Issuu on Google+


L’encas-Rousel suit les marchés en quête des produits frais que ses clients viennent lui apporter. Les ingrédients alimentent l’imagination du chef qui les transforme, les cuit et les sert sous les regards amusés des clients installés en balançoire. Qu’ils soient à la vapeur, au wok, au four, assaisonnés ou en crudités, le mot d’ordre est de manger bien et bon dans une petite bulle de rue où le partage et la convivialité sont les maîtres mots. projet réalisé avec Marion Thomazo et Colette Lebourdonnec


L’encas-rousel est une cuisine mobile urbaine. Il a été proposé pour la 5ème édition du concours national Minimaousse. Il a la capacité une fois arrivé à proximité des places de marché de se déployer et de proposer à ses usagers de s’assoir convivialement sur des balancoires autour d’une grande table ronde. Tout se plie, se déplie et se replie pour donner à l’encas-rousel deux identités : la première, pour le transport, quand il adopte une forme de petite maison tirée par une voiture. Et la seconde pour acceuillir son public, dans une bulle de rue, tel un mini chapiteau.


Experimental Hall est un projet d’extension pour l’école d’architecture de Wroclaw (Pologne) qui date du début du 20ème siècle. En contraste fort avec l’existant, le nouveau bâtiment arbore un langage plus contemporain, par sa forme mais aussi par le choix de ses matériaux. Le vocabulaire y est résolument industriel pour un bâtiment dont la principale activité sera la construction de maquette à échelle 1:1. Le programme accueille également un auditorium, une cafèt, ainsi que des salles de cours et bureaux à l’étage.


Les deux premiers niveaux constituent la halle de fabrication et tous ses ateliers et magasins. Le dernier étage est connecté aux bâtiments existants par des passerelles, et sert ainsi de lien entre deux édifices aujourd’hui séparés. ce dernier niveau acceuille les salles de cours, projet, conférence, ainsi que les bureaux et la cafèt. Ces espaces profitent d’un éclairage zénithal et d’une large vue sur les activités de la halle de fabrication grâce à une circulation tournant autour d’un patio vitré sur la halle. Ce projet a été réalisé en Pologne lors de mon 6ème semestre, mais les aménagements extérieurs ont été imaginés lors du semestre 7 avec l’aide de Mathilde Poupart et Ignacio Gomez Ramirez


Dans un paysage urbain, des ballons s’envolent et emportent avec eux des extraits d’histoire. Localisées en des points spécifiques de la ville, les strucutres ainsi révélées offrent une vision passée, future ou conditionnelle d’un environnement immédiat. Un expérience spatiale et temporelle in situ est proposée au visiteur au travers de fenêtres sur la ville.


REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF


Retrospective Prospective. aborde la question de l’expression du temps dans l’espace de la ville. Par un parcours ponctué de structures, offrant une expérience spatiale et temporelle, dans le passé, le futur et l’uchronie, ce projet se propose de donner aux visiteurs une nouvelle façon de lire leur ville et sa temporalité. A l’inverse des musées, ces objets proposent une retranscription de l’histoire, in situ, dans son contexte, par des immersions dans une temporalité précise du contexte proche. L’objet devient ainsi un belvédère immergé, dans lequel le visiteur acteur pourra à l’aide d’une manivelle traverser le temps et ses époques. Un parcours enterecoupé de réel et de possibles est ainsi créé., dans lequel le visiteur pourra arpenter sa ville, son histoire, son devenir et ce qu’elle aurait pu être.


Le projet Redgeneration (rebaptisé Osez le rouge en français) se situe à Wroclaw, en Pologne, sur une ancienne friche industrielle de 200ha, non loin du centre ville. Ce territoire constitue donc un enjeu urbain majeur pour la ville. La question était donc de requalifier cette zone, aujourd’hui totalement abandonnée et constituée d’anciennes usines pour la plupart désacffectées. projet réalisé avec Celia Lopez Bravo et Isabel Morales Garcia


Le projet peut se diviser en deux parties, la première, totalement à l’ouest, avec un nouveau quartier dédié à la création (salle de concert/studios d’artistes/école de design), avec la ferme intention de réhabiliter les traces du passé. La seconde partie se situe au coeur du site, avec la création d’un immense parc public, traversé par deux lignes de tram, dans lequel vient s’insérer un quartier écologique. Ces insertions se caractérisent par un ensemble d’iles/ilôts (constituées d’habitations écologiques et de services publics) qui viennt se nicher au coeur du parc.


TILT ! est un théâtre qui s’articule suivant deux éléments distincts : l’un visible en surface, telle la partie émergente de l’iceberg; et une autre, sous le niveau du sol. La forme émergente, ce cube incliné et incrusté dans le sol accueille la salle de théatre de 420 places, et la partie immergée abrite un large hall - illuminé par une immense verrière - qui permet l’accès à un café, un restaurant, deux galeries d’expo, une librairie, ainsi que toutes les fonctions attenantes au théâtre (vestiaires, backstage, bureaux, ateliers, foyer, studios d’enregistrement), mais acceuille aussi le guichet de vente, des cimaises d’expo, ainsi que deux larges terrasses pour le café et le restaurant.


L’explosion spatiale est une forme qui vient se nourrir de toutes les contraintes de son espace pour émerger. Elle prend place dans l’espace grâce à un maillage spatial composé de 84 boucles au périmètre invariable, résultant de ce champ de contraintes. Chaque boucle vient épouser son espace de contraintes, la longueur restante, non soumise aux contraintes est ainsi laissée à sa libre déformation. Les paramètres décidés au départ ne changent pas, seules les contraintes du lieu évoluent, et viennent ainsi génrérer cette forme, cette explosion spatiale, qui semble comme surgir de son espace de confinement. projet réalisé avec Louis-Marie Portal, Elise Glory, Colette Lebourdonnec, Marianne Beauvais, Justine Poligné


Cette maquette est la reproducttion d’une partie de la ville historiquement riche et en danger de destruction de Hasankeyf (Turquie). Un matériau unique permet d’unifier toute la maquette, toute la ville en quelque sorte. Le projet propose ensuite de venir prendre l’empreinte de cette ville en sursis afin d’en conserver une trace. Nous obtenons au final deux maquettes, l’une et son contraire, l’une et son négatif, deux souvenirs imperpétuels de la cité en perdition. Projet réalisé avec Julie Lebaud et Pauline Kerzerho


Projet de création d’un ensemble urbain sur un site réel (à Rezé/Pirmil, friche de 20ha près de NCN). Le résultat est un ensemble cohérent, écrit à 3 mains de 12 bâtiments mêlant studios/appartements/habitats intermédiaires/espaces publics/services/espaces verts/espaces communs aux habitants. La plan masse peut se voir comme un fil qui serpente, comme une boucle qui vient s’achever au coeur de la parcelle. Projet réalisé avec Pauline Laidebeur et Caroline Morin


Passionné de photographie, je tente d’apporter un nouveau regard à travers mon objectif. Quelques clichés, numériques et argentiques, en France ou ailleurs, de villes, de bâtiments, de monuments, mais aussi ma prédilection : des lieux abandonnés, usines désaffectées, parfois inaccessibles, en quête d’un nouveau regard.



Book Camille Sablé 2013