__MAIN_TEXT__

Page 1

1et4decouv.indd 68-1

22/12/19 20:35:44


2et3decouv.indd 2-67

22/12/19 19:01:56


Editoriale

à propos

histoire de Venise et de culture

Rocco Femia

Directeur de la publication et de la rédaction de RADICI

d’

C

e nouveau numéro vous propose une approche quelque peu différente de la rubrique « Itinerari ». Nous l’avons consacrée à Venise, dont la sérénité a été mise à rude épreuve par les dernières marées hautes. Les photographies sélectionnées dévoilent bien sûr le visage de la ville la plus belle du monde, mais les mots qui les accompagnent sont de véritables déclarations d’amour à l’égard d’un patrimoine d’une rare beauté, en péril à cause de l’incurie humaine. Sommes-nous si inconscients au point de laisser disparaître l’un des trésors les plus singuliers que nous possédons ? Pour parler de Venise, nous avons fait appel à deux personnalités de grande profondeur humaine et artistique  : Andrea Segre, cinéaste vénitien qui a consacré plusieurs documentaires et longs-métrages à la ville, et Vincent Engel, écrivain belge de langue française féru d’Italie. Deux sensibilités différentes mais unies par une passion intense pour Venise, ville natale du réalisateur et ville de cœur de l’homme de plume. En parcourant la rubrique « Personaggio », vous serez accompagné par une autre personnalité de relief, le réalisateur et écrivain Roberto Andò qui livre une réflexion sur l’auteur Leonardo Sciascia. 30 ans après sa mort, l’écrivain sicilien continue de nous interroger aussi bien avec ses écrits sur la politique et la justice qu’avec ses silences. Plus de cinquante ans se sont écoulés depuis le massacre de la Piazza Fontana, à Milan. Les Italiens découvraient alors avec horreur que l’on pouvait aussi mourir d’une bombe en temps de paix, pour des raisons de lutte politique. Ce 12 décembre 1969 a

marqué un tournant dans la période de tension qui a caractérisé l’Italie des années 70-80. La démocratie a résisté à des assauts d’une violence inouïe, également lors des années du terrorisme rouge et, malgré tout, elle a réussi à résister sur ses bases solides. Le ������ réalisateur Marco Tullio Giordana évoquera pour nous ce moment tragique, Il était là, ce 12 décembre 1969, non loin de l’explosion. Il avait 19 ans. Pour ne pas oublier, il a réalisé en 2012 le film Piazza Fontana. Ce numéro voit aussi une nouvelle collaboration avec le journaliste Lorenzo Tosa, bloggeur au regard aigu et positif qui, en rejoignant l’équipe des rédacteurs de RADICI, vous partagera son analyse de l’actualité italienne, en particulier sur le phénomène dit des Sardines. À ce sujet, vous pourrez lire également l’interview très instructive faite à Erri de Luca, heureux de cette nouvelle prise de conscience des jeunes et des moins jeunes qui se réapproprient l’espace public. Côté curiosité de l’Histoire, vous découvrirez un fait étonnant. Le conte Camillo Benso di Cavour, père fondateur de l’Unité d’Italie, cachait en lui une âme de paysan. Grand homme d’État, il fut aussi un entrepreneur agricole toujours prêt à innover. La rubrique « Sapori » est consacrée à l’histoire du Grana Padano, peut-être le formage italien le plus connu avec le Parmigiano. Il y en a donc pour tous les goûts, et nous en profitons pour vous souhaiter une belle année 2020 en compagnie de RADICI. Soyez fidèle à l’Italie et à la revue RADICI, abonnez-vous, abonnez vos amis et vos proches à n’importe quel moment de l’année ! Auguri per l’anno nuovo !

Radici p3a5.indd 3

-3

22/12/19 20:55:30


Sommaire

6 8

24

28

Brev’Italia Itinerari

- Acqua alta a Venezia. E poi miliardi e tante parole - Rester à Venise

34

42

Il biglietto di

Attualità

48

Personaggi

La vérité de Leonardo Sciascia c’est la littérature

Misteri dItalia

L’attentat de la piazza Fontana, le jour où la nuit tomba

Vincent Engel. Mes amours italiennes. Venise

- Une réponse du peuple à la bête du populisme - Erri De Luca. La valorosa parola: inclusione

Curiosità

Camillo Benso, Contadino di Cavour

4 - Radici p3a5.indd 4

22/12/19 20:55:42


RADICI

Revue d’actualité, culture et langue italiennes ////////////////////////////////////////////////////

Bimestriel édité par ÉDITALIE SARL 10 rue Espinasse 31000 Toulouse - France Tél. 05 62 17 50 37 www.radici-press.net Suivez-nous sur Facebook //////////////////////////////////////////////////// DIRECTEUR de la PUBLICATION et de la RÉDACTION Rocco FEMIA rocco.femia@radici-press.net Secrétariat de rédaction & Coordination éditoriale Donata VILLANI secretariat@radici-press.net Traduction ET RÉVISION Delphine BURATTO redaction@radici-press.net MAQUETTE Sophie Sallier pao@radici-press.net webmaster Giovanni CANZANELLA canzanella@radici-press.net //////////////////////////////////////////////////// Photos de couverture Venezia © Даниил Шумский - stock.adobe.com Leonardo Sciascia © D.R. Une réponse du peuple © Umberto Grati Il Grana © Barmalini - 123RF

54

Sapori

Nel nome del Grana

58

Pillole di grammatica

60

Lingua

62

Agenda

// Libri // Cinema // Musica // Agenda culturale

pROCHAIN NUMéRO DE rADICi sortie prévue Fin février 2020 Ce numéro de Radici couvre les mois de novembre et décembre 2019. Il a été déposé chez l’imprimeur le 23 décembre 2019. Pour le dépôt à la Poste veuillez vérifier la date sur l’emballage d’expédition.

ONT COLLABORÉ À CE NUMéRO I Rocco FEMIA Itinerari I Andrea SEGRE Itinerari I Vincent Engel Il biglietto di I Lorenzo TOSA Attualità I Giacomo Russo Spena Attualità I Roberto Andò Personaggi I Marco TULLIO GIORDANA Misteri d’Italia I Franca PORCIANI Curiosità I Massimo MANZO Sapori I Mariangela Galatea Vaglio Pillole di grammatica  I AVEC LA COLLABORATION Des MAGAZINEs ITALIENs Micromega L’ESPRESSO VANITY FAIR Focus Storia RUBRIQUE ÉMIGRATION DIRIGÉE PAR Laure TEULIÈRES //////////////////////////////////////////////////// Impression Grapho12 12200 VILLEFRANCHE DE ROUERGUE N° CPPAP (n° de Commission paritaire) 0122 K 82171 Dépôt légal à parution ISSN 1635-1231

p3a5.indd 5

Radici

-5

22/12/19 20:56:01


© Alexander Ishchenko - 123RF

Brev’Italia

A CURA DELLA REDAZIONE

“ALL’INFERNO IO CI SONO STATO”

© Colomo - FIDAL

Sono uguali

“All’inferno io ci sono stato, si chiamava Auschwitz-Birkenau.”. Se n’è andato a 91 anni, Piero Terracina, uno degli ultimi testimoni viventi del più grande orrore che l’Umanità abbia mai concepito. Sull’avambraccio destro portava ancora tatuata una sigla, “A-5506”, che per mesi è stato il suo nome. Piero fu l’unico membro della sua famiglia a tornare vivo da quell’inferno. E, fino all’ultimo istante della sua vita, non ha mai smesso di raccontare l’orrore, attraverso incontri, conferenze, testimonianze, memorie, accompagnando più volte in prima persona gli studenti nei campi di sterminio. E a tutti non si stancava mai di ripetere: “Gli esecutori dell’immane delitto erano uomini. Come ognuno di noi.” E ancora: “La Memoria è quel filo che lega il passato al presente e condiziona il futuro: ecco perché è necessario fare memoria del passato, perché quel passato non debba mai più ritornare”. Il suo testamento.

Una legge ha finalmente equiparato le atlete donne ai colleghi uomini, rendendole professioniste di fatto e a tutti gli effetti. Quest’estate ci siamo esaltati, appassionati, commossi di fronte alle imprese delle calciatrici azzurre ai Mondiali. Abbiamo esultato ai trionfi di Federica Pellegrini, pianto per l’argento di Benedetta Pilato. Per lo Stato quelle atlete erano tutte dilettanti, prive di ogni genere di tutele e diritto contrattuale sulle prestazioni di lavoro sportivo. Quello di oggi è un traguardo storico, che va a colmare una lacuna legislativa indegna, impronunciabile nel 2019. A poco a poco, un passo alla volta, cominciamo ad assomigliare a un Paese civile. equiparare mettre sur un pied d’égalité

il dilettante l’amateur

il traguardo le cap

colmare combler

il sterminio l’extermination

immane épouvantable

Le tre porte del Battistero di nuovo insieme Le tre porte del Battistero sono ormai riunite nella Sala del Paradiso del museo dell’Opera di Santa Maria del Fiore a Firenze. L’ultima arrivata è la porta Sud, la più antica e l’unica realizzata da Andrea Pisano tra il 1330 e il 1336; gli altri due portano la firma di Lorenzo Ghiberti, circa un secolo dopo. Erano 30 anni che le tre celeberrime porte erano separate. Per ovvi motivi di conservazione non sarà più possibile ricollocarle nel Battistero, dove sono state sostituite da fedelissime copie. La prima ad arrivare nel Museo, dopo un lunghissimo e complesso restauro iniziato nel 1978 - ma rimossa dalla sua

collocazione originale nel 1990 - fu la porta del Paradiso nel 2012. Tre anni ci sono voluti invece per il restauro della Porta Nord e altrettanti per quello della Porta Sud. Le tre porte del Battistero sono state restaurate prima d’ora solo una volta, tra il 1946 e il 1948, al loro rientro a Firenze dopo essere state smontate e portate in un luogo segreto per proteggerle dai bombardamenti della Seconda guerra mondiale. celeberrimo renommé

rimosso enlevé

ricollocare replacer

prima d’ora auparavant

6 - Radici p6a7.indd 6

20/12/19 10:18:45


© Alexander Ishchenko - 123RF

Brev’Italia

unesco: alpinismo è patrimonio culturale immateriale È stato iscritto l’11 dicembre 2019 nella lista dell’UNESCO. La candidatura è stata motivata con il fatto che l’alpinismo è “un’arte fatta di conoscenze sulla sua storia e sui valori di cui è portatrice, ma anche di abilità, come la padronanza delle tecniche di arrampicata e di ancoraggio o l’utilizzo dell’attrezzatura”. Ed è vero che la cultura dell’alpinismo si basa su un’estetica legata alla bellezza degli itinerari e dei movimenti durante la sa-

lita, ed esprime dei principi etici come l’impegno di ciascuno, fare economia dei mezzi, l’assunzione dei rischi calcolata e dovere reciproco di aiuto e soccorso. La candidatura è stata presentata in maniera congiunta da Svizzera, Francia e Italia con un supporto diretto da parte delle città di Chamonix (Francia), Courmayeur (Italia) e Orsières (Svizzera).

la padronanza la maîtrise

l’attrezzatura le matériel

l’arrampicata l’escalade

l’assunzione dei rischi la prise de risques

Si chiama Marta Cartabia Ha 56 anni, è una costituzionalista raffinatissima, una giurista di livello internazionale e, da oggi, è la prima donna eletta presidente della Corte costituzionale, oltre ad essere una delle più giovani presidenti che la Consulta abbia mai avuto. Cattolica praticante, ha sempre difeso con convinzione e fermezza la laicità dello Stato e delle istituzioni. Tre anni fa, da vicepresidente della Corte, varcò i cancelli del carcere di San Vittore e si rivolse ai detenuti. “Nell’antichità la pena più grave, più della pena di morte, era essere esiliati dalla città - disse - Ma voi non lo siete, la Costituzione è scritta anche per voi perché è nata dalla sofferenza dei padri costituenti che sono stati in carcere e hanno voluto con chiarezza indicare nell’articolo 27 la finalità di rieducazione della pena”. Ovazione. Le donne stanno prendendo in mano questo Paese. Le donne ci stanno guidando e ispirando in questi tempi bui. Le donne si stanno riprendendo quello che è stato loro tolto. varcare franchir

il cancello la grille

rivolgersi a s’adresser à

L’Antica Roma era una città di immigrati L’Antica Roma era una città di immigrati, come New York. È stata fin dalle origini un crocevia di civiltà, con etnie anatoliche, iraniane e ucraine, rintracciate nel profilo genetico dei suoi primi abitanti, grazie all’analisi del Dna da 29 siti archeologici, che ha permesso di ricostruire 12.000 anni di migrazioni. L’analisi del Dna ha rivelato che, mentre l’Impero romano si espandeva nel Mar Mediterraneo, immigranti dal Vicino Oriente, Europa e Nord Africa si sono stabiliti a Roma, cambiando sensibilmente il volto di una delle prime grandi città del mondo antico facendone una concentrazione di persone di diverse origini. È sempre la stessa storia. il crocevia le carrefour

rintracciare retrouver

buio obscur

Radici p6a7.indd 7

-7

20/12/19 10:18:48


Itinerari

Acqua alta

a Venezia e poi miliardi e tante parole

Š Gregory Lee - stock.adobe.com

ROCCO FEMIA

8 - Radici p8a17.indd 8

20/12/19 12:18:56


Itinerari

Un itinerario inusuale quello di questo numero di RADICI. Mentre Venezia affoga, la politica italiana è come sempre fedele al suo incomparabile genio: gettare al vento fiumi di denaro per progetti che non si realizzano mai. La vicenda del Mose (MOdulo Sperimentale Elettromeccanico) lo dimostra ampiamente. Il contestato sistema a

© Gregory Lee - stock.adobe.com

paratoie mobili per proteggere la città dall’acqua alta non è ancora in funzione e sono passati più di venti anni.

p8a17.indd 9

Radici

-9

20/12/19 12:19:02


© Даниил Шумский - stock.adobe.com

Itinerari

10 - Radici p8a17.indd 10

20/12/19 12:19:05


Itinerari

M

di parole e un fiume di miliardi (impossibile da contare) spesi in studi e progetti, seguiti da una nebulosa di relazioni e controrelazioni che hanno prodotto solo tristezza e disastri. Venezia, ha assunto addirittura il ruolo storico di simbolo dell’Italia fragile, tanto bella quanto a rischio. La Laguna è quello che è, una meraviglia indifesa, sommersa sotto gli occhi del mondo. Fino a quando? Venezia va oggi ancora sotto acqua 40 giorni all’anno. Calcoli fatti sulla base di previsioni che non sono nemmeno tra le più pessimistiche, tra trent’anni potrebbero essere cento giorni e nel 2100 oltre duecento. Previsioni che salgono e scendono come le maree e come i maledetti costi che le accompagnano. Come le opinioni ondeggianti degli ambientalisti e dei mercanti senza scrupoli. Intanto con le alluvioni di queste ultime settimane si continua ancora a litigare attorno all’ultima scadenza sul calendario infinito del-

tentennare hésiter affogare se noyer sdegnato indigné l’incompiutezza l’inachèvement irrefrenabile irrépressible la relazione le rapport l’ alluvione l’innondation la scadenza le délai

© Csak Istvan - 123RF

© Даниил Шумский - stock.adobe.com

entre i politici italiani tentennano, Venezia affoga”. Figuratevi che questa frase era in un editoriale sarcastico e sdegnato del Times di Londra nel 1999. Sono passati vent’anni e quelle stesse parole profetiche e purtroppo reali, ci mostrano al sarcasmo del mondo per il ritardo con cui si risolve, anzi non si risolve, la salvaguardia del patrimonio più importante che abbiamo: Venezia. Come dargli torto? Se non che a distanza di 20 anni gli ultimi ed ennesimi incidenti fanno solo aumentare di vergogna il rossore sui nostri volti. Per questo abbiamo voluto parlare di Venezia nella rubrica Itinerari. Le foto di questo articolo non hanno molto a che vedere con il sistema di paratoie che dovrebbe difendere la Serenissima e lo scandalo della sua incompiutezza, ma solo per aiutarci a prendere coscienza di cosa perderemmo se l’incuria umana continua nella sua irrefrenabile ipocrisia e incompetenza. Decenni

Radici p8a17.indd 11

- 11

23/12/19 9:46:09


Itinerari

ultimare achever squisitamente purement tanto per cambiare pour une fois arenarsi échouer spartire partager lo sbarramento le barrage, la retenue la foce l’embouchure strappare arracher lo sbaglio l’erreur la palude le marécage scannarsi se battre il sostenitore le défenseur tenere a galla maintenir à flot teso a destiné à il ripristino la réhabilitation l’innalzamento la surélévation il fautore le partisan il quesito la question sprofondare s’enfoncer sottrarre soustraire la beffa la farce

Costo complessivo 8 miliardi di euro. A decidere furono un collegio di cinque esperti in grado di esprimere, così si disse alla popolazione, un giudizio rigorosamente scientifico e “indipendente”. Il quesito era semplice onde evitare escamotage e sorprese: Venezia ha necessità di un sistema di protezione dall’acqua alta? E, in questo caso, il Mose è il migliore dei sistemi possibili? L’8 luglio del 1998 i saggi distillarono il loro riflessivo parere in una cinquantina di pagine. Le risposte furono due “sì”. Prima risposta: Sì, Venezia ha bisogno di un sistema di protezione dall’acqua alta perché “anche senza l’innalzamento dei livelli del mare, indotto da cambiamenti climatici, la frequenza degli allagamenti e il livello delle acque alte eccezionali probabilmente aumenteranno nei prossimi 50-100 anni. Questo significa che Venezia e la laguna continueranno a sprofondare relativamente al livello del mare e il danno degli edifici storici aumenterà nei prossimi decenni”. Secondo quesito: dobbiamo fidarci del Mose? I saggi rispondono: “Sì, Il sistema è flessibile e robusto e sarà efficace per proteggere Venezia dall’acqua alta per un ampio spettro di scenari di aumento del livello del mare”; anche se “richiede alcuni miglioramenti”, consente risultati migliori di quelli “alternativi” che non garantiscono “riduzioni significative del livello dell’acqua”. Il parere fu accompagnato dalla condizione di non sottrarre, comunque, fondi alla manutenzione ordinaria della città e della laguna e di proseguire la battaglia contro l’inquinamento per non rendere vani i benefici ottenuti dal controllo dell’acqua alta. Suona quasi una beffa da questo punto di vista, quando vediamo navi gigantesche tagliare come una lama le acque e il paesaggio già sufficientemente sottoposti a tensioni e pericoli. Ecco, questo doveva essere l’ultimo verdetto degli esperti ma così non fu perché il parere dei cinque saggi che costò centinaia di migliaia di euro, fu subito contestato da una nuova commissione nominata dallo stesso Comune, cioè dall’ente che aveva sollecitato il parere degli

“Mentre i politici italiani tentennano, Venezia affoga.”

12 - Radici p8a17.indd 12

20/12/19 12:19:14

© Kevin - stock.adobe.com

la paratoia la vanne

la telenovela veneziana che riguarda il Mose, come viene chiamata la paratoia che avrebbe dovuto salvare Venezia fin da quel lontano 1998, anno in cui sono iniziati i lavori e che ancora non sono ultimati. La necessità di fare presto era già categorica nel 1998 ed infatti non è stata rispettata. La soluzione che doveva essere squisitamente tecnica è diventata, tanto per cambiare, politica e affaristica. E si è arenata sugli ennesimi scandali di corruzione e di costi sempre più elevati, passando dai due miliardi iniziali agli otto miliardi di oggi. Risultato: anche il 2019 se n’è andato e il Mose, quasi a ricordare una profezia da Antico Testamento, non solo non è pronto a spartire le acque ma tanto meno all’uso a cui era stato destinato. Gli inglesi seppur dopo approfonditi studi, hanno realizzato gli sbarramenti alle foci del Tamigi in tre anni; gli olandesi ne hanno impiegati un po’ di più, ma si trattava di strappare alle maree un intero Paese. Venezia non è l’Olanda, si capisce. E non è neppure Londra. È unica al mondo, Venezia e la sua meravigliosa fragilità non consentono sbagli, d’accordo, ma lo sbaglio più dannoso non è lasciarla sprofondare in questa palude di ipocrisie e lavori mai fatti? Da sempre, sulla salvaguardia di Venezia si sono combattute, o meglio si sono scannate, due idee e due fazioni. Da una parte i sostenitori della costruzione delle paratoie mobili, dall’altro i nemici di questo sistema, tenacemente convinti che potevano essere sufficienti altri metodi per tenere a galla Venezia. Quali? Soprattutto opere tese al ripristino della morfologia lagunare (abbassamento dei fondali, apertura delle valli da pesca, cambiamento dell’orientamento delle teste delle dighe, ricostruzione delle barene, i terreni tipici della laguna veneta, ecc.) oltre all’innalzamento della pavimentazione attorno agli edifici. Tra i fautori di questa soluzione, detta di “misure diffuse” c’era l’ex sindaco di Venezia, il filosofo, Massimo Cacciari. Ma commissione dopo commissione, lobby dopo lobby la scelta del Mose fu interinata e diventò così irreversibile nel luglio del 1999.


Š Kevin - stock.adobe.com

Itinerari

p8a17.indd 13

Radici

- 13

20/12/19 12:19:16


Š Nullplus - stock.adobe.com

Itinerari

14 - Radici p8a17.indd 14

20/12/19 12:19:23


Š Nullplus - stock.adobe.com

Itinerari

p8a17.indd 15

Radici

- 15

20/12/19 12:19:28


16 - Radici p8a17.indd 16

Š Marco - stock.adobe.com

Itinerari

20/12/19 12:19:32


© Marco - stock.adobe.com

Itinerari

© Marco - stock.adobe.com

esperti considerandolo inattaccabile. All’italiana maniera direte voi. Fatto sta che siamo agli inizi dell’anno 2020 e del Mose nemmeno l’ombra. Intanto Venezia affonda e il mondo ride di noi, della nostra protervia incapacità a decidere, dei nostri ipocriti piagnistei, della soffocante marea di carte su carte, di progetti sopra progetti, commissioni su commissioni. Di tangenti e corruttori in libertà. Come finirà? Le previsioni, ovviamente, divergono. L’attuale ministra delle infrastrutture conferma che il Mose, che sarebbe dovuto entrare in funzione nel 2016, verrà messo in servizio il 31 dicembre 2021. Quello che è certo è che tra inchieste per tangenti, costi lievitati e problemi tecnici, l’opera è una illustre incompiuta. Le 78 paratoie mobili del Mose, installate sul fondale davanti alle tre bocche d’ingresso della Laguna (Chioggia, Lido e Malamocco), alte 5 metri, lar-

ghe 20 e lunghe 30, secondo alcune fonti così com’è non possono funzionare. Purtroppo non siamo mai stati il Paese delle visioni a lungo termine. In Italia la lungimiranza è merce rara, rarissima. La politica si limita alle parole, come sempre e a cogliere l’interesse elettorale del momento, senza proiettarsi nel futuro. Gli stessi che hanno messo Venezia in questo stato, oggi criticano il governo attuale che ha trovato il disastro già ben impacchettato dai governi precedenti. E allora ecco che tutti sono pronti ad aspettare il ritorno del bel tempo, perché prima o poi smette sempre di piovere. Dimenticando che, prima o poi, ricomincia sempre. Mi chiedo se di fronte a tanta sfacciataggine e inerzia oltre che a tanta malafede, la miglior soluzione non sia quella, forse, di nominare una nuova commissione... ma di maghi e di esorcisti. R. F.

l’ente l’organisme la protervia l’arrogance il piagnisteo la pleurnicherie lievitare augmenter, gonfler la lungimiranza la clairvoyance la sfacciataggine le culot

Radici p8a17.indd 17

- 17

20/12/19 12:19:37


18 - Radici p18a23.indd 18

Š ArTo - stock.adobe.com

Itinerari

20/12/19 13:01:14


Itinerari

Venise

Rester à

ANDREA SEGRE / L’espresso

Le regard du réalisateur Andrea Segre sur la résistance des résidents en marge d’une ville « consommée » où la marée haute devient une attraction en soi.

mime avec une grande ondulation l’étreinte du vent, qui le prend au niveau des épaules, dans le dos. « Je n’avais jamais senti ce vent de toute ma vie. Comme une ventouse, comme un ennemi qui t’aspire  ». Je me sens désolé mais je ne l’interromps pas. Maintenant lui aussi reste silencieux. Nous faisons quelques pas vers San Pietro et Antonio me regarde de nouveau sous la visière de son chapeau en laine grise avec les petits yeux de ceux qui savent traverser le brouillard : « Mais la pire des choses ça n’a pas été le vent. Viens, je vais

© Yulia Grogoryeva - 123RF

L

e long pont en bois qui unit le quartier du Castello à celui de San Pietro est désert. Il n’est pourtant pas si tard, sept heures, peutêtre sept heures et demie. Mais je suis seul. J’entends les bruits de mes pas sur les planches mouillées, Je vois les lumières humides des lampions, le canal paisible et gonflé, les barques endormies dans une fatigue trop semblable à la douleur. Je vais doucement pour comprendre ce qu’il faut respirer et, peutêtre, comprendre, quand Antonio arrive derrière moi. Il a un très beau chapeau en laine grise et le pas régulier et distrait de celui qui, sur ce pont, est comme chez lui. Nous nous saluons. C’est inévitable. Nous sommes seuls. « Je suis sorti pour marcher un peu, pour savoir qui est là, comment les gens vont, comme nous allons ». « Moi, je ne fais que passer  ». Il me regarde avec affection, sachant déjà de quoi nous parlerons. Antonio a 75 ans, il était là en 1966 [la marée avait atteint 1 m 94, ndr.], et il se souvient bien de tout. « Ma sta volta xè sta’ pegio » (Mais cette fois, ça a été pire). Ce n’est pas vrai, les chiffres parlent d’euxmêmes  : 7 cm de moins, ai-je pensé sans oser l’interrompre. « Il y avait un vent très fort, violent comme une claque qui soudainement te mord ici, aux flancs, te serre et veux te jeter à terre ». Et son corps devient soudainement élastique, il

Radici p18a23.indd 19

- 19

23/12/19 9:51:18


Itinerari

te montrer. » Nous descendons les escaliers du pont, nous virons à gauche, la calle est immobile, scénographie d’un noir sans âge. Nous arrivons devant la porte verte de l’une des maisons à deux étages en briques et en chaux craquelée. « C’est ma maison. Je vis ici. Mais à côté, il n’y a personne, et là non plus, et là aussi non plus. En 1966, nous étions beaucoup, aujourd’hui je suis seul. Ils sont tous partis  ». Je devrais parler, je pourrais parler, mais je ne le fais pas. C’est comme ça, la sensation de solitude et de désert est profonde dans les quartiers de la Venise populaire, de celle que quelques guides touristiques définissent probablement comme la « véritable » Venise. On dirait une farce. Des hommes, en transit comme moi, cherchent la vérité sur des terres vidées, abandonnées. San Pietro, Cannareggio, Castello, Giudecca, Zitelle, Sant’Erasmo. Ce sont les endroits de Venise où j’essaie toujours de me perdre, à la recherche de quelque chose que je ne connais pas. D’un lien avec un monde que j’ai effleuré quand j’étais enfant, quand, chaque samedi, j’allais dans cette ville compliquée, malodorante, avec mon père,

pour rendre visite à ma grand-mère, avant qu’elle ne parte elle aussi. J’ai salué Antonio et je suis reparti vers le quartier du Castello. Via Garibaldi est la grande rue des boutiques. Mais elles sont presque toutes fermées. Le grand fleuve en crue a fouetté la ville dans la nuit du 13 au 14 novembre et a tout englouti. Puis l’eau est partie, ne laissant que des blessures. Les quincailleries, les pharmacies, les boulangeries, les papèteries, les magasins d’alimentation, les poissonneries. Ce sont des raretés dans la ville. Il y en a un peu plus dans la via Garibaldi, mais il faut du temps pour panser ses blessures, et si les os font mal, ils craquent. Dans un angle de la grande rue déserte, une femme au téléphone hurle, c’est la voix vive d’une langue précise, que je connais et que j’ai du mal à imiter, qui est bien plus profonde que la langue goldonienne ou gondolière : « Ta morti zia, xe un incubo, tutto serà, semo come ‘e ombre de noialtri. So’ stufa e go’ solo vogia de sigare » (Bon dieu, tatie, c’est un cauchemar, tout est fermé, nous sommes comme les ombres de nous-mêmes. Je suis fatiguée, et je n’ai qu’une envie, c’est de crier). Elle fume avec ner-

© Yulia Grogoryeva - 123RF x3

q u Chaque année, la ville accueille près de 30 millions de visiteurs. Les Vénitiens, eux, ne sont plus que 55 000. La Sérénissime, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, tente de survivre face à ce tourisme de masse qui transforme radicalement sa structure sociale, économique et humaine.

20 - Radici p18a23.indd 20

20/12/19 13:01:19


Itinerari

vosité, les ongles manucurés et les cheveux longs en bataille. À côté d’elle, son fils : « Ma perché no ‘ndemo a vivere da n’altra parte? » (Mais pourquoi n’allons-nous pas vivre de l’autre côté ?). Elle se raidit, le regarde et décide de se mettre en colère : « Ma cossa sito drio dire, va’! Che da st’altre parti i sta anca pegio » (Mais qu’est-ce que tu racontes ? Ailleurs, c’est pire encore). L’horloge s’attache comme une morsure à la vie, sachant que cet endroit maudit où tu te trouves est en réalité un trésor que personne ne comprend, mais dont tu connais la puanteur et la force. C’est la chose qui énerve les « véritables » Vénitiens : étranglés dans une ville que tout le monde dit aimer justement parce que trop de monde l’aime. Combien c’est difficile. « Zia, mi sto qua, viemme trovare quando ti voi tì » (Tatie, moi je reste ici, viens me voir quand tu veux). Le doute traverse ses yeux qui fixent le vide obscur de la via Garibaldi : quel sens cela a-t-il de résister ? Je le demande depuis peu à Noemi, la maman de Raffaele, un garçon qui a le même âge que ma fille, deux ans. Nous dînons ensemble chez un ami : « Je ne pourrais pas imaginer ville meilleure pour élever son enfant ». Son enthou-

Radici p18a23.indd 21

- 21

20/12/19 13:01:21


Itinerari

siasme me surprend et me réanime encore plus quand je découvre qu’en réalité Noemi dîne chez mon ami parce que la grande marée de la soirée précédente a complètement inondé le rezde-chaussée de sa maison à Cannareggio. « Si je pense que nous payons 850 euros par mois pour moins de 40 mètres carré, c’est un folie, mais il est de plus en plus difficile de trouver un logement dans cette ville pour une famille normale. Mais je ne veux pas partir. Une fois, il y a quelques mois de cela, Raffaele est sorti à moitié nu et sans chaussures dans la ruelle et je l’ai trouvé en train de jouer seul. Au début, j’ai eu peur, mais aussitôt après j’ai compris que c’était bien là que résidait la beauté de vivre dans cette ville étrange et fantastique. La liberté de rapport avec l’extérieur que les enfants peuvent avoir ici n’existe dans aucune autre ville. ». En effet, le jour suivant, je marchais dans le quartier de Cannareggio, tandis que l’eau recommençait à monter, j’ai suivi pendant un moment un petit groupe d’enfants de 5 à 10 ans qui marchaient, heureux, avec leurs bottes. Ils jouent avec l’ennemi mais, d’une certaine façon, ils le dédramatisent. Parce que c’est la vraie vie, le

quotidien et ses expériences qui pourraient véritablement sauver Venise. Tout comme ces petites interventions qui, au cours des dix dernières années, ont été toujours plus difficiles à réaliser dans la ville justement à cause du Mose. Comme l’a écrit l’homme politique Gianfranco Bettin, le Mose n’est pas en retard, il est le retard : avoir consacré des milliards d’euros à la construction de la grande machine «  biblique  » a supprimé des fonds pour les petites interventions constantes de sauvegarde de la « véritable » Venise. Tout cela à cause de la course politique visant à apposer une signature sous la construction d’un ouvrage monumental épique, capable de sauver la ville la plus célèbre au monde, pas seulement la ville en soi, mais aussi et surtout sa réputation et son image. Cette même image qui, en circulant dans les dispositifs médiatiques qui sont dans les poches de chacun de nous, amène des millions de personnes à la visiter, ce qui transforme radicalement sa structure sociale, économique et humaine. La « véritable » Venise tente en effet de survivre en marge de la Venise « consommée » quotidiennement par ses visiteurs qui – je m’en

22 - Radici p18a23.indd 22

20/12/19 13:01:22


Itinerari

même avec les marées les plus basses, parce que l’eau monte depuis les égouts. « Mais personne ne vit dans ces entresols, n’est-ce pas ? » demandé-je préoccupé. « Non, ce n’est pas vrai. Depuis quelques années, de nombreux entresols sont devenus des chambres d’hôtes. Luigi Brugnaro [maire de Venise, ndr.] a libéralisé les licences et beaucoup d’espaces en entresol ont été transformés en chambres pour les touristes ». Voici le point de contact entre les gens de la « véritable » Venise et ceux de la Venise « consommée », ou plutôt de la partie la moins aisée et majoritaire du tourisme : l’entresol. Dans l’entresol, on rencontre le destin des gens normaux, de ceux qui ne s’éloignent pas de Venise ou qui ne sont pas au-dessus de Venise pour en exploiter, célébrer et sauver l’image, mais bien de ceux qui restent dans Venise, et même sous Venise. Ce n’est qu’en libérant Venise de son image, en la ramenant à une réalité concrète, matérielle et quotidienne que nous pourrons lui redonner de l’espoir pour l’avenir, cet espoir qui court dans les ruelles avec les enfants, peu nombreux mais heureux, qui continuent de jouer en liberté dans la ville la plus belle du monde. A. S.

© Yulia Grogoryeva - 123RF x2

rends compte alors que je me dirige vers le pont Rialto et la piazza San Marco – continuent, imperturbables, de la traverser même pendant ces journées, peut-être même encore plus pendant ces journées, attirés par « l’expérience originale de voir la ville inondée », comme cela a incroyablement été proposé sur le site de la ville de Venise. Dans les rues entre le Rialto et San Marco, les magasins des grandes marques de mode et des chaînes multinationales ont été rouverts au bout de quelques heures. Destin bien différent pour les quelques boutiques familiales qui essaient de résister dans les quartiers de la «  véritable » Venise. Pour tout remettre en état, un seul mot d’ordre : trimer. « Cela faut neuf heures que nous sommes en train de tout sécher, et nous ne savons même pas pourquoi, vu que demain il faudra probablement tout recommencer », m’explique la propriétaire d’un magasin pour animaux de compagnie. «  Peut-être que la mairie nous remboursera les dégâts, mais le dos brisé, personne ne nous le remboursera ». Sa boutique est légèrement en dessous du niveau de la rue, c’est ce que l’on appelle un entresol à Venise, un magazzino. Tous ces entresols sont inondés,

Radici p18a23.indd 23

- 23

20/12/19 13:01:23


Il

biglietto

di

24 - Radici p24a27.indd 24

20/12/19 10:21:58


Il

biglietto

di

Vincent Engel

Mes amours italiennes venise Dans une précédente chronique (Radici n° 103-104), Vincent Engel a déjà évoqué sa rencontre avec Venise et l’amour qui le lie à cette ville exceptionnelle. En écrivant ces mots, il a bien sûr conscience de l’épouvantable banalité du propos : qui n’aime pas Venise ? Qui ne lui reconnaît pas son statut d’exception, de première merveille du monde, cette splendeur qui tient autant à la beauté de ses case qu’à sa particularité marine et à cette fragilité paradoxale, cette mort toujours annoncée et jamais survenue ? Qui ? Finalement, beaucoup de monde peut-être.

A

u moins cinq de mes romans ont Venise pour cadre, ne serait-ce que partiellement. L’un d’eux, Requiem vénitien, s’y situe presque entièrement. Dans Retour à Montechiarro, évoquant l’arrivée de Napoléon dans la Sérénissime, un de mes personnages récurrents – Asmodée Edern – expose sa vision de la ville au comte toscan Della Rocca : - On raconte que lorsque le dernier Doge, Ludovico Manin, abdiqua devant le petit général français, il aurait baissé son masque et dit : «  Ahora, non è piu necessario  »  ; «  À présent, je n’en ai plus besoin ». Mais moi qui étais assez proche de lui pour l’entendre, je peux vous dévoiler – c’est le mot d’ailleurs – qu’il fut plus précis et plus cruel encore : il a pointé d’un mouvement du nez le faciès bouffi d’orgueil du nabot en uniforme et a murmuré : « Quella maschera schifosa mi fa passar la voglia di veder le altre » ; « Ce masque-là me dégoûte de tous les autres ».

Les Vénitiens ont toujours préféré un mensonge élégant à une vérité brutale, sans quoi Venise ne serait pas ce qu’elle est. Ils ont élevé le mensonge au rang de l’art ; ce faisant, ils ne perdent jamais de vue que ce n’est qu’une illusion, plus harmonieuse toutefois que cette autre illusion que l’on nomme réalité. Mais d’un point de vue politique, si l’on excepte la brève félicité de Daniele Manin, il semble que, depuis Napoléon, Venise soit condamnée à passer d’un nain à l’autre. Passer d’un nain à l’autre  ; ce que Venise a connu depuis sa chute en 1797, l’Italie le vit également depuis longtemps, et certainement depuis la fin du vingtième siècle. Après les Français sont venus les Autrichiens qui, pour récupérer la cité qui s’était libérée sous la houlette de Daniele Manin en 1848, n’ont pas hésité à la bombarder. La Venise du dix-neuvième est en ruines ; les bâtiments s’effondrent, faute d’entretien. Quelques amoureux, comme John Ruskin,

Radici p24a27.indd 25

- 25

20/12/19 10:21:58


Il

biglietto

di

Je pense qu’une part de moi est restée sur se démènent pour la sauver et, avec le temps, la Sérénissime est restaurée et redevient, pour le cette place, en cet hiver embrumé. Je n’ai qu’à meilleur et pour le pire, une des destinations les fermer les yeux, et je m’y retrouve. Bien sûr, j’y plus visitées du monde. suis retourné des dizaines de fois ; je n’ai jamais L’article de Rocco Femia fait le point mieux retrouvé exactement la vision, ni l’émotion, que je ne saurais le faire sur les atermoiements mais c’est à chaque visite un moment privilégié. et le scandale du projet Mose. Dans sa très belle Un de ces moments rares où je me sens parfainouvelle « Le train immobile », Frédérick Tris- tement chez moi. Pourtant, aux yeux des orthodoxes, je ne tan (prix Goncourt 1983 pour Les Égarés) imaginait une Venise qui finissait par s’engloutir dans suis pas Juif. Pourtant, aux yeux des Italiens, je l’irréalité des chimères qui, peut-être, étaient ne suis pas italien. Aucun de mes romans n’a été les seules à l’avoir maintenue hors des flots. Et traduit en Italie parce que, m’a-t-on rapporté, peut-être Venise n’est-elle qu’une illusion qui se il n’est pas bien vu qu’un étranger se mêle de maintient à la surface de la lagune par la seule raconter l’Italie. Je pense que c’est Ben Gouforce de la conviction rion qui a dit  : «  Si de certains rêveurs quelqu’un est assez acharnés à la vouloir fou pour se dire Juif, Venise est une ville là, splendide, sereine croyez-le ». Alors, n’en sans doute unique et inutile – comme déplaise aux étriqués le sont tous les chefsnationalistes, je prémais, comme toutes d’œuvre véritables. cise : «  je suis un Juif Mais Venise n’est les autres, faite de pierres, du ghetto de Venise ». pas une illusion. C’est Et puisque Napoléon de briques, de poutres, une ville sans doute – même les nains font unique mais, comme de grandes choses – a de verre et de fer. toutes les autres, faite détruit les portes du de pierres, de briques, ghetto vénitien, je me de poutres, de verre et de fer. Une ville peuplée proclame vénitien. Bientôt, je l’espère, je pourd’habitants, et pas seulement un Disneyland rai y acheter un appartement – pas sur le Grand parcouru par des troupeaux ignares et défiguré Canal, mais dans un quartier éloigné de Saint par des paquebots de croisière qui sont une in- Marc, le ghetto peut-être, ou l’Arsenal, ou les jure à la beauté, à l’intelligence et à l’écologie. Miracoli. Ici et aujourd’hui, je défends la liberté Des habitants de chair et d’os, et d’autres d’om- de Julian Assange et des lanceurs d’alerte  ; làbres et de souvenirs. bas, j’irai défendre celle d’une ville tout aussi J’en ai eu la preuve la seconde fois que je suis indispensable à l’humanité que la liberté d’exvenu à Venise, en 1983. J’avais vingt ans, je com- pression et d’opinion. Car les menaces qui pèmençais à travailler sur la Shoah et je redécou- sent sur Assange et sur Venise sont, quand on y vrais mes racines juives. J’ignorais qu’il y avait pense, de la même nature, jaillissant de la même un ghetto à Venise, et plus encore qu’il s’agis- source boueuse : une clique d’individus malfaisait du premier ghetto de l’Histoire. Il y avait sants, aux manettes du monde, qui pensent que un épais brouillard qui transformait les ruelles ce dernier leur appartient. De fous criminels en bulles flottant entre deux eaux. Soudain, j’ai qui oublient que le pouvoir n’est jamais qu’une aperçu des panneaux en caractères hébraïques, illusion concédée par les flots moqueurs sur que je ne savais lire. Je les ai suivis. Et j’ai dé- lesquels ils pensent se dresser, fiers et éternels. bouché sur une des places les plus grandes de Les doges ont longtemps su qu’il fallait, chaque la ville, et les plus impressionnantes aussi. Avec année, renouveler les noces avec l’amère vérité ses hauts immeubles, dont la cime disparaissait de l’éphémère ; et quand ils l’ont oublié, quand dans la brume, la place du ghetto offrait ses ar- ils n’ont vu dans la cérémonie qu’un rituel mué bres nus comme des stèles aux disparus. J’ai été en fête, ils ont commencé à sombrer. Mais sur submergé par l’émotion – pardonnez-moi ce la pointe du navire vénitien comme sur celle nouveau cliché, mais parfois, il faut se contenter du monde, veillent les vigiles de la beauté et de de dire ce qui est, dans l’imperfection des mots. l’humanité. V. E.

26 - Radici p24a27.indd 26

20/12/19 10:22:01


p24a27.indd 27

20/12/19 10:22:03


Attualità

Une réponse à la bête

Depuis le 14 novembre 2019, les rues de nombreuses villes italiennes, mais aussi de plusieurs villes dans le monde, ne désemplissent pas, remplies de manifestants serrés comme des sardines, pour s’opposer à la politique de Matteo Salvini. Mouvement éphémère ou prémisses d’un engagement durable ?

28 - Radici p28a33.indd 28

22/12/19 16:56:29


Attualità

e du peuple e du populisme Lorenzo Tosa Illustrazioni © Umberto Grati

N

ous sommes au milieu du mois de novembre, à Bologne, il est deux heures, et c’est apparemment une nuit comme tant d’autres. Nul n’a idée de ce qui va se passer. Pas même Mattia Santori, 30 ans, économiste, éducateur, enseignant de frisbee auprès des jeunes. Il fait tout son possible, mais il n’arrive pas à s’endormir. Dans quelques jours, l’autre Matteo, Salvini, le dirigeant de la Ligue, sera au palais des sports de Bologne, le PalaDozza, pour inaugurer la campagne électorale de la candidate de centre-droit aux élections régionales en ÉmilieRomagne. L’Émilie « la rouge ». L’Émilie partisane, celle de la résistance. Bastion de la gauche par excellence. Après son récent triomphe en Ombrie, Salvini se prépare à «  marcher  » sur Bologne. Ce serait la dixième victoire de la

droite lors des dix dernières élections régionales. La plus importante, la plus significative. Le point de non-retour pour une région, peut-être un pays entier. Matteo le sait. Mattia aussi. C’est pour cela qu’il n’arrive pas à s’endormir. C’est à cet instant précis qu’il a une idée, et la première chose qu’il fait, c’est de prendre son téléphone. Il appelle Roberta, sollicite Giulia, convainc Andrea, les amis de toujours. « Cessons de nous plaindre du climat de haine et de violence de la droite souverainiste et populiste. Sortons sur les places, soyons aussi serrés que des sardines. Montrons nos visages, nos corps, nos esprits ». Il faut rassembler 6 000 sardines. Une personne de plus que celles que Salvini amènera au PalaDozza. Finalement, elles seront 15 000 sur la piazza Maggiore, réunies en quelques jours par

Radici p28a33.indd 29

- 29

22/12/19 16:56:32


Attualità

l’intermédiaire de Facebook, collées les unes aux autres lors de cette incroyable nuit du 14 novembre. La nuit où l’histoire et la trajectoire politique de ce pays a commencé à changer. Plus qu’une manifestation, c’est le signal qu’un large pan de la société italienne attendait depuis un an et demi, depuis que l’Italie a viré de façon dangereuse vers une extrême droite nationaliste et xénophobe. « Nous voulions donner une réponse du peuple à la bête du populisme, explique Mattia Santori. Nous avons démontré que cette machine de propagande et de consensus peut être démontée avec des données non manipulables, c’est-à-dire avec des corps en chair et en os, sur les places publiques, et avec des cerveaux qui expriment un message alternatif à la violence, à savoir la créativité ». Dans toute l’Italie, pages virtuelles et places réelles se multiplient. Du nord au sud, de Bologne à Tarente, de Modène à Palerme, en passant par Naples, Turin, le dôme de Milan, Florence, jusqu’au plus petit bourg de province, l’engouement pour les Sardines a explosé en Italie et en Europe. Le 14 décembre dernier, exactement un mois après la naissance du mouvement, le Sardina-Day a été organisé. Une seule et unique vague s’est propagée sur les places, à la même heure, à Rome et dans toutes les capitales européennes et mondiales, Berlin, Londres, Madrid, Amsterdam et, outre Atlantique, Boston et San Francisco. Le même jour, les Sardines étaient également de sortie à Paris, Bordeaux et Lyon. « Le soir de Bologne, j’étais sur le canapé, je regardais cette place extraordinaire et je me suis demandé : qu’est-ce que tu es en train d’attendre  ? raconte Valentina Cogliandro, fondatrice avec quatre autres jeunes du groupe des Sardines à Paris. Nous vivons, étudions et travaillons en France, mais nous sommes avant tout des Italiens qui aiment leur pays et qui souffrent de le voir comme ça. Pour la première fois depuis longtemps, nous nous sentons de nouveau fiers d’être italiens. » Au fond, c’est très simple. C’est la fierté de participer au débat public avec des mots tels que humanité, solidarité, empathie. Après une très longue nuit

"Pour la première fois depuis longtemps, nous nous sentons de nouveau fiers d'être italiens."

de la raison où sauver des vies dans la mer est devenu un crime et fermer les ports un geste patriotique, les Sardines ont réussi ce que la politique traditionnelle ne réussit plus à faire. Faire descendre les gens dans la rue. Quasiment un million de Sardines, de toutes les nationalités, couleurs, orientations sexuelles, se sont données rendez-vous dans le monde entier, inspirées par quatre insomniaques qui, à un moment donné, en ont eu assez de se taire. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes toujours en Italie. Alors, au lieu de se demander d’où vient cette colère du peuple sublimée dans un Bella Ciao libératoire, la seule question que se posent les journaux, grands et petits, et quel que soit leur penchant politique est : Mais qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Qui se cache derrière ? » Pour certains, ce sont des communistes, pour d’autres, ils ressemblent aux Cinq Étoiles d’il y a dix ans, d’autres encore les associent au deux fois président du Conseil Romano Prodi, qui évoque la présence de puissants pouvoirs obscurs. La vérité c’est qu’ils n’arrivent absolument pas à accepter que quatre jeunes de 30 ans, sans argent, sans avoir demandé d’autorisation à personne, se soient auto-organisés sur Facebook en l’espace de quelques jours, faisant descendre dans les rues 15 000 personnes, puis rapidement des centaines de milliers, tel un virus démocratique dont le risque de contagion est très élevé. Tandis que les experts et les intellectuels se disputent pour les redimensionner, les Sardines ont déjà changé la donne de la politique et de la communication dans la Péninsule. Ce n’est pas qu’une question de rues et de places, peu importe les chiffres, rien à voir non plus avec le consensus. Ce que peu de gens ont compris c’est que le phénomène des Sardines n’est en lien avec la politique que de façon marginale. Salvini, le souverainisme, les élections régionales sont d’une certaine façon des excuses, les points d’appui d’une vague de révolte pacifique, civile et populaire demeurée pendant des années endormie dans le ventre de la société, pour finalement exploser dans l’acte le plus libératoire et politique de tous : occuper le premier mètre carré de démocratie. Cette urgence n’a pas de lien non plus avec ce que nous votons, mais plutôt avec la façon même dont nous avons voulu organiser notre rapport au monde. C’est une manifestation commune que, pendant des années, chacun de nous

30 - Radici p28a33.indd 30

22/12/19 16:56:32


Attualità

a tu dans sa conscience, presque en éprouvant un sentiment de honte, jusqu’à ce que quatre jeunes arrivent à nous dire que nous n’étions pas seuls. C’est l’enseignant qui donne des cours à 25 élèves dans des salles grandes comme un salon (cit. Mattia Santori) ; c’est la maman qui, depuis dix-huit ans, se bat contre l’homophobie après le coming-out de son fils ; c’est la cuisinière bénévole dans une maison familiale accueillant des malades atteints du SIDA, le jeune chercheur qui survit en travaillant comme serveur, les parents adoptifs d’enfants migrants. Chacun a une histoire à raconter qui était devenue un bruit de fond, perdue entre les slogans et la haine sur les réseaux. La grandeur de Mattia et des Sardines n’est pas d’avoir réussi à amener des flots de foule dans les rues, mais plutôt d’avoir convaincu des individus qu’il y avait dehors des millions d’êtres humains comme eux qui pensaient, sentaient, percevaient la réalité avec les mêmes yeux et les mêmes peurs. Et puis Boum ! Tout d’un coup, sans aucun préavis, ce 14 novembre 2019, sur Bologne et toute l’Italie, s’est abattu ce que le mathématicien libano-américain Nassim Nicholas Taleb définirait un « cygne noir ». Le dirigeant post-politique et antipolitique par excellence, Matteo Salvini, a trouvé sur son chemin un mouvement spontané de citoyens en tous points pré-politique. Pour la première fois, il a dû faire face à quelqu’un qui, comme lui, ne parlait pas la langue des politiques, mais, qui, au lieu de viser le ventre,

s’adressait à la tête, au cœur, au cerveau, au corps des Italiens. Des corps qui, un soir du milieu du mois de novembre, se sont retrouvés serrés comme des sardines dans les rues, sur les places, et qui soudainement ont cessé de se sentir seuls. Nul ne sait ce qu’il adviendra des Sardines, une fois que les flammes de la passion se seront éteintes et que les places auront été désertées. Nul ne peut se permettre de déclassifier ce mouvement au rang de simple phénomène populiste, et il est tout aussi illusoire de penser que les Sardines peuvent constituer une alternative concrète aux partis traditionnels. C’est une histoire que nous avons déjà vécue il y a dix ans avec les Cinq Étoiles, et nous avons tout vu comment cela a fini. Les Sardines sont les graines d’une nouvelle renaissance culturelle, les anticorps du nouveau capitalisme populiste et souverainiste. Chers politiques, ne demandez pas aux Sardines de faire des propositions, ne passez pas outre la protestation, n’en profitez pas en leur mettant la main dessus. Pour une fois, asseyez-vous simplement sur le côté et écoutez leur voix. Et redonnez-leur une politique tout aussi sérieuse. L. T.

Radici p28a33.indd 31

- 31

22/12/19 16:56:34


Š Francesca Mantovani - Gallimard

AttualitĂ

32 - Radici p28a33.indd 32

22/12/19 16:56:41


Attualità

Intervista a Erri de Luca

La valorosa parola

inclusione

Giacomo Russo Spena / Micromega

Per lo scrittore napoletano le manifestazioni delle piazze di questi giorni stanno evidenziando il protagonismo di una nuova generazione che “si sta scrollando di dosso la catasta ammuffita delle gerarchie dei partiti”. E a chi accusa le Sardine di avere un programma vago, replica: “Questa gioventù ha deciso di manifestarsi prima di tutto a sé stessa. Usa la valorosa parola “inclusione”, la più efficiente risposta alla politica delle separazioni e delle esclusioni”.

I

l tonno come specie è destinata a ridursi, le sardine no”. Erri De Luca è un grande conoscitore del mare e, da scrittore, ama dilettarsi con le allegorie letterarie. L’immagine delle sardine gli è congeniale perché “si uniscono sulla superficie dell’acqua per dare le sembianze di un unico grande pesce e spaventare così il tonno”. I pesci, in effetti, stanno crescendo. Da Nord a Sud si riempiono le piazze. Il movimento chiama a sé persone non strettamente politicizzate, che però partecipano mossi da sentimenti di umanità e repulsione verso una propaganda cattiva e inquinante del vivere collettivo. Erri De Luca si sofferma sull’incredibile spontaneità e sul dato generazionale di questo movimento: “Girando per il mondo vedo una gioventù che si è messa di traverso e scende per le strade. Succede – con drammaticità diversa – da Teheran a Hong Kong al Cile. Si è diffusa una febbre civile”. Qual è invece il suo giudizio? E come replica agli scettici? Lascia che aggrottino le ciglia e si grattino perplessi la pelata. A me riguarda che questa gioventù si stia scrollando di dosso la catasta ammuffita delle gerarchie dei partiti. La società cambia quando fermentano le piazze, ossigeno nascente delle parole nuove. L’immagine di una gioventù chiusa nell’isolamento delle relazioni in rete, è stata capovolta in poche settimane. La loro convocazione fisica stabilisce la dichiarazione della loro cittadinanza.

Ma le Sardine esprimono ancora un programma vago: si limitano a schierarsi contro il salvinismo e a sottolineare genericamente i limiti del centrosinistra, eppure riempiono le piazze ovunque nel Paese. A cosa è dovuto il loro successo? Il programma è vago per coloro che sono affezionati al formato classico: punto uno, punto due... Questa gioventù ha deciso di manifestarsi prima di tutto a sé stessa. Usa la valorosa parola “inclusione”, la più efficiente risposta alla politica delle separazioni e delle esclusioni. Includere è un programma vago? Può esserlo in un dibattito televisivo, non lo è in piazza. Come vede la decisione delle Sardine di non far intervenire nessun partito o organizzazione? Dove esiste un movimento allo stato nascente non esistono partiti, ma persone. Non è antagonismo, è pura estraneità. Sarebbe come invitare un rettore universitario o un rappresentante dell’ordine dei farmacisti. Tra le parole d’ordine delle Sardine c’è la difesa della Costituzione, ma non sembrano reclamare una discontinuità sul tema immigrazione rispetto all’era di Salvini al Viminale: ad esempio, perché non pretendere l’abrogazione dei decreti sicurezza? Perché non cadono nel gioco dei dettagli di leggi e normative. La loro parola “inclusione” basta e avanza per sapere cosa pensano e sentano dei porti chiusi e dei naufragi procurati. G. R. S.

dilettarsi s’amuser la sembianza l’apparence inquinante polluant soffermarsi insister aggrottire le ciglia froncer les sourcils la pelata le crâne scrollare di dosso secouer la catasta la pile ammuffito ici, dépassé, ringard capovolto renversé schierarsi se ranger

Radici p28a33.indd 33

- 33

22/12/19 16:56:41


Personaggi

LA VÉRITÉ DE SCIASCIA c’est LA LITTÉRATURE Roberto Andò / L’espresso

« Je voudrais raconter le fait de mourir, la mort comme expérience ». Trente ans après sa disparition, l’écrivain Leonardo Sciascia continue de nous interroger. Avec ses écrits sur la politique et la justice. Et avec ses silences… sa vibration la plus authentique. Un portrait proposé par Roberto Andò, scénariste et réalisateur italien.

34 - Radici p34a41.indd 34

20/12/19 16:11:01

© Ferdinando Scianna / Magnum Photos

Portrait d’un grand maître à penser par le cinéaste Roberto Andò


© Ferdinando Scianna / Magnum Photos

Personaggi

p34a41.indd 35

t Castellana Sicula, Sicile, 1977 : l’écrivain, essayiste, journaliste et homme politique, Leonardo Sciascia (1921-1989).

Radici

- 35

20/12/19 16:11:07


Personaggi

E

n décembre 1975, quelques jours après la mort de Pier Paolo Pasolini, Francesco Rosi avait demandé à son collaborateur d’accompagner Leonardo Sciascia à une projection privée du film Salo ou les 120 journées de Sodome. À son tour, le collaborateur de Francesco Rosi, Gianni Arduini, – un assistant-réalisateur auquel, au vu de son élégance innée, la tribu du cinéma avait conféré le titre de « prince » – m’avait demandé si cela m’aurait fait plaisir d’être à ses côtés pour cette mission. J’étais alors chez lui dans son appartement, via Mario Fani (dans le même immeuble où, quelques années plus tard, les Brigades rouges auraient caché leur prisonnier Aldo Moro), et j’acceptai avec enthousiasme. Je me souviens de l’émotion avec laquelle, en entrant dans le hall d’un hôtel proche de la gare, j’ai vu l’écrivain de Racalmuto [province d’Agrigente en Sicile, ndr], assis dans un petit salon reculé, les braises de la cigarette aux lèvres, en train de lire un roman d’Agatha Christie. Arduini et moi-même nous nous sommes rapprochés timidement et, peu après, sentant notre présence, Sciascia a soulevé son regard pénétrant, et il a posé sur nous un œil qui semblait provenir des terres les plus éloignées et les plus silencieuses qui puissent être visitées. L’instant suivant, il s’est levé, nous a tendu la main, tout en s’ouvrant à nous avec un sourire timide et ironique, et il a sifflé son nom, en le soufflant comme un son arabe : XAXA. Sortis de l’hôtel, nous avons rejoint la voiture, une coccinelle bleue, dans laquelle nous nous sommes assis tous les trois, Gianni au volant, Sciascia à côté du conducteur, et moi sur le siège arrière. Le voyage s’est poursuivi dans ce silence pensif et absorbé que le visage de l’écrivain imposait naturellement. À l’entrée de la petite salle de projection, il y avait pour nous accueillir une collaboratrice de Pasolini qui, après quelques politesses, nous a invités à nous asseoir. Les lumières se sont éteintes et, enfin, le film a commencé à défiler. Dès le début, encaisser ces images et ces dialogues a été une expérience à la limite du tolérable. L’écrivain s’agitait dans son fauteuil, souffrant et, à plusieurs reprises, je l’ai vu protéger son regard avec la main, placée comme une barrière contre le mal qui provenait de l’écran. Quand les lumières se sont rallumées, il était bouleversé. Peu après, dans la voiture, Sciascia a murmuré :

« C’est terrible, terrible… ». Et, ensuite, comme s’il continuait à y penser : « Non, on ne peut pas faire un film aussi désespéré ». Puis il a fermé les yeux, épuisé, comme si l’obscurité pouvait enfin calmer le flot d’images insupportables qui continuait à tourbillonner dans son esprit. Quelque temps plus tard, il a publié une critique sur le film dans laquelle il expliquait la souffrance qu’il avait provoqué en lui : « Dans l’obscurité disons physique qui se faisait en moi, confort précaire par rapport à l’autre, moral et intellectuel, qui se propageait de l’écran, désespérément et comme en tâtonnant, je cherchais dans ma mémoire des images d’amour. Ensuite est arrivée –  de l’une des victimes, de l’une de celles qui dans les légendes du début, avec leurs noms, sont définies comme des victimes  – l’invocation-clé, l’invocation qui a expliqué le sens du film et l’impression qu’il produisait en moi  : “Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?” Le même cri de Jésus dans l’Évangile de Marc : “Eloï, Eloï, lama sabachthani ?” ». Cette critique reflétait parfaitement les sensations suscitées par la projection, mais, dans son texte, Sciascia insinuait aussi que le film devait être lu en lien avec la mort de Pasolini, «  une mort  » où, comme il l’a écrit, «  les éléments libertaires sont dominés et annihilés par les éléments catholiques  ». Plusieurs années ont passé avant que je puisse revoir Leonardo, et c’est Elvira Sellerio qui a rendu possible cette rencontre, à Palerme, dans sa maison d’édition. Je voulais lui parler d’un film dédié à Lucio Piccolo, le poète des Chants baroques. Sciascia était assis sur un petit divan Art nouveau dans un salon de la via Siracusa, en bras de chemise, immergé dans la lecture. Bien sûr, il fumait et, de temps en temps, il notait quelque chose en marge des épreuves d’un livre dont il avait écrit le texte du rabat. J’ai commencé à attendre et je l’espionnais tandis qu’il apposait avec une écriture très nette ses corrections sur le papier. Quand enfin nous avons commencé à discuter, il m’a dit que Lucio Piccolo avait été l’une des rencontres les plus extraordinaires qu’il avait faite. Il a réagi avec enthousiasme à l’idée du film au point de se proposer, avec une grande générosité, comme co-auteur, et il m’a suggéré d’en parler également à Vincenzo Consolo qui avait été une sorte d’élève du poète. À la fin de notre discussion, au moment de nous saluer, je lui ai dit que nous nous étions déjà rencontrés,

36 - Radici p34a41.indd 36

20/12/19 16:11:07


Personaggi

et je lui ai rappelé la projection de Salo ou les 120 journées de Sodome. Il m’a regardé choqué, réellement perdu ; comme si cette évocation avait rallumé en lui le souvenir d’une expérience pénible. Ensuite, il a hoché la tête et a déclaré : «  Oui, maintenant, je m’en souviens parfaitement ». Après avoir dit cela, il est resté un moment silencieux, et j’ai eu l’impression que les images du film étaient encore en train de défiler devant ses yeux. « Le Salo de Pasolini ne m’a pas plu à l’époque », a-t-il ensuite ajouté et, après avoir aspiré une bouffée de fumée, il a continué : « En fait, je l’ai subi comme on subit un torture. Mais je pense que c’est un film important et il le restera ». Il n’a rien dit d’autre, et moi, timidement, je lui ai posé la question : «  Que voulez-vous dire par “restera” ? » «  Il restera parce que c’est un film dont nous tiendrons toujours compte, pour le meilleur et pour le pire. Et cela pour les raisons mêmes pour lesquelles je le considérais alors comme une torture. Je pense que Pasolini a vu, avant l’heure, une horreur qui bientôt sera évidente aussi pour nous. Vous qui êtes jeunes avez plus de probabilités que moi de devoir assumer tout ça ». Il s’est alors arrêté et m’a regardé droit dans les yeux, s’attardant à m’étudier avec son regard limpide et doux. « À la façon dont il l’a représentée, on peut penser que de cette horreur, Pasolini en a eu une expérience concrète et, je dirais même, intime » a-t-il ajouté. « Et, aussi absurde que cela puisse paraître, cette horreur n’avait plus aucun effet sur Pasolini, et c’est ça qui est terrible ». Ensuite, Sciascia est resté silencieux, et j’ai compris que le moment était venu de prendre congé. Nous nous sommes serrés la main et nous avons renvoyé à une autre occasion la possibilité de reparler du film sur Lucio Piccolo. Le salut a été affectueux et, vaut ce que cela vaut, également une sorte de reconnaissance. J’ai perçu une sorte de viatique dans sa manière de me saluer : « Cela m’a fait plaisir de discuter avec vous, ce que vous avez dit et imaginé pour votre film semble prometteur  ». En entendant ces mots,

j’ai eu l’impression d’être reçu dans un club très exclusif, et je lui en ai été très reconnaissant. De retour à la maison, j’ai tout de suite voulu prendre note dans mon carnet de la discussion autour de Pasolini. Les citations que je propose ici sont tirées de la transcription que j’avais faite à l’époque. Plus de trente ans ont passé depuis sa disparation, mais l’écrivain italien est plus que jamais parmi nous. Prophète d’une littérature qui a poursuivi la vérité sans trahir le sens ambigu et profond qui lui appartient. En répondant à la fatidique question de Pilate à Jésus – qu’estce que la vérité ? – Sciascia, sans équivoque, a écrit que c’est la littérature. Comme d’autres grands maîtres du XXe siècle, il a fini par s’affranchir du roman et a montré une nette prédilection pour l’essai. Pendant tout le temps où il a écrit des poèmes, des essais, des nouvelles et des romans, la mort est restée son obsession centrale. On peut même dire que Sciascia n’a écrit que sur le rapport entre la mort et la parole, entre la mort et le silence. «  J’essaie de considérer la mort comme une expérience que l’on peut narrer  », a-t-il dit. Et, comme l’a observé Claude Ambroise, son écriture est une écriture terminale. Au sens où la mort est pour Sciascia l’unique mobile de l’écriture, le seul véritable prétexte pour recourir à un raisonnement qu’il faut faire et défaire (« Je voudrais raconter le fait de mourir, la mort comme expérience »). Au moins deux de ses derniers livres ont porté sur la mort  : L’Affaire Moro, sur un homme politique conscient de la fin qui l’attend et qui écrit des lettres pour l’éviter, et Le Cavalier et la mort, dernière mission d’un enquêteur atteint d’un cancer. Mon amitié avec Leonardo Sciascia – c’est probablement la personne qui a eu le plus d’influence sur ma façon d’être et de penser – m’a permis de le fréquenter à différents moments de sa vie, et jusqu’à la fin de ses jours. Il a été le premier à deviner que je voulais écrire et il a reconnu en moi un talent, et il l’a fait à un moment décisif, quand j’avais vingt ans. Plus tard, quand notre amitié est devenue inébranlable, il

Je pense que Pasolini a vu, avant l’heure, une horreur qui bientôt sera évidente aussi pour nous.

Radici p34a41.indd 37

- 37

20/12/19 16:11:07


38 - RAdici p34a41.indd 38

Š Ferdinando Scianna / Magnum Photos

Personaggi

20/12/19 16:11:11


Personaggi

© Ferdinando Scianna / Magnum Photos

m’a proposé d’être son adjoint dans la rubrique de cinéma du journal Il Globo. Le cinéma lui plaisait beaucoup, mais il privilégiait celui silencieux, comme il aimait définir le cinéma muet. Je crois que dans ce journal, il n’a publié qu’une seule critique. Quelques années après sa mort, pour en vivre le deuil jusqu’au bout, j’ai inventé un spectacle qui le concernait, en composant un texte qui rassemblait les fragments dans lesquels il s’était auto-décrit, une sorte de Leonardo Sciascia par lui-même. Je l’ai appelé La notte delle luciole, et le protagoniste, l’incomparable Marco Baliani, est un acteur qui a la caractéristique de ne pas ressembler à un acteur. Même s’il a un visage différent de celui de Sciascia, Marco possède une voix à la Sciascia, avec une intonation qui sait donner de la profondeur et de la résonnance au doute, à ce questionnement limpide et vertigineux qui a été la marque du grand écrivain. Son interprétation s’est révélée extraordinairement émouvante. Il est difficile de dire ce que le spectacle racontait, c’était le Sciascia des dernières années, le même qui s’adressait à Pasolini comme un frère dans les célèbres pages qui ouvrent L’Affaire Moro et que, à juste titre, Marco Belpoliti classe parmi les plus belles de la littérature italienne contemporaine. Par un curieux jeu du hasard, l’un des plus grands acteurs jamais apparus sur les écrans du cinéma, Gian Maria Volonté, a eu la chance d’interpréter en l’espace de quelques années Aldo Moro réinventé par Elio Petri (tiré du roman de Sciascia Todo modo) et ensuite celui évoqué par Giuseppe Ferrara. Plus tard, Volonté a utilisé les rôles qui lui ont été offerts dans Portes ouvertes de Gianni Amelio, et dans Una storia semplice de Emidio Greco, pour rendre hommage à l’écrivain. Il avait déjà interprété un personnage de Sciascia dans À Chacun son dû – film récemment restauré par la Cinémathèque de Bologne – qui mérite d’être revu autant pour la réalisation impeccable d’Elio Petri que pour l’interprétation mémorable faite par l’acteur dans le rôle du professeur Laurana. J’ai eu la chance de rencontrer Gian Maria en Basilicate lors des prises de vue du film Le Christ s’est arrêté à Eboli, de Francesco Rosi. Il y jouait le rôle de Carlo Levi, moi j’étais assistantréalisateur. Quasiment tout de suite, nous sommes devenus amis. Le soir et le dimanche, nous allions toujours manger ensemble. À Guardia

Perticara, où a été tournée la plus grande partie du film, nous partagions une maison en location. C’est à cette occasion que j’ai également fait la connaissance de Giovanna, sa fille, à laquelle je suis depuis toujours très attachée. Outre le fait d’être un très grand acteur, Volonté était un homme d’une intelligence extraordinaire, mesmérienne. Une fois, comme il connaissait ma passion pour Sciascia, il a spontanément voulu me dédier une interprétation sienne de l’écrivain. J’ai été épaté par sa capacité à évoquer les silences à travers le regard et la voix. C’était sa méthode, il s’appropriait de l’âme de la personne à interpréter en étudiant les gestes, les pauses, en reprenant la musique de la pensée. Dans le personnage de Vito di Francesco, le juge de Portes ouvertes, Volonté a mis l’accent sur la rigueur de l’homme, mais il a apporté une sorte de fatigue existentielle, une corde mélancolique et méditative dans laquelle il est aisé de reconnaître un portrait affligé de Sciascia, un portrait qui vaut davantage que bien des essais. On a beaucoup écrit sur cet écrivain singulier, parfois aussi en l’instrumentalisant, ce qui arrive toujours quand on se mêle de politique. Dans l’immense diversité des commentaires qui lui sont consacrés, outre les magnifiques comptes rendus de romans écrits par Pasolini, les lettres éditoriales envoyées pendant des années par Italo Calvino, les propos affectueux et reconnaissants adressés par Alberto Moravia, Vincenzo Consolo, Umberto Eco, Roberto Calasso et Georges Steiner, j’aime signaler ce qu’a écrit à son sujet Goffredo Parise, un écrivain dont la sensibilité peut sembler éloignée de Sciascia. Parise définit L’Affaire Moro comme un livre poétique, « non pas pour son manque de crédibilité politique et historique mais, au contraire d’Eugenio Scalfari qui en fit une polémique, justement pour sa crédibilité politique et historique ». Pour résumer de façon essentielle le monde décrit par l’écrivain sicilien, Parise esquisse une synthèse foudroyante : « Une fois l’histoire simplifiée à l’extrême, il n’y a qu’une seule manière d’éliminer un ennemi : qu’il meure. Il n’y a qu’une seule manière de vivre : appartenir à une mafia ». Il est tout à fait vrai que la mafia, en plus d’être une organisation criminelle bien précise, représentait également pour Leonardo Sciascia une façon de vivre à l’italienne, et une dimension absolue du mal. Avec son œuvre, Sciascia a surtout laissé une des déclinaisons les plus significatives de la

t Leonardo Sciascia, Randazzo, Sicile, 1964.

RAdici p34a41.indd 39

- 39

20/12/19 16:11:12


Personaggi

littérature comme forme de connaissance et de réflexion. Ses écrits sur la justice, la politique, la peine de mort, avec ceux d’Alessandro Manzoni (comme l’a montré Salvatore Silvano Nigro dans un essai fulgurant) sont parmi les plus élevés, et civilement retentissants de notre histoire littéraire. Mais outre les mots, Sciascia était aussi fasciné par le silence des images. Ainsi, dans plusieurs essais, il s’est penché sur l’image du visage (ou de son simulacre, le masque), selon lui le lieu géométrique dans lequel se forme le destin de l’existence humaine, l’empreinte ou se recueillent et se manifestent, simultanément le présent, le passé et le futur. Son livre consacré à Aldo Moro peut également être considéré comme un portrait ; en tant que tel, on y décèle un désir d’authentification du visage de l’homme politique, et l’effort bouleversant d’y reconnaître une vérité au-delà de l’apparence. Sciascia réfutait le préjugé selon lequel le visage de Moro incarnait le pessimisme méridional et donc l’idée que toutes les illusions aboutissent fatalement à la mort. Aujourd’hui, je pense qu’en interrogeant les traits fatigués et apparemment désabusés du dirigeant démo-

chrétien, Sciascia avait aussi essayé de se déchiffrer lui-même. À ceux qui s’apprêtent à le relire aujourd’hui, je conseille de découvrir les portraits que l’un des plus grands photographes italiens, Ferdinando Scianna, a faits de lui. Un ami qui l’a suivi partout dans le monde et à qui l’écrivain a délibérément confié une part de lui-même, le mystère qui se cache derrière le visage, pour Sciascia le seul document digne de foi de l’aventure humaine. On saisit dans ces portraits la dimension essentielle du silence, une dimension qui, pour l’écrivain, ne consistait pas à s’approcher de la complicité, ou de l’omerta, mais de la résistance attentive et consciente. Un lieu, et un temps, celui du silence, qualitativement et moralement, important, où, en mesurant l’impuissance de la parole et de la pensée, c’est la vibration la plus authentique qui se propage. Pour évoquer l’héritage laissé par Leonardo Sciascia, je ne peux que citer une fois de plus Goffredo Parise : « L’art est comme un papillon, sans héritier et capricieux, il se pose où et quand il veut. Et c’est un insecte, tout le monde le sait, dont la vie est brève ». R. A.

Gli italiani e le tasse secondo Leonardo Sciascia “Quale il vizio, il difetto, la remora da colpire principalmente negli italiani cominciando, come troppo tardi si comincia, a parlare di una “questione morale”? Qualche anno fa, da pochi giorni in Italia, un diplomatico straniero mi chiese: “Da dove si comincia in questo Paese? Dalla scuola?”. Risposi: “Dalle tasse”. E continuo a pensarla così. Non avendo dello Stato un’idea mitica o mistica, considerandolo come un insieme di servizi al cui mantenimento i cittadini dovrebbero concorrere principalmente devolvendogli una parte considerevolmente proporzionata del loro reddito, ritengo che il sottrarsi a que-

sto dovere implichi necessariamente una condizione di indifferenza o di rassegnazione o addirittura di avversione nei riguardi di questi servizi che si dovrebbero pretendere in cambio. Insomma: si pretende di avere per quel che si paga. Quando non si paga, si ha soltanto quel tanto che non si paga: del denaro che non può diventare servizio, specie in un mondo e in un’epoca in cui i servizi non possono essere gestiti e assicurati che dall’organizzazione di vaste collettività. Se si riuscirà a vincere negli italiani l’orgoglio di non pagare le tasse, e anzi a trasformare il sentimento d’orgoglio in sentimento di vergogna – e ciò, pur-

troppo, non potrà avvenire che attraverso un fatto repressivo – credo che ciascuno e tutti cominceranno a pretendere di più dai servizi dello Stato: di più nella giustizia, di più nella scuola, di più nella sicurezza pubblica… Far pagare le tasse a tutti gli italiani che le debbono: è forse l’utopia più che grande che possa darsi questo Paese. Ma bisogna pur provare a realizzarla” (21 dicembre 1980).

la remora le frein, l’obstacle

sottrarsi se dérober

il reddito le revenu

la rassegnazione la résignation

40 - Radici p34a41.indd 40

20/12/19 16:11:15


p34a41.indd 41

20/12/19 16:11:17


Misteri

d’italia

MARCO TULLIO GIORDANA / VANITY FAIR

Il y a cinquante ans explosait une bombe à Milan, piazza Fontana, changeant pour toujours le cours de l’Histoire de l’Italie. Le massacre vu par les yeux d’un jeune homme qui n’a pas oublié, un jeune homme devenu réalisateur de cinéma, metteur en scène de théâtre et écrivain.

42 - Radici p42a47.indd 42

23/12/19 10:02:09


Misteri

d’italia

Radici p42a47.indd 43

- 43

23/12/19 10:02:15


Misteri

d’italia

M

ilan, le 12 décembre 1969. C’est l’aprèsmidi, l’heure entre chien et loup, quand l’obscurité descend en traître et que la ville s’illumine pour s’y opposer. Il y a du brouillard, comme d’habitude. Je suis à bord d’un tram, ligne 24 ou 23, l’un de ceux qui passent justement piazza Fontana, pratique pour aller à l’université. L’heure précise, je le saurai après, 16h37. Je ne porte plus de montre depuis que j’ai perdu celle de la première communion, il y a si longtemps. J’ai 19 ans et, sans montre, j’ai appris à compter le temps comme les musiciens, en suivant un métronome interne et je suis toujours en avance. J’arrive donc avec une bonne demi-heure avant le début du cours et j’ai tout le temps pour me balader, regarder les gens autour de moi qui vont vers le Dôme et les magasins du centre ; Noël est proche. Nous sommes à une centaine de mètres de la place et, sans préavis, des choses bizarres se passent. Tout d’abord l’obscurité. D’un seul coup le réseau électrique saute, le tram s’arrête, tout s’éteint dans la rue, les illuminations, les guirlandes, mais aussi les boutiques et les maisons, comme si l’on devait allumer des bougies pour chanter « meilleurs vœux ». Il ne reste que les halos des phares des voitures, imprécis, qui éclairent la circulation, elle aussi bloquée, gelée. Et, au fond du tram, il y a les billets du contrôleur. Posés sur une tablette, ils sont blancs ou verts (et aussi jaunes si je me souviens bien), tous empilés et prêts à être donnés aux passagers en échange de 50 lires. Ils s’envolent d’un coup, ils volent comme des confettis. Une rafale de vent entre soudainement, et le déplacement d’air affole les billets mais aussi les personnes qui perdent l’équilibre et parfois tombent. Puis l’explosion, à la fois proche et lointaine, un bruit de fer et de gravats comme quelque chose qui tombe, qui descend dans les profondeurs au lieu de s’élever vers le ciel. Mais tout s’est-il vraiment passé dans cet ordre ? Les images se mélangent dans le souvenir, certaines apparaissent au ralenti, je ne suis plus sûr que l’explosion ait eu lieu avant ou après, tout est confus, pas en phase. Nous descendons du tram. On entend déjà le bruit des ambulances et de la police. «  Une chaudière ! », dit tout le monde. Une chaudière a explosé, il y a beaucoup de blessés, peut-être même des morts. Horrible, mais rassurant, per-

sonne ne pense que cela puisse être une bombe, l’idée est encore lointaine, elle appartient au registre de la guerre – même si Milan l’a bien connue – elle appartient aux journaux télévisés avec des images rapportées du Vietnam et de la Palestine, d’Irlande, et des guérillas africaines ou sud-américaines. Par chance, nous sommes en Europe, de plus, en Italie, un pays aimable, certes factieux, mais encore plein de la grâce qui rend fous les étrangers et, surtout, les étrangères. Ici, non, la morsure du fer n’a pas sa place, qui peut donc penser à poser une bombe, qui est ce fou qui peut seulement imaginer un tel massacre ? Et puis les gens qui sont là n’ont rien à voir avec tout ça, ce sont des agriculteurs, des petits propriétaires, des représentants de machines et de tracteurs, des commerçants, encore coincés dans la Banque nationale de l’Agriculture alors que toutes les autres sont déjà fermées parce que c’est le vendredi que se concluent les affaires, les autres jours ne sont bons que pour travailler. Le soir déjà, on ne parlait plus de chaudière. Une bombe, disaient les journaux télévisés et les éditions du soir, montrant des images épouvantables de destruction et des détails qui impressionnaient, même en noir et blanc : un chapeau, une paire de lunettes cassées au milieu des décombres, des sacs, des chaussures dépareillées, des brancardiers avec des blouses tachées, un vigile assis sur une chaise en train de pleurer. Tous se posaient la même question incrédule : « Mais qui a fait ça ? » et personne ne pouvait imaginer le portrait-robot des monstres, dépeindre leur visage, leur corps, la couleur de leurs yeux. Des étrangers, des êtres cruels venus d’une planète lointaine, jusqu’à ce que le monstre ait enfin un visage. Celui du danseur Pietro Valpreda, l’anarchiste. C’était lui. Un instable, un bon à rien, on ne sait pas si le plus mauvais était l’anarchiste ou le danseur, en tout cas le mélange des deux est aussi explosif qu’une bombe. Mais il y a une autre bombe : elle devait exploser dans la Banque commerciale, non loin de la Scala et du Palazzo Marino, heureusement elle n’a pas fonctionné. En revanche, trois autres bombes ont explosé à Rome, pas de morts, mais 18 autres blessés. Pietro Valpreda n’est donc pas seul, il y a une conspiration d’anarchistes et de danseurs assoiffés de sang innocent. Plus largement, on met dans le sac toute la bande de gauche, les groupuscules maoïstes, les extraparlementaires enfantés par

44 - Radici p42a47.indd 44

23/12/19 10:02:15


d’italia

© Angelo RaffaeleT uretta

© De Bellis - Fotogramma

Misteri

le communisme italien complaisant avec l’extrémisme. Débusquer les crapules, les mettre en prison à vie. Beaucoup y ont cru, beaucoup y croient encore. Ce n’était pas vrai, pas même crédible – il n’y avait pas de preuves sinon des témoignages tirés par les cheveux –, mais cette cible avait l’efficacité du lieu commun, de la phrase toute faite qui simplifie, qui réduit tout à un slogan comme un tweet avant même que naisse Internet et que les fausses infos ne se propagent sans être vérifiées. Ça a remarquablement fonctionné, et le but poursuivi était atteint : les bombes ne servaient pas à tout chambouler mais au contraire à stabiliser, à faire un avec le gouvernement, à le renforcer, pour le doter si nécessaire de lois exceptionnelles. Bien entendu, il n’y avait pas que cette version qui circulait. Pour beaucoup, il était évident qu’il s’agissait d’une provocation : il était impossible que la bombe ait été posée par quelqu’un de gauche, seul un idiot pouvait penser susciter sympathie et consensus à coup de bombes, en

tuant 17 personnes, et en en mutilant et blessant 88 autres (nul ne pouvait prévoir l’escalade qui allait s’ensuivre : la place de la Loggia à Brescia, le train Italicus, la gare de Bologne, et toute la période du terrorisme rouge et noir, couvert, dissimulé, quand il n’était pas projeté et réalisé de connivence avec des franges occultes des services secrets). Pour beaucoup – et j’en faisais partie –, il était même évident que la bombe avait été posée par les fascistes. Quelqu’un de haut placé, au nom indicible, imprononçable. Parce que nos fascistes de tous les jours, ceux avec qui on avait l’habitude d’en venir aux mains sur la piazza San Babila et alentours, même eux, pourtant odieux et bagarreurs, ne nous semblaient pas si fous au point de se prêter à un tel forfait. On avait dû les infiltrer avec soin, les manipuler, et aussi canaliser les colères et les poussées d’hormones juvéniles vers des objectifs dont quelqu’un d’autre tirerait les fils. « Je sais. Mais je n’ai pas les preuves », aurait ensuite écrit Pasolini, phrase au-delà de laquelle on ne va jamais et qui, à elle seule, autorise

Radici p42a47.indd 45

- 45

23/12/19 10:02:20


Misteri

d’italia

46 - Radici p42a47.indd 46

23/12/19 10:02:23


Misteri

toute théorie du complot. Pourtant Pasolini explique bien ce qui est en train de se passer, et il dit clairement comment l’opinion publique, après avoir été dressée à accuser les anarchistes et les communistes, a ensuite été guidée sur la piste néofasciste « pure » (c’est-à-dire non manipulée) pour tendre vers un mantra antifasciste bien pratique, rituel, inutile, qui finira en fait par alimenter les feux sacrés de jeunes qui veulent faire la révolution et se préparer à manier les armes. Personne ne regarde plus loin, ou si peu, personne n’admet la responsabilité des services secrets qui en Italie, sont au nombre de quatre : Défense, Intérieur, Brigade financière, Carabiniers, ce n’est pas rien. Pourtant, personne ne sait, personne n’a vu, personne n’a entendu. Sans compter les services, autrement plus efficaces, de l’Est, de l’Ouest, du Moyen-Orient, d’Israël. Ainsi, après les noirs vient le tour des rouges qui, à la différence des fascistes, jouissent d’un soutien que le terrorisme n’a pas dans les autres pays contaminés comme l’Allemagne, la France, le Japon. Il faut qu’il y ait des morts – policiers, magistrats, journalistes – pour ouvrir les yeux, et Pasolini n’est plus là pour déclarer de façon forte et claire la condamnation contre Brigate rosse, Prima Linea, Nuclei Armati etc., parce qu’il a été dégagé, tué comme un chien sur une plage boueuse d’Ostia, le 2 novembre 1975. Ils sont peu nombreux ceux qui ont encore la volonté de comprendre et de ne pas abdiquer face à la peur d’avoir les jambes brisées ou d’être impopulaires – parmi eux un nom, celui de Leonardo Sciascia –, mais personne ne les écoute plus avec la dévotion et le respect avec lesquels on écoutait le poète maudit avec son air séduisant et dangereux, qui a vécu et est mort comme une légende destinée aux fresques murales et au tee-shirts comme Che Guevara, peut-être même qu’il n’est plus lu, ni même regardé au cinéma. Puis arrive la séquestration et l’homicide d’Aldo Moro, et c’est là que finit l’autonomie de la République, l’État tel que le définit la Constitution italienne, l’appartenance, l’identité, la mémoire commune, tout ce qui devrait unir un pays et qui, au contraire, le rompt pour toujours en d’innombrables minuscules consciences autistes, aucune capable de communiquer avec les autres. Piazza Fontana, c’est tout cela, elle n’évoque pas seulement l’événement en soi (et pour moi,

qui l’ai vu de mes propres yeux, il reste à l’intérieur de façon carrément psychosomatique). Inéluctablement, elle porte en elle les suites, les à-côtés d’un feuilleton qui, malgré les passions éteintes, nous lie encore à une colère ancienne et à l’envie d’en savoir davantage, de voir enfin révélés non pas les mystères mais les secrets inconfessables. Que les procès – qui ont duré, entre une chose et l’autre, trente-six ans, entre condamnations, acquittements, nouvelles condamnations, réouvertures, fermetures et fuites en Amérique du Sud et au Japon, coupables jugés tardivement et donc à l’abri de poursuites et, farce finale, des parents de victimes condamnés à payer les frais de justice –, apportent la vérité. Plusieurs années plus tard, en 2011, j’ai réalisé la scène de l’explosion de la banque pour mon film Piazza Fontana. Pour la tourner sans faire de simulation numérique, de maquette ou de reconstruction théâtrale, avec le décorateur Giancarlo Basili, l’opérateur Roberto Forza et des dizaines de collaborateurs fantastiques, nous avons enlevé toutes les interventions successives sur la place, le toit de l’arrêt de tram, les enseignes, les magasins, et nous l’avons reproduite telle quelle. Nous avons apporté une centaine de voitures de l’époque et fait une véritable explosion, non seulement des fenêtres mais aussi des voitures garées qui devaient faire une embardée avec l’onde de choc. Nous avons enlevé la ligne électrique aérienne, et la place est retombée dans l’obscurité, illuminée seulement par nos projecteurs. Après avoir positionné cinq caméras – étant donné qu’il aurait été impossible de refaire la scène – et après avoir contrôlé avec un essai simulé, j’ai finalement crié « moteur ! ». Après l’explosion, après que la fumée se soit dissipée et que les gravats soient retombés par terre, j’ai stoppé la prise de vue et, de la foule qui assistait derrière les barrières, un applaudissement libératoire a explosé, libératoire pour tous, pour les gens qui étaient restés curieux depuis le matin, pour la troupe, pour les producteurs, pour nous qui avions l’estomac noué par peur que quelque chose se passe mal. À la fin, soulagés, nous nous sommes remis au travail, pour la scène suivante, en changeant les lumières, la position des caméras, les mouvements des figurants. Nous allions tourner l’arrivée des ambulances et de la police, comme je l’avais vue quarante-deux ans auparavant, sans jamais avoir pu l’oublier. M. T. G.

d’italia

Lirio Abbate Marco Tullio Giordana IL ROSSO & IL NERO Solferino Novembre 2019

Guido Salvini Andrea Sceresini La maledizione di Piazza Fontana Chiarelettere Novembre 2019

Radici p42a47.indd 47

- 47

23/12/19 10:53:58


CuriositĂ

48 - Radici p48a53.indd 48

20/12/19 11:09:55


Curiosità

Camillo Benso

Contadino

di Cavour

FRANCA PORCIANI /

Oltre che geniale statista, il conte piemontese fu un imprenditore agricolo e non ebbe paura di innovare.

I

n mezzo alle risate spiegò una perseveranza, un’energia, un’audacia, uno spirito amministrativo e nello stesso tempo d’invenzione, che sarebbero stati sufficienti a trasformare la fisionomia di un regno. Bisognava vederlo all’opera: si alzava all’alba, visitava le stalle, era presente alla partenza dei lavoratori, sorvegliava il loro lavoro in piena canicola sotto il sole ardente”. A descrivere così Camillo Benso conte di Cavour (1810-1861), alle prese con la grande tenuta di Leri nel Vercellese, fu un suo amico intimo, lo scrittore ginevrino William De La Rive che gli sopravvisse abbastanza da scrivere la sua biografia. Camillo agricoltore? Sì, perché il giovane, figlio amatissimo ma cadetto senza eredità (il patrimonio sarebbe andato al primogenito Gustavo, secondo le leggi dell’epoca), doveva trovare da solo un sostentamento e farsi strada. La sua vocazione non era certo la carriera militare che abbandonò poco più che ventenne,

nel 1831 con grande sollievo dell’esercito, che poco tollerava questo ribelle che pretendeva di scegliere a quali ordini obbedire e non sapeva stare al suo posto. Peraltro, nella Torino conservatrice e soffocante di Carlo Alberto il ragazzo era malvisto per le sue idee liberali: la polizia seguiva tutti i suoi passi. Allora il padre, il marchese Michele, che per il figlio minore aveva un debole (avrebbe coperto in seguito molte delle sue perdite al gioco) gli propose di occuparsi della tenuta di Grinzane, nelle Langhe, non distante da Alba (Cn), dove oltre a metà del castello, la famiglia possedeva 200 ettari di colline coltivate a vigneto.

spiegare déployer

Apripista

il malvivente le malfaiteur

Camillo si buttò nell’avventura con energia e fantasia: per 17 anni fece il sindaco, dirimendo beghe e soprusi in un paesello di 350 anime, costruì case e la chiesa, ripulì i boschi dai malviventi organizzando squadre di contadini, ma

la stalla l’étable la tenuta le domaine ginevrino genevois dirimere régler (un pb.) la bega le problème, la dispute il sopruso l’abus

t Ritratto di Camillo Benso di Cavour. Antonio Ciseri, ~1859.

Radici p48a53.indd 49

- 49

20/12/19 11:09:58


Curiosità

reggere il confronto soutenir la comparaison tramutare transformer il manovale l’ouvrier vagliare vanner trebbiare battre (céréales) l’aratro la charrue seguace partisan la battitura dei fasci le battage des gerbes il risone le riz en paille snodabile articulé il calpestio le piétinement il trebbiatoio la batteuse u La tenuta di Grinzane.

50 - Radici p48a53.indd 50

soprattutto si occupò di vino. Si racconta che insieme alla marchesa Giulia Colbert Falletti di Barolo si sarebbe avvalso della consulenza di un enologo francese, il conte Louis Oudart, per tentare di produrre un vino rosso che reggesse il confronto con i “grandi” di Oltralpe. Si tratta di una vicenda che alcuni contestano perché non ci sarebbero le prove di questa collaborazione. Per altri si tramutò in un successo: migliorando la tecnica di fermentazione e con l’aggiunta al locale Nebbiolo di piccole quantità di Neiran (uva ormai abbandonata), nacque un ottimo Barolo, vino celebrato ovunque, anche in Francia. Pare che la contessa di Castiglione, quando si trasferì a Parigi nel 1855, ne portasse con sé diverse casse e che Napoleone III, divenuto il suo amante, avesse avuto modo di apprezzarlo. La vocazione rurale di Cavour trovò modo di esprimersi al meglio quando nel 1835 gli fu affidata la tenuta di Leri e Montarucco che i Cavour avevano acquistato nel 1818: era una distesa piatta e ben irrigata di risaie che, unita a quella vicina di Torrone (comprata da Camillo), superava i 1.200 ettari con un centinaio di salariati e manovali residenti. Camillo amò molto quei luoghi, di cui si occupò fino al 1848, tanto che vi tornò anche quando era ormai immerso nella politica, senza sapere che sarebbe stata proprio la malaria contratta lì a portarlo alla morte appena cinquantenne.

Riformatore A Leri (oggi Leri Cavour, disabitata e in stato di abbandono) si rivelò un innovatore. «Praticò la rotazione delle colture, alternandole, aprì canali di irrigazione; provò nuove macchine per vagliare il riso e trebbiarlo; sperimentò nuovi aratri; insomma fu in agricoltura seguace di quello stesso metodo che in politica lo aveva portato ad abbracciare la dottrina liberale: non fermarsi di fronte alle riforme o respingerle, ma ricavare da esse tutto il buono che potevano darne», racconta Italo de Feo in Cavour, l’uomo e l’opera (Mondadori). All’epoca uno dei problemi delle grandi risaie era quello di superare i sistemi tradizionali e obsoleti di lavorazione del riso, ovvero la battitura dei fasci di risone con bastoni snodabili o il calpestio a opera dei cavalli. Nel 1836 un ingegnere della Lomelina (tra Piemonte e Lombardia), Rocco Colli, aveva perfezionato il trebbiatoio inventato da un milanese, migliorandone il rendimento. Cavour, entrato in contatto con Colli verso la fine del 1843, gliene commissionò uno per la sua tenuta di Leri che dette i risultati sperati. «In sette anni, dal 1843 al 1850, la produzione di riso era sensibilmente cresciuta, quella di grane e di latte pressoché raddoppiata, quella di mais addirittura triplicata», spiega Rosario Romeo in Vita di Cavour (Laterza).

© Valentyna Smordova - 123RF

avvalersi profiter, se servir de

20/12/19 11:10:00


Š Valentyna Smordova - 123RF

CuriositĂ

Radici p48a53.indd 51

- 51

20/12/19 11:10:04


concimare fertiliser la resa le rendement il baco da seta le ver à soie la barbabietola la betterave il desinare le déjeuner la cacciagione le gibier a mezzadria en métayage sperperare gaspiller il binario la voie (ferrée)

q Il canale Cavour costruito a supporto dell’agricoltura, in particolare della coltura del riso.

Nuove vie

Punti deboli...

A questo successo aveva contribuito anche un’altra idea del vulcanico Camillo: importare guano, gli escrementi degli uccelli marini, dall’America (abbondano sulle coste del Cile e del Perù) per concimare i terreni al posto della farina ricavata dagli ossi di animali macellati. Fu il primo a farlo in Piemonte nel 1845 e, vista la resa, negli anni successivi acquistò intere navi di guano dal Perù per rivenderlo ad altri proprietari terrieri. Non contento, incoraggiò i contadini ad allevare i bachi da seta, come già si faceva in Lombardia, e avviò la coltivazione della barbabietola da zucchero, in questo caso però senza grandi risultati. Anche come allevatore tentò strade diverse dalle solite. «Prendendo come riferimento il 1850, si vede che l’azienda aveva quasi raddoppiato il bestiame, le pecore merinos erano assai preziose e Cavour aveva tentato ogni tipo di incroci per ottenere carne più tenera, latte più abbondante, lana più fine. In tutto il Regno di Sardegna c’erano solo due altre greggi di merinos», racconta Giorgio Dell’Arti in Cavour, vita dell’uomo che fece l’Italia (Marsilio).

Con i braccianti viveva fianco a fianco. “Quella di Leri era un’ospitalità larga, una vita semplice, di fattoria e non di castello: partenza all’alba, ritorni tardivi, desinari abbondanti preparati dalla vecchia dama di casa che portava essa stessa gli arrosti di cacciagione e il risotto fumante sulla vecchia tavola di quercia, attorno alla quale, dopo la frutta, si faceva un’allegra partita di lansquenet [gioco d’azzardo popolare, il cui nome deriva dai lanzichenecchi che lo introdussero in Italia nel XVI secolo, ndr]”, racconta ancora l’amico William De La Rive. E lui stesso scrisse in una lettera: “Qui il contadino è un semplice bracciante, non è disposto come nel resto del Piemonte, ove sfrutta la terra a mezzadria, a resistere a tutte le innovazioni che urtano le sue abitudini inveterate; obbedisce senza ragionare. Basta far dirigere le nuove imprese da gente intelligente e sicura”. Tutta questa vita bucolica, che già alla fine del 1840 gli garantiva una rendita di 250mila lire l’anno, non impediva a Camillo di sperperare ingenti somme al tavolo verde: nel 1836 a Torino giocando a “goffo” (gioco di carte) perse al Caffè Florio 1.200 lire in un colpo solo. Non riusciva

52 - Radici p48a53.indd 52

20/12/19 11:10:08

© Daria Ustiugova - 123RF

Curiosità


© Daria Ustiugova - 123RF

Curiosità

proprio a stare lontano dal gioco, come non resisteva quando gli si prospettava una buona speculazione in Borsa, cosa che gli attirò un bel po’ di critiche. Scrive ancora de Feo: «Era necessario tenersi in contatto con gli operatori economici di tutta l’Europa dove l’industria agricola si andava appena sviluppando, allo scopo di calcolare il tempo migliore per vendere un prodotto. Alcune volte accadde che i depositi delle tenute di Leri immagazzinassero grano e riso che mancavano altrove e si dicesse in giro che i Cavour erano speculatori e accaparratori senza ritegno».

... e qualche flop Nella carriera di Camillo ci fu anche qualche buco nell’acqua. Innamorato delle ferrovie che aveva avuto modo di vedere in Inghilterra e che aveva intuito avrebbero favorito la libera circolazione (e l’unità) anche nella Penisola, entrò nel 1839 nell’affare del collegamento tra Chambéry e il lago di Bourget, 8 km di binari. Poi dei battelli avrebbero caricato passeggeri e merci e li avrebbero portati, risalendo i canali, fino a Lione. L’impresa fu un disastro: i capitali erano pochi e un ingegnere troppo giovane sbagliò il motore dei battelli. Ci rimise 100mila lire pure Cesare Balbo, entrando nell’affare solo per amore del conte. Anche questa volta arrivò in soccorso il sostegno economico del padre. Le sue intuizioni però andavano già molto lontano. F. P.

Le donne di Cavour Se nell’industria agricola e nel mondo degli affari Cavour si rivelò una fucina di idee, sul fronte sentimentale manifestò fin da giovanissimo una certa inquietudine che lo portò a inanellare relazioni quasi soltanto con donne sposate. Cedettero al suo fascino - fisico tarchiato ma grande verve - in molte tra cui la parigina Melanie Waldor, già amante di Alexandre Dumas. Donne belle, colte, raffinate, ricambiate con una passione che, però, durava poco. Solo due gli fecero battere il cuore: la prima e l’ultima. Anna Schiaffino Giustiniani, genovese, infelicemente sposata, fu la sua passione giovanile. Camillo la conobbe nel 1830 quando l’esercito lo trasferì nella città ligure. Bella, inquieta e con una forte vocazione intellettuale, “Nina”, come la chiamavano in famiglia, era una fervente repubblicana. Fu una relazione importante soprattutto per lei, che si suicidò subito dopo l’abbandono di Cavour. L’ultimo amore, il più scandaloso, durato fino alla morte improvvisa del conte, fu Bianca Ronzani, non proprio una nobildonna. Tedesca o polacca secondo alcuni, più probabilmente ungherese, ne rimane incerto anche il nome da ragazza, Sovierzy o Sevierzy. Ballerina di professione, arrivò a Torino con il marito, il mimo e coreografo triestino Domenico Ronzani, impresario del Teatro Regio nel 1856, che finì in bancarotta e scappò in Sud America. Bianca rimase, e divenne l’amante del conte, che le comprò una villetta sulle colline torinesi e le garantì una rendita, anche se la relazione rimase sempre clandestina. Alla morte di lui, Bianca andò a Parigi dove morì due anni dopo in miseria. la fucina ici, le foyer (fig.)

inanellare ici, collectionner

tarchiato trapu

ricambiato aimé en retour

Radici p48a53.indd 53

- 53

20/12/19 11:10:09


Itinerari

MASSIMO MANZO /

54 - Radici p54a57.indd 54

20/12/19 11:17:16


Sapori

Nel Medioevo i monaci dell’Abbazia di Chiaravalle, che sorge a sud di Milano, inventarono il primo formaggio stagionato che rivoluzionò dieta e abitudini di ricchi e poveri.

È

uno dei formaggi più conosciuti e venduti al mondo, immancabile sulle nostre tavole e oggetto, purtroppo, di maldestre imitazioni all’estero. Già nel Medioevo la sua fama non era da meno, sia nelle dispense dei ricchi signori sia in quelle del popolo. Parliamo del Grana Padano, vero must di molte ricette della tradizione gastronomica del Belpaese. Ma quando è nato? Per rispondere dobbiamo fare un passo indietro di quasi 1.000 anni, all’epoca delle grandi abbazie sparse nel Nord Italia.

Ora et labora Secondo la tradizione, tutto iniziò nel 1135, anno in cui il monaco cistercense Bernardo di Clairvaux (futuro santo) fondò l’Abbazia di Chiaravalle, in una zona piena di acquitrini e paludi a pochi chilometri di distanza da Milano. Fedeli al motto ora et labora (prega e lavora), i monaci avviarono una poderosa opera di bonifica delle campagne circostanti, che coinvolse presto ampie zone della Pianura padana, sfruttate per l’agricoltura e l’allevamento. Attorno alle numerose abbazie cistercensi e benedettine, sorsero così varie aziende agricole dette “grange” (antenate delle odierne cascine lombarde) e dipendenti dai vari monasteri. Oltre a rifornire i monaci, queste contribuirono al fiorire dei commerci alimentari, giocando un ruolo fondamentale nella rinascita del territorio. La maggiore diffusione dell’allevamento, portò al bisogno di conservare le quantità in eccesso di latte bovino, la cui produzione stava crescendo a dismisura. Come? Ideando un nuovo formaggio in grado di conservarsi per lunghi periodi. Per trovare la formula perfetta, gli storici ritengono che gli ingegnosi frati abbiano affinato probabilmente tecniche casearie già note in passato. Nel dettaglio, sottoposero il latte delle due mungiture giornaliere a una lunga cottura, aggiungendovi caglio e sale per creare poi forme di dimensioni cilindriche di grandi dimensioni, più adatte ad una lenta stagionatura. Al termine dell’invecchiamento, che in

genere durava più di un anno, il risultato era un saporito formaggio dal colore dorato e dalla consistenza granulosa, conferitagli dai cristalli di tirosina, un amminoacido rilasciato nel corso della maturazione. I monaci lo battezzarono caesus vetus (formaggio vecchio), nome presto rimpiazzato dal più popolare “formaggio grana” o “grana” semplicemente, in ragione della sua consistenza.

p Vendita di formaggio caseus vetus, disegno del XIV secolo. maldestro maladroit l’acquitrino le marécage la palude le marais il motto la devise poderoso puissant

La grana nel linguaggio familiare significa soldi, quattrini: “Come stai a grana? È uno che ha fatto la grana, che è pieno di grana”.

la cascina la ferme caseario fromager la mungitura la traite

Radici p54a57.indd 55

- 55

23/12/19 10:10:38


Sapori

riscuotere obtenir in men che non si dica en un rien de temps il novero le nombre spiccare se démarquer la sponda la rive

L’intuizione dei frati riscosse un immediato successo: in men che non si dica, attraverso le abbazie e i caseifici a loro collegati, il grana [e non “la” grana; vedi differenza di significato in basso, ndr.] si guadagnò la fama di “prodotto tipico” di numerosi centri del Nord della Penisola, in particolare Lombardia e in Emilia-Romagna, venendo utilizzato anche come preziosa merce di scambio nelle transazioni commerciali. Nel novero dei caseifici più attivi spiccavano quelli di Lodi, Codogno, Mantova, Piacenza, Milano, Reggio Emilia e Parma, dove a seconda della sua provenienza il caesus vetus venne identificato come “lodesano”, “mantoano”, “piacentino”, “bressano”, o “parmesano”. Proprio la denominazione di “parmigiano” (definito anche caesus

parmensis), trovò nel 1353 uno sponsor d’eccezione nel poeta fiorentino Boccaccio, che nel Decamerone descrisse il leggendario Paese di Bengodi evocando “una montagna tutta di formaggio Parmigiano grattugiato, sopra la quale stavan genti che niuna altra cosa facevan, che fare maccheroni e ravioli”. Le parole di Boccaccio segnarono l’inizio di epiche rivalità: da allora infatti, su entrambe le sponde del Po, varie città si vantano di aver dato i natali al blasonato formaggio, tra i cui progenitori spuntano anche il Granone lodigiano e il formaggio piacentino. Ancora nel 1662, il cuoco bolognese Bartolomeo Stefano ricordava tale disputa nel trattato L’Arte di Ben cucinare, scrivendo che “per la precedenza nella bontà di formaggi, fra loro contendono Piacenza e Lodi”. Non sapendo a chi dare

© D.R.

dare i natali a donner le jour à

Tante varietà

56 - Radici p54a57.indd 56

20/12/19 11:17:24


Sapori

Nessun problema nella scelta. Anzi, scegliete entrambi perché entrambi sono il fiore all’occhiello dei formaggi italiani. Il Parmigiano ha un sapore più complesso. Il Grana Padano, è più morbido e burroso. Il Grana Padano è prodotto su un territorio più esteso. L’alimentazione delle mucche per

il Parmigiano Reggiano è fatta esclusivamente di erba cresciuta nella zona di produzione del formaggio, mentre per il Grana Padano le mucche possono essere alimentate anche con gli insilati, come ad esempio quello di mais. Per il Parmigiano Reggiano, è vietato l’uso di qualunque conservante; per il Grana Padano è

concesso l’utilizzo del lisozima, una proteina naturale con attività enzimatica estratta dall’albume dell’uovo di gallina. Il Grana Padano, essendo meno grasso del Parmigiano, arriva a stagionatura prima. Il Grana Padano domina il mercato italiano soprattutto in ragione del suo minor prezzo.

burroso onctueux gli insilati l’ensilage l’albume le blanc d’oeuf la stagionatura l’affinage

la preferenza, il cuoco esprimeva un giudizio “salomonico”: “il formaggio di Lodi non si può nominare che non si lodi; né quello di Piacenza si può gustare, che non piaccia”. A rincarare la dose di campanilismi, stavolta tra Lodi e Parma, ci pensò in seguito Giacomo Casanova citando nel 1736 un “eccellente formaggio che tutta l’Europa chiama Parmigiano, ma che in realtà non è di Parma ma di Lodi”.

Versatile Antagonismi a parte, già nel Rinascimento il grana era ormai a pieno titolo nell’Olimpo dei più famosi formaggi italiani, tanto da essere menzionato nel 1477 dall’umanista vercellese Pantaleone da Confienza nella Summa Laticinorum, noto trattato sui latticini. Il proverbiale “cacio sui maccheroni” si guadagnò inoltre un posto d’onore nelle ricette dell’intera Penisola divenendo condimento indispensabile di paste e tortelli d’ogni genere. Apprezzato dal popolo per le sue proprietà nutritive e di “lunga conservazione”, non mancò di stregare i signori delle grandi dinastie, tanto da fare capolino in una lettera di Isabella d’Este, datata 1504, nella quale la nobildonna inviava a Ferrara al padre “mezza forma de formazo per uno, perché il facto loro consiste più in bontà che in quantità”. Nei secoli successivi, la reputazione del formaggio conteso si estese a livello mondiale e a partire dal XIX secolo, con l’evolversi delle tecnologie agricole e di allevamento, nacque la necessità di disciplinare le sue caratteristiche, uni-

formando le tecniche di produzione. Si arrivò così, nel 1951, alla Convenzione di Stresa, con cui i produttori europei chiarirono finalmente la normativa sui formaggi a Denominazione d’Origine, poi aggiornate nei decenni seguenti. Oggi i due formaggi sono tutelati da distinti consorzi. Nel dettaglio, il Grana Padano è prodotto in ben 34 province sparse tra Lombardia, Piemonte, Veneto, Emilia-Romagna e TrentinoAlto Adige, mentre il Parmigiano nasce in quattro provincie emiliane e in una parte della provincia di Mantova. M. M.

rincarare la dose renchérir stregare ensorceler fare capolino apparaître conteso convoité

Radici p54a57.indd 57

- 57

20/12/19 11:17:25


Tutti i misteri del

Il che in italiano ha due usi principali: congiunzione e pronome relativo. Ecco come distinguerne l’uso, per non attorcigliare i nostri testi in frasi incomprensibili. bifronte double attorcigliare tortiller agganciare accrocher lo scaffale l’étagère piazzare placer

I

che

n italiano gli usi principali del che sono due: congiunzione e pronome relativo. Quando è congiunzione, il che unisce due frasi: Penso che tu sia stanco di tutto questo. Ritieni che sia possibile? Credo che domani pioverà. Quando è pronome relativo, unisce sempre due frasi, ma il che è agganciato ad un nome che si trova nella prima frase e svolge la funzione di soggetto o complemento oggetto nella seconda: tu [che sei alto] mi prendi quel libro dallo scaffale? Riconoscere i due tipi di che è importante. Aiuta molto ad evitare di fare errori nel dividere le frasi e anche nel comprenderle. Come si riconosce un pronome relativo? Il pronome relativo si individua perché può sempre essere sostituito con il quale/la quale/i quali/ le quali. Quindi, quando abbiamo un dubbio, basta vedere se nella nostra frase il che può essere sostituito da una di quelle parole. - La donna che hai visto è mia sorella: la donna la quale hai visto è mia sorella. - I bambini che giocano nel cortile sono sudati: i bambini i quali giocano nel cortile sono sudati.

Se invece è una congiunzione, non può mai essere sostituito con altro. Infatti, se scrivo: “Penso che tu sia strano” non posso formulare la frase dicendo “penso il quale sia strano”. Non ha senso. Distinguere congiunzioni e pronomi relativi è fondamentale quando faccio l’analisi del periodo e quella logica della frase. Il che pronome relativo può fare da soggetto e da complemento oggetto nella frase in cui è, mentre la congiunzione non può fare mai da soggetto o da complemento oggetto. Inoltre se la frase è introdotta da un pronome relativo, in analisi del periodo sarà una subordinata relativa, mentre se è introdotta dal che congiunzione, potrà essere una subordinata di altro genere (soggettiva, oggettiva, dichiarativa…). Voi direte: ok, si può sopravvivere nella vita anche senza saper distinguere il tipo di subordinate. Sì, è vero. Ma non sempre è detto che si sopravviva bene. In italiano il che, pronome relativo, ha una particolarità. Si riferisce quasi sempre al nome che gli sta accanto. Una delle cose che spesso rende incomprensibili le frasi è non tenere conto di questo fatto. Se piazzo il che vicino al nome sbagliato, il significato dell’intera frase cambia. Se scrivo per esempio “il libro che è sul tavolo è verde” a essere verde è la copertina del libro. Se scrivo le stesse parole ma in ordine diverso, cioè “il libro è sul tavolo che è verde” è la superficie

58 - Radici p58a59.indd 58

20/12/19 11:21:06


Pillole

parolina bifronte del tavolo ad essere colorata di verde. Quando si scrivono periodi lunghi, è facile commettere errori. Nella nostra testa la frase è chiarissima, ma poi ci impicciamo a scriverla, e il che finisce accanto a qualcosa di diverso da quello che vorremmo. Il consiglio migliore che si può dare in questo caso è: lasciate perdere i periodi lunghi. Se non siete abituati a scrivere (ma alle volte, anche se lo siete) usate frasi brevi e separate dal punto. Meglio ripetere due volte la stessa parola che scrivere una frase incomprensibile.

di

grammatica

Mariangela Galatea Vaglio In collaborazione con la rivista L’Espresso Illustrazioni © Umberto Grati

Non è detto che “chi sa scrivere” usi periodi lunghi. Grandi scrittori e giornalisti, come Hemingway o il nostro Enzo Biagi erano famosi per le loro frasi brevissime. Spesso anzi scrivere una frase breve denota maggiore bravura nella sintesi di chi sbrodola per pagine e pagine. Quindi se non siete certi che il pronome relativo si riferisca al termine giusto, spezzate la frase o spiegatevi usando una e: “Il libro è sul tavolo ed è un libro verde”. Meglio essere un po’ meno eleganti ma chiari piuttosto che dare al vostro lettore un’informazione sbagliata.

impicciarsi s’embrouiller il periodo la phrase alle volte parfois sbrodolare salir, tacher spezzare couper

Radici p58a59.indd 59

- 59

20/12/19 11:21:09


Lingua

e

cultura

Numero Le automobili circolanti in Italia nel 1899. Nel 1905 erano 2.174 e nel 1915 circa 25.000.

Nel 2018 circolavano 39 milioni di automobili in Italia.

Domande & risposte Chi è stata la prima regista donna del cinema italiano? Domanda posta da Valentina Dini È la salernitana Elvira Coda (18751946) autrice di oltre un centinaio di pellicole. Insegnante a Napoli, nel 1902, sposò Nicola Notari, pittore e fotografo specializzato nella coloritura di fotogrammi di film, che la avvicinò al mondo del cinema. Iniziò con dei cortometraggi; poi, nel 1915, aprì con il marito una società di produzione, la Film Dora, e si lanciò nella regia di lungometraggi. Nei suoi film, Elvira metteva in scena la Napoli popolare degli anni Dieci e Venti, ispirandosi alla cronaca nera e alla vita quotidiana. I suoi attori non erano professionisti ma

persone comuni, come l’insegnante di matematica del figlio Eduardo o ragazzini di strada, gli scugnizzi. La fama di Elvira arrivò fino a New York, dove aprì una succursale. Vittima della censura fascista a causa dei soggetti troppo crudi e realistici dei suoi film, sul finire degli anni Venti si orientò verso uno stile più hollywoodiano, che però non ottenne successo. Nel 1930 si ritirò dal mondo del cinema. la coloritura la colorisation il fotogramma l’image

lo scugnizzo le gamin de rue (napolitain) la fama la renommée

60 - Radici p60a61.indd 60

20/12/19 11:23:44


Lingua

e

cuLtura

Chi l’ha detto? “Se vogliamo che tutto rimanga com’è, bisogna che tutto cambi” La frase è pronunciata da Tancredi, un personaggio del libro Il Gattopardo (1958) di Giuseppe Tomasi di Lampedusa. Tancredi (nell’omonimo film interpretato da alain Delon), è il nipote del principe di Salina (interpretato da Burt Lancaster). È la risposta di un rivoluzionario assennato, che conosce il dolore della frattura con la classe dirigente in declino e non vuole tradirla. Il romanzo è ambientato nel momento

del passaggio dal regime borbonico al Regno d’Italia. Dal libro, e da questa frase in particolare, deriva l’espressione “gattopardismo” per indicare l’atteggiamento di chi si adatta a una nuova situazione politica fingendo d’esserne promotore, per conservare potere e privilegi. assennato judicieux

Vocabolario GAVETTA Dal latino gàbata (scodella), fin dal Trecento indica il contenitore del rancio per i soldati. Nei secoli la parola ha assunto il significato di vita militare al più basso livello, da cui l’espressione “fare gavetta”. Il termine gavettone ha la stessa origine: era un recipiente con il pasto per le truppe, prima di diventare il secchio pieno d’acqua che si lancia per fare uno scherzo. la scodella l’écuelle il rancio la soupe

fare la gavetta passer par toutes les étapes il gavettone la marmite

fingere faire semblant

Parole

dimenticate Tornagusto

Un tornagusto è uno stuzzichino, un cibo o una bevanda che stuzzica l’appetito. La parola in sè risveglia già il gusto e il desiderio di mangiare! Carlo Collodi usa la parola nella celebre storia di Pinocchio: “Dopo la lepre, [la Volpe] si fece portare per tornagusto, un cibreino di pernici, di starne, di conigli, di ranocchi…” lo stuzzichino l’amuse-gueule

la pernice la perdrix

stuzzicare l’appetito ouvrir l’appétit

il ranoccchio la grenouille

RaDICI p60a61.indd 61

- 61

20/12/19 11:23:47


Agenda

/////

Libri

en français

Jean Marc Benedetti

Catherine Brice

Giorgio et Maurizio Crovato, Luigi Divari

LA FUITE D’ITALIE

HISTOIRE DE ROME ET DES ROMAINS

BATEAUX DE VENISE

Passiflore / 171 p. / 18 € Que s’est-il vraiment passé à Gorgo al Monticano en 1920, dans une Italie où émerge la figure de Mussolini ? Dans les années 80, adultes, Nunzio et Enzo veulent savoir. Quels secrets leur arrière-grand-père leur a-t-il cachés ? Ils retournent dans le village des origines. Voyage risqué où se croisent la montée du fascisme et l’amour. Mais pour quelle vérité ? Jean-Marc Benedetti replonge, à travers cette histoire familiale, dans l’Italie fasciste, un passé pas si lointain.

/////

Perrin / 496 p. / 24 €

Trad. Delphine Gachet Zeraq / 124 p. / 21,90 €

En s’appuyant sur des travaux récents et des recherches de première main, Catherine Brice, professeure d’histoire contemporaine, expose les aspects politiques, sociaux et culturels de la Rome contemporaine, de Napoléon 1er à nos jours, en s’attachant à la dimension urbaine et architecturale de cette ville à nulle autre pareille.

Un ouvrage sur les bateaux de la lagune né de l´expérience de grands connaisseurs de Venise et de sa Lagune Le vieux proverbe vénitien barca xe casa (notre bateau est notre maison), tout comme l’écho des témoignages qui, depuis la lettre de Cassiodore, datée de 538 après J.C. (« Aux murs de vos maisons, vous attachez des bateaux, comme on attache des animaux domestiques »), attestent l’importance tout à fait singulière qu´ont les bateaux à Venise. Une galerie inédite d’objets d´art trop souvent disparus, illustrée par des photos du Musée Correr et des aquarelles de Luigi Divari.

musica

Francesco Guccini

Franco Battiato

Antonello Venditti

NOTE DI VIAGGIO

TORNEREMO ANCORA

SOTTO IL SEGNO DEI PESCI

Universal Music

Sony Music

The Anniversary Tour Deluxe Edition

Tredici artisti per passare il testimone della musica di Guccini alle nuove generazioni. Grazie alla direzione e gli arrangiamenti di Mauro Pagani, la musica del cantautore modenese risplende di nuova luce attraverso l’interpretazione di artisti come Malika Ayane, Carmen Consoli, Samuele Bersani e Luca Carboni. Nel disco è compreso l’inedito Natale a Pavana.

Dal 2017, Franco Battiato ha abbandonato le scene, ritirandosi nella privacy della sua Sicilia a causa della sua salute. Nonostante il titolo incoraggiante, questo Torneremo ancora potrebbe essere l’ultimo inedito del Maestro, secondo i suoi stessi collaboratori. Il disco, prodotto e supervisionato da Battiato nel suo home-studio, contiene i brani più celebri di Battiato (più l’inedito che dà il nome all’album), interpretati dalla Royal Philarmonic Orchestra. Nella speranza di un ritorno, potremo ascoltare il meglio del Maestro, da Povera Patria a La cura.

Legacy recordings / Sony Music È uno dei grandi classici della musica italiana, uscito 40 anni fa e ancora oggi ascoltatissimo. Antonello Venditti celebra quindi il compleanno di Sotto il segno dei pesci con un cofanetto che contiene un live unico, registrato nella suggestiva Arena di Verona durante il suo ultimo tour. In più, uno speciale CD con le performance degli artisti invitati da Venditti sul palco, da Francesco De Gregori a Ermal Meta.

62 - Radici p62a65.indd 62

20/12/19 13:14:05


Agenda

Lorenzo Marone

Sergio Tognetti, Lorenzo Tanzini  Enrico Faini,  Silvia Diacciati

Livia Veneziani Svevo, Lina Galli

CARA NAPOLI Trad. Marie-Françoise Balzan La Fosse aux ours / 200 p. / 18 €

COMME UN ARBRE EN FLEURS UGA Éditions / 294 p. / 20 €

Trad. Patricia Raynault-Desgagné Le Bout du mile / 183 p. / 18 €

C’est une lettre d’amour adressée par l’un des siens à sa ville, Naples. Au fil de ces chroniques écrites par Lorenzo Marone dans sa rubrique hebdomadaire Granelli (pépites) de La Repubblica, on découvre les multiples visages de Naples, les contrastes de ses couleurs, de ses demeures, de ses odeurs, de ses traditions. On y croise Totò, Caravage, Maradona, et bien d’autres. Tout cela constitue la contradiction de la ville, peut-être son essence-même.

Écrit par des historiens florentins reconnus et agrémenté de 80 illustrations en couleur, ce manuel raconte l’histoire de Florence entre le XIIIe et le XVIe siècle. C’est un observatoire privilégié non seulement pour l’histoire de l’Italie, mais aussi pour celle de toute l’Europe. Les auteurs ont voulu ouvrir autant de fenêtres sur la vie florentine et ses différents aspects, comme une galerie de scènes et de points de vue qui permettent d’entrer dans ce monde créatif et fécond.

Écrite en 1950 par la femme de l’auteur, cette biographie d’Italo Svevo (1861-1928), un des plus grands romanciers du XXe siècle, n’avait à ce jour jamais été traduite en français. Laetizia Veneziani Svevo, accompagnée de la poétesse Lina Galli, nous fait entrer dans l’histoire intime d’Italo Svevo à partir de nombreux fragments de textes et de correspondances, notamment avec Joyce et Valéry Larbaud. Il s’en dégage un portrait nuancé de l’homme Ettore Schmitz (son nom à l’état civil) et de son double Italo Svevo.

/////

cinema

en salle

ITALO SVEVO. PORTRAIT

DVD

Jacek Borcuch

Pietro Marcello

Mauro Bolognini

UN SOIR EN TOSCANE

MARTIN EDEN

Sortie le 29 janvier 2020

Sortie le 18 février 2020 Shelac Sud / VOSTF

LES GARÇONS (1959) BUBU DE MONTPARNASSE (1971) LIBERTÉ MON AMOUR ! (1975) VERTIGES (1975)

Maria Linde, poétesse et prix Nobel juive polonaise, s’est retirée loin des mondanités et des conventions dans la paisible campagne de Toscane. Elle y vit libre et heureuse, entourée de sa famille, de ses amis et de son jeune amant égyptien. Mais la tension monte dans la vieille Europe comme dans sa petite ville où les réfugiés affluent. Refusant l’hypocrisie ambiante, Maria accepte une ultime remise de prix, et revient dans l’espace public avec une déclaration qui fait scandale. Prix de la critique au Festival du cinéma italien de Villerupt.

A Naples, au cours du 20e siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire, individualiste dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques. Alors qu’il conquiert l’amour et le monde d’une jeune et belle bourgeoise grâce à la philosophie, la littérature et la culture, il est rongé par le sentiment d’avoir trahi ses origines.

Carlotta Films / VOSTF Coffret de 4 films restaurés réalisés par un orfèvre du cinéma italien, Mauro Bolognini : la chronique sociale Les Garçons, le drame au féminin Bubu de Montparnasse, la farce tragi-grotesque Liberté, mon amour ! et l’étude crue de la folie Vertiges. Par sa grande exigence formelle et sa formidable direction d’acteurs, Bolognini a définitivement sa place aux côtés des plus grands maîtres italiens. 4 préfaces de Jean A. Gili et des bonus.

Radici p62a65.indd 63

- 63

20/12/19 13:14:06


Agenda

/////

I

agenda culturale

spectacles éditalie

LES RITALS

Chansons italiennes des répertoires traditionnel et moderne. Spectacle proposé par le Gruppo Incanto autour du thème de la paix.

en présence des équipes artistiques etc. Cinéma Comoedia www.cinema-comoedia.com DU 5 AU 7 FÉVRIER 2020

Albi (81)

Théâtre des Lices VENDREDI 31 JANVIER 2020 Infos : www.radici-press.net

Après son succès au festival off d’Avignon l’été dernier, ne manquez pas l’adaptation théâtrale du roman « Les Ritals  » de François Cavanna, avec le comédien Bruno Putzulu et l’accordéoniste Grégory Daltin, en alternance avec Aurélien Noël. PARIS

Le Scène Parisienne https://tlsp.paris DU 16 JANVIER AU 26 AVRIL 2020 CASTRES (81)

Théâtre Municipal Samedi 14 MARS 2020 DIJON (21)

Théâtre des Feuillants Samedi 28 MARS 2020 NEUCHÂTEL (Suisse)

Théâtre du Passage DIMANCHE 29 MARS 2020 BONNEUIL SUR MARNE (94)

Salle Gérard Philippe VENDREDI 24 AVRIL 2020 FREYMING-MERLEBACH (57)

Le Gouvy VENDREDI 22 MAI 2020

GRUPPO INCANTO ET SI ON CHANTAIT LA PAIX ?

I en france LYON I THéÂtre

QUASI NIENTE Libre adaptation par Daria Deflorian et Antonio Tagliarini du film Le Désert rouge de Michelangelo Antonioni. Spectacle en italien surtitré en français. Également à Pau le 10 mars et à Marseille du 13 au 15 mars 2020. Théâtre du Point du Jour www.pointdujourtheatre.fr DU 28 AU 31 JANVIER 2020

PARIS I CINÉMA

RÉTROSPECTIVE VITTORIO DE SICA Maître reconnu du néoréalisme italien, Vittorio de Sica a commencé sa carrière comme acteur au théâtre et au cinéma. Rétrospective proposant une trentaine de ses films réalisés par lui ainsi qu’une vingtaine de films dans lesquels il a joué. La Cinémathèque Française www.cinematheque.fr DU 29 JANVIER AU 2 MARS 2020 LYON I CINÉMA

RENCONTRES AUTOUR DU CINÉMA ITALIEN Sélection de films contemporains primés dans différents festivals, avant-premières

CANNES I CINÉMA

SEMAINE DU CINÉMA ITALIEN Films en version originale sous-titrés en français, inédits, avant-premières et films récents. www.cannes-cinema.com DU 3 AU 9 FÉVIER 2020 GANDRANGE (57) I CONCERT

VIVA ITALIA

Un dimanche après-midi, quelques immigrés, pris de nostalgie, chantent les airs et chansons qui ont bercé l’enfance, la jeunesse et la vie de plusieurs générations d’Italiens expatriés. Chants patriotiques, chansons d’amour, airs intemporels. Espace culturel Daniel Ballavoine gandrange.fr VENDREDI 28 FÉVRIER 2020 TREMBLAY EN FRANCE I CONCERT

Marco Iacampo

Marco Iacampo, compositeur-interprète de l’entre-terre vénitien, est présent depuis 20 ans sur la nouvelle scène italienne. Ses derniers disques Valetudo, Flores et Fructus forment une trilogie sur la vie et l’amour. Sa musique crée des ponts multiculturels, entre l’Italie et le reste du monde. L’Odéon www.lodeonscenejrc.com Samedi 29 FÉVRIER 2020 TOURS I CINÉMA

JOURNÉES DU FILM ITALIEN

64 - Radici p62a65.indd 64

20/12/19 13:14:08


Agenda

7e édition proposant une large palette du cinéma italien. www.viva-il-cinema.com DU 4 AU 8 MARS 2020

DIJON I FESTIVAL

d’Œdipe et le transpose au monde des nomades, contant le destin du héros tragique depuis l’enfance jusqu’à sa mort à Colone. Spectacle en italien surtitré en français. Théâtre de la Colline www.colline.fr DU 22 AVRIL AU 10 MAI 2020

tematici: la storia d’Italia (dagli anni ‘20 al dopoguerra fino agli anni ‘80) raccontata attraverso i film; i compagni di viaggio di Fellini, reali e immaginari; infine il progetto del nuovo museo dedicato al regista. Castel Sismondo www.mostrafellini100.it FINO AL 15 MARZO 2020

ITALIART Festival italien pluridisciplinaire artistique : théâtre, opéra, concert, expositions danse etc. www.ombradipeter.com DU 2 AU 31 MARS 2020 NANTES I CINÉMA

UNIVERCINÉ ITALIEN Ce festival italien s’appuie sur les programmations des grands festivals du film italien en France, tel celui d’Annecy et de Villerupt. italien.univercine-nantes.org Cinéma Katorza DU 10 AU 15 MARS 2020 NICE I THéÂtre

LA GIOIA Entouré de sa troupe composée de personnes touchées par le handicap ou écorchées par des accidents de la vie, le metteur en scène et acteur italien, Pippo Delbono apparaît face à ses démons et propose un voyage dans l’inconscient à la recherche du bonheur et de la joie. Spectacle en italien surtitré en français. Théâtre national www.tnn.fr LES 27 ET 28 MARS 2020

PARIS I THéÂtre

ESODO

S’inspirant de l’œuvre de Sophocle, Emma Dante s’empare du mythe

I en italie

ROMA I MOSTRA BOLOGNA I MOSTRA

ETRUSCHI. VIAGGIO NELLE TERRE DEI RASNA L’esposizione vuole essere un affascinante viaggio nelle terre degli Etruschi tra archeologia e paesaggi sorprendenti e metterà in risalto le novità di scavo e di ricerca sulla storia di uno dei più importanti popoli dell’Italia antica. Museo Civico Archeologico www.museibologna.it/archeologico FINO AL 24 MAGGIO 2020

BRESCIA I MOSTRA

DONNE NELL’ARTE DA TIZIANO A BOLDINI Esposizione dedicata alla rappresentazione della donna nell’arte dal Cinquecento fino alla Belle Époque con l’obiettivo di dimostrare come la donna abbia da sempre avuto un ruolo centrale nella storia dell’arte italiana. Palazzo Martinengo amicimartinengo.it DAL 18 GENNAIO AL 7 GIUGNO 2020

Rimini I MOSTRA

FELLINI 100 GENIO IMMORTALE La mostra ricostruisce l’universo del Maestro per festeggiare il  centenario della sua nascita ruotando attorno a tre nuclei

CANOVA ETERNA BELLEZZA Una mostra-evento incentrata sul legame tra Antonio Canova e la città di Roma, con oltre 170 opere e prestigiosi prestiti da importanti musei e collezioni italiane e straniere. Palazzo Braschi www.museodiroma.it FINO AL 15 MARZO 2020

ROMA I MOSTRA

C’ERA UNA VOLTA SERGIO LEONE La mostra ha carattere multisensoriale: si configura come un viaggio attraverso l’universo dell’artista per conoscere la lavorazione dei suoi film di culto ma anche l’uomo e la sua formazione. Museo dell’Ara Pacis www.arapacis.it FINO AL 3 MAGGIO 2020

TORINO I MOSTRA

ANDREA MANTEGNA Opere di Andrea Mantegna, uno dei più importanti artisti del Rinascimento italiano, ma anche di Donatello, Antonello da Messina, Paolo Uccello, Giovanni Bellini etc. Palazzo Madama www.palazzomadamatorino.it FINO AL 4 MAGGIO 2020

Radici p62a65.indd 65

- 65

20/12/19 13:14:09


p66.indd 66

20/12/19 11:26:15


2et3decouv.indd 2-67

22/12/19 19:01:56


1et4decouv.indd 68-1

22/12/19 20:35:44

Profile for RADICI

Radici n° 106 - GRATUIT  

Radici n° 106 - GRATUIT  

Advertisement