Issuu on Google+


EDITO phot o Guillaume Guérit aud

Le tourbillon de la vie L’année fatidique du grand tourbillon approche à grands pas. En attendant Marseille se love dans sa chrysalide, au loin résonnent les chants glorieux des opérettes marseillaises des années 30, comme un souvenir qui divague. Les lettres dorées du renouveau pointent à l’horizon phocéen, mais il ne faudrait pas trop se laisser porter. Certains ont l’ambition de voir Marseille comme la Los Angeles de l’Europe, et vous? Avez-vous la précieuse envie de faire de Marseille une Capitale Méditerranéenne et Européenne ? A cette question chaque Marseillais doit répondre, car Marseille n’est rien sans son âme : ses habitants. « La vie est un tourbillon dont les lignes s'agrandissent toujours » écrit Réjean Bonenfant (auteur québecois). Nous sommes emportés inexorablement, mais allonsnous dans le même sens ? Les forces convergent grâce à ce cap commun, ce concentrateur qui dispatche les énergies à bon escient. Propreté de la ville, paix sociale, meilleure communication, les changements seront profonds.

An -3.

De ce tourbillon du quotidien nous avons retenu des nouveautés, des idées de shopping, des personnalités, des activités, des événements. Nous avons panaché tout ça dans des cahiers tout azimut afin d’injecter ça et là dans vos habitudes des particules de petits bonheurs ! Julie Mauduy

Les C ahiers Marseillais

Directeur Commercial :

Sommaire et illustrations

Yann LECAT - 06 09 11 66 11 yann@cahiersmarseillais.com

Bénédicte Dejean

C M # 6 - Tr i m e s t r i e l w w w.c a h i e rs m a rs e i l l a i s.c o m Facebook : Cahiers Marseillais

ont collaboré à ce numéro :

Horizon - Gemenos

édité à

20 000 exemplaires par sarl JMYL MEDIA

Nelly Giordano / Séverine Manna / Mélanie Tabarant / Yann Haentjens / Marcelline of Marseille / Viviane Karsenty Graphisme

38 av. Benjamin Delessert 13010 Directrice de Publication :

Julie MAUDUY julie@cahiersmarseillais.com

Imprimerie Remerciements :

Chichois / Julien pour sa patience / Maninette / Laeti / Bénédicte Dejean / Gilles Lafont / Brandao / René Sarvil

Les Cahiers Marseillais

Bienvenue à

Couvertures

PAOLA et JUNIOR I S S N 2 1 0 3 - 3 3 6 6

Julien Lardet Design


CM#6 déc - jan - fév 2010

Edito p.03 Recettes p.06 Truffes p.08 Nouveau p.10 Idées cadeaux p.12 Leçon d’Histoire p.14 Apéro p.16 Bretagne p.18 Figures Libres Maryline Bellieud -Vigouroux p.22 Les experts p.24 Maurice p.26 Eric Foillard p.28 Détente Yoga p.32 Sauna p.34 Hammam p.36 Cahier d’adresses p.37

Design ? Shopping Déco Salle de bain Shopping Déco

Déco p.46 p.48 p.52 p.54

Culture Badaboum p.58 l’Eden p.60 Rose : l’interview p.62 Guimik p.64 Mouvart p.66 Agenda p.68 Poudreuse Jo Vancouver 2010 p.72 Les news des stations p.74 l’Humeur de Marcelline p.78 Décoller en sécurité p.80


Un trésor de restaurant, une merveille de simplicité et de saveurs exquises, en plein cœur des Catalans. Bienvenu chez Frédéric et Frédéric, ça ne s’invente pas, dans leur restaurant Abaco. Seulement 29 couverts (plus 8 en extérieur quand il fait beau), alors n’hésitez pas à réserver pour une pause gourmande… J’avais entendu parler d’Abaco pour son service irréprochable, et pour sa cuisine traditionnelle réactualisée. J’ai vérifié par moi-même… et là paf ! Des saveurs simples et délicieuses, des assiettes copieuses et une présentation des plus soignées. Ici tout est frais, seules les glaces sont surgelées ! Les légumes classiques que nous n’avons pas l’habitude de manger comme les salsifis, la betterave ou les crosnes, s’avèrent succulents après un passage dans les casseroles du chef. Au menu… une ardoise ! Et oui quand on travaille des produits frais, on change chaque jour les plats ! Frédéric Boyer (le chef) vient de ClermontFerrand et Frédéric Le Clair vient de Paris. Après plus de vingt ans de métier chacun, ils ont décidé de venir s’installer au soleil de Marseille pour la qualité de vie (ils ont tout

compris !), mais aussi pour concurrencer les bonnes tables de la région ! Avec une famille de restaurateurs et après un passage à l’école hôtelière de Chamalières, le chef a travaillé aux côtés de Jean-Yves Bath (2 étoiles), puis au Passage à Paris, au Clos des Oliviers à St Gély du Fesc (près de Montpellier), et dans bien d’autres restaurants… Aujourd’hui il est seul en cuisine : des commandes à la plonge, il gère de main de maître ses fourneaux ! La passion du goût et le goût du détail, les assiettes sont sans esbroufes : c’est beau et c’est bon ! Côté prix, c’est au-delà du raisonnable : plat du jour à 9¤ et menu déjeuner à 13¤. Côté vin, nos compères se fournissent directement chez les producteurs et proposent des bouteilles sélectionnées à partir de 18¤. Et le goût ça se transmet, avec Les Petites Crabouilles, Abaco propose des ateliers pour enfants les mercredis et pendant les vacances, de 5 à 14 ans, pour découvrir les secrets de la cuisine de Frédéric !


à vos cahiers... de recettes !

CM#6

P 7

… en parlant de secret, voici deux recettes succulentes à tester d’urgence !

Abaco - 38 rue Papety 13007 Marseille 04 91 90 23 73 Abaco-restaurant.fr


Contrairement aux idées reçues, l’essentiel de la production nationale vient du Sud-Est avec notamment une des plus grandes truffières de France au pied du Mont Ventoux. La truffe noire de Provence est très parfumée. Et si son prix peut atteindre des sommets, elle dégage tant de saveurs que quelques grammes suffisent à ravir les papilles des gourmets !

Ne serait-ce que pour l’odeur, il faut faire un saut à deux pas de chez nous, en terre papale, pour découvrir ou redécouvrir ces festivités gourmandes. Les rendez-vous de la truffe noire tout au long de l’hiver :

par Julie Mauduy

On l’appelle la truffe de Périgord, mais il s’agit d’une dénomination botanique et non géographique. De mi-novembre à mi-mars c’est l’effervescence notamment dans le Vaucluse. Les « caveurs » se promènent dans leurs coins secrets à la recherche du pied de chêne « brûlé » au tronc ou de la mouche qui effleure le sol, avec plus souvent l’aide de chiens truffiers. Oui, les cochons sont plus complexes à dresser…


CM#6

Truffes

P 9

Carpentras : chaque vendredi matin « les effluves vous guident » ce sont les indications de l’office de tourisme ! Richerenches : le samedi matin à partir de 10h c’est le lancement du plus grand marché de gros en truffes de France. Toutes les transactions se passent autour des coffres de voiture et en argent liquide ! Pour les particuliers, il y a le marché provençal dans la rue adjacente. Ménerbes : le dimanche 27 décembre, le marché aux truffes c’est l’occasion de trouver… des truffes et des produits artisanaux à base de truffes ! Richerenches : le dimanche 17 janvier, messe de la truffe à 10h30 ! Depuis 1946 on célèbre Saint Antoine le patron des trufficulteurs. Attention, mieux vaut être en avance, les places sont vite prises ! Lors de la quête ce sont des truffes qui sont déposées dans la corbeille. L’obole est ensuite vendue à la Criée au bénéfice de la paroisse, par le Grand Maître de la Confrérie du Diamant et de la Gastronomie, en tenue ! Carpentras : le dimanche 7 février, le 13ème Salon de la Truffe et du Vin. Avignon : le dimanche 21 février, la Fête de la Truffe avec le marché et ses bons produits, mais aussi et surtout, dans les Halles de la Cité de Papes exceptionnellement ouvertes, des chefs du Vaucluse font des démonstrations culinaires à faire baver les badauds ! Monieux : depuis peu s’est ouvert un petit Musée de la Truffe du Ventoux et du coquetier d’art (car rien ne vaut une truffe simplement préparée en brouillade avec un œuf à la coque !) à visiter au détour d’une promenade près du Géant de Provence.

Musée de la Truffe à Monieux 04 90 64 16 67 Office du tourisme d’Avignon 04 32 74 32 74 www.avignon-tourisme.com Richerenches 04 90 28 02 00 www.richerenches.fr Maison de la Truffe et du Vin à Ménerbes 04 90 72 38 37 www.vin-truffe-luberon.com


Nouveau à Marseille Pâtisserie Jouvaud Nouveau, ils sont enfin sur internet !! Après Carpentras, Avignon, Tokyo ils seront bientôt... chez vous ! Grâce à la boutique en ligne, vous pourrez commander vos chocolats, macarons, bonbons, fruits confits et pâtisseries, de vrais délices confectionnés avec amour et passion dans cette fameuse maison. Jouvaud, c’est 3 générations de gourmands, qui régalent petits et grands. Si vous n’avez jamais goûté un gâteau Jouvaud, vous n’avez rien goûté ! Fêtes, baptêmes, toutes les excuses sont bonnes pour savourer ces succulentes préparations ! www.patisserie-jouvaud.com 40 rue de l’Évéché - CARPENTRAS

Doce de Limao Un concept store brésilien en plein coeur de Marseille ! Youpi ! Prêt-à-porter, chaussures, accessoires et bar à ongles. On fait du shopping en prenant une pose détente avec un soin des mains et ou des pieds, avec des produits et des techniques tout droit venues du Brésil ! 56 rue Grignan 04 91 54 18 52

LifeClub Centre ville et partie de foot, depuis peu ça rime. Et plus besoin de rameuter tous les copins, voisins, cousins et autres, 2 contre 2 ou 3 contre 3, ces terrains là sont à la taille ! LifeClub propose 4 terrains, à réserver à l’avance sur internet, mais aussi des cours de danse, du Jeet Kune Do, powerplate et fitness... Il y a même de quoi se restaurer, notamment pour organiser des “Footbouff” (1h de foot + 1 menu pour 12¤50) ! A noter 2h de parking offert... www.lifeclub.fr 40 rue Dr Escat 04 91 58 74 30


CM#6

Nouveau à Marseille

P 11

Masky La grande tendance des concept store est en route, et en voici un tout frais tout beau, fraîchement déballé, qui ne va pas vous laissé indifférent Monsieur ! Oui c’est un magasin dédié aux hommes de 20 à 60 ans. C’est simple, ici il y a tout pour le mâle : prêt-à-porter bien sûr avec plus d’une quinzaine de marques, des accessoires commes les chaussures, ceintures, mais également des casques, des crèmes de soin, de beaux livres, du petit mobilier, de la musique... Men’s rules ! Mais pas de machisme au contraire, de l’élégance ! L’ambiance est contemporaine et épurée, assez cosy, on vous offre même le café ! Et en attendant 2013, Masky proposera 8 expositions par an, avec différents artistes qui investiront les murs de cette boutique bien dans son temps ! 64 rue Grignan

Claudia N... à suivre

Théo des Collines Déménagement pour Théo des Collines ! Désormais c’est sur la rue Paradis que l’univers de Théo s’est installé. Théo des Collines, ce sont des jouets en bois rétro, du linge délicat, du mobilier chou tout plein et des doudous par milliers ! Bien sûr il y a le site internet, mais la boutique est tellement jolie qu’on ne manquera pas de se déplacer ! ouvert du lundi au samedi 10h-12h30 et 14h30-19h sauf le lundi matin 550 rue Paradis - 04.91.22.25.27 www.theo-des-collines.fr

Une toute nouvelle bijouterie rue de la République. William choisit parmis les collections les plus chics et originales avec goût pour que les Marseillaises soient à la pointe de la mode. Thomas Sabo, Thierry Mugler, JKC, et même les Nownoteuts qui reviennent cette année, encore plus adorables. 9 rue de la république 04 91 90 41 16


idées cadeaux Le Shop in

Atelier d’écriture Aidez Papa à se lancer dans sa passion : l’écriture ! Offrez-lui un atelier ! Ce n’est ni une leçon de Français, ni un cours sur la littérature, mais bien un moment d’échanges, libérateur et privilégié. Cédric Fabre anime de ateliers collectifs qui durent près de 3h (4 à 5 participants), un peu partout dans la région. Ecrivain et journaliste, vous avez pu lire sa plume dans les colonnes de Télérama, L’Humanité ou encore Rolling Stone, ou bien lire un de ses romans comme La Commune des minots (ed. Gallimard) par exemple. 15¤ la première séance et 30¤ les suivantes. 06 85 90 71 32

Tire-moi le portrait... Béné, sa tête sur une toile, ça donne quoi ? A l’occasion des fêtes on cherche toujours le cadeau original qui fera plaisir et qui surprendra, le voilà ! Une photo de la personne que vous aimez, sublimée par un coup de pinceau magique, et hop, une toile qui pétille d’originalité ! Oui parce que ce n’est pas une simple impression sur toile, c’est peint à la main, la classe quoi ! Comptez 3 à 6 jours pour que Béné vous peinturlure ! De 85¤ à 120¤ Béné 06 18 08 03 25 - benedictedejean@gmail.com

Par Julie Mauduy

Le Shop in 55 rue Sainte 1er 04 91 54 22 92

Les friperies permettent de s'offrir des pièces uniques et de se faire un style bien à soi. On plonge dans ces montagnes de fringues d’hier, qui peuvent nous aller si bien aujourd’hui ! Manteaux, chapka, cuirs, chaussures, robes de soirées ou tenues casual, tout y est, il suffit de fouiller ! Et côté prix c’est très intéressant ! Rendez-vous incontournable des Marseillais(-es) shop’addict, le Shop in c’est la bonne adresse ! Le stock est réapprovisionné régulièrement, mais tout n’est pas forcément en rayon, alors petit conseil il ne faut pas hésiter à y retourner souvent. Le Shop in allie les fripes aux marques du moment. à la pointe des tendances. Vous retrouverez donc les collections American Vintage, Only, Levi’s mais aussi Mina, Le Coq Sportif ou encore Freeman Porter, Schotch & Soda, Fred Perry... Hommes et femmes trouveront leur bonheur ! Allé, toi aussi va chercher bonheur au Shop in !


CM#6

idées cadeaux

P 13

Sacs Mary Enfin Elisabeth Mary a lancé sa e-boutique ! Une collection dans l’air du temps qui ravira toutes les fashionistas. Créée en 1978, Sacs Mary est une pure entreprise marseillaise. Déjà la troisième génération qui met la main à la pâte pour créer des sacs dans l’air du temps dessinés et confectionnés dans les ateliers nichés sur les hauteurs de Vauban. Pour Noël les Cahiers ont choisi ce porte-monnaie zippé Sofia (40¤), ainsi que le sac Dalia en cuir gras (170¤). Le tout est livré en 24 à 48h (selon disponibilités). www.sacsmary.com

Sonia Rykiel Inutile de présenter cette griffe fondée en 1968, mais précisons qu’en boutique il y a de nombreuses idées cadeaux à petits prix ! Par exemple vous trouverez des colliers et sautoirs avec la pulpeuse bouche Rykiel à partir de 45¤. Depuis 1970 Sonia Rykiel n’a pas failli à sa réputation de “Reine du tricot” (attribuée par le magazine américain Women’s Wear Daily) et propose des écharpes au mètre. Oui, c’est bien ça, Vous pouvez offrir au minimum 2 mètres de bandes colorées Rykiel en grosse maille ! Original et pas si cher que ça : comptez 35¤ le mètre. Sonia Rykiel 21, Rue Davso 1er 04 96 17 61 40

Love Helmet Une révolution marseillaise dans le monde des casques... Cette toute jeune marque fait entrer le casque dans l’ère de la modularité. Composé de 3 parties, ce casque se compose selon vos envies : une coque de sécurité homologuée, une nuque à choisir entre 5 matières différentes (jeans, cuir...) et une surcoque à choisir parmi les différents coloris et imprimés. C’est enfin la possibilité d’avoir un nouveau casque tous les jours, d’assortir la tenue et la sécurité ! A l’heure où nous publions, une quinzaine de coloris sont disponibles mais très prochainement d’autres suivront. à L’Ornithorynque 16, Rue Lulli 1er - 04 91 55 50 48 au Beach Bazar - Av Mendès France (à côté du Red Lion) et sur www.lovehelmets.com


Histoire d’une épidémie...

La réponse est on ne peut plus simple : les bateaux devaient présenter des patentes (certificats délivrés par les agents consulaires à leurs capitaines sur l’état de santé qui règne à bord [du bateau évidemment]). Les choses se compliquent par la suite : il existait plusieurs catégories de patentes (si si !) à savoir nettes lorsque le pays était sain, soupçonnées lorsqu’on y craignait ou supposait un risque de peste, brutes au cas où il était contaminé par ce mal (!), ou s’il y avait eu avant l’arrivée des contacts avec des personnes mortes ou malades de la peste. En cas de quarantaine, variable selon les patentes, le navire prenait place sur l’île de Jarre dans les cas de peste avérée, sinon sur l’île de Pomègues. Penchons-nous de plus près sur l’histoire du Grand-SaintAntoine qui était, comme chacun sait le bateau responsable de la grande peste de 1720 : commandé par le capitaine Chataud, ce navire transportait une cargaison d’étoffes de soie d’une grande valeur. Après avoir transité par Smyrne,

par Bénédicte Brun

Le 20 juin 1720 meurt la première victime de la peste à Marseille, épidémie qui coûtera à la ville la moitié de sa population. La menace de la contagion n’était pas nouvelle, la ville ayant été plusieurs fois déjà dévastée par une épidémie. Afin d’éviter toute maladie contagieuse, un système avait progressivement été mis en place depuis 1477 ; l’institution d’une intendance sanitaire de la ville chargée de toutes les questions de santé et notamment des quarantaines en 1630 ôte ces dernières à la tutelle de la municipalité. Mais comment fonctionnait ce « cordon sanitaire » ?


Leçon d’histoire

CM#6

P 15

Tripoli et Chypre, le navire fît une escale à Livourne suite aux décès de six passagers. Les autorités de Livourne lui refusèrent l’entrée du port, indiquant sur la patente les raisons de ce refus qui devaient servir « d’avis à quiconque , afin que soient prises les précautions et les mesures qui seront estimées nécessaires pour le bon gouvernement de la santé publique ». Cependant, ce document ne mentionnait à aucun moment la peste mais une « fièvre maligne pestilentielle » (tout un programme…). De cette distinction viendra la catastrophe… ! Le 25 mai 1720, le Grand-Saint-Antoine s’arrête à Pomègues : le bureau de l’intendance sanitaire décide, après de nombreux revirements d’opinion, que les morts étaient dues à une mauvaise alimentation (pourquoi pas… !) et que toutes les marchandises seront purgées aux Infirmeries (situées dans l’anse des Catalans). Il ne se passe rien de suspect du 27 mai au 10 juin ; un nouveau décès survient le 13, suivi d’un autre le 25 (mais pas de quoi s’affoler !) ; après de nombreux décès chez les portefaix qui avaient manutentionné les marchandises, le Bureau décide d’envoyer le navire à l’île de Jarre afin de recommencer sa quarantaine mais il est déjà trop tard. L’évidence est là : la peste sévit aux Infirmeries ! Malgré un sévère règlement, non respecté (bienvenue à Marseille…), l’équipage du Grand-Saint-Antoine pouvait se balader librement dans l’enceinte des Infirmeries et recevaient des provisions de leurs femmes qui emportaient leur linge sale afin de le laver… Hasard de l’extrême (?), les premiers morts de la peste habitaient rue de l’Echelle où travaillaient des blanchisseuses. Ajoutons à cela des marins coquins qui se rendaient chez eux en cachette, et des petits malins qui sortirent des étoffes en contrebande (appât du gain quand tu nous tiens) et le résultat est là, catastrophique : le 2 août 50 personnes par jour meurent, le 5 août ce sont 100 personnes, le 15 août 300, puis 500 à la fin du mois…

Aucun quartier n’est épargné, les gens meurent partout, les médecins sont impuissants, résignés. Nous savons aujourd’hui qu’il s’agissait d’une peste bubonique, transmise par des puces préalablement contaminées par des rats, arrivées à Marseille dans les ballons d’étoffes. Ceux qui pouvaient se le permettre fuyaient, propageant la maladie dans l’arrière-pays. Il ne reste qu’une poignée de responsables qui parvient à ravitailler la ville, à nourrir gratuitement les pauvres, à maintenir les hôpitaux ouverts et à nettoyer les rues et les maisons de leurs cadavres. « Dans ce chaos de trouble et de confusion il n’y eut plus de distinction dans les funérailles : l’honnête homme, le gueux, le chrétien, le prêtre, le Turc, tout était confondu ». Le 1er novembre, l’évêque Monseigneur de Belsunce, dit la messe en plein air sur le nouveau Cours (qui devait plus tard porter son nom) et mena une procession dans la ville suivie de tous les Marseillais valides. Le 9 novembre, un « acte déclaratif de la santé » libère la ville du rigoureux enfermement qu’elle subissait depuis l’arrêt du Parlement du 31 juillet 1720. En avril 1722, quelques cas de peste déclenchèrent une panique dans la ville : l’évêque plaça alors Marseille sous la protection du SacréCœur ; les échevins promirent de porter chaque année au monastère de la Visitation des offrandes si la peste s’arrêtait. Le vœu est aujourd’hui toujours accompli par la chambre de commerce depuis 1871 : si le cœur vous en dit, pourquoi ne pas aller porter quelques offrandes vous aussi ? Après tout, par les temps qui courent… (qui a dit grippe A ?)

Les femmes ciotadennes ont refusé l'accès aux gar− nissons de Marseille et ont ainsi préservé la Ciotat de la Peste ! Chaque année une reconstitution in− vestit la ville en octobre...


On prend l’Apéro ?


CM#6

P 17


Voyage en Finistère

Pour commencer, on réserve un billet Marseille-Brest avec Ryanair (à partir de 26¤ l’aller-retour). Voilà déjà 1200km de traversée interminable de la France (environ 148¤ de péages et quasiment 300¤ de carburant pour l’aller-retour en voiture), réduits à 1h20 de vol. Les vacances peuvent commencer ! Location de voiture ou adeptes des transports en communs, un séjour en Bretagne doit sans hésitation vous emmener au travers des petits villages et des paysages somptueux de la côte. Sur les 2000km de littoral que compte la Bretagne, 800 sont situés dans le département du Finistère. Ici la relation à la mer fonde et forge les caractères. Les Bretons sont attachés à leur terroir et à leurs racines, mais voilà bien longtemps que l’on ne sert plus les crêpes en coiffe dans les auberges. En revanche la signalétique sur la route est bilingue Français/Breton ! A l’arrivée une visite de Brest s’impose, l’aéroport se situant à 10 minutes à peine du centre. Détruite à 90% pendant la seconde guerre mondiale, la ville a été reconstruite à la hâte et ne présente pas d’harmonie architecturale. Son attrait principal est bien sa rade : cette baie de 180km2 se visite en promène-couillon, comme on dit chez nous. La vue sur l’Arsenal à bord d’un petit navire est impressionnante. La Marine Nationale préfère aujourd’hui parler de Base Navale, et les imposantes infrastructures de ce port militaire libèrent quelques pompons porte-bonheurs dans les rues brestoises, pour le plus grand bonheur des civiles !

article et photos par Julie Mauduy

Oui, j’ai bien dit les « ploucs » ! Ce mot vient du Breton « plou » qui signifie « paroisse ». Le plouc est en réalité un paroissien, donc rien de péjoratif ! C’est ce qui explique le nombre de ville Bretonne commençant par « Plou » : Plouguerneau, Plougonvelin, Plouhinec, Plouarzel… Vous l’avez compris, les Cahiers vous invitent à une petite virée en Bretagne entre amis !


CM#6

Bretagne

P 19

Océanopolis Incontournable avec les enfants, cette attraction a accueilli 7,5 millions de visiteurs depuis son ouverture en 1990. Océnaopolis est un centre de Culture Scientifique et Technique de la Mer, véritable parc de découverte. J’entends déjà certains râler « encore un aquarium géant », et bien non, il s’agit d’un projet bien plus ludique et bien plus ambitieux. Océanopolis est divisé en trois pavillons : tropical, tempéré et polaire. Lors de votre visite ne manquez pas Dominique, le manchot qui se prend pour un homme ! L’œuf ayant été abandonné par la mère, les soigneurs du centre l’ont mis en couveuse. A l’éclosion, sa première vision était un homme… Aujourd’hui Dominique suit les soigneurs, et ne se mêle pas tout à fait aux autres manchots. Il observe les visiteurs avec beaucoup d’intérêt, dommage qu’il vive dans un climat polaire ! Outre cette anecdote, Océanopolis met en avant les forces et les faiblesses des océans, de mieux comprendre l’équilibre sous-marin et de voir parmi les 10 000 animaux, certaines espèces des grandes profondeurs très rares à observer. Brest est la Capitale Européenne de la Recherche Océanographique, et Océanopolis est impliqué dans de nombreux projets scientifiques et dans la vulgarisation des connaissances. Quoiqu’il en soit, c’est bien plus sympa à visiter qu’à raconter !

En longeant la côte vous croiserez à de nombreuses reprises le GR34, sentier de randonnée pédestre qui suit le littoral breton. D’ailleurs, si les plus férus de marche pourront passer plus de 75 jours du Golfe du Morbihan jusqu’au Mont St Michel, les autres prendront beaucoup de plaisir à faire 3 pas (15 min, 1h ou un peu plus) sur ce chemin balisé pas très vallonné, qui ne quitte pas le bord de mer. Bonne idée pour faire un pique-nique ! Nous disions donc, en longeant la côte vous arriverez à la Pointe St Mathieu sur la commune de Plougonvelin, un site historique avec un phare que vous pourrez visiter. Ici il y a 163 marches : mais la vue panoramique est une récompense, de là vous apercevrez entre autre l’île d’Ouessant. De plus en plus de phares sont ouverts au public, avec un peu de courage vous gravirez les 397 marches du plus haut d’entre eux : le Phare de l’île Vierge. A Plougonvelin, en saison, le Fort Bertheaume (site historique) propose de nombreuses animations : des spectacles et concerts en plein air avec pour décor l’océan, des visites théâtralisées en costumes, une via ferrata qui fait le tout de l’îlot, deux grandes tyroliennes de 200 mètres de long… Les enfants adoreront ! On continue notre route littorale pour arriver au Conquet port de départ des navettes pour les îles de Molène et d’Ouessant. Ouessant est la plus Suite p.20


Bretagne connue et la plus grande, bien que son tour soit assez rapidement effectué. Ses paysages comme ses habitants sont tout à la fois accueillants et sauvages : la forte emprise des éléments exacerbe les caractères. L’île garde son caractère même si l’habitat traditionnel est parfois remplacé par les résidences secondaires. Il est possible de visiter deux maisons témoins avec mobilier d’origine pour comprendre la vie des insulaires. Le Musée des Phares et Balises de l’île d’Ouessant présente toutes les sortes de lampes qui ont servi et servent encore à guider les marins dans leur difficile approche de ces côtes piégeuses. La vie des gardiens de phare y est contée, les plus belles mécaniques, les plus ingénieuses inventions pour envoyer les faisceaux de lumière au plus loin… Un monde rude, poétique et fascinant.

Pour ceux et celles qui aiment se détendre, se prélasser dans les eaux chaudes d’un spa, rendez-vous à Landéda à l’hôtel Les Anges. Face à l’entrée d’un Aber, les barcasses au mouillage offrent à chaque heure un paysage différent. La marée, la nature, le calme et la luxure, c’est bien un ange qui a mis cet hôtel là !

Il y a bien d’autres choses à voir dans ces terres qui finissent : des villages celtiques, des roches érodées, des algues fertilisantes, des plages infinies, des phares vitaux, des villages ranimés (Ménéham)… La curiosité vous guidera au travers de ce Finistère imprégné de légendes, de richesses et de rêves. Un bout du monde, à l’instar de Callelongue, qui fait face à l’Atlantique, entre voyage et paix retrouvée, vous reviendrez charmés d’un séjour en Bretagne !

Les huîtres sont sur www.prat-ar-coum.fr L’hôtel à Landéda www.lesanges.fr Plougonvelin et le Fort Bertheaume sur www.pays-iroise.com www.oceanopolis.com www.finisteretourisme.com www.tourismebrest.com

par Julie Mauduy

De retour sur le continent, direction le pays des Abers. Les Abers sont en géomorphologie des vallées de fleuve envahies par la mer. A l’inverse des fjords norvégiens, ces vallées ne sont pas profondes et les coteaux ne sont pas abrupts. C’est là, dans l’Aber Benoît que vous rencontrerez Yvon Madec, ostréiculteur de 3ème génération ! Depuis la fin du 19ème siècle, les parcs à huîtres de Prat-ArCoum sont renommés, situé au point de rencontre de l’eau douce et de l’eau de mer, c’est un environnement rythmé par le va-et-vient des marées. Cette fusion terre-mer confère à ces huîtres des saveurs exquises (plusieurs fois médaillées d’Or au Concours Général Agricole de Paris). Vous pourrez en déguster sur place (les viviers sont ouverts 7/7), mais pour avoir un avant-goût, la famille Madec livre partout en France en 24h !


Ne reste pas dans ton coin ! Voici le Cahier pour rencontrer des Marseillais qui font bouger la citĂŠ PhocĂŠenne !


crédit photo DR

Quel est votre parcours professionnel ? Dans les années 80, ma priorité était d'élever mes filles, Sophie et Aurélia, mais j’organisais aussi des expositions d’artistes majeurs de l'histoire culturelle de Marseille comme César, Vasarelli, Traquandi... J'ai toujours choisi des lieux populaires et grands publics. J'ai d'ailleurs été l'une des premières à investir le Palais des Arts, dans l'enceinte de la Foire Internationale de Marseille. En 1986 mon ex-mari, Robert Vigouroux, est devenu Maire de Marseille. C'est là que je me suis engagée dans un parcours bénévole, en créant l'Institut Mode Méditerranée et le Musée de la Mode. Je souhaitais valoriser une nouvelle économie, celle de la filière Mode/Habillement, en associant la formation, la culture et l'économie. Je voulais faire de Marseille une grande métropole mode. Je suis également chef d'entreprise. Ma société conseille des grands noms de la mode française sur des stratégies de communication et de développement. En 2005, nous lançons un projet ambitieux : créer une Cité Euroméditerranéenne de la Mode. L’objectif est de valoriser nos savoir-faire et de développer un réseau méditerranéen, au coeur de la stratégie et des ambitions de l'Union pour la Méditerranée.

Comment êtes-vous devenue présidente de l'Institut Mode Méditerranée ? La présidence de l'IMM s'inscrit dans une suite logique, car notre projet reposait à la fois sur le riche passé de Marseille, port-franc dès le 17éme siècle sous Colbert, et l'ouverture aux marchandises, textiles et parfums, venant d'Orient et d'Occident. Il était important de mettre à l'honneur l'ensemble des communautés impliquées dans la mode depuis plusieurs générations. Ce métissage a favorisé l'émergence d'une mode différente de celle que l'on trouve dans le nord de la France ou de l'Europe. Les racines méditerranéennes de ces créateurs ont imposé un style reconnaissable (une forte présence de la couleur et des imprimés, avec des formes

par Nelly Giordano

De bénévole à présidente de l'Institut Mode Méditerrannée (IMM), Maryline Bellieud-Vigouroux affiche une expérience riche, au long de laquelle elle n'a eu de cesse d'affirmer son engagement pour le développement économique de la mode à Marseille. Fière des valeurs méditerrannéennes et de ses créateurs pleins de couleurs et de talents, elle oeuvre pour apporter à Marseille, une véritable identité dans le secteur de la mode. Petite immersion dans l'économie du textile et des créateurs de demain...


Figure Libre

CM#6

P 23

et des volumes mettent en valeur les silhouettes). Tous ces acteurs sont aussi d'excellents développeurs, ayant le sens du commerce et de la convivialité.

Tous les jours, vous êtes plongée dans l'univers de la mode. Un rêve pour beaucoup de femmes, le vôtre également ? Je n'ai jamais considéré que la mode était un rêve, même si parfois les médias nous font découvrir le glamour des grands groupes de mode et des stars qui portent leurs créations. Ce qui m'a toujours passionné, c'est l'économie et le rayonnement qu'elle génère dans un parcours professionnel difficile où le créateur, chef d'entreprise, doit maîtriser des compétences de développeur, de gestionnaire et de communiquant, dans un contexte international. Il faut tenir compte de la dure épreuve où, deux fois par an, ils doivent proposer à leurs acheteurs internationaux des collections toujours plus créatives, et à des prix toujours plus réfléchis.

jourd'hui, celle qui incarne à nos yeux le rayonnement et les compétences de l'Institut Mode Méditerranée, c'est Emma François, PDG de la marque Sessùn. Elle est passée par tous les dispositifs mis en place par l'IMM dès la création de son entreprise. Sessùn a bénéficié non seulement de la Charte des Créateurs, mais également de parrainages, de coaching et de rencontres avec les grands professionnels, pour atteindre le succès de la marque que nous lui connaissons actuellement.

Pensez-vous que la mode soit un secteur porteur à Marseille ? Cela fait 21 ans que l'IMM existe. Il a révélé et accompagné de très belles entreprises et permis l'enseignement. On peut dire aujourd'hui que la mode marseillaise a un sens, une identité et une place privilégiée. Il suffit de voir "Parcours de Mode", qui cette année a vu le nombre des boutiques sélectives augmenter de 50%. Un succès mérité grâce au travail quotidien de l'Institut, la créativité de nos marques et l'intérêt grandissant des boutiques marseillaises, prêtes à diffuser et à vendre nos talents.

L'IMM aide les jeunes créateurs et les marques émergentes, quels en sont les exemples les plus représentatifs ? Le bureau Mode reçoit plus de 100 porteurs de projets par an et nous apportons à chacun d'entre eux une grande écoute et un soutien par rapport à leurs demandes et à leurs objectifs. Parmi tous ceux que nous avons aidé et qui sont connus au-

Quels sont vos projets pour l'IMM ? Nous avons une légitimité reconnue à la fois par nos partenaires et par les collectivités territoriales qui nous soutiennent. Nous continuerons donc à développer la formation des métiers de la mode, essentielle pour l'avenir de notre filière et le rayonnement de nos jeunes marques sur notre territoire, à Paris et sur le bassin méditerranéen. Nous saisirons toutes les occasions pour mettre en avant nos professionnels et renforcer leur image créative, afin de les mettre à l'honneur en 2013.

Et si vous étiez un cahier ? Je serais plus un Post-it qu'un cahier. De nos jours, il faut que nos idées ou nos actions soient précises et concises. Il faut toujours aller à l'essentiel pour que le message soit accessible, transmissible, véhiculé et vite mis à la poubelle une fois réalisé. La mode est ainsi faite !


Les Experts : patrimoine

prévoir le pire pour vivre le meilleur Devant l’essor des créations d’entreprises, notamment via le statut d’auto-entrepreneur, nous avons posé quelques questions à l’expert en patrimoine, Benjamin Nicoulaud. Nous l’avons interrogé sur les différents régimes matrimoniaux et la gestion du patrimoine… Car même si au moment du mariage les tourtereaux ne possédent pas toujours de bien, il est fort probable que les choses évoluent au cours de la vie ! Mieux vaut prévoir le pire pour vivre le meilleur, qu’en dit notre expert… On entend souvent que le régime de la séparation de biens est le plus adapté pour les créateurs d’entreprise... Absolument, ce régime est le seul qui permette de bien distinguer le patrimoine de l’entrepreneur – souvent mis en garantie pour obtenir des crédits – et celui du conjoint (salarié par exemple). Avec cette séparation, les difficultés du premier ne mettront pas en péril les biens de la famille.

communauté d’acquêts. La séparation de biens comporte un certain nombre d’inconvénients au premier rang desquels la nécessité de veiller en permanence à la protection du conjoint le moins fortuné en cas d’accident de la vie. Ce déséquilibre de patrimoine est également pénalisant plus tard, pour l’aspect fiscal de la transmission du patrimoine.

Donc aucun régime n’est parfait… Mais en séparation de biens n’y a-t’il pas un frein à la constitution d’un patrimoine familial commun ? Vous savez, beaucoup de séparations de biens ressemblent à des communautés légales. La plupart du temps la résidence principale est par exemple achetée en indivision. L’avantage de ce régime est que les époux peuvent eux même déterminer – et pour chaque bien – la part qui appartiendra à chacun (50/50, 70/30…).

Pas très romantique tout ça ! La séparation de biens ce n’est quand même pas le régime parfait ? Non ! Le régime adapté au plus grand nombre et notamment aux salariés est bien la

Tout à fait, et c’est bien pourquoi la loi nous autorise à passer de l’un à l’autre au cours de notre vie. Une solution peut être de se marier en séparation de biens pour ensuite demander à votre notaire de passer en communauté afin de prévoir sereinement la transmission du patrimoine…

Justement, vous considérez vous comme un concurrent des notaires ? Au contraire, le notaire est un spécialiste nécessaire et obligatoire pour faire un contrat de mariage. D’un autre côté, les conseillers en gestions de patrimoine sont plus généralistes, et apportent un conseil global au client sur les régimes matrimoniaux et bien d’autres choses encore : SCI, placements financiers…


Les Experts : énergie

CM#6

P 25

écologie et économie Chaque année, l’hiver venu, on se pose les mêmes questions : n’y aurait-il pas plus écologique et moins honéreux comme chauffage ? L’isolation est-elle bonne ? Solaire, électrique, gaz, gros pull... quelle solution ? Bref, on a voulu en savoir un peu plus sur les pompes à (PAC), alors nous avons demandé à un spécialiste. Dimitri Vernet est installateur, et le mode d’emploi des PAC n’a aucun secret pour lui ! Je pense comprendre le fonctionnement d’un chauffage au fioul ou d’un convecteur, mais j’avoue avoir du mal à deviner comment marche une pompe à chaleur ! Ne pouviez-vous pas trouver un autre nom ? Vous avez raison, le fonctionnement d’une pompe à chaleur est moins évident que celui des modes de chauffage traditionnel ! En revanche, le nom est bon car il s’agit bien de recycler la chaleur présente autour de nous. Une première explication serait de vous dire que la pompe à chaleur (PAC) fonctionne comme votre réfrigérateur mais en inversé.

Houla les cours de physique du lycée ! Je crois qu’un réfrigérateur génère du froid en absorbant la chaleur qu’il contient pour la rejeter dans nos cuisines... Tout à fait. La PAC fonctionne sur le même principe mais en puisant la chaleur de notre environnement (air, eau, terre) pour chauffer votre logement. Il existe donc différents types de PAC en fonction de la source d’énergie qu’elles utilise. A Marseille, nous recommandons une PAC utilisant l’air. Si vous souhaitez poser des questions à notre expert, envoyez votre question par email à redaction@cahiersmarseillais.com

Mais en hiver il n’y a pas tellement de chaleur autour de nous… surtout après un coup de mistral ! Oui et non ! Le zéro absolu est à -273°C : même à -10°C, la température est donc « thermiquement » positive. Mais à ces températures extrêmes la PAC consomme plus de courant qu’en mode normal de fonctionnement.

L’économie d’énergie est réelle lorsqu’on utilise la chaleur de l’air ? Les PAC ont besoin de très peu d’énergie pour recycler la chaleur contenue dans l’air et c’est bien en ça que ces installations sont respectueuses de l’environnement. L’économie est importante surtout sous nos latitudes et pour les grandes maisons.

Je crois que des incitations fiscales existent également ? Oui, le gouvernement encourage ce type d’installation en accordant un crédit d’impôt de 40% du coût de votre PAC. Nos outils de simulation montrent que cette incitation couplée à l’économie d’électricité permettent d’amortir en quelques années le coût de l’installation de la PAC (tout dépends de la taille de votre logement)..


Maurice a travaillé « dans la papeterie », tout en cultivant son amour de la musique et des supports musicaux. Une passion qui prend beaucoup de place ! Sa dernière installation, c’est le « chalet de la chanson ». On est surpris par le nombre impressionnant d’objets : chaque espace est occupé, et à y regarder de plus près on est ébahi… Des disques rares voire très rares, dont Maurice vous conte l’histoire avec des anecdotes ou des informations très précises. Maurice est incollable, et il transmet ses connaissances avec un talent naturel et une générosité à la taille de sa collection ! Tout est classé, archivé, rangé avec soin, même s’il s’excuse d’un petit désordre : c’est un musée vivant ! Le maître des lieux met en marche ses tourne-disques, ses phonographes des années 1900, avant même que vous n’osiez le demander… Et si vous cherchez un titre en particulier n’hésitez pas, il est à « 80% collectionneur et 20% vendeur » !

par Séverine Manna

Quand on entre dans le Musée de la Musique de Maurice, le temps s’arrête. Bienvenue dans l’antre d’un aficionado de l’histoire musicale, que « les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ». Maurice, a commencé sa collection à l’âge de 10 ans. Des phonographes (80 pièces rares), 10 000 partitions et 100 000 disques font le bonheur de ce passionné aujourd’hui retraité. Il s’est acheté son premier phonographe en mallette complète à Saint Ouen, lors d’un séjour à Paris, puis en revenant à Marseille une autre mallette et la collection naissait…


Figure Libre

Photos Julie Mauduy

La visite continue. Chaque pièce recèle de nouveaux trésors : vous vous trouverez avec Elvis Presley, Dalida, Joséphine Baker ou encore les Beatles (dont Maurice est particulièrement fan), tous ceux qui ont marqué l’histoire de la musique, tout y est. La pièce des vinyls et disques impressionne mais celle qui étourdit le plus est sans aucun doute celle qui est occupée par les juke box, boîtes à musique avec disque métallique (chantant la Marseillaise !), orgue de Barbarie et phonographes. Un univers rare et exceptionnel… Nous voilà partis pour un autre monde. Tout semble irréel, féerique. Quelques chants de Noël retentissent en canon, des carrousels à musique tournent et s’illuminent… Ces airs de musiques nous replongent dans l’enfance. Les aînés retrouveront leur jeunesse, les plus petits découvriront des sonorités dont les nouvelles technologies nous privent, chacun se prendra à rêver de music-hall, des débuts du rock’n roll ou bien du temps où les opérettes marseillaises rencontraient de fiers succès… Maurice est également spécialiste des chansons marseillaises et provençales. De nombreux médias ont eu recours à ses connaissances mais aussi à ses services pour retrouver des chansons, faire passer un orgue de barbarie dans un film ou parler du patrimoine musical régional ! La visite n’est pas finie, il y a encore une pièce à explorer, qui laisse découvrir des phonographes d’une beauté et d’une rareté qui vous laisse bouche bée ! Disques 78 tours ou vynils ? et oui c’est différent ! Le vynil, c’est un 45 tours qui mesurait 25 cm avec 4 titres sur chaque face, puis 30 cm pour un album. Le 78 tours s’est éteint fin mars 1953 et le vynil a pris sa place jusqu’en 1990, à l’arrivée du CD… On apprend que le phonographe existe à cylindre, dit « à rouleaux », avec le pavillon en cuivre ou en tôle, à ne pas confondre avec l’appareil à disque !

CM#6

P 27

Un tour de manivelle et hop la magie opère, la musique prend possession des lieux avec bien évidemment des airs du temps d’avant… Le principe est simple, la manivelle écrase le ressort qui entraine le disque en se détendant. Le diaphragme ou la tête de lecture est muni de l’aiguille qui lit le disque et à l’époque des phonographes l’aiguille devait être changée à chaque lecture ! Et oui aujourd’hui on dirait, c’est pas trop écolo ! Pour le volume, seul les phonographes avec un meuble en bois permettaient « d’augmenter » le son par une astuce de portes ou volets, que les fabricants installaient. Dès que l’on ouvrait ces portes, le son était plus fort, une idée simple mais il fallait y penser ! Maurice vous parlera certainement de René Sarvil, parolier marseillais qui travaillait avec Vincent Scuotto plus connu. Mais René Sarvil a écrit de nombreuses chansons célèbres de tous comme « Le Noël des petits santons », « La Canebière », « La Valse marseillaise » ou « Le Plaisir de la pêche » reprise par Les Moussu T e Lei Jovents… Et bien d’autres chansons que nous avons écoutées un jour… un patrimoine à conserver ! Il suffit d’appeler pour venir visiter ce Musée de la Musique situé au Roucas Blanc. Un voyage dans le passé qui vous éblouira. Tel de Maurice 09 64 00 55 26


Figure Libre

aimer le travail et son travail Il est de ceux qui voient loin. Son ambition : faire de Marseille une capitale Méditerranéenne et Européenne, qui surpasse Gênes, Barcelone et Valence. Son job : promoteur immobilier. Après l’ESSEC, Eric Foillard intègre les plus grandes entreprises de promotion et de développement immobilier avant de créer sa propre structure. Passionné et sans langue de bois, Eric Foillard est plutôt bavard… M. Foillard, vous n'êtes pas originaire de Marseille, qu'est-ce qui vous a attiré ici ?

Qu'est-ce qui vous a inspiré cette aventure Rue de la République ? Ce qui m'a inspiré, c'est l'incroyable défi de ces américains qui ont rénové Harlem. Je les avais rencontré à New York il y a 15 ans et j'ai retrouvé rue de la République les mêmes ingrédients qu’à Harlem : un quartier nouveau conçu à l'époque (1900) avec des ambitions d'urbanisme qualitatif et une architecture de façades travaillées ; une masse critique im-

par Julie Mauduy

Il est vrai que je n'habite à Marseille que depuis 2004, mais par ma famille maternelle je peux me revendiquer comme authentique Provençal, depuis le 12ème siècle au moins ! Nous sommes originaires de Sisteron, St Tropez, Toulon. Une rue de Marseille porte le nom de de mon arrière Grand-mère : Croze-Magnan. Mes parents sont nés à Toulon, mon épouse également et même ma belle-mère ! Enfin, mon aïeul, Pierre Antoine de Suffren, a son médaillon sur la Mairie. Voilà pour la "provençalitude" ! J'ai été attiré à Marseille par sa renaissance culturelle, économique et politique. La mise en marche d'Euroméditerranée, puissante machine à améliorer encore l'image de la ville grâce au talent de son dirigeant, François Jalinot ; et l'héliotropisme qui crée un mouvement démographique durable de l'Europe du nord vers les rives de la méditerranée. Encore faut-il qu'il y ait une économie dynamique et des structures adaptées pour accueillir ces nouveaux Marseillais. Enfin le fait catalyseur de ma venue à Marseille a été l'opportunité d'acquérir 124 immeubles rue de la République afin de procéder à une rénovation lourde. Je connais cette rue exceptionnelle depuis mon enfance et la beauté des façades de cet ensemble monumental de plus d'un km m'a tou-

jours fasciné. Le contraste avec l'aspect abandonné de la rue n'en était que plus impressionnant. Une belle endormie, défigurée ! Il n'y a pas de raison qu'un quartier en déshérence, mais à l'architecture remarquable ne finisse pas par retrouver son lustre d'antan. Si cette possibilité ne s'était pas présentée à Marseille, je ne me serais pas accroché pendant 18 mois de négociations. Je n'aurais pas non plus eu l'énergie d'expliquer inlassablement au fond Lone Star que Marseille était de retour. A ce titre, Marseille Capitale Européenne de la Culture en 2013 est une chance extraordinaire pour nous. Cela va créer d'abord l'impérieuse nécessité d'être prêts à l'heure et sacraliser le respect absolu des plannings de réalisation. J'ai observé cela à Barcelone en 1992 pendant la préparation des JO. Electrochoc salutaire contre la léthargie !


(suite) Figure Libre portante maîtrisée par un seul opérateur, et enfin les capitaux nécessaires pour prendre l'histoire de vitesse par une injection massive. A Harlem, ils attendaient de maîtriser totalement la propriété d'un bloc pour agir (environ 140m de côté), rue de la République, nous avons acquis 100 000 m2 de logements et 50 000 m2 de commerces, vides à plus de 60%.

Qu'est-ce qui selon vous, a forgé l'entrepreneur que vous êtes aujourd'hui ? Ce que j'ai fait, tout le monde peut le faire, et surtout mieux. Il suffit d'en avoir envie et d'aimer le travail et son travail ! C'est un métier magnifique ! Il n'y a pas 2 programmes identiques et des développements qui durent entre 3 et 5 ans ne permettent pas à la routine de s'installer. Promoteur est un métier souvent décrié et pourtant, la proportion de mauvais promoteurs n'est pas supérieure à celle des mauvais boulangers ou garagistes. Mais les bâtiments se voient, restent des décennies et la laideur a ceci de terrible qu'elle perdure. Pour la défense de la profession, je dirais qu'aucune autre n'a plus contribué à bâtir le patrimoine des Français. On peut faire ce métier avec passion, sincérité et amour de la belle ouvrage. Ma règle de vie : ne jamais réaliser de programme que je ne serais pas fier de montrer à mes enfants.

Quels autres projets avez-vous déjà réalisés à Marseille ?

Quelles sont vos ambitions aujourd'hui ? Ambition que Marseille devienne la Los Angeles de l'Europe, capable et prête à accueillir les entrepreneurs, les artistes, les

Avez-vous d'autres projets à venir ? Entre autres, nous étudions dans le 10ème, un village piétonnier de plus de 300 maisons et appartements. L'architecture art nouveau version 21ème siècle par l’architecte Renaud Tarrazi et le concepteur Laurent Guerrier devrait être plébiscitée par les primo accédants, qui veulent habiter une maison mais en ville.

par Julie Mauduy

J'ai réalisé un village de maisons à Château Gombert, Campagne Besson et un à Vitrolles, La Tour de L'Horloge. Réfléchir à la création de meilleures maisons et les construire, voilà une de mes passions. Mais on ne peut se contenter de viser l'excellence à partir de la porte de la maison. L'urbanisme, la qualité de l'espace public, l'architecture extérieure, les services et les commerces intégrés, tout cela doit être l'objet du plus grand soin si on a l'ambition que les futurs habitants vivent le mieux possible dans un nouveau quartier.

créateurs de richesses et les touristes exigeants. Pour cela la ville, outre ses atouts naturels de situation géographique, et de ses sites et monuments exceptionnels, doit être appétissante, propre, présenter une architecture qui donne envie de venir et surtout de revenir et de rester. Tuons l'image "Borsalino - French Connection". Le Port, dans sa partie Sud, doit devenir une force de développement et d'attraction et non plus une plate-forme logistique pour les passagers des ferries, qui transforme l'abord de quais vides presque en permanence, en parkings géants d'hypermarchés, vides eux aussi ! C'est pourquoi la construction de l'horrible gare maritime devant la Cathédrale de la Major n'a pas de sens ! Cette nouvelle passerelle de prés de 20m de haut sur plus de 200m de long qui relie cette gare aux bâtiments de la Joliette est une gifle aux Marseillais ! Ce mur de la honte, fruit d'une logique technocratique imbécile, du raisonnement égoïste d'ingénieurs qui oublient que le port est dans Marseille, a été réalisé sans permis de construire, à toute vitesse comme des enfants qui se précipitent à faire une bêtise avant de se faire prendre par les parents ! Cette construction longe le quai de la Joliette (futur bd paysagé), où nous venons d'inaugurer l'Immeuble Le Quai. On ne peut pas le rater, c'est la plus belle façade, éclairée la nuit qui donnera bientôt sur un bd paysagé. Les marseillais que j'ai interrogés, la rejettent et croyez-moi, ils sont nombreux. Nous en voulons la destruction rapide. Nous avons déposé une plainte pénale auprès du Tribunal de Grande Instance. Son instruction est en cours. Si le port est à Marseille, il est aussi dans Marseille !


L’hiver et le froid, ça donne envie de cocoo− ning non ? Voilà un Cahier qui pourrait vous donner des idées pour vous mais aussi pour offrir...


Yoga

Si vous êtes comme moi, stressée pour un rien alors n’hésitez pas à adopter la zen attitude avec le yoga !!! Partez sans préjugé et testez plutôt. Le prof doit convenir à vos attentes car il faut que le feeling passe. Pour choisir le style de yoga, il faut essayer mais il y en a forcément un qui vous convient soyez en sûr! Les Vertus Les bienfaits du yoga sont nombreux, la pratique régulière peut vous aider à retrouver vos capacités physiques tout en douceur, vous aurez l’impression d’être souple (ça peut être sympa dans certains cas), de gérer votre respiration, votre énergie, et votre vitalité ainsi que votre STRESS, car le yoga installe l'optimisme chez vous… Il vous aide à surmonter les obstacles et vous procure un bien-être total, par l’harmonie entre votre corps et votre mental. Le yoga aide également dans la lutte contre la dépression. Il est conseillé pour votre santé cardiovasculaire et circulatoire. Il est utile au traitement des troubles musculo-squelettiques, pour ceux qui ont des problèmes d’arthrite. Une aide précieuse également pour la mémoire, pour les troubles de l’intestin, et il est utilisé pour soulager les patients des traitements de toxicomanie. Comme disent les yogis : « La santé, c'est la richesse. La paix mentale, c'est le bonheur. Le yoga montre le chemin ».

En pratique

Par Séverine Manna

Il faut 2 serviettes (une à poser sur le tapis et une pour s’essuyer) et une bouteille d’eau, une tenue légère voire en maillot pour le yoga Bikram, parfois appelé le « hot yoga », car on va transpirer ! C’est parti pour 90 minutes d’enchaînements de postures, que nous montre le professeur. Les cours de groupe réunissent de 10 à 20 personnes et durent environ une heure. Tout commence par une relaxation pour se vider l’esprit et entrer dans une ambiance paisible... Les positions demandent un équilibre et une concentration particulière debout et au sol avec des noms évocateurs comme le cobra, le soleil levant… Le travail de l'élève consiste à suivre les directives du professeur en contrôlant sa respiration et en se concentrant sur ses sensations corporelles enfin être à l’écoute de son corps, car dans notre société, vous le savez, on n’écoute pas assez notre enveloppe charnelle. Il faut tenir le rythme surtout pour le hot yoga afin d’éliminer les toxines. Le retour à la vie quotidienne se fait en douceur avec une relaxation qui vous rendra de l’énergie pour votre journée ou votre soirée. Un exercice physique quoique l’on en pense mais en douceur et un effet sur la ligne, alors on peut se faire du bien !!! Après avoir assisté à quelques cours, vous pourrez travailler votre respiration (uniquement, ne pas essayer de refaire les positions si vous êtes débutant) chaque jour pour aussi le peu de que 15 minutes, un temps pour vous !


CM#6

Yoga

P 33

De nouvelles perspectives Le yoga perd sa connotation ésotérique, et aujourd’hui de nombreuses écoles offrent des cours en entreprise. Après le travail ou à l’heure du lunch, les travailleurs relâchent leur cravate et brisent leur routine. Une idée qu’on aimerait voir fleurir…please les boss pensaient à vos employés, ils vous le rendront !!! On voit également surgir de nouvelles formes de yoga, comme le Bikram, qui fait fureur aux Etats-Unis, et qui se pratique dans une salle chauffée à plus de 40° C.

Petit focus sur le yoga Bikram Conscient des problèmes particuliers des Occidentaux, stressés et fragiles du dos, le maître fondateur Bikram Choudhury a élaboré un enchaînement de 26 postures, toujours les mêmes et dans le même ordre. « La température peut surprendre, explique Marine, professeur de yoga Bikram, mais elle permet de relâcher le muscle plus rapidement pour des étirements plus profonds. En transpirant, on élimine aussi des toxines. Et la chaleur vous met dans un état qui favorise la concentration. » Cobra, lapin… les postures s'enchaînent assez vite. Il faut les tenir une minute ! N’oubliez pas de mettre une tenue légère car il faut tenir les 40° tout en faisant de l’exercice. Tout juste le temps d'avaler une gorgée d'eau et c'est reparti. Après 90 minutes à ce rythme assez intense, on finit totalement épuisé, avant, il est vrai, de se sentir plutôt en forme au bout de quelques heures. « Il faut compter trois séances pour commencer à y trouver du plaisir et en ressentir les bénéfices » explique Marine. Petit conseil à suivre impérativement : ne vous collez pas aux autres même si vous êtes entre copines ou en couple… gare à la transpiration lorsque votre voisin change de position il peut vous éclabousser de sueur… prenez vos distances !!!

Hervé, 90kg, brûle aux alentours de 1350 calories au cours d’une classe de Bikram Yoga. Ce qui, correspond aux pertes caloriques d’un jogging de 15km en 90min !

Bikram Yoga College 25, Rue Trois Rois 6ème - 04 91 47 61 57 - 06 77 07 34 07


Sauna

Reconnu et implanté depuis des décennies, si ce ne sont des siècles en France, le sauna nous vient tout droit des pays scandinaves et plus particulièrement de Finlande. Raconté comme ça, le rituel du sauna ne semble pas très agréable, mais promis, c’est vraiment bien quand on le fait !

Il est recommandé de se reposer pendant 15 minutes avant d’entrer à nouveau dans le sauna. Encore une fois on reste 15 minutes dans la chaleur. La température du corps peut monter jusqu’à 40°, les toxines sont éliminées. Au fur et à mesure, les douches intermédiaires permettent de bien nettoyer la peau. La deuxième sortie est du même ordre que la première, avec un temps de détente un peu plus court. A la troisième entrée les toxines sont éliminées, c’est alors une transpiration propre qui glisse sur votre corps, encore 15 minutes à tenir dans la chaleur et il ne restera plus qu’une dernière douche suivie d’une sieste de 20 minutes pour atteindre le niveau maximum de relaxation ! Légèreté, détente des muscles, élimination des toxines bref le sauna c’est vraiment cool !

Par Julie Mauduy

Tout d’abord il faut prendre une douche et se sécher avant d’entrer dans une cabine traditionnellement en bois, dont la température intérieure varie entre 70° et 100°. Une chaleur très sèche favorise la sudation et donc l’élimination des toxines. La première phase doit durer entre 8 et 12 minutes, il faut que les perles de sueur roulent sur la peau (c’est poétique n’estce pas ?). C’est alors la première sortie durant laquelle il est recommandé de s’immerger dans de l’eau ou bien de prendre une douche fraiche ou froide. Non promis ce n’est pas barbare ! L’effet de constriction est très bon pour les vaisseaux sanguins et par ailleurs, même dans une eau à 0°, on ne se sent pas agressé mais plutôt dans une langueur correspondant à la relaxation musculaire.


par Julie Mauduy

Le hammam peut être composé de plusieurs salles à différentes températures. La salle principale est autour de 50°. L’air y est saturé en vapeur (100% d’humidité), parfois légèrement parfumé aux huiles essentielles. Le principe est simple, se décontracter, laisser son corps se fondre dans la chaleur et l’eau ambiante. Bien sûr, on peut papoter avec une copine, mais le principal est de se libérer des tensions.

par Julie Mauduy

Outre la tendance actuelle qui nous pousse vers les soins « ethniques », le hammam a des vertus nombreuses. A l’origine il s’agissait de bains publics où l’on faisait ses ablutions dans les pays musulmans du bassin méditerranéen. Héritier direct des bains romains, le hammam est aujourd’hui un lieu de détente en Europe et encore au Maroc tandis qu’il a quasiment disparu dans sa forme traditionnelle en Egypte.


Détente au Hammam

CM#6

P 37

La chaleur a un effet relaxant sur les muscles. La vapeur aide la peau à se détendre et les pores en se dilatant permettent aux toxines d’évacuer votre organisme. N’hésitez pas à venir avec votre lofa, mais généralement les établissements proposent des gants pour exfolier votre peau ainsi que du savon noir. De surcroit l’atmosphère tamisée, le bruit de l’eau et le fait non négligeable que le téléphone soit éteint au fond du sac, font que l’esprit peut se vider également. Parenthèse apaisante dans des semaines souvent stressantes, le hammam est un allié de votre bien-être incontournable !

Pour un hammam, la check-list : Avoir du temps (pour ne pas se préoccuper de l’heure pendant la séance) Commencer par une douche et en prendre régulièrement pendant la durée de la séance Passer de pièce en pièce pour alterner les températures Boire pour compenser la perte en eau Pour celles et ceux qui ont des problèmes cardiaques ou vasculaires, demandez conseil à votre médecin avant !

Le cahier d’adresses... La Bastide des Bains rue Sainte - 13001 - 04 91 33 39 13 Le décor de la Bastide donne l’impression que ces bains ont toujours existés ! Voilà 5 ans que Christelle et Jean-Georges ont créé cet espace dédié au bien-être et à la sérénité. Situé dans un ancien bâtiment du port, les poutres et les pierres apparentes donnent un cachet formidable. Les puits de lumière et l’atmosphère très calme vous entraine dans une relaxation mérité, un havre de quiétude dans un centre ville en ébullition ! Le Hammam, centre névralgique des 400m2 de l’établissement est composé d’une grande pièce principale et d’une plus petite plus chaude. Le soin le plus demandé est « l’oriental », un hamman (sans limite de temps) complété avec un gommage effectué de main de maître et un soin au ghassoul. L’épilation à la cire orientale est aussi une tendance très appréciée par les adeptes du naturel : citron et sucre, un caramel très naturel, que l’on peut pratiquer avant ou après le hammam ! Sur place on vous prête paréo, tongs et peignoir, et le gant du gommage vous est offert. Tous les détails comptent, ainsi vous trouverez du coton, du démaquillant, des sèchecheveux... bref tout ce dont vous aurez besoin pour faire durer le bien-être longtemps après ! Ouvert tous les jours, réservé aux femmes et mixte lundi et mercredi de 17h à 20h, le samedi de 15h à 20h et dimanche de 10h à 18h. www.bastidedesbains.com


Le cahier d’adresses... Carré de soi route 4 saisons - Allauch - 04 91 05 77 77 Un concept que l’on adopte forcément : l’alliance du sport et du bien être, comment refuser ? Vous pouvez faire du sport (fitness, pilate...) en cours collectifs ou avec un coach et ensuite prendre soin de vous, avec les classiques mais essentiels hammam (toujours mixte), spa, massages… Les massages vous conduiront aux 4 coins du monde, tout simplement le rêve !!! Les cabines sont toutes différentes et très bien décorées, l’ambiance calme vous transporte, et c’est juste en face du Golf ! www.carredesoi.fr

Les bains du Harem 6 rue Jeune Anacharsis - 13001 - 04 91 33 05 34 Le dépaysement passe déjà par les lieux, l’orient et toute sa sensualité en plein coeur de Marseille. Jeudi et samedi, nocturne jusqu’à 21h. Horaires mixtes le mercredi 10h à 19h, jeudi 10h à 19h, samedi 15h à 21h, avec une possibilité dimanche sur réservation. Il est même possible de privatiser le hammam pour une séance en groupe (enterrements de vie de jeune fille par ex.). www.lesbainsduharem.fr

Thermes Sextius Cours Sextius - Aix-en-Provence - 04 42 23 81 82 « Le bonheur des sens favorise l’équilibre du corps et de l’esprit ». Totalement dépaysant, le rituel Banya, un bain russe est la nouveauté aux Thermes Sextius. Ici de l’eau jaillit la vie ! Posés sur une source les Thermes vous proposent une panoplie de soins aquatiques et de massages de toutes sortes. Demi-journée, journée ou cure, les

bienfaits de l’eau sont innombrables. Attention, il faut réserver à l’avance, les Thermes Sextius, sont très demandés ! www.thermes-sextius.com

Valentine Spa 252 route des 3 Lucs - 13011 - 04 91 27 09 78 La star ici c’est le soin Shirodhara. D’origine indienne, il agit sur les décompensations énergétiques et soulage les tensions, apporte une relaxation profonde, améliore la perception des sens et atténue l’anxiété, l’angoisse, le stress, la difficulté de concentration, l’insomnie et la nervosité. Rien que ça ! Shirodhara est l’écoulement lent d’un flux constant d’huile chaude, sur le front. Ce soin est suivi d’un massage bref et délicat du crâne, des cheveux et des pieds... Nocturne le jeudi jusqu'à 21h30. www.valentine-spa.com

Bains de Lanka 55 bd Baille - 13006 - 04 91 46 67 63 Les gourmandes trouveront leur soin au chocolat pour une totale zénitude dans un plaisir intense avec le parcours aztèque aux parfums bambou et noix. Le chocolat est riche en vitamine B et en minéraux (potassium, magnésium, fer, sodium, cuivre, fluor). Il nourrit la peau, lutte contre le stress, tonifie et stimule. Un institut dédié au bienêtre à découvrir ! www.les-bains-de-lanka.com


Le cahier d’adresses...

CM#6

P 39

Gaïa Institut Puit du Denier - 13001 - 09 50 93 65 32 Souvenez-vous, nous vous avions parlé de cet institut 100% bio ! Dédié à la beauté au naturel, Gaïa propose toute une gamme de soins et de massages. Pour venir ici, il faut déambuler à pied dans les rues du Panier et pourquoi pas visiter la Vieille-Charité qui est juste en face ! La détente passe aussi par le regard : observer les siècles passés via l’architecture mais aussi les tableaux... La nouveauté cet hiver c’est l’escale tropicale : gommage granité noix de coco, modelage douceur de karité au tiaré, enveloppement cacao et guarana...1h30 de bonheur ! Et jusqu’au 20 décembre, ce soin est en promo, une bonne idée pour un cadeau de Noël décontracté ! www.gaia-institut.com

VOYAGE AU BOUT DU HAMMAM RAFIK

par Viviane Karsenty

1 rue de l’Académie - 13001 - 04 91 54 21 62

Le Hammam rafik n’est pas seulement un lieu de détente et de, soins, c’est un voyage. Descendez au métro Noailles, faufilez vous dans la rue de l’académie, laissez vous tirer par les senteurs d’épices jusqu’au n°1. La première porte ouverte sur la rue vous invite à l’élégance : des azuléjos sobres et de bons goûts, il faut sonner. Avec un peu de chance, c’est Nadia qui vous accueille. Si vous venez pour la première fois, vous comprendrez vite que dans ce lieu, il y a une signature, une âme : Nadia. Venue d’Algérie il y a déjà plusieurs années, Nadia a bâti ce hammam comme on construit une cathédrale. Ici rien n’est laissé au hasard, on est dans la sacralisation du bain, celui qui vous lave de tous les maux. Avant de vous déshabiller, choisissez votre voyage avec l’hôtesse. Il peut durer 1h ou 2 si vous optez seulement pour le bain au sous sol. Plusieurs heures, si votre corps fatigué, a besoin d’oublier les misères du quotidien. Avant de déposer vos chaussures et de vous dévêtir, imprégner vous de l’ambiance hors du temps, la musique vous aide à traverser la Méditerranée dans sa beauté et son authenticité. Je descends au sous sol. Mon choix : de longues minutes sur la table de marbre chaud, ablutions dans la salle commune traditionnelle avec le savon noir. Il y a des femmes du Maghreb rompues aux gestes du bain. D’autres femmes plus novices. Chez les unes comme chez les autres, il y a une atmosphère de jubililation. Fatima vient me chercher pour le gommage. Le geste est sûr, jamais agressif, on parle peu. Seulement des sourires. La peau débarrassée de ses impuretés, mon corps peut désormais accueillir un massage à l’argile et au clou de girofle. La magie de l’ailleurs fonctionne à plein, je me surprends à somnoler dans ma couverture d’argile. Et si j’allais encore plus loin. J’ai dit oui à Nadia pour le massage aux huiles essentielles. Enfermée dans mon peignoir (il vaut mieux venir avec) je remonte au premier étage. Des banquettes de repos m’accueillent. Une jeune fille m’offre un thé à la menthe, Nadia vient me parler. Elle est très belle. Cet univers de calme et de volupté lui ressemble. Mon voyage va se poursuivre sur la mezzanine pour le massage aux huiles essentielles. Qu’ai-je donc fait pour mériter un tel moment de grâce ? Tous les jours de 9 h à 19 h - Mardis et vendredi de 10 h à 21H - Hommes : dimanche : 19 h à 23H www.hammamrafik.com


Le cahier d’adresses... Cinq Mondes Spa Les bains de Breteuil 46 rue Breteuil - 13006 - 04 96 10 22 10 Les portes de l’évasion... Ici hammam et massages dans un cadre doux et contemporain. À la carte : le massage californien , recherche de l’harmonie et de l’épanouissement, un soin de la tête aux pieds, pour un bien être immédiat, ou encore le massage suédois, qui allie la douceur et la fermeté pour éliminer la fatigue, le stress voire même la cellulite ! Le shiatsu, un rituel à base d’étirements doux et progressifs pour faire circuler l’énergie et relâcher les tensions musculaires… Confiez vos besoins et vos envies et vous aurez le massage sur mesure ! Ouvert tous les jours

45 quai de Rive Neuve - 13006 - 04 91 04 04 04 Cette enseigne mondialement connue fait rêver nombre d’entre vous. Chaque rituel est inspiré d’un continent avec les techniques ancestrales alors choisissez votre destination. Par exemple le bain japonais, à base d’arômes de fleurs de cèdre rouge avec de l’eau tiède dans une baignoire qui invite à la méditation… C’est sans aucun doute à tester pendant la période hivernale ! Cinq Mondes propose également des box à offrir, des gammes de soins complètes (crèmes, gommages, huiles de massage...) primées aux Victoires de la Beauté 2009 et récompensé par un Oscar Cosmétique la même année ! www.cinqmondes.com

Spa Siwa de la Villa Massalia

www.bainsdebreteuil.com

Sept Harmonies

17 pl. L. Bonnefon - 13008 - 04 91 72 90 00 Un spa dans un hôtel de luxe, avec des massages de relaxation, une piscine intérieure/extérieure à 27° toute l’année, auxquels on a accès dès que l’on réserve une chambre. Lors d’une semaine de travail intensif, une idée sympa pour un week-end en amoureux, sortir de sa routine et s’évader tout en restant à Marseille.

167 rue Paradis - 13006 - 04 91 58 40 53 Mesdames, vos enfants ne seront plus un obstacle pour un spa, il y a une garderie bébé (4mois-3ans) ! Oui, oui , vous ne rêvez pas, le Paradis est là alors détendez tous vos sens l’espace de vos soins avant le retour à la vie trépidante. Des soins innovants et originaux alliant des techniques ancestrales et des technologies de pointe, pour un maximum de bien-être, tout un programme. Mais le rêve ne s’arrête pas là car si votre soin vous a décoiffé ou graissé les cheveux, pas de problème il y a une option coiffure. Et si vous ne pouvez pas sortir c’est un professionnel qui vient chez vous ! Tout est fait pour s’adapter à vos besoins. Un clin d’œil avec le rituel de Provence, pour 2h15 de plaisir aux parfums provençaux : lavande, herbes de Provence, savon de Marseille, huile d’olive…

12 rue de l’Opéra- Aix - 04 42 39 21 16 Le modelage Lomi lomi, fait déjà envie rien qu’en le nommant. C’est un massage sacré, utilisé par les guérisseurs hawaïens, avec les mains et les avant-bras. A la fois délicat et intense, il dynamise le système énergétique du corps. Le "lomi lomi" représente le toucher dans un esprit de respect et d'attention qui relie le corps, le cœur et l'âme à la source de la vie. Il soulage les tensions musculaires, améliore de la circulation sanguine, et rétablit l'harmonie entre le corps et l'esprit. Terre de Rituels propose différentes durées pour ses soins, une astuce appréciable, ainsi qu’une large gamme dédiée aux hommes.

www.spa-septharmonies.com

www.terrederituels.com

marseille.concorde-hotels.com

Terre de Rituel


Le cahier d’adresses... So Spa Dans l’Hôtel Sofitel 56 bd Charles Livon 7ème 04 91 15 59 00 « 2 soins signature » chez So Spa qui sont des rituels inventés par l’équipe du spa avec un concept super sympa puisque tous les soins sont accompagnés de musique composée tout spécialement. La musique suit le mouvement qu’il soit doux, berçant, relaxant ou énergique…Le décor sert aussi à la relaxation avec un fond marin, des nacres, coquillages et algues, avec un lustre qui représente un banc de poissons en forme de pétales dans le patio… Le soin « SO exhilarating body massage » est une spécialité de l’institut et concerne le visage et le corps avec des notes de gourmandise, des pierres chaudes et froides, des mouvements enveloppants... mais il faut tester pour en savoir plus, car l’équipe veut garder un soupçon de mystère pour faire découvrir les soins à ses clients, alors il n’y a juste un mot à dire, « essayons » ! (Mais nous ne vous dirons rien !)

La prestation « Ethnic fusion » est un concentré des 5 meilleures techniques du monde sur votre corps… On dit oui, sans hésiter et en plus dans un cadre de rêve pour les amoureux de Marseille, car dans toutes les salles on a une vue sur le Port… Je reviens à ce massage des 5 mondes, vous retrouverez la méthode Shiatsu pour le visage, taoiste afin de prendre soin de votre ventre, baliné pour les bras, le taï s’adresse aux jambes et enfin l’oriental sera réservé pour votre dos… et tout cela en musique apaisante pour une relaxation totale. Un petit plus agréable, « le retour de promenade », c’est la méthode de réflexologie plantaire pour les pieds avec un soin particulier pour vos mollets, pour permettre de réequilibrer votre corps en profondeur afin de se sentir léger et détendu jusqu’au lendemain matin !En plus des salles de bien être, vous pourrez trouver une pièce fitness, toujours avec vue sur le vieux-port… Le hamman est toujours mixte et aux horaires d’ouverture de l’institut.

à domicile... c’est pas mal aussi !

Vous pouvez trouver son site : tuinadom.e-monsite.com

Par Séverine Manna

chez vous ! Alice Corrotte - 06 79 68 15 58 - maliceco@hotmail.com Une auto-entrepreneuse Alice, qui prend soin de vous, c’est pas le top ça ?! Elle écoute vos besoins et se déplace avec son matériel pour vous masser selon vos envies. Elle emporte avec elle sa table de massage, sa chaise ou encore son futon… en fonction de vos demandes. Le massage chinois est le plus couru. C’est assez dynamique mais Alice pratique souvent le massage aiurvédique, plus doux… En fait elle aura forcément le massage qu’il vous faut et dans votre environnement pour une totale zénitude… Comptez entre une heure et une heure trente de soin, à partir de 20¤. En bonus une idée super : une séance massage entre copines, avec une ambiance que vous créez...


Aromathérapie L’aromathérapie

Les plantes étant à la base de la pharmacopée dès les civilisations antiques, la phytothérapie s’est longtemps confondue avec la médecine. La phytothérapie, c’est l’usage des plantes dans leur entier pour soigner. L’aromathérapie se concentre quant à elle sur les extraits aromatiques, c’est à dire les essences et les huiles essentielles. Le terme est relativement récent car employé pour la première fois en 1935 par un certain René-Maurice Gattefossé, chimiste. On utilise principalement l’aromathérapie dans la recherche de calme, de confort, de relaxation (notamment par le biais de massages et de bains), ainsi qu’en préparation à l’endormissement. De plus en plus, apparaissent des usages psychologiques.

Vêtements l’aromathérapie Par Séverine Manna

L’équipementier sportif Adidas a lancé sa ligne aromathérapie dont la technologie s’intitule Skintex. Fruit des dernières innovations dans l’industrie textile cette technique pourrait bien envahir nos quotidien... tiens je mettrai bien un tee-shirt à la camomille moi ! Mais qu’est-ce que c’est un vêtement aromathérapie ?? C’est une merveille de technologie car des huiles essentielles se trouvent dans des microcapsules constituées de composants vitalisants et stimulants qui se libèrent par la friction de vos mouvements sur le tissu. Les vêtements sont constitués d’ingrédients des plus classiques aux vertus utiles aux sportifs. Ces habits à base de citron permettent de stimuler et équilibrer le corps, le romarin servira pour vous régénérer, la vitamine E est l’anti-oxydant et enfin l’huile d’olive pour vous aider à récupérer des efforts que vous venez de fournir. La course à pieds pourrait-elle devenir un sport pratiqué et aimé de tous, si cela semblait moins dur et plus sympa par des tenues dopées ? En plus d’avoir des bienfaits sur notre corps, les tenues sont bien coupées, jolies, avec des couleurs tendances et donnent des allures très féminines… désolée Messieurs ! Les lignes concernées sont : adilibria strap tank, adilibria studio tee, adilibria ¾ tight...

Adidas Store 45, Rue Saint-Ferréol 04 96 11 23 40


Design... je veux un intérieur ultra design... mais ça veut dire quoi ? Ceci est un Cahier qui vous servira de lampe torche pour y voir plus clair dans l’univers du design ! Et qui vous guidera aussi dans votre shopping !


Design

Nous avons cherché à en savoir plus sur le design, à trouver des repères, des limites à cette discipline très en vogue. On nous vend du design à toutes les sauces, mais au fait c’est quoi le design ? Alors les Cahiers Marseillais ont demandé à Antoine Lazerges du Centre Design Marseille de nous aider à définir cette notion...

Certains disent que « tout est design » parce que tout a été « dessiné » et « designé » avec une fonction un processus de fabrication industrielle et une esthétique propre. Ce n’est pas suffisant. On peut parler de design industriel (auto, machine outils…), de design produit (objets), textile (mode), espace (décoration, scénographie), graphique (affiches, web, logos), culinaire ou sonore (jingles). Ces différentes notions ont en commun d’être au service d’une fonctionnalité (chaise, cafetière, son, image, goûts, confort). Cette fonction va induire une conception spécifique avec un processus de fabrication industrielle qui différencie le designer de l’artisan. Lorsque les artisans fabriquaient des chaises de style Louis XV, ils avaient un même modèle mais chaque objet réalisé était unique. L’orsque Auguste Thonet crée sa fameuse chaise en bois courbé à la chaine au XIXème on entre dans l’ère du design. Philippe Stark avec sa chaise Louis Ghost en polycarbonate transparent poursuit cette tradition avec un objectif : la fabrication en série, le confort et l’esthétique, le style du moment autrement dit le design du tournant des XX et XXIèmes siècles. Le Design est parfois détourné à des fins publicitaires. Si l’on dit d’un objet qu’il est design, on s’attend à des lignes futuristes. C’est ainsi que fonctionnent les marchands de voitures. Mais la 2CV des années 50 est tout aussi design que le dernier véhicule à la mode...Le design est cité comme référence de qualité dans les publicités de produits de luxe comme de grande consommation. Il apparaît comme une garantie de perfection d’un produit que les designers ont imaginé en fonction de son usage. Auréolé de mystère, souvent sous estimé par les industriels, omniprésent en citation dans les médias, le design intrigue le grand public.


CM#6

Design

P 47

Devenu argument de vente plus que de conception, pratique esthétique plus qu’ergonomique et de fond, le design tend à devenir un banal qualificatif. Qualifié tour à tour de stylique, de style, de stylisme ou plus concrètement d’esthétique industrielle, le design a pour dénominateur commun dans ses différentes appellations de façonner notre environnement privé et collectif dans des domaines d’activité des plus variés ; cela va du design d’espace d’une station de tramway au design sonore dont une note identifie une station de métro, une radio, journal TV ou ponctue une publicité. Etymologiquement le design c’est le dessein (projet) avec un dessin (une forme). Le Design Industriel quant à lui “tend à embrasser tous les aspects de l’environnement humain qui sont conditionnés par la production industrielle”, selon Tomas Maldonado, rédacteur du rapport de l’International Council of Societies of Industrial Design réuni à Londres en 1969 pour mettre les designers d’accord sur une définition. Le studio de Sergio Pininfarina, italien de renommée internationale qui affina entre autres les Ferrari et Maserati, engagé dans la conception de voitures électriques, est designer de réfrigérateurs et éléments de cuisine alliant design et Centre Design Marseille technologie en Slovénie. Il vient d’être choisi 6 avenue de la Corse 7ème pour rénover l’Eurostar, en design d’espace. 04 88 90 03 12 www.designmarseille.org Alors, vous avez dit « design » ?


Mon Shopping Déco Mon shopping commence par la Maison Marseillaise. Cette grande boutique de la rue Francis Davso est un repère pour les amoureux de déco. Petite sélection, malgré la difficulté qui m’aurait poussé à choisir tous les objets du magasin...

Les “Skis de Chaise” L’idée de ce designer Français est simple : transformer n’importe quelle chaise en rocking chair. Une simple paire de ski ou patins (appelez ça comme vous voulez) avec de belles courbes et le tour est joué. Quasiment tous les pieds de chaise s’adaptent dessus. Une jolie idée pour bercer bébé par exemple ! 90¤ la paire

Banc Tolix Ce “banc Y” en tole d’acier très joliment dessiné est un meuble d’intérieur. “Normal Studio” est une agence créée par deux jeunes designers Français. En collaboration avec l’industriel Tolix, ils ont édité ces bancs empilables qui existent en deux longueur. 340¤ le banc

Sel & Poivre Une petite idée cadeau ou une astuce pour nos grandes tables, ces assortiments de sel & poivre. Vendus en boites de 8 aux couleurs assorties, pour les disposer tous en meme temps ou bien pour changer de couleur chaque semaine ! C’est en plastique, c’est donc tout léger, comme le prix ! 10¤ la boîte de 8

la Maison Marseillaise 38 rue Francis Davso 1er 04 91 55 54 43


CM#6

Mon Shopping Déco

P 49

Rendez-vous ensuite au showroom Pure... Inspiration. Ici c’est le culte du travail artisanal de haute voltige, au niveau des luminaires notamment. On vous parlera amoureusement de ces pièces uniques pour la plupart. Là encore, faire une sélection n’est pas une mince affaire ! Luce Cette lampe est entièrement faite en verre soufflé à la bouche. Le pied a cela de particulier qu’il a été soufflé après avoir été entouré à chaud d’une feuille d’or. Cette dernière s’éclate en milliers d’éclats autour du pied sculpté par le souffle, la passion et la technique des maîtres verriers. 1270¤

Goldmoon Lumière d’appoint à l’ombre poétique, cette lampe est entièrement aimantée. Une pépite d’or fait face à la led qui joue dans ses reflets. On faut placer la pépite à différentes hauteurs grâce à l’aimant, pour jouer sur les ombres portées à votre guise... 527¤

Table Twist for use Que dire sur cette splendide table de salle à manger au design épuré et si légèrement décalée. Laquée blanche elle s’allie à tous les intérieurs, pourvu qu’il y ait la place de mettre son mètre quatre-vingt de longueur dans votre pièce ! 2226¤

Atman Le galet de verre soufflé... une pure merveille, à allumer pour tamiser l’ambiance, à déplacer pour jouer avec ses formes projettées. L’idée est simple (mais encore une fois tellement bien pensée) : un galet de verre soufflé, une led, et un allumage tactile. En effet il suffit de toucher le fil pour éclairer l’objet, et il y a même 2 intensités possibles. 1226¤

Pure... Inspiration 8 rue Neuve Ste Catherine - 7ème 04 91 54 32 69 www.pureinspiration.fr


Mon Shopping Déco Un petit tour dans le Panier, du côté de chez Marie-Christine Markiewicz. La boutique/atelier est pleine d’objets en céramique confectionnés par ses soins. Céramique d’Art mais aussi de décoration, les créations originales de Marie-Christine sont colorées. Elle fabrique aussi sur demande et vend ainsi ses oeuvres aux 4 coins du monde ! En ce moment, c’est la série des fleurs ! Lampe murale Faite à la demande, cette “plampe” (lampe-plante) peut grimper sur tous vos murs et à la taille de votre choix ! Côté couleurs également, c’est vous qui voyez ! Il faut compter un mois de délais pour la fabrication. tarif sur devis

Marie-Christine Markiewicz 2 rue du Petit Puit 2ème 06 20 53 40 61 mariech.m.free.fr

Boutons de commode Ces fleurs en céramique se décline de toutes tailles, de toutes le couleurs, pour parer vos petits meubles. Même principe, vous pourrez en trouver en boutique, mais également en commander à vos couleurs !

Les Tournesols Petit clin d’oeil à l’Art avec ce tableau en 3D ! On peut s’offrir les Tournesols de Van Gogh en vrai : Marie-Christine s’est très rigoureusement inspirée de l’original pour les formes, les couleurs et la disposition de ces tournesols. On peut les poser sur un meuble ou bien les encadrer comme ici dans un vieux meuble ajouré. Le vase est également fait maison ! Là aussi, c’est fait à la demande.

20/22¤ à l’unité, et dégressif selon quantité

Rendez-vous chez Kartell. Cette entreprise italienne née à Milan en 1949 s’est toujours posée en créatrice de formes. Le créateur Giulio Castelli partait du principe suivant : “si les hommes ont peur de la nouveauté, il faut leur fournir de la super-nouveauté.” le ton était donné ! Spoon Table Dessinée par Antonio Cittero, cette table en alu alvéolé se plie pour se ranger ! Elle est légère et

tarif sur devis


Mon Shopping Déco

CM#6

P 51

très simple d’utilisation. Disponible en 3 coloris (blanc/orange, blanc/blanc ou noir/noir) et 3 tailles. de 1070¤ à 1340¤ selon le modèle

Kartell 119, Rue Paradis 04 91 33 19 10 www.kartell.it

Cindy Du technopolymère thermoplastique recouvert de peinture métallisée, voici une description une barbare pour parler de cette magnifique petite lampe qui se décline aux couleurs de l’arc en ciel. Trop adorable cette petite Cindy ! 155¤


Design d’eau

A Paris, Eau’xygen s’est fait un nom en rénovant ou plutôt en créant des salles de bains pour les Hôtels de la capitale. La loi sur l’accessibilité des handicapés oblige les hôteliers à diagnostiquer et à finir les travaux avant 2015. Mais attention, une salle de bain accessible en fauteuil ne veut pas dire salle de bain d’hôpital loin de là ! L’accessibilité pour tous, est synonyme de confort pour tous. Chez les particuliers, pour faire de sa salle de bain une vraie pièce à vivre, et prévoir le futur, l’accessibilité est de plus en plus en vogue.

par Julie Mauduy

Bien-être, espace et détente voici les nouveaux maîtres mots de la salle de bain. Exit les espaces confinés qui combinent douche, WC et lavabo dans 4m2 ! Aujourd’hui la salle de bain est une pièce à part entière dans la maison, où les femmes passent de 40 à 55min en moyenne et les hommes de 35 à 40min chaque jour. Eau’xygen s’implante à Marseille pour réinventer une salle de bain à votre image !

Accessibilité c’est aussi mettre les enfants dans le bain sans se casser le dos !

Après la cuisine qui s’est transformée aux normes américaines, ouverte sur le reste de la maison, la salle de bain subit actuellement une métamorphose majeure dans les esprits comme dans les faits. Parfois extension directe de la chambre, elle s’agrandit et prend ses aises pour laisser place à l’hédonisme et au high-tech. Eau’xygen met un point d’honneur à théâtraliser, à mettre en scène les salles de bains avec goût et originalité afin de créer un espace ludique. Tout ça d’un coup ! Waouh ! Oui c’est possible en concevant des cabines avec projections de cinéma à 360°, ou bien en aménageant des igloos en texture neige, un sudoku géant dans la douche, en installant un


Design d’eau

CM#6

P 53

système de pluie, en jouant avec les lumières (on peut même faire scintiller votre carrelage)… Vous pouvez même rester dans une atmosphère plus classique, tout est possible !

Eau’xygen www.eauxygen.fr tel : 04 90 50 33 47

Le mot salle de bain apparait vers 1765 dans son sens moderne : salle pour prendre un bain. Fin 19° avec l’aménagement des canalisations et l’apparition des premiers chauffe-eau, la salle de bain se répands petit à petit dans les maisons.

Designers d’espaces d’eau, voilà le terme exact pour parler du métier d’Eau’xygen. Concrètement comment ça se passe ? Tout d’abord Laurence Mongreville se déplace pour voir l’espace à aménager, comprendre votre environnement et parler de vos désirs. Ensuite un travail sur le design de votre salle de bain est lancé, pour vous faire 3 propositions. Celle qui aura vos faveurs sera mise en 3D afin que vous puissiez vous projeter plus facilement. Vous choisissez les matériaux, vous choisissez vos fournisseurs, vous choisissez votre entreprise de travaux (bien entendu Laurence peut vous conseiller), et Eau’xygen s’occupe du suivi du chantierpour éviter les mauvaises surprises ! Côté tarif, comptez 1000 à 1500¤ pour la conception des plans et le suivi du chantier. C’est forfaitaire, et les prix des matériaux et des travaux n’influent pas sur la prestation d’Eau’xygen.


Mon Shopping Déco Connaissez-vous le Bazar Deluxe ? Face à l’Opéra, cette échoppe regorge d’idées cadeaux déco qui plairont à toute la famille ! L’ambiance très colorée nous booste le moral, alors jouons la carte de la déco écolo/rigolo avec des poubelles à tri sélectif, des portes-photos...

la poubelle à tri c’est 12¤ Horloge murale Déclinée en cubes, papillons, fleurs ou chiffres, cette horloge multicolore adhère sur vos murs. Une idée chouette pour égayer le quotidien ! 49¤

Scooter Vroum vroum !! Comme papa mais en beaucoup plus choupinou, ce petit scooter en bois est le hit de cette année. Sa selle réglable et recouverte de mouton est du plus bel effet dans la chambre du dernier... à moins que ce ne soit pour le salon... à vous de voir !

Bazar De luxe 15 ru Molière 1er 04 91 90 31 33

155¤

Monsieur, ce magasin est fait pour vous ! Eggöh est un life store qui vous propose toutes sortes de choses. Prêt-à-porter, livres, luminaire, mobilier mais également tout un tas de gadgets déco du plus bel effet.

Distributeur Ce distributeur en forme de tube est tout à la fois pratique et amusant. Détourner des tubes de dentifrice ou de lait concentré pour y mettre du papier essuie-tout, encore failait-il y penser ! Nous on adore, surtout l’accroche par ventouse, pas de perceuse, pas de trace, c’est bien, c’est beau, c’est chez Eggöh. 19¤ Eggöh 117 rue Paradis 6ème 09 50 73 80 07


Mon Shopping Déco Led-on s’est spécialisé dans les accessoires de décorations illuminés. Ce système de led entre peu à peu dans nos intérieurs pour tamiser nos envies et révéler la beauté de certains objets comme les pots de nos plantes... une idée lumineuse j’ai envie de dire !

Lumineux

Led-On 109 rue Paradis 6ème 04 91 53 99 57

Des sphères, des cubes, des assises, des pots, des dessous de verres, des bouchons de bouteille, des seaux à champagne... toute une gamme d’objets qui s’illuminent. C’est étanche pour donner des allures féériques à vos extérieurs. Les pots et cubes sont fournis avec une télécommande pour que la magie soit plus grande ! Il est possible de laisser les couleurs varier pour animer le décor, ou laisser figé sur une nuance : bleu, mauve, rose, orange, rouge, jaune, vert... pots à partir de 59¤ tabouret cube + assise 99¤ seau à champagne 69¤ dessous de verres par 6 17,50¤

Carnet d’adresses

Hélas, nous n’avons pas la place de vous parler de toutes nos bonnes adresses déco marseillaises alors allez voir du côté de : L’Ornithorynque - 16, Rue Lulli 1er - 04 91 55 50 48 - www.lornithorynque.fr Le Cabanon Design - 32, Rue St-Jacques 6ème - 04 91 48 12 15 - www.lecabanondesign.com 112 Boulevard - 112, bd Vauban 6ème - 04 91 42 46 65 Sinibaldi - 146, rue Paradis 6ème - 04 91 37 98 43 - www.sinibaldi-design.com Un Jour une sardine - 157, rue Paradis 6ème - 04 91 37 94 14 - www.deco-unjourunesardine.com Studio 19 - 3, rue Edmond-Rostand 6ème - 04 91 53 35 67 Via Domo - 635 av de Mazargues 9ème - 04 91 77 15 60 MDBA - 163 rue Paradis 6ème - 04 91 812 812 - www.mobilier-design-mdba.fr Mobile de Curiosités - 159 rue Paradis 6ème - 04 91 94 23 87 - www.mobiledecuriosites@gmail.com


Culture : dans le dictionnaire la première définition est “traitement du sol en vue d’une production agricole”. Traitons nos esprit en vue d’une grande fête fédéra− trice (et aussi parce que c’est divertissant, tout simplement !)


A l’heure où les dessins animés envahissent les écrans avec des chaines 24/24, des DVD, la télé à la demande, les enfants consomment beaucoup d’histoires. Mais face à un écran ou dans une salle de spectacles (avec de vrais acteurs et un décor) les sensations ne sont pas les mêmes. Le Badaboum participe depuis bientôt 20 ans à l’évolution du spectacle vivant pour enfants avec un beau projet : inviter les pitchouns à découvrir l’univers du théâtre dans sa globalité.

Et si on disait que j’étais un acteur ! Le badaboum c’est une école de théâtre. Stages pendant les vacances scolaires, et surtout des classes toute l’année par tranches d’âge : 4/6 ans, 7/9 ans, 10/12 ans, 13/18 ans, et aussi pour les adultes ! Etre acteur c’est s’inventer, s’imaginer, se figurer un personnage, des relations, des réactions. En apprenant la comédie, les enfants se rendent compte du travail nécessaire à la création d’un spectacle. Ils apprennent aussi à envisager le monde depuis un autre point de vue. Tout au long de l’année les enfants s’essayent à des exercices et des jeux dramatiques, avant de se lancer dans la préparation d’un spectacle.

par Julie Mauduy

Vous êtes peut-être de ceux qui ont vu des spectacles ou suivi des cours étant petits, et qui aujourd’hui pourraient inscrire leurs enfants au Bada… Une grande famille dont la charmante Laurence Janner serait… la Grand-mère ! Oh lala le coup de vieux ! Grandmère ce n’est pas Laurence… bien qu’au théâtre on puisse tout être ou incarner !


Théâtre Et si on disait que j’étais un spectateur ! Chaque année le Badaboum propose une programmation fournie et toujours avec une à trois créations. Certains spectacles sont suivis d’un atelier goûter pour les enfants. Une façon pour eux de parler du spectacle avec les acteurs, de répondre à leurs questions, de comprendre que l’acteur n’est pas le personnage, de développer un avis… Qu’est-ce qu’être un spectateur ? Une question à laquelle beaucoup de grands ne sauraient répondre !

Et si on regardait un beau spectacle de plus près ? Le Lac des Signes, directement inspiré du Lac de Cygnes, ce spectacle est en cours de création à l’heure où j’écris cet article. Jonathan Bidot vient du théâtre classique, et Lénaïg Letouze est une comédienne qui a suivi récemment une formation en danse. Selon Jonathan, qui n’était pas spécialement attiré par le spectacle pour enfants, il y a dans la relation avec ce public quelque chose de pur, une plus grande liberté artistique. L’implication même des enfants qui participent à l’histoire en intervenant à voix haute ou en se déplaçant librement dans le décor, invite les acteurs à incarner d’avantage les personnages, « à s’y croire en vrai » ! C’est une expérience très enrichissante pour un acteur, mais aussi pour les petits spectateurs. Le Lac des Signes est la 43ème création du Badaboum. Ce spectacle mettra à l’honneur l’histoire de la danse et interrogera la limite impalpable qui existe entre théâtre et danse. A découvrir du 5 au 31 décembre, et si vous n’avez pas d’enfant, empruntez ceux de votre cousine, c’est un bon prétexte pour aller au Badaboum ! 16 quai de Rive-Neuve - 7ème - 04 91 54 40 71 www.badaboum-theatre.com spectacles : 8¤


en attendant 2013

Première salle de projections cinématographiques publiques, l’Eden a débuté sa carrière en 1895 avec les premiers films des frères Lumière Auguste et Louis. C’est Louis qui se distingue avec la création du cinématographe. « La sortie de l’usine de Lyon », « l’arroseur arrosé », « bébé mange », « l’arrivée du train en gare » sont les premiers films qui éblouissent les spectateurs. grante de Marseille-Provence CEC2013, a de grands projets pour cette salle qui a connu les premières projections cinématographiques au monde et oui au MONDE !!! Le projet culturel est soutenu par l’association ciotadenne « Lumière de l’Eden » et par la municipalité bien avec un porte-parole qui n’est autre que Jacques Weber (illustre acteur, réalisateur et scénariste). A l’heure d’aujourd’hui toutes les collectivités : la communauté urbaine, le département, la région, la DRAC (la direction régionale des affaires culturelles) et la commune se sont toutes mises d’accord pour le projet et le financement à hauteur de 5 à 6 millions d’euros.

par Séverine Manna

L’Eden fonctionnera jusqu’en 1985, avec l’association, « La Ciotat, berceau du cinéma » qui organisait dans ce lieu mythique un festival du cinéma qui perdure à La Ciotat mais au théâtre du Golfe. Actuellement la salle de projection est fermée au public, on peut l’apercevoir derrière une vitre, mais le bâtiment menace. Sa sauvegarde devient impérative ! L’avenir de l’Eden, reste culturel et sa réhabilitation est prévue pour 2013 car la commune, partie inté-


en attendant 2013

CM#6

P 61

Un projet qui va encore plus loin Quel sera le projet, à quoi servira finalement ce lieu ? Jean-Louis Tixier, élu à la culture et au patrimoine de la ville ciotadenne explique ce projet ambitieux et unique : « le fait que l’histoire du cinéma a commencé à La Ciotat avec l’Eden, fait de ce lieu, un lieu qui doit rester un espace d’accueil des innovations et pas un mausolée. En plus d’être révolutionnaire, l’idée forte est d’être un lieu de création artistique autour du cinéma, avec toujours le festival de l’association « La Ciotat, berceau du cinéma », mais on a la volonté de faire sortir les films du monde entier à l’Eden avec une programmation à l’année. Une plateforme internet sera mise en place, sur laquelle une sélection de films internationaux sera mise à disposition du public ». Jean-Louis Tixier n’oublie pas de préciser que le « projet se fera en collaboration avec le cinéma Lumière », (seul cinéma actuel sur la commune). Le début des travaux sera lancé au second semestre 2010.

Une deuxième tranche de travaux est prévu pour un délai plus lointain avec des idées assez ambitieuses puisque Jean-Louis Tixier m’a livré en avant première un projet : « l’Eden réhabilité, la chapelle des Pénitents Bleus et l’ancienne caserne des pompiers qui formeraient une unité du cinéma, on accueillera les lumières d’aujourd’hui ». On peut conclure que la ville du cinéma va remettre son magnifique patrimoine à l’échelle de son Histoire et ses richesses.

Cinéma Eden Théatre Bd Georges-Clémenceau La Ciotat Régulièrement des expositions sont présentées, mais vivement que les travaux soient finis !!


“Aujourd’hui j’ai ma place”

Vous êtes née à Nice, revendiquez-vous votre appartenance au Sud ? Pas besoin de revendiquer quand on est Niçois ! Et puis je suis aussi très parisienne. Je vis à Paris depuis 7 ans, mais j’ai besoin d’aller souvent à Nice. J’ai eu une enfance idyllique avec le soleil jusqu’en décembre, la verdure et la mer… C’est une chance de grandir dans le sud. Après quand on est jeune et célibataire, la vie urbaine parisienne… y a pas photo ! Pour élever des enfants, c’est mieux à Nice !

Cet album c’est un bilan à l’approche de la trentaine, vous avez dit « 30 ans c’est grandir », alors être instit c’est rester enfant ? (rires) je ne me sentais pas à la hauteur en tant qu’institutrice, je manquais de patience, de tact avec les enfants. J’aime être remarquable quand je fais quelque chose.

J’ai eu des maîtresses que l’on n’oublie pas, surtout celle du CM1 qui m’a tout appris. On écrivait 2 poèmes par semaine... Je manquais d’autorité. J’avais essayé de créer une chanson avec ma classe, je m’occupais de la mélodie et ils écrivaient. Je comptais enregistrer un disque mais les séances se sont transformées en grand n’importe quoi, je n’arrivais pas comme les vraies maîtresses, à lier travail et plaisir… donc pas de disque ! C’est horrible comme expérience, un adulte qui n’arrive pas à tenir ses promesses…

Pouvez-vous nous parler de la théorie de l’enfant sandwich ? C’est très réel, c’est être entre 2… Je ne suis ni l’aînée, ni la petite dernière, ni la seule fille… J’avais la sensation de ne pas trouver ma place et mon métier m’a aidé. Je n’avais dit à personne que je voulais faire de la musique. C’est ma meilleure amie qui m’a fait enregistrer des chansons et en 2 mois elle a trouvé un éditeur, un tourneur… Aujourd’hui j’ai ma place : Keren c’est l’artiste !

par Julie Mauduy

« Souvenirs sous ma frange » c’est le nouvel album de Rose. Un opus dans lequel sa voix, ses textes et ses mélodies nous transportent pour une balade musicale douce et charmante. Elle pourrait nous chanter le bottin, on serait déjà envoûté, mais à l’écoute de ses mots justes, on ne peut qu’adorer ! Keren tient son pseudo du film The Rose hommage à la vie de son idole Janis Joplin. Drôle, souriante, solaire, découvrons cette merveille du patrimoine musical français…


CM#6

Interview

P 63

Chansons douces, voix calme et charmante, mais sur scène Rose est flamboyante… Je n’aime pas ma voix dans la force, donc je dois faire dans la sérénité. Sur scène c’est une énergie différente, il y a la spontanéité de ce qui est fait et qu’on ne peut refaire. Un concert qu’il soit bon ou mauvais, il est fait ! Je ne suis pas fan du refaire. Je n’aime pas particulièrement être en studio, je ne suis pas perfectionniste. Chanter pour les gens, c’est un plaisir…

Pas perfectionniste mais quand même ! Je suis insomniaque en fait, je me repasse la journée pendant la nuit et le lendemain je dis à mes musiciens « c’était bien mais on aurait dû faire plutôt comme ça… » Je ne suis pas stable en fait ! (rires) Dans l’édition limitée de l’album, il y a une chanson qui s’appelle « je guéris » et on a tout fait sur cette chanson : piano-voix, folk… tellement d’arrangements qu’on a pensé faire un album avec 12 versions différentes de cette chanson… le concept est assez drôle !

D’où viennent la musique et la composition ? Mon papa est un très bon guitariste amateur, il nous a appris très tôt à jouer de la guitare. Quand on joue avec mon frère et ma sœur, pour nous c’est naturel, comme prendre un stylo ! Il y a des guitares partout à la maison mais je suis la seule à composer, c’est aussi ce qui me différencie ! Depuis toute petite, je fais mes chansons à partir de deux accords. J’ai pris l’habitude d’écrire en rimes dès le plus jeune âge, je faisais des poèmes pour ma mère, mes amoureux… donc écrire des chansons, je l’ai toujours fait !

« Souvenirs sous ma frange » c’est la dualité des souvenirs qui sont obsolètes par essence et de la frange qui est ultra-tendance ! Alors Rose est-elle une fashion-victime ? Non mais une acheteuse compulsive ! J’aimerais lancer des modes mais je suis assez suiveuse. Il me manque toujours quelque chose ! (rires) J’ai énormément de fringues,

c’est d’ailleurs un problème en tournée pour mon régisseur car j’ai trop de valises ! Sur la première tournée j’avais un jean fétiche et une paire de bottes, là je suis plutôt collants opaques noir, boots, tee-shirt léopard, perfecto… un peu plus rock quoi !

Vous avez déclaré « Je n’ai pas l’air d’un cowboy ! », pour fuir cette étiquette folk, country qui tentait de vous coller à la peau… Dans ma vie de tous les jours on ne m’a jamais dit que je ressemblais à un cowboy ! Rose folk country avec la chemise à carreaux, les bottes et l’armonica, c’était un clip ! Et après ça vous suit ! J’ai l’impression d’être 2 : Keren et Rose. J’ai un gros problème de schizophrénie mais il faut être cohérente, je voudrai me permettre plus de folie sur scène, mais quand je ne me sens pas moi, c’est à dire Keren, je ne suis pas bien…

Pierre Guimard assurera la première partie, comment cela s’est-il décidé ? Il me suit durant décembre. C’est un ami, on a travaillé ensemble, j’ai écrit une chanson sur son album et j’enregistre régulièrement dans son studio. Je trouve ça normal de se donner des coups de pouce !

Si vous étiez un appareil photo, vous seriez un polaroid, je me trompe ? C’est sûr ! (rires) ma qualité qui est un défaut, c’est mon impatience. J’avais des tonnes d’appareils photos jetables, des pellicules à faire développer, mais un mois après, ça me fatigue d’aller faire développer… (rires)

Si vous étiez un cahier ? Un Moleskine ! J’ai toujours écrit sur des Moleskines depuis 10 ans, mais aujourd’hui je tape, c’est plus facile pour envoyer ensuite mes textes…


Galerie

par Mélanie Tabarant

Guimik Organisation est une association Marseillaise qui entoure, regroupe, englobe et appuie l’Art en général. Musiciens, artistes, plasticiens, peintres, comédiens, sculpteurs se mélangent et se rencontrent dans cet appartement transformé en galerie. On n’y vient avec sa motivation, son art, son envie de vivre autrement et de pouvoir exister grâce à sa passion. Cette aventure « artistiquement humaine » est menée de front par Armelle Béraudy qui l’imagine comme un laboratoire d’Artistes. L’association Guimik Organisation est crée en 2007 par Armelle Béraudy dans le but d’aider les artistes mais surtout dans le souci de ne pas les voir mourir… Cette Parisienne au cœur bien Marseillais propose des services aux artistes, des conseils mais surtout une reconnaissance dans l’univers artistique qu’elle même côtoie depuis longtemps. Juste pour remettre les choses à leur place cette


Galerie

CM#6

P 65

trentenaire à travaillé plusieurs années en tant que responsable de production chez Sony Music France, a terminé diplômée du court Florent à Paris et trouve le temps encore pour monter des festivals ou autres manifestations culturelles. Cette forcenée de la culture en a plus d’un tour dans son appart !! Guimik Gallery est un showroom, un lieu de mise en réseau professionnel. Cette association propose des Show case, des expositions, des rencontres entre professionnel et artistes dans le but de se faire connaître, d’acquérir un réseau indispensable pour rentrer dans ce milieu. « Ce réseau à créé des emplois, ma victoire s’est d’avoir tenue mes promesses », nous raconte Armelle. La Galerie Guimik est un lieu d’expérimentation ou le formatage reste à la porte, mais la porte est ouverte à tous, tous ceux qui veulent s’impliquer et exister.

Accès au lieu sur adhésion obligatoire 20¤/an ou 5¤/soir Horaires d’ouverture : Tous les jours sur RV et un vendredi sur 2 selon programmation à partir de 20h Adresse : 43 Rue Sénac Marseille 1er guimik.org


La place aux Huiles et le cours d’Estienne d’Orves vont se transformer le temps d’un week-end. Le budget est serré, mais la volonté est grande et le programme bien défini : 17 artistes vont se mettre à l’œuvre en public. En plein air ou chez l’un des 8 partenaires de la place (Faith, Rive Neuve, la galerie Briata, le Caribou, la Boate…) ce sera le temps des performances. Cantatrice, sculpteurs, peintres, danseurs, musiciens, tous se mettront au travail sous les yeux des curieux.

Au centre, deux containers Des containers ? Mais pourquoi faire ? En tant que deuxième Port de France, Marseille connaît bien les containers. Comme une métaphore de la ville, deux artistes (Catherine Ricoul et Bernard Pesce) envahiront

par Mélanie Tabarant

Enfin la 2ème édition de cette balade autour de l’Art contemporain. Mise en place à l’initiative d’Emmanuelle Saint Denis (Pain & Compagnie), Mouvart est l’événement qui permet à tous de découvrir, de partager, de rencontrer l’Art Contemporain au cœur de la cité. L’Art sous toutes ses formes...


Art Contemporain

CM#6

P 67

chacun un container pour créer une œuvre à quatre mains : « Pièce commune ». Une œuvre contenue dans des containers, qui raconte une histoire contenue et montrée… de la poésie quoi ! Pour les pitchouns il y a également des ateliers pour découvrir peinturlurer et comprendre l’Art et le monde des artistes. Rendez-vous est donc pris le samedi aprèsmidi et le dimanche de 10h à 16h. Attention, il vaut mieux s’inscrire sur le site.

Il y a donc 17 artistes, vous imaginez ? Alors je ne vais pas vous raconter tout le programme, vous pourrez le voir sur internet ! Mais comme vous vous en doutez, l’idée de Capitale Européenne de la Culture, n’est pas loin… Mon petit doigt m’a dit que l’an prochain déjà Mouv’Art ne se contenterait pas du Cours d’Estienne d’Orves… Des containers pourraient envahir d’autres quartiers de la Ville, jusqu’à ce que l’Art déborde en 2013… mais chut, c’est encore un secret ! A noter le vendredi soir, la performance Italian Gang à 20h : le concept est simple : des musiciens, un artiste peintre, un bœuf et une toile qui donne une forme et des couleurs aux notes qui passent… L’Art Contemporain aime l’éphémère, la temporalité. Alors ne loupez pas cet événement, car à défaut il faudrait attendre encore un an !

du 18 au 20 décembre www.mouvart.fr

Emmanuelle Saint-Denis Présidente de l’association Mouv’Art, Emmanuelle Saint-Denis est une passionnée d’Art Contemporain. Elle a habité 15 ans à New York où déjà elle cultivait son goût pour la création. Elle agit en véritable fédératrice des acteurs culturels. Artistes, spectateurs mais aussi entreprises mécènes, tout ce petit monde a besoin de se retrouver pour évoluer ensemble. Mouva’Art et Emmanuelle Saint-Denis, bénéficie du soutien de la Mairie 1/7, du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Conseil général des Bouches-du-Rhône, de Canalsud et de la Fédération Marseille Centre.


Agenda tout azimut ! L’expo société : In greed we trust / En la cupidité nous croyons jusqu’au 2 janvier 2010

Cédric Mnich travaille dans le milieu des marchés financiers depuis le début des années 2000. Fasciné par la représentation graphique des flux monétaires liés aux devises, matières premières, indices ou actions, il puise son inspiration dans les soubresauts quotidiens de cette grande machine. La finance moderne n’a jamais autant fait parler d’elle que depuis ces trois dernières années. L’argent sous forme fiduciaire n’est plus que marginal et a perdu tout sens des réalités dans une surenchère de millions, milliards, trillions… Tout dans le système actuel est axé sur le profit à court terme pour une poignée de privilégiés au détriment de la “masse”. Le paradoxe réside dans la fascination qu’exerce une poignée d’élus qui détiennent les clés secrètes des échanges internationaux. Le trader est devenu coupable et victime d’un système qui a échappé à tout contrôle. Le trader est le “méchant” à abattre mais qu’on aime tant haïr ! Combien envient ces hommes et ces femmes, parfois si jeunes, qui jonglent avec les milliards et peuvent en quelques années amasser une fortune. Il est intéressant de constater qu’encore aujourd’hui, le film “Wall Street” exerce une véritable fascination, le personnage de “Gordon Gekko”, incarné au cinéma par Michael Douglas, est devenu pour certains une véritable icône, un modèle ! Le travail de Cédric Mnich s’articule autour de cet environnement où peu à peu un univers personnel et fictif voie le jour. Ainsi, l’artiste a-t-il créé une entité fictive, une holding tentaculaire et ominprésente composée de banques d’affaires et de sociétés de biens de consommation, “Greed Brothers” (“Les Frères Cupidité”),

régie par ses fondateurs, Charles et Marcus Greed dont les portraits font écho à des personnalités du monde des affaires et des arts. L’exposition “In Greed we trust” présente les premiers travaux de Cédric Mnich quant à ces réflexions sous forme de peintures-collages, créations digitales mêlant figuration et abstraction, par la présentation des portraits de Jérôme Kerviel et de Bernard Madoff par exemple, de digital prints plus accessibles à tous les publics mais aussi sous forme d’installations mettant ainsi en scène ce travail et cette réflexion. Ouvert du mardi au samedi de 10 à 12 heures et de 14 à 19 heures Et sur rendez-vous Au 32 rue Saint Jacques 6ème Exposition en collaboration avec le Cabanon Design Galerie www.saffirgalerienomade.blogspot.com

Komaneko, le petit chat curieux de Tsuneo Goda (Japon, 2006) A partir de 3 ans

Voici l’histoire de Koma, petit chat créatif et passionné de cinéma qui décide de se lancer dans l’animation et de réaliser son premier film. Après avoir confectionné des marionnettes, sa caméra super-8 sous le


Agenda tout azimut !

CM#6

P 69

bras, il part à l’aventure du cinématographe. Mais filmer un fantôme dans la forêt n’est pas si simple et celle-ci réserve de drôles de rencontres... Réalisées avec du carton, de la feutrine et des tissus, les marionnettes de Komaneko prennent vie image par image. Avec beaucoup d’humour et de justesse, Tsuneo Goda dépeint dans Komaneko les émotions de l’enfance. Mercredi 6 janvier 2010 à 10h au cinéma Les Variétés (4,5 ¤) Rediffusion samedi 9 janvier après-midi et dimanche 10 en matinée. Rediffusion à l’Institut de l’image d’Aix le 13 janvier à 10h et 14h, suivie d’un atelier, en écho à l’exposition Komagata à la Cité du livre. www.fotokino.org

Sirènes et midi net Le Palmarès des recalés [Ministère des Affaires inutiles] Mercredi 6 janvier 2010

Douze minutes à écouter et voir chaque premier mercredi du mois à midi net, sur le parvis de l’opéra à Marseille. L’affluence croissante de propositions artistiques concernant la manifestation Sirènes et midi net a conduit les organisateurs à mettre en place un nouveau rendez-vous connexe, annuel et public : Le Palmarès des Recalés. Ce palmarès permettra de rendre hommage aux projets n’ayant pas été retenus Suite p.70


Agenda tout azimut ! par le comité de sélection artistique des organisateurs de Sirènes et midi net. La délégation du protocole sera confiée à un vacataire du Ministère des Affaires inutiles et le rendez-vous aura lieu le premier mercredi de chaque an. www.lieuxpublics.fr Mercredi 6 janvier - 12h00 - parvis de l’Opéra Mercredi 3 Février - 12h00 - Parvis de l’Opéra

l’emprise, en faisant des spectateurs des interlocuteurs privilégiés. Un mythe philosophique dont on peut penser qu’il touche aux pulsions les plus profondes de l’être humain. au Théâtre du Jeu de Paume à Aix en Provence 0 820 000 422 www.lestheatres.net

Des Gospels Les Puppini Sisters Les 27 et 28 décembre le 28 janvier 2010

Esprit rétro années 50, les voix des Puppini Sisters nous donnent envie de dodeliner de la tête ! Looks travaillés et rouge à lèvres aposé, les voici prêtes à partir en tournée, avec un crochet par Marseille qui nous fera bien plaisir ! Marcella Puppini, fondatrice du groupe est une italienne férue de mode partie vivre sa passion à Londres au début des années 90. Quand elle entend la bande-son du film "Les Triplettes de Belleville" Marcella a une révélation : elle doit fonder un trio. Pour cela elle engage Stephanie O'Brien and Kate Mullins et décide de donner son nom au groupe : les Puppini Sisters. Le 28 janvier 2010 à l’Espace Julien www.espace-julien.com

Le Cas Jekyll du 24 au 27 février 2010

Le Cas Jekyll est une mise en scène de la fin du roman de Stevenson. Jekyll parle de lui, de son expérience et Hyde intervient. Entre rêve et cauchemar, il effleure le dédoublement parfait, sans jamais pouvoir rencontrer son autre. L’auteure, Christine Montalbetti met en évidence la possession,

Une fois n’est pas coutume les Gospels reviennent cette année à l’église St Cannat. Au programme de ces deux jours Craig Adams, La Nuit du Gospel, et The Voices of New Orleans... tout un programme ! Adam Craig pour ceux qui ne le connaissent pas encore, c’est un pianiste et chanteur très talentueux qui arrive tout droit de la Nouvelle Orléans. Accompagné de chanteuses de Gospel, il vous fera découvrir des morceaux de son nouvel album. Les concerts de ce showman sont inoubliables ! Les 27 et 28 décembre de 17¤ à 25¤ www.lanuitdugospel.com


Youhou ! On attends l’hiver juste pour ça : le chocolat chaud au coin du feu, la partie de contrée avant de sou− per, et dès la première heure, zou ! Directions les pistes... Ah que c’est bien la neige !


photos © VANOC/COVAN / article par Yann Haentjens

2010, année paire, ça rime avec événement sportif planétaire ! Vancouver sera la ville hôte de ces 21èmes Jeux Olympiques d’hiver. Pour la 3ème fois le Canada accueille les Jeux (Montréal 1976 et plus récemment Calgary 1988), avec en ligne de mire pour tous les Canadiens un titre olympique dans LA discipline où la rivalité avec leur voisin Nord-Américains est synonyme de fierté nationale : le hockey sur glace ! Pour eux le hockey est l’équivalent du football pour nous Français.


Vancouver 2010

CM#6

P 73

Nos Français justement parlons-en : à val d’Isère en février dernier ce fut la bérézina des championnats du monde de ski (véritable révélateur précédant l’année olympique). Avec seulement 3 médailles remportées l’an dernier, la météo affichée sur nos espoirs tricolores est loin d’être au beau fixe pour ce début 2010. La France est en manque de repères par rapport au dernier exercice Turinois (10ème rang mondial avec 9 médailles). Antoine Deneriaz sacré champion olympique dans l’épreuve reine des jeux : la descente, et le bi-athlète champion du monde Raphael Poiret, sont tous les deux retraités désormais. Les leaders d’hier ont laissé place à une nouvelle génération très prometteuse emmenée par les slalomeurs Jean-Baptiste Grange et Julien Lizeroux (respectivement vainqueur et 3ème de la Coupe du Monde de Slalom en 2009), le patineur Brian Joubert (champion d’Europe et du monde mais jamais titré lors des

épreuves olympiques), sans oublier les frères Delerue et Mathieu Crepel qui maitrisent une discipline autrefois décriée : le Snowboard. Le Snowboard a été révélée au grand public lors des « X Games » : compétition de sport extrême (snowboard, skateboard, bmx) qui se déroule depuis une quinzaine d’années aux Etats-Unis. Cette épreuve se verra délocalisée pour la 1ère fois en Europe à Tignes en mars prochain, juste après les jeux ! Nul doute qu’au moment d’entrer dans la fameuse chambre d’appel, nos athlètes tricolores auront à cœur d’entrer dans l’histoire, de réaliser un véritable exploit pour leur pays mais aussi pour eux-mêmes, orphelins de leur étoile disparue au printemps dernier dans le massif du Mont-Blanc. Gageons que toutes les médailles lui seront dédiées, tant ce qu’elle a amené au sport Français est immense : si le Snowboard en est là aujourd’hui, c’est grâce à sa brillante étoile Karine Ruby.


Les news des stations Holiski … l'accès facilité aux pistes On peut skier sans forfait depuis cette année grâce à la carte holiski. Il s'agit d'un abonnement acheté internet qui permet de skier toute la saison à tarif préférentiel sans passer en caisse et en étant directement débité sur le compte bancaire. La carte Holiski coûte 29¤ à l’année (15¤ pour les séniors et gratuite pour les moins de 18 ans) et elle fonctionne dans toutes les stations « ski à la carte » : Espace Killy (domaine reliant Val d'Isère et Tignes) Serre Chevalier Le Grand Massif (domaine reliant Flaine, Samoëns, Morillon, Les Carroz, Sixt Fer à Cheval) Les Arcs Peisey-Vallandry La Plagne. Elle est directement envoyée chez vous et est valable jusqu’au 30 septembre de l’année suivante ! Une belle iidée pour éviter la queue aux caisses le matin de la première journée !

Serre Chevalier Vallée en faveur de l'environnement L'Office du Tourisme souhaite privilégier le transport ferroviaire. Pour tout séjour en famille réservé avec un transport en train, la famille se verra remettre par l'Office du Tourisme de Serre Chevalier Vallée un chèque cadeau et pourra bénéficier de nombreux avantages dans la station. www.serre-chevalier.com

St Jean Montclar labellisée ! Saint Jean Montclar a été obtenu les labels « Station verte » et « Ski France». La pureté de l’air et de l’eau de montagne, la qualité de l’aérologie, la présence de nombreux lacs dont celui de Serre-Ponçon. Ajoutons à ça une dimension humaine de village très convivial. A 2h de Marseille, ce serait dommage de ne pas la visiter ! (St Jean Montclar fait partie de la candidature Pelvoux-Ecrins 2018, pour l’organisation des JO d’hiver !) www.montclar.com/fr

www.skialacarte.fr

Le Festival du Rire à Puy Saint-Vincent

Après New York, Dubaï, Zurich et Hong Kong et pour la première fois en France, Swarovski décore le sapin de Megève avec plus de 3000 étoiles en cristal. La place du village s’illuminera chaque soir... une magie à voir !

Un concert chaque soir pendant 6 jours, des artistes nationaux en vacances à Risoul qui vous transmettent leur passion dans les bars et salles de la station. Ce festival totalement gratuit allie convivialité des rencontres et concerts de choix. Cette année seront présents : Emilie Loiseau (cf CM3 ndlr.), JP Nataf, Clarika, Charlie, Charlotte Marin, Lily Cros, Alcaz, Paris Brune... et bien d'autres. Un festival qui se veut cette année très féminin !

Durant une semaine, 12 jeunes talents se produisent tous les soirs. 2 spectacles tous les jours, 3 soirées de gala, des VIP et une ambiance incomparable dans la station. Antony Kavanagh et Cartouche seront les invités de cette édition, parrainée par le Festival Juste pour Rire de Nantes. Festival Off spectacle à 17 h ou 18 h tous les jours : Antonia de Rendinger, Cyril Etesse, Emma, Enzo, Fanny Mermet, Jypey, Les Lascars, Sébastien Giray, Tatavel, Tony SaintLaurent, William Gay, Yann Guillarme. Festival In : Chaque soir des jeunes talents de l'humour se produisent sur scène à 21h devant le public et un jury composé de professionnels du spectacle et de l'humour et des journalistes. A la fin de la semaine un jeune talents se verra récompenser et pourra produire son spectacle dans les salles partenaires du Festival.

Du 03 au 08 janvier 2010 www.risoul1850.com

du 10 au 17 janvier 2010 www.paysdesecrins.com

Le Sapin de Megève

www.megeve.com

Le Festival de la chanson française de Risoul Forêt Blanche


Les news des cimes Stages handiski Stages de ski assis « tout compris » aux Karellis, Janvier et Mars 2010 organisés par Tessier avec l’ESF des Karellis. Deux stages pour les débutants souhaitant skier de manière autonome en Uniski ou Dualski, et un stage pour les skieurs déjà autonomes et souhaitant s’améliorer et s’initier au slalom. Pour tous renseignements complémentaires et inscriptions, il faut aller voir sur internet !

Cet hiver on s’habille intelligent sur les pistes ! La base c’est le système 3 couches. La première couche (first layer pour les pro !) doit absorber et évacuer l’humidité de la transpiration et de la condensation. Le top ce sont les fibres Gore Tex Paclite, Polartec Power Dry, ou encore Nikepro.

www.karellis.com www.dualski.com

Masque à la carte Technicité et créativité, c’est exactement ce qu’il nous faut sur les pistes ! Le masque Adidas MY ID2 est entièrement customisable à l’aide de marqueurs et stickers, grâce à sa surface blanche étudiée pour une meilleure adhérence de vos dessins ! Côté technique, il a remporté le prix “ispo Boardsports Award 2008” dans la catégorie accessoires (on sait pas ce que c’est ce prix mais ça doit être vachement bien !). C’est le must have de cet hiver ! Bien entendu il est possible de l’équiper à sa vue, et il est compatible avec les casques, un net avantage pour la sécurité. Comptez 199¤ le coffret avec le masque, 5 marqueurs, et des tas de stickers.

La deuxième couche est un isolant thermique (les pro diront soft shell). C’est ce qui va vous procurer de la chaleur : pull en laine de mamie ou pull polaire à vous de choisir, mais notez que la laine polaire, c’est écolo puisqu’elle résulte du recyclage de bouteilles plastiques ! La dernière couche (que nous appelleront hard shell, car nous sommes à présent des pro !) est un rempart contre les agressions directes du vent et de la neige (ou pluie si on a vraiment pas de chance). Imperméable et coupe-vent, la troisième couche doit toutefois laisser l’humidité s’évacuer. Là on est sur du Gore Tex Windstopper. Maintenant que vous êtes au point sur les techniques vestimentaires, vous pouvez partir serein, enfiler les gants, le casque, le masque ou les lunettes, et dévaler confortablement les pentes enneigées… à conditions que vos skis et chaussures soient bien réglés !! store.nike.com et tous les magasins de sport d’hiver !

01 42 43 30 48 www.adidas.com/eyewear


Règles de vie au Ski

Allé les gars, ça part de là ! Sport en pleine nature, sensations fortes, bain de soleil, raclette et fondue, tous les ingrédients sont là pour passer de bonnes vacances, oui mais voilà. Les stations de ski sont assaillies par une nuée de citadins en mal de montagne. Soucieux de son petit confort personnel, le vacancier aurait une fâcheuse tendance à l’égoïsme pendant le séjour… Juste au cas où les leçons de maman soient trop lointaines, petite piqûre de rappel pour éviter d’avoir la réputation de « Super Connard » ! Le sport d’hiver, c’est la vitesse en toute liberté sur les pentes enneigées des Alpes ou des Pyrénées. Mais avant de descendre il faut monter ! Et tout commence par la file d’attente aux remontées mécaniques. Là deux catégories de personnes se distinguent nettement : ceux qui louent leur matériel et ceux qui l’ont acheté. Les premiers, quelques peu nonchalants, n’ont qu’une idée en tête : attraper le premier télésiège, qu’importe le nombre de skis ou de planches écrasées au passage. L’idée qu’une paire de skis puisse subir des rayuses ne les effleure même pas. Les seconds, tout aussi impatients, sont plus précautionneux. C’est là que le clash peut se produire, lorsque les cares affûtées d’un ski s’essuie sur leur planche. Un individu en houspille un autre qui, las de se sentir rudoyé de la sorte, réponds à son tour plus ou moins délicatement. (Au milieu de la foule il y a forcément des enfants, mais grâce au bonnet de mamie, aux moufles de maman et au casque de papa, l’échange leur semblera inaudible). Quelques bougonneries plus haut, une fois le sommet atteint, on ne manquera pas de se souvenir du « con au bonnet vert fluo » ou de la « folle avec les fixations roses ». Il ne faudrait pas non plus qu’ils se recroisent. Donc :

Règle n° 1 : je fais attention au skis de mon voisin.

Règle n° 2 : à courir un péril inutile, on se blesse sans gloire. Revenons quelques instants aux civilités d’usage : la cohabitation des skieurs et des snowboardeurs. Un poème. Un roman. Je dirai même une épopée. Cette sorte de guéguerre tient au fait que ce sont deux sports qui imprègnent des rythmes différents. Les virages ne sont pas les mêmes. Les temps de pose ne sont pas les mêmes. Les tenues ne sont pas tout à fait les mêmes. Les façons de voir la montagne aussi se distinguent : pendant que certains se tiennent fièrement debout, tout en souplesse sur leur godille, les autres, tels des pingouins, font corps avec la neige pour ressentir au plus profond les vibrations de la poudreuse et profiter du paysage en prenant le temps… de laisser les muscles se détendre un peu ! Comme dans tout conflit, le meilleur moyen de le résoudre, est d’apprendre à mieux connaître l’autre. Alors je propose de lancer un « vis-ma-vie » géant, pendant lequel skieurs et snowboardeurs échangeraient leurs disciplines quelques heures… ça permettrait à l’ESF malgré la crise, de vendre de nombreuses heures « débutants » ! Donc :

Règle n°3 : ayons de l’empathie pour l’autre méthode de glisse, la cohabitation est possible ! Tout ceci est à méditer sur le trajet… D’ailleurs, en parlant de trajet, si on arrêtait de polluer les vallées et qu’on prenait le train cette année ?

par Marcelline of Marseille

Autre règle à respecter, et là nous ne sommes plus dans les sphères de la bienséance, mais bien dans celle de la technique : le hors piste. « Je connais cette station comme ma poche, ce hors piste ne craint rien, je passe par là depuis mon premier flocon ». Comme son nom l’indique l’itinéraire dans lequel vous vous apprêtez à vous engager est HORS des pistes amoureusement préparées par les (notez bien leur nom) PISTEURS. Hors piste c’est souvent hors assurance, hors de portée, hors de vue, mais jamais hors de danger ! Faire sa trace dans une neige vierge, c’est le pied. Alors mieux vaut aller au bureau des

guides, et se payer une vraie journée à l’assaut des 3 Vallées ou de la Grave par exemple. Donc :


par Julie Mauduy

Depuis 3 ans au Col du Lautaret, les plus courageux peuvent s’initier au Snowkite. Non, ce n’est pas effrayant, c’est spectaculaire ! On allie l’air et la glisse pour découvrir de nouvelles sensations… Rémi et Johann s’occupent de tout côté matériel, pourvu qu’il y ait un léger vent (entre 5 et 35 km/h) et que la visibilité soit bonne ! Certes les adeptes des sports de glisse sont légèrement avantagés, mais le moins doué des débutants aura acquis une certaine forme d’autonomie en maximum 3h.

Le Snowkite se pratique en ski ou en snowboard, mais pour commencer on préfèrera les skis pour plus de stabilité, et même pour ceux qui n’ont pas chaussé les spatules depuis longtemps ! L’apprentissage se fait sur un terrain plat, dégagé


CM#6

Glisse

P 81

de tout obstacle et délimité. Les débutants sont en liaison radio avec le moniteur ce qui permet d’éviter les rarissimes embrouilles de voiles, et d’avoir les consignes en direct pour décoller en douceur. Cette discipline existe depuis une dizaine d’année, tout comme le Kitesurf, son équivalent sur l’eau. Les plus chevronnés atteignent une vitesse de 70km/h. Le Snowkite transforme la montagne en terrain de jeu et change les codes classiques des sports d’hiver : la voile permet d’exploiter les flancs en descente mais aussi en montée ! Attention, c’est différent du parapente car il y a beaucoup de contacts avec le sol, le plaisir de décoller est du coup multiplié. A essayer sans hésitation !

Découverte 1h (1 à 4 personnes) 40¤/pers Demi-journée 3h (1 à 4 personnes) 90¤/pers des stages sont possibles Conditions : avoir son matériel de ski ou de snow et savoir enchainer des virages piste bleu ! www.snowkiteair.com

par Nelly Giordano

Un petit émetteur qui éloigne les gros soucis.... En montagne, la sécurité est une priorité. Impossible de prévoir les avalanches ou de prévenir les chutes mais un petit appareil de 300 grammes seulement permet néanmoins d'éviter bien des tracas, et peut même parfois, sauver des vies ! En effet, pour les amateurs de hors pistes ou les furieux de la glisse, l'émetteur Arva (Appareil de Recherche de Victimes en Avalanche), c'est la solution pour skier en toute sécurité. Entre 180 à 300 ¤ selon le modèle, cet émetteur-récepteur, porté sous les vêtements, émet en permanence des signaux permettant de vous localiser très rapidement en cas d'accident ! Attention, il ne suffit pas de l’emporter pour être en sécurité ! Il faut vérifier les piles, le porter sur soi et pas au fond du sac (ça ne servirait qu’à retrouver le sac !), et s’exercer à l’utiliser, car en cas de besoin, la panique n’est pas le meilleur allié. Autres précautions à prendre avant de vous élancer sur les pistes : échauffez-vous légèrement, régler vos fixations correctement, prévoyez une gourde et quelques vivres, renseignez-vous sur la météo et assurez-vous !


Où manger tard le soir ? Brasserie Paulaner - 8 avenue du Prado 6ème-jusqu’à 23h. 04 91 37 95 96 Don Carléone - 128 rue Sainte 7èmejusqu’à 23h30. 04 91 33 85 24 Mélo Café - 68 cours Julien 6èmejusqu’à 23h / 2h le we. 04 91 42 77 68 La Tasca - 102 rue Ferrari 5èmejusqu’à 1h. 04 91 42 26 02 Dos Hermanas - 18 rue Bussy l’Indien 6ème-jusqu’à 01h. 04 91 12 00 23 La Part des Anges - 33 rue Sainte 1er-jusqu’à 02h. 04 91 33 55 70 Le Mas de Lulli - 4 rue Lulli 1er-jusqu’à 6h. 04 91 33 25 90

Epiceries/boulangeries de la nuit Maloula - 130 rue de Lodi 6ème Alimentation de nuit - 30 bd Baille 6ème - 19h-6h

Supérette de nuit - 25 bd Baille 6ème - jour + nuit, 7/7 O’Stop - 16 rue Saint-Saens 1er- Midnight Express- 8 cours Lieutaud 6ème jusqu’à 6h30. 04 91 33 85 34 Fuxia L’épicerie - 27 rue Saint- Boulangerie Au Blé d’Or - 68 bd Saens 1er-jusqu’à 1h. 04 91 55 02 Baille 6ème 63 24/24 7/7 sauf mercredi 22h. 04 91 78 22 54

Pour éviter la panne sèche...

4) 91 90 93 88 (6h-21h30 et CB 24/2

Shell - 44 bd des Dames 2ème- 04 e- 04 91 86 46 20 (6h-00h) Total Jarret - 70 bd F. Duparc 4èm ) e- 04 91 29 42 85 (6h-00h+CB 24/24 Total Chanot - 35 bd Rabatau 8èm CB) 4 re de Tassigny 9ème (24/2 Esso Express - 14 av Mar de Latt 98 02 06 (5h-1h30) 91 04 e14èm ldi Shell - 41 av. A. Ansa

Se déplacer à/de/dans Marseil le SNCF - 36 35 Aéroport Marseille Provence et MP²

- 04 91 14 14 14 www.marseille.aeroport.fr www .mp2.aeroport.fr Métro/Bus/Tramway RTM - 04 91 91 92 10 www.rtm.fr Cartreize - 0811 880 113 Info route - Bison futé - 0800 100 200 (n°vert) Taxi Radio - 04 91 02 20 20 Taxi TUPP - 04 91 05 80 80 Taxi du Soleil - 04 91 03 60 03 Taxi Aéroport Marseille Provence - 04 42 14 24 44

Les utiles en Ur genc

e Pompiers 18 - SA MU 15 - Gendar merie 17 ou 112 depuis un mobil e - Pharmacie de garde 32 37 Centre Anti-Pois on de Marseille 04 91 75 25 25 S.O.S médecins 36 24 ou 04 91 52 91 52 - Enfance maltraitée (n° ve rt) 119 ou 04 91 22 15 52 - SIDA info service (n° vert) 0800 840 800 - Drogue tabac info servi ce (n° vert) 0800 23 13 13 - Alcooliques anon ymes 04 91 42 99 03 - Accueil sans-abris/Samu-S ocial 115 - Urgenc es de la ville de Marseille 08 00 30 63 06 - S.O .S Amitié 04 91 76 10 10 - S.O.S Vio l 04 91 33 16 60 - Tabac info service 0825 309 310 - Allô Mairie 0 810 81 38 13



Les Cahiers Marseillais 6 - janv/fev/mars2010