Page 1

LAISSE TOMBER LES FILLES,LAISSE TOMBER LES FILLES UN JOUR C’EST TOI QU’ON LAISSERA

VISITE AU PERE


L E J e n e p e u x p a s c h a n g e r. Ç a n e m a r c h e p a s . Elle appuie à n o u v e a u sur les touches. Ça ne fonctionne pas. On ne peut pas

c h a n g e r. . .

Elle appuie encore sur les touches. Je n’arrive pas à l ’ e n l e v e r . Elle appuie à nouveau sur les touches.

T E M P S P A S S E

On sonne de nouveau à la porte. Isabel se lève, sans quitter des yeux le téléphone portable, ouvre , sans regarder qui se tient à la porte, et reprend sa position

initiale.

jeune homme, début de la vingtaine, même s’il semble peut-être plus âgé. Sur le seuil se tient un

Il s’est acheté un vieux manteau d’hiver, qui ne lui va pas vraiment, mais qu’il tient pour un très bon vêtement. Isabel ne lui prête que attention.

brièvement

Il reste sur le seuil, porte ouverte. Rien ne se passe. Il neige à l’intérieur.


EDITH

Elle se dirige vers une armoire ou vers un tiroir, elle veut

quelque chose. Elle a vécu enfant dans cette maison, a grandi ici, y vit à nouveau avec son mari Heinrich et leur fille Isabel. aller chercher ou emporter

Oh... Bonjour... PETER Oui... EDITH Nous connaissons-nous... PETER Non... EDITH Non ? PETER Non... vous... EDITH Si... si, nous nous connaissons... PETER Non, non. EDITH Vous êtes avec Isabel, qu’est-ce que tu fais là par terre, pourtant je vous connais... PETER Non. Certainement pas. Nous ne nous connaissons pas. EDITH Mais vous me rappelez quelqu’un. PETER C’est très possible. EDITH Nous nous sommes pourtant déjà rencontrés ! PETER Sûr que non. EDITH Si seulement je savais à qui vous ressemblez... j’ai connu quelqu’un comme vous... Oui... Comment vous appelez-vous ? EDITH Qu’est-ce qui vous amène, Peter, que pouvons-nous faire pour vous ? Qui cherchez-vous ? PETER Mon père. EDITH Pardon, qui ? PETER Mon père. Mon père m’a invité.


HEINRICH

Ah... Combien de temps allez-vous rester plus souvent. Un temps bref. Aussi souvent que vous pouvez. Elle lui prend soudain la main.

? Vous devez venir

SONIA

Dans ma vie, dans toutes mes pensées, dans tout ce que j’éprouve, il n’y a rien de plus ardent, aucun désir plus ardent que celui d’avoir un enfant. Je veux un enfant. Je veux être enceinte. Il n’y a rien que j’espère davantage. Que cette vie ne s’écoule pas sans que ce désir soit réalisé. Que je ne vieillisse pas sans avoir donné naissance à un enfant. Que je ne vieillisse pas sans avoir conçu, mis au monde et élevé un enfant. Un temps bref.

Elle lui lâche la main.

IL N’Y A QUE DES FEMMES

ICI ! QUE DES FEMMES ET

MOI !


Des

femmes surtout se sont

P

arfois pendant une fraction de seconde on voit soudain tout devant soi... tout ce qui va arriver, à l’avenir... autrement que lorsqu’on croit avoir déjà vécu quelque chose... non, pas comme ça... un bref regard dans l’avenir, trop bref pour vraiment comprendre ce qu’on voit. Ou pas assez long pour être obligé de comprendre ce qu’on voit, ce qu’on a vu.

arrêtées.

Il

paraît qu’il

a

toujours trouvé un endroit où

dormir.


Vous ne l’avez pas saigné ...

EDITH

Pourquoi tu ne lui as pas tout simplement dit où se trouvent les Russes...

HEINRICH

Parce qu’elle ne voulait pas l’entendre. Tu le lui as dit, toi, pourquoi elle n’écoute pas. Je déteste les Russes.

ISABEL

Pourquoi tu ne lui as pas tout simplement dit où elle devait aller !


ISABEL

Comment on fait, je veux dire, est-ce qu'il y a un truc, je ne peux quand même pas arracher une à une les plumes de cette bestiole.

EDITH

C'est sûr, on ne va pas manger l'oiseau avec les plumes...

MARIETTA

Est‐ce qu’il ne faut pas saigner la bête, que, que, je, qui va vider la bête... parce que les bêtes, on les vide. Les poissons aussi on les vide.


NOUS APPELONS NOTRE CHAMBRE LE SALON RUSSE.


IL EST TROP JEUNE POUR TOI, PAS POUR MOI, BIEN SÛR.

TENTATION

La tentation est le

précurseur de la

tolérance.


Que mon fils, qui est arrivé ici aujourd’hui... qu’il couchera avec ma femme. Avec votre mère. Et peut-être avec Marietta. Et peut-être avec vous... je m’imagine qu’il

couche avec toutes les femmes de cette maison.

j’ai essayé d’anticiper ce qu’il ferait, de deviner ce qu’il avait en tête... et qu’est-ce qu’il fait... il commence par s’envoyer ta nièce ! Non ? Ce n’est pas ce qu’il a fait ? C’est quand même grandiose! Grandiose. Qui aurait pu prévoir ça !


MAINTENANT JE VAIS VOUS TUER

Il y a deux coups...


LAISSE TOMBER LES FILLES,LAISSE TOMBER LES FILLES UN JOUR C’EST TOI QU’ON LAISSERA

VISITE AU PERE

visite au père édition  

édition souvenir pour la pièce de théâtre visite au père

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you