__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

2 0 1 8

10 2008-2018

Innovation Spotlight Projection sur

l’innovation

buildingSMART

a council of the Institute for BIM in Canada

1


Thank you to our members! Corporate Members

3Plus Drafting Services Inc. Able Engineering Inc. AECOM Canada Ltd. Aéroport de Québec Algonquin College APP Project Management Consulting Assemble Systems Autodesk B+H Architects Baird Sampson Neuert Architects Beaudoin Canada BIM Track Inc. Bird Construction Inc. Bluebeam Inc. BOMA Canada Brandt Positioning Technology Bredin Centre for Learning/Bredin College Brownlee LLP BuildingPoint Canada Inc. CANA Construction Ltd. Canadian Institute of Quantity Surveyors Carleton Immersive Media Studio Cégep du Vieux Montréal Cégep Limoilou (Service aux entreprises) Centre For Construction and Engineering Technologies, George Brown College CH2M Chandos Construction Ltd. Clark Builders Clove Technologies Pvt. Ltd. Colas Canada Contract Glaziers DIALOG Diamond Schmitt Architects Digital School Technical Design College Division 15 Mechanical Ltd. Dowco Consultants Ltd. dRofus Eastern Construction Ehvert EllisDon Construction Ltd. Entuitive Corporation Fanshawe - Donald J. Smith School of Building Technology GEC Architecture GeoShack Global eTraining GRAITEC Group2 Architecture Interior Design Ltd. Groupe Canam Inc. Grupo AJ H.H. Angus & Associates Ltd. HATCH HDR Architecture Associates Inc. Herold Engineering

IBI Group Ice Edge Business Solutions IES Ltd. IMAGINiT Technologies Innovative Technology Inc.

Kasian Architecture Interior Design and Planning Ltd.

Kenaidan Contracting Ltd. Kirkor Architects and Planners L360 ARCHITECTURE Inc. Leica Geosystems Manasc Isaac Architects Maple Reinders Group Ltd. MCW Consultants Ltd. Mechanical Contractors Association of Canada Modern Niagara Next Architecture Nova Scotia Community College Nucor Corp. OCCDC Open Design Alliance PCL Constructors Canada Inc. Plan Group PlanGrid Pomerleau Inc. Provencher Roy Architects REACH-Consulting Redcage Solutions Resolve Software Solutions Inc. Saskatchewan Ministry of Central Services Saskatchewan Polytechnic School of Architectural Studies, George Brown College Sept Freres Construction G2 Inc. Servant Dunbrack McKenzie & MacDonald Ltd. Smith + Andersen SNC Lavalin Sokkia Corporation SolidCAD Southern Alberta Institute of Technology Stantec Consulting Ltd. StarkBIM Stuart Olson Construction Summit BIM Consulting SWS Canada Consultants Ltd. The Mitchell Partnership Inc. The Regional Municipality of York Thompson Rivers University Tucker HiRise Turner Fleischer Architects Inc. Vancouver Community College Walsh Canada York University Zenit Consultants ZIGURAT Global Institute of Technology


Merci à nos membres! Individual & Student Members

Marius Ardelean, Newground Aristotle Basa, BASA Architects Kelly-Robyn Bellamy, aodbt Sheila Bjerreskov, Lemay + Toker Ray Blewitt, CIMCO Refrigeration Eddy Bussiere, SMP Engineering Luis Cevada, Menkes Developments Ltd. Mohammad Delavar, University of Western Ontario Jingjing Dou, Urban Systems Ltd. Stephanie Fleming, Absolute Completions Iman Homayooni, Applied Precision Inc. Robert Hughes, Keystone Architecture Daniel Hurtubise, Renzo Piano Building Workshop Antonio Jimenez, McCuaig & Associates Engineering Ltd. Daniel Kazado, ProCS Kate Kirwan, Turner Construction Company Tenisha Lewis, CORE Architects Abdul Rahman Mohammad, Genesis Planners Pvt. Ltd. Janelie Perez, Engineering Link Incorporated Jason Seifert, NXL Architects Thotapally Shreedhar, The University of Western Ontario Eva Sigurdardottir, Kaizen Foodservice Planning and Design Brian Skripac, CannonDesign Michael Sullivan, Bush, Bohlman & Partners David Tijani, Roelag Environmental Services Maxwell Ugbor, AMTCC Qatar Anthony Valente, Valente Design & Engineering Mojtaba Valinejadshoubi, Concordia University Jonathan Wheeldon, RDH Architects John Young, AES Engineering

Photos at right: Top, Tour with Bird Construction of University of Toronto: Centre for Engineering Innovation & Entrepreneurship, Toronto 2017; Below: Concept drawings for DIALOG’s design for the 2017 CanBIM Award trophy Cover page image of Best in BIM Award winner PCL Constructors Canada Inc, for Rocky Ridge Recreation Facility © dsTroyer.ca / David S. Troyer


Will the impact of technology on the building industry leave Canadians behind? Not if we can help it.

C

anada is often rated as one of the top places in the world to live; with our low crime rates, free healthcare, stable economy and national identity of openness. This year The Economist ranked 3 Canadian cities among the top 10 “most liveable”. Surprisingly, even with our high corporate tax, extreme climate, and aging workforce, Canada made the top 5 on Forbes’ “top places to do business” list. Our reputation of welcoming immigration is attracting top talent who want to live in the best cities and work in the best jobs. Perhaps unfortunately for Canadian businesses, this also means that we are attracting multinational design and construction companies who want a piece of the action. Multinationals have (arguably) some advantages. For example, our undervalued currency raises the cost for local firms to innovate by adopting new technology (often sold in USD), while lowering the cost of market entry for international firms. Also, with the advancements in communication tech, BIM and modularization, international firms may also be more inclined to digitally distribute work to lower cost labour markets for both engineering work and offsite prefabrication. Time will tell as these trends play out, but we have already seen some foreign construction firms over extend themselves and retract, while it seems others have successfully planted roots. Notably, Aecon was acquired this year, which could be a start of a new trend of acquisitions as a means to bridge China’s construction supply chain to Canada’s busy market. As the industry embraces standardization, technology, and modularization we must also acknowledge that we are enabling the greater possibility of construction imports, from simply commoditized material supply, to complex customized manufactured systems like curtainwalls and structural steel. As CanBIM completes our 10th year we have taken note of the dichotomy in AECOO technology market. On one side, major firms are consolidating; building interconnected suites of software that address the design to fabrication process from start to finish. Nemetschek, Trimble, Autodesk and Hexagon have been on a shopping spree for the past few years and just recently, Oracle has ingested Aconex to the tune of $1.4 billion dollars. On the other side we have seen the proliferation of new technology startups, from virtually none to thousands. It’s as if Silicon Valley just discovered our 14 trillion dollar construction industry. There are now start-ups competing to sell a hyper specific tool for basically every micro process in the industry from “LOD” planning to 360 record photography. Companies are facing a strategic choice; do we adapt an off the shelf do-all platform or manage the complexities to use best in class tools for each function in the company? As a result, the expertise to build the required data exchanges is in high demand. Certainly, as the industry continues to embrace technology, CanBIM’s role as a hub to bring CanBIM’s industry leaders together to share knowledge, lessons learned, and best practices will continue to expand. CanBIM has been active with both creating opportunities for Canadian start-ups to reach their audience and by bringing cutting edge technology vendors from around the planet to meet our membership. Regardless of the fact we Canadians pay a premium to buy new technology, our industry is second to none in the adaption of cutting edge processes and tools. As world leaders in Public, Private, Partnerships, we have created an industry that is embracing new technologies to enable integrated design, construction and facilities management. We are competing on a different level; design, schedule, price, quality, and the cost of running a building for 30 years! Our buildingSMART Canada organisation is driving the development of international OpenBIM standards which is helping Canadian startups build tools that bridge our industry together. And where the rest of the world is using the force of the government to mandate the use of BIM on public projects to catch up, Canada has simply adapted the use of the tools so that we drive efficiencies. No government intervention required. Judging from the growth of our certification program, the international interest in our Innovation Awards, and growing popularity of the CanBIM Regional Sessions, I fully expect we will continue to compete with the best that that the forces of globalization can at throw at us. Attend one of the local events, join a committee, and stay plugged in.

Thomas J. Strong CanBIM President


L’impact de la technologie sur l’industrie du bâtiment laisserat-il les Canadiens en arrière? Pas si nous pouvons l’aider.

L

e Canada est souvent considéré comme l’un des meilleurs endroits au monde où vivre; faibles taux de criminalité, soins de santé gratuits, économie stable et identité nationale d’ouverture. Cette année, The Economist a classé trois villes canadiennes parmi les dix premières villes les plus «habitables». Étonnamment, même avec notre impôt élevé sur les sociétés, notre climat extrême et notre main-d’œuvre vieillissante, le Canada s’est classé parmi les cinq premiers dans la liste des «meilleurs endroits où faire des affaires» de Forbes. Notre réputation d’accueillir l’immigration attire les meilleurs talents qui veulent vivre dans les meilleures villes et travailler dans les meilleurs emplois. Malheureusement pour les entreprises établies au Canada, cela signifie également que nous attirons des entreprises multinationales du design et de la construction qui veulent une partie de l’action. Les multinationales ont (sans doute) certains avantages. Par exemple, notre devise sous-évaluée augmente le coût d’innovation des entreprises locales en adoptant de nouvelles technologies (souvent vendues en USD), tout en abaissant le coût d’entrée sur le marché pour les entreprises internationales. De plus, avec les progrès de la technologie de la communication, du BIM et de la modularisation, les entreprises internationales peuvent également être plus enclines à distribuer numériquement des travaux à des marchés du travail moins coûteux pour les travaux d’ingénierie mais aussi pour la préfabrication hors site. Le temps nous dira que ces tendances se jouent, mais nous avons déjà vu des entreprises de construction étrangères s’étendre et se rétracter, alors que d’autres semblent avoir réussi à s’implanter. Notamment, Aecon a été acquise cette année, ce qui pourrait être le début d’une nouvelle tendance en matière d’acquisitions comme un moyen de relier la chaîne d’approvisionnement de la construction de la Chine au marché occupé du Canada. Comme l’industrie englobe la normalisation, la technologie et la modularisation, nous devons également reconnaître que nous permettons une plus grande possibilité d’importation de matériaux de construction simplement matérialisés, à des systèmes manufacturés complexes complexes comme les mursrideaux et l’acier de construction. Alors que CanBIM termine sa 10e année, nous avons pris note de la dichotomie sur le marché de la technologie AECOO. D’un côté, les grandes entreprises consolident; construisent des suites logicielles interconnectées qui abordent le processus de conception à la fabrication du début à la fin. Nemetschek, Trimble, Autodesk et Hexagon font des emplettes depuis quelques années et, récemment, Oracle a acheté Aconex à hauteur de 1,4 milliard de dollars. De l’autre côté, nous avons vu la prolifération de démarrage de nouvelles technologies, pratiquement inexistantes à des milliers. C’est comme si “silicon valley” venait de découvrir notre industrie de la construction de 14 trillions de dollars. Il y a maintenant des entreprises de démarrage en concurrence pour vendre un outil hyper spécifique pour pratiquement tous les micro-processus de l’industrie, de la planification «LOD» à la photographie à 360 degrés. Les entreprises font face à un choix stratégique; Adapte-t-on une plateforme universelle ou gérons-nous les complexités pour utiliser les meilleurs outils pour chaque fonction de l’entreprise? En conséquence, l’expertise pour construire les échanges de données requis est en forte demande. Bien sûr, alors que l’industrie continue d’adopter la technologie, le rôle de CanBIM contuniera de s’étendre en tant que centre de rassemblement des leaders de l’industrie de CanBIM pou partager les connaissances, les leçons apprises et les pratiques exemplaires. CanBIM a été actif dans la création d’opportunités pour les entreprises de démarrage canadiennes d’atteindre leur public et d’amener les nouveaux fournisseurs de technologie du monde à rencontrer ses membres. Peu importe le fait que nous, les Canadiens, payons une prime pour l’achat de nouvelles technologies, notre industrie est sans égale dans l’adaptation de processus et d’outils de pointe. En tant que leaders mondiaux des partenariats public-privé, nous avons créé une industrie qui adopte de nouvelles technologies pour permettre la conception intégrée, la construction et la gestion des installations. Nous sommes en concurrence à un niveau différent; la conception, le calendrier, le prix, la qualité et le coût de fonctionnement d’un bâtiment pendant 30 ans! Notre organisation BuildingSmartCanada dirige le développement des normes internationales OpenBIM, qui aide les entreprises de démarrage canadiennes à créer des outils qui relient notre industrie. Alors que le reste du monde utilise la force du gouvernement pour imposer l’utilisation du BIM dans les projets publics pour rattraper le temps perdu, le Canada a simplement adapté l’utilisation des outils afin de favoriser l’efficience. Aucune intervention gouvernementale requise. À en juger par la croissance de notre programme de certification, l’intérêt international pour nos prix de l’innovation et la popularité croissante des séances régionales de CanBIM, je m’attends à ce que nous continuions de rivaliser avec les forces de la mondialisation. Assistez à l’un des événements locaux, rejoignez un comité et restez à l’écoute.

Thomas J. Strong Président de CanBIM


Image of Rocky Ridge Recreation Facility © dsTroyer.ca / David S. Troyer


Table des matières

Table of Contents Letter from the CanBIM President

04

Lettre du Président de CanBIM

A Revolution in the AECOO Software Industry

08

Une révolution dans l’industrie du logiciel d’AECOO

Technological innovation ushers in a new, transformative era

Innovation in Construction

L’innovation technologique inaugure une nouvelle ère de transformation

10

How drone technologies evolve the construction project

Evolving the Fire Design Process through BIM

Comment les technologies de drône font évoluer le projet de construction

14

Mitigating the risk of fire through early design techniques and operations

buildingSMARTer

19

22

26

52

Teigha® BIM Une solution d’interopérabilité pour les fichiers Autodesk® Revit®

56

Automation: A quality solution for the unprecedented development and densification in Canada

Designing for a Manufactured World

Prix CanBIM, Gagnants de 2017 Reconnaissant les réalisations de nos membres qui font preuve de leadership et d’innovation dans le BIM

An interoperability solution for Autodesk® Revit® Files

The Rise of Automated Construction Management

Partenariats Réussis avec les universités Réalité virtuelle et réalité accrue pour la construction

Recognizing the achievements of our members who demonstrate leadership and innovation in BIM

Teigha® BIM

buildingSMARTer Une introduction au BIM ouvert comme le fondement d’une norme BIM nationale canadienne

Virtual Reality and Augmented Reality for construction

2017 CanBIM Award Winners

Évolution du processus de conception antifeu à l’aide du BIM Atténuer le risque d’incendie grâce à des techniques de conception et d’opérations précoces

An introduction to open BIM as the foundation for a Canadian National BIM Standard

Successful Partnerships with Universities

Innovation dans la construction

La Hausse de la gestion Automatique de la Construction Automatisation : Une solution de qualité pour le développement et la densification sans précédent au Canada

62

Realizing the possibilities beyond the current artisanal construction industry

Concevoir pour un monde manufacturé Réaliser les possibilités au-delà de l’industrie de la construction artisanale actuelle

CanBIM Education, Research & Certification

68

CanBIM Éducation, recherche et certification

Letter from the CanBIM Goodwill Ambassador

70

Lettre de l’Ambassadeur de bonne volonté de CanBIM

Virtual Construction

72

Construction virtuelle

In the University of Toronto Centre for Engineering, Innovation & Entrepreneurship Building

Lansdowne Park, TD Place Stadium

à l’Université de Toronto Centre d’ingénierie, d’innovation et d’entrepreneuriat

76

A landmark achievement in interoperability and ingenuity

10 Years of CanBIM Reflecting on all we’ve accomplished together this past decade

Parc Lansdowne, le Stade TD Place Une réalisation historique dans l’interopérabilité et l’ingéniosité

82

10 ans de CanBIM Réflexion sur tout ce que nous avons accompli ensemble au cours de la dernière décennie


CanBIM Member

A Revolution in the AECOO Software Industry

Une révolution dans l’industrie du logiciel d’AECOO

By Christian Proulx, VP Sales & Marketing, BIM Track

Par Christian Proulx, VP Ventes & Marketing, BIM Track

The AECOO industry is enduring a technological revolution of its practices, once only made possible in our imagination. These technologies have impacted the ways that projects are designed, executed, procured, and delivered. Each industrial revolution, in its own time, has seen immeasurable adaptations within society and the ways we live. As catalysts of change, the first three industrial revolutions were responsible for the transformations and innovations in machinery, textiles, building techniques, methods of production, and moved us from an analog to a digital world. The fourth industrial revolution, which arguably is currently ongoing, builds on the digital revolution, metamorphosing information and communication technologies, personal computers, the internet, etc. For example, the evolution from drawing tables to Computer Aided Drawing (CAD) methods is a result of this digital revolution. Each revolution renders the previous processes obsolete.

L’industrie AECOO subit une révolution technologique de ses pratiques, rendue une fois seulement possible dans notre imagination. Ces technologies ont eu une incidence sur la façon dont les projets sont conçus, exécutés, achetés et livrés. Chaque révolution industrielle, à son époque, a connu des adaptations incommensurables dans la société et dans nos façons de vivre. En tant que catalyseurs du changement, les trois premières révolutions industrielles ont été responsables des transformations et des innovations dans les machines, les textiles, les techniques de construction, les méthodes de production et nous ont fait passer d’un monde analogique à un monde numérique. La quatrième révolution industrielle, qui est actuellement en cours, s’appuie sur la révolution numérique, métamorphosant les technologies de l’information et de la communication, les ordinateurs personnels, Internet, etc. Par exemple, l’évolution des tables de dessin aux méthodes de dessin assisté par ordinateur est un résultat de cette révolution numérique. Chaque révolution rend les processus précédents obsolètes.

We know that Building Information Modelling (BIM) is associated with 3D modelling, 4D simulations, 5D cost analysis, and more, but in fact, BIM is part of a much broader technology revolution. BIM parametric modelling has opened up a generous amount of possibilities, and once combined with the great improvements in computerization, it has everything changed, leveraging technology to enhance efficiency. Now we see cases in which augmented reality, virtual reality, 3D printing, laser scanning, robotic fabrication, drone technology, etc. are also revolutionizing the construction landscape.

Instant communications Messaging apps are an easy way to communicate and is replacing phone calls and traditional delayed communication methods like e-mails which do just that: delay projects. Shifting from a personal communication method to a tool used in many businesses, companies are using tools like Skype for Business or Slack to communicate instantly between colleagues. This notion is now evolving towards professional tools and the inclusion of external partners. The need for long coordination meetings on site with a large group of people is slowly disappearing to provide ground for a new method based on integrated communications. This vision is applicable to the BIM collaboration process with solutions like BIM Track. Instant communications around issues, comments, questions, problems, are available in the virtual 3D environment instantly and when needed.

Cross-Platform and In-Context Another revolution is the cross-platform in-context workflows. With open Application Programming Interfaces (APIs), software developers can build new data sharing channels on top of existing software, enhancing functionalities of existing tools to fill the gaps in the workflows. The addins and plugins can be connected in the cloud to create a network across platforms that otherwise wouldn’t be. The cloud has been very helpful in this development by allowing the connections to be seamless and allow remote teams to work together as if they were in the same building. Fortunately, not only the BIM models can be hosted in the cloud, but by

8

Innovation Spotlight2018

Nous savons que le BIM (Building Information Modeling) est associé à la modélisation 3D, aux simulations 4D, à l’analyse des coûts 5D, etc., mais en fait, BIM fait partie d’une révolution technologique beaucoup plus vaste. La modélisation paramétrique BIM a ouvert de nombreuses possibilités, et une fois combinée aux grandes améliorations de l’informatisation, elle a tout changé, tirant parti de la technologie pour améliorer l’efficacité. Maintenant, nous voyons des cas où la réalité augmentée, la réalité virtuelle, l’impression 3D, le balayage laser, la fabrication robotique, la technologie de drone, etc. révolutionnent également le paysage de la construction.

Communications instantanées Les applications de messagerie sont un moyen facile de communiquer et de remplacer les appels téléphoniques et les méthodes traditionnelles de communication différée comme les courriels qui font exactement cela: retarder les projets. Passant d’une méthode de communication personnelle à un outil utilisé dans de nombreuses entreprises, les entreprises utilisent des outils tels que Skype for Business ou Slack pour communiquer instantanément entre collègues. Cette notion évolue désormais vers des outils professionnels et l’inclusion de partenaires externes. Le besoin de longues réunions de coordination sur le site avec un grand groupe de personnes disparaît lentement pour fournir le terrain avec une nouvelle méthode basée sur des communications intégrées. Cette vision est applicable au processus de collaboration BIM avec des solutions telles que BIM Track. Les communications instantanées autour des problèmes, des commentaires, des questions et des problèmes sont disponibles instantanément et en temps réel dans l’environnement virtuel 3D.

Multiplateforme et en contexte Les flux de travail multiplateformes constituent une autre révolution. Avec les API (Application Programming Interfaces) ouvertes, les développeurs de logiciels peuvent créer de nouveaux canaux de partage de données


Membre de CanBIM

using BIM Track, the communication data and history are accessible in a single environment where the geometries and communications are also linked. It’ is a common data environment for coordination communications and fits in an ecosystem of tools to achieve BIM Level 2 requirements as described in the UK specifications. The addins have also other advantages, like allowing for “in-context” workflows that is integrated directly into the native software. When handling complex tasks, productivity gets diluted when BIM modellers and construction specialists must change contexts and programs, shifting their attention and focus. This helps automate tasks which once wasted time, providing a solution for working collaboratively with the use of open APIs and OpenBIM Standards.

A Vision of the Future we are entering a new era with the rise of computational design tools for design with self driving drones for laser scanning and 3D printing robots on construction sites becoming even more prevalent. This new generation of smart technologies can now learn from our behaviour and perform tasks for us, improving productivity in our industry. Artificial intelligence and machine learning technologies are capturing the technology market in innovative ways, providing users with more insights and process automation for complex and time consuming tasks. While some people wish for self designed buildings, others want to inhabit the creative design process that allow new experiences powered by the imagination of the creators, perhaps with AR and VR. Another opportunity is in between these two scenarios with solutions that will provide insights to the users but still leave some space for inspiration, creativity and relative thinking. Learning from repetitive tasks and suggesting automated actions is an example of how AI will soon help designers increase their efficiency on the most complex projects. We are lucky to live at this moment in time where the AECOO industry is going through an extensive and substantial metamorphosis, and I hope the readers of this edition of the CanBIM innovation spotlight will be motivated to embrace innovations and push the limits of our industry.

en plus des logiciels existants, améliorant les fonctionnalités des outils existants pour combler les lacunes dans les flux de travail. Les addons et les plugins peuvent être connectés dans le nuage informatique pour créer un réseau sur des platesformes qui autrement ne le seraient pas. Le nuage a été très utile dans ce développement en permettant aux connexions d’être transparentes et aux équipes distantes de travailler ensemble comme si elles étaient dans le même bâtiment. Heureusement, non seulement les modèles BIM peuvent être hébergés dans le nuage, mais en utilisant BIM Track, les données de communication et l’historique sont accessibles dans un environnement unique où les géométries et les communications sont également liées. Il s’agit d’un environnement de données commun pour les communications de coordination et s’intègre dans un écosystème d’outils pour atteindre les exigences de niveau 2 BIM décrites dans les spécifications du Royaume-Uni. Les addons ont aussi d’autres avantages, comme la possibilité d’intégrer des flux de travail «en contexte» directement dans le logiciel natif. Lorsque vous manipulez des tâches complexes, la productivité se dilue lorsque les modélisateurs BIM et les spécialistes de la construction doivent modifier les contextes et les programmes, déplaçant ainsi leur attention et leur concentration. Cela permet d’automatiser les tâches qui ont déjà fait perdre du temps, fournissant une solution pour travailler en collaboration avec l’utilisation d’API ouvertes et de standards OpenBIM.

Une vision du futur nous entrons dans une nouvelle ère avec la montée en puissance des outils de conception computationnelle pour la conception avec des drones autopilotés pour robots de numérisation laser et d’impression 3D sur les chantiers de construction devenant encore plus répandus. Cette nouvelle génération de technologies intelligentes peut maintenant apprendre de notre comportement et effectuer des tâches pour nous, améliorant la productivité dans notre industrie. L’intelligence artificielle et les technologies d’apprentissage automatique captent le marché de la technologie de manière innovante, offrant aux utilisateurs davantage d’informations et une automatisation des processus pour des tâches complexes et longues. Alors que certaines personnes souhaitent des bâtiments conçus par eux-mêmes, d’autres veulent habiter le processus de conception créative qui permet de nouvelles expériences alimentées par l’imagination des créateurs, peut-être avec AR et VR. Une autre opportunité est entre ces deux scénarios avec des solutions qui fourniront un aperçu aux utilisateurs tout en laissant un peu d’espace pour l’inspiration, la créativité et la réflexion relative. Apprendre des tâches répétitives et suggérer des actions automatisées est un exemple de la manière dont l’IA va bientôt aider les concepteurs à augmenter leur efficacité sur les projets les plus complexes. Nous avons la chance de vivre en ce moment où l’industrie de l’AECOO traverse une métamorphose considérable et j’espère que les lecteurs de cette édition de l’innovation CanBIM seront motivés pour adopter les innovations et repousser les limites de notre industrie.

9


CanBIM Member

Innovation in Construction

Innovation dans la construction

When Drones Meet Building Information Modeling to Manage Construction Projects

Quand les drones répondent à la modélisation de l’information du bâtiment pour gérer les projets de construction

By Dr. Azzeddine Oudjehane, SAIT Polytechnic, Construction Project Management

Par Dr. Azzeddine Oudjehane, SAIT Polytechnic, Gestion des projets de construction

The construction sector is often described as lagging behind when it comes down to new technology and innovation. Fortunately, that was not the case when a team of faculty members from SAIT’s School of Construction met a few project managers from PCL Constructors Inc.

Le secteur de la construction est souvent décrit comme étant à la traîne en ce qui concerne les nouvelles technologies et l’innovation. Heureusement, ce n’était pas le cas lorsqu’une équipe de professeurs de l’École de construction du SAIT a rencontré quelques gestionnaires de projet de PCL Constructors Inc.

Beginning in 2015, the applied research partnership between SAIT and PCL was designed to prove the concept of using Unmanned Aerial Systems (UAS) to effectively manage construction projects. The applied research partnership was first sanctioned by a successful Engage Grant application from the Natural Science and Engineering Research Council of Canada (NSERC) with Shahab Moeini and Dr. Azzeddine Oudjehane as research investigators. The research team also included Dr. Tareq Bauer and numerous undergraduate students from the construction management and technology programs at the School of Construction at SAIT. The direct involvement of students through capstone projects and multiple research papers has allowed students to experience the innovative practices through applied education and training of the next generation of the construction workforce. The Rocky Ridge Recreation Facility construction project site in Calgary was used to test the application of UAS, employing drones in the monitoring, control, and management of construction projects.

The use of Unmanned Systems in Construction Management Today, with technology continuing to evolve, drones and Unmanned Aerial Vehicles (UAV) could soon become as common as cranes and trucks on construction sites. And companies such as Autodesk, whose executives envision “one drone at every construction site”, may see that happening sooner than later. The falling cost of hardware components combined with the availability of control, navigation, and planning software have enabled a much broader usage of aerial vehicles in construction project. Although the construction site itself is a key driver of the industry for commercial drone use, there are opportunities within all parts of the AECOO industry, from construction design to modelling software. Drone technology across all industry sectors within the global market is estimated at $127 billion dollars. So, if each construction site or project employed a UAS, what can it be used for? It would certainly be easy to state that as long as Transport Canada and other privacy regulations are met, the ‘sky is the limit!’

À partir de 2015, le partenariat de recherche appliquée entre SAIT et PCL a été conçu pour prouver le concept d’utilisation des systèmes aériens sans pilote (UAS) pour gérer efficacement les projets de construction. Le partenariat de recherche appliquée a d’abord été sanctionné par une demande de subvention Engage acceptée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), avec Shahab Moeini et le Dr Azzeddine Oudjehane à titre d’agents de recherche. L’équipe de recherche comprenait également M. Tareq Bauer et de nombreux étudiants de premier cycle en gestion de la construction et en technologie à l’École de construction du SAIT. La participation directe des étudiants, à travers des projets de synthèse et de multiples documents de recherche, a permis aux étudiants de faire l’expérience des pratiques innovantes grâce à l’éducation appliquée et à la formation de la prochaine génération de travailleurs de la construction. Le site du projet de construction de l’installation récréative de Rocky Ridge, à Calgary, a été utilisé pour tester l’application de la SAMU, en employant des drones dans la surveillance, le contrôle et la gestion des projets de construction.

L’utilisation de systèmes sans pilote dans la gestion de la construction Aujourd’hui, avec la technologie qui continue d’évoluer, les drones et les véhicules aériens sans pilote (UAV) pourraient bientôt devenir aussi communs que les grues et les camions sur les chantiers de construction. Et des sociétés comme Autodesk, dont les dirigeants envisagent «un drone sur tous les chantiers de construction», verront peut-être cela arriver plus tôt que plus tard. La baisse des coûts des composants matériels combinée à la disponibilité des logiciels de contrôle, de navigation et de planification ont permis une utilisation beaucoup plus large des véhicules aériens dans les projets de construction. Bien que le site de construction soit lui-même un moteur clé de l’industrie pour l’utilisation commerciale de drones, il existe des opportunités dans tous les secteurs de l’industrie AECOO, de la conception de la construction aux logiciels de modélisation. La technologie des drones dans tous les secteurs industriels du marché mondial est estimée à 127 milliards de dollars. Donc, si chaque site de construction ou projet utilisait un UAS, à quoi peutil servir? Il serait certainement facile de dire que tant que les règlements de Transports Canada et d’autres sur la protection des renseignements personnels sont respectés, le «ciel est la limite!»

10 Innovation Spotlight2018


Membre de CanBIM

Images throughout of drone captures during the construction of RRRF in Calgary, courtesy of Azzeddine Oudjehane, SAIT

Initial applications and uses of drones on construction sites consisted only of providing quality visualizations of such sites. Quickly, however, it was noted that site imagery could provide added value beyond reporting and marketing, while supporting the effective management of construction projects. With recent research and development and software development it is now possible to process and convert the data imagery captured by UAS on a construction site into 3D images of the ongoing construction. The computerized model can capture construction progress, is able to highlight which areas are falling behind in the construction schedule, all the while integrating the images into a 4D BIM model to amalgamate the construction schedule to 3D designs. While the full automation of matching and comparing “as built” and “as designed” models may seem simple and straightforward, it is quite a complex process, where the focus is on numerous R&D endeavours, including the following case of this applied research project using the construction site for the Rocky Ridge Recreation Facility in Calgary.

Les applications initiales et les utilisations de drones sur les chantiers de construction consistaient uniquement à fournir des visualisations de qualité de tels sites. Rapidement, cependant, il a été noté que l’imagerie du site pourrait apporter une valeur ajoutée au-delà du rapport et de la commercialisation, tout en soutenant la gestion efficace des projets de construction. Avec la recherche et le développement récents et le développement de logiciels, il est maintenant possible de traiter et de convertir les images de données capturées par UAS sur un chantier de construction en images 3D de la construction en cours. Le modèle informatisé peut capturer les progrès de construction, est capable de mettre en évidence les zones qui sont en retard dans le calendrier de construction, tout en intégrant les images dans un modèle BIM 4D pour fusionner le calendrier de construction aux conceptions 3D. Bien que l’automatisation complète de l’appariement et de la comparaison des modèles «tel que construit» et «tel que conçu» puisse sembler simple et directe, il s’agit d’un processus assez complexe où l’accent est mis sur de nombreuses activités de R & D, incluant le cas suivant d’un projet de recherche appliquée – celui du chantier de construction de l’installation de loisirs Rocky Ridge à Calgary. 11


CanBIM Member

Case Study: Rocky Ridge Recreation Facility in Calgary

Étude de cas: Installation de loisirs Rocky Ridge à Calgary

The construction site of the new Rocky Ridge Recreation Facility in northwest Calgary pioneered the use of drones on a construction site. Using UAV, the project hoped to accomplish:

Le chantier de construction de la nouvelle installation de loisirs de Rocky Ridge, au nord-ouest de Calgary, a été le premier à utiliser des drones sur un chantier de construction. En utilisant UAV, le projet espérait accomplir:

1.

Feasibility testing by flying UAS over a construction site;

1.

Effectuer des tests de faisabilité en pilotant des UAS sur un chantier de construction;

2.

Understanding and measuring the limitations and constraints associated with flying UAS over a construction site; and

2.

Comprendre et mesurer les limites et les contraintes associées au vol d’UAS sur un chantier de construction; et

Developing processes and operational guidelines for the use of UAS on a construction site.

3.

Développer des processus et des directives opérationnelles pour l’utilisation de l’UAS sur un chantier de construction.

3.

From an operational perspective, the scale of the project site is approximately 64 acres with a building footprint over 30,000 m2. Although the scale proved difficult to capture in certain cases of on-site data capturing, the lack of existing structures adjacent to the site was quite helpful. During the construction phase, two to three hours a month were scheduled and reserved for UAV operations, keeping cold weather, harsh conditions, and wind in mind for drone operation. Several UAS platforms, mainly DJI products, were used to follow UAV flight regulations in Canada. These operations include maximum flight height not exceeding 400 ft., UAV flights conducted within line of sight, no flight conducted over the main highway bordering part of the site, no flight conducted during working hours, no flight conducted below minus five degree centigrad. The UAS platforms consisted of a multi-rotor drone with a high definition camera installed on a gimlet, and a Global Positioning System (GPS) used to follow the drone’s geolocation in capturing the data in relation to a defined flight path. The angular orientation of the camera was also recorded. The captured images were processed using PIX4D software and generate a 3D point cloud model, which was overlapped to a 3D BIM model that included the building envelope, superstructure, and substructure components of the whole facility.

12 Innovation Spotlight2018

D’un point de vue opérationnel, l’échelle du site du projet est d’environ 64 acres avec une empreinte de bâtiment de plus de 30 000 m2. Bien que l’échelle se soit révélée difficile à saisir dans certains cas de saisie de données sur place, l’absence de structures existantes adjacentes au site a été très utile. Pendant la phase de construction, deux à trois heures par mois étaient prévues et réservées aux opérations des drones, gardant à l’esprit le temps froid, les conditions difficiles et le vent pour l’exploitation des drones. Plusieurs plateformes UAS, principalement des produits DJI, ont été utilisées pour suivre la réglementation des vols d’UAV au Canada. Ces opérations comprennent hauteur de vol maximale ne dépassant pas 400 pi., vols d’UAV effectués en ligne de mire, aucun vol effectué au-dessus de la route principale qui borde une partie du site, aucun vol effectué pendant les heures de travail, aucun vol effectué lors de températures sous -5 C. Les platesformes UAS se composaient d’un drone à plusieurs rotors avec une caméra haute définition installée sur une vrille, et d’un système de positionnement global (GPS) utilisé pour suivre la géolocalisation du drone en capturant les données par rapport à une trajectoire définie. L’orientation angulaire de la caméra a également été enregistrée. Les images capturées ont été traitées à l’aide du logiciel PIX4D et ont généré un modèle de nuage de points 3D, qui a été superposé à un modèle BIM 3D incluant les composantes de l’enveloppe du bâtiment, de la superstructure et de la sous-structure de l’ensemble de l’installation.


Membre de CanBIM

The data captures site progress in visual information, proving to be of significant use for the construction project control phase. However, the most innovative advancement in this technology application consists in the integration of the BIM model, demonstrating that photogrammetry with UAS can be used effectively to generate accurate 3D point cloud models of a construction site or project. The opportunity for real time project monitoring and control was also confirmed and illustrated by superposing the UAS generated “as-built” model and the BIM “as-planned” model. Within the framework of this project, the model’s superposition was conducted manually, step-by-step on a computer, thus calling for an automated process to render the operation much more efficiently and effectively. The superposition of the UAS point cloud model to 4D BIM or 5D BIM models would have provided the opportunity to immediately identify completed tasks and project costs in support of project value management. Current R&D from software developers are moving towards rendering the full construction project monitoring to become fully automated. It is critical for the AECOO industry to adopt and integrate the combined use of UAS together with BIM in order to improve productivity and achieve waste reduction and sustainability in construction projects. Although operational guidelines and processes in terms of flight path, data capturing or flight frequency, and other operation parameters are site dependent, we hope, this case study enabled the development of a framework for best practices in UAS implementation within construction processes. We strongly believe that in the near future near a variety of unmanned systems and artificial intelligence will be common on construction sites to support project management, earning early industry adopters a competitive and innovative advantage.

Les données captent les progrès du site dans l’information visuelle, s’avérant être d’une utilisation significative pour la phase de contrôle de projet de construction. Cependant, l’avancée la plus innovante dans cette application technologique consiste en l’intégration du modèle BIM, démontrant que la photogrammétrie avec UAS peut être utilisée efficacement pour générer des modèles de nuages de points 3D précis d’un chantier ou d’un projet de construction. L’opportunité d’un suivi et d’un contrôle de projet en temps réel a également été confirmée et illustrée en superposant le modèle «tel que construit» généré par UAS et le modèle BIM «tel que prévu». Dans le cadre de ce projet, la superposition du modèle a été réalisée manuellement, étape par étape, sur un ordinateur, nécessitant ainsi un processus automatisé pour rendre l’opération beaucoup plus efficace et efficiente. La superposition du modèle de nuage de points de l’UAS aux modèles BIM 4D ou BIM 5D aurait permis d’identifier immédiatement les tâches achevées et les coûts du projet à l’appui de la gestion de la valeur du projet. La R&D actuelle des développeurs de logiciels s’oriente vers une automatisation complète de la surveillance complète du projet de construction. Il est essentiel pour l’industrie AECOO d’adopter et d’intégrer l’utilisation combinée de UAS avec BIM afin d’améliorer la productivité et d’atteindre la réduction des déchets et la durabilité dans les projets de construction. Bien que les directives et processus opérationnels en termes de trajectoire, de capture de données ou de fréquence de vol et autres paramètres d’exploitation dépendent du site, cette étude de cas a permis d’élaborer un cadre pour des meilleures pratiques de mise en œuvre des UAS dans les processus de construction. Nous croyons fermement que dans un proche avenir, une variété de systèmes sans pilote et d’intelligence artificielle seront communs sur les chantiers de construction pour soutenir la gestion de projet, ce qui permettra aux premiers utilisateurs de l’industrie un avantage concurrentiel et innovateur.

Recent reports on trends in the construction sector (“The Kore Company Report on 10 Trends in Construction 2016”) indicate that Building Information Modelling, or BIM, 3D and 5D are in the top 10 of the most disruptive technologies considered to innovate the construction sector. Automated robots and drones were respectively ranked seventh and eighth within the top 10 most innovative technologies trending for the construction industry.

Des rapports récents sur les tendances dans le secteur de la construction («The Kore Company Report sur 10 Trends in Construction 2016») indiquent que Building Information Modeling, ou BIM, 3D et 5D font partie des 10 technologies les plus révolutionnaires pour innover dans le secteur de la construction. Les robots automatisés et les drones ont été respectivement classés septième et huitième parmi les dix technologies les plus innovantes pour l’industrie de la construction.

All images courtesy of Azzeddine Oudjehane, SAIT

13


CanBIM Member

Evolving the Fire Design Process Through BIM

Évolution du processus de conception antifeu à l’aide du BIM

By Matthew Smith, M.A.Sc., P.Eng, Engineer, Entuitive, & Aanastasia Teravainen, Marketing and Communications Specialist, Entuitive.

Par Matthew Smith, M.A.Sc., igénineur professionel., ingénieur, Entuitive, et Aanastasia Teravainen, spécialiste du marketing et des communications, Entuitive.

Buildings inherently face many hazards that need to be considered in their design – including seismic, wind and blast threats. If unplanned for during the design phase, potential risks or events may occur, causing property damage, business interruption, and even loss of life. Many of these hazards are designed for using engineering principles, which, in recent years, have become interrelated through BIM, ultimately leading to efficiencies in generating analytical models for these hazards.

Les bâtiments sont confrontés à de nombreux risques, menaces sismiques, vent, explosions, qui doivent être pris en compte au moment de la conception. Une mauvaise planification durant la phase de conception peut engendrer des dommages matériels, des interruptions d’exploitation et même des pertes de vie. Bon nombre de ces risques sont conçus pour utiliser les principes d’ingénierie, qui, ces dernières années, sont devenus interdépendants grâce au BIM, qui a permis de générer des modèles analytiques pour ces risques.

One danger which is generally not designed for explicitly is fire; rather, aversion to fire hazards through design is provided implicitly by following the building codes. This is especially true in Canada where fire safety is prescribed through fire-rated assemblies, flame spread ratings, distance of egress paths, etc. As buildings become more complex and the operations within them become increasingly valuable relative to the property cost, it becomes more important than ever to design for fire safety using an engineering approach that can quantify the levels of performance and the resulting business interruptions. This article will give a brief overview of this method, called Performance-Based Fire Design (PBFD) and demonstrate the role of BIM in the design process.

Un danger qui n’est généralement pas conçu explicitement est le feu; plutôt, l’aversion pour les risques d’incendie à travers la conception est fournie implicitement en suivant les codes du bâtiment. Cela est particulièrement vrai au Canada où la sécurité contre les incendies est prescrite par des assemblages résistants au feu, des indices de propagation de la flamme, la distance des chemins de sortie, etc. Il appert plus important que jamais de concevoir la sécurité antifeu en utilisant une approche d’ingénierie qui peut quantifier les niveaux de performance et les interruptions d’activité qui en résultent. Cet article donnera un bref aperçu de cette méthode, appelée Performance Fire Based Fire Design (PBFD) et démontrer le rôle du BIM dans le processus de conception.

Fire Engineering

Ingénierie antifeu

In current Canadian practice, fire safety of a building is mainly prescriptive, which is not necessarily the best approach. There is an opportunity to treat fire as a load scenario to be designed for through PBFD, like other low-probability, high-consequence hazards. PBFD has been used internationally and provides architectural freedom, optimization of material and erection costs, and improved resilience for fire hazards.

Dans la pratique canadienne actuelle, la sécurité antifeu d’un bâtiment est principalement prescriptive, ce qui n’est pas nécessairement la meilleure approche. Il existe une possibilité de traiter le feu comme un scénario de charge à concevoir pour le PBFD, comme d’autres dangers à faible probabilité et à conséquences graves. Le PBFD a été utilisé à l’échelle internationale et offre une liberté architecturale, une optimisation des coûts de matériaux et d’érection et une résilience améliorée pour les risques d’incendie.

To design a structure for fire, the first step is to determine what possible fire scenarios may occur in that building. These are called design fires. Design fires can range from small trash-can fires to vehicle fires within or adjacent to a building, or rooms (compartments) in a building that are fully engulfed. From all the possible design fires, it is then necessary to determine which ones are structurally significant. That is, which fires are hot enough, last long enough, and occupy enough area to cause severe damage and perhaps failure of the structural members. Two structurally significant design fires that are commonly considered are post-flashover compartment fires in small-to-medium size spaces and travelling fires in large open spaces. This article focuses on these two design fires and defining them using analytical correlations that capture the science of the underlying fire dynamics and have been demonstrated experimentally. Developing time-temperature curves analytically is advantageous from an engineering point-of-view since it allows more design fires to be considered and does not have the inherent complexities and difficulties associated with more advanced computational fluid dynamics (CFD) models. However, CFD models are sometimes required for complex situations or where tenability for the occupants is a required performance metric of the PBFD. 14 Innovation Spotlight2018

Pour concevoir une structure antifeu, la première étape consiste à déterminer les scénarios d’incendie possibles dans ce bâtiment. On les appelle les feux de conception. Les feux de conception peuvent aller de petits feux de poubelles à des incendies de véhicules à l’intérieur ou à proximité d’un bâtiment, ou des pièces (compartiments) dans un bâtiment entièrement englouti. De tous les feux de conception possibles, il est alors nécessaire de déterminer lesquels sont structurellement significatifs. C’est-à-dire, quels feux sont assez violents, durent assez longtemps, et occupent assez de surface pour causer de graves dommages et peutêtre une défaillance des éléments structurels. Deux feux de conception structurellement significatifs qui sont généralement considérés sont les feux de compartiment après le « flashover » dans les espaces de petite à moyenne taille et les feux de déplacement dans les grands espaces ouverts. Cet article se concentre sur ces deux feux de conception et les définit en utilisant des corrélations analytiques qui capturent la science de la dynamique de l’incendie sous-jacente. Les deux ont été démontrés expérimentalement. Le développement analytique de courbes tempstempérature est avantageux du point de vue de l’ingénierie car il permet de


Membre de CanBIM

Compartment Fires In small-to-medium size compartments, it is entirely possible that conditions will be met where all the available fuel load in the room is burning at once, provided enough oxygen is available. This point is called flashover, and a post-flashover compartment fire is an extremely hazardous fire condition to expose any compartment to. A time-temperature curve that describes compartment fires and has often been used for design is the Eurocode Parametric Curve (CEN 1991-2002). That design fire is based off heat-balance calculations of average-sized compartments. These heat balances have been fit to curves. To develop a time temperature curve, parameters such as fuel load, area of ventilation openings, total area of compartment, weighted average height of ventilation openings, and time limit depending on fire growth are required. This model is a function of the compartment geometry, interior finishes, ventilation conditions, and fuel load. One benefit of analytically developed fire curves like this is that a workflow can be created that efficiently extracts this information directly from the BIM and calculates the temperatures for each compartment within a structure. The reason that the parametric fire is considered for small-to-medium size compartments and not larger ones is because the equations for the time-temperature curve have limitations in the size of compartment they are valid for. Performing compartment fire calculations with direct input from the BIM model allows for efficient analysis of temperature effects and can highlight areas that require special attention from the structural engineer. A typical compartment fire time-temperature curve is shown in Figure 1, which has been automatically generated within the BIM for a given compartment and will be discussed in the case study below. It can be seen that the fire exhibits “real” behaviour including a heating phase, a period of steady burning, and, most importantly, a cooling phase after the fuel has been consumed. The cooling phase is of special concern when designing structures for fire since thermal expansion and contraction may develop very large forces in the connections that need to be considered.

prendre en compte davantage de feux de conception et ne présente pas les complexités et difficultés inhérentes associées aux modèles de dynamique des fluides numérique (CFD) plus avancés. Cependant, des modèles CFD sont parfois requis pour des situations complexes ou lorsque la tenabilité pour les occupants est une mesure de performance requise du PBFD.

Feux de compartiment Dans les compartiments de petite à moyenne taille, il est tout à fait possible que les conditions soient remplies lorsque toute la charge de combustible disponible dans la pièce brûle en même temps, pourvu qu’il y ait suffisamment d’oxygène disponible. Ce point est appelé inflammation, et un feu de compartiment post-inflammation est un feu extrêmement dangereux pour exposer n’importe quel compartiment. Une courbe temps-température qui décrit les feux de compartiment et qui a souvent été utilisée pour la conception est la courbe paramétrique de l’Eurocode (CEN 1991-2002). Cet incendie de conception est basé sur des calculs d’équilibre thermique de compartiments de taille moyenne. Ces bilans thermiques ont été adaptés aux courbes. Pour développer une courbe de température temporelle, les paramètres suivants sont requis: Charge de carburant, Surface des ouvertures de ventilation, Superficie totale du compartiment, Hauteur moyenne pondérée des ouvertures de ventilation, Limite de temps en fonction du (des) taux de croissance du feu. Ce modèle est fonction de la géométrie du compartiment, des finitions intérieures, des conditions de ventilation et de la charge de carburant. L’un des avantages des courbes de feu analytiquement développées comme celle-ci est qu’un flux de travail peut être créé qui extrait efficacement ces informations directement du modèle BIM et calcule les températures pour chaque compartiment dans une structure. La raison pour laquelle le feu paramétrique est pris en compte pour les compartiments de petite à moyenne taille et non pour les plus grands tient au fait que les équations pour la courbe temps-température ont des limitations dans la taille du compartiment pour lequel elles sont valides. L’exécution des calculs d’incendie de compartiment avec l’entrée directe du modèle BIM permet une analyse efficace des effets de température et peut mettre en évidence les zones qui nécessitent une attention particulière de la part de l’ingénieur en structure. La figure 1 montre une courbe typique temps-température du feu de compartiment, qui a été générée automatiquement à partir du modèle pour un compartiment donné et sera discutée dans l’étude de cas ci-dessous. On peut voir que le feu présente un comportement «réel» comprenant une phase de chauffage, une période de combustion régulière et, plus important encore, une phase de refroidissement après que le combustible a été consommé. La phase de refroidissement est particulièrement préoccupante lors de la conception de structures pour le feu, étant donné que la dilatation et la contraction thermiques peuvent développer des forces très importantes dans les connexions qui doivent être prises en compte.

Figure 1 above: Typical time-temperature curve of a compartment fire; Courbe caractéristique temps-température d’un feu de compartiment. Figure 2 at right: Near and far field gas temperatures for a typical travelling fire; Température des gaz de champ proche et lointain pour un feu ambulant typique.

15


CanBIM Member

Travelling Fire

Feu ambulant

In recent years, consideration has been given to fires which do not engulf the compartment homogeneously, but instead travel from one area to another. This design fire is referred to as a travelling fire and can occur in large compartments as opposed to the small-to-medium compartments discussed above. The concept was developed using observations from real compartment fires in which the fire appeared to travel across large open compartments.

Au cours des dernières années, on s’est intéressé aux incendies qui n’embrasent pas le compartiment de manière homogène, mais qui se déplacent d’une zone à l’autre. Ce feu de conception est considéré comme un feu ambulant et peut se produire dans de grands compartiments, contrairement aux compartiments petits à moyens décrits ci-dessus. Le concept a été développé en utilisant des observations de feux réels de compartiment dans lesquels le feu a semblé voyager à travers de grands compartiments ouverts.

Travelling fires are a necessary design consideration since contemporary buildings typically have large open spaces and other attributes that can fall outside the validity of the Eurocode Parametric Curve. An analytical method for determining the effects of a travelling fire have been well developed and documented by Rein et. Al. (2007), Gales (2014), and Rackauskaite et. Al. (2015). The method itself has been used for steel design in Europe, although it is often not the only design fire considered. Calculations with the parameters such as fuel load, size of fire, fire spread rate, and height of compartment, temperatures are derived for the area immediately above and affected by the fire (called the near field) as well as the rest of the compartment either in front of or behind the fire as it travels (called the far field). Figure 2 shows a typical travelling fire and the associated gas temperatures around it. The travelling fire methodology is well suited to integration with BIM software since it is heavily dependent on the building geometry and properties, all of which are inherently captured in the BIM.

Case Study The above methodology will be applied to a contemporary reinforced concrete building currently under construction in Canada. BIM has been used in the project from the very beginning and has been leveraged by all consultants to develop analytical models for their respective designs. As an example, the structural model has been used to efficiently develop full building analysis models for wind and seismic design as well as models of each individual floor for concrete slab design and optimization. The first step in using BIM for fire safety applications is to define rooms within the model. This is typically done by the architect as it helps automatically populate various schedules with room properties and defines spaces for work-sharing and communication. With the rooms defined, the fire engineer can then use the architectural model to add additional room properties not normally used for design, including fuel loads, fire growth rate, and thermal properties of the different types of walls, floors and ceilings. These can be defined as properties of the room and the material makeup of the surrounding elements so that they can be automatically extracted from the model for calculations. These defined rooms are shown in Figure 3 and 4. With the room properties defined and the fire engineering parameters included, time-temperature curves for the various compartments can be generated. This can be done internally in Revit, using Dynamo, or externally through a similar visual programming software such as Grasshopper, and even in a spreadsheet. The benefit of programming the time-temperature definition into Dynamo is that any changes to the BIM are directly reflected in the fire temperature calculations and their impact can be immediately assessed. Intelligence can also be built in, such as determining what compartments have the necessary conditions to reach flashover as previously discussed and which compartments are large enough to exhibit a travelling fire behaviour. The compartments in Figures 3 and 4 are grouped based on their size with small and medium compartments being assessed for compartment fires and large compartments for travelling fires. The resulting compartment fires are shown in Figure 5. 16 Innovation Spotlight2018

Les incendies ambulants sont une considération de conception nécessaire puisque les bâtiments contemporains ont généralement de grands espaces ouverts et d’autres attributs qui peuvent échapper à la validité de la courbe paramétrique de l’Eurocode. Une méthode analytique permettant de déterminer les effets d’un incendie en déplacement a été bien développée et documentée par Rein et. Al. (2007), Gales (2014) et Rackauskaite et. Al. (2015). La méthode elle-même a été utilisée pour la conception d’acier en Europe, bien que ce ne soit souvent pas le seul feu de conception considéré. Avec les paramètres ci-dessus, les températures sont calculées pour la zone immédiatement au-dessus et touchée par le feu (appelé champ proche) ainsi que le reste du compartiment devant ou derrière le feu lorsqu’il se déplace (appelé champ lointain). La figure 2 montre un feu ambulant typique et les températures du gaz qui y sont associées. La méthodologie de l’incendie ambulant est bien adaptée à l’intégration avec le logiciel BIM car elle dépend fortement de la géométrie et des propriétés du bâtiment, qui sont toutes capturées de manière inhérente dans le BIM.

Étude de cas La méthodologie ci-dessus sera appliquée à un bâtiment contemporain en béton armé actuellement en construction au Canada. Le BIM a été utilisé dans le projet dès le début et a été utilisé par tous les consultants pour développer des modèles analytiques pour leurs conceptions respectives. À titre d’exemple, le modèle structurel a été utilisé pour développer efficacement des modèles d’analyse de bâtiments complets pour la conception éolienne et sismique, ainsi que des modèles de chaque plancher individuel pour la conception et l’optimisation des dalles de béton. La première étape de l’utilisation du BIM pour les applications de sécurité incendie consiste à définir des pièces dans le modèle. Cela est généralement effectué par l’architecte, car il permet de remplir automatiquement différents calendriers avec les propriétés de la pièce et définit des espaces pour le partage du travail et la communication. Avec les salles définies, le sapeur-pompier peut alors utiliser le modèle architectural pour ajouter des propriétés de pièce non utilisées normalement pour la conception, y compris les charges de combustible, la vitesse de feu et les propriétés thermiques des différents types de murs, planchers et plafonds. Ceux-ci peuvent être définis comme les propriétés de la pièce et la composition matérielle des éléments environnants afin qu’ils puissent être automatiquement extraits du modèle pour les calculs. Ces pièces définies sont illustrées aux figures 3 et 4 ci-dessous. Avec les propriétés de la pièce définies et les paramètres d’ingénierie incendie inclus, des courbes temps-température pour les différents compartiments peuvent être générées. Cela peut être fait directement dans Revit, en utilisant Dynamo, ou en externe via un logiciel de programmation visuel similaire tel que Grasshopper, et même dans une feuille de calcul. L’avantage de la programmation de la définition tempstempérature dans Dynamo est que les modifications apportées au BIM sont directement répercutées dans les calculs de température du feu et que leur impact peut être immédiatement évalué. L’intelligence peut


Membre de CanBIM

Figure 3: Compartment definition for a mixed-use floor; Définition du compartiment pour un plancher à usage mixte

Figure 4: Compartment definition for a typical open-plan office floor. ; Définition du compartiment pour un étage de bureau typique à aire ouverte.

17


CanBIM Member

With the time-temperature curves defined, the most severe fires were isolated for further study by the fire safety engineer and structural engineer. It was found through a thermal analysis of the concrete floor structure that the two-hour fire resistance rating, required by the building code and provided by the design team, was sufficient for the design fires considered. It was shown that the concrete sufficiently insulates the steel rebar from reaching a failure temperature within the required duration. Had this building been steel, the results of the fire analysis created from the BIM could have been used to optimize the spray-applied fire protection. In certain situations, fire protection can be removed from secondary structural members in composite floor systems with a concrete deck on steel beam. Another use for this methodology is in existing buildings, where a code provision requires a higher fire resistance rating for a given change in occupancy but the existing structure can be shown to be adequate through PBFD.

Conclusion As demonstrated in the case study, there are many benefits of generating design fires directly from BIM—the vast amount of information already captured in BIM allows engineers to assess a broad range of design fires faster and identify areas of the building needing special consideration. The fire analysis demonstrated that the building had sufficient resistance to these design fires. Here, we have only scratched the surface of what is possible in fire safety engineering using BIM, which in practice is currently used for coordination of the fire strategy as opposed to being used as a tool in the design of these systems. Aside from the specific structural considerations discussed herein, the BIM also contains information that can be leveraged during a performance-based design of egress routes, fire suppression systems, and building envelopes. BIM contains a vast amount of information that can be used by fire safety engineers to inform and optimize the fire protection strategy in collaboration with the design team, a vital component of designing high-performance buildings that we will surely begin to see more of in Canadian practice.

également être intégrée, par exemple en déterminant quels compartiments ont les conditions nécessaires pour atteindre le contournement comme discuté précédemment et quels compartiments sont suffisamment grands pour présenter un comportement de feu ambulant. Les compartiments des figures 3 et 4 sont groupés en fonction de leur taille, les compartiments de petite et moyenne taille étant évalués pour les feux de compartiment et les grands compartiments pour les feux ambulants. Les feux de compartiment qui en résultent sont représentés sur la figure 5 ci-dessous. Avec les courbes temps-température définies, les incendies les plus graves ont été isolés pour étude ultérieure par l’ingénieur en sécurité incendie et l’ingénieur en structure. Une analyse thermique de la structure de plancher en béton a révélé que la cote de résistance au feu de deux heures, exigée par le code du bâtiment et fournie par l’équipe de conception, était suffisante pour les feux de conception considérés. Il a été démontré que le béton isole suffisamment la barre d’armature en acier pour qu’elle n’atteigne pas la température de défaillance dans les délais requis. Si ce bâtiment avait été en acier, les résultats de l’analyse du feu créée à partir du BIM auraient pu être utilisés pour optimiser la protection contre l’incendie appliquée par pulvérisation. Dans certaines situations, la protection contre l’incendie peut être retirée des éléments structurels secondaires dans les systèmes de planchers composites avec un tablier en béton sur une poutre en acier. Une autre utilisation de cette méthodologie est dans les bâtiments existants, où une disposition de code exige une cote de résistance au feu plus élevée pour un changement donné de l’occupation, mais la structure existante peut être démontrée adéquate à travers PBFD.

Conclusion Tel que démontré dans l’étude de cas, il y a de nombreux avantages à générer des feux de conception directement à partir du modèle BIM la grande quantité d’informations déjà capturées dans le modèle permet aux ingénieurs d’évaluer plus rapidement une large gamme de feux de conception. L’analyse du feu a démontré que le bâtiment avait une résistance suffisante à ces feux de conception. Ici, nous avons seulement creusé la surface des possibilités en ingénierie de sécurité incendie utilisant le BIM. Il serait également possible de faire la coordination de la stratégie incendie plutôt que d’être utilisé uniquement comme un outil dans la conception de ces systèmes. Mis à part les considérations structurelles spécifiques discutées ici, le BIM contient également des informations qui peuvent être exploitées au cours d’une conception basée sur la performance des voies d’évacuation, des systèmes d’extinction d’incendie, et des enveloppes du bâtiment. Le BIM contient une vaste quantité de renseignements qui peuvent être utilisés par les ingénieurs en sécurité incendie pour informer et optimiser la stratégie de protection contre l’incendie en collaboration avec l’équipe de conception, un élément essentiel de la conception de bâtiments à haute performance qui sera de plus en plus utilisé au Canada.

Figure 5: Resulting time-temperature curves from the BIM for compartments considered.; Courbes temps-température résultantes du BIM pour les compartiments considérés. All images courtesy of Entuitive.

18 Innovation Spotlight2018


Membre de CanBIM

Building SMARTer

Building SMARTer

An introduction to open BIM as the foundation for a Canadian National BIM Standard

Une introduction au BIM ouvert comme le fondement d’une norme BIM nationale canadienne

By Erik A. Poirier, PhD, LEED AP, Chair, Communications, buildingSMART Canada, & Susan Keenliside, B.Sc, Chair, Member’s committee, buildingSMART Canada

By Erik A. Poirier, Ph.D., LEED AP, Président, Communications, buildingSMART Canada, & Susan Keenliside, B.Sc, Présidente, Comité des membres, buildingSMART Canada

What is open BIM?

Qu’est-ce que le BIM ouvert?

Building Information Modeling (BIM) is a popularized term used in industry today to describe the method of using virtual prototyping based on the historical concept of Building Product Models to realize improvements in the design, construction and operations of built assets.

La Modélisation des Données du Bâtiment (MDB ou Building Information Modeling (BIM)) est un terme populaire aujourd’hui utilisé dans l’industrie pour décrire la méthode d’utilisation du prototypage virtuel basé sur le concept historique de modèles de produits de construction pour réaliser des améliorations dans la conception, la construction et les opérations des actifs construits.

In 1995, a group of 12 companies came together to form an alliance that would tackle the increasing issues surrounding interoperability of data between different software platforms that were being developed for the architecture, engineering, construction and facilities management (AEC/FM) industry. Thus was formed the International Alliance for Interoperability (IAI). The group’s core mission was to enable software interoperability in the AEC/FM industry in the form of an open data model standard, giving birth to the Industry Foundation Classes (IFCs). In 2008, the IAI was rebranded as buildingSMART and its mission grew to focus on improving communication, productivity, delivery time, cost, and quality throughout the whole building lifecycle. This mission can only be achieved through open and neutral standards for the built environment: open BIM for all.

12 0

)

M ID

ss

ce

( 81

4 29

Pro

ISO

Alors, qu’est-ce que le BIM ouvert? C’est «une approche universelle pour la conception collaborative, la réalisation et l’exploitation de bâtiments basée sur des normes et un déroulement ouvert des opérations». L’idée est «d’avoir des définitions sectorielles pour chaque objet que nous utilisons pour concevoir, construire et entretenir des bâtiments. définitions standard pour les relations entre ces objets “. Ces normes doivent être ouvertes et neutres pour que le système fonctionne, et, depuis plusieurs décennies, il existe un engagement marqué de la part de tous les principaux fournisseurs de logiciels à développer afin d’appliquer ces normes dans leurs produits selon les exigences du marché. Le graphique ci-dessous illustre la triade de normes comprenant le modèle de données, la terminologie et le processus - une triade qui a fait ses preuves dans d’autres industries.

ISO

06 -3 (IF Te rm D) s

So, just what exactly is open BIM? It is “a universal approach to the collaborative design, realization and operation of buildings based on open standards and workflows.” The idea is “to have industry wide definitions for every object we use to design, construct and maintain buildings and then to create industry standard definitions for the relationships between these objects”. These standards must be open and neutral for the system to work, and there is already marked commitment over many decades from all major software providers to both develop and implement these standards in their products as the market demands it. The figure below illustrates the standards triad comprised of Data Model, Terminology and Process – a triad that has been proven to work in other industries.

En 1995, un groupe de 12 entreprises se sont réunies pour former une alliance qui aborderait la problématique croissante de l’interopérabilité des données entre différentes plateformes logicielles développées pour l’industrie de l’architecture, de l’ingénierie, de la construction et du maintien d’actifs (AEC / FM). Ainsi a été formée l’Alliance internationale pour l’interopérabilité (IAI). La principale mission du groupe était de permettre l’interopérabilité logicielle dans l’industrie AEC / FM sous la forme d’un standard de données ouvertes, donnant naissance aux Industry Foundation Classes (IFC). En 2008, l’IAI a été rebaptisée buildingSMART et sa mission s’est vu englober l’amélioration de la communication, la productivité, les délais de livraison, les coûts et la qualité tout au long du cycle de vie du bâtiment. Cette mission ne peut être réalisée que par des normes ouvertes et neutres pour l’environnement bâti: le BIM ouvert pour tous.

Data

Both images courtesy of buildingSMART Canada

ISO 16739 (IFC) 19


CanBIM Member

The concept of open BIM relies on 5 basic methodological standards : 1.

Le concept de BIM ouvert repose sur 5 normes méthodologiques de base:

The common definitions of objects and relationships that make up our built environment – the International Frameworks Dictionaries (IFD) ;

1.

Les définitions communes des objets et des relations qui composent notre environnement bâti - le dictionnaire de références internationaux (IFD – International Frameworks Dictionnary);

The vessel through which data and information are structured and transported – the Industry Foundation Class (IFC);

2.

Le vesseau à travers lequel les données et informations sont structurées et transportées – Industry Foundation Class (IFC);

3.

The process through which data and information are generated and exchanged – the Information Delivery Manual (IDM);

3.

Le processus selon lequel les données et les informations sont générées et échangées - le manuel de livraison de l’information (IDM – Information Delivery Manual);

4.

The filtering of data to support specific vessel – the Model View Definition (MVD); and

4.

Le filtrage des données pour prendre en charge des vues et des utilisations spécifiques - la Model View Definition (MVD);

The coordination of change throughout a project lifecycle – the BIM Collaboration Format (BCF).

5.

Et enfin, la coordination du changement tout au long du cycle de vie d’un projet - le format de collaboration BIM (BCF).

2.

5.

Three of these standards have been recognized and published through ISO: IFC since 2005, IDM since 2010 and IFD since 2001. This is important as they are now recognized international standards upon which further development can be made. Moreover, this provides assurance as to the validity and rigour of these standards. From a user’s perspective, it is important to be aware of these standards and their development. It is also important to understand their purpose and how they influence dayto-day practice.

Trois de ces normes ont été reconnues et publiées par l’intermédiaire de l’ISO: IFC depuis 2005, IDM depuis 2010 et IFD depuis 2001. Ceci est important car ce sont des normes internationales reconnues sur lesquelles il est possible de poursuivre le développement. De plus, cela fournit une assurance quant à la validité et la rigueur de ces normes. Du point de vue de l’utilisateur, il est important d’être conscient de ces normes et de leur développement. Il est également important de comprendre leur but et comment ils influencent la pratique quotidienne.

Why is open BIM so important for Canada and Canadian AECOO/FM stakeholders?

Pourquoi le BIM ouvert est-il si important pour le Canada et les intervenants canadiens de l’AEC / FM?

First and foremost, open BIM supports a transparent and open workflow that is software agnostic, or, platform neutral. This enables stakeholders to work with the tools they want and still collaborate seamlessly with other project team members. In addition, a common language has been developed through the standardization process which serves as a reference for stakeholders to procure, manage and evaluate services and deliverables. Open BIM supports the lifecycle view of an asset by providing enduring project data and helps avoid multiple input of this data, thus reducing potential for errors and waste. It provides a neutral format for asset owners to maintain interoperable data over the long term, avoiding accessibility issues with proprietary formats. Lastly, open BIM levels the playing field for software developers that can work towards a common standard that is applicable to a large international market. In today’s technology landscape, this supports the ecosystem we see in personal computing where the use of smaller, more focused applications for specific tasks are being used in combination instead of one tool that

Tout d’abord, BIM ouvert soutient un flux de travail transparent et ouvert, indépendant du logiciel ou neutre à la plateforme. Cela permet aux parties prenantes de travailler, avec les outils qu’elles souhaitent, et de collaborer de manière transparente avec les autres membres de l’équipe de projet. En outre, un langage commun a été développé à travers le processus de standardisation qui sert de référence pour les parties prenantes pour acquérir, gérer et évaluer les services et les livrables. Le BIM ouvert soutient la perspective du cycle de vie d’un actif en fournissant des données de projet durables et permet d’éviter les entrées multiples de ces données, réduisant ainsi le potentiel d’erreurs et de gaspillage. Il fournit un format neutre pour les propriétaires d’actifs afin de maintenir des données interopérables à long terme, évitant ainsi les problèmes d’accessibilité avec les formats exclusifs. Enfin, le BIM ouvert permet aux développeurs de logiciels d’évoluer vers une norme commune applicable à un grand marché international. Dans le paysage technologique actuel, ceci soutient l’écosystème que nous voyons dans l’informatique personnelle

20 Innovation Spotlight2018


Membre de CanBIM

does it all (which is not realistic in our industry) – the single source of truth is distributed. However, open BIM is not an out-of-the-box perfect solution. In its current phase of development, issues relating to data loss, parametric abilities of model components, file size, and fidelity, are constantly being addressed and planned for through the on-going development of the various standards and compatible tools. Moreover, an effort to educate and certify users on open BIM is underway through buildingSMART and its chapters. This is important as many of the current issues have more to do with a misunderstanding of how to work in an open BIM environment rather than the standards or the software implementations of the standards. In Canada, with the growing popularity of BIM, the adoption and implementation of open BIM can only be beneficial. For owners, the common and standardized language that is developed through open BIM will ensure consistency between what is required and what is delivered. It also provides a stable and neutral file format, which ensures permanence of data – a key issue for large capital asset owners. For practitioners, open BIM provides many opportunities to streamline workflows, to collaborate and publish or accept data from any consultant or trade using certified software, and allows easier sharing of data to a client for review, as they also can standardize their review tool choice to be open standard compatible. It is therefore imperative that Canada, as a whole, develop a National BIM Standard based on open and neutral data standards. This National BIM Standard, similar to the National Building Code and the Canadian Model National Energy Code, would then be adopted and adapted to the provincial, municipal and institutional level scenarios. This baseline common standard has the potential to significantly reduce waste due to inconsistency, lack of interoperable data and rework between client bodies and stakeholders in general. To this end, buildingSMART Canada works with Canadian stakeholders from across the country to promote open BIM and support the development and adoption of these standards in industry. Publishing a National BIM Standard is a top priority identified in the Roadmap to Lifecycle BIM in the Canadian AECOO Community. Together, with the help from CanBIM, our affiliate partners and other organizations within the bSC Network of Excellence, we invite your participation in supporting a National BIM Standard based on open standards for a better built environment.

où l’utilisation d’applications plus petites et plus ciblées pour des tâches spécifiques est utilisée en combinaison au lieu d’un outil qui fait tout (ce qui n’est pas réaliste dans notre industrie). La seule source de vérité est distribuée. Cependant, le BIM ouvert n’est pas une solution parfaite. Dans sa phase actuelle de développement, les questions relatives à la perte de données, aux capacités paramétriques des composants du modèle, à la taille du fichier et à la fidélité sont constamment adressées grâce au développement continu des différentes normes et outils compatibles. De plus, buildingSMART et ses chapitres sont en cours d’éduquer et de certifier les utilisateurs sur le BIM ouvert. Ceci est important car beaucoup de problèmes actuels ont plus à voir avec une mauvaise compréhension de la façon de travailler dans un environnement BIM ouvert plutôt que des standards ou des implémentations logicielles des standards. Au Canada, avec la popularité croissante du BIM, l’adoption et la mise en œuvre du BIM ouvert ne peuvent être que bénéfiques. Pour les propriétaires, le langage commun et standardisé développé à travers le BIM ouvert assurera la cohérence entre ce qui est requis et ce qui est fourni. Il fournit également un format de fichier stable et neutre, qui garantit la permanence des données - un problème clé pour les grands propriétaires d’actifs immobilier. Pour les praticiens, le BIM ouvert offre de nombreuses possibilités de rationaliser les flux de travail, de collaborer et de publier ou d’accepter les données de tout consultant ou entrepreneur en utilisant des logiciels certifiés, et de faciliter le partage des données avec un client étant donnée que les outils de revue de celui-ci peuvent être adapté et normalisé afin d’être compatibles avec les données ouvertes. Il est donc impératif que le Canada, dans son ensemble, élabore une norme nationale BIM basée sur des normes de données ouvertes et neutres. Cette norme nationale BIM, semblable au Code national du bâtiment et au Code modèle national de l’énergie du Canada, serait ensuite adoptée et adaptée aux scénarios provinciaux, municipaux et institutionnels. Cette norme commune de base a le potentiel de réduire considérablement le gaspillage en raison de l’incohérence, du manque de données interopérables et du remaniement entre les organismes clients et les intervenants en général. À cette fin, buildingSMART Canada collabore avec des intervenants canadiens de partout au pays afin de promouvoir le BIM ouvert et de soutenir le développement et l’adoption de ces normes dans l’industrie. La publication d’une norme BIM nationale est une priorité identifiée dans la Feuille de route pour le cycle de vie du BIM dans la communauté canadienne de l’AECOO. Ensemble, avec l’aide de CanBIM, de nos partenaires affiliés et d’autres organisations au sein du Réseau d’excellence bSC, nous vous invitons à appuyer une norme nationale BIM basée sur des normes ouvertes pour un meilleur environnement bâti. 21


CanBIM Member

Successful Partnerships with Universities: VR/ AR for Construction

Partenariats Réussis avec les universités: VR/ AR pour la construction

By Lieu Dao, BIM/VDC Integrator, Pomerleau, & Ivanka Iordanova, Ph.D., M.Arch., PA LEED, CanBIM CP, BIM/VDC Director, Pomerleau

Par Lieu Dao, Intégrateur BIM/VDC, Pomerleau, & Ivanka Iordanova, Ph.D., M.Arch., PA LEED, CanBIM CP, Directrice BIM/ VDC, Pomerleau

At Pomerleau, Virtual Reality (VR) has been a part of our process for several years. Technology for the transfer of the intelligent BIM model to VR was developed in-house before any commercial solutions became available. It is an excellent tool for design comprehension, saves considerable costs from late design changes, and allows for a virtual reception - a digital experience, of the project long before its completion.

Chez Pomerleau, la réalité virtuelle (VR) fait partie de notre processus depuis plusieurs années. La technologie pour le transfert du modèle BIM intelligent vers la réalité virtuelle a été développée en interne avant que des solutions commerciales ne soient disponibles. C’est un excellent outil pour la compréhension de la conception, il permet d’économiser des coûts considérables, grâce à des changements de conception tardifs, et permet une réception virtuelle - une expérience numérique du projet bien avant son achèvement.

Three years ago, when Pomerleau began its VR development, the technology was mainly used for video games and for highly-specialized scientific applications, such as flight simulators, medical processes, and more. Concurrently, in building design and construction, end users continued to have difficulties understanding the spatiality of a design even in 3D building models, and the intelligent BIM model could not be directly used in a virtual environment. We saw an opportunity to challenge and change the existing accepted ways of doing things. Pushing the boundaries of the existing software and with the help of students from our ETS Research Chair, we have developed a technology in-house, along with a process to quickly transfer a design model into a video game software that enables VR.

22 Innovation Spotlight2018

Il y a trois ans, quand Pomerleau a commencé son développement VR, la technologie était principalement utilisée pour les jeux vidéo et pour des applications scientifiques hautement spécialisées, comme les simulateurs de vol, les processus médicaux, et plus encore. Parallèlement, dans la conception et la construction des bâtiments, les utilisateurs finaux ont continué à avoir des difficultés à comprendre la spatialité d’un concept, même dans les modèles de bâtiments 3D, et le modèle BIM intelligent ne pouvait pas être utilisé directement dans un environnement virtuel. Nous avons vu une opportunité de défier et de changer les manières de faire acceptées existantes. Repoussant les limites du logiciel existant et avec l’aide des étudiants de notre chaire de recherche ETS, nous avons développé une technologie interne, ainsi qu’un processus permettant de transférer rapidement un modèle de conception dans un logiciel de jeu vidéo qui permet la VR.


Membre de CanBIM

Various software environments were tested before the research and design on this topic began, and the rapidly evolving VR/AR world is constantly monitored for new pertinent solutions. Our requirements are quite specific, which no existing solution presently satisfies. Those requirements, among others, are: 1.

Models from various (BIM, CAD, point cloud and other geometry) formats should be able to be merged into a scene;

2.

Even with very large federated models, manipulation and movement within the space should remain fluid. Commercial models have trouble with fluidity of interaction with big projects;

3.

BIM data should be available in VR/AR, and some attributes should be modifiable from the Field (bi-directionally);

4.

The application should be portable to VR/AR glasses, PC, MAC, mobile, and web platforms;

5.

Customization should be available for many aspects of the environment, including geometry, textures, lighting, data, camera, and interaction.

Divers environnements logiciels ont été testés avant que la recherche et la conception sur ce sujet ne commencent, et le monde en pleine évolution de la réalité virtuelle est constamment surveillé pour de nouvelles solutions pertinentes. Nos exigences sont assez spécifiques, qu’aucune solution existante ne satisfait actuellement. Ces exigences, entre autres, sont les suivantes: 1. Les modèles provenant de divers formats (BIM, CAO, nuages de points et autres formes de géométrie) devraient pouvoir être fusionnés dans une scène; 2.

Même avec de très grands modèles fédérés, la manipulation et le mouvement dans l’espace doivent rester fluides. Les modèles commerciaux ont des problèmes de fluidité d’interaction avec les grands projets;

3.

Les données BIM devraient être disponibles en VR / AR, et certains attributs devraient pouvoir être modifiés depuis le terrain (bidirectionnellement);

4.

L’application doit être portable pour les lunettes VR / AR, PC, MAC, mobiles et plates-formes Web;

5.

While functional and compliant to requirements, the application is still constantly evolving to meet new hardware challenges and ideas. Numerous projects and clients have already benefited from VR/AR, which include four projects as showcased on the following pages.

La personnalisation devrait être disponible pour de nombreux aspects de l’environnement, y compris la géométrie, les textures, l’éclairage, les données, la caméra et l’interaction. Bien que fonctionnelle et conforme aux exigences, l’application évolue constamment pour répondre aux nouveaux défis et idées liés au matériel. De nombreux projets et clients ont déjà bénéficié de VR / AR, qui comprennent.

Montreal airport check-in counter

La rénovation du comptoir d’enregistrement de l’aéroport de Montréal

VR was used intensively at the Montreal airport check-in counter renovation, a construction management project. In order to maintain the airport’s regular operations during construction, several temporary installations were required for the project’s phasing and planning. By involving not only the project’s stakeholders (consultants and sub-trades) but also airport operations, expectation management was highly effective, with project communication occurring through monthly VR sessions.

La VR a été utilisée intensivement lors de la rénovation du comptoir d’enregistrement de l’aéroport de Montréal, un projet de gestion de la construction. Afin de maintenir les opérations régulières de l’aéroport pendant la construction, plusieurs installations temporaires ont été nécessaires pour la mise en place et la planification du projet. En impliquant non seulement les parties prenantes du projet (consultants et sous-traitants) mais aussi les opérations aéroportuaires, la gestion des attentes a été très efficace, la communication du projet se faisant par le biais de sessions RV mensuelles.

Image courtesy of Pomerleau

23


CanBIM Member

Baie St-Paul Hospital

L’Hôpital Baie St-Paul

This design-build project was the first project for which VR was proposed to end users, such as nurses and surgeons, to verify ergonomics and to validate the design and layout of critical and specialty rooms. For example, six versions of the shock room were needed to finalize its layout and equipment selection, thus saving considerable costs from changes later in construction. While the experience was offered via Google Cardboard or Oculus Rift, the hospital personnel appreciated the first but preferred the immersive effect of the second.

Cet projet de conception-construction est le premier projet pour lequel la RV a été proposée aux utilisateurs finaux, comme les infirmières et les chirurgiens, pour vérifier l’ergonomie et valider la conception et l’aménagement des salles essentielles et spécialisées. Par exemple, six versions de la salle de choc ont été nécessaires pour finaliser la disposition et la sélection de l’équipement, ce qui a permis d’économiser des coûts considérables en raison de changements ultérieurs dans la construction. Alors que l’expérience était offerte via Google Cardboard ou Oculus Rift, le personnel de l’hôpital a apprécié le premier mais a préféré l’effet immersif de la seconde.

24 Innovation Spotlight2018


Membre de CanBIM

C2 Montreal

C2 Montreal

C2 Montreal is becoming a major event and inspiration in the city. The new premises of the company, crowning the renowned Queen Elizabeth Hotel, were the object of a special interactive VR application, developed together with the designers, and revealed the unique spatiality and stunning 360-degree views from the multifunctional hall.

C2 Montréal devient un événement majeur et une source d’inspiration dans la ville. Les nouveaux locaux de l’entreprise, couronnant le célèbre hôtel Queen Elizabeth, ont fait l’objet d’une application VR interactive spéciale, développée en collaboration avec les concepteurs, et ont révélé la spatialité unique et les superbes vues à 360 degrés depuis la salle multifonctionnelle.

Place Bell

Place Bell

A point cloud from laser scanning was recently integrated into virtual reality to ensure construction quality and conformity at the Place Bell project.

Un nuage de points provenant du balayage laser a récemment été intégré à la réalité virtuelle pour assurer la qualité et la conformité de la construction au projet Place Bell.

After realizing the endless possibilities of VR technology, we are in the process of extending it to civil projects such as

Après avoir réalisé les possibilités infinies de la technologie VR, nous sommes en train de l’étendre à des projets civils tels que:

Gouin Bridge

Le pont Gouin

The Gouin Bridge, for the overlapping of the existing bridge with the new one for the purposes of better understanding underground facilities coordination;

Le pont Gouin, pour le chevauchement du pont existant avec le nouveau pont dans le but de mieux comprendre la coordination des installations souterraines;

Parc Jean Drapeau

Parc Jean Drapeau

Our latest civil project, underground facilities for Parc Jean Drapeau in which a BIM model was merged with a point cloud and camera view. Moreover, BIM and GIS (Geographical Information System) integration allows for interactive VR/AR environment manipulation on-site.

Notre dernier projet civil, des installations souterraines pour le parc Jean Drapeau dans lequel un modèle BIM a été fusionné avec un nuage de points et une vue caméra. De plus, l’intégration BIM et GIS (Geographical Information System) permet une manipulation interactive de l’environnement VR / AR sur site.

The commercial technologies that currently exist are still not performant enough (fluidity of interaction) for big projects. They do not allow for customization or linking to a database with project information.

The Future of AR/VR Our technology development continues with further features of VR, such as interaction with objects in a model with the Oculus Touch, and interaction with other users with the HTC Vive. Another current exploration is the potential for the use of AR within construction. Partnering with George Brown College in Toronto, we began looking for ways to enable the use of AR with a tablet for civil projects and underground utilities. Research and design with the two Pomerleau industrial research chairs (one at the ETS and another at Montreal Polytechnics) is ongoing to combine GIS and the 3D model for AR and other new applications for the benefit of clients and project teams. Other AR usage developments include visualizing air flow, heating, and air conditioning in each room, as well as AR for facility management, using Hololens & the Daqri Helmet. Even if the basic VR for buildings is currently easily accessible, we are continuing to develop a database of templates, textures, and lighting to quickly adjust this technology to our business structure and to satisfy our clients’ needs. VR has allowed us to quite literally envision the final project before its completion; technological developments have come so far in a short time frame, and with all the exciting new evolutions becoming possible for VR, we are liking what we are seeing.

Les technologies commerciales qui existent actuellement ne sont toujours pas assez performantes (fluidité d’interaction) pour les grands projets. Elles ne permettent pas la personnalisation ou la liaison à une base de données avec des informations sur le projet.

L’avenir de l’AR / VR Notre développement technologique se poursuit avec d’autres fonctionnalités de VR, telles que l’interaction avec des objets dans un modèle avec l’Oculus Touch, et l’interaction avec d’autres utilisateurs avec le HTC Vive. Une autre exploration en cours est le potentiel d’utilisation de la RA dans la construction. En partenariat avec le George Brown College de Toronto, nous avons commencé à chercher des moyens d’utiliser AR avec une tablette pour les projets civils et les services publics souterrains. La recherche et la conception avec les deux chaires de recherche industrielle de Pomerleau (une à l’ETS et une autre à Montréal Polytechnics) sont en cours pour combiner SIG et le modèle 3D pour AR et d’autres nouvelles applications au profit des clients et des équipes de projet. Les autres développements de l’utilisation de l’AR comprennent la visualisation du flux d’air, du chauffage et de la climatisation dans chaque pièce, ainsi que le RA pour la gestion des installations, en utilisant Hololens et le casque Daqri. Même si la VR de base pour les bâtiments est actuellement facilement accessible, nous continuons à développer une base de données de modèles, de textures et d’éclairage pour adapter rapidement cette technologie à notre structure d’entreprise et satisfaire les besoins de nos clients. La réalité virtuelle nous a permis d’envisager littéralement le projet final avant son achèvement. Les développements technologiques ont avancé tellement dans un court laps de temps et avec toutes les nouvelles évolutions passionnantes devenues possibles pour la réalité virtuelle, nous aimons ce que nous voyons. Image at left: See more of Pomerlau’s VR action on youtube.com > Canada BIM Council > “Pomerleau - AR & VR” Image on facing page: Point Cloud image of Gouin Bridge, courtesy of Pomerleau

25


CanBIM Award Winner

CanBIM recognizes achievements in BIM through an annual awards presentation to those who demonstrate leadership and innovation through the implementation of technology. We are proud to recognize our 2017 winners.

CanBIM récompense les réalisations BIM (Modélisation des données du bâtiment) en présentant une remise de prix annuelle à ceux qui font preuve de leadership et d’innovation grâce à la mise en œuvre de la technologie. Nous sommes fiers d’annoncer nos gagnants de 2017.

2017 CanBIM Awards

Prix

Thank you to our generous award sponsors: Best in BIM Award/ Gagnant du prix L’excellence BIM, sponsored by NEXT Architecture General Contractor’s Award/ Gagnant du prix d’entrepreneur général, sponsored by Brownlee LLP Barristers and Solicitors International Award/ Prix international, sponsored by Turner Fleischer Architects Design & Engineering Award/ Gagnant du prix Design & Ingénierie, sponsored by SolidCAD Owner’s Award/ Gagnant du prix des Propriétaires, sponsored by B + H Architects Technology Award/ Gagnant du prix de la technologie, sponsored by IBI Group Academic Award/ Gagnant du prix académique, sponsorwed by Global eTraining

26 Innovation Spotlight2018


Gagnant du prix de CanBIM

CanBIM Awards Trophy Design

Conception du Trophée des Récompenses CanBIM

For the 2017 CanBIM Awards, CanBIM wanted to design a trophy that was inspired by innovation and interoperability, while also creating something unique and artistic. CanBIM approached DIALOG, the Winner of the 2016 Design and Engineering Award (Edmonton Ice District Parkade) to design and fabricate the 2017 CanBIM Award prizes.

Pour les l’événement des Prix CanBIM 2017, CanBIM voulait concevoir un trophée inspiré par l’innovation et l’interopérabilité, tout en créant quelque chose d’unique et d’artistique. CanBIM a approché DIALOG, le lauréat du Prix de design et d’ingénierie 2016 (Edmonton Ice District Parkade) pour concevoir et fabriquer les prix du Prix CanBIM 2017.

Krigh Bachmann, Manager of Design Technology, and Matt Stewart, Intern Architect, collaborated to deliver an award that went beyond the traditional, one that would reflect the spirit of CanBIM while also creating a piece that would stand alone as a work of art and architecture. With a goal to highlight digital technology and fabrication techniques by creating something that required digital tools to model and manufacture, their vision was simple and elegant.

Krigh Bachmann, gestionnaire de la technologie de conception, et Matt Stewart, architecte stagiaire, ont collaboré pour produire un prix qui allait au-delà du traditionnel, qui refléterait l’esprit de CanBIM tout en créant une œuvre autonome en tant qu’œuvre d’art et d’architecture. Dans le but de mettre en évidence la technologie numérique et les techniques de fabrication en créant quelque chose qui nécessitait l’utilisation des outils numériques de modélisation et de fabrication , leur vision était simple et élégante.

The idea of the trophy began with the CanBIM logo, a stylized maple leaf that is made up of multiple geometric shapes, which would be difficult to fabricate using traditional construction methods. The award was designed for two moments; the first where all the trophies would be up on stage. Although different in shape and size, they form the shape of the CanBIM maple leaf when arranged together. Secondly, for the moment when the award sits alone in the winner’s office, it would be noticed as a fascinating object or piece of art sitting among their other awards. DIALOG uses digital design tools extensively within their design process and were proud to be a part of the making of the 2017 CanBIM Awards.

L’idée du trophée a commencé avec le logo CanBIM, une feuille d’érable stylisée composée de multiples formes géométriques, qui serait difficile à fabriquer en utilisant des méthodes de fabrication traditionnelles. Le prix a été conçu pour deux instances; la première, où tous les trophées seraient sur scène. Bien qu’ils soient de forme et de taille différentes, ils offrent la forme de la feuille d’érable CanBIM lorsqu’ils sont disposés ensemble. Deuxièmement, lorsque le prix se trouve seul dans le bureau du gagnant, il serait remarqué comme un objet fascinant ou une œuvre d’art parmi les autres prix exposés dans le bureau. DIALOG utilise largement les outils de conception numérique dans le cadre de son processus de conception et l’entreprise était fier de participer à la création des Prix CanBIM 2017.

Image courtesy of DIALOG Image on facing page © dsTroyer.ca / David S. Troyer

27


CanBIM Award BEST Winner IN BIM

Image courtesy of PCL Constructors Inc.

Best in BIM & General Contractor Award Winner

Gagnant du prix L’excellence BIM & d’entrepreneur général

PCL Construction Management Inc., Rocky Ridge Recreation Centre

PCL Construction Management Inc., Centre récréatif de Rocky Ridge

Alistair McKnight, Senior Construction Manager, Cissy Horrocks, Proposal Coordinator, Giancarlo Da Silva, Virtual Construction Coordinator, Iian Ho, Project Coordinator, John Bunting, Business Development Manager, Lisa Marshall, Communications and Marketing Manager, Trevor O’brien, Project Manager. All, PCL Constructors Canada Inc.

Alistair McKnight, directeur principal des travaux de construction, Cissy Horrocks, coordonnateur des soumissions, Giancarlo Da Silva, coordonnateur de la construction virtuelle, Iian Ho, coordonnateur de projet, John Bunting, directeur du développement commercial, Lisa Marshall, directrice des communications et du marketing, Trevor O’brien, gestionnaire de projet. Tous, PCL Constructors Canada Inc.

When designers for the Rocky Ridge Recreation Facility pushed the boundaries on design, it resulted in a stunning example of architecture. Functionally, The Rocky Ridge Recreation Facility (RRRF) is a 26,400 m2, multi-faceted recreation centre that contains four pools, three gymnasiums, two ice rinks, a physiotherapy clinic, daycare, theatre, library, art studio, and an elevated running track.

Lorsque les concepteurs de l’installation de loisirs de Rocky Ridge ont repoussé les limites de la conception, il en est résulté un exemple éblouissant d’architecture. Fonctionnellement, l’installation récréative Rocky Ridge (RRRF) est un centre récréatif polyvalent de 26 400 m2 qui comprend quatre piscines, trois gymnases, deux patinoires, une clinique de physiothérapie, une garderie, un théâtre, une bibliothèque, un atelier d’art et une piste de course surélevée.

The building form is inspiring and unique, creating a very complex set of structure and envelope systems. The curved timber framed roof is shaped to slope in two directions, varies in elevation to mimic the rolling landscape of the site and Calgary’s foothills, and is set out on a radial layout gird. The glulam roof system is supported by a perimeter doublecurved steel truss and canted steel columns. The concrete foundations also vary in geometry and elevation to suit the building’s shape and minimize the amount of reinforced concrete. In plan view, the building has almost no straight walls as the envelope follows the undulating form of the roof and perimeter walls; the parapet permits three dimensional curvature creating a ribbon-like appearance. 28 Innovation Spotlight2018

La forme du bâtiment est inspirante et unique, créant un ensemble très complexe de systèmes de structure et d’enveloppe. Le toit incurvé à charpente en bois est conçu pour s’incliner dans deux directions, varier en hauteur pour imiter le paysage vallonné du site et les contreforts de Calgary, et il est délimité sur un plan radial. Le système de toiture en lamellé-collé est supporté par une poutre en acier à double courbure périmétrale et des colonnes en acier inclinées. Les fondations en béton varient également en termes de géométrie et d’élévation pour s’adapter à la forme du bâtiment et minimiser la quantité de béton armé. En plan,


Gagnant du prix de CanBIM

The structure of the roof system is made up of 60m long-span gluelaminated timbers (glulams), which are perched on top of the intersection of two canted steel columns at either side of the span, laid out on a radial survey grid. The perimeter is curved in plan view, and where no two long-span glulams are alike. Any translation of a percentage of a degree on either side of the long span, or at the intersection of the canted steel columns could result in the structure not fitting together. It could have the potential for rework in the field, having workers at risk in the air trying to fit pieces together, or having to send material back to the factory to be fixed. This possibility for rework could have a huge implication on the project schedule. It was imperative to the success of the project that the structure was fully coordinated, and no doubt having a full functioning and all-encompassing model allowed the team to innovate by prefabricating elements of the project to gain efficiencies in cost, schedule, quality, and safety. With such a complex project, a high level solution was required to address specific challenges, that included: 1.

The building is set on a radial grid with minimal layout dimensions or coordinate points. The curved structure systems caused congestion with the mechanical, electrical, and pool mechanical scopes, requiring a great deal of coordination.

2.

Difficulties with a two dimensional (2D) shop drawing review. Communicating connection issues and scope interface coordination in some cases was almost impossible due to the many structural and envelope members sloping or curving in multiple planes.

3.

Tight connection tolerances required prefabrication, and once on-site it was imperative that the prefabricated pieces would fit together without modification

4.

The fabrication schedule for the glulam beams was longer than the installation schedule, resulting in a significant portion of glulam product being required to be delivered to site without the opportunity to test fit the first set of members for accuracy.

5.

The model coordination process, including clash detection, and combining revisions of multiple models created a bottleneck in the process for the construction management team.

le bâtiment n’a presque pas de murs droits car l’enveloppe suit la forme ondulée du toit et des murs d’enceinte; le parapet permet une courbure tridimensionnelle créant un aspect de ruban. La structure du système de toiture est composée de poutres lamelléescollées (lamelles) de 60 m de long, qui sont perchées au sommet de l’intersection de deux colonnes en acier inclinées de chaque côté de la travée, disposées sur une grille radiale. Le périmètre est courbé en plan, et là où il n’y a pas deux lamellés-collés de longue portée. Toute variation d’un pourcentage de degré de chaque côté de la longue travée, ou à l’intersection des colonnes en acier inclinées, aurait pu empêcher la structure de s’emboîter. Cela pouvait avoir des impacts potentiels sur le terrain, des travailleurs à risque en hauteur essayant d’assembler des pièces ou d’envoyer des matériaux à l’usine pour les réparer. Cette possibilité de retravail pouvait avoir une énorme implication sur le calendrier du projet. Il était impératif pour le succès du projet que la structure soit entièrement coordonnée, et il ne fait aucun doute qu’un modèle complet et fonctionnel permettait à l’équipe d’innover en préfabriquant des éléments du projet pour gagner en efficacité en termes de coûts, de calendrier, de qualité et sécurité. Avec un projet aussi complexe, une solution de haut niveau était nécessaire pour relever des défis spécifiques, notamment: 1.

Le bâtiment est placé sur une grille radiale avec des dimensions minimales ou des points de coordonnées. Les systèmes de structure incurvés ont provoqué une congestion avec les portées mécaniques, électriques et celles mécaniques de la piscine, ce qui a nécessité beaucoup de coordination.

2.

Difficultés avec un examen de dessin d’atelier bidimensionnel (2D). Dans certains cas, la communication des problèmes de connexion et de la coordination de l’interface de portée était presque impossible en raison du grand nombre de membres structurels et d’enveloppes inclinés ou incurvés dans plusieurs plans.

3.

Les tolérances serrées de connexion en préfabrication – une fois sur le site il était impératif que les pièces préfabriquées s’emboîtent sans modification

4.

Le calendrier de fabrication des poutres en lamellé-collé était plus long que le calendrier d’installation, ce qui obligeait à livrer une partie importante du produit lamellé-collé au site sans avoir l’occasion de vérifier l’exactitude du premier ensemble de pièces.

5.

Le processus de coordination du modèle, y compris la détection de interférences, et la combinaison des révisions de plusieurs modèles ont créé un goulot d’étranglement dans le processus pour l’équipe de gestion de la construction.

Solution Details BIM Execution Plan PCL created a BIM execution plan outlining the roles and responsibilities, modelling guidelines, coordination procedures, standards, scopes to be modelled, and best practices for all stakeholders. This plan ensured all parties understood the goals, requirements, and outcomes of 3D BIM coordination. Trade contractors collaborated in a defined real-time BIM environment, which was tied to the master construction schedule to ensure interdependencies to construction activities and milestones were understood. Sixteen trade contractors created construction LOD 400 models from scratch to create a fully integrated and coordinated model. These trade scopes include, but are not limited to, concrete structure, steel, glulam, envelope cladding, mechanical, electrical, glazing, drywall, and masonry.

Schedule for Modelling A detailed breakdown of the construction schedule provided the timelines needed to procure major elements of the project. PCL created a modelling schedule to manage the shop drawing and trade coordination approval process to ensure that all project scopes would be coordinated for fabrication. For example, the sprinkler trade scope needed to be fully coordinated for the glulams to be fabricated, and this resulted in sprinkler shop drawings being required almost a year in advance of when they were needed on site.

Détails de la solution Plan d’exécution de BIM PCL a créé un plan d’exécution BIM décrivant les rôles et les responsabilités, les lignes directrices de modélisation, les procédures de coordination, les normes, les étendues à modéliser et les meilleures pratiques pour toutes les parties prenantes. Ce plan a permis à toutes les parties de comprendre les objectifs, les exigences et les résultats de la coordination 3D BIM. Les entrepreneurs spécialisés ont collaboré dans un environnement BIM en temps réel défini, qui était lié au calendrier principal de construction afin de garantir que les interdépendances avec les activités de construction et les jalons étaient comprises. Seize entrepreneurs spécialisés ont créé des modèles de construction LOD 400 à partir de zéro pour créer un modèle entièrement intégré et coordonné. Ces portées de lots comprennent, sans s’y limiter, la structure en béton, l’acier, le lamellé-collé, le revêtement d’enveloppe, la mécanique, l’électricité, le vitrage, les cloisons sèches et la maçonnerie. 29


CanBIM Award Winner

Image © dsTroyer.ca / David S. Troyer

Image © dsTroyer.ca / David S. Troyer

30 Innovation Spotlight2018


Gagnant du prix de CanBIM

Collaboration and BIM Coordination Process / Interoperability

Calendrier pour la modélisation

Multiple trade models were created through various software applications, including Autodesk Revit, Trimble, Sketchup, Tekla Structures, CADWORK for Glulam, Rhinoceros, Navisworks, and AutoCAD-MEP, and Autodesk 360™ Layout (360 Layout). At the time the project was in preconstruction in 2014, Autodesk BIM 360™ Glue® (360 Glue) was a relatively new software in the industry. It was selected as the coordination software because of its capabilities as a cloud-based, multi-platform solution for combining models. The software allowed the team to develop a lean construction administration process by stepping outside of the conventional coordination process and embracing the 360 Glue software.

Une ventilation détaillée du calendrier de construction a fourni les délais nécessaires pour acquérir les principaux éléments du projet. PCL a créé un calendrier de modélisation pour gérer le processus d’approbation du dessin d’atelier et de la coordination commerciale afin de garantir que tous les lots du projet seraient coordonnés pour la fabrication. Par exemple, les gicleurs devaient être entièrement coordonnée pour les lamellés-collés à fabriquer, ce qui a nécessité des dessins d’atelier de gicleurs presque un an avant leur utilisation sur place.

BIM Enhanced Construction Administration Creating a fully encompassed model enhanced the construction management contract administration process. The result of 3D trade models allowed for the advanced coordination of trade scopes, reducing the coordination required by a typical shop drawing process, reduced RFIs, and reduced the need for coordination changes to the design during construction. The 3D visualization also assisted the project team in approving shop drawings, creating lift drawings, and identifying RFI solutions.

Virtual Mock-Up to Actual Mock-Up A virtual mockup of the typical perimeter condition was created one year in advance of the construction. The BIM process led to the creation of shop drawings, fabrication and construction. This allowed the team to prove the 3D modelling concept, output to construction and fabrication and showcase the design intent of the consultants. Once constructed, a meeting was held to improve constructability, safety, lessons learned, construction sequencing, and the owner benefited from value added changes.

Prefabrication The project team pursued a number of innovative opportunities to prefabricate construction material off site. By moving scopes of work from the construction site to fabrication facilities, opportunities to accelerate the construction schedule and improve production were generated. Fabrication facilities allow trade scopes to be assembled in a controlled environment, increasing quality and reducing schedule risk from adverse weather conditions on the construction site. An additional benefit is that the pre-assembly is typically done at a safe working height, and once assemblies are onsite, they are hoisted into place rather than trying to fit pieces in the air. Preassembled components are then shipped to site just-in-time for installation; thereby reducing material storage on site and waste from excess material. This was used for Parapet frames, glum beams, and exterior glazing.

Concrete Lift Drawings Concrete construction plans generated from the coordinated model were created by PCL and given to field crews. These lift drawing packages contain all elements interfacing with concrete such as M&E blockouts, penetrations, elevations, dimensions, reinforcing details, embeds, and sleeves. This lean tool allowed crews to have all the information at their fingertips so they were not looking for information.

Survey Layout in the Field from the Construction Model and As-Built Conditions Taken Back to the Model Using a Trimble Total Station, surveyors used the concrete model for layout in the field. As-built information was fed back into the model for critical areas to ensure that field conditions matched the model. BIM was a full-circle process from office to field.

Collaboration et processus de coordination BIM / interopérabilité Plusieurs modèles de sous-traitant ont été créés à l’aide de diverses applications logicielles, notamment Autodesk Revit, Trimble, Sketchup, Tekla Structures, CADWORK pour Glulam, Rhinoceros, Navisworks et AutoCAD-MEP, et Autodesk 360 ™ Layout (360 Layout). Au moment où le projet était en préconstruction en 2014, Autodesk BIM 360 ™ Glue® (360 Glue) était un logiciel relativement nouveau dans l’industrie. Il a été choisi comme logiciel de coordination en raison de ses capacités en tant que solution multiplateforme basée sur le cloud pour combiner des modèles. Le logiciel a permis à l’équipe de développer un processus de gestion de la construction allégé en sortant du processus de coordination conventionnel et en adoptant le logiciel 360 Glue.

Administration de la construction améliorée du BIM La création d’un modèle entièrement intégré a amélioré le processus d’administration des contrats de gestion de la construction. Le résultat des modèles 3D des sous-traitants a permis la coordination avancée des lots de construction, réduit la coordination requise d’un processus de dessin d’atelier typique, réduit les RFI, et réduit le besoin de changements de coordination à la conception pendant la construction. La visualisation 3D a également aidé l’équipe du projet à approuver les dessins d’atelier, à créer des dessins d’ascenseurs et à identifier les solutions aux RFI.

Maquette virtuelle à maquette réelle Une maquette virtuelle de la condition de périmètre typique a été créée un an avant la construction. Le processus BIM a conduit à la création de dessins d’atelier, de fabrication et de construction. Cela a permis à l’équipe de prouver le concept de modélisation 3D, de la production à la construction et la fabrication et de présenter l’intention de conception des consultants. Une fois construite, une réunion a eu lieu pour améliorer la constructibilité, la sécurité, les leçons apprises, l’enchaînement de la construction, et le propriétaire a bénéficié de changements à valeur ajoutée.

Préfabrication L’équipe de projet a entrepris un certain nombre d’opportunités novatrices de préfabriquer les matériaux de construction hors site. En déplaçant les porétes de travaux du chantier de construction aux installations de fabrication, des occasions d’accélérer le calendrier de construction et d’améliorer la production ont été générées. Les installations de fabrication permettent d’assembler les structures dans un environnement contrôlé, ce qui augmente la qualité et réduit les risques à l’échéancier causés par des conditions météorologiques défavorables sur le chantier de construction. Un avantage supplémentaire est que le pré-assemblage est généralement effectué à une hauteur de travail sécuritaire, et une fois que les assemblages sont sur place, ils sont hissés en place plutôt que d’assembler des pièces en hauteur. Les composants préassemblés sont ensuite expédiés sur le site juste à temps pour l’installation; réduisant ainsi le stockage des matériaux sur site et les déchets provenant des matériaux en excès. Cela a été utilisé pour les cadres de parapet, les poutres lamellées-collées et les vitrages extérieurs. 31


How BIM Improved Safety, Quality, Schedule, and Cost: In a Single Connection The complexity of the long-span glulam support and the high-degree of tolerance required between the rolling truss and canted steel columns called for a unique solution. The interoperability of the 360 Glue model allowed PCL to be able to meld together the Tekla steel model and the CADWORK for Glulam model. The coordinated 360 Glue model then allowed PCL to use 360 Layout to take points from the model and lay them out in the field, and also allowed crews to verify as-built points back to the model. This ensured confidence that the prefabricated elements would fit together in the field the first time.

Conclusion Safety was a priority, and by prefabricating elements and having verified model-to-survey points laid out in the field, crews were able to spend less time in the air adjusting pieces together or modifying assemblies because the pieces fit together the first time. Preassembling and predrilling connection points allowed for a higher degree of accuracy, and an overall higher quality fit. Reducing rework also protects the steel and glulam coatings applied in the fabrication facility. By prefabricating, less time is spent in the field fitting pieces together, and assemblies are sent to site just in time, and as necessary. The actual installation process went very smoothly, and was finished quicker than anticipated. Reducing the need for rework removed any associated risks to the project schedule. Finishing the installation quicker than anticipated enabled the team to reduce some of the tower crane durations and reduce some of the anticipated heating and hoarding durations; thereby directly reducing construction cost. Of course, this is just one example, but benefits in safety, quality, schedule, and cost were realized across all of the scopes, including concrete foundations, pool mechanical, exterior glazing, mechanical, and electrical. The project team was able to save the owner a significant amount of direct costs due to schedule acceleration associated with higher production outputs. These costs included early dismantle of two tower cranes, reduced heating and hoarding of concrete, and reduced temporary hoardings for winter associated with completion of the closing in the building two months earlier than scheduled. Using BIM, the project team also cut down on the administration time needed by the entire project team to coordinate RFIs due to the ease of visualizing and coordinating a solution.

Dessins d’ascenseur en béton Les plans de construction en béton générés à partir du modèle coordonné ont été créés par PCL et fournis aux équipes de terrain. Ces dessins d’ascenseur à béton contiennent tous les éléments qui interfacent avec le béton, comme les blocages M & E, les pénétrations, les élévations, les dimensions, les détails de renfort, les embarques et les manchons. Cet outil a permis aux équipes d’avoir toutes les informations à portée de main afin qu’ils ne recherchent pas l’informations.

Plan d’arpentage sur le terrain à partir du modèle de construction et des conditions d’origine ramenées au modèle À l’aide d’une station totale Trimble, les arpenteurs ont utilisé le modèle de béton pour la disposition sur le terrain. Les informations des conditions « tel que construit » ont été modifiées dans le modèle, pour les zones critiques, afin de s’assurer que les conditions de terrain correspondaient au modèle. Le BIM était un processus complet du bureau au chantier.

Comment BIM a amélioré la sécurité, la qualité, l’horaire et le coût: en une seule connexion La complexité du support en lamellé-collé de longue portée et le haut degré de tolérance requis entre les poutres en treillis et les poutres en acier incliné nécessitaient une solution unique. L’interopérabilité du modèle 360 Glue a permis à PCL de fusionner le modèle en acier Tekla et le CADWORK pour le modèle de lamellé-collé. Le modèle 360 Glue coordonné a ensuite permis à PCL d’utiliser 360 Layout pour prendre des points à partir du modèle et les placer sur le terrain, et a également permis aux équipages de vérifier les points de construction par rapport au modèle. Cela a permis de valider que les éléments préfabriqués s’intégreraient sur le terrain dès le premier essai.

Conclusion La sécurité était une priorité, et en préfabriquant les éléments et en vérifiant les points d’arpentage sur le terrain, les équipages pouvaient passer moins de temps en hauteur à ajuster les pièces ou à modifier les assemblages parce que les pièces s’emboîtaient la première fois. Les points de connexion de pré-assemblage et de pré-perçage ont permis d’obtenir un degré de précision plus élevé et un ajustement de qualité globalement supérieur. La réduction des reprises protège également


The BIM 360 Glue modelling process assisted all project stakeholders in visualizing and coordinating the final details of the complex design. It created a real-time environment for trades to collaborate in parallel without creating a bottleneck in PCL’s previous process for combining and coordinating multiple models. It also provided the accuracy to prefabricate major elements of the project with the confidence that installation would be seamless once onsite. The final results of using a fully coordinated 3D BIM model were realized in improved performance in safety, quality, cost, and schedule.

les revêtements en acier et en lamellé-collé appliqués dans l’usine de fabrication. En préfabriquant, moins de temps est consacré au montage des pièces sur le terrain, et les assemblages sont envoyés sur le site juste à temps et au besoin. Le processus d’installation s’est très bien déroulé et a été terminé plus rapidement que prévu. La réduction du besoin de retravailler a éliminé tous les risques associés à l’échéancier du projet. L’achèvement de l’installation plus rapidement que prévu a permis à l’équipe de réduire une partie de la durée d’utilisation de la grue à tour et de réduire certaines des durées de chauffage et d’accumulation prévues; réduisant ainsi directement les coûts de construction.

“Not only did the model provide a window into the future, it was also used as a great communications tool. We observed real efficiencies with clash detection and physical assembly that related directly to financial and time savings. I’m confident that the City received good value by going down this route and I would recommend BIM for future projects.”

Bien sûr, ce n’est qu’un exemple, mais des avantages en termes de sécurité, qualité, délais et coûts ont été réalisés dans tous les domaines, y compris les fondations en béton, les salles mécaniques, les vitrages extérieurs, mécaniques et électriques.

- Dwayne Dronyk, Project Manager, Facility Infrastructure, The City of Calgary

«Le modèle a non seulement fourni une fenêtre sur l’avenir, mais il a également été utilisé comme un excellent outil de communication. Nous avons observé de réels gains d’efficacité en matière de détection des collisions et d’assemblage physique qui se rapportaient directement à des économies financières et de temps. Je suis confiant que la Ville a reçu une bonne valeur en empruntant cette route et je recommanderais le BIM pour de futurs projets.»

L’équipe du projet a pu épargner au propriétaire une part importante des coûts directs en raison de l’accélération du calendrier associée à des rendements de production plus élevés. Ces coûts comprenaient le démantèlement hâtif de deux grues à tour, la réduction du chauffage et de l’amarrage du béton et la réduction des panneaux provisoires pour l’hiver associés à l’achèvement de la fermeture du bâtiment deux mois plus tôt que prévu. Grâce à BIM, l’équipe de projet a également réduit le temps d’administration nécessaire à l’ensemble de l’équipe de projet pour coordonner les RFI en raison de la facilité de visualiser et de coordonner une solution. Le processus de modélisation BIM 360 Glue a aidé tous les acteurs du projet à visualiser et à coordonner les derniers détails de la conception complexe. Il a créé un environnement en temps réel pour que les métiers collaborent en parallèle sans créer de goulot d’étranglement dans le processus précédent de PCL pour combiner et coordonner plusieurs modèles. Il a également fourni la précision requise pour préfabriquer les principaux éléments du projet avec la certitude que l’installation serait sans accros une fois sur place. Les résultats finaux de l’utilisation d’un modèle 3D BIM entièrement coordonné ont été réalisés en améliorant les performances en matière de sécurité, de qualité, de coût et de calendrier.

- Dwayne Dronyk, gestionnaire de projet, Infrastructure des installations, La ville de Calgary

Credits: Architect: GEC Architecture Image © dsTroyer.ca / David S. Troyer


CanBIM Award Winner

International Award Winner

Le Gagnant International

Canam Group Inc., Mercedes-Benz Stadium

Canam Group Inc, Le stade Mercedes-Benz

By Steve Beaulieu, Virtual Design & Construction Project Manager, Canam Group Inc.

Par Steve Beaulieu, chef de projet, Conception virtuelle et construction, Groupe Canam inc.

The 2 million square feet Mercedes-Benz Stadium can seat 71,000 spectators for NFL games and 32,456 for MLS games. It will be home to NFL team, the Atlanta Falcons and MLS team, the Atlanta United FC. It is built with a LEED Platinum certification in mind, and is scheduled to open at the end of summer of 2017.

Le stade Mercedes-Benz de 2 millions de pieds carrés peut accueillir 71 000 spectateurs pour les matchs de la NFL et 32 456 pour les matchs de la MLS. Il sera à la maison à l’équipe de la NFL, les Atlanta Falcons et l’équipe MLS, l’Atlanta United FC. Il est construit avec une certification LEED Platinum et devrait ouvrir à la fin de l’été 2017.

Designed as a signature element rather than a utilitarian cover, the Mercedes-Benz Stadium’s retractable roof provides a radical departure from the kinetic roofs of other sports facilities. Derived from the shape of a falcon’s wing, the roof features eight triangular panels that wrap the stadium and move in unison along individual tracks. These movable panels are supported by an extensive network of more than 200 steel trusses that span up to 735 feet across the length of the stadium. This allows the roof to open and close like a camera aperture.

Conçu comme un élément de signature plutôt que comme une couverture utilitaire, le toit rétractable du stade Mercedes-Benz offre un changement radical par rapport aux toits cinétiques des autres installations sportives. Dérivé de la forme d’une aile de faucon, le toit comporte huit panneaux triangulaires qui enveloppent le stade et se déplacent à l’unisson le long des voies individuelles. Ces panneaux mobiles sont soutenus par un vaste réseau de plus de 200 treillis d’acier qui s’étendent jusqu’à 735 pieds sur toute la longueur du stade. Cela permet au toit de s’ouvrir et de se fermer comme une ouverture de caméra.

The project was awarded to Canam Group, by construction manager HHRM JV (Holder Hunt Russell Moody joint venture). Other project partners were: architectural firms: HOK and TVS Design; engineering firms: Buro Happold and Hoberman; steel erectors: Derr & Isbell Construction, Superior Rigging & Erecting company, and Central Steel Erectors (a subsidiary of Canam Group); curtain wall contractor: Crown Corr; façade & retractable roof cladding contractor: Birdair; and retractable roof mechanical contractor: Uni-Systems. All parties involved in the project worked with the Tekla models or referred to the Federated model using Autodesk Navisworks, to facilitate collaboration, coordination and project visualization. The mandate for Canam teams included assistance with design-assist and detailing, BIM and VDC, project management services as well as the fabrication and erection of steel components for the stadium iconic retractable roof. To order the material on time and begin the detailing to meet the schedule, a Tekla model including the main structural members was provided by Engineer of Record, Buro Happold, and has been used to generate the Advance Bill of Material (ABM). Later, that model was used in shop drawings, for the fabrication of each steel assembly, erection plans to define the location of each steel assembly, and to create the skeleton of the buildings. The data generated from the 3D models were extracted and imported into our manufacturing system, which will be used for fabrication and transport of raw material and final products. All of the structural steel, including all catwalks, were detailed in Tekla Structures. For this project, Canam manufactured 29000 tons of structural components and executed 37 300 shop drawings, 61 200 gather sheets and 2200 erection plans. This was a big project with a tight schedule. The native model was separated into16 parts to manage the work coming from seven drafting offices, located in four different time zones. Approximately 300 modellers were working on the project at the peak period. A lot of coordination was required with other trades; for example, the exterior building envelope for the façade and retractable roof has to be coordinated with two types of cladding: a translucent membrane provided by Birdair and an opaque cladding by Crown Corr. As well, the fixed roof and retractable roof had to be coordinated with the mechanical system used to operate the movement of the roof, provided by Uni-systems. Coordination between all parties was facilitated by the creation and use of our federated model, using Navisworks software, which merged together all 3D model elements, manufacturing databases, and schedule data, generating one complete source of data. With this one complete 34 Innovation Spotlight2018

Le projet a été attribué à Groupe Canam par le directeur de la construction HHRM JV (la coentreprise Holder Hunt Russell Moody). Les autres partenaires du projet étaient: des cabinets d’architectes: HOK et TVS Design; des firmes d’ingénierie: Buro Happold et Hoberman; des monteurs d’acier: Derr & Isbell Construction, la société Superior Rigging & Erecting, et Central Steel Erectors (une filiale de Groupe Canam); un entrepreneur en murs-rideaux: Crown Corr; un entrepreneur de revêtement de façade et de toiture rétractable: Birdair; et un entrepreneur en toiture rétractable: Uni-Systems. Toutes les parties impliquées dans le projet ont travaillé avec les modèles Tekla ou se sont référées au modèle Fédéré à l’aide d’Autodesk Navisworks, afin de faciliter la collaboration, la coordination et la visualisation des projets. Le mandat des équipes de Canam comprenait l’aide à la conception et à l’assistance, BIM et VDC, les services de gestion de projet ainsi que la fabrication et l’érection de composants en acier pour le toit escamotable emblématique du stade. Pour commander le matériel à temps et commencer les détails pour respecter le calendrier, un modèle Tekla comprenant les principaux membres de la structure a été fourni par l’ingénieur du dossier, Buro Happold, et a été utilisé pour générer la liste de référence anticipée. Plus tard, ce modèle a été utilisé dans les dessins d’atelier, pour la fabrication de chaque assemblage d’acier, l’érection prévoit de définir l’emplacement de chaque assemblage d’acier, et de créer le squelette des bâtiments. Les données générées à partir des modèles 3D ont été extraites et importées dans notre système de fabrication, qui sera utilisé pour la fabrication et le transport de matières premières et de produits finis. Tout l’acier de construction, y compris tous les podiums, a été détaillé dans Tekla Structures. Pour ce projet, Canam a fabriqué 29 000 tonnes de composants structuraux et exécuté 37 300 dessins d’atelier, 61 200 feuilles de collecte et 2 200 plans de montage. C’était un gros projet avec un calendrier serré. Le modèle natif a été divisé en 16 parties pour gérer le travail provenant de sept bureaux de rédaction, situés dans quatre fuseaux horaires différents. Environ 300 modélisateurs travaillaient sur le projet en période de pointe. Beaucoup de coordination était nécessaire avec d’autres métiers; par exemple, l’enveloppe extérieure du bâtiment pour la façade et le toit rétractable doivent être coordonnés avec deux types de revêtement: une membrane translucide fournie par Birdair et un revêtement opaque par Crown Corr. De plus, le toit fixe et le toit escamotable devaient être coordonnés avec le système mécanique utilisé pour faire fonctionner le toit, fourni par Uni-systems.


Gagnant du prix de CanBIM

Outside View

Drone capture of construction

Drone view of open roof.

Drone view of closed roof.

3d digital model, exterior.

3d digital model, interior. All images courtesy of Canam Group Inc.

35


CanBIM Award Winner

model, we then merged each steel assembly and the external data generated by our manufacturing and planning systems. We also help to visualize the data by using color-coding processes. In order to facilitate the review of the federated model and big data, Canam Group has developed its own data access platform: CCC (Canam Collaboration Center). This way, all parties can visualize, review, analyze, and extract all the data to respond to their needs. From the CCC platform, for a specific project you can use filters to find specific data, visualize in 3D each steel assembly, review the shop drawings of each assembly, get access to the Federated model, and more. There is no need to open multiple software to access the data. During fabrication that was occurring simultaneously in different shops, 3D laser scanning was used as a quality control process on some of the complex and rigid steel assemblies to ensure dimensional reliability and avoid problems and potential delays on site. The laser scan results were superimposed over the 3D model theoretical assemblies to find variances and solve issues prior to delivery. Transport of steel assemblies from the manufacturer’s factory to the project site is another important process. 3D model assemblies were used to generate loading diagrams, defining the size and weights of the shipments, which outlined the road path from the plants to the job site, and the appropriate permits necessary. To meet the tight deadline and minimize the number of crane lifts, structural box trusses were pre-assembled off site and on site. At the peak period, 9 cranes were used at the same time inside the stadium bowl. This required an interrelated well-planned schedule and understanding of site logistics. Erection weight reports were generated from the federated model to assist the planning of the site logistics. Despite multiple requests for changes during the course of the project, the Canam team successfully executed its mandate using Tekla Structures within the specified timeframe and much to the customer’s satisfaction.

Images on facing page: Above: Sky view; Below: Interior under construction. Images courtesy of Canam Group Inc.

36 Innovation Spotlight2018

La coordination entre toutes les parties a été facilitée par la création et l’utilisation de notre modèle fédéré, en utilisant le logiciel Navisworks, qui a fusionné tous les éléments du modèle 3D, les bases de données de fabrication et les données de planification, générant une source complète de données. Avec ce modèle complet, nous avons ensuite fusionné chaque ensemble d’acier et les données externes générées par nos systèmes de fabrication et de planification. Nous aidons également à visualiser les données en utilisant des processus de codage couleur. Afin de faciliter la revue du modèle fédéré et du big data, Groupe Canam a développé sa propre plateforme d’accès aux données: CCC (Canam Collaboration Center). De cette façon, toutes les parties peuvent visualiser, réviser, analyser et extraire toutes les données pour répondre à leurs besoins. À partir de la plateforme CCC, pour un projet spécifique, vous pouvez utiliser des filtres pour trouver des données spécifiques, visualiser en 3D chaque assemblage en acier, revoir les dessins d’atelier de chaque assemblage, accéder au modèle fédéré, et plus encore. Il n’est pas nécessaire d’ouvrir plusieurs logiciels pour accéder aux données. Au cours de la fabrication qui a eu lieu simultanément dans différents magasins, le balayage laser 3D a été utilisé comme un processus de contrôle de qualité sur certains assemblages en acier complexes et rigides pour assurer la fiabilité dimensionnelle et éviter les problèmes et les retards potentiels sur le site. Les résultats du balayage laser ont été superposés aux assemblages théoriques du modèle 3D pour trouver les variances et résoudre les problèmes avant la livraison. Le transport des assemblages en acier de l’usine du fabricant vers le site du projet est un autre processus important. Des assemblages de modèles 3D ont été utilisés pour générer des diagrammes de chargement, définissant la taille et le poids des expéditions, qui décrivaient le chemin de la route entre les usines et le chantier, et les permis appropriés nécessaires. Pour respecter le délai serré et minimiser le nombre de ponts roulants, les fermes de charpente ont été pré-assemblées à l’extérieur du site et sur le site. À la période de pointe, 9 grues ont été utilisées en même temps dans le bol du stade. Cela nécessitait un calendrier bien planifié et bien compris ainsi que la compréhension de la logistique du site. Des rapports de poids d’érection ont été générés à partir du modèle fédéré pour aider à la planification de la logistique du site. Malgré de nombreuses demandes de modifications au cours du projet, l’équipe de Canam a exécuté son mandat avec succès en utilisant Tekla Structures dans les délais prescrits et à la satisfaction du client.


Gagnant du prix de CanBIM

37


CanBIM Award Winner

Design & Engineering Award Winner

Gagnant du prix de conception et ingénierie

Provencher Roy Associates Architects, Tower of Montreal, Olympic Park

Provencher Roy, Architectes Associés : Tour de Montréal, Parc olympique

By Dewar Danielle, Architect intern (B.Arch.), Provencher Roy Architectes Associés

Par Dewar Danielle, Architecte stagiaire (B.Arch.), Provencher Roy Architectes Associés

Provencher_Roy was mandated by the “Régie des Installations Olympiques” in 2015 to renovate the iconic Tower of Montreal of the Olympic Stadium. Originally built in 1976 by the French architect Roger Taillibert, it was not until 1987, ten years later, that the tower was completed. It stands as the world’s tallest inclining tower, topping at 165 meters and defined by its tapering curves and its cantilevering 45-degree stretch. After 30 years of being inhabited, the Tower is being reconfigured to host the offices of Desjardins Bank in 2018, the largest cooperative financial group in Canada. As part of the project, the Tower of the Olympic Stadium will face a major shift in use from an existing sports facility that has never been used, it will now accommodate office spaces of more than 1,000 employees.

Provencher_Roy a été mandaté par la Régie des installations olympiques en 2015 pour rénover l’emblématique Tour du Stade olympique de Montréal. Construit à l’origine en 1976 par l’architecte français Roger Taillibert, ce n’est qu’en 1987, dix ans plus tard, que la tour fut achevée. Elle se dresse comme la tour d’inclinaison la plus haute du monde, culminant à 165 mètres et définie par ses courbes effilées et son tronçon de 45 degrés en porte-à-faux. Après 30 ans d’occupation, la Tour est reconfigurée pour accueillir les bureaux de la banque Desjardins en 2018, le plus important groupe financier coopératif au Canada. Dans le cadre de ce projet, la Tour du Stade olympique fera face à un changement majeur dans l’utilisation d’une installation sportive existante qui n’a jamais été utilisée. Elle accueillera désormais des espaces de bureaux de plus de 1 000 employés.

The new use of the tower for office-type workspaces asked for the optimization of natural light, requiring the existing envelope, consisting predominantly of precast concrete panels, to be demolished and become outfitted with a new, mostly glass envelope. In keeping with the nature of the sports activities that were intended to take place there, the opaque parts of the outer envelope were made with prefabricated concrete panels, while thin strips of high windows were installed to allow zenithal lighting. The mandate required delivery of a successful project in an accelerated schedule with sometimes limited information due to the complexity of the original design and construction. In order to simulate the new curtainwall and therefore aid collision detection at the initial stage, the first step was to collect 3D data by using laser-scanning surveys to capture accurate measurements and create an accurate working model. Point clouds of the envelope of the building and at each floor on the inside of the tower were generated to allow us to model the existing tower using Revit, translating the point clouds data into a full 3D building and data model. Despite the positioning accuracy of this survey, if this project began in 2017, a dronegenerated point-cloud survey and a photogrammetric survey would have also been viable and cost-effective options. The specificity of the existing volume and features of the tower is emphasized by the unique nature of its twisting and curving shape. In order to avoid curved glass, the existing slabs were extended on each floor to achieve a parallel geometry of the new curtain wall from floor to floor. At each respective level, existing customized curved gutters formed into the concrete to collect water runoff and channel it down the sloping side, which were also modelled in 3D, and subsequently modified in the real world in order to accommodate the new envelope. Because some floor heights reached up to 6 meters, intermediate supports were required to hold the insulated glazed panels. This secondary structure, called the “Canadian arms”, brace the curtain wall panels which are also anchored to the edge of the upper and lower floor slabs. The pre-glazed

38 Innovation Spotlight2018

La nouvelle utilisation de la tour pour les espaces de travail de bureau a demandé l’optimisation de la lumière naturelle, nécessitant de démolir l’enveloppe existante, constituée principalement de panneaux de béton préfabriqués et de l’équiper d’une nouvelle enveloppe en verre. Conformément à la nature des activités sportives qui devaient y avoir lieu, les parties opaques de l’enveloppe extérieure ont été réalisées avec des panneaux de béton préfabriqués, tandis que de fines bandes de hautes fenêtres ont été installées pour permettre l’éclairage zénithal. Le mandat exigeait la livraison d’un projet réussi dans un calendrier accéléré avec des informations parfois limitées en raison de la complexité de la conception et de la construction d’origine. Afin de simuler le nouveau rideau et donc faciliter la détection de collision au stade initial, la première étape consistait à collecter des données 3D en utilisant des levés de balayage laser pour capturer des mesures précises et créer un modèle de travail précis. Des nuages de points de l’enveloppe du bâtiment et à chaque étage à l’intérieur de la tour ont été générés pour nous permettre de modéliser la tour existante en utilisant Revit, traduisant les données de nuages de points en un bâtiment 3D complet et un modèle de données. Malgré la précision du positionnement de cette enquête, si ce projet débutait en 2017, un levé de nuages de points généré par un drone et un levé photogrammétrique auraient également été des options viables et rentables. La spécificité du volume existant, et les caractéristiques de la tour, est soulignée par la nature unique de sa forme de torsion et de courbure. Afin d’éviter le verre incurvé, les dalles existantes ont été prolongées à chaque étage pour obtenir une géométrie parallèle du nouveau murrideau d’un étage à l’autre. À chaque niveau respectif, des gouttières courbées personnalisées existantes formées dans le béton pour collecter l’eau de ruissellement et la canaliser sur le côté incliné, ont également été modélisées en 3D puis modifiées dans le monde réel afin d’accueillir la nouvelle enveloppe.


Gagnant du prix de CanBIM

panels, which are all varying sizes and shapes, each weigh approximately 550 kg, and were standardized to a width of 1500 mm in order to optimize the panel fabrication. During installation, slab edges were verified, meter by meter in both the 3D model and by on-site inspection, resulting in a continuous communication and double-checking between the on-site contractor and the architect who controlled and updated the BIM model. An accurate offset of 65 mm had to be maintained between the edge of the slab and the mullions in order to facilitate installation of the fire stop system and the alignment of panel anchors. The construction model was managed over the cloud by the contractor in BIM 360 Glue, where the subcontractors from every trade were required to input critical information into the model before the construction had even started. ‘’Clash detection’’ has been surveyed throughout the process to avoid discrepancies, limit conflicting information, and coordinated with the professionals and different trades. Considering the existing building complexity, we used another cloud service, BIM 360 Field, for issue management, quality, and handover to client, making the construction process a success to date.

Puisque certaines hauteurs de plancher atteignaient jusqu’à 6 mètres, des supports intermédiaires étaient nécessaires pour maintenir les panneaux vitrés isolés. Cette structure secondaire, appelée «les bras canadiens», soutient les panneaux de mur-rideau qui sont également ancrés au bord des dalles des étages supérieurs et inférieurs. Les panneaux pré-émaillés, qui ont toutes des tailles et des formes différentes, pèsent chacun environ 550 kg et ont été standardisés à une largeur de 1 500 mm afin d’optimiser la fabrication du panneau. Pendant l’installation, les bords des dalles ont été vérifiés, mètre par mètre dans le modèle 3D et par inspection sur site, ce qui a permis une communication continue et un double contrôle entre l’entrepreneur sur site et l’architecte qui contrôlait et mettait à jour le modèle BIM. Un décalage précis de 65 mm devait être maintenu entre le bord de la dalle et les meneaux afin de faciliter l’installation du système coupe-feu et l’alignement des ancrages de panneaux. Le modèle de construction a été géré sur le nuage par l’entrepreneur dans BIM 360 Glue, où les sous-traitants de tous les métiers ont dû entrer des informations critiques dans le modèle avant même que la construction ait commencé. La «détection des conflits» a été étudiée tout au long du processus pour éviter les divergences, limiter les informations contradictoires et être coordonnée avec les professionnels et les différents métiers. Compte tenu de la complexité du bâtiment existant, nous avons utilisé un autre service de cloud, BIM 360 Field, pour la gestion des problèmes, la qualité et le transfert au client, ce qui a permis de réussir le processus de construction à ce jour.

39


CanBIM Award Winner

This page: All images courtesy of Provencher Roy Associates Architects

40 Innovation Spotlight2018


Gagnant du prix de CanBIM

Owners Award Winner

Le Gagnant du prix des Propriétaires

York University New Student Centre

Nouveau centre des étudiants de l’Université York

By Hector Tuminan, Vice President/Senior Project Manager and Brian Skripac, Vice President - Director of Virtual Design & Construction - CannonDesign

Par Hector Tuminan, vice-président / gestionnaire principal de projet et Brian Skripac, vice-président - directeur de la conception virtuelle et de la construction - CannonDesign

The New Student Centre on the York University Campus will be complementing the services offered by the original centre, and will respond to the changing needs of the campus’ large and diverse community. Funded and imagined by the students, the programmatic aspirations of the building are to create a “living room” for student life that is broadly embraced by the campus community as a place of social interaction, study and collaboration, meetings and special events, spiritual life, and extended student services. The new building is 150,000 s.f. and includes a rich set of spaces for large gatherings; enclosed rooms and meeting spaces for student services, administration, faith-based offices, and group study; active spaces like studios, and a variety of informal spaces for lounging, collaboration and study. The architecture is generated through an understanding of multiplicity of the individual and collective experiences of students. The design of the building celebrates the privilege of the site; its topography, its centrality on the campus, and its relationship with adjacent modernist buildings.

Le nouveau Centre des étudiants sur le campus de l’Université York complétera les services offerts par le centre original, et répondra aux besoins variables de la grande communauté diversifée du campus. Financé et conçu par les étudiants, les aspirations programmatiques du bâtiment sont de créer une “salle de séjour” pour la vie étudiante qui est largement accueillie par la communauté universitaire comme un endroit d’intéraction sociale, d’étude et de collaboration, de réunion et d’événements spéciaux, de vie spirituelle, et de services élargis aux étudiants. Le nouveau bâtiment fait 150 000 pieds carrés et inclut un riche ensemble d’espaces pour de grandes réunions; des salles fermées et des espaces de rencontres pour des services aux étudiants, les services d’administration, des bureaux confessionnels et pour les groupes d’études, une variété d’espaces pour des studios, et d’espaces informels pour se détendre, collaborer et étudier. L’architecture a été générée selon une compréhension de la multiplicité des expériences individuelles et collectives des étudiants. La conception du bâtiment célèbre le privilège du site; sa topographie, sa concentration sur le campus et sa relation avec les bâtiments modernes adjacents.

The current student centre was designed at a time when York University was half its size. With robust campus growth and increased diversity of its students, the University and the York U. Student Association (YSA) identified the need for a new and expanded facility. The process reached out to many campus organizations; students who use the current union as well as university staff and administrators to validate the need resulting in the new student centre. This effort necessitated a broad campaign to obtain consensus that spanned 4 years; 11,000+ individual student surveys and over 140 student club-specific surveys with nearly 10,000 votes and approximately 90% of the students voting in favour of the project. This was the starting point of an innovative process that required powerful tools and a comprehensive user engagement process to achieve consensus and funnel all the information to the consultants’ team to create a worldclass building.

Le centre des étudiants actuel a été conçu à l’époque où l’Université York était la moitié de sa taille. Grâce à la forte croissance du campus et à la plus grande diversité de ses étudiants, l’Université et l’Association des étudiants de York (YSA) ont identifié le besoin d’une nouvelle installation agrandie. Le processus a impliqué de nombreuses organisations du campus, les étudiants qui utilisent le syndicat actuel ainsi que le personnel et les administrateurs de l’université pour valider les besoins, dont le résultat est le nouveau Centre des étudiants. Cet effort a nécessité une vaste campagne pour obtenir un consensus qui a duré 4 ans. Plus de 11 000 sondages auprès des étudiants et plus de 140 sondages auprès des clubs étudiants avec près de 10 000 votes et environ 90% des étudiants ont voté en faveur du projet. C’était le point de départ d’un processus innovant qui nécessitait des outils puissants et un processus d’engagement complet des utilisateurs pour parvenir à un consensus et canaliser toute l’information vers l’équipe des consultants pour créer un bâtiment de classe mondiale. 41


CanBIM Award Winner

Previous page & this page: All images courtesy of York University & CannonDesign

42 Innovation Spotlight2018


Gagnant du prix de CanBIM

The use of BIM was instrumental for the organization and managing of this data. The technology allowed the design team to create an environment of integration and collaboration to streamline the design/construction process and remove the ambiguity of design intent that comes from traditional project delivery methodologies. Similarly, these evolving digital technologies allowed our client to become more engaged in the design and review process, making it far easier to understand the design intent. Simply put, BIM allowed the client to make easier, more well informed decisions in comparison to a traditional set of two-dimensional documents. Leveraging a BIM-enabled process permitted the team to capture and visualize relevant design information (both geometry and data) from the earliest stages of design that can be reused throughout the entire life-cycle of a building. Model elements created early during the design process continue to evolve and are currently being used for digital fabrication. In the preliminary stages of the project, York University and CannonDesign, architect on the project, created a BIM Execution Plan that became the platform for all collaboration protocols during design, construction and post-construction. By working closely with our clients to understand their needs, CannonDesign was able to develop and manage BIM deliverables to supply the needed spatial and asset information to assist in their Facility Management and Operation & Maintenance activities, working to reduce their total cost of ownership across the life cycle of the building. As part of this process, the contractor and sub trades were required to work in BIM so the geometry and data of specified model elements will continue to evolve from LOD 300 at tender time to LOD 400 during construction to LOD 500 for FM and Operations. Among the many advantages of the use of BIM, special mention should be given to the value it provided during the municipal approval process, such as re-zoning, site plan and building permit. The accuracy of the information embedded in the model and the fact that it was readily available was invaluable to provide immediate response to planners and building plan examiners. Site statistics, schedules, energy model information, area take offs, etc. were easily provided to authorities without delays. This effectively allowed the project to navigate a very complex approval process in record time. Targeting LEED Gold (New Construction), the use of BIM allowed the consultants to devise a strategy to identify credits that could be verified in advance. By taking advantage of the building information model, the ability to quantify and verify the necessary credit information was simplified, while providing a greater level of confidence in the outcomes which helped to reduce the time spent by the consultants’ team submitting the required documents for registration to CaGBC.

L’utilisation du BIM a été déterminante pour l’organisation et la gestion de ces données. La technologie a permis à l’équipe de conception de créer un environnement d’intégration et de collaboration pour rationaliser le processus de conception/construction et supprimer l’ambiguïté de l’intention de conception qui provient des méthodologies traditionnelles de livraison de projet. De même, l’évolution de ces technologies numériques a permis à notre client de s’impliquer davantage dans le processus de conception et de révision, ce qui facilite grandement la compréhension de l’intention de conception. En termes simples, le BIM a permis au client de prendre des décisions plus faciles et mieux informées par rapport à un ensemble traditionnel de documents bidimensionnels. L’utilisation d’un processus BIM a permis à l’équipe de capturer et de visualiser les informations de conception pertinentes (géométrie et données) dès les premières étapes de conception qui peuvent être réutilisées tout au long du cycle de vie d’un bâtiment. Les éléments de modèle créés au début du processus de conception, continuent d’évoluer et sont actuellement utilisés pour la fabrication numérique. Au cours des étapes préliminaires du projet, l’Université York et CannonDesign ont créé un plan d’exécution BIM qui est devenu la plateforme de tous les protocoles de collaboration pendant la conception, la construction et la post-construction. En travaillant en étroite collaboration avec ses clients pour comprendre leurs besoins, CannonDesign a pu développer et gérer les livrables BIM pour fournir les informations spatiales et d’actifs nécessaires aux activités de la Gestion des installations, de l’Exploitation et de l’Entretien, afin de réduire le coût total de possession à travers le cycle de vie du bâtiment. Dans le cadre de ce processus, l’entrepreneur et les sous-traitants devaient travailler en mode BIM afin que la géométrie et les données des éléments spécifiques de modèle continuent d’évoluer de 300 LOD à 400 LOD pendant la construction à 500 LOD pour la GI et les opérations. Parmi les nombreux avantages de l’utilisation du BIM, il convient de mentionner tout particulièrement la valeur qu’il a apporté lors du processus d’approbation municipal, tel que le re-zonage, le plan du site et le permis de construire. L’exactitude de l’information incluse dans le modèle et le fait qu’il était facilement disponible ont été inestimables pour fournir une réponse immédiate aux planificateurs et aux examinateurs de plan de construction. Les statistiques du site, les horaires, les informations sur le modèle énergétique, les décollages de zone, etc. ont été facilement fournis aux autorités sans retard. Cela a permis au projet de passer à travers un processus d’approbation très complexe en un temps record. Ciblant LEED Gold (nouvelle construction), l’utilisation du BIM a permis aux consultants de concevoir une stratégie pour identifier les crédits qui pourraient être vérifiés à l’avance. En tirant parti du modèle d’information sur le bâtiment, la capacité de quantifier et de vérifier l’information de crédit nécessaire a été simplifiée, tout en donnant plus de confiance aux résultats, ce qui a permis de réduire le temps passé par l’équipe de consultants au CBDCa. 43


CanBIM Award Winner

Technology Award Winner

Le Gagnant du prix de Technologie

Assemble Systems, Estimating from the BIM Model

Assemble Systems, Estimation à partir du modèle BIM

Accurate estimating aligns directly with profitability, and low profits are more often due to poor estimating than to unforeseen circumstances on the job. Accurate estimates can be the difference in winning or losing a potential project. The more uncertainty in an estimate, the greater the contingency you’ll add, and the greater the chance that you won’t win the work.

Une estimation précise s’aligne directement sur la rentabilité, et les faibles bénéfices sont plus souvent dus à une mauvaise estimation qu’à des circonstances imprévues au travail. Des estimations précises peuvent être la différence entre gagner ou perdre un projet potentiel. Plus il y a d’incertitude dans une estimation, plus grande sera la contingence que vous ajouterez, et plus grande sera la chance que vous n’obtiendrez pas le travail.

Alternatively, when you can eliminate all or most of your estimating guesswork, you can increase bid competitiveness, optimize profits, and improve your company’s financial stability overall.

Out with the Old Estimating the costs of building systems, materials, and equipment is nothing short of an art. From applying unit rates to take-offs derived from specifications, drawings, and lists (and accounting for corresponding materials and equipment requirements per unit) to including prefabricated components and incorporating various quotes from vendors, this is a complex job. As a project grows in size and complexity, so does the estimating process. Traditional, manual approaches to estimating, including those assisted by 2D takeoff tools, are not up to the task of today’s complex projects. Manually locating and counting objects from a 2D drawing is tedious, time consuming, and prone to misinterpretation and error. If there are areas in which the estimator has less expertise, there is an even greater margin of error. Consulting subcontractors or other sources for clarification can be difficult, if not impossible, under deadline pressure, so many contractors facing this situation resort to guesswork. When the potential for error is high, the contractor’s confidence in the numbers is low, and they will compensate by padding the bid contingency even further. The highly padded bid that results from a manual estimating process not only misrepresents a contractor’s actual abilities and costs, but is less likely to win a project when competing with bids based on accurate data. Assemble Systems has developed a solution that overcomes the challenges of traditional manual estimating processes. Affordable, flexible, and easy to use, the cloud-based software draws on data in the building information model (BIM) to generate highly accurate, reliable quantities in any reporting format you need. Because of the increase in model-based projects, contractors today are basing estimates on a combination of 2D and 3D takeoffs. Estimators often develop early cost estimates using just a 2D program, but as the model evolves and becomes more inclusive of all construction elements,

Alternativement, lorsque vous pouvez éliminer tout ou une partie de conjecture dans vos estimations, vous pouvez augmenter la compétitivité, optimiser les profits et améliorer la stabilité financière globale de votre entreprise.

En finir avec l’ancien L’estimation des coûts des systèmes de construction, des matériaux et de l’équipement n’est rien de moins qu’un art. De l’application des taux unitaires aux devis quantitatifs dérivés des spécifications, dessins et listes (et comptabilisation des exigences de matériaux et d’équipements par unité) à l’inclusion de composants préfabriqués et intégrant diverses soumissions de fournisseurs, il s’agit d’un travail complexe. À mesure qu’un projet grandit en taille et en complexité, le processus d’estimation grandit aussi. Les approches manuelles traditionnelles d’estimation, y compris celles assistées par des outils de devis quantitatif 2D, ne sont pas à la hauteur des projets complexes d’aujourd’hui. La localisation et le comptage manuels d’objets à partir d’un dessin 2D sont fastidieux, longs et sujets à de mauvaises interprétations et erreurs. S’il y a des domaines dans lesquels l’estimateur a moins d’expertise, il y a une marge d’erreur encore plus grande. La consultation de sous-traitants ou d’autres sources de clarification peut être difficile, voire impossible, sous la pression des délais, de sorte que de nombreux entrepreneurs confrontés à cette situation recourent à la conjecture. Lorsque le potentiel d’erreur est élevé, la confiance de l’entrepreneur dans les chiffres est faible, et il compense en complétant la contingence encore plus. L’enchère très élevée qui résulte d’un processus d’estimation manuelle fausse non seulement les capacités et les coûts réels d’un entrepreneur, mais est moins susceptible de remporter un projet lorsqu’il est en concurrence avec des offres basées sur des données précises. Assemble Systems a développé une solution qui surmonte les défis des processus d’estimation manuels traditionnels. Abordable, flexible et facile à utiliser, le logiciel basé sur le cloud s’appuie sur les données du Building Information Model (BIM) pour générer des quantités précises et fiables dans tous les formats de rapports dont vous avez besoin. En raison de l’augmentation des projets basés sur des modèles, les

44 Innovation Spotlight2018


Gagnant du prix de CanBIM

entrepreneurs fondent aujourd’hui leurs estimations sur une combinaison de devis quantitatifs 2D et 3D. Les estimateurs développent souvent des estimations de coûts préliminaires en utilisant simplement un programme 2D, mais à mesure que le modèle évolue et devient plus inclusif de tous les éléments de construction, il devient de plus en plus difficile de gérer les mises à jour dans un environnement 2D. À ce stade, les estimateurs peuvent faire appel à Assemble Systems pour gérer les itérations de conception tout au long de la phase de préconstruction. Voici quelques exemples de la fonctionnalité Assemble Systems qui prend en charge le processus d’estimation:

it becomes increasingly difficult to manage updates in a 2D environment. At that point, estimators can call on Assemble to manage design iterations throughout the preconstruction phase. The following are a few examples of Assemble Systems functionality that supports the estimating process: 1.

Assemble allows you to extract quantities in a matter of seconds, based on the most accurate, up-to-date data in the BIM model.

2.

Assemble gives you access to dynamically connected 2D SmartSheets along with 3D models which allow estimators to compare and visualize the project’s 2D drawing in the context of the model. This combination makes the estimation of curved walls, glazing systems, complex roof line and detailed ceiling layout easier and provides a precise calculation for surface area, perimeter, etc.

3.

4.

5.

Assemble makes it easy to sort, group, and categorize model objects by work breakdown structure (WBS) or bid package, helping you prepare for a more accurate, efficient process on bid day. Estimators can easily move objects to other bid packages to verify bids, or pull quantities to compare with subcontractor numbers. Using Assemble’s Model Variance functionality, estimators can quickly identify the changes made between various design iterations and account for those changes in project estimates, whether the change is in quantity, location, or type. This helps ensure that a bid reflects the most up-to-date project specs. During construction, it can help prevent expensive rework that results from missed change orders. When general contractors or estimators are not completely familiar with the means and methods of the work, they can use Assemble to quickly check that quantities provided by a subcontractor are reasonably consistent with quantities contained in the model, saving days or even weeks of time that would otherwise be spent verifying quantities.

Plans and specifications convey only partial design intent. General contractors and estimators can review the BIM model to understand scope, complexity, and constructability, gaining full understanding of the project and your potential risk. Virtually no two construction projects and no two project estimates are alike; therefore, the general contractor already is at a disadvantage in the estimating process because it can be streamlined only to a limited degree. Assemble provides the flexibility to adapt to the details of any project while delivering highly accurate costs, regardless of varying project details. Model-based estimates are not only more accurate than manual estimating, they are also much faster. The time you save doing model-based estimating can now be devoted to high-value activities such as reviewing constructability and exploring value engineering and other methods of improved project delivery.

1.

Assemble vous permet d’extraire des quantités en quelques secondes, en fonction des données les plus précises et les plus récentes du modèle BIM.

2.

Assemble vous donne accès à des SmartSheet 2D dynamiques connectées avec des modèles 3D qui permettent aux estimateurs de comparer et de visualiser le dessin 2D du projet dans le contexte du modèle. Cette combinaison facilite l’estimation des murs courbes, des systèmes de vitrage, de la ligne de toit complexe et de la disposition détaillée du plafond et fournit un calcul précis de la surface, du périmètre, etc.

3.

Assemble simplifie le tri, le regroupement et la catégorisation des objets du modèle par structure de répartition du travail (WBS) ou dossier d’appel d’offres, ce qui vous permet de vous préparer à un processus plus précis et plus efficace le jour de l’appel d’offres. Les estimateurs peuvent facilement déplacer des objets vers d’autres dossiers d’appel d’offres pour vérifier les enchères ou tirer des quantités pour les comparer aux évaluations des sous-traitants.

4.

À l’aide de la fonctionnalité de variance de modèle d’Assemble, les estimateurs peuvent rapidement identifier les changements apportés entre diverses itérations de conception et tenir compte de ces changements dans les estimations de projet, que la modification soit en quantité, en emplacement ou en type. Cela permet de garantir qu’une offre reflète les spécifications de projet les plus récentes. Pendant la construction, il peut aider à éviter les reprises coûteuses résultant d’ordres de modification manqués.

5.

Lorsque les entrepreneurs généraux ou les estimateurs ne connaissent pas complètement les moyens et les méthodes de travail, ils peuvent utiliser Assemble pour vérifier rapidement que les quantités fournies par un sous-traitant correspondent raisonnablement aux quantités contenues dans le modèle, ce qui économise des jours, voire des semaines de temps qui serait autrement passé à vérifier les quantités.

Les plans et les spécifications ne véhiculent qu’une intention de conception partielle. Les entrepreneurs généraux et les estimateurs peuvent réviser le modèle BIM pour comprendre la portée, la complexité et la constructibilité, pour acquérir une compréhension complète du projet et de votre risque potentiel. Pratiquement aucun projet de construction et estimation n’est semblable; par conséquent, l’entrepreneur général est déjà désavantagé dans le processus d’estimation parce qu’il ne peut être rationalisé que dans une mesure limitée. Assemble offre la flexibilité de s’adapter aux détails de tout projet tout en fournissant des coûts très précis, indépendamment des détails du projet. Les estimations basées sur un modèle ne sont pas seulement plus précises que l’estimation manuelle, elles sont également beaucoup plus rapides. Le temps que vous économisez en effectuant une estimation basée sur un modèle peut maintenant être consacré à des activités de grande valeur, telles que l’examen de la constructibilité et l’exploration de l’ingénierie de la valeur et d’autres méthodes de livraison de projets améliorés. 45


CanBIM Award Winner

Academic Award Winner

Le Gagnant de prix Académic

Dr. Mohammad Delavar

Dr. Mohammad Delavar

Ph.D. Researcher, Department of Civil and Environmental Engineering , University of Western Ontario. Research Project Supervisor: Dr. John Dickinson

Ph.D. chercheur, Département de génie civil et environnemental, Université Western, Ontario. Superviseur de projet de recherche: Dr. John Dickinson

The effective adoption and implementation of Building Information Modelling (BIM) is still challenging for the construction industry. However, studies and reports show a significant increase in the rate of adoption and implementation BIM in mainstream construction activities over the last five years. In contrast, Pre-Engineered Building (PEB) construction, a specialized construction system which provides a very efficient approach for construction of primarily industrial buildings, has not seen the same level of acceptance. The following research reviews the benefits and the main applications of BIM for the PEB industry as well as challenges of its practical implementation. To facilitate the implementation of BIM in the PEB industry, a BIM framework is adapted from pre-fabrication (Pre-fab) industry, and new workflows, process maps, and data-exchange strategies are developed. As the PEB industry traditionally makes significant use of automation in its design and fabrication process, this work accordingly investigates the technical challenges of incorporating automation into the proposed BIM process. Two new BIM concepts, “Planar Concept” and “Floating BIM Level of Development LOD”, are then developed and implemented as a solution to these challenges. To define the proper input/ output criteria for automated BIM design processes, a numerical study was performed to identify an “Optimum LOD”.

L’adoption et la mise en œuvre efficace de la modélisation de l’information sur le bâtiment (BIM) demeure un défi pour l’industrie de la construction. Cependant, des études et des rapports montrent une augmentation significative du taux d’adoption et de mise en œuvre de BIM dans les activités de construction courantes au cours des cinq dernières années. En revanche, la construction de bâtiments préfabriqués, un système de construction spécialisé qui fournit une approche très efficace pour la construction de bâtiments principalement industriels, n’a pas connu le même niveau d’acceptation. Les recherches suivantes examinent les avantages et les principales applications du BIM pour l’industrie des bâtiments préfabriqués ainsi que les défis de sa mise en œuvre pratique. Pour faciliter la mise en œuvre du BIM dans l’industrie du bâtiment préfabriqué, un cadre BIM est adapté de l’industrie de préfabrication (préfabrication), et de nouveaux flux de travail, des cartes de processus et des stratégies d’échange de données, ont été développés. Comme l’industrie du bâtiment préfabriqué utilise traditionnellement de façon importante l’automatisation dans son processus de conception et de fabrication, ce travail étudie en conséquence les défis techniques de l’intégration de l’automatisation dans le processus BIM proposé. Deux nouveaux concepts BIM, «Planar Concept» et «Floating BIM Level of Development LOD», sont ensuite développés et mis en œuvre en tant que solution à ces défis. Pour définir les critères d’entrée/sortie appropriés pour les processus de conception BIM automatisés, une étude numérique a été réalisée pour identifier un «LOD optimale».

A software implementation embodying the research outcomes was developed to illustrate the feasibility of the results. Its step-by-step deployment is analyzed and discussed using an example industry PEB design project. Further, the impact of this work is extended by integrating the developed BIM framework and automated design process with wind engineering design activities and tools and procurement systems. This showed that the deployment of the proposed BIM framework could significantly address existing issues in project design through to operation processes found in the PEB industry. Also, the results indicated that the developed concepts have the potential for supporting the application of automation in the other sectors of the general construction industry.

Research Outcome This research successfully met its general objective of conceiving and creating an automated BIM-assisted design system for the PEB industry. To achieve this, a BIM framework, workflows/process maps, and data-exchange strategies for the PEB industry had to be developed to sufficient maturity to be implemented in software, and followed to successfully deliver an industry-sourced PEB design project. By doing this, the research demonstrates that PEB design and delivery processes can be based on BIM workflows and tools that enable better integration and interoperability with other design, engineering, and procurement stakeholders and their processes. These benefits directly address one of the significant limitations of current PEB processes of having to invest the expert resources and time to do significant manual rework or analysis to address any project requirements beyond delivering routine structures. This was illustrated by using BIM technology to integrate tools for the domains of wind engineering and material take-off (MTO). As part of this work, the current ROI implications of selecting different model LOD requirements was reviewed based on industry practitioner assessments. It was concluded that an LOD of 300 is a broadly good, if not optimal level for model development, thus providing a useful LOD guideline to the broader construction industry currently using BIM. That said, it was observed that significant resources are required during design to reach those LODs and that the automated design development processes common to the PEB industry could be applicable in the broader 46 Innovation Spotlight2018

Une implantation de logiciel incorporant les résultats de la recherche a été développée pour illustrer la faisabilité des résultats. Son déploiement étape par étape est analysé et discuté en utilisant un exemple de projet de conception de bâtiment préfabriqué de l’industrie. En outre, l’impact de ce travail s’est étendu en intégrant le cadre BIM développé et le processus de conception automatisé aux activités de conception d’ingénierie éolienne et aux outils et systèmes d’approvisionnement. Cela a montré que le déploiement du cadre BIM proposé pourrait résoudre de manière significative les problèmes existants dans la conception des projets à travers les processus d’exploitation rencontrés dans l’industrie des bâtiments préfabriqués. De plus, les résultats ont démontré que les concepts développés peuvent soutenir l’application de l’automatisation dans les autres secteurs de l’industrie générale de la construction.

Résultat de la recherche Cette recherche a atteint avec succès son objectif général de concevoir et de créer un système de conception automatisé assisté par BIM pour l’industrie des bâtiments préfabriqués. Pour ce faire, un cadre BIM, des workflows / schémas de processus et des stratégies d’échange de données adaptés ont dû être développés pour atteindre une maturité suffisante pour être implémentés dans un logiciel et être utilisés pour un projet de ce type. Ce faisant, la recherche démontre que les processus de conception et de livraison de bâtiments préfabriqués peuvent être basés sur des workflows BIM et des outils qui permettent une meilleure intégration et interopérabilité avec les autres parties prenantes de conception, d’ingénierie et d’approvisionnement et leurs processus. Ces avantages répondent directement à l’une des limites importantes des processus actuels de production des bâtiments préfabriqués, à savoir investir les ressources et le temps nécessaires pour effectuer des retravaillements ou analyses manuels significatifs afin de répondre à toutes les exigences du projet au-delà des structures de routine. Ceci a été illustré en utilisant la technologie BIM pour intégrer des outils pour les domaines de l’ingénierie éolienne et du prélèvement de matériaux (MTO).


Gagnant du prix de CanBIM BIM Level of Development (LOD); (Based on any specification)

3.

A. Tertiary elements related to P1 Plane

Unreasonable Cost/Time Consumption for Construction Industry

Reasonable for Game/ Entertainment Industries.

(Liner Analytical Model Elements)

B. Tertiary elements related to P1 Plane

LOD 500

(Area Analytical Element)

C. Secondary elements

related to P1 Plane (Liner Analytical Elements)

D. Primary elements

related to P1 Plane (Liner Analytical Elements)

A hypothetical point (level) of Model graphical and non-graphical (information) development (To be achieved)

The research objective (To be achieved)

2. (Suggested) Current BIM utilized by major AEC industry

B.

1.

D.

LOD 100

C.

Reasonable Cost/Time Consumption for Construction Industry Cost/Time Consumption

Predicting δ3, δ2, δ1, δ0 values for automated 3D BIM Analytical/Structural model placement.

Application of Machine Learning for automation in the model placement process

A.

(Suggested) Current Existing Development in BIM technology

Application of Machine Learning for predicting for both automated model placement δ3, δ2, δ1, δ0

Model (Training Data) Typical parametric δ values for each classification (i.e., while δs1=0, δm1=(dPrimary_Structure/2 + dClassified_Element(i)/2) Machine Learning Algorithm Input is a Building Component Classification defined by user, algorithm performs a comparison to recognize element for placement

1.

Minimum Required BIM LOD: Just adequate for simple visualization purposes, basic drafting applications (floor, Roof, Elevation views, etc.). Most of BIM applications can not be achieved.

2.

Optimum BIM LOD- Details and Information: 3D Coordination, Clash Detection, Engineering Design Integration, Automated QTO, Automated Architectural Detail Drawings, Automated Fabrication Drawings. Most of BIM Applications are achieved

3.

Extreme BIM LOD: Adequate for animation and Ultra high resolution Renderes. Most of the details are not required for AEC industry. Automated; BIM System (Model Development Process) Non-Automated; BIM System (Model Development Process)

BIM Level of Development (LOD) vs. Development Cost/Time Consumption (Figure above illustrates the research project proposals, objectives, and hypotheses)

context. Use of such automation has the potential to improve further the ROI achieved when working with LOD 300 models. The feasibility of automated design development was directly illustrated for the PEB context through implementation and the PEB case study example.

Dans le cadre de ce travail, les implications actuelles du retour sur investissement liées à la sélection de différents modèles d’exigences LOD ont été examinées sur la base des évaluations des professionnels du secteur. Il a été conclu qu’une limite de dévelopement de LOD 300 est un niveau globalement bon, sinon optimal, pour le développement de modèles, fournissant ainsi une ligne directrice LOD utile à l’industrie de la construction au sens large utilisant actuellement le BIM. Cela dit, il a été observé que des ressources importantes sont nécessaires pendant la conception pour atteindre ces LOD et que les processus de développement de conception automatisés communs à l’industrie des bâtiments préfabriqués pourraient être applicables dans un contexte plus large. L’utilisation d’une telle automatisation a le potentiel d’améliorer encore le retour sur investissement obtenu en travaillant avec les modèles de LOD 300. La faisabilité du développement de la conception automatisée a été directement illustrée pour le contexte du bâtiment préfabriqué à travers la mise en œuvre et l’exemple de cet étude de cas.

Remarks

Remarques

This Natural Sciences and Engineering Research Council of Canada (NSERC) award winner for academic research is one of the pioneers in North America for proposing, developing, and conducting a direct BIM related research at “Doctoral” level in an engineering department. The advanced API programming on Autodesk Revit which was deployed for the development of methodology and experimental methods in this research, includes over 60,000 line of codes developed over the course four years. This research sets a new appropriate example for future academic development on BIM science and technologies. The full version of the doctoral thesis can be downloaded at Electronic Thesis and Dissertation Repository of Western University at http://ir.lib.uwo.ca/etd/4391/.

Ce lauréat du Prix de recherche universitaire du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) est l’un des pionniers en Amérique du Nord à proposer, développer et mener une recherche BIM directe au niveau «doctoral» dans un département d’ingénierie. La programmation sur Autodesk Revit qui a été déployée pour le développement de méthodologies et de méthodes expérimentales dans cette recherche, comprend plus de 60 000 lignes de codes développées au cours des quatre années. Cette recherche donne un nouvel exemple approprié pour le développement futur des sciences et technologies BIM. La version intégrale de la thèse de doctorat peut être téléchargée à Electronic Thesis and Dissertation Repository de l’Université Western à http://ir.lib.uwo.ca/etd/4391/.

New Data

Element(i) in process of 3D model placement

1. 2.

Known Data Known Responses Model Known Data

Classifier

Uses the training data and defined classifications

Prediction

The nearest 3D coordinates for placement of the element(i) are predicated

Training Data

Model

Machine Learning Algorithm Predicted New Data Responses

Classifier

Prediction

47


CanBIM Award Winner

Professional Achievement Award Recipient

Récipiendaire du prix d’excellence professionnelle

Ellen Bensky, CEO & Principal, Turner Fleischer Architects

Entretien avec Ellen Bensky, PDG et directrice, Turner Fleischer Architects

Interview by Karan Singh, CanBIM Marketing Associate

Propos recueillis par Karan Singh, associé au marketing CanBIM

As a Partner and CEO of Turner Fleischer Architects Inc. and CanBIM member, Ellen has contributed, on a daily basis, to the advancement of BIM and Virtual Design not only in her firm, but industry-wide through her initiatives and dedication. With a passion for learning, she has spear-headed continuing education programs for staff and has presented at on a local and international level. Through her current role, Ellen is able to engage daily in the process of successfully leveraging business needs and architectural realities, driving her passion for operational excellence. Ellen is proudly the recipient of CanBIM’s 2017 Professional Achievement Award for all her accomplishments related to this platform.

En tant que partenaire et PDG de Turner Fleischer Architects Inc. et membre de CanBIM, Ellen a contribué, au quotidien, à l’avancement du BIM et du design virtuel non seulement dans son entreprise, mais dans l’ensemble de l’industrie grâce à ses initiatives et son dévouement. Passionnée par l’apprentissage, elle a dirigé des programmes de formation continue pour le personnel et a présenté des exposés aux niveaux local et international. Grâce à son rôle actuel, Ellen est en mesure de s’impliquer quotidiennement dans le processus de mise à profit des besoins de l’entreprise et des réalités architecturales, ce qui stimule sa passion pour l’excellence opérationnelle. Ellen est fière d’avoir reçu le Prix d’excellence professionnelle 2017 de CanBIM pour toutes ses réalisations liées à cette plateforme.

CanBIM: What do you feel is the most important enabler of technology adoption? Ellen: Primarily it comes down to mindset. A workplace that wants to adopt technology needs to embrace change and dedicate itself to getting rid of the culture of fear that typically surrounds it. The pace of innovation is staggering, but the growth opportunities that come with its implementation are exponential. Ultimately the biggest enabler is being able to adapt to a new paradigm and support your staff to evolve as your firm does.

How do you see the future of BIM and innovation in the Canadian AEC industry? I really see the future in our industry as VDC which has it’s foundation in BIM. The Canadian AEC industry needs to let go of the past and embrace the future, hopefully supported by various levels of government getting on board and mandating BIM. Beyond government bodies, for a BIM-centric future, clients need to be educated on benefits and how this workflow can not only allow for a better product, but give ample savings in both time and money. Looking ahead, contractors need to adopt BIM and demand to be involved in the process earlier. On a similar vein, consultants need to seek out others to work with collaboratively in this environment. I really believe the silos need to be broken, and knowledge-sharing across like minded firms needs to happen. Through open dialogue, we can leverage expertise to better the industry collectively. For a viable future, the AEC industry needs to be proactive in the adoption of BIM and stop being reactive.

What are some of the important milestones we need to hit in the Canadian Industry? Looking at where Canada stands on a global scale, the government really needs to mandate BIM. This would send a strong message that will trickle down to the private sector. In the meantime, however, we need to start sharing knowledge with each other instead of competing with one another. Leveraging our collective experience in order to elevate the industry as a whole would advance our national BIM base and ease its industry wide implementation.

What role does Turner Fleischer play in the evolution of AEC industry in Canada? I am proud that Turner Fleischer is committed to BIM and embraces its potential. In taking this strong stance, we face unique challenges as our work is primarily from the private sector, where BIM is not at the forefront. Even though BIM is unfortunately not a priority for our clients, we take every opportunity to showcase the benefits of BIM – QTO, Clash Detection, 48 Innovation Spotlight2018

CanBIM: À votre avis, quel est le facteur le plus important de l’adoption de la technologie? Ellen: Principalement, l le tout repose grandement sur l’état d’esprit. Un lieu de travail qui veut adapter la technologie doit adopter le changement et se consacrer à se débarrasser de la culture de la peur qui l’entoure habituellement. Le rythme de l’innovation est stupéfiant, mais les opportunités de croissance qui accompagnent sa mise en œuvre sont exponentielles. En fin de compte, le plus grand catalyseur est d’être capable d’adapter un nouveau paradigme et d’aider votre personnel à évoluer dans le même sens que votre entreprise.

Comment voyez-vous l’avenir de BIM et de l’innovation dans l’industrie canadienne de l’AEC? Je vois vraiment l’avenir de notre industrie comme VDC qui a ses fondements dans le BIM. L’industrie canadienne de l’AEC doit abandonner le passé et adopter l’avenir, avec l’espoir que les divers paliers gouvernementaux se joindront au BIM et lui l’incluront dans leurs mandats. Au-delà des organismes gouvernementaux, pour un avenir centré sur le BIM, les clients doivent être informés des avantages et de la façon dont ce flux de travail peut non seulement permettre un meilleur produit, mais aussi permettre des économies de temps et d’argent. Pour l’avenir, les entrepreneurs doivent adopter le BIM et exiger d’être impliqués dans le processus plus tôt. Dans le même ordre d’idées, les consultants doivent chercher d’autres personnes pour travailler en collaboration dans cet environnement. Je crois vraiment que les silos doivent être brisés, et le partage des connaissances entre les entreprises qui ont les mêmes intérêts doit se faire. Grâce à un dialogue ouvert, nous pouvons tirer parti de l’expertise pour améliorer l’industrie collectivement. Pour un avenir viable, l’industrie de l’AEC doit être proactive dans l’adoption du BIM et cesser d’être réactive.

Quels sont certains des jalons importants que nous devons atteindre dans l’industrie canadienne? En regardant où le Canada se situe à l’échelle mondiale, le gouvernement doit vraiment donner un mandat au BIM dans ses projets et son travail dans le secteur public; un message fort qui se répercutera dans le secteur privé. En attendant, nous devons commencer à partager les connaissances les uns avec les autres, au lieu de rivaliser les uns contre les autres. Tirer parti de notre expérience collective afin d’élever l’industrie dans son ensemble ferait progresser notre base nationale BIM et faciliter sa mise en œuvre à l’échelle de l’industrie. Image on facing page of Nobu Residences, Toronto, courtesy of Turner Fleischer Architects


Gagnant du prix de CanBIM

Virtual Reality, Computational Design, etc. We are also committed to taking this message outside of our office. We proactively seek opportunities to speak about our experiences with our BIM transformation, including universities, colleges and conferences. We strive to educate clients, consultants, industry partners and staff, setting ourselves up for success for the time when BIM is a requirement. We are dedicated to being ready. Turner Fleischer has embraced CanBIM and supported the certification process with our employees and our firm, seeing this as an amazing opportunity to support BIM in Canada. Part of this process involves inviting contractors, consultants and experts into our firm to share their knowledge with our staff and to begin to break down the barriers currently in the AEC Industry. From a human resource standpoint, we hire many new comers to Canada who have BIM experience world wide but lack Canadian experience. TF is also proud to hire many co-op students who have great interest in BIM and provide these staff members with the opportunity to work in BIM in our firm.

Can you tell us about any special projects your team is working on that exemplifies innovation? A current project that we are extremely proud of is the Nobu Residences in Toronto. From the start, the client supported BIM. The contractor has been engaged since day one and was part of interview process . The fee proposal format was revised to include “data drops”, which allows for an scheduled exchange of model information.. A great benefit of this has been our ability to use design assist with the trades to vet proposed detailing/options so that we do not have to value engineer during the tender phase. As the project became more developed, we used VR as a tool to show the client what the exterior skin would look like, leading to enhanced client understanding of the project and ensuring the final product was in line with the design intent. Additionally, TF will be modelling the Interior portions of the project based on the ID Consultant’s design. The ID consultant does not work in BIM software, yet the interior work needs to be modelled to facilitate good clash detection. It is an amazing example of innovation and the impact to the project from all perspectives.

What does it mean to you to have been selected by your peers for the CanBIM Professional Achievement Award? To be recognized for my leadership and dedication to Building Information Modelling, Virtual Design and Construction and Innovation in the Canadian AECO Industry shows me that my peers value and recognize the impact everyone can have on the advancement of BIM in the industry. You don’t have to be an architect, engineer or contractor to be an agent of change. As a CEO my role is to address and solve challenges on a daily basis and it is this same mindset that I bring to the promotion of BIM in the Canadian AEC Industry. I strongly believe that in order for the Canadian AEC industry to be aligned in the adoption and promotion of BIM, there needs to be a collaborative group of leaders who are all working with a sense of urgency around the need for exponential change in the industry. I am honoured and grateful to have been selected to receive this award.

CanBIM: Quel rôle joue Turner Fleischer dans l’évolution de l’industrie de l’AEC au Canada? Je suis fière que Turner Fleischer soit engagée dans le BIM et en exploite le potentiel. En adoptant cette position forte, nous faisons face à des défis uniques, car notre travail origine principalement du secteur privé, où le BIM n’est pas à la pointe. Bien que le BIM ne soit malheureusement pas une priorité pour nos clients, nous en profitons, dans le cadre de nos initiatives, pour présenter ce que TF a fait du point de vue BIM - QTO, Détection Clash, Réalité Virtuelle, Conception Computationnelle, etc. En portant ce message à l’extérieur du bureau, nous parlons à chaque occasion de nos expériences apprises lors notre transformation BIM, y compris auprès des universités, des collèges et lors des conférences. Tout en nous établissant dans le succès jusqu’au moment où le BIM deviendra une exigence, nous nous efforçons d’éduquer les clients, les consultants, les partenaires de l’industrie et le personnel. Nous sommes déterminés à être prêts. Turner Fleischer a adopté CanBIM et a soutenu le processus de certification avec nos employés et notre cabinet, voyant cela comme une formidable opportunité de soutenir le BIM au Canada. Une partie de ce processus consistait à inviter des entrepreneurs, des experts-conseils et des experts de notre cabinet pour partager leurs connaissances avec notre personnel et commencer à éliminer les obstacles qui existent actuellement dans l’industrie de l’AEC. Du point de vue des ressources humaines, nous embauchons beaucoup de nouveaux venus au Canada qui ont une expérience BIM dans le monde entier mais qui n’ont pas d’expérience canadienne. TF est également fier d’embaucher de nombreux étudiants coop qui s’intéressent beaucoup au BIM tout en offrant à ces membres du personnel la possibilité de travailler dans BIM au sein de notre cabinet.

Pouvez-vous nous parler des projets spéciaux sur lesquels votre équipe travaille et qui illustrent l’innovation? Tous les jours je vois que Turner Fleischer pousse pour l’innovation. Un exemple est la façon dont le BIM nous a permis d’explorer de nouvelles façons de faire les choses sur les résidences Nobu à Toronto. Dès le départ, la proposition de tarification a été modifiée pour ajouter des «baisses de données», ce qui permet un échange d’informations à différentes étapes du projet. En lien avec le lancement du projet, l’entrepreneur a été engagé dès le premier jour et a participé au processus d’entrevue. Un grand avantage de ce choix était qu’avec l’entrepreneur à bord, nous avons été en mesure d’utiliser l’aide à la conception avec les métiers pour examiner les détails / options proposés afin que nous n’ayons pas à évaluer l’ingénierie pendant la phase d’appel d’offres. Au fur et à mesure que le projet devenait plus engagé, nous avons utilisé la RV comme outil pour montrer au client à quoi ressemblerait le recouvrement extérieur, ce qui améliorait la compréhension du projet par le client et garantissait que le produit final correspondait à l’intention de conception. De plus, TF modélisa les parties intérieures du projet en fonction de la conception du consultant. L’équipe de design d’intérieur ne travailla pas dans le logiciel BIM, mais idéalement, le travail intérieur doit être modélisé pour faciliter la détection de chocs ou conflits. C’est vraiment un projet où l’innovation porte des fruits!

Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’avoir été choisie par vos pairs pour le Prix d’excellence professionnelle CanBIM? D’être reconnue pour mon leadership et mon dévouement à la modélisation de l’information, la conception virtuelle et la construction et l’innovation dans l’industrie canadienne de l’AECO démontre que mes pairs apprécient et reconnaissent l’impact que tout le monde peut avoir sur l’avancement du BIM dans l’industrie. Vous n’avez pas besoin d’être architecte, ingénieur ou entrepreneur pour être un agent de changement. À titre de chef de la direction, mon rôle consiste à adresser et à relever les défis au quotidien et c’est ce même état d’esprit que j’apporte à la promotion du BIM dans l’industrie canadienne de l’AEC. Je crois fermement qu’afin que l’industrie canadienne de l’AEC soit alignée sur l’adoption et la promotion du BIM, il faut un groupe de leaders collaboratifs qui travaillent tous avec un sentiment d’urgence sur la nécessité d’un changement exponentiel dans l’industrie. Je suis honorée et reconnaissante d’avoir été sélectionnée pour recevoir ce prix. 49


Thank you to our generous sponsors!

aodbt architecture + interior design


Merci à nos généreux commanditaires!


CanBIM Member

Teigha® BIM

Teigha® BIM

An Interoperability Solution for Autodesk® Revit® Files

Une solution d’interopérabilité pour les fichiers Autodesk® Revit®

By Neil Peterson, Teigha®

Par Neil Peterson, Teigha®

Interoperability is a key aspect of most BIM projects. With BIM tools being offered by a wide range of vendors, the ability to transfer data between various tools smoothly and without errors can be critical to the success of a project. Industry Foundation Classes (IFC) is a standard that is intended to provide interoperability for the BIM industry. However, data exchange using IFC can be problematic due to the quality of support provided by some vendors, and may not be well suited for certain interoperability problems.

L’interopérabilité est un aspect clé de la plupart des projets BIM. Les outils BIM étant proposés par un large éventail de fournisseurs, la possibilité de transférer des données entre différents outils de manière fluide et sans erreur peut être essentielle au succès d’un projet. Industry Foundation Classes (IFC) est une norme destinée à assurer l’interopérabilité de l’industrie BIM. Cependant, l’échange de données utilisant IFC peut être problématique en raison de la qualité du support fourni par certains fournisseurs, et peut ne pas être bien adapté à certains problèmes d’interopérabilité.

Autodesk® Revit® has been a leading BIM application since its first release in 2000, able to support both IFC import and export. In theory, this gives Revit interoperability with any other application that supports IFC. In practice, however, the question of interoperability with Revit is still an open one since Revit stores data in a proprietary binary file format. Converting this data to and from IFC is a complex task, and one that can be error-prone particularly for large models. Although Revit also provides an integrated .NET API for working with Revit data, the .NET API is available only on Windows, making it unsuitable for many types of applications and requires a full license to run even a small utility. Some vendors address interoperability concerns by providing an Software Development Kit (SDK) for accessing their proprietary file formats, while others provide an open specification for such formats, allowing developers to directly implement importers and exporters. To date, Autodesk has not provided either solution for Revit despite demand for such a product, and no other vendor has offered a stand-alone solution for working with Revit files due to the complexity of the format. With the release of its new Teigha® BIM product in 2017, Open Design Alliance (ODA) is the first company to provide a stand-alone solution for Revit interoperability. ODA is a global technology consortium created in 1998 to provide the CAD industry with interoperability solutions for .dwg, .dgn, .sat (ACIS) and other file formats. ODA’s flagship product is Teigha, a suite of components that includes solutions for interoperability, as well as visualization, publishing and editing of CAD data. Teigha is written in portable C++ and runs on any platform, making it suitable for a wide range of applications. APIs are available for .NET and Java. With a long history of supporting the proprietary .dwg format, ODA is well suited to meeting the challenges posed by Revit files. Revit files use an undocumented binary format, have a complex structure, and new versions appear annually. ODA has overcome these challenges, and in 2017 formally entered the BIM market with the release of Teigha BIM.

Autodesk® Revit® est une application de BIM de premier plan depuis sa première version en 2000. Le logiciel supporte à la fois l’importation et l’exportation IFC. En théorie, cela donne l’interopérabilité Revit avec n’importe quelle autre application qui supporte IFC. En pratique, cependant, la question de l’interopérabilité avec Revit est toujours ouverte puisque Revit stocke les données dans un format de fichier binaire propriétaire. La conversion de ces données vers et à partir d’IFC est une tâche complexe qui peut être sujette aux erreurs, en particulier pour les grands modèles. Bien que Revit fournisse également une API .NET intégrée pour travailler avec les données Revit, l’API .NET n’est disponible que sous Windows, ce qui la rend inutilisable pour de nombreux types d’applications et nécessite une licence complète pour exécuter même un petit utilitaire. Certains fournisseurs abordent les problèmes d’interopérabilité en fournissant une trousse de développement logiciel (SDK) pour accéder à leurs formats de fichiers propriétaires, tandis que d’autres fournissent une spécification ouverte pour ces formats, permettant aux développeurs de mettre en œuvre directement les importateurs et les exportateurs. À ce jour, Autodesk n’a fourni aucune solution pour Revit malgré la demande pour un tel produit, et aucun autre fournisseur n’a proposé de solution autonome pour travailler avec les fichiers Revit en raison de la complexité du format. Avec la sortie de son nouveau produit BIM Teigha® en 2017, Open Design Alliance (ODA) est la première société à fournir une solution autonome pour l’interopérabilité Revit. ODA est un consortium technologique mondial, créé en 1998, pour fournir à l’industrie de la CAO des solutions d’interopérabilité pour .dwg, .dgn, .sat (ACIS) et d’autres formats de fichiers. Le produit phare de l’ODA est Teigha, une suite de composants qui comprend des solutions d’interopérabilité, de visualisation, de publication et d’édition de données CAO. Teigha est écrit en C ++ portable et fonctionne sur n’importe quelle plateforme, ce qui le rend adapté à un large éventail d’applications. Les API sont disponibles pour .NET et Java. Avec une longue histoire de support du format propriétaire .dwg, ODA est bien adapté pour relever les défis posés par les fichiers Revit. Les fichiers Revit utilisent un format binaire non documenté, ont une structure complexe et de nouvelles versions apparaissent chaque année. L’ODA a surmonté ces défis et, en 2017, a officiellement rejoint le marché BIM avec la sortie de Teigha BIM.

52 Innovation Spotlight2018


Membre de CanBIM

Images courtesy of Neil Peterson, TeighaÂŽ

53


CanBIM Member

Teigha BIM gives developers a powerful and flexible alternative for working with Revit data. Its salient features include 1.

Platform Independence. Teigha BIM is written in portable C++ and is available for all popular compilers on Windows, Linux and Mac.

Teigha BIM offre aux développeurs une alternative puissante et flexible pour travailler avec les données de Revit. Ses caractéristiques saillantes comprennent: 1.

Indépendance de la plateforme. Teigha BIM est écrit en C ++ portable et est disponible pour tous les compilateurs populaires sur Windows, Linux et Mac.

BIM Database Access. Full access to all BIM entities in an .rvt/.rfa file is provided through high-level APIs.

2.

BIM Geometry Access. 2D and 3D geometric representations of BIM entities can be accessed via Teigha’s standard geometrical objects. Direct access to B-rep geometry is also available.

Accès à la base de données BIM. Un accès complet à toutes les entités BIM dans un fichier .rvt / .rfa est fourni via des API de haut niveau.

3.

Accès à la géométrie BIM. Les représentations géométriques 2D et 3D des entités BIM sont accessibles via les objets géométriques standards de Teigha. L’accès direct à la géométrie B-rep est également disponible. Support de rendu. Le rendu des modèles Revit peut être intégré dans n’importe quelle application sur n’importe quelle plateforme. • Support de version. Teigha BIM peut lire les versions 2011 + fichiers Revit et peut écrire la dernière version.

2.

3.

4.

Rendering Support. Rendering of Revit models can be integrated into any application on any platform.

5.

Version Support. Teigha BIM can read versions 2011+ Revit files and can write the latest version.

4.

6.

Entity Creation. Client applications can create non-parametric entities with arbitrary geometry for an accurate visual representation of geometric data. Parametric entity creation is under development with the list of supported parametric entity types expanding regularly.

5.

7.

6.

Economical Licensing. Teigha BIM is licensed under a fixed annual fee with no royalties. A full source code license is available to top-tier subscribers.

The data access capabilities of Teigha BIM can be used to solve a wide range of problems. Client applications can directly import the contents of a Revit file into another application for interoperability purposes, Revit files can be searched or indexed for optimized data retrieval, and custom validation code can be written to examine the contents of a file and verify adherence to a set of standards. ODA members who license Teigha BIM also get access to a professional 3D visualization SDK that can be used to render Revit files from any application, and of any size. Teigha rendering supports render modes and materials, with visual styles support that allows customization of silhouettes, hidden edges, transparency and other properties. Teigha BIM comes bundled with a full-featured publishing solution. BIM models can be published as 2D PDF or as PRC-based 3D PDF. Extensive customization options are available for creating feature-rich 3D PDF files with embedded 3D models, multiple views, and other capabilities. A final area of focus for Teigha BIM developers is entity creation. Client applications can create simple geometric entities with arbitrary geometry. In addition, Teigha BIM contains functionality for creating parametric entities programmatically. At the time this article goes to press (Q3 2017), parametric entity support is still in an early stage. Development is progressing rapidly, however, and by the end of 2017 Teigha BIM will support the creation of a growing subset of BIM entities that includes extrusions, revolutions, blends, sweeps, walls, sketches, curves, text notes and more. As a simple example, it will be possible for a client application to create a wall and set parameter values for its various properties. Teigha BIM will then regenerate the geometry for the wall based on these properties.

54 Innovation Spotlight2018

7.

Création d’entité. Les applications clientes peuvent créer des entités non paramétriques avec une géométrie arbitraire pour une représentation visuelle précise des données géométriques. La création d’entités paramétriques est en cours de développement, la liste des types d’entités paramétriques pris en charge augmentant régulièrement. Licence économique. Teigha BIM est autorisé sous une cotisation annuelle fixe sans redevances. Une licence de code source complet est disponible pour les abonnés de premier niveau.

Les capacités d’accès aux données de Teigha BIM peuvent être utilisées pour résoudre un large éventail de problèmes. Les applications locales peuvent directement importer le contenu d’un fichier Revit dans une autre application à des fins d’interopérabilité. Les fichiers Revit peuvent être recherchés ou indexés pour une récupération de données optimisée. Un code de validation personnalisé peut être écrit pour examiner le contenu d’un fichier et vérifier son adhérence aux normes. Les membres de l’ODA qui accordent une licence à Teigha BIM ont également accès à un SDK de visualisation 3D professionnel qui peut être utilisé pour faire des rendus des fichiers Revit à partir de n’importe quelle application et de n’importe quelle taille. Le rendu Teigha prend en charge les modes de rendu et les matériaux, avec un support des styles visuels qui permet la personnalisation des silhouettes, des bords cachés, de la transparence et d’autres propriétés. Teigha BIM est vendu avec une solution de publication complète. Les modèles BIM peuvent être publiés en 2D PDF ou en PDF 3D basé sur PRC. Des options de personnalisation étendues sont disponibles pour créer des fichiers PDF 3D riches en fonctionnalités avec des modèles 3D intégrés, des vues multiples et d’autres fonctionnalités. Un dernier domaine d’intérêt pour les développeurs Teigha BIM est la création d’entités. Les applications locales peuvent créer des entités géométriques simples avec une géométrie arbitraire. En outre, Teigha BIM contient des fonctionnalités permettant de créer des entités paramétriques par programmation. Au moment où cet article est sous presse (Q3 2017), le support des entités paramétriques est encore à un stade précoce. Cependant, le développement progresse rapidement et, d’ici la fin de 2017, Teigha BIM soutiendra la création d’un sous-ensemble croissant d’entités BIM comprenant extrusions, révolutions, mélanges, balayages, murs, croquis, courbes, notes de texte et plus encore. À titre d’exemple


Membre de CanBIM

As Teigha BIM’s entity creation support matures, it will be possible for client applications to programmatically generate Revit files that contain customized elements for any application. This can be done using a lightweight application on any platform, without any dependencies on the Revit application itself. This capability will greatly increase the flexibility of projects that require Revit files as a deliverable. A final important consideration in the engineering process is long-term access to engineering design data. Software development technologies are changing rapidly. Companies and technologies that are popular and successful today may not be so in twenty years. For projects that are too important to depend on the fortunes and whims of a single software company, Teigha BIM can provide a reliable option for long-term access to Revit data.

simple, une application cliente peut créer un mur et définir des valeurs de paramètre pour ses différentes propriétés. Teigha BIM va ensuite régénérer la géométrie du mur en fonction de ces propriétés. À mesure que la prise en charge de la création d’entités de Teigha BIM mûrit, les applications locales pourront générer par programmation des fichiers Revit contenant des éléments personnalisés pour n’importe quelle application. Cela peut être fait en utilisant une application légère sur n’importe quelle plateforme, sans aucune dépendance sur l’application Revit elle-même. Cette fonctionnalité augmentera considérablement la flexibilité des projets qui nécessitent des fichiers Revit en tant que livrables. Une dernière considération importante dans le processus d’ingénierie est l’accès à long terme aux données de conception technique. Les technologies de développement logiciel évoluent rapidement. Les entreprises et les technologies qui sont populaires et réussies aujourd’hui ne le seront peut-être pas dans vingt ans. Pour les projets qui sont trop importants pour dépendre des fortunes et des caprices d’une seule compagnie de logiciel, Teigha BIM peut fournir une option fiable pour l’accès à long terme aux données de Revit.

Above: Screengrabs of Teigha ®; Images courtesy of Neil Peterson, Teigha®

55


CanBIM Member

The Rise of Automated La Hausse de la gestion Construction Management Automatique de la Construction By Ashley Saidi, VDC Business Development Manager, EllisDon

Par Ashley Saidi, Directeur du développement commercial VDC, EllisDon

As Canadian cities expand and infrastructure is developed and densified, construction managers are facing unprecedented pressure to raise the level of efficiency in the industry. Client expectations have been raised, projects have increased in size, scale and complexity, while demand for skilled labour vastly outpaces supply. How are builders successfully commit to and deliver projects in a shorter amount of time, with competitive rates, with little or no margin of error? How is the industry responding to the demand to deliver higher quality, in less time with less budget?

À mesure que les villes canadiennes se développent et que l’infrastructure se développe et se densifie, les gestionnaires de la construction font face à des pressions sans précédent pour accroître le niveau d’efficacité de l’industrie. Les attentes des clients ont été élevées, les projets ont augmenté en taille, en envergure et en complexité, tandis que la demande de main-d’œuvre qualifiée dépasse largement l’offre. Nous nous demandons comment les constructeurs réussissent à s’engager dans des projets et à les livrer dans un délai plus court avec des tarifs compétitifs, tout en faisant face à une marge d’erreur toujours plus réduite? Comment l’industrie répond-elle à la demande d’offrir une qualité supérieure en moins de temps avec moins de budget?

For the past decade, Canadian Construction Professionals, with proclivity for innovation, have used technology to expand their construction management capabilities and meet their deliverables. As these new forms of technology further integrate into their processes, they are able to successfully win more projects while hitting desired deadlines and financial targets. New technology has created a gradual shift in the work culture enabling a more proactive, less adversarial approach to communication. New standards have been put in place, either imposed by clients or naturally embraced by contractors, and the tech suppliers are providing the industry with a myriad of platforms, software, tools, and services that meet industry needs and increase productivity. As a consequence, traditional construction approaches are gradually being set aside. The focus has now shifted to eliminating risk vs simply managing it. It is only a matter of time; with more technologies being used to deliver our work, the traditional reactive construction management processes will be obsolete and a wave of automation will take place. Building Information Modeling (BIM) and so called “reality capture”, such as photogrammetry (a technology that converts images into 3D models) and Laser Imaging, Detection and Ranging (Lidar) or “3D scanning” as is it commonly known, will be the two core technologies that will help enable automation in construction management. Technology suppliers have identified the cost implication of communication silos that exist in the traditional design-bid-build approach prompting them to focus on this market opportunity. Professionals in any discipline will admit that these barriers to fast and fluid communication are the unfortunate realities of the construction world. Whether builder, consultant, trade or even client, these independent disciplines must work concurrently to meet the demand of the project schedule. This creates natural information silos which inevitably cause miscommunication, loss of information, mismanagement and higher risk of error. These communication silos have always been the challenge, slowing the progress forward to new and efficient methods of collaboration and work. This is exemplified by looking at productivity in construction in comparison to other market segments; construction productivity overtime is often shown as flat (and even had negative improvement) whereas manufacturing productivity is thought to have almost doubled in the same timeframe. It is a widely held belief that stronger integration between silos provides an opportunity for vast productivity improvements.

56 Innovation Spotlight2018

Au cours de la dernière décennie, les professionnels canadiens de la construction, enclins à innover, ont utilisé la technologie pour accroître leurs capacités de gestion de la construction et atteindre leurs objectifs. À mesure que ces nouvelles technologies s’intègrent dans leurs processus, elles peuvent remporter plus de projets tout en atteignant les échéances et les objectifs financiers souhaités. La nouvelle technologie a créé un changement progressif dans la culture du travail, permettant une approche plus proactive et moins contentieuse de la communication. De nouvelles normes ont été mises en place, imposées par les clients ou naturellement adoptées par les entrepreneurs, et les fournisseurs de technologie fournissent à l’industrie une myriade de plates-formes, logiciels, outils et services qui répondent aux besoins de l’industrie et augmentent la productivité. En conséquence, les approches de construction traditionnelles sont progressivement mises de côté, l’accent étant désormais mis sur l’élimination des risques par rapport à leur gestion. Avec plus de technologies utilisées pour livrer notre travail, ce n’est qu’une question de temps pour que les processus traditionnels de gestion de la construction réactive deviennent obsolètes et qu’une vague d’automatisation ait lieu. Le Building Information Modeling (BIM) et la «saisie de la réalité», comme la photogrammétrie (une technologie qui convertit les images en modèles 3D), et l’imagerie laser, la détection et la télémétrie (Lidar) ou la «numérisation 3D» sont deux technologies de base les plus connues qui ouvriront la voie à l’automatisation pour la gestion de la construction. Les fournisseurs de technologie ont déterminé que le coût des silos de communication qui existent dans l’approche traditionnelle conceptionsoumission-construction est trop exclusif ou défavorable, ce qui les incite à se concentrer sur cette opportunité de marché. Les professionnels de n’importe quelle discipline admettront que ces obstacles à une communication rapide et fluide sont les réalités malheureuses du monde de la construction. Qu’ils soient constructeurs, consultants, commerciaux ou clients, ces agents indépendants doivent travailler simultanément pour répondre à la demande du calendrier du projet, créant ainsi un silo naturel qui entraîne inévitablement une mauvaise communication, une perte d’information, une mauvaise gestion et un risque d’erreur accru. Ces silos de communication ont toujours été le défi, ralentissant les progrès vers de nouvelles méthodes efficaces de collaboration et de travail. Ceci est illustré par l’examen de la productivité dans la construction par rapport aux autres segments de marché; la productivité dans le secteur de la


Membre de CanBIM

As a result of these communication challenges, design & building industry technology suppliers are developing new tools to bridge industry disciplines together. In other words, the tech suppliers are merging their products together to allow real time exchange of information across all everyone involved with the project. By addressing one of the major challenges in construction, tech companies are expanding their influence over the way we execute work. One could even argue that they are developing their products with a conscious understanding that traditional processes of construction management will be retired and “Automated Construction Management” (ACM) processes will take their place. Although, similar to rise of computational design, ACM will have the builder compete on their ability to streamline & parametrically link estimating, scheduling, logistics and execution through mechanized, data driven planning, procurement and fabrication. It is not to say that knowledge and skilled workers will not be required, but rather they will be looking to develop the skills and people who can do more with less; competing on one’s ability to develop automated processes, reducing the need for human intervention. ACM is now on the rise and tech-savvy construction professionals, who understand the long term implications, are happily supporting the movement. Those who fail to take advantage of these opportunities are slowly seeing their market share erode. BIM is one of today’s core technologies applied across each discipline of the construction industry and is the key technology enabling ACM. Modern construction projects hold the Building Information Model (3D Database) as the beating heart the project; BIM processes are applied enabling the construction management team to proactively

construction est souvent considérée comme nulle, voire négative, tandis que la productivité manufacturière a presque doublé. C’est une croyance largement répandue qu’une intégration plus forte entre les silos offre une opportunité pour de vastes améliorations de la productivité. En raison de ces défis de communication, de la conception et de la technologie de l’industrie du bâtiment, les fournisseurs développent de nouveaux outils pour relier les disciplines de l’industrie. En d’autres termes, les fournisseurs de technologies fusionnent leurs produits pour permettre un échange d’informations en temps réel entre toutes les personnes impliquées dans le projet. En s’attaquant à l’un des principaux défis de la construction, les entreprises technologiques étendent leur influence sur la façon dont nous exécutons le travail. On pourrait même dire qu’ils développent leurs produits en sachant que les processus traditionnels de gestion de la construction seront supprimés avec la «gestion automatisée de la construction» (ACM) qui prendra sa place. Bien qu’apparentant à la montée en puissance de la conception computationnelle, ACM fera en sorte que les constructeurs rivalisent pour rationaliser et paramétrer l’estimation, l’ordonnancement, la logistique et l’exécution grâce à une planification mécanisée et pilotée par les données, à l’approvisionnement et à la fabrication. Cela ne veut pas dire que les connaissances et les travailleurs qualifiés ne seront pas requis, mais plutôt qu’ils chercheront à développer les compétences et les professionels qui peuvent faire plus avec moins; rivaliser sur la capacité de développer des processus automatisés, réduisant le besoin d’intervention humaine. ACM est maintenant à la hausse et les professionnels de la construction qui connaissent bien les technologies et qui comprennent les implications à long terme soutiennent joyeusement le mouvement. Ceux qui ne profitent

Images of Massey Hall, courtesy of EllisDon

57


CanBIM Member

conduct virtual risk assessments, quantity take-offs, coordination, value engineering, schedule monitoring, cost reporting, facility management and more. BIM is indeed the bridging component of the project, creating a shared information environment between the different professional disciplines. Supported by industry standards and protocols, the BIM can be used to host asset information, carrying this project knowledge forward throughout each phase of a project. The BIM evolves over the lifecycle of the project, providing insight into the status of design, while enforcing collaboration and accountability between project stakeholders. Using BIM as Rosetta Stone, the many software developers are finding new ways to integrate project data to generate new insight in real time time, cost & quality project management reporting. Platforms such as Assemble for Quantity Take Offs, Synchro4D for simultaneous 4D construction simulation and 5D cost reporting, EdgeWise Vertiy for Scanto-BIM conversions & QAQC, Fuzor for virtual reality (VR) construction simulations. The recent mass adoption of BIM for design production has resulted in a plethora of startups producing innovative tech solutions not only the purpose of reducing labour and risk, but increasing construction management efficiency and speed. Construction professionals benefit from these new tools as they combine various project silos, cut down risk of human error, provide visual understanding and quicker access to accurate information for better decision making. As these tools digitize traditional construction management, industry best practices are being altered from litigious silos to into fast fluid collaboration with automated methods and methods. Given that most construction projects must tie into existing infrastructure, as the adoption of BIM has increased, so has the demand for technology to capture and model existing conditions. This has led to the wide adaptations of “3D Reality capture” technologies such as Lidar (lasers), photogrammetry (from images) and infrared reflection cameras (think Xbox kinect ). Scan-to-BIM services have become common place; utilizing specialized hardware to capture existing geometric data information on buildings, landscapes and congested spaces, then process the data to generate a 3D point cloud model. A point cloud model is literally millions of vector points, each with an independent x-y-z coordinate. This digital cluster of points can be used during construction to enable the user to automate the analysis of installation status, accuracy, tolerance review, real-time quantity measurements, floor flatness reporting, and more. Therefore the use of Lidar is growing significantly in construction to minimize the risk of inaccurate and incomplete information. Tech companies are investing their time in developing hardware of higher caliber, trying to out-do the previous versions; scanners are being refined, miniaturized, reengineered for both on-land and airborne. The results are dramatic; the machines are scanning longer ranges, at higher precision & faster, while managing to be small and cheaper. Tech companies such as Topcon, Matterport, Trimble, Faro, and Leica are leading the market. In recent years there have been substantial improvements made on the software workflows and algorithms for the registration of the scans (alignment of the scan data to register each individual data set into one homogeneous scan). It is expected that Artificial Intelligence (AI) will soon be utilized completely for processing to further lower the cost the entry into this technology. As mentioned, software and hardwares are being developed with interoperability features, enabling tech merging to service the industry. Combining Lidar and BIM, a process known as Scan-to-BIM, is applied regularly on projects bridging in the virtual and the actual. The generated point cloud model from scanning work is brought into an authoring software (Revit, Rhino, Bentley, etc). The point cloud is used as to layout and model 3D solid geometry, the as-built information of the project scanned. This process allows for the real existing condition of a building, space or element to be accurately represented in the virtual 3D platform.

58 Innovation Spotlight2018

pas de ces opportunités voient lentement leur part de marché s’éroder. BIM est l’une des technologies de base appliquées dans chaque discipline de l’industrie de la construction et constitue la technologie clé permettant ACM. Les projets de construction modernes considèrent le Building Information Model (3D Database) comme le cœur du projet; Les processus BIM permettent à l’équipe de gestion de la construction d’effectuer de façon proactive des évaluations virtuelles des risques, des prélèvements quantitatifs, de la coordination, de l’ingénierie des valeurs, du suivi des échéanciers, des rapports sur les coûts, des installations et plus encore. Le BIM est en effet la composante passerelle du projet, créant un environnement d’information partagé entre les différentes disciplines professionnelles. Pris en charge par les normes et les protocoles de l’industrie, le BIM peut être utilisé pour héberger des informations sur les actifs, en transmettant les connaissances de ce projet à chaque étape d’un projet. Le BIM évolue tout au long du cycle de vie du projet, fournissant un aperçu de l’état de la conception, tout en renforçant la collaboration et la responsabilité entre les parties prenantes du projet. En utilisant BIM comme Rosetta Stone, les nombreux développeurs de logiciels trouvent de nouvelles façons d’intégrer les données de projet afin de générer de nouveaux aperçus dans les rapports de gestion de projet en temps réel, de coût et de qualité. Cela inclut des plates-formes telles que Assemble pour les prises de vue, Synchro4D pour la simulation de construction 4D simultanée et le rapport des coûts 5D, EdgeWise Vertiy pour les conversions Scan-to-BIM et QAQC, Fuzor pour les simulations de réalité virtuelle. L’adoption récente de BIM pour la production de design a donné naissance à une multitude de démarrages, produisant des solutions technologiques innovantes non seulement pour réduire la maind’œuvre et les risques, mais aussi pour augmenter l’efficacité et la rapidité de la gestion de la construction. Les professionnels de la construction bénéficient de ces nouveaux outils car ils combinent différents silos de projets, réduisent le risque d’erreur humaine, fournissent une compréhension visuelle et un accès plus rapide à des informations précises pour une meilleure prise de décision. À mesure que ces outils numérisent la gestion traditionnelle de la construction, les meilleures pratiques de l’industrie passent des silos litigieux à une collaboration fluide et rapide avec des méthodes automatisées. Étant donné que la plupart des projets de construction doivent se rattacher à l’infrastructure existante, l’adoption du BIM a augmenté, de même que la demande de technologie pour capturer et modéliser les conditions existantes. Cela a conduit à de larges adaptations des technologies de capture de réalité 3D telles que les Lidar (lasers), la photogrammétrie (à partir d’images) et les caméras à réflexion infrarouge (pensez à Xbox kinect). Les services de numérisation vers BIM sont devenus une pratique commune, en utilisant un matériel spécialisé pour capturer les informations géométriques existantes sur les bâtiments, les paysages et les espaces encombrés, puis en traitant les données pour générer le modèle de nuage de points 3D. Un modèle de nuage de points est littéralement des millions de points vectoriels, chacun avec une coordonnée x-y-z indépendante. Ce groupe de points numériques peut être utilisé pendant la construction pour permettre à l’utilisateur d’automatiser l’analyse de l’état de l’installation, de la précision, de l’examen de tolérance, des mesures de quantité en temps réel, etc. Par conséquent, l’utilisation de Lidar est en croissance significative dans la construction pour minimiser le risque d’informations inexactes et incomplètes. Les entreprises de technologie investissent leur temps dans le développement de matériel de plus haut calibre, en essayant de surpasser les versions précédentes; les scanners sont affinés, miniaturisés, reconfigurés à la fois sur terre et dans les airs. Les résultats sont spectaculaires. les machines scannent des plages plus longues avec une plus grande précision et plus rapidement, tout en parvenant à être plus petites et moins chères. Les sociétés technologiques telles que Topcon, Matterport, Trimble, Faro et Leica sont en tête du marché. Au cours des dernières années,


Membre de CanBIM

des améliorations substantielles ont été apportées aux flux de travail logiciels et aux algorithmes d’enregistrement des balayages (alignement des données de balayage pour enregistrer chaque ensemble de données en un seul balayage homogène). Il est prévu que l’intelligence artificielle (AI) sera bientôt utilisée complètement pour le traitement afin de réduire davantage le coût de l’entrée dans cette technologie. Comme mentionné, les logiciels et les progiciels sont développés avec des fonctionnalités d’interopérabilité, ce qui permet la fusion de technologies pour servir l’industrie. La combinaison de Lidar et de BIM, un processus connu sous le nom de Scan-to-BIM, est régulièrement appliquée sur des projets de rapprochement dans le virtuel et le réel. Le modèle de nuage de points généré à partir du travail de numérisation est introduit dans un logiciel de création (Revit, Rhino, Bentley, etc.). Le nuage de points est utilisé pour la mise en page et la modélisation de la géométrie solide 3D, les informations de construction du projet analysées. Ce processus permet de représenter avec précision la condition existante réelle d’un bâtiment, d’un espace ou d’un élément dans la plate-forme 3D virtuelle.

Images of Massey Hall digital model, courtesy of EllisDon

59


CanBIM Member

Massey Hall, Toronto Massey Hall, a one of a kind concert hall in Toronto, Ontario, is undergoing an extensive expansion and revitalization. The hall, which first opened in 1894, is considered as one of Toronto’s landmarks, having hosted countless historic performances. Considering the age of the edifice with a reputation to uphold and a list of awaiting performances, there is absolutely no room for error. Therefore, Massey Hall enforced the simultaneous integration of Lidar, BIM and other technologies in the CM project to minimize the risk of costly delays. After Massey Hall was thoroughly scanned, inside and out, the point cloud model was generated and handed over to designers for modeling. With accurate measurements and asbuilt details, the designers delivered the final 3D Design Model containing its new expansion and revitalization components. The design model will be used for BIM coordination throughout the pre-construction and construction phases. Architect, consultants, construction manager and subcontractors are mandated to actively participate and collaborate in BIM processes. Design issues and interferences in the BIM will be identified and immediately remediated. Aimed to reduce the loss of information the BIM will be updated regularly as per site instructions and change orders. Visualization of the BIM will be made accessible on site via mobile devices, reducing miscommunication and on site conflicts. Schedule monitoring and cost reporting will take place with the use of a 4D & 5D software linked to the BIM. 60 Innovation Spotlight2018

Massey Hall, un théâtre d’arts de la scène unique en son genre à Toronto, en Ontario, subit une vaste expansion et revitalisation. La salle, qui a ouvert ses portes en 1894, est considérée comme l’un des points de repère de Toronto pour accueillir d’innombrables artistes internationaux, locaux et historiques de toutes sortes. Compte tenu de l’âge de l’édifice qui a la réputation de se maintenir et d’une liste de spectacles en attente, il n’y a absolument aucune place à l’erreur. Par conséquent, Massey Hall a imposé l’intégration simultanée de Lidar, de BIM et d’autres technologies dans le projet CM afin de minimiser le risque de retards coûteux. Après que Massey Hall ait été entièrement scanné à l’intérieur et à l’extérieur, le modèle de nuage de points a été généré et transmis aux concepteurs pour la modélisation. Avec des mesures précises et des détails tels que construits, les concepteurs ont livré le dernier modèle de conception 3D, contenant ses nouveaux composants d’expansion et de revitalisation. Le modèle de conception sera utilisé pour la coordination BIM tout au long des phases de pré-construction et de construction. L’architecte, les consultants, le directeur de la construction et les sous-traitants sont mandatés pour participer activement et collaborer aux processus BIM. Les problèmes de conception et les interférences dans le BIM seront identifiés et immédiatement corrigés. Destiné à réduire la perte d’information, le

Credits: Architect: KPMB Owner: Massey Hall Roy Thompson Hall Corp. Structural Engineer: Entuitive Construction Manager: EllisDon


Membre de CanBIM

Images of Massey Hall digital model and photograph of interior hall, courtesy of EllisDon

Considering the age of the building, with many hidden unknowns, additional scans after surgical demolition will take place to update and detail the BIM. Thus, for the Massey Hall Expansion and Revitalization project, each component of its construction management (coordination, estimation, scheduling and as-built delivery) is influenced by technologies linked together and working simultaneously. Furthermore, after the fully coordinated BIM is developed, off-site prefabrication of building components and systems will take place, generating an organized, systematic process of construction and installation. Massey Hall, tied to its history and unique value, with the commitment to preserve the integrity of the building, is applying state of the art technology to bring the project to its newly retrofitted state. The vision for automated construction management arises with the understanding that traditional work methods applied across the industry will be automatically generated by digital platforms. Therefore, construction management will no longer be known as the management of various disconnected manual processes, collecting information from sets of uncoordinated 2D drawings generated by different professional disciplines, but rather for the utilization of digital platforms generating real-time information by a shared and multifaceted 3D database managed in collaboration with all construction disciplines. In the near future, it can be expected that an amalgamation of software development companies will further merge construction technology, pushing ACM further into a digital immersive environment. The rise of automation will impact many parts of the industry. Automation is already proving to prevail in the task of quality control, data integration, design and modeling, schedule simulation and updating, cost estimation reporting, and daily data recording. Looking to the future, companies are asking themselves; who will lead this revolution? Will it be the many companies that develop the software? Or will it be the companies that pull it all together to build, maintain apply the automated workflow to actually do extremely more with incredibly less?

BIM sera mis à jour régulièrement selon les instructions du site et les changements de commande. La visualisation du BIM sera rendue accessible sur site via des appareils mobiles, réduisant les problèmes de communication et les conflits sur le site. Le suivi du planning et le rapport des coûts se feront à l’aide d’un logiciel 4D & 5D relié au BIM. Considérant l’âge du bâtiment avec de nombreux inconnus cachés, des analyses supplémentaires après la démolition chirurgicale auront lieu pour mettre à jour et détailler le BIM. Ainsi, pour le projet d’agrandissement et de revitalisation du Massey Hall, chaque composante de sa gestion de la construction (coordination, estimation, ordonnancement et livraison telle que construite) est influencée par des technologies liées entre elles et fonctionnant simultanément. En outre, après la mise au point du BIM entièrement coordonné, la préfabrication hors site des composants et systèmes du bâtiment aura lieu, générant un processus systématique organisé de construction et d’installation. Massey Hall, lié à son histoire et à sa valeur unique avec l’engagement de préserver l’intégrité du bâtiment, applique une technologie de pointe pour amener le projet à son état nouvellement rénové. La vision pour la gestion automatisée de la construction se pose avec la compréhension que les méthodes de travail traditionnelles appliquées dans l’industrie seront générées automatiquement par les plateformes numériques. Par conséquent, la gestion de construction ne sera plus connue comme la gestion de divers processus manuels déconnectés, collectant des informations à partir de jeux de dessins 2D non coordonnés générés par différentes disciplines professionnelles, mais plutôt comme l’utilisation de plateformes numériques générant des informations en temps réel sur une base de données 3D gérée en collaboration avec toutes les disciplines de la construction. Dans un proche avenir, on peut s’attendre à ce que la fusion des sociétés de développement de logiciels fusionne davantage avec la technologie de la construction, poussant ACM plus loin dans un environnement immersif numérique. L’essor de l’automatisation aura des répercussions sur de nombreux secteurs de l’industrie. L’automatisation prévaut déjà dans le contrôle de la qualité, l’intégration des données, la conception et la modélisation, la simulation et la mise à jour du calendrier, le rapport d’estimation des coûts et l’enregistrement quotidien des données. En regardant vers l’avenir, les entreprises se demandent: qui dirigera cette révolution? Est-ce que se seront les nombreuses entreprises qui développent le logiciel? Ou est-ce que ce seront les entreprises qui rassembleront le tout ensemble pour construire, maintenir et appliquer le flux de travail automatisé pour faire vraiment plus avec incroyablement moins? 61


CanBIM Member

Designing for a Manufactured World

Concevoir pour un monde manufacturé

By Liisa Morley, PCL Constructors Canada Inc.

Par Liisa Morley, PCL Constructors Canada Inc.

Building construction, despite all of the technological innovations of recent decades, is still heavily artisanal. The construction industry is still building in very traditional ways, piecing structure and form together from raw materials that are shipped to, and then assembled on-site.

La construction immobilière, malgré toutes les innovations technologiques de ces dernières décennies, est encore fortement artisanale. L’industrie de la construction continue de construire de manière très traditionnelle, en assemblant structure et forme à partir de matières premières qui sont expédiées et, ensuite, assemblées sur place.

However, with the constant challenge to find efficiencies to build faster and smarter, at lesser cost and with higher quality, the pursuit of value has never been at such a premium. This is where we look to the techniques of mass production, to break the rhythm of traditional and inefficient construction. Design for Manufacture and Assembly (DfMA) seeks to reduce materials used on site, labour and overhead costs by employing factory processes to produce building elements that can be efficiently manufactured offsite, shipped to the construction site with just-in-time delivery, and installed in an organized and systematic way. Although it may be difficult to change and challenge the normal way of doing things, PCL is up for that provocation. Terry Olynyk, Senior Construction Manager at PCL Agile, is just one of the dedicated leaders trying to show the Canadian construction market that it is time to embrace an entirely new, flexible way of working. “We made a conscious decision to get in front of the curve to hit refresh on current design-build procurement models, in place of optimizing design and construction processes to reduce time, cost and errors,” says Olynyk. DfMA puts the focus back on design, empowering architects, owners, consultants, the builder, and trades to collaborate and become engaged early in the project life-cycle. A driver for true value creation, PCL Agile, a versatile offering of PCL Constructors Canada Inc. (Toronto), is focused on overcoming the logistical challenges associated with traditional on-site approaches. Armed with the bench strength of Canada’s largest contracting organization, PCL Agile is strategically aligned and dedicated to creating the best environment for offsite manufacturing solutions, one that combines DfMA, self-perform work, and strategic procurement. PCL Agile is both a mindset and space collaboratorium, allowing the builder to work free of climate and weather constraints, with fewer safety hazards, and several other factors that can disrupt work and affect the quality of the project. “DfMA is a way of thinking, a way of designing and building, and a way of uncovering engineering solutions,” adds Olynyk, who himself has been in the construction industry for over 25 years, progressing from a field technician, through a series of management roles within PCL, to overseeing the creation of PCL’s Renewable Energy Division that has constructed more than 470 MW DC of green energy in Ontario since 2009. In his current role, Olynyk believes “it requires a united mindset shared between the developer, designer and builders. Instead of design first, and then trying to see what could be built in a modular way, we’re working to influence the concept of moment zero, where all disciplines come together to create ultimate value, evidenced by speed to market, safety, quality and predictability.”

62 Innovation Spotlight2018

Cependant, avec le défi constant de trouver des efficiences pour construire plus vite et plus intelligemment, à moindre coût et avec une qualité supérieure, la recherche de la valeur n’a jamais été aussi importante. C’est là que nous regardons les techniques de production de masse pour briser le rythme de la construction traditionnelle et inefficace. La conception pour la fabrication et l’assemblage (DfMA) vise à réduire les matériaux utilisés sur les chantiers, les coûts de main-d’œuvre et les frais généraux en produisant des éléments de construction qui peuvent être fabriqués efficacement hors site, livrés au chantier juste à temps et installés d’une manière organisée et systématique. Bien qu’il puisse être difficile de changer et de remettre en question la façon normale de faire les choses, PCL est prêt pour cette provocation. Terry Olynyk, directeur principal de la construction chez PCL Agile, est l’un des chefs de file dévoués qui tentent de montrer au marché canadien de la construction qu’il est temps d’adopter une toute nouvelle façon de travailler. «Nous avons délibérément décidé de nous mettre au diapason des modèles d’approvisionnement actuels en conception-construction, au lieu d’optimiser les processus de conception et de construction pour réduire le temps, les coûts et les erreurs», explique Olynyk. DfMA met l’accent sur la conception, permettant aux architectes, propriétaires, consultants, au constructeur et aux métiers de collaborer et de s’impliquer tôt dans le cycle de vie du projet. Pionnier de la création de valeur véritable, PCL Agile, une offre polyvalente de PCL Constructors Canada Inc. (Toronto), vise à relever les défis logistiques liés aux approches traditionnelles sur place. Armé de l’effectif de réserve de la plus grande organisation contractante du Canada, PCL Agile est stratégiquement aligné et dédié à la création du meilleur environnement pour les solutions de fabrication hors site; celui qui combine DfMA, travail autonome et approvisionnement stratégique. PCL Agile est à la fois un état d’esprit et un collaboratorium spatial, permettant au constructeur de travailler sans contraintes climatiques et météorologiques avec moins de risques pour la sécurité, et plusieurs autres facteurs qui peuvent perturber le travail et affecter la qualité du projet. «DfMA est une façon de penser, une manière de concevoir et de construire, et une façon de découvrir des solutions d’ingénierie», ajoute Olynyk, qui est lui-même dans l’industrie de la construction depuis plus de 25 ans. Il a supervisé la création de la Division des énergies renouvelables de PCL qui a construit plus de 470 MW DC d’énergie verte en Ontario depuis 2009. Dans son rôle actuel, Olynyk croit qu ‘«il faut un état d’esprit partagé entre le promoteur, le concepteur et les constructeurs. Au lieu Images at right: an inside look at the PCL Agile space. Courtesy of PCL Constructors Canada Inc


Membre de CanBIM

63


CanBIM Member

64 Innovation Spotlight2018


Membre de CanBIM

With a team including BIM (Revit) staff, project management, and production staff, supplemented by in-house specialists in fabrication and modular construction, PCL Agile collaborates with consultants to share models for coordination and clash mitigation to achieve design optimization for the DfMA process. Problems are resolved in advance so that no time is wasted on the shop floor. “By using the latest virtual construction technology, we’re able to identify elements of a project that can be prefabricated as modules of various sizes and complexity in a controlled factory environment,” says Olynyk. “By doing this, PCL is able to significantly improve productivity and efficiency, while reducing the time that would have been required to build these components onsite.” “To embrace the digital future, the ability to harness the power of technology is just as important as putting the tools in action in the factory,” Olynyk adds, emphasizing the importance of working with those who have multidimensional talents. While manual labour and trade skills are a necessity, Olynyk points to an increased leveraging of software, such as AutoCAD, Revit, Inventor and BIM for fabrication drawings; technologies which he points out enable the direct feed of data into machines. Utilizing its own 65,000 square-foot offsite production facility and self-perform work crews, PCL Agile designs, engineers, manufactures and assembles offsite modular building solutions at every scale and for a full range of applications. From simple building components such as washroom pods, corridors, stairwells and penthouses, to foundation systems such as helical piles, to repurposed sea cans and fully fitted-out mission critical data centres and battery storage facilities, “It can all be done here in the plant,” adds Olynyk. “We are able to draw on in-house resources, and those of our trade and consultant partners, to integrate PCL Agile seamlessly into project deliveries,” he says. “It’s no secret that experienced trade workers are in high demand in Ontario,” states Olynyk, and no doubt there is a preference to working indoors at a safe level rather than in unpredictable conditions on a construction site. “We have highly skilled workers at our plant that get to experience many different project types.” Improved site access, reduced congestion and trade stacking, and less need for scaffolding all enhance productivity and safety. Modularization allows workers to perform a constant scope of work closer to the ground and in accordance with consistent standards, procedures, and policies.

de concevoir d’abord, puis d’essayer de voi our influencer le concept du moment zéro, où toutes les disciplines se réunissent pour créer une valeur ultime, mise en évidence par la rapidité de commercialisation, la sécurité, la qualité et la prévisibilité.» Avec une équipe comprenant le personnel BIM (Revit), la gestion de projet et le personnel de production, complétée par des spécialistes internes en fabrication et en construction modulaire, PCL Agile collabore avec des consultants pour partager des modèles de coordination et d’atténuation des conflits. Les problèmes sont résolus à l’avance afin de ne pas perdre de temps dans l’atelier. «En utilisant la dernière technologie de construction virtuelle, nous sommes en mesure d’identifier les éléments d’un projet qui peuvent être préfabriqués en tant que modules de différentes tailles et de complexité dans un environnement d’usine contrôlé», explique Olynyk. «En faisant cela, PCL est en mesure d’améliorer considérablement la productivité et l’efficacité, tout en réduisant le temps qui aurait été nécessaire pour construire ces composants sur le site». «Pour embrasser l’avenir numérique, la capacité d’exploiter la puissance de la technologie est tout aussi importante que de mettre les outils en action dans l’usine», ajoute Olynyk, soulignant l’importance de travailler avec ceux qui ont des talents multidimensionnels. Alors que le travail manuel et les compétences commerciales sont une nécessité, Olynyk souligne une augmentation de l’utilisation de logiciels, tels que AutoCAD, Revit, Inventor et BIM pour les dessins de fabrication. Les technologies qu’il indique permettent l’alimentation directe des données dans les machines. Utilisant ses propres installations de production hors site de 65 000 pieds carrés et ses équipes de travail auto-exécutées, PCL Agile conçoit, fabrique et assemble des solutions de construction modulaire hors site à toutes les échelles et pour une gamme complète d’applications. Qu’il s’agisse de composants de construction simples tels que cabines de toilettes, couloirs, cages d’escalier et penthouses, systèmes de fondation tels que pieux hélicoïdaux, conteneurs maritimes réutilisés, centres de données critiques et installations de stockage de batteries entièrement équipées, «Tout peut être fait à l’usine,» ajoute Olynyk. «Nous sommes en mesure de tirer parti des ressources internes et de celles de nos partenaires commerciaux et consultants pour intégrer PCL Agile de manière transparente dans les livraisons de projets», explique-t-il. «Ce n’est un secret pour personne que les travailleurs expérimentés sont très en demande en Ontario», affirme Olynyk, et il est sans 65


CanBIM Member

Engineering, module assembly, and site work can proceed concurrently when DfMA techniques are employed, significantly reducing overall cycle time. Fabrication in a factory-controlled environment also generates less waste, and creates fewer site disturbances, which affects the overall embodied energy of the project. Embodied energy is the sum of all energy needed to produce a product, as if that energy were incorporated or “embodied” into the product itself. Reducing embodied energy therefore reduces a building’s carbon footprint, which is the sum of all greenhouse gases emitted during the full life cycle of a product.

doute préférable de travailler à l’intérieur à un niveau sécuritaire plutôt que dans des conditions imprévisibles sur un chantier de construction. «Nous avons des travailleurs hautement qualifiés dans notre usine qui expérimentent différents types de projets.»

The PCL Agile team is able to work with project stakeholders to determine the most appropriate DfMA solution, and with easy access to road, rail, and ship, PCL is able to serve the prefabrication needs of clients across North America. “This reinforces our century-long track record as a construction company dedicated to providing construction services that are focused on meeting each client’s unique needs, while driving a culture of innovation that continues to push the industry forward,” concludes Olynyk.

L’ingénierie, l’assemblage de modules et le travail sur site peuvent se dérouler simultanément lorsque des techniques DfMA sont utilisées, ce qui réduit considérablement le temps de cycle global. La fabrication dans un environnement contrôlé en usine génère également moins de déchets et crée moins de perturbations sur le site, ce qui affecte l’énergie globale du projet. L’énergie incorporée est la somme de toute l’énergie nécessaire pour produire un produit, comme si cette énergie était incorporée ou «incluse» dans le produit lui-même. La réduction de l’énergie intrinsèque réduit donc l’empreinte carbone d’un bâtiment, qui est la somme de tous les gaz à effet de serre émis pendant le cycle de vie complet d’un produit.

Images on previous page and top left: An inside look at the PCL Agile space. Image at bottom left: Modules being lifted into place on site. Image on facing page, bottom: Pre-fabricated modules from PCL Agile space being placed on site. All images courtesy of PCL Constructors Canada Inc.

66 Innovation Spotlight2018

L’amélioration de l’accès au site, la réduction de la congestion, l’empilage commercial et le besoin moindre d’échafaudages améliorent la productivité et la sécurité. La modularisation permet aux travailleurs d’effectuer une portée constante de travail plus près du sol et en conformité avec des normes, procédures et politiques cohérentes.

L’équipe de PCL Agile est en mesure de travailler avec les parties prenantes du projet pour déterminer la solution DfMA la plus appropriée. Avec un accès facile à la route, au rail et au navire, PCL est en mesure de répondre aux besoins de ses clients en Amérique du Nord. «Cela renforce notre expérience de longue date en tant qu’entreprise de construction vouée à fournir des services de construction axés sur les besoins uniques de chaque client, tout en favorisant une culture d’innovation qui continue de faire progresser l’industrie», conclut Olynyk.


Membre de CanBIM

67


CanBIM Council

CanBIM Education, Research & Certification Pietro Ferrari, B.Tech, B.Arch, M.Arch, MRAIC, Assoc.AIA Director, Canada BIM Council; Chair, CanBIM Education & Research Committee; Professor, School of Architectural Studies (SAS), George Brown College

As CanBIM enters its tenth year of activity, we look back at 2017 as the most active year thus far for the CanBIM Education and Research Committee, as well as the catalyst for what promises to be further progress in its continued growth and leadership. The CanBIM Professional Certification Program continues to grow as the industry increasingly looks to the program’s objective to recognize, establish, and guide national industry BIM competency levels for professionals to ensure a productive, healthy, and sustainable eco-system for Canada’s BIM partners. To date, 243 professionals, both national and international, have received CanBIM-certified designations and all indications are that 2018 will see a continued recognition of professional skills and experience. As the program evolves to meet the AECOO industry’s needs, additional professional certification designations are currently being considered for introduction in 2018. As the number of CanBIM-certified individuals grows, the CanBIM Company Certification Program expands in parallel. The pathway to BIM-integration begins with the knowledge and skill base of an organization’s most valuable asset: its people. CanBIM Company Certification Level 1 distinguishes those organizations which have invested in their people and is awarded to an organization which has at least one employee certified at each of the four CanBIM Professional Certification Levels. To date, 4 companies have met that benchmark as CanBIM develops the next phase of the CanBIM Company Certification Program. In its goal to support BIM educational initiatives in Canada, the CanBIM Educational Certification Program has equally undergone significant growth over the last year, issuing 20 Educational Certifications for BIM-related courses and programs across the country, thus ensuring that skills being taught by Canadian post-secondary institutions and corporate training providers remain relevant to the evolving Canadian industry. The program distinguishes and recognizes all BIM-related curriculums ranging from software-centric to theory and management-centric. In an effort to facilitate the transition of students from academia to industry, in 2017 CanBIM introduced the “Fast-Track Application Process” for graduates from a CanBIMcertified course or program and, to further streamline the certification process for graduates, is set to launch its “Integrated Pathway to Certification” (IPC) in early 2018 for certified educational programs, providing students with the opportunity to complete certification requirements while earning a certificate , diploma or degree. Lastly, a very significant pulse in the goal of consistent and relevant BIM education and training in Canada is the synergy created through the collaboration of the CanBIM Education & Research Committee and the buildingSMART Canada (bSC) Education Committee. The committees came together in early 2017 to develop a Canadian Learning Outcome Framework (LOF) which both organizations can support and endorse in unison to further hone Canadian BIM educational initiatives. In addition, CanBIM and bSC are working together to leverage the progress and success of the CanBIM Professional Certification Program to create a jointly-endorsed Canadian certification which will permit articulation with the buildingSMART International (bSI) certification program. In 2018, the CanBIM Education and Research Committee, in unison with the buildingSMART Canada Education Committee, looks forward to working with representatives from industry and academia to continue to support the robust growth of digital innovation within the Canadian architectural, engineering, construction, and facility management sectors.

68 Innovation Spotlight2018


Conseil de CanBIM

CanBIM Éducation, recherche et certification Pietro Ferrari, B.Tech, B.Arch, M.Arch, MRAIC, directeur d’Assoc. AIA, Conseil BIM du Canada; Président du comité d’éducation et de recherche CanBIM; Professeur, École d’études architecturales (SAS), George Brown College

Alors que CanBIM entre dans sa dixième année d’activité, nous considérons 2017 comme l’année la plus active jusqu’à maintenant pour le Comité de recherche et d’éducation CanBIM, ainsi que le catalyseur de ce qui promet d’être une prériode de croissance continue et de leadership. Le programme de certification professionnelle CanBIM continue de croître alors que l’industrie se tourne de plus en plus vers l’objectif du programme de reconnaître, établir et guider les niveaux de compétence BIM nationaux pour les professionnels afin d’assurer un écosystème productif, sain et durable pour les partenaires BIM du Canada. À ce jour, 243 professionnels, nationaux et internationaux, ont reçu des désignations certifiées CanBIM et tout indique que 2018 verra une reconnaissance continue des compétences et de l’expérience professionnelles. Au fur et à mesure que le programme évolue pour répondre aux besoins de l’industrie de l’ AICPG, nous envisageons présenter de nouvelles désignations de certification professionnelle pour l’année 2018. À mesure que le nombre de personnes certifiées CanBIM augmente, le programme de certification des entreprises CanBIM prend de l’expansion en parallèle. Le chemin vers l’intégration BIM commence avec la base de connaissances et de compétences de l’atout le plus précieux d’une organisation: ses employés. Le niveau 1 de certification des entreprises CanBIM permet aux organisations qui ont investi dans leur personnel de se distinguer. Ce niveau est attribué à une organisation possédant un employécertifié à chacun des quatre niveaux de certification professionnelle CanBIM. À ce jour, quatre (4) entreprises ont satisfait à ce critère, car CanBIM travail à élaborer la prochaine phase du programme de certification des entreprises CanBIM. Dans son objectif de soutenir les initiatives éducatives BIM au Canada, le programme de certification pédagogique CanBIM a également connu une croissance importante au cours de la dernière année, délivrant 20 certifications éducatives pour les cours et programmes BIM partout au pays, assurant ainsi que les compétences enseignées par les établissements d’enseignement postsecondaires canadiens, et les fournisseurs de formation en entreprise demeurent pertinents pour l’industrie canadienne en évolution. Le programme distingue et reconnaît tous les programmes d’études liés au BIM, allant de l’apprentissage axé sur un logiciel à un apprentissage de la théorie ou encore, axé sursur la gestion. Afin de faciliter la transition des étudiants du milieu universitaire vers l’industrie, CanBIM a présenté , en 2017, le «processus de demande accélérée» pour les diplômés d’un cours ou d’un programme certifié CanBIM et, pour simplifier davantage le processus de certification des diplômés, un processus de «cheminement intégré vers la certification» (IPC), au début de 2018, pour les programmes d’enseignement certifiés, en offrant aux étudiants la possibilité de remplir les exigences de certification tout en obtenant une attestation, certificat ou un diplôme. Enfin, la synergie créée, grâce à la collaboration du Comité de recherche et d’enseignement CanBIM et du comité d’éducation de buildingSMART Canada (bSC), est un élément très important de l’orientation vers une une formation cohérente et pertinente pour le BIM au Canada. Les comités se sont réunis, au début de 2017, pour élaborer un cadre de résultats d’apprentissage canadien (CLR), que les deux organisations peuvent appuyer et soutenir à l’unisson pour parfaire les initiatives canadiennes d’éducation BIM. En outre, CanBIM et bSC collaborent pour tirer parti des progrès et du succès du programme de certification professionnelle CanBIM afin de créer une certification canadienne approuvée conjointement qui permettra de conjuguer celle—ci avec le programme de certification buildingSMART International (bSI). En 2018, le comité d’éducation et de recherche de CanBIM, en collaboration avec le comité d’éducation de buildingSMART Canada, se réjouit de travailler avec des représentants de l’industrie et du milieu universitaire pour soutenir la croissance robuste de l’innovation numérique dans les secteurs canadiens de l’architecture, de l’ingénierie, de la construction et de la gestion des installations.

69


CanBIM Council

Letter from the CanBIM Goodwill Ambassador: Canada is a Place of Opportunities, I’m living proof of it I must start by saying how honoured I am to be the very first CanBIM Goodwill Ambassador. Those who know me best will know that I am a true Canadian at heart no matter where I live, and this article is just another great opportunity of many to share my experience of a Canadian living and working overseas. I am lucky enough to work with one of the most amazing architectural firms in the world, Renzo Piano Building Workshop. The firm is responsible for acclaimed buildings such as the Beaubourg Center in Paris, the New York Times in New York, the Shard in London and the Jean-Marie Tjibaou Cultural Center in New Caledonia. I am not the only one here from the true North, but am joined by two other Canadians, Amaury and Juan Pablo here in Paris and Simon Bastien in New York City. My story begins several years ago when I ran into a bunch of crazy people working on a new software development for architecture and I will always be grateful for that first opportunity. The team believed we could change the industry with this parametric software, which was meant to become Revit. The project eventually became a process known as BIM and was the key to so many great opportunities - I had never thought that by learning this new tool I would get to travel the world someday. I worked as a consultant for several years before I had the pleasure of meeting Alain Lemay. I finally settled in Quebec City, working for him and other amazing people at his firm, Lemay Michaud Architecture, as they were migrating to Architectural Desktop. I was explaining the benefits of Revit and how it was the future, and then suddenly found myself looking for a place to live in Quebec City and staring a brand new adventure. Although already involved with organizations like AUGI, I was virtually meeting people around the world who shared the same interests while sitting in an office in Quebec City. One morning I received a phone call from someone in Boston who offered me the opportunity to work in Dubai for a company named BurtHill, now part of the Stantec Group, with a mission to kick start BIM over there. I did not think about it for very long; packed my belongings and switched Quebec City’s -30C winters for Dubai’s +30C environment, prompting the very beginning of that international adventure. Burt-Hill was starting to implement Revit on several disciplines and every aspect of the implementation had to be started. That included architecture, interior design, structural and mechanical engineering, along with landscape and civil work. From that experience I learned the benefits of Canadian multiculturalism: the mixed culture that I was born and raised in was now amplified 10 times with people from so many different horizons. I think it was one of the major factors for my integration in that new group. I once worked on a project (Dubai Motor City) where there was 14 different countries represented in the team - talk about serious cultural exchange! Now that you know a little bit more about my personal story, what will I do as the CanBIM Goodwill Ambassador? First and foremost, I want you to know that I will be listening to you. If you have questions or concerns, please reach out to me and I’ll be more than happy to connect. I will also be promoting CanBIM overseas and will be working with the team on ongoing programs along with new initiatives. I will do my best to be part of events and meetings so we can meet face to face. I really hope this new adventure allows us to meet, discuss and benefit from each other. Isn’t BIM all about communication after all?

From Paris with love, Daniel Hurtubise CanBIM Goodwill Ambassador 70 Innovation Spotlight2018

Background photograph by Andre Furtado Inset photograph courtesy of Daniel Hurtubise (far left in photograph)


Conseil de CanBIM

Lettre de l’Ambassadeur de bonne volonté de CanBIM: Le Canada est un Lieu d’opportunités, j’en suis une preuve vivante Je dois commencer par dire combien je suis honoré d’être le tout premier Ambassadeur de bonne volonté de CanBIM. Ceux qui me connaissent le mieux sauront que je suis un vrai Canadien dans l’âme, peu importe où j’habite, et cet article est une autre excellente occasion parmi beaucoup d’autres de partager mon expérience d’un Canadien vivant et travaillant à l’étranger. J’ai la chance de travailler avec l’un des cabinets d’architecture les plus incroyables au monde, Renzo Piano Building Workshop. Le cabinet est responsable de bâtiments prestigieux tels que le Centre Beaubourg à Paris, le New York Times à New York, le Shard à Londres et le Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou en Nouvelle-Calédonie. Je ne suis pas le seul ici du vrai Nord, étant accompagné de deux autres Canadiens, Amaury et Juan Pablo ici à Paris et Simon Bastien à New York. Mon histoire commence il y a plusieurs années quand j’ai rencontré un groupe de fous qui travaillaient sur un nouveau développement de logiciel pour l’architecture et je serai toujours reconnaissant pour cette première opportunité. L’équipe croyait que nous pouvions changer l’industrie avec ce logiciel paramétrique, qui devait devenir Revit. Le projet est finalement devenu un processus connu sous le nom de BIM et a été la clé de tant de grandes opportunités - je n’avais jamais pensé qu’en apprenant à travailler avec ce nouvel outil, je voyagerais dans le monde un jour. J’ai travaillé comme consultant pendant plusieurs années avant d’avoir le plaisir de rencontrer Alain Lemay. Je me suis finalement installé dans la ville de Québec, travaillant pour lui et d’autres personnes extraordinaires dans son entreprise, Lemay Michaud Architecture, alors qu’elle migrait vers Architectural Desktop. J’expliquais les avantages de Revit et ses possibilités d’avenir, puis je me suis soudainement retrouvé à chercher un endroit où vivre à Québec et à envisager une toute nouvelle aventure. Bien que je sois déjà impliqué dans des organisations comme AUGI, je rencontrais virtuellement des gens du monde entier qui partageaient les mêmes intérêts tout en étant assis dans un bureau à Québec. Un matin, j’ai reçu un appel de quelqu’un à Boston qui m’a offert l’opportunité de travailler à Dubaï pour une compagnie nommée Burt-Hill, qui fait maintenant partie du groupe Stantec, avec pour mission de lancer BIM là-bas. Je n’y ai pas réfléchi très longtemps et j’ai emballé mes affaires et changé les hivers de -30°C de la ville de Québec pour l’environnement de +30°C à Dubaï, ce qui a déclenché le tout début de cette aventure internationale. Burt-Hill commençait à mettre en œuvre Revit dans plusieurs disciplines et tous les aspects de la mise en œuvre devaient être lancés. Cela incluait l’architecture, le design d’intérieur, l’ingénierie structurelle et mécanique, ainsi que le paysage et le travail civil. À partir de cette expérience, j’ai appris les avantages du multiculturalisme canadien: la culture mixte dans laquelle je suis né, et qui a grandi, a été amplifiée à dix reprises avec des gens de tant d’horizons différents. Je pense que c’était l’un des principaux facteurs de mon intégration dans ce nouveau groupe. J’ai déjà travaillé sur un projet (Dubai Motor City) où il y avait 14 pays différents représentés dans l’équipe - parlez d’échanges culturels sérieux! Maintenant que vous en savez un peu plus sur mon histoire personnelle, que vais-je faire en tant qu’Ambassadeur de bonne volonté de CanBIM? Tout d’abord, je veux que vous sachiez que je vais vous écouter. Si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à me contacter et je serai ravi de me connecter. Je ferai aussi la promotion de CanBIM à l’étranger et je travaillerai avec l’équipe sur des programmes en cours ainsi que de nouvelles initiatives. Je ferai de mon mieux pour participer à des événements et à des réunions afin de pouvoir se rencontrer en face à face. J’espère vraiment que cette nouvelle aventure nous permettra de nous rencontrer, de discuter et de profiter de l’expérience des uns et des autres. Le BIM ne parle-t-il pas de la communication après tout?

De Paris avec amour, Daniel Hurtubise Ambassadeur itinérant de CanBIM 71


CanBIM Member

Virtual Construction

Construction virtuelle

In the University of Toronto Centre of Engineering, Innovation & Entrepreneurship Building

à l’Université de Toronto Centre d’ingénierie, d’innovation et d’entrepreneuriat

By Robert Alzuarde, Virtual Construction Coordinator and George Ikonomakis, National VDC/BIM Manager, Bird Construction

Par Robert Alzuarde, Virtual Construction Coordinator and George Ikonomakis, National VDC/BIM Manager, Bird Construction

Virtual Design & Construction (VDC) is an integrated process that improves the line of communication and collaboration efforts between stakeholders during the lifecycle of a structure from concept to occupancy. At Bird, we believe that this can be achieved by incorporating the VDC Triangle, an interoperable and integrated process that brings the “Experience of People”, the “Capabilities of Technology” and “Integrated Processes” to expedite decision-making during construction.

Virtual Design & Construction (VDC) est un processus intégré qui améliore la ligne de communication et les efforts de collaboration entre les parties prenantes pendant le cycle de vie d’une structure, du concept à l’occupation. Chez Bird, nous croyons que cela peut être réalisé en incorporant le Triangle VDC, un processus interopérable et intégré qui apporte «l’Expérience des Hommes», les «Capacités de la Technologie» et les «Processus Intégrés» pour accélérer la prise de décision pendant la construction.

One of these Integrated Processes is Virtual Construction Validation (VCV). VCV uses BIM tools to validate proposed construction strategies and find more efficient methods to deliver a project by increasing communication efforts amongst the project team; thus, accelerating v decision making timeframes and validating costs to reduce the risks of a project. Here, we identify the challenges, strategies and resolutions experienced throughout the project by using VCV.

Problem: Missing Content The design consultants for CEIE collaborated with Bird and provided BIM model files. Unfortunately, the mechanical engineer did not create a 3D model. For Bird to implement VDC in CEIE, we had to create the missing mechanical, piping and electrical components to CEIE.

Solution: Bird’s internal resources were at capacity to develop the model in time for production. Our solution was to look at George Brown College’s (GBC) research team to support this effort. Through the mentorship and collaboration of Bird’s BIM team, GBC’s research team also performed clash detection tests and identified coordination issues early in the construction phases. This ultimately reduced coordination time during trade review of the models.

72 Innovation Spotlight2018

L’un de ces processus intégrés est la validation de la construction virtuelle (VCV). VCV utilise des outils BIM pour valider les stratégies de construction proposées et trouver des méthodes plus efficaces pour réaliser un projet en augmentant les efforts de communication entre les membres de l’équipe du projet; accélérant ainsi les délais de décision et validant les coûts pour réduire les risques d’un projet. Ici, nous identifions les défis, les stratégies et les résolutions rencontrés tout au long du projet en utilisant le VCV.

Problème: Contenu manquant Les consultants en conception de CEIE ont collaboré avec Bird et fourni des fichiers modèles BIM. Malheureusement, l’ingénieur en mécanique n’avait pas créé de modèle 3D. Pour que Bird puisse implémenter le VDC dans CEIE, nous avons dû créer les composants mécaniques, électriques et de tuyauterie manquants au CEIE.

Solution: Les ressources internes de Bird étaient à même de développer le modèle à temps pour la production. Notre solution était de regarder l’équipe de recherche du Collège George Brown (GBC) pour soutenir cet effort. Grâce au mentorat et à la collaboration de l’équipe BIM de Bird, l’équipe de recherche de GBC a également effectué des tests de détection de collision et identifié des problèmes de coordination au début des phases de construction. Cela a finalement réduit le temps de coordination pendant l’examen du commerce des modèles.


Membre de CanBIM

Problem: Concrete Pour Sequences

Problème: Séquences de coulage du béton

During the construction phase for the aboveground levels, communication challenges between concrete and formwork trades were identified. Traditional concrete pouring documents restricted the team to fully understand the proposed pouring sequences.

Au cours de la phase de construction pour les niveaux au-dessus du sol, les défis de communication entre les métiers du béton et du coffrage ont été identifiés. Les documents de coulée de béton traditionnels limitaient l’équipe à bien comprendre les séquences de coulée proposées.

Solution:

Solution:

Structural Revit models were manipulated to reflect trade markups and proposed sequencing. The model was appended to Navisworks and a Timeliner simulation was performed to represent the different construction sequences. The animation was used for a multidisciplinary review during team meetings on site.

Les modèles Revit structurels ont été manipulés pour refléter les balisages commerciaux et le séquençage proposé. Le modèle a été ajouté à Navisworks et une simulation Timeliner a été réalisée pour représenter les différentes séquences de construction. L’animation a été utilisée pour une revue multidisciplinaire lors des réunions d’équipe sur le site.

Investigation started with the analysis of pouring break downs and structure complexities with specific attention given to inclined slabs and structural walls in the building auditorium. This identified specific strategies, which were required to be performed on site as per the 4D simulations.

L’étude a débuté par l’analyse des déperditions de coulée et de la complexité des structures, en accordant une attention particulière aux dalles inclinées et aux murs structuraux de l’auditorium du bâtiment. Ceci a permis d’identifier des stratégies spécifiques, qui devaient être réalisées sur le site selon les simulations 4D.

Problem: M&E Coordination Logistics and Fabrication

Problème: Coordination S & E Logistique et fabrication

Dense and complex areas required a high-level coordination solution due to the confined space allocated for installation. Trades required better understanding of their inter-relation and sequencing restrictions to fabricate their layouts accurately and in a timely manner to exact specifications.

Les zones denses et complexes nécessitaient une solution de coordination de haut niveau en raison de l’espace confiné prévu pour l’installation. Les métiers exigeaient une meilleure compréhension de leurs interdépendances et des restrictions de séquençage pour fabriquer leurs dispositions de façon précise et en temps opportun en fonction de spécifications précises.

Solution:

Solution:

Clash detection analysis was implemented using Navisworks to identify interferences and validate construction coordination. With the buy-in from the major trades on CEIE, the HVAC, Piping, Electrical, Electronics and Structural constructability, models were created using Revit and Tekla, which were then merged into a federated model. A Level of Development (LOD) of up to 400 was utilized to achieve a more accurate representation of the building components.

Navisworks a utilisé l’analyse de détection des collisions pour identifier les interférences et valider la coordination de la construction. Avec le soutien des principaux métiers sur CEIE, la HVAC, la tuyauterie, l’électricité, l’électronique et la constructibilité structurelle, les modèles ont été créés en utilisant Revit et Tekla, qui ont ensuite été fusionnés en un modèle fédéré. Un niveau de développement (LOD) allant jusqu’à 400 a été utilisé pour obtenir une représentation plus précise des composants du bâtiment.

The Switchback tool in Navisworks created a seamless interoperable workflow between design and trade models. Model update schedules were reviewed and clash detection groups were organized in a master table and accessible to all parties on the SharePoint site. XML. Web reports were distributed on a weekly basis for progress tracking during M&E coordination meetings. Once combined models were fully coordinated and signed off, they were used by trades as deliverables for fabrication and shop productions.

L’outil Switchback de Navisworks a créé un flux de travail interopérable et transparent entre les modèles de conception et les modèles commerciaux. Les calendriers de mise à jour des modèles ont été examinés et les groupes de détection des collisions ont été organisés dans une table principale et rendus accessibles à toutes les parties sur le site SharePoint. XML. Des rapports sur le Web ont été distribués chaque semaine pour assurer le suivi des progrès pendant les réunions de coordination du suivi et de l’évaluation.

73


CanBIM Member

Problem: Optimization of Construction Strategies

Problème: Optimisation des stratégies de construction

Bird recognized that common rebar installation procedures would delay the construction schedule. This was eminent in the Auditorium area.

Bird a reconnu que les procédures courantes d’installation des barres d’armature retarderaient le calendrier de construction. C’était éminent dans la zone Auditorium.

Solution: Bird’s BIM team modeled the rebar design from shop drawings, which were then linked to the original federated model to validate and analyze different construction sequence animations. Prefabrication opportunities were validated in the rebar model for cast in place concrete slabs. Several animations were run, considering fabrication clearances until an accurate frame work for site installation was accomplished.

Problem: Installation Sequencing for Building Envelope Traditional data, such as project schedules and drawings are insufficient to articulate installation procedures and increase the level of confidence for accelerated approaches.

Solution: To guarantee main building components were properly understood, data from the Primavera schedule file was linked to the building envelope in Navisworks to be used in the Timeliner tool. This was accomplished by matching search sets from the Navisworks model to specific schedule tasks. The structural and architectural Revit model were also broken down to precast, glazing and masonry elements to facilitate this operation. Further on the construction phase, 4D scheduling tools were used to compare planned and accelerated start and finish dates for supporting overall project management.

Problem: Project Site Support for use of BIM The site team was required to leverage the benefits of the VCV process, which required them to have access to BIM tools, model files and the capability of a more efficient response time to issues in the field.

Solution: Bird implemented the capability of mobile devices for easy access to BIM models and project information. Building on the mobility technology Bird is currently under review of BIM 360 Field (Field) and BIM 360 Glue (Glue). The objective is to extract data from building systems for the potential use of commissioning support and facility management.

Added Value As an added value initiative to the owner, Bird incorporated Virtual and Augmented reality to be used to showcase CEIE to students, alumni and potential donors. At a donor’s event hosted by the client, Bird took an integral part in showcasing CEIE through site tours and where gathering points were deployed on site for an investigation of current vs final construction comparisons. At the reception, virtual kiosks were setup where attendees were welcomed with a virtual time-lapse video and an augmented reality experience of specific featured areas of CEIE. For a take away experience, Bird offered an interactive panoramic PDF file to be viewed at their convenience. The VDC Triangle has so far been a successful implementation and has united with the values “student teamwork and engineering innovations” for the new Centre for Engineering Innovation and Entrepreneurship at the University of Toronto – Faculty of Applied Science & Engineering.

All images throughout of the new Centre for Engineering Innovation and Entrepreneurship at the University of Toronto – Faculty of Applied Science & Engineering courtesy of BIRD Construction

74 Innovation Spotlight2018

Solution: L’équipe BIM de Bird a modélisé la conception des barres d’armature à partir de dessins d’atelier, qui ont ensuite été liés au modèle fédéré original pour valider et analyser différentes animations de séquences de construction. Les possibilités de préfabrication ont été validées dans le modèle des barres d’armature pour les dalles de béton coulées sur place. Plusieurs animations ont été exécutées, en considérant les autorisations de fabrication jusqu’à ce qu’un travail de cadre précis pour l’installation du site ait été accompli.

Problème: Séquencement de l’installation pour l’enveloppe du bâtiment Les données traditionnelles, c’est-à-dire les calendriers et les dessins du projet, sont insuffisantes pour articuler les procédures d’installation et augmenter le niveau de confiance pour les approches accélérées.

Solution: Afin de garantir une bonne compréhension des composants principaux du bâtiment, les données du fichier horaire de Primavera ont été liées à l’enveloppe du bâtiment dans Navisworks pour être utilisées dans l’outil Timeliner. Cela a été accompli en faisant correspondre les ensembles de recherche du modèle Navisworks à des tâches de planification spécifiques. Le modèle structurel et architectural Revit a également été décomposé en éléments préfabriqués, en vitrage et en maçonnerie pour faciliter cette opération. Plus loin dans la phase de construction, les outils de planification 4D ont été utilisés pour comparer les dates de début et de fin planifiées et accélérées pour soutenir la gestion globale du projet.

Problème: Prise en charge du site de projet pour l’utilisation du BIM Les données traditionnelles, c’est-à-dire les calendriers et les dessins du projet, sont insuffisantes pour articuler les procédures d’installation et augmenter le niveau de confiance pour les approches accélérées.

Solution: Bird a mis en œuvre la capacité des appareils mobiles pour un accès facile aux modèles BIM et aux informations sur les projets. S’appuyant sur la technologie de la mobilité, Bird est actuellement en cours de révision sur BIM 360 Field (Field) et BIM 360 Glue (Glue). L’objectif est d’extraire des données des systèmes de construction pour l’utilisation potentielle du soutien à la mise en service et de la gestion des installations

Valeur ajoutée En tant qu’initiative à valeur ajoutée pour le propriétaire, Bird a incorporé la réalité virtuelle et augmentée pour montrer le CEIE aux étudiants et aux anciens et potentiels donateurs. Lors d’un événement organisé par le client, Bird a joué un rôle essentiel dans la présentation du CEIE à travers des visites de sites et où des points de rassemblement ont été déployés sur le site pour une étude des comparaisons de construction actuelles et finales. Lors de la réception, des kiosques virtuels ont été installés où les participants ont été accueillis avec une vidéo accélérée virtuelle et une expérience de réalité augmentée des zones spécifiques du CEIE. Pour une expérience à emporter, Bird a offert un fichier pdf panoramique interactif à visionner à sa convenance. Le Triangle VDC a jusqu’ici connu une mise en œuvre réussie et s’est associé aux valeurs «travail d’équipe et innovations techniques» du nouveau Centre d’ingénierie en innovation et en entrepreneuriat de la Faculté des sciences appliquées et de génie de l’Université de Toronto.


Membre de CanBIM

75


CanBIM Member

Lansdowne Park, TD Place Stadium

Parc Lansdowne, le Stade TD Place

By Mark Cichy, BES, BARCH, MARCH, MRAIC, Director of Computational Design and Research/Associate, DIALOG. Formerly, Partner, Design It Mill Inc.

Par Mark Cichy, BES, BARCH, MARCH, MRAIC, Directeur du Design et de la Recherche Computationnels/Associé, DIALOG. Anciennement, partenaire, Design It Mill Inc.

The Lansdowne Stadium retrofit, South Stands addition – later re-branded as TD Place – is a feat in BIM interoperability and ingenuity, and has become a defining landmark along the bank of the Rideau Canal in Ottawa. The design and construction team were looking for a team of consultants to define and rationalize the newest and most progressively designed CFL stadium in Canada. When the project was first introduced to me, I had no idea how complex and sophisticated it would become, but knew that the way to solve these complexities would involve a combination of analogue ingenuity and digital technology - BIM/PLM, digital fabrication. We at Design It Mill Inc. were specifically contracted to resolve the fabrication and geometry of the South Stands Veil, a structure composed entirely of glulaminated (glulam) timber and galvanized steel. Our team was small and skilled, and included the installer, Spring Valley Corp., engineer, Moses Structures, and interdisciplinary design/fabrication specialist firm, Design It Mill Inc.

Le réaménagement du stade Lansdowne, l’ajout de South Stands - plus tard rebaptisé TD Place - est un exploit en matière d’interopérabilité et d’ingéniosité BIM, et est devenu un point de repère sur la rive du canal Rideau à Ottawa. L’équipe de conception et de construction recherchait une équipe de consultants pour définir et rationaliser le stade le plus récent et le plus progressif de la LCF au Canada. Lorsque le projet m’a été présenté pour la première fois, je ne savais pas à quel point il deviendrait complexe et sophistiqué, mais je savais que la façon de résoudre ces problèmes impliquerait une combinaison d’ingéniosité analogique et de technologie numérique - BIM / PLM, fabrication numérique. Chez Design It Mill Inc., nous avons été spécialement mandatés pour résoudre la fabrication et la géométrie du South Stands Veil, une structure entièrement composée de bois lamellé-collé (glulam) et d’acier galvanisé. Notre équipe était petite et compétente, et comprenait l’installateur, Spring Valley Corp., l’ingénieur, Moses Structures, et la firme spécialisée en design / fabrication interdisciplinaire, Design It Mill Inc.

The project had some critical challenges, one of which was rationalizing the geometry so that it could be constructed and delivered for almost thirty five percent less than the forecasted costing models. This was partially solved by utilizing sophisticated solid modelling tools from Dassault Systèmes, and employed Product Lifecycle Management (PLM) techniques, which are most commonly used in the aerospace, auto, and defence industries because of their integrated connection to manufacturing, scheduling, and complex parametric modelling. We were charged with ensuring that all elements were coordinated at an extreme level of detail, beyond general envelope composition and typical LOD 300, 400, and even 500. We incorporated material attributes to analyze and study the growth and shrinkage of material and even went so far as to determine the centre of gravity for major assemblies – crucial to the installation of the structural Upper Arch components. Our contributions began with several computational and generative studies which rationalized different formal options in a manner that would facilitate the project’s approval and construction. These strategies contributed to cost reductions of about thirty percent. We built this into our PLM/parametric model as flexible parameters and manipulated their weighting to generate four design alternatives – some more economical than others. It was our process and the technology that helped us explore these iterations. Once our team received the client and architect’s approval, we began more explicit studies that considered more nuanced variables associated with the project’s success, such as material limitations, detailing conflicts, fabrication considerations, manufacturing restrictions, and more. Two of the most complex and tangible challenges we ran into with the project were detailing and designing the primary glulam structural members (we will refer to these as the “arches”) and the secondary glulam fenestration elements (commonly referred to as purlins). Many of the restrictive variables concerning these elements were a result of forcebased requirements, yet there were even more restrictions surrounding the practical nature of these components. Our team had to consider the best blend of wood lamination thickness and curvature to balance cost and manufacturing, and were required to consider transport restrictions – there 76 Innovation Spotlight2018

Le projet comportait des défis critiques, dont l’un consistait à rationaliser la géométrie afin qu’elle puisse être construite et livrée pour près de 35 p. cent de moins que les modèles d’établissement des coûts prévus. Cela a été partiellement résolu en utilisant des outils sophistiqués de modélisation solide de Dassault Systèmes, et des techniques PLM (Product Lifecycle Management), plus utilisées dans les industries de l’aérospatiale, de l’automobile et de la défense en raison de leur connexion intégrée à la fabrication, l’ordonnancement et la modélisation paramétrique. Nous étions chargés de nous assurer que tous les éléments étaient coordonnés à un niveau de détail extrême, au-delà de la composition générale des enveloppes et des LOD 300, 400 et même 500. Nous avons incorporé des attributs matériels pour analyser et étudier la croissance et le rétrécissement des matériaux. loin de déterminer le centre de gravité pour les assemblages majeurs - crucial pour l’installation des composants structuraux Upper Arch. Nos contributions ont commencé avec plusieurs études computationnelles et génératives qui ont rationalisé différentes options formelles de manière à faciliter l’approbation et la construction du projet. Ces stratégies ont contribué à réduire les coûts d’environ 30 p.cent. Nous avons intégré cela dans notre modèle PLM / paramétrique en tant que paramètres flexibles et manipulé leur pondération pour générer quatre (4) alternatives de conception - certaines plus économiques que d’autres. C’était notre processus et la technologie qui nous a aidés à explorer ces itérations. Une fois que notre équipe a reçu l’approbation du client et de l’architecte, nous avons entrepris des études plus explicites qui tenaient compte des variables plus nuancées associées au succès du projet, telles que les limitations matérielles, les conflits de fabrication, les considérations de fabrication, etc. Deux des défis les plus complexes et tangibles que nous avons rencontrés dans le cadre du projet étaient les dispositions et la conception des principaux éléments structuraux du lamellé-collé (appelés «arches») et des éléments secondaires de fenêtrage du glulam (communément appelés purlins). Bon nombre des variables restrictives concernant ces éléments étaient le résultat d’exigences fondées sur la force, mais il y avait encore


Membre de CanBIM

77


CanBIM Member

78 Innovation Spotlight2018


Membre de CanBIM

are area and volume limits as to what can fit on a truck or trailer – which are also driven by cost and capacity. Our answer to these and most other issues was to create variable driven relationships between the design members and the restrictions that would partially define them. As an example, the primary members were initially modelled as two dimensional profiles, defined by a maximum member width and depth with a maximum crosssectional area. We evaluated the arc curvature against a table, defining the maximum bend curvature of varying lamination thicknesses and found that there is a direct correlation between lamination thickness, curvature, and cost. We built the derived formula into our model to assess available variables and target the optimal number of layers that would fit within our allowable cross-sectional area. Once we established the optimal solution, we would validate it against the form of the architect’s model to ensure compliance. The secondary structural members, or purlins were a significant challenge simply because of the vast quantity required to bridge between primaries. There were approximately 2,400 purlins, and each were connected to a primary member at either end. Six compound cuts were required at the end of each purlin, with the exception of some cantilevered members, which meant that each purlin had to endure twelve compound cut operations. This accounted for a total of nearly 29,000 manufacturing and software-based operations. Our strategy to mitigate the complexity of this issue was two-fold; to create a script/macro (composed of native Visual Basic programming code) that would allow us to select, en masse, the faces defining the cuts – most notably the exterior finished faces of the primaries, and to dynamically maintain an associative relationship between geometric elements such that when changes to curvature were made all related components (model, drawings, details, solids) would dynamically adapt. The success of this method reduced our drawing production timeline from eight to two weeks (for the purlin related tasks), and allowed us to supply the fabricator with solid models, cross-referenced by a master spread sheet that correlated length and width variables with a series of diagrams as reference checks. Towards the end of the project, we encountered a major conflict between one of the galvanized steel veil supports and the press box element of the base building. Our team evaluated and resolved an in-situ site conflict in just under an hour; a conflict that would have otherwise cost the project, the installer and general contractor several thousand dollars on an hourly basis. We modelled the as-built condition of the building in near realtime and utilized clash detection to coordinate the contract documents (CD) against the built form. Through this process, we established the east wall of the building was framed approximately 600 millimetres beyond its intended target, and was built 400 millimetres taller than the CD documents specified. The combination of the two – in a project with very little tolerance – meant that the galvanized steel structure conflicted with and penetrated the parapet of the press box. Our solution was to write a script that highlighted the penetration and visualized the margin of conflict for the two models. This was discussed in real-time with the site super and representative stake holders via 3D digital conferencing technology. As we started to receive as-built data, we decided to run our tool against the model to ensure there would not be any additional conflicts, resulting in most of the remaining elements being erected without complication. Throughout the entire process our team was constantly coordinating, procuring, and exporting native BIM geometry. As a result, we established our own process and built our own tools to translate parts and assemblies from our PLM platform to BIM. Our intent was to avoid “dead-weight” models or families. Our contract did not require us to embed material properties or physical characteristics, but we saw the future potential of doing so. Traditional BIM platforms are not necessarily built to handle millions of infinitesimal solid models; we established methods of culling and reducing the resolution of elements such that the BIM model was still manageable and retained a high level of detail. Most importantly, the translated geometry was still dimensionable. This meant that base

plus de restrictions entourant la nature pratique de ces éléments. Notre équipe a dû considérer le meilleur mélange d’épaisseur et de courbure de stratification pour équilibrer les coûts et la fabrication, et a dû prendre en compte les restrictions de transport - il y a des limites de surface et de volume pour un camion ou une remorque, reliées au coût et à la capacité. Notre réponse à ces questions et à la plupart des autres consistait à créer des relations variables entre les membres du design et les restrictions qui les définiraient partiellement. À titre d’exemple, les membres primaires ont été initialement modélisés en tant que profils bidimensionnels, définis par une largeur et une profondeur maximales avec une section transversale maximale. Nous avons évalué la courbure de l’arc par rapport à une table, en définissant la courbure maximale des différentes épaisseurs de stratification et constaté qu’il existe une corrélation directe entre l’épaisseur de la stratification, la courbure et le coût. Nous avons construit la formule dérivée dans notre modèle pour évaluer les variables disponibles et cibler le nombre optimal de couches qui correspondrait à notre zone transversale permise. Une fois la solution optimale établie, nous la validons par rapport à la forme du modèle de l’architecte pour assurer la conformité. Les membres structuraux secondaires, ou pannes étaient un défi significatif simplement en raison de la grande quantité requise pour faire le pont entre les primaires. Il y avait environ 2 400 pannes, et chacune était connectée à un membre principal à chaque extrémité. Six coupes composées ont été nécessaires à la fin de chaque panne, à l’exception de quelques membres en porte-à-faux, ce qui signifie que chaque panne devait supporter douze opérations de coupe composée. Cela représente un total de près de 29 000 opérations de fabrication et de logiciels. Notre stratégie pour atténuer la complexité de ce problème était double; pour créer un script / macro (composé de code de programmation Visual Basic natif) qui permettrait de sélectionner en masse les faces définissant les coupes, notamment les faces finies extérieures des primaires, et de maintenir dynamiquement une relation associative entre géométrie des éléments tels que, lorsque les changements de courbure sont faits, tous les composants connexes (modèle, dessins, détails, solides) s’adaptent dynamiquement. Le succès de cette méthode a réduit notre calendrier de production de dessin de huit (8) à deux (2) semaines (pour les tâches liées aux purges) et nous a permis de fournir au fabricant des modèles solides, référencés par un tableur maître effectuant les corrélations entre les variables de longueur et celles de largeur avec une série de diagrammes vérifiant les références. Vers la fin du projet, nous avons rencontré un conflit majeur entre l’un des supports de voile en acier galvanisé et l’élément de boîte de presse du bâtiment de base. Notre équipe a évalué et résolu un conflit de site sur place en un peu moins d’une heure; un conflit qui aurait autrement coûté au projet, à l’installateur et à l’entrepreneur général plusieurs milliers de dollars sur une base horaire. Nous avons modélisé l’état tel que construit du bâtiment en temps quasi réel et utilisé la détection des collisions pour coordonner les documents contractuels (CD) contre la forme bâtie. Grâce à ce processus, nous avons établi que le mur Est du bâtiment a été encadré à environ 600 millimètres au-delà de la cible prévue, et a été construit 400 millimètres de plus que les documents CD spécifiés. La combinaison des deux - dans un projet avec très peu de tolérance - signifiait que la structure en acier galvanisé était en conflit avec et pénétrait le parapet de la boîte de presse. Notre solution était d’écrire un script qui mettait en évidence la pénétration et visualisait la marge de conflit pour les deux modèles. Cela a été discuté en temps réel avec le site super et les parties prenantes représentatives via la technologie de conférence numérique 3D. Lorsque nous avons commencé à recevoir des données telles qu’utilisées dans la construction, nous avons décidé de procdéder avec notre outil, par rapport au modèle, afin de garantir qu’il n’y aurait pas de conflits supplémentaires, entraînant ainsi l’érection de la plupart des éléments restants sans complication.

79


CanBIM Member

80 Innovation Spotlight2018


Membre de CanBIM

building consultants could load our families into their projects, generate their dimensions, details, and more. This was an incredible advancement for the coordination between two seemingly divided platforms. Ultimately our team was responsible for documenting and coordinating millions of unique components, parts and assemblies. There were unforeseen conflicts scattered throughout the process; the impacts of these were mitigated by extremely powerful technologies that contributed to the beautiful expression of architecture that extends itself toward the Rideau Canal in downtown Ottawa. This project is a testament to the potential of what BIM and PLM offer the AECOO industry.

Tout au long du processus, notre équipe a constamment coordonné, acheté et exporté la géométrie BIM native. En conséquence, nous avons établi notre propre processus et construit nos propres outils pour traduire les pièces et les assemblages de notre plateforme PLM à BIM. Notre intention était d’éviter les modèles ou les familles de « poids morts ». Notre contrat ne nous obligeait pas à intégrer des propriétés matérielles ou des caractéristiques physiques, mais nous avons vu le potentiel de le faire. Les platesformes BIM traditionnelles n’étant pas nécessairement conçues pour gérer des millions de modèles solides infinitésimaux; nous avons établi des méthodes d’élimination et de réduction de la résolution des éléments, de sorte que le modèle BIM était toujours gérable et conservait un niveau de détail élevé. Plus important encore, la géométrie traduite était toujours dimensionnable. Cela signifie que les consultants en construction de base pourraient charger nos modèles dans leurs projets, générer leurs dimensions, détails, et plus encore. Ce fut un progrès incroyable pour la coordination entre deux platesformes apparemment divisées. En fin de compte, notre équipe était chargée de documenter et de coordonner des millions de composantes, de pièces et d’assemblages uniques. Il y avait des conflits imprévus dispersés tout au long du processus; les impacts de ces derniers ont été atténués par des technologies extrêmement performantes qui ont contribué à la belle expression de l’architecture qui s’étend vers le canal Rideau au centre-ville d’Ottawa. Ce projet témoigne du potentiel de ce que BIM et PLM offrent à l’industrie AECOO.

Credits: Architect: CannonDesign Owner: Ottawa Sports & Entertainment Group Structural Engineer: WSP, Formerly Halsall Associates Prime Contractor: Pomerleau All images throughout of Lansdowne Stadium courtesy of Mark Cichy on behalf of Design it Mill Inc.

81


CanBIM Council

10 Years of CanBIM

10 Ans de CanBIM

By Gerry Lattmann, Executive Director, Canada BIM Council

Par Gerry Lattmann, directeur exécutif, Conseil Canada BIM

The Canada BIM Council origins date back to early 2008 when a group of visionary industry leaders got together to form an industry based organization that would focus on AECOO innovations, new technologies and industry change.

Les origines du Conseil canadien pour le BIM remontent au début de 2008, lorsqu’un groupe de leaders visionnaires de l’industrie s’est réuni pour former une organisation industrielle axée sur les innovations de l’ AICPG, les nouvelles technologies et le changement industriel.

Since its inception, CanBIM’s members have been leading the way for technology adoption within the AECOO industry, and have been fully engaged in the design, procurement, assemble, and operations of some of the worlds most remarkable built assets and environments. CanBIM members have developed and utilized technologies that deliver new methods of design, construction and maintenance; such as artificial intelligence, robotics, automation, prefabrication, modularization, generative design, global supply chain control, net zero waste for design and construction, energy modeling, enhanced bio-mechanics, virtual reality, augmented reality, 3D printing, laser scanning and UAV technology, machine learning and much more; CanBIM Members are pioneering a pathway to a new economy of innovation within the AECOO industry.

Depuis sa création, les membres de CanBIM ont ouvert la voie à l’adoption de la technologie au sein de l’industrie AICPG et ont participé pleinement à la conception, à l’approvisionnement, à l’assemblage et à l’exploitation de certains des actifs et environnements construits les plus remarquables au monde. Les membres de CanBIM ont développé et utilisé des technologies qui offrent de nouvelles méthodes de conception, de construction et de maintenance; tels que l’intelligence artificielle, la robotique, l’automatisation, la préfabrication, la modularisation, la conception générative, le contrôle global de la chaîne logistique, le zérodéchet pour la conception et la construction, la modélisation énergétique, la biomécanique avancée, la réalité virtuelle, la réalité augmentée la technologie, l’apprentissage automatique et bien plus encore; Les membres de CanBIM ouvrent la voie à une nouvelle économie de l’innovation au sein de l’industrie de l’AICPG.

CanBIM has brought together world leading expertise to form an organization that provides members and industry with opportunities to advocate, lead, educate, and engage with others. By fostering a supportive and advantageous environment for start-ups to develop their network, CanBIM has helped new companies and firms successfully share their ideas and bring their products to market. Industry-leading vendors have been blazing new trails with technology developments and have used our CanBIM Technology Exhibition as an important platform to demonstrate their expertise and value to the market.

82 Innovation Spotlight2018

CanBIM a rassemblé une communauté d’expertise mondiale de premier ordre pour former une organisation qui offre aux membres et à l’industrie des occasions de promotion, de leadership, d’éducation et d’interaction avec les autres. En créant un environnement favorable et avantageux aux pour les nouvelles entreprises afin qu’elles développent leur réseau, CanBIM a aidé de nouvelles entreprises et compagnies à partager leurs idées et à mettre leurs produits sur le marché. Les principaux fournisseurs du secteur ont ouvert de nouvelles voies grâce aux développements technologiques et ont utilisé l’Exposition technologique de CanBIM comme plateforme importante pour démontrer leur expertise et leur valeur sur le marché.


Conseil de CanBIM

83


CanBIM Council

84 Innovation Spotlight2018


Conseil de CanBIM

With networking Sessions and conferences held multiple times a year across Canada, industry leading architects, engineers, consultants, and owners have delivered countless presentations about their groundbreaking use of technology on a vast assortment of mutli-billion dollar projects. CanBIM has also engaged senior government authorities as keynote presenters and panelists in our Regional Session agendas; further demonstrating engagement between our industry and government. The impact has been significant on how businesses connect, collaborate and operate. We have educated the industry through the Innovation Spotlight Annual Publication, Monthly Newsletters, Session presentations, Industry panel discussions and workshops. The vastly successful CanBIM Certification Program serves as a benchmark recognized by the AECOO industry for assessing the levels of competencies and capabilities of individual’s professional BIM experience, skills and knowledge. The Annual CanBIM Awards recognizes leadership in technology innovation and interoperability. The best of the best are acknowledged for their utilization and delivery of innovative built assets and environments; further demonstrating that our Canadian AECOO companies and professionals are global leaders. We have also influenced the future generation of industry leaders, by forming strong ties to the academic and educational community. CanBIM has engaged many educational institutions in our Satellite Sessions, Committees, and other initiatives giving students and faculty from coast to coast the opportunity to engage with industry and create opportunities for collaboration and communication. CanBIM has also moved beyond Canadian borders and fostered relationships from around the globe, building ties in the United Kingdom, South Africa, Germany, Spain, South America, United States, China, Scandinavia, Eastern Europe and Australia and beyond. CanBIM has strengthened its relationship with buildingSMART Canada and thus ties to the international community. Keeping a breast of international standards and trends is imperative; CanBIM will further develop these ties going forward. Over the past ten years AECOO businesses have benefited, careers have developed, relationships have been fostered and industry methods have been impacted through the CanBIM platform. CanBIM has created a movement that has expedited the expertise of our industry through our many initiatives, making CanBIM a “centre of excellence” that has increased the economic benefit to Canada. CanBIM is a global beacon for AECOO advocacy, leadership, education and engagement. We are proud of all of our accomplishments over the past decade, and will continue to create value for our members, industry and the global environment. We would like to thank all of our members, sponsors, partners, and engaged AECOO stakeholders for their contributions and participation over the last ten years and we look forward to building an exciting future with you, full of opportunity and collaboration!

Facing page, clockwise from top left: Tour with EllisDon Tour of Parq Resort & Casino, Vancouver 2017; Tour with Bird Construction of University of Toronto: Centre for Engineering Innovation & Entrepreneurship, Toronto 2017; Tour with Pomerleau and Provencher Roy Tour of Tower of Montreal, 2017; Tour of Autodesk MaRS Discovery District New Office, Toronto, 2017; Tour of Bergeron Centre for Engineering, York University, Toronto, 2016. Page 78: Tour of Canadian Museum for Human Rights, Winnipeg, 2014

Avec des séances de réseautage et des conférences tenues plusieurs fois par année au Canada, des architectes, des ingénieurs, des consultants et des propriétaires de premier plan ont donné d’innombrables présentations sur leur utilisation novatrice de la technologie dans un vaste éventail de projets de plusieurs milliards de dollars. CanBIM a également fait participer les autorités gouvernementales de haut niveau en tant qu’intervenants et panélistes à ses ordres du jour des sessions régionales; tout en démontrant davantage l’engagement entre son industrie et les instances gouvernementales. CanBIM a eu un impact significatif sur la façon dont les entreprises se connectent, collaborent et font des affaires. Nous avons sensibilisé et renseigné l’industrie à travers notre publication annuelle, nos bulletins d’information, nos présentations de sessions et nos tables rondes. CanBIM a créé le très populaire programme de certification CanBIM, qui sert de référence reconnue par l’industrie de l’AICPG pour évaluer les niveaux de compétences et de capacités d’un individu lié à son expérience, ses compétences et ses connaissances professionnelles du BIM. À l’aube de sa quatrième année, CanBIM est reconnu pour son leadership en matière d’innovation et d’interopérabilité technologiques grâce aux prix CanBIM annuels. Les meilleurs des meilleurs sont reconnus pour leur utilisation et la livraison d’actifs et d’environnements construits innovants; démontrant en outre que ses entreprises et les professionnels canadiens de l’ AICPG sont des chefs de file mondiaux. Les membres de CanBIM ont également influencé la future génération de leaders de l’industrie, en établissant des liens étroits avec la communauté universitaire et éducative. CanBIM a mobilisé de nombreux établissements d’enseignement dans le cadre de ses séances satellites, de ses comités et d’autres initiatives donnant aux étudiants et aux professeurs d’un océan à l’autre l’occasion de d’interagir avec l’industrie et de créer des occasions de collaboration et ainsi mieux communiquer. CanBIM s’est également élargi au-delà des frontières canadiennes et a tissé des liens au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, en Allemagne, en Espagne, en Amérique du Sud, aux États-Unis, en Chine, en Scandinavie, en Europe de l’Est et en Australie. CanBIM a renforcé sa relation avec buildingSMART Canada et, par conséquent, avec la communauté internationale. Se tenir au courant des normes et tendances internationales est impératif; CanBIM continuera de développer ces liens à l’avenir. Au cours des dix dernières années, grâce à la plateforme CanBIM, les entreprises de l’ AICPG ont bénéficié d’avantages importants , les carrières se sont développées, les relations ont été favorisées et les méthodes de l’industrie ont été influencées. CanBIM a créé un mouvement qui a accéléré le développement de l’expertise de notre industrie grâce à ses nombreuses initiatives, faisant de CanBIM un «centre d’excellence» qui a accru les avantages économiques pour le Canada. CanBIM est un organisme phare sur la scène mondiale pour le plaidoyer, le leadership, l’éducation et l’engagement de l’ AICPG. Nous sommes fiers de toutes nos réalisations au cours de la dernière décennie et continuerons de créer de la valeur pour nos membres, l’industrie et l’environnement mondial. Nous tenons à remercier tous nos membres, commanditaires, partenaires et parties prenantes de l’ AICPG pour leurs contributions et leur participation au cours des dix dernières années et nous sommes impatients de construire un avenir passionnant avec vous, plein d’opportunités et de collaboration!

Page 79: Clockwise from top left: Halifax Session, 2013; Calgary Session, 2017; Golf Tournament, Toronto Session, 2013; Edmonton Session, 2014; Ottawa Session, 2012; Calgary Session, 2017. All images courtesy of CanadaBIM Council.

85


CanBIM Board of Directors

Thomas J. Strong

Bruce McCallum

Ian Trudeau

Pietro Ferrari

Managing Director of Virtual Design and Construction Services, EllisDon Construction (Founding CanBIM Member)

Principal, NEXT Architecture

Associate, Entuitive Corporation

Professor, School of Architectural Studies, George Brown College

Susan Brattberg

Scott Chatterton

Paul F. Loreto

Brent Mauti

CCO and Co-Founder Global eTraining

International BIM Integration Lead Digital Design Leader for BIM Planning and Quality, HDR Architecture

President, L360 ARCHITECTURE (Founding CanBIM Member)

Global Director, Design Technology

Dan Neufeglise

Christian Proulx

Al Prowse

Paul V. Stocco

Senior Project Manager, Toronto PCL Constructors Canada Inc.

VP Sales & Marketing, BIM Track

President, H. Griffiths Company Ltd.

Partner, Brownlee LLP Barristers & Solicitors

President

Vice President

Director

Director

Director

Director

Treasurer

Director

Director

Mechanical Contractors Association of Canada

Secretary

Director

IBI Group

Director

Gerry Lattmann Executive Director

Kristin Sowerby

Communications & Marketing Manager

Laurie O’Grady

Executive Assistant

Theodore Bezaire Graphic Designer

Jeff Penttila

Media Manager

Publication Acknowledgements Editor-in-Chief

Sarah Lipsit

Creative Director & Graphic Designer

Sarah Lipsit

Editors Special Thanks

Sophia Flood Claudia Cozzitorto Claude Giguère John Hale Elsa Lam Bill Moore R. Allan Partridge Erik A. Poirier Ian Trudeau David S. Troyer

French Translation by: French Editing by:

Maxim Ligay Daniel Barbeau, Groupe Canam Inc. Simon Brodeur, Cégep du Vieux Montréal Raphaël Cayer, Aéroport de Québec Inc. Erik A. Poirier, buildingSMART Canada Christian Proulx, BIM One Inc.


Thank you to our volunteer Committee Members! Education & Research Committee Pietro Ferrari (CHAIR), School of Architectural Studies, George Brown College Susan Brattberg, Global eTraining Simon Brodeur, Cégep du Vieux Montréal Paul F. Loreto, L360 ARCHITECTURE Brad Mauro, Southern Alberta Institute of Technology (SAIT) Kirby Reycraft, Nova Scotia Community College Kirk Stalkie, Algonquin College Greg Wheler, Saskatchewan Polytechnic Edward Avshayev, Student Affiliate Member Nadia Fratantonio, Student Affiliate Member Neda Karbasioun, Student Affiliate Member

Technology Committee Reed Munro (CHAIR), Clark Builders John Barkwell, BIM Track Mohammad Delavar, Student Member - UWO Dan Green, Brandt Positioning Technology Tero Laine, BuildingPoint Canada Mike Nelson, Resolve Software Solutions Mahsan Omid, SolidCAD Rushikesh Patel, Turner Fleischer Architects Caesar Ruest, Autodesk Tom Sidorkewicz, IMAGINiT Technologies JP Simard, BuildingPoint Canada Colin Stark, StarkBIM Ian Trudeau, Entuitive Corporation Louis Kurian, Student Affiliate Member Jainy Pramod, Student Affiliate Member

General Contractors Committee Tanner Clark (CHAIR), Stuart Olson Construction Yuri Bartzis, Maple Reinders Daniel Doherty, Clark Builders George Ikonomakis, Bird Construction Ivanka Iordanova, Pomerleau Kate Kirwan, Turner Construction Dan Neufeglise, PCL Construction Dorin Nita, Kenaidan Construction Dragan Marinkovic, CANA Construction Heather-Anne Popovich, Eastern Construction Mehrdad Tavakkolian, Tucker Hi-Rise Omar Zuberi, EllisDon Construction Deborah Paes De Andrade, Student Affiliate Member Theerthana Ratnakumar, Student Affiliate Member

International Committee Scott Chatterton (CHAIR), HDR Architecture Magdalena Ordyniec, EllisDon Construction Susan Brattberg, Global eTraining Brent Mauti, IBI Group Christian Proulx, BIM Track Dulce Gallardo, Student Affiliate Member

Designers Committee Krigh Bachmann (CHAIR), DIALOG Tony Atkins, HDR | CEI Architecture Associates Tina Bos, Herold Engineering David Burch, IBI Group Eddy Bussiere, SMP Engineering Jeongdae Cho, Manasc Isaac Architects Saji Darali , Turner Fleischer Architects Ambarish Golawar, B+H Architects Yigit Karanfil, IBI Group Reid Poyntz, Smith + Andersen Amir Tangestani, Kasian Architecture Interior Design and Planning Ltd. Joseph Troppmann, Diamond Schmitt Architects Jeanna Mangubat, Student Affiliate

Owners Committee Raphaël Cayer, ing. Jr, (CHAIR), Aéroport de Québec inc. Kirk Banadyga, Ministry of Central Services, Province of Saskatchewan Megan Beange, Public Works Government Services Canada John Hale, Department of National Defence Bill Jackson, Bruce Power Rafael Lucero, Alberta Infrastructure Scott Patterson, University Health Network Justin Pokar, City of Calgary Geraldine Rayner, Summit BIM Consulting Patrick Saavedra, York University Andrew Satterthwaite, The Regional Municipality of York

Trades Committee Chris Little (CHAIR), Modern Niagara Stephanie Fleming, Individual Member Harry Guo, Division 15 Mechanical Le Hien Huynh, Division 15 Mechanical Richard McKeagan, Mechanical Contractors Assc. of Canada Husein Musajee, Plan Group Al Prowse, H. Griffiths Ltd. Janagan Premachandran, Plan Group Brian Pyper, Dowco Consultants Ltd. Daryl Sharkey, Mechanical Contractors Association of Canada Calin Vaida, Plan Group Fernanda Lucerda, Student Affiliate Member Ian Kendall, Student Affiliate Member

Marketing Committee Magdalena Ordyniec (CHAIR), EllisDon Construction Shane Baillargeon, SolidCAD a Cansel Company Susan Brattberg, Global eTraining Graham Corsar, BuildingPoint Canada Lieu Dao, Pomerleau Ashley Saidi, EllisDon Construction Alena Tokareva, EllisDon Construction Anjani Dangre, Student Affiliate Member Bogdan Iakzhin, Student Affiliate Member Maxim Ligay, Student Affiliate Member Ishan Tripathi, Student Affiliate Member


buildingSMART

â„¢

a council of the Institute for BIM in Canada

Profile for CanadaBIMCouncil

Innovation Spotlight 2018  

Our annual publication, Innovation Spotlight, highlights the best new technologies and projects, innovations, achievements, and advancements...

Innovation Spotlight 2018  

Our annual publication, Innovation Spotlight, highlights the best new technologies and projects, innovations, achievements, and advancements...

Advertisement