Page 1

globe-trotters - junior associations - BD - actus sciences, nature et écologie

autour du monde

N°20 - 4,90 € mai-juin 2011

s o d a s e d g le ma !   t n e g u o b i u q ] e m is n a b r U r ie s s [Do

s e l l i Les v

r u t u f du 


|édito|

[informations]

Imaginez un monde solaire !

Verdure en ville : devenez vigie dans votre quartier | Recyclez vos téléphones ! | Eau douce : un iceberg pour la soif | Passer une nuit dans une réserve animalière

Imaginez un monde solaire ! Raphaël Domjan avait un rêve : prouver que nous sommes capables, avec la technologie actuelle, de nous déplacer sans polluer. Il lui aura fallu plus de six ans de travail acharné pour monter son projet. Jusqu’à ce qu’en 2010, le Tûranor-PlanetSolar voie le jour. Il s’agit du plus grand navire fonctionnant uniquement à l’énergie solaire. Et comme vous le savez, il fait actuellement le tour du monde. à travers ce défi, Raphaël invite les jeunes du monde entier à rêver avec lui.

[Défi solaire]

Escapade solaire à Brisbane Nous avons envoyé des jeunes reporters venus de Suisse, de Belgique et de France pour l'étape australienne de PlanetSolar

Rdv p. 12 voir pour tout sa urs co n co ce sur el exceptionn

 !

Mathilde Bréchet, rédactrice en chef

6

[globetrotters]

Un grand concours commence ! PlanetSolar et Sept autour du monde lancent “Imagine un monde solaire !”, un concours dont les lauréats gagneront un voyage pour rejoindre le bateau sur l’une de ses étapes ! Dessins, textes, photos, vidéos, clip… laissez libre cours à vos idées les plus folles ! Et souvenez-vous… Le monde appartient à ceux qui l’inventent  !

4

29

A 20 ans, Enno a quitté son pays pour partager, pendant quatre semaines, le quotidien des Vétérans de la Légion étrangère, dans deux institutions en France.

[métier] Jacqueline, créatrice de paysages. Les paysagistes modèlent notre environnement quotidien en intégrant végétaux et bâtiments construits.

44

42

[livres] 2

L'archéologie à petits pas | Les maîtres de l'eau | Défis Nature : dans l’univers des insectes | Dans le grand bain | Le cinéma 2

ez is, retrouv Chaque mo de jeunes et le portrait es ns au sein d leurs actio es èg ns, MJC, coll s associatio le i s s rs... Mais au eb ou quartie lo g , des Zellidja , ls aventures eu s ui partent trot ters q monde ! au bout du

Et nos BD favorites :

Des Bêtes... pages 14 et 28 Olivier Boutet, Mancholand page 25


The

(7) Files

[les dossiers de 7]

15

Les villes

r u t u f   u d

Pour ralentir le réchauffement climatique, il faut commencer par réduire notre consommation d'énergie. Et si on en profitait pour imaginer de nouvelles villes ?

,

| D N U O R G P U 34 generation

,

[bouge-toi !]

,

Cyber-Rallye 2011

Comme chaque année, des équipes de jeunes scientifiques se sont affrontées partout en France pour remporter ce concours ! Retrouvez les meilleures équipes parmi les 104 groupes ayant participé cette année.

,


Opération verdure en ville

Con

cou

rs p

Après vous avoir incités à observer les papillons, les bourdons, les insectes pollinisateurs et les jardins, VigieNature lance l’observatoire "Sauvages de ma rue". Calquée sur les précédents programmes (qui existent toujours rassurez-vous !), cette opération verdure en ville invite les citadins à inventorier la flore sauvage de leur quartier. Après identification des plantes grâce à un guide répertoriant les 100 espèces sauvages typiques des milieux urbains, vous pourrez saisir vos données sur un site Internet dédié. Grâce à cette matière précieuse, les scientifiques pourront tirer quelques conclusions et suivre, année après année, l’évolution de la flore citadine. L’opération, lancée par le Muséum national d’Histoire naturelle, commence en Ile-de France, mais compte bien, dès l’année prochaine, s’étendre aux grandes villes de France. www.sauvagesdemarue.fr

Vous avez www.vigienature.mnhn.fr forcément ça dans vos albums ou ordinateur : une belle photo de balade ou de rando. Un cliché st e montrant un joli sentier de montagne, ’il e hon u q lép une colline ensoleillée, un arbre aux feuilles t en e té s sci ébouriffées par le vent. Fouillez bien dans on ger d ler le e c g s e n vos armoires ou dans vos fichiers car vous pp illa ête ha us pas c on ra gasp qu’à pouvez participer au concours organisé par o , e e tev us la Fédération Française de la Randonnée qu de n t (doi t autr tre j ncore e t ô c r e e r Pédestre et gagnez voyage, Ipad ou GPS. Pa ortan T-shi ues é le v rche e oxiq tilis ma r ce lors p d m Votre mission : illustrer en photo la nouvelle i me s t u . Il A u ez O po s... nt signature de la FFRandonnée : “Les chemins, composa us av ent K ent pain pose o o o em m une richesse partagée”. Ce concours est comu ?), v vrai z tell vos c ui pr s t e q s i a e ouvert jusqu'au 30 septembre. Un jury d’e ’il so raqu jà tou l.com phon état, u c é composé des membres de la FFRandonnée, l é e n e q ce vous ont d nExT de té mis e vent de Clubaventure, son partenaire et de is qu’ Mo cte t re tte a m èle site n ce re le professionnels élira les meilleurs clichés… t d col ero de e mo sur l n de art s fices de vo Et si le vôtre en faisait partie ? p o z é i (Pour les mineurs, une autorisation file solut a plu s bén iation e les. L . Le soc des parents ou du représentant n u ab us l’as légal est nécessaire). à nd rt Pet po reve rsés it is reve u un mém p nt t o é o ce léph  : ser x. son on i d’é t 6,7 e réu m cho til 5

hot on

atu re

4

l e t de nt p Coutellige in

isé éco ission kg , n d bat omis e CO és te ce ries t et tr 2 son rai ois d’e t 60 tées , au 0. com prés 000 li tr e p r em ter l vés. es plo es n San is c om s réé b s ! reux www.ffrandonnee.fr/_210/ concours-photos-les-cheminsune-richesse-partagee.aspx


Nie

xa

s

nniv

La Réserve zoologique de la Haute-Touche a fêté ses trente ans. Ce parc animalier, situé à Obterre dans l’Indre, est le plus vaste de France. C’est aussi l’un des premiers à avoir proposé la découverte d’espèces en semi-liberté. À pied, à vélo, en calèche ou en voiture, le visiteur peut observer, dans de vaste enclos, un millier d’animaux de 120 espèces différentes et de tous les continents : loups, tigres, lynx, antilopes, mouflons, babouins, lémuriens et des centaines d’oiseaux. Il est même possible de bivouaquer pour la nuit, dans une tente inuit ! Propriété du Muséum national d’Histoire naturelle, le zoo de la Haute-Touche est aussi le seul en France doté d’un laboratoire de recherche. La réserve participe en effet à différents plans de reproduction d’espèces en voie d’extinction et Pou des programmes de conservation et de rd htt éco réintroduction. p:/ uv

ers

ri ute r les m -to i uch ssion e.m s et nh les m n.f éti r e

aire

 !

/ha

rs d

up

arc

 :

s]

tion

rma [info

Iceberg droit derrière !

Joy eu

uw

N’y a-t-il rien qui fasse peur à l’homme ? En tout cas pas l’idée folle de tracter un iceberg de Terre-Neuve (au Canada) jusqu’aux îles Canaries (en Afrique) pour en faire une source d’eau douce ! Cette idée date des années 1970. Elle vient du cerveau fécond de l’ingénieur français Georges Mougin. Celui-ci a notamment conçu le navire polaire du Commandant Charcot et a collaboré avec l’explorateur Paul-Émile Victor. Mais faute de moyens, son idée d’iceberg tracté a été abandonnée. Jusqu’à 2002, où il est sollicité par Dassault Systèmes. Face aux problèmes d’approvisionnement d’eau de certaines régions et aux coûts exorbitants de la désalinisation, déplacer des montagnes de glaces flottantes ne paraît plus aussi fou. Faites mouliner les ordinateurs ! En avant les simulations en 3D pour parvenir à acheminer un iceberg de 7 millions de tonnes par un navire remorqueur. Aucune erreur ne peut être tolérée. Car si l’iceberg se brisait, bateau et passagers pourraient être engloutis par des vagues de 60 mètres de hauteur ! Non, l’homme n’a vraiment peur de rien !

5


14

Des Bêtes, volume 4 François Roussel Editions MaxMilo 48 p. 11,50 €


The

(7) Files

[les dossiers de 7]

s e l l i v s Le

r u t u f du  15

Nos descendants ferontils du slalom en voiture volante entre les gratte-ciel de villes gigantesques ? Habiteront-ils dans des éco-villes recouvertes de végétation, où l’on cultive la terre au sein même de la cité ? Vivront-ils sur des vaisseaux flottants abritant les refugiés d’une Terre surpeuplée ? Ou en plein désert, dans des oasis artificielles ?

Ce qui semble sûr, c’est que les villes de demain accueilleront de nombreux habitants. Progressivement, les hommes et les femmes quittent les campagnes et s’urbanisent : 30 % des humains vivaient en ville en 1950, 50% en 2007 et 60 % y vivront probablement en 2030. La ville, cette cité où se concentrent les hommes et leurs activités, devrait donc accueillir la majorité de nos descendants.

Avec Sept autour du monde, imaginez les villes de demain en scrutant les projets des architectes, des urbanistes et des artistes d’aujourd’hui. Depuis les mégapoles aux tours toujours plus hautes, jusqu’aux arches de Noé écolos où les hommes vivent en harmonie avec la nature, en route pour les villes du futur !


Cités, villes et mégapoles

16

Dans l’Antiquité, avant la création des Etats, la cité désignait un groupe d’hommes constituant une société, avec son gouvernement, ses lois, sa religion et ses mœurs. Ce mot fut ensuite appliqué au lieu où vivaient ces hommes, la ville. Mais aujourd’hui, nos villes sont parfois si grandes qu’on utilise pour les désigner de nouveaux termes : agglomération (la villecentre et ses banlieues), mégapole (agglomération de plus de 10 millions d’habitants), métropole (ville principale d’une zone géographique, exerçant sa domination sur elle), mégalopole (espace formé de plusieurs agglomérations dont les banlieues se rejoignent et communiquent).

Les maisons modualables sont un nouveau concept qui fait fureur en ce moment. à chacun sa maison Lego !

Qui dit mieux ? En France, on appelle “ville”, une cité de plus de 2 000 habitants. Au Danemark, 200 habitants suffisent pour que l’on emploie le terme de ville et il en faut 50 000 en revanche au Japon ! Autrement dit, tout le monde ne se fait pas la même idée de la taille minimale d’une ville, ce lieu où se concentrent l’habitat, le commerce, l’industrie, l’éducation, la politique et la culture.

Citadins, rassemblement ! On dirait que les villes n’ont pas été construites pour les hommes, mais pour leur voiture ! Depuis la naissance de l’automobile – et surtout depuis que tout le monde en possède une -, les villes s’étendent, les commerces s’éloignent des centres-villes, les lotissements et pavillons se multiplient... Cet étalement des villes a entraîné une forte hausse de la consommation d’énergie liée aux transports. Et qui dit voiture, dit pollution et gaz à effet de serre... Voilà pourquoi de nombreux urbanistes proposent un habitat plus regroupé, plus humain et plus respectueux de l’environnement : les éco-quartiers. Composés de petits immeubles, ils utilisent les énergies renouvelables pour produire leur propre énergie. A taille humaine, ils favorisent

Les Lilypad, cités marines imaginées par l'architecte Vincent Callebaut www.vincent.callebaut.org

la rencontre entre habitants, qui d’ailleurs, se déplacent à vélo. Le BedZED, construit près de Londres en 2002 est l’un des premiers. De nombreux projets s’en inspirent et sont actuellement en construction, comme l’éco-quartier du Raquet à Douai ou celui de Bonne à Grenoble. La formule magique de ses écoquartiers ? Ils ont été façonnés en intégrant le bien-être des hommes. Une révolution !


Les villes

Pourra-t-on accueillir tout le monde ?

futur

du 

En 2011, 7 milliards et demi d’êtres humains vivent sur Terre. Et la population mondiale s’accroît chaque jour d’environ 200 000 personnes* (de quoi remplir un peu plus de deux Stades de France). Beaucoup choisiront d’habiter en ville… Une donnée primordiale pour concevoir les cités du futur.

Concours de pyramides humaines Plus une tour est haute et plus elle peut accueillir d’habitants. Cette logique n’a pas échappé aux architectes qui rivalisent d’imagination pour atteindre le ciel… ou le centre de la terre ! De nombreux gratte-ciel sont en projet dans le monde et certains atteignent déjà 800 mètres de haut ! Quelques concepts, pas encore en construction, sont particulièrement novateurs. L’architecte italien David Fisher a imaginé la Tour Dynamique, haute de 420 mètres, qui permettrait à ses habitants de modifier l’orientation de leurs appartements pour suivre la progression du soleil : sur un simple ordre vocal, chaque appartement pivoterait sur son axe. L’architecte Matthew Fromboluti, lui, a imaginé un immeuble souterrain, remplissant l’immense trou d’une carrière abandonnée (275 mètres de profondeur). Son projet “Above Below” est prévu pour être construit sous le niveau de la mer, en plein désert de l’Arizona. En attendant, le concept qui fait fureur aujourd’hui, c’est celui des conteneurs/habitations qu’on empile comme des boites. C’est “l’habitat modulable”. Bien pratique et pas cher. Un autre concept d’avenir…

* Ces chiffres correspondent au taux d’accroissement démographique de la population mondiale de 1,14% correspondant à l’année 2006.

Vivre sur l’eau ? Mais c’est aussi vers la mer que les hommes se tournent quand ils pensent à la ville du futur. L’architecte Vincent Callebaut a imaginé une cité écologique qui semble tout droit sortie d’un film de science-fiction. Il s’est inspiré des fleurs de Lotus - lily en anglais - et de grands nénuphars pour concevoir Lylipad, un concept de villes autosuffisantes (elles utilisent les énergies renouvelables) bâties sur des plates-formes flottantes insubmersibles. Chaque Lylipad mesure environ 800 mètres de diamètre, accueille jusqu’à 50 000 personnes et peut rester à proximité des côtes ou se laisser porter par les courants pour se déplacer à travers le monde. à Tokyo, où plus de 12 millions d’habitants sont coincés entre le mont Fuji et l’océan, l’architecte Shimizu rêve d’une gigantesque pyramide construite sur des piliers enfoncés dans la baie de Tokyo. Elle atteindrait 2 000 mètres de haut et accueillerait un million d’habitants ! Ces deux projets, s’ils voient le jour, ne seront cependant pas construits avant 2100.

17


Sans pétrole les villes seront plus folles

18

Que ferons-nous quand la pénurie de pétrole sera venue ? “Eh bien, réagissez maintenant !” dirait la fourmi des fables de La Fontaine ! Même les riches pays producteurs comme les Emirats arabes unis s’y préparent. C’est là que pousse Masdar, une future “écoville nouvelle”, conçue de manière compacte et en partie souterraine, ce qui la protège des vents chauds du désert. Le soleil tapant dur, l’énergie solaire sera exploitée au maximum pour approvisionner la ville en énergie : panneaux solaires, centrale solaire de 100 mégawatts, usine de désalinisation fonctionnant à l’énergie solaire… Comme Masdar, les villes de demain devront utiliser les énergies renouvelables : l’énergie solaire, mais aussi éolienne, hydraulique, géothermique ou encore la biomasse

(voir le N°12 de Sept autour du Monde sur les énergies). Les projets d’éco-villes ou d’éco-quartiers mêlent plusieurs de ces sources d’énergies renouvelables, en tenant compte de leur environnement plus ou moins ensoleillé, venté, riche ou non en eau et en végétaux.

Une foule d’idées énergétiques

Les hommes inventent mille façons d’économiser ou de récupérer de l’énergie. à Madrid, des inventeurs cherchent à récupérer la chaleur du métro pour chauffer des bâtiments, grâce à des pompes à chaleur. à New-York, certains toits d’immeubles sont peints en blanc, couleur qui n’absorbe pas la chaleur, pour éviter que les habitants n’utilisent trop la climatisation en été. Certains ingénieurs planchent aussi sur la récupération de l’énergie de nos mouvements quotidiens ! Ainsi, le designer coréen Jae Min Lim a imaginé l’Ergonomics Crosswalk. Ce passage piéton lumineux est alimenté par l’énergie des voitures et des piétons. En passant sur les zébras, ils activent des cellules “piézo-électriques” qui captent leur énergie et la redistribuent au système. Les bandes s’éclairent même en vert lorsque les piétons peuvent traverser et en rouge lorsque les voitures vont démarrer ! à Rotterdam, en Hollande, une boîte de nuit autosuffisante existe déjà : la piste de danse récupère l’énergie des danseurs pour fabriquer de l’électricité !

Les citadins seront jardiniers

Dans les pays en développement, les villes grandissent très vite et certains citadins peinent à se nourrir. Les champs sont loin ! C’est pourquoi il est nécessaire de faire des économies. Cette tendance s'accentue car beaucoup des projets architecturaux incluent desormais des toits végétaux (parfaits pour isoler du froid et de la chaleur) mais aussi des potagers. à Chicago, le projet Feeder du cabinet d’architectes Studio Gang, a même imaginé des serres de fruits et légumes le long de l’autoroute, que les citoyens viendraient cultiver ! Le cabinet d'architectes Studio Gang a imaginé des serres le long des autoroutes


,

Ils ont relevé le Cyber défi !

34

Imaginez 104 groupes de jeunes au même moment, aux quatre coins de la France. Tous sont assis derrière un ordinateur et tous ont le cerveau en ébullition ! Leur mission: lancer un défi aux autres équipes et relever les défis des autres participants. Énigmes, charades, devinettes, problèmes de maths, de physique, de chimie, d'électronique… Dans ce Cyber r@llye scientifique, organisé en mai par les Francas, tous les coups scientifiques étaient permis !

D

u 17 au 26 mai 2011, La Fédération nationale des Francas lançait la 5e édition du Cyber r@llye scientifique, en partenariat avec l’Association Française d’Astronomie et avec le soutien d’Internet sans crainte et de la Délégation aux usages de l’Internet. Cette opération nationale a été créée pour les enfants et les adolescents de Métropole et des Dom Tom, mais aussi, dès l’an prochain, des enfants francophones du monde entier. Le but est de leur permettre de pratiquer des activités scientifiques et techniques, tout en utilisant Internet et les moyens d’information et de communication.

La règle du jeu est simple  : les jeunes intéressés se constituent en équipes et lancent, à partir des spécificités naturelles, historiques, scientifiques, industrielles de leur territoire, un défi scientifique à d’autres jeunes de leur âge par le biais d’Internet. Les semaines précédant le lancement du défi, les membres des équipes se préparent avec l'aide d'un professeur, d'un animateur, d'un scientifique... Le Cyber r@llye est ouvert à tous. Il suffit de créer un groupe et d'avoir un adulte référant. Certains participent avec leur école, collège, lycée, club ou centre de loisirs ; d'autres jouent entre amis ou en famille.


,

, |UPGROUND| generation

A vos marques, prêts… Le Cyber r@llye scientifique a démarré le 17 mai, coordonné depuis la cyber base du collège de Cercy la Tour dans la Nièvre. Tous les défis ont été mis en ligne et pendant quelques jours, les équipes ont surfé sur le Web pour répondre aux colles scientifiques de leurs homologues. Enquêtes sur les moteurs de recherche et autres Wiki, chats sur des forums, envois de mail, mais aussi petites expériences… Tous les moyens étaient permis, y compris d'échanger entre équipes et de s’entraider. Mais une fois les réponses validées, seul un gagnant national était choisi… Le comité scientifique récompense notamment le contenu et l’originalité des défis proposés. Peut-être en retrouverez vous certains dans les prochains numéros de Sept autour du monde… Car dans chaque numéro désormais, nous ferons le portrait d'un Cyber groupe !

35 A l'heure où vous lirez ces lignes, les résultats du cyber-rallye seront en ligne. Rendez-vous sur www.cyberallyefrancas.fr pour découvrir les défis et les lauréats !

Une vraie énigme de détective ! Centre Aéré de Bron (69)

Cette année, nous avons profité de l'année de la forêt et d'un événement marquant pour le Centre : l'abattage d'un marronnier malade. Notre défi a donc porté sur la prévention des arbres en milieu urbain. "On s'est posé des questions entre nous et on a cherché les réponses sur l'ordinateur - par exemple quels sont les prédateurs du marronnier ? Puis, nous avons formulé et tapé le défi." Ensuite, ce fut à notre tour de nous creuser les méninges pour trouver les défis des autres équipes. L'un d'eux était une vraie énigme de détective ! "Je dois être vu sur 4 côtes, mais on me lit sur 3 de mes côtés. J’ai été construite pendant la fin du 12e siècle et le début du 13e siècle. Je mesure 2 mètres de diamètre sur chacune de mes faces." Nous avons émis plein d'hypothèses, le Big Ben, une station météo, un barrage... Et puis, nous avons pensé à la ville du groupe qui a proposé le défi. Il s'agissait de leur Église ! Grâce à ça, nous avons participé au "Grand défi" final… Tatatata ! Le Cyber r@llye a été un réel défi pour notre groupe. Nous sommes allés jusqu'au bout du projet ! Pour Maëlle, cette expérience "lui a permis d'apprendre des choses nouvelles". Pour Bruno, ça l'a vraiment "amusé d'aller sur Internet pour rechercher des réponses". Quant à Nicolas, il précise que "c'était très intéressant de travailler en groupe".

,


,

Un hôtel à insectes Montreuil-Juigné (49)

36

Nous sommes l'équipe des "Petits Guyos" du centre de loisirs de la Guyonnière. Notre équipe comprenait des enfants âgés de 6 à 10 ans et un animateur. C'était la deuxième année consécutive que nous participions aux Cyber Rallye et nous avons réussi à aller jusqu'au défi final la première journée et avons participé à nouveau le 25 mai. Nous avons plusieurs postes informatiques nous permettant de faire plusieurs recherches en simultané. Les enfants on pris du plaisir à participer au lancement de notre défi. Celui-ci était en lien avec un jardin pédagogique et plus particulièrement avec un hôtel à insectes que nous avons fabriqué. Il sert à abriter différents insectes qui pollinisent les fruit et légumes du potager, mangent les insectes parasites... Tout le monde s'est intéressé aux défis : des enfants d'une autre structure, de la ville de Vernau (72), certains parents, des animateurs... Et même si nous n'avons pas accédé au défi final, nous avons eu un bon score !

Apprendre et s'ouvrir Les Francas du Doubs (25) Nous avons participé au cyber rallye afin de faire connaître notre territoire et de découvrir celui des autres. Trouver et mettre en place un défi a été très attrayant et ludique. Nous avons découvert de nombreuses choses, dont des petites expériences avec un animateur scientifique. Une fois nos défis en ligne, nous avons réalisé ceux des autres. C'était très amusant et nous ça nous a permis d'apprendre sur d'autre territoire et de rencontrer d'autre jeunes.


,

,

Les fous du labo Epinal (88)

|UPGROUND| generation

Pour la 4ème fois consécutive, le Centre MJC Belle Etoile - Planétarium et son groupe des plus de 10 ans du “Club Science” participe au cyber rallye scientifique. On les appelle “Les fous du labo” ! Cette année, nous sommes 3 à avoir participé au cyber rallye  : Virginie, Malo et Clément. Notre défi avait pour thème les oiseaux du lac de Bouzey, où nous avons fait une sortie d’observation. Deux photos montraient deux espèces de poussins et il fallait trouver lesquelles. Nous devions aussi répondre aux autres défis. Le premier était très difficile à résoudre, mais à force de recherche nous l'avons résolu ! Le deuxième défi était de soulever une bouteille avec l’aide d’une paille. C'était plus facile car nous avons trouvé une vidéo montrant cette expérience. Enfin, pour le troisième nous devions trouver un écosystème en danger suite au développement immobilier. La photo jointe nous a permis de trouver que ce sont des marécages, lieux avec une grande biodiversité, qui sont menacés. La résolution de ces 3 défis nous a donné accès au défi final. Une énigme astronomique, que nous avons tenté de résoudre à l'aide de livres sur les légendes liées aux constellations, sur l'astronomie, les cartes du ciel ou le logiciel “Stellarium” A l'heure où nous écrivons ces lignes, nous attendons la proclamation des résultats. Même si nous espérons avoir un prix, le plus important pour nous a été d’échanger nos idées avec un but commun  : tenter de répondre à ce défi. Peut-être à l’année prochaine pour un nouveau défi !

,

Défi nébuleux Saint-Gaudens (31)

Nous sommes l'Astroclub du collège Didier Daurat, situé en Haute Garonne. La richesse du patrimoine astronomique de notre cheflieu, Toulouse, et notre rapprochement de la Société d'Astronomie Populaire qui gère l'observatoire de Toulouse nous ont donné envie de monter une énigme retraçant la découverte et l'observation de la nébuleuse M57, dite Nébuleuse de la Lyre, depuis 230 ans. Sa conception nous a demandé 6 heures ! Depuis l'ouverture du rallye, nous avons résolu 2 énigmes et cherchons la troisième avec plus ou moins de bonheur : les liaisons Internet étant parfois hasardeuses, le temps perdu est frustrant. Ceci-dit, les élèves se piquent au jeu et recherchent avec entrain.

Ils font le buzzz Clermont-Ferrand (63)

Le mercredi 25 mai, un groupe de l’Arbre aux Enfants, du centre de loisirs de la mairie, a participé au Cyber Rallye organisé par la fédération nationale des Francas. Léa, Dylan, Hedi et Morgan ont répondu aux quatre défis qui leur ont été proposé sur les thèmes des insectes, de la cocotte-minute et de l’astronomie. En proposant un défi sur les abeilles, ce petit groupe surnommé Abelha (abeille en portugais) a fait découvrir cet insecte si particulier aux autres enfants. Nos Cyber-Rallye BOY’S connaissent bien ce petit animal avec des ailes car durant la semaine du développement durable, le centre de loisirs a accueilli un ruche géante équipée de caméras faisant découvrir l’intérieur de la ruche. Arrivant à trouver le défi final, le groupe Abelha se réengagera l’année prochaine mais sous un autre nom et avec un autre thème.

37


, 38

Lisa, 12 ans, sentinelle des glaces Vous souvenez vous des fous géniaux qui s'étaient laissé dériver sur la banquise pour nous alerter sur l'inquiétante fonte des glaces ? Eh bien, ceux qui se présentent euxmêmes comme les "Robinsons des glaces" ont décidé de récidiver ! Emmanuel Hussenet et Luc Dénoyer, les fondateurs de l’association, sont repartis, le 28 mars 2011, déposer sur la banquise annuelle du fjord de Scoresbysund, “la bouée Sentinelle”. Il s'agit d'une bouée géostationnaire, munie de capteurs mesurant la température, la luminosité ou la salinité… Mais leur expédition a également pour objectif de relayer le message de jeunes, soucieux du

sort que l'on réserve à leur planète. Emmanuel et Luc sont d'ailleurs accompagnés d'une co-équipière pour le moins jeune : Lisa, 12 ans, incarne le message d'alerte, mais aussi d'espoir des jeunes générations. Ensemble, ils se rendront plus au large et déposeront, sur une plaque de banquise, “la Capsule Sentinelle”. Cette dernière renfermera des textes et des dessins d'enfants et sera équipée d’une balise Argos, permettant de la suivre par satellite. Pour suivre le voyage incroyable de cette bouée et de cette capsule parmi les glaces dérivantes, rendez-vous sur le site Internet et devez vous-mêmes des Sentinelles des glaces ! www.lesrobinsonsdesglaces.org/sentinelles


,

,

Mini Indiana Jones !

|UPGROUND| generation

Prenez huit collégiens, un site archéologique incroyable et une poignée de paléontologues (scientifiques qui étudient les restes fossiles des êtres vivants du passé) et vous obtiendrez un programme tout simplement génial  : Explor’Ados ! Ce programme est une initiative de la ville de Sainte-Ménehould, en Champagne-Ardenne. Afin de sensibiliser les adolescents à cette science passionnante qu'est la paléontologie, la ville a envoyé en avril dernier huit collégiens qui ont suivi huit collégiens qui suivront, sur le terrain, des paléontologues du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, du CNRS et du Muséum d’Histoire naturelle de Marrakech. Car les fouilles ont eu lieu dans le Haut-Atlas marocain, bassin sédimentaire d’Argana, à 160 km au sud de Marrakech. Objectif : mieux comprendre la vie avant les dinosaures. Car le Haut-Atlas est un des rares endroits au monde ayant livré des fossiles aussi extraordinaires : reptiles à cuirasses, salamandres géantes et autres monstres anté-dinosauriens y ont déjà été découverts. De quoi faire rêver nos huit explorateurs en herbe ! Ce programme Explor'Ados avait déjà été testé, deux années auparavant par la ville de Sainte-Ménehould. Une première mission avait en effet été organisée en Guyane française, en collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle guyanais. Espérons que cette nouvelle mission marocaine soit la deuxième d'une longue série d'explorations menées par des jeunes !

,

Ils étaient quinze au départ : Léonie, Camille, Pauline, Marie-Eponine, Ambroise, Sébastien, Nicolas, Quentin, Alexis, Dylan, Lucas, Réda, Erwan, Etienne et Yohan. Le 15 décembre dernier, après plusieurs épreuves écrites, mais aussi physiques (course d'endurance dans la neige par exemple !), huit d'entre eux ont été sélectionnés pour partir en mission. Pour découvrir les préparatifs et l’expédition, il existe un blog , alimenté par les témoignage du club des huit : http://explorados2011.blogspot.com.

39


40

,

Ondine et les requins Revoilà notre chère Ondine  ! Souvenezvous, nous avions interviewé cette jeune fille intrépide voilà près de deux ans maintenant. Toujours aussi engagée, Ondine continue son combat pour la préservation des requins. Après avoir organisé de nombreuses expositions et conférences, après avoir créé son association Passion des requins, après avoir rencontré des personnalités du monde de la mer comme la navigatrice Maud de Fontenoy et après avoir elle-même plongé aux côtés du grand prédateur des mers… Ondine repart en guerre ou plutôt en paix ! Elle vient de créer la première Semaine de la jeunesse pour la sauvegarde des requins sur le thème " ça craint pour les requins !". Cette semaine s'est déroulée du 28 mars au 1er Avril à Auneuil, près de Beauvais. Au programme : des scènes de théâtre sur la sauvegarde des océans , une exposition "sauvons les requins, nous sommes en danger ", un grand mur de graffs réalisés en direct ou encore la projection du film " Les seigneurs de la mer " de Rob Stewart. "Depuis que je suis née, explique Ondine, plus d'un milliard de requins ont été tués... Le requin existe depuis plus de 400 millions d’années, il est l’un des plus grands prédateurs des océans. Il se situe au sommet de la chaîne alimentaire qui va jusqu’au plancton, “l’oxygène des océans”, notre oxygène. Si on élimine les requins, on risque de bouleverser l’équilibre de notre écosystème et de menacer la biodiversité... Si ça craint pour les requins... alors ça craint pour les humains !"

Déchets groupés Sèche-cheveux, grille-pain, réveil, appareil photos, tondeuse électrique, lecteur mp3… Ces petits appareils de notre quotidien ont une vie souvent courte. Mais que faire d'eux lorsqu'ils rendent l'âme  ? Eco-systèmes lance, avec ses partenaires, les espaces “Ici, je recycle”, une nouvelle solution de collecte des appareils électriques et électroniques, mais aussi les téléphones portables et chargeurs, les piles, les batteries ou encore les cartouches d’imprimantes. Ne réfléchissez plus, jetez ! 3 800 espaces de collecte seront installés en 2011. Certains sont déjà présents en grande surface.


,

,

Halte à la violence à l'école !

|UPGROUND| generation

L’Unicef France a publié recemment une enquête exceptionnelle sur la violence à l’école élémentaire. 13 000 enfants ont été entendus sur le climat de violence dans les sections de CE2, CM1, CM2. L'objectif était d'aller plus loin qu'une simple analyse statistique. L’Observatoire international de la violence à l’école, chargé par l'association de mener l'enquête, avait pour mission d'évaluer le ressenti des enfants et leur éventuel malêtre, beaucoup moins palpable. Les résultats sont à la fois réjouissants et préoccupants. En moyenne, 9 élèves sur 10 affirment se sentir bien ou tout à fait bien à l’école et la même proportion avoir de bonnes ou très bonnes relations avec les enseignants. Mais une minorité importante d'enfants se dit victime de violences et de souffrance (cf. encadré chiffré). Humiliations verbales et physiques, jeux violents comme le jeu du foulard, vols, violences physiques… Ces violences rapportées s’exercent majoritairement entre élèves. Seuls 13 % des répondants estiment avoir été rejetés par un enseignant et 4,6 % avoir subi des attitudes racistes de la part d’un adulte dans leur école. Selon Eric Debarbieux, un des auteurs de l'enquête, il est grand temps d'agir, les conséquences de ces harcèlements sur les enfants étant importantes  : décrochage scolaire, absentéisme, perte d’estime de soi, tendances dépressives ou suicidaires de long terme. L'Unicef, Le Fonds des Nations unies pour l'enfance, est une agence de l'Organisation des Nations unies (ONU) consacrée à l'amélioration et à la promotion de la condition des enfants. Elle prépare déjà une autre enquête, sur les collèges et lycées cette fois.

,

Une minorité intolérable

17 % des enfants interrogés disent avoir été frappés souvent ou très souvent par d’autres élèves. 14% se disent victimes de harcèlement verbal ou symbolique, dont 8% victimes d’un harcèlement assez sévère à sévère. 10% se disent victimes de harcèlement physique à l’école, dont 5% d’un harcèlement sévère. 38% des victimes de harcèlement sévère disent avoir joué au jeu du foulard contre 6% des non victimes.

41


Jac que cré line, a de p trice ays age

42

Jac que ma rien d’imm line O s t e Jac que . Parcs nses ty est line , es déco pay sa pl r o le l ieu bserv anade s où v giste. , ju e s , , q ille e Elle squ enq uêt uartie t natu crée ’à c e, e rs re dev que so puis t entie se ien n œ rans rs… ne agr uvre v forme éab i le à vante viv re.

ÉTUDES ÉTUDES Jacqueline Osty a fait des études d’architecture, suivies d’un diplôme de l’Ecole nationale supérieur de paysage de Versailles. D’autres écoles existent : l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage (www.bordeaux.archi.fr), L’Institut des techniques de l’ingénieur en aménagement paysager (www.itiape. fr), l’Institut national d’horticulture (www. inh.fr), l’École nationale supérieure de la nature et du paysage (www.ensnp.fr), l’École supérieure d’architecture des jardins (www. esaj.asso.fr). Elles sont accessibles après une prépa ou un BTSA (brevet de technicien supérieur agricole, aménagements paysagers, proposé dans une trentaine de lycées d’enseignement technique agricole). Ces écoles délivrent un diplôme de paysagiste et le titre d’ingénieur. Il existe enfin des masters professionnels ou de recherche dans le domaine du paysage (Paris 1, Tours, Angers, Aix-Marseille 1). Source : www.cidj.com

“Un paysagiste, c’est quelqu’un qui élabore des jardins, explique Jacqueline Osty, qui aménage les espaces verts dans les villes. Le plus célèbre s’appelait André Le Nôtre. Il aménagea notamment les jardins du château de Versailles.” Mais depuis Louis XVI, les villes se sont étendues et le métier qu’exerce Jacqueline a beaucoup évolué. Il s’agit de comprendre le territoire dans son ensemble, recherchant l’harmonie entre les parcs, les habitations, les voies de communication… “Je ne suis pas jardinière dans l’âme  ! s’amuse Jacqueline. Ce que j’aime, ce sont les paysages urbains, parfois colorés et joyeux, parfois romantiques, mélancoliques…”


Jacqueline a travaillé sur de nombreux projets depuis la fin de ses études, en 1982 : le parc Saint-Pierre à Amiens, le boulevard Richard Lenoir, le cœur de Ville à Chartres, le parc Théodore Monod au Mans, le parc ClichyBatignolles-Martin Luther King, dont la 2ème tranche est en cours d’études… Pour chaque projet, le chemin est le même. Jacqueline et son équipe participent à une compétition organisée par une ville, une région, une entreprise… “Nous menons une véritable enquête sur le site : son histoire, sa géographie, son sous-sol, ses habitants. Car pour transformer un lieu, il faut bien le comprendre. Ensuite nous proposons un dossier fait de dessins, de plans, de coupes…” La compétition remportée, place à la création. “Nous affinons notre idée en rencontrant des architectes, des urbanistes, les élus de la ville, les habitants…” Quand le projet est bien déterminé, place à la consultation des entreprises qui vont réaliser ce qu’on appelle la maîtrise d’œuvre (par exemple un parc) ou la maîtrise d’œuvre urbaine (quartier). Et enfin, le chantier commence  ! Le travail du paysagiste consiste aussi à suivre le projet jusqu’au dernier coup de pelle. “Si l’on a bien travaillé en amont, il est rare de rencontrer des problèmes majeurs, confie Jacqueline. Mais les petites surprises sont nombreuses.” Récemment, Jacqueline Osty a accepté de concevoir l’Eco-quartier du Pont Flaubert, à Rouen. “C’est un projet très stimulant, s’exclame

[mé

tier

s]

Jacqueline. Il s’agit de redonner vie à un quartier oublié, sur les bords de Seine. Nous devrons mettre en valeur les collines alentours, la vue sur la cathédrale, tout en conservant le patrimoine existant, les grues, les silos, les hangars… Nous devrons également limiter l’impact environnemental, favoriser la vie de quartier, faciliter les transports.” Car un quartier est un territoire vivant, que le paysagiste doit rendre vivable et agréable. “Je n’aime pas beaucoup le terme éco-quartier, qui me fait penser à une bulle où tous les immeubles auraient des façades végétales. Un paysagiste ne doit pas oublier que les arbres poussent et que les gens changent !” Depuis 2005, Jacqueline est aussi professeur à l’école nationale de paysage de Blois. “Transmettre à des étudiants est très enrichissant. Cela m’oblige à prendre du recul sur mon travail, à comprendre mes choix et à partager mes idées.” Jacqueline Osty, à l’âge de ses étudiants, rêvait déjà de travaux de grande dimension, mariant ville et nature. “Je voyais cela comme une grande scénographie, un grand décor où je pourrais recréer ces ambiances que j’aime. L’âme du site tient à combinaison subtile : des matériaux, des plantes, une histoire, des visages…”

43

7am 020(web)  

Sept autour du monde, le magazine des jeunes qui bougent ! Dossier principal "Les villes du futur"

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you