__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

2 0 1 9

Innovation Spotlight Projection sur

l’innovation

buildingSMART

the Canadian chapter of buildingSMART International


Thank you to our Members! Organization Members

3Plus Drafting Services Inc. Able Engineering Inc. AECOM Canada Ltd. Aéroport de Québec Aerys North America Alberta Infrastructure Algonquin College Aon Risk Solutions APP Project Management Consulting Autodesk B+H Architects Beaudoin Canada BIM Track Inc. BIM&CO Bird Construction Inc. Bluebeam, Inc. Bluescape Construction Management Inc. BOMA Canada Brandt Positioning Technology Brownlee LLP BuildingPoint Canada Inc CANA Construction Ltd. Canadian Institute of Quantity Surveyors Carleton Immersive Media Studio Cégep du Vieux Montréal Cégep Limoilou (Service aux entreprises) Centennial College Chandos Constructon Ltd. CIMA+ Clark Builders Colas Canada Contract Glaziers DIALOG Diamond Schmitt Architects Digital Inc. Digital School Technical Design College Division 15 Mechanical Ltd. dRofus Eastern Construction Ehvert EllisDon Construction Ltd. Entuitive Corporation Fanshawe - Donald J. Smith School of Building Technology Fieldwire GEC Architeture GeoShack GET-TECH Innovative Solutions Inc. Gillam Group Inc. Global eTraining GRAITEC Groupe Canam Inc. Grupo AJ H.H. Angus & Associates Ltd. HATCH HDR Inc. Herold Engineering IBI Group IMAGINiT Technologies Innovative Technology Inc. Jablonsky, Ast & Partners

Jacobs Kasian Architecture Interior Design and Planning Ltd. Kenaidan Contracting Ltd. Kirkor Architects and Planners L360 ARCHITECTURE Inc. Leica Geosystems Ltd. Magil Construction Maple Reinders Group Ltd. MCW Consultants Ltd. Mecanica Solutions Inc. Mechanical Contractors Association of Canada Modern Niagara Multiplex Construction Canada NBS / Digicon Information Inc. Next Architecture Nova Scotia Community College Nucor Corp. OCCDC Open Design Alliance OSCO Construction Group Parkin Architects Limited PCL Constructors Canada Inc. Pinnacle Infotech Plan Group Pomerleau Inc. Procore Technologies Provencher Roy Architects RDH Architects Inc. Redcage Solutions Research and Innovation, George Brown College Revizto Richdgercomann Enterprise RJC Engineers Saskatchewan Ministry of Central Services Saskatchewan Polytechnic School of Architectural Studies, George Brown College Servant Dunbrack McKenzie & MacDonald Limited Smith + Andersen SNC Lavalin SolidCAD Southern Alberta Institute of Technology Stantec Consulting Ltd. Stuart Olson Construction Summit BIM Consulting Switch Engineering SWS Canada Consultants ltd The Mitchell Partnership Inc. The Regional Municipality of York Thompson Rivers University Tucker HiRise Turner Fleischer Architects Inc University of Calgary Vancouver Community College Victaulic Walsh Canada WSP Group York University Zeidler Architecture Zenit Consultants ZIGURAT Global Institute of Technology


Merci Ă nos membres! Individual & Student Members

Anas Abuodah, MIMAR CO. Chandan Anantharamu, International Institute of Management & Studies Marius Ardelean, Newground Aristotle Basa, BASA Architects Kelly-Robyn Bellamy, aodbt architecture + interior design Bruna Burni, Centennial College Tyler Buhr, Henry Downing Architects Eddy Bussiere, SMP Engineering Pablo Casillas, Acciona Luis Cevada, Mekes Developments Mark Chidwick, eDecisions Ltd Mohammad Delavar, BIM Manager Eyes Enterprise (BIMMEE) Rahul Dharsandia, Concordia University Khaled El Ammari, Concordia University Ben Feltham, Aecon Infrastructure - Major Projects East Stephanie Fleming, Absolute Completions Simos Georgiou, XIV Services HervĂŠ Halbout, HALBOUT Consultants Iman Homayooni, Applied Precision Inc. Robert Hughes, Keystone Architecture Daniel Hurtubise, Renzo Piano Building Workshop Antonio Jimenez, McCuaig & Associates Engineering Ltd. Siddharth Joshi, Seneca College Ashok Kavad, Concordia University Daniel Kazado, ProCS Kate Kirwan, Turner Construction Company Andrea Lee, Glaholt LLP Michael Lemieux, OLI Enterprises Tenisha Lewis, Core Architects Jason Lewis, WSP Canada Abdul Rahman Mohammad, Genesis Planners Pvt. Ltd Varunkumar Panchal, MMC Gamuda Janelie Perez, Engineering Link Incorporated Karthikeyan Rajendran, Mott MacDonald Singapore Private Ltd. Rafael Rigoni, Trimble Andrew Schofield, Tech-Line Design Jason Seifert, NXL Architects Thotapally Shreedhar, The University of Western Ontario Eva Sigurdardottir, Kaizen Foodservice Planning and Design Karan Singh, University of Toronto Brian Skripac, CannonDesign Michael Sullivan, Bush, Bohlman & Partners Lakhan Tanwar, BIM Services LLC David Tijani, Technomec Consult Mojtaba Valinejadshoubi, Concordia University Travis Van Clieaf, Reinders + Rieder Ltd Maria-Cristina Villalba, Robertson Martin Architects Inc. Jonathan Wheeldon, RDH Architects

Cover page image: Best in BIM Award winner The Library of Parliament by Carleton Immersive Media Studio Photo at right: Construction of Place Ville-Marie, courtesy of Pomerleau


The Impact of Data on the Future of Building

T

he Canadian building industry was subjected to significant disruption over the past year; the low price of oil has flattened out the Alberta market, new lending regulations and restrictions seem to have cooled off property values in BC and Ontario, while Toronto remains an outlier with commercial construction and residential densification continuing to expand. This growth, at least in part, can be attributed to the tech-boom. As an example, Toronto is outpacing San Francisco with tech-sector job creation, attracting the world’s top talent, which is driving the demand for office space in the downtown core. 2018 also marked an important year for CanBIM & buildingSMART Canada; The organizations came together to create a clear path to unification. We are now acting as a single entity by joining Executive Committees, sharing resources, and coordinating all initiatives. CanBIM will continue to drive industry involvement, while buildingSMART Canada will keep up efforts related to global Open BIM standards development and rationalizing existing standards for Canada. This strategic alignment of CanBIM & buildingSMART Canada is occurring at a crucial point in time, as the building and infrastructure industry is facing a digitization revolution. The demand for standards, products and technologies that will structure and modernize our communication and field processes is growing exponentially. In tandem, a complex ecosystem of technology offerings has materialized, competing to capture user traffic and Data. Behind all of this is a multitude of startups that are designing solutions to digitize every identifiable efficiency gap. The technology market is continuing to consolidate, however the criteria for acquisition seems to have shifted from purely focusing on traffic, revenue, and profits, to more of a question of; “Who has the most strategic Data?” The future of design, estimating, and scheduling will be automated. Machine learning needs Data to learn from, and the companies who have the largest, most complete Data set will have the advantage. Tdhis seems to be the underlying motivation around some of the consolidation this past year, most notably with Autodesk acquiring Assemble, PlanGrid and BuildingConnected. Innovation Spotlight 2019 is about all things Data – and we believe that it comes in two forms. The first, Static Data, such as asset information which we pass forward from proforma, design, and construction into the operations phase of a project; And secondly, Dynamic Data, transactional records that we use to measure events in real-time, so we can gauge the questions of ‘who’, ‘what’, ‘where’, and ‘when’ against known norms. A traditional example of Dynamic Data might include project financials, comparing the target budget against the current projections. That said, as every construction and facilities management micro-process is becoming more and more digitized, new and exciting frontiers are emerging. This might include tracking up to the minute labour productivity, identifying the root cause of change orders on live projects or even comparing lidar Data against the project BIM to update the master schedule in realtime. The true power of Dynamic Data is yet to be realized as countless projects are now dumping millions of Data points into cloud platforms. These Data points will be aggregated to measure the overall health of projects, using Data driven automated predictive failure analysis, or birthing the use of artificial intelligence to automate project estimating, planning, and operations This publication will highlight some of the impacts that technology is having on the Canadian Building and Infrastructure industry as well as provide some insights into Canadian based startups, their vision, the war for development talent, and the emerging power of Data. We are looking forward to the future together, thanks for helping to shape it!

Thomas J. Strong CanBIM President

Bill Moore buildingSMART Canada President


L’impact des données sur l’avenir du bâtiment

L’

industrie canadienne de la construction a subi des perturbations importantes au cours de la dernière année; le bas prix du pétrole a stabilisé le marché albertain, les nouvelles réglementations et restrictions en matière de prêt semblent avoir refroidi la valeur des propriétés en Colombie-Britannique et en Ontario, alors que Toronto demeure une exception, la construction commerciale et la densification résidentielle continuant à s’y développer. Cette croissance, du moins en partie, peut être attribuée au boom technologique. À titre d’exemple, Toronto surpasse San Francisco avec la création d’emplois dans le secteur des technologies, attirant les plus grands talents mondiaux, générant ainsi la demande d’espaces de bureaux dans le centre-ville. L’année 2018 a également été une année importante pour CanBIM et buildingSmart Canada. Les organisations se sont unies pour dégager la voie vers l’unification. Nous agissons maintenant comme une seule entité en rejoignant des comités de direction, en partageant des ressources et en coordonnant toutes les initiatives. CanBIM continuera de stimuler la participation de l’industrie, tandis que la société BuildingSmart Canada poursuivra ses efforts en vue de l’élaboration de normes mondiales Open BIM et de la rationalisation des normes existantes pour le Canada. Cet alignement stratégique entre CanBIM et buildingSmart Canada a lieu à un moment crucial, car le secteur des bâtiments et des infrastructures est confronté à une révolution de la numérisation. La demande de normes, de produits et de technologies qui structureront et moderniseront nos processus de communication et nos processus sur le terrain augmente de manière exponentielle. Parallèlement, un écosystème complexe d’offres technologiques s’est matérialisé, en concurrence pour la capture du trafic des utilisateurs et celle des données. Derrière tout cela, il y a une multitude de démarrages qui conçoivent des solutions pour numériser tous les écarts d’efficacité identifiables. Le marché de la technologie continue de se consolider, mais les critères d’acquisition semblent être passés de l’accent mis sur le trafic, les revenus et les profits à une question de plus en plus complexe; « Qui a les données les plus stratégiques? ». La conception, l’estimation et la planification seront automatisées à l’avenir. L’apprentissage automatique a besoin de données pour apprendre, et les entreprises qui possèdent le jeu de données le plus vaste et le plus complet en bénéficieront. Cela semble être la motivation sous-jacente d’une partie de la consolidation de l’année écoulée, notamment avec l’acquisition par Autodesk de Assemble, Plangrid et BuildingConnected. Innovation Spotlight 2019 est tout ce qui concerne les données – et nous pensons qu’elles se présentent sous deux formes. La première, sous les données statiques (Static Data), telles que les informations sur les actifs, que nous transmettons de Proforma, Conception et Construction à la phase Exploitation d’un projet. Deuxièmement, les données dynamiques (Dynamic Data), à savoir les enregistrements transactionnels que nous utilisons pour mesurer les événements en temps réel, nous permettant ainsi de jauger les questions de « qui », « quoi », « où » et « quand » par rapport à des normes connues. Un exemple classique de données dynamiques peut inclure les données financières du projet, comparant le budget cible aux prévisions actuelles. Cela dit, à mesure que chaque microprocessus de construction et de gestion des installations devient de plus en plus numérisé, de nouvelles frontières intéressantes se dessinent. Cela peut inclure le suivi de la productivité de la main-d’œuvre à la minute près, l’identification de la cause première des demandes de changement sur des projets en direct ou même la comparaison des données LiDAR avec le BIM du projet pour mettre à jour le calendrier principal en temps réel. La véritable puissance de Dynamic Data n’a toujours pas été concrétisée, car d’innombrables projets déversent maintenant des millions de points de données dans des plates-formes cloud. Ces points de données seront agrégés pour mesurer la santé globale des projets, à l’aide d’une analyse prédictive automatisée des défaillances pilotée par Data ou de l’utilisation de l’intelligence artificielle pour automatiser l’estimation, la planification et les opérations du projet. Cette publication mettra en évidence certains des impacts de la technologie sur l’industrie canadienne du bâtiment et des infrastructures et fournira des informations sur les démarrages basés au Canada, leur vision, la lutte pour le développement des talents et la puissance émergente de Data. Nous sommes impatients de voir l’avenir ensemble, merci de nous aider à le façonner!

Thomas J. Strong Président de CanBIM

Bill Moore Président de buildingSMART Canada


Table des matières

Table of Contents

Letter from the CanBIM President And BSC President

04

Lettre du président de CanBIM et du président de BSC

Making the Connection

08

Faire le lien

Complex airport logistics mitigated through layering of Data

Mechanical Engineering, Robotics & Computer Assisted Design

Une logistique aéroportuaire complexe atténuée par la superposition de données

12

An introduction to the Cégep du Vieux Montréal

Developing an Open BIM Ecosystem

Une introduction au Cégep du Vieux Montréal

18

The collaborative path towards true inoperability

The Rise of the Smart Construction Contract

20

22

33

Prix CanBIM, Gagnants de 2018 Reconnaissant les réalisations de nos membres qui font preuve de leadership et d’innovation dans le BIM

54

Unlock the power of design and engineering data

Building Data that Works for All

BIM est sur le point de devenir public Comment les gouvernements provinciaux adoptent les pratiques BIM

Recognizing the achievements of our Members who demonstrate leadership and innovation in technology

Autodesk Forge

L’essor du contrat de construction intelligent Comment le BIM, la chaîne de blocs et les contrats intelligents pourraient révolutionner l’industrie de la construction

How Provincial Governments are adopting BIM Practices

2018 CanBIM Award Winners

Développer un écosystème BIM ouvert Le chemin collaboratif vers une véritable interopérabilité.

How BIM, Blockchain, and Smart Contracts could change the construction industry

BIM is about to go Public

Génie mécanique, robotique et conception assistée par ordinateur

Autodesk Forge Libérez la puissance des données d’ingénierie et de conception

56

An interview with Summit BIM Consulting

La Hausse de la gestion Automatique de la Construction Entretien avec Summit BIM Consulting

CanBIM Education, Research & Certification

62

CanBIM Éducation, recherche et certification

Change by Design & Innovation

64

Changement par design et innovation

Four Toronto startups disrupting the AEC Scene

BIM, Bam, Boom: The Legal Implications of Making Design Better

Quatre startups torontoises perturbent la scène AEC

72

From the CanBIM Legal Committee

BIM, Bam, Boom: Les implications juridiques de l’amélioration de la conception Du nouveau comité juridique de CanBIM

Multiplex Construction

74

Multiplex Construction

What’s New at CanBIM

76

Quoi de neuf à CanBIM

Reflecting on all we’ve accomplished together in 2018

Réfléchir sur tout ce que nous avons accompli ensemble en 2018


CanBIM Member

Making the Connection

Faire le lien

By Robert Wenarchuk, Partner, GEC Architecture and Kyla Hall, BIM Lead/Technologist, GEC Architecture

By Robert Wenarchuk, partenaire, GEC Architecture et Kyla Hall, BIM Lead/Technologue, GEC Architecture

In 2016, the Calgary International Airport (YYC) opened a brand-new International Terminal Building (ITB) on its campus. In order to connect the new terminal to the existing airport, extensive renovations and upgrades were required to complete the expansion.

En 2016, l’aéroport international de Calgary (YYC) a ouvert une toute nouvelle aérogare internationale (ITB) à l’intérieur de son complexe. Afin de relier la nouvelle aérogare à l’aéroport existant, d’importants travaux de rénovation et de modernisation ont été nécessaires pour mener à bien l’agrandissement.

GEC Architecture’s design team worked closely with YYC to replace the Domestic Terminal Building’s baggage handling system, connecting and modernizing its operations to work with the baggage system installed in the new ITB. GEC Architecture, as the prime coordinating consultant on the project, used Building Information Modelling (BIM) collaboration software extensively to ensure coordination among all disciplines for the total 5-year duration of design and construction. The upgrade to the existing baggage system was one of the most complicated projects that YYC had ever undertaken, in part because the airport’s 24/7 operations, which needed to remain disruption-free throughout construction. “This project is like doing open heart surgery on the terminal and we succeeded with no issues or complications,” said Derek Blayney, General Manager of the Baggage Implementation Program with the Calgary Airport Authority. One of the most challenging aspects of the project was fitting the new, larger baggage handling system into the limited, existing baggage hall space. To overcome the challenges with spatial allocation the entire baggage system was modeled by BEUMER Group (the baggage system designer/supplier/installer) entirely in 3D AutoCAD at a 400 LOD. This installation model was used extensively by the team to ensure the work was coordinated within the prescribed tolerances. Laser scans (provided by EllisDon) of the existing baggage hall were conducted and converted to a Point Cloud model, which allowed the design team to accurately model space limitations and existing components, and provided a baseline for the model of the new system. By modelling maintenance access routes, ‘space savers’, and ‘no-go zones’, the team was able to maximize the limited space available within the baggage hall. This approach ultimately provided each design and engineering discipline with enough space to complete their respective components during construction. ‘Space savers’ and ‘no-go zones’ were also incorporated into the Navisworks clash detection processes. With space savers, no-go’s, a model from BUEMER Group, and consultant models in place, the team was able to work through all detected clashes before construction began. Clash detection allowed the new complex baggage system to be installed systematically, which in turn kept the airport operational throughout construction. Clash detection also allowed trades to quickly envision system routes, reducing probability of errors, minimizing rework, and shortening the duration of construction. After construction documents were issued, a structural 3D shop drawing model (provided by Supermetal out of Levis, QC) was integrated into the design model. This model, built with SDS/2, was used for fabrication, quantity take offs, CNC information, and to track all RFI’s and changes. It incorporated all secondary steel at a ‘shop-drawing/fabrication’ level of detail, and ensured that coordination between even the smallest items would be done before reaching site. For example, column baseplate locations were coordinated with the supports of the baggage handling equipment. In locations where the baggage handling system was hung from above, supports were coordinated with structural support steel and existing utilities, all before fabrication.

8

Innovation Spotlight2019

L’équipe de conception de GEC Architecture a travaillé en étroite collaboration avec YYC pour remplacer le système de traitement des bagages de l’aérogare des vols domestiques, en connectant et en modernisant ses opérations pour fonctionner avec le système de bagages installé dans la nouvelle aérogare ITB. En tant que consultant principal du projet, GEC Architecture a largement utilisé le logiciel de collaboration BIM (Building Information Modeling) pour assurer la coordination entre toutes les disciplines pendant les cinq années qu’ont duré la conception et la construction. La mise à niveau du système de bagages existant a été l’un des projets les plus compliqués que YYC ait jamais entrepris, en partie à cause des activités de l’aéroport – 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 –qui devaient rester exemptes de perturbations pendant toute la construction. « Ce projet s’apparente à une opération à cœur ouvert sur l’aérogare et nous avons réussi sans problème ni complication », a déclaré Derek Blayney, Directeur général du programme de mise en œuvre des bagages à l’Autorité aéroportuaire de Calgary. L’un des aspects les plus difficiles du projet consistait à intégrer le nouveau système de manutention des bagages, plus grand, à l’espace limité existant dans la salle des bagages. Pour relever les défis posés par l’allocation spatiale, le système complet de bagages a été modélisé par BEUMER Group (concepteur / fournisseur / installateur de système de bagages) entièrement en 3D AutoCAD à 400 LOD. L’équipe a largement utilisé ce modèle d’installation pour s’assurer que le travail était coordonné dans les limites prescrites. Des analyses au laser (fournies par EllisDon) de la salle des bagages existante ont été effectuées et converties en un modèle de nuage de points, ce qui a permis à l’équipe de conception de modéliser avec précision les limites d’espace et les composantes existantes, et a fourni une base de référence pour le modèle du nouveau système. En modélisant les itinéraires d’accès pour la maintenance, les économies d’espace et les zones interdites, l’équipe a été en mesure de maximiser l’espace disponible dans le hall à bagages. Cette approche a finalement fourni à chaque discipline de conception et d’ingénierie un espace suffisant pour compléter leurs composants respectifs pendant la construction. Les zones d’économie d’espace et les zones interdites ont également été intégrées aux processus de détection des collisions de Navisworks. Avec des économies d’espace, des impasses, un modèle du groupe BUEMER et des modèles de consultants en place, l’équipe a pu traiter tous les conflits détectés avant le début des travaux de construction. La détection de conflits a permis l’installation systématique du nouveau système de gestion complexe des bagages, ce qui a permis à l’aéroport de rester opérationnel tout au long de la construction. La détection de conflits a également permis aux métiers d’envisager rapidement les routes du système, réduisant ainsi la probabilité d’erreurs, les retouches, et la durée de construction. Après la publication des documents de construction, un modèle de dessin d’atelier en structure 3D (fourni par Supermetal de Lévis, QC) a été intégré au modèle de conception. Ce modèle, construit avec SDS / 2, a


Membre de CanBIM

9


CanBIM Member

Existing Base Building Structure (red) Mechanical Design (blue) Electrical Design (yellow) Super Metal Fabrication Model (purple) BG Model Baggages No-Go (transparent grey)

Existing Base Building Structure (red) Mechanical Design (blue) Electrical Design (yellow)

BG Model Baggages No-Go (transparent grey) Design Steel (orange) Design Ladder and Railings (white)

Images of Baggage Handling System Model and final photographs courtesy of GEC Architecture

10 Innovation Spotlight2019


Membre de CanBIM

BG Model Electrical Space Saver (green) Existing Base Building Structure (red) BG Model Supports (grey) Super Metal Fabrication Model (purple) BG Model Baggages No-Go (transparent grey) Super Metal Fabrication Model Coordinated around BG Components

Due to the limited space within this 1970’s precast building, an increased focus on coordination of discrete components was required. This coordination involved multiple disciplines analyzing every square millimetre of available space. For example, a significant quantity of manhours were required for the coordination of each of the fifteen baggage carousels prior to installation. Given the large number of electrical and mechanical components within each carousel, it was imperative to position a carousel’s structural elements in a central location, allowing for any carousel aesthetics to be centrally supported, while also providing easy access for maintenance. Without the use of BUEMER Group’s model and the structural 3D shop drawing model, significant rework would have been required, affecting the construction schedule and airport operations. Over the project’s duration, program requirements and specifications evolved from initial concepts to final implementation. By keeping the BIM model up-to-date throughout the project, GEC was able to flexibly manage any changes from the client side (YYC) and provide accurate and timely notifications to the construction team. This helped to avoid unnecessary and sudden delays and potential cost overruns. During design, the BIM model became an effective tool for marketing spaces to potential tenants, as well as for introducing existing tenants to their new spaces prior to the baggage system’s installation. Additionally, the BIM model was made available to user groups who wished to navigate the facility without being on site. By using BIM to maximize communication, collaboration, and coordination across disciplines, GEC has provided YYC with an upgraded Domestic Terminal baggage handing system that improves operations and integrates seamlessly with the greater airport. Project team: Client: Calgary Airport Authority/ Autorité aéroportuaire de Calgary GEC was the prime consultant for YYC’s Domestic Terminal Building’s baggage handling system project / GEC a été le principal consultant du projet de système de traitement des bagages de YYC, à l’aérogare des vols domestiques. GEC Project Team includes/ L’équipe de projet GEC comprend: Rob Wenarchuk (Partner/ partenaire), Gary Mundy (Partner/ partenaire), Rob Gairns (Architect/ architecte), Jennifer Drysdale (Construction Administration)/ Administration de la construction, Kyla Hall (BIM Lead & Technologist / responsable BIM & technologue). Project Partners include/ Les partenaires du projet incluent: Read Jones Christoffersen Ltd. (Structural Engineer/ingénieur en structure), Williams Engineering Canada (Mechanical Engineer/ingénieur en mécanique), SMP Engineering (Electrical Engineer/ingénieur en électricité), EllisDon (Construction Manager/directeur de la construction), BEUMER Group (Baggage Handling System Supplier/ fournisseur de système de traitement des bagages), AECOM (Baggage Handling System Consultant/ consultant en système de traitement des bagages), Custom Electric (Electrical Contractor/ entrepreneur en électricité), Botting & Associates (Mechanical Contractor/ entrepreneur en mécanique), Supermetal (Steel Fabrications Contractor/ entrepreneur en fabrication de produits en acier).

été utilisé pour la fabrication, les relevés de quantités, les informations de la CNC et pour suivre toutes les RFI et leurs modifications. Il intégrait tout l’acier secondaire à un niveau de détail « dessin / fabrication » et garantissait la coordination des articles même les plus petits avant d’atteindre le site. Par exemple, les emplacements des bases des colonnes ont été coordonnés avec les supports de l’équipement de traitement des bagages. Aux endroits où le système de traitement des bagages était suspendu par le haut, les supports étaient coordonnés avec de l’acier de support structurel et les équipements existants, tous avant la fabrication. En raison de l’espace limité dans ce bâtiment préfabriqué des années 1970, il a fallu mettre davantage l’accent sur la coordination de composantes distinctes. Cette coordination impliquait plusieurs disciplines analysant chaque millimètre carré d’espace disponible. Par exemple, une quantité importante d’heures-personnes était nécessaire pour la coordination de chacun des quinze carrousels à bagages avant l’installation. Étant donné le grand nombre de composantes électriques et mécaniques présentes dans chaque carrousel, il était impératif de placer les éléments structurels d’un carrousel dans un emplacement central, ce qui permet de maintenir l’esthétique de chaque carrousel au centre, tout en facilitant l’entretien. Sans l’utilisation du modèle du groupe BUEMER et du modèle de dessin d’atelier structurel en 3D, il aurait été nécessaire de procéder à des remaniements importants affectant le calendrier de construction et les opérations de l’aéroport. Au cours de la durée du projet, les exigences et les spécifications du programme ont évolué des concepts initiaux à la mise en œuvre finale. En maintenant le modèle BIM à jour tout au long du projet, GEC a été en mesure de gérer de manière flexible tout changement du côté client (YYC) et d’envoyer des notifications précises et en temps voulu à l’équipe de construction. Cela a permis d’éviter des retards inutiles et soudains et des dépassements de coûts potentiels. Au cours de la conception, le modèle BIM est devenu un outil efficace pour la commercialisation d’espaces auprès de locataires potentiels, ainsi que pour l’introduction des locataires existants dans leurs nouveaux espaces avant l’installation du système de bagages. De plus, le modèle BIM a été mis à la disposition des groupes d’utilisateurs qui souhaitaient naviguer dans les installations sans être sur le site. En utilisant le BIM pour optimiser la communication, la collaboration et la coordination entre les disciplines, GEC a fourni à YYC un système amélioré de traitement des bagages par le terminal domestique qui améliore les opérations et s’intègre de manière transparente au grand aéroport.

11


CanBIM Member

Mechanical Engineering, Robotics & Computer Assisted Design

Génie mécanique, robotique et conception assistée par ordinateur

Cégep du Vieux Montréal is a one of a kind Institute

Le cégep du Vieux Montréal est un collège unique en son genre

An interview with Simon Brodeur, Conseiller pédagogique and Yannick Labrosse, Automation Engineer

Entretien avec Simon Brodeur, Conseiller pédagogique et Yannick Labrosse, ingénieur en automatisation

Simon Brodeur, Training Advisor, Cégep du Vieux Montréal, began programming CNC machines in the early 2000’s. Guided by his forward thinking teacher, Brodeur would translate shades of gray into number values to turn a 2D machine drawing into 3D, to perform 3D machining on the CNC.

Simon Brodeur a commencé à programmer des machines CNC au début des années 2000. Guidé par son professeur avant-gardiste, Brodeur traduisait les nuances de gris en valeurs numériques pour transformer un fichier 2D en 3D, permettant de réaliser un usinage en 3D sur la CNC.

He also worked briefly as a technician at the Faculty of Architecture at Université de Montréal, where he helped students build models for their architecture and industrial design projects. On top of a college technical degree, Brodeur also has a degree in Education, which allow him to use his professional expertise in order to optimize skills transfer. Over his career, he has seen an incredible development in machine design tools. “These days, you can now pretty much do whatever your imagination tells you as long as you have the right tools,” says Brodeur. “The key to working well in this industry is selecting fundamental skills like programming and parametric modelling and finding how they can be transferred to work situations where digitization adds value to the processes.”

CanBIM: Please tell us about Cégep du Vieux Montréal. Simon Brodeur: Cégep du Vieux Montréal (CVM) is one of the largest institutions in Montreal and is dedicated in good part to creative sectors like architecture, cinema and videogames. The school also has a lot of expertise in engineering and construction. One of our largest departments, Mechanical Engineering, shares a robotics lab with Electric Engineering. These departments offer a wide range of courses, including Industrial Robotics and Computer assisted mechanical design. We also specialize in BIM and offer a variety of tailored training sessions to individuals and companies, with our partners at Cégep Limoilou. In addition, we are working on setting up a research and training centre for robotics and automation, which we hope to announce officially this year.

Can you provide more information on the program involving automation and robotics? SB: Our Industrial Robotics program is an intensive hands-on approach to setting up robotic cells in a working environment. It is divided into three short semesters that cover the basics of robotics to servo-motor programming. After six months you will have enough skills and experience and to start working professionally on a team of programmers or integrators. Prerequisites are prior training either as an electo-technician or an engineer, as we focus on robots, programmable automation controllers, and programming operations between the different machines involved, 12 Innovation Spotlight2019

Après son DEC technique, Brodeur a œuvré brièvement comme technicien à la faculté d’architecture de l’Université de Montréal, où il aidait les étudiants à construire des maquettes pour leurs projets d’architecture et de design industriel. Après avoir enseigné et travaillé dans le secteur manufacturier, il s’est finalement impliqué dans la conception de programmes de formation en génie mécanique et en BIM, où il a pu transmettre aux équipes pédagogiques les changements survenus dans l’industrie. En plus de son diplôme collégial technique, Brodeur possède un diplôme universitaire en éducation, ce qui lui permet d’utiliser son expertise professionnelle pour optimiser le transfert de compétences. Au cours de sa carrière, il a été témoin d’une évolution incroyable dans la conception de machines-outils. « De nos jours, on peut aller au bout de son imagination, à condition d’avoir les bons outils », explique Brodeur. « La clé pour bien travailler dans cette industrie est de choisir des compétences fondamentales comme la programmation et la modélisation paramétrique, et de trouver comment elles peuvent être transférées à des situations de travail où la numérisation ajoute de la valeur aux processus. »

CanBIM: Parlez-nous du Cégep du Vieux Montréal. Simon Brodeur: Le Cégep du Vieux Montréal (CVM) est l’une des plus grandes institutions montréalaises et se consacre en grande partie aux secteurs créatifs comme l’architecture, le cinéma et les jeux vidéo. Mais nous avons également beaucoup d’expertise en génie et en construction. L’un de nos plus grands départements, le génie mécanique, partage un laboratoire de robotique avec le département de génie électrique. Ces départements offrent un large éventail de cours, notamment en robotique industrielle et en conception mécanique assistée par ordinateur. Nous nous spécialisons également dans le BIM et offrons une variété de sessions de formation sur mesure aux particuliers et aux entreprises avec nos partenaires du Cégep Limoilou. Par ailleurs, nous travaillons à la mise du pied d’un centre de recherche et de formation en robotique et en automatisation que nous espérons annoncer officiellement cette année.

CanBIM: Pouvez-vous nous donner plus d’informations sur le programme concernant l’automatisation et la robotique ? SB: Notre programme de robotique industrielle suit une approche pratique intensive de mise en place de cellules robotisées dans un environnement de travail. Il est divisé en trois semestres courts qui couvrent les notions


Membre de CanBIM

Images throughout of CVM Workshop

13


CanBIM Member

14 Innovation Spotlight2019


Membre de CanBIM

without covering basic knowledge in electricity or industrial processes. We are currently implementing a server to collect data from the process. This will allow us to send instructions to the production chain and use the database to analyse the process. Other labs provide for areas of automation not covered in this factory. In total, we have 10 robots, 4 collaborative robots, and a number of automates that can be used to complement processes in either one of the six automation labs available to students enrolled in our programs.

CanBIM: How has this program been received by the students and those in industries who use automation? SB: So far, we have had very positive feedback and many of our students either find work during the program or shortly after. Our team of welltrained specialists in automation is what makes the difference in the quality of the training provided at CVM. Another aspect we work hard to provide is networking opportunities with employers during and after the program. We also work with companies who are looking for new employees. Many of our students already possess university degrees and they come to us to become operational in robotics. This ultimately is the key to finding the job they aim for: upgrade their previous expertise by adding updated cutting-edge skills.

CanBIM: Do you have specific training programs for industry? SB: CVM and ABB (an automation company) are proud of the recent deployment of a training offer on ABB robots. The agreement aims to train and develop workers in manufacturing and robotics in decisionmaking, the use of registers and instructions, the verification of robot synchronization and the updating of revolution counters. With state-of-the-art equipment in the mechanical, electrical and robotics engineering sector, CVM was selected among other institutions because of the expertise held by its professors, its infrastructure and its five specialized laboratories, comparable to those found in companies.

CanBIM: What does the future look like to you with regards to automation? SB: Right now, in Québec, the market is very active with large investments happening through Investissement Québec and the Ministry of Economics. Since the employment level is at an all time high, training existing resources becomes central to getting ahead as an organisation. In this context, many people come to us to get the right training.

CanBIM: What is an interesting project/case study/product where automation and BIM is being implemented or has been implemented? SB: Although we would like to see robots in the field, the current technology is most valuable in prefabrication. The most interesting and promising tech is the direct from 3D construction model to the CNC or machining solution. This is being implemented in different sectors of the building parts. Interoperability is the key to making this transition accessible to more companies, as solving issues in programming can be costly. Some companies have come up with good processes that allow them to produce building parts quickly and on demand. Groupe Canam, as well as medium-size companies like BONE Structure and Structsoft, are excellent examples of industry leaders. They produce almost no waste on-site and have very efficient production rates.

de la robotique et de la programmation servomoteur. Après six mois, vous aurez suffisamment de compétences et d’expérience pour commencer à travailler professionnellement au sein d’une équipe de programmeurs ou d’intégrateurs. Une formation préalable en tant qu’électrotechnicien ou ingénieur est nécessaire, car nous nous concentrons sur les robots, les automates programmables et les opérations de programmation entre les différentes machines impliquées, sans nous attarder aux bases de l’électricité ou des autres processus industriels. Nous sommes en train de mettre en place un serveur pour recueillir les données du processus. Cela nous permettra d’envoyer des instructions à la chaîne de production et d’utiliser la base de données pour analyser le processus. D’autres laboratoires couvrent les autres aspects de l’automatisation qui ne sont pas couverts dans cette usine. Au total, nous avons 10 robots industriels, 4 robots collaboratifs et quantité d’automates qui peuvent être utilisés pour compléter les processus dans l’un ou l’autre des six laboratoires d’automatisation disponibles aux étudiants inscrits à nos programmes.

CanBIM: Comment ce programme a-t-il été accueilli par les étudiants et les industriels en automatisation? SB: Jusqu’à présent, nous avons reçu des commentaires très positifs et bon nombre de nos étudiants trouvent du travail pendant le programme ou peu après. Notre équipe de spécialistes bien formés en automatisation fait toute la différence dans la qualité de la formation offerte au CVM. Un autre service que nous nous efforçons d’offrir est le réseautage avec les employeurs pendant et après le programme. Nous travaillons également avec des entreprises qui sont à la recherche de nouveaux employés. Beaucoup de nos étudiants possèdent déjà des diplômes universitaires et viennent chez nous pour devenir opérationnels en robotique. C’est en fin de compte la clé pour trouver l’emploi qu’ils recherchent : le fait de revaloriser leur expertise antérieure par l’ajout de compétences de pointes actualisées.

CanBIM: Avez-vous des programmes de formation spécifiques pour l’industrie? SB: CVM et ABB (une entreprise d’automatisation) sont fiers du déploiement récent d’une offre de formation sur les robots ABB. L’entente vise notamment à former et à perfectionner les travailleurs et travailleuses du milieu manufacturier et de la robotique sur la prise de décision, l’utilisation des registres et instructions, la vérification de la synchronisation des robots et la mise à jour des compteurs de révolution. Disposant d’équipements de pointe dans le secteur du génie mécanique, du génie électrique et de la robotique, CVM a été sélectionné parmi d’autres établissements en raison de l’expertise détenue par ses professeurs, de ses infrastructures et de ses cinq laboratoires spécialisés, comparables à ceux que l’on trouve dans les entreprises.

CanBIM: Quel est pour vous l’avenir de l’automatisation? SB: Actuellement, au Québec, le marché est très actif avec d’importants investissements réalisés par Investissement Québec et le ministère de l’Économie. Comme le taux d’emploi n’a jamais été aussi élevé, la formation des ressources existantes devient essentielle pour progresser en tant qu’organisation. Dans ce contexte rareté de la main d’oeuvre, de nombreuses personnes viennent nous voir pour obtenir la bonne formation.

CanBIM: Qu’est-ce qu’un projet, une étude de cas ou un produit intéressant où l’automatisation et le BIM sont ou ont été mis en œuvre? SB: Bien que nous aimerions voir des robots sur le terrain, la technologie 15


CanBIM Member

CanBIM: What are some of the major challenges that you feel automation will help to overcome? SB: Cost is certainly one of them. Security has been successfully addressed and now, the most important frontier is education. The problem with technology is the time needed to learn how to use and operate it. Also, machines pose the same problem as software: they have to speak a common language to be set up to work together. As we progress towards better programming languages and a better educated workforce, automation will become natural to a significant part of the workforce. Today, learning to code is as important as learning human languages. Another important aspect is that automation is helping to reduce waste, add value and improve quality and consistency. Automation is basically achieving more with less, and replacing humans where work is dangerous, tiresome or too repetitive. We can rely on automation in software and in manufacturing processes to take care of things that let us concentrate on added human value. The next step is determining how machine learning will influence this. This is precisely what we are trying to achieve with our soon to be operational 4.0 automation lab. Yannick Labrosse, recently hired at CVM, is a robotics and automation teacher who has a lot to say about this topic. He worked for 17 years as an automation engineer in the private sector prior to joining the ranks at CVM. He has extensive experience with artificial vision, sensors, and SQL servers and their interface. We asked Yannick;

CanBIM: If the robot is learning from all of the processes, does it store the data and information and utilize that to influence future projects? Yannick Labrosse: Robots do not learn from the routines they perform. They merely execute the commands coming from automates which, in turn, get their orders from a system located upstream in the chain of command which manages data (Scada, ERP). However, robots are more and more used to send feedback to servers. This information can then be used to enhance the manufacturing process and/or control the robots themselves. A practical example is a robot that manipulates a part in conjunction with a measuring tool. The tool data can then be sent to a system upstream and be used to optimize the process. Another example would be the use of a robot to take multiple pictures of a part for quality control purposes. This information can remain inside the organisation database, but it can also be used to enhance the manufacturing process in one or more plants. With the use of neural networks, artificial intelligence and the cloud, this information can allow the robotics to optimize themselves without human intervention. Many robots can share information in a common database in order to acquire new skills collectively.

CanBIM: What about collecting data in terms of efficiency or fixing bugs?

actuelle est surtout utile dans la préfabrication. La technologie la plus intéressante et la plus prometteuse est le passage direct du modèle de construction 3D à la solution CNC ou d’usinage. Ceci est en cours d’implémentation dans différents secteurs de la construction. L’interopérabilité est la clé pour rendre cette transition accessible à un plus grand nombre d’entreprises, car la résolution des problèmes de programmation peut être coûteuse. Certaines entreprises ont mis au point de bons procédés qui leur permettent de produire des pièces de construction rapidement et sur demande. Le Groupe Canam ainsi que des entreprises de taille moyenne comme BONE Structure et Strucsoft sont de bons exemples de leaders de l’industrie. Ils ne produisent presque pas de déchets sur place et ont des taux de production très efficaces.

CanBIM: Quels sont, selon vous, les principaux défis que l’automatisation aidera à surmonter? Le coût est certainement l’un d’entre eux. La sécurité a été abordée avec succès et maintenant, la frontière la plus importante est l’éducation. Le problème avec la technologie, c’est le temps nécessaire pour apprendre à l’utiliser et à l’utiliser. De plus, les machines posent le même problème que les logiciels : elles doivent parler un langage commun pour pouvoir fonctionner ensemble. Au fur et à mesure que nous progresserons vers de meilleurs langages de programmation et une main-d’œuvre mieux formée, l’automatisation deviendra naturelle pour une partie importante de la main-d’œuvre. Aujourd’hui, apprendre à coder est aussi important que d’apprendre les langues humaines. Un autre aspect important est que l’automatisation contribue à réduire les déchets, à ajouter de la valeur et à améliorer la qualité et la constance. L’automatisation consiste essentiellement à faire plus avec moins et à remplacer les humains là où le travail est dangereux, fastidieux ou trop répétitif. Nous pouvons compter sur l’automatisation des logiciels et des processus de fabrication pour nous occuper des choses qui nous permettent de nous concentrer sur la valeur ajoutée humaine. L’étape suivante consiste à déterminer l’influence de l’apprentissage machine. C’est précisément ce que nous essayons d’atteindre avec notre laboratoire d’automatisation 4.0 qui sera bientôt opérationnel. Yannick Labrosse, récemment embauché au CVM, est un professeur de robotique et d’automatisation qui en a beaucoup à dire à ce sujet. Il a œuvré pendant 17 ans comme ingénieur en automatisation dans le secteur privé avant de rejoindre les rangs du CVM. Il possède une vaste expérience de la vision artificielle, des capteurs, des serveurs SQL ainsi que de leur interface. Voici quelques-unes des questions que nous avons posées à Yannick;

CanBIM: Si le robot apprend de tous les processus, stocke-t-il les données et les informations et les utilise-t-il pour influencer les projets futurs? Yannick Labrosse: Les robots n’apprennent pas des routines qu’ils exécutent. Ils se contentent d’exécuter les commandes provenant des automates qui, à leur tour, reçoivent leurs ordres d’un système situé en amont de la chaîne de commandement qui gère les données (Scada, ERP).

YL: Certain robot manufacturers already allow their users to share the code they have created for a specific task. This is similar to programming websites that allow developers to help each other (for example, Stack Overflow). Why reinvent the wheel if someone has already come up with a solution and is willing to share it?

Cependant, les robots sont de plus en plus utilisés pour envoyer une rétroaction aux serveurs. Ces informations peuvent ensuite être utilisées pour améliorer le processus de fabrication et/ou contrôler les robots euxmêmes.

The use of shared information allows developers to benefit from other people’s experience. This is a definite advantage in terms of efficiency and as a problem solving mechanism.

Un exemple pratique serait un robot qui manipule une pièce avec un outil de mesure. Les données de l’outil peuvent ensuite être envoyées à un système en amont et être utilisées pour optimiser le processus. Un autre exemple serait l’utilisation d’un robot pour prendre plusieurs photos d’une pièce à des fins de contrôle qualité. Ces informations peuvent rester dans

16 Innovation Spotlight2019


Membre de CanBIM

CanBIM: Does this create issues of data ownership and liability? YL: Data and skills sharing is usually a voluntary action. Obviously, as with any shared information, careful attention must be paid to potential use of the data. A competitor could retrieve critical information from the shared manufacturing process data, whether this information is voluntarily or unwittingly shared. However, this dynamic works both ways and if everyone can benefit, the whole industry can better develop on the basis of a minimum of shared information.

la base de données de l’organisation, mais elles peuvent également être utilisées pour améliorer le processus de fabrication dans une ou plusieurs usines. Grâce à l’utilisation des réseaux neuronaux, de l’intelligence artificielle et du cloud, ces informations peuvent permettre à la robotique de s’optimiser sans intervention humaine. De nombreux robots peuvent partager des informations dans une base de données commune afin d’acquérir collectivement de nouvelles compétences.

In terms of responsibility, each user is responsible for the use of the data.

CanBIM: En termes d’efficacité ou de correction des bugs? CanBIM: If the robotics are used for multiple projects with multiple different stakeholders, does this cause issues in ownership and responsibility? YL: It’s a bit like the previous answer. Each organization must evaluate the benefits of sharing information to increase the efficiency of the process. In an environment of sharing, everyone will benefit.

CanBIM: How does the influx of robotics influence the workforce and project timelines? YL: The impact on the workforce is that tasks become more technical and involve more information. If a robot takes a part from machine to machine, this will eliminate jobs, but resources will be needed to set the parameters of the robots and take care of them. Ultimately, it provides more specialized and better paid jobs, which require more training and education. Secondly, the effect on project timelines is important to consider: it takes much more time to set up a production line, but he production rate is extremely enhanced. A good example of this is the robotizing of the Tesla factory to a very high level. The automation of production is now at 95%. Now that it is operational, the production rate is very high. The more you automate, the more difficult it is to set up a factory because of the complexity, so the timeline changes. But the efficiency and adaptability of the production rate is much greater. 1

YL: Certains fabricants de robots permettent déjà à leurs utilisateurs de partager le code qu’ils ont créé pour une tâche spécifique. C’est similaire à la programmation de sites Web qui permettent aux développeurs de s’entraider (ex : Stack Overflow). Pourquoi réinventer la roue si quelqu’un a déjà trouvé une solution et est prêt à la partager ? L’utilisation d’informations partagées permet aux développeurs de bénéficier de l’expérience d’autres personnes. C’est un avantage certain en termes d’efficacité et en tant que mécanisme de résolution de problèmes.

CanBIM: Cela crée-t-il des problèmes de propriété et de responsabilité des données ? YL: Le partage des données et des compétences est généralement un acte volontaire. Évidemment, comme pour toute information partagée, une attention particulière doit être portée à l’utilisation potentielle des données. Un concurrent pourrait récupérer des informations critiques à partir des données de processus de fabrication partagées, que ces informations soient partagées volontairement ou involontairement. Cependant, cette dynamique fonctionne dans les deux sens et si tout le monde peut en bénéficier, l’ensemble de l’industrie peut mieux se développer sur la base d’un minimum d’informations partagées. En termes de responsabilité, chaque utilisateur est responsable de l’utilisation des données.

CanBIM: Si la robotique est utilisée pour de multiples projets avec de multiples parties prenantes différentes, est-ce que cela cause des problèmes d’appropriation et de responsabilité ? YL: C’est un peu la même réponse que la précédente. Chaque organisation doit évaluer les avantages de partager l’information pour augmenter l’efficacité du processus. Dans un environnement de partage, tout le monde en profitera.

CanBIM: Comment l’arrivée de la robotique influence-t-elle la main-d’œuvre et le calendrier des projets ? L’impact sur la main-d’œuvre est que les tâches deviennent plus techniques et impliquent plus d’informations. Si un robot transfère une pièce d’une machine à l’autre, cela éliminera des tâches, mais des ressources seront nécessaires pour régler les paramètres des robots et en faire la maintenance. En fin de compte, des emplois plus spécialisés et mieux rémunérés seront disponibles, exigeant plus de formation et d’éducation.

This can be witnessed here: https://electrek.co/2018/06/08/tesla-model-3-body-line/

1

De plus, il est important de tenir compte de l’effet sur le calendrier des projets : il faut beaucoup plus de temps pour mettre en place une ligne de production, mais le taux de production est extrêmement élevé. Un bon exemple en est la robotisation de l’usine Tesla à un très haut niveau. La production est maintenant automatisée à 95%. Une fois l’usine opérationnelle, le taux de production est très élevé. Plus vous automatisez, plus il est difficile d’installer une usine en raison de la complexité, donc le calendrier change. Mais l’efficacité et l’adaptabilité de la cadence de production sont beaucoup plus grandes.1 17


buildingSMART Canada

Developing an Open BIM Développer un Ecosystem écosystème BIM ouvert The Collaborative Path Towards True Interoperability

Le chemin collaboratif vers une véritable interopérabilité.

By Erik A. Poirier, Director, buildingSMART Canada, Bill Moore, President, buildingSMART Canada, & Susan Keenliside, VicePresident, buildingSMART Canada

Par Erik A. Poirier, Directeur, buildingSMART Canada, Bill Moore, Président, buildingSMART Canada, & Susan Keenliside, VicePrésidente, buildingSMART Canada

A Refresher on Open BIM

Un rappel sur le BIM ouvert

In the 2018 edition of the CanBIM Innovation Spotlight, we discussed the concept of openBIM and its importance for the sector that develops, delivers and maintains Canada’s built environment. As a refresher, open BIM is ‘a universal approach to the collaborative design, realization and operation of [built assets] based on open standards and workflows.’ The five methodological standards that define the open BIM ecosystem structure the generation, exchange, consumption and management of data and information across a built asset’s lifecycle in a transparent, open and enduring/sustainable manner. Yet, while there is growing interest in open BIM globally, its development remains somewhat of a mystery to most industry practitioners. We will try to elucidate this in the following paragraphs.

Dans l’édition de 2018 du Innovation Spotlight de CanBIM, nous avons discuté du concept du BIM ouvert et de son importance pour le secteur qui développe, fournit et maintient l’environnement bâti du Canada. En guise de rappel, le BIM ouvert est «une approche collaborative universelle à la conception, à la réalisation et à l’utilisation d’[actifs bâtis] reposant sur des normes et des flux de travail ouverts.» Les cinq normes méthodologiques qui définissent l’écosystème de BIM ouvert structurent la gestion des données et des informations tout au long du cycle de vie d’un actif bâti, de manière transparente, ouverte et durable. Pourtant, si le BIM ouvert suscite un intérêt croissant dans le monde entier, son développement reste un mystère pour la plupart des acteurs du secteur. Nous tenterons d’élucider ceci dans les paragraphes suivants.

How does buildingSMART work?

Comment fonctionne buildingSMART?

Headed by buildingSMART International (bSI), a global community of owners, practitioners and academics that extends across 18 chapters and growing, each representing a country or a region, work to deliver this solution. These chapters are represented through the International Council (IC) at the bSI Executive level and meet annually on aspects of governance of the international organization. The buildingSMART chapters identify the specific needs of their constituents, adapt standards to suit their country or region’s practices, raise awareness, engage and train users and validate the open standards in practice. To do so, these chapters hold meetings, events and set-up committees to promote and develop open BIM in their respective regions.

Dirigée par buildingSMART International (bSI), une communauté mondiale regroupant des propriétaires, de praticiens et des académiques qui comprend 18 chapitres représentant un pays ou une région, travaillent afin de fournir cette solution. Ces chapitres sont représentés au Conseil International (CI) au niveau de l’exécutif de bSI et se réunissent chaque année sur des aspects de la gouvernance de l’organisation internationale. Les chapitres de buildingSMART identifient les besoins spécifiques de leurs membres, adaptent les normes aux pratiques de leur pays ou de leur région, sensibilisent, engagent et forment les utilisateurs et valident les normes ouvertes dans la pratique. Pour ce faire, ces chapitres organisent des réunions, des événements et des comités de travail pour promouvoir et développer le BIM ouvert dans leurs régions respectives.

Chapter representatives meet with the larger buildingSMART community in person two times a year at the bSI Summits that take place each spring and the fall. These summits allow the chapter members and other interested parties to get involved in the various projects and get caught up on recent works, make decisions on certain aspects and set the agenda for the next cycle of developments. Between summits, working groups meet online at regular intervals to move their respective projects ahead. These projects are articulated around topic areas that are managed in ‘rooms’, which will be discussed in the following sections.

How do open BIM Standards get Developed? In terms of program delivery, bSI is articulated around three core programs: standards, users and compliance. The compliance program delivers certification in two streams: ‘Software Certification’ and ‘Competence and Quality Assurance’ (eg. certification of products, processes, people and companies). The user program provides information and resources to the global open BIM community and is represented through the International User Group (IUG). Lastly, but most importantly, the standards program comprises all activities relating to the development of the open BIM ecosystem of standards and frameworks for the global built environment sector, and in coordination with publication through the International Standards Organization (ISO). Standards development is governed by 18 Innovation Spotlight2019

Les représentants des chapitres se rencontrent au sein de la grande communauté internationale de buildingSMART en personne deux fois par an lors des sommets bSI qui ont lieu chaque printemps et chaque automne. Ces sommets permettent aux membres des chapitres ainsi qu’aux autres acteurs intéressées de s’impliquer dans les différents projets et de se familiariser avec les travaux récents, de prendre des décisions sur des aspects de développement de projet et de définir l’ordre du jour du prochain cycle de développements. Entre les sommets, les groupes de travail se rencontrent en ligne à intervalles réguliers pour faire avancer leurs projets respectifs. Ces projets s’articulent autour de thèmes gérés dans des «salles», qui seront abordés dans les sections suivantes.

Comment les normes BIM ouvertes sont-elles développées? En ce qui concerne l’exécution du programme, bSI s’articule autour de trois programmes principaux: les normes, les utilisateurs et la conformité. Le programme de conformité délivre une certification en deux volets: certification logicielle et compétence et assurance qualité (par exemple, certification de produits, de processus, de personnes et d’entreprises). Le programme utilisateur fournit des informations et des ressources à la communauté BIM ouverte globale et est représenté par le groupe d’utilisateurs internationaux (IUG). Enfin le programme de normalisation comprend toutes les activités liées au développement de


buildingSMART Canada

a Standards Committee and it’s integrated throughout all the different ‘rooms’ and working groups. As defined on bSI’s website: “Rooms are open groups of [actors] that want to improve construction and operation of the built environment by using advanced information technology in the form of openly and freely flowing structured information throughout the lifecycle. Rooms focus on a specific domain or context. […]” There are currently seven rooms in operation distributed across two stream: Technical focus room: The technical focus rooms oversees the development of the overall open BIM ecosystem. They also coordinates “[…] the core technical development of the IFC model and associated technical standards to safely, rigorously and in a commercially viable manner […] [including] the development of the IFC schema to support interface with other standards and working platforms such as geo-spatial and web standards.” The following rooms are part of the technical focus rooms: 1) Building room, 2) Infrastructure room, and 3)Product room. User focus room: the user focus rooms work to develop and promote the use of open BIM in specific domains. They work on process and workflow standardization and develop tools, guidelines and manuals to support the use of open BIM. They are: 1) Regulatory room, 2) Construction room, 3) Airport room, and 4) Railway room. bSI general room : The bSI general room includes projects and topics that fall outside the purview of the technical or user focussed rooms such as professional certification and the bSI awards program. Each room has working groups that deliver specific projects relating to their overarching program. There are currently over 25 working groups or active projects being undertaken at the bSI level. Visit www. buildingsmart.org/standards/rooms-and-groups/ for more information on what projects are underway.

What are the next steps for buildingSMART and open BIM? Based on the orientations of the various working groups and recent developments at the strategic level, there are three main areas of focus: (1) expanding the IFC schema to encompass a broader scope of the built environment, (2) developing the applicability of open BIM standards (through development of MVDs and use cases for instance) and (3) increasing services (such as certification) and support to users. Canada continues to be well represented internationally through buildingSMART Canada. The ongoing alignment between CanBIM and buildingSMART Canada only strengthens Canada’s position on the world stage and increases the ability to engage with local, regional, provincial and national entities on the results and implications to Canadian business. Locally, committees such as the Education committee and the Owners committee are working towards broadening the reach of Canada’s BIM community. Notably, the Education committee is working on deploying the buildingSMART international individual qualification scheme in conjunction with CanBIM’s Professional Certification Program. Further to this, our Affiliate’s programme continues to grow across the country. Next steps include setting up mirror committees at the national level to be able to work with international working groups on projects and adopting them on the regional level. All in all, 2019 will see increased activity on the part of the BIM community at an international, national and regional level. Get involved today by visiting our website!

l’écosystème de normes et de guides BIM ouverts pour le secteur mondial de l’environnement bâti, en coordination avec la publication par le biais de l’Organisation internationale de normalisation (ISO). L’élaboration des normes est régie par un comité des normes et est intégrée dans les différentes «salles» et groupes de travail. Comme indiqué sur le site Web de bSI: «Les salles sont des regroupements ouverts [d’acteurs] qui souhaitent améliorer la construction et le fonctionnement de l’environnement bâti en utilisant des technologies de l’information de pointe sous la forme d’informations structurées et diffusées librement tout au long du cycle de vie de celui-ci. Les salles se concentrent sur un domaine ou un contexte spécifique. […] » Il y a actuellement sept salles en fonctionnement réparties dans deux catégories: Salles techniques: Les salles de focalisation technique supervisent le développement de l’écosystème BIM ouvert global. Ils coordonnent également «[…] le développement technique de base du modèle IFC et des normes techniques associées afin de réaliser de manière sûre, rigoureuse et commercialement viable […] [y compris] le développement du schéma IFC pour prendre en charge l’interface avec d’autres normes et plates-formes de travail. normes géospatiales et Web. »Les salles suivantes font partie des salles techniques: 1) Salle de bâtiments, 2) Salle des infrastructures, et 3) Salle de produit. Salles utilisateurs: les salles de travail axées sur l’utilisateur travaillent au développement et à la promotion de l’utilisation du BIM ouvert dans des domaines spécifiques. Ils travaillent sur la standardisation des processus et des flux de travail et développent des outils, des directives et des manuels pour soutenir l’utilisation du BIM ouvert. Elles sont: 1) Salle réglementation, 2) Salle construction, 3) Salle aéroport, et 4) Salle rail. Salle générale bSI: La salle générale bSI comprend des projets et des sujets qui ne relèvent pas des salles techniques ou utilisateur, telles que la certification professionnelle et le programme de prix bSI. Chaque salle dispose de groupes de travail chargés de projets spécifiques liés à leur programme global. Il existe actuellement plus de 25 groupes de travail ou projets actifs au niveau bSI. Visitez www.buildingsmart.org/ standards/rooms-and-groups/ pour plus d’informations sur les projets en cours.

Quelles sont les prochaines étapes pour buildingSMART et le BIM ouvert? Sur la base des orientations des différents groupes de travail et des évolutions récentes au niveau stratégique, trois grands domaines d’intervention sont privilégiés: (1) élargir le schéma IFC à un cadre plus large de l’environnement bâti, (2) développer l’applicabilité des normes ouvertes BIM (par le développement de MVD et de cas d’utilisation, par exemple) et (3) augmenter les services (tels que la certification) et l’assistance aux utilisateurs. Le Canada continue d’être bien représenté sur la scène internationale par le biais de buildingSMART Canada. L’alignement continu entre CanBIM et buildingSMART Canada ne fait que renforcer la position du Canada sur la scène mondiale et accroît la capacité de s’engager avec des entités locales, régionales, provinciales et nationales sur les impacts pour les entreprises canadiennes. Au niveau local, des comités tels que le comité formation et éducation et le comité des propriétaires s’efforcent d’élargir la portée de la communauté BIM au Canada. Le comité formation et éducation s’emploie notamment à déployer le programme de qualification individuelle de buildingSMART international en conjonction avec le programme de certification individuelle de CanBIM. De plus, le programme des affiliés continue de croître à travers le pays. Les prochaines étapes comprennent la mise en place de comités miroirs au niveau national pour pouvoir travailler avec des groupes de travail internationaux sur des projets et les adopter au niveau régional. 2019 verra une activité accrue de la communauté BIM canadienne aux niveaux international, national et régional. Impliquezvous aujourd’hui en visitant notre site web! 19


CanBIM Member

The Rise of the Smart Construction Contract

L’essor du contrat de construction intelligent

How BIM, Blockchain and Smart Contracts Could Change the Construction Industry

Comment le BIM, la chaîne de blocs et les contrats intelligents pourraient révolutionner l’industrie de la construction

By Lampros Stougiannos, Partner, Miller Thomson LLP

Par Lampros Stougiannos, associé, Miller Thomson s.e.n.c.r.l., s.r.l.

While the construction industry has been criticized for being too slow to innovate, the last several years have seen it embrace new technologies, leading to the adoption of new business practices. The use of Building Information Modelling (BIM) is a good example of this forward-thinking approach.

L’industrie de la construction a la réputation d’être trop lente à innover. Mais depuis quelques années, elle adopte de nouvelles technologies qui l’amènent à renouveler ses pratiques d’affaires. Le recours à la modélisation des données d’un bâtiment (le BIM, de l’anglais building information modeling) est un bon exemple de cette approche tournée vers l’avenir.

Although BIM has been around for years, it is now being viewed by many in both the private and public sectors as representing the future of how construction projects will be designed and implemented. Through its datadriven approach to project management and delivery, its use has been shown to simplify the exchange of information and documentation among project participants, reduce costs and increase the chances that projects will be delivered on time and on budget. While the architecture, engineering and construction (AEC) industry has gravitated towards increased use of BIM, the industry should be aware that other technologies exist or are in development. Combined Blockchain and BIM applications could guarantee the incorruptibility of information stored on the BIM platform and ensure the sequential tracing of every single decision, action or change made during the design and execution of a project. Separately, the development of smart contracts has the potential of altering the structure and content of traditional construction contracts, enabling them to respond to the increased digitization of project execution methodologies and to become – at least partially – self-executing.

Blockchain as the Foundation for BIM While traditional applications for Blockchain are in the area of cryptocurrencies, Blockchain is fundamentally a database technology that ensures secure exchanges and storage of any information uploaded to a database. Blockchain achieves this by gathering all information into immutable and time-stamped blocks. These informational blocks then link together and are constantly verified on a peer-to-peer basis by other computers forming part of the same database. Thus, the Blockchain database is, by design, self-verifying and information stored on it, including any change made to the database, can be accessed relatively easily. Furthermore, once a block of information is added to the Blockchain, it cannot be altered without database users knowing about it. The development and use of BIM have progressed to a point where it is possible for all project participants to collaborate on project design and execution within a single and unified platform. This is used not only to generate 3D and 4D project models, but also to compile within the platform all project information and documentation, including pricing information, change orders and payment information. In the future, all project participants, including owners, designers, contractors and lenders, will be able to access and monitor the development and execution of a construction project through a single integrated BIM platform. However, if project participants are to effectively collaborate within BIM platforms, they will need to trust the information contained within the relevant project database. By combining BIM and Blockchain, information contained in the BIM platform could be gathered, maintained, updated and archived within a reliable, transparent and incorruptible 20 Innovation Spotlight2019

Présent depuis plusieurs années, le BIM est maintenant considéré par de nombreuses voix des secteurs public et privé comme l’outil de l’avenir pour la conception et la mise en œuvre des projets de construction. En effet, grâce à une approche de gestion et d’exécution de projet axée sur les données, le BIM simplifie l’échange d’information et de documents entre les participants, réduit les coûts et favorise le respect des échéanciers et des budgets. Si l’industrie de l’architecture, du génie et de la construction se tourne de plus en plus vers le BIM, elle doit également rester au fait des autres technologies actuelles ou en développement. D’une part, des applications alliant la chaîne de blocs et le BIM pourraient garantir l’incorruptibilité de l’information stockée sur la plateforme BIM et le suivi séquentiel de chaque décision, action ou modification effectuée pendant la conception et l’exécution d’un projet. D’autre part, les contrats intelligents pourraient transformer la structure et le contenu des contrats de construction traditionnels pour les adapter à la numérisation accrue des méthodes d’exécution de projet et les rendre auto-exécutoires, à tout le moins partiellement.

Blockchain en tant que fondement du BIM Même si la chaîne de blocs trouve ses applications classiques dans le domaine des cryptomonnaies, il s’agit essentiellement d’une technologie de base de données qui assure l’échange et le stockage sécurisés de toute information téléchargée dans une base de données. Pour ce faire, elle rassemble toute l’information dans des blocs horodatés inaltérables. Ces blocs sont ensuite liés, puis vérifiés en continu de poste à poste par les autres ordinateurs du même réseau. Ainsi, par sa conception, la base de données en chaîne de blocs se valide elle-même et permet un accès relativement facile à l’information qu’elle stocke, y compris à ses modifications. De plus, une fois qu’un bloc est ajouté à la chaîne, il est impossible de le modifier à l’insu des utilisateurs de la base de données. Le développement et l’utilisation du BIM ont tellement progressé qu’il est désormais possible pour tous les participants de collaborer à la conception et à l’exécution d’un projet à partir d’une plateforme unique et unifiée, qu’on utilise pour générer des modèles en 3D et 4D, mais aussi pour y colliger toute l’information et la documentation pertinentes, notamment les données sur les prix, les avenants de modification et les données de paiement. Dans l’avenir, tous les participants, y compris les maîtres d’ouvrage, les concepteurs, les entrepreneurs et les prêteurs, pourront voir et surveiller l’évolution et l’exécution d’un projet de construction à partir d’une plateforme BIM unique et intégrée. Mais pour collaborer efficacement,


Membre de CanBIM

database. This should, in theory, drive more trust and collaboration among project participants and increase the benefits of BIM outlined above. The ability of Blockchain to track all changes made to the information contained within the relevant project/BIM database will have additional benefits and consequences, some of which are clear, while others are less so. Blockchain can, for instance, help contributors to the BIM model maintain copyright over their contributions and ensure accountability of contributors in the event something goes wrong with the model during or after construction. Furthermore, since Blockchain can be used as a basis for the development of smart contracts, combining BIM and Blockchain could give rise to self-executing construction agreements. The Rise of “Smart” Construction Contracts Rather than being written on paper, the terms and provisions of a smart contract are set out within source code and computer protocols. Contractual provisions within a smart contract can be partially or fully self-executing and self-enforcing, removing the need for intermediaries and, at least in theory, rendering unnecessary methods of encouraging or forcing parties to comply with their obligations, such as demand letters or court proceedings. In other words, traditional contractual processes that required human intervention and oversight can be partially or fully automated. While smart contracts have theoretically been possible since the development of the modern computer, one of the main restrictions to their development and increased adoption has related to ensuring data accuracy. Indeed, any party to a smart contract needs to “trust” it, in the same way, or perhaps more so, than the user trusts a paper-based contract. Parties must also have confidence that the information contained in the smart contract, together with the actions taken by the smart contract, are securely logged, traceable and unalterable. With Blockchain, these concerns are, for the most part, addressed, potentially allowing smart contracts to thrive. In the context of the construction contract, the possibility of automating some of the contractual processes that traditionally were set out on paper and which relied on the interventions of multiple project participants is worth discussing and exploring.

il leur faudra avoir confiance en l’information stockée dans la base de données du projet. Or, en alliant le BIM avec la chaîne de blocs, il serait possible de regrouper, conserver, mettre à jour et archiver toute l’information d’une plateforme BIM dans une base de données fiable, transparente et incorruptible. Cela devrait théoriquement favoriser la confiance et la coopération chez les participants et amplifier les avantages du BIM décrits plus haut. Le suivi des modifications apportées à l’information de la base de données d’un projet ou d’une plateforme BIM, rendu possible par la chaîne de blocs, entraînera d’autres avantages et conséquences plus ou moins manifestes. Par exemple, la chaîne de blocs peut aider les collaborateurs d’un modèle BIM à faire respecter leurs droits d’auteur et à garantir la reddition de comptes de tout un chacun en cas de problème avec le modèle pendant ou après la construction. En outre, comme la chaîne de blocs peut servir de base à la création de contrats intelligents, l’union du BIM et de la chaîne de blocs pourrait donner naissance à des contrats de construction auto-exécutoires. L’essor des contrats de construction « intelligents » Au lieu d’être écrites sur papier, les modalités et dispositions d’un contrat intelligent sont définies par du code source et des protocoles informatiques. Les dispositions d’un tel contrat peuvent ainsi, en tout ou en partie, s’exécuter automatiquement, rendant superflus les intermédiaires et, en théorie du moins, toutes les méthodes visant à inciter ou contraindre les parties à respecter leurs obligations, comme les mises en demeure ou les poursuites. Autrement dit, les processus contractuels traditionnels, fondés sur l’intervention et la surveillance humaines, peuvent être automatisés en tout ou en partie. Bien que les contrats intelligents soient théoriquement faisables depuis l’avènement de l’ordinateur moderne, leur mise au point et leur utilisation ont été freinées par la nécessité d’assurer l’exactitude des données. En effet, toute partie à un contrat intelligent doit pouvoir s’y fier autant, voire davantage, qu’à un contrat papier. Les parties doivent également avoir l’assurance que l’information contenue dans le contrat intelligent et les actions qu’il exécute sont retraçables, inaltérables et consignées de façon sécuritaire. Comme elle répond en grande partie à ces besoins, la chaîne de blocs pourrait favoriser l’essor des contrats intelligents. Dans le contexte du contrat de construction, il y a lieu d’aborder et d’explorer la possibilité d’automatiser certains des processus contractuels qui, généralement, étaient énoncés sur papier et se fondaient sur les interventions de multiples participants.

Continued on page 75

Suite à la page 75 21


CanBIM Feature

BIM is About to go Public

Le BIM est sur le point de devenir public

Interview by Sarah Lipsit, Canada BIM Council

Entrevue réalisée par Sarah Lipsit, Conseil Canadien du BIM

Those of us that are familiar with Building Information Modelling (BIM) know that the Canadian government has been lagging behind in innovation and digital transformation initiatives within the AECOO (Architecture Engineering Construction Owner and Operator) industry in comparison to other G20 countries since the Global Financial Crisis of 2007/2008. This trend has rapidly begun to change. More government owners are talking about BIM than ever before, and it would seem that BIM is about to go Public.

Ceux d’entre nous qui connaissent bien la modélisation des données du bâtiment (BIM) savent que l’industrie canadienne AECOO (propriétaire et exploitant de l’architecture et de la construction) a pris du retard sur les initiatives d’innovation et de transformation numérique par rapport aux autres pays du G20 depuis la crise financière mondiale de 2007 / 2008. Cette tendance a rapidement commencé à changer. De plus en plus de propriétaires gouvernementaux parlent du BIM comme jamais auparavant, et il semblerait que le BIM soit sur le point de devenir public.

In 2012, the Department of National Defense (DND) began adopting BIM in a significant way; As part of its push towards Defence Renewal, this is envisioned in the Strong, Secure, Engaged: Canada’s Defence Policy. In 2016, the Department of Public Services and Procurement Canada (PSPC) signed the Statement of Intention to support BIM with open standards at the International Workplace Networks’ annual conference, with initiatives to create a roadmap of their own towards BIM adoption.

En 2012, le Département de la Défense nationale (DDN) a commencé à adopter le BIM de manière significative. Dans le cadre de ses efforts en faveur du renouvellement de la Défense, ceci est envisagé dans La politique de défense du Canada : Protection, Sécurité, Engagement. En 2016, le ministère des Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) a signé la déclaration d’intention de soutenir le BIM avec des normes ouvertes lors de la conférence annuelle de International Workplace Networks, avec des initiatives visant à créer leur propre feuille de route pour l’adoption du BIM.

In 2016, Société québecoise des infrastructures (SQI) announced that they had begun working towards BIM adoption, following an internal roadmap initiated in 2014. SQI requires BIM on all major projects since May 2016 – and it is the first government body in Canada to do so. In March of 2018, Alberta Infrastructure publicly released its Digital Project Delivery Requirements, announcing them as the first step in transitioning to a digitally focused business model for the province’s infrastructure program, while the province of Saskatchewan is still in the early planning stages. What all of these major governments have in common is the desire to to have a mandate for BIM adoption for Digital Project Delivery (DPD) before 2025. - DND and PSPC are working towards a 2025 goal, while SQI is aiming for 2021 (for complete implementation), and Alberta Infrastructure already requiring digital deliverables. To close out 2018, DND and PSPC jointly launched their new site aimed at engagement within the federal government community of Owners in order to move towards a Digital Built Government of Canada. The Departments chose the Real Property Institute of Canada (RPIC) National Real Property Workshop for this launch to highlight the importance of BIM and to facilitate engagement with the real property community. Sitting on a panel with SQI’s Guy Paquin, DND’s Philip Reynolds and buildingSMART Canada’s Bill Moore, PSPC’s Associate Assistant Deputy Minister for Real Property Michael Mills offered the following insight: “PSPC sees innovation as an action-and-result process wherein learning from testing can lead us to betterment. PSPC supports and tests innovations in order to adopt and implement innovations which prove valuable. We rely on other government departments for support in this such as NRC, NRCan, and ISED, whose mandate includes innovation. A common belief arising from Smart City and Smart Building initiatives is that DATA is the most important key to innovation. Without Open Data, or Quality Data, our innovators in Canada cannot predict, and plan for the readiness of, new tools, technologies and practices that will evolve Canadian Real Property. This is where OpenBIM comes in, filling a gap in our overall data collection as a Department; it represents quality and collaborative building data.

22 Innovation Spotlight2019

En 2016, la Société québécoise des infrastructures (SQI) a annoncé qu’elle avait entamé ses travaux en vue de l’adoption du BIM, à la suite d’une feuille de route interne lancée en 2014. La SQI exige le BIM sur tous ses projets majeurs depuis mai 2016. Il s’agit du premier corps public exigent le BIM de manière constante. En mars 2018, Alberta Infrastructure a publié ses exigences de réalisation de projets numériques, en les annonçant comme la première étape du processus. La transition vers un modèle d’affaires axé sur le numérique pour le programme d’infrastructure de la province, tandis que l province de la Saskatchewan en est encore aux premières étapes de la planification. Tous ces grands gouvernements ont en commun le souhait de disposer d’un mandat d’adoption du BIM pour supporter la livraison de projet par le numérique (LPN) avant 2025. - Le MDN et SPAC travaillent à atteindre l’objectif de 2025, tandis que SQI vise 2021 (pour le déploiement complet) et l’Alberta Infrastructure nécessitant déjà des livrables numériques. Pour clore l’année 2018, le DDN et SPAC ont lancé conjointement leur nouveau site Web destiné à susciter l’engagement des propriétaires du gouvernement fédéral dans le but de transitionner vers un envrionnement bâti numérique pour le gouvernement du Canada. Les ministères ont choisi l’atelier national sur les biens immobiliers de l’Institut des biens immobiliers du Canada (IBIC) pour souligner l’importance du BIM et faciliter la participation de la collectivité des biens immobiliers. Un groupe de discussion composé de Guy Paquin de SQI, de Philip Reynolds du MDN et de Bill Moore de BuildingMart Canada, du sous-ministre adjointe associée aux biens immobiliers de SPAC, Michael Mills, a présenté les observations suivantes: «SPAC considère l’innovation comme un processus «action-résultats» permettant d’apprendre en menant des tests qui peuvent conduire à obtenir une plus-value. SPAC soutient et met à l’essai les innovations pour adopter et mettre en œuvre celles qui s’avèrent utiles. Nous comptons sur l’appui des autres ministères, tels que le CNRC, RNCan et ISDE, dont le mandat comprend l’innovation. Les initiatives de ville intelligente et de bâtiment intelligent sont généralement fondées sur le fait que les données sont la clé la plus importante de l’innovation. Sans données ouvertes ou données de bonnes qualités, nos innovateurs au Canada ne peuvent prédire et se mettre prêts pour accueillir de nouveaux outils, technologies et pratiques qui feront évoluer les biens immobiliers canadiens. C’est ici que le «OpenBIM» entre en jeu, comblant une lacune dans notre collecte de données globale en tant que ministère; il représente des


Fonction CanBIM

Similarly, as digital services for Canadians continues to evolve as an expectation of our Public, PSPC will be able to offer improved stewardship services from this quality and collaborative building data, such as universal accessibility of Canadian heritage sites and cultural experiences, or action against climate change within the public built environment. The Digital Built Government of Canada initiative intends to build connections and alignment amongst all the key players, innovations and practices within the AECOO sector in order to coordinate a collective push forward for Real Property in the Digital Age. As of 2018, we have used Heritage BIM at the Parliamentary Precinct, utilizing Drone 3-D imaging to design the glass roof, as well as completed digitally assisted restoration of heritage statues based on 3-D imaging. We have implemented Energy Modelling and Advanced Sustainable Renovation for a Net Zero Carbon building at 875 Heron Road using a Green House Gas Options Analysis Methodology Guideline. We are also using Seismic Analysis and Modelling under PSPC’s new Seismic Standard. Instead of a uniform solution in which there is only one level of performance requirement for all buildings, the Standard provides a more flexible risk-based approach, taking three factors into consideration. In order to continue to find opportunities to innovate and push BIM use within our projects, we will have to begin placing innovation at the front end of project planning, supporting it throughout the process by leveraging every project budget to innovate little-by-little. By keeping information management, project scope, and requirements lean and efficient, we can make everyday project challenges testbeds for continual process improvement for future projects. As Public Owners the challenge in innovation for Real Property presents itself with the problem of finding the requirement sweet-spot; we cannot ask for too much without risking the quality or economy of our purchased solutions, and we cannot ask for too little without risking inefficiencies and poor durability within our purchased solutions. BIM poses the same challenge and we are working to find the ideal balance of digital delivery requirements that will enable us internally, but are also within industry competency to deliver. Our Roadmap for the adoption and implementation of BIM aligns with the building SMART Canada roadmap published in 2014, and a major component of this roadmap is made up of Engagement and Education activities. As Public Owners we are ready to begin working towards asking for more from our AECOO industry, but we know that we cannot become informed owners without first agreeing to and aligning with a common Canadian understanding and digital competency. In this spirit, PSPC is working with its partners to develop a public platform for promotion, education, readiness, research & development, best practices, standards, deployment guidance, forums and support. This platform will act as a central location to work on innovation, research and development of nationally beneficial topics that is both open and collaborative. As Federal Custodians, it is our responsibility to steward crownowned property and assets on behalf of Canadians, to the best of our abilities; this includes constant investigation and adoption of new ways to improve this stewardship. BIM represents a transformation

données de qualité et de construction collaboratives. De même, à mesure que les services numériques destinés aux Canadiens évolueront comme l’attente de notre public, SPAC sera en mesure d’offrir des services de gérance améliorés à partir de ces données de qualité et collaboratives sur les bâtiments, telles que l’accessibilité universelle, des sites du patrimoine canadien et des expériences culturelles, ou l’action contre le changement climatique au sein de l’environnement bâti public. L’initiative Bâti numérique du gouvernement du Canada (BNGC) vise à établir des liens et à harmoniser les principaux acteurs, innovations et pratiques du secteur AECOO afin de coordonner une action collective en faveur de l’immobilier à l’ère numérique. À partir de 2018, nous avons utilisé la BIM du patrimoine de la Cité parlementaire, utilisant l’imagerie de Drone 3D pour concevoir le toit en verre, ainsi que la restauration assistée numériquement de statues patrimoniales basée sur la modélisation 3D. Nous avons intégré la simulation énergétique et la rénovation durable avancée pour un bâtiment à « Net-Zero Carbon » à 875 Heron Road, à l’aide des lignes directrices sur la méthodologie d’analyse des options en matière de gaz à effet de serre. Nous utilisons également l’analyse sismique et la modélisation dans le cadre de la nouvelle norme sismique de PSPC. Au lieu d’une solution uniforme dans laquelle il n’y a qu’un seul niveau d’exigence de performance pour tous les bâtiments, la norme propose une approche plus flexible basée sur les risques, tenant compte de trois facteurs. Afin de continuer à rechercher des opportunités d’innover et de promouvoir l’utilisation de la BIM dans nos projets, nous devrons mettre l’innovation de l’avant dès le début de la planification de projet, en l’appuyant tout au long du processus tout en exploitant chaque budget de projet pour innover petit à petit. En conservant la gestion de l’information, la portée du projet et des exigences simples et efficaces, les défis quotidiens des projets pourrons devenir des bancs d’essai pour une amélioration continue des processus des projets futurs. En tant que propriétaires publics, le défi de l’innovation dans l’immobilier se pose avec le problème de trouver l’exigence du «sweet spot»; nous ne pouvons pas trop demander sans risquer la qualité ou l’économie de nos solutions achetées, et nous ne pouvons pas demander trop peu sans risquer des inefficacités et une faible durabilité des solutions achetées. La BIM pose le même défi et nous travaillons pour trouver le compromis idéal entre les exigences de livraison numérique qui nous permettra de livrer à l’interne mais également au sein de la compétence de l’industrie. Notre feuille de route pour l’adoption et la mise en œuvre du BIM s’aligne sur la construction de la feuille de route de SMART Canada publiée en 2014, et un élément majeur de cette feuille de route est constitué d’activités d’engagement et d’éducation. En tant que propriétaires publics, nous sommes prêts à commencer à demander de plus en plus à notre industrie AICPG, mais nous savons que nous ne pouvons pas devenir propriétaires informés sans un accord préalable avec une compréhension canadienne commune et une compétence numérique. Dans cet esprit, SPAC collabore avec ses partenaires à la mise au point d’une plate-forme publique de promotion, d’éducation, de préparation, de recherche et développement, de pratiques exemplaires, de normes, de conseils de déploiement, de forums et d’appui. Cette plate-forme constituera un emplacement central pour travailler sur l’innovation, la recherche et le développement de sujets bénéfiques pour le pays, ouverts et collaboratifs. En tant que gardiens fédéraux, il nous incombe de gérer les biens et les actifs appartenant à la Couronne au nom des Canadiens, au meilleur de nos capacités; cela comprend la recherche constante et l’adoption de nouveaux moyens d’améliorer cette gestion. Le BIM représente une transformation des pratiques, un changement de modèle d’entreprise, et non une nouvelle discipline dans le secteur AICPG.

23


CanBIM Feature

of practice, a change to the business model, not a new discipline in the AECOO industry. We cannot become globally competitive as an industry or as a country without moving towards quality data as a deliverable for every project, and as Minister Bains said: “We have an opportunity to build a digital legacy for Canada and to become a global innovation leader.” ” Similarly, Philip Reynolds of DND stated: At the Department of National Defence (DND), BIM aligns very well with the goals of Strong, Secure, Engaged: Canada’s Defence Policy. The challenge however is to balance the drive to innovate with immediate priorities and limited resources. Our DND, ADM(IE) BIM Implementation Plan is oriented to foster innovation wherever possible within the project implementation process; which is currently in a hybrid phase where both BIM and Traditional CAD are used. This innovation is driven to a large extent by consultants mostly working on larger capital projects, and therefore the scope to which BIM is used is partly defined by the consultants providing services. DND is working both with PSPC, and independently, to create plans for a more complete integration of BIM into capital project delivery and other asset lifecycle processes. This is happening on the macro and micro level. We see Open BIM as necessary, and probably mandatory, to achieve our longer term goals of implementing BIM for Operations, Maintenance and Planning. As a series of interwoven processes, the Asset Lifecycle could not possibly hope to benefit from quality asset data without some kind of standardization. As the format for useable data downstream, open standards will allow the full potential of BIM to be utilized fully in DND Real Property operations. Examples of BIM use at DND include Hangar Projects in Trenton from 2010 onwards where BIM was used at times for detailed design or advanced coordination, while at others for sequencing of construction. Currently, an Integrated Project Delivery (IPD) project for logistics consolidation, using BIM, is underway in Petawawa that will provide proof of concept for both IPD and BIM delivery.. Some of the feedback that DND has received on BIM projects is that our Departmental BIM Standards are very useful and appreciated by industry, and in this spirit, DND is currently in the early stages of developing a toolkit for close-out requirements. At the portfolio level, an information management system called the Real Property Spatial Data Warehouse is currently being implemented and there is a close link between that effort and the BIM implementation within DND. At present our goal is to initiate pathfinder projects such as the Petawawa IPD project mentioned above. On that project, a conscious decision was made to not be overly prescriptive for BIM requirements, and to rather make that a part of the IPD team mandate. Internally, we can also do more by encouraging project managers to add BIM uses to their project scope wherever possible, and then facilitate this by providing Project Managers with additional options for services and scope that would advance BIM Uses for the project. There is another opportunity that has a lot of potential here, which is to implement innovative BIM solutions and develop concepts in house on projects designed by GC Architects and Engineers. In this approach we are limited by the current direction of Architecture and Engineering services within the Public Service. Ultimately, the Government of Canada could make BIM delivery a requirement for new capital projects as was done to help drive innovation when AutoCAD was first made a deliverable for federal projects.

24 Innovation Spotlight2019

Nous ne pouvons pas devenir concurrentiels au niveau mondial en tant qu’industrie ou pays sans passer aux données de qualité comme produit livrable pour chaque projet. Comme le disait le ministre Bains: «Nous avons la possibilité de créer un héritage numérique pour le Canada et de devenir un chef de file mondial en matière d’innovation.» De même, Philip Reynolds du MDN avait ceci à dire: Au ministère de la Défense nationale (MDN), le BIM s’inscrit parfaitement dans les objectifs de la politique de défense du Canada Forte, sûre et engagée: Le Canada. Le défi consiste toutefois à équilibrer la volonté d’innover avec des priorités immédiates et des ressources limitées. Notre plan de mise en œuvre du BIM du MDN et du SMA (IE) vise à favoriser l’innovation autant que possible dans le processus de mise en œuvre du projet; qui est actuellement dans une phase hybride où BIM et CAO traditionnels sont utilisés. Cette innovation est tirée en grande partie par des consultants travaillant principalement sur des projets d’immobilisations plus importants. Par conséquent, la portée de l’utilisation du BIM est en partie définie par les consultants fournissant des services. Le MDN travaille à la fois avec PSPC et de manière indépendante pour créer des plans en vue d’une intégration plus complète du BIM dans la réalisation des projets d’immobilisations et d’autres processus du cycle de vie des actifs. Cela se passe au niveau macro et micro. Nous considérons le « OpenBIM » comme nécessaire et probablement obligatoire pour atteindre nos objectifs à long terme de mise en œuvre du BIM pour les opérations, la maintenance et la planification. En tant que série de processus imbriqués, Asset Lifecycle ne peut espérer tirer parti de données de qualité sur les actifs sans une sorte de standardisation. En tant que format pour les données utilisables en aval, les normes ouvertes permettront d’exploiter pleinement le potentiel du BIM dans les opérations immobilières du MDN. Parmi les exemples d’utilisation de la BIM au MDN, citons des projets de Hangar à Trenton à partir de 2010, où le BIM était parfois utilisé pour la conception détaillée ou la coordination avancée, tandis que d’autres étaient utilisés pour le séquençage de la construction. Actuellement, un projet de livraison de projet intégré (IPD) pour la consolidation logistique à l’aide de la BIM est en cours à Petawawa, ce qui apportera la preuve de concept pour la livraison de projet intègre et de la BIM. Parmi les commentaires reçus par le MDN sur les projets BIM, citons le fait que nos normes ministérielles BIM sont très utiles et appréciées par l’industrie. Dans cet esprit, le MDN est en train de développer une boîte à outils pour les besoins de fermeture. Au niveau du portefeuille, un système de gestion de l’information appelé entrepôt de données spatiales sur les biens immobiliers est en cours de mise en œuvre et il existe un lien étroit entre cet effort et la mise en œuvre du BIM au sein du MDN. À l’heure actuelle, notre objectif est de lancer des projets pionniers tels que le projet IPD de Petawawa mentionné ci-dessus. Dans le cadre de ce projet, il a été décidé de ne pas trop prescrire les exigences relatives au BIM et de les intégrer au mandat de l’équipe IPD. Sur le plan interne, nous pouvons également faire plus en encourageant les chefs de projet à ajouter le BIM à la portée de leur projet, dans la mesure du possible, et à faciliter cela en fournissant aux chefs de projet des options supplémentaires pour les services et une portée qui feraient progresser les utilisations de la BIM pour le projet. Il existe une autre opportunité qui présente beaucoup de potentiel: mettre en œuvre des solutions BIM innovantes et développer des concepts en interne sur des projets conçus par des entrepreneurs généraux, des architectes et des ingénieurs. Dans cette approche, nous sommes limités par l’orientation actuelle des services d’architecture et de génie au sein de la fonction publique. En fin de compte, le gouvernement du Canada pourrait faire de la livraison de BIM une


Fonction CanBIM

The interview that follows was in the interest in sparking a conversation about the various operational challenges, opportunities, and particularities which provincial governments experience when delivering major infrastructure projects. CanBIM would like to thank provincial representatives, Rafael Lucero of Alberta Infrastructure, Kirk Banadyga of the Government of Saskatchewan, and Olivier Pellerin of Société québecoise des infrastructures, for speaking to us about their approach to DPD, what stages they’re at, and their plans for the future of implementing BIM usage and DPD methods.

exigence pour les nouveaux projets d’immobilisations, comme cela avait été fait pour favoriser l’innovation lorsque AutoCAD a été rendu livrable pour la première fois pour des projets fédéraux.

L’entrevue qui a suivi avait pour but de susciter une conversation sur les divers défis, opportunités et particularités opérationnels auxquels les gouvernements provinciaux font face lors de la réalisation de grands projets d’infrastructure. Nous avons interrogé des représentants provinciaux, Rafael Lucero d’Alberta Infrastructure, Kirk Banadyga du gouvernement de la Saskatchewan et Olivier Pellerin de la Société québécoise des infrastructures, afin de commenter leur approche à la LPN, dont le BIM, ses étapes et ses projets de mise en œuvre.

Digital Model of Place du Portage, Phase III and its surrounding site, Gatineau Québec, courtesy of Public Services and Procurement Canada, Facilities Technical Services.

25


CanBIM Feature

CanBIM: Could you briefly describe your role and responsibilities within your Province’s Infrastructure Department?

CanBIM: Pourriez-vous décrire brièvement votre rôle et vos responsabilités au sein du département Infrastructure de votre province?

Rafael Lucero: As the Manager for Spatial Information for Alberta Infrastructure, I wear several hats, including the management of our internal Geographic Information Systems (GIS), CAD and BIM teams. My primary focus involves the development and ongoing implementation of our Digital Project Delivery requirements and ensuring that the initiative is aligned with all other relevant areas of our business and stakeholders.

Rafael Lucero: Je porte plusieurs chapeaux chez Alberta Infrastructure, notamment la gestion de nos équipes internes de systèmes d’information géographique (SIG), de CAD et de BIM. Mon objectif principal en ce moment concerne l’élaboration et la mise en œuvre continue de nos exigences en matière de réalisation de projets numériques et de veiller à ce que l’initiative soit alignée sur tous les autres domaines pertinents de notre entreprise et de nos intervenants.

Kirk Banadyga: As a Provincial Architect for the Government of Saskatchewan, I represent the Ministry in consultations with provincial and national bodies representing building design professionals as well as aid in the selection of consulting firms to receive commissions for this work. Furthermore, I also provide advice to the Ministry regarding the implementation of best value in its contract procurement processes related to consulting services and construction; Assist the Ministry in exploring options to exploit current technology to improve the Ministry’s use of information technology in managing its facilities and its construction project portfolio; Research and plan the implementation of digital documentation for design and construction contracting, develop and implement a system to organize and harmonize the Ministry’s standard construction documents (in consultation with other interested Provincial Government Ministries); And, provide architectural services to the Ministry related to feasibility studies, project analysis, major maintenance issues, and facility risk assessments. Olivier Pellerin: As General Director at the Vice Presidency Project Governance, Mr. Guy Paquin is not only one of the main thinkers of the BIM-IDP program but also its sponsor and ambassador to the Quebec construction industry. Myself and Mr. Steve Tremblay are in charge of leading and executing the program deployment throughout the SQI’s infrastructure projects and the internal corporate processes.

CanBIM: Let’s jump right in and discuss Digital Project Delivery – what exactly is it? RL: Digital Project Delivery is a term we’re using to transform the way information is created, managed and delivered to Alberta Infrastructure. In essence, we’re signalling to our project partners that we have a requirement for organized, structured and consistent data throughout the lifecycle of a project.

CanBIM: When did Alberta begin outlining the specifications for DPD, and what groups and stokeholds had an input into the development? RL: Alberta Infrastructure began developing the DPD requirements in 2017 and released them in March, 2018. A number of stakeholders were heavily involved throughout the development and review process, such as the internal Facilities Management team, Project Management, and Technical Services. We also formed an industry working group to review the draft requirements consisting of representatives from the Alberta Construction Association, Consulting Engineers of Alberta, Consulting Architects of Alberta, and other industry organizations. Through a series of workshops the industry working group provided Alberta Infrastructure with valuable and important feedback on the requirements.

Kirk Banadyga: Je représente le Ministère auprès des organismes provinciaux et nationaux agissant au nom des professionnels de la conception de bâtiments; Aider à la sélection de sociétés de conseil recevant des commissions pour ce travail; Fournir des conseils professionnels aux autres ministères du gouvernement de la Saskatchewan; Conseiller le Ministère sur la mise en œuvre du meilleur rapport qualité-prix dans ses processus d’approvisionnement en matière de contrats de services de consultation et de construction; Aider le Ministère à explorer les options permettant d’exploiter les technologies actuelles afin d’améliorer l’utilisation des technologies de l’information par le Ministère pour gérer ses installations et son portefeuille de projets de construction; Rechercher et planifier la mise en œuvre de la documentation numérique pour les contrats de conception et de construction; Élaborer et mettre en œuvre un système pour organiser et harmoniser les documents de construction standard du Ministère (en consultation avec les autres ministères des gouvernements provinciaux intéressés); Et, fournir au Ministère des services d’architecture liés aux études de faisabilité, à l’analyse de projet, aux principaux problèmes de maintenance et à l’évaluation des risques des installations. Olivier Pellerin: En tant que directeur général de la vice-présidence Gouvernance des projets, M. Guy Paquin est non seulement l’un des principaux penseurs du programme BIM-PCI, mais également son sponsor et son ambassadeur auprès de l’industrie de la construction au Québec. Steve Tremblay et moi-même sommes responsables de la direction et de l’exécution du déploiement du programme dans tous les projets d’infrastructure et les processus internes de la SQI.

CanBIM: Qu’est-ce que la prestation de Projet Numérique? RL: La prestation de Projet Numérique est un terme que nous utilisons pour essayer de transformer la manière dont les informations sont créées, gérées et livrées à Alberta Infrastructure. En substance, nous signalons à nos partenaires de projet que nous avons besoin de données organisées, structurées et cohérentes tout au long du cycle de vie d’un projet.

CanBIM: Quand l’Alberta a-t-elle commencé à décrire les spécifications de la DPD et quels groupes et entreprises ont contribué au développement? RL: Alberta Infrastructure a commencé à élaborer les exigences DPD en 2017 et les a officiellement publiées en mars 2018. Un certain nombre d’intervenants ont été largement impliqués tout au long du processus de développement et d’examen, y compris notre équipe interne de gestion des installations, gestion de projet, services techniques et bien d’autres. Nous avons également formé un groupe de travail de l’industrie chargé d’examiner les exigences préliminaires, composé de représentants de l’Alberta Construction Association, des ingénieurs-conseils de l’Alberta, des architectes-conseils de l’Alberta et d’autres organisations influentes du secteur. Le groupe de travail de l’industrie a fourni à Alberta Infrastructure des informations précieuses et importantes sur les exigences par le biais d’une série d’ateliers. Previous page: Background image courtesy of Société québécoise des infrastructures. Facing page: Calgary Cancer Centre. Above: Rendering of final project; Below: BIM Model. Both images courtesy of DIALOG

26 Innovation Spotlight2019


Fonction CanBIM

27


CanBIM Feature

CanBIM: What is Saskatchewan’s plan to address Digital Project Delivery? What are your initial steps to outline the specifications?

CanBIM: Quel est le plan de la Saskatchewan pour aborder la réalisation de projets numériques?

KB: We are in the early stages, however we are looking at the value added that digital project delivery ‘toolsets’ can bring to the entire project life cycle. Our Ministry does not want to ‘reinvent the wheel’ and have been looking at what other public bodies and provincial counterparts are doing. Alberta Infrastructure appears to be the leader in Canada and they have been very helpful and have agreed to Saskatchewan using their BIM implementation documents. We are currently reviewing the Alberta documents with our stakeholders.

KB: Nous en sommes aux premières étapes, mais nous examinons toutefois la valeur ajoutée que les « trousses d’outils » de réalisation de projets numériques peuvent apporter à l’ensemble du cycle de vie d’un projet. Notre Ministère ne veut pas « réinventer la roue » et a examiné ce que font les autres organismes publics et leurs homologues provinciaux. Alberta Infrastructure semble être le chef de file au Canada. Leurs représentants ont été très utiles et ont accepté que la Saskatchewan utilise leurs documents de mise en œuvre BIM. Nous examinons actuellement les documents de l’Alberta avec nos intervenants.

CanBIM: How about for SQI? What is your timeline to address both DPD and IDP and how do you plan to deploy the program? OP: The SQI’s integrated practices, BIM and IDP deployment program is based on a 5 years roadmap called in French ‘Feuille de route du déploiement BIM-PCI’. The five year program sets ambitious objectives for 2021. All the projects with a cost of 5M$ or more are now supported by the Integrated Design Process (IDP) approach and the goal is set for at least 20 infrastructure projects delivered in BIM by 2021. Considering the impressive number of infrastructure projects coming in, this number is already being reviewed so that more projects can benefit from BIM technologies and processes. Meanwhile, other aspects and levels of BIM are being studied by different internal committees and implemented in some projects. By 2021, SQI will be able to perform and manage projects using the full potential of BIM, from 3D to 4D, 5D, 6D and 7D. As an owner and a project management expert for the government, implementing BIM across all administrative units is one of the founding principles to a better building lifecycle management.

CanBIM: What unique features other than BIM and 3D modelling are included in the DPD parameters? RL: While there is a BIM and 3D modelling component to the DPD, this is not a point of emphasis in the requirements. The primary focus of the DPD requirements is Asset Information Management (AIM), and ensuring that our project partners are collecting, managing and delivering the information we need to populate our asset management systems. On projects where BIM is a requirement, we have comprehensive requirements around the BIM Execution Plan, model delivery throughout the project lifecycle and the creation of an accurate record model. Our aim is to not be prescriptive with the modelling requirements and to provide our consultants and contractors with as much flexibility as possible. KB: It is too early, various unique digital delivery methods are being explored. I am currently looking at the ‘best of business’ and will be making recommendations to the Ministry. SaskBuilds is actively looking at alternative project delivery options that are available and are engaging other Ministries in the process. OP: As Quebec’s Government real estate expert, SQI manages projects and facilities for a large number of public organizations that deliver services to the population. Considering the potential of BIM to create and manage data from planning to operations, this information can provide substantial insight to facilitate the decision making process and create value throughout the infrastructure lifecycle. This governance approach is based on collaboration between all the stakeholders of a project and mutual benefits for owners and the industry. More specifically, SQI’s program includes a major focus on IDP and other integrated practices to increase the use of a collaborative approach in the project delivery. Performant processes help increase the adoption of BIM while technological tools help create new information and project outputs that feed the project delivery. Both approaches are mutually reinforcing one another and increasing productivity. 28 Innovation Spotlight2019

CanBIM: Que diriez-vous de SQI? Quel est votre calendrier pour traiter à la fois LPN et PCI et comment envisagez-vous de déployer le programme? OP: Le programme de déploiement des pratiques intégrées, du BIM et du PCI de la SQI s’appuie sur une feuille de route sur cinq ans intitulée «Feuille de route du déploiement BIM-PCI». Le programme quinquennal définit des objectifs ambitieux pour 2021. Tous les projets d’un coût égal ou supérieur à 5 millions de dollars sont désormais pris en charge par l’approche du processus de conception intégrée (PCI) et l’objectif est fixé pour au moins 20 projets d’infrastructure livrés dans le BIM d’ici 2021. Compte tenu du nombre impressionnant de projets d’infrastructure qui arrivent, ce nombre est déjà en cours de révision afin qu’un plus grand nombre de projets puissent bénéficier des technologies et processus BIM. Pendant ce temps, d’autres comités internes étudient d’autres aspects et niveaux du BIM et les mettent en œuvre dans certains projets. D’ici 2021, SQI sera en mesure de réaliser et de gérer des projets utilisant tout le potentiel du BIM, du 3D au 4D, au 5D, au 6D et au 7D. En tant que propriétaire et expert en gestion de projet pour le gouvernement, la mise en œuvre du BIM dans toutes les unités administratives est l’un des principes fondateurs d’une meilleure gestion du cycle de vie des bâtiments.

CanBIM: Quelles caractéristiques uniques autres que la modélisation BIM et 3D sont incluses dans les méthodes de LPN? RL: Bien qu’il existe une composante de modélisation BIM et 3D dans la DPD, les exigences ne le soulignent pas. Les exigences de la DPD sont principalement axées sur la gestion des informations sur les actifs (AIM) et sur le fait de veiller à ce que nos partenaires de projet collectent, gèrent et diffusent les informations nécessaires pour alimenter nos systèmes de gestion des actifs. Pour les projets où le BIM est une exigence, nous avons des exigences complètes concernant le plan d’exécution du BIM, la livraison du modèle tout au long du cycle de vie du projet et la création d’un modèle d’enregistrement précis. Notre objectif est de ne pas prescrire les exigences de modélisation et de fournir à nos consultants et contractants autant de flexibilité que possible. KB: Il est trop tôt pour répondre à cette question – diverses méthodes uniques de diffusion numérique sont à l’étude. J’examine présentement les « meilleures pratiques » et ferai des recommandations au Ministère. SaskBuilds étudie activement les différentes options de réalisation de projet disponibles et fait participer d’autres ministères au processus. OP: En tant qu’expert immobilier du gouvernement du Québec, la SQI gère des projets et des installations pour un grand nombre d’organismes publics offrant des services à la population. Compte tenu du potentiel du BIM pour la création et la gestion de données, de la planification aux opérations, ces informations peuvent fournir des informations importantes pour faciliter le processus de prise de décision et créer de la valeur tout au long du cycle de vie de l’infrastructure. Cette approche de gouvernance repose sur la collaboration de toutes les parties prenantes d’un projet et sur des avantages mutuels pour les propriétaires et le secteur. Plus spécifiquement, le programme de la SQI met particulièrement l’accent sur le PCI et d’autres pratiques intégrées pour accroître l’utilisation d’une approche collaborative dans la réalisation


Fonction CanBIM

CanBIM: How do you believe your mandates compare to other provinces or territories, and how does this provide a solution to your province’s specific needs? KB: It is too early to say how these compare to other provinces or territories. Some pieces are place (on an experimental basis) but no clear, consistent methodologies….yet! RL: I believe that we are one of the only provinces to have publicly released these kinds of requirements. Comparing Alberta Infrastructure’s requirements to other jurisdictions internationally, I believe that ours are more practical, achievable and centred around our specific asset information needs. Our prescriptive and detailed COBie requirements is probably what sets these requirements apart from other BIM standards that I’ve reviewed. OP: Québec’s construction industry is booming. This particular context represents a unique opportunity to undertake significant changes and operate the digital transformation of our industry. When it comes to BIM, the balance between demand and offer is key. As an owner, SQI can benefit from IDP and BIM and can increase its performance. Meanwhile, Quebec’s professionals and builders want to go BIM; this is why SQI works hand in hand with the industry.

CanBIM: What kinds of projects have you employed DPD on? What were the biggest learning curves since the first project that used this method? RL: The DPD is currently in use on eight of our capital projects, with a cumulative value of over $3 Billion. The projects that they are currently being used on range from large health care facilities such as the new Calgary Cancer Centre, government facilities such as the Red Deer Justice Centre and a number of continuing care centres. One of the biggest learning curves for DPD-enabled projects so far has been the Asset Information Management component and specifically, COBie. COBie is something that most of our industry partners have little experience with and has therefore required some extra effort to manage and deliver. Most of the DPD projects that are ongoing are in the design phase, so I’m certain we will face some additional challenges during construction and handover phase. However, since the BIM team at Alberta Infrastructure is actively engaged in these projects, I’m certain that we will be able to resolve future issues. OP: The selection of BIM projects that are officially part of the SQI’s BIM roadmap begins with our selection grid. The criteria range from the project cost and schedule to the availability of BIM resources both internally and externally. This process helps us to evaluate the potential benefits of each project when it comes to the use of BIM technologies and process. The first series of five major BIM projects of the BIM-IDP roadmap were launched in 2016 and they are all successful. We are currently undertaking the second round with 9 new BIM projects and we’ll continue on rolling basis until 2021 when all new projects coming in are fully managed in BIM. SQI’s first attempts to deliver BIM projects were in the early 2010. The lessons learned through these projects gave the program a strong foundation. The analysis and the tracking of the BIM and IDP parameters of our project is clearly one of the learnings. We are also working on a very simple step-by-step strategy where SQI’s BIM requirements follow the capacity of the industry to deliver advanced BIM projects.

du projet. Des processus performants aident à augmenter l’adoption du BIM, tandis que des outils technologiques aident à créer de nouvelles informations et des résultats de projet qui alimentent l’exécution du projet. Les deux approches se renforcent mutuellement et augmentent la productivité.

CanBIM: Comment se comparent-elles à celles d’autres provinces ou territoires et en quoi cela permet-il de répondre aux besoins spécifiques? KB: Il est trop tôt pour dire comment ils se comparent à ceux d’autres provinces ou territoires. Certaines pièces sont des lieux (à titre expérimental) mais pas encore de méthodologies claires et cohérentes! RL: Je crois que nous sommes l’une des seules provinces à avoir rendu publique ce genre d’exigences. En comparant les besoins d’Alberta Infrastructure avec ceux d’autres juridictions sur le plan international, je pense que les nôtres sont plus pratiques, réalisables et centrés sur nos besoins spécifiques en informations sur les actifs. Nos exigences COBie normatives et détaillées sont probablement ce qui les distinguent des autres normes BIM que j’ai examinées. OP: L’industrie de la construction au Québec est en plein essor. Ce contexte particulier représente une occasion unique d’entreprendre des changements importants et d’opérer la transformation numérique de notre industrie. En matière de BIM, l’équilibre entre la demande et l’offre est essentiel. En tant que propriétaire, SQI peut tirer parti des solutions de PCI et BIM et améliorer ses performances. Pendant ce temps, les professionnels et les constructeurs québécois veulent passer au BIM; C’est pourquoi la SQI travaille main dans la main avec l’industrie.

CanBIM: Pour quels types de projets cette méthode a-t-elle été utilisée? Quelles ont été les plus grandes courbes d’apprentissage depuis le premier projet utilisant cette méthode? RL: La DPD est actuellement utilisée dans huit de nos projets d’immobilisations, d’une valeur cumulée de plus de 3 milliards de dollars. Les projets sur lesquels ils sont actuellement utilisés vont de grands établissements de soins de santé tels que le nouveau Centre de traitement du cancer de Calgary, d’installations gouvernementales telles que le Red Deer Justice Centre et de nombreux centres de soins de longue durée. Jusqu’à présent, l’une des plus grandes courbes d’apprentissage pour les projets utilisant DPD a été la composante Asset Information Management et plus précisément COBie. COBie est un domaine dans lequel la plupart de nos partenaires du secteur ont peu d’expérience et a donc nécessité des efforts supplémentaires en termes de gestion et de réalisation. La plupart des projets DPD en cours en sont à la phase de conception. Je suis donc convaincu que nous ferons face à des défis supplémentaires pendant la phase de construction et de passation des pouvoirs. Toutefois, comme l’équipe BIM d’Alberta Infrastructure est activement engagée dans ces projets, je suis convaincu que nous pourrons résoudre les problèmes futurs. OP: La sélection des projets BIM faisant officiellement partie de la feuille de route BIM de SQI commence par notre grille de sélection. Les critères vont du coût et de l’échéancier du projet à la disponibilité des ressources BIM, en interne et en externe. Ce processus nous aide à évaluer les avantages potentiels de chaque projet en ce qui concerne l’utilisation des technologies et des processus BIM. La première série de cinq grands projets BIM de la feuille de route BIM-IDP a été lancée en 2016 et connait un succès. Nous entreprenons actuellement le deuxième cycle avec 9 nouveaux projets BIM et nous poursuivrons sur une base continue jusqu’en 2021, lorsque tous les nouveaux projets entrants sont entièrement gérés dans le BIM. Les premières tentatives de SQI pour réaliser des projets BIM ont eu lieu au début de 2010. Les leçons tirées de ces projets ont donné au programme une base solide. L’analyse et le suivi des paramètres BIM et PCI de notre projet constituent clairement un apprentissage. Nous travaillons également sur une stratégie très simple, étape par étape, dans 29


CanBIM Feature

CanBIM: DPD intends to make maintenance of the asset for FM and Owners easy and understandable. What other major advantages come from this method? RL: Alberta Infrastructure is aiming to deliver accurate, consistent, and relevant data to FM staff upon the completion of the project. This will enable our FM teams to begin operating a facility with up-to-date knowledge about the building’s systems. Information such as warranty expiration dates, model and manufacturer number, serial numbers, etc. will be available for all maintainable assets through a digital platform. This will provide the potential for more data-driven decision-making, better analytics for preventative and predictive maintenance and ultimately, a reduction in operational costs. KB: Our Ministry is well advanced in the digital asset management of our facilities however we want to bring a much needed ‘value added’ at the handover stage of our projects by perfecting the ‘digital handshake’ at this key project milestone. This informed process of negotiation and communication between participants would be a major ‘best value’ advantage to the Ministry. OP: Information. Access to an accurate, high-quality and vast amount of data is fundamental in the management of SQI’s projects portfolio. Along the implementation of BIM 3D, we are developing other aspects of BIM including programming, estimation process and sustainability. Once the information is available and reliable, it’s easier for SQI’s teams to optimize their existing processes and innovate. We can already measure some improvements and we have a few development projects and pilots coming in 2019. Above image, Rendering of WIllow Square Continuing Care Centre in Fort McMurray, AB, courtesy of Alberta Infrastructure; Below: Regina Wastewater Treatment Plant Upgrade in Regina, SK, images courtesy of Stantec

30 Innovation Spotlight2019

laquelle les exigences BIM de SQI suivent la capacité du secteur à réaliser des projets BIM avancés.

CanBIM: La LPN entend rendre le maintien d’actif pour la gestion des installations et les propriétaires facile et compréhensible. Quels sont les autres avantages majeurs de cette méthode? RL: Alberta Infrastructure vise à fournir des données plus précises, cohérentes, détaillées et pertinentes au personnel de la gestion des installations à la fin du projet. Cela permettra à nos équipes de gestion des installations de commencer à exploiter une installation disposant de connaissances spécifiques et actualisées sur les systèmes du bâtiment. Des informations telles que les dates d’expiration de la garantie, les numéros de modèle et de fabricant, les numéros de série, etc. seront disponibles pour tous les actifs maintenables via une plate-forme numérique. Cela offrira la possibilité de prendre davantage de décisions fondées sur des données, d’améliorer les analyses pour la maintenance préventive et prédictive et, à terme, de réduire les coûts opérationnels. KB: Notre Ministère a bien progressé dans la gestion des actifs numériques de nos installations. Toutefois, nous souhaitons apporter la « valeur ajoutée » dont nous avons tant besoin au stade de la passation des pouvoirs de nos projets en perfectionnant la « poignée de main numérique » à cette étape clé du projet. Cela constituerait un avantage majeur pour le Ministère. OP: Information. L’accès à une grande quantité de données précises et de haute qualité est fondamental pour la gestion du portefeuille de projets de SQI. Parallèlement à la mise en œuvre de BIM 3D, nous développons d’autres aspects du BIM, notamment la programmation, le processus d’estimation et la durabilité. Une fois les informations disponibles et fiables, il est plus facile pour les équipes de SQI d’optimiser leurs processus existants et d’innover. Nous pouvons déjà mesurer certaines améliorations et nous avons quelques projets de développement et pilotes à venir en 2019


Fonction CanBIM

CanBIM: Does this change the design process in any way? How have architects, engineers, contractors, and or trades responded to the shift? Does this change, challenge, or create new jobs in the industry? RL: The implementation of DPD does not change the design process itself. Designers and contractors will need to develop detailed plans for data collection and data management and will likely need new software tools to effectively manage this requirement. With our ongoing projects, our industry partners have responded with a great deal of innovation solutions for meeting these requirements. We’re very fortunate to have an in-house BIM team to collaborate regularly with our designers and contractors on DPD requirements to provide guidance and to ensure that expectations are aligned. It’s too early to say with certainty that DPD will change or create new jobs in industry, but I believe that more emphasis is being placed on digital asset information management than ever before. KB: Too early to say, however early adopters in the industry are very supportive of the initiative. Saskatchewan’s mandate is the adoption of a ‘best value’ approach to the procurement of goods and services. This is causing a positive paradigm shift for the entire construction industry, and it will certainly create changes, challenges and new jobs across the industry. OP: BIM and IDP don’t fundamentally change the roles and workflows within the industry. However, greater collaboration is required when it comes to sharing digital platforms. It is also true for the design process where IDP brings more people at the table earlier on in the project. In the beginning of a project cost of change is lower and the ability to change the design is greater; most people will agree on that. Having IDP as a requirement is exactly how SQI intends to bring more effort in the beginning of the projects. It allows for better solutions, better collaboration and a better general performance for the project. Even if some professionals and contractors are sceptical in the beginning, the vast majority of people gets involved rapidly and support this process. It’s easier for SQI’s clients to be heard and for professionals and contractors to understand the big picture. Consensus is key and everyone wins; once people have experienced IDP they all want to do it again in their next projects and push it further.

CanBIM: Cela modifie-t-il le processus de conception? Comment les architectes, ingénieurs, entrepreneurs et / ou métiers ont-ils réagi à ce changement? Est-ce que cela change, met au défi ou crée de nouveaux emplois dans l’industrie? RL: La mise en œuvre de DPD ne modifie pas le processus de conception en soi. Les concepteurs et les entrepreneurs devront élaborer des plans détaillés pour la collecte et la gestion des données et devront probablement faire appel à de nouveaux outils logiciels pour gérer plus efficacement cette exigence. Avec nos projets en cours, nos partenaires de l’industrie ont répondu par de nombreuses innovations et des solutions intelligentes pour répondre à ces exigences. Nous sommes très chanceux de pouvoir compter sur une équipe BIM interne qui collabore régulièrement avec nos concepteurs et entrepreneurs sur les exigences de la DPD afin de fournir des conseils et d’assurer la cohérence des attentes. Il est trop tôt pour dire avec certitude que DPD modifiera ou créera de nouveaux emplois dans l’industrie, mais j’estime que la gestion de l’information sur les actifs numériques est plus importante que jamais. KB: Il est trop tôt pour le dire, mais les premiers utilisateurs de l’industrie sont très favorables à cette initiative. Le mandat de la Saskatchewan consiste à adopter une approche fondée sur le « meilleur rapport qualitéprix » pour l’achat de biens et de services. Cela provoque un changement de paradigme positif pour l’ensemble du secteur de la construction, et cela va certainement changer, défier et créer de nouveaux emplois dans toute l’industrie. OP: Le BIM et le PCI ne changent pas fondamentalement les rôles et les flux de travail au sein du secteur. Cependant, une plus grande collaboration est requise pour le partage de plates-formes numériques. Cela est également vrai pour le processus de conception où le PCI amène plus de personnes à la table plus tôt dans le projet. Au début d’un projet, le coût du changement est inférieur et la capacité de modifier la conception est plus grande; la plupart des gens seront d’accord sur cela. Faire du PCI une exigence est exactement ce que SQI entend faire plus d’efforts au début des projets. Cela permet de meilleures solutions, une meilleure collaboration et une meilleure performance générale du projet. Même si certains professionnels et entrepreneurs sont sceptiques au début, la grande majorité des gens s’implique rapidement et soutient ce

Image of Regina Wastewater Treatment Plant Upgrade, in Regina, SKcourtesy of Stantec

31


CanBIM Feature

CanBIM: And finally, are there any provincial government regulations or requirements that are supporting or hindering the process of the DPD method? KB: Saskatchewan’s best value mandate is providing a very positive catalyst to the DPD process. DPD is a very definite way to provide best value to the people of Saskatchewan. OP: One year ago, in March 2018, the Quebec Government adopted the ‘Vision immobilière du Québec’, or the Quebec real estate vision, a substantial manifesto in which the government has set ambitious objectives for the 2018-2023 period. One of these objectives is clear and reads as follows: ‘to support the digital transition in the construction industry’. SQI is involved in the newly created industrial cluster for construction of the Ministère de l’économie et de l’innovation, and shares the goal of supporting and encouraging productivity and innovation in the construction sector. RL: Currently, the DPD requirements are being implemented on a number of significant capital projects. However, there are still numerous projects (such as schools, tenant improvements, etc.) that haven’t transitioned. The goal is to have every Alberta Infrastructure project, large and small, fully utilizing Digital Project Delivery requirements to some extent. There are certainly challenges such as contracts, procurement, IT, etc. that will need to be overcome before being able to fully realize this vision, but the DPD has provided a solid foundation for the next steps on this journey.

processus. C’est plus facile pour les clients de SQI d’être entendus et pour les professionnels et les entrepreneurs de comprendre la situation dans son ensemble. Le consensus est la clé et tout le monde gagne; une fois que les gens ont expérimenté les PCI, ils veulent tous le refaire dans leurs prochains projets et le pousser plus loin.

CanBIM: Et enfin, existe-t-il des règlements ou des exigences des gouvernements provinciaux qui soutiennent ou entravent le processus de la méthode de LPN? KB: Le mandat meilleure valeur de la Saskatchewan est de fournir un catalyseur très positif au processus DPD. DPD est un moyen très efficace d’offrir le meilleur rapport qualité-prix aux habitants de la Saskatchewan. OP: Il y a un an, en mars 2018, le gouvernement du Québec avait adopté la Vision immobilière du Québec, un manifeste substantiel dans lequel le gouvernement s’était fixé des objectifs ambitieux pour la période 2018-2023. L’un de ces objectifs est clair et se lit comme suit: soutenir la transition numérique dans le secteur de la construction. SQI participe au nouveau pôle industriel de construction du ministère de l’économie et de l’innovation et a pour objectif de soutenir et d’encourager la productivité et l’innovation dans le secteur de la construction. RL: À l’heure actuelle, les exigences de la DPD sont mises en œuvre dans un certain nombre de projets importants d’immobilisations. Toutefois, de nombreux projets (par exemple, des écoles, des améliorations locatives, etc.) n’ont pas encore été transférés. L’objectif est de faire en sorte que chaque projet d’infrastructure de l’Alberta, qu’il soit grand ou petit, respecte pleinement, dans une certaine mesure, les exigences relatives à la réalisation de projets numériques. Il faudra certes relever des défis tels que les contrats, les achats, les technologies de l’information, etc. avant de pouvoir concrétiser pleinement cette vision, mais la DPD a fourni une base solide pour les prochaines étapes de ce processus.

Background image: Rendering of the new office for The Commission for Standards, Health Equity and Occupational Safety (CNESST); Foreground image Sectional BIM model of CNESST. Both images courtesy of Société québécoise des infrastructures

32 Innovation Spotlight2019


Gagnant du prix de CanBIM

CanBIM’s Annual Awards Program recognizes those CanBIM Member companies and/or individuals that demonstrate leadership and innovation through the implementation of technology and processes. We are proud to recognize our 2018 winners.

CanBIM récompense les réalisations BIM (Modélisation des données du bâtiment) en présentant une remise de prix annuelle à ceux qui font preuve de leadership et d’innovation grâce à la mise en œuvre de la technologie. Nous sommes fiers d’annoncer nos gagnants de 2018.

2018 CanBIM Awards

Prix

Thank you to our generous award sponsors: Best in BIM Award/ Gagnant du prix L’excellence BIM, sponsored by Aon Risk Solutions Academic Award/ Gagnant du prix académique, sponsored by Global eTraining General Contractor’s Award/ Gagnant du prix d’entrepreneur général, sponsored by Brownlee LLP Barristers and Solicitors International Award/ Prix international, sponsored by Bluebeam Owner’s Award/ Gagnant du prix des Propriétaires, sponsored by B + H Architects Technology Award/ Gagnant du prix de la technologie, sponsored by Glaholt LLP Barristers and Solicitors Design & Engineering Award/ Gagnant du prix Design & Ingénierie, sponsored by SolidCAD 33


CanBIM Award Winner

CanBIM Awards Trophy Design, Trailblazer Award, & Professional Achievement Awards The Innovation Spotlight Awards are an annual opportunity to recognize the very best in Technology and Innovation in the AECOO industry. The Awards benchmark trends and the technological evolution of CanBIM’s top architectural, engineering, and construction firms, as well as owners and building operators as they use BIM/VDC-enabled technologies in their respective businesses and organizations. The 2018 Award trophies were designed through an in-house competition at Turner Fleischer Architects. Of the many submissions, Calvin Fung, Intern Architect, provided the most innovative and creative design. CanBIM would like to extend a special thanks to all those who participated in the competition and to the management team at Turner Fleischer for their continued support. All of the 2018 recipients are showcased in this year’s publication, showcasing the many great projects and innovation leadership. In addition to the excellent projects submitted, CanBIM also recognizes individuals for their contributions to the industry. 2018 marked the launch of the Trailblazer Award, given to a CanBIM volunteer who demonstrates an outstanding contribution to the CanBIM community, and exemplifies the highest level of passion and commitment to building it. The inaugural 2018 Trailblazer Award was given to Sergey Grushko from George Brown College. CanBIM also recognizes industry leaders and professionals who have made a significant and meaningful contribution to the advancement of Building Information Modelling and Virtual Design and Construction in Canada. The 2018 CanBIM Professional Achievement Award was given to three distinguished recipients. Paul F. Loreto, a Founding CanBIM Board Member, Past President and architect, has contributed to the CanBIM Community since its inception. Paul was amongst the

34 Innovation Spotlight2019

Conception du Trophée des Récompenses CanBIM, le prix Trailblazer, et le Prix d’excellence professionnelle Les prix Innovation Spotlight sont une occasion annuelle de reconnaître le meilleur de la technologie et de l’innovation dans l’industrie AECOO. Les prix comparent les tendances et l’évolution technologique des principales entreprises d’architecture, d’ingénierie et de construction de CanBIM, ainsi que des propriétaires et des exploitants d’immeubles, qui utilisent des technologies compatibles BIM / VDC dans leurs entreprises et organisations respectives. Les trophées du 2018 Award ont été conçus lors d’un concours interne organisé par Turner Fleischer Architects. Parmi les nombreuses soumissions, Calvin Fung, architecte stagiaire, a fourni le design le plus novateur et le plus créatif. CanBIM aimerait remercier tout particulièrement toutes les personnes qui ont participé au concours et l’équipe de direction de Turner Fleischer pour leur soutien continu. Tous les lauréats 2018 sont présentés dans la publication de cette année, démontrant les nombreux grands projets et le leadership en matière d’innovation. En plus des excellents projets soumis, CanBIM reconnaît également des personnes pour leurs contributions à l’industrie. L’année 2018 a été marquée par le lancement du Prix du pionnier, décerné à un bénévole de CanBIM qui démontre une contribution exceptionnelle à la communauté de CanBIM et témoigne du plus haut niveau de passion et d’engagement pour la construire. Le prix Trailblazer 2018 a été attribué à Sergey Grushko du George Brown College. CanBIM reconnaît également les chefs de file de l’industrie et les professionnels qui ont apporté une contribution significative à l’avancement de la modélisation des informations de bâtiment et de la conception et de la construction virtuelles au Canada. Le Prix d’excellence professionnelle CanBIM 2018 a été remis à trois lauréats distingués. Paul F. Loreto, membre fondateur du conseil de CanBIM, ancien président


Gagnant du prix de CanBIM

very first architects in North America to adopt BIM technology in 2000, while also achieving the only North American designation as a Revit Solutions Professional in 2002, by Revit Technologies. Since 2001, Paul has led L360 ARCHITECTURE into the full implementation of BIM and maintains a close eye on conserving and customizing the process change conducive to a BIM implementation. The second recipient was Clint Kissoon, Academic Chair at Angelo Del Zotto School of Construction Management, George Brown College. With over thirty years’ experience in the construction industry, both as a practitioner and an educator, Clint has published several construction management textbooks and received the Construction Institute of Canada Chancellor’s award for excellence in 2009. In his role as Academic Chair, he has developed and implemented several specialized architectural, engineering and construction programs including a highly acclaimed first in Canada Building Information Modelling Management graduate certificate program. The third recipient is Dr. Daniel Forgues, Professor, Ecole de Technologie superieure & Chair for Innovation in Construction, Pomerleau Industrial,. Daniel has 25 years of experience in the construction industry, on both the client side and within the supply chain, in Project & Program Management as well as working experience in process reengineering and complex technology deployment within large organizations. As an architect teaching Construction Engineering and Project Management at the ETS since 2003, Daniel’s vast expertise and passion for the profession have inspired hundreds of students. He conducts extensive research in collaboration with experts from other disciplines, such as architecture, IT, psychology, and management. Extremely collaborative in his work, he has established a large and multilayered network across the nationally and internationally. Daniel holds the Pomerleau Industrial Research Chair and has both authored and or co-authored hundreds of scientific publications and industry guides. Congratulations to all of the 2018 nominees and recipients!

et architecte, a contribué à la communauté CanBIM depuis sa création. Paul a été l’un des tout premiers architectes en Amérique du Nord à avoir adopté la technologie BIM en 2000, tout en obtenant la seule désignation nord-américaine de Revit Solutions Professional en 2002 par Revit Technologies. Depuis 2001, Paul dirige L360 ARCHITECTURE dans la mise en œuvre complète du BIM et veille à la conservation et à la personnalisation du changement de processus propice à la mise en œuvre du BIM. Le deuxième récipiendaire a été Clint Kissoon, directeur académique à l’école de gestion de la construction Angelo Del Zotto du George Brown College. Avec plus de trente ans d’expérience dans l’industrie de la construction, en tant que praticien et éducateur, Clint a publié plusieurs manuels de gestion de la construction et a reçu le prix d’excellence du chancelier de l’Institut de la construction du Canada en 2009. En tant que président, il et mis en œuvre plusieurs programmes spécialisés d’architecture, d’ingénierie et de construction, dont un programme de premier cycle hautement reconnu au Canada, avec certificat d’études supérieures en gestion de la modélisation de l’information de bâtiment. Le troisième lauréat est M. Daniel Forgues, professeur à l’École de technologie supérieure et titulaire de la Chaire pour l’innovation en construction, Pomerleau Industrial. Daniel a 25 ans d’expérience dans l’industrie de la construction, tant du côté client que dans la chaîne d’approvisionnement, en gestion de projets et de programmes, ainsi qu’une expérience de travail en réingénierie des processus et en déploiement de technologies complexes au sein de grandes organisations. En tant qu’architecte enseignant en génie de la construction et en gestion de projets à l’ETS depuis 2003, la vaste expertise et la passion de Daniel pour la profession ont inspiré des centaines d’étudiants. Il mène des recherches approfondies en collaboration avec des experts d’autres disciplines, telles que l’architecture, l’informatique, la psychologie et le management. Extrêmement collaboratif dans son travail, il a mis en place un vaste réseau multicouche à l’échelle nationale et internationale. Titulaire de la chaire de recherche industrielle Pomerleau, Daniel est l’auteur et / ou le co-auteur de centaines de publications scientifiques et de guides de l’industrie. Félicitations à tous les nominés et récipiendaires de 2018!

Image on facing page: All trophies designed by Turner Fleischer. This page: Top: Trailblazer Award Winner Sergey Grushko with presenter Magdalena Ordyniec, BIM/VDC Professional, GET-TECH Consulting Inc.; Bottom left: Professional Achievement Award Winner Clint Kissoon with presenter Ellen Bensky, CEO and Principal, Turner Fleischer Architects; Bottom right: Professional Achievement Award Winner Paul F. Loreto (center) with CanBIM President Thomas J. Strong (left) and Ellen Bensky (right).

35


CanBIM Award BEST Winner IN BIM

Image of Interior of the Library of Parliament, courtesy of CIMS

Best in Innovation & Academic Award Winner

Gagnant du prix L’excellence BIM & le Gagnant de prix Académic

The Library of Parliament by Carleton Immersive Media Studio

La bibliothèque du Parlement par Carleton Immersive Media Studio

Modelling One of Canada’s Most Significant Heritage Assets: The Library of Parliament

La modélisation d’un des atouts patrimoniaux les plus importants du Canada : la Bibliothèque du Parlement

In 2012, Public Services and Procurement Canada (PSPC) and the Carleton Immersive Media Studio (CIMS) began a research partnership to explore the application of digital technologies for architectural rehabilitation and heritage conservation. To date, our research has focused on the Parliament Buildings National Historic Site of Canada and has explored topics such as methodologies for digitization (integrating photogrammetry and terrestrial laser scanning); building information modelling of historic structures (HBIM); digitally assisted fabrication (robotic milling and 3D printing); and digitally assisted storytelling (web, mobile, and virtual and augmented reality). In this article, we focus on the evolution of our modelling/BIM practices on the Hill — addressing the challenges, best practices, and value added in developing a detailed heritage record from

En 2012, Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) et le Carleton Immersive Media Studio (CIMS) ont lancé un partenariat de recherche visant à explorer l’application des technologies numériques à la réhabilitation architecturale et à la conservation du patrimoine. Jusqu’à présent, notre recherche s’est concentrée sur le lieu historique national du Canada, les bâtiments parlementaires, et a porté sur des sujets tels que les méthodologies de numérisation (intégration de la photogrammétrie et du balayage laser terrestre); modélisation des informations sur le bâtiment des structures historiques (HBIM); fabrication assistée numériquement (fraisage robotique et impression 3D); et narration assistée numériquement (Web, mobile, réalité virtuelle et augmentée). Dans cet article, nous nous concentrons sur l’évolution de nos pratiques de modélisation / BIM sur

36 Innovation Spotlight2019


Gagnant du prix de CanBIM

diverse datasets — leading to the culmination of our knowledge in the development of the Library of Parliament building information model. The Parliament Buildings National Historic Site of Canada — comprised of the Centre Block, East Block, West Block, and Library of Parliament — is Canada’s most recognized national monument. As both the political and symbolic locus of Canada’s parliamentary democracy, the site is in every sense a stage where Canada’s nationhood is played out for national and international audiences. Built on a rocky outcrop overlooking the turbulent Ottawa River, the Library of Parliament is a testament to what John Ruskin called the ‘savageness’ of Gothic Architecture. While our research questions revolve around the axis of levels of development, information, and accuracy, we are also interested in the intangible qualities that the model carries. Can BIM speak to us today about Ruskin’s savage beauty in the context of Canadian neo-Gothic? Can the model convey the sense of awe that the building inspires?

West Block Our response to this question was initiated in 2013 when CIMS partnered with the Parliamentary Precinct Branch (PPB) and Heritage Conservation Services (HCS) of PSPC to develop an as-found BIM of the West Block using point cloud data captured by terrestrial laser scanners. The complexity of the project presented many challenges. The building was undergoing a major rehabilitation project at the time of data capture — resulting in multiple scanning campaigns and phases of data. The main challenge, however, presented itself in selecting the appropriate level of detail (LoD). More specifically, was it possible to reconcile the dataintensive accuracy necessary for a comprehensive heritage record with the speed necessary for a functional model? The difficulty at the time — and still today — was the rigidity imposed by BIM software on workflows for modelling of existing conditions. Was the software, typically used for new construction, able to capture the intricacies of a century-old neo-Gothic building? The project explored three LoD based on the AEC (CAN) BIM Protocol. We discovered that modelling to the highest LoD using model in-place components — while containing more information — was a time-consuming operation and decreased the functionality of the model. Modelling at a lower LoD produced a model with a lower Level of Accuracy (LOA) but improved model functionality. We determined that it was imperative to undertake a detailed documentation strategy prior to developing a BIM for heritage documentation, conservation, and management, in order to determine and reconcile the LoD of the survey and the model. For documenting unique architectural elements as a posterity recording, the highest possible LoD may be most appropriate. A lower LoD may, in fact, be more desirable when developing a model for use in building operations and maintenance. As in all cases of heritage documentation, it is important to understand what the information/model will be used for.

Centre Block In 2015, PSPC tasked CIMS with producing a BIM of the Centre Block as part of the project mandate for the major rehabilitation program that commenced in early 2018. The intention in creating an as-found model was to facilitate an integrated project delivery (IPD) approach for the Centre Block Program of Work that could realize the full potential of BIM. In addition to capturing the existing conditions of the building, the model was to be developed in anticipation of specific model uses that followed industry best practice including the generation of drawings, site analysis, design coordination, and design authoring. As one might imagine, the amount of documentation on this iconic Canadian building was overwhelming — CAD drawings, reports, and archival drawings and photographs. In collaboration with HCS, CIMS also acquired and scanned over four terabytes of raw point-cloud data. The main challenge was synthesizing the varied data sets and communicating to model users the source of information used to create each building element.

la Colline du Parlement - abordant les défis, les meilleures pratiques et la valeur ajoutée dans la création d’un enregistrement patrimonial détaillé à partir de divers jeux de données - menant à l’aboutissement de notre connaissance dans l’élaboration du modèle d’information sur les bâtiments de la Bibliothèque du Parlement. Le lieu historique national du Canada des édifices du Parlement comprenant l’édifice du Centre, l’édifice de l’Est, l’édifice de l’Ouest et la Bibliothèque du Parlement - est le monument national le plus reconnu du Canada. En tant que lieu politique et symbolique de la démocratie parlementaire canadienne, le site constitue à tous égards une étape dans laquelle le statut national du Canada se joue devant un public national et international. Construite sur un éperon rocheux surplombant la turbulente rivière des Outaouais, la Bibliothèque du Parlement témoigne de ce que John Ruskin appelle la « sauvagerie » de l’architecture gothique. Alors que nos questions de recherche tournent autour de l’axe des niveaux de développement, de l’information et de la précision, nous nous intéressons également aux qualités intangibles véhiculées par le modèle. Le BIM peutil nous parler aujourd’hui de la beauté sauvage de Ruskin dans le contexte néo-gothique canadien? Le modèle peut-il transmettre le sentiment de respect que le bâtiment inspire?

Édifice de l’ouest Notre réponse à cette question a été lancée en 2013, lorsque le CIMS s’est associé à la Direction de la cité parlementaire et au Service de la conservation du patrimoine de PSPC afin de développer un BIM non modifié de l’édifice de l’Ouest à l’aide de données de nuages de points saisies par des scanneurs laser terrestres. La complexité du projet a présenté de nombreux défis. Au moment de la saisie des données, l’immeuble faisait l’objet d’un important projet de rénovation, ce qui a entraîné plusieurs campagnes de numérisation et différentes phases de données. Le principal défi, toutefois, s’est présenté lors de la sélection du niveau de détail approprié (LoD). Plus précisément, a-t-il été possible de concilier l’exactitude nécessitant beaucoup de données pour un enregistrement complet du patrimoine avec la vitesse nécessaire pour un modèle fonctionnel? La difficulté à l’époque - et encore aujourd’hui - résidait dans la rigidité imposée par le logiciel du BIM aux flux de travail pour la modélisation des conditions existantes. Le logiciel, généralement utilisé pour les nouvelles constructions, était-il capable de saisir les subtilités d’un bâtiment néogothique centenaire? Le projet a exploré trois niveaux de détail basés sur le protocole BIM AEC (CAN). Nous avons découvert que la modélisation au niveau de détail le plus élevé à l’aide de composants du modèle en place (tout en contenant plus d’informations) prenait beaucoup de temps et réduisait la fonctionnalité du modèle. La modélisation à un niveau de détail inférieur a produit un modèle avec un niveau de précision inférieur, mais une fonctionnalité de modèle améliorée. Nous avons déterminé qu’il était impératif de mettre en place une stratégie de documentation détaillée avant de développer un BIM pour la documentation, la conservation et la gestion du patrimoine, afin de déterminer et de réconcilier le niveau de détail (LOD) de l’enquête et le modèle. Pour documenter des éléments architecturaux uniques en tant qu’enregistrement postérieur, le plus haut niveau de détail possible peut être le plus approprié. En fait, une limite de détection inférieure peut être plus souhaitable lors de l’élaboration d’un modèle à utiliser pour l’exploitation et la maintenance du bâtiment. Comme dans tous les cas de documentation sur le patrimoine, il est important de comprendre à quoi serviront les informations / modèles.

Édifice du centre En 2015, SPAC a chargé le CIMS de produire un modèle du BIM de l’édifice du Centre dans le cadre du mandat du projet de réaménagement majeur commencé au début de 2018. L’intention de créer un modèle tel que défini était de faciliter une exécution intégrée du projet pour le programme de travail de l’édifice du Centre qui permettrait de réaliser 37


CanBIM Award Winner

Image of previous page: Godin Lantern Dome Mandala in the Library of Parlaiment. This page: Top: West Block Courtyard Structure with connection details; Bottom: Model of Parliament Hill National Historic Site. Facing page: Section of Lantern Dome. Next Page: Section through Tower. All images courtesy of Carleton Immersive Media Studio

38 Innovation Spotlight2019


Gagnant du prix de CanBIM

CIMS identified three possible levels of verification for model elements: ‘verified to point cloud’, ‘not verified to point cloud’, and ‘partially verified to point cloud’, as well as two additional parameters to address unique concerns including ‘Review Required’ and ‘Placeholder’. The development of a sophisticated verification system using custom project parameters allowed the verifications to be viewable in the building element properties, project schedules, and 2D and 3D views. The verification system enhanced communication and collaboration efforts amongst the modelling team, increased the speed at which data could be translated into building components, and assisted in carrying out quality assurance checks to confirm the integrity and accuracy of the model.

Library of Parliament Our work on the Hill culminated in the fall of 2017, with the digitization and modelling of one of Canada’s most significant heritage assets — the Library of Parliament. A team of seven students started developing the BIM using 97 highly detailed terrestrial laser scans of the main library reading room, and additional diverse data sources including geo-referenced photogrammetry, CAD, historical photographs, and technical and research reports. Our earlier research on Parliament Hill allowed us to evaluate the tradeoffs between LoD and BIM performance, communicate data sources effectively, and use our existing protocols for modelling workflows outlining step-by-step instructions for modelling building elements from point cloud data. Despite our existing knowledge, we had never before encountered some of the complex geometry and detail contained within the Library — including curved windows, highly decorative railings, and flying buttresses. Modelling the complex curved geometry, intricate details, and surface deformations to a high level of development from point cloud data required the augmentation of existing protocols and development of novel ones. This resulted in the Library of Parliament Model being our most complex BIM project to date — a

tout le potentiel du BIM. En plus de capturer les conditions existantes du bâtiment, le modèle devait être développé en prévision de l’utilisation de modèles spécifiques conformes aux meilleures pratiques de l’industrie, notamment la génération de dessins, l’analyse du chantier, la coordination de la conception et la création de la conception. Comme on pourrait l’imaginer, la quantité de documentation sur cet édifice emblématique canadien était énorme - des dessins en CAD, des rapports, des dessins d’archives et des photographies. En collaboration avec HCS, CIMS a également acquis et analysé plus de quatre téraoctets de données brutes en nuage de points. Le principal défi consistait à synthétiser les divers ensembles de données et à communiquer aux utilisateurs du modèle la source d’informations utilisée pour créer chaque élément de construction. Le CIMS a identifié trois niveaux possibles de vérification pour les éléments de modèle : « vérifié sur un nuage de points », « non vérifié sur un nuage de points » et « partiellement vérifié sur un nuage de points », ainsi que deux paramètres supplémentaires pour répondre aux préoccupations uniques, notamment « Examen requis » et « Espace réservé ». Le développement d’un système de vérification sophistiqué utilisant des paramètres de projet personnalisés a permis d’afficher les vérifications dans les propriétés des éléments de construction, les calendriers de projet et les vues 2D et 3D. Le système de vérification a renforcé les efforts de communication et de collaboration de l’équipe de modélisation, accéléré la conversion des données en composants du bâtiment et facilité les contrôles d’assurance de la qualité afin de confirmer l’intégrité et la précision du modèle.

Bibliothèque du Parlement Nos travaux sur la colline ont abouti à l’automne 2017 avec la numérisation et la modélisation de l’un des biens patrimoniaux les plus importants du Canada, la Bibliothèque du Parlement. Une équipe de sept étudiants a commencé à développer le modèle

39


CanBIM Award Winner

project that not only serves as an accurate and detailed heritage record but captures the sense of awe that the building inspires.

Conclusion The research on Parliament Hill pushed the boundaries of typical digital workflows used in the architecture, engineering, construction, and operations industry (AECO) by incorporating emerging digital technologies and atypical applications of existing technologies. The research required innovative modes of employing digital technologies that could be translated and easily incorporated into existing AECO workflows. CIMS would like to thank our fellow members of CanBIM for acknowledging our contribution and we look forward to working with you in the future. Finally, we would like to express our thanks to the Parliamentary Precinct Branch, Public Services and Procurement Canada for their leadership and foresight.

BIM en utilisant 97 balayages laser terrestres très détaillés de la salle de lecture principale de la bibliothèque, ainsi que diverses sources de données supplémentaires, notamment photogrammétrie géo référencée, CAD, photographies historiques et rapports de recherche et techniques. Nos recherches antérieures sur la colline du Parlement nous ont permis d’évaluer les compromis entre les performances des niveaux de détail (LOD) et du BIM, de communiquer efficacement les sources de données et d’utiliser nos protocoles existants pour la modélisation des flux de travaux, décrivant des instructions détaillées pour la modélisation des éléments de construction à partir de données en nuage de points. Malgré nos connaissances actuelles, nous n’avions jamais rencontré une partie de la géométrie complexe et des détails contenus dans la bibliothèque - y compris des fenêtres incurvées, des balustrades très décoratives et des arcs-boutants. La modélisation de la géométrie incurvée complexe, des détails complexes et des déformations de surface à un haut niveau de développement à partir de données en nuage de points a nécessité l’extension des protocoles existants et le développement de nouveaux. Le modèle de la Bibliothèque du Parlement a donc été notre projet du BIM le plus complexe à ce jour. Ce projet sert non seulement de registre du patrimoine précis et détaillé, mais reflète également le sentiment de respect suscité par le bâtiment.

Conclusion La recherche sur la colline du Parlement a repoussé les limites des flux de travail numériques typiques utilisés dans l’industrie de l’architecture, de l’ingénierie, de la construction et de l’exploitation (AECO) en intégrant les technologies numériques émergentes et les applications atypiques des technologies existantes. La recherche nécessitait des méthodes novatrices d’utilisation de technologies numériques pouvant être traduites et facilement intégrées aux flux de travail AECO existants. CIMS souhaite remercier ses collègues membres de CanBIM d’avoir reconnu notre contribution et nous sommes impatients de travailler avec eux à l’avenir. Enfin, nous voudrions exprimer nos remerciements à la Direction de la cité parlementaire, Services publics et Approvisionnement Canada, pour son leadership et sa prévoyance.

40 Innovation Spotlight2019


Gagnant du prix de CanBIM

General Contractors Award Winner

Gagnant du Prix d’entrepreneur général.

Place Ville-Marie, by Pomerleau

Place Ville-Marie, par Pomerleau

Place Ville-Marie is an iconic building in downtown Montreal; An architectural gem designed by I.M. Pei & Henry Cobb with a famous cruciform tower nestled in the heart of the city, that has become a symbol of Montreal’s skyline. This revitalization project aims to position Place Ville-Marie as a major urban gathering location within the great international metropolis.

La Place Ville-Marie est un édifice emblématique du centre-ville de Montréal. Un joyau architectural conçu par I.M. Pei & Henry Cobb avec une célèbre tour cruciforme nichée au cœur de la ville, qui est devenu un symbole de la silhouette montréalaise. Ce projet de revitalisation vise à faire de la Place Ville-Marie un lieu de rassemblement urbain majeur au sein de la grande métropole internationale.

The challenges of this project arose in four significant aspects, but under Pomerleau’s guidance, the client now actively supports the BIM process, and the consultants and the trades play an active role in it. The first challenge was that the downtown location of the project is a very dense and active urban area, restricting space for construction set-up. Secondly, construction activities were being performed while a majority of the offices, restaurants and shops continue functioning. However, these two concerns were addressed by using technological methods such as processing laser scans of the existent buildings (interior and exterior). This allowed for effective coordination with the new design, and the laser scan of the facades ensured precise fabrication and installation of new elements, and later modelling and VR communication of the temporary walls and installations.

Les défis de ce projet se présentaient sous quatre aspects significatifs, mais sous la direction de Pomerleau, le client soutient désormais activement le processus du BIM, dans lequel les consultants et les professionnels jouent un rôle actif. Le premier défi était que l’emplacement du projet au centre-ville est une zone urbaine très dense et active, limitant les espaces pour la construction. Deuxièmement, les travaux de construction étaient en cours, tandis que la majorité des bureaux, restaurants et magasins continuaient à fonctionner. Cependant, ces deux préoccupations ont été traitées en utilisant des méthodes technologiques telles que le traitement des balayages laser des bâtiments existants (intérieur et extérieur). Cela a permis une coordination efficace avec la nouvelle conception, et le balayage laser des façades a permis la fabrication et l’installation précises de nouveaux éléments, ainsi que la modélisation et la communication VR des murs et installations temporaires.

The third challenge was that there was a very complex sequence of project planning, management and site logistics. This was due to the fact that the revitalization is comprised of several projects of a different nature throughout all 5 buildings, concourse and parking levels, and has been designed and executed by different teams of consultants and trades. To overcome this challenging aspect of the project, innovative methods and technological tools were developed in-house. They are based on BIM and support Lean Construction strategies, using namely: Visual Management aiming at clear and timely communication between all projects’ stakeholders; automation of weekly tasks and creation of a collaborative work-flow (which is also software-independent for the users, as they can enter progress data in BIM360 Field, or in Excel, or in MS Project, and retrieve visual progress reports on a 2D or 3D picture layout); automated update of the 4D simulation and of the virtual reality environment

Le troisième défi a été la séquence très complexe de la planification, de la gestion et de la logistique du projet. Cela est dû au fait que la revitalisation comprend plusieurs projets de nature différente dans les 5 bâtiments, niveaux de stationnement et de galeries, et a été conçue et exécutée par différentes équipes de consultants et de professionnels. Pour surmonter cet aspect difficile du projet, des méthodes innovantes et des outils technologiques ont été développés à l’interne. Ils sont basés sur le BIM et soutiennent les stratégies de « Lean Construction », en utilisant notamment : la gestion visuelle visant une communication claire et en temps voulu entre toutes les parties prenantes du projet; automatisation des tâches hebdomadaires et création d’un flux de travail collaboratif (indépendant du logiciel pour les utilisateurs, car ils peuvent saisir les données de progression dans BIM360 Field, Excel ou MS Project, et

Left image: Construction of Place Ville-Marie; Right Image: Rendring of completed project.

41


CanBIM Award Winner

showing job progress (based on Location Breakdown Structure Lean principles, and using Pomerleau’s in-house VR development UniPOM); Using a combination of different data-acquiring technologies like laser scanning and Holobuilder. And lastly, there were smaller separate projects – so some specialized trades are not inclined to work with BIM, and required coaching and training in certain operations. Pomerleau takes pride in having a partnership approach to working with its specialized trades. Some of them, like the stone and masonry contractor for the Esplanade Level, Atwill-Morin, are very innovative and optimize their work using BIM, scanning and 3D-printing technology. The contribution of the glass-pavilion contractor SEELE for the precise coordination of the works is also very important. Many of the other specialized trades needed special help and coaching from Pomerleau in order to attain the necessary productivity and quality of execution for this prestigious project.

Saving time, and resources All digital methods and technology used aim at saving time and resources, and at increasing quality and safety during construction. Each digitallyenabled method which we develop or wish to adopt undergoes a “reality check” when put into practice on site. Only those which are efficient (for the project as a whole) and user-friendly remain in use. Below are some of the savings reported and/or expected: 1.

Scan of the existent, processing of the 3D point cloud for precise measures - potentially no rework after the fabrication of the facade elements, and flawless installation;

2.

Use of HoloBuilder for 360-degree progress photo report (saves 90% time);

3.

Automatized progress report - much better communication + 80% time save;

4.

Automated update of 4D simulation (data taken from the progress data input);

5.

Automated update of quantities take-off;

6.

VR with temporary installations and routes - saves time to visitors; and

7.

Data from BIM model potentially used for FM.

récupérer des rapports visuels de progression en 2D ou mise en page 3D), la mise à jour automatisée de la simulation 4D et de l’environnement de réalité virtuelle indiquant l’avancement des travaux (sur la base des principes Lean de la structure de décomposition du lieu et à l’aide du logiciel de développement VR UniPOM développé par Pomerleau) et en combinant différentes technologies d’acquisition de données, telles que le balayage laser et Holobuilder. Enfin, il y avait des projets distincts plus petits - certains métiers spécialisés ne sont donc pas enclins à travailler avec le BIM et nécessitent un accompagnement et une formation dans certaines opérations. Pomerleau est fier d’avoir une approche de partenariat pour travailler avec ces métiers spécialisés. Certains d’entre eux, comme Atwill-Morin, entrepreneur en pierre et en maçonnerie pour le niveau Esplanade, optimisent leur travail en utilisant la technologie BIM, la numérisation et la technologie d’impression 3D. La contribution du constructeur de pavillons de verre SEELE à la coordination précise des travaux est également très importante. De nombreux autres métiers spécialisés avaient besoin de l’aide et de l’encadrement spéciaux de Pomerleau pour atteindre la productivité et la qualité d’exécution nécessaires à ce projet prestigieux.

Épargne de temps et de ressources Toutes les méthodes et technologies numériques utilisées visent à épargner du temps et des ressources, et à améliorer la qualité et la sécurité pendant la construction. Chaque méthode activée numériquement que nous développons ou souhaitons adopter subit une « prise de conscience » lorsqu’elle est mise en pratique sur le chantier. Seules les pratiques qui sont efficaces (pour le projet dans son ensemble) et conviviales sont utilisées. Vous trouverez ci-dessous certaines des économies rapportées et / ou prévues : 1.

Balayage de l’existant, traitement du nuage de points 3D pour des mesures précises - potentiellement, aucune retouche après la fabrication des éléments de façade, et installation sans faille;

2.

Utilisation de HoloBuilder pour le rapport de photo progressif à 360 degrés (gain de 90% de temps);

3.

Rapport d’avancement automatisé - meilleure communication + 80% de gain de temps;

4.

Mise à jour automatisée de la simulation 4D (données extraites de la saisie des données de progression);

5. Mise à jour automatisée des quantités de démarrage; 6. VR avec installations et itinéraires temporaires - gain de temps pour les visiteurs; et 7. Données du modèle BIM potentiellement utilisées pour la gestion des installations.

42 Innovation Spotlight2019


Gagnant du prix de CanBIM

Maximize stakeholder collaboration through connecting multiple systems within design and construction

Maximiser la collaboration des parties prenantes en connectant plusieurs systèmes dans la conception et la construction

One of the objectives of our innovative developments is to ensure interoperability between the different software used by various stakeholders or for different purposes. This democratizes BIM and ensures better collaboration and provides a “single source of truth” for the project data.

L’un des objectifs de nos développements innovants est d’assurer l’interopérabilité entre les différents logiciels utilisés par différentes parties prenantes ou à différentes fins. Cela démocratise le BIM et assure une meilleure collaboration et fournit une « source unique de vérité » pour les données du projet.

BIM 360 Glue serves as a collaboration and coordination platform. A special structure of the project tree is established so that consultants and trades can easily participate in the coordination process. Existing, temporary and new construction are taken into account, and the numerous sub-projects are managed separately (as per contracts), yet the BIM model can be consulted as a whole. Coordination progress is tracked through tables and visual dashboards. The same data has the potential to be used by the client and the operator for O&M.

BIM 360 Glue sert de plate-forme de collaboration et de coordination. Une structure spéciale de l’arborescence du projet est établie afin que les consultants et les métiers puissent facilement participer au processus de coordination. Les constructions existantes, temporaires et nouvelles sont prises en compte, et les nombreux sous-projets sont gérés séparément (conformément aux contrats), mais le modèle BIM peut être consulté dans son ensemble. La progression de la coordination est suivie au moyen de tableaux et de tableaux de bord visuels. Les mêmes données peuvent potentiellement être utilisées par le client et l’opérateur pour le fonctionnement et la maintenance.

A major process improvement of the job progress monitoring is brought by the easy data input of the percentage of task executed (in BIM 360 Field or in Excel) and its automated processing, which links several softwares (BIM360 field, MS project, Excel and Revit) to deliver visual project report - a data-coded 2D or 3D layout of the project model. Thanks to the in-house developed BIM-4D Unity application, a stand-alone .exe file can be made available at no fee to all project stakeholders. The 4D can also be updated in link to the job progress. Holobuilder and the on-going integration of the 3D model will allow for visual progress monitoring comparing what is built to what is planned. The client, Ivanhoe Cambridge is now considering the use of BIM for O&M: the operations team is very involved in the construction process because Place Ville-Marie will stay open and operating during the entire project. The revitalization of Place Ville-Marie’s iconic building is an example of innovative use of technology and efficient collaboration to assure productivity, safety and quality.

Une amélioration importante du processus de suivi de l’avancement des travaux est apportée par la saisie facile du pourcentage de tâches exécutées (dans BIM 360 Field ou Excel) et son traitement automatisé, qui relie plusieurs logiciels (BIM360 field, MS project, Excel et Revit) pour produire un rapport de projet visuel - une présentation 2D ou 3D du modèle de projet, codée par des données. Grâce à l’application BIM4D Unity développée à l’interne, un fichier .exe autonome peut être mis gratuitement à la disposition de tous les intervenants du projet. Le 4D peut également être mis à jour en lien avec l’avancement des travaux. Holobuilder et l’intégration en cours du modèle 3D permettront un suivi visuel des progrès comparant ce qui est construit à ce qui est planifié. Le client, Ivanhoé Cambridge, envisage maintenant d’utiliser le BIM pour l’exploitation et la maintenance : l’équipe des opérations est très impliquée dans le processus de construction car Place Ville-Marie restera ouverte et opérationnelle pendant toute la durée du projet. La revitalisation du bâtiment emblématique de Place Ville-Marie est un exemple d’utilisation novatrice de la technologie et de collaboration efficace pour assurer la productivité, la sécurité et la qualité.

All images courtesy of Pomerleau

43


CanBIM Award Winner

International Award Winner

Le Gagnant International

ARTIO, an EllisDon and ARPRO Joint Venture

ARTIO, l’entreprise conjointe d’EllisDon et d’ARPRO

Currently under construction in Bogotá, Columbia, ATRIO is a major mixed-use commercial development which feature two towers with a large open public space at the ground level. Projected for completion in 2019, ATRIO will achieve LEED Gold certification. ARPRO, one of the biggest construction companies in Colombia, partnered with EllisDon to build the ATRIO, establishing a detailed BIM execution plan early in the design process to address the project challenges throughout various project lifecycles.

Actuellement en construction à Bogota, en Colombie, ATRIO est un important développement commercial à usage mixte qui comprend deux tours avec un grand espace public ouvert au rez-de-chaussée. Prévu pour être achevé en 2019, ATRIO obtiendra la certification LEED Or. ARPRO, l’une des plus grandes entreprises de construction en Colombie, s’est associée à EllisDon pour construire ATRIO, établissant un plan d’exécution détaillé du BIM au début du processus de conception afin de relever les défis du projet tout au long de son cycle de vie.

One of the early challenges was addressing the best coordination and communication channels among multiple teams in different countries, where different languages and time zones add a layer of complexity to the project. BIM was the ideal environment to minimize this communication gap between project stakeholders and to facilitate a high level of coordination.

L’un des premiers défis consistait à trouver les meilleurs canaux de coordination et de communication entre plusieurs équipes de différents pays, où différentes langues et différents fuseaux horaires compliquaient encore davantage le projet. Le BIM était l’environnement idéal pour minimiser cet écart de communication entre les parties prenantes du projet et pour faciliter un haut niveau de coordination.

Estimators worked side by side with our on-site VDC specialists to verify and develop material quantities take off for the majority of the building components. Such information was also used throughout the tendering phase to communicate the scope of work to a potential supplier.

Les estimateurs ont travaillé main dans la main avec nos spécialistes VDC sur site pour vérifier et mettre au point les quantités nécessaires de matériaux pour la majorité des composants du bâtiment lors du démarrage du projet. Ces informations ont également été utilisées tout au long de la phase d’appel d’offres pour communiquer l’étendue des travaux à un fournisseur potentiel.

Another major design challenge for the construction team was determining the diagonal bracing connection nodes, which was intended to be a major architectural character of the building and it was critical to accurately convert this design feature into a structural and constructible element. Different modelling software was used to design and coordinate all of the structural elements of the nodes. Due to the complexity of this element, steel formwork along with all logistics requirements were all included in the modelling exercise. The final node design was integrated with the steel structural model to fine tweak the overall assembly and subsequently generate the needed shop drawings for fabrication. BIM enabled a smooth execution of such a complicated and challenging element by facilitating the coordination for all related design and the construction activities in a single digital platform. The concrete core of the building was constructed using a self-climbing formwork system. To ensure an optimum formwork design and the highest level of coordination and safety, the full assembly was modelled at a LOD of 400 and was integrated within the structural model. Worker’s platform, hydraulic systems, anchors and all brackets were fabricated straight from the model to ensure zero errors on installation as well as no interruptions during concrete pouring. The ATRIO project has benefitted greatly from 4D planning by using schedule data within the information models developed by the project team. Accurate forecasts of the time needed to complete tasks have been developed, as well as supplemental models to ensure better coordination of contractor resources. For instance, to ensure safety on site, all scaffolding assemblies around connections nodes and diagonal bracings was modelled to test the constructability of the scaffolding and achieve the highest level of workers’ welfare. As well, to ensure compliance with such demanding requirements of creating the raft foundation that required 24 concrete mixers every hour, supplying concrete throughout a nonstop 38 hour time frame, the construction team modelled all major concrete equipment to assist onsite logistics planning and space allocation. Several simulations were processed using BIM to rehearse and verify the execution of this raft foundation which was 3 meters deep with a total volume of 7383 cubic meters.

44 Innovation Spotlight2019

L’équipe de construction a également eu à relever un défi majeur en matière de conception : déterminer les nœuds de liaison diagonaux, qui devait constituer un caractère architectural majeur du bâtiment. Il était donc essentiel de convertir avec précision cette caractéristique en un élément structurel et constructible. Différents logiciels de modélisation ont été utilisés pour concevoir et coordonner tous les éléments structurels des nœuds. En raison de la complexité de cet élément, les travaux de modélisation ont inclus le coffrage en acier et toutes les exigences logistiques. La conception finale du nœud a été intégrée au modèle structurel en acier afin d’affiner l’ensemble et de générer ensuite les dessins d’atelier nécessaires à la fabrication. Le BIM a permis une exécution en douceur d’un élément aussi complexe et stimulant en facilitant la coordination de toutes les activités de conception et de construction connexes sur une seule et même plateforme numérique. Le noyau en béton du bâtiment a été construit à l’aide d’un système de coffrage auto-grimpant. Afin de garantir une conception optimale des coffrages et un niveau maximal de coordination et de sécurité, l’ensemble complet a été modélisé à LOD de 400 et a été intégré au modèle structurel. La plate-forme, les systèmes hydrauliques, les ancrages et tous les supports du travailleur ont été fabriqués directement à partir du modèle afin d’éviter les erreurs d’installation et les interruptions lors du coulage du béton. Le projet ATRIO a grandement bénéficié de la planification 4D en utilisant des données de planification dans les modèles d’information développés par l’équipe du projet. Des prévisions précises sur le temps nécessaire pour effectuer les tâches ont été développées, ainsi que des modèles supplémentaires pour assurer une meilleure coordination des ressources du contractant. Par exemple, pour assurer la sécurité sur le chantier, tous les assemblages d’échafaudages autour des nœuds de connexion et des renforts diagonaux ont été modélisés afin de tester la constructibilité de l’échafaudage et d’atteindre le plus haut niveau de bien-être des travailleurs. En outre, afin de garantir le respect des exigences aussi strictes liées à la création de la fondation d’un radier nécessitant 24 bétonnières toutes les heures, fournissant du béton sur une période de 38 heures sans interruption, l’équipe de construction a conçu tous les équipements en béton importants


Gagnant du prix de CanBIM

All fabrication models were accessible to field engineers and superintendents throughout the construction phase. Information was used for team planning as well as space allocation for equipment and utilities. Quantity take off for installed components were also monitored on a weekly basis as installation activities took place. This data was shared with the QA/QC and project control team to verify as-built information and address any deviation to the baseline schedule. The joint venture between EllisDon and Arpro have enabled both teams to share experience and knowledge and achieve a higher execution standard of BIM best practices.

Top Image: Rendering of completed project. Column of images at left: Models of nodes. All images courtesy of EllisDon Construction and Apro.

pour aider à la planification logistique sur le chantier et l’allocation d’espaces. Plusieurs simulations ont été traitées à l’aide du BIM pour répéter et vérifier l’exécution de ce radier de 3 mètres de profondeur pour un volume total de 7 383 mètres cubes. Tous les modèles de fabrication étaient accessibles aux ingénieurs de terrain et aux surintendants tout au long de la phase de construction. Les informations ont été utilisées pour la planification d’équipe ainsi que pour l’allocation d’espace pour l’équipement et les services publics. La quantité de composants installés pour le démarrage a également été surveillée chaque semaine au fur et à mesure des activités d’installation. Ces données ont été partagées avec l’AQ / CQ et l’équipe de contrôle du projet afin de vérifier les informations telles qu’elles ont été construites et de corriger tout écart par rapport au calendrier de référence. La coentreprise entre EllisDon et Arpro a permis aux deux équipes de partager leurs expériences et leurs connaissances et d’atteindre un standard d’exécution plus élevé des meilleures pratiques du BIM. 45


CanBIM Award Winner

Technology Award and Owners and Facility Management Award Winner

Gagnant du prix de technologie et du prix des propriétaires et de gestion des installations

InForm by IBI Group

InForm par le Groupe IBI

IBI Group’s space and asset management system is designed to help building owners and managers understand and forecast spatial usage and capital costs related to their portfolio. The tool allows users to move away from the static, point-in-time space usage reports and condition assessments, to rather maintain an up to date picture of forecasted occupancy, asset renewal items, timelines and costs. Features include the ability to assign spaces or rooms to staff and their departments, assign an end of life date to assets and building systems, as well as projected replacement costs and timelines, a mobile app for field data collection, portfolio wide budgeting and analytics, and a maintenance management system to manage requisitions and related documentation.

Le système de gestion des espaces et d’actifs du Groupe IBI est conçu pour aider les propriétaires et les gestionnaires d’immeubles à comprendre et à prévoir l’utilisation spatiale et les coûts en capital liés à leur portefeuille. L’outil permet aux utilisateurs de s’éloigner des rapports d’utilisation de l’espace et des évaluations d’état statiques, ponctuels, pour conserver plutôt une image à jour des prévisions d’occupation, des éléments de renouvellement des actifs, des délais et des coûts. Les fonctions incluent la possibilité d’attribuer des espaces ou des salles au personnel et à leurs départements, d’attribuer une date de fin de vie aux actifs et aux systèmes du bâtiment, ainsi que les coûts et délais de remplacement prévisionnels, une application mobile pour la collecte de données sur le terrain, la budgétisation et l’analyse à l’échelle du portefeuille, et un système de gestion de la maintenance pour gérer les demandes et la documentation connexe.

InForm by IBI Group is a cloud based facilities and space management system designed to serve the needs of facilities managers, saving them money by giving them the tools they need to manage costs and operate their facilities more efficiently. The solution provides facilities managers with everything they need, from understanding the way their spaces can be utilized to managing day to day maintenance. Space management features include the ability to easily maintain up to date floor plans, analyze space costs across sites, and run chargeback reports. The system gives facilities managers the ability to understand how much space a department has and how well it is being utilized. This data can then be used to find opportunities to consolidate departments on the floor plan and make better use of existing space. Managers can also make use of the space chargeback reporting tool, allowing them to bring financial accountability to space usage and to encourage department heads to use space more efficiently. The InForm by IBI Group system also provides users with a centralized platform to manage assets and maintenance requests. Maintenance requests can be tracked, associated with assets, photographs, and documents. They can be assigned to any member of the facilities team or to external vendors. With an overview of all assets, including furniture and equipment, managers can maintain a record of asset related costs, associated documents and repair history. The roots of InForm by IBI Group started in the transportation realm tracking linear assets along roads. By extension, the system accommodates the geospatial location of assets and enables visualization via systems like Google Map and more advanced GIS technologies. InForm by IBI Group is thus able to incorporate design information not only from Buildings project, but also linear infrastructure. The challenge of fusing BIM models into the system was solved via OpenBIM technologies, empowered by the Industry Foundation Class (IFC) file, which is an open-format, international standard for geometry and associated data governed by ISO 16739. The goal was to free the important asset information from the BIM Authoring Tool, which in this case was Autodesk Revit, so that the asset information conceived during design could be connected to the data gained throughout the unique lifecycles of the various assets. One of the greatest misconceptions about BIM for Owners is that, “all the data has to be jammed into the model itself”, whereas our approach was to take the various streams of asset data and fuse them together. IBI Group developed workflows unique for vertical infrastructure 46 Innovation Spotlight2019

InForm du Groupe IBI est un système de gestion des locaux et des espaces, basé dans le nuage, conçu pour répondre aux besoins des gestionnaires d’installations et leur faire économiser de l’argent en leur fournissant les outils dont ils ont besoin pour gérer leurs coûts et exploiter leurs installations de manière plus efficace. La solution fournit aux gestionnaires d’installations tout ce dont ils ont besoin, depuis la compréhension de la manière dont leurs espaces peuvent être utilisés jusqu’à la gestion de la maintenance quotidienne. Les fonctionnalités de gestion de l’espace incluent la possibilité de maintenir facilement des plans d’étage mis à jour, d’analyser les coûts d’espace de site sur plusieurs sites et de générer des rapports de facturation interne. Le système donne aux gestionnaires des installations la possibilité de comprendre l’espace dont dispose un service et son utilisation. Ces données peuvent ensuite être utilisées pour trouver des opportunités de regrouper les départements sur le plan d’étage et de mieux utiliser les espaces existants. Les gestionnaires peuvent également utiliser l’outil de rapport de rétro facturation des espaces, ce qui leur permet d’intégrer la responsabilité financière dans l’utilisation des espaces et d’encourager les chefs des départements à utiliser l’espace de manière plus efficace. Le système InForm par le Groupe IBI fournit également aux utilisateurs une plate-forme centralisée pour gérer les actifs et les demandes de maintenance. Les demandes de maintenance peuvent être suivies, associées à des actifs, des photographies et des documents. Elles peuvent être affectées à n’importe quel membre de l’équipe des installations ou à des fournisseurs externes. Avec une vue d’ensemble de tous les actifs, y compris le mobilier et l’équipement, les gestionnaires peuvent conserver un enregistrement de leurs coûts, des documents associés et de l’historique des réparations. Les origines d’InForm par le Groupe IBI ont débuté dans le secteur des transports en suivant des actifs linéaires le long des routes. Par extension, le système prend en charge la localisation géo spatiale des ressources et permet la visualisation via des systèmes tels que Google Maps et des technologies SIG plus avancées. InForm par le Groupe IBI est ainsi en mesure d’incorporer des informations de conception non seulement du projet de bâtiments, mais également de l’infrastructure linéaire. La fusion des modèles BIM dans le système a été résolue grâce aux technologies OpenBIM, renforcées par le fichier Industry Foundation Class (IFC), qui est une norme internationale au format ouvert pour la


Gagnant du prix de CanBIM

(Revit models) and horizontal infrastructure (Civil 3D) which brought the design data into an IFC file, and then mapped the unique GUIDs to corresponding asset records and QR codes. The asset record would then contain the bulk of the unique data streams within the custom asset management system, thus bringing together the geometric representation, the physical location, shop drawings, operation manuals, warranty information, payment particulars, and most importantly the social data. Empowered by the trouble and maintenance ticket system, InForm by IBI Group is able to track all physical comments and interactions with the assets. This allows users to enter ad hoc ticket requests either for damages, malfunctions or even just suggestions, as well as scheduled maintenance routines. All this information can inform potential OPEX and CAPEX budget planning, immediate repair needs, as well as provide advice relating to the success of how the design was carried out in the first place. All of this valuable information is made available to stakeholders via the cloud-hosted solution.

géométrie et les données associées régie par l’ISO 16739. L’objectif était de libérer les informations importantes sur les actifs de l’outil de création du BIM, qui était dans ce cas Autodesk Revit, afin que les informations sur les actifs imaginées lors de la conception puissent être connectées aux données acquises au cours du cycle de vie unique des différents actifs. L’une des principales idées fausses sur BIM pour les propriétaires est la suivante: « toutes les données doivent être intégrées au modèle lui-même », alors que notre approche consistait à exploiter les différents flux de données d’actifs et à les fusionner. Le Groupe IBI a développé des processus de travail uniques pour l’infrastructure verticale (modèles Revit) et horizontale (Civil 3D), qui ont transféré les données de conception dans un fichier IFC, puis cartographié les GUID uniques sur les enregistrements d’actifs et les codes QR correspondants. L’enregistrement d’actifs contiendrait alors la majeure partie des flux de données uniques au sein du système de gestion d’actif personnalisé, réunissant ainsi la représentation géométrique, l’emplacement physique, les dessins d’atelier, les manuels d’opération, les informations de garantie, les détails de paiement, et surtout les données sociales. Fort du système de tickets de maintenance et de problèmes, InForm par le Groupe IBI est capable de suivre tous les commentaires physiques et les interactions avec les actifs. Cela permet aux utilisateurs de saisir des demandes de ticket ad hoc pour des dommages, des défectuosités ou même simplement des suggestions, ainsi que la planification de la maintenance de routine. Toutes ces informations peuvent éclairer la planification budgétaire potentielle OPEX et CAPEX, les besoins de réparation immédiats, ainsi que fournir des conseils relatifs au succès de la conception initiale. Toutes ces informations précieuses sont mises à la disposition des parties prenantes via la solution hébergée dans le nuage. All images of InForm technology courtesy of IBI Group

47


CanBIM Award Winner

Design & Engineering Award Winner

Gagnant du prix de conception et ingénierie

Calgary Cancer Centre by DIALOG

Centre de traitement du cancer de Calgary par DIALOG

A Virtual Design Construction (VDC) model requirement suitable for data exchange and facilities management is a tall order in and of itself. Add the need for speed that comes with a Design-Build project and it becomes clear that technological efficiencies must be planned and implemented at every step. This document looks at how a team of architecture, engineering, and construction firms keep the face-pace Calgary Cancer Centre, a 2-million square foot, $1.4 billion state of the art facility located in Calgary, Alberta at the Foothills Medical Centre, on-track.

Une exigence de modèle de VDC adaptée à l’échange de données et à la gestion des installations est un défi de taille en soi. Ajoutez à cela le besoin de rapidité associé à un projet de conception-construction et il devient évident que l’efficacité technologique doit être planifiée et mise en œuvre à chaque étape. Ce document explique comment une équipe de sociétés de l’AEC veille au bon fonctionnement du Centre de traitement du cancer de Calgary, une installation ultramoderne de 2 millions de pieds carrés, dotée d’un budget de 1,4 milliard de dollars, située à Calgary, en Alberta, au Foothills Medical Center.

Project Challenges & Solutions The size and scale of the project required a BIM strategy to navigate through project milestones. The clients didn’t mandate a set of tools, so as a BIM Lead, DIALOG chose platforms that required the least effort of translation to ensure interoperability and data transfer between platforms. The line of tools we felt would solve this issue were Autodesk Revit, Navisworks Manage, BIM 360 Glue, Bluebeam Revu and Bluebeam Studio, Revizto, and dRofus. There was a continuous data transfer between these platforms to ensure all team members were on the same page. A single source of truth was the answer for the multi-firm’s partnership. Having a split scope of work between three different consultants required everyone to be aligned with the plan and responsibilities towards the project. Although many risks were raised with new technologies, the team decided the best solution for a project of this size is to host it on the Autodesk cloud solution (Collaboration for Revit) and BIM 360 Team. We developed a structure that the project members could access the live files at any time and place. Planning with our information technology team we also created an internal shared drive where live documents like, Microsoft Word, Excel, PDF, and project management forms between DIALOG, Stantec, and Smith and Andersen. A process outlining project coordination procedure was critical for the project. We overcame two challenges with project coordination: there is a team of over 250 members accessing the Revit models daily and the design assist trades integration with the design team. To avoid clash conflicts, we ran three BIM coordination meetings: Design Coordination meeting where only design consultants were involved; Construction BIM coordination meetings where only contractors were attending; and Design/construction BIM coordination meetings where key consultant members and key trades individuals to address coordination concerns virtual and resolve them. In this process we used multiple software cloud platforms; BIM 360 Glue and Navisworks Manage were used to run clashes and generate reports, which were imported into Revizto to be assigned to team members and progress tracking. In live Bluebeam Studio sessions, we addressed clients and general contractor comments before and after milestones. Due to the tight project schedule, the design asset subcontractors were integrated into the live cloud. To control a complex free permission, environment guidelines were enforced on both consultants and the construction team to ensure that all teams could only access the data they have ownership of. This was new grounds for both DIALOG and PCL; however, communication and collaboration was always present to ensure all parties are managing model access accordingly. This helped both design and construction teams be more efficient with resolving virtual 48 Innovation Spotlight2019

Défis du projet et solutions La taille et l’échelle du projet nécessitaient une stratégie BIM pour naviguer entre les jalons du projet. Les clients n’ayant pas mandaté un ensemble d’outils, DIALOG, en tant que responsable du BIM, a choisi des plateformes qui nécessitaient le moins de traduction possible pour assurer l’interopérabilité et le transfert des données entre plateformes. La gamme d’outils qui, à notre avis, permettraient de résoudre ce problème était Autodesk Revit, Navisworks Manage, BIM 360 Glue, Bluebeam Revu et Bluebeam Studio, Revizto et dRofus. Il y avait un transfert de données continu entre ces plateformes pour s’assurer que tous les membres de l’équipe étaient sur la même page. Une seule source de vérité était la solution pour le partenariat entre plusieurs entreprises. La division du travail entre trois consultants différents obligeait chacun à s’aligner sur le plan et les responsabilités vis-à-vis du projet. Bien que de nombreux risques aient été associés aux nouvelles technologies, l’équipe a décidé que la meilleure solution pour un projet de cette taille est de l’héberger sur la solution nuage Autodesk (Collaboration avec Revit) et l’équipe BIM 360. Nous avons développé une structure permettant aux membres du projet d’accéder aux fichiers en direct à tout moment et en tout lieu. En planifiant avec notre équipe informatique, nous avons également créé un disque interne partagé contenant des documents dynamiques tels que Microsoft Word, Excel, PDF et des formulaires de gestion de projet entre DIALOG, Stantec et Smith et Andersen. Un processus décrivant la procédure de coordination du projet était essentiel pour le projet. Nous avons relevé deux défis en matière de coordination de projet : une équipe de plus de 250 membres accédant quotidiennement aux modèles Revit et l’intégration des assistants de conception à l’équipe de conception. Pour éviter les conflits, nous avons organisé trois réunions de coordination du BIM; Une réunion de coordination de conception à laquelle seuls des consultants en conception étaient impliqués; et Des réunions de coordination du BIM de conception et de construction au cours desquelles les membres consultants et les professionnels des métiers clés ont abordé les problèmes de coordination de manière virtuelle et les ont résolus. Dans ce processus, nous avons utilisé plusieurs plateformes de nuage logiciel. BIM 360 Glue et Navisworks Manage ont été utilisés pour gérer des conflits et générer des rapports, qui ont été importés dans Revizto pour être affectés aux membres de l’équipe et suivre les progrès. Lors des sessions en direct de Bluebeam Studio, nous avons traité des commentaires des clients et de l’entrepreneur avant et après les étapes. En raison du calendrier de projet serré, les sous-traitants des actifs de conception ont été intégrés au nuage en direct. Pour contrôler une


Gagnant du prix de CanBIM

Top image: Rendering of completed project, aerial view; Bottom: Level One. All images courtesy of DIALOG

49


CanBIM Award Winner

50 Innovation Spotlight2019


Gagnant du prix de CanBIM

building issues. Decisions factored in both design intent and efficient ways of installing building materials on site. This also cut down waiting time for subcontractors to receive design intent models as they are linked directly in to their environment and vice versa. This is proven to save time and streamline communication, coordination, and collaboration process on a large-scale project like the Calgary Cancer Centre. Non-graphical data intelligence, maintenance and distribution is critical as the data gathered through the design and construction stages of this project will be delivered for facility management. dRofus filled this gap as we could control and compare program and actual data from the live models. The database created in dRofus allowed us to input design and construction data and all project parties could input non-graphical data.

Conclusion With state of the art design technology, BIM procedures, planning and collaboration, the Calgary Cancer Centre will centralize treatment and care for cancer patients in southern Alberta. This is the second largest cancer treatment and research facility in North America, located on Alberta’s most prominent medical campus, Foothills Medical Centre, in a key urban location in Calgary. The project’s objective is to create a hospital facility that will be owned and operated by the Government of Alberta Ministry of Infrastructure. With the client’s vision of using digital data deliverables rather than traditional project delivery methods for the Calgary Cancer Centre is the start of a new beginning, where creating of information is inefficient if we don’t have the tools for optimization. This is where the team’s efforts were invested for this project and we are happy with the results we are harvesting today. Images on facing page: Top: Physical model of Calgary Cancer Centre; Bottom: Rendering of completed project, courtyard; This page: Rendering of completed project, South view. All images courtesy of DIALOG.

autorisation gratuite complexe, des directives en matière d’environnement ont été appliquées à la fois aux consultants et à l’équipe de construction afin de garantir que toutes les équipes ne peuvent accéder qu’aux données dont elles sont propriétaires. C’était une nouvelle base pour DIALOG et PCL; Cependant, la communication et la collaboration étaient toujours présentes pour assurer que toutes les parties gèrent l’accès aux modèles en conséquence. Cela a aidé les équipes de conception et de construction à être plus efficaces dans la résolution des problèmes de construction virtuelle. Les décisions tenaient compte à la fois de l’intention de conception et des moyens efficaces d’installer des matériaux de construction sur le chantier. Cela a également réduit le temps d’attente des sous-traitants pour recevoir les modèles d’intention de conception, car ils sont directement liés à leur environnement et inversement. Il a été prouvé que cela permettait de gagner du temps et de rationaliser les processus de communication, de coordination et de collaboration dans le cadre d’un projet de grande envergure comme le Centre de traitement du cancer de Calgary. L’intelligence, la maintenance et la distribution des données non graphiques sont essentielles car les données recueillies au cours des étapes de conception et de construction de ce projet seront fournies à la gestion des installations. dRofus a comblé cette lacune en permettant de contrôler et de comparer les données du programme et les données réelles issues des modèles en direct. La base de données créée dans dRofus nous a permis de saisir des données de conception et de construction et toutes les parties au projet pouvaient saisir des données non graphiques.

Conclusion Grâce à une technologie de conception de pointe, aux procédures BIM, à la planification et à la collaboration, le Centre de traitement du cancer de Calgary centralisera le traitement et les soins des patients atteints du cancer dans le Sud de l’Alberta. Il s’agit du deuxième plus important centre de traitement et de recherche sur le cancer en Amérique du Nord, situé sur le plus important campus médical de l’Alberta, le Foothills Medical Center, dans un lieu urbain clé de Calgary. L’objectif du projet est de créer un établissement hospitalier qui appartiendra au ministère de l’Infrastructure du gouvernement de l’Alberta, qui en assurera l’exploitation. Avec la vision des clients qui est en train de passer de la livraison traditionnelle de projets aux livrables de données numériques, le Centre de traitement du cancer de Calgary marque le début d’un nouveau départ dans lequel la création d’information est inefficace si les outils d’optimisation ne sont pas disponibles. C’est là que les efforts de l’équipe ont été investis dans ce projet et nous sommes satisfaits des résultats que nous récoltons aujourd’hui.

51


Thank you to our generous sponsors! Platinum Sponsors / Commanditaires Platine

Gold Sponsors / Commanditaires Or


Merci Ă nos gĂŠnĂŠreux commanditaires! Silver Sponsors / Commanditaires Argent

Bronze Sponsors / Commanditaires Bronze

Corporate Sponsors / Commanditaires corporatifs


CanBIM Member

Autodesk Forge

Autodesk Forge

Unlock the Power of Design and Engineering Data

Libérez la puissance des données de conception et d’ingénierie

By Ron Locklin, Director, Forge Strategy & Marketing, and Stephen Preston, Senior Manager, Forge Business Development, Autodesk

Par Ron Locklin, directeur, Stratégie et marketing de Forge, et Stephen Preston, directeur principal, Développement des affaires de la Forge, Autodesk

Autodesk Forge is an application program interface (API) platform that supports materials like sample code, manuals and a community of developers who use the APIs. Forge is intended for Autodesk customers and third-party developers to be able to use Autodesk web services. Forge is also used for Autodesk’s own development of cloud-based services.

Autodesk Forge est une plateforme d’interface de programme d’application (API) prenant en charge des matériaux tels que des exemples de code, des manuels et une communauté de développeurs qui utilisent les API. Forge est destiné aux clients Autodesk et aux développeurs tiers pour qu’ils puissent utiliser les services Web Autodesk. Forge est également utilisé par Autodesk pour le développement de services en nuage.

Forge is defined by the following groups of APIs: Forge est défini par les groupes d’API suivants:

Design Automation API The ability to run scripts on design files, taking advantage of the scale of Forge to automate repetitive tasks. The API currently works with DWG files, but private beta testing is underway for Inventor and Revit files. This is a useful way to publish thousands of drawings to DWF or PDF. Normally, you would have to download all the files, run a script on them in the AutoCAD desktop software, and then potentially upload them all back to the cloud. Your efficiency would be bottlenecked by the processing power of your computer and your network bandwidth, and you would have to instrument logging and retry logic in your code to ensure that the entire job completed. With the Design Automation API, you can offload all that processing to the Forge Platform, which can process those scripts at a much greater scale and efficiency.

Reality Capture API The ability to use the latest desktop and cloud solution built for Unmanned Aerial Vehicle (UAV) and drone processes, ReCap Photo. You can add geo-based metadata by setting Ground Control Points (GCPs), selecting specific geographic coordinate systems, and tagging images with GPS information. The integration of this geo data results in accurate textured meshes, point clouds, and orthophotos. A reconstruction (quality) report details the level of accuracy.

Data Management API Gives a unified and consistent way to access data across BIM 360 Team, Fusion Team, BIM 360 Docs, A360 Personal, and its own Object Storage Service. The Object Storage Service allows your application to download and upload raw files (i.e. PDF, XLS, DWG, or RVT). Coupling this API with the Model Derivative API can accomplish a number of workflows. One example workflow is accessing a Fusion model in Fusion Team and getting an ordered structure of items, IDs, and properties for generating a bill of materials in a third-party process. Or, you might want to superimpose a Fusion model and a building model to use in the Viewer

Model Derivative API Represent and share designs in different formats, as well as to extract valuable metadata into various object hierarchies. Sixty different file input formats are supported. With this API, you can translate your design into different formats, such as STL and OBJ, but the key one is that you can have it translate your designs into SVF for extracting data and for rendering files in the Viewer.

API d’automatisation de la conception Possibilité d’exécuter des scripts sur des fichiers de conception, en tirant parti de l’échelle de Forge pour automatiser des tâches répétitives. L’API fonctionne actuellement avec les fichiers DWG, mais des tests bêta privés sont en cours pour les fichiers Inventor et Revit. C’est un moyen utile de publier des milliers de dessins au format DWF ou PDF. Normalement, vous devez télécharger tous les fichiers, y exécuter un script dans le logiciel de bureau AutoCAD, puis éventuellement les télécharger tous dans le nuage. Votre efficacité serait entravée par la puissance de traitement de votre ordinateur et de votre bande passante réseau, et vous auriez à instrumenter la journalisation et à réessayer la logique dans votre code pour vous assurer que l’intégralité du travail est terminée. Avec l’API Design Automation, vous pouvez transférer tout ce traitement à la plate-forme Forge, qui peut traiter ces scripts à une échelle et à une efficacité bien supérieures.

API Capture de réalité ReCap Photo, la possibilité d’utiliser la dernière solution de bureau et cloud conçue pour les processus de véhicules aériens sans pilote (UAV) et de drones, ReCap Photo. Vous pouvez ajouter des métadonnées géographiques en définissant des points de contrôle au sol, en sélectionnant des systèmes de coordonnées géographiques spécifiques et en balisant les images avec des informations GPS. L’intégration de ces données géographiques donne des maillages texturés précis, des nuages de points et des orthophotos. Un rapport de reconstruction (qualité) détaille le niveau de précision.

API Gestion de données Offre un moyen unifié et cohérent d’accéder aux données via les équipes BIM 360, Fusion, Docs BIM 360, A360 Personal et son propre service de stockage d’objets. Le service de stockage d’objets permet à votre application de télécharger et de télécharger des fichiers bruts (PDF, XLS, DWG ou RVT, par exemple). Le couplage de cette API avec l’API modèle dérivé peut effectuer plusieurs flux de travail. Un exemple de flux de travail consiste à accéder à un modèle Fusion dans Fusion Team et à obtenir une structure ordonnée d’éléments, d’ID et de propriétés pour générer une nomenclature dans un processus tiers. Vous pouvez également souhaiter superposer un modèle Fusion et un modèle de construction à utiliser dans la visionneuse.

API Modèle dérivé Représentez et partagez des conceptions dans différents formats, ainsi que pour extraire des métadonnées utiles dans diverses hiérarchies d’objets.

54 Innovation Spotlight2019


Membre de CanBIM

BIM 360 API Build apps that extend the Autodesk BIM 360 platform capabilities to automate workflows and project setups, reduce manual data entry, and more.

Webhooks API Keep apps up to date with real-time notifications of changes in projects, files, and folders.

Viewer A WebGL-based, JavaScript library for use in 3D and 2D model rendering. The Viewer communicates natively with the Model Derivative API to fetch model data, complying with its authorization and security requirements. The Viewer requires a WebGL-canvas compatible browser such as Chrome 50+, Firefox 45+, Opera 37+, Safari 9+, Microsoft Edge 20+, or Internet Explorer 11. This is a hassle-free way to share company data without having to deal with various browsers. Regardless of the number of gigabytes of data you have in your design files, you can use these APIs to extract data, surface it, and allow your customers to view and interact with it on your own website. To forge is to make or shape a metal object by heating it in a fire or furnace or beating and hammering it. In terms of customer showcasing, your data is the metal, and Forge APIs are the heat. Below is a success story from CanBIM Member, NBS.

NBS NBS improved connection and transparency by keeping the whole project team informed on status, decisions, and project risk, from all locations and devices. Visual walkthroughs of a building with specifications (with a few tweaks), is ideal for cross-functional team meetings. NBS, an Autodesk Solution Associate and Forge partner, provides technical information, specification and BIM tools to construction industry professionals including architects, engineers and surveyors as well as services for building product manufacturers. NBS plays a key role leading the construction industry in its digital evolution. Successful construction projects rely on professionals across a range of disciplines coming together to collaborate. Being able to share timely, accurate information in an easily accessible way, and understood by all participants, is key to making better decisions and solving complex problems before on site work starts. NBS wanted to find a way of unlocking the specification and related product data and provide a way for everyone involved to explore this information by a 3D model. NBS developed an online viewer, powered by Forge, that brings construction projects to life through a web browser without the need for additional licenses. The tool allows a specification, written in NBS Create, to be linked with a project model in either Autodesk Revit or IFC format. The NBS Online Viewer, currently in public beta, enables members of a project team, to now walk through a building model and its specifications early in the project to get a feel for the finished result.

Image of NBS model using Autodesk Forge. Courtesy of Autodesk

Soixante formats de fichiers différents sont pris en charge. Avec cette API, vous pouvez traduire votre conception dans différents formats, tels que STL et OBJ, mais vous pouvez également la faire traduire en SVF pour extraire des données et restituer des fichiers dans l’afficheur.

API BIM 360 Créez des applications qui étendent les capacités de la plateforme Autodesk BIM 360 pour automatiser les flux de travail et les configurations de projet, réduire la saisie manuelle des données, etc.

API Webhooks Maintenez les applications à jour avec des notifications en temps réel des modifications apportées aux projets, fichiers et dossiers.

Téléspectateur Une bibliothèque JavaScript basée sur WebGL pour une utilisation dans le rendu de modèle 3D et 2D. Viewer communique en mode natif avec l’API modèle dérivé pour extraire les données du modèle, conformément à ses exigences en matière d’autorisation et de sécurité. La visionneuse nécessite un navigateur compatible WebGL tel que Chrome 50+, Firefox 45+, Opera 37+, Safari 9+, Microsoft Edge 20+ ou Internet Explorer 11. Il s’agit d’un moyen simple de partager des données de l’entreprise sans avoir traiter avec différents navigateurs. Quel que soit le nombre de giga-octets de données que vous avez dans vos fichiers de conception, vous pouvez utiliser ces API pour extraire des données, les afficher, et permettre à vos clients de les consulter et d’interagir avec ces informations sur votre propre site Web. Forger, c’est fabriquer ou façonner un objet en métal en le chauffant au feu ou dans un four ou en le frappant et le martelant. En termes de présentation client, vos données sont le métal, et les API de Forge sont la chaleur. Vous trouverez ci-dessous un exemple de réussite de NBS, membre de CanBIM.

NBS NBS a amélioré la connexion et la transparence en tenant l’ensemble de l’équipe de projet informée de l’état, des décisions et des risques du projet, et ce, depuis tous les sites et appareils. Les procédures visuelles d’un bâtiment avec des spécifications (avec quelques ajustements) sont idéales pour les réunions d’équipe interfonctionnelles. NBS, partenaire d’Autodesk Solution Partner et de Forge, fournit des informations techniques, des spécifications et des outils BIM aux professionnels du secteur de la construction, notamment des architectes, des ingénieurs et des géomètres, ainsi que des services aux fabricants de produits de construction. NBS joue un rôle de premier plan dans l’industrie numérique de la construction. Les projets de construction réussis reposent sur la collaboration de professionnels de diverses disciplines. Etre capable de partager des informations opportunes et précises de manière facilement accessible et comprises par tous les participants est essentiel pour prendre de meilleures décisions et résoudre des problèmes complexes avant le début des travaux sur site. NBS souhaitait trouver un moyen de déverrouiller la spécification et les données de produit associées, ainsi que pour permettre à toutes les personnes impliquées d’explorer ces informations à l’aide d’un modèle 3D. NBS a développé une visionneuse en ligne, optimisée par Forge, qui donne vie aux projets de construction via un navigateur Web sans avoir besoin de licences supplémentaires. L’outil permet de lier une spécification, écrite dans NBS Create, à un modèle de projet au format Autodesk Revit ou IFC. La visionneuse en ligne NBS, actuellement en version bêta publique, permet aux membres d’une équipe de projet de parcourir un modèle de bâtiment et ses spécifications au début du projet pour avoir une idée du résultat final. 55


CanBIM Member

Building Data that Works for All

Créer des données qui fonctionnent pour tous

Interview by Sarah Lipsit, Canada BIM Council

Entrevue réalisée par Sarah Lipsit, Conseil Canadien du BIM

We are fluent in the ways that Building Information Modelling (BIM) benefits those at the forefront of the design process and throughout construction, the early operations in a building’s lifecycle, but how can BIM add value for owners and operators who manage the asset throughout the remainder of the building’s life? To understand the different perspectives of how the Canadian construction industry should approach BIM for FM, we spoke to a CanBIM member, Summit BIM, a BIM Consulting group in Vancouver that works with designers, engineers, contractors and owners across Canada about their experiences and new developments.

Nous savons parfaitement comment la modélisation des informations du bâtiment (BIM) profite à ceux qui sont à l’avant-garde du processus de conception et tout au long de la construction, des premières opérations du cycle de vie d’un bâtiment, mais comment le BIM peut-il ajouter de la valeur aux propriétaires et aux opérateurs qui gèrent l’actif tout au long du processus? reste de la vie du bâtiment? Pour comprendre les différents points de vue de l’industrie canadienne de la construction sur l’approche BIM for FM, nous avons parlé à Summit BIM, membre de CanBIM, un groupe de consultants BIM à Vancouver qui collabore avec des concepteurs, des ingénieurs, des entrepreneurs et des propriétaires à propos de leurs expériences et de leurs nouvelles expériences. développements.

CanBIM would like to thank Geraldine Rayner, Director, Summit BIM Consulting, for sharing her thoughts on how the construction industry and owners can realize the full potential of BIM.

CanBIM: Before we dive in, please briefly describe your role and responsibilities at SummitBIM Geraldine Rayner: As a registered architect in Canada and the UK, I have delivered many projects using BIM enabled software. Nine years ago, I transitioned from life as an architect to taking on the role of BIM consultant mainly to owner operators. As the Director of Summit BIM, I work with owners to understand the challenges they face in procuring and maintaining capital projects and to show how a BIM process can help to mitigate these issues. We help to ensure that an asset comes in on time and on budget and that, at handover, owners get easy access to the records and data they need to run and maintain their facilities efficiently.

CanBIM: From an owner’s perspective, what are the biggest challenges with the current process from construction to handover? GR: One of the biggest challenges is that there is not a single unified definition of what BIM is. What one company in the AECO industry defines as BIM can be very different from another company’s definition. When you deliver BIM, is that simply a Revit model? Is it more? Who decides what the ‘more’ is?

56 Innovation Spotlight2019

CanBIM aimerait remercier Geraldine Rayner, directrice, Summit BIM Consulting, pour avoir partagé ses réflexions sur la manière dont le secteur de la construction et les propriétaires peuvent réaliser le plein potentiel du BIM.

CanBIM: Avant de plonger, décrivez brièvement votre rôle et vos responsabilités chez SummitBIM. Geraldine Rayner: En tant qu’architecte agréé au Canada et au RoyaumeUni, j’ai livré de nombreux projets à l’aide d’un logiciel compatible BIM. Il y a neuf ans, je suis passé de la vie d’architecte à celui de consultant en BIM, principalement aux propriétaires-exploitants. En tant que directeur de Summit BIM, je travaille avec les propriétaires pour comprendre les défis auxquels ils sont confrontés lors de l’achat et de la maintenance de projets d’immobilisations et pour montrer comment un processus BIM peut contribuer à atténuer ces problèmes. Nous veillons à ce qu’un actif arrive à temps, dans les limites du budget et que, lors du transfert du contrôle, les propriétaires aient facilement accès aux enregistrements et aux données dont ils ont besoin pour gérer et entretenir efficacement leurs installations.


Membre de CanBIM

With most major construction projects, procurement through handover takes 4 to 5 years. If an owner requires BIM on the project, that is a long time to wait and see if what they receive aligns with their expectations. Clear definition at the outset of the required BIM deliverables is vital.

CanBIM: From a design side, what are the current operations for Facilities Management and the handover to Owners once the building project is completed? What deliverables are given to the Owner, and what kinds of challenges or problems lie in this method? GR: While it is commonly assumed that the owner wants a fabrication model coming from construction, in our experience, the information that owners are most interested in gathering from the design model relates to how has the system has been designed to operate; answering questions such as, “what are the requirements in terms of flow and pressure and voltage’ and ‘what is the airflow through this system?” We run workshops with owner groups, from procurement facility programmers to project managers, as well as the people who maintain and operate these facilities, to gain an understanding as to what each stakeholder group’s challenges, issues and needs are. Then match them to what the design side and construction side will need to do to give the owners what they are looking for. We then develop a document set covering all of the requirements that project bidders have to follow. These requirements include an overview of goals and uses from the perspective of the owner and workflows as to how we expect the design and construction process to proceed. We don’t specify the how, only the goals to be achieved and the outcomes.

CanBIM: What is being done throughout construction to ensure accuracy of information at handover? GR: The delivery of as-built documents or model is one of the major issues because they should be a true reflection of what has been built. We have developed something that we refer to as an Accuracy Table that specifies, depending on the system or the asset type, how closely the as-builts and model resemble what has been built. The workflow has to evolve from design through construction, since the model is evolving during the process, not after. What gets built is updated in the model on an ongoing basis as it is completed, not red lined after, and that’s a new process.

CanBIM: Du point de vue du propriétaire, quels sont les plus grands défis du processus actuel, de la construction à la passation des pouvoirs? GR: L’un des plus grands défis est qu’il n’existe pas une définition unifiée de ce qu’est le BIM. Ce qu’une entreprise de l’industrie AECO définit comme BIM peut être très différent de la définition d’une autre entreprise. Lorsque vous livrez le BIM, s’agit-il simplement d’un modèle Revit? Estce plus? Qui décide ce qu’est le “plus”? Dans la plupart des grands projets de construction, l’achat par transfert prend 4 à 5 ans. Si un propriétaire a besoin du BIM pour le projet, le délai est long avant de voir si ce qu’il reçoit correspond à ses attentes. Une définition claire dès le début des produits livrables BIM requis est essentielle.

CanBIM: Du point de vue de la conception, quelles sont les opérations en cours pour la gestion des installations et le transfert aux propriétaires une fois le projet de construction terminé? Quels produits livrables sont donnés au propriétaire et quels types de défis ou de problèmes se trouvent dans cette méthode? GR: Bien que l’on suppose généralement que le propriétaire souhaite un modèle de fabrication issu de la construction, les informations que le propriétaire souhaite recueillir à partir du modèle de conception nous intéressent davantage sur la manière dont le système a été conçu pour fonctionner. répondre à des questions telles que «Quelles sont les exigences en termes de débit, de pression et de tension» et «Quel est le débit d’air dans ce système?» Nous organisons des ateliers avec des groupes de propriétaires, des programmeurs des installations d’approvisionnement aux responsables de projet, en passant par les personnes chargées de la maintenance et de l’exploitation de ces installations, afin de comprendre les défis, les problèmes et les besoins de chaque groupe de parties prenantes. Ensuite, associez-les à ce que les concepteurs et les constructeurs devront faire pour donner aux propriétaires ce qu’ils recherchent. Nous développons ensuite un ensemble de documents couvrant toutes les exigences que les soumissionnaires doivent respecter. Ces exigences incluent un aperçu des objectifs et des utilisations du point de vue du propriétaire et des flux de travaux indiquant comment nous prévoyons que le processus de conception et de construction se déroule. Nous ne précisons pas le comment, seulement les objectifs à atteindre et les résultats. 57


CanBIM Member

CanBIM: How have you updated the ways you use BIM and data to transform the way projects are being delivered?

CanBIM: Que fait-on tout au long de la construction pour assurer l’exactitude des informations lors du transfert?

GR: We encourage those in the industry who think of BIM as simply 3D modelling to appreciate that it is more than this. It is digital data residing in a database that can be queried, sorted and organized and we need to think of it in those ways. If it is structured properly, we can do all sorts of things: we can define what people need to do in the design and build phases of the project, regardless of contract type and then, when that is done, we have a series of documents where everything is in relevant, useful detail.

GR: La livraison de documents ou de modèles conformes à l’exécution est l’un des problèmes majeurs, car ils doivent refléter fidèlement ce qui a été créé. Nous avons développé quelque chose que nous appelons une table de précision, qui spécifie, en fonction du système ou du type d’actif, à quel point le modèle et l’état de construction ressemblent à ce qui a été construit. Le flux de travail doit évoluer de la conception à la construction, car le modèle évolue au cours du processus, pas après. Ce qui est construit est mis à jour régulièrement dans le modèle au fur et à mesure de son achèvement, sans ligne rouge après, ce qui est un nouveau processus.

With this in mind, we have developed Data and Geometry Specifications, as well as the Accuracy Table mentioned earlier, up-to-date model workflows and our own interface for data and document collection relative to an asset in the cloud so we can associate with it every piece of related, necessary information. This ensures that, at handover, the information can be moved straight through to any maintenance and operations system the FM or owner is using. Another issue is that each consultant may have their own naming system that is different from the others. We ask the designers to input the OmniClass 2012 naming system to control the quality of the data, allowing us to organize and sort it accordingly.

CanBIM: What are some of the challenges to the industry on a macro scale — does this change the roles of project participants? Has there been any negative reaction? GR: To date, the requirements of BIM have mostly been analyzed from the perspective of design and construction; how design consultants and contractors communicate and operate. However, where is the benefit to the owner; considering the lifecycle of the facility as well as the ease with which a facility programmer can access the information? How can they be more proactively engaged when they look at the 50% design submission? How do they know what they’re looking at and how can they be involved in design process? Owners need to be present at all stages of design and, historically, they are not.

CanBIM: Comment avez-vous mis à jour votre façon d’utiliser le BIM et les données pour transformer le mode de livraison des projets? GR: Nous encourageons les acteurs de l’industrie qui considèrent le BIM comme une simple modélisation 3D à comprendre que c’est plus que cela. Ce sont des données numériques résidant dans une base de données qui peuvent être interrogées, triées et organisées et nous devons y penser de cette manière. S’il est correctement structuré, nous pouvons faire toutes sortes de choses: nous pouvons définir ce que les utilisateurs doivent faire pendant les phases de conception et de construction du projet, quel que soit le type de contrat, puis, lorsque cela est fait, nous disposons d’une série de documents. où tout est dans les détails pertinents et utiles. C’est dans cet esprit que nous avons développé les spécifications de données et de géométrie, ainsi que le tableau de précision mentionné précédemment, des flux de travail de modèle à jour et notre propre interface pour la collecte de données et de documents relative à un actif dans le cloud afin que nous puissions nous associer à c’est chaque élément d’information connexe et nécessaire. Cela garantit que, lors du transfert, les informations peuvent être transférées directement vers tout système de maintenance et d’exploitation utilisé par le FM ou son propriétaire.

CanBIM: This was great! Do you have any last comments?

Un autre problème est que chaque consultant peut avoir son propre système de dénomination différent des autres. Nous demandons aux concepteurs de saisir le système de nommage OmniClass 2012 pour contrôler la qualité des données, ce qui nous permet de les organiser et de les trier en conséquence.

GR: Always think of the end at the beginning. If we know what we want at the end of this process, then we can work backwards and define who needs to do what from the beginning. If we do not understand what the end deliverable is, it is very hard to make sure we achieve it.

CanBIM: Quels sont certains des défis auxquels le secteur est confronté à une échelle macro - cela change-t-il les rôles des participants au projet? Y a-t-il eu une réaction négative? GR: À ce jour, les exigences du BIM ont principalement été analysées du point de vue de la conception et de la construction. comment les consultants en conception et les entrepreneurs communiquent et fonctionnent. Cependant, où est l’avantage pour le propriétaire; compte tenu du cycle de vie de l’installation ainsi que de la facilité avec laquelle un programmeur d’installation peut accéder à l’information? Comment peuvent-ils être plus engagés de manière proactive lorsqu’ils examinent la proposition de conception à 50%? Comment savent-ils ce qu’ils étudient et comment peuvent-ils participer au processus de conception? Les propriétaires doivent être présents à toutes les étapes de la conception et, historiquement, ils ne le sont pas.

CanBIM: C’était génial! Avez-vous des derniers commentaires? GR: Pensez toujours à la fin au début. Si nous savons ce que nous voulons à la fin de ce processus, nous pourrons alors travailler en arrière et définir qui doit faire quoi dès le début. Si nous ne comprenons pas quel est le produit final à livrer, il est très difficile de s’assurer que nous le réalisons.

All images throughout article courtesy of Summit BIM Consulting

58 Innovation Spotlight2019


Membre de CanBIM

59


CanBIM Member

Transformation numérique et prise Digital Transformation & Data-Driven Decision-Making de décision basée sur les données By Rosemarie Lipman, CIO & SVP, Digital & Data Engineering, EllisDon Construction and Madeleine Hicks, Digital Marketing, Enterprise Intelligence, EllisDon Construction

Par Rosemarie Lipman, DSI et première vice-présidente, Ingénierie numérique et données, EllisDon Construction et Madeleine Hicks, Marketing numérique, Intelligence d’entreprise, EllisDon Construction

“Digital Transformation” and “Data-Driven Decision-Making” are two terms that have exploded over the past decade. No longer limited to the ivory tower or academia; these terms have become colloquial buzzwords. While “Digital Transformation” has been used commonly in many industries, it is still relatively new (and scary!) to the construction industry, and many general contractors are coming to grips with what exactly that transformation means for the industry and how they’ll react to this change. Although many have moved toward digitized data collection, digital records and digitized processes do not necessarily equate digital transformation.

« Transformation numérique » et « Prise de décision axée sur les données » sont deux termes qui ont explosé au cours de la dernière décennie. N’étant plus limité à la tour d’ivoire ou au monde universitaire, ces termes sont devenus des mots à la mode. Bien que la « transformation numérique » soit couramment utilisée dans de nombreux secteurs, elle est encore relativement nouvelle (et terrifiante!) pour le secteur de la construction, et de nombreux entrepreneurs généraux commencent à comprendre ce que cette transformation signifie exactement pour le secteur et comment réagir à ce changement. Bien que beaucoup se soient tournés vers la collecte de données numérisées, les enregistrements numériques et les processus numérisés ne correspondent pas nécessairement à une transformation numérique.

EllisDon is looking beyond digitizing records and processes and toward a Data-Driven business praxis from top to bottom. What’s more, EllisDon’s Digital + Data Engineering division is driving this strategy forward, alongside ongoing construction operations.

Data-Driven Teams Digital + Data Engineering’s Insight and Analytics team is interrogating what good data means not only to EllisDon, but to the industry at large. By establishing technical best practices and standardizing the way in which we utilize technology, EllisDon has made significant strides in curbing data quality issues, including addressing isolated data environments that hinder data’s analytical capabilities. Sound data management principles and processes are employed at EllisDon to ensure the availability of highquality data for current and future uses. EllisDon’s unique position as a true cradle-to-grave construction services provider has afforded it the opportunity to leverage data along the entire project life cycle to produce meaningful data-driven insights. As the Insight and Analytics team continues to integrate and connect previously siloed data-sets, EllisDon is positioning itself to create linkages and insight through analytics and artificial intelligence throughout a project’s lifecycle, ultimately producing tangible value for both internal and external stakeholders. The Digital + Data Engineering Division not only supports the digitization of existing business processes, it is responsible for identifying new opportunities to leverage data that will improve risk management and support industry transformation.

Data-Driven Business EllisDon is working with Bespoke Metric to understand and highlight the ways in which we can transform the way the industry collects information and leverage that data to assess risk and improve subcontractor prequalification programs. Recognizing Bespoke Metric’s capabilities and thought leadership, EllisDon assisted in the design of COMPASS, a secure, third-party, cloud-based risk management software application that helps to manage a General Contractor’s subcontractor risk. This entailed providing Bespoke Metrics with 10 years of historical prequalification data, in which Bespoke Metrics then organized and cleansed to a machine-readable standard that can be used for gaining insight into subcontractor performance and concentration and correlation risk. Furthermore, they took EllisDon’s data collection processes and prequalification rules and converted them into an 60 Innovation Spotlight2019

EllisDon va au-delà de la numérisation des enregistrements et des processus pour adopter une pratique commerciale axée sur les données, de haut en bas. De plus, la division Digital + Data Engineering d’EllisDon fait progresser cette stratégie, parallèlement aux opérations de construction en cours.

Équipes axées sur les données L’équipe Insight and Analytics de Digital + Data Engineering s’interroge sur la signification des bonnes données non seulement pour EllisDon, mais aussi pour l’industrie dans son ensemble. En établissant les meilleures pratiques techniques et en normalisant notre utilisation de la technologie, EllisDon a considérablement progressé dans la réduction des problèmes de qualité des données, notamment en abordant des environnements de données isolés qui entravent les capacités analytiques des données. EllisDon utilise des principes et des processus de gestion des données fiables pour garantir la disponibilité de données de haute qualité pour les utilisations actuelles et futures. La position unique d’EllisDon en tant que véritable fournisseur de services de construction, du début à la fin, lui a permis d’exploiter les données tout au long du cycle de vie du projet pour produire des informations significatives fondées sur des données. Alors que l’équipe Insight and Analytics continue d’intégrer et de connecter des ensembles de données précédemment cloisonnés, EllisDon se positionne pour créer des liens et des perspectives grâce à l’analyse et à l’intelligence artificielle tout au long du cycle de vie d’un projet, produisant ainsi une valeur tangible pour les parties prenantes internes et externes. La division Ingénierie des données numériques + prend en charge non seulement la numérisation des processus d’entreprise existants, mais elle est également chargée d’identifier de nouvelles opportunités d’utilisation des données qui amélioreront la gestion des risques et faciliteront la transformation du secteur.

Entreprise axée sur les données EllisDon collabore avec Bespoke Metric pour comprendre et mettre en évidence les moyens de transformer la façon dont l’industrie recueille les informations et les exploite pour évaluer les risques et améliorer les programmes de pré-qualification des sous-traitants. Reconnaissant les capacités de Bespoke Metric et son leadership éclairé, EllisDon a participé à la conception de COMPASS, un logiciel


Membre de CanBIM

electronic process to assist in creating COMPASS. COMPASS centralizes subcontractor data, analyzes subcontractor risk, and recommends prequalification limits unique to each subcontractor, it then visualizes all of this data into intuitive dashboards with risk ratings. With COMPASS, EllisDon is harnessing the power of data science to transform not only how they themselves do business, but improve how efficiently information is collected from subcontractors and how risk is assessed across the industry.

Data-Driven Future In addition to data-driven teams and processes, EllisDon is also examining the ethical and sustainable responsibilities associated with building. Our innovative data-driven perspective is driving new, positive ways to build that are mindful of lowering carbon levels in the building process. EllisDon has partnered with the University of Toronto to create a software-based app that transforms decision-making based on carbon output data. To develop this Carbon Accounting Tool, we have undertaken personnel and onsite data collection with particular focus on tracking and quantifying onsite carbon emissions. Additionally, researchers have focused on connecting formerly isolated datasets to tap into the entire picture of carbon emissions on construction sites. Thanks to the intersection of data science and carbon accounting initiatives, a unique synergy has been found within EllisDon between its Sustainability and Enterprise Intelligence teams. It is no longer enough for construction process data to be stored in isolated documents, as this poses little benefit when attempting to extract data to make sense of thematic trends over time. As project progress tracking and oversight have become critical to informing decisions, and more specifically for generating accurate carbon data accounting, there is a clear motivation for the automation of onsite information gathering, storing, and extraction for effective decision-making from multiple stakeholders. The benefits of automated data collection and storage especially become clear in the case of carbon-based decision-making, as this particular process gains insight from carbon emission trends over time to strategically reduce future emissions during current and future construction projects. By integrating the additional dimension of data integration into sustainability endeavours, EllisDon believes it can harness and utilize the strongest aspects of each discipline to make data — and carbon — informed resolutions that contribute to EllisDon’s long-term economic and environmental sustainability. “Digital Transformation” and “Data-Driven Decision-Making” are not just buzzwords at EllisDon. However, these pursuits are viewed as key to a sustainable competitive advantage. Rather than waiting for digital transformation to come to us, here at EllisDon we are proactively transforming with the goal of sustainability not only for our business, but for the construction industry overall.

Images on this page and facing page courtesy of EllisDon Construction

de gestion des risques, sécurisé, effectué par un tiers, basé sur le cloud, qui aide à gérer les risques de sous-traitance d’un entrepreneur général. Ce partenariat a consisté à fournir à Bespoke Metrics 10 ans de données de pré-qualification historiques, au cours desquelles Bespoke Metrics a ensuite organisé et mis au point un standard lisible par ordinateur pouvant être utilisé pour mieux comprendre les performances des soustraitants, ainsi que les risques de concentration et de corrélation. En outre, ils ont utilisé les processus de collecte de données et les règles de préqualification d’EllisDon pour les convertir en un processus électronique facilitant la création de COMPASS. COMPASS centralise les données des sous-traitants, analyse le risque des sous-traitants et recommande des limites de pré-qualification propres à chaque sous-traitant. Il visualise ensuite toutes ces données dans des tableaux de bord intuitifs comportant des cotes de risque. Avec COMPASS, EllisDon exploite la puissance de la science des données pour transformer non seulement la manière dont elles gèrent leurs affaires, mais également pour améliorer l’efficacité de la collecte des informations auprès des soustraitants et la façon dont le risque est évalué dans l’ensemble du secteur.

Un avenir axé sur les données En plus des équipes et des processus basés sur les données, EllisDon examine également les responsabilités éthiques et durables associées à la construction. Notre perspective novatrice, axée sur les données, crée de nouvelles méthodes de construction positives qui tiennent compte de la réduction des niveaux de carbone dans le processus de construction. EllisDon s’est associé à l’Université de Toronto pour créer une application logicielle qui transforme le processus de prise de décision en fonction des données de production de carbone. Pour développer cet outil de comptabilisation du carbone, nous avons entrepris une collecte de données sur le personnel et sur le site, en nous concentrant particulièrement sur le suivi et la quantification des émissions de carbone sur place. De plus, les chercheurs se sont concentrés sur la connexion de jeux de données autrefois isolés pour puiser dans l’ensemble des émissions de carbone sur les sites de construction. Grâce à l’intersection des initiatives de science des données et de comptabilisation du carbone, EllisDon a trouvé une synergie unique entre ses équipes Développement durable et Intelligence d’entreprise. Il ne suffit plus que les données de processus de construction soient stockées dans des documents isolés, car cela présente peu d’avantages lorsque vous essayez d’extraire des données pour donner un sens aux tendances thématiques au fil du temps. Le suivi et la supervision du projet étant devenus essentiels pour éclairer les décisions, et plus particulièrement pour générer une comptabilité précise des données sur le carbone, la motivation pour l’automatisation de la collecte, du stockage et de l’extraction d’informations sur place permet une prise de décision efficace par de multiples parties prenantes. Les avantages de la collecte et du stockage automatisés de données deviennent particulièrement évidents dans le cas de la prise de décision basée sur le carbone, car ce processus particulier tire parti des tendances des émissions de carbone au fil du temps afin de réduire de manière stratégique les émissions futures au cours des projets de construction actuels et futurs. En intégrant la dimension supplémentaire de l’intégration des données dans les efforts de durabilité, EllisDon pense pouvoir exploiter et utiliser les aspects les plus puissants de chaque discipline pour prendre des résolutions éclairées en matière de données et de carbone qui contribuent à la durabilité économique et environnementale à long terme d’EllisDon. « Transformation numérique » et « Prise de décision axée sur les données » ne sont pas que des mots à la mode chez EllisDon. Cependant, ces activités sont considérées comme essentielles à un avantage concurrentiel durable. Plutôt que d’attendre que la transformation numérique nous parvienne, EllisDon est en train de transformer de manière proactive avec l’objectif de durabilité, non seulement son entreprise, mais aussi le secteur de la construction dans son ensemble. 61


CanBIM Council

CanBIM Education, Research & Certification Pietro Ferrari, B.Tech, B.Arch, M.Arch, MRAIC, Assoc.AIA Director, Canada BIM Council; Chair, CanBIM Education & Research Committee; Professor & Program Coordinator, School of Architectural Studies (SAS), George Brown College

As CanBIM closes its tenth year of activity, we look back at 2018 as the most active year thus far for the CanBIM Education and Research Committee, as well as the catalyst for what promises to be further progress in its continued growth and leadership. The CanBIM Professional Certification Program continues to grow as the industry increasingly looks to the program’s objective to recognize, establish, and guide national industry BIM competency levels for professionals to ensure a productive, healthy, and sustainable eco-system for Canada’s BIM partners. To date, 331 professionals, both national and international, have received CanBIM-certified designations, and all indications are that 2019 will see a continued recognition of professional skills and experience. As the program evolves to meet the AECOO industry’s needs, additional professional certification designations are currently being considered for introduction in 2019 . As the number of CanBIM-certified individuals grows, the CanBIM Company Certification Program expands in parallel. The pathway to BIM-integration begins with the knowledge and skill base of an organization’s most valuable asset: its people. CanBIM Company Certification Level 1 distinguishes those organizations which have invested in their people and is awarded to an organization which has at least one employee certified at each of the four CanBIM Professional Certification Levels. To date, 6 companies have met that benchmark as CanBIM develops the next phase of the CanBIM Company Certification Program. In its goal to support BIM educational initiatives in Canada, the CanBIM Educational Certification Program has equally undergone significant growth, with over 20 Educational Certifications for BIMrelated courses and programs across the country, as well as ensuring that skills being taught by Canadian post-secondary institutions and corporate training providers remain relevant to the evolving Canadian industry. The program distinguishes and recognizes all BIM-related curriculums ranging from softwarecentric to theory and management-centric. Lastly, a very significant pulse in the goal of consistent and relevant BIM education and training in Canada is the synergy created through the collaboration of the CanBIM Education & Research Committee and the buildingSMART Canada (bSC) Education Committee. The committees came together in early 2017 to develop a Canadian Learning Outcome Framework (LOF) which both organizations can support and endorse in unison to further hone Canadian BIM educational initiatives. In addition, CanBIM and bSC are working together to leverage the progress and success of the CanBIM Professional Certification Program to create a jointly-endorsed Canadian certification which will permit articulation with the buildingSMART International (bSI) certification program. In 2019, the CanBIM Education and Research Committee, will continue to work closely with representatives from industry and academia to further fuel the robust growth of digital innovation within the Canadian architectural, engineering, construction, and facility management sectors.

62 Innovation Spotlight2019


Conseil de CanBIM

CanBIM Éducation, recherche et certification Pietro Ferrari, B.Tech, B.Arch, M.Arch, MRAIC, directeur d’Assoc. AIA, Conseil BIM du Canada; Président du comité d’éducation et de recherche CanBIM; Professeur et Coordonnateur de programme, École d’études architecturales (SAS), George Brown College

Alors que CanBIM achève sa dixième année d’activité, 2018 a été l’année la plus active à ce jour pour le Comité de la formation et de la recherche de CanBIM, ainsi que le catalyseur de ce qui promet d’être de nouveaux progrès dans la poursuite de sa croissance et de son leadership. Le programme de certification professionnelle CanBIM continue de croître à mesure que l’industrie s’intéresse de plus en plus à son objectif de reconnaître, d’établir et de guider les niveaux de compétences nationaux en BIM pour les professionnels afin d’assurer un éco-système productif, sain et durable aux partenaires canadiens du BIM. À ce jour, 331 professionnels, nationaux et internationaux, ont reçu des désignations certifiées CanBIM et tout indique que 2019 verra une reconnaissance continue de leurs compétences et de leur expérience professionnelles. À mesure que le programme évolue pour répondre aux besoins de l’industrie AECOO, de nouvelles désignations de certification professionnelle sont actuellement envisagées pour une introduction en 2018. À mesure que le nombre de personnes certifiées CanBIM augmente, le programme de certification de l’entreprise CanBIM se développe parallèlement. La voie vers l’intégration BIM commence par les connaissances et les compétences de l’atout le plus précieux d’une organisation: ses employés. Le niveau 1 de certification d’entreprise de CanBIM distingue les organisations qui ont investi dans leur personnel. Il est attribué à une organisation qui compte au moins un employé certifié à chacun des quatre niveaux de certification professionnelle de CanBIM. À ce jour, six entreprises ont atteint ce point de référence alors que CanBIM développe la prochaine phase de son programme de certification. Dans son objectif de soutenir les initiatives éducatives BIM au Canada, le programme de certification éducative CanBIM a également connu une croissance importante avec plus de 20 certifications éducatives pour des cours et des programmes liés à la BIM à travers le pays, garantissant ainsi que les compétences enseignées par les Canadiens après leur formation. les établissements secondaires et les fournisseurs de formation en entreprise demeurent pertinents pour l’industrie canadienne en pleine évolution. Le programme distingue et reconnaît tous les programmes d’études liés au BIM, des logiciels aux logiciels théoriques et aux logiciels de gestion. Enfin, la synergie créée par la collaboration du comité de formation et de recherche CanBIM et du comité de formation de buildingSMART Canada (bSC) est un facteur très important dans l’objectif d’une éducation et d’une formation BIM cohérentes et pertinentes au Canada. Les comités se sont réunis au début de 2017 pour élaborer un cadre de résultats d’apprentissage canadien que les deux organisations peuvent soutenir et approuver à l’unisson afin de renforcer les initiatives éducatives canadiennes en BIM. De plus, CanBIM et bSC travaillent ensemble pour tirer parti des progrès et du succès du programme de certification professionnelle CanBIM afin de créer une certification canadienne approuvée conjointement qui permettra une articulation avec le programme de certification buildingSMART International (bSI). En 2019, le comité de l’éducation et de la recherche de CanBIM continuera de travailler en étroite collaboration avec des représentants de l’industrie et du monde universitaire pour alimenter la forte croissance de l’innovation numérique dans les secteurs canadiens de l’architecture, de l’ingénierie, de la construction et de la gestion des installations.

63


CanBIM Feature

Change by Design & Innovation

Changement par design et innovation

Four Toronto Startups Dissrupting the AEC Scene

Quatre start-up torontoises perturbent la scène AEC

Introduction by Thomas J. Strong, CanBIM President

Introduction de Thomas J. Strong, président de CanBIM

One of the key signs that an industry is ripe for disruption is that business practices are not evolving despite negative client sentiment. This is often the case when the barriers of entry are high and consequently power is consolidated. The construction industry suffers from a different condition: Over competition, where the barriers to entry are low, work is competitively auctioned, and the lowest bidder often gets the work. This creates an environment where companies are forced to keep overheads as low as possible, making investment in R&D, creating IP, or production infrastructure, such as machinery more difficult.

L’un des signes clés indiquant qu’une industrie est prête à être perturbée est que les pratiques commerciales ne sont pas en train d’évoluer malgré le sentiment négatif des clients. C’est souvent le cas lorsque les barrières à l’entrée sont élevées et que, par conséquent, le pouvoir est consolidé. L’industrie de la construction souffre d’une situation différente: concurrence excessive, où les obstacles à l’entrée sont faibles, les travaux sont mis aux enchères de manière concurrentielle et le plus bas soumissionnaire obtient souvent le travail. Cela crée un environnement dans lequel les entreprises sont contraintes de réduire au maximum leurs frais généraux, ce qui rend plus difficile l’investissement en R & D, la création de propriété intellectuelle ou l’infrastructure de production, telle que les machines.

This competitive atmosphere is combined with the fact that the industry is highly volatile. Plagued with the mentality of “you can’t predict the future so why try”, that is so pervasive in the industry, many believe it is better to keep the overheads low and stay “lean and mean”. Consequently, this creates an industry that suffers from a lack of innovation; One that raises prices with busy market conditions (often when productivity is actually decreasing). Projects are managed as if uncertainty is acceptable, with the focus on problematic management processes, like “change management” rather than creating a problem-free solution from the onset. As a result, the incumbents work to establish their brand as “great problem solvers” rather than developing capability around proactive planning, digitization, developing proprietary technology, or vertical integration. These conditions have created a disruption vacuum for entrepreneurs to step in and develop the digital tools that the industry desperately needs. The following organizations represent only a sample of the innovative platforms that are emerging from our thriving Canadian technology scene. All are harnessing real-time data while addressing distinct areas of opportunity; logistics tracking, productivity monitoring, total labor cost transparency, control of supply chain and safety. Canada has been generalized and criticized as a cautious place, but it is clear that Toronto has become the “Silicon Valley of the North”. These companies are the result of our unique Canadian crucible; a highly competitive, booming construction market, a thirst for innovation, and the home of the world’s top coding talent. It is clear we are on the path to building our own, perhaps better technology that we will bring to the rest of the world.

Spotlight2019 64 Innovation Spotlight2019

Cette atmosphère de concurrence s’ajoute au fait que l’industrie est très volatile. En proie à la mentalité «on ne peut pas prédire l’avenir, alors pourquoi essayer», si répandue dans l’industrie, nombreux sont ceux qui croient qu’il est préférable de limiter les frais généraux et de rester «maigre et mesquin». Par conséquent, cela crée une industrie qui souffre d’un manque d’innovation; un système qui augmente les prix dans des conditions de marché achalandées (souvent lorsque la productivité diminue réellement). Les projets sont gérés comme si l’incertitude était acceptable, en mettant l’accent sur les processus de gestion problématiques, tels que la «gestion du changement», plutôt que de créer une solution sans problème dès le début. En conséquence, les titulaires s’efforcent d’établir leur marque comme «un excellent résolveur de problèmes» plutôt que de développer des capacités autour de la planification proactive, de la numérisation, du développement de technologies propriétaires ou de l’intégration verticale. Ces conditions ont créé un vide décisif pour les entrepreneurs qui souhaitent intervenir et développer les outils numériques dont l’industrie a désespérément besoin. Les organisations suivantes ne représentent qu’un échantillon des platesformes novatrices qui émergent de notre scène technologique canadienne florissante. Tous exploitent des données en temps réel tout en abordant des domaines d’opportunité distincts. suivi logistique, suivi de la productivité, transparence du coût total de la main-d’œuvre, contrôle de la chaîne d’approvisionnement et de la sécurité. Le Canada a été généralisé et critiqué pour sa prudence, mais il est clair que Toronto est devenue la «Silicon Valley du Nord». Ces entreprises sont le résultat de notre creuset canadien unique; un marché de la construction très concurrentiel et en plein essor, une soif d’innovation et le foyer du plus grand talent de codage au monde. Il est clair que nous sommes sur la voie de la construction de notre propre technologie, peut-être meilleure, que nous apporterons au reste du monde.


Fonction CanBIM

Predictive Analytics Could Inform your Next Decision

L’analyse prédictive pourrait éclairer votre prochaine décision

By Arta Momtazi, President, ClaimIT

Par Arta Momtazi, président de ClaimIT

Large construction projects in North America routinely take 20% longer than expected and experience cost overruns of up to 80%. With extensive first-hand experience in the AEC industry, the team at ClaimIT has seen its fair share of projects with spiraling costs and schedule delays. Their familiarity with the greatest pain points affecting bottom lines led them to identify an area ripe for disruption: the use of field data to enable project stakeholders to minimize financial and schedule risks.

Les grands projets de construction en Amérique du Nord prennent 20% plus de temps que prévu et des dépassements de coûts pouvant atteindre jusqu’à 80%. Forte de son expérience directe dans le secteur de l’AEC, l’équipe de ClaimIT a constaté une part équitable des projets dans lesquels les coûts et les délais étaient en plein essor. Leur familiarité avec les principaux problèmes touchant les résultats financiers les a amenés à identifier un domaine propice à la perturbation : l’utilisation de données de terrain pour permettre aux parties prenantes du projet de minimiser les risques financiers et de calendrier.

At present, contractors prepare timesheets, tickets, and other field documents on paper. The process is time consuming, prone to error, and—most importantly—robs the project and the entire organization of critical data points. ClaimIT’s tools, however, provide project teams with mobile applications to record change events directly on site. With every digital timesheet submitted, stakeholders gain vital information in realtime. Through the use of artificial intelligence, ClaimIT turns the data into digestible reports that highlight critical performance factors. These reports help managers and others make decisions to optimize productivity, reduce cost, manage resources, and mitigate delay risks. Wherever ClaimIT’s tools have been introduced, the results have been immediately positive. In one recent example, a $250 million designbuild project in the Greater Toronto Area used ClaimIT’s software to manage and capture change work performed by contractors. At first, some hesitated to take on a mobile application fearing it would take up more of their foremen’s valuable time, but onboarding took mere minutes, and foremen immediately preferred using the digital tools over previous systems. In only the first two months of work, over 80 timesheets were completed with changes amounting to well over $600,000 in value. The ClaimIT software was directly responsible for accelerating the process for preparing and approving timesheets from an average of 2.5 weeks to less than one day. However, much more importantly, each digital timesheet was mined and presented as actionable intelligence. Automatic reports highlighted real-time production rates and revealed where and why delays occurred and unexpected costs arose. Project managers then took key decisions to remove previously undetected obstacles and to maximize efficiency. A three-month delay was reduced to two months, and a cost overrun of $2.4 million was cut in half, securing the projects double-digit profitability. As in the example above, ClaimIT’s aim is to bring value beyond just making a particular process more efficient and saving significant sums

À l’heure actuelle, les sous-traitants préparent des feuilles de temps, des billets et d’autres documents de terrain sur papier. Le processus prend du temps, est sujet à des erreurs et, plus important encore, prive le projet et l’ensemble de l’organisation de points de données critiques. Cependant, les outils de ClaimIT fournissent aux équipes de projet des applications mobiles pour enregistrer les événements de changement directement sur le site. Avec chaque feuille de temps numérique soumise, les parties prenantes obtiennent des informations vitales en temps réel. Grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle, ClaimIT transforme les données en rapports digestibles mettant en évidence des facteurs de performances critiques. Ces rapports aident les responsables et d’autres personnes à prendre des décisions en vue d’optimiser la productivité, de réduire les coûts, de gérer les ressources et de réduire les risques de retard. Partout où les outils de ClaimIT ont été introduits, les résultats ont été immédiatement positifs. Dans un exemple récent, un projet de conceptionconstruction dans la région du Grand Toronto d’une valeur de 250 millions de dollars a utilisé le logiciel de ClaimIT pour gérer et capturer le travail de modification effectué par les entrepreneurs. Au début, certains ont hésité à s’engager dans une application mobile, craignant que cela ne prenne plus de temps précieux à leurs patrons. Toutefois, l’intégration n’a pris que quelques minutes et les contremaîtres ont immédiatement préféré utiliser les outils numériques par rapport aux systèmes précédents. Au cours des deux premiers mois de travail seulement, plus de 80 feuilles de temps ont été complétées avec des modifications d’une valeur de plus de 600 000 $. Le logiciel ClaimIT était directement responsable de l’accélération du processus de préparation et d’approbation des feuilles de temps d’une moyenne de 2,5 semaines à moins d’un jour. Mais plus important encore, chaque feuille de temps numérique a été extraite et présentée comme un renseignement exploitable. Les rapports automatiques ont mis en évidence les taux de production en temps réel et

All images on this page and facing page courtesy of ClaimIT

65


CanBIM Feature

along the way. Ultimately, the team wants to see its partners gain new insights from working with real-time data, and then using those insights to reduce risk and drive better and faster decisions with greater confidence. Additionally, any piece of data collected isn’t just valuable for a single team or project; it accrues over time and helps to mitigate risks on future projects.

ont révélé où et pourquoi des retards et des coûts inattendus sont survenus. Les chefs de projet ont ensuite pris des décisions clés pour éliminer les obstacles non détectés et maximiser leur efficacité. Un délai de trois mois a été ramené à deux mois et un dépassement de coût de 2,4 millions de dollars a été réduit de moitié, garantissant ainsi une rentabilité à deux chiffres du projet.

The results so far are very promising: project teams using ClaimIT’s tools are confidently using real-time project data to control and reduce schedule and financial risks in a way that is revolutionizing the industry.

Comme dans l’exemple ci-dessus, l’objectif de ClaimIT est d’apporter une valeur au-delà du simple fait d’améliorer un processus particulier et d’économiser des sommes importantes en cours de route. À terme, l’équipe souhaite que ses partenaires obtiennent de nouvelles informations en travaillant avec des données en temps réel, puis en les utilisant pour réduire les risques et prendre des décisions meilleures et plus rapides avec plus de confiance. De plus, toute donnée collectée n’est pas seulement utile pour une seule équipe ou un seul projet; elle s’accumule avec le temps et contribue à atténuer les risques pour les projets futurs. Les résultats obtenus à ce jour sont très prometteurs: les équipes de projet utilisant les outils de ClaimIT utilisent en toute confiance des données de projet en temps réel pour contrôler et réduire les risques de calendrier et financiers d’une manière qui révolutionne le secteur.

Automated Data Collection for Increased Efficiency and Accuracy

Collecte automatisée des données pour une efficacité et une précision accrues

By Matt Man, Co-founder and CEO, indus.ai

Par Matt Man, co-fondateur et PDG, indus.ai

indus.ai is a construction intelligence company powered by machine learning, computer vision and artificial intelligence (AI). We help complex construction projects by digitizing job site activities and progress and monitor safety issues by using strategically placed security cameras to monitor onsite work around the clock. Our AI platform predicts if your project is experiencing any bottlenecks that might slow construction and flags any expectation gaps to our users earlier than competing platforms.

indus.ai est une société d’intelligence en construction qui utilise l’apprentissage automatique, la vision par ordinateur et l’intelligence artificielle (IA). Nous aidons les projets de construction complexes en numérisant les activités et l’avancement des chantiers et surveillons les problèmes de sécurité en utilisant des caméras de sécurité placées de manière stratégique pour surveiller le travail sur site jour et nuit. Notre plate-forme d’intelligence artificielle prédit si votre projet rencontre des goulots d’étranglement qui pourraient ralentir la construction et signalera toute lacune anticipée par nos utilisateurs plus tôt que les plates-formes concurrentes.

When we started our company two years ago, we had done our due diligence first by talking to over 20 project executives, product managers and superintendents. It was then that we realized there is a huge labor shortage in this industry and much of the monitoring and project risk management activities are performed manually. We observed that 80% of the time construction managers were doing data collection instead of actually analyzing the data and making decisions. We understood there was a large opportunity for AI to make a big difference in automating the mundane work of data collection, so professionals in the AEC industry can have more time doing meaningful work. Furthermore, AI could be helpful

66 Innovation Spotlight2019

Lorsque nous avons démarré notre entreprise, il y a deux ans, nous avions effectué notre vérification préalable en discutant avec plus de 20 chefs de projet, chefs de production et surintendants. C’est à ce moment-là que nous avons réalisé qu’il y avait une énorme pénurie de main-d’œuvre dans ce secteur et que la plupart des activités de surveillance et de gestion des risques du projet étaient effectuées manuellement. Nous avons observé que 80% du temps, les directeurs de la construction procédaient à la


Fonction CanBIM

in assisting the AEC industry by providing alerts and recommendations on how to course-correct a project in real-time. In the future, 100% of data gathering performed on job sites will be done automatically, so the workers can focus on construction of the building. It is much easier to manage project execution issues by having real-time data on what is actually occurring on site. You can think of a construction site as a manufacturing site where the building process is to assemble pre-fabricated modules with tight product controls. When things are not assembled according to plan (which happens almost all of the time), there are real-time alerts to adjust quickly. The quicker we discover any gaps, the faster and cheaper it is to recover. The collection of data is fully automatic – completely done without workers involved. We believe that the workers are there to build and not to take on the additional burden of collecting operational data. Once you have a rich set of data, our users can then review and optimize cycle times. Some examples include: how fast a pile goes into the ground, how fast panels go up, and even down to how long each of the sub tasks of concrete pour took such as formwork, rebar and concreting. We have also seen that monitoring interior trade deployment (and comparing that with the schedule and planned resource levels) is a leading indicator if the project will finish on time. Our biggest challenge has not been creating the technology itself, but finding the best way to introduce this disruptive tool to the existing workforce, as it changes the traditional way of operating. We have been able to identify innovators in the industry who are open to adopting a new way of thinking and creating, but it’s been more difficult to have the industry as a whole adopt this new way of collecting data and making decisions. We benchmark our success against the impact our data and insights have on our customers’ operations. We look at how often our data gets used, what our users do with the data, and what operational changes they then put into effect to make their job site more efficient and safer. We are proud to say that on all of these fronts, we have been tremendously successful. Our team of AI experts are dedicated to adding real value to the AEC industry. We are so excited that over 24 million sq. foot of construction space is being managed by our technology and can’t wait to see what the future holds.

All images on this page and facing page courtesy of indus.ai

collecte de données au lieu d’analyser les données et de prendre des décisions. Nous avons compris que l’IA avait une grande opportunité de faire une différence importante en automatisant le travail banal de la collecte de données afin que les professionnels de l’industrie de l’AEC puissent disposer de plus de temps pour faire un travail utile. De plus, AI pourrait aider utilement le secteur AEC en fournissant des alertes et des recommandations sur la manière de corriger un projet en temps réel. À l’avenir, 100% de la collecte de données effectuée sur les chantiers se fera automatiquement, afin que les travailleurs puissent se concentrer sur la construction du bâtiment. Il est beaucoup plus facile de gérer les problèmes d’exécution de projet en disposant de données en temps réel sur ce qui se passe réellement sur le site. Vous pouvez imaginer un chantier de construction comme un site de fabrication où le processus de construction consiste à assembler des modules préfabriqués avec des contrôles de production serrés. Lorsque les éléments ne sont pas assemblés comme prévu (ce qui se produit presque tout le temps), des alertes en temps réel permettent un ajustement rapide. Plus nous découvrons rapidement les lacunes, plus vite et moins cher il est de récupérer. La collecte des données est entièrement automatique - complètement réalisée sans implication des travailleurs. Nous pensons que les travailleurs sont là pour construire et non pour assumer le fardeau supplémentaire de la collecte de données opérationnelles. Une fois que vous avez un ensemble riche de données, les utilisateurs peuvent alors consulter et optimiser les temps de cycle. En voici quelques exemples : la rapidité avec laquelle une pile va dans le sol, la rapidité avec laquelle les panneaux montent et même le temps qu’a pris chacune des sous-tâches de coulée du béton, telles que le coffrage, l’armature et le bétonnage. Nous avons également constaté que la surveillance du déploiement du commerce intérieur (et sa comparaison avec le calendrier et les niveaux de ressources prévus) constituent un indicateur avancé à savoir si le projet se terminera à temps. Notre plus grand défi n’a pas été de créer la technologie elle-même, mais de trouver le meilleur moyen de présenter cet outil perturbateur à la maind’œuvre existante, car il modifie le mode de fonctionnement traditionnel. Nous avons pu identifier des innovateurs de l’industrie qui sont disposés à adopter une nouvelle façon de penser et de créer, mais il a été plus difficile de demander à l’ensemble de l’industrie d’adopter cette nouvelle méthode de collecte de données et de prise de décision. Nous comparons notre succès à l’impact de nos données et de nos connaissances sur les opérations de nos clients. Nous examinons à quelle fréquence l’utilisation de nos données, ce que nos utilisateurs font avec ces données et quels changements opérationnels ils apportent ensuite pour rendre leur site plus efficace et plus sûr. Nous sommes fiers de dire que sur tous ces fronts, nous avons énormément de succès. Notre équipe d’experts en IA se consacre à apporter une réelle valeur ajoutée au secteur de l’AEC. Nous sommes tellement heureux que notre technologie gère plus de 24 millions de pieds carrés d’espace de construction et nous sommes impatients de voir ce que l’avenir nous réserve. 67


CanBIM Feature

Construction Materials Delivered on Demand

Matériaux de construction livrés à la demande

By Erik Bornstein, Founder, TOOLBX

Par Erik Bornstein, fondateur de TOOLBX

Founded on the basis of a perceived need for increased productivity, efficiency, and innovation in the construction industry through technology, TOOLBX is a construction service that delivers a wide variety of materials, tools, and supplies on demand, directly to your job-site. Having worked in various areas of the construction industry for most of his adult life, TOOLBX founder, Erik Bornstein, saw a necessity to fill a void in the market powered by customer service. Valuable construction hours were being lost due to long material and errand runs, with skilled trade and construction workers sitting in traffic. However, what initially started out as a construction delivery service has evolved quickly into much more than that. The TOOLBX team also saw an opportunity to help connect the construction community and encourage collaboration and support through networking events and other valuable opportunities for trades and local businesses in the Greater Toronto Area. TOOLBX’s mission is to enable construction professionals to build faster, smarter, and more efficiently.

Fondé sur la technologie, TOOLBX est un service de construction qui fournit une grande variété de matériaux, d’outils et de fournitures sur demande, directement à votre site. Erik Bornstein, fondateur de TOOLBX, après avoir travaillé dans divers secteurs de l’industrie de la construction pendant la majeure partie de sa vie adulte, a compris qu’il était nécessaire de combler un vide sur le marché grâce au service à la clientèle. De longues heures de construction ont été perdues à cause de longs trajets de matériaux et de courses, avec des ouvriers qualifiés et des ouvriers du bâtiment restés pris dans la circulation routière. Cependant, ce qui a commencé à l’origine en tant que service de livraison de travaux de construction a rapidement évolué pour aller beaucoup plus loin. L’équipe TOOLBX a également saisi l’opportunité de relier la communauté de la construction et d’encourager la collaboration et le soutien par le biais d’événements de réseautage et d’autres opportunités intéressantes pour les métiers et les entreprises locales de la région du Grand Toronto. La mission de TOOLBX est de permettre aux professionnels de la construction de construire plus rapidement, plus intelligemment et plus efficacement.

Like any start-up business, TOOLBX’s vision and direction has adapted and evolved to suit the demands of the marketplace and keep pace with its rapid growth. We have now entered into an important space in the industry that previously required support. TOOLBX’s goal is to provide an accessible online marketplace for all things construction and is a go-to resource for any materials and supplies from various vendors. When it comes to measuring our success, we are already seeing improvements in the industry, such as increased productivity and efficiency on job sites as a result of eliminating errand runs and the loss of important time that would be more valuable spent on site. There is also an emerging online movement within the construction community, with an increased presence of trades involved in sharing valuable information, which enables their peers to build smarter. We would like to continue this movement outside of the GTA as we continue to expand into new areas such as the United States of America. The most staggering part about building TOOLBX over the past couple years has been the relationships with our customers as well other professionals in the construction community. This is a dedicated, hardworking group of individuals in what some might consider traditional roles, but we have never seen a group of people more open to change and innovation. They are constantly looking to improve their productivity and their craft. In addition to becoming a go-to resource for materials, we also aim to provide our clients and colleagues in the industry with valuable information, tips, and techniques both through our own resources and other industry experts. We have been humbled by our support and the positive response that we have received from the community, and look forward to our exciting developments in 2019.

Spotlight2019 68 Innovation Spotlight2019

Comme toute entreprise en démarrage, la vision et la direction de TOOLBX se sont adaptées et ont évolué pour répondre aux demandes du marché et suivre le rythme de sa croissance rapide. Nous sommes maintenant entrés dans un espace important de l’industrie qui nécessitait auparavant un soutien. TOOLBX a pour objectif de fournir un marché en ligne accessible pour toutes les activités de construction et constitue une ressource incontournable pour se procurer tous les matériaux et l’approvisionnement de divers fournisseurs. En ce qui concerne la mesure de notre succès, nous constatons déjà des améliorations dans le secteur, notamment une productivité et une efficacité accrues sur les chantiers, grâce à la suppression des courses et à la perte de temps, temps important qui serait plus précieux à être passé sur le site. Il existe également un mouvement en ligne émergeant au sein de la communauté de la construction, avec une présence accrue des professionnels impliqués dans le partage d’informations précieuses, ce qui permet à leurs pairs de construire plus intelligemment. Nous aimerions poursuivre ce mouvement hors du Grand Toronto, tout en continuant de nous développer dans de nouveaux domaines tels que les États-Unis d’Amérique. La partie la plus étonnante de la construction de TOOLBX au cours des deux dernières années a été les relations avec nos clients ainsi qu’avec d’autres professionnels du secteur de la construction. Il s’agit d’un groupe d’individus dévoués et assidus dans ce que certains pourraient considérer comme des rôles traditionnels, mais nous n’avons jamais vu un groupe plus ouvert au changement et à l’innovation. Ils cherchent constamment à améliorer leur productivité et leur artisanat. En plus de devenir une ressource incontournable pour les matériaux, nous visons également à fournir à nos clients et collègues de l’industrie des informations, des conseils et des techniques utiles, à la fois par le biais de nos propres ressources et d’autres experts de l’industrie. Nous avons été touchés par le soutien accordé et par la réponse positive que nous avons reçue de la part de la communauté. Nous attendons avec impatience les développements prometteurs à venir en 2019.


Fonction CanBIM

All images on this page and facing page courtesy of TOOLBX

69


CanBIM Feature

Assignment Acme Construction

CUSTOMER NAME

123 Main St., Toronto, ON

PICK-UP ADDRESS DROP OFF ADDRESS

240 Richmond St. W., Toronto, ON

ASSIGNED BY

Openlane Hauling

Summary TIME LOGGED

56 hr 58 min

AVERAGE TRIP

49 min

# OF TICKETS

61

AVG. TIME ON SITE

13.28 min

Average Time on Site 14 12

Minutes on site

10 8 6 4 2

6:00AM

8:00AM

10:00AM

12:00PM

2:00PM

4:00PM

Time

Operator Overview OPERATOR

TICKETS

7 hr 36 min

8 min

40 min

9 hr 2 min

9 min

45 min

Roy Carter

7

8 hr 3 min

10 min

45 min

Ryan Schultz

6

7 hr 53 min

13 min

48 min

Gloria Mason

12

8 hr 12 min

12 min

50 min

Gregory Ortega

7

7 hr 11 min

9 min

55 min

Nancy Moreno

4

9 hr 1 min

32 min

60 min

Operator Averages

9 min 10 min

GREGORY ORTEGA NANCY MORENO

TREAD is a mobile application and cloud-based platform that provides logistical, compliance, and business insights on internal and external equipment fleets and materials. TREAD allows various stakeholders on and off a construction site to share information and communicate on a single, easy to access platform - without hardware purchase or installation. While delivering immediate value to basic operations (for example, “Where are my subcontracted trucks?!”) TREAD is gathering a novel data set which facilitates unique insights, reduces reliance on outdated administrative practices, and fills data gaps within current digital systems. Aiming to streamline the procurement, dispatch, and management of all heavy equipment subcontractors and the material they move, TREAD’s clients include contractors, construction material suppliers, qualified professionals and owners. In 2005 TREAD’s founder, Noah Dolgoy, founded a construction company and quickly discovered that the majority of work requiring heavy equipment was being subcontracted at multiple levels and that the associated communication was being managed through archaic dispatch processes -- phone calls, spreadsheets, and paper tickets. These dynamics increased risk, uncertainty, and operational complications. Furthermore, this formula was not contained within a single silo, but exhibited itself across a majority of projects and stakeholders in the building industry.

70 Innovation Spotlight2019

8 min

ROY CARTER

GLORIA MASON

Avg. on site

Avg. trip

40 min

WILLIE MORRIS

RYAN SCHULTZ

By Noah Dolgoy, CEO and Founder, TREAD

AVG. ON SITE AVG. TRIP

8 11

GEORGE BARNES

Data and Analytics that Keep Construction Moving

DURATION

George Barnes Willie Morris

45 min 45 min 48 min

13 min

50 min

12 min

55 min

9 min 32 min

Des données et des analyses qui maintiennent la construction en mouvement Par Noah Dolgoy, Chef des ventes, TREAD TREAD est une application mobile et une plate-forme en nuage qui fournit des informations sur la logistique, la conformité et les activités des parcs et matériaux d’équipement internes et externes. TREAD permet aux différents intervenants sur et hors d’un chantier de construction de partager des informations et de communiquer sur une plate-forme unique facile d’accès, sans achat ni installation de matériel. Tout en apportant une valeur immédiate aux opérations de base (par exemple, « Où sont les camions des sous-traitants?! »), TREAD recueille un nouvel ensemble de données qui facilite la compréhension unique, réduit le recours à des pratiques administratives obsolètes et comble les lacunes dans les systèmes numériques actuels. Dans le but de rationaliser l’approvisionnement, la répartition et la gestion de tous les sous-traitants d’équipement lourd et du matériel qu’ils transportent, les clients de TREAD sont des entrepreneurs, des fournisseurs de matériaux de construction, des professionnels qualifiés et des propriétaires. En 2005, Noah Dolgoy, fonda TREAD, une entreprise de construction et découvrit rapidement que la majorité des travaux nécessitant du matériel lourd étaient sous-traités à plusieurs niveaux et que la communication afférente était gérée via des processus d’envoi archaïques - appels téléphoniques, feuilles de calcul et billets papier. Ces dynamiques ont

60 min


Fonction CanBIM

Noah temporarily departed the industry, returning in 2016 to advise an excavation firm. Despite ten years passing, the same problems were still present; work outcomes were uncertain while both contractors and subcontractors lacked the tools needed to facilitate trust and confidence across all levels. At this time, Noah believed common and inexpensive technology could solve the problems that he and his clients experienced; it just had to be built. With the help of an incredible team and world-renowned investors and advisors, Noah created a platform to scale trust, partnerships and data that will direct new heights of heavy equipment and material utilization across construction. TREAD is gathering information that has never been gathered before: a novel data set. Leveraging this data, our platform will revolutionize how materials move, how equipment is utilized, and how contractors and subcontractors work together to execute specific designs and plans. In the short term, we observe tighter construction execution from our users, while medium-term usage of our platform allows significant improvement in productivity and margin. Our longer-term strategy for utilizing data will change the way the industry approaches subcontracting equipment. Change management and implementation is a challenge for B2B technology in the best of circumstances. Change management challenges are amplified in construction by there being fewer early adopters and solutions often calling for participation from parties external to the organization deploying the solution. For this reason, it has been critical for us to be focused on client needs rather than evangelizing a product simply because the technology is cutting edge. This change management dynamic also brought us to benchmarking using collaborative success criteria. We work with our clients to define what their criteria for success is, confirm what goals we can deliver on and map out a path forward. This approach has been critical to successful client acquisitions and overall retention since TREAD’s inception. From here, we focus on benchmarking how many clients refer us and whether champions of TREAD are successful at meeting their organizational goals. TREAD is challenging the baseline for execution and utilization of heavy equipment subcontractors and construction materials, but our biggest challenge is changing mindsets. Many of our users believe that their problems cannot be solved and their partners and stakeholders are unwilling to change. It is TREAD’s mission to help our users see that simple technology can make things better. Aside from eliminating paper, our clients have come to expect better service from their partners while delivering a stronger experience to them. TREAD was created on the belief that it should be easy to trust the people you work with - whether you are working with someone for an hour, a day, a week, a month - and that simple and beautiful technology, focused on user experience, will improve both work and life, cleaning up traditional archaic management processes and changing relationships within the industry. It is an incredibly rewarding experience to see our largest “disruption” be people working better, together.

All images on facing page courtesy of Tread.

augmenté les risques, l’incertitude et les complications opérationnelles. Et cette formule ne figurait pas dans un seul silo, mais se manifestait dans la majorité des projets et des parties prenantes du secteur de la construction. Noah a quitté temporairement l’industrie pour revenir en 2016, afin de conseiller une entreprise d’excavation. Malgré les dix années écoulées, les mêmes problèmes étaient toujours présents; les résultats des travaux étaient incertains, tandis que les entrepreneurs et les sous-traitants ne disposaient pas des outils nécessaires pour favoriser la confiance à tous les niveaux. À ce moment-là, Noah pensait que des technologies communes et peu coûteuses pourraient résoudre les problèmes que lui et ses clients avaient rencontrés. Il fallait simplement les construire. Avec l’aide d’une équipe incroyable, d’investisseurs et de conseillers de renommée mondiale, Noah a créé une plate-forme pour faire évoluer la confiance, les partenariats et les données, permettant d’atteindre de nouveaux sommets en matière d’utilisation d’équipement lourd et de matériaux dans la construction. TREAD rassemble des informations jamais rassemblées auparavant – un nouvel ensemble de données. En exploitant ces données, notre plate-forme va révolutionner le mouvement des matériaux, l’utilisation des équipements et la manière dont les entrepreneurs et les soustraitants travaillent ensemble pour exécuter des conceptions et des plans spécifiques. À court terme, nous observons une construction plus stricte de la part de nos utilisateurs, tandis que l’utilisation à moyen terme de notre plate-forme permet une amélioration significative de la productivité et de la marge. Notre stratégie d’utilisation des données à plus long terme modifiera la manière dont l’industrie aborde les équipements de soustraitance. La gestion et la mise en œuvre du changement constituent un défi pour la technologie B2B dans les meilleures conditions. Les défis de la gestion du changement sont amplifiés dans la construction par le nombre réduit d’adaptateurs précoces et par des solutions appelant souvent à la participation de parties externes à l’organisation déployant la solution. Pour cette raison, il était essentiel pour nous de nous concentrer sur les besoins de nos clients plutôt que d’évangéliser un produit simplement parce que la technologie est à la pointe du progrès. Cette dynamique de gestion du changement nous a également amenés à effectuer une analyse comparative en utilisant des critères de réussite collaboratifs. Nous travaillons avec nos clients pour définir leurs critères de réussite, confirmer quels objectifs nous pouvons atteindre et tracer une voie à suivre. Cette approche a été essentielle au succès de l’acquisition de clients et à leur rétention globale depuis la création de TREAD. À partir de là, nous nous concentrons sur l’analyse comparative du nombre de clients que nous référons et sur la capacité des défendeurs de TREAD d’atteindre leurs objectifs organisationnels. TREAD remet en cause les conditions de base pour l’exécution et l’utilisation de sous-traitants d’équipement lourd et de matériaux de construction, mais notre plus grand défi consiste à changer les mentalités. Beaucoup de nos utilisateurs pensent que leurs problèmes ne peuvent pas être résolus et que leurs partenaires et leurs parties prenantes ne veulent pas changer. TREAD a pour mission d’aider nos utilisateurs à comprendre qu’une technologie simple peut améliorer les choses. En plus de l’élimination du papier, nos clients s’attendent maintenant à un meilleur service de la part de leurs partenaires tout en leur offrant une expérience plus solide. TREAD a été créée sur la conviction qu’il devrait être facile de faire confiance aux personnes avec lesquelles vous travaillez - que vous travailliez avec quelqu’un pendant une heure, une journée, une semaine, un mois - et qu’une technologie simple et esthétique, axée sur l’expérience de l’utilisateur, améliorera le travail et la vie personnelle, nettoiera les processus de gestion archaïques traditionnels et modifiera les relations au sein du secteur. C’est une expérience incroyablement enrichissante de voir que notre plus grande « perturbation » consiste à ce que les gens travaillent mieux ensemble. 71


CanBIM Council

BIM, Bam, Boom: the Legal BIM,Bam,Boom:Lesimplications Implications of Making juridiques de l’amélioration de la conception Design Better By Catherine MacInnis, Associate General Counsel, IBI Group

Par Catherine MacInnis, Avocat général associé, Le Groupe IBI

Design technology is not new. Humans have been improving and innovating the ways in which we create stuff for millennia. BIM is, however, proving to be one of the most impactful and disruptive technologies in a long line of advancements that simply began with early humans making tools from rocks.

La technologie de conception n’est pas nouvelle. Les humains améliorent et innovent la manière dont nous créons les choses depuis des millénaires. La BIM se révèle toutefois être l’une des technologies les plus percutantes et les plus perturbatrices dans une longue série de progrès qui ont tout simplement commencé avec la fabrication par les premiers hommes des outils à partir de roches.

Design technology is more mature than law by millions of years. And, as anyone who has ever told a lawyer joke seems to know: the lawyers have never really caught up. At the risk of sounding defensive (because I am), this view of the law and its professionals is a bit unfair. Existing laws are actually intended to be flexible enough to respond to the issues created by new technologies – including BIM. From a practical perspective, however, BIM has not yet been fully tested by laws in Canada. This article will examine the legal implications of BIM thus far and aims to extract further risk mitigation techniques from what is currently known about design and construction litigation more generally.

Keeping Score Depending on who you believe, BIM-related technologies and their predecessors have been around for anywhere from 30 to 571 years. BIM itself has been gaining traction in Canada for a little over a decade now. In those years there have been precious few reported decisions by judges or administrative bodies in Canada regarding BIM technology. There could be a number of reasons for the lack of jurisprudence in this area, but likely: 1.

BIM is too young to have a legal history;

2.

Most disputes (BIM or not) settle, with results kept confidential; and

3.

BIM technology appears to mitigate risks for design professionals though clash detection, including through IBI Group’s BIMbot clash detection software, and other embedded quality controls on projects.

It is too early to break out the champagne and celebrate the end of design disputes as we know them, but insurance companies appear to be cautiously optimistic that the use of BIM will reduce professional liability risk. Cynthia Davison, CIP AIG, Senior E&O Underwriting Specialist, Financial Lines in Vancouver advised “…generally use of BIM is seen as a positive when underwriting.”

La loi est beaucoup plus mature que la technologie de conception. Comme tous ceux qui ont déjà raconté une blague d’avocat et semblent le savoir: les avocats n’ont jamais vraiment rattrapé le retard. Au risque de paraître sur la défensive (parce que je le suis), cette vision du droit et de ses professionnels est un peu injuste. Les lois existantes sont en réalité destinées à être suffisamment souples pour répondre aux problèmes créés par les nouvelles technologies, notamment le BIM. D’un point de vue pratique, toutefois, les lois canadiennes n’ont pas encore complètement testé le BIM. Cet article examine les implications juridiques du BIM à ce jour et vise à extraire d’autres techniques d’atténuation des risques de ce que l’on sait actuellement sur les litiges en matière de conception et de construction.

Garder le score Selon qui vous croyez, les technologies liées à la BIM et leurs prédécesseurs existent depuis environ 30 à 571 ans. Le BIM lui-même gagne du terrain au Canada depuis un peu plus d’une décennie maintenant. Au cours de ces années, très peu de décisions rendues par des juges ou des organes administratifs au Canada ont été rapportées concernant la technologie BIM. L’absence de jurisprudence dans ce domaine pourrait être due à un certain nombre de raisons, mais probablement: 1.

BIM est trop jeune pour avoir une histoire juridique;

2.

La plupart des conflits (BIM ou non) sont réglés et les résultats sont confidentiel; et

3. La technologie BIM semble atténuer les risques pour les professionnels de la conception grâce à la détection des conflits, notamment via le logiciel de détection des conflits BIMbot du groupe IBI, et à d’autres contrôles de qualité intégrés sur les projets. Il est trop tôt pour sortir le champagne et célébrer la fin des conflits de conception tels que nous les connaissons, mais les compagnies d’assurance semblent faire preuve d’un optimisme prudent quant au fait que l’utilisation du BIM réduira les risques de responsabilité professionnelle. Cynthia Davison, CIP AIG, Spécialiste principale de la souscription E & O, Financial Lines à Vancouver, a déclaré: « … l’utilisation du BIM est généralement considérée comme un avantage lors de la souscription ».

Images on this page and facing page courtesy of Société québécoise des infrastructures

72 Innovation Spotlight2019


Conseil de CanBIM

Trigger Warnings

Avertissements de déclenchement

Here are some potential pitfalls you should be thinking about in your practice:

Voici quelques pièges potentiels auxquels vous devriez penser dans votre pratique:

1. Privacy

1. Confidentialité

At its core, BIM is data-rich. Where there is data, there is an obligation on you to use and protect that information wisely. Davidson from AIG notes: “…[I] would point out that hosting a BIM drawing is similar to a cloud computing exposure, and a design firm could potentially have liability for corrupting a BIM model under their supervision or control, as well as liability associated with the loss of a third party’s proprietary data (building designs).”

Le BIM est fondamentalement riche en données. Là où il y a des données, vous êtes obligé de les utiliser et de les protéger à bon escient. Davidson de AIG note: « […] je ferais remarquer qu’héberger un modèle BIM est similaire à une exposition à l’informatique en nuage, et qu’une firme de conception pourrait potentiellement être tenue responsable de la corruption d’un modèle BIM sous sa supervision ou son contrôle, ainsi que de la responsabilité associée avec la perte de données appartenant à des tiers (conceptions de bâtiments). »

2. BIM Cannot Cure a Failure to Communicate Design technology should be serving to improve projects and the careers of design professionals. It cannot, however, cure a failure to communicate. One of the first BIM lawsuit in the United States involved a mechanical-electrical-plumbing engineer and an architect, who were working on a life-sciences building for a major university in the US. BIM had been used to fit the MEP systems in the ceiling plenum. According to an insurance carrier on the file, the design team never discussed the installation sequence with the contractor (who was unsophisticated)2. The elements for the plenum fit in the BIM model, but did not work in real life because of the sequencing issues. The result was that about 70% through assembly, they ran out of space for the plenum. The knock on consequences for the project were huge. The case settled out of court, so there is no formal ruling which we can rely on - but it is fair to assume that the design professionals and their carriers paid a hefty price for what amounted to a lack of communication.

3. Unintended Consequences for Non-Designers Non-designers working in BIM need to be cautious. They should not, for instance, agree to act as an Information Manager or BIM Lead, as they may create potentially uninsured risks on the project.3

2. BIM ne peut pas remédier à un échec de communication La technologie de la conception devrait servir à améliorer les projets et la carrière des professionnels de la conception. Cela ne peut toutefois pas remédier à un défaut de communication. Aux États-Unis, le premier litige impliquait un ingénieur en mécanique-électricité-plomberie et un architecte travaillant dans un bâtiment consacré aux sciences de la vie pour une grande université américaine. Ils avaient utilisé le BIM pour installer les systèmes MEP dans le faux-plafond. Selon une compagnie d’assurance figurant au dossier, l’équipe de conception n’a jamais discuté de la séquence d’installation avec l’entrepreneur (qui n’était pas averti)2. Les éléments du faux-plafond correspondent au modèle BIM, mais ne fonctionnent pas dans la vie réelle en raison des problèmes de séquencement. Résultat: 70% du temps de montage, ils ont manqué d’espace pour le faux-plafond. Les conséquences pour le projet ont été énormes. L’affaire a été réglée à l’amiable, de sorte qu’il n’y a pas de décision officielle sur laquelle nous pouvons compter - mais il est juste de supposer que les professionnels du design et leurs transporteurs ont payé le prix fort pour ce qui équivalait à un manque de communication.

3. Conséquences inattendues pour les non-concepteurs

Here are 4 things you can do right now to mitigate risk in your practice:

Les non-concepteurs travaillant dans le BIM doivent être prudents. Par exemple, ils ne devraient pas accepter d’agir en tant que responsable de l’information ou responsable BIM, car ils peuvent créer des risques potentiellement non assurés sur le projet.3

1. Thoughtful contracting

Préparez-vous au pire et vous pourrez l’éviter

Prepare for the Worst and You May Avoid It

Among other things, review contracts to ensure that you understand and properly document your scope and how you will be expected to coordinate and collaborate with the contractor(s) and other professionals on the project. Farhan Haqqani, IBI Group Inc.’s Regional Technical Lead for Design Technology (Canada East) advises: “Keep an eye out for specific BIM requirements i.e. clash detection or asset or facility management, or a LOD (level of development) 400 model and software requirements…In these contracts the client looking to use the BIM model for something more than basic coordination. I also recommend including a BIM Execution Plan in the contract and ensuring that all disciplines are using BIM”

2. Interface with Contractor Team Regularly This will help avoid confusion and expensive errors down the road. Even with contractors becoming more sophisticated in BIM, there is a tendency to blame the professionals (fairly or not). Haqqani recommends that you also “…bring your BIM lead to (project) meetings so they are aware of how to update the BIM model strategies”.

3. Keep Good Record Good document control is a sign of professionalism, which may also help you avoid litigation. If the worst happens and there is litigation, you are more likely to be successful if you have the documents you need.

Voici quatre (4) choses que vous pouvez faire maintenant pour atténuer les risques dans votre pratique:

1. Contrats réfléchis Entre autres choses, examinez les contrats pour vous assurer que vous comprenez et documentez correctement votre portée et la manière dont vous serez appelé à coordonner et à collaborer avec le ou les contractants et les autres professionnels participant au projet. Farhan Haqqani, Responsable technique régional de la technologie de conception chez IBI Group Inc. (Canada-Est), conseille : « Surveillez les exigences du BIM spécifiques, c’est-à-dire la détection des conflits, la gestion des actifs ou des installations, ou un modèle de niveau de développement 400 et exigences logicielles… Dans ces contrats, le client cherche à utiliser le modèle BIM pour une coordination autre que de base. Je recommande également d’inclure un contrat d’exécution du BIM dans le contrat et de veiller à ce que toutes les disciplines utilisent le BIM ».

2, Communiquez régulièrement avec l’équipe de l’entrepreneur Pour éviter toute confusion et erreurs coûteuses par la suite. Même si les sous-traitants deviennent de plus en plus sophistiqués dans le BIM, il y a une tendance à blâmer les professionnels (assez ou pas). Haqqani vous recommande également « d’emmener votre responsable BIM à des réunions (de projet) afin qu’il sache comment mettre à jour les stratégies de modèle BIM ». 73


“BIM, Bam, Boom’”Continued from previous page.

BIM, Bam, Boom Suite de la page précédente

As a starting point, your team should know where key documents are stored and be required to assist in maintaining a database that includes: all relevant contract documents; directives and requests from the client and others on the project; and evidence of coordination and maintenance of project standards. According to Haqqani, it is also essential to make sure that your project is accurately archived. This will help in re-tracing your steps if there is ever a problem.

Gardez de bons dossiers

Share your failures internally (really) Designers and BIM professionals are not (likely) perfect and BIM technology is ever-evolving. There are going to be bumps on the road. Sharing lessons learned is the best way to make sure that your team never makes the same mistake twice. Haqqani recommends that the lessons learned be incorporated in your checklists (i.e. if a building regulation for a client was inadvertently not indluded on one project, you can add that as a line item on your checklist so it doesn’t happen again). BIM is rapidly changing the way our future is being designed, but the consequences (good and bad) are not yet known. Until we have more guidance from Canadian courts, adjudicators and tribunals, it is important to remember that technological advancements are not a replacement for common sense, good communication and professionalism. Footnotes: 1. Quirk, Vanessa, “A Brief History of BIM” (Arch Daily: December 7, 2012): https://www. archdaily.com/302490/a-brief-history-of-bim 2. Devries, Matthew, Communication, Communication, Communication: Lessons from a BIM Lawsuit” (May 23, 2011) - https://www.bestpracticesconstructionlaw.com/2011/05/articles/ legal-trends/communication-communication-communication-lessons-from-a-bim-lawsuit/

Un bon contrôle des documents est un signe de professionnalisme, qui peut également vous aider à éviter les litiges. Si le pire se produit et qu’il y a un litige, vous aurez plus de chances de réussir si vous avez les documents dont vous avez besoin. Pour commencer, votre équipe doit savoir où sont stockés les documents clés et être tenue de contribuer à la maintenance d’une base de données contenant : tous les documents contractuels pertinents; directives et demandes du client et d’autres personnes du projet; et la preuve de la coordination et du maintien des normes du projet. Selon Haqqani, il est également essentiel de s’assurer que votre projet est archivé avec précision. Cela vous aidera à retracer vos étapes en cas de problème.

Partagez vos réels échecs à l’interne Les concepteurs et les professionnels de BIM ne sont pas probablement pas parfaits et la technologie BIM est en constante évolution. Il y aura des cahots sur la route. Partager les leçons apprises est le meilleur moyen de s’assurer que votre équipe ne commette jamais la même erreur deux fois. Haqqani vous recommande d’incorporer les leçons apprises dans vos listes de contrôle (c’est-à-dire si un règlement pour un client n’a pas été entré par inadvertance dans un projet, vous pouvez l’ajouter comme élément distinct pour que cela ne se reproduise plus). Le BIM change rapidement la façon dont notre avenir est conçu, mais les conséquences (bonnes et mauvaises) ne sont pas encore connues. Tant que les cours de justice, arbitres et tribunaux canadiens, n’auront pas donné d’autres orientations, il est important de se rappeler que les progrès technologiques ne remplacent pas le bon sens, la bonne communication et le professionnalisme.

3. Keely, Andrew, “BIM: Legal Issues” (May 26, 2017) - https://www.charlesrussellspeechlys. com/en/news-and-insights/insights/constuction-engineering-and-projects/2017/bim-legalissues/

Multiplex Construction: 22 Bishopgate

Multiplex Construction: 22 Bishopgate

By Amal Madanat, Multiplex Construction

Par Amal Madanat, Multiplex Construction

Multiplex Construction is a premier global construction company with over 950 completed projects, with a value in excess of US$80 billion, over its 55 years of existence. One of Multiplex’s stand-out projects is 22 Bishopsgate (image behind and at right), a prestigious 62-storey, 1.4 million sq. ft. high-rise office tower located in the congested city centre of London. The project features Multiplex’s new Digital Construction Reality, which uses a centralized 3D database where every component of the project is digital, every process is linked and all data is shared in one complete federated digital model. The advanced technologies pioneered for the visualization of 22 Bishopsgate’s site logistics enabled the project team to virtually immerse themselves in a 3D model which replicated the conditions they were going to experience on site.

Multiplex Construction est une entreprise de construction de premier plan à l’échelle mondiale, avec plus de 950 projets achevés, d’une valeur supérieure à 80 milliards de dollars américains, au cours de ses 55 années d’existence. Le 22 Bishopsgate, une tour de bureaux prestigieuse de 62 étages et de 1,4 million de pieds carrés située dans le centre-ville encombré de Londres, est l’un des projets phares de Multiplex. Le projet présente le nouveau Digital Construction Reality de Multiplex, qui utilise une base de données 3D centralisée où chaque élément du projet est numérique, chaque processus est lié et toutes les données sont partagées dans un modèle numérique fédéré complet. La logistique de site de Bishopsgate a permis à l’équipe de projet de s’immerger virtuellement dans un modèle 3D reproduisant les conditions qu’ils allaient rencontrer sur le site.

In the age of IoT and Big Data, BIM in construction planning and management is the only reasonable next step. Once traditional processes are optimized, opportunities in BIM are limitless.

À l’ère de l’IoT et du Big Data, le BIM dans la planification et la gestion de la construction est la seule étape raisonnable qui soit. Une fois les processus traditionnels optimisés, les opportunités dans le BIM sont illimitées.

74 Innovation Spotlight2019


“The Rise of the Smart Construction Contract” continued from page 21.

“L’essor du contrat de construction intelligent”Suite de la page 20.

A Practical Example: Payment Procedures Payment delays are a long-standing and seemingly unresolvable problem in the construction industry. In many jurisdictions the issue has become so significant as to require specific prompt payment legislation to be adopted to force project participants to pay one another within a reasonable period of time.

Un exemple pratique : les procédures de paiement Dans l’industrie de la construction, les retards de paiement constituent un problème de longue date apparemment insoluble. Dans de nombreux pays, la question est devenue à ce point critique qu’il a fallu adopter des lois obligeant expressément les parties à un projet à régler les sommes dues dans un délai raisonnable.

Innovation enabling prompt payment could instead come from the industry through its use of automated payment processes made possible by smart contracts and supported by BIM. The payment claim procedure for any particular project could reside entirely within its associated BIM platform built upon a Blockchain database architecture. Once a supplier, for example, is ready to ship a component to the project site, it would log this action in the BIM software. The smart contract would be connected both to BIM and to a project bank account. The contract would verify the availability of funds to pay for the supply and confirm this with the supplier. Once delivered to the site, the project manager would confirm having received the component within BIM and, automatically, funds would be transferred from the project account to the supplier, alleviating wait times and delays.

La solution pourrait venir de l’industrie et de sa capacité à innover. Pour favoriser les paiements rapides, elle pourrait miser sur les processus de paiement automatisés rendus possibles par les contrats intelligents et inscrits dans le BIM. Ainsi, la procédure de paiement d’un projet donné pourrait être entièrement intégrée à sa plateforme BIM, bâtie sur une architecture de bases de données recourant à la chaîne de blocs. Par exemple, une fois le fournisseur prêt à envoyer une composante sur le chantier, il consignerait l’expédition dans le logiciel de BIM. Lié à la fois à ce logiciel et au compte bancaire du projet, le contrat intelligent vérifierait la disponibilité des fonds nécessaires, puis enverrait une confirmation au fournisseur. À la livraison de la composante, le gestionnaire de projet en accuserait réception dans le logiciel et les fonds seraient automatiquement transférés du compte du projet au fournisseur, diminuant ainsi les temps d’attente et les retards.

Conclusion Just a few years ago, it would have been difficult to imagine that perhaps, due to the combination of BIM, Blockchain and smart contracts, construction contracts could one day exist – at least in part – within a software application whose information is stored on a completely secure and unalterable information database, and whose provisions self-execute. Such is the pace of technological development. Obviously, any automation of construction contracts will require careful consideration. However, change is definitely on its way. Construction industry stakeholders need to familiarize themselves with these technologies and consider the opportunities they provide for greater reliability of information, increased efficiency in project implementation, fewer disputes, and lower costs.

Conclusion Il y a quelques années à peine, on aurait eu du mal à imaginer qu’en combinant le BIM, la chaîne de blocs et les contrats intelligents, on arriverait à créer des contrats de construction qui s’exécutent automatiquement et dont l’information est stockée dans une base de données complètement sécurisée et inaltérable, et ce, au sein d’une application logicielle (du moins en partie). C’est dire à quel point la technologie progresse rapidement. Certes, l’automatisation des contrats de construction commandera un degré élevé de prudence, mais ce changement est inévitable. Les intervenants de l’industrie de la construction doivent apprivoiser les technologies en jeu et mesurer les possibilités qu’elles offrent en matière de coûts, de fiabilité de l’information, d’efficacité de la mise en œuvre des projets et de diminution des différends.

75


CanBIM Council

What’s New at CanBIM

Quoi de neuf à CanBIM?

By Gerry Lattmann, Executive Director, Canada BIM Council

Par Gerry Lattmann, directeur exécutif, Conseil Canada BIM

The end of 2018 concludes a very successful 10th year for CanBIM. Moving into the next decade, CanBIM is very optimistic for the developments and leadership that are underway.

L’année 2018 s’achève sur une 10e année très fructueuse pour CanBIM. Pour la prochaine décennie, CanBIM est très optimiste quant aux développements et au leadership en cours.

Starting in 2019, at our Vancouver Regional Session, CanBIM has realigned the Regional Session event format to begin offering an Executive Speaker Series; inviting senior executive management professionals to take the podium and share their organizational direction and vision. Engaging executive decision makers in the conversation around the business drivers for digital technology adoption is critical to ensuring our CanBIM Members are exposed to the leading trends in innovation and technology. The next decade will prove to be evolutionary in terms of technology and CanBIM wants to hear how executive leaders are adapting and delivering value within their own organizations.

À partir de 2019, lors de notre session régionale de Vancouver, CanBIM a réaligné le format de l’événement de la session régionale pour entamer une Série de conférenciers; invitant des professionnels de la haute direction à prendre la parole et à partager leur orientation et leur vision organisationnelles. Il est essentiel de faire participer les décideurs politiques à la discussion sur les facteurs opérationnels pour l’adoption de la technologie afin de garantir que nos membres de CanBIM soient exposés aux principales tendances en matière d’innovation et de technologie. La prochaine décennie révélera une technologie évolutive et CanBIM souhaite comprendre comment les dirigeants s’adaptent et apportent de la valeur au sein de leurs propres organisations.

While encouraging senior executive participation in our activities is paramount, CanBIM is also ensuring technology users are continually supported through our NEW Technology Sessions. One-part workshop, and one-part information session, our industry practitioner’s will be able take a deeper dive into the uses of technology and the processes tied to technology adoption. These sessions will be ideal for industry members looking to get more in-depth knowledge around “best practices”, tips and tricks, all delivered within an environment that encourages discussion amongst the participants. CanBIM is evolving to ensure we meet the needs of industry by offering new value to our Members. The CanBIM Committees have been a longstanding opportunity for CanBIM Members to lead the direction of the organization. The central goal of each Committee is to remain in touch with the evolution of industry needs within their discipline. As such, CanBIM has recently formed the CanBIM Legal Committee to analyze and address legal issues associated with BIM. The committee will examine the legal framework for the use of technology and procurement methods, and report back to CanBIM Membership with any lessons learned. The committee will include legal perspectives from across Canada from all disciplines. The Committee is Chaired by Andrea Lee, Principal Glaholt LLP and Co-Chaired by Paul V. Stocco, Brownlee LLP. For a list of Legal Committee Members please visit the CanBIM website. Since early 2018, Canada BIM Council (CanBIM) and buildingSMART Canada (bSC) have been issuing a joint Monthly Newsletter, Event Blasts, delivering joint Regional and Satellite Sessions and hosting monthly joint Board Meetings to help facilitate the unification for BIM and digital technologies in Canada. CanBIM and bSC are making big strides to further unify the voice for BIM and digital technology in Canada. Moving forward CanBIM will remain the voice of industry, through continuing to build a community of industry professionals from all disciplines, while buildingSMART Canada will operate as a standards body to develop industry standards. With its ties to buildingSMART International, buildingSMART Canada is responsible for identifying the specific needs of Canadian practitioners and adapting standards to suit the industry’s practices around open standards. CanBIM will support bSC in the development of open standards through the engagement of CanBIM’s industry members. To support this unification, CanBIM and bSC have been developing a unified website that will serve as a central online platform to connect industry members to keep informed on all initiatives in development.

76 Innovation Spotlight2019

S’il est primordial d’encourager les cadres supérieurs à participer à nos activités, CanBIM veille également à ce que les utilisateurs de technologies soient continuellement soutenus par le biais de nos NOUVELLES Sessions sur la technologie. Un atelier et une session d’information en une partie permettront aux spécialistes de notre secteur d’approfondir leurs connaissances des utilisations de la technologie et des processus liés à son adoption. Ces séances seront idéales pour les membres de l’industrie qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur les « meilleures pratiques », trucs et astuces, le tout dans un environnement propice à la discussion entre les participants. CanBIM évolue pour répondre aux besoins de l’industrie en offrant une nouvelle valeur à nos membres. Les comités CanBIM constituent depuis longtemps une occasion pour les membres de CanBIM de diriger l’organisation. L’objectif central de chaque comité est de rester en phase avec l’évolution des besoins de l’industrie dans leur discipline. À ce titre, CanBIM a récemment formé le Comité juridique de CanBIM pour analyser et résoudre les problèmes juridiques associés au BIM. Le comité examinera le cadre juridique de l’utilisation de la technologie et des méthodes d’achat, puis fera rapport à tous les membres de CanBIM des enseignements tirés. Le comité inclura des perspectives juridiques de toutes les disciplines du Canada. Le comité est présidé par Andrea Lee, directrice principale de Glaholt LLP et co-présidé par Paul V. Stocco, Brownlee LLP. Pour obtenir une liste des membres du comité juridique, veuillez visiter le site Web de CanBIM. Depuis le début de 2018, le Conseil canadien du BIM (CanBIM) et buildingSMART Canada (bSC) publient un bulletin mensuel commun, Blast Event, organisent des sessions conjointes régionales et satellites et organisent des réunions mensuelles conjointes du conseil d’administration afin de faciliter l’unification du BIM et des technologies numériques au Canada. CanBIM et bSC font de grands progrès pour unifier davantage les voix du BIM et de la technologie numérique au Canada. CanBIM restera la voix de l’industrie en continuant de créer une communauté de professionnels de toutes les disciplines, tandis que buildingSMART Canada agira en tant qu’organisme de normalisation chargé d’élaborer des normes de l’industrie. De par ses liens avec buildingSMART International, buildingSMART Canada est chargé d’identifier les besoins spécifiques des praticiens canadiens et d’adapter les normes aux pratiques de l’industrie en matière de normes ouvertes. CanBIM aidera bSC à élaborer des normes ouvertes grâce à la participation des membres de CanBIM du


Conseil de CanBIM

Since its inception in 2008, CanBIM leaders have been working to build a community that advocates, leads, educates and engages the industry around the adoption digital technologies for the purpose of ensuring Canada’s AECOO industry remains competitive on the global stage. 2019 promises to be a year with great potential for growth and development, our goal is to engage executive leadership, new users and technology adopters from all disciplines and to offer increased value to the CanBIM Membership. Stay connected and we look forward to seeing you at the next event!

secteur. Pour soutenir cette unification, CanBIM et bSC ont développé un site Web unifié qui servira de plate-forme en ligne centrale pour connecter les membres de l’industrie afin de rester informés sur toutes les initiatives en cours de développement. Depuis sa création en 2008, les dirigeants de CanBIM s’emploient à créer une communauté qui défend, dirige, éduque et fait participer l’industrie aux technologies numériques d’adoption afin de garantir que l’industrie canadienne AECOO reste compétitive sur la scène mondiale. L’année 2019 s’annonce comme une année offrant un grand potentiel de croissance et de développement. Notre objectif est d’impliquer les dirigeants, les nouveaux utilisateurs et les utilisateurs de technologies de toutes les disciplines et d’offrir une valeur accrue aux membres de CanBIM. Restez branché – nous avons hâte de vous voir au prochain événement!

77


CanBIM Board of Directors Thomas J. Strong

Bruce McCallum

Ian Trudeau

Pietro Ferrari

Founding CanBIM Board Member

Principal, NEXT Architecture

Associate, Entuitive Corporation

Professor and Program Coordinator, School of Architectural Studies, George Brown College

Susan Brattberg

Scott Chatterton

George Ikonomakis

Ivanka Iordanova

Founder & Chief Customer Officer, Global eTraining

International BIM Integration Lead Digital Design Leader for BIM Planning and Quality, HDR Inc.

Alternative Delivery Group – BIM Manager, AECOM

Innovation and VDC Director, Pomerleau

Brent Mauti

Dan Neufeglise

Christian Proulx

Paul V. Stocco

Global Director, Design Technology

VP Sales & Marketing, BIM Track

IBI Group

Senior Project Manager, Toronto PCL Constructors Canada Inc.

Partner, Brownlee LLP Barristers & Solicitors

Gerry Lattmann

Kristin Sowerby

Laurie O’Grady

Theodore Bezaire

Jeff Penttila

Sona Chavda

Richard Yagutilov

Anthony Voltsinis

President

Vice President

Director

Director

Director

Director

Executive Director

Communications & Marketing Manager

Education & Research Associate

Media Manager

Treasurer

Director

Director

Executive Assistant

Content Producer

Secretary

Director

Director

Graphic Designer

Video & Photography

buildingSMART Canada Board of Directors Bill Moore

Susan Keenliside

John Hale

Brian Aitken

Technical Services Production Manager, Associated Engineering

Lifecycle Program Manager, House of Commons of Canada

Chief CAD/BIM, Department of National Defence

Practice Advisor, OAA

Claudia Cozzitorto

Claude Giguere

Erik A. Poirier

Gord McElravy

Director of BIM and Digital Practice, MJMA | Architect

Vice-président Pageau Morel

buildingSMART Canada

Principal, McElravy and Associates Incorporated

President/Director

Vice President/ Director

Director

Director

Vice President/ Director

Director

Secretary/Treasurer/Director

Director

Bob Hildenbrandt Director

Vice President, Prairies, Graham Construction

Publication Acknowledgements Editor-in-Chief

Sarah Lipsit

Creative Director & Graphic Designer

Sarah Lipsit

Copy Editor Special Thanks

Sophia Flood Megan Beange Mike DeOrsey Elsa Lam R. Allan Partridge Omar Zuberi

French Translation by: French Editing by:

Maxim Ligay Simon Brodeur, Cégep du Vieux Montréal Lieu Dao, Pomerleau Mehran Khatibi Erik A. Poirier, buildingSMART Canada Christian Proulx, BIM One Inc.


Thank you to our volunteer Committee Members! Education, Research & Certification Committee Pietro Ferrari (CHAIR), School of Architectural Studies, George Brown College Susan Brattberg, Global eTraining Simon Brodeur, Cégep du Vieux Montréal Daniel Forgues, École de technologie supérieure Gary Gerard, Fanshawe College Paul F. Loreto, L360 ARCHITECTURE Mindy Marshall, Thompson Rivers University Kirby Reycraft, Nova Scotia Community College Kirk Stalkie, Algonquin College Greg Wheler, Saskatchewan Polytechnic

Technology Committee Reed Munro (CHAIR), Clark Builders Mike Nelson (Co-CHAIR), Resolve Software Solutions John Barkwell, BIM Track Mohammad Delavar, BIM MEE AEC Design Inc. Peter DeRooy, The Mitchell Partnership Emilie Forster, BIM&Co Kate Kirwan, Turner Construction Company Tero Laine, BuildingPoint Canada Sasha Nikodijevic, Cansel Mahsan Omid, SolidCAD Christian Proulx, BIM Track Michael Romita, Stantec Jason Seifert NXL Architects JP Simard, BuildingPoint Canada Louis Kurian,Student Affiliate Member Pooja Neupane, Student Affiliate Member

General Contractors Committee Tanner Clark (CHAIR), Stuart Olson Omar Zuberi, EllisDon Construction Robert Alzuarde, Bird Construction Yuri Bartzis, Maple Reinders Siddhika Bavdekar, Eastern Construction Dragan Marinkovic, CANA Construction Mike Martin, Pomerleau Kate Kirwan, Turner Construction Company Dan Neufeglise, PCL Construction Dorin Nita, Kenaidan Construction Mehrdad Tavakkolian, Tucker Hi-Rise Anup Aravind, Student Affiliate Member Deborah Paes De Andrade, Student Affiliate Member

International Committee Scott Chatterton (CHAIR), HDR Architecture Dereje Alemu, BAM, Germany Susan Brattberg, Global eTraining Manish Gajibe, WiPro, United Kingdom Wissam Hijazi, EllisDon Construction, Dubai Brent Mauti, IBI Group

Legal Committee Andrea Lee (CHAIR), Glaholt LLP Paul V. Stocco (Co-CHAIR), Brownlee LLP Michael Casey, EllisDon Construction Peter Dempster, Aon Risk Solutions Nolan Heuchert, Wylie-Crump Limited Jason Lewis, WSP Catherine MacInnis, IBI Group Todd Mandel, Bird Construction Alejandro Manevich, Stantec

Designers Committee Krigh Bachmann (CHAIR), DIALOG Tony Atkins, HDR | CEI Architecture Associates Eddy Bussiere, SMP Engineering Saji Darali, Turner Fleischer Architects Ambarish Golawar, B+H Architects Yigit Karanfil, IBI Group Laura-Lee Moran, Smith+Andersen Ashli MacDonald, GEC Architecture Jeanna Mangubat, Morrison Hershfield Erik A. Poirier, buildingSMART Canada Amir Tangestani, Kasian Architecture Joseph Troppmann, Diamond Schmitt Architects Tina Webb, Herold Engineering Rob Wenarchuk, GEC Architecture

Owners Committee Raphaël Cayer (CHAIR), Aéroport de Québec inc. Kirk Banadyga, Government of Saskatchewan Megan Beange, Public Works Government Services Canada John Hale, Department of National Defence Bill Jackson, Bruce Power Rafael Lucero, Alberta Infrastructure Scott Patterson, Mount Sinai Hospital Olivier Pellerin, Société Québécoise des infrastructures Justin Pokar, City of Calgary Geraldine Rayner, Summit BIM Consulting Patrick Saavedra, York University Andrew Satterthwaite, The Regional Municipality of York Susan Specht, City of Calgary Wakako Thomson, Fraser Health Arnold Wood, Halifax International Airport David Soldevila, Student Affiliate Member

Trades Committee Chris Little (CHAIR), Modern Niagara Stephanie Fleming (Co-CHAIR), Absolute Completions Sholpan Altynbayeva, DIALOG Ray Blewitt, CIMCO Refrigeration Jamie Dudley, Victaulic Harry Guo, Division 15 Mechanical Le Hien Huynh, Division 15 Mechanical Ethan Lalonde, Plan Group George Martin, Victaulic Husein Musajee, Plan Group Janagan Premachandran, Plan Group Sanjay Prassad, Dowco Consultants Ltd. Brian Pyper, Dowco Consultants Ltd. Marina Ramos, Clark Construction Calin Vaida, Plan Group

Marketing Committee Magdalena Ordyniec (CHAIR), GET-TECH Consulting Inc. Paul Bardati, Redcage Solutions Lieu Dao, Pomerleau Derek DeBlois, Leica Geosystems Ben Feltham, Aecon Juan Lepe, Next Architecture Mirra Maheden, EllisDon Construction Michael Rotolo, SolidCAD Alena Tokareva, EllisDon Construction Maxim Ligay, EllisDon Construction Sergey Grushko, EllisDon Construction Ashok Kavad, Concordia University Marta Pallares, O’Keefe Construction Harsh Vyas, EllisDon Construction


Profile for CanadaBIMCouncil

Innovation Spotlight 2019  

Our annual publication, Innovation Spotlight, highlights the best new technologies and projects, innovations, achievements, and advancements...

Innovation Spotlight 2019  

Our annual publication, Innovation Spotlight, highlights the best new technologies and projects, innovations, achievements, and advancements...

Advertisement