Page 1

N

Numéro 15

w

juin 2009

La lettre d’information de Cap Retraite dédiée aux professionnels de l’accompagnement des personnes âgées

2

L’actualité du Grand Âge

3

Dossier Cap Retraite : Visites intergénérationnelles en maison de retraite

7

Focus sur… Régler les litiges en EHPAD

8

»ÉDITO Il est important, pour que la maison de retraite puisse demeurer un lieu de vie, de préserver les relations familiales entre la personne âgée résidente et l’ensemble de ses proches. L’effet de visites régulières et prolongées et leur importance pour le bien-être moral de la personne hébergée est indéniable. Mais trop souvent, ces visites se font comme à l’hôpital, et les familles hésitent parfois à y emmener les enfants et petits-enfants. Or ces rencontres entre génération sont le prolongement même de la vie : elles peuvent grandement bénéficier à tous. C’est le thème de notre dossier, qui comprend également une fiche pratique permettant de bien préparer votre visite intergénérationnelle en maison de retraite.

Découvrir Cap Retraite... Les formations Cap Retraite

Numéro Vert Spécial  Pro 

0800 400 008 L’équipe de Cap Retraite garde le souhait constant d’être à votre écoute : faites nous part de vos commentaires, de vos questions, mais aussi des sujets que vous aimeriez voir aborder dans cette lettre d’information. Pour tout cela, mais aussi pour demander votre abonnement à notre newsletter, contactez nos services par téléphone, via notre Numéro Vert Spécial Pro 0800 400 008, par fax au 01.53.01.36.39 ou bien encore par email à capnews@capretraite.fr. Nous espérons, avec l’édition de ce nouveau numéro, que cette newsletter vous sera utile et précieuse à conserver, et que nous continuerons ainsi à vous aider dans votre mission d’accompagnement des personnes âgées. Bonne lecture !

L’équipe de Cap Retraite.

dossier Visites intergénérationnelles en maison de retraite Sommaire ////////////////////////

» Fiche pratique : Préparer votre visite intergénérationnelle /// p 3

» Les visites, un nécessaire soutien moral et psychologique /// p 4

» Accueillir ses petits-enfants en maison de retraite /// p 4

» Les initiatives intergénérationnelles en établissement /// p 5

» Préserver le lien familial entre deux visites /// p 5

» Actions intergénérationnelles : une sélection d’associations /// p 6

» Les résidents et leur famille : les relations en chiffres /// p 6


» ACTUALITÉ DU GRAND ÂGE

+

La maladie d’Alzheimer pour les nuls La célèbre collection de manuels «Pour les nuls» s’intéresse à la question de la maladie d’Alzheimer, ce véritable enjeu social qui véhicule des «idées reçues». Coécrits par les docteurs Jacques Selmès et Christian Derouesné, cet ouvrage complet de 408 pages est destiné particulièrement aux aidants, professionnels ou non. « La maladie d’Alzheimer pour les nuls » Cet ouvrage récent est certainement une aide importante pour toutes les personnes concernées, qu’elles soient professionnelles ou proches familiaux. Grâce à une information claire et actualisée de la maladie, le livre permet de mieux comprendre et donc de mieux accompagner le malade au quotidien. Simple, pratique, clairement séparé en rubriques clés, «  la maladie d’Alzheimer pour les nuls » vous apportera les réponses aux différents problèmes qui peuvent surgir lors de son apparition et de son évolution. Maladie du cerveau, mais aussi maladie de la personne et de la famille, voire maladie de la société, tous les domaines sont abordés… Destiné avant tout aux aidants, l’ouvrage présente théories (la démence, les échelles, le stigma de la maladie, la nécessité de dire le diagnostic), et conseils pratiques (la voiture, la boite à outils, l’aménagement de l’habitat). A lire absolument ! La maladie d’Alzheimer pour les nuls Jacques Selmès et Christian Derouesné - First Editions

+

Gare à la dénutrition des personnes âgées ! L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des aliments (AFSSA) a publié un avis sur l’évaluation nutritionnelle des personnes âgées. Ces dernières ne mangeant pas toujours suffisamment, leurs besoins nutritionnels ne sont pas toujours couverts. Cette dénutrition les rend par conséquent plus fragiles et vulnérables. Mise en garde de l’AFSSA L’avis publié le 9 janvier 2009 par l’AFSSA offre un constat peu encourageant  : en France, la dénutrition toucherait « près de 400.000 personnes de plus de 65 ans vivant à domicile, et 20 à 30% des personnes âgées dépendantes à domicile ou vivant en institution ». Selon l’AFSSA, cette dénutrition généralisée des personnes âgées aurait pour causes « l’anorexie, des pathologies aiguës, un stress psychologique ou des états dépressifs ». A surveiller donc…

Pour en savoir plus : www.afssa.fr

+

La dénutrition généralisée des personnes âgées L’étude se base sur l’évaluation des besoins nutritionnels des plus de 70 ans, personnes fragiles par définition ou atteintes de certaines maladies, dans le but de définir une ligne de conduite dans leur prise en charge nutritionnelle. Après avoir analysé de nombreux articles scientifiques sur la question, l’AFSSA a pu définir les « valeurs d’apports énergétiques et protéiques nécessaires » aux personnes âgées. Par exemple, chez le sujet « âgé fragile », ces Apports Nutritionnels Conseillés (ANC) pour être en bonne santé sont de 36 kcal/kg/j et 1 g/kg/j de protéines.

Retraite, APA, minimum vieillesse : revalorisation des indices Au mois d’avril 2009, quelques indices concernant les personnes âgées ont été légèrement revalorisés. Le montant des pensions de retraite, du minimum vieillesse (ASPA), de l’APA et de l’allocation adulte handicapée (AAH) a été augmenté de 1 à 6,9%. Augmentation des indices retraite Concernant la retraite de base, la hausse de 1% est conforme à l’inflation prévue pour 2009 (0,4%) avec un rattrapage de 0,6% pour 2008. Quant aux retraites complémentaires (Agirc, Arrco), la revalorisation des pensions est de + 1,3% depuis le 1er avril. A noter que les retraites sont désormais revalorisées au 1er avril de chaque année, et non plus au 1er janvier.

2

Augmentation de l’Aide personnalisée à l’autonomie (APA) A compter du 1er avril, les montants d’aide mensuels de l’APA varient entre 1224,63 euros (GIR 1) et 524,84 euros par mois (GIR 4). Augmentation du Minimum vieillesse (ASPA) Le minimum vieillesse, devenu « l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) » a augmenté de 6,9% au 1er avril pour les personnes seules de plus de 65 ans, ne bénéficiant pas de pension retraite. Son montant est donc de 677 euros par mois. Revalorisation de l’Allocation adulte handicapée (AAH) L’AAH, déjà revalorisée de 3,9% au 1er septembre dernier, vient d’augmenter de 2,2% au 1er avril (666,96 euros par mois). Elle sera de nouveau augmentée de 2,2% au 1er septembre prochain.


» DOSSIER

Préparer votre visite intergénérationnelle Le cadre de vie et la population d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées font souvent hésiter les adultes à y emmener leurs enfants ou petits-enfants. Pourtant les personnes âgées ont besoin d’être visitées et d’avoir un contact avec les jeunes générations. L’expérience montre qu’une visite intergénérationnelle est profitable à tous, petits et grands. Quelques conseils pour réussir cette rencontre entre générations.

» Le mode d’emploi de la visite intergénérationnelle

L’intergénération n’est pas uniquement la rencontre de personnes de tranches d’âges opposées. Il s’agit d’apprendre aux enfants à connaître leurs aînés et à s’y attacher, au travers d’activités ludiques ou culturelles. Faut-il craindre d’emmener des enfants en maison de retraite ? Il ne faut pas craindre que la turbulence des enfants et les voix enthousiastes de leurs jeux puissent gêner les résidents. Bien au contraire, ils apportent ainsi un souffle de vie régénérateur. Leur présence est bien acceptée en général, et souvent appréciée par les autres personnes âgées. Quelle est la fréquence idéale des visites ? Il n’y a pas de fréquence idéale des visites : tout dépend du contexte familial, de la proximité géographique, de l’âge des enfants et de l’état de santé de la personne âgée. Une visite hebdomadaire est souhaitable, mais peu souvent réaliste. Aussi, se fixer un objectif de visite bimensuelle, voire mensuelle, est parfaitement raisonnable. Préparer les enfants à la visite Pour faire de la visite un moment agréable de bonheur partagé, il est nécessaire de l’anticiper. Il faudra au préalable parler aux enfants de la maison de retraite : leur expliquer pourquoi leur aîné y réside, et leur dire par avance qu’ils risquent de croiser certaines personnes très âgées en fauteuil roulant, ou bien n’ayant plus tout à fait toute leur tête. Ce dialogue permet d’éviter l’appréhension éventuelle qui pourrait nuire à la réussite de la visite.

» suggestions pour une visite réussie

Pour que la visite soit réussie, il faut que les enfants ne s’ennuient pas et il faut que la personne âgée puisse ressentir qu’elle apporte quelque chose à l’enfant. Quelques idées pour transformer la visite en un moment attrayant ! Autour du chant On pourra sélectionner des disques à faire écouter à la personne âgée, ou lui demander d’entonner les chansons de sa jeunesse et, peut-être, de les apprendre aux plus jeunes. Repas de famille Manger ensemble demeure la tranche de vie la plus conviviale qui soit. Lorsque la santé de la personne âgée le permet, on pourra même organiser une sortie dans un restaurant à proximité de la résidence. « Raconte-moi, mamie » • les contes : les petits-enfants apprécient les histoires. Demander à la personne âgée résidente de lire un livre de conte ou de raconter une fable permet partager des valeurs et de rassembler les générations autour du récit. • les récits de vie : même les personnes souffrant de troubles de la mémoire conservent souvent plus longtemps les souvenirs lointains. Ainsi, il est souvent possible de lui demander de raconter des épisodes anciens de sa vie. La personne âgée est souvent heureuse de confier ses souvenirs, tandis que les enfants apprécient généralement ces instants de dialogue. autant aux petits qu’aux grands.

Autour du jeu Les jeux de société permettent d’instaurer des relations entre générations avec une bonne dose de complicité et de bonne humeur. Les jeux de carte, d’échecs ou de dame, ainsi que les dominos ou le jeu des sept familles sont de bons supports. Avec des enfants plus grands, et si la personne âgée résidente en est capable, elle pourra aussi jouer au scrabble ou à un autre jeu de lettres. Venir accompagné d’un animal domestique Si l’établissement le permet, et si la famille possède un animal domestique, on pourra rendre visite à la personne âgée résidente avec l’animal. Si la personne âgée est en mesure de sortir, elle pourra promener le chien à proximité de la résidence, ou dans son parc. On peut aussi lui faire manipuler l’animal ou tout simplement jouer et se détendre en sa compagnie. Les animaux ont un effet calmant et sécurisant, et ils plaisent autant aux petits qu’aux grands. Autour de la photo Le thème de la photographie est un support extrêmement convivial de l’échange intergénérationnel. Il peut s’agir de regarder des photos ou bien de prendre ensemble des clichés. • photos souvenirs : on pourra demander à la personne âgée de commenter les photos d’un album familial et raconter les souvenirs qu’elles évoquent. Inversement, on pourra partager une tranche de vie plus récente, en montrant les photos des dernières vacances ou du dernier week-end. • réalisation de clichés : on pourra demander à un enfant, à partir de 8 ans, de prendre des photos de la résidence, depuis la chambre ou le parc de la maison de retraite. Un appareil numérique permettra de regarder immédiatement les clichés avec la personne âgée. On pourra aussi demander à l’enfant de photographier son grand-père, et vice-versa. La prise de photo fournit ainsi le prétexte de la rencontre et de l’échange. Vos suggestions Vous avez une idée inédite d’activité intergénérationnelle ? Vous avez animé une rencontre autour d’une initiative originale ? Faites nous part de votre expérience !

3


+

» Les visites, un nécessaire soutien moral et psychologique Même si la vie en institution permet à une personne âgée d’entretenir des relations sociales, un sentiment d’abandon et d’isolement peut se faire jour si la famille néglige les visites. Pour s’épanouir dans son nouvel environnement, la personne âgée a besoin de se sentir en contact avec les membres de sa famille. L’importance des visites familiales en maison de retraite Lorsque la personne âgée entre en maison de retraite, la famille est souvent très présente : pour effectuer le choix de l’institution, accompagner l’installation, etc. Or les risques d’isolement familial du résident guettent surtout par la suite, lorsque le résident s’installe dans son nouveau lieu de vie. Souvent, les visites s’espacent et, petit à petit, le lien familial risque de se relâcher. Le rôle des familles est alors fondamental. Il est important de s’impliquer et de visiter régulièrement la personne âgée. Les contacts personnels, l’attention, les échanges complices, de véritables conversations sont nécessaires au maintien psychique, moral et affectif de l’individu. Source de contacts, de paroles et de dialogue, les visites régulières des familles sont un rayon de soleil dans le quotidien de la maison de retraite. Selon un sondage effectué auprès de 5000 personnes âgées de plus de 60 ans, plus de 9 personnes âgées sur 10 déclarent « avoir de la famille » et être en contact avec elle. Néanmoins, la qualité de ces contacts varie beaucoup selon la structure de la famille. Maintenir une relation de qualité Même lorsque la famille est présente, la qualité des relations n’est pas évidente pour autant: les contacts à distance (lettres, appels téléphoniques) restent plus nombreux que les visites elles-mêmes (seuls 50% des personnes âgées en résidence déclarent recevoir de la visite souvent, ou très souvent), et les conflits familiaux (dans 12% des cas) viennent ternir ces relations. Il semble donc que ce soit le mode de présence de la famille qui soit le plus déterminant dans le maintien d’une vie relationnelle. Une présence physique régulière vaut bien plus que tous les coups de fils du monde… Enfin, la densité de ces relations dépend bien sûr de l’organisation des membres de la famille. Même lorsque ceux-ci sont peu nombreux, il est possible de coordonner les visites pour qu’elles soient régulières. Il convient de les répartir de manière flexible, en prenant en compte l’emploi du temps et les contraintes de chacun, de manière à multiplier la fréquence des contacts. Pour en savoir plus : Rapport d’études sur « combattre la solitude » (2006) http://www.fep.asso.fr/docs/docs_fep/Annexe3.pdf

+

Accueillir ses petits-enfants en maison de retraite Les grands-parents doivent pouvoir continuer à jouer leur rôle familial, même après l’entrée en résidence. Pour répondre à ce besoin, les établissements prennent de plus en plus en considération la nécessité de l’accueil des enfants au sein de leur espace de vie. Explications. Demeurer grands-parents en maison de retraite

Des espaces de jeux pour enfants au sein des EHPAD

Un écueil psychologique accompagne fréquemment l’entrée en résidence : la crainte de ne plus pouvoir jouer son rôle de grand-père ou de grand-mère. Or il est important que le nouveau résident puisse conserver sa place et son rôle envers ses petits-enfants ou arrièrepetits-enfants. Le lien intergénérationnel doit en effet, autant que faire se peu, continuer de se nouer au sein de la famille de la personne âgée. C’est pourquoi il est important, lorsque la famille comprend des petits-enfants ou des arrière-petits-enfants, de favoriser leurs visites.

À moins que la personne âgée ne dispose d’une chambre individuelle, la rencontre se fera dans l’espace des salons collectifs. Or ces lieux sont, trop souvent encore, peu adaptés à l’accueil de petits enfants turbulents. Les établissements qui possèdent un parc ombragé ou un jardin privatif offrent ainsi un plus indéniable pour les résidents qui accueillent leurs petits-enfants. De plus en plus fréquemment pourtant, les établissements songent à réserver des espaces de rencontres conviviaux spécialement conçus pour favoriser ces échanges intergénérationnels. Ainsi, par exemple, une maison de retraite de Rouen a même créé un espace d’accueil spécifique pour enfants. Ce lieu aux couleurs attirantes, où des dessins animés sont diffusés sur grandécran, favorise ainsi la rencontre entre les résidents et leurs petits-enfants.

Cultiver la complicité entre grands-parents et petits-enfants Pour continuer à jouer leur rôle, les grands-parents doivent pouvoir accueillir leurs petits-enfants au sein de la maison de retraite. Pour éviter une rupture de la communication et du lien familial, les visites sont l’occasion de vivre des moments de tendresse et de complicité. Ces émotions partagées sont appréciées par les enfants et contribuent au bien-être de la personne âgée. La complicité s’établit souvent autour du jeu, mais aussi via l’échange et les activités éducatrices.

4


+

Les initiatives intergénérationnelles en établissement On ne compte plus les initiatives locales pour favoriser les rencontres entre les personnes âgées et les plus jeunes. Qu’il s’agisse de mêler la population des maisons de retraite à celles de crèches, ou bien de rencontres intergénérationnelles avec des enfants d’âge scolaire, des adolescents ou même des adultes, le concept profite aux petits comme aux grands. Tour d’horizon de quelques initiatives originales. Une démarche de rapprochement Partout en France, dans le cadre d’une démarche solidaire, des associations locales mettent en place des projets de rapprochement intergénérationnel dont l’objectif principal est le maintien de la vie sociale. L’intergénération consiste à rapprocher des personnes d’âge différent, autour d’échanges et de rencontres. Ces initiatives, souvent initiées par des bénévoles, visent le public des personnes seules à domicile, les hôpitaux ou les maisons de retraite. Parmi les associations les plus actives, « Accordages »se charge d’encourager les projets d’action les plus variés. Et les idées ne manquent pas ! Quelques exemples de rendez-vous intergénérationnels en résidence L’Association Intemporelle, à Metz, a monté une véritable comédie musicale racontant le voyage dans le temps d’une famille en associant les résidents de cinq établissements, des jeunes de 4 à 15 ans, leurs familles et des professionnels de la musique et du théâtre : représentations, DVD, CD et clip sont prévus pour cet été ! Plus simplement, les rencontres intergénérations peuvent se faire autour d’après-midis d’échange : à Bourg Blanc, en Bretagne, le jardin potager de la maison de retraite permet à une vingtaine d’aînés, âgés de 60 à 80 ans de transmettre leur connaissance du jardinage à des enfants de 3 à 11 ans… A Paris, grâce à l’action de l’Association « Ensemble Demain », des enfants de l’Ecole primaire Mouraud se retrouvent à la maison de retraite Les Parentèles une fois par mois pour différents ateliers créatifs en commun : chant, musique, écriture, mémoire, lecture, cuisine, informatique, Histoire et même gymnastique ! De l’intergénération à l’intégration !

+

Outre les visites et les activités régulières organisées en maisons de retraite, certains projets vont plus loin : on ne rapproche plus seulement les deux bouts de la ficelle de la vie, on les intègre pour qu’ils vivent ensemble ! Que ce soit en Suisse, dans le Home de la Roseraie, ou au centre de Paris, dans le 13ème arrondissement (association Bout’choux), un même toit peut abriter résidents retraités et bambins de la crèche ! Les petits ouvrent leurs yeux ébahis en écoutant le conte de mamie, ou chantent en cœur avec elle… Tout le monde est invité à participer à ces grands moments de bonheur partagés. Les petits apprennent le respect et la sagesse, alors que les plus âgés contemplent tout simplement la fraîcheur des sourires d’enfants…

Pour plus de renseignements, consultez le site de l’Association Accordage : http://www.accordages-intergeneration.com

Préserver le lien familial entre deux visites Il est important, entre deux visites rendues à la personne âgée hébérgée en maison de retraite, de maintenir le contact. Parfois, le téléphone ne suffit pas. A l’heure de l’Internet, tout devient possible… Alors, comment garder le lien ? Comment annoncer à votre proche que le petit dernier a dit ses premiers mots ? Ou lui montrer les photos d’anniversaire des 5 ans de sa petite-fille ? Découvrez quelques initiatives originales pour rester en contact, tout simplement. « ViaFamilia Grand Age », le service qui a tout compris. ViaFamilia «Grand Age» est un nouveau service Internet entièrement gratuit qui permet aux personnes âgées résidant en institution de rester en contact avec leurs familles, et inversement ! Comment ? Grâce à un compte gratuit et personnel ouvert en quelques minutes sur le site  : www.viafamilia-grand-age.fr. Particulièrement simple d’utilisation, pour la personne âgée comme pour sa famille, ce site internet propose de multiples fonctions : envoyer et recevoir des messages électroniques (mails), consulter des albums photos de famille, suivre les événements familiaux grâce à un agenda familial personnel (anniversaires…), participer à des discussions familiales sur un bloc-notes (« chat »), et même découvrir des sites web sélectionnés par les proches. Les établissements eux-mêmes peuvent s’inscrire via un formulaire pour faire profiter les résidents de ces services. La seule condition : disposer d’un ordinateur branché à Internet ! « Magui », le lien intergénération. MAGUI, c’est le nom d’un ordinateur nouvelle génération spécialement destiné aux personnes âgées en maison de retraite. Cet outil de communication est le fruit d’une collaboration entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées et la société Simplistay. Le principe : équiper les établissements de ces écrans tactiles au profit de leurs résidents. Pas de clavier, ni de souris : une voix vous guide et lit vos courriers à voix haute ! Chacun des résidents dispose de son espace personnel et peut consulter le menu du jour, recevoir des photos et des mails de la famille, ou même établir des conversations vidéo en direct avec des proches. Outre le renforcement du lien intergénérationnel, MAGUI est aussi un support d’animation ludique et fédérateur pour les résidents. Cette innovation a reçu le Prix du Ministère de la Santé (Strabourg 2008) et le Premier prix du concours Lépine International (2008). En savoir plus : www.magui.fr

5


+

» Actions intergénérationnelles : une sélection d’associations Il existe de multiples initiatives locales destinées à favoriser les activités intergénérationnelles en EHPAD. Cap Retraite vous propose une sélection de quelques associations : 1. Actions culturelles enfants/maisons de retraite : • Association culturelle Coeur en Fête  - 81 rues Saint-Maur - 75011 Paris Ile-de-france Tél. : 01 48 06 77 24 - Site: www.coeurenfete.org 2. Permettre aux personnes âgées seules de partir en vacances : • Association de solidarité Les Petits Frères des Pauvres, Fraternité Est de Paris - 11 rue Léchevin - 75011 Paris Ile-defrance - Tél.: 01 43 55 31 61 3. Rencontres intergénérationnelles : • Ateliers contes : Association culturelle L’âge d’or de France - 35 rue de Trévise - 75009 Paris Ile-de-France Tél. : 01 53 24 67 40 - Site: www.agedordefrance.com • Ateliers chants : Association de jeunes Se Canto - Chez Benjamin Giroud 61 chemin de Charavel - 38200 Vienne Rhône-Alpes TTél. : 04 70 44 47 39 • Ateliers lecture : Association culturelle Générations et Culture - Vieillir Autrement - 61 rue de la Justice - 59 000 Lille Nord-Pas-de-Calais – Tél. : 03 20 57 04 67 4. Evénéments artistiques (concert, spectacles, court-métrage…) • Association culturelle Compagnie Acta - 34 rue Alexis Varagne - 95400 Villiers le Bel Ile-de-france - Tél. : 01 39 92 46 81 • Association culturelle Association Résonnance - 7 rue des Tournebelles - 49 000 Angers Pays de la loire Tél. : 02 41 47 13 72 - Site: www.resonnancedanse.com 5. Séances d’activité physique en maison de retraite : • Association «Siel Bleu» - 12, rue des orphelins - 67000 STRASBOURG Alsace Tél. : 03.88.32.48.39 - Site: www.sielbleu.org 6. Former la personne âgée aux techniques multimédia et Internet:

+

• Accor- 6 avenue G .Pompidou - 86000 Poitiers Poitou-Charentes - Tél. : 05 49 46 79 96 Association de jeunes Formation aux particuliers Efrei - 30-32 avenue de la République - 94815 Villejuif Ile-de-France Tél. : 06 78 82 25 31 • Cyber Déclic - Maison des associations 6 rue Berthe de Boissieux - 38000 Grenoble Rhône-Alpes Tél. : 04 38 12 85 81 - Site: www.cyberdeclic.org • Cyberclub-Acces - 10 rue du Calvaire - 85190 Mâché Pays de la Loire Tél. : 02 51 55 64 60 - Site: www.cyberclub-acces.org

Les résidents et leur famille : les relations en chiffres Le contact avec la famille Les résidents qui ont une famille gardent le contact avec :

Famille proche uniquement Amis uniquement Amis et famille ensemble Famille éloignée uniquement Famille proche et éloignée

La fréquence de visite de la famille Les résidents ayant une famille proche reçoivent :

au moins une fois par jour au moins une fois par semaine au moins une fois par mois

plusieurs fois par an une fois par an moins souvent

A noter : La « famille proche » comprend enfants, petits-enfants, frères et conjoint. La « famille éloignée » comprend les neveux, cousins et oncles. Les « amis » sont les anciens collègues ou voisins. Source : rapport de la DREES (Direction de la Recherche des Etudes de l’Evaluation et des Statistiques) – n°35

6


» FOCUS

Régler les litiges en EHPAD Dans une maison de retraite, la vie en collectivité implique forcément des droits et des devoirs que le personnel comme les résidents se doivent de respecter. Dans cet environnement social, des litiges peuvent donc surgir. Vers qui se tourner ? Où trouver les informations utiles ? Focus sur les différents moyens de recours existants en cas de litige survenu en maison de retraite.

Les documents à connaître et à faire respecter

En cas de litige avec la maison de retraite :

Toute nouvelle personne âgée admise • Si survient un litige avec la maison de retraite concernant les conditions en institution : • signe à son arrivée un «  contrat de d’hébergement, l’organisation, les reséjour  » (ou «  document de prise en lations avec le personnel ou d’autres charge  »), concernant les conditions résidents…, la communication directe générales du séjour (prestations, durée, avec la direction de l’établissement, voire sa hiérarchie (conseil d’administarifs, conditions de résiliation…) ; tration, directeur régional...), reste la • prend connaissance du «  règlement première solution. de fonctionnement de l’établissement » (qui détaille l’organisation générale de • Un interlocuteur officiel : la « personne la vie dans l’établissement, les règles es- qualifiée » (Loi du 2 janvier 2002). Pour régler les litiges non résolus direcsentielles à la vie en collectivité…) ; tement avec la maison de retraite, il • reçoit la « Charte des droits et libertés existe désormais un interlocuteur offide la personne âgée dépendante  », ciel : la « personne qualifiée ». Désignée élaborée par le Ministère de l’Emploi et dans chaque département par le préde la Solidarité (1997). fet et le président du Conseil Général Il est donc dans l’intérêt des familles et du département, ses coordonnées des résidents de bien prendre connais- sont disponibles au sein de l’établissesance des droits énumérés dans ces ment. Son rôle  : donner suite à la dedocuments pour les faire valoir au mande, conseiller sur les démarches à mieux en cas de litige avec la maison entreprendre, et informer directement de retraite. l’autorité judiciaire s’il y a lieu.

Les structures à contacter en dernier recours : Si les problèmes restent sans réponse ou sans solution satisfaisante, voici les structures que vous pouvez contacter en dernier recours : • la DGCCRF du département (direction départementale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ) en cas de litiges relatifs au contrat ou à la facturation (augmentation tarifaire anormale). • la DDASS (direction départementale de l’action sanitaire et sociale) et/ou le Conseil général en cas de non respect des normes d’hygiène, de sécurité ou de soins à la personne. • l’Association ALMA (n° de téléphone national : 3977) pour les problèmes de maltraitance des personnes âgées, que ce soit en maison de retraite ou à domicile.

» LES CHIFFRES DE L’ACTU Les Seniors et l’Habitat 1. Déménager à l’âge de la retraite: Une idée fréquente arrivés à la retraite, 27% des retraités déménagent effectivement, et 27 autres % envisagent de le faire. Un retraité sur 2 a donc cette idée en tête. 2. Les critères de choix d’un nouveau logement: • La proximité géographique des proches (famille, amis) : critère déterminant pour 52% des personnes de plus de 70 ans (contre 42% des 50-59 ans). • La praticité du logement (superficie, équipement adapté, emplacement) : critère déterminant pour 36% des seniors. • Le climat et la région (ensoleillement, paysage…) : critère déterminant pour 34% des seniors. 3. Le logement idéal : Pour les seniors, l’idéal est d’être propriétaire de son logement (80% des cas), d’avoir plutôt une maison neuve en centre-ville (pour la proximité des services) et hors d’un lotissement (70% des réponses).

Source : Sondage Ipsos - Janvier 2009t.

7


»Découvrir Cap Retraite

Les formations proposées par Cap Retraite

Le service Spécial Professionnels de Cap Retraite propose régulièrement des formations à destinations des assistantes sociales, coordinateurs, évaluateurs et conseillers en économie sociale et familiale. Ces formations permettent d’approfondir des sujets d’intérêt dans le cadre de l’accompagnement des personnes âgées et de leur famille. Ce service est proposé gratuitement. Séances de formation sur la réforme des tutelles La réforme des tutelles est en place depuis le 1er janvier 2009. Pourtant, ses mécanismes sont encore mal connus. De plus, les décrets d’application de la loi ne sont pas pareillement interprétés selon les départements. Comment y voir plus clair dans ce maquis ? Qu’est-ce que la loi a changé de fondamental pour les travailleurs sociaux au contact des familles ? Comment porter assistance à celle-ci ? Comment orienter une personne désireuse d’établir un mandat de protection future ? La formation de Cap Retraite sur la réforme des tutelles permet de répondre à ces questions et à bien d’autres. Autres formations sur demande Notre service Spécial Professionnels est également en mesure d’organiser sur demande des formations sur d’autres thèmes. Nous avons par exemple organisé des séances de formation sur le fonctionnement de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), ou bien sur l’Aide Sociale à l’Hébergement (ASH). Des formations appréciées des professionnels «  Encore merci pour votre intervention…  », «  Nous avons été très intéressés par votre formation  », «  merci pour vos informations très complètes sur la réforme des tutelles et le mandat de protection future », « mes collaborateurs et moimême avons apprécié la qualité de votre présentation et de vos informations »… Ce ne sont que quelques extraits parmi les nombreux courriers électroniques de remerciements qui ponctuent les interventions de nos formateurs. Réservez votre formation N’hésitez pas à contacter le service Spécial Professionnels en appelant le 0800 400 008 (Numéro Vert) pour réserver une date d’intervention pour une formation sur la réforme des tutelles, sur l’APA ou sur l’ASH. Vous pouvez également suggérer un thème de formation, nous nous efforcerons de pouvoir satisfaire à votre demande particulière. Attention, le planning de nos formations se remplit très rapidement. N’hésitez donc pas à nous contacter à l’avance !

Vous avez apprécié notre newsletter ? Pour la recevoir, inscrivez-vous :

Notre site internet

» en adressant un email à capnews@capretraite.fr » en adressant vos coordonnées par fax au 01.53.01.36.39, » ou en appelant le 0 800 400 008, le nouveau Numéro Vert Spécial Pro

www.capretraite.fr

Numéro Vert  Famille 

0800 891 491

Numéro Vert Spécial  Pro 

0800 400 008

Juin 2009 : Visites intergénérationnelles en  

Il est important, pour que la maison de retraite puisse demeurer un lieu de vie, de préserver les relations familiales entre la personne âgé...

Advertisement