Page 1

LES ASSOCIATIONS ADHÉRENTES DU CAI 92

ARDEUR

CAI 92.

COMITÉ DES ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES DES HAUTS-DE-SEINE

FARAIDE TRAMPLEIM 92

RAPPORT D’ACTIVITÉS

ACTIVE - PRESENCE ESSOR

2010 2010 2010

ASEC TRAIT D’UNION ENTRAIDE EMPLOI INTERVALLE INITIATIVE EMPLOI ANTRAIDE OPTIMAL L’ECHELIER

CAI 92 8 rue de la Bénarde 92500 RUEIL-MALMAISON 01 47 32 15 69 cai92@wanadoo.fr


EDITO Le Comité des Associations Intermédiaires existe depuis maintenant 19 ans, ce qui lui confère une histoire de plus en plus riche d’expériences, de partages, d’échanges, de recherche de qualité, mais aussi de représentation extérieure.

Jean GIROUD, président du CAI 92

« Chacun de nos adhérents participe à la richesse nationale et au développement local de l’emploi. »

Vous savez qu’un questionnaire concernant l’ensemble de nos activités et nos souhaits pour l’avenir a été lancé auprès de chaque structure qui a eu connaissance des résultats, permettant une réflexion commune et globale qui aboutira à des propositions concrètes pour l’avenir. Rassemblant toutes les associations intermédiaires des Hauts de Seine, nous sommes porteurs de valeurs de solidarité que nous partageons et essayons de promouvoir autour de nous, estimant que l’aide indispensable que nous apportons aux personnes éloignées de l’emploi ne relève pas de l’assistanat. Nous représentons plus de 515 000 heures de travail de mises à disposition (MAD), avec un chiffre d’affaires de près de 10 millions d’euros. Ainsi, chacun de nos adhérents participe à la richesse nationale et au développement local de l’emploi. À cet égard, la suppression de la réduction dite Borloo sur les cotisations des permanents dédiés aux services à la personne est particulièrement regrettable. La situation des associations intermédiaires

du département est confrontée depuis quelque temps à deux difficultés: d’une part, la politique nationale dont les fluctuations relèvent du « stop and go » et sont déroutantes pour les structures, d’autre part, les divergences de fond entre la politique du Conseil Général et celle de l’Etat qui imposent des choix peu faciles à faire notamment pour la typologie des publics prioritaires entre bénéficiaires du RSA, jeunes et résidents étrangers de moins de 5 ans. Les difficultés successives rencontrées face à l’obtention de Contrats Aidés (CAE) en constituent un aspect. La relance effectuée par le Préfet à l’automne 2010 a été rapidement suivie par un coup de frein sérieux en décembre en refusant pratiquement tout nouveau contrat. Le montant de l’aide de l’Etat au titre de l’accompagnement professionnel, toujours plafonné à 30 000 €, nous situe au même niveau d’aide qu’une entreprise d’insertion percevant une aide aux postes de quelques ETP d’insertion. Quant aux fonds de revitalisation, ils n’ont vu aucune affectation à l’insertion par l’activité économique en 2010. Et, néanmoins, le partenariat avec les financeurs des associations intermédiaires, Etat, Conseil Régional, Conseil Général et Villes est essentiel. Reste que nous ne pouvons que vivement regretter l’absence totale d’aide du Conseil Général à notre réseau à partir de 2011. Heureusement, le Conseil Régional a assuré la poursuite des ses aides conséquentes à chacune des structures ainsi qu’à la formation développée par le CAI 92. Ces formations qui représentant plus de 3 000 heures ont pu générer 80 000 heures de mises à disposition.

2


La nouvelle structure départementale relative à l’Economie Sociale et Solidaire créée par le Conseil Général suite à notre impulsion pourra aider nos projets de développement dans ce secteur. Face à ces quelques difficultés, il nous faut rester optimistes et continuer en permanence à améliorer la gestion de nos structures. La disparition en 2010 de deux de nos associations ne doit pas nous faire baisser les bras, tout au plus nous alerter sur nos responsabilités économiques tout à fait compatibles avec les valeurs sociales et solidaires que nous revendiquons. Personne ne le fera à notre place. L’actualité exige une recherche permanente de la qualité de nos prestations. Nous serons ainsi positivement reconnus comme de bons acteurs de l’insertion. Citons en quelques aspects comme : la volonté de renforcer le maillage territorial avec les structures de l’insertion par l’activité économique via Employeurs Solidaires 92 dont le CAI 92 a assuré la naissance, grâce à la gestion administrative et financière du site internet ; l’amélioration de nos actions de formations mutualisées au CAI 92 ; la recherche tenace d’un maintien voire d’une augmentation des mises à disposition pour assurer une

diversification de l’offre d’insertion notamment via les clauses sociales dans les marchés publics. Ces axes de développement ne seront susceptibles d’être mis en œuvre qu’avec le fonctionnement d’un réseau efficace, ce qui suppose, bien entendu, que le CAI 92 soit reconnu et obtienne des moyens réels d’existence. Remercions vivement Coralia Nallamoutou, coordinatrice pour tout le travail qu’elle a effectué depuis 18 mois, à la fois dans les relations créées et maintenues avec chaque association et surtout face aux difficultés de faire progresser la structure de formation mutualisée qu’est le CAI 92.

SOMMAIRE TÉ

NTI E D I E R T NO

REN É H D A S NO

4

TS

6

EAU 8 S É R U D VIE

Nos remerciements s’adressent à la ville de Rueil-Malmaison et au Conservateur du Château de la Malmaison pour la mise à disposition gracieuse d’espaces, d’un local et de financements.

ONS I T A M R 10 NOS FO

Remercions les initiatives de chacun pour l’investissement dans le groupe de travail dédié à la recherche de donneurs d’ordre particuliers, grâce à la mobilisation des Comités d’Entreprises.

ENIR 13 V A E R T NO

Jean GIROUD

3

NAN I F N A L I B

CIER

14


DEN I E R T O N

TITÉ 19 ANS D’ENGAGEMENT...

Coralia NALLAMOUTOU, coordinatrice du CAI 92

Le Comité des Associations Intermédiaires (CAI) est une tête de réseau du département des Hauts-de-Seine créée en 1992.

3 OBJECTIFS :  

ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES DES

AI :

PARTAGE

Être l’interlocuteur privilégié des Associations Intermédiaires (AI) des Hauts de Seine et leur représentant auprès des partenaires politiques, sociaux et financiers. Favoriser la mutualisation et la coordination des moyens humains et financiers des Associations Intermédiaires du département selon les quatre axes principaux suivants : communiquer aux associations intermédiaires les informations utiles, recevoir et diffuser sur les informations spécifiques aux Associations Intermédiaires, accompagner les démarches développées par les Associations Intermédiaires, promouvoir les actions et projets des Associations Intermédiaires, notamment en matière de formation. Mettre en place des formations en priorité à destination des Associations Intermédiaires de par son statut d’organisme de formation.

UNE CHARTE Les adhérents du CAI92 s’engagent sur une charte qui caractérise un réseau fort de structures de l’Insertion par l’Activité Économique, porteur d’une parole commune et initiateur d’actions mutualisées et solidaires dans le respect de l’indépendance de chacune.

ENTENTE NOS VALEURS

SOUTIEN

 La valorisation des personnes qui sont au cœur de la démarche.  Un accompagnement de qualité axé sur un parcours réaliste et réalisable, en rupture avec la notion de « petits boulots».  La solidarité

4


Pour en savoir plus n’hésitez pas à nous contacter !

DES ASSOCIATIONS DE PROXIMITÉ

Les associations intermédiaires ont pour objet l’embauche de personnes sans emploi afin de faciliter leur insertion dans le monde du travail. Leur spécificité est de proposer aux salariés en insertion des missions ponctuelles correspondant à de la mise à disposition auprès de particuliers, d’associations, d’entreprises et de collectivités. Les AI couvrent différents secteurs économiques tels que les services à la personne, l’entretien des bureaux et des espaces verts, la manutention, le bâtiment ... Un accompagnement socioprofessionnel est réalisé par l’AI en proposant des formations adaptées tant sur le savoir-être que sur le savoir-faire tout en respectant le projet professionnel de chacun. Sur les Hauts-de-Seine, les AI sont conventionnées sur un territoire délimité leur permettant d’être des acteurs essentiels du développement économique de ce territoire et des passerelles pour l’emploi.

5

Cette carte a été réalisée selon les critères de respect de la charte du CAI 92 signée par tous les adhérents. De plus, la carte ne tient pas compte de l’ancienne association Optimal qui a déposé le bilan en 2011.


Ces résultats reflètent l’activité de toutes les AI du 92 pour l’année 2010 à l’exception de l’association Optimal en l’absence d’informations.

LE POIDS ÉCONOMIQUE DES AI DANS LES HAUTS-DE-SEINE

TS DHÉREN

NOS A

Le nombre des mises à dispositions des AI du 92 atteint 515 000h en 2010 malgré une baisse structurelle qui touche l’ensemble des AI.

Évolution des heures de mises à dispositions des AI

76 000

Heures de mises à disposition ont été réalisées avec les entreprises. C’est donc une augmentation de 74% en 3 ans.

Évolution du chiffre d’affaires et des aides publiques des AI

Malgré cette baisse d’heures, le chiffre d’affaires des AI reste relativement stable sur ces 3 dernières années ce qui traduit qu’un ajustement par les prix a été réalisé et qu’une diversification de l’offre a été entamée par un certain nombre d’AI. L’augmentation des aides publiques est principalement due au plan de relance 2009/2010, aux emplois aidés CAE et à l’aide fournie par le CRIF. Répartition de la clientèle des AI du 92

En 2010, 54% des heures de mises à disposition ont été réalisées auprès des particuliers. Les services à la personne restent donc un secteur important pour les AI. La part des entreprises est passée de 8% à 15% en 3 ans et ceci est dû principalement à l’augmentation des clauses sociales d’insertion dans les marchés publics.

6


Sorties des salariés en insertion des AI

20%

L’ASSOCIATION INTERMÉDIAIRE : UNE PASSERELLE POUR L’EMPLOI Ce graphique montre que les sorties administratives restent importantes dans les associations intermédiaires mais que les sorties dynamiques représentent tout de même quasiment un tiers des sorties des salariés en insertion.

49% 31%

Répartition des sorties dynamiques des salariés en insertion Il est essentiel de mettre en avant que 57% des sorties dynamiques sont des sorties par l’emploi durable.

24%

57% Des sorties dynamiques des AI du 92 sont des sorties en emploi durable ce qui prouve la qualité des prestations réalisées.

57% 19% Répartition des heures de mises à disposition entre les AI 6% 9,8%

13,9%

7,3%

7,9%

7,8%

L’ensemble de la répartition des heures de mises à disposition entre les AI est relativement homogène. Malgré ceci, on constate tout de même que les 3 associations intermédiaires les plus importantes représentent à elles seules 43% du total des heures de mises à disposition dans les Hauts-de-Seine. Chacun à sa mesure contribue efficacement à l’insertion des personnes sans emploi.

15%

8,2% 13,8%

6,9% 3,5%

7

Ces graphiques ont été élaborés grâce aux statist iques transmises au Comité Départemental de l’Insertion par l’Activité Économique. Ils intègrent la fusion des associations Active et Présence qui a été effective le 1er janvier 2011.


SEAU É R U D VIE

Laurent LAMARCHE, directeur de l’ASEC, membre du CAI 92 et porteur du groupe de travail sur les comités d’entreprise.

Les réunions directeurs ont permis de faire le point sur l’actualité et de favoriser les échanges de bonnes pratiques. La question de la place des directeurs et directrices dans la gouvernance du CAI92 s ‘est également posée par l’intermédiaire de l’enquête. Cette réflexion et la proposition au Conseil d’Administration du CAI92 leur permet aujourd’hui d’être reconnus comme membres à part entière du CAI92.

Les fonctions principales du CAI 92 :  Animation du réseau  Incitation à l’échange d’informations et de pratiques entre les structures adhérentes

PROPOSER UNE OFFRE DE SERVICE AUX SALARIÉS BÉNÉFICIANT D’UN COMITÉ D’ENTREPRISE : D’UNE INITIATIVE INDIVIDUELLE À UN PROJET COLLECTIF.

Depuis plusieurs années nos AI sont confrontées à une double problématique : baisse d’activité avec les particuliers et difficulté pour établir des contacts durables avec les grandes entreprises. Face à ce constat, l’ASEC a décidé en 2010 de réagir en agissant sur les deux difficultés en même temps par la fourniture d’une offre de Service A la Personne (SAP) à destination des salariés des grandes entreprises via leur Comité d’Entreprise. L’objectif n’est pas seulement de développer le SAP sur les particuliers, mais aussi de nouer d’autres liens avec le monde de l’entreprise. Bien entendu, il est impossible pour une structure de monter isolément ce genre de projet. Aussi, la réflexion a très rapidement débouché sur la nécessité d’un projet commun aux AI du 92 mais pas seulement.

(ménage, repassage, jardinage courant, garde d’enfants de plus de 3 ans, manutention, courses, lessivage). Pour les autres demandes, chaque AI répondra en fonction de ses capacités.  Définir des critères de qualité et de suivi communs.  Utiliser une communication commune.  Définir une cartographie claire des zones d’intervention en respectant les différents conventionnements et la charte du CAI 92 pour les AI des Hauts-de-Seine. L’objectif de ce point est de ne proposer qu’une seule AI par territoire à nos futurs clients. Il est important de noter qu’un des éléments du projet n’a finalement pas été mené au bout : la question d’un tarif unique par prestation.

Une première réunion s’est tenue en mars 2010 avec l’ensemble des AI adhérentes au CAI92, trois AI du 78 et deux représentants des réseaux ARDIE Idf et COORACE Idf.

Toutes les AI participantes et les têtes de réseau (ARDIE, CAI92 et COORACE Idf) se sont impliquées en fonction de leurs moyens et de leurs disponibilités, qu’elles en soient ici toutes remerciées collectivement.

A raison d’une réunion toutes les 5 à 6 semaines durant l’année 2010, rassemblant la plupart des structures, le projet s’est monté rapidement en respectant le cahier des charges défini collectivement, à savoir :  Proposer un « tronc commun » de services auquel chaque AI s’engage à répondre

Après une année de travail, le projet devient opérationnel avec la mise en place d’une convention de partenariat.

8


QUEL BILAN ET PERSPECTIVES À

TIRER

essentielle des directeurs des AI.

?

Au-delà des espoirs de création d’activité, que nous a montré cette année passée ? Tout d’abord qu’un projet collectif lié au développement commercial est possible, et c’est une nouveauté. Nous avions déjà mutualisé des moyens mais avec un objectif de formation des salariés en parcours d’insertion. Avec ce projet nous dépassons ce strict cadre même si nous savons tous que développement d’activité et meilleures perspectives d’insertion vont toujours de paire. Ensuite que ce genre de projet n’est réaliste qu’en respectant des règles organisationnelles simples mais strictes :  Un meneur de projet unique centralisant les informations et organisant l’avancée du projet.  Un cahier des charges établi clairement dès le départ.  Une échéance pour boucler le projet et éviter son enlisement.  Une implication absolument centrale et

Enfin, pour développer d’autres projets collectifs la réflexion autour des tarifs communs doit se poursuivre au sein du CAI92. Ce projet nous a montré que nous étions capables de monter une action débordant le stricte cadre du CAI92 en nous basant sur des valeurs et un intérêt communs. Aujourd’hui la convention est signée, par 8 AI du 92, 3 du 78 et une du 75. Ainsi nous couvrons l’ensemble de Paris, 33 communes du 92 et une grande partie du 78. Bien entendu ce n’est pas suffisant à long terme, nous souhaitons que d’autres structures s’intègrent à cette démarche pour couvrir d’autres départements.

Le lancement du journal du réseau : le CAI INFO permet ainsi à tous les membres du réseau d’avoir une meilleure connaissance de l’actualité autour du secteur.

Enfin, charge à nous tous de capitaliser sur ce premier accord pour mener avec succès d’autres actions en commun. Laurent LAMARCHE

UNE ACTION COMMUNE DE PROMOTION DES AI DANS LES GARES À DESTINATION DES PARTICULIERS

« On savait que le bilan serait difficile à faire, en particulier les retombées car elles ne sont pas toujours bien identifiées. En bref : 48 000 tracts tirés, 47 points de distribution, 15 structures (8 des Yvelines et 7 du 92). Les distributions ont été faites le même jour et ont mobilisé environ 170 personnes dont environ 100 demandeurs d’emploi accompagnés de bénévoles et de permanents. La logistique a bien fonctionné, les concertations se sont faites uniquement par Internet, chaque AI a réglé sa part rapidement (en moyenne 160 € par AI avec modulation sur le nombre d'heures de MAD).

9

Quelques problèmes de territoires revendiqués par plusieurs AI sur le 92, mais cela s'est vite réglé. Il s'agissait d'une "première" que l'on peut qualifier de satisfaisante avec quelques améliorations à apporter : Une meilleure concertation en amont: il s'agissait à l'origine d'une initiative de 3 AI (CYRCEE 78). Une telle mobilisation a montré que l'IAE et les AI travaillent en réseau mais cela aurait eu plus de retentissement en mobilisant les médias. Peut-être que d'ici quelques mois, une initiative identique serait possible au niveau régional dans le cadre d'une journée des AI ?! » Témoignage de J.F. Leblanc, président de Réagir! et organisateur de l’action

11 AI ont participé au Salon des Services À la Personne en 2010 par la tenue d’un stand et la création d ‘une plaquette de présentation .


IONS T A M R O NOS F

4

Commissions formations ont eu lieu en 2010, ce qui a permis de réunir les directeurs et les chargés d’accompagnement pour suivre le déroulement des formations menées collectivement et échanger autour de la thématique.

OBJECTIF N°1 DU CAI 92 : LA QUALIFICATION DES SALARIÉS EN INSERTION

Notre association développe depuis 2007, au travers de son organisme de formation, de réelles actions de formation en direction des salariés en insertion des AI. Ainsi, depuis plusieurs années, une de nos actions principales concerne les « Tests et modules en ménage et repassage ». Celle-ci est réalisée par l’intermédiaire de nos trois animatrices de formation qui mènent un très bon travail sur le terrain en intervenant directement au sein des AI. Ceci permet ainsi la proximité, un réel travail de suivi des stagiaires et une réponse adéquate aux besoins des AI de façon efficace et rapide. Une de nos priorités est aussi de mettre en place, à la demande des AI, des actions de formation dans divers secteurs d’activités. Ceci permet de constituer des groupes à la demande de plusieurs AI, de mutualiser les moyens et de former les personnes en insertion sur des secteurs précis tels que la formation en espaces verts et jardinage.

LA FORMATION EN ESPACES VERTS ET JARDINAGE PAR IDEMU Pour poursuivre son objectif, le CAI92 propose à ses adhérents une formation concernant le métier d’agent d’entretien en espaces verts et jardinage.

La première session a rassemblé 14 stagiaires et la seconde 7 qui ont suivi la formation avec une assiduité dans l’ensemble assez variable.

Elle a pour objectif de former des salariés en insertion à l’entretien courant des espaces verts et des jardins.

Nous tenions à remercier le Château de la Malmaison qui nous accueille depuis 2009. Il offre une plateforme pédagogique en adéquation avec la formation permettant à chaque stagiaire un travail complet sur l’ensemble des points abordés.

Deux sessions ont été organisées en 2010 avec l’organisme de formation IDEMU – Institut de l’Ecologie en Milieu Urbain.

ATELIER MOBILITÉ RATP Un atelier mobilité proposé par la RATP a été mis en place en 2010 avec l’association Active. 9 salariés en parcours y ont participé sur une durée de 3h30. Madame Panconi, directrice de l’association a noté que cette action présente de nombreux avantages puisqu’elle permet de créer du lien autour de thématiques non abordées au sein de l’AI, qu’elle constitue une véritable aide pour la cellule familiale et les personnes ayant une mauvaise compréhension du français.

10


LA FORMATION TESTS ET MODULES EN MÉNAGE ET REPASSAGE : UN TREMPLIN POUR L’EMPLOI

630 tests ont été réalisés et 201 personnes ont suivi un module en ménage et repassage. Cela a généré 80 242 heures de mise à disposition.

Lucie, Nacéra et Edwige les animatrices de formation du CAI 92 en réunion d’équipe .

Les personnes qui ont suivi ces formations dispensées par le CAI92 ont un pourcentage de sorties dynamiques supérieures de 12 points comparé à l’ensemble des sorties des AI en 2010 (soit 43% contre 31%).

Depuis 2007, les associations intermédiaires des Hauts de Seine mutualisent une action de formation portée par le CAI92 qui se place sur un secteur encore important en terme de Mise à Disposition à savoir le service à la personne. Ainsi, onze AI en 2010 ont formé leurs salariés en insertion en ménage et repassage via le réseau. Cette formation permet de structurer les parcours d’insertion socio-professionnels et formatifs des publics, d’apporter des réponses locales au plus près des besoins des personnes et de l’emploi et de faciliter la mise à disposition (MAD) avec l’acquisition des techniques professionnelles.

11

Trois animatrices réalisent cette formation au cours du parcours du salarié en insertion grâce à différentes étapes mises en place : le test d’évaluation des compétences (1h30); le module d’initiation aux techniques de ménage et/ou repassage (9h); le bilan individuel (1h); le perfectionnement individuel (1h30) et l’évaluation permanente (1h30). Cette dernière à été externalisée pour moitié avec l’organisme DCM formation. C’est une action cohérente et dynamique pour les salariés en insertion. Ces étapes sont adaptées et modulables en fonction des besoins du salarié en insertion et des détections faites par l’association intermédiaire lors des mises à disposition auprès des clients.

702

Personnes ont suivi l’action soit 580 femmes et 122 hommes, ce qui montre la prise en compte des dimensions « Lutte contre les discriminations » et « l’Égalité des chances Femme/Homme »

La lutte contre les d is c rimin ation s dans les AI est une thématique abordée par le réseau depuis 2009 en association avec le COORACE Ile de France. Chaque AI a donc reçu la plaquette de sensibilisation élaborée par la fédération régionale au cours de l’année.


IONS T A M R O NOS F

OBJECTIF N°2 DU CAI : LA PROFESSIONNALISATION DES PERMANENTS DES AI

Répondant à son objet social et à la demande des adhérents, le CAI92 s’engage également sur la structuration et le développement du réseau des compétences professionnelles des permanents afin d’améliorer la qualité des parcours d’insertion des personnes en grande difficulté.

8

Associations Intermédiaires des Hauts de Seine, soit 10 personnes, ont également participé à la demi journée de présentation du Compte Groupe COORACE AGEFOS pour connaître les nouvelles modalités pour 2011. Cette rencontre a été animée par Elena POIRIER , Responsable du Pôle Formation de la fédération.

Pour en savoir plus n’hésitez pas à nous contacter !

2 JOURNÉES THÉMATIQUES LES CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHÉS PUBLICS : UN ENJEU ESSENTIEL POUR L’INSERTION

LE RECOURS AUX FINANCEMENTS PRIVÉS POUR LES ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES

L’objectif de cette formation était de doter les associations intermédiaires des Hauts de Seine de connaissances, théoriques et pratiques, nécessaires à leur positionnement sur les marchés publics par rapport aux clauses sociales d’insertion. Cette journée à été animée par Patrick LOQUET, Maître de conférences en droit et expert national sur les clauses sociales. Cette formation sur une journée a réuni 8 AI, et 13 invités (Le Conseil Général des Hauts de Seine, la DIRECCTE UT92, les facilitateurs du département PLIE et Maisons de l’Emploi, la fédération régionale ARDIE, la MEF de Nanterre, l’entreprise WATELET et France HABITATION. Soit au total 36 personnes présentes, ce qui a permis un véritable échange autour de la démarche à réaliser pour inciter les partenaires à insérer les clauses sociales dans leurs marchés publics.

Au vu du resserrement des financements publics, les structures de l’IAE ont un besoin grandissant des financements privés. Il a semblé donc important au CAI92 de s’associer au COORACE Ile de France pour organiser une réunion pour explorer des pistes méconnues que sont le mécénat financier, le mécénat de compétences et le recours aux fondations. Les interventions de Patrick ROSENFELD (Culture d’entreprise), Edith LEVY (Fondation MACIF) et le témoignage de Jean François LEBLANC (Réagir!) ont permis d’apporter des éléments théoriques et pratiques sur le mécénat et les fondations aux 25 participants présents.

12


VEN A E R T O N

IR

LE CAI 92 : UN

RÉFÉRENT

DÉPARTEMENTAL RECONNU

...

Dans le cadre de sa mission de tête de réseau des associations intermédiaires du département, le CAI 92 représente l’ensemble de ses membres et s’engage au sein des diverses instances départementales:  Le comité départemental de l’insertion par l’activité économique (CDIAE)  Le conseil de développement durable des Hauts-de-Seine (C2D 92) en tant que membre du collège des associations  Le comité de suivi du dispositif local d’accompagnement (DLA) : 5 AI et le CAI 92 bénéficiaires d’ingénieries collectives et 1 AI bénéficiaire d’une ingénierie individuelle; 2 AI diagnostiquées. Les AI ont bénéficié d’ingénierie sur le thème de la recherche de bénévoles, de la communication, de la gestion des contrats aidés et de la diversification des activités.

Charline FOURNELA, Chargée de mission DLA à HDSI : « La parti-

cipation des réseaux au comité d’appui du DLA est essentielle. Le CAI 92, qui connaît les intérêts et les enjeux des associations intermédiaires y est naturellement associé. En 2010, le CAI 92 a été présent à 8 comités sur 10 et a donc offert 15 heures de bénévolat à HDSI . »

La participation à l’Atelier « entreprenons ensemble » organisé par l’AMI qui avait pour thème « Recruter efficace et responsable en temps de crise, quelles solutions ? ». On comptait 45 participants dont 5 AI et d’autres structures de l’IAE du territoire des Hauts de Seine. C’est aussi une participation au Comité Départemental de l’Agence Nationale des Services à la Personne (ANSP) qui permet de faire un point chaque année sur la situation du secteur et d’aider les AI à mieux se positionner.

...TOURNÉ VERS L’AVENIR  Continuer à réfléchir à nos souhaits pour proposer des solutions d’avenir au CAI92.  Valoriser l’IAE comme acteur de l’Economie Sociale et Solidaire.  Poursuivre les efforts permettant aux AI de travailler autour des clauses sociales d’insertion.  Renforcer le tissu local des AI en nouant des partenariats avec d’autres réseaux départementaux comme l’UNA 92, Union Nationale d’aide et de soins à domicile des Hauts de Seine et la CMA 92, Chambre des Métiers et de l’Artisanat du département.  Adapter l’action majeure du CAI 92 qu’est la formation en ménage et repassage des salariés en insertion et ouvrir la formation à d’autres secteurs et d’autres structures.

13

Jean GIROUD et Jacques HUI, président de l’ARDIE, devant le bus de l’opération Solid’R’ Tour portée par L’ATELIER en novembre 2010, mois de l’ESS.


ER

ANCI N I F N A BIL

ACTIF

49 782 C’est le montant du fonds associatif du CAI 92 au 31 décembre 2010. Il est en augmentation de 27% depuis 2009.

PASSIF

14

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT 2010


10 506 C’est le montant de l’excédent dégagé par le CAI 92 en 2010 ce qui prouve la viabilité financière de l’association

15


NOS PARTENAIRES

CAI 92 8, rue de la BĂŠnarde 92500 Rueil - Malmaison 01 47 32 15 69 cai92@wanadoo.fr

Rapport d'activité 2010 du CAI 92  

Rapport d'activité 2010 du CAI 92

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you