Issuu on Google+


TOUR DE VILLE D’AUTOMNE

2

GUYANCOURT MAGAZINE

L’opération « Découvrez votre ville », déjà organisée en juin, a été renouvelée en octobre pour permettre à un maximum de personnes, et avant tout aux nouveaux habitants, de mieux connaître Guyancourt. Une soixantaine de personnes ont participé à ce tour de ville avec, comme guides, le maire François Deligné et les élus. Au programme : découverte de La Ferme de Bel Ébat, de la Batterie, de l’ensemble des quartiers et équipements, agrémenté de multiples anecdotes sur l’histoire de Guyancourt.

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


ÉDITORIAL

|

PAR FRANÇOIS DELIGNÉ

SOMMAIRE DU N°334

Impôts locaux Feuilles d’automnes… Chères Guyancourtoises, chers Guyancourtois,

ACTUALITÉS

4/9  

Comparable en bien des points au budget d’une famille, celui de la Ville doit respecter l’équilibre entre recettes et dépenses. Comme dans un foyer, il convient d’assurer avec les finances communales non seulement l’utile, mais aussi l’agréable… Tout en limitant le recours à l’emprunt pour éviter un endettement susceptible d’hypothéquer l’avenir. Si j’aborde aujourd’hui le thème du budget alors FRANÇOIS DELIGNÉ, que celui-ci a été voté en mars dernier, c’est M AIRE DE G UYANCOURT, que vous – nous – avons tous reçu ces derniers V ICE - PRÉSIDENT DE LA COMMUNAUTÉ D ’ AGGLOMÉRATION temps nos feuilles d’impôts locaux. Un effort DE S AINT-Q UENTIN - EN -Y VELINES financier, souvent vécu comme une contrainte supplémentaire à l’heure où les dépenses de la rentrée commencent à peine à s’estomper. Mais quelle serait notre vie quotidienne sans cette contribution de l’ensemble des citoyens d’une ville ? Qui, en dehors des possesseurs de grandes fortunes, pourrait vivre décemment dans la jungle d’un « tout privé » accessible aux seuls privilégiés ? Mettre en place des services publics adaptés aux besoins de tous les habitants est une formidable mission, un travail méticuleux basé sur la rigueur, l’anticipation et l’écoute. En 2007, malgré le maintien et le développement des services, les taux communaux n’ont pas augmenté. Constat qui se passe de tout commentaire, sinon pour vous inviter à découvrir, dans ce Guyancourt Magazine, la répartition des dépenses par secteur.





Ça s’est passé à Guyancourt Battle 2007 : attention talent ! Samedi 10 novembre Préserver le patrimoine végétal … et le bâti ! Impôts locaux : taux communaux inchangés

RENCONTRE

10 

11/14

Qu’est-ce qui fait courir Mara ?

PLEINS FEUX SUR

LE LOGEMENT Logement : état des lieux 15

AVANT-PREMIÈRE 

18

DE VOUS À NOUS 

19

Programmation culturelle Carnet, petites annonces

DÉMOCRATIE LOCALE 

Tribunes d’expression

Votre Maire, François Deligné Vice Président de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. Responsable de la publication : Yves MACHEBŒUF  Secrétariat de rédaction : Jean MEYRAND - David HOUDINET  Rédaction : Benoît BAUDOUIN - Dominique CIARLO - Pascale magazine FRESNAY - David HOUDINET - Hélène MARCHAL  PAO : Céline BOCKELMANN  Photos : Dominique CIARLO - Christian LAUTÉ - Tristan BATTAGLIA  Maquette : CITIZEN PRESS : 01 53 00 10 00  Réalisation : Service Communication  Impression : Imprimerie Moderne de l’Est  Tirage : 13 000 exemplaires - Hôtel de Ville de Guyancourt - 14, rue Ambroise Croizat - Centre-Ville - BP 32 - 78041 Guyancourt - Tél. : 01 30 48 33 33  N° ISSN : 1274-5804.

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

www.ville-guyancourt.fr

GUYANCOURT MAGAZINE

3


ACTUALITÉS

|

ÇA S’EST PASSÉ À GUYANCOURT

ARRÊT SUR IMAGES Les Anciens à la fête  Quelque 120 anciens ont participé à la sortie d’automne qui les a conduits à Épernay et ses caves. Le champagne qu’ils ont consommé avec modération, n’a maintenant plus de secret pour eux. Autres temps fort de cette semaine des Anciens riche en souvenir : les portes ouvertes du CRAG (club des retraités et anciens de Guyancourt) ou encore le spectacle le périple de Georges qui les a fait voyager… en musique et en danse cette fois.

Marc Jolivet en résidence  Certaines personnes auraient aperçu un ours polaire aux abords de La Ferme de Bel Ébat. Conséquence du réchauffement climatique, Marc Jolivet s’est décidé à adopter un ours polaire pour le sauver de la disparition de la banquise. Le comédien a passé plusieurs jours à Guyancourt pour préparer son nouveau spectacle dont il a offert la primeur au public le 5 octobre dernier. Un spectacle à la fois drôle et caustique qui tombe à point nommé en plein Grenelle de l’Environnement.

Jeux d’orgue… et de balafon  Quand les instruments traditionnels africains et le baroque se mélangent, cela donne un spectacle de qualité accueilli à La Batterie. « À nos ancêtres, à nos enfants » était présenté dans le cadre des manifestations culturelles « Jeux d’orgue et Métissage d’Afrique », en partenariat avec le Conseil Général. Le public a également été conquis par les concerts de Daddy Mory ou d’Africa Music Experiment.

4

GUYANCOURT MAGAZINE

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


ACTUALITÉS

|

ÇA S’EST PASSÉ À GUYANCOURT

Initier son enfant au plaisir de la lecture  La première rencontre-débat « entre parents » de l’année organisée à la Maison de Quartier ThéodoreMonod était consacrée à la lecture chez les plus jeunes. Pour l’occasion, l’École des Parents de Guyancourt a fait venir Françoise Fontaine, membre de l’association Actions Culturelles Contre les Exclusions et les Ségrégations (ACCES). L’intervenante a donné aux parents les clés nécessaires au choix des livres à faire découvrir à leurs enfants.

Une ministre à Guyancourt es  Le 5 octobre dernier les « 6 Rencontres de l’habitat pour tous », ont pris place au Pavillon Waldeck-Rousseau. L’association Fraternité et Logement dans le diocèse des Yvelines organisait ces rencontres qui ont été riches d’enseignements. Parmi les personnalités ayant participé aux débats, signalons notamment la présence de la ministre du Logement et de la Ville (Christine Boutin), du préfet des Yvelines (Christian de Lavernée), de l’évêque de Versailles (Éric Aumonier), du président du Conseil général des Yvelines (Pierre Bédier), du président de la C.A. (Robert Cadalbert) et du président de l’association Fraternité et Logement (Xavier Craplet). Sans oublier les associations qui œuvrent pour le développement de structures spécifiques pour les jeunes, les handicapés et les personnes les plus démunies, qui connaissaient cette volonté de partage pour avoir toutes, déjà, leur place à Guyancourt. (lire aussi page 13).

Découvrez Anne Charagnac et Cyrille Derouineau  Il vous reste encore quelques jours pour découvrir les toiles d’Anne Charagnac et les photographies de Cyrille Derouineau. L’une expose ses ambiances nocturnes de docks et de ports industriels à l’Hôtel de Ville jusqu’au 27 octobre. L’autre vous propose une rétrospective de 20 ans de photos avec une originale mise en espace à la salle d’exposition jusqu’au 28. Les deux artistes sont amis, alors pourquoi ne pas voir les deux « expos » ?

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

GUYANCOURT MAGAZINE

5


ACTUALITÉS

|

À NOTER

BATTLE 2007 : ATTENTION TALENT !

EN BREF

Samedi 10 novembre La troisième édition du battle de Guyancourt aura lieu le 10 novembre. Au programme, un battle hip hop pour 8 équipes 2 vs 2 (2 contre 2), un battle break pour 8 équipes 5 vs 5. Les gagnants désignés par un jury de professionnels repartiront avec 500 € de bons d’achats. Côté son, les platines seront chauffées à blanc par DJ Cleon et c’est à nouveau Nasty qui jouera le rôle de speaker et veillera au respect des règles de la compétition. POUR EN SAVOIR PLUS : Battle hip-hop Samedi 10 novembre à 14 h 30 Pavillon Pierre-Waldeck-Rousseau Entrée 3 €. Pour les équipes, inscriptions gratuites et obligatoires dans la limite des places disponibles jusqu’au 2 novembre sur le www.ville-guyancourt.fr Renseignements et règlement au 01 30 43 45 44.

Roland Nadaus primé Quand poésie rime avec francophonie… Roland Nadaus, maire honoraire de Guyancourt, a reçu le 17e prix Antonio Viccaro (alias le prix des TroisCanettes) lors du 25e marché de la Poésie de Paris. De cette récompense découle une participation au festival international de poésie de Trois Rivières, du 28 septembre au 8 octobre au Québec.

PoésYvelines La 4e édition de la Semaine des Poètes organisée par le Conseil Général aura lieu du 16 au 25 novembre. Vous pourrez découvrir « Sans titre », exposition de dessins et peintures de Lewigue (prix Poésyvelines 2007) à la Maison de la Poésie. Le dimanche 18 novembre à 11 h, vous pourrez rencontrer la femme et l’éditrice du peintre et poète décédé en 2005. POUR EN SAVOIR PLUS : Retrouvez le programme complet de PoésYvelines à la Maison de la Poésie. Tél. : 01 39 30 08 90.

6

GUYANCOURT MAGAZINE

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


ACTUALITÉS

|

AGENDA

www.ville-guyancourt.fr Événement

Destinations latines Jusqu’au 24 novembre (lire p. 15)

Jeunesse

Battle Battle hip-hop à 14 h 30, battle break à 16 h, le tout orchestré par DJ Cleon et Nasty. Tarif : 3 €. Samedi 10 novembre à 14 h 30 Pavillon Pierre-Waldeck-Rousseau.

Sélection Yvelive 2007-2008 Vendredi 30 novembre à 19 h Avec Alex et sa guitare, Clitoscratch, Danakil, La boîte à bazar, Los chicros, Padawaco’, Princes chameaux, The Latitudz, Würm. Gratuit La Batterie. Tél. : 01 39 30 45 90.

Commémoration

Armistice de la guerre 14-18 Dimanche 11 novembre à 11 h Monument aux morts.

Spectacles

Rendez-vous Découvertes

L’ostéoporose et la prévention des chutes Vendredi 16 novembre à 13 h 30 Maison des Anciens.

Vie municipale

Allô M. le Maire Mercredi 14 novembre à partir de 18 h Vous pouvez personnellement joindre votre maire, François Deligné au 01 30 64 14 55 de 18 h à 19 h 30.

Interzone Rock et oud Mardi 13 à 20 h 30 La Batterie Tarifs : 12 € ; 8 € ; 7,50 €. Tél. : 01 39 30 45 90.

Rencontre-débat

Les adolescents et les marques

La nuit de la poésie )autrement( Vendredi 23 novembre de 19 h à minuit Entrée libre La Ferme de Bel-Ébat. Tél. : 01 30 48 33 44

Cabaret poélitique Mercredi 28 novembre à 20 h 30 Entrée libre. Maison de la Poésie. Tél. : 01 39 30 08 90. N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

Vendredi 23 novembre à 20 h 30 Maison de Quartier Auguste-Renoir. Réservations au 01 30 48 33 90 ou 01 30 43 45 44.

Expositions

Les Automnales 2007 Du 14 au 30 novembre Vernissage ouvert à tous le jeudi 22 novembre à partir de 18 h 30. Hôtel de ville - Mezzanine. GUYANCOURT MAGAZINE

7


ACTUALITÉS

À NOTER DE VIE | | CADRE

Préserver le patrimoine végétal Pour renforcer la sécurité, assurer le bien-être des riverains et pérenniser le patrimoine végétal, des travaux arboricoles vont être entrepris aux quatre coins de la Ville.

D

ans les prochaines semaines, des travaux d’élagage, voire d’abattage de certains arbres vieillissants, vont être menés dans tous les quartiers, ou presque. Une opération récurrente, rendue plus nécessaire que jamais après la météo de l’été. « Les fortes pluies enregistrées en juillet et août ont accéléré leur croissance, avec un nombre important d’arbres à redimensionner pour laisser passer la lumière », explique Yves Machebœuf, adjoint au Maire chargé du Cadre de vie. Entre novembre et décembre (phase de repos végétatif où il est possible d’intervenir sans danger pour la santé du sujet vert), les platanes des rues Ernest-Lavisse, Franck-Lloyd-Wright, André-Leroi-Gourhan,Jacques-AngeGabriel et de la place Pierre-Bérégovoy (Villaroy) bénéficieront d’une coupe d’hiver.Même programme pour les arbres de la rue de l’Écosse et de la sente piétonne Villehardouin (quartier de l’Europe), ainsi que pour ceux de la rue du Moulin, de la place de

l’Église, de la place de Bel Ébat, de la rue et du square Ernest Defay et des abords du gymnase Maurice-Baquet et du stade Popieluszko (Centre ville). L’allée Jacques-Brel (Les Garennes), le mail des Saules, le square dit du « Boulingrin » et la placette devant le collège (les Saules) feront égale-

… et le bâti !

8

GUYANCOURT MAGAZINE

ment l’objet d’une grande attention (traitements phytosanitaires). Pour éviter l’enchevêtrement des racines et des branches afin que les arbres gardent un port droit, l’allée principale du cimetière paysager sera, elle aussi, prochainement émondée.

Comme les végétaux, les bâtiments ont besoin d’un suivi et de traitements adaptés lorsqu’ils prennent de l’âge. Ce qui est le cas de la Maison de quartier Auguste-Renoir (les Saules), du Centre social Louis-Pasteur (Pont du Routoir) et de la piscine municipale Andrée-Pierre-Vienot (Centre ville), qui vont tous trois s’offrir un sérieux rafraîchissement avec le ravalement de leur façade en novembre et décembre, pour un montant global dépassant les 310 000 € TTC. Quant au groupe scolaire Delaunay-Morisot (les Saules), il aura également droit à un bon lifting.Mais pas avant les vacances d’été 2008, quand les élèves et les en seignants seront absents. N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


ACTUALITÉS

|

FISCALITÉ

Impôts locaux : taux communaux inchangés Vous avez dernièrement reçu votre taxe d’habitation et vos impôts fonciers, à payer pour le 15 novembre au plus tard. Votés par les élus lors du Conseil municipal du 20 mars dernier, les taux communaux n’ont pas augmenté.

I

l n’est jamais très agréable de faire un chèque à l’ordre du Trésor Public, mais en réfléchissant à ce que vont devenir les sommes versées, les choses prennent sens. Sans cette contribution indispensable au maintien et au développement des services, le fossé se creuserait davantage encore entre les citoyens. Seules les personnes les plus aisées pourraient prétendre à des prestations et des structures et équipements aujourd’hui accessibles au plus grand nombre. Les impôts servent à préserver un équilibre, un minimum de justice sociale en faisant le maximum pour offrir les mêmes chances à tous. Rebondissant sur son dynamisme démographique et son essor économique, Guyancourt garde une nouvelle fois le cap sans avoir à accroître la pression fiscale. « Parvenir à ne pas augmenter les taux communaux, impôts directs locaux, est pour les élus un objectif majeur, une priorité », souligne Marc Étienne, adjoint au Maire chargé des Finances. Répondre aux besoins Si la Taxe Professionnelle est versée à la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines (qui la répartit ensuite sous forme d’équipements et de dotations), les trois autres taxes, habitation, foncier bâti et foncier non-bâti alimentent les caisses communales. Cet apport financier permet de répondre à l’ensemble des besoins de la population – dans sa diversité – en améliorant la vie quotidienne. « La Ville accorde, à tous les foyers fiscaux, un abattement général à la base qui atteint un taux de 20 %,le maximum autorisé », souligne l’élu, avant de confirmer que Guyancourt, avec une dette globale par habitant de 25,93 €, est 35 fois

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

moins endettée que la moyenne des villes de même catégorie (entre 20 000 et 50 000 habitants). Place aux chiffres maintenant, avec ce « camembert » qui illustre, en toute transparence, la répartition de votre contribution, par secteur, pour 100 €  d’impôts locaux versés.

Ce que vous payez pour 100 € d’impôts 1,45 € Communication (magazine, plaquettes d’information, affiches…)

27,18 € Département

8€ État (frais de gestion)

6,61 € Modernisation du service public (matériel, service au public, entretien du patrimoine) 10,08 € Petite enfance, action sociale (crèches, aides sociales, centre de planification…)

23,02 € Enfance (entretien, fonctionnement des écoles, restauration…)

0,28 € Annuités d’emprunts (remboursement du capital et des emprunts…) 13,58 € Animation jeunesse, sport et vie culturelle (équipements sportifs, culturels, subventions aux associations…)

9,80 € Urbanisme, sécurité, environnement (voirie, éclairage public, espaces verts…)

GUYANCOURT MAGAZINE

9


RENCONTRE

|

CYCLISME

Qu’est-ce qui fait courir Mara ? Président du Cyclo-Club de Guyancourt, James Mara a terminé son troisième Paris-Brest-Paris en moins de 86 heures en août dernier. Il s’apprête à endosser le maillot de capitaine de route sur le Paris-Pékin en mars prochain.

E

nfant et adolescent, James s’est passionné pour le football. Devenu adulte,il a ensuite été karatéka pendant onze ans (ceinture noire,premier Dan,champion du Japon méthode Shitoryu par équipe à Osaka en 1974), puis a découvert le vélo longue distance avec un club de cyclotourisme des Hauts-de-Seine, où il habitait. « Lorsque j’ai déménagé à Guyancourt en 1991, j’ai rejoint l’Association Cyclotouriste Plaisiroise et ouvert, avec le soutien de Claude Perrot, une école cyclo de VTT pour enfants dont j’ai eu la responsabilité pendant huit ans. » Bordeaux-Paris en 94, premier Paris-Brest-Paris en 95, Paris-La Rochelle en 96,Ile d’Oléron-Guyancourt en 99, deuxième Paris-Brest-Paris la même année… James dévore les kilomètres sans compter. En 1999, il crée à Guyancourt un vélo-club qui regroupe cyclistes compétiteurs et cyclotouristes,puis une école cyclo de VTT un an plus tard. « Il a fallu ensuite séparer les deux sections », dit-il avec une pointe de regret dans la voix.Les choses et les êtres sont ainsi, pas toujours simples à gérer. De cette scission naît en 2001 le CycloClub de Guyancourt, que James dirige depuis (88 adhérents cette saison), tout comme l’école cyclo VTT qui accueille 37 jeunes âgés de 7 à 16 ans. En route pour l’aventure Instructeur et moniteur de la FFCT (Fédération française de cyclotourisme), ce jeune retraité (58 ans) de l’industrie automobile, plusieurs fois honoré par des médailles (argent, bronze…), n’est cependant guère content de lui. « Mon temps au ParisBrest-Paris est de plus en plus long. Je parle du temps chrono, pas du temps météo, bien plus mauvais encore que le mien, exécrable même. Contrairement au vin, je ne me bonifie pas au fil des ans. » Ce qui n’a pas empêché le Directeur technique national de la FFCT de voir en lui, à l’occasion de ce PBP justement, un capitaine de route idéal pour un

10

GUYANCOURT MAGAZINE

Paris-Pékin aux allures de défi : plus de 12 000 kilomètres à parcourir en 120 étapes (de 80 à 100 km par jour) en traversant 12 pays. Calme quasi olympique pour James Mara, qui considère avant tout cette route de la soie comme un nouveau challenge, une aventure humaine exceptionnelle. « Nous serons 100 participants,– dont 5 capitaines de route, et 15 encadrants à quitter Paris le 16 mars 2008 pour arriver à Pékin le 3 août, cinq jours avant l’ouverture des Jeux olympiques.C’est du moins ce que j’espère, car il va falloir tenir bon physiquement et psychologiquement. » Après avoir le froid de l’hiver européen,les cyclotouristes connaîtront des températures élevées. L’absence de confort dû au manque de structures d’accueil entre l’Ukraine et la Chine les obligera à une dizaine de bivouacs peu récupérateurs. « Six véhicules d’encadrement et d’assistance nous accompagneront au long de ce parcours, qui nous fera traverser l’Allemagne,l’Autriche,la Hongrie, la Serbie, la

Roumanie, la Moldavie, l’Ukraine, la Russie,le Kazakhstan,le Kirghizistan et la Chine. » Un deuxième groupe de 100 personnes,dont 23 jeunes Français invités par la FFCT, rejoindra le groupe initial pour effectuer la fin du trajet (1 300 km à partir de Xi’an). « Un séjour de douze jours en Chine est prévu avant notre retour en France,le temps de souffler un peu… »  O DOMINIQUE CIARLO

James Mara sera l’un des cinq capitaines de route du Paris-Pékin. N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


PLEINS FEUX SUR

LE LOGEMENT

La Mare Jarry est l’un des derniers programmes immobiliers à avoir complété l’offre de logements à Guyancourt.

Logement : état des lieux Guyancourt continue de construire des logements relevant du locatif aidé et de l’accession à la propriété. Mais, malgré la diversité des types de logements proposés, trouver un logement demeure difficile. Explications. Comment une ville régulièrement citée en exemple par les médias, notamment en matière d’habitat pour tous, peut-elle avoir en attente près d’un millier de demandes pour un logement locatif aidé ? « C’est parce que beaucoup d’autres ne font aucun effort pour favoriser la mixité sociale. Il est temps que chacun assume ses responsabilités dans ce domaine, y compris sur le territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines », explique François Deligné, qui regrette que certains refusent la répartition du logement aidé.« La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite SRU, fixe à 20 % minimum le taux de logement social N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

pour les villes de plus de 1 500 habitants (ndlr : pour celles situées dans une agglomération de plus de 50 000 habitants et comprenant une ville de plus de 15 000 habitants en Île-deFrance), il est révoltant que certains élus préfèrent être en infraction que d’accueillir dans leur commune des personnes aux revenus modestes. Sur 75 communes éligibles à cette loi dans le département, 47 sont dans ce cas. Une telle attitude est inacceptable,tant sur le plan moral que social. » Alors que la France – et plus encore l’Île-de-France – accuse un déficit record au niveau des logements sociaux, Guyancourt atteint l’équilibre

avec 50 % en locatif aidé et 50 % en accession à la propriété, tous types de logements confondus. Immeubles collectifs, maisons de ville (mitoyennes), maisons individuelles, petites, moyennes et grandes surfaces accueillent ainsi, au cœur des mêmes quartiers, des catégories socioprofessionnelles différentes qui partagent dans l’harmonie les mêmes espaces et les mêmes services. Trois à quatre ans d’attente Difficile, de Villaroy à la Mare-Jarry en passant par le Centre-Ville, de discerner l’appartement acheté de celui en location,la maison louée de celle en acGUYANCOURT MAGAZINE

11


6ES RENCONTRES DE L’HABITAT SOCIAL : LE MAIRE MONTE AU CRÉNEAU Recevoir dans sa ville le 5 octobre dernier les « 6es Rencontres de l’habitat pour tous », organisées par l’association Fraternité et Logement dans le diocèse des Yvelines, a permis à François Deligné de confirmer, exemples à l’appui, qu’il était possible – et nécessaire – de faire du logement pour tous une priorité absolue. Soulignant une offre sociale très insuffisante dans le département, le Maire de Guyancourt a regretté l’attitude de ceux qui refusent de jouer le jeu de la solidarité sous de faux prétextes. Madame Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville, a pour sa part, condamné l’individualisme de ceux qui opposent des recours dès qu’un projet immobilier est initié sans prendre en compte l’urgence de la situation et la détresse de ceux qui attendent de pouvoir être logés.

cession. « Le temps des programmes dits HLM, reconnaissables par leur concentration en tours ou en barres d’immeubles,la lourdeur de leur architecture et la médiocrité des matériaux employés,est révolu.Les villes doivent, comme nous le faisons, exiger des bailleurs sociaux des produits de qualité et développer la mixité pour chaque projet de construction,dans l’intérêt de tous », remarque Yannick Ouvrard,adjoint au Maire chargé du Logement. Difficile mission que la sienne, qui consiste notamment à expliquer aux

Guyancourtois lors de ses permanences que le délai moyen d’attente pour l’obtention d’un logement social se situe entre trois et quatre ans. « Lorsqu’ils découvrent que la Ville ne dispose que d’un contingent limité à 15 % du parc social implanté sur son territoire,les gens saisissent parfaitement la situation. La mairie ne peut être en effet leur interlocuteur unique, ils doivent aussi s’adresser à la Préfecture – qui attribue un numéro de dossier unique – à la Communauté d’Agglomération – dans le cadre du

QUOI DE NEUF EN ACCESSION ? Les 32 logements en accession du dernier bâtiment de la place Cendrillon à être livré, ont été très rapidement vendus. Ils complètent le programme de le Mare Jarry qui renforce l’équilibre socio-économique et la mixité sociale du Pont-du-Routoir. Même succès pour la première tranche de la Z.A.C. de Villaroy (197 logements dont 99 en accession, répartis en 133 appartements, 52 logements intermédiaires et 12 maisons de ville), tant en ce qui concerne l’accession libre à prix maîtrisé que l’accession aidée ou la location en accession (P.S.L.A.). Les critères imposés (être primo accédant, acheter un logement pour en faire sa résidence principale et être dans le plafond de ressources par type de commercialisation) ont certes représenté un frein pour de nombreux candidats. Mais il était essentiel d’éviter la spéculation, et ce pour favoriser le parcours résidentiel des Guyancourtois. Les entretiens et signatures des promesses de vente en cours devraient se terminer fin novembre, avant des travaux en 2008 pour une livraison fin 2009. Après quoi viendra le tour de la deuxième tranche (partie Sud de Villaroy), qui comprendra 250 logements environ (moitié accession, moitié locatif aidé), et qui sera livrée à l’horizon 2011 selon les mêmes principes d’acquisition. Une nouvelle fois, grâce à l’impulsion concertée de la Ville et de la Communauté d’Agglomération (Programme Local d’Habitat Intercommunal), des Guyancourtois qui n’auraient sans cela jamais eu les moyens d’acheter deviendront alors propriétaires de leur logement.

12

GUYANCOURT MAGAZINE

rapprochement habitat-emploi – à leur employeur, pour des renseignements sur le 1 % patronal, et aux bailleurs sociaux. » Le revers de la médaille Jérôme, 26 ans, sort justement du bureau de l’élu. « Notre voisin quitte son F2 fin décembre.Comme je comptais partir de chez mes parents pour m’installer avec ma copine au début de l’année prochaine,je pensais pouvoir l’obtenir.J’avais tout faux.Le Maire ne fait pas la pluie et le beau temps comme je le pensais. L’adjoint que je viens de voir a été clair : il va falloir nous armer de patience.Pour attendre un peu moins longtemps, nous nous contenterons peut-être d’un F1 dans un autre quartier.Il m’a dit que les délais étaient moins longs pour les petits logements. On va en discuter ce soir avec Manon,de toutes façons,vu les prix pratiqués en location privée, nous n’avons pas le choix.Elle est coiffeuse et moi livreur,ce n’est pas la fortune. Mais je garde confiance. » Les décohabitations parentales comme celle de Jérôme représentent, en 2007, 18,76 % (169 dossiers) des demandes en instance auprès du service Logement de l’Hôtel de Ville. Un constat à ce sujet : les jeunes qui ont grandi à Guyancourt souhaitent majoritairement s’y installer à l’heure de fonder leur propre famille. D’une certaine façon, Guyancourt est victime de son succès. Les candidats seraient sans doute moins nombreux si le cadre de vie y était ordinaire, l’emploi, les services et les équipements rares et N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


LE LOGEMENT

PLEINS FEUX SUR

GROS PLAN Guyancourt : 28 600 habitants (moyenne d’âge 32 ans) Parc immobilier : 11 151 logements, dont 5 570 logements sociaux et 5 581 en accession à la propriété (50-50). À noter : alors que notre ville compte quelque 5 570 logements sociaux répartis entre 20 bailleurs HLM, moins d’un millier lui reviennent au titre du contingent communal, la répartition s’effectuant de la manière suivante : • 5 % à la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines • 15 % à la commune • 30 % à la Préfecture • 50 % dans le cadre du 1 % patronal.

La Ville préserve les équilibres entre logement collectif et individuel.

plus coûteux,le milieu associatif poussif et la solidarité défaillante. Parcours résidentiel Compte tenu de la hausse des loyers, du faible taux de rotation en locatif aidé et des prix exorbitants du marché en accession à la propriété (entre 3 500 et 3 700 € et plus le mètre carré habitable pour les appartements),changer de logement devient un vrai parcours du combattant.Surtout pour les « classes moyennes » et les personnes aux revenus plus modestes. Malgré l’effort de construction évoqué plus haut,le parc locatif est saturé :ceux qui devraient logiquement le quitter pour devenir propriétaires n’en ont plus les moyens et restent sur place.D’où une situation de blocage. Pour tenter d’y remédier et de répondre au mieux aux besoins des Guyancourtois, aussi bien en matière d’accession que de location, la Ville a rebondi sur l’opportunité de l’accession sociale. « Le fait d’avoir incité la Communauté d’agglomération à vendre les terrains encore disponibles aux promoteurs à des prix inférieurs à ceux du marché a permis,en contrepartie,une répercussion sur le prix des logements. La décote ainsi obtenue peut aller de 10 et 40 % selon les types de commercialisation », précise le Maire. Dans la balance également, l’obligation d’un équilibre maintenu entre accession et locatif aidé et la qualité des programmes. Une bouffée d’oxygène qui, sans faire de miracles, favorisera le parcours résidentiel des  Guyancourtois. N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

L’ÉVOLUTION DE LA DEMANDE L’étude des dossiers en attente à Guyancourt au niveau des demandeurs de logement en locatif aidé met en lumière les grandes lignes suivantes : Âge du demandeur : de 30 à 40 ans

Autres 39,40 % 30,30 %

18,87 % de 25 à 30 ans

11,43 % ont de 20 à 25 ans

Les 20 à 40 ans représentant donc 60,6 % du total des demandes. Situation familiale : Célibataires

Autres 19,20 % Séparés ou divorcés

38,18 % 17,09 %

Ressources : De 1 000 à 1 500 € mensuels : 23,53 % De 500 à 1 000 € : 11,65 % 500 et moins : 14,32 % De 1 500 à 2 000 € : 17,31 % De 2 000 à 2 500 € : 11,99 % Cette année encore, la situation financière des demandeurs se dégrade, 49,50 % d’entre eux ayant moins de 1 500 € mensuels. Cette donnée, qui s’ajoute à l’âge relativement jeune des demandeurs et aux délais d’obtention qui s’allongent, confirme une réelle attente sur le logement social pour ces catégories, qui n’ont désormais plus d’autres alternatives.

25,53 % Mariés

L’ensemble des situations reste stable. Type de logement demandé : F1 : 6,77 % F5 : 8,55 %

F6 : 0,44 % F2

F4

Conditions socioprofessionnelles : Employés du secteur privé : 47,17 % Employés du secteur public : 10,65 % Demandeurs d’emploi : 8,10 % Non actifs : 5,77 % Ouvriers : 5,11 % Retraités : 4,66 % Techniciens : 4,55 % Étudiants : 1,22 %

32,96 % 19,76 % 31,52 % F3

GUYANCOURT MAGAZINE

13


LE LOGEMENT AIDÉ EN QUESTIONS Pourquoi faire une demande de logement social ? Parce qu’il est indispensable de vous faire recenser comme demandeur pour obtenir le numéro d’enregistrement qui vous permettra de prétendre à l’attribution d’un logement social. Attention : cette demande n’est valable qu’un an, il vous appartiendra ensuite de la renouveler chaque année. Ai-je droit à un logement social ? Toutes les personnes de nationalité française ou bénéficiant d’un titre de séjour y ont droit. Seule restriction : un plafond de revenus imposables fixé chaque année par l’État.

LA CONFÉRENCE COMMUNALE DU LOGEMENT Première commune des Yvelines à s’être dotée d’une Conférence communale du logement (CCL) en 1998, Guyancourt a ainsi souhaité se doter d’un outil de lecture des attributions et des équilibres sociologiques dans et entre les quartiers. Structure de concertation et de coopération, la CCL rassemble régulièrement les différents acteurs du logement social (Préfecture, Ville, C.A. de SQY, bailleurs sociaux, collecteurs du 1 % logement et associations spécialisées dans le logement des personnes en difficulté). Un outil de progrès qui a fixé, par charte, différents critères d’attribution qui permettent d’apprécier la situation sociale et familiale des candidats au logement en toute clarté. Transparence qui a pour autre intérêt non seulement de révéler la situation des personnes bénéficiaires (pas de passe-droit), mais également le taux des personnes ayant un bas revenu accepté par les bailleurs et les différences entre les quartiers.

14

GUYANCOURT MAGAZINE

Où déposer ma demande ? Pour multiplier vos chances d’obtenir un logement locatif social, vous avez intérêt, selon votre situation, à déposer votre demande auprès de plusieurs organismes. À la mairie : Le service Logement réceptionne les demandes et les transmet ensuite à la Préfecture, qui peut proposer des candidats sur son contingent. Il est inutile de déposer un dossier dans plusieurs communes car un numéro unique vous est attribué. À la Préfecture des Yvelines (fonctionnaires d’État) : Si vous êtes fonctionnaire d’État, vous pouvez vous rapprocher du service Social ou du Personnel de votre administration. À la Communauté d’Agglomération de SQY : si vous n’habitez pas SaintQuentin mais que vous travaillez dans l’une des sept communes de l’agglomération (Élancourt, Guyancourt, La Verrière, Magny, Montigny, Trappes et Voisins), vous entrez dans le critère du rapprochement habitatemploi établi par la C.A. Auprès de votre employeur (service du personnel) : si vous êtes salarié(e) d’une entreprise privée qui emploie 20 salariés au moins (cadre du 1 % Logement, contribution obligatoire versée par les entreprises pour le logement de leurs salariés). Auprès de votre bailleur social (dans le cadre d’une demande d’échange) : en cas d’impossibilité d’un réservataire (Ville, Préfecture, 1 % loge-

ment…) de proposer des candidats, les bailleurs sociaux peuvent attribuer directement des logements aux personnes qui leur en ont fait la demande.Ainsi, si vous êtes déjà locataire HLM, il est fortement conseillé d’effectuer une demande directe auprès de votre bailleur. À quel type de logement puis-je prétendre ? L’attribution d’un logement social se fait en fonction de la composition de votre foyer : Personne seule : T1 ou T2 Couple : T2 ou T3 Famille avec un enfant : T 3 Famille avec deux enfants : T 4 Famille avec trois enfants : T 5 Au-delà : T5 ou T6 Qui attribue un logement ? Ce sont les bailleurs HLM – et eux seuls – qui attribuent les logements aux candidats proposés par les réservataires (Ville, Préfecture, C.A. SQY, 1 % logement). Ne jamais oublier de…  Vous renseigner sur la possibilité de

déposer une demande dans le cadre du 1 % logement via votre employeur.  Penser à renouveler votre demande chaque année un mois avant la date anniversaire de votre 1er dépôt.  Signaler tout changement intervenu dans votre situation professionnelle et/ou familiale.

NOMBRE DE LOGEMENTS LOCATIFS AIDÉS PAR SECTEUR* Bois de la Grille : 499 Centre Ville/Bouviers : 524 Europe : 717 Garennes : 625 Parc : 413 Pont du Routoir/Mare Jarry : 920 Saules : 707 Villaroy : 660 * hors logements intermédiaires (PLI) et logements foyer

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


AVANT-PREMIÈRE

|

PROGRAMMATION CULTURELLE

Destinations latines Après Destinations Maghreb en 2005, Guyancourt se pare des couleurs de l’Amérique du sud hispanique avec Destination Latines, du 27 octobre au 24 novembre. Au programme animations, spectacles ou encore expositions… ¡ Vamos !

Les ateliers et les stages Attention, nombre de places limitées pour ces trois stages. Inscriptions jusqu’au jeudi 25 octobre. STAGE DE SALSA 1re partie du stage : découverte des différentes danses latines et danses en groupes avec Erika Henry de Guyancourt Accueil. Vendredi 26 octobre de 19 h à 22 h et samedi 27 octobre de 14 h à 17 h. 2e partie du stage : danses en couple d’un niveau plus confirmé avec Landry Momba de Rythm’n & Jazz. Samedi 3 et dimanche 4 novembre de 14 h à 17 h. Possibilité de participer aux deux parties du stage ou à une seule. Tout public. Tarif : 15 € Inscriptions au 01 30 44 38 54. Maison de Quartier Théodore-Monod. STAGE DE FLAMENCO ET DE DANSES SÉVILLANES Stage de danse d’initiation au flamenco les 29, 30, 31 octobre et les 2, 5 et 7 novembre de 19 h à 21 h avec l’association Atika flamenco. Tout public. Tarif : 15 € Inscriptions au 01 30 43 45 44. Maison de Quartier Auguste-Renoir. ATELIER D’ARTS PLASTIQUES Proposé en relation avec l’exposition « Ici et là-bas », pour les enfants de 8 à 12 ans. Cet atelier sera l’occasion, pour les enfants, de se sensibiliser aux notions de voyage et d’« ailleurs ». Comment rendre compte plastiquement d’un ailleurs, de cultures et de pays inconnus du plus grand nombre ? Comment susciter le goût du voyage et faire découvrir d’« ici », ce « là-bas » ? Du 2 au 7 novembre de 14 h à 17 h Tarif : 16 € Inscriptions auprès du service Action culturelle au 01 30 44 50 80. Salle d’Exposition.

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

15


AVANT-PREMIÈRE

|

PROGRAMMATION CULTURELLE

Les spectacles Le Rêve d’Alvaro Cette fable baroque et ironique met en scène les périples du jeune Alvaro, paysan des Andes descendu de sa montagne pour aller chercher une certaine Elleen à l’autre bout du pays. Au-delà de la farce, cette histoire aussi une évocation tragique du monde d’aujourd’hui. On y découvre un monde dominé par l’argent et le profit, un monde qui oppose nord et sud et où les chevaux de Troie modernes s’appellent puissance des médias, manipulation de l’image et libéralisme sauvage. Mise en scène de Jérôme Imard et Eudes Labrusse. Vendredi 9, samedi 10, mardi 13, mercredi 14, vendredi 16 et samedi 17 novembre à 20 h 30, dimanche 11 à 17 h et jeudi 15 à 19 h. Tarif unique : 8 € Ferme de Bel Ébat. En partenariat avec Le Prisme - Élancourt.

DR



Vibra tu mama Du plus tendre des boléros à la plus enfiévrée des rumbas, Vibra Tu Mama défend toutes les saveurs de la salsa. Avec ses neuf musiciens, son influence newyorkaise et vénézuélienne et ses rythmes endiablés, le groupe vous garantit une soirée caliente. Les participants aux stages de salsa effectueront des démonstrations de danse. La soirée sera précédée du vernissage de l’exposition « Ici et là-bas » et d’un buffet sud-américain à 19 h. Vendredi 9 novembre à 20 h 30 Tarifs : 3 € enfants, 4,50 € adultes. Maison de Quartier Théodore-Monod. Soirée en partenariat avec les associations Rythm & Jazz et Guyancourt Accueil. 

Danses latines Y’a de la rumba dans l’air. Mais pas seulement. Paso doble, chacha et autres tangos seront également au programme de cette soirée dansante animée par des danseurs professionnels. Les danseurs de l’atelier flamenco effectueront une démonstration de leur tout nouveau savoir-faire. Samedi 17 novembre à 20 h 30 Tarifs : 3 € enfants, 4,50 € adultes. Maison de Quartier Auguste-Renoir.

© Christophe Guillermet



Voyage en Argentine Soirée poétique de contes, musique et danses, à la découverte de l’Argentine. 1re partie à 19 h : « Contes de la Forêt Vierge » d’après l’œuvre de l’auteur argentin Horacio Quiroga, adaptés et joués par Mercedes Chanquia Aguirre. Apéritif 2e partie à 21 h : voyage au cœur de l’Argentine au travers d’un spectacle de musique et de danse. Pays aux mille couleurs, aux mille cultures et aux mille parfums, l’Argentine est une terre de contrastes. Du désert de Patagonie aux faubourgs de Buenos Aires, du littoral à la brousse, des Andes à la pampa, des vignobles à la ville, Mercedes Chanquia Aguirre vous propose une rencontre entre tradition et modernité. Vendredi 16 novembre à partir de 19 h Tarifs : 3 € enfants, 4,50 € adultes. Espace Yves-Montand. Réservations au 01 30 43 00 35. 

16

GUYANCOURT MAGAZINE

Ernesto Tito Puentes Considéré comme le plus parisien des Cubains, Ernesto Tito Puentes a fêté l’an dernier ses cinquante ans de carrière. À 70 ans, ce trompettiste haut en couleur se produira avec son big band, à l’occasion de son dernier album. Restauration et ambiance cubaine toute la soirée. Samedi 24 novembre à 20 h 30 Tarif plein : 18 €. Tarifs réduits 15 € et 14 €. La Batterie. 

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


|

PROGRAMMATION CULTURELLE

Les expositions

Les animations

Musique et métissage aux Caraïbes et en Amérique Latine

L’Amérique latine au cœur du développement durable Des méthodes novatrices ont été mises en place en Amérique latine pour sortir les petits producteurs et artisans d’une situation économique précaire. Le commerce équitable en est un exemple. Il garantit aux producteurs la possibilité de commercialiser leurs produits à des prix couvrant tous les coûts de production, en leur assurant un niveau de vie décent et une part d’investissement. Exposition, quiz et marché équitable vous sensibiliseront à cette démarche qui va bien au-delà du simple échange commercial et relève d’un engagement socioéconomique, éducatif et politique pour une plus grande justice dans les règles du commerce international.  Du 19 au 23 novembre de 14 h à 18 h : Exposition sur le commerce équitable  Mercredi 21 novembre à partir de 14 h 30 : Quiz avec les enfants et jeunes (8-15 ans)  Samedi 24 novembre de 10 h à 17 h : Marché équitable. Du lundi 19 au samedi 24 novembre Maison de Quartier Joseph-Kosma En partenariat avec « Artisans du Monde », organisation s’occupant de commerce équitable, la Maison de l’Amérique Latine à Paris, des artistes sudaméricains. 

Cette exposition, conçue par l’association Terre des Hommes, aborde de manière ludique et musicale les réalités sociales, économiques, politiques et culturelles de l’Amérique latine et des Caraïbes. Du 7 novembre au 3 décembre Entrée libre La Batterie. 

Santiago Borja

DR

AVANT-PREMIÈRE

Ici et là-bas Cette exposition nous fait découvrir toute la complexité et la richesse d’un art s’inspirant d’une culture populaire locale et globale. Les artistes présents – originaires d’Amérique Latine – témoigneront de l’exubérante force créative de leurs pays à partir de différents supports de création (vidéo, photographies, dessins...). Un exubérant « làbas » empreint de références d’« ici ». Du 8 novembre au 16 décembre. Salle d’Exposition



Vendredi 9 novembre à partir de 18 h 30 autour d’un buffet aux saveurs latines.

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

POUR EN SAVOIR PLUS : Réservations indispensables pour tous les spectacles. La Maison de Quartier Auguste-Renoir Tél. : 01 30 43 45 44 La Maison de Quartier Joseph-Kosma Tél. : 01 30 57 20 40 La Maison de Quartier Théodore-Monod Tél. : 01 30 44 38 54 Le Centre Social Louis-Pasteur - Tél. : 01 30 43 00 35 La Ferme de Bel Ébat - Tél. : 01 30 48 33 44 La Batterie - Tél. : 01 39 30 45 90 www.ville-guyancourt.fr Remerciements aux associations Rythm & jazz,Artisans du monde,Terre des Hommes, Guyancourt Accueil, ainsi qu’aux ambassades d’Argentine, de Colombie, du Pérou et du Vénézuéla et à l’Institut du Mexique pour leur amical soutien.

Le passeport

Il coûte 20 € et vous permet d’assister gratuitement aux 5 spectacles payants. Il s’achète dans tous les lieux qui présentent un spectacle, le soir de la représentation.

GUYANCOURT MAGAZINE

17


DE VOUS À NOUS

|

CARNET, PETITES ANNONCES

INFOS PRATIQUES Carnet  Naissances

ABDELMALEK LILIA, le 13/08 AROUS NATHAN, le 04/08 BENSALEM ZÉINEB, le 30/08 BIN CLÉA, le 27/08 BLANQUET LUCAS, le 28/08 BRANDEHO MILA, le 28/08 CELEPRIN EVAN, le 30/08 CLAIRENBEAUD THÉO, le 08/08 DAHMANI YACINE, le 01/08 DAMATO SOULEYMAN, le 31/08 DELPRAT MATHILDE, le 10/08 DIABY BADIALLO, le 09/08 DIALLO MOUHAMED, le 02/08 EDDINE LINDA, le 25/08 ELGUENDOUZ MOHAMED, le 01/08 FROMY LOUANN, le 17/08 FÉRÉOL JANELLE, le 31/08 GAMBIE OLIVIA, le 27/08 GIAMMONA MATTHIAS, le 26/08 HOUOT--LE GAL MARINE, le 01/08 JARD ARTHUR, le 01/08 KADA-RABAH MYRIAME, le 01/08 LORINQUER TYFAINE, le 23/08 MAGUEUR QUENTIN, le 08/08 MORA JUAN, le 17/08 MURRU LISA, le 28/08 N’SIKA ANAÏS, le 15/08 PAPEIL LALANDE AXEL, le 28/08 RAUNER AMAURY, le 17/08 RUELLE HUGO, le 19/08 SIVAGURU ARVIND, le 06/08 VACHENQ-LONG LOUIS, le 31/08

 Mariage Le 10/08 ROUGET NICOLAS ET BRUZZONE PAULA

 Décès

CLIQUE PATRICK, le 21/08 COCHERIL RÉMY, le 30/08 COMBA JOSETTE, le 23/08 COUSTENOBLE BERNARD, le 02/08 GARCIA CARBONELL REMEDIOS, le 22/08 KONATE HABIBATA, le 08/08 LEGER HUBERT, le 20/08 NOËL ALAIN, le 23/08

Petites annonces DIVERS  Assistante maternelle agréée cherche enfant à garder de 3 mois à 5 ans. Quartier du Pont du Routoir Tél. : 01 30 57 15 52 / 06 29 64 64 17.  À vendre Ford C-max diesel 150MGc02 ghia tdci 2.0

1998 cm3 133cv 68 000 km. 1re main 25.03.2004 plusieurs options véhicule en très bon état général. Intérieur cuir. Prix : 14 000 € TTC Tél. : 06 68 53 43 31.

EN BREF

Déchetterie : changement d’horaires La déchetterie passe en horaire d’hiver à compter du 16 octobre. Elle est ouverte gratuitement à tous les Guyancourtois et aux Vicinois sur présentation d’une pièce justificative de domicile et d’une carte d’identité à partir du 1er janvier 2007. Les entreprises industrielles n'y ont pas accès. Les artisans et les commerçants peuvent néanmoins y déposer leurs déchets pour une participation de 30,49 € par Guyancourtois. Rue Jacqueline Auriol-quartier de l’Europe.

18

GUYANCOURT MAGAZINE

Ouverture : Du 16 octobre au 14 mars Lundi, Mercredi, Jeudi, Vendredi 10 h-12 h et 14 h-17 h Samedi, Dimanche 10 h-19 h. Sont interdits : Les ordures ménagères, les déchets putrescibles (sauf les déchets verts), les déchets présentant des risques importants en raison de leur inflammabilité, de leurs toxicité, de leur caractère explosif ne peuvent être déposés à la déchetterie.

N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7


DÉMOCRATIE LOCALE

|

TRIBUNES D’EXPRESSION

LISTE GUYANCOURT POUR TOUS DÉNIGRER OU CONSTRUIRE, IL FAUT CHOISIR ! Comme à l’approche de chaque échéance électorale, propos déloyaux, phrases hors de leur contexte et chiffres comme sortis d’un chapeau de magicien (!) commencent à fleurir çà et là. Une attitude qui peut faire sourire, mais face à laquelle il convient de rester vigilant. Guyancourt ne mérite pas ça ! Vos élus se garderont de toute polémique dans les colonnes de ce magazine. Femmes et hommes de terrain, ils préfèrent depuis toujours les actes aux paroles, l’attention à l’indifférence. Le rôle, la raison d’être d’un élu local, c’est la prise en compte de la vie quotidienne des habitants.

Nathalie Hatton, Robert Oliver, Gabriel Enzo Cimino et Zora Daïra, pour la liste Guyancourt pour Tous, soutenue par le Parti Socialiste, les Verts, le Parti Communiste, les Radicaux de Gauche, le Mouvement des Citoyens, les associations Dialogue et Club Jean-Jaurès.

François Deligné, Christian Prout, Geneviève Sagbohan, Yves Machebœuf, Patrick Planque, Anne-Marie Doux, Robert Cadalbert, Marc Etienne, Alain Sense, Philippe Bonanni, Yannick Ouvrard, Danielle Hamard, Roland Nadaus, Erica Lehmann, Michel Bock, Jacqueline Ode, Madeleine Chaigne, Marie Paisley, Armelle Lebras-Chopard, Bernard Tabarie, Roland Thébault, Danièle Viala, Roger Adélaïde, Véronique Martin, Medhi Bensalem,

« Conformément à l’article 9-1 de la loi n° 2002-276 dite « Démocratie de proximité » repris à l’article L2121-27-1 du CGCT, et à l’article 33 du règlement intérieur du Conseil municipal, les listes siégeant au Conseil municipal et établies en Préfecture, ont le droit de s’exprimer dans le bulletin d’information municipal. »

LISTE GUYANCOURT ENSEMBLE Un groupe d’élus de la liste Guyancourt Ensemble n’a pas été en mesure de fournir son texte.

collègues ayant un poste et des responsabilités identiques ? Où est la notion d’« Égalité » rappelée au fronton de la mairie ? De plus, pourquoi le taux d’abattement n’est pas fixé en conseil municipal pour chaque attribution ? Y aurait-il quelque chose à cacher ? Lisez la suite sur http://avenir.guyancourt.free.fr JY Filoche

LOGEMENT DE FONCTION Le conseil municipal en ajoute encore un à la longue liste, justifié soit disant par la création d’un poste de gardien à La Batterie. Pourtant ce local dispose, comme tous les locaux municipaux d’un système d’alarme et de télésurveillance. Cette décision permet de faire cadeau à un employé municipal d’un loyer ne dépassant pas 200 € par mois. La liste officielle comprend 45 logements alors que les services du personnel de la mairie m’ont présenté 62 arrêtés d’attribution en vigueur ! Alors, combien de personnes en bénéficient réellement ? C’est le grand mystère ! Pourquoi certains employés municipaux sont logés quasi gratuitement et pas leurs N ° 3 3 4 - 2 5 O C TO B R E 2 0 0 7

GUYANCOURT MAGAZINE

19


samedi 10 novembre 2007 DJ Cleon Speaker : Nasty Jury de professionnels EntrĂŠe public : 3 â‚Ź Renseignements : 01 30 43 45 44.

Pavillon Pierre-Waldeck-Rousseau


Guyancourt Magazine 334