Issuu on Google+

La publication trimestrielle du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de Maine-et-Loire (CAUE) et de la Maison de l’Architecture, des Territoires et du Paysage (MATP)

Élus, à vos projets ! Brèves

Assemblée générale du CAUE le 17 juin Programmation culturelle 2014/2015 P. 3

Opérations

Missions d’accompagnement de la maîtrise d’ouvrage, quelques exemples P. 10

N°64 avril 2014


P2

ÉDITO

Programme

Anita Nouteau

AGENDA Gilles LEROY

Conseiller général de Beaupréau Président du CAUE de Maine-et-Loire

Ce soixante quatrième numéro du journal IMAGO, publication trimestrielle du CAUE de Maine-et-Loire, s’adresse aux élus territoriaux tout récemment élus ou réélus dans les communes et les intercommunalités de notre département. En mon nom propre comme en celui des administrateurs et de l’équipe du CAUE, je vous adresse nos plus chaleureuses félicitations. Votre élection signe le début ou la poursuite d’un engagement pour la cause publique. Elle introduit ou permet la poursuite d’une action qui, en ce qui concerne la qualité du cadre de vie, est une mission essentielle. Les élus communaux ou communautaires sont les premiers interlocuteurs du CAUE et les principaux destinataires de la mission de conseil et d’accompagnement qu’assigne la loi à cette structure départementale mise en place par le Conseil général. Même s’il n’est pas exclusif, l’essentiel de l’activité du CAUE est destiné aux élus, que cela soit l’accompagnement des projets de constructions publiques ou d’aménagement, le conseil ou l’expertise sur des problématiques architecturales, urbaines, environnementales ou paysagères ainsi qu’en matière de formation. Le CAUE est par essence un outil départemental disponible, réactif, indépendant et pluridisciplinaire. Il n’est motivé que par l’intérêt public de ses missions sans être impliqué dans les enjeux, notamment financiers ou de maîtrise d’œuvre. Il accompagne les élus dans leurs champs de compétences de maîtres d’ouvrage, de gestionnaire de l’espace et d’animateurs du débat public. Le CAUE est aussi une mémoire. Depuis 1979 il accompagne les projets communaux et intercommunaux et est en capacité de reconstruire la continuité d’ambitions territoriales que des mandats successifs parfois dissolvent. Le CAUE est enfin un partenaire, partie prenante de la cohérence des outils départementaux placés au service des territoires et réunis dans le réseau “Anjou Ingénierie territoriale” mis en œuvre et animé par le Conseil général. En ce début de mandat, vous savez pouvoir compter sur la compétence d’une équipe d’architectes, d’urbanistes, de paysagistes, chargés d’études particulièrement rompus aux pratiques d’accompagnement de la maîtrise d’ouvrage des collectivités. Votre collectivité, le plus souvent adhérente de l’association CAUE, saura également y trouver la ressource documentaire ou de diffusion culturelle ainsi que l’offre de formation adaptée au plein exercice de vos compétences.

FESTIVAL INTERNATIONAL DES JARDINS 23e Festival International des Jardins sur le thème “Jardins des péchés capitaux” Du 25 avril au 02 nov. 2014
 www.domaine-chaumont.fr

EXPOSITIONs PIERRE PRUNET. HÉRITAGE ET CRÉATION

RENDEZ-VOUS AUX JARDINS Cette 12e édition célèbrera dans toute la France “L’enfant au Jardin” Les 30-31 mai et 1e juin www.jardinspaysdelaloire.fr

JAV - LES JOURNéES D’ARCHITECTURE À VIVRE 14e édition Visites de maisons réalisées par un architecte en présence des propriétaires Les 13-14-15 Juin et 20-21-22 Juin 2014 www.avivremagazine.fr

Nous avons la conviction que votre mandature sera celle du projet et contribuera au rayonnement de l’Anjou, terre d’innovations et de développement durable. Le CAUE est à votre côté pour la concrétisation de cet objectif.

SOMMAIRE AGENDA / En Maine-et-Loire et ailleurs ................................................................. p.2 Programme MATP / Avril-juin 2014 .................................................................... p.2 BrèveS / AG CAUE / Programmation culturelle / Mieux connaître le CAUE........ p.3 Dossier / Lettre ouverte aux nouveaux élus......................................................... p.4 OPÉRation / Missions d’accompagnement de la maîtrise d’ouvrage ................ p.10 Découverte / Mairies et Hôtel de ville, architectures identitaires.................... p.12

JPPM – Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins 17e édition sur le thème “Lumière et couleurs” Les 14 et 15 juin 2014

http://patrimoine-environnement. fr/journees-du-patrimoins-de-payset-des-moulins-

(programme disponible en mai)

L’œuvre de Pierre Prunet est humaniste en ce qu’elle est inspirée de l’ouverture au monde. Architecte en chef des Monuments Historiques, son travail est d’abord attaché à la restauration du patrimoine majeur, notamment en Maine-et-Loire. Mais cette priorité ne s’exprime pas seulement dans la maîtrise de la restitution historique, elle intègre la temporalité de la création architecturale comme un élément fondateur du projet patrimonial. Ainsi, la mise en relation savante du passé et de la modernité compose, dans une exceptionnelle sérénité, la continuité de l’histoire. Une leçon d’humanité qui se traduit par l’audace de confrontations cohérentes autant que par la maîtrise du détail. Jusqu’au 6 juin 2014 PETITES COMBINES ET BONS TUYAUX Pour cette 6e édition, le festival Petites Machines à Habiter proposé par le CAUE de la Sarthe a invité les concepteurs à imaginer un espace innovant destiné à accueillir une micro-entreprise en ayant recours au détournement d’objets, au recyclage et à la débrouillardise. Dans un contexte de crise économique, créer un lieu de travail ergonomique (à l’échelle d’une personne), économique et issu du détournement d’éléments industriels, tel était le défi lancé aux jeunes architectes et designers. L’exposition présente une sélection de maquettes tandis que la publication développe les projets lauréats et mentionnés. Du 19 juin au 29 août 2014


MATP

Brèves

312 avenue René Gasnier - 49100 ANGERS tél. 02.41.22.99.99 / courriel : contact@matp-angers.eu Lieu d’exposition ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h, le dimanche de 14 h à 18 h.

VISITE LE QUARTIER DU CHEMIN VERT À SAUMUR

Pierre Prunet Héritage et création

conférences

Venez découvrir la métamorphose de ce quartier au cours d’une visite à vélo, qui vous permettra d’emprunter l’Allée Verte, l’ancienne voie de chemin de fer, reliant le quartier au centre-ville. Visite gratuite Inscription obligatoire auprès du CAUE de Maine-et-Loire 02 41 22 99 99 s.prouteau@caue49.com Visite en vélo Vendredi 27 juin 2014 à 14h30

Voyage d’études

L’ÉVOLUTION DES ÉDIFICES HOSPITALIERS DU xviie SiÉcles À NOS JOURS Pierre-Louis LAGET, chercheur, service du patrimoine culturel de la région Nord-Pas-de-Calais Jeudi 10 avril 2014 à 18h30 L’ACCUEIL DES PERSONNES ÂGÉES Georges PAPPAS, architecte honoraire Jeudi 15 mai 2014 à 18h30

COurs d’architecture à l’Institut municipal à Angers

Berlin, quartier de l’Oncle Tom

BERLIN, UN ARCHIPEL VERT ET OUVERT Nous nous interrogerons sur la qualité urbaine de cette ville qui attire autant de jeunes européens et notamment de nombreux Français qui s’y installent, en faisant l’hypothèse de Berlin comme ville antagoniste à Paris, comme gigantesque cité-forêt polycentrique, créative, verte et ouverte, en illustrant ce propos à l’aide du développement de l’ancien aéroport de Tempelhof. Florian HERTWECK, Architecte, docteur en philosophie, enseignant titulaire ENSA Versailles, associé Hertweck Devernois Architectes Urbanistes Jeudi 3 avril 2014 à 18h30

P3

Hambourg

HAMBOURG Premier port et deuxième ville d’Allemagne, Hambourg se distingue depuis le Moyen Âge par son dynamisme économique. Emblème de la capitale hanséatique, Haffen city, ou cité du port, fait l’objet d’un grand projet d’aménagement urbain. Le très médiatique projet de la Elbphilharmonie conçue par les Suisses Herzog et de Meuron constitue une figure de proue de ce nouveau quartier. L’IBA 2013, “exposition internationale du bâtiment” s’est tenue de mars à novembre dernier. La manifestation a investi une île de l’Elbe pour présenter des démarches innovantes en matière de projets urbains, d’aménagements et d’architecture… durables, évidemment. Après le temps public de communication de l’IBA, les opérations sont aujourd’hui toutes livrées et en fonctionnement.

Assemblée générale du CAUE Le 17 juin à 18 heures L’assemblée générale 2014 du CAUE de Maine-et-Loire se tiendra au siège de la Maison de l’Architecture, des Territoires et du Paysage (MATP) à Angers le mardi 17 juin à 18 heures. Cette Assemblée générale sera, pour les nouveaux élus communaux et intercommunaux, l’occasion de découvrir l’activité du CAUE et de débattre sur les évolutions attendues dans le cadre du nouveau contexte départemental et des réformes législatives en cours (loi ALUR, acte III de la décentralisation, transition énergétique et loi Patrimoines notamment). Elle sera aussi, traditionnellement, l’objet d’un échange entre les différents acteurs départementaux du cadre de vie et de l’aménagement.

Programmation culturelle 2014 / 2015 Le CAUE et ses partenaires finalisent la programmation des évènements culturels proposés par la Maison de l’Architecture, des Territoires et du Paysage entre septembre 2014 et l’été 2015. La prochaine année fêtera le dixième anniversaire de la

CULTURE MATP inaugurée par le ministre de la Culture en octobre 2005. Une nouvelle programmation sera reconduite dans la continuité des manifestations de cette année mais avec quelques surprises que la diffusion du programme dévoilera en septembre. Le mode de gouvernance de la MATP sera d’autre part reconsidéré avant l’été par la création de l’Association angevine des amis de l’architecture, A3A.

Mieux connaître le CAUE pour mieux s’en servir ! Après que les toutes récentes élections municipales aient pour une part recomposé le paysage politique dans notre département et alors que de nombreux élus accèdent aux responsabilités communales et intercommunales, le CAUE lance une campagne de communication et d’information sur ses missions. Une nouvelle plaquette de présentation est diffusée en même temps que le présent numéro d’IMAGO. L’ensemble de son équipe est mobilisé afin que des rencontres avec les nouveaux élus facilitent l’appropriation rapide de l’outil départemental d’aide à la décision et d’accompagnement de la maîtrise d’ouvrage territoriale.

Formation des élus

FORMATION

Dans le cadre de leur mission de formation, l’Association des Maires de Maine-et-Loire et le CAUE proposent en partenariat et chaque année un programme de formations destiné aux élus. EXTRAIT DU PROGRAMME Premier semestre 2014 MAI 2014 Découvrir le fonctionnement de la commune

16/05/2014

Voyage d’étude proposé aux adhérents du CAUE de Maineet-Loire. L’adhésion est obligatoire pour participer à ce voyage Tarif personne physique : 17 euros Du 5 au 8 juin 2014

Comprendre les finances communales

23/05/2014

Les fondamentaux de l’urbanisme

27/05/2014

Renseignements : Sandrine Prouteau (CAUE de Maine-et-Loire) 02 41 22 99 99

JUIN 2014 Découvrir le fonctionnement de la commune

06/06/2014

Les fondamentaux de l’urbanisme

13/06/2014

Comprendre les finances communales

20/06/2014

Les fondamentaux de l’urbanisme

25/06/2014

Comprendre les finances communales

27/06/2014

Renseignements et inscriptions auprès de Véronique LEBOUVIER / Tél. : 02 41 22 99 94 mail : v.lebouvier@caue49.com / Programme consultable sur le site : www.caue49.com


P4

dossier

Lettre ouverte aux nouveaux élus

Gilles LEROY Conseiller général Président du CAUE de Maine-et-Loire

Madame, Monsieur le maire, Madame, Monsieur le président de la communauté de communes ou d’agglomération Mesdames et Messieurs les adjoints et vice-présidents, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux et communautaires,

Chers collègues,

Vous venez d’être élus ou réélus dans les différents territoires qui composent notre département et la première réaction du CAUE de Maine-et-Loire est de vous féliciter très chaleureusement. Le mandat que vous renouvelez ou que cette élection introduit pour vous-même, porte en lui une mission essentielle, exaltante et comprend le poids d’une responsabilité très importante. Il est un engagement…

…L’élu territorial qu’on qualifie souvent “d’élu de proximité” est en effet le premier acteur de la qualité de vie des habitants et de leur environnement. C’est à lui qu’incombe d’abord la charge des orientations puis des décisions qui vont durant six années qualifier l’espace et favoriser ses usages… Au-delà des obligations traditionnelles de votre fonction d’élu qui régissent l’organisa-

tion de la cité et cette capacité des territoires à promouvoir la qualité du lien social et du “bien vivre ensemble”», à compter de votre élection, vous êtes aussi un maître d’ouvrage : - c’est vous qui contribuerez à assurer au mieux les conditions de la qualité environnementale et le respect de la biodiversité, - c’est vous qui projetterez le devenir du territoire au travers d’un document d’urbanisme

Visite de l’écoquartier de Légery à Saint-Léger-des-Bois avec des élus

placé sous votre responsabilité et dont vous gèrerez la mise en œuvre et les évolutions, - c’est vous qui assurerez la qualité des services aux habitants en dotant leur territoire des équipements et constructions publiques utiles à la vie sociale et à son attractivité, - c’est vous qui engagerez une politique de sauvegarde et de valorisation du patrimoine historique et naturel en utilisant les nombreux leviers que constituent les procédures adaptées et les financements affectés, - c’est vous qui orienterez la gestion du territoire avec le souci du développement durable, - c’est vous qui inspirerez la démocratie locale et la participation citoyenne par l’organisation du débat public, etc… Votre mission et votre responsabilité sont donc déterminantes et, comme la loi le rappelle, vous remplirez “dans ce rôle une fonction d’intérêt général dont vous ne pouvez vous démettre” (article 2 de la loi de juillet 1985 dite “Loi M.O.P.”). Après que l’essentiel de leur aménagement quantitatif ait été assuré en France durant près d’un demi siècle, la dimension qualitative de la gestion des territoires situe aujourd’hui votre engagement d’élu et votre responsabilité à un niveau que les derniers mandats n’envisageaient qu’à peine, ceux de l’impact des décisions locales sur l’équilibre global


P5

du département.

«

 En accédant aux responsabilités qui sont aujourd’hui les vôtres, vous devenez l’un des vecteurs par lequel peut se construire, patiemment mais avec la détermination suffisante, le monde meilleur que nous léguerons aux générations à venir.

»

de la planète, ceux de “l’effet papillon” qui ouvrent les conséquences d’une décision prise ici sur un territoire beaucoup plus vaste, parfois mondialisé. Il n’y aurait plus d’acte anodin dans la gestion des territoires et dans la mise en œuvre de leurs projets mais, au contraire, la contribution à la maîtrise collective d’une destinée partagée et, aujourd’hui, manifestement menacée. Votre rôle d’élu local devient, à ce niveau, primordial ; vous êtes l’acteur d’une pièce qui se joue à différents niveaux de ter-

ritoires et qui intègrent des problématiques de plus en plus complexes, transversales et incidentes. En accédant aux responsabilités qui sont aujourd’hui les vôtres, vous devenez l’un des vecteurs par lequel peut se construire, patiemment mais avec la détermination suffisante, le monde meilleur que nous léguerons aux générations à venir. Ce n’est pas une mince affaire et rien n’autorise à penser qu’un territoire trop petit ou une mission trop partielle ne permette

RÉGLEMENTATION Loi n° 77-2 du 3 janvier 1977 sur l’architecture Article 1 L’architecture est une expression de la culture. La création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels ou urbains ainsi que du patrimoine sont d’intérêt public. Les autorités habilitées à délivrer le permis de construire ainsi que les autorisations de lotir s’assurent, au cours de l’instruction des demandes, du respect de cet intérêt. En conséquence : 1° Les maîtres d’ouvrage sont tenus de faire appel au concours des architectes dans les conditions et limites indiquées au titre 1er ci-après ; 2° Des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement sont institués.

pas de contribuer à cette si importante ambition, chacun à sa place mais dans la convergence des énergies. Les compétences territoriales dévolues aux communes et à l’intercommunalité concernent un champ très large de missions. Celles relatives à la maîtrise d’ouvrage de


P6

dossieR : lettre ouverte aux nouveaux élus

constructions publiques (donc à l’architecture), à l’urbanisme et l’aménagement, à la promotion du patrimoine historique et paysager et à l’animation du débat public retiennent prioritairement notre attention (fonction oblige…). En effet, au-delà des tâches quotidiennes, bien évidemment également essentielles, de la gestion du territoire, l’exercice de vos compétences s’effectue dans la durée et participe à l’identité de la commune ou de la communauté. Elles revêtent d’autre part un caractère souvent irréversible ou, en toute hypothèse, durable et nécessitent ainsi, au-delà

RÉGLEMENTATION Loi n° 85-704 du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée. Article 2 I. Le maître de l’ouvrage est la personne morale, mentionnée à l’article premier, pour laquelle l’ouvrage est construit. Responsable principal de l’ouvrage, il remplit dans ce rôle une fonction d’intérêt général dont il ne peut se démettre. Il lui appartient, après s’être assuré de la faisabilité et de l’opportunité de l’opération envisagée, d’en déterminer la localisation, d’en définir le programme, d’en arrêter l’enveloppe financière prévisionnelle, d’en assurer le financement, de choisir le processus selon lequel l’ouvrage sera réalisé et de conclure, avec les maîtres d’œuvre et entrepreneurs qu’il choisit, les contrats ayant pour objet les études et l’exécution des travaux. Lorsqu’une telle procédure n’est pas déjà prévue par d’autres dispositions législatives ou réglementaires, il appartient au maître de l’ouvrage de déterminer, eu égard à la nature de l’ouvrage et aux personnes concernées, les modalités de consultation qui lui paraissent nécessaires. Le maître de l’ouvrage définit dans le programme les objectifs de l’opération et les besoins qu’elle doit satisfaire ainsi que les contraintes et exigences de qualité sociale, urbanistique, architecturale, fonctionnelle, technique et économique, d’insertion dans le paysage et de protection de l’environnement, relatives à la réalisation et à l’utilisation de l’ouvrage. Le programme et l’enveloppe financière prévisionnelle, définis avant tout commencement des avant-projets, pourront toutefois être précisés par le maître de l’ouvrage avant tout commencement des études de projet. Lorsque le maître de l’ouvrage décide de réutiliser ou de réhabiliter un ouvrage existant, l’élaboration du programme et la détermination de l’enveloppe financière prévisionnelle peuvent se poursuivre pendant les études d’avant-projets. Il en est de même pour la réalisation d’ouvrages neufs complexes d’infrastructure et de bâtiment, sous réserve que le maître de l’ouvrage l’ait annoncé dès le lancement des consultations. Les conséquences de l’évolution du programme et de l’enveloppe financière prévisionnelle sont prises en compte par voie d’avenant. Le maître de l’ouvrage peut confier les études nécessaires à l’élaboration du programme et à la détermination de l’enveloppe financière prévisionnelle à une personne publique ou privée.

de l’engagement politique, une réflexion continue et une conduite maîtrisée. En ce qui concerne l’architecture des constructions publiques, il est notoire que la responsabilisation des élus maîtres d’ouvrage, par les premières réformes portant décentralisation des compétences en 1982, a induit un saut qualitatif remarquable. On ne construit plus aujourd’hui une mairie, une salle de sports ou de spectacles ou une école primaire comme on le faisait au début des années 1980, à force de modèles imposés par l’État ou dans le style répété d’un architecte systématiquement sollicité. Ainsi, si votre programme de mandature comprend le projet de construction d’un équipement public, vous serez amené à : - réfléchir préalablement à son implantation, - définir et rédiger son programme fonctionnel, - fixer l’enveloppe financière que vous lui réservez tant en termes de coût de construction qu’au regard de son fonctionnement futur, - organiser le recours à la maîtrise d’œuvre la plus compétente - nourrir le projet de la concertation citoyenne. L’équipement public sera alors la marque principale de votre engagement. Vous ne demanderez pas à un professionnel de “vous dessiner le projet” mais vous déterminerez préalablement son programme afin que le projet soit la meilleure traduction de votre attente comme de celle de ses futurs usagers. Le choix du professionnel que vous retiendrez pour la conception et la maîtrise d’œuvre de votre futur équipement, est une autre de vos responsabilités. La pertinence de ce choix est fondamentale, fondatrice d’un projet de qualité. Vous aurez peut être à rompre avec l’habitude peu à peu installée d’un choix répété et motivé seulement par la connaissance des hommes et le confort de leur collaboration continue pour une investigation plus large et plus ouverte. Au-delà de l’évident respect des règles encadrant les marchés publics, l’essen-

«

Espace culturel l’Argerie au Louroux-Béconnais, DCL architectes

tiel tient alors à l’honnêteté intellectuelle et à la transparence. En faisant cela, vous considérerez tant le présent que l’avenir du territoire que vous avez en charge parce que l’architecture est d’abord au service des usagers et que la qualité d’aujourd’hui construit le patrimoine de demain. Cette responsabilité s’attache à tous les niveaux de la production architecturale, quelle que soit l’échelle des projets. Elle concerne aussi vos pratiques d’entretien du patrimoine existant dont l’éventuelle réhabilitation participe de la même logique. La qualité de l’entretien et le sérieux des maintenances sont des garanties de durabilité des équipements et, toujours, une vraie source d’économie à moyens et longs termes. L’urbanisme et l’aménagement sont aussi des challenges formidables de votre nouveau mandat. Dévolue au maire par la loi de décentralisation de 1982 et celles qui ont suivi,

 On ne construit plus aujourd’hui une mairie, une salle de sports ou de spectacles ou une école primaire comme on le faisait au début des années 1980, à force de modèles imposés par l’État ou dans le style répété d’un architecte systématiquement sollicité.

»


dossieR : lettre ouverte aux nouveaux élus

Jean-Luc DAVY, président de l’association des Maires de Maine-et-Loire, rappelle les missions spécifiques du CAUE au service des élus et des collectivités dans l’exercice de leur mandat.

Imago : Quel est le rôle du CAUE en terme d’accompagnement auprès des communes ? JLD : Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement, son nom indique bien le rôle de conseil qui s’adresse, entre autres, aux collectivités, en tant qu’assistant à la maîtrise d’ouvrage pour promouvoir la qualité des constructions et des aménagements. Ce conseil s’exerce notamment par le soutien technique au montage de dossiers. En amont du projet, le CAUE est aux côtés de la collectivité pour réfléchir et élaborer sa faisabilité.

«

En amont du projet, le CAUE est aux côtés de la collectivité pour réfléchir et élaborer sa faisabilité.

»

l’urbanisme réglementaire ou planificateur est de la compétence des élus territoriaux, l’État, outre sa mission de conseil, n’exerçant que le contrôle a posteriori de leurs décisions. La dernière loi sur l’accès au logement et un urbanisme rénové (loi ALUR votée le 20 février dernier) situe l’ordinaire de la définition intercommunale des plans locaux d’urbanisme (PLUi) et considère l’exception des planifications établies à l’échelle communale mais, en tout état de cause, confirme bien l’élu territorial comme l’acteur majeur de la prospective urbaine, de la lutte contre l’étalement urbain et comme le premier propagandiste d’un urbanisme durable porteur de biodiversité et de transition écologique des territoires que chacun appelle de ses vœux et qui devient aujourd’hui un impératif planétaire. Cette capacité à anticiper l’avenir par la précision d’un dessein territorial traduit dans un document d’urbanisme opposable, se prolonge souvent par la mise en œuvre d’aménagements de l’espace public, la création de nouveaux quartiers d’habitation ou d’activité ou par l’engagement d’un processus de revitalisation de centre-ville. Ici encore (au même titre que l’architecture des bâtiments publics),

I : Le conseil général propose une offre d’ingénierie départementale dans différents champs d’action (tourisme, développement économique, urbanisme, architecture… ), quelle est la place du CAUE dans ce dispositif départemental ? JLD : Le CAUE est déjà partie prenante dans différentes politiques du Département. Il est intégré dans le nouveau réseau d’ingénierie territoriale qui a récemment vu le jour. Il me semble qu’il a toute sa place dans ce dispositif. Grâce à son indépendance, possible du fait de son statut associatif, il peut présenter une vision plus large des enjeux et des priorités à définir. I : Depuis 9 ans, le CAUE et l’association des maires de Maine-et-Loire proposent des formations conjointes aux élus. Quel bilan faites-vous de cette décennie de partenariat ? JLD : La formation est un droit pour les élus et le début de mandat est toujours l’occasion pour les nouveaux élus de se former et d’échanger avec leurs collè-

gues. De plus, chaque année connaît d’importantes évolutions législatives dans tous les domaines, la formation est par conséquent une nécessité. La formation entre dans les compétences historiques du CAUE. Pour les élus, la formation est indispensable à une meilleure maîtrise de la définition, puis à la conduite des projets communaux ou intercommunaux. Pour l’association des maires, le partenariat avec le CAUE est un partenariat “naturel” intégrant les missions spécifiques et complémentaires de chacun. L’association des maires, avec des moyens limités, est au service des élus pour faciliter l’exercice de leur mandat, et le CAUE est “expert” dans les domaines stratégiques de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement. Depuis 2005, ce partenariat a permis de proposer une offre de formation étoffée et complète et de toucher davantage d’élus. Il faut aussi souligner que les programmes sont adaptables à la demande des élus, communaux ou intercommunaux, pour des groupes constitués. Quelques collectivités ont déjà bénéficié de ces formations “à la carte”. Quel rôle peut jouer le CAUE dans le cadre des transferts de compétences de la commune vers la communauté de communes ? JLD : Le CAUE doit pouvoir accompagner les mutations des territoires. La création du GIE Anjou urbanisme durable regroupant le CAUE et la SODEMEL pour accompagner les intercommunalités dans leurs réflexions urbaines constitue un premier élément de réponse. Les schémas d’aménagement communautaires et les plans d’action foncière réalisés par le GIE s’inscrivent déjà dans une démarche intercommunale.

le rôle de l’élu territorial, maître d’ouvrage, est essentiel.

- c’est lui qui s’adresse aux habitants et est à leur écoute.

- c’est lui qui fixe, par la programmation, le sens donné à la future réalisation, - c’est lui qui situe la hauteur de l’engagement en faveur d’un véritable développement durable, - c’est lui qui porte l’ambition (légitime) qui induira la qualité de vie des habitants et l’attractivité de leur territoire,

Sans être nécessairement un “élu bâtisseur”, l’édile est au cœur de tous ces projets qu’il décide, oriente, corrige et finalement fait vivre. Ici encore, la responsabilité et les enjeux s’affirment quelle que soit la taille de la collectivité concernée ou l’ampleur des projets envisagés.

P7


P8

dossieR : lettre ouverte aux nouveaux élus

- Une modeste politique de fleurissement de l’espace public d’un bourg rural peut prendre une véritable dimension durable si elle intègre la gestion raisonnée et la mise en œuvre de végétaux adaptés. - La création d’un écoquartier de quelques nouveaux logements ou la restructuration d’un îlot peut suffire à exprimer et à donner du sens à un projet responsable intégrant les éléments constitutifs d’un aménagement durable et agréable à vivre. - Le traitement réfléchi d’un carrefour ou la plantation discrète d’une place de village peut afficher une forte dimension qualitative offrant, dans l’économie des moyens affectés, une véritable plus-value à l’espace et aux gens. L’urbanisme et l’aménagement de l’espace, compétences éminentes des territoires, imposent l’engagement des élus et leur capacité à dépasser le cadre restreint des préoccupations locales en se projetant dans l’espace et le temps. La valorisation du patrimoine est une autre de vos missions d’élu local. Relevant de l’intérêt public, le respect de ces héritages ne peut pas compter sur le seul militantisme d’association de défense ou de propriétaires dont l’action est sans doute nécessaire mais qui n’ont pas pour mission de conduire un projet patrimonial de territoire. Il faut bien, en effet, comprendre la notion de patrimoine comme une dynamique, un projet et pas seulement une conservation. La grande richesse de certains territoires et la fragilité des témoignages historiques supposent parfois des « mises sous cloche » finalement assez peu productives alors qu’un projet de développement, intégrant la problématique patrimoniale, peut s’avérer plus facilement appropriable par le plus grand nombre et s’avérer, de ce fait, efficace.

La case à CAZALS

Camping de Rochefort-sur-Loire, François Tavernier paysagiste

Votre rôle d’élu de 2014 est sans doute aussi de promouvoir la création contemporaine, dans le respect et au côté (et parfois même au service) du patrimoine. La gestion prospective du territoire suppose en effet une large place laissée à la créativité parce que l’histoire poursuit sa route et que l’avenir aura aussi besoin de ses marques. C’est une magnifique mission que de promouvoir la création de ce que des générations à venir considéreront comme les traces de la société construite aujourd’hui, dans la continuité temporelle. C’est encore une responsabilité émérite. Cette dimension du patrimoine est évidemment étendue au paysage et à la préoccupation vouée à la maîtrise de son évolution séculaire. Ne serait-ce qu’au travers des documents d’ur-

banisme, vous avez la capacité à infléchir certaines pratiques qui, par facilité ou ignorance, altèrent profondément le paysage de sites par ailleurs parfois reconnus comme relevant du patrimoine mondial de l’Humanité. L’animation du débat public est aussi l’une des prérogatives que vous confère le mandat qui s’ouvre. La loi l’exige mais n’en fixe pas les contours, vous laissant juge non pas de sa nécessité mais de son ampleur. Il nous semble que ce moyen de l’appropriation des projets est utile et qu’au-delà de leur appréciation positive, l’implication des habitants ou des usagers peut être aussi un moyen d’enrichir le programme. Les ateliers mis en place pour la finalisation de projets qui, en toutes hypothèses, restent sous maîtrise des élus, ont permis à maintes reprises de préciser des qualités d’usage, d’intégrer des aspirations insoupçonnées ou de corriger des orientations finalement mal fondées. Le contentieux de l’urbanisme et la progressive judiciarisation des relations entretenues entre les élus et certains administrés militent également pour cette dimension participative comprise aussi comme source d’un dialogue apaisé. Face à ces responsabilités et à ces enjeux fondamentaux, les élus ne sont pas seuls. Vous pouvez, dans ces champs spécifiques de l’architecture, de l’urbanisme, de l’aménagement, du patrimoine, du paysage et du débat public, compter sur un organisme mis en place il y a trente cinq ans par le conseil général et dont l’une des missions est le conseil et l’accompagnement des élus. Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de Maine-et-Loire agit en effet principalement en soutien des politiques territoriales et


dossieR : lettre ouverte aux nouveaux élus

Philippe CHALOPIN, maire de Baugé-en-An-

jou et premier vice-président de la communauté de communes du canton de Baugé témoigne de la plus-value apportée par l’accompagnement du CAUE auprès de ces deux collectivités.

Imago : La ville de Baugé-en-Anjou et la communauté de communes du canton de Baugé ont sollicité l’aide du CAUE de Maine-et-Loire pour plusieurs projets. Quels ont été les apports de l’accompagnement du CAUE dans les différents champs concernés, le patrimoine, les équipements publics et l’économie?

«

Outre son intérêt indéniable pour la maîtrise d’ouvrage, la programmation facilite également le travail des concepteurs qui disposent d’un solide document pour engager leurs études.

»

des compétences de la maîtrise d’ouvrage publique définies par la loi MOP. Il exerce sa mission en toute indépendance et avec le seul souci de répondre au mieux à l’objet social que lui assigne la loi : “l’intérêt public de la qualité de l’architecture, expression de la culture” (article 1 de la loi du 3 janvier 1977 sur l’architecture). Il dispose d’une équipe de professionnels compétents, pluridisciplinaires, réactifs et dévoués, attachée au plus près des territoires et à la mémoire de plus de trente années d’interventions au côté des élus et en appui de leurs projets. L’offre d’assistance à la maîtrise d’ouvrage et d’ingénierie proposée par le CAUE n’est d’autre part pas isolée mais participe d’une cohérence partenariale et, notamment, du réseau mis en œuvre par le conseil général et qui organise, par compétence, la ressource d’in-

PhC : La ville de Baugé a sollicité l’aide du CAUE pour deux projets, le premier concerne la réhabilitation de l’ancien Hôtel-Dieu pour accueillir le musée d’art et d’histoire, aujourd’hui en cours de réflexion ; le second est l’aide à la programmation pour une maison pluridisciplinaire de santé. Quant au projet intercommunal, il s’agit de l’implantation de pépinières d’entreprises sur la zone d’activités Sainte-Catherine. Sur ce dernier projet, le CAUE nous a accompagné dans la programmation architecturale, sachant que nous avons élaboré le contenu du projet économique avec la chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire. Dans les trois cas de figures, nous avons apprécié la pertinence des analyses en terme de besoins. D’autre part, l’étude de différents schémas constitue un autre atout majeur. Les élus disposent d’informations complètes et variées pour prendre leur décision en toute connaissance de cause. En posant les bonnes questions bien en amont, la présence du CAUE permet vraiment d’affiner le projet. Pour le projet de maison pluridisciplinaire de santé, le CAUE a réalisé la programmation architecturale puis assisté la commune dans le recours à la maîtrise d’œuvre. Les procédures de concours sont aujourd’hui complexes. L’aide du CAUE a été précieuse dans la rédaction des différents documents, du programme architectural à l’annonce légale d’appel à candidatures jusqu’à l’analyse technique

génierie déployée au plan départemental. Ce réseau, « Anjou Ingénierie territoriale », prioritairement dédié aux communautés de communes mais ouvert à toutes sollicitations territoriales, vous assure du recours au bon chef de file et d’une réponse adaptée et réactive aux différentes questions que ne manquera pas de poser l’exercice de votre mandat.

des propositions. Le jury effectue alors sa mission d’analyse des prestations et de choix d’une équipe de conception dans de bonnes conditions, et dans le respect du travail effectué par les concepteurs. L’intervention du CAUE a été déterminante dans l’organisation de la réflexion qui a mené à la sélection de l’équipe lauréate qui réalisera notre maison de santé. Le projet lauréat est d’ailleurs actuellement présenté dans le hall de la mairie. I : Comment évaluez-vous les méthodologies et les réponses proposées dans ces différents domaines ? PhC : Je salue la réactivité du CAUE qui s’adapte au contexte spécifique de chaque demande d’étude et a parfaitement répondu à nos attentes dans ces différents dossiers. La réflexion pour l’implantation de pépinières d’entreprises sur l’Anjou Actiparc Sainte-Catherine était un peu différente de celle menée sur les autres projets puisqu’il y avait plusieurs acteurs autour de la table dont la CCI de Maine-et-Loire. Le CAUE a proposé plusieurs scénarii d’implantation sur la parcelle retenue puis élaboré la programmation architecturale des locaux destinés à accueillir des pépinières d’entreprises. Outre son intérêt indéniable pour la maîtrise d’ouvrage, la programmation facilite également le travail des concepteurs qui disposent d’un solide document pour engager leurs études, ce qui permet d’avoir des projets plus aboutis. J’incite les communes, moyennes ou petites, à faire appel au CAUE pour leur projet architectural ou d’aménagement. L’intervention du CAUE permet de requestionner le programme élaboré par les élus et de l’améliorer. Et puis l’équipe, compétente, est très attentive et à l’écoute des demandes formulées par les élus et les futurs usagers.

Avec les vœux d’un mandat territorial riche et enthousiasmant, conduit avec le soutien efficace et opportun des outils départementaux mis à votre disposition, je vous prie de croire, Chers collègues, en l’assurance de notre entière solidarité.

P9


OPÉRATIONS / Références AMO

Missions d’accompagnement

L

e CAUE a été créé par la loi et mis en place par le Conseil général pour aider les collectivités à exercer pleinement leurs compétences de maîtres d’ouvrage. Le Conseil municipal et son maire déterminent et conduisent la politique communale en matière d’équipement, d’aménagement de l’espace public, de gestion environnementale du territoire communal et de concertation citoyenne. Cinq obligations s’imposent aux élus : - juger de l’opportunité d’une opération, - assurer la faisabilité d’un projet - réfléchir et rédiger le programme, - déterminer l’enveloppe budgétaire prévisionnelle, - organiser le recours à la maîtrise d’œuvre. Voici quelques exemples d’opérations pour lesquelles le CAUE a conseillé et accompagné les élus à chacune de ces très importantes étapes. Leur maîtrise est une garantie de réussite, de conformité et d’appropriation des projets communaux ou intercommunaux.

Faye d’Anjou ...............................................................

Salle du Layon MAÎTRE D’OUVRAGE Communauté de communes des Coteaux du Layon MAÎTRE D’ŒUVRE Agence M.A. (Murail architecture) PROGRAMME Salle multisports avec tribunes 500 places et salle annexe DATE : 2011

Beaucouzé ...............................................................

Centre de Secours principal d’Angers Ouest MAÎTRE D’OUVRAGE Service départemental d’incendie et de secours MAÎTRE D’ŒUVRE Frédéric Rolland, architecte PROGRAMME Construction de la direction du SDIS et de la 3e caserne de l’agglomération d’Angers DATE : 2007-2009

SAINT-Germain-sur-Moine ............................................................... Retrouver toutes ces opérations sous la forme de fiche téléchargeable sur le site du CAUE de Maine-etLoire, dans la rubrique Conseil aux collectivités, fiches AMO, complétées de photos, plans et d’informations détaillées. www.caue49.com

École MAÎTRE D’OUVRAGE Commune de Saint-Germain-sur-Moine MAÎTRE D’ŒUVRE Debray-Drodelot, architectes et associés PROGRAMME Groupe scolaire de 6 classes, maternelle et élémentaire (140 enfants) DATE : 2006

Atome

Pascal GUIRAUD

P10

LE THOUREIL ...............................................................

Halte nautique MAÎTRE D’OUVRAGE Commune du Thoureil MAÎTRE D’ŒUVRE Atome, architectes PROGRAMME Transformation d’un local technique en point d’accueil touristique fluvial DATE : 2012


P11

Pascal GUIRAUD

Mairie de la Renaudière

Patrick Miara

de la maîtrise d’ouvrage Quelques exemples

Mazé ...............................................................

La Renaudière ...............................................................

MONTREUIL-BELLAY ...............................................................

Médiathèque

Espace Renaudin

Mail aux belles

MAÎTRE D’OUVRAGE Commune de Mazé

MAÎTRE D’OUVRAGE Commune de la Renaudière

MAÎTRE D’OUVRAGE Commune de Montreuil-Bellay

MAÎTRE D’ŒUVRE Atelier de la Maison Rouge architecture / Agence 7 Lieux, paysagistes

MAÎTRE D’ŒUVRE Labatut architectes associés

MAÎTRE D’ŒUVRE Guéneau-Mélis, architecte / Lionel Guibert paysagiste

PROGRAMME Restructuration et extension du centre culturel de Mazé : médiathèque, auditorium, école de musique, harmonie er abords immédiats.

PROGRAMME Salle polyvalente divisible en 2 de 300 m2 DATE : 2012

PROGRAMME Réaménagement de l’ancienne promenade du xixe installée au pied des remparts de la ville médiévale. DATE : 2006

DATE : 2012

Louresse-Rochemenier ............................................................... Maulévrier ...............................................................

Pôle enfance MAÎTRE D’OUVRAGE Communauté de communes du Bocage et commune de Maulévrier MAÎTRE D’ŒUVRE Linéa, architectes PROGRAMME Multi-accueil, périscolaire, CLSH, RAM, secteur MH, école de musique. DATE : 2010-2011

Mairie MAÎTRE D’OUVRAGE Commune de Louresse-Rochemenier MAÎTRE D’ŒUVRE Agence Lieux-Equations (François Narbonne, architecte) PROGRAMME Restructuration et d’extension des locaux de la mairie DATE : 2013

Pellouailles-les-Vignes ...............................................................

Complexe sportif MAÎTRE D’OUVRAGE Commune de Pellouailles-les-Vignes MAÎTRE D’ŒUVRE Crespy-Aumont, architectes PROGRAMME 2 terrains de foot (stabilisé et engazonné), vestiaires, salle de convivialité et gradins en merlons DATE : 2012


P12

Nom

DÉCOUVERTE

1

3

2

1 - Hôtel de ville de Baugé, Thierry Van de Wyngaert, 1992 / 2 - Mairie du Mesnil-en-Vallée, Michel Roulleau, 1992 / 3 - Mairie de Bouzillé, Azimut, 1998 / 4 - Hôtel de ville de Trélazé, Serge et Lipa Goldstein, 1998 / 5 - Mairie de la Membrolle-sur-Longuenée, Vignault & Faure, 2009 / 6 - Hôtel de ville de Seiches-sur-le-Loir, Xavier Ménard, 2009 / 7 - Restructuration de la mairie de Louresse-Rochemenier, Agence Lieux-Equations (François Narbonne), 2011.

4

5

6

7

Mairies et Hôtels de ville, architectures identitaires

D

epuis le 30 mars, les 357 communes de Maine-et-Loire bruissent d’un nouvel élan, un mandat de six ans s’ouvre et des élus, nouveaux ou renouvelés, engagent la phase opérationnelle de leur projet. Et cet engagement s’exprime d’abord en un lieu particulier, la mairie. La première traduction architecturale de la démocratie locale est en effet l’un des bâtiments publics le plus approprié par les citoyens, la mairie, l’hôtel de ville. La mairie est, à l’égal de l’église, le principal repère dans la cité. Elle s’ouvre le plus souvent sur une place ou une rue éponyme. Elle revêt fréquemment des attributs spécifiques, sa façade est parfois d’ordonnancement classique et dispose alors des colonnades ou frontons comme autant de signes d’autorité et de bienveillante protection. Les drapeaux national et européen flottent sur ses abords qui sont

fréquemment un parvis. Elle est identitaire des trente six mille communes de France. La mairie est la maison commune mais aussi, et d’abord, le siège du débat et du pouvoir municipal. Le bureau du maire et la salle du conseil sont des lieux officiels où l’ornement architectural exprime une certaine solennité et où le mobilier, parfois, hiérarchise les fonctions et les grades. La mairie est aussi l’espace d’information utile à la vie collective. On y offre à la contestation les bans autant que les permis de construire, on y affiche la réglementation et on y proclame l’ouverture de la chasse ou la campagne d’éradication d’espèces invasives (la jussie ou le ragondin n’y ont pas bonne presse). On y appelle à l’enquête publique et, de triste mémoire, à la mobilisation générale. Son toit est souvent couronné de sirènes stridentes ponctuant les rythmes calendaires ou l’appel au secours des pompiers volontaires.

La mairie est enfin un lieu de service, guichet confidentiel des bonheurs et des peines et dépôt obligé des procédures réglementaires. Pour beaucoup de communes rurales, elle est aussi l’ultime service public, dernière expression bâtie de la relation républicaine avec le citoyen qu’elle symbolisait fortement naguère en associant son image à celle de l’école publique (filles d’un côté, garçons de l’autre…). Elle est toujours le ou l’un des bureaux de vote de la cité. La mairie est donc un symbole, un lieu emblématique. Le transfert vers l’intercommunalité de certaines compétences communales n’enlève rien à cette fonction très qualifiante, ancrée dans l’histoire de la commune et la mémoire des citoyens. Le siège de la communauté de communes, souvent très fonctionnel et adapté aux normes contemporaines, ne représente pas encore pour chacun un tel ancrage identitaire.

BL

Retrouvez le CAUE sur Facebook IMAGO n°64 - avril 2014 - Publication trimestrielle du CAUE de Maine- et-Loire et de la Maison de l’Architecture, des Territoires et du Paysage 312 avenue René Gasnier - 49 100 ANGERS Tél :  02 41 22 99 99 / Fax : 02 41 22 99 90 Courriel : contact@caue49.com - Internet : www.caue49.com

Directeur de la publication : Bruno Letellier - Rédaction : Clarisse Bodinier, Bruno Letellier, Entretiens : Sandrine Prouteau - Maquette : Mickaël Bouglé - Crédit photos : CAUE de Maineet-Loire, sauf mention contraire - Photo de Une : Inauguration de l’Hôtel de ville de Seiches-surle-Loir, Xavier Ménard, architecte, 2009 - Papier recyclé : Symbol freelife, 130 g/ m2 - Dépôt légal : avril 2014 - Impression : ABELIA Imprimerie. N° ISSN : 1282-5204


Élus, à vos projets ! / Imago n°64