Issuu on Google+

Salut à tous, Je vois que maintenant, c'est pratiquement une tradition de passer Citoyen → Commerçant avant de gouverner le monde, alors je m'y mets, et de ce pas ! Je vais donc, faire de mieux en mieux, je vais vous présenter le plan ( Vous n'en aviez jamais vu des comme ça, avouez ! ) de ma candidature, histoire de faire toujours plus classe qu'avant. SOMMAIRE

Chapitre I : Le traditionnel Rôle-Play ( Suite de la candid. Voyageur ) Chapitre II : Mes projets Chapitre III : Les Rôle-Play de mes projets Chapitre IV : Plus si affinités ( Aimez mes statues ! )

Chapitre 1 : Désarmé Cailbur attrapa sa lame de sa main droite, et d'un geste habile, repoussa de sa seule main restante son adversaire. Celui-ci chuta violemment contre un mur en pierre instable, mais se releva, espérant mettre fin à cette invasion. Mais la perfection ne peut être à tel point, que la lame du précurseur doré entailla sanglante-ment l'armure de son ennemi. Sans le savoir, Cailbur, Chef des Armées de son royaume, était l'un des seuls à être passé la grande porte en fer, qui maintenant, faisait impasse sur la salle du Trône. Il ne pouvait être qu'ici, et il en était persuadé. Le survivant était vêtu d'une lourde armure en or, lui protégeant l'intégralité du corps. Seul son corps était à l'air libre. Il était devenu beaucoup plus fort que lors de ses premières péripéties ( cf : Candidature Marchand ), et cela ne se voyait qu'à son regard, déterminant et fixant droit devant, exterminant chacun des Hommes qui se présentaient sur son chemin. Il savait très bien que sa haine n'allait sans doute pas le mener jusqu'au bout, mais il savait qu'elle lui permettrait d'aller le plus loin possible...

Mais il ne baissa pas les bras, et la seule pensée de prendre la place au pouvoir, à la place de ce traître, ce chien, le faisait sourire, rigoler. « Persifal ! Sale chien ! » s'exclama Cailbur, repoussant d'une telle violence les portes du royaume, que les murs s'ébranlèrent. Cette entrée fut digne d'un des plus grands blockbuster Hollywood : Une épaisse fumée grise, des éclats de fer et du feu. Et tel un héros, cape noire au vent, il était venu, tel Caesar, tel un roi, percer le rideau de velours. Dans la panique, les gardes royaux ne purent défendre leur souverain, lorsque celui-ci se vit frapper de plein fouet au niveau du buste par le poing majestueux du « Sauveur ». Cette frappe décolla littéralement Persifal de son siège, et vint s'écraser face contre terre. Sa couronne en « profita » pour se soulever et descendre une à une les marches, jusqu'à tomber aux pieds de Cailbur. Sous l'impact de la frappe, le despote rampa jusqu'à un de ses gardes, en hurlant à la mort. « Tuez-le ! Traîtres ! Imbéciles ! » Mais aucun ne répondit, tous restèrent de marbre, tandis que Cailbur, en profitant, s'avança près de sa cible, et l'attrapa au niveau de la gorge. Il le plaqua contre un mur, dos contre une pierre qui, malencontreusement s'était extirpé de son nid, dans la douleur, fendit ce dernier en deux. Du sang coulait maintenant contre le mur, et le tyran ne semblait pratiquement plus en état à faire quoi que ce soit. « Tu veux que j'abrège tes souffrances ? » ricana l'homme doré


« Tu te rappelle de Kella... ? »

Chapitre 2 : Renaissance [image Statue Cailbur] « Une statue fut construite à son effigie... »

Cela faisait maintenant pratiquement 5 ans que Cailbur avait mis fin au règne de son pire ennemi, et avait érigé un tombeau digne de ce nom à sa femme, décédée dans une querelle entre les deux hommes. Il avait aussi mis en marche des plans de rénovations, c'est pourquoi, en voyant ses différences avec les autres peuples : Sa peau faite d'or, ses dons en magie et sa capacité à flairer plus facilement les minerais d'or le poussa à ouvrir un commerçe. Mais très vite, ces différences firent la chute : Irrespect, racisme, et autre poussèrent le nouveau Marchand à retrouver son peuple là où il avait abattu 5 ans auparavant Persifal. Que fallait-il faire ? Au début, rester dans cette ville aurait été plus préférable, mais la plupart des mines avaient déjà été exploitées par les anciens. La deuxième solution, fut l'exil vers les Terres du Dominion. Le Dominion ? Un territoire rassemblant moultes pays peuplés de créatures plus ou moins magiques vivants sur le monde de Stendel. Au final, après un débat acharné de plus de deux heures, la population, plutôt ouvrière en ces temps-ci décida de demander une admission dans les Terres du Dominion. Cailbur entreprit donc son voyage, et en quelques jours, grâce à ses dons magiques d'Alchimistes, il se rendit en un moins de temps devant les portes du Royaume. Là allait être son jour fatidique...


Candidature citoyen de Cailbur