Page 1

Plan Info L’information des Marraines, Parrains et DonActeurs de Plan

DÉCEMBRE 2013 - N°46

URGENCE AUX PHILIPPINES

Page 17

FORMATION ET EMPLOI :

Donnons un avenir à la jeunesse


EDITORIAL

Chers parrains et donateurs, Avec la fin d’année, vient le temps des bilans. Nous ne dérogeons pas à la tradition et vous proposons de découvrir un extrait du Rapport moral d’activité 2012/2013 (au centre de votre magazine). Ce bilan m’incite à attirer votre attention sur les difficultés que nous rencontrons, comme beaucoup d’autres ONG, en cette période de crise. Alors que dans les pays en développement les besoins ne faiblissent pas, les sommes transférées sur le terrain pour financer les projets ont diminué de 4,7 % en 2012/2013. Nous devons agir ensemble pour continuer à aider le plus possible d’enfants, et ce sans attendre. A quelques heures du bouclage de ce numéro, l’archipel des Philippines a été heurté par le plus violent typhon de son histoire. Les images que nous avons tous vues montrent l’ampleur de la catastrophe et le dénuement total de la population. Nous avons donc modifié en dernière minute ce numéro pour y intégrer un appel à la générosité exceptionnel en faveur des Philippines. Des millions de personnes sont impactées et les enfants sont les plus vulnérables. Les 7 zones d’intervention de PLAN, présent aux Philippines depuis plus de 50 ans, ont toutes été touchées de plein fouet par le typhon. Nous comprenons et partageons l’inquiétude de nos 985 parrains et marraines français d’enfants philippins. Nous mettons tout en œuvre pour les informer de la situation de leur filleul. Face aux besoins massifs, chaque euro compte. Cette urgence demandera une réponse de longue haleine, vous pourrez suivre l’évolution de notre action sur place sur notre site internet. Un grand merci pour votre soutien et votre fidélité.

SOMMAIRE

3-5

6-7

8-9

10-12

13-16

17

18-19

Actualités

Les dernières informations Plan France et nos nouveautés à découvrir ou redécouvrir.

Retour sur le 11 octobre

Bilan en images de la 2ème Journée internationale des filles en France et dans le monde.

Le parrainage en action

Pour mieux comprendre comment vos dons sont affectés.

Zoom sur

3 pays de l’Afrique de l’Ouest : Burkina Faso, Sénégal, Niger.

Dossier

Formation professionnelle et emploi des jeunes. Rencontre avec Gritt Richter, chargée de projet à Plan France.

Urgence Philippines Faites un don pour secourir les enfants.

Ils font valoir leurs droits

Regards croisés entre Malala Yousafzai, militante pour l’éducation des filles, et Alexandra, Jeune déléguée norvégienne de PLAN.

Au centre de votre magazine : « L’Essentiel » Extrait du rapport moral d’activité 2012/2013

L’Essentiel Extrait du Rapport moral d’activité Plan France 2012/2013

L

e contexte économique a de lourdes répercussions sur nos recettes et par conséquent sur les financements des projets. Ensemble, nous devons maintenir notre action et continuer à aider le plus possible d’enfants à se construire un avenir. Plan France a anticipé les conséquences de la crise mais nous avons plus que jamais besoin de votre soutien. Un profond merci à chacun, particuliers et institutions des secteurs privé et public, ainsi qu’à nos nombreux bénévoles et à nos salariés. Pierre Bardon Président de Plan France

Alain Caudrelier-Bénac Directeur de Plan France

Retrouvez l’intégralité du Rapport moral d’activité 2012/2013 sur le site www.planfrance.org

Plan Info est une publication de Plan France - ONG de solidarité internationale. Décembre 2013. Conseil d’administration : Damien Bachelot, Philippe Baetz, Pierre Bardon, Nicolas Baverez, Ghislaine Costantini, Pascal Houssin, Dominique Martin, Chantal Nedjib, Lionel Requillart, Marie-Claire Restoux-Gasset, Pierre Siquier, Frédérique Schlumberger. Directeur de la publication : Alain Caudrelier-Bénac. Comité de rédaction : Solène Bernard, Anne Caillebotte, Sophie Chamard, Isabelle Dalle-Piagge, Diane Daul, Gritt Richter, Michelle Perrot, Yvan Savy. Conception graphique : Sylvain Lefebvre. Contact : Plan France - 11, rue de Cambrai - 75019 Paris /contact@planfrance.org / Tél : 01 44 89 90 90. www.planfrance.org

2


ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉ

D ns- cadeaux Envie d’innover cette année ? Pour Noël, offrez des LAPINS à vos proches ! Grâce aux Dons-Cadeaux, vous effectuez un don en faveur du projet que vous avez sélectionné. Vous l’offrez ensuite à un proche qui reçoit un certificat « Don-Cadeau » de votre part. Vous pouvez y ajouter un message personnel à son attention pour que votre geste lui arrive droit au cœur.

ACTUALITÉS

UN GESTE ICI, UN PROJET LÀ-BAS

En vous rendant sur le site www.dons-cadeaux.org, vous découvrirez comment faire plaisir à des mordus d’animaux ou des enseignants passionnés.

2 lapins d’élevage pour une famille

5 manuels pour les cours de soutien en primaire

1 kit de semences pour 4 familles

Haïti, Génération de revenus

Cameroun, Éducation

Fonds d’urgence

 12 €

 35 €

 60 €

Soit 4,08 € après réduction fiscale

Soit 11,90 € après réduction fiscale

Soit 20,40 € après réduction fiscale

Plus de 43 000 fans nous ont déjà rejoints sur

Pour suivre nos actualités et interagir avec nous, rejoignez notre page ! www.facebook.fr/pageplanfrance

3


PLAN

FRANCE

CHANGE

© Africa Studio - Fotolia.com

ACTUALITÉS

D’ADRESSE A compter de début janvier 2014, nos locaux seront désormais situés au 14 boulevard de Douaumont, près de la Porte de Clichy à Paris. Ce déménagement s’inscrit dans la volonté de réduire nos coûts de fonctionnement, il permettra une économie de 30 % sur le loyer. Nous rejoindrons un espace dédié aux associations de solidarité et aux acteurs du développement durable. Où adresser vos courriers à partir de janvier 2014 ? Plan France - 14, boulevard de Douaumont 75017 Paris

Nouveau financement pour un projet de santé maternelle et infantile

4

La Mairie de Paris renouvelle sa confiance à Plan France

L’Agence Française de Développement (AFD) vient d’octroyer à Plan France une subvention de 481500 € (sur 3 ans) pour financer la 2ème phase d’un projet de réduction de la mortalité des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes dans le district de l’Est-Mono au Togo.

Depuis avril 2012, Plan France et ses partenaires locaux interviennent au Cameroun pour lutter contre l’épidémie de VIH/Sida. Pour la 2ème année consécutive, la Mairie de Paris a accordé un financement à ce projet à hauteur de 30 000 €.

Entre 2007 et 2010, la précédente phase a permis une réelle amélioration du niveau de santé maternelle et infantile : meilleur suivi des grossesses, augmentation des taux de vaccination, utilisation plus systématique de moustiquaires imprégnées… Plan France a décidé de poursuivre ses actions dans la zone d’intervention afin de consolider ces résultats et pérenniser les acquis du projet.

Mené dans le district d’Okola dans la région Centre du Cameroun, ce projet vise à améliorer la prévention de la maladie et à favoriser l’accès à un traitement équitable et de qualité, via des campagnes mobiles de dépistage, des formations des agents de santé et des sensibilisations visant à réduire l’impact de la maladie et les discriminations hommes/femmes en matière de santé sexuelle et reproductive.


Pour joindre l’utile à l’agréable, Plan France vous propose des cartes de vœux électroniques illustrées par les enfants parrainés dans le monde entier. Découvrez-les sur : www.planfrance.org/voeux

R E C U FISCAL 2013 Pour tout don effectué entre le 1er janvier et le 31 décembre 2013, nos donateurs recevront courant mars 2014 un reçu fiscal indiquant la somme totale versée à Plan France au cours de l’année. En reportant ce montant sur votre déclaration d’impôts 2014, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt de 66% du montant de vos dons (dans la limite de 20% de votre revenu imposable).

ACTUALITÉS

Des dessins d’enfants pour envoyer vos vœux!

*Le reçu vous sera envoyé dès le mois de mars par e-mail ou par courrier.

Le cabinet Gide à la Parisienne

En septembre, 28 femmes du cabinet d’avocats Gide Loyrette Nouel participaient sous les couleurs de notre campagne « Because I am a Girl » à la 17ème édition de la Parisienne. En plus de parcourir 6,7 km, elles ont collecté plus de 6 000 e pour nos projets en faveur des filles. Un grand merci à elles et à leurs nombreux supporters !

5


Retour sur LE 11 OCTOBRE

Tous ensemble pour Pour la 2ème année consécutive, PLAN s’est mobilisé pour défendre l’éducation des filles. A l’occasion de la Journée internationale des filles, le 11 octobre dernier, nous avons dénoncé le mariage précoce qui éloigne des millions de filles des bancs de l’école. Revivez en images les temps forts de la campagne. Un dispositif web complet Web-documentaire, application Facebook, bannières... ont permis d’alerter le grand public sur le phénomène du mariage précoce. Pour sensibiliser à cette réalité qui peut sembler lointaine, la pratique des mariages d’enfants a été transposée dans notre contexte.

Les médias en parlent

Des faux mariages

Télévision, radio, presse… les médias étaient au rendez-vous pour relayer la campagne.

Cinq « faux couples » se sont prêtés à une mise en scène pour attirer l’attention des médias et du grand public.

Une campagne d’affichage choc

© Stéphanie Sinclair, VII

6

Plan France a exposé les passants à 4 visuels issus du troublant reportage de la photojournaliste américaine Stéphanie Sinclair.


Les bénévoles en région mobilisés

1

2

1 - Vente de biscuits par la pâtisserie Olland à Cronenbourg.

Retour sur LE 11 OCTOBRE

l’éducation des filles 2 - Un stand d’animations pour les enfants à la fête de la Presqu’Ile de Caen.

La remise du rapport « Mariage d’enfant et éducation » Avec le soutien des Délégations aux droits des femmes de l’Assemblée Nationale et du Sénat, Plan France a organisé à l’Assemblée Nationale une conférence/débat sur les mariages précoces.

A l’international 1 - Dans le monde entier, des monuments célèbres ont été parés de rose pour célébrer la 2ème Journée internationale des filles. 1

2

Merci à tous pour votre mobilisation ! Retrouvez : les images sur .org/filles www.planfrance

2

2 - 6 pays ont repris le concept de la « fresque » effaçable (créée par Plan France en 2012). 3

3 - Prise de parole de Freida Pinto, ambassadrice de la campagne, à New York.

7


Le parrainage en actions

LA MUTUALISATION DES DONS DE PARRAINAGE

Transformer la vie de votre filleul(e) en aidant sa communauté Pour vous permettre de mieux comprendre comment vos dons sont utilisés et de quelle manière ils contribuent à l’avenir de votre filleul(e), nous vous proposons un dossier sur l’affectation de votre don de parrainage. Bien qu’il ne lui soit pas versé individuellement, votre don est essentiel pour votre filleul(e).

Besoins vitaux

¤

Protection

Parrain/Marraine

Education

Courriers Visites

Communauté

Défense des droits

Filleul(e)

Comment est utilisé votre don ? Votre don est mutualisé, c’est-à-dire mis en commun avec les contributions des autres parrains et des partenaires privés ou publics. Il est consacré à des projets de développement sur le long terme, soigneusement planifiés et ciblés dans le pays où vit votre filleul(e).

Pourquoi mettre en commun les dons ? PLAN travaille dans les communautés les plus pauvres du monde. Alors que ces communautés n’ont pas toujours d’école, de médecin ou d’accès à l’eau potable, donner de l’argent directement à un enfant ne lui permettrait pas d’avoir une vie meilleure. Le préalable à l’amélioration des situations individuelles est la création de conditions de vie décentes pour tous. La vie de l’enfant ne peut 8

changer que si toute sa communauté marche vers un développement pérenne. Pour cela, PLAN met en œuvre des projets qui répondent aux besoins identifiés comme prioritaires par les communautés locales : construction d’écoles, connexion des villages à l’eau potable, vaccination, éradication de la maltraitance… Tous ces projets collectifs visent à améliorer l’environnement dans lequel les enfants évoluent et ainsi à leur donner les moyens de construire leur avenir.

Votre filleul(e) bénéficie-t-il alors de votre parrainage ? Oui, car même si vos dons ne lui sont pas versés directement, votre filleul sent la différence de deux manières. D’une part, il bénéficie des projets de


Les atouts de la mutualisation n La mutualisation s’inscrit dans un souci de solidarité et d’équité. Elle préserve la cohésion des communautés et évite des discriminations entre les enfants parrainés et ceux qui ne le seraient pas. n Elle permet de mener des projets d’envergure, servant des objectifs durables. Un usage plus efficace des fonds peut être ainsi fait entre les différents programmes selon les besoins.

développement mis en œuvre grâce à vous. Dans les pays où nous intervenons, la situation change favorablement, et cela profite avant tout à ceux qui seront les citoyens de demain : les enfants. Par exemple, votre filleul(e) est plus susceptible de grandir en bonne santé, notamment grâce à une alimentation saine et une enfance exempte de maladie. En allant dans une école bien équipée, il développe ses capacités au lieu d’avoir à travailler pour aider sa famille. Il y acquiert des compétences précieuses pour sa vie d’adulte. D’autre part, votre soutien peut signifier encore plus pour votre filleul(e). La relation personnelle nouée avec lui est précieuse. Quelques lignes d’un parrain, ou tout simplement savoir que quelqu’un se soucie de lui à des kilomètres de distance, peuvent vraiment aider l’enfant à avoir confiance en lui et à se projeter différemment dans l’avenir. n

Le parrainage en actions

Des rapports en français !

24 506 rapports sur la situation des filleuls et de leur région ont été envoyés entre juillet 2012 et juin 2013 par mail ou par courrier. Les parrains et marraines sont informés régulièrement des résultats des actions menées dans chaque pays de parrainage. Pour nous, il est important que vous puissiez comprendre les avancées qui n’auraient pas pu être réalisées sans votre soutien. Pourtant, du fait de la diversité des pays et des langues, les rapports sur la situation des filleul(e)s et de leur région étaient préalablement transmis aux parrains en anglais. Depuis 2013, dans le cadre de nos efforts pour améliorer nos services aux parrains, ce document vous est désormais envoyé en français, grâce à une automatisation de certaines traductions et à un partage des coûts entre pays PLAN francophones.

Le contenu de ce document Envoyé tous les 12 à 18 mois, il comprend deux photos du filleul (seul et avec un membre de sa famille), une page avec la mise à jour de sa situation, et quatre pages sur les projets réalisés dans la région où vit le filleul.

Retrouvez à tout moment ces rapports sur votre Espace parrain : espaceparrain.planfrance.org

9


Zoom sur…

ZOOM sur : l’Afrique de l’Ouest

Niger Sénégal

Burkina Fasso

Le Burkina Faso, le Sénégal et le Niger font régulièrement face à des situations de crise (politique, alimentaire, …) qui ont des répercussions fortes sur leur développement. Alors que le niveau d’éducation est fortement touché, PLAN intervient dans ces 3 pays du Sahel pour l’autonomisation des jeunes, l’amélioration des infrastructures scolaires et la protection contre le mariage précoce des filles.

Burkina Faso

Apprendre avec la lumière

L

es villageois ayant besoin de lumière dans les écoles à la nuit tombée (18h), PLAN a fait installer des lampes à fonctionnement solaire dans les classes des villages de Malewale, Souma, et Komsilga. Dans cette région où le taux d’illettrisme est élevé, l’électricité est une ressource rare et coûteuse.

de nouveau pour nous. En sachant ce qu’on doit faire et ne pas faire, on évite ainsi les risques. Les formateurs ont insisté sur l’importance d’entretenir régulièrement le ‘plateau solaire’ ». Les résultats ont été rapides : le nombre d’enfants abandonnant l’école a fortement diminué et les élèves sont heureux de venir étudier dans une école moderne et électrifiée. De même, sur les 50 adultes fréquentant les cours du soir, 100% ont réussi à leurs examens (contre 50% en 2011 et 71% en 2012).

L’énergie solaire a permis aux enfants (et aux adultes suivant des cours du soir) d’étudier dans de meilleures conditions. Seydou*, un élève de 6ème, témoigne : « Avant qu’on ait la lumière dans l’école, on passait notre temps à jouer dans le noir. Maintenant que l’école est éclairée le soir, au lieu de jouer, on fait nos devoirs ». Un comité constitué de membres de la communauté (essentiellement des parents d’élèves et des professeurs) a été associé au projet et en est responsable. Il a été formé à l’utilisation du matériel et à l’économie d’énergie. Adama* fait partie du comité : « Cette formation était la bienvenue parce que l’énergie solaire c’est quelque chose

10

Ecolières d’une des classes bénéficiant de lampes solaires


NIGER Des jeunes fiers de participer à la vie de leur quartier

L SÉNÉGAL

Responsabiliser les jeunes à Dakar

D

akar, capitale du Sénégal, connaît une croissance démographique fulgurante depuis quelques années. Des aménagements urbains sont nécessaires pour accueillir une population toujours plus nombreuse. Pour PLAN, l’enjeu est d’associer les jeunes les plus vulnérables aux projets de réhabilitation. 150 jeunes déscolarisés (75 filles et 75 garçons) issus des quartiers les plus défavorisés de la capitale ont suivi une formation sur le développement de micro-projets pour améliorer l’environnement urbain : levée de fonds, gestion des ressources, conception et réalisation d’un projet sur le long terme, plaidoyer auprès des autorités locales pour obtenir les permis de construire …

e Niger est le pays où la pratique du mariage précoce est la plus courante : 75 % des filles nigériennes sont mariées avant leurs 18 ans. En prévision de la vie de femme mariée de leur fille, de nombreux parents privilégient l’apprentissage de tâches domestiques à la scolarisation. PLAN veut faire évoluer les mentalités des communautés.

Zoom sur…

Lutter contre le mariage précoce par l’éducation

Nana Aicha, 19 ans, témoigne : « Lorsque j’avais 17 ans, mon oncle m’a dit que je devais me marier avec un homme que je n’avais jamais vu, un cousin. Je n’avais aucune idée de la manière dont cet homme se comporterait avec moi et je savais que me marier m’obligerait à quitter l’école. » Le projet mené à Dosso prévoit des séances de sensibilisation et des débats avec les chefs traditionnels, les familles, et les enfants eux-mêmes. En collaboration avec l’ONG « SOS Femmes et enfants victimes de violences familiales » (SOS FEVVF), PLAN vient également en aide aux jeunes filles victimes de ces pratiques néfastes. C’est grâce à leur intervention que l’oncle de Nana Aicha a accepté de ne pas la marier. Nana Aicha et la fondatrice de l’ONG SOS FEVVF, Mariama Moussa, faisaient partie de la délégation nigérienne venue à Paris à l’occasion de la Journée internationale des filles pour témoigner contre le mariage précoce (voir page 7).

Fatou*, 17 ans, raconte son expérience avec enthousiasme : « Nous avons restauré le quartier qui était en mauvais état. Les activités que nous avons pensées et mises en place nous ont beaucoup appris ». Désormais, les jeunes sont actifs et participent à la vie de leur ville. Leur travail a permis de réhabiliter par exemple des cours de récréation, des terrains de football, des jardins publics, des toilettes et des fontaines publiques.

Nana Aicha et Mariama Moussa à l’Assemblée Nationale

Cheikh Sarr, le maire de Guédiawaye, une banlieue de Dakar, dresse un bilan positif : « Cette excellente initiative permet de rendre autonomes les jeunes dans la gestion de leur environnement immédiat. Les réunions que nous avons eues avec eux montrent qu’ils sont capables aujourd’hui de s’occuper de projets viables ». * Certains prénoms ont été modifiés de façon à garantir la protection de l’enfant et le respect de la vie privée. 11


Retour sur…

Retour sur...

l’urgence au Mali

Les conflits violents qu’a connus le Mali pendant plus d’un an ont durement affecté le pays. Mais grâce à vos dons, PLAN a pu lancer plusieurs programmes d’intervention d’urgence pour permettre aux enfants de reprendre le chemin de l’école.

Une situation d’urgence Les enfants sont les premières victimes des conflits : écoles fermées, villages détruits, familles éclatées, enrôlement de force dans les combats, exploitation physique et sexuelle… Pour surmonter ces traumatismes, PLAN a la conviction que l’école est une solution prioritaire. « Les enfants ont parfois vu des choses qu’ils n’auraient jamais dû voir. Pour eux, revenir à l’école, […] c’est revenir à une vie normale », déclare Didier Young, responsable de la mobilisation des ressources en situation d’urgence au sein de Plan Mali.

Priorité à l’éducation Le défi de PLAN était d’inciter les familles à envoyer leurs enfants à l’école, malgré les

conditions de vie difficiles qu’elles traversent. Son intervention dans la zone de Tombouctou a permis de former 156 instituteurs à enseigner dans les situations d’urgence, et de fournir 8 132 kits de matériel scolaire aux enfants. Des travaux de réhabilitation (toilettes, points d’eau) ont également été menés. 173 écoles ont ainsi bénéficié du soutien de PLAN et permis à des milliers d’enfants de poursuivre une scolarité dans un environnement de qualité. D’autres mesures ont été prises pour créer un environnement favorable aux enfants réfugiés ou déplacés. La construction de 18 espaces protégés dans les camps de réfugiés permet de proposer à 3 000 enfants des activités culturelles et sportives en toute sécurité. n

L’aide de la Fondation Orange pour les enfants au Mali Nous remercions notre partenaire qui a investi 100 000 € pour l’éducation des enfants. Sa généreuse contribution permet de rééquiper 24 écoles des régions de Tombouctou, Gao et Kidal en mobilier scolaire (tables, bancs, bureaux de professeurs). Ainsi, 2 880 écoliers du primaire et leurs 96 enseignants pourront faire leur rentrée et reprendre l’école dans de meilleures conditions.

12


FORMATION ET EMPLOI :

DOSSIER

La jeunesse a droit à un avenir

L

e développement futur des pays les plus pauvres dépend de la capacité qu’auront les jeunes à trouver un travail décent, à devenir des citoyens actifs et des individus capables de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles. Dans le contexte de crise actuel, l’énorme effectif que constitue la jeune génération donne la mesure et l’urgence du défi à relever.

13


DOSSIER

Investir dans la jeunesse : un enjeu majeur Les jeunes de moins de 25 ans représentent plus de 60% de la population de certains pays en développement. Mais alors qu’1,3 milliard de jeunes arriveront sur le marché du travail dans les dix prochaines années, seuls 300 millions d’emplois nouveaux devraient être créés sur la même période. Si rien n’est fait, ces jeunes, au lieu d’être une source d’énergie formidable pour leur pays, renforceront le cycle de la pauvreté, et leur exclusion du monde du travail pèsera de plus en plus lourd sur la paix sociale et la stabilité des nations. PLAN ne peut agir pour les enfants sans faire en sorte qu’une fois adultes, ils puissent trouver un travail décent et productif.

Peu de perspectives de travail décent

L’approche développée s’appuie sur une démarche en plusieurs étapes permettant de travailler efficacement et sur le long terme :

Actuellement, les jeunes des pays en développement ont quatre fois plus de risque que la population adulte globale de se retrouver sans emploi ou sans emploi décent. Vivant dans des familles très pauvres disposant parfois de moins de 1€ par jour, beaucoup n’ont aucun moyen d’acquérir une formation. Même formés, les jeunes ne trouvent pas nécessairement de travail, car les formations proposées ne coïncident pas avec les besoins du marché. Quant aux filles, elles n’accèdent pas ou peu au marché de l’emploi, du fait des discriminations très fortes à leur encontre.

n une étude préalable pour répondre aux besoins réels du marché du travail ;

Formation professionnelle, accès à la micro-finance et emploi La hausse de l’emploi des jeunes ne sera pas facile à atteindre. Pour leur offrir des débouchés économiques, il faut favoriser le développement de leurs compétences et leur donner des opportunités d’accéder à des emplois décents ou à l’entrepreneuriat. C’est pour cela qu’en 2009, PLAN, la Banque mondiale et le Groupe ImagineNations ont uni leurs forces pour permettre aux jeunes de prétendre à des emplois dans des secteurs porteurs ou d’être en mesure de créer leur micro-entreprise.

14

n la mise en place de formations techniques adaptées aux demandes des employeurs ; n des formations pour permettre aux jeunes de prendre confiance en eux ; n la réalisation de stages professionnalisants ; n l’accès à des services financiers adaptés à leurs besoins (prêts, épargne…) ; n une préparation au marché du travail pour trouver un emploi décent ; n une fois en entreprise, un suivi individualisé de 6 mois et l’appui de réseaux d’anciens élèves pour conforter les jeunes dans leur emploi.

DÉFINITIONS Autonomisation économique : processus par lequel les personnes développent les compétences nécessaires pour profiter d’opportunités économiques, pour contribuer à la croissance et en tirer une plus grande maîtrise de leur vie. Emploi décent : travail pour une rémunération appropriée à l’activité, respectant la dignité de l’individu et exercé dans un environnement salubre. Plus qu’une source de revenus, le travail doit contribuer au progrès socioéconomique et renforcer les capacités des individus, de leur famille et de leur communauté.


Parce que l’insertion économique des jeunes est prioritaire, Plan France a mis en place sur les différents continents des projets favorisant leur accès à des emplois décents. A chaque fois, l’approche spécifique de PLAN est appliquée afin d’apporter une solution adaptée au contexte et sur le long terme.

HAÏTI

Des services de micro-finance pour sortir les jeunes de l’extrême pauvreté

RENCONTRE AVEC... Gritt Richter

Chargée de projet Plan France, responsable du projet Saksham (formation professionnelle des jeunes) en Inde

DOSSIER

EXEMPLES DE PROJETS

En septembre dernier a eu lieu à Washington la conférence internationale « Global Youth Economic Opportunities » sur l’autonomisation économique des jeunes. Vous y représentiez Plan France. Quel est le but de cette rencontre ?

Le séisme de 2010 n’a fait qu’aggraver une situation déjà dramatique, fragilisant encore les plus vulnérables. Alors que 50% de la population haïtienne a moins de 20 ans, PLAN permet aux jeunes d’avoir accès à des micro-crédits, des produits d’épargne mais aussi des formations financières spécifiquement adaptées à leurs besoins. Ce projet sur 4 ans permettra notamment à 8 000 jeunes, dont 6 000 filles et jeunes femmes, de bénéficier d’un compte d’épargne, et à 1 000 jeunes, dont 600 filles et jeunes femmes, d’accéder au micro-crédit.

TOGO

C’est la 7ème fois qu’ONG, bailleurs de fonds, entreprises privées, éducateurs, représentants des gouvernements se retrouvent pour échanger sur ce thème crucial. L’objectif est de renforcer l’impact et la durabilité de nos projets d’autonomisation économique des jeunes ; la conférence est un lieu d’échanges exceptionnel où nous partageons nos bonnes pratiques et formons de nouveaux partenariats. Quel message PLAN a-t-il fait passer lors de cette conférence ? PLAN appelle à un cadre post-2015* qui place les droits des enfants et des jeunes en son centre. Parmi ces droits, doit figurer explicitement leur droit de trouver un travail décent et productif. Aujourd’hui, dans le cadre des OMD*, ce droit n’est vu que comme une des étapes dans la lutte contre l’extrême pauvreté et la faim.

L’apprentissage pour répondre aux besoins du marché du travail

Quel est l’enjeu pour Plan France qui participait pour la première fois à cette conférence ?

Le marché du travail togolais est surtout dominé par l’économie informelle et il fait peu de place aux jeunes, en particulier aux filles et aux jeunes en

* Les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), adoptés en 2000, ont servi de cadre commun pour la coopération jusqu’en 2015. L’ONU travaille actuellement en étroite collaboration avec les différents partenaires internationaux pour un programme de développement pour l’après-2015.

Pour Plan France, l’autonomisation économique des jeunes est un thème crucial. Nous avons développé une véritable expertise sur le sujet et il est important de la faire connaître aux autres entités PLAN et aux partenaires internationaux. Nous pouvons aujourd’hui nous appuyer concrètement sur les réussites d’un programme emblématique, le projet Saksham en Inde.

15


DOSSIER

situation de handicap. Ce projet, qui débutera en 2014, favorisera leur insertion socioprofessionnelle dans une province où le taux de pauvreté est particulièrement élevé. A travers l’apprentissage, quelque 400 filles et garçons, issus des zones rurales et semi-urbaines de la préfecture de Tchaoudjo, seront formés à des métiers porteurs (transformation de produits agricoles en produits agroalimentaires, commercialisation de produits issus de l’artisanat local...). Le projet de PLAN prévoit un soutien particulier pour les filles, un accompagnement personnalisé pour tous et le renforcement des compétences des maîtres d’apprentissage.

INDE

La formation professionnelle, un sésame pour l’emploi des filles

Le projet Saksham, développé par PLAN à Delhi, propose à des jeunes défavorisés des formations sur des créneaux porteurs, avec des cours d’anglais, d’informatique, de communication mais également de développement personnel. De plus, pour que les filles, systématiquement écartées du marché de l’emploi, participent au projet, PLAN a sensibilisé les communautés, les entreprises et les parents à l’importance de la formation professionnelle des filles. Lancée en 2010, la première phase du projet Saksham s’est achevée en juin 2013. Les centres de formation Saksham ouverts par PLAN à Delhi ont accueilli 2 426 jeunes issus de quartiers défavorisés dont 1 237 filles. Grâce au travail des équipes du projet, l’autonomisation économique des filles a été acceptée et mieux comprise par leurs familles. Aujourd’hui, les employeurs s’intéressent aux diplômés de Saksham dans le cadre de leurs

16

recrutements : 1 464 jeunes, dont 696 filles, ont ainsi trouvé un emploi. Face aux réussites de ce projet, PLAN a lancé une 2ème phase : les actions de formation se poursuivent et un nouveau cursus sur la création d’entreprise est proposé aux jeunes pour leur apprendre à monter leur business plan, gérer leur trésorerie, accéder au micro-crédit… Ce module bénéficiera à des jeunes vivants en milieu rural et pour qui créer sa propre activité est la meilleure solution. n

L’égalité filles-garçons : un objectif prioritaire Dans ses projets, PLAN accorde une place particulière aux filles pour renforcer leurs droits et leur permettre de les exercer pleinement. Améliorer la position économique et sociale des femmes, c’est favoriser un changement global de la société. Mais lutter contre des blocages sociétaux profonds qui empêchent les filles d’accéder à la formation et à un travail décent n’est pas simple. PLAN cherche d’abord à comprendre, selon les pays, les causes de l’inégalité (normes sociales, croyances, valeurs…) et propose systématiquement des actions spécifiques pour renforcer le pouvoir de décision des femmes et des jeunes filles.


Urgence Philippines Des millions d’enfants victimes Les enfants sont toujours gravement touchés par les catastrophes. Ils ont perdu certains membres de leur famille, parfois leurs parents, ils sont témoins de choses qu’aucun enfant ne devrait connaître. Tout ce qui est familier et sûr est perturbé ou détruit (maison, école, moyens de subsistance de la famille…).

APPEL À DON

APPEL À DON

En plus de l’aide de 1ère nécessité (abris, eau potable, nourriture, médicaments), PLAN apporte aux enfants un soutien psychologique, garantit leur protection en facilitant en particulier la reprise de l’école (organisation de classes et fourniture de kits scolaires). Ce document, également appelé « carte de vulnérabilité », est réalisé par la population pour leur identifier les zones de sécurité, les voies à suivre en cas d’urgence... Il permet également aux membres de la communauté de prendre des décisions, par exemple sur l’endroit où construire leurs maisons en toute sécurité.

Pour protEger les enfants philippins et les aider A retrouver une vie normale,

faites un don. Un don de 45 € soit 15,30 € après réduction fiscale

Un don de 75 € soit 25,50 € après réduction fiscale

Un don de 140 € soit 47,60 € après réduction fiscale

vous offrez un kit « retour à l’école » à 5 enfants.

vous permettez à 3 familles de bénéficier pendant 1 mois d’un kit d’hygiène.

vous donnez à 28 familles accès à l’eau potable pendant 1 mois.

D’avance, un grand merci ! Retournez le bulletin de don joint ou faites un don en toute sécurité sur www.planfrance.org/urgence (1) (2)

Vous pouvez suivre l’évolution de l’intervention de PLAN aux Philippines sur la page www.planfrance.org/urgence Vous bénéficiez d’une réduction fiscale de 66 % du montant de vos dons dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

17


Ils font valoir leurs droits

Regards croisés… Nominée au prix Nobel de la paix et récompensée par le prix Sakharov, Malala Yousafzai fait réaliser au monde entier l’importance de l’éducation des filles. C’est un combat qu’Alexandra, Jeune déléguée en Norvège, mène également aux

Malala Yousafzai - Extraits du discours prononcé à l’ONU le 12 juillet 2013 « Aujourd’hui n’est pas le jour de Malala, c’est le jour de toutes les femmes, de tous les garçons et de toutes les filles qui ont élevé la voix pour défendre leurs droits. […] Je ne suis pas ici pour parler de revanche personnelle contre les talibans [...], je suis ici pour défendre le droit à l’éducation pour tous les enfants. […] [Les talibans] pensaient qu’une balle pourrait nous réduire au silence mais ils ont échoué [...], et du silence sont sorties des milliers de voix. […] Nous appelons les dirigeants du monde à ce que tous les accords de paix protègent les femmes et les droits des enfants. Un accord qui va à l’encontre de la dignité des femmes et de leurs droits est inacceptable. Nous appelons tous les gouvernements à garantir une éducation gratuite et obligatoire pour les enfants du monde entier. Nous appelons tous les gouvernements à lutter contre le terrorisme et la violence, à protéger les enfants contre les brutalités et les dommages. Nous appelons les pays développés à soutenir l’expansion de l’éducation des filles dans le monde en développement. […] Nous ne pourrons pas réussir si la moitié de l’humanité est tenue à l’écart. Nous appelons nos

18

sœurs du monde entier à être courageuses - à saisir la force qui est en elles et à réaliser leur plein potentiel. […] Personne ne peut nous arrêter. Nous allons parler de nos droits et nous allons apporter des changements à travers notre voix. Nous devons croire à la force de nos mots. Nos mots peuvent changer le monde. […] Laissez-nous nous munir de nos livres et de nos crayons. Ils sont nos armes les plus puissantes. Un enfant, un professeur, un livre et un crayon peuvent changer le monde. »

« L’éducation est la seule solution. L’éducation avant tout. » Qui est Malala Yousafzai ? Malala Yousafzai est une adolescente pakistanaise qui milite pour le droit à l’éducation des filles. Elle a miraculeusement survécu à une balle dans la tête tirée par des talibans il y a un an. Elle est alors devenue une icône du droit des filles à l’éducation face à l’extrémisme.


Ils font valoir leurs droits

2 histoires, 1 même combat pour l’éducation des filles

côtés de notre ONG. Toutes les deux étaient à l’ONU le 12 juillet dernier. A l’occasion de son anniversaire, Malala était invitée à prononcer son premier discours public depuis son agression devant des centaines de jeunes réunis pour l’événement.

Alexandra - Entretien Que pensez-vous de Malala et de son combat ? Avec beaucoup de courage et de détermination, Malala a réussi à mettre à l’ordre du jour l’accès à l’éducation pour tous. Elle est la voix des jeunes filles et garçons à travers le monde qui ne peuvent pas exercer leur droit à l’éducation. Elle symbolise à la fois le pouvoir et les multiples possibilités dont la jeune génération d’aujourd’hui dispose. En soulignant l’importance de l’engagement des jeunes et du plaidoyer, elle a mobilisé des jeunes gens dans la lutte pour un meilleur monde. Elle n’est pas seulement un modèle, elle est une vraie source d’inspiration pour nous tous. Grâce à Malala, le droit des filles à l’éducation n’est plus seulement un sujet de discussion mais une exigence. Quelle est votre histoire ? Pourquoi vous mobilisez-vous pour l’éducation des filles ? Je vis en Norvège mais j’ai beaucoup voyagé. A la fin du lycée, j’ai décidé de m’engager au sein du Conseil consultatif des jeunes de Plan Norvège car j’ai réalisé la chance que j’avais eu de recevoir 13 années d’éducation. En Europe, nous pouvons bénéficier d’une éducation quasi “sur-mesure”, d’aides financières… Du coup, nous sommes nombreux à obtenir un diplôme d’études secondaires et à avoir ainsi la possibilité de construire notre avenir. Mais ce n’est pas le cas partout dans le monde. Nous devrions tous évoluer dans un système éducatif adapté

aux besoins des élèves, qui fait en sorte qu’une éducation de qualité soit accessible à tous, et pas seulement aux plus riches, aux « surdoués » ou aux garçons... Quel est votre rôle en tant que Jeune déléguée PLAN ? PLAN part du principe qu’en tant que citoyens de demain, les enfants et les jeunes doivent réellement être les acteurs du développement. Dans les pays du nord comme dans les pays du sud, nous sommes invités à participer. Les Jeunes délégués font de la sensibilisation sur les droits et les conditions de vie des jeunes dans le monde. Ils sont également impliqués dans la mise en œuvre des actions de développement et dans les prises de décision. C’est dans ce cadre que j’ai pris la parole à l’ONU pour défendre le projet de résolution conçu par des jeunes du monde entier. n

Qui est Alexandra ? Alexandra, 18 ans, soutient la campagne de PLAN pour l’éducation des filles. Jeune déléguée PLAN en Norvège, elle était présente le 12 octobre à l’ONU pour écouter Malala mais également pour prendre la parole et remettre au Secrétaire général des Nations un projet de résolution qui assure l’éducation des jeunes partout dans le monde.

19


Grâce au parrainage, Mya* n’a pas seulement été soignée, elle a aussi appris à se protéger des maladies. Et les conditions d’hygiène de tout son village ont été améliorées ! Car parrainer une fille avec PLAN, c’est agir directement sur son cadre de vie : accès à l’eau potable et aux soins pour grandir en bonne santé, protection contre les discriminations, éducation de qualité pour construire son avenir…

Education - Santé - Protection Pour savoir comment le parrainage change la vie de milliers d’enfants, rendez-vous sur :

www.planfrance.org

Le sourire en prime

*Pour des raisons liées à la protection de l’enfance, le prénom de cette petite fille a été modifié.

Mya, Malade à 3 ans Parrainée à 4 ans Pleine de vie à 6 ans

Parrainez une fille, investissez dans son avenir.

o en Afrique de l’Ouest

o en Afrique de l’Est

o en Amérique Latine

o je laisse choisir PLAN

o en Asie

Je peux écrire à ma filleule en : o anglais o espagnol o français o autres :

o Je règle par chèque mon premier versement de 28 e. Je recevrai

mon dossier personnel de parrainage la photo de ma filleule 75 ANSavec D’EXPÉRIENCE et des informations sur sa famillePLAN et saintervient communauté dans 50villageoise. pays

Coupon à renvoyer dans une enveloppe sans l’affranchir à : Plan France - Autorisation 38126 75019 Paris Cedex 19 o Mlle o Mme o M. o Mme et M. Nom Prénom Adresse

impactant la vie de 56 millions d’enfants

o J’ai bien noté que je peux interrompre mon parrainage à tout moment (PLAN s’efforcera alors de trouver un nouveau parrain à l’enfant).

75 ans d’expérience

PLAN intervient dans 50 pays et impacte la vie de 56 millions d’enfants

* Don déductible de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % dans la limite de 20 % du revenu imposable. Conformément à la loi N°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toute information vous concernant, figurant dans notre fichier. Il vous suffit, pour cela, de nous écrire. PLAN s’engage à ne communiquer vos coordonnées à aucun autre organisme. COMITE CHARTE COM_12_0000_Don_Logo 17/07/2012

24, rue Salomon de Rothschild - 92288 Suresnes - FRANCE Tél. : +33 (0)1 57 32 87 00 / Fax : +33 (0)1 57 32 87 87 Web : www.carrenoir.com

Ce fichier est un document d’exécution créé sur Illustrator version CS3.

ÉQUIVALENCE PANTONE

ÉQUIVALENCE QUADRI

PANTONE 287 C

CYAN 100 % MAGENTA 90 %

75 ans d’expérience

PLAN intervient dans 50 pays impactant la vie de 56 millions d’enfants

Code postal Ville Téléphone E-mail Année de naissance Profession

PIF46 PIFHS4

o OUI, je souhaite parrainer une fille avec PLAN pour 28€/mois (soit 9,52€/mois après déduction fiscale*)

Plan Info n°46  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you