Parker 2 quarter 2018

Page 1

PARKER 2ND QUARTER 2018

n

2IÈME TRIMESTRE 2018

canadianparking.ca



IN THIS ISSUE

2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

8

22

Green P makes for one ‘appy’ city

Energy reduction and incentives help retail complex save big on lighting retrofit project

By Stacy Sneed

By Jason Broadhurst

10

2018 Emerging Trends In Parking

Your Invitation to Toronto, Ontario

15

26

34

Green P fait de Toronto une ville si bien connectée

La réduction de la consommation d’énergie et des incitatifs aident un complexe de vente au détail à économiser gros sur un projet de modernisation de l’éclairage

Par Stacy Sneed

Tendances Émergentes En Matière De Stationnement En 2018 Par Chris Hylton

44

33

By Chelsea Webster

The Past, Present, and Future of The Parking Industry

21

By Milirsan Pugalendiran

Soutenir la prochaine génération de professionnels du stationnement

How to Gamify Parking

DANS CE NUMÉRO

28

24

By Chris Hylton

n

Par Renee Smith

Supporting The Next Generation Of Parking Professionals

Par Jason Broadhurst

36

Votre Invitation à Toronto, en Ontario 38

Comment ludifier les aires de stationnement Par Chelsea Webster

45

Le passé, le présent et le futur de l’industrie du stationnement

By Renee Smith

Par Milirsan Pugalendiran

PAGE 46 CONSULTANTS DIRECTORY | RÉPERTOIRE DES CONSULTANTS

OFFICERS AND DIRECTORS n

PRESIDENT

Daniel Germain Indigo Park Canada Inc. P 514 874 1208 x 1229 E daniel.germain@parkindigo.com n

VICE PRESIDENT

Janice Legace City of Fredericton P 506 460 2155 E legacej@fredericton.ca n

SECRETARY

Brett Bain Edmonton Airports P 780 890 8946 E bbain@flyeia.com

n

n

MEMBRES DU CONSEIL ET DIRECTEURS TREASURER

Alex MacIsaac University of Toronto P 416 978 6625 E a.macisaac@utoronto.ca n

PAST PRESIDENT

Rick Duffy WPS North America P 905 625 4370 x 223 E rduffy@wps-na.com n

DIRECTORS

Ralph Bond BA Consulting Group Ltd. P 416 961 7110 E bond@bagroup.com

Nigel Bullers EasyPark P 604 717 7356 E nigel@easypark.ca

Anna Marie O’Connell City of Guelph P 519 822 1260 x 2254 E annamarie.oconnell@guelph.ca

Luc Charbonneau Aeroports de Montreal (Dorval) P 514 633 2914 E Luc.charbonneau@admtl.com

Sab Sferrazza London Health Sciences P 519 685 8500 x 53518 E sab.sferrazza@lhsc.on.ca

Reachel Knight Calgary Parking Authority P 403 537 7020 E reachel.knight@calgaryparking.com

Nick Spensieri GO Transit P 416 728 4196 E nick.spensieri@gotransit.com

Sylvie Mercier Read Jones Christoffersen Ltd. P 604 739 6279 E smercier@rjc.ca

Randy Topolniski Winnipeg Parking Authority P 204 986 5762 E randytopolniski@winnipeg.ca

n

STAFF

EXECUTIVE DIRECTOR

Carole Whitehorne P 613 727 0700 x 10 E carole@canadianparking.ca ADMIN COORDINATOR

Wendy VanderMeulen P 613 727 0700 x 14 E wendy@canadianparking.ca DESIGN AND COMMUNICATIONS

Brenda Hanna P 613 727 0700 x 15 E design@canadianparking.ca

Opinions and recommendations provided by contributors to PARKER are not necessarily those of the Canadian Parking Association. The Canadian Parking Association does not endorse or assume any responsibility for damages arising from the use or application of any of the equipment, services, technology, or opinions expressed, discussed or advertised in PARKER. The Canadian Parking Association assumes no responsibility for errors or omissions in materials submitted for publication by vendors or authors of articles. Les opinions et recommandations fournies par les collaborateurs du PARKER ne sont pas nécessairement celles de l’Association Canadienne du Stationnement. L’Association Canadienne du Stationnement n’endosse pas et n’assume aucune responsabilité pour des dommages qui résulteraient de l’utilisation ou de l’application de tout équipement, service, toute technologie ou opinion exprimés, discutés ou annoncés dans LE PARKER. L’Association Canadienne du Stationnement n’assume aucune responsabilité pour des erreurs ou omissions dans les matériaux soumis pour publication par les marchands ou auteurs d’articles. Publications Mail Agreement No. 40026129 | Return Undeliverable Canadian Addresses to: Canadian Parking Association, 350 – 2255 St. Laurent Blvd., Ottawa, ON K1G 4K3 | email: info@canadianparking.ca

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

3


| FROM THE EDITOR CAROLE WHITEHORNE, EXECUTIVE DIRECTOR

I was overwhelmed by the very positive comments passed on to me from the exhibiting companies who attend many shows and so we endeavour to keep delivering the programs that keep them coming!

I

have been attending various events over the past few months, both related to parking and also to association management to keep a finger on the pulse of change in both. The big part of my job is to ensure that changes on all fronts converge at the Canadian Parking Association so that members and potential members are offered a service that meets their needs as things evolve.

resort and destination locations. Or, if a combination of both is the way to go. We have heard clearly the preference for city centres from exhibiting companies, but also need to have some feedback from attendees who experience limited or in some cases, no travel budgets. Without them, we have no show! So, drop me an email or give me a call and let me know your ideas. We are an all-inclusive association and everyone’s opinion counts.

It is not for the faint of heart, and I know I’m not in this alone, as many other of my association colleagues are faced with similar challenges – delivering ‘just in time’ services, learning experiences, and keeping members connected. The ultimate challenge now is to keep all these balls in the air throughout the year, and still develop a conference program that is fresh, presents unique experiences and fulfils the educational and networking needs that keep the delegates coming year after year.

On the parking industry front, the evolution has begun. Having attended IPI this spring, I walked the largest trade show IPI has produced (in my opinion), but even though the exhibits were massive, and beautiful, the amount of actual equipment on display is becoming a minor part of the exhibits. It is all about embracing change and delivering the ultimate experience to potential clients – from flight simulators to pop up bars everywhere. It was one big celebration of change.

I may have mentioned in a past issue that the CPA will be experimenting with site locations in the few coming years to determine if the big city centres are more beneficial to the success of our events than

CPA is on that same track and although the scale will be different, the quality of our show content will continue to be second to none. I was overwhelmed by the very positive comments passed on to me from the exhibiting companies who attend many shows and so we endeavour to keep delivering the programs that keep them coming! A particular challenge is the number of events and opportunities that are cropping up here and there, in Canada, the US and the UK (to name a few continents). I wonder if there is a danger that slicing the pie too thin may not be a good thing, considering my earlier comments on available budgets. CPA will be watching agendas so that our programs are not simply a repeat of others.

Saturday SEPTEMBER 15 Scholarship Golf Tournament canadianparking.ca/golf2018/

Samedi 15 SEPTEMBRE Tournoi

de golf au profit du fonds de bourses d’études canadianparking.ca/golf2018/

One note on AV’s. I was at a dinner with people from the meeting planning industry where, once my table mates learned that I represented the Canadian parking industry, enlightened me on the fact that they had heard a keynote from the insurance industry earlier in the day declaring with certainty that parking garages and lots would be gone from the face of the earth in very short order because of the autonomous vehicle technology. I think we all need to send a collective message that we are here to stay! Now that summer is finally upon us, I wish you a safe, happy and relaxing season. See you in September at the Sheraton Centre Hotel in Toronto for the 36th Annual Conference & Trade Show. n

Carole Whitehorne, Executive Director

4 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018


MOT DE LA RÉDACTRICE | CAROLE WHITEHORNE, DIRECTRICE EXÉCUTIVE

J’étais ébloui par les commentaires extrêmement positifs qui m’ont été acheminés par les entreprises exposantes qui participent à plusieurs salons, alors nous nous engageons à continuer d’offrir les programmes qui nous méritent ces types de commentaires!

A

u cours des derniers mois, j’ai participé à divers événements traitant du stationnement et de la gestion de l’association afin de me tenir au courant des changements qui se font dans les deux domaines. Le rôle le plus important associé à mon poste consiste à veiller à ce que les changements dans tous les secteurs soient abordés par l’Association canadienne du stationnement de sorte que nous puissions offrir un service qui répond aux besoins de nos membres actuels et potentiels à mesure que l’industrie évolue. Il ne s’agit pas d’une tâche facile et je sais que je ne suis pas seul dans cette situation, car un grand nombre de collègues au sein de l’association font face à des défis semblables — fournir des services « juste-à-temps », des expériences d’apprentissage, et des façons pour nos membres de demeurer en contact. Le défi ultime consiste maintenant à jongler avec ces défis pendant toute l’année, tout en élaborant un nouveau programme de conférence qui présente des expériences uniques et satisfait des besoins en matière d’éducation et de réseautage de façon que les délégués veuillent revenir année après année. J’ai possiblement mentionné dans un numéro précédent que l’ACS essayera certaines régions dans les quelques années à venir afin de déterminer s’il est plus bénéfique de tenir nos événements dans les grands centres urbains que dans les centres de villégiature ou les destinations touristiques, ou encore si nous devrions opter pour une combinaison de ces deux options. Les entreprises exposantes ont fait connaître clairement leur préférence pour les centres urbains, mais nous avons également besoin de la rétroaction de la part des participants dont le budget de voyage est faible ou inexistant; sans eux, nous ne pourrions pas tenir de salons! Je vous invite donc à m’envoyer un courriel ou à me téléphoner pour me faire part de vos idées; nous sommes une association inclusive et nous accordons de l’importance aux opinions de tous et de toutes. Sur le plan de l’industrie du stationnement, l’évolution est en plein essor. Ce printemps, j’ai participé au plus grand salon professionnel que l’IPI a produit (à mon avis), mais malgré l’ampleur et la beauté des expositions, la quantité de matériel concret présenté devient une partie secondaire des présentations. On mise maintenant l’importance sur l’adoption des changements et l’offre d’une expérience sans pareil aux clients potentiels — des simulateurs de vol jusqu’aux bars temporaires un peu partout; il s’agissait d’une véritable célébration du changement.

par les commentaires extrêmement positifs qui m’ont été acheminés par les entreprises exposantes qui participent à plusieurs salons, alors nous nous engageons à continuer d’offrir les programmes qui nous méritent ces types de commentaires! Un problème particulier est le nombre élevé d’événements et de possibilités qui se présentent un peu partout, comme au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni (pour nommer des exemples sur deux continents seulement). Je me pose la question sur les dangers potentiels de tenir plusieurs petites conférences plutôt que d’en tenir quelques grandes, surtout si l’on tient compte de mes commentaires précédents au sujet des budgets disponibles. L’ACS surveillera les programmes afin d’éviter que les nôtres soient trop semblables à d’autres. Une anecdote au sujet des VA : je dînais avec des représentants de l’industrie de planification d’événements et lorsqu’ils ont appris que je représente l’industrie canadienne du stationnement, ils m’ont fait savoir que plus tôt au cours de la journée, ils avaient entendu un conférencier de l’industrie des assurances affirmer que les stationnements intérieurs et les parcs de stationnement disparaîtront certainement avant longtemps en raison de l’avènement des voitures autonomes. À mon avis, nous devons tous faire passer un message collectif pour annoncer que nous sommes là pour de bon! Maintenant que l’été est enfin arrivé, je vous souhaite de vivre une saison agréable et relaxante en toute sécurité. Au plaisir de vous voir en septembre à l’hôtel Sheraton Centre à Toronto dans le cadre de la 36e conférence annuelle et salon professionnel. n

Carole Whitehorne, Executive Director

L’ACS suit cette même piste et même si l’échelle sera réduite, la qualité de notre contenu continuera d’être la meilleure. J’étais ébloui

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

5


| FROM THE PRESIDENT DANIEL GERMAIN, PRESIDENT

As the Canadian Parking Association increases its outreach to the mobility and transportation sectors we will be engaging with those experts to network and share knowledge and be included in the planning and transition process.

T

he concept of the Canadian Parking Association aligning with developments in urban mobility and transportation is a no-brainer. Chatter about the parking inventory shrinking and in some cases, disappearing has already become ‘urban legend’. At least, in the foreseeable future. Research show that workers are living further and further from their place of work and with distances of over 20km, most public transportation systems are becoming inefficient. So the result is more vehicles on the road and for at least 10 to 20 years. As has always been the case with the parking industry, it is essential for parking experts to be at the planning table to advise and educate, rather than to adjust or live with oversights and mistakes made in the planning process after the fact, because the very people who understand parking and its relevance to the surrounding community weren’t there to provide their valuable input. History is bound to repeat itself if developers and planners don’t include parking experts in designing and transitioning from present day to the multi-modal urban centres of the (very near) future. Take the Smart City scenario, where direct communication will exist between vehicles and surrounding infrastructure. The immediate focus of parking facility operators will be to outfit their structures and parking lots to include sensors, ramped up communications systems, charging stations, and other technologies necessary to provide smart vehicles with a seamless transition from on-street into the parking facilities. As I said in my last President’s letter, it is my opinion that the day when smart and autonomous vehicles are the norm will take decades to arrive, but we must still focus on the immediate and obvious opportunities to keep pace with our customers’ changing service needs. Even if my prediction comes true, if we aren’t already doing so, it won’t be long until we will need to develop policies and make necessary changes to accommodate the inevitable curbside chaos that will

PARKER EDITOR • RÉDACTRICE EN CHEF Carole Whitehorne carole@canadianparking.ca 613-727-0700 x 10 ADMINISTRATION • ADMINISTRATION administrator@canadianparking.ca 613-727-0700 x 14

come with increased use of autonomous vehicles – a condition that will require a high level of management, particularly during peak dropoff and pick-up times. Plenty can be done in terms of co-ordinated scheduling of service vehicles, couriers, etc., to take the pressure off of the peak periods. Enforcement will remain a critical component of managing the future traffic patterns that will result from the increased use of autonomous vehicles. The fact that manufacturers are developing LPR for use on bicycles will make patrolling curbside activities efficient and cost effective (weather permitting, or course!) is an indication of what is to come. And, it is safe to say that there will be repurposing required for some parking facilities, and development of new structures at converging transportation hubs such as transit stations. Imagine the new opportunities awaiting parking operators who are ready to bridge the gap between parking and mobility? These are just a fraction of the adjustments that will be on the planning table in the next year, so as the Canadian Parking Association increases its outreach to the mobility and transportation sectors we will be engaging with those experts to network and share knowledge and be included in the planning and transition process. Why don’t you consider joining our team and attend the 2018 Annual Conference and Trade Show “Parking – the Urban Mobility Perspective” in Toronto from September 16 – 19? We would like to meet you and we welcome your input. n

Daniel Germain, President

RESERVE YOUR ADVERTISING SPACE TODAY!

FILLER SPACE SMALL NOTICE HERE DESIGN AND MARKETING CONCEPTION ET COMMERCIALISATION design@canadianparking.ca 613-727-0700 x 15

Call 613-727-0700 for more details

RÉSERVEZ DÈS MAINTENANT VOTRE ESPACE DE PUBLICITÉ Les espaces de choix sont disponibles

STAY CONNECTED WITH THE CPA RESTEZ CONNECTÉ À L’ACS Distribution • Diffusion : 2,000

6 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

www.canadianparking.ca/contact


LETTRE DU PRÉSIDENT | DANIEL GERMAIN, PRÉSIDENT

Donc à mesure que l’Association canadienne du stationnement accroît son rayonnement auprès des secteurs de la mobilité et du transport, nous collaborerons avec les experts en stationnement pour des fins de réseautage, de partage de connaissance, et d’inclusion dans les processus de planification et de transition.

L

e concept de l’harmonisation de l’Association canadienne du stationnement avec les avancées en matière de mobilité en milieux urbains et de transport est simple comme bonjour. Les rumeurs concernant la réduction ou même la disparition d’inventaire de stationnement sont déjà devenues des « légendes urbaines », du moins pour l’avenir prévisible. Par ailleurs, des études démontrent que les travailleurs vivent de plus en plus loin de leur lieu de travail et que les systèmes de transport en commun deviennent inefficaces pour les distances supérieures à 20 km. C’est pourquoi nous verrons un plus grand nombre de véhicules sur les routes pour au moins dix à vingt ans. Comme il a toujours été le cas dans l’industrie du stationnement, il est d’importance primordiale que les experts en stationnement soient présents à la table de planification pour conseiller et éduquer leurs collègues, plutôt que de devoir apporter des ajustements ou vivre avec les erreurs commises pendant la planification parce que les personnes qui comprennent l’importance du stationnement pour la collectivité environnante n’étaient pas présentes pour offrir leurs précieuses contributions. L’histoire se répétera inévitablement si les promoteurs et les planificateurs ne font pas participer des experts en stationnement dans la conception des stationnements et dans la transition des systèmes d’aujourd’hui à des centres urbains multimodaux de l’avenir (très rapproché). Prenons par exemple le scénario de la ville intelligente : la communication directe sera possible entre les véhicules et l’infrastructure environnante. La priorité immédiate des exploitants d’installations de stationnement sera de munir leurs structures et parcs de stationnement de capteurs, d’outils de communication, de bornes de recharge, et d’autres technologies nécessaires pour assurer pour les voitures intelligentes une transition sans heurts de la rue à des installations de stationnement. Comme j’ai mentionné dans ma lettre du président précédente, j’estime que le jour où les véhicules autonomes et intelligents deviennent la norme n’arrivera que dans des dizaines d’années, mais nous devons tout de même miser sur des possibilités immédiates et évidentes afin de suivre l’évolution constante des besoins de nos clients en matière de service.

d’options de coordination des horaires de véhicules de service ou de facteurs par exemple pour alléger les périodes de pointe. L’application de la loi demeurera une composante primordiale de la gestion des mouvements de la circulation qui découleront de l’utilisation plus répandue des véhicules autonomes. Le fait que les fabricants élaborent des systèmes de RPI conçus pour les vélos, ce qui rendra la patrouille des trottoirs efficace et rentable (si les conditions météorologiques le permettent, bien entendu!), est un indicateur de l’avenir. Il serait également juste de dire que nous aurons besoin de transformer certaines installations de stationnement ainsi que d’établir de nouvelles structures aux carrefours de transport comme les gares de transit. Vous vous rendez compte des nouvelles possibilités qui se présenteront auprès des exploitants de stationnements qui sont prêts à créer des liens entre le stationnement et la mobilité? Il s’agit d’une simple fraction des ajustements qui seront abordés à la table de planification dans la prochaine année, donc à mesure que l’Association canadienne du stationnement accroît son rayonnement auprès des secteurs de la mobilité et du transport, nous collaborerons avec les experts en stationnement pour des fins de réseautage, de partage de connaissance, et d’inclusion dans les processus de planification et de transition. Pourquoi ne pas vous joindre à notre équipe et participer à la conférence annuelle et salon professionnel 2018, « Parking – the Urban Mobility Perspective » (L’industrie du stationnement : le contexte de la mobilité en milieux urbains), qui se tiendra à Toronto du 16 au 19 septembre? Nous aimerions vous rencontrer et vos contributions seraient les bienvenues. n

Daniel Germain, President

Même si ma prédiction s’avère exacte, nous devrons élaborer des politiques et apporter des changements nécessaires avant longtemps, si nous ne le faisons pas déjà, afin de composer avec le chaos inévitable aux bordures de rue provoqué par l’utilisation accrue des véhicules autonomes — une situation qui nécessitera énormément de gestion, surtout pendant les heures de pointe aux aires de débarquement et d’embarquement. Il existe beaucoup

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

7


Green P makes for one ‘appy’ city Torontonians wanted an app for parking — and they got it

By Stacy Sneed

One of the fastest growing cities in North America, Toronto is a hub for the design, finance, science and media industries. The city is also known for its tech savviness and app usage. In 2016, the latest report by Yahoo Canada! shared that Canadian app use grew by an average rate of 74 percent, far exceeding the global average of 11 percent. In fact, the number of Canadian

As this growing metropolitan area reached over 6 million residents in 2014, it faced increased congestion and traffic. Finding parking in Toronto became a hassle for drivers, and parking payment options were limited. Drivers either had to have cash available for meters or use their credit cards at a pay station. The Toronto Parking Authority (TPA) realized that point of frustration for drivers, and saw an opportunity to offer a better way to pay for parking. TPA issued a request for proposal (RFP) for mobile pay providers in 2014 in an effort to improve the overall parking experience around the city. “The choice to go with a mobile app was heavily driven by our customers. We also wanted to provide an operational cost savings with it,” said Ian Maher, TPA’s vice president of strategic planning and I.T. TPA sought a solution to implement technology and make local trips faster and easier. In order to achieve that, the parking authority had a vision for an app that was flexible enough to meet the city’s needs but built on a scalable platform. Although other comparable cities at the time had rolled out applications for parking, Toronto was forward-thinking in seeking a tailored solution that would not only meet its current needs but also the city’s needs of the future. TPA decided to select Passport, whose platform was able to provide data-driven reporting and analytics, simplifying the problem with an easy solution — mobile payments with a powerful back office and a branded application. The Green P application was born to service Toronto’s growing population, while helping the parking authority experience lower hardware and operational costs, and increased revenues. Overall, TPA found that the mobile parking payment program has created a line of communication to parkers that never existed before — enabling its administrators to communicate with parkers directly about special promotions or other pertinent information through the app. “Passport offers a cloud-based mobile pay operation. It was proven to provide leading-edge technology and was incredibly customizable, which allowed us to stay with our Green P brand,” said Maher. “Toronto is a center of scientific and technical research in the Canadian community. It makes sense to have a mobile app that provides convenience to Toronto citizens and visitors.”

devices exceeds the estimated number of Canadians by more than 2 million. What this signifies is that people in Toronto enjoy the ease and convenience apps add to their lives. When citizens become accustomed to the advantages that apps provide, they want to have access in every part of their lives … including interactions with their local government.

8 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

The rollout began with the Green P app being tested in five car parks. With the success of those car parks, TPA increased to 20-25 car parks per week thereafter. After the off-street installation was complete, the next step was to implement the on-street program. “There was a strategy in place for introducing the Green P app in Toronto,” said Passport Regional Director Conor Kelly. “When TPA approached us, they had a clear vision. This had to be an app with residents, visitors and the city in mind. That was a priority. It also needed to align with where the city saw itself in the next five to 10 years and beyond.” The strategy paid off. Not long after implementation, more than 1 in 3 parkers were utilizing the app, and that figure grew quickly. Toronto was able to enhance


the parking experience for both its residents and visitors. With the Green P app, drivers have the option to conveniently pay for parking sessions using their mobile devices at 55,000 parking spaces across Toronto. The Green P app enables them to monitor their parking sessions, extend time remotely, view payment history and receive email receipts all from one place. Additionally, TPA has decreased its reliance on meters, pay stations and cash — reducing costs and making on-street and off-street parking operations more efficient. The parking authority experiences $1 million a week in mobile pay revenue through the Green P app with a nearly 50 percent mobile pay utilization and a 29 percent decrease in citation issuance. This success, however, was not achieved without the work needed to notify the public about the app’s availability in the city. Marketing played an integral role in introducing and adopting users to the Green P app for the first time. TPA worked closely with Passport to ensure the app’s success from the very beginning. The authority conducted orientation sessions for all TPA employees with an emphasis on frontline pay-and-display staff; created handouts for customers; made VIP welcome packages for ambassadors, such as City Councillors; and purchased local radio and print ads. TPA also used posters on-site at car parks, social media campaigns, billboards and marketing materials were distributed in 54 of the business improvement areas. But one of the most crucial activities that led to the app’s adoption success was signage. In order to best communicate to drivers their different payment options for parking, the parking authority installed two types of signs for payment options and location IDs. The payment options signage quickly showcased to customers the different payment methods — from the pay station to the mobile application, giving them the freedom to choose what suits them. The location ID signage would encourage parkers to visit greenp.com to pay for parking by providing the zone number listed for quicker and easier payments. Passport provided the signage options and most effective locations for parkers, based on its experience and expert judgement in working with municipalities. TPA also launched the mobile pay greenp.com website, which introduces the mobile payment system with multiple instructional videos. Lastly, the Green P app was integrated with PayPal to make paying through the mobile app (with a digital wallet function) simpler and faster for drivers. The progressive-profiling feature of the app is a favorite among Toronto drivers. When parkers load funds into their digital wallets via PayPal, it gives users $5 free for every $20 loaded. This promotion has helped boost utilization at launch and beyond by giving parkers an incentive to use the app. “Toronto has proven to be an innovator and leader when it comes to leveraging mobile technology,” said Kelly. “TPA knows its customers’ needs and we worked to accommodate those needs. They wanted an app that offers high-level performance

at a swipe of a finger. We’re proud to have been able to deliver that and more.” Yet, the amenities offered to drivers is just one small piece of the solution. It’s about the back office system that provides TPA with the reporting and analytics it needs to make data-driven decisions. For example, TPA administrators are able to access pertinent information such as real-time parking trends to determine how their parking inventory is being used at any point in the day and how their revenues are trending.

“The real program is in the back office,” said Maher. “The perception is the whole program is the app, but the app is only a part of it.” Toronto’s forward-thinking initiatives have continued to pave the way for future mobility efforts. TPA plans to continue with Passport to provide service to gated facilities and beyond in the future. As the city expands, TPA is looking at ways to optimize its off-street surface parking lots, implementing underground infrastructures and increasing mobility among its citizens. Newly minted partnerships with companies such as Google’s parent company, Alphabet Inc., will create a mixed-use development along Toronto’s Lake Ontario waterfront to further the city’s reach to lead the technological incline upward. The parking authority plans to extend an opportunity for municipalities in the Greater Toronto Area (GTA) to join the Green P network. Other municipalities will benefit from an app familiar to its drivers, growing in popularity and utilization, with consistent branding across the province of Ontario. n

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

9


2018

Emerging Trends In Parking Earlier this year we sent out a survey to members of the Canadian Parking Association. The survey asked a variety of questions about issues to identify the emerging trends and help the industry respond.

By Chris Hylton Regarding data, we asked about how organizations were using data, realtime and projected, to drive parking policy and design. We also asked about the relationship between data and funding expansion projects. Regarding technology, we asked about how organizations were implementing new technology and the success rate. This included things like parking and payment apps as well as charging stations. Regarding customer experience, we asked about how technology and online relationships via social media channels have helped to improve the overall customer experience.

Data Use Trends 93% of respondents reported that they were seeing an increased use of data to drive their service and design. Just a few of the data points that organizations are tracking include: number of vehicles, fees, payment methods, type of vehicle (i.e.: gas, hybrid, electric), turnover, event usage, parking via permit, versus daily, or hourly paid.

10 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IĂˆME TRIMESTRE 2018


Digital Technology Continues to Drive the Industry Common technological trends mentioned by survey participants included the emergence and adoption of parking apps, mobile payment options, and the provision of charging stations for electric vehicles. Over time parking apps have simply exploded. A few years ago, Calgary’s ParkPlus system which permitted payment by phone, was revolutionary. Now apps cover every conceivable aspect of our industry. From the customer perspective there are apps involved in guidance, payment, all in one, and even handsfree no touch apps. As automakers rush to meet customer demands to turn vehicles into four wheeled smart phones, parking apps are hitting vehicle screens with increasingly sophisticated parking support. Ford Motor Co. has developed FordPass, a vehicle system that can, among others, find and pay for parking. BMW has developed Parkmobile, featured on BMW's central display screen. This app populates the vehicle’s GPS map with a growing number of Parkmobile-enabled locations. With over 1,000,000 spots and +3000 locations across North America, Parkmobile claims to “have you covered”. Drivers choose the amount of time they need, make payments through the car's screen, and once parked, drivers may extend their time using the app. Another app that is emerging into the marketplace is ZipBy. This app allows users the freedom to enter and exit ZipBy enabled facilities without even having to open the app or enter any information to start a parking transaction. Truly an autonomous parking solution for the modern era.

FORDPASS SCREEN SHOT

Parking is now a Partnering Industry This highlights a growing trend in our industry; the consolidation and sharing of data use across broad partner platforms. Parkmobile provides the platform, BMW provides the customer/driver, and various parking operators provide the spaces. Non BMW drivers are also welcome to sign up, online or via a mobile app. All of this is done without the control of the operator. Want to park at the Air Canada Centre or the Rogers Centre for an event? Parkmobile has you covered as they have partnered with Standard Parking and Central Parking to provide you a spot before you even get there. Standalone apps are proliferating: Impark’s hangTag™, Passport, EasyPark, ParkPlus, Google Maps to name a few, all rely on parking spaces owned by parking operators. The difference is that the marketing of these spaces is increasingly in the hands of nonparking operators.

The Sharing Economy The Sharing Economy is also having an impact. You can share transportation, a room in a house, tools for a project, and now, yes a parking spot. HonkMobile's HONK, ParkChamp and others permit owners to rent their private driveways and parking spaces, just like Airbnb or VRBO. HONK’s goal is to connect anyone who owns a spot – from a single stall in a condo to a lot with a few thousands spots – with drivers: "If you think about parking, you have an industry that was stuck in the 1950s … it was pretty much the only thing you couldn't find on the Internet." Michael Back, Founder & CEO, HonkMobile. The pitch to this latest form of parking operator from ParkChamp is compelling. “You earn money every time someone parks in your parking space. You never need to meet or exchange money with the driver!” In terms of the long term impact on services like this on parking, it is difficult to calculate. A recent article in Forbes Magazine cited researchers found that Airbnb's growth through 2014 reduced hotel variable profits by up to 3.7 percent in the 10 US cities with the largest Airbnb presence. Will renting out one’s parking spot have the same impact? Time will tell.

Customer Experience Survey participants listed an increasing emphasis on providing a superior customer experience. To aid in this customer surveys were being used increasingly. Many participants mentioned success with engaging and monitoring customers on social media channels. Several indicated that customers desire to have charging stations resulting in efforts to provide charging stations in parking facilities. Operators spoke of the increased need for parking of car share vehicles. Many spoke of the need to embrace parking apps and mobile payment options that are reliable and easy to use for the customer. With increasing app and online parking shopping ease, comes the need to provide a superior customer experience. As the FordPass graphic shows, customers know what the competition charges, what spaces are available, and with a couple more clicks what the customer experience is like. If your parking offering is not competitive, you will lose customers, it is that simple.

The Elephant in the Room – Ridesharing If car ownership is declining, and ride sharing is increasing, will there be as many cars to fill garages and long term lots? Maybe not. Ridesharing use is driven primarily by cost. Millennials and members of other generations are not interested in spending their hard-earned money on cars, parking, insurance, maintenance. Their mobility needs can be met with public transit, Uber/Lyft, and all the other transportation sharing tools at their disposal. Nearly onefourth of Uber users ages 17 to 64 in the United States delay buying a car specifically because they have access to the Uber service. Is this bad news for the Parking Industry? Not necessarily. The automaker may not sell as many vehicles to the private driver, but it will sell more cars to ride sharing companies, and research indicates that miles driven will increase dramatically as fewer vehicles drive further distances. For the parking operator, additional stalls for short term parking, for drop off parking, for shared vehicle parking will all increase.

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

11


Survey Purpose Questions for the survey were developed by CPA member Chris Hylton of Calgary, based on comments from the Municipal round table discussions held on October 17, 2017 at the CPA’s Annual Conference and Trade Show in Banff. The Canadian Parking Association (CPA), representing a broad range of members within the parking industry, conducted a survey in early 2018 of its parking professional members to determine emerging trends and solicit input on a range of topics.

Methodology Survey Data was collected between Dec 19 2017 and Jan 26 2018 There were 22 participants, with close to 70% of participants coming equally from Private Parking, Municipal Parking, and University Parking. Additional respondents were from parking planners, hospital and airport parking, associations, software developers, engineering, and consulting. Geographically, there were 8 responses from Ontario, 4 from Alberta, 3 each from BC and Nova Scotia, and one each from New Brunswick and Saskatchewan. 2 skipped the question. A link to the survey was distributed via email to CPS members and the link was made available on the CPA website. Respondents included private parking operators, municipal parking operators, planners, consultants, university parking operators, as well as hospital and airport parking operators. Results that follow were tabulated and analyzed by Chris Hylton.

1

93% of respondents agreed they are making greater use or parking data to drive parking policy and parking design

What type of parking data does your organization collect? In general participants wanted to have as much data as possible so they could make informed decisions about what is driving their parkers’ needs. Data collected by respondents includes: Vehicle activity, occupancy, turnover, time, date, capacity, location, designated parking areas (accessible, courtesy, car pool, parent & infant, electric, hybrid). Type of vehicle (gas/diesel, hybrid, electric). Type of parker: hourly, daily, permit, monthly, exhibitor, employee, tenant, special event, concert, sporting, student, staff, faculty, trip origin. Revenue by station/product, method of payment (credit, debit, tap, P&D, mobile pay app). Compliance, rates vs competition, cost per stall, enforcement stats, requests for service, parking stall construction costs, class schedules, enrollment forecasting.

12 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

How do you use this data to drive the design of your parking facilities? Participants mentioned data help determine capacity and maintenance needs, expected growth, including EV, car share demand, ROI and locations, both short and long term. Participants were mixed as to the importance of data in terms of parking design, with 65% saying yes and 35% saying no.

2

100% of respondents agreed that funding parking facilities is becoming increasingly difficult.

How do you fund the building of your new parking facilities? Funding solutions ranged from mortgage financing, use of reserves, tax base, partnership agreements with developers. What is the average construction cost per stall for surface parking, for underground parking? Responses ranged from $5000 to $15000 for paved surface parking, and from $30000 to $70000 for underground parking. Above grade building came in from $30000 to $50000 What other funding issues do you see emerging? Other important emerging funding issues noted by participants include: The balancing of revenue with that of Smart Commute. Encouraging people to think about other options while ensuring budgets are met. Developing EV / AV and technology infrastructure.

3

75% of respondents agreed that parking is being viewed more as one cog in the overall transportation and mobility system.

Comments ranged from the emerging importance of MaaS (Mobility as a Service), and the first and last mile concept, which are big picture topics for municipalities that need to be addressed over the next decade. Others commented that with new code changes requiring more new parking to provide EV charging stations, parking may become more akin to a "gas-station"!

4

How are accessible parking needs determined within your community?

Responses ranged from ADA Standards, to Civic By-laws, to building codes, and personal requests. What other accessible parking trends do you see emerging? 83% of respondents indicated an increased demand for accessible parking. Respondents noted that demand is rising with the growth in the senior’s population. Another commented on the creation of "Courtesy Spaces" for those not quite needing accessible but rather a spot closer to a destination. The question of how to integrate different accessible parking time demands with traditional paid on street parking limits.

5

What parking apps does your organization currently use?

Participants noted the use of various apps, including: Mobile Pay an app developed by the City of Toronto Parking Authority, MyParking by ParkPlus System, Way to Park, McKay Pay, text2park (under consideration), Hotspot, and other mobile payment platforms.


Please describe what the mobile apps you use do? Respondents outlined how their apps, permitted the parker to pay for parking, add to their balance if they need more time, while hotspot also allows them to search for available parking in their area.

share options, developing improved payment and customer service options, mixed use development, partnerships with developers. The use of price increases and more focus on Transportation Demand Management, were mentioned by others.

One commented how the app integrates payment, location mapping, find my car, personal profile, allows multiple vehicles, park a friend, and payment by zone or stall.

Regional variations were clear. Halifax indicated continued high demand was driving increased needs in the city centre. The opposite was at play in Calgary where large downtown vacancies have muted demand. Car share vehicles have increased dramatically in locations such as Vancouver and yet Vancouver has not seen a decrease in demand for parking.

What is the public’s acceptance of your parking apps? Those who had recently introduced mobile apps, commented that public acceptance was slow due to its newness. Others commented that acceptance over time is steadily growing and close to 60% of users pay with via mobile. Independent surveys have indicated a 90% customer satisfaction rating. What other parking app trends do you see emerging? Participants suggested that the use of apps to show parking spaces in real-time, the ability to reserve a spot, along with GPS guidance to get there is a trend that will capture the customer's attention. The integration of transit and parking, being able to do all aspects of parking on-line, and business advertising matching parking location, were other trends mentioned.

6

Dwindling Parking Inventory was noted by 83% of respondents.

What are you contemplating doing to meet the dwindling inventory? Some respondents mentioned being in the early stages of deciding if a new garage facility is the right choice, others were looking for land. Others commented on promotion of transit, bike lanes, car

7

How has car sharing impacted your service delivery?

One respondent noted that they are now required to ensure they have shared vehicle companies in their plans as it relates to traffic management and parking plans. Another mentioned the increasing calls from citizens complaining about the increase of car share vehicles in their neighbourhoods, and the need for further education.

8

Charging station demand is increasing.

Are you providing charging stations at your facilities? 75% of respondents responded yes. Others mentioned that this was an emerging trend. Several mentioned that charging stations would be coming soon. Have you been able to meet demand? The vast majority of respondents responded yes, and in fact commented that spots were often empty.

A security feature for the nocturnal ones.

sales@rydin.com | 800.448.1991 | www.rydin.com

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IĂˆME TRIMESTRE 2018

13


What other charging station trends do you see emerging? There were more questions than answers in this emerging area. Questions arose as to if or when electric vehicles will hit a tipping point. What about the cost of infrastructure and electricity? Do parking operators charge customers for electricity or does it need to be a premium charge for access to a charging spot?

9

Use of parking space, when not used for parking, creating parking space flexibility.

10

Collecting feedback, customer and community engagement methods, social media, interviews with customers, etc.

How have you engaged with citizens with respect to parking issues? Municipal operators were the most active with this question, and agreed that social media, annual surveys, constant community feedback, working groups, were all excellent methods of collecting information to make improvements and design changes. n

Are you developing new ways of making use of unused parking facilities? Respondents mentioned permitting a variety of uses: markets, private use, tents, car shows, bike swaps, and farmers markets. Others are not actively involved in this but would welcome it under the right conditions.

One of many benefits of membership Conference and program registration fee discounts for all members in good standing.

Interchange

The

Visit Canadianparking.ca/ for details.

Interchange

The

Get The Edge Over Your Competition. Guest Experience Starts Here. Leave a positive first impression with easy, efficient, clean & safe parking.

Gain maximum profit through operational efficiencies.

Increase time and money spent in your facility by having simplified parking solutions. Increase loyalty. Ease of parking directly impacts consumer visitation habits.

www.a1countingsolutions.com

14 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IĂˆME TRIMESTRE 2018

LEADERS IN PARKING GUIDANCE SYSTEMS

Parking facilities are not created equally. An effective, strategically designed and utilized parking guidance system is proven to: Reduce customer search times for an available space Diminish parking lot congestion and associated pollution Ease driver frustration and ensure loyal, repeat visitation Ensure efficient operating costs and improve profitability Get in touch for a demo, quote, or the latest in parking industry news and insights.

lrosar@a1countingsolutions.com

905-474-5906 X 225


How to Gamify Parking By Chelsea Webster

First and foremost – what the heck is gamification? Great question. It’s the process of taking something that already exists (an app, or a website, for example), and integrating game mechanics to it, so that you end up with an 1 augmented version that people are more motivated to use . It’s not building a new game – it’s making whatever you’re already doing into a game.

To better understand the concept, consider a few common elements that almost every gamified system has: points, levels, achievements, a leaderboard, and 2 rewards . No matter what app or online games you’ve played, consider how these elements add up to pique your curiosity. Let me give you a quick example. I’ve used a customer relationship management tool that utilizes gamification (https://crm.me/gamification/). As a new user, I log in and have a grand total of 0 points. As I click on different tabs and features, the system awards me points. There’s a progress bar for how many tutorials I’ve watched, so I plug away at that because I can see exactly how far I’ve come and what’s left to be done. It’s satisfying to get that kind of feedback. I build up my understanding of the application’s functionality and learn to update customer information and make notes in profiles. After I do this a couple of times, I earn enough points to move from level 1 to level 2. With that level up, I’ve unlocked a new task and can send email to customers, earning me a badge! A badge! Yes! What a great reward! And imagine if the rewards that you get keep getting more appealing. It starts off with some trinkets or badges, moves up to earning power, access to locked content, 3 and finally culminates in an elevated status in the game . I’m not even in sales, but I definitely compared my badge count to that of my coworkers’ more than once. And that, my friends, is gamification in action.

But why does gamification work? Psychology. It takes our desire for social contact, community, acceptance, and achievement and turns it into an achievable target. There are two main psychological theories in play here: THEORY OF 16 BASIC DESIRES: basically a list of what factors motivate people and make them happy. It includes saving, social status, idealism, order, social contact, 4 vengeance, and curiosity (to name a few) – and most of these integrate easily into an online game you share with others. SELF-DETERMINATION THEORY: motivation to act is both intrinsic and extrinsic, 5 and hinges on social circumstances and task characteristics . So if gamification of something promotes socially valued tasks like caring for the environment (intrinsic motivation), is easy to do, plus offers rewards for completing it (extrinsic motivation), logically people will be motivated to use it.

What are game mechanics? Game mechanics are the rules of the game, the nuts and bolts of development, and instructions on how things work and what happens next after each action you take. There are 10 fundamental game mechanics, and using two or more of them in combination is what takes that regular app and makes it gamified. The fundamentals are: • Fast feedback • Transparency • Short and long term goals • Badges • Levelling up • Onboarding (a way to learn something new) • Competition • Collaboration (working in teams) • Community (how is everyone else doing?) 6

• Points

This matters, as any attempt at gamification that doesn’t involve at least some of the above won’t work. I’ll come back to this a bit later when going over how gamification can be applied to parking.

So now that the psychology is all laid out, what’s needed to successfully gamify something? Well, the first step is game mechanics.

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

15


KALEIDOSCOPE OF EFFECTIVE GAMIFICATION

The Kaleidoscope of Effective Gamification

REWARDS

TI

A

IN

INCENTIVES

POINTS RELATEDNESS

TI T VA O N EX L TE R U DB E H AV I O S GA A C HI R EVE MENT ME YE LA EXP E C E RIE N GA P RIN CIP L E S ER ME AY PE DES SL S I E G C N PRO R UN

CE

A NIC S

LEADER BOARDS

BADGES

CH

VA M O T I TI MO

EFFECTIVE GAMIFICATION

ME

T

I

NS IC

NS

R

IO

E

Finally, gamification really does mean making something into a game. And games should be fun. So you’ve got the outer shell as the perceived layer of fun, which includes things like audio, visuals, and an overall experience. If the game isn’t fun, and users don’t like interacting with it, they sure aren’t going to use it. And that’s definitely not the point of putting all the effort into gamifying something.

ON

CT

COMPETENCE

R IN A AY S I C M O T I V ER G EN LL CHA

ES

P

MO DE L

AUTONOMY

AC INTE RF

The next layer is integrating actions, challenges, and achievements into an actual experience. And once you build the actual app or site or whatever virtual experience you’re creating, it’s important to have a good design. It’s the user’s lens with which they see the end goal, so make sure you’re not just putting lipstick on a pig here.

NS ER T AT

S

Another way to look at an effective use of gamification is that it has several layers, building on top of each other. Check out the diagram below for a visual on what I’m 7 about to describe . The core and first layer, critical to the success of any attempt at gamification, is building objectives you’re looking to achieve. From there, both intrinsic motivation and extrinsic motivation are required to get people to play along. This goes back to the beginning of the article, when I talked about self-determination theory (remember?) and the need to motivate people to participate and reward them for doing so.

IV E D L Y E R O F F A

This is all well and good, but makes a lot more sense with some examples. Let’s look at some ways that gamification has been successfully applied.

Examples of Gamification in Action SALES: With gamification, you can set goals for employees, track performance (which everyone can see), compare themselves to coworkers, give instant feedback, and offer rewards for successful completion of tasks. Check out https://www.gameffective.com/ for a pre-built app and some case studies on how well this technique actually works. To take this even a step further, you can assign points to specific behaviours, like calling customers or sending emails. LEARNING: Introduction and onboarding programs can be overwhelming. Ensure your learners feel like they are making progress with game mechanics like a progress bar and leveling up each time they tackle a new concept. As a bonus, gamified virtual learning reduces overhead costs of instructors and provides detailed tracking and updates on how participants are doing(8) . This also provides an easy way to go back and review materials, earning more points or a better score while reinforcing learning.

CUSTOMER LOYALTY: You can also groom customers to take specific actions if you reward them. If your business already requires an online account, add a referral button and award prizes for sending their friends to your business. As another example, you can try to encourage participation by showing how frequently other customers are using the service or offering prizes for the 9 highest spend/score/use . HEALTH & WELLNESS: Encouraging staff, students, or customers to be more active and eat healthier is a daunting task. Providing a gamified portal to motivate, encourage (with specific goals and activities), and track progress can be a successful strategy. Daily reporting of active minutes, foods consumed, assigning teams, and social broadcasting of results are all applications of game mechanics that have worked at companies like Pfizer and Quest Diagnostics. Employers reduce benefit costs and end up with more motivated staff, so it’s a 10 win for them as well . Ride on a specific public transport system

16 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

TRAINING PROGRAMS: Making sure employees understand and adhere to workplace guidelines is critical. Compliance is a chore to teach, but with gamification you can reward employees with badges or points 11 for completing the lessons . A competition for who can enhance their skills the fastest or score the highest on compliance tests is a great way to provide this type of training. Instilling specific, desirable behaviours is easy when employees see tangible rewards. TRANSIT: Several programs have been implemented around the world testing out the viability and popularity of gamifying transit. There’s a basic strategy on how you can gamify transit, as depicted in the 12 diagram below . It shows that when people ride transit (you can specify when, where and what kind), they are rewarded with points. The points accumulate in the rider’s account, and can be cashed in for a reward like cash or discounts of goods and services. Earn Points for making smart trips

Rewards points for cash or rewards


HERE ARE A FEW REAL LIFE EXAMPLES OF THIS PROCESS IN ACTION: 13

SASABUS IN ITALY: Using existing smart city technology (Bluetooth and Onyx Beacons) to track bus usage . Each kilometer a user travels by bus (extra points for eco buses) is tracked and an aggregated total score is publicly visible. You can share your accomplishments on social media, and if you earn enough points you even get to participate in special challenges. The underlying goal here is to encourage environmental stewardship by taking public transportation. BART IN SAN FRANCISCO: Solving overuse and the extreme peaks and valleys in ridership. Participants register their transit card to earn BARTPerks, and points accumulate each time you scan the card to board public transit. You can use your points to win cash or discounts on future 14 transit passes. The program is funded by the federal highway administration grant, and was to have published results late in 2017 . INSINC IN SINGAPORE: A 3 pronged public transit demand management plan. Since increasing the supply of transit is flat out geographically impossible, Singapore is implementing quotas, on-demand pricing, and creating huge inconveniences for non-conformance. Rewards are provided for anyone taking transit at off-peak times, which can be redeemed for cash or raffle entries. Social motivation is proving quite effective which users inviting friends online and leaning INSINC facts. Some lessons learned in this program are that registration has to be simple, and that 15 people respond better to bigger rewards (even if there is a lower probability of obtaining them) . Overall, they’ve seen about 11% decrease in ridership over peak periods, so it’s definitely proving to be effective.

Awesome! Transit is meant for gamification! But…

Can you go too far trying to gamify transit? Of course. There are innumerable instances where a great idea goes over the deep end, making it impractical for beginners or anyone outside the ultra-eager, early adopter category. One example is the Mobility Speculations project called Blue Challenge, which seeks to find out if you can gamify urban transit. It suggests installing sensors around an entire city, assigning people mobility cards, and tracking every time 16 people move . Points are automatically assigned which can be collected and redeemed for… stuff. (I’ve included their point guide below.) The idea is that to earn more points, you will take alternate forms of transportation. It becomes even more complex by adding mini-games, user statuses, unlocking privileges, and designing challenges for others. Doesn’t this seem just too complicated for people to get on board (pun intended)? Keep that lesson in mind if you decide to implement your own gamification strategy. 17 Let’s all follow the US Navy’s lead and KISS (keep it simple, stupid) . BLUE CHALLENGE POINT GUIDE

WALK

+30 points per mile

BIKE, SKATE

+25 points per mile

PUBLIC TRANSIT +30 points per ride

CAR, TAXI

+5 points (1 person)

+10 points (2 persons) +15 points (3 persons)

+30 points (4 persons or more)

Another (bad) example comes from researchers in LA who appear to be jumping on the (outdated) Pokémon band wagon with their proposed gamification strategy. The strategy is called Incenti-Max, and involves users riding the metro, visiting points of interest, and accomplishing tasks along the way, all in the name of earning points. Top point achievers capture a bus station for a month and have their photo 18 displayed in-app as the captor . No thanks – said every baby boomer and gen x-er everywhere. And just for reference, I, as a millennial, also have zero interest in participating in that. We have something in common after all ;)

Gamification Belongs in Parking So now that everyone is on the same page about what gamification is, let me explain why it has a place in the parking industry. First, engagement among customers increases. It’s a challenge to collect feedback from customers, and even more difficult to measure effectiveness of your marketing efforts. With a gamified app, you can see exactly who is interested and how often they are participating. There is a ton of customer data to be gathered, analyzed, and acted upon. Second, it provides an entertaining and interactive way to share information with users. You could include a video or a quiz informing them about rates, permits, special offers, closures, or anything else you need to communicate. Offer rewards for taking the desired action and completion rates go way up. Third, it builds loyalty to a particular parking location. Much the same way Shoppers Optimum Points or Husky Rewards or any other loyalty program works, you become the vendor of choice. Providing game mechanics like a goal to work towards, plus a progress bar showing how close you are to a reward, encourages repeat business. Finally, games are fun because they generate a (small) amount of pleasure in the player’s brain. Accomplishing tasks and receiving praise for doing so stimulates 19 chemical reactions that drive happiness . One challenge that we almost always have in parking is that it’s mundane at best – a necessary evil to some. But what if gamification offered a way to make parking fun and enjoyable?

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

17


How can we apply our learning to parking?

Prove It. Just because I said gamification has a place in parking, that doesn’t mean you (or your customers) care. Let me offer some data to support my claim. The City of Los Angeles recently conducted a survey around implementing gamification in their transit system. They found that the majority of riders would rank their likeliness of 20 taking advantage of a rewards system a 4 or 5 out of 5 .

What else could you apply gamification to? Turns out, you can gamify almost anything. Find out through this link how it works at a zoo or theme park https://www.ojoo.com/gamification-and-augmented-reality-intheme-parks-zoos-fresh-solutions/. And here’s where you can learn how to encourage people to cycle more. https://doi. org/10.1016/j.trpro.2016.12.065.

Actually, there are already several examples of gamification applied to parking! I’ll cover off a few that I’ve come across below. Crowd Park: basically you are rewarded for finding and reporting illegally parked vehicles. It has other functionality like finding and paying for parking as well. As the owner operator, you feel like a game overlord with the ability to change pricing at will and collect the most money you can. Mua ha ha! Overall it’s a simplistic way to add gamification to parking. Screen shots from the video are below.

Or, encourage more sustainable forms of transportation. Maybe even best of all, you can teach driving safety to new drivers and have them encourage their friends to practice these principles. Motivated to move forward with gamification in your operation? Let me introduce you to a universal framework to help you plan out the components of the system.

Octalysis Umm… what was that? It turns out there is an expert author and speaker on actionable gamification (Yu-Kai Chou), and he developed a gamification framework called Octalysis. His philosophy is to design content to engage people, and his framework is used to evaluate any application of gamification. There are two routes you can take when engaging people: white hat or black hat. Black hat is the equivalent to scare tactics – using scarcity, social pressure, unpredictability, and avoiding punishment. White hat is the equivalent to positive reinforcement – accomplishing a goal, empowering users, and giving ownership and 21 meaning to the process and outcomes . In Octalysis, both techniques are used in an effective gamification attempt. He has a nifty diagram (below) explaining how these pieces fit together, and what examples of each one look like when applied.

- Status Points - Badges (Achievement Symbols) - Fixed Action Rewards (Earned Lunch) - Leaderboard - Progress Bar - Quest Lists - Dessert Oasis - High Five - Crowning - Anticipation Parade - Aura Effect - Step-by-Step Overlay Tutorial - Boss Fights

- Exchangeable Points - Virtual Goods - Build from Scratch - Alfred Effect - Collector Sets - Avatar - Protection - Recruiter Burden - Monitor Attachment

- Appointment Dynamics - Magnetic Caps - Dangling - Prize Pacing - Options Pacing - Last Mile Drive - Count Down Timer - Torture Breaks - Moats - The Big Burn

- Narrative - Elitism - Humanity Hero - Revealed Heart

- Beginners Luck - Free Lunch - Destiny Child - Creationist

Meaning Accomplishment

Empowerment

Octalysis Ownership

Social Influence

Scarcity

Unpredictability

Avoidance

- Sunk Cost Prison - Progress Loss - Rightful Heritage - Evanescence Opportunity

- Milestone Unlocks - Real-Time Control - Evergreen Combos - Instant Feedback - Boosters - Blank Fills - Plant Pickers - Poison Pickers

- Status Quo Sloth - Scarlet Letter - Visual Grave - FOMO Punch

- Friending - Social Treasure/Gifting - SeeSaw Bum - Group Quests - Tout Flags - Brag Button - Water Cooler - Conformity Anchors - Mentorship - Social Prod

- Glowing Choice - Mini Quests - Visual Storytelling - Easter Eggs - Random Rewards - Obvious Wonder - Rolling Rewards - Evolved UI - Sudden Rewards - Oracle Effect

Now this example, in my opinion, isn’t a successful application. The reason I say this is because there is only one game mechanic (transparency) applied – as in, you can see someone else is breaking the rules, and report them. A few ideas on how to engage more people are awarding points for paying for a parking session with the app, offering badges for each lot the app covers, or including a leaderboard for each lot. Parking lots as a game board: in this scenario, the lot is divided up into groups of stalls. Each group represents a different level of effort to park in, and points are awarded based on which spot you 22 select . For example, the 5 furthest spots from the door are grouped together, and these stalls might be worth 10 points; whereas the closest 5 stalls may be worth 0 points. This means that better stalls are available for customers or visitors. You could try this out at your own lot, and offer a coupon or discount towards future parking as a goal to work towards. And it won’t be the worst plan for customer loyalty, either. Parkade efficiency gamification: this concept is in place in lots in India to try and curb time spent circling for parking and causing the resulting environmental damage. The application awards points based on the floor of the parkade you park on, the accuracy with which you park in the given stall, and the speed (and therefore efficiency) with which you park your vehicle 23 upon entering the parkade . Below is a sample point system for various levels of the Points allotted for each parking level parkade.

We’ve now gone through what gamification is, examples of how it can be used, and why it has a place in the parking industry. So naturally, the next question is…

18 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

Parking level

Points gained

level 3

5 points

level 2

3 points

level 1

2 points


Tips for Successful Implementation So since you’ve gotten this far in the article, I’m assuming you are at least somewhat interested in gamification. If you’re considering implementing this in your business, here are a few suggestions to help you succeed. Personalization: making the components unique to each user captures the imagination and builds loyalty. Things like a customizable avatar or a choice within the game will create buy-in and ownership among players. Rewards: while you certainly want to provide rewards, you need them to be meaningful. Giving out too many points or badges devalues 24 them . You also want to be selective about what you’re handing out rewards for. Be sure than any activity that earns a reward has a

business purpose and helps you achieve a goal. Also, if you’re offering cash or gifts as rewards, be prepared for the long terms cost – if you take away the rewards at some point, you will suffer the consequences in declined participation. Engagement: sharing the ‘why’ behind programs with people is a great trust-earning technique. It helps them understand and frame the activities requested of them in a more positive (or at least neutral) light. Emotionally engaging participants by sharing the importance of the gamified task will go a long way to securing voluntary participation. Sharing successes: a ranking or leaderboard certainly shows others how well you’re doing.

Social media posts or likes or up-votes are another word-of-mouth technique that lets the world know about your success, and 25 validates the poster . Others can see how many followers or retweets you receive and 26 want to achieve the same things you are . Adding this component to your gamification strategy is important for self-promotion of the player as well as your promotional strategy for the program. On-demand content: this method allows users to pull content off of the platform and interact 27 with it at their convenience . It avoids you pushing information or tasks onto anyone, and creates a positive experience for those who want to go at their own pace.

I’ve painted a glowing picture of how and why parking should try out gamification in their parking apps and on their websites. But, it’s not all sunshine and motivated workers. Let’s explore some of the negatives.

Downsides to gamification Cost: it can be expensive to customize and implement the 28 technology , especially when you include planning and training on how to use the new platform. Cheating: winning can become all-encompassing for some people, 29 and leads to cheating or sabotaging coworkers . Plus we’ve all heard of hackers – don’t think your game will be immune to 30 someone trying to cheat the system or hack your content . Novelty: it wears off over time, and if the game mechanics aren’t 31 meaningful than the process will become unpopular or unused . Any intrinsic values you’re trying to instill will be lost – or worse 32 yet, be fake . Bad habits: you can run into all sorts of unexpected habits, like a competitive mindset among your staff. If users can spend real money to purchase game credits this can lead to overspending and put people into debt, seriously impacting their credit score if they 33 get carried away . Trivialization: does making something a game trivialize an important issue? It has the potential to – so be careful how you present the 34 information and what rewards you offer for participation . When gamification goes too far… Yes, it’s definitely possible to take it too far (in my opinion). We’ve all heard of online dating apps, but image if instead of being a vehicle to meet someone in person, it was all a game to earn points or status by being a good date?

Just to wrap up this Negative Nancy rant, I will summarize gaming expert Dr. Ian Bogost’s position. Incentives are virtual or irrelevant (where you used to get a raise, now you level 35 up!); players are being exploited by employers . His term for the phenomena: “exploitionware”.

Final Thoughts Let’s wrap this gamification discussion by dispelling two myths I think might be lingering around the viability and usefulness of gamification. Gamification is only for millennials. I don’t think so. Almost 36 half of people over 50 play video games , and an extremely 37 diverse swathe of people are into gaming these days . So really there is no age restriction on your target market. To add to my point, over 2 billion people worldwide have a 38 39 smartphone and spend around 2 hours per day online . So not only do you have a diverse potential customer base, but they’re also already immersed in the technology you’d need to participate. The stage is set for app and website gamification with a ready, willing and able audience. Data collected through gamification has no value. Gamification requires setting up an account and tracking and reporting progress. By aggregating this information you have access to a vast amount of data you would have never been able to find out otherwise. Things like exactly when, where, and how often people use your services. You can send targeted marketing directly to people who are most likely to respond. You can also use social media connections to broaden your audience and reach. In the end, whether or not you give consideration to gamifying your parking tech is up to you. I’m only here to provoke some thought around a topic you may not have considered, and provide information to anyone who’s willing to read. If you still want to learn more about gamification, you can take a free online learning course from the University of Pennsylvania. It’s run through Coursera so you’ll need to sign up for a (free) account. If you’re interested, check out the course at this link, and get started! https://www.coursera.org/learn/gamification n For a full list of references for this article, contact the author, chelsea.webster@calgaryparking.com

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

19


Parking: The Urban Mobility Perspective

2018 ANNUAL CONFERENCE & TRADE SHOW

SPONSOR OPPORTUNITIES CPA Conference sponsorship opportunities are tailored to help you exceed your business objectives at Canada’s annual parking industry event. Sponsoring a conference event positions you out front to your target audience and demonstrates commitment to your association.

canadianparking.ca/sponsorship2018/

20 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018


Supporting The Next Generation Of Parking Professionals By Renee Smith

The Canadian Parking Association and its membership have always been supportive of students and young parking professionals trying to make their way into the industry. To remain strong, we must continue to support bright and inventive ideas by fostering the success and growth of emerging individuals—not just for those who want to join our industry. For those who want to redefine it. Over the years, our industry has managed to keep up with the growing needs of our users. Our developments have had an extraordinary impact on the lives of Canadians and the communities where we live. New parking-planning approaches are improving the quality of life in our cities and promoting business development by giving us safer and more user-friendly parking facilities. Nowhere has the transformation of our industry been more apparent than in the growth of parking’s technology sector.

Of course, it’s not just payment equipment that’s changing the face of the industry. Who could have foreseen mobile payment apps and parking guidance technology just a generation ago? The demand for tech-savvy parking infrastructure will only increase as advances in Smart Cities and smart-vehicles evolve. Inevitably, technology will dominate the industry for coming generations. We need to make sure that when self-driving vehicles are ready, parking technology, from advanced access & revenue control systems to parking guidance equipment, is too.

Over the years, our industry has managed to keep up with the growing needs of our users. Our developments have had an extraordinary impact on the lives of Canadians and the communities where we live.

Today we take for granted technologies that yesterday seemed unimaginable. It wasn’t so long ago, for example, that most parkade transactions were made in cash and collected by cashiers at exit kiosks. Cars often piled up in exiting queues and theft was a nagging concern for parkade owners. Now, with tap payments becoming ubiquitous, most facilities have automated systems that can process credit cards. Exiting queues are not yet a thing of the past, but they are less frequent and shorter when they do occur.

That’s why it’s so important for us, as industry leaders, to support the next generation of parking leaders. That starts with organizational and industry-wide professional development programming designed to help young parking professionals thrive. At the same time, we must also work to attract the best and brightest technology professionals to our industry in the first place. The good news is that technology is in the DNA of young people today. Not only does that give them the enthusiasm and skills needed to develop new parking technologies, it also gives them a unique outlook on parking—one that’s greatly influenced by technology. They don’t just view technology as a tool for improving parking; they view technology and parking as being intertwined. Going forward, this will be where the next generation of parking breakthroughs will come from.

CPA is already extremely generous when it comes to supporting students and has awarded hundreds of thousands of dollars in scholarships over the years. But it’s just as important for companies and institutions in our industry to step up to support bright young minds and help create the next generation of parking professionals. When we do, we won’t just be promoting the parking industry as a whole. We’ll be helping our own organizations as well. n Renee Smith is president and chief technology officer of Parking BOXX, a leading parking system provider. Parking BOXX recently awarded the company’s inaugural Parking Solutions Scholarship for Technical Innovation in Parking Solutions to Patience Lo, a design student at the University of New South Wales. Ms. Smith can be reached at r@parkingboxx.com.

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

21


Energy reduction and incentives help retail complex save big on lighting retrofit project By Jason Broadhurst

A

nchored by notable retailers Loblaws, Home Depot and LCBO, College Square is a retail complex with forty-nine brand name stores, spanning 389,244 sq. ft. The shopping destination has been serving a busy area near Algonquin College, in Ottawa, Ontario since 2003.

When property managers Leikin Management Inc. moved forward on an exterior lighting upgrade, they had four very clearly defined objectives.

“Saving energy was the primary concern,” explained Barbara Farber, for Leikin Management. “We also wanted to reduce maintenance costs, improve the aesthetic quality of the complex, and make the area even safer after dark.”

and snow, the install of the wall packs was done within a day, minimizing disruption to tenants and ensuring that the complex remained a safe place to visit. With the LED wall packs being more directional than the predecessors, it was possible to get light on the building in the exact distribution pattern required to illuminate columns and doorways. The LED wall packs used are 0°-90° adjustable, and are fixed in this case at 15° to enable sufficient aesthetic light on columns and walls, while throwing enough light forward and away from the building to be functional for illuminating the immediate surrounding areas. Combined with the control of the light distribution, the 4000K colour temperature resulted in a uniform light which improved aesthetics significantly. Previously, the “mix and match” lighting scheme had displayed various colour temperatures, making some lighting look yellow and negatively impacting the visual appearance. A couple of months later the pole lighting illuminating the parking lot was also switched to LED. The pole lighting now provides a crisp light on the parking lot, making the whole area seem more welcoming and increasing visibility for both drivers and pedestrians after dark.

The property management firm teamed up with Concept Illumination, a company known for its exterior and parking lot expertise, to plan and execute the renovation, which was subsequently completed over two phases. First, wall packs along the rear of each block of buildings were replaced with the latest LED products. With several of the then existing wall pack lights burned out and daylight hours shortening in the middle of the Ottawa winter, Concept Illumination understood the urgency of replacing the lighting as quickly as possible. Despite battling freezing rain

22 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018


Flood lights were used to illuminate the storefront facades. One of the most impressive and striking aspects of the project is how all of the store signage now ‘pops’. Mounted on poles, LED fixtures bathe every store sign and storefront in an even, attractive light, again improving the aesthetic quality of the complex, but also enabling the stores to achieve maximum exposure to passing traffic. The focus on aesthetics was not limited to the quality of the light. Each one of the pole mounted fixtures and flood lights were of the same style, resulting in the whole area blending with a common design aesthetic, even in daytime when the lights are off. In total, forty-two metal halide pole mount fixtures, thirty-two metal halide floods and forty-one wall packs of various light sources were replaced with energy efficient LED luminaires around the building and parking lot. All of Leikin’s objectives were achieved with the lighting change. Energy savings, the property manager’s main concern, are expected to be significant. The total energy savings are estimated to be 160,000 kWh annually. The project also qualified for incentives through Hydro Ottawa’s saveONenergy retrofit program. With Concept Illumination’s help, Leikin Management was able to apply for the program and succeeded in recovering around 20% of the overall project cost - an outcome with which Farber says Leikin is “very pleased”.

The property managers will benefit from reduced maintenance. The long life, durable LED products will not need replacing for tens of thousands of hours, reducing the resources required to address lighting failure.

“Typically, in a complex like this, a maintenance crew would need to come in several times throughout the year to change lamps or ballasts,” said Daniel Herz, the project leader for Concept Illumination. “It can get very expensive, and of course you end up with some lights not working at various times, leaving dark spots that can affect visibility and overall aesthetics.”

Herz also points out that traditional light sources, such as the HID ones previously used to illuminate the College Square parking lot, can be producing light at the source while not delivering adequate lighting levels on the ground. “HIDs burn out gradually. They will be on and look fine at the source, so they don’t get replaced. By the time they are replaced they have been ineffective for a long time, not lighting the area that they’re meant to illuminate.” Herz estimates that a renovation project of this scale can result in as much as $20,000 in energy savings and $5,000-$10,000 in reduced maintenance costs annually. With those numbers, he expects an ROI of less than two years. With annual operating savings of this magnitude, the net present value of the project over the 10 year warranty period will exceed a quarter million dollars. Tenant and customer safety has also been elevated with the installation of the new lighting, with visibility significantly increased for visitors and employees of the complex. And with LEDs performing well in cold weather, those benefits will continue throughout Ottawa’s cold winter months. Aesthetically, the whole complex has benefited from being “brightened up.” The contrast between the illumination of the buildings and parking lots and the surrounding areas can be seen clearly in photographs taken after the renovation. “We were impressed with the knowledge and service provided by Concept Illumination,” said Farber. “They were very helpful in assisting us to secure incentives through the saveONenergy program.” “The power of exterior and parking lot lighting to impact the performance of a commercial facility should not be underestimated,” said Herz. “A well planned lighting renovation can improve aesthetics, increase safety, save energy, reduce maintenance and ultimately enable the facility to achieve a competitive advantage.” n

www.conceptillumination.com

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

23


TO FURTHER THE CPA MISSION

"Connecting Parking and Mobility Professionals in Canada" Your invitation to

Parking: The Urban Mobility Perspective Prepare yourself for a conference experience like no other! Toronto, a.k.a. Hogtown, The 6, Hollywood North, to name a few, is the place to be. On the tail end of the Toronto International Film Festival (TIFF), join your colleagues to usher in a new era for the parking industry. Expect a full program and take part in shaping the parking industry of the future. Innovation will be on the agenda, as well as networking, educational opportunities and as much fun as you can take over the four day agenda. There even may be a sighting of some of Hollywood’s biggest film stars. CPA & Toronto – set your priorities!

Host Hotel Accommodations

Sheraton Centre, Toronto, Ontario

Traditional Room Rates:

123 Queen St. West, Toronto, ON M5H 2M9

Single/Double $285 | Triple $315 | Quad $345

Room Reservation Information

Group Rates:

Request CPA group block code CI16AD

Group rates are available until AUGUST 15, 2018

Reservations By Phone: Direct: 416-361-1000

There is a limit of one room reservation per call, and online. There is a 72 hour cancellation policy and one night deposit which will be applied at the time of booking. Sub-blocks reserved for multiple rooms will be subject to special cancellation and attrition fees assessed by the hotel.

Reservations Centre: 1-888-627-7175 Online: www.starwoodmeeting.com/Book/CI16AD

DELEGATE CANCELLATION POLICY Cancellations must be in writing and will forfeit $100 per registrant. Substitutions may be permitted under certain circumstances. No refunds on Social Events. NO REFUNDS AFTER AUGUST 15, 2018. All invoices must be paid in full prior to admittance to any Conference Event.

24 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018


Conference Planner Conference Planning is Underway! There are many details being fine-tuned to provide attendees the best conference and trade show experience ever. Times listed are approximate. As the program evolves, updates can be tracked at canadianparking.ca/planner2018/

Monday

September

17

Annual General Meeting and Breakfast Industry Panel Discussion Awards of Excellence Luncheon KEYNOTE SPEAKER – Jennifer Keesmaat Former Chief Planner, City of Toronto | Renowned Urbanist

Saturday

September

15

Scholarship Golf Tournament For details and to register: canadianparking.ca/golf2018/

Sunday

16

September

Round-Table Discussions Official Welcome

Jennifer Keesmaat is passionate about creating places where people flourish. Named one of the “most powerful people in Canada” by Maclean’s, and one of the “most influential” by Toronto Life, she spent five years as Toronto’s Chief City Planner, where she was celebrated for her innovative and collaborative approach to city-building. Now a Distinguished Visitor in Residence at the University of Toronto, Keesmaat shares her vision for cities of the future, and her belief in inspired leadership.

Trade Show Exhibition

KEYNOTE SPEAKER – Amber Mac

Relentless Adaptation: Best Practices for Today’s Digital Economy We obsess over innovation. But innovation is overrated. If you look at the smart companies that are prized for “innovation,” you will see that they are actually masters of “adaptation”—of knowing when to adjust, when to speed up, and when to capitalize. This big picture talk sheds light on how to adapt, and how to win, in our fast-forward economy.

Trade Show Grand Opening

Sponsorship Opportunities

Our Cities Will Define Our Future

Breakout Presentation Sessions Free Evening

Tuesday

September

18

Breakfast

Trade Show Exhibition Breakout Presentation Sessions FINAL SOCIAL EVENT – Toronto, TIFF, and All That Jazz

Wednesday

September

19

An exclusive tour of Toronto parking sites

CPA Conference sponsorship opportunities are tailored to help you exceed your business objectives at the premier parking industry event in Canada. canadianparking.ca/sponsorship2018/

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

25


Green P fait de Toronto une ville si bien connectée Les Torontois voulaient une application de stationnement — et ils l’ont eue

By Stacy Sneed Lorsque la population de cette région métropolitaine en croissance a atteint plus de 6 millions en 2014, elle a dû faire face à une augmentation de la congestion et du trafic. Trouver une place de stationnement à Toronto est devenu compliqué pour les conducteurs, et les options de paiement du stationnement étaient limitées. Les conducteurs devaient disposer d’argent comptant pour les parcomètres ou utiliser leur carte de crédit à un guichet de paiement. La Toronto Parking Authority (TPA) a constaté cette source de frustration pour les conducteurs et a vu la possibilité d’offrir un meilleur moyen de payer pour le stationnement. La TPA a lancé un appel d’offres (AO) aux fournisseurs de services de paiement mobile en 2014 dans le but d’améliorer l’expérience globale de stationnement dans la ville. « Le choix d’une application mobile a été fortement guidé par nos clients. Nous voulions également réaliser des économies dans les coûts d’exploitation », a déclaré Ian Maher, vice-président de la planification stratégique et des TI de la TPA.

L’une des villes connaissant la croissance la plus rapide en Amérique du Nord, Toronto est une plaque tournante des secteurs du design, des finances, des sciences et des médias. La ville est également connue pour sa technophilie et son utilisation d’applications. En 2016, le plus récent rapport de Yahoo Canada a fait part du fait que l’utilisation d’applications au Canada a augmenté de 74 % en moyenne, dépassant de loin la moyenne mondiale de 11 %. En effet, le nombre d’appareils canadiens dépasse de plus de deux millions le nombre estimé de Canadiens. Cela signifie que les gens de Toronto apprécient la facilité et la commodité que les applications apportent à leur vie. Lorsque les citoyens s’habituent aux avantages que procurent les applications, ils veulent y accéder dans chaque partie de leur vie... y compris les interactions avec leur administration locale.

26 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

La TPA a cherché une solution visant à intégrer la technologie et à rendre les déplacements locaux plus rapides et plus faciles. Pour y parvenir, la TPA imaginait une application suffisamment flexible pour répondre aux besoins de la ville, mais conçue sur une plateforme extensible. Bien que d’autres villes comparables avaient déjà lancé des applications de stationnement à l’époque, Toronto était tournée vers l’avenir dans la recherche d’une solution sur mesure qui répondrait non seulement à ses besoins actuels, mais également aux besoins futurs de la ville. La TPA a décidé de choisir Passport dont la plateforme était capable de fournir des rapports et des analyses axés sur les données, simplifiant ainsi le problème avec une solution facile : des paiements mobiles avec un arrière-guichet puissant et une application ayant sa propre marque. L’application Green P est née pour desservir la population croissante de Toronto, tout en aidant la TPA à réduire ses coûts de matériel et d’exploitation et à augmenter ses revenus. Dans l’ensemble, la TPA a constaté que le programme de paiement de stationnement mobile avait créé une voie de communication avec les utilisateurs de stationnement qui n’existait pas auparavant, permettant ainsi à ses administrateurs de communiquer directement avec les utilisateurs de stationnement au sujet de promotions spéciales ou d’autres informations pertinentes par l’entremise de l’application. « Passport offre une opération de paiement mobile basée sur l’infonuagique. Il a été démontré qu’il fournit une technologie de pointe et est incroyablement configurable, ce qui nous a permis de conserver notre marque Green P », a déclaré M. Maher. « Toronto est un centre de recherche scientifique et technique dans la communauté canadienne. Il est logique d’avoir une application mobile qui soit pratique pour les citoyens et les visiteurs de Toronto. » Le lancement a commencé avec l’essai de l’application Green P dans cinq parcs de stationnement. À la suite du succès dans ces parcs de stationnement, la TPA a ajouté 20 à 25 parcs de stationnement par semaine par la suite. Une fois l’installation hors rue terminée, l’étape suivante consistait à mettre en œuvre le programme sur rue. « Une stratégie était en place pour présenter l’application Green P à Toronto », a affirmé Conor Kelly, directeur régional chez Passport. « Lorsque la TPA nous a approchés, elle avait une idée précise. L’application devait avoir à l’esprit les résidents, les visiteurs et la ville. Il s’agissait d’une priorité. Elle devait


également correspondre à la direction que la ville se voyait prendre dans les cinq à dix prochaines années et au-delà. »

niveau d’un simple glissement de doigt. Nous sommes fiers d’avoir procuré cela et plus encore. »

La stratégie a porté fruit. Peu de temps après son lancement, plus d’un véhicule sur trois utilisait l’application, et ce chiffre a augmenté rapidement. Toronto a été en mesure d’améliorer l’expérience de stationnement tant pour ses résidents que pour ses visiteurs. Avec l’application Green P, les automobilistes ont la possibilité de facilement payer pour des sessions de stationnement à l’aide de leur appareil mobile dans 55 000 places de stationnement à Toronto. L’application Green P leur permet de surveiller leurs sessions de stationnement, de prolonger la durée à distance, d’afficher l’historique des paiements et de recevoir des reçus par courriel à partir d’un seul endroit.

Pourtant, les commodités offertes aux conducteurs ne sont qu’une petite partie de la solution. Il s’agit du système d’arrière-guichet qui fournit à la TPA les rapports et les analyses dont elle a besoin pour prendre des décisions fondées sur les données. Par exemple, les administrateurs de la TPA peuvent avoir accès à des informations pertinentes telles que les tendances de stationnement en temps réel pour déterminer comment leur inventaire de stationnement est utilisé à n’importe quel moment de la journée et comment leurs revenus évoluent.

En outre, la TPA a réduit son utilisation des parcomètres, des guichets de paiement et de l’argent comptant, ce qui réduit les coûts et rend l’administration du stationnement sur rue et hors rue plus efficace. Le paiement mobile procure des revenus d’un million de dollars par semaine à la TPA grâce à l’application Green P, avec une utilisation du paiement mobile de près de 50 % et une diminution de 29 % de l’émission de constats d’infraction. Ce succès n’a toutefois pas été obtenu sans le travail nécessaire pour informer le public de la disponibilité de l’application dans la ville. Le marketing a joué un rôle essentiel dans la présentation initiale de l’application Green P aux utilisateurs et dans leur adoption de celle-ci. La TPA a travaillé en étroite collaboration avec Passport pour assurer le succès de l’application dès le début. Elle a organisé des séances d’orientation pour tous ses employés en mettant l’accent sur le personnel de première ligne des distributrices de billets de stationnement, a rédigé des prospectus pour les clients, a créé des trousses de bienvenue pour les ambassadeurs tels que les conseillers municipaux et a acheté de l’espace publicitaire imprimé et à la radio locale. La TPA a également utilisé des affiches sur place dans les parcs de stationnement, des campagnes sur les réseaux sociaux et des panneaux d’affichage, et des documents marketing ont été distribués dans 54 zones d’amélioration commerciale. Mais l’une des activités les plus cruciales qui ont conduit au succès de l’adoption de l’application a été la signalisation. Afin de mieux communiquer aux conducteurs leurs différentes options de paiement pour le stationnement, la TPA a installé deux types de panneaux pour les options de paiement et les identifiants des emplacements. Les panneaux d’options de paiement présentaient rapidement aux clients les différents modes de paiement, du guichet de paiement à l’application mobile, en leur donnant la liberté de choisir ce qui leur convenait. Le panneau d’identification de l’emplacement encourageait les utilisateurs de stationnement à visiter greenp.com pour payer le stationnement en fournissant le numéro de zone indiqué pour faciliter et accélérer les paiements. Passport a fourni les options d’affichage et les emplacements les plus efficaces pour les utilisateurs de stationnement en fonction de son expérience et de son avis d’expert ayant travaillé avec des municipalités. La TPA a également lancé le site Web de paiement greenp. com qui présente le système de paiement mobile au moyen de plusieurs vidéos informatives. Enfin, l’application Green P a intégré PayPal pour rendre le paiement sur l’application mobile (avec une fonction de portefeuille numérique) plus simple et plus rapide pour les conducteurs. La fonctionnalité de profilage progressif de l’application est très appréciée des conducteurs torontois. Lorsque les utilisateurs de stationnement ajoutent des fonds à leur portefeuille numérique par l’entremise de PayPal, ils reçoivent 5 $ gratuitement pour chaque tranche de 20 $ ajoutée. Cette promotion a contribué à accroître l’utilisation au moment du lancement et au-delà en incitant les utilisateurs à faire usage de l’application. « La ville de Toronto s’est révélée être innovatrice et un chef de file pour ce qui est de tirer parti de la technologie mobile », a affirmé M. Kelly. « La TPA connaît les besoins de ses clients, et nous avons tout mis en œuvre pour répondre à ces besoins. Ils voulaient une application qui offre un rendement de haut

« Le vrai programme est dans l’arrière-boutique », a déclaré M. Maher. « La perception est que le programme entier est l’application, mais l’application représente seulement une partie de celui-ci. » Les initiatives avant-gardistes de Toronto ont continué d’ouvrir la voie à de futurs efforts de mobilité. La TPA prévoit de continuer avec Passeport pour fournir le service aux parcs de stationnement sécurisés et au-delà à l’avenir. Au fur et à mesure que la ville s’étend, la TPA cherche des moyens d’optimiser ses stationnements en surface hors rue, de mettre en œuvre des infrastructures souterraines et d’accroître la mobilité de ses citoyens. Des partenariats récemment conclus avec des entreprises comme la société mère de Google, Alphabet Inc., créeront un aménagement polyvalent dans le secteur riverain du lac Ontario, à Toronto, afin de renforcer la capacité de la ville à faire progresser la technologie vers le haut.

La TPA prévoit offrir aux municipalités de la région du Grand Toronto l’occasion de se joindre au réseau de Green P. Les autres municipalités profiteront d’une application qui est connue de leurs conducteurs, dont la popularité et l’utilisation augmentent et dont l’image de marque est uniforme dans toute la province de l’Ontario. n

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

27


Tendances Émergentes En Matière De Stationnement Par Chris Hylton

2018

Plus tôt cette année, nous avons envoyé un sondage aux membres de l’Association canadienne du stationnement. Le sondage a posé diverses questions sur des enjeux afin d’identifier les tendances émergentes et d’aider le secteur à réagir. En ce qui concerne les données, nous avons demandé aux organisations de quelle façon elles utilisaient les données, en temps réel et projetées, pour orienter la politique et la conception de stationnements. Nous avons également posé des questions sur la relation entre les données et le financement de projets d’expansion. En ce qui concerne la technologie, nous avons demandé aux organisations de quelle façon elles mettaient en œuvre les nouvelles technologies ainsi que le taux de réussite. Ces questions portaient notamment sur les applications de stationnement et de paiement ainsi que les bornes de recharge. En ce qui concerne l’expérience client, nous avons demandé de quelle façon la technologie et les relations en ligne par l’intermédiaire des réseaux sociaux ont contribué à l’amélioration de l’expérience client dans son ensemble.

Tendances d’utilisation des données 93 % des répondants ont indiqué qu’ils constataient une utilisation accrue des données pour orienter leur service et leur conception. Voici quelques-uns des points de données que les organisations suivent : le nombre de véhicules, les frais, les méthodes de paiement, le type de véhicules (c.-à-d. à essence, hybrides, électriques), le taux de rotation, l’utilisation pour des événements et le stationnement au moyen de permis par rapport au stationnement par jour ou par heure.

28 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018


La technologie numérique continue de faire progresser le secteur

Vous voulez vous stationner au Centre Air Canada ou au Centre Rogers pour un événement? Parkmobile s’occupe de tout puisqu’ils se sont associés à Standard Parking et à Central Parking pour vous trouver une place de stationnement avant même que vous n’arriviez.

Parmi les tendances technologiques fréquemment mentionnées par les participants au sondage figurent l’émergence et l’adoption d’applications de stationnement et d’options de paiement mobile et la mise à disposition de bornes de recharge pour les véhicules électriques.

Les applications indépendantes prolifèrent : l’application hangTag™ d’Impark, Passport, EasyPark, ParkPlus et Google Maps, pour n’en nommer que quelques-unes, dépendent toutes d’emplacements de stationnement appartenant à des exploitants de stationnements. La différence est que le marketing de ces emplacements est de plus en plus entre les mains de ceux qui ne sont pas des exploitants de stationnements.

Au fil du temps, les applications de stationnement ont simplement explosé. Il y a quelques années, le système ParkPlus de Calgary, qui permettait le paiement par téléphone, était révolutionnaire. Maintenant, les applications couvrent tous les aspects imaginables de notre secteur. Du point de vue du client, il existe des applications d’aide au stationnement, de paiement, tout-en-un et même mains libres. Alors que les constructeurs automobiles se précipitent pour répondre à la demande des clients qui veulent que les véhicules soient transformés en téléphones intelligents à quatre roues, les applications de stationnement affluent sur les écrans des véhicules avec une aide au stationnement de plus en plus sophistiquée. Ford Motor Co. a développé FordPass, un système de véhicule qui peut, entre autres, trouver une place de stationnement et payer pour celle-ci. BMW a développé Parkmobile qui est présentée sur l’écran d’affichage central de BMW. Cette application remplit la carte GPS du véhicule d’un nombre croissant d’emplacements compatibles avec Parkmobile. Avec plus d’un million de places de stationnement et plus de 3 000 emplacements en Amérique du Nord, Parkmobile affirme s’occuper de tout. Les conducteurs choisissent le nombre de temps dont ils ont besoin, effectuent le paiement au moyen de l’écran de la voiture, et une fois stationnés, les conducteurs peuvent prolonger la durée à l’aide de l’application. Une autre application qui fait son apparition sur le marché est ZipBy. Cette application donne aux utilisateurs la liberté d’entrer et de sortir des parcs de stationnement compatibles avec ZipBy sans même avoir à ouvrir l’application ou à entrer des informations pour démarrer une transaction de stationnement. Il s’agit réellement d’une solution de stationnement autonome pour l’époque moderne.

L’économie de partage L’économie de partage a également une incidence. Vous pouvez partager le transport, une chambre dans une maison, des outils pour un projet et maintenant, oui, une place de stationnement. L’application HONK de HonkMobile, ParkChamp et d’autres permettent aux propriétaires de louer leurs allées privées et leurs places de stationnement, tout comme Airbnb et VRBO. L’objectif de HONK est de mettre en relation tous ceux qui possèdent un emplacement de stationnement, d’une seule place de stationnement dans un immeuble à un parc de stationnement avec quelques milliers de places, avec des conducteurs : « Si on pense au stationnement, on a un secteur qui était resté pris dans les années 1950... Il s’agissait pratiquement de la seule chose qu’on ne pouvait pas trouver sur Internet. » Michael Back, fondateur et PDG de HonkMobile. L’argumentaire en faveur de cette dernière forme d’exploitant de stationnement de ParkChamp est convaincant. « Vous gagnez de l’argent chaque fois que quelqu’un se stationne dans votre stationnement. Vous n’avez jamais besoin de rencontrer le conducteur ou d’échanger de l’argent avec lui! » En ce qui concerne l’incidence à long terme de services comme celui-ci sur le stationnement, elle est difficile à calculer. Un récent article paru dans le magazine Forbes cite des chercheurs qui ont constaté que la croissance d’Airbnb en 2014 a réduit les profits variables des hôtels de 3.7 % dans les dix villes américaines ayant la plus forte présence d’Airbnb. La location d’une place de stationnement aura-t-elle le même effet? Le temps nous le dira.

L’expérience client CAPTURE D’ÉCRAN DE FORDPASS

Le stationnement est maintenant un secteur de partenariat Ceci illustre la tendance croissante dans notre secteur : la consolidation et le partage de l’utilisation des données sur de larges plateformes de partenaires. Parkmobile fournit la plateforme, BMW fournit le client ou le conducteur, et différents exploitants de stationnements fournissent les emplacements. Les conducteurs de véhicules qui ne sont pas de marque BMW sont également invités à s’inscrire en ligne ou sur l’application mobile. Tout cela est fait sans le contrôle de l’exploitant.

Les participants au sondage ont indiqué que l’accent était de plus en plus mis sur l’offre d’une expérience client supérieure. Pour faciliter cela, des sondages menés auprès de la clientèle sont de plus en plus utilisés. De nombreux participants ont mentionné le succès de l’engagement et du suivi des clients sur les réseaux sociaux. Plusieurs d’entre eux ont indiqué que le désir des clients d’avoir accès à des bornes de recharge s’est traduit par des efforts visant à fournir des bornes de recharge dans les parcs de stationnement. Les exploitants ont parlé du besoin accru de stationnement pour les véhicules d’autopartage. Beaucoup de participants ont parlé de la nécessité d’adopter des applications de stationnement et des options de paiement mobile qui sont fiables et faciles à utiliser pour les clients. Avec l’augmentation de la facilité d’utilisation des applications et du magasinage de stationnement en ligne vient le besoin d’offrir une expérience client supérieure. Comme le démontre le graphique de FordPass, les clients connaissent les prix de la concurrence, sont au courant des places de stationnement qui sont disponibles et, en quelques clics de plus, peuvent savoir quelle est l’expérience client. Si votre offre de stationnement n’est pas concurrentielle, vous perdrez des clients, c’est aussi simple que ça.

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

29


Ce dont on ne parle pas : le covoiturage Si le nombre de voitures diminue et que le covoiturage augmente, y aura-t-il autant de voitures pour remplir les stationnements intérieurs et les parcs de stationnement à long terme? Peut-être pas. L’utilisation du covoiturage est principalement motivée par le coût. Les milléniaux et les membres des autres générations ne souhaitent pas dépenser leur argent durement gagné en voitures, en stationnement, en assurance et en entretien. Leurs besoins en matière de déplacement peuvent être satisfaits grâce au transport en commun, à Uber ou à Lyft et à tous les autres outils d’autopartage à leur disposition. Près d’un quart des utilisateurs d’Uber âgés de 17 à 64 ans aux États-Unis retardent l’achat d’une voiture précisément parce qu’ils ont accès au service d’Uber. Est-ce une mauvaise nouvelle pour le secteur du stationnement? Pas nécessairement. Le constructeur automobile ne vendra peut-être pas autant de véhicules aux particuliers, mais il vendra plus de voitures aux entreprises d’autopartage, et les études indiquent que les kilomètres parcourus augmenteront considérablement, car moins de véhicules parcourent de plus longues distances. Pour l’exploitant de stationnement, le nombre de places supplémentaires pour le stationnement de courte durée, les débarcadères et le stationnement de véhicules partagés augmentera.

L’objectif du sondage Les questions du sondage ont été élaborées par un membre de l’ACS, Chris Hylton, de Calgary, en fonction des commentaires des tables rondes municipales tenues le 17 octobre 2017 à la conférence et au salon professionnel annuels de l’ACS à Banff. L’Association canadienne du stationnement (ACS), qui représente un large éventail de membres du secteur du stationnement, a réalisé un sondage au début de 2018 auprès de ses professionnels du stationnement afin de déterminer les nouvelles tendances et de solliciter des commentaires sur divers sujets.

La méthodologie Les données du sondage ont été recueillies entre le 19 décembre 2017 et le 26 janvier 2018. Il y avait 22 participants, avec près de 70 % des participants issus à parts égales des secteurs du stationnement privé, du stationnement municipal et du stationnement universitaire. Les autres participants étaient issus de la planification de stationnement, de stationnements d’hôpitaux et d’aéroports, d’associations, du développement de logiciels et des domaines de l’ingénierie et de l’expertise-conseil. Sur le plan géographique, 8 réponses provenaient de l’Ontario, 4 de l’Alberta, 3 de la Colombie-Britannique, 3 de la NouvelleÉcosse, une du Nouveau-Brunswick et une de la Saskatchewan. Deux participants n’ont pas répondu à la question. Un lien vers le sondage a été envoyé par courriel aux membres de l’ACS, et le lien était accessible sur le site Web de l’ACS. Parmi les répondants figurent des exploitants de stationnements privés, des exploitants de stationnements municipaux, des planificateurs, des consultants, des exploitants de stationnements universitaires ainsi que des exploitants de stationnements d’hôpitaux et d’aéroports. Les résultats qui suivent ont été compilés et analysés par Chris Hylton.

30 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

1

93 % des répondants ont déclaré qu’ils utilisaient davantage les données de stationnement pour orienter la politique et la conception de stationnements.

Quel type de données de stationnement votre organisation recueille-t-elle? En général, les participants voulaient avoir autant de données que possible afin de pouvoir prendre des décisions éclairées sur ce qui alimente les besoins des utilisateurs de leurs stationnements. Les données recueillies par les participants comprennent : L’activité des véhicules, le taux d’occupation, le taux de rotation, l’heure, la date, la capacité, l’emplacement, les aires de stationnement désignées (accessible, de courtoisie, groupe de covoiturage, parent et enfant, électrique, hybride). Le type de véhicules (à essence ou à carburant diesel, hybrides, électriques). Le type d’utilisateurs du stationnement : à l’heure, à la journée, permis, mensuel, exposant, employé, locataire, événement spécial, concert, événement sportif, étudiant, membre du personnel, professeur, point d’origine du déplacement. Les revenus par borne ou produit, le mode de paiement (crédit, débit, paiement sans contact, payer et afficher, application de paiement mobile). La conformité, les tarifs par rapport à la concurrence, le coût par place, les statistiques sur l’application, les demandes de service, les coûts de construction des places de stationnement, les horaires des cours, les prévisions relatives aux inscriptions. Comment utilisez-vous ces données pour orienter la conception de votre parc de stationnement? Les participants ont mentionné que les données aident à déterminer les besoins en matière de capacité et d’entretien, la croissance prévue, y compris les véhicules électriques, la demande de covoiturage, le rendement du capital investi et les emplacements, à la fois à court et à long terme. Les participants étaient partagés quant à l’importance des données en ce qui concerne la conception de stationnements, 65 % ayant répondu oui et 35 % ayant répondu non.

2

100 % des répondants ont convenu que le financement des parcs de stationnement devient de plus en plus difficile.

Comment financez-vous la construction de votre nouveau parc de stationnement? Les solutions de financement comprenaient des prêts hypothécaires, l’utilisation des réserves et de l’assiette fiscale et des contrats de société avec des promoteurs. Quel est le coût moyen de construction par place pour le stationnement en surface et pour le stationnement souterrain? Les réponses variaient entre 5 000 $ et 15 000 $ pour le stationnement en surface asphalté et entre 30 000 $ et 70 000 $ pour le stationnement souterrain. Le coût pour les bâtiments en surélévation variait entre 30 000 $ et 50 000 $. Quels autres enjeux relatifs au financement voyez-vous émerger? Parmi les autres problèmes émergents de financement qui ont été mentionnés par les participants figure : équilibrer les revenus avec ceux de Smart Commute; encourager les gens


à penser à d’autres options tout en s’assurant que les budgets sont respectés; développer une infrastructure pour les véhicules électriques et autonomes et une infrastructure technologique.

3

75 % des répondants ont affirmé que le stationnement est considéré comme un rouage dans le système global de transport et de mobilité.

Les commentaires allaient de l’importance émergente de la mobilité intégrée (MaaS) au concept du premier et du dernier kilomètre, qui sont des sujets importants pour les municipalités qui doivent être abordés au cours de la prochaine décennie. D’autres répondants ont indiqué qu’avec les nouveaux changements de règlements exigeant plus de nouveaux stationnements à fournir des bornes de recharge pour les véhicules électriques, le stationnement pourrait s’apparenter davantage à une station-service!

4

Comment les besoins en stationnement accessible sont-ils déterminés dans votre communauté?

Les réponses mentionnaient les normes de l’ADA, les règlements municipaux, les codes du bâtiment et les demandes personnelles. Quelles autres tendances voyez-vous émerger en matière de stationnement accessible? 83 % des répondants ont mentionné une demande accrue en stationnement accessible. Les répondants ont indiqué que la demande augmente en raison de la croissance de la population âgée. Un autre répondant a émis des commentaires sur la création de places de stationnement de courtoisie pour ceux qui n’ont pas vraiment besoin d’un stationnement accessible, mais plutôt d’un endroit plus proche de la destination. La question de savoir comment intégrer différentes demandes de durée de stationnement accessible avec les limites des stationnements payants sur rue.

Quelles autres tendances voyez-vous émerger relativement aux applications de stationnement? Les participants sont d’avis que l’utilisation d’applications pour afficher les places de stationnement en temps réel, la possibilité de réserver une place ainsi que le guidage par GPS pour s’y rendre est une tendance qui attirera l’attention des clients. Parmi les autres tendances mentionnées figurent l’intégration du transport en commun et du stationnement, la possibilité de s’occuper de tous les aspects du stationnement en ligne et la publicité commerciale correspondant aux emplacements de stationnement.

6

Une baisse de l’inventaire de stationnement a été notée par 83 % des répondants.

Qu’envisagez-vous de faire pour réagir à la baisse de l’inventaire? Certains répondants ont mentionné être aux premières étapes de la décision à savoir si un nouveau stationnement intérieur est le bon choix à faire, et d’autres étaient à la recherche d’un terrain. D’autres ont émis des commentaires sur la promotion du transport en commun, les voies cyclables, les options d’autopartage, l’élaboration de meilleures options de paiement et de service à la clientèle, l’aménagement polyvalent et les partenariats avec des promoteurs. L’utilisation de hausses de prix et l’accent mis sur la gestion de la demande en transport ont été mentionnés par d’autres. Les variations régionales étaient claires. Halifax a indiqué que le maintien de la demande élevée entraînait une augmentation des besoins au centre-ville. Le contraire se fait sentir à Calgary où un taux d’inoccupation élevé au centre-ville a fait diminuer la demande. Le nombre de véhicules d’autopartage a augmenté considérablement dans des villes comme Vancouver, et pourtant Vancouver n’a pas vu une diminution de la demande de stationnement.

5

autoChalk

Quelles applications de stationnement votre organisation utilise-t-elle actuellement?

®

Fixed Stationary LPR

Les participants ont fait remarquer l’utilisation de diverses applications, notamment : Mobile Pay, une application développée par la Toronto Parking Authority, MyParking de ParkPlus System, Way to Park, McKay Pay, text2park (à l’étude), Hotspot et d’autres plateformes de paiement mobile.

Mobile Vehicle Mounted LPR Flexible Solutions

Veuillez décrire ce que font les applications mobiles que vous utilisez. Les répondants ont expliqué comment leurs applications permettent aux utilisateurs de stationnement de payer pour le stationnement et d’ajouter à leur solde s’ils avaient besoin de plus de temps, tandis que les zones d’accès sans fil à Internet leur permettent également de chercher une place de stationnement disponible à proximité. L’un des répondants a mentionné que l’application intègre le paiement, la géolocalisation, la localisation de la voiture, le profil personnel, la prise en charge de plusieurs véhicules, le stationnement pour un ami et le paiement par zone ou par place de stationnement. Quelle est l’acceptation par le public de vos applications de stationnement? Ceux qui avaient récemment lancé une application mobile ont mentionné que l’acceptation du public était lente en raison de sa nouveauté. D’autres ont mentionné que l’acceptation au fil du temps est en constante augmentation et que près de 60 % des utilisateurs utilisent le paiement mobile. Des sondages indépendants ont démontré une cote de satisfaction de la clientèle de 90 %.

Digital Chalking

 Pay-By-Space

 Permits

Access Control

 Pay-By-Plate

 Scofflaw

Triple Productivity in All Weather Tough and Reliable Superb Ease of Use Powerful Back Office Exceptional Customer Support Award Winning Technology! Tannery Creek Systems Inc sales@autoChalk.com www.autochalk.com 1.905.738.1406

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

31


7

Quelles répercussions l’autopartage a-t-il eues sur votre prestation de services?

Un répondant a indiqué qu’il est maintenant tenu de veiller à ce que les entreprises d’autopartage soient représentées dans ses plans puisque cela concerne la gestion de la circulation et les plans de stationnement. Un autre répondant a mentionné le nombre croissant d’appels de citoyens qui se plaignaient de l’augmentation du nombre de véhicules d’autopartage dans leur quartier et la nécessité d’une sensibilisation accrue.

8

La demande de bornes de recharge augmente.

Offrez-vous des bornes de recharge dans vos installations? 75 % des participants ont répondu oui. D’autres ont mentionné qu’il s’agissait d’une tendance émergente. Plusieurs ont mentionné que des bornes de recharge allaient bientôt être offertes. Avez-vous été en mesure de répondre à la demande? La grande majorité des répondants ont répondu oui et ont en fait indiqué que les places étaient souvent vides. Quelles autres tendances voyez-vous émerger relativement aux bornes de recharge? Il y avait plus de questions que de réponses dans ce domaine émergent. Des questions ont été soulevées quant à savoir si ou quand les véhicules électriques atteindront un point critique. Qu’en est-il du coût de l’infrastructure et de l’électricité? Les exploitants de stationnements doivent-ils facturer l’électricité aux clients ou doit-il y avoir des frais supplémentaires pour accéder à une borne de recharge?

32 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

9

L’utilisation de l’espace de stationnement, lorsqu’il n’est pas utilisé pour le stationnement, crée une flexibilité de l’espace de stationnement.

Élaborez-vous de nouvelles façons d’utiliser l’espace de stationnement inutilisé? Les répondants ont mentionné avoir permis diverses utilisations : des marchés, un usage privé, des tentes, des salons de l’automobile, des échanges de vélos et des marchés de producteurs. D’autres n’y participent pas activement, mais y consentiraient si les conditions y étaient favorables.

10

Collecte de commentaires, méthodes d’engagement des clients et de la communauté, réseaux sociaux, entrevues avec les clients, etc.

Comment avez-vous dialogué avec les citoyens au sujet de questions relatives au stationnement? Les exploitants municipaux ont été les plus actifs en ce qui concerne cette question et ont convenu que les réseaux sociaux, des sondages annuels et une rétroaction régulière de la communauté et des groupes de travail représentaient d’excellentes méthodes de collecte d’information pour apporter des améliorations et des modifications à la conception. n


Soutenir la prochaine génération de professionnels du stationnement Par Renee Smith

L’Association canadienne du stationnement et ses membres ont toujours soutenu les étudiants et les jeunes professionnels du stationnement qui tentent de se frayer un chemin dans le milieu. Pour rester forts, nous devons continuer à soutenir les idées brillantes et ingénieuses en favorisant le succès et la croissance des personnes émergentes, pas seulement pour celles qui veulent se joindre à notre secteur, mais également pour celles qui veulent le redéfinir.

sont pas encore une chose du passé, mais elles sont moins fréquentes et moins longues lorsqu’elles se produisent. Bien entendu, ce n’est pas que l’équipement de paiement qui est en train de révolutionner le secteur. Qui aurait pu prévoir les applications mobiles de paiement et la technologie d’aide au stationnement il y a à peine une génération? La demande d’infrastructures de stationnement technologiques ne fera qu’augmenter à mesure que les progrès en matière de villes intelligentes et de véhicules intelligents évolueront. La technologie occupera inévitablement une place dominante dans le secteur pour les générations à venir. Nous devons nous assurer que, lorsque les véhicules autonomes sont prêts, la technologie de stationnement (des systèmes avancés de contrôle des revenus et d’accès jusqu’aux équipements d’aide au stationnement) l’est également.

Au fil des ans, notre secteur a su répondre aux besoins croissants de nos utilisateurs. Nos développements ont eu une incidence extraordinaire sur la vie des Canadiens et des communautés dans lesquelles nous vivons. Les nouvelles approches de planification Au fil des ans, notre du stationnement améliorent la qualité de vie dans nos villes et favorisent le secteur a su répondre développement des affaires en nous aux besoins croissants offrant des parcs de stationnement de nos utilisateurs. plus sécuritaires et plus conviviaux. Nos développements C’est dans la croissance du secteur des ont eu une incidence technologies de stationnement que la extraordinaire sur la vie transformation de notre industrie a été la plus apparente. des Canadiens et des

C’est pourquoi il est si important pour nous, en tant que leaders du secteur, de soutenir la prochaine génération de leaders du stationnement. Cela commence par des programmes de perfectionnement professionnel organisationnels et sectoriels conçus pour aider les jeunes professionnels du stationnement à s’épanouir. En même temps, nous devons également nous appliquer à attirer les meilleurs et les plus brillants professionnels de la technologie dans notre secteur en premier lieu.

La bonne nouvelle est que la technologie est dans l’ADN des jeunes aujourd’hui. Non seulement cela leur donne l’enthousiasme et les compétences nécessaires pour développer de nouvelles technologies de stationnement, mais cela leur donne également communautés dans Aujourd’hui, nous tenons pour acquises une perspective unique du stationnement qui est grandement des technologies qui jusqu’à hier lesquelles nous vivons. influencée par la technologie. Ils ne considèrent pas seulement semblaient inimaginables. Il n’y a pas la technologie comme un outil pour améliorer le stationnement; si longtemps, par exemple, la plupart ils considèrent la technologie et le stationnement comme étant des transactions de stationnements étroitement liés. À l’avenir, ce sera de là que viendra la prochaine génération couverts étaient effectuées en espèces et conclues d’avancées en matière de stationnement. par des caissiers dans des kiosques placés à la sortie. L’ACS est déjà extrêmement généreuse lorsqu’il s’agit de soutenir les étudiants et Les voitures s’accumulaient souvent dans des files a accordé des centaines de milliers de dollars en bourses d’études au fil des ans. d’attente, et le vol était une préoccupation constante Mais il est tout aussi important pour les entreprises et les institutions de notre pour les propriétaires de stationnements couverts. secteur de soutenir les jeunes esprits brillants et de créer la prochaine génération Maintenant, en raison de l’omniprésence du paiement de professionnels du stationnement. Lorsque nous le ferons, nous ne ferons pas sans contact, la plupart des parcs de stationnement que promouvoir le secteur du stationnement dans son ensemble; nous aiderons ont des systèmes automatisés qui peuvent traiter les également nos propres organisations. n paiements par carte de crédit. Les files d’attente ne Renee Smith est la présidente et directrice des technologies de Parking BOXX, un important fournisseur de systèmes de stationnement. Parking BOXX a récemment décerné à Patience Lo, étudiante en design à l’University of New South Wales, la toute première Bourse de solutions de stationnement pour l’innovation technique en matière de solutions de stationnement (Parking Solutions Scholarship for Technical Innovation in Parking Solutions) de l’entreprise. Il est possible de communiquer avec Mme Smith à l’adresse r@parkingboxx.com.

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

33


La réduction de la consommation d’énergie et des incitatifs aident un complexe de vente au détail à économiser gros sur un projet de modernisation de l’éclairage

Par Jason Broadhurst

O

ccupé par les importants détaillants Loblaws, Home Depot et la LCBO, College Square est un complexe de vente au détail où l’on retrouve 49 grandes chaînes de magasins, couvrant 389 244 pi2. La destination de magasinage dessert un secteur achalandé près du Collège algonquin, à Ottawa, en Ontario, depuis 2003.

«

Lorsque les gestionnaires immobiliers Leikin Management Inc. ont entrepris la modernisation de l’éclairage extérieur, quatre objectifs étaient très clairement définis.

« L’économie d’énergie était la principale préoccupation », a expliqué Barbara Farber pour Leikin Management. « Nous voulions également réduire les coûts d’entretien, améliorer la qualité esthétique du complexe et rendre le secteur encore plus sûr après la tombée de la nuit.» La société de gestion immobilière s’est associée à Concept Illumination, une entreprise connue pour son expertise en matière d’espaces extérieurs et de stationnement, afin de planifier et d’exécuter les rénovations qui ont ensuite été terminées en deux phases. Tout d’abord, les luminaires muraux à l’arrière de chaque bâtiment ont été remplacés par les plus récents produits DEL. Puisque plusieurs des luminaires muraux qui existaient à l’époque étaient brûlés et que les heures de clarté sont réduites en hiver à Ottawa, Concept Illumination a compris combien il était urgent de remplacer l’éclairage le plus rapidement possible. Malgré la pluie verglaçante

34 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

et la neige, l’installation des luminaires muraux a été effectuée en une journée, ce qui a minimisé les perturbations aux locataires et fait en sorte que le complexe demeure un endroit sûr à visiter. Les luminaires muraux DEL étant plus directionnels que les précédents, il était possible d’éclairer le bâtiment selon le modèle de répartition exact nécessaire pour éclairer les colonnes et les portes. Les luminaires muraux DEL utilisés sont réglables de 0° à 90° et sont fixés dans ce cas-ci à 15° pour procurer un éclairage esthétique suffisant sur les colonnes et les murs tout en projetant suffisamment de lumière vers l’avant et loin du bâtiment afin d’être fonctionnels pour éclairer les environs immédiats. Associée au contrôle de la répartition de la lumière, la température de couleur de 4 000 K a donné lieu à une lumière uniforme qui a amélioré considérablement l’aspect esthétique. Auparavant, le système d’éclairage mélangé présentait différentes températures de couleur, ce qui donnait un aspect jaune à certaines lumières et nuisait à l’aspect visuel. Quelques mois plus tard, l’éclairage des lampadaires du stationnement a également été remplacé par des lumières DEL. Les lampadaires procurent maintenant un éclairage vif sur le stationnement, ce qui rend le secteur entier plus accueillant et augmente la visibilité pour les conducteurs et les piétons après la tombée de la nuit. Des projecteurs d’illumination ont été utilisés pour éclairer la devanture des magasins. L’un des aspects les plus impressionnants et les plus frappants du projet est la façon dont toutes les enseignes des magasins sont désormais plus visibles. Toutes les enseignes et la devanture des magasins sont baignées d’une lumière uniforme et attrayante grâce aux luminaires DEL sur poteau, ce qui améliore encore plus la qualité esthétique du complexe et permet également aux magasins de maximiser leur visibilité à la circulation.


L’accent mis sur l’esthétique ne se limite pas à la qualité de la lumière. Chacun des luminaires sur poteau et des projecteurs d’illumination sont du même style, ce qui fait en sorte que tout le secteur se fond dans une conception esthétique commune, même pendant la journée lorsque les lumières sont éteintes. Au total, 42 luminaires aux halogénures sur poteau, 32 projecteurs d’illumination aux halogénures et 41 luminaires muraux utilisant différentes sources de lumière ont été remplacés par des luminaires écoénergétiques DEL autour du bâtiment et du stationnement. Tous les objectifs de Leikin ont été réalisés avec le changement d’éclairage. Les économies d’énergie, la principale préoccupation du gestionnaire immobilier, devraient être considérables. Les économies d’énergie totales sont estimées à 160 000 kWh par an. Le projet a également eu droit à des incitatifs dans le cadre du programme de modernisation énergiconomie saveONenergy d’Hydro Ottawa. Avec l’aide de Concept Illumination, Leikin Management a été en mesure de faire une demande au titre de ce programme et a réussi à recouvrer environ 20 % du coût global du projet, un résultat dont Leikin est « très satisfait », affirme Mme Farber.

«

Les gestionnaires immobiliers profiteront d’une réduction des besoins d’entretien. Les produits DEL de longue durée et durables n’auront pas besoin d’être remplacés avant des dizaines de milliers d’heures, ce qui diminuera les ressources nécessaires en cas de pannes d’éclairage.

« Habituellement, dans un complexe comme celui-ci, une équipe d’entretien aurait besoin d’intervenir plusieurs fois par année pour remplacer des lampes ou des ballasts », a affirmé Daniel Herz, chargé de projet chez Concept Illumination. « Cela peut coûter très cher, et, bien sûr, certaines lumières ne fonctionneront pas à divers moments, ce qui laisse des coins sombres qui peuvent affecter la visibilité et l’esthétique générale. » M. Herz souligne également que les sources de lumière traditionnelles, comme les sources DHI qui étaient utilisées auparavant pour éclairer le stationnement du College Square, peuvent produire de la lumière à la source sans fournir un éclairage adéquat au sol. « Les lampes DHI brûlent graduellement. Elles seront allumées et sembleront en bon état à la source, donc elles ne seront pas remplacées. Lorsqu’il est temps de les remplacer, cela fait longtemps qu’elles sont inefficaces et qu’elles n’éclairent pas la zone qu’elles sont censées éclairer. »

capital investi de moins de deux ans. Avec des économies annuelles d’exploitation de cette ampleur, la valeur actuelle nette du projet pendant la période de garantie de 10 ans dépassera le quart de million de dollars. La sécurité des locataires et des clients a également été renforcée grâce à l’installation du nouvel éclairage, la visibilité ayant été considérablement accrue pour les visiteurs et les employés du complexe. Et comme les produits DEL fonctionnent bien par temps froid, ces avantages se poursuivront pendant les froids mois d’hiver d’Ottawa. D’un point de vue esthétique, l’ensemble du complexe a gagné à être « égayé ». Le contraste entre l’éclairage des bâtiments et des stationnements et les environs immédiats est clairement visible sur les photos prises après les rénovations. « Nous avons été impressionnés par les connaissances et le service fournis par Concept Illumination », a déclaré Mme Farber. « Ils nous ont grandement aidés à obtenir des incitatifs dans le cadre du programme énergiconomie saveONenergy. » « Le pouvoir de l’éclairage extérieur et du stationnement d’influencer le rendement d’une installation commerciale ne doit pas être sousestimé », a déclaré M. Herz. « Des rénovations bien planifiées de l’éclairage peuvent améliorer l’aspect esthétique, accroître la sécurité, faire économiser de l’énergie, réduire l’entretien et, finalement, permettre à l’installation d’obtenir un avantage concurrentiel. » n www.conceptillumination.com

M. Herz estime qu’un projet de rénovation de cette envergure peut engendrer des économies d’énergie pouvant atteindre 20 000 $ et une réduction des coûts d’entretien de 5 000 $ à 10 000 $ par an. Compte tenu de ces chiffres, il s’attend à une période de rendement du

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

35


POUR FAIRE AVANCER NOTRE MISSION

Le rassemblement des professionnels des industries du stationnement et de la mobilité au Canada

Invitation à

L’industrie du stationnement : le contexte de la mobilité en milieux urbains Préparez-vous à vivre une expérience unique lors du Congrès! Toronto, aussi connu sous les noms « Hogtown », « The 6 », et « Hollywood North », pour en nommer que quelques-uns, est la destination de choix. Pendant la fin du Festival international du film de Toronto (TIFF), joignez-vous à vos collègues pour marquer le début d’une nouvelle ère pour l’industrie du stationnement. Profitez d’un programme complet et participez à la construction de l’avenir de l’industrie du stationnement. L’innovation, ainsi qu’une multitude d’occasions de réseautage, d’apprentissage et de divertissement seront à l’ordre du jour pendant ce congrès d’une durée de quatre jours. Vous aurez peut-être même la chance de voir certaines des plus grandes vedettes du cinéma d’Hollywood. L’ACS et Toronto – établissez vos priorités!

Hôtel Hôte Hébergement

Sheraton Centre, Toronto (ON)

Tarifs habituels :

123 rue Queen Ouest, Toronto (ON) M5H 2M9

Occupation simple ou double : 285 $ | Occupation triple : 315 $

Renseignements de réservation des chambres

Tarifs de groupe :

Code du groupe de l’ACS : « CI16AD » Réservations par téléphone : Ligne directe : 1 416-361-1000 Centre de réservations : 1 888 627 7175 En ligne : www.starwoodmeeting.com/Book/CI16AD

36 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

Occupation quadruple : 345 $ les tarifs de groupe sont offerts jusqu’au 15 AOÛT 2018 Limite d’une réservation de chambre par appel ou en ligne. L’hôtel possède une politique d’annulation de 72 heures et exige un acompte d’une nuit à payer lors de la réservation. Les sections réservées pour plusieurs chambres seront sujettes à des frais d’annulation et des frais pour perte de revenus déterminés par l’hôtel.


La planification du congrès est en cours! Plusieurs détails sont actuellement peaufinés pour fournir aux participants la meilleure expérience jamais vue au congrès et à l’exposition commerciale. Les heures indiquées sont approximatives. À mesure que le programme évolue, les mmises à jour peuvent être consultées à canadianparking.ca/planner2018/

Samedi

Conférence Planificateur

Lundi

17 septembre

Assemblée générale annuelle et petit-déjeuner Discussion de groupe d’experts de l’industrie Déjeuner de remise des prix d’excellence

CONFÉRENCIÈRE – Jennifer Keesmaat

15 septembre

Tournoi de golf au profit du fonds de bourses d’études

Ancienne planificatrice en chef, Ville de Toronto | Urbaniste réputée

Pour obtenir plus de renseignements ou s’inscrire au tournoi, consultez le site Web suivant : canadianparking.ca/golf2018/

Exposition commerciale

Dimanche

16 septembre

Présentation d’ateliers Soirée libre

Discussions table ronde Mot officiel de bienvenue

CONFÉRENCIÈRE – Amber Mac

Mardi 18

septembre

Petit-déjeuner Exposition commerciale Présentation d’ateliers

Ouverture officielle de l’Exposition commerciale

DERNIER ÉVÉNEMENT SOCIAL – Toronto, le TIFF, et tout le reste

Mercredi 19

septembre

Visite technique - 9 h à 13 h

Occasions de Commandite canadianparking.ca/sponsorship2018/

POLITIQUE D’ANNULATION POUR LES DÉLÉGUÉS Le délégué doit soumettre l’annulation écrite de sa participation et assumer des frais de 100 $. Des substitutions peuvent être permises selon les circonstances. Aucun remboursement pour les événements sociaux. AUCUN REMBOURSEMENT APRÈS LE 15 AOÛT 2018. Toute facture doit être payée au complet avant l’admission à un événement de congrès.

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

37


Comment ludifier les aires de stationnement Par Chelsea Webster

D’ABORD ET AVANT TOUT – EN QUOI CONSISTE LA LUDIFICATION AU JUSTE? Excellente question. Il s’agit de prendre quelque chose qui existe, une application ou un site Web, par exemple, et lui intégrer des 1 mécanismes de jeu afin d’en obtenir une version augmentée que les gens seront plus motivés à utiliser . Il ne s’agit pas de créer un jeu – il s’agit plutôt de transformer quelque chose qui existe en jeu.

Afin de mieux comprendre ce concept, pensez à quelques éléments courants qui reviennent dans presque tous les systèmes ludifiés : les points, les niveaux, 2 les succès, les tableaux de classement, et les récompenses . Peu importe l’application que vous avez utilisée ou le jeu en ligne que vous avez joué, pensez aux façons que ces éléments lui ont ajouté du piquant. Permettez-moi de vous donner un court exemple. J’ai utilisé un outil ludifié de gestion des relations avec les clients (https://crm.me/gamification/). Étant un nouvel utilisateur, j’ouvre une session et j’ai un total général de 0 point. Lorsque je clique sur les divers onglets et fonctionnalités, le système m’attribue des points. Il y a une barre de progression qui m’indique combien de tutoriels j’ai visionnés, alors je continue de travailler là-dessus, car je peux voir exactement où je suis rendu et ce qu’il reste à faire. Il est satisfaisant de recevoir ce type de rétroaction. Je me familiarise avec les fonctionnalités de l’application, j’apprends à mettre à jour les renseignements des clients et j’écris des notes dans des profils. Après avoir fait ceci quelques fois, j’obtiens suffisamment de points pour passer du niveau 1 au niveau 2. Lorsque j’ai passé au niveau supérieur, j’ai débloqué une nouvelle tâche et je peux maintenant envoyer des courriels à mes clients, ce qui me mérite un badge! Un badge! Hourra! Quelle belle récompense! Imaginez maintenant si les récompenses devenaient de plus en plus attrayantes. Au début, vous obtenez des cadeaux ou des badges, ensuite vous obtenez plus de privilèges, l’accès à du contenu bloqué, et en fin de compte, un statut plus 3 élevé dans le jeu . Je ne fais même pas partie du service de ventes, mais j’ai certainement comparé ma collection de badges à celle de mes collègues de travail plus qu’une fois. Et voilà, mes amis, un exemple type de la ludification.

Pourquoi la ludification fonctionne-t-elle? C’est une question de psychologie. La ludification prend notre désir de contact social, de sentiment de communauté, d’acceptation et de succès et le transforme en objectif atteignable. Voici les deux théories psychologiques principales appliquées dans cette situation : LES 16 DÉSIRS DE BASE : il s’agit essentiellement d’une liste des facteurs qui motivent les gens et les rendent heureux. Ces facteurs comprennent l’économie, 4 le statut, l’idéalisme, l’ordre, les contacts sociaux, la vengeance et la curiosité (pour en nommer que quelques-uns) – et la plupart de ces facteurs s’intègrent facilement dans un jeu en ligne que l’on joue avec plusieurs autres personnes. LA THÉORIE DE L’AUTODÉTERMINATION (MOTIVATION INTRINSÈQUE ET EXTRINSÈQUE) : la motivation d’agir est à la fois intrinsèque et extrinsèque, et 5 dépend des circonstances sociales et des caractéristiques des tâches . Donc, si la ludification d’un système favorise les tâches socialement valorisées, comme la gestion de l’environnement (motivation intrinsèque), est facile à faire, et offre

38 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

des récompenses pour l’achèvement des tâches (motivation extrinsèque), il est logique que les gens soient motivés à utiliser ce système.

Maintenant que l’aspect psychologique de la ludification a été expliqué, qu’avons-nous besoin pour ludifier un système? La première étape consiste en l’inclusion de mécanismes de jeu.

En quoi consistent les mécanismes de jeu? Les mécanismes de jeu sont les règlements du jeu, les rouages de la conception, et les directives qui déterminent de quelle façon les choses fonctionnent et ce qui se produit après chaque action de l’utilisateur. Il existe dix mécanismes de jeu fondamentaux, et la ludification d’une application ordinaire consiste à combiner au moins deux de ces mécanismes. Voici les mécanismes fondamentaux : • La rétroaction rapide; • La transparence; • Les objectifs à court et à long terme; • Les badges; • Le passage aux niveaux supérieurs; • L’accueil et l’intégration (une façon d’apprendre de nouvelles choses); • La compétition; • La collaboration (travail d’équipe); • La communauté (voir le progrès des autres); 6

• Les points

Ces facteurs sont importants, car toute tentative de ludification qui n’en inclut pas au moins quelquesuns ne fonctionnera pas. Je reviendrai sur ce sujet un peu plus tard lorsque nous aborderons la ludification des parcs de stationnement.


Le kaléidoscope de la ludification efficace Un autre angle sous lequel l’on peut examiner la ludification efficace est qu’elle est composée de plusieurs couches qui se fondent les unes sur les autres. Regardez le diagramme ci-dessous pour avoir une représentation visuelle de ce que je vais 7 décrire . Le noyau et la première couche sont d’importance primordiale au succès de toute tentative de ludification : la création d’objectifs à atteindre. À partir de là, la motivation intrinsèque et la motivation extrinsèque sont nécessaires à la participation des gens. Ceci est un renvoi au début de l’article où je traitais de la théorie de l’autodétermination (vous vous souvenez?), le besoin de motiver les gens à participer et de les récompenser pour leur participation. La prochaine couche constitue l’intégration d’actions, de défis et de succès dans une expérience réelle. Une fois que vous avez élaboré votre application, expérience virtuelle ou site quelconque, il est important qu’il soit bien conçu. C’est l’utilisateur qui voit le résultat final, donc vous devez vous assurer que vous n’appliquez pas simplement du rouge à lèvres à un cochon. En fin de compte, la ludification se définit réellement par la transformation d’un système en un jeu, et les jeux sont censés être amusants. La couche extérieure est donc la couche de divertissement perçu, qui comprend les facteurs comme le son, les éléments visuels, et l’expérience générale. Si le jeu n’est pas amusant et que les utilisateurs n’aiment pas leurs interactions avec le jeu, ils n’y joueront certainement pas et ce n’est certainement pas pour cette raison que l’on se donne la peine de ludifier un système.

Tout cela est très bien, mais c’est plus concret avec des exemples. Voyons quelques exemples où la ludification a été appliquée avec succès.

Exemples d’application de la ludification VENTES : avec la ludification, vous pouvez établir des objectifs pour les employés, suivre le rendement (visible pour tous), permettre aux employés de se comparer à leurs collègues, offrir de la rétroaction instantanée, et récompenser l’achèvement réussi de tâches. Consultez https://www. gameffective.com/ pour voir un exemple d’application préconçu et des études de cas qui démontrent à quel point cette technique fonctionne bien. Pour mener ce concept un peu plus loin, vous pouvez attribuer des points pour l’accomplissement de certaines tâches, comme téléphoner aux clients ou envoyer des courriels. APPRENTISSAGE : les programmes d’introduction et d’intégration peuvent être intimidants. Vous pouvez vous assurer que les apprenants puissent estimer avoir réalisé des progrès grâce à des mécanismes de jeu, comme une barre de progression ou le passage à un niveau supérieur lorsqu’ils voient un nouveau concept. De plus, l’apprentissage virtuel ludifié peut réduire les coûts indirects associés aux formateurs et peut offrir des nouvelles et des suivis 8 détaillés sur le progrès des participants . Il s’agit également d’un moyen facile de revoir certains concepts pour obtenir plus de points

ou un meilleur rang au classement tout en renforçant l’apprentissage. FIDÉLISATION DE LA CLIENTÈLE : vous pouvez également inciter la clientèle à prendre des actions voulues en leur offrant des récompenses. Si votre entreprise nécessite déjà la création d’un compte en ligne, ajoutez un bouton « recommandation » et donnez des récompenses à vos clients pour avoir recommandé votre entreprise à leurs amis. Vous pouvez également tenter d’inciter la participation de vos clients en montrant des données sur la participation des autres clients ou en offrant des récompenses aux clients ayant le plus de dépenses, de points 9 ou d’utilisation . SANTÉ ET BIEN-ÊTRE : pousser le personnel, les étudiants ou les clients à faire plus d’activité physique et à mieux s’alimenter est une tâche difficile. Offrir aux gens un portail ludifié pour les motiver, les encourager (à l’aide d’activités et d’objectifs précis), et suivre leur progrès peut s’avérer une stratégie gagnante. Les rapports quotidiens sur les minutes d’activité et les aliments consommés, la formation d’équipes, et la diffusion sociale des résultats sont des applications de mécanismes de jeu qui ont fonctionné pour des entreprises comme

Pfizer et Quest Diagnostics. Les employeurs peuvent ensuite réduire les coûts des prestations et obtiennent un personnel plus motivé, alors ils sortent également gagnants 10 de la ludification . PROGRAMMES DE FORMATION : il est important de s’assurer que les employés comprennent et respectent les lignes directrices du lieu de travail. Il peut être difficile d’enseigner à quelqu’un la conformité, mais grâce à la ludification vous pouvez offrir à vos employés des badges ou des 11 points pour l’achèvement de leçons . Un concours visant à savoir qui peut améliorer leurs compétences le plus rapidement ou qui obtiendra les meilleures notes sur les tests de conformité est idéale pour ce type de formation. Il est facile d’inculquer aux employés des comportements désirables précis lorsqu’ils en tirent des avantages tangibles. TRANSPORT EN COMMUN : un grand nombre de programmes ont été mis en œuvre dans les quatre coins du monde visant à vérifier la viabilité et la popularité de la ludification du transport en commun. Il existe une stratégie de base pour ludifier le transport, comme l’illustre le diagramme ci-dessous ; il montre que lorsque les gens utilisent le transport en

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

39


commun (vous pouvez préciser le temps, l’endroit et le type de transport), ils obtiendront des points. Les points s’accumulent dans le compte de l’utilisateur et peuvent être échangés contre des récompenses, comme de l’argent ou des rabais sur des biens et services.

Utiliser un service de transport en commun précis

Échanger les points pour de l’argent ou des récompenses

Obtenir des points pour avoir fait des choix de transport judicieux

VOICI QUELQUES EXEMPLES RÉELS DE L’APPLICATION DE CE PROCESSUS : LE SERVICE SASABUS, EN ITALIE : ce service utilise la technologie existante des villes intelligentes (Bluetooth et Onyx Beacons) pour créer le suivi de l’utilisation des 13 autobus . Chaque kilomètre qu’un utilisateur parcourt par autobus est noté (des points supplémentaires sont attribués pour avoir pris l’autobus écologique) et un pointage total est visible au public. Les utilisateurs peuvent partager leurs réussites sur les médias sociaux et peuvent participer à des défis spéciaux s’ils obtiennent un certain nombre de points. L’objectif sous-jacent de ce système est de favoriser la gérance de l’environnement par l’utilisation du transport en commun. LE SERVICE BART, À SAN FRANCISCO : ce service vise à résoudre les problèmes de la surutilisation et des fluctuations extrêmes en achalandage. Les participants peuvent enregistrer leur carte de transport en commun pour obtenir des « BARTPerks » (avantages BART), et les points s’accumulent chaque fois que les participants balaient la carte en embarquant dans un véhicule de transport en commun. Les utilisateurs peuvent échanger leurs points contre de l’argent ou des rabais sur leurs prochains laissez-passer de transport en commun. Ce programme est subventionné par le Federal Highway Administration (Administration fédérale des autoroutes), et la publication de résultats était prévue pour la 14 fin de l’année 2017 . LE SERVICE INSINC, À SINGAPOUR : ce service constitue un plan à trois volets traitant de la gestion de la demande de transport en commun. Puisque l’augmentation du nombre de véhicules de transport en commun est tout simplement impossible sur le plan géographique, Singapour établit des quotas, impose la tarification selon la demande et crée d’énormes inconvénients pour la non-conformité aux règlements. Des récompenses sont attribuées aux personnes qui prennent le transport en commun en dehors des heures de pointe, et ces récompenses peuvent être échangées contre de l’argent ou des participations à un tirage. La motivation sociale s’avère très efficace; les utilisateurs invitent leurs amis en ligne et apprennent des faits sur le système INSINC. Certaines leçons tirées de ce programme sont que l’inscription doit être simple et que les gens participent en plus grand nombre lorsque les récompenses sont plus grandes (même si les probabilités de 15 les obtenir sont plus faibles) . En tout, ce système a mené à une baisse d’achalandage de 11 % pendant les heures de pointe, donc il est certainement efficace.

Super! La ludification est idéale pour le transport en commun! Mais…

40 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

Est-il possible de ludifier excessivement le transport en commun? Bien entendu. Il existe d’innombrables exemples dans lesquelles une bonne idée va trop loin, ce qui la rend peu pratique pour les débutants ou toute personne qui n’appartient pas à la catégorie des adopteurs précoces très enthousiastes. Un de ces exemples est le projet de Mobility Speculations nommé Blue Challenge, qui vise à découvrir s’il est possible de ludifier le transport en commun dans les milieux urbains. Ce projet propose d’installer des capteurs dans une ville entière, assigner des cartes de mobilité aux utilisateurs, et suivre 16 chaque déplacement des utilisateurs . Des points sont attribués automatiquement et peuvent être accumulés et échangés contre … des choses (le guide de pointage proposé se trouve ci-dessous). L’idée derrière ce projet est que pour obtenir plus de points, les utilisateurs doivent prendre les moyens de transport alternatifs. Le projet devient plus complexe avec l’ajout de minijeux, de statuts d’utilisateur, de privilèges à débloquer, et du droit de créer des défis pour les autres utilisateurs. Ne semble-t-il pas un peu trop compliqué pour les gens de s’embarquer dans ce projet (le jeu de mots est voulu)? Retenez cet exemple si vous décidez d’appliquer votre propre stratégie de ludification. Suivons donc les conseils de la marine des ÉtatsUnis : « KISS » (keep it simple, stupid, en d’autres mots, ne pas 17 se compliquer la vie . GUIDE DE POINTAGE DU PROJET BLUE CHALLENGE

MARCHE

30 points ajoutés par mile

VÉLO, PATIN

25 points ajoutés par mile

TRANSPORT EN COMMUN

30 points ajoutés par voyage

VOITURE, TAXI

5 points ajoutés (une personne)

10 points ajoutés (deux personnes) 15 points ajoutés (trois personnes)

30 points ajoutés (quatre personnes ou plus)

Un autre (mauvais) exemple vient d’un groupe de chercheurs de Los Angeles qui semble vouloir (tardivement) sauter dans le train Pokémon en marche si l’on se fie à leur stratégie de ludification proposée. Cette stratégie s’appelle « Incenti-Max » et elle consiste à inviter les utilisateurs à prendre le métro, à visiter des points d’intérêt, et à accomplir des tâches pendant le voyage, le tout dans le but d’obtenir des points. Les utilisateurs obtenant le plus de points « capturent » une gare d’autobus pour un mois et les photos de ces utilisateurs sont affichées dans l’application. « Non merci », disent tous les baby-boomers et les membres de la génération X du monde entier. À titre de référence, je peux vous dire qu’en tant qu’enfant du millénaire, je n’ai absolument aucun intérêt dans un tel projet. Voilà au moins une chose que nous avons en commun!


La ludification est idéale pour l’industrie du stationnement Maintenant que tout le monde comprend ce qu’est la ludification, laissez-moi vous expliquer pourquoi elle a sa place dans l’industrie du stationnement. Premièrement, la ludification augmente l’engagement des clients. Il est difficile d’obtenir de la rétroaction de la part des clients et encore plus difficile de mesurer l’efficacité des efforts de marketing. Toutefois, grâce à une application ludifiée, vous pouvez voir exactement quels utilisateurs sont engagés ainsi que le nombre de fois qu’ils participent. Il existe une multitude de données liées à la clientèle que vous pouvez recueillir et analyser, puis agir en fonction des résultats. Deuxièmement, la ludification offre un moyen divertissant et interactif de partager des renseignements aux utilisateurs. Par exemple, vous pouvez inclure une vidéo ou un questionnaire dans le but de renseigner les utilisateurs au sujet des tarifs, des permis, des offres spéciales, des fermetures ou de toute autre information à communiquer. En offrant des récompenses pour les actions voulues, les taux d’achèvement de tâches augmenteront largement. Troisièmement, la ludification favorise la fidélité des utilisateurs envers un parc de stationnement précis. Votre parc devient le parc de choix de l’utilisateur, de façon semblable à la façon dont fonctionnent les programmes de points Optimum de Shoppers, de récompenses monHusky ou tout autre programme de fidélisation. En intégrant des mécanismes de jeu, comme un objectif à atteindre et une barre de progression envers une récompense, vous créez une clientèle fidèle.

La ludification est idéale? Prouvez-le. Ce n’est pas parce que j’ai affirmé que la ludification a sa place dans l’industrie du stationnement que vous (ou vos clients) en êtes intéressé. Laissez-moi donc vous montrer des données qui soutiendront mon affirmation. La Ville de Los Angeles a récemment mené un sondage sur l’application de la ludification dans son système de transport en commun. Ils ont constaté la majorité des utilisateurs évaluerait à 4 ou à 5 sur 5 leur probabilité de 20 profiter d’un système de récompenses .

Dans quels autres domaines peut-on appliquer la ludification? Il s’avère que l’on peut ludifier presque n’importe quoi. Voici un exemple de l’application de la ludification dans les zoos ou les parcs d’attractions thématiques : https://www.ojoo.com/ gamification-and-augmented-reality-in-theme-parks-zoos-fresh-solutions/. Voici également un exemple de l’application de la ludification pour inciter les gens à faire davantage de vélo. https://doi.org/10.1016/j.trpro.2016.12.065. La ludification peut également servir à favoriser des moyens de transport plus durables. Ceci étant dit, le meilleur avantage de tout est peut-être le fait que vous pouvez l’utiliser pour enseigner la sécurité routière aux nouveaux conducteurs et les inciter à inviter leurs amis à pratiquer les mêmes principes. Vous êtes motivé à aller de l’avant avec la ludification de votre système? Permettez-moi de vous présenter un cadre universel qui vous aidera lors que la planification des composants de votre système.

« Octalysis » Euh… pardon? Yu-Kai Chou est un auteur et un conférencier expert de la ludification réalisable et il a créé un cadre de ludification nommé « Octalysis » (analyse octogonale). La philosophie de Chou consiste à concevoir du contenu qui convaincra les gens de participer, et son cadre sert à évaluer toute application de la ludification. Il y a deux routes à prendre pour inciter les gens à participer : « white hat » ou « black hat » (chapeau blanc ou chapeau noir). La route « black hat » s’apparente aux tactiques alarmistes et comprend les facteurs suivants : la rareté, la pression sociale, l’imprévisibilité et

Dernièrement, les jeux sont amusants, car ils génèrent de petites quantités de plaisir dans le cerveau des utilisateurs. Accomplir des tâches et être félicité pour ces réussites stimule des réactions 18 chimiques qui nous rendent heureux . L’un des défis pratiquement universels dans le domaine du stationnement est que dans le meilleur des cas, le stationnement est banal – un mal nécessaire pour certains. Mais qu’adviendrait-il si la ludification pouvait nous offrir une façon de rendre le stationnement amusant et agréable?

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

41


l’évitement des peines. La route « white hat » est plutôt semblable au renforcement positif et comprend les facteurs suivants : l’accomplissement 21 d’objectifs, l’autonomisation des utilisateurs, la possession et l’octroi d’un sens aux processus et aux résultats . Dans le cadre de l’« Octalysis », ces deux techniques sont utilisées dans toute tentative de ludification efficace. Chou a élaboré un joli diagramme (ci-dessous) qui illustre comment le tout fonctionne ensemble et qui comprend des exemples d’application pour chaque facteur.

Maintenant que nous savons ce qu’est la ludification, nous avons vu des exemples de son utilisation et nous comprenons pourquoi elle a sa place dans l’industrie du stationnement, la prochaine question, naturellement, est la suivante...

Comment pouvons-nous appliquer ce que nous avons appris dans le contexte du stationnement? Au fait, il existe déjà plusieurs exemples d’application de la ludification dans l’industrie du stationnement! En voici quelques-uns dont j’ai pris connaissance : Le système Crowd Park : essentiellement, ce système offre des récompenses aux personnes qui trouvent des véhicules stationnés illégalement et en avise les autorités. Il possède également d’autres

fonctionnalités, comme le repérage et le paiement d’espaces de stationnement. En tant qu’exploitant propriétaire du parc de stationnement, vous vous sentez comme un maître suprême du jeu ayant la capacité de changer les prix n’importe quand et d’accumuler le plus d’argent possible. Ha ha ha (rire diabolique)! Bref, il s’agit d’une façon simple d’ajouter un élément de ludification au stationnement. Des captures d’écran de la vidéo se trouvent ci-dessous.

Cet exemple, à mon avis, ne constitue pas une bonne application de la ludification car un seul mécanisme de jeu (la transparence) lui est appliqué; vous pouvez voir lorsqu’une personne enfreint les règlements et dénoncer cette personne. Voici quelques idées pour inciter plus de gens à utiliser ce système : l’attribution de points pour le paiement d’une période de stationnement par l’entremise de l’application, l’inclusion de badges à gagner pour chaque parc de stationnement participant à l’application, ou la création d’un tableau de classement pour chaque parc de stationnement. La configuration de parcs de stationnement en planche de jeu : dans cet exemple, les espaces de stationnement du parc sont répartis en groupes. Chaque groupe représente l’effort nécessaire pour s’y stationner, et des points 22 sont attribués selon l’espace choisi . Par exemple, les cinq espaces les plus éloignés de la porte forment un groupe et valent 10 points, tandis que les cinq espaces les plus rapprochés ne valent aucun point. Les espaces plus favorables deviennent donc libres pour les clients et les visiteurs. Vous pourriez essayer ce système dans votre propre parc et offrir des coupons ou des rabais de stationnement comme objectifs à

atteindre. Il ne s’agit pas d’un mauvais plan pour assurer la fidélisation de la clientèle non plus. La ludification pour l’amélioration de l’efficacité du garage de stationnement : ce concept a été mis en œuvre dans beaucoup d’endroits en Inde afin d’essayer de réduire les temps de circulation pour trouver un espace de stationnement et les dommages à l’environnement qui s’ensuivent. L’application attribue des points selon l’étage sur lequel l’utilisateur se stationne dans le garage, la précision du stationnement dans l’espace choisi, et la vitesse (et du même coup l’efficacité) à laquelle l’utilisateur stationne 23 son véhicule dès son arrivée au garage . Un échantillon du système de pointage pour les différents étages du garage se trouve ci-dessous. Points attribués par étage du garage de stationnement Étage

Points attribués

Troisième étage

Cinq (5) points

Deuxième étage

Trois (3) points

Premier étage

Deux (2) points

Conseils pour la mise en œuvre réussie de la ludification Puisque vous vous êtes rendu à ce point de l’article, je présume que vous avez au moins un léger intérêt dans la ludification. Si vous envisagez appliquer les principes de la ludification à votre entreprise, voici quelques suggestions qui vous aideront à réussir. La personnalisation : rendez les composants uniques à chaque utilisateur pour capturer son imagination et le fidéliser. Un avatar personnalisable ou un choix propre à l’utilisateur dans le jeu, par exemple, créeront la volonté de participer et le sentiment d’appartenance chez l’utilisateur. Les récompenses : il est évident que vous voudrez offrir des récompenses aux utilisateurs, mais elles doivent avoir de la valeur. Attribuer trop de 24 points ou de badges réduit leur valeur . Vous devez également être sélectif sur les activités qui entraînent l’octroi de récompenses. Assurezvous que toute activité qui mène à une récompense a un but pour votre entreprise et vous aide à atteindre un objectif. De plus, si vous offrez de l’argent ou des cadeaux en guise de récompenses, vous devez être prêt à en assumer les coûts à long terme – si vous éliminez ces récompenses après quelque temps, des conséquences se manifesteront, par exemple la participation réduite. L’engagement : expliquer le « pourquoi » derrière la création d’un programme avec les gens s’avère une excellente technique de fidélisation. L’explication aide ces gens à comprendre les activités qu’on leur demande de faire et à les voir sous un angle plus positif (ou au moins neutre). L’engagement émotionnel que vous obtiendrez des participants en leur expliquant l’importance d’une tâche ludifiée aidera énormément à en assurer la participation volontaire.

42 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018


Le partage des réussites : un tableau de classement montrera certainement à vos collègues à quel point vous connaissez du succès. Les messages, les « j’aime » et les votes positifs sur les médias sociaux sont également des techniques bouche-à-oreille qui permettent à la 27 personne qui publie un message d’annoncer ces succès au monde et lui donnent un sentiment de valorisation . D’autres personnes peuvent voir le nombre d’abonnés que vous avez ou le nombre de retweets que vous recevez, et veulent accomplir les mêmes choses que vous . L’ajout d’un composant de ce genre dans votre stratégie de ludification est important pour l’autopromotion de l’utilisateur ainsi que pour la stratégie promotionnelle de votre programme. Le contenu sur demande : cette méthode permet aux utilisateurs de tirer du contenu de la plateforme et d’y avoir accès au moment qui leur convient. Elle vous évite d’obliger quiconque de voir l’information ou les tâches, et vous permet de créer une expérience positive pour les personnes qui veulent aller à leur propre rythme. J’ai chanté que des éloges sur les façons et les raisons de mettre en œuvre la ludification dans les applications de stationnement et les sites Web de l’industrie du stationnement, mais il ne faut pas s’imaginer que tout est toujours rose et que les travailleurs sont toujours motivés. Voici quelques aspects négatifs de la ludification :

Les désavantages de la ludification Le coût : il peut s’avérer dispendieux de personnaliser la technologie 28 ludifiée et la mettre en œuvre , surtout en tenant compte la planification et la formation associées à l’utilisation de la nouvelle plateforme. La triche : gagner peut devenir plus important que tout pour certaines 29 personnes, ce qui peut mener à la tricherie et au sabotage des collègues . De plus, nous avons tous entendu parler de pirates informatiques (hackers) – ne présumez pas que votre jeu sera à l’épreuve de personnes 30 qui souhaitent frauder le système ou en pirater le contenu . Le sentiment de nouveauté : ce sentiment disparaît avec le temps et si les mécanismes du jeu n’ont aucune importance, le processus deviendra 31 peu populaire ou non utilisé . Toute valeur intrinsèque que vous tentez 32 d’inculquer aux utilisateurs disparaîtra, ou pire encore, sera simulée . Les mauvaises habitudes : vous pouvez vous heurter à toutes sortes d’habitudes inattendues, comme la naissance d’une mentalité concurrentielle au sein des membres de votre personnel. Si les utilisateurs peuvent dépenser de l’argent réel pour acheter des crédits de jeu, des dépenses excessives peuvent s’ensuivre et ces personnes peuvent s’endetter, ayant un effet sérieusement néfaste sur leur cote de 33 crédit s’ils se laissent emporter .

La banalisation : est-ce que le fait de transformer quelque chose en jeu peut banaliser un enjeu important? C’est bel et bien possible, alors il faut exercer de la prudence lorsque l’on choisit comment présenter 34 l’information et quelles récompenses offrir pour la participation . Est-ce que la ludification peut aller trop loin? Oui, il est certainement possible pour la ludification d’aller trop loin (selon moi). Nous avons tous entendu parler des applications de rencontre en ligne, mais imaginez si au lieu de constituer un moyen de rencontrer quelqu’un en personne, ces applications n’étaient que de simples jeux attribuant des points et des statuts pour avoir « réussi le rendez-vous ».

Pour conclure cette tirade hyper négative, je vais résumer la prise de position du Dr Ian Bogost, un expert du jeu : les éléments incitatifs sont virtuels et sans importance (plutôt que de recevoir une augmentation, vous accédez maintenant au niveau supérieur!); les joueurs se font 35 exploiter par les employeurs . Le terme qu’il utilise pour ce phénomène est « exploitationware » (matériel d’exploitation).

Derniers commentaires Pour clore cet exposé sur la ludification, je vais réfuter deux mythes qui semblent exercer une influence sur l’opinion générale au sujet de la viabilité et l’utilité de la ludification. « La ludification intéresse seulement les millénaux. » Je ne crois pas que ce soit le cas; près de la moitié de la population âgée de plus de 36 37 50 ans joue à des jeux vidéo , et de nos jours, une énorme diversité de groupes de personnes aime jouer aux jeux vidéo . Il n’existe donc aucune limite d’âge pour votre marché cible. Pour ajouter, près de deux milliards de personnes possèdent un téléphone intelligent et passent 39 environ deux heures pour jour en ligne . Donc, non seulement vous disposez d’un bassin de clients potentiels diversifié, mais ces personnes utilisent déjà la technologie nécessaire pour participer à votre projet. Les conditions sont donc propices pour la ludification de votre application ou site Web à l’attention d’une clientèle prête et disposée à participer. « Les données obtenues par l’entremise de la ludification n’ont aucune valeur. » La ludification demande la création d’un compte pour ensuite créer des suivis et des rapports sur les progrès réalisés. En accumulant cette information, vous obtenez l’accès à une vaste quantité de données que vous n’auriez jamais obtenues autrement, par exemple les temps, les endroits et les fréquences d’utilisation de vos services. Vous pouvez ensuite faire des campagnes de marketing ciblé directement à l’attention des personnes les plus aptes à y réagir. Vous pouvez également vous servir des médias sociaux pour élargir votre public et votre portée. En fin de compte, c’est vous qui décidez si vous allez tenter ou pas de ludifier votre matériel de stationnement. Mon rôle est simplement de vous faire réfléchir à un sujet auquel vous n’aviez peut-être jamais pensé auparavant et de fournir des renseignements à quiconque est intéressé de les lire. Si vous souhaitez toujours en savoir plus sur la ludification, vous pouvez suivre une formation gratuite en ligne offerte par l’Université de Pennsylvanie (University of Pennsylvania). Cette formation est donnée dans le portail Coursera, alors vous devrez créer un compte (gratuit). Si vous êtes intéressé, apprenez-en plus sur la formation au lien suivant : https://www.coursera.org/learn/gamification. Commencez dès maintenant! n Pour une liste complète des références de cet article, contactez l'auteur chelsea.webster@calgaryparking.com

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

43


By Milirsan Pugalendiran, B.Eng. Civil Engineering, Lassonde School of Engineering York University

The Past, Present, and Future of The Parking

Tom Arnold Scholarship in Parking Industry Advancement at York University 2018 Recipient

With the rise of mass-manufactured automobiles, a new industry was created. The parking industry was born with rise 1 of affordable automobiles and has changed significantly since Henry Ford’s invention of the assembly line in 1908 . The parking industry started off with simple parking lot designs and has now evolved to parking lots capable of self-parking. We now face even greater challenges with the rise of Autonomous vehicles which calls for “Smarter” parking lots. This article looks at how the Parking Industry has changed over the years and what the future holds for parking.

PAST The first automobile can be as early found in the late 1600’s but the parking industry began with the 1 rise of the mass-produced vehicle, the “Model T” . Something that was only for the wealthy had now become affordable for the average person.

Automobiles also became smaller and weather resistant and this allowed for smaller, wall-less parking lots. Parking lots had now simply become a place for temporary vehicle storage. Self-parking also became more popular with the installation of internal ramps. This gave birth to the modern parking facilities which closely resemble the ones we often see today. Parking had started off as a luxury but soon turned into a necessity for cities.

People needed a space to park their cars, which prompted the creation of parking lots. With 23 million cars in America, parking became a serious issue and city officials turned to engineers to invent a solution which resulted in the first The parking industry 4 parking lots . has survived for

1. https://www.history.com/topics/model-t 2. http://www.parkingisrael.co.il/the-history-ofparking-lots/ 3. http://flexpostinc.com/2017/04/10/parkinggarages/ 4. https://www.npr.org/templates/story/story. php?storyId=120545290 5. https://www.pcmag.com/encyclopedia/ term/65086/smart-parking 6. https://www.theguardian.com/cities/2016/ sep/27/cities-eliminating-car-parks-parking 7. https://www.utoronto.ca/news/how-selfdriving-cars-could-shrink-parking-lots-u-tresearch 8. https://www.forbes.com/sites/ pikeresearch/2017/01/26/smartparking/#33d1e25762f6

At the beginning, parking lots were designed with diagonal bays to accommodate the fairly large automobiles and to allow for ease of 2 parking . Early automobiles were also not as weather resistant compared 3 to the automobiles of today and so had to be designed with weather protection in mind. High-rise, fully enclosed parking garages were built to accommodate the larger volumes and to protect these vehicles from the elements. Innovations such as the “D’Humy ramp system”, which created split-level floors to maximize spaces, were incorporated into the 3 high-rise buildings .

over 100 years and no obstacle will be able to completely eradicate it. Through looking at the history of parking industry it may provide insight on how we can tackle the problems we face today and in the future.

Vehicles were parked by professional valets who had experience using the mechanical ramp system. As the need for parking grew, city officials and entrepreneurs began to view parking spaces as a possible source of revenue. With investors interested in the industry parking lots we saw a steady increase in their construction. There were also innovations in building materials and automobile technology and this created a boom in 4 parking lot construction in the 1950's .

44 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

PRESENT After the construction boom, the design of parking lots had not changed much in the next 50 years. The “Information Age”, however, allowed us to incorporate technological advancements into parking. Automated parking garages were introduced, and were soon dubbed with the name “Smart Parking”.

Smart/Automated parking lots have been designed to provide a range of services to make parking easier. These systems may help drivers find a vacant spot and/ or alert drivers of the presence 5 or absence of a vehicle . Smart Parking had become a well-known and currently growing industry with many businesses specializing in "Smart Parking" lot construction. We also saw a cultural shift in transportation. Governments were encouraging people to use public transit, bicycles, and/or carpooling as means to help reduce greenhouse emission and as a way to improve our health. This is exemplified in cities such as San Francisco where transportation officials are trying to decrease the number of 6 parking lots .


Le passé, le présent et le futur de l’industrie du stationnement Avec l’essor de la production en série d’automobiles, une nouvelle industrie a été créée. L’industrie du stationnement est née avec l’émergence des automobiles abordables et a considérablement changé depuis l’invention par Henry Ford de la chaîne 1 de montage en 1908 . L’industrie du stationnement a fait ses débuts avec des conceptions simples de stationnements et a maintenant évolué vers des stationnements libre-service. Nous sommes maintenant confrontés à des défis encore plus grands avec l’arrivée des véhicules autonomes qui nécessitent des stationnements plus « intelligents ». Cet article examine comment l’industrie du stationnement a changé au fil des ans et ce que l’avenir réserve au stationnement.

PASSÉ L’invention de la première automobile remonte à la fin des années 1600, mais l’industrie du stationnement a débuté avec l’arrivée du 1 véhicule produit en série, le « modèle T » . Une chose qui était réservée uniquement aux mieux nantis était maintenant devenue abordable pour le commun des mortels. Les gens avaient besoin d’un espace pour stationner leur voiture, ce qui a entraîné la création de parcs de stationnement. Avec 23 millions de voitures en Amérique, le stationnement est devenu un enjeu de taille, et les responsables municipaux se sont tournés vers les ingénieurs pour inventer une solution qui a donné lieu aux premiers parcs 4 de stationnement . Au début, les stationnements étaient conçus avec des places en diagonale pour accommoder les grandes automobiles et pour 2 faciliter le stationnement . Les premières automobiles n’étaient pas aussi résistantes aux intempéries que les automobiles 3 d’aujourd’hui ; les stationnements devaient donc être conçus en tenant compte de la protection contre les intempéries. Des stationnements à étages entièrement fermés ont été construits pour accueillir de plus grands volumes et protéger ces véhicules contre les intempéries. Des innovations telles que le « système de rampe D’Humy », qui a créé des étages à demi-niveaux pour

Par Milirsan Pugalendiran, B.Ing. Génie civil,

maximiser l’espace, ont été intégrées aux 3 immeubles à étages . Les véhicules étaient stationnés par des voituriers professionnels qui avaient l’habitude d’utiliser le système de rampe mécanique. À mesure que les besoins en stationnement augmentaient, les responsables municipaux et les entrepreneurs ont commencé à considérer les places de stationnement comme une source de revenus possible. Lorsque les investisseurs se sont intéressés aux stationnements de l’industrie, une augmentation continue de leur construction a pu être constatée. Il y a également eu des innovations dans les matériaux de construction et la technologie automobile, ce qui a créé un boom de la construction de stationnements dans les 4 années 1950 . Les automobiles sont également devenues plus petites et résistantes aux intempéries, ce qui a permis de construire de plus petits parcs de stationnement sans mur. Les parcs de stationnement étaient maintenant simplement devenus des endroits pour entreposer des véhicules de manière temporaire. Le stationnement libre-service est également devenu plus populaire avec l’installation de rampes intérieures. C’est ainsi que les stationnements modernes qui ressemblent beaucoup à ceux que nous voyons souvent aujourd’hui ont vu le jour. Le stationnement était tout d’abord un luxe, mais est vite devenu une nécessité pour les villes.

Lassonde School of Engineering - Université York

PRÉSENT

Lauréat 2018 de la bourse d’études Tom Arnold pour l’avancement de l’industrie du stationnement à l’Université York

Après le boom de la construction, la conception des stationnements n’a pas beaucoup changé au cours des 50 prochaines années. L’ère

de l’information nous a toutefois permis d’intégrer des avancements technologiques au stationnement. Les stationnements couverts automatisés ont fait leurs débuts, ce qui a bientôt été surnommé le « stationnement intelligent ». Les parcs de stationnement intelligents et automatisés ont été conçus pour offrir une gamme de services facilitant le stationnement. Ces systèmes peuvent aider les conducteurs à trouver une place libre ou les alerter de la présence ou de l’absence 5 d’un véhicule . Le stationnement intelligent est devenu une industrie bien connue et en pleine expansion en raison des nombreuses entreprises spécialisées dans la construction de parcs de « stationnement intelligent ».

Nous avons également constaté un changement culturel en matière de transport. Les gouvernements encourageaient les gens à utiliser les transports en commun, la bicyclette ou le covoiturage comme moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’améliorer notre santé. C’est ce qu’on peut observer dans des villes comme San Francisco où les responsables des transports tentent de réduire le nombre de 6 parcs de stationnement .

PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

45


Public space improvements such as bike lanes and green spaces have discouraged the construction of parking lots. There have also 6 been studies into dynamic pricing for spaces to limit parking . For instance, in Philadelphia, there has been a 7% reduction of parking 6 from 2010 to 2015 and in cities like Zurich, city officials have placed 6 a cap on the number of allowed parking spaces . The demand for public parking is on a downward trend and this applies to all the major cities of the world.

FUTURE Autonomous vehicles (AVs) are not so much the future as they are already here. Many consider this to the biggest challenge for the parking industry. The consequences and/or benefits are still not certain yet, but AVs have enormous potential to re-shape the parking industry. AVs can potentially drive themselves thus reducing the need for human drivers. These vehicles, however, still require parking but the space needed can be decreased drastically and the distance between parking lots to the final destination can be increased. AVs have sparked numerous creative research projects. Most recently, civil engineering graduate students from the University of Toronto have

designed a “solid grid” like parking lot where AVs communicate with 7 each other and move out of the way when another AV is parking . This can greatly reduce the space required for parking, and, depending on the grid configuration, these parking lots can accommodate 62%-87% 7 more cars . AVs are allowing engineers to innovate solutions that never could have been possible previous to this revolution. Trial fully-automated parking lots are being tested all over the world. Cities such as Boulder and Somerville are partnering with businesses such as Audi to create 8 these efficient parking lots . In order for the parking industry to accommodate the future, new technology need to be explored. The parking industry is already looking towards the future and it won’t be long until we see the parking lots of the future.

CONCLUSION While there are challenges in the parking industry, currently and in the coming years, there is no doubt that this will lead to more efficient and creative solutions. The parking industry has survived for over 100 years and no obstacle will be able to completely eradicate it. Through looking at the history of parking industry it may provide insight on how we can tackle the problems we face today and in the future. n

From the author: I would like to take this opportunity to thank the Canadian Parking Association (CPA) for the generous educational scholarship. I am honored to be one of recipients of the Tom Arnold Scholarship in Parking Industry Advancement at York University.

CONSULTANTS DIRECTORY | RÉPERTOIRE DES CONSULTANTS

DSorbara Parking & Systems Consulting Domenic Sorbara, B.E.S Founder & Principal Consultant Phone: E-mail: Office: Web:

North Line Parking Facility Design Structural Engineering Structural Restoration Building Science

Member of the Canadian Parking Association and recipient of the Ed Keate Award for outstanding contribution to the advancement of knowledge in the parking industry

rjc.ca

46 PARKER | 2ND QUARTER 2018 | 2IÈME TRIMESTRE 2018

416-859-6617 dsorb@hotmail.com Thornhill Ontario Canada www.dsorbaraparking.com

Access & Revenue Control System Needs Parking Management Strategy Studies Cost & Revenue Studies Parking Demand & Supply Analysis Parking Facility Design & Site Review Software Needs & Development Request For Proposal Process


Les améliorations de l’espace public comme les pistes cyclables et les espaces verts ont découragé la construction de parcs de stationnement. Des études ont également été menées sur la 6 tarification dynamique des espaces pour limiter le stationnement . Par exemple, à Philadelphie, il y a eu une réduction de 7 % du 6 stationnement entre 2010 et 2015 , et dans des villes comme Zurich, les autorités municipales ont plafonné le nombre de places 6 de stationnement autorisées . La demande de stationnement public est en baisse, et ce constat s’applique à toutes les grandes villes du monde.

FUTUR Les véhicules autonomes (VA) ne représentent pas tant le futur puisqu’ils sont déjà là. Beaucoup les considèrent comme le plus grand défi pour l’industrie du stationnement. Les conséquences ou les avantages ne sont pas encore certains, mais les VA ont l’énorme potentiel de redéfinir l’industrie du stationnement. Les VA peuvent potentiellement se conduire eux-mêmes, réduisant ainsi le besoin de conducteurs humains. Cependant, ces véhicules ont encore besoin de places de stationnement, mais l’espace nécessaire peut être considérablement réduit et la distance entre le stationnement et la destination finale peut être plus grande. Les VA ont suscité de nombreux projets de recherche créatifs. Plus récemment, des étudiants de deuxième cycle en génie civil de

l’Université de Toronto ont conçu un parc de stationnement avec un « réseau solide » où les VA communiquent entre eux et se déplacent 7 lorsqu’un autre VA se stationne . Cela peut réduire considérablement l’espace requis pour le stationnement et, selon la configuration du réseau, ces stationnements peuvent accueillir entre 62 % et 87 % 7 plus de voitures . Les VA permettent aux ingénieurs de trouver des solutions novatrices qui n’auraient jamais pu être possibles avant cette révolution. Des stationnements entièrement automatisés sont mis à l’épreuve dans le monde entier. Des villes comme Boulder et Somerville s’associent à des entreprises comme Audi pour créer ces parcs de stationnement 8 efficaces . Pour que l’industrie du stationnement puisse s’adapter à l’avenir, de nouvelles technologies doivent être explorées. L’industrie du stationnement se tourne déjà vers l’avenir, et nous ne tarderons pas à voir apparaître les stationnements du futur.

CONCLUSION Bien que l’industrie du stationnement comporte des défis, actuellement et dans les années à venir, il ne fait aucun doute que cela mènera à des solutions plus efficaces et créatives. L’industrie du stationnement a survécu pendant plus de 100 ans, et aucun obstacle ne pourra complètement l’éradiquer. En regardant l’histoire de l’industrie du stationnement, on peut voir un aperçu de la façon dont nous pouvons aborder les problèmes auxquels nous devons faire face aujourd’hui et à l’avenir. n

De l’auteur : Je profite de l’occasion pour remercier l’Association canadienne du stationnement (ACS) pour sa généreuse bourse d’études. Je me sens privilégié d’être l’un des lauréats de la bourse d’études Tom Arnold pour l’avancement de l’industrie du stationnement à l’Université York.

Parking Kiosks and Payment Shelters

Canada Kiosk will work with you to develop the right building solution. Choose from a broad selection of standardized layouts or allow Canada Kiosk to design a booth that suits your unique requirements. Delivered, assembled and anchored, or site installed. parking attendant and access control kiosks

pay-on-foot, transit and smoking shelters

security, toll collection and inspection booths parking offices and valet kiosks

115 South Service Road West., PO Box 129, Grimsby, Ontario L3M 4G3 Tel: 1-888-893-9990 Fax: 905-945-2003

Email: inquiries@nrb-inc.com Web: www.ckckiosk.com