Issuu on Google+

V I VA N T E S

carouge – acacias No 4 > Avril 2010 / mensuel

www.carouge-acacias.ch

> REPORTAGE : Avec le Christ : souffrance et joie .................................................................. P. 02 > Vie de l’unité pastorale : Etre soi-même pour rencontrer l’autre ........................... P. 02 > Vie des paroisses : Au caré, ça sent bon l’Evangile ! ...................................................... P. 03 > Dossier : Héritiers du Curé d’Ars ? .................................................................................  Pp. IV – V

Journal des paroisses Sainte-Croix et Sainte-Claire

Pâques dans la Cité

U

ne Croix comme symbole de la Résurrection ? Quelle idée étrange ! Et pourtant, c’est le chemin que le Christ a choisi pour nous prouver son Amour et nous offrir le Salut. La Croix est toujours GLORIEUSE. Comme il n’y a pas de gare terminus dans un tunnel, il n’y a pas d’arrêt définitif au Vendredi saint ! L’icône de la Croix Glorieuse attire désormais notre contemplation en l’église Sainte-Claire, nous mettant en présence du Christ et de sa Bonne Nouvelle. Comme « à l’issue de la Nuit pascale… nous emportons avec nous une joie qui ne peut trouver sa vraie profondeur que lorsqu’elle est partagée » (J. Bihin). En cette année 2010, c’est une joie plus grande encore de vivre Pâques en communion de date avec toutes les Eglises d’Orient. Aussi, nous nous proposons de vivre en Unité pastorale une démarche toute simple qui peut permettre à chacun de témoigner sans crainte de sa Foi : placer durant le Temps Pascal une affiche de la Croix Glorieuse à la fenêtre de nos habitations – ou en tout autre lieu opportun. Ce petit geste, loin d’être anodin, permet en réalité de témoigner paisiblement mais visiblement de notre appartenance au Christ en donnant accès au message de Pâques dans des lieux inattendus ! C’est du moins l’expérience de nombreuses paroisses en Belgique qui vivent cette action de « Pâques dans la Cité » depuis bientôt quinze ans. D’avance merci du bon accueil que vous réserverez à cette proposition, dans cette liberté des enfants de Dieu que le Christ nous a restaurée en se relevant du tombeau ! Saintes Pâques à tous.

C’est vous qui en êtes les témoins !

L’équipe pastorale


vie de l’unité pastorale .........................................................................................................................................................................

Etre soi-même pour rencontrer l’autre

A

ux JMJ en 1997, Jean-Paul II m’a bouleversé, nous dit l’abbé Alexis. J’étais alors séminariste. Le Pape était complètement dans ce qu’il faisait et donnait le sentiment, même s’il y avait au moins un demimillion de personnes, de regarder chacun pour lui-même.

J’ai eu l’occasion de le voir d’un peu plus près une autre fois, lors d’une audience à Rome. Il faut dire qu’il a donné un nouveau visage à la papauté. Il a refusé d’entrer dans le moule. Il voulait être d’abord un être humain, avant d’être prêtre et pape. En fait, être humain comme le Christ l’a été. Etre soi dans la manière d’être prêtre.

AlP

Jean-Paul II a montré son humanité jusque dans la maladie. Et dans ce sens il a donné une dignité à tous les malades. Il restait pape tout en étant malade, et même gravement malade.

L’abbé Alexis

Son amour filial pour Marie rejoignait ma foi de Gruyérien. Il a osé actualiser une prière des plus traditionnelles en proposant cinq nouveaux mystères dans le Rosaire. « Oui je me considère volontiers comme prêtre de la génération Jean-Paul II, avec tous ceux qui ont été marqués par son optimisme et son espérance ». En ce sens il a été et il demeure pour nous un père ou un grand-père dans la foi. Propos recueillis par JDF

Alain Petrucciani / AlP

Il a été une figure importante dans mon chemin vers le sacerdoce. Je n’ai pas connu de près Karol Woj­­ tyla. Je ne parlerais pas de modèle, il ne s’agit pas d’imiter Jean-Paul II. Je dirais qu’il m’a marqué.

L’onction avec le Saint-Chrême par l’abbé André

Avec le Christ : souffrance et joie C

e samedi 6 mars à la messe des familles, quatre dames sont assises au premier banc dans l’église Ste-Croix. Après la liturgie de la parole et la lecture de la lettre de notre Evêque pour le Carême, l’abbé Alexis et l’abbé André descendent du chœur et s’approchent de Simone, Edmée, Elisabeth et Marga. Ils leur imposent les mains comme Jésus le fait dans les évangiles, par exemple pour la bellemère de Pierre, comme les Apôtres l’ont fait sur l’ordre de Jésus. Nos deux prêtres leur font ensuite une onction sur le front et dans la main, avec l’huile consacrée par l’Evêque le Jeudi saint de l’an dernier : « Désormais la force de Dieu agit dans votre faiblesse. » Les quatre personnes viennent de recevoir le sacrement des malades. Elles ont choisi cette messe pour faire cette démarche, plutôt que d’attendre que le dernier moment vienne pour recevoir ce sacrement. C’est le dimanche des malades, une occasion d’associer souffrants et malades à l’assemblée eucharistique destinée plus spécialement ce jour-là aux adolescents. Pour les malades, dans leur corps et dans leur cœur, pour qu’ils accep-

tent que Tu viennes les rencontrer dans leur souffrance, nous te prions Seigneur, demande l’assemblée plus tard dans la prière universelle. Tous les malades de notre entourage sont associés à ce moment de prière. Il s’agit de mourir debout ou pour le dire comme le titre du dernier livre du philosophe Paul Ricœur d’être « Vivant jusqu’à la mort ». Le viatique, la provision de voyage, reste l’eucharistie, que le malade comme tout participant reçoit ce jour-là et régulièrement au cours de la messe. La messe des familles de ce samedi a été préparée comme d’habitude, au cours de la journée, avec une équipe de parents sous la houlette de l’abbé Alexis et d’Anne-Marie Villemain. Noël Colombier a composé avec les jeunes le chant final : Nous sommes trois bons amis, la tête pleine de projets. On fait des rêves, devenir un coffre à  trésors, devenir un grand bateau, devenir un arbre immense. Nous sommes trois bons amis, la tête pleine de projets. Jean-Daniel Farine

.............................................................................................................................................................................

02

PAROISSES VIVANTES I UP carouge – Acacias I avril 2010


vie des paroisses .........................................................................................................................................................................

Le mot de l’Evêque

Pâques ous voici donc à Pâques. J’essaie de comprendre ce que ça évoque en moi. C’est en tout cas une fête religieuse. A Pâques, on roule les œufs. C’est une jolie coutume. Savez-vous que dans l’église de la Nativité à Bethléem, d’innombrables œufs sont suspendus, magnifiquement décorés. Pourquoi les œufs ? C’est un symbole de vie. De la coque lisse et impénétrable éclot la vie, comme du tombeau jaillit la vie en résurrection. Pâques évoque la libération d’un peuple. C’est le sens du Carême qui est un chemin de libération personnelle, la poursuite d’une quête pour devenir meilleur. Devenir meilleur ne se fait pas en un tournemain : c’est un entraînement, un engagement qui exige détachement et courage ; un travail sur soi, comme on aime à dire aujourd’hui – mais sous le regard de Dieu et non pour accumuler des performances.

C’est un entraînement pour nous ouvrir mieux et davantage aux autres par notre service joyeux. C’est aussi renouveler notre vénération et notre appartenance à Dieu. Si vraiment nous avons fait œuvre de libération durant ce Carême, nous sommes prêts à endosser la vie du Christ. Alors, oui, Pâques sera une fête, une fête lumineuse et non pas une fête au rabais ou de routine. Car Pâques, c’est le Christ vivant et ressuscité. Non seulement nous sommes libérés, mais encore nous sommes entraînés à la suite du Christ dans sa propre vie. A chacune et à chacun : Joyeuses fêtes de Pâques, et que le Christ soit votre rempart.

AlP

N

+ Pierre Farine

Au CARé, ça sent bon l’Evangile !

S

ous l’église Sainte-Claire, 15 rue du Grand Bureau, dans ce qui aurait pu servir de salle de réunion ou de cave, se trouve, depuis plus de 25 ans le CARé. On y sert 140 repas, du lundi au vendredi, à 16h, ainsi que les samedis midi d’hiver. En plus des repas servis, il y a des ateliers d’occupation. De temps à autre, il y a des célébrations, préparées par Sœur Anne et son équipe ; ces liturgies sont vivantes et émouvantes. Un grand repas, servi par de nombreux bénévoles nous réunit le jour de Noël. Au CARé, ça sent bon l’Evangile ! Dans la vie de ce haut lieu de la Diaconie, l’abbé Jean-Marie a joué un grand rôle. Depuis 33 ans, Jean-Marie est là comme un veilleur et un berger, il prend beaucoup de temps pour écouter ceux et celles qui viennent chercher

un peu de chaleur humaine. Il traite chacun comme une personne, un vis-àvis et non pas comme un « cas ». Il sait aussi frapper à la porte des grands, des commerçants et industriels, des autorités civiles ou religieuses. Il ne demande rien pour lui, mais il veut que dans cette ville de Genève personne ne tombe dans la misère ou ne manque de l’essentiel. Il offre, avec et comme d’autres institutions, un lieu de rencontre, d’activités et d’échange. Alors, quand la presse annonça que l’abbé Viénat quittait le CARé, il y eut un petit vent de panique chez certains bénéficiaires et donateurs.. Mais tout est rentré dans l’ordre : on a trouvé, pour remplacer le directeur Jean-Marie, un autre directeur, laïc cette fois. Il s’est entouré d’une solide équipe pour continuer la tâche entreprise. Mais Jean-Marie restera au

CARé, il continuera d’être la voix d’un monde sans voix ; il continuera d’appeler à l’aide ! Il sera surtout l’aumônier de la grande famille du CARé, à l’écoute des personnes qui, comme Julie, « y ont vu de la lumière et sont entrées ». Et comme saint Vincent de Paul, grand modèle de charité et de diaconie, Jean-Marie, le soir venu se plaît à redire : « J’ai peine de votre peine. J’y penserai devant Dieu. » En souhaitant bonne route à mon presque contemporain – nous avons 5 jours de différence –, je reprends ce que Jean-Marie a dit, lors de la soirée du merci, le 27 janvier dernier : « Avec vous, au CARé, j’ai donné le meilleur de moi-même et j’ai reçu au centuple. » Abbé André Kolly

.............................................................................................................................................................................

PAROISSES VIVANTES I UP carouge –acacias I avril 2010

03


pratique

.....................................................................................

...............................................

A l’affiche Semaine Sainte – Triduum pascal Lundi saint 29 mars à 20h : Veillée pénitentielle à Sainte-Croix Jeudi saint 1er avril à 20h30 : Messe de la Cène à Sainte-Claire Vendredi saint 2 avril à 15h : Célébration de la Passion à SainteCroix Samedi saint 3 avril à 20h30 : Veillée pascale de la Résurrection à Sainte-Claire Dimanche de Pâques : 9h30 (Ste-Claire) et 11h (Ste-Croix) Prédication : c’est le Père Etienne Perrot, jésuite, qui assurera la prédication au fil des différentes célébrations de notre Semaine Sainte en Unité pastorale ! Un vif merci. Sacrement de la Réconciliation : vos prêtres, ainsi que le Père Perrot, se rendront spécialement disponibles durant la Semaine Sainte. Les horaires sont affichés dans nos églises et annoncés sur les feuillets dominicaux.

 Jeudi saint 1er avril à 19h à Sainte-Claire :

Lectio Divina sur l’évangile du soir : « Pierre lui dit : " Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! " » (Jn 13,8). Ouvert à tous !

 Samedi 24 avril à 18h en l’église Sainte-Croix :

Messe des familles des 5-6-7 avec Noël Colombier précédée à 17h30 des vêpres avec les enfants, en prolongement de la journée de caté.

 Dimanche 25 avril à 9h30 en l’église Sainte-Claire :

Messe des familles des « petits »

Horaire des messes

..............................................................................

JAB 1890 Saint-Maurice Prière de réexpédier sans annoncer la nouvelle adresse

Sainte-Croix Sainte-Claire Samedi 18h Dimanche 11h   9h30 Mardi 18h30 Mercredi   9h Jeudi   9h Vendredi   8h30 18h30

04

Baptême : s’annoncer au moins 5 semaines à l’avance. Mariage : le sacrement du mariage demande une préparation sérieuse, c’est pourquoi les fiancés sont invités à s’annoncer au Secrétariat de l’UP au moins 6 mois avant la date envisagée pour la célébration. Sépulture : c’est aux Pompes Funèbres de prendre contact avec le Secrétariat de l’UP avant de fixer l’heure et le lieu de la célébration. Journal Paroisses Vivantes : Abonnement annuel : Fr. 35.— / soutien : Fr. 50.— / CCP 10 - 159 158 - 8 Renseignements auprès du Secrétariat de l’UP (voir ci-contre). .....................................................................................

Impressum du journal Editeur : Saint-Augustin SA, 1890 Saint-Maurice – Directrice générale : Dominique-A. Puenzieux – Rédactrice en cheffe : D.-A. Puenzieux – Secrétariat : tél. 024 486 05 25, fax 024 486 05 36, bpf@staugustin.ch – Maquette : Saint-Augustin SA Rédaction locale : Jean-Daniel Farine (rédacteur resp.) – Alexis Morard (modérateur) Courriel : journal@carouge-acacias.ch – Resp. photos : Alain Petrucciani

PAROISSES VIVANTES I UP carouge – Acacias I avril 2010

..................................................................................................................................................................................................................................

Agenda

Au service de nos deux paroisses Equipe pastorale Abbé Alexis Morard, curé modérateur Abbé André Kolly, curé in solidum Mme Sylvia Ziorjen, laïque bénévole Mme Anne-Marie Villemain, laïque bénévole Conseil pastoral Mme Anne-Marie Hidber, présidente M. Jean-Daniel Farine, délégué de Sainte-Croix Mme Anne Truffert, déléguée de Sainte-Claire Conseil de gestion (en création)

Secrétariat de l’Unité pastorale Ouvert les MA / JE / VE de 9h30 à 13h30 Mme Marie-Laure Morais, secrétaire Rue du Collège 22 Case postale 1632 CH - 1227 Carouge GE Tél. 022 342 27 68 (nouveau numéro) Fax 022 342 27 52 up@carouge-acacias.ch

Paroisse Sainte-Croix CCP 12-1699-8 paroisse@saintecroix.ch www.saintecroix.ch Cure Sainte-Croix Abbé Alexis Morard, curé modérateur Rue du Collège 22 – 1227 Carouge GE Tél. 022 342 26 84 – Fax 022 342 27 52 Eglise Sainte-Croix Place du Marché Mme Marte Nrejaj, sacristine Tél. 022 342 13 65 Centre Sainte-Croix Rue Jacques-Dalphin 32bis Conseil de paroisse M. Jean-Paul Santoni, président Conseil de communauté Mme Marie-Françoise Richard, présidente

Paroisse Sainte-Claire CCP 12-12995-3 paroisse@sainteclaire.ch www.sainteclaire.ch Cure Sainte-Claire Abbé André Kolly, curé in solidum Rue du Grand-Bureau 15 – 1227 Acacias GE Tél. 022 342 50 57 – Fax 022 342 32 81 Rue du Grand-Bureau 15 Eglise et la chapelle Sainte-Claire Rue du Grand-Bureau 15 M. Rinaldo Ziorjen, sacristain Tél. 022 301 52 43 Conseil de paroisse M. Nello Cicetti, président a. i. Conseil de communauté M. Nello Cicetti, président


N° 04 - Avril 2010