Page 1

Les métiers des salariés du recyclage dans les structures d’insertion

1


2


Sommaire Editorial................................................................................................................................................... 5 Introduction ........................................................................................................................................... 6 L’économie circulaire ............................................................................................................................ 7 Le cycle de l’économie circulaire .................................................................................................... 7 L’économie circulaire et les Structures d’Insertion par l’Activité Economique (SIAE) ........... 8 Cartographie des SIAE de l’économie circulaire en Ile de France ................................................. 9 L’IAE en Ile de France ........................................................................................................................ 11 Secteurs d’activité dans les SIAE .................................................................................................. 12 Le développement de l’économie circulaire ................................................................................ 13 Présentation de l’enquête .................................................................................................................. 14 Objectifs de l’enquête..................................................................................................................... 14 Les moyens employés .................................................................................................................... 14 Présentation des structures ............................................................................................................... 16 L’accompagnement et la formation .................................................................................................. 19 L’accompagnement ......................................................................................................................... 19 L’accompagnement social .............................................................................................................. 19 L’accompagnement professionnel ................................................................................................ 20 Formation sur le poste de travail .............................................................................................. 20 Formations sur le projet professionnel .................................................................................... 20 Le transfert de compétences ............................................................................................................. 21 La logique territoriale ......................................................................................................................... 22 La logique territoriale à Rungis avec Le Potager de Marianne ..................................................... 22 Les opportunités de sorties des salariés en insertion du secteur de l’économie circulaire ...... 23 Rapport avec le fonctionnement de l’IAE .................................................................................... 24 Le besoin de formation .................................................................................................................. 24 Bilan des sorties en 2015-2016 des SIAE enquêtées .................................................................... 25 Régie de quartier Les Portes de L’Essonne ................................................................................. 25 CNIM INSERTION............................................................................................................................ 26 APTIMA ............................................................................................................................................. 27 ENVIE 2E ........................................................................................................................................... 28 3


RECYC MATELAS ............................................................................................................................. 29 REJOUE ............................................................................................................................................. 30 Les métiers d’avenir dans le recyclage ............................................................................................ 32 Les projections optimistes du CEP................................................................................................ 33 Les projections pessimistes du CEP ............................................................................................. 33 Préconisations de formation pour les SIAE ................................................................................. 34 Le regard des salariés sur le fait de travailler dans l’économie circulaire .................................. 35 L’économie circulaire : une source de revenus .......................................................................... 35 Un moyen de lutter pour la qualité de l’environnement ........................................................... 35 Malgré les contraintes… ................................................................................................................. 35 Le regard des proches .................................................................................................................... 35 Synthèse de l’enquête ........................................................................................................................ 40 Préconisations ...................................................................................................................................... 40 Annexes ................................................................................................................................................ 41 Questionnaire salariés en insertion .............................................................................................. 41 Questionnaire CIP ........................................................................................................................... 46

4


Editorial

5


Introduction Depuis plus de 2 ans, la fédération des entreprises d’insertion Ile de France a intégré l’économie

circulaire au cœur de son plan d’action. Ses activités en rapport avec ce secteur sont réalisées dans le cadre du Groupement Régional des Acteurs Franciliens de l’Insertion par l’Economie (GRAFIE). C’est dans cette optique que la fédération a sollicité un certain nombre de structures d’insertion du secteur de l’économie circulaire en 2015, afin de valoriser leurs activités par un état des lieux de l’existant et de promouvoir leurs initiatives sous la forme d’une brochure largement diffusée. En 2017, les filières du recyclage et de l’économie circulaire représentent un secteur d’activité prépondérant en Ile de France pour anticiper les évènements et travaux auxquels la région va être sujette dans les années à venir : les projets du Grand Paris, les Jeux Olympiques ou l’Exposition Universelle. Les entreprises du recyclage et de l’économie circulaire vont jouer un rôle important sur ces projets. C’est dans cette perspective que la fédération s’inspire du Contrat d’Etude Prospective (CEP) emplois et compétences dans le recyclage et l’économie circulaire en Île-de-France, coordonné par la DIRECCTE, pour analyser les métiers et opportunités de sortie des salariés des SIAE du secteur de l’économie circulaire dans le but de faire des préconisations au profit de ces structures.

6


L’économie circulaire La forte croissance de la consommation dans nos sociétés actuelles pose des problématiques importantes dont celle du traitement des déchets qui ne laisse personne indifférent. Leur augmentation en volume et en production par habitant (475kg/personne dans l’UE et 511kg/hbt en France) s’accompagne de la hausse des risques qu’ils présentent pour l’environnement et pour la santé. La

loi

2015-992

du

17

août

2015

(consultable

sur

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031044385)

Legifrance.gouv.fr :

relative

à

la

transition énergétique pour la croissance verte fixe des objectifs favorisant l'économie circulaire et une meilleure gestion des déchets. Ce changement de paradigme met en évidence le concept des 3R : Réduction, Réutilisation et Recyclage montrant que l’économie linéaire (extraire, fabriquer consommer et jeter) doit être dépassée pour laisser la place à une économie dite circulaire.

Le cycle de l’économie circulaire Le cycle de l’économie circulaire est composé de 7 concepts clés représentant chacun un secteur d’activité (Source : consoGlobe) :

L’écoconception considère toutes les étapes du cycle de vie d’un produit de la fabrication à la valorisation finale.

L’écologie

industrielle

et

territoriale

permet

l’échange et la mutualisation entre les opérateurs économiques d’un territoire.

L’économie de la fonctionnalité adapte les produits à la demande de manière évolutive.

Le réemploi donne une seconde vie aux produits dont les utilisateurs initiaux n’ont plus besoin.

La réparation donne une vie supplémentaire aux biens en panne ou abîmés.

La réutilisation consiste à utiliser un objet pour un autre usage ou en tirer les pièces utiles pour les revendre.

Le recyclage permet de récupérer les matières premières d’un produit pour les réutiliser dans la fabrication de nouveaux produits.

7


L’économie circulaire et les Structures d’Insertion par l’Activité Economique (SIAE) Les SIAE peuvent être considérées comme les pionnières de cette économie dite circulaire. Depuis les années 60, elles se sont engagées en faveur du réemploi, de la réutilisation et du recyclage des produits en fin de vie. Dès leur émergence, elles inscrivent leur projet d’économie circulaire dans une finalité sociale liée à la lutte contre les exclusions. Les activités basées sur le tri, le réemploi, la réutilisation, la réparation, le traitement, etc. constituent un socle favorisant le retour à l’emploi des personnes rencontrant des difficultés sociales et professionnelles. De toutes les structures d’insertion, ce sont les EI (entreprises d’insertion) et les ACI (AteliersChantiers d’Insertion) qui œuvrent le plus dans le champ de l’économie circulaire (18% des entreprises du recyclage en Ile de France sont des EI et ACI selon les données du CEP). Le développement de leur activité est devenu nécessaire pour la gestion des déchets des filières à responsabilité élargie des producteurs (REP) en collaboration avec les éco-organismes.

8


Cartographie des SIAE de l’économie circulaire en Ile de France

LES ENTREPRISES D’INSERTION

Paris

Plus de

50 structures

Val d’Oise REESO SOLIDAIRE

d’insertion (SIAE) sont positionnées sur des activités liées à l’économie circulaire. Retrouvez-les dans votre département !

93 Croix Rouge Insertion IDEMU

ARES / SINEO BIS BOUTIQUE SOLIDAIRE CLAIR & NET ECODAIR ENERGIES 9 LE RELAIS PARIS TREVO-SAKINA M’SA LE COMPTOIR DE LA VOUTE EMMAÜS DEFI L’EQUIPAGE

93 LA COLLECTERIE 93 TERRITOIRES

Seine-Saint-Denis ARES SERVICES 93 LEMON AIDE

Hauts de Seine ENVIE 2E EXTRAMUROS LAVEO - INITIATIVE EMPLOI NATURESPACES REBOND INSERTION TRICYLE ENVIRONNEMENT

Val de Marne Essonne Yvelines APTIMA BIO YVELINES SERVICES CNIM INSERTION ENVIE 2E LE RELAIS VAL DE SEINE NOUVELLE ATTITUDE RECYC MATELAS LIMAY

ACTIF DPS ENVIE 2E LA REGIE DES PORTES DE L’ESSONNE RE-SACLAY REVIVRE 9

ARES SERVICES 94

93 Croix Rouge Insertion - IDEMU Seine et Marne 93 LA COLLECTERIE AIPREFON CYCLEVA 93 TERRITOIRES


LES CHANTIERS D’INSERTION Seine-Saint-Denis

Paris Val d’Oise AGOIE L’EPICERIE SOLIDAIRE LE MAILLON LES RESTAURANTS DU CŒUR 95 SAUVEGARDE 95

REJOUE CFSE - AGAPE ART EMMAÜS DEFI LA CHORBA AURORE

93 Croix Rouge Insertion - IDEMU

TAE NEPTUNE EMMAÜS ALTERNATIVES EMMAÜS COUP DE MAIN RESSOURCERIE 2 MAINS HALAGE ETUDES ET CHANTIERS – BICYCLO CROIX ROUGE INSERTION - IDEMU LA COLLECTERIE INITIATIVES SOLIDAIRES LES RESTAURANTS DU CŒUR 93

93 LA COLLECTERIE 93 TERRITOIRES Hauts de Seine ETUDES ET CHANTIERS – SOLICYCLE EXTRAMUROS AEPBN EMMAUS 92 - NANTERRE ARPEIJE – LE RAYON VERT ESPACES VALORIS IT – BEL AGIR

Yvelines LA GERBE LES RESTAURANTS DU COEUR ET RELAIS DES YVELINES APTIMA

Essonne Association MOINO LA CONSERVERIE COOPERATIVE DE MARCOUSSIS LA RECYCLERIE DU GATINAIS LES POTAGERS DE MARCOUSSIS LES POTAGERS DU TELEGRAPHE LE CHAMP BLEU – ETUDES ET CHANTIERS PARIS COCAGNE – LIMON

Val de Marne

Seine et Marne

ANDES / LE POTAGER DE MARIANNE, RUNGIS APPROCHE CONFLUENCES ATELERS ANS FRONTIERES AU FIL DE L'EAU LA FRIPERIE SOLIDAIRE/EMMAUS A2EF CFSE - AGAPE ART

LE PAIN DE L'ESPOIR LES JARDINS DE DEMETER LA ROSE DES VENTS HORIZON

10


L’IAE en Ile de France En 2015, on comptait 395 structures d’insertion par l’activité économique en Ile de France, dont 153 ACI, 148 entreprises d’insertion, 72 associations intermédiaires et 22 entreprises de travail temporaires d’insertion (ETTI). Elles ont employé plus de 27 000 salariés en parcours d’insertion avec un taux de sortie dynamique pouvant atteindre 65%.

11


Secteurs d’activité dans les SIAE Les structures d’insertion par l’activité économique en Ile de France investissent plusieurs secteurs d’activité comme le BTP, l’espace vert et l’agriculture, la collecte, le tri, le recyclage, les services à la personne, le nettoyage, etc. Le secteur collecte-tri-recyclage occupe la troisième place derrière les espaces verts et le BTP.

Secteurs d’activité des SIAE en Ile de France

Secteur d'activité

AI

EI

ETTI

ACI

Espace vert /agriculture

4%

9%

2%

27%

BTP

12%

12%

74%

14%

Collecte-tri-recyclage

1%

21%

12%

11%

Services à la personne

28%

1%

0%

6%

Postes administratifs

4%

1%

3%

1%

Hôtellerie restauration

8%

7%

1%

8%

Médiation sociale

6%

1%

0%

1%

Sécurité-Gardiennage

3%

0%

0%

0%

Nettoyage (hors SAP)

25%

32%

3%

4%

Animation - Arts- Spectacles

1%

0%

0%

1%

Vente

0%

1%

0%

4%

Technicien - industrie

0%

5%

1%

3%

Transport - logistique

6%

6%

4%

7%

Autres

2%

4%

0%

13%

100%

100%

100%

100%

Total

Source : DIRECCTE IDF-Données IAE 2015

12


Le développement de l’économie circulaire Depuis les années 2009-2010, on a constaté l’émergence et le développement des activités de l’économie circulaire (collecte-tri-traitement/recyclage) qui n’ont été pris en compte qu’en 2015 par les données statistiques de la Direccte Ile de France. Parmi les structures qui ont le plus investi le secteur, on retrouve :

Les EI (21%) : elles font de la collecte, du tri, du démantèlement, de la revente, de la transformation et un peu de réparation.

Les ETTI : elles font de la mise à disposition de personnel sur les chaînes de tri pour les entreprises du recyclage et pour la collecte des déchets de quartier par les rippers (éboueurs).

Les ACI : ils sont positionnés dans la filière de la collecte, du tri, de la remise en état par la réparation, le réemploi, la réutilisation, la revente, etc…

Part du secteur dans chaque type de SIAE 25%

20%

15%

10%

5%

0%

Collecte-tri-recyclage

AI

1%

EI

21%

ETTI

12%

ACI

11%

Source : DIRECCTE IDF-Données IAE 2015

13


Présentation de l’enquête Les structures d’insertion par l’activité économique sont positionnées dans presque tous les segments de la boucle de l’économie circulaire, de l’écoconception au recyclage en passant par le réemploi, la réparation et la réutilisation. Aujourd’hui, on compte plus de 50 structures d’insertion dans le secteur en Ile de France. Une première enquête menée par la fédération en 2015 auprès de 19 entreprises d’insertion a démontré que plus de 700 personnes sont salariées dont 623 en parcours d’insertion dans le cadre d’un contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI), le plus souvent à temps plein. Elle présente le secteur d’activité sur lequel sont positionnées les entreprises vis-à-vis du cycle de l’économie circulaire, les métiers des salariés, le public recruté et les sorties (67% de sorties vers l’emploi et la formation). Une deuxième enquête élargie aux Ateliers et Chantier d’Insertion se propose d’analyser les formations suivies, l’accompagnement et les sorties des salariés en insertion pour voir si le secteur présente des opportunités de sortie dans l’économie circulaire et comment les salariés peuvent profiter ou non des métiers d’avenir.

Objectifs de l’enquête

Identifier les métiers (intitulés de poste) des salariés du recyclage dans les structures d’insertion. Mesurer l’impact de l’accompagnement et la formation dans les parcours des salariés en insertion. Connaître les compétences transférées par les salariés à leur sortie vers d’autres métiers et/ou secteurs. Comprendre l’importance de la logique territoriale pour la sortie des salariés.

Connaître les opportunités de sortie des salariés en insertion dans le secteur de l’économie

  

circulaire. 

Etablir, en lien avec le contrat d’étude prospective (CEP), les métiers de demain et les moyens (en rapport avec les formations) pour les SIAE d’y accéder.

Vérifier l’image et les représentations du secteur auprès des salariés dans les SIAE.

Recueillir des monographies de parcours de salariés dans les SIAE.

Les moyens employés Avec les moyens à disposition, nous avons mené une enquête auprès de 7 structures dont 2 d’entre elles sont des ensembliers (structure porteuse de deux dispositifs de l’IAE : EI et ACI). Dans chacune de ces structures, 2 salariés en parcours ont été interrogés ainsi que le ou la chargé(e) d’insertion professionnelle (CIP), afin de recueillir des informations sur les salariés sortis en 2015 et 2016. Au total, 14 salariés ont été sondés (dont 7 hommes et 7 femmes) et 7 CIP. 14


Les outils utilisés pour cette enquête sont l’entretien le questionnaire (Cf. Annexes) et une revue documentaire sur l’économie circulaire dont le CEP et l’enquête menée par la fédération en 2015 sous forme de brochure. Les 7 structures qui ont répondu dans le cadre de l’enquête sont : CNIM insertion, Régie de quartier Les Portes de L’Essonne, Aptima, Recyc Matelas, ANDES, Rejoué et Envie 2E (Gennevilliers).

15


Présentation des structures

Structures

Activités

Métiers

Nbre ETP

Régie de quartier Les Portes de L’Essonne (ACI) (EI)

Recyclerie : collecte, tri, réparation, démantèlement, revente.

Opérateur polyvalent*

35

CNIM INSERTION (EI)

Collecte et Tri de déchet ménager.

Equipier de tri

27

RECYC MATELAS (EI)

Démantèlement de matelas et valorisation.

Agent de production

11

APTIMA (EI) (ACI)

EI : collecte, tri, démantèlement, espaces verts, entretien réseau incendie. ACI (ressourcerie) : collecte, valorisation, vente (divers objets).

Salariés polyvalents*

23

ANDES Le Potager de Marianne (ACI)

Tri (fruits et légumes), transformation en jus, confiture, livraison de commande.

Salariés polyvalents*

16

REJOUE (ACI)

Collecte, Tri, revalorisation et revente de jouets.

Agent polyvalent*

15

Envie 2E (Gennevilliers)

Collecte-traitement et dépollution de DEEE.

Agent de tri, Cariste/Manutentionnaire, Chauffeur VL/PL, Assistant administratif et logistique

20

*Salarié polyvalent, opérateur polyvalent, agent polyvalent : salariés pratiquant l’ensemble des activités

de

l’entreprise (collecte,

tri,

démantèlement,

collecteur/livreur, préparation de commande, etc.).

16

réparation,

transformation,

chauffeur


Description des métiers dans les structures d’insertion de l’économie circulaire Dans les structures d’insertion de l’économie circulaire, les salariés exercent plusieurs métiers répertoriés dans le RNCP, chacun correspondant à des activités diverses :

Agent de tri : l’agent de tri est un employé qui travaille manuellement et le plus souvent en posture debout. Il trie les déchets qui peuvent être recyclés, réutilisés, réemployés, transformés, etc. Selon l’entreprise, il peut s’agir de tri de papiers, carton, bouteilles plastiques, fruits et légumes, jouets, matelas, etc.

Agent de production : un agent de production dans une structure d’insertion de l’économie circulaire assure le déchargement de déchets collectés, le démantèlement et la transformation des déchets en produits recyclables.

Agent de collecte : il se charge de la collecte des déchets chez les clients ou dans les rues d’un quartier pour certaines recycleries. Les déchets qu’il collecte vont être triés ou transportés en déchetterie s’ils sont non valorisables. L’agent de collecte doit disposer du permis B pour l’exercice de ses fonctions. Il peut être amené à travailler dans le tri ou la livraison des commandes.

Magasinier / Manutentionnaire : le magasinier ou manutentionnaire dans une entreprise du recyclage assure le rangement de produits triés et nettoyés destinés à la revente ou au recyclage à l’aide, le plus souvent, d’un chariot élévateur. Il prépare les commandes des clients et réalise l’étiquetage.

Chauffeur livreur : le chauffeur livreur se charge de la préparation de la livraison, il charge le véhicule et livre la marchandise auprès des clients. Il dispose obligatoirement d’un permis B pour l’exercice de son activité. Il peut être amené le plus souvent à faire de la collecte.

Valoriste (Agent de valorisation) : cette activité englobe l’ensemble des activités de la collecte au conditionnement (réparation, nettoyage, remise en état), en passant par le tri.

Cariste : le cariste assure la manutention de tous les matériaux sur le site. A l’aide d’engin de levage, il effectue le rangement des produits sur le site et le chargement/déchargement des produits destinés à la livraison ou livrés sur le site. Pour ce métier, la formation au CACES est nécessaire.

Menuisier : dans une recyclerie qui conçoit, fabrique et revend des objets réalisés à partir de matériaux de récupération comme le bois, le menuisier effectue ce travail de fabrication en respectant le principe de l’écoconception. Il peut aussi travailler dans la réparation de meubles défectueux ou en fabriquer d’autres produits.

17


Préparateur de commande : il prépare les produits destinés à être livrés à un client donné en suivant les indications du bon de commande. Il assure l’emballage et le garnissage des colis, contrôle la conformité des produits et réalise l’étiquetage. On peut trouver des préparateurs de commande dans les ateliers et chantiers d’insertion qui travaillent sur la revente de produits collectés et la transformation de fruits et légumes en jus, soupe, confiture, etc.

Mécanicien couture : il travaille avec des tissus récupérés auprès de maisons de couture et de soldeurs pour la création de vêtements haute-couture, revendus dans des boutiques solidaires.

Caissier : le caissier assure dans une ressourcerie ou recyclerie la fixation du prix des produits rénovés mis dans la boutique et la vente en caisse.

Agent polyvalent : l’agent polyvalent salarié dans les structures d’insertion de l’économie circulaire travaille sur l’ensemble des activités de l’entreprise. Il peut avoir une activité propre ou toutes les exercer : collecte, tri, manutention, cariste, livraison, préparation de commande, etc. Il développe un éventail de compétences qui facilitent sa sortie de la structure.

18


L’accompagnement et la formation L’accompagnement La spécificité des SIAE est d’accompagner leurs salariés à trouver ou retrouver un emploi durable. Cet accompagnement dont ils bénéficient a pour finalité de favoriser l’accès à l’emploi à des personnes qui connaissent des difficultés sociales et professionnelles particulières.

Accompagnement social et professionnel

Accompagnement

Logement Santé

Social

Professionnel

Garde d’enfants Formation Problèmes familiaux Endettement Justice Mobilité etc.

Remise à niveau (qualifiante)

Sur le poste de travail

Sur le projet professionnel

Préparation active à la sortie

L’accompagnement social Dans l’accompagnement social, les salariés sont aidés dans la résolution de leurs problèmes de logement, de santé, de garde d’enfant pour les femmes avec un ou des enfants à charge et sur tout ce qui constitue, à leurs yeux, un frein pour le retour à l’emploi. Dès leur intégration, la chargée d’accompagnement identifie tout ce qui est de l’ordre des difficultés sociales pour travailler à des solutions qui permettront de lever les freins et de se concentrer sur l’insertion professionnelle.

19


L’accompagnement professionnel En ce qui concerne l’accompagnement professionnel, on distingue la formation sur le poste de travail qui est intégrée dans la mission de l’encadrement technique et basée notamment sur l’activité de l’entreprise et les outils de travail comme les engins de manutention, et une formation sur le projet professionnel que les salariés peuvent suivre à l’interne ou dans un organisme externe de formation. Ces formations qui favorisent la réalisation du projet professionnel permettent une qualification et la saisie des opportunités de travail correspondant aux compétences acquises. A l’interne, les salariés sont formés à : -

Définir un projet professionnel.

-

La recherche d’emploi.

-

Elaborer un CV et une lettre de motivation.

-

L’entretien d’embauche.

Formation sur le poste de travail Dans les structures d’insertion de l’économie circulaire, la formation sur le poste de travail permet de requalifier dans le même secteur de travail, puisque les salariés en exerçant leur métier, maîtrisent les activités de la collecte, du tri, du démantèlement, de la vente des objets issus du réemploi, de la préparation de commande, etc.

Formations sur le projet professionnel Les formations en lien avec le projet professionnel peuvent servir aussi bien pour les activités du recyclage que pour les activités hors du secteur de l’économie circulaire, mais pour beaucoup de structures, elles visent à requalifier les salariés en fonction de leur projet professionnel de sortie. Selon leur projet, les salariés peuvent suivre des formations de : -

CACES (cariste).

-

Permis B (chauffeur, chauffeur collecteur, chauffeur livreur).

-

FIMO (conducteur poids lourd).

Cependant, ils suivent, dans presque toutes les SIAE, des formations

qui sont des prérequis à

l’emploi. Il s’agit de formation en : -

Gestes et posture.

-

Secourisme.

-

Prévention des risques professionnels.

-

Habilitation électrique.

-

Linguistique (illettrisme, français langue étrangère, analphabétisme). 20


L’activité sur le poste ainsi que les formations confèrent aux salariés des compétences transférables dans d’autres métiers et/ou d’autres secteurs d’activité.

Fonctionnement de l’IAE

Accompagnement

Activité

Formation

Sortie vers l'emploi perenne

Le transfert de compétences Dans les ACI et les entreprises d’insertion de l’économie circulaire, les salariés acquièrent des savoirfaire qui pourront être réutilisables dans les fonctions qu’ils occuperont après la sortie de l’entreprise. Les formations qu’ils reçoivent, qu’elles soient sur le poste de travail ou pour servir leur projet professionnel, permettront le transfert de compétences. Chez Aptima, CNIM et Régie de quartier Les Portes de L’Essonne, par exemple, certains de leurs salariés accèdent à des formations au CACES pour les métiers de cariste ou de manutentionnaire et du permis B ou poids lourd pour les chauffeurs collecteurs et chauffeurs livreurs. En 2016, chez CNIM insertion, 26 salariés sont sortis de l’entreprise dont 20 ont connu une sortie dynamique en CDD ou en CDI. Parmi eux, 6 sont sortis dans le secteur de l’économie circulaire dans des métiers comme : employé de magasin, conducteur.

21


Un ou plusieurs certificats d'aptitude à la conduite en sécurité (CACES), conditionnés par une aptitude médicale à renouveler périodiquement, sont requis pour l’exercice d’employé de magasin. Pour les salariés qui ont bénéficié de cette formation, ces métiers représentent un potentiel d’emploi, car ils nécessitent l’aptitude à manipuler les engins de manutention et de cariste. On peut aussi noter d’autres sorties comme « pilote de ligne de production » et « fabricant dans les industries graphiques ». Le métier de « pilote de ligne de production » demande une bonne concentration, une réactivité et une communication adéquates que les salariés ont déjà acquises dans le centre de tri, puisque c’est une activité physique qui demande une concentration visuelle, un échange entre les équipiers de tri et de bons réflexes pour éviter les bourrages dans les machines. Celui de « fabricant dans les industries graphiques » requiert les mêmes compétences, mais en nécessite d’autres liées à la connaissance de l’utilisation de logiciels informatiques adaptés auxquels les salariés ne peuvent accéder que grâce à une formation en informatique dans les organismes de formation.

La logique territoriale La proximité territoriale de certaines structures d’insertion avec des entreprises classiques de production constitue une opportunité de créer des passerelles vers l’emploi. En effet, en nouant des partenariats avec ces entreprises, les salariés en insertion peuvent bénéficier de périodes d’immersion pendant lesquelles ils peuvent acquérir de l’expérience professionnelle pour enrichir leur CV et obtenir un emploi plus facilement. Ces périodes d’immersion permettent souvent de déboucher sur une embauche, si l’employeur est convaincu par l’aptitude du salarié à occuper le poste.

La logique territoriale à Rungis avec Le Potager de Marianne Dans l’ACI Le Potager de Marianne à Rungis, chantier d’insertion porté par l’association ANDES, les salariés bénéficient de périodes de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP) sous forme d’immersions chez les producteurs du marché de Rungis. L’activité dans le chantier d’insertion consiste au tri de fruits et légumes non vendables mais consommables, à la préparation de commandes, à la transformation de fruits et légumes en soupes, jus et confitures et à la livraison des commandes dans les épiceries solidaires.

22


Sur le marché de Rungis, une énorme quantité de fruits et légumes est commercialisée chaque année (plus d’un million de tonnes). Le secteur des fruits et légumes dispose d’entrepôts pour la logistique et le transport, des bâtiments accessoiristes, 9 pavillons plus le carreau des producteurs qui est un bâtiment regroupant l’ensemble des producteurs d’Ile de France. C’est là que des salariés en insertion du Potager de Marianne vont souvent en immersion. En 2016, 13 salariés du chantier d’insertion ont connu une sortie dynamique dont 8 avaient bénéficié de PMSMP avec des producteurs du marché de Rungis comme SIIM (Société Internationale d’IMportation), France Food, mon-marche.fr, etc. 5 d’entre eux ont été embauchés en CDI à l’issue de leur période d’immersion. Du fait de leurs compétences dans le tri de fruits et légumes, la transformation, la préparation de commande et la livraison, les salariés arrivent à s’adapter dans ce milieu, puisque les activités sont similaires. On peut aussi prendre l’exemple de l’entreprise d’insertion Recyc Matelas qui en 2015 a obtenu 9 sorties dynamiques avec 3 salariés qui sont sortis chez des constructeurs automobile en intérim de longue durée pouvant atteindre 18 mois soit chez Renault ou Peugeot (à Limay) grâce à la proximité géographique. En 2016, sur une totalité de 16 sorties dont 8 dynamiques, 3 salariés sont également entrés chez un constructeur automobile en intérim de longue durée (18 mois). L’intérêt de ces passerelles vers l’emploi est qu’elles permettent aux territoires de résoudre leurs problèmes socio-économiques liés au sous-emploi. Les SIAE jouent un rôle actif sur leur territoire et ont vocation à créer du lien avec ces acteurs qui constituent de véritables ressources pour la réussite des parcours d’insertion. En dehors de l’aspect territorial, les salariés dans les structures d’insertion de la filière du recyclage saisissent des opportunités de sortie, qu’elles soient dans l’économie circulaire ou dans un autre secteur.

Les opportunités de sorties des salariés en insertion du secteur de l’économie circulaire Au regard des données récoltées et du constat global des permanents des entreprises (CIP, encadrants techniques), les salariés des SIAE de l’économie circulaire en Ile de France ne sortent pas le plus souvent vers le secteur du recyclage des déchets et ceci pour de multiples raisons.

23


Rapport avec le fonctionnement de l’IAE L’objectif de l’IAE est d’assurer un parcours de qualité pour que les salariés puissent obtenir à leur sortie un emploi durable dans un secteur d’activité où ils pourront user de leur savoir-faire. Ainsi, les salariés ne sortent pas forcément sur des emplois correspondant aux métiers de l’économie circulaire. Dans l’accompagnement dont ils bénéficient, les salariés définissent leur projet professionnel avec le (la) CIP en fonction de ce qui les intéressent. Ils sont attirés par des métiers dans le domaine de la restauration, de la conduite, du bâtiment, de la vente etc. Ce projet est défini peu après leur intégration à l’entreprise. Par ailleurs, d’autres salariés ont déjà une idée de leur projet professionnel avant d’intégrer l’entreprise d’insertion. Ils reçoivent ensuite pendant l’accompagnement une formation qui leur permet d’atteindre leur objectif.

Le besoin de formation Malgré la richesse de leur parcours en termes de compétences et d’expérience, les salariés en insertion n’ont pas tous l’opportunité d’être formés dans certains métiers de l’économie circulaire (agent de maintenance, assistant des ventes, opérateur de bascule, conducteur de ligne, etc.) qui peuvent être exercés en dehors des structures d’insertion parce qu’étant des métiers qui sont appelés à se développer dans les entreprises du recyclage. Seuls les caristes, manutentionnaires, chauffeurs livreurs/collecteurs accèdent à des formations (CACES et Permis B) pour pouvoir continuer leurs activités à la sortie. Pour les autres salariés, l’accès à la formation est lié aux opportunités de travail hors du secteur de l’économie circulaire comme la restauration, caissier(e), chauffeur de bus, etc. Les salariés qui sortent comme agent de tri ou agent de démantèlement ont déjà acquis l‘expérience et les compétences requises pour ces postes, sauf s’il s’agit de postes requérant un certain niveau de qualification ou de formation plus pointu ou spécifique. Dans les structures du secteur de l’économie circulaire, l’objectif de sortie réussie vers l’emploi est atteint à l’issue d’un parcours d’une durée moyenne de 17 mois au regard de la durée maximale de 24 mois.

24


Bilan des sorties en 2015-2016 des SIAE enquêtées Régie de quartier Les Portes de L’Essonne 2015

2016

Nombre total de salariés sortis

15

11

Sorties dynamiques

40%

63%

Salariés sortis dans le secteur de l’économie circulaire

33,5%

14%

Salariés sortis hors du secteur de l’économie circulaire

66,5%

86%

Métiers de sortie dans l’économie circulaire

2 Opérateurs polyvalent

1 Opérateur polyvalent

Métiers de sortie hors économie circulaire

1 Agent de la Poste 1 Déménageur 1 Agent d’accueil 1 Manœuvre Bâtiment

2 Agents de la propreté 2 Agents entretien des espaces verts 1 sortie formation : entretien et réparation de cycles 1 sortie formation de télésurveillance

RQPE 2015

33% 67%

RQPE 2016 Sorties dans l'économie circulaire

14% 86%

Sorties hors économie circulaire

Part de l’économie circulaire dans les sorties

25

Sorties dans l'économie circulaire Sorties hors économie circulaire


CNIM INSERTION 2016 Nombre totale de salariés sortis

26

Sorties dynamiques

77%

Taux de sorties dans l’économie circulaire

30%

Taux de sorties hors de l’économie circulaire

20%

Métiers de sortie dans l’économie circulaire

1 Employé libre-service 1 Employé de magasin 1 Conducteur 1 Monteuse électricien 1 Pilote de ligne de production 1 Fabricante dans les industries graphiques

Métiers de sortie hors économie circulaire

1 Agent de régulation RATP 1 Aide cuisinière à la mairie 1 Agent de restauration 1 Facteur

CNIM 2016

40% 60%

Sorties dans l'économie circulaire Sorties hors économie circulaire

Part de l’économie circulaire dans les sorties en 2016

26


APTIMA 2015

2016

20

13

75%

61,5%

Taux de sorties dans l’économie circulaire

26,5%

12,5%

Taux de sorties hors de l’économie circulaire

73,5%

87,5%

Nombre totale de salariés sortis Sorties dynamiques

Métiers de sortie dans l’économie circulaire

1 Agent de démantèlement 1 Agent à France Plastique Recyclage 2 Agents de tri

Métiers de sortie hors économie circulaire

1 Vente Jardinerie / entretien espace vert 1 Constructeur auto 1 Technicien radio BFM 1 Agent de conditionnement 1 chantier 1 ETTI 1 Formation prévention et sécurité CQP 1 Formation cuisine

APTIMA 2015

26% 74%

1 Chantier d’insertion

1 Hôtesse de caisse Auchan 1 Auchan 1 Mécanique moteur 1 Conditionnement pièces 1 GPSO 1 Formation qualifiante HACCP service en salle 1 Formation linguistique

APTIMA 2016

Sorties dans l'économie circulaire

12% 88%

Sorties hors économie circulaire

Part de l’économie circulaire dans les sorties

27

Sorties dans l'économie circulaire Sorties hors économie circulaire


ENVIE 2E 2015

2016

Nombre total de salariés sortis

13

16

Sorties dynamiques

30,76%

68,75%

Taux de sorties dans l’économie circulaire

25%

18%

Taux de sorties hors de l’économie circulaire

75%

82%

Métiers de sortie dans l’économie circulaire

Agent de tri (intérim Véolia)

1 Agent de tri 1 Cariste pelleur

Métiers de sortie hors économie circulaire

1 Chauffeur livreur CDD 1 Conseiller vendeur CDI 1 Chauffeur VTC

4 Formations (préparateur de commande, employé libreservice, agent de sécurité, chauffeur de bus) 1 Mécanicien (CDI) 1 Chauffeur livreur (CDD) 1 Assistant administratif 1 Gardien de parc 1 départ en retraite

ENVIE 2E 2016

ENVIE 2E 2015

25% 75%

Sorties dans l'économie circulaire

18% 82%

Sorties hors économie circulaire

Part de l’économie circulaire dans les sorties

28

Sorties dans l'économie circulaire Sorties hors économie circulaire


RECYC MATELAS 2015

2016

Nombre total de salariés sortis

21

16

Sorties dynamiques

43%

50%

0%

14%

100%

86%

Métiers de sortie dans l’économie circulaire

Néant

1 Déchetterie

Métiers de sortie hors économie circulaire

2 Sécurité/gardiennage 3 Constructeurs auto 1 Transport 1 Bâtiment intérim 1 Traiteur

3 Constructeurs auto 1 Climatisation 1 Peinture 1 Travail public 1 Restauration

Taux de sorties dans l’économie circulaire Taux de sorties hors de l’économie circulaire

RECYC MATELAS 2016

14% Sorties dans l'économie circulaire Sorties hors économie circulaire

86%

Part de l’économie circulaire dans les sorties

29


REJOUE 2016 Nombre total de salariés sortis

15

Sorties dynamiques

33,5%

Taux de sorties dans l’économie circulaire

0%

Taux de sorties hors de l’économie circulaire

100%

Métiers de sortie dans l’économie circulaire

Néant

Métiers de sortie hors économie circulaire

1 CAP petite enfance 1 Coach 1 Nettoyage

REJOUE 2016 0%

Sorties dans l'économie circulaire Sorties hors économie circulaire

100%

Part de l’économie circulaire dans les sorties

30


Sorties des salariés en insertion des SIAE enquêtées en 2016 120% 100% 80% 60%

Sorties dans l'économie circulaire

40%

Sorties hors économie circulaire

20% 0%

Les données des tableaux et les graphiques montrent les faibles proportions de sortie vers l’économie circulaire des salariés en insertion dans les SIAE du secteur. Dans certaines structures comme Rejoué et Recyc Matelas, nous constatons de très faibles proportions de sorties dans l’économie circulaire allant de 0% à 12%, en fonction des années. Cependant, certaines structures obtiennent des sorties vers l’économie circulaire qui peuvent atteindre des proportions importantes. Dans l’entreprise d’insertion basée sur le tri CNIM insertion, on constate 30% de sortie dans l’économie circulaire en 2016 (6 salariés sur 20 sorties dynamiques), ce qui est assez intéressant au vu de la faiblesse des sorties vers le secteur dans les autres structures. Chez Aptima en 2015, nous constatons 26,5% de sortie dans le recyclage. De même dans l’entreprise Envie 2E à Gennevilliers dont l’activité consiste en Collecte-traitement et dépollution de DEEE, nous pouvons observer en 2016 un taux de sortie dans l’économie circulaire de 18%. Les postes de travail dans l’économie circulaire sont un moyen pour les SIAE d’offrir un emploi, un accompagnement et une formation pendant une durée déterminée et variable selon les parcours, dans le but d’amener les personnes en difficulté à trouver du travail, en phase avec leur projet professionnel.

31


Les métiers d’avenir dans le recyclage L’enjeu actuel de l’économie circulaire en Ile de France pour les entreprises des filières du recyclage est de connaître les opportunités d’emploi du secteur dans les années à venir et les formations permettant d’y accéder. C’est l’objectif du contrat d’ étude prospective (CEP) en emplois et

compétences dans le recyclage et l’économie circulaire en Ile de France lancé par la DIRECCTE Ile de France en 2017 dans le but de :  Décrire l’impact économique et technique des projets du Grand Paris sur les entreprises de recyclage en Ile-de-France.  Evaluer l’impact sur l’emploi, les métiers et les compétences dans cette branche.  Comprendre les impacts sur l’offre et l’organisation du travail dans la filière.  Déduire des besoins en formation initiale et continue.  Construire un plan d’actions pour accompagner au mieux les entreprises et salariés impactés.

CONTRAT D’ETUDE PROSPECTIVE (CEP) Un CEP est un outil de diagnostic orienté vers l’action. L’objectif général est d’anticiper les changements et d’éclairer les stratégies d’action des partenaires sociaux et des pouvoirs publics, en matière de politique de ressources humaines au service du développement de l’emploi et des compétences. A partir d’un état des lieux, l’étude prospective dresse un panorama de l’ensemble des évolutions de la branche professionnelle, du secteur ou du territoire : 

mutations économiques, technologiques, démographiques et sociales,

questions liées à l’attractivité des métiers,

structuration des politiques de branche,

conséquences des points précédents sur l’emploi et les compétences à court, moyen, ou long terme.

Ces travaux doivent conclure, de façon partagée, sur un ensemble de préconisations et d’actions destinées à accompagner les évolutions repérées. Source : https://www.arftlv.org/Fiches-techniques/-Aides-au-diagnostic/456/Contrat-etudesprospectives/

32


Les projections optimistes du CEP Les métiers dans le secteur de l’économie circulaire restent dans l’ensemble moins qualifiés, mais sont appelés à se développer et à tendre vers une hausse du degré de qualification d’autant plus que les règlements sur les obligations de recyclage s’accentuent. Selon l’étude prospective sur les besoins en

emplois et en compétences liés aux travaux du Grand Paris et aux enjeux de la transition écologique dans les activités du recyclage et de l’économie circulaire en Ile de France (Avril 2017), les activités telles que la collecte, le réemploi et le tri sont considérées comme des activités qui connaîtront le plus fort développement dans le secteur selon les entreprises (collecte 44%, réemploi 38%, tri/sur-tri 35%). Par conséquent, des métiers comme chauffeur, cariste, opérateur de tri vont concentrer un fort potentiel de recrutement dans les années à venir. Les chauffeurs / conducteurs livreurs / conducteur routiers, employés des services commerciaux et opérateur de tri sont très représentés dans les entreprises et connaîtront une plus forte croissance à l’horizon 2025 avec 250 recrutements, dont 140 pour les conducteurs et 45 pour les opérateurs de tri (60% des emplois envisagés pour les 3 métiers). Dans les structures d’insertion qui travaillent sur le recyclage, ces métiers sont au cœur de leurs activités. Elles s’activent dans la collecte de déchets de toutes sortes qui seront ensuite traités par les opérateurs de tri. De plus, la majeure partie des entreprises interrogées offrent des formations au CACES pour que les salariés soient aptes à conduire les engins de manutention. Cet effort de formation pourrait être d’une grande importance pour les salariés qui connaîtront des sorties dans le secteur.

Les projections pessimistes du CEP Les projections plus pessimistes de l’étude prospective prévoient une forte baisse de l’emploi peu qualifié (destruction de 500 emplois chez les opérateurs de tri) dans les entreprises de tri à cause de la modernisation des installations qui conduiront à une mécanisation, voire une robotisation des chaînes de tri. Déjà en cours, ce changement semblerait nécessaire puisque les entreprises devront s’agrandir en collectant des volumes plus importants de déchets qui seront triés dans des délais courts. Par contre, les suppressions engendrées par cette mécanisation seront compensées par les besoins en recrutement de contrôleurs de ligne, d’employés des métiers de maintenance, des

métiers de pilote d’exploitation et de chauffeur. Dans nombre de structures d’insertion, cette transition sera certes difficile mais leur mode de fonctionnement devrait pouvoir s’adapter à ces changements.

33


En effet, plusieurs d’entre elles tendent vers une formation de salariés polyvalents appelés opérateurs polyvalents ou agents polyvalents, selon les structures. Les agents polyvalents sont amenés à exercer toutes les activités pratiquées dans l’entreprise : la collecte, le tri, le démantèlement et tout ce qui est manutention (cariste), préparation de commande, livraison, etc. Ils développent plusieurs compétences ; par conséquent, ils seront moins contraints à des difficultés de reconversion d’un métier à un autre comme d’opérateur de tri à pilote d’exploitation. Ce changement dans les structures d’insertion anticipe les besoins en « polycompétence » imposés par la modernisation et la professionnalisation de la filière du recyclage. Cependant, une formation est nécessaire pour certains métiers d’avenir dont les entreprises du recyclage auront besoin.

Préconisations de formation pour les SIAE Pour réaliser leur objectif d’insertion, les SIAE de l’économie circulaire doivent créer des passerelles vers les entreprises du recyclage. Pour cela, un effort de formation en CQP tri manuel, CQP tri

automatisé, CQP opérateur de maintenance industrielle est nécessaire. La robotisation des chaînes de tri amènera les opérateurs de tri à exercer le métier de conducteur de ligne automatique qui ne peut s’exercer que grâce à la formation en CQP tri automatisé. De même, le métier d’agent de maintenance nécessite une formation continue en CQPI (certificat de qualification professionnelle interbranches), CAP (Certificat d’aptitude professionnelle) ou CQPM (Certificats de Qualification Paritaire de la Métallurgie) pour la maintenance d’engins de manutention. La formation des salariés est devenue nécessaire, puisque les métiers du recyclage tendent vers une professionnalisation et souffrent en même temps d’un défaut d’attractivité pour les salariés qui détiennent un certain niveau de qualification. Les salariés déjà engagés sur le secteur, bien qu’ils soient peu qualifiés, saisissent l’utilité de continuer à travailler dans la filière.

34


Le regard des salariés sur le fait de travailler dans l’économie circulaire L’économie circulaire : une source de revenus L’ensemble des salariés interrogés dans le cadre de cette enquête connaissent les enjeux du recyclage des déchets mais pour la plupart d’entre eux, c’est après avoir intégré la structure qu’ils ont saisi l’utilité pour la société d’œuvrer dans ce secteur. Travailler dans le recyclage des déchets est de prime abord une source de revenus pour tous les salariés en insertion, puisque l’objectif premier est de « retrouver un emploi stable » et durable.

Un moyen de lutter pour la qualité de l’environnement L’économie circulaire est aussi un moyen pour les salariés des SIAE de lutter pour l’environnement en favorisant par la collecte, le tri, la réutilisation et le réemploi : une deuxième vie aux objets. Les salariés en insertion sont sensibles aux problématiques importantes comme le gaspillage alimentaire, le fait de redonner de la valeur aux choses, de faire des dons aux plus démunis à partir de produits récupérés, etc. Le fait d’intégrer une structure d’insertion du secteur de l’économie circulaire leur permet de vivre ces problématiques au quotidien comme ce salarié qui dit maintenant « faire attention aux déchets dans son entourage », ou un autre qui dispose d’une petite poubelle dans sa chambre sur laquelle est indiquée comment trier les déchets.

Malgré les contraintes… Beaucoup de salariés sont confrontés à des difficultés liées au fait que les métiers du recyclage dans les SIAE soient difficiles par la surcharge d’activités, la pénibilité du travail notamment la posture debout sur les chaînes de tri, le port de charges lourdes pour les travailleurs du démantèlement (matelas, meubles, etc.), les conditions climatiques ou parfois des horaires compliqués en plus des problèmes de mobilité. Cependant, ces conditions de travail ne les découragent pas, ils reconnaissent l’utilité de l’activité.

Le regard des proches Concernant le regard négatif que les proches peuvent parfois poser sur leur activité, ils n’en sont pas gênés et une majorité d’entre eux expliquent à leur entourage l’utilité de travailler dans le recyclage des déchets. De cette façon, ils se sentent utiles à la société. L’activité est aussi pour eux un moyen de régler leurs problèmes de logement et de santé pour retrouver une stabilité sociale.

35


Quelques exemples de parcours de salariés en insertion Il y a une diversité de parcours d’insertion dans les SIAE de l’économie circulaire en fonction des réalités de la personne, mais les exemples de parcours donnent un aperçu de la façon dont les salariés sont accueillis, intégrés, accompagnés et formés pour la sortie. 4 parcours de salariés seront décrits pour comprendre leur situation et leur préparation à la sortie.

Monographie de parcours I

Nom : L Age : 28 ans Sexe : F Structure : CNIM Poste : Equipier de tri L’activité de L consiste au tri de bouteilles de toutes sortes, de canettes et de papier carton. Intégrée à l’entreprise depuis moins d’un an, L travaillait auparavant dans une association intermédiaire où elle a été suivie et accompagnée pour ses problèmes administratifs. Elle a exercé plusieurs métiers dans la structure comme la peinture, le jardinage, la maçonnerie, etc. c’est cette même association qui l’a orientée vers CNIM avec comme idée dit-elle « de me former pour pouvoir réaliser mon projet professionnel ». La première étape, après son intégration dans l’entreprise, a été de régler des problèmes sociaux concernant le logement et son enfant à charge, une petite fille de 2 ans. Et pour son projet professionnel qui est de devenir conductrice de bus, d’autres freins sont à lever. Il s’agit de son niveau de français, puisqu’elle n’est en France que depuis 2 ans, elle a vécu en Espagne depuis l’âge de 11ans mais ses études ont été interrompues par des problèmes familiaux. Le seul et unique moyen de lever ce frein est de lui faire suivre une formation en français et en mathématique pour les besoins du test d’accès à la formation nécessaire pour l’obtention du permis D. Elle reçoit une formation de 3 heures au GRETA en dehors de ses 7h de travail au centre de tri. Malgré la difficulté de son activité, c’est-à-dire le tri qui est répétitif et demande une bonne concentration, une posture debout pendant les 7h de travail, L est une femme active. Elle se lève à 3h du matin à cause des difficultés de transport pour rallier Mantes-la-Jolie à Plaisir Grignon en 2h de temps, laissant sa petite fille avec sa mère. Aujourd’hui, elle est plus que motivée à atteindre son projet professionnel en respectant ses heures de formation au GRETA. Elle a aussi suivi d’autres formations en gestes et postures, en secourisme et la formation dans l’activité du tri fournit cette aptitude à la vigilance, à la rigueur et à la concentration qui sont indispensables pour devenir chauffeur de bus. 36


Monographie de parcours II

Nom : H Age : 36 ans Sexe : M Structure : Aptima Poste : Agent polyvalent Monsieur H est salarié en insertion chez Aptima, âgé de 36 ans. Il est en France depuis 6 ans suite à une catastrophe naturelle dans son pays d’origine. Durant sa vie active en France, il a travaillé dans divers secteurs comme la mécanique, le bâtiment, la finition dans l’électricité, l’isolation, etc. Cependant, c’est dans l’entretien et la maintenance de bâtiment qu’il a eu son diplôme après une formation de 6 mois, mais il avait des difficultés à trouver du travail dans ce domaine qui constituait son projet professionnel parce qu’il n’avait pas assez d’expérience pour être recruté. Les difficultés l’ont conduit à intégrer Aptima, car il souhaitait sortir de la précarité professionnelle et personnelle. L’idée était de travailler pendant 1 ou 2 ans durant lesquels il pourrait acquérir de l’expérience, décliner des compétences, mettre à jour son CV pour pouvoir obtenir le CDI dont il a besoin. Chez Aptima, H est agent polyvalent, il a travaillé sur l’ensemble des activités : collecte, tri et traitement de déchet, chauffeur collecteur, espace vert, cariste, maintenance des bornes incendie, etc. Mais son activité « socle » est cariste. Son projet professionnel est de devenir agent à la Poste, il l’a défini avec l’aide de l’accompagnatrice socio-professionnelle. Pour ce poste, H aura besoin de ses compétences de cariste et de ses 1 an et demi d’activité de tri-traitement-collecte dans la déchetterie d’Aptima dans la mesure où le permis B et la formation au CACES seront requis pour les métiers de la Poste : facteur, opérateur de livraison, agent de production, agent de traitement colis, etc.

37


Monographie de parcours III

Nom : K.H Age : 30 ans Sexe : F Structure : Le Potager de Marianne (ANDES) Poste : Agent polyvalent

K.H est préparatrice de commande dans l’ACI, Le Potager de Marianne ANDES à Rungis depuis 1 an et 6 mois. L’activité de la structure consiste au tri, transformation et commercialisation de fruits et légumes. Sa position d’agent polyvalent l’amène à exercer d’autres activités au sein de l’entreprise. Elle participe à la production de soupes fraîches en coupant les légumes et en les désinfectant, elle fait également de l’étiquetage et fabrique des capsules de bouteilles avec lesquelles les soupes vont être vendues. K.H a connu Le Potager de Marianne par l’intermédiaire d’une association qui s’est occupé de ses problèmes de logement. Dans cette association, elle a travaillé pour 2 mois seulement avant d’être orientée vers l’ACI pour « trouver un emploi stable », selon elle. Son objectif était de travailler comme caissière à la sortie de l’entreprise, mais avec ses 2 enfants à charge, les horaires semblaient compliqués. Avec l’aide de l’accompagnatrice, elle a défini un projet professionnel pour travailler dans la restauration. Après deux entretiens sans succès, elle va passer son troisième entretien d’embauche en espérant réussir et en s’appuyant sur les formations qu’elle a reçues : simulation d’entretien d’embauche, service hygiène, gestes et postures, secourisme et informatique.

38


Monographie de parcours IV

Nom : J.W Age : 37 ans Sexe : M Structure : Envie (Gennevilliers) Poste : Chauffeur polyvalent Salarié dans l’entreprise d’insertion Envie à Gennevilliers, JW est chauffeur polyvalent, il se charge de la collecte des D3E dans la déchetterie pour les transporter jusqu’au site. Au niveau du site de traitement de D3E, J.W effectue des tâches relatives au métier de cariste et de manutention parce qu’il a déjà eu sa formation au CACES. Avant d’intégrer Envie, J.W était à Emmaüs où il effectuait l’activité de réparation de petit électroménager. Par la suite, Emmaüs l’a mis en rapport avec Envie pour effectuer une période d’immersion. A la suite de ce stage, il a été recruté en CDDI de 2 ans. Pour sa sortie très prochaine de la structure (dans 2 mois), il lui reste encore des freins à lever avant de pouvoir aspirer à réaliser son projet professionnel. En effet, il veut devenir chauffeur poids lourds, mais pour passer le permis C, il doit d’abord résoudre ces lacunes en français, lui qui est anglophone. Dans son pays d’origine, il avait le permis poids lourds, mais celui-ci n’est pas convertible en France. Etant donné que son parcours d’insertion arrive à terme bientôt, la chargée d’accompagnement a décidé de le lui prolonger pour qu’il puisse passer la FIMO nécessaire pour devenir chauffeur poids lourds. Avec sa formation en linguistique, J.W espère vivement lever l’obstacle de la langue et retrouvé son activité professionnelle, au cas échéant, il peut devenir chauffeur tout simplement.

39


Synthèse de l’enquête Les structures d’insertion par l’activité économique de l’économie circulaire proposent des parcours intéressants aux salariés en insertion. Ces derniers, à leur sortie du dispositif, sont opérationnels avec des qualifications et compétences qui les rendent aptes à travailler dans et en dehors de l’économie circulaire. Ce qui témoigne du potentiel de transférabilité des compétences et habiletés acquises vers d’autres activités et/ou secteurs. Certains salariés poursuivent leur projet professionnel en se servant des activités de l’économie circulaire comme étape et tremplin à sa réalisation. Cependant, des efforts peuvent être faits pour définir des débouchés de sortie dans le secteur en renforçant l’accès aux formations liées aux métiers du recyclage et de l’économie circulaire.

Préconisations  Travailler avec les branches pour développer l’information sur les métiers et le marché du travail dans les SIAE, afin de mieux anticiper les sorties en travaillant sur le rapprochement entre les structures d’insertion sur l’économie circulaire et les entreprises du recyclage.  Favoriser la sortie vers les métiers du recyclage dans les structures d’insertion par l’activité économique en informant les salariés sur les sorties possibles dans la branche et la propension des entreprises du recyclage à intégrer des activités de l’économie circulaire (réemploi, réparation, réutilisation, etc.) qui pourraient à cet effet représenter des emplois pérennes.  Anticiper la mécanisation des chaînes de tri dans les SIAE et les entreprises du recyclage en renforçant l’effort de formation vers des métiers plus adaptés aux changements.  Renforcer le travail d’identification des compétences à valoriser et à transférer en proposant pour chaque poste diverses sorties possibles.  S’appuyer sur les partenariats inter-territoriaux pour faciliter les passerelles vers les entreprises du recyclage avec des périodes d’immersion (PMSMP) pour les salariés.

40


Annexes Questionnaire salariés en insertion

Age :

Sexe :

Structure : L’activité dans la SIAE 1. En quoi consiste l’activité de l’entreprise ? (Possibilité de cocher plusieurs cases)  Collecte des déchets  Tri des déchets  Traitement des déchets  Réutilisation  Réparation  Autre à préciser : …………………………………………………………………………

2.    

3.         

Depuis combien de temps êtes-vous salarié(e) dans l’entreprise ? Moins de 4 mois Moins d’un an Un an et plus 2 ans ou plus Quel poste occupez-vous ? Agent de collecte Agent de tri Agent de traitement Manutentionnaire Chauffeur collecteur Chauffeur livreur Menuisier Cariste Autre à préciser………………………………………………………………………………

41


3bis. Avez-vous occupé un autre poste depuis votre embauche ? Oui

Non

Si oui, lequel ?

9. Quel regard les gens autour de vous posent sur le fait de travailler dans le traitement des déchets ? Négatif

Positif

Si négatif :

Si positif :

Ça me gêne

Je me sens utile à la société

Cela ne me gêne pas du tout

ça me donne du courage

Je leur explique l’utilité de ce travail Commentaire libre : ………………………………………………………………………………………………………

Formation et accompagnement 10. Avez-vous suivi une ou des formations depuis que vous êtes embauché(e) ? Oui

Non

11. Si oui, se sont-elles déroulées : - Ici, en interne - Dans un organisme de formation 12. De quelle(s) formation(s) s’agit-il? -

Formation sur le poste de travail Formation en linguistique (illettrisme, français, langue étrangère) Prévention des risques professionnels Secourisme Formation technique Autre formation à préciser……………………………………………………………………

42


13. Durée de la (des) formation (s) ? Une semaine ou plus

Moins d’un mois

Un mois et plus

14. Pensez-vous que cette (ces) formation(s) vous sera (seront) utile(s) quand vous quitterez l’entreprise ? Oui

Non

15. Pourquoi ?

16. Avez-vous un projet professionnel ? Oui

Non

17. Si oui, quand l’avez-vous défini ? 

Avant d’intégrer l’entreprise

Dès mon intégration avec l’aide de la chargée d’insertion

Quelques mois après avoir intégré avec l’aide de la chargée d’insertion

Commentaire libre : …………………………………………………………………………………

18. Bénéficiez-vous d’un accompagnement social et professionnel ? Oui

Non

19. Généralement, sur quoi porte cet accompagnement ? (Possibilité de cocher plusieurs cases)  Mes problèmes sociaux 

A définir le travail que je pourrai faire à la sortie

Ma recherche d’emploi

S’entrainer à faire un CV et une lettre de motivation

A l’entretien d’embauche Commentaire libre : ………………………………………………………………………………

43


20. Grâce à cet accompagnement :  J’ai une idée claire de mon projet professionnel  Mes problèmes sociaux sont réglés  Je sais quel emploi je veux occuper à la sortie  Je ne suis pas sûr(e) que cela me permettra d’obtenir un emploi Commentaire libre : ……………………………………………………………………………

La Sortie 21. Vous a-t-on parlé de la sortie de l’entreprise ? Oui

Non

22. Si oui, à quel moment ?  Dès mon recrutement  Quelques mois après le recrutement  1 an après avoir intégré l’entreprise  On attend la fin du parcours Commentaire libre : ………………………………………………………………………………

23. Compte tenu de votre parcours et de votre activité, pensez-vous obtenir une sortie vers un emploi ou une formation ? Oui

Non

Pourquoi ? ………………………………………………………………………………………

24. Où vous voyez- vous à la sortie de l’entreprise ?  Salarié(e) dans une entreprise avec le même travail 44


  

Salarié(e) dans une autre entreprise ne travaillant pas dans le secteur du recyclage Je suis prêt(e) à occuper n’importe quel emploi J’envisage de créer mon activité

En formation ou en stage

Commentaire libre : …………………………………………………………………………………

25. Si vous deviez sortir vers un métier du recyclage lequel aimeriez-vous qu’il soit ?  Agent de collecte  Agent de tri  Agent de traitement  Manutentionnaire  Chauffeur livreur  Chauffeur collecteur  Cariste  Menuisier  Autre à préciser : ……………………………………………………………………………

45


Questionnaire CIP

I. Poste des salariés en insertion 1- Quels sont les intitulés de poste de vos salariés ? 2-

3- Connaissent-ils ces intitulés de poste avec les mêmes appellations ? Oui

Non 4- Réalisent-ils d’autres activités que celles relatives au poste ?

Oui

Non 5- Si oui, qu’est-ce que ça leur apporte ?

II. Formation et Sortie 6- En moyenne combien de temps dure un parcours d’insertion dans votre entreprise ? -

Moins de 2ans

- 2ans 7- Les salariés chez vous bénéficient-ils de formation(s) ? Oui

Non 8- Si oui, de quelle(s) s’agit-elle(s) ? -

Formation sur le poste de travail 46


-

Formation en linguistique (illettrisme, français, langue étrangère)

-

Prévention des risques professionnels

-

Secourisme

-

Formation technique Autre formation :

9- Sur quoi porte l’accompagnement des salariés ? -

Elaboration de projet professionnel

-

Préparation à l’entretien d’embauche

-

Comment rédiger un CV et une lettre de motivation

-

Comment rechercher un emploi

- Immersion dans une entreprise 10- Quel bilan faites-vous de vos sorties en 2015 et 2016 ? 2015

2016

Nbre totale de salariés sortis Nbre de sorties dynamiques Nbre de salariés sortis dans le secteur de l’économie circulaire

Nbre de salariés sortis hors du secteur de l’économie circulaire Métiers de sortie dans l’économie circulaire

Métiers de sortie hors économie circulaire

47


48


49

Enquete Economie Circulaire EI/ACI2017  
Enquete Economie Circulaire EI/ACI2017  
Advertisement