Issuu on Google+

Prix départemental de l’architecture, de l’habitat social et de l’aménagement de Maine-et-Loire

Édition 2011


Prix départemental de l’architecture, de l’habitat social et de l’aménagement de Maine-et-Loire Édition 2011


Avant-propos

C

ette année 2011 marque, pour le Conseil général de Maine-et-Loire et le CAUE, la onzième édition du Prix départemental de l’architecture et de l’aménagement. Le CAUE, organisme associé au Conseil général, notamment avec ce prix mais également au travers de nombreuses autres initiatives, a su s’affirmer, au fil des années, comme un partenaire privilégié des collectivités locales et des professionnels de Maine-et-Loire. Cette onzième édition du Prix départemental de l’architecture et de l’aménagement est une nouvelle occasion de récompenser et de promouvoir les constructions et aménagements les plus remarquables de notre département. La diversité et la richesse des réalisations qui germent sur notre territoire prouvent, une fois de plus, le sens de l’innovation et l’esprit de créativité qui animent les porteurs de projets. Les 32 opérations présélectionnées montrent de façon étonnante que l’audace n’est pas réservée aux seuls grands projets. Elles dévoilent une multiplicité d’aménagements parfois modestes mais toujours de grande qualité. Ils surprennent tous par leur inventivité. Cette édition 2011 se distingue également par le renouvellement d’une initiative prise en 2009 d’un prix spécifiquement dédié à l’habitat social, un domaine où la recherche de l’esthétique et de l’innovation est importante. Je souhaite enfin saluer le Président Gilles Leroy et féliciter toute l’équipe du CAUE pour la permanence de son engagement auprès des collectivités de Maine-et-Loire. Christophe BÉCHU

Président du Conseil général de Maine-et-Loire

L

’édition 2011 du Prix départemental de l’architecture, de l’habitat social et de l’aménagement est un cru particulièrement remarquable. Les projets retenus parmi plus de cent candidatures sont d’une grande qualité et je veux noter que quelle que soit l’importance de la maîtrise d’ouvrage, que ce soit celle d‘une grande ville ou celle d’une petite commune rurale, l’exigence de la qualité est égale et se traduit dans une production architecturale tout à fait remarquable. Cette qualité, nous la devons à l’exigence de la maîtrise d’ouvrage mais aussi à l’excellence de la profession d’architecte ou de paysagiste. Dans cette sélection, la jeunesse des concepteurs n’est pas absente et nous devons être heureux de constater que la relève est prête. L’autre enseignement tient à une confirmation, celle du rôle moteur joué par la maîtrise d’ouvrage sociale dans le fait de tirer la qualité par le haut. C’est d’autant plus remarquable que chacun sait combien ces programmes sociaux sont contraints par des enveloppes budgétaires rigoureuses et que le poids des normes (jusqu’aux normes antisismiques aujourd’hui en Anjou) sont factrices d’augmentation des coûts. Même constat sur les quelques projets retenus au titre de l’aménagement de l’espace public. D’Angers Loire Métropole avec le traitement de la première ligne de tramway jusqu’à l’embellissement du village de Cornilléles-Caves, l’intention est la même, offrir aux habitants un cadre de vie de qualité et faire rayonner les territoires de l’Anjou. Il convient donc de féliciter les lauréats mais aussi l’ensemble des « nominés », leur travail est une espérance, une assurance dans la poursuite d’une forte identité patrimoniale de notre département.

Gilles LEROY Président du CAUE de Maine-et-Loire

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

3


11e édition

L

’édition 2011 du prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement, la onzième proposée depuis 1992 par le Conseil général et le CAUE de Maine-et-Loire, est une édition singulière. En pleine crise des années 2008 / 2010, elle illustre combien la production architecturale et urbaine de notre département est riche, plurielle, bien répartie sur l’ensemble du territoire et la diversité des maîtrises d’ouvrage. Elle exprime le dynamisme de ses activités économiques et de recherche. Le siège social de l’entreprise Cesbron, le centre de formation Eurespace ou l’IUT du département de génie biologique de l’Université d’Angers en sont des témoins évidents. Elle marque aussi, et au moins autant, la vitalité des collectivités territoriales. Il est particulièrement encourageant de constater l’exceptionnelle attention architecturale apportée par la Communauté de communes des Coteaux du Layon ou la commune de La Plaine à leur projet de salle multisports ou à celui d’école de musique qu’une autre Communauté de communes, celle du Lion-d’Angers, a su ériger. Elle illustre enfin, comme toujours, le rôle moteur de la promotion sociale dans la poursuite d’une recherche architecturale innovante, à l’exemple des trois réalisations d’Angers habitat et du Val de Loire. Depuis bientôt vingt ans, les onze prix départementaux fondent un inventaire permanent de la production architecturale et urbaine en Maine-etLoire. Ils soulignent l’extraordinaire progression de la qualité architecturale dans ce département si marqué par son enracinement patrimonial. Que ce soit celle des constructions publiques ou des sièges sociaux d’entreprises, l’architecture contemporaine s’impose comme une marque essentielle. La maison de l’enfance à Beaupréau ou le restaurant scolaire à la Ménitré ne sont-ils pas les traductions tangibles de cet attachement public, communal en l’espèce, à offrir à la petite enfance une qualité d’usage que seule l’ar-

4

chitecture, maîtrisée, peut offrir ? On pourrait dire de même pour le grand âge qui connaît avec l’UPAD de la Séguinière ou l’EHPAD de Torfou, par l’architecture, une formidable humanité. Cette heureuse correspondance entre la qualité intrinsèque et l’usage des bâtiments sélectionnés parmi cent huit candidatures, est la marque de cette édition 2011. On peut étendre cette considération très positive à l’habitat social où à l’aménagement qui, par exemple, décline une même préoccupation humaniste dans l’accompagnement que les espaces publics font à la première ligne de tramway d’Angers Loire Métropole ou le délicat encadrement du patrimoine architectural et urbain de Cornillé-les-Caves. Il est bien évidemment difficile de comparer l’incomparable et de s’affranchir des échelles pour établir un palmarès. Celui qui vous est proposé ici a pour première motivation de mettre en avant la démarche sensible de l’architecte ou du paysagiste répondant à une commande réfléchie par un maître d’ouvrage volontaire et responsable. La très délicate intervention au pied de la maternité du CHU d’Angers est de celle-là. Elle associe, avec une intelligence singulière, l’architecture existante, le site urbain de l’hôpital et le paysage de la rivière. Au-delà de sa propre échelle et de son programme très spécifique, elle est ainsi exemplaire de ce que l’architecture doit être, conforme à l’usage, compréhensible dans ses signes et située. La non moins sensible conception du Val d’Argance, dans une économie de moyen remarquable, est aussi exemplaire de cette capacité à créer du lien social en correspondance avec une préoccupation paysagère et environnementale. À Durtal, la centralité verte des nouveaux cheminements participe de cette approche pragmatique, fonctionnelle et pédagogique. Cette biennale d’architecture et d’aménagement 2011 est un bon cru. Elle porte en elle la conviction que la qualité de l’espace est utile au citoyen, comme celle de l’air ou de l’eau, vitale.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011


Composition du jury Le jury est coprésidé par : - Christian GILLET I Vice-président du Conseil général de Maine-et-Loire - Gilles LEROY I Président du CAUE de Maine-et-Loire

Les membres du jury sont : - Dominique AMOUROUX I Critique d’architecture - Laurent COLOBERT I Chef du service habitat et cohésion sociale Conseil général - Jean-Luc DAVY I Président de l’Association des Maires de Maine-et-Loire - Jean-Philippe DEFAWE I Responsable de la rédaction Ouest et Centre, Le Moniteur - Guy DURAND I Président de l’Ordre des Architectes, représenté par Lorraine BAPST - Frédéric FOUAN I Délégué régional de la Fédération Française du Paysage, représenté par Mickaël RIPOCHE - Patrick GUERY I Architecte départemental - Yves LEPAGE I Président de la Sauvegarde de l’Anjou, représenté par Marc CHAPILLON - Bruno LETELLIER I Directeur du CAUE de Maine-et-Loire

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

5


32 réalisations ARCHITECTURE

Prix architecture 1

Plateau technique de gynécologie-obstétrique à Angers

CHU d’Angers / Architectes Rocheteau-Saillard.............................................. p.10

Prix spécial du jury 2

Siège social du Crédit Agricole à Angers

Crédit Agricole de l’Anjou et du Maine / DMT Architectes Tetrarc, architectes - Phytolab, paysagistes.................................................... p.14

Mention architecture 3

Musée Joseph-Denais à Beaufort-en-Vallée

Ville de Beaufort-en-Vallée / Bruno Pantz, architecte Sophie Thomas, muséographe........................................................................ p.18 4

Auprès de mon arbre à Angers

Privé / Pascale Minier, architecte..................................................................... p.22 5

Centre d’affaires et restaurant à Terra Botanica à Angers

Conseil général de Maine-et-Loire / Édifices Architectes................................ p.24 6

Centre technique des transports à Angers

Angers Loire Métropole / Atelier Frédéric Rolland Architecture...................... p.26 7

Équipement de quartier Chapelle Saint-Lazare à Angers

Ville d’Angers / Sophie Seigneurin, architecte - Valérie Legrand, architecte du patrimoine.................................................................................. p.28 8

14

Maison à Cholet

Privé / Agence Grégoire Architectes............................................................... p.42 15

Maison à Dampierre-sur-Loire

Privé / Atome, architectes............................................................................... p.44 16

Groupe scolaire public Maurice Ludard à Daumeray

Commune de Daumeray / Hubert Masson, architecte.................................... p.46 17

Salle multisports du Layon à Faye-d’Anjou

Communauté de communes des Coteaux du Layon / MA - Murail Architectures............................................................................... p.48 18

École de musique territoriale au Lion-d’Angers

Communauté de communes du Lion-d’Angers / Lionel et Laurent Vié, architectes....................................................................................................... p.50 19

Mairie à La Membrolle-sur-Longuenée

Commune de La Membrolle-sur-Longuenée / Vignault x Faure, architectes.... p.52 20

Restaurant scolaire et vestiaires de salle de sport à La Ménitré

Commune de La Ménitré / Vignault x Faure, architectes................................ p.54 21

Complexe omnisports à La Plaine

Commune de Saint-Germain-des-Prés / Lacroix-Mignot, architectes.............. p.58

Salle de jeu de boule de fort et locaux associatifs à Angers

SCI Campus / Bodreau Architecture................................................................ p.60

Station de dépollution de la Baumette à Angers

La Maison d’accueil / Ad Hoc Architecture...................................................... p.62

Angers Loire Métropole / Patrick Le Priol, architecte - de Coquereaumont Lebreton Architectes....................................................................................... p.36

6

Eurespace Formation à Cholet

Laboratoire de la santé des végétaux à Angers

Ville d’Angers / BIK Architecture..................................................................... p.34 11

13

CCI de Maine-et-Loire / Labatut Architectes Associés, Agence Grégoire Architectes...................................................................................................... p.40

Commune de La Plaine / Architecture Fardin.................................................. p.56

Ministère de l’Agriculture et de la Pêche / Architectes Rocheteau-Saillard..... p.32 10

Équipement petite enfance à Beaupréau

I.U.T. Département de Génie Biologique à Angers

Région des Pays de la Loire / Architectes Rocheteau-Saillard......................... p.30 9

12

Mairie de Beaupréau / Pierre Jahan, architecte............................................... p.38

22

23

24

25

Salle de loisirs à Saint-Germain-des-Prés

Siège social Cesbron à Saint-Sylvain-d’Anjou

Unité pour personnes âgées désorientées à La Séguinière

Maison de retraite (EHPAD) à Torfou

Association Charles Foyer - Maison Sainte-Marie / Édifices Architectes........ p.64

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011


HABITAT SOCIAL

Prix habitat social 26

Logements collectifs et locaux d’activités à Angers

Le Val de Loire / de Coquereaumont-Lebreton Architectes ........................... p.68

27

Logements collectifs à Angers

Angers Habitat / Studio d’architecture b.huet................................................. p.72 28

5 6

Logements à Angers

Angers Habitat / Sophie Seigneurin, architecte - Jacques Austry, architecte....p.74

8 9 28

11

AMÉNAGEMENT

Prix aménagement 29

16

Val d’Argance à Durtal

29 18

Ville de Durtal / Egis Aménagement................................................................ p.78

19 30 Aménagements autour de la 1re ligne de tramway à Angers-Avrillé

23

Angers Loire Métropole / Cabinet AUP (Luc Davy - Yves Steff, architectesurbanistes) - SCE, infrastructures - Y. Bureau, paysagiste - O. Charrier, concepteur lumière.......................................................................................... p.82 31

3 32

22

20

Arcades Rougé à Cholet

17

Ville de Cholet / Labatut Architectes Associés................................................ p.84

15 12

Aménagement des espaces publics en centre-bourg à Cornillé-les-Caves 32

Commune de Cornillé-les-Caves / Jacques Courilleau, paysagiste Jean-Philippe Ropers, concepteur lumière...................................................... p.86 25

13 24 31 14

21

10 7

1 30

4 26 27

2


Architecture


Extension de la maternité ANGERS - Rue Larrey

10

Maître d’ouvrage > CHU d’Angers Programmation > CHU d’Angers Maître d’œuvre > Architectes Rocheteau-Saillard Durée du chantier > 2009 - Juillet 2011 Surface > 3 084 m2 shon Coût des travaux > 7 310 000 ¤ HT


PRIX ARCHITECTURE

L

a maternité de l’hôpital, conçue par Yves Moignet à la fin des années 1970, fait front à la rivière et déploie sans concession une barre continue, franche et très finement dessinée. Avait-elle besoin d’une assise ? Le plateau technique construit à ses pieds exprime parfaitement toute la difficulté de l’exercice et il le fait avec beaucoup d’intelligence. Ce long pli posé avec délicatesse entre la rive et le grand bâtiment existant trouve son sens dans cet environnement volontaire plutôt que dans la référence aux rondeurs qu’inspirerait un lieu de naissance. En se lovant devant lui sur la quasi totalité de sa longueur, le nouveau plateau compose, s’introduit avec discrétion, ne s’impose pas mais suggère en restant limité dans son déploiement comme si la présence du voisin était trop prégnante. On comprend aussi cette implantation comme une transition sensible entre la nature assez sauvage offerte par la rivière et la présence avenante mais forte de la barre. Finalement, une politesse.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

11


6 7 6

2

8 5

1

5 4 2

Plan du rez-de-chaussée

Illustrations de Quentin Blake

12

Coupe

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

3

1 2 3 4 5 6 7 8

Accueil / Salle d’attente Salles d’admission Salle d’attente des pères PC de surveillance Salles de naissance Salles physiologiques Blocs « césarienne » Salle de réveil Réanimation nouveau-nés Patios


Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

13


Siège du Crédit Agricole ANGERS - 52 boulevard Pierre de Coubertin

14

Maître d’ouvrage > Crédit Agricole de l’Anjou et du Maine Programmation > Ida concept Maîtres d’œuvre > DMT Architectes / Tetrarc, architectes / Phytolab, paysagistes Durée du chantier > Janvier 2007 - Juillet 2009 Surface > 11 176 m2 shon Coût des travaux > 22 020 919 ¤ HT / 483 620 ¤ HT aménagement extérieur


PRIX SPÉCIAL DU JURY

L

a banque est une institution qui se veut transparente et résolument inscrite dans le paysage local et l’économie régionale. En reconstruisant son siège à Angers, le Crédit agricole de l’Anjou et du Maine a voulu affirmer par l’architecture l’essentiel de ses valeurs institutionnelles (ouverture sur l’environnement, dynamisme et pérennité) mais aussi l’ancrage dans le pôle de compétitivité que constitue l’Anjou au regard de l’économie du végétal. Sans être évidemment littéral de cette aspiration fondatrice, l’immeuble construit en retrait du boulevard de Coubertin répond parfaitement à cette ambition. Le vaste parvis introduit l’institution et met ostensiblement en relation le bâtiment et son environnement. La transparence des quatre niveaux participe de cette même logique en modérant l’impact d’un bâtiment de plus d’un hectare de surface utile. Enfin, le jeu relationnel entre les espaces intérieurs et extérieurs, tout en fluidité, favorise une forme d’appropriation de la nature.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

15


Plan masse

Coupe

16

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011


Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

17


Musée Joseph-Denais BEAUFORT-EN-VALLÉE - 5 place Notre-Dame

18

Maître d’ouvrage > Ville de Beaufort-en-Vallée Programmation > Rémy Carcault Maîtres d’œuvre > Bruno Pantz, architecte / Sophie Thomas, muséographe Durée du chantier > Juillet 2009 - Mars 2011 Surface > 1 239 m2 shon Coût des travaux > 3 046 350 ¤ HT


MENTION ARCHITECTURE

L

e musée de Beaufort-en-Vallée est une curiosité. Le bâtiment, très éclectique, dispose en effet d’une collection exceptionnelle dont la muséographie ne répondait plus aux exigences actuelles. L’enjeu de cette mise aux normes nécessaire était de concilier la personnalité du lieu, son mystère et sa poésie tout en créant un vrai espace d’accueil, deux salles d’expositions temporaires, un atelier pédagogique, des locaux administratifs et de réserves, le tout dans une enveloppe évidemment contrainte. L’intervention de l’architecte sera ainsi volontairement mesurée et douce tout en réinventant un nouveau parcours de visite et en retrouvant, en abondance, l’apport de nouvelles perspectives intérieures et de sources lumineuses très valorisantes. Le résultat est à la hauteur des espérances portées par une collectivité particulièrement patiente et une conservatrice départementale heureusement vigilante. Le musée Joseph-Denais poursuit sa traversée de l’histoire et de la géographie, sans césure.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

19


1er étage

Rez-de-chaussée 1 2 3 4 5

Accueil billeterie Salle d’exposition temporaire Cour intérieure Ateliers pédagogiques Espaces techniques et réserves

Galerie d’histoire naturelle Salle des beaux-arts Salle de l’archéologie méditerranéenne Beaufort au Moyen-Âge Beaufort sous l’Ancien Régime Beaufort au 19e siècle Galerie des voyages de Joseph Denais (ethnographie) 1 2 3 4 5 6 7

1

2

2

3 6

5

Plan du 1er étage

Coupe

20

3 5

4

Plan du rez-de-chaussée

1

7

2

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

4


Exposition JOSEPH ET MOI - Antoine de Galbert et Joseph Denais, portrait croisé de collectionneurs.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

21


Auprès de mon arbre ANGERS

22

Maître d’ouvrage > Privé Maître d’œuvre > Pascale Minier, architecte Durée du chantier > Septembre 2008 - Mars 2009 Surface > 95 m2 shon Coût des travaux > 241 486 ¤ HT (Extension et restructuration)


É

tendre la surface habitable en retrouvant la relation à la nature et l’usage du jardin se solde souvent par la recherche d’une installation hors la ville. C’est sans compter avec l’intelligence conceptuelle de l’architecte et sa capacité, dans le contexte dense et contraint d’un centre urbain, à transformer le plomb en or. L’alchimie architecturale est ici patente et l’on sent ses effets sur la qualité d’usages quotidiens banalisant, en les rendant ordinaires, le bénéfice des transparences ou ceux d’une lumière doucement filtrée par des persiennes coulissantes. Une relation intérieure/extérieure réinventée, un jeu d’espaces vivants sur deux niveaux, l’usage du bois tant en structure qu’en vêture, tout concourt ici à une approche durable de l’architecture et à une sorte d’évidence. Un arbre est témoin de cette métamorphose tranquille, il y retrouve sa place. Un bel exemple de recomposition architecturale attestant que la ville est vivante et favorise l’expérience de belles résurgences.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

23


Centre d’affaires / Restaurant ANGERS - Terra Botanica

24

Maître d’ouvrage > Conseil général de Maine-et-Loire Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Édifices Architectes Durée du chantier > Janvier 2008 - Avril 2010 Surfaces > 2082 m2 shon (centre d’affaires) 720 m2 shon (restaurant) Coût des travaux > 8 747 263 ¤ HT


Q

ue l’on soit touriste ou participant à une rencontre professionnelle, l’entrée dans le parc Terra Botanica est une immersion dans le monde du végétal ; elle est un dépaysement. Le centre d’affaires qui jouxte le parc ou le restaurant implanté en son cœur n’échappent pas à cette règle qu’on associe à l’idée de découverte et de voyage. Leurs architectures sont ambassadrices, elles expriment l’exploration continentale autant que la production horticole, l’exotisme tropical autant que la serre froide des jardins d’acclimatation. Le programme du centre d’affaires intègre l’administration du parc et trois espaces de rencontres dont un amphithéâtre de trois cent vingt places. Il ne s’affranchit en rien d’un vocabulaire architectural rappelant celui des bâtiments d’exploitation horticole et leurs murs végétalisés. Le restaurant, élément du parcours pédagogique, participe de son côté des architectures indigènes rapportées dans l’imagerie des explorateurs au temps de leurs expéditions botaniques.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

25


Centre technique des transports ANGERS

26

- 3 rue Elisabeth Boselli

Maître d’ouvrage > Angers Loire Métropole Programmation > Angers Loire Métropole Maître d’œuvre > Atelier Frédéric Rolland Architecture Durée du chantier > Juin 2007 - Janvier 2010 Surface > 9 328 m2 shon Coût des travaux > 26 436 177 ¤ HT (dont 336 752 ¤ aménagement extérieur)


L

ieu de maintenance et de dépôt des rames, le centre technique des transports est au tramway ce que les gares du xixe siècle étaient à l’avènement du chemin de fer : un monument. Monument du xxie siècle en ce qu’il exprime avec mimétisme le nouveau mode de déplacement proposé aux Angevins. Longue balise carrossée en contre-haut de l’autoroute et trait d’union des deux plateaux où se construit la ville de demain, le bâtiment, vaste halle technique nécessaire à l’accueil des rames de tram, forme un puissant pliage métallique qui s’affiche en symboles de technologies et de modernité. Contenant et contenu se répondent ainsi sans concession faite au vocabulaire architectural classique (façades et toiture s’effacent au profit du mouvement) mais en réelle tension avec la fluidité du nouveau paysage ouvert par la première ligne de transport en site propre autant que par ses machines. En ce sens, le centre de maintenance est une pièce urbaine essentielle à la composition du nouveau pôle urbain.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

27


Équipement de quartier Angers - Rue Saint-Lazare

28

Maître d’ouvrage > Ville d’Angers Maîtres d’œuvre > Sophie Seigneurin, architecte / Valérie Legrand, architecte du patrimoine Durée du chantier > Octobre 2007 - Juillet 2009 Surface > 300 m2 shon Coût des travaux > 954 000 ¤ HT


Exposition Océanies, J. Brachet

I

l y a vingt-cinq ans, la ville d’Angers revisite son patrimoine et redécouvre une chapelle oubliée du faubourg Saint-Lazare. Petit édifice des xiie et xviie siècles, ce témoin des léproseries médiévales est resté longtemps perdu dans l’environnement d’immeubles collectifs se substituant progressivement aux architectures de faubourg. La destruction programmée est abandonnée au profit de l’opportunité d’y concevoir un équipement public conciliant le lien social et la mémoire du quartier. La réhabilitation de la chapelle est alors associée à une extension conçue tel un monolithe de schiste très simplement relié au monument ancien par un sas de verre couvert en pergola et ouvert sur le jardin. Maison de quartier et lieu de rencontres et d’expositions, l’ensemble laisse la plus belle part à la restitution architecturale et archéologique mais l’intervention contemporaine, modeste dans ses proportions, reste essentielle à l’insertion harmonieuse de cette marque historique dans le nouveau quartier.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

29


I.U.T. Génie Biologique ANGERS - Boulevard Lavoisier

30

Maître d’ouvrage > Région des Pays de la Loire Programmation > Région des Pays de la Loire Maître d’œuvre > Architectes Rocheteau-Saillard Durée du chantier > 2006 - Juillet 2008 Surface > 4 033 m2 shon Coût des travaux > 4 090 000 ¤ HT


U

n nouvel espace est né sur le site universitaire de Belle-Beille dont le catalogue architectural ainsi s’enrichit. Cet événement, par son architecture, affiche la personnalité de son objet, en l’espèce celui du département de Génie biologique. Cette expression s’impose dans un site valorisé par le boisement mais à l’évidence plus confidentiel que certains autres. Le programme suppose la réhabilitation d’un petit bâtiment existant et son extension latérale. Le dessin des façades et la présence d’un grand atrium central distribuant tous les locaux contribuent à ce positionnement institutionnel en donnant une vraie force aux volumes et à leur luminosité. L’entrée et l’angle du bâtiment, conçus en retrait de la façade principale et habillés de bois, le rouge du hall rappelé par celui des stores, confortent une certaine monumentalité comme l’exprime aussi le découpage des percements et l’élévation progressive des niveaux. Le bâtiment est bien calé dans son site et se lit de façon spécifique.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

31


Laboratoire de la santé des végétaux Angers - 7 rue Dixmeras

32

Maître d’ouvrage > Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Programmation > Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maître d’œuvre > Architectes Rocheteau-Saillard Durée du chantier > 2008 - Avril 2010 Surface > 4 068 m2 shon Coût des travaux > 7 600 000 ¤ HT


U

n premier bâtiment avait été réalisé en 2001 par les mêmes architectes qui se sont vus confier en 2008 cette importante extension du Laboratoire de la santé des végétaux, le bâtiment initial multipliant alors sa surface par cinq. Cette très importante extension s’est faite en périphérie de l’existant dans le prolongement des circulations et à partir de patios assurant l’articulation et la continuité des espaces. Le plan masse général, confirmé sur une base carrée, participe de cette même cohérence comme l’assure aussi, sur la façade principale, la reprise des parois vitrées de couleur verte (couleur rappelée par le mobilier intérieur) signant en quelque sorte l’identité du laboratoire. L’impact du déploiement du bâtiment, notamment par l’extension du linéaire de façades (le tout maintenu sur un seul niveau) est atténué par le rythme des lames pare-soleil qui scandent les développements ouest et est alors qu’au nord, la façade principale reprend à trois reprises le jeu d’auvent marquant l’entrée du bâtiment existant.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

33


Salle de jeu de boule de fort ANGERS - 2 rue des Capucins

34

Maître d’ouvrage > Ville d’Angers Programmation > Ville d’Angers Maître d’œuvre > BIK Architecture Durée du chantier > Juin 2009 - Juillet 2010 Surface > 595 m2 shon Coût des travaux > 765 000 ¤ HT 80 400 ¤ HT aménagement extérieur


L

e jeu de boule de fort est une tradition angevine dont l’exercice, sans être énigmatique, s’attache toutefois à une certaine confidentialité initiatique. Le lieu est celui d’une Société où l’on partage dans une convivialité vraie mais intime, la patience et l’adresse qu’une asymétrie subtile impose à des joueurs en pantoufles. Le bâtiment, conçu en extension de la salle de sport existante, conjugue cette dimension traditionnelle et celle de la modernité d’un quartier en pleine métamorphose. La volumétrie, imposée par les dimensions d’un jeu aux règles ancestrales, s’accommode parfaitement de la fonction de signal que le rythme soutenu des ouvertures diagonales expriment, notamment. Donner au jeu de boule de fort les attributs de la contemporanéité et constituer ainsi un repère esthétique dans un paysage réinventé par le passage du tram, tel est le pari gagnant de cette architecture expressive qui accompagne et conclut avec élégance les équipements scolaires et sportifs environnants.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

35


Station de dépollution ANGERS - Promenade de la Baumette

36

Maître d’ouvrage > Angers Loire Métropole Maîtres d’œuvre > Patrick Le Priol, architecte de Coquereaumont-Lebreton Architectes Durée du chantier > Février 2007 - Août 2011 Surface > 872 m2 shon / surface utile > 11 743 m2 Coût des travaux > 54 210 400 ¤ HT


O

n est ici très loin de l’idée habituellement attachée à l’usine ou à la station d’épuration, équipements techniques souvent malodorants et rejetés à la périphérie des villes. La Cité de traitement de l’eau à Angers est tout autre et s’affirme comme un bâtiment soucieux tant de la qualité architecturale que de l’intégration paysagère. Elle participe pleinement à la reconquête d’un paysage de bords de Maine jusqu’alors dégradé par des installations disparates ne craignant pas les risques d’inondation et aujourd’hui comme réhabilité par la présence de cet ensemble urbain très composé. Le bâtiment d’exploitation intègre bien évidemment l’ensemble des éléments du process de traitement de l’eau qu’il abrite mais s’apparente à un édifice public implanté en bordure d’un parc arboré, en relation avec la rivière. Bâtiment de haute qualité environnementale, la station de dépollution est aussi un outil pédagogique dans lequel le visiteur découvre le parcours de l’eau et la science de son traitement.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

37


Équipement petite enfance BEAUPRÉAU - Rue Saint-Martin

38

Maître d’ouvrage > Ville de Beaupréau Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Pierre Jahan, architecte Durée du chantier > Février 2008 - Novembre 2009 Surface > 1128 m2 shon Coût des travaux > 1 185 000 ¤ HT


B

ien inscrit dans la ville et fédérateur d’un nouveau quartier se substituant à une friche industrielle, cet équipement offert à la petite enfance est aussi intergénérationnel en ce qu’il est en relation avec le programme de maisons «  Vivre son âge  » immédiatement attenant. Le plan masse, les volumétries, le rythme des menuiseries extérieures, l’utilisation du zinc en bardage et les toitures-terrasses, confèrent à cet ensemble très domestique une contemporanéité parfaitement intégrée au contexte et, par ponctuations, ouverte aux correspondances patrimoniales comme le signe l’utilisation ponctuelle de l’enduit à la chaux ou du parement de briques ocre jaune. Le bâtiment, conçu dans un souci de simplicité et de fonctionnalité, affirme toutefois remarquablement sa relation à l’enfance comme l’exprime le jeu subtil et finalement ludique des ouvertures ou le damier blanc et noir qu’inspirent les deux volumes principaux. L’espace est ainsi repérable comme une contribution à l’éveil des sens.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

39


Eurespace Formation CHOLET - Rue Eugène Brémond

40

Maître d’ouvrage > Chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire Programmation > Boplan Ingenierie Maîtres d’œuvre > Labatut Architectes Associés / Agence Grégoire Architectes Durée du chantier > Juillet 2009 - Mars 2011 Surface > 5 982 m2 shon Coût des travaux > 8 025 731 ¤ HT / 610 152 ¤ HT aménagement extérieur


L

’extension du site « Eurespace » à Cholet est celle d’un site emblématique du dynamisme industriel et commercial du Choletais ; elle devait notamment conforter la présence du centre de formation bien mise en scène depuis la route départementale 752 tout en identifiant clairement les diverses activités de ce complexe de la Chambre de Commerce et d’Industrie. L’ensemble dispose de locaux communs au nord et à l’ouest, liés à l’énergétique à l’est et à la mécanique au sud, le tout relié par une circulation en boucle généreusement alimentée en lumière naturelle. La grande compacité du bâtiment s’articule autour de deux patios centraux qui assurent son éclairement central et distribuent les espaces. Cette compacité facilite également les échanges pédagogiques entre les diverses unités tout en assurant leur autonomie de fonctionnement et d’usage, y compris sur le plan acoustique pour l’atelier mécanique. Ce bâtiment atypique s’inscrit comme un emblème économique en entrée de ville de Cholet.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

41


Maison CHOLET

42

Maître d’ouvrage > Privé Maître d’œuvre > Agence Grégoire Architectes Durée du chantier > Octobre 2008 - Avril 2009 Surface > 271 m2 shon Coût des travaux > 338 693 ¤ HT


L

a transformation d’une concession automobile en logement et en commerce, est un exercice difficile mais qui participe pleinement de la mutation urbaine et, ainsi, du développement durable. Avec ce projet, le logement occupe un espace central donnant sur deux patios, un étage partiel étant créé à l’intérieur du volume. Ce changement de destination d’un bâti existant, en plein centre-ville de Cholet, bénéficie de la plasticité de l’existant qui aura permis à l’architecte d’investir largement l’espace tout en maintenant les éléments de mémoire que constituent, par exemple, les fermes de la charpente métallique conservée sur l’ensemble du bâtiment. Bardage bois vertical, menuiseries en aluminium, brise-soleil réalisés en cadre d’acier galvanisé supports de toiles tendues, toiture terrasse des extensions, apports lumineux des patios, tout concourt à une approche très contemporaine de cet aménagement qui réinvente une relation entre intérieur et extérieur au profit d’une vraie domesticité.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

43


Maison

DAMPIERRE-SUR-LOIRE

44

Maître d’ouvrage > Privé Programmation > Atome, architectes Maître d’œuvre > Atome, architectes Durée du chantier > Février 2010 - Décembre 2010 Surface > 215 m2 shon Coût des travaux > 322 949 ¤ HT


D

ans un site bien protégé du fait de son ouverture sur la Vallée et des boisements existants, la conception très contemporaine de cette maison est un témoignage de conciliation et une marque de sérénité. Deux volumes perpendiculaires, de plain-pied, s’ouvrent sur le paysage avec la discrétion de leur forme et de leurs matériaux tout en se confrontant, l’un utilisant le béton banché clair et lisse, l’autre s’animant d’un calepinage de vêture anthracite. Calée en partie haute du terrain, la maison bénéficie de vues filtrées par les bois mais suffisamment présentes pour que chaque espace intérieur en profite. Ce potentiel aura été déterminant pour le choix d’implantation et de traitement de façades très ouvertes sur le panorama ou au contraire, fermées à l’influence des vents dominants. L’ensemble, en rez-de-chaussée, exprime une architecture rigoureuse et atteste que la sensibilité du paysage s’accommode parfaitement d’une intervention contemporaine tout à la fois paisible et volontaire. © Christophe Petiteau - MONTEVIDEO

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

45


Groupe scolaire public DAUMERAY - 5 rue des Écoles

46

Maître d’ouvrage > Commune de Daumeray Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Hubert Masson, architecte Durée du chantier > Septembre 2009 - Décembre 2010 Surface > 1337 m2 shon Coût des travaux > 1 600 000 ¤ HT / 301 600 ¤ HT aménagement extérieur


L

e groupe scolaire de Daumeray est à l’origine une généreuse entreprise de conciliation entre deux enseignements, l’un privé l’autre public, dont la municipalité souhaitait l’union architecturale et, pour partie, fonctionnelle dans la conception d’un ensemble cohérent. Ce mariage, finalement non consommé, laisse place à deux écoles, juxtaposées mais établies sans relation formelle. Le groupe scolaire public de sept classes compose avec l’environnement pavillonnaire en disposant les salles de cours et d’animation sous forme de maisonnées reliées entre elles par des jardins intérieurs. Son ouverture est confirmée par la présence d’espaces partagés tels une bibliothèque et un local informatique également dédiés aux habitants de la commune. Le parti pris de l’ossature et du bardage bois unit les différents volumes en donnant du sens à l’établissement. Élégant petit signal introduisant l’ensemble, un édicule oblong marque l’entrée de l’établissement et en abrite les équipements techniques.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

47


Salle du Layon FAYE-D’ANJOU - Route D120

48

Maître d’ouvrage > Communauté de communes des Coteaux du Layon Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Agence MA - Murail Architectures Durée du chantier > Septembre 2009 - Mars 2011 Surface > 3 134 m2 shon Coût des travaux > 3 242 500 ¤ HT / 218 500 ¤ HT aménagement extérieur


L

e Layon longe la faille éponyme en traçant ainsi la rupture entre coteau et plateau qui composent un paysage viticole d’exception. Y implanter une salle omnisports est une gageure tant la transition entre ces morphologies est sensible et tant le programme de ce type d’équipement reste contraignant. Le projet répond avec une vraie intelligence à cette exigence en se fondant dans le site sans se camoufler, sans artifice, mais par une adaptation topographique particulièrement savante. Ainsi, l’autre nécessité, identitaire celle-là, s’exprime avec une même évidence. Le programme intègre une salle de sport classique et un espace annexe, autonome. Cet ensemble, inscrit dans la pente et suffisamment en retrait de la route, bénéficie d’une couverture végétalisée conçue en continuité des prairies environnantes. La salle du Layon, du fait de son architecture et de sa parfaite adhésion au paysage, exprime une politique intercommunale conciliant développement local et sauvegarde environnementale.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

49


École de musique LE LION-D’ANGERS - Rue du Chemin de fer

50

Maître d’ouvrage > Communauté de communes du Lion-d’Angers Programmation > Préprogram Maître d’œuvre > Lionel et Laurent Vié, architectes Durée du chantier > Mai 2010 - Avril 2011 Surface > 450 m2 shon Coût des travaux > 650 000 ¤ HT / 50 000 ¤ HT aménagement extérieur


À

l’orée de la ville, ouverte sur la nature, l’école du Lion-d’Angers exprime, dans la rigueur et les variations de ses formes, une relation forte et lisible entre architecture et musique. Elle est une partition poétique composée en volumes, en jeux de vides et de pleins, en opposition des parois lisses de béton blanc et de bois naturel, jusqu’à l’auvent de son entrée qui introduit le bâtiment comme un prélude. Et cette relation organique est appuyée par le surplomb du site qui assure une élévation aérienne du volume principal seulement relié au sol par le découpage complexe d’une circulation verticale. La relation à la musique n’est pas seulement tendue par l’harmonie des rythmes, l’espace intérieur répond aussi à cette exigence conceptuelle par la qualité de la lumière ou la performance acoustique. L’ensemble compose un événement lyrique où l’éducation des sens peut s’exprimer pleinement. Un exemple d’exigence pour un équipement public intercommunal dédié à l’épanouissement musical.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

51


Mairie

LA MEMBROLLE-SUR-LONGUENÉE - Rue Charles de Gaulle

52

Maître d’ouvrage > Commune de La Membrolle-sur-Longuenée Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Vignault x Faure, architectes Durée du chantier > Mars 2010 - Mars 2011 Surface > 499 m2 shon Coût des travaux > 792 4000 ¤ HT / 98 000 ¤ HT aménagement extérieur


L

a mairie de La Membrolle-sur-Longuenée est un bâtiment public apparaissant comme le parachèvement d’une reconquête urbaine engagée avec la pacification d’un centre-bourg enfin épargné du flot automobile de transit. L’espace vivant de la démocratie et de l’administration locales est ainsi implanté au cœur de la collectivité villageoise comme une ponctuation essentielle et lisible. L’ondulation de la façade comme la toiture-terrasse spécifie parfaitement un bâtiment à la volumétrie simple et sans ostentation mais dont la fonction suppose une valeur de représentation urbaine et de signal. Une mairie n’est pas un bâtiment public ordinaire, elle est un symbole autant qu’un lieu de services, accessible, ouvert, lumineux. C’est aussi une petite entreprise nécessitant aisance dans les conditions de travail et confort d’usage. Ces composantes d’une architecture durable sont ici réunies comme l’est aussi l’accompagnement des espaces publics dans la topographie douce mais marquée du centre-bourg.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

53


Restaurant scolaire LA MÉNITRÉ - Rue Jeanne de Laval

54

Maître d’ouvrage > Commune de La Ménitré Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Vignault x Faure, architectes Durée du chantier > Novembre 2009 - Mars 2011 Surface > 730 m2 shon Coût des travaux > 1 145 560 ¤ HT / 47 800 ¤ HT aménagement extérieur


D

ans le temps scolaire des enfants, la pause du midi est (presque) toujours celle du plaisir. On est passé de la « cantine » à la « restauration scolaire » mais le moment de convivialité reste toujours le même, un instant privilégié du vivre ensemble, entre copains. L’architecture du restaurant scolaire de La Ménitré propose l’accueil des enfants en étant d’abord attentive à leur confort. L’acoustique des deux salles dédiées aux repas des grands et des petits, la luminosité d’une rue intérieure distribuant des espaces colorés par le rythme des caissons lumineux qui animent la façade ouest, l’usage de matériaux adaptés, l’ouverture des vues sur l’extérieur, tout concourt à rendre ce lieu attentif à sa fonction et aux enfants. Jusqu’à la flexibilité fonctionnelle du lieu qui se dilate d’un simple geste pour devenir un vaste espace que la salle de sport attenante peut coloniser à l’occasion de manifestations singulières. Finalement, une petite pièce urbaine à la fois ludique et précieuse.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

55


Complexe omnisports LA PLAINE - Rue du Stade

56

Maître d’ouvrage > Commune de La Plaine Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Architecture Fardin Durée du chantier > Janvier 2009 - Mars 2010 Surface > 1 196 m2 shon Coût des travaux > 874 872 ¤ HT / 106 548 ¤ HT aménagement extérieur


L

’activité sportive pose des contraintes longtemps traduites par des volumétries simples, boîtes à jeux sans âme balisant les entrées de village de leur bardage pyjama. Aujourd’hui, ces équipements publics font l’objet de recherches architecturales approfondies et constituent souvent des œuvres de grande qualité. La salle omnisports et polyvalente de La Plaine illustre cette tendance en offrant, dans son environnement bocager, un bâtiment très dessiné, bien inscrit dans son site. À l’image d’un origami, la salle principale comme ses locaux annexes constituent un jeu de pliage dont les proportions et la juxtaposition favorisent l’intégration. Le volume de la grande salle est ainsi parfaitement digéré par celui, perpendiculaire, des salles dédiées aux vestiaires et activités culturelles. Cette même souplesse s’affiche sur les façades de zinc à joint debout jouant ainsi avec la lumière. Le dispositif architectural annule l’idée d’élévation et de toiture en constituant un objet cohérent.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

57


Salle de loisirs

SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS - Rue de la Mairie

58

Maître d’ouvrage > Commune de Saint-Germain-des-Prés Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Lacroix-Mignot, architectes Durée du chantier > Juin 2008 - Juillet 2009 Surface > 743 m2 shon Coût des travaux > 876 415 ¤ HT / 204 677 ¤ HT aménagement extérieur


D

ans le paysage annonçant la Vallée, la salle polyvalente de SaintGermain-des-Prés s’intègre à l’environnement naturel en utilisant la pente naturelle du terrain et en organisant deux plateaux distincts délimités par un jeu de murs, d’escaliers et de rampes. La segmentation des volumes participe de cette même intention et atténue l’impact d’un équipement qui affirme, de ce fait, une certaine domesticité bien en phase avec le cadre bâti environnant. Le projet s’organise ainsi autour d’un volume central dont la couverture en zinc, à quatre pentes, constitue un signal. Il est encadré par deux ensembles légèrement plus bas et couverts en terrasse. Le rythme des ouvertures, le jeu des volumes et des matériaux (dont le bardage bois latéral à la façade principale) inscrivent le bâtiment dans une vraie modernité. Cet équipement de loisirs, conçu à l’échelle d’une petite commune rurale est un exemple d’adéquation aux moyens budgétaires autant qu’au paysage. Il exprime la vertu de la sobriété.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

59


Siège social Cesbron SAINT-SYLVAIN-D’ANJOU - Rue Fabien Cesbron

60

Maître d’ouvrage > SCI Campus Programmation > SCI Campus Maître d’œuvre > Bodreau Architecture Durée du chantier > Novembre 2009 - Février 2011 Surface > 3 170 m2 shon Coût des travaux > 7 350 000 ¤ HT / 750 000 ¤ HT aménagement extérieur (dont bassin 400 000 ¤ HT)


V

itrine de modernité et de technologies innovantes, cette architecture exprime le savoir-faire d’une entreprise high-tech. Un bâtiment événement que le flot d’usagers de la rocade Est d’Angers découvre au hasard d’une brèche consentie dans le mur anti-bruit. Le siège de l’entreprise Cesbron est une démonstration où la performance thermique associe la poésie des formes et le jeu subtil des matériaux. Comme un dirigeable délicatement posé sur son miroir d’eau, l’œuf abrite la grande salle de réunion à la géométrie complexe et dialogue avec trois niveaux de bureaux tout en rigueur parallélépipédique. Mais cet ensemble tertiaire n’est pas seulement un faire-valoir, il intègre aussi, par la qualité de la lumière qui l’inonde et le jeu de ses vibrations, une certaine idée de l’entreprise, lieu d’activité mais aussi de convivialité et de confort. En ce sens, ce manifeste reste une œuvre humaniste associant justement les enjeux du paysage, de l’environnement, de la représentation et du travail.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

61


Unité d’accueil LA SÉGUINIÈRE - 9 rue du Sacré cœur

62

Maître d’ouvrage > La Maison d’accueil Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Ad Hoc Architecture (B. Migeon / J.F. Leroy) Durée du chantier > Juin 2008 - Décembre 2010 Surface > 703 m2 shon Coût des travaux > 2 125 580 ¤ HT / 250 889 ¤ HT aménagement extérieur


S

’il est un lieu où humanisme et architecture doivent se conjuguer, c’est bien pour ce type d’équipement dédié à l’accueil et l’hébergement des personnes âgées désorientées. Le projet est ici une œuvre partagée par un concepteur très à l’écoute d’une maîtrise d’ouvrage normalement exigeante. L’architecte joue avec la discrétion, il exploite le terrain afin que cette unité de douze résidents s’inscrive dans le site et soit doucement reliée aux pôles administratif et de soins ainsi qu’aux espaces communs (salle multifonctions, salon de coiffure et jardin dont un petit oratoire attenant). L’ensemble est ainsi conçu en rez-de-chaussée dont la toiture terrasse, plantée, offre une sorte de continuité visuelle avec l’environnement. Le sentiment d’ouverture de ce dispositif, dans un environnement nécessairement sécurisé, favorise la sérénité. Il compose une unité cohérente, identifiée, où les repères s’imposent avec douceur tout en affirmant une certaine dynamique ouverte à la modernité.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

63


Maison de retraite TORFOU - 78 rue Nationale

64

Maître d’ouvrage > Association Charles Foyer - Maison Sainte-Marie Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > Édifices Architectes Durée du chantier > Juin 2006 - Juillet 2009 Surface > 5 780 m2 shon Coût des travaux > 5 902 670 ¤ HT


L

a Résidence Sainte-Marie à Torfou était disposée en deux ailes sur trois niveaux et articulée à partir d’un noyau central dédié à l’accueil, à la restauration et à l’administration. La mise aux normes et l’exiguïté des chambres imposaient une profonde restructuration. La communauté des résidents, des familles et du personnel vécurent cette aventure en maintenant l’occupation des locaux pendant les travaux qui s’établirent en trois phases successives. L’esprit de cette Résidence qui se comprend comme celui d’un «  village  », n’a pas souffert de la métamorphose. Au contraire, la nouvelle configuration, notamment de l’accueil, inscrit la philosophie des lieux dans la modernité. En augmentant l’épaisseur des ailes et confortant d’autant l’usage des hébergements mais aussi en créant de nouveaux espaces de convivialité largement ouverts sur la campagne proche, le projet a heureusement facilité l’évolution nécessaire d’un fonctionnement intégrant de plus en plus le handicap du très grand âge.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

65


Habitat social


Logements collectifs ANGERS - Zac Desjardins

68

Maître d’ouvrage > Le Val de Loire Programmation > Le Val de Loire Maître d’œuvre > de Coquereaumont-Lebreton, architectes Durée du chantier > Décembre 2007 - Novembre 2009 Surface > 4 032 m2 shon Coût des travaux > 3 439 812 ¤ HT


PRIX HABITAT SOCIAL

L

a ZAC Desjardins est, sans doute, la meilleure actualité de l’urbanisme durable à Angers, la ville se reconstruisant sur elle-même dans l’harmonie d’un environnement recomposé. L’immeuble illustre l’épanouissement architectural du quartier en déclinant les valeurs de la mixité, de la densité et de la composition urbaine. Trente-six logements collectifs associés aux prochaines activités commerciales et tertiaires forment un ensemble très dessiné où les retraits de façade et les porte-à-faux des loggias assurent une relation ouverte sur l’extérieur, au parc et à la rue. La forte présence du socle, sur deux niveaux, ancre également le bâtiment sur un foncier très contraint. De même, la compacité du plan masse, bien présente dans l’austère rigueur de la façade arrière, contraste avec l’élégance et la légèreté de l’élévation principale. C’est la juxtaposition harmonieuse des immeubles de ce type qui compose ce nouveau morceau de ville en lui donnant la personnalité d’un véritable quartier.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

69


Plan masse

70

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011


Plan du 1er étage du Bâtiment B

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

71


Logements collectifs ANGERS - Rue de Daguenet

72

Maître d’ouvrage > Angers Habitat Programmation > Angers Habitat Maître d’œuvre > Studio d’architecture b.huet Durée du chantier > Mai 2009 - Avril 2011 Surface > 4 922 m2 shon Coût des travaux > 6 940 364 ¤ HT


L

e programme Daguenet a pour ambition de redonner une image de cœur de quartier à un ensemble urbain s’étant peu à peu dégradé. L’immeuble de soixante logements et le centre commercial qui occupe son rez-de-chaussée sont au centre de ce dispositif en proposant une mixité d’usage conforme à la dynamique urbaine recherchée. Le projet est composé avec la nouvelle place sur laquelle il est largement ouvert et dont il marque la périphérie nord dans l’idée d’un « ruban dynamique » répondant avec souplesse à sa géométrie. L’ensemble bâti est composé de trois entités, en limite du boulevard des Deux-Croix, l’immeuble est amorcé sous forme de totem, balise urbaine, puis s’étire linéairement pour fermer l’espace public au sud. La conformité de ce plan masse prévu dans le schéma d’urbanisme et l’élévation de l’immeuble est particulièrement bien maîtrisé et donne une belle lisibilité à une morphologie déployée sur cinq niveaux et dont la façade principale est très animée par le rythme des loggias.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

73


Logements

ANGERS - Rue de la Barre / Rue de la Licorne / Rue Anne Barbreau

74

Maître d’ouvrage > Angers Habitat Programmation > Angers Habitat Maîtres d’œuvre > Sophie Seigneurin, architecte / Jacques Austry, architecte Durée du chantier > Janvier 2008 - Juin 2010 Surface > 5 877 m2 shon Coût des travaux > 6 390 000 ¤ HT / 500 000 ¤ HT aménagement extérieur


L

a densité ne fait pas nécessairement la ville, on le voit dans certains quartiers construits dans l’urgence de l’après-guerre et où l’on cherche, depuis trente ans, un certain retour à l’urbanité. Le programme de soixante-deux logements répartis en trois groupes de bâtiments et réalisé par Angers Habitat rue de la Barre va dans le sens d’une reconquête. Le paradoxe est que la renaissance se fait ici à partir d’un programme de maisons individuelles et d’immeubles intermédiaires et que cette typologie maîtrisée affirme le caractère urbain du quartier bien mieux que ce que la prolifération des ensembles collectifs faisait auparavant. Le ressort de cette mutation se trouve dans le retour à la rue, l’imbrication de volumes juxtaposés et le jeu des retraits et des matériaux composant le nouveau paysage de la ville comme l’exprime aussi l’alternance des murs et des jardins. La continuité ainsi construite offre un rythme dynamique, elle suppose le lien social et la convivialité des voisinages.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

75


AmĂŠnagement


Aménagement paysager DURTAL - Val d’Argance

78

Maître d’ouvrage > Ville de Durtal Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maître d’œuvre > EGIS Aménagement Durée du chantier > Avril 2009 - Février 2010 Coût des travaux > 113 477 ¤ HT


PRIX AMÉNAGEMENT

C

’est un coin de verdure où chante l’Argance, petit affluent du Loir entre le bourg ancien de Durtal, un nouveau quartier d’habitat et les équipements scolaires et sportifs. La coulée verte ainsi constituée se situe au cœur de l’agglomération de Durtal et supporte le transit quotidien des promeneurs et des riverains. Compte tenu de la sensibilité écologique de cet espace à la très riche biodiversité, l’organisation des circulations et le franchissement du ruisseau devaient être maîtrisés. Un platelage formant ponton sur la prairie humide, a ainsi été déployé ainsi qu’une passerelle en bois de pin. Les cheminements à travers le coteau sont confortés par des fondations en rondins et par un sol stabilisé. Le tout relie la ville, les parcours nocturnes bénéficiant d’un balisage lumineux utilisant l’énergie solaire. Fauché tardivement, l’ensemble du site fait l’objet d’une gestion raisonnée favorable à une flore et une faune riches et variées. La ville s’est ainsi offert un nouveau paysage.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

79


Esquisse

80

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011


Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

81


Aménagement urbain ANGERS-AVRILLÉ - Autour de la première ligne de tramway

82

Maître d’ouvrage > Angers Loire Métropole Programmation > Angers Loire Métropole Maîtres d’œuvre > Agence AUP (Luc Davy / Yves Steff, architectes-urbanistes) SCE, infrastructures / Y. Bureau, paysagiste / O. Charrier, concepteur lumière Durée du chantier > Juillet 2008 - Juin 2011 Coût des travaux > 287 500 000 ¤ HT


À

Angers comme dans la plupart des grandes villes de France, le tramway n’est pas seulement un projet de transport collectif mais aussi une ambition urbaine. Ce projet s’est fondé sur la définition d’un paysage unitaire à partir d’un choix homogène de matériaux, de mobiliers urbains, d’éclairage public ainsi que par le dessein d’un aménagement appropriable par les usagers. Les références patrimoniales sont nombreuses comme l’illustre l’usage du schiste. La correspondance avec l’économie horticole s’exprime avec le graphisme d’inspiration végétale en embase du mobilier vertical, le tapis engazonné des voies ou la multiplication de ponctuations arborées. La lisibilité nocturne de l’infrastructure fait aussi l’objet d’une mise en lumière spécifique. Dans l’ensemble des quartiers desservis, l’espace public recomposé participe aux nouvelles fonctionnalités urbaines et offre un paysage urbain véritablement nouveau. Le tramway est dans la ville un support de métamorphoses d’images et d’usages.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

83


Arcades Rougé CHOLET - Centre-ville

84

Maître d’ouvrage > Ville de Cholet Programmation > Ville de Cholet Maître d’œuvre > Labatut Architectes Associés Durée du chantier > Avril 2008 - Janvier 2011 Coût des travaux > 3 929 766 ¤ HT


L

’histoire récente de la Ville de Cholet est celle d’une formidable mutation. Du bourg rural encore marqué par les Guerres vendéennes, la ville est, en moins de deux siècles, devenue un centre urbain régional, cœur battant d’une agglomération de quatre-vingt-cinq mille habitants. L’accélération de ce développement n’a pas laissé le temps de la constitution d’un centre-ville cohérent. C’est l’objectif de la recomposition du quartier des Arcades Rougé étendu sur près de quatre hectares en plein cœur historique de Cholet. En complément des constructions d’immeubles multifonctionnels, l’aménagement des espaces publics des Arcades Rougé est l’aboutissement d’un processus engagé avec l’aménagement de la place Travot. Ainsi, libéré de la voiture qui dispose d’un stationnement souterrain généreux, l’espace public de l’hyper centre-ville, au-delà de l’invitation à la promenade patrimoniale, devient un trait d’union entre une activité commerciale réactivée et une offre culturelle renouvelée.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

85


Espaces publics CORNILLÉ-LES-CAVES - Centre-bourg

86

Maître d’ouvrage > Commune de Cornillé-les-Caves Programmation > CAUE de Maine-et-Loire Maîtres d’œuvre > Jacques Courilleau, paysagiste / Jean-Philippe Ropers, concepteur lumière Durée du chantier > Avril 2010 - Décembre 2010 Coût des travaux > 500 000 ¤ HT


L

a protection au titre des sites et du patrimoine architectural, urbain et paysager consacre l’excellence de Cornillé-les-Caves, village baugeois dominant la Vallée. À l’écart des flux principaux et des fortes pressions foncières, le village est intemporel. L’aménagement de ses espaces publics participe d’abord de ce constat et ne cherche pas, par on ne sait quel artifice, à en modifier profondément la nature ou l’ambiance. Le traitement des sols, le pavage d’un caniveau ou l’implantation judicieuse des végétaux sont les outils discrets d’une mise en valeur sensible. La rue principale, la place du monument aux morts, le parvis de l’église, la cour de la liberté, les abords du presbytère, les chemins et les venelles constituent un tissu univoque qui habille un environnement bâti de grande qualité. C’est toute la valeur de la démarche du concepteur qui a su s’effacer et intervenir de façon utile et mesurée, dans le respect de l’existant y compris par la conservation du patrimoine végétal.

Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement de Maine-et-Loire 2011

87


REMERCIEMENTS Remerciements aux maîtres d’ouvrage et concepteurs des opérations sélectionnées pour la qualité des informations fournies sur chacun des projets.

Les éditions du CAUE de Maine-et-Loire

CAUE de Maine-et-Loire Maison de l’Architecture, des Territoires et du Paysage 312 avenue René Gasnier - 49 100 ANGERS Tél. 02 41 22 99 99 - Fax 02 41 22 99 90 Email : contact@caue49.com - Site Internet : www.caue49.com Photographies > Manuela TERTRIN Sauf pages 44-45, photographies Christophe PETITEAU - MONTEVIDEO Textes > Bruno LETELLIER Conception graphique > Manuela TERTRIN Impression > Imprimerie Norbert PLOT

Dépôt légal > Décembre 2011 ISBN 2-914177-08 9


L

e Prix départemental de l’architecture et de l’aménagement, onzième édition, présente la sélection de 32 projets récemment réalisés en Maine-et-Loire. Il intègre une dimension participant pleinement à la qualité de la production architecturale et urbaine d’aujourd’hui, celle de l’habitat social qui bénéficie d’un prix spécifique. C’est dans cette diversité des situations et des contextes que s’exprime l’excellence de la production des architectes, des urbanistes et des paysagistes. Le Prix départemental salue ainsi la continuité patrimoniale d’un département riche de son passé mais pleinement attentif à la qualité de ce que les générations à venir hériteront de sa créativité contemporaine.

Les éditions du CAUE de Maine-et-Loire


Prix départemental de l’Architecture, de l’Habitat social et de l’Aménagement