Issuu on Google+

N

w

Numéro 32   Décembre 2010

DOSSIER » L'ACCOMPAGNEMENT PSYCHOLOGIQUE DES AÎNÉS

2

L’actualité du Grand Âge

3

Le Dossier du mois

7

La Fiche Pratique

8

Découvrir Cap Retraite

» ÉDITO

DOSSIER L’accompagnement psychologique des aînés

Sommaire ////////////////////    Identifier les symptômes de problèmes psychologiques  /// p. 3    L’accompagnement psychologique à domicile /// p. 4   L’accompagnement psychologique en EHPAD /// p. 4    L’Humanitude : la relation humaine au cœur du soin /// p. 5    Interview : Virginie Lebon, psychologue en EHPAD /// p. 6 Numéro Vert Spécial  Pro 

0800 400 008

Le Grand Âge et ses bouleversements constituent une étape délicate sur le plan psychologique. Le retrait de la vie active, les problèmes de santé, le décès du conjoint ou l’isolement social peuvent notamment être source de déstabilisation pour nos aînés. Les proches et les professionnels entourant la personne âgée doivent ainsi faire preuve de beaucoup de sensibilité, d’écoute et de vigilance. La période de fin d’année est particulièrement difficile pour les aînés en détresse, c’est pourquoi nous avons choisi d’aborder ce mois - ci le thème de l’accompagnement psychologique. Nous vous proposons dans ce dossier plusieurs éléments - clefs pour dépister les principaux symptômes de troubles psychologiques chez la personne âgée et connaître les différents dispositifs de prise en

charge, à domicile et en maison de retraite. Nous espérons que les dossiers pratiques de nos CapNews publiés tout au long de cette année 2010 vous ont été utiles pour accompagner les aînés et leurs familles. Vous pouvez retrouver en quelques clics tous les numéros de cette lettre d’information à l’adresse suivante : www.capretraite.fr/capnewspro Notre Service Pro reste comme toujours à votre disposition au 0800 400 008 ou par courriel : social@capretraite.fr. Bonne lecture et tous nos meilleurs vœux pour l’année 2011 ! L’équipe de Cap Retraite


» L’ACTUALITÉ DU GRAND ÂGE +

Il n’y a pas d’âge pour adopter…des petits-enfants !

D'un côté de la pyramide des âges, il y a les aînés dont le rôle de grands-parents est souvent remis en question par l'éloignement géographique ou l'éclatement de la famille. De l'autre, des enfants privés de papy et mamy par les circonstances de la vie et ne demandant pas mieux que de s'attacher à des « grands - parents » de coeur. Alors pourquoi ne pas les mettre en relation ? Un lien intergénérationnel désiré C'est l'idée qui est à l'origine du site Internet « Super Grands - Parents », proposant de mettre en relation personnes âgées et familles à la recherche d'un modèle senior pour leurs enfants. Ce site de rencontres entre aînés qui ont du temps et de l'affection à octroyer et familles à la recherche de racines pour leurs enfants a été créé par Christelle Levasseur, elle-même élevée par sa grand-mère. Cette initiative donne un nouveau sens à la vie des séniors qui s'investissent dans une relation élective avec une famille désireuse de profiter de leur expérience de la vie. Ce lien apporte beaucoup à la personne âgée qui retrouve un rôle social important pour son bien - être. Parrainer un enfant d'à côté Une formule similaire de parrainage avait été lancée il y a plus de vingt ans par l'association «Parrain pour mille  » afin de proposer aux personnes – âgées ou non – de parrainer « un enfant d'à côté ». Cette initiative visait à apporter un soutien affectif à un enfant issu d'un milieu défavorisé. Le site « Super Grands-Parents » élargit aujourd’hui cette idée en proposant à toutes les familles qui le souhaitent de rencontrer des grands - parents de cœur.

+

Maintien à domicile : inauguration de la Maison Intelligente

Inaugurée début novembre à Blagnac, la « Maison Intelligente » vient apporter une contribution significative aux efforts pour assurer le bien-être et la sécurité des personnes âgées à domicile. Elle renforcera notamment la recherche de nouvelles technologies pour l’autonomie des aînés. Une collaboration entre milieux universitaires et industriels La « Maison Intelligente » est le fruit d’une étroite collaboration entre l'IUT de Blagnac en Haute - Garonne et l'université de Toulouse. Cette plate - forme d'expérimentation servira à former des étudiants à l'assistance à domicile, mais aussi à la recherche de technologies favorisant le maintien à domicile. La Maison Intelligente accueillera d’une part des formations pratiques pour les étudiants du diplôme universitaire de technologie d'aide et d'assistance pour le monitoring et le maintien à domicile (2A2M), délivré par l'IUT. Elle sera d'autre part ouverte aux expositions et présentations d'entreprises des secteurs de l'industrie et des services. Une plate-forme expérimentale La Maison Intelligente sera équipée de produits expérimentaux visant à assurer un environnement sécuritaire aux personnes âgées ou handicapées désireuses de demeurer les plus autonomes possible malgré la dépendance. Le site sera ainsi doté de capteurs et actionneurs, qui permettront d'automatiser le fonctionnement de systèmes comme l'ouverture des volets ou l'allumage de la lumière lorsque le résident se lève, ou de prévenir une centrale d'appel en cas de danger. Il permettra aussi l'accueil de start-up, de séminaires, de projets d'études et de travaux pratiques pour les étudiants. Une véritable avancée technologique en perspective !


» DOSSIER DU MOIS 

+

L'accompagnement psychologique des aînés

Les changements importants vécus au troisième et quatrième âge (perte de rôle social suite au départ à la retraite, déclin des facultés physiques ou mentales, perte du conjoint, solitude…) peuvent engendrer une crise identitaire qu’il n’est pas toujours facile de surmonter sans une aide extérieure. C’est pourquoi les proches et les professionnels entourant la personne âgée ont un rôle déterminant à jouer pour dépister les signes annonciateurs des troubles psychologiques. Dans le cadre de ce dossier, nous avons rassemblé pour vous les principaux symptômes de problèmes psychologiques ainsi que les solutions de prise en charge à domicile et en établissement. Comment identifier les symptômes de problèmes psychologiques  Pour dépister rapidement les troubles psychologiques chez les personnes âgées et agir en conséquence, il est indispensable de savoir en identifier les symptômes. Les signes de détresse psychologique • Tristesse inexpliquée ; • Abandon de tout projet, manque de motivation ; • Isolement et rejet des autres ; • Irritabilité, hostilité ; • Perte de poids ou perte d’appétit ; • Troubles du sommeil ; • Fatigue permanente ; • Difficultés à se concentrer, indécision chronique ; • Pensées de mort ou de suicide ; • Sentiments d’inutilité, perte d’estime de soi ; • Plaintes fréquentes de douleurs physiques ;

Lorsque l’on constate l’apparition de tels symptômes, il est impératif d’informer en premier lieu le médecin traitant afin d’effectuer une évaluation précise de la situation. CAPNEWS » DÉCEMBRE 2010 - N˚32

LE SAVIEZ- VOUS ? La dépression est la pathologie la plus fréquente chez les personnes âgées. Malheureusement, elle n’est pas diagnostiquée à temps dans 60 à 70 % des cas.


» EN SAVOIR PLUS Les principales échelles d’évaluation de la dépression au grand âge : • l’échelle de mesure de la dépression DRS, issue du RAI-MDS 2.0, un outil d’évaluation utilisé dans les institutions ; • l’échelle de dépression gériatrique GDS (15 items), remplie directement par le résident ou passée par le soignant ; • l’échelle QD2A de Pichot, en cas de trouble mnésique associé ; • l’inventaire neuropsychiatrique NPI-ES, en cas de troubles du comportement dus à une démence.

Les solutions d’accompagnement psychologique pour les aînés à domicile    Consultations psychologiques  subventionnées : les CCAS et CLIC proposent généralement un soutien psychologique pour les personnes âgées en détresse. Il est également important de s’informer auprès des caisses de retraite. Certaines d’entre elles offrent des aides financières pour les aînés nécessitant un soutien psychologique professionnel.    Soutien psychologique par téléphone : la Croix-Rouge a mis en place un service d’écoute, d’aide, d’orientation et de soutien psychologique par téléphone. Cette ligne est gratuite et anonyme pour toutes les formes de détresse rencontrées. Tél : 0800 858 858    Les professionnels de l’aide à domicile et plus particulièrement les auxiliaires de vie, développent souvent une relation forte avec l’aîné. Les visites régulières de ces intervenants contribuent à éviter l’isolement de la personne âgée. Ces professionnels seront souvent les premiers à déceler des signes de troubles psychologiques.    Les associations de bénévoles : il existe de nombreuses initiatives locales de bénévolat pour tenir compagnie aux aînés. Pour plus de renseignements : www.francebenevolat.fr    Les structures d’accueil de jour permettent d’éviter l’isolement social des aînés au travers d’activités en groupe, de rencontres, de discussions et d’ateliers. Gérées par le CCAS ou par diverses associations, ces structures proposent des accueils variant d’une demi-journée à plusieurs jours par semaine. L’association ADMR propose notamment ce type d’accueil. Pour tous renseignements supplémentaires : www.admr.org

Lorsque la gravité des problèmes psychologiques remet en question la poursuite du maintien à domicile de la personne âgée, il est souvent préférable d’envisager l’entrée en maison de retraite médicalisée, pour un accueil temporaire ou permanent. Cette solution s’impose en particulier lorsqu’il n’est pas possible d’assurer une présence permanente au domicile de l’aîné. L’accompagnement psychologique des aînés en maison de retraite En établissement, le dépistage et la prise en charge des troubles psychologiques de la personne âgée sont souvent plus structurés qu’à domicile. En effet, le personnel de la maison de retraite est en contact constant avec le résident et peut donc identifier rapidement toute évolution inquiétante dans son comportement. L’aide soignante, mais aussi les agents de service auront tôt fait de remarquer lorsqu’un pensionnaire peine à se lever, perd l’appétit, ou se renferme sur lui - même et ne s’adresse plus aux autres résidents. Les membres de l’équipe soignante sont sensibilisés à la détresse psychologique des aînés dans le cadre de leur formation.


Plusieurs signes peuvent indiquer au personnel que « quelque chose ne tourne pas rond » : la personne âgée anxieuse, par exemple, redemandera toujours la même chose et vérifiera l’heure à tout moment. Elle a l’impression que le jour ne passe pas et a besoin d’être rassurée. Autre comportement symptomatique : le résident regarde tout le temps par la fenêtre ou il attend à la porte de l’établissement. Le pensionnaire souffrant d’un mal-être psychologique sonnera souvent pour appeler les auxiliaires de vie, sans pouvoir leur dire ce qu’il désire. Lorsque le personnel constate l’un de ces comportements alarmants, il informe l’infirmière référente et/ou le médecin coordonnateur. Ces derniers effectueront divers tests afin de diagnostiquer une éventuelle dépression ou des troubles comportementaux. Le résident sera dirigé si nécessaire vers le psychologue de l’EHPAD, généralement présent une à deux journées par semaine. Celui-ci prendra alors en charge son accompagnement psychologique. (Voir notre interview détaillée avec une psychologue en EHPAD en page 8). En plus du psychologue, l’équipe de l’EHPAD comprend un animateur chargé d’organiser des activités sociales ou thérapeutiques bénéfiques pour l’équilibre psychologique des résidents. L’animateur et le psychologue propose notamment des groupes de parole et des ateliers-mémoire. L’Humanitude : replacer la relation humaine au cœur du soin En maison de retraite, le bien-être du résident dépend en grande partie du comportement du personnel à son égard. Aujourd’hui, les équipes soignantes des EHPAD, tout comme les agents de service et même le personnel administratif, sont formés à l’humanitude, une méthode de soins élaborée par Yves Gineste et Rosette Marescotti. Cette méthode est également adoptée progressivement par les services et associations d’aide à domicile. L’humanitude vise à favoriser le bien-être de la personne âgée, en respectant tout d’abord sa dignité. L’approche du soignant à l’égard de la personnes âgée est ainsi professionnalisée, par des actes contribuant à une « mise en relation et en confiance », véritables « préliminaires aux soins » en toute sérénité. Par des gestes simples, une communication facilitée et des regards compréhensifs, le patient se sent considéré et sa prise en charge par les soignants en est facilitée. Ainsi, l’accompagnement psychologique des aînés ne se limite - t - il pas au traitement de pathologies graves, c’est au contraire toute une approche de la relation quotidienne avec la personne âgée. L’équilibre psychologique de nos aînés passe avant tout par l’écoute et le respect qui leur sont accordés. Pour conclure, citons à ce propos le Dr. Michel Cavey (2006), médecin gériatre : « Connaître les éléments de la vie de la personne, de son histoire, de ses repères affectifs pour mieux l’accompagner dans le respect de son chemin : la réalité la plus précieuse est la réalité subjective, celle qui est sentie, vécue. C’est cela qu’il faut entendre. Au fond, on arrive à des choses assez simples ».

CAPNEWS » DÉCEMBRE 2010 - N˚32

L’humanitude : des gestes simples qui font toute la différence La méthode de soins de l’humanitude consiste à abandonner les automatismes et assurer une véritable relation humaine avec la personne âgée, grâce au regard, à la parole et au toucher. Le soignant va ainsi penser chacun de ses actes pour témoigner son respect à l’égard de l’aîné. Par exemple, au levé, l’aide soignante s’approchera du résident de face et non du côté des barrières du lit. Elle se mettra au niveau de l’aîné et s’appliquera à rencontrer son regard. Elle engagera la parole avec lui et lui expliquera ce qu’elle fait. Au lieu de saisir la personne âgée par le poignet, elle aura garde de lui prendre la main et d’offrir un contact agréable.


» INTERVIEW +

Virginie Lebon Psychologue en EHPAD

Depuis la réforme de la tarification des EHPAD (arrêté du 29 avril 1999), la présence d'un psychologue est obligatoire dans tous les établissements. Cap Retraite a interrogé pour vous Mme Virginie Lebon, psychologue de l’EHPAD « les Augustins », un établissement public de 105 places situé à Aubigny - sur - Nère (dans le Cher). Quel est le rôle du psychologue en Ehpad ? En institution, le psychologue a avant tout un rôle d'écoute du résident. Souvent, la décision d'entrer en établissement ne vient pas de la personne âgée, mais de sa famille ou du médecin. Il faut donc essayer de comprendre les raisons de l'entrée du résident et l'accompagner pour qu'il accepte son arrivée en institution. Il s'agit ensuite de l'accompagner face au « deuil ». Le résident fait en effet le « deuil » de sa vie passée, de sa maison, voire de son conjoint si ce celui-ci reste à domicile, car la vie à deux va alors changer. Il peut également y avoir des personnes souffrant de dépression, qu'il faudra savoir détecter, puis accompagner par l'écoute. Le psychologue s'occupe aussi des résidents atteints d'un syndrome démentiel. Dans ce cas, l'accompagnement se fait après celui des soignants, en s'appuyant sur les informations concernant la pathologie de la personne et sa prise en charge spécifique. Comment intervenez-vous auprès des résidents ?    Le psychologue ne donne pas de médicaments. L'entretien psychologique aura la forme d'un entretien clinique : beaucoup d'écoute, reformulation… Un suivi sur plusieurs semaines sera également effectué à la demande du soignant ou du résident. Des groupes de parole entre les résidents peuvent être mis en place, afin de créer un lien. Ils permettent d'échanger et de faire travailler la mémoire car les thèmes proposés font appel à la mémoire ancienne.

Le psychologue a également un rôle dans la mise en place du projet de soins des résidents. Le projet individualisé est en effet élaboré en concertation avec le médecin coordonnateur, le psychologue et les équipes, qui échangent sur l'histoire du résident et définissent les objectifs à tenir, en prenant en compte tout l'aspect médical. Y  a - t - il une prise en charge spécifique pour les malades d'Alzheimer ? Lorsque le malade communique encore et qu'il est conscient de son état, notre rôle va être d'écouter s'il a des peurs ou des angoisses et de le rassurer. Il s'agira plus d'écoute et moins de thérapie. Lorsque le résident n'est plus conscient de son état, c'est la famille qui souffre

et qu'il faut prendre en charge, en l'écoutant, en la rassurant et en lui expliquant la pathologie. Cet accompagnement se fait en lien avec le médecin coordonnateur. Quelle est la relation entre le psychologue et le personnel ? Il y a toujours un lien avec le personnel, les équipes soignantes et le médecin coordonnateur. Le psychologue doit en effet échanger avec les équipes pour connaître l'état de santé des résidents. Il travaille également en collaboration avec les kinés, les orthophonistes et éventuellement les autres psychologues qui font partie d'un réseau départemental. Ce réseau permet d'échanger avec les collègues sur les difficultés dans le travail.


» Fiche Pratique

L’accompagnement psychologique des aînés Vous trouverez dans cette fiche pratique un résumé des principaux symptômes permettant d’identifier la détresse psychologique d’une personne âgée, ainsi que les solutions de prise en charge à domicile et en établissement.

Dépistage de la détresse psychologique    Facteurs de risque : l’isolement, le retrait de la vie active, les deuils, la perte d’autonomie, les modifications de la personnalité.     Symptômes alarmants : désespoir, mésestime de soi, troubles de l’alimentation et / ou du sommeil, pensées suicidaires, fatigue permanente, la prise ou la perte de poids, repli sur soi. L’accompagnement psychologique à domicile Le médecin traitant de la personne âgée doit être alerté en premier lieu lorsque des symptômes de détresse psychologique sont constatés. Plusieurs solutions de prise en charge sont envisageables :    Consultations psychologiques subventionnées La plupart des CCAS et CLIC proposent un soutien psychologique aux aînés en détresse. Certaines caisses de retraite ou mutuelles offrent également des aides financières pour des consultations psychologiques.    Soutien psychologique par téléphone La Croix-Rouge française a mis en place une ligne spéciale de soutien psychologique, CAPNEWS » DÉCEMBRE 2010 - N˚32

« Croix - Rouge Écoute », permettant aux personnes en souffrance de s’exprimer librement tout en conservant l’anonymat. Tél : 0800 858 858    Services d’aide à domicile La présence régulière d’une aide à domicile chez la personne âgée permet d’atténuer le sentiment d’isolement social, souvent facteur de dépression et d’anxiété.    Associations de bénévoles De nombreuses associations locales organisent des visites régulières de bénévoles chez les personnes âgées. Pour en savoir plus : www.francebenevolat.fr    Structures d’accueil de jour Les pouvoirs locaux et associations gèrent des structures d’accueil de jour pour les aînés à domicile. Egalement proposées dans certaines maisons de retraite, ces structures proposent diverses activités sociales et ateliers favorisant le bien - être des aînés. Accompagnement psychologique en EHPAD

    Le personnel de l’EHPAD peut ainsi déceler rapidement des changements alarmants dans le comportement du résident.     L’infirmière référente et/ou le médecin coordonnateur se chargent de diagnostiquer les troubles en fonction des différents facteurs.     Le psychologue de l’EHPAD effectue le suivi personnalisé du résident souffrant de troubles psychologiques. L’Humanitude : la relation humaine au cœur du soin La philosophie de soins de de l’Humanitude, développée par Y. Gineste et R. Marescotti, met l’accent sur les concepts de bientraitance et de « règles de l’art » dans le soin :     Cette méthode souligne l’importance de la relation humaine dans l’aide apportée au quotidien aux aînés, aussi bien à domicile qu’en établissement.

Le dépistage et la prise en charge de la détresse psychologique de l’aîné est souvent plus efficace en maisons de retraite médicalisée :

    Il s’agit d’abandonner les automatismes afin d’offrir aux personnes âgées l’écoute et le respect indispensables pour préserver leur bien - être psychologique.

  Les aides soignantes et les agents de services sont formés pour identifier les signes de détresse des aînés.

  Les formations à l’Humanitude se développent sensiblement au sein des EHPAD et des services d’aide à domicile.


» Découvrir Cap RetraitE

+

À la rencontre des conseillers Cap Retraite

La mission des conseillers Cap Retraite est très particulière. Pour mieux comprendre leur travail, nous avons interviewé Pascal A. qui accompagne depuis plus de 6 ans les aînés et leurs familles dans leur recherche de maisons de retraite. Pascal, en quoi consiste véritablement le rôle d'un conseiller Cap Retraite ? Le conseiller Cap Retraite est avant tout à l'écoute des familles, afin d'identifier les besoins de la personne âgée. Nous avons pour mission de les conseiller dans le choix des établissements les plus adaptés au profil de leur proche et de les aider à effectuer les démarches nécessaires. Quels sont les difficultés rencontrées par les familles à la recherche d'un établissement ? Les familles se sentent souvent désemparées face à l'urgence de la situation de leur proche (pression des hôpitaux, perte d'autonomie soudaine, etc.) Elles ne connaissent pas les maisons de retraite et font fréquemment face au manque de places dans leur département. Pour les aider, nous procédons à une recherche régulière et répétée jusqu'à ce qu'une place se libère dans le secteur souhaité. En attendant, nous proposons une alternative temporaire dans un autre département. Quels sont les points les plus importants pour les familles et comment intervenez - vous ? Les familles souhaitent trouver rapidement une place dans un établissement de qualité, situé à proximité de leur logement, et ce à un prix abordable. Pour répondre à ces critères, nous sommes en relation avec près de 800 résidences dont nous connaissons les disponibilités, ainsi que les prestations et les caractéristiques. Au besoin, nous les mettons en relation avec d’autres familles aidées par Cap Retraite qui ont déjà leurs proches dans ces établissements. Que faites-vous lorsque la famille n’a pas de ressources suffisantes ? Nous expliquons aux enfants comment ils peuvent participer financièrement à l'hébergement de leur aîné, tout en jouissant d'une déduction fiscale le cas échéant. Nous les renseignons également sur les différentes aides financières (APA, aides sociales...) et leur mise en œuvre. Nous les mettons en relation avec le CCAS le plus proche et les aidons à effectuer les démarches. Qu’appréciez-vous le plus dans votre activité ? Notre capacité à guider et soulager des familles entières, ainsi que la reconnaissance et la confiance des familles qui communiquent nos coordonnées à leurs proches et amis. Je me souviens d'une anecdote : un écrivain connu a fait appel à nous pour trouver une maison de retraite à son employée de maison qui avait passé plus de 30 ans à son service. Cela m'a valu deux livres dédicacés et une invitation à un déjeuner que je n'ai malheureusement pas pu honorer ! Vous avez apprécié notre newsletter ? Pour la recevoir, inscrivez-vous :

 » en adressant un email à social@capretraite.fr  » en adressant vos coordonnées par fax au 01.57.31.75.17,  » ou en appelant le 0 800 400 008, le numéro vert Spécial Pro. Numéro vert  Famille 

Numéro vert Spécial  Pro 

0800 891 491

0800 400 008

Notre site Internet : www.capretraite.fr


decembre