disposant de vastes superficies propres à division. Corrélativement, la plupart se situent dans des communes à populations aisées. On sait que le niveau de revenus et de culture conditionne le recours à un architecte pour sa maison, mais il faut absolument redire qu’à budget modéré, un homme de l’art exigeant réussira des constructions riches pour l’œil et le plaisir d’habiter. Les exemples déjà cités sont éloquents comme, en matière de logement collectif, les opérations Piano à queue ou Antiquaille. Puisque nous parlons richesse formelle, il ne faut pas cacher que certaines réalisations présentées sacrifient aux effets à la mode (boîtes en porte-à-faux…) ou références illustres (la période puriste du Corbusier, immanquablement, les villas d’un Pierre Koenig en


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

23/12/10

9:14

Page 13

13

balcon sur Los Angeles). L’exercice de la réhabilitation aiderait-il à dépasser ce stade de l’emprunt, en fournissant un existant et en obligeant à composer avec lui, dans les deux sens du terme ? Toujours est-il que les deux créations les plus percutantes à nos yeux relèvent de cette catégorie Réhabilitation. Catégorie, il est vrai, la plus fournie en nombre de réponses, avec les maisons individuelles, ce qui ne fait qu’illustrer la part croissante des rénovations et reconversions dans l’activité générale du bâtiment. Voici des générations qu’églises et châteaux désaffectés doivent se chercher d’autres usages – qui parfois les vident de leur suc originel (voir un certain château en compétition pour le Prix) – ; désormais certains édifices récents que l’on disait sans intérêt architectural font aussi l’objet de restructurations s’attachant à les mettre en valeur, telle cette demeure de 1967 à Sourcieux-les-Mines, agrandie selon le même module constructif, ou l’hôtel de Meyzieu qui lui est contemporain, devenu maison individuelle. Les deux interventions à nous avoir enthousiasmé portent, l’une sur un théâtre du XIXe siècle dans le vieux quartier populaire de la Guillotière, à Lyon, théâtre métamorphosé en deux maisons de ville (Kaa architectes). Et la seconde sur un immeuble du XVIIIe siècle sis 25, rue Royale, de l’autre côté du Rhône, que son propriétaire le bailleur social SCIC Habitat a confié à l’agence Detry & Lévy pour restauration des façades et

de la cour. Detry et Lévy n’ajoutent à l’édifice néoclassique aucun élément qui n’apporte en plus une amélioration fonctionnelle pour les habitants, leçon que nombre de leurs confrères devraient méditer. Ainsi le cube fait d’arêtes d’acier, suspendu au-dessus des têtes au centre de la cour. Il cadre le regard en direction des façades, en révélant par son minimalisme combien leur dessin est épuré. Et le soir venu, produit deux carrés d’une douce lumière bleue qui sécurise tout l’espace, montre leur chemin aux passants empruntant la traboule. L’architecture, art sensible autant que mental. Du théâtre Second Empire ne restait que la verrière qui avait couvert la salle, verrière portée par une charpente bois rayonnant jusqu’aux murs qui enclosent la parcelle. Par la façon de glisser les deux maisons à travers ces vestiges, Kaa produit une gradation d’espaces, du plus intime dans chacune des demeures jusqu’à d’autres qu’elles partagent totalement, telle la terrasse centrale suspendue, en passant par des balcons privatifs mais d’où l’on découvre plus ou moins le domaine de son voisin. Tout ceci dans une alliance virtuose d’interpénétrations spatiales – on ne sait parfois si l’on est dehors ou dedans –, et de variations des intensités de lumière, depuis la modulation progressive jusqu’à des contrastes véritablement piranésiens. L’architecture, ou comment vient le bonheur d’être en un lieu. Gabriel Ehret, journaliste et auteur en architecture et urbanisme


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 14

CARTE DES OPÉRATIONS NOMINÉES ET LAURÉATES


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

23/12/10

9:15

Page 15

15 LES LAURÉATS 2010

PRIX HABITAT Piano à queue - Lyon 9e Maître d'ouvrage : Diagonale Maître d'œuvre : Régis Gachon architecte Date de réception : 2006 MENTION MAISON CONTEMPORAINE Maison Biscuit - Rhône Maître d'ouvrage : Pierre Minassian Maître d'œuvre : Agence AUM Date de livraison : 2006 MENTION LOGEMENT COLLECTIF 93 logements et commerces - Lyon 2e Maître d'ouvrage : ICF Novedis Maître d'œuvre : Beguin & Macchini architectes Date de livraison : 2009 MENTION HABITAT SOCIAL Terre-Neuve - Villefranche-sur-Saône Maître d'ouvrage : HBVS (Habitat Beaujolais Val de Saône) Maître d'œuvre : Petitdidier & Prioux architectes Date de livraison : 2009 PRIX ARCHITECTURE PUBLIQUE DE PROXIMITÉ Groupe scolaire des Landes - Montagny Maître d'ouvrage : Commune de Montagny Maître d'œuvre : AFAA Architecture Date de livraison : 2009 PRIX RÉHABILITATION ET CRÉATION CONTEMPORAINE PRIX DU PUBLIC Deux maisons dans un ancien théâtre - Lyon 3e Maître d'ouvrage : PH Frappat - MM Bonneviale Maître d'œuvre : Kaa architectures Date de livraison : 2006 PRIX DÉCOUVERTE La Cadole de Palladio - Le triplex - Régnié-Durette Maître d'ouvrage : Adeline et Alexandre Seguin Maître d'œuvre : Jacques et Virginie Rival Date de livraison : 2009


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 16


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 17

PRIX HABITAT Lyon 9e – Piano à queue (Prix) Rhône – Maison Biscuit (Mention maison contemporaine) Lyon 2e – 93 logements et commerces (Mention logement collectif et intermédiaire) Villefranche-sur-Saône – Terre-Neuve (Mention habitat social) Opérations nominées Mention maison contemporaine Rhône Rhône Rhône Rhône

– Maison – Maison – Maison – Maison

individuelle individuelle individuelle individuelle

Mention logement collectif et intermédiaire Champagne-au-Mont-d’Or – Les Poiriers Châtillon-d’Azergues – Les Terrasses de Châtillon Lyon 5e – Pôle d’entrée de l’Antiquaille Mention habitat social Corbas – Les Taillis La-Tour-de-Salvagny – Double jeu Oullins – Les Baies d’Oullins Saint-Genis-Laval – Foyer de vie Le Tremplin


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 18

Prix Habitat

Rue de la Martinique 69009 Lyon Date de réception : 2006 Maître d’ouvrage : Diagonale Maître d’œuvre : Régis Gachon SHON : 3 253 m2 SHOB : 6 197 m2 Coûts (honoraires compris) : 5 700 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 19

Lyon 9e Piano à queue

19

Un habitat intermédiaire pour un îlot urbain

C

e programme de logements propose la réalisation d’un îlot ouvert, diversifié dans sa morphologie et ses typologies, redessinant la rue par un habitat discontinu et un épannelage diversifié des volumes bâtis. Les ruptures d’alignement offrent des apports de lumière sur la rue et des transparences vers les jardins privatifs et collectifs dans l’idée de renouveler la pratique urbaine du piéton. Le projet propose la réalisation de logements intermédiaires en R+2 : en rez-de-chaussée, des logements ouverts sur des jardins privatifs, à l’étage des logements en duplex bénéficiant d’une terrasse en double hauteur. Ce dispositif permet en outre d’organiser les relations visuelles entre les logements superposés et de créer les conditions d’un vivre ensemble en ville. L’accès au logement s’effectue par des venelles perpendiculaires à la rue qui se prolongent par des escaliers individualisés pour les logements situés au premier niveau. Les limites sur la rue sont matérialisées par des murs façades; la clôture, le mur, la grille, le portillon et le bâti forment un

même ensemble continu dessinant l’épannelage contrasté de l’îlot. L’ensemble offre une porosité propre à accueillir une végétation et une lumière généreuses, débordantes sur l’espace public et accueillantes pour un habitat qualitatif.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 20


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 21

21


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 22

Mention Maison contemporaine

Date de réception : 2006 Maître d’ouvrage : Pierre Minassian Maître d’œuvre : Agence AUM SHON : 260 m2 SHOB : 260 m2 Coûts (hors honoraires) : 1 650 €HT/m2


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 23

Rhône Maison Biscuit

Une écriture résolument contemporaine ette maison est construite dans une petite commune de la région lyonnaise sur un terrain très en pente (20 à 50 %) profitant d’une large vue panoramique. La maison de 23 x 7 m est encastrée dans la pente, permettant aux deux niveaux d’être de plain-pied et de s’ouvrir largement sur la vue, tout en offrant aux espaces intérieurs une grande fluidité. La structure de la construction est mixte, associant béton et acier. Tous les matériaux sont bruts, béton pour l’enveloppe, acier pour la structure et les châssis, bois non traité pour le rideau. À lui seul, le rideau de bois a nécessité plus de 200 heures de travail. Cet élément constitue une particularité forte de la maison ; les pièces le composant ont été appelées ironiquement « biscuits » par des voisins perplexes. Le rideau répond toutefois à des fonctions précises. Il participe à l’insertion de la maison dans le paysage dont les constructions locales sont élevées en pierres beiges claires. Il possède également un rôle thermique puisqu’il réduit fortement les impacts solaires en façade est, sur les chambres, tout en conservant le champ de vision des grands vitrages en hauteur. Installé sur rail, il peut être ouvert et rabattu latéralement. Il offre en outre la qualité d’isoler visuellement les chambres depuis l’extérieur en créant un effet miroir sur la façade par second jour. Les pièces à vivre de la maison sont situées au niveau bas ; les chambres sont à l’étage. De larges baies coulissantes permettent d’ouvrir complètement le séjour de la maison sur le jardin.

C

23


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 24

Mention Logement collectif et intermédiaire

Rue Seguin Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : ICF Novedis Maître d’œuvre : Beguin & Macchini architectes SHON : 8 297 m2 SHOB : 15 170 m2 Abords espaces verts : 1 510 m2 Coûts (honoraires compris) : 12 770 053 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

e

22/12/10

15:21

Page 25

Lyon 2e 93 logements et commerces

Un îlot de logements à l’échelle du quartier Confluence et ensemble de logements s’élève sur une parcelle située à l’angle de la rue Seguin et du cours Bayard dans le quartier du Confluent, en lisière de voies SNCF. Il comprend dans le détail : 1 T1, 27 T2, 42 T3, 16 T4 et 6 T5. Les logements sont organisés en trois plots de hauteur R+7 ménageant des failles sur l’espace intérieur en créant un bâti discontinu le long de la rue Seguin. Chaque plot compte trois logements par niveau. Les logements de 2 pièces sont principalement orientés à l’est et leurs séjours bénéficient d’une grande fenêtre au sud. Les autres logements de type T3 et T4, orientés à l’ouest, donnent sur le jardin et offrent une vue sur la colline de Sainte-Foy-lèsLyon. Le dernier plot, situé contre le talus SNCF (R+8), présente la même typologie que les précédents. Des grands logements de 5 pièces en duplex sont localisés aux étages R+7 et R+8. Les loggias donnant sur le talus SNCF bénéficient d’une double peau vitrée avec protection solaire. La réalisation d’une bande d’habitat en R+2 parallèlement aux voies ferrées a permis de limiter les nuisances acoustiques liées au trafic et de préserver la tranquillité de la cour de la parcelle en introduisant une forme d’habitat complémentaire. Ces maisons de villes s’organisent autour d’un patio ouvert sur le jardin et sont orientées à l’est et au sud-est. La majorité des séjours bénéficient ainsi d’une double exposition permettant une ventilation naturelle des pièces. Certains logements, les quatre pièces notamment, possèdent une triple orientation.

C

25


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 26

Mention Habitat social

Passage Saint-Laurent Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : HBVS (Habitat Beaujolais Val de Saône) Maître d’œuvre : Petitdidier & Prioux architectes SHON : 2 700 m2 SHOB : 3 800 m2 Abords espaces verts : 1 000 m2 Coûts (honoraires compris) : 4 100 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 27

Villefranche-sur-Saône Terre-Neuve

27

Diversité, intimité : une nouvelle façon d’habiter e programme de l’opération concerne la construction de 30 logements intermédiaires en R+2. La parcelle, tout en longueur entre un boulevard très passant et un jardin public jusqu’ici enclavé, accueillait auparavant un foyer de jeunes travailleurs sur un vaste parking. L’implantation se fait perpendiculairement au boulevard afin de ménager un passage public. La nouvelle venelle dégage deux sites de part et d’autre en fonction des épaisseurs de terrain disponibles : au nord, une barrette traversante de 18 logements, au sud, 12 maisons imbriquées. L’ensemble est assis sur un parking offrant environ 2 places de stationnement par logement. Au nord, les logements collectifs, de R+2 à R+1 sont disposés sur toute la longueur de la parcelle et offrent une accroche sculpturale coté boulevard. Un espace « tampon » est créé entre les logements et l’espace public sous la forme d’un balcon filant (plein sud) abrité d’une peau de bois à clairevoie et modulable. À l’intérieur des logements, les circulations ont été réduites au minimum (1,5 m²) afin d’augmenter les surfaces des salons de presque 25 % par rapport à une opération standard. Les « unités » superposées s’apparentent quant à elles à des maisons individuelles avec un espace extérieur qui se présente soit

L

sous la forme d’un « jardin-patio » pour les logements du rez-de-chaussée, soit sous la forme d’une « terrasse-enclos » pour les logements situés à l’étage. La volumétrie de l’opération emprunte au vocabulaire découpé des maisons et des anciens ateliers situés à proximité et utilise la tuile imposée par la réglementation urbaine comme un élément de définition d’un « paysage des toitures ».


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 28

Maison contemporaine

Date de réalisation : 2009 Maître d’œuvre : Molnar Piccinato SHON : 300 m2 Coûts (honoraires compris) : 472 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 29

Rhône Maison individuelle

Un jeu de volumes dans un écrin de verdure e projet est situé au cœur d’une commune de la région lyonnaise sur un terrain de 1 ha, constitué d’une grande prairie entourée de hauts murs de pierre et d’un épais rideau de sapins. La maison est implantée à l’angle nord-ouest du terrain et s’inscrit discrètement dans son environnement. Son architecture résulte d’une démarche de haute qualité environnementale partagée par les commanditaires, tant d’un point de vue énergétique que dans le rapport au paysage, la qualité des matériaux et leur mise en œuvre, sans parler de la définition des espaces. Le programme est celui d’une maison pour deux personnes avec une bibliothèque et un espace atelier indépendant. L’espace familial s’organise en rez-dechaussée, l’atelier étant quant à lui posé perpendiculairement sur le toit, en porte-à-faux côté sud. Le porte-à-faux au nord abrite le volume de la bibliothèque. Le rez-dechaussée forme un ensemble compact, construit en briques monomur de 50 cm d’épaisseur, enduit à la chaux. Il est couvert par une toiture terrasse en béton végétalisée, l’ensemble apportant une forte inertie thermique. Sa façade sud, ouverte sur la prairie, est constituée de trois strates réglant les vues et gérant la protection solaire et les apports thermiques. Celle-ci est rythmée par une alternance de voiles en béton et de baies largement ouvertes. L’étage, en opposition, est formé d’une construction en charpente traditionnelle en pin, réglée thermiquement par une sur-isolation de la toiture et une ventilation naturelle facilitée par les larges ouvertures est, ouest et sud

L

29


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 30

Maison contemporaine

Date de réalisation : 2010 Maître d’œuvre : Atelier Vera & Barrand Architectes SHON : 240 m2 SHOB : 520 m2 Abords espaces verts : 1 000 m2 Coûts (honoraires compris) : 620 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 31

Rhône Maison individuelle

Deux villas à flanc de colline e projet est celui de deux maisons jumelées construites sur une parcelle en lisière de la colline de la CroixRousse, offrant un panorama spectaculaire sur Lyon, Villeurbanne, Rillieux-la-Pape et les paysages à l’est et au sud de l’agglomération. La parcelle résulte de la division d’une propriété bourgeoise et décrit l’emprise de son ancien jardin d’agrément et de son arboretum. Le programme de la maison sélectionnée dans le cadre du Grand Prix [à gauche sur la photographie de la p. 28 ] comprend la création de pièces de vie communes (séjour, salle à manger, cuisine, entrée), de chambres (parents, enfants, amis), de pièces de service (salle de bains, salle d’eau, garage) et de pièces extérieures en relation avec le paysage. La maison est implantée en partie haute de la parcelle et bénéficie ainsi de tous les points de vue. Côté rue, les accès (entrée, garage) s’inscrivent en retrait de la façade traitée comme un mur d’enceinte en béton. Tirant parti du relief, la maison se développe sur deux niveaux distincts, au plus près du terrain naturel. Le premier niveau, de plain-pied avec la rue, rassemble les espaces d’accès et les espaces de vie. La disposition du rez-dechaussée ménage au sud de la maison une vaste terrasse. Les façades, rythmées par l’alternance de vitrages coulissants ou fixes, assurent une grande fluidité entre les espaces intérieurs et extérieurs. Le second niveau comprend les chambres et leurs pièces d’eau qui prennent place dans un volume perpendiculaire à la pente, légèrement surélevé par rapport au sol naturel.

L

31


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 32

Maison contemporaine

Date de réalisation : 2007 Maître d’œuvre : Michel Guillot architecte SHON : 196 m2 SHOB : 286 m2 Coûts (honoraires compris) : 362 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 33

Rhône Maison individuelle

Habiter dans la pente ette maison a été conçue à destination d’une famille de quatre personnes avec une pièce supplémentaire faisant office de bureau et de chambre d’amis ; un garage spacieux pouvant accueillir deux voitures ainsi qu’un coin atelier étaient en outre explicitement désirés. L’intégration au site, – qui présente une forte pente d’environ 40 % – et la présence d’une grande partie boisée à préserver constituaient une contrainte majeure de même que la préservation des points de vue sur la vallée de la Saône et la création d’espaces extérieurs protégés du bruit et des visà-vis latéraux. La maison abrite au niveau le plus bas un garage et deux niveaux d’habitation nettement distincts bénéficiant de larges ouvertures à l’est, au sud et à l’ouest. Les escaliers sont placés contre la façade nord qui n’est percée que de meurtrières afin de limiter les déperditions. Ils desservent quatre chambres et les locaux techniques au niveau intermédiaire. À l’étage supérieur, le salon et la cuisine traversants occupent tout l’espace. La façade est entièrement vitrée à l’est comme à l’ouest. Une terrasse prolonge toute la longueur du bâtiment et constitue un lieu de vie extérieur protégé des rumeurs des quais de la Saône. À l’est, le toit du niveau inférieur offre une terrasse accessible depuis la cuisine qui ouvre sur le val de Saône. La maison a été étudiée en vue d’une faible consommation énergétique (apports solaires, géothermie, inertie thermique).

C

33


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 34

Maison contemporaine

Date de réalisation : 2009 Maître d’œuvre : Fabien Perret architecte SHON : 130 m2 SHOB : 70 m2 (terrasse) Coûts (honoraires compris) : 185 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 35

Rhône Maison individuelle

L’agrandissement d’une maison moderne e cahier des charges de cette opération touche à l’agrandissement d’une maison construite en 1967 par l’architecte Marc Dosse qui compte pour l’un des collaborateurs de Jean Prouvé, célèbre spécialiste des constructions métalliques préfabriquées. La structure d’origine, faite de poutrelles et de panneaux, a permis l’agrandissement de la maison à l’emplacement de l’une des terrasses couvertes qui courent le long des quatre façades. D’un plan rigoureusement carré de 16 x 16 m, la maison affecte désormais un plan rectangulaire de 16 x 21,3 m comprenant une nouvelle terrasse couverte de 70 m2. La façade existante à l’ouest a été remplacée par des baies vitrées sur toute sa longueur. Un nouveau soubassement, construit dans la pente, accueille en rezde-jardin les espaces dédiés aux enfants, c’est-à-dire deux chambres, une pièce de jeu ainsi qu’une salle de bains. Afin de conserver à la maison son caractère originel, l’extension a été réalisée en charpente métallique avec un toit en acier engravillonné. Les huisseries sont en aluminium. Le programme poursuit également des objectifs environnementaux (vitrage faiblement émissif, menuiserie à rupture de pont thermique, isolation renforcée, pompe à chaleur).

L

35


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 36

Logement collectif et intermédiaire

18 bis, boulevard de la République Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : Immobilière Rhône-Alpes Maître d’œuvre : Yves Moutton architecte SHON : 2 100 m2 SHOB : 3 262 m2 Abords espaces verts : 1 750 m2 Coûts (honoraires compris) : 1 265 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 37

Champagne-au-Mont-d’Or Les Poiriers

37

L’urbanité du logement social ’opération Les Poiriers compte 21 logements sociaux répartis en 7 logements collectifs et 15 maisons individuelles, implantés sur un terrain en longueur s’étirant entre deux rues situées à proximité du centre ville. Les limites longitudinales sont matérialisées au nord par des maisons isolées et au sud par une voie privée de lotissement et quelques maisons. Une voie nouvelle à sens unique a été créée pour desservir l’ensemble de l’opération. La configuration de la parcelle a permis de développer de l’habitat individuel autour de l’usage du piéton dans une architecture faite de séquences courtes, de murets, d’entrées, d’aménagements extérieurs soignés, appropriables et domesticables. Les maisons, orientées est-ouest et accolées par groupe de trois, donnent cha-

L

cune sur un jardin privatif. Elles se répartissent perpendiculairement à la ruelle, suggérant un profil sur l’espace public et des vues en enfilade maîtrisées. La qualité des dégagements, le développement durable mais aussi économique, la limitation de la voirie ont guidé la définition du projet. Une telle implantation a permis de préserver un maximum d’espaces verts. Le parc de stationnement est installé entre les deux bâtiments afin d’être dissimulé. Les logements collectifs sont accessibles par une galerie en structure bois et offrent tous une double orientation. Les logements sont des duplex traversants, profitant d’une hauteur importante dans le séjour. Outre un chauffage au gaz, l’opération intègre une production d’eau chaude solaire.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 38

Logement collectif et intermédiaire

Route d’Alix Date de réalisation : 2008 Maître d’ouvrage : SCI les Terrasses de Châtillon Maître d’œuvre : Barrès-Coquet architectes SHON : 1 454 m2 SHOB : 2 960 m2 Abords espaces verts : 1 450 m2 Coûts (honoraires compris) : 1 630 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 39

Châtillon-d’Azergues Les Terrasses de Châtillon

Des maisons groupées en lisière de village e programme comprend la construction de huit maisons groupées sur un terrain de 4 000 m2 très en pente à proximité du village de Châtillon-d’Azergues dominé par les ruines imposantes de son château et de sa chapelle Saint-Barthélemy construite au XIIe siècle. L’idée était d’introduire à proximité du centre bourg, une opération qui mette en relation des espaces de vie collectifs (rue, passages) avec des espaces de vie individuels (jardin, terrasse) et de rendre possible l’équilibre entre intimité (confort individuel) et proximité (ensemble groupé). Une réflexion spécifique a été menée afin d’adapter le programme à la déclivité naturelle du terrain. Ainsi, la composition architecturale se caractérise-t-elle par un jeu volumétrique propre, lié à la forte pente (35 %). De plus, un décalage des volumes dans le sens horizontal et dans le sens vertical vient enrichir la forme architecturale et garantir la préservation de l’intimité dans chaque espace privatif (jardin, terrasse). Les maisons, desservies par une voie centrale et par des escaliers pour les espaces privatifs des terrasses et des jardins, sont de deux types : triplex (maison du haut T5 de 183 m2) et duplex (maison du bas

L

T4 de 150 m2). Les pièces principales (séjour ou chambres) sont reliées aux terrasses et aux jardins et profitent d’une vue imprenable sur le château et le village tandis que les pièces secondaires ou techniques (cellier, rangement, sanitaires) sont placées à l’arrière, le plus souvent ces dernières étant semi-enterrées. Le confort thermique d’été et d’hiver est obtenu par une orientation favorable, une forte inertie des matériaux, une isolation adaptée et la présence de stores en façade ouest.

39


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 40

Logement collectif et intermédiaire

Rue de l’Antiquaille Date de réalisation : 2010 Maître d’ouvrage : SACVEL Maître d’œuvre : Clément Vergely architectes SHON : 1 957,79 m2 SHOB : 4 194,85 m2 Coûts (honoraires compris) : 2 544 246 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 41

Lyon 5e Pôle d’entrée de l’Antiquaille

41

Un dialogue avec le patrimoine a consultation, lancée par la SACVL en mai 2006, portait sur la conception du « morceau d'entrée » du site de l’Antiquaille, le long de son axe historique est-ouest, articulant la réhabilitation de l'ancienne chaufferie à des fins culturelles et la conception d'un bâtiment de logements. Les réflexions se sont orientées vers la conception de refends séparatifs entre les logements, masquant l'usage des balcons depuis l'espace public, en particulier depuis le site archéologique. Le maintien du profil naturel du sol permet une descente progressive du chemin piétonnier en même temps qu'il isole l'espace public du rez-de-chaussée des logements ; le socle massif en pierre reçoit le niveau de parkings. À l'intérieur du bâtiment, les 22 logements (du T2 au T5) se répartissent sur trois

L

niveaux, desservis par de larges circulations vitrées ouvertes sur l'extérieur. Chaque logement possède une terrasse ou un balcon au sud, jouissant du panorama sur la ville. Les autres vues sont celles des théâtres antiques à l'ouest et de Fourvière au nord, dont profite notamment le dernier étage, occupé essentiellement par les duplex. Par son fonctionnement simple et sa compacité, le bâtiment se révèle particulièrement économique. Les matériaux utilisés conjuguent la pierre de Villebois à l'enduit gris perle taloché à l’éponge ; les menuiseries sont traitées en aluminium anodisé et les garde-corps en acier galvanisé. En fin de chantier, le maître d'ouvrage a décidé de proposer à l'accession les logements initialement destinés à la location sociale.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 42

Habitat social

Avenue des Taillis Date de réalisation : 2010 Maître d’ouvrage : OPAC du Rhône Maître d’œuvre : Pierre Vurpas et Associés SHON : 11 793 m2 SHOB : 26 164 m2 2 Abords espaces verts : 21 457 m (1 734 929 €HT) Coûts (honoraires compris) : 14 849 058 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 43

Corbas Les Taillis

43

Un morceau de ville au milieu des champs

C

et ensemble immobilier de 139 logements, construit à l’initiative de l’OPAC du Rhône, est implanté dans le secteur des « Taillis Nord » à Corbas, sur un terrain d’une superficie de 2,9 hectares et comporte 47 logements en accession sociale à la propriété ainsi que des logements locatifs aux financements divers. Le projet urbain s’appuie sur deux axes voués à devenir des espaces publics : une desserte automobile transversale est-ouest et un axe vert développant des modes de déplacement doux (vélos, piétons), à l’image d’une vaste promenade nord-sud. Les logements locatifs se distribuent en plusieurs corps de bâtiments réunis autour d’une petite cour intérieure tandis que les logements en accession sont traités comme des maisons avec une entrée propre, un petit jardin et de larges terrasses. sept maisons individuelles complètent l’ensemble dont l’organisation spatiale a été étudiée pour favoriser une diffusion optimale de la lumière naturelle dans une démarche de haute qualité environnementale. Les logements locatifs se répartissent dans des collectifs de deux ou trois niveaux formant plu-

sieurs résidences indépendantes. Construites en béton banché avec une isolation thermique par l’extérieur, les façades présentent une grande homogénéité, avec des effets de transparence et des claustras bois en pignon. Le système constructif retenu pour les logements en accession est le monomur en briques alvéolaires de 37,5 cm. La répartition des typologies de logements s’organise sur deux modes combinatoires : T3 (RDC) + T2 (étage) ou T4 (RDC) + T3 (étage).


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 44

Habitat social

Rue de la Poterie Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : SCIC Habitat Rhône-Alpes Maître d’œuvre : Rue Royale architectes SHON : 2 855 m2 SHOB : 4 621 m2 Abords espaces verts : 950 m2 Coûts (honoraires compris) : 3 144 480 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 45

La-Tour-de-Salvagny Double jeu

Premier jalon d’un nouveau quartier es 27 logements sociaux constituent le premier jalon construit de la ZAC du Contal, initiée sous l’égide du Grand Lyon avec une forte ambition de qualité environnementale. Le projet structure l’articulation entre le centre-bourg et la ZAC qui offre près de huit hectares à l’urbanisation. L’ensemble est constitué de deux bâtiments séparés qui forment une double dorsale nord-sud et estouest. L’aile d’angle nord-sud accueille une superette en rez-de-chaussée et dix logements sur deux niveaux. Le bâtiment placé à l’est dessine un front urbain profilant des vues lointaines au nord. Les 17 logements sont ici construits sur trois niveaux ; la façade sud offre des jardins privatifs aux logements situés en rez-de-chaussée. Au nord, les façades sont soulignées par un soubassement revêtu de briques claires, les ouvertures étant délibérément réduites afin de se protéger des vents dominants tout en conservant des cônes de vue sur le paysage. À l’inverse, les façades sur cour sont largement ouvertes par des portes-fenêtres qui permettent d’accéder à des balcons filants. Ces derniers sont protégés par une double peau en tôle perforée qui préserve l’intimité des logements sans pour autant occulter la vue. Ils jouent en outre un rôle de brise-soleil sur cette façade exposée au midi. Les performances énergétiques – inférieures à 60 Kwh/m²/an avec une consommation de l’ordre de 30 Kwh/m²/an en chauffage – sont rendues possibles par la simplicité volumétrique des bâtiments, l’orientation solaire des logements, la ventilation et l’isolation renforcée.

C

45


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 46

Habitat social

8, rue Bertholey Date de réalisation : 2008 Maître d’ouvrage : Grand Lyon Habitat Maître d’œuvre : Rouillat architectes SHON : 3 271 m2 SHOB : 5 118 m2 Abords espaces verts : 936 m2 Coûts (honoraires compris) : 3 800 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:21

Page 47

Oullins Les Baies d’Oullins

Le remodelage d’un vaste îlot ette opération de 36 logements sociaux s’inscrit dans la ZAC Bertholey et s’étend sur un îlot issu de l’ancien tissu vernaculaire de la ville d’Oullins. Le projet, composé de deux bâtiments distincts, tient compte de la continuité du tissu urbain et des gabarits existants en offrant une façade urbaine fortement structurée et ordonnancée. Entre les deux bâtiments, les espaces interstitiels végétalisés dégagent des jardins de cœur d’îlots dont les limites sont repoussées jusqu’en bordure de parcelle. Chaque bâtiment s’agence verticalement suivant un niveau de sous-sol (parkings), 3 niveaux sur rez-de-chaussée et un étage de comble en retrait de la façade, marquant le couronnement. Le socle abrite un niveau surélevé de 0,50 m par rapport au niveau de la voirie, permettant à la fois d’accentuer son degré de privatisation et d’intimité et de s’adapter au dénivelé de la rue. La volonté d’homogénéité a amené à concevoir un projet constitué de « modules d’habitation » semblables : un sur la rue Lortet et deux modules contigus sur la rue Bertholey ; chacun s’identifiant par un chromatisme propre. Les liaisons verticales s’organisent autour d’un noyau regroupant ascenseur, escalier et gaines techniques, visibles en façade et desservent, par des coursives à l’air libre, trois logements par niveau, du T2 au T5. Elles s’organisent autour d’un patio identifié par une couleur propre à chaque entrée. Tous les logements disposent d’une double orientation traversante.

C

47


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 48

Habitat social

20, chemin de Beaunant Date de réalisation : 2005 Maître d’ouvrage : OPAC du Rhône – Foyer de vie Le Tremplin Maître d’œuvre : Atelier sur les Quais architectes SHON : 3 319,40 m2 SHOB : 5 846 m2 Abords espaces verts : 8 300 m2 Coûts (honoraires compris) : 3 200 426 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 49

Saint-Genis-Laval Foyer de vie Le Tremplin

Une réflexion spécifique au service du handicap ’ALGED (Association lyonnaise de gestion d’établissements pour personnes déficientes) possède un foyer d’hébergement de 35 chambres dénommé Le Tremplin à Saint-Genis-Laval, pour l’accueil des personnes handicapées. Le projet concerne la construction de foyers de vie et d’hébergement sur une parcelle limitrophe, récemment acquise, pour personnes déficientes mentales (70 résidants). Les futurs occupants sont des personnes valides qui résident soit en foyer de vie (activité de jour sur site), soit en foyer d’hébergement (travail dans des CAT gérés par l’association sur l’agglomération lyonnaise avec départ et retour par bus). Le nouveau Tremplin comprend des quartiers d’habitations (5 unités de 14 chambres traitées comme de grands appartements), une cuisine et un restaurant, une buanderie et des locaux communs de détente. Le projet est celui d’un établissement construit entièrement de plain-pied qui épouse la pente naturelle du terrain et qui offre une qualité de vie indispensable dans ce type d’établissement. Ainsi, la circulation centrale distribue de part et d’autre toutes les unités de vies et leurs espaces (terrasses, patios, parterres engazonnés). Le bâtiment ménage des espaces extérieurs semi-privatifs à chaque unité de vie. Ces dernières sont largement recouvertes par des toitures en zinc joints debout à faible pente, les autres toitures sont constituées en terrasses gravillonnées.

L

49


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 50


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 51

PRIX ARCHITECTURE PUBLIQUE DE PROXIMITÉ Montagny - Groupe scolaire des Landes (Prix) Opérations nominées Bron – Restaurant administratif du CETE Lyon 2e – Stade Sonny Anderson Lyon 7e – Gare Jean Macé Lyon 8e – Restaurant universitaire Rockefeller Poleymieux-au-Mont-d’Or – Bâtiments communaux


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 52

Prix Architecture publique de proximité

Route du Bâtard Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : Commune de Montagny Maître d’œuvre : AFAA Architecture SHON : 2 760 m2 SHOB : 3 104 m2 Coûts (honoraires compris) : 4 486 944 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 53

Montagny Groupe scolaire des Landes

53

Une école « bois et végétal »

L

e projet se décompose en deux entités distinctes : l’école maternelle et élémentaire d’une part, le restaurant et la salle polyvalente d’autre part. Les deux corps de bâtiments sont implantés le long des limites est et ouest afin de libérer un vaste espace au cœur du site qui préserve l’axe visuel vers l’église et le grand paysage. Le long de l’espace central, une structure bois en forme de résille constitue la vitrine de l’école. Elle supporte une toiture végétalisée qui se déforme partiellement afin de marquer la rue intérieure et de laisser pénétrer la lumière naturelle au sein des classes. L’école est organisée le long d’une rue intérieure ouverte sur l’espace libre au cœur du site. Au centre du projet, un hall d’accueil relie les accès aux deux écoles. Un mur central épais sépare les salles de travail de la circulation. Chaque classe bénéficie d’un double apport de lumière, par les façades et par les sheds en toiture. Les classes se prolongent sur l’extérieur vers de petits jardins pédagogiques. Le restaurant et la salle polyvalente sont implantés le long de la limite ouest, de part et d’autre de la cour de récréation des classes élémentaires. Une liaison couverte en ossature bois relie les deux entités de l’école. L’ossature de la charpente et de la façade principale

donnant sur l’espace central est composée d’une résille en bois Douglas massif. La toiture végétalisée est constituée d’un complexe pré-cultivé de végétalisation extensive, composé de végétaux spécialement adaptés. Le confort hygrothermique, qui a fait l’objet d’une attention toute particulière (chaudières bois et gaz à haut rendement), constituait l’une des cibles prioritaires du maître d’ouvrage dans une démarche de haute qualité environnementale.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 54


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 55

55


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 56

Architecture publique de proximité

Avenue François Mitterrand Date de réalisation : 2008 Maître d’ouvrage : CETE Maître d’œuvre : Tectoniques SARL SHON : 850 m2 SHOB : n. c. Coûts (honoraires compris) : 1 600 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 57

Bron Restaurant administratif du CETE

57

Un équipement modulaire e restaurant inter-administratif du site de Bron est situé à l’intérieur de l’enceinte du campus du CETE (Centre d’Études Techniques de l’Équipement) de Lyon. En sus des agents du CETE, il accueille le personnel de nombreux services administratifs. Au total, 300 à 400 personnes fréquentent le midi ce restaurant dont les locaux servent également à l’accueil de multiples manifestations officielles. Le bâtiment se compose de cinq modules aux volumétries identiques, tous bipolarisés est-ouest. Pour répondre aux fonctions qu'il abrite, le module abritant la cuisine est composé d'une structure en béton banché. Il sépare les trois modules réservés aux clients, du module dédié aux réserves et au personnel. Les quatre autres modules sont réalisés selon un principe constructif en bois. Cette implantation en trois secteurs permet de distinguer nettement les espaces réservés aux usagers des espaces techniques. Les portiques des quatre modules construits en bois se développent sur une trame de 4,80 m

L

de portée. Les façades sont réalisées à l’aide de panneaux ossaturés comprenant une isolation renforcée de 15+5 cm de laine minérale. Le bardage extérieur est réalisé en lames de mélèze à claire-voie. Pour assurer aux utilisateurs un bon niveau de confort thermique d'été, la toiture du bâtiment est couverte d'une ombrière qui protège le bâtiment du rayonnement solaire et évite l'échauffement de la toiture en été. L'ossature du bâtiment est réalisée au moyen d’une structure poteaux–poutres ; l'ensemble formant un système modulaire tridimensionnel qui se développe horizontalement et verticalement.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 58

Architecture publique de proximité

Quai Rambaud / cours Bayard Date de réalisation : 2007 Maître d’ouvrage : SEM Lyon Confluence Maître d’œuvre : Hollard Architectes SHON : 605 m2 SHOB : 760 m2 Abords espaces verts : 1 080 m2 (hors terrain) Coûts (honoraires compris) : 684 700 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 59

Lyon 2e Stade Sonny Anderson

59

Le visage sportif du Confluent ans le cadre de l’aménagement du quartier du Confluent à Lyon, le stade de football du quartier Perrache - Charlemagne se trouvait à l’origine sur l’emplacement précis de la darse récemment créée. La Ville de Lyon devait donc trouver un nouvel espace pour cet équipement. Initialement prévu au cœur de la presqu’île, dans la zone du marché alors encore en fonction et aujourd'hui en cours de démolition, un site de transition a été choisi en bord de Saône. D’une durée prévisionnelle de dix ans (2003-2012), le projet devait s’adapter à son caractère éphémère, trop durable pourtant pour être considéré comme provisoire. L'idée d’une construction en ossature bois s’est imposée naturellement et répond précisément à cette contrainte dans l’idée de réaliser un bâtiment potentiellement pérenne, mais peu coûteux écologiquement en cas de démolition. Un projet de stade de football, c’est peu de « matière » bâtie (605 m²), au regard d'une aire de jeu proche de l'hectare. L’effort s'est donc porté sur les moyens de tenir l’espace de la voie (prolongement du cours Bayard), en étirant le bâtiment, la hiérarchie dans le rapport à l’espace urbain (côté rue -côté stade) et l’articulation du programme avec le site. Une grande partie des locaux sont par nature peu ouverts sur l'extérieur (vestiaires et rangements). Les espaces « habités » du

D

projet, le club-house et les bureaux de l'association sont installés à l'articulation entre le terrain de jeu et les bords de Saône. Un système de brise-soleil et de plans débordants permet de gérer les apports solaires sans altérer la qualité des vues.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 60

Architecture publique de proximité

Place Jean Macé Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : RFF – Direction Régionale Maître d’œuvre : SNCF - AREP (J.-M. Duthilleul, F. Bonnefille, P. Pouradier) SHON : 1 050 m2 SHOB : 1 808 m2 Coûts (honoraires compris) : 25 500 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 61

Lyon 7e Gare Jean Macé

La nouvelle desserte de la rive gauche a création de la gare Jean Macé permet d’établir un lien entre des modes de déplacement qui jusque-là s’ignoraient. Après plusieurs hypothèses, le parti adopté a consisté à loger les halls et les accès aux quais dans les culées du pont-rail, sans pour autant créer un espace étouffé dans une infrastructure opaque car la lumière doit guider le cheminement des voyageurs et faire le lien entre les deux principaux niveaux, la rue et les quais. La démolition partielle du pont métallique existant et la reconstruction d’un nouveau pont supportant les deux voies principales ripées ont libéré un espace en creux dans lequel se glissent les accès et les circulations verticales. C’est donc au cœur du pont que se trouvent les halls, dans lesquels pénètre la lumière naturelle venant des trémies du quai. Ces larges ouvertures permettent une mise en perspective des espaces de la gare, depuis la rue jusqu’aux quais. La marquise métallique, caractéristique du vocabulaire ferroviaire, et les émergences des ascenseurs vitrés, signalent sa fonction de lieu de transport. Les deux points d’accès, placés symétriquement de part et d’autre de l’avenue Jean Jaurès, répartissent les flux en augmentation constante depuis la mise en service de la gare. Le développement du projet s’est fait dans le souci de son intégration au cadre urbain préexistant, qu’il s’agisse du pont-rail lui-même, avec ses modénatures caractéristiques du XIXe siècle comme de la halle de l’architecte Lafaille, située au sud-est des voies.

L

61


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 62

Architecture publique de proximité

Rue Volnay Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : CROUS de Lyon – Saint-Étienne Maître d’œuvre : X’TO architectes SHON : 2 528 m2 SHOB : 4 095 m2 Abords espaces verts : 3 255 m2 Coûts (honoraires compris) : 4 448 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 63

Lyon 8e Restaurant universitaire Rockefeller

Optimiser les services de restauration dans un site contraint e restaurant universitaire Rockefeller est implanté dans la partie nord d’une parcelle sur la rue Volney, à proximité immédiate de la Faculté de Médecine et de Pharmacie et de l’hôpital Édouard-Herriot. L’un des enjeux du programme consistait à répartir sur plusieurs niveaux et demi-niveaux les différents services de distribution aux étudiants et au personnel. En rez-de-jardin, sont regroupés l’ensemble des espaces de service et l’accueil. Au premier niveau, la restauration offre à la fois une zone de réchauffe optimisée, des espaces de distribution pour le personnel et les étudiants distincts ainsi que des salles de restaurant. La répartition en demi-niveaux d’une partie de la salle à manger des étudiants a permis de scinder ce vaste espace tout en lui conservant son unité et sa lisibilité. En terrasse, la salle à manger des invités bénéficie d’une position privilégiée par son isolement et sa terrasse accessible. Le principe d’accès aux selfs le long de la façade sud a permis d’envisager un second accès à l’est, destiné aux personnes à mobilité réduite. D’un point de vue fonctionnel, l’escalier sépare les espaces destinés à l’accueil des espaces de service du rez-de-chaussée, en

L

particulier l’accès des livraisons. La volumétrie est simple, soulignée par le nez de dalle et l’acrotère qui sont traités en béton peint de couleur blanche. Les façades du premier niveau sont généreusement vitrées à l’est, au sud et à l’ouest et offrent des perspectives variées aux salles de restaurant.

63


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 64

Architecture publique de proximité

Route de la Rivière Date de réalisation : 2008 Maître d’ouvrage : Commune de Poleymieux Maître d’œuvre : Tekhnê SARL d’architecture SHON : 875 m2 SHOB : n. c. Coûts (honoraires compris) : 2 222 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 65

Poleymieux-au-Mont-d’Or Bâtiments communaux

Des équipements publics pour conforter un cœur de village a réalisation des équipements publics au lieu dit l’Enseigne à Poleymieux a fait l’objet d’une étude et d’un schéma d’organisation par le Grand Lyon. La volonté politique a privilégié de conforter un cœur de village en créant de nouveaux services publics de proximité et en améliorant les accès et les usages de ceux déjà établis dans le site. Le projet comprend la construction d’une halte-garderie, d’une cantine avec un office de réchauffage, d’une bibliothèque, de deux salles de classe accompagnées d’un dortoir avec cour ainsi que d’une chaufferie bois pour l’ensemble des équipements communaux. Venant s’inscrire dans une parcelle à forte déclivité entre la route de la Rivière (bas) et la route d’Ampère (haut), l’opération comprend également la création d’une liaison piétonne traversant le tènement afin de relier les deux voies, ainsi que l’aménagement d’un belvédère face à la statue d’Ampère. Le projet s’organise côté bas autour de la place publique. La halte-garderie est orientée au sud et se prolonge sur l’extérieur par une cour protégée. Le bâtiment bibliothèque-cantine s’ouvre sur la

L

vallée. L’ascenseur est implanté dans l’angle sud-est du bâtiment et marque le début du cheminement piéton auquel répond, dans la partie haute, le bâtiment de la chaufferie. La bibliothèque quant à elle est située au cœur du projet, entre la salle de restaurant et la cour de l’école. Le restaurant scolaire est de plain-pied avec la placette donnant sur la rue de la Rivière. La liaison avec l’école est assurée par un escalier et un ascenseur qui desservent la cour. Le traitement architectural des bâtiments compose avec celui des murs de soutènement par l’emploi de la pierre dorée tout en laissant s’exprimer le bois naturel des huisseries.

65


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 66


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 67

PRIX RÉHABILITATION ET CRÉATION CONTEMPORAINE Lyon 3e – Deux maisons dans un ancien théâtre (Prix) Cette opération a également remporté le Prix du Public Opérations nominées Caluire-et-Cuire – Piscine Isabelle Jouffroy Curis-au-Mont-d’Or – Château de la Trolanderie Lyon 1er – 25, rue Royale Lyon 7e – Pavillon Érato Université Lumière Lyon 2 Régnié-Durette – La Cadole de Palladio- Le triplex


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 68

Prix Réhabilitation et création contemporaine

Rue Aimé Collomb Date de réalisation : 2006 Maître d’ouvrage : P.H Frappat – M.M Bonneviale Maître d’œuvre : Kaa architectures SARL SHON : 342 m2 SHOB : 765 m2 Coûts (honoraires compris) : 392 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 69

Lyon 3e Deux maisons dans un ancien théâtre

Un programme inédit en cœur d’îlot ette réalisation prend place dans un ancien théâtre dénommé Salle des Folies lyonnaises. Au début du XXe siècle, le lieu est converti en entrepôt de laine. Jusqu'aux années 1990, différentes activités se succèdent, entraînant de multiples réaménagements intérieurs. En 2002, le bâtiment était pratiquement dans un état de ruine, des pans de toiture s’étaient effondrés, la charpente avait été étayée. Son implantation en cœur d'îlot, son accès depuis la rue par un local en pied d'immeuble rendaient difficile un usage public en regard des normes de sécurité contemporaines. Le changement d'affectation a tiré parti des contraintes du lieu (absence de façades et de porteurs intermédiaires, charpente existante en araignée appuyée sur les murs périphériques, grande hauteur sous toiture avec un encombrement important de la charpente dans cet intervalle). Ces dernières ont déterminé les objectifs du projet : recherche de lumière naturelle, création d'espaces extérieurs partagés mais aussi de paysages intérieurs en théâtralisant certains éléments (charpente, escaliers, parcours), matérialisation enfin de l'idée d’une « maison dans un patio urbain ». Deux logements ont été programmés. Au démarrage des études, une famille de cinq personnes et un célibataire aux moyens différents devaient cohabiter sur un « sol » de 230 m² enclos de murs de plus de 15 m de hauteur. Les rez-de-chaussée accueillent les chambres ouvrant sur les cours, les salles de bain et les entrées. Au premier niveau, sont aménagés des espaces de vie ouvrant sur des terrasses, les niveaux supérieurs accueillent des mezzanines et des chambres.

C

69


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 70


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 71

71


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 72

Réhabilitation et création contemporaine

Avenue Élie Vignal Date de réalisation : 2008 Maître d’ouvrage : Commune de Caluire-et-Cuire Maître d’œuvre : Nicolas Guillot architecte SHON : 3 623 m2 SHOB : 5 477 m2 Abords espaces verts : 3 500 m2 Coûts (honoraires compris) : 10 000 000 €HT (abords compris)


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 73

Caluire-et-Cuire Piscine Isabelle Jouffroy

La nouvelle vie d’un équipement des Trente Glorieuses a piscine municipale s’inscrit dans le quartier de Montessuy à Caluire-et-Cuire, conçu dans les années 1960-1970 par René Gagès, dans un site exceptionnel en surplomb de la vallée de la Saône et face aux Alpes. La seule partie émergente de la composition, c’est-à-dire le hall, se matérialise en une double paroi vitrée qui agence l’accès, l’abri vélo, le auvent et sert de support aux panneaux solaires. Au niveau intermédiaire, se trouvent la banque d’accueil, qui dessert les accès aux vestiaires individuels et collectifs, les locaux administratifs et la cafétéria qui se prolonge par une terrasse panoramique. Deux types de bassins ont été conçus : orthogonaux et d’une longueur de 25 m pour la partie d’apprentissage, courbes pour la partie loisirs. Les activités de loisirs sont réparties selon leur niveau de nuisance sonore et selon les tranches d’âge : en limite sud-ouest, sont regroupés le pentagliss et les terrains de jeux (ping-pong), les plages sont étagées

L

et séparées par des plantations ; la diversité des matières et des espaces attribués aux plages, en contact avec l’environnement naturel, permet de répondre à des attentes variées (familles, couples ou recherche d’isolement). Une toiture coulissante végétalisée permet de découvrir entièrement le bassin d’été. Les façades sont repliables et indépendantes de la couverture ce qui permet d’envisager des situations d’ouverture intermédiaires (façades ouvertes, couverture fermée, le tout en partie ou en totalité).

73


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 74

Réhabilitation et création contemporaine

Rue René Tachon Date de réalisation : 2008 Maître d’ouvrage : SOGIM Maître d’œuvre : Manuelle Véran-Héry architecte SHON : 3 784,81 m2 SHOB : 4 285,31 m2 Coûts (honoraires compris) : 5 200 720 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 75

Curis-au-Mont-d’Or Château de la Trolanderie

Une résidence dans un château iché au creux de la vallée qui mène à Poleymieux, le château de Curis-au-Mont-d’Or a été construit sur l’emplacement d’un ancien castrum romain à partir du XIIIe siècle. Le domaine se compose d'un corps de logis pentagonal flanqué de trois tours circulaires, d'une chapelle, d'une orangerie et de dépendances, dans un parc boisé et paysager. L’opération porte sur l’aménagement intérieur de l’ensemble du bâti en 24 logements (du T2 au T5), tout en conservant et en restaurant les éléments remarquables (pièces d’apparat, menuiseries). Le 20 novembre 2007, l’ensemble du domaine a été inscrit par arrêté à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. À la demande des architectes des Bâtiments de France, la chapelle n’a reçu à ce jour aucune affectation. Une attention toute particulière a été portée à la restitution de la volumétrie de la cour intérieure du château et de la tourelle d’escalier. La restauration a également porté sur la réfection complète des enduits. Des aires de stationnement paysagères ont été aménagées à proximité du château, sur la terrasse nord, en contrebas sur ses flans est et ouest et près des dépendances restaurées en logements. Quatre places de stationnement ont été réservées pour les personnes à mobilité réduite. Des appartements sont aménageables dans l’avenir en supprimant ou modifiant légèrement l’implantation de certaines cloisons de distribution intérieures créées lors de cette campagne de restauration.

N

75


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 76

Réhabilitation et création contemporaine

25, rue Royale Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : SCIC Habitat Rhône-Saône Maître d’œuvre : Detry & Lévy SARL d’architecture Coûts (honoraires compris) : 475 648 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 77

Lyon 1er 25, rue Royale

77

La restauration contemporaine d’un immeuble du XVIIIe siècle e projet concerne la restauration des façades et des parties communes (cour, allées, traboule) d’un immeuble inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, construit par l’architecte lyonnais Léonard Roux à partir de 1765. En 1978, l’immeuble fait l’objet d’une importante campagne de travaux et se voit transformé en logements sociaux (42 appartements). Le mauvais état de la cour rendait difficile la lecture de l’architecture et offrait peu de commodité aux espaces intérieurs. L’enjeu de cette restauration était de rétablir l’unité figurative de l’immeuble en harmonie avec son contexte urbain et son usage (logement social, théâtre). La cour présentait un sol inadapté, en pente et couvert en ciment ; les grandes arcades étaient bouchées par des éléments hétéroclites sans valeur. Le nouveau sol a recouvert sa disposition d’origine. Il est composé de bandes de pierre en relation avec les pilastres des façades, avec des surfaces rectangulaires en cocciopesto. Pour les huit travées de la cour, des grands châssis en chêne, avec vitrage (transparent et opalin selon le cas) ont été mis en place. Chaque travée est traitée de manière spécifique au moyen de panneaux en acier Corten perforés selon les besoins ; ceux-ci s’ouvrent vers l’extérieur et viennent se poser sur des bancs en pierre

L

de forme trapézoïdale. Un point d’eau potable a été installé dans la cour et prend la forme d’une petite colonne de plan octogonal en acier Corten avec une vasque en pierre. L’éclairage de la cour est assuré par un cube constitué de deux carrés vides de 3 m de côté. Conçu également en acier Corten, il est suspendu par des câbles et des barres en inox à 8 m de hauteur. Dans les carrés, sont logés deux tubes néons leds qui forment deux carrés de lumière bleue.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 78

Réhabilitation et création contemporaine

Quai Claude Bernard Date de réalisation : 2006 Maître d’ouvrage : Ville de Lyon Maître d’œuvre : Atelier d’architecture Frédéric Brachet avec Patrick Héraud, Jean-François Grange-Chavanis et G. Robin. SHON : 9 629 m2 SHOB : 10 101 m2 Coûts (honoraires compris) : 11 915 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 79

Lyon 7e Pavillon Érato Université Lumière Lyon II

Conjuguer patrimoine et architecture contemporaine e palais des Facultés de Lyon fait partie d’un ensemble immobilier construit en 1880 sur la rive gauche du Rhône dans le VIIe arrondissement par Abraham Hirch, architecte de la Ville. À partir des années 1950, des dédoublements de niveaux furent entrepris rompant l’amplitude des volumes et cachant les riches décors du XIXe sous des couches successives de peinture. Un programme de délocalisation de cette bibliothèque et de restructuration des bâtiments formant la cour d’honneur était envisagé à l’horizon 2000. En juin 1999, un violent incendie qui dura quatre jours vint détruire la totalité des ailes sud et centrale faisant disparaître le dôme, l’ensemble des toitures et des planchers intermédiaires, ainsi que les fonds littéraires. L’objectif de cette réhabilitation était multiple. Il s’agissait en premier lieu de conforter les structures endommagées et de restituer les façades et les locaux dans leur état originel, d’adapter le bâtiment à ses nouvelles fonctions en veillant à établir un dialogue entre la restitution des décors du XIXe et une architecture contemporaine. Les espaces de circulation et de réception ont été rétablis dans leur volumétrie et leur physionomie primitives, qu’il s’agisse du vaste hall du rez-de-chaussée comme de la grande salle de lecture qui a fait l’objet

L

d’une attention particulière. Au niveau +2 de l’aile sud, les architectes ont aménagé la salle du conseil universitaire. Le raccordement sur le chauffage urbain a permis de libérer le niveau sous-sol qui abritait à l’origine la chaufferie gaz de l’ensemble des bâtiments pour y installer la cafétéria.

79


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 80


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 81

PRIX AMÉNAGEMENT URBAIN ET PAYSAGER Prix non décerné. Opérations nominées Lyon 2e – Port Rambaud Lyon 9e – ZAC de la Duchère Villeurbanne – Place Wilson


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 82

Aménagement urbain et paysager

Quai Rambaud Date de réalisation : 2009 – compléments jusqu’en 2012 Maître d’ouvrage : SEM Lyon Confluence Maître d’œuvre : Latz + Partner architectes paysagistes urbanistes Abords espaces verts : 5 ha Coûts (abords) : 7 400 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 83

Lyon 2e Port Rambaud

83

Parcours Confluence côté Saône e port Rambaud est situé dans une zone de développement urbanistique emblématique à l’échelle de l’agglomération lyonnaise. Il s’agissait de développer un espace qui s’inscrive dans la continuité des quais comme un élément de la promenade de la Confluence et qui mette en valeur les potentiels spécifiques du Port Rambaud. Sur le côté est, les circulations ont été élevées afin d’assurer le raccordement ultérieur aux terrains qui ménage des accès pour handicapés aux bâtiments ainsi qu’une pente uniforme en direction de la Saône. La gestion des eaux pluviales constitue un élément structurel et se matérialise sous la forme de rigoles et de bassins assortis de végétation. La promenade déjà existante le long de la Saône a été retravaillée pour améliorer le confort de ses utilisateurs tout en conservant sa personnalité. La dénivel-

L

lation minime (environ 25 cm) entre la promenade sur l’estacade et l’espace libre devant les quais de chargement a été soulignée par des éléments en béton. Un jeu avec des marches, des rampes et des bancs crée une nouvelle zone invitant à séjourner et constitue un espace libre orienté aussi bien vers le fleuve que vers les bâtiments. Les rails qui étaient encore présents ont été intégrés dans les nouveaux revêtements, construits avec toute une mosaïque d’anciens matériaux recyclés sur place. Des pavés et des dalles de pierre naturelle se mélangent avec des surfaces en béton et en stabilisé. L’organisation de l´espace se compose de deux axes de circulation parallèles, les quais où les promeneurs peuvent suivre le cours de la Saône et la voie de circulation où sont connectés tous les bâtiments.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

23/12/10

9:16

Page 84

Réhabilitation et création contemporaine

Périmètre du Plateau Date de réalisation : 2014 (fin des travaux) Maître d’ouvrage : Grand Lyon / SERL Maître d’œuvre : Atelier des Paysages /Alain Marguerit Abords espaces verts : 62 000 m2 Coûts (abords) : 14 500 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 85

Lyon 9e ZAC de la Duchère

85

L’espace public, socle d’une nouvelle urbanité e projet d’urbanisme et d’espaces publics élaboré dans le cadre du Grand projet de ville est fondé sur deux voiries majeures : l’une est-ouest, c’est-à-dire l’avenue Rosa Parks, qui relie le quartier au pôle d’emploi de TECHLID et dont le tracé a nécessité la démolition de la «barre des 1 000 », l’autre nord-sud, offre un nouveau statut à l’avenue du Plateau qui n’assurait que partiellement son rôle de desserte, pour créer un lieu d’échange où se développera la vie urbaine et commerciale. Dans un traitement de sol unifié de façade à façade, en supprimant les différences de niveaux supérieurs à 4 cm (accessibilité à tous), chaque usage trouve sa place par un dessin de sol affirmé. Seule la limite de la voiture est identifiée par du mobilier spécifique en granit (banc, borne) pour garantir la pérennité des circulations douces et des usages urbains. La

L

nouvelle unité de base est l’îlot ceint par des espaces publics maîtrisant la forme urbaine au niveau du plan (échelle de l’îlot et de la parcelle) mais surtout en altimétrie par l’adaptation topographique de l’architecture à la rue (accessibilité P.M.R. [personnes à mobilité réduite], identification des entrées). La conception des espaces publics s’est déroulée selon une démarche distinguant les espaces publics ordinaires (rues et avenues) des espaces spécifiques (place, square, parc) et selon des concepts partagés avec les services gestionnaires décomposant la rue en voie circulée au centre, avec de part et d’autre deux bandes actives (recevant plantations, silos, éclairage, stationnement, livraisons) et deux larges trottoirs. Une attention particulière a été portée aux questions d’accessibilité en développant un vocabulaire adapté (grilles d’arbres, listels guide, bornes).


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 86

Aménagement urbain et paysager

Place Wilson Date de réalisation : 2007 et 2009 Maître d’ouvrage : SERL Maître d’œuvre : Christian Drevet Architecture Abords espaces verts : 9 000 m2 Coûts (abords) : 1 903 032 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:22

Page 87

Villeurbanne Place Wilson

87

Une place recomposée pour la vie du quartier ituée entre le boulevard Stalingrad, le boulevard du 11 Novembre, le cours Émile Zola et le long de la rue Gabriel Péri, la place Wilson constitue l’espace public majeur de l’un des centres de quartier de Villeurbanne : Les Charpennes. Le renouvellement des platanes a permis d’optimiser le tracé des deux fonctions de la place : le stationnement et le marché. Pour le stationnement, le principe consiste à disposer les véhicules en retrait des limites de la place et sous les arbres pour en atténuer la présence aussi bien visuelle que physique au profit de celle

S

des piétons. On obtient ainsi 96 places pour 100 demandées par le programme. Pour le marché, les piétons circulent sous les rangées d’arbres alors que les étals occupent les circulations du parking et les bords de la place. On obtient ainsi 515 mètres linéaires de marché dont 116 de « lieux de vente réduits » pour les 450 recommandés par le cahier des charges. Une des prérogatives majeures du projet d’aménagement consiste à reformer un parvis à l’église à l’aide de matériaux nobles et d’un jardin aménagé. La place propose l’usage de trois matériaux différents : la pierre calcaire claire pour le jeu de traits et de points ainsi que les bancs et le dallage du parvis qui en sont issus, le béton désactivé constitué d’agrégats concassés de basalte, de porphyre et de calcaire blanc couvrant à peu de frais l’ensemble de la place et le gravier constitué des mêmes agrégats sans ciment remplissant le jardin, la terrasse du kiosque et le pied du mât d’éclairage.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 88


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 89

PRIX DÉCOUVERTE Régnié-Durette - La Cadole de Palladio - Le triplex


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 90

Prix Découverte

Date de réalisation : 2009 Maître d’ouvrage : Adeline et Alexandre Seguin Maître d’œuvre : Jacques et Virginie Rival SHON : 110 m2 Coûts (honoraires compris) : 85 000 €HT


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 91

Régnié-Durette La Cadole de Palladio - le triplex

Un gîte dans un corps de ferme e programme touche à la réalisation d’un gîte dans un corps de ferme afin de compléter la capacité d’accueil de la maison d’hôtes « La Cadole de Palladio », château d’inspiration Renaissance construit à Régnié-Durette. Le gîte se développe dans un volume existant en double hauteur et intègre deux nouvelles chambres, une salle de bains, des sanitaires, un salon-cuisine ainsi qu’une passerelle reliant une partie des chambres au corps principal. Le niveau bas accueille la cuisine et les sanitaires, le niveau haut, le salon ; l’ensemble utilise les différences de niveaux pour dégager de nombreux rangements. Le matériau choisi, le bouleau capeliné, dialogue avec l’escalier en frêne. Les deux niveaux ont été structurés par des portiques en lamellé collé pour offrir un dégagement optimal.

L

91


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 92


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 93

93


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 94


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

23/12/10

9:17

Page 95

95

Remerciements Le CAUE du Rhône et le Département du Rhône remercient les maîtres d’ouvrage publics et privés et les professionnels de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage qui ont accepté de participer à cette seconde édition du Grand Prix de l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône 2010. Ils expriment leur gratitude aux gestionnaires et aux concepteurs des 30 opérations présentées dans cet ouvrage pour leur amicale collaboration. Le CAUE du Rhône et le Département du Rhône remercient les membres de la commission technique, réunie le 16 juin 2010, présidée par Paul Delorme, vice-président du Conseil Général du Rhône, président du CAUE du Rhône et de l’Union régionale des CAUE de Rhône-Alpes : Alain Jeannot, conseiller général du Rhône ; Fabien Perrussel, représentant l’association des Maires du Rhône ; Florence Delomier-Rollin, architecte des Bâtiments de France, Service territorial de l’architecture et du patrimoine ; Philippe Berthelot, président du Conseil régional de l’Ordre des architectes Rhône-Alpes ; Priscilla Tetaz, présidente de la Fédération française du paysage Rhône-Alpes ; Frédéric Marchal, président de la Fédération des promoteurs constructeurs de la région lyonnaise ; Luc Bousquet, représentant l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon ; Eddie Gillesdi-Pierno, président de l’association Patrimoine rhonalpin ; Catherine Grandin-Maurin, directrice du CAUE du Rhône ; Gilles Reichardt, représentant la DRAC Rhône-Alpes et Gabriel Ehret, critique d’architecture. Le CAUE du Rhône et le Département du Rhône remercient également les membres du jury, réuni le 8 novembre 2010, présidé par Paul Delorme, vice-président du Conseil Général du Rhône, président du CAUE du Rhône et de l’Union régionale des CAUE de Rhône-Alpes et Jacques Rigaud, conseiller d’État honoraire, membre de l’Académie d’architecture et président d’honneur : Alberto Figuccio, architecte, lauréat EUROPAN 2010 ; MarieChristine Gangneux, architecte-urbaniste ; Catherine Lauvergeat, architecte ; Martine Rascle, paysagiste- urbaniste ; Benoît Tracol, président de AMO Rhône-Alpes et Luc Weizmann, architecte. Les trophées du Grand Prix de l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône 2010 ont été remis le 8 novembre 2010 dans les salons de l’Hôtel du département du Rhône sous la présidence d’honneur de Michel Mercier, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés, président du Conseil général du Rhône, par Jean-Luc Da Passano, sénateur du Rhône, vice-président du Conseil général du Rhône et Paul Delorme, vice-président du Conseil général du Rhône, président du CAUE du Rhône.


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

16:36

Page 96

Table des matières Préface de Michel Mercier, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés, président du Conseil général du Rhône ..................................................................................................... 6 Préface de Paul Delorme, vice-président du Conseil général du Rhône, président du CAUE du Rhône ........ 7 Le Grand Prix de l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône ...................................... 9 Avant-propos de Catherine Grandin-Maurin, directrice du CAUE du Rhône .............................................. 10 Accompagner les mutations sociales par Gabriel Ehret, journaliste et auteur en architecture et urbanisme ..... 11 Carte des opérations nominées et lauréates ............................................................................................ 14 Les lauréats 2010 .................................................................................................................................... 15 PRIX HABITAT ....................................................................................................................................... Lyon 9e – Piano à queue (Prix) ............................................................................................................... Limonest – Maison Biscuit (Mention maison contemporaine) .............................................................. Lyon 2e – 93 logements et commerces (Mention logement collectif et intermédiaire) ........................ Villefranche-sur-Saône – Terre Neuve (Mention habitat social) .............................................................

17 18 22 24 26

Opérations nominées Mention maison contemporaine Rhône – Maison individuelle ................................................................................................................. Rhône – Maison individuelle ................................................................................................................. Rhône – Maison individuelle ................................................................................................................. Rhône – Maison individuelle .................................................................................................................

28 30 32 34

Mention logement collectif et intermédiaire Champagne-au-Mont-d’Or – Les Poiriers ............................................................................................... 36 Châtillon-d’Azergues – Les Terrasses de Châtillon .................................................................................. 38 Lyon 5e – Pôle d’entrée de l’Antiquaille ................................................................................................. 40 Mention habitat social Corbas – Les Taillis ................................................................................................................................ La-Tour-de-Salvagny – Double jeu ......................................................................................................... Oullins – Les Baies d’Oullins .................................................................................................................. Saint-Genis-Laval – Foyer de vie Le Tremplin ..........................................................................................

42 44 46 48

PRIX ARCHITECTURE PUBLIQUE DE PROXIMITÉ ................................................................................. 51 Montagny – Groupe scolaire des Landes .............................................................................................. 52 Opérations nominées Bron – Restaurant administratif du CETE ............................................................................................... Lyon 2e – Stade Sonny Anderson ........................................................................................................... Lyon 7e – Gare Jean Macé ..................................................................................................................... Lyon 8e – Restaurant universitaire Rockefeller ........................................................................................ Poleymieux-au-Mont-d’Or – Bâtiments communaux ..............................................................................

56 58 60 62 64


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 97

97

PRIX RÉHABILITATION ET CRÉATION CONTEMPORAINE .................................................................... 67 PRIX DU PUBLIC Lyon 3e – Deux maisons dans un ancien théâtre .................................................................................. 68 Opérations nominées Caluire-et-Cuire – Piscine Isabelle Jouffroy ............................................................................................. Curis-au-Mont-d’Or – Château de la Trolanderie ................................................................................... Lyon 1er – 25, rue Royale ....................................................................................................................... Lyon 7e – Pavillon Érato Université Lumière Lyon 2 .................................................................................

72 74 76 78

PRIX AMÉNAGEMENT URBAIN ET PAYSAGER .................................................................................... 81 Prix non décerné Opérations nominées Lyon 2e – Port Rambaud ....................................................................................................................... 82 Lyon 9e – ZAC de la Duchère ................................................................................................................. 84 Villeurbanne – Place Wilson .................................................................................................................. 86 PRIX DÉCOUVERTE ............................................................................................................................... 89 Régnié-Durette – La Cadole de Palladio - Le triplex .............................................................................. 90 Remerciements ....................................................................................................................................... 95 Crédits photographiques ......................................................................................................................... 98 Les lauréats 2008 .................................................................................................................................... 99


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

23/12/10

10:04

Page 98

Crédits photographiques : © AFAA architecture : 48 © Arnaud Araud : 56, 57 © Gilles Aymard : 14, 16, 17 © Balloïde-photo : 71 © Barrès-Coquet : 36, 37 © Frédéric Brachet : 77 (au milieu et en bas) © Didier Boy de La Tour : 48, 50, 51, 52 © Frenchie Cristogatin : 26, 27, 30, 31 © Hubert Canet : 39 (en haut à gauche) © Gérard Dufresne : 83 © P. Héraud : 76 (en bas), 77 (en haut) © Kaa architecture : 64, 66 (en bas), 68, 69 © Latz+Partner : 80, 81 © Stephan Lucas : 24, 25 © Christian Michel : 22, 23 © Olivier Nord : 65 © Jacques Rival : 89 (en bas à droite), 88 (en bas), 90 © Érick Saillet : 18, 19, 20, 21, 28, 29, 34, 35, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 54, 55, 60, 61, 62, 63, 69 (en haut à gauche et en bas à droite), 70, 71, 84, 85 © Manuelle Véran-Héry : 72, 73 (au milieu, en bas à gauche et à droite) © Brice Robert : 44, 45 © SERL : 82 © SNCF / AREP : 58, 59 © Université Lyon 2 : 76 (en haut) © Laurent Zumbrunnen : 32, 33, 46, 47, 72, 73 (en haut), 74, 75, 86, 88, 89, 91 Les informations figurant dans la présente édition sont issues des dossiers envoyés par les candidats et sont publiées sous leur seule responsabilité. Cette précision s’applique en particulier aux données techniques (surfaces et coûts) qui peuvent faire l’objet de réserves selon les critères pris en compte. Les coûts mentionnés dans cette édition s’entendent hors taxes et honoraires compris.

Sous la direction de Catherine Grandin-Maurin Coordination événementielle et éditoriale : Philippe Dufieux Équipe de projet : Jean-Paul Brochot, Grégory Cluzel, Béatrice Cohen, Nathalie Colonge, Jocelyne Durand-Vallet, Xavier Guillon et Delphine Lavy (graphisme-scénographie), Oriane Rebillard Le trophée, dessiné par une équipe du CAUE, a été réalisé par des élèves menuisiers et des élèves ébénistes du Lycée des Arts et Métiers du Bois Georges Lamarque de Rillieux. © Éditions Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône 2010 Directeur de la publication : Paul Delorme, vice-président du Conseil général du Rhône, président du CAUE du Rhône Achevé d’imprimer par Chirat en janvier 2011 à 300 exemplaires. ISBN : 978-2-912533-21- 0 CAUE du Rhône 6 bis, quai Saint-Vincent 69001 Lyon 04 72 07 44 55 www.caue69.fr caue69@caue69.fr


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 99

LES LAURÉATS 2008 PRIX ARCHITECTURE Groupe scolaire Jean Guéhenno – Saint-Fons Maître d’ouvrage : Ville de Saint-Fons Maître d’œuvre : Atelier sur les quais Date de livraison : 2008 MENTION HABITAT Résidence La Corderie – Lyon 9e Maître d’ouvrage : OPAC du Grand Lyon Maître d’œuvre : Asur architectes – BBC Architectes Date de livraison : 2004 MENTION ACTIVITÉ Entrepôt Jacquet Metals – Saint-Priest Maître d’ouvrage : Jacquet Metals Maître d’œuvre : Clément Vergely Date de livraison : 2007 PRIX INFRASTRUCTURE / OUVRAGE D’ART Boulevards de l’Ouest et des Monts d’Or – Sathonay-Camp Maître d’ouvrage : Grand Lyon Maître d’œuvre : Agence TN Plus Date de livraison : 2008 PRIX AMÉNAGEMENT URBAIN ET PAYSAGER Parc de La Buire – Lyon 3e Maître d’ouvrage : SAS La Buire Aménagement Maître d’œuvre : Agence Raphia Date de livraison : 2007 PRIX SPÉCIAL DU JURY Giraferie, bâtiment des zèbres et des antilopes – Parc de la Tête d’Or Lyon 6e Maître d’ouvrage : Ville de Lyon Maître d’œuvre : Groupe d’architecture Ellipse Date de livraison : 2006 PRIX DÉCOUVERTE Extension du cimetière communal – Longes Maître d’ouvrage : Commune de Longes Maître d’œuvre : Hors les murs architecture Date de livraison : 2008


Ouvrage gpaue 2010- 7:actes17

22/12/10

15:23

Page 100

Profile for Xavier Guillon

Grand Prix 2010  

Présentation des lauréats du Grand Prix de l'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement du Rhône 2010

Grand Prix 2010  

Présentation des lauréats du Grand Prix de l'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement du Rhône 2010

Profile for caue69
Advertisement