Issuu on Google+

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

01

MÉDIATHÈQUE

HÉLÈNE CARRÈRE D’ENCAUSSE 22 rue André Maurois à CARQUEFOU

Programme Restructuration et extension d’une bibliothèque construite dans les années 80. Maîtrise d’œuvre Jean-Marie LÉPINAY, GillesCHABENÈS, Angus SCOTT architectes associés - Nantes Maîtrise d’ouvrage Commune de CARQUEFOU Surfaces S.U. neuve 554 m2 S.U. existante 580 m2 SHON 1 171 m2 SHOB 1 793 m2 Photographie : Stéphane CHALMEAU

Coût des travaux 976 200 €HT 1 167 535 €TTC Réalisation 2006

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

01

MÉDIATHÈQUE HÉLÈNE CARRÈRE D’ENCAUSSE 22 rue André Maurois à CARQUEFOU

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Photographie : Stéphane CHALMEAU

de Loire-Atlantique


MÉDIATHÈQUE HÉLÈNE CARRÈRE D’ENCAUSSE

01

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Photographie : Stéphane CHALMEAU

22 rue André Maurois à CARQUEFOU

La bibliothèque de Carquefou, réalisée dans les années 1980, a été l’objet d’une extension qui a fait doubler la surface initiale de la construction. La nouvelle opération a été mise à profit pour assurer la rénovation et la mise aux normes de la partie existante, ainsi qu’une redistribution complète de l’aménagement intérieur (bureaux, mobilier de rangement, appareils informatique...). La trame constructive originale a été développée dans la partie extension, en y associant l’ensemble du répertoire des matériaux intérieurs et extérieurs. Seul le volume consti-

tué par la salle polyvalente émerge de l’ensemble, compte tenu de son système de gradinage intérieur. Le parti architectural, basé sur le travail de calepinage en plan et en élévation, permet de développer une architecture à échelle humaine, simple et bien proportionnée. L’aspect du bâtiment conserve ainsi une image facilement identifiable et de grande pérennité. Le volume intérieur se caractérise par une grande fluidité, seuls les points porteurs de faible section ponctuent l’espace. Cette facilité de contrôle visuel facilite le travail du personnel de la bibliothèque. Les

utilisateurs bénéficient quant à eux de nouveaux espaces de consultation et de lecture tout en profitant d’un environnement paysager de qualité. La requalification des espaces verts du site et les nouvelles plantations participent à l’agrément des lieux. Une zone de stationnement complémentaire a également été créée pour assurer une meilleure accessibilité à la bibliothèque. Texte agence Lépinay-Chabenès-Scott

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

01

MÉDIATHÈQUE HÉLÈNE CARRÈRE D’ENCAUSSE 22 rue André Maurois à CARQUEFOU


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

10

CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL

Rue du parc d’activité de la Beaumondière à SUCÉ-SUR-ERDRE

Programme Construction des ateliers municipaux et aménagements extérieurs. Maîtrise d’œuvre DLW architectes - Nantes Maîtrise d’ouvrage Commune de Sucé-sur-Erdre

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Surfaces SHON : 2 172 m2 SHOB : 3 365 m2 Coût des travaux 1 550 000 €HT Réalisation 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

10

CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL

Rue du parc d’activité de la Beaumondière à SUCÉ-SUR-ERDRE

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Photographie : Stéphane CHALMEAU

de Loire-Atlantique

Le centre technique regroupe l’ensemble des services de voirie, de bâtiment et d’espaces verts. Il accueille des locaux communs, des ateliers et des rangements, un garage et des surfaces de stockage. Des aménagements extérieurs ont aussi été créés : préau et aires de stockage de matériaux. Un atelier mécanique est situé à l’écart du bâtiment principal. Le projet présente une volumétrie simple reposant sur un soubassement en prémurs préfabriqués en béton. La façade est constituée d’un bardage associant des plaques de polycarbonate transparent ondulées et des planches horizontales de pin non raboté. Le rythme des planches, dont la proportion pleins/vides varie © CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

en fonction de l’exposition, assure la fonction de brise-soleil. UNE APPROCHE ENVIRONNEMENTALE Insertion La façade met en vitrine la structure du bâtiment et l’utilisation du bois brut des lisses de bardage qui s’intégre harmonieusement dans le paysage de prairie bocagère. Le bâtiment et les aménagements extérieurs s’inscrivent au plus près du terrain en forte pente, parallèlement aux courbes de niveaux, pour

limiter les déblais et remblais, et tirer profit du dénivelé pour permettre un accès à la mezzanine au point haut par une rampe.

Volumétrie et matériaux Grande compacité du bâtiment, mezzanine de 840 m2 permettant un ratio surface/volume performant, portées optimisées, pour une construction économe en matériaux. Logique de bâtiment industriel. Utilisation de matériaux bruts simples, robustes et sans entretien : bois massif en pin, béton brut et acier galvanisé.


Gestion de l’énergie Isolation renforcée de la zone chauffée (bureaux, sanitaires, ateliers). Zone tampon tempérée non chauffée formée par le garage et la mezzanine entre l’extérieur et la zone chauffée (ventilée en été, et apports solaires par effet de serre en hiver). Isolation de la toiture du bâtiment. Forte inertie de la dalle béton et du volume pour le confort d’été. Centrale de VMC double flux pour limiter les déperditions thermiques, chaudière gaz à haut rendement. Éclairage naturel exceptionnel permettant d’éviter la plupart du temps l’éclairage artificiel. Commandes d’éclairage sur détecteurs de présence.

10

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Photographie : Stéphane CHALMEAU

CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL

Rue du parc d’activité de la Beaumondière à SUCÉ-SUR-ERDRE

Gestion de l’eau

Ambiances de travail agréables et confortables, soin apporté dans la réalisation des différents espaces, confort visuel par la qualité de l’éclairage naturel et des vues offertes sur l’environnement, confort acoustique par un renforcement de l’isolation entre bureaux et ateliers (sanitaires en tampon) et par une localisation éloignée des sources de bruit (compresseur et atelier mécanique dans un bâtiment indépendant), ventilations naturelles et mécaniques (tourelles d’extraction, extracteurs de gaz pour local soudure, VMC double flux). Mise en œuvre de matériaux faciles à entretenir (dalle béton anti-poussière). Texte agence DLW

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Confort de travail

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Citerne de 20 m3 pour la récupération de l’eau de toiture utilisée pour l’arrosage dans les serres et le lavage des véhicules.

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

10

CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL

Rue du parc d’activité de la Beaumondière à SUCÉ-SUR-ERDRE

Plan du Rez-de-Chaussée

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

11

COLLÈGE LUCIE AUBRAC Boulevard Luc Dejoie à VERTOU

Programme Construction HQE d’un collège 450 Maîtrise d’œuvre FORMA 6 architectes - Nantes Maîtrise d’ouvrage Conseil général de Loire-Atlantique Surface 5 871 m2 Photographie : Patrick MIARA

Coût des travaux 6 603 086 €HT Réalisation Août 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

11

DÉFINITION DU PARTI URBANISTIQUE ET ARCHITECTURAL La géographie du paysage des « Bigotes » aux Échalonnières compose un tableau préservé et quasi parfait de bocage vallonné et boisé en haut de pente. La courbe d’un pré en son sommet dérobe à la vue le bas de pente et dessine un horizon d’où émerge, signal vertical, le clocher de Vertou. C’est dans ce paysage naturel, sinueux et tendu que se dresse le collège. Le parti s’est imposé de lui-même : préserver le site tout en implantant un équipement fonctionnel et rationnel. Implantation Un premier îlot de stationnements, accessible depuis la RD 59, sinue à travers l’espace boisé, façon d’en minimiser l’impact tout en préservant les rayons de girations et en évitant les manoeuvres. Les élèves sont tout naturellement déposés sur un cheminement sécurisé convergeant vers un mail central Est-Ouest. Les stationnements se prolongent sur l’autre rive du mail, inscrits dans la pente et reliés au mail dans un parcours simple et évident. Une fois les parkings masqués et concentrés, le terrain s’offre, naturel et ondulant, au collège. Le mail, ligne franche et continue, propose une vue perspective dégagée sur le paysage, tout en devenant axe de composition, fédérateur et générateur. Il se transforme, une fois la clôture franchie, en parvis d’attente, zone de dépose vélos, puis passe les portes du collège pour devenir hall. Au-delà, il évolue en préau puis se transforme en cour haute en belvédère sur le paysage. Cet axe de composition détermine une partition du collège en deux zones, espaces dédiés à l’enseignement au nord, espaces d’accompagnement à l’enseignement au sud. Cette implantation permet de répondre à plusieurs objectifs environne© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

COLLÈGE LUCIE AUBRAC Boulevard Luc Dejoie à VERTOU

mentaux : - Garder depuis la RD 59 la perception de l’équipement mais permettre son accès sur une voie calme, propice à la sécurité, contrairement à la RD 59 qui, par ses proportions et son trafic, s’apparente à une contournante : privilégier un mode de déplacement doux. - Repousser le collège au maximum dans le terrain d’emprise afin de l’éloigner des nuisances sonores de la voie et de sauvegarder les espaces boisés : conforts auditif et visuel. - Offrir une orientation principale nord/sud favorable car facilement contrôlable : confort thermique et confort d’été/ d’hiver. - Utiliser la pente pour favoriser les vues : confort visuel et création d’espaces différenciés, adaptés au site, optimisant les dénivelés (vide sanitaire). - Amorcer un dialogue avec les équipements futurs et actuels : localiser les parkings en vis-à-vis de ceux du cimetière, implanter l’accès au collège sur la voie desservant les équipements sportifs, engager le volume de la barre enseignement dans le paysage, ouvrant une loggia vers l’équipement futur à l’Ouest. Volumétrie Le collège présente un traitement unitaire, dans une volumétrie fractionnée et ponctuée d’événements permettant l’usage et le repérage. Le projet propose plusieurs échelles de lecture : - Celle, urbaine, unitaire et symbolique d’une ligne dans le paysage posée sur le mur de clôture. - Celle, piétonne et fractionnée, de l’entrée où l’on pénètre comme dans un village, par un mail bordé de façades, ponctué du volume brisé vertical de l’administration, sous le volume-pont du CDI . Une partition simple de part et d’autre du mail (parallélépipède en R+1 de l’enseignement, parallélépipède de la restauration, volume cuivre vertical des enseignants et de l’administration, CDI-pont trans-

versal coiffant le hall) génère des prolongements externes liés aux volumes et adaptés à la pente. La cour haute minérale prolonge le préau et vient offrir une vue panoramique à son extrémité Ouest. L’espace planté dans le prolongement de l’administration permet, par un jeu de rampes posées sur le végétal, de rejoindre le plateau « jeux de ballons » intermédiaire, face à la salle polyvalente. Enfin une rampe sinueuse rejoint le terrain naturel traité en jardin souple. Les espaces extérieurs, ouverts au Sud-Ouest, profitent des vues et du soleil mais s’exposent aux vents dominants. Une répartition judicieuse des végétaux permet de protéger les cours. Les logements de fonction reprennent les grandes orientations du collège tout en réinterprétant ses volumétries. Il n’y a volontairement pas de mimétisme au site dans les formes proposées. Les volumes géométriques et les formes anguleuses se singularisent dans le paysage, mais créent paradoxalement des tensions dynamiques avec le site, entretenant une relation tellurique à la géométrie. Les jeux de pliage et de modénatures produisent des ombres propres ou portées, des arêtes vives ou douces, des plans blancs ou colorés. Ainsi, les arêtes franches du collège jouent avec les courbes douces du paysage, deux registres graphiques opposés mais invitant à une même expérience : celle de faire entrer en résonance l’architecture avec le paysage. Texte agence Forma 6


COLLÈGE LUCIE AUBRAC

11

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Photographie : Patrick MIARA

Photographie : Patrick MIARA

Photographie : Patrick MIARA

Photographie : Patrick MIARA

Boulevard Luc Dejoie à VERTOU

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

11

COLLÈGE LUCIE AUBRAC Boulevard Luc Dejoie à VERTOU

Plan du Rez-de-Chaussée

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

02

ESPACE FESTIF ESTUARIA Rue Léo Lagrange à DONGES

Programme Salle des fêtes, théâtre de plein air, cuisine, etc. Maîtrise d’œuvre BARRÉ-LAMBOT architectes - Nantes Maîtrise d’ouvrage Commune de DONGES Surface SHON : 1 267 m2 Photographie : Philippe RUAULT

Coût des travaux 1 847 820 €TTC Réalisation Mai 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

02

ESPACE FESTIF ESTUARIA Rue Léo Lagrange à DONGES

Photographie : Philippe RUAULT

de Loire-Atlantique

Photographie : Philippe RUAULT

Vue générale

Théâtre de plein air

Afin d’insérer au mieux le projet dans ce paysage de marais, le bâtiment est implanté parallèlement aux canaux existants, lignes majeures du site. L’ensemble construit est alors prolongé par des lignes paysagères qui étirent ainsi le projet du Nord au Sud, intégrant un théâtre de plein air au Sud, protégés de roseaux, et les voies et stationnements au Nord. Entre ces deux axes de plantations s’organisent des jardins sur lequels s’ouvrent la salle principale de l’équipement, qui profite ainsi d’un enclos protégé où les enfants peuvent jouer sous la surveillance des parents. © CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

Ces lignes paysagères sont accompagnées de cheminements piétons qui, abrités, longent le bâtiment vers ses accès, depuis les stationnements et vers le parcours santé. De la même manière, à l’Est vers les marais et à l’Ouest vers la ville, la salle polyvalente et le bar et sa terrasse profitent de prolongements visuels sur des espaces paysagers soignés, sur lesquels donnent également les accès piétons depuis la rue Léo Lagrange. Texte agence Barré-Lambot


ESPACE FESTIF ESTUARIA

02

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Photographie : Philippe RUAULT

Rue Léo Lagrange à DONGES

Photographie : Philippe RUAULT

Bar sur patio

La salle

PLAN DE MASSE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

02

ESPACE FESTIF ESTUARIA Rue Léo Lagrange à DONGES

PLAN DU REZ-DE-CHAUSSÉE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

03

EXTENSION D’UNE MAISON INDIVIDUELLE NANTES

Programme Extension comprenant des garages, deux chambres et une salle de bain. Aménagement du rez-de-chaussée de la partie existante : entrée cuisine salle à manger. Maîtrise d’œuvre Nicolas MASUREL, architecte - Nantes Maîtrise d’ouvrage Privée Surface SHOB extension : 120 m2 Photographie : Nicolas MASUREL

Coût des travaux 110 000 €TTC Réalisation 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


03

EXTENSION D’UNE MAISON INDIVIDUELLE Dupont à NANTES

Photographie : Nicolas MASUREL

de Loire-Atlantique

Façade côté rue

Façade côté jardin

Élévation côté rue

Élévation côté jardin

Plan de masse

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

Photographie : Nicolas MASUREL

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE


EXTENSION D’UNE MAISON INDIVIDUELLE

03

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Photographie : Nicolas MASUREL

Photographie : Nicolas MASUREL

Photographie : Nicolas MASUREL

NANTES

La maison, située au cœur de Chantenay à Nantes, est caractéristique du type d’habitat du quartier, d’origine ouvrier. La maison construite en R+1, dans la première moitié du siècle précédent, est flanquée de deux extensions au R-de-Ch. La première, côté jardin, date de la fin des années 50, alors que la seconde (l’ancien garage), fut construite dans les années 7080 contre le pignon ouest. Cette seconde partie, incapable de supporter une surélévation, a été démolie. L’ensemble est en maçonnerie enduite, la partie principale est revêtue d’une couverture en tuile mécanique, celle de la première extension est en zinc. La façade arrière s’ouvre sur une petite terrasse, peu agréable car surplombée d’environ un mètre par un jardin. Les pièces de la maison sont encaissées par rapport au jardin. Un mur de pierres sèches délimite les trois autres côtés de la parcelle.

Les maîtres d’ouvrage souhaitaient agrandir de deux chambres et d’une salle de bain. Ils voulaient également lier d’avantage la maison et son jardin. Le budget était d’environ 100 000 Euros. Le quartier de Chantenay, ancienne commune ouvrière, riche d’un passé industriel très marqué, est constitué soit de petites rues bordées de maisons, cachant d’anciens jardins potagers, voire de vergers, soit de sites industriels. Même si la population locale est en pleine mutation aujourd’hui, le « village » de Chantenay conserve son âme. C’est dans le souci de respecter cette histoire, tout en construisant un projet contemporain, que nous avons envisagé ce projet d’extension. D’une volumétrie simple, l’extension, côté rue, épouse le gabarit de la maison d’origine (même hauteur à l’égoût, au faîtage, et même pente de toit). Les deux volumes sont reliés par une faille verticale qui vient marquer l’entrée de l’ensemble. Une porte en

verre dépoli s’ouvre sur un passage couvert menant directement au jardin ou dans la maison. L’extension de ce côté fait le lien entre les deux parties. Elle vient directement s’ancrer dans la maison d’origine. A l’abri des regards, contrairement à celle sur rue, la façade nord s’ouvre largement sur le jardin, par une grande baie vitrée. Côté rue, seul un bandeau horizontal étroit vient trancher dans le volume. Les portes de garage sont traitées comme la peau du bâtiment, afin de les noyer dans l’ensemble. Hormis la faille et les ouvertures, l’ensemble du volume, façade, toit et porte de garage, est habillé d’un bardage métallique gris, à forte connotation industrielle. Il a été choisi à la fois en raison de son faible coût, en souvenir d’un passé proche mais aussi en contraste avec la maison d’origine, le lien entre les deux étant marqué par la similitude des volumes. A deux époques, deux vocabulaires. ... / ... © CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

03

EXTENSION D’UNE MAISON INDIVIDUELLE NANTES

Pour des raisons économiques, la structure de l’extension est maçonnée. Le montant d’une structure métallique nous faisait dépasser le budget. La terrasse a été agrandie, son dessin en deux plateaux a été dicté par la nature du sol. Une veine dure passant à cet endroit nous a forcé, pour des raisons économiques, à composer avec les contraintes géologiques du site. Plan du 1er étage

Plan du Rez-de-Chaussée

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

Texte agence Nicolas Masurel


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

04

MAISON CYRANO PORNICHET

Programme Extension d’une villa ancienne. Maîtrise d’œuvre Pierre VINCENT, architecte Estelle GRAINDORGE, architecte salariée - Nantes Maîtrise d’ouvrage Privée

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Surface 366 m2 de planchers Coût des travaux non communiqué Réalisation Octobre 2006

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

04

MAISON CYRANO PORNICHET

Photographie : Stéphane CHALMEAU

de Loire-Atlantique

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Vue de la rue

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Liaison de la maison avec l’extension

Terrasse et piscine

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

Ce projet marie deux architectures, celle d’une villa bauloise en moellons de pierre des débuts du XXe siècle, à haute toiture d’ardoise et décors de façade en pierre, brique et bois peints, et celle de son extension contemporaine en rez-de-jardin. La villa d’origine, posée de biais sur un terrain en pente, offrait un niveau de réception surélevé, posé sur un niveau bas en partie enterré, avec un premier étage de chambres audessus, et des combles. Les maîtres d’ouvrage souhaitaient agrandir leur habitation, et l’adapter aux modes de vie d’aujourd’hui, qui privilégient les volumes ouverts et donnent une place prépondérante aux moments passés à l’extérieur de la maison. L’extension propose donc un nouvel espace de vie, largement ouvert sur le jardin et sur la terrasse entourant la piscine, et qui s’étend de part et d’autre du niveau bas de la maison d’origine. Ces nouveaux volumes offrent, côté jardin, un vaste séjour et, côté rue, un garage, qui s’articulent avec les espaces existants pour former un logement pouvant être rendu indépendant.


04

MAISON CYRANO

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Photographie : Stéphane CHALMEAU

PORNICHET

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Liaison intérieur-extérieur

Pièce principale de vie

Au-dessus, les niveaux supérieurs de la villa ont été réaménagés en conservant leurs dispositions classiques. Mais ils s’ouvrent dorénavant de plain-pied sur une grande terrasse aménagée sur l’extension neuve. Si le nouveau garage, par ses murs revêtus de pierre, joue la carte du mimétisme avec les façades des

villas et les murs des jardins de la rue, le nouveau séjour offre par contre une écriture architecturale différente, volontairement en rupture avec les anciennes. Les murs blancs ou colorés, les menuiseries de métal sombre, la toiture-terrasse et les garde-corps métalliques sont contemporains, tout en faisant référence aux grandes villas cons-

Salle de bain

truites dans les années 30 ou 40 par les architectes du Mouvement moderne. L’aménagement du jardin, lui aussi, est d’aujourd’hui, par le jeu géométrique des revêtements de bois et de galets. Texte CAUE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

04

MAISON CYRANO PORNICHET

GARAGE Salle d’eau

CHAMBRE TERRASSE

CUISINE ENTRÉE

SÉJOUR

JARDIN JARDIN TERRASSE

PISCINE

Plan du rez-de-jardin

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

05

MAISON KERLOUQUINTA

REZÉ

Programme Transformation de deux hangars en maison de type loft. Etude d’ensoleillement, chauffage passif. Maîtrise d’œuvre Gabriel RODRIGUEZ architecte - REZÉ Maîtrise d’ouvrage Privée Surface 220 m2 Photographie : Philippe RUAULT

Coût des travaux 120 000 €HT Réalisation Janvier 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

05

MAISON KERLOUQUINTA REZÉ

Photographie : Christel NOUVIALE

de Loire-Atlantique

Façade sud

Le projet consistait en le réaménagement d’un hangar en résidence principale pour une famille de 3 personnes. Le hangar, qui avait servi d’entrepôt pour une entreprise de plomberie, se dressait au fond d’un lotissement de pavillons. Il était le dernier des bâtiments commerciaux encore debout dans la zone. Il s’agissait d’une construction simple, en parpaings de ciment, aveugle sur deux façades, ouverte sur les deux autres par de larges portails coulissants métalliques, le tout couvert d’un toit à une pente en fibrociment. L’intérieur était divisé en 2 dans le sens de la largeur par un mur porteur. Le client désirait réaménager le volume de façon à profiter des grandes superficies, tout en conservant l’intimité dans certaines pièces. Il voulait aussi laisser rentrer la lumière mais en évitant la surchauffe en été. © CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

Le réaménagement a consisté tout d’abord à prélever un rectangle de 4 mètres sur 8 mètres sur le volume d’origine, pour réaliser un jardin couvert qui sert d’entrée. L’espace au rez-de-chaussée a été modifié par une grande ouverture dans le mur porteur qui séparait auparavant les deux parties du hangar. Cette percée a permis d’unifier les deux espaces en un seul et donne la possibilité d’appréhender visuellement toute la longueur du bâtiment. A l’intérieur de ce très vaste volume, des espaces plus ou moins intimes ont été définis pour les différents activités de la famille (bureau, pièce pour regarder la télévision, coin jeu, salle à manger…). La cuisine a été placée au centre de la maison, appuyée sur le mur porteur, avec vue sur l’ensemble de la maison.

Dans la partie la plus haute (environ sur la moitié de la superficie de l’ensemble), une mezzanine ouverte sur la double hauteur accueille l’espace nuit avec deux chambres (l’une ouverte sur le jardin couvert, l’autre sur le grand volume), un bureau ouvert sur la double hauteur et une salle de bain. Une étude précise des facteurs de lumière de jour a été réalisée, de façon à assurer l’éclairage naturel de la cuisine, à profiter du chauffage solaire passif l’hiver et à éviter la surchauffe en été. De grandes baies vitrées coulissantes ont pris place dans les percées existantes, ouvrant la maison sur le jardin extérieur. Les portails métalliques d’origine ont été conservés. Texte agence Rodriguez


MAISON KERLOUQUINTA

REZÉ

05

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Séjour

Atelier

Mezzanine

Mur de la salle de bain

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

05

MAISON KERLOUQUINTA REZÉ

Plan du 1er étage

Plan du Rez-de-Chaussée

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

06

VESTIAIRES - TRIBUNE Rue Jules Ferry à SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX

Programme Réalisation de vestiaires et d’une tribune pour un terrain de football existant

(8 vestiaires + 4 vestaires arbitres - infirmerie, accueil - local administratif - local rangement - salle de convivialité)

Maîtrise d’œuvre ALPHA O architecture. Maîtrise d’ouvrage Commune de Saint-André-des-Eaux

Photographie : Agence Alpha Architecture Océan

Surfaces Tribune 368 places dont 10 accessibles aux P.M.R. + 1 loge à l’étage Vestiaires : 602 m2 Loge : 87 m2 Coût des travaux 1 206 000 € Réalisation Août 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

06

VESTIAIRES - TRIBUNE

Rue Jules Ferry à SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX

Photographie : Agence Alpha Architecture Océan

de Loire-Atlantique

Photographie : Stéphane CHALMEAU

Façade avant

Façade arrière

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


VESTIAIRES - TRIBUNE

Texte agence Alpha O Architecture

de Loire-Atlantique

Les tribunes en cours de chantier

Photographie : Agence Alpha Architecture Océan

Les points importants à prendre en compte lors de l’étude de ce bâtiment ont été : 1 - créer des vestiaires pour chaque équipe avec des accès indépendants pour leurs vestiaires respectifs afin de ne pas avoir la possibilité de contact direct entre équipes après les matchs. 2 - créer une loge pour recevoir des invités. Cette loge se trouvant au centre des tribunes, il a fallu trouver sa position idéale afin de ne pas créer de gêne de vue pour les spectateurs se trouvant dans les tribunes. C’est la raison pour laquelle celle-ci est en porte-à-faux sur l’arrière. 3 - vérifier, à l’aide des logiciels de CAO, la bonne visibilité de l’ensemble du terrain depuis toutes les places assises de ces tribunes. 4 - trouver la possibilité de recevoir sur les tribunes des P.M.R (personnes à mobilité réduite – 10 places) sans être dans l’obligation d’installer un ascenseur ou équipement similaire qui aurait un coût élevé pour son installation et son entretien. Il a été pris la décision de créer une rampe d’accès avec paliers, en raison du terrain qui s’y prêtait bien depuis l’accès des parkings à l’entrée du site.

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

Le pignon

Photographie : Agence Alpha Architecture Océan

Ce projet de vestiaires et de tribunes commandé par la commune de SaintAndré-des-Eaux devait être un bâtiment à l’image de son usage : fonctionnel, dynamique, jeune et intemporel. Le bâtiment est travaillé en symétrie par rapport à un axe central au niveau de l’accueil. De chaque côté se développent, au R-de-Ch, 4 vestiaires avec douches, des sanitaires et des bureaux. On remarque très distinctement des percées de couleur rouge qui traversent le bâtiment dans toute sa largeur. Elles ont la fonction principale de donner des accès indépendants entre les joueurs et le public, mais aussi de créer un jeu de pleins et de vides qui amplifie le côté dynamique et contemporain de l’architecture. Les tribunes de 360 places se déploient de chaque côté de la loge centrale. Tout en gardant une structure classique, le choix des couleurs, le jeu des accès au terrain et aux tribunes et l’auvent métallique rouge, tel un totem, donne une prestance et une assise au bâtiment.

06

Photographie : Agence Alpha Architecture Océan

Rue Jules Ferry à SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX

Les tribunes et l’entrée des vestiaires

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

06

Plan du Rez-de-Chaussée © CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

VESTIAIRES - TRIBUNE

Rue Jules Ferry à SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX

Plan des gradins


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

07

BIBLIOTHÈQUE LOUISE-MICHEL 77, rue Joliot-Curie à SAINT-JOACHIM

Programme Bibliothèque municipale HQE, Espaces verts, Maintien de la venelle piétonne. Maîtrise d’œuvre Yann PÉRON architecte - Nantes Maîtrise d’ouvrage Commune de Saint-Joachim Surface SHON : 453 m2 Photographie : Philippe RUAULT

Coût des travaux 880 000 €HT Réalisation Livraison : Août 2006

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

07

BIBLIOTHÈQUE LOUISE-MICHEL 77, rue Joliot-Curie à SAINT-JOACHIM

Photographie : S. CHALMEAU

de Loire-Atlantique

Photographie : S. CHALMEAU

Pignon d’entrée sur rue

Esquisse montrant l’implantation de la halle de marché (en bas) et de la bibliothèque (en haut)

Répondant au 7 cibles du programme H.Q.E., ce projet est né de la confrontation des deux échelles, urbaine et architecturale. La première a donné la forme et l’implantation du bâtiment, la seconde a rendu lisible le projet par l’interprétation nouvelle d’une silhouette traditionelle. L’analyse de la ville de Saint-Joachim a permis de créer un espace de transition végétal à l’image des parcelles végétalisées qui émaillent le tissu urbain de la commune, entre le nouvel équipement et le centre culturel existant. Au delà des réponses apportées aux contraintes inhérentes à la topographie du terrain et aux exigences du programme, l’originalité de ce projet réside dans l’analyse et la traduction d’un langage architectural vernaculaire (local) et une écriture contemporaine clairement identifiable.

L’architecture du bâtiment, son imposante volumétrie dans un jeu de formes simples, la simplicité de ses matériaux assemblés dans le soin du détail, l’invitation, par la transparence, vers un univers chaleureux, en font un remarquable et attrayant équipement public du bourg, en surplomb des marais de Brière. Le principal volume intérieur, réservé à l’accueil du public, reste flexible dans son organisation, simplement rythmé par les décrochements du plafond. Un mobilier singulier est offert au lecteur qui s’attarde. Parti architectural Issue des formes caractéristiques du parcellaire des îles de Brière, la bibliothèque de Saint-Joachim ancre son patrimoine culturel en accord avec sa terre d’accueil. En réponse à l’architecture environnante, la charpente en chêne et en douglas abrite et protège un écrin noir ardoise brillant à la lumière du nord.

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

Photographie : S. CHALMEAU

Texte agence Yann Péron

Photographie : S. CHALMEAU

Des bâtiments, rasés il y a une vingtaine d’année, avaient laissé un large espace béant à l’entrée du bourg, le long de la voie principale. Le lieu restait animé lors du marché hebdomadaire, et sinon investi par le stationnement. La proximité de l’espace culturel Georges Brassens (musique, exposition, associations, bibliothèque…) en faisait une parcelle favorable pour l’implantation de la nouvelle bibliothèque. Sa construction, et celle de la halle de marché qui lui sera contiguë (en cours), permettent de requalifier cet espace devenu public. Ainsi le bâtiment, en se glissant dans la trame parcellaire, ponctue la voie principale de son large pignon tout en libérant une grande partie de la parcelle pour les aménagements à venir. Les galeries longitudinales et les passerelles prolongent la rue et relient, en surplomb de la « rivière végétale », les équipements attenants.


BIBLIOTHÈQUE LOUISE-MICHEL

07

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Photographie : S. CHALMEAU

77, rue Joliot-Curie à SAINT-JOACHIM

PLAN MASSE © CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

07

BIBLIOTHÈQUE LOUISE-MICHEL 77, rue Joliot-Curie à SAINT-JOACHIM

ESPACE CULTUREL G. BRASSENS

PLAN DU REZ-DE-CHAUSSÉE

Locaux

Surface m2

LECTURE Espace enfants Espace adultes Espace multimédia

105 59 15

Sas

6

Hall

35

Accueil

15

AUTRE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

Bureau bibliothécaire Bureau personnel Entrée du personnel Atelier équipement

12,5 18 12,5 24

ESPACES TECHNIQUES

ACCUEIL

Heure du conte

RÉSERVÉS AU PERSONNEL

30

Entretien Local serveur Déchets Ventilation Chaufferie Stockage Sanitaires

5 4 5 12 3 15 14,5


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

08

HANGAR HAILLAUST ET GUTZEIT Quartier du Petit Maroc à SAINT-NAZAIRE

Programme Déplacement et restauration d’un bâtiment existant, création d’une nouvelle couverture, création de modules techniques et de mobiliers mobiles intérieurs. Aménagement des espaces extérieurs de proximité. Maîtrise d’œuvre Jean-Marie LÉPINAY, Gilles CHABENÈS et Angus SCOTT architectes associés - NANTES Simulations : Agence J-M LÉPINAY, G. CHABENES, A. SCOTT

Maîtrise d’ouvrage Ville de Saint-Nazaire Surface SHON : 1 360 m2 Coût des travaux 800 000 €HT Réalisation En cours.

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

08

Cette opération s’inscrit dans le cadre du Projet Global de Développement de la Ville de Saint-Nazaire qui redéfinit une nouvelle identité portuaire, industrielle et littorale. Situé sur une friche industrielle de quinze hectares, à proximité de l’ancienne base de sous-marins, le quartier du Petit Maroc connaît une profonde mutation. Les projets y allient la réalisation de programmes d’habitat, d’équipements publics et l’aménagement d’espaces publics. La Ville a souhaité le déplacement du hangar Haillaust et Gutzeit afin de valoriser ce patrimoine industriel et de mettre en scène cet ouvrage sur un nouvel espace public. Cette construction est destinée à l’usage du public, c’est un lieu événementiel où se dérouleront de nombreuses activités : expositions, concerts, réunions et manifestations festives

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

HANGAR HAILLAUST ET GUTZEIT Quartier du Petit Maroc à SAINT-NAZAIRE

et sportives. Animés par la singularité de ce challenge, dont un des enjeux est de révéler et d’affirmer l’esprit du lieu comme vecteur de sa nouvelle attractivité, nous proposons un projet original pour créer l’événement sur un site en devenir. La structure bois existante est conservée, confortée, et la création de deux auvents latéraux largement débordants allège considérablement l’édifice. La conception d’une couverture en polycarbonate met en valeur la composition structurelle de l’ancienne charpente en bois, rare témoignage de l’architecture industrielle de cette époque. Elle apporte une luminosité non agressive dans le volume du hangar. L’étude du mobilier mobile intérieur, gradins, supports d’exposition, modules techniques, participe à la proposition du parti architectural. Texte agence Lépinay-Chabenès-Scott


HANGAR HAILLAUST ET GUTZEIT Quartier du Petit Maroc à SAINT-NAZAIRE

08

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Coupe transversale

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

08

HANGAR HAILLAUST ET GUTZEIT Quartier du Petit Maroc à SAINT-NAZAIRE


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

09

ESPACE JEUNES et MERCREDI-ACCUEIL Rue de la Ferme à SAUTRON

Programme Transformation des anciens ateliers municipaux en espace pour les jeunes Maîtrise d’œuvre Agence DRODELOT architectes - Nantes Maître d’ouvrage Commune de Sautron Surface 765 m2 Photographie : Agence DRODELOT

Coût des travaux 461 000 €HT Réalisation Juillet 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

09

ESPACE JEUNES et MERCREDI-ACCUEIL Rue de la Ferme à SAUTRON

Photographie : Agence DRODELOT

de Loire-Atlantique

Photographie : Agence DRODELOT

Façade principale

Façade principale

La réhabilitation des anciens ateliers municipaux et leur transformation en espaces d’activités destinés aux jeunes de Sautron a donné l’occasion aux architectes de travailler à partir d’une structure existante, un bâtiment de type industriel à l’architecture simple, sans recherche particulière. Tout en conservant l’identité première du bâtiment, le projet a permis de modifier son image : à l’intérieur par une nouvelle articulation de volumes, et par un jeu © CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008

dynamique des couleurs et des matériaux (choisis dans un vocabulaire industriel qui met en cohérence les nouveaux aménagements avec la structure métallique existante), à l’extérieur par une nouvelle écriture architecturale : de nouveaux percements s’ajoutent aux portes de garage existantes, et un nouveau bardage en panneaux translucides habille la façade, permettant à la fois l’entrée de la lumière naturelle dans les salles, et une nouvelle perception du bâtiment.

Un hall commun dessert deux entités, le « mercredi-accueil », pour les enfants de 6 à 12 ans, qui réunit des salles d’activités et une salle de repos, et par ailleurs « l’espacejeunes », pour les adolescents de 10 à 17 ans, qui regroupe au rez-dechaussée un bar, un coin détente, un studio d’enregistrement. À l’étage, 3 salles d’activités en mezzanine sont desservies par deux escaliers. Texte CAUE 44


ESPACE JEUNES et MERCREDI-ACCUEIL

09

SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique

Photographie : Agence DRODELOT

Rue de la Ferme à SAUTRON

Le hall

« Ce projet de restructuration est représentatif de la volonté d’économie de moyens de la plupart des communes d’aujourd’hui : Utiliser un bâtiment existant de type industriel pour en changer l’affectation en l’adaptant aux réglementations en vigueur, et ainsi l’ouvrir au public. Le cadre de cette opération est donc dans « l’ère du temps », à savoir un budget serré de l’ordre de 850 euros par m2 pour un maximum de surface exploitable et de souplesse d’utilisation. L’équipement doit être en mesure d’accueillir 3 thématiques d’espaces à vocation culturelle : le rezde-chaussée, ouvert sur les espaces extérieurs, est réservé à un espace jeunes dédié aux adolescents ainsi qu’au mercredi-accueil pour les activités des enfants de 6 à 12 ans ; l’étage est réservé, quant à lui, à trois salles thématiques habillées de bois.

Photographie : Agence DRODELOT

Le projet : créer de grandes fenêtres dans le bâtiment existant pour ouvrir les espaces à la lumière et au monde extérieur. Optimiser les aménagements intérieurs en créant des vues transversales entre les lieux. » Texte agence Drodelot architectes associés Escalier desservant le premier étage

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


SEMAINE DE L’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

09

ESPACE JEUNES et MERCREDI-ACCUEIL Rue de la Ferme à SAUTRON

Plan de l’étage

Plan du Rez-de-Chaussée

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2008


Semaine de l'architecture 2008