Issuu on Google+

Journal du Centre Éducatif Fermé de Saverne - n°17-Juillet 2012

E U L t s, M i O R d’ é c r F L E lu s s … E L e s , p le u r N V U dé ou U N O s d’ i de c D E F U N s P lu p lu U S D E F PL US PL

1


Éditorial:

Voilà encore une année scolaire qui se termine et un bel été qui commence. Cette année fut riche de rencontres, rencontre de l’autre avec toutes ses différences

ou

ressemblances,

toutes

ses

rencontres

intemporelles et parfois même rencontre avec soi-même. Partir à la découverte de l’autre ou lui tendre la main, observer, soutenir, aider, évaluer, encourager, enrichir… par des actions ou simplement une attitude différente de nos habitudes.

Au sommaire dans ce numéro:

Si toutes ces rencontres nous font progresser,

elles

Page 3: « Allez la SIG! » • Pages 4-5: Le P.S.C. • Pages 6-9: Les D.N.A.E. • Pages 10-11: Une journée de cinéphile • Page 12: La psycho boxe • Page 13: Gestion du quotidien • Page 14: Visite au CIDH • Pages 15-20: Saverne d’hier et d’aujourd’hui • Pages 21-22: Interview • Page 23: Le composte • Pages 24-27: Petit tour en cuisine • Pages 28-29:Camp d’avril • Pages 30-31: Au revoir Marline • Page 32: Petites nouvelles du bateau • Page 33: Sport au lycée • Page 34-37: Petit tour à l’atelier bois • Page 38: Si j’étais... • Page 39: Jeu littéraire • Page 40: Tribune libre

commencent

toujours par nous faire nous questionner

et

parfois

nous

déstabilisent un peu ; mais au final cela nous permet à tous de grandir, que nous soyons jeunes ou un peu moins. Dans ce nouveau numéro du Canal CEF

vous trouverez quelques

témoignages de ces magnifiques rencontres, qu’elles illuminent les mois d’été qui arrivent que nous vous souhaitons chauds et agréables! (Maya et Aline) 2


Samedi 14 avril, nous sommes partis voir un match de basket à Strasbourg. Le match a commencé vers 20h ; les équipes étaient Paris et Strasbourg. Le match nous a vraiment plu, l’ambiance était très cool. Nous sommes partis avec les éducateurs ( Boris et Khalid ). Je suis un peu déçu que Strasbourg ait gagné car j’étais pour Paris. Nous sommes rentrés vers 22h30 au centre et on était vraiment content de notre soirée.

(W.H.)

3


Prévention et secours civiques 1

Le 4, 5 et 13 avril, en demi-journée, nous avons participé à une formation des gestes de premiers secours sous la responsabilité d’un pompier formateur. Les différentes situations que l’on a étudiées sont : •

La protection

L’alerte

Personne inconsciente ou consciente victime d’un malaise

(Mise en Position Latérale de Sécurité) •

Saignement suite à une plaie avec ou sans corps étranger

(Mise en place d’un pansement compressif en l’absence de corps étranger)

Étouffement

(Pratique de cinq tapes dans le dos voir manœuvre de Heimlich) •

Arrêt cardiaque

(Pratique du bouche à bouche et des compressions thoraciques, utilisation du défibrillateur semi-automatique)

4


Suite à l'apprentissage des gestes de premiers secours et la pratique de ceux-ci au cours de mises en situation où le formateur a simulé des accidents, tous les jeunes ayant suivi cette formation ont réussi l’examen final.

Ismaïl

5


Dernières nouvelles des ateliers d’écriture

La montée vers la liberté

Durant cette période, les jeunes ont une fois de plus fait preuve de beaucoup d’imagination et d’application dans les ateliers d’écriture. Enrichissant leur culture littéraire par la découverte d’auteurs différents, ils ont su dévoiler avec talent leurs personnalités toutes différentes à travers des textes tous aussi magnifiques les uns que les autres.

E st-ce que tu vas bien S ans moi C e n’est pas possible pour moi A utant dire que je ne suis plus rien L oL I magine moi seulement E n train de ronfler R epoussant carrément

E t je suis toujours déterminé à ne pas me faire éliminer.

S ouffle sur cette image et libère toi !!!!

S ans mentir. (Dylan)

C ar je suis un bonhomme. L a vie est dure.

L a cage d’escaliers était très froide

I l faut faire des sacrifices.

E videment il y a un voisin qui est venu

E t jamais fermer sa bouche pour une mauvaise raison

S ur le coup je n’ai pas réfléchi

R ester gentil avec les gens gentils. S inon ça ne sert à rien.

E t je lui ai mis un coup de poing

( Karim )

S on frère est venu C almement il nous a invités chez lui L a maison puait, n’était pas rangée I l jetait tout ce qu’il trouvait par terre E videment je l’ai aidé à ranger R arement je voyais des gens aussi sales S ûrement ils étaient pauvres.

(Ismaïl)

Et S arah C omment A s-tu su qui a écrit dans L es escaliers, je crois que c’est I zak Et R achid

6

(Sofiane)


Les escaliers de l’enfer Il fallait pourtant y aller, le plus difficile serait de franchir la première marche. Je me remémorais sans cesse dans la tête la légende qui disait que dans cette maison se trouvait un homme qui aurait perdu sa femme et l’aurait retrouvée la tête découpée. Le soir, depuis ma fenêtre, j’entends des cris de souffrance et je vois des tâches rouges sur les fenêtres blanchies par la saleté. Demain, je pars en expédition dans cette maison ! J’ai déjà essayé plusieurs fois de monter ces marches mais plus je montais, plus j’avais peur ; mais demain, promis je monterai ces escaliers. La nuit passe, je rêve de beaucoup de choses, surtout de cette maison. Je prends mes affaires et quelques gourmandises, puis sors de chez moi pour partir en direction de cette maison, me voilà devant ces fameux escaliers ; je réfléchis et monte. Me voilà, devant la porte d’entrée, je sonne et j’attends ...

(Dylan)

Le couloir de la mort C’est le couloir de la mort, on voit une lumière toute noire. Les murs sont tagués d’écriture et tout le long il y a des tuyaux de gaz. J’ai très froid, un peu peur, mais j’avance toujours tout droit. Je vois ma vie défiler, je revois des souvenirs oubliés… Je roule un joint puisque c’est ce qui m’a mené ici, j’essaie d’oublier ce couloir ; mais je vois la mort venir sur un GP et la vie partir dans une Audi R8. Je me trouve encore à un kilomètre de la mort et j’ai pourtant l’impression que je suis seulement à un mètre. La mort accélère et me percute ! Je suis dans mon lit. Je me réveille, tout ça n’était qu’un mauvais rêve, je réfléchis…

A bout portant C’était une nuit de printemps, il pleuvait des cordes. Je marchais dans la nuit en direction de l’hôtel Pattaya City. Les centaines de câbles et de boites de dérivation que je portais autour de la taille, me transperçaient la peau. J’arrivais devant le grand escalier de l’hôtel et m’y engageais directement, sans réfléchir. Les lampadaires à l’entrée de l’hôtel m’éblouissaient et me faisaient mal à la tête. Soudain, j’entendis un cri provenant d’une fenêtre, cela me fit stresser un peu plus. Je levai tout de même la tête pour voir ce qui se passait, mais ne vis rien. Baissant à nouveau la tête pour continuer ma marche, je vis tout à coup un point rouge sur ma veste. Je levai immédiatement les yeux et vis un tireur d’élite…j’avais été balancé pour l’attentat !

(Ismaïl) 7

(Rayan)


Pour découvrir des auteurs et des textes merveilleux... ...rien de tel que de chaparder à chacun un vers ou deux Aimons toujours ! Aimons encore ! Car notre esprit n’est point moqueur ; Vous avez le fatal pouvoir Jeune fille, l’amour, c’est d’abord un miroir, Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse, Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends L’amour c’est l’hymne de la nuit. Où les femmes versent leur cœur. Oui, deux mots, le silence même, Et, gaie ou rêveuse, se penche ;

Alfred de Musset

Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ; Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Les jours s’en vont je demeure Et comme l’Espérance est violente

Ce que le vent dit aux vieux monts, L’ombre que tu fais sur mon livre Car, grâce à notre lâcheté, Il en chasse le mal et le vice moqueur.

Disputons les mêmes au Zéphyr Un jour tombe, un autre se lève Un rayon de plus que la gloire

(Rayan)

A la jeunesse de ton front Le sourire mystérieux Unissons-nous mieux chaque jour Toute ambition allumé Garde ta foi, garde ton âme Dans l’ivresse ou le désespoir Un regard distrait ou moqueur Quel que soit le mal qu’il endure La rue assourdissante autour de moi hurlait Agile et noble, avec sa jambe de statue La douceur qui fascine et le plaisir qui tue Ne te verrais-je plus que dans l’éternité (Alain)

Guillaume Apollinaire 8


Tombe en cendre ou vole fumée

Arthur Rimbaud

La flamme qui ne peut s’éteindre

Victor Hugo

Oui, femmes, quoi qu’on puisse dire S’éloigne de vous en pleurant Et vous fait l’âme pure et blanche La rue assourdissant autour de moi hurlait Moi, je buvais crispé comme un extravagant Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne Je marchai les yeux fixés sur mes pensées Que, dans le pur séjour où l’esprit seul s’envole Ma voix murmurerait tout bas à son oreille Les jours s’en vont je demeure L’amour s’en va Un jour tombe, un autre se lève Que ces roses ne se flétrissent (Ismaïl)

Alphonse de Lamartine

9

Charles Baudelaire


On devait regarder une sélection de courts-métrages pour les noter puis à la fin on a dû choisir notre film préféré, et dire pourquoi nous avons fait ce choix.

Le Droit Chemin de Mathias Gokalp

Dounouia (la vie) de Olivier Broudeur

Maintenant de Inès Rabadan

Émilie Muller de Yvon Marciano

Carlitopolis de Luis Nieto

Coagulate de Mihai Grecu

10


On s’est tous réuni dans une grande salle. Une dame a pris le micro et nous a dispatché dans plusieurs groupes. La matinée, notre groupe a été désigné couleur rouge, nous avons été dirigés dans une salle pour y regarder des courts-métrages sur le thème de « la foule » et discuter à propos des techniques utilisées par les réalisateurs. L’après-midi, après avoir mangé tous ensemble, on s’est réuni dans la première salle pour regarder un film de Tim Burton « Mars Attack ». Il y a aussi eu la remise du prix au court métrage qui a gagné: «Dounouia la vie » de Olivier Broudeur.

Je pense que c’est une sortie parfaite surtout pour des alsaciens qui rêvent de visiter Paris. (Alain) 11


LA PSYCHO BOXE « une activité pour travailler sur soi. »

Comment la psycho boxe t’a-t-elle été proposée ?

Ça m’a été proposé lors d’un entretien avec la psychologue et Khalid . Quel en est le principe ?

Lors de l’entretien, on parle de la violence et de ce qui pousse à être violent . Il y a l’éducateur, la psychologue, le jeune et le « psycho boxeur ». Dans un premier temps, on discute puis on met des gants pour boxer sans se faire mal (à la touche). Une fois l’échange terminé, on se rassied pour rediscuter de ce qui vient de se passer. Quel en est le but ?

Le but est de comprendre son propre comportement face à certaines situations. Ces séances t’ont elles permis de comprendre certaines choses?

Oui, même si au début ça m’a paru bizarre, petit à petit, on commence à comprendre certaines choses !

(A et W)

12


Mardi matin 8h30, atelier gestion du quotidien

avec Denyl qui

n’est pas très enchanté de venir avec moi!! Je commence à lui expliquer que ce qu’on va faire va lui servir plus tard. Nous commençons par vider son armoire pour trier les vêtements qui ne lui vont plus. Je lui montre comment on plie les tee-shirts et comment on les range bien dans l’armoire. On fait de même avec les pantalons, les sous-vêtements et le reste; il a l’air content du résultat. Ensuite on nettoie bien son lavabo. On fait son lit; il range tout seul son bureau, jette ce qu’il ne veut plus, il a l’air tout chambre

sent

bon

content, le

sa

frais.

L’heure est passée très vite dans la joie et la bonne humeur. (Michelle) (Mise en page de Joshua)

13


Centre d’Initiation aux Droits de l’Homme Jeudi 19Avril 2012, nous sommes allés à Sélestat accompagnés d’Aline (éducatrice spécialisée), et de Laurence (infirmière) avec Denyl et Joshua. Nous nous sommes rendus dans un lieu où il y avait toutes sortes d’affiches, réalisées avec l’aide de personnes handicapées, qui présentaient les différents handicaps. On s’est mis autour d’une table et on a parlé de plusieurs handicaps. Exemple : Le handicap visuel qui concerne les personnes aveugles, mais aussi, dans la majorité des cas, les personnes malvoyantes. Voilà un genre de handicap grave. Cette sortie nous a appris beaucoup de choses. :) (RUDY)

14


Dans le cadre de l ’atelier photos, nous nous sommes intéressés aux métamorphoses de la ville de Saverne à travers un siècle d’histoire. Prenons un instant afin de nous plonger dans un autre temps

« On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les nous--même. » choses nous Andy Warhol.

15


La mairie de Saverne (à droite) avant 1899, date à laquelle la taverne Katz (à gauche) a été remise à neuf.

La mairie et la taverne Katz en 2012.

16


La Grand’rue en 1907, la zone était entièrement piétonne. Observez les tenues vestimentaires des passants, comparées à celles de nos jours.

17


La maison Heyl, détruite en 1965 - malgré les protestations des savernois et son classement en monument historique - pour laisser place à un immeuble sans charme.

18


1907 Sur ce cliché vous pouvez voir la statue de la Hora. Elle symbolise les peines de chaque jour et le temps qui passe. Cette oeuvre est aujourd’hui visible dans la partie piétonne de la Grand’rue.

19


Sur ce cliché réalisé en 1909, nous pouvons voir la gare dont l ’architecture a peu évolué.

Nicolas et Karim. 20


INTERVIEW

Laurence est la nouvelle infirmière du CEF, quand on a mal, on peut aller la voir. Elle est toujours disponible pour nous soigner. Parfois elle nous accueille dans sa salle, pour faire 1 heure d’entretien. Nous parlons de sexualité, des muscles…

Rayan : D’où venez-vous ? Laurence : Je viens de Saverne Rayan : Quel âge avez-vous ? Laurence : J’ai 28ans. Rayan : Depuis quand êtes-vous infirmière ? Laurence : Je suis infirmière depuis 2006 Rayan : Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ? Laurence : C’est un stage de découverte professionnelle que j’ai fait avec une infirmière libérale. J’ai plus particulièrement apprécié l’aspect technique et relationnel de la profession. Rayan : Avez-vous déjà travaillé dans un hôpital ? Laurence : Non, j’ai fait des stages en milieu hospitalier mais j’ai toujours travaillé dans le milieu associatif ou dans des structures privées. Rayan : Pourquoi avez-vous eu envie de devenir infirmière au CEF ? Laurence : J’aime travailler avec le public adolescent. La création de ce poste est intéressante car tout est à mettre sur pied. L’éducation, la prévention, la santé (drogue, alcool, tabac, nutrition,…) et la mise en place de projets de santé publique sont des thèmes de travail qui me motivent. 21


Rayan : Est-ce que vous avez peur du sang ? Laurence : Non, je n’ai jamais eu peur du sang, et j’ai toujours pris des précautions lorsque j’ai été en contact avec du sang.

Rayan : Avez-vous peur des piqûres ? Laurence : Je préfère en faire qu’en recevoir.

Rayan : Donc vous préférez faire aux autres ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse ? Laurence : Non. Mais la réalisation du soin, la maîtrise du geste, le relationnel du soignant mettent la personne en confiance, et permettent d’optimiser le soin. Moins d’appréhension peut permettre d’abaisser l’anxiété voir la douleur du soigné.

Karim : Est-ce que infirmière est un travail difficile ? Laurence : Tout dépend du lieu de travail. Parfois cela peut être très physique (contention en milieu psychiatrique, manutention de personnes…). Cela peut aussi être difficile sur le plan émotionnel lorsque nous sommes par exemple confrontés à la mort ou bien à des handicaps lourds.

Karim : Faut-il un diplôme pour passer le concours ? Laurence : oui, le BAC.

Karim : Avez-vous eu des difficultés pour y arriver ? Laurence : Oui, la formation est prenante et concilie à la fois stages, cours et préparation de l’examen final.

Merci Laurence pour votre collaboration. Karim et Rayan. 22


Qu’est-ce qu’un composte? Le composte sert à jeter les déchets des fruits ou des légumes. Cette année Cédric (notre cuisinier) a décidé de créer un composte. Pourquoi ? Par soucis d’écologie, de diminution des déchets mais surtout pour s’en servir afin de fabriquer du bon terreau bio pour les plantations de l’année prochaine. En effet, notre cuisiner a décidé, de ne plus limiter les plantations à quelques tomates et quelques herbes aromatiques comme l’an dernier mais de planter aussi des fraises et dès l’an prochain d’ajouter des framboises et des melons. (Denyl)

23


Ingrédients: 1 ou 1,5 kg de rhubarbe 60g de sucre Pour la pâte à tarte: 250g de farine 80g de sucre 80g de beurre 1oeuf Du sucre vanillé Une pincée de sel

Pour le flan : 3 jaunes d’œufs 75g de sucre 10g de fécule 1/4l de lait

Pour la meringue: 3 blancs d’œufs 50g de sucre

24


Préparation de la tarte à la rhubarbe Éplucher et couper la rhubarbe en tronçons, saupoudrer de 60g de sucre et laisser reposer pour faire dégorger. • Préparer la pâte: Mettre la farine en fontaine et déposer le beurre au milieu, ajouter le sucre, le sel et le sucre vanillé. Sabler entre les doigts, ajouter l’œuf et former une boule que vous laisserez reposer 30 min au frais. • Passé ce temps, abaisser la pâte dans un moule beurré. Laisser reposer 5 min au frais. • Déposer sur la pâte la rhubarbe égouttée. • Cuire 30 min à 180 °. • Préparer le flan en mélangeant tous les ingrédients. Verser sur la tarte et poursuivre la cuisson à 160 ° pendant 20 min. • Pendant ce temps, préparer la meringue en fouettant les blancs d’œufs et le sucre jusqu’à ce qu’ils soient bien fermes. Mettre sur la tarte à l’aide d’une cuillère ou d’une poche à d o u i l l e et cuire 10 min à 200°C. •

Astuce du cuisinier: Si vous avez peur que la pâte à tarte soit trop imbibée par le jus de la rhubarbe, vous pouvez la saupoudrer de poudre d’amandes avant d’y déposer les fruits.

(Recette proposée par Cédric et Reda) (Mis en page par Dylan) 25


Les ingrédients (Quantité pour 12 pièces)

Pavé de boeuf de 150g (1pièce) Citron confit au sel (1/4) Échalote (1pièce) Coriandre fraîche (1/4 de botte) Paprika 3g Feuille de brique (6 pièces) Huile d’olive 3cl Persil plat (1/4 de botte) Cumin en poudre 3g Piment d’Espelette 2g

26


Préparation de la recette: •

Hacher le bœuf dans un hachoir ou au couteau.

Éplucher et ciseler les échalotes.

Couper en 4 le citron confit, enlever l’intérieur pour ne conserver que la peau et tailler celle-ci en brunoise.

Effeuiller et ciseler le persil et la coriandre.

Mélanger tous les ingrédients avec les épices puis assaisonner.

Couper en deux les feuilles de brick, disposer dessus un peu de farce puis plier le briouate en triangle.

Passer dans une poêle avec un filet d’huile d’olive 2 min

de chaque côté, ou enfourner à 200°C ( th .6-7) pendant 5 minutes.

(Recette proposée par Isabelle et Denyl) (Mis en page par Denyl et Dylan) 27


Concours d’adresse entre jeunes

28


En mode cani trotti

Podium du karting

Dylan à l’équitation Du 23 au 30 avril, les jeunes étaient en camp interne. C’était l’occasion pour certains d’essayer de nouvelles activités telles que: le karting, l’équitation, le « cani trotti »… mais surtout la vie en communauté! (Boris and Joshua) 29


Cette année, Marline, notre chère secrétaire, est partie à la retraite. Les petits mots d’au revoir des jeunes suffisent à vous montrer à quel point nous la trouvions tous merveilleuse!

Marline la divine Vous qui avez illuminé Mon placement au centre éducatif fermé Je vous souhaite une chouette retraite Qu’elle soit pleine de fêtes Et que vous en profitiez pour vous reposer

Bonne continuation Marline et bonne retraite, reposez vous bien. Je vous souhaite que du bonheur En tous cas j’étais ravi de vous rencontrer. 30


Je tenais à vous dire que je vous

MARLINE Je vous remercie Pour toutes les lettres que vous m’avez données. Toujours Souriante Comme un rayon de soleil. ☺ ☺

remercie pour mes lettres et que je vous souhaite, une bonne retraite, beaucoup de bonheur et de vivre une vie heureuse ! Bon je vous laisse sur ces trois petits mots, au revoir bon courage Marline. AU REVOIR C’ETAIT BIEN DE VOUS RENCONTRER . ET MERCI POUR LES LETTRES.

Je ne vous connais pas trop mais je peux vous dire que vous avez un joli sourire, toujours sérieuse pour le travail, je vous souhaite de faire tout ce que vous avez rêvé. Merci Marline

BONNE RETRAITE.

Une nouvelle tête est donc arrivée au Centre! Bienvenue à Sophia notre nouvelle secrétaire, déjà appréciée de tous pour son travail, sa gentillesse et son sourire. Vous la découvrirez dans notre prochain numéro. 31

(Tous les jeunes)


Après quelques mois « d’hibernation », le Maracaïbo a bien besoin d’une petite toilette et surtout d’une grande révision avant de pouvoir faire un petit tour au fil du canal de la Marne au Rhin.

Fin avril, notre directeur a proposé aux responsables du camp d’organiser une sortie à bord du Maracaïbo afin de faire découvrir à quelques jeunes les paysages qui longent le canal et surtout les joies de la navigation.

Ce fut la première sortie de l’année pour notre bateau, une bien belle journée qui en appellera sans aucun doute d’autres.

(Daniel, Bruno et Maya)

32


« Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre. » Pierre de Coubertin

Depuis cinq ans, les jeunes du C.E.F. se rendent au Lycée Professionnel de Saverne. Accompagnés

par

le

professeur d’E.P.S. du Centre, J’y vais ou j’y vais pas? ils s’intègrent aux cours d’E.P.S. des

Mate comme je suis fort!

lycéens une fois par semaine. Les jeunes sont désignés pour participer à cette activité en fonction de leur comportement et de leurs capacités physiques et sportives. Ce partenariat avec un établissement public qui a été élaboré en concertation avec ce dernier, permet donc aux jeunes de faire un premier pas dans la réinsertion. C’est pour beaucoup la première fois qu’ils entrent à nouveau en contact avec une structure scolaire et sociétale. Certains s’investissent plus que d’autres, mais le projet dans l’ensemble sert à confronter les jeunes avec leur propre comportement dans un groupe dont ils ne connaissent pas forcément les membres comme ils le souhaiteraient. Au delà de l’aspect physique c’est donc aussi l’esprit du sport qui est recherché : celui du travail collectif et de l’investissement au sein d’un groupe quelconque pour réussir. En effet, les jeunes ne choisissent jamais le sport pratiqué, mais doivent s’y investir pour continuer dans le programme. (Suzie)

A deux, nous sommes encore plus forts!!!! 33


Un tabouret est souvent utile et peut toujours servir dans de nombreuses occasions. Il est très facile à fabriquer et peut être un objet très fun et à la mode.

Matériaux et outillage :

Il suffit d’un crayon, d’une planche de contre plaqué de 22 mm mesurant 60 cm sur 1 mètre, environ 8 vis (4,5 x 5), 3 gabarits en carton rigide préalablement préparés, une scie sauteuse, une visseuse, une feuille de papier à poncer, du vernis et une pince, un brin d’imagination…et si vous voulez de la peinture!

Réalisation : Une fois, la hauteur du tabouret et la largeur de l’assise définies, dessiner et couper les pièces dans du carton pour former les gabarits ( qui pourront donc être réutilisés afin d’en produire autant qu’on le souhaite, en y ajoutant et y modifiant quelques détails, le tour sera joué…)

Commencer par tracer sur la planche les pièces nécessaires à l’aide d’un crayon noir. (attention à bien respecter le nombre de pièces indiquées!)

Une fois tracé, il suffit de couper !

34


Une fois coupée, chaque pièce doit être minutieusement poncée.

Assemblage : A l’aide d’une visseuse et après avoir effectué quelques mesures, il faut assembler chacune des pièces en commençant par le premier pied…

Puis y mettre le deuxième pied…

35


Visser enfin l’assise….

Et voilà le résultat…

Il ne reste plus qu’à vernir ou encore à peindre, et pourquoi pas à créer même quelques motifs afin d’obtenir un maximum de diversité…

36


Voilà, place à votre imagination …

(Jean Yves) 37


Si J’étais… Si j’étais un acteur, je serais Al Pacino, car il était riche. I un héros, je serais HULK, car il est musclé. un film, je serais SCARFACE, car il y a de l’action. J une couleur, je serais le vert, car le vert est une couleur gaie. ‘ un animal, je serais un tigre, car il est fort. E un livre, je serais Magie noire, car il est agréable à lire. T un métier, je serais professeur, pour apprendre aux jeunes. A un objet, je serais une GSX-R, parce que j’aime les motos. I un aliment, je serais une orange, parce qu’elle a plein de vitamines. S un chanteur, je serais YAMIN, parce qu’il chante très bien. Yamin

Un acteur : Si j’étais un acteur, je serais Mesrine car il a plein de sous et de femmes. Un héros Si j’étais un héros, je serais Superman car il peut voler. Un film : Si j’étais un film, je serais La mentale car c’est un film qui me plait. Une couleur : Si j’étais une couleur, je serais Rouge comme le sang. Un animal : Si j’étais un animal, je serais une fourmi pour passer partout. Un livre : Si j’étais un livre, je n’existerais pas car je n’ai jamais lu de livre. Un métier : Si j’étais un métier, je serais pilote de moto car c’est ma passion. Un personnage historique : Si j’étais un personnage historique, je serais Tony Montana parce qu’il a plein de sous. Reda.

Si j’étais un acteur, je serais 50cent car c’est un gangster dans son film. Si j’étais un héros, je serais Superman parce qu’il a des forces. Si j’étais une couleur, je serais le vert parce que c’est la couleur de l’espoir. Si j étais un animal, je serais un lion et je serais le roi de la jungle. Si j’étais un métier, je serais président pour aider les jeunes en priorité. Si j’étais un objet, je serais un distributeur de billets et je les donnerais aux pauvres. Si j’étais un chanteur, je serais 2pac parce que c’est lui qui fait les meilleurs clips vidéos. 38 Karim.


Associez chaque auteur à son portrait et à une de ses oeuvres. « L’éternité »

- Charles Baudelaire -

« Le pont Mirabeau »

- Alfred de Musset -

- Guillaume Apollinaire

« Demain dès l’aube »

- Victor Hugo -

« A Mademoiselle » - Arthur Rimbaud

- Alphonse de Lamartine -

« La branche d’amandier »

« A une passante »

39


(Un petit espace de liberté où un jeune choisit de passer un message)

Toi qui es au centre éducatif fermé Et qui crois que pour toi la liberté est terminée Ne crois pas que t’as échoué Car ici tout peut se remédier Après ces six mois écoulés Tu verras que dans ta tête tout te sera révélé Pour l’instant ne te plains pas de ton sort Car dehors il y en a qui vive pire encore Moi qui retrouve demain ma liberté Par ce message je voudrais vous rappeler Que mieux vaut être au CEF que écroué (Ismaïl)

40


Canalcef17 juilolet2012