Page 28

Trip Slack Du Verdon à Montserrat (pas loin de Barcelone), en passant par les Calanques de Marseille, nous avons installé 7 highlines de 10 à 60 mètres de long et trois pendules de 12 à 35 mètres, le tout à des hauteurs comprises entre 10 et 250 mètres de haut. Chaque jour, nous nous donnions à fond (oser se relever sur une highline au Verdon, c’est déjà quelque chose) et, chaque nuit, nous savourions la joie d’avoir dépassé nos limites (d’où les « ce soir, on va dormir tôt pour être en forme demain » qui finissent à 4 heures du matin dans des endroits et accoutrements inattendus). Chaque jour était pimenté d’une nouvelle folie, par exemple : « Oh, un ravin, on le remonte en azimut pour voir ce qui se passe ? » Ou encore : « Hé, la fontaine de la Palud, il doit faire pas loin de 4 degrés, faudrait aller dedans non ? » Sur dix jours, on n’a loupé aucun défi. On franchissait sans cesse nos peurs, grâce au soutien des amis, pour faire des choses dont on ne savait pas si on en était capables dix minutes plus tôt.

llation rd à l’insta Bob et Rica Ma Flipo © To

Inspiré des notes de Vincent Verdoot à la suite de notre trip franco-espagnol durant le début du mois d’avril 2013

Montserrat est devenu une plaine de jeu géante, les Calanques un parc aquatique et le Verdon un parc à sensations très fortes. Le tout s’agrémentait naturellement d’anecdotes amusantes et spontanées, comme le chat dans la voiture lors d’une jam session, Florian sur le toit, la voiture embourbée dès le premier jour, la nuit chez Mich Kemeter, la chaîne de massage dans le bar, la voie d’escalade de 4 longueurs en 7 heures sous la pluie, la mauvaise voiture suivie à Igualada, le repas préparé avec amour par les Espagnoles à minuit, les départs des

Dans les gorges du Verdon, à 150 mètres de haut, je suis accroché au bout d’une corde reliée à une highline1 flottant dans le vide. « Bon alors, tu sautes ? » On y réfléchit quand même à deux fois, quand on sait qu’on a fait l’installation nous-mêmes… Mais puisqu’on est libre dans ce paradis de rocher, sautons ! L’ambiance du trip, c’était surtout ça : être heureux d’être libre, entre amis, peu importe où on allait dormir le soir vu qu’on était bien ensemble et que tout ce qui était superflu ne nous préoccupait pas. Cette ambiance s’est imposée d’elle-même vu que chaque jour, à au moins cinq reprises, je pensais que j’allais mourir. Alors qu’on doive dormir à trois ou quatre dans la tente, quelle importance, après tout ? Là, à quelques encâblures de la route des crêtes, entre un banc de neige, vestige de l’hiver passé, et les étoiles qui transforment le ciel en feu d’artifice, nous ne pourrions pas nous sentir plus en sécurité. A chaque jour suffit sa peine et nous profitons de l’instant présent, peu importe quels défis nous attendrons le lendemain. 1

Slackline, mais beaucoup plus haut

Bob, Floria n, Bram et Wan Espagne © ne, plein vent à Monts Vincent Verd errat, oot

28

Profile for Club Alpin Belge

Ardennes & Alpes n°177  

revue du Club Alpin Belge - 3ème trimestre 2013

Ardennes & Alpes n°177  

revue du Club Alpin Belge - 3ème trimestre 2013

Profile for cabsecret
Advertisement