Page 1

AVRIL 2018

CONCERTATION SUR LES RYTHMES EDUCATIFS A L’ISLE D’ABEAU

Comptes-rendus des Groupes de Réflexion Inter-Partenariaux (GRIP)


SYNTHESE DES ECHANGES

3

COMPTE-RENDU SESSION1 / GRIP – GROUPES SCOLAIRES 14, 17 ET 19

5

1 - Le bien-être des enfants (rythme, apprentissages, …)

5

Les atouts des rythmes actuels

5

Les limites des rythmes actuels

5

Perspectives d’évolution

6

2 - La vie familiale (organisation, modes de garde, …)

6

Les atouts des rythmes actuels

6

Les limites des rythmes actuels

6

Perspectives d’évolution

6

3 - Le quotidien des professionnels (Ville et Education Nationale)

7

Les atouts des rythmes actuels

7

Les limites des rythmes actuels

7

Perspectives d’évolution

7

COMPTE-RENDU SESSION1 / GRIP – GROUPES SCOLAIRES 11 ET 16

8

1 - Le bien-être des enfants (rythme, apprentissages, fatigue, …)

8

Les « plus » des rythmes actuels

8

Les « moins » des rythmes actuels

8

Perspectives d’évolution

9

2 - La vie familiale (organisation, modes de garde, …)

9

Les « plus » des rythmes actuels

9

Les « moins » des rythmes actuels

9

Perspectives d’évolution

9

3 - Le quotidien des professionnels (Ville et Education Nationale)

10

Les « plus » des rythmes actuels

10

Les « moins » des rythmes actuels

10

Perspectives d’évolution

10

COMPTE-RENDU SESSION1 / GRIP – GROUPES SCOLAIRES 15 ET 20 1 - Le bien-être des enfants (rythme, apprentissages, fatigue, …)

11 11

Les « plus » des rythmes actuels

11

Les « moins » des rythmes actuels

11

Perspectives d’évolution

12

2 - La vie familiale (organisation, modes de garde, …)

12

Les « plus » des rythmes actuels

12

Les « moins » des rythmes actuels

13

Perspectives d’évolution

13

3 - Le quotidien des professionnels (Ville et Education Nationale)

13

Les « plus » des rythmes actuels

13

Les « moins » des rythmes actuels

13

Perspectives d’évolution

14

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

2


SYNTHESE DES ECHANGES Le bien-être des enfants -

D’après les participants aux groupes de réflexion, les rythmes éducatifs actuels n’auraient pas forcément le même impact sur les enfants scolarisés en maternelle ou en élémentaire. Si les enfants d’élémentaires se seraient plutôt bien adaptés au fonctionnement actuel, plusieurs intervenants ont fait remarquer que les petites et moyennes sections ont tendance à être fatiguées et à demander davantage de temps calmes.

-

Pour les enfants scolarisés en maternelle :

-

o

Les intervenants ont observé que les nombreux temps en collectif pour les maternelles (en particulier pour ceux qui arrivent dès 7h30 à l’accueil du matin) ont tendance à générer de la fatigue et de l’irritabilité.

o

Les enfants de maternelle auraient aussi besoin de plus de moments de repos. Plusieurs participants ont pointé le temps relativement court consacré à la sieste actuellement et son démarrage tardif pour les plus petits (14h).

Pour les enfants scolarisés en élémentaire : o

L’étalement des enseignements sur cinq matinées semble faciliter l’apprentissage des enfants selon les participants : ces derniers sont plus réceptifs le matin et assimilent mieux les apprentissages en ayant un rythme continu sur la semaine.

o

Les après-midis allégés permettraient également aux enfants d’être plus productifs

o

La pause cartable est un temps très apprécié des enfants comme des familles, tant pour l’aide aux devoirs que pour les animations proposées.

-

Plusieurs pistes d’évolution ont ainsi été avancées par les intervenants, notamment le fait de mettre en place un fonctionnement distinct pour les petites/moyennes sections et les enfants plus grands, afin de respecter au mieux leurs besoins respectifs.

-

En outre, les participants ont proposé de repenser l’organisation des journées d’école, par exemple en démarrant les classes à 8h30 afin de réduire le temps d’accueil périscolaire du matin et de faciliter les apprentissages des enfants, tout en libérant du temps pour les activités l’après-midi.

-

Globalement, les participants des différents groupes de réflexion ont relevé une fatigue importante chez les enfants, notamment en fin de semaine (à partir du jeudi), et ce quel que soit leur niveau.

L’organisation de la vie familiale -

Les familles sont organisées sur les rythmes éducatifs actuels et souhaitent globalement que le fonctionnement qui sera choisi à l’issue de la concertation s’inscrive dans la durée : en 10 ans, les rythmes ont changé 4 fois et cela a été remarqué par certains parents.

-

L’amplitude horaire des temps d’accueil périscolaires offre globalement une flexibilité importante aux familles, leur permettant de mieux concilier vie familiale et professionnelle.

-

Les familles relèvent toutefois certaines difficultés au niveau de la participation à des activités périscolaires en dehors de l’école, qui sont maintenant concentrées le mercredi après-midi ou le soir et allongent la journée des enfants.

-

La pause cartable permet aux parents de profiter de leurs enfants le soir sans avoir besoin de faire leurs devoirs.

-

Plusieurs parents regrettent que les classes débutent à 9h le matin et non pas plus tôt, car cet horaire ne leur permet pas de déposer leurs enfants à l’école, en raison de leurs contraintes professionnelles.

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

3


Le quotidien des professionnels -

L’organisation actuelle a eu des répercutions hétérogènes sur le quotidien des différents professionnels du secteur enfance : o

Si les ATSEM déclarent que le passage à 4,5j a permis d’alléger leurs journées de travail (9h15 heures quotidiennes au lieu de 10h30), plusieurs agents de ville soulignent un alourdissement de leur charge de travail avec des journées qui débutent à 6h du matin et se terminent avec la pause méridienne.

o

Les équipes d’animation expriment une certaine frustration concernant le mercredi aprèsmidi qui s’est transformé en temps périscolaire et non plus extrascolaire, ce qui limite le programme d’animation possible.

o

Les enseignants relèvent également des difficultés pour préparer leurs cours, s’organiser ou corriger les devoirs le mercredi après-midi (au lieu du mercredi entier). Certains participants témoignent également d’un alourdissement de leur charge de travail avec le passage à 4,5j, en particulier le mardi soir pour préparer les classes du lendemain. D’autres déclarent toutefois apprécier la répartition des enseignements sur 4,5j leur permettant d’être plus disponibles pour les élèves et d’avoir plus de temps d’échange entre enseignants en fin de journée par exemple.

 Une demande de stabilisation des rythmes éducatifs à l’issue de la démarche de concertation est exprimée par les professionnels et par les familles.

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

4


COMPTE-RENDU SESSION 1 GRIP – GS 14, 17 ET 19 Le 20 Mars 2018 1 - Le bien-être des enfants (rythme, apprentissages, …) Les atouts des rythmes actuels -

Des apprentissages favorisés par l’organisation actuelle avec une concentration des enseignements le matin, en accord avec les rythmes biologiques de l’enfant : meilleure réceptivité et capacité de concentration des élèves en début de journée

-

Ceci est particulièrement vrai pour les enfants de cycle 3 (CM1, CM2), pour qui le fonctionnement actuel est particulièrement adapté. C’est en revanche moins vrai pour les enfants en maternelle.

-

Temps de repos durant la pause méridienne apprécié des enfants

-

Organisation en accord avec les recherches menées par des spécialistes, qui ont démontré qu’échelonner les temps scolaires sur 4,5 jours en réduisant la durée d’enseignement journalière et en laissant plus de place aux activités ludiques est bénéfique pour le développement de l’enfant.

-

L’horaire du début d’enseignement (9h) est adapté aux enfants scolarisés en ULIS qui pour certains ont 1h de trajet avant d’arriver à l’école.

Les limites des rythmes actuels -

Beaucoup de temps en collectif pour les enfants (notamment pour ceux qui participent à l’accueil périscolaire du matin et du soir), ce qui peut générer de la fatigue et de l’irritabilité.

-

Ceci est notamment observé chez les maternelles qui arrivent dès 7h30 à l’accueil du matin : « lorsqu’ils ont 1h30 de collectif avant d’entrer en classe, les enfants les plus petits ne sont pas toujours aussi disponible pour les apprentissages à 9h ». Les professionnels qui encadrent l’accueil du matin veillent pourtant à prévoir un temps calme à l’arrivée des enfants, les activités ne débutent pas avant 8h15.

-

Difficulté d’articuler les besoins biologiques des enfants (rythme) avec les contraintes pédagogiques existantes. Cette observation est particulièrement vraie en maternelle où les petites et moyennes sections expriment souvent le besoin de se reposer en début d’après-midi, au moment de la reprise des enseignements o

o

Des difficultés plus importantes relevées par certains enseignants pour balayer l’ensemble du programme scolaire avec la concentration actuelle des temps d’apprentissage en début de journée L’après-midi laisse peu de place pour un programme d’enseignement détaillé

-

Nécessité de laisser du temps de repos aux enfants (sieste l’après-midi)

-

Besoin de réajuster la répartition entre temps scolaire, temps de loisirs et temps de repos. Actuellement les temps périscolaires laissent une grande place aux activités de loisirs, ce qui contribue à la fatigue des enfants  Offrir la possibilité de se reposer sans faire d’activité

-

Un nombre d’intervenants différents parfois important autour du même enfant au cours d’une journée (enseignants, ATSEM, agent de restauration, animateurs). L’ATSEM fait toutefois repère pour les maternelles jusqu’à 17h30.

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

5


Perspectives d’évolution -

D’importantes différences de rythme constatées entre les CP et les CM2. Peut-être envisager une organisation des rythmes éducatifs distincte pour les CP-CE1 et pour les CE2 à CM2 afin de favoriser l’épanouissement des enfants et l’acquisition de nouvelles compétences.

-

Temps de présence à l’école très corrélé au rythme des parents  aborder la question des rythmes éducatifs dans sa globalité o

-

Par exemple, plutôt que de retarder l’heure d’accueil périscolaire du matin qui pourrait mettre en difficulté certains parents, organiser le petit déjeuner sur ce temps d’accueil du matin afin de limiter le temps d’attente des enfants jusqu’au repas du midi et leur permettre de dormir plus longtemps.

Basculer la demi-journée de classe du mercredi au samedi matin permettrait de communiquer davantage avec les parents qui ne sont nombreux à ne pas travailler ce jour-là et sont par conséquent plus disponible o

Risque que peu de parents amènent leur enfant à l’école le samedi matin.

2 - La vie familiale (organisation, modes de garde, …) Les atouts des rythmes actuels -

Les familles sont organisées sur les rythmes éducatifs actuels  besoin de stabilité (en 10 ans, les rythmes ont changé 4 fois), souhait d’adopter un fonctionnement et de l’inscrire dans la durée

-

La durée relativement importante de la pause méridienne apporte une flexibilité aux familles et assistantes maternelles

-

D’après des études statistiques menées sur le territoire métropolitain, instaurer l’école le mercredi matin a favorisé le retour à l’emploi des femmes

Les limites des rythmes actuels -

Difficulté d’organisation des familles pour les activités extrascolaires, désormais concentrées le mercredi après-midi ou le soir. Cela contribue à la fatigue des enfants et peut être problématique si les activités auxquelles souhaitent participer l’enfant ont désormais lieu au même moment.

-

Une difficulté aussi à organiser les rendez-vous médicaux qui doivent tous être concentrés le mercredi après-midi.

-

La reprise des enseignements à 14h peut poser des difficultés pour les parents ayant des enfants en bas âge ou les assistantes maternelles : « 14h c’est tard pour ramener mon enfant à l’école, cela retarde l’heure de la sieste de mon plus petit ». Parallèlement les professionnels notent qu’il est impossible de réduire la tranche horaire du temps méridien dans les GS où il y a deux services.

Perspectives d’évolution -

Stabiliser une organisation des rythmes éducatifs

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

6


3 - Le quotidien des professionnels (Ville et Education Nationale) Les atouts des rythmes actuels -

Des échanges pédagogiques entre enseignants facilités par l’organisation actuelle car ils disposent de plus de temps en fin de journée

-

Certains enseignants apprécient également le fait de débuter les enseignements à 9h, « cela permet de gérer plein de choses avant, d’être moins dans l’urgence »

-

ATSEM : journées de travail allégées depuis le passage à 4,5 jours avec 9h15 de travail quotidien contre 10h15 auparavant

-

o

Facilite également le contact avec les enfants car les ATSEM se sentent moins fatiguées et ont donc plus de patience pour interagir avec les enfants, en particulier en fin de journée

o

Permet une meilleure conciliation de la vie familiale et professionnelle

Agents d’entretien : certains apprécient les nouveaux horaires (6h-15h) par rapport aux précédents (10h15-19h15) ; cela leur permet de finir plus tôt

Les limites des rythmes actuels -

Sentiment d’augmentation de la charge de travail côté enseignants, notamment le mardi soir pour préparer les classes de la fin de semaine

-

ATSEM : certaines préféraient avoir la coupure du mercredi Agents d’entretien : un planning de travail modifié suite au passage à une organisation sur 4,5j qui s’est traduit par une fatigue supplémentaire pour certain

-

o

Horaires de travail avancés le matin pour que les agents puissent faire le ménage et la garderie du matin

o

Auparavant les agents débutaient leur journée de travail par la cantine et effectuaient le ménage en fin de journée. A présent, ils terminent par la pause méridienne qui est lourde à gérer et requiert de la patience pour encadrer les enfants (plus difficile car fatigue accrue).

Des programmes d’animation pédagogiques bouleversés par la tenue de classes le mercredi matin. Le temps de loisirs du mercredi après-midi est restreint, ce qui limite le type d’activités qui peuvent être proposées aux enfants (ex : pas de sorties à la journée)

Perspectives d’évolution -

La question du samedi matin a été évoquée par certains professionnels comme une piste possible. Les difficultés potentielles pour les parents séparés vivant à une distance parfois importante de l’école ont toutefois été soulevées. Certains parents ont parallèlement exprimé le souhait de pouvoir passer du temps avec leur enfant le week-end.

-

Le changement de rythme éducatif a systématiquement des impacts lourds pour les professionnels du secteur dont le travail quotidien est affecté par l’organisation retenue.  Une demande de stabilisation des rythmes éducatifs à l’issue de la démarche de concertation exprimée par les professionnels.

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

7


COMPTE-RENDU SESSION 1 GRIP – GS 11 ET 16 Le 27 Mars 2018 1 - Le bien-être des enfants (rythme, apprentissages, fatigue, …) Les « plus » des rythmes actuels -

L’étalement des enseignements sur 5 matinées permet aux enfants d’être plus « productifs » le matin et de mieux assimiler les apprentissages en ayant un rythme continu sur la semaine, sans coupure le mercredi

-

Le mercredi matin est très calme dans les classes

-

Les après-midi plus courts et allégés permettent aux enfants d’être plus productifs

-

Les rythmes actuels permettent un réveil plus en douceur pour les enfants qui se rendent à l’école pour le début des classes (à 8h50) car ils ont plus de temps le matin o

-

De nombreux enfants semblent aimer participer aux activités de l’accueil périscolaire du soir (en particulier en élémentaire) et bénéficier d’un temps ludique pour jouer avec leurs amis après l’école o

-

Cela nécessite toutefois que les parents soient dans un contexte professionnel qui leur permette de déposer leurs enfants à 8h50 et pas avant

NB : plusieurs participants ont relevé des différences importantes en termes d’animation pour les maternelles et élémentaires, le programme étant plus riche en élémentaire

La pause cartable est appréciée de beaucoup de familles car les enfants bénéficient d’une aide pour faire leurs devoirs et peuvent ensuite se consacrer à des activités non-scolaires lorsqu’ils rentrent chez eux

Les « moins » des rythmes actuels -

Le démarrage tardif des classes le matin a également des inconvénients : o o

-

Le temps passé à l’accueil du matin est trop long pour certains enfants : leur enthousiasme se transforme souvent en ennui entre 7h30 et 8h50 L’accueil périscolaire concerne un nombre important d’enfants à l’Isle d’Abeau, y compris le matin

Une pause méridienne relativement longue : les élèves montrent beaucoup de signes de fatigue et les enseignants notent une difficulté des élèves à reprendre des apprentissages en début d’aprèsmidi o

-

Certains enseignants observent que les enfants sont plus disposés aux apprentissages à partir de 15h-15h30, quel que soit le niveau concerné Certains enfants expriment une fatigue importante le mercredi. Plusieurs élèves de maternelle et d’élémentaire ont confié aux animateurs du centre de loisirs qu’ils avaient l’impression de devoir courir le mercredi après-midi pour pouvoir faire des activités, sans avoir de véritable temps de repos

-

Le jeudi et le vendredi-après midi sont très agités dans les classes mais les enseignants dressaient un constat identique avec la semaine de 4j o Cela semble ainsi plutôt dû au rythme de l’enfant et à l’excitation liée à l’approche du weekend le vendredi après-midi

-

Les enfants réclament souvent un temps plus calme après la pause méridienne

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

8


Perspectives d’évolution -

Raccourcir la durée de l’accueil périscolaire du matin et conserver l’amplitude horaire de celui du soir pour permettre aux enfants de décompresser après leur journée et de passer du temps récréatif avec leurs camarades

-

Avancer le début des classes et donc allonger la matinée d’enseignements car les enfants sont plus concentrés le matin et assimilent mieux les apprentissages

-

Favoriser les temps calmes à la fin de la pause méridienne pour faciliter le retour en classe

-

Quelques participants ont suggéré de travailler le samedi matin à la place du mercredi matin mais les avis restent partagés au sein du groupe à ce sujet.

-

Proposer plus d’activités en autonomie pour les enfants en se basant sur les thématiques travaillées à l’école (ex : le développement durable) o

Un participant au groupe de réflexion a formulé cette proposition, mettant en avant des recherches qui indiquent que le temps consacré à l’apprentissage permettrait de réduire les inégalités

o

Au fil des échanges, plusieurs membres du groupe ont soumis l’idée de proposer des activités en autonomie pour les enfants pendant l’accueil du matin.

2 - La vie familiale (organisation, modes de garde, …) Les « plus » des rythmes actuels -

Les familles ont calqué, dans la mesure du possible, leurs agendas professionnels sur les rythmes éducatifs

-

Les prestations périscolaires actuelles représentent une solution de garde intéressante pour les familles : o

Cela représente un gain financier car il n’est pas forcément nécessaire de recourir à un autre mode de garde (larges amplitudes horaires)

o

Il est souvent difficile de trouver des assistantes maternelles qui acceptent de garder des enfants uniquement sur les temps périscolaires

Les « moins » des rythmes actuels -

Les vacances scolaires sont problématiques car le centre de loisirs ferme à 18h alors que certains parents se sont arrangés avec leur employeur pour pouvoir récupérer leur enfant à 18h30, heure de fin de l’accueil périscolaire le reste du temps.

-

Le début des classes est assez tard pour les parents, notamment pour ceux qui travaillent à Lyon o

Paradoxalement, certains parents soulignent qu’ils pourraient plus facilement déposer leur enfant pour le début des classes si celles-ci commençaient à 8h30 au lieu de 8h50 

Actuellement, beaucoup de parents prennent le train pour aller à Lyon : les horaires des TER ne concordent pas avec celles de l’ouverture des écoles, les parents concernés déposent leurs enfants à l’accueil périscolaire du matin

Si début des enseignements était à 8h30, les parents pourraient s’organiser différemment afin de déposer eux-mêmes leurs enfants et avoir des temps d’échange avec les enseignants

Perspectives d’évolution -

Projet de pédibus au GS16 mais implique que l’enfant reste seul à la maison un certain temps donc problématique pour certains parents

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

9


3 - Le quotidien des professionnels (Ville et Education Nationale) Les « plus » des rythmes actuels -

Enseignants o

-

-

Se sentent moins fatigués car les journées d’enseignement sont passées de 6h à 5h. Cela permet également plus d’échanges entre collègues

Agents de ville o

Diversification de leur métier car font maintenant de l’animation (accueil du matin)

o

Reconnaissance des enfants

o

Les parents peuvent plus facilement mettre un visage sur des agents en contact avec leur(s) enfant(s) qu’ils ne rencontraient pas forcément auparavant

ATSEM o

La réduction de leur temps de travail en fin de journée est très appréciée et représente un gain en qualité de vie

Les « moins » des rythmes actuels -

Enseignants o

-

Animateurs du centre de loisirs o

-

Certains notent des difficultés pour préparer les cours le mercredi (une demi-journée de libre au lieu d’une journée entière) ainsi que pour corriger les devoirs, organiser, réfléchir ou prendre du recul Le passage à un accueil de 12h à 18h le mercredi au lieu de 8h à 18h a complètement bouleversé le contenu des activités proposées et les missions des animateurs ce jour-là : le mercredi est devenu du périscolaire et non plus de l’extrascolaire 

Plusieurs animateurs déclarent ressentir une certaine frustration concernant leur travail le mercredi après-midi, qui selon leurs dires est « plus devenu une garderie améliorée qu’un temps de loisirs pour les enfants »

Les animateurs confient apprécier les périodes de vacances scolaires durant lesquelles ils peuvent proposer un vrai programme d’animation

Agents de ville + ATSEM o

Les locaux de l’accueil du matin ne sont pas toujours adaptés et le temps d’accueil du matin est relativement long : les enfants tournent rapidement en rond

Perspectives d’évolution -

Certains participants au groupe de réflexion proposent de déplacer la demi-journée d’enseignement du mercredi au samedi matin o

-

Cette perspective poserait des problèmes d’absentéisme le samedi mais favoriserait les rencontres entre parents et enseignants

Certains soulèvent la question de la cohérence de l’Isle d’Abeau qui pourrait rester sur une organisation à 4,5j avec des communes environnantes fonctionnant majoritairement sur 4j : de nombreuses activités extrascolaires ont actuellement lieu le samedi, y compris dans des communes environnantes. Il serait nécessaire d’en tenir compte si classes envisagées le samedi matin.

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

10


- COMPTE-RENDU SESSION 1 - GRIP – GS 15 ET 20 Le 29 Mars 2018 1 - Le bien-être des enfants (rythme, apprentissages, fatigue, …) Les « plus » des rythmes actuels -

Un apprentissage facilité par la répartition des enseignements sur 4,5 jours : « Les journées sont moins pénibles pour les enfants, comme pour les enseignants. 6h d’enseignements par jour pouvait être harassant pour les enfants »

-

Une meilleure assimilation des apprentissages le matin. Les après-midis plus allégés en enseignements seraient également appréciés

-

La régularité du rythme : o

« Garder le même rythme chaque matin permet de bien marquer la différence entre la semaine de travail et le weekend dans l'esprit de l’enfant »

o

Les enfants ont calqué leur rythme sur l’organisation actuelle : pour certains enfants, supprimer l’école le mercredi ne diminuerait pas forcément leur fatigue car ils sont habitués à se lever pour aller à l’école le matin et ne dormiraient pas nécessairement plus longtemps.

-

L’existence de temps de repos, notamment pendant la pause méridienne (cf. GS15) permet aux enfants de se poser s’ils le souhaitent

-

L’école offre la possibilité à tous les enfants d’avoir accès à des activités, indépendamment du niveau de revenus des familles : cela permet à tous de découvrir de nouvelles activités, c’est un vecteur d’égalité

-

Le temps de la pause cartable semble très apprécié des enfants o

Le programme d’animation est varié : le planning change tous les jours

o

Plusieurs familles ont souligné l’enthousiasme de leur enfant pour ce temps périscolaire : « Je ne peux même plus aller chercher mes enfants à la sortie de l’école, ils veulent rester à la pause cartable »

Les « moins » des rythmes actuels -

La fatigue o

Les journées sont parfois longues, en particulier pour les enfants qui participent à tous les temps d’accueil périscolaires. Plusieurs intervenants soulignent une fatigue chez les enfants dès le jeudi, se traduisant par des difficultés de concentration en classe

o

Le fonctionnement actuel serait plutôt adapté aux 3e cycles mais engendrerait une fatigue importante pour les plus petits (principalement pour les petites et moyennes sections).

o

La sieste pour les petits est actuellement assez tardive (14h) et trop courte.

o

Le mercredi, les animateurs du centre de loisirs notent une fatigue importante chez les enfants, y compris parmi les plus grands (6-9 ans) qui demandent régulièrement à pouvoir se reposer le mercredi après-midi

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

11


o

Pour plusieurs participants, ce n’est pas forcément la répartition des rythmes éducatifs sur 4,5 jours qui engendre de la fatigue chez les enfants, mais plutôt le changement d’organisation tous les 3-4 ans : le besoin de stabilité est relevé par les participants

-

Un début des classes trop tardif : les enfants sont en attente d’apprentissages entre leur départ de la maison et leur arrivée à l’école. L’accueil périscolaire du matin peut s’avérer très long pour les enfants

-

Les enfants seraient souvent excités voire tendus du fait d’être beaucoup en collectif

-

Les enfants disposent d’un temps plus court pour les activités à l’extérieur de l’école, en particulier le mercredi.

-

D’après certains participants, les activités périscolaires proposées ne seraient pas assez développées. Plusieurs aimeraient que davantage d’activités « éducatives » et culturelles soient proposées l’après-midi.

-

La répartition des vacances scolaires est aussi questionnée, avec une période trop longue de fin avril jusque début juillet

Perspectives d’évolution -

-

-

Repenser l’organisation des journées de classe : o

Commencer plus tôt le matin pour que les enfants soient moins en collectif tout le temps

o

Proposer des matinées plus longues de 4h, avec des pauses goûter/récréatives pour permettre aux enfants de se divertir et jouer

o

L’après-midi, se focaliser sur des activités et les découvertes

Éventuellement proposer un rythme différent pour les maternelles et élémentaires afin de ne pas brusquer les plus petits, tout en permettant aux grands d’avoir un rythme adapté à leurs besoins o

Les grandes sections et élémentaires pourraient avoir un rythme similaire, notamment pour faciliter l’organisation des classes à double niveau GS/CP.

o

Peut-être proposer des aménagements pour les enfants nés en début vs fin d’année : les besoins biologiques sont souvent différents, même au sein d’un même niveau

Développer des moyens logistiques et humains (matériel, mobilisation d’adultes supplémentaires pour ouvrir une salle de pause en plus par exemple…) pour permettre aux enfants qui le souhaitent de dormir

2 - La vie familiale (organisation, modes de garde, …) Les « plus » des rythmes actuels -

L’amplitude horaire de l’accueil périscolaire est très appréciée des parents, en particulier le soir o

-

Elle offre une flexibilité importante pour les familles travaillant tard et/ou sur les communes extérieures (notamment Lyon) : la conciliation de la vie familiale et professionnelle est facilitée

Certains parents apprécient que les classes débutent à 9h car ils peuvent passer du temps avec leur enfant à la maison le matin, en particulier s’ils n’ont pas la possibilité de les déposer à l’école ensuite.

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

12


Les « moins » des rythmes actuels -

Certaines familles apprécieraient que l’heure de début des classes soit avancée à 8h30. Cela permettrait à plusieurs parents d’amener leur enfant à l’école et d’avoir un lien parent/enseignant. o

Des participants au groupe de réflexion soulignent toutefois que les parents sont souvent pressés le matin et n’auraient pas forcément le temps d’échanger davantage avec les enseignants si les classes débutaient plus tôt.

Perspectives d’évolution -

Un besoin de stabilisation des rythmes éducatifs : les parents organisent leur vie professionnelle autour des rythmes de leurs enfants, le changement récurrent ces dernières années de fonctionnement des rythmes scolaires complexifie leur quotidien

3 - Le quotidien des professionnels (Ville et Education Nationale) Les « plus » des rythmes actuels -

ATSEM : des journées de travail allégées depuis le passage à une organisation sur 4,5j (travaillent désormais 9h15 par jour au lieu de 10h30).

-

Enseignants :

-

o

Le fait d’avoir une matinée supplémentaire de travail le mercredi est bénéfique car les enfants travaillent bien le matin (c’était aussi le cas du samedi matin)

o

« Les journées allégées en enseignements sont appréciables »

Agents de ville : diversification de leurs tâches car s’occupent maintenant de l’accueil du matin

Les « moins » des rythmes actuels -

Les ATSEM ont désormais moins de temps pour entretenir leur classe

-

Agents de ville :

-

o

Alourdissement de leur charge de travail : les agents ont le sentiment de courir toute la journée et ressentent une fatigue importante car ils se lèvent aux alentours de 4h30 pour débuter leur journée de travail à 6h

o

La pause méridienne clôture maintenant leur journée de travail et peut quelques fois s’avérer difficile : « on se sent éreintés et parfois on supporte moins de choses, on a moins de patience. Mais on les aime ces enfants ! ».

o

Plusieurs agents ont fait valoir que l’organisation actuelle des rythmes éducatifs complique l’entretien des classes : « on aimait avoir le mercredi de disponible pour bien faire l’entretien des différentes classes. Maintenant on doit étaler ce travail sur les journées de la semaine, en nettoyant un peu tous les jours ».

Enseignants : un certain nombre de parents dont l’enfant est scolarisé en maternelle et qui ne travaillent pas le mercredi demandent la possibilité de ne pas mettre leur enfant à l’école le mercredi matin. Pour les enseignants, il peut être difficile d’organiser la classe et de proposer un programme différent le mercredi matin afin que ceux qui ne viennent pas à l’école ne ratent pas des éléments importants.

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

13


-

Les équipes d’animation rencontrent des difficultés le mercredi après-midi car ce temps extrascolaire est devenu un temps périscolaire : il n’est plus possible d’organiser des sorties à la journée ou de proposer des animations mobilisant beaucoup les enfants car ils sont nombreux à exprimer de la fatigue o

« Au centre de loisirs, on ne peut plus proposer d’activités aux 3-5 ans le mercredi aprèsmidi car ils sont trop fatigués. Même en élémentaire, de nombreux enfants demandent à venir dormir avec les petits le mercredi après-midi parce qu’ils se sentent fatigués ».

o

Les animateurs ont un sentiment de perte d’utilité : « Le mercredi, les enfants sont fatigués et ne veulent pas faire d’activités, à part des jeux comme les Lego ou les Kapla. On a l’impression de ne plus pouvoir leur proposer grand-chose ni de leur apporter de réelle plusvalue »

Perspectives d’évolution -

Au centre de loisirs le mercredi après-midi, peut-être proposé un double programme avec une animation et une autre activité « à la carte » comme par exemple la possibilité de dormir pour s’adapter aux différents besoins des enfants présents

-

Déplacer la demi-journée d’école du mercredi au samedi matin o

Cela permettrait que le lien avec l’école soit accessible pour les deux parents, y compris dans les familles divorcées.

o

A noter que les avis des participants au groupe de réflexion sont partagés sur le sujet : certains se sont exprimés contre l’école le samedi matin, arguant qu’il s’agit d’un des seuls moments qu’ils peuvent avoir avec leur enfant sans contrainte professionnelle.

CONCERTATION RYTHMES EDUCATIFS - COMPTES-RENDUS DES GRIP

14

Cr grip session n°1 eneis  
Cr grip session n°1 eneis  
Advertisement