Issuu on Google+

Portfolio

Samuel Boussus

IngĂŠnieur Paysagiste 1


PROJET EN MILIEU RURAL A la redécouverte de la Bruche ROTHAU - FRANCE

Travail de fin d’études ENSNP - 2013

La friche Steinheil, ancienne usine textile, occupe 4 hectares sur le ban communal de Rothau au creux de la vallée vosgienne de la Bruche. Les bâtiments aujourd’hui rasés s’interposait entre le centre du village et le cours de la rivière. De cette activité industrielle passée, il ne reste qu’un réseau de canaux souterrains alimentant un ensemble de génératrices électriques toujours en activités.

Schirmeck

Ce site qui fut le moteur de la construction de Rothau, offre l’opportunité de reconsidérer l’organisation de la vie du village. Situé sur un espace resserré du relief, son influence s’étend à travers la vallée. L’un des défis du projet est de proposer une articulation des trois flux traversant la vallée (rivière, route et voie ferrée) avec le territoire local qu’ils alimentent. La communauté de communes a su relancer une politique dynamique de la gestion du grand paysage. La friche Steinheil nous permet de renouer avec le cœur intime de la vallée : la Bruche élément fondateur du paysage. La présence de l’eau et son utilisation industrielle permet de mettre en scène l’exploitation par l’homme d’une énergie en harmonie avec l’environnement.

Barembach La Broque

Rothau

Proposition de tracé Tracé actuel de la RD 1420 Ouvrages de franchissement Projets urbains Eau découverte Secteurs à renaturer

Eau souterraine Centrales hydro-électriques

Secteurs à vocation de loisirs 2


mairie

place de la Fonderie

usine Steinheil

église

chemin de fer

mairie

place de la Fonderie

église

chemin de fer

Renaturer les rives de la Bruche

Créer un espace publique marquant la transition du village à la rivière

Investir les rives de la Bruche pour les loisirs

Requalifier le centre de Rothau

Créer une zone artisanale

Prévoir le stationnement

Prévoir un secteur à lotir

Nouveau tracé de la RD 3


Au sud du site la ripisylve existante est complétée par des boisements englobant la nouvelle zone artisanale. Un chemin permettant de découvrir la végétation des bords de Bruche se rapproche progressivement de la rivière : il traverse le boisement reconstitué et une zone humide alimentée par les eaux de pluies de la zone artisanale.

a

La vocation de la moitié nord du site est plus urbaine. Le rapport avec la Bruche change et joue sur une confrontation visuelle entre le canal et la rivière. Une partie du site est réservée pour recréer un morceau de village rattaché au centre. Les rives sont reprofilées pour redonner un caractère plus naturel. Une série de gradins pouvant être investis par les visiteurs assurent la transition du village à la berge tout en permettant d’adoucir la pente. Trois volées d’escaliers s’avancent perpendiculairement à la rivière. Deux d’entre elles pénètrent dans l’eau, la dernière conduit à un belvédère isolé par les plantations des berges.

b

L’esplanade constitue un espace pivot dans la relation rives de Bruche et village. Cet espace pivot, légèrement en surplomb par rapport au rives, accueille les activités épisodiques du village : fête foraine, marché. Le centre de Rothau est redessiné : les nouveaux espaces publics s’étirent jusqu’à la rivière. Afin d’affirmer une continuité, les matériaux de sol et les espèces choisies pour les plantations restent les mêmes. L’eau des canaux remis à jour crée un fil directeur à travers les différents espaces.

2 La ripisylve reconsituée

La zone artisanale

1

4


5

La Place de l’église L’Esplanade

La Place de la Fonderie

4 5

a Les «rives urbaines» Le nouveau lotissement 3 b 4 Découverture du canal souterrain

3

2

1

5


Arrivée depuis le sud sur la ripisylve et la zone artisanale

Découverte des rives de la Bruche

crue centenale crue biennale

25 cm

halophytes

Technique de fixation des berges

Adapataion du seuil au passage des poissons

évacutation de l’eau vers la Bruche

filtre à sable

Détail du bassin d’infiltration des eaux pluviales

6


Des rives à vocations plus urbaines

L’esplanade depuis l’église

Découverture d’un canal au bord de la place de la fonderie

7


PROJET EN MILIEU RURAL La ZAC Montauban

Projet urbain Composante urbaine - 2013

COUBRON - FRANCE

Une trame végétale et hydraulique comme lieu a travers la ville La commune de Coubron a lancé une procédure de ZAC comprenant un nouveau quartier résidentiel et une nouvelle zone d’activité au nord de son territoire. Cette extension s’accompagne d’un renouvellement de la trame urbaine pour relier les différents îlots de végétation relictuels imbriqués dans la ville à la plaine agricole. Un axe majeur proposant à travers son parcours une large palette d’usages (verger à vocation pédagogique, des bassins en eau permanente …) constitue la colonne vertébrale de ce projet urbain.

A la trame végétale vient se superposer la trame hydraulique. L’axe majeur se situe sur un axe de rencontre des eaux pluviales venant des reliefs au nord de la plaine agricole et des quartiers environnants, l’eau s’écoulant du nord vers le sud. Les eaux des quartiers environnants sont acheminés vers une noue principale qui les conduit jusqu’à l’axe majeur. Au sein d’un petit boisement insérer dans la trame urbaine, est prévu un secteur de rétention d’eau sous forme de plusieurs mares au profil irrégulier.

Nouveau lotissement

Nouvelle zone d’activité

8


Une placette au seuil d’un nouveau quartier L’entrée de ce nouveau quartier s’articule autour d’une petite place urbaine. Elle se situe en prolongation du mail longeant la rue principale et distribue les circulations vers les nouveaux quartiers. Cette nouvelle place constitue sur l’essentiel de sa surface une zone de rétention humide qui s’inscrit en continuité des noues qui récoltent l’eau des nouveaux quartiers. Ceci permet de développer une végétation de type spécifique et de former un événement dans la trame urbaine. Les plantations constituées d’arbres de hautes tiges laissent une transparence visuelle. La partie sud de la place reprend la configuration du mail avec la voie douce et l’alignement régulier le long de la rue Jean Jaurès. La voirie sur la place et la section de la rue Jean Jaurès correspondant font l’objet d’un traitement au sol spécifique (béton désactivé) de façon à souligner l’entrée de ville et générer un ralentissement.

9


PROJET EN MILIEU RURAL La Beauce aux portes de la Loire

Atelier de Projet ENSNP - 2011

SAINT-DENIS-SUR-LOIRE - FRANCE Entre côteau et plateau

Villeneuve

La ChausséeSaint-Victor

Macé

Ménars

Saint-Denis

0

100

Les Mées

400

points de repères dans le paysage

habitat continu entre Macé et St Denis

accroches des villages à la RD

fond boisé

zone commerciale

mur du château de Saint-Denis

La commune de Saint-Denis-sur-Loire s’étale en plusieurs hameaux. Trois d’entre eux, Les Mées, SaintDenis et Macé, se succèdent au bord du coteau. Seul le dernier descend légèrement dans le val, profitant du relief plus doux dessiné par un petit vallon transversal. Un seul belvédère, à Saint-Denis, permet réellement de profiter de la vue sur le fleuve.

10

fleu ve

ylve ripis

mps cha

cote a bois u é

ge villa

cha

mps

lle frich indu e strie

mps cha

villa ge

cha

mps

Alors que la Chaussée Saint-Victor s’est considérablement développée, l’étalement urbain est resté très limité autour des trois hameaux ; seul un bandeau de pavillons relie Saint-Denis à Macé. Très aéré, celui-ci laisse filtrer la vue jusqu’au fond boisé du coteau et reste encore discret.


Un hameau beauceron très isolé Plus au Nord, le quatrième hameau important de la commune, Villeneuve, est séparé des autres par une voie de chemin de fer, une zone commerciale à moitié désaffectée et une départementale très passante alors qu’une route transversale qui fonce vers la Beauce l’évite par l’est. Très agricole et isolé dans sa plaine, il marque son appartenance à l’identité beauceronne. Le patrimoine bâti est riche en habitations beauceronnes traditionnelles : on retrouve de grosses longères encadrant une cour centrale. Bien que l’architecture soit typique du pays l’organisation du bâti s’éloigne du modèle beauceron : c’est un ensemble de trois petits hameaux (Villefollet, La Croix Barraux et Villeneuve) qui ont été soudés entre eux par l’étalement urbain. Au sud un lotissement s’avance au milieu des champs et laisse une trouée urbaine importante renforçant ainsi l’aspect disloqué du hameau. Encadrées par les murs, les rues assez étroites sont rarement accompagnées de trottoirs.

Villeneuve

Villeneuve

Saint-Denis

Saint-Denis

Les obstacles entre Villeneuve et Saint-Denis

La construction du hameau

zone d’activité

habitat ancien

franchissement de la départementale

extensions urbaines

passage sous la voie ferrée

zones d’activités

enjambement de la voie ferrée

trouées urbaines

Le déclin d’une zone commerciale Eclatée en plusieurs secteurs, la zone commerciale accompagne les abords de la départementale. Avec la concurrence, elle ne rencontre plus le succès de jadis et les enseignes ferment les unes après les autres. Seul l’Emaus récemment transféré sur les lieux attire encore le public. Cet ensemble perturbe la lecture de l’arrivée sur l’agglomération blésoise et lui donne une image négative.

11


Schéma directeur Les trois hameaux de Saint-Denis du bord du coteau ont gardé une cohésion du bâti très forte et s’identifient encore individuellement. Cette qualité doit impérativement être préservée et les constructions de nouveaux bâtiments doivent rester limitées. A l’inverse Villeneuve doit retrouver sa cohérence et de nombreuses parcelles sont intéressantes pour le lotissement. La création de la nouvelle ZAC, au nord de la Chaussée-Saint-Victor constitue une opportunité pour associer développement commercial et développement de logement. Par ailleurs, la départementale transversale qui évite le hameau constitue un point d’accroche intéressant pour développer un nouveau quartier avec placette commerçante. Malgré ses possibilités de développement, Villeneuve reste difficile d’accès pour le piéton. Il est nécessaire de développer des raccordements avec la nouvelle ZAC en exploitant notamment les chemins agricoles. Il est également très important de retravailler le lien avec les autres hameaux en créant des chemins piétons séparés de la route.

Villeneuve

Future ZAC

La Chaussée-SaintVictor Macé

0

100

Saint-Denis

Les Mées

400

contenir l’urbanisation accompagner la transformation de la friche industrielle travailler les franges urbaines créer une placette commerçante pour redymaniser le bourg développer les relations piétonnes redonner à Villeneuve sa cohérence en urbanisant

12

Ménars


L’évolution de la zone commerciale en ilôt boisé Coincée entre une route très passante et une voie ferrée, la destinée de la zone commerciale semble condamnée. Le travail consiste à accompagner la transformation de l’espace en un petit bosquet qui compléterait celui déjà existant. Le travail s’échelonne sur une échelle de temps étendue en suivant le rythme de fermeture des établissements. Au fur et à mesure de leur désaffection, les bâtiments seront rasés. Des tranchées seront entaillées au travers des surfaces dures pour faciliter la recolonisation par la végétation. Des plantations d’espèces indigènes seront effectuées pour donner plus rapidement forme au bosquet. Villeneuve

1 - Etat actuel

Villeneuve

2 - Tranchées tracées dans les surfaces dures

Villeneuve

3 - Evolution du bosquet

Villeneuve

4 - Situation finale

13


PROJET EN MILIEU RURAL Une place en coeur d’îlot

Conseil aux communes CAUE 62 - 2011

BOISLEUX-AU-MONT - FRANCE

Le stage au CAUE du Pas-de-Calais m’a permis de découvrir une autre facette du métier de paysagiste. Le rôle ici n’est pas de travailler en tant que concepteur répondant à une commande mais de préparer élus et population aux questions de l’aménagement du territoire.

Un espace enclavé Le conseil délivré auprès de la municipalité de Boileux-au-mont concerne le réaménagement des extérieurs d’une salle polyvalente. Le bâtiment occupe une parcelle en coeur d’îlot qui jouxte l’école et la mairie qui partagent un même bâtiment. Cet espace marque la centralité de la commune et regroupe de nombreux usages : salle événementielle, cantine d’école, garderie … En semaine une ligne de bus scolaire dessert le site matin, midi et soir. Cette contrainte conditionne énormément l’aménagement du site. Située au milieu de parcelle privées et publiques, le terrain est ceinturé de trois murs et d’une clôture coupant toutes les perspectives. Seul l’accès voiture ouvre sur le reste de l’espace public. laisser plus d’espace aux piétons le long de la rue marquer visuellement l’entrée sur la place intégrer le stationnement du chargement du café

Salle polyvalente École

intégrer ou déplacer l’espace propreté clarifier les espaces selon leurs usages identifier les circulations selon les usagers anticiper l’espace de manoeuvre du bus prévoir un espace pour les attractions de la ducasse mettre en valeur la salle polyvalente diversifier le traitement des limites

14


Hypothèse 1 : une place partagée

Hypothèse 2 : des espaces cloisonnés

La première proposition se caractérise par un espace central mixte : piéton et voitures se partagent la place. Deux espaces de réception se posent de part et d’autres de la salle polyvalente. Un jardin enherbé est préservé pour la garderie. Sur cette option le bus entre sur la place, dépose les enfants puis effectue une marche arrière. Il est obligatoire pour des raisons de sécurité qu’une personne guide le chauffeur dans ses manoeuvres.

Dans la seconde hypothèse, voitures et piétons sont clairement séparés. Le revêtement de circulations de la place s’avance sur la rue pour marquer l’entrée. Sur cette option le bus ne pénètre pas sur la place mais dépose les enfants à l’entrée. La loi exige qu’un accompagnateur conduise les enfants du bus au portail de l’école. L’arrière de la salle polyvalente est occupé par un petit jardin.

Salle polyvalente

Salle polyvalente

École

0

École

0

50

Vue depuis l’entrée : les terrasses végétalisées cachent le parking mais laisse en vue la salle polyvalente.

50

Vue depuis l’entrée : les arbres cadrent l’espaces sans occulter la vue.

15


PROJET EN MILIEU RURAL Muides : entre la Loire et Chambord MUIDES-SUR-LOIRE - FRANCE

Atelier de Projet ENSNP - 2010

Dans le cadre du cour de projet de 3ème année, chaque élève était amené à travailler sur un secteur particulier de la commune de Muides-sur-Loire. J’étais chargé, pour ma part, de travailler sur l’est du bourg, plus précisément autour de la rencontre entre deux départementales très fréquentées. Ces deux voies suivent une orientation très différente : l’une longe parallèlement le cours de la Loire et croise perpendiculairement la seconde qui franchit le fleuve par un imposant pont en béton. Leur point de rencontre crée un deuxième centre d’attraction écarté du vieux centre-bourg où quelques commerces se sont développés. Un grand quartier pavillonnaire s’est étendu à l’est de la ville. A cause de l’éloignement du centre, l’usage de la voiture devient presque systématique pour les habitants.

Mer

Muides e Loir

Chambord Muides

Voie ligérienne (D951) traversant les trois bourgs La voie Chambord-Loire (D212) Ancien bourg Extension ouest du bourg Extension est du bourg

16


Enjeux :

Définir une hiérarchisation des circulations : Routes départementales traversantes Route de bord de Loire Rues secondaires, dessertes locales Venelles piétonnes

Renforcer la relation du quartier pavillonnaire au reste du bourg : Rupture de la départementale Quartier pavillonnaire

Redensifier l’espace privé, redynamiser l’est du bourg : Bâtiments publics Commerces Parcelles vacantes

Programme :

Traiter la route Mer-Chambord de manière continue Marquer chaque séquence avec une progression vers le minéral de la périphérie vers le centre Créer des voies de circulations mixtes qui relient de manière continue la périphérie au centre Parcelles à lotir Créer une placette avec commerces en lien avec l’auberge

17


Requalification de la trame viaire La route de la Loire s’avance vers le centre-bourg et traverse chaque époque d’urbanisation de la ville. Le projet prévoit de souligner cette caractéristique en affirmant chaque séquence par une progression vers le minéral de l’aménagement des abords de la route. L’intervention reste minimale : les alignements d’arbres actuels sont conservés. Ils sont accompagnés jusqu’au carrefour par une haie libre. Une bande de plantations de végétaux typiques des bords de Loire est prévue en bord de clôture sur chaque voie parallèle au fleuve. Cela permet non seulement de rappeler la logique ligérienne de ces voies mais également d’unifier le traitement de l’espace public par rapport au bâti très hétérogène.

Entrée dans Muides

Progression vers le centre Bourg

9,5 m

Les voies de dessertes B’

A’

B

A

6m

9,5 m A’

A

9,5 m

6m

9,5 m

B

B’

18


Redéfinition du nouveau centre de Muides

C’

C

C

Derrière un bar-restaurant qui marque le carrefour des deux départementales, une grande friche reste vacante. Le projet dessiné prévoit la création d’une petite placette ombragée isolée de la rue par 4 bâtiments comprenant des commerces au rez-de-chaussée et de l’habitat à l’étage. Un parking séparé de la place par un alignement et une haie permet d’accueillir 24 véhicules.

3m Haie

16 m Parking : 24 places

6m Allée

12 m Pelouse

19

15 m Placette

10 m Commerces

C’


PROJET EN MILIEU URBAIN Restaurer la place Jean-Baptiste Clément

ROUBAIX - FRANCE

dd var

u le Bo es tion Na

Place Jean- Baptiste Clément

Atelier de Projet ENSNP - 2010 Travail en groupe

Avant son front bâti uni et ses platanes majestueux la place Jean-Baptiste Clément, est l’une des plus charmante de Roubaix. Cette petite place de quartier n’est pratiquée que par les habitants proches et les élèves fréquentant le lycée qui la jouxte. Malheureusement le manque de stationnement dans la ville conduit à un envahissement de cet espace par la voiture engendrant de surcroît des problèmes de sécurité. La perte en place de stationnement se compense sur l’aménagement des environs de la place.

Résidence Lacroix

su s

nie

20


Sur le scénario d’aménagement présenté ici, le parti pris est de conserver les caractères forts de la place. L’espace piéton est rehaussé ce qui le protège de la circulation automobile. Un jeu de gradins rattrape le niveau tout en pouvant servir de banc. Le fil d’eau est mis en valeur et vient souligner la structure de la place. fi l d

21

u ’ea


Requalibrer le boulevard des Nations Unies Sur le projet, le boulevard des Nations Unies a été redimensionné afin de dégager des espaces au pied des commerces et de créer une piste cyclable sur le trottoir opposé. Le virage sépare deux séquences du boulevard différenciées par deux rythmes de plantations différentes. Une placette piétonne vient articuler ces deux séquences dans l’angle de la voie.

22


Réorganiser es abords de la résidense Lacroix Actuellement, le pourtour de cette résidence est occupé par un parking dont les places sont mal définies. Sur le projet le stationnement a été déplacé entièrement sur la partie arrière afin d’ouvrir l’immeuble vers la rue.

23


PROJET EN MILIEU URBAIN Les jardins de Poni House

Projet privé Sheils Flynn Asia - 2010

JAKARTA - INDONÉSIE

Une partie de mon stage en Indonésie consistait à réaliser l’esquisse du jardin d’une future résidence privée à Jakarta. Dans le goût des villas chinoises actuelles, le bâtiment tel que dessiné par le cabinet d’architecte, s’offre de manière imposante au regard. Il domine l’ensemble du terrain qui se réduit à de petits espaces comprimés entre les voies d’accès et la maison. Le but essentiel de ce projet réside dans la conception d’un jardin sur toit avec piscine. Tout en souhaitant ne pas imposer un regard trop occidental, j’ai cherché à respecter la commande basée sur des critères de confort tout en introduisant plusieurs concepts de gestion écologique du jardin. Le propriétaire souhaite s’isoler du tumulte de la rue. La végétation locale étant luxuriante et vigoureuse, c’est l’occasion de l’utiliser pour isoler le bâtiment et les jardins du soleil violent. Ce fort ensoleillement peut à son tour être exploité pour la production d’électricité en installant des panneaux solaires. Enfin les pluie très abondantes du climat équatorial indonésien peuvent être captées et filtrées pour alimenter les nombreux bassins des jardins. La piscine prévue pour la terrasse pourra être aussi alimentée selon ce principe, l’eau pouvant être chauffée naturellement par le soleil.

mur végétal

bassin

panneaux photovoltaïques

piscine naturelle filtration des eaux de pluie

écran végétal

écran végétal

bassins salon extérieur

24


Esquisse des différents espaces

Premier écran : haie d’arbres et de grimpantes

Second écran : haie de bambous

jardin d’eau

jardin de réception jardin d’ombre

entrée

panneaux photovoltaïques

piscine écologique

filtration des eaux de pluies

25


HYDROLOGIE

2010

Gestion des eaux de pluies dans une combe DELLE - FRANCE

Séminaire technique ENSNP - 2011 Travail en groupe

Dans le cadre d’un séminaire sur l’hydrologie nous devions concevoir par équipe un projet mettant l’accent sur la gestion des eaux de pluies. Le site choisi est une petite combe entourée de deux quartiers résidentiels en construction dans la commune de Delle à proximité de la frontière suisse. Nous avons dessiné un système de vagues de terrain destiné à retenir les volumes d’eaux des pluies exceptionnelles.

pont de bois

goutières en béton haut de vague

creux de vague

26


27


L’écoulement des eaux

B’

Un ensemble de noues recueille l’eau d’un des lotissement voisin et l’achemine vers un système de gouttières en béton. Celles-ci déversent ensuite l’eau jusqu’au centre des vagues. Ainsi les bassins se remplissent fréquemment et permettent de bien comprendre l’usage du site et l’importance de la gestion des eaux de pluie. Les vagues et bassins en eau crées un événement qui anime la combe en modifiant son aspect.

A

A’

B

1/500

A’

A

1/200

1/100

1/1000

B

28


B’

29


HYDROLOGIE La ZAC du Plessis Botanique

Projet de lotissement Composante urbaine - 2013

LA RICHE - FRANCE

Une gestion alternative des eaux de pluie La ZAC du Plessis Botanique est une vaste opération immobilière en marge de l’agglomération de Tours. L’étude consiste à concevoir pour chaque nouvel îlot de logement un système de collecte des eaux pluviales et d’infiltration. Composante Urbaine a proposé

aux lotisseurs un procédé alternatif de tranchées filtrantes plantées, les jardins de pluie. Ce procédé est plus économique qu’un système classique avec puits d’infiltrations.

30


Les jardins de pluie Pour assurer l’unité paysagère au sein des îlots de l’ensemble de la ZAC du Plessis-Botanique, des principes paysagers simples ont été élaborés. Si les lots font l’objet de prescriptions hydrauliques qui leur sont propres, chacun est traité de manière à former un ensemble paysager cohérent. Les jardins de pluie dessinent de larges bandes végétales accompagnant le cheminement en pied de façade des bâtiments. La palette végétale s’inspire à la fois des ripisylves des bords de Loire et des plantations des espaces publics. Elle se décline en 4 variantes définies en fonction de l’orientation des jardins de pluie par rapport aux bâtiments. Ce principe simple permet de diversifier les ambiances paysagères selon une règle facilement transposable et d’adapter au mieux les mélanges végétaux en fonction de leur exposition au soleil. Le coeur d’îlot est laissé plus libre pour le promoteur, avec pour constante une pelouse parsemée d’arbres solitaires ou en groupes.

31


JARDIN Jardinier dans un domaine touristique ÎLE DE MULL - ÉCOSSE

Pour mon stage de deuxième année, j’ai eu l’occasion de travailler au château de Torosay, en Ecosse, en tant que jardinier. Située sur les pentes d’une petite colline, la partie principale du jardin descend doucement du château vers la mer, selon une succession de terrasses dégagées. Autour de cet élément central, plusieurs autres espaces, d’inspirations diverses ont été créés : une mare, une rocaille, un jardin japonais ... Cette grande variété d’espaces m’a permis d’exercer le métier de jardinier dans toute sa diversité. J’ai autant participé à l’entretien des anciennes réalisations (tonte, désherbage, taille ...) qu’à la mise en oeuvre de nouvelles créations (plantations, transplantations, confection de nouveaux massifs ...).

32

Entretien de jardin Château de Torosay - 2009


ARTS PLASTIQUES Dessins

Atelier d’art plastique ENSNP - 2007 - 2009

Lors de mes cours d’art plastique, j’ai été amené à réaliser différents travaux selon des thèmes et techniques variés. Le dessin situé en haut à gauche, réalisé au pastel, consistait à mélanger dans un même paysage quelques éléments présents dans d’autres images ou objets. A droite le but de l’exercice était de créer sur trois feuilles format raisin un dessin contenant un portrait, un animal fantastique et un transatlantique. J’ai décidé de combiner la créature et le bateau et de rapprocher cet ensemble du personnage par une texture similaire. Enfin, les trois travaux du dessous proviennent d’un même exercice. Il fallait produire un espace en transformant un échantillon d’emballage ou de publicité.

33


ARTS PLASTIQUES Réécriture organique

Atelier d’art plastique Ecole de Montreuil - 2007

Pour cet exercice nous devions choisir 1 m² dans la ville de Montreuil et étudier ses spécificités. Nous avons décidé de travailler sur un carré de trottoir traversé par une succession de bandes de bandes de matériaux (piste cyclable peinte, calepinage de brique, socle en béton d’une cabine téléphonique). La racine d’un platane passe sous les revêtements et les déformes. L’eau s’accumule sur cette surface perturbée et piétons et cyclistes sont obligés de dévier leur chemin. Cette planche d’1 m² en taille réelle retranscrit un état des lieux. Les petites vignettes décrivent chacune un aspect relevé sur les lieux (matières, couleurs, rythmes sonores, feuilles accumulées, topographie ...). Le fond de plan quant à lui représente une carte simplifiée de la situation avec cette succession de trame de matériaux perturbée par le platane.

34


La suite de l’exercice consistait à produire une intervention artistique sur le site. Pour poursuivre, l’idée que la végétation réinvesti l’espace public et le transforme, nous avons rempli la cabine téléphonique avec toute sorte de plantes jusqu’à ce qu’il n’y ai plus d’espace à l’intérieur. L’ambiance nocturne et la lumière des phares de voiture donne l’impression d’avoir surpris un acte d’intrusion.

35


ARTS PLASTIQUES La ville effilée

Atelier d’art plastique Ecole de Montreuil - 2007

Cette sculpture a été réalisée d’après la description de la ville d’Ersilie du livre Les villes invisible d’Italo Calvino. Cette ville évolue en développant entre chaque maison un réseau de structures qui se densifie progressivement. Lorsque l’espace devient saturé, la ville est abandonnée et reconstruite juste à côté.

Anamorphose

Atelier d’art plastique ENSNP - 2007 - 2009

Dans cet exercice il a d’abord fallu créer une composition carrée constituée de rectangles bleus. Puis une maquette a été construite de sorte que lorsque le regard la considère depuis un certain angle, il observe une image la plus fidèle possible à celle du carré de référence (carré du haut). 36


CONSTRUCTION PRATIQUE La Cabane de bambou

Atelier de tracé ENSNP - 2007 Pour appréhender de manière sensible les forces qui s’exercent lors d’une construction, j’ai réalisé la maquette d’une cabane en bambou. Plusieurs contraintes de bases devaient être respectées : la surface abritée devait recouvrir au minimum 6 dm², la hauteur de plafond devait être supérieure à 10 cm et l’ensemble de la structure devait supporter 500 g.

37


Portfolio - Ingénieur paysagiste