Les grandes robes royales

Page 1

et Lamyne Mohamed prĂŠsentent

Les grandes robes royales



Les grandes robes royales

1

Porteur du projet : FRANCIADE 42 rue de la boulangerie 93200 Saint-Denis Tel : 01 48 09 15 10 – 06 21 76 63 29 SIRET 44463337400012 APE 913E Contact : Carine Tontini Directrice 06 21 76 63 29 et assofranciade@yahoo.fr

3


2

Présentation du projet

Lamyne Mohamed, artiste et artisan dionysien et l’association Franciade, spécialisée dans la valorisation du patrimoine et des savoir-faire présentent un projet de réalisation de grandes robes textiles et accessoirisées, de 3 mêtres de hauteur, inspirées des structures des costumes médiévaux des gisants royaux de la basilique cathédrale de St-Denis. La première exposition du projet aura lieu dans la Basilique de SaintDenis (Centre des Monuments Nationaux) à partir d’octobre 2015. Ces 16 robes géantes d’environ trois mètres de hauteur seront réalisées à partir des tissus populaires ou luxueux, traditionnels ou contemporains, illustant la richesse des populations dionysiennes. Les différentes communautés migratoires dionysiennes (124 nationalités répertoriées), seront représentées à travers ces tissus choisis et mélangés : ceux, africains, qui traversent régulièrement le parvis de la Basilique, les tissus vendus localement sur le marché de Saint-Denis, la Wax, les toiles denim et les matières sportives récurrentes sur les jeunes dionysiens et dans les vitrines de la rue de la République, mais aussi ceux du patrimoine historique dionysien (teintures de guède et garance, ameublement, industrie...), ou encore une robe patchwork qui serait composée d’une multitude de morceaux des tissus “fétiches” donnés par les habitants... L’aboutissement du projet serait une exposition de plusieurs semaines des Grandes Robes de gisants dans la basilique de St Denis, en 2015. L’exposition pourrait être par la suite itinérante en fonction de nos partenaires sur ce projet.

“Je les vois grandes” La qualité exceptionnelle du lieu d’exposition et de l’inspiration historique de ces robes géantes ainsi que le parcours technique de réalisation des modèles en font un projet ambitieux. Les robes et les accessoires (bijoux, ceintures, coiffes,..) ainsi que l’ensemble du matériel scénographique seront réalisées par un réseau d’artisans, d’écoles, de couturiers, d’étudiants, de créateurs, d’habitants, et de métiers d’art du territoire. Il s’agira de mêler professionnels et amateurs, jeunes et expérimentés au sein de plusieurs ateliers de fabrication. L’association Franciade travaille au repérage des savoirs-faire et des métiers de la création du territoire de la Seine-Saint-Denis depuis 2004. L’ensemble de ses activités s’inscrit dans le cadre du développement économique local, de l’insertion professionnelle et de l’économie sociale et solidaire. Le maillage du territoire autour de l’artisanat et de la création avec comme mission la valorisation du patrimoine est au coeur du travail de Franciade. 4


5


Ce projet transversal s’inscrit dans cette démarche et vise l’amélioration des réseaux et de la visibilité des savoir-faire d’un territoire souvent caricaturé voir discriminé. Lamyne Mohamed au fil de ses projets artistiques et stylistiques a démontré son attachement à cette même approche de la transmission, du partage des savoir-faire et de la connaissance dans un territoire aux difficultés socio-économiques certaines. Le projet s’appuira aussi sur des partenaires techniques d’enseignement du territoire ayant déjà donné leur accord et prêts à l’inscrire dans le calendrier pédagogique des ateliers (Le lycée La Source -Nogent-sur-Marne- DTMS / le lycée d’Alembert d’Aubervilliers Section Mode/ le lycée Bartholdi de St Denis en cours). Les étudiants de ces structures seront amenés à travailler en collaboration avec d’autres artisans (couturiers, joailliers, brodeurs, modélistes, corsetière...) et artistes, soit sur le lieu des ateliers scolaires, soit dans les ateliers des professionnels impliqués, soit à l’Emaillerie (voir plus bas). Les maisons de quartier de la ville de Saint-Denis, seront incluses au projet : une robe pourrait être élaborée au sein de chaque maison de quartier sur la base d’ ateliers participatifs encadrés et suivi par des professionnels et artisans du projet.

Prototype de robe, Projet Grande robes des gisants 2014-2015 6


L’objectif est de mêler patrimoine et populations hétérogènes, artisans/créateurs confirmés et étudiants, touristes (160 000 vsiteurs par an entrent dans la Basilique) et habitants, métiers d’art et amateurs autour d’un syncrétisme artistique et de savoir-faire. Plaine Commune Habitat a été contacté pour l’obtention d’une salle d’activité repérée au 8 rue de l’Emaillerie, derrière la basilique, quartier central dionysien, où les différents intervenants travaillant autour des robes pourraient se retrouver pour oeuvrer. Ce lieu, alternatif aux ateliers de chaque artisan, servirait aussi de lieu d’échanges, de rencontres, et serait dédié au projet pendant la durée du projet. Le lieu serait pérennisé à l’issue de 2015 autour d’un pôle textile. Zoé Caugant et Vanina Bartoli, salariées de Franciade seront afffectées au suivi technique et conceptuel du projet auprès de Lamyne Mohamed. De part leur formation, DSAA Mode et master d’Histoire, cette expérience sera estimable dans leur parcours professionnel.Carine Tontini, directrice de Franciade, en assurerait la direction technique et artistique avec Lamyne Mohamed.

Planche d’étudedes bijoux du Projet Grande robes des gisants 2014-2015 7


Les Gisantes sortent dans la rue,

rencontre entre le médiévale et le moderne.

Illustrations tirées de l’encyclopédie médiévale de Viollet-le-Duc

Étoffe réalisée en

Toiles denim mélangées Planche tendance de recherche - Projet Grande robes des gisants 2014-2015


Inspiration liée au vêtements sportifs, trés présent dans les rues de St Denis.

Streetwear

Patchwork de tissus sportifs


Gisants de la Basilique de Saint-Denis

Un regard laïque sur les gisants... À la révolution, les gisants de la Basilique furent sauvés du déplacement grâce à leur caractère documentaire sur les costumes médiévaux. Serge Santos, administrateur de la Basilique de Saint-Denis au sein du Centre des Monuments Nationaux, souligne son caractère exemplaire en terme de partenariats artistiques et artisanaux et d’activation du maillage territorial lié aux métiers d’art et aux savoirfaire. Sonia Pignot, maire adjointe à la Culture et au patrimoine de la Ville de Saint-Denis associée à la direction de la culture soutient le projet depuis sa création.

10


11 Robe en cours, Projet Grande robes royales 2014


3

Lamyne M

Plasticien, styliste et designer-textile, Lamyne M a débuté son apprentissage à 13 ans chez un tailleur de N'Gaoundéré, sa ville natale au Cameroun, et à 20 ans, il a pu présenté sa première collection au sein de la Fédération Internationale de la Mode Africaine (FIMA) puis au Niger. Par la suite, invité en résidence à l'international : Chine (Guanghzou), Taïwan (musée municipal de Kaoshiung), Italie, Maroc (instituts français de Marrakech et de Fès), Cameroun (institut Français de Douala), ses nombreux voyages nourrissent son inspiration et son travail de recherche. Il crée des collections et installations en collaboration avec des artisans locaux selon chaque ville de résidence. Parallèlement à ces voyages, il créé la ligne «Wonu An» en 2002. Ces vêtements, sublimés par les savoirfaire traditionnels des artisans de Fès et de Douala, racontent tous une histoire métissant étoffes précieuses, couleurs et esprits. C’est au cours de ces résidences internationales qu’il approfondit ses recherche de structures, de hauteurs, de matières... De ces explorations sont nées les robes géantes. Par leur provenance de territoires différents et leur motifs originaux, les robes géantes traduisent un contexte et questionnent le rapport à la femme de différentes cultures. Ainsi les robes Shanghai traitent du rapport Chine/Afrique à partir de matériaux du quotidien que l’on trouve sur les marché de Douala. Lamyne M crée des vêtements aux coupes et finitions propres à la tradition chinoise : col Mao, boutons en bois... en partant du constat qu’il existe de grands écarts entre les personnes et leurs différentes visions du monde. De par son travail ouvert sur le monde, sa conception humaniste ne cesse de croître au fil des nouveaux projets qu’il met en place.

12


Plus grandes seront les robes... A chacune sa taille mais difficile de le dire au regard de la série «Les robes géantes» que nous propose le styliste camerounais Lamyne M. Ce dernier voit les choses en grand. En témoigne cette série qui questionne le statut de la femme dans nos sociétés contemporaines, et surtout, le rapport complexe qu’elles entretiennent à un monde pensé par les hommes, pour les hommes. De par ses origines, la dimension que Lamyne apporte à ces robes pourrait être analysée sous l’angle des différences complexes constatées entre sociétés patriarcales et matriarcales, sans commisération. L’image qu’on a de la femme est reléguée à un rapport déséquilibré face au monde masculin, même si le constat est qu’elles sont le moteur de son organisation. Un dicton peul prétend que «la femme est comme une santé, que la santé est une couronne et que seuls les malades allongés sur leur lit la voient». Voilà pourquoi le styliste les voit grandes ces robes. Plus grandes seront les robes, plus grande est son estime. Ces robes géantes parlent aussi d’absence, d’attente et bousculent les idées établies. Influencés de différents territoires (Lamyne M voyage et multiplie les résidences en Asie, en Italie et au Maghreb pour les confectionner), leur motifs originaux racontent un contexte spécifique, le rapport plus ou moins établi qu’entretient la femme au sein de ces différentes sociétés. Les paradoxes font la beauté de ce monde. Les robes Shangai (ultramoderne) trahit le rapport Chine/afrique, tandis que les tissus d’ameublement nous rappellent la fin du textile en France ou plus récemment, l’épineux problème de la délocalisation. Il y a la robe noble en serpillère ou celle de la reineménagère. Chaque robe raconte une histoire ou l’état de ce monde, tout en nous montrant l’harmonie des formes, des couleurs. Il s’agit donc aussi d’espoir, de métissage, de dialogue entre les cultures. Ce n’est pas parce que l’égalité des sexes a été admise que les mentalités changent. C’est parce que le temps passant, des artistes comme Lamyne questionnent notre regard sur le statut de la femme et ses accessoires, sur la question du genre et nous rappellent à l’ordre. Gis. B, commissaire du premier pavillon de Haïti, Biennale de Venise 2011 - à propos de l’exposition à l’Institut français à Marrakech, Riad Denise Masson 2012.

13


4

Singularités du projet

Le défi est à la fois technique et artistique. Les tissus utilisés et le mode de fabrication assureront le lien avec la population et le territoire. Chaque robe illustrera un costume de gisant ; le lien et l’inspiration seront visuels et immédiats. La collaboration au sein de la création et de la fabrication d’une même robe, de professionnels et d’amateurs (issus du champ social), d’étudiants, d’élèves et de talents expérimentés, d’artistes et d’artisants... est la caractéristique singulière des conditions de réalisation du projet. Au niveau des textiles sélectionnés, l’utilisation de tissus “populaires”, mélés aux tissus traditionnels ou luxueux, présentera la pluralité des flux migratoires de la ville, et symbolisera des lieux emblématiques (marché de Saint-Denis, commerces dionysiens, denim, textiles sportifs, patrimoine materiel et immateriel, quartier des entreprises...). Les échanges seront indispensables entre l’artiste Lamyne M et les ateliers d’artisans, des métiers d’art, des plasticiens, et créateurs et les scientifiques (unité d’archéologie, historiens, ) participant au projet.

14


Robe en cours, Projet Grande robes royales 2014

15


5

Public cible

170 000 visiteurs par an pénètrent dans la Basilique mais seuls 2% environ de la population dionysienne passe le porche. En plus de l’attractivité nationale et internationale du monument, cette exposition vise un public local dionysien, qui n’a jamais visité la basilique ou qui l’identifie exclusivement comme un lieu religieux. La proximité de signaux familiers (le costume, les tissus, les couleurs, les accessoires, l’implication des maisons de quartier et des partenaires locaux...), ainsi qu’un dispositif scénographique appréhendable sans la maîtrise de la lecture ou du français, peuvent permettre cette attractivité locale. Des outils numériques présenteront le processus de création et de fabrication de chaque robe sous forme de films ou de photographies. Par l’implication des nombreux partenaires locaux et regionaux, la visibilité de l’exposition devra être maximale pour une large diversité du public.

16

Photographie provenant d’un article sur le marché de Saint-Denis, paru dans le New-York Times, 2013


6

Calendrier de réalisation du projet :

2014 : - Recherche des partenaires, des financements et fin de l’étude iconographique, historique. Inventaire/choix théoriques des tissus et matériaux. Définition des robes présentées. Etude de faisabilite de la répartition par ateliers et écoles des robes programmées. Organisation du programme d’atelier Sensibilitation au projet des structures liées à l’insertion professionnelle des jeunes (missions locales, Pole Emploi de St- Denis...). Fabrication des robes et accessoires. 2014-15 : - Etude et choix de la scénographie de l’exposition, fabrication des élémements scénographiques, communication et création graphique. - Mise au point de la médiation culturelle (programmes et supports matériels). -Recherche et validation des partenaires pour un parcours itinérant français et européen de l’exposition en 2016. - Fin de la fabrication des robes, finalisation de la scénographie et du materiel d’éxposition. Fin septembre 2015 : - Inauguration de l’exposition à la Basilique de Saint-Denis.

7 8

Budget prévisionnel du projet

35 000 € pour 2014 et 45 000 pour 2015 soit 80 000 € pour les trois années du projet.

Partenaires Ville de Saint-Denis Plaine Commune Promotion CDT93 L’acsè ASQ

17





Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.