Issuu on Google+

Buzz News # Mars / Avril 2011 webzine des cultures //urbaines// à Montpellier et ses environs

#n°um 13 invite les artistes : Le Quartier Général Maëlle / Le Train Fantôme Sylvie Veyrunes / Sylvey


Edito L

’association Buzz’arts ayant pour objet de promouvoir les arts émergents, ce numéro de ce printemps 2011 vous fait découvrir 3 de ses aspects à travers l’illustration, la création de bijoux et la photographie. Encore un numéro très féminin... mais où sont les hommes ? L’air du temps des actualités est certainement la parité hommes-femmes, nous avons un exemple à travers les deux derniers numéros : les femmes sont bien là, non plus seulement aux fourneaux mais surtout dans l’action ! La parité... une idée de la femme ou une stratégie de l’homme ? si la parité existe, la journée de la femme n’a plus lieu d’être. Avons-nous besoin d’avoir une seule journée dans l’année pour enfin (dé)montrer que seulement 30% des femmes ont une place parmi la gente décisionnelle et dirigeante de notre pays soit disant développé ? La parole de la France n’est-elle pas déjà «Liberté - Egalité - Fraternité» ? D’ailleurs rappelons qu’il ne s’agit pas de «La journée de femme» mais «La journée internationale des droits de la femme» ! Nous ne sommes plus seulement «The good wife», épaulant nos époux, le conseillant dans ses affaires et restant dans l’ombre. Souvent vues comme des être fragiles et attendrissants par notre rôle de maternité, les femmes sont surtout des actrices (pour ne plus dire acteurs) du changement et des évolutions de notre société : Marianne, figure allégorique de la République française ou encore Rosa Parks qui a su se lever et se battre contre la ségrégation raciale aux Etatsunis, Aung San Suu Kyi, secrétaire de la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND) oeuvre à l’opposition non-violente à la dictature militaire de la Birmanie, ... Les femmes ne sont donc plus seulement de bons soldats, elles agissent, font peur, aiment et enfantent... et que feront les hommes sans nous ? Notre place est incontestablement d’avoir un rôle pour ce monde. Chers patrons, le harcèlement moral ne sera bientôt plus de ce monde car il y a pire que vous : la femme au pouvoir ! Chers messieurs, n’ayez pas peur et rejoignez une nouvelle ère, celui de la parité ! Trouvez votre place dans ce nouveau monde où les us et coutumes sont révolus, montrez-nous que vous aussi, vous pouvez le faire ! comme on dit : il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis. Fémininement, DS

sommaire 2.. Actu buzzarts 3. Interview Le quartier General 7. Bons plans shopping & fooding 9. Interview maelle Le train fantome 13. Bons plans culture 15. Interview Sylvie veyrunes 17. Bons plans ailleurs 19. La balade contemporaine. 21. toulouse streetart views 23. retrospective festival Montpellier 100%


Actu Buzz’arts Comme vous le savez, le SUPERNOVA, Montpellier Photo festival Off

se

déroule du 7 au 22 mai dans une trentaine

de lieux de Montpellier et de Saint-

Jean-de-Védas.

Le jury vient de clore sa sélection officielle. Elle s’annonce éclectique, underground, internationale... de très belles découvertes que nous avons hâte de vous présenter. La sélection officielle bouclée, sachez qu’une exposition collective «amateurs» reste encore ouverte aux inscriptions à l’issu d’un stage photographique. Une douzaine de photographes en herbe se verront intégrés à la programmation du

SUPERNOVA lors d’une expo’ collective à La Maison Pour Tous CHOPIN.

Le stage aura lieu du 7 au 10 mai sous la direction de Jean Michel Verdan La thématique proposée est «Le Jardin Photographique» Lieux du stage : Quartiers Beaux-Art (locaux d’Objectif Image Montpellier) Frais de stage : 250 euros Expo’ des clichés des participants du 16 au 22 mai

Tirage pour l’exposition compris dans les frais de stage

Inscription par courriel à : info.buzzarts@gmail.com


interview Nom//le

quartier général

(Élodie et Delphine Chevalme)

Activités//artistes, graphistes, illustratrices Site internet www.lequartiergeneral.com / www. facebook.com/lequartiergeneral

Racontez-nous comment vous avez commencé votre activité artistique ? Nos études achevées, nous créons notre studio graphique et démarrons notre activité en prenant en charg e la conception et la réalisation de l’ensemble des supports de communication du Batofar de 2006 à 2009. Pendant cette période, nous mettons en place, entres autres, la charte de la résidence « Ghettoblaster » qui nous a permis d’être au cœur de la « black music » et des pionniers du hip hop. Cette collaboration a donné lieu à une publication dans ‘Flying Graphics’ de Louis Bou aux éditions Monsa, recueil de studios et de graphistes européens sur l’univers des flyers. Depuis 2009, nous poursuivons nos activités de graphisme avec différents lieux évènementiels. En parallèle de notre activité de graphistes indépendantes, nous avons toujours mené des projets artistiques pour lesquels nous sommes engagées totalement. C’est aussi l’histoire de notre collaboration, Élodie par sa formation de graphiste et Delphine par son parcours beaux-arts. Nous avons ainsi toujours travaillé en sortant des limites de nos études respectives et l’ensemble de nos projets artistiques découle de cette façon de travailler. Où puisez-vous votre inspiration ? Le socle de notre création est l’ensemble des signes identitaires rattachés à des communautés, plus spécifiquement tous ces signes et ces codes que l’on rencontre au sein de communautés urbaines, telles que la scène graffiti, hip-hop et dans une moindre pour nous mesure skate. Nous sommes attirées par les signes d’appartenances, notre volonté étant d’aller au-delà de leurs apparences, d’en dépasser les clichés. À travers nos différents projets artistiques, nous défendons l’identité comme un espace de communication, d’autonomie, d’ouverture, de rayonnement, de solidarité et de «résistance culturelle’. Nous proposons une lecture transversale de différentes communautés, notre idée étant de les faire exister ensemble afin de révéler une identité commune.


Choisissez une de vos œuvres et expliquez-nous votre approche artistique, ce que vous avez voulu mettre en valeur. Nous avons choisi de présenter, plutôt qu’une œuvre, un projet. Papiers Ordinaires est un travail figuratif de portraits entièrement réalisés aux feutres, en grand format, à échelle un. Le projet est constitué en séries car le dessein de ces Papiers Ordinaires se veut pluriel, à la façon d’un « pèlerinage » païen qui traverse les cultures comme nous les sentons nous parcourir. Nous avons la volonté de faire sortir ce projet de l’atelier, d’aller à la rencontre de terrains multiples et foisonnants et d’en faire un « voyage » célébrant les mélanges. Actuellement deux séries existent ; la première, intitulée Les BouBoys est terminée et a fait l’objet d’une exposition, tandis que la deuxième, Los Corazonegros, est actuellement en cours de réalisation. Le métissage est l’axe de travail majeur autour duquel tourne le projet. L’afro-descendance est notre premier terrain de réflexion, les deux premières séries s’attachant au continent américain, avec les États-Unis d’un côté et le Pérou de l’autre. Le choix de la thématique du métissage est né d’un intérêt original pour les pratiques urbaines qui sont un véritable creuset de cultures, se définissant notamment par leur mixité sociale ; la culture du hip hop et du rap, entres autres, étant un repère identitaire de différents groupes ethniques. Le métissage culturel est mélange, c’est certain, mais le métissage est davantage préoccupé par l’affirmation de spécificités culturelles, loin d’en sacrifier leur personnalité originelle.

Leopold Sedar Senghor écrivait : « Nous sommes des métis culturels parce que si nous sentons en nègres, nous nous exprimons en français. Pour se métisser, chacun doit s’enraciner dans les valeurs de sa race, de son continent, de sa nation, pour être ; puis s’ouvrir aux autres continents, aux autres races, aux autres nations, pour s’épanouir en fleurs ». Nous plaidons en faveur d’un humanisme fait d’enrichissements permanents et de tolérance. Exalter la diversité et les partages culturels : voici notre postulat. Ce projet prend appui sur une observation de la réalité, que nous appréhendons sous forme de rencontres, de documentation et de contacts avec d’autres domaines non artistiques.

Pour autant, la volonté de ces Papiers Ordinaires n’est pas tant de rendre compte d’une réalité purement documentaire, que de mettre à jour, pour chacun des portraits, leur épaisseurs culturelles : cet ensemble flou et mobile de savoirs historiques, d’héritages, de croyances, de valeurs symboliques et d’attitudes pratiques qu’on saisit en tant que culture. Il s’agit de dessiner l’invisibilité apparente du métissage, de saisir la complexité d’un ensemble de communautés culturelles plus ou moins étendues et de les faire exister dans un même espace de représentation. L’ambivalence est inhérente à la thématique du métissage. C’est par le corps et les apparences que nous représentons des identités tendues entre des territoires. Nous voulons rendre visible cette ambivalence, la faisant exister dans le même corps, dans un espace unique de figuration et ainsi proclamer une identité inédite, originale et forte. Un point important du projet est la technique qui s’inscrit dans une valorisation d’outils relégués au champ non artistique. Nous souhaitons travailler avec des outils communs, familiers de tous et donner à voir une expression singulière. L’aspect accessible et modeste des feutres et du papier fonde littéralement le projet à tel point qu’il en porte le titre. Quoi de plus exaltant que de rendre ces «Papiers Ordinaires» extraordinaires ? Quels sont vos prochains projets ?

Nous avons plusieurs évènements prévus dans les mois qui suivent : nous sommes sélectionnés pour le 56ème Salon d’Art Contemporain de Montrouge qui aura lieu d’avril à mai, nous participons au festival «Artaq» à Angers et en juin nous montons un évènement pluridisciplinaire, dont l’objet sera d’exposer conjointement les deux premières séries des ‘Papiers Ordinaires’ et aussi de mettre en contact différentes disciplines artistiques. Toujours concernant les ‘Papiers Ordinaires’, nous planifions d’autres séries. Ce projet a pour objet de voyager, aussi bien territorialement qu’en terme de thématique. Delphine, récemment revenue du Liban a entamé un premier travail dans ce pays, qui fait l’expérience du dialogue des religions et, qui à l’heure de la mondialisation, offre un lieu privilégié de rencontres des cultures constituant un véritable patrimoine commun. Nouvelle série pressentie, nous souhaitons nous intéresser aux femmes et plus précisément aux futures-mariées ; le mariage étant un moment crucial où les codes sociaux sont très visibles. Cette série nous permettra de travailler entre tradition et modernité, mêlant des codes de représentations riches de contradiction. Racontez-nous un de vos rêves ?

Rêver, c’est l’histoire de nos projets, de ce projet en Nous poursuivons nos ‘Papiers Ordinaires’, évidem- particulier… Entre paupières closes et yeux écarment. À court terme nous allons finir la deuxième quillés, nos rêves nous portent nuits et jours, comme série qui est encore en court de production. de grandes ailes accrochées à nos épaules.


Un souvenir d’enfance ? L’enfance, ça nous ramène à l’école, en banlieue parisienne, une classe métissée, un environnement scolaire qui nous a mises assez tôt en face des contradictions de notre société … un climat familial avec des positions arrêtées, comme si les mutations de notre monde n’avaient pas d’impact … Un héros ou une héroïne ? Nous ne parlerons pas de héros mais plutôt de personnalités qui nous ont influencées, avec qui nous nous sentons r(ai) ésonner. Le travail d’artistes, tels que Kehinde Wiley, Kerry James Marshall, Chéri Samba, Peintre Moké, Martine Barrat, Jamel Shabbaz, Malick Sidibé, Seydou Keita, Augustine Okoye, Joseph Rodriguez, Mike Mingering, Emory Douglas, Julien Beneyton, Hassan Hajjaj ou encore JR, est pour beaucoup dans notre orientation artistique. Quels sont les moments que vous affectionnez dans la journée? Les extrémités du jour, l’aube et le crépuscule, cette mince frontière où on passe d’une journée à une autre, souvent, sans en sentir les limites. Un lieu, une adresse à nous conseiller ? On aime beaucoup Xuly Bët, c’est l’espace d’un créateur de mode malien ; aussi parce qu’on y a exposé la première série des ‘Papiers Ordinaires’, un beau symbole à nos yeux que cette boutique pleine de chaleur et de couleur au milieu de Paris. Il y a deux espace à Paris, un au forum des Halles et un deuxième boulevard Beaumarchais dans le troisième arrondissement. Un mot pour vous décrire ? Passionnées - rêveuses - idéalistes


Bons plans shopping & fooding

Galerie, Créateurs, Etc 5 rue Ste Anne - MONTPELLIER Tel: 09.81.05.39.75

Ludivine BERTRAND / Anne-Claire DARRICAU

16 bvd Louis Blanc - Montpellier 04 34 22 61 52 miam@playfood.fr www.playfood.fr Restaurant de verrines, urbain, design et chic, Jean-Daniel vous propose une cuisine nomade et contemporaine, l’art subtil d’une world food. Original, la cuisine est efficace avec des combinaisons surpenantes de douceurs. Le boudin à la banane est surprenant, la béterave à la feta, rafraichissante ou le cheese-cake so british ! Une belle surprise pour partager entre amis autour d’un verre.

Ludivine est une danseuse contemporaine. Elle témoigne comment au cours de ses 15 dernières années elle a traversé la danse, son corps comme outil de travail, d’existence et de libre expression. Elle met en vie des espaces, transmet et participe à la création d’une résidence d’artistes en Cévennes «La Fée Nadou» et s’offre ses 1ères créations. Déjà 7 ans passés, elle raconte sa rencontre marquante avec Berlin. Elle la décrit comme une sensation inattendue de se retrouver connectée à l’énergie de la ville, une ouverture constante à l’imprévu. Ludivine est fascinée par le mouvement rtistique qui en émane. Cette ville lui procure le sentiment que tout est possible avec peu de moyen et surtout que la diffusion de cette créativité débordante circule en toute liberté affranchie des règles, des normes. Anne-Claire est une jeune femme méli-mélo entre des études aux Beaux-Arts de Montpellier et une formation en danse contemporaine. Passionnée de mode et de création, ses 7 années de vie parisienne lui ont permis de satisfaire sa curiosité. Les yeux toujours grands ouverts à la recherche de nouvelles rencontres en matière d’art et de création. L’idée selon laquelle nombreux sont les artistes et les jeunes créateurs qui méritent de sortir de l’ombre ne fait que se confirmer.

A déguster sur place, en terrasse ou chez vous en emporter ! Une belle découverte à recommander. Tarif moyen 10 à 20 € Verrines froides et sucrées 1,5€ Verrines chaudes 2 € Comptez 5 à 7 verrines par personne.

STREET-FOODING

Manzoor tangeer - Quartier de la Gare 9 Rue Aristide Olivier - Montpellier 04 99 62 05 31

Dégustez les meilleurs naan de la ville en mangeant vite et pas cher. 5 à 6,5 euros par personne.

Depuis plusieurs années, Ludivine et Anne-Claire rêvent et imaginent de créer une galerie. L’été dernier au cours d’un voyage berlinois, l’inspiration, la concrétisation nait - le trait d’union s’opère. « Nous avons voulu fonder un lieu offrant aux artistes un espace d’exposition (dessins, photos, vidéo…) et aux créateurs un espace de diffusion (accessoires de mode, céramique, design…)». Deux espaces se côtoient, s’accompagnent, se croisent pour un métissage stylistique. Nul code, nulle tendance, le vent de la créativité soufflera avec Linette. La Galerie Linette est résolument ouverte à tous les publics.


Sophie Griotto illustre la couverture du livre de guillaume Musso L’appel de l’Ange, Guillaume Musso éditeur.

Bons plans shopping & fooding Label ecolobiobuzz’arts special beauté Mettez de l’ecolo’ dans votre conso’

Ovetto La poubelle de tri fonctionnelle et design

NATUR’line

19 rue des étuves, Montpellier - Écusson 04.99.65.06.79. dominique.paradis@hotmail.fr ...Production artisanale, soins du corps, du visage, des cheveux...

Destockage massif avant fermeture Vibes shop & gallery 2 rue d’Aragon, Montpellier - Écusson 04.67.56.29.97.

...durant le mois de mars, c’est jusqu’à 70% de réduction pour compléter votre panoplie streetwear... Ces soldes après l’heure pourraient apparaître heureuse s’il ne s’agissait pas de la fermeture définitive du shop. Nous regretterons ce shop qui a su nous proposer des artistes les plus pointues du street art ; en témoigne les deux dernières expo programmées, Jonnystyle, Apee & tieRi. Nous souhaitons bon vent à Brice (le patron honnête) pour ces nouveaux projets !

Lait d’ânesse au lait frais, huiles pures et argan 100% naturels, fleurs de provence, huile de vison ... du naturel pour votre corps.

Beauté nature coiffure

Avenue du Mondial 98 Montpellier - Nouvel Hôtel de Ville 04.67.73.13.57 Tram ligne 1. www.beaute.naturecoiffure.fr ...Quand le bien-être se conjugue au naturel... Coloration aux extraits biologiques, argile ou pigments de fleurs naturelles ou shampoing et soins aux huiles biologiques certifiés, Beauté nature coiffure s’occupe de vos cheveux et de notre nature. La nouvelle génération des coiffeurs responsables.

D’un diamètre de 46cm et une hauteur de 84 cm, cette poubelle dessiné par l’architecte d’intérieur italien Gianluca Soli, permet de lier matériaux à 70% recyclés et l’éducation du tri dans nos foyers espaces de vies. Amusant par ses couleurs et rassurant dans sa forme, «l’oeuf différencié» (Ovetto differenziatto) n’est vendu que dans quelques points de vente proches de Montpellier (Orange, Mende, Aix en Provence, ...). Informations et liste de distributeurs disponible sur : www.habitare-ad.com


interview Nom// Maëlle / Le Train Fantôme Activités//Créatrice de bijoux, accessoires et mode pour les filles

Site internet

http://www.letrainfantome.fr

Racontez-nous comment vous avez commencé votre activité artistique ? J’ai commencé à créer des bijoux durant mon enfance, aidée par des parents qui travaillaient dans le monde de la mode. Dans mes souvenirs, j’ai d’ailleurs toujours voulu créer des bijoux, dès mon plus jeune âge. Même si mon orientation professionnelle première ne s’est pas faite dans la création, j’ai toujours malgré tout continué par passion, des années de pratique qui ont finalement abouti à une première expérience en tant que créatrice il y a quelques années, en freelance. Une expérience constructive qui me permet aujourd’hui de repartir sur un projet plus réfléchi, plus complet et surtout plus proche de mes envies. Il est sans conteste plus facile de créer pour soi, selon son humeur, ses envies et ses inspirations que pour une marque existante, avec une histoire et une image à soi. Où puisez-vous votre inspiration ? Les sources d’inspiration sont innombrables dans mon activité de création. Tout est susceptible de m’inspirer pour les nouvelles pièces : un film, une photo, un tableau ou un dessin.. un morceau de musique ou une modèle.. Je pense qu’il faut être curieux et ouvert sur tout, découvrir les nouveautés du monde de la mode ou redécouvrir des apprêts du siècle dernier. Tout est ensuite une question de mélange et d’absorption de toutes ses diverses influences.. Très souvent aussi, je laisse les choses se faire sans trop réfléchir en partant d’une pièce ancienne, en finissant souvent par un modèle unique. Choisis une de tes oeuvres et expliques-nous ton approche artistique, ce que tu as voulu mettre en valeur. Une des pièces qui me tient le plus à coeur est le collier Dana, le premier modèle que j’ai conçu pour le Train Fantôme, au début du projet. qui est d’ailleurs devenu la première référence officielle de la marque.


C’est vraiment un mélange de nombreuses matières que j’apprécie particulièrement (onyx, jade rose, dentelle ancienne, cuir, métal..), un travail qui a profondément marqué la direction artistique de la marque et qui m’a permis de définir vraiment ce que je voulais faire. C’était le début de notre activité et j’avais donc assez peu de matériel pour réaliser les premiers bijoux, et pourtant l’alchimie a de suite fonctionné.. Je voulais en faire à la fois une pièce orientée rétro et quelque chose de très marqué dans le présent, un mélange de pièces vintage et de matières neuves.. Un collier portable de plusieurs façons différentes, que des filles de tout style peuvent aussi apprécier. Je suis assez fière de ce collier, qui est d’ailleurs devenu la première référence officielle de la marque. Quels sont tes prochains projets ? Le Train Fantôme sera lancé officiellement au Printemps, je suis donc en train de finaliser la mini collection Printemps-Eté pour avoir une gamme variée lors du lancement de l’activité. En parallèle, je travaille d’ores et déjà sur la première collection officielle qui sera celle de l’AutomneHiver prochain, lancée en Septembre 2011. Nous réaliserons la séance photo (avec notre photographe Pimentero) de cette collection en Juin prochain, tout ça va donc arriver très vite. On continue aussi les collaborations avec les photographes en réalisant des pièces uniques pour les séances, principalement avec Pimentero, Nath-Sakura et Pounkie. On espère que notre première présence sur un salon aura lieu à l’Automne. Racontes-nous un de tes rêves ? Les rêves ont une grande importance dans ma vie, je suis quelqu’un qui rêve énormément chaque nuit. Mes rêves sont quelque chose de très personnel, des choses que je garde pour moi, ils peuvent même marquer mon humeur pour la journée. Je n’ai pas de rêve récurrent, je sais juste que je rêve très souvent de mon activité de créatrice et que je puise souvent des idées dans mes songes.. Une bonne partie de mon inspiration provient directement de mes rêves, il n’est pas rare que je me réveille en pleine nuit pour noter ou griffonner le souvenir d’une pièce enfantée par la nuit. Un souvenir d’enfance ? Petites, ma soeur et moi avions l’habitude de fouiller les nombreuses boîtes à bijoux que possédaient notre mère. On était capable de passer des heures à tous les essayer, un par un. On adorait découvrir toutes ces pierres précieuses, ces différents métaux et ces couleurs, en tentant des

combinaisons et des assemblages.. Des moments qui ont marqué ma vie et mes passions à jamais. Un héros ou une héroïne ? J’ai une très grande admiration pour Jean-Paul Gaultier. Je trouve son parcours professionnel hors du commun et il est vraiment, je pense, un exemple à suivre. Ne seraitce que par la liberté qu’il a réussi à conserver malgré son succès grand public, son travail et son talent exceptionnel, mais aussi par sa générosité, son évolution. Son anticonformisme a chamboulé le monde de la mode, ses défilés sont de véritables spectacles et pas seulement une présentation simple de ses produits, il a toujours privilégié le travail avec des modèles aux gueules cassées et aux forts caractères. J’apprécie aussi le fait que son aventure est toujours été partagée avec ses proches et ses amis, c’est quelque chose qui compte beaucoup pour nous dans notre propre projet. Avoir une vraie famille autour de nous, impliquée dans nos actions. Quels sont les moments que tu affectionnes dans ta journée? Bizarrement, le moment que je préfère lors de mes journées à l’atelier, c’est celui de la pause café que je prends dans mon jardin, et au soleil si possible. Un grand moment pour se ressourcer au grand air, entourée par la nature et mes animaux, et qui me permet de repartir surmotivée et inspirée. Un moment qui ne laisse aucun regret pour mes anciennes activités salariées et la vie en ville. Un lieu, une adresse à nous conseiller ? Tout d’abord une boutique pour filles très sympa, Mademoiselle, située rue Valedeau, à deux pas de l’Esplanade à Montpellier, qui possède une grande gamme d’accessoires de mode choisie avec goût. Un must ! Sinon, je vous recommande aussi ma table préférée sur Montpellier, le 23, rue du Palais des Guilhem près de la Préfecture. Un accueil à la hauteur de la qualité des plats. Un mot pour te décrire ? Inoxydable.


Bons plans L’envers BODEGA FLORIS COLORIAGE

culture

EXPO - Mars 2011. www.myfloris.net

Passionné par Mr André, Miss Van & Supakitch, Floris fait partie de cette nouvelle vague d’illustrateurs graphistes qui créée des situations et des personnages de caractère. C’est en s’amusant avec ses «coloriages» et la typographie,qu’il vous entraîne dans son monde sans complexe et complètement décalé. L’envers Bodega - 15 place Jean-Jaurès // Montpellier

LE LIVING ROOM BVN + Ach_So_Ja

Manuel Fadat, Gaspard Bébié-Valérian et William Gosselin les Conférences sur canapé.

OUVERTURE DE LA VITRINE DES CREATEURS // MONTPELLIER - Bd Jeu de Paume

Extrait de «Ki-shin», un défilé / spectacle inspiré de l’esthétique japonisante.

En attendant la réhabilitation de plusieurs locaux du boulevard du Jeu de Paume, l’association MCVM, la CCI et la Ville de Montpellier ont désigné l’Association Ars Fabric pour valoriser la devanture du numéro 19, 29 et 31 de la future avenue huppée de Montpellier.

http://suan.czepczynski.free.fr http://fragmenter.free.fr

Ars Fabric a choisi de mettre cet espace original à disposition des créateurs pour des expositions bimestrielles dont la première a débutée sur les chapeaux de roue le 16 février de dernier. Quand aux n° 29 et 33 de ce même boulevard, des visuels de grandes tailles ont été créés afin de masquer ces façades fortement dégradés par le temps. Une exposition à voir à pied, en voiture et bientôt en tram ..... Programme des expositions Ki-shin du 16 février au 13 avril 2011 Iinstallation de Sûan Czepczynski, styliste et Sabrina Ambre Biller, plasticienne.

Blossom du 15 avril au 13 juin 2011 Idle et Anne G s’associent pour créer un univers poétique autour du printemps. Des poupées de tissus côtoient dessins et collages.

« Dispositif expérimental, performatif, indéterministe, artistique, critique, sonore, textuel et vocal, les Conférences sur canapé sont un mur d’escalade que l’on gravit sans cordes, une sorte de combustion non-nocive du monde environnant tel qu’il nous est donné à voir et à vivre. Un aller-retour permanent entre la vie et l’art, une des formes possibles de la liberté profondément contrebalancée par une conscience des limites ». du 12 au 18 mars au LIVING ROOM 5 rue fouques 34000 Montpellier http://livingroomart.wordpress.com/ livingroomart@hotmail.fr /// Accès : Bus 6 et 7_arrêt Berthelot /// Tram2_arrêt Rondelet

http://idledoll.blogspot.com http://anneg34.ultra-book.com Vernissage le 15 avril à 18h30 Carapace, protection et revelation du 15 juin au 13 août 2011 Collaboration entre Manoë Wacquez et Fanny Boix Sabata. Les Brigandynes proposent des parures de corps en laque et fibres textiles. http://brigandynes.blogspot.com http://manoew.blogspot.com Vernissage le 15 juin à 18h00

Exp

o f r e op

ce n a rm


AF R G po

Bons plans

Ex

culture Festival HYBRIDES 3

http://www.festivalhybrides.com Une programmation éclectique au service de l’oeuvre théatrale. Le festival hybrides prend de l’ampleur pour cette troisième année en proposant une programmation origninale à la croisée des arts numériques et des performances pour donner un autre goût aux oeuvres théâtrales contemporaines et aux acteurs des arts vivants.

MONTANA SHOP GALERIE « Le club des cinq » EXPO GRAF - jusqu’au 23 avril 2011. Exposition collective du club des cinq graffeurs parmi les plus reconnus de Montpellier. Zest, Momies, Smole et Fode, avec Mist, de retour dans la galerie, après deux années d’expositions à travers le monde. Un univers pictural coloré à découvrir au 11 rue d’Alger - quartier de la Gare. Pour s’immerger dans l’univers pictural coloré du « Club des cinq » 04 67 59 56 84 / montanashop@gmail.com

Sébastien Billant

EXPO Photographique du 18 mars au 15 avril Ce jeune photographe de 26 ans présente à l’Annexe, bar-restaurant au centre de Montpellier, une exposition sur les différentes photos réalisées pour la communication de l’association montpelliéraine Monst’art, très active dans la promotion d’artistes de disciplines variées autour de la musique électronique. Annexe - 18 rue du Petit St Jean, Montpellier


interview Nom// Sylvie Veyrunes/Sylvey Activités//Auteur Photographe Site internet www.sylvieveyrunes.fr

Racontez-nous comment vous avez commencé votre activité artistique ? J’ai commencé la photo à 18ans, un apprentissage dans la photo de rue… j’ai fait une pause familiale, avec des photos de famille, les gamins qui poussent…. J’ai repris la photo sérieusement en 2004, avec l’achat d’un appareil numérique, la fréquentation de forums, et une formation à l’atelier Noir de Vigne avec Vincent Leprévost en 2007/2008. Je me suis professionnalisée au travers d’aventures photographiques autour de projets sur la durée : Théâtre Embarque, Georges Crébassa, Joël Bast et ses Présences, Hélène Cathala et la Cie Hors Commerce… J’avais besoin de nourrir mes photos de complicité avec les personnes que je photographiais. Je crois que mes travaux au long cours capturent autre chose que la surface de la réalité, on y perçoit des états émotionnels…. Et puis , j’aime bien m’immerger pendant longtemps dans une situation de prise de vue, m’imprégner de l’ambiance, entendre les mots, voir les connivences et parvenir à les transmettre en photo. Aujourd’hui, c’est un peu différent, pour réaliser des photos de communication, je me rends compte qu’il est juste nécessaire d’être présente à la situation, centrée sur la situation. Mais c’est un travail différent. Et puis la photographie peut prendre tellement de formes différentes, elle peut être retouchée, montée, filtrée, devenir un médium comme un autre, support à la créativité….. Où puisez-vous votre inspiration ? J’aime la photo humaniste (Martine Frank, Izis, Diane Arbus…), les paysages de Jean-loup Sieff, la photo de mode (Avedon, Benjamin Kanarek…)….et l’image dans la publicité , le travail des graphistes (actuellement je navigue sur FUBIZ avec bonheur). J’aime les artistes, donc je réalise beaucoup de photos dans ce milieu là (danse, musique, théâtre, sculpteurs, illustrateurs…). Et puis j’aime les gens, du coup je m’aperçois que je fais énormément de portraits (dans mes situations photographiques), pour transmettre ce qui me touche chez ces humains là….. Je traîne encore parfois dans la rue, mais , de moins en moins…. les histoires de droit à l’image prennent des proportions qui m’agacent… ou alors sur de l’évènementiel (comme le FISE par exemple)

Choisis une de tes œuvres et expliques-nous ton approche artistique, ce que tu as voulu mettre en valeur. J’aime beaucoup ce portrait de Christophe Brombin, danseur. Il a été pris lors d’une résidence pour Talking Blues, en fin de journée, en lumière naturelle. je trouve que l’on perçois bien la fatigue, et en même temps, il est très « présent », écoute ce qui se dit plus loin, réfléchit…. La création continue dans son esprit…. Ce n’est pas un portrait posé, et capturer ses moments là c’est tout juste possible parce que l’on se fond dans le décor pendant suffisamment longtemps…


Quels sont tes prochains projets ? La réédition du livre « Présences » aux éditions Flam,(préfacé par Pierre Vassiliu, textes et sculptures de Joël Bast). Quelques expositions (Supernova peutêtre), Festimages sur Saint Gély du Fesc au printemps, La Cabane trempée aux cabanes du Salaison à Mauguio en mai, peut-être une exposition à la salle 3 chez Hélène Cathala à l’occasion de « mouvements sur la ville » en juin/juillet , ARKITU en octobre…. Les projets photo en cours sont centrés sur des artbook de sculpteurs et céramistes (Marion de la Fontaine et Daniel Ferrer), et une histoire de frangines explosées qui n’ont qu’une vie virtuelle au travers de l’objectif photo….. En cours aussi une série de portraits d’artistes en diptyques……. Les projets à venir, et bien je rencontre les membres du collectif la Poule à facettes à la fin du mois, et puis quelques projets autour de la danse, et un projet autour de la tomate… la vraie : la rebelle qui pousse dans les jardins bio et mûrit au soleil, tout près de chez vous…….. Un souvenir d’enfance ? …Les photos noir et blanc de mon papa, et un lubitel qu’il m’avait offert…. (…qui doit être quelque part dans son grenier !!!) Ado, la découverte des labos photos et des heures de magie…..

Un héros ou une héroïne ? Non….ou alors Georges Eastman (1854-1932), le fondateur de Kodak… Quels sont les moments que tu affectionnes dans ta journée? Ceux pendant lesquels je fais exactement ce que je veux comme je le veux….. Un lieu, une adresse à nous conseiller ? Sur la toile : Apnart : http://apnart.com/ , un forum photo de type traditionnel, mais les gens qui le fréquentent sont très sympas et ouverts, Fubiz : http://www. fubiz.net/ , comme c’est dit dans le titre « a daily dose of inspiration » Les photos de montagne de Catherine Landrevie : http://www.catherinelandrevie.fr/ Dans la vraie vie : Nasbinals sur le plateau de l’Aubrac, pour se ressourcer en vrai, quelle que soit la saison…. Et pour une adresse : http://gite-hotel-restaurant.hotel-aubrac.com/ Imoë : http://imoerestaurant.canalblog.com/ Les fées gourmandes : http://montpellierecusson.blogs. midilibre.com/archive/2010/02/27/les-fees-gourmandes. html La laiterie des beaux arts : http://lalaiteriebeauxarts. over-blog.com/ La cabane Trempée : http://www.lacabanetrempee.com/ Et …. Mouvements sur la ville : des représentations de danse dans plusieurs lieux accessibles à tous, en marge du Festival de danse Un mot pour te décrire ? Enthousiaste


Bons plans ailleurs

SECONDE NATURE GREENWICH, Jean Lecointre du 15 mars au 23 avril 2011 Seconde Nature, Aix-en-Provence Dans le cadre des Rencontres du 9ème Art, et en partenariat avec le festival de la BD d’Aix-en-Provence, Arts Factory, Le lieu Unique et Canal+, Seconde Nature propose une rétrospective sur les 15 années de créativité débridée du généticien de l’image Jean Lecointre. Le projet Greenwich propose à travers un livre et une exposition, une collection d’images documentant les activités surréalistes d’une galerie de personnages à l’ADN plus que douteux.

APPEL A AUTEURS ouvert jusqu’au 30 mars 2011 FESTIVAL ManifestO Toulouse ManifestO, festival d’images lance un appel à auteurs pour sa prochaine édition qui se déroulera du 10 septembre au 02 octobre 2011. Fondé en 2002 par un collectif de photographes toulousains, le festival ManifestO a su en 9 années d’existence, s’imposer comme l’un rendez-vous majeur de la photographie en France.

Exigeant dans sa programmation, ManifestO, festival d’images s’est fixé pour objectifs :

Concoctées à l’aide d’un savant mélange de photographies vintage et d’une cuisine informatique très personnelle, enracinées dans la science-fiction et le glamour des trente glorieuses, les œuvres présentées livrent une satire loufoque et inspirée de la société de consommation et imposent définitivement Jean Lecointre dans le paysage artistique français. Cet artiste atypique de la scène graphique contemporaine est un véritable chirurgien du collage numérique. Puisant son inspiration dans les vieux magazines de mode, les romans-photos et la presse d’actualité, il dissèque cette matière première pour livrer des images inquiétantes, évoquant tout à la fois l’univers du David Lynch d’»Eraserhead», les collages de Clovis Trouille ou les romans d’anticipation du Fleuve Noir. Déjà auteur de nombreux livres pour enfants et, avec Pierre La Police, du cultissime feuilleton «La balançoire de plasma», Jean Lecointre a regroupé et organisé dans Greenwich le meilleur de ses collages surréalistes pour créer un territoire totalement inédit.

- Révéler chaque année au public une sélection de la création photographique contemporaine.

www.jeanlecointre.com

- Offrir une lisibilité et un tremplin aux créateurs photographes par le biais d’un festival à forte visibilité.

HORS D’ŒUVRE DÉCOUVERTE EN AVANT-PREMIERE DE L’EXPOSITION LE MARDI 15 MARS, 18h

- Présenter des œuvres de qualité : une quinzaine de lauréats chaque année sont sélectionnées par un jury de professionnels indépendants et de personnalités du monde des arts. Présenter à un large public les travaux d’un photographe invité de renommée Internationale. Ouvert au plus grand nombre, le festival dont tous les évènements sont gratuits et accessibles à tous, s’inscrit dans une durée 3 semaines durant lesquelles se succèdent conférences, rencontres avec les artistes, accueil des scolaires, performances et nocturnes.

Entrée libre Visite de l’exposition : * Mercredi, jeudi et samedi, de 14h à 19h * Vendredi, de 14h à 17h30 * Nocturne : dans le cadre de nos programmations musicales hebdomadaires Visite gratuite accompagnée d’un médiateur sur réservation au 04.42.64.61.01

Le succès du festival auprès du public (20.000 visiteurs cette année encore) et des artistes témoigne de sa légitimité et renforce les ambitions de l’organisation pour les années à venir.

VERNISSAGE : mardi 15 mars, à 18h

ManifestO invite tout auteur photographe

Accès : Seconde Nature, 27bis rue du 11 novembre, Aix en Provence (rue perpendiculaire au cours Sextius).

http://www.festival-manifesto.org/Appel-a-Auteurs-Call-for,226


Bons plans ailleurs Exposition éphèmère À l’heure où les œuvres d‘artistes urbains aussi renommés que Banksy, Shepard Fairey ou JR s’invitent dans nos musées, nos galeries ou nos salles obscures, profitons des premiers jours du printemps pour donner de nouvelles couleurs à nos rues ! Ce samedi 9 avril, à partir de 14h30 Riofluo vous invite à découvrir trois disciplines street-art : le graffiti, le cellograff et le collage. Près de quarante artistes investiront alors le centre-ville de Puteaux pour y faire naître plusieurs œuvres collectives.

Programme

Dès 14h30: Modules graffiti || Parvis de la Mairie || Huit artistes graffeurs

Dès 15h30: Cellograff || Rue Chante-coq || Quatre artistes graffeurs sur support cellophane ! Dès 16h30: Rue-stick || Rue de la République || Trente artistes collagistes, pochoiristes, peintres ou illustrateurs rhabilleront le mur au pied du Jardin des Vignes de leurs œuvres de papier.

Green Galerie Dites 33 !! Dites 33 !!! est une expérience collective de 3 artistes ayant pour point commun d’évoluer dans plusieurs disciplines. Ce trio se réunit dans la Peinture & le Dessin. Blasté se distingue dans le Tatouage, tandis que Gilen œuvre dans le domaine musical versant Hip-hop. Quant à Jhano, il se différencie par la Sculpture et un certain Hip-hop décalé. « Pourquoi ne pas partir du chiffre « 3 », l’additionner, le multiplier, le transformer…Le « 3 » sert de canevas aux ensembles réalisés. 3 artistes réalisent des toiles à 3 mains, des compositions en triptyque, en 3 par 3… Le titre s’est alors imposé, Dites 33 !!!, qui rappelle cette expression autrefois usitée par nos médecins généralistes, expression simple et qui, pourtant, ouvrait une lecture de la complexité de notre intérieur… » 4, rue du Coq d’Inde - Toulouse Tél. : 09 51 43 45 45 Plus d’infos : www.green-galerie.fr

Citadium Beaubourg 75004 / Adidas Originals. Cyril LE VAN Jusqu’au 14 / 03 / 2011. Artiste plasticien originaire de la banlieue Parisienne. Son travail questionne le vêtement comme marqueur social et identitaire. Ces volumes photographiques sont réalisés à partir de modèles existants, photographiés et imprimés sur bâche. Les œuvres présentées sont le résultat d’une collaboration entre Adidas Originals et l’artiste.


LA VITRINE. ARLES. 04 fEvrier Après La Friche de la Belle de Mai à Marseille et les Vivres de l’Art à Bordeaux, me voici parti croquer La Vitrine, espace d’exposition en Arles, capitale de la photographie. Debbie Carlos en mars à La Vitrine en Arles

Dénicheuse d’artistes en général, et de photographes en particulier (Arles oblige), La Vitrine propose des expositions collectives où se côtoient des pépites locales et internationales. Parmi les plus grands qui sont passés là on note Bruce La Bruce, photographe aux images sulfureuses révélé au Palais de Tokyo ; Dorothée Smith, lauréate de concours internationaux prestigieux, exposée au quatre coins du globe ; Antoine d’Agata de l’agence Magnum, Anna Agostini, pouliche d’Agnès B ; ou encore Nath Sakura, papesse du fetish art. Le rendez vous est donc pris rue Jouvène, étroite rue pavée, fief des galeries arlésiennes et autres boutiques d’artisans créateurs. Le numéro 11 dévoile une vitrine verte et son étrange mise en scène de bric et de broc : un mannequin manchot coiffé d’un casque de Hockey, des toys et autres figurines en plastique, des photos de pin-up… l’art modeste aurait-il quitté son musée sétois ? A l’intérieur, un petit espace, blanc, propret, proposant au regard des objets graphiques, des photos, des illustrations et autres visions d’auteurs à la marge. L’intérêt pour la galerie grandit lorsque l’exposition nous invite à poursuivre aux étages… trois étages qui font la vraie surprise de ce lieu. Car La Vitrine c’est en réalité ça : un étroit et haut immeuble particulier des années 40 presqu’en l’état. Peintures écaillées, escaliers vertigineux, mosaïques dépareillées et vintages, un délabrement somme toute assez décomplexant. On découvre l’exposition comme chez des amis, pièce après pièce, comme on visiterait une maison. Même la salle de bain accueille son lot d’images au dessus des tuyauteries et de la vasque fissurée d’un lavabo d’époque. De retour dans le hall, on papote avec notre hôte, Aurélie Moins, qui nous invite à boire un café à même le parquet. Aurélie est à l’image de son lieu et aux antipodes des directrices artistiques classiques : décomplexée et elle aussi décomplexante. Elle s’évertue nous dira-t-elle, à modifier la relation du spectateur à l’œuvre, notamment en faisant tomber les clichés des lieux d’art immaculés et du galeriste sacro-saint. Il faut saluer l’énergie déployée à faire et défaire les expositions, à scénographier et faire vivre tous les mois un lieu aussi ancré dans les années où le temps semble presque arrêté. Une belle découverte ! Galerie associative La Vitrine à Arles, 11 rue Jouvène. 13200 Arles Directrice Artistique : Aurélie Moins : lavitrine.arles@gmail.com http://lavitrinearles.tumblr.com/


r 2011

DFFFFFAAAK/SEKO

IJOA

JJJJJJJ

Exposition dédiée à Nath Sakura en février dernier

La balade contemporaine

par Roxane Couzelin


TOULOUSE

IJOA

JJJJJJJ MORASSUT WIL

Ferdinand Léger, Les Abattoirs

C215


LL

STREETART . VIEWS WILL

BAH . NON

Photos crédits : demoi et DS

Rue du Coq d’inde


retrospective

JJJJJJ MORASSUT WILL Texte crypté ci-desssous, le KGB oblige, utilisez le bon QR code pour lire :

ADDICTIVE TV Rockstore THIS IS THE HELLO MONSTER Jam

JJJJJJ MORAS grf SUT WILL fehiu jzodzopa pk djoz jododzoz djozoddkpz

EZEKIEL Carré Sai


L

100%ILL

BAH . NON fes

festival

L BAH . NON dez e tez

r rr re

montpellier 100% L BAH . NON dez e tez

r rr re Photos : DS

int-Anne

MARVIN Victoire 2


Concept carte blanche Parce que plusieurs artistes manquent de visibilité et parce que nous souhaitons leur donner un support pour les voir et les écouter, nous avons mis en place le concept de la CARTE BLANCHE pour notre webzine bi-mensuel permettant la promotion du travail d’artistes émergents de différentes disciplines (photographie, illustration, graphisme, peinture, design, studio de création, …). En lui donnant CARTE BLANCHE, l’artiste peut s’approprier la couverture et la charte graphique du webzine, ce qui lui permet de montrer son univers, son savoir-faire. Nous lui attribuons en plus une page pour présenter son travail (visuel) et parler de ses actualités sous forme d’une interview.

Pour lire, cliquez ici : http://issuu.com/buzzarts/docs/ buzznews_12

3 FORMULES AU CHOIX : 1/ Formule SIMPLE : la couverture + interview 2/ Formule BUZZ : la couverture + les titrages de rubriques + interview 3/ Formule WASAAA ! : refonte de la maquette du webzine (jusqu’au format si besoin) + la couverture+ les titrages de rubriques+ interview

Les mois à venir : #14-Mai/Juin 2011 : Numéro Spécial Supernova #15-Juillet/Août 2011 : Sylvie Amilien (miZenpage), Marie Delagnes (photographe) et Amélie Marchandot (illustratrice) #16- Et si c’était vous ? Rendez-vous à la rubrique «Concept Carte Blanche»

www.buzzarts.fr

Pour lire, cliquez ici : http://issuu.com/buzzarts/docs/ buzznews_11


BuzzNews13