Issuu on Google+

Communiqué de presse Application du mandat d’arrêt européen à l’encontre d’Aurore Martin : Monsieur Dartigolles doit présenter des excuses

La violence des propos tenus par Olivier Dartigolles depuis plusieurs jours à l’encontre du Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a pris des proportions inacceptables, indignes d’un élu municipal, qui plus est porte-parole du PCF, qui prétend par ailleurs défendre haut et fort les valeurs de la République. L’arrestation et l’extradition d’Aurore Martin se sont déroulées selon un processus légal irréprochable. Comme prévu par le mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne – conformément à la procédure prévue par la Cour européenne des droits de l’homme et confirmé par la Cour d’appel de Pau, cette militante de l’organisation Batasuna a été interpellée et remise aux autorités espagnoles. La mise en cause par Olivier Dartigolles du Ministre de l’Intérieur, qui n’a fait ici qu’exécuter une décision judiciaire, comme l’a d’ailleurs confirmé la Garde des Sceaux Christiane Taubira, traduit, de la part de l’élu communiste, une ignorance profonde du fonctionnement de la justice et de la règle fondamentale de séparation des pouvoirs. A ce stade, l’acharnement de Monsieur Dartigolles frise l’hystérie et doit cesser sans délai. La lutte contre toutes les formes de terrorisme ou d’incitation au terrorisme, tout autant que la coopération judiciaire européenne, ne sauraient souffrir d’aucune forme de laxisme. C’est à la fois la sécurité de nos concitoyens et le respect des engagements européens de la France qui sont en jeu. Par ailleurs, il ne revient pas à la France de se substituer au parquet espagnol et de réinterpréter des dispositions réglementaires adoptées par ce dernier. Je demande instamment au porte-parole du PCF de retrouver une attitude digne et républicaine, et de présenter immédiatement ses excuses à la justice, à la Garde des Sceaux et au Ministre de l’Intérieur.

Carlos Da Silva


Communiqué de presse