Issuu on Google+

Lecture critique d’un article portant sur une expérience recourant aux TIC

Fiche de lecture critique Analyse de l’article de Aguerre, S. (2010). "De la tâche comme point focal d’un dispositif de formation hybride à la tâche comme point focal de l’apprentissage". In A.-L. Foucher, M. Pothier, C. Rodrigues & V. Quanquin (dir). La tâche comme point focal de l'apprentissage. Actes du 2ème international

Tidilem

(Tice

et

Didactique

des

Langues

colloque

Étrangères

et

Maternelles), 10-11 juin 2010, Clermont-Ferrand.

Disponible en PDF à l’adresse suivante : http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/49/50/54/PDF/Aguerre.pdf

I - Contexte de l’étude Dans cette publication l’auteur nous offre une profonde réflexion sur la notion de tâche et propose sa médiatisation par le biais du Tableau Blanc Interactif (TBI) dans un dispositif de formation en alternance entre présentiel et à distance (ou hybride). Étant donné le caractère expérimental du dispositif aucune précision n’est apportée quant à sa mise en place. En ce sens, les caractéristiques des apprenants, les tâches proposées, les outils utilisés, ou encore l’empan temporel de l’expérience ne sont pas abordés. D’autre part, il n’est pas exposé clairement qu’il est question de didactique des langues. En revanche, l’objectif de la recherche est exposé de la façon suivante : il s’agit de démontrer comment la tâche, « point focal » du dispositif, devient pour l’apprenant le « point focal » de son apprentissage. A ce titre, l’auteur aborde


Lecture critique d’un article portant sur une expérience recourant aux TIC

les potentialités didactiques du TBI et justifie son intégration dans son projet. Pour l’instant les résultats ne sont pas encore connus.

II - Le Tableau Blanc Interactif Dans ce dispositif le TBI est envisagé dans les temps en présentiel de la formation et sert à réinvestir les tâches des apprenants médiatisées et scénarisées. C’est parce qu’il est utilisé en présentiel pour la phase de régulation que son utilisation prend sens pour l’auteur puisque, selon lui, le TBI présente des avantages du point de vue de la temporalité de la régulation. En effet, il semble être apprécié que ce soit pour la régulation rétro-active (revenir sur ce qui a déjà été vu), la régulation pro-active (qui permet l’organisation des apprenants) ou la régulation interactive. Par ailleurs, son usage est justifié par ses deux principales fonctionnalités : l’affichage et l’enregistrement. Il est pour l’instant très difficile de critiquer ou d’évaluer les recherches car le projet n’en est encore qu’à un stade liminaire. En effet, il ne s’agit pour l’instant que de théorie qui peut se révéler abstraite pour le lecteur. La terminologie est pourtant bien définie, elle s’appuie sur des citations de Puren et de Mangenot et semble rejoindre les principales théories de l’approche actionnelle. Mais lorsqu’il s’agit d’aborder le TBI l’auteur ne fait pas assez référence à des études et ne donne pas de données empiriques. En outre, il est tout à fait possible d’envisager d’autres outils pour en utiliser les mêmes fonctions comme un simple rétroprojecteur et un ordinateur. Le TBI présente certainement l’avantage de rassembler plusieurs outils en une seule interface facile d’utilisation. Dans le descriptif du projet l’intégration du TBI est donc justifiée par l’auteur mais le TBI est surtout utilisé à titre d’exemple de médiatisation. Il sert essentiellement à illustrer les théories développées dans le dispositif. Par conséquent, il parait inéluctable de questionner sa réelle


Lecture critique d’un article portant sur une expérience recourant aux TIC

pertinence dans l’approche actionnelle étant donné que cet outil est plus adapté à la forme de cours magistral.


Analyse - Gabriel