Issuu on Google+

PROGRAMME ÉLECTORAL, PREMIÈRE PARTIE Juillet 2007

www.partivert.ca

PLAN CLIMATIQUE DU PARTI VERT :

Une nouvelle révolution énergétique pour prévenir la catastrophe planétaire Ce document est le premier d’une série exposant les principaux points du programme électoral du Parti Vert du Canada.

Entre-temps, d’autres pays ont amélioré leur rendement énergétique et réduit leurs besoins en combustibles fossiles en introduisant des sources d’énergie renouvelables, au profit de leurs économies et de notre environnement. Plus le Canada réagira rapidement, plus les avantages seront importants. Plus nous tarderons, plus les coûts seront importants. D’après Sir Nicholas Stern, ancien économiste principal de la Banque mondiale, si les gouvernements ne réagissent pas, les changements climatiques pourraient avoir des répercussions sur l’économie mondiale de l’ordre de 7 billions de dollars et causer des pénuries d’eau pour 1 personne sur 6 dans le monde entier, la disparition de 40 % des espèces animales et végétales, et un flux de 200 millions de réfugiés environnementaux. Sir Nicholas Stern considère que des actions entreprises dès maintenant coûteraient seulement entre 1 et 3 % du PIB annuel. Pour le Canada, avec un PIB de 1,37 billion de dollars pour 2006, cela représenterait 13 milliards de dollars environ, soit le montant de l’excédent budgétaire de l’année 2006. Le Canada, qui est riche en sources d’énergie renouvelables, devrait donc être à l’avant-garde, et non pas à la traîne, du futur énergétique à faibles émissions de carbone. Les pays qui prêchent l’exemple seront les plus performants au cours des prochaines années.

L

Température = moyenne de la Terre (°C) Point de = non retour

es changements climatiques constituent l’enjeu le plus important pour la grande majorité des Canadiennes et des Canadiens et la pire menace pour notre planète. Le Parti Vert comprend qu’il s’agit là d’un enjeu non seulement environnemental, mais également d’ordre économique, social et de sécurité mondiale. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, au moins 150 000 personnes meurent chaque année des conséquences du réchauffement de la planète. Les Canadiennes et les Canadiens d’un océan à l’autre en ont déjà subi les nombreux effets avec des inondations et des tempêtes de feu, des sécheresses et des pénuries d’eau, etc. Des ouragans ont dévasté des parcs magnifiques en Nouvelle-Écosse et en Colombie-Britannique; des vents et des tempêtes de verglas catastrophiques ont coupé les routes et interrompu l’alimentation électrique; des infestations d’insectes ont détruit des millions d’hectares de forêts. Les Canadiennes et les Canadiens admettent que la catastrophe climatique est bien réelle; pourtant, les réactions du gouvernement fédéral sont limitées, voire nulles. Même les députés qui soutiennent publiquement la prise de mesures sérieuses ont peur de demander les objectifs dont nous avons réellement besoin.

RALENTIR

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

« La semaine dernière, les Verts ont publié une politique pour lutter contre les changements climatiques; c’est la plus frappante et la plus innovatrice à ce jour au pays… elle est bien supérieure à n’importe quoi d’autre offert par les autres partis. » ~Jeffrey Simpson, chroniqueur, Globe and Mail, 15 juin 2007

LES PREUVES SONT LÀ – LES HUMAINS ONT CAUSÉ LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ACTUEL

Qui croyez-vous? Nombre d’articles sur les changements climatiques revus par des comités de lecture et publiés dans des revues scientifiques de 1993 à 2003 : De ces articles, pourcentage qui exprimaient des doutes quant aux origines humaines du réchauffement planétaire :

928 0%

Source : Consensus About Climate Change? Pielke et Oreskes, Science, 13 mai 2005 (p. 952-854).

Nombre d’articles sur le réchauffement planétaire parus dans des grands journaux de 1990 à 2004* : Pourcentage de ces articles qui exprimaient des doutes quant aux origines humaines du réchauffement planétaire :

636 53%

*Échantillon aléatoire de 18 % des articles du New York Times, du Washington Post, du LA Times et du Wall Street Journal. Source: Balance as bias: global warming and the U.S. prestige press, Boykoff & Boykoff, Global Environmental Exchange 2004 Vol. 14 (p. 125-136).

La combustion de combustibles fossiles, l’industrie agricole et la coupe à blanc pompent toutes du CO2, du méthane et d’autres gaz dans notre atmosphère où ils créent un effet de serre, emprisonnant la chaleur qui autrement s’échapperait dans l’espace. Aujourd’hui, la teneur en carbone de l’atmosphère est de plus de 30 % supérieure aux concentrations mesurées au cours des 650 000 dernières années

(selon des mesures réalisées directement dans les bulles d’air au cœur des glaces de l’Antarctique). Les impacts sont déjà très inquiétants. La banquise de l’Arctique disparaît. Les ours polaires et d’autres espèces sont en danger. Le pergélisol fond. Partout, les glaciers se retirent rapidement. La fréquence des tempêtes, des feux, des sécheresses et des inondations aux conséquences catastrophiques ne cesse d’augmenter. Le réchauffement des océans fait augmenter la fréquence et la violence des ouragans. À l’automne 2003, l’ouragan Juan frappait de plein fouet la Nouvelle-Écosse. Normalement, les eaux plus froides de l’océan auraient ramené l’ouragan à un stade de tempête tropicale, mais il devint le premier ouragan tropical à se déchaîner sur la Nouvelle-Écosse.

Les glaces de l’Arctique fondent à vue d’œil Glace marine observée en septembre 1979

Glace marine observée en septembre 2003

Si l’on projette la tendance actuelle de fonte des glaces et d’accroissement de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, les scientifiques prévoient que la superficie estivale des glaces aura complètement disparue de l’Arctique d’ici 2050.

l’heure actuelle, il se situe à 384 ppm alors qu’il était à 275 ppm dans les années 1800; le taux de dioxyde de carbone augmente de 3 ppm par année. En mars 2006, James Hansen, directeur du Goddard Institute for Space Studies de la NASA à New York, déclarait: « La dernière fois que le climat de la planète était plus chaud de 3 °C – ce qui, selon les experts, se produira un peu plus tard au cours du présent siècle – le niveau des océans était environ de 25 mètres au-dessus de celui d’aujourd’hui. C’est ce à quoi nous pouvons nous attendre à défaut d’agir dès maintenant. » Suite à la page 2…

Nous devons éviter le « point de non-retour » Les scientifiques estiment que si les températures augmentent de plus de 2 °C par rapport à la température moyenne enregistrée avant la révolution industrielle, des phénomènes tels que la disparition des glaciers continentaux du Groenland et de l’Antarctique entraîneraient des changements climatiques catastrophiques et inéluctables. Cela pourrait se produire si le taux de CO2 dans l’atmosphère venait à dépasser 450 parties par million (ppm). À

Une réduction insuffisante des émissions de gaz à effet de serre (GES) serait catastrophique! Réchauffement planétaire (°C)

L

e climat de notre planète a déjà changé par le passé – toujours suite à des phénomènes naturels et souvent avec des résultats catastrophiques. Les périodes glacières et la disparition en masse d’espèces animales ont été entraînées par des baisses de température de moins de 3 °C. Aujourd’hui, le climat de la planète se réchauffe rapidement et plus de 2000 scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) s’entendent pour dire qu’il est causé par la race humaine.

Augmentations catastrophiques projetées de la température moyenne de la Terre selon le « scénario de la pire éventualité » en terme d’accroissement de la concentration des gaz à effet de serre SCÉNARIO DE LA PIRE ÉVENTUALITÉ dans l’atmosphère entraînée par la combustion rapide de toutes les réserves de combustibles fossiles de la planète * Impacts précipités – les humains perdent la TEMPÉRATURES HISTORIQUES

Point de non retour*

~

**

www.partivert.ca/files/Plan_Climat.pdf

Année

capacité de freiner la hausse de la température mondiale moyenne ainsi que tout contrôle sur le destin de la race humaine ** Température de la Terre au début de l’ère industrielle De : New Scientist, 4 mars 2006

1


Parti Vert du Canada PROGRAMME ÉLECTORAL, première partie …Suite de la page 1 « Je pense qu’un scénario du statu quo assurerait la désintégration future (de la calotte glaciaire) de l’Antarctique occidental et de certaines portions du Groenland. »

« On reçoit une série de commentaires très positifs, puis tout à coup tout s’effondre et le niveau de la mer monte à un rythme effréné. La dernière fois qu’une partie de la calotte glaciaire a fondu, cela a entraîné une hausse du niveau de la mer à un rythme de 5 mètres par siècle. »

– James Hansen, directeur du Goddard Institute for Space Studies de la NASA à New York. Citations tirées d’entrevues réalisées en mars 2006 et en février 2007.

Il est clairement ressorti du dernier rapport du GIEC, publié en mai 2007, que si nous maintenons le cap actuel du développement, nous aurons de graves difficultés. Afin d’éviter les pires répercussions du réchauffement climatique, il est urgent d’agir à l’échelle internationale en prenant les mesures les plus ambitieuses pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

~

Une importante réduction dans la volonté de réduire le CO2 au Sommet de Montebello

Le Partenariat pour la sécurité et la prospérité (PSP) – sommet des sommités politiques du Canada, du Mexique et des États-Unis qui a eu lieu à Montebello à la fin août 2007 – promet de réduire la volonté de réduire les gaz à effet de serre (GES).

Le gouvernement Harper : •a émis un communiqué vieux de deux mois pour expliquer son nouveau plan d’action pour réduire les GES; •ne prévoit aucun échéancier ni cible de réduction des GES avant 2020; •prévoit l’augmentation de la production des sables bitumineux pour assurer la sécurité énergétique des État-Unis (la production et le raffinage des combustibles fossiles compte déjà pour 36,5 % des émissions de CO2 au Canada); •a accepté d’harmoniser la réglementation nord-américaine des pesticides pour faciliter l’entrée de produits chimiques bannis au Canada. Les gaz à effet de serre (GES) produits par l’activité humaine contribuent d’une multitude de façons au réchauffement climatique, selon les quantités émises et leurs proSUN priétés de rétention OZONE SOLEIL de la chaleur. MÉTHANE CFC OXYDE DE DIOXYDE DE Des taxes sur DIAZOTE CARBONE les émissions carboniques s’appliqueront à tous les types d’émissions, proportionnellement à l’impact de leur équivalent CO2. Par exemple, la capacité du méthane à piéger la chaleur est 25 fois plus élevée que celle du CO2, par conséquent, la taxe sur les émissions de méthane sera 25 fois plus élevée que celle sur les émissions de CO2.

www.partivert.ca

Le déclin du Canada : de leader à retardataire

E

n 1988, le Canada était en fait un leader lorsqu’il a organisé la toute première conférence scientifique mondiale sur les changements climatiques, « Our Changing Atmosphere: Implications for Global Security » (L’atmosphère en évolution : implications pour la sécurité du globe). La déclaration commune des scientifiques réunis à Toronto était : « L’humanité mène une expérience inopinée, incontrôlée, et aux conséquences planétaires, dont les retombées ne sauraient être surpassées que par une guerre nucléaire mondiale. » Depuis ce jour, les émissions de gaz à effet de serre de l’humanité ont atteint des niveaux inégalés. L’inquiétude générale face aux changements climatiques a mené à la négociation de la Convention-cadre sur les changements climatiques, entérinée par plus de 150 pays, y compris le Canada, lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED) tenue à Rio de Janeiro, en 1992. En 1997, les signataires de la Convention-cadre se sont réunis à nouveau, cette fois à Kyoto (Japon), afin de définir des objectifs et des calendriers ayant force de loi pour les réductions des émissions de gaz à effet de serre. Les pays reconnaissaient que, même si les objectifs de Kyoto étaient respectés dans tous les pays, ils ne permettraient pas à eux seuls de prévenir une multiplication par deux du carbone atmosphérique. Au mieux, Kyoto retarderait son apparition de dix ans. Les prochains objectifs de Kyoto devront être beaucoup plus ambitieux. Kyoto donne à la planète son unique chance multilatérale d’éviter les répercussions catastrophiques des changements climatiques. Le Canada était d’accord avec le Protocole de Kyoto, mais nous n’avons pris aucune mesure et n’avons pas ratifié le Protocole avant 2002. Alors que le gouvernement venait enfin de mettre en place quelques programmes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, un nouveau gouvernement a été élu. Le nouveau gouvernement conservateur, dirigé par Stephen Harper, a réduit de 40 % les fonds alloués aux programmes de lutte contre les changements climatiques dans son budget de 2006; il n’a même pas épargné le très populaire « Défi d’une tonne. » Depuis ce jour, Harper a admis publiquement qu’il abandonnait les objectifs de Kyoto. Le Canada compte aujourd’hui parmi les pires pollueurs par habitant avec 23 tonnes d’équivalent CO2 par personne, par année – plus du double des émissions du Royaume-Uni et de la Suède. Notre performance est encore pire que celle des États-Unis sur le plan de l’augmentation des émissions. Les émissions du Canada atteignent près de 800 mégatonnes (MT) par an. En 1990, elles atteignaient 608 MT. L’objectif de Kyoto, soit 6 % en dessous des niveaux de 1990, est de 571 mégatonnes (MT). Pour éviter le « point de non retour » décrit plus haut, nous devons réduire nos émissions de gaz à effet de serre à 30 % en dessous des niveaux de 1990 d’ici 2020, et à 80 % d’ici 2040.

Les émissions d’équivalent CO2 du Canada par source : Exploitation minière et processus industriels 9,2 %

Édifices 10,8 %

Agriculture 7,6 %

Transports 25,2 %

Construction et usines 6,9 % Décharges 3,9 %

Production et raffinage des combustibles fossiles et production d’électricité 36,5 %

Source : www.ec.gc.ca/pdb/ghg/inventory_report/2004_report/2004_report_f.pdf

Les activités d’exploitation et de raffinage du pétrole dans les sables bitumineux d’Alberta sont la principale source canadienne d’émissions de gaz à effet de serre Fort McMurray, Alberta

Photo Nancy Groce - Smithsonian Institution

La Terre a une atmosphère très mince

qui piège et retient la chaleur du soleil à l’aide du CO2, du méthane et de la vapeur d’eau.

2

De l’espace, on peut voir que cette couche est si mince que nos émissions peuvent avoir des répercussions considérables. La stabilité de la température de la Terre est maintenue grâce à l’équilibre entre ces molécules qui absorbent la chaleur dans l’atmosphère et le rayonnement du soleil.

Pour réduire les émissions de GES, nous avons la responsabilité mondiale de cesser l’extraction et l’exportation de quantités de plus en plus importantes de combustibles fossiles.

www.partivert.ca/files/Plan_Climat.pdf


! s e é d i s e c e r d n e

Parti Vert du Canada PROGRAMME ÉLECTORAL, première partie

r p e r à s a p z e t i s é N’h

www.partivert.ca

– le e mondiale de l’environnement Communiqué de presse – Journé

5 juin 2007

Prévenir la catastroph

e

e nouvelle révolution énergétiqu

nte son plan détaillé pour un e climatique : le Parti Vert prése

pour la Journée mondiale de ui le cadeau du Parti au Canada d’h our auj oilé énergétique prodév a , ada Can du issions de carbone, et un avenir chef du Parti Vert ém la les y, faib Ma de eth c zab ave Eli nte – issa WA flor TA ie iques. OT plet pour la création d’une économ ngements climatiques catastroph cha com e des mm tion gra ven pro pré un : de nt ale me ndi nne mo l’enviro pagne sa place de chef de file dans la cam pre et vert, qui rendra au Canada de l’environnement, le Plan aujourd’hui, Journée mondiale Mme May a présenté à Ottawa r prévenir une catastrophe velle révolution énergétique pou climatique du parti vert : une nou istre Stephen Harper, du mient à l’intention du premier min planétaire, avec un message urg pposition : Baird, et des chefs des partis d’o nistre de l’Environnement John es, et elles t radicales, mais tout à fait faisabl son es Ell es. idé ces dre ren rep émissions « N’hésitez pas à ifs de Kyoto pour la réduction des ect obj nos s ver s ide rap es ncé rieurs à permettront des ava ent planétaire à des niveaux infé ffem hau réc du en inti ma le et re, de gaz à effet de ser temps à perdre. » 2 degrés Celsius. Il n’y a pas de à Heiligendamm au Sommet du Groupe des huit pe tici par e istr min r mie pre le jour, Mme May Tandis que est le premier article à l’ordre du ue atiq clim nt me nge cha le où le gouverne(Allemagne) ter l’attitude défaitiste prônée par reje de r rpe Ha M. à é and dem objectifs de a instamment Canada dans Kyoto et d’autres du ent em gag l’en r me ffir réa de ment Bush, et et long terme. réduction des émissions à moyen » a déclaré Mme May. ner sur les traînards de la planète! alig s nou de nt me mo le pas st des combustibles « Ce n’e ion et d’ambition. La transition vis de uve pre e fair de nt me mo commerciale de « C’est le résente la plus grande occasion rep s ble ela ouv ren s rgie éne aux r cette occasion fossiles éral qui refuse obstinément de voi féd ent nem ver gou Un ps. tem re du Canada. » tous les et met en péril la prospérité futu oirs dev ses s tou à e nqu ma ir et de la sais Claude Le leader adjoint du Parti Vert ns du Parti itio Elizabeth May, chef du Parti Ver pos Genest a ajouté que les pro t du Canada . ada Can du mie seraient bonnes pour l’écono profiter des « Elles permettront au Canada de ergie et du es issus de la conservation de l’én iqu nom éco ges nta ava es abl roy inc », a-t-il déclaré. à faibles émissions de carbone ies log hno tec de nt me ppe elo dév les émissions de position immédiate d’une taxe sur l’im est rt Ve ti Par du n pla du ccordent à dire La pièce maîtresse i 2020 au besoin. Les experts s’a d’ic nne $/to 100 à a ser pas qui , émissions de gaz à carbone de 50 $/tonne yen le plus efficace de réduire les mo le ait ser e bon car de ons issi e serait dangereuse sur qu’une taxe sur les ém taxe sur les émissions de carbon une qu’ t sen pen s tain cer , ant ument d’information cieffet de serre; cepend sont repris en détail dans le doc erts exp des ires nta me com s le plan politique. (Le joint.) pe du litre d’essence e de 50 $/tonne, le prix à la pom bon car de ons issi ém les sur e ssivement d’autres impôts Avec une tax permettraient de réduire progre s ale fisc s ette rec Ces s. sou 12 itatifs fiscaux à la réduction augmenterait de rges sociales, et d’offrir des inc cha les et enu rev le sur pôt l’im et taxes, dont bone (CO2). des émissions de dioxyde de car plafond des émissions et de ent la création d’un système de lem éga te por com rt Ve ti Par du émissions de carbone pour Le plan N) et la création d’une bourse des DE (PE es rolières, abl oci nég n sio mis droits d’é nies minières, industrielles, pét pag com s nde gra les dit ent rem la moitié des émissions les grands émetteurs finaux, aut rmique responsables de près de the ité tric lec d’é es tric duc pro et isé par une entité non gazières d’émissions de CO2 sera superv dits cré des nge cha L’é . t ada in Can jo totales du st, leader ad Claude Gene du Canada gouvernementale.

du Parti Vert les mesures suivantes : un niveau d’énergie Le plan du Parti Vert prévoit aussi acité énergétique d’ici 2025 puis ffic d’e eau niv t hau un ttre me osables, les déper iments du Canada pour es vertes déductibles du revenu imp èqu oth hyp les s, ble rsa •La réhabilitation de tous les bât bou rem pour cela les crédits d’impôt zéro à partir de 2025, en utilisant ux renouvelables. des appareils éléré à 100 %, et des prêts fédéra i 2015, avec un retrait du marché d’ic s ger ductions pour amortissement acc éna om ctr éle ils are app la norme Energy Star® à tous les •Des lois et règlements imposant bles du es d’ici 2010. r les sources d’énergie renouvela ppe elo dév à es et des ampoules les moins efficac tiné des e bon car ions de uses conditionnelles sur les émiss •Des politiques telles que les cla iculaires, de 30 % pour la réduction des émissions véh Canada. nés tion ven sub es mm gra pro des itions réglementaires et •Des incitatifs fiscaux, des dispos partir de 2015. d’ici 2015, et de 85 % d’ici 2040. ligation de capturer le méthane à l’ob et , ges har déc les tes tou à s de foresterie qui thane ions de carbone, pour les société iss ém •L’imposition d’une taxe sur le mé des ion uct réd la r pou al e sur leurs terrains. bone, ou un dégrèvement fisc ntation nette des puits de carbon me aug •Une taxe sur les émissions de car une t soi e, bon car de ge bone. te du stocka domestique des émissions de car é rch ma n déclareront soit une diminution net d’u r ieu tér l’in à re, ter s la ssive des rs qui séquestrent le carbone dan s de houille, et la fermeture progre che cou les •Des subventions aux agriculteu par t dui pro ne tha mé au au charbon, au pétrole, au gaz et •La suppression des subventions . role pét au et thermiques, au gaz e, et création d’une banque canabon car de n sio mis centrales électriques nucléaires, d’é dits cré des les cation tionales de vérification et de certifi ncadrement des banques d’émission de carbone locales et provincia •L’instauration de normes interna d’e le éra féd re ainsi que d’une structu dienne des émissions de carbone al. oindre des pensations carbone au niveau loc s maritimes internationaux, et y adj ort nsp afin de promouvoir la vente des com tra les et on iati l’av s de lure inc Kyoto au-delà de 2012 pour y es technologies à faibles émission utr d’a et es iqu ctr éle les icu véh •L’élargissement du Protocole de des eloppement de l’énergie solaire, engagements d’accélération du dév n ais inévitables, avec la constitutio orm dés t son qui carbone. ues atiq clim s ement desdaptation pour faire face aux dérègl création d’un fonds pour l’adaptation au changement climatique la •La mise en place de stratégies d’a et s, ale ion parer des stratégies rég ffement climatique. d’un groupe de travail chargé de pré hes « naturelles » liées au réchau rop ast cat des par ées ast dév es catastrophe planétaire : tiné à aider les zon tion énergétique pour prévenir une révolu ue du Parti Vert : une nouvelle Version intégrale du Plan climatiq an_Climat.pdf at_document_de_travail.pdf http://www.greenparty.ca/files/Pl : http://www.partivert.ca/files/Clim one carb de ns ssio émi les sur es sur la taxe Résumé du Plan et commentair .06.2007 .greenparty.ca/fr/background/06 ww Points de discussion : http://w

3


Parti Vert du Canada PROGRAMME ÉLECTORAL, première partie

www.partivert.ca

Vision du Parti Vert : faire passer le - Éditorial du Los Angeles Times, 28 mai 2007

Seul le Parti Vert du Canada a le courage de demander une taxe sur les émissions de carbone.

LE PARTI VERT PRENDRA LES MESURES SUIVANTES :

1

AMORCER UN VIRAGE FISCAL AVEC LA CRÉATION D’UNE TAXE SUR LES ÉMISSIONS DE CARBONE; RÉDUIRE LES AUTRES TAXES

Imposition immédiate d’une taxe de 50 $/tonne d’équivalent CO2 suivie d’une mesure de son impact puis, si c’est nécessaire pour atteindre les réductions cibles, d’une augmentation de la taxe jusqu’à 100 $/tonne d’équivalent CO2 (le coût chiffré du changement climatique selon Stern) d’ici 2020. Étant donné qu’un litre d’essence produit 2,34 kg d’équivalent CO2, une taxe de 50 $/tonne augmenterait le prix à la pompe de seulement 12 cents par litre. Les recettes de la taxe sur les émissions de carbone permettront de réduire d’autres taxes, comme l’impôt sur le revenu et les charges sociales, et de créer des incitatifs fiscaux à la réduction des émissions d’équivalent CO2. L’imposition d’un supplément carburant fixé au niveau fédéral servira à répercuter la taxe sur les émissions de carbone au consommateur afin d’uniformiser les règles du jeu pour les transporteurs commerciaux (p. ex., chauffeurs de taxi et camionneurs sous-traitants).

Les grands émetteurs finaux (GEF) répandent beaucoup trop de CO2 dans l’atmosphère

Que disent les experts à propos d’une taxe sur les émissions de carbone? « La pollution doit se payer. Aujourd’hui, polluer ne revient pas assez cher, et ne pas polluer revient trop cher. » ~ Don Drummond, économiste principal, Banque TD, le 7 mars 2007

« [L’argument selon lequel des taxes sur le pétrole ou les émissions de carbone détruiraient une économie est] fondamentalement erroné. Premièrement, je ne pense pas que ces taxes auraient un impact important sur l’économie dans son ensemble. Deuxièmement, sans ces taxes, vous pouvez être sûrs que l’économie sera par terre dans les 30 prochaines années. » ~ Paul Volcker, ex-gouverneur, Réserve fédérale américaine, le 6 février 2007

« Si votre objectif est une réduction des émissions de gaz à effet de serre, une taxe sur les émissions de carbone est sans conteste un des meilleurs moyens d’y parvenir. »

2

INSTAURER UN PLAFOND SUR LES ÉMISSIONS DE CARBONE ET LE VOLUME D’EXTRACTION

Établissement d’un plafond strict sur les émissions de carbone pour les grandes industries (grands émetteurs finaux – GEF). Mise en place d’un plafond global sur le volume d’extraction des combustibles fossiles pour freiner à la source l’augmentation des émissions de carbone au Canada. Les GEF produisent 50 % environ des émissions d’équivalent CO2 du Canada. Ce sont des sociétés minières, des usines, des raffineries de pétrole, des usines à gaz et des centrales thermiques. Les GEF qui réduiront leurs émissions de carbones en dessous de leur plafond obtiendront des crédits de carbone qu’ils pourront vendre. Les GEF pourront aussi acheter des crédits de carbone pour respecter leurs plafonds.

Limiter l’extraction des combustibles fossiles aux volumes actuels. Réduire progressivement leur utilisation au fil du temps.

Source : Gouvernement du Canada – Institut océanographique de Bedford

4

L

e plan d’action du Parti Vert pour réduire progressivement les émissions de gaz à effet de serre du Canada est réaliste et complet. Nous utiliserons le virage fiscal vert pour taxer la pollution tout en réduisant les impôts et les charges sociales. Une taxe sur les émissions de carbone est la pierre angulaire du rééquilibrage fiscal afin que les prix tiennent compte des dommages causés par l’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Mais un gouvernement vert ne limitera pas son action à un virage fiscal. Nous éliminerons les subventions versées à l‘industrie des combustibles fossiles, imposerons des plafonds à l’extraction de charbon, de gaz et de pétrole et les remplacerons par des incitatifs fiscaux attrayants et soutiendrons des mesures d’économie d’énergie et le développement des énergies renouvelables. Nous introduirons des règlements et des programmes au service du consommateur pour aiguiller la société canadienne vers un avenir à faibles émissions de carbone.

~ Doug Porter, économiste principal adjoint, BMO

« Deux choses s’imposent pour stabiliser les concentrations des gaz à effet de serre : faire payer le carbone, de préférence par une taxe sur les émissions de carbone pour inciter les entreprises et les particuliers à réduire leurs émissions, et une concurrence technologique. »

~ Chris Green, professeur d’économie, Université McGill « Je comprends très bien pourquoi cette [taxe sur la teneur en carbone des carburants] paraît impossible sur le plan politique, mais nous sommes justement là pour reculer les limites du possible. »

~ Al Gore, ex-vice président des É.-U., le 21 mars 2007

« Une taxe sur les émissions de carbone est la façon la plus simple de transmettre un signal sur les prix pour tenir compte des dommages causés par la combustion des combustibles fossiles, et la façon la plus efficace de changer les habitudes de notre société. »

~ Guy Dauncey, porte-parole du Parti Vert sur le climat et président de la British Columbia Sustainable Energy Association

$

L’industrie pétrolière et gazière canadienne enregistre des profits de plus de 20 milliards de dollars par année. Une taxe sur les émissions de carbone permettrait au gouvernement de réduire d’autres taxes payées par toute la population canadienne et de financer des programmes visant à prévenir une catastrophe climatique.

www.partivert.ca/files/Plan_Climat.pdf

Les grandes industries pollueuses, quant à elles, ont tout à gagner d’un système de plafond des émissions et de droits d’émission négociables (PEDEN) qui chiffre le coût de la pollution et permette le fonctionnement d’une bourse des émissions de carbone. Nous introduirons des lois qui favorisent le développement de véhicules à plus faible consommation de carburant, une meilleure productivité énergétique des gros appareils électroménagers et, avec la collaboration des provinces et des villes, nous développerons

Peu importe ce que nous faisons, l’ère des co Consommation (quads)

« Une taxe sur les émissions de carbone est le moyen le plus sûr, le plus efficace et le moins cher de combattre un changement climatique apocalyptique. »

1 quad = 1015 BTU En 2004, les États-Unis consommaient approx. 1 quad tous les 3 jours

Année

Avant J.-C.

A.D.

A.D.

A.D.

Évolution de l’utilisation des différentes sou complète vers les sources d’énergie ren

Bois de chauffage

Charbon P Énergie nucléaire

ANNÉE

3

1600

1700

1800

1900

ÉLIMINER LES SUBVENTIONS; ABANDONNER PROGRESSIVEMENT LES CENTRALES ÀCOMBUSTIBLE FOSSILE

Élimination immédiate de toutes les subventions au charbon, au pétrole, au gaz et au méthane produit par les couches de houille. Abandon progressif de la production d’électricité d’origine fossile. Obligation pour toutes ces industries de piéger et de stocker (en les pompant à de grandes profondeurs) un pourcentage croissant de leurs émissions de CO2.

4

DIRE NON À L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE

Suppression de tous les financements et garanties financières du gouvernement aux nouvelles centrales nucléaires, car le traitement de l’uranium produit des émissions de carbone substantielles, l’énergie nucléaire présente de nombreux risques, et aucune technologie ne permet de traiter de façon satisfaisante les déchets nucléaires. Fermeture progressive des centrales nucléaires et des mines d’uranium existantes. Maintien des garanties du gouvernement uniquement pour le stockage des déchets radioactifs actuels.

Il n’existe aucun moyen sécuritaire pour stocker les déchets nucléaires qui demeurent radioactifs pendant des millénaires


Parti Vert du Canada PROGRAMME ÉLECTORAL, première partie

www.partivert.ca

e Canada de traînard à chef de file et financerons des programmes pour améliorer l’efficacité énergétique de tous les bâtiments, développer des modes de transport en commun respectueux de l’environnement et récompenser la croissance intelligente. Ce ne sont pas là que de belles promesses. Des Verts au pouvoir dans des douzaines de pays sont sur le point de réaliser ces objectifs. Voici les 17 étapes indépendamment chiffrées dans le cadre d’un budget fédéral vert équilibré qui permettront d’atteindre et de dépasser nos objectifs de Kyoto.

ombustibles fossiles sera de très courte durée

7

CRÉER UNE BANQUE CANADIENNE DES ÉMISSIONS DE CARBONE

Soutient à la création de normes internationales de vérification et de certification des crédits d’émission de carbone. Instauration d’un plafond et d’une taxe sur les émissions de carbone (afin d’établir la valeur marchande des émissions de carbone), suivie de la création d’une Banque canadienne des émissions de carbone et d’une structure fédérale d’encadrement des banques des émissions de carbone locales et provinciales afin de promouvoir l’achat de compensations de carbone au niveau local. (Une compensation de carbone est un investissement dans des projets qui évitent ou absorbent les émissions de GES proportionnellement à la quantité d’émissions émises par l’investisseur.) Supervision de la vente aux enchères et de l’échange d’équivalent CO2 par un organisme non gouvernemental.

8

CONSERVER LES PUITS DE CARBONE DES FORÊTS

A.D.

A.D.

A.D.

A.D.

A.D.

A.D.

A.D.

urces d’énergie au fil du temps et transition nouvelables projetée pour le 21e siècle

Énergie solaire, éolienne, hydroélectrique, marémotrice, des vagues et géothermique et biocombustibles

Pétrole et gaz

2000

2100

5 6

2200

2300

Obligation pour toutes les sociétés forestières de payer une taxe sur les émissions de carbone proportionnelle à la perte nette de stockage de carbone sur leurs terres, ou octroi d’un dégrèvement fiscal correspondant au gain net des puits de carbone. Conservation des puits de carbone des forêts anciennes et boréales. Octroi d’un dégrèvement fiscal de cinq ans aux sociétés qui obtiennent la certification FSC pour leurs pratiques de foresterie écologiques axées sur la conservation.

PETIT TRAIN VA LOIN! La réalisation de gains d’EFFICACITÉ dans tous les aspects de la consommation énergétique contribuera de façon substantielle à réduire les émissions de gaz à effet de serre

Conformité de tous les appareils électroménagers vendus au Canada aux normes Energy Star® d’ici 2015. Les électroménagers et les ampoules non conformes seront retirés du commerce progressivement, certains dès 2010.

MODERNISER LES BÂTIMENTS POUR ÉCONOMISER DE L’ÉNERGIE

Modernisation de tous les bâtiments du Canada pour permettre un niveau élevé d’efficacité énergétique d’ici 2025; imposition d’un niveau d’énergie zéro à tous les nouveaux bâtiments à partir de 2025, en utilisant pour cela les crédits d’impôt remboursables, les hypothèques vertes déductibles du revenu imposable, les déductions pour amortissement accéléré à 100 %, et des prêts fédéraux renouvelables. Collaboration avec les provinces et les villes pour réviser les codes du bâtiment afin d’y inclure des mesures d’efficacité énergétique, dont l’installation obligatoire de chauffe-eau solaires et de précâblage pour l’énergie solaire PV sur tous les nouveaux bâtiments.

Murs extérieurs mal isolés Fenêtres ouvertes Fenêtres à vitre simple Plafond de la cave mal isolé Chaudière sans minuterie

10

INSTAURER PROGRESSIVEMENT L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE

Versement de subventions aux agriculteurs qui maintiennent et augmentent le taux de séquestration du carbone dans la terre. Imposition de taxes sur les émissions de carbone à la production de méthane. Mise en place d’un plan pour une transition rapide vers une agriculture 100 % biologique, sans engrais à base de combustibles fossiles.

Exploitation de type biologique au Québec

Adriane Carr, leader adjointe du Parti Vert du Canada, visite une exploitation biologique à Senneville

La mise en œuvre des politiques décrites dans le programme du Parti Vert, dont les remises de taxe et les crédits d’impôt accordés pour les améliorations énergétiques, pourraient réduire de notre demande d’énergie

9

Rénover pour économiser Consommation d’énergie pour le

50 %

CAPTURER LE MÉTHANE DES DÉCHARGES

Obligation pour toutes les décharges de payer une taxe sur le méthane (équivalent CO2) proportionnelle à leurs émissions, en plus de capturer le méthane à compter de 2015. Adoption du système allemand de recyclage obligatoire et imposition d’une « conception recyclage » pour l’industrie qui devra prendre en charge le recyclage de ses produits à la fin de leur cycle de vie utile.

La conservation de l’énergie crée de l’emploi et réduit les GES

Toiture mal isolée

1) Pour les particuliers : Octroi de crédits d’impôts et de remises de taxe pour les gestes personnels afin de réduire les émissions de GES; réductions d’impôt pour les contribuables à revenus faibles ou moyens en compensation des hausses des prix attribuables à la taxe sur les émissions de carbone. 2) Pour les travailleurs : Instauration de programmes pour une transition équitable; création de nouveaux emplois dans le secteur de la conservation de l’énergie et des technologies à faible teneur en carbone. 3) Pour l’industrie : Uniformisation des règles du jeu dans le secteur de l’énergie afin que les sources d’énergie renouvelables puissent concurrencer les combustibles fossiles; nouvelles possibilités d’investissement dans les technologies à faible teneur en carbone; occasions d’échange de droits d’émission de carbone pour les leaders qui prennent les devants. 4) Pour tout le monde : Sentiment de sécurité accru et de fierté sur le plan international pour nos efforts collectifs.

2400

EXIGER L’ACHAT D’APPAREILS ÉLECTROMÉNAGERS CONFORMES AUX NORMES ENERGY STAR®

Pertes énergétiques attribuables à :

Que signifie pour vous le Plan Vert du Parti Vert?

Améliorations possibles :

11

RÉDUIRE L’UTILISATION DES VOITURES ET LEURS ÉMISSIONS

Réglementation des émissions véhiculaires afin de réduire le CO2 de 30 % d’ici 2015, et de 85 % d’ici 2040. Mise en place d’allègements fiscaux, de fonds et de programmes pour favoriser les déplacements à vélo, par transports en commun, en autobus, en train ou à pied ainsi que le télétravail et la vidéoconférence. Élimination des subventions fédérales pour l’élargissement du réseau routier, comme l’initiative de la Porte et du Corridor AsiePacifique, qui favorisent le mitage et l’utilisation accrue des véhicules. Offre d’incitatifs fiscaux aux fabricants canadiens de véhicules extrêmement efficaces, de véhicules électriques hybrides rechargeables et de véhicules électriques, et aux personnes qui achètent ces véhicules.

Le train léger électrique : une solution stratégique pour le transport en commun Le train sur rail léger MAX de Tri-Met (ci-dessous) sera en opération sur la « ligne verte » à Portland (Oregon) dès 2009.

Panneaux solaires thermiques Appareil de chauffage au gaz naturel Isolation de la toiture chauffage des pièces et de l’eau par mètre carré et par année* Système de ventilation Après: Avant: Fenêtre à double vitrage pour la rétention de la chaleur Isolation du plafond de la cave * Pour une maison unifamiliale construite Isolation du mur entre 1979 et 1983 extérieur

www.partivert.ca/files/Plan_Climat.pdf

5


Parti Vert du Canada PROGRAMME ÉLECTORAL, première partie

www.partivert.ca

LE CANADA DOIT FAIRE PARTIE DES SOLUTIONS MONDIALES

12

ATTEINDRE, PUIS DÉPASSER, LES OBJECTIFS DE KYOTO

Réaffirmation de l’engagement du Canada dans les objectifs de Kyoto ainsi que d’autres cibles de réduction des GES à moyen et long terme : les émissions de GES du Canada atteignent près de 800 MT d’équivalent CO2 par an, soit environ 27 % au dessus des niveaux de 1990.

Le réchauffement climatique accélère la désertification déjà entreprise à l’échelle mondiale par le biais du surpâturage, de la déforestation et de l’érosion. La désertification entraîne des conflits armés, créant ainsi des millions de « réfugiés environnementaux » désespérés.

Les objectifs du Parti Vert pour la réduction du CO2 au Canada sont :

• 6 % de moins qu’en 1990 d’ici 2012 (30 % de moins qu’aujourd’hui) • 30 % de moins qu’en 1990 d’ici 2020 (47 % de moins qu’aujourd’hui) • 50 % de moins qu’en 1990 d’ici 2030 (62 % de moins qu’aujourd’hui) • 80 % de moins qu’en 1990 d’ici 2040 (85 % de moins qu’aujourd’hui)

13

ÉLARGIR LA PORTÉE DE KYOTO AU-DELÀ DE 2012

Négociation de l’élargissement de Kyoto afin d’inclure d’autres pays (p. ex., États-Unis, Chine, Australie et Inde). Élargissement de la portée et dynamisation du Protocole de Kyoto au-delà de 2012 pour atteindre des objectifs de réduction plus ambitieux et ainsi éviter le réchauffement climatique précipité, les étendre à l’aviation et la marine marchande, et y adjoindre des engagements d’accélération du développement de l’énergie solaire, des véhicules électriques et d’autres technologies à faibles émissions de carbone.

LE CANADA CONTINUERA À FAIRE PARTIE DU PROBLÈME MONDIAL :

•si nous abandonnons le Protocole de Kyoto — ratifié par 169 pays — et devenons l’allié des plus grands émetteurs de carbone comme les États-Unis et l’Australie.

•si nous contribuons à perpétrer la crise

climatique mondiale en haussant la production et l’exportation nationale de combustibles fossiles. Nos exportations de gaz et de pétrole ont augmenté de 2,5 fois entre 1990 et 2004. La production de pétrole extrait des sables bitumineux triplera à 3 millions de barils par jour d’ici 2015. Le Canada prévoit verser des subventions à l’industrie des combustibles fossiles jusqu’à 2015.

•si nous refusons d’accueillir des réfugiés environnementaux.

•si nous refusons de doubler notre aide

internationale pour atteindre notre objectif de longue date de 0,7 % du PIB d’ici 2015 afin d’aider les pays qui connaissent des désastres causés par les changements climatiques comme la sécheresse, la désertification, les inondations, de mauvaises récoltes et des pénuries d’eau.

VULNÉRABILITÉ AUTRES RÉGIONS Sec Froid Humide ou non vulnérable Glace ou glacier

Faible Modérée Élevée Très élevée

14

KILOMÈTRES

USDA-NRCS, Soil Survey Division, World Soil Resources, Washington D.C.

INVESTIR DANS LE DÉVELOPPEMENT PROPRE

Compensation des écarts par rapport à nos objectifs de première phase de Kyoto par des crédits internationaux obtenus grâce à l’application conjointe et au mécanisme de développement propre (MDP). Ces deux mécanismes offerts par Kyoto ont également l’avantage d’aider d’autres pays, notamment les pays en développement, à réorienter leurs économies et leurs systèmes d’énergie vers un avenir à faibles émissions de carbone. Le problème a des dimensions planétaires; dans la lutte contre la menace des changements climatiques, les réductions des émissions de carbone des pays en développement sont tout aussi précieuses que celles qui interviennent au Canada.

15

INVESTIR DANS DES STRATÉGIES D’ADAPTATION

Mise en place de stratégies d’adaptation pour faire face aux dérèglements climatiques qui sont désormais inévitables. Constitution de groupes de travail chargés de préparer des stratégies régionales avec la participation de toutes les parties prenantes. Création d’un fonds pour l’adaptation aux changements climatiques destiné à aider les zones dévastées par des catastrophes « naturelles » liées au réchauffement planétaire, et pour permettre aux municipalités, par exemple, d’adapter des infrastructures affectées par des régimes hydrauliques irréguliers, de bâtir des levées de terre dans les zones devenues inondables ou de conserver l’eau pour faire face à des sécheresses. Les stratégies d’adaptation sont importantes notamment pour l’Arctique qui connaît actuellement les plus fortes hausses de températures du Canada.

Environ 200 millions de réfugiés environnementaux d’ici 2040 proviendront aussi bien des zones inondées que désertifiées où les établissements humains ne pourront plus être maintenus.

6

Prévisions Miller ÉCHELLE

Survenue moins de 24 heures après l’annonce d’une entente volontaire avec les alumineries sur la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), la décision de Québec d’autoriser la construction d’un port méthanier à Gros-Cacouna annule pratiquement tous les efforts de cette industrie. En effet, les 150 000 tonnes de réductions projetées d’ici 2012 par les alumineries seront essentiellement comblées par les 130 000 tonnes de GES que devrait générer le port méthanier de Gros-Cacouna, soit l’équivalent des émissions produites par 29 000 voitures.

16

Source : Coalition Québec Vert Kyoto

FAIRE DU GOUVERNEMENT UN LEADER

Application des mêmes objectifs de réduction des GES à l’ensemble des opérations du gouvernement fédéral. Application de « clauses conditionnelles sur les émissions de carbone » à tous les financements fédéraux accordés aux provinces, villes et institutions, qui devront prouver qu’elles ont obtenu des réductions des émissions de carbone pour bénéficier de financement ou obtenir des contrats fédéraux.

La montée des océans signifie que les côtes basses sont plus vulnérables aux ondes de tempête. Les stratégies d’adaptation supposent des changements au développement des zones côtières.

Comment le Canada aidera-t-il?

Comment le Canada s’adaptera-t-il?

Basse terre insulaire du Pacifique

Davis Bay, Sunshine Coast (C.-B.) dans le détroit de Georgie (tempête de février 2006)

www.partivert.ca/files/Plan_Climat.pdf


Parti Vert du Canada PROGRAMME ÉLECTORAL, première partie

www.partivert.ca

DES COMBUSTIBLES FOSSILES AUX SOURCES D’ÉNERGIE RENOUVELABLES : UNE RÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE BONNE POUR LA PLANÈTE ET L’ÉCONOMIE

17

DÉVELOPPER RAPIDEMENT LES SOURCES DÉNERGIE RENOUVELABLES

Développement rapide des sources d’énergie renouvelables du Canada avec des programmes incitatifs et des clauses conditionnelles sur les émissions de carbone appliquées à tous les paiements de transfert fédéraux, prévoyant l’adoption à l’échelle provinciale de lois sur les conditions d’achat de l’électricité (similaires à la loi ontarienne sur les contrats d’offre standard) et de tarifs d’énergie renouvelable anticipée afin que, d’ici 2040, le Canada atteigne les objectifs de production suivants : 40 000 MW pour l’énergie éolienne, 20 000 MW pour l’énergie solaire PV, 10 000 MW pour l’énergie marémotrice et 50 000 MW pour l’énergie géothermique.

ÉNERGIE ÉLECTRIQUE SOLAIRE : POTENTIEL NATIONAL ÉNORME

En théorie, 5 % de la superficie de l’Alberta pourrait combler 100 % des besoins en énergie électrique du Canada si elle était recouverte de cellules photovoltaïques (PV)

L’Europe est le leader et chef de file mondial en ce qui a trait aux technologies d’énergies renouvelables. Le chiffre d’affaires de l’industrie européenne des énergies renouvelables atteint déjà 10 milliards d’euros et emploie 200 000 personnes.

~ Renewable Energy In Europe: Building Capacity in Markets, European Renewable Energy Council, 2004

Les projets sur l’énergie verte des gouvernements nationaux, de l’Union européenne et des grandes entreprises permettront de créer un demi-million de nouveaux emplois environ à l’échelle européenne au cours des dix prochaines années. ~ A Guide to UK Local Agenda 21 Renewable Energy Projects, Sommet de la Terre, 2002

Selon le rapport de l’Association canadienne de l’énergie éolienne intitulé « Le Développement de l’industrie éolienne au Québec », avec l’objectif de 4000 MW pour 2015 : • l’industrie éolienne aura injectée plus de 5,8 milliards de dollars d’investissements au Québec; • plus de 45 000 emplois directs et indirects auront été créés ou soutenus pour la phase de construction, y compris la fabrication des éoliennes; • plus de 26 000 emplois directs ou indirects auront été créés durant la phase d’exploitation des parcs éoliens sur une période de vingt ans.

L’hydrogène et l’éthanol-carburant… des solutions viables? PESTICIDES

Source d’électricité p. ex., batterie solaire

C’est plus petit que la zone de développement des sables bitumineux

ÉNERGIE THERMIQUE SOLAIRE : POTENTIEL LOCAL ÉNORME Chauffage thermique solaire durant toute l’année (Drake Landing, Okotoks, Alberta) Centre énergétique

Panneaux solaires pour le chauffage

Panneaux solaires pour l’eau chaude La Sustainable Energy Association de Colombie-Britannique (BCSEA) vise l’installation de 100 000 toitures solaires à l’échelle de la province d’ici 2025. Réf. : www.solarbc.ca FAITS : À l’échelle planétaire, maisons dotées d’un chauffe-eau solaire : 2,5 % À l’échelle nationale, maisons dotées d’un chauffe-eau solaire : 0,05 %

VÉHICULES ÉLECTRIQUES HYBRIDES RECHARGEABLES :

½ GALLON DE

PÉTROLE PAR BOISSEAU DE MAÏS USINE

Oxygène

D’ÉTHANOL

Oxygène Hydrogène

E DU ENCOR BURANT CAR R LA POU ORMATION TRANSF

Hydrogène

Eau ENTRÉE Électrolyseur

Système de stockage de l’hydrogène

Pile à combustible

Eau Eau SORTIE SORTIE

PROBLÈMES LIÉS AUX PILES À HYDROGÈNE :

AIS ENGR IQUE M CHI

•Le recours à l’électricité verte pour diviser la vapeur d’eau entraîne une perte d’énergie de 66 % par rapport à l’électricité produite par des batteries insérées C’EST SUPER! AVEC L’ÉTHANOL NOUS directement dans le véhicule. ÉCONOMISONS DU PÉTROLE ET •Le recours au gaz naturel, une autre façon de produire de RÉDUISONS NOS ÉMISSIONS DE GES! l’hydrogène (H2), produit des émissions de CO2. PROBLÈMES LIÉS À L’ÉTHANOL-CARBURANT : •Aucun constructeur d’automobiles n’est disposé à En tenant compte de tous les combustibles fossiles produire en masse des voitures à hydrogène avant la construction d’un réseau de distribution d’hydrogène, et utilisés pour produire de l’éthanol à partir de céréales, le rendement énergétique « net » est plus inversement. •Les véhicules électriques hybrides rechargeables seront que négligeable, et n’entraîne pas de réductions prêt d’ici 2012 et représenteront une solution beaucoup importantes des émissions de GES. L’utilisation des terres agricoles aux fins de production d’éthanol plus logique. entraînerait des pénuries de vivres. Il est beaucoup Remarque : Le temps manque pour régler ces problèmes afin que l’hydrogène devienne le remède. Utiliser l’énergie plus logique de produire de l’éthanol à partir de déchets cellulosiques qui n’entrent pas dans le nucléaire ou le gaz pour produire de l’hydrogène n’est pas développement des sols. une solution viable! Dessin humoristique : Adaptation de Andy Singer, GreenList, 22 juillet 2006

LES ÉNERGIES INTERMITTENTES – ÉOLIENNE, MARÉMOTRICE ET SOLAIRE JUMELÉES À L’HYDROÉLECTRICITÉ ET À LA GÉOTHERMIE FOURNISSENT UNE ÉLECTRICITÉ RÉGULIÈRE

POTENTIEL DE TRANSPORT À FAIBLES ÉMISSIONS

1) Prenez une hybride, comme la Prius…

Par exemple, lorsque les éoliennes produisent de l’électricité, la production hydroélectrique diminue et l‘eau s’accumule derrière les barrages. Les réservoirs, comme les batteries, se « rechargent » avec l’énergie potentielle. Lorsque les vents tombent, l’eau accumulée dans les réservoirs permet d’augmenter la production hydroélectrique pour faire face à la demande.

2) Ajouter des batteries supplémentaires Résultat : Un véhicule électrique hybride rechargeable (VEHR)

Remarque : Le rendement énergétique du VEHR est excellent et peut réduire la consommation de carburant de 85 %

Photo : Jim Harris, ancien chef du Parti Vert, avec sa Prius

www.partivert.ca/files/Plan_Climat.pdf

Barrage Hugh Keenleyside, lacs en Flèches, et centrale électrique (à droite)

7


Parti Vert du Canada PROGRAMME ÉLECTORAL, première partie

www.partivert.ca

Quel parti politique offre toutes les solutions? POLITIQUE

BLOC CONSERVATEURS PARTI VERT LIBÉRAUX

NPD

Instaurer une taxe sur les émissions de carbone (le moyen le plus efficace de réduire les émissions de GES)

Oui

Non

Oui

Non

Non

S’engager à atteindre les objectifs de Kyoto en matière de réduction des émissions de GES

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

Instaurer un plafond sur la quantité de combustibles fossiles produits au Canada, y compris dans les sables bitumineux d’Alberta

?

Non étendre les projets

Non fixer des

? freiner l’élargissement

Mettre fin aux subventions fédérales pour les projets qui augmentent l’utilisation des véhicules et le mitage

No

Non

Oui

Non

Abandonner progressivement l’énergie nucléaire et l’extraction d’uranium

Oui

Non

Oui

?

d’extraction des sables bitumineux de 4 à 5 fois

Oui

plafonds et des projets d’extraction; capturer les entreprendre la capture émissions du carbone

Non

(p. ex., l’Initiative de la Porte et du Corridor de l’Asie-Pacifique)

^

L’approche au ralenti du gouvernement Harper ne permettra pas de réduire les émissions de GES à temps pour respecter les engagements du Canada et contribuer à prévenir les répercussions précipitées du réchauffement climatique… et aucun parti de l’opposition, sauf les Verts, n’a le courage d’exiger les mesures ambitieuses qui s’imposent.

Plus d’autoroutes pour plus de voitures et de camions accélère le réchauffement climatique.

«S

i nous sommes sérieux à propos de la réduction des gaz à effet de serre, nous devons nous doter d’une taxe sur les émissions de carbone ou d’une mesure équivalente. » « Alors en fait, Elizabeth May est la seule politicienne à faire preuve d’honnêteté envers la population canadienne à l’heure actuelle. »

Ce genre de migrations journalières n’accroît pas le sentiment de liberté chez les gens.

Photo : Jim Tan

~ Commentaire par Mark Jaccard, économiste principal de l’énergie, Université Simon Fraser, Steep carbon tax could actually stimulate economy, Mike De Souza, Service de presse CanWest, 20 juin 2007

Oui

extraction de l’uranium?

re aut Une vérité qui dérange

Elizabeth May Chef du Parti Vert du Canada

Les solutions résident dans la création de substituts à l’utilisation des véhicules et au mitage, dans le développement des TRANSPORTS EN COMMUN, du VÉLO, de la MARCHE À PIED et des véhicules électriques hybrides rechargeables, et dans la réduction de la consommation des biens matériels.

AGISSEZ MAINTENANT pour aider à prévenir la catastrophe climatique! REMPLAÇONS LES VIEUX MYTHES :

Quelle est votre empreinte écologique en termes d’émissions de CO2?

Conduire : Voler : Électrifier : Chauffer : Chauffer :

1 litre d’essence 2,5 kg de CO2 aller-retour Victoria-Ottawa (7172 km) 2111 kg de CO2 1 kWh* d’une centrale à charbon 0,8 kg de CO2 1 litre de mazout 2,6 kg de CO2 *1 kilowattheure = énergie consommée par 10 1 m3 de gaz naturel 1,9 kg de CO2 ampoules de 100 watts, par heure

Comment réduire les émissions de CO2 de votre empreinte écologique :

8

Baissez le chauffage de votre maison • Éteignez l’air climatisé • Améliorez le rendement énergétique de votre maison • Réduisez votre demande en électricité aux heures de pointe entre 4 h et 21 h de novembre à mars • Achetez des appareils électroménagers portant la mention Energy Star® • Posez des panneaux solaires sur la toiture de votre maison • Conduisez moins • Conduisez moins agressivement • Pratiquez le covoiturage • Achetez de plus petites voitures • Déplacez-vous à pied ou à vélo ou utilisez les transports en commun

OUI! DÉCOUPEZ et retournez à :

Parti Vert du Canada CP 997, SUCC B Ottawa (ON) K1P5R1

 APPELEZ 1-866-868-3447

 CLIQUEZ www.partivert.ca

•Le progrès nécessite une croissance et une consommation soutenues; •La race humaine est indépendante de toute autre forme de vie sur la Terre; •La technologie donne aux humains un pouvoir sans limites; •Les humains sont la création la plus importante de la Terre.

PAR DES RÉALITÉS ÉVIDENTES :

•La croissance matérielle sans fin est impossible sur une planète restreinte; •Sans écosystèmes sains, les humains ne peuvent survivre; •La nature dicte les limites de ce que les humains peuvent faire; •La biosphère est la création la plus importante de la Terre.

Je veux faire un don déductible d’impôts au Parti Vert du Canada. Vous trouverez ci-joint mon chèque au montant de

100 $

Autre________$ Autre

(maximum 1100 $)

Remarque : Après le remboursement d’impôt fédéral, un don de 100 $ ne coûte que 25 $.

Veuillez appliquer 10 $ sur mes frais d’adhésion au Parti Vert du Canada. Je ne suis membre d’aucun autre parti politique fédéral _____________________ (veuillez signer)

Veuillez communiquer avec moi. Je veux contribuer à élire des députés verts pour changer l’atmosphère du Parlement. Nom (en lettre moulées)__________________________________________ Adresse postale__________________________________ Ville___________ Prov.______ Code postal_________ N° de téléphone___________________ Courriel _______________________________________________________

www.partivert.ca/files/Plan_Climat.pdf

AVEC LA PARTICIPATION DE : • Guy Dauncey - Recherche et graphisme • Adriane Carr - Rédaction et révision • Paul George - Production et recherche • Luca Palladino - Recherche • Amanda Brown - Conception graphique et mise en page • Julie Roy (Alterlingua) - Traduction

Publié en juillet 2007 par le Parti Vert du Canada CP 997, SUCC B Ottawa (ON) K1P5R1 Tél. : 1-866-868-3447 www.partivert.ca © Parti Vert du Canada 2007 Reproduction ou distribution autorisées à condition d’indiquer la source et de reconnaître les droits d’auteur. Première édition tirée à 50 000 exemplaires. AUTORISÉ PAR L’AGENT OFFICIEL


Une nouvelle révolution énergétique pour prévenir la catastrophe planétaire